Vous êtes sur la page 1sur 105

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

UNIVERSITE Dr. YAHIA FARES DE MEDEA

Faculté des Sciences et de la Technologie


Département de Génie de la Matière
Filière Génie Civil

Mémoire de Fin d’Etude pour l’obtention du diplôme de Licence (LMD)


En Génie Civil
Option : construction

THEME

ETUDE D’UN BATIMENT (R + 1) A


USAGE D’HABITATION EN ZONE DE
FORTE SISMICITE

Réalisé par : Encadré par:


-KHOUAS Asia Mr. YOUSFI Mahfoud.
- GACEM Aida
- LARBI Mahdjouba

Promotion juin 2015


Nos premiers remerciements vont pour
Mon dieu, le tout puissant, qui nous a Donné la
force et le courage de mener à bien ce modeste
travail.
Nos vifs remerciements vont aussi à Notre
encadreur : Monsieur YOUSFI
Enseignant a l’université DR Yahia Fares,
d'avoir accepté d'encadrer ce projet de fin d'étude et
pour tous les conseils et orientations qu'il a su nous
promulguer durant l’évolution de notre projet
ET Qui a fait tout son possible pour nous Aider.
Tous les enseignants de l’institut de
Génie civil de l’université de Médéa.
Tous les membres de jury qui nous
Ont fait l’honneur d’examiner nôtres Travail.
Toutes les personnes qui ont contribué De prés ou
de loin, à la réalisation de ce Mémoire.
Je tiens à dédier ce mémoire :
A ma très chère Mère et à mon cher Père, en
témoignage et en gratitude de leurs dévouement, de
leurs soutien permanent durant toutes mes années
d'études, leurs sacrifices illimités, leurs réconfort
moral, eux qui ont consenti tant d'effort pour mon
éducation, mon instruction et pour me Voir
atteindre ce but, pour tout cela et pour ce qui ne
peut être dit, mes affections sans limite.

« Merci mes parents.»


A mes frères : hamza, walid, rafik, abd alrahmanne.
A mes sœurs : Rachida, Nour alhoda, chahra zed
A toute la famille : Khouas, Belmekhtare
A tous mes amis et mes collègues de l’université de
MEDEA : fatma zohra, louiza.
Je remercie spéciale ma amie kheira
A tout les étudiants et étudiantes du génie civil
Promotion 2014-2015.
Dédicaces

Je dédie avec grand plaisir, ce modeste travail à : A mes très chers


parents qui m’ont guidé durant les moments les plus pénibles

de ce long chemin, ma mère qui a été à mes côtés et ma soutenu

durant toute ma vie, pour ton souffle père pur merci mes parents

Mes frères et sœurs.

Tous mes amis sur toutAida,

A toute ma famille sans exception.

Tous mes collègues de l'université et en particulier les étudiants

de 3eme année Génie civil promotion Mai 2015et ma promoteur


Mr Yousfi.

 
Dédicaces

Je dédie avec grand plaisir, ce modeste travail à : A mes très chers parents
qui m’ont guidé durant les moments les plus pénibles de ce long chemin

, ma mère qui a été à mes côtés et ma soutenu durant toute ma vie,

,
et mon père (qui Dieu les miséricordes), qui a sacrifié toute sa vie afin
de me voir devenir ce que je suis, merci mes parents.

Mes frères et sœurs Ramzi Yaakoube etAia.

Tous mes amis sur tout Mahdjouba.

A toute ma famille sans exception.

Tous mes collègues de l'université et en particulier les étudiants

de 3eme année Génie civil promotion Mai 2015et ma promoteur


Mr Yousfi.

 
 
‫طﺎﺑﻖ واﺣد ﺑﺑﻠدﯾﺔ‬+ ‫ھذا اﻟﻣﺷروع ﻋﺑﺎرة ﻋن دراﺳﺔ ﺗﻘﻧﯾﺔ ﻻﻧﺟﺎز ﺑﻧﺎﯾﺔ ﺳﻛﻧﯾﺔ ﺗﺗﺄﻟف ﻣن طﺎﺑﻖ ارﺿﻲ‬
‫ ﺣﺳب اﻟﻣرﻛز اﻟوطﻧﻲ ﻓﻲ ھﻧدﺳﺔ‬3 ‫اﻟواﻗﻌﺔ ﺑوﻻﯾﺔ اﻟﺟزاﺋر اﻟﻣﺻﻧﻔﺔ ﺿﻣن اﻟﻣﻧطﻘﺔ اﻟزﻟزاﻟﯾﺔ رﻗم‬
. ‫ﻣﻘﺎوﻟﺔ اﻟزﻻزل‬
‫ھذا اﻟﻣﺷروع ﻣﮭﯾﻛل ﺑواﺳطﺔ ﻧظﺎم ﺻد ) اﻷﻋﻣدة و اﻟﻌﺎرﺿﺎت ( ﻟﺿﻣﺎن اﺳﺗﻘرار اﻟﺑﻧﺎﯾﺔ و ﻣﻘﺎوﻣﺗﮭﺎ‬
‫ﻟﻛل اﻟﺣﻣوﻻت اﻟﻌﻣودﯾﺔ و اﻷﻓﻘﯾﺔ‬
‫ﻗﯾﺎس اﻷﺑﻌﺎد و ﺗﺳﻠﯾﺣﺎ ﻣﺧﺗﻠف اﻟﻌﻧﺎﺻر اﻷﺳﺎﺳﯾﺔ ﻣﺻﻣﻣﺔ طﺑﻘﺎ ﻟﻠﻣﻌﺎﯾﯾر و اﻟﻘواﻧﯾن اﻟﻣﻌﻣول ﺑﮭﺎ ﻓﻲ‬
.‫اﻟﺟزاﺋر‬
‫اﻟﻘواﻋد اﻟﺟزاﺋرﯾﺔ اﻟﻣﺿﺎدة ﻟﻠزﻻزل‬ ‐    
        «  CBA 93 »         ‫ﻗﺎﻧون اﻟﺧرﺳﺎﻧﺔ اﻟﻣﺳﻠﺣﺔ‬- 
‫اﻟدراﺳﺔ اﻟزﻟزاﻟﯾﺔ ﺗﻣت وﻓﻖ اﻟطرﯾﻘﺔ اﻟﻌددﯾﺔ‬-                             

Ce projet est une conception et étude d’un bâtiment à usage habitation contenant (RDC +1)
Sera implantée a Wilaya d’Alger qui est classée comme zone de forte sismicité (Zone III)
La résistance de la structure aux charges horizontales et verticales est assurée par un système
(poteaux-poutres).
Le dimensionnement et le calcul du ferraillage de tous les éléments résistants ont été établis
Conformément aux règlements algériens en vigueur (CBA 93 et RPA99 version 2003).
L’analyse sismique de la structure a été réalisée par la méthode statique équivalente

This project is a conception and study of a building for office purpose containing (R+1)
Stories), will be implanted at Algiers this region is classified in the zone of
Seismicity (III) which is an area of middle seismicity.
The resistance of the structure elements to the horizontal and vertical loads is insured by a
System (frames and shells).
The measurements and the design of reinforcement of all resistant elements were done
According to the Algerian Standards (CBA 93; RPA 99 version 2003).
The seismic analysis was conducted by equivalent static method.
 

Remerciements & dédicace


Résumé
Sommaire
Liste des tableaux
Liste des figures
Notation
Les plans
Introduction générale
CHAPITRE I :

Présentation de l’ouvrage.
I.1- Introduction…………… ……………………………………………………4
I-2-Description de l’ouvrage …................................................................... .4
I-2-1-Dimension en élévation ……………………………………………….….4
I-2-2-Dimension en plan …………………………………………………..........4
I.3- Description de la structure…………………………………………………..4
I-3-1-Planchers…………………………. …………………………..........4
I-3-5- Les escaliers ………………… …………………………………....5
I-3-3- L’acrotère…………………………………………………………..5
I-3-4- Les Balcon………………………………………………………….5
I-3-5-Maçonneries………………………. …………………………..…….......5
a. murs extérieurs…………………………………………………….........5
b. murs intérieurs ………………………………………………………....5
I.3.6 -Revêtements ………………………………………………….……….......5
I-4-caractéristique des matériaux …………...…………………........................6
I-4-1-Le béton ……………………………………………………….……….....6
I-4-2-les aciers …………………………………………………….….…..........11
CHAPITRE II :

Pré dimensionnement des éléments structuraux


II .1.Introduction………………………………………………………….........15
II.2. pré dimensionnement du Planchers………………………………..….......15
II.2.1. Planchers à corps creux………………………………………....……….15
II.2.2. Plancher à dalle pleine……………………………………....………….16
. Evaluation des charges et sur charges d’exploitation …………….......17 
II.1.3.Maçonnerie……………………………………………………………....17
a)  Murs extérieurs (double cloison) …………………………………....17
b) Murs intérieurs (simple cloison)……………………………….........18
. 3.2  .les planchers à  corps creux ……………………………………...........19 
a) .Plancher Terrasse …………………………………............................19
b) .Plancher courant (corps creux) ……………………………................20
II.3.3 .Dalle pleine (balcons)…………………………………………………..21
a) balcon de la terrasse…………………………………………...............21
b) Balcon de l’Etage……………………………………………………...22
II-4. Les poutres …………………………………………………….………..23
II-4.1. Introduction …………………………………………………………….23
II-4.2. Pré dimensionnement des poutres ……………………………………..23
a)   pré dimensionnements des poutres principales ……………………...23
b) pré dimensionnements des poutres secondaires ……. …………….24
II.5. Pré dimensionnement des poteaux ……………………………………....24
II.5.1. Choix du poteau le plus sollicité ………………………………..27 
II.5.2. calcul la Surface du plancher revenant au poteau……………….27
          II.5.3. Détermination des charges et surcharges……………………....28
II.5.4. Calcul des efforts normaux ultime…………………………….…30
          II.5.5. Vérification du chois des sections des poteaux………………….31
          II-5-6. Vérification vis à vis du RPA99 ……………………….............31
 
 
CHAPITRE III :

Calcul des éléments secondaires.

III.1‐  Introduction………………………………………………………………………………………...33  
III.2.‐ L’ACROTERE …………………………………………………..…………………………………….33 
III.2.1‐   Evaluation des charges et surcharges………………. ………………………........34 
III.2.2- Détermination des efforts ………………………………….…………………………….34
a) à l’état limite ultime de résistance (ELUR) …...............................34
b) à l’état limite de service (ELS)……………………………………………………..34   
III.2.3- Calcul de la section d’armatures………………………………………….………..34
a. à l’état limite ultime de résistance (ELUR)…………………………………….34      
b- Vérification de l’effort tranchant…………………………………………………..36 
c-  Etat limite de service…………………………………………………………………….37 
             C-1 Position de l’axe neutre………………………………………………………………37                          
III.2.4- Calcul des contraintes ……………………………………………………………………38 
III.2.5) Vérification au séisme ……………………………………………………………………..39 
III.3- le balcon……………………………………………………………………………………………….40 
III.3-1 Introduction……………………………………………………………………………………….40                        
III.3.2) Calcul est vérification …………………………………………………………………….40 

III.3.3- Evaluation des charges et surcharges …………………………………………..41                           


III.3.4- calcul les sollicitations………………………………………...............................42                           
III.3.5- Ferraillage du balcon à ELUR……………………………………………......42 

III.3.4- Vérification de l’effort tranchant……………………………………………………….43 

III.3.5- Vérification à l’état limite de service (l’E L S)…………………………….….43 


III.4- Escalier……………………………………………………………………………………………….45 

III.4.1- introduction……………………………………………………………………………………….45 

III.4.2- dimensionnement……………………………………………………………………………….46 
III.4.3- Evaluation des charges et surcharges ……………………………………………….48 

III.4.4- Détermination des efforts……………………………………………………………………49 

III.4.5- Ferraillage de l’escalier à ELUR ………………………………………….………...53 


III.4.6. Ferraillage de l’escalier à Etat limite de service ……………………………….55 
Chapitre IV :

Etude sismique
IV.1.Principe de la méthode …………………………………………..…….....59 
IV-2 : conditions d’application de la méthode statique équivalente………...59   

IV-3- calcul de la force sismique total…………………………………………60

IV-4- poids total de la structure …………………………………………….....65

IV.5- Distribution de la résultante des forces sismiques selon la Hauteur……68 

Chapitre V :

Modélisation par le 2000.

V .1- introduction………………………………………………………………71

V .2 diagramme des moments fléchissant, des efforts normaux …..................72

Conclusion générale…………………………………………………………..84

Référence bibliographique
 

Figure I.1 : diagramme contraintes limite à (E.L.S)………………………..11

Figure. I.2:diagramme contraintes-déformations…………………………..13

Figure..1.schéma de plancher………………………………………..........16

Figure. . 2. mur double cloison……………………………………………..17

Figure. . 3. mur simple  cloison……………………………………………....17

Figure. II-4.constituants d’un plancher terrasse…………………………....19

Figure. II-5.constituants d’un plancher courant…………………………...20

Figure. II-6.composant d’un balcon de la terrasse………………………...21

Figure. II-7.composant d’un balcon de l’étage…………………………....22

Figure. II-8 : section réduite du poteau……………………………………...26

Figure. II-9 : le poteau le plus sollicité……………………………………….27

Figure. III.1 :L'acrotère………………………………………………….......33


Figure. III.2: schéma de ferraillage de l’acrotère…………………………..39

Figure. III. 3. : Schéma du balcon à étudier………………………………..40

Figure. III -4 Ferraillage du balcon………………………………………..44


Figure. III -5. Modalisation d’escalier………………………………………46
Figure. III- 6-. Modélisation de 1ére volée…………………………………..46

Figure. III- 7. Sollicitation de l’escalier à ELU………………………….....49

Figure. III.8. Diagramme du moment fléchissant………………………... ..52


Figure. III.9 diagramme des efforts tranchants…………………………… 53 

Figure. III .10. Sollicitation de l’escalier à ELS………………………………………..55 

Figure. III- 11. Schéma de ferraillage de l’escalier…………………….....57 


 

                                                

Chapitre I :

Présentation de l’ouvrage

Tableau I .1 : Resistance fc28 du béton a 7,14 et 90jours...................................8

Chapitre II :

Pré dimensionnement des éléments structuraux.

