Vous êtes sur la page 1sur 31

Procédés de Raffinage du Pétrole

Semestre: 3
Unité d’enseignement: UEF 2.1.1
Matière 2: Raffinage et pétrochimie
VHS: 45h00 (Cours:1h30, TD: 1h30)
Crédits: 4
Coefficient : 2

Objectifs de l’enseignement:
Maitrise des procédés physiques, thermiques et catalytiques de
transformations et de conversion des coupes pétrolières en produits
soit finis, soit en tant que source pour la pétrochimie.

Connaissances préalables recommandées:


Thermodynamique, cinétique, Réacteurs hétérogènes,
transfert de chaleur et matière, Dynamique des fluides,
transfertdechaleur et de matière,
Contenu de la matière:

Chapitre 1 : Rappels et actualités

Chapitre 2. Procédés de Raffinage


•Schéma d’une raffinerie classique
•Evolution du raffinage: contraintes
environnementales et économiques
•Procédés de séparation
•Procédés d'amélioration
•Procédés de transformations
Chapitre 3.Procédés de pétrochimie
•Les différents schémas de fabrication en pétrochimie
•Les différents complexes pétrochimiques
•Les produits de la pétrochimie
Origine du pétrole

Le pétrole brut est un mélange complexe d’un très grand nombre


d’hydrocarbures et d’une faible teneur en soufre et autres éléments minéraux
selon l’origine.

Minuscules organismes Vivants


Accumulation au fond des mers
MO + sédiments + boues

Action Microorganisme
Décomposition Pression + Température
Hydrocarbures liquide + gazeux.

Bouleversements terrestres
Un Gisement de
Poussée des gaz pétrole
Formation et pyrolyse du kérogène

Le kérogène est une substance organique naturelle pouvant être exploitée


pour produire des carburants fossiles comme le pétrole et le gaz
Trouver et extraire du pétrole
Forage
Extraction
Transport
Composition du pétrole
La composition de chaque gisement est unique et dépend de son
passé biologique et géologique. On y trouve plusieurs milliers de
molécules différentes, essentiellement des hydrocarbures. Les
pétroles sont classés en trois catégories principales en fonction de
leur constituant majoritaire
Paraffiniques naphténiques aromatiques
Hydrocarbures purs
2 types
Alcanes, paraffines, Chaînes droites : CH3-(CH2)n-CH3
aliphatiques saturés : { Chaînes ramifiées : iso-paraffines
CnH2n+2
•Teb et densité augmente avec le nombre de carbone
•la densité reste très inférieure à 1
•Pour un même nombre de carbone (Teb)iso <(Teb)n-

2 types
Hydrocarbures cycliques
Un seule cycle : CnH2n
saturés, cyclanes,
naphtènes : CnH2n
{ Plusieurs cycles accolés :
CnH2n-2
Pour un même nombre de carbone
(Teb)cyclo >(Teb)alcanes
(densité)cyclo >(densité)alcanes
Hydrocarbures purs

Hydrocarbures Insaturés
aromatiques : Benzène, toluène, xylènes
CnH2n-6

En général, néfaste au-delà de C8

Hydrocarbures – C=C –: alcènes


insaturés : – CC– : alcynes

•Très peu dans le pétrole brut


•Apparition après le traitement des
fractions lourdes
Hétéroatomes

S
Composés
soufrés
Inorganique
{H2S
COS

Organique
{ Sulfures : R–S–R’
Disulfures : R–S–S–R’
Mercaptans : CnH2n+1SH
Thiophènes : cycles

•Plus un pétrole brut est lourd et visqueux, plus il y a de soufre


•Sa concentration varie de 0,1 % à 8% (en poids)
•Extrêmement nocif.
Composition du pétrole
En plus faible quantité, on trouve les éléments :
• soufre

• dans les fractions légères H2S, mercaptans R-SH, sulfures R-S-R'


, disulfures (R-S-S-R')

• dans les fractions lourdes, hétéroaromatiques (thiophène,


dibenzothiophènes etc.)
• azote, hétéroaromatiques (quinoléine).
• vanadium et nickel, dans des structures porphiriniques.
• oxygène en très faible quantité.
Hétéroatomes

Phénols

Composés Furanes et benzofuranes


oxygénés
Acides carboxyliques R–COOH
Esters R–COO–R’

•Moins abondant que le soufre


•Il est responsable de l’acidité des pétroles
•Problème de corrosion
Hétéroatomes

