Vous êtes sur la page 1sur 171

Gestion des exploitations agricoles I

Contenu du cours
1. Définition de concepts
2 . Management de l’exploitation agricole
2.1 Processus d’élaboration de décision dans
l’exploitation agricole
2.2 Qu’est ce fait le bon gestionnaire agricole ?
2.3 Les six étapes théoriques dans le processus de
prise de décision

3. Principes économiques /principes de


production
3.1 Principes techniques
3.2 Principes économiques
Gestion des exploitations agricoles I

Contenu du cours (suite)


4. Coûts et revenus dans l’exploitation
4.1 Coûts ou charges de l’exploitation
4.2 Revenu ou produit de l’exploitation

5. Marge Brute et Profit


5.1. Notion de marge brute
5.2. Notion de Profit
5.3. Notion de rentabilité et de taux de rentabilité
Gestion des exploitations agricoles

• Chapitre I
Définition de concepts
1. Définition de concepts
1.1. Notion d’entreprise
• L’entreprise est avant tout une unité
économique dont le but principal est de
produire pour le marché des biens et services
(output) à partir des facteurs de production
(Input). L’entreprise est juridiquement
autonome et peut revêtir plusieurs formes :
1. Définition de concepts

• Entreprise individuelle:
il n’y a pas de distinction entre la personnalité
juridique et la personnalité de la personne
physique de l’individu (propriétaire)
• Les entreprises sociétaires :
Elles ont une personnalité juridique distincte
de celle de l’individu. Ce sont les sociétés
anonymes et les sociétés à responsabilité
limité (Sarl).
1. Définition de concepts
1.2. Notion d’exploitation agricole
• Une exploitation agricole est une entreprise
– Produisant principalement des produits
agricoles
– Pour la vente et /ou l’autoconsommation
– Pour satisfaire les besoins de l’exploitant (et
sa famille) et des travailleurs de
l’exploitation
1. Définition de concepts
• Exploitation familiale
– Est une exploitation dans laquelle:
• L’exploitant est l’entrepreneur
• et avec sa famille il exécute la plupart des
travaux de l’exploitation et des activités
de gestion
1. Définition de concepts
1.3. Notion de Gestion agricole (Farm
management)
• Pas de définition universelle de la gestion
agricole.
• Selon Dillon la gestion agricole est:
« le processus par lequel des ressources et
situations sont manipulées par l’exploitant
agricole en essayant d’atteindre ses objectifs
avec des informations plutôt incomplètes que
complètes (c'est-à-dire dans un environnement
pas toujours favorable) ».
1. Définition de concepts
• 1.3. Notion de Gestion agricole (Farm
management)

– La gestion agricole combine aussi bien les


aspects techniques, économiques que le
facteur humain de l’exploitation
1. Définition de concepts
1.4. Fonctions de l’exploitant

• Entrepreneur
• Manager
• Travailleur
1. Définition de concepts
• 1.4. Fonctions de l’exploitant
• Entrepreneur / Exploitant
– Apport de capital/terre et supporte le (s)
risque (s)
– Définition des objectifs en grande ligne
• Manager
– Spécification des objectifs/fixation des
valeurs finales
– Management de l’entreprise
1. Définition de concepts
• 1.4. Fonctions de l’exploitant

• Travailleur
–Exécution des travaux manuels
Observation générale
• Influence des facteurs sur la structure des
exploitations:
– Exemple: Industrialisation
• Aux USA, depuis les années 40 jusqu’en
1997, statistiques montrent:
–Diminution du nombre d’exploitation
–Augmentation de la taille moyenne
des exploitation
Observation générale
• Raisons de changement dans la structure
– Technologie à main d’œuvre réduite
– Grande opportunité d’emploi extra-agricole
– Besoins des exploitants en revenus plus
élevés
– Coûts fixes élevés de certaines technologie
Gestions des exploitations agricoles

• Chapitre II
Management et Processus de prise de décision
2. Management et Processus de prise
de décision

• 2.1. Les fonctions de management


– Planification
– Exécution
– Control (évaluation)
2. Management et Processus de prise
de décision
• Planification
– Choix d’une ligne d’action
• Pour planifier, le manager doit:
– Établir des objectifs
– Identifier les ressources
– Allouer les ressources à des utilisations
compétitives
2. Management et Processus de prise
de décision
• Exécution
– Une fois un plan élaboré, il doit être exécuté
ou mis en marche.
– Pour exécuter, le gestionnaire doit acquérir
les ressources nécessaires pour le plan et
surveiller le processus.
– La coordination, la dotation en personnel,
l’achat et la supervision font partie de cette
fonction
2. Management et Processus de prise
de décision
• Control
– Est la fonction du « feedback »

• Pour contrôler le gestionnaire doit suivre


de près les résultats, enregistrer des
informations, comparer des résultats à
des standards et entreprendre des
corrections si nécessaire
2. Management et Processus de prise
de décision
• Schéma de flux de management basé sur trois
fonctions
(Kay et al. 2008)
Planning

Exécution

Nouvelle
Control
information
2. Management et Processus de prise
de décision
• 2.2. Domaine du management
– Production
– Marketing
– Financement
2. Management et Processus de prise
de décision
• 2.3. Niveaux de management
– Niveau stratégique: organisation de
l’exploitation, long terme, moins fréquent
– Niveau tactique: conduite de l’exploitation,
court terme/chaque période de production
– Niveau opérationnel: conduite de
l’exploitation, très court
terme/fréquemment dans une période de
production
2. Management et Processus de prise
de décision

• Gestion stratégique de l’exploitation


– Elle consiste à la planification ou
l’organisation de tout le fonctionnement de
l’exploitation sur le long terme
2. Management et Processus de
prise de décision

• Gestion tactique et opérationnelle


– Elles consistent à l’exécution d’actions de
court terme qui permettent à l’exploitation
de suivre son cours jusqu’à la fin
2. Management et Processus de prise de
décision
• 2.4. Les étapes dans le management stratégique
– Définition de la mission de l’entreprise
– Formulation des objectifs pour l’exploitation et la
famille
– Evaluation des ressources disponibles pour
l’exploitation (internal scanning)
– Examen de l’environnement autour de l’entreprise
(external scanning)
– Identification et sélection des stratégies
appropriées
– Exécution et affinage des stratégies choisies
2. Management et Processus de prise
de décision
• 2.4. 1. (Caractéristiques des) objectifs de
l’exploitation
– Les objectifs de l’exploitation doivent être:
• Écrits
• Spécifiques
• Mesurables
– Et avoir:
• Un emploi du temps
2. Management et Processus de prise
de décision
• Objectifs possibles:
– La survie, rester en affaire
– Maximiser les profits
– Maintenir ou accroitre le niveau de vie
– Accroitre l’équité
– Maintenir un revenu stable
– Léguer l’entreprise à la nouvelle génération
(descendants)
– Accroitre la taille de l’exploitation (croissance)
– Maintenir ou améliorer la qualité de l’environnement

