Vous êtes sur la page 1sur 6

Feuille d'exercices n◦ 1

Logique - Ensembles

EN1D2 Lycée Gustave Eiel.

Exercice 1. ˇ“
Soit f une application de R dans R. Traduire à l'aide de quanticateurs les propositions suivantes
ainsi que leur négation.
1) f est majorée sur R, 7) f est constante sur un intervalle I ,
2) f ne s'annule jamais, 8) f ne prend jamais deux fois la même valeur
3) f n'est pas la fonction nulle, sur l'intervalle I .
4) f atteint toutes les valeurs de N, 9) f est croissante sur un intervalle I .
5) f n'est pas impaire, 10) f s'annule une fois exactement sur l'inter-
6) f est à valeurs positives, valle I ,
Exercice 2.
Dire si les armations suivantes sont vraies ou fausses
1) Je sais que ((P1 ∧ P2 ) ⇒ P3 ), j'en conclus P1 ⇒ P3 .
2) Je sais que ((P1 ∨ P2 ) ⇒ P3 ), j'en conclus P1 ⇒ P3 .
3) Je sais que (P1 ⇒ P3 ), j'en conclus (P1 ∨ P2 ) ⇒ P3 .
4) Je sais que (P1 ⇒ P3 ), j'en conclus (P1 ∧ P2 ) ⇒ P3 .
5) Je sais que ((P1 ∨ P2 ) ⇒ P3 ), j'en conclus (P1 ⇒ P3 ) ∧ (P2 ⇒ P3 ).
6) Je sais que ((P1 ∨ P2 ) ⇒ P3 ), j'en conclus que si P1 est vrai alors (P2 ⇒ P3 ).
7) Je sais que ((P1 ∧ P2 ) ⇒ P3 ), j'en conclus que P1 ⇒ (P2 ⇒ P3 ).

Exercice 3.
Compléter avec "il faut", "il sut", ou "il faut et il sut" :
1) Soit n appartenant à Z. Pour qu'il existe m appartenant à Z tel que m = n, ?. que n soit positif
2

ou nul.
2) Soit x appartenant à R. Pour qu'il existe t appartenant à R tel que t = x, ?. que x soit positif ou
2

nul.
3) Pour qu'un quadrilatère soit un carré, ?. que ses diagonales soient perpendiculaires.
4) Soit f une fonction dérivable sur R, pour que f soit strictement croissante sur R, ?. que f (x) > 0
0

pour tout x appartenant à R.

Exercice 4.
On suppose que l'énoncé suivant est vrai : "S'il pleut le matin, je prends mon parapluie". Les argu-
mentations ci-dessous sont-elles correctes ?
i. "J'ai pris mon parapluie, donc il a plu ce matin."
ii. "Je n'ai pas pris mon parapluie, donc il ne pleuvait pas ce matin."
iii. "Il a fait beau ce matin, donc je n'ai pas pris mon parapluie."

Exercice 5.
Sur une île, on trouve deux sortes de personnes : les sincères, qui disent toujours la vérité et les
menteurs, qui mentent toujours.
1) Alice et Bob sont deux habitants de l'île. Alice déclare : "L'un d'entre nous deux au moins est un
menteur." Montrer par l'absurde qu'Alice est sincère. Qu'en est-il de Bob ?
2) Chloé et Denis sont deux autres habitants de l'île. Chloé déclare : "Je suis menteuse ou Denis est
sincère." Montrer que Chloé est sincère. Qu'en est-il de Denis ?

1 Thierry Sageaux
EN1D2 - Lycée Gustave Eiel Logique - Ensembles

3) Gaspard, Melchior et Balthazar sont trois autres habitants de l'île. Gaspard déclare : "Nous sommes
tous menteurs." Melchior réplique : "Un et un seul d'entre nous est sincère." Montrer que Gaspard
est menteur, puis que Melchior est sincère. Qu'en est-il de Balthazar ?

Exercice 6.
On se place dans R. Parmi les armations suivantes, lesquelles sont fausses ?
Pour chacune des propositions fausses, proposez des modications permettant d'obtenir une proposi-
tion vraie.
1) Si x ≥ 1, alors (x ≥ 1 ou x ≥ −1).
2

2) Si x ≤ y , alors x ≤ y .
2 2

3) Si
y ≤ 1, alors x ≤ y .
x

4) Si x ≤ y ≤ 0, alors |x| ≤ |y|.

