Vous êtes sur la page 1sur 81

VULGARISATION AGRICOLE

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 1


I- Définition, Caractéristiques, Objectifs, Rôles de la vulgarisation
agricole et Principe de programmation des actions de vulgarisation
agricole

II- Techniques de vulgarisation agricole

III- Méthodes de vulgarisation agricole

IV- Éducation des adultes

V- Approches de vulgarisation agricole

VI- Diffusion et Adoption des pratiques par les paysans

VII- Technologies de l’information et de la communication (TIC) et


Agriculture Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 2
INTRODUCTION
Le développement du monde rural au centre des
préoccupations majeures des gouvernements dans le but :
• d’atteindre l’autosuffisance et la sécurité alimentaires
• d’augmenter les revenus des agriculteurs,
• de développement durable par une meilleure gestion des
ressources naturelles et de la protection de
l’environnement.
Pour atteindre ces objectifs, les services de vulgarisation ont
usé de plusieurs méthodologies d’approche afin de faire
adopter par les producteurs, les résultats de la recherche.
Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 3
Des résultats très positifs ont été obtenus dans certains
secteurs. Ainsi, grâce aux efforts permanents de
l’amélioration génétique et à la mise au point de
recommandations pour l’utilisation des engrais et pesticides,
la production cotonnière a crû de manière exceptionnelle
dans les pays d’Afrique de l’Ouest, les rendements en coton y
sont parmi les plus élevés du monde en agriculture pluviale.
La riziculture irriguée à l’Office du Niger au Mali a également
connu un essor important, un modèle intensif fondé sur la
maîtrise de l’eau et un ensemble de techniques ont été
adoptés.
Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 4
Dans ce contexte, la recherche a identifié les propositions
techniques et a contribué à leur adaptation aux conditions
locales.

Les structures publiques d’appui à l’agriculture et les projets


financés par la communauté internationale ont joué un rôle
crucial grâce à un réseau de vulgarisateurs chargés de
diffuser l’information technique, de dispenser des formations
aux paysans, d’organiser la distribution des intrants et parfois
de faciliter la commercialisation des produits.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 5


Dans d’autres secteurs, les échecs de la Révolution verte ont été
tout aussi remarquables. Les évolutions de la productivité de la
terre et du travail sont insignifiantes, notamment dans les régions
dont le potentiel agricole est faible et qui ne disposent pas de
perspectives favorables de commercialisation pour les produits
agricoles (marchés locaux peu dynamiques, éloignement des villes
où parviennent des produits agricoles subventionnés de pays du
Nord, etc.). Dans toutes les régions sahéliennes et dans les espaces
ruraux éloignés des grandes villes, donc moins insérés dans des
circuits marchands, l’emploi de variétés améliorées, la
consommation d’intrants et la mécanisation restent encore très
marginales.
Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 6
D’autre part, la vulgarisation reste centrée sur la diffusion de
messages techniques simples. Cela ne permet pas de résoudre
efficacement des problèmes complexes comme la gestion de
la fertilité des terres qui dépend de plusieurs éléments (eux-
mêmes en interaction) du système de production. La
vulgarisation s’intéresse à l’amélioration du fonctionnement
de l’exploitation et à son organisation pour lever certaines
contraintes.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 7


De 1960 à 1980:
Période marquée par les tentatives entreprises par les
différents gouvernements pour imprimer :
• dynamique à l’encadrement du monde rural, au regard des
objectifs de production et de commercialisation ;
• création de coopératives paysannes et d’entreprises
nationales pour l’encadrement de masse ;
• Opérations de Développement Rural (ODR) basées sur une
approche de développement rural intégré ;
Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 8
• formation des agents pluridisciplinaires rendant
concomitamment l’appui conseil et les fonctions liées à
l’approvisionnement des producteurs en moyens de
production ;
• le développement des cultures d’exportation (arachide,
coton) ;
• non prise en compte des préoccupations des producteurs
dans la programmation des activités (conseil agricole,
approvisionnement, recouvrement des créances).
Cette approche, au lieu de favoriser ou renforcer les relations
entre les ODR et les producteurs, contribuait plutôt à les durcir.
Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 9
• amélioration de la prestation de l’Institut de Recherche
Agronomique et le renforcement de sa collaboration avec les
ODR (Recherche/Développement) ;

• création d’une opération de production de semences pour


assurer la couverture des besoins en semences améliorées.

De 1980 à 1987 :
• libéralisation de la commercialisation des céréales et de
l’approvisionnement des producteurs en intrants agricoles
(semences, engrais et équipement agricole) ;
Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 10
• meilleure organisation des producteurs pour faire face aux
besoins cruciaux de leurs exploitations agricoles ;
• crise dans le système des ODR eu égard aux difficultés
financières internes et externes, couplées aux effets de la
sécheresse ;
• recentrage des efforts des ODR sur le conseil agricole;
• séparation de la fonction de vulgarisation de celle de l’octroi du
crédit agricole pour renforcer la confiance entre les agents et
les communautés rurales ;

La vulgarisation, telle que développée pendant cette longue


période, était un moyen pour les techniciens, de diffuser les
innovations technologiques issues des résultats de la
Recherche.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 11


1988 à 1992:
• Programme Test de Vulgarisation Agricole (PTVA) basé sur la
Formation et les visites.

