Vous êtes sur la page 1sur 14

Université d’Ottawa

Faculté de Génie
Département de Génie Mécanique

MCG 2761- MATERIAUX POUR INGENIEUR II

LAB 2: POLYMÈRE THERMOPLASTIQUE ET THERMODURCISSABLES

Equipe 4:
KAYA VAMBA GEDEON 300089112
MOHAMED ALI KINANI 8898491
FRÉDÉRIC-LOUIS KHALID-LEROUX 300060595

06 Mars 2020
TABLE DES MATIERES

RESUME……………………………………………………………....…3

INTRODUCTION………………………………………………………..4

METHODOLOGIE………………………………………………………7

RESULTAT……………………………………………………………...8

DISCUSSION…………………………………………………………. .12

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS………………………..15

REFERENCE…………………………………...………………………16

ANNEXE………………………………………………...……………...17
Résumé

L’objectif de ce laboratoire est de quantifier et de comparer les valeurs du module


et Young (E), de discuter de l'élasticité des matériaux testé. Le deuxième objectif
est d’observer ce qui se passe lorsqu’une pièce allongée jusqu’à un certain point est
maintenue à l'élongation constante et ensuite retourné à sa longueur initiale.Pour ce
faire nous nous sommes servi de la machine Instron avec lequel nous avons
procédé à des essais de tractions sur différents polymères.
Introduction

Le but de ce laboratoire était d’effectuer des tests de traction sur des polymères tels
que le PE (polyéthylène), la résine époxy, le caoutchouc naturel et le PMMA. Tous
ayant des dimensions différentes.
Les polymères sont parmis les produits chimiques ayant le plus d’applications
industrielles. Ce sont des macromolécules obtenues par combinaisons de d’un
grand nombre de molécules plus petites. En d’autres termes c’est l’association de
plusieurs monomères
Le test de traction est l’un des meilleurs moyens de pourvoir déterminer les
propriétés mécaniques des polymères. Ce test consiste principalement à imposer un
champ de contraintes axiales uniforme dans le sens des fibres d’une éprouvette.
L’essai de traction donne lieu à une courbe de contrainte-déformation. Cette courbe
représente le comportement d’un matériau soumis à un déplacement à vitesse
constante imposé. Nous avons trois types de comportement possible suite a un
essai de traction: fragile, plastique et élastomère. Lors de cet essai, la charge
appliquée sur le matériau et son allongement sont mesuré en tout temps. La
contrainte au sein du matériau est ensuite tracée en fonction de sa déformation.
Cette courbe diffère en fonction du matériau et de ses propriétés.

La charge (F) et la contrainte (σ) sont relié par l'équation:


Et la deformation (ε) est calculé a partir de l'élongation (ΔL):

Selon le type de polymères les propriétés mécanique sont analysé. Nous avons trois
grands types de polymères: les thermoplastiques( le PE polyéthylène, PMMA), les
thermodurcissable ( résine époxy) et les élastomères ( caoutchouc naturel). Ces
différents type de polymère donnent lieu a diverse propriété en terme de ductilité,
de fragilité, de rigidité. Lorsque nous appliquons la force sur l’éprouvette
(matériau), la rupture se produit différemment.
Figure 1: courbe de force-allongement en traction

Dans ce rapport nous allons étudier le comportement en traction des différents


matériaux qui nous a été donné et faire une comparaison entre celle-ci.

METHODOLOGIE

Pendant ce laboratoire, l’assistant a effectué trois trois test avec les trois premiers
matériaux donnée ( le PE, le PMMA et l’époxy). Le test avec le caoutchouc naturel
n’a pas pu se faire avec la machine Instron parce que le matériau est trop flexible et
nous ne pourrions pas vraiment faire l’analyse et observer la rupture. Il a fallu pour
celui ci le mettre dans un liquide qui la rendu plus solide et la rupture a pu se faire
avec l’effort des mains. Comme groupe nous avons dû recueillir les dimensions de
chacun des matériau et des différentes valeur de contrainte déformation jusqu'à la
rupture. Ceci a été impératif pour pouvoir analyser et discuter sur le comportement
de ces matériau face à la force appliqué.
Résultats

