Vous êtes sur la page 1sur 326

BIBLIOTHEQUE DES NOUVEAUX CAHIERS D'ALLEMAND

COLLECTION "OUTILS" - VOL. II / 1

LES INVARIABLES DIFFICILES

Dictionnaire allemand-franrais
des particules, connecteurs, inte,jections
et autres
"mots de la communication"

par

R. METRICH, E. FAUCHER et G. COURDIER


Graupe de Lexicographie Germanique
de l' Universite de Nancv II

Tome I
aber - außerdem
5" cdilion, rcvuc cl corrigcc

1998
Le Groupe de Lexicographie Germanique s'est constitue en 1984 a la
demande d'un grand editeur allemand souhaitant completer sa gamme par des
dictionnaires bilingues generaux. II a survecu a l'O.P.A. dont l'editeur a ete
victime en 1987 avec des objectifs lexicographiques plus specialises et une entiere
maitrise de Ja conception et de l'execution.

Membres permanents:

Eugene Faucher, ne en 1934, agrege d'allemand, professeur de linguistique


allemande depuis 1981, a consacre sa these d'Etat a l'etude des Faits d' ordre en
syntaxe allemande. A publie de nombreux articles abordant de multiples aspects
de Ja syntaxe de l'allemand. Dirige Je Groupe Lexicographique.

Rene Metrich, ne en 1947, agrege d'allemand, professeur de linguistique


allemande depuis 1990, s'est d'abord interesse a l'expression de la concession en
allemand avant de consacrer sa these d'Etat a la Lexicographie hilingue des
particules illocutoires de l' allemand. Responsable scientifique du projet.

Gilbert Courdier, ne en 1947, agrege d'allemand, a enseigne a Charleville­


Mezieres avant d'etre affecte par le Ministere il l'Universite de Nancy II pour
soutenir Ja cooperation franco-allemande en vue de laquelle le groupe avait ete
constitue. Enseigne a plein temps comme PRAG a l'Universite de Nancy II.

Membre temporaire:

Michaela Heinz, nee en 1958, specialiste de lexicographie fran<;:aise, est l 'auteur


d'une these (Dissertation) soutenue a Erlangen (R.F.A.) et intitulee: Le traitement
des locutionsfigurees dans le 'Petit Robert'. Description critique et suggestions
de normalisation. A etudie dans plusieurs universites allemandes et fran<;:aises et
effectue notamment un stage dans l'equipe des Dictionnaires Le Robert. Accueillie
dans Je Groupe Lexicographique de mai 1993 a avril 1994 gräce a une bourse
post-doctorale financee par !es ministeres de l'Education Nationale (Direction de la
Recherche et des Etudes doctorales) et des Affaires Etrangeres (Direction du
Developpement et de la Cooperation Scientifique).

Cette troisieme edition du tome l a beneficie d' une revision imegrale par /es soins
de Mademoiselle Michaela Heinz.
SOMMAIRE

A V ANT-PROPOS V
INTRODUCTION 1
1. PRESENTATION GENERALE ET JUSTIFICATION DU PROJET 1-10
1. Objet du dictionnaire 1
2. Justification 4
3. Objectifs du dictionnaire 9
II. LES MOTS DE LA COMMUNICATION : VUE D'ENSEMBLE 10-36
1. Les mots-phrases et interjections 11
2. Les modalisateurs 11
3. Les adverbes modaux 12
4. Les appreciatifs 13
5. Les particules de mise en relief 15
6. Les particules graduatives 20
7. Les adverbes connecteurs 21
8. Les particules connectives 22
9. Les particules modales 24
9.1. Les caracteristiques morpho-syntaxiques (et prosodiques) 26
9.2. Les fonctions communicatives 31
III. LE DICTIONNAIRE : PRINCIPES ET METHODE 36-90
A. La macrostructure 37
1. La nomenclature 37
2. La forme de la macrostructure 38
B. La microstructure 44
1. Le programme d'informations de Ja microstructure 44
1.1. Les informations d'ordre phonetique et prosodique 44
1.2. L'appartenance categorielle 49
1.3. Les informations d'ordre syntaxique 58
1.3.1. Les contextes syntaxiques 58
1.3.2. Les positions 65
1.4. Les informations d'ordre semantique 68
1.4.1. Les contextes enonciatifs 68
1.4.2. Les fonctions et effets de sens 71
1.5. Les informations relatives a l'usage 73
1.6. Les exemples 74
1.7. Les traductions 78
2. L'organisation de la microstructure 81
2.1. Les aspects du probleme 81
2.2. La structuration de Ja matiere 82
GUIDE D'UTILISATION (pages de couleur) 91- 109
Structure des articles 92
Signes & Abreviations 96
Aide a la recherche (choix des sous-entrees) 98
Glossaire 100- 109

DICTIONNAIRE 111- 307


Liste et categorisation des mots traites dans le tome I 113
aber 115
aber auch 138
ach 146
ah 159
aha 165
allein 171
allemal 184
allenfalls 187
allerdings 191
also 200
annähernd 227
ansonsten 230
auch 233
auch nur 272
auch wieder 282
ausgerechnet 288
ausgesprochen 295
außerdem 299

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES 309- 313


I. Ouvrages et articles cites dans l 'introduction 309
II. Bibliographie sommaire 311

SOURCES DES EXEMPLES 314- 320


AVANT-PROPOS

Le present volume est le premier d'une serie qui en comportera encore trois
pour un total de plus de mille pages. II presente les premiers resultats d'un
projet dont l'idee remonte a quelques annees, mais qui n'a pu, apres diverses
vicissitudes, entrer dans sa phase vraiment active que depuis moins de deux
ans.
Realise dans le cadre des activites du Groupe Lexicographique de
l'Universite de Nancy II, le projet a desormais atteint un rythme de croisiere
qui permet d'envisager son achevement pour fin 94 ou debut 95. II devrait
alors etre complete par un ouvrage similaire dont le frarn;:ais serait cette fois la
langue source et l'allemand la langue cible.
Si l'essentiel de la Kleinarbeit (souvent fastidieuse) qu'implique l'elaboration
d'un dictionnaire a ete accompli par nos soins, nous remercions volontiers
toutes les personnes et institutions qui, directement ou indirectement, nous ont
apporte une aide, grande ou petite. Nos remerciements vont en particulier a
- Mesdames Iksi et Riebet, etudiantes de maitrise, Mademoiselle Bull, bour­
siere Erasmus de l'Universite de Sarrebruck, Mademoiselle Alaf et Monsieur
Porth-Keromnes, stagiaires de D.E.A. qui ont chacun scannerise quelques
textes et/ou releve un certain nombre d'exemples (dont Ja plupart ne seront
toutefois utilises qu'a partir du prochain volume) ;
- Madame Metrich, qui a etabli pour beaucoup des textes dont nous avons uti­
Iise !es traductions !es correspondances de pages entre les versions allemande
et franc;:aise, täche ingrate, s'il en est ;
- Monsieur Hermann, collegue obligeant, qui a mis a notre disposition son cor­
pus de presse BTX 1989 ;
- !'Institut für Deutsche Sprache, qui a bien voulu nous louer pour un an une
partie de son Mannheimer Korpus ainsi que de son Bonner Zeitungskorpus
et de son Handbuchkorpus 87;
- les quelques etudiants du C.N.E.D. (dont nous avons malheureusement omis de
conserver !es noms) qui ont accepte, il y a quelques annees, de faire part a
l'un de nous des reactions que leur inspiraient les modeles d'article qui leur
ont ete soumis ;
- et enfin, last but not least, le Conseil d'Administration de l'Association des
Nouveaux Cahiers d' Allemand, qui a bien voulu editer l'ouvrage alors que les
maisons d'edition contactees se sont toutes derobees au motif que Je champ
des clients potentiels de ce type d'ouvrage n'etait pas assez !arge.

Les Auteurs.
INTRODUCTION

Cette introduction est divisee en trois sections : Ja premiere presente


et justifie dans ses grandes Jignes Je projet de dictionnaire bilingue
des invariables difficiles. La seconde brosse un tableau general de ces
mots, dont Je point commun, outre J'invariabilite et les problemes de
comprehension et/ou de traduction qu'iJs posent souvent a l'usager
francophone, est de relever d'un sous-ensemble du lexique que nous
appellerons faute de mieux les mots de la communication. Elle inte­
ressera ceux qui souhaitent se familiariser avec Je domaine traite
avant d'aborder les descriptions de detail. La troisieme, enfin, plus
longue, expose les principes et methodes qui ont preside a
l'elaboration de l'ouvrage, les problemes rencontres et les solutions
adoptees. Elle s'adresse a ceux qui ne se satisfont pas d'utiliser un
produit "tout fait", mais desirent en outre savoir comment il a ete
con�u, voire verifier dans quelle mesure il est Je resultat d'un corps
de doctrine a peu pres coherent 1.
Si Ja lecture de cette introduction devrait permettre, par ailleurs,
de tirer un meilleur parti du dictionnaire proprement dit, il va de soi
qu'eile n'est nullement indispensable a une utilisation efficace de ce
demier. L'usager presse peut sans inconvenient majeur Ja survoler,
ou meme l'ignorer totalement.

1. PRESENTATION GENERALE ET JUSTIFICATION DU PROJET

1. Objet du dictionnaire
On classe traditionnellement les mots d'une langue en deux grands types. Le
premier, dont chat, courir, joie, liberte ou licorne sont quelques representants,
est celui des mots que I'on dit pleins parce qu 'ils possedent un contenu
referentiel propre, en entendant par Ja qu'ils sont directement associes a des
reaJiteS extra-]inguistiques 2 (etres, proces Oll etats) qu 'ils ont pour rö)e

1 Nous nous soumettons en cela ii ce qu'on pourrait appeler l'exigence de transparence


formulee dans H. BERGEN HOL TZ (1990). Ce faisant, nous sommes bien conscients du risque
pris : Ja complexite du produit, !es diverses contraintes qui pesent sur sa realisation, !es
exigences contradictoires auxquelles il doit obeir et !es inevitables defaillances humaines qui
accompagnent toute entreprise de longue haleine font que Je resultat effectivement atteint sera
necessairement en-dec,a de!'ideal vise. Peut-etre Je decalage parai'tra-t-il trop important, Je fosse
trop !arge. Au moins aurons-nous essaye de "faire avancer les choses" dans un domaine
jusqu'ici neglige par Ja germanistique et dont l'interet pourtant ne devrait echapper ni au
chercheur ni au praticien.
2 L'expression ne prejuge pas du mode d'existence des realites en question, qui peut etre
d'evoquer ou de designer. Le second correspond aux mots qui n'ont pas cette
caracteristique et que l 'on a, pour cette raison et par opposition aux premiers,
parfois declares vides. Ces mots, que l'on regroupe en divers sous-ensembles,
articles, pronoms, prepositions, conjonctions etc., ne renvoient pas directe­
ment au monde exterieur, mais ont une fonction en quelque sorte interne a Ja
langue, en ce sens qu'ils sont mis au service des premiers pour indiquer !es
rapports qu'ils entretiennent entre eux ou !es constituer en unites grammati­
cales plus vastes (locutions, syntagmes, phrases), raison pour laquelle on !es
qualifie volontiers de mots outils.
Or, comme l'ont depuis longtemps remarque certains linguistes3, il existe
dans toute langue - et tout particulierement en allemand - des mots qui ne se
laissent aisement ranger ni dans Je premier type, que l'on appelle generalement
les mots lexicaux, ni dans Je second, auquel on reserve l'appellation de mots
grammaticaux4 . Ce sont, par exemple, des mots comme !es suivants dans !es
emplois illustres par les enonces mis en regard

- aber Der hat aher einen Bart! 5


0

(Quelle barbe il a!)


- ach Ach, das macht doch nichts!
0

(Mais i;a ne fait rien!)


- allerdings : ' Das ist allerdings ärgerlich!
0

(Voila qui est irritant, en effet!)


- also Also ' das hätt' ich nicht von ihm erwartet!
0 0

(Alors Ja, je n'aurais pas attendu i;a de sa part!)


- doch Das ge hört sich doch nicht!
0

(<;a ne se fait pas, voyons!)


- ehen Das ist es ehen: er will nicht.
0

(Voila bien Je probleme: il ne veut pas.)


- eigentlich Hast du ihn eigentlich angerufen?
(Tu l'as appele, au fait?)
- etwa Hat er ihm etwa davon erzählt?
(Est-ce qu'il lui en aurait parle?)
- freilich °Freilich hat er es gesagt!
(Et comment, qu'il l'a dit!)

variable et ne se limite en tout cas pas a celui des objets de notre monde : personne n'a jamais
vu de licome courir dans !es bois, ce qui n'empeche pas ce mot d'avoir un contenu referentiel
propre, c'est-a-dire de designer une certaine realite extra-linguistique, dont Je mode d'existence
est en l'occurrence purement imaginaire.
3 Cf. par ex. J. DARBELNET (1970)
4 Pour une vue generale sur cette problematique, cf. GALISSON R. et D. COSTE (1976).
5 Le rond (0 ) est place devant une syllabe fortement accentuee tandis que l'apostrophe annonce
une intonation montante. Les deux phenomenes sont associes lorsque Je premier element de Ja
phrase est mis en valeur comme theme de l'enonce, c'est-a-dire comme objet dont il est
question ou, selon l'expression de C. HAGEGE (1986, p. 296), comme support de l'enonce par
opposition au rheme qui en constitue l'apport.

2
- immerhin : Du kannst es immerhin probieren.
(Tu peux toujours essayer.)
- na Na, ' so schlimm wird es wohl nicht sein.
0 0

(Oh, �a doit pas etre si grave que cela!)


- so So so, er will nicht!
0

(Ah bon, il ne veut pas!)


- tja Tja, das ist eine schwierige Frage.
(Ben, c'est une question difficile.)
- überhaupt Und überhaupt: was suchen Sie hier?
(Et puis d'abord : que faites-vous ici?)
- übrigens Übrigens war es schon zu spät.
(D'ailleurs, il etait deja trop tard)
- wohl Das liegt wohl daran, daß...
(Sans doute est-ce du au fait que...)

Ces mots n'ont, de toute evidence, rien de commun avec !es mots lexicaux.
Mais s'ils partagent quelques traits avec !es mots grammaticaux - en particuJier
celui de ne pas avoir de contenu referentiel propre 6 - ils s'en ecartent par deux
caracteristiques suffisamment fortes pour qu'on se refuse, selon l'expression
familiere, a !es mettre avec ces demiers dans Je meme panier. D'une part, ils
ne servent pas, contrairement aux mots grammaticaux, a constituer des unites
linguistiques de rang superieur : alors que Ja preposition auf, par exemple,
s'adjoint a un groupe nominal pour constituer un groupe prepositionnel sus­
ceptible de fonctionner dans Ja phrase er legte das Buch [auf den Tisch], on ne
voit pas avec quelle autre unite un mot comme doch, dans Ja fonction illustree
plus haut, pourrait constituer un quelconque syntagme. D'autre part, non
contents de ne pas avoir de referent propre, ils ne jouent, ce qui !es distinguent
aussi des mots grammaticaux, aucun r6le dans l'elaboration du contenu des
enonces et restent par consequent sans effet sur Jeurs conditions de verite.
Ainsi, tandis que Ja substitution de Ja subjonction bevor a Ja subjonction nach­
dem dans n'importe quel enonce en modifierait ipso facto Je contenu et donc
!es conditions dans lesquelles il pourra etre dit vrai ou faux, Je remplacement
de doch, dans l'exemple donne plus haut, par ja, eben, allerdings ou eigentlich
(pour ne citer que quelques possibilites parmi d'autres) n'entrafoerait, quant a
lui, aucune consequence pour les conditions de verite de cet enonce.
En revanche, chacun peut Je constater, Je remplacement de doch par J'un
des autres mots evoques modifierait, et dans certains cas considerablement, Ja
"vaJeur" de J'acte de communication accompli en produisant J'enonce. Selon Je
mot empJoye, J'enonce n'exprimerait pas Ja meme intention de communication,
il ne manifesterait pas Ja meme attitude de Ja part du locuteur, ne produirait
6 Panni !es autres traits communs on pourrait mentionner le fait qu'ils appartiennent des a
ensembles clos (meme si les inventaires sont sujets a flottements) et que leur contenu
semantique, pour difficile a saisir qu'il soit, presente cependant une grande stabilite a travers le
temps et l'espace : ces mots-la, de toute evidence, s'usent et evoluent moins vite que !es mots
dits lexicaux.

3
pas !es memes effets sur I'interlocuteur, n'encha1nerait pas de Ja meme maniere
sur Je contexte amont et ne serait, en definitive, sans doute meme pas utilisable
dans les memes conditions. C'est que Je röle de ces mots, s'il n'est ni d'ordre
lexical (referentiel) ni d'ordre grammatical (syntaxique), se situe sur un autre
plan : celui Oll se realise l'acte concret d'enonciation, c'est-a-dire Oll ce qui
n'est d'abord qu'une construction grammaticale - syntagme, phrase ou se­
quence quelconque - dotee d'un certain contenu referentiel, se trouve effecti­
vement produit, enonce, par un locuteur donne, dans des circonstances don­
nees, avec une intention donnee et des effets escomptes, voire previsibles sinon
toujours reellement obtenus. Bref, la vocation de ces mots est de servir dans
l'acte meme de communication, raison pour laquelle il convient de les consti­
tuer a cöte des mots Lexicaux et des mots grammaticaux en un troisieme type
auquel on peut reserver l'appellation de mots outiLs de La communication ou
celle, plus simple, proposee par J. Chaurand7 de mots de La communication.
C'est cet ensemble de mots qui constitue le champ que se propose de ba­
layer, d'abord du cöte allemand, plus tard du cöte fran9ais, Je dictionnaire dont
nous presentons ici le premier fascicule.

2. J ustification
Mais pourquoi un dictionnaire bilingue des mots de La communication ? Les
raisons en sont diverses et s'ordonnent en une chaine argumentative qui nous a
conduit, malgre les difficultes et les risques qu'elle comporte, a considerer
comme utile, necessaire, et pour tout dire urgente la realisation d'un tel ou­
vrage.
D'abord, si les mots de La communication ne constituent pas un ensemble
particulierement nombreux (de quelques dizaines a quelques centaines de mots,
selon la definition plus ou moins !arge qu'on en donne), leur frequence
d'emploi, notamment en allemand, est, eile, relativement elevee. Elle l'est,
comme chacun sait, dans la langue parlee de tous les jours, mais eile l'est aussi
dans la langue ecrite, et s'il est vrai qu'elle varie beaucoup selon !es types de
textes, !es registres ou les auteurs, on ne risque pas d'etre contredit par les faits
en affirmant qu'il n'est guere de domaine dont ces petits mots, comme on les
appelait naguere, soient completement absents 8 .
S'ajoutant a la frequence, et l'expliquant d'ailleurs largement, il y a ensuite
Ja multiplicite des fonctions que peuvent exercer concretement ces mots dans la

7 Au colloque sur !es connecteurs qui s'est tenu a Paris a l'E.N.S. de Ja rue d'Ulm !es 11 et 12
decembre 19 8 6. Les appellations plus ou moins concurrentes de mots du discours (0.
DUCROT et al. (19 8 0)) ou de mots de La conversation (traduction litterale de Gesprächswörter,
terme propose dans H. HENNE ( 1978 )) nous ont paru moins adequates, Ja premiere a cause de
l'ambigui'te meme du mot discours, Ja seconde en raison de Ja limitation d'emploi qu'elle
suggere a un seul type de situations de communication.
8 Meme Je discours savant des juristes a recours a ce type de mots, quoiqu'a des <loses
infiniment plus modestes que Je langage courant. Sur six pages de H. HUBMANN (19 8 7) on
releve ainsi deux ja, deux allerdings et un überhaupt. Le discours juridique vulgarisateur en ·
comporte davantage. Seule Ja langue des Jois para1t !es exclure.
4
communication. Cette multipJicite se manifeste d'au moins quatre fa�ons:
- d'une part, d'un mot a l'autre: ainsi doch insere comme particuJe atone apres
er dans Ja phrase das hat er nicht gewußt! Jui donnerait-iJ Ja vaJeur d'une af­
firmation presentee comme connue ou evidente, en tout cas non sujette a dis­
cussion, aJors que allerdings, empJoye au meme endroit (avec accentuation
forte de das accompagnee d'une intonation montante), Jui donnerait plutöt
celle d'une concession, eventuellement faite a contre-creur et peut-etre suivie
d'une replique introduite par aber. L'insertion de eben,ja ou schließlich Jui
donnerait d'autres valeurs encore. II n'est du reste besoin que d'examiner
l'echantillon d'exemples presente plus haut pour se convaincre de la diversite
des effets produits par ces differents mots;
- d'autre part pour un meme mot (une meme forme, un meme signifiant), d'un
mode de fonctionnement syntaxique a l'autre : ainsi nur introduit-il une res­
triction quand iJ fonctionne comme connecteur entre deux enonces (Alles
schön und gut, nur: wer bezahlt das?), alors qu'il marque l'exclusivite
lorsqu'il ne porte que sur un membre de phrase (Nur er kann uns helfen) et
0

manifeste une certaine attitude, un certain etat psychique du Jocuteur lorsqu'il


est insere par exemple dans un enonce interrogatif, qu'il affecte alors dans
son ensemble en Je faisant passer du statut de simple demande d'information a
celui de question-exclamation exprimant un fort desir de savoir, eventuelle­
ment mele d'inquietude ou de desarroi (Was macht er dort? -+ Was macht
er nur dort[, daß er so lange nicht zurückkommt]?);
- par ailleurs, pour un meme mode de fonctionnement syntaxique et dans un
meme type forme! de phrase (independante a verbe second), d'un enonce
particulier a un autre : ainsi schon employe dans une declarative comme
eJement affectant l'ensemble de Ja phrase peut-il, selon !es enonces concrets
ou iJ se trouve, etre compris comme marquant (entre autres) un renforce­
ment de l'affirmation (Es ist schon ein Elend!), une concession annonciatrice
d'une replique (Das ist schon richtig, aber...), un sentiment de tranquille
certitude (Das werde ich schon schaffen!) ou encore un mauvais presage (Er
wird es schon merken!);
- enfin, pour un meme mode de fonctionnement syntaxique et dans une meme
phrase donnee, d'un contexte discursif a l'autre: ainsi ja exprime-t-il, dans Ja
phrase declarative (a tonalite plus ou moins exclamative), tantöt Ja surprise
tantöt le rappel d'une information censee connue, selon que cette phrase est
produite pour etablir un constat inattendu (Ach Gott, ich hab' ja alle
Unterlagen zuhause liegen lassen!) ou pour expliquer ou justifier une decJa­
ration anterieure (Das kann ich dir leider nicht sagen, ich hab' ja alle
Unterlagen zuhause liegen lassen!).
On peut meme, sans forcer !es choses, etablir Ja multiplicite fonctionnelle de
ces mots d'une cinquieme maniere, en observant qu'un meme emploi particu­
lier d'un mot donne peut etre saisi SOUS differents ang!es, a differents niveaux,
et livrer ainsi differentes facettes de son röle dans l'enonce. C'est le cas, par
exemple, de auch qui, insere apres du dans Ja question hast du das Wasser ab­
gestellt?, en ferait une question d'un certain type (une Vergewisserungsfrage

5
visant a s'assurer que l'eau a bien ete coupee9 ) et par Ja meme l'expression
d'une certaine inquietude du locuteur quant a Ja realite du fait, et donc aussi
celle d'une attitude suspicieuse a I'egard de l'interlocuteur, a laquelle ce der­
nier repondrait peut-etre par une manifestation d'agacement (Aber 0ja doch! -
Mais bien sur!)
Mais si Ja multiplicite des fonctions et des valeurs susceptibles d'etre expri­
mees par !es mots de la communication est patente, eile ne serait rien - et c'est
Ja troisieme raison de l'entreprise - si ces fonctions ne pesaient pas d'un poids
important, et parfois tout a fait capital, dans Ja bonne comprehension - et donc
aussi Ja production adequate - des enonces en situation. Certes, ce poids peut
varier, il n'est pas toujours aussi decisif que dans Je cas de schon employe dans
les interrogatives en w- (Was weiß er? : demande d'information; Was weiß er
schon? : affirmation qu'il ne sait rien) et il peut tendre parfois vers zero (entre
was machst du? et was machst du denn?, Ja nuance n'est pas considerable et le
röle de denn para1t ici bien mince). Mais !es exemples donnes jusqu'ici, bien
que construits, tres simples et presentes hors contexte, montrent abondamment
ce que tout germaniste attentif a du reste eu maintes fois l'occasion de consta­
ter, a savoir que ces mots, par !es multiples täches qu'on leur confie, sont bien
plus que les Flick- und Füllwörter, les Läuse im Pelze der deutschen Sprache,
qu'ont voulu y voir jadis certains stylisticiens lO.
Frequents, dotes de multiples fonctions ou valeurs et jouant dans le sens fi­
nal des enonces un röle toujours utile, souvent considerable et parfois decisif,
il n'est pas etonnant - c'est Ja une quatrieme raison de s'y interesser - que ces
mots aient toujours represente pour !es apprenants, y compris a un niveau
avancel 1, une des difficultes majeures de I'allemand et qu'un germaniste pa­
tente, mais francophone, ait pu regretter, füt-ce par excessive modestie, de ne
pas etre encore parvenu a !es ma1triser parfaitement l2 .
Si ces mots sont difficiles a comprendre et a manipuler, que dire de leur tra­
duction? On sait que le fran�ais en est moins genereusement dote que
l'allemand l 3 - meme s'il n'est pas aussi depourvu qu'on pourrait Je croire l4.
9 Sans accentuation forte de Wasser, laquelle induirait le sens 'as-tu egalement coupe l'eau (et
non pas seulement l'electricite)', alors que c'est le sens 'tu es bien sur d'avoir coupe l'eau?' que
l'on vise ici.
10 Cf. H. WEYDT (1 969) p. 2 3, note 11
11 Cf. par exemple l'article de N. REITER (1980) dont le titre est tout a fait revelateur: "Die
Perfidie des deutschen ja", in Deutsche Sprache n° 4/1980, p. 342 -355.
L'experience de l'enseignement montre que meme les candidats au C.A.P.E.S. ou a
l'agregation ne maitrisent pas toujours bien ces mots, en version aussi bien qu'en theme.
12 Propos rapportes par M. Dalmas dans WEYDT, H. (ed.) (1 989), p. 228.
13 Ce constat constitue meme le point de depart de la these de H. Weydt (WEYDT, H. (1969 ).
W. Abraham note dans W. ABRAHAM (1991) p.2 que la plupart des autres langues
europeennes, romanes ou germaniques sont egalement moins riches en particules que
l'allemand et suggere que ce fait est a mettre en relation avec la topologie de la phrase allemande
(configuration figee en debut et fin de phrase, grande souplesse dans l 'entre-deux) opposee a
celle d'autres langues (ordre strict sujet-verbe-objet du noyau de la phrase fram,;aise, grande
liberte aux extremites).
14 Le fondement objectif de cette impression juste en soi - mais qu'il ne faut toutefois pas

6
C'est une premiere difficulte : comment rendre la "richesse" allemande par la
"pauvrete" franvaise? Surtout, plus que Ja pauvrete intrinseque en nombre
d'elements de ce type, il y a le fait que le franvais en use bien plus moderement
que l'allemand, conformement a son genie propre qui l'incite d'une maniere
generale a laisser dans l'implicite bien des informations que l'allemand se sent
naturellement le besoin d'expliciter15. C'est une seconde difficulte, et de taille :
faut-il überhaupt (!) les "rendre"? Et rendre quoi exactement, et dans quelle
mesure?
On voit que !es raisons ne manquent pas d'entreprendre une description
Iexicographique detaillee de cet ensemble de mots et d'en proposer a Ja com­
munaute des germanistes un dictionnaire bilingue capable de repondre aux
questions qu'ils peuvent etre amenes a se poser a leur sujet.
Mais pour importantes qu'eiles soient intrinsequement, ces raisons ne justi­
fieraient pas a elles seules l'investissement en temps et en energie qu'implique
Ja realisation de cet objectif, si !es germanistes, etudiants ou enseignants, trou­
vaient deja dans des ouvrages existants de quoi les tirer d'embarras ou satis­
faire simplement Ieur curiosite. Mais il n'en est rien. Les dictionnaires bi­
lingues generaux, meme d'assez fort volume, n'accordent ces mots qu'une a
exagerer - de relative pauvrete du frarn;;ais face a l'allemand, dans certains secteurs des mots de
la communication, est dans Je fait que !es mots et expressions frarn;:ais sont moins aisement
regroupables en sous-ensembles morpho-syntaxiquement homogenes. L'identite d'un individu
lui venant bien souvent du groupe auquel il appartient, l'absence de groupes a profils
caracteristiques conduit naturellement a ne pas prendre conscience de l'existence de l'individu.
Si Je fran9ais est nettement moins riche que l'allemand en particules dites modales (ex.: Entrez
dtms:.!; cf. 11.8.), il semble etre en revanche mieux pourvu en particules dites d'articulation (ex.
: fum, on y va?; cf. 11.8.). Sans doute n'est-ce pas un hasard si Ja premiere etude d'ensemble
consacree a ces particules a ete menee (par une romaniste allemande) sur Je fran9ais (cf. E.
GÜLICH (1970).
15 Bien qu'il faille toujours etre prudent dans l'etablissement de rapports entre Ja langue d'un
peuple et son esprit, ses habitudes mentales ou comportementales, on ne peut qu'etre frappe par
l'analogie des observations respectives de P. Blumenthal sur Ja langue allemande et de E.T.
Hall & M.R. Hall sur Ja maniere de communiquer des Allemands. Le premier note (cf. P.
BLUMENTHAL (1987) p. 15) Ja tendance de l'allemand a Ja specification, qui se reflete dans
l'abondance des mots composes du type Bienenhonig, Speiserestaurant ou Arbeitskollege
(comme si Je miel pouvait ne pas provenir des abeilles, un restaurant ne pas etre destine a
manger, un collegue etre autre chose qu'une personne travaillant dans Ja meme entreprise). Les
seconds observent (HALL, E.T. & HALL, M.R. (1984) p. 39 et sv.) que !es Allemands
contextualisent faiblement !es informations qu'ils transmettent, c'est-a-dire qu'ils tendent
toujours a tout expliciter, a faire en sorte que leur discours soit parfaitement comprehensible
sans recours au contexte. Les Fran9ais, en revanche, contextualisent plus fortement
l'information, en ce sens qu'ils Ja transmettent volontiers sur Je mode allusif, laissant a
l'interlocuteur Je soin de Ja completer ou de Ja desambigui"ser en se reportant au contexte ou a Ja
Situation.

7
place tres modeste l6, ce qui est d'ailleurs conforme a leur vocation genera­
liste l 7. II en va de meme des dictionnaires unilingues, meme si leurs possibili­
tes sont plus importantes. D'une maniere generale et malgre les incontestables
progres realises par les grands dictionnaires de I 'allemand 1 8, force est de
constater que l'intense activite linguistique menee autour de ces mots depuis
maintenant plus de deux decennies n'a eu au total que fort peu de retombees
lexicographiques 1 9. S'il existe quelques minces opuscules d'initiation 20, fort
utiles il est vrai, mais de portee necessairement limitee, - et qui de toute favon
ne relevent pas de la lexicographie - on ne campte jusqu'ici aucun dictionnaire
de ces mots s'adressant specifiquement au public franvais21. II y a quelques an­
nees a certes paru, dans l'ex-RDA, sous la signature de G. Helbig 22, un
Lexikon deutscher Partikeln unilingue specialement destine aux apprenants de
l'allemand langue etrangere (ce qui inclut les francophones). II a ses merites 23
et peut rendre d'excellents services jusqu'a un certain niveau, notamment pour
acquerir une premiere vue d'ensemble du domaine. Mais il laisse echapper
trop de types d'emploi, et ses exemples, tous construits et donnes pratiquement
sans indication de contexte ou de situation, sont Je plus souvent bien trop rudi­
mentaires, pour qu 'il puisse vraiment rendre campte de l 'usage reel de ces
mots dans le discours et apporter, du moins a un haut niveau, une aide pleine­
ment efficace au germaniste etranger qui s'y trouve confronte. Bref, s'il est de
tradition de justifier toute production editoriale en la presentant comme com­
blant une lacune du marche, il nous para1t que cette affirmation correspond

16 Signalons cependant l'exception notable que constitue le SACHS/VILLATTE (1907) dont la


tradition n'a malheureusement pas ete poursuivie.
1 7 Eu egard a l'importance de ces mots, il serait cenes legitime de leur accorder une place plus
importante, quitte a reduire le nombre de termes specialises que l'usager "moyen" ne consulte
pas et que le specialiste peut trouver dans des dictionnaires specialises ou !es equivalents
fournis seront en general plus fiab les. Mais il reste que meme en augmentant la place qui leur
est consacree, un dictionnaire general ne saurait rendre !es memes services qu'un dictionnaire
specialise.
18 Nous pensons en particulier a DROSDOWSKI (1 976) et surtout a KLAPPENBACH & STEINm
(1978).
19 Quelques articles et essentiellement deux ouvrages : BASTERT (1 985), consacre a la
description lexicographique de doch et qui a le grand merite d'etre tres concret; WOLSKJ (1986),
consacre au traitement des particules dans !es grands dictionnaires monolingues allemands et
dans lequel la description de l'existant prend (malgre d'interessantes propositions) nettement le
pas sur la formulation et la mise en reuvre de solutions nouvelles.
20 Cf. KEMME (1979); HELBIG & KLÖTZ (1981); WEYDT et al. (1983)
2 1 Signalons ici la parution en 1 990 d'un dictionnaire allemand-anglais qui, comme l'indique
son titre (Adverbien und Partikeln) traite pele-mele de veritab les mots de la communication et
d'adverbes aussi inoffensifs que allenthalben (partout). Cet ouvrage, dont ce n'est pas le lieu ici
de faire la critique ni de contester l'utilite, est d'une conception tres differente de celle que nous
essayons de mettre en reuvre. Le traitement qu'il propose n'est - pour ne citer qu'un exemple -
pas appuye sur des enonces effectivement attestes et Ja description laisse echapper de nombreux
emplois ou effets de sens. Destine a des germanophones (la metalangue descriptive est
l'allemand), ce dictionnaire ne !es guide guere explicitement dans Je choix des equivalents
anglais convenables.
22 Cf. HELB1G, G. (1988)
2 3 Cf. compte rendu de cet ouvrage dans Nouveaux Cahiers d'Allemand vol.7, n° 4/1989, p.
41 4-41 6 .

8
bien, en l'occurrence, a Ja verite, que Ja lacune que nous nous proposons de
combler - au moins partiellement - est plus que reelle et Ja demarche qui a
conduit a Ja realisation de ce dictionnaire donc plus que justifiee.

3. Objectifs du dictionnaire
L'evolution de Ja lexicographie pratique, depuis un certain nombre d'annees,
permet aujourd'hui de distinguer, du point de vue de Ja fonction qu'ils rem­
plissent, entre dictionnaires de consultation et dictionnaires d'apprentissage24 .
Celui que nous presentons ici se voudrait les deux a Ja fois. Cela peut sembler
une gageure, !es deux fonctions paraissant a priori contradictoires. Un ouvrage
destine a l'apprentissage doit en principe aller a l'essentiel et negliger !es de­
tails, il doit simplifier, schematiser Ja realite langagiere et, pour des raisons
pedagogiques evidentes, se concentrer sur !es emplois typiques et fondamen­
taux. A !'inverse, un ouvrage de consultation n'est vraiment utile que s'il est en
mesure de repondre a l'ensemble ou en tout cas au plus grand nombre possible
de problemes que l'usager de Ja langue est susceptible de rencontrer, il
n'assure correctement sa fonction de depannage, comme dit opportunement R.
Galisson 25, que s'il vise a tous egards l'exhaustivite maximale. Cela veut dire,
entre autres, qu 'il doit accueillir et decrire non seulement Jes emplois les plus
typiques mais aussi les plus complexes, !es plus marginaux, les plus etonnants -
ceux, justement, qui risquent de poser Je plus de problemes a l'usager.
La contradiction entre ces deux fonctions ne doit cependant pas etre exage­
ree. D'abord au plan des concepts eux-memes. Comme Je remarque R.
Galisson 26, toute consultation est motivee par Je souci de verifier une connais­
sance ou de combler une lacune. Si l'usager trouve J'information qu'il cherche,
il aura par la-meme appris quelque chose, ce qui fait que tout dictionnaire,
meme de consultation, est aussi un dictionnaire d'apprentissage. Ensuite au
plan des realites. Un dictionnaire specialise consacre a un sous-ensemble du
lexique aussi restreint que !es mots de la communication ne s'adresse evidem­
ment pas a des "debutants", mais a un public deja relativement averti : etu­
diants specialistes, enseignants du secondaire et du superieur, et au-dela de ces

24 Curieusement, il semble que ce soit les Allemands qui aient invente le concept de
dictionnaire d'apprentissage, mais !es Franr,:ais Ja chose qu'il designe. Dans son compte rendu
de 1974 (cf. bibliographie 11.3.), F.J. Hausmann parle du Dictionnaire du fran1;ais
contemporain comme d'un Lernwörterbuch, alors que l'editeur franr,:ais (Larousse) Je presente
plus modestement comme dictionnaire plus particulierement adapte a l'enseignement. Le meme
editeur a, depuis, produit un dictionnaire du franr,:ais langue etrangere, dont (a notre
connaissance) il n'existe toujours pas d'equivalent pour Ja langue allemande. II y a quelques
annees, Je Bibliographisches Institut de Mannhein a publie une nouvelle version du n °10 de sa
serie 'Der Große Duden' (Das Bedeutungswörterbuch), qui, bien que presente comme
Lernwörterbuch, reste tres en retrait sur des ouvrages tels que les deux cites ou Je plus recent
Robert Methodique. (Cf. METRICH, R.: "Le Lernwörterbuch de Duden ou: Qu'est-ce qu'un
Lernwörterbuch. Exercice de lecture critique d'un dictionnaire, in Nouveaux Cahiers
d' Allemand, vol.4, 1986/2, p.127-146)
25 Cf. GALISSON, R. (1987)
26 ibid. p.102

9
deux groupes privilegies, a toute personne qui souhaite, par interet ou necessite
professionnelle, parvenir a un haut degre de maitrise du groupe de mots en
question. La notion de dictionnaire d' apprentissage (Lernwörterbuch) ne doit
donc pas etre prise, ici, a un niveau trop elementaire. Elle signifie surtout
qu'un effort d'explicitation et de presentation a ete tente pour que ''l'abondance
des feuilles" n'occulte pas la "forme generale de J'arbre"; en d'autres termes:
pour que l 'usager qui souhaite aller au-dela d 'une consultation ponctuelle
puisse parvenir, sans se perdre dans Ja foret des details, a approfondir reelle­
ment sa connaissance et sa maitrise des mots traites dans ce dictionnaire.
Par-dela ses objectifs utilitaires de depannage et d'approfondissement des
connaissances pratiques, ce dictionnaire devrait egalement - teile est du moins
son ambition - contribuer a ameliorer notre vision des faits de langue dont il
traite. Loin de n'etre qu'un sous-produit de la recherche linguistique, il devrait
en etre aussi, par l'abondant corpus d'exemples authentiques qu'il rassemble,
un stimulant. Que de fois, en effet, n'avons-nous pas ete surpris par la realite
de l'usage, que de fois n'avons-nous pas constate que l'idee que nous nous fai­
sions de ces mots, de leur comportement syntaxique ou de leur fonctionnement
semantique 27 , etait prise en defaut sur tel point ou meritait un complement
d'examen sur tel autre! En rassemblant (dans les inevitables limites de toute
entreprise de ce genre) la palette la plus large possible de leurs emplois, ce
dictionnaire devrait donc, du moins I 'esperons-nous, interesser une troisieme
categorie de public, savoir nos collegues linguistes et chercheurs, a qui il de­
vrait apporter, une parmi d'autres, cette possibilite de confrontation de la
"theorie" avec la realite de l'usage, qui seule fait avancer la reflexion.

II. LES MOTS DE LA COMMUNICATION : VUE D'ENSEMBLE

Si !es mots de la communication ont comme points communs de n'avoir pas de


contenu referentiel propre, de ne pas intervenir dans la construction gramma­
ticale des enonces mais d'exercer leurs effets au plan de la communication, ils
ne constituent pas pour autant une classe de mots au sens fort du terme, car il
n'est guere de caracteristique morpho-syntaxique ni de fonction semantique
(communicative) dont on puisse dire qu'ils la (!es) partagent tous. Plutöt que
de chercher a donner une description unifiee et structuree d'un ensemble en
27 Les linguistes distinguent aujourd'hui communement entre le niveau semantique des
enonces, Oll il est question de leur contenu propositionnel, c'est-a-dire de l'etat de choses (le
Sachverhalt, des grammaires allemandes), reel ou non, qu'ils relatent ou evoquent, et le niveau
pragmatique ou communicatif, Oll J'on envisage leur valeur comme actes de communication.
Ainsi peut-on dire des enonces Pierre est venu et Pierre est-il venu? qu'ils evoquent, au niveau
semantique, le meme etat de choses, a savoir la venue d'un individu nomme Pierre, alors qu'au
niveau pragmatique (ou communicatif), il est clair qu'ils realisent deux actes de communication
bien differents. Si la distinction des deux niveaux est tout a fait fondamentale pour la
description des mots qui font l'objet de ce dictionnaire, la restriction de l'emploi du mot
semantique pour le seul niveau du contenu peut cependant derouter voire induire en erreur le
lecteur non linguiste. Pour cette raison, nous continuerons de l'employer dans son sens !arge
habituel Oll il inclut tout ce qui releve du niveau de Ja communication, quitte a preciser le niveau
en jeu en cas de risque d'ambigui"te.
10
realite heterogene28 , on s'attachera donc a en presenter rapidement !es princi­
paux sous-ensembles, tels qu'on peut !es definir sur Ja base des recherches lin­
guistiques fran�aises ou allemandes de ces demieres decennies29 . On peut en
distinguer neuf, definis selon Je cas sur Ja base de criteres semantiques
("communicatifs"), de criteres syntaxiques ou d'un melange des deux. II s'agit
des mots-phrases et interjections, des modalisateurs, des adverbes modaux, des
appreciatifs, des adverbes connecteurs, des particules connectives, des parti­
cules de mise en relief, des particules graduatives et enfin des particules mo­
dales.

1. Les mots-phrases et interjections


Ce premier groupe, subdivisible en deux sous-groupes, est un cas un peu a
part, en ce sens qu'il rassemble des mots comme ja, nein et doch ou ach, aha ou
oho, qui constituent par eux-memes, comme le disait Tesniere, "l'equivalent
d'une phrase entiere30". Contrairement aux autres mots de Ja langue, qui ne
peuvent etre employes seuls (quand ils Je peuvent) qu'a Ja condition d'etre
mentalement inseres dans une construction presente en filigrane et restituable
d'une fa�on ou d'une autre31 (- Wann kommst du? - Morgen= Ich komme
morgen), !es veritables mots-phrases ne supposent Ja restitution d'aucune
phrase-cadre. On peut meme dire qu'ils l'interdisent, en ce sens qu'ils restent
toujours exterieurs a une teile phrase, lorsqu'eile est effectivement restituee : -
Kommst du auch? - Ja I ja, ich komme auch (ja est exclu de Ja phrase censee
completer Ja reponse).
Quant a la subdivision entre mots-phrases d'un cöte et interjections de
l'autre, eile repose, on l'aura remarque, sur l'absence (dans Je premier cas) et
Ja presence (dans Je deuxieme) du trait 'exclamatif' - !es interjections n'etant
donc rien d'autre que des mots-phrases a valeur intrinsequement exclamative.

2. Les modalisateurs (Modaladverbien32)


Ce groupe, pose par des germanistes fran�ais il y a une vingtaine d'annees, ac­
cueille, selon Ja definition qu'ils en ont donne, tout "element tel que vielleicht,

28 On trouvera une teile description, interessante mais en definitive peu convaincante, dans
BURCKHARDT, A. (1982).
29 Le tableau qu'on va presenter n'a cependant pas la pretention de constituer un etat de la
recherche sur ce domaine. Le lecteur interesse pourra consulter avec profit soit Je long chapitre
introductif de HELBIG, G. (1988), plus specialement destine au lecteur non linguiste, malgre
J.'.abondance des references bibliographiques, soit l'etat de Ja recherche dresse dans
ÜHLSCHLÄGER, G. (1985).
30 Cf. TESNIERE, L. (1959). Tesniere appelait ces mots phrasillons, terme que nous ne
retiendrons pas en raison de sa consonance desagreable.
31 Nous simplifions, par necessite, outrageusement !es choses. Sur Je probleme des mots
employes seuls et de l'ellipse en general, voir la monumentale these d'Etat de H. Quintin
(QUINTIN, H. (1990)).
32 La notion allemande de Modaladverb est beaucoup plus !arge que celle de modalisateur. Elle
recouvre egalement ce que nous appelons ici adverbe modal et appreciatif.

II
wahrscheinlich, möglicherweise, qui marque Je degre de verite ou de realite
que Je Jocuteur assigne a son propre enonce33 ". Du point de vue du locuteur,
on peut donc dire que !es modaJisateurs expriment sa certitude (reelle ou
feinte) quant a Ja realite du contenu (Sachverhalt) qu'iJ relate. Du point de vue
du statut de J'enonce, on remarque qu'ils ont pour effet de lui öter Je caractere
assertif qu'il a sans eux pour lui donner un caractere plus conjectural. En pas­
sant de er war an diesem Tag in Nancy a er war an diesem Tag vielleicht /
wahrscheinlich / möglicherweise in Nancy, on change en effet totaJement de
monde : quiconque profere Je premier enonce peut etre accuse de faux temoi­
gnage, si Je fait se revele ne pas correspondre a Ja realite, alors que celui qui
en produit Ja version "modalisee" ne pourra se voir reprocher qu 'une erreur
de "croyance". C'est qu'entre !es deux il y a toute Ja distance qui separe une
veritable assertion (affirmation) de l 'expression d'un simple point de vue, quel
que soit Je degre de conviction dont on fasse preuve en I'exprimant.
Relevant d'une seule et meme fonction fondamentale, !es modalisateurs pre­
sentent egalement une grande homogeneite de comportement au plan morpho­
syntaxique. Qu'il s'agisse des trois cites ci-dessus, de bestimmt, gewiß, sicher
ou vermutlich, ou encore de locutions figees comme ohne Frage, ils
fonctionnent tous comme membres de phrase a part entiere, ce qui veut dire
(1) qu'iJs occupent, dans Ja phrase, une place syntaxique, (2) que cette place
peut etre Ja premiere devant Je verbe en seconde position (Vermutlich hat er
sich wieder verfahren) et (3) qu'ils peuvent etre employes seuls en reponse a
une question gJobaJe34 (- Kommt er auch? - Vermutlich/ Wahrscheinlich... ).
On peut remarquer pour finir qu 'a l'exception de vielleicht, qui peut egale­
ment fonctionner comme particule modale (Du bist vielleicht ein komischer
Kerl!, voir 9.), aucun des mots (au sens de forme, Lautkörper) relevant de ce
groupe ne peut aussi appartenir a un autre groupe.

3. Les adverbes modaux (Modaladverbien; voir note 32)


II est d'usage, parmi !es germanistes fran�ais, de ranger avec !es modalisateurs
des mots ou Jocutions comme anscheinend, bekanntlich, eigentlich, offensicht­
lich, wirklich, tatsächlich, im Grunde [genommen], in Wirklichkeit ou in der
Taten Jes presentant comme exprimant un jugement de realite (s'opposant au
jugement de verite, cf. Ja definition supra) ou un jugement relatif (oppose, lui,
au jugement absolu ou pur et simp/e 35). Cette assimilation n'est pas totalement
convaincante, meme si les caracteristiques morpho-syntaxiques des seconds
sont assez largement !es memes que celles des premiers36 . D'une part, Je dis-

33 Cahiers d'allemand, n° 7, p.23, Paris, Didier Erudition, 1973 (La revue n'existe plus depuis
de nombreuses annees. Les Nouveaux Cahiers d'Allemand en ont pris la releve en 1983).
34 Ce qui n'en fait pas pour autant des mots-phrases ou assimiles, vu qu'ils ne fonctionnent
pas seuls par nature, mais seulement par accident, comme la plupart des mots de la langue.
Pour plus de details sur !es criteres de delimitation des divers groupes, cf. 111.B.l.2.
35 Cf. SCHANEN, F. & CONFAIS, J.P. (198 6) p. 524 et 525.
36 Ils fonctionnent egalement comme membres de phrases, mais ne peuvent cependant pas tous
12
tinguo etabli entre jugement de verite et jugemcnt de realite parait bien mince.
la verite d'un enonce n'etant autre chose que le constat de sa correspondance
avec la realite. D'autre part, on ne voit pas en quoi Je jugement exprime par
wirklich dans er war an diesem Tag wirklich in Nancy serait plus relatif que
celui que vehiculerait un enonce semblable dans lequel on aurait remplace
wirklich par wahrscheinlich : a tout prendre, ne serait-ce pas plut6t Je second
qui meriterait Je qualificatif de relatif?
La difference entre !es "vrais" modalisateurs et !es mots que nous proposons
ici de regrouper a part dans un groupe qu'on appellera faute de mieux ad­
verbes modaux est en realite plus importante qu'on a bien voulu Je voir
jusqu'ici. Les premiers sont en quelque sorte toumes vers Je dedans, vers Ja
phrase elle-meme dont ils servent a "desamorcer" Ja puissance assertive. Les
seconds sont en revanche toumes vers l'exterieur, leur mission etant de presen­
ter l 'assertion de teile ou teile maniere selon les conditions de communication
du moment. Ainsi wirklich sert-il, dans l'exemple ci-dessus, a souligner la
verite de ]'affirmation (Ja rea]ite du fait affim1e) dans Ull contexte Oll celle-ci
est directement ou indirectement mise en doute (par l'interlocuteur ou !es ap­
parences de la situation). A !'inverse, tatsächlich servirait-il plut6t a presenter
l'affirmation comme Ja confirmation d'une hypothese envisagee precedem­
ment. Quant a bekanntlich, pour prendre un troisieme exemple, il servirait a
presenter Je fait comme connu dans un contexte Oll il aurait effectivement
toutes !es chances d'etre reconnu tel. Bref, dans tous !es cas, l'emploi des mots
abusivement assimiles aux modalisateurs semble conditionne par Je contexte
discursif, [eur fonction genera]e Commune consistant a y inserer J'enonce de
fa�on adequate compte tenu de la situation, c'est-a-dire entre autres des faits et
des points de vue affirmes, suggeres, envisages, admis ou contestes (etc. etc.)
par !es partenaires de la communication.

4. Les appreciatifs (Modaladverbien; voir note 32)


Cet autre groupe a lui aussi ete mis en lumiere par !es germanistes fran�ais,
qui l'ont d'abord defini comme rassemblant !es elements tels que "leider,
glücklicherweise, hoffentlich, qui marquent Ja reaction affective du locuteur en
face de son propre enonce37". On peut aujourd'hui preciser que Je jugement
emis par Je locuteur conceme moins son enonce que Je contenu (Sachverhalt)
de ce demier, Je jugement lui-meme pouvant etre effectivement d'ordre affec­
tif, comme dans !es exemples ci-dessus, mais aussi d'ordre "intellectueJ"38,
comme dans Je cas de begreiflicherweise, bemerkenswerterweise, dummer
a
fonctionner seuls comme reponse une question globale : - Hat er es Retan? - Anscheinend!
I *Bekanntlich I *eigentlich I (?) Tatsächlich
37 Cahiers d'Allemand, op. cit., p.9
38 En ce sens qu'il fait intervenir la raison ou au moins lc bon sens, la perception cognitivc du
monde par le locutcur plutöt que ses Sentiments, ce que Schancn et Confais expriment a leur
maniere dans leur grammaire en constituant d'un cöte le couple bonlmauvais, de l'autre le
couple normal/anormal (cf. SCHANEN & CONFAIS 1986, p.526-527).

13
weise, logischerweise, paradoxerweise, sonderbarerweise, etc. etc.. Si Je
contenu que ces mots ont pour fonction de commenter est le plus souvent
donne comme reel (Er hat es zum Glück nicht vergessen), il peut aussi etre
simplement envisage ou pose par hypothese (Hoffentlich kommt er ; Er würde
es mir begreiflicherweise übelnehmen). Le jugement lui-meme peut etre para­
phrase par un deuxieme enonce qui peut pratiquement toujours etre produit a
partir du mot servant de base a l'appreciatif: Er hat es nicht vergessen, das ist
ein Glück/ er kommt, wenigstens hoffe ich es/ er würde es mir übelnehmen,
was begreiflich ist ou wäre39.
Au plan syntaxique, !es appreciatifs sont proches des modalisateurs et des
adverbes modaux, en ce sens que, comme eux, ils ont statut de membres de
phrase et peuvent sans probleme occuper la premiere place dans la declarative,
devant Je verbe place en deuxieme position. C'est meme, pour eux, une posi­
tion de predilection, qui illustre bien le fait qu'ils servent a porter un jugement
sur l'ensemble de l'enonce dont ils font partie. En revanche, ils peuvent moins
bien que !es modalisateurs etre employes seuls pour repondre a une question
globale. Ainsi, si l'on peut sans probleme repondre leider a une demande
d'infonnation comme hat er abgelehnt?, il semble plus difficile d'acquiescer en
disant simplement begreiflicherweise et encore moins bemerkenswerterweise.
II faudra, dans ce cas, repondre par le mot-phrase ja, auquel l'appreciatif sera
des lors subordonne, la chose etant de toute fa�on obligatoire lorsque la re­
ponse est negative (begreiflicherweise nein).
Pour clore ce point, on precisera qu 'outre !es mots deja cites et la plupart
des fonnations en -erweise40, il convient egalement de ranger dans ce groupe
des elements comme besser et lieber, du moins lorsqu'ils sont employes dans
des enonces dont le contenu n'est pas donne comme reel mais seulement
comme virtuel : er bleibt besser zu Hause ("il vaut mieux qu'il reste a la mai­
son" : on envisage le contenu 'zu-Hause-bleiben' pour le donner comme prefe­
rable a tout autre); bleib lieber zu Hause (meme chose sur le monde injonc­
tif)41.

39 Ces conversions ne posent jarnais de prob lerne pour !es appreciatifs en -erweise, construits a
partir d'adjectifs. Pour !es autres, on trouve toujours un verbe ou une expression de Ja merne
famille capable de fournir Je noyau de l'enonce commentatif, seul leider faisant exception Ja a
regle.
40 Un bref sondage dans !es textes rnontre avec quelle facilite l'allemand produit ce type de
formations: beruhigenderweise, bezeichnenderweise, ehrlicherweise, gerechterweise, irrefüh­
renderweise, listigerweise, peinlicherweise, unangenehmerweise etc. etc. II faut toutefois noter
que tout adverbe en -erweise ne fonctionne pas necessairement comme appreciatif: möglicher­
weise doit etre range parmi les modalisateurs, tandis que gleicherweise, menschlicherweise ou
verbotenerweise jouent, eux, Je röle de veritables complements circonstanciels.
41 En revanche, dans Ja phrase declarative er ist lieber zu Hause geblieben, lieber n'exprime
plus un jugement de preference du locuteur mais sert a decrire Ja preference de Ja personne visee
par Je sujet; il ne fonctionne donc plus comme appreciatif mais comme adverbe circonstanciel
ordinaire.

14
5. Les particules de mise en relief42 (Gradpartikeln)
Si !es groupes precedents ont, exception faite du premier, chacun ete definis
sur Ja base d'une fonction generale commune a leurs membres, celui-ci ne peut
I'etre que sur Ja base de criteres purement syntaxiques. Töt mis en lumiere par
!es linguistes allemands43 , il rassemble des mots (ou locutions) aux effets se­
mantiques aussi divers que allein, auch, ausgerechnet, besonders, eben, erst,
lediglich, nicht einmal, noch, nur ou schon (liste non limitative) dans des em­
plois tels que ceux illustres ci-apres :
- allein -Allein Der kann uns weiterhelfen.
(Lui seul peut nous aider [a nous en sortir])
- auch -Auch die DOma fährt Motorrad (nicht nur der Opa)
(La grand-mere aussi / Meme la grand-mere etc.)
-Auch Dunsere Oma fährt Motorad (nicht nur eure)
(Notre grand-mere aussi fait de la moto.)
- 'DUnsere Oma fährt Dauch Motorrad (nicht nur Deure)
(Notre grand-mere [a nous] aussi fait de la moto.)
- ausgerechnet: - Warum muß er ausgerechnet Dheute kommen!
(Pourquoi faut-il qu'il vienne precisement aujourd'hui!)
- Und das sagt ausgerechnet 0er!
(Et c'est lui qui dit cela! (= 11 est mal place!))
- besonders - Das ist besonders Ddann der Fall, wenn...
(C'est tout particulierement Je cas lorsque...)
- eben - Eben Ddeshalb hat er nicht hingehen wollen.
(C'est justement pour cela qu'il n'a pas voulu y aller.)
- erst - Ich habe erst gestern mit ihm darüber gesprochen.
0

(Je lui en ai parle pas plus tard qu'hier.)


- lediglich Er hat es lediglich aus DNeid gesagt.
(11 a dit cela par pure jalousie.)
- nicht einmal -Nicht einmal Der konnte uns helfen.
(Meme lui n'a pas pu nous aider.)
- Nicht einmal ge Dschenkt möchte ich es haben!
(Je n'en voudrais pas, meme si on m'en faisait cadeau.)
- noch - Noch Ddies wäre hinzuzufügen:...
(II y aurait encore ceci a ajouter : ...)
- nur - Nur Deines möchte ich dir sagen: ...
(II n 'y a qu'une chose que je voudrais te dire : ...)
- schon - Schon der Ge danke daran machte ihn nervös.
0

(Le seul fait d'y penser le rendait nerveux.)

42 Nous reprenons ici paniellement l'appellation modulateurs de mise en relief proposee dans
SCHANEN & CONFAIS (1986) p. 546. Elle presente pour l'usager non linguiste l'avantage
d'une cenaine transparence par rappon a l'expression plus technique particules scalaires.
43 Cf. l'etude generale de ces mots dans ALTMANN, H. (l 976).

15
Contrairement a ceux des trois groupes precedents, ces mots ont comme carac­
teristiques fondamentales :
(1) de ne pas porter sur I'ensemble de la phrase ou ils figurent, mais seulement
sur l'un de ses membres, voire sur un element de rang infärieur, qu'ils ont
alors pour effet de mettre en relief au plan accentuel,
(2) de ne pouvoir occuper Ja premiere position syntaxique de Ja phrase decJa­
rative44 (Je Vorfeld, ou position pre-V2) qu'en compagnie du membre sur Je­
queJ iJs portent et
(3) de pouvoir a priori etre employes dans tous Jes types syntaxiques de
phrases (Ja vraisemblance ou Ja frequence de ces empJois etant un autre pro­
bJeme, d'ordre semantique).
Pour les distinguer d'eJements simplement graduatifs comme fast, sehr ou
außerordentlich, dont les contextes d'emploi sont reJativement restreints, iJ
convient d'ajouter que les eJements ou groupes sur JesqueJs portent Jes parti­
cuJes de mise en reJief peuvent, eux, etre de nature, de fonction et de Jongueur
quasi quelconques, comme le montrent les quelques exempJes suivants :
- allein - Das hat er allein aus diesem Grunde getan.
0

- Allein °das kostet schon üher tausend Mark.


- auch - Auch im Winter geht er ohne Hut aus.
- Wir hahen auch dort nichts gefunden.
0

- Auch a llein würde ich es versuchen.


0

- Auch °bellende Hunde beißen zuweilen!


- besonders : - Besonders im Sommer ist es hier sehr schön.
0

- Benachteiligt sind besonders Frauen mit °Kindern.


- Die Lage ist besonders nn gefährlich, wenn...
0da

- noch - Er darf es noch zweimal probieren.


0

- In noch a 0kuteren Fällen muß man sofort...


- Noch bevor er den Motor abstellte, hörte er plötzlich...
- nur - Er hat den ganzen Tag nur ferngesehen. 0

- Nur damit du nicht meinst, er würde...[sage ich dir das]


0

- Nur wer tüchtig arheitet, kann die Prüfung bestehen.


0

- schon - Schon heim °Frühstück war er schlecht gelaunt.


- Schon als °Kind war er jähzornig.
- Schon wenn man ihn °sieht, merkt man, daß...

44 Sauf a changer de fonction : dans auch fährt die Oma Motorrad, il n'est plus question
d'ajouter Ja grand-mere a un ensemble pre-defini de motocyclistes, mais d'ajouter l'information
qu'apporte cette phrase a une information donnee precedemment et qui peut etre d'une toute
autre nature. Certes, on peut dire que auch conserve ici la fonction "additive" qui transparait
dans Ja quasi-totalite de ses emplois, il n'empeche que l'effet concret produit est different. Le
cas de schonest plus flagrant : a partir de Ja phrase-exemple proposee dans Ja liste on pourrait,
en mettant schonen premiere position, produire l'enonce schon machte ihn der Gedanke daran
nervös, qui signifierait 'deja le fait d'y penser le rendait nerveux', avec un schon manifestement
adverbe de temps.

16
Pour completer cet aper�u sommaire et donner une idee de la complexite de
fonctionnement de ces particules, il faut en outre preciser
(1) que si toutes sont habituellement preposees aux elements ou groupes sur
lesquels elles portent, nombre d'entre elles - et parmi !es plus frequentes!
peuvent egalement leur etre postposees,
(2) que dans !es deux cas, elles peuvent se trouver aussi bien au contact qu'a
distance des elements concemes, et enfin
(3) que ces diverses configurations ont des implications prosodiques complexes
qu'on ne resume qu'imparfaitement en disant que !es particules sont moins ac­
centuees que leurs cibles lorsqu'elles leurs sont preposees et autant ou plus
lorsqu'elles leurs sont postposees. C'est ce que montrent les transformations
suivantes operees sur quelques exemples de Ja serie precedente
- allein - ' 0Das a 0llein kostet schon über tausend Mark.
- Das kostet a 0llein schon über tausend Mark.
0
- auch - Bellende Hunde beißen zuweilen °auch.
'

- noch - 'Zweimal noch darf er es probieren.


- nur - Den ganzen Tag °ferngesehen hat er nur.
- Nur °ferngesehen hat er den ganzen Tag.
- °Ferngesehen nur hat er den ganzen Tag.
- Die Prüfung kann °nur bestehen, wer tüchtig arbeitet. 0

- schon - Wenn man ihn °sieht, merkt man schon, daß ...

Si l'unite du groupe des particules de mise en relief parait bien etablie au


plan syntaxique, eile l'est nettement moins au plan semantique. Non seulement
parce que !es fonctions exercees par ces particules varient de l'une a I' autre,
mais aussi - ce qui est bien plus important dans notre contexte - parce qu'elles
semblent ne pas relever toutes clairement du niveau de la communication. II est
des elements, comme allein, auch ou nur, dont l'apport informatif se situe in­
dubitablement au plan du contenu; d'autres, comme ausgerechnet, gerade ou
eben, pour lesquels il se situe plutöt au plan dit de Ja communication; d'autres
enfin, comme sogar ou nicht einmal, ou il semble se repartir entre !es deux
plans. Les observations suivantes vont tenter de Je montrei45 :
- Je cas de nur : l'information qu'apporte ce mot46 est de toute evidence rela­
tive au contenu de l'enonce, puisqu'elle consiste a Iimiter quantitativement un
certain ensemble, defini par le contexte ou la situation. Le test de suppression
45 Nous contestons ici fonnellement l'affirmation faite dans HELBIG (1986) p. 38, reprise dans
ABRAHAM (1991) p. 1 et, semble-t-il, generalement acceptee sans examen, selon laquelle !es
particules de mise en relief (Gradpartikeln) auraient toutes une fonction "semantique" ou
"logique" (= une valeur au plan du contenu) par opposition aux particules modales qui auraient
seules une fonction "communicative".
46 Pour eviter toute ambigui:te, rappelons qu'il s'agit de l'infonnation qu'il apporte dans le type
d'enonces illustre par la serie d'exemples donnes plus haut. Le mot peut egalement etre
employe comme element relevant du groupe des adverbes connecteurs (Alles schön und gut -
nur: wer soll das bezahlen?) ou de celui des particules modales (Wenn ich nur wüßte, was ich
machen soll!)

17
montre d'ailleurs que la presence ou I'absence de nur modifie !es conditions de
verite de I'enonce : pour que Peter hat die Wahrheit gesagt47 soit vrai, il faut
et il suffit que la personne designee par le prenom Peter ait effectivement dit la
verite; pour que le meme enonce augmente de nur le soit, il faut en outre que
personne d'autre ne l'ait dite. Le deuxieme enonce contient donc deux asser­
tions :
A : Peter hat die Wahrheit gesagt.
B : Niemand außer Peter hat die Wahrheit gesagt.
et c'est la seconde (B), dont nur foumit le noyau, qui est ici l'assertion primor­
diaJe, celle qui est mise en avant (comme Je montre Je fait que c'est eile qui
sera visee en priorite par toute contestation du genre das stimmt nicht), alors
que la premiere (A) lui reste subordonnee comme assertion simplement impli­
quee Oll presupposee 48 (si 'Peter est le seul a avoir dit la verite', cela implique
necessairement qu'il ait dit la verite)49;
- Je cas de auch : la situation, pour ce mot, est tres proche de celle de nur, tout
en etant a certains egards inverse. II est clair que ce mot apporte dans auch
Peter hat die Wahrheit gesagt une information relative au contenu de J'enonce,
qui consiste, en l'occurrence, non a limiter l'ensemble de ceux qui ont dit Ja
verite mais au contraire a l'augmenter (d'une unite). Mais cette information
n'a pas exactement le meme statut que dans le cas de nur. L'enonce en auch
comporte certes, comme celui en nur, deux assertions
A : Peter hat die Wahrheit gesagt (comme pour nur)
B : Mindestens eine Person außer Peter hat die Wahrheit gesagt
Mais cette fois, c'est Ja premiere assertion (A), ce!Je qui correspond, comme
dans Je cas de nur a l'enonce sans la particule, qui occupe le devant de la scene
(comme le montre, la aussi, la contestation par das stimmt nicht, qui Ja viserait
par priorite), alors que la seconde est releguee a l'arriere-plan au rang

47 Exemple emprunte a HELBIG ( 1988) pour pem1ettre au lecteur qui dispose de cet ouvrage de
mieux comparer son analyse avec Ja nötre.
4 8 Notre analyse est inverse de celle presentee dans HELBIG (1988) p.3 8 . II nous semble
absolument evident que dans une phrase en nur, c'est l'affirmation d'exclusivite qui est mise en
avant (donc celle correspondant a notre B) et l'autre (correspondant a A) qui est impliquee ou
presupposee. Le presuppose est pour nous une assertion "sous-jacente" qui accompagne une
autre assertion, placee en quelque sorte sur le devant de Ja scene. L'assertion presupposee est,
comme disent certains linguistes allemands, mitbehauptet. Les distinctions qu'operent a juste
titre certains linguistes entre implication, presupposition et sous-entendu ne sont pas d'une
reelle utilite pour notre propos. Disons simplement que contrairement au simple sous-entendu,
un presuppose ne peut etre nie par Je meme locuteur dans l'enonce qui suit immediatement celui
qui vehicule Je presuppose. Sous peine d'incoherence, on ne peut pas dire d'un trait nur Peter
ist gekommen, aber Peter ist nicht gekommen, alors que l'on peut parfaitement dire heute war
er gutgelaunt, er ist es übrigens immer (ou Ja deuxieme phrase elimine Je sous-entendu vehicule
par Ja premiere, selon lequel Ja personne visee est assez souvent de mauvaise humeur). Cette
conception du presuppose est empruntee a DUCROT, 0. (1969).
49 En disant simplement es stimmt nicht, on ne conteste pas que Peter ait dit Ja verite mais qu'il
ait ete Je seul a Ja dire. Si l'on veut contester que Peter ait dit Ja verite, il faudra imperativement
Je preciser, ce qui est Je signe du caractere simplement sous-jacent (]es linguistes disent :
presuppose) de cette affirmation.

18
d'assertion simplement impliquee SO. II s'ensuit que la suppression de auch
n'entra'ine pas exactement le meme bouleversement que celle de nur, l'assertion
centrale restant la meme dans l'enonce avec et dans l'enonce sans la particule.
Ce ne sont donc pas !es conditions de verite de cette assertion centrale qui
changent, mais seulement Ja presence ou l'absence d'une assertion presupposee;
- Je cas de ausgerechnet : contrairement aux deux particules precedentes,
l'information apportee par ausgerechnet ne conceme pas vraiment le contenu
de l'enonce, comme le montrent aussi bien Je test de suppression (qui ne modi­
fie en rien !es conditions de verite de l'enonce) que celui de Ja contestation par
das stimmt nicht. Soit, par exemple, l'enonce ausgerechnet gestern ging der
Fernseher kaputt/51 : s'il est vrai, Je meme enonce sans Ja particule le sera
aussi, et inversement s'il est faux; si on le conteste, c'est Je meme contenu qui
sera vise dans !es deux cas52 . C'est que l'information vehiculee par Ja particule
conceme seulement l'attitude du locuteur vis-a-vis du fait qu'il relate, attitude
qui consiste a trouver le fait particulierement inopportun : passe encore que le
televiseur tombe en panne, mais que cela soit arrive hier, alors que (par
exemple) l'on diffusait en direct la descente olympique de ski, voila qui est
quand meme "rageant" et semble temoigner d'une malchance voulue par Je
destin. C'est bien le point de vue du locuteur, sa perception de l'evenement qui
s'exprime la et non l'evenement lui-meme, qui reste le meme, avec ou sans la
particule;
- Je cas de eben : il est semblable au precedent. La particule ne modifie en rien
Je contenu de J'enonce Oll eile est employee et !es conditions de verite de
l'enonce restent !es memes, qu'elle y figure ou non, comme chacun peut Je ve­
rifier sur l'enonce suivant : eben °deshalb ist Peter nicht gekommen. Elle
marque en revanche une attitude du locuteur qui consiste (bien qu'eile ne soit
pas facile a decrire) a presenter une certaine donnee comme tout particuliere­
ment pertinente (ici : Je fait vise par deshalb comme la cause par excellence de
Ja non venue de Peter) - ce qui est une fonction typiquement communicative;
- Je cas de sogar : la situation, ici, est de nouveau plus ambigue. Que cette par­
ticule apporte une information d'abord relative au contenu de l'enonce est in­
dubitable, puisque sogar Peter hat die Wahrheit gesagt presuppose manifeste­
ment qu'au moins une personne autre que Peter ait dit la verite. C'est d'ailleurs
Je point commun de ce mot avec auch, qui appara'it egalement dans la
decomposition de l'enonce en deux affirmations en tout point paralleles a celles

50 II est ici eclairant de comparer Ja negation des deux enonces par Ja formule citee : (a) es
stimmt nicht, daß nur Peter die Wahrheit gesagt hat et (b) es stimmt nicht, daß auch Peter die
Wahrheit gesagt hat: En (a) la negation vise l'affirmation d'exclusivite mais ne touche pas au
fait que Peter ait dit la verite. En (b) en revanche, Peter est repute avoir menti et c'est le fait
qu'au moins une personne autre que Peter a dit Ja verite qui est maintenu tel quel. Or ce que Ja
negation conteste, c'est l'assenion mise en avant, ce qu'elle laisse intact c'est Je presuppose. On
voit donc que Je meme fait n'a pas Je meme statut dans l'un et l'autre enonce.
51 Exemple emprunte a KÖNIG, E. et al. (1990) p.29.
52 Si tant est d'ailleurs que l'on soit tente de contester !es enonces en ausgerechnet, dont
l'emploi semble supposer un tres fon consensus entre !es interlocuteurs sur Ja realite du fait
relate, mais c'est un autre probleme.

19
qui avaient ete posees pour auch : A : 'Peter sagt die Wahrheit'; B :
'Mindestens eine Person außer Peter sagt die Wahrheit'. Mais il est evident que
sogar vehicule en outre une infonnation sur l'attitude du locuteur, ce qu'il
pense du fait qu'il relate, l'attente qui etait Ja sienne a son egard : il considerait
Je fait que Peter put dire la verite comme tres peu probable et le juge donc
d'autant plus significatif, des lors qu'il s'est avere - infonnation qui, une fois
de plus, ne touche pas au contenu de I'enonce mais au rapport que le locuteur
entretient avec lui, infonnation donc de type communicatif.
Bien que rapide et tres incomplet, ce tour d'horizon aura montre que Ja si­
tuation semantique des particules de mise en relief est des plus complexes :
c'est non seulement le groupe en tant que tel qui est "a cheval" sur dellx do­
maines (le 'contenu' et Je 'communicatif') mais en Olltre tel ou tel de ses ele­
ments 53 . La question de savoir s'il convient ou non de le conserver dans
l'ensemble des mots de la communication releve donc de la quadrature du
cercle - a moins de "trancher le no.:ud gordien" en faisant eclater le groupe, ce
qu'on hesitera cependant a faire en raison de sa tres forte homogeneite syn­
taxique.

6. Les particllles graduatives (Steigerungspartikeln)


Ce groupe rassemble des mots comme annähernd, ausgesprochen, außeror­
dentlich.fast, gar, sehr, vollkommen Oll ziemlich dont la fonction commune
est de modlller Je degre d'application d'un predicat a un objet. II s'ensuit que
s'ils possedent, ellx aussi, les trois caracteristiqlles fondamentales attribuees aux
particllles de mise en relief (a savoir: portee restreinte a un constituant de la
phrase, incapacite a occllper sellls Ja position pre-V2, absence de restriction
generale qllant aux types syntaxiques de phrase Oll ils peuvent apparaitre), ils
s'en distingllent par ce fait essentiel qll'ils ne pellvent pas porter sur llll consti­
tuant qllelconqlle de Ja phrase mais selllement sur un element Oll syntagme a
valeur predicative, alltrement dit sur Je verbe, Je predicat verbal complexe (=
Je verbe + Je ou les complements formant avec lui le predicat appliqlle a un
objet) Oll un adjectif epithete graduable, qui n'est rien d'autre que Ja trace
d'une predication sous-jacente (dans Peter besitzt ein sehr schönes Haus, le lo­
cuteur predique indirectement de la maison qll'elle est tres belle en meme
temps qu'il attriblle a Peter la possession de la maison).
Contrairement a ce qll'affirme G. Helbig54, l'emploi d'une particllle gra­
duative a nonnalement llne incidence Sllr !es conditions de verite de l'enonce
Oll eile figure : on peut accepter Peter ist groß tout en refusant Peter ist außer­
ordentlich groß (meme si !'inverse n'est pas vrai) et la verite de es hat zwei
Stunden gedauert implique en toute rigueur la faussete du meme enonce aug­
mente de fast ou de annähernd. Dans la mesure Oll ces faits montrent que !es

53 Ce qui a ete dit de sogar pourrait l'etre de nicht einmal, qui n'en est d'ailleurs que Je pendant
negatif. On s'est abstenu de Je faire pour ne pas aJourdir exagerement l'expose.
54 Cf. HELBIG 1988, p. 46.
20
particules graduatives agissent fondamentalement au niveau du contenu des
enonces, il aurait sans doute ete legitime de les exclure a priori du champ des
mots de la communication. Mais la situation est en fait plus complexe. Le cri­
tere des conditions de verite parait ici assez mal venu, car il suppose que l'on
prenne !es enonces au pied de la lettre en ignorant leur valeur communicative
reelle. L'emploi d'une particule graduative dans un enonce est en realite moins
destine a exprimer un etat de choses different de celui que relaterait le meme
enonce sans la particule qu'a marquer une certaine attitude evaluatrice du locu­
teur par rapport au predicat qu'il met en reuvre. Cette dimension metalinguis­
tique latente, qui transparait bien dans certaines d'entre elles (par exemple an­
nähernd, ausgesprochen ou durchaus) fait qu'il nous a paru tout aussi legitime
de ne pas !es confiner au seul niveau du contenu et donc de !es accepter, füt-ce
au titre de groupe marginal, dans ce tableau general des mots relevant de Ja
communication.

7. Les adverbes connecteurs (Konjunktionaladverbien)


Sous cette appellation inhabituelle, qui n'est que la traduction du terme en
usage dans !es grammaires allemandes, peuvent etre regroupes des mots qui,
comme leur nom l'indique, tiennent de l'adverbe par leur comportement syn­
taxique (ils sont membres de phrase, aptes a occuper la premiere position de­
vant le verbe dans Ja declarative) et de Ja conjonction par Ja fonction de liaison
qu'ils assument entre deux enonces. 11 s'agit d'elements morphologiquement
presque toujours complexes, comme dabei, daher, dafür, damit, daraufhin, de­
shalb, deswegen ou allerdings, auch (dans certains emplois) außerdem, imme­
rhin, ohnehin, schließlich (lui aussi dans certains emplois seulement), wenig­
stens, trotzdem, etc.
Beaucoup d'entre eux ont, comme le montrent ces exemples, un constituant
a fonction anaphorique (da, dem). Du point de vue semantique, il n'est pas sfir
que tous ces elements relevent bien de l'ensemble des mots de la communica­
tion. On observe en effet que beaucoup, sinon la plupart, expriment des rela­
tions temporelles (simultaneite, successivite) ou logiques (cause, moyen,
concession55 ) relatives aux realites extra-linguistiques decrites ou evoquees
dans les enonces. Meme s'ils n'ont pas d'effets directs sur !es conditions de
verite des enonces, au sens ou l'entendent les logiciens56, ils informent tout de
55 Ici au sens "grammatical" du mot, c'est-a-dire au sens Oll il designe une relation que l'on
pourrait qualifier de 'contre-implication' en ce sens qu'elle correspond a une situation Oll l'on
constate la co-presence de deux contenus A et B, alors que la presence de l'un aurait du
entrainer l'absence de l'autre (si A, alors non-B, mais quand meme B). Du point de vue du
locuteur, cette relation exprime en quelque sorte une "attente trompee".
56 On sait que !es connecteurs linguistiques ont d'autres valeurs que !es connecteurs logiques,
de sorte qu'on ne peut calculer !es conditions de verite de p parce que q a partir des seules
conditions de verite de p et de q, comme on peut le faire de p � q (p implique q) : ce demier est
globalement vrai si q est vrai OU si pest faux (sans qu'importe alors la valeur du partenaire),
alors que l'enonce en parce que est vrai si !es deux partenaires sont vrais ET s'il existe
effectivement entre !es deux un lien de causalite. Sur ces questions, on peut consulter QUINE,
w. (1972).
21
meme sur Je monde (A vient apres B, X est Ja cause de Y) et non sur les rap­
ports entre Jocuteur, interlocuteur, enonce et situation de communication.
QueJques-uns, cependant, notamment parmi ceux qui ne comportent pas de
constituant anaphorique, meritent certainement d'y figurer. Ils ont en effet une
fonction nettement argumentative, laquelle est une fonction communicative par
excellence, puisqu'eJle conceme J'intention qui preside a l'enonciation d'un
enonce, le röle que le locuteur lui fait jouer dans le contexte discursif. Ces
eJements sont, par exemple
- allerdings Ja, sie haben ihn besucht, allerdings nur sehr kurz
(minimisation du "geste" que represente la visite)
- immerhin Nun gut, aber du hättest immerhin anrufen können
(contre-attaque faisant suite a une concession)
- ohnehin Das wäre ja ohnehin kaum möglich gewesen, denn...
Uustification d'un comportement caracterise par l'inaction)
- schließlich : Sei nicht so grob zu ihr, schließlich ist sie deine Mutter
Uustification de l'exhortation anterieure)
- übrigens Ich wefß es nicht. Übrigens geht es dich nichts an!
(ajout d'un deuxieme argument, en renfort du premier)

8. Les particules connectives (Gliederungspartikeln)


Ce groupe rassemble les elements (mots simples ou locutions) que les linguistes
allemands appellent Gliederungspartikefn 57 en raison de leur fonction generale
de structuration et d'articulation du discours. Une observation plus attentive
pem1et de les subdiviser en deux sous-groupes (pas necessairement etanches)
selon le niveau ou ils interviennent. Les uns, par exemple genauer gesagt,
kurz, also, das heißt, und zwar ou nämlich, agissent plutöt au niveau des in­
formations transmises dans les enonces, en ce sens qu'ils interviennent dans la
maniere dont elles sont "decoupees" et "distribuees" pour etre "mise en forme
linguistique" par le locuteur. Celui-ci peut, par exemple, decider de trans­
mettre J'infom1ation en la formulant d'abord d'une certaine maniere pour en­
suite :
- la reformuler - Es waren immerhin vier Flaschen, also drei Liter.
(II y avait quand meme 4 bouteilles, soit 3 litres)
- Ja restreindre - Ich werde ihm Bescheid sagen, das heißt, wenn ich ihn
noch erreichen kann.
(Je le mettrai au courant, enfin, si j 'arrive a le joindre.)

57 C'est le terme qui semble s'etre impose outre-Rhin au detriment d'autres comme
Gliederungssignale (propose par E. Gülich ( 1970) dans sa these sur ces elements en franc,;ais)
ou diskursorganisierende Partikeln, utilise a l'occasion. Aucune de ces appellations n'est
pleinement satisfaisante, raison pour laquelle il faut !es considerer comme de simples etiquettes
permettant de regrouper des mots aux fonctions concretes assez diverses mais dont l'intuition
sent bien qu 'ils ont "quelque chose en commun".

22
- la preciser - In diesem Text geht es um Werbung; genauer gesagt, es
wird die Frage aufgeworfen, ob...
(Dans ce texte, il est question de pubJicite; plus exacte­
ment, on y souleve Je probleme de savoir si...)
- la completer - Er hat es versucht, und zwar schon dreimal.
(II a essaye, [et ce] trois fois deja.)
- Ja detailler - Es sind nur drei gekommen, nämlich Hans, Peter und
lnge.
(II n'y en a que trois qui sont venus, [a savoir] Hans,
Peter et Inge.)
II peut aussi, a !'inverse, proceder d'abord par accumulation de details ou
d'exemples pour s'elever ensuite a un niveau plus general ou ces parcelles
d'information seront synthetisees et subsumees en une information globale in­
troduite par un element comme kurzum ou also 5 8 : Auf dem Fest waren
Politiker, Künstler, Vertreter der Wirtschaft, kurzum alles, was Rang und
Namen hat59 (Ont participe a Ja fete des hommes politiques, des artistes, des
representants du monde economique, bref, tout ceux qui comptent).
Les autres, en revanche, n'interviennent pas dans l 'organisation de
l'information mais dans celle de Ja communication elle-meme. Ils exercent leur
fonction de structuration non plus au niveau des enonces, mais a celui de
l'enonciation, c'est-a-dire de la production, en situation, des enonces. Ils ser­
vent selon !es cas a "enclencher" l'enonciation, a la clore ou a Ja reorienter, a
l 'accrocher au contexte ou a Ja situation, a marquer une prise de parole ou a en
susciter une, bref a organiser les echanges ou, comme dit Y. Bertrand, a regu­
ler Ja "procedure de Ja communication"60. En voici quelques exemples
- also - Also, ich muß jetzt gehen. Tschüs!
(Bon, moi, il faut que je m'en aille. Salut!)
- äh - Damals wollten wir äh..., wir wollten eben mal sehen, ob...
(A J'epoque nous voulions... euh ..., nous voulions voir si...)
- ja - Ja, das ist eine schwierige Frage, wissen Sie, ...
(Ben, c'est une question difficile, voyez-vous... )
- Wollen Sie mich mal durchlassen, ja?
(Vous voulez bien me laisser passer, oui?)
- nicht : - So war es doch, nicht (ne)?
(C'est bien ainsi que �a s'est passe, non?)
58 On pourrait encore affiner la sous-categorisation en prenant en compte des elements comme
erstens, zweitens, drittens...letztens, zuletzt ou schließlich (dans l'emploi Oll il correspond a
dernierement ou enfin et non pas dans celui Oll on Je traduit par apres tout). Ces elements
operent a un niveau plus superficiel : ils ne servent pas a imprimer a l'information une cenaine
forme, a l'organiser en "molecules" plus ou moins grosses et complementaires, mais
simplement a presenter dans un certain ordre des informations en quelque sorte constituees en
dehors d'eux.
59° Exemple emprunte a Deutsches Universalwörterbuch, Bibliographisches Institut Mannheim,
2 ed. 1989 (le meilleur monolingue de cette categorie actuellement sur le marche).
60 Cf. BERTRAND, Y. (1980) p. 34.

23
- nun - Nun, was hast du vor?
(Alors, qu'est-ce que tu comptes faire?)
- so - So, das hätten wir also geschafft.
(Bien, voila une bonne chose de faite.)
- So, so, das ist ja hochinteressant!
(Tiens, tiens, mais c'est tres interessant!)
- tja - Tja, wenn ich das geahnt hätte, dann...
(Ah c;a, si j'avais pu prevoir...)

(Comme Je montrent ces quelques exemples, !es particules connectives peuvent


faire plus qu 'articuler, structurer ou reguler !es echanges : elles renseignent
parfois aussi, fut-ce indirectement, sur les "sentiments" du locuteur, ses
pensees et arriere-pensees, son attitude vis-a-vis de l'interlocuteur, bref, sa
perception de Ja situation de communication et !es reactions qu'eile lui inspire.)
En general exclues, c'est-a-dire separees par une virgule, des enonces aux­
quels elles sont associees, il arrive cependant, du moins pour certaines d'entre
elles (notarnment also et nun) et avec certains types de phrase (Ja declarative et
!'imperative), qu'elles n'en soient pas detachees, ni graphiquement ni phoneti­
quement. Elles prennent alors une valeur qui tient a la fois de la veritable par­
ticule connective, de l'adverbe connecteur, voire de la particule de mise en re­
lief:
- also detache: - Also, ich werde es mal versuchen.
(Bon, j'essayerai.)
- also integre : - Also 0 ich mach' da nicht mit.
(l En tout cas] moi, je ne marche pas.)
- ja detache : A: Wie bist du darauf gekommen ? B: Ja, das war relativ
einfach. Ich war damals ...
(A: Qu'est-ce qui t'a donne cette idee? B: Eh bien, c'etait
relativement simple. A l'epoque, j'etais...)
- ja integre : - Ja das weiß ich auch nicht!
0

(Alors Ja, je n'en sais rien non plus!)


- nun detache : - Nun, hörst du endlich damit auf oder nicht?
(Alors, tu vas t'arreter, oui ou non?)
- nun integre : - Nun hör doch auf, Mensch!
(Allez arrete, quoi !)

9. Les particules modales (Abtönungs- ou Modalpartikeln)


Ce neuvieme et demier groupe n'est pas Je moindre puisqu'il a ete Je point de
depart et qu'il est toujours largement au creur des recherches impulsees il y a
plus de deux decennies par !es travaux pionniers de A. Krivonosov (1963) et
surtout H. Weydt (1969 et sv.). II reste neanmoins et malgre les multiples

24
etudes qui lui ont ete consacrees 6 1 le groupe le plus difficile a cerner, comme
le montrent !es inventaires tres variables auxquels il a donne lieu : de quinze a
trente, autrement dit du simple au double, selon !es auteurs62 . La premiere se­
rie d'exemples proposee ci-apres concerne des mots (pas tous!) dont Ja qualite
de particule modale (quelle que soit l'appellation utilisee63) semble faire l'objet
d'un reel consensus de la part des linguistes, la seconde des mots au sujet
desquels regne un certain flottement (voir note 62) :
• Premiere serie :
- aber : - 0Du bist aber groß geworden!
(Qu'est-ce que tu as grandi!)
- Da hat er sich aber ein starkes Stück geleistet!
(La, il a pousse le bouchon un peu loin)
- auch - Bist du auch sicher, daß er nichts dagegen hat?
(Tu es bien siir, qu'il n'a rien contre?)
- A : Es muß doch einen Grund geben! B : Den °gibt es auch!
(A : II doit bien y avoir une raison! B : II y en a bien une, ef­
fectivement.)
- denn - Wo bist du denn so lange geblieben?
(Ou etais-tu donc tout ce temps?)
- doch - Aber Peter, Berlin liegt doch nicht am Rhein!
(Voyons Peter, Berlin n'est pas sur le Rhin, tout de meme!)
- eben - So ist es eben im leben!
(Eh oui, ainsi va la vie! / C'est la vie, que veux-tu!)
- A: Woher weißt du das? B: Ich 0weiß es eben!
(A : Comment tu sais r;a? B : Je le sais, c'est tout!)
- etwa - Soll das etwa bedeuten, daß ...?
(Cela signifierait-il par hasard que...?
- Du hast doch nicht etwa Angst davor?
(Ne me dis pas que r;a te fait peur!)
- ja - Was hast du denn? Du bist ja ganz bleich!
(Qu'est-ce que tu as? Tu es tout pale!)
- mal - Komm mal her!
(Viens voir Ja!)
61 Une bibliographie parue en 1987 ne compte pas moins de 251 pages; cf. WEYDT, H. &
EHLERS, K.-H. (1987).
6 2 Cf. Comparaison des inventaires proposes par dix linguistes entre 1977 et 198 6 dans
METRICH, R. (1989a) p. 19-24
63 La terminologie est loin d'etre fixee. Les linguistes allemands emploient des termes comme
Abtönungspartikeln, Modalpartikeln, illokutive Partikeln voire Einstellungspartikeln, les
germanistes frant,ais parlent volontiers de particules il/ocutoires ou plus brievement d'i/locutifs.
On reproche a l'expression particules modales Je caractere vague et ambigu de Ja reference a Ja
modalite, mais c'est a notre sens ce qui fait justement son interet, tant il est manifeste que les
divers mots qu'elle designe n'exercent pas une seule et meme fonction, fGt-elle illocutoire (=
marquer ou modifier l'illocution de l 'enonce, c'est-a-dire sa valeur comme acte de
communication : informer, exhorter, menacer etc.).
25
- ruhig : - Bleih ruhig sitzen. ich hol' es.
(Reste assis / Ne te derange pas, je vais le chercher)
- schon : - Peter wird den Weg schon finden.
([Ne t'inquiete pas,J Peter trouvera bien son chemin)
- Was versteht er schon davon?
(Qu'est-ce qu'il y conna'it?)

• Deuxieme serie
- also - Sie haben also nichts gehört?
(Yous n'avez donc rien entendu?)
- eigentlich64 : - Was wollen Sie {denn] eigentlich von mir?
(Que me voulez-vous [donc], au juste?)
- einfach - Es interessiert mich einfach nicht!
(<;a ne m'interesse pas, c'est tout!)
- nämlich - Wann kommt er? Ich muß nämlich wissen, oh...
(Quand est-ce qu'il arrive? Il faut que je sache si...)
- wohl - Das war wohl nicht ernst gemeint.
(11 n'a pas du dire cela serieusement.)

On attribue habituellement aux particules modales toute une serie de caracte­


ristiques syntaxiques et de fonctions communicatives dont il faut bien recon­
na'itre qu'il n'en est guere qu'elles partagent toutes et/ou qu'elles possedent en
propre (si du moins l'on veut, comme Ja plupart des linguistes allemands, in­
clure dans ce groupe la totalite des elements de la deuxieme serie ci-dessus 65 ,
ce qui n'est pas notre cas). La breve description suivante s'efforce de dresser
un inventaire ordonne de ces traits et caracteristiques generalement presentes
"en vrac"66 et sans liens entre eux.

9.1. Les caracteristiques morpho-syntaxiques (et prosodiques)


a) Abstraction faite de l'invariabilite, qui est un trait qu'elles partagent avec
tous !es mots de la communication et bon nombre de mots grammaticaux, la
caracteristique essentielle des particules modales, celle qui justifie du point de
vue syntaxique qu'on !es rassemble en un groupe a part (quitte a en ecarter !es
elements comme eigentlich, qui ne la possedent pas), est qu 'elles sont graphi­
quement et prosodiquement totalement integrees dans !es phrases dans les­
quelles elles sont employees sans pour autant y avoir Je statut de membre de
phrase, en ce sens qu'elles n'y occupent aucune place syntaxique et notamment

64 Mot que nous ne rangerons pas dans ce groupe mais dans celui des adverbes modaux, en
raison de son aptitude a occuper Ja premiere place devant le verbe dans la declarative.
65 Et a fortiori si l'on y range aussi, comme dans ABRAHAM, W. (1991) p. l, des elements tels
que allerdings,freilich ou überhaupt.
66 Cf. HELB!G, G. (1988) p.32-34, ou sont enumerees pele-mele dix-huit caracteristiques de
toute nature ou ABRAHAM, W. (1991) p. l sv., qui en retient moins, mais sans davantage !es
mettre en perspective.

26
pas Ja premiere dans Ja phrase declarative - sauf, bien sur, a y exercer une
toute autre fonction, a y prendre une toute autre valeur que celle de particule
modale:

- aber : Aber du bist groß geworden (conjonction et non plus particule)


(Mais tu as grandi [depuis cette epoque)!)
- auch : Auch gibt es einen Grund, warum er... (adverbe connecteur)
(En outre, il y a une raison pour laquelle il...)
- doch : Doch Berlin liegt nicht am Rhein. (conjonction)
(Mais Berlin n'est pas sur Je Rhin.)
- eben : Eben war er da (adverbe temporel)
(II etait [encore] Ja, il y a un instant.)
- ja : *Ja bist du ganz bleich! (pas de fonction possible a cette place)
- schon : Kaum war er da, schon ging der Streit los (adverbe de temps)
(A peine etait-il Ja, ce fut la querelle.)

b) Parmi !es autres caracteristiques syntaxiques qu'on leur attribue souvent,


certaines ne sont que Ja consequence de leur statut de non membre6 7, par
exemple:
- Je fait que leur emploi soit syntaxiquement toujours facultatif, en d'autres
termes, que leur disparition d'une phrase donnee n'entraine jamais son
agrammaticalite : on le verifie aisement sur n'importe lequel des exemples
donnes plus haut;
- Je fait qu'elles ne puissent faire l'objet d'une question en w-: ainsi dans Ja
phrase Peter wird den Weg schon finden, les membres sujet et objet peuvent­
ils etre vises par une demande d'information specifique de forme wer wird den
Weg finden? I was wird Peter finden?68 alors que c'est tout a fait impossible
pour schon;
- le fait qu'eiles ne puissent pas davantage constituer a eiles seules une re­
ponse a une question globale, sauf a changer de fonction, comme Je montre Ja
comparaison suivante: - Liegt Berlin nicht am Rhein? - Aber nein doch! (doch
particule "renfor�ant" Ja reponse negative)/ - Liegt Berlin nicht an der Spree?
- Doch! (mot-phrase valant reponse positive a une question globale contenant
une negation);

67 La consequence plutöt que le signe, car !'inverse n'est pas vrai : il est des elements ou
syntagmes (!es modalisateurs, par ex.) qui panagent certaines des caracteristiques evoquees
dans ce paragraphe, tout en ayant Je Statut de membre (du moins au sens forme! de : unite
occupant une place syntaxique dans Ja phrase et notamment apte a en occuper Ja premiere). On
pourrait cenes donner une definition plus restrictive de Ja notion de membre de phrase, mais
ceci nous ferait sonir du cadre ici fixe.
68 La disparition de schon de Ja question est caracteristique de Ja fonction de cette particuJe.
Son maintien ferait, en effet, de !'interrogative non une veritable demande d'information mais
une question rhetorique a reponse impJiquee negative: Wer wird den Weg schon finden?/ Was
wird Peter schon finden? Reponses impliquees: Niemand/ Nichts.

27
- enfin, Je fait qu'eiles ne puissent etre niees 69 , sauf a changer de classe de
mots : *So ist es nicht eben im Leben/ Bleib nicht ruhig sitzen! (enonce
grammaticalement possible qui exprimerait une exhortation un peu loufoque a
rester assis, mais pas tranquillement.)

c) Les elements appartenant a ce groupe possedent par ailleurs deux caracte­


ristiques syntaxiques remarquables qui sont:
- d'une part, Je fait, deja mis en lumiere par nombre d'exemples donnes dans
ce chapitre, qu'ils appartiennent pour Ja plupart, sinon tous70, egalement a
d'autres groupes ou classes de mots, tels que !es mots-phrases, !es conjonctions,
!es adverbes connecteurs (ou autres), !es particules de mise en relief ou encore
!es modalisateurs, ce qui suggere que leurs emplois comme particules modales
ne sont pas premiers mais derives d'autres, plus fondamentaux7 1 . Voici
d'autres exemples (non exhaustifs pour un meme mot):
- auch : - adv. connecteur: Er hatte keine Lust, auch war es zu spät
(... Du reste, il etait trop tard)
- part. de mise en relief: Auch 0dir hätte es passieren können
(<;a aurait pu t'arriver a toi aussi)
- part. modale: Warum hast du auch nichts gesagt!
(Mais aussi, pourquoi n'as-tu rien dit?)
- denn - conjonction: Er blieb zuhause, denn er hatte noch zu tun.
- part. modale: Wo kommst du denn her so spät?
(D'ou viens-tu donc, si tard?)
- ja - mot-phrase: A: Kommst du auch? B : Ja.
- part. connective: A : Wie kam das? B : Ja, damals war...
(B : Eh bien, a l'epoque, ...)
- nur - adv. connecteur: Ja schon, nur weiß man nicht, ob...
(Certes, mais on ne sait pas si...)
- part. de mise en relief: Nur 0er kann uns helfen.
- part. modale : Greifen Sie nur zu!
(Servez-vous donc! / Allez, servez-vous!)

