Vous êtes sur la page 1sur 8

Chapitre No 2: Première loi pour un système fermé

GÉNÉRALISATION DU CONCEPT D'ÉNERGIE


Lorsqu'un système subit une évolution plus complexe qu'un simple
changement de vitesse ou de position, on doit, en se basant sur
l'expérience,
1. étendre le concept d'énergie au-delà des définitions établies en
mécanique
2. postuler un principe de conservation de cette forme plus générale
d'énergie

LE TRAVAIL EN THERMODYNAMIQUE
Un travail W est effectué par un système sur l'environnement lorsque le
seul résultat équivalent aurait pu être l'élévation d'une masse
Le travail représente un échange d'énergieà la frontière entre le système et
son environnement. On adopte la convention de signe suivante:

travail effectué par le


W>0,
système
W<0, travail subi par le système

Le travail dépend de la forme de l'interaction avec l'environnement durant


l'évolution entre l'état initial du système et son état final.

Le travail n'est donc pas une propriété thermodynamique et on peut


évaluer l'intégrale
sans préciser l'évolution entre les états 1 et 2.

Par contre, la différentielle d'une propriété comme le volume, dV, est


exacte parce que la valeur de l'intégrale

ne dépend pas de l'évolution entre les états initial et final.

TRAVAIL EFFECTUE LORS D'UNE


DÉTENTE/COMPRESSION
La figure ci-dessus illustre l'évolution d'un système fermé qui effectue un
travail en deplaçant le piston de la position x1 à la position x2.

Soit p la pression moyenne exercée par le gaz à la surface du pistion.


La force résultante est égale à pA et le travail effectué par le gaz lorsque le
piston se déplace sur une distance dx e

Pour une évolution du volume initial V1 au volume final V2, le travail


efectué est

Cette formule demeure alide pour les systèmes de forme quelconque, si la


pression demeure uniformeà l'interface.

COMPRESSION/DÉTENTE QUASI-STATIQUE
Lors d'une évolution quasi-statique, les propriétés intensives sont à tout
moment uniformes à travers tout le système.
La figure ci-dessous représente une détente quasi-statique.
Lorsque le piston est au repos, la pression est uniforme dans le gaz.
Lorsquèon retire une des masses, le piston se soulève un peu, pour se
stabiliser à un niveau supérieur. Un nouvel équilibre de pression sèétablit
alors dans le gaz, caractérisé par le point (p,V) comme l'indiqu la figure
suivante.
Le travail effectué est

ou p est maintenant la pression


caractérisant l'état de tout le système.

Il apparaît que l'aire sous la courbe


représente le travail effectué, dont la
valeur dépend forcémentdu parcours
suivi entre les points 1 et 2.

ÉNERGIE TOTALE D'UN SYSTÈME


Considérons un système fermé qui effectue une évolution adiabatique, c-à-
d. qui échange de l´énergie avec l´environnement exclusivement sous
forme de travail.
Postulat : le travail effectué par un système entre deux états d´équilibre
donnés est identique pour toutes les évolutions adiabatiques reliant ces
états.
Déduction : le travail adiabatique correspond à la différence d´une
propriété extensive E entre les deux états, i.e.

E, appelée énergie totale, comprend

● l´énergie cinétique Ecin,


● l´énergie potentielle Epot et
● l´énergie interne U du système.

L´énergie interne regroupe toutes les formes d´énergie associées à tout


autre chose qu´à la vitesse et la position globale du système.
Elle représente l´énergie emmagasinée dans les mouvements (rotation,
translation, vibration) et dans les liens chimiques des particules qui
composent la matière.

PREMIÈRE LOI
Lorsqu´un système échange de l´énergie thermique avec son
environnement, on dit qu´il effectue une évolution non-adiabatique.

Soit W le travail net effectué au cours de cette évolution.


On constate que W diffère du travail adiabatique effectué entre les mêmes
états initial et final. Autrement dit:
Appelons Q la différence , c-à-d.

Cette dernière expression représente la première loi de la


thermodynamique, pour un système fermé.
On peut encore l´exprimer sous les formes suivantes:

( taux de variation dans le temps)


LES CYCLES
Un système subit une évolution cyclique lorsqu'il est ramené
périodiquement à son état initial.

Pour chaque cycle, le changement d´énergie totale du système est


forcément nul. D'où

Pour un cycle de puissance, , on définit un rendement


.
Pour une machine à froid, Qout > Qin , on définit un coefficient de
performance:

pour les appareils de réfrigération, et pour les pompes à chaleur

Vous aimerez peut-être aussi