2. Management et Processus de prise
de décision
• Importance des objectifs
– Importance relative des objectifs
• Varie d’un exploitant à un autre
• Peut changer pour un exploitant dans le
temps sous l’influence de la santé,
caractéristiques de la famille et âge
(étapes dans le cycle de vie de
l’exploitation familiale agricole)
2. Management et Processus de
prise de décision
Etapes dans le cycle de vie de l’exploitation
familiale
• Entrée (début)
• Croissance
• Consolidation
• Sortie (fin)
2. Management et Processus de prise de
décision
• Illustration du cycle de vie d’une exploitation
agricole
Taille

Entrée croissance Consolidation Sortie

Temps
2. Management et Processus de prise de
décision
• 2.4.2. Evaluation des ressources
• Les ressources physiques: terre, bâtiments,
Cheptel, machinerie et équipement, cultures
pérennes
• Les ressources humaines: les qualités et
compétences de l’exploitant et autres
employés, goûts et aversion des individus
• Ressources financières: espèce, autres
capitaux et crédit disponible
2. Management et Processus de prise
de décision
• 2.4.3. Examen de l’environnement de
l’exploitation
– Appelé: « External scanning »
– La plupart des cultures faites n’ont pas
beaucoup changé, cependant leurs
caractéristiques changent
– Un changement peut fournir une
opportunité ou une menace
2. Management et Processus de prise
de décision
• 2.4.4. Identification et choix des stratégies
– Certaines affaires ont plus de facilités
potentielles à atteindre leurs objectifs que
d’autres à cause de la flexibilité des
ressources
– Dès que les utilisations alternatives des
ressources s’accroissent, la complexité des
décisions du manager s’accroit également
2. Management et Processus de prise de
décision
• 2.4.5. Exécution et raffinage
– Le gestionnaire doit formuler les étapes
d’action pour exécuter son plan
– Il doit décider quelle information collecter
pour évaluer le succès ou le défaut de son
plan
– La gestion stratégique est une activité
continue
2. Management et Processus de prise de
décision
• 2.4.6. La prise de décision tactique
– Identifier et définir le problème ou
opportunité
– Identifier les alternatives de solutions
– Collecter les données et informations
– Analyser les alternatives et choisir une
– Exécuter la décision
– Controller et évaluer les résultats
– Accepter la responsabilité de la décision
2. Management et Processus de prise de
décision
• 2.4.7. Caractéristiques des décisions
– Importance (gain ou perte potentielle)
– Fréquence
– Imminence (conséquence du retard)
– Révocabilité (coûts du changement d’une
opinion
– Nombre d’alternatives
2. Management et Processus de prise
de décision
• 2.4.8. L’environnement de la prise de décision
– Offre fixe de la terre: La terre est une
ressource essentielle fixe, prendre des
décisions relatives à son utilisation, sa
vente, ou son acquisition est souvent
délicate
– Processus biologique et climat: Les lois
physiques et biologiques de la nature
limitent les décisions du manager
2. Management et Processus de
prise de décision
• 2.4.8. L’environnement de la prise de décision
– Petite taille: souvent une seule personne
sert à la fois de manager et de main
d’œuvre
– Compétition parfaite: Les producteurs n’ont
aucune influence sur le prix de leurs
produits ou des facteurs de production
2. Management et Processus de prise de
décision
• Résumé
– Un bon management signifie la différence entre
faire un profit et subir une perte
– La gestion globale est définie par la planification
stratégique
– Le plan stratégique est exécuté par le biais des
décisions tactiques et opérationnelles
– Les gestionnaires agricoles opèrent dans un
environnement différent de la plupart des autres
branches d’activité
3. Principes économiques et choix de
niveaux de production
• 3.1. La production
• La production est un processus d’utilisation
des ressources afin de créer des biens, de
fournir des services ou bien de créer les deux
à la fois.
• Les producteurs peuvent utiliser les facteurs
de production (labour, capital et matières
premières) dans différentes combinaisons
pour produire un ou plusieurs produits.
3. Principes économiques et choix de
niveaux de production
• 3.1. La production (suite)
• Un élément central dans la prise de décision
d’un agriculteur concernant ce qu’il faut
produire et comment le produire réside dans
le souci de tirer le maximum de la quantité
limitée de ressources dont il dispose.
Généralement il y a trois relations
fondamentales de production :
3. Principes économiques et choix
de niveaux de production
• 3.1. La production (suite)
• La relation entre les ressources utilisées et la
quantité de la production (Input-Output)
• Les différentes façons de combinaison et de
substitution des ressources dans le processus
de production (Input-Input)
• La relation entre les différents produits qui
peuvent être produits (Output-Output)
3. Principes économiques et choix de
niveaux de production
• 3.1.1. Relation Input –Output
– La fonction de production
– Elle exprime la relation entre différentes
quantités d’une ressource ou input qui peut
être utilisé pour produire un produit
(output)
3. Principes économiques et choix de niveaux de
production
• La fonction de production
Niveau d’input Produit physique Produit Physique Produit Physique
total (PPT) Moyen (PPM) Marginal (PPm)
0 0
1 12
2 30
3 44
4 54
5 62
6 68
7 72
8 74
9 72
10 68
3. Principes économiques et choix de
niveaux de production
• Le produit physique total (PPT)
– Il désigne la quantité de production espérée
de l’utilisation de chaque niveau d’input
• Le produit physique moyen (PPM)
– Il désigne la quantité moyenne de produit
(output) produit par unité d’input utilisé
• PPM = PPT / niveau d’input
3. Principes économiques et choix
de niveaux de production

• Le produit physique marginal (PPm)


– C’est la quantité supplémentaire du PPT
produit en utilisant une unité additionnelle
d’input
• PPm = Δ PPT / ∆ Niveau d’input
3. Principes économiques et choix de niveaux de
production
• Courbes