Pyridines

Composés Amides
azotés
Amines R–NH2 ,R–NH–R’

Carbazoles
N

•Présent dans les fractions à température d'ébullition


élevées >250°
•La pyridine est un poison pour les catalyseurs acides
Composition du pétrole

thiophène furanne

Porphyrine
Dibenzothiophène Quinoléine

v
Classification des pétroles brut

Suivant leur origine, les pétroles bruts, de composition très variable, ont été classés ainsi :
Les paraffiniques : ils donnent des carburants riches et des lubrifiants de haute qualité.
Les naphténiques : ils donnent des huiles lubrifiantes de faible viscosité mais
naturellement détergentes.
Les aromatiques : plus rares mais conférant un indice de performance élevé pour le
kérosène (carburant aviation).
Les asphaltiques : ils donnent des combustibles lourds et des lubrifiants.
Les mixtes : sont un mélange des types précédents.

Nature de HC Brut Paraffinique Brut naphténique Brut Asphaltique


Paraffines 40 12 5
Naphtènes 48 75 15
Aromatiques 10 10 20
Asphaltiques 2 3 60

19
Densité API

La densité API est une échelle permettant d’exprimer la densité du pétrole brut en
degrés API (° API), calculée à partir de la densité, par la formule suivante :

Densité API = (141,5/(densité à 60 °F)) - 131,5.

Cette formule fut créée par l'American Petroleum Institute (API) et le National Institute
of Standards and Technology (NIST).
Degré API Densité
Brut Leger (light) °API > 31.1° 8 1,014
10 1,000
15 0,966
Brut Moyen 22.3<°API < 31.1° 20 0,934
25 0,904
30 0,876
Brut Lourd 10°<°API < 22.3 35 0,850
40 0,825
45 0,802
Brut Extra Lourds 10° >°API
50 0,780
55 0,759
Origine Composition °API %S
Brut Algérien Paraffinique 45
Brut Western Texas Intermediat WTI Paraffinique 39.6 0.24
Brut Lybien Paraffinique 37
Brent Paraffinique 37
Brut Arab Léger Paraffino Naphténique 34.5 1.7
Brut Américain (Pennsylvanie) Paraffinique 32.5 0.3
Brut Koweitien Naphténo Asphaltique 31.5 2.6
Brut Vénézuélien (Tia Juana) Naphténo Asphaltique 24
Brut Mexicain Naphténique 14
Brut Vénézuélien Asphaltique 8
Classification des produits finis

Le Pétrole Léger Egalement appelé ‘pétrole conventionnel’, Par


exemple, la nouvelle formule de brut ultra-léger de l'Arabie Saoudite
a une densité API de 44°.

Le Pétrole Lourd est un pétrole dense et visqueux avec une faible


densité API. Ils ne peuvent généralement pas être extraits à l’état
naturel avec des puits de pétrole ou des méthodes de production
conventionnelles. Leur extraction nécessite en général qu’ils soient
chauffés ou dilués de sorte qu'ils puissent s'écouler jusqu’à un trou
de forage ou circuler dans un pipeline.

Le Pétrole Extra-Lourd a une densité API de moins de 10°.

Le Bitume naturel, pétrole extra-lourd Egalement appelé ‘sables


bitumineux’, le bitume possède de nombreuses caractéristiques du
pétrole lourd, mais il est encore plus dense et visqueux. 22
Prix du pétrole

La formation des prix


Depuis la fin des années 1980, les prix indiqués dans les contrats
commerciaux du pétrole brut sont généralement déterminés par un
formule spécifique au brut vendu,
Prix brut X = Prix brut référence + Différentiel