1992 à 2001:
• Programme National de Vulgarisation Agricole (PNVA) dont les
objectifs sont :
• le renforcement des services de vulgarisation du niveau central jusqu’au
local ;
• la formation continue et régulière des cadres et agents de vulgarisation ;

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 12


• le renforcement des liens entre la recherche et la vulgarisation ;

• le développement des activités d’intégration


agriculture/élevage/environnement au profit des agro-pasteurs

• l’alphabétisation fonctionnelle des producteurs.

2002 à 2006 :
• Programme d’Appui aux Services Agricoles et aux
Organisations Paysannes (PASAOP).

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 13


La vulgarisation en général
• Action de mettre des connaissances techniques et
scientifiques à la portée des non-spécialistes (Larousse
Pratique. © 2005 Éditions Larousse).
• Certains auteurs emploient le mot « animation » pour
laisser entrevoir la tâche du vulgarisateur d’encourager
un groupe de gens à trouver eux-mêmes une solution à
leurs problèmes (A. W. van den Ban, )
• Activité éducative
La vulgarisation agricole
• La vulgarisation agricole est une technique particulière
d’éducation individuelle ou collective des adultes
paysans (KONÉ M., 1987).
Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 14
La vulgarisation agricole, un sujet aux multiples définitions
• éclairer le chemin ;
• procurer des conseils sans s’engager, ou en s’engageant ;
• apprendre aux paysan à résoudre leurs problèmes eux-mêmes ;
• simplifier les connaissances afin de les rendre compréhensibles pour
le commun des mortels ;
• formation ;
• synonyme de développement rural (Ameur, 1994) ;
• instrument politique utilisé par les gouvernements pour stimuler leur
développement agricole (Garneau, 2006) ;
• système d'éducation non conventionnel qui permet au plus grand
nombre de paysans d'adopter librement, dans les meilleurs délais
et au moindre coût, des comportements positifs à l'égard
d'innovations techniques économiques et sociales présentées par la
recherche (Archive de la FAO: © FAO 2004).
Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 15
La vulgarisation est le moyen de faire adopter par les producteurs des
techniques mises au point par la recherche agronomique, grâce à un
dispositif d’encadrement organisé à différentes échelles
géographiques (Mercoiret, CRDI-IDRC, 2004).

Des auteurs ont défini la vulgarisation agricole comme un processus


exogène par lequel on transmet à une population rurale déficitaire
en connaissances, en dynamisme et en moyens, des techniques
nouvelles qui tendent à augmenter sa production en améliorant son
savoir, son vouloir et son pouvoir (ses capacités).
Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 16
Peu importe la définition employée, le mot-clé à retenir est la
COMMUNICATION et l’ÉCOUTE.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 17


Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 18
Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 19
• La vulgarisation agricole est une technique particulière
d’éducation individuelle ou collective des adultes paysans. Elle
consiste à initier la population rurale active aux techniques
rentables de culture et d’élevage à l’aide des méthodes
didactiques spécifiques à cette éducation, et elle vise à amener
progressivement la masse rurale à adopter librement et
volontairement ces techniques en développant son propre sens
critique.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 20


Initiation technique
• Elle vise spécifiquement des adultes dont le niveau culturel est bien
souvent peu élevé et très hétérogène et qui ont une expérience plus
ou moins valable de ce métier. En outre, le fait le plus marquant est
que ces agriculteurs sont quasiment conditionnés par des habitudes,
des traditions ancestrales dans l’exercice de leur profession. D’où,
la nécessité d’adaptation de ce système d’enseignement aux
circonstances, l’usage d’un langage précis, des données
psychologiques d’approches, de pénétration, de persuasion pour
parvenir à modifier certaines habitudes traditionnelles considérées
comme désuètes. Cet enseignement utilise divers moyens de contact
soit direct : Visite, Réunion, soit indirect : presse, radio, télévision,
affiches, etc. Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 21
Adoption libre et Volontaire
• C’est la particularité de la Vulgarisation « Agricole » qui
détermine à elle seule le succès de l’action éducative
entreprise.
• En effet, une action entreprise sous la contrainte ne dure que
le temps de cette contrainte. Les résultats obtenus sous la
contrainte sont parfois spectaculaires mais peu durables. La
contrainte provoque chez l’individu des réactions de réticence,
de méfiance, voire même d’hostilité.
• Or ce que recherche la vulgarisation « Agricole » est la
durabilité et l’irréversibilité des actions proposées au monde
rural. Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 22
• Pour atteindre ce but, il convient de laisser à l’individu le libre
choix des décisions et des actions après une délibération
démocratique du sujet proposé.