Stade I stade II stade III

output

• Input

output

PPm PPM

• input
3. Principes économiques et choix de
niveaux de production
• Stades de production
• Stade I
– PPM croit PPT croit, PPm > PPM
• Stade II
– PPM décroit, PPT croit, PPm < PPM
• Stade III
– PPT décroit PPm < 0
3. Principes économiques et choix de
niveaux de production
• La loi des rendements marginaux
décroissants
• Lorsque l’accroissement des quantités d’un
input s’opère dans un processus de production
pendant que l’utilisation de tous les autres
facteurs est maintenue constante, la quantité
d’output pour chaque unité d’input augmenté,
autrement dit le taux de croissance de l’output
décroit éventuellement.
3. Principes économiques et choix de
niveaux de production
• Appréciation des différents stades: Quelle
quantité d’input utilisée?
– Ne pas produire au stade III, car plus
d’output peut être obtenu avec moins
d’input
– Ne pas produire normalement au stade I,
car la productivité moyenne des inputs
continue de croitre à ce stade
– Stade II est le « stade rationnel » de
production
3. Principes économiques et choix de
niveaux de production
• La valeur marginale de produit (VmP)
– VmP = Δ valeur totale de produit (Δ VTP) /
Δ Niveau d’input
– Valeur totale de produit = PPT x prix de
vente de produit
– Si le prix de l’output est constant:
– VmP = PPm x prix de vente de produit
3. Principes économiques et choix de
niveaux de production
• Coût marginal d’input (CmI)
–CmI = ∆ coût total d’input (∆ CTI) /
∆ niveau d’input
–CTI = (quantité d’input )x (prix
d’input)
–Si le prix d’input est constant
–CmI = prix de vente de l’input
3. Principes économiques et choix de niveaux de
production
• (prix input input = $ 12, prix output = $ 2 )
Niveau Produit Produit Valeur totale Valeur Coût marginal
d’input physique physique de produit marginale de d’input (CmI)
total (PPT) marginal (VTP) produit
(PPm) (VmP)
0 0

1 12

2 30

3 44

4 54

5 62

6 68

7 72

8 74

9 72

10 68
3. Principes économiques et choix de
niveaux de production

• La règle de décision
VmP = CmI
Si VmP > CmI, profit additionnel peut être
fait en utilisant plus d’input
Si CmI > VmP, moins d’inputs doivent être
utilisés
3. Principes économiques et choix de
niveaux de production
• Quelle quantité d’output utilisé

– Une méthode alternative de trouver le


point qui maximise le profit est de trouver
directement la quantité d ’output qui
maximise le profit
3. Principes économiques et choix de
niveaux de production
• Revenu marginal (Rm)
– Rm = ∆ revenu total / ∆ produit physique
total
• Revenu total = valeur totale de produit
• Si le prix d’output est constant
• Rm = prix de vente d’output
• Coût marginal (Cm)
– Cm = ∆ coût total d’input / ∆ produit
physique total
3. Principes économiques et choix de
niveaux de production
• La règle de décision

• Rm = Cm

• La règle de décision Rm = Cm conduit au même


point que la règle de décision VmP = CmI
3. Principes économiques et choix de
niveaux de production
• Tab. 2 VmP, CmI, et le niveau optimum d’input (prix Input = $ 12 , prix output =
$2
Niveau Produit Produit Revenu Coût Total Revenu Coût
d’input Physique Physique total d’input marginal marginal
total (PPT) marginal (RT) (CTI) (Rm) (Cm)
(PPm)
0 0
1 12
2 30
3 44
4 54
5 62
6 68
7 72
8 74
9 72
10 68
3. Principes économiques et choix de
niveaux de production

• Application des principes de marginalité


– Etant donné les prix d’irrigation et de
céréales, les principes des deux sections
peuvent être utilisés pour déterminer la
quantité d’eau et la quantité
correspondante de céréales qui maximise le
profit
3. Principes économiques et choix de niveaux de
production
• Détermination du niveau d’irrigation maximisant le profit pour la production de céréales
• ( eau à $ 3,00 / acre-inch, céréale à $ 2,50

Eau Rendement Produit Valeur Coût Revenu Coût


d’irrigation céréales par physique marginal de marginal marginal marginal
(acre-inch) acre marginal produit d’input (Rm) (Cm)
(PPm) (VmP) (CmI)
10 104,0
12 116,8
14 128,6
16 138,2
18 144,8
20 149,0
22 151,8
24 153,6
26 154,2
3. Principes économiques et choix de niveaux de
production
• Principe de marginalité égale
– Dans certaines situations un input peut être
limité si bien que le point maximisant le profit
ne peut être atteint dans toutes les utilisations
possibles.
– Un input limité pourrait être alloué à travers
des utilisations compétitives de sorte que les
valeurs marginales de produit de la dernière
unité utilisée pour chaque alternative soient
égales
3. Principes économiques et choix de niveaux de
production
• Application du principe de la marginalité à l’allocation d’eau d’irrigation*

Valeur marginale de produit


Eau d’irrigation Blé Sorgho Coton
(m3/acre) (100 acres) (100)acres) (100 acres)

0
4 1200 (4ème) 1600 (2nd) 1800 (1er)
8 800 1200 (5ème) 1500 (3ème)
12 600 800 1200 (6ème)
16 300 500 800
20 50 200 400

*Chaque application de 4 m3 /acre sur une culture équivaut à une quantité totale utilisée de 400
m3 (4 multiplié par100 acres)
3. Principes économiques et choix de niveaux de
production
• illustration du système de marginalité égale
(pour deux alternatives A et B)
Utilisation A
Utilisation B
Dollar

VmP VmP

0 a 0 b

Input Input
3. Principes économiques et choix de
niveaux de production
• Résumé
• Les principes économiques utilisant le concept de la
marginalité fournissent des bases utiles de prise de
décision. VmP et CmI sont égaux. Rm et Cm sont
égaux pour déterminer le niveau d’output
maximisant le profit.
• Le principe de marginalité égale est utilisée quand un
input limité doit être alloué entre plusieurs
utilisations compétitives
3. Principes économiques et choix de
niveaux de production
• Résumé
• Le principe de l’égalité marginale stipule que:
il faudra allouer une ressource limitée entre
plusieurs alternatives d’usage de telle façon
que la valeur marginale du produit de la
dernière unité de chaque alternative soit égale
4. Principes économiques et choix de
combinaison d’input et d’output
• Objectifs du chapitre
– Expliquer l’utilisation de substitution en
économie et la prise de décision
– Démontrer comment évaluer le ratio de
substitution et le ratio de prix pour deux
inputs
– Utiliser la substitution d’input et ratios de
prix pour déterminer la combinaison de
deux inputs la moins coûteuse
• TSVP
4. Principes économiques et choix de
combinaison d’input et d’output
• Objectifs du chapitre (suite)
– Décrire les caractéristiques de la
compétition, supplémentarité et
complémentarité des activités
– Montrer l’utilisation de la substitution
d’output et ratios de prix pour déterminer
la combinaison de deux activités
maximisant le profit
4. Principes économiques et choix de
combinaison d’input et d’output

