Vous êtes sur la page 1sur 147

Université d’Abomey-Calavi

Institut National de l’Eau

ETUDE PLAN DELTA


Etat des lieux du delta de l’Ouémé

Rapport de synthèse

Programme OmiDelta
Composante Gestion Intégrée des Ressources en Eau
Acteurs étatiques

Août 2019
OMIDELTA

Université d’Abomey-Calavi Adresse 01BP 526, Cotonou, Bénin


Tel +229 97 753
Institut National de l’Eau
Internet www.uac.bj

ETUDE PLAN DELTA


Etat des lieux du delta de l’Ouémé

Rapport de synthèse

Programme OmiDelta
Composante Gestion Intégrée des Ressources en Eau
Acteurs étatiques

Financement Royaume des Pays-Bas


Guichet Acteurs Etatiques (CAA)

Août 2019

Elaboré : OmiDelta-INE
Contrôlé : PM-ODA-INE
Approuvé : D-INE

Assistance
COWI – Royal Haskoning-DHV
technique :
Table des matières
Liste des Figures ............................................................................................................................. 7
Liste des Tableaux .......................................................................................................................... 9
Liste des Photos ............................................................................................................................. 9
Liste des Cartes ............................................................................................................................ 10
Abréviations et acronymes ........................................................................................................... 11
Résumé ........................................................................................................................................ 15
1 Introduction ............................................................................................................................ 21
2 Le contexte de l’Etude Plan Delta............................................................................................. 23
2.1 La Planification Delta : une des actions du programme OmiDelta .............................................23
2.2 Un processus par étape ..............................................................................................................23
2.3 Un processus similaire à celui de l’Evaluation Environnementale Stratégique ..........................24
2.4 Une mise en œuvre basée sur une collaboration étroite entre la DGEau et l'INE .....................25
2.5 Un périmètre géographique prenant en compte les problématiques traitées ..........................26
2.5.1 La délimitation hydrographique .......................................................................................26
2.5.2 La délimitation administrative ..........................................................................................26
2.6 Un horizon temporel fixé à 2030 ................................................................................................27
3 Un environnement naturel fortement marqué par l’eau ........................................................... 29
3.1 Le climat ......................................................................................................................................29
3.1.1 Les précipitations ..............................................................................................................29
3.1.2 Les températures ..............................................................................................................30
3.1.3 Les vents ...........................................................................................................................30
3.1.4 L’humidité, l’insolation et l’évapotranspiration ...............................................................31
3.2 Les ressources en eau de surface ...............................................................................................31
3.2.1 Un système fluvio-lagunaire complexe ............................................................................31
3.2.2 Des inondations récurrentes ............................................................................................34
3.2.3 Le comblement du système fluvio-lagunaire ...................................................................35
3.2.4 La qualité des ressources en eau de surface ....................................................................36
3.3 Les ressources en eau souterraine..............................................................................................40
3.3.1 La géologie et l’hydrogéologie ..........................................................................................40
3.3.2 Les aquifères exploités pour l’approvisionnement en eau potable dans la zone
métropolitaine ..................................................................................................................42
3.3.3 La qualité des ressources en eau souterraine ..................................................................43
3.4 L’hydrologie marine et les dynamiques côtières ........................................................................44
3.4.1 L’hydrologie marine ..........................................................................................................44
3.4.2 Les dynamiques côtières ..................................................................................................44
3.5 L’écologie du delta de l’Ouémé et de la zone côtière ................................................................46
3.5.1 Les écosystèmes et leur évolution tendancielle ...............................................................46
3.5.2 Les zones de conservation et d’importance écologique ..................................................50
3.5.3 Les services écosystémiques ............................................................................................52
4 Les facteurs fondamentaux de développement ........................................................................ 55
4.1 La démographie et l’urbanisation ...............................................................................................55
4.1.1 Une forte croissance démographique ..............................................................................55
4.1.2 Une urbanisation très rapide, souvent mal contrôlée .....................................................56
4.2 Le développement économique .................................................................................................58
4.2.1 Le Produit Intérieur Brut...................................................................................................58

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 5


4.2.2 Une balance commerciale déficitaire ...............................................................................58
4.2.3 Les secteurs contributeurs ...............................................................................................60
4.2.4 Le poids du delta de l’Ouémé dans l’économie nationale ...............................................60
4.3 Le développement humain .........................................................................................................61
4.3.1 Un Indice de développement humain faible et stagnant .................................................61
4.3.2 Une pauvreté persistante .................................................................................................62
4.3.3 La santé .............................................................................................................................64
4.3.4 L’éducation .......................................................................................................................64
4.4 La sécurité alimentaire................................................................................................................64
4.5 L’approvisionnement en eau potable .........................................................................................67
4.6 L’assainissement .........................................................................................................................68
4.6.1 L’assainissement liquide ...................................................................................................68
4.6.2 L’assainissement solide ....................................................................................................69
4.6.3 Les déchets industriels......................................................................................................70
4.6.4 Les déchets hospitaliers....................................................................................................70
4.7 L’accès à l’énergie .......................................................................................................................71
4.8 L’héritage culturel : ethnies, religions et cultes ..........................................................................73
5 Les vecteurs de croissance ....................................................................................................... 75
5.1 L’agriculture ................................................................................................................................75
5.2 L’élevage .....................................................................................................................................76
5.3 La pêche et la pisciculture...........................................................................................................77
5.3.1 Les systèmes de production .............................................................................................77
5.3.2 La production ....................................................................................................................79
5.4 Les industries manufacturières ...................................................................................................80
5.5 L’artisanat ...................................................................................................................................80
5.6 L’exploitation du sable fluvio-lagunaire ......................................................................................81
5.7 L’hydro-électricité .......................................................................................................................81
5.8 Le tourisme .................................................................................................................................82
5.9 Le transport .................................................................................................................................82
5.9.1 Le transport fluvio-lagunaire ............................................................................................82
5.9.2 Le transport terrestre et les voies de communication .....................................................83
5.9.3 Le transport maritime .......................................................................................................84
6 Le cadre de gestion de l’eau..................................................................................................... 87
6.1 Le cadre institutionnel ................................................................................................................87
6.2 Le cadre juridique .......................................................................................................................89
6.3 Le cadre de planification .............................................................................................................90
6.4 Le cadre technique ......................................................................................................................91
6.4.1 Un système de surveillance et de suivi défaillant.............................................................91
6.4.2 La gestion des données ....................................................................................................92
7 Les projets et parties prenantes ayant un lien avec le plan Delta .............................................. 93
7.1 Les projets ...................................................................................................................................93
7.1.1 Les projets phares du Programme d’Actions du Gouvernement (PAG) ...........................93
7.1.2 Les Plans de Développement Communal (PDC) ...............................................................94
7.1.3 Le programme WACA .......................................................................................................95
7.1.4 Les autres projets .............................................................................................................95
7.1.5 Les projets Omidelta-GIRE mis en œuvre par les Acteurs non étatiques.........................96
7.2 Les parties prenantes ..................................................................................................................96
8 Les problématiques identifiées et défis pour la gestion des eaux du delta de l’ouémé ............... 99
8.1 Les problématiques typiquement deltaïques .............................................................................99
8.1.1 La pression accrue sur les ressources en eau et les terres ...............................................99

Page 6 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux


8.1.2 Les perturbations de la salinité des eaux de surface ......................................................100
8.1.3 La salinisation des eaux souterraines les rendant impropres à la consommation.........100
8.1.4 La pollution croissante des eaux.....................................................................................100
8.1.5 L’épuisement des ressources halieutiques .....................................................................101
8.1.6 Les conflits d’usage de l’eau ...........................................................................................102
8.1.7 Les aires de conservation et les zones humides menacées............................................103
8.1.8 L’érosion côtière accrue .................................................................................................103
8.1.9 Les inondations pluviales et fluviales accrues ................................................................104
8.2 Les avantages comparatifs et les problèmes récurrents du delta de l’Ouémé ........................104
8.2.1 Les avantages comparatifs du delta : ses forces et opportunités ..................................105
8.2.2 Les faiblesses et menaces pour le delta .........................................................................105
8.3 Les défis majeurs pour la gestion du delta de l’Ouémé............................................................106
8.3.1 Les besoins fondamentaux : eau, alimentation et énergie ............................................106
8.3.2 Le delta de l'Ouémé, un « moteur » pour le développement du Benin .........................107
8.4 Les trois piliers de la composante GIRE du programme OmiDelta pour le développement du
delta ..........................................................................................................................................108
8.4.1 AXE1 : Amélioration des connaissances sur le « système eau » ....................................109
8.4.2 AXE 2 : Planification Delta...............................................................................................110
8.4.3 AXE 3 : Application de l’approche GIRE dans les projets et programmes en lien avec le
secteur de l’eau ..............................................................................................................111
8.5 La suite du processus de Planification Delta.............................................................................112
9 En conclusion .........................................................................................................................113
Références ..................................................................................................................................115
Annexe 1 Cartes....................................................................................................................125

LISTE DES FIGURES

Figure 2-1 Le processus de planification Delta .....................................................................................24


Figure 2-2 Cadre de mise en œuvre de la Planification Delta ..............................................................25
Figure 3-1 Pluviométrie interannuelle à Cotonou de 1960 à 2014 (source : ASECNA Cotonou) .........29
Figure 3-2 Evolution des températures moyennes mensuelles de l’air à Cotonou (de 1960 à 2016) 30
Figure 3-3 Evolution des températures moyennes annuelles de l’air à Cotonou (de 1960 à 2016) ....30
Figure 3-4 Système dynamique de l'échange des eaux entre le fleuve Ouémé et la rivière Sô en
situation des crues ..............................................................................................................33
Figure 3-5 Débits entrants dans le Lac Nokoué en saison sèche..........................................................33
Figure 3-6 Débits moyens mensuels [m³/s] de l’Ouémé à Bonou (période 1948-2011) .....................33
Figure 3-7 Bathymétrie (en cm) du lac Nokoué en 1978 et en 2015 [Source : Colleuil et Texier,
1987 ; DGEau, 2015] ............................................................................................................36
Figure 3-8 Variation saisonnière de la DBO5 et de la DCO dans le delta rural en 2016 [Lawani R.,
2017] ...................................................................................................................................37
Figure 3-9 Teneurs moyennes des eaux du fleuve Ouémé et du lac Nokoué en métaux lourds .........37
Figure 3-10 Carte géomorphologique du bassin sédimentaire côtier du Bénin (Slanski, 1968 ; IRB,
1987) ...................................................................................................................................40
Figure 3-11 Carte géologique du bassin sédimentaire côtier du Bénin (Slanski, 1968 ; IRB, 1987) .......41
Figure 3-12 Cartes géologique du delta de l’Ouémé (Slanski, 1968 ; IRB, 1987) avec, d’ouest en est,
les champs de captage de Ouèdo, Godomey et Ouando. ...................................................42

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 7


Figure 3-13 Illustration de l’érosion le long de la côte béninoise ..........................................................45
Figure 3-14 Evolution de la végétation aquatique du système fluvio-lagunaire....................................47
Figure 3-15 Evolution des galeries forestières (à gauche) et des reliques de forêt dense (à droite) ....48
Figure 3-16 Évolution des mangroves entre 1980 et 2010 ....................................................................49
Figure 3-17 Les différents type de services écosystémique [Commissariat Général au
Développement Durable français, 2010] ............................................................................52
Figure 4-1 Projections de la population du Bénin jusqu’en 2050 [Nations Unies, 2017] ....................55
Figure 4-2 Extension des zones urbaines et péri-urbaines dans le delta de l’Ouémé .........................57
Figure 4-3 PIB du Bénin en milliards US$ [BM, 2017) ..........................................................................58
Figure 4-4 PIB per capita en dollars [BM, 2018] ...................................................................................58
Figure 4-5 Déficit commercial du Bénin en milliards de FCFA .............................................................59
Figure 4-6 Importations et exportations du Bénin en USD par groupe des produits [source : WTO
Organisation mondiale du commerce] ...............................................................................59
Figure 4-7 Contribution par secteur au PIB réel [Réalisé à partir des données TaBEN 2017/DPC-
MEF ] ...................................................................................................................................60
Figure 4-8 Emploi par secteurs (en milles personnes) [FMI, 2018] ......................................................60
Figure 4-9 Evolution de l’IDH et ses composantes entre 1980 et 2014 au Bénin [PNUD, 2015] .........62
Figure 4-10 Evolution de la pauvreté monétaire entre 2011 et 2015 [INSAE, 2015].............................62
Figure 4-11 Incidence de la pauvreté monétaire au Bénin et dans le delta de l’Ouémé selon le
milieu de résidence [EMICoV, 2015] ...................................................................................63
Figure 4-12 Structure des dépenses par département et selon le milieu de résidence dans le delta
de l’Ouémé [EMICoV, 2015] ................................................................................................63
Figure 4-13 Production agricole 2014 au Bénin (source :
http://benin.opendataforafrica.org/ldokpg/home) ...........................................................64
Figure 4-14 Exportations des produits d’alimentation du Bénin 1998-2015 (source : Organisation
mondiale du commerce, 2017, Université de Sherbrooke, Québec, Canada) ....................65
Figure 4-15 Importations des produits d’alimentation au Bénin jusqu’à 2015 [Organisation
mondiale du commerce, janvier 2017, Université de Sherbrooke, Québec, Canada] ........65
Figure 4-16 Evolution 1998-2018 de la production halieutique totale au Bénin (source : INSAE,
2019) ...................................................................................................................................66
Figure 4-17 Système d’exploitation pour l’approvisionnement dans le delta rural [BID, 2018] ...........67
Figure 4-18 Evolution de la consommation par forme d’énergie au Bénin exprimée en ktep (ARE,
Bénin) ..................................................................................................................................71
Figure 4-19 Evolution de la production d’électricité en GWh entre 2010 et 2015 (ARE, Bénin) ...........71
Figure 4-20 Evolution des performances du secteur de l’énergie entre 2010 et 2015 au Bénin
(ordonnée gauche, taux (%) ; ordonnée droite, nombre de localités électrifiées) .............72
Figure 4-21 Taux d’accès à l’énergie électrique des communes du Bénin (Projet ACE-WA, 2016) .......72
Figure 5-1 Acadjas sur le lac Nokoué en 2000 et 2015 ........................................................................78
Figure 8-1 Liens entre les principaux besoins liés aux ressources en eau .........................................107
Figure 8-2 Schéma de concertation intégrée des parties prenantes autour de la Planification
Delta. La GIRE peut aider les acteurs à réaliser une gestion plus cohérente et mieux
concertée des ressources en eau et des milieux connexes. .............................................111
Figure 8-3 Schéma général du processus de Planification Delta........................................................112

