Vous êtes sur la page 1sur 48

Candidature au poste de Maître de Conférences

Discipline : Méthodes Quantitatives

Session de recrutement et de promotion 2016

RAPPORT D'ACTIVITÉS
SCIENTIFIQUE ET PÉDAGOGIQUE

Candidat :Wajih KHALLOULI
Maître Assistant à l’Ecole Supérieure des Sciences Economiques et
Commerciales de Tunis

Septembre 2016

1
SOMMAIRE

I. INTRODUCTION 3

II. ACTIVITÉS DE RECHERCHE 6

II.1. Thèse de doctorat et travaux liés à la thèse................................................................6


II.2. Travaux de recherche post-doctoraux......................................................................11
II.2.1. Premier axe : la contagion des crises financières récentes...............................12
II.2.2. Deuxième axe: Les déterminants des crises financières récentes....................17
II.2.3. Troisième axe de recherche: sphère financière et croissance économique.....19
II.3. Perspectives de recherche..........................................................................................22
III. ACTIVITÉS PÉDAGOGIQUE ET PARTICIPATION À LA VIE

UNIVERSITAIRE 24

III.1. Activités d'enseignements.........................................................................................24


III.1.1. Liste des cours enseignés....................................................................................24
III.1.1. Fiches pédagogiques...........................................................................................27
III.2. Activités d'encadrement...........................................................................................42
III.3. Participation à la vie universitaire...........................................................................46
IV. REFERENCES 47

ANNEXE 49

2
I. INTRODUCTION

Après avoir obtenu le Baccalauréat Mathématiques en 1994, j’ai choisi de faire des
études en Méthodes Quantitatives Appliquées à l’Économie et à la Gestion à la faculté des
sciences économiques et de gestion de Tunis. Cette formation m’a permis en effet de maîtriser
l’outil économétrique tout en acquérant de solides connaissances en économie. Cette
formation a été achevée alors par un mémoire de fin d’études traitant de la relation entre le
taux d’intérêt et l’inflation. La réalisation de ce mémoire a stimulé mon intérêt pour la
recherche en économie et en économétrie appliquée et m’a encouragé à choisir de faire des
études en DEA Économie Mathématique et Économétrie à la Faculté des sciences
Economiques et de Gestion de Tunis au lieu de choisir le DEA modélisation à l’Institut
Supérieur de Gestion à Tunis. Mes études de troisième cycle m’ont permis d’acquérir des
connaissances approfondies en économie avec ses différentes branches et de maîtriser des
outils économétriques plus avancés. Cette formation a été achevée en janvier 2001 par un
mémoire de DEA dont le sujet était « la contagion des crises financières internationales :
étude économétrique des liens financiers et commerciaux ». Le choix de ce sujet est
évidemment lié à ce que l’on a parfois qualifié de « première crise du XXIe siècle » : la crise
asiatique de 1997-1998 et son mode de propagation internationale. Motivé par ce sujet qui
gravite principalement autour de la finance internationale et l’économétrie, j’ai pu appliquer
dans ce mémoire des méthodes économétriques avancées afin de contribuer à comprendre les
mécanismes financiers et réels à l’échelle macroéconomique expliquant le déroulement de ces
crises financières internationales spectaculaires. Poussé par le désir de comprendre la
complexité de ces crises financières internationales dont la fréquence s’est accrue en ce début
de XXIe siècle, j’ai choisi d’entreprendre une thèse de doctorat dont le sujet est dans le droit
fil de mon mémoire de DEA. Prenant conscience de l’importance de la complémentarité entre
l’intuition économique et de l’outil économétrique dans les questions de Finance
internationale, j’ai choisi de faire une thèse en cotutelle entre l’Université de Tunis El Manar
et l’Université Lumière Lyon 2, sous la direction du Professeur Mohamed AYADI qui est un
professeur en Méthodes Quantitatives et Le Professeur René SANDRETTO qui est un
Professeur en Économie Internationale. J’ai traité alors le sujet de la contagion des crises
financières internationales récentes d’un point de vue purement économétrique, en utilisant
des méthodes économétriques récentes et en développant de nouvelles procédures

3
économétriques, dans le but d’apporter des éléments de réponses aux différentes questions
économiques étudiées dans les différents chapitres de la thèse.
Devenu Maître Assistant à l’ESSEC de Tunis au début de l’année universitaire 2008-
2009, j’ai choisi de développer mes recherches d’une part dans le prolongement de la
thématique de ma thèse portant sur l’instabilité financière et d’autre part de diversifier mes
recherches.
 Prolongement de mon travail de thèse: Dans cette perspective, deux pistes ont été
explorées.
- En premier lieu, j'ai étudié la question de la contagion des crises financières
internationales (axe de recherche n° 1).
- En second lieu, prenant conscience de l'insuffisance d'une explication par la seule
contagion, j'ai essayé de mettre également l’accent sur le rôle des fondamentaux et la
vulnérabilité économique dans la réalisation des crises financières récentes (axe de
recherche n° 2).
 Diversification de mes recherches: La collaboration avec des collègues qui sont
spécialistes en économie de développement ainsi que ma participation à deux projets de
recherche au sein de la Banque Africaine de Développement, m’ont offert l’opportunité de
mener des travaux sur un troisième axe de recherche qui traite de l'impact de la finance sur la
croissance économique. À l’intérieur de cette thématique de recherche, mon intérêt a
principalement porté sur l’analyse des différents canaux d’interaction entre la sphère
financière et la croissance économique.
Depuis que je suis passé au grade de maître-assistant, mes recherches ont donné lieu à
six nouvelles publications dans des revues Indexées dans le classement CNRS ou Thomson
Reuters et un chapitre dans un livre édité par la maison d’édition L’Harmattan.
Parallèlement à mes activités de recherche, mon expérience pédagogique a débuté au
cours de l’année universitaire 2001-2002 par un poste de vacataire chargé d’assurer les
travaux dirigés d’Économétrie pour les étudiants de la troisième année GRH à l'Institut
Supérieur de Gestion de Tunis. Ensuite, pendant l’année universitaire 2002-2003, j’ai été
recruté en tant qu’assistant contractuel à l’Ecole Supérieure des Sciences Economiques et
Commerciales de Tunis. Durant cette année, j’ai eu beaucoup de plaisir à enseigner les
travaux dirigés de Statistique Inductive (Statistique 2) destinés aux étudiants de deuxième
année Science de Gestion et les travaux dirigés d’Économétrie en troisième année Économie
Financière et Bancaire. Cette expérience m’a permis de transmettre aux étudiants les
exigences de rigueur qu’impose la méthodologie statistique et économétrique sur laquelle j’ai
4
bâti par la suite mes activités de recherches et d’enseignement. En septembre 2003, j’ai eu la
chance d’être recruté en tant qu’Assistant permanent en Méthodes Quantitatives à l’ESSEC de
Tunis. Au cours de ma première année, j’ai continué à assurer les travaux dirigés de
Statistique 2 et d’économétrie mais j’ai aussi été chargé des travaux dirigés du cours
Techniques de Prévision pour les étudiants de la troisième année Finance et les travaux
dirigés du cours Économétrie Appliquée pour les étudiants en maîtrise Finance. Ces derniers
ont été enseignés sous forme de travaux pratiques sur des questions de séries temporelles en
utilisant le logiciel Eviews. Au second semestre de la deuxième année universitaire 2004-
2005 et en tant qu’assistant permanent, j’ai assuré mon premier cours magistral
d’Économétrie pour les étudiants de la troisième année Marketing. De l’année universitaire
2005-2006 à l’année universitaire 2007-2008, j’étais chargé d’assurer les cours magistraux de
« Statistique et Probabilité », « Statistique 2 » et « Économétrie ». Pendant l’année
universitaire 2005-2006, on m’a chargé également d’enseigner le cours d’Économétrie aux
élèves ingénieurs en Génie Industrielle de l’ENITet le cours de Technique de Prévision à
l’Université privée « TIME ». Depuis septembre 20081, j'ai été promu au grade de Maître
Assistant en Méthodes Quantitatives à l’Ecole Supérieure des Sciences Economiques et
Commerciales de Tunis (ESSEC, Université de Tunis). À partir de cette date, j’ai assuré des
cours magistraux dans différentes matières pour le premier cycle, la licence et des masters
professionnels et de recherche comme le cours d’économétrie des variables qualitatives, le
cours des données de panel et les cours d'économétrie 1 et 2 qui ont été complétés par des
séances de travaux pratiques sur le logiciel STATA. J’ai aussi encadré plusieurs projets de fin
d’études de Licence appliquée et de Master professionnel à l’ESSEC de Tunis ainsi que des
mémoires de Masters de recherche à l’Institut Supérieur de Gestion de Tunis et l’Ecole
Polytechnique de Tunis. Par ailleurs, j’ai contribué à l’élaboration du programme du Master
professionnel « Ingénierie et Analyse Economique »2 et le plan du cours d’Économétrie des
données de Panel pour le Master recherche « Économie du Développement Régional »3.
Le reste de ce rapport est organisé comme suit. Dans la deuxième section, nous
présenterons une synthèse des travaux de ma thèse de doctorat ainsi que mes travaux de
recherche post-doctoraux portant sur les trois axes mentionnés ci-dessus. Enfin, la troisième
section sera consacrée à la présentation de mes activités d'enseignement et d’encadrement
ainsi que ma participation à la vie universitaire.
1
De septembre 2013 à juin 2015, j’ai été Maître Assistant en détachement à l’université Umm Al Qura en
Arabie Saoudite.
2
Responsable du Master: Mohamed ElGhourabi, Maitre de conférences en Méthodes Quantitatives à
l’ESSEC de Tunis.
3
Responsable du Master: Slim Driss, Professeurd’Economie à l’ESSEC de Tunis.

5
II. ACTIVITÉS DE RECHERCHE

II.1. Thèse de doctorat et travaux liés à la thèse


Les crises financières des années 90 ont été marquées par la rapidité de la propagation
des turbulences financières entre les pays émergents. Cette caractéristique a fait naître un
débat sur la nature même de ces crises et leur originalité par rapport aux crises antérieures.
Les faits stylisés analysant ces récentes crises montrent que le seul dénominateur commun de
ces crises financières est leur concomitance avec la fuite des capitaux. En effet, un trait
commun à ces crises financières était une augmentation importante des entrées de capitaux à
court terme pendant la période qui précède la crise, suivie par une inversion brutale de ces
flux qui a quasiment toujours été l’élément déclencheur de la crise. C’est ainsi que la
responsabilité principale des désordres financiers récents est ainsi attribuée à l’extrême
volatilité des mouvements internationaux de capitaux et, au-delà, au comportement des
investisseurs internationaux (Obstfeld, 1994 ; Jeanne, 1997 ; Masson, 1999). Dès lors se pose
la question des facteurs qui influencent le comportement des investisseurs internationaux et en
particulier les problèmes de coordination des agents sur les marchés financiers et notamment
sur les marchés des changes. Dans la même logique, la propagation de la crise asiatique 1997
semble être due principalement au comportement des investisseurs qui, suite à la dévaluation
du bath thaïlandais, prennent brusquement conscience des risques auxquels ils sont exposés et
retirent indistinctement les capitaux qu’ils ont placés dans les pays émergents. C’est dans ce
cadre que s’inscrivait ma thèse de doctorat. Son objet était l’étude du phénomène de
contagion des crises financières internationales contemporaines en se référant principalement
à la crise asiatique. Les travaux de cette thèse ont traité de la contagion dans un cadre qui
s’efforce d’être le plus complet en tenant compte de tous les facteurs déclencheurs d’une crise
financière, développés dans la littérature. En effet, nous n’avons pas opposé l’explication par
la contagion aux autres explications possibles comme les fondamentaux et la transmission via
les liens commerciaux et financiers comme c’est le cas dans la plupart des travaux antérieurs.
Nous avons plutôt considéré l’identification empirique de la contagion, tout en tenant compte
de la forte interconnexion des économies étudiées ou de l’effet de la dégradation des
fondamentaux. Cette analyse empirique globale de la transmission internationale des crises
financières devrait permettre d’en mieux comprendre les mécanismes afin d’en mieux
comprendre la logique et ainsi aider à mettre en place les thérapeutiques adéquates pour
prévenir ou contenir les crises.