Exercice 7.
Parmi les propositions suivantes, quelles sont les négations de la proposition (∀x ∈ E, P (x) ⇒ Q(x)) ?
1) ∃x ∈ E, (Q(x) ⇒ P (x)), 4) ∃x ∈ E, (¬Q(x) ⇒ ¬P (x)),
2) ∃x ∈ E, (P (x) ∧ ¬Q(x)), 5) ∃x ∈/ E, (¬Q(x) ⇒ ¬P (x)).
3) ∃x ∈/ E, (P (x) ∧ ¬Q(x)),

Exercice 8.
On pose P et Q deux propriétés mathématiques.
1) Dresser la table de vérité de P ⇔ Q.
2) Montrer que [((¬P ) ⇒ Q) ∧ ((¬P ) ⇒ (¬Q))] ⇒ P .
3) Montrer que [(P ∨ Q) ∧ (P ⇒ Q) ∧ (Q ⇒ R)] ⇒ R.
4) Les assertions [(P ⇒ Q) ⇒ R] et [P ⇒ (Q ⇒ R)] sont-elles équivalentes ? Que dire de l'écriture
P ⇒ Q ⇒ R?
5) Montrer que P ⇒ (Q ⇒ R) ⇔ ((P ∧ Q) ⇒ R).

Exercice 9.
Soit f une fonction continue de R dans R. On considère les assertions suivantes :
P = (∀x ∈ R, f (x) = 0), Q = (∃x ∈ R, f (x) = 0) et R = [(∀x ∈ R, f (x) > 0) ∨ (∀x ∈ R, f (x) < 0)].
Parmi les implications suivantes, déterminez lesquelles sont exactes.
1) P ⇒ Q, 3) Q ⇒ R, 5) ¬Q ⇒ ¬P ,
2) Q ⇒ P , 4) ¬R ⇒ Q, 6) ¬P ⇒ ¬R,

Exercice 10.
Etant donnés A, B et C trois parties de E , justier les équivalences suivantes :
1) A ⊂ B ⇔ A ∪ B = B.
2) A = B ⇔ A ∩ B = A ∪ B.
3) A ∪ B = A ∩ C ⇔ B ⊂ A ⊂ C.
4) [(A ∪ B = A ∪ C) ∧ (A ∩ B = A ∩ C)] ⇔ B = C.

Exercice 11.
Soient A, B , C et D quatre parties d'un ensemble E . Montrer que
A⊂B


B⊂D B=D
 n

C ∩D =∅  C=∅
A∪B =C ∪D

2 Thierry Sageaux
EN1D2 - Lycée Gustave Eiel Logique - Ensembles

Exercice 12.
Soient A et B deux parties d'un ensemble E , quelles sont les armations vraies parmi les suivantes ?
1) P(A ∩ B) ⊂ P(A) ∩ P(B), 4) P(A) ∪ P(B) ⊂ P(A ∪ B),
2) P(A) ∩ P(B) ⊂ P(A ∩ B), 5) P(A ∩ B) ⊂ P(A) ∪ P(B).
3) P(A ∪ B) ⊂ P(A) ∪ P(B),

Exercice 13.
Ecrire P(E) puis P(P(E)) lorsque E = {a, b}.

Exercice 14.
Dans cette citation de Woody Allen, écrire toutes les implications décrites et dénicher les non sens
logiques :
"To love is to suer. To avoid suering, one must not love. But then, one suers from not loving. Therefore,
to love is to suer ; not to love is to suer ; to suer is to suer. To be happy is to love. To be happy, then,
is to suer, but suering makes one unhappy. Therefore, to be happy, one must love or love to suer or
suer from too much happiness."

3 Thierry Sageaux
EN1D2 - Lycée Gustave Eiel Logique - Ensembles

Solutions des exercices

Exercice 1.
1)∃M ∈ R, ∀x ∈ R, f (x) ≤ M .
Négation : ∀M ∈ R, ∃x ∈ R, f (x) > M .
2) ∀x ∈ R, f (x) 6= 0.
Négation : ∃x ∈ R, f (x) = 0.
3) ∃x ∈ R, f (x) 6= 0.
Négation : ∀x ∈ R, f (x) = 0.
4) ∀n ∈ N, ∃x ∈ R, f (x) = n.
Négation : ∃n ∈ N, ∀x ∈ R, f (x) 6= n.
5) Négation : ∀x ∈ R, f (−x) = −f (x).
∃x ∈ R, f (−x) 6= −f (x).
6) ∀x ∈ R, f (x) ≥ 0.
Négation : ∃x ∈ R, f (x) < 0.
7) ∀(x, y) ∈ I , f (x) = f (y).
2

Négation : ∃(x, y) ∈ I 2 , f (x) 6= f (y).


8) ∀(x, y) ∈ I , f (x) 6= f (y).
2

Négation : ∃(x, y) ∈ I 2 , f (x) = f (y).


