Vous êtes sur la page 1sur 29

Chapitre 2: Les granulats

Sable
Chapitre 2: Les granulats
1. Définition
On donnera le nom de granulats à un ensemble de grains inertes (tels que : fines
et fillers, sable, gravillons, graviers), destinés à être agglomérés par un liant et à
former un agrégat (pâte, mortier ou béton).

▪ Le terme granulat, au singulier, désigne un ensemble de grains d'un même type.


▪ Le terme granulats, au pluriel, sera utilisé pour désigner un mélange de grains
de divers types.
▪ Les granulats constituent le squelette du béton et ils représentent, dans les cas usuels,
environ 80 % du poids total du béton.
▪ Les granulats doivent satisfaire à certaines exigences de qualité;
▪ La qualité de pâte liante doit être suffisante pour lier tous les grains et remplir les
vides.

Les essais effectués en laboratoire portent nécessairement sur des quantités réduites
de matériaux, ceux-ci devant permettre de mesurer des paramètres caractéristiques de
l'ensemble du matériau dans lequel on a fait le prélèvement. Il faut que l'échantillon
utilisé au laboratoire soit représentatif de l'ensemble.
Origine des granulats
Granulats

Naturels Artificiels Recyclés

Aucun traitement Transformation à la fois démolition


autre que thermique et d’anciens ouvrages
mécanique des mécanique des roches
roches et minerais et minerais
Différents types de granulats
Les granulats utilisés pour le béton sont soit d'origine naturelle, soit artificiels, soit
issues du recyclage des anciennes constructions.

le granulat naturel est le granulat d'origine minérale n'ayant subi


aucune transformation autre que mécanique. Dans cette catégorie se
rangent des granulats de roche, comme le calcaire, le porphyre, le
trapp… ;

Texture porphyrique dans un granite Les trapps (escalier en suédois)


épais dépôts de roches
le granulat artificiel est le granulat d'origine minérale résultant d'un procédé
industriel comprenant des modifications thermiques ou autres. Dans cette catégorie
se rangent des granulats transformés, comme le schiste expansé, l‘argile expansée, le
mica expansé… ;
le granulat recyclé est le granulat résultant de la transformation de matériaux
inorganiques antérieurement utilisés en construction. Dans cette catégorie se rangent
des granulats, comme le béton concassé, le fraisât d'enrobés bitumineux… .
2- L’échantillonnage : Prélèvement d’une quantité de granulats pour des essais
(masses volumiques, analyse granulométrique,…etc)

2.1- Prélèvement sur tas normaux


a) à la main, à l'aide d'une planche ou d'une plaque métallique.
b) à la main, sur tas d'éléments grossiers (gravier concassé) par ratissage dans un
récipient.
c) au moyen d'une sonde, ouverture 4 ~ 6 cm, longueur 60 ~ 100 cm, extrémité taillée
en sifflet.
2.2 Prélèvement au laboratoire (échantillonnage au laboratoire)
Le passage de l'échantillon total prélevé sur le tas à l'échantillon réduit, nécessaire à
l'essai, peut se faire par quartage ou à l'aide d'un échantillonneur. L'échantillon doit être
séché à l'étuve à 105 ºC , s'il est exempt de minéraux argileux, ce qui est rare, ou à 60
ºC dans le cas contraire.

Le Quartage
L’Echantillonneur pour gravier
Cet appareil de laboratoire, permet de diviser facilement en deux parties représentatives
la totalité d'un échantillon initial, chaque moitié étant recueillie dans un bac de manière
séparée.

Le procédé peut être résumé par la figure ci-dessous. Celle-ci permet de sélectionner
une masse (m) à partir d'un prélèvement de masse 3m.
3. Courbes granulométriques
Importance de la composition granulométrique:

Les propriétés physiques et mécaniques du béton dépendent de beaucoup de facteurs.


Généralement on souhaite obtenir un béton résistant, étanche et durable. Pour atteindre
ce but, il faut:
• que le béton à l'état frais soit facile à mettre en œuvre et à compacter (pour réduire la
porosité).
• un maximum de granulats par unité de volume de béton (pour réduire la quantité de
pâte liante nécessaire pour remplir les vides, tous les vides devant être remplis de pâte
liante).
• un minimum de surface spécifique (pour réduire la quantité d'eau de gâchage et obtenir
un rapport C/E plus élevé).

Par ailleurs:

• il faut choisir Dmax aussi grand que le permet la dimension minimum de la pièce à
bétonner et l'encombrement des granulats.
• La proportion de chaque dimension des grains doit être choisie de façon à remplir les
vides laissés par les grains de dimensions supérieures.
• il faut réduire la teneur en éléments fins au minimum requis pour obtenir une bonne
maniabilité et une bonne compacité.
Les courbes granulométriques apporteront quelques éléments de réponses à ces
conditions.
Les courbes granulométriques des différents granulats peuvent être déterminées
par l'essai de l'analyse granulométrique (NF P 18-560).