6
Notre thèse s’est articulée par conséquent autour d’un ensemble de questions
directrices: Comment pouvons-nous identifier la contagion des crises financiers
internationales? Quels en sont les mécanismes? Quels déterminants des crises financières
faut-il prendre en compte afin d’en mieux comprendre la logique ?
Ces questions ont été étudiées à travers deux axes. Le premier axe de notre thèse était
ainsi l’identification de la contagion dans un système interdépendant traitant de débat
interdépendances versus contagion. Nous avons pu, à travers ce premier axe, étendre la
littérature relative à la contagion en présentant une nouvelle procédure pour tester la stabilité
des mécanismes de propagation internationale des chocs afin d’identifier la contagion dans un
contexte régional tout en discriminant entre la dynamique d’interdépendance de long terme et
de court terme.
Le deuxième axe de notre thèse était de traiter les déterminants des crises financières
récentes.C'est pour cela que nous ne sommes pas limités à une seule explication des crises
financières récentes et nous avons essayé d’identifier la contagion tout en intégrant le rôle des
fondamentaux traitant ainsi la question de l’imbrication entre la contagion et les
fondamentaux, développée théoriquement par Masson (2000). Nous avons pu montrer
empiriquement, à travers les résultats de ce deuxième axe, qu’une crise réalisée ailleurs
accompagnée par une dégradation même sous-jacente des fondamentaux, constituent des
causes explicites du changement des anticipations des investisseurs internationaux menant à la
réalisation d'une crise financière. Ce résultat constitue une contribution dans la littérature qui
trop souvent s’est limitée à des études empiriques qui opposent les facteurs de vulnérabilité
internes à l'économie en crise (Krugman, 1997, Obstfeld 1994, Jeanne et Masson, 2000 ; Ratti
et Seo, 2003) aux facteurs de contagion (Rigobon 2003, Cerra et Saxena, 2002).
Dans un premier chapitre, nous avons retracé l’évolution de la théorie des crises
financières internationales et notamment des crises de change en présentant les différents
mécanismes qui engendrent les attaques spéculatives. La contagion constitue l’un de ces
mécanismes. Dans ce chapitre, nous avons présenté les modèles traditionnels des crises de
change et nous avons évoqué les problèmes qui en découlent en termes d’indétermination liée
aux facteurs qui coordonnent les croyances des investisseurs internationaux vers le mauvais
équilibre avec attaques spéculatives. Nous avons synthétisé ensuite les travaux théoriques qui
ont tenté de réduire cette indétermination. Nous avons accordé une attention toute particulière
au modèle de Jeanne (1997) qui a apporté, à l’aide d’une modélisation avec clause de sortie,
des solutions par la bifurcation des fondamentaux sans pour autant pouvoir résoudre
complètement le problème de l’exogéneité de la variable « tache solaire ». Cependant, ce

7
modèle a constitué le point de départ de nouvelles pistes de recherches que nous avons
présentées en passant en revue les travaux les plus récents sur la contagion. Cette présentation
de la littérature nous a conduit à nous interroger sur la concomitance entre la contagion et le
phénomène d’interdépendance, conjointement au jeu des fondamentaux.
Dans le deuxième chapitre, nous avons proposé de mener une vérification
empirique préalable de la pertinence des facteurs d’interdépendance et des
fondamentaux précédemment évoqués, avant de proposer deux essais empiriques pour
l’identification de la contagion (chapitres 3 et 4). Dans ce deuxième chapitre, nous avons
étudié les différents mécanismes possibles d’interdépendance qualifiés comme des causes
exogènes aux économies affectées. Nous distinguons trois canaux: (i) les chocs communs,
(ii) les liens commerciaux et (iii) les liens financiers. La vérification empirique de ces
différents canaux lors des crises financières récentes, a inspiré une littérature
abondante. Il nous faut toutefois constater que ces travaux tendent à opposer les
facteurs d’interdépendance aux fondamentaux dans l’explication des crises de change
récentes. Par contre, nous avons considéré que ces deux catégories de facteurs sont
complémentaires et non alternatives. Nous avons proposé ainsi une étude empirique qui
vise d’une part à étayer cette intuition et d’autre part à montrer la significativité de
l’interdépendance et des fondamentaux dans les crises de change des années quatre-
vingt-dix. Les résultats viennent accréditer notre intuition de la nécessité d’intégrer les
facteurs d’interdépendance et des fondamentaux dans l’étude de la contagion des crises
financières récentes. Les travaux de ce chapitre ont été améliorés par une extension
réalisée postérieurement à notre thèse et qui a fait l’objet d’une publication dans la
revue Actualité Économique. En effet, dans cette publication, nous nous sommes
focalisés sur les liens financiers afin d’en tirer l’importance du rôle de la psychologie des
investisseurs institutionnels comme les banques internationales qui jouent le rôle d’un
créancier commun. En se basant sur les travaux de Goldstein et Pauzner (2001) Pesenti
et Tille (2000) et Kumar et Persaud (2001), on a pu conclure qu’un créancier commun
étant un investisseur, peut induire également un effet de contagion pure à la Masson
(1999). En effet, une crise de change dans un pays réduit la capacité des emprunteurs
domestiques à rembourser les prêts qui leur ont été accordés par les banques étrangères.
Face à une large part des créances devenues non performantes, les banques étrangères
reconstruisent ainsi leurs capitaux en révoquant des prêts dans d’autres pays dans un
souci de gestion du risque ou de liquidité (fuite vers la qualité). Ainsi, nous avons conclu
également que la contamination des économies émergentes est le résultat d’une

8
imbrication entre une vulnérabilité des fondamentaux et des facteurs exogènes qui
englobent la perte de confiance des marchés tiers ainsi que l’interdépendance financière
et commerciale.
Ce deuxième chapitre a fait l’objet d’une publicationdans Actualité Économique
(CNRS-rang 4) :
Ayadi M., Khallouli W. et Sandretto R. (2006), « les déterminants des crises financières
récentes des pays émergents », L’Actualité Économique, vol. 82, n° 3, pp : 341-376.

Dans le troisième chapitre, nous avons essayé d’identifier empiriquement la contagion.


La littérature distingue entre deux types de contagion. Le premier type se réfère à des théories
non-contingentes aux crises (Forbes et Rigobon, 2002). En effet, la transmission de la crise,
dans ce cas, se réalise à travers des mécanismes d'interdépendance (liens financiers ou
commerciaux) qui existent même avant la réalisation de la crise. Le deuxième type de
contagions’opère à travers le changement des anticipations du marché suite à la réalisation
d'une crise ailleurs (théories contingentes aux crises). Cette contagion est présente même dans
un contexte régional caractérisé par une transmission permanente des chocs via de
l’interdépendance. Cette contagion est qualifiée dans la littérature par la shift-contagion
(Forbes et Rigobon, 2002 ; Rigobon, 2003). La transmission de la crise, dans ce cas, se réalise
à travers des canaux temporaires qui existent seulement durant la période de crise. Nous avons
testé alors la présence de cette shift-contagion durant la crise financière asiatique en utilisant
deux procédures. Nous avons appliqué le test DCC (DeterminantCovaraincesChanges) de
Rigobon (2003) dans un cadre commun aux marchés boursiers et aux dettes souveraines
(spreads) dont l’évolution permet de saisir la perception du risque par les investisseurs
internationaux. Dans le prolongement de ce test, nous avons proposé une nouvelle procédure
qui consiste à tester la non-linéarité des mécanismes de propagation des chocs estimés à
travers un modèle d’interdépendance de long terme. Nous appliquons cette méthodologie aux
marchés des dettes souveraines seulement, puisque les marchés boursiers ne vérifient pas une
condition nécessaire de co-intégration. Les résultats de notre nouvelle procédure, montrent la
non-linéarité des mécanismes de propagation des chocs sur les marchés des spreads de la
Malaisie et des Philippines, initiés à partir de la Thaïlande et de l’Indonésie. Nos résultats
montrent ainsi la contamination de la Malaisie et des Philippines par le phénomène de
contagion.

9
Ce troisième chapitre a fait l’objet d’une publication dans Économie Internationale
(CNRS-rang 3) :
Ayadi M., Boudhina R., Khallouli W. et Sandretto R. (2006), « La contagion de la crise
asiatique : dynamiques de court terme et de long terme », Économie Internationale 2006/1,
n° 105, pp : 113-135.

Après avoir vérifié l’importance du rôle joué par les fondamentaux dans le chapitre 2
et l’importance de la contagion basée sur les anticipations des investisseurs dans le chapitre 3,
dans le quatrième chapitre, nous avons proposé une récente méthodologie qui permet
d’identifier la contagion pure à la Masson (1999) en montrant son imbrication avec une
certaine dégradation sous-jacente des fondamentaux. Nous nous sommes inspirés du travail de
Jeanne et Masson (2000) et nous avons proposé une vérification empirique d’un modèle avec
clause de sortie à travers le modèle avec changement de régime de Markov (processus
d’anticipations des investisseurs) élaboré par Hamilton (1994). Afin d’identifier la contagion
pure, nous avons étendu les travaux de Jeanne et Masson (2000) par la modélisation des
probabilités de transition à travers des fonctions non linéaires d’une variable explicite
indiquant l’intensification des pressions spéculatives dans le pays originaire de la crise.
L’application de cette méthodologie à la crise de change coréenne montre, tout d’abord, que
celle-ci est une crise auto-réalisatrice. Cette dynamique des anticipations est expliquée en
partie par la vulnérabilité de certains fondamentaux à l’égard du taux de change réel ainsi que
de la balance courante. La modélisation des probabilités de transition entre les états en
fonction de l’indice des pressions spéculatives thaïlandais, montre que la polarisation des
anticipations du marché vers l’équilibre de crise en Corée est expliquée en partie par
l’augmentation des pressions spéculatives sur le marché des changes thaïlandais. Ces résultats
permettent de vérifier la contagion pure à la Masson (1999) accompagnée par une certaine
dégradation sous-jacente des fondamentaux.
Ce chapitre 4 a été amélioré en s’inspirant des différentes remarques des rapporteurs
lors du processus de publication. Nous nous sommes plus focalisés dans cette nouvelle
version publiée de ce chapitre sur le choix adéquat des fondamentaux de l’économie coréenne
et le choix des pays originaires de la crise asiatique. Les résultats de notre article confirment
l’idée initiale qui stipule la combinaison de l’interprétation fondamentaliste des crises et
l’interprétation auto-réalisatrice, plutôt que les considérer comme des explications
alternatives, comme on le fait habituellement. En effet, les nouveaux résultats présentés dans

10
cet article montrent, en effet, que la perception par les opérateurs de risques financiers accrus
liés à une distribution mal maîtrisée des crédits bancaires joue aussi un rôle dans la bifurcation
des fondamentaux. La transition des anticipations du marché coréen de l’équilibre de
tranquillité vers l’équilibre de crise est aussi véhiculée par une tache solaire et elle est
également influencée par l’augmentation des pressions spéculatives sur le marché des changes
indonésien et à un moindre degré sur le marché des changes thaïlandais.
Ce quatrième chapitre a fait l’objet d’une publication dans Cahier Économique de
Bruxelles (CNRS-rang 4) :
Khallouli W., Sandretto R. et Ayadi M. (2013). « Fondamentaux, Contagion et dynamique
des anticipations : Une évaluation à partir de la crise financière coréenne », Cahier
Économique de Bruxelles, 56 (2), pp: 175-189.

II.2. Travaux de recherche post-doctoraux

L’ensemble des publications réalisées dans le cadre de ma thèse de doctorat m’a


permis d’approfondir mes recherches et mon intérêt pour le thème des crises financières
internationales et plus particulièrement pour la littérature relative aux différentes approches et
techniques économétriques utilisées dans ce thème. L’utilisation des modèles économétriques
sophistiqués permet en effet de fournir des résultats et des conclusions économiques crédibles
sur lesquels se basent les décideurs politiques dans la régulation des marchés financiers d’une
part, et les investisseurs internationaux dans le choix des portefeuilles optimaux d’autre part.
C’est surtout au niveau méthodologique que la plupart de mes publications post-doctorales
constituent des extensions des deux premiers axes de recherche développés dans ma thèse.
D’une manière générale, ces articles ont un caractère économétrique dont la contribution est
principalement empirique. En effet, j’ai utilisé des modèles économétriques très diversifiés
pour répondre aux différentes questions relatives à la contagion et au rôle des fondamentaux.
Ces recherches sont aussi une extension ou un prolongement dans la mesure où ils ne se
limitent pas à la zone Sud-est asiatique, mais s’étendent à d’autres régions du monde, comme
la région MENA ou la zone Euro. En outre, mes recherches post-doctorales explorent de
nouvelles crises financières internationales comme la crise des subprimes aux États Unis
2007-2009. Dans ce qui suit, nous présenterons les résumés de chacun de mes travaux post-
doctoraux en les classant selon les trois axes mentionnés dans l'introduction.

