Vous êtes sur la page 1sur 32

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de l’enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique


Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene

Faculté d’Electronique et d’Informatique

Domaine Sciences et Technologie


Filière Automatique

PROJET DU MODULE
ENERGIE RENOUVELABLE
Thème

Energie solaire thermique

Réalisé par :

BOULBADAOUI Amina
GASMI Chaima
DORBANE Mohamed
ANANE Mohamed

SOUS DIRECTION DE : Mme BOUMAARAF

DECEMBRE 2021
Table des matières
1. INTRODUCTION ;

L'énergie renouvelable (ENR) est une source d'énergie dont le taux de renouvellement naturel est
suffisamment rapide pour être considéré comme inépuisable à l'échelle du temps humain. Elles
proviennent de phénomènes naturels périodiques ou constants provoqués par les astres : le soleil
est principalement dû à la chaleur et à la lumière qu'il produit, mais il a aussi l'attraction de la
lune (marée) et de la chaleur produite par la terre (géothermie). Leur caractère renouvelable
dépend du taux de consommation à la source d'une part, et du taux de renouvellement d'autre
part. L'expression « énergie renouvelable » est une abréviation et une forme courante
d'expression « source d’énergie renouvelable » ou «énergie d’origine renouvelable », ce qui est
plus correct d'un point de vue physique.
1. 1 L’énergie solaire :
L'énergie solaire est l'énergie diffusée par le rayonnement du Soleil. Des ondes radio aux rayons
gamma en passant par la lumière visible, tous ces rayonnements sont constitués de photons, les
composants fondamentaux de la lumière et les vecteurs de l’énergie solaire. L’énergie solaire est
issue des réactions de fusion nucléaire qui animent le Soleil.
Sur Terre, l'énergie solaire est à l'origine du cycle de l'eau, du vent et de la photosynthèse du
règne végétal. Le règne animal, y compris l’humanité, dépendent des végétaux sur lesquels sont
fondées toutes les chaînes alimentaires.
Actuellement, il existe deux voies principales d’exploitation de l’énergie solaire :
 le solaire photovoltaïque : qui transforme directement le rayonnement solaire en
électricité ;

 le solaire thermique : qui transforme directement le rayonnement en chaleur. Le solaire dit


« thermodynamique » est une variante du solaire thermique. Cette technique se différencie
en cela qu’elle utilise l’énergie thermique du soleil afin de la transformer dans un second
temps en électricité.

1. 1. 1 Histoire de l’énergie solaire :