• L’individu doit adopter librement et volontairement l’action


suggérée, sans pression physique, matérielle ou morale venant de
l’extérieur, après être convaincu du bien-fondé de l’action qui
répond à ses intérêts et à ses besoins. Le fait d’accepter de lui-
même une orientation technique après avoir examiné tout son
intérêt est déjà une condition favorable pour la durabilité et
l’irréversibilité de cette action.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 23


Sens Critique
La vulgarisation « Agricole » a non seulement pour objectif
d’améliorer qualitativement et quantitativement la production
« Agricole » par l’introduction des nouvelles techniques, mais aussi
elle se propose de transformer les mentalités archaïques peu
compatibles avec la modernisation rurale, d’ouvrir des horizons
nouveaux aux concepts étroits et dépassés du monde paysan en
éveillant son sens critique à travers les discussions libres et
démocratiques avec le monde extérieur.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 24


• Le développement de son esprit critique, de son raisonnement
aidera le paysan plus tard à trouver seul des solutions à ses
propres problèmes dans l’exercice de son métier, à se passer
de l’aide extérieure. En un mot, l’individu rural se suffira à lui-
même dans l’élaboration des solutions et dans la détermination
des actions capables d’améliorer tout son environnement.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 25


La vulgarisation agricole vise principalement trois objectifs, à
savoir :

1-1 Objectifs techniques

• Amélioration des techniques culturales et autres moyens de


production.

• Amélioration qualitative et quantitative de la production.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 26


1-2 Objectifs Socio-économiques

• Revalorisation des ressources naturelles et humaines.

• Augmentation du revenu annuel familial par la modernisation


des techniques de production.

• Élévation du niveau de vie de la masse rurale.

1-3 Objectifs Culturels

• Ouverture d’esprit du monde rural

• Développement de sa capacité de raisonnement, de décision et


d’action.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 27


La vulgarisation joue un double rôle : rôle éducatif et rôle de service

1- Rôle éducatif :

• Transmission des connaissances techniques aux agriculteurs.

• Développement de leur sens critique et de leur esprit d’initiative.

2- Rôle de service :

• Elle sert d’intermédiaire entre la population rurale et les divers


services relevant du secteur rural : services de recherche, services
de production, services de prestations, etc.
Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 28
La vulgarisation agricole joue trois rôles principaux dans les
programmes de développement agricole.
• En premier lieu, elle encourage les agriculteurs à accepter l’évolution
technologique (l’innovation).
• En deuxième lieu, elle consiste à diffuser auprès des agriculteurs les
résultats de la recherche agricole et à transmettre leurs problèmes
aux organismes de recherche.
• En troisième et dernier lieu, la vulgarisation doit aider les agriculteurs
à acquérir des aptitudes à la gestion qui leur permettront de
s’intégrer dans une économie commerciale.
Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 29
• L’action de Vulgarisation agricole, dont le but est d’aider le
paysan à utiliser plus efficacement ses propres ressources et
celles provenant de diverses origines, dont le contenu entraîne
essentiellement le changement des habitudes, dont l’efficacité
s’évalue au niveau de l’amélioration de la situation socio-
économique de la masse rurale, doit être conçue et réalisée en
fonction des véritables besoins et problèmes du paysan.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 30


De par l’importance de son rôle et de ses objectifs, un programme
de vulgarisation doit être élaboré suivant un processus bien défini
qui comporte quatre phrases successives :

1ère phase : Recensement des besoins du paysan

• Dans cette phase, il importe de procéder à une enquête


préalable sur les véritables besoins des paysans afin de
pouvoir y apporter des solutions efficaces.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 31


2ème phase : Programmation des actions

• L’élaboration du plan d’action doit nécessairement s’appuyer


sur des données recueillies au cours de la première phase. La
programmation des actions de vulgarisation agricole comporte
des objectifs partiels et globaux à atteindre dans le temps et
dans l’espace, ainsi que le choix des méthodes de vulgarisation
technique successibles d’amener rapidement ces actions à leurs
fins.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 32


3ème phase : Exécution du plan d’action

• Le plan d’action doit être mis en exécution tel qu’il a été arrêté.
Il faut veiller à ce que les actions menées soient conformes aux
prévisions de plan. Si ce n’est pas réalisé comme prévues
initialement, le programme de vulgarisation risquerait de
perdre toute son efficacité, et surtout d’être vidé de son
réalisme.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 33


4ème phase : Contrôle de l’exécution

• Ce contrôle permet de faire le bilan périodique du travail


accompli, d’évaluer les résultats obtenus par rapport aux
objectifs partiels fixés de mesurer les progrès réalisés d’une
étape d’exécution à l’autre. Il permet aussi d’apporter, en
temps utile des ajustements, des modifications nécessaires aux
procédés, aux méthodes, aux activités afin d’améliorer ou
faciliter le travail, ou encore rectifier les actions pour mieux les
adapter aux réalités du terrain.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 34