69 L'impossibilite de nier la particule ne signifie pas que certaines ne puissent pas etre
employees de concert avec une negation, comme Je montrent les exemples donnes pour doch et
etwa.
70 W. Abraham affirme que la bi-appartenance vaut pour tous, mais sa position est un peu
extreme en ce sens qu'elle ne prend en compte que la seule forme phonetique des mots, en
faisant abstraction de toute consideration semantique, ce qui fait que haltest donne a la fois
comme particule modale et comme forme d'imperatif du verbe halten. La reponse a la question
de savoir si ce trait vaut pour tous les elements du groupe depend en definitive aussi de
l'extension que l'on donne au groupe : si on y inclut gefälligst (c'est notre cas, mais cela ne
correspond pas a la "tradition"), Ja reponse ne pourra etre que negative vu que ce mot n'a, en
langue actuelle, qu'un seul type d'emploi (meme si l'on voit bien qu'il derive
morphologiquement de Ja classe des adjectifs).
71 cf. ABRAHAM (1 99 1 ) p.4 et WEYDT & HENTSCHEL (1 990) p. 280.

28
- vielleicht : - modalisateur : Vielleicht hat er den Zug verpaßt.
- part. modale : Der hat vielleicht geschimpft!
(Qu'est-ce qu'il a rouspete!)

- d'autre part, Je fait qu'ils presentent, en tant que particules modales, des
restrictions d'emploi ou au contraire des affinites (variables selon les particules
en cause) avec certains types syntaxiques ou "syntactico-enonciatifs7 2" de
phrases. En voici quelques exemples :
• aber : peut s'employer dans tous les grands types syntaxiques de phrase
pourvu que l'enonce correspondant ait une valeur exclamative
- Du kommst aber unpünktlich! (Aussagesatz mit Ausrufe-Intention)
- Kommst 0du aber unpünktlich! (Entscheidungsfrage mit A.-Intention)
- Was war 0das aber für ein Spiel! (Ergänzungsfrage mit A.-Intention)
- Sei aber vorsichtig! (Aufforderungssatz)73
• vielleicht : concurrent de aber dans !es deux premiers types illustres ci­
dessus, mais exclu dans !es deux autres;
• doch : exclu, selon HELBIG, G. & KöTZ, w. (1981; p. 29) des interrogatives
a
globales valeur de question, affirmation qu'il faut en realite nuancer, la
contrainte etant ailleurs : doch peut appara1tre dans !es interrogatives glo­
a
bales condition qu'elles aient Ja forme d'une declarative (verbe en seconde
position). L'interrogative conserve bien Ja valeur d'une question, mais
oriente Ja reponse dans une certaine direction : enoncer das war doch am
a
Montag? (c'etait bien lundi?) consiste bien poser une vraie question Ja­ a
quelle on attend effectivement une reponse; Ja question, simplement, n'est
a
pas neutre, Je locuteur laissant entendre qu'il s'attend une reponse positive
(d'ou Ja qualite de 'demande de confirmation' que l'on peut attribuer ce a
type de question);

72 Les grands types syntaxiques traditionnellement reconnus sont la phrase declarative (positive
ou negative), la phrase interrogative globale (verbe en premiere position), Ja phrase
interrogative partielle (ouverte par un element en w-) et Ja phrase imperative (verbe en premiere
position + parcours intonatoire non interrogatif). Les exclamatives ont toujours pour origine
l'un de ces quatre types ou une subordonnee. Pour une presentation plus detaillee (necessaire
pour rendre compte correctement du fonctionnement des particules), voir section III.
La notion de type syntactico-enonciatif prend en compte Ja "valeur" de Ja phrase en tant
qu'enonce produit dans un contexte et/ou une situation donnes. Elle renvoie au fait qu'un meme
type de phrase peut servir a accomplir des actes de communication variables. Ainsi une
declarative n'a-t-elle pas necessairement Ja valeur d'une declaration mais peut-elle, par exemple,
avoir celle d'une injonction (Die Suppe wird gegessen! : Pas de discussion, tu mangeras ta
soupe!). Meme chose pour les interrogatives, comme le montrent les exemples donnes dans la
suite du texte.
73 Exemples donnes dans HELBJG, G. & KöTZ, W. (1981) p. 25-29. On est frappe par
l'asymetrie entre les trois premiers exemples, ou l'acte de communication accompli n'est pas Je
meme selon que les enonces correspondants sont ou non dotes de la particule (declaration ou
demandes d'information en l'absence de aber, exclamation dans !es trois cas en sa presence) et
le quatrieme, qui conserve, avec ou sans Ja particule, la valeur d'une exhortation. Ceci montre
que le trait exclamatif n'est pas utilise ici de maniere coherente et pose d'une fai;;on plus generale
Je probleme - auquel nous-memes serons toujours confrontes - de Ja delimitation des emplois
relevant de la classe des particules (cf. section III).

29
• eben : ne peut s'employer qu'en declarative et en imperative, !es interroga­
tives etant totalement exclues : Deutsch ist eben eine schwierige Sprache,
mais *Ist Deutsch eben eine schwierige Sprache?
• schon: peut s'employer dans tous !es types syntaxiques sauf dans !es inter­
rogatives globales : Er wird schon noch kommen (il finira bien par arri­
ver), na komm schon! (allez, grouille!), was soll er schon sagen? (que veux­
tu qu'il dise), mais: *wird er schon noch kommen?

d) Pour ce qui conceme la prosodie, Ja caracteristique traditionnellement re­


connue aux particules est qu'elles sont generalement atones. Cette affirmation
juste mais vague merite d'etre completee par deux observations au moins:
- d'une part, il faut noter que certaines particules modales semblent avoir une
variante atone et une variante accentuee74:
-ja - Das wußte ich ja gar nicht! (ja non accentue)
([Mais] je ne le savais pas!)
- Laß es 0ja nicht fallen! (ja accentue)
(Surtout, ne le fais pas tomber!)
- denn - Wie heißt du denn? (denn non accentue)
(Comment t'appelles-tu? Quel est donc ton nom?)
- Ja, wie heißt du denn [, wenn du nicht Peter heißt] ?75
0

(Mais alors comment t'appelles-tu [si ce n'est pas Peter]?)


- doch - Du bist doch hingegangen, nicht? (doch non accentue)
(Tu y es bien alle, n'est-ce pas? = demande de confirmation)
- [Was.] du bist doch hingegangen? (doch accentue)
0

([Quoi!] Tu y es alle quand meme?


- schon - Das ist schon möglich (schon non accentue)
(C'est bien possible = confirmation d'un enonce anterieur)
- [Doch, doch,] das ist 0schon möglich! (schon accentue)
([Si, si,J c'est tout-a-fait possible! = point de vue oppose a celui
qui a ete exprime anterieurement)

- d'autre part, il faut souligner que l'emploi des particules modales peut avoir
des implications prosodiques pour l'ensemble de I'enonce ou elles sont em­
ployees : leur presence peut aller de pair avec celle d'un accent fort sur tel mot
ou d'une intonation montante sur tel autre, ce qui a pour effet de modifier
l'ensemble du parcours intonatoire de I'enonce. Ce probleme, complexe mais
crucial pour Ja valeur d'usage du dictionnaire, etant evoque plus avant sous
111.B.1., on se contentera ici de quelques exemples

74 Sauf, evidemment, si l'on decide d'exclure a priori Ja variante accentuee de la classe des
particules modales, attitude qui peut etre justifiee notamment pour denn et doch, mais n'est pas
l'option habituellement choisie.
75 Emprunte a HELBIG, G. (1988) p. 108.

30
- aber - Du bist aber ein Dickkopf (Quelle tete de lard tu es!)
0

L'absence de Ja particuJe modale n'interdit pas d'accentuer du


mais n'y obJige pas, contrairement a sa presence;
- doch - Das war doch am Montag, nicht? (C'etait bien lundi, non?)
Sans Ja particule, Ja declarative proprement dite est produite
avec Je parcours intonatoire caracteristique de l'enonce infor­
matif, Ja voix ne montant que sur nicht. Avec Ja particule,
I'ensemble de J'enonce rer;:oit, des Je depart, Je parcours
"montant" de J'interrogative;
- schon - Wer hat schon Lust dazu? (Qui veux-tu qui ait envie de r;:a?)
Dote de Ja particule, J 'enonce est une question rhetorique a re­
ponse negative, caracterisee par l'accentuation assez forte (mais
non contrastive) du pronom wer et un parcours intonatoire
descendant; sans Ja particuJe, l'enonce serait une veritable
question caracterisee comme teile par un parcours intonatoire
montant sans mise en relief du pronom76.

9.2. Les fonctions communicatives


La diversite meme des termes par lesquels on designe en allemand les parti­
cules ici presentees (Ahtönungspartikeln, Modalpartikeln, illokutive Partikeln,
Einstellungspartikeln, pour ne rappeler que !es principales) est un indice a Ja
fois de Ja diversite des fonctions que peuvent remplir ces elements et de Ja dif­
ficulte qu'il y a a !es serier. Pour ne pas atomiser cette description, qui se veut
generale, on se limitera a quatre grandes fonctions tout en precisant (1) que
chacune peut comporter diverses variantes, (2) qu'une meme fonction ne se
rencontre pas necessairement avec toutes !es particules, et (3) qu'une meme
particule peut relever de plusü;urs fonctions, dans Ja mesure ou celles-ci, loin
de s'exclure, ne sont souvent que des facettes differentes d'une seule et meme
valeur "generaJe" pas toujours aisee a saisir. Ces quatre fonctions, illustrees
par !es exempJes ci-apres (parfois repris de Ja premiere serie d'exemples pro­
duite au debut de 9.) sont

- l'indication ou Ja modification de Ja vaJeur illocutoire77 des enonces: cette


fonction est a l'reuvre, sous l'une ou l'autre variante, dans les emplois suivants
de auch, ja, ruhig et schon
- auch : - Warum hast du ihn auch geärgert?
(Mais aussi, pourquoi l'as-tu embete?)

76 Sauf intention particuliere, par ex., de faire repeter une reponse mal pervue: "Wer hat Lust
dazu? (Qui, m'as-tu dit, a envie de cela?)
77 Par valeur il/ocutoire, il faut entendre (rappelons-le) Ja valeur qu'ont !es enonces en tant
qu'actes de communication: constat, mise en garde, exhortation, menace, demandes diverses,
etc.
31
Cet enonce, qui pourrait etre produit par une mere s'adressant a son fils, qui
vient d'etre victime d'un coup de pied donne par un frere ou un camarade,
realise un acte de communication bien different de celui qu'il realiserait sans
Ja particule. Sans celle-ci, on aurait affaire a une veritable demande
d'information ('je veux savoir pourquoi...'), alors qu'avec eile, il s'agit d'un
acte consistant a renvoyer Je destinataire a son propre comportement sup­
pose etre a I'origine de l'agression dont il a ete victime. Loin de s'enquerir
d'une cause, Je locuteur suggere plutöt qu'il n'y en avait pas et que, par
consequent, Je coup de pied reyU etait bien merite. Autrement dit, Je locu­
teur donne une explication (au coup reyu) plus qu'il n'en demande une. La
modification de Ja valeur illocutoire de l'enonce sans particule est ici radi­
cale et on peut dire que c'est a auch qu'echoit Ja fonction de marquer que
I'enonce ne realise pas l'acte de communication 'demande d'information'
mais celui qu'on vient de decrire (et qu'on peut difficilement formuler en
deux mots);
- ja - Bring es mir ja zurück!
0

(Täche de me Je rapporter!)
- Fall mir ja nicht zum Fenster hinaus!
0

(Surtout ne tombe pas par la fenetre!)


La modification de Ja valeur illocutoire est ici moins sensible que precedem­
ment: avec ou sans ja, les deux enonces realisent un meme type d'acte de
communication que l'on peut appeler injonction (en donnant au terme un
sens technique neutre et non Ja valeur desagreable d'ordre forme!). Mais on
voit bien que Ja particule inflechit la valeur precise des actes accomplis en
les dotant d'une sorte de connotation78 : de menace de represailles, dans un
cas, d'inquietude dans l'autre. (On voit aussi, precisons-le, que ces connota­
tions sont moins dues a Ja particule seule qu'a une interaction avec le
contenu des enonces : ce que Ja particule exprime dans les deux cas, c'est
l'insistance du locuteur qui signifie en quelque sorte a son interlocuteur qu'il
tient beaucoup a ce que l'action en cause ait ou n'ait pas lieu. C'est ensuite,
selon Ja nature de cette action et Ja signification ou l'importance qu'eile a
pour Je locuteur, que se produisent les effets de menace ou d'inquietude ac­
compagnant ces enonciations.)
- ruhig : - Bleib ruhig sitzen, ich hol' es.
(Reste assis / Ne te derange pas, je vais le chercher)
La situation semble ici intermediaire entre !es deux precedentes. La parti­
cule ruhig ne change pas completement Ja valeur illocutoire de l'enonce,
dans Ja mesure ou celui-ci realise un acte de communication relevant de
l'injonction (au sens !arge), mais cette injonction a davantage le caractere
d'une incitation amicale, voire d'une autorisation que celui d'un veritable
ordre. (La non plus Ja particule n'est pas seule en cause, un effet tres voisin
pouvant etre obtenu sans eile gräce au seul contexte de ich hol' es, qui

78 A prendre ici au sens courant tel que Je definit Je Petit Robert : "Sens particulier d'un mot, ·
d'un enonce qui vient s'ajouter au sens ordinaire selon Ja Situation ou Je contexte."

32
montre bien l'intention amicale du locuteur, qui se propose d'accomplir une
action en lieu et place de celui qui pourrait s'y sentir tenu.)
- schon - Was weiß er schon [davon]?
(Qu'est-ce qu'il en sait?)
Cet exemple est sans aucun doute Je plus clair des quatre : sans Ja particule,
J'enonce serait per�u comme realisant une veritable demande d'inforrnation;
avec, il equivaut a une affirrnation peremptoire de l'ignorance de Ja per­
sonne visee par er. La particule est, cette fois, seule en cause et sa fonction
illocutoire particulierement nette.
- l'expression de J'attitude du locuteur vis-a-vis du contenu de son enonce ou
de J'interlocuteur :
- auch : - Bist du auch sicher, daß er nichts dagegen hat?
(Tu es bien sur, qu'il n'a rien contre?)
Abstraction faite de la valeur illocutoire de l'enonce (dans laquelle auch in­
tervient en faisant de la question une demande visant a s'assurer de la realite
d'un fait (Vergewisserungsfrage), il est clair que Ja particule exprime ici
une certaine attitude du locuteur a Ja fois a l'egard du contenu de l'enonce,
presente comme 'non certain', et a J'egard de J'interlocuteur, dont des pro­
pos anterieurs eventuels semblent plus ou moins directement etre mis en
doute;
- doch : - Das gehört sich doch nicht!
(<;a ne se fait pas, voyons!)
Dire que doch modifie ici Ja valeur illocutoire de l'enonce ne serait guere
convaincant : avec ou sans Ja particule, celui-ci realise un meme acte
d'affirmation relatif a un certain comportement donne comme contraire a
une certaine convention sociale. C'est surtout l'attitude du locuteur qui est
ici en cause. Sans la particule, l'affirrnation, quoique peremptoire, est pre­
sentee comme "venant du locuteur", c'est-a-dire fondamentalement subjec­
tive ("c'est mon point de vue, meme si je Je considere comme le point de
vue qu'il faut avoir"); avec Ja particule, en revanche, l'affirrnation est pre­
sentee comme relevant de J'evidence, comme correspondant a ce que toute
personne saine de corps et d'esprit pense naturellement, comme s'imposant
donc a tout individu raisonnable et de bonne foi. Le Jocuteur tend a s'effacer
comme auteur de Ja sentence pour laisser en quelque sorte parler la Raison.
II en appelle au bon sens de l'interlocuteur pour lui imposer son affirrnation
en une sorte de coup de force auquel ce demier doit donner son avaJ79.
Cette caracterisation n'epuise toutefois pas la description, car J'attitude
consistant a presenter Je contenu de J'affirrnation comme une evidence in­
contestable peut aller de pair avec des effets plus concrets, egalement lies au

79 C'est ce qui fait qu'on a parlois presente ce type d'emploi de doch comme visant li etablir un
consensus entre Je locuteur et l'interlocuteur. Ce n'est pas faux, mais il nous semble que cet
effet est une sone de sous-produit de la valeur d'evidence que donne la panicule au contenu qui
fait l'objet de J'affirmation.

33
contenu en jeu (ce qui est vise par das) ou au contexte global, doch pouvant
alors marquer corollairement une attitude d'insistance ou d'agacement,
voire un reproche ou meme l'emportement;
- eben : - So ist es eben im Leben!
(Eh oui, ainsi va la viel/ C'est la vie, que veux-tu!)
La aussi, Ja fonction primordiale de eben reside dans l'expression d'une cer­
taine attitude du locuteur : vis-a-vis du contenu de son affirmation d'abord,
presente comme une donnee incontoumable, impossible a wegdenken; vis-a­
vis de l'interlocuteur ensuite 80, qui est invite a accepter cette realite intan­
gible, autrement dit a s'y resigner;
- schon - Peter wird den Weg schon finden.
([Ne t'inquiete pas,l Peter trouvera bien son chemin)
Si doch avait pour effet de presenter Je contenu de l 'affirmation comme
s'imposant a tous, schon le subjectivise en Je donnant comme certain aux
yeux du locuteur. Par Ja particule (+ un parcours intonatoire adequat), ce­
lui-ci exprime une sorte de tranquille certitude quant a Ja realisation du fait
annonce, laquelle conditionne a son tour Ja fonction attribuee a I'enonce, qui
est plutöt de rassurer que d'affirmer ou d'informer.

- l'ancrage dans Ja situation de communication : si le marquage de Ja valeur


illocutoire ou l'expression d'une certaine attitude du locuteur sont sans doute
deux fonctions essentielles de beaucoup de particules, il en est cependant dont
!es effets sont plus difficiles a saisir a ces niveaux, leur röle paraissant davan­
tage etre de lier l'enonciation dans le cadre de laquelle elles sont produites a Ja
situation ou au contexte discursif. C'est le cas notamment de denn, eigentlich et
mal dans !es enonces suivants :
- denn - Wo bist du denn so lange geblieben?
(Ou etais-tu donc tout ce temps?)
- eigentlich - Wo warst du eigentlich gestern ahend?
(Ou etais-tu, au fait, hier soir?)
- mal - Komm mal her!
(Yiens voir Ja!)
Il ne sembJe pas que les particules jouent ici une röJe important pour Ja va­
leur illocutoire des enonces ni pour les attitudes qui s'y manifestent. Pour
autant qu'on puisse saisir leur fonction, on peut dire qu'elles servent bien
plutöt a "amener" l'enonciation d'une certaine maniere, a l'"accrocher"
d'une certaine fayon au contexte. C'est ainsi que denn semble marquer que
Ja question est appelee par la situation (la Jongue absence de l'interlocuteur)
et qu'elle s'y insere naturellement, alors que eigentlich, tout en soulignant
egalement Je lien de la question au contexte (car c'est un element de ce
contexte qui conduit a eile), signaJe en outre une rupture, une reorientation

80 Lequel peut evidemment etre le Jocuteur lui-meme, dans une situation de dialogue interieur.

34
du dialogue dans une nouvelle direction. Quant a mal, son röle semble etre
d'accrocher l'injonction a Ja situation en Ja presentant sinon comme appelee
par eile, du moins comme naturelle dans ce cadre et de toute fa9on de peu
d'importance, tout se passant comme si Je locuteur l'accomplissait "en pas­
sant";

- Je marquage de Ja valeur argumentative de l'enonce et d'une fa9on plus ge­


nerale de Ja Strategie communicative du )ocuteur : si )es e)ements plus specia­
Jement charges de manifester la valeur argumentative d'un enonce sont en ge­
neral des adverbes connecteurs (allerdings, immerhin, schließlich), cette fonc­
tion peut egalement echoir a des particules, meme si eile ne semble pas, dans ce
cas, primaire, mais plutöt derivee d'une autre, plus fondamentale :
- auch : - [Sie haben dich vergessen?] Daß du dich aber auch nicht gemel­
det hast!
(Ils t'ont oublie? Mais aussi, pourquoi n'as-tu rien dit?)
- doch A : Warum hat er nichts gesagt? B : Er wußte es doch nicht!
(A: Pourquoi n'a-t-il rien dit? B : Mais il n'en savait rien!)
- eben A : Warum will er nicht? B: Er hat eben keine Lust!
(A: Pourquoi ne veut-il pas? B: II n'a pas envie, c'est tout.)
- ja - Warum sollte er es nicht tun, du hast es ja auch getan!
0

(Pourquoi ne Je ferait-il pas, tu l'as bien fait, toi!)


II serait sans doute excessif de denier a ces enonces toute valeur argumenta­
tive s'ils etaient depouilles de leur particule, tant il est vrai que cette valeur
ne na'it souvent que des rapports entre Je contenu de l'enonce et celui du
contexte amont dans lequel il s'insere (on Je verifie sans difficulte sur cha­
cun des exemples ci-dessus). II reste, neanmoins, que les particules ont ici,
abstraction faite de fonctions eventuellement plus generales, en definitive
pour röle commun (quoique exerce dans des contextes differents) de
"doper" )es arguments presentes dans )es enonces Oll elles figurent, d'en
mettre en avant Ja grande qualite et de contribuer ainsi, en coupant par
avance court a toute contestation de Ja part de l'interlocuteur, a l'efficacite
de Ja strategie communicative du locuteilr.

Pour finir sur ce point, il est utile non seulement de rappeler que les diverses
fonctions repertoriees (et leurs variantes) peuvent etre co-presentes dans un
meme emploi, mais de preciser en outre qu'un meme type d'emploi peut
fournir bien d'autres renseignements sur Ja constellation locuteur-interlocu­
teur-situation de communication. C'est ce que montre l'exemple de doch dans
des imperatives comme hören Sie doch auf! ou greifen Sie doch zu! On peut y
decrire Ja fonction de Ja particule comme consistant a intensifier les injonctions
en cause en presentant les actions demandees (respectivement Ja cessation ou
l'adoption d'un certain comportement) comme "evidentes", c'est-a-dire comme
de celles que Je destinataire du message aurait pu ou du accomplir de lui­
meme, sans qu'on ait besoin de Je lui demander. Mais en marge de cette fonc­
tion, Ja particule donne aussi, füt-ce indirectement, deux informations sur :

35
- Je statut respectif du locuteur et de l'interlocuteur: si J'exhortation a cesser
une certaine activite est assez rude, eile n'est cependant pas de celles que l'on
pourrait entendre dans Ja bouche d'un adjudant s'adressant es quaJite a un su­
bordonne. C'est que l'intensification d'une injonction par doch, si forte soit­
elle, suppose toujours que les interlocuteurs soient (ou fassent sembJant d'etre)
fondamentalement sur un certain pied d'egalite. (C'est du reste ce qui fait que
!es injonctions en doch, Join de comporter toujours une forte dose
d'agressivite, peuvent prendre parfois - c'est d'ailleurs Je cas de hören Sie doch
auf! - l'allure de veritables suppliques.);
- certains aspects concrets de Ja situation au moment de J'acte de communica­
tion : imaginons que Ja deuxieme exhortation soit produite pour inciter une
personne a se servir en petits gäteaux aperitifs. II est clair que contrairement a
l'exhortation sans doch, eile ne peut pas etre enoncee au moment meme ou J'on
pose devant J'invite Je plat contenant lesdits gäteaux. C'est que l'empJoi de doch
suppose qu'iJ etait possible de realiser l'action en cause avant qu'elle ne soit
expJicitement demandee. II s'ensuit que Ja presence de Ja particule renseigne ici
sur Je comportement anterieur de l'interlocuteur dans Ja situation donnee, ren­
seignement que n'aurait en aucun cas fourni l'exhortation sans doch.

Au terme de cette seconde section, Je champ des mots de la communication ap­


paralt certes multiforme, peu structure, imprecis dans ses contours - mais
neanmoins bien reel. C'est cette reaJite que Je Jexicographe a pour mission de
decrire pour l'usager de Ja langue. Les difficultes de l'entreprise, dont le ta­
bleau brosse a grands traits aura donne une idee, justifient - et rendent sans
doute meme necessaire - une presentation aussi detaillee que possible des prin­
cipes, methodes et techniques qui ont preside a sa realisation.

III. L'ELABORATION DU DICTIONNAIRE : PRINCIPES ET METHODE


Tout dictionnaire est doublement defini, par sa macrostructure, d'une part,
sa microstructure, de l'autre 81 . Le premier terme designe l'ensemble des mots
traites - egalement appele nomenclature 82 - ainsi que ]'ordre et Ja maniere se­
lon lesquels iJs sont presentes (et qui constituent ce qu'on nommera Ja forme de
Ja macrostructure). Le deuxieme terme designe, lui, l'ensembJe des informa­
tions donnees de fa<;:on systematique sur chaque mot, conformement a un pro­
gramme preetabli, ainsi que J'organisation de ces informations au sein de
chaque article.
Nomenclature et forme de Ja macrostructure, programme de Ja microstruc­
ture et organisation des articles sont ainsi les quatre composantes majeures du
dictionnaire. La realisation de chacune pose au lexicographe de multiples pro-

81 Sur ces questions, voir REY-DEBOYE, J. (1971), premiere panie.


82 Cf. REY-DEBOYE, J. (1971), p.20 ou Je dictionnaire de GALISSON, R. & COSTE, D. (1976)
sous ce tenne.

36
blemes, dont !es principaux seront evoques ci-apres avec !es solutions qui ont
ete adoptees.

A. La macrostructure

1. La nomenclature
La nomenclature d'un dictionnaire est toujours qualitativement et quantitative­
ment delimitee. La delimitation se fait normalement en deux etapes : la pre­
miere consiste a definir un ensemble de reference, soit sur critere linguistique
(on parle alors de dictionnaire de verbes, d'expressions idiomatiques, de pro­
verbes, etc.83), soit sur critere extra-linguistique (et il est alors question de
dictionnaire d'economie, de droit, d'informatique, etc.). La seconde consiste en
une Operation de filtrage appliquee a J'ensembie precedemment defini; elle
peut se faire, eile aussi, selon des criteres variables, tels que Ja frequence
(elimination des elements rares), Je public vise (enfants / adultes; lyceens /
etudiants / professionneJs, etc.) OU J'usage prevu (aide a Ja comprehension Oll a
la production, par exemple).
Pour ce qui est de Ja premiere etape, il n'est pas utile de revenir sur !es pro­
blemes, exposes plus haut, que pose Ja definition-delimitation precise et rigou­
reuse de l'ensemble des mots de La communication et des sous-ensembles qui le
composent. On se contentera donc d'indiquer que deux de ces sous-ensembles
ont ete exclus a priori, a Ja fois pour des raisons de temps - trop alourdir Je
projet aurait eu pour effet d'en retarder encore Ja realisation - et pour des rai­
sons d'interet lexicographique - !es mots en question ayant des fonctions relati­
vement simples et stables dont Ja comprehension et Ja traduction ne posent pas
de problemes importants. Les groupes elimines sont, d'une part, !es modalisa­
teurs au sens strict, comme bestimmt, gewiß, vermutlich ou wahrscheinlich84
(cf. plus haut 11.2.), de l'autre, !es appreciatifs comme leider, zum Glück ou
les nombreuses formations en -erweise, comme logischerweise, erstaunlicher­
weise ou bemerkenswerterweise.85
Quanta Ja deuxieme etape, l'operation de filtrage, c'est l'interet potentiel du
traitement lexicographique pour l'usager qui a principalement guide Je choix
ont ete elimines !es mots dont Ja complexite de fonctionnement ou Ja difficulte
de comprehension et/ou de traduction ne paraissait pas teile que leur presence
dans un dictionnaire aussi specialise que celui-ci füt justifiee. Concretement,
cela signifie que si Ja majorite des sous-ensembles selectionnes - a savoir les
83 II existe meme des dictionnaires des prepositions, des conj onctions ou des articles; cf.
SCHRÖDER, J. (1986), BUSCHA, J. (1989) et GRIMM, H.J. (1987).
84 Seul vielleicht a ete retenu, mais c'est au titre de son autre fonction, celle de particule
modale (Du bist vielleicht ein komischer Kerl!). C'est qu'en vertu d'un principe expose plus
loin, lorsqu'un mot est selectionne, il fait l'objet d'un traitement complet qui inclut !es emplois
gui ne sont pas au "centre" de ce dictionnaire.
5 Ils constituent d'ailleurs une serie tellement ouverte qu'ils defient le dictionnaire. Ils auraient
en revanche parfaitement leur place dans un manuel d'initiation aux problemes linguistiques de
la traduction; cf. !es exemples de la note 40.
37
mots-phrases, !es adverbes modaux et !es trois groupes de particules, modales,
connectives et de mise en relief - ont ete traites de fa<;on a peu pres exhaus­
tive 86, d'autres - deux au total - ont ete soumis a une selection bien plus severe.
L'un est le groupe des interjections, dans lequel n'ont ete retenus que !es ele­
ments, peu nombreux, dont l'emploi, loin d'etre comme celui de au! ou pfui!
fige dans l'expression d'une seule et meme "valeur" (sentiment, sensation, in­
tention, etc.), presente au contraire, a l'instar de ach et de ah, une diversite et
une indetermination telles que !es effets precis qu'ils produisent ne peuvent ge­
neralement etre saisis qu' a travers les contextes et/ou !es situations ou ils appa­
raissent. L'autre est le groupe des adverbes connecteurs, aux limites d'ailleurs
tres floues, dans lequel n'ont ete selectionnes que !es elements a valeur argu­
mentative, comme immerhin ou schließlich, a. l'exclusion notamment de tous
ceux dont la fonction se limite a structurer le discours en surface (comme par
exemple erstens, zweitens ou zuerst, dann, zuletzt, etc., cf. plus haut 11.7.).
La consequence de ces choix est que la nomenclature de ce dictionnaire est a
la fois plus !arge et plus restreinte que celle des ouvrages de nos predecesseurs,
mais au total, pensons-nous, plus homogene, et en tout cas plus utile pour le
public vise. Du double point de vue "communicatif' et "pedagogique" qui est le
nötre, la selection d'elements comme ach et na ou wirklich et tatsächlich, qui
n'ont ete retenus ni dans HELBIG, G. (19 8 8) ni dans KöNJG, E. / STARK, D. /
REQUARDT, S. (1990) se justifie tout autant que le rejet, a !'inverse, de mots
comme sehr,fast, gänzlich ou ziemlich (adverbes de degre ou d'intensite) ou
encore sondern, allenthalben ou weiterhin (respectivement conjonction de co­
ordination, adverbe de lieu et adverbe de temps) - tous elements dont on peut
dire (1) que leurs fonctions, meme a un niveau tres general, n'ont que peu de
rapports avec celles qu'exercent !es mots par ailleurs traites dans ces ouvrages,
et (2) que leur comprehension, emploi ou traduction pose aux germanistes
francophones globalement moins de problemes que !es mots figurant dans
notre propre selection.

2. La forme de Ja macrostructure

a) Dictionnaire semasiologique ou onomasiologique?


Les ouvrages de type dictionnaire peuvent etre globalement agences selon deux
principes opposes. L'un, dit semasiologique, consiste a partir des mots (c'est-a­
dire des formes ou signifiants), generalement classes dans !'ordre alphabetique,
pour aller vers !es sens ou !es fonctions, tandis que l'autre, appele onomasiolo­
gique, consiste a partir des sens (plus exactement de notions plus ou moins ge­
nerales) pour aller vers !es mots qui !es expriment. Si !es dictionnaires sont Je
plus souvent organises selon Je premier principe 8 7, il semblait a priori conce-

86 C'est pour le groupe des particules de mise en relief que l'exhaustivite est Ja moins grande,
vu qu'ont ete exclus des mots comme ebenfalls ou gleichfalls pour lesquels il est permis de
�enser que Ja consultation d'un bon dictionnaire general suffit a epuiser le sujet.
7 Du moins !es dictionnaires de consultation habituels. Les dictionnaires de synonymes ou !es
38
vable, et meme pedagogiquement avantageux, s'agissant d'un dictionnaire des
mots de la communication, d'adopter exceptionnellement Je second.
Puisque !es mots dont il est question ici exercent leurs effets au niveau de Ja
"communication", on pouvait, en effet, envisager de definir un certain nombre
d'actes de communication88 et leurs variantes (demande d'information, de­
mande de confirmation, injonction, conseil, declaration, justification, etc. etc.)
et de dresser pour chacun d'eux l'inventaire illustre d'exemples et de traduc­
tions de toutes !es particules susceptibles d'y figurer en precisant !es fonctions
qu'elles y exercent, !es effets qu'elles peuvent y produire (cf., par exemple, les
diverses particules utilisables dans l'expression de l'injonction au moyen d'une
phrase imperative: Aber komm auch [nicht wie letztes Mal]! I Paß bloß auf! I
[Dein Rad ist platt?] Dann geh eben zu Fuß! I Laß es ja nicht fallen! I Komm
mal her! / Greifen Sie nur zu! / Bleib ruhig sitzen! I Nun komm schon! etc.
etc.).
On pouvait aussi - autre possibilite de Ja demarche onomasiologique - envi­
sager de dresser l'inventaire des fonctions susceptibles d'etre remplies par !es
mots de Ja communication (par ex. : renforcer, attenuer, restreindre, marquer
une concession, suggerer une conclusion, etc. etc.) et de presenter pour
chacune d'elles !es differents mots aptes a !es exprimer, en !es differenciant !es
uns des autres selon !es contextes et !es situations Oll ils apparaissent ainsi que
!es contraintes auxquelles ils sont soumis (cf. !es diverses particules
susceptibles de marquer, voire de fonder Ja fonction explicative ou
argumentative d'un enonce: Er hat es aber auch zu weit getrieben I Du hast
eben zu spät angerufen/ Du mußt ihm verzeihen, er hat es ja nicht böse
gemeint/ Da brauchst du keine Angst zu haben, was soll schon schiefgehen?
etc.)
Une teile demarche aurait, dans l'une ou l'autre variante, sans aucun doute
facilite Ja mise en evidence des points communs et des differences entre !es
mots traites et peut-etre meme permis l'emergence, au moins a l'etat
d'ebauches, de petits systemes plus ou moins fortement structures (par exemple
celui, mis en lumiere par H. Weydt, que constituent aber, ja et vielleicht dans
!es exclamatives de forme declarative: 0Der hat aber einen Bart! / Der hat ja
einen Bart! / Der hat vielleicht einen Bart Oll !es enonces en aber et vielleicht
0

marquent l'etonnement suscite respectivement par Ja "quantite" ou Ja forme de


Ja barbe, alors que I'enonce en ja exprime celui que suscite l'existence meme

thesaurus le sont nonnalement selon Je second. Exemples : cf. bibliographie sous DORNSEIFF
(1965); DROSDOWSKI (1983); WEHRLE-EGGERS (1961);
88 L'acte de communication est, repetons-le, I'acte accompli en enon�ant une phrase (ou une
sequence autonomes de dimension inferieure) dans une situation et un contexte donnes.
L'enonciation de cette phrase realise une intention donnee qui constitue Ja nature de l'acte
accompli. Ainsi peut-on enoncer une phrase pour infonner quelqu'un, Je mettre en garde, lui
donner un ordre, lui faire une promesse, etc. etc. Les linguistes parlent generalement d'actes de
parole, ce qui a l'inconvenient de suggerer au non linguiste l'exclusion de I'ecrit. L'expression
acte de communication a, eile, l'avantage d'etre neutre et, nous semble-t-il, plus parlante.

39
de la barbe 89). En presentant une vue plus organisee des choses, ceux-ci au­
raient a leur tour permis une apprehension plus globale et donc, on peut du
moins Je supposer, une meilleure comprehension et une meilleure assimilation
de ces mots par l'usager.
Mais pour concevable et seduisante que cette demarche füt sur Je papier, eile
avait aussi deux inconvenients qui nous ont paru tout a fait redhibitoires et
nous ont donc tres vite conduits a l'abandonner. D'abord, eile aurait ete tres
difficile a mettre en reuvre concretement. Cet argument, s'il ressemble a une
justification par Ja paresse, n'est en fait que du realisme. Outre !es difficultes
de delimitation des actes de communication !es uns par rapports aux autres et
!es aleas de la subdivision d'un meme acte en "sous-actes" aux contours a peu
pres nets, il fallait prendre en compte que !es systemes et sous-systemes relatifs
a chaque acte de communication traite auraient ete, en raison des contraintes
syntaxiques, semantiques ou contextuelles propres a chaque mot, des structures
a geometrie variable. La description serait rapidement devenue inextricable, a
moins d'etre appauvrie au point de perdre tout interet pour !es utilisations et
!es publics vises.
D'une complexite excessive dans sa mise en reuvre, l'approche onomasiolo­
gique aurait eu aussi pour consequence - c'est Je deuxieme inconvenient -
d'aboutir a un produit tres peu benutzerfreundlich, pour ne pas dire complete­
ment inutilisable. Dans tout dictionnaire de forme onomasiologique, Ja consul­
tation ponctuelle des articles par besoin de "depannage" (qui est Je cas normal
d'utilisation, car wer 0/iest schon Wörterbücher?) n'est possible, en effet, qu'a
travers un index. Cette procedure complexe est deja en soi de nature a decou­
rager l'usager, mais dans Je cas present il y avait plus : l'index aurait consiste
en une liste des actes de communications (premiere variante de la demarche
onomasiologique) et/ou des fonctions (deuxieme variante) traites dans
l'ouvrage, ce qui veut dire que l'usager n'aurait pu "entrer" dans le diction­
naire qu'a la condition d'identifier prealablement l'acte de communication ou
Ja fonction en cause dans l'emploi du mot qui justement lui pose probleme.
Mais sur quelles bases aurait-il determine de fac;:on rapide et sGre, par exemple,
si l'emploi de doch ou de nur dans teile imperative, rencontree dans un texte, a
ete domicilie sous 'ordre', 'exhortation', 'exigence', 'conseil' ou 'instruction',
pour ne citer que quelques-uns des 14 sous-types d'injonction que distingue G.
Hindelang dans son travail sur les Untertypen des Aufforderns90 ? Et comment
aurait-il pu savoir si ces emplois ont ete traites sous !es fonctions
'renforcement', 'encouragement', 'agacement' ou 'menace', pour n'evoquer, ici
aussi, que quelques-uns des effets que peuvent produire ces particules dans un
enonce de forme imperative. Bref, confronte a des indicateurs semantiques au
contenu et aux contours inevitablement flous9 1, l'usager aurait rapidement fait

89 Cf. WEYDT, H. et al. (19 8 3) p. 15-17.


90 HINDELANG, G. (197 8) : Auffordern. Die Unterrypen des Aufforderns und ihre
sprachlichen Realisierungen, Göppingen, Kümmerle.
9 1 Certes on peut toujours proposer des definitions precises des termes Figurant dans l'index, ·
mais c'est alors exiger de l'usager qu'il s'initie a tout un appareil conceptuel avant d'utiliser
40
l'experience du caractere aleatoire de ses recherches et y aurait donc tres vite
renonce.

b) Le probleme du degroupement
Degrouper, c'est poser pour un meme mot (une meme forme) deux ou plu­
sieurs entrees, autrement dit repartir l'ensemble des emplois du mot (de la
forme) sur deux ou plusieurs articles. Generalement motivee par Je desir de
separer !es homonymes (par ex. Ball1, ballon et Bal/2, bal), cette pratique peut
egalement se justifier, malgre l'atomisation de Ja description semantique
qu'eile entraine, par Je seul souci de faciJiter la consuJtation du dictionnaire en
reduisant Ja longueur et Ja complexite des articles riches92.
S'agissant d'un dictionnaire specialise (que l'on ne consulte pas de Ja meme
maniere qu'un dictionnaire generaJ) et compte tenu du fonctionnement parti­
culier des mots traites (existence de rapports plus ou moins etroits d'une fonc­
tion a l'autre), il a semble indispensable, tant du point de vue de Ja consuJtation
que de celui de l'apprentissage, de conserver pour chaque mot (forme) un "Jieu
commun" pour l'ensemble de ses emplois tout en l'amenageant de fa1ron teile
que l'usager puisse rapidement et efficacement orienter son choix vers le
"secteur" qui l'interesse plus particulierement. Entre Je regroupement total au
i
sein d'un seul et meme article unfie et Je degroupement radicaJ en articles dis­
tincts non rattaches a une source commune, c'est donc une solution interme­
diaire qui a ete choisie. Elle consiste a poser certes une seule entree
"principale" par mot (forme), mais a Ja subdiviser en cas de besoin en entrees
secondaires (sous-entrees) nettement individualisees par des chiffres arabes
places en exposant. L'avantage de cette formule est Ja possibiJite qu'elle offre
de faire suivre l'entree principale de Ja liste des entrees secondaires prevues et
de proposer ainsi a l'usager une sorte de "plate-forme" d'ou iJ puisse embras­
ser du regard l'ensemble du "paysage" avant de s'engager dans une direction
donnee. (Elle suppose evidenunent l'existence de criteres de choix peu nom­
breux et faciles a manipuler, qui sont exposes plus loin et rappeles sur l'encart
livre avec Je tome I.)
Pour eviter l'excessive atomisation de la description observable dans le dic­
tionnaire de G. Helbig9 3, Je principe retenu a ete de faire correspondre les
eventuelles sous-entrees non pas, comme dans l 'ouvrage cite, aux types de
phrases dans lesqueJs Je mot se rencontre, mais seulement aux diverses classes
fonctionnelles entre lesquelles ses emplois peuvent etre repartis. Pour eviter
toute proliferation intempestive, ces classes elles-memes, fondamentalement
definies sur Ja base de criteres syntaxiques (voir B.1.2.), n'ont ete effecti­
vement mises en <l!uvre, pour un mot donne, que dans .Ja mesure ou elles al­
laient de pair avec une certaine differenciation semantique. Un mot comme
auch a ainsi donne lieu a quatre sous-entrees correspondant aux quatre grandes
efficacement son dictionnaire, exigence a laquelle il est illusoire de croire qu'il se soumettra.
92 Pour une defense et illustration de cette pratique dans Je dictionnaire bilingue general, cf.
METRICH, R. (1988).
9 3 On y compte jusqu'a huit sous-entrees pour auch et meme dix pour schon.

41
classes fonctionnelles aptes a recevoir ses divers emplois : adverbe connecteur,
particule de mise en relief, particule modale et constituant de locution subor­
donnante (voir l'article consacre a ce mot dans ce meme tome), cette structu­
ration se justifiant par le fait qu'a chacune de ces grandes classes correspondent
des fonctions assez differentes - meme s'il est toujours possible de !es rappor­
ter a une valeur generale abstraite commune. Un mot comme immerhin, en
revanche, n'a pas fait l'objet d'un degroupement aussi pousse, vu que certaines
categorisations, theoriquement envisageables (par ex. immerhin comme parti­
cule de mise en relief dans immerhin °eins kann ich dir sagen, a I'instar de
auch dans auch 0das kann ich dir sagen), n'etaient pas correlables avec un quel­
conque changement semantique par rapport au groupe d'emploi dont on aurait
pu juger necessaire de Je distinguer sur Ja base des seuls criteres formels.

c) Le probleme des "binömes"


Si l'on n'a pose qu'une entree principale par mot traite (eventuellement sui­
vie de deux ou plusieurs entrees secondaires), a !'inverse, on a parfois juge op­
portun, pour des raisons Iinguistiques, pedagogiques ou simplement pratiques,
d'attribuer une entree a part a certains "binömes" (associations de deux mots
sans prejuger de Ieur degre de solidarite semantique). En attribuer une a cha­
cun aurait sans doute ete commode, mais cela aurait conduit a une excessive
proliferation d'articles au contenu souvent redondant avec celui des articles
consacres aux mots pris isolement. II a donc paru plus raisonnable, meme si Je
risque d'erreur ou d'incoherence etait plus grand, de ne degrouper que !es bi­
nömes repondant a I'un des trois criteres suivants
- constituer semantiquement un tout inanalysable, c'est-a-dire un ensemble
dont Je sens global ne resulte pas (plus) de Ja somme des sens des parties; nicht
einmal et nun mal en sont deux exemples types;
- presenter une tres !arge interdependance des deux elements, meme si Je röle
propre de chacun reste a peu pres identifiable; c'est Je cas, par exemple, de
denn auch dans !es enonces, generalement de facture litteraire, relatant une
consequence: Ejfi[...} wollte Malerin werden[...}. Sie meldete sich denn auch
bei einem ganz alten Malerprofessor[ ...] (FEB 303);
- relever de deux ou plusieurs interpretations differentes (et constituer ainsi
une difficulte specifique pour I'usager); c'est Je cas de schon wieder, qui peut
se lire de trois fa c;: ons au moins: Was willst du schon wieder? (Qu'est-ce que tu
veux encore? = nouvelle edition d'un meme evenement, qui se presente trop töt
aux yeux du Iocuteur); Er war schon wieder auf dem Rückweg (II se trouvait
deja sur le chemin du retour = retour au status quo ante et non pas nouvelle
edition du meme evenement); Vier waren zu wenig, aber zwanzig waren schon
wieder zuviel (Quatre, ce n'etait pas assez, mais vingt, c'etait en revanche trop
= ni nouvelle edition, ni retour a Ja situation anterieure, mais sorte de mouve­
ment de balancier, complexe et difficile a saisir, entre deux pöles opposes, les
deux mots etant ici fondus en une nouvelle unite).

42
Resume des principes d'elaboration de la macrostructure

• concernant la nomenclature :
(1) le dictionnaire traite des mots dont l'un des emplois au moins releve
de l'une des classes fonctionnelles suivantes : mot-phrase (doch) ou inter­
jection (ac h); adverbe connecteur (allerdi ngs ); adverbe modal
(eigentlich); particule de mise en relief (ausgerechnet); particule connec­
tive (tja); particule modale (mal);
(2) toutes !es classes fonctionnelles selectionnees sont traitees exhaustive­
ment, sauf celle des interjections, dans laquelle ne sont retenus que !es
elements dont Ja valeur n'est pas purement expressive et figee (ce qui ex­
clut au ! ou pfu i!) et celle des adverbes connecteurs et assimiles, dans la­
quelle ne sont retenus que !es elements a valeur argumentative (ce qui
exclut des mots comme erstens, zweitens, etc.);
(3) des lors qu'un mot (au sens de forme) est retenu, tous ses emplois sont
pris en compte pourvu qu'il y apparaisse comme intrinsequement inva­
riable (ce qui inclut !es emplois de eben comme adverbe temporel, mais
exclut ses emplois comme adjectif epithete avec le sens de 'plan').

• concernant la forme de la macrostructure :


(1) !es mots sont traites dans l'ordre alphabetique strict;
(2) chaque mot (forme) donne lieu a une entree principale subdivisee, le
cas echeant, en autant d'entrees secondaires (numerotees) qu'il y a de
classes fonctionnelles entre lesquelles sont ventiles !es differents emplois
du mot;
(3) !es associations de mots donnent lieu ades entrees apart dans Ja me­
sure ou ils constituent
(a) des entites dont la "valeur" globale ne resulte pas de Ja simple addition
des "valeurs" de leurs constituants (nicht einmal);
(b) des suites aux elements largement solidaires, meme si chacun y
conserve largement son röle propre (denn auch);
(c) des combinaisons susceptibles d'interpretations variables selon !es con­
textes et donc propres a induire l'usager en erreur (scho n wieder).

43
B. La microstructure

Selon Ja definition donnee plus haut, Ja microstructure comporte, rappelons-le,


deux dimensions : l'une est Je programme d'informations donnees de fac;:on
systematique pour chaque entree, I'autre est I 'organisation de Ja matiere dans
chaque article. L'une et l'autre doivent faire l'objet d'un examen approfondi,
mais c'est la premiere qui, par l'abondance de Ja matiere, donnera lieu aux de­
veloppements les plus importants.

l. Le programme d'informations de Ja microstructure


Compte tenu du public vise (usager francophone non debutant), de Ja nature du
dictionnaire (specialise dans un domaine restreint du vocabulaire) et des mis­
sions qui lui ont ete assignees (depannage et apprentissage), Je programme de
Ja microstructure se doit de prendre en compte, autant que faire se peut, tous
!es aspects des mots traites en donnant sur chacun d'eux l'information la plus
!arge et la plus riche possible. Reparties dans chaque article selon les besoins
de l'usager et !es contraintes de Ja description lexicographique, ces informa­
tions SOnt presentees ci-apres regroupees pour la commodite de )'expose SOUS
!es sept points suivants : (1) phonetique et prosodie, (2) appartenance catego­
rielle (c'est-a-dire a une categorie ou classe de mots), (3) syntaxe, (4) seman­
tisme, (5) usage, (6) exemples et (7) traductions. Chacun de ces points fera ci­
apres l'objet de commentaires qui tenteront de repondre de fac;:on plus ou
moins circonstanciee selon leur importance et leur complexite aux trois ques­
tions suivantes : pourquoi donner ce type d'informations? quels problemes cela
pose-t-il au lexicographe? quelles sont les solutions adoptees dans ce diction­
naire?

1.1. Les informations d'ordre phonetique et prosodique


Chargees d'assurer l'identite sonore du mot et donc de permettre a l'usager son
utilisation reelle dans la langue parlee, les informations d'ordre phonetique et
prosodique sont traditionnellement reparties en trois types selon qu'elles
concement Ja prononciation94, l'accentuation ou l'intonation. L'indication de la
prononciation d'un mot au moyen de I' A.P.1. (alphabet phonetique internatio­
nal) ne posant pas de probleme majeur, ce sont les faits prosodiques, accentua­
tion et intonation, qui retiendront ici l'attention. Avant de preciser dans quelle
mesure et selon quelles modalites le present dictionnaire tente d'en rendre
compte, il est necessaire, vu leur importance et leur grande complexite, d'en
donner d'abord une vue d'ensemble qui, bien que succincte, mettra en lumiere
les difficiles problemes auxquels le lexicographe se trouve confronte dans ce
domaine.

94 Pour des raisons pratiques et confonnement a une certaine tradition, Je mot est pris ici au
sens restreint ou iJ s'agit de Ja prononciation de la suite de voyelles et consonnes qui constituent
Je mot. II est evident que la prononciation englobe en fait les deux autres aspects, distingues ici
en raison de Jeur importance toute particuliere.
44
a) Les faits
Meme si Je domaine n'a pas ete explore de fa9on systematique par les linguistes
qui se sont interesses a ces mots95 , on sait que l'emploi des mots de la com­
munication, du moins d'un bon nombre d'entre eux, a des implications proso­
diques tout a fait importantes, et ce aussi bien pour les mots eux-memes que
pour Jes enonces Oll iJs figurent.
Si on les prend en eux-memes - premier point de vue - on constate qu'ils
peuvent etre plus ou moins accentues :
- selon les classes fonctionnelles auxquelles ils appartiennent : ainsi doch est­
il normalement atone comme conjonction ou comme particule modale
"intensive" (Laß mich doch in Ruhe! ) mais accentue, et meme fortement,
comme mot-phrase ou comme particule "adversative" plus ou moins synonyme
de trotzdem (Es war verboten, aber er hat es 0doch getan);
- selon !es contextes et les positions ou ils sont employes : ainsi en est-il de
auch dans son emploi comme particule de mise en relief, qui est atone
lorsqu'il precede l'element sur lequel il porte mais fortement accentue lorsqu'il
Je suit, ce dernier connaissant Ja situation exactement inverse : auch eute / 0h

heute 0auch;
- ou encore selon les actes de communication qu'ils servent a realiser : ainsi
wohl, non accentue dans das war wohl 0möglich, ou il marque ou souligne sim­
plement Je caractere conjectural de l'enonce, l'est-il au contraire fortement
dans Ja meme phrase lorsque celle-ci sert a prendre le contrepied d'une affir­
mation anterieure : - Das ist kaum möglich! - [Doch, doch,] das ist [sehr] °wohl
möglich!
Si l'on passe au deuxieme point de vue, celui des effets accentuels et intona­
toires lies a Ja presence de ces mots dans les enonces, Ja situation est encore
bien plus complexe, en raison des nombreux autres facteurs, syntaxiques,
contextuels ou tout simplement individuels qui interviennent aussi a ce niveau.
Comme il n'est pas possible d'en faire Je tour ici, on se contentera d'en donner
un rapide aper9u en comparant brievement, du point de vue de leur parcours
intonatoire et des effets semantiques qui lui sont lies, quelques enonces presen­
tes avec et sans tel ou tel mot de Ja communication :
- Du bist ein komischer Kerl / 0Du bist [vielleicht] ein komischer Kerl! ; le
premier enonce correspond a une affirmation ordinaire, un jugement porte sur
l'interlocuteur; aucun mot n'est particulierement mis en relief, l'accent de
phrase, d'intensite moyenne peut etre sur Kerl ou sur Ja premiere syllabe de
komischer. Le deuxieme enonce, en revanche, est l'expression d'une exclama­
tion vive, peut-etre agacee; Je pronom du re9oit une accentuation tres forte en
meme temps qu'une intonation montante. Si l'emploi de vielleicht, ici de toute
evidence particule modale et non pas modalisateur, n'est pas absolument neces­
saire a Ja production d'un enonce exclamatif de ce type (d'ou les crochets car-
95 Si ce n'est dans KRIVONOSOV (1963) , dont l'idee selon laquelle Ja particule (modale)
formerait avec Je predicat un mot phonique parait contestable (meme si eile est fondee sur
l'intuition juste d'un rapport particulier de Ja particule audit predicat).

45
res), sa presence (ou celle d'un concurrent comme aber), outre qu'elle y est
reguliere et pour ainsi dire "automatique", interdit, a !'inverse, toute interpre­
tation simplement declarative de l'enonce et conduit donc necessairement a
1'accentuation forte de son premier element;
- Er begreift das nicht / Er be greift das einfach nicht! : Je premier enonce
0

se comprend spontanement comme l'expression d'un simple constat9 6, plutöt


neutre du point de vue de l'expressivite et sans contraintes contextuelles parti­
culieres. Son sommet accentuel, relativement modeste d'ailleurs, est situe sur Ja
deuxieme syllabe du verbe. Dans le deuxieme enonce, en revanche, l'insertion
de einfach entraine la presence d'un accent expressif tres fort sur le verbe,
tandis que I'enonce lui-meme prend une toumure exclamative et se charge de
"valeurs" qui en limitent !es possibilites d'emploi ou tout au moins !es orientent
vers certains types de contextes ou situations. Ainsi l'enonce suppose-t-il,
contrairement au premier, l'existence de tentatives anterieures (mais vaines)
pour faire comprendre quelque chose a Ja personne visee par er, d'ou la pos­
sibilite d'une traduction par y a rien afaire, il ne comprend pas. Mais de ce
fait meme, il a une vocation particuliere, que l'autre n'a pas, a etre employe
(entre autres) soit comme exclamation marquant Je decouragement, soit
comme argument pour justifier l'abandon des tentatives ou meme excuser Je
comportement de la personne visee97 ;
- Was weiß er? / Was weiß er schon! : l'opposition des accentuations et
0

meme du parcours intonatoire des enonces tout entiers est ici particulierement
nette. Le premier enonce exprime une veritable question et se produit avec
I'intonation montante correspondante. Le second, par contre, n'est, du fait de
Ja presence de schon, qu'une question rhetorique, c'est-a-dire une affirmation,
en l'occurrence negative (il ne sait rien) et a peine deguisee, puisqu'elle n'a
meme plus besoin du point d'interrogation pour "sauver !es apparences". Son
sommet accentuel se trouve normalement sur le verbe98 tandis que l'ensemble
de l'enonce est produit avec une intonation descendante.
Ces quelques exemples, pour simples et limites qu'ils soient, montrent a
l'evidence que si Je principe selon lequel l'interpretation d'un enonce suppose
l'identification reelle (a !'oral) ou hypothetique (a l'ecrit) de son parcours in­
tonatoire (avec !es sommets accentuels qu'il comporte) a sans conteste une va­
leur generale, il revet une importance toute particuliere dans le cas des enonces
pourvus d'un mot de la communication.

9 6 Une autre interpretation possible de l'enonce consiste a Je comprendre comme Ja


manifestation d'un acte de "contradiction" consistant a prendre Je contrepied d'une affirmation
anterieure (auquel cas son sommet accentuel, nettement plus marque, sera situe sur nicht). Cette
interpretation est plus plausible si Je verbe est a l'accompli.
97 Autre emploi argumentatif possible, notamment si Je verbe est a l'accompli : Je locuteur peut
vouloir dedouaner Ja personne d'une action malencontreuse accomplie par eile et attribuable
seJon lui a Ja non comprehension de Ja situation plutöt qu'a Ja mauvaise voJonte ou a Ja
mechancete.
9 8 II pourrait affecter aussi Je sujet: Was weiß 0er schon'=> Qu'est-ce qu'il en sait, lui?

46
b) Les difficultes de la description
II est clair qu'un dictionnaire specialise des mots de la communication perdrait
beaucoup de sa valeur d'usage s'il ne rendait pas compte, dans toute Ja mesure
du possible, de ces phenomenes prosodiques, dont !es implications semantiques
et communicatives sont tellement manifestes. Le probleme est que les limites
du possible semblent ici assez vite atteintes, et ce, pour trois raisons au moins :
- Ja premiere est evidente : eile est liee a la faiblesse de l'ecrit comme moyen
de description de !'oral. On peut, par des commentaires ou des symboles, si­
gnaler l'existence d'un accent ou d'un trait intonatoire, mais il n'est pas pos­
sible de !es restituer dans leur realite concrete, de sorte que l'information reste
toujours imprecise, ce qui limite en definitive son utilite reelle, notamment en
matiere d'intonation. Des solutions existent mais elles restent theoriques, du
moins pour Je moment. L'une consisterait a fournir avec Je dictionnaire des
enregistrements sur bande magnetique des exemples !es plus caracteristiques de
chaque type d'emploi. Mais la procedure de consultation, trop complexe, de­
couragerait vite l'usager meme Je plus interesse. L'autre consisterait a livrer le
dictionnaire, texte et son sur support magnetique CD-Rom. Techniquement
realisable, cette solution n'a pu etre retenue pour Je moment, mais eile aura
son heure;
- Ja deuxieme raison est moins manifeste, mais tout aussi reelle : eile tient a Ja
metalangue de description, ou plus exactement aux realites auxquelles eile ren­
voie selon la personne qui l'utilise. Alors que le linguiste, par necessite scien­
tifique, "idealise" les faits gräce a la notion de pertinence en leur appliquant
une grille a deux ou trois cases (accentuation forte, moyenne ou nulle),
l'usager "ordinaire" de Ja langue fonde volontiers son jugement d'accentuation
sur des impressions purement auditives, ce qui Je conduit parfois a considerer
spontanement comme accentues des mots que le premier repute inaccentues.
Ainsi en est-il, par exemple, de doch conjonction ou meme particule modale
(Komm doch!) et de auch adverbe connecteur (auch begriffen wir nicht, wa­
rum...) que les linguistes s'accordent en general a considerer comme non ac­
centues alors que beaucoup d'etudiants francophones les perc;oivent comme
plutöt accentues (et en tout cas pas inaccentues), sans doute en raison de la pre­
sence d'une voyelle pleine (a fortiori d'une diphtongue) ainsi que de consonnes
relativement "dures" (l'occlusive ldl, Ja gutturale !XI);
- Ja demiere, enfin, tient aux exigences de Ja Benutzerfreundlichkeit : meme
si des symboles peuvent etre utilises pour marquer directement sur !es enonces
tel ou tel type d'accentuation ou d'intonation, l'usage qu'on peut en faire ne
saurait etre que modere SOUS peine de reduire considerabJement la lisibilite des
informations transmises (on sait qu'un nombre excessif de stimuli peut gener le
traitement correct, par 1'esprit, des informations qu'ils vehiculent, chacun peut
en faire l'experience avec les panneaux de circulation bordant certains carre­
fours).

47
c) Les solutions adoptees
II s'agit de repondre ici a deux questions: quelles informations prosodiques Je
dictionnaire donnera-t-il et a l'aide de quels moyens? La reponse a la seconde
est simple. Le lexicographe dispose de deux moyens pour transmettre ses in­
formations : la description en langue naturelle - en l'occurrence Je frani;:ais - et
I'utilisation de signes conventionnels. Le premier moyen n'est utilisable, pour
des raisons de place et de mise en pages, que pour des informations valables
pour toute une categorie d'emplois, autrement dit Ja totalite d'une rubrique ou
d'une sous-rubrique d'un article donne. Le second, applicable individuellement
aux enonces concrets, pennet Ja visualisation des informations generales don­
nees par Je moyen du discours ainsi que Ja transmission, selon !es besoins,
d'informations ponctuelles, propres a tel ou tel enonce. Les signes utilises sont
au nombre de deux: le rond sureleve ( 0) pour indiquer un sommet accentuel et
Je trait oblique vers Ja droite (') pour signaler une intonation montante.
La reponse a Ja premiere question est, eile, plus complexe. L'impossibilite
de rendre compte de fai;:on exhaustive de toutes les implications prosodiques de
I'emploi des mots de la communication oblige a des choix. Ces choix sont gou­
vemes par des principes a la fois concurrents et complementaires. Nous en
avons retenus trois qui nous paraissent essentiels : information maximum, li­
sibilite, non ambigu'ite. On peut les rassembler en une seule regle generale sti­
pulant qu'il convient de donner a l'usager Je maximum d'informations proso­
diques lui permettant d'identifier, de comprendre et de reproduire dans les
meilleures conditions possibles !es emplois pour lesquels il consulte son dic­
tionnaire.
Concretement, l'application de cette regle generale aboutit a la "casuistique"
suivante:
- pour le mot lui-meme: indication systematique de l'accentuation forte;
- pour le contexte: une regle de base accompagnee de "derogations" :
• regle de base: sommet accentuel de l'enonce et intonation montante d'un
element ne sont indiques que dans Ja mesure Oll ils sont en rapport avec Ja
presence de Ja particule; d'oll: du hast aber Glück! (car Ja presence de aber
0

rend obligatoire l'accentuation forte de du, meme si !'inverse n'est pas vrai),
mais: wo wohnst du denn? (car Ja presence de denn n'a pas d'incidence ac­
centuelle sur l'enonce99);
• derogations : l'accentuation forte est indiquee meme 1a Oll eile ne devrait
pas l'etre en vertu de Ja regle de base
- pour souligner une opposition : noch einen Apfel (une pomme en plus de
0

celle que j'ai deja) / noch einen °Apfel (une pomme en plus de Ja banane)
- pour eviter une incertitude eventuelle de l 'usager sur Je parcours intona­
toire correspondant au sens dans lequel l'enonce exemple est pris : das ist 0

noch Qualität! alors que das serait egalement accentue dans l'exclamative

99 A condition, bien sur, qu'il ne s'agisse pas de Ja variante accentuee de denn que l'on a dans
/Ja, wenn du nicht Peter heißt,] wie heißt du 0denn?

48
sans noch, mais l'usager pourrait etre tente d'accentuer plus fortement
Qualität;
- pour signaler une caracteristique propre a un exemple : ainsi, si l'on re­
tient l'exemple was s agst denn °du dazu?, il est utile d'indiquer
l'accentuation forte de du, bien qu'eile ne soit pas specialement due a Ja pre­
sence de denn en tant que telle et qu'il n'y ait ici aucune ambigu"ite. En effet,
si du n'etait pas accentue, denn serait necessairement place apres lui.

1.2. L'appartenance categorielle


a) J ustification
L'affectation du mot traite a une ou plusieurs categories, classes de mots, par­
ties du discours lOO ou classes fonctionnelles, comme nous dirons plus
volontiers compte tenu des caracteristiques des mots en cause !Ol , repond a une
triple exigence, linguistique, lexicographique et didactique. Linguistique, parce
qu'a l'instar de Ja nationalite sur Je passeport d'une personne, eile donne au
mot son identite et son statut et permet ainsi de Je situer par rapport a tous les
autres. Lexicographique, parce que les classes de mots (desormais : classes
fonctionnelles) constituent Je cadre nature! oblige de toute description de ce
type, cadre sans lequel eile perd sa coherence pour inevitablement deriver vers
un inventaire "a Ja Prevert" d'emplois et d'acceptions presentes pele-mele bien
que relevant de fonctions et de niveaux differents. (Imagine-t-on, pour prendre
un exemple dans un autre domaine, un article de dictionnaire qui ne ferait pas
Ja difference entre coucher verbe et coucher nom au motif qu'il s'agit d'une
seule et meme forme dont Je contenu semantique est mutatis mutandis Je
meme?). Didactique enfin, en raison de Ja fonction d'apprentissage egalement
devolue au dictionnaire (a cöte de sa fonction de depannage). Or bien conna1tre
et ma1triser un mot - notamment lorsqu'il s'agit d'un mot de la communication
- c'est s'en construire une vue d'ensemble structuree susceptible de fonctionner
comme une grille capable d'accueillir et d'interpreter tout emploi auquel on
peut se trouver confronte. Cette grille ne peut etre elaboree que si l'on pose
entre I'hypothetique et virtuel signifie general abstrait du mot (Je point com­
mun a Ja totalite de ses emplois) et ses multiples effets concrets variant selon
les contextes un niveau intermediaire ou des fonctions semantiques ou com­
municatives d'un haut degre de generalite sont correlees avec un certain com­
portement syntaxique pour donner naissance a des classes aux contours suffi­
samment precis pour structurer fortement I'ensemble du champ des emplois de
100 Ces termes designent a peu pres !es memes realites. Le mot categorie est le plus vague et le
plus ambigu en raison de ses nombreuses acceptions; il est utilise en lexicographie notamment
dans REY-DEBOVE (1971). L'expression parties du discours est celle en usage dans la
ammaire traditionnelle.
rc01
L'expression classe de mots convient pour des mots (formes) qui n'ont normalement
qu'une appartenance (Tisch ne peut etre que substantif) ou dont !es appartenances multiples
relevent clairement de l'homonymie (dfner, verbe ou substantif). L'appellation c/asse
fonctionnelle a l'avantage de ne pas prejuger de l'unite profonde des mots en cause, autrement
dit d'eviter de poser le probleme (sterile dans notre contexte) du caractere homonymique ou
simplement polysemique (polyfonctionnel, faudrait-il dire) des mots en cause.

49
ce mot (et des autres), mais suffisamment !arges et souples aussi pour que
chaque emploi particulier puisse etre affecte sans violence a l 'une des classes
prevues.

b) Difficultes
Une fois admise Ja necessite de prevoir des classes fonctionnelles entre les­
quelles ventiler !es multiples emplois des mots traites, il faut reconna1tre que
leur elaboration concrete pose des problemes extremement ardus. On sait que
!es invariables ont de tout temps ete !es laisses-pour-compte de la theorie des
parties du discours I 02, qui !es releguait volontiers dans Ja categorie fourre-tout
des adverbes (tradition fran9aise) ou des Partikeln (tradition allemande).
Certains d'entre eux, notamment ceux qui ont une fonction syntaxique precise
et bien identifiable, ont certes ete regroupes en classes aux contours relative­
ment nets. C'est Je cas, par exemple, des prepositions et des subjonctions, qui
relevent de l'ensemble des mots grammaticaux. II en va tout autrement des
mots de la communication. Le chapitre II a montre que si certains regroupe­
ments ont ete operes, l'accord est encore loin d'etre realise, parmi !es lin­
guistes, tant sur Je nombre et l'identite des classes a poser l 03 que sur Ja nature
et Ja mise en reuvre des criteres a utiliser.
N'ayant pas a sa disposition, comme pour !es mots lexicaux et grammati­
caux, une "grille de classification" preetablie, admise de tous, enseignee dans
!es ecoles et !es universites et donc bien connue du public vise par Je diction­
naire, Je lexicographe des mots de la communication se trouve dans
l'obligation de construire Ja sienne propre. S'il ne peut pas ne pas s'appuyer
sur !es travaux des linguistes, qui ont montre Ja grande complexite de fonc­
tionnement de ces mots, il ne peut pas davantage faire abstraction de Ja nature
fondamentalement didactique du discours lexicographique, qui l'oblige a faire
en sorte que la grille qu'il propose soit assimilable et utilisable sans effort par­
ticulier par l'usager non linguiste, sous peine de ne pas repondre convenable­
ment a son besoin de comprehension. Concretement, cela signifie entre autres
que cette grille doit (1) s'appuyer autant que faire se peut sur des categories et
des notions deja connues de J'usager, (2) etre constituee d'un nombre aussi re­
duit que possible de classes et (3) recourir a un nombre lui aussi reduit de cri­
teres en accordant Ja priorite absolue aux criteres de nature formelle, plus fa­
ciles a memoriser et a mettre en reuvre dans l'acte de consultation que !es cri­
teres de nature semantique (voir plus loin en 2.2.b). Plus globalement, cela
veut dire qu'elle ne peut resulter que d'un compromis entre !es exigences
contradictoires de Ja description linguistique, du discours lexicographique et,
bien sur, des realites langagieres complexes en jeu.

102 Cf. GARDE, P. (1983) p. 3


103 Les gennanistes allemands ne connaissent pas des classes telles que !es modalisateurs ou
!es appreciatifs (qu'ils regroupent avec d'autres mots dans une vaste classe de
Modaladverbien), tandis qu'a !'inverse les gennanistes frarn;:ais ignorent des classes telles que
!es Konjunktionaladverbien.
50
c) Solutions proposees
Les criteres utilises pour la categorisation des emplois en classes fonctionnelles
sont essentiellement les six suivants (des criteres subsidiaires etant evoques
dans le cadre de cette presentation soit pour affermir une distinction soit pour
affiner la categorisation) :
- le caractere 'Iibre' ou 'Iie' du mot : on entend par la le fait pour le
mot (forme) de constituer en lui-meme une unite de fonctionnement ou, au
contraire, de n'etre qu'un constituant d'une unite (discontinue) plus vaste. Ce
critere tres general pennet de regrouper dans des categories a part (a specifier
selon leur nature ou leur fonction grammaticale) les emplois des mots en
'locutions', par exemple pour auch, !es locutions subjonctives concessives wenn
auch (Wenn er es auch versuchte, es gelang ihm nicht), was/wer/wie ... auch
(Was er auch sagt, es ist immer nur Unsinn) ou so+ adj. + auch (So gern ich
dir auch helfen möchte, ich kann einfach nicht!) etc.;
- l'autonomie enonciative : il s'agit de l'aptitude du mot a constituer a lui
seul la matiere d'un enonce : ce critere pennet de constituer la classe des mots­
phrases, elle-meme subdivisibJe, sur Ja base de Ja presence ou de l'absence du
trait 'exclamation' en deux sous-classes : celle des mots-phrases simples, non
exclamatifs, que les Iinguistes allemands appellent Satzäquivalente, et celle des
interjections ou mots-phrases excJamatifs. L'application du critere ne souleve
pas de probleme majeur, des lors qu'il est entendu que l'emploi seul, isole,
d'un mot ne peut justifier son affectation a la classe des mots-phrases que s'il
ne releve ni de l'ellipse (- Wann kommt er? - Er kommt morgen -+Morgen/
- Hat er es getan? - [Ja,] er hat es leider getan -+ Leider!) ni de phenomenes
contextueJs particuliers comme dans cet enonce extrait d'un commentaire ra­
diophonique l04 : Eigentlich wollte ich mir ja immer schon mal meinen Zorn
über die deutschen Beamten [...] von der Seele reden. Eigentlich. Irgend je­
mand behauptete dann aber [. ..], und so ließ ich' s. Pour etre categorise comme
mot-phrase, l'eJement doit avofr par nature vocation a fonctionner seul, ce que
l'on verifie sans difficulte en associant son enonciation a celle d 'un autre
enonce : le veritable mot-phrase se trouve alors toujours exclu de cet enonce
(Doch, er hat es gewußt) tandis que Je mol "ordinaire" y est reintegre, comme
le montrent !es deux exemples donnes plus haut 105.
Quant a la subdivision proposee plus haut entre mots-phrases simples et in­
terjections, iJ faut reconnaitre que Ia seuJe prise en compte du trait

104 Dans Ja serie 'Meine Meinung', Südwestfunk I, Je 12.10.1978 a 22 h.


105 La plupart des mots peuvent etre employes seuls des lors qu'on peut !es inserer dans un
schema syntaxique sous-jacent, existant en quelque sorte en filigrane : - Hat es dir gefallen? -
Sehr! (Es hat mir sehr gefallen)/ -Wie alt bist du? - Zwanzig (Ich bin zwanzig Jahre alt). II en
est cependant dont l'emploi isole semble toujours exclu, quel que soit Je contexte qu'on imagine
- c'est Je cas notamment de aber, denn, doch, etwa, etc. dans leurs emplois comme particules
modales. Ces observations conduisent a distinguer trois degres d'autonomie : Je degre 0, ou
inaptitude totale a l'autonomie; le degre 1, ou aptitude a une autonomie conditionnelle
(determinee par Je contexte); Je degre 2, ou aptitude a l'autonomie absolue (allant d'ailleurs de
pair avec l'inaptitude a fonctionner comme constituant de phrase).

51
'exclamation' ne suffit pas a lui donner consistance : si toute interjection est
exclamative, !es mots-phrases peuvent l'etre aussi, comme Je montre Ja regu­
larite avec laquelle un doch! ou uneben! sont suivis d'un point d'exclamation.
Ce sont !es conditions d'enonciation qu'il faut ici appeJer a Ja rescousse, en po­
sant en principe que !es mots-phrases "ordinaires" (allerdings, doch, ja, eben,
immerhin... ) sont des mots dont l'enonciation suppose toujours une enonciation
anterieure (ou tout au moins un geste ayant Ja valeur d'une enonciation lin­
guistique, comme par exempJe un signe de tete interrogatif), alors que !es in­
terjections sont normalement emises en reaction a des evenements ou compor­
tements extralinguistiques (chute, heurt, pleurs, cris, rires, etc.). Certes, une
interjection peut egalement etre produite pour reagir a une enonciation ante­
rieure, mais contrairement au mot-phrase, eile ne s 'inscrira pas, alors, dans Je
cadre enonciatif ouvert par cette enonciation mais exprimera une reaction
portant sur l'enonciation en tant que teile (comme s'il s'agissait d'un compor­
tement non linguistique). C'est ce que montrent a souhait !es reactions imagi­
nables d'une jeune fille a une question on ne peut plus directe d'un jeune
homme entreprenant : - Fräulein, möchten Sie mit mir ... - Ja / Nein /
Allerdings! (mots-phrases exprimant des reponses differentes mais inscrites
dans Je cadre ouvert par Ja question); - Aber! I Pfui! (interjections exprimant
moins une reponse que l'indignation suscitee par la demande);
- Je caractere integre vs non integre : l'expression designe le fait, pour
un mot, d'etre ou non detache du reste de l'enonce par un signe de ponctuation
a J'ecrit ou une rupture intonatoire (avec ou sans pause) a !'oral. Tout mot na­
turellement integre pouvant a l'occasion se trouver separe du reste de l'enonce,
c'est Je caractere obJigatoire de la non integration qui constituera ici le trait
pertinent. Ce trait, joint au precedent, permet la constitution de Ja classe des
particules connectives (Gliederungspartikeln) et sa delimitation par rapport a
Ja classe des conjonctions et des adverbes connecteurs dont !es membres peu­
vent certes eux aussi etre detaches, mais seulement a titre facultatif (Denn: er
hatte damals... ; allerdings, das ist schon ärgerlich). Sa fiabilite est cependant
loin d'etre totale. II arrive en effet frequemment que des mots (par exemple
also ou nun) "normalement" detaches devant l'enonce qu'ils introduisent y
soient parfois integres sans cesser de rempJir fondamentalement Ja meme
fonction. C'est que !es particules connectives, du moins Jorsqu'elles sont en tete
des enonces, sont fonctionnellement a Ja jointure d'un "avant" (enonciation an­
terieure) et d'un "apres" (enonciation nouvelle). Selon !es circonstances, leur
fonction precise est aJors soit de clore l'avant - auqueJ cas, elles seront toujours
detachees de J'enonce qui suit -, soit d'introduire l'apres - auqueJ cas elles au­
ront tendance a etre prosodiquement (et donc aussi graphiquement) absorbees
par l'enonce introduit. Le cas de also Je montre bien : en produisant un enonce
comme also, gehen wir jetzt?, on cherche a mettre fin a la Situation ambiante
pour en ouvrir une nouvelle; Ja premiere partie du travail est prise en charge
par also, la seconde par la question. Dans Je bref dialogue suivant : - / eh
möchte auch mit. - Also komm!, ou Ja replique (au sens non polemique du
mot) se situe a tous egards dans le droit fil de l'enonciation anterieure, il n'y a
"rien a clore", de sorte que la fonction de also se recentre sur Ja pure et simple

52
introduction de l'enonce suivant, auquel il se trouve des lors tout naturellement
integre comme simple proclitique en avant-premiere position. La mise en
reuvre du critere de non integration (obJigatoire) doit donc etre ici completee
par Je recours au critere de 1 'identite fonctionnelle fondamentaJe : Ja fonction
de also integre restant foncierement Ja meme que celle de also non integre, iJ
n'y a pas plus de raison d'affecter Je premier a Ja classe des conjonctions qu'iJ
n'y a de raison d'affecter une conjonction aJa classe des particules connectives
lorsqu'elle se trouve detachee devant Ja phrase par une virgule ou deux points;
- l'incidence globale vs partielle : il s'agit du fait, pour Je mot, de
"porter" (au sens le plus large du tenne) soit sur l'ensemble de Ja phrase (on
parle aJors aussi d'incidence phrastique) soit seulement sur l'un de ses consti­
tuants (mot ou groupe). Ce critere pennet de distinguer les particules de mise
en relief, dont la portee est toujours partielle, de tous les autres mots ici en jeu,
dont Ja portee est toujours globale. Sa mise en reuvre concrete n'est pas tou­
jours facile : comment savoir que telle particule porte sur un constituant ou sur
Ja phrase entiere et sur tel constituant plut6t que sur tel autre? On ne peut pro­
ceder que par hypothese et verification en s'appuyant plus particulierement sur
le test d'initialisation consistant a transferer la particule et Je constituant sup­
pose SOUS sa portee en position pre-V2 : si I'operation aboutit a un enonce de
meme sens que l'enonce de depart (dans Je meme contexte et abstraction faite
des nuances stylistiques), c'est que l'on a bien affaire aJa particuJe de mise en
relief et que l'on a correctement identifie sa cible. Dans Je cas contraire, il faut
proceder ade nouvelles hypotheses. Soit par exemple l'enonce er hat ihm auch
eine Tafel Schokolade spendiert. La particule peut a priori y etre comprise
comme portant sur eine Tafel Schokolade, sur er ou meme sur ihm, ce que met
en lumiere Je test d'initialisation, selon Je cas : auch eine Tafel Schokolade hat
er ihm spendiert [nicht nur eine Orange], auch er hat ihm eine Tafel
Schokolade spendiert [nicht nur sie] ou auch ihm hat er eine Tafel Schokolade
spendiert [nicht nur ihr]. Seul Ja confrontation au contexte pennettra de de­
tenniner la bonne interpretation... qui pourra d'ailleurs etre d'attribuer a auch
une portee non plus partielle, mais totale comme particule modale a fonction
explicative correspondant a la traduction faut dire qu' il lui a offert une tablette
de chocolat (= ce qui explique par exemple Je comportement du beneficiaire a
l'egard du donateur);
- l'aptitude a occuper Ja position 'zero' : par position 'zero' (qu'on
peut aussi noter 0 par commodite) il faut entendre celle qu'occupe un element
place en tete de Ja phrase sans en etre detache ni en occuper seuJ Ja premiere
position syntaxique (pre-V2 ou Vorfeld). Ce critere, qui pennet Ja constitution
de Ja classe des "veritables" conjonctions (par opposition aux adverbes
connecteurs), est applicable quel que soit Je type de phrases en jeu : aber er
kam nicht (aber precede Je Vorfeld occupe par er); aber lassen wir das jetzt
ou aber wäre es nicht möglich gewesen, ihn doch noch zu verständigen? (Ja
conjonction precede Je verbe place al'initiale respectivement de !'imperative et
de !'interrogative);

53
- l 'aptitude a occuper seul la position premiere (pre-V2) : c e
critere, qui ne concerne que !es phrases declaratives (la position premiere
etant, dans les autres, occupees par le verbe ou un mot interrogatif), pennet
d'instaurer, sur la base d'un critere formet facile a mettre en reuvre, une classe
tres vaste d'adverhes que l'on peut ensuite subdiviser selon des criteres de
fonction en adverbes modalisateurs (wahrscheinlich), adverbes appreciatifs
(leider), adverhes modaux ( eigentlich, wirklich) et adverbes connecteurs
(allerdings, immerhin).
Sur la base de ces criteres, la categorisation proposee dans notre diction­
naire sera principalement106 constituee des classes et sous-classes enumerees
ci-apres avec leurs traits distinctifs (une description plus detaillee etant donnee
dans le glossaire)
- mot-phrase : autonomie enonciative (intrinseque)
- mot-phrase simple: - autonomie enonciative
- intrinsequement non exclamatif
- reponse a une enonciation anterieure
- interjection : - autonomie enonciative
- intrinsequement exclamatif
- reaction a un evenement / comportement
- adverbe : - non autonomie (intrinseque)
- integration
- aptitude a occuper Ja position pre-V2
Cette grande classe, de nature purement formelle, peut ensuite etre subdivisee en autant de
sous-classes (eventuellement regroupees et hierarchisees107) que l 'impose Ja prise en compte
des points de vue fonctionnel ou semantique, soit, par exemple (liste non necessairement
limitative) :
- adverbe appreciatif: adverbe dont Ja fonction est d'exprimer un jugement
du locuteur sur le fait relate dans l'enonce
- adverbe connecteur : adverbe dont la fonction est d'etablir un lien entre
l'enonce Oll iJ figure et l'enonce voisin en amont OU en aval
- adverbe modaJisateur: adverbe dont Ja fonction est d'exprimer Je degre de
probabiJite de verite que Je locuteur attribue a son enonce

106 Nous faisons ici abstraction des classes utilisees de fai;;on marginale voire creees ad hoc
pour rendre compte d'emplois qui ne sont pas au centre des preoccupations de ce dictionnaire
(ex. : denn preposition de comparaison (sans cas) dans mehr denn je). La categorisation
pro,rsee est inspiree de FAUCHER (1984) et (1991).
10 Un premier niveau de hierarchisation consisterait a distinguer !es adverbes a portee
restreinte (c'est-a-dire !es circonstanciels qui, comme rittlings, ne portent que sur Je predicat,
limite ou non au verbe: rittlings {auf dem Stuhl/ sitzen) et !es adverbes a portee totale (!es autres
sous-classes enumerees dans le texte). Au deuxieme niveau, concernant uniquement !es
adverbes a portee totale, on distinguerait entre ceux qui operent uniquement sur des contenus
(!es appreciatifs et !es modaux, par exemple), ceux qui operent uniquement au plan enonciatif
(!es modalisateurs et !es reporteurs d'assertion) et ceux qui peuvent operer aussi bien a l'un
qu'a l'autre plan (!es adverbes connecteurs).
54
- adverbe modal : adverbe dont la fonction est d'exprimer une certaine atti­
tude du locuteur par rapport a un fait evoque anterieurement: fo­
calisation sur sa realite (wirklich), confirmation (tatsächlich), rec­
tification (in Wirklichkeit), etc.
- adverbe reporteur d'assertion : adverbe dont la fonction est d'exprimer un
discours indirect, c'est-a-dire d'attribuer Ja responsabilite de
l 'enonce a une personne autre que le locuteur (angeblich, erklär­
termaßen)
- adverbe circonstanciel : adverbe participant a l'elaboration du contenu de
l'enonce auquel il apporte une information relative aux circons­
tances d'un evenement (temps, lieu, maniere, etc.)
- conjonction [ de coordination] : - non autonomie
- integration
- position 'zero'
- particule : - non autonomie
- inaptitude a occuper la position pre-V2
- particule connective : - non autonomie
- non integration (possible sinon toujours reelle)
- particule de mise en relief : - non autonomie
- integration
- incidence partielle
- aptitude a la position pre-V2 uniquement
avec le membre figurant sous sa portee
- particule graduative : - non autonomie
- integration
- incidence partielle
- inoidence limitee au predicat (verbe seul ou com-
plexe verbal) ou a un adjectif graduable
- particule modale : - non autonomie
- integration
- inaptitude a figurer a gauche de V2 (= a occuper
aussi bien la position 0 que la position pre-V2)
- element de Jocutions diverses (adverbiales, subordonnantes etc.) : caractere lie

Aussi necessaire qu 'il soit de fonder les categories sur des criteres aussi ri­
goureux que possible, aussi illusoire serait-il de croire que ces criteres peuvent
etre appliques de fayon purement mecanique. Une teile attitude conduirait dans
certains cas a des affectations categorielles tres peu satisfaisantes pour l'esprit.
Nous ne voulons en donner ici que trois brefs exemples, l'un concemant also,
!es deux autres doch, illustres par !es enonces suivants :

55
-Also ichfinde, man könnte ruhig... : l'application stricte des criteres devrait
conduire a affecter cet emploi de also a Ja categorie des conjonctions au motif
qu'il occupe ici la position 'zero' (non detache par virgule du reste de
l'enonce). Mais l'examen de l'ensemble des emplois de ce type et Ja comparai­
son avec les emplois detaches montre (]) que tous relevent au fond de la meme
fonction "connective" et (2) que l'absence de virgule apres also initial est liee a
des phenomenes contextuels ou rythmiques souvent assez subtils et en tout cas
trop aleatoires pour qu'on puisse fonder sur eile la constitution d'un also
conjonction. Cette decision est justifiee en outre par le fait que des phenomenes
semblables s'observent avec les autres particules connectives;
- ... doch wollte keiner mitkommen : l'application stricte des criteres condui­
rait a affecter doch a la categorie des adverbes connecteurs. Mais ce doch au­
rait a tous egards (sauf au plan prosodique) la meme valeur que le doch
conjonction que l'on trouve en position 'zero' (doch keiner wollte mitkom­
men). Le principe d'economie commande alors de ne pas creer deux categories
pour un ensemble d'emplois manifestement ressentis comme identiques (a la
position de doch pres), et la similitude de ces emplois avec aber suggere de
l'affecter dans la categorie des conjonctions et non dans celle des adverbes;
- A : Das hab' ich nicht gewußt. B : Doch hast du' s gewußt! : I'affectation a la
classe des adverbes connecteurs a laquelle aboutirait l'application mecanique
des criteres contreviendrait ici non pas au principe d'economie mais plus gra­
vement a Ja raison linguistique. II est clair que ce doch ne sert pas a coordon­
ner, il est clair aussi qu'il est different la particule accentuee que l'on a dans er
hat es doch gewußt[, obwohl er so tut, als habe er es nicht gewußt]. Nous
0

sommes ici dans un dialogue et la replique de B est fondamentalement iden­


tique a doch, du hast es gewußt! La difference, c'est qu'en integrant doch a
l'enonce, Je locuteur donne a sa replique une plus grande vigueur : au lieu de
repondre en deux temps (doch+ du hast es gewußt), il reagit d'un trait, tout le
poids accentuel de son enonce figurant sur doch. II faut donc bien affecter ce
doch a Ja categorie des mots-phrases, quitte a expliquer l'integration theori­
quement impossible du mot-phrase a l'enonce avec lequel il fonctionne comme
due a Ja configuration particuliere d'une reprise "teile quelle" de l'assertion
negative anterieure (simplement inversee, c'est-a-dire rendue positive).
D'autres mots poseront des problemes analogues : allerdings, denn accentue,
immerhin ou überhaupt, par exemple. On voit comment nous tenterons de !es
resoudre : en adoptant, au-dessus des criteres eux-memes, deux principes regu­
lateurs, qui sont (]) le principe d'economie, qui veut qu'on ne pose pas de ca­
tegorie nouvelle pour des emplois qui ne se singularisent que par Ja seule posi­
tion et sont, par ailleurs, en tous points identiques a ceux dont on voudrait les
separer, et (2) le principe de coherence, qui veut qu'on n'affecte pas a une
classe donnee, sur la base de criteres purement positionnels, des emplois dont
I'analyse montre qu'ils n'ont rien a voir avec les emplois affectes par ailleurs a
cette classe.

56
Tableau recapitulatif

-----------------------
invariables
,,

caracte�re' ---�tere 'lie'

elem1ts de
locutions diverses

autonomie enonciative .. no�.

non exc1�·
a at10n exc a at1on mtegrat1on non mtegrat1on
l r
mots-phrases interjections particules
connectives

incidence globale incidence partielle

.
- particules de mise en relief
- particules graduatives

•::J::::n 0 7 a� 0

�re a oon�re a
occuper pre-V2 occuper pre-V2

I
adverbes
1
particules modales
- adverbes connecteurs
- adverbes appreciatifs
- adverbes modalisateurs
- adverbes modaux
- adverbes circonstanciels
( temps, lieu, maniere etc.)

57
1.3. Les informations d'ordre syntaxique
La nature et Ja variete des informations d'ordre syntaxique que doit donner un
dictionnaire bilingue specialise depend au premier chef des caracteristiques que
presentent dans ce domaine les mots dont il traite : on ne donne pas !es memes
renseignements sur !es mots selon qu'ils sont, par exemple, variables ou inva­
riables, ou que leur emploi met en jeu une combinatoire forte (Ja plupart des
verbes) ou au contraire faible (Ja plupart des noms). S'agissant d'invariables, et
plus particulierement des mots de la communication, !es informations perti­
nentes sont principalement celles qui concernent d'une part Ja distribution du
mot (c'est-a-dire !es types syntaxiques de contextes dans lesquels il est suscep­
tible de figurer), et d'autre part !es positions qu'il peut ou ne peut pas y occu­
per.
Le deuxieme point, qui ne presente pas de difficultes majeures, sera traite
assez brievement. Le premier, en revanche, qui pose des problemes importants
tant sur Je plan theorique que pratique, retiendra plus longuement I'attention.
1.3.1. Les contextes syntaxiques

a) Position du probleme et difficultes


Les contextes syntaxiques dans le cadre desquels Je mot est susceptible de fonc­
tionner, sont de nature, de dimension et de niveau hierarchique variables. Les
contextes pertinents pour notre description sont d'une part les constituants de
Ja phrase, de l' autre les phrases elles-memes, Je deuxieme type I'emportant de
tres loin sur Je premier, vu l'incidence le plus souvent globale des mots traites
dans ce dictionnaire. Le mot phrase pouvant avoir des acceptions variables (on
y reviendra plus loin), il n'est pas inutile, pour eviter certaines incertitudes,
d'indiquer que Ja distinction entre !es deux types de contextes est ici fondamen­
talement assuree par Je critere de l'autonomie enonciative (deja utilise pour
delimiter Ja classe des mots-phrases) : alors que le constituant de phrase ne
fonctionne normalement que dans le cadre plus vaste de Ja phrase, dans lequel
il exerce une fonction grammaticale precise (sujet, objet, complement de di­
vers types), et ne peut avoir d'autonomie enonciative que conditionnelle (faits
d'ellipse determines par Je contexte), Ja phrase se caracterise, eile, par son in­
dependance syntaxique, autrement dit son aptitude a constituer par elle-meme
un enonce autonome.
Ce critere conduit a attribuer un Statut different a des sequences formelle­
ment sinon lexicalement identiques. Soit !es exemples ci-apres ou appara1t a
peu pres Je meme syntagme verbal en daß :
(a) - Was hast du erfahren? - Daß er ihm alles erzählt hat.
(b) (Le /ocuteur se deso/e de ce qu' un tiers n' ait pu tenir sa /angue et
s' exclame :) Daß er ihm auch alles erzählt hat!
En (a), le syntagme en daß se verra attribuer le Statut de groupe (ou membre),
malgre son autonomie apparente, vu que celle-ci est en fait due a une ellipse
conditionnee par Je contexte : pour n'etre pas realise, le schema syntaxique de

58
Ja phrase globale ich habe erfahren, daß... n'en est pas moins present en fili­
grane et c'est cette presence qui pennet l'emploi du groupe verbal seul. En (b),
en revanche, point n'est besoin de reconstituer une phrase cadre - et l'on aurait
d'ailleurs quelques difficultes a choisir Je verbe convenant a Ja situation et au­
quel Je groupe serait cense "accroche" : Je syntagme sera donc eleve au rang de
phrase.
La prise en compte du premier type de contextes, !es constituants de Ja
phrase, ne souleve guere de difficultes et n'appelle, du point de vue lexicogra­
phique, que quelques precisions terminologiques. Conformement a l'usage Je
plus repandu dans Ja germanistique frarn;:aise, !es constituants de Ja phrase (et
leurs propres "sous-constituants") seront appeles groupes ou membres, selon
!es besoins du moment, Je premier terme etant plutöt utilise pour evoquer Ja
nature plus precise du constituant (groupe nominal, prepositionnel, verbal,
etc.) et Je second plutöt pour faire reference a son appartenance a un ensemble
plus vaste. Nous ne ferons une exception que pour !es groupes verbaux
subordonnes, que nous appellerons subordonnees, autant par souci d'economie
de place que pour respecter un usage parfois critique mais que sa commodite
semble bien rendre inderacinable1 0 8. Leur sous-categorisation sera faite
comme dans !es grammaires et 1a encore selon !es exigences du moment, sur Ja
base des criteres de forme ou de fonction conduisant a distinguer selon Je cas,
d'une part des subordonnees completives en ob ou en daß, des subordonnees
subjonctionnelles en weil, da, obwohl, etc. ou encore des subordonnees
relatives ou interrogatives en d- ou en w- (pronoms relatifs ou interrogatifs
commen�ant par cette lettre : wer, was, welcher, womit, weshalb, etc.) et
d'autre part des subordonnees causales, concessives, temporelles, etc.
Quant aux contextes de niveau phrase, ils posent, eux, des problemes autre­
ment complexes de definition, de sous-categorisation, de delimitation et
d'affectation des enonces concrets, auxquels il est bien plus difficile d'apporter
des solutions pleinement satisfai.santes.
Cela tient tout d'abord a l'ambigune meme du terme de phrase, qui designe
a Ja fois J'unite syntaxique independante mais virtuelle (= non encore enoncee)
resultant de Ja combinaison selon certaines regles d'un nombre plus ou moins
eleve de constituants109 (mots, groupes) et l'unite discursive concrete et reelle
resultant de son enonciation dans une situation particuliere et avec une inten­
tion donnee. Or Ja distinction nette entre !es deux plans de Ja nature syntaxique
d'une unite et de safonction commun icative (c'est-a-dire de sa valeur comme
acte de communication) est l'une des conditions majeures de toute representa­
tion l 10 un tant soit peu coherente et adequate des faits de langue, comme Je

10 8 Malgre Je sous-entendu phrases que cette appellation implique et qui ne convient pas,
puisqu'il ne s'agit precisement pas de phrases mais simplement de groupes verbaux.
1 09 Cf. MARTINET, A. (1 969), p. 90 : La linguistique, guide alphabetique sous Ja dir. de A.
Maninet, p. 90 : "[La phrase ainsi definie] est comprise comme un constitue qui n'est pas
constituant d'un constitue plus !arge."
110 Aux deux sens du mot: description par Je linguiste (ou Je lexicographe) et image que s'en
fait l'usager "ordinaire".
59
montre a l'evidence le fait qll 'lln meme type syntaxiqlle (par exemple
!'interrogative) puisse avoir des fonctions communicatives differentes tandis
qll'inversement une meme fonction (un meme type d'acte de communication,
par exempJe l'exhortation) pllisse etre reaJise par des types syntaxiqlles diffe­
rents :
- Machst du bitte die Tür zu? : interrogative signifiant une exhortation
- Soll ich dir Beine machen? : interrogative signifiant llne menace
- Warum hast du auch akzeptiert? : interrogative signifiant lln reproche
- Du sollst jetzt aufhören! : exhortation exprimee par llne declarative
- Daß du ja nicht vergißt! : exhortation exprimee par llne exclamative

Ces observations, qlli montrent qu'iJ n'y a pas de correspondance bi-llni­


voqlle entre la nature et Ja fonction d'une phrase, obligent, pour limiter !es
risqlles de confusion, a recourir a deux termes differents, selon que l'on sitlle
Ja description a l'lln Oll l'alltre plan. Conformement a un llsage desormais reJa­
tivement repandu, nous parlerons donc de phrase pour evoqller Ja dimension
syntaxique de l'unite et d'enonce pour evoquer sa dimension communicative.
Pour bien sollligner Ja difference entre !es dellx notions, il est lltile de preciser
qlle l' enonce pellt tres bien correspondre a llne llnite syntaxiqllement inferieure
a Ja phrase (In die Ecke!), Oll Sllperiellre (encha1nement de dellx phrases) Oll
encore syntaxiqllement plus ou moins indefinissable (Jetzt aber mal los!).
Mais cette premiere distinction ne resoud pas toutes !es difficultes.
L'opposition faite entre nature etfonction suggere certes que l'on pourra de­
finir aisement des types de phrases sur Ja base de criteres pllrement formels,
mais iJ n'en est rien. La tradition grammaticaJe (dont Je Jexicographe doit bien
tenir compte s'il veut etre compris de J'llsager sans Jlli imposer l'apprentissage
d'llne grille de Jectllre entierement nollvelle) l'indiqlle deja, qui designe !es
trois Oll qllatre grands types de phrase habitllellement distinglles par des termes
qlli font manifestement davantage reference a des fonctions qll'a des caracte­
ristiqlles formelles : Ja phrase declarative est appeJee ainsi parce qu'eile sert
d'abord a faire des declarations (affirmatives Oll negatives) et Ja phrase inter­
rogative parce qll'elle exprime primairement des interrogations. Si Ja phrase
imperative doit d'abord son nom a un mode (caracteristique formelle), eile est
d'abord et fondamentaJement comprise comme exprimant llne injonction.
Quanta J'exclamative, type Je plus "flou" (dont l'existence n'est d'ailleurs pas
toujours admise l 11), eile suggere sans dollte alltant une valeur d'intensite (ce
qlli est llne fonction) qu'un parcours intonatoire particuJier (caracteristique
formelle).
A cela s'ajoute Ja realite des faits qlli montrent qlle si chaclln des types tra­
ditionnels de phrase est spontanement associe dans l'esprit des usagers a une ou

111 Parce qu'elle n'a pas de forme propre et qu'elle peut toujours etre derivee de l'un des autres
types voire d'une subordonnee: Das ist denn doch die Höhe! a Ja forme d'une declarative, Wie
groß bist du! celle d'une interrogative partielle et Daß du nie aufpassen kannst! celle d'une
subordonnee.