. II. 1:Charges permanentes des murs extérieurs…………………..….17

Tableau. II.2 : Charges permanentes des murs intérieurs………………….…...18


Tableau. II.3 : charge permanente du plancher corps creux…………….…..19                        
. .4 : Charges permanentes du plancher courant……………........….20

Tableau. II.5 : charge permanente du balcon de la terrasse……………….…...21

. .6 : Charges permanentes due aux balcons d’étage………………..22

Tableau. .7. Détermination des charges permanentes…………………..…....29

Tableau. .8 détermination des charges d’exploitations……………….……...30


Tableau. II.9 calcul L’efforts normaux ultime………………………………...30
Tableau II.10. Calcul l’effort normal admissible NU ( )…………...….….30
Tableau. II.11 Calcul l’effort normal admissible NU ( ). ……………...….31

Tableau. II.12 Vérification du chois des sections des poteaux……………......31


Chapitre III :

Calcul des éléments secondaires.

Tableau III-1 : évaluation de charge permanente de palier de l’escalier……….48


Tableau III-2 : évaluation de charge permanente de paillasse de l’escalier…....48
Tableau III-3 : détermination des efforts…………………………………….....49

Chapitre IV :

Etude sismique

Tableau. IV.1. Groupe d’usage…………………………………………….....60


Tableau .IV.2.Valeurs de T1 et T2………………………………………………….61

Tableau .IV.3. Valeur de ξ (%)………………………………………………....61

Tableau .IV.4. Valeur du coefficient de comportement R………………….….62

Tableau IV-5- : Valeur du coefficient CT……………………………………..63

Tableau .IV.6.Valeurs des pénalités P q……………………………..………...64

Tableau .IV.7. Poids permanents de la structure……………………………...65


Tableau .IV.8. Les surcharges d’exploitation de la structure…………….…....66

Tableau IV-9 : Valeur du coefficient de pondération β………………………..67


Tableau IV-10 : poids total de la structure……………………………………..67
Tableau. IV-10 –les forces sismiques de chaque niveau…………………........68
Majuscules romaines :
A : Section d'acier tendu.
A' : Section d'acier comprimé.
A max, Ami n: : Section d'acier maximale et minimale
A: Section d'un cours d'armatures transversales.
A ver : Section d'armatures verticales.
Ah : Section d' d'armatures horizontales.
A c : Section d'armatures en partie courante (armatures de peau.)
AD : Section d'armatures diagonales.
B : Aire du béton.
B r : Section réduite du béton d'un poteau.
B t : Section de la partie tendue.
L t : Largeur de la section tendue.
Mt : Masse torsionnelle.
E.L.S : Etat Limite de Service.
E.L.U : Etat Limite Ultime.
E v : Module de déformation longitudinale différée du béton.
E i : Module de déformation longitudinale instantanée du béton.
Es : Module de déformation longitudinale de l'acier.
I : Moment d'inertie.
I e : Moment d'inertie équivalent.
M : Moment fléchissant.
Mt : Moment fléchissant en travée d'une poutre.
Ma : Moment fléchissant en appui d'une poutre.
Mu : Moment fléchissant à l'E.L.U.
M ser : Moment fléchissant à l'E.L.S '
N : Effort normal.
N ser : Effort normal de service.
NU : Effort normal ultime.
TU : Effort tranchant ultime.
G : Charge permanente.
Q : Charge d'exploitation.
E : Charge sismique.
Minuscules romaines :
: Hauteur de la section du béton.
: Largeur de la section du béton.
b0 : Largeur de la nervure du béton (section en Té.)
, c' : Enrobage supérieur et inférieur.
: Hauteur utile d'une section.
: Flèche.
j: Résistance caractéristique du béton à la compression à « j » jours.
fc28 : Résistance caractéristique du béton à la compression à « 28 » jours.
: Limite d'élasticité de l'acier.

j: Résistance conventionnelle de la traction du béton à « j » jours.

ft28 : Résistance conventionnelle de la traction de béton à «28 » jours.


i : Rayon de giration.
If : Longueur de flambement,
St : Espacement de cours d'armature transversale.
Sh : Espacement de cours d'armature horizontale.
Sv : Espacement des armatures verticales.
Majuscules grecques :
Δ : Variation.

Σ : sommation.
Ф: Diamètre nominal d'une barre d'aciers.
W : poids.
Minuscules grecques :
: Angle.

: Coefficient de sécurité.

: Déformation relative.
: Coefficient de fissuration.

:: Élancement mécanique.

: Coefficient de frottement.

: Coefficient de POISSON.

: Rapport de deux dimensions

: Contrainte normale.
: Contrainte tangentielle.

: Déplacement d'un niveau.

Autres notations :
A.N : Axe neutre.
C.V : Condition vérifiée.
C.N.V : Condition non vérifiée. 
 



La conception d'une structure aux normes parasismique est un problème
Relativement complexe vu la nécessité de respecter les exigences de
sécurité imposées par les règlements et selon l’importance du projet sans
oublier le coté économique lié aux coûts des matériaux de construction,
qui ont tendance à augmenter, pour minimiser les dépenses et obtenir ainsi
le meilleur rapport sécurité/prix.
La résistance d'une structure aux actions horizontales est principalement
assurée par le système de contreventement de cette dernière. Pour les
structures en béton armé, ce système de contreventement est constitué par
des voiles et des portiques ou des deux en même temps.
Le règlement parasismique algérien évolue en parallèle avec l’activité
terrestre
pour déterminer les modifications et les rectifications à apporter pour
subvenir aux problèmes et besoins des structures en matière de stabilité
sous forme de lois.
L'étude sera menée sur un bâtiment en R+1 implanté en zone de sismicité
élevée (zone III), le bâtiment a une ossature auto stable en béton armé.
Pour ce faire, nous procéderons comme suit :
• La première étape portera sur la présentation complète du bâtiment, la
définition des différents éléments et le choix des matériaux à utiliser.
• La deuxième étape sera la détermination des actions verticales affectant la
Structure.
La troisième étape sera le pré dimensionnement des éléments structuraux
du bâtiment.

Etude d’un bâtiment (R+1) Page 1 


• La quatrième étape sera le calcul des éléments non structuraux
(l'acrotère, balcon, l’escalier).
La cinquième étape consiste à l’application de la méthode statique
équivalente pour déterminer les charges sismiques (horizontales).
La sixième étape on fait une modélisation du portique porteur.
Et on fin le mémoire terminé par une conclusion générale. 

Etude d’un bâtiment (R+1) Page 2 


Chapitre présentation de l’ouvrage
 
I. 1   INTRODUCTION  

     Le projet  que nous avons confié consiste  à  un   bâtiment  à  usage  d’habitation, le 
bâtiment  est  implanté  dans  une  zone  de  forte sismicité (ZONE  3)  selon  la  classification  
de  (RPA 99 /VERSION  2003).                                                                                                   

En  élévation, le  bâtiment  comporte  un  étage  plus  un raz  de chaussée   

   La  stabilité  de  cet  ouvrage  est  assuré  par  des  portique  auto stables (poteaux‐poutres) 
réalisées   a  partir du  béton  armé, notre étude  sera  conforme  aux  exigences  des  
règlements  algériens  en  vigueur  a  savoir : 

 Règle  parasismiques   algériennes  (RPA 99/VERION2003). 
 Règle  de  conception  et  de  calcule  des  structure  en  béton armé (CBA . 93). 
 Charge   permanent  et  charge  d’exploitation. 
 Règle   BAEL  91  REVISEES  99. 

.2.  Description de  l’ouvrage : 

.2.  1.  Dimensions  en  élévation : 

 Hauteur  de  RDC …………………………………………………………………..+3.06m. 
  Hauteur de  l’étage……………………………………………………………… +3.06m.  
 Hauteur  total  du  bâtiment…………………………………………………..+6.12m.  

.2.  2.  Dimensions  en  plan : 

 La  longueur  du  bâtiment ……………………………………………………..13.20m. 
 La  largeur  du  bâtiment………………………………………………………….10.40m. 

.3.   Description  de la  structure : 

.3.1.  Les  planchers :                                                                                                                                  
les planches  étant  considérés  comme  des  diaphragme  rigide  d’épaisseur  relativement  
faible  par  rapport  aux   autre  dimensions  de  la   structure, notre  bâtiment  comporte  
deux  type de  planchers : 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 4 


Chapitre présentation de l’ouvrage
 
 plancher  à  corps   creux. 
 Plancher  à  dalle  pleine.  

.3.2.     Les escalier :                                                                                                                      
nous  avons  un  seul  type  d’escalier  (escalier  droite  avec  une  palliasse  et  un   palier  de   
repos  ) . 

.3.3     l’acrotère :                                                              


l’acrotère est  élément  secondaire   de  la  structure  composé essentiellement  en  béton  
armé, plus  quelques  type  de  revêtement (enduit   en  ciment… ) son  rôle principale  est  la  
protection  contre  l’infiltration  des  eau  pluviales  (empêcher  leur  ruissellement  par  la  
larmier  )  qui  provoqueraient  des  fissures  suivant  la  ligne  de  conjoncture  entre  
l’acrotère  et  la   forme  en  pente.                                                                                                                                   
Au  niveau de  la  terrasse  ,la  structure  est  entourée  d’un  acrotère  conçu  en  voile  de  
60cm  de  hauteur  et  10cm   d’épaisseur . 

.3. 4   les  balcons :                                                                                                                
sont  les  partie  saillantes  de  la  structure  il  sont  constitués  de  dalle  pleine. 

.3.5   Maçonneries :                                                                                                                                 
On  à  deux  types  des  murs  en  briques : 

a. Murs  extérieurs   (remplissage) :                                                                                           

Il   sont  constitués  d’un  paroi  double  en  briques   creuses  de   15  cm  d’épaisseur    
pour  la  paroi   externe  , et  10 cm  pour  la   paroi   interne   Les  deux  parois  étant  
séparées  par  un  vide  d’air  de  5 cm 
b. Murs  intérieurs  (cloison) :                                                                                       
Ils  seront constitués  en  un  seule  paroi  de  briques  creuses  de  10  cm               
d’épaisseur  .                                                                                                                                           

.3.6   Les revêtements :                                                                                                         
Le  revêtement  de  la  structure  est  constitué  par :  
 
 Céramique   pour  recouvrer  les  murs  des  salles  d’eau. 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 5 


Chapitre présentation de l’ouvrage
 
  Carrelage  de 2 cm  pour  les  chambres, couloire   et  l’escalier.  
 Enduit  de  plâtre  pour  les  plafonds  et  les  murs   intérieur. 
 Mortier  de  ciment  pour les  murs  extérieur. 

.4     Les  caractéristiques  des  matériaux : 

      Les  caractéristique  des  matériaux  utilisés  dans  la  construction  seront  conformes  aux  
règle  techniques  de  conception  et  de  calcul   des ouvrages    en  béton armé   (CBA  93) 

.4 .1   Le   béton :  

   Le  béton   aujourd’hui    la  construction  par  excellence.                                                                         
Si  ce  matériau  a été  adopté   si  universellement,   c’est  grâce  à  différents  critères   il  
est  formé  de   matériaux   Natural   primaires  largement  distribués    à  la  surface  de  la  
terre.     

      Ils   est  composé   de  ciment ,de  granulats  ,de  l’eau  et  de  faible  quantités    
d’adjuvants  ,dans  la  mesure  ou  le  ciment  est  un   liant  hydraulique   fabriqué   
essentiellement à  partir  de  minéraux   naturels  ,  le  béton  peut  être  considéré  comme  
une  roche  artificielle.      

a)    les  constituants  du  béton : 

 Le  ciment :                                                                                                                                  
Le  ciment  est  un  liant  hydraulique  à  base  de  calcaire  et  d’argile  qui  se  présente  
sous  la  forme  d’une   poudre  minérale  fine , le « cru »  ,  s’hydratant  en  présence  
d’eau  ,il  forme  ainsi   une  pâte  qui  fait  prise  et  qui  durcit  progressivement  .c’est  le  
constituant  de  base  du  béton  puisqu’il   permet   la  transformation   d’un   mélange    
sans  cohésion  en  corps   solide .                                                                                                    
On  peut  adjoindre  au  ciment  des  ajouts  comme  le  laitier  de  haut   fourneau , les  
cendres  volantes ,  les  fillers  calcaires ,les  fumées  de  silice  ,… afin  d’améliorer  les  
qualités  mécaniques   du  béton  .        
   Le  choix  du  dosage  et  la  classe  du  ciment  doivent  être  choisis  en  fonction  de  la  
nature  et l’importance  de  l’ouvrage  à   construire,  il  doit   tenir  compte   des  
exigences  suivant :     

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 6 


Chapitre présentation de l’ouvrage
 
 Resistance  mécanique. 
 Imperméabilité  à l’eau. 
Pour  notre  ouvrage,  on  utilise  le  ciment  portland  artificiel  (CPJ 425).   

 Les  granulats : 

   Ils  constituent  le  squelette  du  béton  et  sont  classés  en  trois  catégories : 

 Les  sables : grains  de dimensions comprises  entre  0.08mm  et 5mm. 