• L’action de Vulgarisation agricole, dont le but est d’aider le
paysan à utiliser plus efficacement ses propres ressources et
celles provenant de diverses origines, dont le contenu entraîne
essentiellement le changement des habitudes, dont l’efficacité
s’évalue au niveau de l’amélioration de la situation socio-
économique de la masse rurale, doit être conçue et réalisée en
fonction des véritables besoins et problèmes du paysan.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 35


De par l’importance de son rôle et de ses objectifs, un programme
de vulgarisation doit être élaboré suivant un processus bien défini
qui comporte quatre phrases successives :

1ère phase : Recensement des besoins du paysan

• Dans cette phase, il importe de procéder à une enquête


préalable sur les véritables besoins des paysans afin de
pouvoir y apporter des solutions efficaces.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 36


2ème phase : Programmation des actions

• L’élaboration du plan d’action doit nécessairement s’appuyer


sur des données recueillies au cours de la première phase. La
programmation des actions de vulgarisation agricole comporte
des objectifs partiels et globaux à atteindre dans le temps et
dans l’espace, ainsi que le choix des méthodes de vulgarisation
technique successibles d’amener rapidement ces actions à leurs
fins.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 37


3ème phase : Exécution du plan d’action

• Le plan d’action doit être mis en exécution tel qu’il a été arrêté.
Il faut veiller à ce que les actions menées soient conformes aux
prévisions de plan. Si ce n’est pas réalisé comme prévues
initialement, le programme de vulgarisation risquerait de
perdre toute son efficacité, et surtout d’être vidé de son
réalisme.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 38


4ème phase : Contrôle de l’exécution

• Ce contrôle permet de faire le bilan périodique du travail


accompli, d’évaluer les résultats obtenus par rapport aux
objectifs partiels fixés de mesurer les progrès réalisés d’une
étape d’exécution à l’autre. Il permet aussi d’apporter, en
temps utile des ajustements, des modifications nécessaires aux
procédés, aux méthodes, aux activités afin d’améliorer ou
faciliter le travail, ou encore rectifier les actions pour mieux les
adapter aux réalités du terrain.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 39


ACTIONS PSYCHO-SOCIOLOGIQUES

Toute transmission de connaissance ne peut s’opérer avec succès


que lorsqu’on connaît la façon de penser, de s’exprimer et
d’agir de l’interlocuteur et de la communauté à laquelle il
appartient et qui exerce sur lui une influence quasi
permanente.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 40


Pour se faire il importe qu’il soit :
• Praticien
• Psychosociologue
• Pédagogue
CONNAISSANCE DU MILIEU RURAL
Les structures rurales traditionnelles
Les groupements familiaux
Le foyer
La famille étendue
Le lignage
Le clan
Les groupements sociaux
La classe est un état de fait. Elle est issue d’une situation économique :
Exp : classe des riches et pauvres ou d’une situation de guerre
Exp : classe des maîtres et esclaves.
Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 41
Les groupements professionnels

tisserands, bijoutiers, forgerons, menuisiers, etc.


Les groupements politiques et religieux
CONNAISSANCE DE L’INDIVIDU RURAL
Le comportement individuel
Le comportement Social
Les caractéristiques du paysan
- Sur le plan professionnel
- Sur le plan intellectuel
- Sur le plan moral,

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 42


ACTIONS PÉDAGOGIQUES

L’aide à la décision est le mandat principal de l’agent de


vulgarisation et pour y arriver il doit d’abord connaître :

• les techniques pour réunir les individus ;

• les différentes formes d'organisations démocratiques ;

• les moyens d'assurer la participation de l'individu ;

• les méthodes pour amener les gens à discuter et à


réfléchir.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 43


MÉTHODES DE VULGARISATION
• Il existe deux façons de classer une méthode de vulgarisation
agricole, la première suivant l’objectif qu’elle s’est fixé, la
seconde suivant l’importance de l’audience qu’elle veut
atteindre.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 44


MÉTHODES PAR RAPPORT AUX OBJECTIFS
- Méthode d’information (augmenter le savoir) :

- Méthode de sensibilisation (acquisition du savoir-faire) :

- Méthode d’incitation (provoquer le vouloir) :

- Méthode de formation à la réflexion :

- Méthode d’apprentissage pratique :

- Méthode de suivi :

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 45


Méthodes Objectifs Liste des méthodes
Information Apporter des connaissances - Information

- Information
- Amener l’entourage à ne pas
- Présentation de modèles
Sensibilisation s’opposer ou mieux à encourager de réussite
- Présentation de modèle
l’expérience de mise en œuvre de d’action
l’innovation - Analyse de situation
- Analyse de situation
- Information
- faire naître ou renforcer des
Incitation - Présentation de modèles
motivations de réussite
- Présentation de modèle
- préparer des comportements d’action
- Apprentissage pratique
- Habituer au raisonnement
(analyse, synthèse)
Formation à la - Analyse de la situation
réflexion - Accélérer le processus de
réflexion
Apprentissage - Faire acquérir des savoir- - Apprentissage pratique
pratique faire
- Aider à préparer, corriger, - Contrôle de l’apprentissage
compléter pratique
Suivi
- Permettra l’évaluation de
la vulgarisation
ADAMA BERTHÉ - IPR/IFRA - 2018 46
MÉTHODE PAR RAPPORT A L’IMPORTANCE DE L’AUDIENCE