L'utilisation de l'énergie solaire remonte à l'Antiquité. Par exemple, les Grecs allumaient la
flamme olympique grâce à un système de miroirs concentrant les rayons du Soleil. Cependant le
début des applications pratiques est apparu au XVIIe siècle. Le Français Salomon de Caus
construit en 1615 une pompe solaire, grâce à l'utilisation d'air chauffé par le rayonnement solaire.
Au XVIIe siècle, François Villette, opticien au palais de Versailles, conçoit un miroir en bronze
(appelé miroir ardent) d'un mètre de diamètre, grâce auquel il fait des démonstrations de fusion
d'objets. En 1747, Georges-Louis de Buffon expérimente un miroir qui concentre la lumière du
soleil en un point focal. Il arrive à faire fondre un morceau d'argent (soit plus de 1 044 °C). À la
fin du XVIIIe siècle, grâce à une lentille à liquide qui concentre les rayons solaires, Antoine
Lavoisier construit un four solaire qui atteint la température de1 800 °C. Dans les années 1780,
H. B. de Saussure invente un instrument de mesure lui permettant d'étudier les effets calorifiques
des rayons du soleil qu'il nomme « hélio thermomètre » ; cet instrument utilise l'effet de serre
obtenu par un vitrage placé au-dessus d'un absorbeur dans un caisson isolé ; il crée ainsi un
capteur solaire thermique à basse température. La conversion de la lumière en électricité, appelée
effet photovoltaïque, est découverte par Edmond Becquerel en 1839, mais il faudra attendre près
d'un siècle pour que les scientifiques approfondissent et exploitent ce phénomène de la physique.
En 1875, Werner von Siemens expose devant l'Académie des Sciences de Berlin un article sur
l'effet photovoltaïque dans les semi-conducteurs. En 1913, William Coblentz dépose le premier
brevet pour une cellule solaire qui malheureusement ne pourra jamais fonctionner. En 1916,
Robert Millikan sera le premier à produire de l'électricité avec une cellule solaire, mais pendant
les quarante années suivantes, personne ne fera beaucoup de progrès en énergie solaire car les
cellules photovoltaïques ont un trop mauvais rendement pour transformer la lumière du soleil en
énergie. Le phénomène reste encore une découverte anecdotique. Pendant l'année 1954, trois
chercheurs américains (Chapin, Pearson et Prince) mettent au point une cellule photovoltaïque à
haut rendement (9 %) et les Laboratoires Bell construisent le premier panneau solaire mais il était
trop coûteux pour être produit en série. C'est la conquête spatiale qui fera réellement progresser
l'énergie solaire ; le panneau solaire est le seul moyen non-nucléaire d'alimenter des satellites en
énergie, de plus l'énergie solaire est une source d'énergie constante pour les satellites en orbite.
En effet, c'est en 1958 qu'a lieu le premier lancement d'un satellite fonctionnant à l'énergie
photovoltaïque. L'industrie spatiale investira beaucoup de fonds dans le développement des
panneaux solaires. C'est la première utilisation importante de la technologie solaire
photovoltaïque. Pendant les années 1970 et 1980, des efforts sont faits pour réduire les coûts de
sorte que l'énergie photovoltaïque soit également utilisable pour des applications terrestres.
L'énergie solaire connaîtra un second élan au cours du premier choc pétrolier dans les années
1970. Alors que le prix du pétrole augmente de façon spectaculaire, les panneaux solaires
photovoltaïques commencent à être utilisés pour la première fois dans les maisons. En effet, en
1973, la première maison alimentée par des cellules photovoltaïques est construite à l'université
du Delaware et en 1983, la première voiture alimentée par énergie photovoltaïque parcourt une
distance de 4 000 km en Australie. Depuis les panneaux solaires se sont développés lentement.
Pendant longtemps, ils ont été considérés comme des sources d'énergies naturelles. L'énergie
solaire est de nouveau en plein essor car on prévoit une pénurie de pétrole prochaine, on se
préoccupe du réchauffement de la planète et les prix de l'énergie n'ont jamais été aussi hauts.
L'énergie solaire devient une priorité pour de plus en plus de pays. Des centrales solaires sont en
cours de construction dans le monde entier. Les entreprises investissent également. Les
entreprises d'électricité et les gouvernements ont offert des subventions et des réductions pour
encourager les propriétaires à investir dans l'énergie solaire pour leur maison. En effet, en 1995,
des programmes de toits photovoltaïques raccordés au réseau ont été lancés, au Japon et en
Allemagne, et se généralisent depuis 2001. De nouveaux types de panneaux solaires ont été
développés ; panneaux solaires très fins (4 mm d'épaisseur) et flexibles, des peintures solaires.
L'objectif est de réduire très fortement le coût de l'énergie solaire. En novembre 2015 une «
Alliance internationale pour l'énergie solaire » (ou ISA) pour « International solar alliance » a été
créée. Le projet en était porté par Narendra Modi (Premier ministre indien). Cette alliance doit
réunir les États disposant d'importantes ressources solaires afin de mieux coordonner le
développement de leur exploitation (thermique et photovoltaïque) via des actions de formation,
de standardisation de matériels, de partage d'expériences, co-entreprises...). La cérémonie de
lancement a eu lieu lors de la COP21 à Paris, organisée par l'Inde et la France, avec le soutien du
secteur privé selon Engie.

1. 2 L’énergie solaire thermique :


L'énergie solaire thermique provient de la chaleur transmise par le Soleil par rayonnement et ne
doit pas être confondue avec d'autres formes d'énergie solaire et notamment l'énergie solaire
photovoltaïque qui utilise l'effet photoélectrique afin de transformer les photons émis par
le soleil en électricité.
L'énergie solaire thermique consiste à utiliser la chaleur du rayonnement solaire :
 en usage direct de la chaleur : chauffe-eau et chauffages solaires, cuisinières et sécheuses
solaires ;

 en usage indirect, la chaleur servant pour un autre usage : rafraîchissement


solaire, dessalement, etc.