Page 8 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux


LISTE DES TABLEAUX

Tableau 2-1 Comparaison des processus de Planification Delta et d’EES ..............................................25


Tableau 2-2 Communes comprises dans le delta de l’Ouémé et la zone côtière ...................................26
Tableau 2-3 Autres communes de la Basse Vallée de l’Ouémé contribuant à l'alimentation du delta
et de la zone côtière ............................................................................................................27
Tableau 3-1 Analyse climatologique, changement des précipitations annuelles en mm/an [ASECNA] .29
Tableau 3-2 Système fluvio-lagunaire du delta de l’Ouémé ...................................................................32
Tableau 3-3 Seuil et niveau d'alerte associés aux inondations fluviales dans le delta de l'Ouémé
(SAP-Benin, 2014) ................................................................................................................35
Tableau 3-4 Mesures de la DBO5 sur le lac Nokoué (mg d’O2/l) .............................................................37
Tableau 3-5 Principales unités géologiques et recharge des aquifères du Bénin ...................................41
Tableau 4-1 Structure de la population des 18 communes rurales et urbaines du delta de l’Ouémé,
taux d’accroissement et densité en 2013 ...........................................................................56
Tableau 4-2 Activités économiques (exprimées en pourcentage de la population active) dans les 18
communes du delta de l’Ouémé .........................................................................................60
Tableau 4-3 Appartenance ethniques de la population du delta de l’Ouémé ........................................73
Tableau 4-4 Cultes et rituels liés à l’eau dans la commune d’Allada ......................................................74
Tableau 5-1 Estimation des besoins en eau pour les périmètres irrigués projetés (base =
16.000m3/ha/an) .................................................................................................................76
Tableau 5-2 Ouvrages de mobilisation des eaux surfaces à des fins agro-pastorales dans le delta ......77
Tableau 5-3 Production halieutique à l’échelle nationale et à l’échelle du lac Nokoué de 2013 à
2017.....................................................................................................................................79
Tableau 7-1 Projets prioritaires intéressant le delta et la zone côtière ..................................................93
Tableau 7-2 Parties prenantes de la Planification Delta .........................................................................96

LISTE DES PHOTOS

Photo 3-1 Inondation de 2010 autour du Lac Nokoué [Banque Mondiale] ........................................35
Photo 3-2 Zone de décharge sauvage dans le quartier Vossa (le long du lac Nokoué) .......................38
Photo 3-3 Exploitation agricole à Sô-Ava (SNIEAU, 2018) ...................................................................38
Photo 3-4 Déversement de collecteur dans le lac (SNIEAU, 2015) ......................................................38
Photo 3-5 Transport illicite de produits pétroliers dans le delta (SNIEAU, 2015) ...............................38
Photo 3-6 Invasion du lac Nokoué par la jacinthe d’eau .....................................................................47
Photo 3-7 Pneus utilisés pour la mise en place d’ « Acadjas » ............................................................53
Photo 3-8 Transport de branchages pour les Acadjas .........................................................................53
Photo 5-1 Pêche au filet lancé .............................................................................................................78
Photo 5-2 Branchages d’acadja............................................................................................................78
Photo 5-3 Quelques acteurs de l’extraction de sable fluvio-lagunaire dans le delta ..........................81
Photo 5-4 Visite touristique de Ganvié ................................................................................................82
Photo 5-5 Départ du marché Dantokpa vers les quartiers de la ville de Cotonou ..............................83
Photo 5-6 Transport d’hydrocarbures .................................................................................................83
Photo 5-7 Déchargement des bidons d’hydrocarbures .......................................................................83

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 9


LISTE DES CARTES

Carte 1 Delta de l’Ouémé au Bénin


Carte 2 Communes du delta de l’Ouémé
Cartes 3a et 3b Bassin de l’Ouémé
Carte 4 Climat du Bénin
Carte 5 Zones inondables
Cartes 6a et 6b Hydrogéologie du Sud Bénin
Carte 7a Occupation du sol en 2007
Carte 7b Occupation du sol en 2015
Carte 8a Occupation du sol du Grand Nokoué en 2007
Carte 8b Occupation du sol du Grand Nokoué 2015
Carte 10 Population 1979, 1992, 2002, 2013
Carte 11 Densité de population 2013
Carte 12a Taux de desserte en eau potable en milieu rural
Carte 12b Taux de desserte en eau potable en milieu urbain
Carte 13 Taille du cheptel bovin 2015
Carte 14 Zone de conflits liés à l’eau
Carte 15 Barrages hydroélectriques
Carte 16 Pédologie du Sud Bénin

Page 10 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux


ABREVIATIONS ET ACRONYMES

ABO Agence de Bassin de l’Ouémé


Projet d'Appui aux Communes et Communautés pour l'Expansion des Services
ACCESS
Sociaux
ACVDT Agence du Cadre de Vie pour le Développement du Territoire
AEPHA Approvisionnement en Eau Potable, l'Hygiène et Assainissement
AEV Adduction d'Eau Villageoise
AFD Agence Française pour le Développement
AGETUR Agence d'Exécution des Travaux Urbains
AGIRES Actions pour une Gestion Intégrée des Ressources en Eau Souterraine
AGVSA Analyse Globale de la. Vulnérabilité et de la Sécurité Alimentaire
AMP Aires Marines Protégées
ANE Acteurs Non Etatiques
ANPC Agence Nationale de Protection Civile
Agence Nationale de promotion des Patrimoines et de développement du
ANPT
Tourisme
APB Ambassade des Pays Bas
ARCH Assurance pour le Renforcement du Capital Humain
ASECNA Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar
AT Assistance Technique
BAD Banque Africaine de Développement
BID Banque Islamique de Développement
BM Banque Mondiale
BSC Bassin Sédimentaire Côtier
CARDER Centre Agricole Régional pour le Développement Rural
CBO Comité du Bassin de l’Ouémé
CCIB Chambre du Commerce et d'Industries du Bénin
CEDA Centre pour l'Environnement et le Développement en Afrique
CENATEL Centre National de Télédétection et du suivi écologique
CIDR Centre International de Développement et de Recherche
CIMBENIN Cimenteries du Bénin
CNHU Centre National hospitalier et Universitaire Hubert Koutoukou Maga
CREDEVA Coalition pour le Recherche et le Développement Vert en Afrique
D2B Develop2Build
DAL Défécation à l’Air Libre
DBO Demande Biologique en Oxygène
DCO Demande Chimique en Oxygène
DGEau Direction Générale de l'Eau
DPA Direction de la Production Animale
DSM Déchets Solides Biomédicaux
EcoSan Ecological Sanitation
EES Evaluation Environnementale et Sociale
ETP Evapotranspiration Potentielle
FFOM Forces, Faiblesses, Opportunités et Menaces
FMI Fonds Monétaire International

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 11


GESAMP Group of Experts on Scientific Aspects of Marine Pollution
GIRE Gestion Intégrée des Ressources en Eau
GiZ Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit
HOMEL Hôpital de la Mère et l'Enfant
IDH Indice de Développement Humain
IGN Institut Géographique du bénin
IHE Integrating the Healthcare Enterprise
IMARES Institute for Marine Resources & Ecosystem Studies
INE Institut National de l'Eau
INSAE Institut National de la Statistique et de l'Analyse Economique
IRD Institut de Recherche pour le Développement
IRHOB Institut de Recherches Halieutiques et Océanologiques du Bénin
KfW Kreditanstalt für Wiederaufbau
LIFAD Laboratoire d’Ingénierie de Formation et d’Assistance en Développement Local
MAEC Ministère des Affaires Etrangères
MAEP Ministère de l'Agriculture, de l'Elevage et de la Pêche
MCA Millenium Challenge Account
MCVDD Ministère du Cadre de Vie et du Développement Durable
MDGL Ministère de la Décentralisation et de la Gouvernance Locale
Ministère de l’Economie, des Finances et des Programmes de
MEFPD Dénationalisation
MEHU Ministère de L'Environnement de l'Habitat et de l'Urbanisme
MICA Ministère de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat
MISP Ministère de l'Intérieur et de la Sécurité Publique
MIT Ministère des Infrastructures et des Transports
MNT Modèle Numérique du Terrain
MPD Ministère du Plan et du Développement
MS Ministère de la Santé
MW Méga Watt
NOCIBE Nouvelle Cimenterie du Bénin
NOEVA Nouvelle approche en Eau pour les Villes Africaines
NVW-GIRE Nouvelle Vallée du pays Wémé pour une GIRE opérationnelle
O2 Dioxygène
ODA OmiDelta
ODD Objectifs du Développement Durable
OMS Organisation Mondiale de la Santé
ONG Organisation Non Gouvernementale
ONU Organisation des Nations Unies
PAG Programme d’Actions du Gouvernement
PAIAVO Projet d'Appui aux Infrastructures Agricoles dans la Vallée de l'Ouémé
PANGIRE Plan d'Action National de la Gestion Intégrée des Ressources en Eau
PAZH Programme d’Aménagement des Zones Humides du Sud-Bénin
PDA Plan de Développement Agricole
PDC Plan de Développement Communal
PEA Poste d’Eau Autonome
PIB Produit Intérieur Brut
PIMS Plan d’Investissement Multisectoriel
PMH Pompe à Motricité Humaine

Page 12 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux


PND Plan National de Développement
PNE Partenariat National de l'Eau
PNUD Programme des Nations Unies pour le Développement
PROVAC Projet de Vulgarisation de l’Aquaculture Continentale en République du Bénin
PSE Paiement pour Services Ecosystémiques
PSL Eau Projet d'Appui à la Synergie Locale pour l'Eau
PUGEMU Projet d'Urgence de Gestion Environnementale en Milieu Urbain
RGPH Recensement Général de la Population et de l’Habitation
RNA Recensement National Agricole
RVO Rijksdienst Voor Ondernemend Nederland
SAGE Schéma d’Aménagement et de Gestion de l’Eau
SAP Système d'Alerte Précoce
SBB Société de Brasserie et de Boissons
SCB Société des Ciments du Bénin
SDAGE Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion de l’Eau
SIBEAU Société Industrielle d'Equipement et d'Assainissement Urbain
SNIEAU Système National d'Information sur l'Eau
SNV Organisation Néerlandaise de Développement
SOBEBRA Société Béninoise des Brasseries
SOBEPEC Société Béninoise des Peintures et Colorants
SOBETEX Société Béninoise des Textiles
SONEB Société Nationale des Eaux du Bénin
SONICOG Société Nationale pour l'Industrie des Corps Gras
SS Salinité de surface
STBV Station de Traitement des Boues de Vidange
STEP Station d’Epuration des eaux usées
UAC Université d’Abomey-Calavi
UE Union Européenne
UICN Union Internationale pour la Conservation de la Nature
UNESCO Organisation des Nations Unies pour l'Education, la Science et la Culture
Agence pour la coopération internationale de l’Association des Communes
VNG International
Néerlandaises
WACA West African Coastal Areas
OMC Organisation Mondiale du Commerce
ZFI Zone Franche Industrielle
ZICO Zone d’Importance pour la Conservation des Oiseaux

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 13


RESUME

Le présent rapport fait la synthèse de l'état des lieux et des évolutions tendancielles du delta de
l'Ouémé et de sa zone côtière. Il est le résultat de la première étape du processus de Planification
Delta. Les étapes suivantes seront consacrées, entre septembre 2019 et décembre 2020, au
Diagnostic approfondi du delta, à l’expression d’une Vision, à l’étude de Scénarios de développement
du delta et enfin au Plan d’aménagement et de gestion du delta à l’horizon 2030.

