Vous êtes sur la page 1sur 54

Dessin Technique

Mohamed HOSAYN
Génie mécanique 2021/2022
1. Dessin industriel :

Le dessin technique est le langage de la communication technique entre


les différents intervenants des secteurs industriels. il est soumis à des
règles normalisées définies par l’organisation internationale de normalisation
(ISO). Il permet de représenter graphiquement ou schématiquement un
objet.

« Un bon dessin vaut mieux qu’un long discours »

2
2. Types de dessins

- Le Croquis :
Dessin rapide établi à main levée sans instruments de guidage ou de
mesure
qui donne la forme générale d’une pièce.

3
- Schéma

Dessin dans lequel des symboles graphiques sont utilisés pour indiquer

les fonctions des composants d’un système et leurs relations.

4
- Dessin d’ensemble :
Il donne de façon plus ou moins détaillée, la représentation de tout
d’un système,

d’un projet technique, ou d’une installation.

5
- Dessin de définition :
C’est le dessin qui définit une seule pièce.il précise toutes les
tolérances dimensionnelles et géométriques nécessaires au
bon fonctionnement de la pièce dans le sysyème.il est utilisé
pour la fabrication de la pièce.

6
- Représentation éclatée :
cette représentation non normalisée est très utilisée pour les dessins
des catalogues,

des guides d’entretien, des guides de montage et de démontage.

7
3- Matériel du dessinateur
Pour bien dessiner, il faut être muni d’un matériel de bonne qualité maintenu
constamment en bon état.
Le matériel nécessaire :
✓ Planche à dessin
✓ Porte mine / Crayon
✓ Gomme à effacer
✓ Affûtoir
✓ Té / Règle graduée
✓ Equerre 45°
✓ Equerre 30° et 60°
✓ Rapporteur d’angle
✓ Compas
✓ Papier à dessin

8
4- Les formats normalisés
• Les dimensions des documents utilisées pour le dessin sont
normalisées.

• Les formats normalises sont : A0 - A1 - A2 - A3 - A4


• Les formats sont obtenus à partir du format A0 =841 x 1189 en
subdivisant
à chaque fois par 2. A3
A2
A0 = 841 x 1189
A4 A4
A1 = 594 x 841
A2 = 420 x 594
A3 = 297 x 420 A1
A4 = 210 x 297
9
5- Éléments graphiques
- Le cadre
Il délimite la zone d’exécution du dessin. La dimension minimale de la
marge entre le cadre et le bord de la feuille est de 10mm pour les formats
A2, A3, et A4, et de 20mm pour les formats A0 et A1.

Le cadre

Format
A4 10
Nom
Echelle Etablissement dessinateur

Date
Désignation de la pièce N°
Format
du dessin

FIG 10

- Cartouche d’inscriptions
• Le cartouche comporte les renseignements nécessaires et
suffisants pour l’identification des dessins techniques.
• Le cartouche est positionné dans l’angle inférieur droit pour
les formats A3 à A0 et pour le format A4, il occupe toute la
largeur du cadre.

11
FIG 11

- Nomenclature
La nomenclature est une liste complète d’éléments qui constituent un
ensemble. Sa liaison avec le dessin

est assurée par des repères.


On établit la nomenclature soit sur un document séparé soit sur le dessin lui-
même.

12
6- Écriture normalisée
Le but de la normalisation est d’assurer la lisibilité et l’homogénéité
des caractères.
Dimensions générales
A- Hauteur nominale d’écriture

1 La hauteur nominale d’écriture est la hauteur (h) des majuscules.

2 La hauteur (c) des minuscules sans jambage


est égale à environ 0,7 h.

3 La hauteur des minuscules avec jambage


est égale à la hauteur nominale (h).

13
C- Types d’écriture:
Droite Penchée

14
Les traits:
• Pour effectuer un dessin technique, on utilise un ensemble de
traits dont chacun possède une signification bien précise.

• Un type de trait se caractérise:

▪ Par sa nature (continu, interrompu, mixte).


▪ Par sa largeur (fort, fin).

TYPE de TRAIT DESIGNATION APPLICATIONS

Arêtes et contours visibles.


Trait continu fort
Cadre et cartouche

Trait interrompu fin Arêtes et contours cachés

Axes
Plan de coupe
Trait mixte fin
ou de symétrie
15
TYPE de TRAIT DESIGNATION APPLICATIONS
Lignes d’attache de
Trait continu fin repère et de cotes.
Hachures
Continu fin ondulé
ou Limites de vues ou de
Rectiligne en « zigzag » coupes partielles

Contours de pièces
Trait mixte fin à deux voisines
tirets Parties situées en avant
du plan de coupe

16
L’échelle:

L’échelle d’un dessin est le rapport entre les


dimensions dessinées et les dimensions réelles d’un
objet.

17
Vocabulaire technique

18
LE VOCABULAIRE TECHNIQUE

19
LE VOCABULAIRE TECHNIQUE

20
LE VOCABULAIRE TECHNIQUE

21
LE VOCABULAIRE TECHNIQUE

22
LEV OCABULAIRE TECHNIQUE

23
LE VOCABULAIRE TECHNIQUE

24
LE VOCABULAIRE TECHNIQUE

Un filetage
• C’est un usinage hélicoïdale extérieur
qui permet, grâce sa pièce femelle, de
réaliser une liaison encastrement.
• Exemple d’utilisation : vis, axe fileté, …

représentation

Trait fort Trait fin

25
LE VOCABULAIRE TECHNIQUE

Un trou borgne

• C’est un perçage qui ne traverse pas


complètement une pièce.
• Exemple d’utilisation : Préparation
pour faire un taraudage.