60
deux caracteristiques fonnelles pregnantes, a savoir
- verbe en seconde position pour Ja declarative,
- verbe premier + intonation montante pour !'interrogative globale,
- ouverture par un element en w- (+ intonation montante) pour
!'interrogative partielle,
- verbe premier + intonation descendante pour !'imperative, et
- intonation "particuliere" l 12 pour l'exclamative,
aucune (sauf peut-etre le parcours intonatoire pour !'interrogative) n'est veri­
tablement propre a un type donne et a eile seule identificatrice de ce type, ce
que montrent !es quelques exemples suivants
- Kommt er zu mir und sagt: ... : phrase a verbe premier et cependant per-
9ue comme declarative l 13;
- Du kommst doch heute abend? : phrase a verbe second et cependant com­
prise comme interrogative du fait de
l'intonation dont eile est dotee;
- Die Suppe wird gegessen! : phrase a verbe second, donc en principe decla­
rative, mais exprimant une injonction (et dotee
d'une intonation "exclamative");
- Bist du ein komischer Kerl! : phrase a verbe premier que son parcours
0

intonatoire designe en fait comme exclama­


tive et non interrogative;
- Wie lange das schon her ist! : phrase commen9ant par un element en
w-, per9ue comme exclamative en raison de
sa ponctuation, mais dont Je profil
intonatoire reel est relativement neutre (si on Ja
comprend comme exprimant un constat quelque peu
melancolique).
A quoi il faut ajouter ce fait general que I'intonation "exclamative" peut ac­
compagner l'enonciation de n'importe quel type forme! de phrase et induire
par Ja des incertitudes dans l'affectation d •une phrase donnee a tel ou tel type
c'est Je cas, assez frequemment des phrases a verbe second ponctuee par un
point d'exclamation, dont on se demande souvent s'il faut !es ranger parmi !es
declaratives ou parmi !es exclamatives; c'est le cas aussi, ce qui est moins
connu, (mais que tout enseignant peut verifier aupres de ses etudiants) des im­
peratives, assez souvent identifiees comme exclamatives par !es etudiants l 14.
112 Difficile a decrire avec precision, quoique relativement aisee a percevoir a l'oreille, cette
intonation se caracterise par un tonus eleve et/ou une grande amplitude entre le sommet
accentuel de l'enonce et les parties les plus faibles.
113 Ce type de phrase sert souvent a introduire une histoire dröle, par exemple celles de Ja serie
"Sagt klein Erna: ... "
114 Ce qu'on ne peut interpreter comme un signe d'inintelligence puisqu'on retrouve Je meme
genre d'erreur (du moins en est-ce une a nos yeux) dans le dictionnaire de König et al. qui
classe dans la rubrique des exclamatives (Ausrufe) un emploi de aber dans une phrase a notre
sens manifestement imperative : ich gebe dir die Zeitung, nun lies sie aber auch! Cf. KÖNIG,
61
b) La demarche et les solutions adoptees
Comme il n'est pas possible de definir !es types syntaxiques de phrase sur la
base de criteres purement formels, que les definir sur la base de leurs fonc­
tions reviendrait a faire fi de Ja distinction, si indispensable, entre nature et
fonction et qu'il ne serait pas raisonnable, enfin, de renoncer a Ja categorisa­
tion traditionnelle en quatre grands types, bien ancree dans !es esprits et tres
utile a tous egards, malgre ses imperfections, une solution consisterait a poser
entre la forme des phrases et leurs fonctions comme enonces Je niveau inter­
mediaire de leur statut assertif et de situer Ja definition des types fondamentaux
a ce niveau.
Par statut assertif, on entendrait Ja "maniere" dont Je contenu de Ja phrase
est pose par rapport a Ja notion de vrai et de faux. La phrase declarative serait
alors celle dont Je contenu fait l'objet d'une assertion, c'est-a-dire qu'il serait
donne pour vrai ou faux (quelles que soient !es intentions finales du locuteur
dans Je contexte ou il enonce sa phrase) et susceptible, apres verification, de
prendre l 'une des deux valeurs. Dans Ja phrase interrogative globale, Je
contenu serait, lui aussi, susceptible d'etre vrai ou faux, mais laisse en suspens
par le locuteur, non asserte, Ja responsabilite de l'assertion etant laissee a
l'interlocuteur l 1 5. II en irait de meme avec !'interrogative partielle, l'inter­
locuteur se voyant demander de remplacer Je pronom en w- par I'element
adequat permettant d'obtenir une phrase vraie. Le contenu de Ja phrase ne
serait pas davantage asserte avec !'imperative, si ce n'est que l'interlocuteur
serait ici somme de faire en sorte qu'il puisse l'etre dans l'avenir (il devrait
faire en sorte qu'apres que l'on a dit hol mir den Hammer, on puisse dire er
hat ihm den Hammer geholt). Quant au dernier grand type, l'exclamative, il
obligerait a introduire une distinction supplementaire. L'exclamative a en effet
en commun avec Ja declarative que son contenu est, lui aussi, asserte, en ce
sens que celui qui dit, par exemple 0der hat aber einen Bart! (exclamative)
affirme par Ia-meme der hat einen Bart (declarative). Mais on voit bien Ja
difference : avec l'exclamative, l'assertion n'est pas mise en avant, eile reste a
l'arriere-plan, eile semble anterieure a l'exclamation proprement dite, voire
n'exister que par reconstruction logique, puisqu'on ne peut s'etonner de Ja
barbe d'un individu que si l'on pose que cette barbe existe.
Les grands types de phrases etant ainsi definis par leur statut assertif, !es
criteres purement formels retrouveraient leurs droits pour la definition des
sous-types, tandis que Ja notion de fonction prendrait Je sens plus precis de
fonction communicative (c'est-a-dire fonction exercee - par Ja phrase - dans Ja
communication : informer, ordonner, mettre en garde, etc.). Le cadre general
STARK & REQUARDT (1990), p.13.
115 Le locuteur peut certes orienter 1'interlocuteur vers teile ou telle valeur en lui suggerant une
reponse, mais celle-ci reste toujours ouverte, au moins en apparence, meme dans la question
rhetorique. Si l'affinnation qu'elle contient est plus dangereuse, argumentativement, que celle
de la phrase declarative, c'est qu'elle s'y avance masquee alors qu'avec la declarative eile est
ouvertement "posee sur la table". Son masque est precisement son statut apparemment non
assertif, qui fait que l'affinnation se presente en definitive comme correspondant a Ja reponse
que doit faire normalement l'interlocuteur de bonne foi.
62
dans lequel il faudrait situer cette categorisation ne serait plus Ja dichotomie
trop "!arge" nature / fonction, mais une trichotomie plus precise entre forme,
nature (assertive) etfonction (communicative), soit:

forme nature fonction communicative

VI ...-----�declarative --- constat



\ demande d'information

· mise en garde

subjonction demande de confirmation


+ V final imperative
'>( / injonction

W- + V2�exclamative l reproche, etc.

Ouelques exemples:
- declarative a V2 valant injonction: Er geht jetzt ins Bett!
- interrogative a VI valant affirmation: Hab' ich es nicht gesagt?
- interrogative a V2 valant demande de confirmation : Er kommt doch mit?
- interrogative en ob valant reprise de question: Ob ich komme? Gewiß!
- interrogative en w- valant reproche: Warum hast du auch nichts gesagt?
- imperative valant mise en garde: Versuch' es ja nicht wieder!
0

- exclamative a VI valant constat: Hat er doch die Flasche geleert!


- exclamative a V2 valant constat admiratif: 0Du bist aber groß geworden!
- exclamative a V final (en daß): Daß du immer so schnell aufbraust!
- exclamative en w- + V2: Was bist du für ein komischer Kerl!

Mais cette demarche et Je systeme de categorisation qui en resulte ne suppri­


ment pas, eux non plus, les difficultes d'affectation. Divers types de phrases lui
echappent ou ne sont integrables dans l'une des categories prevues que moyen­
nant quelques acrobaties d'analyse. Faut-il alors elaborer un systeme plus so­
phistique, plus riche en categories? Les etudes consultees sur Ja question116 n'y
incitent guere, a Ja fois en raison de Ja complexite des categorisations aux­
quelles elles parviennent (qui serait pour l'usager de ce dictionnaire une veri-

116 En particulier NÄF, A. (1984) p. 21-44 et !es trois etudes consacrees a Ja notion de
'Satzmodus' pubJiees dans Je n ° 43/1990 de Ja revue Zeitschrift für Phonetik,
Sprachwissenschaft und Kommunikationsforschung.

63
table Zumutung) et parce qu'elles ne resolvent pas davantage Je probleme, lais­
sant implicitement de cöte certains types117 que le lexicographe rencontre in­
evitablement et qu'jJ est bien oblige d'affecter a teile Oll teile categorie.
II faut donc se resoudre a admettre qu'un certain "bricolage" est inevitable,
l'essentiel etant, selon nous, de poser au depart un systeme simple et fortement
structure (ceJui qui a ete presente ci-deSSUS, dont le pivot est la notion de Statut
assertif), quitte a faire intervenir d'autres criteres la ou Je critere de base se
revele impuissant ou porteur d'effets indesirables. Notre demarche consistera a
accorder ainsi parfois la priorite aux criteres purement formels, notamment a
la place du verbe et a J'existence d'une intonation de type exclamatif. La
consequence essentielle en sera l'affectation aux declaratives ou aux exclama­
tives de certains types de phrases pour lesquels les linguistes ou certaines
grammaires posent parfois de nouvelles categories118, notre solution ayant,
croyons-nous, J'avantage d'etre plus conforme a l'intuition des usagers non­
linguistes.
L'affectation raisonnee des phrases-exemples ci-apres illustrera Ja demarche
adoptee tout en completant les indications donnees jusqu'ici ainsi que dans Je
glossaire:
- Man nehme einen Teelöffel voll... : la fonction de ce genre de phrases incite
a les categoriser comme imperatives, mais ce serait faire fi de l'opposition fon­
damentale entre nature et fonction, raison pour laquelle on s'appuiera sur la
position V2 du verbe pour les ranger avec les declaratives;
- Wenn er nur käme! : en toute rigueur, Je critere du statut assertif ne permet
ici pas davantage que precedemment l'affectation de ce genre de phrases a l'un
des grands types prevus. La prise en compte de la fonction communicative re­
duirait, eile aussi, a neant l'opposition entre nature et fonction. C'est donc la
presence du trait 'exclamation' qui permettra de sortir de l'impasse en affec­
tant ce type a la categorie des exclamatives;
- Das war doch am Montag, nicht?: bien que de forme declarative, ce type de
phrase se verra affecte dans la categorie des interrogatives. On peut certes pen­
ser qu'elles contiennent, elles aussi, une assertion en filigrane (' das war am
Montag'), mais celle-ci se trouve en definitive suspendue, la responsabilite fi­
nale de l'assertion incombant a l'interlocuteur (quelles que soient les sugges­
tions du locuteur);
- Die S upp e wird gegessen : bien qu'exprimant une injonction, cette phrase
sera reputee declarative (a valeur injonctive) au motif qu'elle contient en fili-

117 Les types representes par les eing demiers exemples de la serie ci-apres sont, par exemple,
absent de la categorisation pounant relativement sophistiquee de NÄF, A. (1984).
118 Par exemple les phrases du type Bliebe er {nur/hier! pour lesquelles A. Näf cree une classe
de phrases desideratives seront classees par nous comme exclamatives a valeur de souhait. De
meme les phrases du type Man bleibe hier, pour lequel est A. Näf pose une classe de phrases
optatives (Debitivsatz) serons considerees par nous comme des declaratives exprimant le
souhait. Notre demarche consiste donc a operer avec un nombre reduit de types reellement
syntaxiques de phrases definis de far;on aussi formelle que possible.

64
grane une assertion non actualisee qui explique Ja valeur particuliere de
l'injonction qu'elle vehicule. Celle-ci n'est pas une simple exhortation, a la­
quelle, si forte soit-elle, l'interlocuteur pourrait a Ja limite se soustraire. Plus
a
qu'un 'appel faire', eile est, du fait de sa fonne declarative, Ja description
d'un etat de fait non encore realise mais donne comme acquis par le locuteur.
Faisant 'comme si' la phrase decrivait une action en train d'etre accomplie, le
locuteur fait savoir a l'interlocuteur qu'il n'a plus qu'a se confonner a la rea­
lite decrite "par anticipation";
- Er will einfach nicht mit sich reden lassen! : malgre Je point d'exclamation,
cette phrase ne sera pas consideree comme exclamative mais comme declara­
tive, car l'assertion qu'elle vehicule se trouve manifestement placee sur le
"devant de la scene", son caractere exclamatif se limitant a la forte energie
avec Jaquelle elle est produite;
- Hat er sich doch mitten auf der Straße ganz ausgezogen!: bien qu'ayant tres
probablement pour objet d'infonner l'interlocuteur d'un evenement donne, ce
type de phrase ne sera pas catalogue comme declaratif mais comme exclamatif,
l'assertion (de toute fa�on presente dans toutes les exclamatives) etant ici re­
couverte par l'attitude du locuteur qui en presente le contenu comme "inou"i ".
(Dans d'autres cas I'attitude pourra etre I'etonnement devant le fait lui-meme
ou son importance : Der hat ja einen °Bart!, 0Der hat aber einen Bart!);
- Würdest du bitte das Fenster schließen? : compris comme exprimant une ex­
hortation, !es phrases de ce genre seront neanmoins categorisees comme inter­
rogatives, car le point d'interrogation et l'intonation montante montrent que
c'est bien ce pour quoi elles se donnent en apparence, meme si la situation et
certaines conventions de communication font que personne ne s'y trampe;
- Daß er es °ja nicht vergißt! : elles aussi comprises comme vehiculant une ex­
hortation (sous Ja fonne tres forte de l'injonction mena�ante), !es phrases de ce
genre ne seront, en raison de le,ur forme, pas classees comme imperatives mais
comme exclamatives.
Pour critiquables que puissent paraitre, aux yeux du linguiste, ces affectations
et la demarche qui !es sous-tend, elles presentent, pensons-nous, du point de
vue lexicographique, l'avantage indeniable d'etre conformes a l'intuition du
sens commun, en tout cas comprehensibles (nachvollziehbar) sans difficultes
majeures par l'usager non-linguiste.

1.3.2. Les positions


La dimension didactique du dictionnaire autant que Jes necessites du classement
des emplois (cf. 2.2. plus loin) impliquent que soient donnees pour chaque
mot des informations aussi precises que possible sur !es faits de position le
concemant. Elles sont de deux types : il s'agit d'une part des indications gene­
rales relatives aux positions en tant que telles que Je mot est ou non susceptible
d'occuper (!es positions possibles ou interdites) selon Ja classe fonctionnelle a
laquelle il appartient; et d'autre part des informations plus ponctuelles relatives
aux repercussions d'eventuels changements de position sur Je sens, la valeur

65
precise des enonces et leur traduction en fran�ais.
Sur Je premier point, Je probleme pose au lexicographe consiste a determi­
ner !es positions pertinentes pour Ja description et a !es designer de fa�on a la
fois economique et intelligible pour l'usager. Le choix des positions a evoquer
varie bien sur selon les mots ou les classes fonctionnelles en presence. Si I 'on
decide de designer par 'x' Je mot en cause, 'p' l'enonce, M un membre quel­
conque de la phrase, Ml le membre place en tete, V le verbe conjugue, Vl le
verbe premier (de !'imperative ou de !'interrogative) et enfin V2 Je verbe se­
cond de la declarative, on obtient globalement l'eventail des possibilites pro­
pose ci-apres avec !es designations retenues (qui peuvent comporter des va­
riantes pour tenir compte des contraintes stylistiques) :
- x, p ou p, x ou p..., x, ... p : ces trois configurations (qui caracterisent
plus particulierement !es particules connectives) illustrent ce que nous appelle­
rons La position detachee, materialisee (a l'ecrit) par la presence d'une virgule
(ou d'un autre signe de ponctuation a l'exception du point) a gauche, a droite
ou des deux cöte du mot. L'expression, on l'aura remarque, ne designe pas en
soi une position mais le statut du mot par rapport a · son environnement syn­
taxique. Elle demande donc a etre completee par une indication localisante
pour prendre, selon le cas, !es formes suivantes : en position initiale / finale /
interne, detache (ou !'inverse : detache en position intiale, etc., ou encore a
l' initiale I en finale, detache;
- x Ml V2 : cette configuration correspond a ce que nous nommerons (selon
un usage courant dans la germanistique fran�aise) La position 'zero', celle
d'elements places en tete d'une phrase declarative, non detaches de celle-ci,
mais qui n'y ont pas le statut de membre, c'est-a-dire d'element apte a occuper
une veritable position syntaxique. C'est, comme on sait, la position type des
conjonctions (aber er wollte nicht), mais on peut y rencontrer aussi d'autres
elements (also ich bin froh, daß...);
- x M ou M x ou x [ ... ] M ou M [ ... ] x : ces configurations, qui caracteri­
sent principalement !es particules de mise en relief (lesquelles portent sur un
membre donne de la phrase) seront appelees respectivement position pre-M et
post-M lorsque le mot est directement accole au membre qu'il affecte, la men­
tion a distance etant ajoutee pour signaler la non contigu"ite; lorsque Ja se­
quence 'x M' est en premiere position dans la phrase, devant V2, la configura­
tion est exterieurement Ja meme que Ja precedente et il faut alors savoir si 'x' a
une portee partielle ou globale pour l'identifier respectivement comme parti­
cule de mise en relief ou conjonction ;
- Ml x V2 : cette configuration, qui se rencontre avec certaines conjonctions
(Peter aber wollte nicht mitkommen) ou adverbes connecteurs (Er allerdings
wollte nichts davon wissen) sera qualifiee de position post-MI;
- x Vl : il s'agit ici d'une position illustree par exemple par la phrase nun
fahr' doch los! (sans virgule apres nun) qui ne se rencontre que rarement et
avec un nombre tres restreint d'elements. Elle sera appelee position pre-VJ, Je .
verbe etant, malgre les apparences, consideres comme premier dans ce type de

66
phrases (autre exemple: also kommst du nun oder nicht?, toujours sans virgule
devant Je verbe);
- x V2 ou V2 [ ...] x : ces deux configurations correspondent respectivement
aux positions dites position pre-V2 et position post-V2, Ja premiere impliquant
necessairement Je contact entre Je mot et Je verbe, Ja seconde non (c'est meme
Je non- contact qui est Ja regle).
Dans cet eventail des positions pertinentes, il en est une qu'evoquent parfois les
linguistes dans leurs etudes sur !es particules modales. II s'agit de Ja jointure
entre le theme et Je rheme119. II se trouve en effet que les particules modales
sont (avec d'autres) des elements dont on peut, semble-t-il, dire qu'ils sont en
principe places a cette jointure. Cette information, en soi utile a qui veut utili­
ser convenablement les particules modales, est malheureusement d'une intelli­
gibilite tres aleatoire. Non seulement parce qu'il faudrait definir le rheme (ou
Je predicat) d'une fa�on operatoire pour l'usager non-linguiste - ce qui est deja
une gageure - mais aussi, parce qu'eile se trouverait bien trop souvent prise en
defaut, Je jeu de l'intonation permettant, en allemand, de placer un element
thematique aussi bien a gauche qu'a droite de la particule censee se trouver a Ja
jointure du theme et du rheme. On peut, a titre d'exemple, prononcer !es trois
phrases suivantes, caracterisees par des positions relatives differentes de
l'adverbe gestern et de Ja particule doch de fa�on teile que gestern soit un ele­
ment du theme meme lorsqu'il figure a droite de doch, les trois phrases ayant
alors exactement Je meme sens : aber ich habe ihn gestern doch ge 0sehen! /
aber ich habe ihn doch ge 0sehen gestern! / aber ich habe ihn doch gestern
ge 0sehen! Entrer dans ces considerations aboutirait a transformer le diction­
naire en manuel de grammaire, raison pour laquelle nous ne retiendrons pas Ja
position evoquee Uointure du theme et du rheme) parmi celles susceptibles de
faire l'objet d'une indication.
Quant au deuxieme point, s'il n'est evidemment pas envisageable de signaler
a propos de chaque exemple les modifications de valeur ou de traduction cor­
rollaires d'un eventuel changement de position du mot traite (ou d'un autre par
rapport a lui), Ja dimension didactique que veut avoir ce dictionnaire implique
neanmoins qu'elles soient indiquees dans des circonstances particulierement
cruciales, comme celles illustrees par les deux exemples ci-apres ou la permu­
tation de Ja particule avec un autre mot (qui peut lui aussi etre une particule)
induit soit un changement de Ja valeur de Ja particule (qui se repercute bien sur
sur l'ensemble de l' enonce) soit un changement radical de Ja valeur enonciative
de Ja phrase:
- Ach, wenn er doch nur käme! / Ach, wenn er nur doch käme! : inaccen­
0 0

tuee dans Ja premiere phrase, Ja particule sert simplement a y "renforcer"


119 Par rheme on entend ici le predicat, c'est-ii-dire le verbe de Ja phrase + Je ou (plus
rarement) !es "complements" qui constituent avec lui "ce qui est dit" du theme, c'est-ii-dire de
"l'objet dont on parle". Dans Das Kind geht seit einem Jahr in die Schule, Je complexe in die
Schule gehen correspond au rheme, alors que le sujet + le complement de temps constituent le
theme. (Cette presentation des choses est outrageusement simpliste, mais il n'est ni possible ni
utile ici d'entrer dans Ja difficile problematique du theme et du rheme.)

67
l'exclamation, I'expression du souhait de voir venir une certaine personne; ac­
centuee dans la seconde, elle signale que Ja venue de Ja personne est problema­
tique (parce que quelque chose s'y oppose ou que Ja personne n'a guere envie
de venir) ce qui donne donc a l'exclamation une tonalite assez differente;
- Ist er nicht etwa krank? / Ist er etwa nicht krank? : la premiere question
envisage la possibilite de la maladie: ne serait-il pas malade, par hasard?, tan­
dis que la deuxieme peut avoir au moins deux valeurs : celle d'une question
"dubitative" (se peut-il qu' il ne soit pas malade [mais ait seulement pretexte la
maladie pour ne pas venir travailler] ?) ou celle d'une question rhetorique par
laquelle on signifie que Ja personne visee par le pronom est bien malade,
conformement a ce qu'on avait annonce: il est pas malade, peut-etre?

1.4. Les informations d'ordre semantique


Les informations d'ordre semantique peuvent etre reparties en deux categories,
selon qu'elles concement (1) !es contextes enonciatifs des mots, c'est-a-dire les
enonces dans lesquels ils figurent vus du point de vue de leurs valeurs com­
municatives, autrement dit des actes de communication qu'ils servent a ac­
complir ou (2) !es fonctions (communicatives) qu'ils y exercent, au sens !arge,
incluant les effets qu'ils y produisent en interaction avec !es contenus concrets
des enonces OU Jes Situations d'enonciation.

1.4.1. Les contextes enonciatifs


Alors que l'indication des contextes syntaxiques peut se faire, comme on l'a vu,
sur la base d'une categorisation preetablie (quelles que soient les imperfections
de cette demiere et !es difficultes d'affectation qui en resultent ponctuelle­
ment), celle des contextes enonciatifs ne peut guere etre fondee sur aucun in­
ventaire fini donne a priori. Selon le degre de precision avec lequel ils sont
circonscrits - et qui depend Iui-meme du degre de precision que vise ou auquel
est contrainte la description (par exemple pour Jever des ambigu'ites), !es actes
de communication 120 distingues sont en nombre plus ou moins eleve et de
toute fa�on indefini sinon infini.
Le principal <langer qui guette Je lexicographe est celui d'une excessive
atomisation de la description : plus on pose d'actes de communication diffe­
rents, plus ils se ressernblent et se recoupent, plus il devient alors difficile de
les distinguer de fa�on silre et constante, ce qui finit par rendre de plus en plus
aleatoire l'affectation des enonces concrets a tel ou tel acte. Pour parer autant

120 On peut donner de l'acte de communication une definition plus ou moins !arge (ou etroite).
A un extreme, on peut considerer comme constituant un seul " grand" acte par exempJe toute une
dernonstration visant a accrediter une these donnee; a l'autre extreme, on parlera de deux actes
differents au sujet d'un enonce comme Sag mir endlich, ob du auch kommst, ich muß nämlich
das Essen bestellen dont Ja premiere partie exprime une exhortation et Ja seconde (deuxieme
phrase) Ja justification de cette exhortation ('si je te demande de me dire si tu viens ou non, c'est
parce que j'ai besoin de Je savoir en vue de la commande du repas'). Dans le cadre d'une
description Jexicographique, c'est Ja deuxieme definition qui doit etre retenue.
68
que faire se peut a ce risque, on peut certes - et nous le ferons partiellement -
elaborer un systeme hierarchise posant en un premier niveau des "grands
types" d'actes tels la declaration, la question ou l'exhortation subdivises en un
deuxieme voire troisieme niveau en types et sous-types plus precis tels que par
exemple !'ordre, Ja directive, l'instruction, Je conseil ou Ja proposition (pour
ne citer que cinq des quatorze sous-types que distingue G. Hindelang dans son
travail sur ce type d'actes 121 ). 11 n'est pas douteux que cette demarche soit dans
certains cas a Ja fois possible et efficace. Ainsi nous paraitrait-il legitime de
poser un acte general appele question ou demande d' information regroupant
des actes plus precis tels que Ja demande neutre (Kommst du auch mit?), la
demande de confirmation (Kommst du nicht mit?), Ja demande suggestive (Du
kommst doch mit, oder?), la demande de rappel (Wann war das noch?), Ja re­
prise de demande (Wann das war? Nun, ich meine kurz vor Ostern), voire Ja
question rhetorique ou demande renvoyant a une reponse censee connue (A :
Wer war das? B: Na, wer schon? [Das konnte doch nur Peter gewesen sein]),
etc. etc.
II ne faut cependant pas se leurrer sur les resultats d'une telle demarche :
elle permet sans doute Je regroupement, pedagogiquement utile, d'actes et de
valeurs enonciatives suffisamment proches pour apparaitre comme !es
membres d'une meme famille, mais elte ne pennet guere d'aboutir a un sys­
teme d'ensemble coherent veritablement operationnel, c'est-a-dire utilisable
dans Je cadre d'une description lexicographique. Trop d'obstacles s'y opposent.
Ainsi rencontre-t-on des le premier niveau le probleme du nombre et de Ja
nature des types fondamentaux (primaires) qu'il faudrait poser pour embrasser
l'ensemble des concrets possibles. Les quatre types auxquels on pense (sous
l'influence de la syntaxe), Ja declaration, la question, l'injonction et
l'exclamation n'y suffisent a l'evidence pas: les actes consistant a exprimer un
souhait, un regret, un etonnement, un reproche, une indignation, une menace,
etc. etc. peuvent-ils raisonnableinent etre consideres justiciables de l'un des
types cites? S'il est clair que certains d'entre eux comportent par exemple le
trait 'exclamatif' (Wenn er nur kommt! / Wenn er nur nichts gesagt hätte! /
Ach, da kommt ja der Peter!), peut-on pour autant !es interpreter comme va­
riantes d'un acte general d'exclamation? Quelle serait Ja nature d'un tel type,
regroupant des actes concrets aussi divers? II faudrait donc manifestement
augmenter Je nombre des types primaires, mais de combien et desquels? La re­
ponse est rien moins qu'evidente.
S'il est relativement aise de concevoir, au moins intuitivement, un acte gene­
ral d'exhortation ou d'interrogation subsumant tout un ensemble d'actes plus
precis, Je probleme de Ja definition d'actes primaires tres generaux se pose non
seulement pour l'exclamation, comme on vient de le voir, mais egalement pour
la dec/aration, acte tout aussi difficile a cemer : accuser, alerter, constater,
mettre en garde, informer, menacer, faire un reproche, etc. etc., autant d'actes
couramment accomplis a J'aide d'enonces de formes declaratives. Mais com­
ment )es definir comme Varietes d'une meme espece? Et si I'on s'y risque, cette
121 Cf. bibliographie

69
espece ne sera-t-elle pas d'un niveau d'abstraction non seulement plus eleve que
celui de l'espece exhortation ou question (d'ou une heterogeneite fonciere du
systeme) mais surtout tel que l'usager "ordinaire" ne sera plus en mesure de lui
donner aucun contenu intuitif?
Ce probleme de l'intelligibilite (pour l'usager) de Ja categorisation imaginee
(par Je lexicographe) se pose d'ailleurs egalement dans !es cas ou Je regroupe­
ment de divers types d'actes en une meme categorie generale est intuitivement
legitime. L'elaboration d'une taxinomie aussi sophistiquee que celle que pro­
pose G. Hindelang pour l'exhortation a peut-etre un sens pour le linguiste (a
qui eile permet de montrer !es rapports et !es articulations entre quantite
d'actes de communication intuitivement peryus comme relevant d'un meme
domaine), eile en a bien moins pour le lexicographe, qui ne peut attendre de
l'usager ni qu'il commence par assimiler toute Ja taxinomie avant meme de
consulter le dictionnaire, ni qu'il manipule lors de Ja consultation un trop
grand nombre de criteres de niveau et de nature differents.
La recherche d'une definition-delimitation absolument rigoureuse des actes
de communication poses et leur agencement en un systeme parfaitement cohe­
rent serait en fait contre-productive, un certain flou conceptuel etant non seu­
lement inevitable dans toute description lexicographique, mais meme neces­
saire, au bout du compte (si scandaleux que cela puisse para1tre au linguiste), a
l'efficacite de Ja consultation. Pour neanmoins limiter Je flou et eviter qu'il
n'estompe les lignes de force d'une description qui doit rester aussi structuree
que possible, notre demarche descriptive s'inspirera en definitive des quelques
principes suivants :
- saisie des valeurs enonciatives des enonces (des actes de communication
qu'ils servent a realiser, avec variantes et nuances eventuelles) d'aussi pres
que l'exige Ja bonne comprehension des emplois decrits;
- regroupements eventuels des seules valeurs que l'intuition commune per­
met de considerer comme appartenant a une meme famille;
- indication non pas de tous les traits permettant de distinguer deux actes de
communication mais seulement de ceux qui permettent d'assurer la compre­
hension de ['emploi traite Oll d'eviter Une ambigu'ite;
- recours aussi !arge que possible, dans la description, a des notions seman­
tiques courantes, a des expressions du langage commun au contenu relative­
ment stable et connu, et renoncement corollaire - sauf exception 122 - aux
termes "techniques" definis a priori;
- par mesure de precaution, definition (aussi concrete que possible), dans un
122 L'une des exceptions !es plus notables est l'emploi que nous faisons des termes
d'exp/ication et dejustification: par dela le contenu commun a ces deux notions, un enonce sera
repute explicatif lorsque l'explication qu'il vehicule porte sur Je contenu relate dans l'enonce
precedent (Sie konnte nicht kommen, sie war nämlich krank: la maladie explique l'absence) et
Justificatiflorsque l'explication concerne l'acte de communication realise en produisant l'enonce
en question (Kommt ihr nun oder nicht? Ich muß nämlich wissen, wegen des Essens: Ja ·
necessite de savoir justifie Je fait de poser la question).

70
glossaire, des principaux termes utilises, qu'ils aient ou non un contenu tech­
nique.

1.4.2. Les fonctions et effets de sens


Les problemes que posent Ja description des fonctions des mots traites et des
effets de sens qu'ils produisent dans !es contextes ou ils apparaissent sont fon­
damentalement de meme nature que precedemment. Comme pour !es contextes
enonciatifs, il faut bien constater l'absence, malgre les innombrables etudes
consacrees aux particules et autres mots de Ja communication, de tout inven­
taire preetabli des fonctions que peuvent remplir ces mots a quelque niveau
que ce soit et l'absence plus grande encore, si l'on ose dire, d'un inventaire fini
de traits definitoires dont la combinaison permettrait de rendre compte des
fonctions et effets de sens concretement observes. Existeraient-ils d'ailleurs,
qu'ils ne seraient pas necessairement pertinents 123. Si Ja description lexicogra­
phique ne peut que tirer profit des analyses linguistiques124, encore faut-il que
ce soit a Ja maniere dont !es abeilles butinent !es fleurs : en en faisant leur
propre miel. En d'autres termes : !es objectifs et !es methodes des deux disci­
plines different considerablement, meme si l'une, la lexicographie, par nature
plus pratique, peut apparaitre a certains egards (ou regards) comme Ja simple
application de l'autre.
Pour brosser tres grossierement le tableau : les analyses linguistiques se font
en principe dans le cadre de theories generales qu'eiles ont pour objectif final
d'etayer, de developper ou d'infirmer. S'agissant de l'analyse de mots comme
ceux qui nous occupent ici, elles visent normalement a ramener les multiples
fonctions et effets de sens observables du mot (comme forme) a un signifie ge­
neral unique, par nature abstrait, a partir duquel il soit ensuite possible de jus­
tifier par un calcul faisant intervenir divers elements du contexte et de Ja si­
tuation toutes les valeurs qu'il peut prendre dans ses emplois concrets. La lexi­
cographie ne peut viser un obj.ectif aussi ambitieux, qui debouche necessaire­
ment sur des descriptions d'un haut degre d'abstraction et de complexite dont
la comprehension suppose la reference a tout un appareil conceptuel dont on ne
peut evidemment pas demander l'apprentissage a l'usager du dictionnaire. Ce
qui interesse ce demier, ce sont moins les sens generaux et abstraits du mot en
langue 125 que la saisie et la comprehension de ses multiples emplois dans le
discours. Que cette saisie doive etre aussi coherente et ordonnee que possible,
que Ja description doive mettre en lumiere !es relations des emplois entre eux

12 3 Mme Rey-Debove a montre dans REY-DEBOVE ( 1 971) p. 1 91 et sv. apropos des


dictionnaires monolingues que !es definitions qu'ils donnent sont autre chose que Ja simple
reformulation des analyses semiques des linguistes.
124 La chronologie montre que J'amelioration des descriptions Jexicographiques des particules
est une consequence de l'essor de ce secteur de Ja linguistique.
1 25 Au sens fort, saussurien, du terme et non au sens affaibli ou J'on parle de dictionnaires de
Jangue : ces derniers sont, dans une tres !arge mesure, dictionnaires de discours - discours
socialise, certes, et non individuel, mais discours quand meme. Au-delade cette dichotomie
fondamentale de Ja linguistique moderne, il faut reconna1tre que les dictionnaires de Jangue sont
en realite "acheval" sur Langue et discours.
71
ou avec Je contexte et la situation, que des regroupements soient en definitive
utiles et meme necessaires pour eviter l'enlisement dans !es observations de
detail, nul ne le contestera. Mais Ja recherche du general derriere Je particulier
et de l'explication au-dela de Ja description se trouve ici tres vite arretee par Ja
necessite de rester dans !es limites de l'effort de comprehension que l'on peut
legitimement demander a l'usager "ordinaire" (= non-specialiste du domaine
decrit) compte tenu de ses connaissances "linguistiques" generales (postulees) et
des possibilites (elles aussi postulees) de son intuition.
Un exemple simple donnera une idee de ce que sont !es limites evoquees a
l'instant. Beaucoup d'emplois de auch se laissent intuitivement ramener a une
valeur generale que l'on peut qualifier d'additive. 11 faut assurement en faire
prendre conscience a l'usager en signalant le fait dans la description des em­
plois en question. A partir de cette valeur generale additive, il est possible
d'expliquer, de fa�on naturelle et intuitivement nachvollziehbar, la production
- en interaction avec le contexte ou le savoir extra-linguistique - des valeurs
concessives apparaissant dans des emplois comme auch im Sommer trägt er
immer einen dicken Mantel ou auch wenn es regnet, gehen die Deutschen gern
wandern (elles se produisent chaque fois que l'element ajoute est naturellement
per�u comme normalement incompatible avec l'action decrite ou tout au moins
inattendu dans son contexte, compte tenu de notre experience des choses). 11
faut donc, Ja aussi, rendre l'usager attentif a ce phenomene en le signalant dans
la description. Mais lorsque l'on a affaire a des emplois tels que hast du auch
das Wasser abgestellt? (au sens de Ja Vergewisserungsfrage exprimant une
certaine inquietude, voire un soup�on et en tout cas un desir de recevoir une
reponse positive : tu as arrete l' eau,j' espere? I au moins ?), tout change : il de­
vient ici extremement hasardeux de retrouver dans cet emploi une quelconque
valeur additive de auch ou de deriver sa valeur modale (qui consiste justement
a faire d'une question a priori neutre une question de "verification") d'une va­
leur additive fondamentale. Sans doute le linguiste peut-il y parvenir, a l'aide
d'outils conceptuels adequats voire en postulant un autre signifie general, plus
abstrait encore, mais le fait est que le parcours qui mene de ce signifie abstrait
a l'effet produit par auch dans ce contexte est rien moins qu'immediatement
accessible a l'intuition d'un usager "ordinaire" de la langue. Vouloir a tout
prix presenter une description unifiee du mot reliant entre eux toutes ses fonc­
tions et !es effets de sens qu'il produit en contexte pour !es faire deriver d'une
valeur fondamentale unique (füt-elle constituee d'une collection de traits ac­
tualises ou neutralises selon les circonstances) serait donc a l'evidence ignorer
!es contraintes, !es exigences et !es finalites memes de Ja description lexicogra­
phique.
Mais si cette demiere ne peut consister en une reproduction, meme simpli­
fiee, des analyses du linguiste, eile ne peut pas non plus rester dans les omieres
de Ja lexicographie (monolingue 126) traditionnelle, quels qu'aient ete ses pro­
gres depuis une ou deux decennies l27 . Celle-Ci opere, comme l'a montre w.
126 Car Ja lexicographie bilingue ne possede aucune tradition propre dans ce domaine.
127 Cf. !es dictionnaires monolingues allemands DROSDOWSKI, G. (1976) et (1983) et

72
Wolskil28, soit avec des notions telles que Je renforcement, l'insistance,
I'attenuation, relatives en quelque sorte au "degre de realisation" de l'acte de
communication en cause (Setzen Sie sich doch!, Laß es "ja nicht fallen!, Hol
mir mal den Hammer, bitte), soit avec valeurs telles que l'agacement,
l'impatience, lajoie, relatives, elles, aux sentiments et attitudes emotionnelles
du locuteur. S'il est pour nous hors de question d'y renoncer (car elles permet­
tent de saisir convenablement nombre d'effets apparents), il est clair, compte
tenu de tout ce qui a ete dit jusqu'ici des mots de la communication (cf. no­
tamment la section II), qu'elles ne suffisent en aucune fa�on a rendre comple­
tement compte du röle que ces mots jouent plus generalement dans le jeu
complexe des relations entre locuteur, enonce, contexte, interlocuteur et situa­
tion de communication. II faut donc leur adjoindre des indications relatives a
l'une ou l'autre des quatre fonctions fondamentales (et de leurs variantes
eventuelles) evoquees plus haut dans Ja section II. (§ 9.2.), ce que nous ferons
avec Je double souci d'articuler autant que possible ces fonctions et valeurs !es
unes aux autres de fa�on a donner une image coherente du mot a travers ses
divers emplois tout en restant cependant en-de�a de Ja limite au-dela de Ja­
quelle Ja description deviendrait trop abstraite pour pouvoir etre apprehendee
intuitivement.

1.5. Les informations relatives a l'usage


Si l'emploi d'un mot est caracterise aux plans syntaxique et semantique, il peut
et doit l'etre aussi a un troisieme plan, que nous appellerons par convention
celui de l'usage. Par commodite, nous regroupons sous ce terme deux catego­
ries d'informations assez differentes. La premiere concerne !es aspects que l'on
pourrait qualifier d'externes : la frequence de l'emploi, ses dimensions dia­
chronique, diatopique ou diastratique. Les contraintes propres aux ouvrages de
type dictionnaire autant que Je� finalites de celui-ci font que !es informations
donnees sur chacun de ces points ne peuvent etre que tres generales et doivent
quantitativement etre reduites au "minimum de ce qu'il faut savoir pour
l'emploi correct des mots". Seront donc _signales, selon necessite : Ja rarete
d'un emploi (ou d'une tournure, d'une construction, d'une position, etc.), son
caractere eventuellement vieilli, !es limitations de sa diffusion geographique, Je
niveau de langue dont il releve ainsi que !es connotations qu'il vehicule.
La deuxieme categorie d'informations a trait, eile, aux aspects "internes",
contextuels de l'emploi. L'observation attentive des emplois des mots de Ja
communication montre en effet que certains d'entre eux (notamment !es parti­
cules modales) apparaissent assez frequemment dans des contextes marques par
Ja presence non aleatoire de mots, de constructions ou d'autres phenomenes
grammaticaux (ou "lexico-grammaticaux") de nature diverse. On sait par
exemple que !es particules modales se rencontrent souvent associees a d'autres
(qu'elles soient ou non en contact et forment ou non un "binöme") : aber+
KLAPPENBACH, R. & STEINITZ, W. (1978).
128 Cf. WOLSKI (1986).

73
auch, auch+ noch, denn + eigentlich, doch+ wohl,ja + auch, etc. etc.129.
Mais certaines sont egalement volontiers employees avec certains verbes (par
exemple doch avec !es verbes de modalite können et müssen ou avec des verbes
epistemiques comme wissen ou de perception comme sehen) ou certains modes
(par exemple ja, nur ou schon avec Je subjonctif II dans Ja realisation de divers
actes de communication) ou encore dans des enonces comportant une negation
(par exemple ja et nur dans des exhortations negatives visant a interdire ou
mettre en garde). Tous ces faits nous paraissent meriter d'etre signales - et
bien sfir illustres - des lors qu'ils correspondent a un usage sinon necessaire­
ment frequent (vu Je caractere aleatoire de Ja notion) du moins obvie ou plus
generalement "type" a quelque titre que ce soit.
Aces indications il convient egalement d'ajouter celle des concurrents, c'est­
a-dire des mots qui pourraient figurer a Ja place du mot traite dans Je meme
contexte syntaxique (type de phrase) ou Je meme contexte enonciatif (acte de
communication), en y produisant sinon les memes effets, du moins des effets
comparables (au sens propre du terme : 'effets ayant suffisamment de points
communs pour pouvoir etre utilement compares et opposes'). La fonction
d'apprentissage devolue (conjointement a celle de depannage) a un dictionnaire
dont Ja forme alphabetique lui est par essence peu favorable, en raison de son
incapacite a rendre compte des rapports entre !es mots, impose tout particulie­
rement d'aller aussi Join que possible dans l'indication des relations transver­
sales de similitude et de difference pouvant exister entre des mots relevant d'un
meme type d'emploi. Compte tenu des contraintes formelles du dictionnaire
alphabetique, Je possible se limitera ici a Ja presence de renvois (vers des em­
plois comparables d'autres mots) et a Ja presentation, le cas echeant, dans Je re­
sume clöturant chaque sous-article, de breves descriptions comparees de mots
pouvant entrer en concurrence les uns avec !es autres dans un meme domaine
d'emploi, voire constituer des "mini-systemes" plus ou moins structures
(comme par exemple aber, ja et vielleicht dans !es exclamatives constatives).

1.6. Les exemples


La presence d'exemples dans un dictionnaire tel que celui-ci n'ayant pas a etre
justifiee en soi - car que serait-il sans eux? -, !es principales questions qui se
posent a propos des exemples sont celles de Jeur nature (construite ou attestee),
du type de discours qu'ils sont censes refleter, de leur selection (nombre et
criteres de choix) et de Ja forme concrete qu'il convient de leur donner. Les
reponses que l'on y apporte dependent essentiellement des fonctions que l'on
assigne aux exemples. Compte tenu des caracteristiques des mots traites et des
finalites de ce dictionnaire, on peut en distinguer au moins trois. D'une part,
ils servent a illustrer Je fonctionnement syntaxique et semantique concret du
mot, a rendre plus intelligibles, plus parlantes !es indications syntaxiques et se-

129 Les cooccurrences possibles (pas necessairement contigues) se chiffrent par dizaines, en
voici d'autres : aber mal; auch wohl; denn nun; doch eigentlich; doch gleich; eben noch; mal
wieder; gar nicht ersr, nun aber; nun also; sclum noch; so denn, etc. etc.

74
mantiques donnees dans les commentaires lexicographiques, bref a donner
corps et äme a ce qui, sans eux, ne serait que squelette sans vie. D'autre part,
ils ont pour röte d'informer sur l'usage du mot, qu'il s'agisse de l'usage
"normal", typique (Je genre d'enonces, de contextes et de situations ou on le
rencontre le plus volontiers) ou de l'usage "limite", plus rare, mais revelateur
de ses ressources profondes. Enfin, ils sont Je support indispensable aux
equivalents proposes pour le mot dans l'autre langue. Sans eux, l'usager ne
disposerait en quelque sorte que de la moitie des informations, il disposerait
des aboutissants sans avoir les tenants et il ne serait pas en mesure de percevoir
en situation les correspondances etablies entre Je mot source et ses equivalents
dans la langue cible.
De ce triple röle assigne aux exemples decoulent !es reponses apportees aux
questions evoquees plus haut et reprises sous les points suivants :
- Ja forme des exemples : sur ce point, la regle essentielle est que
l'exemple doit fournir au moins le contexte minimum de fonctionnement syn­
taxique et semantique du mot traite. Les mots de la communication, a. quelque
sous-classe qu'ils appartiennent, ne pouvant en general etre bien apprehendes
que dans le cadre global de l'enonce dans lequel ils figurent (meme lorsqu'ils
n'ont, comme !es particules de mise en relief, qu'une portee partielle 130), cela
signifie concretement que les exemples doivent avoir le plus souvent la forme
d'enonces entiers. Deux cas peuvent alors se presenter : ou bien l'enonce­
exemple est parfaitement comprehensible hors de tout contexte explicite131 -
auquel cas l'enonce-exemple se suffira a lui-meme; ou bien le processus de
comprehension ne peut se declencher tout seul, l'usager risque de faire fausse
route ou de buter sur des ambiguHes, et il faut alors soit accompagner
l'exemple d'une indication idoine, soit lui donner une forme plus !arge, in­
cluant tout Je contexte necessaire. Comme !es mots de la communication se
rencontrent de fa�on particulierement frequente en langue parlee (reelle ou
simulee dans l'ecrit), il est assez nature! que !es exemples donnes avec un
contexte plus !arge auront souvent la forme de dialogues comportant au mini­
mum un echange, c'est-a-dire une intervention132 et Ja reaction qu'elle suscite
chez l'interlocuteur;
- la nature des exemples (construits ou attestes) : Ja fonction
d'illustration de l'usage reel qui leur a ete assignee impose de toute evidence

130 Ainsi, on ne peut bien comprendre ausgerechnet heute que si on resitue Je syntagme dans
un enonce global faisant apparaitre les raisons de l'emploi de la particule de mise en relief, pat
ex. Daß er ausgerechnet heute kommt, wo ich so viel zu tun habe!
131 Ce qui veut dire en fait que la conjonction de son contenu lexical et de l'experience du
monde de l'usager aura fait surgir dans l'esprit de ce dernier le contexte et/ou la situation
propres a permettre la comprehension de l'exemple. Psychologiquement, il n'existe pas
d'enonces sans contexte, en ce sens que le recepteur d'un tel enonce le situe ipso facto dans un
contexte ou une situation plausibles. Le risque de mauvaise interpretation nait alors de ce que
l'enonce a pu etre extrait d'un contexte tout a fait different de ce qu'imagine le recepteur.
132 Nous empruntons !es notions d'echange et d'intervention a Roulet, E. (1981), en les
adaptant toutefois a nos besoins (c'est-a-dire, concretement, en leur donnant un contenu plus
intuitif et moins technique); cf. 'Presentation du dictionnaire' (pages de couleur) et glossaire.
75
que Ja place Ja plus large soit reservee a des exemples authentiques releves dans
les "discours" les plus divers, ecrits ou oraux. Non pas que !es exemples
construits soient totalement denues d'interet : dans bien des cas, ils permettent
au lexicographe de bien mettre en exergue l'information, notamment syn­
taxique, qu'il veut transmettre, en depouillant volontairement l'enonce de tout
element qui pourrait l'obscurcir. Mais ils presentent souvent l 'inconvenient
d'etre d'une banalite excessive ou d'un caractere trop artificieJ1 33 pour assurer
efficacement les fonctions qui leur sont devolues. Les exemples authentiques
ont a cet egard, quels que soient les risques de denaturation resultant de leur
extraction d'un contexte plus vaste, une valeur probante (Aussagekraft) infini­
ment superieure. Ils sont Ja chair du mot et s'il leur arrive d'etre egalement
"charges de graisse" ou de vehiculer toutes sortes de scories (en ce sens qu'ils
comportent frequemment des elements referentiellement obscurs ou incompre­
hensibles hors du contexte dont ils sont extraits), il appartient au lexicographe
de manier Je scalpel dans le sens d'un allegement et de !es amenager de ma­
niere a les rendre parfaitement interpretables;

- le type de discours reflete : decider de recourir largement aux


exemples attestes ne suffit pas, encore faut-il savoir quelles sources on mettra a
contribution. Ceci pose le probleme du corpus de reference, de sa nature, orale
ou ecrite, et de sa representativite. Les mots de La communication, du moins
beaucoup d'entre eux, passant a juste titre pour etre particulierement frequents
dans Ja langue parlee, il pouvait sembler logique de s'en tenir, a l'instar de
König et alii, a un corpus strictement oral. Si nous avons fait Je choix
d'accorder une place importante et meme preponderante a la langue ecrite
(bien sfir sans exclure la langue orale), ce n'est pas seulement en raison de Ja
plus grande difficulte d'elaboration ou d'exploitation des corpus oraux 134 ,
mais aussi pour rester en harmonie avec !es conditions d'utilisation et !es
finalites memes du dictionnaire bilingue. Que ce soit pour resoudre un
probleme de comprehension ou de formulation, et a fortiori pour apprendre, il
faut bien admettre, en effet, que ce type d'ouvrages s'utilise principalement -
pour ne pas dire exclusivement - dans des situations de confrontation a
l'ecritl 3 5. II faut remarquer par ailleurs qu'il convient de ne pas confondre

133 Les deux defauts sont particulierement frappants dans HELBIG, G. (1988). Le contraste
avec KÖNIG/STARK/REQUARDT ( 1990), qui compone, lui, beaucoup d'exemples authentiques
(provenant malheureusement de corpus uniquement oraux et de surcroi:t personnels, donc non
verifiables) est a cet egard saisissant.
134 Les corpus oraux actuellement disponibles ne representent pas, et de tres Join, une masse
aussi considerable que !es corpus ecrits. La constitution de corpus d'exemples oraux a partir
d'emissions de radio-television ou des conversations de Ja vie courante est un travail delicat
(probleme de J'indication des sources) et de longue haleine. II ne doit pas etre refuse (car Je
Jexicographe ne doit pas hesiter a faire fleche de tout bois), mais on ne peut en attendre
J'elaboration de corpus tres volumineux. Cela etant, il existe des corpus de textes oraux
accessibles et on ne peut donc que regretter que celui de Fribourg en Brisgau, dit Freiburger
Korpus (dont une transcription au moins partielle est disponible sous forme de livre) n'ait ete
utilise ni par G. Helbig ni par E. König et al.
135 Nous faisons ici abstraction des guides bilingues pour touristes (qui ne portent d'ailleurs
generalement pas Je nom de dictionnaires).
76
support et "style" : on peut parler "comme un livre" ou ecrire "comme on
parle". Certes, des differences importantes existent entre la langue parlee des
livres (romans, pieces de theätre) et la langue parlee de tous !es jours. Mais !es
mots de la communication apparaissent dans !es deux et on ne voit donc pas ce
qui justifierait l'exclusion de l'une au profit exclusif de l'autre. II faut rappeler
enfin, qu'un dictionnaire doit rendre compte de l'usage des mots et non des
caracteristiques generales d'un type de langue. II lui faut donc, en matiere
d'exemples, "ratisser !arge" - et meme le plus !arge possible - sous peine de
donner une vue tres partielle et donc fausse de son objet.
Cette exigence nous conduit au probleme de la representativite du corpus.
Des lors que l'on veut illustrer l'usage des mots dans la langue en general et
non pas dans un type bien defini de langue, voire chez un auteur donne ou dans
un ensemble de textes delimite a priori, il est ciair que le Corpus cree ne peut
plus viser une representativite semblable a celle dont il est question en socio­
logie. Aucune loi linguistique, aucune methode ne pennet de fixer scientifi­
quement la part qui doit revenir aux differents types de discours (ecrits ou
oraux). Seuls la connaissance intuitive de l'usage, la prise en compte - necessai­
rement subjective - des besoins de l'usager et, en definitive, le simple bon sens
peuvent ici servir de guide pour realiser une sorte d'equilibre dynamique entre
!es multiples sources auxquelles doit s 'alimenter le corpus : litterature
(romans, nouvelles, pieces de theätre, Hörspiele), ecrits didactiques, scienti­
fiques ou juridiques (essais, etudes, manuels, usuels divers), langue des medias
(articles de presse, informations, publicite...), langue orale 136 plus ou moins
formalisee (discours, debats, interviews, conversations quotidiennes...), etc.
etc.;
- nombre et criteres de selection des exemples : sur ce point aussi, il
est difficile de se donner des regles strictes et parfaitement objectives. Tout au
plus peut-on definir un principe general en essayant de l'appliquer le plus rai­
sonnablement possible compte.tenu de Ja place disponible et de la necessite de
concilier la richesse de l'illustration avec une bonne lisibilite de Ja description.
Ce principe general est Je suivant : tout exemple doit apporter un element
d'information nouveau par rapport a .la situation anterieure. L'apport
d'information peut se situer au plan des traductions (l'exemple est retenu parce
qu'il induit une traduction nouvelle du mot traite), au plan syntaxique (il il­
lustre une nouvelle position, l'emploi dans un nouveau type de phrases ou la
136 Notre corpus de langue orale puise essentiellement a trois sources, dont deux sont aisement
verifiables : (1) Je corpus de Fribourg, dit Freiburger Korpus, publie chez Hueber, (2) !es
interviews diffusees par Inter Nationes sur support oral (cassettes audio) et ecrit (livret
d'accompagnement comportant la transcription) destinees al'entrainement ala comprehension
orale et (3) les "choses entendues" en ecoutant !es gens parler ou en suivant des debats a Ja
television allemande.
Remarque apropos de Ja source 2: seules !es productions relevant authentiquement de Ja langue
orale ont ete retenues, ce qui exclut par ex. les textes de presentation, qui ne sont que de l'ecrit
oralise - meme s'il s'agit d'un ecrit particulier, en ce sens qu'il est precisement destine aetre lu
et a donc un statut intermediaire entre le veritable(?) ecrit et le veritable(?) oral. (On voit Jaque
!es notions d'ecrit et d'oral s'opposent moins qu'on ne l'imagine et qu'entre !es deux il n'y a
pas solution de continuite.)

77
co-presence d'une caracteristique remarquable), au plan semantique (il atteste
une variante d'emploi, des effets particuliers) ou encore au plan de l'usage (il
est particulierement frequent, typique d'une certaine situation ou remarquable,
au contraire, par son originalite, son caractere etonnant). Une teile regle est
evidemment d'une elasticite redoutable, toute diffärence, de quelque nature
qu'elle soit, pouvant toujours etre consideree comme informative. Si eile ne
garantit pas l'absence de tout arbitraire dans Je choix des exempJes, eile favo­
rise neanmoins Ja prise de recul, le maintien d'un regard critique qui doivent
permettre de Je limiter dans toute la mesure du possible.

1.7. Les traductions


Avant d'aborder les problemes que pose l'elaboration des traductions, il est
indispensable d'evoquer, ne serait-ce qu'en quelques mots, deux risques inhe­
rents a ce travail, auxquels il faut essayer de parer, meme s'il est illusoire de
pretendre les eliminer completement. Ils tiennent tous deux a une double
caracteristique intrinseque du dictionnaire bilingue : au fait, d'une part, qu'il
est dictionnaire de mots; au fait, d'autre part, que la dimension textuelle Jui
echappe completement, meme lorsqu 'il traite ces mots dans le contexte
d'enonces entiers. Cela a pour consequence :
- que le dictionnaire bilingue risque par nature d'induire ou de renforcer,
chez l'usager, l'idee que Ja traduction d'une langue a l'autre se fait toujours
terme a terme, ce qui est non seulement faux en theorie (sinon toujours en
pratique 137) mais aussi particuJierement genant dans le cas des mots de La
communication, ou !es correspondances sont, la, tres souvent globales d'un
enonce a l'autre. Plus encore que pour tout autre type de mots, Ja question
qu'iJ convient de se poser a leur sujet n'est pas, en effet, "comment traduire ce
mot" et encore moins "quel est l'equivalent de tel mot", mais bien "quelle est Ja
fonction remplie et/ou quel est l'effet produit par ce mot dans l'enonce source
et comment l'usager de la langue cible s'y prendrait-il pour exprimer Ja meme
fonction, produire le meme effet dans sa propre langue?". La parade, bien que
loin d'etre ideale, consiste ici a rechercher l'eventail Je plus !arge possible de
traductions et a privilegier (en termes de surrepresentation par rapport a leur
frequence reelle) les traductions illustrant des equivaJences globales par rap­
port a celles qui s'obtiennent par correspondance terme a terme;

137 Entre deux langues ��me l'allemand et le frarn;:ais, dont l'arriere-plan culturel est
finalement tres proche (c<tiJ1pare par ex. au frarn;:ais et au japonais), il est normal que Ja
traduction puisse assez soLiy,ent s'operer par remplacement - en contexte, toutefois! - d'un mot
par un autre. Les mots, en tout cas les mots pleins, ne sont que le resultat d'une sedimentation
de l'experience humaine dans un contexte social et culturel donne. Quand deux communautes
linguistiques appartiennent a Ja meme civilisation, il est assez normal que !es mots de leurs
langues aient des contenus qui se recoupent assez largement. Mais c'est Ja que se trouve le
piege, qui est qu'on en deduit inconsciemment que traduire, c'est remplacer un mot d'une
langue par un mot d'une autre langue. En droit, !es effets de Ja presence d'un mot dans une
phrase peuvent etre rendus aussi bien par un groupe de mots, une marque grammaticale, un
changement de construction ou meme l'intonation que par un mot cense equivalent dans l'autre
langue.

78
- qu'il risque de pousser a Ja surtraduction aussi bien l'usager que Je lexico­
graphe lui-meme. Lorsque l'attention se focalise sur l'enonce pris en lui-meme
- a fortiori s'il est extrait de son contexte plus vaste - la tentation est grande de
vouloir a tout prix rendre dans la langue cible, en l'occurrence le fran'rais,
l'apport semantique, "communicatif' ou stylistique de la particuJel38 dans
l'enonce source. y ceder systematiquement conduirait cependant a Ja produc­
tion de textes d'un fran'rais assez peu nature!, notre langue faisant un usage
plus econome de ce genre de marqueurs que la langue allemande139. La seule
solution possible, meme si elle n'est pas ideale, compte tenu de l'impossibilite
de Ja justifier ponctuellement dans le dictionnaire140, est ici de produire des
exemples et des traductions ou l'effet produit par le mot allemand n'est pas
rendu explicitement en frarn;:ais. Un moyen de s'assurer que l'absence
d'equivalent dans l'enonce fran'rais n'est pas due a la negligence du traducteur
ou a une visee demonstrative du lexicographe consiste a inverser le rapport
entre langue source et langue cible, c'est-a-dire a proposer du cöte de Ja tra­
duction un enonce fran'rais original (= d'un auteur fran'rais) et du cöte de
l'exemple illustrant l'emploi du mot vedette un enonce allemand resultant, lui,
de Ja traduction de l 'enonce fran'rais. Ce procede comporte certes le risque,
tres grave, de conduire a des enonces-exemples qui ne soient pas parfaitement
idiomatiques (car on sait bien qu'une traduction "sent" toujours plus ou moins
Ja traduction), raison pour laquelle il n'en sera fait qu'un usage tres modere.
Mais il comporte aussi cet insigne avantage d'avoir sur Ja question de la non­
traduction une tres forte valeur probante. En effet, si Je traducteur allemand
d'un enonce frarn;:ais depourvu de particule a eprouve Je besoin d'en utiliser

138 On pense certes en priorite aux particules modales, mais Je danger existe aussi avec les
autres particules et au-dela d'elles, fondamentalement, avec rout mot. Mais il est certain qu'il est
plus aigu avec !es mots de /a communication. Un exemple: Un article du quotidien allemand
Süddeutsche Zeitung rapportait il y a quelque temps une decision d'un tribunal du travail
(equivalent allemand des conseils de prud'hommes franr,;ais) selon laquelle les personnes
obeses ne pouvaient se voir interdite Je metier d'enseignant au seul motif de Ieur obesite.
L'article etait intitule Auch Dicke dürfen Lehrer sein. La particule de mise en relief auch a pour
effet, dans ce titre, de souligner explicitement que !es "gros" ne sont pas exclus de la profession
enseignante, que Ja loi les "ajoute" en quelque sorte. a I'ensemble des "non-gros" aptes a exercer
cette profession. De nombreux etudiants voulaient traduire sinon par meme, dont Je sous­
entendu aurait ete trop manifestement pejoratif, du moins par aussi, qui aurait produit Je meme
effet que auch. Seulement voila : Ja question qui se posait etait celle de savoir si cet effet devait
etre rendu en frarn;ais, autrement dit s'il est conforme aux conventions regissant en fran<;ais ce
type de texte de donner cette information de fa,;on explicite. II nous semble que non. II faut en
franr,;ais, se contenter de Les gros ont /e droit d' enseigner ou d'une traduction de cet ordre. (On
pourrait certes prolonger Je debat en se demandant si Je texte franr,;ais ne doit pas refleter en
partie !'original, c'est-a-dire montrer comment !es choses sont exprimees en allemand. Vaste
debat - qu'on peut clore ici en maintenant Je refus de Ja traduction par aussi au motif que
l'etrangete qui resulterait de l'emploi de ce mot est totalement absente du texte original, du
moins pour un Allemand.)
139 Cette observation, communement admise, est valable notamment pour !es particules de
mise en relief et surtout !es particules modales. Pour !es particules d'articulation, c'est peut-etre
!'inverse, Je f(F)ranr,;ais amorr,;ant ou ponctuant peut-etre plus volontiers que I'a(A)llemand ses
enonces d'elements du type de a/ors, ben, eh bien, bon, hein, quoi, etc.
140 Un dictionnaire qui se mettrait ajustifier les traductions et non-traductions qu'il propose se
transformerait en manuel de didactique de la traduction.

79
une dans sa Jangue alors que rien ne l'y poussait formellement, n'est-ce pas Ja
Ja preuve que Ja particule allemande en cause doit parfois ne pas etre traduite?
Quant a l'elaboration proprement dite des traductions, eile pose divers pro­
blemes, dont deux au moins, l'un de principe, J'autre de methode, meritent
d'etre examines de plus pres :
- Je probleme de principe consiste a determiner si !es traductions des
exemples (au moins des exemples attestes) doivent etre faites par Je lexico­
graphe lui-meme ou si celui-ci doit en quelque sorte Jaisser parler !es traduc­
teurs qui ont traduit !es textes et !es mots de La communication qui s'y trouvent
de fa1ron intuitive et spontanee, et non sur Ja base d'une attention particuliere
accordee a ces mots-Ja. Chaque option a ses avantages et ses inconvenients. Les
risques avec Je lexicographe sont Ja surtraduction et Ja non-idiomaticite induite
par sa "fixation" plus ou moins inevitable sur le mot dans un enonce donne. A
!'inverse, Je <langer avec Je traducteur professionnel - abstraction faite de son
degre de competence - est que pour des raisons materielles il n'ait pas pris Je
temps d'etre attentif aux effets souvent importants produits par ces "petits
mots" et qu'il ne se soit donc pas pose Je probleme de leur restitution. La solu­
tion adoptee, que J'on pourrait qualifier de mixte, s'efforce de parer aux in­
convenients des deux options : eile consiste a donner Ja priorite, dans toute Ja
mesure du possible, aux traductions attestees, mais a ne !es retenir qu'apres
examen et en !es corrigeant sur tous !es points ou cela parait necessaire (Ja tra­
duction empruntee a un traducteur mais modifiee etant alors signalee par Ja
mention d' apres devant Ja reference; cf. Je mode d'emploi);
- l'autre probleme, de methode, auquel Je lexicographe bilingue doit faire
face, sans pouvoir Je resoudre de fa1ron vraiment satisfaisante, est celui du de­
gre ou plus exactement de J'etendue de l'equivalence qu'il doit viser entre
l'exemple et Ja traduction proposee. II n'est guere d'enonce extrait du texte
dans Jequel il apparait qui ne puisse recevoir plus d'une ou deux traductions,
car toute operation d'extraction a pour effet de rompre !es liens qui existent
entre l'enonce extrait et Je contexte global dans lequel il etait insere, ce qui a
pour consequence d'augmenter J'indetermination de l'enonce et donc J'eventail
des traductions possibles. Comme il n'est pas envisageable - sauf ambivalence
manifeste - de proposer regulierement plusieurs variantes de traduction pour
un seul et meme enonce, Je lexicographe se trouve souvent contraint de choisir
entre une variante "ponctuelle", correspondant a une situation de communica­
tion bien precise qu'evoque pour Jui J'enonce a traduire - avec, des lors, Je
risque que Ja traduction proposee ne convienne pas pour une situation analogue
mais differente sur tel ou tel point - et une variante "!arge", plus indeterminee
du point de vue de Ja communication, mais de ce fait egalement moins parlante
et plus exposee au risque de ne convenir parfaitement a aucune des situations
d'emploi precises que J'on peut imaginer. L'exemple suivant, bien que tres ba­
nal, montre qu'il ne s'agit pas Ja d'une simple hypothese d'ecole. Imaginons
que soit propose pour illustrer l'emploi de auch dans !es exclamatives en daß
un enonce tel que celui-ci : Daß der Staat aber auch nichts dagegen macht! On .
peut en imaginer diverses traductions qui ont chacune leurs merites, par ex. :

80
Et l' Etat qui ne fait rien!, Que l' Etat ne fasse rien, quand meme!, Je ne com­
prends pas que l' Etat ne fasse rien!, Mais aussi, qu' est-ce que l' Etat attend!,
Mais aussi, pourquoi l' Etat ne fait-il rien?, Mais l' Etat ne fait rien contre,
aussi! Les trois demieres correspondent a un emploi argumentatif de
l'exclamation, emploi tout a fait plausible - et meme peut-etre le plus naturel -
consistant a suggerer qu'au fond l'Etat est autant sinon plus responsable des
agissements denonces que leurs veritables auteurs (dans la mesure ou, juste­
ment, il ne fait rien pour les eviter). Mais l'enonce allemand n'a pas necessai­
rement cette fonction, il peut aussi etre une banale exclamation accompagnee
par exemple d'un hochement de tete, signe d'une sorte d'incomprehension du
locuteur a l'egard de Ja passivite de l'Etat et on pourra alors lui preferer l'une
des trois premieres traductions voire en imaginer d'autres. Dans ces condi­
tions, laquelle choisir? Preciser les fonctions possibles de cette exclamation? II
y en a peut-etre d'autres que celles qu'on a indiquees. Peut-on entrer - et
jusqu'ou - dans ces subtilites? Et ne risque-t-on pas, quoi qu'on fasse, d'induire
frequemment l'usager en erreur? Sans doute faut-il ici se faire une raison : le
dictionnaire bilingue, meme specialise et fortement contextuel, ne peut faire
que des suggestions de traduction, proposer des possibles qui ne sont que des
points de depart pour Ja recherche, par l'usager, d'autres possibles, peut-etre
plus adaptes au probleme qu'il a a resoudre. Mais l'exigence demeure, tres dif­
ferente de celle qui s'impose au traducteur d'un texte suivi, de rechercher
toujours la traduction possedant la plus large application possible afin de limi­
ter au minimum Je risque de fourvoyer l'usager.

2. L 'organisation de Ja microstructure141

2.1. Les aspects du probleme


Abstraction faite de sa manifestation materielle par des reperes alphanume­
riques ou !es moyens de Ja typographie (par exemple caracteres gras ou ita­
liques ), la forme concrete que prend un article de dictionnaire resulte de
l'imbrication de deux niveaux d'organisation hierarchiquement inegaux. Le
premier, qui conceme l'agencement des grands types d'information prevus par
Je programme (prononciation, appartenance categorielle, caracteristiques mor­
phologiques et syntaxiques, equivalents generaux, exemples, etc. etc.), aboutit a
la determination de l'architecture generale de l'article. Le probleme est ici
quels "postes" faut-il prevoir et comment les disposer? Le second niveau, rela­
tif a la matiere livree par Je mot traite, consiste, lui, en une classification plus
ou moins poussee de l'ensemble de ses emplois. Le probleme est cette fois
quels regroupements faut-il operer sur Ja base de quels criteres (definition des
rubriques et sous-rubriques) et dans quel ordre !es presenter (probleme de leur
hierarchisation)?

141 Pour un examen plus !arge du probleme, voir METRICH, R. (1989a), p. 172-199 et
accessoirement METRICH, R. (1989b), p.149-162.

81
Les reponses que l'on y apporte sont - bien qu' a des degres variables selon
le niveau considere - fondamentalement conditionnees par quatre types de fac­
teurs :
- la contrainte lexicographique generale de recurrence qui pese sur tout dic­
tionnaire : eile stipule que l' organisation des articles doit, par-dela les va­
riantes, toujours possibles, obeir a un meme modele general;
- Ja finalite du dictionnaire : eile oblige, compte tenu de l'option prise au de­
part (cf. 1.3.), a concilier !es exigences (certes non contradictoires, mais
neanmoins pas necessairement identiques) de Ja consultation ponctuelle d'une
part (facilitation de Ja recherche) et de l'apprentissage d'autre part (coherence
et equilibre d'ensemble);
- Ja langue source du dictionnaire : selon qu'elle correspond ou non a la
langue matemelle du public vise (dictionnaire de theme vs de version), la cate­
gorisation ne pourra pas faire appel aux memes acquis de l'usager;
- enfin, Ja nature des mots traites : eile impose des demarches differentes,
l'adoption de criteres variables selon !es caracteristiques propres a chaque type
de mots, en ce sens qu'on ne structure pas de Ja meme maniere, par exemple,
un adjectif, un nom ou un verbe.
Des deux niveaux a distinguer, c'est evidemment le second qui pose les pro­
blemes les plus complexes, l'organisation du premier obeissant davantage a des
considerations de bon sens : le general avant le particulier, Je plan d'ensemble
avant Ja description detaillee, le resume apres celle-ci, etc. Seul le second re­
tiendra donc l'attention ici, en donnant lieu ci-apres a un examen circonstancie,
alors que le premier, qui n'exige que d'etre presente de fa�on explicite, ne Je
sera, pour eviter toute redondance inutile, que dans Je mode d'emploi clöturant
cette introduction.

2.2. La structuration de la matiere


a) Position du probleme
Comme le signalait F. J. Hausmann142, tout dictionnaire de langue n'est, en de­
finitive, qu'un vaste catalogue d'emplois. Structurer la matiere du mot traite
n'est donc rien d'autre que repartir ses emplois en un certain nombre de
classes et sous-classes (au sens le plus general du mot) constituees sur Ja base
des criteres juges !es plus adequats compte tenu des facteurs evoques ci-dessus.
C'est Ja double fonction, de depannage (consultation ponctuelle) et
d'apprentissage assignee au dictionnaire qui determine ici Je probleme qu'il
s'agit de resoudre : etant donne le mot x et l'ensemble l43 I: de ses emplois,

142 Cf. HAUSMANN, F. J. (1987), p. 107-114.


143 Cet ensemble est bien sur vinuel. 11 est materialise par un corpus d'exemples cense sinon
representatif au sens sociologique du mot, du moins "exhaustif' en termes de types d'emploi,
en ce sens que le corpus doit autant que possible couvrir toute la gamme des types d'emploi
reels ou imaginables d'un mot a un moment donne. Un corpus de ach ou de doch dont serait
par exemple absent tout enonce illustrant l'emploi de ces mots dans un groupe qualitatif membre
82
comment sous-categoriser ceux-ci de fa�on teile
(1) que tout emploi concret rencontre dans un "texte" quelconque, ecrit ou
oral, puisse trouver sa pJace dans J'une des sous-categories prevues correspon­
dant a l'une des sous-rubriques de J'article (ou J'usager trouvera, en meme
temps que des commentaires sur l'emploi en cause, une ou pJusieurs sugges­
tions de traduction),
(2) que l'usager puisse retrouver aisement, c'est-a-dire avec rapidite et sans
risque majeur de faire fausse route, Ja rubrique ou est traite Je type d'empJoi
pour JequeJ il consuJte son dictionnaire (autrement dit, Ja structuration propo­
see doit etre, comme Je dit bien Je terme allemand, aussi aisement que possibJe
nachvollziehbar), et
(3) que Ja structure d'ensembJe de l'article non seuJement n'entrave pas mais
au contraire favorise Ja comprehension generale du mot ainsi qu'une bonne
memorisation de ses "lignes de force".
Repondre a cette question, c'est construire et baliser un parcours a embranche­
ments successifs, une sorte d'aJgorithme de caracterisation progressive de
l'empJoi a decrire (puis traduire). Ce travail suppose d'une part J'evaJuation
des criteres de structuration disponibles et d'autre part Ja determination de
)'ordre hierarchique de leur mise en ceuvre.

b) Inventaire et evaluation des principaux criteres d'articulation


Si !es criteres concrets sont en nombre indefini sinon infini, un regroupement
est possible en queJques grands types dont l'interet est plus ou moins fortement
conditionne par les facteurs evoques plus haut
- les indications prosodiques : il s'agit essentiellement des variations
d'accentuation que l'on peut constater dans les emplois d'un seuJ et meme mot
(forme) et dont denn, doch etja sont les exemples les plus frappants (cf.
11.9.1.d.). Le linguiste constate' que l'opposition accentuation forte vs accen­
tuation faibJe a pour corollaire, ici, une opposition des valeurs semantiques ou
communicatives, et qu'il est donc tout a fait nature) de poser l'existence de
deux types d'emplois distincts. Mais Je lexicographe doit, Jui, tenir compte de
Ja Jangue matemelle du public vise par Je dictionnaire. Si celui-ci est destine a
des usagers germanophones (dont Ja langue matemelle correspond donc a Ja
langue source du dictionnaire), l'utilisation de l'accentuation comme critere de
categorisation, de distinction de rubriques, bref, de balisage de l'algorithme de
recherche est alors parfaitement legitime, vu que l'usager peut etre considere
comme fondamentalement en mesure, de par sa connaissance intuitive de Ja
langue source, de determiner sans probleme si Je mot est ou non accentue dans
l'emploi pour lequel il est amene a consulter Je dictionnaire (a des fins de tra­
duction, puisque Je dictionnaire ne peut alors etre que dictionnaire de theme).
II en va tout autrement si Je dictionnaire s'adresse, comme c'est Je cas de ceJui
de groupe nominal (in diesem doch so schönen lande I unsere ach so ersehnte
Wiedervereinigung) ne serait pas parfaitement representatif (exhaustif) au sens ou Je terme est
ici employe.

83
que nous presentons ici, a des usagers pour lesquels la langue source est Ja
langue etrangere. Cette fois, !es usagers ne peuvent etre consideres a priori
aptes a determiner eux-memes avec certitude si Je mot est ou non accentue dans
l'emploi pour lequel ils consultent. Les indications relatives a Ja situation ac­
centuelle du mot ne peuvent donc leur etre fournies que comme information
accompagnant un type d'emploi donne et non comme "balise" susceptible de
guider leur recherche;
- les classes fonctionnelles (classes de mots, categories) : Je pro­
bleme est ici different et sa resolution n'implique pas Ja prise en compte de Ja
langue maternelle de l'usager, mais celle de son savoir grammatical preexistant
(Vorwissen). Pour que l'usager puisse efficacement utiliser l'indication de Ja
classe fonctionnelle comme critere d'orientation de sa recherche, il faut en ef­
fet qu'elle evoque pour lui un certain profil morpho-syntaxique 144 ou tout au
moins une caracteristique forte dont il puisse verifier aisement Ja presence ou
l'absence dans l'emploi concret auqueJ iJ se trouve confronte et qui motive sa
consultation du dictionnaire - le resultat de cette verification conditionnant Je
parcours de recherche, c'est-a-dire Ja decision de se· reporter a teile ou teile
entree, sous-entree ou grande rubrique. Cette condition est largement remplie
dans le cas des classes de mot traditionnelles, noms, verbes, prepositions,
conjonctions, etc., apprises a l'ecole et dont l'ensemble constitue une grille de
lecture (en principe) bien assimiJee par l'usager meme non linguiste - grille
qui lui permet de "cataloguer" les mots sans difficulte majeure et donc de re­
trouver dans de bonnes conditions, en cas d'homonymie syntaxique (= une
forme pour plusieurs classes de mot), dans son dictionnaire, selon Je cas,
l'article, Je sous-article, la rubrique ou Ja sous-rubrique 145 ou il compte trou­
ver Ja solution a son probJeme. Toute autre est Ja situation (on l'a vu en evo­
quant J'appartenance categorielle en 1.2.) avec !es mots de La communication
pour Jesquels !es usagers ne possedent pas de grille de lecture preetablie, si ce
n'est !es categories fourre-tout d'adverbe dans Ja tradition fran�aise, et de
Partikel dans la tradition allemande. L'indication de Ja classe fonctionnelle ne
peut leur etre utiJe pour guider Jeur recherche que si on Jeur foumit des cri­
teres d'identification fiabJes et aussi simples que possible a mettre en reuvre,
sur Ja base desquels ils pourront determiner dans quel sous-article ils ont !es
meilleures chances de trouver traite l'emploi pour lequel ils ouvrent leur dic­
tionnaire 14 6. C'est cette exigence qui nous a conduit a accorder plus haut une

144 Cf. FAUCHER, E. (1991)


145 L'appartenance d'un mot (forme) a deux ou plusieurs classes ne donne pas toujours lieu a
un degroupement en deux articles ou sous-articles. Tout depend de Ja richesse de Ja matiere
traitee et du caractere marginal ou non de cenaines appartenances. Ainsi est-il raisonnable, pour
des raisons d'economie de pJace, de traiter bis preposition et bis conjonction dans Je meme
article divise en deux rubriques plutöt qu'en deux articles distincts. De Ja meme maniere
l'emploi de abricot comme adjectif (un chemisier abricot) ne doit-iJ pas donner lieu,
normalement, a un degroupement, mais a une simple sous-rubrique.
14 6 C'est a notre sens un defaut majeur du dictionnaire de König et a/. que de n'apporter sur ce
point pratiquement aucune aide a l'usager. Imaginons qu'il consulte ce dictionnaire pour savoir
comment traduire also en anglais dans un emploi tel que Singvögel, also Amseln, Meisen usw.
(p.2 1 ). Le dictionnaire lui laisse le choix entre quatre rubrique·s correspondant aux quatre
84
certaine attention a Ja definition des classes fonctionnelles et a en abstraire cette
sorte d'algorithme de determination des choix presente plus loin dans Je mode
d'emploi;
- les caracteristiques syntaxiques : l'expression regroupe, rappelons-le,
deux types de choses : d'une part, !es contextes syntaxiques, c'est-a-dire !es
types (et sous-types) syntaxiques de phrases et de groupes dans lesquels appa­
rai't Je mot (declarative, interrogative, subordonnees diverses, groupes infini­
tifs ou nominaux, etc. etc.); d'autre part, !es positions du mot dans ou par rap­
port a ces groupes et phrases (en tete de l'enonce, detache ou non, avant ou
apres Je verbe en seconde position, devant ou derriere Je groupe affecte, etc.
etc.). Ces caracteristiques, qui sont malgre !es difficultes evoquees plus haut
dans l'ensemble facilement observables, constituent a priori d 'excellentes ba­
lises sur Je parcours devant aboutir au reperage de l'emploi recherche. Leur
interet reel varie cependant avec les classes fonctionnelles en jeu.
Les types de phrases, par exemple, sont un critere particulierement adequat
pour sous-structurer !es emplois relevant de la classe des particules modales :
d'une part, parce qu'il existe, comme on l'a vu plus haut (en 11.9.), des
contraintes et des affinites remarquables entre ces emplois et certains types de
phrases; d'autre part, parce que !es types de phrases constituent souvent le
meilleur angle d'approche pour decrire les fonctions des particules modales a
un niveau suffisamment concret pour etre utile a l 'usager et suffisamment
general pour eviter Ja simple enumeration d'effets particuliers. Ils sont en
revanche globalement non pertinents pour sous-structurer !es emplois qui
relevent de classes telles que les conjonctions, les adverbes connecteurs ou !es
particules de mise en relief, vu que ceux-ci sont generalement soit limites a un
seul type de phrases (Ja declarative, par exemple, pour les adverbes
connecteurs) soit possibles dans tous ou la plupart sans que le passage de l'un a
l'autre n'entrai'ne de variation de sens ou Ja production d'effets particuliers
(c'est le cas, par exemple, des ,particules de mise en relief, dont !es valeurs ne
grands types d'emploi que distinguent !es auteurs et qu 'ils ont intitules 1. Modaladverb
(veraltet), 2. Konjunktionaladverb, 3. Modalpartikel et 4. Gliederungspartikel
(Einleitungsformel). Vers laquelle de ces rubriques l'usager va-t-il se diriger? Abstraction faite
de Ja mention veraltet, qui lui fera sans doute laisser de cöte Ja premiere (vu que comme
germanophone, il sait tres bien que l'emploi de also qu'il cherche n'est pas vieilli), aucune
indication serieuse ne lui est fournie, ni dans la presentation, tres succincte, ni dans le glossaire,
pour orienter sa recherche. II doit donc passer !es trois autres rubriques en revue jusqu'a ce
qu'il trouve son bonheur. Pour notre part, notre intuition nous aurait volontiers conduit soit a Ja
rubrique n ° 2 (vu que l'emploi en cause pourrait etre considere comme une sorte d'extension de
l'emploi comme Konjunktionaladverb) soit a la rubrique n ° 4, au motif que cet emploi a
manifestement une fonction articulatoire. Eh bien, weil gefehlt! C'est vers Ja troisieme rubrique
qu'il fallait se diriger, tout surprenant que cela puisse para1tre, surtout apres consultation de Ja
definition donnee dans le glossaire de la notion de Modalpartikel (Ausdrücke/... ] die/...]
anzeigen, wie die Proposition bewertet wird, welche Evidenz es für diese Annahme gibt oder in
welchem Kontext diese Annahme zu betrach ten ist). Plus que Ja domiciliation, pour nous
incomprehensible de ce type d'emploi (mais on peut ne pas partager notre avis), c'est l'absence
de tout indicateur pour guider Ja recherche qu'il faut ici critiquer, meme si aucun indicateur, a ce
niveau-la, n'est efficace a cent pour cent. Encore l'article consacre a also n'occupe-t-il que deux
pages et demi - ce qui est d'ailleurs insuffisant - mais d'autres sont bien plus longs, ce qui ne
fait qu'aggraver Je defaut constate.

85
changent pas, quel que soit le type de phrases Oll on les rencontre).
II en va par contre differemment des positions. Inutilisables pour sous­
structurer les emplois relevant de la classe des particules modales, ces der­
nieres etant peu mobiles, elles constituent souvent d'excellents criteres pour
articuler !es emplois de certaines particules de mise en relief, de certaines par­
ticules connectives ou meme de certaines conjonctions, dont !es effets sinon !es
fonctions peuvent varier avec la place qu'elles occupent dans ou par rapport a
I'unite qu'elles affectent, comme le montrent les comparaisons suivantes
- Aber er kam nicht I ' er aber kam nicht : si la position 'zero' de la
0

conjonction apparait neutre, la position post-MI va, eile, de pair avec une mise
en relief du premier membre (souvent mais pas necessairement Je sujet) qui
merite Ja constitution d'une rubrique apart, meme si Ja fonction de aber reste
fondamentalement la meme;
- Auch 0Peter ist gekommen / Peter ist 0auch gekommen : independamment
des changements au plan accentuel, la ventilation de ces deux enonces dans
deux rubriques distinctes se justifie aussi, malgre les apparences, d'un point de
vue semantique (ou plus precisement, en l'occurrence, du point de vue de la
communication). En effet, bien que les deux enonces aient Je meme sens fon­
damental et puissent se comprendre comme apportant une meme reponse a une
meme question (wer ist alles gekommen?), ils sont en fait Je resultat de deux
demarches opposees. Le premier enonce a comme point de depart l'ensemble
des personnes deja citees comme etant venues et consiste alui ajouter Peter
([Nicht nur lnge und Hans, J auch Peter ist gekommen); le second prend, lui,
directement Peter comme point de depart et correspond aune situation Oll l'on
passe en revue les personnes entrant en ligne de compte pour dire apropos de
chacune si eile est venue ou non (Quid de Peter?-> Peter ist 0auch gekom­
men). Si subtile que paraisse cette difference, eile a pour consequence que les
deux types d'enonces ne peuvent generalement pas etre mis l'un pour l'autre
dans un meme contexte. Et eile entra'ine aussi que seul le premier type (auch en
position pre-M) peut produire l'effet concessif debouchant sur la traduction de
auch par meme;
- Ja, das wundert mich / das geht doch in Ordnung, ja? : compris comme
particule connective (et non comme mot-phrase signifiant l'accord), ja a un
röle introducteur dans Je premier enonce, Oll il marque la prise de parole, une
sorte de Auftakt qui peut traduire un certain embarras mais aussi n'etre qu'un
element vide de sens (il pourrait etre ici remplace par tja); dans Je second, en
revanche, Oll son röle est de clore l'enonciation, il constitue en outre une sorte
d'appel discret adresse a l'interlocuteur de bien "enregistrer" ce que Je
locuteur vient de dire (fonction qui le situe moins loin du mot-phrase que dans
son emploi prepose et qui pourrait etre exprimee aussi par une sequence
comme verstehen Sie?). Laencore, il est clair qu'une articulation des emplois
selon Ja position du mot est aussi linguistiquement pertinente que pratiquement
utile pour l'acte de consultation.

86
Si l'articulation sur criteres syntaxiques presente des avantages evidents, il
faut reconna1tre qu'elle comporte egalement un risque : celui de conduire a
une atomisation excessive de Ja description semantique, tout a fait prejudiciable
a Ja fonction d'apprentissage assignee au dictionnaire. Les exemples discutes ci­
dessus auront montre, füt-ce de fa�on indirecte, comment nous avons essaye
d'y parer : en ne faisant pas totalement abstraction du sens, des valeurs com­
municatives en jeu, lors de l'articulation selon les contextes syntaxiques ou les
positions. Ce qui veut dire concretement que celle-ci ne sera en principe
operee (il pourra y avoir des exceptions dues a l'abondance des exemples a
classer) que dans Ja mesure ou on peut lui faire correspondre une articulation
semantique, füt-elle de I'ordre des effets secondaires et non des fonctions
principales. (L'une des consequences pratiques en sera, par exemple, qu'une
rubrique consacree aux emplois d'un mot en declarative pourra - ce qui sera
bien sur signale - egalement contenir ses emplois en subordonnee voire dans
certaines exclamatives);
- Ies contextes enonciatifs du mot, ses fonctions et les effets de
sens produits : pour des raisons semblables a celles evoquees pour justifier
la forme generale alphabetique du dictionnaire (cf. 111.A.2.a), les aspects
semantiques (communicatifs) des emplois sont moins aptes que les aspects
syntaxiques a foumir des criteres de structuration efficaces : l'inevitable flou
des contours - et des denominations - de beaucoup des valeurs enonciatives ou
des fonctions et effets de sens qu'il faudrait poser (commenter, critiquer,
objecter, restreindre, insister, informer, preciser, mettre en garde, s'etonner,
marquer une conformite, etc. etc.) rendrait les classifications, et donc la
consultation, souvent hasardeuses. Quand bien meme on parviendrait a reduire,
voire a eliminer completement Je flou, Je reperage de Ja "bonne rubrique"
(c'est-a-dire celle ou J'on trouvera les commentaires et la traduction de
l'emploi pour lequel on consulte Je dictionnaire) reste par nature plus difficile
sur criteres semantiques que sur criteres syntaxiques - du moins, comme c'est
le cas ici, pour l 'usager dont' Ja langue matemelle ne correspond pas a la
langue source du dictionnaire. On lui demande en effet sinon de conna1tre deja
la reponse au probleme qui se pose a lui, du moins de proceder, dans sa
recherche, par hypotheses et verifications; ce qui, sans etre hors de sa portee,
est neanmoins plus malcommode avec la langue etrangere qu'avec la langue
matemelle. Cette observation generale ne signifie certes pas qu'il faille par
principe renoncer a toute articulation sur criteres semantiques. Elle implique
seulement que l'on y recoure avec prudence en veillant tout particulierement a
ce que les types poses (type1, de contextes enonciatifs ou types de fonctions du
mot) puissent etre identifies par l'usager sans trop de difficultes ni de doutes;
- Ies rapports de l'enonce avec Ie contexte discursif : si le mot a son
contexte, qui est l'enonce, celui-ci a egalement le sien, dont on distinguera
deux niveaux : Je contexte )arge que represente l'ensemble du developpement
(souvent materialise par un paragraphe mais qui peut etre reparti sur plu­
sieurs) et le contexte immediat, constitue de l'enonce partenaire amont ou aval
Oll plus generalement de "ce SUr quoi )'enonce encha1ne" et de "ce qu'il an-

87
nonce". Si Je contexte !arge ne presente aucun interet pour l'articulation des
articles (c'est tout juste s'il peut avoir droit de cite parfois dans les exemples,
pour des raisons de place), le contexte immediat peut, lui, dans certains cas,
fournir un critere d'articulation fort utile. Precisons d'abord !es termes em­
ployes ci-dessus. Ce qu'un enonce annonce, c'est l'enonce (Je type d'enonce)
que l'on attend (plus ou moins) lorsque l'on a pris connaissance du premier :
ainsi un enonce du type ich wäre schon gekommen... fait-il, par exemple, tres
fortement attendre un enonce de type restrictif (en aber ou nur). Ce sur quoi
un enonce enchaine peut etre l'enonce anterieur, comme dans ich komme ganz
bestimmt, allerdings kann ich nur eine halbe Stunde bleiben (ou l'enonce en
allerdings enchaine Sllr J'enonce qui Je precede), Oll bien Une "reaJite" extraJin­
guistique (evenement, comportement, situation ambiante... ), comme dans Je cas
de Nicht doch! qui peut servir a exprimer l'indignation suscitee par un com­
portement). Quant a l'interet de ce critere pour la structuration des articles, il
apparait dans un nombre modeste mais non negligeable de cas (concernant
principalement des conjonctions ou des adverbes connecteurs) ou une modifi­
cation de position ou d'enchainement de l'enonce Oll figure Je mot par rapport
a son environnement immediat s'accompagne d'une modification de la fonction
precise du mot ou de l'effet communicatif produit. Aber et allerdings en
fournissent deux exemples frappants : le premier en ce qui concerne
l'enchainement, dans la mesure Oll il ne sert pas qu'a relier une phrase a une
autre mais aussi a introduire des repliques dans Je cadre de dialogues (Aber das
habe ich doch nicht gewußt! en reaction a un reproche); le second en ce qui
concerne Ja position, Ja phrase introduite par allerdings pouvant soit annoncer
une restriction (Das stimmt allerdings; aber andererseits müssen Sie bedenken,
daß...) soit en constituer une elle-meme (cf. exemple supra) selon qu'elle se
situe en amont ou en aval de sa partenaire;
c) La hierarchisation des criteres d'articulation
La necessite de classer les divers types d'emploi constitues selon un ordre hie­
rarchique et non pas simplement lineaire est la resultante a la fois de Ja com­
plexite de fonctionnement de Ja plupart des mots en cause et des deux types
d'utilisation prevus pour Je dictionnaire. Qu'il s'agisse de la consultation effi­
cace d'articles souvent longs, voire tres longs (ou l'usager doit pouvoir reperer
Ja rubrique qui l'interesse sans avoir a les parcourir toutes) ou d'une lecture
continue visant l'acquisition d'une vue d'ensemble coherente des emplois du
mot, dans !es deux cas, Ja superiorite de principe de l'organisation hierar­
chique sur l'organisation lineaire ne nous semble guere pouvoir etre mise en
doute. Cela dit, Ja hierarchisation concrete des emplois doit assurement tenir
compte des possibilites de memorisation et de reconstruction (d a s
Nachvollziehen) de l'usager en situation de consultation aussi bien que
d'apprentissage. Meme s'il n'existe (a notre connaissance) aucune etude per­
mettant de fixer un nombre optimal - ou limite - de niveaux de hierarchisation,
il est raisonnable de penser que plus il augmente, plus Ja microstructure se
complexifie et plus l'usager risque litteralement de "s'y perdre". Pour cette .
raison, nous avons limite a quatre Je nombre de niveaux prevus, materialises

88
par (1) les sous-entrees, (2) les chiffres arabes, (3) les minuscules de l'alphabet
et (4) les losanges pleins ( + ).
Quant a !'ordre concret d'utilisation des differents types de criteres, il
semble indiscutable que du strict point de vue de l'efficacite de la recherche,
c'est aux caracteristiques !es plus formelles - notamment et selon Je cas aux
types de phrases et aux positions - qu'il aurait fallu donner l'absolue priorite.
Si nous ne l'avons pas fait, c'est que cette demarche aurait abouti, comme dans
Je dictionnaire de G. Helbig (qui pose jusqu'a dix sous-articles differents pour
un seul et meme mot), non seulement a une multiplication des sous-entrees
mais encore et surtout a Ja repartition sur plusieurs sous-entrees d'emplois re­
levant d'une seule et meme classe fonctionnelle. Un tel emiettement de Ja ma­
tiere des le premier niveau d'articulation efit ete a notre sens prejudiciable a la
constitution, dans l'esprit de l'usager, de cette grille de lecture indispensable a
une representation coherente du fonctionnement de ces mots que constitue jus­
tement leur categorisation en diverses classes fonctionnelles. Ce sont donc ces
demieres qui ont ete choisies pour l'articulation de premier niveau, malgre
l'inconvenient (evoque en b) ci-dessus) qu'elles presentent de ne pas toujours
correspondre a des categories connues et bien assimilees par l'usager - incon­
venient auquel nous parons au moins partiellement en proposant a l'usager,
dans Je "guide d'utilisation" (cf. pp. 91 - 109), des criteres de reconnaissance
relativement fiables et simples a mettre en reuvre en attendant que l'habitude
de Ja consultation et la familiarite grandissante avec les mots traites lui
permette d'orienter sa recherche "a l'intuition".
Ecartes du premier niveau d'articulation, c'est au deuxieme (avec prolonge­
ment eventuel sur Je troisieme, voire exceptionnellement sur Je quatrieme) que
!es criteres syntaxiques (types de phrases, positions) ainsi que ceux resultant de
la prise en compte du contexte discursif des enonces (encha1nement, position
par rapport a l'enonce partenaire) sont appeles a donner toute leur mesure. La
priorite qui leur est ainsi accoooee sur !es criteres d'ordre semantique decoule
tout naturellement de leur caractere a Ja fois plus manifeste, plus maniable et
plus fiable. Comme Je suggerent !es observations faites plus haut, cette priorite
ne peut cependant etre que relative, en raison de Ja fonction d'apprentissage du
dictionnaire, qui exige que soient autant que possible regroupes (quitte a ce que
ce soit dans plusieurs rubriques contigues) les emplois dont Ja proximite se­
mantique est evidente (ce qui est, par exemple Je cas de ja accentue qui
s'emploie dans des enonces injonctifs de forme syntaxique variable, de sorte
qu'une structuration selon cette forme aboutirait a masquer l'unite semantique
des emplois).
II suit de ces remarques que Je schema global de structuration propose ci­
dessous, loin de faire l'objet d'une application "mecanique", illustre simple­
ment !'ordre de priorite generalement adopte dans le cadre d'une pratique qui
doit conserver Ja souplesse qu'exige la prise en compte de la double fonction
du dictionnaire et des particularites de chacun des mots traites.

89
Schema global "theorique" de structuration
d'un mot relevant de plusieurs classes fonctionnelles

--------�
Niveaux et criteres : Rubriques :
- classes fonctionnelles : sous-entrees (= autant de sous-articles)

<adv. <part. de <part.


connecteur> mise en relief> modale>

- contextes syntaxiques : <declarative> <interrogative> <imperative>

- subdivisions <globale a <partielle>


eventuelles verbe premier> en w-

- valeurs <question
enonciatives d'information> rhetorique>

- fonctions <marquer Ja <marquer <exprimer


du mot valeur enonciative> une attitude> un sentiment>

- traits contex-: <presence de <presence de <Situations


tuels divers : tel mode> tel type de verbes> particulieres>

Remarques :
1. Si ce schema comporte plus de quatre niveaux, c'est parce qu'il regroupe
l'ensemble des types de niveaux possibles. Ils ne sont evidemment pas tous rea­
lises pour un meme mot.
2. Ce schema est "theorique" a double titre : d'une part, il ne correspond a au­
cun des mots traites dans ce dictionnaire; de l'autre, il ne tient pas campte des
permutations toujours possibles en fonction des caracteristiques propres du
mot en cause (sauf pour !es classes fonctionnelles, qui, elles, ne peuvent appa­
raltre qu'au premier niveau, immuable, des lors que le mot traite releve d'au
moins deux classes fonctionnelles differentes), II est donc susceptible de nom­
breuses variantes qu'il n'est pas utile de presenter en detail dans cette intro­
duction, dorrt l'objet est de rendre campte des principes selon lesquels Je dic­
tionnaire a ete con�u et non d'en foumir une description exhaustive.

