Vous êtes sur la page 1sur 6

Stefan Banach

mathématicien polonais

Stefan Banach

Stefan Banach.

Naissance 30 mars 1892


Cracovie, Galicie (Autriche-
Hongrie)
Décès 31 août 1945
Lviv, Ukraine (URSS)
Domicile Pologne
Nationalité  Polonais
Domaines Mathématiques
Institutions Université de Lwów
Directeur de Antoni Łomnicki
thèse
Renommé pour Analyse fonctionnelle
Espaces de Banach
Algèbres de Banach

Stefan Banach ([ˈst ɛfan ˈbanax] , 1892-1945) est un mat hémat icien polonais, fondat eur de l'École mat hémat ique de Lwów et l'un des
mat hémat iciens les plus influent s du xxe siècle. Il a posé les bases de l'analyse fonct ionnelle et il a donné son nom aux espaces de
Banach, aux algèbres de Banach, ainsi qu'à un cert ain nombre de t héorèmes dont il est concept eur.

Biographie

Jeunesse

St efan Banach naît le 30 mars 1892 à Cracovie [1] alors sous l'occupat ion aut richienne. Il port e le nom de sa mère, Kat arzyna Banach, qu'il
n'a jamais connue. Ses parent s ne sont pas mariés et sa mère l'abandonne dès sa naissance à son père, St efan Greczek, un modest e
fonct ionnaire dans un bureau des impôt s. Recueilli par son père, le pet it St efan est élevé par sa grand-mère pat ernelle avant d'êt re
confié à une blanchisseuse de Cracovie, Franciszka Płowa[2]. Il fréquent e le lycée Saint e-Anne (aujourd'hui lycée Bart łomiej Nowodworski)
de Cracovie où il a pendant quat re ans comme camarade de classe le fut ur mat hémat icien Wit old Wilkosz (en) avec qui il converse
passionnément de mat hémat iques[3].

Banc commémoratif de Stefan Banach et Otto Nikodym dans le parc Planty à Cracovie, Pologne

En 1910, il ent re à l'École polyt echnique de Lwów. Il doit t ravailler pour financer ses ét udes et ne parvient qu'à valider deux années
d'ét ude avant que n'éclat e la Première Guerre mondiale [4].

Réformé en raison de sa mauvaise vue et parce qu'il est gaucher, il est envoyé superviser la const ruct ion et la réparat ion des rout es. En
1916, il rent re à Cracovie.[5]Il semble qu'il suive alors, sans y êt re inscrit , les cours de mat hémat iques du professeur St anisław Zaremba à
l'Universit é Jagellonne [6]. C'est au print emps 1916 qu'a lieu sa légendaire rencont re avec Hugo St einhaus. Dans le parc Plant y, ce dernier
ent end de jeunes gens débat t re de la mesure de Lebesgue et fait ainsi la connaissance de Banach et d'Ot t o Nikodym.[7]Dans les mois
suivant s, les t rois passionnés de mat hémat iques se rencont rent régulièrement chez St einhaus. St einhaus soumet à Banach un problème
sur les séries de Fourier qui lui résist e. Banach revient vers lui au bout de quelques jours avec une solut ion. Ce t ravail about it à une
publicat ion commune des deux hommes dans le bullet in de l'Universit é Jagellonne. Int it ulée Sur la convergence en moyenne de séries de
Fourier, elle marque l'ent rée de Banach dans la carrière de mat hémat icien, et le début de sa longue collaborat ion avec St einhaus[8].

Entre-deux-guerres

Buste de Stefan Banach à Cracovie.