De fait, elle est utilisée principalement pour le chauffage de l’eau ou des locaux. On utilise pour
cela des capteurs thermiques. Il en existe plusieurs catégories mais le principe est toujours le
même : le capteur thermique absorbe les photons solaires et les transforme en chaleur. Celle-ci
est ensuite transmise à un liquide ou à un gaz (dit « caloporteur ») qui la transporte vers un
réservoir de stockage de chaleur.
1.2.1 Histoire de l’énergie solaire thermique :
La première utilisation non passive répertoriée de l'énergie solaire thermique par l'Homme
remonte à 212 av. J.-C. quand Archimède concentra l'énergie du soleil afin d'enflammer les
navires romains assiégeant Syracuse. Des scientifiques ont cependant ensuite mis en doute la
faisabilité technique d'une telle méthode1. Plus de 17 siècles plus tard, en 1561, Adam
Lonitzer évoque un procédé utilisé par les alchimistes utilisant l'énergie du soleil concentrée dans
le but d'élaborer des parfums1.
En 1615, la pompe solaire de Salomon de Caus utilise des lentilles pour chauffer un récipient
rempli d'un mélange air-eau. Cette invention est considérée comme étant la première utilisation
de l'énergie solaire depuis l'époque classique1.
Dans les années 1780, H. B. de Saussure invente un instrument de mesure lui permettant d'étudier
les effets calorifiques des rayons du Soleil, qu'il nomme « héliothermomètre », il utilise l’effet de
serre obtenu par un vitrage placé au-dessus d’un absorbeur dans un caisson isolé ; il crée ainsi les
premiers capteurs solaires thermiques à basse température.
En 1865, Augustin Mouchot construit le premier moteur solaire composé d'un récepteur conique
muni d'un récipient métallique noirci recouvert d'un mince bocal en verre transparent dans sa
ligne focale.
En 1868, John Ericsson, inventeur suédois, construit lui aussi plusieurs moteurs solaires, qui
fonctionnent soit à la vapeur, soit en association avec son moteur à air chaud (ou moteur
calorique).
En 1893, le physicien britannique James Dewar découvre l'effet thermos selon le principe d’un
récipient à deux parois séparées par un vide d'air, assurant une isolation quasi parfaite. Le
principe de la bouteille isotherme permet par la suite le développement des deux types
de capteurs solaires thermiques à tubes sous vide existant, l'un par circulation directe, l'autre
par caloduc.
Dans les années 1910, les premiers chauffe-eau solaires individuels apparaissent en Californie.
Après une période essentiellement consacrée au développement de l'énergie hydraulique, les
essais de développement industriel de centrales solaires thermiques ont été couronnés d'un succès
technique, mais non économique, car arrivant au moment où le prix du pétrole diminuait à
nouveau2.
Néanmoins, depuis les années 1970 et 1980, son développement prend du retard alors que le
développement de l'énergie solaire photovoltaïque est favorisé. Dès lors, seules de petites unités
de solaire thermique (chauffe-eau individuel ou de petites collectivités, piscines, etc.) sont
fonctionnelles, hors le solaire thermique lourd destiné à produire de l'électricité.
Pendant les années 2000, la nécessité de diminuer les émissions de gaz à effet de serre, la
perspective du pic pétrolier et les doutes sur les solutions pour la gestion des déchets nucléaires et
sur les risques liés à cette source d'énergie rendent le solaire thermique plus attractif. Les chauffe-
eau solaires connaissent un développement rapide dans certains pays, en particulier en Chine, et
des projets industriels de grande taille sont réalisés aux États-Unis, en Espagne, au Moyen-
Orient, en Australie et au Maroc. Mais la baisse rapide des coûts du solaire photovoltaïque au
début des années 2010 fait chuter les projets du solaire thermique individuel, devenu moins
attractif, et de la thermodynamique, devenu moins compétitif.
2.LE PRECHAUFFAGE DE L’EAU CHAUDE SANITAIRE

DEFINITION DE L’OPERATION

Le préchauffage de l’eau chaude sanitaire d’un bâtiment par l’énergie solaire est une technique
maîtrisée, relativement aisée à mettre en œuvre et respectueuse de l’environnement.

Parmi les bâtiments collectifs, certains sont tout à fait indiqués pour de telles installations alors
que pour d’autres elles sont déconseillées ; quelques critères simples mais primordiaux doivent
tout d’abord être remplis :

- besoins en eau chaude sanitaire plus ou moins constants …


- … et de préférence relativement importants,
- occupation régulière (contre-exemples : bâtiment inoccupé l’été (écoles, ou utilisé pendant une
ou deux saisons uniquement).

Le respect de ces critères permet d’atteindre une rentabilité de l’opération intéressante.

Dans le cas de bâtiments neufs, il est important d’étudier la solution solaire, dès l’avant projet
sommaire, pour éviter le recours, fréquent, à des solutions traditionnelles de chauffage de l’eau
chaude sanitaire. Le solaire thermique peut donc jouer un rôle important dans la problématique de
réduction des gaz à effets de serre et s’intégrer harmonieusement à l’architecture des bâtiments.
3. Fonctionnement d'un système solaire thermique :

Les panneaux solaires thermiques permettent de produire de l’eau chaude. Il ne faut pas les
confondre avec des panneaux solaires photovoltaïques qui servent eux à produire de
l’électricité. Un panneau solaire thermique est une surface qui capte les rayons du soleil pour
réchauffer un fluide caloporteur placé sous les panneaux. Ce fluide chaud rejoint ensuite le
ballon de stockage dans lequel il réchauffe l’eau chaude sanitaire utilisée dans vos robinets,
lavabos, douches, etc… Dans le cas d’un système solaire combiné, le ballon de stockage peut
être relié à deux circuits d’eau chaude, l’un pour l’eau chaude sanitaire et le second pour le
chauffage alimentant des radiateurs à eau ou un plancher chauffant.
4. Les différents capteurs :
Les panneaux solaires thermiques sont des capteurs thermiques. Il en existe plusieurs sortes :
capteurs plans, capteurs plans vitrés, capteurs tubulaires sous vide, capteurs monobloc ou
encore capteurs auto-vidangeables. Les plus courants dans le secteur résidentiel sont

 Les capteurs plans vitrés. Ils


sont constitués d’une plaque en
métal noir absorbant le
rayonnement solaire et mise en
contact avec les tubes contenant
le fluide caloporteur. Un isolant
résistant aux fortes températures
est placé sous le tout pour garder
la chaleur dans les tubes. Un
vitrage en verre trempé recouvre les tubes pour les protéger et crée un effet de serre
pour chauffer encore plus le fluide caloporteur.