90
GUIDE D'UTILISATION
STRUCTURE DES ARTICLES

j! 0 ber Mot-vedette avec indication de la syllabe accen-


�=========�II tuee et de la classe fonctionnelle lorsqu'il n'y en
a

a qu'une.
11:.

aber l : conjonction ... Liste des sous-entrees correspondant aux classes


aber 2 : mot-phrase fonctionnelles entre lesquelles sont repartis les
aber 3 : particule modale divers emplois du mot. Pour !es criteres d'iden­
aber4 : prefixe tification, voir AIDE A LA RECHERCHE infra,
l'ENCART ainsi que le GLOSSAIRE.

!aberl conjonction ... Sous-entree + classe fonctionnelle


Puis vue d'ensemble sur le mot valable pour tous
!es emplois classes dans ce sous-article.
Fonction : ... Fonction generale commune aux emplois traites
dans ce sous-article (quand eile existe).
Contextes : ... ... Types de phrases (point de vue syntaxique) ou
d'enonces (point de vue enonciatit) dans lesquels
le mot peut (ou ne peut pas) apparaitre.
Positions Positions possibles ou impossibles exprimees par
rapport a M ou V dans !es phrases declaratives.
(- Abreviations)
Accentuation Exprimee a l'aide d'une echelle a trois degres
nuancee en cas de necessite : faible (mais genera­
lement moins que celle des syllabes atones du
type de 'Laden')/ normale(= semblable a celle
de n'importe quel autre mot non mis en reliet) /
forte (= semblable a celle de mots dotes d'un ac­
cent contrastif ou d'insistance).
Concurrents Mots de sens ou fonction proches susceptibles
d'entrer en concurrence avec le mot-vedette dans
un meme type de phrase ou d'enonce ou simple­
ment dans I 'esprit du locuteur.
Partenaires Mots plus ou moins frequemment cooccurrents
du mot-vedette.
Equivalents Liste des equivalents fran�ais proposes dans le
corps du sous-article, classes, quand ils sont
nombreux, dans !'ordre alphabetique des mots
simples d'abord, des locutions ensuite, selon
!'initiale du premier mot de la locution.
(- Les traductions infra)

92
PLAN: 1. ... Presente la structure du sous-article (les deux
a) ... premiers niveaux d'articulation correspondant a
b) .. . un reperage alphanumerique).

[CORPS DU SOUS·ARTICLE]

1 .... ... Articulation de premier niveau :


correspond a des types d'emploi constitues sur la
base de criteres generalement contextuels (types
syntaxiques de phrase, contextes discursifs ...)
indiques en gras apres le chiffre arabe; la tete de
rubrique est suivie des informations utiles rela­
tives a la fonction, aux effets de sens ou aux
conditions d'utilisation du mot dans ce type
d'emploi, eventuellement completees par des
renvois internes (= vers une autre rubrique du
meme article ou sous-article) ou externes (= vers
un autre mot) places entre parentheses.
a) ... ... Articulation de deuxieme niveau, avec !es cri­
teres correspondants, plus souvent d'ordre se­
mantique que syntaxique.
. ... ... Articulation de troisieme niveau correspondant
generalement soit a des conditions d'emploi soit
a des traductions differentes.
Les exemples L'exemple est situe dans Ja colonne de gauche.
"Woran denkst du?" fragte Le mot-vedette est represente par un double tilde
sie, "' sie erwartete keine (:::). Deux particules formant binöme sont repre­
Antwort. (WGT 136/181) sentees par deux tildes lorsque chacune conserve
son identite et par un seul tilde lorsqu'elles
constituent une unite fonctionnelle nouvelle (­
L'indication de source infra).
Les traductions Les traductions sont dans Ja colonne de droite.
A quoi tu penses? de­ Le ou les mots franc;:ais plus specialement char­
manda-t-elle sans attendre ges de rendre l'effet produit par le mot source
de reponse. allemand figurent en caractere gras.
Attention : Compte tenu du fait que l'equivalent ne tra­
duit jamais Je mot source en tant que tel mais l'effet qu 'il
produit en interaction avec le contexte, !es mots et expres­
sions en gras ne peuvent pretendre lui correspondre exac­
tement.

93
L'indication de source Se compose d'un code lettres (cf. Sources des
(exemples attestes) exempJes, a Ja fin de ce voJume) suivi d'un ou deux
chiffres :
(WGT 136/181) Le premier chiffre indique la page du texte alle­
mand et le second (quand il existe) celle du texte
fran9ais.
(CMM 86/ d'apres 82) La mention 'd'apres' indique que l'enonce fran-
9ais propose dans Je dictionnaire reprend en. la
modifiant partiellement la traduction commer­
ciale.
Rem.: La modification peut etre motivee par Je souci
d'ameJiorer Ja traduction commerciaJe ou par la necessite de
tenir compte du fait que le passage a traduire est presente
hors de son contexte !arge.
Source apres I 'exemp le L'exemple est un enonce original allemand (cas
dans la colonne de gauche de loin le plus frequent)
Source apres l 'enonce L'exemple allemand est une traduction d'un
fran9ais dans la colonne de enonce original fran9ais.
droite Rem.: II peut se faire que cette traduction ait ete modifiee
pour !es raisons evoquees ci-dessus. La mention 'd'apres'
precede alors le premier chiffre.
Source apres les deux Les deux enonces, allemand aussi bien que fran-
enonces, allemand et fran- 9ais, sont une traduction de l'anglais (a partir du
9ais (un seuJ chiffre chacun) tome II)

RESUME & REMARQUES Rubrique prevue pour certains sous-articles


longs et remplie selon l'interet pour l'usager.
Fonction generale Un lien est etabli, quand il reste accessible a
l'intuition, entre les divers emplois du mot rele­
vant d'une meme classe fonctionnelle.
Remarques Lorsque le mot n'appartient qu'a une seule classe
fonctionnelle, cette rubrique se confond avec la
suivante (cf. BILAN ci-apres).

BILAN Clöt l'ensemble de l'article par des indications


relevant de l'une ou l'autre des sous-rubriques
suivantes. N'est pas prevu pour tous les articles
mais seulement pour ceux qui le meritent.
Valeur generale Valeur transversale aux differentes classes fonc­
tionnelles auxquelles appartient le mot. N'est in­
diquee que dans la mesure ou eile est raisonna­
blement accessible a l'intuition.

94
Ambivalences Propose une vue d'ensemble sur les ambivalences
et/ou ambigui"tes et ambiguHes regulieres et frequentes.
Comparaison entre le Les comparaisons sont domicilees a I'article
mot et tel ou tel de ses consacre au demier (dans l'ordre alphabetique)
concurrents des mots compares (la comparaison entre les
particules modales aber, doch,ja et vielleicht se
trouve donc sous vielleicht).

95
SIGNES & ABREVIATIONS
Signes alphabetiques
p, q : enonces, phrases
M : membre de phrase
MI : membre occupant la premiere position dans la phrase declarative
(pre-V2, Vorfeld)
N; Npr. : nom (ou groupe nominal)/ nom propre
pron. : pronom (au sens traditionnel)
V : forme conjuguee du verbe
pre-M : indique que Je mot-vedette est prepose au membre SOUS sa portee, a
son contact (cas de tres loin Je plus frequent) ou a distance.
pre-Ml : indique que le mot-vedette est prepose au premier membre de Ja
phrase, ce dernier etant sous sa portee (ex.: Auch 0 Peter ist gekom­
men).
post-M : indique que Je mot-vedette est postpose au membre sous sa portee, a
son contact ou (Je plus souvent) a distance.
post-Ml : indique que le mot-vedette est postpose au premier membre de Ja
phrase, celui-ci etant sous sa portee (ex.: Er allein kann uns helfen).
VI : verbe conjugue en premiere position; caracterise notarnment les im-
peratives et les interrogatives globales.
'zero' : position d'un element situe en tete de phrase, non detache par une
virgule ou tout autre signe de ponctuation, mais neanmoins exclu du
decompte des syntagmes membres de phrase. C'est Je cas de aber
conjonction (ex.: dans Aber er wollte nicht, er occupe la premiere
position devant le verbe en seconde position, tandis que aber n'est
pas decompte comme occupant une position syntaxique). C'est Je cas
aussi de also devant une imperative ou une interrogative a Vl (ex.:
Also laß mich in Ruhe!/ Also kommst du oder kommst du nicht?)
V2 : verbe conjugue en deuxieme position, caracteristique de la phrase
declarative allemande (Er möchte auch mitkommen) mais que l'on
rencontre egalement dans certaines interrogatives globales (Du
kommst doch 0 auch mit?) ou certaines exclamatives ( 0Du bist aber
groß geworden! )
pre-V2 : indique que le mot-vedette est situe a gauche de V2, c'est-a-dire
dans ce que !es grammairiens allemands nomment Je Vorfeld
(premiere position syntaxique de Ja phrase declarative; ex.: Auch
war es zu spät)
post-V2 : indique que Je mot-vedette est situe a droite de V2, a son contact ou
non (ex.: Er hat es mir aber zu spät gesagt)

96
Signes non alphabetiques
: figure le mot-vedette ; redouble pour les combinaisons de particules ne
formant pas une unite fonctionnelle (Ex.: auch nurl , represente par"'"').
0
: marque une accentuation forte de la syllabe qui suit. Elle n'est pas indi­
quee systematiquement, mais seulement 1a ou eile a quelque rapport avec
la presence de la particule ainsi que pour eviter des ambiguYtes <­
INTRODUCTION, 111, B, 1.1.).
'0
: marque l'intonation montante (doublant l'accentuation) caracteristique de
la mise en relief de certains elements topicalises, c'est-a-dire places en
tete de la phrase declarative. (Exemple: die '0Messe besucht haben °viele,
doch nur wenige haben auch eingekauft; la premiere phrase prend
comme point de depart l'action 'VISITER LA FOIRE EXPO' et donne a ce
sujet l'information que cette action a ete accomplie par 'BEAUCOUP DE
GENS'. La sequence precedant Je verbe conjugue haben est affectee d'une
intonation montante a partir de Messe qui se proJonge jusqu'a besucht
(dernier eJement de Ja sequence placee en pre-V2).
/ : separe deux eJements ou sequences substituables l'un a l'autre avec chan­

- gement de sens de l'enonce (voir ou).


: renvoi interne (= vers une autre rubrique du meme article ou sous-ar­
ticle) ou externe (= vers un article consacre a un autre mot, avec, selon
Je cas, localisation plus ou moins precise).
( ) : encadrent des indications et commentaires lexicographiques.
[] : encadrent un eJement ou une sequence syntaxiquement facultatifs mais
dont la presence n'est pas necessairement indifferente au plan
semantique.
[...] : signale qu'un passage inutile a Ja bonne comprehension de l'exemple a
ete occulte pour des raisons d'economie de place; le passage correspon­
dant est egalement supprime dans Ja traduction mais la suppression n'est
signaJee que pour eviter un effet d'etrangete, par exemple apres deux
points annon�ant un discours : II dit alors : [...].
(!) : signale la non-traduction.
Abreviations
adj. : adjectif
adv. : adverbe
fam. : signale que la traduction est d'un niveau de langue plus familier que
!'original (ou !'inverse)
idiom. : signale une tournure idiomatique
ou : entre deux eJements substituables l'un a l'autre sans changement de
sens (- /)
prov. : signale un dicton, une expression proverbiale
region. : signale un regionalisme
Rem. : signale une remarque

97
AIDE A LA RECHERCHE
(CHOIX DES SOUS-ENTREES)

Ce guide a pour objet d'aider l'usager non familiarise avec !es termes desi­
gnant !es diverses sous-entrees a choisir dans !es meilleures conditions pos­
sibles celle ou il trouvera traite l'emploi pour lequel il consulte le dictionnaire.
11 ne peut cependant tenir compte de tous !es cas de figure possibles. Pour re­
duire autant que possible le coefficient d'incertitude et !es risques de 'mauvais
aiguillage' qui demeurent, il est conseille de se donner une vue d'ensemble sur
les mots traites en lisant !es passages correspondants de l'introduction
(principalement II. et III. B. 1.2.).

Conditions d'emploi du mot Sous-entrees probables

1. Mot employe seul :


1.1. Consequence d'une ellipse
- ex.: - Kommt er? - Vielleicht [kommt er] - adverbe
1.2. Par suite d'une interruption de l'enonciation
- ex.: - Was meinst du? - Nun... - particule connective
- ex.: Er wäre gern gekommen, aber... - conjonction
1.3. Sans ellipse (= constituant en soi un enonce)
ex.: - Stört es dich? - Allerdings! - mot-phrase
ex.: - So ein Scheißkerl! - Aber! (exclamation forte) - interjection

2. Mot en tete d'enonce, detache par virgule :


2.1. Mot utilisable seul (sans ellipse)
ex.: Doch[, so hat er es gemeint]. - mot-phrase
ex.: Ach{, das hab' ich gar nicht gewußt]! - interjection
2.2. Mot non utilisable seul
ex.: Nun, das ist schwer zu sagen. - particule connective
ex.: ... , aber:... (rare) - conjonction (detachee)
ex.: ... allerdings: ein Vergnügen war es nicht. - adv. connecteur (detache)

3. Mot en teie d'enonce, non detache


3.1. Mot seul en position pre-V2 - adverbe (specifie selon
ex.: ... allerdings weiß er nicht, ob... fonction) (exception: doch reste
conjonction dans doch hat er...
car synonyme de doch er hat. ..)

98
3.2. Mot seul en position pre-Vl
ex.: Nun komm doch! ..... particule connective
3.3. Mot en position 'zero' (pre-Ml):
3.3.1. Mot non lie a Ml, ne se deplac;ant pas
avec lui :
ex.: Aber er kommt morgen -> Aber morgen ..... conjonction
kommt er
ex.: Immerhin eines kann ich dir sagen ..... adverbe connecteur
-> Immerhin kann ich dir eines sagen (position pre-Ml)
3.3.2. Mot lie a Ml et se deplac;ant avec lui :
ex.: Auch ihm hat er geholfen ..... particule de mise en
-> Er hat auch ihm geholfen relief

4. Mot en post-VI ou post-V2


4.1. Separe du contexte par un signe de ponctua­
tion:
ex.: Er mag ihn nicht, ja, er haßt ihn sogar ..... particule connective
4.2. Integre dans p (non separe par virgule)
4.2.1. Transferable seul en position pre-Ml
ex.: Es ging aber nicht-> Aber es ging nicht ..... conjonction
4.2.2. Transferable en position pre-V2 accompa-
gne de l'element Oll du groupe qui le suit
ex.: Er muß auch heute arbeiten-> Auch heute ..... particule de mise en
muß er arbeiten relief
4.2.3. Transferable seul en position pre-V2
ex. Es war allerdings zu spät -> Allerdings ..... adverbe + specification
war es zu spät selon fonction
4.2.4. Non transferable en tete de l'enonce (ni
pre-Ml ni pre-V2)
ex.: Du hast es ja gesehen!-> * Ja hast du es ge- ..... particule modale
sehen I *Ja du hast es gesehen I Ja, du hast es ge-
sehen (autre sens)

5. Mot a la fin de I'enonce, detache :


ex. Wollen Sie mich vielleicht durchlassen, ja? ..... particule connective

99
GLOSSAIRE

acte de communication : acte accompli au moyen du langage. Sont par


exemple des actes de communication les actes consistant a produire un ou
plusieurs enonces pour informer, s' informer, contester, promettre, menacer,
donner un ordre.faire un reproche, exprimer un espoir, etc. etc. (Le terme
acte de communication a ete ici prefere au terme acte de parole, plus cou­
ramment utilise en linguistique, du fait que ce demier peut faire croire - a
tort - que l'acte en question est toujours de nature orale.) Voir aussi infine Note
sur les niveaux de relation.
additif : est dit d'un mot ou d'une phrase dont la fonction (a preciser le cas
echeant) est d'ajouter une donnee a une autre de meme nature. Exemples:
auch aussi bien dans auch die 0ma fährt Motorrad [nicht nur Vati und Mutti]
0

(le locuteur ajoute une personne a un ensemble deja constitue comportant au


moins un element) que dans ich hatte keine Lust dorthin zu fahren, auch war
es zu spät (ou le locuteur ajoute un argument a un autre pour justifier un
comportement).
adverbe : mot invariable caracterise par sa capacite a occuper Ja position pre­
V2. (La classe des adverbes est donc definie au plan purement forme! sans
prejuger en rien des fonctions ouvertes aux mots qu'elle regroupe. Une de­
finition rigoureuse impose une condition supplementaire : !'invariable ne doit
pas etre substituable a un declinable, ce qui exclut de cette classe des mots
comme etwas ou nichts.)
adverbe appreciatif : adverbe dont Ja fonction est d'exprimer un jugement
d'ordre affectif (leider) ou intellectuel (begreiflicherweise) sur Je contenu de
l'enonce, contenu lui-meme donne comme reel (kifkL habe ich den Schlüssel
zu Hause vergessen) ou comme simplement envisage (ho.ffentlich vergißt er
den Schlüssel nicht). Attention : la plupart des adverbes appreciatifs sont
construits par adjonction a un adjectif du suffixe -erweise (dummerweise,
glücklicherweise, logischerweise, etc.) mais tous !es adverbes ayant cette
forme ne sont pas pour autant des appreciatifs (ex.: etwas verbotenerweise
tun = es tun, obwohl es verboten ist, donc adverbe "circonstanciel").
adverbe connecteur : adverbe comme allerdings, außerdem ou übrigens
exer�ant une fonction relevant, au sens !arge, de la coordination (autres desi­
gnations par !es grammairiens ou !es linguistes : charniere du discours,
connecteur).
adverbe [pronominal] demonstratif : adverbe dont la fonction est de ren­
voyer ("pointer") soit vers un ou des elements du contexte amont ou aval
(Das ist ein neuer Klebstoff. Damit kann man alles kleben), soit vers une rea­
lite exterieure que l'on peut "montrer" (Das macht man fil: -- et on
montre!).
adverbe modal : adverbe ou locution adverbiale comme anscheinend, eigent­
lich, offensichtlich, tatsächlich, in Wirklichkeit, etc. parfois assimile aux ad- .
verbes modalisateurs, mais dont la fonction est moins de moduler le degre de

100
certitude avec lequel est produit l'enonce que de situer son contenu dans le
systeme de representations du locuteur ou des autres participants a la com­
munication.
adverbe modalisateur : adverbe comme vielleicht, wahrscheinlich, be­
stimmt ou möglicherweise dont la fonction est d'exprimer le degre de proba­
bilite de verite que Je locuteur attribue a son enonce ( Er ist bestimmt zu
Hause= je tiens pour tres probable voire quasi certain que l'affirmation er ist
zu Hause est vraie).
adverbe reporteur d'assertion : adverbe comme angeblich, eingestande­
nermaßen ou erklärtermaßen, dont la fonction est de permettre au Jocuteur de
ne pas endosser Ja responsabilite de son propre enonce mais au contraire
d'attribuer I'affirmation qu'il vehicuJe a un tiers ou a la rumeur publique.
allocute : grosso modo synonyme de interlocuteur; le premier terme convient
mieux Jorsque Je locuteur prend l'initiative de s'adresser a.. ; le second
convient mieux lorsque Je Jocuteur repond a ce qu'on vient de lui dire.
anaphorique : se dit d'un mot servant a renvoyer au contexte amont dont il
reprend un ou plusieurs elements : Peter ist nicht zu Hause, !.X. ist in die Stadt
gefahren (er reprend Peter); die Suppe war versalzen, die Bohnen waren g.J.
auch (es reprend zu gesalzen, meme si cette expression n'occuperait pas, dans
la deuxieme phrase, exactement Ja meme place que es). Lorsqu'un mot ren­
voie au contexte aval, il est dit cataphorique.
argumentatif : est dit d'un enonce produit pour servir d'argument en faveur
d'une certaine conclusion. Contrairement a une habitude recente en linguis­
tique, le terme n'est utilise, dans ce dictionnaire, que Jorsque Ja concJusion
pour laquelle est cense plaider I'enonce est reellement identifiable dans le
contexte en question. Soit les deux exemples suivants : (a) Ich weiß nicht, ob
er das Abitur besteht. Er ist zwar nicht dumm, aber er arbeitet zu wenig; (b)
Ich habe es dreimal versucht, aber es geht einfach nicht auf En (a), les deux
enonces coordonnes par [zwar] aber ont indubitablement une valeur argumen­
tative : Je premier est un argument pour une reponse positive a la question de
savoir s'iJ reussira son bac, le second est un argument (donne comme plus
fort) pour une reponse negative. En (b), en revanche, on ne peut pas - du
moins en I'absence de contexte plus vaste - determiner avec vraisemblance la
conclusion pour laquelle I'enonce coordonne par aber serait un argument. 11
s'ensuit qu'on n'accordera pas a la conjonction aber une valeur systematique­
ment argumentative.
assertion : synonyme d'affirmation, a ceci pres qu'il fait abstraction de la
forme positive ou negative de la phrase par laquelle eile est realisee : er ist
gekommen est une declarative positive, er ist nicht gekommen est une decla­
rative negative, chacune realise une assertion. L'assertion peut etre exprimee
de facon explicite par une phrase declarative ou etre vehiculee de facon im­
plicite par d'autres types de phrase. La phrase interrogative warum ist er
nicht gekommen? comporte l'assertion sous-jacente "il n'est pas venu", mais
celle-ci n'est pas "sur Je devant de Ja scene", elle est donnee comme etablie et

101
acceptee (= presupposee), ce qui lui pennet d'etre Je point de depart d'un
autre acte de communication, qui consiste ici a demander Ja cause de Ja non­
venue.
concessif : est dit d'un mot ou d'un enonce qui exprime une concession, selon
l'une ou l'autre des deux definitions donnees ci-apres.
concession [grammaticale / rhetorique] : le terme a deux acceptions bien
differentes selon qu'on Je prend du point de vue grammatical ou du point de
vue rhetorique. En grammaire, il designe une certaine relation entre deux
contenus, A et B, presentes pour des raisons variables comme incompatibles
mais dont on constate neanmoins la co-existence : Obwohl es stark geregnet
hat (A), sind sie spazierengegangen (B). A etant logiquement premier, Ja
relation concessive se ramene ici a une sorte de contre-implication : norma­
lement on a ou aurait pu avoir 'A implique non-B', or on a A et egalement B.
En rhetorique, en revanche, Je mot designe une certaine strategie argumenta­
tive consistant a admettre une certaine affirmation pour mieux lui en opposer
une autre, jugee plus importante ou plus significative : Das stimmt zwar (A),
aber was besagt es schon? (B). Entre !es deux concessions, !es cloisons ne sont
pas etanches. L'enonce er hat zwar nicht viel gearbeitet, das Abitur hat er
aber 0doch bestanden, peut etre interprete selon !es deux points de vue comme
relevant de Ja contre-implication (celui qui ne travaille pas "normalement" ne
reussit pas) ou d'une strategie argumentative (j'admets qu'il n'a pas travaille
mais je te fais remarquer qu'il a reussi Je bac, et c'est ce qui compte).
conjonction [de coordination] : element comme aber, denn ou und servant
a relier deux phrases (ou membres de phrase de meme niveau) et repondant
aux criteres formels suivants : 1) possibilite de figurer en tete de la phrase
sans en etre separe par une virgule et 2) impossibilite d'occuper seul Ja posi­
tion pre-V2 dans les phrases declaratives.
connecteur : voir adverbe connecteur ainsi que in fine relation (Note
sur !es niveaux de "')
contenu : terme general designant Ja realite (observable ou imaginaire) evo­
quee par un mot, une expression ou plus generalement une phrase indepen­
damment de leur nature et de l'utilisation qui en est faite dans l'acte de com­
munication. La sequence das kleine Haus a un contenu, car elle designe une
certaine realite dans une situation donnee. L'adverbe connecteur allerdings
n'en a pas, car il ne designe aucune realite exterieure a la langue. Cela ne
l'empeche pas d'avoir un sens, mais celui-ci est defini en termes d'emploi et
non en termes de contenu. Les phrases Peter kommt bald, Kommt Peter
bald?, Hoffentlich kommt Peter bald ou Peter, komm bald! mettent en jeu,
pour leur part, un seul et meme contenu representable par l'expression
VENUE PROCHAINE DE PETER. Le contenu d'un enonce declaratif (le premier
des quatre cites ci-dessus) reste le meme, que l'assertion correspondante soit
reconnue vraie ou fausse. Voir aussi in fine Note sur les niveaux de relation.

102
continuative (subordonnee "') : subordonnee relative toujours postposee et
apportant une information nouvelle qui prolonge celle de l'enonce principal.
Elle peut etre introduite par un pronom en d- (Endlich fanden sie eine
Tankstelle, die aber kein bleifreies Benzin mehr hatte) ou un element en w­
(Er lehnte entschieden ab, was alle bedauerten; er will auswandern, welchen
Entschluß ich rüge).
declarative (phrase "' ) : type syntaxique de phrase dont le verbe conjugue
figure normaJement en deuxieme position (V2). Y sont assimiJees !es phrases
a verbe premier des lors que cette position est due soit a une ellipse ([Das]
hab' ich gewußt) - laquelle peut etre si frequente qu'elle constitue en queJque
sorte la norme ([Es] bleibt die Möglichkeit einer Gesetzesänderung) - soit a la
recherche d'un effet stylistique (Kommt einer und fragt mich, ob... ). Si les
declaratives vehiculent generalement des affirmations, elles peuvent egale­
ment avoir d'autres valeurs (Die Suppe wird gegessen= injonction).
deictique : se dit d'eJements comme ich, du, er, dort, heute, etc. dont on ne
peut identifier le referent que par rapport au contexte ou a Ja situation dans
lesquels ils sont empJoyes. L'etre, Je proces, le lieu ou Je moment qu'iJs desi­
gnent ne sont pas determines une fois pour toutes mais changent avec les
contextes et !es situations. Tous !es pronoms definis sont des deictiques mais
tous !es deictiques ne sont pas des pronoms.
echange : suite coherente d'au moins deux interventions (voir ce mot) faites
par deux Jocuteuts differents. Exemple : une remarque faite par A + la re­
plique faite par B. L'echange est la forme minimale du dialogue.
enonce : voir phrase
enonciation : le fait d'enoncer, c'est-a-dire de produire physiquement une
phrase (ou une sequence d'une autre nature) pour en faire un enonce dote
d'une certaine fonction dans une situation de communication donnee. L'acte
d 'enonciation est donc le support de l'acte de communication. Les deux no­
tions etant parfois difficiles a distinguer, la premiere est utilisee chaque fois
qu'il est utile de faire abstraction de Ja vaJeur precise de l'acte de communi­
cation.
exclamative (phrase "') : type de phrase de forme declarative ou interroga­
tive (partielle ou globale) caracterisee essentiellement par son intonation par­
ticuliere, representee a l'ecrit par le point d'exclamation. Les exclamatives
expriment generalement l'etonnement (auqueJ peuvent se meler d'autres va­
leurs) suscite par la realite d'un fait (Hat er doch die ganze Flasche leerge­
trunken!) ou son intensite (Wie groß du geworden bist!), mais elles peuvent
aussi exprimer le souhait, le regret ou d'autres sentiments (Hätte ich nur
nichts gesagt!, Wie schön es sich hier lebt!). Voir aussi Introduction,
111.B.1.3.1.
exclusif (oder dit "') : se dit de oder lorsqu'il relie deux elements qui s'ex­
cluent l'un l'autre : mit oder ohne Sahne? Lorsque les elements relies ne
s'excluent pas, oder est dit inclusif : Dort kann man baden, wandern,
Sehenswürdigkeiten besichtigen oder auch einfach nur in der Sonne liegen
103
und lesen (les activites citees ne sont pas exclusives l'une de l'autre, on peut
choisir l'une ou l'autre selon l'envie et le moment de la joumee). Associe a
entweder, oder est toujours exclusif.
imperative (phrase a:) : type syntaxique de phrase caracterise par Ja posi­
tion initiale du verbe (V 1) et un parcours intonatoire de type descendant. Les
phrases imperatives servent pratiquement toujours a accompJir des actes de
communication relevant du domaine de l'injonction (ordre, instruction, ex­
hortation, conseil, etc.) mais peuvent egalement exprimer une eventualite
(Besitze einen Mercedes und du wirst von allen beneidet). Voir aussi injonction.
inclusif : voir exclusif
injonction, injonctif (enonce a:) : terme generique pour designer taut
enonce par lequel un locuteur essaie explicitement d'amener son interlocuteur
a executer (ou ne pas executer) teile ou teile action. Les varietes de
l'injonction sont par exemple (et de fa9on non exhaustive) !'ordre,
l'exhortation, l'instruction, le conseil, etc.
initialisation (test d'a:) : manipulation consistant a mettre un element (ou
une sequence) en position pre-V2, par exemple pour verifier si l'element peut
occuper cette position et, dans !'affirmative, si le deplacement induit ou non
un changement de sens.
interjection : mot-phrase a valeur exclamative. Ce n'est pas la presence even­
tuelle d'un point d'exclamation qui permet de distinguer l'interjection du
mot-phrase ordinaire mais plutöt la nature de ce sur quoi ils encha1nent. Le
mot-phrase sert a reagir a I'enonce precedent en restant dans Je cadre ouvert
par celui-ci. Ainsi Ja question darf ich auch hingehen? ouvre les possibilites
d'acceptation ou de refus et le mot-phrase ja permet de choisir l'une des deux
options. L'interjection, par contre, sert a reagir a un comportement ou a un
evenement: on se cogne a une porte, par exemple, et l'on s'ecrie ai"e! (si l'on
est Fran9ais) ou auf (si l'on est Allemand). L'interjection peut certes egale­
ment - et c'est d'ailleurs frequemment le cas - reagir a un enonce. Mais alors,
Join de s'inscrire dans le cadre ouvert par celui-ci, eile reagira en fait a l'eve­
nement que constitue son enonciation. Imaginons qu'un jeune homme entre­
prenant fasse une avance tres directe a une jeune fille (ou !'inverse si l'on
prefere!) en lui disant: Fräulein, möchten Sie mit mir... Celle-ci a la possibi­
lite soit de rester dans le cadre de la question ouverte en repondant a l'aide
des mots-phrases ja ou nein, soit de reagir au fait meme que Je jeune homme
ait pose une teile question en repondant par exemple aber! (marque d'indi­
gnation).
interrogative globale [a VI, V2 ou en ob] : type syntaxique de phrase
caracterise essentiellement par l'intonation montante (representee a l'ecrit par
le point d'interrogation). On peut en distinguer formellement trois varietes :
a Vl (Kommst du auch mit?), a V2 (Du kommst doch mit?) ou introduit par
ob (Ob Peter auch kommt?). Si elles expriment fondamentalement une ques­
tion, celle-ci peut-etre comprise comme realisant en fait un autre acte de
communication : en reaction a !'interrogative soll ich dir Beine machen? on

104
n'attend pas une reponse par ja ou par nein, mais que l'interlocuteur "presse
Je mouvement" ou s'en aille; !'interrogative a donc au bout du campte la va­
leur d'un ordre, voire d'une menace et non celle d'une simple question. Voir
aussi Introduction, 111.B. l.3. l.
interrogative en w- ou partielle : type syntaxique de phrase introduit par
un element en w- (valant membre de phrase) et caracterise par une intonation
montante (a !'oral) ou le point d'interrogation (a l'ecrit). Le verbe est genera­
lement en deuxieme position (Wann kommt er?) mais peut se trouver en po­
sition finale, auquel cas !'interrogative se presente comme dependante d'une
phrase cadre sous-entendue ([Dufragst mich/ du möchtest wissen,] wie ich
das gemacht habe?). L'interrogative exprime une question, qui peut etre
sincere ou une maniere indirecte de realiser un autre acte de communication :
affirmation deguisee (Was weiß er schon? - reponse implicite : Nichts!),
reproche (Warum hast du auch nichts gesagt? - tu aurais dfi m'en parler),
desapprobation (Was ist denn da los?), etc. etc.
intervention : dans un dialogue, ensemble des propos tenus par un seul et
meme locuteur entre Je moment Oll il prend la parole et Je moment Oll il Ja
cede, abstraction faite des interruptions qui peuvent en perturber le bon de­
roulement. L'intervention peut etre constituee d'un ou plusieurs actes de
communication et a fortiori d'un ou plusieurs enonces. (Voir echange)
locuteur : personne qui produit un enonce, qu'elle Je prenne ou non a son
campte.
membre [de phrase] : e]ement Oll syntagme (= Suite d'eJementS formant Une
unite) faisant partie integrante de Ja phrase (donc non encadre de virgules
remplar;:ables par des tirets ou des parentheses) et susceptible d'occuper la
position pre-V2 dans Ja declarative. Cette definition purement formelle ne
distingue pas entre elements Oll sequences a contenu (das kleine Haus) et ele­
ments ou sequences sans contenu (allerdings). Voircontenu.
mot-phrase : mot pouvant constituer a lui seul un enonce sans qu'il soit ne­
cessaire ni meme possible de postuler l'ellipse d'une phrase sous-jacente dont
Je mot en question serait un element. Le mot morgen n'est pas un mot-phrase,
bien qu'il puisse etre employe seul en reponse a une question (-Wann kommst
du? - Morgen), car cet emploi ne se comprend que par reference une a
phrase virtuelle sous-jacente du type ich komme morgen. II en va autrement
pour doch employe en reponse a une question (- Kommst du nicht? - Doch!):
son enonciation suffit a produire un enonce realisant un certain acte de
communication (refus de ce que semble croire l'interlocuteur). Il constitue
par lui-meme un enonce sans qu'il soit necessaire ni meme possible de
!'integrer dans un enonce plus vaste. On peut dire doch, ich komme, avec un
doch exterieur a Ja phrase conservant son statut de mot-phrase, mais si l'on
dit ich komme 0doch (doch integre), on aura affaire non plus au mot-phrase
valant refus d'un contenu negatif mais a Ja particule accentuee presentant le
contenu de l'enonce comme contraire a une certaine attente (je viens malgre
!es circonstances defavorables, malgre ce que j'ai dit precedemment, etc.)

105
particule : mot invariable ne pouvant a lui seul constituer un enonce et se
distinguant de l'adverbe par son incapacite a occuper sans changer de sens Ja
position pre-V2 (premiere place dans Ja phrase declarative devant le verbe
conjugue en deuxieme position).
particule connective : particule simple ou complexe comme also, ja, nun,
das heißt, so, etc. jouant un röle dans l'organisation du discours, soit au
niveau du contenu de l'enonce (eile sert alors a introduire une explicitation,
un resume, un correctif, etc.), soit au niveau de l'enonciation elle-meme,
qu'eile sert alors, selon le cas, a amorcer ou a clore en l'"accrochant" de
diverses manieres au contexte ou a Ja situation de communication.
particule graduative : particule comme annähernd, ausgesprochen,fast,
kaum, sehr, ziemlich, etc. dont la fonction est de moduler Je degre d'appli­
cation d'un predicat a un objet. Si leur comportement syntaxique n'est pas
sans points communs avec celui des particules de mise en relief (portee
partielle, deplacement possible en position pre-V2 avec le membre sous leur
portee, possibilite de figurer dans n'importe quel type de phrase), elles s'en
distinguent par Je fait qu'elles ne peuvent porter que sur une unite predicative
(verbe seul, verbe + complements immediats constituant avec lui un predicat
complexe ou adjectif graduable), alors que les premieres peuvent a priori af­
fecter n'importe quel type de membre.
particule de mise en relief: particule a portee partielle, comme allein
(dans allein °er ou ' 0er al 0lein kann uns helfen), auch (dans auch 0unsere Oma
fährt Motorrad), ausgerechnet (dans warum kommt er ausgerechnet 0heute?),
besonders (dans das ist besonders 0dann der Fall, wenn... ) ou encore noch
(dans noch 0eines ou 0eines noch möcht' ich dir sagen:...). Comme le mon-
trent ces exemples, leur effet Je plus evident est de mettre prosodiquement en
relief le membre de phrase (ou le constituant de membre) sur Iequel elles
portent. Celui-ci peut etre de nature quelconque (pronom, nom, determinatif,
adverbe, etc.) Elles peuvent toujours Iui etre preposees et souvent postposees
(avec, dans ce cas, une modification du profil prosodique des elements en jeu
et par contre-coup de I'enonce tout entier). Preposees, elles forment bloc avec
l'element SOUS leur portee et peuvent se deplacer avec lui en position pre-V2.
Elles peuvent par ailleurs figurer dans n'importe quel type de phrase. Si
beaucoup d'entre elles modifient le contenu meme de l'enonce (allein et auch,
par exemple), certaines, comme ausgerechnet ou besonders, ont une valeur
plus specifiquement communicative. (Pour plus de details, voir lntroduction, 11.5).
particule modale : particule a portee totale (= portant sur l'ensemble de Ja
phrase), comme auch (dans bist du auch sicher, daß er kommt?), denn (dans
wo warst du denn so lange?), eben (dans so ist es eben im Leben!), ja (dans
du hast es ja selber gesagt!) ou encore schon (dans er wird den Weg schon
finden). Elles n'affectent en rien le contenu des enonces mais exercent des
fonctions dites communicatives telles que indiquer ou modifier l'acte de
communication accompli en produisant I'enonce, Iui donner une certaine va­
leur argumentative, l'inserer d'une certaine maniere dans Je contexte et Ja si-
tuation de communication, etc. etc. Elles ont pour caracteristiques formelles
106
principales d'appartenir egalement (en tant gue mot-forme) a d'autres classes
de mots, de ne pas pouvoir figurer dans tous les types de phrase ni occuper
sans changer de categorie la position pre-V2. (Pour plus de details, voir
Introduction, 11.9).
phrase [verbale], enonce [verbal] : le premier terme designe une unite
grammaticale construite autour d'un verbe selon les regles de la syntaxe et
non dependante d'une autre unite. Elle a, avant d'etre eventuellement pro­
duite, une existence virtuelle. Le deuxieme terme designe une unite de com­
munication, c'est-a-dire une seguence effectivement produite (enoncee) par
un locuteur particulier dans un contexte, une situation et avec une intention
donnes. C'est donc l'acte d'enonciation gui fait toute la difference, la phrase
se situant en amont de l'acte, l'enonce en aval. Une seule et meme phrase
enoncee eing fois, par un meme locuteur ou des locuteurs differents, avec la
meme intention ou des intentions differentes, produira eing enonces diffe­
rents. Si toute phrase est a priori destinee a devenir enonce, tout enonce ne
"remonte" pas a une phrase: Stillgestanden! est un enonce a valeur injonctive
issu non d'une phrase mais d'un seul mot.
Pour bien marguer dans la terminologie l'opposition entre types de phrases
(plan syntaxigue) et types d'enonces (plan de l'enonciation et de la communi­
cation), les premiers ont ete systematiguement designes par des termes en -ive
alors gue les seconds l'ont ete, chague fois gue cela etait possible, par des
termes en -ion. Une phrase donnee peut donc, par exemple, avoir la forme
d'une interrogative et la valeur d'une exhortation : Holst du mir ein Bier im
Keller?
predicat (ou complexe predicatif> : verbe (eventuellement) accompagne des
complements gui constituent avec lui l'unite de signification affirmee ou niee
de guelgue chose. Dans Peter ist gekommen, le predicat se limite au verbe ;
dans Peter kommt um fünf, le predicat est constitue du verbe et du com­
plement um fünf, vu gue ce gui est dit de Peter, c'est "VENIR A CINQ HEURES" (on
parle alors de complexe predicatif> ; dans weil Peter gestern abend nicht mit
seinem Freund ins Kino gehen wollte, le complexe predicatif nie de Peter
dans le cadre temporel defini par gestern abend est "MIT SEINEM FREUND INS KINO
GEHEN WOLLEN". La notion de complexe predicatif est utile pour la description
des particules vu gue certaines ne portent ni sur la phrase dans son ensemble
ni sur un seul complement mais - justement - sur le predicat complexe: weil
Peter gestern abend einfach nicht mit seinem Freund ins Kino gehen wollte.
preposition sans cas [a valeur comparative] : appellation ad hoc pour desi­
gner denn dans ses emplois comparatifs (mehr denn je).
principale (proposition "') : designe, en grammaire traditionnelle, ce gui
reste de la phrase verbale lorsgu'on en a supprime Ja ou les subordonnees: er
ist zu Hause geblieben [, weil er noch zu tun hatte] . Ce terme a ete critigue a
juste titre par les linguistes germanistes entre autres parce gue la suppression
d'une subordonnee ne laisse parfois subsister gu'une seguence agrammaticale
gui ne peut donc en aucun cas etre "principale": [Was er gesagt hat,] brauchst

107
du nicht zu wissen (phrase globale qui contient une subordonnee a titre de
membre obligatoire; sa suppression entraine l'effondrement de toute Ja
phrase, Ja partie restante n'etant grammaticalement pas viable). Hormis ces
cas, le terme reste cependant tres utile pour designer de far,:on rapide et silre
les sequences qui conservent Je statut de phrase lorsqu'on les a depouillees des
subordonnees qui en dependent.
quantificateur : element servant a quantifier une donnee de far,:on numerique
(zwei, ein Drittel) ou non numerique, et, dans cette seconde hypothese, de fa­
r,:on absolue (alle, keiner) ou relative (manche, viele). La quantification peut
s'appliquer au domaine des etres et des objets (cf. ci-dessus) mais aussi a celui
du temps (manchmal, nie, immer) ou de l'espace (mancherorts, nirgends,
überall).
question rhetorique : phrase de forme interrogative dont l'enonciation
equivaut en fait a realiser une affirmation implicite. Le contenu affirme est
toujours donne comme parfaitement etabli, connu, evident, s'imposant a l'es­
prit. Ex.: Hab' ich es nicht gesagt? (= bien silr que si, tu le sais aussi bien que
moi); Wer möchte schon im Ostblock leben? (= personne, c'est bien evident);
- Wer hat das getan? - Na, wer schon? (= cela ne peut etre que Pierre, c'est
evident).
verbe de modalite: designe les six verbes dürfen, können, mögen, müssen,
sollen et wollenen tant qu'ils expriment une possibilite, une obligation ou une
volonte relative a l'etre vise par le sujet grammatical de Ja phrase : Peter
kann schwimmen (il a Ja capacite - c'est-a-dire la possibilite physique - de na­
ger), Peter soll schwimmen lernen (il est l'objet d'une demande d'autrui qui
souhaite qu'il apprenne a nager).
verbe de modalisation : designe ]es cinq verbes dürfen, können, mögen,
müssen et werden en tant qu'ils expriment un jugement du locuteur sur le de­
gre de probabilite de l'affirmation qu'il pose : Um diese Zeit muß Peter zu
Hause sein (connaissant les habitudes de Peter le locuteur presente
l'affirmation Um diese Zeit ist Peter zu Hause comme hautement probable).
Ces verbes jouent a peu pres Je meme röle que !es adverbes modalisateurs par
lesquels ils peuvent souvent etre remplaces (Um diese Zeit ist Peter bestimmt
zu Hause). On adjoint traditionnellement a ces cinq verbes !es deux verbes
sollen et wollen, dont la fonction, a proprement parler, n'est pas de moduler
la probabilite de verite de l'enonce mais de le presenter comme emanant
d'une personne autre que le locuteur: Peter will es gesehen haben (ce n'est
pas le locuteur qui pretend que Peter a vu Ja scene, c'est Peter lui-meme);
Peter soll sehr reich sein (ce n'est pas non plus le locuteur qui pretend que
Peter est riche, c'est Ja rumeur publique).

108
Note sur les niveaux de relation (ou d'enchainement) : II convient de
faire une distinction entre Je contenu d'un enonce (son aspect "semantique",
au sens etroit du terme, ce que !es Allemands appellent Sachverhalt, c'est-a­
dire l'etat de choses reel ou imaginaire designe par l'enonce) et son enon­
ciation, c'est-a-dire en definitive l'acte de communication accompli en l'enon­
�ant. Cette distinction conduit a preciser Ja "maniere" dont deux enonces
peuvent etre relies entre eux independamment de toute consideration logique
(cause, consequence, restriction etc.).
Si l'on pose que chaque enonce peut etre considere au plan du contenu (desi­
gne ci-dessous par C) ou a celui de l'acte de communication realise (designe
par A), on constate que quatre types d'enchainement sont theoriquement
possibles - et effectivement realises :
C + C : l'enchainement a lieu au plan des contenus, ex. : Peter blieb zu
Hause. Die Wanderung schien ihm zu anstrengend (Je fait que Peter
ressente Ja balade comme trop eprouvante explique Je fait qu'il soit
reste a Ja maison);
C + A : l'enchainement se fait entre Je contenu du prernier enonce et l'acte
d'enonciation du second, ex. : er schafft es nicht, also hilf ihm (l'acte
d'exhortation est motive par Je fait que Ja personne visee par er est
en train de s'escrimer en vain a faire quelque chose, par ex. soulever
un objet lourd et encombrant);
A + C : l'enchainement se fait cette fois entre l'acte accompli en produisant
Je prernier enonce et Je contenu relate dans Je second, ex. : kommst
du nun oder kommst du nicht? Ich muß nämlich die Karten noch
heute kaufen (l'obligation objective d'acheter !es billets aujourd'hui
explique Ja question que Je Iocuteur pose a son interlocuteur);
A + A : dans ce dernier cas de figure, I'enchainement est realise au ni veau
des actes de communication en jeu, ex. : es geht mich zwar nichts an,
aber um diese Zeit gehört ein Kind ins Bett (il n'y a aucun lien entre
!es deux contenus en jeu, mais il y en a entre !es enonciations et leurs
valeurs respectives comme actes de communication : l'enonciation du
prernier enonce est destinee a faire accepter l'enonciation du second,
vu que s'il est vrai que qui s'excuse s'accuse, il est encore plus vrai
que s'accuser est une maniere de s'excuser).

109
DICTIONNAIRE
LISTE ET CATEGORISA TION
DES MOTS TRAITES DANS LE TOME 1

Particules AC AD AM CP CC LS MP PC PF PG PM PR
aber + + + +
aber auch + +
ach +
ah +
aha +
allein + +
allemal + +
allenfalls + +
allerdings + +
also + + + +
annähernd +
ansonsten +
auch + + + +
auch nur + +
auch wieder + +
ausgerechnet +
ausgesprochen +
außerdem +

Abreviations :

AC adverbe connecteur MP mot-phrase ou interjection


adverbe demonstratif PC particule connective
AM adverbe modal PF prefixe et assimiles
CC conjonction de coordination PG particule graduative
CP combinaison de particules PM particule modale
LS element de locution subordonnante PR particule de mise en relief

113
aber �
aber t : conjonction de coordination
aber 2 : interjection
aber3 : particule modale
aber 4 : prefixe (vieux ou en locution)

laber t conjonction de coordination 1


Fonction : relie deux enonces ou segments d'enonce du meme locuteur ou de
deux locuteurs differents, en marquant selon Je cas 1) Ja relation de contraste
ou d'opposition qui les unit au plan du contenu ou de l'orientation argumen­
tative, Je deuxieme argument l'emportant alors sur Je premier, ou 2) l'appa­
rition d'un element nouveau faisant progresser Je recit ou l'argumentation en
les reorientant eventuellement (emploi ancien toujours vivant).
Contextes : tout type de phrase, mais surtout declaratives.
Positions : en tete de phrase ; post-V2 ; entre M 1 et V2.
Accentuation : faible ; intonation montante dans certains emplois (-+ l.b/d).
Concurrents : -+ doch2 ; jedoch
Partenaires : -+ auch 3 ; ..... doch 3 ;-+ ja I ; oder ; pour les emplois dans l'ex­
pression de Ja concession, voir zwar et schon3
Equivalents : cependant ; et ; mais ; or ; pourtant ; toutefois ; voyons ; quant
a ; alors la ; encore {faut-il que]; en revanche ; mais alors; mais pour ce qui
est de ; pour + inf. ; quand meme ; sans + inf. ; si (contrastif) + subordonnee
PLAN: 1. relie deux enonces (ou segments) d'un meme locuteur
a) marque une opposition ou un contraste
b) cas part. : aber postpose a MI (en declarative)
c) cas part. : en tete de phrase, devant Ja partie non conjuguee de V
d) fait progresser Je discours en· Je reorientant (-+ b demier +)
e) marque Ja fin d'une intervention, un changement de thematique
f) apres une formule d'excuse, avant un enonce a tonalite negative
g) oder aber
h) en locution
i) alles, aber auch alles : voir aber auch2
2. introduit un enonce produit en reaction a l'enonciation ou
au comportement d'un interlocuteur
a) I'enonce est une reponse a une question ou une demande
b) l'enonce est une objection, une remarque critique
c) l'enonce est une exhortation
d) l'enonce exprime Ja reprobation voire l'indignation
e) en locution avec bitte ou Je verbe bitten
t) aber+ vocatif, eventuellement suivi d'un enonce

115
aberl : conjonction de coordination
1. relie deux enonces ou Segments d'enonce d'un meme Iocuteur :
a) marque une opposition ou un contraste (-+ doch2 ) : mais ; pourtant ; (rare:)
mais [alors]; encore [faut-il] ; (en contexte negatif, egalement:) sans + inf.;
• en declarative ou en enonce elliptique :
klein, "' fein / langsam, "' sicher / petit, mais joli / lentement mais su-
schön, "' [auch] teuer rement / beau, mais eher [aussi]
- Kannst du ihm helfen? - Tu peux l'aider?
- Heute nicht, "' morgen [schon]. - Pas aujourd'hui, mais demain
[certainementJ.
Ich hätte es gern getan, "' ich hatte ou Je l'aurais fait volontiers, mais je
ich hatte "' wirklich keine Zeit. n'avais vraiment pas Je temps.
Es war [zwar] verboten, "' er tat es C'etait [certes] interdit, mais il Je fit
0
doch. (-+ doch3) quand meme.
Gewiß, sie will einmal Kinder haben, C'est sur, eHe veut avoir un jour des
"' doch nicht jetzt! (RBB 9) enfants, mais pas maintenant quand
meme!
Ja, ich hasse den Kerl, "' ' umge­
0
C'est vrai que je Je hais, ce type, mais
bracht habe ich ihn °nicht. (HMY 111) je ne I'ai pas tue.
Er will es mir nicht glauben, ich habe II ne veut pas me croire, pourtant je
es "' gesehen! l'ai vu! (-+ 1.2.b), 3e ex.)
Er sagt, er hat nicht Bescheid gewußt, II dit qu'il n'etait pas au courant,
"' ich hatte ihn doch benachrichtigt! pourtant je l'avais informe!
Die Menschen wären schon recht. "' Les hommes, il n'y a rien a dire.
die Leute! (prov. souabe) Mais alors les gens!
(Die Erpresserin:) "[ ...] Eine so reiche (Tentative de chantage:) Une femme riche
Frau wie Sie kann doch Geld haben, comme vous peut avoir autant d'ar­
soviel sie will. "' wollen muß sie
0
gent qu'elle veut. Mais faut vouloir.
halt." (SZA 43)
"Woran denkst du?" fragte sie, "' sie A quoi tu penses? demanda-t-elle sans
erwartete keine Antwort. (AEZ 35) attendre de reponse.
Er verzehre sich, wisse "' nicht wo­ II se languissait, disait-il, sans savoir
nach [...] (JBB 52) de quoi.
Das letzte Mal hätten sie (die Polizisten) La demiere fois, ils s'etaient contentes
die Sache diskret beobachtet und nur d'observer discretement !es faits et de
seiner Schule gemeldet, ihn "' nicht prevenir son ecole, sans l'apprehen­
mitgenommen. (JBB 64/d'apres 70) der lui-meme.

• en imperative :
Du kannst das Auto haben, "' fahr Tu peux avoir Ja voiture, mais so1s ·
vorsichtig ou fahr "' vorsichtig! prudent!
116
aber! : conjonction de coordination

Es scheint, als hätte er seine Feinde II semblerait que d'une maniere ou


irgendwie im Griff. == frag mich d'une autre il ait prise sur ses enne­
nicht, wie. (IRS 80) mis, mais ne me demande pas com­
ment.
Liebe Freundin, der letzte Brief ist Chere amie, ma derniere lettre vous
Ihnen zu trocken. Das ist er mir auch. parait trop seche. A moi aussi. Mais
== geben Sie das Kritisieren auf. (GBE cessez vos critiques.
70)

Setzen Sie sich zur Wehr, wo Unrecht Combattez l'injustice partout ou eile
geschieht! == übertreffen Sie in Ihrem se produit! Mais, dans cette lutte,
Kampf jeden an Fairneß und soyez toujours le plus loyal et le plus
Toleranz! (HPR 43) tolerant!

+ en interrogative:
(Dans un discours a des syndicalistes:) Na­ Bien sur, il reste des desirs a satis­
türlich sind Wünsche offen; natürlich faire; bien sfir, bien des ameliorations
kann und soll noch vieles verbessert sont encore possibles et souhaitables.
werden. Kann == grundsätzlich gesagt Mais qui peut pretendre, fondamenta­
werden, wir seien nicht auf richtigem lement, que nous ne soyons pas sur Ja
Wege? (HPR 108) bonne voie?
(Un psychanalyste a propos du nourrisson
ecartele entre mere et nourrice:) Und dann Et il y a Ja un autre etre dont on boit
ist da ein zweites Wesen [ ... ] deren Je lait et dont on respire l'odeur. Ne
Milch man trinkt [ ... ] und deren devrait-on pas l'aimer? Mais dans
Geruch man einatmet. Sollte man sie quel camp se ranger? Le nourrisson
nicht lieben? Zu wem == soll man hal­ allaite par une nourrice est projete
ten? Der Säugling, der von der dans Je doute, qui ne Je quittera ja­
Amme gestillt wird, ist in den mais.
Zweifel hineingestellt und wird den
Zweifel nie verlieren. (GBE 14)
Wir erwarten den Frieden, == was tun Nous voulons Ja paix, mais que fai­
wir für ihn? (HKG 111) sons-nous pour eile?
• avec une subordonnee: aber figure devant ou dans Ja subordonnee mais relie
dans !es deux cas l'ensemble de l'enonce (subordonnee + principale) a l'enonce
anterieur:
Auf der ganzen Fahrt gab es nur ei­ Sur l'ensemble du trajet, il n'y eut
nen kritischen Moment, als er im Stau qu'un moment difficile : lorsque, dans
hinter einen Bus geriet und die un bouchon, il se retrouva derriere un
Auspuffgase voll in die Schnauze be­ car, dont il reyut !es gaz d'echappe­
kam. == als er auf dem Firmenpark­ ment en pleine figure. Mais arrive
platz ankam, hatte er die Übelkeit sur Je parking de l'entreprise, il avait
unter Kontrolle. (IRS 103) surmonte ses nausees.

117
aberl : conjonction de coordination

Eigentlich wollte er nichts sagen, "' En realite, il aurait prefere ne rien


da sie zur Sache kommen mußten, dire, mais comme il fallait bien en
sagte er: [ ... ]. (ATM 43) venir au fait, il declara : [ ...].
Guter Piemonteser Wein, sagte sie, Un bon vin du Piemont, dit-elle, qui
der nicht chemisch behandelt worden n'a rec;:u aucun additif chimique, s'al­
ist, verändert sich, einmal geöffnet, tere, une fois Ja bouteille ouverte, et
und verliert nach einem halben Tag perd en une demi-journee une bonne
viel von seinem Geschmack. Behan­ partie de sa saveur. Mais si on Je
delt man ihn "', wie das beispielsweise traite, comme Je font par exemple !es
die Deutschen mit ihren Weinen tun Allemands, on Je denature encore
[ ... ], so ist er für den Kenner erst plus, aux yeux du connaisseur.
recht verdorben. (ATM 34)
[... ] gebrochen könne der Arm nicht A son avis, mon bras ne pouvait etre
sein, meinte [der Bruder], sonst casse, sinon j 'aurais souffert bien da­
würde ich viel größere Schmerzen vantage. Je me hissai donc en m'ac­
haben. Ich zog mich also am Sattel­ crochant au pommeau de la seile et
knauf hoch, verspürte einen gewalti­ sentis une violente douleur accompa­
gen Schmerz und hörte einen leisen gnee d'un petit bruit sec. Mais
Knacks. Da "' die brüderliche Dia­ comme Je diagnostic de mon frere
gnose allen einleuchtete, wurde nichts convainquit tout Je monde, on se
weiter unternommen, nur die Ge­ contenta de faire venir l'infirmiere de
meindeschwester bestellt, um den Ja commune pour me masser Je bras.
Arm zu massieren. (DKO 78/72)
Er telefonierte vier oder fünf Mal, "' II passa quatre ou eing coups de tele­
sobald er den Hörer auflegte, hatte er phone, mais des qu'il reposait Je
keine Ahnung mehr, um was es über­ combine, il ne se rappelait plus du
haupt gegangen war. (!RS 111) tout de quoi il avait ete question.
Nun, das war ein Traum; "' wenn Sie Bon, ce n 'etait qu'un reve; mais si
sich bei ihren Freunden und Freun­ vous pretez l'oreille aux propos tenus
dinnen umhören, werden Sie zu Ihrer par vos amis, hommes ou femmes,
Überraschung entdecken, wie ge­ vous aurez Ja surprise de decouvrir
wöhnlich es ist, daß f ... J (GBE 25) que...

b) cas part. (seulement en declarative) : aber postpose au premier membre :


marque un contraste, une opposition ou une simple reorientation du discours
(- d. et Rem.): et [non pas]; mais; or; au contraire; contrairement a; en re­
vanche ; mais ellelluileux ... ; quant a; si + subordonnee ; reprise par pronom ;
tandis que ; 0
Accentuation : l'element precedant aber est assez fortement accentue et dote d'une intonation
montante qui se prolonge sur la conjonction; l'element contrastant eventuellement avec lui dans
le contexte amont subit souvent (mais pas toujours) le meme traitement prosodique

118
aber! : conjonction de coordination
• Ml est une indication temporelle:
Zuerst schien alles ruhig, '0 plötzlich D'abord, tout semblait calme. Mais
"' fielen Schüsse. Da brach die Panik soudain des coups de feu furent tires
aus. et la panique s'empara de la foule.
Sonst rüstete sie immer im voraus D'ordinaire eile s'armait d'un men­
eine sorgfältig ausieklügelte, allen songe bien etudie, defiant toutes les
Möglichkeiten der Uberprüfung trot­ possibilites de contröle, mais au­
zende Lüge, heute "' hatte die Angst jourd'hui la peur lui avait fait oublier
sie darauf vergessen lassen und zu ei­ de prendre ses dispositions, d'ou cette
ner so ungeschickten Improvisation improvisation malhabile.
gezwungen. (SZA 7/d'apres 17)
[Die] Prinzessin hatte einen guten La princesse avait un bon pere. Sa
Vater. Die Mutter war früh gestor­ mere etait morte jeune et le pere che­
ben, und für den Vater bedeutete das rissait son enfant par-dessus tout. 11
Kind alles. Er erfüllte ihm jeden obeissait a ses moindres desirs et lui
Wunsch und ließ ihm alle Freiheit, in laissait toute liberte de s'en aller pro­
den Wäldern herumzustreifen, die das mener dans !es bois alentour du chä­
Schloß umgaben. Eines '0 Tages "' er­ teau. Or voici qu'un jour apparut le
schien der Herrscher eines anderen souverain d'un autre royaume, pour
Königreiches und bat um die Hand demander au roi la main de sa fille.
der Tochter. [ ...] (RBB 39-40)
[...] dann lachten die Arbeiter. Sofort Les ouvriers se mirent a rire.
"' streckte Diederich nach ihnen die Diederich repliqua aussitöt en leur ti­
Zunge aus. (HMU, cit. WDG) rant la langue.
• Ml contraste avec un element du contexte amont generalement produit avec
le meme parcours intonatoire
' Er wäre gern ins Gebirge gefahren,
0
Lui serait volontiers alle a la mon­
' sie "' wollte unbedingt an die See. tagne, mais elle, eile voulait absolu­
0

ment aller a Ja mer.


' Sie wollte ins Grüne hinaus, ' er "'
0 0
Elle vouJait aller dans Ja nature, mais
bestand darauf, daß man in der Stadt lui, iJ insista pour rester en ville.
blieb [...] (HLW 38/ d'apres 135)
Sie haben allen Grund zu lachen. Sie Vous avez de bonnes raisons de rire.
haben Ihre 500 Skudi. '0 1ch "' kann Vous avez vos cinq cents ecus. Mais
Ihnen sagen [ ...]: mich ekelt diese moi je vous dis [ ...]: ce monde me
Welt an! {BLG 30/d'apres 31-32) donne la nausee.
(Reflexion d' un touriste allemand:) Der Les Italiens sont capabJes d'une
Italiener kann sehr liebenswürdig grande gentillesse, ils ne se derobent
sein, steht da, wenn man ihn zu neh­ pas, quand on sait les prendre. Oui, se
men weiß. Ja, denkt Pauly, ' 0 wir dit Pauly, pour nous, c'est un appren­
müssen das mühsam lernen. ' 0Die "', tissage difficile. Mais eux, ils savent
' die wissen uns zu nehmen. (ATM 53) nous prendre.
0

119
aber! : conjonction de coordination

Alle sind müde, ' 0 er "" hat seine Tout le monde est fatigue, Iui, il est
wachste Stunde. (!KM 126/d'apres 114) plus dispos que jamais.
Ich dachte mir schon, daß Liska wie­ Je pensais bien que Liska allait encore
der einen Traum erzählen würde. [ ...] raconter un reve. Le matin Algin
Obwohl der Algin morgens Zeit hat, n'est pas presse, mais il y a beau
interessieren ihn Liskas Träume seit temps que !es reves de Liska ne l'inte­
längerer Zeit nicht mehr [ ... ]. '0 Mir ressent plus. Moi aussi !es reves des
sind fremde Träume auch etwas lang­ autres m'ennuient un peu : apres tout,
weilig, schließlich hat ja jeder seine chacun a !es siens.
eignen. Betty Raff, eile, ecoute les reves de
Die Betty '0 Raff "" hört sich Liskas Liska avec passion et eile !es lui ex­
Träume mit leidenschaftlichem Inter­ plique.
esse an und deutet sie. (IKM 1071')7-98)
Peter, Klaus und Ute gingen hin. Peter, Klaus et Ute y allerent. Quant
' Hans "" mußte zu Hause bleiben.
0
a Hans, il dut rester a la maison.
"Schwöre!" rief er und deutete zum "Jure, s'exclama-t-il en pointant vers
Himmel. "Schwöre, daß du für die Je ciel, jure de lutter jusqu'a ta der­
Befreiung Polens bis zum letzten niere goutte de sang pour Ja liberation
Blutstropfen kämpfen wirst!" Ich de la Pologne!" Je jurai - en alle­
schwor, übrigens in deutscher mand, d'ailleurs, car je maitrisais en­
Sprache, mein Polnisch war noch zu core trop mal Je polonais - tandis
mangelhaft. ' 0 Er "" begann mit Vor­ que lui se mit a chanter prudemment
sicht die polnische Hymne zu singen. l'hymne polonais.
(HK0303)
Der Franzose bereitete dem Präfekten Le Fran9ais reservait au prefet une
eine große Enttäuschung, ' 0 mir "" grande deception; a moi, en re­
eine enorme, weil zweifache vanche, il apportait un immense et
Erleichterung [ ...] (JBB 109/120) double soulagement.
Der Hund will dich veranlassen, die Le chien veut vous amener a ouvrir Ja
Tür zu öffnen oder den Wasserlei­ porte ou a toumer Je robinet, il veut
tungshahn aufzudrehen, was er tut, ist agir sur son ami de fa9on consciente
bewußte, zweckgerichtete Beeinflus­ et en vue d'un certain but; Je choucas
sung des menschlichen Freundes­ ou l'oie cendree, eux, n'expriment
die '0 Dohle oder die '0 Graugans "" leur humeur intime que de fa9on tout
gibt nur völlig unbewußt ihrer inne­ a fait inconsciente [ ... ].
ren Stimmung Ausdruck [ ... ]. En outre, ce que fait le chien est ap­
Außerdem ist das, was der Hund tut, pris et judicieux; ce que font et disent
erlernt und einsichtig, was die !es oiseaux, au contraire, est abso­
' Vögel tun und sagen, "" ist restlos lument inne et hereditaire.
0

angeboren und vererbt. (KLT 76/d'apres


120)

120
aber! : conjonction de coordination

• Ml est un adverbe connecteur :


Andrerseits "'schien auch hier etwas Mais d'un autre cöte, il devait y avoir
nicht mit rechten Dingen zuzugehen la-dessous quelque chose de suspect.
[ ..• ]. (HFV 39)
Ich stand am Fenster und haßte die Debout a la fenetre, je maudissais
ganze Zeit, die ich in diesem Man­ toute cette periode passee a Manhat­
hattan verbracht habe, vor allem "' tan, mais plus encore mon appar-te­
meine Wohnung. (FHF 75) ment.
Als ich sieben Jahre alt war, trat J'avais sept ans quand Philipp Roskol
Philipp Roskol in mein Leben, vor al­ entra dans ma vie ou plutöt d'abord
lem "' zunächst in das meiner Tante. dans celle de ma tante.
(HFV 23/33)
(A /a mort du grand-pere:) Alle diese Toutes ces dispositions trouvaient ap­
Anstalten hatten ihren genaueren und paremment leur sens exact et bienfai­
guten Sinn offenbar in dem Gedan­ sant dans cette pensee que le grand­
ken, daß der Großvater nun auf im­ pere avait pris pour toujours sa figure
mer zu seiner eigentlichen und wah­ definitive et veritable. Mais en outre
ren Gestalt eingegangen war. Außer­ tout cela, et surtout cette quantite de
dem "' hatten Sie [ ...] allesamt, im fleurs [ ... ] avait un autre but, plus
besonderen "'die Menge der Blumen terre a terre, a savoir [ ... ].
[ ... ], noch einen weiteren Sinn und
nüchternen Zweck, nämlich den, [ ...].
(TMZ 31/d'apres 35)

• Ml = wohl, en contexte negatif (p, nicht"' q ou nicht p, wohl"' q) :


Spiel? Ja, Spiel im engsten Sinne des Jeu? Oui, jeu au sens le plus exact du
Wortes: gekonnte Bewegung, die um terme: mouvement ma1trise, execute
ihrer selbst willen, nicht "'im Dienste par plaisir et pour lui-meme et non
einer Zweckstrebung ausgeführt und en vue d'un but interesse.
genossen wird. (KLT 40)
Auch konnte ich aus meiner Frosch­ De ma perspective a ras de terre -
perspektive - ich war zu klein, um j'etais trop petite pour regarder par­
über die Brüstung zu schauen - nicht dessus la balustrade -, je n'apercevais
den Pfarrer, wohl "' das Schnitzwerk pas le pasteur, mais je voyais tres
über der Kanzel sehen [ ... ]. (DKO bien les sculptures au-dessus de Ja
27/d'apres 26) chaire.
Denn wer die Schönheit angeschaut Car celui qui a vu de ses yeux la
mit Augen ist nicht dem Tod anheim­ beaute n'est pas promis a la mort,
gegeben, wie Platen meint, wohl "', so comme le pense Platen, mais s'il a vu
er die Schönheit der Natur ange­ la beaute de la nature, c'est de celle-ci
schaut, dieser Natur. (KLT 19/d'apres 26) qu'il deviendra la proie.

121
aber ! : conjonc tion de coordination

Es kann geschehen, daß wir einen II peut arriver qu'un parfum ne reste
Duft nicht im Gedächtnis behalten, pas dans notre memoire, mais qu'en
wohl "" in der Erinnerung. (SGP 43) revanche nous en gardions Je sou­
venir.
Wiedehöpfe leben leider in Gefangen­ Les huppes ne vivent malheureuse­
schaft nicht lange, wohl "" Graupapa­ ment pas longtemps en captivite,
geien. (KLT 78/122) contrairement aux perroquets gris.
[S]o würde die Verschiebung einer Ainsi Je report de toute decision rela­
Entscheidung über die Etats der euro­ tive aux budgets communautaires po­
päischen Gemeinschaften nicht so serait de tres graves problemes non
sehr für die E w G, wohl "" für die pas tant a la C.E.E. qu'a Euratom ou ...
Atomgemeinschaft sehr ernste Pro­ poserait de tres graves problemes si­
bleme aufwerfen [... ). (FAZ 27/01/66) non a la C.E.E. du moins a Euratom.

+ Ml reprend un element du contexte amont ou l'enonce anterieur tout entier:


0
Sie richteten ihre Blicke auf ihn, ' er Ils toumerent leurs regards vers lui,
"" blieb stumm. mais lui resta silencieux.
Hier' auf "' begann es von neuem zu Mais alors / a ce moment-la, il se
0

regnen. (Reprise dufait anterieur) remit a pleuvoir.


Kroschinsky läuft zum Wagen, die Krochinsky court a Ja voiture pour
Kamera zu holen. Den Mann hat er prendre son appareil photo. II ne
vergessen. ' Der "' sieht Kroschinsky pense plus a l'homme. Mais celui-ci
0

kommen und steht schon da, dicht an le voit arriver et se poste tout pres de
der Autotür. (ATM 76) la voiture.
(Extrait d'un conte:) Willst du ihn zum Veux-tu Je prendre pour epoux, de­
Manne, fragte der Vater, und als die manda le pere. Effrayee, Ja princesse
Prinzessin erschrocken ablehnte, refusa et Je pere renvoya le preten­
schickte er den Freier fort. ' Der "' dant. Mais celui-ci mena�a de revenir
0

drohte zurückzukommen und sich die enJever Ja princesse par Ja force.


Braut mit Gewalt zu holen. (RBB 40)
In der Schule gilt noch häufig der Le principe qui prevaut a l'ecole est
Grundsatz: erst lernen, dann ge­ encore souvent: d' abord apprendre,
brauchen. Eine Sprache "' lernt man, ensuite utiliser. Or c'est en l'utilisant
indem man sie gebraucht. (BPF XI) que l'on apprend une langue.

c) cas part. : en tete de phrase, suivi de Ja partie non conjuguee de V : avec


une declarative a tonalite exclamative contrastant avec une declarative nega­
tive; Ja partie non conjuguee du verbe de l'exclamative est toujours en position
pre-V2, celle de la declarative anterieure ne l'est pas obligatoirement : mais
[alors]; maispour ce qui est de
Accentuation : forte avec intonation montantesur le premier element du premier enonce et ac­
centuation emphatique avec allongement de la premiere syllabe de aber ou non-accentuation de
aber et accentuation forte avec intonation montante de l'element qui Jesuit:

122
aber! : conjonction de coordination

Ge'0 gessen hat er kaum, o,,. getrunken II n'a presque rien mange, m a i s
[hat er]!/"'ge'0 trunken [, das glaubst alors il a bu! / mais pour c e qui
du gar nicht]! (fam.) est de boire [, je te dis pas]!
Nein, '0 Hunger habe ich keinen, o,,. Non, je n'ai pas faim, mais alors j'ai
Durst [habe ich]!/"' '0 Durst habe ich une de ces soifs! / mais [alors]
[, das glaubst du gar nicht]! qu'est-ce que j'ai soif!
Sie kann nicht singen ou ' Singen Elle ne sait pas chanter, mais alors,
0

kann sie nicht, 0 :a: tanzen [kann sie]!/ eile sait danser! / mais pour ce qui
"' ' tanzen - unglaublich!
0
est de danser - incroyable!
d) fait progresser le discours en Je reorientant, l'information ajoutee n'etant
pas dans Je droit fil de la precedente (voir aussi b. dernier +) : et ; mais ; malheu­
reusement ; or ; toutefois ; pour + inf. ; construction subordonnante ; 0
• en declarative (ou en enonce elliptique) :
Diese, offensichtlich dienstfrei, tru­ Ceux-ci, manifestement liberes de tout
gen helle Sommersachen; die Diener, Service, portaient des vetements d'ete;
"' auch der Vorleser der Königin, wa­ les domestiques, et meme Je lecteur
ren in offenem Hemd ohne Jacke! (JBB de la reine, etaient en chemise de
37) sport, sans veston.
(Apres avoir decrit quelques miracles de
Jesus:) "Es waren "'etliche Griechen Or il y avait Ja quelques Grecs parmi
unter denen, die hinaufgekommen ceux qui etaient montes pour adorer
waren, daß sie anbeteten auf dem pendant Ja fete. (version synodale)
Fest" (BIBLE, Jean 12, 20.)
Alle hätten geglaubt, die Spazierfahrt Tout Je monde croyait qu'on allait au
gehe ans Meer, sie seien auch in die­ bord de Ja mer, et c'est bien dans cette
ser Richtung aus der Stadt gefahren, direction qu'on quitta la ville, pour
dann "' über Querstraßen zurück nach faire ensuite demi-tour et gagner Je
Belvedere. (JBB 41) Belvedere par des voies transversales.
Ich sah, daß er im Begriff war, noch Je Je vis sur Je point d'en dire plus
mehr zu sagen, sich "'besann. (JBB 103) pour se raviser ensuite.
Er wollte nicht mit Bruno und mir zu Ne voulant pas d1ner avec nous, il se
Abend essen, schrieb "' in Eckhouds contenta d 'ecrire, a l 'intention de
Büro für Bruno einen Brief, den ich Bruno, dans Je bureau d'Eckhoud, un
mitnahm. (JBB 57/62) petit mot que j'emportai.
[D]ie Bronzen wolle er seinerzeit dem 11 pretendait avoir propose les
Händler telefonisch angeboten, das bronzes au marchand, par telephone,
Geld dann "' verloren haben. (JBB 45/ puis avoir perdu l'argent.
d'apres 50)

123
aberl : conjonction de coordination

Es war = ein Mensch unter den II y avait parmi !es pharisiens un


Pharisäern mit dem Namen homme, appele Nicodeme, l'un des
Nikodemus, ein Oberster unter den principaux parmi !es Juifs.
Juden. (BIBLE, Jean 3, 1)
• en interrogative :
Soweit sind die Dinge wohl klar, wie Jusqu'ici, !es choses sont claires. Mais
"" kommt die Kastrationsidee in mei­ comment l'idee de castration surgit­
nen Kopf? (GBE 64) elle dans ma tete?
Die Geschichte als Wissenschaft, die L'Histoire comme science, comme
Historie verändert die Welt nicht. Sie discipline, ne transforme pas Je
ist das Gedächtnis des Menschen. = monde. Elle est Ja memoire de l' -
was ist dann der Sinn dieses Gedächt­ Homme. Mais quel est Je sens de cette
nisses? (Suit La reponse) (HKG 55) memoire?
Es gibt also Dinge, die vom Bewußt­ II y a donc des choses que Ja cons­
sein verworfen werden, obwohl sie cience rejette bien qu'eiles soient in­
lebensnotwendig sind [ ... ]. Warum = dispensables a Ja vie. Mais pourquoi
vergißt das Bewußtsein Erlebnisse, la conscience oublie+elle des evene­
ohne die der Mensch nicht bestehen ments que l 'homme a vecus et sans
kann? (Suit une tentative de reponse) (GBE lesquels il ne peut subsister?
19)

• en subordonnee anteposee ou postposee :


Was = die Abhängigkeit von einem Quant au fait de ne pouvoir se passer
gewissen Komfort betreffe, so teile er d'un certain confort, il fallait recon­
alter Mann die doch wohl mit der na'itre qu'a son äge, il partageait cette
Mehrzahl der Menschen. (BBB 216) dependance avec Ja plupart des
hommes.
Wer "" die Dinge nur so sieht, macht Mais celui qui ne voit que cet aspect
es sich zu einfach und zu bequem. des choses en prend trop a son aise.
(HPR 119)
Woher = diese Gleichsetzung von Quant a savoir d'ou vient cette as­
Geschlechtslust und Sünde kommt, similation du plaisir sexuel au peche,
das wird niemals ganz ergründet Je demier mot sur ce point ne sera
werden. (GBE 46) jamais dit.
Hinter der Bar steht ein langer Derriere Je comptoir se tient un grand
Dünner und verweist Kroschinsky an maigre, qui renvoie Krochinsky vers
die Frau hinter der Kasse, die "" sehr la femme a Ja caisse, laquelle a mal­
wenig Z'.eit hat[ ... ] (ATM 74-75) heureusement tres peu de temps a
lui consacrer.

124
aber! : conjonction de coordination

Es gibt dafür freilich historische Sans doute y a-t-il a cela des raisons
Gründe, die "' entbehrlich sind für historiques, mais on peut en faire
eine rein ästhetische Würdigung. (SGP abstraction dans un jugement pure­
112) ment esthetique.
Die Detektive lachten. Sie erzählten Les detectives souriaient. Ils nous ra­
uns, man habe soeben [ ...] das conterent que l'on venait d'ouvrir la
Köfferchen geöffnet und nicht nur mallette et qu'on y avait trouve non
ein Uhrwerk, sondern auch vier seulement un mecanisme d'horloge
Dutzend Taschenuhren gefunden, von mais aussi quatre douzaines de
denen "' nur eine aufgezogen war. montres dont une seule, toutefois,
(HK0313) etait remontee.
Wie so viele, die vorwärtsgekommen Comme beaucoup de ceux qui, partis
sind und es im Leben zu etwas ge­ de rien, sont arrives a quelque chose,
bracht haben, schwelgte er in Erin­ il s'enivrait du souvenir de debuts qui
nerungen an seine Anfänge, die er als n'auraient "pas ete sans charme",
"auch nicht ganz reizlos" darzustellen avait-il coutume de dire. II abandon­
pflegte, um dann "' doch in der an­
0
nait pourtant ces songeries pour
genehmen Gegenwart zu erwachen, mieux s'eveiller a l'agreable realite de
dem Wohlstand, zu dem [er] es ge­ l'aisance a laquelle il etait parvenu.
bracht hatte. (HFV 46/65)
(Eine kurze Zwischenbemerkung sei (Qu'il soit permis de placer ici une
hier eingefügt, die vielleicht für den breve remarque intercalaire, peut-etre
Experten von Interesse sein mag, wo­ susceptible d'interesser !es experts
bei ich "' gleichzeitig hoffe, daß nicht sans que - du moins j'ose l'esperer -
auch etwa der angehende Fälscher sie quelque futur faussaire puisse en tirer
sich zunutze macht: [ ...]) (HFV 64/93) profit: [ ...])

e) marque Ja fin d'une interven,tion, un changement de thematique : mais; en­


Jin
(A lafin d' une controverse:) Du hättest auf En tout cas, tu aurais du faire atten­
jeden Fall aufpassen müssen. "' lassen ti0n. Mais laissons cela. De toute fa­
wir das. Es läßt sich sowieso nicht än­ c;:on, on ne peut plus rien y changer.
dern.
(Dans un dialogue:) Ich glaube, Sie un­ Je crois que vous sous-estimez Je mi­
terschätzen das Marine-Ministerium. nistere de Ja Marine. Mais continuez!
"' fahren Sie fort. (AAH 64)
"Ja. Ist sie von dem?" fragte Liane - Ah, eile est de lui? demanda na"ive­
naiv. ment Liane.
"Nein, sie ist es nicht. "' reden wir - Non. Elle ne l'est pas. Mais n'en
nicht weiter davon." (HFV 63/90) parlons plus.

125
aberl : conjonction de coordination

Der Krieg verändert jeden und alles La guerre transforme tout et chacun -
und nicht zum Guten, das werden wir et pas dans Je bon sens, on s'en rendra
auch diesmal erfahren. "' komm, laß compte cette fois encore. Enfin, que
dir den Geburtstag nicht verderben. cela ne te gäche pas ton anniversaire.
(RBB 21)

f) apres une formule d'excuse, introduit un enonce a tonalite negative, des


propos dont on pense qu'ils ne plairont pas: mais
Tut mir leid, "' ich kann heute wirk­ Desole, mais aujourd'hui, ce n'est
lich nicht. vraiment pas possible.
Entschuldigen Sie, "' manchmal ma­ Excusez-moi, mais il y a des jours,
chen Sie mich wahnsinnig. (CHP 10) avec vous, [ou] il y a de quoi devenir
fou.
Verzeihung, gnädige Frau... "' es ist Pardon, Madame ... Mais pour Je mo­
mir momentan nicht möglich[ ...] (SZA ment, cela ne m'est pas possible.
50/67)
"Herr Matthäi", sagte sie einmal, "es Monsieur Matthäi, dit-elle un jour, je
geht mich zwar nichts an, "' ist der sais que cela ne me regarde pas, mais
Kommandant der Kantonspolizei mei­ est-ce a cause de moi que Je chef de Ja
netwegen hierher gekommen?" (DVe police cantonale est venu ici?
123)

g) oder aber (avec intonation montante) : pour souligner Je deuxieme terme de


!'alternative : ou alors ; ou hien ; ou au contraire ; soit... soit
Bei dem Glatteis auf den Straßen Avec ce verglas sur !es routes, on fe­
0

sollten wir lieber zu Hause bleiben, rait mieux de rester a Ja maison, ou


oder "' wir fahren mit dem Zug hin. alors on y va en train.
Er könnte ja schon an Ende dieser II pourrait venir des Ja fin de cette se­
Woche kommen, oder "' gleich am maine, ou alors taut au debut de Ja
Anfang der nächsten. prochaine.
Die Fähigkeit, ein Verbot zu über- La faculte de violer un interdit sans
schreiten, ohne dabei mehr zu leiden, en eprouver plus de malaise qu'on en
als zu gewinnen, setzt beim Inhaber tire de benefice suppose chez celui qui
solcher Fähigkeit entweder unge- a cette capacite soit qu'il eprouve un
wöhnliches Vergnügen am eigenen plaisir rare a constater son propre
Mut voraus, oder "', [ ... ] dieser courage, soit que cet etre ne se sente
Mensch fühlt sich nicht gebunden an pas lie par des regles qui s'opposent a
eine sich ihm widersetzende Ordnung sa volonte et[ ...]
und[...]. (MMÜ48/d'aprcs47)
Sie können die Pfandbriefe [... ] bei Vous pouvez nous remettre directe­
uns direkt einreichen, oder "' Ihre ment ces obligations ou bien votre
Depot-Bank erledigt dies.(WEL T banque[de depöt] s'en chargera.
19/06(74)

126
aber ! : conjonction de coordination

Denn ob [der Tanz] zum Liebesreigen Curieusement, on ne peut pas encore


wird und zur Begattung führt, oder "' determiner, au debut, si Ja danse sera
ob er sich in ebenso fließendem parade nuptiale conduisant a l 'accou­
Übergang zum blutigen Kampf ent­ plement o u si, au contraire, eile se
wickelt, das steht am Beginn merk­ transformera tout aussi insensiblement
würdigerweise noch nicht fest. (KLT 28) en lutte sanglante.
Er gab den Industriellen [ ...] zu vers­ II donna a entendre aux industriels
tehen, die Exporte nach Sowjetruß­ que nos exportations vers ]'Union so­
land könnten bedeutend gesteigert vietique pourraient connaitre une se­
oder "' erheblich gedrosselt werden. rieuse expansion ou, au contraire,
(JBB 85) une notable diminution.

h) en locution : aber dalli!


[Räum jetzt dein Zimmer auf,] "' [Range ta chambre, maintenant,J et
dalli! (/am.) que �a saute!
Hände hoch! "' dalli, sonst knallt's. Les mains en l'air et que �a saute,
(WEA 52) sinon je tire!
"Holen Sie eine Pulle Kognak und - Faites un saut chez moi et rappor­
zwei Gläser aus meiner Wohnung", tez-nous un flacon de cognac et deux
ordnete der Arzt an, rieb sich die verres. Et au trot! fit le medecin en
Hände, wohl vor Kälte. ""' dalli." Der se frottant les mains, sans doute a
Wärter verschwand. (DVc 88/ct'aprcs 127) cause du froid. L'infirmier s'eclipsa.

i) alles, aber auch alles et assimiles : (ici pour memoire; voir aber auch2)
Ich habe alles, "' auch alles ver-
0 0
J'ai tout, mais alors tout essaye!
sucht!

2. introduisant un enonce produit en reaction a une situation ou a


l'enonciation ou au comportement d'un interlocuteur; aber est en tete
de l'enonce ou apres le verbe
a) l'enonce est une reponse a une question ou une demande : mais; bien sür
[que ouilnon...]; certainement; oh que [non]; (2)
- Kommst du morgen? - Tu viendras demain?
- "' ja / "' sicher / "' gern / "' natür- - Mais oui / mais certainement /
lich! mais volontiers / mais bien sur ou
evidemment!
"Der Ausweis ist Ihnen bekannt?" ""' - Vous connaissez cette carte?
ja - der Ausweis meines Mannes" be­ - Bien sur. C'est Ja carte de mon
stätigte H. H. verwundert. (KVW 23/36) mari! dit H.H. visiblement surprise.

127
aberl : conjonction de coordination

orro: [ ... ]Soll ich sie reinlassen? orro: Dois-je Ja faire entrer?
HARRAS, der zuerst kaum hingehört hat, HARRAS, qui n' a d' abord prete qu' une oreille
elektrisiert: "' klar! (ZTG 22) distraite, brusquement: Mais bien sur!
"Sie wollen mir also nicht helfen?" " "' - Vous ne voulez donc pas m'aider?
gewiß... wenn ich kann." (SZA 50) - Mais si, bien sur... si je Je peux.
-Hast du was dagegen? -Tu as une objection?
- "' nein! (voir aussi d}) - Mais non / Bien sur que non!
"Gnädige Frau, wir kennen uns "Je crois bien, Madame, que nous
doch?" [...] " "' natürlich, Herr Regie­ nous connaissons." "Certainement,
rungsrat", sagte die Tant (sie) Adel­ monsieur Je Conseiller", dit Tante
heid und strahlte stolz und glücklich. Adela'ide rayonnante d'orgueil et de
(IKM69/66) bonheur.
-Gehst du auch hin? -Tu y vas aussi?
- "' nein! - Oh que non!
" [ ...] Die Mutter war verheiratet." - La mere etait mariee.
"Mit RichardWagner?" - Avec RichardWagner?
" "' nein." (KMS 19) - Mais non [,voyons]!
"HerrMatthäi", sagte sie einmal, "[ ... J - Monsieur Matthäi, dit-elle un jour,
ist der Kommandant der Kantonspoli­ est-ce que le commandant de la police
zei meinetwegen hierher gekom­ cantonale est venu ici a cause de moi?
men?" - Mais non, voyons! II n'y a aucune
" "' nein", antwortete Matthäi, "warum raison, repondit Matthäi.
soll er denn?" (DVe 123/d'aprcs 177)
"[ ... ] Wollen Sie mir also helfen." - Alors, vous voulez bien me venir
""'··· "' ich ..." en aide?
"WollenSie oder nicht?" - Mais, c'est que...
""' ich kenne doch keine Person. Ich - Vous voulez, oui ou non?
weiß nicht, wen Sie meinen.[ ... ]" (SZA - Mais je ne connais personne.Je ne
49) vois pas a qui vous pensez.

b) l'enonce est une replique (objection, commentaire, etc.) : mais; et; 0


"'das habe ich doch nicht gewußt! Je ne savais pas, moi!
- Ich habe den ganzen Morgen -J'ai mal a la tete depuis ce matin.
schon Kopfweh. - Mais pourquoi ne prends-tu pas de
- "' warum nimmst du keine comprimes?
Tabletten?
- Das nehm' ich dir nicht ab. (fam.) - La, je ne te crois pas.
- Ich habe es "' gesehen! ( .... l.a}) - Mais je l'ai vu!
-Wie macht man das? -Comment on fait �a?
- Das solltest du "' langsamwissen! -[Ecoute,] tu devrais commencer a
Je savoir!

128
aher l : conjonction de coordination

- Er sagt, er hat es nicht gewußt. - II dit qu'il ne savait pas.


- Das stimmt "' nicht! Er hat es sehr - <::a, ce n'est pas vrai! II Je savait
wohl gewußt. parfaitement.
Aus welchem Grunde sind dann"' die Mais alors, pour quelle raison !es
Millionäre aus der Mode gekommen? millionnaires sont-ils passes de mode?
(KMS 7)
"Worüber haben Sie heute morgen - A quel propos vous etes-vous dis­
mit Frau Natalis gestritten?" Heinke pute avec Madame Natalis, ce matin?
wirkte ehrlich verwundert, als er Heinke semblait sincerement etonne
erwiderte: ",,, ich habe doch nicht mit en repliquant : "Mais nous ne nous
ihr gestritten!" (HMY 33) sommes pas disputes!"

brauch ich." [ ... ] r ...


"Vierhundert Kronen, hab ich gesagt, - J'ai besoin de quatre cents cou­
ronnes, que je vous dis! J
",,, ich habe sie nicht!" schrie Irene - Mais je ne !es ai pas! s'ecria Irene,
verzweifelt. (SZA 43) desesperee.
STEFFEN: Na, sehen Sie, das ist doch S TEFFEN: Eh bien, c'est tres simple,
ganz einfach: Sie treten auf dem voyez-vous : vous vous presentez a Ja
Aktienmarkt als der Käufer der Bourse comme l'acheteur des actions
Baumann-Minorität auf. minoritaires de Baumann.
MANAGER: "' ich habe doch gar nicht MANAGER: Mais je n'ai pas l'argent!
das Geld dazu. (AAH 31)
GEORG: Du hast mir nie gesagt, was du GEORG: Tu ne m'as jamais dit ce que tu
von Helen wirklich hältst! penses vraiment d'Helen.
WOLF: "' du hast es offenbar geahnt. WOLF: Mais tu l'as manifestement de­
(BSP27/31) vine.
LISA: Spanien erkennt die Visa aus LISA: L'Espagne n'accepte plus !es vi­
Marseille nicht mehr an. Sie yerlan­ sas etablis a Marseille. Ils veuJent un
gen ein Visum aus Paris, aus der be­ visa de Paris, de Ja zone occupee.
setzten Zone. HIRSCHBURG: Mais je n'ai aucun
HIRSCHBURG: Ich kann "' nicht nach m_ o yen d'aller a Paris.
Paris fahren. (CHP 22)
HARTMANN unsicher: Ich möchte nicht HARTMANN hesitant: Je ne voudrais pas
stören, Herr General. VOUS deranger, mon General.
HARRAS: "' Sie stören hier niemanden. HARRAS: Mais vous ne derangez per­
Ganz im Gegenteil. ( Z TG 62) sonne, bien au contraire.
",,, Sie wollen doch nicht sagen", Mais, dit Robert, s'asseyant sur Je Jit,
meinte Robert und setzte sich auf ihr vous n 'allez pas pretendre que !es
Bett, "daß bei Frauen solche Fälle femmes ne se mettent jamais dans Je
nicht vorkommen?" (HFV ssns) meme cas.

129
aberl : conjonction de coordination

WOLF: Aha. ' 0 Das hast du dir also ge­ WOLF: Ah tiens. <;a, tu l'as note.
merkt. [ ... ] HELMA: Et comment ne pas Je noter?
HELMA: "' wie sollte ich mir's denn
nicht merken?[...] (BSP44)

c) l'enonce est une exhortation, une mise en garde: [d'accord,] mais; ecoute;
0
(A un enfant:) [ ... ] Nun schlaf"'endlich! Bon, allez, maintenant, fais dodo!
(Le /ocuteur par/e a ses chats:) "Ich be­ "Je viendrai vous revoir bientöt, dit­
suche euch bald wieder", sagte er. il. Mais dormez maintenant comme
"Nun schlaft "' wie sich das für so doivent faire de petits chats biens
kleine artige Katzen gehört!" (KMS 91) sages."
HÖFLING: Ich hab jedenfalls nicht diese HÖFLING: En taut cas, je n'ai pas Ja fo­
BMW-Sucht wie du. lie des BMW comme toi!
ERSTLING: Nee! Die Porsche-Sucht hast ERSTLING: Non! Tu as Ja folie des
du! Porsche!
HÖFLING: Also du - du hast­ HÖFLING: Et toi, tu as-
ERSTLING: Na laß mal. ERSTLING: <;a va, laisse tomber.
HÖFLING: Nun hör "' auf. Du hast doch HÖFLING: Ecoute arrete. Tu as tou­
immer einen ganz anderen Finanz­ jours eu un autre standing que Je
status vertreten als ich. Unterm mien. Tu ne descends pas au-dessous
BMW machst du's doch nicht. (BSP48/ de Ja BMW.
d'apres 52)
- Mutti, ich fahr' mit dem Rad hin! - J'y vais a velo, m'man.
-"' sei vorsichtig ou sei == vorsich- - D'accord, mais soit prudent, Ja
tig, die Straße ist gefährlich! raute est dangereuse!
- Also wir gehen. - Bon, on y va.
- Daß ihr mir == keine Dummheiten - Mais ne faites pas de betises!
macht!
Sei"'pünktlich, nicht wie letztes Mal! Täche d'etre a !'heure, pas comme
l'autre fois!
Nun laß mich == in Ruhe! Ecoute, fiche-moi Ja paix, mainte­
nant!

d) J'enonce reagit a un comportement (qui peut etre verbal) OU une Situation


en exprimant le desarroi, Ja reprobation, voire l'indignation (- aber2 ): mais;
ah ; ecoute ; alors La ; etc. ; 0
"'was soll das! [Mais] qu'est-ce que �a signifie!
== nein! Das darf doch nicht wahr Ah nooon, c'est pas vrai!
0

sein!

130
aber ! : conjonction de coordination

Da hört sich "' doch alles auf! Was Alors Ja, c'est la fin de tout! Qu'est­
fällt Ihnen denn eigentlich ein? (CKE ce qui vous prend, dites-donc?
92)
"Nun hab ich "' die Nase voll von Ecoutez, Ja plaisanterie a assez dure!
Ihrer Posse! Sie wissen doch ganz ge­ Vous savez tres bien que je ne suis pas
nau, daß ich der Jossa bin und nicht Mugalle mais Jossa!
der Mugalle!" (-ky 31)

e) en locution avec Je verbe bitten ou Je mot-phrase bitte : mais [je vous en


prie / voyons] ; 0
• ich bitte Sie ou dich :
"'ich bitte dich, was soll denn das! Mais je t'en prie, qu'est-ce que �a si­
gnifie!
"' ich bitte Sie, was fällt Ihnen denn Mais je vous en prie! Qu'est-ce qui
ein! vous prend!
FA vARD: Und was soll ich also tun? FA VARD: Et qu'attendez-vous de moi?
PIERRE: Die Liste veröffentlichen! PIERRE: Que vous publiiez Ja liste.
FAVARD: Was versprechen Sie sich da­ FAVARD: Qu'en esperez-vous?
von? PIERRE: Mais voyons, Ja liste est Ja
PIERRE: "' ich bitte Sie, die Liste ist preuve irrefutable que Je putsch a ete
der exakte Nachweis für die prepare de longue date.
Vorbereitung des Putsches von langer
Hand. (AAH 65)
• aber bitte : comme reponse positive :
- Darf ich [davon nehmen]? - Je peux [en prendre]?
- "'bitte! - Mais je vous en prie!

• aber bitte: marquant l'acceptation d'une excuse:


"Verzeihen Sie, Matthäi, das ist mir - Excusez-moi, Matthäi, j'ai dis cela
nur so herausgerutscht." sans y penser.
",,, bitte", antwortete er und steckte - De rien, de rien, j'ai l'habitude,
das Geld ein, "das bin ich gewohnt." repondit-il en empochant l'argent.
(DVc 109)

f) devant un vocatif, non detache par virgule (pour l'emploi detache-+ aber2 ) :
• formant avec celui-ci une exclamation precedant l'objection ou Ja remarque
critique proprement dite (-+ BILAN) : mais; voyons; 0
- So, jetzt ist alles hin (fam.) - Voila, maintenant tout est fichu!
- "'Paul, was 0 kann ich dafür? - Mais qu'y puis-je, Paul?

131
aber ! : conjonction de coordination

= Bärle, was machst du dir für


Sorgen? (BSP 52/d'aprcs 57) - Mais mon petit lapin, pourquoi te
tracasses-tu ainsi?
GALILEI: Ich verstehe: freier Handel, GALILEE: Je comprends: libre com­
freie Forschung. Freier Handel mit merce, libre recherche, libre com­
der Forschung, wie? merce avec Ja recherche, n'est-ce pas?
KURATOR: = Herr Galilei! Welch eine LE CURATEUR: Mais Monsieur Galilee,
Auffassung! (BLG 18/20) quelle fa9on de voir!
= Frau Grübe!, was haben wir denn Voyons, Madame Grübe!, qu'est-ce
jetzt wieder für Einfälle. (WEA 75) que c'est que ces idees!
= Herr Direktor, ich flehe Sie an! Monsieur le Directeur, je vous en
(CKE 113) supplie!

+ constituant avec Je VOCatif un enonce a part entiere, eventuellement SU!Vl


d'un autre et exprimant Ja reprobation voire I' indignation : voyons ; mais enfin
(fam.) ; quand meme
- Sag mal, du hast doch nichts gegen - Dis voir, tu n'as rien contre moi,
mich, oder? non?
- = Peter! - Voyons, Peter!
= 0 Paul / °Kinder [, so was tut man Voyons, Paul / Mais enfin, les en­
doch nicht]! fants [9a ne se fait pas, des choses pa­
reilles] !
- Wirst du auch immer lieb zu ihr - Promets-tu d 'etre toujours gentil
sein, Junge? avec eile, mon fils?
- = Mutter! (ECH 30/39) - Voyons, maman!
(W. Brandt:) Wir stehen nicht am Ende (W. Brandt:) Notre democratie ne
unserer Demokratie, wir fangen erst tauche pas a sa fin, Ja vraie democra­
richtig an. (Abg. Dr. Barze/:) = Herr tie ne fait que commencer. (M. Barzel:)
Brandt! (DG-2, 32) Monsieur Brandt, quand meme!