La planification du delta de l’Ouémé est réalisée dans le cadre de la composante Gestion Intégrée des
Ressources en Eau du Programme OmiDelta 2017-2021 financé par la République du Bénin avec
l’appui du Royaume des Pays-Bas. L’étude Plan Delta est élaborée par l’Institut National de l’Eau
tandis que les concertations qui accompagnent la planification, sont organisées par la Direction
Générale de l’Eau. Le Plan Delta comprend une Evaluation Environnementale Stratégique qui lui est
intrinsèquement liée. La Planification delta s’accompagne de l’identification et de la mise en œuvre
d’études et de mesures prioritaires visant à améliorer les connaissances sur les ressources en eau du
delta et à appliquer concrètement la GIRE sur le terrain pour lui donner une meilleure visibilité.

Le delta de l’Ouémé

Le delta de l’Ouémé est défini comme la zone inondable de la basse vallée de l’Ouémé s’étendant de
Zagnanado jusqu’à la côte sur une superficie de 2520 km2, soit 2,2% du Bénin incluant la vallée de
l’Ouémé et de la rivière Sô, le lac Nokoué, la lagune de Porto Novo, le chenal de Cotonou et la zone
côtière. Le bassin hydrographique de l’Ouémé, dans son ensemble, y inclus le delta, couvre
50.000 km2 environ, soit 44% du Bénin. Le bassin de l’Ouémé constitue le principal « château d’eau »
du Bénin ; il constitue un axe géographique structurant dont la base, le delta, regorge de
potentialités.

Administrativement, le delta de l’Ouémé comprend, en tout ou en partie, 18 communes dont les 5


communes urbaines du Grand Nokoué (Abomey-Calavi, Cotonou, Ouidah, Porto-Novo, Sème-Kpodji).
La population des 18 communes du delta totalisait un peu plus de 3 millions d’habitants en 2013
(RGPH4) soit 31% de la population du Bénin, dont 35% dans les 13 communes rurales du delta et 65%
dans les 5 communes urbaines du Grand Nokoué. Selon les projections, la population du delta
atteindrait 4,7 millions en 2030 et 7 millions en 2050 soit environ le double de la population actuelle.
A cette échéance, une grande partie des communes du delta sera urbanisée.

Le climat

Le delta de l’Ouémé appartient à la zone climatique équato-guinéenne caractérisée par un régime


pluviométrique bimodal. La moyenne pluviométrique annuelle est de l’ordre de 1300 mm avec des
valeurs pouvant dépasser 2000 mm en année exceptionnelle. Une baisse de la pluviométrie d’environ
10% sur les 60 dernières années est observée sur l’ensemble du bassin de l’Ouémé sauf dans la zone
du delta qui connait une hausse d’environ 7%. Ces variations se conjuguent avec une augmentation
de la fréquence des précipitations extrêmes liée au changement climatique. Celui-ci se manifeste
également par une augmentation de la température moyenne annuelle de 1°C au cours des 60
dernières années dans le delta. Les pluies de la grande saison des pluies provoquent des inondations
pluviales fréquentes dans les zones basses du delta.

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 15


Les eaux de surface

L’hydrographie du delta comprend pour l’essentiel :


(i) Le fleuve Ouémé dont la basse vallée a une très faible pente (5 m sur 85 km) favorisant,
en période de crue, la dispersion des eaux dans de nombreux bras ;
(ii) La rivière Sô alimentée par des débordements de l’Ouémé et de la rivière Zou ainsi que
par des résurgences d’eau souterraine ;
(iii) le lac Nokoué (150 km2) qui reçoit, au nord, les eaux de l’Ouémé et de la Sô et à l’ouest
celles de la rivière Djonou, et se déverse au sud dans le Golfe du Bénin par le chenal de
Cotonou de 4,5 km de long ;
(iv) La lagune de Porto Novo (35 km2) qui communique avec le lac Nokoué par le canal Totchè
et se prolonge à l’est au Nigéria.

Le débit moyen annuel de l’Ouémé à Bonou est de l’ordre de 170 m3/s (5,4 milliards de m3/ an) soit
environ 42% du volume total d’eau de surface du Bénin dont la plus grande partie se jette dans
l’océan. Le débit de l’Ouémé reste faible voire nul de janvier à mai, il augmente ensuite
progressivement en fonction des apports du bassin versant, pour atteindre des valeurs journalières
de l’ordre de 700 m3/s à Bonou en septembre. Lorsque la cote à l’échelle limnimétrique de Bonou
dépasse 800 cm surviennent des inondations (fluviales) qui peuvent s’avérer catastrophiques comme
en 2010.

En terme de qualité, les eaux de surface du delta sont fortement polluées (pollutions physico-
chimiques et bactériologiques). Le niveau de charge organique, lié aux activités agricoles et au
déversement des déchets solides et liquides, dépasse le seuil admissible ; des taux élevés de métaux
lourds (plomb et cadmium) sont également relevés. L’eau du lac Nokoué est généralement « douce »
en saison de crue (ce qui favorise la prolifération des jacinthes d’eau) mais devient saumâtre en
saison sèche (ce qui tue les jacinthes d’eau) lorsque l’influence des marées, à travers le chenal de
Cotonou, devient prépondérante.

Les activités anthropiques (déboisement, acadjas, déchets, déversement des eaux usées chargées de
matières en suspension…) et autres phénomènes (sédimentation, décomposition des jacinthes
d’eau…) ont favorisé le comblement progressif du lac Nokoué (2,2 cm/an au cours des 40 dernières
années) et de la lagune de Porto Novo. Il n’existe pas à l’heure actuelle d’estimation quantitative et
qualitative de la charge sédimentaire issue du chenal et contribuant au transit sédimentaire littoral.

Les eaux souterraines

Le delta de l’Ouémé appartient au Bassin Sédimentaire Côtier (BSC) comprenant des alternances de
niveaux plus ou moins sableux ou argileux et de graviers, galets ou grès d’âge crétacé à quaternaire.
Le BSC couvre 10% de la superficie du Bénin mais ses ressources en eau souterraine, estimées à 600
millions de m3, représentent le 1/3 des ressources en eau souterraine du pays.

Les niveaux aquifères du BSC, surtout du Continental Terminal (mio-pliocène), sont exploités pour
l’AEP en milieu rural, semi-urbain et urbain. Pour ce dernier, la SONEB exploite trois champs de
captage : à l’ouest, ceux de Godomey (76% de la production) et Ouèdo (7%) ; à l’est, celui de Ouando
(12%). Les eaux du CT sont généralement peu minéralisées mise à part la contamination de ses
niveaux supérieurs par des intrusions d’eau salée qui ont contraint à arrêter l’exploitation de
quelques forages à Godomey. La nappe superficielle, qui peut avoir des teneurs en nitrates élevées et
une qualité bactériologique douteuse, est généralement impropre à la consommation mais reste
utilisée par la population avec des risques élevés pour la santé (choléra).

Page 16 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux


La zone côtière

La côte du Bénin est soumise à des vagues régulières qui engendrent un fort transport de sédiments
sableux d’ouest en est, parallèlement à la côte. Des interruptions du transport des sédiments dans les
fleuves (barrages d’Akosombo au Ghana et de Nangbéto au Togo, extraction excessive de sable fluvial)
ou le long de la côte (ports de Lomé et de Cotonou) perturbent le transport des sédiments avec pour
résultat un engraissement de la côte à l’ouest des ouvrages et son érosion à l’est. La côte peut
également subir les conséquences d’évènements climatiques extrêmes (tempêtes) et de la hausse
générale du niveau des océans causée par le réchauffement climatique.

Les écosystèmes du delta

Le delta de l’Ouémé (site RAMSAR 1018) est d’une grande richesse écologique (flore, faune aviaire,
terrestre et aquatique) et assure quantité de services écosystémiques (agriculture, pêche, élevage,
transport, valeur culturelle, récréation, tourisme, matériaux de construction, ressources
médicinales…). Cet ensemble écologique, qui constitue un patrimoine unique, est menacé par la très
forte pression des activités anthropiques dans le delta (destruction des forêts et des mangroves,
destruction des habitats fauniques, prolifération des acadjas, engins de pêche prohibés, rejets des
déchets solides et des eaux usées, pollutions chimiques, extraction non contrôlée de sable…).

Les facteurs de développement

Au plan économique et social, le Bénin a bénéficié ces dernières années d’une croissance assez
régulière de son PIB (5,6% en 2017) mais celui-ci reste faible (environ 10 milliards USD). L’Indice de
Développement Humain a aussi connu une croissance régulière jusqu’en 2010 mais a stagné par la
suite. Quant à l’incidence de pauvreté monétaire, elle est élevée (40% en 2015) et tend à augmenter.
En définitive, bien que les indicateurs sociaux se soient améliorés, le Bénin présente une
marginalisation sociale qui est quantitativement et qualitativement extensive et structurellement
enracinée. Presque tous les indicateurs pertinents, tels que le revenu, le genre et l’éducation,
indiquent de graves inégalités.

Le Bénin doit en outre faire face à un déficit de sa production alimentaire qui le met en position
d’insécurité alimentaire chronique ; ce déficit est compensé par des importations (plus de 1,5
milliards USD en 2014) alors même que le potentiel agricole du Bénin apparaît très riche.

Concernant l’approvisionnement en eau potable dans le delta, qui repose sur l’exploitation des eaux
souterraines, le taux d’accès moyen est de 41% avec d’importantes disparités en milieu urbain et
rural qui concourent à l’utilisation d’eaux souterraines superficielles ou de surface non potables.

L’assainissement des eaux usées, excréta, déchets solides, déchets industriels, déchets hospitaliers…
reste embryonnaire tandis que l’assainissement pluvial, malgré d’importants travaux réalisés ces
dernières années, est encore loin de répondre aux besoins. Ces mauvaises conditions sanitaires ont
un impact sur la santé des populations mais aussi sur la qualité des eaux de surface et des eaux
souterraines superficielles.

En matière d’énergie, le Bénin dépend encore, pour moitié de ses besoins, de la biomasse (bois de
chauffe et charbon de bois) avec les conséquences sur la réduction des forêts, et, pour l’autre moitié,
des produits pétroliers importés. L’électricité est produite par quelques centrales thermiques mais est
importée pour l’essentiel, alors que le Bénin dispose d’un potentiel hydroélectrique, notamment dans
le bassin de l’Ouémé, qui n’est pas valorisé.

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 17


Les vecteurs de croissance

La plupart des activités menées dans le delta de l’Ouémé ont un lien direct ou indirect avec l’eau :

 L’agriculture est la première activité du delta. Le delta de l’Ouémé dispose d’environ


338.500 ha de superficies cultivables dont 10% seulement sont exploités sur les plateaux,
dans les bas-fonds et dans les plaines inondables. Les cultures pratiquées comprennent les
racines et tubercules, les cultures maraîchères, les fruits…

 Le delta n’est pas une zone à fort développement de l’élevage. Cependant, en raison de sa
richesse en fourrage et ressources hydriques, il est très fréquenté, de novembre à mars-avril,
par les troupeaux du système pastoral transhumant venus du nord du pays ou de l’étranger.
Leur venue n’est pas sans créer des conflits récurrents avec les agriculteurs, et parfois les
pêcheurs, en lien avec les couloirs de passage et l’accès au fourrage et à l’eau malgré
l’aménagement de près de 70 points d’eau dans les communes du delta pour l’abreuvement
du bétail (mares aménagées, puits pastoraux, captage de sources).

 Au niveau de la production halieutique, le delta dispose d’importantes potentialités. La pêche


et la pisciculture constituent une activité économique majeure dans la plupart des communes
bordant le delta. Environ 25.000 pêcheurs ont été recensés sur le lac de Nokoué par le service
des impôts en 2016. A ceux-ci s’ajoutent les populations concernées par les activités connexes
de mareyage souvent pratiquées par les femmes et de commercialisation. Les systèmes de
production sont variés mais restent traditionnels : (i) Pêche artisanale, avec des engins et
techniques de pêche (filets fixes ou lancés, filets de barrage ou trainants…) dont bon nombre
sont prohibés ; (ii) Pisciculture, en grande partie traditionnelle (acadjas, ouèdos, ahlos…) et
qui est de plus en plus pratiquée (1826 pisciculteurs en 2017 contre 874 en 2010) avec un
envahissement des plans d’eau par les acadjas. Le lac Nokoué fournit à lui seul plus de 50% de
la production halieutique nationale mais dans un contexte de surpêche qui engendre la
raréfaction des produits halieutiques. La pêche maritime est en croissance mais reste limitée.

 La plupart des industries manufacturières du pays sont installées dans le delta ; elles sont
appelées à connaitre un essor dans les prochaines années mais leurs besoins en eau et leurs
impacts sur les ressources en eau sont encore peu connus. En lien avec les projets agricoles, il
existe un potentiel de développement d’industries agro-alimentaires.