• Sommaire du chapitre
– Relation Input-Input
– Combinaison d’activité
4. Principes économiques et choix de
combinaison d’input et d’output
• Combinaison d’inputs
– Beaucoup de produits requirent deux ou
plus d’inputs, et le manager peut choisir la
combinaison d’input ou ratio à utiliser
– La question économique est si un input
peut être substitué pour un autre pour
réduire le coût
4. Principes économiques et choix de
combinaison d’input et d’output

• Types de substitution d’input


Taux constant (substitution parfaite)
Taux décroissant
Aucune substitution
4. Principes économiques et choix de
combinaison d’input et d’output
• Schéma de trois types de substitution

Tracteur
Mais

Mais

‘. A . A
4
4 . B . B
‘1
‘5 . C
‘1 . D ‘1
A
‘3
‘1
Orge Fourrage
Charrue
4. Principes économiques et choix de
combinaison d’input et d’output
• Ratio de substitution d’input =
– Quantité d’input remplacé / Quantité
d’input ajouté
• Ratio prix d’input
• ratio prix input = prix de l’input ajouté/prix
de l’input remplacé
4. Principes économiques et choix de
combinaison d’input et d’output
• Règle de décision
– Ratio de substitution d’input = ratio de prix
d’input
– Si les deux ratios ne peuvent pas être
exactement égaux à cause des choix
disponibles dans le tableau (voir tab.), les
prendre aussi près que possible sans laisser
le ratio prix excéder celui de la substitution
4. Principes économiques et choix de
combinaison d’input et d’output
• Choix d’une ration d’alimentation moins coûteuse
• (grain à 4,4 $ et foin à « 3,0 $)

Ration Grain Foin Ratio de Ratio prix


d’alimentation substitution d’input
d’input
A 825 1350

B 900 1130

C 975 935

D 1050 770

E 1125 625

F 1200 525

G 1275 445
4. Principes économiques et choix de
combinaison d’input et d’output
• Relatif aux différents types de substitution
• A un taux de substitution constant
la combinaison à moindre coût sera toutes celles
avec un input et aucune de l’autre (à moins que le
ratio prix soit exactement égal au taux constant de
substitution
• A un taux de substitution décroissant
la combinaison à moindre coût inclura comme
d’habitude des quantités de chaque input
4. Principes économiques et choix de
combinaison d’input et d’output

• Combinaison d’activités
– Une autre décision qui doit être faite est la
combinaison d’activité à produire pour
maximiser les profits. Si un ou plus d’inputs
sont limités, il y a une limite supérieure sur
comment beaucoup peut être produit
4. Principes économiques et choix de
combinaison d’input et d’output
• Relation d’activités
– La première étape dans la détermination de
la combinaison d’activités maximisant le
profit est de déterminer la relation physique
entre les activités
4. Principes économiques et choix de
combinaison d’input et d’output
• Types de relation
• Compétitivité:
– l’output d’une activité ne peut pas être
accru à moins que l’output de l’autre
activité décroise
• Supplémentarité
– Plus d’output d’une activité peut être
obtenu sans une modification dans le
niveau de l’autre activité
4. Principes économiques et choix de
combinaison d’input et d’output
• Types de relation (suite)

– Complémentarité
• Dès que l’output d’une activité croit,
l’output de l’autre activité croit
également
4. Principes économiques et choix de
combinaison d’input et d’output

• Activités compétitives
• Les activités compétitives peuvent avoir une
substitution constante ou une substitution
décroissante
4. Principes économiques et choix de
combinaison d’input et d’output

• Courbe de possibilités de production pour des


activités compétitives
15000 15000
‘ 150

Mais
‘150 ‘100 100 acres
100 acres
Mais

‘50
‘200
‘150
‘50
‘50
5000 5000
Soja
Soja
4. Principes économiques et choix de
combinaison d’input et d’output

• Courbes de supplémentarité et
complémentarité de relations d’activité
Supplémentaire Complémentaire
Blé

Blé

Boeuf Jachère
4. Principes économiques et choix de
combinaison d’input et d’output

• Ratio de substitution d’output


= Quantité d’output perdu / Quantité d’output
gagné

• Ratio de prix d’output


= Prix d’output gagné / Prix d’output perdu
4. Principes économiques et choix de
combinaison d’input et d’output

• Règle de décision
– Ratio d’output de substitution = ratio prix
d’output
– S’il n’y a aucune combinaison répondant
exactement à cette relation, choisir les
ratios aussi proches que possibles sans
laisser le ratio prix descendre en dessous
du ratio de substitution
4. Principes économiques et choix de
combinaison d’input et d’output
• Tab.: Combinaison d’activités maximisant le profit (grains à $ 2,80/bu, blé à $4,00/bu)

Nombre de Grain (bu) Blé (bu) Ratio de Ratio prix


combinaison substitution d’output
d’output
1 0 6,000
2 2,000 5,600
3 4,000 5,000
4 6,000 4,100
5 8,000 3,000
6 10,000 1,700
7 12,000 0
4. Principes économiques et choix de
combinaison d’input et d’output
• Résumé
– Le chapitre s’est accentué sur l’utilisation des
principes de substitution pour décider
comment et quoi produire.
• Pour décider comment produire, le manager
cherche la combinaison d’inputs à moindre
coûts
• Pour décider quoi produire le manager
cherche la combinaison d’activités
maximisant le profit
5. Concepts de coûts en économie
• Outline du chapitre
– Coûts d’opportunité
– Coûts
– Application des concepts de coûts
– Economie de taille
5. Concepts de coûts en économie

• Objectifs du chapitre
– Expliquer l’importance du coût d’opportunité
– Clarifier les différences entre le court et le long terme
– Clarifier les différences entre coûts fixes et variables
– Identifier les coûts fixes et montrer comment les
évaluer
– Montrer comment évaluer les coûts moyens
– Montrer l’utilisation des coûts dans les décisions du
court et du long terme
– Explorer les économies de taille
5. Concepts de coûts en économie
• Coût d’opportunité
– C’est la valeur d’un produit non réalisé
parce qu’un input fut utilisé pour un autre
but
– Ou encore c’est le revenu qui pourrait être
obtenu si l’input avait été utilisé dans son
alternative d’usage la plus profitable
5. Concepts de coûts en économie

• Toute chose a un coût d’opportunité


– Même si l’on utilise l’input dans son
meilleur usage, il y a un coût d’opportunité
pour le bien que l’on a pas produit.
(Dans ce cas le coût d’opportunité sera
moins que le revenu actuellement reçu)
5. Concepts de coûts en économie

• Coût d’opportunité de l’utilisation de l’eau d’irrigation entre trois usages:

Valeur marginale de produit ($)