 Les gravillons : grains  de  dimensions  comprises entre 5mm et 25mm. 

 les cailloux : grains   de   dimensions  supérieures  à   25mm.   

       Les   ouvrages  courants   (bâtiments habitations,…)  Sont   en  général construits   en  
béton  réalisé  avec  des  granulats  de  type  gravillons  et  sables.                                                  
Enfin,  les  granulats   doivent   être  chimiquement   inertes  vis –à‐vis  du   ciment  ;               
c’est  à  dire  qu’ils   ne  doivent  pas  réagi   avec  le  ciment . 

 l’eau  de  gâchage : 

       l’eau  sert  à  l’hydratation   du  ciment  et à  assurer  une  ouvrabilité  suffisante  du  
béton  .on  peut  utiliser  de  l’eau  potable,  mais  pas  d’eau      de  mer  .il  faut  faire  
attention  à  l’excès  d’eau  qui   peut  amplifier  le  phénomène  de   retrait  et  provoquer  la  
fissuration  du  béton .  

b)  Dosage du béton : 

      La  variation  de  la  teneur  en  eau  modifie  l’ouvrabilité  du  béton  et  peut  altérer  son  
module d’élasticité,  tout  variation   par  rapport  à  la  formulation  théorique  des  béton  
peut  avoir  des  conséquence  négative   sur  leurs  qualités  ,en  retiendra  que  ,pour  1m3   
de  béton  ,on  utilise  environ  350 à  400 kg  de  ciment ,  175  à  200 kg  d’eau  ,500  à 550 
kg  de  sables  (dimensions   6mm)  et  1100 à  1200  kg  de  gravillons                                               
( dimensions  comprise  entre  1  et  25mm)  ces  proportions  variant  dans  de  faible  
proportions  avec  la  qualité  du  béton  recherché.  

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 7 


Chapitre présentation de l’ouvrage
 
c)   Béton  armé :                                                                                                                     
Le  béton   armé est un matériau obtenu en enrobant dans du béton des aciers disposés de 
manière à équilibrer les efforts auxquels le béton résiste mal « effort de  traction ».                                            
Les   deux   matériaux   (béton,  acier)   n’agissent   pas   l’un   sur   l’autre chimiquement, et 
ils ont le même   coefficient  de  dilatation  thermique et  une bonne adhérence l’un à 
l’autre.  

d)   Résistance du béton : 

      C’est  le  pouvoir  d’un  matériau  de  résister  à  la  destruction  sous  l’action de  
contraintes  dues  à  un  chargement  de  compression  ou  de  traction.   

Résistance caractéristique à la compression :                                                                
Dans  le  cas  courant, le béton  est  défini  au  point  de  vue  mécanique   par  sa  résistance  
à   la compression   à vingt‐huit  (28)  jours  d’âge ; cette résistance   est  mesurée  sur  des  
cylindres  droits  de  révolution   de 200cm²  de  section  (φ= 16cm)  et  ayant  une  hauteur  
double  de  leur diamètre  (H = 32cm)  Pour  des  bétons  d’un  âge « J »  inférieur  à  28 jours,   

FC28 16  20  22  25  30  35  40 


(M Pa) 
7  jours  10,6  13,2  14,6  16,5  19,9  23,2  26,5 

14 jours  13,7  17,9  18,8  21,4  25 ,6  29,9  34,2 

90 jours  17,6  22  24,2  27,5  33  38,5  44 

             Tableau I.1 : Resistance   du  béton  à   7,14  et  90  jours. 

 la  résistance   caractéristique  à  la  compression  est  donnée  par  les formules   suivantes :                        
 = j   / 4,76 + 0,83j            pour    ≤ 40 M Pɑ.                                                                          

= j  / 1,4 + 0,95j                pour  > 40 M Pɑ. 

      Lorsque l’âge du béton dépasse les 28 jours, on peut admettre une résistance au plus 
égale à 1.10  à condition que le béton ne soit pas traité thermiquement.  
 
 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 8 


Chapitre présentation de l’ouvrage
 
Résistance  caractéristique  à  la  traction :

      La   résistance  à  la  traction  du  béton  à  «j»  jours  désigne  par     "  "   est  
déterminer  par  trois  essais : 
‐traction  directe : sur  les cylindres  précédents  en collant des  têtes  de  traction.   
‐Traction  par  fendage : en  écrasant  un  cylindre  de  béton  placé  horizontalement  entre  
les  plateaux  d’une  presse  (essai   Brésilien).   
‐Traction –flexion : à l’aide  d’une  éprouvette  prismatique  de  cote  (a=7cm) et  de  
longueur (4a=28cm) reposant  sur  deux  appuis horizontaux  et  soumise  à  la  flexion. 
   La  résistance  caractéristique  à  la  traction  du  béton  à  «j» jour,  est  déduire  de  celle  à  
la  compression  par  la  relation : 
        =0.6+0.06  avec :   et en   (M Pa). 

eCoefficient de POISSON (υ) :                                                                                                              
Le  coefficient    de « poisson ʋ » est  le  rapport  entre  la  déformation  transversal  et  la  
déformation  longitudinale  . 
   Pour  les pièces courtes sollicitées en flexion simple  (flambement  transversal  « ∆ »   
raccourcissement  longitudinal  ˵∆  ˶), le  coefficient  de  poisson  est  pris  égal à : 
 ʋ=0.2 pour  le  calcul  des déformations (ELS). 
 ʋ=0  pour  le  calcul  des  sollicitations  (ELU).   

FModule  de  déformation  longitudinale : 

Le  module  d’élasticité  «E» est  définit  par  le  rapport :   
é

    Pour  les  projets  courant  on  admet : 
 Le  module  de  déformation  longitudinale  instantanée  (  ) du  béton  pour  les  
charges  à  durée  d’application  courte ,   =  11000 1/3 M Pa. 
 Le module  de  déformation  longitudinale  différée (  ) du béton pour  les  charges  à  
1/3
longue  durée d’application , =3700    M Pa. 

Ou : : représente la résistance caractéristique à la compression  à «j»  jours  exprimée 
en   . 
 
 
 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 9 


Chapitre présentation de l’ouvrage
 
g) Principe  de  calcul  du CBA : 
        Il existe deux états  limites 
 Etat  limite  ultime (ELU) : 
Elle base sur : 
 Equilibre  statique  
 L’ouverture  des  fissures 
  La stabilité  de  forme  
 Etat  limite  de  service (ELS) : 
Elle  base  sur : 
 La  compression  du  béton       
 L’ouverture  des  fissures  
 La  déformation  
H)   Contrainte  de  compression  du  béton   
 Etat  limite  ultime : 
 La  contrainte   ultime  du béton en  compression  ˵  ˶                                                                                   
est  donnée  par  la  formule : 
.
             =     

 Avec : 

  :   Coefficient  de  sécurité, tel que : 
Tell que :                                                                                                                                                               
=1,5   pour  une  combinaison  fondamentale.     

 =1,15   pour  une  combinaison   accidentelle.                                                                
=1    lorsque  la  durée  probable  d’application  des  charges   est                                    
supérieure  à  24  heures  . 
  =0.9    lorsque  cette  durée  est  comprise  entre  1 heure  et  2 heures. 
=0.85   lorsque  cette  durée  est  inferieure  à 1 heures. 
 Etat  limite  de  service :   
    Le  but  rechercher  est  de  limiter  la  formation  de  fissures  parallèles à  la  direction  des   
contraintes  de  compression . 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 10 


Chapitre présentation de l’ouvrage
 
   La contrainte de  compression du  béton à  ELS, symbole (  )  et  donnée  par  la  
formule :       = 0.6          (avec :   et   en  ). 
A  l’état limite  de  service,  doit  être  inférieure  à . 
Pour  notre  cas, =25    , on  obtient :   = 15 . 
 

                                                              
Figure I.1 : diagramme contraintes limite à (E.L.S). 
 
i)     Contrainte ultime de cisaillement : 
     La contrainte ultime de cisaillement est donnée par : 
.
• Fissuration peu nuisible :        =min (    ,5MPa). 

 Fissuration  préjudiciable  ou  très  préjudiciable : 
.
   =min (    ,5MPa). 

 
Les  aciers : 
      L’acier est  un  alliage  fer  plus  carbone  en  faible  pourcentage  , la  teneur  en carbone  
informe  sur  la  dureté  de  l’acier. 
1) Les  aciers  utilisés  dans  notre  ouvrage  sont : 
 Ronds  lisses (RL) :Fe E24 utilisé pour  les  cadres  et  l’étriers  des  poutre  et  des  
poteaux. 

  Aciers   à  haute  adhérence (HA) : Fe E40 ,on les  utilise  pour  les  armatures   
longitudinales  des  poutres, poteaux  ,fondation …etc. 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 11 


Chapitre présentation de l’ouvrage
 
 Treillis  soudés (TS) : 
‐TL 50   ∅  6mm    Fe = 500MPa.                                                                                                         
‐TL 50  ∅  6mm    Fe = 520MPa.  

2) Les limites élastiques : 
 Ronds  lisses  (RL)  Fe  E24 : (Fe =235MPa). 
 Barres à  hauts  adhérence  (HA) : (Fe =400MPa). 
 Treillis  soudés (TS) :(Fe=520MPa). 
3) Module  d’élasticité  du  l’acier : 
    Les  acier  sont  caractérisés  par  le  module  d’élasticité  longitudinale  ,l’expérience  
ont  montré  que  sa  valeurs  est  fixée  quel que  soit  la  nuance  de  l’acier  . 
                       Es=2,1*105MPa. 
4)    Les contraintes limites de calcul : 
a) Les  contraintes  limite  à   l’ELU :  

La  contrainte  de  calcul  à  L’ELU  est : 

                 =                                                                                      


Avec : 

: Contrainte  de  l’acier.                                                                                                                    
Fe : Contrainte  limite d’élasticité garantie  de  l’acier.                                                                                              

: Coefficient  de sécurité.  

Avec :                                                                                                                                                                

=1,5 pour les situations durables. 

   =1 pour les situations accidentelles.                           

  : Allongement ou  raccourcissement de  l’acier.     

  : Allongement  ou raccourcissement  limite.     

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 12 


Chapitre présentation de l’ouvrage
 

            =    

                                                                          

                                                     

                                   Fig. I.2:diagramme contraintes‐déformations.  

b) Les Contrainte  limites à l’ELS : 

Le but recherché est de limiter la probabilité d’ouverture de fissures préjudiciables suivent la 
situation de l’ouvrage, et nuisance de la fissuration. 

‐fissuration  peu préjudiciable (nuisible) : aucune  vérification.  

‐Fissuration préjudiciable :  =  Min ; ɳ MPa. 

‐fissuration  très  préjudiciable : =  Min ; ɳ MPa. 

ɳ :  est  un  coefficient  de  fissuration  vaut  1 pour  les  rond  lisses , et  1.6  pour  les  aciers  
à  haute  adhérence

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 13 


 

                                                                    
 
  
 
 
                                       
   
 
  

   
Chapitre II :pré dimensionnement des éléments structuraux
 

II.1    Introduction : 
      Le pré dimensionnement est une phase de conception et de dimensionnement des 
éléments de la structure qui précède la phase d’exécution qui a pour objet de calculer le 
coffrage des sections en béton des différents éléments structuraux en utilisant les 
règlements RPA 99 et CBA 93 et de justifier la solution d’avant projet donc c’est un ‘’ pré 
calcul ‘’des sections de la structure pour trouver le meilleur compromis entre coût et 
sécurité. Après la détermination des différentes épaisseurs, et surfaces revenant à chaque 
élément porteur on pourra évaluer les charges (poids propres) et surcharges. Une fois les 
sollicitations dans les sections dangereuses déterminées on fera les calculs exacts.                                              
II.2 pré dimensionnement du Planchers:                                                                               
Les planchers sont des plans horizontaux séparant deux étages d'un bâtiment et capables de 
supporter les charges et surcharges afin de les transmettre aux éléments porteurs ; ainsi que 
de remplir la condition d’isolation acoustique et la sécurité d’incendie.                                                                   
II.2.1. Planchers à corps creux :                                                                                                   
Les planchers sont constitués de poutrelles préfabriquées associées aux corps creux avec 
une dalle de compression mince en béton armé. Pour le pré dimensionnement de l’épaisseur  
du plancher, on utilise la formule empirique suivante : 

                           
Avec :                                                                                                                                                                     
L : la portée la plus longue de la poutrelle  mesurée entre nus des appuis. 
 : Hauteur totale du plancher. 
Donc : L=400cm 

D’où alors ⇒                                                                                                                    


⇒16cm 20cm.          On choisi 20cm.
Telle que : d e
d 16cm hauteur de corps creux .
e 4cm hauteur de la dalle de compression, selon le CBA93 article B7.2.2 .
Donc : 20cm.


Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 15 


Chapitre II :pré dimensionnement des éléments structuraux
 

 Conclusion : 
On adoptera un plancher de 20cm d’épaisseur composes d’un corps creux de 16cm et d’une 
dalle de compression de 4cm d’épaisseur 

                                                   Fig..1. schéma  de plancher.   

 Condition  d’isolations  acoustique. 
Pour une bonne isolation acoustique, on doit vérifie la condition suivent :
   16cm  d’où en à   20cm  16cm……………….condition vérifier.  

.2.2.  Plancher à dalle pleine : 
Pour déterminer l’épaisseur de la dalle pleine, il faut tenir compte de ces 
Critères : 
 Critère de résistance : 
On utilise la dalle pleine pour les balcons (dalle reposant sur deux appuis) 

     ≤   ≤          = 400cm.                                                                                                   

Alors  ≤ ≤         ⇒ 11,42    13,33. 