 L’extraction du sable fluvio-lagunaire s’est développée depuis que le prélèvement de sable de


plage a été interdit en 2008. Des promoteurs de sablières ont ouvert des carrières de sable
dans les plans d’eau et bas-fonds du delta. Cette activité reste cependant mal connue faute de
statistiques. Elle n’est pas sans impact sur les écosystèmes fluvio-lacustres car elle crée des
ruptures dans les couloirs écologiques et affecte l’habitat, les frayères et la nourriture des
poissons et des mammifères aquatiques (lamantin)… sans compter la destruction du couvert
végétal en bordure des plans d’eau et les dégâts faits à la végétation subaquatique.

 Le bassin de l’Ouémé présente un potentiel hydroélectrique estimé à 207 MW. La


construction du barrage multifonction de Dogo-bis est inscrite dans le projet n°27 du PAG
(Développer les énergies renouvelables). Les impacts positifs et négatifs des barrages sur le
delta (impacts environnementaux, impact sur les systèmes agricoles…) devront être évalués.

Page 18 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux


 Le potentiel touristique du delta n’est pas en reste avec des points d’attraction tels que
Ganvié, l’écotourisme et les stations balnéaires.

 Notons enfin le transport qui est étroitement liés à l’eau dans le delta de l’Ouémé qu’il
s’agisse : (i) du transport maritime, avec le port de Cotonou (véritable poumon économique
du delta et du pays) et le projet de nouveau port en eau profonde à Sèmè-Kpodj ; (ii) du
transport fluvio-lacustre, qui concerne les nombreuses populations des zones lacustres et les
centres d’activités (marché de Dantokpa) autour des plans d’eau (47 embarcadères installés) ;
(iii) des voies terrestres, qui sont souvent peu praticables en saison pluvieuse et font l’objet de
projets du PAG indirectement liés à la gestion de l’eau (Asphaltage et Contournement nord de
Cotonou).

Le cadre de gestion de l’eau

La gestion de l’eau est encadrée au Bénin par :


 des dispositions institutionnelles – administration centrale, cadre national de concertation
(CNE), cadre de coordination (CIE), structures de gestion et organes de concertation des
ensembles hydrographiques nationaux, autorités des bassins transfrontaliers…
 des textes juridiques et réglementaires – la loi portant gestion de l’eau et ses textes
d’application ;
 des documents de planification – PANGIRE, SDAGE, SAGE, Plan Delta…
 des outils techniques – réseaux de surveillance, laboratoire, bases de données…
 des centres d’études et de recherches – INE, IRHOB, CENATEL…

Ce dispositif doit concourir à une gestion intégrée des ressources en eau du pays, et en particulier du
delta de l’Ouémé.

Les projets et parties prenantes ayant un lien avec le delta de l’Ouémé

De nombreux projets sont présentement initiés dans le delta : (i) Projets phares du Programme
d’actions du Gouvernement (sur les 45 projets phares, 17 ont un lien direct ou indirect avec les
ressources en eau du delta de l’Ouémé) ; (ii) les Plans de développement communal (PDC) dont
nombre d’actions sont liées à l’eau ; (iii) Divers projets mis en œuvre par le MAEP, le MCVDD, le MIT,
des ONG… ; (iv) Les quatre projets OmiDelta-GIRE mis en œuvre par des acteurs non étatiques dans le
delta de l’Ouémé. Tous ces projets sont une opportunité pour donner une meilleure visibilité à la
gestion intégrée des ressources en eau à laquelle ils sont tous plus ou moins liés.

C’est dans ce contexte que s’inscrivent les concertations entre les parties prenantes du delta de
l’Ouémé, tant au niveau des acteurs à la base (groupements socio-professionnels, société civile,
autorités traditionnelles et religieuses…) que des acteurs étatiques (départements ministériels,
grands projets, mairies…) et des partenaires techniques et financiers afin de créer une vision
commune et les synergies nécessaires en matière de gestion concertée des ressources en eau du
delta.

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 19


Les problématiques et défis pour la gestion des eaux du delta de l’Ouémé

Au terme de l’état des lieux,


 Les problèmes fondamentaux du delta de l’Ouémé en lien avec l’eau sont identifiés. Ils
comprennent : (i) la pression accrue sur les ressources en eau et les terres ; (ii) les
perturbations de la salinité des eaux de surface du delta ; (iii) la salinisation des eaux
souterraines les rendant impropres à la consommation ; (iv) la pollution croissante des eaux ;
(v) l’épuisement des ressources halieutiques ; (vi) les conflits d’usages de l’eau ; (vii) les aires
de conservation et les zones humides menacées ; (viii) l’érosion côtière accrue ; (ix) les
inondations pluviales et fluviales accrues.
 Une analyse diagnostique préliminaire permet de mettre en évidence : A) Les avantages
comparatifs du delta (ses forces) : (i) potentiels agricoles et aquacoles considérables ; (ii)
écosystèmes riches à haut potentiel pour l’écotourisme ; (iii) abondance des ressources
humaines ; (iv) abondance de sable pour les besoins en matériaux de construction ; (v) accès
à la mer, porte commerciale ouverte au monde ; B) Les opportunités, principalement le
grand nombre de projets initiés dans le delta ; C) Les faiblesses liées au faible niveau de
gestion de l’eau (connaissance, suivi, planification, application de la règlementation…), à la
répartition inégale des ressources en eau dans le temps et dans l’espace (en l’absence
d’ouvrages de régulation) et au faible niveau de développement économique du Bénin
(dépendance alimentaire et énergétique) ; D) Les menaces résultant de la forte croissance de
la population et de l’urbanisation avec, comme corollaire, l’augmentation des pollutions, et
du changement climatique.
 Le défi majeur pour le delta, qui ressort de l’analyse diagnostique, est exprimé comme suit :
Comment utiliser les eaux et les terres du delta de façon rationnelle tout en préservant ses
écosystèmes en vue d’un développement socio-économique sûr et durable ? Il s’agit de
répondre à la question cruciale pour le Bénin de la satisfaction de ses besoins en Eau,
Alimentation et Energie. A ces trois niveaux, le delta de l’Ouémé, s’il est bien géré, peut être
un « moteur » pour le développement du Bénin à travers l’agriculture et l’agro-industrie, les
services et le tourisme comme exprimé dans le Plan National de Développement 2025 et
comme concrétisé dans le PAG. Dans ce contexte, la GIRE peut apporter une plus-value
significative au PAG.
 Les orientations qui précèdent conduisent à identifier trois piliers pour la suite du processus
de Planification Delta dans le cadre de la composante GIRE du programme OmiDelta, à
savoir :
o AXE 1 – Amélioration des connaissances sur l’eau (réseaux de suivi, bases de
données, Système d’Alerte Précoce, Modélisation…) ;
o AXE 2 – Planification Delta (suite de l’étude Plan Delta, EES, concertations…) ;
o AXE 3 – Application de l’approche GIRE dans les projets et programmes en cours
(PAG, PDC, MCVDD, MIT, RVO/D2B, ODA-ANE…).

Page 20 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux


1 INTRODUCTION

Le présent rapport décrit l'état des lieux et les évolutions tendancielles du Delta de l'Ouémé et de sa
zone côtière en République du Bénin. Il constitue le résultat de la première étape de la Planification
Delta.

L’objectif de ce rapport est de présenter aux parties prenantes l'information disponible sur la
situation actuelle du delta de l’Ouémé afin de faciliter les concertations nécessaires au processus de
planification pour une Gestion Intégrée des Ressources en Eau (GIRE) du delta.

Ce rapport est le fruit d’un travail initié en juin 2018 par une équipe d’experts mise en place par
l’Institut National de l’Eau (INE) avec l’appui de l’Assistance Technique (AT) chargée de la composante
GIRE du Programme OmiDelta (ODA).

Les experts de l’INE ont rédigé dix rapports thématiques présentant l’état des lieux et l’évolution
tendancielle du delta de l'Ouémé et de la zone côtière adjacente sur chacun des thèmes suivants :
1. Socio-économie,
2. Urbanisme,
3. Aménagement rural,
4. Gouvernance et cadre institutionnel,
5. Cadre physique de la GIRE,
6. Usage des eaux,
7. Zone côtière,
8. Système d’Information Géographique,
9. Modélisation de l’eau,
10. Ecosystèmes naturels.

Le rapport synthèse a été élaboré sur la base des informations contenues dans les rapports
thématiques. Il n’est pas un résumé des rapports thématiques mais un rapport dont la structure suit
une logique telle qu’expliquée ci-dessous :
 Le Chapitre 1 correspond à la présente introduction ;
 Le Chapitre 2 présente le contexte de l’étude Plan Delta ;
 Le Chapitre 3 décrit l’environnement naturel du delta comprenant le climat, les ressources
en eaux de surface et souterraines, les dynamiques côtières et l’écologie ;
 Le Chapitre 0 décrit les facteurs fondamentaux de développement du delta, à savoir la
démographie, l’occupation des terres, le développement économique et social, les aspects
de santé publique et d’éducation, les besoins alimentaires, l’approvisionnement en eau
potable et l’assainissement, les besoins énergétiques et les voies de communication;
 Le Chapitre 5 est consacré aux vecteurs de croissance du delta en lien avec les ressources en
eau, en l’occurrence, l’agriculture, l’élevage, la pêche, l’industrie et l’artisanat, l’exploitation
du sable fluvio-lagunaire, le tourisme, le transport fluvio-lagunaire, les activités portuaires et
l’hydroélectricité ;
 Le Chapitre 6 porte sur le cadre politique, légal, institutionnel et technique en lien avec la
gestion de l’eau ;

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 21


 Le Chapitre 7 décrit les projets et les parties prenantes ayant un lien avec la Planification
Delta ;
 Le Chapitre 8 identifie, sur la base de l’analyse des chapitres précédents, les problématiques
et défis liés aux ressources en eau et à leur valorisation ;
 Le Chapitre 9 porte sur les conclusions.
 Le Chapitre 10 présente la liste des références bibliographiques utilisées dans la préparation
de ce rapport.

La majorité des cartes du rapport a été regroupée dans l’Annexe 1.

Page 22 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux


2 LE CONTEXTE DE L’ETUDE PLAN DELTA

Ce chapitre rappelle le contexte dans lequel est réalisée la présente étude par rapport au programme
OmiDelta, aux étapes du processus de Planification Delta et à l’exigence règlementaire de réalisation
d’une Evaluation Environnementale et Sociale (EES). Il présente aussi les principaux acteurs de sa
mise en œuvre et son cadrage géographique (zone d’étude) et temporel.

2.1 La Planification Delta : une des actions du programme OmiDelta

La composante GIRE (Gestion Intégrée des Ressource en Eau) du programme OmiDelta (2017-2021)
entend « appuyer le Gouvernement dans des actions ayant pour but de réduire les menaces des eaux
continentales et océaniques affectant le delta de l’Ouémé et la zone côtière et, ce faisant, contribuer à
l’amélioration des conditions de vie des populations et à l’essor économique de la zone métropolitaine
et de sa périphérie ». La GIRE a ainsi pour principal objectif d'utiliser les ressources en eau disponibles
de façon optimale, au niveau des différentes fonctions, au profit de la société et des écosystèmes.

La composante GIRE d’OmiDelta prévoit la mise en œuvre concrète de la GIRE dans le delta de
l’Ouémé et la zone côtière adjacente à travers trois actions fondamentales : la Planification Delta,
l’application de la règlementation en matière d’eau dans le delta et le renforcement des systèmes de
surveillance des ressources en eau du delta.

La Planification Delta ne comprend pas seulement un volet technique mais aussi et surtout des
concertations entre les parties prenantes en vue d’une utilisation optimale et durable des ressources
en eau dans le cadre du développement humain du Bénin. Elle comprend également des actions de
communication/sensibilisation ainsi qu’un appui à la mise en œuvre de projets prioritaires apportant
des résultats concrets aux niveaux social, économique et environnemental.

2.2 Un processus par étape

L'élaboration d'un Plan Delta est un processus interactif et itératif en cinq étapes majeures telles que
décrites ci-dessous et illustrées schématiquement dans la Figure 2-1 :
1. Situation actuelle. Cette étape consiste à décrire l’état des lieux et les évolutions
tendancielles. Le présent rapport de synthèse est le résultat de cette étape.
2. Diagnostic. Au cours de cette étape, une analyse diagnostique des Forces, Faiblesses,
Opportunités et Menaces (FFOM, ou SWOT en anglais) de la situation actuelle est
effectuée.
3. Scénario. Cette étape consiste en la formulation de plusieurs futurs possibles (scénarios),
basés soit sur un développement tendanciel (statu quo ou "business as usual" en anglais),
soit sur un développement influencé positivement (adaptatif).
4. Vision. Il s’agit dans cette étape de formuler la vision pour le développement du delta
(l’objectif à atteindre) et choisir le scénario préféré (la voie à suivre).
5. Solutions et mesures possibles. Au cours de cette dernière étape les mesures requises
pour aller dans la bonne direction seront détaillées et compilées dans un plan
d’aménagement et de gestion du delta.

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 23


Figure 2-1 Le processus de planification Delta

Le Plan Delta correspond à un Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) découlant du
Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) de l’Ouémé, actuellement en
place.