On distingue deux sortes de contacts :


- Les contacts directs :
• Les contacts individuels
• Les contacts de groupe
- Les contacts indirects :
Sont rangés dans les contacts indirects les méthodes d’information
qui visent à atteindre une grande partie de la population à la
fois.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 47


Méthodes Individuelles Groupe Collectives Masse
Analyse de - Visite sur - Visite sur - Examen de
situation l’exploitation exploitation bilan
- Entretien - Réunion - Compte ---
rendu d’enquêtes
- Discussion - Discussion
Information - Entretien - Réunion - Réunion - Discussion
d’information d’information, voyage d’information d’information, foire,
d’études, radio, clubs exposition, concours
agricole

- Visite - Visite commentée - - Discussion


commentée d’une d’une exploitation Démonstration de d’information, foire,
Présentation exploitation modèle pré vulgarisation exposition, concours
de modèle de modèle agricole
réussite - Expérimentation -
- sur exploitation Démonstration de
Expérimentation sur résultats
exploitation

Présentation - - Démonstration - ---


de modèle Démonstration technique Démonstration
d’action technique technique
Apprentissa - - Apprentissage --- ---
ge pratique Apprentissage de groupe
individuel
- Visite sur -Réunion -Réunion
l’exploitation d’enquêtes d’enquêtes
Contrôle ---
- Entretien
d’enquêtes ADAMA BERTHÉ - IPR/IFRA - 2018 48
TYPES DE COMMUNICATION
Trois types de communication servent à établir un dialogue
véritable et permanent entre les divers acteurs du
développement :
La communication collective ou individuelle qui s'adresse
à une personne ou à de petits groupes dans une relation
de dialogue. Les supports de vulgarisation utilisés dans ce
cadre sont la cassette vidéo, l'album photographique, le
plan du village, les réunions de notables, les diapos, la
cassette audio, la presse, les fiches techniques et la
démonstration ;
Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 49
• La communication sociale ou de masse qui englobe un large
public. Les moyens utilisés sont la radio rurale, la presse, les
supports imprimés grand format, la télé-vidéo, le reportage
vidéo, le bulletin inter-projets;

• La communication institutionnelle qui s'adresse à l'ensemble


des projets et des ONG qui vise à faire profiter les uns et les
autres des initiatives et des expériences diverses. Les supports
utilisés sont le reportage vidéo, le bulletin inter-projets et les
rapports périodiques.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 50


Il est difficile de définir l’éducation des adultes car elle
revêt différentes formes dans de nombreuses parties du
monde.

Les adultes ne produisent un effort pour s’instruire que


lorsqu’ils en éprouvent le désir et les motivations
personnelles, surtout lorsque cette éducation ne
comporte aucun caractère obligatoire.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 51


Aussi, l’éducation technique des agriculteurs doit être
avant tout psychologique en six étapes successives :

1 Attirer l’attention du paysan :

Le vulgarisateur sollicite l’attention des agriculteurs en


présentant des faits réels constatés sur le terrain
étroitement liés au sujet de discussion. Surtout des faits
qui peuvent constituer un obstacle dans l’exercice de leur
métier.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 52


2 Créer l’intérêt chez les agriculteurs :

En énumérant les véritables besoins et problèmes qu’ils ont


ressentis. Il démontre ensuite comment l’innovation technique
qu’il propose peut les aider à les satisfaire.

3 Provoquer le désir :

On cherche à provoquer le désir de se renseigner davantage


et par la suite, le désir d’entreprendre ce que le vulgarisateur
venait de démontrer en insistant sur l’intérêt incontestable de
l’innovation proposée.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 53


4 Développer la Conviction :

C’est l’étape la plus importante. Il faut atteindre l’objectif de


conviction pour pouvoir amener les agriculteurs, à l’action finale.

Pour obtenir la conviction des agriculteurs, le vulgarisateur doit


démontrer clairement le profit que peut procurer la technique,
assurer l’assistance que sa réussite ne peut être remise en cause.

5 Pousser à la Décision :

Après avoir obtenu la conviction des agriculteurs, le vulgarisateur


les invite à prendre une décision de passer à l’action, d’adopter
la technique. Il faut les aider à éliminer toute forme d’hésitation,
tout obstacle qui puisse se présenter.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 54


6 Orienter l’action :
C’est l’ultime étape où le vulgarisateur aide les agriculteurs
à établir un plan d’action réaliste, dans la limite de leurs
moyens, de leur savoir, de leur savoir-faire et de leur
pouvoir-faire.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 55


Le vulgarisateur discerne l’approche la plus apte à résoudre
les problèmes particuliers à sa situation. Ainsi nous
retiendrons les approches suivantes utilisées en vulgarisation
agricole :
• L’approche par organisation paysanne : Cette approche
vise la conscientisation, la mobilisation et l’organisation des
groupes locaux.
• L’approche centrée sur les cultures de rentes : Cette
approche associe à la vulgarisation à d’autres activités,
comme l’approvisionnement en intrant, le crédit et les
débouchées sur les marchés.
Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 56
• L’approche centrée sur l’innovation technique : Elle est une
approche de vulgarisation visant l’adoption et la diffusion
maximale d’un certains nombres d’innovations techniques dans
le but d’accroitre la production de certaines cultures,
permettant l’élévation du niveau de vie des populations.