Ou :     : épaisseur de la dalle.  

: Le plus grand porté mesurée entre nu. 
 sécurité  contre  l’incendie : 
= 7cm : pour assurer un coupe‐feu d’une heure. 
= 11cm : pour assurer un coupe‐feu de deux heures. 
 condition d’isolation acoustique :                                                                                       

15 cm.                                                                                                                            
On prend l’épaisseur maximale pour assurer tous les critères alors :        15cm.  

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 16 


Chapitre II :pré dimensionnement des éléments structuraux
 

 .  3. Evaluation des  charges  et sur  charges  d’exploitation : 
      Le  but principal de cette  étape consiste à déterminer les différentes charges  et  
surcharges  qui  ont  une  influence directe sur  notre  structure . 
Elles  seront  déterminées  suivant  le règlement D.T.R.B.C.22.  

. 3.1.   Maçonnerie : 

Fig. . 2. mur double cloison  Fig. . 3. mur simple  cloison 
    
a)    Murs  extérieurs (double  cloison) : 
 Charges permanents des murs extérieurs (double cloison) : 
  Composants  Epaisseur   Poids volumiques      Poids  surfacique  
  (m).       ( /m3)                     ( /m2) 
1)  Enduits en  ciment.   0.02  0.18          0.36 

2)  Brique creuse   0.10  0.90           0.90 


extérieur. 
3)  Brique creuse  0.10  0.90            0.90 
intérieur. 
4)  Enduit en plâtre.   0.01  0.10            0.2 

Total      GT=2.36  /m2. 

 
                 . II. 1Charges permanentes des murs extérieurs   
 
 
 
 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 17 


Chapitre II :pré dimensionnement des éléments structuraux
 

. Murs intérieurs (simple cloison). 
 Charges permanente des murs intérieurs (simple cloison) : 
  Composants  Epaisseur   Poids  volumiques  Poids surfacique  
      (m)        ( /m3)      ( /m2) 
1)  Enduits en  0.01  0.10  0.2 
plâtre.   
2)  Brique creux   0.10  0.90  0.90 

3)  Enduits en  0.01  0.10  0.2 


plâtre.   

Total  GT=1.3 /m3 


 
 Tab II.2 Charges permanentes des murs intérieurs..


Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 18 


Chapitre II :pré dimensionnement des éléments structuraux
 

. 3.2  .les planchers à  corps creux : 
a)   Plancher  terrasse :                 
 charges permanente. 
  Composants   Epaisseurs       Poids volumiques  Poids  surfacique  
     (m)         ( /m3)         ( /m2) 
1.  Gravier roulé  0.04  20  0.9 
          
2.  Etanchéité   0.02  6  0.12 
multicouches   

3.  Papier kraft.  ‐  ‐  0.05 

4  Forme de  0.1  22  2.2 


ponte.  
5.  Film polyâne.   0.04  ‐  0.01 

6.  Liège isolant.   0.01  4  0.16 


7.  Plancher à  0.16+0.04  ‐  2.80 
corps creux. 
8.       Enduit en  0.02  10  0.20 
plâtre.  
Totale   G=6.44  /m2. 

                Tab II‐3 : charge  permanente  du  plancher  corps creux. 
 G Terrasse (corps creux) =6.53KN/m2
 .Surcharge d’exploitation Q=1KN/m2 la terrasse est inaccessible. 
Parce que la terrasse est  Inaccessible (selon DTR BC 2.2 6.2 page 16).   

             
                Fig. II‐4.constituants d’un  plancher terrasse   

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 19 


Chapitre II :pré dimensionnement des éléments structuraux
 

b)  Plancher  courant : 

 charge  permanente : 
  Composants         Epaisseur        Poids volumiques      Poids  surfacique  
     (m)           ( /m3)       ( /m2) 
1.  Carrelage  0.02  22  0.44 

2.  Mortier de pose  0.02  20  0.40 

3.  Lit de sable   0.03  18  0.54 

4.  Plancher corps creux   0.16+0.04  ‐  2.80 

5.  Enduit en plâtre.  0.02  10  0.2 

6.  Les murs simples.  0.10  2  1.30 

  total                                    GT  =  5.68  /m2. 

                           .  .4 Charges permanentes du plancher courant


  
 G Courant (corps creux)=5.68KN/m2.
 Surcharge d’exploitation Q=1.5KN/m2. 
Selon DTR BC 2.2 on a : 
Le plancher courant a usage d’habitation Q = 1.5kN/m2. 
 

                Fig. II‐5.constituants d’un  plancher courant. 
    

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 20 


Chapitre II :pré dimensionnement des éléments structuraux
 

. 3.3 Dalle pleine  (Balcon) : 
a. balcon de la terrasse:  
 Charges permanentes :

composants  Epaisseur  Poids  volumique  Poids  surfacique 


   (m).      ( /m3).       ( /m3). 
1. Gravillon 0.05 18 0.9
roulé
2. Etanchéité 0.02 6 0.12
multicouche.
3. Papier kraft  - - 0.05

4. Forme  de  0.10 22 2.2


ponte. 
5. Film    - - 0.01
6. Liège  0.04 4 0.16

7. Dalle  pleine   0.15 25 3.75

8. Enduit  en  0.02 18 0.36


ciment. 
Total Gt = 7.55   /m2.

                            Tab II‐5 : charge permanente du balcon de la terrasse. 
 G balcon (dalle pleine)=7.55KN/m.
 Surcharge d’exploitation Q=3.5KN/m.

                Fig. II‐6.composant  d’un  balcon de la terrasse. 
            

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 21 


Chapitre II :pré dimensionnement des éléments structuraux
 

b) Balcon de l’Etage :
 Charges permanentes: 
  Composants  Epaisseur   Poids  volumique   Poids   surfacique   
      (m).        ( /m3).        ( /m2). 
1.  Carrelage  0.02  0.22  0.44 

2.  Mortier de pose  0.02  0.20  0.40 

3.  Lit de sable  0.03  0.18  0.54 

4.  Dalle  pleine  0.15  0.25  3.75 

5.  Enduit en  0.02  0.18  0.36 


ciment. 
Total                   Gt= 5.49   /m2.                        

            
              . .6 Charges permanentes due aux balcons d’étage. 
 
 G balcon courent =  5.49KN/m2.
 Surcharge d’exploitation Q = 3.5KN/m2

                Fig. II‐7.composant  d’un  balcon de  l’étage. 

 
 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 22 


Chapitre II :pré dimensionnement des éléments structuraux
 

II‐4.  Les poutres :   
II‐4.1.   Introduction :   
    Ce sont des éléments porteurs horizontaux en béton armé, elles transmettant les charges  
aux poteaux. 
    Le pré  dimensionnement de la section transversale de la poutre est donné comme suit : 
(imposé par RPA99/2003)   

           .                                                                                                                                                   

L : la plus grande portée mesurée  à nu d’appuis. 
 vérification selon RPA99 : 
      Pour la zone III  (zone de forte sismicité) ; les règles parasismiques algérienne 
(RPA99/2003) les dimensions des poutres doivent respecter les conditions ci‐dessous : 
‐ 20cm. 
‐ 30cm. 
‐   / 4. 
‐ max  1.5h+b1     avec        (b1/2 ; h1/2). 
 vérification  de la flèche : 
‐ Si   L ≤ 5m =>  f ≤ . 

 ‐    Si    L > 5m   => f ≤ +0 ,05. 

‐Pour les éléments en console : 

‐  Si L   ≤  2m    =>    f  ≤  

II‐4.2. Pré dimensionnement des poutres : 
 1) pré dimensionnements des poutres principales : 
On a:  = 4,00m=400cm. 

Donc :     ≤   ≤      =>    26.67 40. 

On  choisir   h=35cm. 
Et  0.3h  b    0.7h     ⇒    10.5 ≤  b  ≤  24.5  => b=30cm. 
 
 
 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 23 


Chapitre II :pré dimensionnement des éléments structuraux
 

 vérification selon RPA99/2003 : 
On a b = 30   20cm ………………………………… condition vérifié. 
h=   35   30cm ……………………………………….. condition vérifié. 
/ =1.16   4 …………………………………….......condition vérifié. 
 Max = 30cm <1.5h+b1=82.5 . 
*toutes les conditions du RPA 99/2003sont satisfaisantes. 

2) pré dimensionnements  des  poutres  secondaires : 
On a:  = 4.0m = 400cm. 

Donc :     ≤   ≤     =>    26.67 40.                                                                                              

On  choisir   h=30cm. 
Et : 0.3h    0.7h.     
Donc : 0.3 (35) ≤  b ≤ 0.7 (35)   => 10.5 24.5                                                                                                  
On  choisir   b=30cm.    
 vérification selon RPA99/2003 : 
On a b = 30 > 20cm ………………………………...condition vérifié. 
h=   30   30cm ………………………………………. condition vérifié. 
/ =1   4 ………………………………………………. condition vérifié. 
 Max = 30cm <1.5h+b1=82.5  
II.5.  Pré dimensionnement des poteaux : 
      Les poteaux sont près dimensionnés en compression simple en choisissant les poteaux 
les plus sollicités de la structure. C'est‐à‐dire, un poteau central, un poteau de rive et un 
poteau d’angle. Chaque type de poteau est affecté de la surface du plancher chargé lui 
revenant, et on utilisera un calcul basé sur la descente de charge. On appliquera la loi de 
dégression des charges d’exploitation.  
 Etapes de pré dimensionnement (calcul) :  
 Choix du poteau le plus sollicité ;  
 Calcul de la surface reprise par le poteau ;  
 Détermination des charges permanentes et d’exploitation revenant à ce poteau.                                           
‐  Les dimensions de la section transversale des poteaux doivent répondre aux conditions 
du RPA.99 version 2003 : ►► [Art 7.4.1]. 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 24 


Chapitre II :pré dimensionnement des éléments structuraux
 
‐ Pour les poteaux rectangulaires (carrés).  
‐  Min , 30 . 
 ‐ , ⁄20.  

 ‐ 4. 

‐ Pour des poteaux voisins de rive, on majore la charge  de 10% : 

  N α A  …… (CBA93 [B.8.4.1]). 
.

Avec :                                                                                                                                                    
:effort normal admissible a l’ELU. 
A : section d’acier comprimée pris en compte dans le calcul : 

              A =  

 : Section réduire du poteau obtenu En déduisent de sa section réelle  1cm  D’épaisseur 
sur tout son périphérique :                                 
      ∗ . 
 : Coefficient réducteur tenant compte de la stabilité  ).                                   
 On a : 
.
       Pour     λ . 
.

       0.6         Pour      λ . 

  / ; /√    (Section    ). 
Ou :                                                                                                                                                                                        
i : rayon de giration. 
 : L’élancement géométrique. 
 : Longueur de flambement. 
=1.5 et  =1.15 : coefficients de sécurité du béton et de l’acier. 
    Coefficients de résistance caractéristiques du béton et de l’acier. 
 
                                                 
 
 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 25 


Chapitre II :pré dimensionnement des éléments structuraux
 

 
 
                         
                                                         
 
 
 
 
 
                                        Fig. II‐8 : section réduite du poteau 
 
 descente de charges :                                                                                                                       
On calcule les charges permanentes et les charges d’exploitation reprises par un poteau 
Intermédiaire le plus sollicite, a chaque niveau avec un tableau (Excel), ce qui permet De 
pouvoir modifier les dimensions du poteau étudie s’il est insuffisant ou surabondant. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 26 


Chapitre II :pré dimensionnement des éléments structuraux
 

II.5.1)   Choix du poteau le plus sollicité :                                                                                            
le poteau le plus solidité est : 
 
                                                    
 

                                                                                                 0.75 
 
             Pp (30x35)                                                        pp (30x35)
                                                                                                             2.9 
 
                                                                                                2.15 
                                                   
                  2. 15                                       2. 15 
                                                  4.30 
 
Fig. II-9 : le poteau le plus sollicité.
 
On  adopte la section de poteau de (30x30) pour  le  RDC   et  1ére étage.           
II.5.2)  calcul  la  Surface du plancher revenant au poteau le plus sollicité :
 La Surface total :
St= (2.15+2.15)*(2.15+0.75) =12.75                                                                                       
St=12.75m2. 
 La surface partielle :                                                                                                                 
= (4.30‐0.30)*(2.9‐0.30)=10.4m2. 
=10.4m2. 

 
 
 
 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 27 


Chapitre II :pré dimensionnement des éléments structuraux
 

 II.5.3)  Détermination  des  charges permanente et  surcharges d’exploitation. 
  Niveau 1ére étage : 
 Poids de plancher :                                                                         
  10.4x6.44=66.976kn. 

 Poids propre des poutres : 
  ‐    Poutres principales : = 0.3x0.35x25x (2+2)=10.5kn.   
  ‐     Poutre secondaire : =0.3x0.3x25x (2+0.6)=5.85kn. 

 Poids propre  de  poteau : 
        =0.30x0.30x25x3.06=6.885kn. 
       66+976+10.5+5.85+6.885              =90.211 . 
        Qt=1x12.75                                              Qt =12.75kn. 
 RDC: 
 Poids de plancher :                                                                         
  10.4x5.68=59.072kn. 

 Poids propre des poutres : 
  ‐    Poutres principales : = 0.3x0.35x25x (2+2)=10.5kn.   
  ‐     Poutre secondaire : =0.3x0.3x25x (2+0.6)=5.85kn. 

 Poids propre  de  poteau : 
        =0.30x0.30x25x3.06=6.885kn. 
       . . 
        Q=1.5x12.75=19.125kn       ⇒  Qt=31.875kn. 
                                                         ⇒ 172.49kn.