2.3 Un processus similaire à celui de l’Evaluation Environnementale


Stratégique

Une Evaluation Environnementale Stratégique (EES) a pour objectif d’intégrer les considérations
environnementales et sociales d’une politique, d’une stratégie, d’un plan ou d’un programme lors de
leur élaboration, approbation et actualisation.

Le décret n° 2017-332 du 06 juillet 2017 portant organisation des procédures de l’évaluation


environnementale en République du Bénin fixe le cadre, les procédures et le contenu relatifs à une
Evaluation Environnementale Stratégique (EES). Le décret fait référence pour son application au
Guide Méthodologique pour une Evaluation Environnementale Stratégique1.

La Planification Delta et la GIRE en général comprennent par définition l'intégration des aspects
environnementaux et sociaux dans le processus d’analyse des problèmes et propositions de solutions.
En définitive, si l'approche GIRE est appliquée strictement dans la Planification Delta, l’EES est de fait
intégrée dans le Plan lui-même et aucun exercice distinct n'est nécessaire. Le Guide mentionne
d’ailleurs à ce sujet : « l'Evaluation Environnementale Stratégique n'est pas une analyse des impacts
environnementaux d'une politique, d'un plan ou d'un programme, mais plutôt une démarche dont le
produit est une Politique, un Plan ou un Programme qui prend en compte les incidences
environnementales sur le développement ».

Les caractéristiques et étapes de la Planification Delta, telles que décrites ci-dessus (Figure 2-1) sont
similaires à celles d’une EES, telles que décrites dans le Guide Méthodologique. Le Tableau 2-1 ci-
dessous présente la correspondance entre les deux processus.

1
http://api.commissiemer.nl/docs/mer/diversen/os_guide-evaluation-ees-benin.pdf

Page 24 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux


Tableau 2-1 Comparaison des processus de Planification Delta et d’EES
Planification Delta EES
1 Etat des lieux, évolution tendancielle Identification de la problématique
2 Analyse diagnostique et FFOM (SWOT) Diagnostic stratégique
3 Définition de scénarios Construction de scénarios
4 Formulation de la vision Définition de la vision
5 Plan (schéma) d’aménagement et de gestion Définition et formulation des stratégies

L'approche EES étant déjà contenue dans l'approche GIRE, il n'est pas nécessaire de réaliser une EES
séparée. Néanmoins, toutes les informations nécessaires pour faire une EES doivent être disponibles.
Le travail de l'EES est géré au sein de l’INE par un groupe de travail transversal, mais les informations
et l’évaluation des impacts seront établies par les groupes thématiques en charge de l’étude Plan
Delta. Ainsi, les experts de l’équipe de projet contribueront chacun à l’EES-Plan Delta dans leur
domaine de spécialisation respective. A chaque étape de l’étude, l’approche EES fournira une
évaluation transversale de l'approche intégrée de la gestion de l'eau. C’est pour cette raison que
l’étude est aussi appelée « Etude Plan Delta / EES ».

2.4 Une mise en œuvre basée sur une collaboration étroite entre la DGEau et
l'INE

Comme le montre la Figure 2-2, la Planification Delta repose sur une collaboration étroite entre la
DGEau et l'INE.

Il revient à la DGEau d’amener les


parties prenantes (voir section 7.2)
à bien comprendre la GIRE et de
susciter un engagement de leur
part en faveur de la GIRE. Ce
mandat de la DGEau sera par la
suite transféré à l’Agence qui sera
mise en place pour
opérationnaliser la GIRE dans le
bassin de l’Ouémé.
Figure 2-2 Cadre de mise en œuvre de la Planification Delta

L’INE est le partenaire scientifique de la Planification Delta non seulement pour développer le Plan
Delta, mais aussi pour l'ancrer dans son système éducatif et de recherche afin de garantir une plus
grande diffusion et durabilité de la Planification Delta.

L’Assistance Technique GIRE d’OmiDelta appuie la DGEau et l’INE dans ces processus et renforce leurs
capacités en matière de planification deltaïque.

En bref, dans le cadre du processus de Planification Delta, la DGEau implique les parties prenantes
(concertation et communication) tandis que l'INE fournit des informations fiables et intègre
l'information en provenance des parties prenantes.

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 25


2.5 Un périmètre géographique prenant en compte les problématiques
traitées

Le périmètre géographique de l’étude est approché à deux niveaux - hydrographique et administratif.


Ces deux niveaux sont visibles sur la plupart des cartes présentées en Annexe 1 de ce rapport.

2.5.1 La délimitation hydrographique

Le delta de l’Ouémé est défini comme la zone inondable de la Basse Vallée de l’Ouémé. Il s’agit d'une
région avec des caractéristiques deltaïques autour du fleuve Ouémé, de la rivière Sô, du lac Nokoué,
du chenal de Cotonou et de la lagune de Porto-Novo. Le delta couvre 2520 km2 environ, soit 2,2% du
Bénin. La Carte 1 permet de visualiser le delta à partir de la localisation des cours d’eau et plans d’eau
mentionnés ci-dessus et des zones de faible élévation.

La Basse Vallée de l’Ouémé qui s’étend vers le sud à partir de Zagnanado, comprend la vallée
proprement dite de l’Ouémé et de la rivière Sô ainsi que les plateaux d’Allada et de Sakété qui la
bordent respectivement à l’ouest et à l’est. Ces plateaux sont drainés par de courtes vallées
notamment les « Cinq-doigts » à l’ouest et les « Trois-doigts » à l’est qui se déversent dans les lagunes
côtières.

Bien que l’étude se concentre sur le delta et la zone côtière adjacente, l’ensemble du bassin de
l’Ouémé est considéré comme faisant partie du périmètre de l’étude lorsqu’il s’agit d’évaluer les
apports qui rejoignent le delta. Le bassin versant de l’Ouémé et son delta sont représentés sur la
Carte 3 (a et b).

Comme le montre la carte, on notera que le bassin de l’Ouémé inclut en territoire béninois une
petite portion du sous-bassin de la Yewa qui se jette en territoire nigérian dans la lagune côtière
prolongeant vers l’est celle de Porto Novo. Historiquement, avant l’ouverture de chenal de Cotonou,
cette lagune côtière constituait l’exutoire naturel du fleuve Ouémé.

Une description plus détaillée du système hydrographique du delta est fournie dans la Section 3.2.

2.5.2 La délimitation administrative

Sur la base de la délimitation hydrographique présentée ci-dessus, 18 communes ont été identifiées
comme étant comprises en totalité ou en partie dans l’emprise du delta de l’Ouémé et de la zone
côtière (Tableau 2-2 et Carte 2). De ces communes, 13 sont totalement ou largement (>40% de la
superficie) dans le delta alors que les 5 autres n’en touchent qu’une petite partie (<15%).

Tableau 2-2 Communes comprises dans le delta de l’Ouémé et la zone côtière


# Commune Estimation % Sup Département Territoire Localisation/Sous-Bassin
dans le delta
Communes totalement ou largement comprises (>40%) dans le delta de l'Ouémé et la zone côtière
1 Abomey-Calavi 80% Atlantique Urbain Nokoué Ouest
2 Ouidah 40% Atlantique Urbain 5 Doigts (Sud-Ouest)
3 Sô-Ava 100% Atlantique Lacustre Rivière Sô, Nokoué Ouest
4 Zè 50% Atlantique Rural Ouémé (rive droite)
5 Cotonou 100% Littoral Urbain Nokoué Sud-Ouest (Côte)

Page 26 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux


# Commune Estimation % Sup Département Territoire Localisation/Sous-Bassin
dans le delta
6 Adjohoun 50% Ouémé Rural Ouémé
7 Aguégués 100% Ouémé Lacustre Ouémé, Nokoué Est
8 Bonou 50% Ouémé Rural Ouémé (rive gauche)
9 Dangbo 60% Ouémé Rural Ouémé
10 Porto-Novo 100% Ouémé Urbain Lagune de Porto Novo
11 Sèmè-Kpodji 100% Ouémé Urbain Nokoué Sud-Est (Côte)
12 Ouinhi 50% Zou Rural Ouémé amont (rive gauche)
13 Zagnanado 50% Zou Rural Ouémé amont (rive droite)
Communes partiellement comprises (<15%) dans le delta et la zone côtière
14 Toffo 5% Atlantique Rural Plateau Ouest
15 Adjarra 5% Ouémé Rural Plateau Est
16 Akpro-Misserete 10% Ouémé Rural Ouémé (rive gauche)
17 Zogbodomey 15% Zou Rural Zou (rive droite)
18 Cove 3% Zou Rural Zou (rive gauche)

En plus des communes comprises dans le delta, le périmètre géographique du Plan Delta prend aussi
en compte, dans une certaine mesure, huit communes situées en dehors du delta et de la zone
côtière mais qui appartiennent au bassin versant de la Basse Vallée de l’Ouémé. Les réseaux
hydrographiques de ces communes contribuent à l’alimentation latérale du delta et des lagunes
côtières, notamment au niveau de la vallée des Cinq-Doigts à l’ouest du delta et de la vallée des Trois
Doigts à l’est (Tableau 2-3).

Tableau 2-3 Autres communes de la Basse Vallée de l’Ouémé contribuant à l'alimentation du delta et de la zone côtière
# Commune Estimation % Sup Département Territoire Localisation/S-Bassin
dans le Delta
19 Allada 0% Atlantique Rural Plateau d’Allada
20 Tori Bossito 0% Atlantique Rural Vallée des Cinq-Doigts
21 Avrankou 0% Ouémé Rural
22 Adja-Ouèrè 0% Plateau Rural Plateau de Sakété
23 Pobè 0% Plateau Rural Vallée des Trois-Doigts
24 Sakété 0% Plateau Rural & Versants de l’Ouémé
25 Ifangni 0% Plateau Rural
26 Za-Kpota 0% Zou Rural Vallée du Zou

2.6 Un horizon temporel fixé à 2030

La Planification Delta repose sur une vision à long terme, mais intègre des mesures immédiates
permettant de concrétiser cette vision de manière structurée et efficace.

La planification des mesures concrètes sera établie à l’horizon 2030 qui est celui des Objectifs du
Développement Durable (ODD), retenu également pour l’évaluation de la « Durabilité » du
programme OmiDelta. En outre, l’horizon 2030 englobe ceux d’autres programmes tels que 2021
pour le Programme d’Actions du Gouvernement (PAG) et 2025 pour le Schéma Directeur
d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) de l’Ouémé. Certaines projections, en lien
notamment avec le changement climatique, pourront être effectuées à des horizons plus lointains
(2100…) en fonction des données et modèles disponibles. Ces différents horizons seront pris en
compte dans la Planification Delta. Il ne faut pas perdre de vue que l’ambition du programme est
bien de mettre en place un dispositif de Planification Delta à long terme qui sera actualisé
périodiquement comme préconisé au niveau des SDAGE et SAGE dans le contexte de la GIRE.

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 27


3 UN ENVIRONNEMENT NATUREL FORTEMENT MARQUE PAR L’EAU

Ce chapitre présente les caractéristiques biophysiques générales du delta de l’Ouémé comprenant le


climat, les ressources en eau de surface et souterraine, les dynamiques côtières et l’écologie.

3.1 Le climat

Le delta de l’Ouémé appartient à la zone climatique équatoriale de transition (ou équato-guinéenne)


qui est marquée par deux saisons de pluies distinctes alternant avec deux saisons sèches d’inégales
durées à savoir :
 une grande saison des pluies de mi-mars à mi-juillet ;
 une petite saison sèche de mi-juillet à mi-septembre ;
 une petite saison des pluies de mi-septembre à mi-novembre ;
 une grande saison sèche de mi-novembre à mi-mars.

3.1.1 Les précipitations

La pluviosité du Bénin, et en particulier du delta de l’Ouémé et de sa zone côtière, est illustrée sur la
Carte 4. Elle indique essentiellement que le delta de l’Ouémé a un régime pluviométrique bimodal
sujet à des moyennes pluviométriques annuelles généralement comprises entre 1100 et 1300 mm.

La moyenne annuelle de la
pluviosité à Cotonou calculée sur
une normale climatique de 55 ans
(période de 1960 à 2014) est
d’environ 1350 mm de hauteur de
pluies tombées (Figure 3-1).

Les valeurs les plus élevées ont été


observées en 1968 (2470 mm),
1997 (2203 mm) et 2010 (près de
2000 mm).
Figure 3-1 Pluviométrie interannuelle à Cotonou de 1960 à 2014
(source : ASECNA Cotonou)

Une analyse climatologique des précipitations sur le Bénin au cours des périodes 1951-1980 et 1981-
2010 (Tableau 3-1) montre une tendance déficitaire, sauf au sud du pays.

Tableau 3-1 Analyse climatologique, changement des précipitations annuelles en mm/an [ASECNA]
Cotonou Savè Parakou Bohicon Kandi Natitingou
1951-1980 1345 1143 1176 1263 1085 1361
1981-2010 1441 1069 1147 1131 973 1183
Ecart (%) + 7% -7% -2% -10% -10% -13%

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 29


Bien que les précipitations annuelles aient eu tendance à baisser (sauf au sud), on constate que la
fréquence des précipitations extrêmes a augmenté pour 57% des stations du bassin de l’Ouémé entre
1921 et 2012 [Hounkpè et al., 2016].