26
LE VOCABULAIRE TECHNIQUE

Un trou débouchant
• C’est un perçage qui traverse
complètement une pièce.
• Exemple d’utilisation : Passage
de vis

27
LE VOCABULAIRE TECHNIQUE

Un taraudage débouchant
• C’est un usinage hélicoïdale intérieur qui
permet, grâce à l’assemblage avec une
pièce mâle, de réaliser une liaison
encastrement. Un taraudage débouchant
est réalisé à travers toute la pièce.
• Exemple d’utilisation : écrou, …..

représentation

Trait fort Trait fin 28


LE VOCABULAIRE TECHNIQUE

Un taraudage borgne
• C’est un usinage hélicoïdale intérieur qui
permet, grâce à l’assemblage avec une
pièce mâle, de réaliser une liaison
encastrement. Un taraudage borgne n’est
pas réalisé à travers toute la pièce.
• Nota : une partie du perçage borgne est
conservée.
• Exemple d’utilisation : Pièce massive
représentation
devant recevoir une vis, …..

Trait fort Trait fin


29
LE VOCABULAIRE TECHNIQUE

Une fraisure
• C’est un usinage qui permet de «
noyer » une tête de vis fraisée. Grâce à
la fraisure, la vis ne dépasse pas de la
pièce.
• Exemple d’utilisation : couvercle,
chapeau de pièces mécaniques.

30
LE VOCABULAIRE TECHNIQUE

Une gorge

• C’est un usinage qui peut être réalisé


sur un arbre ou dans un alésage.
• Exemple d’utilisation : logement pour
anneau élastique, joint torique,…

31
LE VOCABULAIRE TECHNIQUE

Une lamage
• C’est un usinage qui permet de « noyer »
une tête de vis cylindrique. Grâce au
lamage, la vis ne dépasse pas de la pièce.
• Exemple d’utilisation : couvercle,
chapeau de pièces mécaniques.

32
LE VOCABULAIRE TECHNIQUE

Une languette

• C’est un usinage qui permet d’obtenir


en l’associant avec une rainure (fiche
suivante) une liaison glissière.
• Exemple d’utilisation : Butée de
perceuse ou machine outil,…

33
LE VOCABULAIRE TECHNIQUE

Une rainure
• C’est un usinage qui permet d’obtenir
en l’associant avec une languette (fiche
précédente) une liaison glissière.
• Exemple d’utilisation : table de machine
outil,…

34
LE VOCABULAIRE TECHNIQUE

Un trou oblong
• Appelé aussi « boutonnière ». Ce sont deux
perçages reliés entre eux par un fraisage.
Cet usinage permet un réglage de la pièce
avant serrage par vis.
• Exemple d’utilisation : nombreuses pièces
mécaniques nécessitant un réglage.

35
LE VOCABULAIRE TECHNIQUE

Une rainure de clavette


• Ce type particulier de rainure réalisée sur
un arbre, permet d’y insérer une clavette.
Cette clavette assure une immobilisation
en rotation entre pièce mâle et femelle.
• Exemple d’utilisation : arbre et poulie,…

36
LE VOCABULAIRE TECHNIQUE

Un méplat

• C’est un fraisage réalisé sur un arbre.


• Exemple d’utilisation : serrage d’un
arbre à l’aide d’une clé plate (deux
méplats réalisés en opposition).

37
Projection orthogonale
La projection orthogonale est une projection
perpendiculaire de l'objet sur un plan parallèle à une face de
l'objet à représenter.

L'observation dans cette position ne


peut voir qu' une face à la fois.

Pour décrire entièrement un objet,


on doit le dessiner sur plusieurs
vues.

38
Projection orthogonale

1. Principe de la projection orthogonale 2. Projections orthogonales dans trois


plans perpendiculaires entre eux.

39
Projection orthogonale

3. Avant dépliage 4. Dépliage à partir de KLOM 5. Position après dépliage.

40
Projection orthogonale

6. Projections orthogonales dans les six plans de projection


possibles
(sauf vue arrière dans le plan HJNG)

41
Projection orthogonale

7. Dépliage usuel à partir du côté KLMO

42
Projection orthogonale
Disposition normalisée des vues et directions d'observation

43
Projection orthogonale

Règles (normalisation
Les parties vues de l'objet (arêtes, surfaces) sont dessinées en trait fort.
Les parties cachées (arêtes, surfaces, formes intérieures...) sont tracées
en traits interrompus.
En cas de chevauchement, ou de superposition, l'ordre de priorité pour
le tracé définitif des lignes ou traits est :
1. Trait continu fort
2. trait interrompu
3. trait mixte (axe...).
Exemple : si le tracé d'un trait fort superpose celui d'un trait interrompu,
on trace le trait continu fort.

44
Projection orthogonale

Correspondance des vues


Les vues, construites à partir de plans de projections perpendiculaires
entre eux, présentent la propriété, après dépliage et développement,
d'être en correspondance ou alignées les unes avec les autres.
Les dimensions de l'objet ou de ses formes se conservent d'une vue à
l'autre, sans variations, et peuvent se déduire à partir des mêmes lignes de
rappel verticales, horizontales, etc.

45
Projection orthogonale
Correspondance entre les six vues possibles

46
Projection orthogonale

47
Projection orthogonale
Choix des vues
Objectif : avec un nombre minimum de vues, il faut avoir le
maximum de définition et de clarté pour décrire les formes et les
dimensions de l'objet.

48
Projection orthogonale
Principes du choix des vues.

49
Projection orthogonale

7- Mise en page :
Calculer les intervalles des dimensions du format en respectant
les positions relatives des vues suivant la méthode de projection.

50
Projection orthogonale

Représentation particulaire

51
Projection orthogonale

52
Projection orthogonale

53
Projection orthogonale

Méthode des flèche

54

Vous aimerez peut-être aussi