L'armist ice de 1918 marque le ret our de la Pologne sur la cart e de l'Europe. Les inst it ut ions du nouveau pays se met t ent en place
progressivement . En 1919, St efan Banach est l'un des seize membres fondat eurs de la Sociét é mat hémat ique de Pologne.[9]En 1920,
Hugo St einhaus est nommé à la chaire de mat hémat iques de l'Universit é Jan Kazimierz à Lwów. Son ami Ant oni Łomnicki occupe la même
chaire à la facult é de génie mécanique de l'Ecole polyt echnique de Lwów. St einhaus le persuade d'embaucher Banach comme assist ant .
[10]
. En 1920, Banach ret ourne donc à Lwów. La même année, il présent e une t hèse scient ifique À propos des opérations sur des
ensembles abstraits et de leurs applications aux équations intégrales. Il bénéficie d'une dérogat ion car, n'ayant fait que deux années
d'ét udes universit aires, il n'est pas t it ulaire d'une maît rise. Sa t hèse, qui inclut la démonst rat ion du t héorème aujourd'hui connu comme
t héorème du point fixe de Banach, pose les bases de l'analyse fonct ionnelle, qui devient son domaine d'excellence. Banach n'a t out efois
pas écrit le document lui-même, il aurait dict é ses démonst rat ions à l'assist ant du professeur St anisław Ruziewicz[11]. Le
19 oct obre 1920, St efan Banach épouse Łucja Braus rencont rée chez les St einhaus [12]. Ils ont un fils, St efan (1922-1999).

En 1922, il rédige sa t hèse d'habilit at ion et obt ient le t it re de professeur.[13]Il acquiert une renommée int ernat ionale avec son art icle sur
l'analyse fonct ionnelle dans la revue Fundamenta Mathematicae. Cela donne naissance à une t out e nouvelle discipline des
mat hémat iques.

En 1924, il écrit en collaborat ion avec Alfred Tarski le t rès remarqué Sur la décomposition des ensembles de points en parties
respectivement congruentes qui renferme le fameux paradoxe de Banach-Tarski.[14]Il devient membre de l'Académie polonaise des art s
et sciences[15].

Banach donne des conférences dans les deux écoles supérieures de Lwów: à l'universit é et à l'école polyt echnique. Cependant le lieu de
rencont re le plus import ant pour la communaut é mat hémat ique de la ville n'est pas l'un des amphit héât res mais le Café écossais dont les
t ables de marbre se prêt ent part iculièrement à l'écrit ure au crayon[16]. C'est souvent là, aut our d'une t asse de café ou d'un verre d'alcool,
que les professeurs et leurs élèves discut ent et élaborent leurs t héories, avec une int ensit é et une passion dont St anisław Ulam dira
plus t ard n'avoir connu d'équivalent qu'à Los Alamos[17]. Ce mode de t ravail, informel et collaborat if, convient t out spécialement à
Banach[18]. C'est sa femme qui un jour a l'idée d'apport er un cahier grand format , dans lequel sont consignés int uit ions, bribes de
démonst rat ions et défis (« cinq bières à qui démont rera… »)[19], ent re deux dédicaces de collègues de passage, t els John von
Neumann[20]. Connu sous le nom de Livre écossais, ce cahier, qui a ét é conservé et qu'Ulam a t raduit en anglais en 1957, est considéré
aujourd'hui avec vénérat ion par ceux qui y voient une relique de la vie mat hémat ique dans la Pologne de l'ent re-deux-guerres[21].

Les chercheurs rassemblés aut our de St einhaus et Banach deviennent la plus import ant e école de mat hémat iques de Pologne, ent rée
dans l'hist oire des sciences sous le nom de l'École mat hémat ique de Lwów. Elle se consacre essent iellement à l'analyse fonct ionnelle et
à ses applicat ions, t els les syst èmes ort hogonaux et la t héorie des probabilit és[22]. En 1927, St einhaus et Banach publient ensemble Sur
le principe de la condensation de singularités, qui inclut le t héorème de Banach-St einhaus[23]. L'année suivant e, ils se lancent dans la
publicat ion d'une revue périodique, Studia Mathematica. Dans le premier t ome paru en 1929, Banach signe Sur les fonctionnelles linéaires,
avec une démonst rat ion de ce qui deviendra le t héorème de Hahn-Banach[24].