Ces changements du régime des précipitations sont généralement attribués aux changements
climatiques. L'élévation du niveau de la mer en est un autre effet, avec des conséquences comme :
l’accentuation de l'érosion côtière (voir section 3.4.2), l’aggravation des inondations (voir section
3.2.2) et la plus forte intrusion saline au niveau du système fluvio-lagunaire (voir section 3.2.4.2).

3.1.2 Les températures

La température de l’air dans la zone du delta de l’Ouémé présente deux grandes tendances : une
période chaude de novembre à mai et une période moins chaude de juin à octobre (Figure 3-2).

Depuis 1960, la température moyenne annuelle a augmenté d’environ 1°C comme le montre de
manière assez significative la Figure 3-3.

33 29
32
31
Température (°C)

30
températures (°C)

29
28 28
27
26
25
24 27
23
Juin
Janvier

Novembre
Avril

Octobre
Mai

Décembre
Mars

Septembre
Juillet
Février

Août

26
1976
1960
1964
1968
1972

1980
1984
1988
1992
1996
2000
2004
2008
2012
2016
Tmin Tmoy Tmax

Figure 3-2 Evolution des températures moyennes Figure 3-3 Evolution des températures moyennes
mensuelles de l’air à Cotonou (de 1960 à annuelles de l’air à Cotonou (de 1960 à 2016)
2016)

3.1.3 Les vents

Dans le delta de l’Ouémé, deux types de vents dominants se succèdent au cours de l’année :
 l’alizé maritime d’avril à novembre (vitesse moyenne de 2 à 3 m/s et vitesse maximale entre
23 m/s et 30 m/s ;
 l’harmattan, un vent soufflant du nord-est de décembre à janvier et qui accentue les
conditions d’aridité de la saison sèche (vitesse moyenne ne dépassant pas 2 m/s avec un
maximum de 12 à 14 m/s).

Les fortes rafales de vent peuvent causer de graves dégâts. Elles peuvent avoir une influence
défavorable sur la circulation fluviale et lagunaire. Les nuits sont généralement calmes, les après-
midis venteux provoquant sur l’eau des vagues qui peuvent gêner les déplacements sur l’eau et les
activités de pêche.

Page 30 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux


3.1.4 L’humidité, l’insolation et l’évapotranspiration

L’atmosphère du delta est caractérisée par une humidité permanente élevée. La moyenne annuelle
est de 82%. Les moyennes mensuelles sont élevées entre juin et août et peuvent atteindre 85 % en
juin et juillet. Elles ne sont jamais faibles mais retombent à des valeurs de 79 % pendant la saison
sèche en janvier-février.

L’insolation dans le delta de l’Ouémé varie d’un mois à l’autre en fonction des saisons. La période la
plus ensoleillée s’étend de novembre à avril, pendant la grande saison sèche. L’insolation mensuelle
moyenne est généralement comprise entre 180 et 200 heures. C’est elle qui intensifie le pouvoir
évaporant de l’air et représente de ce fait le paramètre essentiel du rayonnement global. Elle
détermine le bilan hydrique et intervient surtout dans la productivité primaire des eaux.

La moyenne interannuelle de l’ETP est de l’ordre de 1500 mm à Cotonou ; elle est faible pendant la
période humide et élevée pendant la saison sèche.

3.2 Les ressources en eau de surface

3.2.1 Un système fluvio-lagunaire complexe

Le fleuve Ouémé est situé entre 10° et 6°30 de latitude nord et, pour l’essentiel, entre 2° et 2°30 de
longitude est. Il prend sa source dans les montagnes de l’Atakora au nord du pays dans le
département de la Donga (commune de Copargo) et coule sur 510 km jusqu'au sud où il alimente le
système lagunaire du lac Nokoué et la lagune de Porto-Novo. Son bassin versant (Carte 3 a et b)
occupe une superficie de près de 50.000 km² (44% du Bénin). Dans sa partie méridionale, le fleuve
Ouémé a une très faible pente (5m sur 85 km) et les eaux se dispersent par de nombreux bras
donnant naissance au delta de l'Ouémé qui communique en plusieurs endroits avec le lac Nokoué et
la lagune de Porto-Novo.

La rivière Sô, une des anciennes branches occidentales de l'Ouémé qui avec le temps s'est détachée
du fleuve Ouémé, déverse ses eaux au nord-ouest du lac Nokoué au niveau de la cité lacustre de
Ganvié. La rivière Sô provient des marais du lac Hlan qui sont eux-mêmes alimentés par les
débordements de la rivière Zou et probablement des eaux souterraines. La rivière Sô et le fleuve
Ouémé sont reliés du nord au sud par tantôt des défluents, tantôt des affluents, dénommés Zounga,
Agbagbè, Ouovi et Zouvi, qui agissent comme des affluents pendant la saison sèche, et comme des
réservoirs en périodes de crues.

Le lac Nokoué est alimenté en eau douce par le fleuve Ouémé au nord-est, la rivière Sô au nord-ouest
et la rivière Djonou au sud-ouest. Dans sa partie est, le lac communique avec la lagune de Porto-
Novo à travers le canal de Totchè long de 4,5 km. Les eaux du lac Nokoué se déversent dans le Golfe
du Bénin par le chenal de Cotonou, long de 4,6 km et d’une largeur moyenne de 300 mètres, qui
représente actuellement l’exutoire principal de l’ensemble du système lagunaire. Le chenal de
Cotonou a été artificiellement réalisé en 1885 pour protéger Cotonou des inondations. Depuis cette
époque, le lac Nokoué est connecté en permanence au Golfe du Bénin et les échanges de sel et d'eau
douce à travers le chenal sont importants. La lagune de Porto Novo se prolonge dans le système
lagunaire côtier du sud-ouest du Nigéria qui communique avec le Golfe du Bénin. La lagune de Porto
Novo constituait l’exutoire principal du bassin de l’Ouémé avant l’ouverture du chenal de Cotonou.
La morphologie du delta permet de le diviser en 3 grandes parties :

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 31


 Le Haut-delta, qui s’étend de Zagnanado à Bonou ;
 Le Moyen-delta, qui s’étend de Bonou à Adjohoun et forme une plaine longue de 50 km
environ et large de 10 km en moyenne où coule le fleuve Ouémé ;
 Le Bas-delta à partir d’Adjohoun où la vallée s’élargit progressivement jusqu’à 20 km avec le
fleuve Ouémé à l’est qui se jette dans la lagune de Porto-Novo, et la rivière Sô à l’ouest qui se
jette dans le Lac Nokoué à Sô-Ava. Le Bas-delta inclut le lac Nokoué, la Lagune de Porto-Novo,
le chenal de Cotonou et la zone du littorale.

Le tableau suivant synthétise les caractéristiques clés de ce système fluvio-lagunaire.

Tableau 3-2 Système fluvio-lagunaire du delta de l’Ouémé


Principaux cours Fleuve Ouémé
d’eau alimentant le  510 km de long, avec un bassin versant occupant une superficie d’environ
2
système lagunaire 50.000 km
 Il prend sa source dans la Donga et coule du Nord au Sud
Rivière Sô
 1 000 km², avec une longueur de 70 km
 Elle est connectée au fleuve Ouémé en haute eaux et entretien un bon niveau
de débit en saison sèche.
Système lagunaire Lac Nokoué
 150 km² en période de basses eaux
 Il s'étend sur environ 20 km d'Est en Ouest et 11 km du Nord au Sud
 Localités riveraines : Sô-Ava, Abomey-Calavi, Cotonou, Sèmè-Kpodji, Aguégués
Lagune de Porto-Novo
 35 km²
 Elle communique avec le lac Nokoué à l’Ouest et à l’Est avec la lagune de Lagos à
travers un canal d’environ 100km de long et une largeur de 20 à 50m.
Chenal de Cotonou
 En permanence ouvert
 Long de 4,5 km, avec une largeur de 300 m et une profondeur variant entre 5 et
10m.
Autres plans d’eau Lagunes anciennes : Djonou, Toho, Todougba, Dati
Petits lacs de la vallée de l’Ouémé : lac Hlan, Tossahoué, Newi, Létiou, Hondjè,
Adjikovi

Le lit mineur du fleuve Ouémé a une capacité limitée dans le delta. Dès que le débit dépasse cette
capacité, il se produit des débordements qui peuvent être, soit détournés par les défluents de
l'Ouémé vers la rivière Sô, soit stockés dans des zones inondables assurant un « tampon » important
limitant les inondations. Une partie des volumes stockés en zones inondables retournera au fleuve
Ouémé pendant la saison sèche lorsque le niveau d'eau des défluents de la rivière Sô dépasse celui
du fleuve de l'Ouémé.

La Figure 3-4 traduit la dynamique de l’échange des eaux entre le fleuve Ouémé et la rivière Sô . Tant
que le niveau d’eau à la station limnimétrique de Bonou reste inférieur à 5,50 m, les écoulements de
l’Ouémé et de la Sô restent séparés ; lorsque le niveau d’eau à Bonou est compris entre 5,50 et
7,50 m, l’Ouémé se déverse dans la Sô au nord et inversement au sud ; lorsque le niveau d’eau à
Bonou est supérieur à 7,50 m, l’Ouémé se déverse dans la Sô tant au nord qu’au sud.

Page 32 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux


Figure 3-4 Système dynamique de l'échange des eaux entre le fleuve Ouémé et la rivière Sô en situation des
crues

En saison sèche, le débit de l'Ouémé dans le delta devient quasiment nul, tandis que le débit de la Sô
profite encore des eaux stockées dans le lac Hlan, les zones humides et les aquifères, comme le
montre le schéma de la Figure 3-5. Par ailleurs, les débits réduits en saison sèche favorisent l'intrusion
de l'eau marine dans le lac Nokoué (voir Section 3.2.4).

Figure 3-5 Débits entrants dans le Lac Figure 3-6 Débits moyens mensuels [m³/s] de l’Ouémé
Nokoué en saison sèche à Bonou (période 1948-2011)

Les débits moyens mensuels à Bonou sont représentés sur la Figure 3-6. Les débits sont faibles, voire
nuls, de janvier à mai, puis ils augmentent à partir de juin pour donner un pic en septembre pouvant
atteindre une valeur journalière maximale de l’ordre de 700 m3/s. Les débits redeviennent faibles à
partir de novembre-décembre. La période des grandes eaux va ainsi d’août à octobre. Ces grandes
eaux au niveau du fleuve Ouémé et de la rivière Sô sont dues principalement à l’évacuation vers le
sud des précipitations enregistrées au niveau des sous-bassins supérieur (nord) et moyen (centre) de
l’Ouémé.

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 33


Le débit moyen annuel de l’Ouémé à Bonou est de 172 m3/s soit 5424 millions de m3/an (LIFAD, 2006)
soit environ 42% du volume annuel total d’eau de surface du Bénin, dont la plus grande partie se
jette, en définitive, dans le Golfe du Bénin.

Bien que l’évolution quantitative spatio-temporelle des ressources en eau du Bénin ne soit pas encore
bien cernée et établie, certains faits persistants indiquent une tendance générale à la baisse de ces
ressources depuis plusieurs années. Pour les eaux de surface, les indices de cette tendance sont entre
autres :
 la hauteur des pluies tombées annuellement qui a globalement diminué au cours des trente
(30) dernières années (sauf dans le sud) ;
 des cours d’eau à régime d’écoulement jadis permanent qui ont actuellement un régime
d’écoulement saisonnier avec des débits d’étiage très faibles sinon nuls ;
 des plans d’eau naturels (voir section 3.2.3) et artificiels qui ont tendance à se combler.

3.2.2 Des inondations récurrentes

Les populations du delta sont exposées à la fois aux inondations fluviales et pluviales. Les zones
inondables sont indiquées sur la Carte 5 :

 Les inondations pluviales sont, en partie, causées par l’augmentation de la fréquence et de


l’intensité des précipitations extrêmes au cours des dernières années. Toutes les zones basses
peuvent être affectées, en particulier dans les communes de Cotonou, Sèmè-Kpodji et
Abomey-Calavi.

 Les inondations fluviales se produisent pendant la période des hautes eaux du fleuve Ouémé
et de ses affluents. A l’embouchure du lac Nokoué lorsque les marées sont très hautes, les
eaux de l’Océan pénètrent dans le lac et diminuent l’amplitude de la vidange de ce dernier, ce
qui occasionne des inondations.

Les plus fortes inondations se produisent durant la petite saison pluvieuse en septembre-octobre
lorsque l’Ouémé est en crue et que les sols de la zone du delta sont déjà saturés par les pluies de la
grande saison pluvieuse.

Les inondations sont une cause importante de dommages économiques, de disruption sociale et de
maladies. Elles sont en revanche perçues par les agriculteurs des plaines du delta comme une
opportunité pour l’agriculture. En effet, outre l’abondance d’eau douce, le fleuve amène des
sédiments fertiles et favorise le rinçage des sols.

