Vous êtes sur la page 1sur 7

CHPITRE 01 Le condensateur LOUATI MAHMOUD BAC M+SC.

EXP+T+INF
Qu'est un condensateur et quel est son rôle dans un circuit électrique ?

I) Définition et symbole d’un condensateur:

Un condensateur est constitué de deux conducteurs parallèles très proche en regard appelés
armatures séparés par un isolant qu'on appelle diélectrique (comme l'air, le verre, le polystyrène, le
plastique ou le papier paraffiné...etc.qui sont des substances isolantes). Les armatures du condensateur
peuvent prendre divers formes géométrique (plan, sphérique ou cylindrique.)

Symbole du

condensateur

armatures

diélectrique

II) Phénomène de charge et de décharge du condensateur  :

1) Charge d'un condensateur: On réalise le circuit suivant

LOUATI MAHMOUD

Figure 1

■ Expérience et Observation: On utilise un générateur de tension continue idéal de force


électromotrice E comme l’indique la figure-1-

On bascule l'interrupteur K à la position (1). On observe que l'aiguille du galvanomètre dévie dans un
sens puis revient à zéro. On ouvre K et on le referme de nouveau, l’aiguille ne dévie pas et le voltmètre
indique que la tension aux bornes du condensateur UAB=E. On dit que le condensateur est
complètement chargé et le courant électrique qui passe dans le circuit s'appelle courant de charge.

■Interprétation: Le courant de charge résulte d'un déplacement des électrons de l'armature A vers
l'armature B du condensateur, et à cause de l'existence du diélectrique entre les armatures, les
électrons s'accumulent sur l'armature B. L'armature A perd le même nombre d'électrons gagnés par
l'armature B et condensateur devient chargé.

On appelle charge "q" du condensateur, la valeur absolue de la quantité d'électricité que porte chaque
armature. q = qA= - qB Une fois chargé, le condensateur conserve la charge électrique "q" sur ses
armatures et la tension uAB=E entre ses bornes, même lorsqu'on le débranche.
2) Décharge d'un condensateur:

■ Expérience: Lorsque le condensateur est chargé on bascule l'interrupteur K à la position (2). On


constate la déviation de l'aiguille du galvanomètre dans le sens contraire et du même angle pendant un
temps très court et le voltmètre indique une annulation rapide de la tension aux bornes du condensateur.
Ouvrons et fermons de nouveau l’interrupteur K, rien ne se passe. On dit que le condensateur est
déchargé.

■Interprétation: En déplaçant l'interrupteur à la position (2) on relie les armatures entre elles .Les
électrons accumulés sur l'armature B reviennent à l'armature A et un courant de décharge apparait dans
le circuit dans le sens inverse du courant de charge.

3) Conclusion :

Le condensateur est un composant électrique capable de stocker des charges électriques.

III) CHARGE D’UN CONDENSATEUR 3 ET INTENSITÉ DU COURANT


1)L’intensité du courant électrique:

On réalise le montage de la figure -2- avec un générateur de tension idéal de f.e.m. E, un résistor de
résistance R, un condensateur, un commutateur K et deux diodes électroluminescentes D1 et D2. On
enregistre à l’aide d’un oscilloscope à mémoire ou d’un système informatique d’acquisition de données,
la tension uR aux bornes du résistor lorsque le commutateur K est respectivement en position 1 et en
position 2.

 Lorsque le commutateur K est dans la position 1,


LOUATI MAHMOUD 1 K
c’est la diode D1 seulement qui s’allume, tandis que lorsqu’il
2
est dans la position 2, c’est la diode D2 qui s’allume.
D2 D1
 L’enregistrement de la figure-3- montre que la tension
E Y
uR est positive lorsque K est en 1, négative quand il est en 2.
R
uR
Sachant que uR = Ri, ce qui montre que l’intensité

i est positive et décroissante pendant la charge, négative et


Figure2
croissante pendant la décharge.

Conclusion : L’intensité du courant électrique est une uR(V)

grandeur algébrique. Elle est positive si le courant circule UR

dans le sens arbitraire choisi et négative si le courant circule

dans le sens contraire.

2) Charge q du condensateur :

On choisit arbitrairement un sens positif pour l’intensité du

courant, celui indiqué sur la figure-4- par exemple. Soit i -UR


Figure3
l’intensité du courant : i > 0 si le courant circule

dans le sens indiqué sur la figure-4- et i < 0 s’il circule dans le sens contraire.
Définition : On appelle charge q d’un condensateur, la charge de

l’une de ses armatures, choisie conventionnellement,

celle vers laquelle est orienté le sens positif du courant.