 Les capteurs tubulaires sous vide sont


composés de plusieurs tubes en verre
placés les uns à côté des autres et dans
lesquels une plaque métallique
noire absorbe l’énergie solaire. Ces tubes
sont placés sous vide pour limiter les
pertes de chaleur. Ce type de capteurs
s’avère vraiment intéressant pour des
conditions plus extrêmes. En temps normal, des capteurs plans vitrés peuvent suffire.
 
 Les capteurs plans non vitrés.
Le chauffage des piscines peut être
effectué à l’aide de capteurs plans
non vitrés. Moins coûteux, ils sont
également moins performants et plus
sujets à des dégradations puisqu’ils
ne sont pas protégés par une vitre.
Nettement moins répandu que le
capteur vitré, il est constitué d’un
absorbeur sans caisse ni vitrage, ce qui
simplifie la fabrication et le coût de
fabrication. C’est un capteur qui par
contre, est très dépendant de la température de l’air. Performant l’été, il présente une
grande sensibilité au vent froid l’hiver par son absence de vitrage. Il faut prévoir en
général, une fois et demi plus de surface de capteurs pour égaler la production de capteurs
plans vitrés. Pour éviter le gel du fluide caloporteur dans les tuyaux, il existe des fluides
antigel comme l’eau glycolée ou encore des systèmes auto-vidangeables. Au contraire
si la température est trop importante, la vidange évite la surchauffe du fluide qui
dégraderait le matériel.

Enfin, des capteurs monobloc sont munis d’un ballon de stockage placé directement sur le
toit. L’avantage est la proximité entre le ballon d’eau et le panneau. En revanche, le ballon est
plus sujet aux pertes de chaleur sur le toit puisqu’il est en contact avec l’air extérieur.
6. Les avantages des panneaux solaires thermiques
Avantage n°1 : les panneaux solaires thermiques produisent une énergie
économique

L’énergie solaire est gratuite. En transformant l’énergie des rayonnements solaires en chaleur, les
panneaux solaires thermiques permettent de générer d’importantes économies, tout en améliorant
le confort.

Utilisé pour chauffer l’eau chaude sanitaire (ECS) via un chauffe-eau solaire individuel (CESI),
le solaire thermique peut couvrir entre 50 et 80 % des besoins annuels en ECS d’un foyer.

Et avec un système solaire combiné (SSC), les capteurs solaires thermiques participent au
chauffage du logement, à hauteur de 25 à 60 % des besoins.

Avantage n°2 : les panneaux solaires thermiques produisent une énergie plus
écologique

L’énergie solaire est inépuisable et non polluante. Elle ne nécessite aucun coût de transport,
réduit la dépendance aux énergies fossiles et limite les émissions de polluants et de gaz à effet de
serre.

Avantage n°3 : les capteurs solaires thermiques s’installent partout

Quelle que soit la localisation géographique du logement, les capteurs solaires thermiques
permettent de réaliser de substantielles économies d’énergie. Les SSC conviennent ainsi bien aux
régions froides et ensoleillées, comme à certaines zones de montagne.

Dans le Midi de la France, le taux d’économie sera plus élevé que dans une région moins
ensoleillée. Mais la quantité d’énergie économisée ne sera pas forcément plus importante car les
besoins de chauffage ne sont pas les mêmes.

Quelques critères concernant l’orientation ou encore l’inclinaison sont néanmoins à respecter


pour l’installation de capteurs solaires thermiques.

Avantage n°4 : les panneaux solaires thermiques demandent peu d’entretien

Si la pluie ne suffit pas, un lavage à l’eau déminéralisée avec une éponge douce permet de
nettoyer les capteurs de tout ce qui pourrait perturber leur rendement. L’utilisateur peut
également vérifier régulièrement la pression et la régulation.

En complément, il est recommandé de souscrire un contrat d’entretien avec l’installateur.


Avantage n°5 : on peut y installer une régulation intelligente

La régulation donne la priorité à l’énergie solaire lorsque celle-ci est disponible. En cas
d’ensoleillement insuffisant, la production de chaleur est assurée par la chaudière ou la pompe à
chaleur associée aux capteurs solaires thermiques.

Ce relais automatique avec le système de base optimise l’utilisation de l’énergie solaire.

Avantage n°6 : les panneaux solaires thermiques sont conformes aux exigences
de la réglementation thermique

Pour les constructions neuves, la RT 2012 impose le recours à au moins une source d’énergie
renouvelable ou une solution alternative (chaudière à micro-cogénération, chauffe-eau
thermodynamique, chaudière à bois ou à granulés, système photovoltaïque).

7.Un inconvénient d’installer des panneaux solaires thermique

Le seul inconvénient de l’installation de panneaux solaire thermique est qu’ils ne peuvent pas
venir en remplacement complet de la chaudière. En hiver, quand le soleil n’est pas suffisamment
présent, il faudra utiliser la chaudière en appoint pour produire 100 % de votre besoin en eau
chaude sanitaire.

 
8. Le stockage de la chaleur solaire : 
On présente ici quelques schémas thermodynamiques d’intégration de l’énergie solaire dans les
centrales thermiques.

