Vous êtes sur la page 1sur 3

Les états financiers sont normalisés pour que toutes les entreprises calculent le résultat de la

même manière et soit égales devant l’impôt.


Le bilan est la photo du patrimoine à un instant donné -> c’est la base de l’analyse
patrimoniale.
Le compte de résultat est le film de l’activité -> c’est la base de l’analyse de l’activité.
Ces 2 états financiers servent de base pour l’analyse financière après retraitements.
II – Le compte de résultat
Le compte de résultat va permettre de porter un diagnostic sur l’activité de l’entreprise.
III – L’analyse du résultat par les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG)
Les SIG sont définis par le PCG et permettent de faire des calculs intermédiaires pour mieux
comprendre comment le résultat a été réalisé.
Il y a plusieurs étapes :
- Le calcul de la marge commerciale = Vente de marchandises – (Achats de marchandises –
Variation de stocks)
- Le calcul de la production de l’exercice = Somme de la production vendue, de la production
stockée et de la production immobilisée.
- Le calcul de la valeur ajoutée = Marge commerciale + Production de l’exercice –
Consommations en provenance de tiers (comptes 600/601/602). C’est la richesse créée par
l’entreprise du fait de ses opérations d’exploitation.
- Le calcul de l’Excédent Brut d’Exploitation (EBE) = VA + Subventions – Impôts et taxes –
Charges du personnel. Il représente la ressource qu’obtient l’entreprise du seul fait de ses
opérations d’exploitation et c’est un critère pour mesure la performance industrielle et
commerciale de l’entreprise.

- Le résultat d’exploitation = EBE + Reprise dépréciations et provision d’exploitation –


Dotations amort., dépréciations et provisions + Transfert de charges – Autres charges
- Calcul du résultat courant avant impôt = Résultat d’exploitation + Produits financiers –
Charges financières
- Résultat net = Résultat courant avant impôt + Produits exceptionnels – Charges
exceptionnelles – Participation – Impôt
- PV Nette sur cession d’actif = Produit de cession des éléments d’actif – Valeurs nettes
comptables des éléments d’actif cédés.

IV – Les retraitements
Certaines décisions de gestion ont un impact sur les soldes intermédiaires ce qui va fausser la
comparaison entre les entreprises du même secteur. D’où la nécessité de procéder, lorsque
c’est nécessaire, à des retraitements pour que les comparaisons deviennent homogènes.

A) L’intérim
Le personnel intérimaire est mis à la disposition de l’entreprise par une société d’intérim.
C’est une
charge externe. Retraiter l’intérim c’est retirer les charges du personnel intérimaire des
charges
externes pour les intégrer dans les charges de personnel.
B) La participation
Elle est considérée comme un complément de salaire et doit être réintégrée dans les charges
de personnel.
C) Le crédit-bail
La redevance de CB est une charge externe qui diminue les VA. Le CB est un moyen
d’accéder à un investissement qu’il aurait fallu acquérir et qui aurait donné une dotation aux
amortissements et des charges d’intérêt en cas d’emprunt pour le financer. Retraiter le CB,
c’est retirer les redevances des charges externes pour les ventiler comme si le bien avait été
acquis entre dotation et intérêts.
V- La Capacité d’Auto-Financement (CAF)
Le résultat net est un résultat comptable calculé en application de la règlementation en
vigueur. Il s’analyse d’une année sur l’autre et donne une idée de la prise de valeur de
l’entreprise. Par contre, il est déconnecté de la trésorerie. La profitabilité ne veut pas dire
solvabilité c’est-à-dire la capacité à honorer l’échéance des dettes. La CAF complète le
résultat net pour mettre en évidence la capacité d’une entreprise à créer des liquidités et de
respecter ses échéances.
Définition : Ce sont les ressources potentielles dégagées, au cours d’un exercice, grâce aux
opérations relevant de l’activité courante.
L’autofinancement = CAF – Dividendes distribués.
A) A partir de l’EBE (méthode soustractive)
L’EBE correspond au potentiel de trésorerie.
Calculer la CAF à partir de l’EBE consiste à descendre dans le compte de résultat en ne
prenant que les produits qui seront effectivement encaissés et les charges effectivement
décaissées.
Les comptes 675 et 775 ne sont pas intégrés dans la CAF.
C’est un potentiel de liquidité qui est privilégié par les banques car il met en évidence le
montant des liquidités qu’une entreprise pourra consacrer au remboursement de ses dettes.
S’il y a CAF, il y a capacité de remboursement et donc capacité d’endettement.
Méthode de calcul :
EBE
+ Transfert de charges d’exploitation
+ Autres produits d’exploitation
- Autres charges d’exploitation
+/- Quote-part de résultat sur opérations faites en commun.
+ Produits financiers sauf reprises sur provisions.
- Charges financières sauf dotations aux amortissements et provisions
+ Produits exceptionnels sauf reprises, quote-part des subventions virées au compte de
résultat et compte 775.

- Charges exceptionnelles sauf dotations et compte 675.

- Participation des salariés.


- IS.

B) A partir du résultat net (méthode additive)


Elle consiste à réintégrer dans le résultat les éléments qui ont été déduits alors qu’ils n’avaient
pas été
décaissés. Il faudra aussi retirer les produits non encaissés et tout ce qui concerne les cessions
d’actifs
immobilisés.
Méthode de calcul :
Résultat Net Comptable
+ Dotations
- Reprises
+ Compte 675
- Compte 775
- Quote-part des subventions virées au compte de résultat.
VI – Le partage de la VA
La VA est la richesse créée par l’entreprise grâce à sa capacité de production. Elle va
rémunérer les facteurs de production c’est-à-dire le travail et le capital.
Pour le travail : charges de personnel+participation / VA
Cette répartition est sectorielle : plus une entreprise fait de l’ingénierie, plus la part du
personnel prend une place importante dans la VA. Un plan social est destiné à diminuer la
part des salariés dans la VA.
Pour le capital :
- Du côté du prêteur : Intérêts / VA
- Du côté des actionnaires : Résultat net / VA ou Dividende / VA
La part des prêteurs est liée à l’endettement de l’entreprise : plus une entreprise laisse d’argent
auprès des organismes financiers, plus elle pénalise les actionnaires.
Pour l’Etat : Total des impôts / VA
Le taux dépend de l’environnement macroéconomique.
Pour l’entreprise : CAF / VA ou reste pour arriver à 1.

VII – L’analyse de l’activité


Pour mettre en évidence les points forts et les points faibles d’une activité, on travaille sur des
ratios, c’est-à-dire, la mesure de 2 valeurs.
Ratio de profitabilité : calculé à partir du CA, du résultat, …
-> Taux de marge commerciale = Marge commerciale / Vente de marchandises =
Performance commerciale.
->Taux d’exportation = Exportations / CAHT = Ouverture à l’international.
->Profitabilité = Résultat net / CAHT.
-> Pois des charges financières = Intérêts sur EBE = Coût de la dette.
-> Productivité = VA / Effectif moyen = Rendement de la main d’œuvre.
Ratio de rentabilité : calculé à partir des moyens mis en œuvre.
-> Rentabilité financière : Résultat Net / Capitaux propres.
-> Rentabilité économique : Résultat d’exploitation net / Actif économique -> Performance
industrielle et commerciale.

Vous aimerez peut-être aussi