 
 
 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 28 


Chapitre II :pré dimensionnement des éléments structuraux
 

 Charge permanente : 
Niveaux  Hauteur   G  G  G  G  G  G 
d’étage  plancher  poutre  poutre  poteau  niveau  cumulé 
(m)     p )  s )  ( )  ( )  ( ). 
1éreétage   3.06  66.98  10.5  5.85  6.87  90.20  90.20 
RDC  3.06  59.07  10.5  5.85  6.87  82.29  172.49 
              
                      Tableau  .7. Détermination des charges permanentes. 
 
 Charges d’exploitation (DTR B.C.2.2) : 
 Loi de dégression :
La loi de dégression des charges s’applique aux bâtiments à grand nombre de niveaux, où
les occupations des divers niveaux, peuvent être considérées comme indépendantes. Les
niveaux occupés par des locaux industriels où commerciaux, ne sont pas comptés dans le
nombre d’étages intervenant dans la loi de dégression, les charges sur ces planchers sont
prises sans abattement.
Le nombre minimum de niveaux pour tenir compte de la loi de dégression est de (05). 
                  ∑  =  +  ∑  

Le coefficient étant valable pour n ≥ 5.

Cette équation est donnée par « DTR C2.2 ».


Avec :
Q : Charge d’exploitation.
n: Nombre d’étage.
Q0 : La structure d’exploitation sur la terrasse. 
Q1, Q2,……, Q n : Les surcharges d’exploitation des planchers respectifs
Les surcharges des planchers sont différentes  
1ére Étage :   Q0 
RDC :        Q1 =  Q1 + Q0. 
 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 29 


Chapitre II :pré dimensionnement des éléments structuraux
 

 Application numérique : 
 1ére Étage :   Q0 = Q terrasse* S =1*12.75=12.75kn/m2.                                                                           
RDC :             Q1=Q Courant* S =1,5*12.75=19.13KN/m2.                                                             
Q0=12.75.                                                                                                                                               
Q1=Q0+Q1=31.88. 

Niveau  1ére étage  RDC 


Q(KN)  12.75  31.88 
                          
                          Tableau  .8 détermination des charges d’exploitations. 
II.5.4)   Calcul des efforts normaux ultime et résistants et vérification : 
     Notre bâtiment comporte des traves solidaires supportées par deux files des poteaux de 
rive et plusieurs files de poteaux intermédiaires, donc l’effort doit  Être  majoré  de  (10%)  
pour    N ultime= 1.35 G + 1.5Q       et      N ultime = 1,1 N ultime. 
 

Niveaux  G en ( )  Q ( )  N ultime ( )  1.1Nultime ( ) 


1ére étage  90.21  12.75  140.91  154.99 
RDC  82.31  31.88  158.93  174.83 
                          
                                 Tab II.9 calcul L’efforts normaux ultime. 
L'effort normal ultime Nu, agissant sur le poteau doit satisfaire l'inégalité suivante 
 

Niveau  Dimension    de  L0 (m)  =0.7 L0  i(m) 


λ=  
poteau     (m) 
1ére étage  (30x30)  3.06  2.142  0.086  24.733  0.772 
RDC  (30x30)  3.06  2.142  0.086  24.733  0.772 
                                   
            Tab II.10. Calcul l’effort normal admissible NU ( ).
 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 30 


Chapitre II :pré dimensionnement des éléments structuraux
 

Calcul l’effort normaux admissibles NU (a dm) : 
Niveau  Section  A=  (cm2)  (m)   
carré (cm2)  (cm2)  en ( ). 
1ére étage  (30x30)  0.90  2.142  0.772  784  11449.97

RDC  (30x30)  0.90  2.142  0.772  784  1144.965


 
                         Tab II.11 Calcul l’effort normal admissible NU ( ). 
II.5.5)   Vérification du chois des sections des poteaux : 
Nivea  Dim poteau  1.1  en  1.1  en  1.1
( ).  ( ).  . 

1ére étage  (30x30)  154,99  11449.965  Vérifiée 

RDC  (30x30)  174.83  11449.965  Vérifiée 


                      
                        Tab II.12 Vérification du chois des sections des poteaux.
II-5-6. Vérification vis à vis du RPA99 :
RDC :
On doit vérifier les conditions suivantes :
‐Min (30, 30) =30cm ≥ 30cm       (en zone III)……………. …….condition vérifiée. 
‐Min (30, 30) =30  ≥ 306/20 = 15.3cm……………………………..condition vérifiée. 
‐1/4 < 30/30=1 < 4………………………………………………………….. Condition vérifiée. 
Donc pour le poteau carré (30x30) cm on a : 
Min (30,30) =30cm≥ 30cm……………………………………………… condition vérifiée. 
Min (30,30) =30cm ≥ 306/20=15,3………………………………….. condition vérifiée. 
1/4 < 30/30=1 <4 ……………………………………………………………. condition vérifiée. 
Conclusion : 
 Toutes les sections des poteaux sont satisfaites aux  conditions de RPA99/2003. 
On adopte la section des poteaux (b x h) = (30 x 30) cm2  pour RDC 1ére étage.

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 31 


Chapitre III : Calcul des éléments secondaires.
 
III.1)  Introduction:                                                                                                                    
      Les éléments non structuraux sont les éléments qui n’ont pas une fonction porteuse ou 
de contreventement. Ce sont des éléments en maçonnerie comme les cloisons et les murs 
de façade. Le calcul des éléments secondaires se fait généralement sous l’action des charges 
permanentes et des surcharges d’exploitation. Cependant, certains doivent être vérifies sous 
l’action de la charge sismique (la composante verticale ou horizontale) comme ils doivent 
répondre aux dispositions constructives de la réglementation  parasismique. 
 
III.2). L’ACROTERE:
L’acrotère à considéré comme étant une console encastrée au plancher terrasse, il est
soumis à son poids propre et une surcharge de 1 /m due à la main courante.
Le calcul se fait par une bande de 1ml. 
L’acrotère est assimile a une console encastrée dans le plancher terrasse cette
Dernière est sollicitée par deux efforts importants :
Effort vertical dû à son poids propre.
Effort horizontal dû à la main courante créant un moment fléchissant à L’encastrement.
Le calcul se fera au niveau de la section dangereuse, celle de l’encastrement, a
La flexion composée par un mètre linéaire de l’acrotère  

 
                              Fig. III.1 :L'acrotère. 
     

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 33 


Chapitre III : Calcul des éléments secondaires.
 
III.2.1)   Evaluation des charges et surcharges :
 Surface : 
S= (0.6x0.1) + (0,15x 0, 07) + (0.15 x 0.03)/2= 0.07275m2.
Poids propre de l’acrotère :
G=S x =0.07275x25=1.8187kn/ml → G=1.8187kn/ml.
Q : effort de la main courante. D’où Q= 1KN/ml
III.2.2) Détermination des efforts :
a. à l’état limite ultime de résistance (ELUR) :
Effort normal de compression Nu =1,35.G = 2,4552KN
Moment fléchissant Mu = 1,5.Q .h = 0,9KN.m
Effort tranchant Vu=1.5Xq=1.5KN. 
b. à l’état limite de service (ELS) :
Effort normal de compression Ns = G = 1,8187KN
Moment fléchissant Ms = Q x h = 0,6KN.m
Effort tranchant Vs = Q = 1KN
III.2.3)   Calcul de la section d’armatures : 
a) à ELUR :
b=100cm h=10cm d=7cm c =3cm
Acier FeE400
Fissuration préjudiciable.
fc28=25MPa

7 cm
10 cm
3 cm
100

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 34 


Chapitre III : Calcul des éléments secondaires.
 
Calcul de l’excentricité :
e = (e .
e1 : excentricité du 1ere ordre.
e2 : excentricité du 2eme ordre due au flambement.
: Excentricité additionnelle.
Avec :
.
= = = 36.65cm.
.

= max (2cm ; 0.24 ) =2cm.

: prend en compte si :
.
Max (15 ; ) = max (15 ; =12.21)=15.

=2 x h =2 x 60 = 120cm.

= =12 15 ……................condition vérifie.



Donc :    =   (2+ . . 

Avec : 

    =    et =2

   =   (2 + 2 = 0.216cm .

36.65 + 2 + 0.216 = 38.866cm.

= 38.866 – c = 2cm.

Donc la section est partiellement comprimée, on calcul la section d’armature


Réelle en flexion composée :
= x .
Avec : 

      = e +  – c = 38.866 +    ‐ 3 = 40.866cm.                                                                                             
=    X   = 2.4552 x 40.866 x 102 =1.003kn.m 
.
     =    =     = 0.018. 
.

              =0.018  = 0.392  →  Ả = 0.                                                                                                    


(Armature   é   non  nécessaires).  

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 35 


Chapitre III : Calcul des éléments secondaires.
 

   =  0.5 +    =0.991                                                                                                                          

  =    = 348MPa.                                                                                                                                  

.
=   = =  0.415cm2. 
.

 La section réelle d’acier en flexion composée :
.
A =  ‐    =0.415 ‐    = 0.344cm2. 

 Condition de non fragilité : 
  = 0.23 x b x d x    = 0.724cm2. 

A = max ( ;   )  =     =0.724cm2.                                                                       


: A =4 ф 6 = 1.13cm2. 

  ’ t:
min (3h;33) =33cm St = 25cm.
 Armature de répartition :
.
= = =0.282cm2. 

  :      =4 ф 6 = 1.13cm2. 
 L’espacement : 
≤   (4h; 45) = 40cm.
On prend : =30cm.
b) Vérification de l’effort tranchant :
.
    =   = =0.021kn. 

La fissuration de l’acrotère est considérée préjudiciable parce qu’elle est 
Exposée aux intempéries. 
Fissuration préjudiciable      →   d’après  BAEL  99  on a : 

 = min (0.15 x     =2.5 ; 4MPa.)= 2.5MPa. 

 = 0,021MPa   =2.5MPa. …………………………………………………………condition vérifier.  
 
 
 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 36 


Chapitre III : Calcul des éléments secondaires.
 
 Armature transversales : 
Dans le cas des éléments minces, on ne dispose pas d’armature transversale
Si la condition suivante est vérifiée.
0.021   x  = 1.25MPa. ………………………………………..condition vérifier.
Donc les armatures transversales ne sont pas nécessaires.
c)   Etat limite de service : 
C‐1   Position de l’axe neutre : 
.
 =  = = 32.99c m. 
.

   =32.99c m     ‐ c =2cm. 

Donc  la section est partiellement comprimée.


= + c.
Avec
: Distance de l’axe neutre ou centre de pression.
C : distance de centre de pression à la fibre la plus comprimée.
= + q = 0.

C= - = - 32.99 cm.

Avec :
.
P= 3 + 90 ( ) = 3.(-27.99)2 +90 x 1.13 ( ).

P =-2314.735.
.
q = -2 -90 = -2 (-27.99)3 -90 x 1.13 .

q = 42611.86
On  ressoude   l’équation du troisième  degré :
= - 2314.735 + 42611.86 = 0.
On calculés :
.
∆ = q2 +   42611,862 +    . 

∆ = 2.16 x 10 0.
∆ 0→

.
= Arc ( x ) = Arc ( x ).
. .

= 173, 77

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 37 


Chapitre III : Calcul des éléments secondaires.
 

– .
a = 2.    = 2.   = 55.554.  

3. Solutions: 
.
= a cos ) = 55.554 x cos = 29.50 cm.

.
= a cos 120 ) = 55.554 x cos 120 = 55.51 cm.

.
= a cos 240 ) = 55.554 x cos 240 =26.01 cm.

= + C = 29, 50 - 27, 99 = 1,51cm.


= + C = 26, 01 - 27, 99 = -1,98cm.
Il faut que :

Donc : = = 1,51 cm
= 29,50 cm.
III.2.4)   Calcul des contraintes : 
 Moment d’inertie :
On calcul le moment d’inertie de la section homogène réduite :
D’après BAEL 99 page 178 on a :
.
I= + 15 (d - )2= + 15 x 1.13(7- 1.51)2.

I =625.64cm2.

 Le coefficient angulaire des contraintes : 
,
K =   =  .29.25=0.085kn/cm3.  
,

 Etat limite de compression du béton :


σ = K x     = 0.085 x 1.51 x 10= 1.283MPa. 
      ‐  = 0.6 x   =15 . 
      ‐ σ  = 1.283MPa = 15 ………………………………………………....condition vérifiée. 
 Etat limite d’ouverture des fissures :
 = 15 k (d ‐   ) = 15 x 0.085 (7‐151) .10 = 69.99MPa. 

        =    ; max (0,5.  ; 110 ɳ ) }. 

        =   [266.66MPa; max (200;201,63 )] = 200MPa. 


        = 69,99MPa =200MPa……………………………………………………..condition vérifiée. 
Donc les armatures calculées à L’ELUR sont convenables. 
 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 38 


Chapitre III : Calcul des éléments secondaires.
 
III.2.5) Vérification au séisme :
Selon RPA 99(Art 6-2-3 page 45) les éléments non structuraux et les
Équipements ancrés à la structure, sujets à des forces horizontales donnée par
La formule suivant :
= 4.A. . .
A : coefficient d’accélération de zone obtenue dans le tableau de page 13
RPA 2003.
Groupe 2 A= 0.25
Zone III
Cp : Facteur de force horizontale pour l’élément secondaire obtenu par RPA
99 (page 45 tableau 6-1) Cp = 0,8
: Poids de l’élément pour une bande de 1m =1,8187KN/ml.
F KN m p 40,250,81,8187 1,455 /
La condition pour que l’acrotère puisse résister a cette force est :
=1,455KN/ml ≤ 1,5.Q =1,5KN/ml……………………………………condition vérifier.
Donc l’acrotère peut résister a la force sismique Fp.