8.1 Centrale solaire avec stockage thermique :


Dans cet exemple, voir Figure 1, le champ solaire est connecté à une turbine à vapeur. Les
collecteurs sont du type cylindro-parabolique. Il y’a trois fluides qui circulent dans cette centrale.
e fluide caloporteur (huile synthétique), le fluide thermodynamique (eau), et le fluide de stockage
(sel fondu). En mode de jour, quand il y’a un surplus d’énergie thermique par rapport à la
capacité de la turbine à vapeur, le fluide caloporteur le cède au fluide de stockage qui se déplace
ainsi du

réservoir ‘froid’ et rempli le réservoir ‘chaud’. En mode de nuit, le réservoir ‘chaud’, rempli de
sel fondu chaud, devient la source de production de la vapeur et ainsi d’électricité.
Figure 1: centrale solaire avec stockage thermique

8.2 Système solaire intégré dans une centrale à cycle combiné :


Le concept est basé sur l’intégration d’un champ solaire à une centrale à cycle combiné, voir
Figure 2. Il est appliqué surtout pour la production de grandes puissances. La vapeur générée par
le champ solaire est introduite dans le cycle eau-vapeur de la centrale à cycle combiné, ce qui
augmente la puissance de la turbine à vapeur et crée des mégawatts d'électricité supplémentaires
sans utiliser de gaz naturel additionnel. Ce genre de centrale n’a pas besoin de système de
stockage. En mode de nuit la centrale fonctionne comme une centrale à cycle combiné
conventionnel.
Figure 2: Centrale solaire intégré à un cycle combiné

9. Les applications de la conversion thermique solaire : 


9.1 Chauffage de l’eau sanitaire :
Le chauffage de l’eau sanitaire est l’une des technologies solaires les plus accessibles aux
particuliers. Le principe est simple : des capteurs thermiques transforment le rayonnement
lumineux en chaleur. Le fluide caloporteur circule dans les capteurs thermiques et transporte la
chaleur jusqu’à l’eau sanitaire stockée dans un ballon.
9.2 Chauffage de locaux :

Le chauffage local à partir de capteurs solaires n’est pas encore très développé même si
l’évolution des normes d’isolation des bâtiments peuvent rendre cette technologie plus
attractive. Le principal frein est que l’on a principalement besoin de chauffage en hiver,
période durant laquelle l’ensoleillement est réduit. Il existe trois manières de chauffer un local
Par l’énergie solaire thermique : par des radiateurs conventionnels, par une ventilation à air
chaud ou par un plancher chauffant.

9.3 Systèmes combinés eau chaude + chauffage :

Les systèmes combinés eau chaude + chauffage ont l'avantage d'utiliser les mêmes types de
capteurs thermiques. Un fluide caloporteur est chauffé dans ces capteurs puis transmet la
chaleur jusqu'au système de stockage. La grande différence entre l'eau utilisée pour l'eau
chaude et celle pour le chauffage est qu'elles n'ont pas la même température. Il existe deux
grandes solutions à ce problème : le double système de stockage et le système de stockage
combiné.
Un panneau solaire thermique a pour but de transmettre la chaleur émise par le soleil à un
circuit d'eau secondaire. Les rayons du soleil traversent la vitre, à l'intérieur une plaque
absorbante qui a pour but de capter les rayons infrarouges. Derrière cette plaque chaude passe
un circuit d'eau qui récupère cette chaleur. Par la suite ce circuit alimente un circuit
secondaire qui peut alimenter une habitation en eau sanitaire ou en chauffage.
La circulation de l'eau peut se faire par simple phénomène physique, l'eau chaude est moins
dense que l'eau froide. C'est pour cela que sur le schéma l'eau chaude est toujours au-dessus
de l'eau froide, voir figure 3.
Figure 3: Chauffe-eau solaire individuel avec chauffage d'appoint
Les composantes du chauffe-eau solaire de la figure 3, ainsi que du système intégré dans le
bâtiment
sont les suivants :
 Le capteur solaire qui servira à la transformation du rayonnement solaire en chaleur ;
 Le réservoir de stockage de la chaleur jusqu’au moment de l’utilisation ;
 La boucle primaire qui aura pour objectif le transfert de chaleur entre le capteur et le
réservoir ;
 Système de régulation du transfert de chaleur vers le réservoir (s’arrête quand
température réservoir supérieure température capteur) ;
 La chaudière servira comme une énergie d’appoint lorsqu’il n’y aura pas assez de soleil.

9. 4 Chauffage de l'eau de piscine :