En 2010, le Bénin, et en particulier le delta de l’Ouémé, a connu les inondations les plus dévastatrices
de son histoire récente (Photo 3-1).

Elles ont entrainé la mort de 46 personnes, affecté 680 000 personnes et occasionné des pertes
estimées à 48,8 milliards de francs CFA [Gouvernement de la République du Bénin, 2011]

Page 34 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux


Photo 3-1 Inondation de 2010 autour du Lac Nokoué [Banque Mondiale]

En l’absence d’infrastructure de protection (ouvrages, digues, drainage, dérivation des cours d'eau,
réservoir pour retenir les surplus) un système d'alerte précoce (SAP) a été mis en place pour limiter
les dégâts dus aux inondations fluviales. Grâce au SAP et aux enseignements tirés en 2010, les
Comités Communaux de Protection Civile en charge de la gestion des catastrophes au niveau
municipal ont été alertés lors des inondations de 2012 le long du fleuve Ouémé et il n'y a pas eu de
mort pour la région de l’Ouémé. De même les alertes lancées durant la période des hautes eaux en
2018 ont permis d’informer les populations des risques et de prévenir les dommages.

Les seuils et niveaux d’alerte aux inondations fluviales sont présentés dans le Tableau 3-3. Au-delà de
8,5 m de hauteur d’eau à Zagnanado, le delta de l’Ouémé est sujet à des inondations fluviales.

Tableau 3-3 Seuil et niveau d'alerte associés aux inondations fluviales dans le delta de l'Ouémé (SAP-Benin, 2014)
3
Niveau d’alerte Vertes (cm) Jaune (cm) Orange (cm) Rouge (cm) Débit de crue (m /s)
Ouémé à Zagnanado 0-625 625-750 750-850 >850
Ouémé à Bonou 0-550 550-700 700-800 >800 1400

3.2.3 Le comblement du système fluvio-lagunaire

L’ensemble des cours et plans d’eau du système fluvio-lagunaire présente une tendance générale au
comblement.
Entre 1978 et 2015, le lac Nokoué s’est fortement comblé (Figure 3-7). La profondeur moyenne du lac
Nokoué a diminué d'environ 80 cm en 37 ans, indiquant un taux moyen de sédimentation d'environ
2,2 cm/an. Les zones de profondeur supérieure à 2 m qui occupaient 17,5% du lac en 1978 ont
quasiment disparu de nos jours, tandis que la superficie des zones de profondeur inférieure à 1 m a
presque doublé passant de 18,5% en 1978 à 31,7% en 2015. La majeure partie du lac (67% de sa
superficie) a aujourd'hui une profondeur comprise entre 1 et 2 m. Les principales causes de ce
comblement du lac sont l’utilisation croissante des pièges à poissons "Acadjas " (Figure 5-1 dans la
section 5.3 sur la pêche), les apports sédimentaires liés à l’hydrodynamique du lac et la
décomposition des plantes aquatiques (jacinthe d’eau).

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 35


Figure 3-7 Bathymétrie (en cm) du lac Nokoué en 1978 et en 2015 [Source : Colleuil et Texier, 1987 ; DGEau, 2015]

Ce comblement est aussi constaté au niveau de la lagune de Porto-Novo. Les principales causes sont
les échanges sédimentaires avec le lac Nokoué, la décomposition des plantes aquatiques, les dépôts
d’ordures ménagères et le déversement des eaux usées chargées de matières solides en suspension
provenant des exutoires naturels d’eau et des caniveaux de drainage des eaux pluviales (voir section
4.6).

Au niveau du chenal de Cotonou, le marnage de l’estuaire se situe entre 1 et 1,50 m. A 5 km au


nord, à l’entrée de la lagune, il est de 0,4 m. Lors des crues, la charge sédimentaire provenant de
l’amont devient forte. Le sable, le limon et l’argile sont ainsi transportés par charriage sur le fond ou
en suspension et se déposent en lentilles en milieu côtier. Il n’existe pas à l’heure actuelle
d’estimation quantitative et qualitative de la charge sédimentaire issue du chenal et contribuant au
transit sédimentaire littoral.

3.2.4 La qualité des ressources en eau de surface

3.2.4.1 La pollution physico-chimique et bactériologique

Il n’y a pas de données statistiques sur le suivi de la qualité des ressources en eau de surface du Bénin
en dehors de quelques mesures (pH, t°, conductivité…) réalisées de façon périodique par la Direction
de la Production Halieutique pour le suivi de la qualité des eaux du Lac Nokoué et des mesures
initiées récemment par l’IRHOB/IRD. Cependant, sur la base de la documentation existante sur les
contaminations des eaux du système fluvio-lagunaire (en particulier du lac Nokoué) d’importantes
pollutions physico-chimiques et bactériologiques sont constatées.

Les matières en suspension et la turbidité présentent une variabilité d’un endroit à un autre, et
d’une saison à une autre. Elles sont naturellement plus élevées en saison pluvieuse du fait des
apports sédimentaires par les fleuves et du drainage des terres agricoles du bassin versant.

Les niveaux de charge organique dépassent le seuil admissible (Figure 3-8). Les valeurs de la DBO5
mesurées dans diverses localités du delta en 2006 et 2007 indiquent clairement que les eaux du delta
sont de qualité médiocre, notamment dans les zones de Ganvié et du chenal de Cotonou, ce qui
traduit la pression anthropique accrue dans ces zones (Tableau 3-4). L’apport en matière organique
dans le système fluvio-lagunaire est surtout dû à l’intense activité agricole dans le delta rural et sur
les berges lagunaires, au déversement des déchets solides et des eaux usées du delta métropolitain,
ainsi qu’au rejet des eaux industrielles en provenance des usines installées sur la bande côtière. La
Page 36 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux
décomposition de ces matières organiques occasionne une importante consommation d’oxygène
dissous qui s’accompagne d’un appauvrissement du milieu en oxygène. Cette diminution du taux
d’oxygène dissous dans le milieu est susceptible de provoquer la mortalité de certains organismes
aquatiques.

Figure 3-8 Variation saisonnière de la DBO5 et de la DCO dans le delta rural en 2016 [Lawani R., 2017]

Tableau 3-4 Mesures de la DBO5 sur le lac Nokoué (mg d’O2/l)


Dates Localités
Ganvié Entrée Sô-Ava Sôtchanhoué Milieu lac Chenal de Embarcadère
Ganvié à Nokoué Cotonou Calavi
Sô-Ava
Nov 2006 10 10 13 8 8 - 13
Déc 2006 16 15 15 - 15 3 18
Fév 2007 22 31 21 30 32 35 14
Source : Mama et al., 2011

Une comparaison entre les estimations récentes et des mesures sommaires des années 1970 (Texier
et al., 1980) indique une augmentation d’environ 150% des concentrations en azote et phosphore
dans le lac Nokoué. Le fleuve Ouémé et la rivière Sô, réceptacles des eaux de ruissellement des
surfaces agricoles du delta, représentent les principales sources d’azote et de phosphore pour le lac,
et probablement pour le chenal de Cotonou et la lagune de Porto-Novo. Le système fluvio-lagunaire
présente un caractère eutrophe.

De forts taux de métaux lourds, notamment le plomb et le cadmium, sont relevés dans les eaux, les
sédiments et les ressources halieutiques (Figure 3-9).

GESAMP (1982)

Figure 3-9 Teneurs moyennes des eaux du fleuve Ouémé et du lac Nokoué en métaux lourds
Par ailleurs, plusieurs analyses bactériologiques réalisées dans le lac Nokoué et le chenal de Cotonou
(Dovonou et al., 2011 ; Adjahouinou et al., 2015) montrent une très forte contamination aux matières
fécales (E. Coli, coliformes et streptocoques fécaux). Dans les endroits avoisinant les villages et

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 37


quartiers lacustres (Ahouansori, Ladji, etc.), cette contamination est 15 fois supérieure aux limites
recommandées. De même, les analyses des eaux de puits de localités proches des berges, signalent la
présence de streptocoques fécaux et de différentes bactéries pathogènes (Clostridium,
staphylocoques, Salmonella, etc.).

En résumé, les pollutions physico-chimiques et bactériologiques des eaux de surface s’expliquent


par :
 le lessivage des dépotoirs sauvages de déchets présents sur les rives de Cotonou et
d'Abomey-Calavi (Photo 3-2) ;
 la forte utilisation de produits phytosanitaires et fertilisants dans les activités agricoles dans la
basse vallée de l’Ouémé et sur les berges lagunaires (Photo 3-3) ;
 le rejet de substances dangereuses telles que les piles usagées notamment par les habitants
des cités lacustres ;
 le déversement des eaux usées non-traitées des villes (Photo 3-4) ;
 le déversement accidentel d'hydrocarbures lors du transport illicite de l’essence frelatée
(Photo 3-5) ;
 la défécation à l’air libre qui est toujours pratiquée ;
 le rejet sans traitement des eaux industrielles en provenance des usines installées sur la
bande côtière.

Photo 3-2 Zone de décharge sauvage dans le quartier Photo 3-3 Exploitation agricole à Sô-Ava (SNIEAU,
Vossa (le long du lac Nokoué) 2018)

Photo 3-4 Déversement de collecteur dans le lac Photo 3-5 Transport illicite de produits pétroliers dans
(SNIEAU, 2015) le delta (SNIEAU, 2015)

Page 38 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux


3.2.4.2 L’intrusion saline

L’intrusion saline est un phénomène naturel observé au niveau d’un système lagunaire sous
l’influence d’un cycle climatique comme celui du delta de l’Ouémé. Il correspond à une rupture de
l’équilibre hydrodynamique entre l’eau douce et l’eau de mer par une baisse importante de la charge
et des flux d’eau douce et/ou une augmentation de la charge d’eau de la mer.

Ainsi, les courants générés par le chenal de Cotonou sont marqués par le jeu des échanges entre les
eaux marines apportées par les courants et les marées, et les eaux continentales provenant des
tributaires du lac Nokoué. Durant la saison des pluies (juin à novembre), les eaux continentales se
déversent dans le chenal puis dans l’océan, annulant totalement l’intrusion des eaux salines, alors
qu’en saison sèche le phénomène inverse est observé entrainant une salinisation de la lagune. En
contact permanent avec le Golfe du Bénin, le lac Nokoué se comporte donc comme tous les
écosystèmes lacustres tropicaux caractérisés par la dessalure en saison de crues et par une forte
salinité pendant les périodes d’étiage [Albaret, 1999].

Une analyse de la distribution spatiale de la salinité de surface (SSS) révèle que :

 Au mois d’octobre, le lac Nokoué est entièrement rempli d’eau douce (salinité de 0 psu) ;

 En novembre, un début d’intrusion d’eau marine salée provenant du Golfe du Bénin via le
chenal de Cotonou est observé à l’entrée du lac Nokoué ;

 En décembre, cette salinisation s’accentue sur la partie ouest du lac où la SSS atteint 10 psu ;
le fond du lac est salinisé à l’exception des zones situées à l’entrée de la rivière Sô et du fleuve
Ouémé à cause du débit de ces cours d’eau qui malgré la fin des pluies n’a pas encore
totalement diminué ;

 A partir du mois de janvier, l’intrusion saline se poursuit pour atteindre la partie est du bassin.
Les eaux du lac deviennent complètement salées jusqu’à atteindre en mars–avril des valeurs
quasi océaniques de 25 psu ;

 De mi-mai à août, la SSS du lac commence à diminuer puis atteint des valeurs très faibles en
juillet-août. Cette période correspond à la grande saison des pluies et à une augmentation
significative des débits des rivières et fleuves se jetant dans le lac. Au mois d’août le chenal de
Cotonou est fortement salinisé ainsi que des poches proches du chenal. Il existe aussi des
poches isolées de maximum locaux au sein du lac. Ceci laisse penser que l’expansion de la
salinité est complexe, soit guidée par les détails de la topographie soit qu’une sorte de
turbulence à méso-échelle s’établit dans le lac.

L’IRHOB avec l’appui de l’IRD a entrepris une étude sur la dynamique de la salinisation du lac Nokoué
et du chenal de Cotonou incluant un suivi de la qualité des eaux (salinité, oxygène et métaux lourds)
et de la bathymétrie ainsi que la construction d’un modèle visant à mieux comprendre la dispersion
de salinité dans le lac et le chenal.

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 39


3.3 Les ressources en eau souterraine

3.3.1 La géologie et l’hydrogéologie

Le delta de l’Ouémé appartient au Bassin Sédimentaire Côtier (BSC) dont il couvre la partie orientale.

Du point de vue géomorphologique, le Bassin Sédimentaire Côtier présente les unités suivantes
(Figure 3-10) :
 Des plateaux : d’Abomey, Zagnanado et Kétou au nord ; d’Allada et Sakété au sud. Ils sont
recouverts de formations latéritiques d’une grande perméabilité et où les eaux d’infiltration
réapparaissent en de nombreuses sources (résurgences) au pied des plateaux, donnant
naissance à des marécages permanents ;
 La dépression de Lama séparant d’est en ouest les deux séries de plateaux nord et sud ;
 La basse plaine inondable de l’Ouémé et de la rivière Sô, séparant les plateaux d’Allada et
Sakété. Sur cette basse plaine caractérisée par une faible pente (5 m de dénivelé sur 85 km),
les crues de l’Ouémé s’étalent chaque année en déposant leur charge d’alluvions
responsables du modelé de la vallée et de la nature des sols qui la recouvrent ;
 La zone lagunaire et côtière est-ouest avec ses nombreux plans d’eau – lac Nokoué, lagune
de Porto Novo, chenal de Cotonou, lagunes côtières orientale et occidentale.