La formule utilisée pour calculer le prix du brut X est donc déterminée


par quatre facteurs :
- le point de vente
- le choix du prix de référence
- un facteur temps qui renvoie à l'intervalle de temps entre la date de
chargement et la date où le prix est définitivement fixé,
- un ajustement correspondant à la différence de qualité et de lieu de
livraison par rapport au brut de référence.
• Les bruts de référence :
– le WTI (West Texas Intermediate ) : (40 °API et 0,3 % S)
Ce type de brut est utilisé comme référence en Amérique du Nord. C'est un brut léger, non
sulfuré. C'est le prix du WTI qui est habituellement cité dans les articles de journaux.
– le Brent : (38 °API et 0,3 % S)
Le Brent est un type de pétrole brut (léger et non soufré) issu de champs de la Mer du Nord.
D’après l’International Petroleum Exchange où le prix du Brent est côté, ce prix est utilisé pour
fixer le prix des deux tiers des pétroles bruts vendus mondialement.
– le Dubaî light : (environ 32 °API et 2 % S)
Un brut (léger sulfuré) dans le golfe Persique, le Dubaï light est utilisé comme référence pour
fixer le prix de vente d'autres bruts de la région à destination de l'Asie, le Moyen-Orient et l’Asie.
NB : le brut algérien est appelé « sahara blend », c’est un mélange de bruts issus de
plusieurs champs de la région de Hassi Messaoud.
Densité entre 43 et 47 °API, un brut léger
Teneur en soufre 0.1% « faible teneur en soufre »
Densité
Définition
C'est le rapport du poids d'un certain volume de produit à une température T (en °C) au
poids d'un même volume d'eau à 4°C.
Poids d ' un volume de produit à la température T
d 4T 
Poids du même volume d ' eau à 4C
Légalement T=20°C.
A pression atmosphérique : d 420  d 4T   T (C )  20

 : coefficient de dilatation volumique

d 420 0,60 – 0,70 0,70 – 0,76 0,76 – 0,80 0,80 – 0,85 0,85 – 0,88 0,88 – 0,90

 0,0009 0,00085 0,0008 0,00075 0,00065 0,00062


Au U.S.A, il existe 2 autres définitions :
La Specific Gravity SpGr: Les poids du produit et de l'eau sont comparés à la même
température 60°F, c-a-d 15,5°C.
Le degré API : 141,5
 API   131,5
SpGr
Indice de réfraction :

Les rayons lumineux changent de direction et de vitesse en changeant de milieu. C'est la


réfraction.

sin b
b n
a sin a

20
nD  nTD  4 104 (20  T )

Pour les aromatiques classiques : pratiquement constant


Aromatique > naphténique > paraffines
Il existe de nombreuses corrélations mais la méthode expérimental est la plus simple
Tension de Vapeur Reid

La tension de vapeur d’un liquide mesure sa tendance à


s’évaporer pour une température donnée. C’est la pression pour
laquelle s’établit l’équilibre liquide-vapeur.

Un liquide est d’autant plus volatil que sa pression de vapeur est


forte.

La tension de vapeur Reid ou TVR se détermine au laboratoire

suivant la norme ASTM D 323


Point Eclair
Le point d'éclair ou point d'inflammabilité (en anglais: flash point)
correspond à la température la plus basse à laquelle un corps
combustible émet suffisamment de vapeurs pour former, avec l’air
ambiant, un mélange gazeux qui s’enflamme sous l’effet d’une source
d’énergie calorifique telle qu’une flamme pilote,
Si l’inflammation ne nécessite pas de flamme pilote, on parle alors
d’auto-inflammation

Point de feu

Apres avoir atteint le point éclair, si on continu de chauffer notre


échantillon, on obtient une flamme stable : c’est le point de feu.
Il est de quelques degrés (généralement de 2 à 4 °C) au dessus du
point éclair.
Point de trouble :
Le point de trouble d’une coupe (ou d’un produit) est
la température à laquelle la coupe présente des particules solides.
Point d’écoulement :
C’est la plus basse température à laquelle le produit est susceptible
de couler encore. Généralement, le point d ’écoulement se situe à
3°C au-dessus du point de congélation.
Point d'aniline
C'est la température la plus basse à laquelle des volumes égaux
d'aniline et de produit à analyser sont complètement miscible.
Le point d'aniline est en relation avec l'aromaticité du produit
La viscosité :
Définition: la viscosité est une grandeur physique qui mesure le
résistance interne à l'écoulement d'un fluide, résistance due aux
frottements des molécules qui glissent les unes contre les autres.
On définit 3 viscosités :
La viscosité absolue ou dynamique :=(F/S) (x/v)
 : pascal-seconde, centipoise, F : force résistante, S : surface, x :
distance entre les deux couches, V : vitesse.
La viscosité cinématique : =/ en m2/s ou en
centistockes ( 1cSt = 1 mm2/s).
La viscosité relative : c'est le rapport de la viscosité du produit à
celle de l'eau à 20°C
Teneur en cendres et résidu Conradson

Teneur en cendres (ASTM D 482):


Cette méthode consiste à calciner notre échantillon dans un
creuset. Le résidu charbonneux obtenu est ensuite incinérer dans
un four à moufle pour brûler le carbone.
Apres refroidissement dans un dissicateur, il ne reste que les sels
minéraux.

Vous aimerez peut-être aussi