Le fonctionnement du chauffage solaire pour piscine : Comme son nom l’indique, une piscine à
chauffage solaire utilise l’énergie solaire pour chauffer l’eau. Il est possible de gagner jusqu’à 5°
sur la température de l’eau en utilisant ce type de chauffage. Ce n’est donc pas négligeable !
Ainsi, en utilisant uniquement le rayonnement solaire, il est possible de profiter de votre piscine
plus longtemps.
Il faut savoir que le fonctionnement d’un chauffage solaire pour piscine est assez simple :
 L’eau qui passe dans le circuit de filtration est dérivée vers le système de chauffage
solaire.
 Grâce à l’utilisation de capteurs solaires pour piscine, l’eau est filtrée puis chauffée.
 Ensuite, elle est acheminée vers la piscine elle-même. De plus, l’eau peut être chauffée
par
différents moyens tels que les dômes solaires ou la moquette solaire à placer devant sa piscine.
Celle-ci passe dans un système de tuyaux, est réchauffée puis retourne dans le bassin. Par
exemple, c’est un bon moyen de chauffage pour piscine hors sol. Le chauffe-eau solaire pour
piscine est pratique et simple d’utilisation pour les piscines. Il se place généralement non loin
de la piscine. Ceci permet d’éviter les déperditions de chaleur. L’installation d’un tel
équipement renouvelable en énergie va donc être liée à la disposition du jardin. Dans tous les
cas, le système de chauffage est branché sur le circuit d’eau, après la pompe à eau et le filtre.
10. Aspect économique :
10. 1 Acteurs majeurs dans le monde :
Fin 2012, la Chine représentait à elle seule 67% du marché mondial de l’énergie thermique avec
258 millions de mètres carrés de capteurs, loin devant l’Europe (15,9%) et l'Amérique du Nord
(6,4% pour États-Unis/Canada).

10. 2 Acteurs majeurs en Europe :


Le secteur du solaire thermique connaît des problèmes de développement et une croissance
ralentie depuis 2008. 

L’Allemagne est le leader du marché européen à la fois pour le solaire thermique et


photovoltaïque. Fin 2013, il existait 17,2 millions de mètres carrés de capteurs solaires en
Allemagne.

10. 3 Unité de mesure et chiffres clés :


Selon les estimations, près de 3 millions de mètres carrés de capteurs solaires ont été installés
dans l'Union européenne en 2013, soit une puissance thermique de 2 115 MWth. La superficie
totale des capteurs solaires thermiques au sein de l’Union européenne à fin 2013 est estimée à
44,8 millions de mètres carrés pour une puissance de 31 389 MWth.
Les applications thermodynamiques industrielles sont encore naissantes, et restreintes à des pays
disposant d’un potentiel solaire important.
Le coût d’une installation solaire thermique complète (capteurs, ballon, régulation,
raccordements) pour une famille de 3 ou 4 personnes (équipée de 3 à 5 m 2 et d’un ballon de 200 à
300 litres) peut être estimé entre 3 800 et 5 800 €, une partie de ce montant pouvant être financée
par différentes aides disponibles.
Chypre est le pays dans le monde disposant du plus de capteurs solaires thermiques installés par
habitant (0,787 m2/habitant à fin 2013).
10.4 Bilan :
Le coût de l’installation solaire thermique est important et ces techniques ne sont pas encore
mature pour une généralisation.
De nombreux pays ont donc mis en place des systèmes d’incitation financières (sous forme de
détaxation, de subvention, ou de tarifs avantageux pour le rachat de l’énergie produite).

11.IMPACT ENVIRONNEMENTAL
Les installations solaires thermiques permettent la substitution d’énergies « classiques », fossiles
ou nucléaire, qui, en plus d’être fortement polluantes en terme de rejets atmosphériques ou de
déchets produits, présentent des ressources limitées. L’énergie solaire, quant à elle, est non
seulement gratuite et inépuisable, mais elle ne génère aucune pollution.

L’énergie solaire Thermique en Algérie 

Desertec était un projet écoénergétique de grande envergure qui prévoyait l'exploitation du


potentiel énergétique solaire du désert Algérien afin d'approvisionner durablement les régions
avoisinantes en électricité renouvelable.

L'utilisation de l'énergie solaire en Algérie ne date pas d’aujourd’hui. En 1954 le four solaire de
Bouzareah, baptisé "Héliodyne", a vu le jour.
Répond à des caractéristiques remarquables qui lui ont valu le titre du plus puissant four solaire
au monde a l’époque. La réalisation du four solaire à Bouzaréah avait pour but d’obtenir à
l’échelle une expérience semi-industrielle, des produits susceptibles d’un débouché direct sur le
territoire algérien. Il s’agit principalement de la synthèse à partir de l’oxygène et de l’azote
atmosphérique, de l’acide azotique destiné à la fabrication d’engrais azotés, ainsi que le craquage
de certains composés organiques contenus dans des gisements de gaz naturel découvert en
Algérie. Les principales caractéristiques de l’Héliodyne sont données comme suit :

• Diamètre du miroir parabolique : 8,40 m

• Surface utile : 50 m2 • Ouverture relative : 2,67 m

• Distance focale : 3,14 m

• Puissance théorique : 50 kW

•Puissance utilisable dans le four : 30 kW

• Température au foyer en fonctionnement statique : 3000 °C

• Hauteur totale au-dessus de son assise de béton : 8.90 m

• Puissance utilisable dans le four : 30 kW La position du solaire thermique dans le programme


national des énergies renouvelables Actuellement, une grande partie de la consommation
énergétique mondiale est assurée essentiellement par les ressources naturelles fossiles (Pétrole et
gaz) et de la filière nucléaire.
La consommation des sources d’énergies fossiles donne lieu à des émissions de gaz à
effet de serre notamment le dioxyde de carbone et le méthane. Pour les sources fissiles, le
traitement et le stockage des déchets nucléaires radioactifs est très coûteux, sans oublier le
problème de la radioactivité qui reste élevée durant de nombreuses années. L’Algérie ne fait pas
exception, sa consommation énergétique est basée, presque exclusivement, sur les énergies de
source fossile, les hydrocarbures et spécialement le gaz naturel. En 2011, l’Algérie s’est engagée
avec détermination sur la voie des énergies renouvelables. Cet engagement est concrétisé de
lancement par le gouvernement d’un ambitieux programme national des énergies renouvelables.
Ces principaux objectifs sont :

• Apport des solutions globales et durables aux défis environnementaux

• Diversification des sources d’énergie et la promotion de l’efficacité énergétique

•Préservation des ressources énergétiques d’origine fossile.