Remarque a propos de aber postpose a Ml (-+ 1.b) :


La mise en valeur de MI est egalement compatible avec aber prepose, ce qui prouve qu'elle
n 'est pas specifiquement liee a Ja position de Ja conjonction. Ce cas de figure est cependant
beaucoup plus rare (ce qui montre en retour l'existence d'une affinite entre mise en valeur de
MI et postposition de Ja conjonction) :
"Ich mische mich da nicht ein", sagt er. Moi, je ne me mele pas de ,;;a, dit-il. Possible
"Kann ja sein, daß Sie recht haben, � '0 mich que vous ayez raison, mais c'est pas mon
geht das nichts an [...]." (ATM 51) probleme!
(Le maftre chanteur a sa victime, une bour­ Pour moi, ,;;a m'est bien egal. Je n'ai rien a
geoise adultere:) '0 Mir liegt doch nicht viel da­ nier, et de toute fa,;;on en prison, ,;;a ne pour­
ran. ' Ich leugne ja nichts, mein Gott, und rait pas aller plus mal que dans Ja chienne de
0

schließlich im Gefängnis kann's mir doch vie que je mene a present. Mais vous, ma­
auch nicht schlechter gehn als jetzt, bei dem dame Wagner, vous devriez etre plus pru­
elenden Leben. � '0 Sie, Frau Wagner, sollten dente.
etwas vorsichtiger sein. (SZA 42/d'aprcs 57)

132
!aber 2 interjection 1
Fonction : exprime une reaction critique, Ja reprobation, voire l 'indignation.
Contexte : s'emploie en reaction a un comportement, qui peut etre verbal; Je
comportement peut etre accompli ou imminent, auquel cas l'enonciation de
aber vise a l'empecher.
Position : seul ou redouble, suivi ou non d'un enonce complementaire.
Accentuation : toujours forte.
Concurrent : - nanu
Equivalents : allons ; voyons ; eh bien ; quand meme ; (2)

0
"'! Sei doch nicht so ungeduldig! Voyons, ne sois pas si impatient!
- Den könnt' ich manchmal totschla­ - II y a des moments, je le tuerais!
gen! (/am.) - Voyons [, voyons] !
_o ,,, [o ,,, ]!
0 "' 0
, "'! [Was machst du denn für ein Eh bien! [Tu en fais une tete!]
Ge0sicht!]
"0 "' 0,,,",
. sagt Martha, "was sind das Allons, allons qu'est-ce que c'est
für Reden." (LRS 184) que ces discours!
"Ja, weißt du", sagte sie [ ... ] "wenn - Vois-tu, fit-elle [ ... ], une fois at­
man so alt ist wie ich, dann weiß teint un äge aussi avance que le mien,
man, daß man eigentlich sterben on se rend compte qu'on ferait mieux
sollte." de mourir.
"o:::::: o::::!"
, - Allons, voyons!
"Sei still. Natürlich gibt das keiner - Calme-toi. Aucun de vous ne l'a-
von euch zu. [...]" (RVF 175/207) vouera, bien sür. [ ... ]
DIDDO: [ ... ] Als Kind hab ich schon DIDDO: Enfant deja, je ne cessais de re­
immer heimlich Ihr Bild angeschaut, garder en douce votre photo sur la
das bei Tarite Olly auf dem Nachtkastl table de nuit de tante Olly--
steht-- L YRA: Allons, voyons!
0 0
LYRA: "', "'! (ZTG 30)

"Verstand Herr Mashold etwas von - Monsieur Mashold s'y connaissait­


Düngemitteln?" il question engrais?
",,,, junger Mann, was für Vorstel­ - Voyons, jeune homme, quelle
lungen haben Sie von unserer Volks­ idee vous faites-vous de notre eco­
wirtschaft! Unsere Leitungskader nomie! Nos cadres sont des managers
sind hochqualifizierte, befähigte Ma­ competents hautement qualifies.
nager. Wie würden sonst unsere Comment expliquer nos succes au
internationalen Erfolge zustandekom­ plan international sinon?
men!" - Parce que nous en avons?
"Haben wir welche?" - Enfin quand meme ...!
"Na, 0 "'••• !" (HMY 85-86)

133
aber2 : interjection / aber3 : particule modale

(Reponse il l' inspecteur qui lui reproche de ne


Voyons, Monsieur Krüger, je ne re­
pas co/laborer:) " 0 ==, Herr Krüger, ich
verweigere keinesfalls die Aussage. fuse pas de parler. Je n'etais la, hier,
Ich war gestern nur [da], um einen que pour reparer un siege. Je n'ai rien
Sitz zu reparieren, und mit dem Tod a voir avec la mort de Siegfried
von Siegfried Mashold habe ich nichts Mashold.
ZU tun." (HMY 102)
VON STUDNITZ: Es ist Grenzgebiet. Der VON STUDNITZ: C'est une zone fronta­
Herr Bürgermeister erlaubt Ihnen be­ liere. Monsieur le Maire ne vous au­
dauerlicherweise nicht hierzubleiben. torise malheureusement pas a rester
Und die Heimat braucht Sie. Darf ich ici. Et le pays a besoin de vous. Puis­
Ihnen einen Platz in meinem Wagen je vous proposer de monter dans ma
anbieten? voiture?
LISA: Ist das ein Befehl? LISA: C'est un ordre?
VON STUDNITZ: ==, Madame. (CHP 54-55) VON STUDNITZ: Oh! Madame!
0

!aber3 particule modale 1


Fonction : marque une reaction d'etonnement admiratif ou critique suscitee
par un fait qui, sans etre necessairement inattendu en soi, l'est par son inten­
site; s'emploie dans des exclamations de forme declarative ou commen�ant
par le verbe ou un pronom en w-.
Position : toujours post-verbale.
Accentuation : faible ou nulle.
Concurrents : -+ doch4 ; -+ ja3 ; -+ vielleicht2
Equivalents : comme ; qu' est-ce que... ; quel; + autres expressions ou construc­
tions intensives : alors la ; dis-donc ; drolement ; r;a alors ; un de ces... ; pour
un N, c' est un N
PLAN: 1. en exclamative a VI
2. en exclamative a V2
3. en exclamative introduite par un pronom en w­
(pour aber + auch, -+ aber auchl)

1. en exclamative a VI (-+ doch4 5.b); _. vielleicht2 1.) :


War 0 das == ein langweiliger Abend! Qu 'est-ce qu'eile etait ennuyeuse,
cette soiree!
Kann °der== gut schwimmen! Qu'est-ce qu'il nage bien!
Hast du== Schwein! (fam.)
0
Quel pot tu as!

134
aber3: particule modale
2. en exclamative a V2 (-+ ja3 1.a; .... vielleicht2 1.; pour aber+ auch. .... auch 3 5.):
0
Du bist ou bist du ou (fam.) was bist
0
Qu'est-ce que tu as grandil
0
du ""groß geworden!
0
Du bist""komisch. (CKE 63) Qu'est-ce que tu es bizarre!
0
Das dauert""lang' Qu'est-ce que c'est long!
0
Das ist"' nett! Comme c'est gentil'
0
Das freut mich "'! <;a, alors, c;a me fait plaisir! (fam.)
0
Du hast"' Glück' Tu en as de Ja chance!
0
Das ist""ein großes Haus' Elle est drölement grandei cette
maison!
- Er hat kein einziges Wort gesagt. - II n'a pas dit un seul mot.
- Das ist""erstaunlich! - <;a alors, [ c'est etonnant ] !.
Das ist""eine Überraschung!
0
En voila une surprise! / <;a, pou r
une surprise, c'est une surprise!
(Apropos d'une barbe tres foumie :) 0
Der II a une de ces barbes 1 (-+ vielleicht2
hat""einen Bart! 1.)

Jetzt reicht's ,,,1 Maintenant, c;a suffit / <;a commence a


bien faire! (fam.)
An diesem Abend sagte Gerd zu sei­ Ce soir-la, Gerd dit a sa femme
ner Frau : "Heute hat mich die Arbeit "Aujourd'hui, Je boulot, c'etait cre­
""geschafft". CBZ 21/01/67) vantl"
HANSI: Schauts euch die Lori an, die HANSI: Regardez un peu Ja Lori, eile
ist immer noch nicht fertig. est toujours pas prete.
uzz1 Mein Gott, die gefällt sich "" uzz1: Ah dis-donc!, qu'est-ce qu'elle
gut! (CKE 60) s'aime, celle-la!
Dann können sie ""was erleben! (WEA Alors la, qu'est-ce qu'ils prendront'
36)

"Da irren Sie sich "" ganz gewaltig", Alors la, vous VOUS trompez bigre­
meinte Schulze. (KMS 76) ment ou (tres fam.J vous vous mettez Je
doigt dans I'cei 1.
[ ... ] und sagte, du bist "" n süßer
0
[ ... ]en me disant "t'es un joli bout de
Käfer und so'n Scheiß. (MGW 86) femme, dis-donc" et d'autres conne­
ries du meme genre.

3. en exclamative introduite par un pronom en w- (-+ doch3 5.):


Was ist der [""]großgeworden!
0
Qu'est-ce qu'il a grandi!
Was bist du [""] für ein komischer Quel dr61e de type tu es!
0

Kerl!

135
!aber4 prefixe

Fonction: marqlle Ja repetition; emploi archa"iqlle Oll en locutions figees


Accentuation: forte
tausend und "'tausend [Küsse l mille et mille [baisers]
HELEN zeigt auf den Boden: Was ist das? HELEN montre le so/: Qu'est-ce que c'est
WOLF: Merkwürdigerweise : nur ein qlle �a?
Fleck. Vielleicht Kuckucksspucke. WOLF: Curieux : une simple tache.
Jedenfalls ein Fleck, wie er in der Peut-etre de Ja bave de coucoll. En
Natur zu "'tausenden vorkommt. (BSP tout cas une tache comme on en
67) trouve des milliards dans Ja nature.
"' und "'mals maintes et maintes fois
[... ] als ich [ ... ] das Tuch aus der [... ] lorsque je tirai le mouchoir de ma
Tasche zog, um mich "'mals hineinzu­ poche pour me moucher encore une
schneuzen! (HFV 16) fois.

BILAN

Valeur generale et effets de sens :


Si tous les emplois de aber sont loin d'etre adversatifs, on peut neanmoins ob­
server que tous marquent une sorte de rupture de continuite, en ce sens que Je
contenu de l'enonce en aber ou l'acte accompli en l'enon�ant ne sont jamais at­
tendus comme Je simple prolongement de l'enonce Oll de Ja situation ante­
rieurs. Meme lorsque aber conjonction fait simplement progresser le recit, la
progression se fait par l'introduction d'une information nouvelle non attendue
a priori dans Ja situation donnee.

Problemes d'affectation :
1. Entre aber I (conjonction) et aberl (interjection) :
Les emplois de aber+ vocatif (aber Paul!) donnent lieu a des traductions ana­
logues a celles de aber employe seul (Aber!), ce qui peut inciter a les classer
avec les seconds dans Ja categorie des interjections. Ce qui retient de proceder
a cet amalgame, c'est Je fait que le aber accompagnant un vocatif n'est pas ac­
centue, contrairement au aber employe seul. Dans Je premier cas, c'est en fait
le vocatif qlli est le support de l'expression de reprobation ou d'indignation (il
pourrait d'ailleurs etre employe seul : Paul!), alors que dans le second, c'est
aber - et pour callse, puisqu'il est employe seul.

136
2. Entre aberI et aber3 :
Tout enonce ponctue par un point d'exclamation et comportant un aber ne re­
leve pas necessairement de l'emploi comme particule modale. II faut distinguer
entre :
- l'exclamative veritable, a valeur intensive, dans laquelle aber figure comme
particule modale,
- l'enonce declaratif a intonation exclamative mais a fonction argumentative,
ou aber est employe comme conjonction (-+ I.b, c) :
- Ich glaube, wir nehmen den da. - - Je crois qu'on va prendre celui-la!
Du, der ist"' zu groß! - Mais il est trop grand, dis-donc!

AberJ et ses concurrents doch,ja, et vielleicht:-+ vielleicht2

137
aber auch
aber auchI : combinaison 'conjonction + particule'
aber auch2 : quasi-conjonction complexe

!aber auchl combinaison 'conjonction + particule' 1


Fonction : aber relie deux enonces ou parties d'enonce qui s'opposent ou
marque l'apparition d'un element nouveau qui fait progresser Je discours en
le reorientant eventuellement (- aberl ); auch marque un ajout ou souligne une
concordance entre deux contenus ou enonces (- auch2).
Contextes : declaratives; autres types de phrase non exclus.
Positions : ne peut occuper seul Ja position pre-V2.
Accentuation : generalement faible (voir exception pour auch SOUS 1.).
Partenaires : - noch ; und ; zum Beispiel
Equivalents : • aber : mais ; et; neanmoins
• auch : aussi ; egalement; encore ; [il] faut dire [aussi] que ;
s' ajouter a ; (en contexte negatif:) non plus

PLAN: 1. aber conjonction + auch particule de mise en relief


2. aber conjonction + auch particule modale
a) en declarative ou en exclamative
b) en interrogative ou en imperative

1. aber conjonction + auch particule de mise en relief :


• aber marque l'adversativite, une reorientation du discours ou simplement sa
progression (- aberl ); non accentue : et ; mais ; neanmoins
• auch porte sur un membre de phrase dont il presente Je contenu comme s'a­
joutant a d'autres du meme type (- auch2); non accentue si prepose au membre
sous sa portee (cas le plus frequent), accentue si postpose (rare) : aussi; encore ;
(en contexte negatif:) mi-... mi-... ; non plus ; s' ajouter a
Ihnen gilt unser Respekt, "' "' Dank. Nous leur devons respect et recon-
0

(HPR 42) naissance.


Damals bei der Tant Adelheid war Du temps ou je vivais chez tante
ich ja noch viel dümmer als heute. Adela"ide, j'etais encore bien plus bete
"' "'
0
damals hatte ich schon eine To­ que maintenant. Mais j'avais deja une
desangst, jemand könnte merken, daß peur bleue qu'on ne decouvre que je
ich nichts verstehe. (!KM 85/d'aprcs 78) ne comprenais rien.
Es lebe die Freiheit der Presse, es Vive la liberte de Ja presse, mais vive
lebe "' "' 0meine, gelegentlich zu sa­ aussi la mienne, de signaler a l'occa­
gen, wie sie etwas falsch macht. sion ses erreurs.
(WEHNER, Deutscher Bundestag, 20.03.80)

138
aber auchl : conjonction + particule

"' "' Frauen ka 0 tholischen Glaubens Mais il y a aussi des Americaines ca­
greifen in den USA zur Pille - ob­ tholiques qui prennent Ja pillule, bien
wohl aus Rom noch keine Anerken­ qu'elle ne soit pas encore autorisee
nung erfolgte. (BZ 14/02/67) par Rome.
Schon vor einigen Jahren, in der alten 11 y a quelques annees deja, dans J'ex­
Bundesrepublik, ist mir in Schwaben, Republique federale, j'avais remarque
"' "' in °Bayern oder in °Norddeut­ en Souabe, mais aussi en Baviere ou
schland aufgefallen, daß die soge­ en Allemagne du Nord, que ce qu'on
nannten bürgerlichen Schichten [...] appelle les milieux bourgeois se re­
wieder zunehmend den Dialekt pfle­ mettaient de plus en plus a cultiver Je
gen und mit einem gewissen Stolz dialecte et a Je parler avec une cer­
sprechen. (DDL 27) taine fierte.
Über die Notwendigkeit, den Nutzen, La necessite, l'utilite, mais aussi Ja
"' "' die angebliche 0 Schädlichkeit von pretendue nocivite du travail des
Frauenarbeit für die Stellung und das femmes pour la position et la dignite
Ansehen der Frau selbst wie auch für de la femme elle-meme comme pour
die Gesellschaft ist in der Vergangen­ Ja societe ont ete amplement discutees
heit viel diskutiert worden. (HPR 44) dans Je passe.
Gegenwärtig werden rund 70.000 Zi­ Actuellement, il y a environ 70000
vildienstplätze angeboten, hauptsäch­ emplois civils disponibles pour les ob­
lich in den Pflege- und Betreuungs­ jecteurs de conscience, principalement
bereichen, "' "' im 0 Umweltschutz, in dans le secteur des soins et de l'assis­
der 0 Landschaftspflege oder Ver 0wal­ tance, mais aussi dans l'environne­
tung. (IN-ZD 5) ment, l'entretien des paysages ou les
administrations.
Ich kann einer bestimmten politischen Je peux me rallier au pouvoir en place
Herrschaft zustimmen [...], weil sie pour !es avantages materiels qu'il
materielle Vorteile [...] biet[e't]; ich m'apporte, je peux m'y soumettre par
kann mich· der Herrschaft einfügen, habitude, mais je peux aussi etre
weil ich es so gewohnt bin [...]; ich amene a le soutenir par identification
kann "' "' zu dieser Bejahung einer avec ceux qui Je detiennent.
bestimmten Herrschaft kommen, weil
ich mich mit der herrschenden
Gruppe identifiziere [_.,]. (HSA 22)
Daraufhin fuhren die Beamten in ein La-dessus, les policiers se rendirent
Nürnberger Krankenhaus. "' "' 0hier dans un höpital de N., mais Ja en­
mußten sie ohne Ergebnis wieder ge­ core, ils repartirent bredouilles.
hen. (BZ 10/02/67)
"Es ist schrecklich, arm zu sein, Etre pauvre est une situation epouvan­
schlimm ist "' 0 "', so gerade hinzu­ table, mais il n'est pas agreable non
kommen, ein Zustand, in dem sich die plus de joindre tout juste les deux
meisten Menschen befinden" (BAC 62) bouts, ce qui est le sort de la plupart
des gens.

139
aber auchl : conjonction + particule

Als sie zu sich kommt, meint die be­ Quand eile revient a eile, sa mere,
sorgte, "'"' freudig erregte Mutter, mi-soucieuse mi-contente, lui re­
das hätte sie ihr doch mitteilen sollen proche de ne lui avoir rien dit.
[ ... ]. (RBB 87)

+ partenaires remarquables de aber et/ou auch : und; zum Beispiel ; noch


[Es ist ein] Bildertest, wo man eben in II s'agit d'un test a partir d'images et
einen Raum sich begeben muß, und de photos, Oll il faut aller dans une
dort sind verschiedenste Bilder aus salle Oll il y a toutes sortes d'images et
der Geschichte und "'"' aus dem de photos collees sur une table et qui
aktu0 ellen Tagesgeschehen auf einen ont trait a l'histoire, mais egale­
Tisch geklebt, und man muß erken­ ment a l'actualite, et il faut recon­
nen: Wer ist das, was ist das, welche naitre !es personnages, les evene­
Situation ist das. (JN-JS 6) ments, !es situations.
(L' interviewe parle de ses loisirs cu/turels:)
Ich lese - dann gehe ich auch ins Je lis, et je vais aussi au theätre. Je ne
Theater. Ich bin nicht übermäßig mu­ suis pas tres porte vers la musique.
sikalisch. Um ein wirkliches Verhält­ Pour avoir une veritable relation a la
nis zur Musik zu finden, muß man musique il faut avoir un certain don.
schon eine bestimmte Begabung ha­ Mais je m'interesse aussi beaucoup
ben. "'"' zum Beispiel für Malerei par exemple a la peinture et a la
und für Plastik interessiere ich mich sculpture.
außerordentlich. (IN-MR 9-10)
Das ist heute gottlob Geschichte. Es Dieu merci, cela appartient desorrnais
gibt "'"' 0 heute noch Länder, in de­ a l'Histoire. Mais il y a aujourd'hui
nen nur stattfinden darf, was von encore des pays Oll n'a droit de eire
oben angeordnet, organisiert und ge­ que ce qui vient d'en haut, que ce qui
führt wird. (HPR 35) est decide, organise et realise par )es
autorites superieures.
"Monsier Tergnier [ ...] hat mir ge­ -Monsieur Tergnier m'a dit Oll vous
sagt, wo Sie zu finden sind. Er sprach trouver. II m'a parle de vous.
mit mir über Sie." "O jeh!" "Ich habe -Mon Dieu!
mich "'"' noch, ehe ich mich auf den - Mais avant de monter ici, j'ai en-
Weg hierherauf machte, mit Ihren core pris Je temps de discuter de vous
Eltern über Sie unterhalten." (KTG 131) avec vos parents.
Neben die christlichen Ideale sind D'autres conceptions et d'autres atti­
verstärkt auch andere Anschauungen tudes devant Ja vie (comme par
und Lebenseinstellungen (wie etwa exemple Ja realisation de soi, Ja con­
Selbstverwirklichung, Konsum, sommation, le plaisir) ont pris une
Genuß) getreten. "'"' heute noch be­
0
place importante a cöte des ideaux
kennen sich viele Menschen zum chretiens. Neanmmoins, aujourd'hui
christlichen Glauben[...] (JN-EK 15) encore, beaucoup de gens se recon­
naissent dans le christianisme.

140
aber auchl : conionction + particule

Nun kommt Ihnen "" "" noch eine ge­ A quoi s'ajoute Je temps que vous
wisse Zeit abhanden durch die perdez du fait de Ja necessite de vous
Notwendigkeit, sich zu ernähren. nourrir.
(MEM61)

2. aber conjonction + auch particule modale


a) en declarative ou en exclamative :
• aber : comme en 1.
• auch : marque Ja concordance entre deux contenus ou enonces dont Je second
peut etre presente comme commentaire, consequence ou explication du pre­
mier (pour une analyse plus deraillee, ..... auch3 J. et 5.): bien; vraiment; [il] faut
dire [aussi] que ; question rhetorique (pour !es exclamatives en daß) ; 0
• en declarative :
"Die haben's """" beide ziemlich nö­ Ils en ont bien besoin tous ]es deux.
tig." (VSD 75)
Er sammelte Frauen, und seine II collectionnait les conquetes femi­
Amouren waren zwar kurzlebig, nines et si ses amours etaient ephe­
stellten ihn dafür "" "' kaum je vor meres, elles ne lui posaient par contre
ernstere Probleme, da er selbst sie nie pour ainsi dire jamais de problemes
dauerhaft wollte. (ATM 63) bien serieux, puisque lui meme ne
voulait jamais !es voir durer.
WOLF: Desmoulins mit Danton zu ver­ WOLF: Seulement confondre Desmou­
wechseln, ist nun leider kein kleiner lins et Danton, ce n'est plus vraiment
Patzer mehr. un petit lapsus.
HELMA: Herrgott! Was war denn mit HELMA: Mon Dieu! Qu'est-ce que c'est
den beiden? Erzähl doch mal! Was que ces deux-la? Raconte un peu!
hatte es denn auf sich mit den beiden, Qu'est-ce qu'il en est, hein? Alors?
hm? Na? WOLF: Je les ai confondus.
WOLF: Ich habe sie miteinander ver­ HELMA: Et c'est tout, c'est vraiment
wechselt. tout ce que tu as retenu de ces... ces
HELMA: Das ist "' "' alles, das ist "' "' deux imbeciles!
wahrhaftig alles, was du noch weißt
von denen - von diesen ... diesen
Idioten! (BSP 45/d'aprcs 48)
Der Weg wollte "" "" kein Ende neh­ C'etait trop loin, on n'arriverait donc
men; war man denn nicht endlich ein­ pas? Et Ja question, transmise de voi­
mal am Ziel? Diese Frage wurde von ture en voiture, vint jusqu 'a Nana,
Wagen zu Wagen weitergegeben und qui, apres avoir interroge Je cocher,
kam schließlich Nana zu Ohren. Sie se leva pour crier : [ ...] (EZN 227/1253)
fragte ihren Kutscher, stand dann auf
und schrie zurück: [ ... ]

141
aber auch! : conionction + particule

FRL. DOKTOR: Für wen sich meine LA DOCTORESSE: C'est moi qui decide
Patienten halten, bestimme ich. Ich pour qui mes patients se prennent. Je
kenne sie weitaus besser, als sie sich les connais bien mieux qu'ils ne se
selber kennen. connaissent eux-memes.
INSPEKTOR: Möglich. Dann sollten Sie L'INSPECTEUR: Possible. Mais alors
uns "' "' helfen, Fräulein Doktor. vous devriez nous aider, Mme Ja
(FDPh 299) Directrice.
HÖFLING: Ach, die Politiker reisen HÖFLING: Regarde !es hommes poli­
doch auch dauernd ins Ausland tiques, eux aussi vont sans cesse a l'e­
ERSTLING: Die reisen, ja. Die reisen tranger.
"'"' viel geschützter als du. (BSP 46) ERSTLING: C'est vrai, ils y vont, mais
ils sont beaucoup plus proteges que
toi.
In der Schlange hatte er sie nicht be­ Dans Ja queue, il ne l'avait pas remar­
merkt; er hatte "' "' nicht darauf quee. [II] faut dire [aussi] qu'il n'a­
geachtet. (JRS 38) vait pas fait attention.
"Hat irgendeiner von euch[ ...] irgend - L'un d'entre vous a-t-il vu quel­
jemand in diesem Raum hereinkom­ qu'un entrer dans cette piece ou en
men und - oder hinausgehen sehen?" sortir?, demandai-je. [ ...]
fragte ich [ ...] - Moi non, dit Ludwig Mick, mais
"Nein, ich nicht", sagte Ludwig Mick, faut dire [aussi] que je n'ai pas fait
",,, ich habe "' nicht aufgepaßt..." attention.
(MGM II)

• en exclamative :
Daß er "'"' nichts gemerkt hat! Er Comment a-t-il pu ne rien remar­
stand doch direkt daneben! quer? II etait pourtant juste a cöte!
Daß er "'"' nichts gesagt hat! Das Je ne comprends pas qu'il n'ait
war doch eine einmalige Gelegenheit! rien dit! / Mais pourquoi donc n'a­
t-il rien dit? C'etait une occasion
unique.
"Ich meine, Weißgerber hat das doch - Je veux dire, Weißgerber ne l'a ja­
nie bestritten, oder?" fügte er etwas mais nie, non? ajouta-t-il mollement
lahm hinzu und hätte sich am liebsten avant de s'en mordre !es doigts :
auf die Zunge gebissen. Daß er "'"' quand donc apprendrait-il a Ja fer­
nie das Maul halten konnte. (IRS 33) mer?
b) en interrogative ou en imperative (emp/oi plus rare)
auch marque Ja concordance entre un fait ou une enonciation et Ja reaction
qu'ils suscitent (-+ auch3 2., 3. et 4.) tandis que aber donne a l'enonciation une
tonalite negative (mise en doute, reproche, ... ) : seulement ; mais au moins
"Ist das "'"' wahr?" fragte der Poli- Est-ce que c'est vrai, seulement? dit
zeimann schon schwächer. (FKA 160) Je policier, deja moins sur de lui.

142
aber auch2 : quasi-conjonction double

(A quelqu' un qui ne fait pas toujours ce qu' il Mais cette fois, fais-le au moins, pas
dir:)Mach's "' "', diesmal, nicht wie comme d'habitude!
üblich!

!aber auch2 quasi-conjonction double 1


Fonction : chaque element conserve sa valeur propre : aber marque une op­
position, un contraste ou Ja progression du recit; auch marque un ajout (en
1.) ou la concordance (en 2.); Ja solidarite entre !es deux elements est toute­
fois telle qu'ils peuvent etre consideres comme formant ensemble une quasi­
conjonction.
Contextes : declaratives.
Positions : post-V2 (pour 1.) ; accompagnant !es elements relies (pour 2.).
Accentuation : non accentue.
Partenaires : alles ; nichts ; überall et autres quantificateurs absolus (-+ 2.) +
elements valant renforcement : absolut ; gar ; wirklich...
Equivalents : abs olument ; cependant ; mais ; vraiment ; et puis; mais
alors ; tout en + part. present

PLAN : 1. introduit une information nouvelle, qui complete ou


reoriente le discours anterieur
2. relie deux occurrences d'un meme quantificateur absolu
(alles, "' alles; nichts, "' nichts; überall, "' überall,
etc.)

1. introduit une information nouvelle, qui complete ou reoriente le


discours anterieur : cependant ; mais ; et puis ; tout en + part. present
Die Feuer wurden zum Großteil von La plupart des feux ont ete allumes
irakischen Soldaten entfacht[ ... ]. US- par !es soldats irakiens. Cependant
Militärs räumten "' ein, daß fehlgelei- l'armee americaine reconnait que des
tete Bomben einige Brände ausgelöst bombes mal dirigees ont occasionne
hätten. (RNZ 13/02/91) quelques incendies.
Seit sie da ist, habe ich mich in Du jour Oll eile a ete Ja, je ne me suis
Lappesheim nicht mehr richtig wohl plus sentie chez moi a Lappesheim. Et
gefühlt. Der ganze Ort ist mir "' auf puis je m'y trouve trop a l'etroit, a Ja
die Dauer zu klein, ich habe tausend­ longue; j'aime mille fois mieux Ja
mal lieber eine große Stadt. (1 KM grande ville.
12/d'apres 13)
Nur ein paar Schritte weiter, und er Quelques pas encore et peut-etre se­
wäre vielleicht auf sie gestoßen ; er rait-il tombe sur eux; mais il pouvait
hätte "' in der Nacht an ihnen vorbei­ aussi bien !es depasser dans Ja nuit
laufen können, ohne sie zu sehen. sans !es voir. (MKS 64/101)

143
aber auch2 : quasi-conjonction double

Aber es ist doch ein Jammer, daß je­ C'est tout de meme malheureux de
mand ganz allein für sich oft am n'etre belle que pour soi seule. Mais
schönsten ist. Man °findet das "' viel­ c'est peut-etre juste une idee qu'on se
leicht nur. (IKM 8/d'aprcs 10) fait.
Diese Grundthese ist aus der[ ... ] Ver­ Cette these fondamentale procede de
allgemeinerung einer soziologischen la generalisation d'une analyse socio­
Zeitanalyse entstanden, die bewußt logique de notre epoque qui retient
kennzeichnende Einzelheiten des zeit­ consciemment certains details caracte­
geschichtlichen Geschehens aufgreift, ristiques de l'actualite, notamment des
insbesondere der Jahre 1972-74, in de­ annees 1972-74, Oll Ce Jivre a ete ecrit,
nen dieses Buch geschrieben wurde, [tout]
, eo s'efforyant a !'inverse
die "'umgekehrt eben die gerade ak­ d interpreter cette meme actualite so­
tuellen gesellschaftlichen, politischen ciale, politique et spirituelle a partir
und geistigen Geschehnisse dieser de l'hypothese fondamentale ici expo­
Jahre von der vorgetragenen Grund­ see.
annahme her deuten will. (HSA 9)

2. relie deux occurrences d'un meme quantificateur absolu, tel que


alles, nichts, überall, etc. :
pour insister sur l'information en Ja reiterant, la deuxieme occurrence du
quantificateur pouvant etre renforcee par absolut, gar, wirklich, etc. : mais
alors ; absolument ; vraiment ; 0
• avec reiteration du meme quantificateur (cas /e plus frequent) :
Ich habe alles, "' alles versucht! ou
0 0
J'ai tout, mais alors tout essaye!
alles, "'alles habe ich versucht!
Die Einbrecher haben °alles, "' alles
0
Les cambrioleurs ont tout, mais
mitgenommen! alors tout emporte! o u !es cambrio­
r
leurs ont tout pris, mais alors ce qui
s'appelle] tout!
Nun gibt es auch eine Langspielplatte, II existe maintenant un disque 33-
auf der 30 Minuten nichts, "' 0 gar tours sur lequel, 30 minutes durant,
nichts zu hören ist. Titel : "Musik der on n'entend rien, mais alors ce qui
Leere" (BZ 13/01/67) s'appelle rien. Son titre : Musique du
vide.
Wenn ich alles genau überlegte und in Car en reflechissant bien, en conside­
Ruhe bedachte, sagte ich mir: das rant les choses avec calme, je consta­
Mangelhafte am Fallbeil war, daß es tais que ce qui est defectueux avec Je
dem Verurteilten keine, "' gar keine
0
couperet, c'est qu'il n'y avait aucune
Chance ließ. chance, absolument aucune. (ACF 110-
111/162)
0
Das sieht man heute überall, "' On voit ya partout maintenant, mais .
0
überall! alors partout!

144
aber auch2 : quasi-conjonction double

Ihm fehlt jede, "" jede Begabung da­ II n'a aucune disposition pour cela,
für! mais alors aucune!
( Extrait d' une /ettre.-) Ich habe Deine J'ai ressenti !es pleins pouvoirs que tu
Vollmacht für alles, "" 0 absolut alles m'as donnes pour tout, vraiment
als einen großen Vertrauensbeweis tout, comme une grande preuve de
Deinerseits empfunden. (SBR 76) confiance de ta part.
Mit heiß getanztem Gesicht versch­ Le visage en feu apres sa prestation,
naufte sich die Europameisterin [im Ja championne d'Europe [de patinage
Eiskunstlauf] und sagte : "Ja in Wien artistique] declara apres avoir repris
dort werde ich alles zeigen müssen, "" son souffle : "A Vienne, Ja, d'accord,
alles. Hier war es ja nicht nötig. (BZ il faudra que je sorte Je grand jeu; ici,
06/02/67) ce n'etait pas Ja peine."

+ Ja reiteration Se fait SOUS une fom1e modifiee, plus forte :


Ihnen fehlt jede, "" die ge 0 ringste Vous n'avez aucune idee - mais
Vorstellung von Recht und Gesetz. aJors pas Ja moindre - de ce que sont
(BAC 158) Je droit et Ja Joi.

145
ach interject
Fonction : exprime Ja prise en compte d'un fait ou de propos suscitant gene­
ralement un certain etonnement ou une reaction affective Je plus souvent ne­
gative; marque l'implication affective du locuteur dans son enonciation.
Contextes : seul ou suivi d'un enonce de forme syntaxique quelconque; sou-
vent associe a d'autres particules, interjections ou expressions exclamatives.
Positions : en tete de l'enonce (normalement detache) ou incis (rare).
Accentuation : forte, sauf en association avec d'autres mots ou expressions.
Concurrents : - ah; - aha; - oh
Partenaires : voir PLAN, 3
Equivalents : • ah ; allons ; r;a ; ecoute ; helas ; hem ; hum ; oh ; tiens ;
• ah hon ; ah [ c' est vrai] ; ah [oui] ; ah! mes aieux ; a h
mince ; juste ciel ; laisse tomher ; mon Dieu ; oh! [oui] ;
tiens donc ; 0 ; etc. etc.

PLAN 1. constituant un enonce a lui seul


a) suivi d'un point d'exclamation ou d'un point ordinaire
b) suivi d'un point d'interrogation
2. seul, en tete de l'enonce, generalement detache
a) immediatement suivi de l'enonce: ach, p
b) ach [,] N / Npr. / pron., p
3. associe a d'autres mots, particules, ou expressions
a) ach bitte
b) ach Gott/ ach du liehe[r] N / ach du meine Güte, etc.
c) ach ja
d) ach nein
e) ach + autres interjections et jurons
f) ach so
g) ach sowas
h) ach weißt du / wissen Sie
i) ach wo / ach woher
4. integre a l'interieur de l'enonce
a) devant un membre de phrase
b) a l'interieur d'un membre de phrase

1. constituant un enonce a lui seul :


a) suivi d'un point d'exclamation ou d'un point ordinaire : marque Ja prise en
compte d'une information, avec ou sans reaction emotionnelle : ah ; hem ;
hum ; oh ; tiens
(l' inspecteur enquete:) "Worauf bezogen - A quoi avaient trait ces quelques
sich die wenigen Worte?" paroles?
"Auf Herrn Mangold" - A Monsieur Mangold.
",,,." (HMY 46) - ah ou hem ou hum.

146
uch : interiection

Er sah sie erblassen. Es war keine II la vit pälir. Ce n'etait pas de Ja co­
Komödie. Sie wurde plötzlich asch­ medie. Son visage, soudain, devint
fahl im Gesicht, und Puderflecken terne, avec seulement des taches de
traten hervor. Ihre Mundwinkel zo­ fard. Les coins des levres s'affais­
gen sich nach unten. "=='" Sie senkte saient. - "Ah !" Elle baissait Ja tete et
den Kopf, ihr schlanker Körper son corps mince semblait avoir perdu
schien seine ungeheure Energie ver­ sa prodigieuse energie. (SMZ 811891
loren zu haben.
·Tot?" - Mort'7
"Ja." -Oui.
"::::::: ., -Hem.
·'Ist das Ihr einziger Kommentar - C'est tout ce que �a vous inspire
dazu?" (HMY 55) comme commentaire'7
(Au restaurant d"un casino:) "Sie sollten - Vous ne devriez pas jouer, ma­
nicht spielen, Madame. [ ... ] Eine dame. [ ... ] Une femme de votre appa­
Frau, die aussieht wie Sie, muß ver­ rence ne peut que perdre. Ce n'est que
lieren. Es ist nur gerecht." justice.
"== ... " Der schöne Ausschnitt der - Ohl .. Le beau decollete de Ja
Konsulin verriet ihre innere Unruhe. consulesse trahi t son agitation inte­
"Sie spielen gar nicht, Monsieur rieure. Yous ne jouez pas, Monsieur
Leblanc?" Leblanc?
"Roulett nicht, nein." (JMSK 114/d'apres - Pas a la rou Jette.
136)
·'Sie haben letzten Sommer eine ge­ - Ils ont fait une viree ensemble l'ete
meinsame Tour unternommen." dernier.
"==. Sie waren also befreundet?" (HMY - Tiens. Ils etaient donc amis?
30)

b) suivi d'un point d'interrogation : marque Ja surprise. reelle ou feinte : ah


hon ; tiens ; tiens donc
·'Das ist ja ein ganz neuer Ausweis", -. Mais cette carte d' identite est toute
sagte ich. neuve!
"Ja, meiner ist vor drei oder vier - Oui, j'ai perdu Ja mienne il y a
Wochen verlorengegangen", erklärte trois ou quatre semaines, expliqua-t­
sie. elle.
"==?" sagte ich. (MGM 64) - Ah bon? /(iron.:) tiens doncl fis­
Je.
"Merkwürdig, Sie sind die zweite, die - C'est curieux. Vous etes comme
mich so genau und detailliert ausge­ par hasard Ja deuxieme personne, en
rechnet nach Arsen fragt innerhalb relativement peu de temps, a me de­
verhältnismäßig kurzer Zeit..." mander des informations si precises et
"==?" sagte ich, sofort hellwach. [ ...] detaillees sur ]'arsenic.
(MGM 85) - Tiens?, repondis-je, immediate­
ment mise en alerte.

147
ach : interjection
2. seul, en tete de l'enonce, generalement detache ( .... ah) :
a) immediatement suivi de l'enonce:
• exprime Ja reaction affective accompagnant une reponse, un commentaire
ou une exclamation de tonalite positive ou (/e plus souvent) negative : ah ; oh ;
allons ; ecoute ; helas ; 0
"',wie schön! Ah! Que c'est beau!
"'' Die schreckliche Fahrt nach La Ah! L'abominable voyage jusqu'a La
Baule unter einem Regen, mit dem Baule, sous une pluie que l'essuie­
der Scheibenwischer nicht mehr fer­ glace n'arrivait plus a contenir. (BNA
tig wurde. 22/32)

MANN: "', es fällt mir so schwer,mich LE VIEUX: Ah! j'ai tant de mal a m'ex­
auszudrücken... Ich muß alles sagen. primer... II faut que je dise tout. ( EIS
11n6)
Er fragte mich, ob die Gebühren (für II m'a demande si ces droits etaient
den Hund) hoch seien. Das wußte ich eleves. Je ne .savais pas. Alors,il s'est
nicht. Da packte ihn plötzlich die mis en colere : "Donner de l'argent
Wut : "Für das Mistvieh auch noch pour cette charogne. Ah! il peut bien
Geld ausgeben! "', soll er doch kre­ crever!" (ACF 42/60)
pieren!"
"Auf einem Pflock, etwa hundert - II doit y avoir une bo1te de petits
Meter von hier,muß eine Erbsendose pois sur un piquet,a cent metres d'ici.
stehen. Kannst du sie sehen, mein Tu Ja vois, mon gars?
Junge?" - Non,ah si,peut-etre... (MKS 101110)
"Nein. "', doch,vielleicht..." [ ... ]
"[ ...] Ich will den Direktor sprechen!" - [ ... ] Je veux parler au Directeur!
"Der Herr Direktor ist sehr beschäf­ - Monsieur Je Directeur est tres oc-
tigt, gnädige Frau, er ist bei einer cupe, Madame, il est en conference...
Sitzung..." - Ah! 9a m'est egal! <;a m'est bien
",,,, das ist mir gleich. Das ist mir egal! Je veux lui parler! (SEN 1021128)
ganz gleich! Ich will ihn sprechen!"
"',weshalb besitzt mein Geist selbst in A h, pourquoi mon esprit, dans ses
den glücklichsten Augenblicken die meilleurs jours,ne possede-t-il jamais
verarbeitenden und angleichenden qu'une partie des pouvoirs assimila­
Fähigkeiten des Körpers nur in so teurs du corps? (YMH 15/17)
unvollkommenem Maße?
"', phantasielos ist doch unsere Welt! Ah! que notre monde manque d'ima­
(KTG20) gination!
- Wie geht's? - Comment 9a va?
- "', es geht so! / "', es geht wieder - Oh, couci, cou9a! / O h, 9a va
besser! /"',es könnte besser gehen! mieux! / Oh, 9a pourrait aller mieux!
ANNE: Was hast du denn--Friedrich? ANNE: Qu'as-tu donc,Friedrich?
EILERS wie erwachend: "' --nichts. (ZTG 21) EILERS semblant se reveiller: Oh, rien!

148
ach : interjection

HIRSCHBURG: Auch in der Heeresab­ HIRSCHBURG: Dans les services du


teilung Abwehr gibt es Offiziere. Sie contre-espionnage aussi il y a des of­
werden es nicht wagen, in der unbe­ ficiers. Ils n'oseront pas s 'attaquer a
setzten Zone... Ja zone libre...
KURT: "', kommen Sie uns nicht mit KURT: Allons, ne soyez pas na"if, mon
dieser Leier, Mensch. Es sind vieux. Ce sont des fascistes, des assas­
Faschisten, Verbrecher. (CHP 48) sins.
"Warum hast du mich eigentlich so - Pourquoi m'as-tu amene si haut
hoch auf den Hügel gelockt? Um in sur la colline? Pour nous etendre au
der Sonne zu liegen und Gräser zu soleil et machouiller des brins d' -
kauen? Unten warten sie mit dem herbe? En bas, ils nous attendent pour
Essen auf uns, und mein Vater..." le repas et mon pere...
",,,, vergiß im Moment deinen Vater." - Ecoute, oublie ton pere quelques
(KTG 79) instants!
Besinnen Sie sich noch - "', es ist Vous rappelez-vous encore - c'etait il
schon lange her -, wie wir zusammen y a longtemps, helas - Je jour ou nous
im Deutschen Theater waren, um etions ensemble au Deutsches Theater
Joseph Kainz als Romeo zu sehen? voir Joseph Kainz dans le röle de
(GBE94) Romeo?
",,,, was denken Sie denn", sagte der Qu'est-ce que vous croyez? dit l'etu­
Student, "es ist leichter, hier Bezirks­ diant. II est plus facile, ici, de devenir
richter zu werden als Türöffner bei juge de paix que portier chez Montly.
Montly." (FKA 198)
Man nennt die Selbstbefriedigung ei­ On considere la masturbation comme
nen Ersatz für den "normalen" un ersatz de l'acte sexuel "normal". II
Geschlechtsakt. "', was ließe sich alles y en aurait des choses a dire, sur cette
über dieses Wort "normaler" Ge­ expression "acte sexuel normal"!
schlechtsakt sagen. (GBE 55)
",,,, lassen Sie doch, Herr Boosmann, Laissez-donc, Monsieur Boosmann,
wir bringen das schon hoch, ist ja nous ,monterons tout i;a, ce n'est pas
nicht viel." (ELB 132) grand chose.
"Er hat nie vorgeschlagen, einen - [ ... ] II n 'a jamais propose de
Spezialisten hinzuzuziehen?" consulter un specialiste?
"Nein. Nur..." - Non... Seulement...
"Nur was?" - Seulement ?
",,, wozu! Sie werden meine Worte ja - A quoi bon? Vous allez encore mal
doch wieder falsch auslegen." interpreter mes paroles. (SMZ 79/87)

+ marque un constat inattendu, une comprehension soudaine (-+ 3.c)


0
"', du bist es! [Bin ich aber erschrak- Ah, c'est toi! [Qu'est-ce que j'ai eu
ken!] peur!]
""', Sie sind nicht von hier?" "Ah! vous n'etes pas d'ici? (ACF 11/13)"

149
ach : interjection

GALILEI: Bist du ein Physiker, mein Es-tu physicien, mon fils? Ici est ex­
Sohn? Hier stehen die Gründe, plique pourquoi l'ocean se meut selon
warum das Weltmeer sich in Ebbe le flux et le reflux. Mais tu ne dois
und Flut bewegt. Aber du sollst es pas le lire, entends-tu? A h, tu lis
nicht lesen, hörst du? "", du liest deja? Tu es donc physicien?
schon? Du bist also ein Physiker? (BLG
79/83)
"", Irma d' Anglars lebt also noch! Na, Ah! Irma d'Anglars vit encore! Eh
ihr putzigen Püppchen, dann muß sie bien, mes petites chattes, eile doit al­
aber glattweg ihre neunzig Jahre auf ler dans les quatre-vingt-dix ans. (EZN
dem Buckel haben." 228/1254)

"Sprach Ihr Mann mit Ihnen darüber, - Votre mari vous a-t-il dit pourquoi
warum Herr Heinke den Jollenkreu­ Monsieur Heinke a quitte le navire
zer früher als vorgesehen verließ?" plus töt que prevu?
"Jollenkreuzer? "", die Yacht. Ja, er - Le navire? Ah oui! Le yacht. Oui,
hat. [ ...]" (HMY 74) il me l'a dit.

b) ach + pronom / groupe nominal / nom propre, p : ah ; �·a ; oh


• le pronom, le nom propre ou Je groupe nominal evoquent une realite nou­
velle ou reprise du contexte amont : ach exprime Ja reaction affective incon­
trölee (generalement mais pas toujours negative, cf. dernier exemple) qu'ins­
pire cette realite :
"', dieses Haus, diese Insel, ich kann Ah! cette maison, cette !le, je ne peux
mich nicht daran gewöhnen. m'y habituer. [ ... ] (EIS 8/14)
"", die Romane! Heute sehe ich, wie Ah! les romans! Aujourd'hui, je me
leblos dieses Leben auf Papier ist [ ... ] rends compte a quel point cette vie
(KTG27) sur le papier est figee [ ...]
LUOOVICO: Sie haben in Rom seinerzeit LUDOVICO: A Rome, jadis, vous aviez
unterschrieben, daß Sie sich nicht promis par ecrit, monsieur, que vous
mehr in diese Erde-um-die-Sonne­ ne vous meleriez plus de cette affaire
Sache einmischen würden, Herr. de Ja terre autour du soleil.
GALILEI: "' das! Damals hatten wir ei­ GALILEE: <;a ! Nous avions alors un
0

nen rückschrittlichen Papst! (BLG 89/ pape retrograde!


d'apres 94)
"', der mit seinen Frauen, der gibt Oh, lui et ses femmes, ce n'est que de
doch nur an! Ja vantardise!
"Und Marie-Laure? Hast du nicht an - Et Marie-Laure? Tu as pense a
Marie-Laure gedacht?" Marie-Laure?
"s:, 0die!" - Oh! Marie-Laure!
"Meinst du, sie wäre dir gefolgt?" -Tu crois qu'elle t'aurait suivi?
"Sie ist nicht gewohnt, zu diskutie­ - Elle n'a pas I'habitude de discuter.
ren." (BNA21/31)

150
ach : interjection

(Gretchen evoquant son amant:) Und seiner Et de sa parole / Le flot magique, /


Rede / Zauberfluß, / Sein Hände­ L'etreinte de sa main, / Et son baiser!
druck, / Und "', sein Kuß! (GF 3398- (la traduction par helas, proposee par HL ne
3401/ct'aprcsHL) peut convenir ici)

• pronom, nom propre ou groupe nominal designent l'interlocuteur :


"Fühlst du dich nicht wohl?" - Tu ne te sens pas bien?
"Doch, körperlich jedenfalls." - Si, du moins physiquement.
"Und geistig nicht?" - Mais pas mentalement?
""' Vater", seufzte Andre, "mir geht - Ah, pere, soupira Andre, tant de
so vieles im Kopf herum..." (KTG 146) choses se bousculent dans ma tete...
Die zartbleiche Frau lächelt sie vers­ La femme gracile et päle lui sourit
tändnislos an. "' 0 du, denkt Rita ve­ sans comprendre. Toi, se dit Rita avec
rächtlich, was weißt denn °du! (WGT dedain, que sais-tu de tout cela?
132/ct'aprcs176)

Sie muß warten, ehe sie lesen kann. II lui faut attendre un peu avant de
Sie sieht auf das Bild. Verlaß mich pouvoir lire. Elle regarde le tableau.
jetzt nicht, "' mein Gott, verlaß mich Mon Dieu, ne m'abandonne pas.
nicht. (WGT 132/176)
Martha war enttäuscht. "' Rosalind, Martha fut deyue. Ah, Rosalind, dit­
sagte sie, du verstehst weniger, als ich elle, tu comprends moins de choses
dachte. (MMÜ 49/d'apres49) que je ne Je croyais.
HARTMANN: Ich„.ich verstehe nicht HARTMANN: Je... je ne comprends pas
ganz, Herr General. bien, mon general.
HARRAS: "', Sie Schlauer. Sie wissen HARRAS: Ah, malin que VOUS etes.
ganz gut, was ich meine. (ZTG 64) Vous savez tres bien ce que je veux
dire.
""', Delamarche", sagte sie, "du ver­ A h, Delamarche, decidement, tu ne
stehst mich nicht und verstehst mich me comprends pas.
nicht." (FKA 166)
"Bist du glücklich, mein Kind?" - Es-tu heureuse, mon enfant?
""' Mutter, darum geht es nun nicht - Ah, mere, ce n'est plus de cela
mehr." (WGT 162/216) qu'il s'agit.
Wozu war er eigentlich gekommen? Pourquoi etait-il venu, au fait? II leva
Er hob den Kopf[ ... ]: "', "' Mädchen, Ja tete[ ... ]. Helas, ma fille, qu'ont-ils
und was haben sie aus dir gemacht. .. fait de toi?
(WGT 159/212)

Und dann kommen Sie mir mit der Vous m' opposez ces somettes selon
Narrheit, man dürfe Kinder nicht lesquelles on ne devrait pas battre un
schlagen. "', liebste Freundin, das enfant. Mais [voyons], chere amie,
Kind will geschlagen sein, es sehnt I 'enfant demande a etre battu, il le
sich danach, es lechzt nach Keile, wie desire, il est avide de gnons, comme
mein Vater es nannte. (GBE 111) disait mon pere.

151
ach : interiection

(En France, en 1940:) OTTO: Und die OTTO: Et les bateaux, Lisa? Thomson a
Schiffe, Lisa? Thomson muß doch bien du entendre dire que le
davon gehört haben, daß die 'Montreal' doit prendre des refugies a
"Montreal" in Marseille Flüchtlinge Marseille.
aufnehmen soll. LISA: Laisse tomber, Otto, pour
LISA: = , Otto. Jetzt müssen wir erst l'instant il nous faut caser Monsieur
einmal Herrn Hirschburg unterbrin­ Hirschburg.
gen. (CHP 25)

+ dans Je cadre d'un constat, pronom, nom propre ou groupe nominal expri­
mant une presence dont ach indique le caractere inattendu
(Le /ocuteur s' avance vers /e visiteur:) "=, Mais c'est ce vieil Arco! dit Rita
der alte Arco", sagte R ita Franke. Franke.
(ELB 131)

+ dans des expressions exprimant le sentiment (de pitie ou autre) qu'inspire la


personne visee (qui peut etre le locuteur lui-meme)
= , du armer Kerl! / = der arme Kerl! Mon pauvre garyon! / Le pauvre gar­
yon!
= , die goldige Kleine! Quelle adorable petite fille!
= wir Armen! (GF-HL 2804) Pauvre de nous!

3. associe a d'autres mots, particules ou expressions exclamatives


pour constituer des locutions exclamatives et / ou introductives :
a) ach bitte (en replique) :
= bitte, können Sie nicht das Thema Je vous en prie, ne pourriez-vous
wechseln. (MMÜ 36/36) pas changer de sujet.

b) ach Gott I ach du liehe[r] N / ach du meine Güte I ach du Schreck, pour ex­
primer diverses reactions emotives face a un evenement inattendu de tonalite
negative : Dieu; mon Dieu; ah! mes ai'eu.x; juste ciel; etc.
= Gott, = Gott, war sie schön! So ein D i e u qu'elle etait belle! Quelle
Frauenzimmer! Nein, sag mir nur, femme! Dis-moi, se peut-il qu 'il
wie kann es so ein Frauenzimmer ge- existe des femmes comme celle-ci?
ben? (FKA 172)
= Gott, sie sind noch immer da! CFKA Mon Dieu, ils sont toujours la.
167)

(A /'annonce d'une nouvelle navrante:) "'du Mon Dieu, est-ce possible? / c'est pas
lieber Gott, ist das möglich? / das possible!
kann doch nicht wahr sein!

152
ach : interjection

H A R TMA NN srarr: Wir müssen der HARTMANN raide: Pour la troupe, nous
Truppe unsere Kampfkraft erhalten devons conserver notre energie jus­
bis zum letzten Blutstropfen. qu 'a Ja derniere goutte de sang.
HARRAS etwas hilflos: "' du lieber Gott. HARRAS quelque peu desempare: Mon
Wenn ich nur einmal diesen letzten Die u, pourvu que je ne sois pas
Blutstropfen nicht mehr schlucken oblige de boire un jour cette derniere
müßte. (ZTG 68) goutte de sang.
",,, du liebe Güte!" sagte er leise. Wo Mon Dieu, dit-il a voix basse, ou
haben Sie denn °das (une photo) aufge­ donc avez-vous trouve �a?
trieben!" (MGM 15)
(La mere decouvrant /es degats commis par Mon Dieu, qu'est-ce que tu as fait la!
l' enfant:) "' du lieber Himmel, was hast
du denn °da gemacht!
Jetzt werde ich also lernen, wie man Je vais donc apprendre a falsifier des
fachgerecht Pässe fälscht. Ich - kürz- passeports dans les regles de l'art.
1 ich noch der jüngste Privatbankier Moi, qui fus naguere le plus jeune
Londons. "' du liebe Zeit, und ich banquier prive de Londres. Ah ! mes
kann und kann und kann das alles a'ieux! Et dire que je ne peux rien ra­
nicht im Club erzählen! (JMSK 123/ d'a­ conter de tout cela au club!
pres146)

(A l' annonce d' un meurtre:) ",,, du... "' du Ah, mon... mon Dieu... begaya-t-il.
meine ... meine Güte", stammelte er.
(MGW46)
"Woher wußten Sie (l'inspecteur) über­ - Comment avez-vous su que vous
haupt, daß ich hier zu finden bin?" me trouveriez ici?
"Von Ihrer Haushälterin", sagte ich. - C'est votre femme de menage qui
",,, du meine Güte!" rief er, "In mei­ me l'a dit.
nem Haus waren Sie auch schon? So - Juste ciel! Et en plus vous etes
ein Aufwand wegen einer so klaren deja passe chez moi? Quel remue-me­
Sache! (MGWl 18) nage pour une affaire aussi simple!
"' du Schreck, ich habe den Termin Ah mince, j'ai completement oublie
ganz vergessen! (UW sous Schreck) mon rendez-vous!
(Au vu des vetements dechires du gamin:) "'
du Schreck, was ist denn °dir pas­ Mon Dieu, mais qu'est-ce qu'il t'est
siert? arrive?

c) ach ja : ah ; ah oui ; ah! c' est vrai ; allons ; oh oui


• intensifie une reponse positive (- aber ! 2.a)
"Möchtest du das Lied haben?" fragte - Tu aimerais avoir ce chant? lui
er sie sanft. demanda-t-il avec douceur.
",,, ja, bitte, schenk es mir", antwor­ - Oh! oui, repondit-elle, offre-le
tete sie. (KTG 86) moi.

153
ach : interjection

• marque la comprehension soudaine, la prise de conscience, la rememoration


(- ah) :
"'ja, du meinst den Hans! Ah oui, [je vois, J tu veux parler de
Hans!
... "' ja, da wollte ich dir noch was Ah oui, je voulais te dire / montrer
anderes sagen / zeigen... autre chose...
Das Wetter, "' ja, in den letzten Tagen Le temps, ah oui, ces jours-ci il avait
war es durchwachsen gewesen.(ELB ete plutöt mitige.
137)

",,, ja, richtig, du bist ja heute nacht - C'est vrai, tu es gan;on, ce soir,
Strohwitwer", sagte sie, "deine Frau murmura-t-elle. Ta femme ne revient
kommt erst morgen vormittag, nicht que demain matin, n'est-ce pas? (EZN
wahr?" 242/1264)

Dem Helden jenes Romans ging es ei­ Au fand, le heros se trouvait dans la
gentlich genauso wie mir. Wie hieß meme situation que moi. Comment
der gleich? "' ja, der Graf von Monte s'appelait-il donc? Ah oui! le Comte
Christo... (JMSK 85/104) de Monte-Cristo...
(La scene se passe en 1940, en France)
ROSA GRENIER: Den Kaffee will ich ROSA GRENIER: Le cafe, je veux bien
Ihnen gern bringen. Aber die Pizza... vous l'apporter, mais la pizza ... vous
Sie wissen doch. savez bien.
FRANKFURTHER: "' ja. Und ein kleines FRANKFURTHER: Ah ! c'est vrai. Et un
Croissant? Oder ein Stück Brot? croissant? Ou un morceau de pain? Ce
Wäre das möglich? (CHP 11) serait possible?
"Was hast du denn da am Hals?" - Qu'as-tu donc la, au cou? reprit
fragte auf einmal Madame Hugon Madame Hugon effrayee. C'est taut
ganz erschrocken. "Du bist ja ganz rouge.
rot!" II se troubla et balbutia. [ ... ]
Er verwirrte sich und fing an zu - Ah ! oui, c'est une bete qui m'a
stottern. [ ...] : pique. (EZN 209/1240)
",,, ja, da hat mich etwas gestochen."

• appuie un constat, un commentaire (qui peut rester implicite) :


"Ja, herrliche Pommes chips, Oberst. - En effet, dit-il, ces chips sont re­
Den Trick versteht man hier. Das marquables, colonel. Ils connaissent le
zweimalige Ölbad, das ist es. "'ja, die truc, ici. La double cuisson, voila le
französische Küche ..." (JMSK 41) secret. Ah, la cuisine fran�aise...

d) ach nein : exprime une negation renforcee :


"Sind lauter prima Kameraden hier - Ce sont tous de bons bougres, ici.
unten, wirklich. Sollten Sie näher Vraiment! Vous devriez faire con­
kennenlernen." naissance.
",,, nein doch, danke." (JMSK 110;131) - Non, non, grand merci.

154
ach : interjection

Vermutlich glauben Sie wieder, daß Sans doute pensez-vous de nouveau


ich übertreibe, daß ich aus einem ein­ que j'exagere, que je generalise a
zelnen Fall allgemeine Schlußfolge­ partir d'un cas particulier, comme a
rungen ziehe, wie es so meine Art ist. mon habitude. Eh bien non! chere
"" nein, liebe Freundin, diesmal ist es amie, cette fois, il n'y a pas d'exage­
nicht übertrieben. (GBE 87) ration.

e) ach + autres interjections, jurons :


+ ach Quatsch :
""" Quatsch! MeineSchuld ist es nicht, - Ah! zut! Ce n'est pas ma faute,
wenn sie ihm Hörner pflanzt!" s'il est cocu! (EZN26I/1277)
+ ach Scheiße :
(Un appel telephonique derange l' inspecteur Quelle merde, murmure-je. Qui est-ce
en galante compagnie:) "Verdammter qui peut bien m'appeler en pleine
Mist", flüsterte ich, [ ... ]. Keine nuit? Et justement maintenant. ..
Ahnung, wer mich da mitten in der merde, alors!
Nacht... Und ausgerechnet jetzt... "",
Scheiße!" (MGW 66)
Viktor hatte, als er die beiden Krimi­ En voyant arriver les deux inspec­
nalisten sah, """, du Scheiße" gemur­ teurs, Victor avait murmure "o h
melt. [...] (HMY 58) merde!"
(Le locuteur abandonne apres plusieurs tenta­
tives infructueuses:) ""Scheiße! eh merde!
HARTMANN: Jawohl, Herr General. Der HARTMANN: Parfaitement, mon Gene­
Tod auf dem Schlachtfeld ist groß. ral! La mort au champ d'honneur est
Und rein. Und ewig. grande, pure, etemelle.
HARRAS sehr ruhig: "" Scheiße. Das sind HARRAS tres calme: Des conneries! Du
olle Tiraden. Ich weiß, du empfindest blabla, tout <;:a! Je sais, <;:a correspond
was dabei -- aber was Falsches, ver­ a des sentiments chez toi, mais des
stehst du? (ZTG 67) sentiments faux, tu comprends?
+ ach Schmierseife :
Mick war hundemüde. Unmöglich, zu Mick etait creve comme c'est pas
sprechen und richtig zu denken. possible. Pas question de parler ou de
Unmöglich, alles unmöglich. "" penser convenablement. Impossible,
Schmierseife. (CMB 59/49) tout etait impossible. Quelle merde!
+ ach, verdammt :
"", verdammt noch mal, dachte Nom de Dieu de nom de Dieu!
Thomas Lieven, komme ich denn pensait Thomas Lieven. Je ne sortirai
niemals mehr aus diesem Teufelskreis donc jamais de cette ronde infemale?
heraus? (JMSK 81/d'apreslOO)

155
ach : interjection

f) ach so (-+ ah 2.bJ : alz ; ah hon ; ah, ra y est ; ah oui


• marque la prise en compte d'un fait (sans manifestation de surprise):
Aber wenn wir Sie nun wieder ein­ Mais si nous vous reprenions dans nos
stellen, würde das bedeuten, daß wir services, cela signifierait que nous
Ihren Schritt billigen. Sie werden vous approuvons. Vous comprendrez
verstehen, daß dies unnmöglich ist. que c'est tout a fait impossible.
",,, so", antwortete Matthäi. "Ich ver­ - Ah bon, fit Mathieu, oui, je com­
stehe." (DVe 72) prends.

• marque la comprehension soudaine, la rememoration :


"' so, ich verstehe. Sie wollen... A h, [ i;a y est, J je comprends : vous
voulez...
"'so, ja, hätt' ich beinah vergessen! Ah oui, c'est vrai! J'allais oublier.
"[ ... ] Und sie sind immer noch ent­ - [ ••• J Et vous etes toujours decide a
schlossen, hierzubleiben? rester?
"Mir bleibt keine Wahl... Aber ich -Pas le choix ... Mais je vais me
werde mich dort in die Ecke des mettre la, tenez, dans le coin du di­
Sofas setzen. Ich werde mich nicht van. Je ne bougerai plus. J'y dormi­
rühren. Da werde ich auch schlafen." rai.
",,, so, Sie wollen also die Nacht hier - Ah ! Parce que vous comptez pas­
verbringen? " ser la nuit ici? (BNA ct'aprcs 56/92)
"Lady Curzon", sagte Thomas und - Lady Curzon, dit Thomas qui
klingelte einmal, indem er auf eine donna un coup de sonnette en ap­
Taste unter der Tischplatte drückte. puyant sur une touche dissimulee sous
"Lady was?" le plateau de la table.
"Curzon - so heißt die Suppe. - Lady quoi?
Schildkröte mit Sherry und Sahne." - Curzon... c'est le nom du potage.
",,, so, natürlich!" (JMSK 10/17) Soupe de tortue au xeres et a la
creme.
- Ah oui, bien sur!
Wem haben Sie ihn verkauft, fragte - A qui l'avez-vous vendu? demanda
Sauly. Seine Stimme klang dünn. Sauly d'une voix freie.
Wem? Tja, wem habe ich ihn eigent­ - A qui? Ouais, a qui est-ce que je
lich verkauft. [ ... ] "' so, richtig! Ich l'ai donc vendu? [ ... J
habe ihn an Paul Miller verkauft. - Ah oui! C'est vrai, je l'ai vendu a
(CMB 45/37) Paul Miller.

• marque la surprise, la prise en compte d'un fait inattendu :


"Wissen Sie das nicht?" fragte er. - Vous ne le saviez pas? demanda-t-
"Nein", erwiderte ich. il. - Non, repondis-je.
",,, so", sagte er, "die Bullen haben - Ah bon, fit-il, les flies ne vous
Ihnen noch gar nichts erzählt." (MGM ont encore rien dit.
34)

156
ach : interjection

" [ ...] Außerdem muß ich nun doch - Par ailleurs, il me faut tout de
erwähnen, daß ich die Bilder erst an­ meme preciser, maintenant, que je
fertigen muß." dois encore !es executer, ces tableaux.
",,, so! Sie sind Maler! Ja, das ist al­ - Ah bon! Vous etes peintre! Voila
lerdings schon etwas ganz anderes." qui change tout!
(HFV 62)

g) ach was : marque le refus de prendre en compte !es propos anterieurs


(objection, interrogation, crainte, etc.) : que non ; sornettes ; oh ; et puis zut
Bin ich im Willen schwach? "' was, Ma volonte est-elle faible? Que non!
ich weiß schon, was ich will - jedoch, Je sais tres bien ce que je veux - mais
ich weiß nicht, ob das, was ich will, ce que j'ignore, c'est si ce que je veux
auch richtig ist. (KTG 69-70) est bien.
HI R S C HB URG : Ich bedaure, Ihnen HIRSCHBURG: Je suis navre de vous cau­
Unannehmlichkeiten zu machen ... ser du desagrement.
LISA: "' was. Wir finden schon etwas. LISA: Mais non. Nous finirons bien
Lassen Sie mich überlegen. (CHP 26) par trouver quelque chose. Laissez­
moi reflechir.
"Sie irren sich." - Vous vous trompez.
"::::: was!" - Sornettes!
"Doch, doch, Sie müssen mir - Si, si, vous devez me croire!
glauben,[ ... ] (KTG 132-133)
(Apres un debut de reponse embarrasse:) [ ... J r ...
J - oh, et puis zut, regarde dans
und - "' was, schau im Lexikon nach. le dictionnaire!
(ZTG 66)
Aber was sagt man nun dem Jungen? Mais que dire au jeune? A ce gan,:on
Diesem schwierigen, hochnäsigen difficile, pretentieux, qui a Dieu sait
Kerl, dem wer weiß was für Grillen quoi dans la tete, qui Je pousse a re­
quer im Kopf sitzen, daß er beden­ courir sans scrupule aux arguments
kenlos zu den plattesten Argumenten les plus minables? Oh, et puis zut!
greift? - "' was. Hatte es nicht ein ge­ N-'y avait-il pas eu ce dejeuner pris en
meinsames Mittagessen gegeben commun Uambonneau et choucroute)
(Eisbein und Sauerkraut in der au bistrot du coin et pour finir une
Eckkneipe), und am Ende einen ehrli­ franche poignee de main?
chen Händedruck? (WGT 146/d'apres 195)

h) ach, weißt du / wissen Sie :


",,,", antwortete Simeon, als er wieder Ah, mon eher ami, repondit celui-ci
sprechen konnte [ ... ] "wissen Sie, des qu'il fut a nouveau en mesure de
mein Freund, ich bin ja so froh, daß parler, si vous saviez comme je suis
ich endlich etwas Vernünftiges fertig­ content d'avoir enfin accompli
gebracht habe !" (JMSK 76/94) quelque chose de sense!

157
ach : interjection
"Ich würde fast sagen, ich laure ges­ - Je dirais presque que je guette vos
pannt auf Ihre Reaktionen." Maigret reactions... Maigret se sentait gene.
war peinlich berührt. [... ] [ ... ]
",,,, wissen Sie, ich reagiere, wie je­ - Vous savez, mes reactions sont
dermann an meiner Stelle auch rea­ celles que tout le monde aurait a ma
gieren würde." place... (SMZ 20/21)

i) ach wo I ach woher : exprime, souvent avec vivacite, une reponse negative,
le rejet d'une objection, d'une hypothese, etc. : penses-tu I pensez-vous
MOHRUNGEN: Also wie du redest, MOHRUNGEN: Ecoute, tes fa9ons de
Pützchen. Findest du nicht selbst, daß parler, Pützchen, tu ne trouves pas
es zu weit geht? que cela va un peu trop loin?
PÜTZCHEN: "' wo, so reden wir alle im PÜTZCHEN: Penses-tu!, nous parlons
BDM. Das ist das Recht der Jugend. toutes comme cela au BDM. La jeu­
(ZTG 17-18) nesse a ce droit.

4. a l'interieur de l'enonce :
a) devant un membre de phrase
Zwei Seelen wohnen, "', in meiner Deux ämes, helas, habitent ma poi-
Brust. (GF-HL 1112) trine.

b) a l'interieur d'un membre de phrase (vieux, liu. ou iron.)


In diesem"" so schönen Lande! Dans ce pays si beau!
Und der, auf den sich die Verkünder Et celui auquel se referent les propa­
der edlen, "" so falschen [ ... ] Gefühle gandistes de ces sentiments nobles
der Aufopferung, Selbstverleugnung, mais malheureusement si faux que
Nächstenliebe berufen, Christus, sont le sacrifice, l'abnegation, l'amour
wußte das[ ...] (GBE91) du prochain - le Christ - le savait.
Die "" so lieben Nachbarn haben sich Nos chers voisins se sont encore
schon wieder beschwert. (iron.) plaints.
Unsere "" so lieben Kollegen werden Nos chers collegues y veilleront, je ne
schon dafür sorgen. (iron.) me fais pas de souci.

BILAN

Valeur generale et effets de sens :


Ach peut exprimer des reactions affectives si differentes qu'il para1t vain de
vouloir degager une valeur commune a tous ses emplois. On peut neanmoins
risquer l'hypothese selon laquelle ach serait fondamentalement Ja trace linguis­
tique d'un affect e)ementaire survenant en reaction a un Stimulus exterieur.

158
ah interjection II

Fonction : marque ou accompagne diverses reactions d'ordre intellectuel ou


affectif.
Contextes : seul Oll devant un enonce generalement declaratif Oll exclamatif.
Position : en tete de l'enonce, generalement detache.
Accentllation : forte.
Concllrrents : - ach; - aha; - oh
Partenaires : -ja; - so
Eqllivalents : ah ; aaah ; ai"e ; ah bon ; ah d'accord; ah oui ; ah par
exemple ; ah voila ; allons ; ha, ha ; je vois ; mmmh ; oh ; quoi ; tiens ; 0

PLAN : 1. figllre Je cri, l'exclamation


2. marqlle Ja comprehension Oll Ja rememoration soudaines
a) seul ou suivi de ja
b) associe a so
3. marque lln constat, Je fait de prendre acte d'llne realite
eventuellement inattendlle
4. marque divers mouvements affectifs
5. marque un changeinent de perspective Oll de thematique

1. figure Je cri, l'exclamation : aaah ; ah ; ai"e


GARAUS: [ ... ] Jetzt sagen Sie mal """!" GARAUS: Maintenant dites "aaah ! "
BARLOCH. ""! (CKE 92) BARLOCH: aaah!
(Unefemme tue son amant descendu aufond - Oui, fit-eile, rassembJant toutes ses
d'un puits:) "Ja!" sagte sie, hob mit al­ forces pour soulever Ja grosse pierre
ler Kraft den auf dem Brunnerirand qui se trouvait sur Je bord du puits
liegenden großen Stein und kippte ihn avant de Ja faire basculer dans l'obs­
in die Dunkelheit. "Aaaah ...!" schrie curite. Fellgiebel poussa un cri :
Fellgiebels Stimme. (MHS 140) "aaah!"
""! Das tut weh! Ai'e, �a fait mal!
FRAU: (zum Photograveur). Schmeichler! LA VIEILLE, au Photograveur: Flatteur! co­
Spitzbub! ""' z! Ich sehe also jünger quin! ah ! ah ! Je fais plus jeune que
aus als ich bin? Sie sind ein kleiner mon äge? Vous etes un petit apache!
Wüstling. Sie machen mich scharf. Vous etes excitant. (EIS d'aprcs 35/44)

2. marqlle Ja comprehension ou Ja rememoration solldaines (seul ou as­


socie a ja ou a so; - ach 3.g) : ah ; ah d'accord; ah oui ; ah voila
"',
0
deshalb bist du nicht gekommen! Ah, [voila,J c'est pour �a que tu n'es
pas venu!

159
ah : interiection

SOLANGE: Sie sind Reserveoffizier, Sie SOLANGE: Vous etes officier de re­
wissen mit Waffen umzugehen. serve, vous savez vous servir d'une
PIERRE : "', das ist es, worauf Sie hin­
0
arme.
auswollen! (AAH 85) PIER RE: Ah, voila ou vous voulez en
venir!
MARCEL : Wir können doch jetzt nicht MARCEL: Nous ne pouvons tout de
einfach weglaufen. meme pas nous en aller, comme �a!
CLAIRE-HELENE: Was hält dich? CLAIRE-HELENE: Qu'est-ce qui te retient?
MARCEL: Das weißt du doch, Claire­ MARCEL: Mais tu sais bien, Claire­
Helene... Helene...
CLAIRE-HELENE mit einem Blick auf die CLAIRE-HELENE enjetant un regard vers /' ex-
Baugrube:"' -- 0 das hält dich! (DG H 113) cavation: Ah, c'est �a qui te retient!
- Das ist allerdings eine Überra­ -<;:a c'est etonnant!
schung! -Quoi donc?
-Was denn? -Regarde un peu.
-Sieh dir das mal an. - Ah d'accord, tu veux dire que !es
- "', ja, du meinst, daß sich die ecritures se ressemblent?
Schriften ähneln? (AZD 19)
(Histoire d' espionnage:) ",,,, Außendienst, Ah oui, service exterieur, je com­
verstehe! Tarnung, wie? Ich lache prends! Camouflage, hein? Ce que je
mir ja 'n Ast! Haste also eingesehen, rigole! A lors, tu as fini par com­
wie recht ich hatte, damals?" (JMSK prendre que j'avais raison, a l'e­
33/45) poque?
"' so - ! Deshalb Ihre Aufregung. Ah voila! C'est pour �a que vous
(AZDII) etiez si excitee / enervee / emue!

3. marque un constat, l'acte de perception ou le fait de prendre


acte d'une realite, qui peut etre inattendue ( .... ach 2.) ; ah ; quoi ;
tiens ; ah bon ; ah par exemple ; je vois
"', da bist du ja! / "', da kommt er ja! A h, te voila! / A h, Je voila qui ar­
rive!
(Devant un parking couvert de voitures:) Wo Ou est donc notre voiture? ... Ah, Ja
ist denn unser Wagen? ... "'! Da steht voila!
er!
(Apres avoir scrute le paysage aux jume/les:)
... "', jetzt seh' ich's! ... Ah, �a y est, je Je vois.
Er wollte gerade [... ] als sein Telefon II s'appretait a [... ] quand Je telephone
läutete. sonna.
"Wolff?" -Wolff?
""', da sind Sie ja", Doering, militä­ - Ah, vous voila, fit Doering, avec
risch knapp wie immer. ( IRS 28-29) son habituelle concision toute mili- .
taire.

160
ah : interjection

(Le /ocuteur debal/e un co/is:) Na, was Qu'est-ce que va peut bien etre? Ah!
kann denn das sein? "', das Gästebuch Je livre d'h6tes de notre ami Krämper
unseres Freundes Krämper - fast ist - va m'etait presque sorti de l'esprit.
mir die Sache schon aus dem Ge­ Qu'est-ce qu'il ecrit?
dächtnis gekommen. Was schreibt er
denn? (AZD 18)
"Also, nicht wahr, gnädige Frau, wir - Alors, c'est convenu, Madame,
rufen Sie an, sowie wir etwas wis­ nous vous telephonons des que nous
sen." savons quelque chose.
",,,! Sie wissen nichts?..." - Ah! vous ne savez rien ...
"Auf Wiedersehen, gnädige Frau..." - Au revoir, Madame... (SEN 102)
"Bist du eigentlich schon lange ver­ - II y a longtemps que tu es marie?
heiratet?" fragte sie auf einmal. "Seit demanda-t-elle soudain,
neunzehn Jahren", antwortete der - Dix-neuf ans, repondit le comte.
Graf. ",,,! Und ... ist deine Frau lieb - Ah ! ... Et ta femme, est-elle ai-
mit dir? Kommt ihr gut miteinander mable? Faites-vous bon menage?" (EZN
aus?" 254/1272)
HELEN: Es ist wahr : er kann mich HELEN: C'est vrai : il ne peut pas me
nicht leiden. sentir.
GEORG: "'! Was sagt er denn? GEORG: Ah bon? Qu'est-ce qu'il dit?
HELEN: Er glaubt, daß ich nicht die HELEN: II pense que je ne suis pas celle
Richtige für dich bin. (BSP 26/d'aprcs 30) qu'il te faut.
"Und Sie sorgten damals dafür, daß - Et vous vous etes arrange, a l'e­
er nicht vor Gericht mußte?" "Davon poque, pour qu'il ne soit pas pour­
spricht man? Nach fast fünfundzwan­ suivi?
zig Jahren? Das ist natürlich ein - C'est ce qu'on raconte? Pres de
Gerücht. Es entbehrt jeder Grund­ vingt-cinq ans apres? C'est un bruit,
lage." ",,, ja, Kurz nach seiner Degra­ bien sur - et denue de tout fondement.
dierung haben Sie ihn hier einge­ - Ah bon. Et vous l'avez embauche
stellt?" (HMY 85) ici juste apres qu'il a ete degrade?
"', da drüben - weißt du, wer da Ah par exemple! Devine qui arrive
kommt? Unser Kommandeur persön­ de l'autre c6te! Le chef d'escadrille en
lich. (RBB69) personne!
"Der Kassau, der ist schon okay", - Kassau, c'est un type bien, me re­
kam die Antwort. "Rauhe Schale, pondit-il. Dur en apparence, mais sen­
weicher Kern. Wirklich der beste sible au fond. Vraiment Je meilleur
Gruppenbetreuer, den wir hier in educateur que nous ayons ici a
Brammermoor haben." ",,,, ja ... " Brammermoor.
"Das geht sogar so weit, daß er einige - Je vois.
der Jungs, wenn sie entlassen worden - C'est au point qu'il invite certains
sind, bei sich auf'm Flugplatz wohnen des jeunes, quand ils sont liberes, a
und arbeiten läßt." (-ky 20) venir habiter et travailler chez lui sur
Je terrain d'aviation.

161
ah : interjection

GEORG: Er hat mich vor einer Ehe mit GEORG: II m'a deconseille de t'epouser.
dir gewarnt. HELEN effrayee: Quoi!
HELEN: erschrickt. :o=! (BSP25/d'aprcs 29)
"Kinder?" -Des enfants?
"Keine." -Non.
"Und Sie alleine nach Bramme, alles - Et vous avez coupe tous les liens
an Verbindungen gekappt, was es da pour aller vous installer seul a
gegeben hat...?" Bramme?
"In Hannover, ja. " - Tous les liens que j 'avais a
Mugalle sah ihn an. Hanovre, oui.
",,,,, Sie kommen also aus dem Land Mugalle Je regarda.
der niederen Sachsen?" - Tiens, vous etes donc du pays des
"Nein, eigentlich aus Königs Wuster­ Bas Saxons?
hausen[ ...]" (-ky23) - Non, a vrai dire, je viens de
Königs Wusterhausen.
LAURENZ klopft: Die Schlüssel, Herr LAURENZfrappe a la vitre: Les cles, mon­
Nowak. Das Portierfenster geht hinauf sieur Nowak. Le portier ouvre lafenetre
NOW AK: "", der Herr Laurenz. Heut NOWAK: Tiens, monsieur Laurenz!
sind S' aber einmal früher dran. Vous avez termine plus töt que
LAURENZ: Ja, der Chef hat mir er­ d'habitude, aujourd'hui.
laubt... LAURENZ: Oui, le patron m'a permis
NOW AK: Na, erlaubt is gut, 's is eh de...
schon Zeit... NOWAK: Pennis, c'est pas mal, c;:a. Vu
LAURENZ: Gute Nacht, Herr Nowak. !'heure qu'il est...
(IBG 13) LAURENZ: Bonne nuit, monsieur
Nowak.
(Le locuteur decouvre la presence du mede­ "Tiens, le docteur, alors comme �a,
cin:) "", der Herr Doktor. Wieder mal on vient espionner, comme d'habitude
ein bißchen spionieren, was. (W EA hein?"
104/ct'aprcs 90)

4. exprime ou accompagne des commentaires ou reactions affec­


tives de tonalite variable (- ach) : ah ; allons ; ah r;a ; mmmh ; 0
• reactions neutres ou d'indifference :
MÄDCHEN: Aber ich habe bisher nichts LA FILLE: Mais je n'ai jamais eu le
mit Pferden zu tun gehabt. moindre contact avec les chevaux.
WONG: Ja, es wird höchste Zeit, daß WONG: Eh bien, il est grand temps que
Sie anfangen. vous vous y mettiez.
MÄDCHEN: Wie denn anfangen? LA FILLE: Mais comment?
WONG: "", es wird furchtbar langweilig WONG: Ah �a, ce sera d'un ennui ter­
sein für Sie. Versprechen Sie sich nur rible. Surtout, n'en attendez pas trop.
nicht zuviel davon. Sie müssen zuerst Vous devrez d'abord [ ... ]
[ •.• ] (AAH 48)

162
ah : interjection

"Ich habe gut geschlafen, doch Ihre - Je dormais tres bien, mais Je son
Stimmen weckten mich." "Das tut mir de vos voix m'a reveille.
leid", sagte Freytag. """", sagte Dok­ - Je suis desole, dit Freytag.
tor Caspary, "es ist eine Erfahrung, - C'est une experience que j'ai faite
die ich schon früh gemacht habe : ge­ tres tÖt : C'est precisement Ja Oll ]'On
rade da, wo man vor dem Lärm si­ croit etre a l'abri du bruit qu'il vous
cher zu sein glaubt [ ...], quält er einen tourmente Je plus[ ...]
erst recht f ...] (SLF 49-50/49)

• reactions de tonalite negative (deception, depit, irritation, refus, supplique,


etc.) :
"" - Sie lachen über mich, ich bin Ah, je vous fais rire, vous me trou­
Ihnen altmodisch, nicht wahr? (DGH vez vieux jeu, n'est-ce pas?
114)

FRAU: (zieht ihn mit aller Kraft weg). ""· .. LA VIEILLE, eile le tire de toutes ses forces:
ich habe Angst... Schätzchen... Ah! ... tu me fais peur, mon chou...
(EIS 8/14)

Thomas öffnete seine Brieftasche. - Que puis-je vous offrir? demanda


"Was darf ich Ihnen anbieten?" Thomas en ouvrant son portefeuille.
""" nein, Monsieur! Das war ein - Ah non, Monsieur! C'etait un ser­
Freundschaftsdienst! Dafür verlange vice amical. On ne prend pas d'argent
ich nichts! (JMSK 59n4J pour �a.
Liebst du ihn? Nein? Man sagt... "", Tu l'aimes? Non? On dit que... ah, on
die Leute sagen allerhand ... Sie dit tellement de choses ... Elle eut un
machte eine wegwerfende Hand­ geste de degout. A h ce que je hais
bewegung. "", wie ich das alles hasse. tout cela.
(IBD 156)

""", cheri, sei doch nett und kOJTUTI ZU - Allons, sois gentil, mon cheri!
uns. Wir werden ein so schönes Le­ Viens chez nous! Ce sera Ja belle vie,
ben haben" (JMSK 43/d'apres 57) tu verras!

+ reactions de tonalite positive (joie, plaisir, jouissance, etc.) :


""", Paris! Die einzige Stadt, in der Ah, Paris! La seule ville Oll l'on peut
man noch leben kann, mon petit chou. encore vivre, mon petit chou. Nous
Wir werden uns ein paar schöne allons prendre quelques semaines de
Wochen machen ..." (JMSK 39) bon temps ...
"", wie gut sich's da sitzt (in diesem Ah ce qu'on est bien dans ce fauteuil
Sessel). (SZA 42) ou mmmh, qu'on est bien dans ce
fauteuil!
"", dieser Geruch nach Herbst und Ah cette odeur d'automne et de fu­
Rauch! (WGT 189) mee!

163
ah : interjection

FRAU zum Photograveur: Sie haben ge­ LA VIEILLE (Au Photograveur): Vous avez
schickte Hände, ""· .. ja sooo, oh-oh­ des doigts adroits, ah... tout de me-e­
oh-oh. eme! ... oh-oh-oh-oh. (EIS 36/45)

5. introduit un correctif, un changement de perspective ou de the­


matique : ah ; non ; au fait
Übrigens, sie heißt Annja - unser Au fait, eile s'appelle Annja - c'est
neues Kindermädchen! Die Kleinen notre nouvelle bonne d'enfants. Nous
sollen Deutsch lernen. Annja ist ja voulons que les enfants apprennent
selbst noch ein Kind, sie versteht es l'allemand, Annja est elle-meme en­
mit Kindern. "" so, was ich zu sagen core une enfant, eile sait s'y prendre
vergaß : sie ist gewissermaßen eine avec eux. Ah, j'oubliais: eile est en
Verwandte - die Pflegetochter des al­ quelque sorte une parente - Ja fille
ten Meidinger - nun? (SAA 340) adoptive de notre vieux Meidinger -
alors?
[Da] hörte ich plötzlich Alfred gereizt Quand j'entendis soudain Alfred dire
und bestimmt sagen : "Rangangang, d'un ton irrite et resolu: "Rangangan
rang ... "", will sagen, Quähg, gege­ gang... non, je veux dire : couaig,
geg, - quähg, gegeg... " Er hatte sich gaigaigaig - couaig, gaigaig..." II s'e­
versprochen, indem er nämlich die tait trompe et avait parle au canard
Enten versehentlich "auf Graugän­ dans la langue de l'oie cendree.
sisch" angeredet hatte. (KLT 72/d'aprcs 113)
(Dans le cadre d' un dialogue:) fI]ch hatte J'avais un ami, �a fait trois ans que je
einen Freund, den kenn ich drei le connais. Je l'ai suivi d'un chantier a
Jahre. Ich bin ihm von einer Baustelle l'autre, comme un imbecile. On etait
zur andern gefolgt, ich Kindskopf. ensemble dans Je froid de Ja Ta"iga et
Wir haben in der Kälte in der Taiga on aurait vendu notre äme pour une
gehockt und hätten für eine Kanne tasse de the! Est-ce qu'il me reconnai­
Tee unsere Seelen verkauft! Ob er trait? Est-ce que j'ai encore Je soleil
mich noch kennt? Ist die Sonne noch sur la peau? Et la poussiere dans les
hier drauf? Und der Staub noch in poumons? Au fait, est-ce que je suis
der Brust drin? "", kann ich die Beine encore capable de Jever !es pieds,
wieder heben, nach dem Schlamm? apres toute cette boue? II montre ses
Zeigt die Hände: Ist der Frost noch mains: Sont-elles encore gelees?
drin? (VBK 83)

164
aha interje

Fonction : marque que le locuteur a compris !es choses ou plus generalement


qu'il en prend acte tout en manifestant, par l'intonation adoptee, !es senti­
ments qu'elles lui inspirent: surprise, embarras, doute, etc.; peut egalement
figurer le cri.
Contextes : seul ou devant un enonce generalement declaratif.
Position : toujours detache en tete d'enonce.
Accentuation : forte.
Concurrents : ..... ah
Equivalents : ah ; hum ; ouais ; ah bon ; ah d' accord ; ah, je vois ; ah, je
vous vois venir ; ah, voila ; a la bonne heure ; chic alors ; eh oui ; tiens
donc ; tiens, tiens ; voila [pourquoi] ...

PLAN: 1. marque Ja comprehension


2. marque le fait de prendre acte d'une information tout
en manifestant Ja reaction qu'eile inspire
a) une reaction de contentement, de satisfaction
b) un commentaire implicite
c) des reactions diverses
3. figure Je cri

1. marque Ja comprehension : ah ; ah bon ; ah d' accord ; ah, je vois ;


ah, je vous vois venir; ah voila; voila [pourquoi] ...
"', deshalb ist er nicht gekommen!
0
Ah voila pourquoi il n'est pas venu!
0
"',da liegt also der Hund begraben! Ah, voila Je nreud de l'affaire!
(idiom.)
(Observation du comportement d' une femel/e A h, direz-vous, Ja gentille epouse
poisson:) "', denkst du, die Gute will veut aider son mari, eile va bientöt
dem Gemahl helfen, gleich wird sie remonter et enfermer !es reufs dans Je
wieder nach oben schwimmen und die nid. Mais vous pourrez toujours at­
Eier im Nestchen verpacken. Aber du tendre: f ...]
würdest vergeblich warten: [ ...] (KLT
34)
Dann faßte er sich und sagte, sie hät­ Puis il se reprit, disant qu'ils n'avaient
ten kein Telefon - ich denke sofort : pas Je telephone - je pensai aussitöt :
"', darum auch keine Nachricht an die [ah,] voila pourquoi ils n'avaient pas
Artillerie - und seien auch den fünf­ averti leur artillerie - et que ceJa fai­
ten Tag ohne Essen [... ]. (A. Zweig, in sait cinq jours qu'ils n'avaient pas
NAA 74/ d'apres 75) mange.

165
aha : interjection

"Was für einen Briefkasten?" fragte - Quelle boite a lettres? demanda


Mimi. Mimi.
"Briefkasten nennt man einen Men­ - On appelle 'boite a lettres' une
schen, der Nachrichten empfängt personne qui rei;oit ou transmet des
oder weitergibt." informations.
"z." (JMSK 72/d"aprcs 90) - Ah bon ou (fam.) ah d'accord!
"Seit wann hast du etwas gegen die - Depuis quand as-tu quelque chose
Amerikaner?" contre les Americains?
"Schon lange." -Depuis longtemps.
"Und warum?" - Et pourquoi?
"Weil sie mir zu sowjetfreundlich - Parce que je les trouve trop pro-
sind." , sovietiques.
"z. Ja, das sehe ich ein. , - Ah bon! Remarque, c'est vrai.
"Siehst du." (KTG 194) -Tu vois.
"Hast du's noch weit, mein Alter?" - C'est encore Ioin, chez toi, pepe?
fragte ihn Thomas. demanda Thomas.
"Der Teufel soll's holen. Sind noch - Diable, oui. Bien encore trois ki­
gut drei Kilometer bis Saint Nicolas!" lometres, jusqu'a Saint-Nicolas.
"Wo ist denn das?" -Ou est-ce?
"Na, da unten. Direkt vor Nancy." - La-bas. Sur Ja route de Nancy.
"z", sagte Thomas Lieven. (JMSK 46/59- - Ah, bon, dit Thomas Lieven.
60)
(Une femme s' attarde au bureau d' un
col/egue et lui demande.) "Sie haben nicht "Vous n'auriez pas par hasard un peu
zufällig einen Schluck Cognac im de cognac dans votre armoire?"
Schrank?" (Le narrateur rapporte !es Ah voila, ce n'etait pas lui qu'elle
pensees du col/egue:) ""· Nicht ihn hatte avait drague, mais l'alcool cache dans
sie angemacht, nur den Sprit in seinen ses dossiers.
Akten. (IRS 27)
Sie war eingesperrt. In einem Kon­ - Elle etait intemee. Dans un camp
zentrationslager bei Warschau. de concentration pres de Varsovie.
"Weshalb?" - Pour quel motif?
"Sie soll in der Straßenbahn geäußert - II parai't que dans un tramway eile
haben, die Deutschen seien auch a dit que !es Allemands etaient eux
Menschen." aussi des etres humains.
"z. Also deutschfreundlich." - Je vois, eile etait germanophile.
"Im Gegenteil. Die Nazis bestraften - C'est tout Je contraire. Les nazis
die Verleumdung." l'ont puni pour calomnie.
"Wie?" (HKO 295) -Quoi?

166
aha : interjection

"Warum haben Sie Herrn Baerwald - Pourquoi avez-vous fait remarquer


darauf aufmerksam gemacht, daß sein a Monsieur Baerwald que son chien
Hund heult?" hurlait?
""'· Sie wollen wissen, ob ich den - Ah, je vois / je vous vois ve­
Vorfall schon vor dem Hund entdeckt nir, vous voulez savoir si j'ai decou­
oder gar verursacht habe. Nein", vert l'incident avant Je chien - ou
sagte Paul Heinke, "aber das werde meme si c'est moi qui J'ai provoque.
ich kaum beweisen können." (HMY 36) Eh bien, non, dit Paul Heinke, meme
si je ne pense pas pouvoir Je prouver.

2. marque le fait de prendre acte d'une information tout en expri­


mant Ies reactions affectives ou intellectuelles qu'elle inspire
a) reactions de contentement, de satisfaction : a La bonne heure ; chic alors
(En reponse a l' exhortation des policiers:)
"Ich will die Wahrheit gestehen", - Je vais vous dire Ja verite. - A la
sagte ich. ":c:!" rief man aus. (HKO 304) bonne heure! s'ecrierent-ils.
(Un critique liueraire al/eche par une piece de
theatre montee a Heidelberg:) "', denkt En faisant route vers Heidelberg, on
man auf der Fahrt nach Heidelberg, se dit: chic alors, ce sera un mer­
das wird ein herrliches Amüsement veilleux divertissement avec quelques
mit Durchblicken auf heutigen zenti­ echappees sur Ja profondeur d'esprit
metertiefen Tiefsinn. (WELT 28/12/74) "abyssale" de notre monde contempo-
rain.

b) avec un commentaire implicite : le locuteur considere l'information comme


interessante ou significative sans preciser pourquoi : tiens, tiens; eh oui
- Keinen Ton hat er von sicJ-\ gege- - II n'a pas dit un mot.
ben! - "'' - Tiens, tiens!
(En reaction au C()mportemem d'un tiers:) "', Tiens, ticns, il a tout de meme fini
er ist also doch zur Einsicht gekom­ par entendre raison!
men!
",,,, Sie haben mich also beobachtet." - Tiens, tiens! Yous m'avez es­
(KWWSl/67) pionnee?
"Ich hab eine Neuigkeit für euch." - J'ai une nouvelle a vous annoncer.
(suit une description de /'atlitude du /ocuteur) [ ...) II y a quelques changements.
"Es gibt ein paar Veränderungen." Tiens, tiens, �a avait donc marche.
"'· Das hatte also gewirkt. (IRS 78)
POTZ: Kreisleiter, die Franzosen sind POTZ: Chef, !es Fran�ais ont depasse
an Kretzenberg vorbei. Kretzenberg.
GORBACH: "', Weinreich hat kapitu­ GORBACH: Tiens, tiens, Weinreich a
liert? (WEA 40) capitule!

167
aha : interjection

Der [ ... ] Gerichtsschreiber [ ... ] hatte Le greffier avait declare, Ja voix


mit zitternder Stimme erklärt, der er­ tremblante, que Ja premiere affaire
ste Fall heute sei gar nicht der Mühe valait a peine qu'on en parle. L'objet
wert, ein altes Kleid das Objekt, die du delit etait une vieille robe de soie,
Angeklagte eine junge Diebin, fast ein l'accusee une jeune voleuse, presque
Kind, unschuldig vielleicht. "Werden un enfant, peut-etre innocente. "On
ja sehen", erwiderte Amtsrichter verra bien", repliqua Je juge avant de
Kaiser [ ...] und vertiefte sich in den se plonger dans Je dossier. "Accusee
Akt. "Angeklagte Lenore Frühling!" Lenore Frühling!" s'ecria l'huissier.
rief der Amtsdiener. Ohne aufzublik­ Sans Jever Ja tete, Je juge ordonna:
ken, befahl der Richter: "Treten Sie "Approchez, sans fausse honte!" II
näher! Ohne falsche Bescheidenheit!" entendit Je bruissement leger de Ja
Er hörte das leise Rauschen eines jupe. Eh oui, Ja robe de soie.
Rocks."', das seidene Kleid. (HKK 319)

c) reactions diverses, d'indifference ou dubitative, evasive, embarrassee, iro­


nique... : hum ; ouais ; ah bon ; tiens donc
(La comtesse et Helma sont rivales:) "Ja, ich - Oui, c'est moi, bonjour! repondit­
bin es, guten Tag!" erwiderte er, hielt il avant de mettre Ja main sur l'ecou­
die Sprechmuschel zu und erklärte teur et d'expliquer a Helma qui etait
Helma, die an seiner Seite stehenge­ restee a ses c6tes: "C'est Ja com­
blieben war: "Die Condessa!" ",,,!" tesse."
sagte sie, machte schmale Augen und - Ah bon, fit-eile, l'ceil mauvais et
biß die Lippen zusammen. (MHS 92) en pin1yant les levres.
HIRSCHBURG: Ich will die Schuhe nicht HIRSCHBURG: Je ne veux pas renoncer a
aufgeben, weil ich mich nicht aufge­ ces chaussures parce que je ne veux
ben will. Mich nicht, und auch nicht pas renoncer a moi-meme. Ni a moi
die großen Worte. ni aux grands mots.
KURT: "'· Dann passen Sie nur gut auf KURT: Ah bon, eh bien alors, faites
Ihre Schuhe auf. (CHP 42) bien attention a vos chaussures.
"Sie müssen entschuldigen, daß wir - II faut nous excuser de vous avoir
Sie im Lastwagen eingeschlossen ha­ enferme dans Je camion, expliqua
ben. Strenger Befehl. Sie hätten sonst l'un. Mais les ordres sont stricts.
vielleicht die Gegend erkannt. Und Sinon, vous auriez peut-etre reconnu
Sie dürfen keinesfalls wissen, wo Sie Ja region. Et il ne faut en aucun cas
sich befinden." que vous sachiez ou vous vous trou­
",,," sagte Thomas. (JMSK 46/60) vez.
- Ah, bon, dit Thomas.
GALILEI: Ich wollte Eurer Hoheit GALILEE: Je voulais dedier mes dia­
meine Dialoge über die beiden größ­ logues sur les deux plus grands sys­
ten Weltsysteme... temes du monde a Votre Altesse...
COSMO: "', "'· Wie steht es mit Ihren COSME: Hum, hum, comment vont
Augen? (BLG 103/d'apres 108) vos yeux?