11
II.2.1. Premier axe : la contagion des crises financières récentes
II.2.1.1. Identification empirique de la shift-contagion

 Essaadi E., Jouini J. et Khallouli W. (2009), “The Asian Crisis Contagion: A


dynamic correlation approach”, Panoeconomicus, vol. 2, pp: 241-260 (revue indexée
dans Thomson Reuters, Impact Factor: 0.412).

Cet article est une extension logique de mes travaux de thèse. Nous avons ainsi essayé
de tester la présence d’une contagion causée par la chute du « bath » thaïlandais en
juillet 1997 considérée comme le début de la crise asiatique en utilisant des nouvelles
techniques d’analyse des séries temporelles. Dans la ligne des travaux de Rigobon (1998,
2003), nous avons défini un type particulier de contagion qui est la « shift-contagion » comme
étant le changement structurel des mécanismes internationaux de propagation des chocs
financiers. L’objet de cet article était donc de tester la stabilité de ces mécanismes de
propagation en analysant le changement de l’interdépendance entre le marché boursier
thaïlandais et certains autres marchés boursiers affectés par la crise asiatique. En effet, les
récentes crises financières ont prouvé que l’interdépendance financière change de nature
durant les périodes de turbulences. À cet effet, nous avons proposé une nouvelle
méthodologie consistant à tester la présence des points de ruptures structurels dans les séries
de corrélations dynamiques fonction du temps entre les rendements boursiers thaïlandais
(source de crise) et les rendements boursiers de sept autres marchés asiatiques (contaminés
par la crise). En effet, contrairement aux travaux antérieurs et afin de mesurer
l’interdépendance financière nous avons construit des séries bivariées de corrélations
dynamiques à travers des fenêtres glissantes. Nous avons mené un exercice de simulation afin
de déterminer la taille optimale des fenêtres. Nous avons appliqué, dans une deuxième étape,
le test de Bai et Perron (1998) sur ces séries de corrélations dynamiques afin d’identifier
d’une manière endogène les périodes de fortes corrélations qui distinguent les périodes de
stabilité aux périodes de crises. Contrairement aux travaux de Rigobon, nous avons choisi
d’utiliser un test de changement structurel pour nous assurer de la robustesse des résultats. En
effet plusieurs travaux ont montré que le choix subjectif des périodes de crises influence
significativement et négativement les résultats des tests d’intensification d’interdépendance
financière. Nos résultats s’avèrent intéressants. D’une part, ils montrent la présence d’un
phénomène de contagion vers la région asiatique causé par la dévaluation du bath thaïlandais
en juillet 1997. D’autre part, les points de retournement détectés par notre méthodologie

12
coincident parfaitement avec la chronologie des événements de la propagation de la crise
asiatique 1997-1998.

 Jedidi L., Khallouli W. et Jelassi M. (2013), “Testing for mean and volatility
contagion of the subprime crisis: evidence from Asian and Latin American stock
markets”, Proceedings of the Meeting on Statistics and Data Mining (MSDM) 2013.

Dans cet article, nous avons étendu l’analyse de ce premier axe en deux points. Le
premier consiste à ajouter les pays de l’Amérique Latine aux pays du Sud-est asiatique étant
donné la similarité de l’émergence économique de ces deux régions. En ce qui concerne le
deuxième point, nous avons passé de l’étude de la crise asiatique dans les précédents travaux
à l’étude de la crise financière globale de 2007-2009. Dès lors, à l’instar de Baur (2003), nous
avons examiné deux types de contagion (la contagion en moyenne et la contagion en
volatilité) de la crise des subprimes des États Unis (EU) vers les marchés boursiers du Brésil,
Mexique, Argentine, Inde, Hong-Kong, Malaisie, Indonésie, Malaisie et Corée de sud. La
contagion en moyenne consiste à tester la significativité statistique des chocs de volatilité du
marché américain sur la corrélation dynamique mesurée à partir du modèle DCC-GARCH
(Engel, 2002), entre les rendements américains et les rendements du marché contaminé. En
outre, la contagion en volatilité consiste à tester la significativité statistique du choc de
volatilité du marché américain sur la volatilité du marché boursier contaminé, dans unmodèle
EGARCH (Nelson, 1991). Par ailleurs, les périodes des différents chocs de volatilité du
marché américains durant la crise des subprimes, sont identifiées d’une manière endogène en
utilisant le test ICSS qui permet de détecter les changements structurels de la variance des
rendements boursiers. En utilisant des rendements journaliers entre la période allant de 2005 à
2010, nous avons pu déduire que les marchés du Sud-Est asiatiques sont plus vulnérables à la
contagion que les marchés d’Amérique Latine. Dès lors, nous concluons que l’hypothèse de
découplage financier entre les économies émergentes et les économies développées est
rejetée.

 Khallouli W. (2008), “Shift-contagion in Middle East North Africa”, ERF


Working Paper Series, No 420, July 2008.

Dans cet article, j’ai voulu explorer la vulnérabilité de la région MENA au


phénomène de contagion internationale. L’objet était alors de voir si la similarité de ces
13
économies constitue un facteur qui influence les anticipations des investisseurs internationaux
qui diversifient leurs portefeuilles dans cette région. À cet effet, j’ai mené une étude
empirique qui permet de déterminer si les marchés boursiers de la région MENA étaient
affectés par la crise turque de 2001. En m’inspirant de la nouvelle procédure que j’ai
développée dans ma thèse, j’ai testé la présence de non-linéarité des mécanismes de
propagation des chocs boursiers entre les marchés MENA. Les résultats montrent la
contamination de seulement le marché Israélien par la crise turque. Les autres marchés étaient
à l’abri des difficultés et ne présentent aucune forme de shift-contagion transmise de la
Turquie ou d’autre marché de la région. Une stratégie de diversification des portefeuilles sur
tous les marchés de la région s’avère ainsi très utile aux investisseurs internationaux sur le
marché turc.

II.2.1.2. Identification des mécanismes de la shift-contagion

La plupart des travaux sur l'identification de la shift-contagion n'expliquent pas


comment les chocs sont transmis à travers les mécanismes temporaires durant la crise. Selon
Rigobon (2003), la présence d'une shift-contagion peut correspondre à plusieurs type de
mécanismes contingents aux crises: la contagion pure, la transmission des chocs endogènes de
liquidité ou la contagion politique. Dans les articles de cette section, nous avons essayé de
déployer notre analyse vers l'identification empirique des mécanismes de la shift-contagion.

 Smimou K. et Khallouli W. (2015), “On the Intensity of Liquidity spillovers in the


Eurozone”, International Review of Financial Analysis, à paraïtre (revue indexée dans
Thomson Reuters, Impact Factor: 0.89).

Dans cet article, nous avons exploré la vulnérabilité de la zone euro durant la crise
financière globale de 2007-2009 en identifiant la présence d'une transmission des chocs
endogènes de liquidité. Plus précisément, nous avons essayé de répondre à deux questions
majeures : Quel rôle de la liquidité des marchés boursiers dans la transmission et la
propagation de cette crise globale ? Peut-on identifier un phénomène de « shift-contagion »
entre les marchés de la zone euro qui s’opère via le canal de liquidité durant la crise financière
globale? Cet article contribue à la littérature par l’étude empirique des mécanismes des chocs
de liquidité endogènes et exogènes avancés par Rigobon (2003), tandis que tous les travaux
antérieurs s’arrêtent à l’étape de l’identification de la shift-contagion.

14
Notre méthodologie empirique a commencé par étudier la contribution du canal de
liquidité dans la propagation de la crise financière globale entre les marchés boursiers
européens, aussi bien en termes de direction que de dimension. Pour ce faire, nous avons
analysé d’abord, le changement des directions de causalités entre le manque de liquidité des
marchés boursiers sélectionnés. Ensuite, en utilisant le test de Bai et Perron (2003), nous
avons testé les changements structurels dans les séries bivariées de corrélations dynamiques
de liquidité. Les résultats de cette première analyse, ont montré en terme de direction,
l’émergence de nouvelles relations de causalité au sens de Granger en terme de pénurie de
liquidité entre les marchés boursiers européens sélectionnés durant l’épisode de la crise
globale. Il est à noter également la transmission des problèmes de liquidité des petits marchés
aux grands marchés boursiers (Allemagne, France, Italie et Royaume Unis). Ce résultat
corrobore les résultats de Longstaff (2010) selon lesquels la propagation de la crise globale
s’est réalisé généralement des marchés moins liquides vers les marchés les plus liquides. Ce
résultat reste robuste même en contrôlant les chocs de la politique monétaire des États-Unis
approximée par le taux d’intérêt de court terme. En ce qui concerne l’intensité de la
propagation de la pénurie de liquidité, les résultats confirment, tout d’abord, la grande
interconnexion des marchés européens en termes de liquidité, ce qui prouve l’existence d’un
canal permanent de liquidité via lequel se transmettent les chocs. Plus intéressant encore, nos
résultats montrent que tous les points de retournements identifiés durant l’épisode de crise
globale, sont associés à un changement important en taille, statistiquement significatif et
positif de la corrélation entre les mesures des problèmes de liquidité. Tous ces résultats
montrent l’importance du rôle joué par le canal de liquidité dans la propagation de la crise
financière globale entre les marchés boursiers européens. Cependant, ces résultats ne montrent
pas par quel mécanisme ces chocs de liquidité ont été propagés. Selon Forbes et Rigobon
(2000), deux mécanismes sont plausibles : la propagation des chocs de liquidité est réalisée à
travers un choc exogène de liquidité déclenché aux États Unis (ce qui est considéré dans la
littérature comme une contagion fondamentale et le canal dans ce cas est permanent). Le
deuxième mécanisme est celui des chocs de liquidité endogènes qui est considéré comme de
la shift-contagion. Dans ce cas, le canal est temporaire et il est associé seulement à la période
de crise.
Afin de remédier à cette limite, nous nous sommes proposés dans une deuxième étape
d’identifier la présence de la shift-contagion entre les marchés européens. Pour ce faire, nous
avons appliqué deux tests récents de Favero et Giavazzi (2002) et de Rigobon (2003) qui
permettent d’identifier respectivement la non-linéarité et le changement structurel dans les

15
mécanismes de transmission. Aussi bien la non-linéarité que le changement structurel sont
engendrés par l’existence de nouveaux canaux durant la période de crises, montrant ainsi la
présence de la shift-contagion. En utilisant les rendements boursiers ou les proxies de manque
de liquidité, les deux tests rejettent l’hypothèse de non-linéarité et de non-stabilité des
mécanismes de propagation.
En guise de conclusion, nos résultats de la première étape et de la deuxième étape
montrent l’intensification de l’interdépendance des marchés boursiers européens durant la
crise financière globale. Cette intensification est engendrée via un canal permanent de
liquidité et elle ne résulte pas d’un phénomène de shift-contagion. Dès lors, les stratégies
d’isolation de court terme ne peuvent pas être efficaces dans la réduction de la vulnérabilité
des marchés européens à une crise majeure comme celle de la crise financière globale.

 Khallouli W. et Sandretto R. (2012) 4, “Testing for Contagion of the Subprime


Crisis on the Middle East and North African Stock Markets: A Markov Switching
EGARCH Approach”, Journal of Economic Integration, 27(1), pp: 134-166 (revue
indexée dans CNRS, rang 3).