Eau d’irrigation Blé (100 acres) Sorgho (100 acres) Coton (100 acres)
(Acres Inche)
4 $ 1,200 $ 1,600 $ 1,800

8 $ 800 $ 1,200 $ 1,500

12 $ 600 $ 800 $ 1,200

16 $ 300 $ 500 $ 800

20 $ 50 $ 200 $ 400
5. Concepts de coûts en économie
• Comment le coût d’opportunité se relie au principe
de l’égalité de marginalité
– Avec le principe de l’égalité de marginalité l’on
choisit de produire un produit plutôt qu’un autre.
Le coût d’opportunité est le revenu résultant du
produit non réalisé
• coût d’opportunité du temps de l’exploitant
– Coût d’opportunité de la main d’œuvre de
l’exploitant: C’est qu’il pourrait tirer de cette main
d’œuvre dans une meilleure alternative d’usage
5. Concepts de coûts en économie
• Le coût d’opportunité de management de
l’exploitant:
• Difficile à estimer
• Si par ex. le coût d’opportunité de la main
d’œuvre est estimée à 300000 F l’an et que
l’individu peut obtenir un emploi « en
management » payé à 400 000 F l’an, le coût
d’opportunité de management est estimée
comme étant la différence , soit 100 000 F
5. Concepts de coûts en économie
• Le coût d’opportunité de management de
l’exploitant:
– Le total du coût d’opportunité de la main
d’œuvre et celui du management n’excèdera
pas le total du salaire attendu dans une
meilleure alternative de job.
– Il est difficile d’estimer le coût d’opportunité
du management, ainsi le coût d’opportunité de
la main d’œuvre et du management sont
souvent combinés dans une seule valeur
5. Concepts de coûts en économie
• Coût d’opportunité du capital
– Le coût d’opportunité du capital est souvent
estimé égal à ce que le capital pourrait
produire dans un compte d’épargne sans
risque
5. Concepts de coûts en économie
• Coût d’opportunité du capital
– La valeur totale en Franc du capital Inputs
est estimé et multiplié par le taux d’intérêt
pour un compte d’épargne
Ex. si la valeur moyenne des biens est de
700 000 F et le taux d’intérêt de 8% on
aura: 700000x8%
5. Concepts de coûts en économie
• Les coûts
– Coût fixe total (CFT)
– Coût fixe moyen (CFM)
– Coût variable total (CVT)
– Coût variable moyen (CVM)
– Coût total (CT)
– Coût total moyen (CTM)
– Coût marginal (Cm)
• Concept de coût
– Ces sept coûts sont des coûts liés à l’output
– Le coût marginal est le coût de production d’une unité additionnelle
d’output
– Les autres sont soit le coût total ou le coût moyen pour produire une
quantité donnée d’output
5. Concepts de coûts en économie
Le court et le long terme
• Le court terme est la période de temps durant
lequel la quantité d’une ou plus d’inputs de
production est fixe et ne peut être changé
• Le long terme est la période de temps dans
laquelle la quantité de tous les inputs peut
changer
5. Concepts de coûts en économie
• Coûts fixes
– Les coûts fixes existent seulement dans le
court terme.
– Dans le court terme, les coûts fixes doivent
être payés indépendamment de la quantité
d’output produit
– Les coûts fixes ne sont pas sous le contrôle
du manager dans le court terme
5. Concepts de coûts en économie
• Exemples de coûts fixes:
• La dépréciation
• La dépréciation annuelle utilisant la méthode linéaire est:
Coût original – valeur résiduelle/ durée de vie
• L’intérêt de coût fixe total (biens dépréciables)
Intérêt = (Moyenne de la valeur du bien) x r
= (coût d’acquisition + valeur résiduelle / 2) x r
avec r = le taux d’intérêt
• Taxes de propriété et d’assurance
5. Concepts de coûts en économie
• Ex: supposons l’achat d’une machine agricole
d’une valeur de 120 000 F avec une valeur
résiduelle de 50 000 F et d’une durée de vie
de 5 ans. Soient 400F les taxes annuelles de
propriété, 500 F l’assurance annuelle et le coût
du capital à 8%.
• Le coût total fixe annuel résultant de cette
machine sera:
5. Concepts de coûts en économie

• Valeur moyenne du bien: (120000 + 50000)/2 = 85 000

• Intérêt du coût fixe total: 85 000 x 8% = 6 800


• Dépréciation (120 000 – 50 000)/ 5 = 14 000
• Taxes 400
• Assurance 500
• -------------
• Coût fixe total annuel (du bien amortissable) 21 700
5. Concepts de coûts en économie

• Certaines réparations peuvent être des coûts


fixes, s’ils sont pour la maintenance. Dans la
pratique, les réparations de machine sont
comptés comme des coûts variables, alors que
celles des bâtiments comme fixes
5. Concepts de coûts en économie
• Evaluation des coûts totaux
– coût fixe total (CFT): la somme de les coûts fixes
– Coût variable total (CVT): la somme de tous les
coûts variables
– Coût total (CT) = CVT + CFT
• Coût moyen et coût marginal
– Coût fixe moyen (CFM): CFT / output
– Coût variable moyen (CVM): CVT / output
– Coût marginal (Cm): ΔCT / Δ output ou Δ CVT / Δ
output
5. Concepts de coûts en économie

Figure
Coût total Moyen

Coût
Coût

Coût total
Coût marginal
Coût variable total
Coût fixe total
Coût variable moyen
Coût fixe moyen

Output Output

Figure: Courbes de coûts totaux typiques Courbes de coûts moyen et marginal


5. Concepts de coûts en économie
• Remarques:
– CFM décroit toujours (avec le volume ou taille de
production)
– Cm peut décroitre d’abord mais il doit
éventuellement croitre après
– CVM et CTM ont typiquement une forme en U
– Cm = CVM au point minimum de CVM
– Cm = CTM au point minimum de CTM
– CTM s’approche de CVM d’en haut
5. Concepts de coûts en économie
• Application des concepts de coûts
– Les concepts de coût peuvent être utilisés à
la fois dans une prise de décision à court
terme et de long terme
5. Concepts de coûts en économie
• Règles de production pour le court terme
– Si le prix > CTM, produire et faire de profit
– Si CTM > prix > CVM produire et minimiser les pertes
– Si CVM > prix, ne pas produire et limiter les pertes aux
coûts fixes
• La logique de base de ces règles
– Les coûts fixes doivent être payés qu’on produise ou
non dans une année donnée. Ils sont par conséquent
indépendant de la décision de production. Examiner
alors les coûts variables. S’ils peuvent être couverts,
on pourrait produire, sinon ne pas produire
5. Concepts de coûts en économie
• Exemple 1 de production à perte
– CF sont 10 000 F CFA. Au point où Rm =Cm, les
CVT sont 8 000 F CFA et le RT (revenu total) de
12 000 F CFA
• Si je ne produis pas, j’aurai une perte de 10 000 F
CFA
• Si je produis, j’aurai une perte de 6 000 F CFA
• Je devrais alors produire pour minimiser les pertes
5. Concepts de coûts en économie
• Exemple II de production à perte:
(si les pertes excédent les coûts fixes)
– CF = 10 000 F CFA. Au point où Rm = Cm,
les CVT = 15 000 F CFA et RT = 12 000 F CFA
• Si je ne produis pas, j’aurai une perte de 10 000
F CFA
• Si je produis, j’aurai une perte de 13 000 F CFA
– Je ne devrais pas produire
5. Concepts de coûts en économie