Fig. III.2: schéma de ferraillage de l’acrotère.

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 39 


Chapitre III : Calcul des éléments secondaires.
 

N.B :
Puisque la force FP peut changer leur sens, donc l’acrotère sera ferraille.
Symétriquement.
III.3) Balcon :
III.3-1 Introduction :
Le balcon est un élément décoratif dans les bâtiments à usage d’habitation, il
Est constitue de dalle pleine encrée dans les poutres longitudinales, sous l’effet
D’une sollicitation du 1 ère genre en travaillant à la flexion simple.
Dans ce projet on a deux types de balcon.
1ére type : ce type est encastré de 3 coté. 
III.3.2) Calcul est vérification :

                                      

   100                                                                                         


L x  430cm 
                                                                                                         = 
                                                                                                                                                                                                                     
 

                           Fig. III. 3. : schéma du balcon à étudier.

.
= = =0.232 0.4
.

Donc on la dalle (balcon) travaille dans un seul sens.


 Epaisseur de la dalle :  
Epaisseur de la dalle est donnée par la formule suivante     

     Donnée par le tableau suivant :  


   
                    

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 40 


Chapitre III : Calcul des éléments secondaires.
 

Dalle (dans 1 sens) Dalle (dans 2 sens)


Simple Continue Simple Continue
M 25 35 30 40 30 40 35 45

Dalle simple (travaille dans les 1 sens) ⇒ m 25 35


⇒ 2.85 h ≤ 4 Pratiquement on prend : e = h =15.

III.3.3- Evaluation des charges et surcharges : 
1)  Charge permanente :

Carrelage (e = 2cm) 0.02 x 22 = 0.44 /m2.

Mortier de pose (e = 3 cm) 0.03 x 20 = 0.60 /m2.

Poids propre de la dalle (e = 12 cm) 0.12 x 25 =3.00 /m2.

Enduit de ciment (e = 2cm) 0.02 x 18 = 0.36 /m2.

= 4.40 /m2.
 

2) Charge concentrique de garde corps : on prend Q balcon = 3,5  /ml.

Poids du mur (brique creuse e=10cm) 0.1 x 9 = 0.9 /m2.

Enduit en ciment (e 2x2) cm 0.04 x 18 =0.72 /m2

G2 = 1.62 /m2.

 
 
 
 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 41 


Chapitre III : Calcul des éléments secondaires.
 
3) Surcharge d’exploitation :
on prend Q balcon = 3,5KN/m2. 
Pour une bande de 1m de largeur on a : 
III.3.4- calcul les sollicitations.
 à ELUR :
Pu = 1.35G + 1.5Q = (1.35 x 4.40) + (1.5 x 3.5) =11.19KN/ml.
 À ELS :
Ps = G + Q = 4.40 + 3.5 = 7.9 KN/ml. G2
M0 = Q m x G1

M0 = 1 × 0,9 = 0,9 . Q
 Calcul du moment fléchissant : 1,00m
Mu = -((Pu x L2) /2 + 1.35 x G2 X L + 1.5 X M0)  
. .
Mu = + 1.35 x 1.62 x 1.00 + 1.5 x 0.9) = - 9.132 .

 Effort tranchant :
Vu = pu × L +1,35 × G2. 
Vu = 11,19 ×1,00 + 1,35 × 1,62 = 13,377KN. 
III.3.4- Ferraillage du balcon à ELUR :
b = 100 cm d =10 cm M u = - 9.132 .
,
= = = 0.064
,

μ = 0,064 < = 0,392 A= 0, ’ è BAL 91


√ .
= 0.5 +  = 0.5 + = 0.466
.
A=- = = 5.63 cm2.
.

 Condition de non fragilité :


. . .
A 1.20 5.63

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 42 


Chapitre III : Calcul des éléments secondaires.
 
Donc on prend:
A = max (Amin ; A) = A =5,63cm2.
Choix : soit 4T14= 6.15cm2
Donc la section choisie est convenable et acceptable
min (3.h, 33cm) = 33cm.
Choix : soit e = 12cm.
 Armatures de répartitions :
.
Ar    = 1.53cm2. 

On prend : Ar = 4T10= 3,14cm2. 
 L’espacement :
min (4.h, 45 cm) = 45 cm.
On prend : e = 25 cm.
III.3.5‐  Vérification de l’effort tranchant :
Vu = 13.377KN.
.
= = 0.1337MPa.


=min 0.20 ; 5MPa = 3.33MPa.

=0.133 = 0.33MPa……….condition vérifiée.


=0.133 0.5 x = 1.25MPa……..condition vérifiée.
Donc pas d’armatures transversales.
III.3.5‐   Vérification à l’état limite de service (l’E L S) : 

MS = (    +   x   L +    ). 
. .
MS = ‐ (    +1.62  x 1.0 + 0.9) = 6.47  .  

Position de l’axe neutre :


.
D 15 x = 15 x = 0,922 cm.

E = 2 .D. d = 2×0,922×10 = 18,44cm2.


= -D + √ =-0.922+ √0.922 18.44 = 3,470 cm.
Moment d’inertie :

= + 15A ( = 3.47 15 6.15 (10- 3.47)2 =5326.35cm4.
.
= = = 1.214MPa / cm.
,

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 43 


Chapitre III : Calcul des éléments secondaires.
 
Etat limite de compression du béton :
= . = 1,21. 3,47 = 4.19 .
= 0.6 x = 0.6 x 25 = 15MPa.
4.19MPa  5 ……………………………………..condition vérifié.
Etat limite d’ouverture des fissures :
= 15 ( ) = 15 x 1.21 (10 – 3,47) = 118.51MPa.
Fissuration-préjudiciable.
= min { ; 110 ɳ } = min (266,66MPa ; 201.63MPa) = 201.63MPa.

= 201.63MPa.
= 118.51MPa = 201.63MPa……………………………….condition vérifier.
Donc les armatures calculées à ELUR convenables.
Etat limite de déformation :
, .
= = 0,12 = = 0.037………………………………..condition vérifiée.
,
,
= = 0,00615 =0,005……………………………………..condition vérifiée.

Puisque les deux conditions sont vérifiées donc le calcul de la flèche n’est pas Nécessaire.

 Schéma de ferraillage :

4T14/ e = 12 cm

3cm

10 cm
= 100 cm 4T12 / e =25 cm

Fig. III ‐4  Ferraillage  du balcon. 

 
 
 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 44 


Chapitre III : Calcul des éléments secondaires.
 
III.4‐   Escalier :
III.4.1‐  introduction :
L’escalier est un composant important puisqu’il permet de monter ou de
Descendre afin de changer de niveau, il est d’un ensemble de marches ou de
Degrés, conçu de manière à être parcouru par les utilisateurs avec un minime
D’effort et un maximum de sécurité, l’escalier peut être considéré comme
Purement fonctionnel ; il ne joue qu’un rôle de service ou de sécurité dans un
Bâtiments. Elle composées par des éléments suivant.
‐ La volée : C’est la partie d’escalier comportant une suite ininterrompue de marches égales 
et située entre deux paliers successifs, une volée ne doit pas comporter plus de 20 à 22 
marches et moins de 3 marches.                                                                                                                                        
‐ Le palier : C’est la partie horizontale d’un escalier, arrêtant la suite des marches au droit 
d’un étage, ou entre les étages, pour assurer l’accès {chaque niveau intermédiaire (palier 
d’arrivée ou palier intermédiaire).                                                                                                                             
‐ La paillasse : C’est la dalle en pente supportant les marches d’une volée.                                            
‐ Le jour : C’est la largeur en plan du vide entre deux volées parallèles.                                                 
‐ La marche : C’est la surface délimitée par la foulée et l’emmarchement.                                         
‐ La contre marche : C’est la partie verticale prenant place entre deux marches. ‐
L’emmarchement : C’est la largeur utile d’une volée, elle est fonction de la destination de 
l’escalier.       
Le collet : C’est le nom donné au bord limitant l’escalier du coté jour
- La foulée : C’est la distance horizontale comprise entre chaque contre marche.
 
 
 
 
 
 
 
 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 45 


Chapitre III : Calcul des éléments secondaires.
 
III.4.2‐ dimensionnement

Fig III.5   Modalisation d’escalier.

 : Hauteur de la marche.                                                                                                                         
 : Largeur de la marche.                                                                                                                                       
L : Longueur horizontale de la paillasse.                                                                                                         
H : Hauteur verticale de la paillasse.

1.53m

1.20 m 2.40 m 1.20m

                          Figure. III‐ 6  modélisation de 1ére volée. 
  
 
 
 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 46 


Chapitre III : Calcul des éléments secondaires.
 
Pour les dimensions des marches "g" et les contres marches "h" on utilise généralement la 
formule de  BLONDEL » suivent      59 cm ≤g +2h ≤64 cm                                                                    
Il porte un palier et une paillasse.    
 = H/n      et     g = L/n‐1   
Avec : 
 : Nombre de contre marche.                                                                                                        
     X= g+2h → 2H (n – 1) + = x n (n‐1)                                                                                                               
on pose:         x n2 – (X+2H+L) n +2 H = 0 …………. (*)                                                                                                      
Pour la formule général (*) 59≤ g+2h≤64                                                                                                
on prend:      g+2h =64.     H =1.53 m,   L = 2.40m,    X=64cm 
64n2– 674 n + 340 =0  
Après la résolution on trouve:      n = 9                                                                                                                         
On adopte :                                                                                                                                              
Nombre de Contre marche.    h = 9                                                                                                           
Nombre de Marche  g=8                                                                                                                                                
h = H/n = 153/9 =17cm.                                                                                                                                                    
 = L / (n‐1) = 240 / 8= 30cm. 
Vérification de la formule de blondel :                                                                                                      
g+2h  = 30 + 17 *2 = 64 ≤64………………………………..condition vérifiée.                                                                         
Vérification d`inclinaison α :                                                                                                                                 
Tg α = H/L =153/240= 0.6375 → α = 32.52°                                                                                          
Longueur de la paillasse e2 : 

 L total =  153 240   +120 +100  = 504.62cm. 


Dans le cas d’une dalle portant sur deux côtés, on a :  
 / 35 ≤   ≤ L / 30                     14.41 ≤   ≤ 16.82cm.  
On adopter:  = 15 cm  
 
 
 
 
 
 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 47 


Chapitre III : Calcul des éléments secondaires.
 
III.4.3- Evaluation des charges et surcharges :
1- Charge permanente :
1-1 Le palier :
Composants Epaisseur Poids volumique Poids surfacique
(m) (KN/m3) (KN/m2)
1 Carrelage grés 0.02 22 0.44
céramique.
2 Mortier de pose 0.02 20 0.40

3 Lit de ciment 0.03 18 0.54


4 Dalle en béton armé 0.15 25 3.75 
5 Enduit en ciment 0.02 18 0.36

Charge permanent 5.49

Tab III-1 : évaluation de charge permanente de palier de l’escalier. 


Le tableau ci-dessous représente la charge permanente de paillasse de l’escalier :
 
Composants Epaisseur Poids volumique Poids surfacique
(m) (KN/m3) (KN/m2)
1 Carrelage grés 0.02 22 0.44
céramique.
2 Mortier de pose 0.02 20 0.40

3 Lit de ciment 0.03 18 0.54

4 Marche 0.17/2 22 1.87

5 Paillasse 0.15/cos 25 4.44

6 Enduit en ciment 0.02 18 0.36

Charge permanent 8.05

 
               Tab III‐2 : évaluation de charge permanente de paillasse de l’escalier. 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 48 


Chapitre III : Calcul des éléments secondaires.
 
 La charge permanente de palée G=5.49KN/m2
 La charge permanente de paillasse G=8.05KN/m2
 La charge d’exploitation de tout l’escalier Q=2.5KN/m2.

III.4.4‐ Détermination des efforts :


A l'E.L.U: Pu =1.35 G + 1.5 Q
A l’E.L.S : P se =G+Q

G (KN/m2) Q (KN/m2) PU (KN/m2) P se r (KN/m2)

Palier 5.49 2.5 11.16 7.99


Paillasse 8.05 2.5 14.61 10.55

                                             Tab III‐3 : détermination des efforts. 
 

Schéma statique :

14.61
11.16

A B
C

RA 2.40 1.20 RB

Figure III .7.  Sollicitation de l’escalier à ELU. 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 49 


Chapitre III : Calcul des éléments secondaires.
 
A L'E.L.U:  
 Les réactions d’appuis : 
Conditions d'équilibre:   ∑  0 
 +   – (14.61 *2.40) – (11.16 * 1.20) = 0 
 +   = 48.456 KN. 
∑ / =0
*3.60 – 14.61*2.40*(2.40/2) – 11.16*1.20*(2.40 + 1.20/2).
= 22.84 KN.
= 25.60KN
 Tronçon AC (0 ≤ x ≤ 2.40) 
 Efforts tranchant   
∑ /  = 0 
T(x) – 25.60+ 14.61*X = 0. 
 T(x) = 25.60 ‐ 14.61X  
  T(0) =25.60KN. 
  T (2.40) = ‐ 9.46KN. 

 Moment fléchissant  
∑ /  = 0 
 M(x)  – 25.60*X  + 14.61*X *(X/2) 
M(x)  = 25.60*X – 14.61 * X2/2. 
    M(0) = 0KN.m                                                                                                                                                                    
M (2.40) =19.36KN.m
 Tronçon  C B (2.40 ≤ x ≤ 3.60) : 
 Efforts tranchant   
∑ /  = 0 
T(x) – 25.60+ 14.61*2.40 + 11.16*(X – 2.40)  = 0. 
 T(x) = ‐ 9.46 – 11.16 (X – 2.40) 
      T (2.40) = ‐ 9.46KN.  
 T (3.60) = ‐ 22.85 KN.
 