Dans cet article, nous avons exploré l'explication de la shift-contagion par le


mécanisme de la contagion pure. En outre, nous nous sommes focalisés sur les conséquences
de la crise des subprimes 2007-2009 sur les économies de la région MENA. En effet, durant
les deux dernières décennies, ces économies ont réalisé des progrès significatifs dans le
processus de libéralisation commerciale et financière et en matière de convertibilité du
compte-courant. Le principal objectif derrière cette nouvelle politique était de booster les
activités économiques à travers l’amélioration de la compétitivité, l’ouverture de nouveaux
marchés d’exportation, l’attraction des investissements directs étrangers et la stimulation de
l’épargne et l’investissement domestique. Bien que cette politique de libéralisation doive
augmenter la coopération avec les pays développés entre autres les États-Unis, les économies
de la région MENA s’avèrent encore moins intégrées dans les marchés financiers
internationaux comparativement à d’autres économies émergentes. Cependant, en raison de
l’intensité et la fréquence des crises financières internationales, l’hypothèse de la
contamination des pays de la région MENA est de plus en plus mise en vigueur dans la
littérature. Lagoarde-Segot and Lucey (2009) suggèrent que même pour les économies
4
Une version antérieure de cet article a remporté le prix du meilleur article de la session“Finance” dans la
17èmeconférence annuelle de l’ERF en 2011.

16
MENA avec un faible accès au financement international, la contamination peut se réaliser
via la convergence cognitive des investisseurs domestiques durant les périodes des crises
financières internationales. Dans la lignée de ces résultats, l’objectif de cet article était de
tester la présence d’une possible pure contagion à la Masson (1999) dans les marchés
boursiers MENA causée par la récente crise des subprimes déclenchée aux États-Unis. Étant
donné l’ouverture assez limitée des marchés boursiers MENA, notre analyse était focalisée
plutôt sur l’explication des changements d’un marché haussier (un niveau assez élevé des
rendements boursiers associé à une faible volatilité) vers un marché baissier (une forte
volatilité et un faible niveau de rendement boursier) par les changements réalisés dans le
marché boursier américain. À cet effet, nous avons appliqué une méthodologie basée sur un
modèle EGARCH à changement de régimes de Markov avec probabilités de transition
variables. Afin d’identifier une contagion que nous qualifions en moyenne, ces probabilités de
transition sont fonction des rendements boursiers américains. Par ailleurs, ces probabilités de
transition sont utilisées en fonction des carrées des rendements américains pour identifier ce
que Baur (2003) a qualifié par la contagion en volatilité. Nos résultats ont fourni l’évidence de
l’augmentation de la probabilité d’une phase récessive (faibles rendements accompagné par la
hausse de la volatilité) dans certains marchés boursiers MENA suite à la chute des rendements
boursiers US (contagion en moyenne) ou aussi suite à un choc de volatilité au marché
américain (contagion en volatilité) lors de la crise des subprimes. La principale conclusion
que nous avons pu déduire de ces résultats, est l’importance de l’ampleur de la crise des
subprimes qui a affecté les marchés boursiers MENA abstraction faite de leurs
caractéristiques (taille, stage de libéralisation, niveau d’intégration...) ou de la nature de
l’économie (pays exportateurs ou importateurs du pétrole..). Cela suggère que la
diversification internationale des portefeuilles dans les marchés segmentés des pays MENA
ne s’avère pas un instrument utile pour se prémunir contre le risque de contagion.

II.2.2. Deuxième axe: Les déterminants des crises financières récentes

Les travaux post-doctoraux de cet axe constituent une extension des travaux de ma
thèse à travers lesquels j'ai pu montrer la nécessité d'une explication des crises financières
récentes aussi bien par la contagion que par la vulnérabilité économique du pays contaminé.
Toutefois, à l'instar des travaux antérieurs, je me suis limité dans mes choix aux seuls
fondamentaux développés dans les modèles de crises de première et deuxième génération. Ces
fondamentaux reflètent les politiques monétaire et budgétaire des autorités ainsi que les

17
objectifs de ces dernières comme le chômage et l'inflation. Ce n'est qu'avec les modèles de
troisième génération, que la vulnérabilité du système bancaire a été prise en compte. Dans le
travail qui suit, nous avons essayé d'étendre notre analyse des fondamentaux en vérifiant
empiriquement la pertinence des modèles de troisième génération.

 Khallouli W. et Nabi M.-S. (2013), “Banking soundness and financial crises'


predictability: A case study of Turkey” International Economics, vol. 135-136, pp: 62-785
(revue indexée dans CNRS, rang 3).

Cet article s’interroge sur la prise en compte de la fragilité financière du système


bancaire lors de la conception d’un Système d’Alerte Précoce (SAP) des crises financières. En
effet, les banques turques détiennent une grande partie des actifs publics, ce qui les rendait
très exposées aux risques de défaut souverain. Ces banques par ailleurs véhiculaient des
montants importants de crédits à court terme, libellés en monnaies étrangères (principalement
en dollars) pour financer, en monnaie domestique, le déficit public qui s’est continuellement
creusé. Dès lors, cette vulnérabilité du secteur bancaire turque face au taux de change et au
taux d’intérêt qui aurait pu déclencher les crises financières de 1994 et 2000/2001 qualifiées
dans la littérature par de crises jumelles. Ce type de crise se base sur un cercle vicieux entre
les difficultés bancaires et la crise de change. Cependant, la plupart des travaux traitant ces
deux crises turques ont négligé ces deux risques de change et d’intérêt, facteurs des difficultés
bancaires turques dans l’élaboration d’un système d’alerte précoce en se focalisant seulement
sur les facteurs déclencheurs des crises de première et de deuxième générations. Cet article
apporte une contribution à la littérature par la conception d’un système d’alerte précoce d’une
crise jumelle qui met en exergue l’importance de la vulnérabilité du système bancaire. À cet
effet, nous proposons un modèle à changement de régime de Markov ainsi qu’une batterie de
tests proposée dans Chen (2009) pour évaluer la capacité prédictive de notre Système. Nos
résultats montrent qu’un système d’alerte précoce est plus robuste lorsqu’il prend en compte
non seulement les fondamentaux macroéconomiques classiques (définis par les deux
premières générations des modèles de crise de change) mais aussi la vulnérabilité financière
du secteur bancaire.

5
Une version antérieure de cet article est intitulée « Financial crises’ prevention and recovery » a été
sélectionnée dans Economic Research Forum publication (Eds.) « Shocks, Vulnerability and Therapy »
Articles sélectionnés de la 16ème conférence annuelle 2010. Elle a été également finaliste dans la 11 ème
conférence annuelle du Global Development Network (GDN), Prague, Rép.Tchèque, janvier 2010.

18
II.2.3. Troisième axe de recherche: sphère financière et croissance économique

Suite à une modeste expérience de consulting avec la Banque Africaine de


Développement par laquelle j’ai contribué à deux projets de recherche, je me suis intéressé à
la question du développement économique. Plus précisément, je me suis concentré sur la
littérature de la croissance endogène qui a fait renaître l’intérêt à l’égard du rôle potentiel de
la Finance dans la croissance économique (King et Levin 1993). Dès lors, j’ai essayé
d’apporter une contribution à la littérature avec des travaux empiriques vérifiant l’efficacité
de certains canaux comme le système financier et le commerce des services financiers. J’ai
essayé d’examiner cette relation auprès de la région zone Euro. Je me suis également intéressé
aux pays en voie de développement puisqu’un bon fonctionnement de ces canaux affecte
positivement la croissance économique selon certains auteurs comme Kar et al. (2010).
Cependant, cette littérature empirique n’a pas permis, à ce jour, d’aboutir à un consensus sur
la linéarité de la relation entre la Finance et la croissance économique. En utilisant de
techniques économétriques non linéaires, je me suis efforcé de rendre plus intelligible le jeu
des mécanismes d’interaction entre les canaux qui découlent de la sphère financière et la
promotion de la croissance économique. Ces travaux ont fait l’objet d’une publication dans
une Revue Internationale (Emerging Merkets Review), un chapitre dans un livre édité par la
maison l’Harmattan et un article accepté et présenté dans la conférence annuelle de l’ERF.
Dans ce qui suit, nous présentons un bref aperçu de ces travaux:

 Smimou K. et Khallouli W. (2015), “Does the Euro affect the dynamic relation
between stock market liquidity and business cycle?”. Emerging Market Review, vol. 25,
pp: 125-153 (revue indexée Thomson Reuters, Impact Factor: 1.549).

Nous avons essayé, dans cet article, d’étudier la contribution de certains éléments de la
microstructure d’un marché financier dans la croissance économique. En effet, plusieurs
articles récents ont montré l’existence d’une forte relation entre la liquidité du marché
boursier et les cycles économiques. Nous avons proposé dans cet article de revisiter cette
relation pour les économies de la zone euro. Le choix de cette zone a été motivé
essentiellement par le désir de comprendre l’influence de l’introduction d’une monnaie unique
sur la dynamique de la relation entre le marché boursier et la croissance économique. Cet
article a traité ainsi deux questions majeures :

19
- L’introduction de l’Euro a-t-elle amélioré la liquidité des marchés boursiers
européens ?
- Si oui cette liquidité a-t-elle affecté la croissance économique de la zone Euro ?
Afin de répondre à ces questions, nous avons proposé d’appliquer des tests de
causalité en données de panel qui tiennent compte des problèmes d’endogéneité. Nous avons
utilisé également une batterie de tests proposée dans Chen (2009) pour évaluer la capacité
prédictive des différents indicateurs de liquidité.
Nos résultats ont montré une augmentation significative de la liquidité des marchés
boursiers européens après l’introduction de l’Euro à l’exception du Portugal. En effet, nous
avons pu relever un changement structurel vers le haut de la liquidité après chaque point de
rupture identifié en utilisant le test de Bai and Perron (2003) durant la période des discussions
de la convention de Maastricht. Par ailleurs, les résultats des tests de causalité de panel en
utilisant la période totale (avant et après l’introduction de l’Euro) montrent que la croissance
économique « cause au sens de Granger » la liquidité des marchés boursiers. Ce résultat met
en évidence le rôle des fondamentaux économiques dans le maintien de l’équilibre des
marchés boursiers. Par ailleurs, durant la période avant l’accord de l’introduction de l’Euro,
nos résultats ont montré que la croissance économique a été fortement affectée par la liquidité
des marchés boursiers. En outre, nos résultats ont montré aussi que la liquidité du marché
boursier constitue un bon indicateur de prévision de la croissance économique pour la plupart
des pays européens. Cependant, nous n’avons pas pu identifier qu’un seul cas qui est celui de
l’Espagne pour lequel la liquidité du marché boursier a affecté positivement et
significativement la croissance économique après l’introduction de l’Euro.

 Khallouli W. et Tounsi S. (2009), « Libéralisation des services financiers et


croissance économique: Évidence empirique ». Chapitre dans le livre « Attractivité et
conditions de l’émergence en Méditerranée » par Hakim ben Hamouda, Nassim
Oulmane et René Sandretto, Édition l’Harmattan.

Cet article a pour objectif de vérifier empiriquement l’effet de la libéralisation de


l’échange des services financiers sur la croissance économique en menant une analyse
comparative entre les pays de la région MENA et d’autres pays émergents et développés.
Dans la plupart des travaux empiriques, les échanges des services financiers sont mesurés via
le marché de capitaux bien que les activités bancaires représentent 80 % des services
financiers. C’est pourquoi, nous avons proposé dans ce chapitre, de mesurer la libéralisation

20
de l’échange des services financiers par l’intensité de la présence commerciale bancaire
étrangère ainsi que par les engagements pour la libéralisation du secteur des échanges des
services bancaires au sein de l’OMC. Nous avons testé ces deux mesures dans un modèle de
panel dynamique en utilisant le GMM en système de Blundel et Bond (1998). Sur la base des
résultats que nous avons obtenus à l’aide des données sur 20 pays émergents et en
développement, et sur un horizon de 9 ans allant de 1997, date de la signature des accords,
jusqu’au 2005, nous n’avons pas pu établir des résultats clairs sur la contribution de la
libéralisation des échanges des services bancaires dans la croissance économique. Par ailleurs,
notre analyse comparative entre les pays MENA et d’autres régions, nous a permis de dégager
quelques résultats significatifs. En effet, contrairement aux résultats de la région Sud-est
asiatique qui confirment la relation positive entre la libéralisation des services bancaires et la
croissance économique, les résultats obtenus uniquement sur les pays MENA ont plutôt
vérifié une relation négative et significative. Ces résultats tendent à suggérer que la politique
de protection du secteur bancaire en appliquant des restrictions, a permis à ces pays MENA
d’assurer momentanément un certain niveau de croissance économique.