À la fin des années 1920, Banach est t it ulaire de l'une des quat re chaires de mat hémat iques de l'Universit é de Lwów, les t rois aut res
ét ant occupées par Hugo St einhaus, St anisław Ruziewicz et Eust achy Żyliński (pl)[25]. Il part icipe à des congrès int ernat ionaux à Bologne
(1928), Varsovie (1929) ou encore Oslo (1936)[26]. En 1931, il est l'un des init iat eurs de la série de publicat ions sous le t it re de
Monographies mathématiques[27].

En 1932, paraît l'ouvrage le plus import ant de Banach, Théorie des opérations linéaires, est publié. Cet t e monographie lui vaut une
renommée mondiale. Devenu la même année vice-président de la Sociét é mat hémat ique de Pologne [28], Banach poursuit ses
publicat ions à un ryt hme sout enu durant t out e la décennie. En 1936, il est déjà aut eur ou coaut eur de 47 t ravaux, et le monde des
mat hémat iques se passionne pour ses résult at s[29]. L'année 1939 est celle de sa consécrat ion : il est élu président de la Sociét é
mat hémat ique polonaise en avril, et remport e le 9 juin un prix prest igieux dot é de 20 000 zlot ys[30]. Alors que l'horizon de l'Europe
s'obscurcit , il refuse les proposit ions qui lui sont fait es de quit t er le Pologne, not amment par Norbert Wiener qui l'invit e à t ravailler aux
Ét at s-Unis[20].

Seconde Guerre mondiale


La tombe de Stefan Banach au cimetière Lytchakivskiy de Lviv. À droite, la tombe fleurie de Maria Konopnicka.

Le 22 sept embre 1939, Lwów passe sous cont rôle soviét ique. Banach s'accommode bien de la nouvelle sit uat ion.[31] Il conserve son
post e à l'universit é qui change de nom du roi polonais Jean-Casimir à l'écrivain polonais Ivan Franko. Banach devient doyen du
départ ement de mat hémat iques-physique et dirige la chaire d'analyse mat hémat ique.[32] En 1940, il ent re même au conseil municipal. Il
ent ret ient de bonnes relat ions avec ses collègues soviét iques, t els Sergueï Sobolev et Pavel Aleksandrov, qu'il rencont re
fréquemment .[33]

Il est à Kiev lorsqu'en juin 1941, Lwów t ombe aux mains des Allemands. Ce qui lui permet d'échapper aux massacre des professeurs de
Lwów dont sont vict imes not amment ses collègues Ant oni Łomnicki, St anisław Ruziewicz et Włodzimierz St ożek[34]. Dans la nuit du 3 au
4 juillet , près de 38 enseignant s avec leurs familles sont arrêt és puis fusillés. L'universit é de Lwów ferme ses port es et pour survivre
Banach accept e de nourrir des poux à l'inst it ut de recherche sur le t yphus de Rudolf Weigl, ce qui lui assure une cert aine prot ect ion
cont re les arrest at ions sommaires et la déport at ion.[35] Il poursuit cet t e act ivit é jusqu'à l'arrivée de l'Armée rouge en juillet 1944[36].

Avec les accords de Yalt a, Lwów passe en t errit oire soviét ique. Banach se voit proposer une chaire à l'Universit é Jagellonne de Cracovie
et prépare son ret our dans sa ville nat ale. Mais la maladie le rat t rape : il décède d'un cancer du poumon le 31 août 1945. Ses obsèques
at t irent une foule nombreuse [37]. Il repose au cimet ière Lyt chakivskiy à Lwów, dans la t ombe d'une famille d'amis qui l'avait accueilli à la
fin de la guerre, les Riedel[38].

Le 6 novembre 2018, le président de la République de Pologne, Andrzej Duda, a décoré Banach à t it re post hume de l'Ordre de l'aigle
blanc.