168
aha : interjection

GALILEI: Privatunterricht : Zehn Skudi GALILEI: Le�ons particulieres : dix ecus


pro Monat. par mois.
LUDOVICO: Sehr wohl, Herr. LUDOVICO: Tres bien, monsieur.
GALILEI: Was sind Ihre Interessen? GALILEI: Qu'est-ce qui vous interesse?
LUDOVICO: Pferde. LUDOVICO: Les chevaux.
GALILEI: "' · GALILEI: Hum!
LUDOVICO: Ich habe keinen Kopf für LUDOVICO: Je n'ai pas la tete faite pour
die Wissenschaften, Herr Galilei. !es sciences, monsieur Galilee.
GALILEI: "' · Unter diesen Umständen GALILEI: Ah ! Dans ces conditions ce
sind es fünfzehn Skudi pro Monat. sera quinze ecus par mois.
(BLG 14/d'apres 15)
DER KLEINE MÖNCH: Aber warum LE PETIT MOINE: Mais pourquoi flotte-t­
schwimmt es denn überhaupt'? Eis ist e\\e'? l,a g\ace est p\m, \ourue que
schwerer als Wasser, da es verdich­ l'eau puisqu'elle est de l'eau concen­
tetes Wasser ist. tree.
GALILEI: Wie wenn es verdünntes GALILEE: Et si c'etait de l'eau diluee?
Wasser wäre? ANDREA: Elle doit etre plus legere que
ANDREA: Es muß leichter sein als l'eau, autrement eile ne flotterait pas.
Wasser, sonst schwämme es nicht. GALILEE: Hum!
GALILEI: "' · ANDREA: Pas plus que ne flotte une ai­
ANDREA: So wenig, wie eine eiserne guille de fer. Tout ce qui est plus le­
Nadel schwimmt. Alles, was leichter ger que I'eau flotte, tout ce qui est
ist, als Wasser ist, schwimmt, und plus lourd coule. C.Q.F.D.
alles, was schwerer ist, sinkt. Was zu GALILEE: Andrea, il faut que tu ap­
beweisen war. prennes a penser avec prudence.
GALILEI: Andrea, du mußt lernen, Donne-moi l'aiguille de fer. [...]
vorsichtig zu denken. Gib mir die ei­
serne Nadel. (Suit la demonstration qu' une
aiguil/e peutflotter) (BLG 85/d'apres 89)
"Und warum wohl?" fragte Morris. - Et pour quelles raisons, s'il vous
"Warum läßt die Gestapo wohl einen pla1t? demanda Morris. Pourquoi la
Mann frei, den sie eben erst verhaftet Gestapo
, reläche-t-elle
, un homme
hat? qu eile vient d arreter?
"Meine Unschuld hat sich erwiesen." - J'ai fait Ja preuve de mon inno­
":a:", sagte Lovejoy. cence.
":a:", sagte Morris. Die Herren sahen - Hum, fit Lovejoy.
sich bedeutungsvoll an. (JMSK 36- - Hum, fit Morris. Les deux mes-
37/d'apres 49) sieurs echangerent un regard lourd de
signification.
(Reaction sceptique aux propos de/' inter/ocu­
teur:) ":a:", sagte Krüger trocken. (H MY - Ouais, laissa tomber Krüger.
43)

169
aha : interjection

"Hören Sie mit dem Quatsch auf! Wir - Cessez ces stupidites! Nous savons
wissen, daß Sie ein doppeltes Spiel que vous jouez double jeu!
treiben!" - Tiens donc!
":oe." (JMSK 101/d'aprcs 120)
(Le heros, un modeste personnage, est
fiance, sans /e savoir, a une demi-mondaine:) Amolph se mit a raconter. Ils avaient
Sie hätten einen Spaziergang gemacht, fait une promenade Oll tout avait ete Si
erzählte Amolph, und alles sei so etrange [ ... ] Tout Je monde s'etait mis
sonderbar gewesen [ ... ] Alle Leute a le saluer, monseigneur Moser, l'e­
hätten ihn plötzlich gegrüßt, [ ... ] veque, Je peintre Passap et l'ambassa­
Bischof Moser, der Maler Passap und deur des Etats-Unis, qui lui fait "ohe".
der amerikanische Botschafter, der - Tiens donc, fit Georgette.
ihm Hallo zugerufen habe. - Meme Maitre Dutour a salue, re-
",,,," sagte Georgette. pris Amolph [ ... ]
"Auch Maitre Dutour grüßte", fuhr
Amolph fort [...] (DGG 60/d'aprcs 85)
Er trat auf sie zu und neigte den II la rejoignit et se pencha vers eile :
Kopf : wenn sie denn schon nicht mit puisqu'elle ne voulait pas l'accompa­
zu seinem Onkel nach Kalabrien gner chez son oncle en Calabre, il
wolle, dann habe er einen anderen avait un autre plan : a Portorico vivait
Plan : in Portoriko, da lebe eine sei­ une de ses cousines, une planteuse de
ner Cousinen und pflanze Tabak. Das tabac. Le climat de Ja cöte sud etait
Klima an der Südküste sei gut, die bon, Ja situation politique tout a fait
politischen Verhältnisse durchaus correcte. "Tiens donc, dit-elle, en
geordnet. ",,,,", sagte sie, die letzte trainant curieusement sur Ja demiere
Silbe seltsam hoch betonend, und syllabe. Mais pourquoi irais-je a
setzte sich schnell hin. [... ] "Aber wa­ Portorico?
rum soll ich nach Portoriko [ ... ]?"
(SAA 325)

3. figure Je cri (rare) ;


",,,,!" schrie er halb verrückt. "ahaaa!" Aaah! cria-t-il, a moitie fou, aaah!
(SOB 325)

Aha-Erlebnis : nach K. Bühler ein befreiendes (lustbetontes) Erlebnis bei


plötzlichem (nicht deduktiv vermitteltem) Erkennen eines gesuchten, zuvor
nicht verstandenen Zusammenhangs. (Meyers Enzyklopädisches Lexikon, 1980)

170
allein
alleint : adverbe
allein2 : particule de mise en relief
allein3 : conjonction de coordination (emploi vieilli)

!alleint adverbe 1
Fonction : membre de phrase determinant le verbe avec lequel il forme un
predicat complexe incluant la notion d'unicite.
Contextes : tout type de phrases; s'empJoie aussi dans un membre de phrase
contenant un element predicatif.
Positions : Je plus souvent post-V2, mais pre-V2 possible, seul ou avec Ja
partie non conjuguee du verbe.
Accentuation : forte.
Variante regionale : alleine
Equivalents : isole ; seul ; tout seul ; de lui-meme I d' elle-meme ; 0

PLAN: 1. determinant le verbe


a) "sans Ja presence d'un tiers"
b) "sans I'aide d'un tiers"
2. attribut de l'objet
3. determinant l'epithete
4. von allein

1. determinant Je verbe :
a) "sans Ja presence d'un tiers" :
Er ist = / Sie lebt = / Wir fahren = II est seul / Elle vit seu Je / Nous y
hin (ohne die Kinder) aflons seuls ( sans !es enfants)
Er bleibt nicht gern =. II n'aime pas rester seul.
Laß mich bitte=! Laisse-moi seul, s'il te plait.
= gehst du mir nicht hin! Je ne veux pas que tu y ailles seul[e].
= spazierengehen ist kein Vergnügen. Se promener seul, ce n'est pas amu­
sant.
Schade nur, daß ich =e bin... (VSD 56) Dommage que je sois seul...
Fast jede Nacht des kurzen Urlaubs Elle avait passe seule presque toutes
hatte sie = verbracht. (RBB 101) !es nuits de ses courtes vacances.
Alle gehen. Sie werden = hier blei­ Ils partent tous. Vous resterez seul
ben. Haben Sie keine Angst? (CHP 59) ici. Vous n'avez pas peur?

171
allein/ : adverhe

Wenn du mich wenigstens nicht "' Si au moins tu ne me laissais pas dor­


schlafen ließest. (RBB 1 Cll l mir seule.
Aber ohne Planung ist es doch un­ Mais sans organisation, il est impos­
möglich, "' und mitten im Krieg so sible d'entreprendre seul et en pleine
einen Flug zu unternehmen. (RBB 109) guerre un tel voyage en avion.
Wir lösten in der Tat viele Probleme Nous resolvons effectivement beau­
zusammen. "' fühle ich mich zum coup de problemes ensemble. Par
Beispiel nicht mehr. (ATM 86) exemple, je ne me sens plus seule.
Ein Unglück kommt selten"'· (JJro1•.) Un malheur ne vient jamais seul.

b) "sans l'aide, la contribution d'un tiers'':


Das Kind läuft schon"' (WDGl L·enfant sait deja marcher tout seul.
"' schaffst du das nicht. Seul, tu n'y arri veras pas.
Das hat er [nicht]"' gemacht. II [ne] l'a [pasJ fait tout seul.
Die Löhne sind nicht 0
schuld an der Les salaires ne sont pas seuls respon­
"'

bisherigen Entwicklung. (WELT 18.0266) sables de la situation actuelle.


[S]ie sind aber "' nicht kräftig genug. Seuls, ils n'ont pas assez de force.
(GBE84)

2. attribut de l'objet :
Er besuchte ihn gleich am nächsten Lui ayant rendu visite des Je lende­
Morgen und fand ihn "'· main matin. il Je trouva seul.

3. determinant l'epithete :
(Apropos d'un individu plus que louche:)
Dort war er aber gut bekannt und Mais il etait bien connu de la police,
zwar dafür, daß er am Flugplatz und qui savait qu'il proposait ses services
vor den Hotels "'reisenden Touristen aux touristes isoles a I 'aeroport et
seine Dienste anbot. (BBB 254/d'aprcs 296) devant les h6tels.

4. von allein (fam.) : sans intervention exterieure : tout seul ; de lui-meme ;


d'elle-meme; 0
Das brauchst du mir nicht zu sagen, T'as pas besoin de me Je dire, je Je
weiß ich von"'· sais.
Er ist von"' eingeschlafen. II s'est endormi tout seul.
Das muß doch einer getan haben. So II faut bien que quelqu'un J'ait fait.
was geschieht nicht von"'· Une chose comme c;a ne se produit pas
toute seule.

172
allein/ : adverbe / allein2 : particule de mise en relief

KURT: Ich nehme nur den Kaffee. Ich KURT: Je ne prends que Je cafe. Je n'ai
habe kein Brot bestellt. pas commande de pain.
LENKA: Essen Sie's, Kurt. Ich habe LENKA: Mangez-Je, Kurt. Ce n'est pas
Madame Grenier nicht darum gebe­ moi qui l'ai demande a Madame
ten. Sie hat es von "' dazugelegt. Ich Grenier. Elle J'a mis d'elle-meme.
habe kein Wort gesagt. Madame ist Je n'ai rien dit. Elle n'est pas si me­
nicht so schlecht, wie Sie denken. (CHP chante que vous Je pensez.
16)
Was denn, begann Krüger seine Be­ Krüger commenya par demander ce
fragung, aus dem großen Freundes­ qu'etait devenu Je cercle d'amis de
kreis von Lina Miklay geworden sei. Lina Miklay. On Jui dit qu'iJ s'etait
Der habe sich, erfuhr er, nach Linas defait de lui-meme apres Ja mort de
Tod von "' aufgelöst : "Wenn die Lina : "Quand J'äme s'est envolee, Je
Seele fehlt, stirbt der Körper." (HMY corps se meurt."
36)

!allein 2 particule de mise en relief !


Fonction : porte sur un element ou membre de phrase qu'il met en relief; Ja
donnee correspondante est presentee
1. soit comme entrant seule en ligne de compte (allein exclusif)
2. soit comme suffisamment pertinente en elle-meme pour que J'on puisse en
tirer des conclusions sans prendre en compte d'autres donnees de meme type
(allein evaluatif).
Contextes : declaratives; autres types de phrases non exclus.
Positions : pre-M ou post-M, au contact ou a distance.
Accentuation : faible (sans etre nulle) lorsqu'iJ precede Je membre sous sa
portee (allein °er); forte, Jorsqu'il Je suit (er a 0llein).
Concurrents : ausschließlich ; lediglich ; - nur 2 ; - schon2
Equivalents : pur ; seul; seulement; simple ; uniquement ; a luilelle/eux
seul[e/ s] ; ne...que ; ne serait-ce que ; pas moins ; rien que ; seul + N sup­
port ; [ne pas] suffire; [n'J etre [pas] suffisant

PLAN l. exclut tout autre element (allein exclusif)


a) prepose au membre sur lequel il porte
b) postpose au membre sur lequel il porte
2. presente l'element selectionne comme suffisamment
pertinent en lui-meme (allein evaluatif)
a) prepose au membre sur lequel il porte
b) postpose au membre sur lequel il porte
c) associe a schon
3. presente une indication quantitative comme elevee

173
allein2 : particule de mise en relief
1. exclut tout autre element ( ambigu'ites possibles avec les emplois evaluatifs illus­
tres sous 2., .... BILAN; .... lediglich, nur 2 ): ne ... que; pur; seul; uniquement;
seul + N support ; (en contexte negatif:) n' etre pas s11.ffisant ; ne pas suffire a
a) prepose au membre sur lequel il porte
• allein peut etre renforce par einzig ou (plus rarement) einfach
• est moins accentue que le membre sur lequel il porte, sauf Jorsque celui-ci est
predicatif (voir Je dernier exemple de Ja rubrique subsequente)
• l'ensemble allein + N peut etre sous la portee de nicht, notamment en pre­
V2:
• au contact immediat du membre vise :
Sein Interesse gilt"'dem °Fußball. Il ne s'interesse qu'au football.
Das habe ich [einzig und] "'für dich 0
Je l'ai fait pour toi et pour toi seul.
getan.
Die Entscheidung liegt"'bei 0 dir. La decision t'appartient a toi seul.
(La personne a /' air sracique:) Lebendig Seuls, ses yeux gris semblaient vi­
schienen "' die grauen Augen zu sein, vants, qui ne vous regardaient presque
die einen selten direkt ansahen. (HMY jamais directement.
27)

Das hat er [einzig und)"'aus 0 Haß ge­ Il a fait cela par pure haine.
tan.
Ihr metaphysischer Schrecken bezog Son angoisse metaphysique avait uni­
sich einzig und "' auf meine Weige­ 0
quement trait a mon refus de l'epou­
rung, uns standesamtlich trauen, un­ ser civilement comme de faire elever
sere Kinder katholisch erziehen zu nos enfants dans Ja religion catho­
lassen. (BAC 89-90/82-83) lique.
"' vom Lohn [ ... ] des 0 Mannes Si elles ne disposaient que du salaire
könnten sich [...] nur 60 Prozent aller de l'homme, seules soixante pour cent
autofahrenden Familien einen Wagen des familles motorisees seraient en
erlauben. (BZ 15/67) mesure d'avoir une voiture.
(Les Services secrets tencenc d' obcenir le con­
cours d' une personne:) "Monsieur, seien Soyez sans crainte, Monsieur, vous
Sie ohne Sorge, Sie werden Ihren pourrez rester fidele a vos principes.
Prinzipien treubleiben können. Es ist La seule chose qui nous interesse,
"' Ihr Ge 0 him, auf das wir reflektie­ c'est votre cerveau.
ren." (JMSK 45/ct'aprcs 59)
[...] so benötigt [der schnelle Brüter] [ ... ] ainsi Je surregenerateur ne neces­
praktisch nur noch gewöhnliches Na­ site pratiquement plus que de l'ura­
tururan als Brennstoff und nicht etwa nium nature! ordinaire et non plus de
Uran, das mit dem 0 spaltbaren Iso­
"' l'uranium specialement enrichi en iso­
top U 235 besonders angereichert ist tope U 235, Je seul fissible.
[ ...] (Welt 22/01/66)

174
allein2 : particule de mise en relief

+ SOUS Ja portee de nicht


Nicht "' in °Deutschland, auch in an­ II n'y a pas qu'en Allemagne que l'on
deren EG-Ländern werden immer enregistre un nombre de plus en plus
mehr ausländerfeindliche Aktionen eleve de manifestations xenophobes,
registriert. d'autres pays de Ja CEE sont egale­
ment touches.
[ ...] wurde nachdrücklich erklärt, daß [ ...] il a ete souligne que Jois et decrets
Unfälle nicht "' durch Gesetze und ne suffiraient pas a eviter !es acci­
Verordnungen verhindert werden dents [de la circulation]
könnten. {WELT 27/01/66)
[Es] herrschte [...] Einmütigkeit über II y a eu unanimite pour dire que Ja
die Frage, daß die Stabilität der stabilite monetaire ne pouvait etre ga­
Währung nicht "' durch die öffent­ rantie par la seule politique budge­
liche Haushaltspolitik erreicht wer­
0
taire.
den könne. (WELT 03/02/fx:,)
+ devant un pronom d'annonce ou un nom jouant le meme röte:
der Grund liegt "' darin, daß...
0
Ja seule raison en est que...
Innenminister Frey und General de [Selon Je porte-parole du gouveme­
Gaulle hätten vor dem Ministerrat be- ment,] le ministre de !'Interieur
tont, daß es "' darauf ankomme, in
0
Roger Frey et le general de Gaulle
der Affäre Ben Barka Recht walten ont souligne en Conseil des Ministres
zu lassen. (FAZ 20101/66) que Ja seule chose qui importait,
dans l'affaire Ben Barka, etait de lais­
ser parler le Droit.
Sie war beeindruckt. Nicht von dem, Elle etait impressionnee. Non pas par
was er sagte, sondern einfach und "' ce qu 'il disait, mais simplement et
von der Tatsache, daß er überhaupt uniquement par le fait qu'il daignait
mit ihr redete. (IRS 49) lui parler.

b) postpose au membre sur lequel il porte·:


allein est aussi, voire plus accentue que le membre, celui-ci etant dote d'une
intonation montante, notamment lorsqu'il figure en tete de phrase:
• au contact immediat (frequent) ou a distance (rare) du membre vise:
Er o,,, kann uns helfen. Lui seul peut nous aider.
Mit dem guten Willen o,,, ist es nicht La bonne volonte ne suffit pas.
getan.
Darauf o,,, kommt es an, ob... La seule chose qui importe, c'est...
Ich erzähl dir nachher was. Dir ganz Je te raconterai ya tout a !'heure. A
0
"'. (CKE 58) toi tout seul.
Der Mensch lebt nicht von Brot 0
"'. L'homme ne vit pas que de pain.

175
allein2 : particule de mise en relief

Das 0"' ist noch kein Grund, ihn so Ce n'est pas une raison pour Je traiter
rüde zu behandeln. aussi durement.
Ich habe meine Gründe, Sie zu war­ J'ai de bonnes raisons de vous lancer
nen, denn ich o,,, kenne Eugen und cet avertissement, car je suis Je seul a
seinen Bruder. (SLF 35/35) bien connaitre Eugen et son frere.
[ ...] ist die Mutter gezwungen, vor ih­ [ ...] Ja mere se voit obligee de faire
ren Augen einen Hund auspeitschen fouetter un chien sous leurs yeux,
zu lassen, das 0"' kann sie an Zucht seul moyen de les rappeler a la dis­
und Ordnung und Höflichkeit erin­ cipline et a l'ordre et a la politesse.
nern. (BLG 91/96)
Hagen betont, daß er o,,, diese Ent­ M. Hagen souligne qu'il ne partage
scheidung getroffen [ ... ] habe. (WELT avec personne la responsabilite de
19/02/66) cette decision.
Schließlich ist es mein Leben, ich Apres tout, c'est de ma qu'il s'agit,
habe 0"' darüber zu bestimmen! (RBB c'est a moi seul d'en decider.
II)

+ avec renforcement par repetition du membre :


Das hat er mir und mir o,,, gegeben. II me l'a donne a moi tout seul.
[ ...] und das Auge des Schöpfers ruht [ ... ] et l'reil du Createur est fixe sur
auf mir und auf mir 0
(BLG 62/66)
"'. moi et sur moi seul.
[Dies] ließ sie wenige Wochen später [ ... ] eile ceda quelques semaines plus
voreilig seinem Vorschlage vertrau­ tard, sans bien y reflechir, a son desir
en, er wolle ihr und nur ihr o,,, sein de jouer sa nouvelle reuvre chez lui,
neuestes Werk bei sich vorspielen pour eile, pour eile seule.
(SZA 11/d'apres 21)

+ avec une relative, allein portant sur le pronom relatif ( .... rem.l) :
[...] weil er diesen kleinen vogelarti- [ ... ] parce qu'il avait besoin des lu­
gen Arzt mit der lächerlichen Brille mieres de ce petit docteur a tete d'oi­
brauchte, der ihm 0"' weiterhelfen seau, avec ses lunettes grotesques; le
konnte, dem er aber dafür sein Ver- seul homme qui put l'aider a pre­
trauen schenken mußte. (DVe 90/d'apres sent, mais a Ja condition qu'il lui fit
130) confiance.
[ ...] das gab die Berechtigung, uns auf [ ...] cela legitimait la seule rebellion
die Weise zu widersetzen, die 0"' uns qui füt a notre portee et qui consistait
zu Gebote stand, nämlich : die Wei­ a ne pas tenir compte des injonctions.
sungen zu mißachten. (DKO 79/d'apres 73)
Jetzt komme es darauf an, daß die II importe maintenant que la justice,
Justiz, der die Verantwortung für
0
"' seule competente pour mener l'en­
die Untersuchung obliegt, ihre Arbeit quete, fasse son travail avec la volonte
mit dem [ ... ] Willen verfolge, [ ... ] de[ ... ]
(FAZ 20/01/66)

176
allein 2 : particule de mise en relief

2. presente l'element selectionne comme suffisamment pertinent ou


efficace en lui-meme (volontiers associe a schon) : seul ; a lui / eile / eu.x
seul[elsles] ; deja en soi; ne serait-ce que...; rien que; suffire
a) prepose au membre sur Jequel il porte
• allein n'est pas accentue, Je membre l'est fortement (voir aussi c)
• confusion possible entre cet emploi et alleinJ: .... BILAN
Man zähle über zweihundert Sittlich- II y avait [selon luiJ plus de deux cents
keitsverbrechen im Jahr. "" im Kan­ attentats aux mreurs par an rien que
ton. (DVc 74) dans Je canton.
SAGREDO: Das sind Sterne, unzählige. SAGREDO: Ce sont des etoiles sans nom­
0
GALILEI: "" im Sternbild des 0rion bre.
sind es 500 Fixsterne. (BLG 31/32) GALILEE: Rien que dans Ja constella­
tion d'Orion, il y a eing cents etoiles
fixes.
Das Freudenfest geht weiter, mehr als La fete continue: plus d'un million
eine Million DDR-Bewohner kamen d' Allemands de l'Est sont venus ce
am Wochenende "" nach Berlin. 0
week-end rien qu'a Berlin.
(WELT 13/11/89) /""" rem.2)

Ich habe ein ähnliches Gefühl der [ ... J J'eprouve parfois ce meme sentiment
Leere manchmal beim Mensch-ärge­ de vide quand je joue plus de trois ou
re-dich-nicht-Spielen, wenn es über quatre heures d'affilee au jacquet. Les
drei, vier Stunden lang dauert; "" die bruits suffisent a me l'insuffler :
Geräusche, das Klappern des roulement du de, glissement furtif des
Würfels, das Tappen der Puppen, das pions sur les cases, "tac" de ceux
Klick, wenn man eine Puppe schlägt. qu'on empile.
(BAC 126/d'aprcs 115)
Stets erfand er, extempore, eine be­ II savait a l'improviste inventer une
sonders plausible und einfache Erklä­ explication particulierement plausible
rung eines Umstandes, über welchen et simple a des faits sur lesquels per­
niemand jemals nachdenkt. Zweifels­ sonne ne s'etait jamais penche. Il
ohne war dies bei ihm eine Errungen­ convient sans nul doute de porter un
schaft, die positiv zu werten ist, denn jugement positif sur l'acquisition de
sie drückt das Suchen nach einer Art ce savoir faire, car eile exprime la re­
vereinfachter Wahrheit aus; davon cherche d'une sorte de verite simpli­
zeugt "" auch die Tatsache, daß er fiee. Et le fait que de tous !es person­
schließlich als einziger der hier be­ nages ici decrits il ait ete Je seul a
schriebenen Personen aus dem Ge­ sortir transfigure du cours des eve­
schehen der Zeit geläutert hervor­ nements suffirait a en temoigner.
ging. (HFV 82)

177
allein2 : particule de mise en relief
b) postpose au membre sur lequel il porte; allein est plus accentue que ce der­
nier (.... c) : d [moillui...] seul ; deja en soi ; rien que
• au contact du membre vise :
Wir waren mit weiß Gott wieviel Nous etions rentres avec Dieu sait
Pfund Brombeeren nach Hause zu­ combien de kilos de mt'.lres. A moi
rückgefahren. Ich o,,, hatte einen gan­ seul j'en avais cueilli un seau plein.
zen Eimer voll gepflückt.
Dieser Krieg o,,, fordert nach dem ge­ Cette guerre a eile seule cot'.ltera
genwärtigen Stand der Vorausberech­ d'apres !es estimations actuelles 4,6
nungen 4,6 Milliarden Dollar Ausga­ milliards de dollars au budget de cette
ben im laufenden Haushaltsjahr und annee et 10,3 milliards a celui de
10,3 Milliarden Dollar im kommen­ l'annee prochaine.
den Etatjahr. (WELT 25/02/66)
Selten hat der Bundestag sich so aus­ Rarement Je Bundestag a debattu avec
führlich mit kulturpolitischen Fragen autant de serieux de questions rela­
auseinandergesetzt. Dafür "' verdient
0
tives a Ja politique culturelle, ce qui
das Parlament Lob. (WELT 11102/66) est deja en soi meritoire.
Im letzten Jahr o,,, erschienen fünf Rien que l'annee derniere cinq vo­
Bände über Agrikultur in London. lumes sur l'agriculture ont paru a
(BLG 100/105) Londres.
• a distance du membre vise (risque d'une mauvaise identification de Ja cible) :
Die Militärausgaben werden in die­ Les depenses militaires a elles seu­
sem Rekordhaushalt 58,3 Milliar­
0
"' les representeront, dans ce budget
den Dollar ausmachen. (FAZ 13/01/66) record, une somme de 58,3 milliards
de dollars (interprerable aussi selon .... 3.)
Im Golfkrieg haben die alliierten Dans la guerre du Golfe, !es aviations
Luftflotten bis zum Mittwoch mehr alliees ont fait, jusqu'a mercredi der­
als 47.000 Einsätze[ ...] geflogen. Am nier, plus de 47000 sorties. D'apres
Dienstag waren es "' über 2.800, wie un communique du Haut Commande­
das Oberkommando [ ... ] mitteilte. ment, il y en a eu plus de 2800 dans Ja
(RNZ 06/02/91) seule journee de mardi ou (Langue par­
lee) rien que mardi.
Unser Telefonsystem ist kompliziert. Notre installation telephonique est
Mein Vater hat o,,, drei verschiedene complexe. Mon pere dispose a lui
Anschlüsse : einen roten Apparat für seul de trois appareils: un rouge pour
die Braunkohle, einen schwarzen für !es charbonnages, un noir pour la
die Börse und einen privaten, der bourse et un pour !es communications
weiß ist. (BAC 39) privees, qui est de couleur blanche
(interpretable aussi selon .... 3.)

178
allein2 : particule de mise en relief

Ich kann dem Sorrn das Geschäft "" Je ne peux pas laisser l'affaire a Sorrn
nicht überlassen. Ich überleg mir so­ seul. Je me demande meme si je ne
gar, ob ich ihn nicht enterb und dir vais pas le desheriter pour te donner
alles allein geb. (MSL 455) tout a toi seul.

• avec une relative, allein portant sur le relatif :


GALILEI: Welches besteht in... GALILEE: Qui consiste en...
ANDREA: ... dem Studium der Eigen­ ANDREA: ... l'etude des proprietes du
schaften der Bewegung, Mutter der mouvement, pere des machines qui a
Maschinen, die 0 die Erde so be­ elles seules rendront Ja terre habi­
a:

wohnbar machen werden, daß der table au point qu'on pourra se passer
Himmel abgetragen werden kann. du ciel. (- BILAN, 2.J
(BLG 123/d'aprcs 129)

c) associe a schon et pre- ou postpose au membre vise; la position par rapport


a schonest variable (- schon2 )
• prepose au membre vise :
Damit bin ich "" schon ou schon "" Je ne suis pas d'accord ne serait-ce
0
deshalb nicht einverstanden, weil... qu'en raison du fait que ...
Das ist "" schon °deshalb ou schon "" C'est impossible, ne serait-ce que
0
deshalb unmöglich, weil... parce que...
0
Schlampige Arbeit. "" auf der ersten Travail bäcle : rien que sur Ja pre­
Seite registriert man schon über zehn miere page, on releve deja plus de dix
Druckfehler. fautes d'impression.
Beim Gedanken "" spürte er schon Rien que d'y penser, il sentait deja
Tränen aufsteigen. (lRS 53) !es !armes lui monter aux yeux.
Einer [... ] hatte eines Tages eirten Ar­ Quelqu 'un r ...
J avait un jour ose
tikel geschrieben - "" 0 dies schon ein ecrire un article - audace deja lege­
leicht anrüchiges Unterfangen -, dann rement suspecte - et J'avait intitule Ex
aber hatte er diesem auch noch den oriente Lux. Depuis, on ne l'appelait
Titel gegeben Ex oriente Lux. Seitdem plus que "l'OrientLux".
hieß er nur "der OrientLux".(DKO 59/56)
Daß er, wenn alle höchst aufgeputscht II aimait faire des photos de groupe
seien, mit seiner Instant-Kamera gern avec son Polaro"id quand tout Je
Gruppenfotos mache, etwas sonst sehr monde etait en pleine action, ce que
Verpöntes, sehe man ihm "" 0 deshalb d'habitude on voyait d'un tres mau­
schon nach, weil er die Bilder den vais reil, mais a lui, on ne Jui en vou­
Beteiligten immer mitgebe. (BBB 158/ lait pas ne serait-ce que pour cette
187) bonne raison qu'il donnait toujours ]es
photos aux participants.

179
allein2 : particule de mise en relief

• postpose au membre vise (plus rare)


0
[ ...] das"" schon hatte ihm so man­ [ ... ] cette seule pensee avait eu bien
ches Mal doch noch zum Schlaf ver­ souvent assez de pouvoir pour l'aider
holfen[...] (BBB 32/41) a trouver Je sommeil [ ...]
Sie hatten manchmal von einem II Jeur etait arrive d'envisager l'achat
Zweitwagen gesprochen, aber der d'une deuxieme voiture, mais la
Volvo"" reichte ja schon. (IRS 52) Volvo a eile seule suffisait.
[...] jene Wirkung, die wohl kein [... ] l'effet qu'aucun homme ne peut
Mann unterdrücken kann, wenn eine reprimer quand une femme dont Je
Frau, deren Teint a,,,, ihm schon den teint suffit a lui toumer Ja tete Je
Kopf verdreht, ihn dort anfaßt, wo touche a l'endroit ou elle me touchait;
sie mich berührte; (BBB 157/d'aprcs 186)

3. presente une indication quantitative comme elevee (- Rem.3J : pas


moins de ; la bagatelle de
"" 124 Tierarten haben wir ausgerot- Nous avons fait disparaitre de la sur­
tet. (GSS 236) face du globe Ja bagatelle de 124
especes animales.
Im Interzonen-Eisenbahnverkehr Pour Ja periode du 18 decembre au 3
werden vom 18. Dezember bis zum janvier, pas moins de 36 trains spe­
3. Januar"" 36 Sonderzüge eingesetzt. ciaux seront mis en circulation sur !es
(WELT, 25/12/67) lignes reliant les deux zones [de J'Al­
Jemagne].
Der freigebigste aber war der Herzog Mais Je plus genereux fut Je duc lui­
selbst, der [ ... ] "" acht Klöster stiftete meme qui fonda en !es dotant pas
und aussteuerte. (PER 328) moins de huit monasteres.
Zum Dank schenkte er der Abtei aus­ En reconnaissance, il fit don a l'ab­
gedehnte und fruchtbare Besitzungen baye de terres etendues et fertiles
am Corner See [ ...], von seinen sech­ qu'il possedait sur les bords du lac de
zehn ständigen Begleitern kamen "" Cöme; sur !es seize personnes de sa
fünf von der Reichenau. (PER 443) suite permanente, pas moins de cinq
venaient de Reichenau.

REMARQUES:
Rem. 1 : Dans une relative (cf. l.b), allein ne porte pas necessairement sur Je pronom relatif:
Jeder Mensch hat heute sein Lied, das ihm 0� Tout homme, aujourd'hui, a sa chanson, qui
gehört und das ihm niemand wegnehmen lui appartient en propre et que personne ne
kann. (CKE 81) peut lui ravir.

180
allein3 : conjonction de coordination

Rem. 2: Dans cet exemple, on pourrait, en l'absence de contexte, egalement considerer que
allein porte sur Wochenende, ce qui induirait Ja traduction donnee ci-apres. On peut cependant
estimer que si teile avait ete l'intention du journaliste, il aurait place allein devant Wochenende.
Das Freudenfest geht weiter, mehr als eine La fete continue: plus d'un million d' Alle­
Million DDR-Bewohner kamen am Wochen­ mands de l'Est sont venus a Berlin rien que
ende� nach 0Berlin. (WELT 13/11/89) ce week-end.
Rem. 3: La limite entre ce type et Je precedent n'est pas toujours bien nette; il en va de meme
en franr;ais, ou l'on glisse facilement de d lui seul, il en a une dizaine (sous-entendu: ce qui est
beaucoup) a i/ en a pas moins de dix (avec Je meme effet).

jallein3 conjonction de coordination (vieilli)

Fonction : relie deux enonces, dont Je second annule largement Ja portee du


premier.
Contexte : l'enonce introduit est pratiquement toujours declaratif, mais peut
eventuellement etre interrogatif.
Position : normalement en position zero; assez frequemment detache.
Accentuation : moyenne ou faible.
Concurrents : ... aber! ; ... nur'
Equivalents : cependant ; mais

1. en position zero :
Oft stand er stille und schien umkeh­ Souvent il s'arretait et semblait vou­
ren zu wollen; "' er richtete seinen loir rebrousser chemin; mais tou­
Gang immer wieder vorwärts [ ... ] jours il reprenait sa route.
(GLW94)

Er versuchte alles, "' sie wat nicht II a tout tente pour Ja faire changer
umzustimmen. (WDG) d'avis, mais il n'y a rien eu a faire.
[ ... ] "'der Natschalnik(= le chef) lehnte [ ... ] mais Natschalnik refusa tout net
den Vorschlag rundweg ab. (DEG 182) la proposition.
Die Botschaft hör ich wohl, "' mir J'entends bien le message, mais il me
fehlt der Glaube. (GF-HL 765) manque la foi.
Jeder weiß, daß der Kleine sein biß­ Chacun sait que les petites gens ne re­
chen Armut nicht leichter aufgibt als noncent pas plus facilement a leurs
der Große seinen Reichtum; "' es maigres biens que !es gens fortunes a
mochte der einfachen Person viel­ leurs richesses; mais peut-etre cette
leicht scheinen, daß sie, da sie so viel personne simple avait-elle Je senti­
weniger verlor als die Gräfin und ment, puisqu 'eile perdait beaucoup
gewöhnt war, sich durchzuschlagen, moins que Ja comtesse et qu'elle etait
immer noch besser daran sei als die habituee a se debrouiller dans Ja vie,
alte Standesherrin. (AEZ217) d'etre en fin de compte mieux lotie
que cette demiere.

181
allein3 : conjonction de coordination / bilan

2. en tete de phrase, detache :


Niemand begriff recht, was die Si­ Personne ne comprit bien ce qui pou­
gnora Einaudi veranlaßt hatte, dieses vait avoir incite Ja Signora Einaudi a
Geheimnis auszuplaudern. "', es war divulguer ce secret. Mais [voila :] eile
nun einmal geschehen und nicht wie­ l'avait fait et Ja chose etait desormais
der gutzumachen. (ATM 37) irreparable.
[... ] "', die historischen Befunde ent­ Ce pendant, les recherches histo­
sprechen diesem Gedankengang nicht. riques ne corroborent pas ce raison­
(SGP 117) nement.
Es (engin volant de fahrication artisanale) II n'a certes qu'un moteur, mais s'il
hat allerdings nur einen Motor, "', tombe un jour en panne, nous deploie­
wenn er einmal stillstehen sollte, dann rons !es volets d'atterrissage de fayon
schieben wir unsere Klappen hinaus a glisser vers Je so! comme avec un
und gleiten wie mit einem Segelflug­ planeur.
zeug zur Erde. (GSS 21)

BILAN

Ambivalences & Ambigu'ites


1. Entre allein 2 et allein J en tete de phrase declarative :
La position initiale de allein est fondamentalement ambigue. Seul, Je recours au
contexte ou a Ja situation pennet de savoir si l'on a affaire a Ja particule de
mise en relief ou a la conjonction de coordination. II peut arriver que !es deux
interpretations soient possibles :
"'seine Aussagen waren so konfus, daß man den Verdacht schöpfte, ...
• Interpretation selon allein2 avec sommet accentuel sur 0Aussagen :
II suffisait de l'entendre : c'etait si confus qu'on soupyonnait... ( = sans meme
tenir compte de son comportement)
• Interpretation selon allein3 avec sommet accentuel sur kon jus :
Mais ses declarations etaient si confuses qu'on soupyonnait... (on l'aurait bien
cru mais...)
2. Entre l'emploi exclusif et l'emploi evaluatif de allein Z :
Ex. 1 : [Welches besteht in...] dem Studium der Eigenschaften der Bewe­
gung, Mutter der Maschinen, die == die Erde so bewohnbar machen werden,
0

daß der Himmel abgetragen werden kann. (BLG 123; .... allein 2 2.b)
allein peut ici etre compris au sens exclusif ("seules, les machines pourront
rendre Ja terre habitable", intonation descendant sur allein) ou au sens evaluatif
("les machines suffiront, pas besoin de Dieu", intonation non descendante sur
allein). C'est Ja deuxieme interpretation qui a ete choisi SOUS 2.b, mais l'exe-
gete de Brecht peut eventuellement preferer Ja premiere.

182
allein : bilan

Ex. 2 : Dafür allein lohe ich dich:


• Interpretation exclusive: C'est l'unique raison pour laquelleje fais ton eloge.
• Interpretation evaluative: Cela suffit a te valoir mon eloge.

Ex. 3 : Allein an der Uniklinik Nancy sind drei NMR-Tomographen in


Betrieb :
• allein exclusif: Le Centre hospitalier universitaire de Nancy est seul a posse­
der trois tomographes (= aucun autre n' en possede trois)
• allein evaluatif : Le Centre hospitalier universitaire de Nancy possede a lui
seul trois tomographes (sans compter /es autres centres, qui en possedent aussi)
(L'interpretation exclusive est cependant moins plausible, car allein aurait pu y etre avantageu­
sement remplace par nur : Nur an der Uniklinik Nancy, etc.)

Allein et son concurrent nur: - nur

183
allemal
allemal 1 : adverbe temporel (vieux, saufen loc.)
allemaf2 : particule modale
jallemafl adverbe temporel j
Fonction : indique que Je contenu relate dans I'enonce vaut quel que soit Je
moment envisage (emploi ancien).
Contexte: ne s'emploie plus que dans l'expression ein für allemal.
Accentuation : forte.
Concurrents : - immer ; jedesmal
Equivalents : toujours (pour l'emploi vieilli) ; une Jois pour toutes

1. dans l'emploi ancien :


Ich habe sie wol zehenmal gefragt Je le lui ai bien demande dix fois et
und "" hat sie ja geantwortet. (GRIMM) toujours eile a repondu oui.

2. dans la locution ein für allemal


(Apropos d' une ajfaire de chantage:) Denn Car bien qu'eile possedät des biens et
obzwar vermögend und die Gattin qu'elle füt l'epouse d'un homme for­
eines begüterten Mannes, war es Frau tune, Irene ne pouvait rassembler,
Irene doch nicht möglich, ohne ihren sans en informer son mari, une
Gemahl zu verständigen, eine so be­ somme suffisamment importante pour
deutende Summe aufzubringen, die se debarrasser d'elle une fois pour
sie ein für "" von dieser Person be­ toutes.
freite. (SZA 17)

jallemaf2 particule modale j

Fonction : presente le contenu de l'enonce comme vrai sans aucune restric­


tion; donne a l'affirmation un caractere peremptoire en coupant court a une
eventuelle mise en doute.
Contextes : s'emploie en declarative; peut constituer un enonce a lui tout seul
(en reaction a l'enonce precedent); passe pour relever de Ja langue parlee
(Umgangssprache) mais se rencontre dans des ecrits d'excellente tenue.
Position : uniquement en post-V2.
Accentuation : forte.
Concurrents : gewiß; sicher; auf jeden Fall
Partenaires : - noch (pre- ou postpose)
Equivalents : certainement ; parbleu ; pardi ; en taut cas ; en taut etat de
cause ; en taute hypothese ; qu' on le veuille ou non

184
allema/2 : particule modale
PLAN 1. employe seul
2. integre a l'enonce
1. employe seul, en reaction a l'enonce precedent
parhleu ; pardi ; certainement
-Gehst du auch hin? -Tu y vas aussi?
-==' - Parbleu'
Kommen Sie, Baron?
PÜTZCHEN: [ ... ] PÜTZCHEN: Yous venez, Monsieur le
langsamer Walzer mit Seele. Baron? Une valse lente bien sentie.
BARON PFLUNGK: ==. (Faßt sie leicht um die LE BARON PFLUNGK: Pardi ! (Il la saisit
Taille.) Ist und bleibt ja doch der doucement par la taille). On a beau dire
schönste Tanz. (ZTG 36) eile est et restera toujours Ja plus belle
danse.
LÜTTJOHANN leert sein Glas: Haben Herr LÜTTJOH ANN vidant son verre: D'autres
General sonst noch Befehle? desirs, mon General?
HARRAS: Sag draußen, man soll mir HARRAS: Ya Ieur dire de me preparer
die Rechnung fertigmachen. Wir se­ l'addition. A plus tard au bureau.
hen uns später im Amt. LÜTTJOHANN: Certainement, Mon
LüTTJOHANN: ==, Herr General. Ab. (ZTG General. II s 'en va.
63)

2. integre a l'enonce
en tout cas ; quand il veut ; en tout etat de cause ; en toute hypothese ; qu 'on
le veuille ou non
Sehr ' klug ist sie nicht, aber Elle n'est pas tres intelligente, mais
0 0

'Ohübsch := f
0
en tout cas eile est mignonne.
(Le locuteur declare pouvoir se mesurer ä un
tiers dans un domaine quelconque, par ex. /a
resistance ä l'alcool:) Mit dem nehme ich Je Je prends quand il veut.
es == auf. (UW saus aufnehmen)
Wegen der Übersichtlichkeit des En raison du caractere plus structure
grammatischen Themas, dessen Mög­ de Ja grammaire, dont on fait rapide­
lichkeiten schnell erschöpft sind, ist ment le tour des variantes, il est, du
es == lernmethodisch günstiger, die point de vue methodologique, en tout
Struktur auch bei wechselnden etat de cause preferable de travail­
Sprechabsichten durchzuüben, statt ler une meme structure avec des in­
umgekehrt von Sprechabsichten wie tenti ons de communication diffe­
"bitten", "vorschlagen", "sich infor­ rentes, plutöt que de faire !'inverse,
mieren" auszugehen und alle dafür in de partir d'intentions de comrnunica­
Frage kommenden Ausdrucksformen tion telles que "demander", "propo­
durchzugehen. (BPF 229) ser" ou "s'informer" et de passer en
revue toutes !es possibilites de !es ex­
primer.

185
allema/2 : particule modale

(Apropos de psychologie de /'enfant:) Die Les choses doivent avoir leur place.
Dinge müssen ihren Platz bekommen. Le plaisir du changement et des trans­
Die Lust am Wechsel und Wandel formations apparait plus tard. II pre­
kommt später. Sie setzt eine Ordnung su ppose en tout etat de cause
"" voraus. (BPF 6) l'existence d'un ordre.
(Dans /e compte rendu d'un recueil de textes.
apres avoir evoque certains exer cices d'ac-
compagnement. / 'auteur poursuit:) Auch Certains des textes egalement peuvent
manche der Texte können für Unter­ interesser !es enseignants (notamment
richtende (besonders Anfänger) inter­ debutants), qui les trouveront en tout
essant sein - sie sind "" leichter auf­ etat de cause plus facilement dans ce
zufinden als in Zeitungen oder Zeit­ recueil que dans les journaux ou !es
schriften. (NCA 1993/1 l magazines.
Die wenigsten von uns kommen über Seule une petite minorite d'entre nous
die Beherrschung von ein oder zwei parvient a maitriser plus d'une ou
Fremdsprachen hinaus, und wenn wir deux langues etrangeres. Si nous
wissen wollen, was der Rest der Welt voulons savoir ce que J'on pense dans
denkt, so sind wir "" auf Überset­ Je reste du monde, nous sommes,
zungen angewiesen. (BPF 2791 qu'on Je veuille ou non, condam­
nes a recourir aux traductions.
Die Linguistik kann die Lüge nicht La linguistique ne peut extirper le
aus der Welt schaffen [ ... ]. Zwar lü­ mensonge de notre monde [ ... ]. Les
gen die Menschen - meistens - mit der hommes mentent, certes, (Je plus sou­
Sprache; sie sagen die Unwahrheit, vent) au moyen du Jangage, en disant
und sie reden doppelzüngig. Aber es Je faux ou en pratiquant Je double
ist sehr fraglich, ob ihnen die Sprache Jangage. Mais il n'est pas certain du
beim Lügen hilft. Wenn sie es tut, tout que le Jangage les y aide. Si c'est
wird sich die Linguistik dem "großen Je cas, Ja linguistique ne peut se dero­
Problem der Lüge" (Augustin) nicht ber face au "grand probleme du men­
entziehen können. Hilft die Sprache songe" (Saint-Augustin). Et si ce n'est
jedoch beim Lügen nicht oder setzt pas le cas ou s'il y a meme une resis­
sie dem Lügen sogar Widerstand ent­ tance du langage au mensonge, Ja lin­
gegen, so kann dennoch die Linguis­ guistique peut encore decrire ce qui se
tik beschreiben, was sprachlich ge­ passe au plan langagier lorsque Ja
schieht, wenn die Wahrheit zur Lüge verite est travestie. En toute hypo­
verdreht wird. Die Lüge geht die these, Je mensonge interpelle Ja lin­
Linguistik"" an. (WLL 9) guistique.

186
allenfalls

allenfalls l : adverbe modal (emploi vieilli)


allenfalls2 : particule de mise en relief

!allenfalls l adverbe modal

Fonction : presente Je contenu de l'enonce comme valant pour des circons­


tances particulieres, peu probables mais neanmoins possibles; peut donner a
I'enonce une coloration restrictive.
Contextes : declaratives et subordonnees correspondantes.
Positions : pre-V2 ou post-V2.
Accentuation : normale.
Concurrents : falls notwendig ; gegebenenfalls ; notfalls ; zur Not ...
Equivalents : eventuellement ; le cas echeant; peut-etre ; si necessaire

"" kann er auch meinen Wagen neh­ Le cas echeant / si necessaire, il


men. pourra prendre ma voiture.
[ ... ] in weiser Voraussicht dessen, was [ ... ] en sage prevision de ce qui pou­
"" noch kommen könnte. (cit. WDG) vait eventuellement encore arriver.
Aber so (= wie in Romanen und Gedichten) Mais les hommes sont incapables
lieben die Männer ja überhaupt nicht, d'aimer ainsi; c'est dans leur nature.
dazu sind sie nicht geschaffen. In der Peut-etre Je croient-ils dans leur jeu­
Jugend bilden sie es sich "" ein, aber nesse, mais plus tard, il s'y mele tou­
nachher ist da immer etwas anderes. jours autre chose.
(WBT53)
(Dans une feure:) Ich vertraue mich ei­ Je m'en remets a un grand amour
ner großen Liebe an, die eben nicht dcmt tu n'es pas l'objet. Je ne t'ai pas
Dir gilt. Vorgemacht habe ich Dir joue Ja comedie. Je t'ennuie, peut­
nichts. Ich öde Dich "" damit an, daß etre, de ne pas te parler de ce que tu
ich nicht von meiner sogenannten appelles mon avenir, mais de mon
Zukunft rede, sondern von meiner present. Est-ce que c'est clair : je me
Gegenwart. Ist das klar? Ich pfeife moque de tes reflexions au sujet de
auf Deine Überlegungen zu meiner mon avenir!
Zukunft, [ ... ]. (SBR 63-64)

Rem. : Les deux enonces peuvent egalement etre compris au sens de allenfalls2 .

187
iallenfalls 2 particule de mise en relief 1
Fonction : porte sur un element ou membre de phrase qu'il met en relief en
le presentant comme exprimant une valeur limite que Je locuteur n'accepte
pas de depasser et qu'il considere generalement comme modeste en soi.
Contextes : declaratives et subordonnees correspondantes.
Positions : pre-M, normalement au contact de M, parfois a distance.
Accentuation : moins accentue que I'element sous sa portee.
Concurrents : bestenfalls ; höchstens
Equivalents : [taut] au plus; au plus [totltard] ; a la rigueur; a la Limite
(fam.) ; (2)

PLAN: 1. devant une indication quantitative


2. devant l'indication d 'une limite spatiale ou temporelle
3. devant des indications de contenu variable

1. devant une indication quantitative (y compris de nature temporelle)


au plus ; taut au plus ; a la rigueur ; (2)
- Wie alt ist er wohl? - Quel äge peut-il avoir?
- "" vierzig.
0
- Quarante ans au plus.
Es dauerte "" 10 Minuten. Cela a dure dix minutes au plus.
Ach nein, wo denkst du hin! Der ver­ Mais non, qu'est-ce que tu vas imagi­
dient "" 2000. Mark. ner! II gagne tout au plus 2000
marks.
In dem Auto haben "" fünf Personen
0
Dans cette voiture il y a de la place
Platz, mehr bestimmt nicht. pour cinq [a Ja rigueur], mais cer­
tainement pas plus.

2. devant l'indication d'une limite spatiale ou temporelle : a la ri­


gueur ; au plus tard / tot
(A l' enfant qui veut aller jouer sur le trottoir:) Mais tu joues gentiment sur le trot­
Du spielst aber schön vor dem Haus. toir! Tu ne traverses pas Ja route et tu
Nicht über die Straße! Nicht weglau­ ne t'eloignes pas. Pas plus Ioin que Je
fen! Nicht weiter gehen als bis zum premier arbre-Ia, a Ja rigueur Je
ersten Baum dort, "" bis zum zweiten, deuxieme, mais pas au-dela!
aber nicht weiter!
Nein, heute geht es nicht, Non, aujourd'hui, c;a ne va pas, apres­
übermorgen auch nicht, "" morgen. 0
demain non plus, a Ja rigueur de­
main.

188
allenfalls2 : particule de mise en relief

Nun gut, aber ich warne Sie : Ich Soit, mais je vous previens : j'atten­
warte "' bis nächsten Monat, dann drai au plus tard jusqu'au mois pro­
ziehe ich vor Gericht. chain, apres quoi j'irai devant !es tri­
bunaux.
Selbstverständlich war dieses Bien entendu, seules !es meres, qui se
Sätzchen nur den Müttern leserlich, tenaient derriere Je photographe, pou­
die hinter dem Fotografen standen. vaient lire cette petite phrase.[ ...] Les
[ ... ] Die Knaben vor der Tafel mit gamins, places devant Je tableau por­
Inschrift konnten "' ein Jahr 0 später tant l'inscription ne pouvaient dechif­
[ ... ] entziffern, daß jene bildschönen frer qu'un an apres, au plus töt, que
Aufnahmen anläßlich ihres ersten ces magnifiques photos avaient ete
Schultages gemacht worden waren. faites a l'occasion de leur premier
(GGB66) jour de classe.

3. devant des indications de contenu variable : a La Limite ; a La n­


gueur; tout au plus ; tout juste ; 0
Hör mal, ich kann dir "' erklären, Ecoute, je peux a la limite t'expli­
0
wie man das macht, aber ' 0 machen quer comment l'on fait, mais il faudra
mußt du es selber. que tu Je fasses toi-meme.
So etwas kann man"' 0 verzeihen, aber Une teile chose, on peut a Ja rigueur
keineswegs ver 0gessen. la pardonner, mais en aucun cas
l'oublier.
Mein Ohr war hellwach. Wenn es Mon oreille etait toujours aux ecoutes.
auch klein, geknickt, verklebt und"' Bien qu'elle füt petite, pliee, collee et
0
niedlich zu benennen war, bewahrte qu'on pilt a Ja rigueur Ja qualifier
es dennoch jede jener für mich fortan de mignonne, eile conserva chacune
so wichtigen[ ... ] Parolen. (GGB'35) de ces paroles desormais si impor­
tantes pour moi.
(Unefemme, dans une lettre:) Bin ich der Est-ce que je suis "soumise", comme
jungen Familie "gehorsam" - wie Du tu dis, a l'egard de Ja jeune famille?
meinst - zu der Leo gehört? Nein. Non. Si je suis soumise, c'est tout au
Gehorsam bin ich"' dem °Kind. (SBR plus a l'egard de l'enfant.
50)
überraschend waren Gradls Äuße­ Tout au plus est-ce Je choix du mo­
rungen für die Bonner Regierungs­ ment ou Gradl a fait ses declarations
stellen"' in der Wahl des 0 Zeitpunkts. qui a pu constituer une surprise pour
(FAZ 17/01/66) les instances gouvernementales.

189
allenfalls2 : particule de mise en relief

Immer offensichtlicher setzt sich die L'idee se repand de plus en plus clai­
Überzeugung durch, daß r ... ] der rement, que Je procureur [du Land]
Landesanwalt "' nach Paragraph 17 O
peut tout au plus s'appuyer sur l'ar­
· des Gesetzes über den Staatsgerichts­ ticle 17 de la loi pour introduire au­
hof eine einstweilige Verfügung ge­ pres du tribunal constitutionnel du
gen ein Unternehmen beantragen land une action en refere contre une
[könnte], das Arbeiter aussperrt. (FAZ entreprise qui recourt au lock-out.
14/02/66)
(Un intellectuel sur /es etudiants du Printemps Les documents revelent un horizon
de Prague:) Die Dokumente zeugen von plus que borne. Leur contenu poli­
einem äußerst beschränkten Horizont. tique est mediocre... La RDA passe
Ihre politische Substanz ist dürftig... pour un ennemi de J'exterieur. Les
Die DDR gilt als Außenfeind. Sympa­ sympathies dans leur propre camp
thien im eigenen Lager richten sich == vont tout au plus a la Yougoslavie et
auf Jugoslawien und Rumänien. (H M. a Ja Roumanie.
Enzensberger, Kursbuch n°13/l 968)
Man hat mit einer Weiberstimme nie Une voix de femme doit avoir tout
lauter zu sprechen, als daß es "' der juste assez de volume pour etre en­
Mensch versteht, der einem gegen­ tendue de Ja personne assise en face.
übersitzt. (!KM 11&/107)
Eine Mannschaft mit zweihundert Ki­ Lancer un equipage, a deux cents ki­
lometern in der Stunde gegen die Ge­ lometres a !'heure, vers !es orages et
witter und Nebel und sonstigen Hin­ !es brumes et les obstacles materiels
dernisse auszusenden, die die Nacht que la nuit contient sans !es montrer,
verborgen hielt, schien ihnen (= /es pi­ leur paraissait une aventure tolerable
Lotes de /' Aeroposrale) ein Abenteuer, das pour J'aviation militaire : on quitte un
== bei der militärischen Fliegerei zu­ terrain par nuit claire, on bombarde,
lässig war : man verläßt bei klarer on revient au meme terrain. Mais !es
Nacht einen Flugplatz, man wirft services reguliers echoueraient Ja
seine Bomben ab, man kehrt zu dem­ nuit. (SEN 83/104-105)
selben Flugplatz zurück. Aber ein re­
gelmäßiger Verkehrsdienst bei Nacht
war zum Scheitern verurteilt.

190
allerdings
allerdings1 : mot-phrase
allerdings2 : adverbe connecteur

!allerdings i mot-phrase 1
Fonction : exprime, en reaction a une question ou une declaration, une re­
ponse qui va, au moins en apparence, au-dela de l'acquiescement ou de l'ac­
ceptation simple, en suggerant que !es propos anterieurs sont faibles par rap­
port aux realites evoquees; apporte ainsi souvent un commentaire implicite
soit sur l'adequation de ce qui vient d'etre dit, soit sur le fait evoque lui­
meme; ce commentaire peut prendre Je pas sur le caractere positif de Ja re­
ponse et transformer celle-ci en remarque critique.
Contextes : seul ou suivi d'un enonce.
Accentuation : forte.
Concurrents : --. freilich ; gewiß
Equivalents : bien sur ; et comment ; evidemment ; ah ra oui! ; il est vrai
[que non] ; en effet ; plutot! ; c' est le moins qu' on puisse dire ; je ne vous le
fais pas dire ; 0 ; etc.
PLAN: 1. exprime l'acquiescement ou un surencherissement
a) en reponse a une question globale
b) en reaction a une declaration
2. ajoute a la reponse un commentaire implicite
a) sur !es propos de l'interlocuteur
b) sur la realite evoquee dans ces propos

1. exprime une reponse positive, un acquiescement total, voire un


surencherissement sur l'idee evoquee par l'interlocuteur : assure­
ment; et comment; ah ra oui!; il est 'vrai [que non]; en effet; plutot! ;
vous avez raison

a) en reponse a une question globale


-War es schwer? - C'etait lourd?
-""! - Et comment!
-Hat er was davon erfahren? -II en a eu vent?
-""! - Et comment!
-Hat er sich gefreut? -II a ete content?
-""! - Et comment!
-Hat es weh getan? -Tu as eu mal?
-""! - Plutöt!

191
allerdings! : mot-phrase

-Stört es Sie? -(a VOUS derange ?


-:::! - Ah, c;a oui!

b) en reaction a une declaration


- Warum kommt er denn gerade - Mais pourquoi faut-il qu'il vienne
heute abend? ce soir?
-:::! - Je me Je demande aussi!
(Le locuteur verifle les dires de/' interlocuteur
et conclut :) "', es stimmt. Vous avez raison, c'est exact.
- Weder streng noch nachgiebig, - Ni severe ni Jaxiste, [mais] juste,
sondern gerecht, das ist meine Lo­ teile est ma devise.
sung. - Vous avez bien raison!
-:::!
"Schön, daß Sie mal etwas - C'est tres bien de faire un peu de
aufräumen, Ordnung schaffen." rangement, a l'occasion, de remettre
"Ganz recht, Herr Direktor." un peu d'ordre.
"Aber vielleicht wäre es richtiger ge­ - Vous avez raison, monsieur Je di­
wesen, hierfür die Pause zu benutzen, recteur.
und nicht gerade den Unterricht." - Mais il aurait peut-etre ete prefe­
":::, Herr Direktor - ich werde - ich rable de le faire pendant Ja recreation
wollte - es war nur, weil - -" (SRS 28) et non pas pendant la classe.
- Assurement, monsieur le direc­
teur, je ferai ... je voulais ... c'etait
juste pour...
G A L I L E I: [ ... ] Ich zeige meine GALILEE: 1 ... J Je montre mes releves et
Notierungen, und man lächelt, ich on sourit, je mets ma lunette a dispo­
stelle mein Fernrohr zur Verfügung, sition pour qu'on puisse s'en convain­
daß man sich überzeugen kann, und cre et on me cite Aristote. Cet homme
man zitiert Aristoteles. Der Mann ne disposait pas de lunette!
hatte kein Fernrohr! LE MATHEMATICIEN : Certes, certes.
DER MATHEMATIKER: ::: nicht, ::: nicht.
(BLG 48/d' aprcs 51)

2. ajoute a la reponse positive un commentaire sur les propos de


l'interlocuteur ou Ja realite evoquee dans ces propos :
a) Je commentaire conceme les propos de l'interlocuteur, juges inadequats a la
situation, soit parce que trop faibles, soit parce que trop evidents : evidem­
ment ; c' est evident ; cette question! c' est le moins qu' on puisse dire ; je ne
vous le fais pas dire ; etc.
- Danach war der Lift wieder in - Et apres c;:a, l'ascenseur a remar­
Betrieb? che?
-:::! - Evidemment!

192
allerdings ! : mot-phrase

- Ich kann ihm das doch nicht zu­ Je ne peux quand meme pas lui de­

_,,,,
muten! mander �a!
- C'est evident!

_,,,,
-Bist du müde? -Es-tu fatigue?
- Cette question!

_,,,,
-Meinst du, du schaffst es? -Tu crois que tu y arriveras?
- Tu me prends pour qui?

_,,,,
-Ich störe dich wohl? -Je te derange!
- Je ne te le fais pas dire!

_,,,,
-Hier riecht es aber nicht gut! -<;a ne sent pas bon, ici.
- C'est le moins qu'on puisse
dire.
- Warum habe ich dich bloß gehei­ - Si seulement je savais pourquoi je
ratet? t , ai epouse !
-a=! (iron.) - Bonne question!

b) Je commentaire conceme !es realites evoquees dans !es propos de l'interlo­


cuteur; il suggere qu'elles vont au-dela de ce qu'imaginait ce demier: ah tais­
toi ; et comment ; j' t' en cause pas ; toumures ironiques
ANDREA: r ... ] Die Erde dreht sich um ANDREA: [ ... ] La terre toume autour du
die Sonne, verstehen Sie? soleil, vous comprenez?
COSMO: Meinst du wirklich? COSMO: Tu crois vraiment?
ANDREA:"'· Das ist bewiesen. (BLG 42/44) ANDREA: Et comment! C'est prouve.
- Hat er wieder seine dummen - Est-ce qu'il vous a fait subir ses
Witze erzählt? plaisanteries habituelles?
-a=! - Ah tais-toi!
-War er auch dabei? -II etait de Ja partie, lui aussi?
-"'! ( = il s' est Jait remarquer) - J' t'en cause pas!
-Hat er euch geholfen? --:- II vous a aides ?
-a=! (iron.) - <;a, pour nous aider, il nous a
aides!

193
jallerdings 2 adverbe connecteurj

Fonction : peut, selon Je contexte :


- exprimer une concession suivie d'une replique,
- introduire une restriction, Ja contrepartie d'une concession anterieure,
- souligner Ja realite du contenu affüme dans I 'enonce
(pour /a fonction generale commune. - BILANJ.
Contextes : ne s 'emploie guere qu'en declarative et dans !es subordonnees
correspondantes; I 'enonce Oll figure allerdings est en rapport avec un autre
enonce dans Je contexte amont ou aval.
Positions : detache devant l'enonce; pre-V2; post-V2; post-MI; pre-Ml
(uniquement en Langue parlee ).
Accentuation : forte.
Concurrents : - aher 1 ; .... freilich2 ; - jedoch ; - zwar
Equivalents : • absolument; d'accord; bien; cependant; certes; mais;
seulement ; toutefois
• hien que : hien sur ; cela dit ; en aucun cas (contexte nega­
tif) ; en revanche ; il est vrai ; on ne saurait mieux dire ;
pour peu que; pourvu que; sans doute; seulement; si
(conj. concessive) ; 0 ; etc.

PLAN 1. "' [p], [aber] q: exprime une concession suivie d'une replique
2. p, "' q : introduit une restriction, une contrepartie
a) devant l'enonce, detache ou non(= pre-MI)
b) en pre-V2
c) en post-M 1
d) en post-V2
e) devant une sequence incise
3. [...] "' p : souligne Ja realite du contenu affirme
a) dans des enonces exprimant une prise de position
b) dans des enonces relatant un fait contrastant avec un autre

1. allerdings [p], [aber] q : exprime une concession, un accord plus ou


moins sincere, tout en annoni;:ant une restriction, un correctif ou une contre­
partie generalement introduits par aber (-freilich.zwar); peut figurer deta­
che devant l'enonce, en position pre- ou en post-V2 : d' accord ; certes
"Wie weitab bist du noch von deinem - Tu es loin du compte!
Ziel'" - D'accord, d'accord, dit-il en
""', ,,,", lachte er, "Gut Ding will riant. Mais vite et bien ne font pas
Weile haben". bon menage.
"', er soll einmal ein lion gewesen D'accord, il fut un temps Oll il pas­
sein. Nun gut. Aber wenn dem sait pour un lion. Admettons. Mais
"Löwen" zu wohl wird. (TFA 115) quand Je lion devient gras...

194
allerdings2 : adverbe connecteur

Es besteht "' eine fatale Namensähn­ Certes, nos noms se ressemblent ma­
lichkeit, aber diese ist auch die ein­ Jencontreusement, mais cette ressem­
zige. (HHS 54) bJance est bien Ja seuJe.
"Das finde ich wirklich ganz nett. - Je Je trouve vraiment tres bien.
Was kostet er(= le manteau) ?" Combien fait-iJ?
",,, sechzig. Aber es ist auch etwas - Soixante. C'est une somme,
ganz Exklusives. Gar nichts für die certes, mais iJ faut dire que c'est un
Masse." (FKM 122) produit de Juxe, ce n'est pas pour
Monsieur Tout-le-monde.

2. p, allerdings q : introduit une restnct10n, un correctif, une contrepartie


qui relativisent l'enonce anterieur sans en abolir toutefois Ja portee (- frei­
lich) : cependant ; mais ; seulement ; toutefois ; cela dit ; il est vrai ; sans
doute ; constructions subordonnantes en bien que, pour peu que ; si ; etc.

a) devant l'enonce, detache ou non (langue parlee):


Reizende kleine Frau. "' : Sie dalbert Charmante petite femme. Cela dit, sa
ein bißchen. conversation est un peu niaise.
Natürlich kannst du kommen. "' : ein Bien sur que tu peux venir. Mais je te
Vergnügen wird es nicht sein. previens : c;:a ne sera pas Ja joie.
Die Geschwindigkeitsbegrenzungen in En France, on a instaure des limita­
Frankreich sind ja zunächst versuchs­ tions de vitesse, a titre d'essai, pour
weise für ein halbes Jahr eingeführt six mois, sur certaines routes bien
worden auf ganz bestimmten Straßen precises et d'apres Ja presse, le
und nach den Pressemitteilungen soll nombre de tues aurait effectivement
tatsächlich ("' der Zeitraum ist nicht diminue, bien qu'on ne precise pas Ja
genannt) die... die Unfalltoten (sie) periode.
soll gesunken sein. (d"apres HD-2, 83)

b) en position pre-V2
(Reponse a une invitation:) Es wird mir Je suis tres honore, Madame Ja
eine Ehre sein, Frau Gräfin. "' bin ich Comtesse. Je dois dire cependant que
sehr in Anspruch genommen. (HHS 54) je suis tres pris.
[ ...] denn warum sollten Frauen be­ [ ... ] car pourquoi les femmes seraient­
schränkter sein als Männer. "' hatte elles moins intelligentes que les
ich ein paarmal erlebt, daß weibliche hommes? Je reconnais cependant que
Besucher nicht in der Lage waren, nos invitees n'etaient pas toujours ca­
sich einen Zug im Kursbuch selber pables de trouver un train dans un in­
herauszusuchen, was ich recht be­ dicateur de chemin de fer, defaillance
schämend fand. (DKO 62) que je trouvais passablement conster­
nante.

195
Er bietet sich an, mich über die II s 'offre a me faire passer Ja fron­
Grenze zu bringen. "' verlangt er tiere. Seulement il faut lui donner
5000 DM dafür. 5000 marks.
- Nimmst du mich mit? - Est-ce que tu m'emmenes?
- Wenn du darauf bestehst! "' wirst - Si tu y tiens, pourquoi pas?
du dann arbeiten müssen. Seulement il faudra que tu te mettes
a travailler.
Ging jemand sehr viel schneller, als [L]orsque quelqu'un, marchant d'un
ich es im Augenblick tat, und über­ pas beaucoup plus rapide que moi a ce
holte er mich dadurch, so verließ moment, me depassait, Je choucas me
mich die Dohle regelmäßig und quittait regulierement pour accompa­
schloß sich dem Fremden an. "' gner l'inconnu. II s'apercevait toute­
merkte sie bald ihren "Irrtum" und fois bientöt de son erreur et revenait
kehrte zu mir zurück [... ] (KLT 42/64-65) a moi;
"Ich habe mich sehr schnell hier (= a "Je me suis tres vite fait a la vie ici,
Berlin) eingelebt. "' habe ich meine bien que ma fiancee soit a Bingen.
Freundin in Bingen. Aber wir ver­ Mais nous avons confiance l'un dans
trauen uns gegenseitig". (BZ 12m/67) l'autre."
Er ist bereit es zu tun. = verlangt er II est pret a Je faire pour peu qu'on
500 DM dafür. lui donne 500 marks.

c) en position post-MI
Da jedoch H. G. Winter im Grunde Mais comme H.G. Winter est au fond
ein friedliebender Mensch ist, schlägt un homme pacifique, il a decline
er alle diese Angebote aus. Einen toutes ces propositions. II en est une,
Vorschlag = will er akzeptieren : eine cependant, qu'il accepte volontiers :
Steinschleuder, so wurde ihm ge­ une fronde, dont on lui a dit qu'elle
schrieben, sei die sicherste und billig­ est l'arme Ja plus sure et Ja moins
ste Waffe im Kampf gegen die tief­ chere contre les "oiseaux vrombis­
fliegenden Donnervögel. (BZ 15/02/67) sants" volant a basse altitude.

d) en position post-V2:
(Richard Burton, apres avoir enumere /es de­
fauts et travers de Liz Taylor:) Die Brüste Cela dit, ses seins sont une pure
sind "' wunderbar. (SPIEGEL) merveille.
Er wird kandidieren. Ob er auch ge­ II sera candidat. Mais sera-t-il elu, 9a,
wählt wird, ist = eine andere Frage. c'est une autre histoire.
Der Tatbestand genügt, ihn 20 Jahre Ce qu'il a fait, 9a va chercher dans les
hinter Gitter zu bringen. Die Be­ 20 ans. Seulement les preuves, on ne
weise, die fehlen uns =. les a pas.

196
allerdings2 : adverbe connecteur
e) introduisant un ajout, une incise
Du kannst zu jeder Zeit kommen, = Tu peux venir quand tu veux, mais
nur bis 8. pas apres 8 heures.
Er spricht fließend deutsch, = nicht Son allemand est fluide, non sans
fehlerfrei. quelques faules il est vrai.
Die Katze hatte man mir gelassen, = On m'avait permis de garder Je chat,
wohl mehr um sie loszuwerden, als mais plus, sans doute, pour s'en de­
um mir eine Freude zu machen. barrasser que pour me faire plaisir.
Die drei Kutscherjungen [ ... ] aßen Les trois aides-cochers [ ... ] man­
ebenfalls im Schloß, aber auch sie geaient egalement au chäteau, et eux
hatten einen Tisch für sich -= nur in aussi avaient leur table, dans un vesti­
einem Durchgangsraum. (DKO 121 d'apres bule il est vrai.
12)
Obwohl Faceb jede Aussage zu Bar­ Bien qu'a l'höpital deja Faceb se föt
bes Festnahme schon im Krankenhaus refuse a faire la moindre deposition
verweigert hatte, besaß die Polizei ei­ au sujet de l'arrestation de Barbe, Ja
nige, = noch nicht genug gesicherte police possedait quelques informations
Informationen, die sich mit dem qui, si elles n'etaient pas encore tout a
deckten, was Barbe dem Notar und fait confirmees, recoupaient ce que
mir kurz nach seinem Eintreffen in Barbe avait ecrit au notaire et a moi
Tunesien geschrieben hatte. (BBB 254/ peu apres son arrivee a Tunis.
296)

3. [ ...] allerdings p : souligne Ja realite du contenu affirme sans annoncer


ni introduire aucune restriction (- freilich ; gewiß) : bien ; en aucun cas (en
contexte negatif) ; en effet ; on ne saurait mieux dire
a) dans des enonces exprimant une prise de position:
• Je locuteur confirme, corrobore ce qui a ete dit : bien ; en effet ; on ne sau­
rait mieux dire ; par contre
' Da haben Sie= recht! Vous avez bien raison!
0

- Das ist ein Seiltanz ohne Netz und - C'est danser sans filet sur Ja corde
doppelten Boden! raide!
- Das ist es=! - On ne saurait mieux dire!
Die Überraschung f ... ] stand vor der La surprise que me reservait Barbe,
Tür ihres Büros, als ich auf den Flur comme me l'avait annonce la psycho­
hinaustrat. Es war mein Vater. =, logue, m'attendait derriere Ja porte du
0
das war eine Überraschung, und wie bureau lorsque je sortis dans Je cou­
erst steigerte sich die, als er, nachdem loir. C'etait mon pere. En effet,
er mich in die Arme geschlossen c'etait une surprise, et que dire de
hatte, mir sagte : f ... ] (BBB 88/108) mon etonnement lorsque, apres m'a­
voir serre dans ses bras, mon pere me
glissa: [ ...]
197
al/erdings2 : adverbe connecteur / bilan

+ Je locuteur refute un point particulier d'un developpement qu'il accepte par


ailleurs :
' Das ist "" falsch! / '0 Das stimmt ""
0
<;a par contre, c'est faux.
nicht!

b) dans des enonces relatant un fait qui contraste avec Je precedent : mais; en
revanche; forme d'insistance (lui; el/e; eux)
Wie es die Rolle verlangte, hat [John Comme l'exige Je röte, John Lennon
Le n n o n] seinen "Pilzkopf" auf s'est fait couper !es cheveux a Ja Ion­
normale Länge scheren lassen. Ringo gueur normale. Ringo Starr veut, lui
Starr hat ebenfalls [ ... ] Filmpläne.'Er aussi, faire du cinema. Mais lui a
"" trägt immer noch den berühmten conserve Ja celebre coupe a Ja Beatles
"Pilzkopf" und hat sich keinen et ne s'est pas fait pousser Ja mous­
Schnurrbart wachsen lassen. ( B Z tache.
13/01/67)
(Apropos d'une panoplie de James Bond
pour enfants:) Die Kamera, die durch L'appareil photo, que l'on declenche a
einen Druckknopf am Koffergriff partir d'un bouton situe sur Ja poignee
ausgelöst wird, "schießt" wirkliche de Ja valise, fait de vrais photos. Le
Bilder. Die Pistole "" schießt nur un­ pistolet, lui, ne tire bien sur que d'i­
gefährliche Kügelchen in die Luft. (BZ noffensives petites boules.
03/02/67)
Regenfälle bis etwa 1000 m Höhe ha­ La pluie, qui est tombee jusqu'a 1000
ben die Sportverhältnisse in den m d'altitude, a gene !es activites spor­
Mittelgebirgen beeinträchtigt. Gemel­ tives dans le Mittelgebirge. On y Si­
det sind Pappschnee oder Harsch. gnale de Ja neige collante ou verglas­
Gute Sportverhältnisse "" gibt es im see. Les conditions sont bonnes, en
Harz. Hier werden leichte Schneefälle revanche, dans Je Harz, ou I'on s'at­
erwartet. (BZ 28/01/67) tend a de legeres chutes de neige.

BILAN

Valeur generale et effets de sens :


• La fonction fondamentale de allerdings est de renforcer - du moins en appa­
rence - l'assertion dans laquelle il figure ou a laquelle il repond. Par ce ren­
forcement, Je locuteur peut vouloir, selon I'emploi (mot-phrase ou adverbe
connecteur) :
(1) signifier a l'interlocuteur que Ja realite va au-dela des termes qu'il a utilises
pour l'evoquer (- War es schwer? - Allerdings! = "plus que tu ne Je
penses") ou qu'elle appelle des commentaires qu'il ne soupt;onne pas (-Hat er
euch geholfen? -Allerdings!= "il nous a tellement [mal] aides qu'on aurait.
prefere se passer de son aide");

198
allerdings : bilan
(2) mieux faire accepter une restriction ou une replique a venir (emploi peu
frequent mieux assure par zwar) ou donner plus de poids a la restriction qui
suit l'assertion (et qui est justement introduite par allerdings).
• La position peut etre mise en rapport avec l'effet produit :
- ""' hat er geschwiegen : se comprend plutöt comme enonce restrictif. On ima­
gine un enonce anterieur du type : Er ist zwar zur Versammlung gekommen;
- Geschwiegen hat er ""' : se comprend assez naturellement comme concession
annon�ant une replique du type : aber seine Meinung hat er doch zu verstehen
gegeben (par ex. par des gestes).
On peut donc dire, en definitive, que allerdings est tres proche des modalisa­
teurs dont la fonction est egalement de "nuancer" l'assertion (vers le plus ou le
moins). Son affectation a Ja classe des connecteurs est cependant justifiee par le
fait que son emploi implique toujours la mise en rapport de deux enonces.
Allerdings et ses concurrents freilich et zwar : -+ zwar

199
I also
alsot : mot-phrase
alsoz : adverbe connecteur
also3 : particuJe connective
also4 : adverbe demonstratif (vieilli)

lalso l mot-phrase l
Fonction : s'empJoie avec une vaJeur interrogative pour inviter l'interlocu­
teur a parler ou avec une vaJeur exclamative pour Jui "clouer Je bec"; Je point
commun entre ces deux empJois contradictoires est que dans les deux cas, also
etablit un lien avec Ja situation ou le contexte amont tout en reorientant le dis­
cours vers l'aval, c'est-a-dire le propos a venir ou la conclusion qui s'impose.
Contextes : enchaine sur des propos anterieurs ou la situation ambiante.
Accentuation : forte, avec intonation montante ou descendante (selon fonction).
Concurrents : - nun? ; und?
Partenaires : na [also]! ; siehst du I sehen Sie
Equivalents : alors ; eh bien ; vous voyez [bien] ; qu' est-ce que je disais

PLAN: 1. comme mot-phrase interrogatif


a) pour inviter J'interJocuteur a parler
b) pour s'interroger sur Ja concJusion a tirer
2. comme mot-phrase exclamatif (interjection)
a) ponctue I'enonce du Jocuteur
b) reagit a une intervention de l'interJocuteur

1. comme mot-phrase interrogatif : alors (?)


a) pour inviter l'interlocuteur a Jivrer une information Jiee au contexte ou a
la situation (- nunl ) :
(L' interlocuteur revient du lieu ou on /' a en­ Alors?
voye s' informer:)
==?
Hast du nachgeprüft...? == ? Tu as verifie...? Alors?
- Hast du ihn gesprochen? - Tu Jui as parJe?
-Ja... -Oui...
-==? - [Et] aJors?

200
also! : mot-phrase
b) a la fin d'un developpement, pour s'interroger sur !es conclusions ou les
consequences qu'il convient de tirer de la situation relatee anterieurement
Saivre begriff, daß er sich zu weit Saivre comprit que ses projets etaient
vorgewagt hatte. Wenn sie seine bien compromis. Si eile donnait son
Beschreibung angab und berichtete, signalement et precisait qu'il attendait
er habe seine Schwester erwartet, sa soeur, !es policiers se douteraient
würde die Polizei Lunte riechen. Wie de quelque chose. Comment eliminer
konnte er diese Gefahr ausschalten?... ce risque?... Comment [...]? Et plus il
Wie konnte er [ ...]? Und je länger er tarderait a Ja faire delivrer, plus il
ihre Befreiung hinauszögern würde, aggraverait son cas. Et puis, il fau­
desto mehr würde er seinen Fall noch drait expliquer tout cela a Marie­
erschweren. Und außerdem mußte er Laure, au risque de l'affoler comple­
Marie-Laure die Lage erklären, auf tement. Alors? II ne pouvait tout de
die Gefahr hin, sie ganz und gar meme pas [ ...] (BNA 57/93)
kopfscheu zu machen. ==? Er konnte
doch schließlich nicht[...]

2. comme mot-phrase exclamatif (associe a - na) : clöt Je debat de fa�on


peremptoire en exprimant le triomphe du locuteur,son desir de clouer Je bec a
l'interlocuteur : alors ; eh bien ; vous voyez [bien] ; qu' est-ce que je disais ;
Nun sag' mal: Hab' ich recht gehabt Eh bien, dis voir: j'avais raison ou
oder nicht?... [na] == [,siehst du]! pas? Bon,alors [, tu vois bien]!
"Hat er's geschafft?" -II a reussi?
"Nein." -Non.
"Na, ==!" - Qu'est-ce que je disais!
HERR PELZIG: Und jetzt sagen Sie mal: MONSIEUR PELZIG: Et maintenant, dites
können Sie sich das vorstellen? moi: vous pouvez vous imaginer pa­
HERR BLUME nach längerem NacH.denken: reille chose?
Nein. MONSIEUR BLUME: Non.
HERR PELZIG: Ich auch nicht. Und du, MONSIEUR PELZIG: Moi non plus. Et toi,
Elfriede? Elfriede?
FRAU PELZIG Schüttelt energisch den Kopf MADAME PELZIG nie energiquement de la tete
HERR PELZIG: ==! Und warum nicht? MONSIEUR PELZIG: Vous voyez! Et
(TDK IO)
pourquoi ne le pouvez-vous pas?
(Apres un accident sur un chantier naval:)
"Sie dürfen einfach nicht_ zulassen, - Vous ne devez pas permettre que
daß jemand defekte Böcke benutzt." l'on utilise des chevalets en mauvais
"Aber ich habe ihn darauf hingewie­ etat.
sen..." -Mais je lui ai fait remarquer que...
"Ich nehme es zur Kenntnis. Und ich - J'en prends note. J'ajoute que du
füge hinzu, daß juristisch auch kein point de vue juridique on ne vous en
stärkerer Einsatz von Ihnen verlangt demande pas plus...
wird ... " "Na == !" Baerwald atmete - Vous voyez! repondit Baerwald,
auf. (HMY I 18) soulage.

201
also! : mot-phrase I also2 : adverhe connecteur

"Ich habe..." fängt Pinneberg an. "Ich "J'ai ...", commence Pinneberg. "II
muß ..." sagt er weiter. Und ist still, faut que...", poursuit-il... puis se tait,
denn es fällt ihm in der Eile nichts car dans sa häte, plus rien ne lui vient
ein. "Na ==! Sehen Sie! [ ... ] Herr a l'esprit. "Eh bien, vous voyez! [ ...]
Pinneberg! Seien Sie vernünftig." Monsieur Pinneberg, soyez raison­
(FKM 73) nable!"

jalso2 adverbe connecteur 1


Fonction : presente Je contenu de l'enonce ou il figure comme decoulant, de
fa9on plus ou moins rigoureuse, logiquement ou materiellement d'un contenu
ou d'une situation evoques precedemment; le contenu en cause peut faire
l'objet d'actes de communication divers : constatation, exhortation etc.
Contextes : tout type de phrases, mais surtout declaratives et interrogatives
globales.
Positions : pre-V2 ou post-V2; parfois post-MI, rarement pre-Ml.
Accentuation : normale.
Concurrents : daher ; demnach ; deshalb ; deswegen ; folglich etc.
Partenaires : ..... doch3
Equivalents : • alors ; aussi; donc;comme (+ changement de construction) ; eh
bien ; on doit cn conclure que ; (Z)
• also doch: [donc] bien; bei et hicn;finalement; [donc]
0

quand meme ; je ne me suis pas trampe ; (Z)

PLAN: 1. en declarative (ou assimile)


a) en position pre-V2ou post-V2
b) en enonce reduit Oll elliptique
2. en interrogative
a) interrogative globale, a V 1 ou V2
b) interrogative partielle (en w-)
3. en enonce injonctif (de forme imperative Oll autre)
4. also doch (en enonce declaratif Oll interrogatif)
0

1. en enonce declaratif (ou assimile) : exprime une conclusion logique ou


une consequence: alors;aussi; donc; comme (+ changement de construction) ;
on doit donc en conclure que ; (Z)
a) en position pre-V2 (cresfrequente) ou post-V2 (moinsfrequente) :
(A /' enfant qui ne retrouve plus son jouet:)
Hör mal, niemand ist hier reingekom­ Ecoute, personne n'est entre ici,
men, "' muß er hier irgendwo liegen. alors il doit etre Ja quelque part.
Aber bei dem Durcheinander hier... Mais avec Je desordre qu'il y a dans ta
chambre...

202
also2 : adverbe connecteur

GEORG: Wolf ist mein bester Freund GEORG: Wolf est mon meilleur ami, et
und dich liebe ich. Was hat das mit­ toi je t'aime. Qu'est-ce que �a a a
einander zu tun? voir?
HELEN: Viel. Sehr viel. Er akzeptiert HELEN: Beaucoup. Enormement. II ne
mich nicht und ich akzeptiere ihn m'accepte pas, et moi je ne l'accepte
nicht. "" geht ein Riß durch dein Herz. pas, lui. Alors tu as Je coeur dechire.
(BSP 27/30)
Er hatte es aufgeben müssen, den sehr II avait du renoncer a gravir le ter­
steilen Hang hinaufzuklettern. "" klet­ rain tres incline. Alors il descendait
terte er hinunter. (MKS 57/90)

GORBACH: Hochverrat, gibst du das zu, GORBACH: Aloi's, avoues-tu que tu as


Alois? ALOIS: Ich seh schon, daß Sie's commis un crime de haute trahison?
eilig haben, Sie werden mir's übel ALOIS: Je vois bien que vous etes pres­
nehmen, wenn ich Sie aufhalt, "" sag se. Si je vous retarde, vous allez m'en
ich lieber nichts mehr. (Schüsse in der vouloir. Alors, je prefere ne plus
Ferne.) (WEA 55-56/50) rien dire. (Coups de Jeu dans /e lointain.)
Aber er konnte nicht aufhören zu er­ Mais il ne pouvait s'arreter de racon­
zählen, "" erzählte er weiter: ... ter, aussi continua-t-il: ...
Ich war letzte Woche in München, J'etais a Munich, la semaine derniere,
hatte da geschäftlich zu tun. Zwi­ pour affaires. Comme j'ai eu deux
schendurch gab's zwei freie Stunden, heures de libres, j'ai fait du leche-vi­
"" bummelte ich durch die Stadt. Es trine. 11 y a dans Ja ville toute une se­
gibt da eine Reihe von guten Antiqui­ rie de bons antiquaires et je me disais:
tätenhändlern, und ich dachte, viel­ je vais peut-etre denicher quelque
leicht ergattere ich noch ein Stück für pour ma chambre Louis XVI.
mein Louis-Seize-Zimmer [ ... ] (VSD 14)
Da ich eine gewisse Ausbildung be­ Comme j'avais une certaine instruc­
saß, bin ich Sekretärin geworden, sie tion, je suis devenue secretaire et,
aber hat nichts gelernt, "" ist sie comme eile n'en avait pas, eile est
Stubenmädchen geworden. devenue femme de chambre... (SMZ
92/83)
Sein Wagen war um Mittag nicht fer­ Sa voiture n'etait pas prete a midi,
tig, "" konnte er heute ou er konnte "" il ne pouvait donc plus partir a la
heute nicht mehr aufs Land fahren. campagne aujourd'hui.
Ich denke, "" bin ich. Je pense, donc je suis (Descartes).
Was möchtest Du erfahren? Etwas Que voudrais-tu savoir? Quelque
über mich? Aber Du weißt doch chose sur moi? Mais tu sais tout! Moi
alles! Ich dagegen weiß nichts über en revanche, je ne sais rien de toi. Ce
Dich. "" müßte ich Dir Fragen stellen
0
serait donc a moi de te poser des
und nicht 0 Du 0 mir. (RBB 27) questions et non a toi.

203
also2 : adverbe connecteur

Ich wußte, er wäre mit meiner Ab­ Je savais qu'il n'approuverait en au­
sicht auf keinen Fall einverstanden cun cas mon intention et preferai
gewesen. == hielt ich meinen Mund. donc ne rien dire.
(VSD 19)
== (und das Schwierige war, nicht aus Donc (et le difficile c'etait de ne pas
dem Auge zu verlieren, was dieses perdre de vue tout ce que ce 'donc'
'also' an Überlegungen darstellte), == representait de raisonnements), donc,
mußte ich mich mit der Ablehnung je devais accepter Je rejet de mon
meines Gesuchs abfinden. pourvoi. (ACF I 14/167)
Da es in Nordwesteuropa, woher der Comme il n'y avait probablement plus
Fund stammt, zu jener Zeit wahr­ de chacals a cette epoque dans l'Eu­
scheinlich keine Schakale mehr gab, rope du nord-ouest Oll a ete retrouve
der Torfspitz aber außerdem deutlich le chien des tourbieres et que celui-ci
Zeichen der Haustierverwendung presente en outre des signes nets de
zeigt, haben die Pfahlbauern der domestication, on doit en conclure
Steinzeit == ihre Hunde zweifellos an que !es habiti,tnts des cites Iacustres de
den Ostseestrand mitgebracht. (KL T l 'äge de pierre avaient amene Ieurs
130/207) chiens avec eux sur !es rivages de Ja
Baltique.

b) en enonce elliptique ou en subordonnee


Kein Wunder ==, daß meine Dohlen­ Rien d'etonnant donc si ma troupe de
schar in der ersten Zeit ihres Frei­ choucas, aux premiers temps de son
fliegens bedenklich zusammen­ essor, perdit pas mal de ses effectifs.
schmolz. (KLT 50/78)
Vergessen Sie aber nicht, daß ich Mais n'oubliez pas que je parle du <;a,
über das Es spreche, daß == alles nicht que rien n'est donc aussi nettement
so scharf umgrenzt ist, wie es dem delimite que ne Je laissent supposer !es
Wortlaut nach scheint, daß es sich um mots, qu'il s'agit de choses qui s'in­
Dinge handelt, die ineinanderfließen terpenetrent et dont la distinction n'est
und sich nur künstlich trennen lassen. qu'un artifice.
(GBE67)
[ ...] Daran kann kein Zweifel sein. [ ...] II ne peut y avoir aucun doute a
Wenn er == das Gegenteil behauptet, ce sujet. Si donc il pretend Je con­
dann kann das nur eine Lüge sein. traire, il ne peut s'agir que d'un men­
songe.
(L' auteur vient d' expliquer que /es passages
en petits caracteres sont d' importance secon­
daire :) Wer == nur an dem Grundge­ Celui qui ne s'interesse qu'a I'argu­
dankengang interessiert ist, soll das mentation generale peut donc se dis­
Kleingedruckte überspringen [ ... ]. penser de Iire !es passages en petits
(HSA 9) caracteres.

204
also2 : adverbe connecteur
2. en enonce interrogatif :
a) interrogative globale, a Vl ou V2 :
le Jocuteur demande confinnation de Ja validite de sa deduction; cette demiere
est plus fortement suggeree par !'interrogative a V2 que par !'interrogative a
Vl (- BILAN) : alors; donc; 0
• interrogative a Vl
(En reaction a des propos de /' interlocuteur:)
Verstehe ich Sie "' falsch, wenn ich Est-ce que je me trompe, donc, si
Ihre Worte dahin interpretiere, daß j'interprete vos paroles en disant que
[...]? [...]?

• interrogative a V2, also pouvant figurer en position pre- ou post-V2 :


Du glaubst mir "' nicht? Donc tu ne me crois pas?
"Ach. Sie waren "' befreundet?" (HMY Tiens, ils etaient donc amis?
30)
Es stimmt "' wirklich [, was er gesagt C'est donc vraiment la verite [, ce
hat]? qu'il a dit]?
"Sitzengeblieben?" - Tu as redouble?
"Nein" -Non.
"Du lernst "' gut?" (FMB 111) - Tu es banne eleve, donc?
Du meinst "', ich sollte die Prüfung Tu veux dire que je ne devrais pas
nicht ablegen? (HFA 78) passer l'examen?
"Sie trauen der Polizei "' nicht zu", Vous ne croyez donc pas Ja police
fragte ich unbeeindruckt, "auch in capable d'enqueter aussi dans cette di­
dieser Richtung zu ennitteln?" (VSD 67) rection? demande-je sans me laisser
impressionner.
Saivre suchte nach seiner Stablampe. Saivre chercha longtemps Ja torche.
Schließlich fand er sie untenn Bett. Elle avait roule SOUS Je lit. II eclaira
Er beleuchtete seine Uhr: Viertel sa montre : sept heures un quart.
nach sieben. Es war "' schon Morgen? C'etait donc Je matin? (BNA 16/23)
""' wollen Sie auch noch andere mit Vous avez donc l'intention de con­
meinem Privatleben konfrontieren?" fronter d'autres personnes a ma vie
(HMY 103) privee?
"Manchmal fand ich solche Heftehen - II m'arrivait de decouvrir l'un ou
in seiner Rocktasche, aber ich fand es l'autre de ces camets dans la poche de
nicht so interessant, was Felix in seine sa veste, mais je ne trouvais pas ya si
Heftehen kritzelte, offen gestanden." passionnant, ce que Felix y griffon­
""' haben Sie geschnüffelt?" (FB I 14/ d'a­ nait, franchement.
prcs 94-95) - Vous avez donc fouille dans ses
affaires?

205
also2 : adverbe connecteur
b) interrogative partielle (en w-) :
• Ja question porte sur l'element de contenu qui s'inscrit dans Ja suite logique
de ce qui precede; a travers lui, c'est Ja question elle-meme, parfois purement
rhetorique, qui se presente comme decoulant naturellement de Ja situation;
• also peut figurer en tete de l'interrogative (detache ou non}, juste apres Je
pronom interrogatif ou en aval du verbe :

• also est en aval du verbe (post-V2) :


Wann kommst du "" ? Bon, alors, quand est-ce que tu
viens?
"Was möchtest du ""?" Er sagte: - Et que voudrais-tu?
"Ruhe will ich. Ich will nicht mehr - La paix, je ne veux plus etre tra-
behelligt werden." (WGT 151/201) casse.
"Was haben Sie "" getan, um den Qu 'avez-vous fait, alors, pour vous
Sperrmüll zu beseitigen? f ... ]" fragte debarrasser de ces objets encom­
Dehmel. (HMY 111) brants? demanda Dehmel.
"Hör zu!... Dein Mann war ein - Ecoute!... Ton mari etait une fri­
Schuft, kapierst du? Hat er uns rui­ pouille, tu saisis cela? II nous a ruines,
niert oder nicht?... Schön! Was sollen oui ou non?... Bon! Alors, qu'est-ce
wir"" tun?" qu'il faut faire? (BNA 33/52)
Es war gar nicht in seinem Interesse. Ce n'etait pas son interet, alors pour­
Warum hätte er "" reden sollen o u quoi aurait-il parle?
warum "" hätte er reden sollen?
• also figure juste apres le pronom interrogatif :
"Das spricht Bände ", dachte er. "Voila qui en dit long, pensa+il.
"Warum "" sollen wir darüber re- Alors a quoi bon en parler!"
den!" (HLW 44/140)
Er hatte ein förmliches Versprechen, Lui, avait une promesse formelle,
Nana erwartete ihn. Warum "" war sie Nana l'attendait. Pourquoi donc etait­
zwei Tage früher weggefahren? elle partie deux jours plus töt? (EZN
211/1241)

• also en tete de l'interrogative, detache ou non :


"Es gibt weder Ankläger noch ein II n'y a ni plaignant ni delit. Alors a
Verbrechen."", was soll's?" (FWN 29) quoi bon?
(L' interlocuteur n' a pas /' air satisfait:) -c;a ne te convient pas?
-Ist es nicht recht so? -Si,si.
- Doch, doch. - [Bon,] alors, qu'est-ce que tu
- =, was willst du mehr ou was veux de plus?
willst du "" mehr?

206
also2 : adverbe connecteur

"Reden Sie keinen Unsinn!", Ne dites pas n'importe quoi!, hurlai­


schnauzte ich ihn an. "Jansen sitzt je. Jansen est en taule depuis un mo­
schon länger, und das wissen Sie! == ment et vous Je savez! Alors, qui est­
wer beliefert Sie?" (VSD 31) ce qui vous livre?