Ce choix stratégique est motivé par la disponibilité d’un immense potentiel solaire. En effet, la
durée d’ensoleillement est égale respectivement 2650 heures par an au Nord et 3500 heures par
an au Sud. L’irradiation solaire journalière reçue sur une surface horizontale est environ 5
kWh/m2 au Nord et supérieure à 7 kWh/ m2 dans le Sud. Ainsi, les énergies solaires thermique et
photovoltaïque constituent l’axe majeur du programme des énergies renouvelables. D’ici 2030, la
part de la filière énergie renouvelable sera 40% de la production d’électricité destinée à la
consommation nationale. L’énergie solaire thermique est présente dans ce programme national
des énergies renouvelables dans les domaines de la concentration solaire et l’efficacité
énergétique. La concentration solaire représente à elle seule deux tiers (2/3) de la puissance à
installer. En 2030, pour les centrales à concentration solaires, la capacité cumulée à installer
prévue est de 7200 MW, soit environ 32% par rapport à la production nationale d’électricité. Par
contre, pour le photovoltaïque et l’éolien le cumule de puissance prévue est de 4800 MW, ce qui
correspond à environ 8% par rapport à la production nationale d’électricité. Actuellement, la
centrale de Hassi Ramel est la première et la seule centrale thermodynamique à concentration
solaire installée en Algérie. La centrale est hybride, solaire-gaz, d’une puissance de 150 MW dont
25 MW solaire. La concentration solaire est assurée par les collecteurs cylindro-paraboliques. Le
programme d’efficacité énergétique, pour la période 2011-2020, prévoit des actions,
principalement, dans les volets suivants :

• Développement du chauffe-eau solaire. Il est prévu d’installer 122 000 m2 pour l’individuel et
60 000 m2 pour le collectif.

• Isolation thermique des bâtiments pour les logements neufs et pour les constructions existantes,

• Aide à l’introduction de l’efficacité énergétique dans le secteur industriel

• Conversion au cycle combiné des centrales électriques

• Réalisation de deux projets pilotes de climatisation au solaire Développement des capacités


industrielles du solaire thermique En Algérie, le potentiel de développement et l’industrialisation
du chauffe-eau sont important.

Mais la réalité du terrain montre que l’industrialisation du chauffe-eau solaire n’est pas
encore amorcée malgré l’existence dans le marché de quelques chauffe-eaux solaires fabriqués
localement par des opérateurs privés.

Ainsi, des actions ont été entreprises par l’Etat pour dynamiser ce secteur du chauffe-eau solaire.
Le projet Alsol, piloté par le ministère d’énergie et des mines, a pour rôle d’amorcer la création
d’un marché national du chauffe-eau solaire et de favoriser l’implantation d’une industrie locale.
Le volet incitation est renforcé par un projet d’installation de 1000 chauffe-eau solaires
individuels sur le territoire national. La subvention de l’Etat est à hauteur de 45% du coût du
chauffe-eau solaire installé.

Le financement est assuré par le fonds National de la Maîtrise de l’Energie (FNME). Dans le
domaine de la concentration solaire, le programme national des énergies renouvelables prévoit
des actions ambitieuses pour l’industrie des équipements du solaire thermique. Ces actions sont
résumées comme suit :

• La période 2011-2013, lancement des études pour la fabrication locale des composants des
centrales thermodynamiques (miroirs, fluide caloporteur et block de puissance). Le taux
d’intégration visé est de 7%.

• La période 2014-2020, en plus des actions de renforcement des capacités d’engineering, il est
prévu :

− La construction d’une usine de fabrication des miroirs,

− La construction d’une usine de fabrication de fluide caloporteur et équipements de stockage,

− La construction d’une usine de fabrication des équipements du blocK de puissance.

− Le taux d’intégration visé est de 50%

-Le ministre de la Transition et des Energies renouvelables, Chems Eddine Chitour, a fait savoir,
ce lundi, qu’il est projeté pour l’année 2021, la réalisation de 1000 Mega Watts (MW)
d’installations solaires un peu partout en Algérie.

-Le pays compte investir 46 milliards d'euros pour produire 12.000 MW d'électricité à partir de
sources renouvelables en 2030. Cette production représentera alors 40 % des besoins algériens. ...
d'une puissance totale de 150 MW, la centrale produit 120 MW grâce à des turbines à gaz et 30
MW grâce à l'énergie solaire le domaine solaire thermique va apporter un futur très clair et eco-
friendly.
Il est formé de collecteur en cuivre
selectif, soudé par des tuyaux en cuivre à
surface selective par utilisation de
l'itrasonique. Les panneaux en cuivre sont
peints avec une peinture noire mate, pour
avoir une transmission optimale de la
chaleur, ce qui assure une grande
rentabilié.