• L’approche centrée sur une catégorie cible : L’approche par


catégorie cible tout comme l’approche centrée sur l’innovation
technique, vise l’accroissement de la production végétale et/ou
animale ne s’applique pas nécessairement à une zone, ce qui
explique le concept << catégorie >>.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 57


• Une innovation technique n’est acceptée par le paysan que
lorsqu’elle remplit les conditions suivantes :
• elle doit répondre à un besoin permanent ou occasionnel
du paysan ;
• elle doit être conforme à un intérêt du paysan ;
• sa réussite doit être certaine, la crainte d’un échec fait
souvent reculer le paysan devant l’innovation.
• Le paysan accepte l’innovation :
• lorsqu’il obtient l’autorisation de sa communauté pour
l’introduire dans le milieu ;
• lorsque l’innovation ne va pas à l’encontre de ses
attitudes profondes, religieuses ou sentimentales ;
• lorsque celle-ci est dans la limite de ses possibilités
matérielles et intellectuelles.
Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 58
Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 59
Face à une innovation technique, les paysans se
comportent de manières différentes.
Ainsi on peut distinguer quatre catégories :
• Les innovateurs : représentent environ 2,5% de la
communauté rurale.
• Les cultivateurs ouverts : représentent environ 34%
de la communauté rurale, parmi lesquels on
compte les chefs d’opinion 13,5% et les leaders;
• Les attentistes : 34% sont des hésitants
• Les réfractaires : 16% qui refusent tout en
nouveauté.
(KONÉ M., 1987).
Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 60
Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 61
• En vulgarisation, aucune méthode n’est à priori valable
par rapport à d’autres. Le choix des ou de la méthode
est fonction de la situation en face (type de groupe
cible ou d’objectifs). Cependant dans certaines
situations elles peuvent se combiner, compléter et même
évoluer.
• Aujourd’hui bien que la tendance vise vers le conseil
agricole qui rapproche de plus près le conseillé à
l’exploitation ou aux paysans, il est nécessaire de tenir
compte de la pratique paysanne et de l’évolution
socio-économique du groupe cible.
• Une connaissance ne peut être acquise avec authenticité
que lorsqu’elle est reliée à des situations perçues comme
des problèmes personnels. (A. DE PERETTI).
Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 62
• FAO. 2004. Étude de la situation et de l’évolution des systèmes de vulgarisation et
d’animation forestière en Afrique sahélienne. FAO, Rome.
• MORIS, J. 1994. Options de vulgarisation agricole en Afrique tropicale. CTA,
Pays-Bas.
• Ameur, C. 1994. Vulgarisation agricole, approches et orientations. Options
Méditerranéennes, Sér. A /n024 - Équilibre alimentaire, agriculture et
environnement en Méditerranée.
• BESSETTE, G. 2000. Un cadre conceptuel et méthodologique de la communication
pour le développement [en ligne]. Dans: L'appui au développement
communautaire: Une expérience de communication en Afrique rurale de l'Ouest.
Sous la direction de L. Alexandre et G. Bessette. CRDI, Ottawa.
• Garneau, C. Bationo. A, Olivier A. Outils de vulgarisation et adoption des
technologies agroforestières par les agriculteurs au Burkina Faso dans ACTES DU
COLLOQUE RÉGIONAL – BAMAKO - QUÉBEC – 14-15 FÉVRIER 2007 NOUER
DES LIENS ENTRE LA RECHERCHE EN AGROFORESTERIE ET LE DÉVELOPPEMENT
AU SAHEL.
• GAUTHIER, J. 2005. Vulgariser, produire et diffuser. Fiches pour les chercheurs
sur le terrain. CRDI, Ottawa, 14 fiches.
• Cours de Vulgarisation Agricole, M. KONÉ , IPR, 1987.
Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 63
VIII- Technologies de l’information et de la
communication (TIC) et Agriculture
Le développement des technologies de l’information et des
communications a une influence croissante sur la façon dont l’information
est diffusée et reçue dans le secteur agricole. Au départ, la radiophonie
était utilisée pour fournir aux agriculteurs une information de type
agricole qui a notamment permit aux groupes d’écoute radio
d’agriculteurs au Mali et au Zimbabwe de doubler leurs rendements
(selon la FAO).