3. en enonce injonctif (de forme imperative ou autre)


• Je contenu presente comme la consequence logique de ce qui precede est un
comportement qui fait l'objet d'une injonction; a travers Je comportement de­
mande, c'est l'injonction elle-meme qui se presente comme decoulant logique­
ment de Ja situation ou du contexte amont;
• also peut figurer en tete de l'enonce ou apres Je verbe : [bon] alors; eh bien
Peter, du weißt doch, daß er das Peter, tu sais bien qu'il ne supporte
nicht leiden kann, hör==auf ou==hör pas c;a, alors arrete, je t'en prie.
auf, ich bitte dich.
- Ich geh spazieren. Willst du mit? - Je vais faire une promenade. Tu
- 0 ja, o ja! veux venir avec moi?
- Zieh==ou ==zieh deine Stiefel an, - Oh oui, oh oui!
wir gehen in den Wald. - Alors mets tes bottes, nous allons
en foret.
- Papa, ich will mit, ich will mit! - Papa, j'veux venir avec toi, j'veux
-==komm! venir avec toi! - Bon, alors viens!
"Paß auf, mein Lieber", schnaufte er, Ecoute mon petit vieux, souffla-t-il, je
"ich halte mich zurück, weil sie das me retiens parce qu'elle veut pas,
nicht mag, aber ich weiß nicht, wie mais je sais pas combien de temps je
lange ich mich zurückhalten kann, == peux me retenir, alors tu te casses, tu
verdufte, hörst du?" entends? (MKS 96/155)
Wer weiß, ob er ihm nicht zuträgt, Qui sait s'il ne lui rapporte pas tout ce
was ihm in unserem Hause zu Ohren qu 'il entend dire dans notre maison.
kommt.==aufgepaßt. (RBB 106) Alors, attention.
(Le commissaire dans une sal/e qui a ete /e
theatre d' un crime:) "Ihr wißt alle, daß
es mein Job ist, in solchen Fällen die Vous savez tous que mon boulot, dans
richtigen Maßnahmen zu treffen. Und ces cas-la, est de prendre !es decisions
das werde ich jetzt versuchen zu tun qui s'imposent. C'est ce que je vais es-
[ ••• ]. == geht bitte alle sofort wieder sayer de faire [ ... ] Alors rejoignez
auf eure Plätze [ ...]" (MGM 9) tous vos places [...].
"Hör auf mit dem Theater! Ich habe Arrete ton cinema! Je t'ai vue le pi­
dich beobachtet, wie du ihn gemaust quer. Allez, donne!
hast.==her damit!" (FMB 139)
- Ich... äh... ich muß dir noch was - J'ai... euh... j'ai encore quelque
sagen. chose a te dire.
-==schieß los! - Eh bien vas-y!

207
alsol : adverbe connecteur
4. also 0 doch : marque que Je contenu en cause dans l'enonce (declaratif ou
interrogatif) est en un sens conforme et en un autre sens contraire a une cer­
taine attente (- doch3): [donc] bien; bei et bien;Jinalement; [donc] quand
meme; 0
Er ist = doch ou = ist er doch hin­ II y est donc alle quand meme, a ce
0 0

gegangen, wie ich sehe. que je vois.


(L' allocute met son manteau:) Du kommst Ainsi donc, tu viens quand meme?
= 0 doch mit ou (plus rare) Kommst ou (!am.) Alors finalement, tu viens
du = 0 doch mit? quand meme / tu t'es quand meme
decide a venir?
Siehst du: er hat uns = 0 doch angelo­ Tu vois : il nous a bei et bien menti!
gen!
(Le mari decouvre que a) ses soupr;ons I b)
/es bruits qui courent au sujet de sa femme a) C'est bien ce que je pensais!
sontfondes:) = 0doch! b) C'est donc [bien] vrai!
Ah! Siehst du. Es hat = 0 doch etwas Ah, tu vois, �a a bei et bien (= comme
genützt. (BSP 30) je l' avais dit) / quand meme (= malgre tel
aspectfacheu.x) servi a quelque chose.
(Le locuteur attend un appel te/ephonique qui
tarde a venir:) "Sie war immer bereit, "Elle etait toujours prete a suivre mes
sich auf meine Launen einzulassen", lubies", pensa-t-il, et il ne pouvait
dachte er, und er konnte sich nicht imaginer qu' aujourd 'hui, avec le
vorstellen, daß sie jetzt, über die temps, eile ait pu developper d'autres
lange Zeit hinweg, andere, selbstbe­ habitudes, plus personnelles.
wußtere Gewohnheiten entwickelt ha­ Quand Je telephone sonna, il fut sou­
ben sollte. lage. II remarqua qu'une minute a
Als das Telefon klingelte, war er er­ peine s'etait ecoulee. "je ne me suis
leichtert. Er bemerkte, [ ... ], daß donc pas trompe", pensa-t-il, tout
kaum eine Minute vergangen war. "= en s'interdisant tout sentiment de sa­
0
doch", dachte er, verbat sich aber tisfaction.
[ ...] jedes Gefühl von Genugtuung.
(HLW 28/129)

208
jalso3 particule connective j

Fonction : marque une articulation du discours 1) interne a l 'enonce, en in­


troduisant une explicitation, un prolongement, une reprise, un resume ou un
correctif ou 2) externe, en presentant l'enonciation introduite comme cohe­
rente avec le contexte amont ou la situation.
Contextes : tout type de phrases.
Positions : en tete de la sequence Oll de J'enonce introduits, detache ou non
par une virgule, ou en post-V2 ; position pre-V2 interdite.
Accentllation : variable; plutöt forte si detache de l'enonce introduit, plutöt
faible dans le cas contraire
Concllrrents : - na ; - nun4
Partenaires : -+ja; (en locutions : dann, denn, gut, lo s, nein, nun, schön,
wirklich)
Equivalents : allez / allons; alors; hon [alors / d'accord / admettons / ma
foi} ; hon, hon ; href; disons ; donc ; ecoutez ; enjin ; mais ; quoi (final) ;
soit; voyons ; vraiment ; ainsi donc ; autrement dit; c 'est-a-dire ; eh bien
[alors] ; en somme ; je veux dire... ; part. I.

PLAN : 1. strllctllre le contenll d'lln enonce


a) en introduisant une explicitation, une specification
b) en introduisant une information qui prolonge Ja precedente
c) en introduisant un resume, un bilan
d) en introduisant un rectificatif, une correction de trajectoire
e) en marquant Je retour au fil normal du discours apres une in­
cise, une digression
2. articllle l'enonce a SOU contexte Oll a la Situation
a) l'enonce repond a une question (eventuellement implicite)
b) l'enonce clöt unf discussion, met un terme a une situation pour
en ouvrir une autre
c) l'enonce exprime un commentaire sur Je mode exclamatif
d) l'enonce reprend une information connue pour [re]amorcer le
discours
e) l'enonce exprime un constat, la prise de conscience d'une rea­
Jite Oll d'un rapport (also generalement en post-Mi)
f) also marque une enonciation produite apres hesitation
g) also agit comme adjuvant recurrent de l'activite enonciative
3. dans des locutions introdllctives Oll exclamatives
a) also dann ; also denn
b) also gut ; also schön
c) also los
d) also nein ; also wirklich
e) also + nom / prenom / pronom
f) also, paß auf/ passen Sie auf
g) na also
h) nun also

209
alsa3 : particule connective
1. structure le contenu d'un enonce
a) introduit une explicitation, une specification : donc ; c' est-a-dire ; autre-
ment dit ; soit ...
Es passierte in der 82. Minute des C'est arrive a la 82ieme minute de
Spiels, "' acht Minuten ou acht Minu­ jeu, donc ou soit huit minutes avant
ten "' vor dem Spielende. la fin de la partie.
Andererseits wissen wir, daß jeder Par ailleurs nous savons que tout
Körper Schwere besitzt, "' zum Erd­ corps possede un certain poids, au­
mittelpunkt hin gezogen wird, und trement dit qu'il est attire vers le
daß... (PHYS. 27) centre de la Terre, et que...
Aber "Kja" ruft die Dohle, wenn sie Le choucas lance son kya quand il est
in "Ausfliegestimmung" ist, wenn sie en humeur de s'"envoler", autre­
"' von der Kolonie weg fliegt. (KLT 65/ ment dit de s'eloigner de la colonie.
d'apres 102)

Denn von 1948 bis 1953, "' innerhalb Car amasser une teile fortune de 1948
von fünf Jahren, sich ein solches a 1953, c'esi-a-dire en l'espace de
Vermögen zu erarbeiten, das konnte cinq ans, voila qui etait louche.
nicht mit rechten Dingen zugehen.
(KGE 161)

Wo solche Grenzen künstlich geschaf­ Quand on lui en cree d'artificielles,


fen werden, in allen Institutionen "', c'est-a-dire dans toutes les institu­
die zur Bewahrung geschlossener tions qui servent au maintien de
Massen verwendet werden, ist ein masses fermees, un eclatement de Ja
Ausbruch der Masse immer mög­ masse est toujours possible...
lich... (CMM 26/27)
- Nun scheint die Zeit gekommen, - Le temps me semble venu de
daß wir Partei ergreifen. Wir - "' un­ prendre clairement parti. Nous,
sere Zeitung - deine Redaktion. c'est-a-dire notre joumal, ta redac­
- Wir sollen öffentlich Partei er­ tion.
greifen - für Schreyvogel? (KVW - Tu veux que nous prenions ouver­
21/d"apres 33) tement parti - pour Schreyvogel?
Dies Jahr hat meine Rebe 1000 Liter Cette annee, ma vigne a donne 1000
abgegeben, das wären "' über 1300 litres, ce qui fait donc plus de 1300
Flaschen. bouteilles.
b) introduit une information qui prolonge la precedente
Die Herren [...] schwitzten kalt und Ces messieurs transpiraient, dans le
heiß, setzten sich "' [ ... ] der Gefahr froid et Je chaud, s'exposant ainsi au
einer Erkältung aus. (GGB 103) risque d'un refroidissement.
c) introduit un resume, un bilan : bref; enfin ; quoi (fam., postpose) ; en
somme
Dann hat sie ihr noch erzählt, daß..., Alors eile lui a encore raconte que...,
und daß..., und daß..., "' [eben] alles! et que..., et que..., enfin tout [, quoi]!

210
also3 : particule connective

(Recit d' une mesaventure:) Wir waren ge­ Nous venions d'arriver a Vienne. Je
rade in Wien angekommen. Ich steig' sors de la voiture pour traverser Ja
aus, will über die Straße, bleib' mit rue, je m'accroche le talon dans !es
dem Absatz in den Schienen hängen, rails, je tombe et me casse Ja jambe
stürze und breche mir das rechte Bein droite - bref, Ja catastrophe ou (fam.)
- eine Katastrophe a:! (IN-AC) la catastrophe, quoi!
- Und wie stellen Sie sich das vor? - Et comment voyez-vous Ja chose?
- Ganz einfach (suit une explication) - C'est tres simple : [ ...]
- Eine Art Wettrennen "'· - Une sorte de course, en somme?
Es gelang Helmut, den Promenaden­ Helmut obtint que l'on interromptt Ja
bummel schon bald in eine Weinstube promenade pour entrer dans un bar a
zu lenken. Er gestand, daß er nie et­ vins. 11 admit avoir toujours eu cette
was anderes vorgehabt hatte. Der intention. II sentait Ja paralysie le ga­
Gedanke, einen Abend ohne Wein gner a l'idee de devoir passer une soi­
verbringen zu müssen, lähme ihn. ree sans vin.
"' wir reichen dir nicht, sagte Helene. Autrement dit, nous ne te suffisons
(WFP 59/d'apres (i()-61) pas, dit Helene.
Ja, alles war unterwegs. Skandina­ Oui, tout Je monde etait sur les routes.
vien, Dänemark, "' die ganzen skan­ Les Scandinaves, !es Danois, tous les
dinavischen Länder, England sogar... Scandinaves, quoi, meme les An­
(IN-JBU 17) glais...

d) introduit un rectificatif, une correction de trajectoire ou une precision des­


tinee a parer a tout malentendu : bref; disons ; enfin ; je veux dire
Sie haben "Doktor" gespielt, die Ils ont joue au docteur, !es gar9ons
Jungen haben den Mädchen und die ont examine !es filles ..., et les filles
Mädchen den Jungen - "' jedenfalls !es gar9ons ... - bref, ils ont regarde
haben sie sich den kleinen Unter- de plus pres ce qui !es differenciait.
schied näher beguckt.
- Was haben Sie denn am liebsten - Quels etaient vos motifs preferes?
gemalt? _:__ Eh bien ... disons que j'me suis
- Ich hab' - "' ich hab' mich ziem­ plut6t specialisee dans Je style 1900.
lich auf Jugendstil spezialisiert. (IN­
rnu 19)
- Dann haben Sie ja schon eine be­ - Mais alors VOUS avez deja une ex­
rufliche Erfahrung. perience professionnelle.
- Ja, ja - "' zumindest im Handwerk­ - Oui, oui - enfin, du moins pour ce
lichen. (inspire de IN-JBU 20) qui est de Ja pratique.
Sie ist Studentin... "' sie studiert Elle est etudiante...je veux dire, eile
wirklich, und das hat uns auf die Idee fait vraiment des etudes, et c'est ce
gebracht, uns auch als Studentinnen qui nous a donne l'idee de nous faire
auszugeben. (FMB 47) egalement passer pour des etudiantes.

211
also3 : particule connective

c. VOGELER: Für welche Themen inter­ C.VOGELER : Quels sont les sujets qui
essiert Ihr euch am meisten? vous interessent le plus?
JUGENDLICHE: [ .•.] Dann engagiere ich LA JEUNE FILLE : [ ... ] Je suis tres active
mich sehr im Meditationsbereich, wo aussi dans le domaine de la medita­
hier aber leider sehr wenig geboten tion, qui malheureusement est un peu
wird, auch in der Richtung vom neglige ici, y compris le bouddhisme.
Buddhismus. "' hier werden nur Je veux dire, ici, on ne propose que
christliche Meditationsarten angebo­ des formes chretiennes de meditation.
ten. (IN-EK 9)
" ... Und dann hat sie ihm, "' die ... Et un jour elle lui en a donne - je
Mörderin dem Opfer, mit einem Mal veux dire l 'empoisonneuse a sa vic­
so viel [Arsen] gegeben, daß er über time - tellement d'un seul coup qu'il a
den Jordan... na, Sie wissen schon..." passe... vous savez bien.
(MGM 85)
Nach einer Weile sagt Rita : "Ich Quelques instants apres, Rita dit :
werde jetzt Miete zahlen für das - Maintenant, je payerai un loyer
Zimmer." Herr Herrfurth fährt auf. pour ma chainbre. M. Herrfurth s'e­
Das wäre das Letzte! Niemals würde crie : II ne manquerait plus que cela.
er von einem Menschen, der fast... "' Jamais il n'accepterait que quelqu'un
jedenfalls, sie solle ihn nicht beleidi­ qui est presque ... enfin, en tout cas,
gen. (WGT 191/d'apres 254) eile ne devait pas l'offenser.

e) marque Je retour au fil normal du discours interrompu par une incise, une
digression : donc
[...] Aber seit der Verlagerung der Mais depuis le transfert de notre pro­
Produktion - wir lassen einen großen duction - nous faisons fabriquer une
Teil im Osten anfertigen, die Löhne grande partie de nos produits en
sind dort günstiger, wissen Sie - Extreme-Orient, vous savez, les sa­
Nationalchina, Hongkong, Indonesien laires y sont moins eleves, en Chine
... Seitdem "' muß er jedes Jahr um nationaliste, a Hong-Kong, en
diese Zeit dort nach dem Rechten se­ Indonesie... Depuis ce moment-la
hen... (MHS 29-30) donc, il doit aller la-bas chaque an­
nee, a cette periode, pour veiller a ce
que tout se passe bien...
Die Frau Fabrizius von der ersten Madame Fabrizius, qui habite au
Etage - in der Weyerstraße wohnen premier - nous habitons Weyer­
wir - "' die Fabrizius hat Anzeige ge­ straße -, la Fabrizius, donc, l'a de­
gen ihn erstattet, daß er in betrunke­ nonce, comme quoi un jour qu'il etait
nem Zustand die Trepp runterjefallen saoul il a degringole I 'escalier en
wär und dabei auf den Herrn Minister jurant apres Monsieur le ministre
Göring geschimpft hätt. (IKM 90) Goering.

212
alsoJ : particule connective

Da sagt Herr Lehmann : "Zeigen Sie Montrez-moi vos certificats, dit alors
mal Ihre Zeugnisse her." Pinneberg M. Lehmann. Pinneberg !es exhibe, sa
breitet sie hin, seine Hand zittert ganz main tremble pour de bon, il a vrai­
ehrlich, er hat ganz ehrlich Angst. ment peur. [...]
[ ...] Pinneberg, donc, !es exhibe en trem­
"' Pinneberg breitet zitternd seine blant : le certificat d'aptitude profes­
Zeugnisse aus: das Lehrzeugnis, dann sionnelle, puis celui que lui a etabli
das von \Vendheim, dann das von \Vendheim, puis celui de Bergmann,
Bergmann, dann das von Kleinholz. enfin celui de Kleinholz.
(FKM 110-111)

Der Redner, ein sehr elegant geklei­ L'orateur, un monsieur proche de Ja


deter Endfünfziger mit gutgeschnitte­ soixantaine, bien habille, le visage re­
nem Gesicht, mit zwei Doktortiteln, gulier, deux titres de docteur, profes­
Professur, dem Ruf, eine Kapazität seur a l'universite et Ja reputation
für die Beantwortung solcher Fragen d'une sommite dans ce domaine, l'o­
zu sein, der Redner"' wußte trotz Ruf rateur, donc, malgre ses titres et sa
und Titel auch nichts Genaues zu die­ reputation, n'avait, lui non plus, rien
sem Thema zu sagen aber er sagte de precis a dire sur Je sujet, mais il le
sein Ungenaues mit großem Geschick dit avec beaucoup d'elegance et de
und Nachdruck. (MGM 48) conviction.

2. articule l'enonce a SOn contexte OU a la Situation(...., nun 4):


also figure souvent en tete d'enonce, detache ou non par une virgule, mais
peut egalement se trouver en position post-MI ou post-V2 :

a) l'enonce introduit repond a une question, qui peut etre implicite; (also est
parfois associe a ja ; ..... c ; ..... n.un) : alo rs ; hon ; ecoutez ; eh bien ; @
\Vie ich mir das erkläre? [Ja]"', wenn - Comment je m'explique cela? Eh
Sie mich fragen, ich meine... bien, si vous voulez mon avis, moi, je
pense que...
- Erzählen Sie mir alles und fangen - Racontez-moi tout et commencez
Sie bitte von vorne an. par le commencement, s'il vous plait.
-"', das war ou das war"' an einem - Bon, eh bien, c'etait un lundi...
Montag ..
- Und Sie, was meinen Sie dazu? - Et vous, qu'en pensez-vous?
- "' ich [, ich] finde, man könnte - Eh bien moi, je pense qu'on
0

ruhig ... pourrait sans probleme...


- \Vas waren damals die Überlegun­ - Quelles etaient !es raisons qui ont
gen, die zur Gründung Ihrer Gesell­ conduit, a cette epoque, a la creation
schaft führten? de votre association?
- [Ja] "', die erste Überlegung war, - Eh bien, la premiere raison etait
daß wir dachten... (IN-M 3) que nous pensions que...

213
also3 : particule connective

H. PFEIFFER: Wie lange hat es eigent­ H. PFEIFFER: Combien de temps vous a­


lich gedauert, bis Sie sich eingearbei­ t-il fallu pour etre a l'aise dans ce tra­
tet haben? vail?
A. KERSTING: Ben, ecoutez, je ne me
0
A.KERSTING: Ja, = so richtig eingear­
beitet fühl' ich mich im Moment erst sens vraiment au point que mainte­
jetzt, so nach 'nem halben Jahr; (IN-ZD nant, apres six mois
8)
H.PFEIFFER: Viele beklagen daher, daß H.PFEIFFER: Beaucoup denoncent le fait
sie als billige Arbeitskraft ausgenützt que vous seriez exploites cornme main
werden. d'oeuvre bon marche.
P. PÜTZ: Ich würde = grundsätzlich P.POTZ: Ecoutez non, on ne peut pas
nicht sagen, daß man die Zivildienst­ vraiment dire qu'on exploite les ob­
leistenden ausnützt. (IN-ZD 14) jecteurs de conscience.
c. VOGELER: Und was haben Sie hier(= c. VOGELER: Et qu'avez-vous trouve ici
auf dem Evangelischen Kirchentag) gefun­ a Francfort? Un happening politique
den in Frankfurt? Ein Polit-Happe­ ou la "nouvelle piete"?
ning oder die junge Frömmigkeit? Mme HAMM-BRÜCHER: Ecoutez, j'y ai
Frau Dr. HAMM-BR ÜCHER: = ich habe bei­ trouve l'un comme l'autre. Et c'est
des gefunden, nicht. Und beides ge­ parfaitement normal dans un congres
hört ja auch zum Kirchentag dazu. (IN­ de l'Eglise protestante.
EK 8)
c. VOG ELER: [ ... ] Sie sind Pfadfinder. C.VOG ELER: Vous etes eclaireur. Quel
Wie sieht denn Ihr Dienst hier auf est votre röle ici au congres de l'E­
dem Evangelischen Kirchentag aus? glise evangelique?
PFADFINDER: Wir haben "' Projekt L'ECLAIR EUR: Eh bien, nous avons fait
"Mosaik" gemacht, daß die Kirchen­ le projet mosa·ique; on propose aux
tagsbesucher ein Mosaik kleben mit visiteurs de se joindre a nous pour
uns gemeinsam. [Und zwar...] faire une mosaYque avec des auto-col­
lants.
- Und wie sprechen Sie zu Hause? - Et quelle langue parlez-vous a la
Welche Sprache? maison?
- = ' 0 ich spreche deutsch, mein - [Eh bien,] moi, je parle allemand
Vater spricht englisch. (IN-JBU 5) et mon pere anglais.
- Warst du schon einmal in einem - Cela t'es deja arrive, de louer une
chambre Separee? chambre Separee?
- =, wenn ich die Wahrheit sagen - Eh bien... pour etre franc ... oui
soll : ja (ASR 109)

b) l'enonce vise a clore une discussion, a mettre fin a la Situation ambiante (qui
peut etre caracterisee par le silence) pour en ouvrir eventuellement une autre
[bon,J allez ; [bon,] eh bien ; [bon,J alors ; donc ; ecoute I ecoutez
+ dans des formules marquant un depart, la fin d'une rencontre :
"= ich gehe dann", sagte Baerwald. Bon, alors j'y vais, dit Baerwald.
(HMY 16)

214
also3 : particule connective

"', [auf] Wiedersehen! / "', bis bald! / [Bon,] allez au revoir! / [Bon], eh
"' bis morgen ou bis morgen a:! bien, a bientöt / [Bon,] alors a de­
main!
(L' assistante prerui conge de /a personne agee
dont eile s' occupe:)
HELFERIN: "' dann bis Freitag [...]. a
L'ASSISTANTE: Bon alors vendredi.
FRAU HAAK: Auf Wiedersehen. MME HAAK: Au revoir.
HELFERIN: "', auf Wiedersehen. (IN-SE 20) L'ASSISTANTE: Allez, au revoir.

NOWAK: Gute Nacht, Herr Laurenz, NOWAK: Bonne nuit, monsieur Laurenz
und sagen S' morgen der Trenzinger, et dites a Ja Trenzinger qu'eile doit
sie soll [ ...] [ ... ]
LAURENZ: Gern, Herr Nowak. Gute LAURENZ: D'accord, bon, alors bonne
Nacht "' ... (IBO 14) nuit!
ALOIS nimmt Koffer und Pappschachtel auf: ALOIS, soulevan1 sa valise et son carton:
Sie wissen, ich bin ein Glückspilz. Es Vous savez, moi, je suis vemi. J'en ai
ist fast schon eine Schande, daß es presque honte. Moi, je vais toujours
mir immer so gut geht und der Welt bien et le monde qui va de mal en pis!
geht's immer schlechter. [ ...] Horcht. (Pretant /' oreille) Le car. Bon, eh bien,
Der Omnibus. "', Adieu, Herr Direk­ adieu, monsieur Je Directeur.
tor. (WEA 114/d'aprcs 97)
(Avant de partir:) - Ich glaub', ich geh' - Je crois que je vais y aller quand
vielleicht doch hin. meme.
- "', amüsier' dich gut! - Bon, [eh bien] alors, amuse-toi
bien!
""', mach's gut, alter Junge", sagte er Allez, bonne chance, mon vieux, dit­
und übergab den Kabinenschlüssel. il en lui remettant Ja clef de la cabine.
(FWN 85/93)

+ pour introduire une question·, une exhortation :


"', gehen wir jetzt? Bon, on y va?
"', entscheide dich! (KSR 22) Alors, decide-toi!
(En reaction a une demande.) Augenblick Un instant... Bon, alors, qu'est-ce
mal... (apres un moment:) "', was willst que tu veux?
du?
"Kommen Sie 'rein", sagte sie und Entrez, dit-elle en me precedant. Et
ging voraus. "Und machen Sie die fermez la porte derriere vous! Nous
Tür hinter sich zu!" Wir gingen empruntämes un long couloir [... ].
durch einen langen Flur [...] ""', was Alors, que desirez-vous?
wollen Sie?" (VSD 34)
(La decision se fait attendre:) "', kommst [Bon,] alors, tu viens [avec moi /
du mit oder nicht ou kommst du "' nous], oui ou non?
mit oder nicht?

215
also3 : particule connective

GALILEI: Werden die Herren nun "' GALILEE: Bon, alors, ces messieurs
durchschauen oder nicht? (BLG 47/ ct'apres vont-ils, oui ou non, regarder (a travers
49) /a lunette) ?
(Cloturant un developpement:) "' du weißt Bon, alors tu ne connais pas une
auch keine Adresse, keinen Arzt? (BSP adresse, un medecin, toi non plus?
46)

"', wird's bald? (- na) Alors, c;:a vient?


Dann sagte er doch zu. Rita spürte, Puis il accepta quand meme. Rita
daß er nur darauf wartete, sie sagen sentit qu'il n'attendait qu'une chose:
zu hören : ",,, bleiben wir zu Hause." I'entendre dire "Bon, eh bien res­
Aber sie sagte es nicht. (WGT 136/ct'apres tons a la maison", mais eile ne le dit
182) pas.
(Reaction a un recit juge excessif:) "', Leo, Ecoute, Leo, ne charrie pas.
jetzt mach mal einen Punkt. (RBB 91)

• pour introduire des reactions diverses (commentaires, contestations etc.):


(Retour de la cabine d' essayage, avec une
veste:) "', sie paßt. Elle [me] va.
"', ich muß jetzt gehen. Bon, eh bien, il faut que je m'en
aille maintenant.
"', das hätten wird geschafft! o u
'
0
Bon, voila qui est fait.
' das hätten wird "' geschafft!
0

(Apres des preparatifs a une experience:) GALILEE prend une pomme sur la table:
GALILEI nimmt einen Apfel vom Tisch: "' Bon, alors c;:a, c'est Ja terre.
'
0
das ist die Erde. (BLG 13)
"' '
0
mir reicht's jetzt. Ich geh.
0
Bon, moi, j'en ai assez. Je m'en vais.
- Gut. Aber du fängst an.
0
- Bien. Mais c'est toi qui com­
- "' wenn's sein muß ...
0
mences. - Bon, ben, s'il Je faut. ..
[...] ich freue mich, wirklich. Und [ ...] c;:a me fait plaisir, vraiment. Et
Milli, natürlich, wird sie sich auch Milli, bien sur que c;:a lui fera plaisir
freuen. "', abgemacht. (RBB 43) aussi. Bon, affaire conclue.
(Unjeune raconte ses debuts au theatre:) Ich
hab' die Rolle des [ ... ] Clowns ge­ Je jouais le röle du clown. C'est un
spielt. "' der Clown erinnert sich an clown qui se rappelle sa jeunesse[ ...]
seine Jugendzeit[ ...] (ct'apres IN-JBU 26)
(Rompant /e silence, /a locutrice s' adresse a
son voisin au comptoir d' un bar:) ",,,, Cae­ Ecoute, Cesar, tu es vraiment Je per­
sar, du bist doch wirklich die wider­ sonnage le plus repugnant que je
wärtigste Drecksau, die ich kenne." connaisse.
(VS075)

216
also3 : particule connective

(Reaction de contestation a /' argumentation de


l' interlocuteur:) "", mir will trotzdem Ecoute, moi, il me semble quand
scheinen, als versuchten wir [...] (ATM meme que...
41 )

"Ja", sagt sie, "du wolltest mir auch - Ah, fait-elle, tu voulais m'expli­
noch erklären, warum die Leute be­ quer pourquoi les gens pourraient
leidigt sein könnten." etre vexes.
"Nachher", sagt er[ ... ] - Apres, lui repond-il[ ...]
",,,, nachher", sagt sie und schweigt - Bon, alors apres, dit-elle en se
auch. (FKM 32) taisant a son tour.

c) 1'enonce exprime un commentaire sur le mode exclamatif; also peut etre


detache ou non detache
alors la ou [alors] qa; �·a alors; eh bien; donc; enfin; mais; qu and
meme ; 0 ; etc.
Ja, "" da hört sich doch alles auf. (CKE Alors la, c'est quand meme un peu
0

36) fort!
0
"" so ein Idiot! Quel idiot, alors!
",,,, das höre ich zum ersten Mal!" Alors Ja, c'est la premiere fois que
'
0

begehrte Baerwald auf. (HMY 81) j'entends ya! protesta Baerwald.


(A propos d' une coi'ncidence extraordinaire <;a alors, c'est vraiment marrant!
mais heureuse:) "", wenn °das nicht
lustig ist!
"", wenn ich das gewußt hätte!
0
<;a alors, si j'avais su!
"" so eine Frechheit!
0
<;a alors, quelle toupet!
"", so was! (idiom.)
0
<;a alors!
"" ich kann's kaum glauben, Maria. <;a, j'ai du mal a le croire.
(WEA 36/35)
(Debut de La reponse a une question sur la re­
action des eleves:) "" ' 0 das fand ich also <;·a, j'ai trouve la reaction des eleves
sehr, sehr gut, wie die Schüler rea­ vraiment tres bien.
giert haben. (!N-JBU 31)
Ich werde ihm meine Meinung sagen, Je lui dirai ma fai;:on de penser, -;a tu
0
"" ' darauf kannst du dich verlassen! peux me croire!
"" '
0
das ist aber doch allerhand!
0
Eh bien, c;:a, c'est quand meme un
peu fort!
(Indignation Jace a un comportement:) "", Enfin, voyons!
hör mal!
"" das ge 0 hört sich doch nicht! Enfin, c;:a ne se fait pas, quoi!
0
"" [,] wie kann man auch so dumm Mais [enfin,] peut-on etre bete a ce
sein! point, aussi!

217
also3 : particule connective

(La scene se passe en pub/ic:) Gib doch Donne-moi donc le bouq uet,
mal den schweren Strauß her, Bertchen, il est lourd - non mais
Bertchen - "', sie gibt ihn wirklich vous avez vu : elle ne veut pas le
nicht her, das ist ein Eigensinn, von donner. Quelle obstination, je me de­
wem sie das nur hat! (IKM 55) mande de qui elle tient �a!
Klaus Buch stand, hielt mit der einen Klaus Buch se tenait la main comme si
Hand die andere, als sei die schwer elle avait ete gravement blessee. Hel
verletzt. Hel sagte: "', Klaus, bitte! dit: Klaus, voyons, je t'en prie!
(WFP 60/d'apres 61)

0 Gott, Junge, ich müßte noch einmal - Ah, la, la, j'ai de nouveau une de
ganz unbedingt. Hast du eine Ahnung, ces envies. Tu as une idee, ou �a se
wo das hier ist?" trouve?
",,,
0
das ist doch immer dieselbe - C'est toujours la meme histoire,
Geschichte mit dir...! Statt daß du avec toi! Au lieu de prendre tes pre­
vorher...! (FKM 7) cautions...

d) l'enonce reprend une information deja connue ou donnee dans le contexte


amont (ne pas confondre avec 1.e):
• pour la fixer et/ou amorcer ou reamorcer le discours : [ ainsi] donc ; alors
comme fa (fam., avec une arriere-pensee)
(Apres une longue digression:) ",,, die - Alors, l'appartement, lui rappelle­
Wohnung", erinnert sie ihn. t-elle.
"Ja, also, wir wohnen ganz oben, bei - Oui, eh bien, nous serons tout en
der Witwe Scharrenhöfer." (FKM 28) haut, chez la veuve Scharrenhöfer.
Du willst "' alles aufgeben. Darf ich Ainsi donc ou (fam.) alors comme
wissen warum? �a, tu veux tout abandonner. Je peux
savoir pourquoi?
Das ist"' das Buch [von dem mir ge­ C'est donc le livre dont tu m'avais
sprochen hattest]? parle?
(Debut d' une audition de temoin:) Du heißt Tu t'appelles donc Vreneli?
"' Vreneli? (FB 69/59)

(Retour a une affirmation de /' interlocuteur Vous vouliez donc, dites-vous, placer
apres une digression:) Sie haben"', wie le triangle de detresse sur Ja chaussee,
Sie sagen, das Pannenzeichen auf die et. ..
Straße stellen wollen, und... (FB 95n9)

- "' Sie haben sich gewundert, Frau - Donc vous etiez etonnee, Madame
Hofer, und wie hat denn dieser Herr Hofer, et comment ce monsieur s'est­
sich verhalten...? (FB 126/104) il comporte...?
(Le guide, apres une digression:) -"' hier Voici donc le lit ou (fam.) �a, c'est
ist das Bett, wie ich sagte. (FKS 101) donc le lit, comme je le disais.

218
also3 : particule connective
• pour Ja renforcer en Ja reiterant :
GEORG: Sie sitzen hier draußen und GEORGES: Vous avez froid, la-dehors.
frieren. Warum machen Sie nicht mit Pourquoi ne rentrez-vous pas partici­
bei der Probe? per aux repetitions?
HELEN: Ich? Ich mach da doch nicht HELENE: Moi? Mais j'ai rien a faire la­
mit. Ich mach da = absolut nicht dedans. J'ai strictement plus rien a
mehr mit. (BSP 9/d'apres 14) faire la-dedans.

e) l'enonce exprime un constat, Ja prise de conscience d'une realite ou d'un


rapport par Je locuteur :
• also marque une prise de conscience approfondie, de Ja part du locuteur, de
Ja realite visee par l'enonce;
• il peut figurer en tete de l'enonce mais se rencontre plus volontiers apres Je
premier membre (souvent un deictique) ou en aval du verbe : ainsi; donc; eJ
Sie staunte doch über den Tumult in Elle s'etonnait pourtant du vacarme
den Hauptstraßen. Sie hatte kaum den dans !es grandes arteres. Elle avait a
Mut, darin unterzutauchen. Ihre peine Je courage de s'y plonger. II lui
Sinne würden Zeit brauchen, sich faudrait encore quelque temps avant
wieder an grelle Geräusche, Farben, que ses sens se rehabituent a ce bruits
Gerüche zu gewöhnen. = 0 diesen assourdissants, a ces couleurs criar­
Lärm und dieses Gedränge hielten die des, a ces odeurs violentes. Ainsi ces
Leute ihr Leben lang aus? (WGT 188/251) gens supportaient pendant toute leur
vie ce bruit, cette bousculade?
0
Er = war es! C'etait donc lui!
Rita war müde. Im Zug war es warm Rita etait fatiguee. II commen�ait a
geworden (die ' Heizung = funktio­
0
faire chaud dans Je wagon ("donc Je
niert, denkt sie)[ ...] (WGT 140/187) chauffage fonctionne", pensa-t-elle).
[Aha,] 0 darum = ou (rare) = 0 darum [Ah,] c'est donc pour �a qu'il ne
wollte er nicht mitkommen! voulait pas venir avec nous!
0
Morgen = würde schon wieder alles Demain, donc, tout serait de nouveau
vorbei sein. Wie schnell die Zeit doch fini. Que Je temps passait vite, tout de
verging! meme!
0
So weit = ist es schon ou 0 so weit ist Voila donc Oll tu en es : [a n'etre]
es = schon gekommen, daß du nicht meme plus capable de[...]
einmal mehr fähig bist[ ...]
0
Das ist = das Dorf, das er uns als so Voila donc Je village qu'il nous avait
idyllisch beschrieben hatte. Bißchen decrit si romantique. Un peu dece­
enttäuschend, finde ich. vant, je trouve.
0
So = sieht er aus. Ich hatte ihn mir Voila donc a quoi il ressemble. Je
eigentlich ganz anders vorgestellt. l'imaginais tout autrement, a vrai
dire.

219
also3 : particule connective

0
Darin "' unterschied diese Stadt sich C'etait donc en cela que cette ville se
von allen anderen Städten der Welt : distinguait de toutes !es autres villes
[ ...] (WGT 167) du monde.
Sie zwang sich, in aller Ruhe ein paar Elle se contraignit a regarder en toute
Kioskfenster auf dem Bahnsteig anzu­ tranquillite quelques vitrines de
sehen (0 das sind "' diese Apfelsinen kiosques sur Je quai (!es voila donc
und Schokoladen, die Zigaretten, die ces oranges, et !es chocolats, !es ciga­
billigen Bücher... ), und sie fand, daß rettes et !es livres bon marche... ) et il
sie sich das genauso vorgestellt hatte. lui sembla que c'etait exactement ainsi
(WGT 168/d 'apres 224) qu'eile s'etait imagine tout 9a.
0
Dies "' ist nun das Schaufenster mit La voila donc Ja vitrine avec Ja
dem Schlafzimmer, und hier an der chambre a coucher et Ja coiffeuse Ja
Seite steht die Frisiertoilette. (FKM 128) sur Je cöte.
0
So "' muß man das machen! Hätt' ich [Ah,] c'est comme 9a qu'il faut faire!
nie gedacht! J'aurais jamais cru!
(Un psychanaliste sur les effets des soins
donnes au bebe par la mere:J Sie weiß Elle ne sait pas qu 'eile procure au
nicht, daß sie dem Kind Geschlechts­ bebe du plaisir sexuel, mais son ra Je
lust gibt, [ ...] aber ihr Es fühlt es und sent et Je sait. Cette action erotique
weiß es. Die erotische Handlung suscite instinctivement l'expression de
erzwingt den Ausdruck des Genusses Ja jouissance sur Je visage de Ja mere
bei Kind und Mutter. So "' liegen die et de l'enfant. Voila ce qu'il en est.
Dinge. Die Mutter selbst gibt ihrem C'est Ja mere elle-meme qui enseigne
Kind Unterricht in der Onanie, sie l'onanisme a l'enfant; c'est inevitable,
muß es tun, denn die Natur häuft den car Ja nature rassemble !es excrements
Dreck, der abgewaschen werden will, a l'endroit Oll se trouvent !es organes
dort an, wo die Organe der Wollust du plaisir; c'est inevitable, eile ne peut
liegen; sie muß es tun, sie kann nicht faire autrement.
anders. (GBE 50-51)

f) also marque Ja fin d'une hesitation, Je moment Oll Je locuteur "passe a


l'acte", c'est-a-dire prononce effectivement les paroles qu'il hesitait en son for
interieur a exprimer : bon ; disons ; enfin
Ich hab heut nacht wieder geträumt, J'ai encore reve cette nuit que, bon,
daß man "' allgemein die Verwandt­ qu'on avait supprime completement Ja
schaft abgeschafft hat, aber radikal! famille, mais definitif!
(BSP 57/62)
(L' objecteur de conscience explique pourquoi
il a choisi le service civil:) Es entspricht <;a correspond a ma personalite teile
meiner Persönlichkeit, so wie ich die que je Ja vois. <;a tient sans doute au
sehe. Und zwar liegt das wohl daran, fait que, bon, j'ai des scrupules, di­
daß ich "', ja, "' starke Bedenken sons, a apprendre a tirer sur mes
habe, zu lernen auf andere Menschen semblables.
ZU schießen[ ... ] (IN-ZD4)

220
alsa3 : particule connective
(Le temoin, qui etait en galante compagnie,
explique pourquoi il n' a pas prevenu /a po-
lice:) Ja, "', das war, weil... "' weil ich, Eh bien, bon, c'etait parce que ...,
na ja, "' nicht allein im Auto war. bon... enfin, parce que je n'etais pas
seul.
g) also agit comme adjuvant recurrent de l'activite enonciative, perdant toute
fonction communicative precise pour ne plus etre qu'un simple tic de langage :
bon ; donc ; quoi ; c' est-a-dire ; en taut cas ; n' est-ce pas
M.v.H.: Wußten Sie, wieviel Mitbewer- M.v.H.: Vous saviez combien il y avait
ber Sie hatten? de candidats?
D. SCHRÖDER: Ja, doch. Es kursierten D. SCHRÖDER: Oui, tout a fait. II y avait
immer Gerüchte, wieviel Mitbewer- toujours des bruits sur Je nombre de
ber da sind. "' es sind meistens so um candidats. Bon, il y en a generale­
die 2.000 Leute, die sich bewerben ment dans !es 2000 pour a peu pres 45
um ungefähr 45 Plätze. (IN-JS 4) places.
H. PFEIFFER: Gibt es Eindrücke aus H. PFEIFFER: A vez-vous eu, au cours de
Ihrer Zivildienstzeit [ ... ], die Sie nie votre service civil, des experiences
mehr vergessen werden? que vous n'oublierez jamais?
A.KERSTING: Ja, vielleicht eine Sache, A. KERSTING: Oui, peut-etre une fois ou
wo ich mich mit einem krebskranken j'ai - n'est-ce pas - assez longuement
Mann "' mal längere Zeit über Gott discute de Dieu avec un cancereux.
unterhalten hab' [ ... ] (IN·ZD 16)
Unsere Organisation hat 63.000 Notre organisation compte 63000
Mitglieder, davon sind etwa 15.300 membres, dont 15300 environ sont
aktiv; es handelt sich hier vorwiegend actifs; il s' agit principalement de
um jüngere Mitarbeiter, die "' etwa jeunes gens et jeunes filles qui ont
im Durchschnitt 22 Jahre alt sind. donc en moyenne environ 22 ans.
(d'apres IN-SE 3)
(En reponse a une question sur /es motiva­
tions de son action de resistance au regime
nazi:) Nun, ich habe eigentlich aus re­ Eh bien, a vrai dire, mes convictions
ligiösen Überzeugungen in den Jahren religieuses, dans !es annees de prepa­
meines Konfirmandenunterrichts [ ... ] ration a Ja confirmation, m 'ont fait
erfahren oder bin hineingewachsen in decouvrir, ont developpe en moi la
die Abneigung gegen ein System, das repulsion contre un systeme qui a
"' Menschen wegen ihrer Rasse oder donc persecute des gens a cause de
Religion verfolgt hat. (IN-HB 10) leur race ou de leur religion.
Ich bin in einer Kolchose [ ... ] gewe­ J'etais dans un kolkhoze et une apres­
sen und ging "' an einem Nachmittag midi, donc, je visitais la maison de la
mit der Bibliotheksleiterin durch das culture avec Ja chef-bibliothecaire. Et
Kulturhaus [ ... ] Und da gehen wir an nous passons devant des rayonnages et
einem Regal vorbei und da war "' il y avait Ja, donc, un vide et Ja eile
so'ne Lücke und da sagte sie: [ ... ] (IN­ me dit: [ ... ]
MG 10)

221
alsoJ : particule connective

M.v.H.: Doris, wie sieht der Stunden­ M.v.H.:A quoi ressemble l'emploi du
plan in der Journalistenschule aus? temps dans une ecole de journalisme?
D. SCHRÖDER: Das ist ein bißchen un­ o. SCHRÖDER: C' est assez variable.
terschiedlich. "" man hat ja verschie­ C'est-a-di re, on a differents blocs
dene Ausbildungsblöcke. Erstens Ta­ de formation : Je bloc 'quotidiens', Je
geszeitungen, zweitens Hörfunk, bloc 'radio', le bloc [...]
drittens[...] ([N-JS 81
Und meine jüngere Tochter ist 22 Et ma fille cadette a 22 ans, eile vient
und hat nach dem Abitur jetzt eine de terminer ses etudes de reeducatrice
Ausbildung als Krankengymnastin ab­ et eile fait actuellement son annee de
geschlossen, macht gerade ihr prak­ stage en h6pital. Apres, eile veut
tisches Krankenhausjahr und möchte completer sa formation, peut-etre re­
dann noch beruflich etwas dazuler­ prendre des etudes, en psycho ou en
nen, vielleicht noch was studieren, pedagogie des handicapes ou quelque
Psychologie oder Behindertenpädago­ chose comme i;:a. En tout cas, je suis
gik oder so etwas. "" ich bin froh, daß contente qu'elle ait d'abord appris un
sie erstmal einen ganz praktischen metier pratique [ ... ]
Beruf gelernt hat und [ ... ] (IN-HB 18)

3. dans des locutions introductives ou exclamatives :


a) also dann, dann also ou also denn(--+ 1111;--+ nun4 ): hon, alors: eh hien,
alors ; allez
• temporel, consecutif:
"" dann, bis heute Abend. (RBB 71 Bon, alors a ce soir.
Und wenn das Kind da ist, kommen Revenez me voir tout de suite quand
Sie sofort zu mir. Dann machen wir 1 'enfant sera ne. On reglera le pro­
das mit der Verhütung. Verlassen Sie bleme de Ja contraception. Ne vous
sich nicht aufs Nähren. "" denn... Mut, fiez pas a l'allaitement. Allez ... cou­
junge Frau!" (FKM 9-10) rage, madame!
- "Geht das?" fragte ich. [... ] - c;a va, comme i;:a?
- "Ja, das geht", sagte Mick[...] - Oui, i;:a va, dit Mick.
- "Aha", brummte ich, """ denn mal - Tiens donc, grommelai-je, e h
los!" (MGM 13) bien alors, allons-y !
LAURENZ: Auf Wieder... Danke schön, LAURENZ: Au rev... Merci bien, excu­
verzeihen Sie ... aber das geht wirk­ sez-moi... mais ce n'est vraiment pas
lich über meine Verhältnisse. Unser­ dans mes moyens. Ce n'est pas pour
eins kann sich das nicht leisten ... ver­ des gens comme nous... excusez­
zeihen Sie... ja... dann ""··· moi... bon, eh bien alors...
VERKÄUFER sperrt die Tür auf LE VENDEUR: ouvre la porte
LAURENZ: 1 ... 1 Nochmals: vielen Dank. LAURENZ: Encore une fois : merci.
VERKÄUFER Bitte, bitte. (IBG 42) LE VENDEUR: Mais je vous en prie.

222
also.l : particule connective

+ presentant Ja possibilite alternative :


- Papa, ich möchte einen Hund' - Papa, je voudrais un chien.
- Kommt nicht in Frage' - II n'en est pas question'
- "" dann eine Katze. - Alors un chat.

b) also gut (-+ nun4) ou also schön : hon, hon ; hon, d 'accord ; hon, ma foi ;
.\'()if
Helmut sagte : "" gut, dann laß ich Bon, bon, dit Helmut, je Je lui laisse,
ihm die Puppenschau. (d'apres WFP 54/55) son theätre de marionnettes.
- Ach bitte, tue mir doch den - Allez, s'il te plait, fais-moi plai­
Gefallen... sir ...
- "" gut, dann gehen wir halt. - Bon, d'accord, on va y aller.
(L'inspecteur en reaction a la declaration d'un
temoin suspect:) "z gut", sagte ich nach Bon, admettons, fis-je apres un long
einer langen Stille. "Das wäre ein silence, i;;a aurait pu etre un mobile,
Motiv gewesen, aber ich glaube maisje vous crois, Holger.
Ihnen, was Sie sagen, Holger." (MGW
80)
(L'infi.rmiere ne supporte pas que l'inspecteur
traite d'assassin / 'a/iene mental auteur d'un L'INSPECTEUR: L'assassin?
meurtre:) L'INFIRMIERE EN CHEF: Monsieur l'ins­
INSPEKTOR: Der Mörder? pecteur, voyons, ce pauvre homme est
OBERSCHWESTER: Bitte, Herr Inspektor malade.
- der arme Mensch ist doch krank. L'INSPECTEUR: Bon, alors disons: l'au­
INSPEKTOR: "" gut: Der Täter? teur de l'acte?
OBERSCHWESTER: Ernst Heinrich Er­ L'INFIRMIERE EN CHEF: Ernst Heinrich
nesti. Wir nennen ihn Einstein. Ernesti. Nous l'appelons Einstein.
Schwarzenbach ist wortkarg uttd na­ Schwarzenbach est avare de paroles et
chdenklich, [ ...] Rita fragt, solange pensif. [ ...] Rita lui pose toutes les
ihr Fragen einfallen. Er antwortet questions qui lui viennent a l'esprit. 11
ruhig, bis nichts mehr zu fragen und repond avec calmejusqu'a epuisement
zu antworten ist. "" gut, denkt sie, des questions et des reponses. Bon,
schweigen wir eben. Sie lehnt sich in ma foi, pense Rita, taisons-nous
den Korbsessel zurück und [ ...] (WGT donc. Elle s'adosse dans son fauteuil
172/d' aprcs 229) d'osier et[...]
- Sie haben doch 'n Augenblick - Yous avez bien un instant?
Zeit? - Soit, mais depechez-vous...
- "" schön, aber beeilen Sie sich...
(d'apres DTV 9109/30)

"Geht es um acht? [ ...]" - Huit heures, i;;a va? [ ...]


"z schön, um acht, Pinneberg." (FKM - Bon, d'accord, Pinneberg, huit
126) heures.

223
alsoJ : particule connective
c) also los(-> alors ; allez ; allons
nun 4 ) :

Seid ihr soweit'.'= los' Yous etes prets'.'Alors en avant!


= los, wir müssen 'ran, sonst sind wir Allez ou allons, il faut s'y mettre,
heute abend nicht fertig damit' sinon on n'aura pas terrnine ce soir'
Du hast was erfahren'.'= los ... erzähl' Tu as appris quelque chose'.' Alors,
mall vas-y, raconte!
"Und das haben Sie mir nicht ge­ - Et vous ne m'avez rien dit?
sagt!?" - Pourquoi? J'aurais dG? Je ne m'en
"Hätte ich das sollen'7 Das habe ich suis pas doute.
nicht geahnt." - Allez, parlez, ou est-il parti'.'
"= los, sprechen Sie, wo ist er hin ° "
(FWN 111)

d) also nein ou also wirklich(-> nun4 ) : [[ah] non] vraiment


= nein, das ist gar zu lustig! Vraiment, c'est trop dr6le!
= [nein,] wirklich, der macht mich Ah non, vraiment, il finira par me
noch verrückt' rendre fou'
= wirklich, Helmut, sagte sie und Vraiment, Helmut, dit-elle en lui
boxte ihn in die Schulter, diese lieben donnant une bourrade, ces jolies mi­
Miniatürchen sind heute in Klaus auf­ niatures sont nees aujourd'hui dans la
getaucht, weil Sie da sind. (WFP 54/ d'a­ memoire de Klaus parce que vous
pres 55) etes la.

e) also + nom / pronom /-> ach 2.bJ : alors ; eh hien ; oh


= ' du, du bist wirklich ein komi- Alors toi, t'es vraiment un type bi-
0 0

scher Kerl' zarre'


HÖFUNG Ich hab jedenfalls nicht diese HÜFLING: En tout cas, je n'ai pas la
BMW-Sucht wie du. manie des BMW comme toi 1
ERSTLING Nee' Die Porsche-Sucht hast ERSTLING: Non! Tu as la manie des
du! Porsche!
HÖFLING: = du - du hast- HÖFUNG: Oh, et toi, tu as...
ERSTLlNG: Na laß mal. (BSP48) ERSTLING <;a va, laisse tomber. [ ...]

GORBACH: = Alois, dann kann ich dir GORBACH: Eh bien ! AloYs, dans ce cas,
auch nicht helfen [...] (WEA 63/d'aprcs 56) je ne peux rien faire pour toi [...]

f) also, paß auf/ passen Sie aul(-> nun 4 )


(Au passant qui demande son chemin en des­ Vous auriez dG descendre une station
cendant de /'autobus:) Sie hätten eine plus tot. Bon, ecoutez : vous allez
Station früher aussteigen sollen. =, prendre tout droit jusqu'au [...], puis
passen Sie auf: Sie gehen jetzt [ ...] vous prendrez legerement a droite
geradeaus bis zum [ ...], dann schlagen [...]
Sie halbrechts [...] ein; (HFA6l)

224
also 3 : particule connective / also 4 : adverhe demonstratif
g) na also (-+ na)
Na"'' Warum nicht gleich so ? (KSR 221 Ben voila' Pourquoi ne pas I 'avoir
dit / fait tout de suite?

h) nun also (-+ nun4) :


Nun"' : Was fehlt dir jetzt noch? Hat "Eh bien, que te manque-t-il encore?
er nicht so geschrieben, daß kein ne t'a-t-il pas ecrit en de tels termes
Zweifel blieb: [ ...] (WGT 162/2161 qu'aucun doute n'est possible: [ ...].

!atso4 adverbe demonstratif (vieilli)

Fonction : reprend ou annonce une indication de maniere (au sens large)


Contexte : s'emploie normalement en declarative, comme membre de phrase
ou comme membre de membre
Position : pre- ou post-V2, ou integre a un autre membre
Accentuation : normale
Concurrents : -+ so
Equivalents : ainsi ; tant ; commc ccla ; voici comment etc.

1. comme membre de phrase


"' sprach Zarathustra. (Nietzsche) Ainsi parla Zarathoustra.
( Le professeur Unrat au cabaret:) "0-o-oh 1 "Oh' Oh' c'est comme �a aussi que
"' tanzeten auch die Weiber der dansaient !es femmes des Amalecites
Amalekiter, die vor dem Götzen tan­ devant leurs idoles"
zeten" (MPU 26/43)
(Le narrateur vient de decrire /a tenue 'duftls:)
"' stand der Sohn vor dem Vater, der C'est dans cette tenue que Je fils fai­
sich langsam erhob, als wollte er [ ...] sait face au pere, qui se leva lente­
(JRR 8) ment, comme s'il [ ...]
"' hat Gott die Welt geliebt, daß er [Car] Dieu a tant aime Je monde qu'il
seinen eingeborenen Sohn gab, auf a donne son Fils unique, afin que qui­
daß alle, die an ihn glauben, nicht conque croit en lui ne perisse point
verloren werden, sondern das ewige mais qu'il ait Ja vie eternelle.
Leben haben. (BIBLE, Jean 3, 16).
Da er noch "' zu dem Volk redete, Comme Jesus s'adressait encore a Ja
siehe, da standen seine Mutter und foule, voici, sa mere et ses freres, qui
seine Brüder draußen, die wollten mit etaient dehors, chercherent a lui par­
ihm reden. (BIBLE, Matlhicu 12, 46) ler.
Darum sollt ihr "' beten: "Unser Va­ Voici donc comment vous devez
ter in dem Himmel! Dein Name wer­ prier : "Notre Pere qui es aux cieux'
de geheiligt; [...]" (BIBLE, Ma1tJ1icu 6, 9) Que ton nom soit sanctifie; [ ...]"

225
also4 : adverbe demonstratifl bilan
2. comme membre d'un membre (adjectival ou d'origine adjecti­
vale) :
Der = Befragte erklärte sich sofort L' individu ainsi sollicite se declara
bereit mitzuwirken. immediatement pret a [y] participer.
= gekleidet zogen sie durch die C'est dans cet accoutrement qu'ils tra­
Straßen des Dorfes... verserent le village...

BILAN

Valeur generale et effets de sens :


Also exprime d'une maniere tres generale la coherence entre l'enonce Oll il ap­
parait et le contexte amont ou la situation ambiante. La coherence peut se si­
tuer au niveau du contenu des enonces ou des actes de communication accom­
plis en les enon�ant; eile peut etre tres forte, l'enon.ce en also (ou l'acte de
communication correspondant) apparaissant alors comme la consequence ou la
conclusion logique tiree du contexte ou de Ja situation; eile peut aussi etre
beaucoup plus faible, l'enonce en also etant alors simplement dans le prolon­
gement nature! du contexte. Le cas limite est atteint lorsqu'il n'est plus possible
d'identifier clairement ce avec quoi l'enonce est cense etre coherent. 11 peut
s'agir de mouvements de pensee ou d'etats de [semi-] conscience qui ne
"remontent pas jusqu'a Ja surface", c'est-a-dire ne font pas l'objet d'une mani­
festation linguistique explicite. Chez certains locuteurs, l'emploi de also peut
alors degenerer en une sorte de tic de langage (comme n' est-ce pas ou quoi en
frarn;:ais).

Positions et effets de sens :


La seule correlation nette que l'on puisse etablir entre les positions de also et
ses fonctions precises conceme Ja position pre-V2 : eile signale toujours et de
fa�on exclusive que Je contenu de l'enonce - ou l'enonciation elle-meme - re­
sulte du contexte amont a titre de consequence ou de conclusion logique.
Les autres positions sont moins specialisees et les permutations souvent pos­
sibles. On peut neanmoins retenir que l'effet d'articulation au contexte ou a la
situation est d'autant plus net que also se trouve place en tete de l'enonce et en
position detachee.

Ambigui'tes : Entre deux emplois de also en interrogative globale :


Les interrogatives globales en also peuvent, selon le contexte et la situation,
etre comprises comme exprimant une deduction que le locuteur propose a
l'approbation de l'interlocuteur (also2 2.a) ou comme questions destinees a
[re]amorcer le discours en prenant appui sur une information donnee dans le
contexte amont ou censee connue dans Ja situation en cause (also3 2.d)

226
annähernd particule graduative
Fonction : marque que la valeur de reference est approchee sans etre atteinte
Contextes : porte sur Je verbe, un numeral ou tout element exprimant une
indication quantitative ou qualitative et impliquant l'existence d'une limite.
Positions : pre-M; peut cependant etre postpose a so initial.
Accentuation : normale; forte si sous Ja portee de nicht ou auch nur.
Concurrents : beinahe ; etwa ; fast ; nahezu ; ungefähr
Partenaires : nicht ; - nur ; - auch nur
Equivalents : approximativement; a peu pres; en gros; pres de; (sous la
portee d'une negation:) de loin ; ni de pres ni de loin ; [si] peu [que ce soit!fut]

PLAN: 1. portant sur une indication quantitative


2. portant sur le verbe ou une indication qualitative
3. sous la portee de nicht ou auch nur

1. portant sur une indication quantitative : approximativement ; a peu


pres ; pres de
Sie sind "' gleich groß. Ils ont a peu pres Ja meme taille.
Ich habe es oft erlebt, daß zwei "' J'ai souvent vu deux larves a peu
0
gleich große Larven gleichzeitig ein­ pres de meme taille s'empoigner d'un
ander schnappten und beide den ra­ meme mouvement et mourir bientöt
schen Tod der inneren Auflösung ensemble par dissolution de leurs or­
starben. (KLT 25/35) ganes internes.
"' jeder dritte Bundesbürger leidet II parait que pres d'un Allemand sur
angeblich unter Allergien. trois souffre d'allergie.
Dies Jahr haben wir [so] "' fünf Cette annee, nous sommes partis pres
0

Wochen Urlaub gemacht. de cinq semaines en vacances.


Er fuhr "' zweitausend Kilometer bis 11· fit pres de deux milles kilometres
0

zum Bodensee, wo die Eltern seiner jusqu'au lac de Constance, ou !es pa­
Schwiegertochter[...] ein Haus hatten. rents de sa belle-fille possedaient une
(DK068-69) maison.
Die Deutsche Lufthansa wird in die­ La [compagnie aerienne allemande]
sem Jahr rund 60 neue Düsenver­ Lufthansa fera, cette annee, l'acquisi­
kehrsflugzeuge im Wert von "' drei tion de pratiquement 60 avions a re­
0

Milliarden DM anschaffen. (RNZ action d'une valeur globale de pres


10/04/91) de trois milliards de marks.

227
annähernd : particule graduative

Mathematisch gesprochen : Mathematiquement parlant :


Das Wahrscheinliche (daß bei 6 000 La probabilite (que sur 6 000 000 000
000 000 Würfen mit einem regelmä­ de coups de de a six faces, le '1' sorte
ßigen Sechserwürfel "' 1 000 000 approximativement 1 000 000 000
000 Einser vorkommen) und das Un­ de fois) et l'improbabilite (qu'excep­
wahrscheinliche (daß bei 6 Würfen tionnellement on obtienne six '1' en
mit demselben Würfel einmal 6 Ein­ Jan9ant six fois Je meme de) ne diffe­
ser vorkommen) unterscheiden sich rent pas en leur essence, mais uni­
nicht dem Wesen nach, sondern nur quement sous Je rapport quantitatif.
der Häufigkeit nach [ ... ]. (FHF 22/d'apres
25)

2. portant sur le verbe ou une indication qualitative (sauf sous negateur):


a peu pres ; en gros
Er hat uns die Lage "'geschildert. II nous a decrit la situation en gros.
0
So "'habe ich mir ihn vorgestellt. C'est a peu pres comme 9a que je
me l'imaginais.
Was er gesagt hat, scheint mir f so l "' Ce qu'il a dit me semble juste, e n
0
richtig zu sein. gros.

3. sous la portee de nicht ou de auch nur : ne serait-ce qu' approximati­


vement ; au moins en gros ; de loin ; ni de pres ni de loin ; completement
[faux] ; si peu que ce fut
Die Angaben, die er gemacht hat, wa­ Les indications qu'il a donnees etaient
ren auch nicht o,,, richtig / entspra­ completement fausses / ne corres­
chen nicht "' den Tatsachen an Ort pondaient ni de pres ni de loin a Ja
und Stelle. situation reelle sur place.
Wer nicht o,,, weiß, was in solchen Celui qui ne sait pas au moins e n
Lagern los ist, kann auch nicht be­ gros ce qui se passe dans ce genre de
greifen, was mit mir geschah. (BZ camps ne peut pas non plus com­
12/01/67) prendre ce que j'ai subi.
Ich komme gerade aus einer weit ent­ Je reviens tout juste d'une region
fernten Region, aus Australien und eloignee - d'Australie et de Nouvelle­
Neuseeland, zurück und habe mit Zelande - et j'y ai constate avec plai­
Freuden festgestellt, daß das Interesse sir que l 'interet pour Ja langue alle­
an der deutschen Sprache dort zu­ mande augmente au point que que
nimmt, und wir bisher auch noch nous ne sommes pas en mesure, jus­
nicht o,,, genügend Hilfsangebote ma­ qu'a present, et de loin, de leur ap­
chen können, um diesem Interesse porter une aide suffisante pour satis­
auch Rechnung tragen zu können. (IN­ faire cet interet.
HB 23)

228
annähernd : particule graduative

Unsere Sprache reicht nicht aus, die Notre langue est impuissante a decrire
Grausamkeit des Vorganges [ ...] auch ne serait-ce qu 'approximative­
nur o,,, zu beschreiben (FAZ 7/02/66) ment l'horreur de cette realite.
(Sous le regime nazi:) [ ..• ] und über de­ [ ...] il lui fut impossible d'obtenir de
ren Mutter dort etwas herauszukrie­ la-bas Je moindre renseignement res­
gen, was auch nur o,,, einem arischen semblant si peu que ce fftt a une
Nachweis ähnlich war, erwies sich als preuve de la purete raciale de sa
unmöglich. (BAC 226/208) mere.
Neunzig Jahre! Keine einzige von ih­ Quatre-vingt-dix ans! II n'y en avait
nen, wie Lucy laut und vernehmlich pas une d'elles, comme Je cria Lucy,
erklärte, hatte Aussicht, auch nur o,,, fichue de vivre jusque-la. Toutes des
ein so hohes Alter zu erreichen. Lau­ patraques. (EZN 228/1254)
ter kränkliche Treibhauspflänzchen!
Rem. : annähernd existe aussi comme epithete avec un sens qui recoupe celui de Ja particule.

229
ilansonsten adverbe connecteur
Fonction : marque que l'enonce vaut abstraction faite de ce qui vient d'etre
dit ou des circonstances actuelles ou evoquees anterieurement.
Contextes : enonces declaratifs, plus rarement injonctifs ou interrogatifs;
peut egalement figurer dans un membre de phrase.
Positions : pre-V2, post-V2 Oll detache (seulement devant imperative).
Accentuation : normale.
Concurrents : andernfalls ; sonst ; davon abgesehen ; im übrigen
Equivalents : • ailleurs ; autre ; autrement ; sinon
• a part r;a (fam.) ; dans le cas contraire ; d' ordinaire ; faute
de quoi ; jusque la ; par ailleurs ; le reste du temps ; pour
le reste

PLAN : 1. marque que l'enonce vaut abstraction faite de ce qui


vient d'etre dit ou des circonstances presentes
2. marque que l'enonce vaut pour Je cas ou l'evenement
evoque anterieurement n'aurait pas (n'a pas eu) lieu

1. marque que l'enonce vaut abstraction faite de ce qui a ete dit ou


des circonstances presentes : ailleurs ; a part r;a ; d' ordinaire ; jusque
la ; le reste du temps ; par ailleurs ; pour le reste :
(Dans une lettre:) "' gibt es nichts zu be­ Je ne vois rien d'autre a te raconter /
richten / geht es gut. A part cela, tout va bien.
"' komme ich mit ihm gut aus. A part (;a o u par ailleurs, je
m'entends bien avec lui.
Er braust schnell auf, aber "' ist er II est soupe au lait, mais a part (;a,
ein patenter Kerl. c'est un type epatant.
Er ist zwar Makler und insofern der II est certes agent immobilier et fait
Unterwelt zugehörig, hat aber "' partie, de ce point de vue, du
keine Tendenz zu krummen Dingen, "milieu", mais a part (;a, il ne fait
im Gegenteil. (VSDIO) rien de louche, bien au contraire.
"' ist hier alles beim alten geblieben. A part (;a ou pour Je reste, rien
n'a change / taut est reste comme
avant.

230
ansonsten : adverbe connecteur

Das gesellschaftlich Typische ist es, Ce qui interesse


, l'ecrivain dans cette
was den Dichter an solchem Auf­ volonte de s elever dans la hierarchie
stiegsstreben interessiert. Am Para­ sociale, c'est ce qu'eile a de typique
digma des jüdischen Bourgeois tritt es pour cette societe. La force avec Ja­
nur deshalb besonders intensiviert quelle cela se manifeste dans Je para­
zutage, weil konzentriert auf kürze­ digme du bourgeois juif n'est que Je
sten Zeitraum, leicht überschaubar im resultat de Ja concentration sur une
dichten Nebeneinander der Einzel­ periode extremement breve que Je re­
glieder einer "" weit auseinandergezo­ gard embrasse sans difficulte du fait
genen historischen Kette. (HRF 751) de Ja succession rapide des maillons
d'une chaine historique qui, ailleurs,
s'etire paresseusement.
Sonderbar: da kümmert er sich plötz­ Etrange : Je voila qui s'occupe de
lich um Dinge, von denen er "" nicht choses dont d'ordinaire il ne re­
einmal Notiz nimmt. marque meme pas l'existence.
Außerdem hatte er kein Vertrauen zu Par ailleurs, il n'avait aucune confian­
seinem Stammarzt, weil der ihn für ce dans son medecin habituel, car ce­
kerngesund erklärte - und das war lui-ci l'avait declare absolument bien
Mashold wohl im Vergleich zu den portant - ce que Mashold etait sans
alten Herrschaften, die "" in jenen doute en comparaison des gens qu'on
Einrichtungen verkehren. (HMY 38) rencontre d'ordinaire dans ce genre
d'etablissements.
Der Kriminaltechniker, der "" die L'auxiliaire de police judiciaire, qui
ruhige, melancholische Würde eines affichait d'ordinaire Ja dignite me­
Grandseigneurs ausstrahlte oder es lancolique et placide d'un grand sei­
zumindest versuchte, war sichtlich gneur - ou essayait tout au moins
aufgelebt. (HMY 122) etait manifestement excite.
Doch nichts geschah, denn hinter den Mais il ne se passa rien, car derriere
Maschinen saßen ausschließlich Tür­ !es machines a coudre, il n'y avait que
ken, und die nähten mit einer Hin­ des Turcs, qui travaillaient avec une
gabe, die Jossa bei seinen Reportagen ardeur que Jossa, au cours de ses re­
"" nur bei Hobbybastlern entdeckt portages, n'avait rencontree jusque
hatte. (-ky 48) la que chez !es bricoleurs.
Der Leopard, dessen Kopf Le reste du temps, Je leopard, dont
ausgestopft ist, schläft "" friedlich vor Ja tete a ete empaillee, dort paisible­
dem Hauskamin. (BZ 3/2/67) ment devant la cheminee du salon.
"Und """, sagte der Arzt, "tu, was du Pour le reste, dit Je medecin, fais ce
willst." (HLW 11) que tu veux.
"" wie vereinbart : Du bekommst Pour le reste, c 'est comme
leihweise von mir drei Baukräne (MSL convenu : je te prete trois grues.
450)

"" war ich keinen Schritt weiter. (VSD Pou r le reste o u a part c;a, j 'en
80) etais toujours au meme point.

231
auchl : adverbe connecteur

Heute jedoch, an diesem späten Aujourd 'hui pourtant, en cette fin


Nachmittag, war der Buchhändler d'apres-midi, Je libraire se montrait
schweigsam und wirkte auf fahrige taciturne et donnait l'impression d'un
Weise in sich gekehrt. [...] "' fiel es recueillement distrait. [...] L'autre fut
dem anderen auf, daß er, obwohl er egalement frappe qu'ayant pris une
zur Tasse griff, keinerlei Anstalten tasse, il ne manifestät pourtant aucune
machte, daraus zu trinken. (HLW 7/115) intention de boire.
Die Tankstelle machte damals nicht Le poste d'essence n'avait pas, a l'e­
den vernachlässigten Eindruck wie poque, l'aspect neglige qu'il a au­
heute. Sie war vielmehr freundlich, jourd'hui. Bien au contraire, il etait
alles sauber und in den Fenstern pimpant, tout etait propre et il y avait
Geranien. "' war noch keine Schenke des geraniums aux fenetres. Et Je
vorhanden. (DVc 108) debit de boissons n'existait pas encore.
Es war an die Einsamkeit gewöhnt C'etait une enfant timide, habituee a la
und scheu. "' wurde es von den ande­ solitude, et dont les autres enfants s'e­
ren Kindern gemieden. (DVe 122/ct'apres cartaient.
176)
[Das Gitter] hatte zu verhindern, daß Le grillage servait a empecher !es
die Tiere ins Haus oder in den Vor­ betes d'entrer dans Ja maison ou dans
garten kamen. "' war es ihnen streng­ Je jardin, et il leur etait rigoureuse­
stens "verboten", sich innerhalb des ment "interdit" de se tenir a l'inte­
Drahtgitters aufzuhalten, das die rieur des grilles qui entouraient les
schönen Blumenbeete umgab. (KLT 14- beaux parterres de fleurs.
15/16)
Für mich war dies einer der schön­ Pour moi, c'etait l'un des plus beaux
sten Plätze des Hauses. Unten, in den endroits de la maison. En bas, dans les
repräsentativen Räumen, war es arg pieces d'apparat, C 'etait un peu trop
feierlich, "' mußte man sich wegen solenne! et il fallait toujours veiller a
des herumstehenden Porzellans und se comporter de maniere policee a
der Terrakotten immer sehr gesittet cause des porcelaines et des terres
bewegen. (DKO 25/24) cuites disposees un peu partout.
Er hatte keine Lust dazu. "' war es zu II n'en avait pas envie. D'ailleurs, il
spät. etait trop tard.
Ich fragte mich, ob ich so viel Hang Je me demandais si j'allais etre ca­
zum Mäkeln vierzehn Tage lang er­ pable de supporter un tel esprit de
tragen könne. "' fuchste es mich mehr denigrement durant quinze jours.
und mehr, daß ich immer noch nicht J'etais en outre de plus en plus agace
wußte, was [...] (BBB 54/d'apres 68) de ne pas savoir encore ce que [...]
Dein Paß ist in Ordnung, die nötigen Ton passeport est valable et tu pos­
Visa hast du. "' hast du nichts bei dir, sedes les visas necessaires. Par ail-
was etwa zollpflichtig wäre. Du hast 1 e ur s, tu n'as rien a declarer. Ta
also ein reines Gewissen, zumindest conscience est donc pure, au moins en
soweit es deine Reise betrifft. (HFV ce qui conceme ton voyage.
80/d'apres 115)

234
auch
auchI : adverbe connecteur
auch2 : particule de mise en relief
auch3 : particule modale
auch4 : element de locutions subordonnantes en w- ou so

!auchl adverbe connecteurl


Fonction : ajoute un nouvel element (information ou argument) a celui
qu'apporte l'enonce precedent.
Contextes : declaratives uniquement.
Positions : generalement en pre-V2 (langue soutenue); post-V2 possible mais
moins frequent (risques de confusion avec d' autres emplois).
Accentuation : faible en position pre-V2, plus marquee sans etre vraiment
forte en position post-V2.
Concurrents : - außerdem ; - übrigens
Equivalents : • aussi; egalement; et ; meme ; de surcroit; en outre ; non
plus ; d' ailleurs ; par ailleurs ; a cela s' ajoute que ;
• oder auch : ou ; a moins que ; mais aussi ; etc.

PLAN: 1. en position pre-V2


2. en position post-V2
a) cas general
b) avec können au subjonctif II
3. en enonce elliptique
4. oder auch [nwr]
a) oder auch exprimant une possibilite alternative
b) oder auch exprimant une possibilite supplementaire
c) oder auch nur : voir auch nur

1. en position pre-V2 (releve de Ja langue ecrite, plutöt soutenue) : egalement ;


et; a cela s' ajoute ; (en enonce argumentatif:) d' ailleurs ; en outre ; par ailleurs
Die Gewerkschaft will [... ] nicht wie- Le syndicat ne veut pas se preter a
der in eine Diskussion über die une nouvelle discussion sur Je temps
Arbeitszeitfrage eintreten. "" lehnt sie de travail. II refuse egalement toute
eine Zentralisierung der Lohnver- centralisation des negociations sala­
handlungen und des Schlichtungsver- riales et des procedures de concilia-
fahrens ab. (WELT 24/01/66) tion.

233
auchl : adverbe connecteur
b) cas particulier : avec vielleicht ou können au subj. II, pour evoquer une
possibilite alternative (-+ 3.) : aussi ; ou ; 0
Es hätte "' schlimmer werden können. <;a aurait pu etre pire.
Es hätte "' ärger ausgehen können. Cela aurait pu [aussi] se terminer
(CKE 14) plus mal.
Vielleicht wollte sie ihn "' nur auf die Ou peut-etre voulait-elle seulement Je
Probe stellen? (ATM 57) mettre a l'epreuve?
Vielleicht war er nur ungeschickt, Peut-etre etait-il seulement maladroit,
vielleicht "' zog es ihn aus irgendei­ peut-etre aussi etait-il attire pour une
nem Grund immer zu Frauen hin, die raison quelconque par des femmes
dann bei näherer Bekanntschaft so qui, une fois qu'il Ies connaissait
ganz anders waren, als er sie sich ge­ mieux, se revelaient toutes differentes
wünscht hatte: [ ... ]. (ATM 53) de ce qu'il avait espere: [ ... ]
-+ Rem. 2 ,: r iafin de ce sous-article, p.238.

3. en enonce elliptique :
l'enonce, souvent introduit par vielleicht ou par un quantificateur indefini
(manche, manchmal, oft, etc.), apporte une information complementaire ou al­
ternative (avec anders ou une negation : ..... 4.a) : aussi ; meme ; 0
Vielleicht kommt er, vielleicht "' Peut-etre viendra-t-il, peut-etre non.
nicht.
Vielleicht war es so, vielleicht "' nicht II en a peut-etre ete ainsi, peut-etre
/ vielleicht "' anders. non / peut-etre aussi autrement.
Mick war verwirrt, "' zu müde, um Mick etait trouble, trop fatigue aussi
weitere Fragen zu stellen. (CMB 29/ d'a­ pour poser d'autres questions.
pres 24)
Sonntags kam er zu Besuch, oft "' Le dimanche, il venait me rendre vi­
nicht. site, souvent, aussi, il ne venait pas.
Die Straße hat fast durchgehend drei La route est a trois voies sur presque
Fahrbahnen, an vielen Stellen "' vier. tout le trajet, a beaucoup d'endroits
meme a quatre.
So käme es, daß die Fremden schnell Voila pourquoi les etrangers per­
jedes Gefühl für die Zeit verlören daient rapidement toute notion du
und, durch die Schönheit der Stadt temps et tombaient dans une lethargie
begünstigt, in eine glückselige Le­ bienheureuse favorisee par Ja beaute
thargie verfielen, in der sie bald den de Ja ville, de sorte qu'ils oubliaient
Zweck ihres Aufenthaltes vergäßen bientöt Je but de leur voyage et ne
und oft erst zehn oder fünfzehn Jahre prenaient Je chemin du retour que dix
später, manche "' niemals, die Heim­ ou quinze ans plus tard, certains
reise anträten. (MMÜ 83/82) meme jamais.

236
auch! : adverbe connecteur

Eine Auszeichnung sowie auch eine Vous pouvez compter sur une decora­
öffentliche Ehrung nebst einer Parade tion et sur un hommage public accom­
unserer Schuljugend dürfte Ihnen pagne d'un defile de notre belle jeu­
gewiß sein. = werde ich natürlich nesse scolaire. De surcroit, je vais
alles in die Wege leiten, daß Ihr naturellement faire en sorte que votre
Name in der nächsten Auflage der nom soit mentionne dans Ja prochaine
Lehrbücher erwähnt wird [ ... )." (HFV edition de nos manuels.
67/97)
Ein schneller Brüter besitzt verschie­ Au plan economique, Je surregenera­
dene wirtschaftliche Vorteile. Ist ein teur possede plusieurs avantages. Une
solcher Reaktor einmal "eingefah­ fois qu'il a atteint son regime de
ren", so benötigt er praktisch nur croisiere, il se contente pratiquement
noch gewöhnliches Natururan als de ce combustible ordinaire qu'est
Brennstoff [ ... ]. = kann der schnelle l'uranium naturel. A cela s'ajoute
Brüter sogenanntes "schmutziges Plu­ que Je surregenerateur peut utiliser le
tonium" nutzen, das in üblichen ther­ plutonium irradie produit dans les re­
mischen Reaktoren entstanden ist. acteurs ordinaires.
(WELT 22/01 /66)

2. en position post-V2 :
a) cas general (peu frequent en raison des risques de confusion avec certains
emplois de auch2 ou auch3; ... BILAN) : aussi ; d' ailleurs ; (en contexte nega­
tif:) non plus
Ich dachte nicht darüber nach, ob ich Je ne me demandais pas si je souhai­
mir wirklich ein Kind wünschte, aber tais vraiment avoir un enfant, mais je
ich fühlte mich nicht berufen, andere ne me sentais pas habilitee a conseiller
in derartigen Fragen zu beraten. Ich d'autres femmes sur de tels sujets. Je
hielt es = für möglich, daß eih Kind crus aussi qu'il serait possible qu'un
Clairchen befreien könnte von ihrer enfant delivre Clairchen de sa peur de
Angst, nicht geliebt zu werden. (MMü ne pas etre aimee.
70/69)
Ich habe gemerkt, daß Sauly immer J'ai remarque que Sauly etait de plus
wütender wurde, obwohl er keinen en plus en colere, meme s'il ne disait
Ton mehr sagte. Er hat sich = nicht plus un mot. II n'a pas remercie non
für die Zigaretten bedankt. Er ist so plus pour !es cigarettes. II n'avait ja­
wütend gewesen wie noch nie [ ... ]. mais ete en rogne comme c;:a [ ... ].
(CMB 33/27)
Von der Predigt verstand ich meist La plupart du temps, je ne comprenais
nicht viel, vergaß im allgemeinen pas grand'chose au preche; sans doute,
wohl = zuzuhören, weil es viel inter­ d'ailleurs, oubliais-je en general
essanter war, alles zu beobachten. d'ecouter, car il etait beaucoup plus
(DKO 27/d'aprcs 26) interessant de tout observer.
-+ Rem. 1 d /afin de ce sous-article, p.238.

235
auch l : adverbe connecteur / auch2 : particule de mise en relief

c) oder auch nur (ici pour memoire; pour plus de details, voir auch nurl )
Wenn ich dann mit hungrigen Augen Quand j'etais Ja, les yeux affames, a
dastand und [ ... ] die Küchenarbeiten observer le deroulement des opera­
verfolgte, fiel immer mal was für tions de cuisine, il y avait toujours
mich ab, ein belegtes Brot, ein Apfel quelque chose pour moi, une tartine,
oder = nur eine Tasse Malzkaffee (BZ une pomme ou encore une simple
12/01/67) tasse de malt.

REMARQUES
Rem. 1 : Au premier abord, on pourrait penser que !es trois exemples donnes sous 2.a rele­
vent de auch2 (particule de mise en relief). II faudrait alors traduire respectivement par : moi
aussi, je crus possible.. .l lui non plus n' a pas remercie.. .l j' ai egalement oublie d' ecouter... Le
contexte et Ja vraisemblance semantique interdisent en fait ces interpretations. Le test d'initiali­
sation confirme le statut accorde ici a auch : possible dans !es trois cas, il ne modifie !es enonces
qu'au plan dµ style, en leur donnant une allure plus litteraire, plus soutenue (Auch hielt ich es
für möglich.../ Auch bedankte er sich nicht.../ Auch vergaß ich wohl zuzuhören...)
Rem. 2 : On pourrait, la aussi, penser que !es enonces donnes sous 2.b relevent plutöt de
auch2 (particule de mise en relief). Mais auch ne porte en fait ni sur schlimm ou ärger dans !es
deux premiers enonces, ni sur vielleicht dans !es deux suivants (on n'a pas auch vielleicht
comme on a auch heute). II porte en fait sur de l'implicite: a une premiere possibilite simplement
evoquee ou effectivement realisee s'en ajoute une seconde, qui est soit simplement evoquee,
comme Ja premiere, soit donnee comme non realisee.
Le test d'initialisation n'est ici d'aucun secours: *auch hätte es schlimmer werden können n'est
guere plus acceptable que *auch schlimmer hätte es werden können, et si auch wollte sie ihn
vielleicht nur auf die Probe stellen semble l'etre plus que *auch vielleicht wollte sie ihn..., la
possibilite qu'il ajoute ne se comprend plus comme alternative d'une autre. II y a simplement
ajout d'une information, comme dans l'emploi ordinaire de auchl en pre-V2, a ceci pres que
vielleicht presente l'information comme non sure. En definitive, c'est Je caractere global de
l'ajout qui justifie que l'on domicilie ce type d'emploi ici. (-+ BILAN, Ambigu'ites).

!auch2 particule de mise en relief

Fonction : porte sur un element ou membre de phrase qu'il met en relief en


presentant l'information qu'il exprime comme s'ajoutant une ou plusieurs a
autres de meme type; cette valeur additive peut prendre une coloration
concessive dans certains contextes.
Contextes : tout type de phrases mais surtout en declarative.
a
Positions : pre- ou post-M, son contact ou distance. a
Accentuation : non accentue si prepose, fortement accentue si postpose.
Concurrents : -+selbst; -+ sogar
Partenaires : nicht nur...sondern... ; sowohl... als!wie... ; nicht ; nur
Equivalents : aussi ; comme ; egalement ; encore ; et ; meme ; La Jois ; a
ainsi que; aussi bien...que... ; en outre; ne fut-ce que... ; serait-ce que ;
non plus ; pas plus que...

238
auchl : adverbe connecteur

Der Weg war einen guten Meter, Le chemin, !arge d'un bon metre,
manchmal "' zwei breit und führte parfois de deux, longeait exactement
oben genau am Rand der Schlucht Je bord du ravin.
entlang. (SAA 336-337)

4. oder auch :
a) oder auch exprime une possibilite alternative (oder exclusif) : aussi ; mais ;
ou ; a moins que ; 0
so oder"' 0 anders comme cela ou [allssi] autrement
Sonntags kamen sie zu mir, oder "' Le dimanche, ils venaient me voir -
0
nicht. Oll ne venaient pas.
Er hatte nur die Mrazek gesehen, und II n 'avait vu que la Mrazek, et il etait
die konnte eine Mörderin sein oder "' possible qu'eile füt une meurtriere -
keine. (RFA 338) Oll qu'elle n'en füt pas une / mais Je
contraire l'etait tout autant
Hierauf, oder "' schon vorher, hatte La-dessus, a moins que ce ne soit
Gloria das überaus schwer zu öff­ auparavant, Gloria avait ouvert ma
nende Schloß meines Bücherschran­ bibliotheque dont la serrure etait
kes aufgesperrt[ ... ]. (KLT I6/d'aprcs20) pourtant malaisee[ ... ].

b) oder auch exprime une possibilite supplementaire (oder inclusif) : encore; 0


Rusk gab weiter bekannt, daß die Rusk a revele en outre que Je gouver­
amerikanische Regierung die Nord- nement americain avait informe les
vietnamesen davon unterrichtete, daß Nord-Vietnamiens qu'il etait pret a
sie zu einer formellen diplomatischen accepter une conference reguliere, des
Konferenz, zu informellen Erörte- discussions informelles ou encore
rungen oder "' zu geheimen diploma- des contacts diplomatiques secrets.
tischen Kontakten bereit sei. (F AZ
01/02/66)

War es Neugierde, war es seine Lust Etait-ce de la curiosite, son gout pour
am Provozieren, Neid nur oder "' die la provocation, de Ja pure jalousie ou
Hoffnung, mehr aus dem Leben zu encore l'espoir de reussir sociale­
machen, in höchste Höhen mitgerissen ment, de s'elever a des sommets [ ... ]?
zu werden[ ... ]? (-ky 9)
Er zahlte ihre Rechnungen nicht und II refusa de payer leurs factures et !es
drohte damit, daß sie nie wieder menac;:a de ne plus jamais recevoir de
einen Auftrag des Mangellschen commande de Ja part de l'empire
Imperiums oder"' der Stadt erhielten, Mangel ou de Ja ville, s'ils ne s'execu­
wenn sie nicht spurten. (VSD 79) taient pas.

237
auch2 : particule de mise en relief

Diese Tatsache sei hiermit gleich vor­ II importe de mentionner ce fait des
weggenommen. Denn sie ist sowohl maintenant car il constitue a Ja fois
der 0 Grundstein als "' der Be 0 weg­ la pierre angulaire et le principe mo­
grund meiner Aufzeichnungen. (HFV teur de mon recit.
sm
(Propos rapportes d' un dirigeant de /' ex­
0 0
R.D.A.:) Sowohl diese als "' andere Cette "provocation" pas plus que
"mögliche Provokationen" könnten d'autres, "eventuelles", ne peut rien
jedoch nichts an der Tatsache ändern, changer au fait que Je gouvernement
daß die westdeutsche Regierung we­ allemand "n'a, n'a jamais eu et n'aura
der in noch über West-Berlin "ir­ jamais aucune prerogative" a et sur
gendwelche Befugnisse hatte, hat oder Berlin-Ouest.
haben wird". (FAZ 18/1/66)

b) nicht nur... , sondern "'


+ en position pre-M : aussi; egalement; encore; en outre; en plus
nicht nur 0 heute, sondern"' 0 morgen non seulement aujourd'hui, ma1s
aussi ou egalement demain
Das ist nicht nur 0 praktisch, sondern C'est non seulement pratique, mais en
"' schön.
0
plus ou (liuer.) en outre, c'est beau.
Er war nicht nur ein genialer Ce n'etait pas qu'un faussaire de ge­
°Fälscher, sondern "' ein °Lebemann nie, c'etait aussi un viveur de grande
von Format. (HFV 47/d'apres 67) classe.
An einem solchen Tag galt es nicht Un tel jour, il ne suffisait pas d'etre
nur da 0 beizusein, sondern "' in der present, il fallait encore ou en outre
ersten °Reihe zu stehen. (AEZ 116) se trouver au premier rang.
Skeptisch beurteilt die Metallgesell­ La Metallgesellschaft AG ne voit pas
schaft AG die Aussichten, wenn sie l'avenir sans un certain scepticisme
nicht nur fürchtet, daß die Reze 0 ssion lorsque non seulement eile craint Ja
kommt, sondern "' 0 argwöhnt, daß die recession, mais soupc;:onne en outre
Verantwortlichen gar nicht darauf !es responsables de n'y etre absolu­
vorbereitet sind. (WELT 30/12/74) ment pas prepares.

+ en position post-M (rare): c'est auch qui est ici accentue, sauf si l'element est
un verbe, auquel cas c'est celui-ci qui rec;:oit l'accent: en plus; en outre
Nicht nur, daß es 0 teuer war, sondern Non seulement c'etait eher, mais en
0 0
' schön war es "' nicht. plus, ce n'etait pas beau.
0
Er hat nicht nur keine Zeit, sondern Non seulement il n'a pas Je temps,
es intere0 ssiert ihn"' [gar] nicht. mais en outre, c;:a ne l'interesse pas
[du taut].

240
auch2 : particule de mise en relief

PLAN: 1. dans certaines constructions


a) sowohl...als ""
b) nicht nur...sondern ""
c) ""nicht+ membre
d) ""nur+ membre: ..... auch nur
2. prepose au membre sur lequcl il porte
a) auch + membre non verbal: =er/ ""heute /; etc.
b) auch+ subordonnees: =[deshalb] ... , weil... ; etc.
(sauf !es subordonnees en auch wenn ..... auch4 1.)
3. postpose au membre sur lequel il porte
a) auch porte sur un element ou membre explicite
b) J'eJement SOUS Ja portee de auch est impJicite
4. associe a noch
a) prepose au membre SOUS Sa portee
b) postpose au membre sous sa portee

1. sowohl... als/wie "" ; nicht nur... sondern = ; = nicht ; "" nur :


auch a une valeur purement additive et n'est pas accentue; l'element sous sa
portee l'est fortement (-+ Rem. 1, p.247):
a) sowohl... als "" / wie "": aussi hien ... que... ; comme ; et; a la Jois; pas
plus que (en contexte negatif) ; 0
sowohl 0 heute als [ =] 0morgen ou wie aussi bien aujourd'hui que demain
= 0 morgen ou (fitter.) aujourd'hui comme demain
[ ... ] ein Kompromiß, der es sowohl [ ... ] un compromis qui permit aussi
0
Erhard als "" de 0 Gaulle gestattete, bien a M. Erhard qu'au general de
diese Zusammenkunft [ ...] als positiv Gaulle de faire appara1tre cette ren­
erscheinen zu lassen, ohne da.ß kon­ contre comme positive bien qu'aucun
krete Fragen gelöst würden. (FAZ probleme concret n'y ait ete resolu.
7/2/66)

Sowohl im Ely 0 see-Palast als = am L:Elysee comme Je Quai d'Orsay sa­


Quai d'Or0 say ist wohlbekannt, daß vent tres bien que Je gouvemement al­
die Bundesregierung ihre Lebensver­ lemand n'envisage pas d'affaiblir !es
bindung zu den Vereinigten Staaten liens vitaux qui l'unissent aux Etats­
nicht schwächen [ ...] will. (FAZ 7/2/66) Unis.
Nach einigen wenigen Auseinander­ Apres quelques disputes ou il n'est
setzungen, die nicht einmal hand­ meme pas certain que !es animaux "en
greiflich sein müssen, weiß jedes der viennent aux mains", chacun sait fort
Tiere, sowohl 0 wem es als = 0 wer bien qui il doit eviter et qui devra
ihm auszuweichen hat. (KLT 51/d'aprcs 79) l'eviter.
[ ... ] um alle Ursachen "sowohl mög­ [ ... ] pour eliminer toutes les causes "a
lichst 0 schnell als = mit 0 dauerhafter Ja fois Je plus rapidement possible et
Wirkung zu beseitigen". (WELT n °26/66) de Ja fa�on Ja plus durable".

239
auch2 : particule de mise en relief

Wir fanden Idas rote Skistiefel nicht, Nous ne trouvämes pas !es chaussures
wir fanden"' 0Ida nicht. (MMÜ 19/20) de ski rouges d'Ida, nous ne trou­
vämes pas non plus Ida.
(Au telephone:) ...und schöner Gruß an ... et Je bonjour a ta famille, ainsi
deine Familie, "' an deinen °0nkel q u 'a ton oncle et ta tante / et salue
und deine 0 Tante / ...und grüße alle tout Je monde de ma part, sans ou­
von mir, "' Peter und Paul. blier Peter et Paul.
Was haben wir getan, Alois? Unsere Qu'avons-nous fait, Alois? Notre de­
Pflicht. Und wir tun sie "' 0 weiterhin. voir. Et nous continuerons a Je faire.
(WEA 103)

"' in °diesem Jahr werden die Preise Cette annee encore, les prix grimpe­
um mehr als 5% steigen. ront de plus de 5%.
Ich muß "' [noch] 0 Einkäufe machen. En plus, j'ai encore des courses a
(- 3ieme ex. sous 3.a) faire.
Entsetzlich war ihr diese jähe Steige­ Elle etait epouvantee par cette
rung der Erpressung, der sie sich "' brusque augmentation des exigences a
mate 0 riell nicht gewachsen fühlte, laquelle eile ne pourrait faire face ni
denn obzwar aus vermögender Fami­ psychiquement ni materiellement. Car
lie, war sie doch nicht in der Lage, bien qu'issue d'une famille fortunee,
sich unauffällig größere Summen zu eile n'avait pas Ja possibilite de se
beschaffen. (SZA 33-34) procurer discretement des sommes de
cette importance.

• avec nuance concessive : meme ; @


"' im 0 Winter geht er ohne Hut aus. Meme en hiver, il sort sans chapeau.
Das versteht "' der 0 Dümmste. Meme l'individu Je plus bete Je com­
prendrait.
"' dem 0besten Autofahrer kann so et­ Cela peut arriver [meme] au meilleur
was passieren. conducteur.
",,, Kinder tun nie etwas ohne Meme !es enfants n'agissent pas sans
Grund", sagte er. (DVe 96) raison.
(Un journaliste d propos de son attitude saus Je ne faisais Je salut hitlerien que
le me Reich:) Die Hand zum Hitlergruß lorsque j'etais en presence de gens que
habe ich nur 0 dann erhoben, wenn je savais etre des traitres ou des es­
etwa Verräter und Spitzel anwesend pions. Et meme alors, il fallait que je
waren - Und "' 0 dann nur widerwil­ me force.
lig. (KVW 25/39)
Denn selbstverständlich sind es meine Car ce sont bien entendu mes oies
Graugänse, die da hinziehen, andere cendrees a moi qui rentrent, il n'y en
gibt es auf der Donau "' zur 0 Zugzeit a pas d'autres sur Je Danube, meme a
nicht. (KLT 17/22) l'epoque des migrations.

242
auch2 : particule de mise en relief

c) auch nicht + membre de phrase : ne serait-ce que ; ne fut-ce que ; (2)


Er gab ihm "" nicht 0 ein Stück Brot / Il ne lui a pas donne ne serait-ce
"" nicht 0 einen Hinweis / "" nicht den qu'un morceau de pain / une seule
ge 0ringsten Hinweis. indication / la moindre indication.
Zu so etwas wollte er sich "" nicht ein II ne voulait pas se preter a une teile
0
einziges Mal hergeben. operation, ne föt-ce qu'une seule et
unique fois.

d) auch nur (ici pour memoire; - auch nur): [sans] meme; ne serait-ce que; ne
fut-ce que ; si peu que ce soit; un tant soit peu
Er wagte nicht, "" nur zu pro 0bieren. II n'osait / n'osa meme pas y goüter.

2. auch prepose a l'element ou au membre sur lequel il porte :


• la valeur fondamentalement additive de auch peut prendre une coloration
concessive lorsque l'element sous sa portee apporte une information de nature
a faire attendre autre chose, voire le contraire de ce qui est relate dans l'e­
nonce (concession grammaticale);
• auch n'est pas accentue, mais l'element sous sa portee l'est fortement;
• cet emploi est possible dans tout type de phrase avec des elements ou mem­
bres de taute nature, sauf les inaccentuables comme es

a) auch + tous membres autres que les subordonnees


+ avec valeur purement additive : aussi ; egalement ; encore ; a La Jois ; ainsi
que ; non plus (en contexte negatif) ; sans oublier ; (2) ; etc.
sehr gut, aber "" 0 teuer / praktisch tres bon, mais eher / pratique et beau
und"" 0 schön a la fois
0
"" er war da /"" er war nicht da.
0
Lui aussi etait la. / Lui non plus
n'etait pas la.
Warten wir ab, es kann ja "" vorüber­ Attendons [de voirl, il se peut que r,:a
gehen. passe.
Da, nimm "" 0 das noch. Ich brauch's Tiens, prends �a aussi! Je n'en ai plus
nicht mehr. besoin.
War nicht"" 0 Peter da? Peter n'etait-il pas la, lui aussi?
[...] und als sie sich wieder Bruno zu­ [...] et quand elle voulut s'adresser de
wandte, war "" 0 der verschwunden. nouveau a Bruno, lui aussi avait dis­
(MMÜ 86/84) paru.
Wir waren unter anderem "" in Entre autres, nous avons ete egale­
0
Florenz. ment a Florence.
""
0
hier war niemand zu finden, [... ] Ici non plus il n'y avait personne.
(DVe 81)

241
auch2 : particule de mise en relief

[...] Mir gefällt "', wie peinlich er die Ce qui me plait aussi, c'est Je soin
Hufe prüft, darin ist er wie Du. (SBR avec lequel il contröle !es sabots. Sur
70) ce point, il est comme toi.
Hartleben schwieg, und er antwortete Hartleben se tut et ne repondit pas da­
"' nicht, als Thiele sagte: "Tja, Benzin vantage quand Thiele dit : "Eh oui,
verdirbt den Charakter." (ETG 12) l'essence detruit Je caractere."
Als ich ans Becken trat, waren nahezu Lorsque je m'approchai du bassin, !es
alle Jungen schon in der Nestgrube, petits [poissons] etaient deja au creux
darüber stand die Mutter treue du nid, tandis que Ja mere veillait au­
Wache. Sie kam "' nicht mehr zum dessus. Elle ne revint plus se nourrir,
Futter, als ich 0 Regenwurmstücke in meme lorsque je me mis a jeter des
das Becken warf. (KLT 39) morceaux de vers de terre dans l'eau.
Weiter ist nichts darüber berichtet On ne dit rien d'autre. On ne parle
worden (dans /a presse). Weder gestern pas de nous, ni hier soir, ni ce matin.
abend noch heute früh. Es hat "' nir­ On ne precise pas non plus que le
gends gestanden, daß die Tat von coup a ete fait par deux femmes. (SFU
zwei Frauen verübt worden ist. 22/24)

Ich folge getreulich allen Bedürfnis­ Je reponds fidelement a tous !es be­
sen des Kindes. Ich bin "' 0 dort soins de l'enfant, meme Ja ou ma
gehorsam, wo ich aus besserem connaissance de ses besoins m'amene a
Wissen ihm etwas verweigern muß. lui refuser quelque chose.
(SBR 50)
Sauly war es egal, was mit ihm ge­ Sauly etait indifferent a ce qu'on lui
macht wurde. War ihm "' ziemlich faisait, de meme qu'il etait indiffe­
egal, was der 0 Doktor sagte. (CMB 99) rent a ce que disait Je docteur.