• Fig. Illustration des décisions de production de


court terme
Coût
marginal
Coût total moyen
Rm1
Coût variable moyen
Coût

Rm2

Rm3

Output
5. Concepts de coûts en économie
• Règles de production pour le long terme

– Prix > CTM. Continuer de produire au point


où Rm = Cm
– Prix < CTM. Arrêter de la production et
vendre les biens fixes
5. Concepts de coûts en économie
Economie de taille
• Quelle est la taille de l’exploitation la plus profitable?
• Les grandes exploitations peuvent elles produire de
l’alimentation et des fibres très moins cher?
• Les grandes fermes sont elles plus efficaces?
• Les exploitations familiales disparaitront elles au profit
des grandes exploitations sociétaires?
• Le nombre des exploitations familiales continuera t-il de
décroitre?
5. Concepts de coûts en économie
• Fig. Taille de l’exploitation dans le court terme
Coût
marginal
P’
Coût moyen de
court terme
Coût

0 a b

Taille (Niveau de production)


5. Concepts de coûts en économie
Taille dans le long terme:
L’économie de taille est plus intéressante
lorsqu’elle est analysée dans le long terme.
Ceci permet au manager d’ajuster tous les
inputs au niveau résultant de la taille
d’entreprise désirée. L’un des indices de la
relation entre Output et coût quand la taille
de l’exploitation augmente est exprimée par:
5. Concepts de coûts en économie
Mesure des économies de taille
– Variation de coûts en pourcentage / variation de
la valeur d’output en pourcentage
Le ratio peut prendre les trois formes suivantes

Valeur de ratio Type de coûts

<1 Décroit

=1 Constant

>1 Croit
5. Concepts de coûts en économie
• Fig. Relations possibles entre taille et coût
Coût Coût
Coût
décroisant croisant
constant
Coût

Taille
5. Concepts de coûts en économie
• Causes des économies de taille
– Complète utilisation des ressources
disponibles
– Technologie
– Utilisation de ressources spécialisées
– Prix d’input décroissant
– Prix d’output élevé
– Management
5. Concepts de coûts en économie
• Causes de Déséconomies de taille
– Management
– Supervision de la main d’œuvre
– Dispersion géographique
– Problèmes spéciaux des opération de grand
cheptel
6. Dépréciation et valorisation de biens
• Outline du chapitre
• Dépréciation
• Méthodes de dépréciation
• Dépréciation de taxes de revenu
• Valorisation de biens
• Objectifs du chapitre
• Définir la dépréciation et les termes associés
• Illustrer les différentes méthodes de l’évaluation de la dépréciation
• Comparer la dépréciation économique et celle de taxe de revenu
• Faire ressortir les différentes méthodes qui peuvent être utilisées
pour valoriser les biens de l’exploitation
6. Dépréciation et valorisation de biens
• Dépréciation
– La dépréciation désigne la perte annuelle
en valeur d’un bien durable due à l’usure
– La dépense d’une activité qui réduit le profit
annuel
– La réduction dans la valeur d’un bien
6. Dépréciation et valorisation de biens
• Les biens dépréciables
• Une durée de vie de plus d’une année
• Une durée de vie déterminée mais pas illimité
• Une utilisation dans l’entreprise
• Exemples: Véhicule, machinerie, équipement,
construction, Clôture etc. La terre n’est pas
dépréciable, mais certain investissements tel
que le drainage sont dépréciables
6. Dépréciation et valorisation de biens
Les termes de dépréciation
• Coût: le prix payé pour le bien
• Durée de vie ou d’usage: nombre d’années
pendant lesquelles le bien est supposé être
utilisé dans l’entreprise
• Valeur résiduelle: valeur marchande espérée
du bien à la fin de sa durée de vie
• Valeur comptable: le coût original du bien
moins la dépréciation accumulée
6. Dépréciation et valorisation de biens
Les méthodes de dépréciation

• Méthode Linéaire
• Méthode de la somme des années
• Méthode décroissante
6. Dépréciation et valorisation de biens
La méthode linéaire
• Dépréciation annuelle =
Coût – valeur résiduelle /durée de vie
ou
• Dépréciation annuelle =
(Coût – valeur résiduelle) x R
où R est obtenu en divisant 100% par la durée
de vie
6. Dépréciation et valorisation de biens
La méthode des sommes des années
• Dépréciation annuelle = (coût – valeur
résiduelle) x Ar /So
• Ar = année restante de la durée de vie
• So= somme de tous les nombres de 1 jusqu’à
la durée de vie estimée.
• Pour 5 ans on a: 1+2+3+4+5 = 15
6. Dépréciation et valorisation de biens
Méthode décroissante
• Dépréciation annuelle = Valeur comptable au
début de l’année x R
• R est un taux de pourcentage constant. Sa
valeur dépend de l’année de vie et du type de
la méthode décroissante choisie. C’est un
multiple du taux de la dépréciation linéaire
6. Dépréciation et valorisation de biens
Exemples de dépréciation
• Coût = 10 000 F valeur résiduelle 2 000 F
durée de vie = 10
• Cas méthode linéaire
– Dépréciation annuelle = (10000 F– 2000 F)/
10 = 800 F
– La dépréciation annuelle sera la même
chaque année sous la même méthode
6. Dépréciation et valorisation de biens
• Cas de la méthode de la somme des années
– So = 1+ 2 + 3 + 4 + 5 + 6 + 7 + 8+ 9+ 10 = 55
– 1e année : ( 10000 – 2000) x 10/55 = 1 454,55
– 2e année : (10000 – 2000) x 9/ 55 = 1 309,09
• Cas de la méthode décroissante double
– 1e année : 10000 x 20% )= 2000
– 2e année : (8000 x 20% ) = 1600
– 3e année : (6400 x 20%) = 1280
– 20% = 2 x 100% / 10 (année résiduelle)
6. Dépréciation et valorisation de biens
• Cas de la méthode décroissante 150%
– 1e année : 10000 x 15% = 1500
– 2e année : 8500 x 15% = 1275
– 3e année : 7225 x 15% = 1084
• 15% = 1,5 x 100% / 10 (durée de vie)
6. Dépréciation et valorisation de biens
• Dépréciation annuelle partielle
– Si un bien est acheté durant l’année plutôt
qu’au début de l’année, la dépréciation doit
être distribuée au prorata. Un tracteur
acheté au 1 avril doit être pris en compte
pour 9/12 de la totalité de l’année de
dépréciation de la première année
6. Dépréciation et valorisation de biens
• Fig. Comparaison de la dépréciation annuelle
avec deux méthodes de dépréciation
Dépreciation annuelle en $