Figure 4: Chauffe-eau solaire marque sistem

Utilisation de l’énergie solaire dans le monde

Tout simplement

 Eclairer (fenêtres, puits de lumière) ;

 Chauffer (four solaire, chauffe-eau solaire) ;

 Produire de l’électricité via des panneaux photovoltaïques ou des centrales solaires

thermiques.
Figure 5 : répartition de l énergie solaire sur terre

Figure 6 : statistical graphics de la production d’electricité en 2050

figure 7 : energie solaire pays producteur

L’exploitation de l’énergie solaire


Trois familles de procédés de transformation de l’énergie solaire se distinguent aujourd’hui.

L’énergie solaire thermique

L'énergie solaire thermique consiste à utiliser la chaleur du rayonnement solaire :

 en usage direct de la chaleur : chauffe-eau et chauffages solaires, cuisinières et sécheuses


solaires ;
 en usage indirect, la chaleur servant pour un autre usage : rafraîchissement
solaire, dessalement, etc.

De fait, elle est utilisée principalement pour le chauffage de l’eau ou des locaux. On utilise pour
cela des capteurs thermiques. Il en existe plusieurs catégories mais le principe est toujours le
même : le capteur thermique absorbe les photons solaires et les transforme en chaleur. Celle-ci
est ensuite transmise à un liquide ou à un gaz (dit « caloporteur ») qui la transporte vers un
réservoir de stockage de chaleur.

L’énergie solaire thermodynamique (CSP)

L’énergie thermique du soleil permet également de produire de l’électricité par voie


thermodynamique. Le principe est identique à celui d’une centrale électrique classique : la
production de vapeur ou de gaz à haute pression est turbinée pour être ensuite transformée en
électricité. Ce processus nécessite des températures importantes (de 250°C à plus de 1 000°C)
que l’on atteint en concentrant la lumière solaire avec des miroirs vers un fluide caloporteur.

Parmi les technologies de concentration majeures peuvent être citées :

 les centrales solaires cylindro-paraboliques avec concentration linéaire, équipées d’auges


paraboliques ;
 les centrales solaires à miroirs de Fresnel avec concentration linéaire, équipées de lames
de miroirs légèrement incurvées ;
 les centrales solaires à tour avec héliostats renvoyant le rayonnement sur le
concentrateur ;
 les paraboles solaires Dish-Stirling avec une concentration ponctuelle, équipées d’un
moteur Stirling (moteur à air chaud).

Elles permettent le stockage d'une partie de l'énergie sous forme de chaleur. Ce stockage permet
de diminuer les conséquences de l'intermittence de la ressource solaire en permettant, par
exemple, de continuer à produire de l'électricité après le coucher du soleil.

L’énergie solaire photovoltaïque (PV)

Le terme « photovoltaïque » peut désigner le phénomène physique (découvert par Alexandre


Edmond Becquerel en 1839), ou la technique associée. L’intérêt de cette technique est de
convertir l’énergie du soleil directement en électricité.

L'énergie solaire photovoltaïque est l'électricité produite par transformation d'une partie du
rayonnement solaire dans une cellule photovoltaïque. Les cellules photovoltaïques sont
fabriquées à partir de matériaux semi-conducteurs, comme le silicium, produits à partir d’une
matière première de très grande pureté.

Bien que comptant encore pour une très faible part de la production mondiale d'électricité
(environ 2% en 2017 selon l'AIE(2)), le solaire photovoltaïque se voit promettre un grand avenir
grâce aux progrès attendus, à la baisse des coûts, à sa simplicité et à sa polyvalence. Pouvant
fonctionner avec ou sans raccordement à un réseau, elle peut répondre aux besoins en énergie
électrique d'une maison (capteurs sur le toit) ou d'une industrie.

La première application est apparue dans le domaine spatial pour les satellites. D’autres secteurs
ont ensuite utilisé la technologie photovoltaïque, notamment les télécommunications, le balisage
maritime et aérien, l’éclairage domestique et le pompage de l’eau. Mais comme le soleil n’est pas
visible en un point de la Terre 24 heures sur 24, cette application nécessite l’utilisation de
batteries ou autres systèmes qui assurent le stockage de l’électricité en vue d’une consommation
hors période d’ensoleillement.
Références bibliographiques :
 https://www.ademe.fr/expertises/energies-renouvelables-enr-production-reseaux-
stockage/passer-a-laction/produire-chaleur/solaire-thermique

 https://www.connaissancedesenergies.org/fiche-pedagogique/solaire-thermique

 http://solairethermique.guidenr.fr/VII_installations-solaires-collectives-schemas.php

 Chaîne YouTube : Vaillant Schweiz comment fonctionne l’énergie solaire thermique ?


repéré sur : https://youtu.be/RiqVOzpFJR4

Vous aimerez peut-être aussi