9) ∀(a, b) ∈ I , a < b ⇒ f (a) ≤ f (b).
2

Négation : On sait que P ⇒ Q est équivalent à Q ∨ ¬P . Sa négation est alors ¬Q ∧ P . Ce qui


donne au nal : ∃(a, b) ∈ I 2 , a < b et f (a) > f (b).
10) ∃x ∈ R, f (x) = 0, ∀y ∈ R, x 6= y ⇒ f (y) 6= 0.
Négation : (∀x ∈ R, f (x) 6= 0) ∨ (∃x 6= y, f (x) = f (y) = 0).

Exercice 2.
Il sut de prendre par exemple P1 : "Jouer aux échecs", P2 : "Faire de la planche à voile", P3 : "Etre
invité à un super soirée chez moi".
1) Faux.
2) Vrai.
3) Faux.
4) Vrai.
5) Vrai.
6) Vrai.
7) Vrai.

Exercice 3.
1) il faut
2) il faut et il sut
3) il faut
4) il sut

Exercice 4.

i. Faux (réciproque)
ii. Vrai (contraposée)
iii. Faux (contraposée de la réciproque)

4 Thierry Sageaux
EN1D2 - Lycée Gustave Eiel Logique - Ensembles

Exercice 5.
1) Par l'absurde donc. Si Alice ment, alors la négation de sa phrase est vraie, à savoir qu'il n'y a pas
de menteur, ce qui est contradictoire avec ce que l'on vient de dire d'Alice.
2) Par l'absurde encore. Si Chloé est menteuse, alors la phrase qu'elle donne est fausse, ainsi, son
contraire est vrai, i.e. Elle est sincère et Denis est menteur. Contradiction. Donc Chloé est sincère et
sa phrase est correcte. Or cette dernière arme que Denis est sincère.
3) Par l'absurde encore. On suppose que Gaspard est sincère. Alors dans ce cas, Melchior est sincère,
ce qui est contradictoire. Donc Gaspard ment.
Si Melchior ment, alors d'après Gaspard qui ment, seul Balthazar est sincère, ce qui contredit que
Melchior ment. Donc Melchior est sincère. Et par voie de conséquence, Balthazar est sincère aussi.

Exercice 6.
1) Faux. Modication : Si x2 ≥ 1, alors (x ≥ 1 ou x ≤ −1).
2) Faux. Modication : Si 0 ≤ x ≤ y , alors x2 ≤ y 2 .
3) Faux. Modication : Si xy ≤ 1 et y > 0, alors x ≤ y .
4) Faux. Modication : Si x ≤ y ≤ 0, alors |x| ≥ |y|.

Exercice 7.
5) La 2.

Exercice 8.
1) Voir cours.
2) Avec une table de vérité ou en écrivant que [((¬P ) ⇒ Q) ∧ ((¬P ) ⇒ (¬Q))] ⇔ (Q∨P )∧(¬Q∨
P) ⇔ (Q ∨ ¬Q) ∧ P ⇔ P.
3) Même idée.
4) Elle n'a aucun sens, les deux précédentes n'étant pas équivalentes.
5) Faire une table de vérité.

Exercice 9.
1) Oui.
2) Non.
3) Non.
4) Oui.
5) Oui.
6) Non.

Exercice 12.
1) Vrai.
2) Vrai.
3) Faux. Prendre A 6= B et A ∪ B fourni un contre exemple.
4) Vrai.
5) Vrai. En fait, P(A ∩ B) ⊂ P(A).

Exercice 13.
P(E) = {∅, {a}, {b}, {a, b}} et
P(P(E)) = {∅, {∅}, {{a}}, {{b}}, {{a, b}}, {∅, {a}}, {∅, {b}}, {∅, {a, b}}, {{a}, {b}}, {{a}, {a, b}},
{{b}, {a, b}}, {∅, {a}, {b}}, {∅, {a}, {a, b}}, {∅, {b}, {a, b}}, {{a}, {b}, {a, b}}, {∅, {a}, {b}, {a, b}}}

Exercice 14.
On mathématise un peu tout ça : L : "To love", S : to suer, H : to be happy.
D'après la citation, on a les implications suivantes :
L ⇔ S , ¬L ⇒ ¬S , ¬L ⇒ S .

5 Thierry Sageaux
EN1D2 - Lycée Gustave Eiel Logique - Ensembles

L ⇔ S , ¬L ⇔ S , S ⇔ S.
H ⇔ L.
H ⇔ S , S ⇒ ¬H .
L ⇒ H mais "love to suer" ne réfère pas à la même phrase logique.

6 Thierry Sageaux

Vous aimerez peut-être aussi