2000 -
1750 - Double declining balance
1500 -
1250 -
1000 - Staight line
750 -
500 -
250 -

1 10
Année
6. Dépréciation et valorisation de biens
Valorisation de biens
• Valeur marchande: prix du marché moins tous
coûts de transactions (pour les biens vendus)
• Coût: pour les biens achetés n’ayant pas
normalement perdu de valeur
• Coût de production agricole: coût accumulé
de production du bien (plante en croissance
dans le champ, cheptel)
6. Dépréciation et valorisation de biens
• Valorisation de biens (suite)
• Coût moins la dépréciation accumulée: valeur
comptable. Pour les biens dépréciables
• Coûts d’achat ou coût de remplacement
• Coût d’achat: le prix payé pour le bien acheté
• Coût de remplacement: le prix courant qu’on
devrait avoir à payer pour le bien acheté
6. Dépréciation et valorisation de biens
• Conclusion
– Un schéma de dépréciation est un élément
indispensable pour tout système comptable
– La dépréciation est une dépense utilisée
pour calculer le profit
– La dépréciation réduit la valeur des biens
7. Acquisition et organisation
Les ressources du management

• Les activités de l’exploitation agricole


• Production
• Investissement
• Financement
7. Acquisition et organisation
Les ressources du management
• Activités de production
– Ces transactions comptables impliquent les
activités liées à la production végétale et
l’élevage.
• Activités d’investissement
– Ces activités sont liées à l’achat, la
dépréciation et vente des biens de longue
vie comme la terre, l’équipement, le cheptel
7. Acquisition et organisation
Les ressources du management
• Activités de financement
– Ces transactions sont relatives au prêt
d’argent et paiement de l’intérêt et du
principal des crédits
– Les activités de financement incluent le prêt
pour financer de nouveaux investissements
et prêt pour financer les activités de
production
7. Acquisition et organisation
Les ressources du management
• Les termes comptables de base
• Actif: un bien de valeur, tangible ou financier.
Ex. machinerie, terre, compte bancaire,
bâtiments, céréales et cheptel
• Passif: une dette ou autre obligation
financière qui doit être payée à un moment
donné dans le future
7. Acquisition et organisation
Les ressources du management
• Fonds propres: la différence entre les actifs et
passifs de l’entreprise. Ils représentent la
valeur nette de l’entreprise revenant au
propriétaire de l’entreprise
• Revenu: La valeur des biens et services
produits par une activité durant une période
comptable. Le revenu peut être soit en espèce
ou en nature
7. Acquisition et organisation
Les ressources du management
• Période comptable: une période de temps
utilisée pour résumer le revenu, les dépenses
et estimer le profit. Il peut être soit l’année du
calendrier ou année fiscale
Il est généralement recommandé que la
période comptable d’une entreprise suit le
cycle de production de la plupart des activités
7. Acquisition et organisation
Les ressources du management
• Entité comptable: le domaine auquel chaque
compte est appliqué. Il peut être soit
l’entreprise agricole séparé de l’entreprise de
la famille
Il est généralement recommandé que l’entité
comptable soit l’exploitation agricole séparée
de la famille
7. Acquisition et organisation
Les ressources du management
• Les bases d’un « cash accounting »
• Revenus: enregistrés si et seulement si
l’espèce est perçue pour la vente de produit
ou service
• Dépenses: enregistrées si elles sont payées,
même si ce n’est pas quand le bien est payé
ou utilisé pour produire un bien
7. Acquisition et organisation
Les ressources du management
• Les bases d’un « cash accounting »
• Les avantages: simple et facile à utiliser
• Les désavantages: les revenus et dépenses ne
doivent pas être des réflexions exactes des
activités durant la période comptable
7. Acquisition et organisation
Les ressources du management
• Les bases d’ un « accrual Accounting »
• Revenus: enregistré quand le bien est produit
indépendamment de quand c’est vendu
• Dépenses: enregistré quand c’est utilisé pour
produire
• Avantage: précis
• Désavantage: demande plus de temps et de
savoir que le « cash » système
8. Notion de marge brute, de profit et
de rentabilité
• Notion de marge brute
• La marge brute est forcément la mesure la plus
communément utilisée dans l’analyse et la
planification de l’exploitation agricole. La marge
brute d’une activité agricole se définit comme
étant la différence entre le produit brut et les
charges variables générés par l’activité. Pour
une exploitation où plusieurs activités sont
menées, la marge brute totale est la somme de
la marge brute résultant de chaque activité
8. Notion de marge brute, de profit et
de rentabilité
• Notion de marge brute
• La marge brute peut être calculée par unité de
produit ou par unité de ressource limitée
utilisée (main d’œuvre, superficie de terre
etc.). Ex. marge brute par kg de sorgho, marge
brute par ha de mais, marge brute par tête de
bétail etc.
Notion de marge brute, de profit et
de rentabilité
• Notion de marge brute
• Dans ces différentes formes la marge brute est
un véritable instrument d’analyse et de
comparaison entre différentes spéculations
d’une même exploitation ou entre
exploitations similaires opérant dans le même
environnement
8. Notion de marge brute, de profit et
de rentabilité
• Notion de marge brute
• Pour qu’une exploitation soit rentable la
marge brute doit être dans une année
quelconque supérieure aux charges fixes
totales. Alors il est impérieux que l’exploitant
choisisse entre plusieurs spéculations
techniquement faisables dans son exploitation
celle qui lui procure la plus grande Marge
brute par unité de ressources limitées
engagées.
8. Notion de marge brute, de profit et
de rentabilité
• Notion de marge brute
• La marge brute doit forcément permettre de
satisfaire les trois besoins suivants de l’entreprise :
– Les besoins de survie de l’exploitant (La
rémunération du travail de l’exploitant)
– Les besoins d’autofinancement de l’entreprise
(renouvellement des biens amortissables,
expansion de l’entreprise)
– Le remboursement des emprunts : intérêts et
capital
8. Notion de marge brute, de profit et
de rentabilité
• Notion de profit
• Le terme profit est diversement défini selon les
individus. Dans l’étude de l’exploitation agricole le
profit pour nous n’est rien d’autre que la différence
entre le produit brut et la somme des charges
variables et charges fixes. Autrement dit c’est la
différence entre la marge brute et les charges fixes.
Profit = Produit brut –charges variables et
charges fixes ou
Profit= Marge brute- charges fixes
8. Notion de marge brute, de profit et
de rentabilité
• Notion de profit
• Il en ressort qu’une entreprise ne réalise de
profit que si elle maximise sa production tout
en minimisant ses charges. Les profits réalisés
dans une entreprise constituent une source
potentielle de financement, surtout lorsque
les possibilités de crédit auprès des banques
sont limitées.
8. Notion de marge brute, de profit et
de rentabilité
• Notion de profit
• Le profit (après payement des intérêts et
taxes) n’est rien qu’un pourcentage du capital
de l’entreprise. Il est ainsi un indice de
performance de l’entreprise c’est à dire
exprime la rentabilité du capital investi.
8. Notion de marge brute Notion de
rentabilité
• Notion de rentabilité
• La rentabilité est la capacité d’un capital à
obtenir un revenu. Elle exprime la relation
entre profits réalisés dans une entreprise et
les capitaux engagés à cette fin. Le taux de
rentabilité n’est que le rapport entre les
profits réalisés et les capitaux engagés ; On
distingue :
• La rentabilité économique et la rentabilité
financière
8. Notion de marge brute, de profit et
de rentabilité
Rentabilité économique
• - La rentabilité économique qui compare le revenu
obtenu par l'entreprise (profits réalisés avant paiement
des intérêts sur les emprunts) aux capitaux engagés dans
la production, quelle que soit leur origine : fonds propres
ou /et capitaux empruntés (les fonds propres constituent
les ressources internes à l'entreprise : liquidités
apportées par les actionnaires et profits non distribués
accumulés). Il s'agit ici de mesurer la performance de la
mise en œuvre des capitaux indépendamment de leur
mode de financement.
8. Notion de marge brute, de profit et
de rentabilité
• Rentabilité Economique
• La rentabilité économique (RE) du capital
engagé s’exprime par:

• Il s'agit d'un taux, exprimé en %)


• RE= Résultat d'exploitation ou profits brut
8. Notion de marge brute, de profit et
de rentabilité
• La rentabilité financière
• - La rentabilité financière qui s'intéresse au
revenu conservé par le propriétaire de
l'entreprise (profits réalisés après paiement
des intérêts sur les emprunts) rapporté aux
fonds propres engagés dans la production.
8. Notion de marge brute Notion
de rentabilité
• Rentabilité financière (RF)

• Il s’agit d’un taux exprimé en %


8. Notion de marge brute, de profit et
de rentabilité
• Différence entre rentabilité économique et
financière
• La différence entre rentabilité économique et
rentabilité financière est liée à l'effet de levier de
l'endettement : lorsque la rentabilité économique
est supérieure au coût du capital emprunté (c’est-
à-dire aux taux d'intérêts réels), l'entrepreneur a
avantage à s'endetter pour investir ; en effet, il
gagne davantage d'argent que ce qui est
nécessaire pour rembourser les emprunts et
payer les intérêts.
Notion de rentabilité
• Dans le cadre de projet d’investissement, il
existe plusieurs critères permettant de juger la
rentabilité de l’investissement à consentir.
Ceux les plus utilisés sont:
– Valeur Actuelle Nette (VAN)
– Taux de Rentabilité Interne (TRI)
– Ratio Bénéfice-Coût (RBC)
Notion de rentabilité
• La valeur Actuelle Nette (VAN)
La valeur actuelle d’un projet d’investissement
est égale à l’excès des flux de trésorerie (cash-
flows) actualisés sur le montant du capital
investi. Elle s’exprime par:

• I=capital investi, = cash flow à l’année p, t=taux


d’actualisation
Notion de rentabilité
• Utilisation de la VAN
• Condition d’acceptation:
VAN > 0, le projet est rentable
• Condition de sélection:
• Si deux projets i et j sont en compétition et:
VANi > VANJ, le projet i est choisi
Notion de rentabilité
• Indice de Profitabilité (IP)
• L’indice de profitabilité est le rapport entre la
valeur actualisée des cash-flows et le capital
investi:

• ou en fonction de la VAN
Notion de rentabilité
• Utilisation de l’Indice de Profitabilité (IP)
• Condition d’acceptation
• IP > 1, projet rentable
• Condition de sélection
• Si deux projets i et j sont en compétition et:
• IPi > IPj , le projet i est choisi
Notion de rentabilité
• Le Taux de Rentabilité Interne (TRI)
• C’est le taux d’actualisation qui annule la
valeur actuelle nette (VAN)

• Soit
Notion de rentabilité
• Utilisation du taux de rentabilité interne (TRI)
• Condition d’acceptation
• TRI > valeur fixée par l’entreprise (taux de
rejet) ou au taux d’intérêt, projet accepté
• Condition de sélection:
• Si deux projets i et j sont en compétition et:
• TRIi > TRIj , le projet i est choisi
Notion de rentabilité
• Délai de récupération du capital investi
• Le délai de récupération du capital investi
(DRC) est le temps au bout duquel le montant
cumulé des cash-flows actualisés est égal à
l’investissement initial

• Avec d =délai de récupération


Notion de rentabilité
• Utilisation du DRC
• Condition d’acceptation
• DRC < à une norme fixée par l’entreprise,
projet accepté
• Condition de sélection:
• Si deux projets i et j sont en compétition et:
• DRCi < DRCj , le projet i est choisi
Notion de rentabilité
• Application
• Soit l’investissement suivant: I = 100, durée
de vie 4 ans, cash-flows successifs: 30, 40, 40,
20
• 1. Calculer la VAN pour un taux d’actualisation
de 10%
• 2. Déterminer le DRC
• 3. Déterminer le TRI
Notion de rentabilité
• Ratio Bénéfice –Coût (RBC)
• Il exprime le rapport entre les bénéfices totaux
(entrées)actualisés et les coûts totaux (sorties)
actualisés. Les bénéfices actualisés traduisant la
relation entre les bénéfices futurs par rapport aux
Bénéfices présents. Ainsi le RBC est:
Notion de rentabilité
• Utilisation du RBC
• Condition d’acceptation
• RBC > 1, projet rentable
• Condition de sélection:
• Si deux projets i et j sont en compétition et:
• RBCi > RBCj , le projet i est choisi

Vous aimerez peut-être aussi