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 64


Sur le plan mondial, plusieurs outils liés aux TIC ont déjà été utilisés dans
le secteur agricole, avec des résultats positifs avérés. De nombreux
participants aux forums organisés par la FAO sur les agri-TIC ont souligné
qu’il importe d’optimiser davantage le potentiel des TIC dont ils ont
souligné l’importance pour contribuer à réduire la pauvreté et l’insécurité
alimentaire, car elles permettent de créer de nouvelles capacités et des
réseaux entre les différentes parties prenantes de la chaîne de valeur
agricole.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 65


Les TIC peuvent constituer un soutien pour les agriculteurs en leur
permettant d’accéder à une information relevant des catégories suivantes
qui couvrent l’ensemble du processus de production agricole :

• Achat d’intrants et commercialisation de produits agricoles

Les TIC permettent d’avoir un accès à l’information commerciale en temps


réel et facilitent le contact avec d’autres parties prenantes de la chaîne de
valeur ; les agriculteurs peuvent ainsi acquérir des intrants agricoles de
qualité à des prix compétitifs, promouvoir leurs produits sur différents
marchés virtuels, et négocier les prix. D’une manière générale, cette
technologie permet également aux agriculteurs de mieux répondre aux
demandes du marché.
Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 66
• Information stratégique
Les TIC peuvent fournir une information relative aux pratiques culturales,
servir à l’aménagement et à la préparation des terres, aider à déterminer
la quantité adéquate d’intrants, fournir l’information climatique,
permettre la détection précoce et le traitement des ravageurs et des
maladies, et faciliter les prévisions de récolte.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 67


• Tendances antérieures
Les TIC peuvent jouer un rôle déterminant dans la prise de décision
relative à la production agricole en apportant des informations sur les
tendances antérieures en matière de productivité, d’attaques de
ravageurs et de conditions climatiques, entre autres éléments.
L’information relative aux conditions climatiques peut, par exemple, aider
les cultivateurs à programmer les activités culturales afin d’optimiser la
production et de contrôler les facteurs de stress.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 68


• Décisions de politique gouvernementale

Divers outils liés aux TIC permettent d’accéder aux informations relative
aux politiques gouvernementales en matière d’agriculture (telles que la
commercialisation, les lois sur l’emploi et les propriétés foncières), qui
peut s’avérer déterminante pour les agriculteurs au moment d’adopter
une décision.

Les technologies de l’information et de la communication représentent le


futur de plusieurs secteurs d’activités et ont une importance capitale pour
le développement agricole en Afrique et surtout au Mali.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 69


GÉNÉRALITÉ SUR LES TIC

Bien que les technologies de l’information et de la communication


(TIC) d’aujourd’hui se situent dans la continuité de générations
technologiques antérieures, l’évolution de leurs performances facilite
des transformations qui dépassent largement le cadre sectoriel des
industries de l’information et de la communication et affectent
l’ensemble de l’économie.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 70


Les TIC sont nés au cours des vingt-cinq dernières années de la fusion des
télécommunications, de l’électronique, de l’informatique et des
technologies de numérisation de l’information, en particulier de
l’information audiovisuelle. Le mariage de l’informatique et du matériel
audiovisuel a donné naissance aux disques et lecteurs compacts.

Aujourd’hui, des produits multimédias “en ligne” combinent du matériel


audiovisuel, de l’informatique et des télécommunications. Les TIC se
diffusent largement, en particulier vers les médias, la publicité et la
distribution.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 71


De nos jours, la révolution technologique a façonné notre quotidien.
L’utilisation des technologies de l’information et de la communication a
facilité les tâches dans de nombreux domaines. Que ce soit en termes
d’efficacité, de réduction de temps ou de communication, les TIC ont
envahi presque tous les secteurs d’activités : l’éducation, la santé,
l’économie. Elles sont présentes partout.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 72


Aujourd’hui, l’usage de ces TIC dans le développement agricole est très
important. Ainsi, un téléphone mobile bien équipé ou un Smartphone
doté des applications avec la couverture réseau et la connectivité à
Internet peut servir à mener des analyses du sol, à utiliser des engrais, à
recevoir des conseils de vulgarisation et des prévisions météorologiques,
à surveiller les nuisibles et les maladies, à prendre des décisions de
commercialisation, à envoyer et recevoir des paiements, à surveiller la
production pendant le transport et le stockage, à améliorer le transport et
la logistique du commerce de gros et de détail, et l’efficacité générale de
la gestion.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 73


Cependant, l’usage de ces outils par les populations rurales demande la
mise en place de certains prérequis. En effet, toutes les zones agricoles ne
sont pas couvertes par le réseau téléphonique ou la connexion Internet.
Par conséquent, la grande majorité des agriculteurs, surtout ceux des
villages, ne disposent pas de ces outils et leur usage concerne en
l’occurrence des jeunes qui sont les bras valides, mais qui ne sont pas les
seuls à exercer dans le domaine.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 74


Les TIC ont déjà fait des chiffres dans le monde
en général, et particulièrement en Afrique
L’agriculture couvre en moyenne : 60% des emplois, 45% des territoires et
13% du PIB (50% dans certains pays) en Afrique sub-saharienne.