3) Relation entre l’intensité i du courant et la charge q d’un condensateur  :

Les grandeurs i et q sont variables au cours du temps. Entre les instants t et t + Δt, le courant circulant
dans le sens positif, transporte la quantité d’électricité Δq > 0, ce qui fait augmenter la charge de
l’armature A de Δq. L’intensité du courant étant la quantité d’électricité transportée (ou traversant une
section droite) par unité de temps, on a : E

dq
Pour un générateur de tension idéal : et i=
dt

q
Pour un générateur de courant idéal : I et I 0=
t

IV/ RELATION ENTRE LA CHARGE q ET LA TENSION uC :

On réalise le montage de la figure-4- en utilisant un générateur de courant (qui débite un courant


électrique constant quelle que soit la tension entre ses bornes) .

Puis on ferme l'interrupteur et en même temps on déclenche


LOUATI MAHMOUD

le chronomètre. L’ampèremètre indique l'intensité du courant dans

le circuit I o  0,3A . On mesure la tension entre les bornes du

condensateur après chaque cinq secondes et en utilisant la relation : q=I o.t ,

On détermine la charge q du condensateur à chaque instant.

Remplir le tableau suivant :


Figure4

t(s) 0 5 10 15 20 25 30 35 40 45
uC(V) 0 0,25 0,50 0,75 1,00 1,25 1,50 1,75 2,00 2,25
q( μC ) 0 1,50 3,00 4,50 6,00 7,50 9,00 10,50 12,00 13,50
Représentation de la courbe d'évolution de la charge q en fonction de la tension uAB = uC aux bornes du
condensateur :
q μC )
La charge q du condensateur est proportionnelle à la tension entre (
ses bornes, le coefficient de proportionnalité est une constante qui

caractérise le condensateur notée C, est appelée :


Figure5
capacité du condensateur, elle s’exprime en farad (F). q = C.uc

Graphiquement la capacité du condensateur utilisé dans cette


0 uC(V)
expérience est égale au coefficient directeur de la droite qui
représente q=f(Uc):

∆ q ( 13 ,5−1 ,5 ) . 10−6
C= = ¿ 6 . 10−6 F=6 μF
∆ uC (2 , 25−0 ,25)

Autre méthode: La courbe qui représente la tension Uc aux bornes du condensateur en fonction du
temps et une fonction linéaire

Donc on a : uc=k.t , k est le coefficient directeur de la droite qui représente

∆u C −1 u
uc =f(t) avec . K= =0,05V . s
∆t
Figure6
q K
On a aussi : t= I 0 ce qui donne : uC = I0
.q

K 1 I
= donc C = 0 = 6 . 10−6 F=6 μF
I0 C K

Capacité d’un condensateur

C est une grandeur qui caractérise l’aptitude du condensateur à


0 t(s)
emmagasiner une charge électrique q lorsqu’il est soumis à une

tension uC, appelée capacité du condensateur. C ne dépend que


LOUATI MAHMOUD

des caractéristiques géométriques du condensateur et de la nature du diélectrique.

La valeur de la capacité des condensateurs usuels varie selon l’usage dans un vaste domaine mais tout
en restant trés inférieure au farad. Autrement dit, le farad est une grande unité de capacité. On préfère
alors utiliser des sous multiples du farad :

- le millifarad : 1 mF = 10-3 F

- le microfarad: 1 μF = 10-6 F

- le nanofarad: 1 nF = 10-9 F

- le picofarad : 1 pF = 10-12 F

- le femtofarad: 1 fF = 10-15 F

REMARQUE  :

dq d uC
Pour un generateur de tension : i= =C ×
dt dt

V/ CONDENSATEUR PLAN  :

Definition  :

un condensateur est dit plan lorsque ses armatures

en regard sont planes.

EXPRESSION DE LA CAPACITE  :
S
C=ε × avec e : épaisseur ou distance entre les
e

deux armatures exprimée en mètre (m) dans le (S.I)

S :surface des armatures exprimée en mètre carré (m2) dans le (S.I)

ε  : permittivité absolue du diélectrique exprimée dans le (S.I) en Farad. mètre-1 (F.m-1)

S
 Si le diélectrique est le vide (ou l’air) C=ε 0 .
e
 On définit la permittivité relative d’un milieu par rapport

ε
à l’air (ou le vide) ε r= ε (sans unité)
0

S
Ce qui donne : C=ε r . ε 0 .
e

Le tableau suivant donne des exemples de valeurs de la permittivité absolue ε et de la permittivité


relative εr

Diélectrique εr ε (10-11 F.m-1)


Vide , air 1 0,885
Papier paraffiné 2 – 2,5 1,8 – 2,2
Polystyrène 2–3
LOUATI MAHMOUD 1,8 - 2,7
Verre 4–7 3,5 – 6,2
Mica 5–8 4,4 – 7,1
Céramique 15 – 2500 13,2 - 2200
VI/ TENSION DE SERVICE ET TENSION DE CLAQUAGE  :

1/Tension de claquage :

Définition : On appelle tension de claquage d’un condensateur la plus petite tension (en valeur
absolue) faisant jaillir une étincelle entre les armatures du condensateur.