L'essai consiste à classer les différents grains constituant l'échantillon en utilisant une
série de tamis, emboîtés les uns sur les autres, dont les dimensions des ouvertures
sont décroissantes du haut vers le bas. Le matériau étudié est placé en partie
supérieure des tamis et le classement des grains s'obtient par vibration de la colonne de
tamis.
Exemple: Le tracé de la courbe granulométrique d'un sable 0/5, on pèse une certaine
quantité (après séchage) soit 2 kg par exemple.
Le poids des tamisâts successifs permet de déterminer les pourcentages du
tamisâts (tableau) correspondant à chacun des tamis utilisés.
Module de finesse
Les sables doivent présenter une granulométrie telle que les éléments fins ne
soient ni en excès, ni en trop faible proportion. Si il y a trop de grains fins, il
sera nécessaire d'augmenter le dosage en eau du béton tandis que si le sable
est trop gros, la plasticité du mélange sera insuffisante et rendra la mise en
place difficile. Le caractère plus ou moins fin d'un sable peut être quantifié par
le calcul du module de finesse (MF).
Celui-ci est égal au 1/100 de la somme des refus cumulés, exprimés en
pourcentage, sur les tamis : 0.125 - 0.250 – 0.5 – 1 – 2 et 5 mm , (correspond
aux tamis de modules 23, 26, 29, 32, 35, 38.
Ce paramètre est en particulier utilisé pour caractériser la finesse des sables à
bétons.
Un bon sable doit avoir un module de finesse Mf compris entre 2,2 et 2,8.
Exemple 2: On veux étudier la granulométrie de 2000 g d’un sable. Déterminer son
module de finesse?

Tamisâts Refus cumulés Refus cumulés


D (mm)
cumulés (g) (g) %
5 1990
3,15 1880
2,5 1550
2 1270
1,6 1110
1,25 790
0.63 660
0.50 520
0.315 480
0.250 300
0.160 170
0.08 20
0.063 0
Exemple 1: On veux étudier la granulométrie de 2000 g d’un sable. Déterminer son
module de finesse?
Refus cumulé Refus cumulés
D (mm) Tamisâts (g)
(g) %
5 1990 10 0,5
3,15 1880 120 6
2,5 1550 450 22,5
2 1270 730 36,5
1,6 1110 890 44,5
1,25 790 1210 60,5
0.63 660 1340 67
0.50 520 1480 74
0.315 480 1520 76
0.250 300 1700 85
0.160 170 1830 91,5
0.08 20 1980 99
0.063 0 2000 100
MF = (0,5 + 22,5 + 60,5+ 67 + 76 + 91,5)/100 = 3,18
Corrections d’un sable:
sable Cas d’un mélange de 2 sables

MF1 module de finesse du sable S1 MF2 module de finesse du sable S2

MF module de finesse final (souhaité ou résultant, à vous de le fixer: 2,2 ≤ MF ≤ «3,2

Dans ce cas, on doit déterminer les proportions (%) de chaque sable pour
obtenir un sable homogène de module de finesse MF

Proportion du Sable S1 (%).

Proportion du Sable S1 (%)