Travaux

Banach est fondat eur de l'analyse fonct ionnelle moderne. Il a approfondi la t héorie des espaces vect oriels t opologiques. Dans sa t hèse
en 1920, il donne la définit ion des espaces que nous appelons aujourd'hui espaces de Banach. Il est à l'origine, avec Alfred Tarski, du
paradoxe de Banach-Tarski ainsi que de l'algèbre de Banach. Il est également concept eur de plusieurs t héorèmes:

t héorème de Hahn-Banach (1927) sur l'ext ension d'une forme linéaire non nécessairement cont inue définie sur un sous-espace d'un
espace vect oriel à l'espace t out ent ier ;

t héorème de Banach-St einhaus (1927) sur les familles d'applicat ions linéaires cont inues bornées, conséquence t rès import ant e de la
propriét é de Baire ;

t héorème de Banach-Alaoglu, t rait ant de compacit é ;

t héorème de Banach-Schauder (ou encore t héorème de l'applicat ion ouvert e).

Ses aut res t ravaux t ouchent à la t héorie de la mesure de l'int égrat ion, de la t héorie des ensembles et des séries ort hogonales.

Son livre Théorie des opérations linéaires (Teoria operacji liniowych, 1932) présent e une synt hèse sur la t héorie des opérat ions linéaires.
C'est la première monographie au monde sur les espaces linéaires-mét riques.

L'ensemble des œuvres de Banach ont ét é publiées sous le t it re Oeuvres avec des commentaires (volumes 1–2 1967–79).

Postérité

Depuis 1992, année du cent enaire de sa naissance, l'Académie polonaise des sciences at t ribue la médaille St efan Banach en son honneur.
Un prix St efan-Banach est at t ribué par la Sociét é mat hémat ique de Pologne à des mat hémat iciens polonais

Notes et références

1. (pl) Roman Kałuża, Stefan 9. Kałuża 1992, p. 45-46. 19. Kałuża 1992, p. 94. 29. Kałuża 1992, p. 79-80.
Banach, Varsovie, GZ, 1992,
10. Kałuża 1992, p. 47-48. 20. Kałuża 1992, p. 97. 30. Kałuża 1992, p. 82, 85-86.
167 p.
(ISBN 83-900623-0-5), p. 9. 11. Kałuża 1992, p. 51. 21. Kałuża 1992, p. 109. 31. Kałuża 1992, p. 114.