 Khallouli W. et Inoubli C. (2011), “Does Financial Development impact on


growth ? Empirical evidence with threshold effect in the MENA region”. 17ème
conférence annuelle de l’ERF, 20 au 22 mars, Antalya, Turquie.

Selon la théorie des étapes de la croissance économique, plusieurs travaux ont conclu
qu’à partir d’un état d’équilibre bas (résultat de cercles vicieux inhibant la croissance), les
économies parviennent à décoller, grâce à des cercles vertueux de croissance les portant vers
un équilibre haut. Selon Berthélemy et Varoudakis (1994), le premier équilibre bas
correspond à une situation de « piège de pauvreté » dans laquelle le secteur financier ne joue
aucun rôle et l’économie est conduite à la stagnation. Le deuxième équilibre est stable avec
une croissance positive de l’économie et un développement normal des activités des
intermédiations financières. Par ailleurs, la libéralisation financière des pays MENA dans les
années 90 a entraîné plusieurs changements dans leurs systèmes financiers, ce qui nous laisse
penser que ces économies ont commencé leur décollage et elles commencent à évoluer vers
l’équilibre haut. Cependant, les travaux empiriques traitant cette question n’arrivent pas à un
consensus en ce qui concerne l’effet positif du développement financier sur la croissance
économique dans cette région. L’objet de ce papier était alors d’explorer empiriquement la
nature de la relation entre le développement financier et la croissance économique dans les

21
pays MENA durant les dernières décennies. Dès lors, nous avons essayé de vérifier
empiriquement la présence d’un effet seuil dans l’impact du développement financier sur la
croissance économique. En effet, par l’identification de ce seuil ainsi que l’impact qui lui est
associé, nous montrons le début de la convergence vers l’équilibre haut. Nous avons ainsi
estimé un modèle de panel dynamique qui tient en compte d’un seuil déterminé d’une manière
endogène en s’inspirant de la démarche de Hansen (1999). En utilisant une spécification
linéaire sans l’effet seuil, nos résultats ne valident pas l’effet positif du développement
financier sur la croissance économique de cinq pays MENA durant la période 1981-2008.
Toutefois, en passant à une spécification d’un modèle de panel dynamique, où nous
considérons le seuil déterminé, la plupart des indicateurs du développement financier
deviennent associés à un effet positif et significatif sur la croissance économique à partir de ce
seuil considéré. Ces résultats montrent que les pays MENA étudiés étaient piégés dans un bas
équilibre dans lequel l’impact du développement financier sur la croissance économique était
absent malgré l’engagement dans le processus de libéralisation financière. Par ailleurs, nos
résultats montrent que ces pays ont affranchi un nouveau stade dans le développement
économique dans lequel le développement financier commence à jouer son rôle d’un facteur
qui booste la croissance économique. En terme de politiques économiques, ces pays MENA
doivent continuer dans une politique de libéralisation d’une manière graduelle afin d’assurer
un équilibre entre le développement de leur intermédiation financière et la stabilité de
l’environnement macroéconomique. Cette politique permet à ces pays d’éviter les instabilités
financières notamment les crises financières probables.

II.3. Perspectives de recherche

Comme perspectives de recherche, je travaille actuellement sur deux projets d’articles.


Le premier est un travail qui s’inscrit dans la lignée de mes travaux du premier axe décrit ci-
dessus. Le deuxième projet est une continuation à mes travaux traitant la croissance
économique.
Le premier projet est actuellement à un stade préliminaire. L’objet de cet article sera
d’étendre les travaux empiriques traitant la question de l’identification de la « shift-
contagion » des crises financières internationales récentes. En effet, dans cette littérature
initiée par les travaux de Rigobon (2000), le principal objectif est d’identifier empiriquement
la présence d’un type particulier de contagion. Par ailleurs, la présence de ce type de
contagion à savoir la « shift-contagion » pourrait être expliquée par trois mécanismes

22
plausibles : présence d’équilibres multiples (contagion pure à la Masson 2000), transmission
de chocs endogènes de liquidité et la contagion politique. Après avoir effectué des travaux
empiriques identifiant le premier mécanisme et un article sur la zone euro, traitant la question
de la liquidité, j’essayerai dans ce projet de me focaliser plus sur le canal des chocs endogènes
de liquidité entre les pays émergents. En collaboration avec des collègues, nous essayerons
dans une première étape d’identifier la transmission des chocs de liquidité entre les marchés
émergents du Sud-est asiatique en utilisant des techniques avancées à l’instar des techniques
des ondelettes mesurant la corrélation dynamique. Dans une deuxième étape, nous
envisagerons d’identifier empiriquement la transmission des chocs endogènes de liquidité en
se basant sur deux caractéristiques discutées dans la littérature. Premièrement, nous allons
essayer de distinguer les chocs endogènes de liquidité des chocs exogènes de liquidité qui
affectent simultanément les fondamentaux des pays de la région. Deuxièmement, nous allons
essayer d’identifier les chocs de liquidité engendrés par l’asymétrie de l’information chez les
investisseurs. En effet, l’intensité des chocs endogènes de liquidité vient du fait que les
investisseurs internationaux opérant dans les marchés de la région, ne peuvent pas distinguer
entre les mauvais signaux reçus par les investisseurs informés et les chocs de liquidité, ce qui
les oblige à rééquilibrer leurs portefeuilles dans un souci de gestion de liquidité.
Dans le deuxième projet, je travaille avec des collègues sur un article qui fait partie
des travaux du troisième axe de mes recherches sur les facteurs de la croissance économique.
L’objectif de ce projet sera d’étudier la relation entre la politique budgétaire, la gouvernance
et la croissance économique. Nous nous focalisons particulièrement sur le rôle de la
gouvernance comme étant un canal qui permet l’efficacité de l’instrument de la politique
budgétaire dans l’amélioration de la croissance économique des pays en voie de
développement. Plusieurs travaux ont montré qu’une faible efficacité de la politique
budgétaire est due principalement aux difficultés auxquelles sont confrontées les institutions
dans la mise en place de cette politique. Par ailleurs, la gouvernance dans les pays de
l’Afrique et plus particulièrement les économies fragiles de cette région africaine, est souvent
considérée comme mauvaise. En effet les indicateurs de corruption et de gouvernance se
situent à de très bas niveaux et ils ne sont pas améliorés durant les dernières décennies.
L’objectif de ce projet sera alors d’étudier empiriquement l’effet d’une politique budgétaire
sur la croissance économique de ces pays africains et d’examiner à partir d’un modèle
dynamique de panel avec un effet seuil, l’impact d’une amélioration de la gouvernance sur
l’efficacité de leurs dépenses publiques. L’idée sera ainsi d’essayer de déterminer le seuil

23
minimum requis de la qualité de gouvernance permettant l’effet positif de la politique
budgétaire sur la croissance économique.

III. ACTIVITÉS PÉDAGOGIQUE ET PARTICIPATION À LA VIE


UNIVERSITAIRE

III.1. Activités d'enseignements


III.1.1. Liste des cours enseignés

1) Cours de Statistique descriptive (1ère année Informatique Appliquée à la


Gestion, ESSEC et 1ère année Licence comptabilité, Université Umm Al Qura, Arabie
Saoudite)
Plan :
Chapitre 1 : Les distributions statistiques à un seul caractère
Chapitre 2 : Les paramètres de tendance centrale
Chapitre 3 : Les paramètres de dispersion et de concentration
Chapitre 4 : Les distributions statistiques à deux dimensions

2) Cours d’Algèbre I et Analyse (1ère année Informatique Appliquée à la Gestion,


Université Privée APBS)
Plan :
Chapitre 1 : Fonctions réelles d’une variable réelle et Développements limités
Chapitre 2 : Primitives et Calcul d’intégrales
Chapitre 3 : Espace vectoriel et application linéaire
Chapitre 4 : Matrices et déterminant

3) Cours d’Introduction à l’Économie (1ère année Licence comptabilité, Université


Umm Al Qura, Arabie Saoudite)
Plan :
Chapitre 1 : introduction à l’économie, aux systèmes économiques et au problème de la
science économique.
Chapitre 2 : Facteurs de production
Chapitre 3 : Théorie des prix et élasticités
Chapitre 4 : Le marché et ses différents types

24
4) Cours de Statistique inductive (2ème année Licence Fondamentale de Gestion,
ESSEC)
Plan :
Chapitre 1 : Lois de probabilité usuelles
Chapitre 2 : Échantillonnage
Chapitre 3 : Estimation
Chapitre 4 : Théorie des tests d’hypothèses

5) Cours de Statistique mathématique (2ème année Licence Fondamentale


d’économie, ESSEC)
Plan :
Chapitre 1 : Échantillonnage et convergence
Chapitre 2 : Estimation
Chapitre 3 : Théorie des tests d’hypothèses

6) Cours d’Économétrie (3ème année Économie Financière et Bancaire, Commerce


Internationale et Marketing, ESSEC)
Plan :
Chapitre 1 : La régression simple
Chapitre 2 : La régression multiple
Chapitre 3 : La régression généralisée

7) Cours de Techniques de prévision (3ème année Finance, Université privée


TIME)
Plan :
Chapitre 1 : Caractéristiques des séries chronologiques
Chapitre 2 : Méthodes de Moyennes Mobiles et Lissage Exponentiel
Chapitre 3 : Méthode de Box-Jenkins et processus ARIMA

8) Cours de Recherche opérationnelle (3ème année Finance et 1ère année Ingénieur


en Génie Logiciel, Université privée TIME)
Plan :
Chapitre 1 : Formulation et résolution graphique d’un programme linéaire
Chapitre 2 : La méthode de Simplexe
Chapitre 3 : Dualité et analyse de sensibilité

25
9) Cours d’Économie saoudienne (3ème année Licence comptabilité, Université
Umm Al Qura, Arabie Saoudite)
Plan :
Chapitre 1 : Évolution historique de l’économie saoudienne
Chapitre 2 : Secteurs de productions (pétrole, industrie, agriculture)
Chapitre 3 : Secteurs financiers (système monétaire, Bourse saoudienne)

10) Cours de Statistique appliquée (3èmeannée Licence comptabilité, Université


Umm Al Qura, Arabie Saoudite)
Plan :
Chapitre 1 : Introduction à la théorie de sondage
Chapitre 2 : Les indices
Chapitre 3 : Approches statistiques de la Qualité
Chapitre 4 : Introduction à la série temporelle

11) Cours d’Économétrie des données de panel (1ère année Mastère de Recherche
Économie du Développement Régional et 1ère année Mastère Professionnel Ingénierie et
Analyse Économique)
Plan :
Chapitre 1 : Introduction aux modèles à double indice
Chapitre 2 : Les modèles de panel à effets individuels
Chapitre 3 : Stratégie des Tests dans les modèles de Panel

12) Cours d’Économétrie des variables qualitatives (1ère année Mastère


Professionnel Ingénierie et Analyse Économique)
Plan :
Chapitre 1 : Rappel sur les variables qualitatives et la méthode d’estimation du Maximum de
vraisemblance
Chapitre 2 : Les modèles à variables dépendantes qualitatives binaires :
2.1. Le modèle de probabilité linéaire
2.2. Probit et Logit simples
Chapitre 3 : Le modèle Logit multinomial

26
13) Cours d'Économétrie 1 (1ère année Mastère de Recherche Macroéconomie et
Finance Internationale, semestre 1)
Plan :
Chapitre 1 : Modèles des équations simultanées
Chapitre 2 : Analyse des séries temporelles univariées
Chapitre 3 : Modèle VAR et tests de cointégration

14) Cours d'Économétrie 2 (1ère année Mastère de Recherche Macroéconomie et


Finance Internationale, semestre 2)
Plan :
Partie 1 : Économétrie des données de panel
Partrie 2 : Introduction aux modèles qualitatifs

III.1.1. Fiches pédagogiques

Dans cette section, nous présenterons les fiches pédagogiques d’une sélection de cours
enseignés :

1) Cours de Statistique descriptive

Niveau 1ère année Licence Fondamentale de Gestion et à l’ESSEC Tunis,


1ère année Licence appliquée en Informatique appliquée à la Gestionà l’ESSEC Tunis
1ère année Licence de Comptabilité à l’Université Umm Al Qura, Arabie Saoudite.
Années universitaires Depuis l’année universitaire 2007-2008

Objectifs du cours

L’objectif de ce cours est de familiariser l'étudiant avec les principales techniques de


statistique descriptive univariée et bivariée. En effet, ce cours permet à l’étudiant de mieux
maîtriser les différentes méthodes en distinguant leurs principes théoriques et leurs champs
d’application, ce qui lui permet une meilleure interprétation des résultats obtenus. Ce cours est
divisé en deux grandes parties. Dans la première partie, nous présentons aux étudiants les
outils statistiques nécessaires permettant de décrire de façon claire et concise l’information
apportée par des observations nombreuses et variées sur un phénomène donné. Cette première
partie permet également aux étudiants de comprendre la relation entre deux variables

27
statistiques à travers la corrélation et l’ajustement linéaire. La deuxième partie de ce cours
commence par un bref rappel ducalcul de probabilité. Nous y présentons ensuite de manière
approfondie les différents types de variables aléatoires. Enfin, nous terminons par une
introduction sur les lois de probabilité et nous nous focalisons sur la loi Normale.