Avec MF1 > MF > MF2


Exemple:3 On veux étudier la granulométrie de deux sables. Un sable de carrière (S1) et un sable de mer
(S2). Nous avons obtenu le tableau relatif aux deux sables ci-dessous. Déterminer les modules de finesse
(Mf1) du sable (S1) et (Mf2) du sable (S2)? Puis corriger ce sable ? (% S1 ?et % S2 ?).
sable Tamisât Refus Refus
sable de Tamisâts
carrière cumulés cumulés cumulés
mer (S2) %
(S1) % % %
5 100 5 100
4 94,26 4 100
3,15 82,9 3,15 100
2,5 65,22 2,5 100
2 48,58 2 100
1,25 26,28 1,25 100
0,8 14,5 0,8 99,94
0,63 9,68 0,63 99,88
0,5 8,18 0,5 99,78
0,4 5,66 0,4 98,74
0,315 4 0,315 72,5
0,25 3,16 0,25 41,52
0,2 2,24 0,2 14,58
0,16 1,56 0,16 3,42
0,08 0,34 0,08 0,38
Exemple:2 On veux étudier la granulométrie de deux sables. Un sable de carrière (S1) et un sable de mer
(S2). Nous avons obtenu le tableau relatif aux deux sables ci-dessous. Déterminer les modules de finesse
(Mf1) du sable (S1) et (Mf2) du sable (S2)? Puis corriger ce sable ? (% S1 ?et % S2 ?).
MF(Sc) = 3,9
sable Tamisât Refus Refus
sable de Tamisâts MF(Sm)= 1,2
carrière cumulés cumulés cumulés
mer (S2) %
(S1) % % % Corrections: ON
5 100 0 5 100 0 CHOISIT MF= 2.8
4 94,26 5,74 4 100 0
3,15 82,9 17,1 3,15 100 0 MF1 < MF < MF2
2,5 65,22 34,78 2,5 100 0 MF1= 3,9
2 48,58 51,42 2 100 0
1,25 26,28 73,72 1,25 100 0 MF2 = 1,2
0,8 14,5 85,5 0,8 99,94 0,06 G2 = 0,40740741
0,63 9,68 90,32 0,63 99,88 0,12
0,5 8,18 91,82 0,5 99,78 0,22 Soit % S2 = 40%
0,4 5,66 94,34 0,4 98,74 1,26 G1 = 0,5925926
0,315 4 96 0,315 72,5 27,5
0,25 3,16 96,84 0,25 41,52 58,48 Soit % S1 = 60%
0,2 2,24 97,76 0,2 14,58 85,42
0,16 1,56 98,44 0,16 3,42 96,58
0,08 0,34 99,66 0,08 0,38 99,62
Classification des granulats
Classification des granulats
On trie les granulats par dimension au moyen de tamis (mailles carrées) et de
passoires (trous circulaires) et on désigne une classe de granulats par un ou
deux chiffres. Si un seul chiffre est donné, c'est celui du diamètre maximum D
exprimé en mm; si l'on donne deux chiffres (d/D), le premier désigne le
diamètre minimum d, des grains et le deuxième le diamètre maximum D.

Un granulat est caractérisé du point de vue granulaire par sa classe d/D.


Lorsque d est inférieur à 2 mm, le granulat est désigné 0/D.

Il existe cinq classes granulaires principales caractérisées par les dimensions


extrêmes d et D des granulats rencontrées (Norme NFP18-101):
•Les fines 0/D avec D ≤ 0,08 mm,
•Les sables 0/D avec D ≤ 4 mm,
(NB : dans la norme NF EN 13242, le D peut aller jusqu'à 6 mm).
•Les gravillons d/D avec d ≥ 4 mm et D ≤ 12 mm,
•Les graves d/D avec d ≥ 4 mm et D ≤ 90 mm,
• Les cailloux d/D avec d ≥ 20 mm et D ≤ 90 mm,
Caractéristiques
Caractéristiques géométriques

Les caractéristiques géométriques sont:


•La granularité : qui est la distribution dimensionnelle des grains, exprimée en
pourcentage de masse passant au travers d'un ensemble spécifié
de tamis.
La mesure de la granularité se nomme granulométrie.
•La forme des gravillons : est définie par le coefficient d'aplatissement
(Fl)= [(somme des passants aux grilles à fentes parallèles)/(somme des refus
aux tamis correspondants à mailles carrées)]x100,
qui indique la proportion de granulats aplatis dans un lot. Il devrait être
compris entre 0 et 3
Forme d'un granulat et coefficient d'aplatissement
La forme d'un granulat est définie par trois grandeurs géométriques:
· La longueur L, distance minimale de deux plans parallèles tangents aux
extrémités du granulat,
· L'épaisseur E, distance minimale de deux plans parallèles tangents au granulat,
· La grosseur G, dimension de la maille carrée minimale du tamis qui laisse
passer le granulat. Le coefficient d'aplatissement A d'un ensemble de granulats
est le pourcentage pondéral des éléments qui vérifient la relation :
Caractéristiques physiques

Les caractéristiques physiques des granulats sont :


•La résistance à la fragmentation, mesurée par la méthode d'essai Los Angeles (LA).
•La résistance aux chocs
•La résistance à l'usure, mesurée par la méthode d'essai « micro-Deval humide » (MDE).
•La résistance au polissage, mesurée par le « coefficient de polissage accéléré » (PSV).
•La résistance à l'abrasion (AAV) et sa forme scandinave, la résistance à l'abrasion
provoquée par les pneus à crampons.
•La masse volumique réelle (absolue), et le coefficient d'absorption d'eau.
•La masse volumique en vrac, nommée aussi masse volumique apparente.
•La résistance à l'alternance gel-dégel.
•La stabilité volumique au séchage.
Essai Los Angeles (LA)
Essai « micro-Deval humide » (MDE).
Caractéristiques chimiques

Les caractéristiques chimiques sont :


▪ La teneur en chlorures.
▪ La teneur en composés contenant du soufre.
▪ La teneur en alcalins (sodium, potassium)
▪ La teneur en silice libre

Vous aimerez peut-être aussi