 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 50 


Chapitre III : Calcul des éléments secondaires.
 

 Moment fléchissant 
∑ /  = 0 
M(x) – 25.60*X  + 14.61* 2.40(X – 1.2) + 11.16(X – 2.40) ((X – 2.40)/2)  
M(x) = 25.60X – 35.064(X – 1.2) – 11.16*[(X – 2.40)2/2]. 
   M (2.40) =  19.36KN
      M (3.60)  = 0KN
A L'E.L.S:  
 Les réactions d’appuis : 
Conditions d'équilibre: 
∑  0
 +   – (10.55 *2.40) – (7.99 * 1.20) = 0 
 +   = 34.908 KN. 
∑ / =0
*3.60 – 10.55*2.40*(2.40/2) – 7.99*1.20*(2.40 + 1.20/2).
= 16.43 KN.
= 18.478KN
 Tronçon AC (0 ≤ x ≤ 2.40) 
 Efforts tranchant   
∑ /  = 0 
T(x) – 18.47+ 10.55*X = 0. 
 T(x) = 18.47 – 10.55X  
 T(0) =18.47KN. 
 T (2.40) = ‐ 6.85KN. 

 Moment fléchissant    
∑ /  = 0. 
 M(x) – 18.47*X + 10.55*X *(X/2) 
M(x) = 18.47*X – 10.55 * X2/2. 
     M (0) = 0KN.m.                                                                                                                                                          
M (2.40) =13.944KN.m
 
 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 51 


Chapitre III : Calcul des éléments secondaires.
 
 Tronçon  C B (2.40 ≤ x ≤ 3.60) : 
 Efforts tranchant   
∑ /  = 0 
T(x) – 18.47+ 10.55*2.40 + 7.99*(X – 2.40)  = 0. 
 T(x) = ‐ 6.85 – 7.99 (X – 2.40) 
     T (2.40) = ‐ 6.85KN.    
 T (3.60) = ‐ 16.43 KN.

 Moment fléchissant 
∑ /  = 0 
M(x) – 18.478*X + 10.55* 2.40(X – 1.2) + 7.99(X – 2.40) ((X – 2.40)/2)  
M(x) = 18.478X – 25.32(X – 1.2) – 7.99*[(X – 2.40)2/2]. 
     M (2.40) = 13.94KN 
M (3.60) = 0KN 
Apres un calcul d’RDM, on trouve les résultats  représentes dans le diagramme 
Suivent :               
 
     

M 0
= 19.36KN.
                                                                                        
  
                                                                        19.36 
Figure III.8. Diagramme du moment fléchissant.      
                                                        
 
 
 
 
 
 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 52 


Chapitre III : Calcul des éléments secondaires.
 
                                                                                 

25.60
T

-22.85

= 25.60KN.m figure III.9 diagramme des efforts tranchants.   


                                                     

 Moment sur appui :      0,3M0= 5.808KN.m                           

 Moment sur travée :      0,80M0= 15.488KN.m 

III.4.5‐   Ferraillage de l’escalier à ELUR : 
Acier : Acier : FeE400 ;  = 1.15 ;  = 348MPa 
Béton : fc28 = 25MPa ;  = 1.5 ; = 14.2MPa. 
Le ferraillage se fait à la flexion simple pour une bande de 1 m de largeur. 
1- ferraillage en travée :
b=100cm h=15cm d=13cm c=2cm
.
=

=
.
= 0.064 = 0.392 ⇒ A’ = 0

.
A= = = 3.54cm2.
.

 Condition de non fragilité : 
.
A min = 0.23 x b x d x = 0.23 x 100 x 13 x = 1.56cm2.

A= max (A min; A) = 3.54cm2.


Soit : A = 4T12= 4.52cm2

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 53 


Chapitre III : Calcul des éléments secondaires.
 
 L’espacement :
e≤ min (3h ; 33cm)=33cm On prend : e=30cm
 Armature de répartit
.
= = = 1.13cm2

Soit : Ar =4T10=3,14cm2
 L’espacement :
e≤ min (4h ; 45cm)=45cm On prend : e=30cm.
2.  Ferraillage sur appui :
Ma =5.808KN.m b=100cm h=15cm d=13cm c=2cm
.
=

=
.
= 0.024 = 0.392 ⇒ A’ = 0

.
A= = = 1.29cm2
.

 Condition de non fragilité :   
.
A min = 0.23 x b x d x = 0.23 x 100 x 13 x = 1.56cm2

A= max (A min; A) = 1.56cm2.


Soit : A = 4T10= 3.14cm2.
 L’espacement :
e≤ min (3h ; 33cm)=33cm On prend : e = 30cm
 Armature de répartit
.
= = = 0.78cm2

Soit : Ar =4T10=3,14cm2
 L’espacement :
e≤ min (4h ; 45cm)=45cm On prend : e=30cm.
3‐   Vérification de l’effort tranchant : 
Puisque les armatures ne sont pas exposées aux intempéries, la fissuration est 
Peu  nuisible. 
 
 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 54 


Chapitre III : Calcul des éléments secondaires.
 

 = 25.60KN 
.
=  =  = 0.19MPa. 

 = min (0.2  ; 5MPa) = min (3.33MPa ; 5MPa) = 3.33MPa. 

= 0.19MPa   =3.33MPa…………………………………………………………………..condition vérifier. 
 Armature transversale :
= 0.19MPa   0.05 x   = 1.25MPa……………………………………………………..condition   vérifier.  
Les armatures transversales ne sont pas nécessaires à conditions qu’il n’aura 
Pas de reprise de bétonnage pendant l’exécution 
3.  Influence de l’effort tranchant au voisinage des appuis : 
 Vérification :

0.4 xbxa

a= min ( a’ ; 0.9d) = 14.4cm.

= 25.60KN 0.4 x 100 x 14.4 x101 = 960KN………………...... condition   vérifier.


.

 Vérification des armatures longitudinales :  
.
. . . .
   =   =   =  0.171cm2. 
.

2
A =4,52cm2 > 0,17cm ……………………………………………………..condition vérifier.
III.4.6.   Ferraillage de l’escalier à Etat limite de service : 
 Schéma statique :
 
                                                                         10.55                         7.99 
                                                                                                        
                                                   A                               B                                  C 
RA 2.40 1.20 RB
=18.4KN.
=13.94KN.m. Figure III .10.  Sollicitation de l’escalier à ELS. 

 Moment sur appui : 0,3M0= 4.182KN.m


 Moment sur travée : 0,80M0= 11.152KN.m.

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 55 


Chapitre III : Calcul des éléments secondaires.
 

1-   en travée : = 11.152KN.m

 Position de l’axe  neutre  
y = -D + √D E
Avec :
.
D= 15 =   = 0.678cm.

E= 2. D. d = 2 x 0.678 x 13 = 17.62cm2.
y = -D + √D E = -0.678 + 0.678 17.62 = 3.57cm.
 Moment d’inertie :

I =   + 15 A (d ‐  )2 =   3.57 +15 x 4.52 (13 – 3.57)2 = 7545.75cm4   
.
K= = 1.47MPa/cm.
.

 Etat limite de compression du béton : 


 = K. y  = 1.47 x 3.57 = 5.24MPa. 
 = 0.6   = 15MPa. 
 = 5.24MPa     = 15MPa…………………………………………………….…..condition vérifier. 
Les armatures calcules à l’ELUR dans la travée sont convenable. 
2‐ sur appuis :                   Mas=2,931KN. 
 Position de l’axe neutre
y  = ‐D + √D E   
.
D= 15 =15 x    = 0.471cm.

E = 2. D. d = 2 x 0.471 x 13 = 12.24cm2.
y = -D + √D E = -0.471 + √0.471 12.24 = 3.05 cm.
 Moment d’inertie: 

I =   + 15 A (d ‐  )2 =   3.05 +15 x 3.14 (13 – 3.05)2 = 5608.77cm4.   
.
K= = 0.745MPa/cm.
.

 Etat limite de compression du béton : 
 = K. y  = 0.745 x 3.05 = 2.27MPa. 
 = 0.6   =  15MPa.     
 = 2.27MPa     = 15MPa…………………………………………………………condition vérifier. 
Donc les armatures calcules à l’ELUR dans l’appui sont convenable. 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 56 


Chapitre III : Calcul des éléments secondaires.
 
N.B : Les fissurations sont peut nuisible donc aucune vérification à faire pour 
Les armatures. 

4T10(e = 30cm)

13cm
15cm
2cm

4T12(e = 30cm)
100cm

Figure. III‐ 11. Schéma de ferraillage de l’escalier.

4T10(e = 30cm)

4T12
15cm e =30cm

100cm

Figure. III‐ 11. Schéma de ferraillage de l’escalier.

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 57 


 

   
Chapitre IV : Etude Sismique.
 
IV-METHODE STATIQUE EQUIVALENTE :
IV 1.Principe de la méthode :
Les forces réelles dynamiques qui se développent dans la construction sont Remplacées par
un système de forces statiques fictives dont les effets sont Considérés équivalents à ceux de
L’action sismique.
Le mouvement du sol peut se faire dans une direction quelconque dans le Plan horizontal.
Les forces sismiques horizontales équivalentes seront considérées appliquées successivement
suivant deux directions orthogonales Caractéristiques choisies par le projeteur. Dans le cas
Général, ces deux directions sont les axes principaux du plan horizontal de la Structure.
L’utilisation de cette méthode ne peut être dissociée de l’application Rigoureuse des
Dispositions constructives garantissant à la structure:
Une ductilité suffisante
La capacité de dissiper l’énergie vibratoire transmise à la
Structure par des secousses sismiques majeures

IV-2 : conditions d’application de la méthode statique équivalente :
La méthode statique équivalente peut être utilisée dans les conditions suivantes :
a) Le bâtiment ou bloc étudié, satisfaisait aux conditions de régularité en plan et en élévation
prescrites au chapitre III, paragraphe 3.5 avec une hauteur au plus égale à 65m en zones I et II
et à 30m en zones III
b) Le bâtiment ou bloc étudié présente une configuration irrégulière tout en respectant, outres
les conditions de hauteur énoncées en a), les conditions complémentaires suivantes :
Zone I : tous groupes.
Zone II : groupe d’usage 3.
groupe d’usage 2, si la hauteur est inférieure ou égale à 7 niveaux ou 23m.
groupe d’usage 1B, si la hauteur est inférieure ou égale à 5 niveaux ou 17m.
groupe d’usage 1A, si la hauteur est inférieure ou égale à 3 niveaux ou 10m.
Zone III : groupes d’usage 3 et 2, si hauteur est inférieure ou égale à 5 niveaux ou 17m.
groupe d’usage 1B, si la hauteur est inférieure ou égale à 3 niveaux ou 10m.
groupe d’usage 1A, si la hauteur est inférieure ou égale à 2 niveaux ou 08m.

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 59 


Chapitre IV : Etude Sismique.
 
IV-3 : Calcul de la force sismique totale:
La force sismique totale V, appliquée à la base de la structure, doit être
Calculée successivement dans deux directions horizontales orthogonales selon
la Formule :

A= W

A: Coefficient d’accélération de zone, suivant la zone sismique et le 
Groupe d’usage du bâtiment dans ce cas le bâtiment sera implanté à zone de 
Sismicité élevée (zone III), selon la nouvelle  Classification  et conformément  au RPA99 
Version 2003 (zone III, 2).
Groupe ZONE
d’usage I

1A 0,15 0,25 0.30 0.40

1B 0,12 0.20 0.25 0.30

2 0,10 0.15 0.20 0.25


3 0,07 0.10 0.14 0.18

 
                                  Tableau. IV.1. Groupe d’usage.
Donc : A=0,25
D: facteur d’amplification dynamique moyen, fonction de la catégorie de
Site, du facteur de correction d’amortissement (η) et de la période Fondamentale de la
structure. (T en sec).
2,5 ɳ 0 T T2
D =
2,5 ɳ (T2 /T1)2/3 T2 T 3.0 s

2,5 ɳ (T2 / 3.0)2/3 T 3.0 s

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 60 


Chapitre IV : Etude Sismique.
 
T2 : période caractéristique, associée à la catégorie du site et donnée par le
Suivant :
Site S1 S2 S3 S4

T1 (sec) 0.15 0.15 0.15 0.15

T2 (sec) 0.30 0.40 0.50 0.70

Tableau .IV.2.Valeurs de T1 et T2. 
S1 : site rocheux
S2 : site ferme
S3 : site meuble
S4 : site très meuble
Et on a un site meuble donc T2=0.50 sec (site3).
: Facteur de correction d’amortissement donne par la formule :
ƞ= 7 / 2 0.7
ξ (%) : est le pourcentage d’amortissement critique
Fonction du matériau constitutif, du type de structure et de l’importance de remplissage.  
Portique Voiles ou murs

Remplissage Béton armé Acier Béton armé/maçonnerie

Léger 6 4 10

Dense 7 5

Tableau .IV.3. Valeur de ξ (%)


 
On a ξ = 7 (%) ƞ= 7 / 2 7 =0,882 0.7 (portique en béton armé sans
En maçonnerie rigide).
R : coefficient de comportement de la structure.

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 61 


Chapitre IV : Etude Sismique.
 