Plan détaillé

Partie A : Distributions et paramètres statistiques


Chapitre 1 : Les distributions statistiques à un seul caractère
1.1. Définitions et Terminologies
1.2. Représentation des caractères qualitatifs
1.2.1. Tableaux statistiques
1.2.2. Représentations graphiques
1.3. Représentation d’un caractère quantitatif discret
1.3.1. Tableaux statistiques
1.3.2. Fonction de répartition et fréquences cumulées
1.3.3. Représentations graphiques
1.4. Représentation d’un caractère quantitatif continu
1.4.1. Fonction de répartition et fréquences cumulées
1.4.2. Représentations graphiques
Chapitre 2 : Les paramètres de tendance centrale
2.1. Le Mode
2.1.1. Définition
2.1.2. Détermination dans le cas des données groupées d’une variable discrète
2.1.3. Détermination dans le cas des données groupées d’une variable continue
2.2. La Médiane
2.2.1. Définition
2.2.2. Détermination dans le cas d’une variable discrète
2.2.3. Détermination dans le cas d’une variable continue
2.2.4. Détermination graphique
2.3. La moyenne arithmétique
2.3.1. Définition
2.3.2. Détermination dans le cas d’une variable discrète groupée et non groupée
2.3.3. Détermination dans le cas d’une variable continue

28
2.3.4. Propriétés de la moyenne arithmétique
2.4. Autres Moyennes
2.4.1. Moyenne Géométrique
2.4.2. Moyenne Harmonique
2.4.3. Moyenne Quadratique
Chapitre 3 : Les paramètres de dispersion et de concentration
3.1. Les paramètres de dispersion
3.1.1. L’Étendue
3.1.2. Les intervalles interquantiles
3.1.2.1. Les quantiles
3.1.2.2. Les quartiles
3.1.2.3. Les déciles
3.1.2.4. Les centiles
3.1.3. Variance et écart-type
3.1.3.1. Définition et mesures de la variance
3.1.3.2. Écart-type et propriété
3.1.3.3. Le coefficient de variation
3.1.3.4. Variances intra-population et inter-population
3.2. Les paramètres de forme et de concentration
3.2.1. Les paramètres de forme
3.2.1.1. Mesures de L’asymétrie
3.2.1.2. Mesures de l’aplatissement
3.2.2. Les paramètres de concentration
3.2.2.1. La courbe de Lorenz
3.2.2.2. L’indice de Gini
3.2.2.3. La médiale
Chapitre 4 : Les distributions statistiques à deux dimensions
4.1. Tableau de contingence ou tableau croisé
4.2. Distributions marginales
4.3. Indépendance statistique
4.4. Paramètres d’une série statistique double
4.4.1. Moyennes et variances marginales
4.4.2. La covariance
4.5. La corrélation linéaire

29
4.5.1. Le coefficient de Pearson
4.5.2. Le coefficient de Spearman

Partie B : Probabilité et lois de Probabilité


Chapitre 5 : Analyse combinatoire et Calcul des probabilités
5.1. Analyse combinatoire
5.1.1. Analyse combinatoire sans répétition
5.1.2. Analyse combinatoire avec répétition
5.2. Définitions et axiomes de calcul des probabilités
5.2.1. Définitions
5.2.2. Les axiomes
5.2.3. Les probabilités composées
5.2.4. Théorème de Bayes
Chapitre 6 : Les variables aléatoires et Loi de probabilité
6.1. Variable aléatoire discrète
6.1.1. Définition
6.1.2. Loi de probabilité
6.1.3. La fonction de répartition
6.2. Variable aléatoire continue
6.2.1. Définition
6.2.2. Densité de probabilité
6.2.3. La fonction de répartition
6.3. Caractéristiques d’une variable aléatoire
6.3.1. Espérance mathématique
6.3.2. Variance et écart-type
6.3.3. Variable aléatoire centrée réduite
6.3.4. Moments d’une variable aléatoire
6.3.5. La fonction génératrice
6.4. Loi Normale
6.4.1. Définition
6.4.2. La loi Normale centrée-réduite
6.4.3. Lecture de la table de la loi Normale

30
Références bibliographiques
 Anderson D., Sweeney J. et Willians T. (2001), Statistiques pour l’Économie et la
Gestion, Ouverture Économique.
 Chaffai M. E., et Fakhfakh J. (1999), Statistiques et calcul des probabilités : cours et
exercices, Tome 1, IRA 2ème édition.
 Ellouze A., (1999), Statistique descriptive : cours et exercices corrigés.Édition C.L.E.
 Lecoutre J- P., (2005), Statistique et probabilités : manuel et exercices corrigés, Ed.
Dunod, Paris.
 Mzali H.,Cours de statistiques descriptive. Polycopié de la Faculté des Sciences
Economiques et de Gestion de Tunis.
 Allan B., (2009), Elementary Statistics a Step by Step approach, 7thÉdition, published by
McGraw-Hill.

2) Cours de Statistique inductive (ou Statistique II)

Niveau 2ème année Licence Fondamentale de Gestion à l’ESSEC Tunis.


Années universitaires Depuis l’année universitaire 2005-2006

Objectifs du cours

Ce cours constitue le prolongement du cours de statistique descriptive pour les


étudiants de la licence fondamentale de Gestion dans la mesure où il permet à l’étudiant de
déduire à partir d’informations connues sur un échantillon des informations sur ce qui se
passe en général dans la population. L’objectif donc de ce cours est d’apprendre à l’étudiant
les principales méthodes et théories permettant de généraliser à une population de référence
les propriétés constatées sur un échantillon. La première partie de ce cours présente les
différentes lois de probabilité usuelles. La deuxième partie est consacrée à l’étude de
l’échantillonnage et de l’estimation des paramètres d’une population statistique à partir des
données recueillies sur un échantillon (l’estimation ponctuelle et l’estimation par intervalle
de confiance). C’est ainsi que l’étudiant sera capable de déterminer les caractéristiques des
échantillons et leurs lois de probabilités et d’estimer les différents paramètres qui
caractérisent une variable aléatoire. Nous nous intéressons dans la troisième partie aux
différents tests statistiques paramétriques. Nous commençons par présenter la méthodologie
d’un test d’hypothèse à savoir la conception des deux hypothèses alternatives, construire la

31
statistique la plus pertinente au test étudié et appliquer la règle de décision à partir de
données collectées. Ce cours est complété par des exemples et des exercices illustrant
l’apport de la statistique inductive à la résolution des problèmes de prise de décision dans le
domaine de gestion.

Plan détaillé

Chapitre 1 : Lois de probabilité usuelles


1.1. Rappel sur les variables aléatoires
1.2. Exemples de Loi de probabilité d’une variable aléatoire discrète
1.2.1. Loi de Bernouilli
1.2.2. Loi Binomiale
1.2.3. Loi de Poisson
1.3. Exemples de Loi de probabilité d’une variable aléatoire continue
1.3.1. Loi Uniforme
1.3.2. Loi exponentielle
1.3.3. Rappel sur la Loi Normale
1.3.4. Les Lois dérivées de la Loi Normale (Chi-Deux, Student, Fisher-Snedecor)
Chapitre 2 : Estimation
2.1. Échantillonnage
2.1.1. Échantillon
2.1.2. Modes de convergence
2.1.3. Théorème Central-Limite
2.1.4. Approximations par la Loi Normale
2.2. Estimateur et ses propriétés statistiques
2.2.1. Estimateur et Estimation
2.2.2. Estimateur sans biais
2.2.3. Estimateurs convergents
2.2.4. Estimateur efficace (efficacité relative et efficacité absolue)
2.3. Méthodes d’estimation ponctuelle
2.3.1. Méthode des moments
2.3.1.1. Cas de la moyenne
2.3.1.2. Cas de la variance
2.3.1.3. Cas d’une proportion

32
2.3.2. Méthode du maximum de vraisemblance
2.3.2.1. Cas de la moyenne de la Loi Normale
2.3.2.2. Cas de la variance de la Loi Normale (moyenne est connue)
2.3.2.3. Cas de la variance de la Loi Normale (moyenne est inconnue)
2.3.2.4. Cas d’une proportion
2.4. Estimation par Intervalle de Confiance
2.4.1. Cas de la moyenne de la Loi Normale (la variance est supposée connue)
2.4.2. Cas de la moyenne de la Loi Normale (la variance est inconnue)
2.4.3. Cas de la variance de la Loi Normale
2.4.4. Cas d’une proportion
Chapitre 3 : Théorie des tests d’hypothèses.
3.1. Tests paramétriques
3.1.1. Logique d’un test statistique
3.1.2. Hypothèse nulle et Hypothèse alternative
3.1.3. Risques d’un test
3.1.4. Construction d’une règle de décision
3.1.5. Test de la moyenne de la Loi Normale
3.1.5.1. Cas d’une variance connue
3.1.5.2. Cas d’une variance inconnue
3.1.6. Test de la variance de la Loi Normale
3.1.6.1. Cas d’une espérance connue
3.1.6.2. Cas d’une espérance inconnue
3.1.7. Test d’une proportion
3.1.8. Tests de comparaison
3.1.8.1. Cas d’égalité des moyennes
3.1.8.2. Cas d’égalité des variances
3.2. Introduction aux tests non paramétriques
3.2.1. Test de Chi-Deux
3.2.2. Test d’indépendance

Références bibliographiques
 FAKHFAKH J. et BEN JDIDIA L., (2007),Statistique et Probabilité : cours et exercices
corrigés, Tome 2, Ed. Univers du livre, Tunis.

33
 FAKHFAKH J., (2008), Statistique et probabilité : cours et exercices corrigés, Tome 3,
Ed. BETA.
 LECOUTRE J.-P. (2000). Statistique et probabilités, Dunod, Paris.
 SANDRETTO R., (1996). Probabilités. Dunod, Paris.

3) Cours de Statistique mathématique

Niveau 2ème année Licence Fondamentale d’Économie à l’ESSEC Tunis.


Années universitaires Depuis l’année universitaire 2008-2009

Objectifs du cours

Ce cours constitue le prolongement du cours de statistique descriptive et du cours de


calculs de probabilités où l’étudiant est sensé connaître et maîtriser toutes les lois de
probabilités usuelles. À l’instar du cours de statistique inductive, l’objectif de ce cours est de
permettre à l’étudiant de déduire à partir d’informations connues sur un échantillon des
informations sur ce qui se passe en général dans la population. En outre, nous essayons dans
ce cours de familiariser l’étudiant avec les différents développements mathématiques des
différentes statistiques ainsi que leurs lois correspondantes. La première partie de ce cours
présente une analyse approfondie de l’échantillonnage et des Lois des statistiques qui en
découlent. La deuxième partie est consacrée aux développements des différentes méthodes
d’estimations des paramètres d’une population statistique à partir des données recueillies sur
un échantillon (l’estimation ponctuelle et l’estimation par intervalle de confiance). Nous
nous intéressons dans la troisième partie aux différents tests statistiques paramétriques et
non paramétriques. Nous nous attardons sur les différents cas de tests paramétriques.
L’étudiant sera capable de développer toute la démarche analytique d’un test paramétrique
de n’importe quel paramètre. Nous terminons cette partie également par une présentation
des principaux tests non paramétriques traitant l’indépendance de deux variables et
l’adéquation d’une série d’observations d’une variable quantitative à une distribution
théorique. Ce cours est complété par des exemples et des exercices montrant l’application
de ces méthodes à des données économique et de gestion, ce qui permettra à l’étudiant
d’interpréter les résultats obtenus.

