Vous êtes sur la page 1sur 2

E.N.I.T.

Unité Pédagogique de Mathématiques Appliquées


Examen – Analyse Numérique Janvier 2014
Classes : 1ère année: GC–GI–GHE–MIndS–GM, 2ème année: GM Durée 1h30
Documents non autorisés 02 pages

Exercice 1. Soit α ∈ I la racine simple et unique d’une fonction f de classe C 3 sur l’intervalle
I. On suppose que α est un point fixe d’une fonction g de classe C 3 sur I vérifiant g(I) ⊂ I et
g 0 (α) 6= 0.
1. Rappeller la méthode de Newton pour calculer α comme racine de f . Quel est l’ordre de
convergence de cette méthode ?
2. Rappeler la méthode du point fixe pour calculer numériquement α comme point fixe de g.
Dans quel cas cette méthode est localement convergente et quel est son ordre de
convergence dans ce cas ?
1
3. Soit β = et on suppose de plus que f 00 (α) = g 00 (α) = 0. On propose la méthode
f 0 (α)g 0 (α)
itérative suivante: 
x0 ∈ I
, (1)
xn+1 = xn − βf (g(xn ))
où f (g(xn )) désigne f og(xn ).

(a) Montrer que la méthode (1) est localement convergente pour calculer α.
(b) Montrer qu’elle est d’ordre de convergence au moins 3.

Exercice 2. Soit le problème de Cauchy


 0
y (x) = f (x, y(x)), x ∈ [a, b]
(2)
y(a) = y0 ,

pour f une fonction de classe C 2 ([a, b] × R). On suppose qu’il existe L > 0 et M > 0, telles que

∂f ∂f
|f (x, y) − f (x, z)| ≤ L|y − z| et | (x, y) − (x, z)| ≤ M |y − z|, ∀ x ∈ [a, b], ∀ y, z ∈ R
∂x ∂x
On considère, pour N ∈ IN ∗ , la subdivision a = x0 < x1 < ... < xN = b avec xn = a + nh et pour
b−a
h= et N ∈ IN ∗ .
N
Afin de résoudre numériquement (2), on considère, pour y0 donné, le schéma suivant

y0 donné
(Sc),
yn+1 = yn + hf (xn , yn + λhf (xn , yn )) + λh2 ∂f
∂x (xn , yn )

où λ est un paramètre réel.


1. A quoi correspond ce schéma pour le cas particulier λ = 0 ?
2. Montrer que le schéma (Sc) est stable pour tout réel λ.
3. Le schéma (Sc) est-il consistant avec l’équation y 0 (x) = f (x, y(x)) ?
4. Le schéma (Sc) est - il convergent ?
5. Déterminer λ pour que le schéma (Sc) soit d’ordre de convergence au moins 2.

6. Pour la valeur trouvée de λ pour que (Sc) soit d’ordre au moins 2, on pose dans la suite
f (x, y) = −γy avec γ > 0, a = 0 et y0 6= 0.
(a) Quelle est la solution exacte du problème de Cauchy sur [a, b].
(b) Montrer que le schéma précédent peut se mettre sous la forme yn+1 = P (γh)yn où P
est un polynôme de degré 2 à préciser et en déduire yn en fonction de y0 , h et n.
(c) Montrer qu’il existe une constante C > 0 indépendante de h telle que
1
max |(1 − hγ + h2 γ 2 )n y0 − y0 e−γnh | ≤ Ch2 .
0≤n≤N 2

Exercice 3. On note IP4 l’espace vectoriel des polynômes à coefficients réels de degré inférieur
ou égal à 4. Soit f une fonction de classe C 5 sur [0, 1].
1. Montrer qu’il existe un unique polynôme P ∈ IP4 vérifiant

P (0) = f (0), P (1) = f (1), P 0 (0) = f 0 (0), P 0 (1) = f 0 (1) et P 00 (0) = f 00 (0). (3)

2. Montrer que pour tout x ∈ [0, 1], il existe ξx ∈ [0, 1] vérifiant

f (5) (ξx ) 3
f (x) − P (x) = x (x − 1)2 .
5!
Indication : On pourra considérer, pour x ∈
/ {0, 1} fixé, la fonction F définie pour
t ∈ [0, 1] par :
E(x)
F (t) = E(t) − π5 (t),
π5 (x)
avec E(t) = f (t) − P (t) et π5 (t) = t3 (t − 1)2 .
3. Si f est une fonction polynôme, montrer que le polynôme P vérifiant (3) est le reste de la
division euclidienne de f par le polynôme π5 (x).

Vous aimerez peut-être aussi