Contrainte déformation du PE

Contrainte déformation du PMMA


Contrainte déformation de l’epoxy

Contrainte déformation du caoutchouc

Discussion

Comportement des matériaux :


L’essai de traction réalisé sur les différents matériaux permet d’observer leur
comportement quand ils subissent une élongation au taux de 20 mm/min. Les
résultats obtenus ont été modélisé sous forme de courbe de contrainte en fonction
de l’élongation.
-PE : la courbe contrainte déformation du PE illustre un comportement
viscoélastique avec un seuil d’écoulement et peut être subdivisée en 3 phases.
La première phase on a une augmentation de la contrainte proportionnelle à la
déformation. La contrainte atteint une valeur de ???? MPa et une déformation de
??? mm.
En suite la contrainte subit par le PE baisse légèrement jusqu’à ???? MPa à cause
du phénomène de striction causé par une forte élongation des chaînes du PE.
Enfin, la contrainte subit par le PE reste constante pendant que le polymère
s’allonge. La mobilité des chaînes et la propriété mécanique due au fait que le PE
possède une partie cristalline pouvant aller jusqu'à ???% ce qui lui confère une
grande plasticité et (polymère thermoplastique semi-cristallin) lui permet de subir
une élongation à faible vitesse pouvant aller jusqu’à ???? % de sa longueur
initiale. Le temps d’essaie étant limité, on a un polymère ayant subit une
élongation de ???? % sans rupture.

-PMMA : Le PMMA dans les conditions de vitesse et de température de


l’expérience admet une contrainte à la rupture de ???? MPa et une élongation de
???? % avant la rupture. Ce comportement est à la structure amorphe du PMMA
qui est un polymère thermoplastique. Le PMMA possède un nombre important de
chaîne et un degré de polymérisation élevé (ce qui justifie sa structure amorphe). Il
faut donc fournir une grande contrainte pour tendre toutes les chaînes et la faible
plasticité du matériau dû à l’absence d’une partie cristalline explique la faible
résistance à l’essai de traction. Cependant, ce n’est pas un matériau fragile en
témoigne la surface rugueuse à la rupture.
-Époxy : La courbe contrainte déformation de l’époxy se rapproche de celle d’un
matériau fragile. IL admet pour contrainte à la rupture ???? MPa et une élongation
d’environs ???? % à la rupture. Cette faible élongation chez l’époxy est due à la
présence de nombreuses réticulations qui relie les chaînes les unes à l’autres et les
empêche de se déplacer et de se réorganiser les unes par rapport aux autres.

-Caoutchouc : comme le PE ne subit pas de rupture durant l’essai. Cependant sa


courbe de contrainte en fonction de la déformation se rapproche plus de celle d’un
matériaux ‘ visco élastique’ ce qui peut s’expliquer par le fait que le caoutchouc
bien qu’étant un polymère thermodurcissable a un comportement que l’on pourrait
qualifié de ‘élastique’ car une fois la charge supprimée il tend à recouvrer sa
longueur initiale, on parle alors d’élastomère pour le qualifier. Ce terme désigne les
polymères qui voient leur tolérance à la déformation accrue par la présence de
réticulation. Durant l’essai, il subit une élongation de ??% . Une particularité de sa
courbe est qu’elle présente des marches comme un escalier. Ce phénomène est dû à
la présence de réticulation en faible quantité chez le caoutchouc, aussi ses chaînes
ont tendance à revenir à leur position initiale car cet état est l’état énergétique la
plus stable.
Les modules d’Young tangents et sécants à ???% et ???% ont été comparés pour
les quatres matériaux. Il s’avère que le module d'élasticité le plus bas est celui du
caoutchouc suivi du PMMA puis du polyéthylène . Enfin le module d'élasticité le
plus haut est celui de l’époxy. Cela est dû à la structure de chaque type de
polymère. La partie cristalline du PE lui octroie de meilleure propriété que le
PMMA qui est 100% amorphe. La présence des liaisons carbone-carbone chez
l'époxy justifie son module de Young supérieur aux autres. La forte capacité de
recouvrance du caoutchouc quand t’a lui explique son faible module.