34
Plan détaillé

Chapitre 1 : Théorie d’Échantillonnage


1.1. Présentation générale et définitions
1.1.1. Généralités
1.1.2. Définitions
1.1.3. Convergence et théorème central-limite
1.2. Caractéristiques d’un échantillon aléatoire
1.2.1. La distribution d’échantillonnage de la moyenne
1.2.2. La distribution d’échantillonnage de la variance
1.2.3. La distribution d’échantillonnage d’un pourcentage
Chapitre 2 : Estimation
2.5. Estimateur et ses propriétés statistiques
2.5.1. Estimateur et Estimation
2.5.2. Estimateur sans biais
2.5.3. Estimateurs convergents
2.5.4. Estimateur efficace (efficacité relative et efficacité absolue)
2.6. Méthodes d’estimation ponctuelle
2.6.1. Méthode des moments
2.6.1.1. Cas de la moyenne
2.6.1.2. Cas de la variance
2.6.1.3. Cas d’une proportion
2.6.2. Méthode du maximum de vraisemblance
2.6.2.1. Cas de la moyenne de la Loi Normale
2.6.2.2. Cas de la variance de la Loi Normale (moyenne est connue)
2.6.2.3. Cas de la variance de la Loi Normale (moyenne est inconnue)
2.6.2.4. Cas d’une proportion
2.7. Estimation par Intervalle de Confiance
2.7.1. Cas de la moyenne de la Loi Normale (la variance est supposée connue)
2.7.2. Cas de la moyenne de la Loi Normale (la variance est inconnue)
2.7.3. Cas de la variance de la Loi Normale
2.7.4. Cas d’une proportion

35
Chapitre 3 : Théorie des tests d’hypothèses.
3.1. Tests paramétriques
3.1.1. Logique d’un test statistique
3.1.2. Hypothèse nulle et Hypothèse alternative
3.1.3. Risques d’un test
3.1.4. Construction d’une règle de décision
3.1.5. Test de la moyenne de la Loi Normale
3.1.5.1. Cas d’une variance connue
3.1.5.2. Cas d’une variance inconnue
3.1.6. Test de la variance de la Loi Normale
3.1.6.1. Cas d’une espérance connue
3.1.6.2. Cas d’une espérance inconnue
3.1.7. Test d’une proportion
3.1.8. Tests de comparaison
3.1.8.1. Cas d’égalité des moyennes
3.1.8.2. Cas d’égalité des variances
3.2. Les tests non paramétriques
3.2.1. Test de Khi-Deux
3.2.2. Test d’indépendance
3.2.3. Test de comparaison de plusieurs proportions
3.2.4. Test de signe
3.2.5. Test de Rang
3.2.6. Test de séquences

Références bibliographiques
 BEN ALI M., (1997), Statistique mathématique : Mémento et exercices corrigés, Ed.
CPU.
 DJEMAL T. et ELLOUZ A., (1997), Exercices corrigés de statistique avec éléments de
cours, Tome 3, Ed. CLE.
 FAKHFAKH J., (2008), Statistique et probabilité : cours et exercices corrigés, Tome 3,
Ed. BETA.
 LEBOEUF C. et ROQUE J. et GUEGAND J., (1983), Cours de probabilité et de
statistique, Ed. ELLIPSES.
4) Cours d'économétrie

36
Niveau 3ème année Économie Financière et Bancaire, Commerce Internationale et Marketing à
l’ESSEC Tunis.
Années universitaires Depuis l’année universitaire 2004-2005

Objectifs du cours

Ce cours a pour objectif de permettre à l’étudiant d’acquérir la maîtrise d’un outil de


quantificationdes phénomènes économiques réels qu’il a étudiés tout au long de son parcours
du premier cycle. Afin de permettre à l’étudiant de comprendre les formules économétriques
utilisées, ce cours fait appel à l’outil de l’analyse statistique et de développement
mathématique. Dans ce cours, nous essayonsde nous concentrer également sur l’aspect
pratique à travers la proposition d’un ensemble de problèmes permettant aux étudiants de
confronter les modèles économiques aux données réelles. Ces exercices permettent également
de vérifier empiriquement la validité des relations pouvant exister entre les phénomènes
économiques fournis par la théorie économique. Dès lors, nous cherchons à préparer
l’étudiant à se servir de cet outil lors de la préparation de son mémoire de fin d’études. Ce
cours contient trois chapitres. Dans le premier chapitre nous commençons par présenter la
définition de l’économétrie ainsi que sa méthodologie. Nous essayons également de présenter
les différentes étapes de modélisation et d’estimation MCO d’une régression simple. Pour
terminer, nous montrons à l’étudiant l’utilité de ce modèle, notamment parce qu’il permet de
fournir des prévisions sur lesquelles peut s’appuyer la prise de décision. Dans le deuxième
chapitre, nous généralisons la modélisation présentée dans le chapitre précédent à travers une
formalisation matricielle afin que l’étudiant puisse faire le lien entre les deux chapitres. Cela
lui permettra de déduiredans le cas d’une régression multipletous les tests de spécifications
déjà vu dans le chapitre précédent. Dans le troisième chapitre, nous commençons par évoquer
les problèmes pratiques qui découlent de la confrontation du modèle avec les données réelles.
Nous nous focalisons sur deux principaux problèmes à savoir le problème de
l’hétéroscédasticité et le problème d’autocorrélation des erreurs. Nous présentons les
principaux tests spécifiques à ces problèmes ainsi que la méthode d’estimation généralisée
dans les deux cas.

Plan détaillé

37
Chapitre 1 : La régression simple
1.1. Introduction
1.1.1. Objet de l’économétrie
1.1.2. Élaboration d’un modèle économétrique
1.1.3. Types de données statistiques
1.2. Le modèle et les hypothèses
1.2.1. Équation de la régression
1.2.2. Les hypothèses
1.3. Estimation des paramètres
1.3.1. Formulation des estimateurs
1.3.2. Propriétés des estimateurs
1.3.2.1. Étude de biais des estimateurs
1.3.2.2. Convergence des estimateurs
1.3.2.3. Efficacité des estimateurs
1.3.3. Estimation de la variance des erreurs
1.3.4. Équation d’analyse de la variance et coefficient de détermination
1.4. Les tests de spécification
1.4.1. Hypothèse de normalité des erreurs et intervalle de confiance
1.4.2. Tests statistiques sur les paramètres
1.4.3. Tableau d’analyse de la variance (ANOVA)
1.5. La prévision dans le modèle de régression simple
1.5.1. Prévision ponctuelle
1.5.2. Estimation de l’erreur de prévision
1.5.3. Prévision par intervalle de confiance
Chapitre 2 : La régression multiple
2.1. Le modèle et les hypothèses
2.1.1. Formulation matricielle
2.1.2. Les hypothèses
2.1.2.1. Les hypothèses stochastiques
2.1.2.2. Les hypothèses structurelles
2.2. Estimation et propriétés des estimateurs
2.2.1. Estimation des coefficients de la régression
2.2.2. Propriétés
2.2.2.1. Étude du biais de l’estimateur

38
2.2.2.2. Convergence
2.2.3. Estimation de la variance des erreurs
2.2.4. Équation d’analyse de la variance et qualité d’ajustement
2.2.4.1. Détermination de l’Équation d’analyse de la variance
2.2.4.2. Coefficient de détermination et coefficient de détermination ajusté
2.3. Les tests statistiques
2.3.1. Loi de probabilité des estimateurs et intervalle de confiance
2.3.2. Test d’égalité
2.3.3. Test de relations linéaires entre les paramètres
2.3.4. Tableau d’analyse de la variance et test de significativité globale
2.3.5. Test d’une restriction multiple
2.3.6. Test basé sur la Somme des Carrées de Résidus
2.3.7. Test de stabilité de Chow
2.4. La prévision dans le modèle de régression multiple
2.4.1. Prévision ponctuelle
2.4.2. Erreur de prévision
2.4.3. Prévision par intervalle de confiance
Chapitre 3 : La régression généralisée
3.1. Introduction
3.2. L’hétéroscédasticité
3.2.1. Présentation du problème
3.2.2. Conséquences d’une estimation par MCO
3.2.3. L’estimateur des Moindres Carrés Généralisés
3.2.4. Test d’hétéroscédasticité
3.3. L’autocorrélation des erreurs
3.3.1. Présentation du problème
3.3.2. La matrice de variances-covariances des erreurs
3.3.3. Les méthodes d’estimation
3.3.4. Test d’autocorrélation du Durbin-Wattson

Références bibliographiques

39
 Bourbonnais, R., (2000), Économétrie : cours et exercices corrigés, 5ème édition, Ed.
DUNOD.
 Ghazouani S. et Goaied M. (1993), Économétrie : cours et exercices corrigés, Tome 1, Ed.
CLE.
 Giraud R., et Chaix N., (1989), Économétrie, Ed. PUF.
 Greene, W. H. (2003), Econometric Analysis, 5èmeédition, Ed. Macmillan Publishing
Company.
 Johnston, J. etDinardo J., (1997) Econometric Methods,4èmeédition, Ed. McGraw Hill.

5) Cours d’économétrie des données de panel

Niveau 1ère année Master de Recherche Économie et Développement régionale et 1ère année
Master Professionnel Ingénierie et Analyse Économique à l’ESSEC de Tunis.
Années universitaires 2011-2012 et 2012-2013

Objectifs du cours

L’objectif de ce cours est de proposer une initiation à l’économétrie des données de


panel. Étant donné l’importance de la littérature, nous nous focalisons, dans ce cours, sur les
bases de l’économétrie des données de panel et sur les modèles les plus largement utilisables
pour l’élaboration des mémoires de Master des étudiants. Ce cours commence par une
introduction sur l’intérêt et l’utilité de l’utilisation des données en panel (à doubles indices) en
insistant sur les questions de l’hétérogénéité et de l’aspect dynamique. Dans cette introduction
nous présentons également la spécification du modèle généralà doubles indices ainsi que les
différentes spécifications qui en découlent. Ce cours contient deux chapitres. Dans le premier
chapitre intitulé Introduction aux modèles à double indices, nous présentons les modèles dont
les spécifications traitent de l’hétérogénéité individuelle en considérant des paramètres
différents pour chaque individu. Toutefois, ces modèles considèrent également des facteurs
communs engendrant l’interdépendance individuelle. Bien entendu, nous présentons la
méthode d’estimation adéquate utilisée pour chaque spécification.Dans le deuxième chapitre,
nous insistons encore plus sur la question de l’hétérogénéité des comportements individuels et
comment la modéliser d’une manière plus parcimonieuse. Pour cela, nous nous focalisons sur
les deux fameuses spécifications à savoir le modèle à effets individuels fixes et le modèle à
effets individuels aléatoires. Nous discutons et nous formalisons dans ce chapitre la méthode
40
d’estimation spécifique à chaque modèle. Enfin, dans le troisième chapitre, nous présentonsla
stratégie de tests de spécification d’un modèle de données de panel. Ce cours contient
12 heures de Travaux pratiques dans lesquelles, nous essayons de familiariser l’étudiant avec
les techniques d’estimation des modèles de panel en utilisant le logiciel STATA. Nous
encadrons les étudiants à effectuer leurs propres projets en choisissant une problématique
économique et d’apporter des données réels afin de les confronter avec les différents modèles
et tests présentés dans le cours.