2/Tension de service : tension de service, elle est d’une valeur nettement inférieure à celle de
claquage, c’est la tension nominale du composant.

VII/ ÉNERGIE EMMAGASINÉE PAR UN CONDENSATEUR :

1)Expérience : On réalise le montage suivant

On bascule l'interrupteur K à la position (1) et on le laisse

un temps suffisant pour que le condensateur soit chargé puis on le bascule à la position (2). On constate
que le moteur fonctionne et le corps suspendu au fil monte d'une hauteur h. La montée du corps et sa
réception d’une énergie de potentielle s'explique par l'existence de l'énergie électrique qui a été reçue
par le condensateur pendant la charge. Donc le condensateur peut emmagasiner l'énergie électrique
pour la restituer au moment du besoin.

Conclusion : Le condensateur est un réservoir d’énergie potentielle électrique (ou électrostatique). Cette
énergie se manifeste, lors de la décharge du condensateur, en se transformant en énergie thermique
dans les différents conducteurs, en énergie cinétique dans un moteur, en énergie lumineuse dans une
diode LED par exemple...
q2 1 2 1
EC = = C × uC = q × uC
2C 2 2

EC s’exprime dans le (S.I) en Joule (J).

C s’exprime dans le (S.I) en Farad (F).

q s’exprime dans le (S.I) en Coulomb (C).

uC s’exprime dans le (S.I) en Volt (V).

APPLICATION :
Exercice

Pendant une séance de travaux pratiques, des élèves sont chargés de déterminer la capacité C d’un
condensateur et l’influence de l’épaisseur e du diélectrique sur la capacité C

I/ On confie à différents groupes d’élèves l’objectif suivant. Réaliser les montages suivants a fin de
déterminer la capacité C d’un condensateur. On constitue deux groupes d’élèves A et B: pour chacun
réalise une expérience.

Groupe A, Expérience -1-

Le groupe A réalise le montage de la figure -1-ci-contre, comportant un générateur de courant délivrant


une intensité constante I = 10mA, le condensateur de capacité C, des fils de connexions, un wattmètre
et un chronomètre. Pour différente date, il mesure la puissance consommée par ce condensateur. Ces
résultats ont permis de tracer la courbe P = f(t) de la figure-1-ci-contre
LOUATI MAHMOUD

I2
1)Montrer que la puissance consommée par ce condensateur peut s’écrire : P = ×t
C
2) Déterminer à partir de la courbe de la figure -1-, la relation analytique entre la puissance consommée
par le condensateur P et les instants de date t.

3) Déduire la capacité C de ce condensateur

Groupe B, Expérience -2-

On réalise un circuit comportant : Un générateur de courant idéal débitant un courant d’intensité I =


10mA , un condensateur plan de capacité C variable formé de deux armatures de surface en regard
constante initialement déchargé un interrupteur K et un système d’acquisition informatique permet de
déterminer l’énergie électrostatique EC emmagasinée par le condensateur pendant des intervalles de
temps successifs.

1)Pour une épaisseur e1 = 0,1mm du diélectrique .On obtient la courbe d’évolution de l’énergie
électrostatique en fonction du carré du temps : EC1 = f ( t2 ).voir figure-2- ci-dessous

I2 2
a- Montrer que l’énergie électrostatique EC est donnée par la relation : EC = ×t .
2C
b- Déduire la valeur de la capacité C1 du condensateur Comparer à C

2)- On refait l’expérience pour deux autres épaisseurs e2 = 0,05mm et e3= 0,025mm .

On obtient les courbes de la figure-3-

- a- Reproduire le tableau suivant en le complétant

e (mm) 0,1 0,05 0,025


C ( 10-4F)
C.e (10-4 F.mm )
b- Que peut-on conclure au produit C×e ?

c- Sachant que la surface en regard des armatures est s = 0,5m2 . Vérifier que la permittivité absolue du
diélectrique est :  = 4.10-9 F.m-1 .

LOUATI MAHMOUD

Vous aimerez peut-être aussi