Pour améliorer l’agriculture des pays en développement, il faut :

• Augmenter la productivité

• Moderniser la chaîne de valeur

• favoriser la demande locale

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 75


• Les TIC sont dans le secteur agricole malien depuis des dizaines
d’années, notamment avec les radios communautaires, la télévision qui,
ont apporté et continuent d’apporter un changement important dans le
comportement du paysan malien.

• Le monde de la télécommunication au Mali s’est intéressé au monde


agricole en 2013 avec les services Mobiles agricultures d’Orange Mali
dénommés M-agri.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 76


LES SERVICES M-AGRI ET LEURS AXES VISÉS
Améliorer les revenus des Accroître la productivité agricole Renforcer la chaîne de valeur
agriculteurs globalement
Accéder aux prix à jour des Permettre l’envoi de Collecter et traiter les données
marchés pour les cultures et le conseils/informations en masse terrain en temps réel via
bétail via mobile – par SMS ou via des SMS ou messages vocaux mobile/tablette afin d’améliorer
en vocal Afin de mieux négocier Envoyer des alertes les statistiques et anticiper les
et optimiser ses déplacements environnementales, météo besoins
Epargner et payer en toute Créer des annuaires de Permettre le suivi logistique des
sécurité et accéder à des professionnels / acheteurs / véhicules et des biens via des
services financiers/ micro-crédit vendeurs et leur géolocalisation solutions de « machine à
via Orange Money Donner des conseils, des machine »
Trouver des acheteurs grâce au informations agricoles via mobile collecter des informations/ des
service mobile de mise en (texte &/ou vocal) statistiques, mener des enquêtes
relation virtuelle de l’offre et de sur le terrain via mobile
la demande partager des informations avec
Service d’infos sur les prix de ma communauté via mobile (en
marché via mobile (texte &/ou vocal ou via Internet)
vocal)

Portemonnaie et paiement
sécurisé via mobile

Mise en relation des vendeurs


et acheteurs via mobile &
Internet

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 77


Les 3 principaux services lancés par Orange Mali
sont décrits ci-dessous
• Sènèkèla
En français « Agriculteur », Sènèkèla est un service à valeur ajoutée dans
le domaine agricole (SVA agricole) qui a été lancé au Mali en juillet 2013. Il
offre un service d’assistance téléphonique avec un personnel spécialisé
dans le domaine agricole qui couvre toute une gamme de sujets et de prix
de marché agricoles (37333). Il comprend également un canal USSD lancé
en février 2014 pour les prix de marché (#222#).

• Le service couvre plus de 25 cultures.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 78


• Sandji
En français « la pluie » est un service qui fournit aux agriculteurs les
informations météo précises (3 km à la ronde). Le service est fiable et
localisé pour une période donnée (un jour, une semaine…). L’inscription
au service se fait par USSD au #222#.

Un message de prévision pluviométrique reçu coûte 25 F à l’agriculteur.

Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 79


• Garbal :
En français « marché de bétail » est un service qui vise l’amélioration de la
résilience des éleveurs pasteurs grâce à l’accès et l’utilisation de données
géo-satellitaires. Il fournit les informations sur :

• La disponibilité et quantité de la biomasse ;

• La disponibilité en eaux de surface ;

• La concentration du cheptel ;

• Les prix des céréales et du bétail en appelant au 37333 ou en composant


le code USSD #222#

• L’appel coute 25 FCFA/min et le prix de requête pour le prix des denrées


est de 75 FCFA.
Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 80
Le comportement des utilisateurs avant
l’utilisation des services
Détails et Comportement des
Douleurs Impact
paysans
-Mauvaise planification des activités ;
-Ignorance de la compétition
-Mauvaise récolte à la fin de la campagne ;
grandissante de l’extérieur ;
-Incohérence avec les politiques du
-Ignorance des nouvelles
gouvernement
Manque d’information ; politiques de l’Etat pour le
-Perte de revenu et de temps pour mener à bien
Conseils agricoles insuffisant secteur ;
d’autres activités ;
-Dépenses inutiles et pertes de
-Non maitrise du dosage des engrais, et de
temps sur des travaux simples ;
comment se comporter avec les maladies des
-Faible niveau de conseil
plantes et des animaux ;

-Pratique des anciennes


Ignorance des effets du techniques culturales ; -Mauvaise planification des activités;
changement climatique -Utilisation des anciennes variétés - Mauvaise récolte à la fin de la campagne ;
de semences ;

Peu d’information sur -Vente des denrées à de bas prix


-Perte de revenu ;
l’évolution des prix sur les -Déplacement inutile pour aller
-Perte de temps et dépenses inutilement
marchés voir la situation du marché cible

-Déplacement inutile sans objectif -Perte de temps et d’énergie ;


Situation de la biomasse
sure -Mauvais état d’embonpoint des troupeaux ;
inconnue
-Fatigue des troupeaux -Baise du chiffre d’affaire et de revenu
Dr Adama BERTHÉ_DER_SES - IPR/IFRA - 2019 81

Vous aimerez peut-être aussi