L’allure générale et les différents graphes obtenus sont semblable aux


graphes pour les différents types de polymère vue dans les cours 5, 6 et 7 de
mécanique des matériaux II et présentés dans Comportement mécanique des
polymères (Noëlle Bignon).
L’une des principales sources d’erreur de l’expérience pourrait résulter de la
difficulté à fixer correctement l’échantillon dans l’appareil chargé du test.

Réponse aux questions :


a) L’époxy comme mentionné dans Résines époxy réticulées par des polyamines
: structure et propriétés (de C. Barrère et F. Dal Maso )1997 est formé de
L’épichlorhydrine (ECH) et du bisphénol-A (BPA)
Le mélange des deux composant crée un polymère thermodurcissable
tridimensionnel (très réticulés) ayant pour mère le bisphénol et comment agent
durcisseur l’épichlorhydrine responsable des réticulations

b) Si le PE à température ambiante est maintenu à chargement constante et à une


vitesse faible vitesse constante comme dans l’expérience, les chaînes ont une
grande mobilité relative et ont le temps d’adopter une configuration qui permet de
répartir la contrainte de façon efficace tout au long de la sollicitation ce qui
entraîne un comportement ductile du PE et lui permet de subir un allongement
important de ses chaînes pendant une très longue durée de temps. C’est l’une des
raisons pour laquelle le PE ne subit pas de rupture durant l’expérience.

Figure ?? : Configuration des chaînes du PE état un 1 état 2

c) La différence entre le comportement de l’époxy et du PE et du PMMA


s’explique par la différence de nature de ces polymères. Le premier est un
polymère thermodurcissable qui contient un nombre important de réticulations ce
qui limite la mobilité des chaînes lors de l’essai de traction et entraîne un
comportement fragile. Le PE et le PMMA sont des polymères thermoplastiques.
Leur chaîne ne possède pas de réticulation pour entraver la mobilité des chaînes
qui ont alors une meilleure résistance à la traction et se comporte de façon ductile
à cause de la faible vitesse constante de l’essai.

d) La présence de réticulation chez l’époxy et le caoutchouc peut être à l’origine


de la faible diminution de la charge pour une élongation constante. En effet quand
ces matériaux sont soumis à des essais de traction les chaînes qui sont soumises à
une charge se réorganisent. Aussi les liaisons carbone-carbone des réticulations
une fois sollicité entraîne une diminution de la charge supportée par le polymère
car une partie de cette charge est neutralisé par la force des liaisons entre les
atomes de carbone.

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS

En somme, les polymères peuvent être classé en deux grande catégories les
polymère thermoplastique, viscoélastique, qui possèdent une grande mobilité
relative de leurs chaînes les unes par rapport aux autres. Cette caractéristique leur
permet de subir d’importante élongation. Les thermoplastiques semi-cristallins
comme le PE possèdent d’une meilleure résistance à la traction que les polymères
amorphes comme le PMMA.

L’autre catégorie, les thermodurcissables, fragile, ont une mobilité réduite de leurs
chaînes du à la présence de réticulation comme l’époxy. Cependant ce n’est pas le
seul facteur qui entre en jeux et un faible nombre de réticulation et l’état
énergétique peuvent permettre au matériau de tolérer de grande élongation
cependant les chaînes essayent de retrouver leur configuration initiales comme le
caoutchouc. On parle alors d’élastomère.

L’expérience réalisée pourrait être amélioré en réalisant les test sur chaque
matériaux à différente vitesse à température ambiante dans l’optique de mieux
déceler l’impact de la vitesse sur le comportement des polymères durant l’essai de
traction.
REFERENCE

-Comportement mécanique des polymères ; Noëlle Bignon ; 2007.

-Résines époxy réticulées par des polyamines : structure et propriétés ; C. Barrère


et F. Dal Maso ; 1997 institut français du pétrole.

-Le cours 5 ;6 et 7 matériaux de l’ingénieur II ; Arnaud Weck ; 2018.

Comportement en fatigue et influence de la température sur les propriétés en


traction des polymères:

http://espace.etsmtl.ca/1499/1/M%C3%89NARD_Claire.pdf

Vous aimerez peut-être aussi