Plan détaillé

Chapitre 1 : Introduction aux modèles à double indices


1.1. Introduction
1.2. Le modèle pooled
1.2.1. Équation et forme matricielle
1.2.2. Méthode d’estimation
1.3. Le modèle de régressions individuelles
1.3.1. Équation et forme matricielle
1.3.2. Méthode des Moindres Carrés Individuels
1.4. Les régressions apparemment non reliées (SUR) ou modèle de Zellner
1.4.1. Le modèle et les hypothèses
1.4.2. Méthodes d’estimation
Chapitre 2 : Les modèles de panel à effets individuels
2.1. Introduction
2.2. Le modèle de la covariance ou modèle à effets fixes
2.2.1. Spécification du modèle
2.2.2. Estimation du modèle à effets fixes
2.2.2.1. Estimateur LSDV
2.2.2.2. Estimateur Within
2.3. Les modèles à effets individuels aléatoires
2.3.1. Le modèle et les hypothèses
2.3.2. Procédure d’estimation
2.3.2.1. Estimateur des MCG
2.3.2.2. Propriétés de l’estimateur des MCG
2.3.2.3. Estimateurs des MCQG

41
Chapitre 3 : Stratégie des Tests dans les modèles de Panel
3.1. Les tests d’homogéneité : Procédure générale de Hsiao (1986)
3.2. Les tests de comparaisons des modèles à doubles indices
3.2.1. Test LM d’hétéroscédasticitéinter-individuelle
3.2.2. Test LM de dépendenceinter-individuelle
3.3. Effets fixes ou Effets aléatoires
3.3.1. Test des effets individuels aléatoires : test de Breush Pagan
3.3.2. Test de Hausman

Références bibliographiques

 Baltagi, B.H (2008), Econometric Analysis of Panel Data, John Wiley & Sons,
Ltd.

 Goaid M. et Sassi S., Économétrie des données de panel sous STATA, polycopié du
LEFA, mai 2012.

 Greene W.H., (2005), Économétrie. 5ème édition. Traduction française, Ed. Pearson
Education.

 Kriaa F., (2009), Modélisation économétrique : cours et exercices corrigés, Volume 1,


Tunisie.
 Sevestre P., (2002), Économétrie des données de panel, Ed. Dunod.

III.2. Activités d'encadrement

Parallèlement à mes activités d'enseignement à l'ESSEC de Tunis, j'ai assuré des


activités d'encadrement destinéesà des étudiants des licences appliquées etdu mastère
professionnel en Ingénierie et Analyse Economique (InAE). En ce qui concerne les mastères
de recherche, j’ai commencé par co-encadrer avec le Professeur Mohamed Ayadi (Professeur
en Méthodes Quantitatives) un mémoire de la spécialité Prévision des Systèmes Financiers à
l’Institut Supérieur de Gestion (ISG) de Tunis. Une deuxième expérience de co-encadrement
d’un mémoire de Mastère recherche en Finance à l’IHEC de Sousse était avec Mahmoud-
Sami Nabi (Maître de conférences en Économie). Par la suite, j’ai encadré deux mémoires de
mastère recherche. Le premier mémoire était en Prévision des Systèmes Financier à l’ISG de
Tunis. Le deuxième mémoire était en Modélisation Économique et Économétrie à l’Ecole
Polytechnique de Tunis (EPT). Par ailleurs, j’ai été sollicité pour évaluer des mémoires de

42
mastères professionnel et recherche au sein de l’ESSEC de Tunis, l’ISG de Tunis et la Faculté
des Sciences Economiques et de Gestion de Tunis. Les tableaux suivants présentent la liste
des étudiants que j’ai encadrés et ceux dont j’étais évaluateur de leurs mémoires de Master
recherche.

Tableau 1 : Liste des Mémoires de mastère de recherche encadrés et co-encadrés


Nom et Prénom Intitulé du mémoire Institution Date de
soutenance
Wafa Aidi La politique d’intégration financière et ISG 2009
(co-encadrement avec ses effets de seuil sur la vulnérabilité des
Mohamed Ayadi) économies émergentes aux crises de
change
Nahla Baccouche Contagion de la crise des subprimes aux HEC 2009
(co-encadrement avec marchés financiers des pays émergents Sousse
Mahmoud Sami Nabi)
Manel Dhiab Dynamique de l’intégration financière : ISG 2010
Cas des marchés boursiers MENA
Nizar Abidi Nature régionale de la propagation des EPT 2010
crises financières récentes : Application
de l’économétrie spatiale
Mohamed Dridi Adoption d’un indice du stress financier ISG 2013
(co-encadrement avec pour le secteur bancaire tunisien : modèle
Mohamed Ayadi) de Markov Switching

43
Tableau 2 : Liste des mémoires de Mastère de Recherche évalués

Établissement Nom de l’étudiant Titre du mémoire Encadreur Membre de jury


FSEGT Bhar Youssef Intégration financière, croissance et risque de Mr. Ayachi Fathi Wajih Khallouli
2007-2008 crise de type SUDDEN STOP
ISG Emna Trabelsi Attaques spéculatives et rôle de la Mr. Mohamed Ayadi Wajih Khallouli
2008-2009 transparence dans les modèles de crise de
change : Analyse par les jeux globaux
FSEGT Ben Marzouk Sonia Mesures unidimensionnelles et Mme Belhaj Besma Wajih Khallouli
2009-2010 multidimensionnelles floues de la pauvreté
FSEGT Solaani Souhaiel Libéralisation, crises, et contagion : Théorie Mr. Rafik Bakouch Wajih Khallouli
2009-2010 et application
FSEGT Rihab Ben Tiba Transmission des chocs de volatilité entre les Mr. Chaker Aloui Wajih Khallouli
2009-2010 marchés pétroliers via une approche VAR
généralisée : cas des pays émergents
ESSEC Abir Souissi Impact des variations du prix du pétrole sur la Mr. Slim Driss Wajih Khallouli
2011-2012 croissance économique
ESSEC Fatma Etude comparative des mesures de Mme Neila Taktak Wajih Khallouli
2011-2012 IntissarLassoued l’efficience : cas des banques islamiques
ESSEC Mourad Landolsi Financial stress, Testing modeling based on Mr Mohamed El Wajih Khallouli
2012-2013 worst case: An application of Tunisian credit Ghourabi
risk

44
Tableau 3 : Liste des Mémoires de mastère professionnel (InAE) encadrés à
l’ESSEC de Tunis
Nom et Prénom Intitulé du mémoire
Rouihmi Amna Impact de la consommation d’énergie sur
la valeur ajoutée du secteur transport
Hejer Fekir Etude de la dynamique des Entreprises et
leurs contributions à la création d’emploi
Ben Dadi Naima Mesure de la Value et Risk (VaR) : cas des
importations tunisiennes
Jouini Mehrez Analyse et prévision des ventes des
lubrifiants par la méthode de Box et
Jenkins
Lakoud Soumaya La gestion Actif-Passif dans la banque et la
gestion du risque du taux d’intérêt :
Approche ALM
Jaha Mohamed Étude de la formation des prix et des
quantités sur le marché de poulet de chair
tunisien

III.3. Participation à la vie universitaire

45
Durant mon parcours, j'ai essayé de contribuer à la vie universitaire à travers plusieurs
activités:

 Participation à l’habilitation du Master professionnel « Ingénierie et Analyse


Economique (InAE) » à l'ESSEC de Tunis.

 L’élaboration des plans des matières d’économétrie dans le programme du Master


professionnel « Ingénierie et Analyse Economique (InAE) ».

 Participation à l’élaboration du programme et des plans des matières du Master


recherche « Économie du Développement Régional ».

 Participation à des jurys de sélection des étudiants de Master à l’ESSEC.

 Animation de deux séminaires de formation sur l'application des modèles des données
de panel sur STATA pour les membres de l'Association tunisienne pour la recherche en risk
management à l'Ecole Supérieure de Commerce de Manouba.

 Animation d'un séminaire de formation sur l'utilisation du logiciel STATA pour les
membres du centre de recherche sur la politique de jeunesse en Moyen orient et nord Afrique
à l'Ecole Supérieures des Sciences Economiques de Tunis.

 Participation au projet de l’accréditation internationale de la Faculté universitaire Al


Jammum, Université Umm Al Qura en Arabie Saoudite.

IV. REFERENCES

46
Bai,J., Perron, P.(1998). Estimating and testing linear models with multiple structural
changes. Econometrica, 66, 47-78.
Bai,J., Perron, P.(2003). Computation and analysis of multiple structural change
models.Journal ofApplied Econometrics, 18, 1-22.
Baur D. (2003).Testing for contagion - mean and volatility contagion.Journal
ofMultinational Financial Management, 13(4), 405-422.
Berthélemy, J.-C., Varoudakis, A. (1998). Développement financier, réformes financières et
croissance. Une approche en données de Panel. Revue Économique, 49, n° 1 (Janvier), 195-
206.
Blundell,R., Bond, S.(1998). Initial conditions and moment restrictions in dynamic panel
datamodels.Journal of Econometrics, 87, 115-143.
Cerra V. and Saxena S.C. (2002). Contagion, Monsoons, and Domestic Turmoil in
Indonesia's Currency Crisis. Review of International Economics, 10, 36-44,
Chen, S. S. (2009). Predicting the bear stock market: macroeconomic variables as leading
indicators. .Journal of Banking and Finance, 33, 211-223.
Engel, R. (2002). Dynamic conditional correlation: A simple class of multivariate
GARCHmodels. Journal of Business and Economic Statistics, 20, 339–350.
Forbes K.J., RigobonR. (2002). No contagion, only interdependence: Measuring stock
market comovements. The Journal of Finance, 57(5), 2223-2261.
Favero, C. A.,Giavazzi, F.(2002). Is the international propagation of financial shocksnon-
linear? Evidence from the ERM. Journal of International Economics, 57,231–246.
Goldstein, I., Pauzner, A.(2004). Contagion of self-fulfilling financial crises due to
diversification of investment portfolios. Journal of Economic Theory, 119, 151–183.
Hamilton, J.-D.(1994). Time Series Analysis.Princeton University Press, Princeton.
Hansen B., (1999). Threshold effect in non-dynamic panels: Estimation, testing, and
inference, Journal of Econometrics, 93, 345-368.
Jeanne, O., (1997). Are currency crises self-fulfilling? A test. Journal of International
Economics, 43, 263-286.
Jeanne,O., P. Masson, 2000. Currency crises, sunspots and Markov-
switchingregimes.Journal of International Economics, 50, pp. 327-350.

Kar M., Nazlıoğlu Ş., Ağır H. (2011). Financial development and economic growth nexus in
the MENA countries: Bootstrap panel granger causality analysis. Economic Modelling, 28,
685-693.

47
King R.G., Levine R., (1993). Finance and Growth: Schumpeter May be Right. Quarterly
Journal of Economics, 108, 717-37.
Krugman P. (1979). A model of Balance-of-paiement crises. Journal of Money, Credit and
Banking, 11(3), 311-325.
Kumar,S., Persaud, A.(2001). Pure contagion and Investors’ shifting risk appetite:
Analytical issues and empirical evidence. IMF Working Paper, WP/01/134.
Lagoarde-segot T., Lucey B.M. (2009). Shift-contagion vulnerability in the MENA stock
Markets.The World Economy, 32(10), 1478-1497.
Longstaff, F. A. (2010). The subprime credit crisis and contagion in financial markets.
Journal of Financial Economics, 97(3), 436–450.
Masson P. (1999). Contagion: macroeconomic models with multiple equilibria. Journal
of International Money and Finance, 18(4), 587-602.
Nelsson D. B. (1991). Conditional heterosketasticity in asset return: A new approach.
Econometrica, 59, 347-370.
Obstfeld, M. (1994), The logic of Currency crises, Banque de France, Cahierséconomiques
et monétaires, n° 43.
Pesenti,P., Tille, C.(2000). The Economics of Currency Crises and Contagion: An
Introduction. FRBNY Economic Policy Review, September.
Ratti, R.A., Seo, J.(2003). Multiple equilibria and currency crisis: Evidence of Korea.
Journal of International Money and Finance, 22(5), 681-696.
Rigobon, R. (2000). A simple test for the stability of linear models under
heteroskedasticity,omitted variable, and endogenous variable problems. MIT Mimeo
(http://web.mit.edu/rigobon/www/).
Rigobon R. (2003). On the measurement of international propagation of shocks: is the
transmission stable?. Journal of International Economics, 61(2), 261-283.

ANNEXE

48

Vous aimerez peut-être aussi