2. Kałuża 1992, p. 11-12. 12. Kałuża 1992, p. 42-43, 112. 22. Kałuża 1992, p. 60. 32. Kałuża 1992, p. 113.

3. Kałuża 1992, p. 14-15. 13. Kałuża 1992, p. 54. 23. Kałuża 1992, p. 62. 33. Kałuża 1992, p. 115.

4. Kałuża 1992, p. 26. 14. Kałuża 1992, p. 57. 24. Kałuża 1992, p. 68, 71-72. 34. Kałuża 1992, p. 117.

5. Kałuża 1992, p. 33. 15. Kałuża 1992, p. 58-59. 25. Kałuża 1992, p. 64. 35. Kałuża 1992, p. 119.

6. Kałuża 1992, p. 26-29. 16. Kałuża 1992, p. 89-90. 26. Kałuża 1992, p. 74, 80. 36. Kałuża 1992, p. 120.

7. Kałuża 1992, p. 41. 17. Kałuża 1992, p. 92. 27. Kałuża 1992, p. 85. 37. Kałuża 1992, p. 121.

8. Kałuża 1992, p. 42, 44. 18. Kałuża 1992, p. 90-92. 28. Kałuża 1992, p. 77. 38. Kałuża 1992, p. 120, 122.

Voir aussi

Articles connexes
Algèbre de Banach

Compact de Banach-Mazur

Espace de Banach

Propriét é de Banach-Saks

Théorème de Banach 

Liens externes
Not ices d'aut orit é : Fichier d’aut orit é int ernat ional virt uel (ht t p://viaf.org/viaf/4992585)  ·
Int ernat ional St andard Name Ident ifier (ht t p://isni.org/isni/0000000080841061)  ·
CiNii (ht t p://ci.nii.ac.jp/aut hor/DA01024263?l=en)  ·
Bibliot hèque nat ionale de France (ht t p://cat alogue.bnf.fr/ark:/12148/cb12281286s) (données (ht t p://dat a.bnf.fr/ark:/12148/cb12281286s) )
 · Syst ème universit aire de document at ion (ht t p://www.idref.fr/031635121)  ·
Bibliot hèque du Congrès (ht t p://id.loc.gov/aut horit ies/n86118445)  · Gemeinsame Normdat ei (ht t p://d-nb.info/gnd/11865697X)  ·
Bibliot hèque nat ionale de la Dièt e (ht t p://id.ndl.go.jp/aut h/ndlna/01030291)  ·
Bibliot hèque royale des Pays-Bas (ht t p://dat a.bibliot heken.nl/id/t hes/p072526602)  ·
Bibliot hèque nat ionale de Pologne (ht t p://mak.bn.org.pl/cgi-bin/KHW/makwww.exe?BM=01&IM=05&TX=&NU=01&WI=A11840237)  ·
Bibliot hèque nat ionale d’Israël (ht t p://uli.nli.org.il/F/?func=direct &doc_ number=000014869&local_ base=nlx10)  ·
Bibliot hèque universit aire de Pologne (ht t p://nukat .edu.pl/aut /n%20%2095208843)  ·
Réseau des bibliot hèques de Suisse occident ale (ht t p://dat a.rero.ch/02-A002965344)  ·
Bibliot hèque nat ionale d’Aust ralie (ht t p://nla.gov.au/anbd.aut -an35728297)  ·
Base de bibliot hèque norvégienne (ht t ps://aut horit y.bibsys.no/aut horit y/rest /aut horit ies/ht ml/90829602)  ·
Bibliot hèque nat ionale de Russie (ht t p://aleph.rsl.ru/F?func=find-b&find_ code=SYS&adjacent =Y&local_ base=RSL11&request =000046514)
 · Bibliot hèque nat ionale t chèque (ht t p://aut .nkp.cz/ola2002151534)  ·
WorldCat Id (ht t ps://www.worldcat .org/ident it ies/lccn-n86118445)  ·
WorldCat (ht t p://www.worldcat .org/ident it ies/lccn-n86-118445)

Théorie des opérat ions linéaires (ht t ps://web.archive.org/web/20140111110728/ht t p://kielich.amu.edu.pl/St efan_ Banach/e-operat ion
s.ht ml) , t raduct ion de 1932 (en français), sur (en) Home Page of St efan Banach (ht t ps://web.archive.org/web/20140111110726/ht t
p://kielich.amu.edu.pl/St efan_ Banach/e-index.ht ml)
(en) John J. O'Connor et Edmund F. Robert son, « St efan Banach », dans MacTutor History of Mathematics archive, universit é de St
Andrews (lire en ligne (ht t p://www-hist ory.mcs.st -andrews.ac.uk/Biographies/Banach.ht ml) ).

Bibliographie
(pl) Józef Kozielecki, Banach : Geniusz ze Lwowa, Wydawnict wo Akademickie, 1999, 110 p. (ISBN 8388149024)

(pl) Emilia Jakimowicz et Adam Miranowicz, Stefan Banach : Niezwykłe życie i genialna matematyka, Impuls, 2010, 210 p.
(ISBN 978-8375874358)

Portail des mathématiques Portail de la Pologne

Ce document provient de « https://fr.wikipedia.org/w/index.php?


title=Stefan_Banach&oldid=188081787 ».


Dernière modifi cation il y a 28 jours par Anne Bauval

Vous aimerez peut-être aussi