3. auch postpose a l'element ou au membre sur lequel il porte :


auch est accentue; l'e]ement SOUS Sa portee peut etre affecte d'une intonation
montante lorsqu'il figure en tete de phrase; il est alors mis en relief comme
objet de l'information vehiculee par l'enonce : aussi; autre; egalement; en­
core ; non plus (en contexte negatif) ; (2) ; etc.
a) auch porte sur un element ou membre de phrase explicite
ich o,,, / ich o,,, nicht moi aussi / moi non plus
Und du, warst du o,,, artig? Et toi, tu as ete sage, toi aussi? (­
auch3 2., 3ieme ex.)
' 1ch muß o,,, [noch] Einkäufe ma­ Moi aussi, j'ai encore des courses a
0

chen. faire. (- 2.a plus haut, premier +)


"Sie meinen °z, er dürfte nicht aufge­ Vous etes aussi d'avis qu'il ne devrait
ben?" fragte Rita. (WGT 154/205) pas abandonner? demanda Rita.

244
auch2 : particule de mise en relief

Und, wie sich zeigte, "' einschüch­


0
Et comme on Je vit, il ne parvenait
tern konnte er nicht mehr. (WGT 129) meme plus a intimider.
• dans des combinaisons remarquables: "' jedes / so / sonst
Ein so geschickter Handwerker, der Un artisan si adroit est capable de
macht Ihnen"' jedes Stilmöbel nach,
0
vous imiter n'importe quel meuble
der hat das Zeug zum Fälschen. Tut de style, il a !es capacites d'un faus­
es ja wohl auch. (BBB191) saire et je suis bien certain qu 'il en
fait usage.
- Soll ich dir das einwickeln? -Tu veux que te l'emballe?
- Ach, danke, es geht"' so.0
- Oh, merci, c;:a ira comme c;:a.
- Tut mir leid, ich kann es dir jetzt - Je suis desole, mais je ne peux pas
im Moment nicht leihen. te le preter Ja maintenant.
- Macht nichts, ich werde"' so zu­
0
- <;::a ne fait rien, je me debrouillerai
rechtkommen. comme c;:a.
Aber "' sonst wärst du nicht gekom­ Mais de toute fac;:on, tu ne serais pas
men, nicht wahr? (WGT 174/233) revenu, n'est-ce pas?

b) auch + subordonnees eventuellement annoncees par un pronom relais (sauf


subordonnees en auch wenn; - auch 4 . l.a et b); tout en conservant sa valeur addi­
tive, auch peut prendre une nuance concessive sous l'effet du contexte: aussi ;
meme ; [pas] davantage (en contexte negatif) ; non plus (en contexte negatif)
• l'ensemble auch+ subordonnee figure en tete de l'enonce (rare):
auch et Ja subordonnee peuvent etre soit contigus et non separes par une vir­
gule, soit disjoints, Ja subordonnee etant alors annoncee par un pronom relais:
"' [ dann,] als es zu regnen anfing,
0
II ne voulut pas rebrousser chemin
wollte er nicht zurück. meme lorsqu'il se mit a pleuvoir.
"' dann, ] nachdem er die Beweise
[
0
Personne ne voulut Je croire, meme
auf den Tisch gelegt hatte, wollte es lorsqu'il eut mis les preuves sur Ja
ihm noch keiner glauben. table.
"' [ das,] was du dann getan hast, ge­
0
Ce que tu as fait a ce moment-Ia ne
fällt mir eigentlich gar nicht. me pla'it pas non plus, a vrai dire.
• J'ensemble auch+ subordonnee ne figure pas en tele de J'enonce:
auch et Ja subordonnee ne sont pas necessairement contigus et toujours separes
par une virgule
Die Euphorie war verschwunden, L'euphorie avait disparu, sans doute
wohl weil die Wirkung des Rums, aussi parce que s' attenuait l'effet du
0
"',

den er mit dem Tee getrunken hatte, rhum qu'il avait bu avec Je the.
nachließ. (HLW 49/144)

243
auch2 : particule de mise en relief

Kommst du, ist es gut, kommst du Si tu viens, tant mieux, si tu ne viens


nicht, ist es o,,, gut. pas, tant pis.
Das war der schönste Film, den wir C'etait Je plus beau film que nous
dies Jahr gesehen haben, findest du ayons vu cette annee, tu ne trouves
nicht "'?
0
pas?
Tja, wenn du das nicht einsehen Ah �a, si tu ne veux pas l'admettre, eh
willst, dann kann ' 0ich dir o,,, nicht bien, moi, je ne peux rien pour toi.
helfen. (-+ Rem. 4, p.247)
Fuhr er auch auf Verwandtenbesuch? Allait-il rendre visite a de Ja famille?
Er lachte, als sei man schon wieder II rit comme si, a nouveau, on eGt ete
über Gebühr naiv gewesen. Doch, par trop na'if. - Oui, dit-il alors, on
sagte er dann. ' 0 So könne man es 0"' peut presenter �a comme �a.
nennen. (WGT 166/221)

b) J'element SOUS Ja portee de auch est implicite :


"Was ist?" sagte Freytag. "Nicht o,,, - Et vous, dit Freytag, vous ne pre­
ein Glas?" nez pas un verre?
"Er trinkt nie", sagte Doktor Caspa­ - II ne boit jamais, dit le Dr. Caspa­
ry. (SLF 19) ry.
- Ich bleibe 0doch lieber zu Hause. - Finalement, je prefere rester a Ja
- [' So ist es] o,,, gut! maison. - D'accord.
0

4. associe a noch ; aussi ; encore ; en plus ; pour faire bonne mesure ; 0


a) prepose au membre SOUS Sa portee
Nach solchen Antworten waren sie zu Apres des reponses comme celles-la,
entmutigt, um "' noch nach 0 Paul ils n'avaient plus Je courage de de­
Miller zu fragen. (CMB 69/ct'aprcs 56) mander encore des nouvelles de Paul
Miller.
Dieser Mrazek ist also der Herr Cette Mrazek a donc ete plaquee par
Bräutigam durchgegangen. Nobel, Monsieur son fiance. Quelle joli per­
nobel. Wahrscheinlich hat er ihr "' sonnage. Sans doute, pour faire
noch das 0 Sparbüchel leer gemacht. bonne mesure, lui a-t-il aussi vide
(RFA 336) son livret d'epargne.
Doch es mußte "' noch andere Mais il devait y avoir d'autres raisons
0

Gründe geben, die Meribel nicht er­ que Meribel n'avait pas donnees. (BNA
wähnt hatte. 20/30)

Er fragte mich, ob die Gebühren (für II m'a demande si ces droits etaient
den Hund) hoch seien. Das wußte ich eleves. Je ne savais pas. Alors, il s'est
nicht. Da packte ihn plötzlich die mis en colere : "Donner de l'argent
Wut: "Für das Mistvieh "' noch 0Geld pour cette charogne. Ah! il peut bien
ausgeben! Ach, soll er doch krepie­ crever!" (ACF 42/60)
ren!"

246
auch2 : particule de mise en relief

- Du hättest so was getan? -Tu aurais fait une chose pareille?


- Du doch 0"', oder nicht? - Toi aussi, non?
BARLOCH: Sie kommen mir bekannt BARLOCH: J'ai l'impression de vous
vor. conna1tre.
GARAUS: Ja, Sie mir 0"'. (CKE 92) GARAUS: Moi aussi.

' Das kann ich


0 0
"'! (- rem.2., p.247) [<;a,] je peux en faire autant!
- Meinst du, er würde mitmachen? - Tu penses qu'il participerait?
- Tja, das weiß ich 0"' nicht! - Alors Ja, je n'en sais rien moi non
plus!
"[ ...] Was werden die kosten?" - Qu'est-ce que �a peut coilter?
"' Ich weiß
0 0
"' nicht. Dreißig Mark?" - Je n 'en sais rien. Trente marks,
(FKM 16) peut-etre?
"Ist sie Fotomodell?" "' 0Das 0
"' und - Elle pose pour des photos?
Tänzerin." (-ky 22) - Entre autres. Et eile danse.
"Wie machen es denn die andern?" - Mais comment font les autres?
"Ja, ' 0ich weiß 0"' nicht. Furchtbar - Je me le demande aussi. II y en a
viel haben doch noch 'ne ganze Ecke quand meme enormement qui en ont
weniger." (FKM 24) encore bien moins que nous.
Ich kann es eben nicht, sagte ich. Du C'est bien simple : je ne Je peux pas,
kannst es (= das Klauen) ja lernen, sagte dis-je. Mais tu peux l'apprendre, dit
Martha, ' 0ich habe es 0"' erst lernen Martha, moi aussi, il a fallu que j'en
müssen. (MMü 50/49) passe par Ja.
Das kann natürlich 0"' sein. C'est une autre possibilite, bien silr.
Verheiratet sind wir ja nicht mitein­ Nous ne sommes pas maries. Voila
ander, ' 0das ist 0"' so eine Sache, alles encore un exemple, nous ne faisons
nur "fast". (SBR 16) tout qu'a moitie.
Ob es Dir nicht 0
"' so gehen wird? N'en ira-t-il pas de meme pour toi?
(SBR 76)
Die Füße des Eisschranks waren ver­ Les pieds du frigidaire etaient rouil­
rostet. Auf den Tischplatten klebte les. De Ja biere sechee sur !es tables;
getrocknetes Bier; Spuren von Wisch­ des traces de chiffons humides et des
lappen und Zigarettenasche. Aufge­ cendres de cigarettes. Des dessous de
weichte Bierdeckel zwischen den verre a biere ramollis entre !es
Stühlen. Nirgendwo Musikbox oder chaises. Pas de juke-box ni de radio.
Radio. Die Kaffeemaschine war 0"' Le percolateur lui-meme datait d'a­
bloß ein altes Monstrum. Dreckloch, vant Je deluge. Quel gourbi, bon
verdammtes. (CMB 40/d'apres 33) Dieu!
Also, ' 0ich weiß [ja] 0"' nicht... ich Decidement, je ne sais plus quoi faire.
habe schon alles versucht, aber nichts J'ai tout essaye, peine perdue, Je ga­
zu machen, der Junge verbessert sich min ne s'ameliore pas.
einfach nicht. (- Rem. 3, p.247)

245
lauch3 particule modale j
Fonction : varie avec Je type de phrases et de contextes ou il se trouve; !es
effets produits sont toujours en rapport avec Ja valeur additive du mot, mais
n'ont pas de point commun perceptible.
Contextes : tout type de phrases.
Position : toujours en post-V2.
Accentuation : faible ou nulle.
Concurrents : - tatsächlich ; - wirklich ; - übrigens
Partenaires : - aber ; - ja ; (-auch nur, auch wieder, aber auch, denn auch)
Equivalents : • assez frequents :bien ; effectivement ; en effet ; au moins ;
[il] faut dire que...; il est vrai que...; mais aussi; mais c'est
que... ; tacher de ; (2)
• plus rares : alors ; decidement ; donc ; au fand; d'ailleurs ;
du reste ; de fait ; ne pas oublier de ; quand meme etc.
PLAN 1. en declarative (et subordonnees correspondantes)
a) exprimant une confirmation
b) situant un fait dans le prolongement du precedent
c) a valeur explicative ou justificatrice
d) marquant Ja concordance ou Ja conformite
2. en interrogative globale (et sub. en ob)
a) en interrogative globale
b) en subordonnee interrogative en ob
3. en interrogative partielle
a) relatant un fait (avec was ou warum)
b) impliquant une reponse negative (avec divers pronoms en w-)
4. en enonce injonctif (de forme imperative ou en daß)
5. en exclamative
a) exclamative en daß ou en w-
b) exclamative de forme declarative
1. en declarative (et completives en daß ou zu ou relatives continuatives end- ou w-):
• marque Ja conformite ou d'une fa�on plus generale Ja concordance d'un fait
ou d'un propos avec un autre (-tatsächlich; - wirklich):
• s'emploie volontiers avec des verbes de confirmation ou lorsque Je verbe du
deuxieme enonce reprend celui du premier : bien ; effectivement; en effet ; (?)
a) l'enonce en auch apporte une confirmation:
+ dans Je cadre d'un enonce ou d'une intervention d'un meme locuteur:
Er hatte gesagt, er würde kommen, II avait dit qu'il viendrait et effecti­
und er 0 kam "'· vement, il est venu.
Sie möchten wohl gern ein Filou sein, Vous aimeriez bien etre un filou,
Herr von Dorsday? Von weitem n'est-ce pas, Monsieur Dorsday? De
sehen Sie manchmal "'so aus. (ASE 221) loin vous en avez effectivement ·
I 'air, parfois.

248
auch2 : particule de mise en relief

0
"' das noch! (idiom.) [II ne] manquait plus que c;:a!
b) postpose au membre SOUS Sa portee
"Siehst du, du ver 0 äppelst mich "' Tu vois, et en plus tu te moques de
noch." (FKM 63) moi / tu me toumes en ridicule.
"Was?" rief die Hausdame. - Quoi! s'ecria la gouvemante, et en
"Unehelich ist diese Isolde o,,, noch?" plus cette Isolde est un enfant natu­
"Keine Spur. Die Mutter war verhei­ re)?
ratet." (KMS 19/d'apres 16) - Pas du tout. Sa mere etait mariee.
Sauly hat immer alles gegessen, Tag La nuit comme Je jour, Sauly man­
und Nacht, egal, was er kriegte, und geait toujours tout ce qu 'on lui pre­
meins hat er o,,, noch aufgegessen. sentait, et ma ration par-dessus Je
(CMB 88) marche.
Ach Gott, und das muß ich o,,, noch Bon Dieu, et il y a encore c;:a a faire
machen! (-ky 12) [ en plus / par dessus Je marche] !

RESUME & REMARQUES


Fonction generale et effets de sens :
Comme particule de mise en relief, auch2 a pour fonction generale d'ajouter
une donnee a une ou plusieurs autres explicitees dans Je contexte ou implicite­
ment presentes dans Ja situation d'enonciation. L'effet concessif se produit
lorsque le contenu de l'enonce ne concorde pas avec ce que fait attendre Ja
donnee ajoutee dans le contexte en question : Auch im Winter geht er ohne
Mütze aus = il sort sans casquette non seulement a la belle saison mais meme
en hiver, ou !es conditions climatiques inciteraient plutöt a se couvrir.

Rem. 1 : Les emplois traites sous 1. 'sont fondamentalement du meme type que ceux de Ja ru­
brique suivante; il n'en ont ete detaches que pour mettre en valeur quelques constructions re­
marquables.
Rem. 2 : Dans l'interpretation qui est ici donnee de l'enonce ' 0das kann ich auch, Ja particule
porte malgre !es apparences sur ich et non pas sur das; l'accent et l'intonation montante qui
frappent das sont dus ici au fait qu'il reprend un element du contexte amont. Si l'on veut faire
porter auch sur das, l'enonce se traduira (a aussi, je peux le faire.
Rem. 3 : Si Ja valeur additive de auch ne parait guere contestable dans cet enonce, on cherche­
rait en vain quelles sont !es autres personnes auxquelles Je locuteur s'ajoute ici. C'est qu'il y a
en fait simulation: Je locuteur fait comme si Ja question quefaire? avait ete posee a d'autres,
sans resultat efficace, et se presente alors repondant d son tour par un aveu d'impuissance.
Rem. 4 : On peut se demander quelle est, dans cet enonce, Ja personne a laquelle Je locuteur
s'ajoute conformement a Ja valeur additive de auch. Plutöt qu'a un tiers, on peut penser a
l'interlocuteur lui-meme: admettre (son erreur ou un etat de fait) serait une maniere, pour lui,
de 's'aider soi-meme' a sortir de Ja situation difficile dans laquelle il se trouve. S'il n'est pas
pret a Je faire - donc a s'aider soi-meme - alors Je locuteur non plus ne peut rien pour lui. La
traduction par non plus supposerait un contexte plus explicite.
Une autre lecture de cet exemple est possible, a condition de deplacer Je sommet accentuel de
auch vers 0 helfen: eile consiste a considerer que auch situe Je contenu de Ja subordonnee dans
Je prolongement de celui de Ja principale (auch est alors particule modale, voir auchJ l.b).

247
auch3 : particule modale

Ja, mein Lieber, ich weiß es ganz ge­ Eh oui, mon eher, je le sais parfaite­
nau, und ich will dir"" sagen wo 0her. ment et je vais te dire d'ou je Je tiens.
Wenn du schön brav bist, be 0kommst Si tu es bien sage, [eh bien,] tu auras
du"" was. (- Rem.) quelque chose.
Wenn man gearbeitet hat, [dann] will Quand on a fait son travail, on veut
man"" bezahlt werden. etre paye [, c'est normal].
(Le pere examine la montre du gamin, et de­
couvre l' origine de la panne:) Tja, wenn du Eh oui, si tu ne remontes pas ta
die Uhr nicht aufziehst, 0kann sie "" montre, comment veux-tu qu'elle
nicht gehen! marche?
Da bin ich geboren, da will ich "" be­ C'est la que je suis ne, et c'est Ja que
graben sein. je veux etre enterre.
Er hat es probiert und"" ge0 schafft. II a essaye et r;a a marche.
[Karl] bat ihn auch, ihm jetzt ein we­ Karl lui demanda aussi de lui porter
nig den Koffer zu tragen, was dieser, un peu Ja vatise, maintenant, ce qu'il
nachdem Karl seine Bitte mehrmals fit finalement apres que Karl eut plu­
wiederholt hatte,"" 0 tat. (FKA 80) sieurs fois repete sa demande.
"Ich habe Matthias versprochen, ihm - J'ai promis a Matthias de lui ra­
nächstens wieder eine Geschichte zu conter de nouveau une histoire, un de
erzählen" ces jours.
"Dann mußt du es"" 0halten" (LGG 290) - Alors il faut tenir ta promesse.
Sie nahm die Tabletten durch die Je lui donnai !es comprimes par l'en­
Türspalte. Ob er in ihrer Kabine war, trebäillement de Ja porte. J'ignore s'il
weiß ich nicht. Ich ersuchte das Mäd­ etait dans sa cabine. Je priai la jeune
chen, die Tabletten "" wirklich zu fille de les prendre vraiment.
nehmen. (FHF IOO)
Er schickt sozusagen seine Repräsen­ II envoie pour ainsi dire ses represen­
tanten in die Hölle ab und sieht zu, tants en enfer et veille a ce qu'ils n'e­
daß sie "" 0wirklich brennen. (CMM chappent pas aux flammes.
86/d'apres 82)
Man nennt mich Julia die Landes­ On m'appelle la mere de Ja patrie,
mutter, und ich bin stolz auf diesen titre qui me remplit de fierte. Et c'est
Ehrentitel. Und nun will ich "" als donc comme mere de Ja patrie que je
Landesmutter zu dir reden. (DRG 31) veux te parler.
"Den werde ich mir mal vornehmen", "Je vais lui remonter !es bretelles, un
hatte er gesagt, was er dann "" schon de ces jours", avait-il dit, ce qu'ef­
am nächsten Tag 0 tat. (/am.) fectivement il fit des Je lendemain.
Die Polizei hatte seine Wohnung La police avait perquisitionne a son
0
durchsucht und war"" fündig gewor­ domicile et y avait effectivement
den. fait des decouvertes.

250
auch3: particule modale

Da hilft nur, mit gutem Beispiel vor­ La seule solution, c'est de donner le
anzugehen und zu tun, als sei es die bon exemple et de faire comme si
natürlichste Sache der Welt, so zu c'etait la chose Ja plus naturelle au
sprechen - was es ja== ist. (BBM 48) monde, de parler ainsi - ce qui est
d'ailleurs [effectivement] le cas.
Was er verspricht, das 0 tut er==. Ce qu'iJ promet, il le fait.
Wir hatten den Verdacht, daß er uns Nous le soup�onnions de vouloir nous
betrügen wollte, und das be 0 stätigte tromper, et ce soupyon se revela
sich==. fonde.
"Ja, ich will weggehen und 0 werde == Je veux m'en aller et je m'en irai, dit
weggehen", sagte Karl. (FKA 65) Karl.
"Ich dachte, vielleicht ist ein Tele­ Je pensais trouver un telegramme a la
gramm zu Hause, und das ist ja == der maison et je ne me trompais pas.
°Fall gewesen. (FB 143)
Da er früh aufbreche, wolle er früh Comme il partait tot, il voulait aller
zu Bett gehen. se coucher de bonne heure.
Und das tat er==, ohne sich darum zu
0
Et c'est ce qu'iJ fit, sans s'inquieter de
sorgen, wie ich den Rest des Abends la fa�on dont je pouvais occuper Je
in diesem abgelegenen Hotel verbrin­ reste de ma soiree dans cet h6tel isoJe.
gen konnte. (BBB 244/284)
Das dritte Pferd[...] [wurde] [...] von Le troisieme cheval etait chevauche
einem so schönen Mädchen geritten, par une jeune fille si belle que je dus
daß ich zweimal[...] hinsehen mußte, y regarder deux fois pour Je croire.
um es== glauben zu können. (MGW 23)
0

• dans le cadre d'un dialogue : effectivement; mais; mais c' est que
- Es muß doch einen Grund geben! - II doit bien y avoir une raison!
- Den °gibt es==! - Effectivement, il y en a une!
"Das stimmt", sagte Doktor Caspary, - C'est exact, dit Je Dr Caspary. J'ai
"und ich hatte auch immer den to·ujours eu l'ambition de me distin­
Ehrgeiz, ein Fall für mich zu sein. guer des autres et je m'y suis toujours
Ich habe mich stets darum bemüht." efforce.
"Es ist Ihnen == gelungen" , sagte - Et vous y etes [effectivement]
Freytag,[... ] (SLF 57/d'apres 56) parvenu, dit Freytag[...]
- Der sieht aus wie ein Räuber. - II a l'air d'un bandit, celui-la.
- Er 0 ist == einer! -[Mais] c'est un bandit!
0

b) l'enonce en auch situe un fait dans Je prolongement du precedent (suite lo­


gique, consequence naturelle, etc.) : donc ; effectivement; d' ailleurs ; de
fait ; en effet; (generalement:) 0
Du wolltest mehr haben, nun mußt du Tu en voulais plus, aJors maintenant il
es== 0aufessen. faut vider ton assiette.

249
auchJ : particule modale

Es sei eine an sich unwichtige und Ce qu'eile avait a me raconter, pour­


harmlose Geschichte, die sie mir zu suivit la vieille, n'etait qu'une petite
berichten habe, fuhr die Alte fort [ ... ] histoire sans importance; aussi n'y
und deshalb sei sie ihr"" aus dem Sinn avait-elle plus pense. Mais maintenant
gekommen, doch jetzt, [... ] weil die que l'eternite approchait..
Ewigkeit heranrücke[...] (DVc 155-156)
c) l'enonce en auch explique ou justifie le fait evoque precedemment (volontiers
avec ja ou aber; limites lloues avcc ccrtaines exclamatives, -+ 5.b et aber auch) : [mais] c 'est
que ... ; [il] faut dire que... ; il est vrai que ; quand meme
Wachset und mehret euch, hat der II voulait leur porter Ja parole du
Herr gesagt! wollte er ihnen verkün- Seigneur : "Croissez et multipliez" et
den, und da er die Landessprache comme il ne comprenait pas la langue
nicht verstand, es war "" ein sehr du pays - iI faut dire que c'etait un
schwieriger Eingeborenendialekt, dialecte local tres difficile - on fit la
suchte man in Rom in allen Semina- tournee, a Rome, de tous !es semi­
ren, bis man einen jungen Priester naires jusqu'a trouver un jeune pretre
fand, der aus diesem Land stammte originaire de ce pays et capable de
und die Predigt des Papstes in seine traduire le sermon du pape dans sa
Muttersprache übersetzen konnte. langue maternelle.
(ATM 27)

Er wußte nicht, wer ich bin. Ich war II ne savait pas qui j'etais. II est vrai
"" in einem Zustand; verschwitzt und que j'etais dans un etat! En sueur et
verstaubt, wie der Arbeiter auf dem couvert de poussiere, comme l' ou­
Kieskarren, dazu Teer an den Füßen, vrier sur le tombereau, avec en plus
zu schweigen von meinem Hemd, ... du goudron aux pieds, sans parler de
(FHF 160) ma chemise... '
• associe a ja :
- Mensch, bin °ich müde! - Pouh, la la! Qu'est-ce que je suis
- Du hast ja "" den ganzen Tag ge- fatigue! - Mais c'est que tu as
schuftet! trime toute Ja journee [, aussi] !
- Er hat Schwierigkeiten in Deutsch. - II a des difficultes en allemand.
- ls' ja"" keine leichte Sprache. -[II] faut dire [aussi] que c'est pas
une langue facile.
Die [...] Großmutter hat pausenlos um La grand-mere n'a pas arrete de faire
sein Bett rum aufgeräumt, standen ja le menage autour de son lit. Fa u t
"" lauter Medizinflaschen auf einem dire qu'il y avait des tas de flacons
Hocker neben dem Bett. (CMB 100) sur un tabouret pres du lit.
• auch est associe a aber (ici pour memoire;-+ aber auch):
- Eine ziemlich harte Strafe, finde - C'est une punition assez dure, je
ich. trouve.
- Er hatte es aber "" zu weit getrie­ - Faut dire qu'il avait pousse le
ben. bouchon un peu loin.

252
auch3 : particule modale

Ich gab ihm Grund, daran zu glauben Je lui donnai des raisons d'y croire -
- was"" geschah. (WGT 136/181) et il y crut effectivement.
Er wartete auf seine Freundin, die 11 attendait son amie, qui finit en ef­
schließlich"" 0kam. fet par arriver.
Wie rüstig er, mit seinen sechzig Que lui, a soixante ans, füt aussi vert,
Jahren, sei, das sei doch wohl bemer­ voila qui etait en revanche plus re­
kenswerter, und es werde "" bemerkt marquable, et d'ailleurs on le re­
und ihm jedesmal von den Weibern marquait, les femmes le Jui confir­
bestätigt. (BBB 164/193) maient toujours.
Dies Erlernen (der Psychoanalyse) ist Cet apprentissage (de la psychanalyse)
wirklich nicht leicht, und es haben "" n'est vraiment pas facile et, de fait,
nicht viele Menschen die Psychoana­ peu de gens ont convenabJement ap­
lyse ordentlich gelernt, aber [ ... l (FVP pris la psychanalyse, mais[ ... ]
16)

+ avec darum, deshalb, deswegen :


Sich zum Lesen irgendeines Meister­ S'obliger a lire un chef d'oeuvre quel
werkes zu zwingen [ ... ] wäre sehr qu'il soit serait une grande erreur.
verkehrt [ ... ] Darum soll man"" ganz C'est pourquoi il ne faut jamais trop
junge Menschen nie allzusehr zu einer insister, non plus, aupres des jeunes
bestimmten Lektüre ermuntern (H. gens pour qu'iJs Jisent un livre donne.
Hesse, Eine Bibliothek der Weltliteratur, 1949)
Mutter ist böse, deswegen ist sie "" Mere est fächee, c'est pourquoi eile ne
nicht mit zur 0 Bahn gegangen. (FKM m'a pas accompagne a la gare.
28)
Er will mit seiner Familie wandern. II veut faire une balade en famille.
Deshalb verläßt er "" die Hauptstraße C'est pourquoi il quitte la grand'route
von Waldshut nach Freiburg bei Waldshut-Fribourg a Ja hauteur de
Amrigschwand und[ ... ] (ATM JOJ Amrigschwand pour [ ... ]
Wenige Vögel [ ... ] haben ein so hoch Peu d'oiseaux [ ... ] ont une vie fami­
entwickeltes Familien- und Gesell­ liale et sociale aussi deveJoppee que
schaftsleben wie die Dohlen. Deshalb Jes choucas. Et c'est Ja raison pour Ja­
sind "" nur wenige Tierkinder so rüh­ quelle il y a peu de petits animaux
rend hilflos[ ... ] (KLT 41/d'apres 63) aussi incapables de se debrouiller tout
seuls [ ... ].
[ ... l er hob den Kopf, das ist ja die r ... ] iJ leva Ja tete : c'etait le tintement
scheppernde Glocke von Cateni. Aber grele de Ja cloche de Cateni. Pourtant
die Zeit des mittäglichen Angelus ist !'heure de l'angelus de midi n'etait­
doch längst vorbei? Also ein Fest? elle pas passee depuis longtemps? Une
Richtig, Mariä Himmelfahrt! - die fete donc? Exact, c'etait l' Assomp­
Vesper!... Deshalb waren "" die Män­ tion! -- !es vepres!... Voila pourquoi
ner von Cateni sul mare so zahlreich !es hommes de Cateni sul mare etaient
auf der Straße. (SAA 340) si nombreux dans Ja rue.

251
auch3 : particule modale

Das Wetter war besser damals, aber Le temps etait meilleur, a l'epoque,
das war "" das 0 Einzige, was besser mais c'etait bien la seule chose a etre
war. (WEA 79) meilleure.
Er hat es nicht getan, [es) war ja "" II ne l'a pas fait, ce n'etait d'ailleurs
nicht nötig. pas necessaire.
Nein. Er könnte es für eine Falle hal­ Non. II pourrait prendre cela pour un
ten. Könnte "" eine sein. (ASE 253) piege. D'ailleurs, il se pourrait bien
que c'en soit un.
Was ich mir wünschte, hätte ich ihm Ce que je souhaitais? Je n'aurais pas
nicht gestehen können. Und er 0 fragte pu Je lui avouer. D'ailleurs, il ne me
"" nicht. (HHD 79) le demanda pas.
"Ich weiß nicht", begann ich, "ob - J'ignore, dis-je, si Marie-Catherine
Ihnen Marie-Catherine [ ... ] erzählt vous a revele le nom du pere de l'en­
hat, wer der Vater des Kindes ist. fant.
"Nein, das ist "" nicht nötig." (R VF - Non. Ce n'est d'ailleurs pas ne­
172/204) cessaire.
Ich pflege nicht zu zitieren, ich habe Je n'ai pas l'habitude de faire des cita­
es "" nicht 0 notwendig, meine Gedan­ tions. Je n'ai d'ailleurs pas besoin
ken andern zu entlehnen, denn ich d'emprunter mes idees a d'autres, car
habe selber welche, wie Sie wissen j'en ai moi-meme, comme vous de­
dürften. (CKE 22) vriez le savoir.
Ich kann nicht widerrufen, was ich Je ne peux pas renier ce que j'ai ecrit
einst aus Überzeugung schrieb, und naguere par conviction, et d'ailleurs
0
will es "" gar nicht widerrufen, weil je ne veux pas Je renier, car cela reste
es heute auch noch Wahrheit ist [ ...]. vrai aujourd'hui encore [ ...]
(KTG63)

Das 0 kann [ich nicht] und 0 will ich "" Je ne peux pas et, du reste, je n'en ai
nicht. pas l'intention.
Aus Platzgründen soll von einer ins Pour des raisons de place, on renon­
Detail gehende Analyse abgesehen cera a une etude detaillee, qui n'est du
werden, auf die es hier "" nicht an­ reste pas necessaire ici.
kommt. (DU 1990/1, 32)
Aber so was weiß man ja vorher nie Mais ces choses-la, bien sür, on ne Je
- und es ist vielleicht "" ganz gut so. sait jamais avant - et c'est peut-etre
(MGW19) tres bien ainsi, du reste.
Hanna war am Telefon. Es konnte ja C'etait Hannah, au telephone. <;a ne
"" sonst niemand sein, da sonst nie­ pouvait du reste etre qu'eile, puisque
mand wußte, wo ich war. (MGW 66) personne d'autre ne savait ou j'etais.
Er ist stolz auf seine Leistung und II est fier de sa performance et il y a
kann es "" sein. de quoi.

254
auch3 : particule modale

d) l'enonce en auch est un commentaire qui souligne une concordance gene­


rale, une absence de hiatus entre le contenu relate et un contenu anterieur :
+ le locuteur commente !es propos de 1'interlocuteur; la replique peut prendre
des allures de reproche dans la mesure ou Ja concordance soulignee par auch
suggere que l'enonce anterieur n'avait pas Iieu d'etre : mais... [bien]
- Sei zufrieden! - Sois content!
- Bin ich "' !
0
- Mais je le suis!
- Mehr kann ich nicht [tun]. - Je ne peux pas en faire plus.
- [Mehrl habe ich "' nicht erwartet. - Mais je n'en attendais pas plus.
- Das solltest du tun / ' Das solltest
0 0
- C'est ce que tu devrais faire / Tu
du nicht tun. ne devrais pas faire cela.
- Ist ja "' meine Absicht / Ist ja "' - Mais c'est bien mon intention. /
O

nicht meine Absicht


O
Mais ce n'est pas mon intention.
- Das Essen war billig. - Le repas n'etait pas eher.
- Das war aber"' alles!
0
- Oui, mais c'est bien tout!
"Er ist sehr gut und hat einen eigenen - II est tres capable et il est plein de
Willen." bonne volonte
"Einen solchen braucht er "'·" (HKS - II en aura bien besoin.
195/77)
MAI: Aber net so wie der Rudolfo MAI: Mais pas comme Rodolphe
Valentino. Schaut's euch den an. Da Valentino. Regardez-le. Celui-la, faut
kann man nur sagen: Gut gewachsen reconnaitre: il est bien fait, le regard
und feurige Augen - ardent. ..
LUISE: Aber bitte, das gehört sich "' LOUISE: Ben j't'en prie, c'est bien la
bei einem Filmschauspieler. (CKE 9) moindre des choses pour un acteur.
"Was unser Metier oft so bedrückend - Ce qui rend notre metier si dur a
macht", sagte Kommissar Krebs zu vivre, dit Je commissaire Krebs a son
seinem Freund Zimmermann, "ist die ami Zimmermann, c'est la difficulte
Tatsache, daß sich kein krimineller qu'il y a a evaluer tous !es parametres
Vorgang exakt berechnen läßt." de l'acte criminel.
"Was von uns "' niemand erwartet" - Qui vous Je demande? [repliqua
KVW46) Zimmermann].

+ Je locuteur commente ses propres propos (volontiers associe aja; - übrigens) :


bien ; d' ailleurs ; du reste ; (Z)
Es konnte nicht gelingen, und er <;a ne pouvait pas reussir et il le savait
0
wußte es "' · bien.
"Muränensee", das klingt wundervoll "Lac aux murenes", c'est un nom qui
und man könnte beinahe sagen poe­ sonne merveilleusement bien et que
tisch. Aber das ist "' alles. (FIW 45) 1 'on pourrait presque qualifier de
poetique, mais c'est bien tout.

253
auch3 : particule modale

Hast du "" deinen Ausweis? Sonst las­ Tu as ta carte, au moins? Sinon, ils
sen die uns nicht rein. (fam.) ne nous laisseront pas entrer.
- Du, kann ich mal an deinen Com­ - Dis, je peux me mettre sur ton
puter 'ran? ordinateur?
- [Ja] kannst du "" damit umgehen? - Tu sais t'en servir, au moins?
- Mutti, ich gehe zu Peter. - Maman, je vais voir Pierre.
- Ja hast du "" deine Aufgaben ge- - As-tu fait tes devoirs, au moins?
macht?
(L' adulte etonne par la demande de l' enfant:) Tu es sur que tes parents sont d'ac­
'
0
Darfst du das ,,,7 cord?
BLEISS: Kommen Sie unters Haustor, BLEISS: Venez sous Je porche, n'ayez
haben Sie keine Angst! pas peur!
BROSAM: Wissen Sie"", was Sie tun? BROSAM: Vous etes sur que vous sa­
BLEISS: Das ist meine Sache. (CKE 78) vez ce que vous faites?
BLEISS: <;a, c'est mon probleme!
(Au commissariat, un agent apporte la com­
mande passee a la cantine) "Reicht das=:?" - Est-ce suffisant? me demanda I'of­
fragte mich der Beamte und entließ ficier de police qui ne remercia l'a­
den Polizisten erst, nachdem ich einen gent que lorsque j'eus jete un coup
Blick auf das Gebrachte geworfen d'ceil sur les plateaux.
hatte. (BBB 79/97)

b) dans les subordonnees interrogatives en ob (volontiers associe a wirklich, qui sou­


Iigne l'attitude sou�onneuse ou l'incredulite du locuteur) :
[ ...] und daß er immer Angst haben [ ...) et qu 'il s'inquiete toujours de sa­
muß, ob er es "" schafft. (FKM 166) voir s'il va reussir.
Immer wieder war ich damit beschäf­ Sans cesse je m'inquietais de savoir
tigt zu sehen, ob er "" wirklich noch s 'il etait encore bien la.
da war. (DKO 27/26)
Aber darf man den Präsidenten der Mais peut-on sacrifier Je president de
Kommission opfern, solange man gar Ja commission tant que l'on n'est pas
nicht sicher sein kann, ob damit "" certain de vraiment sauver ainsi Ja
wirklich die EWG gerettet [ ... ] würde? C.E.E?
(WELT 19/01/66)
Er sah auf das Telefon, und während II regarda le telephone et encore inde­
er noch unentschlossen war, ob er die cis, se demandant s' il desirait vrai­
Verbindung mit jener, deren Adresse ment appeler cette femme dont il avait
er in dem Notizbuch wiedergefunden retrouve I'adresse dans son carnet, il
hatte, "" wirklich wünschte, erinnerte se souvint qu'il [...]
er sich, wie er[ ...] (HLW 25/127)

256
auch3 : particule modale

Ich habe nichts damit zu schaffen und Je n'ai rien a voir avec cette histoire
0
will "" nichts damit zu schaffen ha­ et je ne veux pas y etre mele en quoi
ben. que ce soit.
Nicht alles, was sich didaktisch nennt, Tout ce qui se dit didactique ne merite
hat diesen Namen "" wirklich ver­ pas toujours reellement ce qualificatif.
dient. (UTB-1415,207)
... und schließlich, als er hier ankam ... et finalement, lorsqu'il arriva,
[...], als er die Glocke hörte - es war lorsqu'il entendit Ja cloche - il etait
"" gerade Mittag - da erinnerte er juste midi - Je souvenir Jui revint, Je
sich, da wurde die Vergangenheit in passe refit surface en lui.
ihm lebendig. (SAA 348)
BIGOT: Sie wollen nicht die Polizei ru­ BIGOT: Vous ne voulez pas appeler Ja
fen? police?
GRÄFIN nach einer kleinen Pause: Nein. LA COMTESSE apres une pause: Non.
BIGOT: Das ist"" besser. Besser für Sie. BIGOT: Cela vaut mieux - pour vous.
(DGH 101)
[ ...] und obwohl Freytag merkte, daß [ ...] et bien que Freytag sentit que
der Junge jetzt wach lag, machte er Fred ne dormait plus, il ne tenta pas
keinen Versuch, ihn anzusprechen - d'engager la conversation avec Jui -
wie er "" nicht erwartete, daß Fred et­ de meme qu'il ne s'attendait pas a ce
was zu ihm sagen würde. (SLF 45/d'aprcs que le garyon lui dise quelque chose.
45)

"Wie ist er denn, dein Vater?" - Comment est-il, ton pere?


"Gott, du wirst ja gleich sehen. Ist ja - Mon Dieu, tu verras dans un ins-
"" egal. Du heiratest mich, mich, tant. Et qu'est-ce que va peut faire.
mich, ohne Vater und Mutter." (FKM C'est avec moi que tu te maries, avec
16) moi, pas avec mon pere et ma mere.

2. en interrogative globale (et subordonnees correspondantes en ob)


:
marque que le locuteur veut s'assurer de Ia realite d'un fait juge important en
soi ou parce qu'il en conditionne un autre; exprime du meme coup une attitude
plus ou moins soupyonneuse (risque de confusion avec auch 2 , -+ BILAN, 1.):
bien ; au moins ; etre sur que ; penser que
a) en interrogative
Stimmt's"" [was du mir da erzählst]? C'est bien vrai [ce que tu me racontes
Ja]?
Bist du"" sicher? Tu es bien sGr?
Warst du "" artig? Dann gebe ich dir Tu as bien ete sage? Alors je vais te
was. Da, guck mal! donner quelque chose. Tiens, regarde!
Übernehmen Sie sich da"" nicht? (KVW Etes-vous bien certain de ne pas pre­
23) sumer de vos forces?

255
auch3 : particule modale
Was sollte es denn == für einen Sinn D'ailleurs, cela n'aurait aucun sens
haben, sich so etwas auszudenken und d'inventer une histoire pareille pour
dann der Mutter zu erzählen. (FMB Ja raconter ensuite a sa mere.
126/136)
+ avec wie:
0 Freund, was ahnst du von den 0 ami! Te doutes-tu de Ja detresse de
Nöten deines Freundes? Wie könntest ton ami? Et comment Je pourrais-tu
du das ==, da meine Augen klar und d 'ailleurs, puisque mon regard est
kühl sind und meine Stimme trocken clair et froid et que ma voix est seche.
klingt. (KTG 43)
ÄMILIAN: Wir haben oft zusammen ÄMILIAN: Nous avons souvent bu en­
Wein getrunken und Lieder gesungen semble et chante des chansons.
[ ... ] TULLIUS ROTUNDUS: Je ne me souviens
TULLIUS ROTUNDUS: Ich erinnere mich pas.
nicht. ÄMILIAN: Et comment le pourriez­
ÄMILIAN: Wie sollten Sie ==. Ein Welt­ vous. Un empire s'est ecroule depuis
reich ist inzwischen untergegangen. lors.
(DRG 37)
Sie war frei, das sagte sie sich immer Elle etait libre, eile ne cessait de se Je
wieder, und trotzdem endeten ihre repeter et pourtant ses pensees finis­
Gedanken in den gleichen Fragen, in saient toujours par retomber sur les
denen sie früher schon geendet wa­ memes questions sur lesquelles elles
ren. Wie sollte sie so schnell == ein etaient deja retombees jadis. D'ail­
anderes Denken lernen, dachte sie, leurs, se disait-elle, comment ap­
Denkwege sind wie Straßen, gepflas­ prendre si vite une autre fac;on de
tert oder betoniert, [ ... ] (MMÜ 26/26) penser? Les voies de Ja pensee sont
comme des rues, pavees ou betonnees.
• avec d'autres elements en w- (plus rare) :
Nein, er ist nicht gekommen. Wann Non, il n'est pas venu. D'ailleurs,
==? quand aurait-il pu venir?
"Dabei weiß der Junge natürlich, daß "Le gamin sait bien sur que les poules
es Hühner gibt", fuhr er fort. "Aber existent", poursuivit-il, mais il ne les
er bringt sie nicht in Verbindung mit met pas en rapport avec !es reufs qu'il
den Eiern, die er zum Frühstück ißt... prend au petit dejeuner. .. Comment Je
Woher denn ==? Diese moderne Ju- ferait-il, du reste? Cette jeunesse
gend, noch dazu, wenn sie in der moderne - surtout quand eile grandit
Großstadt aufwächst, die kann einem dans les grandes villes - a de quoi
richtig leid tun [ ... ]" (MGW 10) faire pitie [... ]"
Es existiert [ ... ] eine Dienstanwei­ II y a une directive selon laquelle nous
sung, wonach ein sogenannter Joint, n'avons pas a nous occuper d'un joint,
der von Mund zu Mund geht, nicht zu comme on dit, qui va de bouche en
verfolgen ist. Wo kämen wir denn bouche. Faut dire qu'autrement on
sonst == hin? (KVW 46) n'en finirait pas.

258
auch3 : particule modale

3. en interrogative partielle :
a) relatant un fait (introduite par was ou warum, rarement d'autres interrogatifs)
renvoie I' interlocuteur au comportement qui est a I'origine du desagrement
qu'il subit ou que subit un tiers et prend de ce fait volontiers Ja valeur d'un re­
proche (.... aber auch; .... nur3 ) : mais [aussi]; etc.; (fre4uemment:) 0
Warum ou (tnm.) was hast du "' so Mais [aussi,] pourquoi avoir attendu
lange gewartet? si longtemps'7
Selber schuld - was machst du"' im- Bien fait! Tu n'as qu a pas toujours
mer so einen Blödsinn' faire l'imbecile [comme �a]!
- Mutti, der Paul hat mir alles ka­ - M'man, Paul, il m'a tout casse'
puttgeschlagen' - Ben, ce n'est pas gentil, mais
- Tja, das ist nicht nett, aber warum qu'est-ce que tu avais a l'embeter,
hast du ihn"' geärgert? aussP
Allerdings ist es ärgerlich, daß II est effectivement fächeux que les
Müllers nun Bescheid wissen. Aber Muller soient au courant. M ais
wer war"' so dumm, es ihnen zu er­ aussi, qui a eu Ja betise de le leur ra­
zählen? conter 'i

b) impliquant une reponse negative (introduite par divers interrogatifs en w-, auch etant
souvent associc a dmn; .... denn auch)
justifie un fait ou (Je plus souvent) son absence en donnant a !'interrogative la
valeur d'une question rhetorique a reponse negative et en marquant qu'il y a
concordance entre cette reponse negative et le fait (ou son absence) relate ante­
rieurement (.... schon3 2.b); .... übrigens) : et (rare) ; au jimd (rare) ; d'ailleurs ; [il]
faut dire que (rare) ; 0
+ avec warum ou wozu (cas le plus frc4uent) :
Nein, ich habe es nicht getan. Warum Non, je ne l'ai pas fait. Pourquoi l'au­
hätte ich es"'tun sollen ? rais-je fait, d'ailleurs 'l
Nein, ich habe es nicht versucht. Non, je n'ai pas essaye. A quoi cela
Wozu,,,? aurait-il servi?
Meine Eltern ließen mich gern und Mes parents faisaient souvent faire des
häufig photographieren. Warum "' photos de moi. Pourquoi pas a u
nicht ? Warum denn"' nicht? Sie hat­ fond? Pourquoi pas? lls en avaient les
ten es ja dazu. (AEZ 205-206) moyens.
Belogen habe ich Sie nicht! Warum Je ne vous ai pas menti. Je ne vois
sollte ich denn z? (FWN 113/119) d'ailleurs pas pourquoi je l'aurais
fait.
+ avec was:
Er hat kein Wort gesagt. Was hätte er II n'a pas dit un mot. D'ailleurs, que
"'sagen sollen? pouvait-il dire?

257
auch3 : particule modale

Ich muß mich setzen, Alois. Auf ei­ II faut que je m 'asseye, Alo"is. Boire
nen Schluck. (Setzt sich.) Daß == alles so une gorgee. (ll s' assied.) Tous ces eve­
zusammenkommt. (Er 1rinkt.) Da trink! nements a Ja fois. (ll boit.) Tiens, bois.
(Er reicht die Feldflasche Alois.) (WEA 8/12) (II tend le bidon a Aloi"s.)
Gestohlen? Ja, wie kann man == eine Vole? Mais comment peut-on laisser
Handtasche im offenen Auto liegen­ un sac a main dans une voiture deca­
lassen! potee!
"Wie konntest du aber ==, Junge!" Mais comment as-tu pu faire une
(FKM 100) chose pareille [, aussi] !
Da hatten sie wieder mal einen der Une fois de plus, ils avaient voulu pie­
Scheißjournalisten reinlegen wollen. ger un de ces foutus journalistes.
Was mußte der == seine dreckige Qu'est-ce qu'il avait, aussi, a foutre
Schnauze in alles stecken, was ihn ei­ son nez dans des affaires qui ne le re­
nen feuchten Kehricht anging. (-ky 31) gardaient pas!

b) dans des exclamatives de forme declarative ou autres (- 1.c; - aber auch) :


alors ; aussi ; {il} Jaut que ... [aussi} ! ; decidement; quand meme ; 0
Der muß sich [aber] == in alles einmi- [II] faut aussi qu'il se mele de tout,
sehen! celui-la!
Du bist mir aber == einer! (fam.) Tu me fais un dröle de zozo, toi!
[Es] ist == wahr, Mensch! (fam.) C'est vrai, quoi!
(Au te/ephone, en reponse a une demande:)
So was Dummes [aber] ==! Gerade ist Ah �a, c'est bete, alors! Peter vient
Peter weggefahren, er hätte es dir de partir, il aurait pu te l'apporter!
bringen können!
Zum Donnerwetter ==! Kannst du Enfin quoi ! Tu peux pas debarrasser
denn nicht deine Schuhe aus dem Flur tes chaussures de J'entree!
räumen! (fam.)
Der hätte für seinen Besuch aber == II aurait quand meme pu choisir un
einen anderen Zeitpunkt wählen kön­ autre moment pour sa visite!
nen! (justifie /a mauvaise humeur susci1ee
par la visite ou son annonce)
Was, das soll echtes Gold sein? Nie Quoi, �a, de l'or? Jamais de Ja vie!
im Leben! Du kaufst aber == jeden Decidement, tu achetes n'importe
Dreck! (fam.) quoi!

RESUME & REMARQUE


Fonction generale et effets de sens :
Auch3 porte toujours sur l'ensemble de l'enonce. II y produit divers effets
qu'il semble hasardeux de vouloir ramener a une seule et meme fonction.
generale. On peut observer que tous contiennent l'idee d'une d'une correspon

260
auch3 : particule modale

4. en enonce injonctif, de forme imperative ou en daß : marque que


le comportement demande est (vivement) souhaite parce qu'il est conforme soit
a la situation ou aux usages, soit a un comportement anterieur :
+ le comportement souhaite est conforme a la situation, aux usages : l'exhor­
tation a le caractere d'une recommandation qui peut comporter une nuance de
menace : surtout ; tacher de ; ne pas oublier de ; ne pas s' aviser de ; 0
(Ades enfants:) Seid "' schön °brav [bis Et tächez d'etre sages [jusqu'a notre
wir zurückkommen]! retour]!
...und 0 grüß "' schön! ...et n'oublie pas de dire bonjour!
Aber 0komm "', nicht wie letztes Mal! Mais täche de venir / n'oublie pas
de venir, pas comme I'autre fois!
(A un petit enfant a table:) Ja... natürlich Mais bien sur que tu es un gentil petit
bist du brav... ein liebes Kind, so... gar�on / une gentille petite fille, mais
nun iß aber "' ' mange maintenant!
Daß du mir "' kein schlechtes Zeugnis Et ne t'avise pas de me rapporter
mit nach Hause bringst! un mauvais bulletin!
• le comportement souhaite est conforme a un comportement anterieur : c'est
la coherence des deux comportements qui est alors mise en avant pour justifier
l'exhortation : [mais] alors
(A un enfant:) Du wolltest noch mehr Tu en voulais plus, alors maintenant,
haben, nun iß es "' ' mange!
Du hast dich gegen meinen Willen da­ Tu as choisi contre ma volonte de me
für entschieden, heute abend von mir quitter ce soir, alors il faut te confor­
fortzugehen, dann bleibe "' bei diesem mer a cette decision ta vie durant.
Entschluß dein Leben lang; nur dann Sinon, tu n'es pas un homme.
war es ein männlicher Entschluß. (FKA
69)

S. en exclamative : pour relater et commenter negativement un fait ou un


comportement, en general en soulignant qu'il est a I'origine d'une situation
desagreable (..... aber auch) : aussi ; [il] faut que.. .[aussi] ; comment peut-on... ; 0
a) dans des exclamatives en daß ou en w-
Daß er "' gerade 0 heute kommen muß [II] faut qu'il vienne [justement] au­
[, wo ich soviel zu tun habe]! jourd'hui [alors que j'ai tellement de
choses a faire]!
Daß die Hühner aber "' immer im Ces poules, faut toujours qu 'elles tra­
letzten Augenblick über die Straße versent au demier moment [, aussi] !
rennen!
Daß der Staat aber "' nichts dagegen Mais aussi, qu'est-ce que !'Etat attend
macht! [pour faire quelque chose]!

259
auch4 : element de locutions subordonnantes

• auch wenn p ou auch dann, wenn p (antepose, postpose ou incis):


(Propos d' ethnologue:) "' 0 dann, wenn Les prises de vue directes reussissent
Menschen in Tänze oder andere Tä­ egalement Jorsque !es sujets sont oc­
tigkeiten gerade sehr vertieft sind, cupes a danser ou absorbes par
glücken direkte Aufnahmen. (EVM 31) d'autres activites.
"' wenn kleine Kinder gewohnheits­ La colonne vertebrale encore mal­
mäßig auf demselben Arm getragen leable du jeune enfant peut egale­
oder immer an derselben Hand ge­ ment se dcformer JateraJement lors­
führt werden, kann sich die noch qu'on Je porte systematiquement sur
weiche Wirbelsäule seitlich verbie­ Je meme bras ou qu'on le conduit
gen. (BM 23) toujours par Ja meme main.
"' wenn er scheinbar ruhte, [ ... ] arbei­ Meme lorsqu'il semblait se reposer,
teten [ ... ) tausend Pläne in seinem mille projets se bousculaient dans sa
Kopf durcheinander. (TMB 285) tete.
Wer öffentlich lügt, den schont man On ne menage pas ceJui qui ment pu­
nicht, "' wenn er heimlich die Wahr­ bliquement, meme s'il dit Ja verite en
heit spricht. (Fr 390) prive.
Ist die Willenserklärung eindeutig, Si Ja manifestation de volonte est uni­
entfällt jede Auslegung"' 0dann, wenn voque, toute interpretation est exclue,
der Erklärende eine andere Absicht lors meme que Je declarant aurait eu
gehabt hat. (RVA 31) une autre intention.
• auch[. . .], wenn p
Das gilt natürlich"' [dann], wenn... Cela vaut bien sur aussi dans !es cas
Oll ...
Zu solchen Störungen kann es"' kom­ De tels troubles peuvent egalement
men, wenn das Kind zu schnell se produire lorsque l'enfant grandit
wächst. trop vite.
Die Haftpflichtversicherung muß "' L'assurance en responsabilite civile
0
dann eintreten, wenn grob fahrlässig doit jouer meme si I'accident est du a
ein Unfall verursacht wird. (Ho.2, 109) une negligence caracterisee.
(La riche heritiere a son amant et va/et, que
/eur liaison laisse sceptique:) Ich halt mich Je ne me prends pas pour une grande
für nichts Besonderes, wie du viel­ dame, comme tu le penses peut-etre,
leicht glaubst, und kann mit dir "' le­ et je suis capable de vivre avec toi,
ben, wenn wir's knapp haben. (BPM meme si nous n'avons pas beaucoup
100) d'argent.
b) (auch wenn) p : Ja subordonnee exprime un fait donne comme reel
l'effet produit est concessif si Ja subordonnee est anteposee a l'enonce principal
et restrictif si eile lui est postposee : meme si
• subordonnee anteposee : concede un fait avant que Ja principale n'apporte .
une replique presentee comme plus forte (- zwar)
262
auch4 : element de locutions subordonnantes

dance, d'une concordance, d'une conformite, bref, d'une sorte d'harmonie


entre deux choses (faits ou enonces) mais il est difficile de reconstituer par un
calcul logique le parcours qui mene de cette notion generale aux effets par­
ticuliers, toujours lies a Ja nature et au contenu des enonces en jeu, ainsi qu'aux
situations de communication qui president a leur enonciation.
Rem. : Cet enonce peut egaJement etre produit avec une accentuation forte sur auch, qui fonc­
tionne aJors comme particuJe de mise en reJief postposee. Dans ce cas, J'enonce signifie qu'au
moins un autre enfant a re�u ou recevra quelque chose et qu'a cet autre s'ajoute celui a qui l'on
adresse Je present enonce. Traduction : Si tu es bien sage, tu auras que/que chose, toi aussi.

!auch4 element de Jocutions subordonnantes


Fonction : les locutions en question servent a construire des subordonnees
generalisantes ou concessives, l'emergence de l'une ou J'autre valeur etant
conditionnee par le contenu concret des enonces.
Contextes : Jes subordonnees en [noch} so, wenn ou introduites par des inter-
rogatifs en w-
Positions : variables selon la locution.
Partenaires : ..... immer
Concurrents : ..... selbst ; ..... sogar
Equivalents : egalement ; meme [si] ; malgre ; ne pas empecher de ; peu
importe... ; quiconque ; avoir beau + inf.; bien que ; quand bien meme (litter.);
quel... que ; quelque... que ; ou / quoi que ; si... que ; je ne sais quel... etc.
PLAN: 1. auch wenn p ou auch { 0dann...,] wenn p
a) p exprime une condition, une circonstance : (auch (wenn p))
b) pest une affirmation : (auch wenn) p
2. wenn... auch ou 'verbe... + auch'
3. so + adj./adv. + auch ou auch noch so + verbe
4. avec un pronom en w- : was/wer!... auch [immer]

1. auch wenn p ou auch { 0dann... ,J wenn p ( ..... auch2.2.b) : cette cons­


truction s'analyse selon Je cas en auch ([ 0dann} wenn p) ou en (auch wenn) p, Je
contenu de la subordonnee etant seulement envisage dans Je premier cas (p =
condition, circonstance) et au contraire affirme dans le second (p = fait reel)
a) auch ({ 0dann,J wenn p) : la subordonnee exprime une circonstance ou une
condition simplement envisagees (..... Rem. 1) :
• Fonction: auch etend Ja vaJidite de l'affirmation principale a Ja circonstance ou a Ja condition
evoquees dans Ja subordonnee; cette vaJeur additive prend une coJoration concessive lorsque
circonstance ou condition font attendre autre chose (voire Je contraire) que ce qui est reJate;
• Construction : auch peut etre au contact de wenn, separe par une virguJe ou par dann + vir­
guJe;
• Equivalents : (vaJeur additive :) aussi ; egalement / (valeur concessive :) meme ; (litt.)
lors meme que ; ne pas empecher de

261
auch4 : element de locutions subordonnantes

Wenn sie "" sanft ist, sie ist viel zäher Sa douceur ne l'empeche pas d'etre
als er. (FKM 92) bien plus coriace que lui.
(Transcription d' interview:) Wenn der "" II n'est peut-etre pas au parti, mais
nich in der Partei is, aber zumindest n'empeche qu'il est sympathisant.
is er ein Anhänger (RBP 35)
(Apropos des oligo-elemencs:) Wenn ""je­ Bien qu'il ne s'agisse dans chaque cas
weils nur geringe Mengen davon ge­ que de faibles quantites, ces elements
braucht werden, so dürfen sie doch0
ne doivent pas manquer dans Ja
nicht in der Nahrung fehlen. (BM 41) nourriture.
Wenn sich die Ergebnisse dieser Ar­ Bien qu'il ne soit pas possible de ge­
beiten "" nicht ohne weiteres verall­ neraliser purement et simplement ces
gemeinern lassen, so geben sie doch resultats, ils indiquent tout de meme
deutliche Hinweise auf[ ... ] (KTW 55) clairement que[ ... )
b) q, wenn auch p (postposition) : wenn auch p restreint la portee de q sans
toutefois l'abolir (- l.b): bien que; meme si; quoique; subjonctif impar­
fait ; etc.
Ich war wohl der einzige, der ihn J'etais sans doute le seul a l'apprecier
mochte - weil ich klare Menschen - parce que d'une fai;:on generale
überhaupt liebe, wenn mir "" seine j'aime !es esprits clairs et nets, meme
Humorlosigkeit oft auf die Nerven si j'etais souvent agace par son ab­
ging. (DYe 15) sence d'humour.
Ich danke Dir für das Telegramm. Je te remercie pour Je telegramme. Et
Und es ist gut, denke ich, daß wir uns c'est une bonne chose, je pense, que
einmal telefonisch gesprochen haben. nous ayons pu nous parler au tele­
Wenn wir deshalb ""keineswegs in al­ phone. Meme si i;:a ne nous a pas
len Punkten einig wurden. (SBR 36) permis de nous mettre d'accord sur
tout.
Am nächsten Tag war er ruhig, wenn Le lendemain, il etait calme quoi­
""gedrückt. (FKM 175) qu'abattu.
Er sprach ein ausgezeichnetes II parlait un excellent allemand, bien
Deutsch, wenn "" mit englischem qu'avec un accent anglais.
Akzent. (AEZ 96)
Jemand muß schließlich einmal den II faut bien que quelqu'un, un jour, en
Mut haben, und würde es ihm "" den ait le courage, le monde dfit-il s'a­
0

Kopf kosten. (DGG 43/62) battre sur sa tete.


Mag es "" ein Verbrechen sein, was Quand ce serait un crime de penser ce
wir denken [ ... ) (Dov 11/19) que nous pensons [ ...)
Und wenn ""!
0
Et puis meme! ou (litt.) et quand bien
meme!

264
auch4 : elernent de locutions suhordonnantes

"' wenn es öfters geregnet hat, ange­ Meme s'il a plu assez souvent, le se­
nehm war der Aufenthalt 0 doch. jour a tout de meme ete agreable.
"' wenn du das 0 Gegenteil behauptest, Meme si tu pretends Je contraire, je
ich weiß wohl, daß er sein Bestes ge­ sais bien, moi, qu'il a fait de son
tan hat. mieux.
"'wenn sie (die Römer) keine °Künstler Meme s'ils n'etaient pas des artistes,
waren, wir verdanken diesen Legio­ nous devons a ces legionnaires autant
nären so viel, als man Technikern nur qu'on peut devoir a des ingenieurs et
verdanken kann. (Ff 430) techniciens.
"' wenn in einzelnen Bereichen ein Meme si l'on a atteint une certaine
gewisser Sättigungsgrad erreicht ist, saturation dans quelques secteurs, on
so sind 0 doch noch längst nicht alle est encore loin d'avoir satisfait tous
Bedürfnisse befriedigt. (ZEIT 33/77) les besoins.

+ subordonnee postposee : restreint la portee de la principale sans J'abolir:


Ich war froh über meine kleine J'etais content de ma petite vengeance,
Rache, "' wenn sie ohne Wirkung meme si eile etait restee sans effet.
geblieben war. (IN-EK 23)
Die Strafe war hart, aber sicher nicht La peine etait severe, mais certaine­
ungerecht, "' wenn sie niemandem ment pas injuste, meme si eile ne re­
hilft. (ZEIT 29/76) soud rien.
Ein Urteil ist immer noch nicht ge­ Le verdict n 'est toujours pas tombe.
fällt. Damit hat Malatesta sich abzu­ Malatesta doit en prendre son parti,
finden, "' wenn es ein unangenehmer meme si c'est pour lui une des­
Schwebezustand für ihn ist. (NS 171) agreable situation d'attente.
Ich muß aber sagen, daß mich heute Je dois dire qu'aujourd'hui son com­
sein Verhalten weniger überrascht, portement me surprend moins et que
und daß ich es verstehen kann, "' je peux le comprendre, meme si je
wenn ich es nicht billige. (KSO 330) ne l'approuve pas.

2. wenn auch p ou 'verbe + auch' (--+ 3. et Rem. 2.) : Je contenu de la su­


bordonnee est presente comme n'affectant pas fondamentalement Ja portee de
l'affirmation realisee dans l'enonce principal; cette valeur est modulee selon
que Ja subordonnee est anteposee ou postposee :
a) wenn auch p, q : Je contenu de p est presente comme totalement non
pertinent par rapport a celui de q : avoir beau ; hien que ; rnerne si ; ne pas
ernpecher de ; peut-etre (concessif) ; conditionnel ; subjonctif imparfait ; etc.
Wenn es "' riskant ist ou mag es "' Meme si c'est risque, [moi,l je tente
riskant sein, ich probiere es l 0dochJ. le coup.
Wenn er es "' versuchte, es gelang II eut beau essayer, il ne reussit pas.
ihm nicht.

263
auch4 : element de locutions subordonnantes
Wer "' immer etwas sagen wollte,
0
Quiconque voulait dire quelque
[der] mußte zuerst um die Erlaubnis chose devait commencer par en de­
bitten. mander l'autorisation.
Wer "' immer ihren Boden betritt,
0
Quiconque penetre sur son terri­
fällt unter ihr Gesetz [...] (DUW 238) toire, se rend justiciable de sa loi,
Wo"' immer man in Bangladesh hin­
0
Ou que l'on aille au Bengladesh, on
kommt, man wird umringt von est assailli par !es enfants.
Kindern. (BKu 16,2)
Was "' immer sie sahen, wollten sie
0
Tout ce qu'ils voyaient, ils Je vou­
haben ou was "' immer sie sahen, sie
0
laient.
wollten es haben.
+ dans des expressions non verbales :
"Aber wohin?" dachte er, und es "[...] Mais pour aller ou?", songea-t­
schien ihm unverzeihlich, daß er, von il, et il lui parut impardonnable, quel
wem "' immer und auf so hinterhäl­ qu'en ffü Je responsable et si insidieux
tige Weise, daran gehindert worden que fussent !es moyens employes,
war, dies ein für allemal zu ergrün­ d'etre empeche d'approfondir cela
den. (HLW 67/156) une fois pour toutes.
[...] und erklärte mir, er werde eine Puis il m'expliqua qu'il allait organi­
Sechserparty oben im Spiegelseparee ser une partouse a six dans Je fameux
arrangieren, bei der wären wir alle cabinet des glaces, nous serions tous
nackt, auch er und ich und Barbe, ich nus, lui, moi, Barbe, je ne devais pas
solle nicht mucksen, wenn er dabei broncher s'il prenait des photos ou
Fotos mache oder was sonst"' immer. faisait quoi que ce soit d'autre.
(BBB 153/d'apres 182)
(Le commissaire explique aux enfants:) Und Et parce qu'ils sont malades, ces
weil [diese Männer] krank sind, ver­ hommes essaient d'attirer !es enfants
suchen sie, die Kinder in ein Versteck dans des cachettes pour leur faire du
zu locken, um sie zu verletzen, in ei­ mal, dans une foret ou dans une cave
nen Wald oder in einen Keller, was es ou dans tout autre endroit a l'ecart,
"' immer für verborgene Orte gibt, et ces choses-la se produisent souvent.
und das geschieht sehr oft[ ...]. cove 50)
(Apropos d' etudiants revolutionnaires :) [ ... ] [ ... ] une ideologie qui s'est donnee
eine Weltanschauung [...], die sich die pour objectif la suppression de la li­
Aufhebung der Freiheit der Lehre berte d'enseigner et l'edification d'une
und die Errichtung einer wie "' im­ dictature d 'on ne sait quel type.
mer gearteten Diktatur zur Aufgabe
gestellt hat. (RKZ 44)
b) dans des subordonnees ou expressions hors-phrase et non integrables mar­
quant la concession ou la non-pertinence
+ expressions verbales (subordonnees) : ou que... / quel que... / quoi que... /.
qui que... / etc. + subj. ; peu importe

266
auch4 : element de locutions subordonnantes

3. avec so ou noch so: avoir beau; quel ...que + subj.; si...que + subj.;
malgre + nom ; etc.
So sehr er sich "" anstrengt au mag
0
Quels que soient ses efforts, il ne
er sich "" noch so anstrengen au er
0
reussira pas.
mag sich "" noch so anstrengen, das
0

schafft er nicht.
So 0 klug er "" war ou mochte er "" Si intelligent qu'il füt, Ja, il ne put
0
noch so klug sein, da war er über­ repondre.
fragt.
So 0ft ich es "" versuchte, es gelang
0
J'ai eu beau m'y reprendre a plu­
mir nicht. sieurs fois, je n'ai pas reussi.
So verlockend dein Angebot "" sein Si seduisante que soit ta proposition,
mag - ich kann es leider nicht anneh­ je ne peux malheureusement pas l'ac­
men. (HWR 138) cepter.
So hartnäckig und unermüdlich er "" Malgre toute son obstination et son
vorging, seine Tätigkeit schien ihn zu energie, son travail semblait l'en­
langweilen, bis er eben in einen Fall nuyer, jusqu'au jour ou il fut engage
verwickelt wurde, der ihn plötzlich dans une affaire qui soudain en fit un
leidenschaftlich werden ließ. (DVe 16) passionne.
So wichtig und so erfolgreich die Quels que soient l'importance et !es
verschiedenen Formen der Erwachse­ succes des diverses formes de forma­
nenbildung "" sind, sie erfassen nur tion des adultes, elles ne touchent
einen kleinen Teil der Menschen. (RKZ qu 'un petit nombre de personnes.
157)
Die Handlungsfreiheit der Staaten ist, Quelle qu'ait toujours ete Ja volonte
so sehr sie "" immer auf ihre "Souve­ des Etats de se prevaloir de leur
ränität" pochten, niemals absolut ge­ "souverainete", leur liberte de ma­
wesen. (PR 170) nceuvre n'a jamais ete totale.
Alle diese Argumente, sooft sie "" On peut repeter tous ces arguments
wiederholt werden, sind keine aussi souvent que l'on veut, ils ne sont
Einwände gegen die Wahrheit der pas pour autant des objections contre
Sprachen. (WLL 29) la verite des langues.

4. avec un int errogatif quelconque ( ..... immer4 ) :


a) dans des expressions, verbales ou non, membres de phrase a valeur genera­
lisante : taut ce que... ; quiconque ; etc.
Rem. : Ces expressions sont normalement integrees a la phrase, mais peuvent s'en trouver
exclues pour des raisons grammaticales (congruence casuelle) ou stylistiques (mise en reliet).
• dans des expressions verbales (subordonnees relatives) :
Wer "" 0 immer Hilfe braucht, dem II faut aider quiconque a besoin
muß man helfen. d'aide.

265
auch4 : element de locutions subordonnantes I bilan

• expressions non verbales :


Ich wies sie an, die Leiche ins patho­ Je leur dis de transporter le cadavre a
logische Institut zu bringen, was sie - ! 'Institut de Pathologie, instruction
aus welchen Gründen "' immer - que, pour je ne sais quelle raison,
murrend, aber ohne lauten Wider­ ils enregistrerent en grommelant mais
spruch zur Kenntnis nahmen. (MGW 94) sans contester ouvertement.
Hatte ich mein Gesicht nicht genug Avais-je mal contröle mon visage,
beherrscht, hatte sein Wort vom cette fa�on de dire qu'il etait parfois
"Philosophischen", das ihn zuweilen "pris de l'envie de philosopher" avait­
"überkomme", meine Ironie zu offen­ elle provoque chez moi une reaction
sichtlich herausgefordert? Wie "' im­ ironique trop visible? Quoi qu'il en
mer, ich muß in einer Weise gelächelt soit, j'avais eu sans doute un sourire
haben, die ihm mißfiel. (BBB 193-194/ct'a. qui lui avait deplu.
pres 226)

REMARQUES
Rem. 1 : Les emplois de cette rubrique relevent fondamentalement de auch2. Ils ont ete pre­
sentes ici pour permettre une meilleure discrimination par rapport aux emplois traites ci-apres.
Rem. 2 : Exceptionnellement, on peut trouver ob au lieu de wenn en prose litteraire classique :
"Warum willst du sie so streng bestrafen? Tut Pourquoi la punir d'une fayon si severe? Ne te
sie dir gar nicht leid, die Kleine?" [ ... ] fait-elle pas pitie?
"Ob sie mir nicht leid tut, fragst du? Darauf - Tu me demandes si eile me fait pitie? A
sage ich: heute nicht mehr. Ihr ist jetzt leicht, cela je te repondrai : eile ne me fait plus pitie.
seit sie bestraft ist, ob's ihr� bitter scheint." Depuis que je l'ai punie - meme si la peine
(SZA 37/51) lui parait amere - eile est soulagee.

BILAN

Ambiguites et ambivalences
1. Entre auch2 (particule de mise en relief) et auch3 (particule mo­
dale) :
• auch2: Wenn du schön brav bist, be­ Si tu es bien sage, toi aussi, tu auras
kommst du o,,, was. quelque chose.
• auch3: Wenn du schön brav bist, Si tu es bien sage, [eh bien] tu auras
be 0 kommst du "' was. (..... auch3 1.b) quelque chose. (conformite entre condition
et consequence)
• auch2: Bist du o,,, artig gewesen? Tu as ete sage, toi aussi? (convient-il
de te ranger parmi ceux qui ont ete
sages?)
• auch3: Bist du "' 0artig gewesen? Tu as ete sage, au moins? (demande
de confirmation un peu soup�onneuse) ·

268
auch4 : element de locutions subordonnantes

0
Was er== sagt/ sagen mag, ich bleibe Quoi qu'il dise / puisse dire, je n'en
dabei. demordrai pas.
"Was auf diesem Schiff == passieren "Quoi qu'il se passe sur ce bateau, il
wird, es wird nie seine Position ver­ ne quittera pas son point d'attache.
lassen. Alles andere kann geschehen, Tout peut arriver, mais pas cela. Ce
aber nicht das. Das Schiff bleibt bateau restera Ja."
hier." (SLF 56/d'apres 55)
0
Wer es == getan hat, er ist ein Quel qu 'il soit, celui qui a fait cela
Dumm-kopf. est un imbecile.
Ich pfeife auf eine Zukunft mit einem Je me moque pas mal de bätir mon
Mann, mit wem == immer. (SBR 48) avenir avec un homme, quel qu'il
soit.
0
Wie dem == sei, wir können nicht Quoi qu'il en soit, nous ne pouvons
länger warten. pas attendre plus longtemps.
Wie dem == sei: Du bist ein Mann in Quoi qu'il en soit : tu es dans Ja
den besten Jahren. (HWR 135) force de l'äge.
(Sur une baruiero/e de manifestants:) Wie er Quoi qu'il fasse et quelles que
== droht, was er == macht, wir werden soient ses menaces, nous sortirons
siegen in dieser Schlacht. (SPIEGEL vainqueurs de cette lutte.
I 1/76, 54)
Wie == immer die richtigen Zahlen Peu importe les chiffres exacts : il
lauten - es ist höchste Zeit für ein­ est grand temps de legiferer dans ce
schlägige Gesetze. (ZEIT 1/1980, p. 50) domaine.
Wo wir diesen Begriff (Ursache)== an­ Dans quelque domaine que nous ap­
wenden, [ ... ] immer nehmen wir ge­ r ...
pliquions ce concept 1 nous ne per­
nau genommen nur eine zeitliche Fol­ cevons, en toute rigueur, jamais autre
ge wahr, ein Nacheinander. (AGP 240) chose qu'une succession dans le temps.
Die beiden Häftlinge haben sich um­ Les deux detenus se sont suicides pour
sonst umgebracht - wofür oder woge­ rien, quelle que soit la cause pour
gen sie == demonstrieren wollten. (ZEIT ou contre laquelle ils voulaient mani­
11/1976, 6) fester.
Ich bezweifle diese Berichte nicht. Je ne rnets pas ces recits en doute.
Aber wovon sie == reden, sie klingen Mais de quoi qu'ils parlent, c'est
triumphierend. (EDD 23) toujours sur un ton triomphaliste.
Aber wie lange er == verharrte, der II avait beau attendre, l'autre ne re­
andere kam nicht zurück. (HLW 60/151) venait pas.
Hilde Isenbüttel, von welcher Seite On pouvait la rencontrer n 'importe
man sie == ansah, wo man sie == traf, ou, Ja regarder sous n'importe quel
schien, wenn nicht zu lachen, so doch angle, Hilde Isenbüttel paraissait tou­
lachbereit [ ... ] (SLD 176) jours sinon sourire, du moins prete a
sourire ...

267
auch: bilan

+ auch en post-V2: (2) particule de mise en relief affec­


tant Er:
[ ... ] Er war "" meilenweit davon ent­
fernt, sich durch die Welt der Poesie Lui aussi etait a mille lieues de se lais­
sonderlich beeindrucken zu lassen. ser particulierement impressionner
(HLW22) par Je monde de Ja poesie.
(3) particule modale a fonction expli­
cative:
II est vrai / il faut dire qu'il etait a
mille lieues de se laisser [ ... ]

2. Deuxieme exemple :
+ auch en position pre-V2: ( 1) adverbe connecteur
Die Enge unter dem Dach, und daß Qu'il y eut si peu d'espace sous Je toit
die Mansarde nur über eine steile et que l'on dut emprunter un escalier
Treppe zu erreichen war, dies schien assez raide pour gagner Ja mansarde,
ihnen zu gefallen, "" lächelten sie ein­ cela parut leur plaire, de meme
verständig, als sie die Betten mit den qu'ils eurent un sourire de connivence
aufgetürmten Plumeaus sahen. (HLW en apercevant !es lits sunnontes de gi­
81/166) gantesques couettes.
+ meme exemple avec auch en post­ (2) particule de mise en relief affec­
V2: tant la subordonnee en als :
[...] Sie lächelten "" einverständig, als Ils eurent egalement un sourire de
sie die Betten mit den aufgetürmten connivence en apercevant !es lits sur­
Plumeaus sahen. (d'aprcs HLW 81) montes de gigantesques couettes.
(3) particule modale marquant Ja
concordance entre Je fait present et Je
fait anterieur :
! ... ] Aussi eurent-ils un sourire de
connivence en apercevant !es lits sur­
montes de gigantesques couettes.
Rem.: On voit que seule Ja prise en compte
du contexte arnont pennet de bien interpreter
auch et l'enonce ou il figure.

3. Troisieme exemple: ambigu"ites multiples:


Du hättest "" singen können
a) auch particule de mise en relief postposee a du
' Du hättest auch singen können. Toi aussi, tu aurais pu chanter.
0 0

270
auch: bilan

2. Entre auch2 (particule de mise en relief) et auch3 (particule mo­


dale) :
Sauly war es egal, was mit ihm gemacht wurde. War ihm ""ziemlich egal, was
der Doktor sagte. (CMB 99)
Dans Je deuxieme enonce, auch pourrait etre compris comme particuJe modale
exprimant une concordance avec Je contenu reJate dans Je premier : Du reste,
r;a lui etait egal, ce que disait le docteur. Mais Ja repetition du meme predicat
(egal sein) dans !es deux phrases incite a comprendre auch comme particule de
mise en reJief a valeur additive : ll se moquait egalement de ce que disait le
docteur.

3. Entre auch! (adv. connecteur) et auch2 (particule de m,ise en re­


lief) :
(A propos d'animaux:) Der Mann weiß also genau, weshalb er sich so beeilt, er
weiß "", weshalb er das Weibchen nicht mehr in der Nähe des Nestes duldet.
(KLT34)
On peut ici comprendre auch comme adverbe connecteur initialisable en posi­
tion pre-V2 (auch weiß er, weshalb ...) ou comme particuJe de mise en relief
portant sur Ja subordonnee compJetive en weshalb, elle-meme anaphorisabJe
par das (auch das weiß er). Dans les deux cas, auch conserve sa vaJeur addi­
0

tive, ce qui fait que Ja difference d'analyse syntaxique n'a ici aucune conse­
quence pour l'interpretation semantique : Le male sait donc parfaitement
pourquoi il se hate tellement; il sait aussi pourquoi il ne laissera plus la femelle
approcher du nid. (trad. p.50)

4. Note sur les ambigu1tes de Ja position post-V2 :


La frequence moins elevee de Ja position post-V2 de auch adverbe connecteur
peut s'expliquer par !es risques de confusion qu'entraine cette position, ouverte
aussi a auch particuJe de mise en relief et a auch particule modale. Dans les
exemples suivants, la premiere traduction rend compte de l'emploi de auch en
pre-V2 (adverbe connecteur) tandis que Ja seconde propose une ou deux inter­
pretations possibles, voire naturelles de auch en post-V2, comme particule de
mise en relief a valeur additive ou comme particule modale marquant Ja
concordance entre deux faits ou enonces
1. Premier exemple
+ auch en position pre-V2 : (1) adverbe connecteur
Hohenleitner blätterte in dem Buch Hohenleitner feuilleta Je livre en fai­
mit einer Miene, als könne er dem sant mine de ne pouvoir partager
Enthusiasmus des Schulfreundes nicht l'enthousiasme de son camarade d'e­
vertrauen, "" war er meilenweit davon cole, etant du reste a mille lieues de
entfernt, sich durch die Welt der se laisser particulierement impres­
Poesie sonderlich beeindrucken zu sionner par Je monde de Ja poesie.
lassen. (HLW 22)
269
auch nur
auch nurt : combinaison de particules
auch nur2 : particule de mise en relief

jauch nurt combinaison de particules j

Fonction : auch peut etre adverbe connecteur a valeur additive (auch'), parti­
cule de mise en relief de meme valeur (auch 2 ), particule modale marquant Ja
concordance entre deux faits (auch3) ou element de locution ou de construc­
tion subordonnante (auch4) ; nur est toujours particule de mise en relief mar­
quant l'exclusivite.
Contextes : divers types de phrase, selon !es fonctions de auch; mais se ren­
contre surtout en declarative et dans !es subordonnees correspondantes.
Position : toujours en post-V2 (en declarative).
Accentuation : faible pour !es deux elements, sauf auch dans sa fonction de
particule de mise en relief (auch 2 ).
Partenaires : oder [auch ] ; wenn [auch ]
Equivalents : • auch : aussi; meme [si]; voire; [il] faut dire que; ... 0
• nur :juste; seulement; simple[ment]; ne...que;jusqu'a...

PLAN : 1. adverbe connecteur + particule de mise en relief


2. particule de mise en relief + particule de mise en relief
3. particule modale + particule de mise en relief
4. element de construction subordonnante en wenn ou a Vl
+ particule de mise en relief

1. adverbe connecteur + particule de mise en relief:


• auch marque l'ajout d'une information ou d'une possibilite alternative (avec
vielleich t ou wah rsch einlich) ; non accentue (--auch') : meme ; voire ; 0
• nur marque l'exclusivite et entraine l'accentuation forte de l'element ou du
membre qu'il affecte sans etre lui-meme accentue (-- nur2) : ne... que;juste;
seulement; simplement
Vielleicht aber ist es "' "' ein alter, Mais peut-etre n 'est-ce qu 'un vieux
kindisch gewordener Großvater, grand-pere retombe en enfance et
0

dessen er sich schämt. (SAA 336) dont il a honte.


Vielleicht tun die Mütter "' "' 0 so, als Mais peut-etre que !es meres font
ob sie es vergäßen. (GBEI9) juste semblant d'oublier.
Vielleicht wollte sie ihn "' "' auf die Mais peut-etre voulait-elle simple­
0
Probe stellen? (ATM 57) ment le mettre a l'epreuve?

272
auch: bilan

b) auch particule de mise en relief portant sur singen


Du hättest auch 0 singen können Tu aurais pu chanter aussi.
(= auch 0singen hättest du können) (= panni !es choses que tu aurais pu faire et
que tu n 'as pas faites, ce dont je te fais Je re­
proche, il y avait aussi l 'action de chanter.)

c) auch adverbe connecteur pour evoquer un autre possible :


Du hättest auch 0 singen können. Tu aurais pu chanter aussi.
(= auch hättest du singen können) (= tu as choisi de faire autre chose, mais
chanter figurait panni !es actions possibles)

d) auch particule modale a fonction justificative :


Du hättest auch singen können Mais aussi, tu aurais pu chanter ou
[, Mensch!] tu aurais pu chanter, aussi.
(= si tu l'avais fait, tu n'aurais pas ete mis au
ban du groupe)

Auch2 et ses concurrents selbst et sogar: - sogar

271
auch nurl : combinaison de particules
2. particule de mise en relief + particule de mise en relief :
• auch marque un ajout; est postpose a J'element SOUS Sa portee; Ce demier re­
t;Oit frequemment une accentuation forte accompagnee d'une intonation mon­
tante, auch etant lui-meme accentue (- auch2 3.) : aussi
• nur marque l'exclusivite; est prepose a l'element qu'il affecte (- nur2 ) : ne...
que; juste
° °
' Ich bin ==== ein
0
Mensch. (MSL 470) Moi aussi, je ne suis jamais qu' un
homme.
' Ich bin nämlich == == durch ein
0 0
Moi aussi, c'est juste a cause d'un
0
Mißverständnis hier. (CHP30) malentendu que je me retrouve ici.
Vorher hast du geschimpft, daß du Avant, tu rälais parce que tu n'as, toi
jetzt 0==== Tarif bekommst. (MSL 440) aussi, que Je saJaire minimum.
Aber Kultur hat für mich einen prak­ Mais pour moi, la culture a une va­
tischen Wert, sie muß hilfreich sein. leur pratique, eile doit etre utile. C'est
Das sind die Erfindungen und die Je cas des grandes inventions et des
großen Entdeckungen, die haben der grandes decouvertes, qui, elles, ont
Menschheit geholfen. Aber Literatur, ete utiles a l'humanite. Mais Ja littera­
Poesie, die ganze Kunst, sie tröstet, ture, la poesie, l'art dans son entier,
das ist alles. Sie überspringt die Rea­ ils n'ont qu'une fonction de consola­
litäten, um die Menschen zu trösten. tion. Ils font abstraction des realites
Das ist 0==== Religion. Hilfreich, aber pour consoler !es hommes. <;a ne vaut
nicht real. (CHP 39) p a s mieux que Ja religion.
Secourable, mais a cöte du reel.
[D]er Geschichtslehrer, dessen Er­ Le professeur d'histoire, dont l'eton­
staunen dabei rasch mehr und mehr nement grandissait a vue d'reil, ne put
wuchs, konnte am Schluß == == das­
0
finalement, lui aussi, que faire le
selbe konstatieren: [... ] (KTG 195) meme constat: [ ...]

3. particule modale + particule de mise en relief :


• auch marque Ja concordance entre deux faits, le second pouvant expliquer le
premier ou etre situe dans son prolongement (- auch3 l.b/c/d; 5.) : d' ailleurs ;
[i[J faut dire que ; 0
• nur marque l'exclusivite et entrafoe l'accentuation forte de l'element sous sa
portee (- nur2 ) : ne... que / guere ; juste
Der Marchese [ ... ] legte auf seinen Le marquis n'attachait aucune impor­
TiteJ keinerlei Wert und ließ sich "' "' tance a son titre; il n 'aimait guere
0
ungem mit ihm anreden und nur von qu'on Je lui donne et ne Je tolerait que
Staatsdienern, bei denen er sich damit de Ja part de fonctionnaires dont iJ es­
Respekt zu verschaffen hoffte [...]. comptait ainsi inspirer Je respect.
(ATM39)

274
auch nur! : comhinaison de particules

Der Frau, die mir gefiel, gefiel ich Le femme qui me plaisait ne m'a pas
nicht lange. Zum Beispiel mißfiel ihr, supporte longtemps. Par exemple, eile
daß [ ...] Wahrscheinlich haben mir "' n'aimait pas que [ ...]. Sans doute que,
0
"' ihre Brüste gefallen, die schön de mon cöte, je n 'avais trouve de
birnenförmig waren, die rechte grö­ charme qu'a ses seins qui avaient une
ßer als die linke, was sie seltsamer­ belle forme de poire, Je droit plus
weise nie zugeben wollte. (ATM 86) gros que le gauche, ce que curieuse­
ment eile ne voulut jamais admettre.
(Description d' un corps d' un homme assas­
sine:) Der dunkelblaue Anzug zeigte Le complet, bleu sombre, n'avait au­
keinerlei Risse, und man sah "' "' cune dechirure et on n'y voyait qu'as­
0
wenig Staub daran. Kein Blut. Er sez peu de poussiere. Pas de sang. II
war kaum zerknittert. etait a peine froisse. (SMW 31-32/36)

+ avec oder (- auch nur2 1.; - auch ! 4.)


Was aber, wenn Hans inzwischen eine Mais que se serait-il passe, si Hans
andere Frau oder "' "' Ida nicht mehr s'etait, entre-temps, amourache d'une
0
liebte; (MMÜ 74/d'aprcs 73) autre femme ou s'il avait simple­
ment cesse d'aimer Ida;
Ach Paulchen, sei dem armen Träu­ Paulchen, soit indulgente pour Je pau­
mer gnädig, der jetzt nicht weiß, ob vre reveur qui ne sait pas, sur l'ins­
er dich wirklich sah oder "' "' ein tant, s'il t'a vue ou s'il n 'a saisi que
0
Schattenbild seiner inneren Wünsche l'ombre projetee de ses desirs intimes.
faßte. (KTG41)
Jetzt aber, an der Front, war's ihm Mais maintenant qu'il etait au front, il
unangenehm, wenn jemand von Gott n'aimait pas que l'on se mette a parler
zu sprechen begann, ernsthaft oder "' de Dieu, que ce füt serieusement ou
"' im 0 Leichtsinn, wie eben Hartleben. seulement pour plaisanter, comme
(ETG11) Hartleben a l'instant.
Elster, Ente, Rotkehlchen und viele Les pies, les canards, les rouges­
andere Vögel ziehen sich fluchtbereit gorges, et beaucoup d'autres oiseaux
sofort zurück, wenn sie eine Katze, reculent, prets a Ja fuite, des qu'ils
einen Fuchs oder "' "' ein °Eichhöm­ apen;:oivent un chat, un renard, voire
chen erblicken. (KLT 47/d'aprcs 72) un simple ecureuil.
Ich weiß, daß ich schon längst durch Je sais que quelques observations cri­
einige kritische Äußerungen oder "' "' tiques voire tout simplement la
durch skeptisches Infragestellen von remise en cause de certaines choses
manchem, was bisher unbesehen fort­ que l'on continue de faire sans exa­
geführt worden ist, bei einigen kon­ men m 'ont depuis longtemps valu
servativen Gemütern in den Verdacht d'etre soupc;:onne par certains esprits
geraten bin, ein "Bilderstürmer" zu conservateurs d'etre un "iconoclaste".
sein. (HPR 128)

273
auch nur2 : particule de mise en relief

Nein, die Geschichte war nicht Non, l'histoire n'etait pas mauvaise, et
schlecht, und sie sollte immer besser eile n 'allait cesser de s' ameliorer.
werden. Allerdings - wann sollte Mais quand viendrait Je moment ou
Thomas sie in seinem Club erzählen Thomas pourrait la raconter dans son
dürfen, wann seinen Club "' 0 wieder­ club? Quand Je reverrait-il seule­
sehen? (JMSK 30) ment, son club?
Niemand, am wenigsten die jeweils Les gens, et plus particulierement les
direkt Betroffenen, 0 ahnten "', daß erpersonnes directement concernees,
in ausgeruhten Perioden spielend bis etaient a mille Heues de se douter
zu vier Freundinnen gleichzeitig be­ que dans Jes periodes Oll iJ etait re­
wältigte, denn er war ebenso rüstig pose, il etait capable, sans probleme,
wie verschwiegen. (JMSK 26) de mener de front jusqu 'a quatre liai­
sons a la fois, car sa vigueur n'avait
d'egale que sa discretion.
Kein Mensch hätte bei ihrem Anblick Personne, en Ja regardant, n'aurait pu
"' zu 0 ahnen vermocht, was an diesem se douter de ce qui s'etait passe ce
Tag in der Avenue Marigny passiert jour-la avenue de Marigny et encore
war, und noch weniger, was sich so­ moins de ce qui venait de se passer
eben in all dem Blau dieses Boudoirs dans tout le bleu du boudoir. (SMZ 196-
ereignet hatte. 197/178)

Wenn es um Politik ging oder um et­ Quand il s'agissait de politique, ou de


was, das "' an Politik 0 rührte, exis­ quoi que ce soit touchant a Ja poli­
tierte Maigret nicht mehr. In solchen tique, Maigret n'existait plus. II avait
Fällen beherrschte er die Kunst, eine l'art, alors, de prendre un air vague,
undurchdringliche, fast dümmliche presque stupide. (SMZ 130/119)
Miene aufzusetzen.

b) Je predicat inclut le complement immediat du verbe


Er wagte nicht, "' daran zu 0 denken. II n'osait meme pas y penser.
0
Bevor er es "' richtig formu lieren La question lui echappa avant meme
konnte, rutschte es ihm schon he­ qu'il ait pu trouver une fonnulation
raus: "Nimmt sie eigentlich die Pille correcte : "Elle prend la pilule ou
oder was?" (IRS 15) quoi?"
Ich folgte ihr langsam, machte keinen Je la suivis lentement sans essayer de
e
Versuch, sie einzuholen oder "' im Ja rattraper ni m m e de la garder
0
Auge zu behalten, während sie [ ... ] dans mon champ visuel tandis qu'elle
zu unserer Wohnung lief. (AEZ 229) avan�ait vers notre appartement.
Sie könnte heiraten, Kinder kriegen, Elle pourrait se marier, avoir des en­
nach Indien trampen, in eine Kom­ fants, aller en lnde en stop, aller vivre
mune ziehen oder in einem Nachtklub dans une communaute ou travailler
arbeiten, ohne uns "' um 0 Erlaubnis dans une boite de nuit sans m e m e
zu fragen. (IRS 14-15) nous demander Ja pennission.

278
auch nur' : comhinaison de particules

Mit Ihnen hat man aber == == Ärger!


0
(Commenta1if:) Avec vous, on n'a que
(JMSK 65) des contrarietes /(Explica1if:) Faut dire
qu'avec vous, on n'a que des ennuis.
"Ich kann Ihnen leider nur wenige "Je ne peux malheureusement vous
Minuten zur Verfügung stehen", sagte accorder que quelques minutes, dit
Bonnet, "Sie wissen"... "Ich weiß, der Bonnet, vous savez..." Le reporter
Empfang im 'Ritz"', fiel der Reporter l'interrompit : "Je sais, Ja reception au
ein, "ich habe == == noch eine Frage : 'Ritz'. Mais je n'ai plus qu'une ques­
Mußten Sie sich den Frack leihen tion : votre habit, vous l'avez loue?"
oder nicht?" (KTG I 78)
GROTZINGER: [ ... ] Ja, Härt!, es tut mir GROTZINGER: Ecoutez, Härt!, je suis na­
leid. [ ... ] Als Vorarbeiter kann Sie vre. Une entreprise qui a des ma­
kaum mehr ein Betrieb einstellen, der chines modernes ne peut plus guere
ein paar moderne Maschinen hat. Sie vous embaucher comme chef d'e­
können sie nicht bedienen. Das ist quipe. Vous ne savez pas vous en
nicht böse gemeint gegen Sie, aber als servir. Ce n'est pas une critique, mais
Vorarbeiter muß man auf der Höhe un chef d'equipe doit etre a Ja hau­
der Zeit sein. teur.
HÄRTL: Das - das ist schad. Ich wollt HÄRTL: Ben... tant pis. De toute fa­
mich == == erkundigen. Dann geh ich �on, je voulais j uste me renseigner.
jetzt. Auf Wiedersehen! (MSL 425) Bon, je m 'en vais. Au revoir!
Am allerliebsten aber erzählte Gigi Ce que Gigi aimait Je plus, c'etait ra­
der kleinen Momo allein, wenn nie­ conter une histoire quand il n 'y avait
mand sonst zuhörte. Meistens waren que Momo pour l 'ecouter. Le plus
es Märchen, denn die wollte Momo souvent, il s'agissait de contes de fees,
am liebsten hören, und es waren fast car c'etait ce que Momo preferait, et
immer solche, die von Gigi und dans ces contes, il etait presque tou­
Momo selbst handelten. Und sie wa­ jours question de Gigi et de Momo.
ren == == für sie beide bestimmt und D'ailleurs, ils n'etaient destines qu'a
hörten sich ganz anders an als alles, eux seuls et ne ressemblaient a aucune
was Gigi sonst erzählte. (MEM 48) des autres histoires que racontait Gigi.
Hat man Ihnen schon gesagt, wie ähn­ Vous a-t-on deja dit a quel point vous
lich Sie Robert Redford sind. ressemblez a Robert Redford.
Sie haben es bemerkt, sagte der Mann Vous l'avez remarque, dit l'homme en
und hob stolz seinen Kopf, den er bis relevant fierement Ja tete qu'il avait
dahin in eine Hand gestützt hatte. Das jusqu'alors appuyee sur Ja main. C'est
ist sozusagen meine Dienstkleidung, pour ainsi dire ma tenue de service,
ich verhöre == == unsere weiblichen et d'ailleurs je n'interroge que !es
Häftlinge, an Männern verfehlt dieser detenues; en face d'hommes, ce type
Typ die Wirkung, im Gegenteil : sie physique perd son efficacite; au
reagieren eher aggressiv, weil [ ... ] contraire : ils reagissent plutöt sur le
(MMÜ 66/d'aprcs 65) mode agressif, car [...].

275
auch nur2 : particule de mise en relief

Er konnte sich nicht daran erinnern, II ne se souvenait pas avoir jamais ete
jemals in seinem Leben eifersüchtig jaloux dans sa vie ou avoir eprouve
gewesen zu sein oder""einen °Hauch ne füt-ce que l'ombre de ce senti­
von dem empfunden zu haben, wovon ment qui empoisonnait manifestement
ganz offensichtlich 99 Prozent der Ja vie de 99 pour cent de l'humanite.
Menschheit tagtäglich gebeutelt wur­
den. (IRS 65)
Ich schwör's Ihnen, keiner von denen Je vous Je jure, il n'y en a pas un
kann""ein °Husterchen mehr als ich. pai:ni eux qui soit plus qualifie que
(BSP II) m01.
Ich wünschte, ich hätte ""ein °Quent­ J'aimerais avoir ne füt-ce qu' u n
chen dieser Courage! (HLW 22/d'apre