Cat Description du système de contreventement Valeur de R 

A Béton armé 5

1a Portiques auto stables sans remplissage en maçonnerie rigide 3,5

Portiques auto stables avec remplissage en maçonnerie rigide 3,5


1b
Voiles porteurs 3,5
2
Noyau 5
3
Mixte portiques/voiles avec interaction   4
4a  
Portiques contreventés par des voiles  
4b   2
Console verticale à masses réparties 
5   
Pendule inverse        2
6

Tableau .IV.4. Valeur du coefficient de comportement R.


On a un portique auto stable avec remplissage en maçonnerie rigide
Donc R=5
 Estimation de période fondamentale de la structure : 
La valeur de la période fondamentale (T) de la structure peut être estimée à partir de formules
empiriques ou calculée par des méthodes analytiques ou numériques.
La formule empirique à utiliser selon les cas est la suivante :
/

T: période fondamentale de la structure.



=: hauteur mesurée en mètres à partir de la base de la structure jusqu’au dernier niveau
(N).

= 6,12 m.

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 62 


Chapitre IV : Etude Sismique.
 

: Coefficient, fonction du système de contreventement, du type de remplissage et donné


par le tableau suivant :

Cas Système de contreventement  CT  

1 Portiques auto stables en béton armé sans remplissage en  0.075 
maçonnerie    
   
2 Portiques auto stables en acier sans remplissage en maçonnerie   0.085  
   
3 Portiques auto stables en béton armé ou en acier avec remplissage    
en maçonnerie   0.050  
   
4 Contreventement assuré partiellement ou totalement par des voiles    
  0.050  
en béton armé, des palées triangulées et des murs en maçonnerie  

                                            Tab IV‐5‐ : Valeur du coefficient CT 

 C T = 0,075  car on a un portique auto stables en béton armé  sans  remplissage en  
maçonnerie 
 Calcul de la période :
La valeur de la période fondamentale (T) de la structure peut être estimée à Partir de Formules
empiriques ou calculée par des méthodes analytiques ou numériques.
2. La formule empirique à utiliser selon notre cas est la suivante :
/

Avec :
: La hauteur mesurée en mètre à partir de la base de la structure jusqu’au Dernier niveau.
Donc: T=0.292s
ET on a : 0 ≤ T≤ T2 On prend D=2.5 η
D=2.5 x 0.882 D=2.205
Q : Le facteur de qualité 
 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 63 


Chapitre IV : Etude Sismique.
 
Le facteur de qualité de la structure est fonction de :
la redondance et de la géométrie des éléments qui la constituent
la régularité en plan et en élévation
la qualité du contrôle de la construction
La valeur de Q est déterminée par la formule : Q=1+ΣP q
P q : est la pénalité à retenir selon que le critère de qualité q " est satisfait ou
Non" .sa valeur est donné au tableau suivant :
Pq

Critère « q » Observé   N/Observé    

Conditions 0 0.05 0 0
minimales sur les files
de contreventement
Redondance en 0 0.05 0 0
Plan
Régularité en plan 0 0.05 0 0
Régularité en élévation 0 0.05 0 0
Contrôle de la qualité 0 0.05 0.05 0.05
des mâtereaux.
Contrôle de la qualité 0 0.10 0.10 0.10
d’exécution

Tableau .IV.6.Valeurs des pénalités P q.

- Q X = 1.15
- Q y = 1.15

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 64 


Chapitre IV : Etude Sismique.
 
IV.4. Poids  total  de  la structure : 
1. poids permanents : 
 1er étage : G1= G plancher T +G poutre (P+S) +G poteau+ G maçonnerie+G balcon. + G acrotère. 
 RDC : G0=  G plancher c+G poutre (P+S) +G poteau+ G maçonnerie +G Balcon + G escalier.                                                      
G plancher t =poids surfacique*la surface de plancher terrasse (sans prend les 
Surfaces des poutres et des poteaux). 
G plancher c =poids surfacique*la surface de plancher courant (sans prend Les surfaces des 
poutres et des poteaux) 
G poutres (p+s)=poids volumique du béton*la largeur*la longueur*la hauteur 
G poteau= poids volumique du béton*la largeur*la longueur*la hauteur 
G maçonneries= poids surfacique*la surface 
G balcon= poids surfacique*la surface 
G acrotère=poids linéaire*le périmètre.
-Tous les poids permanents de la structure sont dans le Tableau suivant :
Etage G G G G G G G G WG
plancher poutre poutre poteau maçonnerie balcon acrotère escalier Total
(KN) P(KN) S(KN) (KN) (KN) (KN) (KN) (KN) (KN)

1er 710 ,976 149.10 92.7 110,16 315.815 270.743 97.781 0.000 1747.275
étage
RDC 627,072 149.10 92.7 110,16 273.345 195.422 0.000 40.49 1488.289
0
SOMM 1338.048 298.20 185.4 220.32 589.160 466.165 97.781 40.49 3235.564
E

Tableau .IV.7. Poids permanents de la structure.


 
 
 
 
 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 65 


Chapitre IV : Etude Sismique.
 
2‐  Surcharges d’exploitation : 
 1er étage Q1= Q  planché c + Q balcon. 
 RDC Q0= Q   c + Q balcon. 
Q plancher t =surcharge surfacique de la terrasse*la surface de la terrasse.  
Q plancher c = surcharge surfacique de l’étage courant*la surface de l’étage courant. 
Q escalier = surcharge surfacique de l’escalier *la surface de l’escalier.  
Q balcon = surcharge surfacique de la dalle plein*la surface de la dalle plein. 

Etage Q plancher Q balcon(KN) WQ


(KN) total(KN)
1èr étage 137.28 139.37 276.65

RDC 205.92 139.37 345.29

SOMME 343.20 278.74 621.94

621.94

Tableau .IV.8. Les surcharges d’exploitation de la structure.


W est égal à la somme des poids calculés à chaque niveau (i) :
W =∑ .
= w   + β w . 
W Gi: poids dû aux charges permanentes et à celles des Équipements fixes éventuels,
solidaires de la structure
WQ i : charges d’exploitation
β: Coefficient de pondération, fonction de la nature et de la
Durée de la charge d’exploitation et donné par le tableau Suivant

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 66 


Chapitre IV : Etude Sismique.
 

Cas Type d’ouvrage Β


1 Bâtiments d’habitation, bureau ou assimilés 0.20  
 
2 Bâtiments recevant du public temporairement :  
0.30 
-Salles d’exposition, de sport, lieux de culte,
3
Salles de réunions avec place debout. 0.40
4
-Salles de classes, restaurants, dortoirs, salles 1.00
5
de réunions avec places assises 0.60

Entrepôts, hangars

Archives, bibliothèques, réservoirs, et ouvrage assimilés

Autres locaux non visés ci-dessus


 

                 Tableau IV‐9 : Valeur du coefficient de pondération β 

Du tableau on a selon notre structure :


β = 0.20
Eta G i   (KN)   Q i (KN)   Wi (KN)

1èr étage 1747.275 276.65 1802.605

RDC 1488.289 345.29 1557.347

SOMME 3235.564 621.94 3359.952

Tableau IV‐10 : poids total de la structure
 Donc le poids total de la structure       W= 3359.952.722KN 
Calcul de la force sismique  V x=0,25x2, 205x1, 15x3359.952/5=425.999KN 
Calcul de la force sismique  V y=0,25x2.205x1, 15x 3359.952/5=425.999KN 
 
 
 
 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 67 


Chapitre IV : Etude Sismique.
 
IV.4. Distribution de la résultante des forces sismiques selon la
Hauteur
La résultante des forces sismiques à la base V doit être distribuée sur la hauteur 
De la structure selon les formules suivantes :  
                             V =    + ∑  
La force concentrée   au sommet de la structure permet de tenir compte de 
L’influence des modes 
Supérieurs de vibration. Elle doit être déterminée par la formule :                                                                            
  = 0,07TV  où  T  est la période fondamentale de la structure (en secondes). 
La valeur de   ne dépassera en aucun cas 0,25 V et sera prise égale à 0 
Quand T est plus petit ou égale à 0,7 secondes 
La partie restante de V soit (V – ) doit être distribuée sur la hauteur de la
Structure suivant la

Formule : = ∑



   Ou Fi : Effort horizontal revenant au niveau i 
: Niveau du plancher ou s’exerce la force Fi 
: Niveau du plancher quelconque 
Wi : poids revenant aux plancher i, j 
Car on a T<0.7     donc :      =0 KN  

Etage W(i) KN h (i) m W(i) x h (i) Fi x (KN) Fi y (KN)

1ére 1802.605 6.12 11031.942 297.491 297.491

RDC 1557.347 3.06 4765.481 128.508 128.508

SOMME 3359.952 9.18 15797.423 425.999 425.999

Tableau. IV‐10 –les forces sismiques de chaque niveau. 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 68 


Chapitre IV : Etude Sismique.
 
On vérifier que : V= +∑
V = 0 + 297.491 + 128.508 = 425.999KN…………………………….…condition vérifier.

                                   F1 = 297.491KN.

                        F0 =128.508KN. 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 69 


 

   
Chapitre V : Modélisation par le sep 2000 version 15
 
V . 1. Introduction :
Les objectifs de sécurité de la structure soumise aux effets de l’action Sismique.
Cette dernière est considérée comme une action accidentelle au sens de la philosophe de
calcul aux Etats Limites.
Les combinaisons d’action à considérer pour la détermination des sollicitations
Et des déformations de calcul sont :
G+Q+E …………………..(V)
0.8G+E …………………... (V-6)(V-7)
Pour les poteaux dans les ossatures auto stables, la combinaison suivante :
G+Q+1.2E ……………….. (V-4)(V-5)
G : charges permanentes
Q : charges d’exploitation non pondérées
E : action du séisme représentée par ses composantes horizontales
Bien qu’aucune mention n’ait été faite des effets de l’accélération verticale due
aux séismes, ces effets sont inclus comme suit :
La combinaison (V) comprend la totalité de la charge d’exploitation ainsi que
la charge sismique. Du fait que cette charge d’exploitation est tout à fait
Improbable, une grande partie de celle-ci (environ
40 à 60%) peut effectivement représenter l’effet des accélérations verticales
Descendantes des séismes.
La combinaison (V-6-7) tient compte de la réduction de la charge verticale qui
se produira à cause des effets de l’accélération verticale ascendante.
Dans les combinaisons précédentes, il y a lieu de tenir compte de la
réversibilité des charges sismique. Pour les poteaux, la combinaison (V-4-5) a
pour objet de leur fournir une meilleure résistance aux effets des moments de
renversement dus aux mouvements sismiques majeurs.

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 71 


Chapitre V : Modélisation par le sep 2000 version 15
 
V.2. diagramme des moments fléchissant ,des efforts normaux , des
efforts tranchants
V.2.1 . l’état limite ultime (1.35G + 1.5Q)
1- les efforts normale :  
 

   

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 72 


Chapitre V : Modélisation par le sep 2000 version 15
 
 
2- les efforts tranchant : 
 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 73 


Chapitre V : Modélisation par le sep 2000 version 15
 

3 - les moments fléchissant : 


 

   

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 74 


Chapitre V : Modélisation par le sep 2000 version 15
 
V.2.2. Etat limite service(G+Q) :

1- L’effort normal :

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 75 


Chapitre V : Modélisation par le sep 2000 version 15
 
2- Effort tranchant :

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 76 


Chapitre V : Modélisation par le sep 2000 version 15
 
3- Moment fléchissant :

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 77 


Chapitre V : Modélisation par le sep 2000 version 15
 
V-2-3 – Etat accidentelle (G+Q+1.2 E) :

 1. les efforts normale : 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 78 


Chapitre V : Modélisation par le sep 2000 version 15
 
2- Les efforts tranchants :
 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 79 


Chapitre V : Modélisation par le sep 2000 version 15
 
3- Les moments fléchissent :
 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 80 


Chapitre V : Modélisation par le sep 2000 version 15
 
V.2.4‐ a  Etat accidentelle 2 (0.8G +E). 

1‐ les efforts normale :  

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 81 


Chapitre V : Modélisation par le sep 2000 version 15
 
2-Les efforts tranchants :

   

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 82 


Chapitre V : Modélisation par le sep 2000 version 15
 
3- Les moments fléchissant :
 
 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 83 




Ce projet de fin d’étude, nous a permis de mettre en pratique toutes nos
connaissances acquises durant notre cycle de formation d’ingénieur,
d’approfondir nos connaissances en se basant sur les documents techniques
et réglementaires, de mettre en application les méthodes de calcul récentes,
et de mettre en évidence les principes de base qui doivent être prises dans
la conception des structures des bâtiments.
D’après l’étude effectuée dans le cadre de se projet de fin d'étude, il
convient de souligner que pour une bonne conception parasismique, il est
très important que l’ingénieur civil et l’architecte travaillent en étroite
collaboration dès le début de projet afin de prendre en charge toutes les
contraintes induites par la structure adoptée par rapport à l'architecture
proposée et arriver à une sécurité maximale de l'ouvrage sans surcoût
important.
Enfin, l'objectif principal de l'ingénieur concepteur est de réduire le risque
sismique à un niveau minimal et de facilité l'exécution de l'ouvrage en
adoptant une conception optimale qui satisfait les exigences architecturale
et les Exigences sécuritaires.
Parallèlement, on a fait, autant que possible d’avoir les principaux critères
admis, à savoir : l’exploitation, l'esthétique et la sécurité. 

Etude d’un bâtiment ( R+1) Page 84 


 

1) Règle  parasismique algérien. RPAA99/VERSION 2003. 
2) Règle de conception et de calcul des  structures en béton 
armé .CBAA93. 
3) Charges permanentes  et sur charges  
d’exploitation/D.T.R –B.C.2.2. 
4) Cours de béton armée. 
5) Thèses  traitées  des  années  précédentes.  

Vous aimerez peut-être aussi