Figure 3-10 Carte géomorphologique du bassin sédimentaire côtier du Bénin (Slanski, 1968 ; IRB, 1987)

Stratigraphiquement, les formations géologiques et les aquifères de la partie orientale du BSC se


présentent comme suit (Carte 6a et Carte 6b et Figure 3-11) :
 Les formations du Maestrichtien (Crétacé supérieur), discordantes sur le socle granito-
gneissique, sont constituées d’argiles, de sable et de grès ; elles comprennent un aquifère à
nappe libre au nord de la dépression de Lama et captive vers le sud dont l’épaisseur croît de
50 à 60 m au nord à plus de 800 m à proximité de la côte ;
 Les formations du Paléocène et de l’Eocène qui tapissent le fond de la dépression de Lama
sont de nature argileuse ; sous les argilites et marnes se trouve un aquifère calcaire Eo-
paléocène à nappe captive parfois affleurant ou subaffleurant à l’intérieur de la dépression
de Lama et qui s’approfondit très rapidement vers le sud ;

Page 40 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux


 Les formations du Continental Terminal d’âge mio-pliocène sont constituées de matériaux
meubles argilo-sableux, surmontant des niveaux de grès ou de galets roulés fréquemment
visibles en bordure de plateaux ; elles contiennent un aquifère assez complexe généralement
à nappe libre, à niveau statique faible au sud mais pouvant dépasser 50 m au nord ;
 Les formations quaternaires présentent une alternance de niveaux sableux ou argileux plus
ou moins continus. Elles prennent de l’importance dans les basses vallées de l’Ouémé et de la
Sô. Les nappes sont souvent en charge sous des niveaux d'argiles plus ou moins superficiels,
avec des phénomènes fréquents d'artésianisme jaillissant dans la partie sud des vallées.
L'épaisseur des alluvions diminue progressivement lorsqu'on remonte vers l'amont, pour
devenir insignifiante vers la bordure nord du bassin. Au niveau des cordons littoraux béninois,
il existe presque toujours une nappe phréatique avec des lentilles d'eau douce flottant sur
une nappe d'eau salée d'origine marine et/ou lagunaire.
N
Ag

PAOU IG NA N LE G EN DE
#
bad
o

# AGOU N A
Ou é Sab les et ar gile s du Q uate rna ire

7°3 0' # SETO Sab les qu ar tz itiq ues , gra v ier s :


# M ioc èn e s up ., Pl éis toc è ne

Arg ile k a olin iqu e pa rfois m a rne us e :


# KETOU Pal éoc è ne s u p., E oc èn e m oy e n
Zou

A Sab les , ar gile s , m a rne s , c a lc air es :


ZA GN AN AD O M aes tri ch tien , P alé oc èn e inf. et m oy en
ABOM EY #
#
LON KL I Sab les qu ar tz itiq ues av e c g ale ts :
#
Ko

Tu ro nie n-C o nia c ien


uff
o

C
Soc l e c ris tall in in différ enc ié
POBE
# 7°0 0'
APL AH OU E
#

<c Prin c ipa les fai lles

Pos i tio ns de s c o up es hy dro gé olo giq ues


b
LOKO SSA
#
# ALL AD A < <
Pos i tio n de s c o up es litho s tr atigr aph iqu es
Ou

b et c d ans le C o ntin enta l te rm in al


ém
é

ME

6°3 0' POR TO-NO VO


AH E

6°3 0'
Mo
no

LA C

LA C N OKO UE

COTO NO U
#
B
D DU BE NIN
GRA N D-PO PO G O L F E
#
0 10 20 Km

2°00'
2°3 0'

Figure 3-11 Carte géologique du bassin sédimentaire côtier du Bénin (Slanski, 1968 ; IRB, 1987)

Les ressources en eau souterraine au niveau du bassin sédimentaire côtier sont estimées à environ
600 millions de m3 (Tableau 3-5). Avec 10 % de la superficie totale des aquifères, ce bassin détient
environ 32 % des réserves d’eau souterraine du pays.
Tableau 3-5 Principales unités géologiques et recharge des aquifères du Bénin
Unité Superficies Recharge annuelle Recharge Type d’aquifère
3 3
(km²) (millions de m ) (m /ha)
Régions du socle 91 800 1 120 123 Discontinu
Grès de Kandi 10 200 125 125 Continu
Bassin sédimentaire côtier 11 303 600 500 Continu
Alluvions du Niger et dépôts de 1 460 25 1250 Continu
la Pendjari
TOTAL 114 763 1 870 1998
Source : MECAG-PDP, 1999, cité par LIFAD, 2006

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 41


Comme pour les eaux de surface, certains faits persistants indiquent depuis plusieurs années une
tendance générale à la baisse des ressources en eaux souterraines, notamment :
 des puits autrefois pérennes qui ont commencé à tarir chaque année ; et
 l’artésianisme jaillissant de certains forages ou puits qui a beaucoup baissé d’intensité ou
n’est tout simplement plus jaillissant.

3.3.2 Les aquifères exploités pour l’approvisionnement en eau potable dans la zone
métropolitaine

Les champs de captage de Godomey et de Ouando de la SONEB respectivement au sud-est du


plateau d’Allada et au sud-ouest du plateau de Sakété (Figure 3-12) prélèvent l’eau de l’aquifère du
Continental Terminal constitué d’une épaisse couche perméable faite de sable, de gravier et de sable
argileux qui repose sur l’argile de l’Eocène. Cette couche renferme des intercalations argileuses et
argilo-sableuses lenticulaires plus développées au sud des plateaux. Elle est recouverte par une
couche semi-perméable et imperméable par endroit ; il s’agit de la Terre de barre. Le Continental
Terminal peut donc être considéré comme un ensemble monocouche à l’échelle de chacun des
plateaux avec toutefois de légères variations verticale et/ou latérale de faciès susceptibles de
conférer à la nappe un caractère semi-libre à semi-captif, voire même captif par endroit. A l’extrême-
sud des plateaux et sous les cordons littoraux, ce système devient plus hétérogène et composé d'au
moins deux sous-ensembles perméables plus ou moins homogènes séparés par une couche argileuse
plus ou moins épaisse.

Figure 3-12 Cartes géologique du delta de l’Ouémé (Slanski, 1968 ; IRB, 1987) avec, d’ouest en est, les champs de
captage de Ouèdo, Godomey et Ouando.

Page 42 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux


3.3.3 La qualité des ressources en eau souterraine

Les eaux de la nappe superficielle sont impropres à la consommation pour deux raisons principales :
 Une qualité chimique compromise par une teneur élevée en certains éléments dont,
principalement les nitrates, en particulier dans les secteurs densément peuplés. La nappe
superficielle est caractérisée par une vulnérabilité modérée à faible au niveau des plateaux et
élevée dans la plaine littorale au sud de ces plateaux. L’évolution spatiale des taux de nitrates
dépend essentiellement de la densité des populations ;
 Une qualité bactériologique très mauvaise dans les zones urbanisées, à médiocre ou
moyenne en zone rurale. Des analyses d’échantillons d’eau réalisées périodiquement par le
Laboratoire de Contrôle et de Qualité des Eaux et des Aliments de la DHAB au niveau des
puisards à Cotonou, il ressort globalement que la nappe superficielle y est souillée et
impropre à la consommation humaine (LIFAD, 2006, repris par AMEN, 2012).

La nappe du Continental Terminal du bassin côtier est l’une des sources majeures
d’approvisionnement en eau souterraine de la zone métropolitaine. De nombreuses analyses
chimiques et bactériologiques ont été entreprises dans le but de caractériser son fonctionnement
hydrochimique et sa qualité hydrobiologique. Il ressort de ces analyses que la minéralisation globale
de la nappe du Continental Terminal est très faible, avec des teneurs élevées en fer, en dioxyde de
carbone et, parfois, en oxygène dissous.

Plus spécifiquement, au sud-est du plateau d’Allada (dans le périmètre de captage de Godomey), un


gradient dans la minéralisation des eaux s'observe vers la ligne de rivage au niveau des 3 horizons
aquifères identifiés en plus de l’aquifère superficiel. Les deux premiers niveaux à partir du haut ont
commencé par être envahis par les eaux salées à la fin des années 80, le dernier niveau est encore
moins concerné. Lorsqu'on sait que c'est plutôt le 2ème horizon qui est le plus sollicité par les
pompages intensifs du champ captant de Godomey, cette stratification dans la concentration des
eaux fait penser que des processus verticaux de drainance descendante interviendraient dans les
phénomènes de mélanges d'eau entre différentes nappes du secteur, d'autant plus que les conditions
hydrauliques s'y prêtent [Boukari, 1998]. Un suivi quantitatif et qualitatif est actuellement mis en
place par la SONEB, en collaboration avec le Laboratoire d’Hydrologie Appliquée de l’UAC, afin de
suivre l’évolution de la contamination.

La qualité de l'eau des horizons aquifères inférieurs captés à Godomey, Ouèdo et Ouando ne montre
pas encore de signe de contamination ni par les éléments chimiques comme les nitrates notamment,
ni par les bactéries. Toutefois, une contamination en nitrates a été mise en évidence à l'ouest du
champ de captage de Godomey [Boukari, 1998]. Son origine n’a pas été élucidée ; elle serait liée à un
épandage ancien ou récent d'engrais dans une palmeraie des environs. Ces genres de pollution sont
de nature à provoquer une contamination par l'intermédiaire de la nappe superficielle, lorsqu'elles
sont très proches des ouvrages de captage et/ou lorsque le captage a été mal conçu mettant les
différents aquifères en relation. Toutefois, ce risque est limité par l'instabilité des nitrates dans la zone
saturée.

La cité lacustre de Ganvié est alimentée par quatre forages (de Dakomey, Montokpa, de Mgr de Souza
et de Ganvié 1). L’analyse de la qualité de l’eau souterraine de deux de ces forages a montré que les
teneurs en fer et manganèse ainsi que la turbidité sont très élevées par rapport aux normes de l’OMS
[projet Emmaüs, 2011].

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 43


3.4 L’hydrologie marine et les dynamiques côtières

3.4.1 L’hydrologie marine

Le Golfe de Guinée à la hauteur des côtes du Bénin est essentiellement caractérisé par une houle
longue provenant du sud ou du sud-ouest, bien fermée, dont la région de formation se situe entre les
latitudes 40 et 60° S de l’Océan Atlantique Sud (Baird, 2009).

Le régime de vagues est caractérisé par une longue houle ayant une période maximale typique (Tp)
de l’ordre de 10 à 15 secondes et une hauteur significative (Hs) au large de l’ordre de 1 à 2 m. Les
vagues extrêmes peuvent atteindre des hauteurs significatives (Hs) de 3,5 m avec une période (Tp) de
14 à 18 secondes. En déferlant, les vagues occasionnent un courant parallèle à la côte, entrainant
ainsi des sédiments le long du littoral. Dans le cas de la côte béninoise, les vagues proviennent
principalement des secteurs sud et sud-sud-ouest. Le transport sédimentaire (ou dérive
sédimentaire) est alors majoritairement orienté de l’ouest vers l’est.

Les marées le long du littoral béninois sont de type semi-diurne, c’est-à-dire que deux marées basses
et deux marées hautes se présentent quotidiennement.

En plus des courants océaniques, de forts courants sont générés par la formation continue de vagues
au large s’approchant de la rive à un angle oblique. Les estimations empiriques de SOGREAH (1991
dans Baird, 2009) suggèrent que la magnitude des courants générés par les vagues sont de l’ordre de
0,15 m/s à 0,6 m/s pour les conditions typiques de la côte béninoise (Hs = 0,5 à 2 m).

3.4.2 Les dynamiques côtières

Le littoral béninois est un espace sablonneux qui se caractérise par une chaîne de lagunes qui rendent
la zone côtière dynamique, avec des caractéristiques naturelles très complexes.

Le long de la côte ouest-africaine, la mer transporte des quantités énormes des sédiments sableux,
originaires des fleuves. Des interruptions du transport des sédiments dans les fleuves ou le long de la
côte causent des problèmes d’érosion.

Les principaux facteurs responsables des conditions hydrodynamiques et morpho-sédimentaires


relatifs à la zone d’étude sont :

 Les phénomènes naturels :


- La géomorphologie des côtes (faible pente et substrat sableux) ainsi que
l’hydrodynamique côtière (dérive littorale d’ouest en est) ;
- Des vagues régulières persistantes en provenance d’une grande distance (houle) qui
engendrent un fort transport de sédimentaire parallèle à la côte vers l’est ;
- Les évènements climatiques extrêmes (ex. tempêtes) ;
- La hausse générale du niveau des océans causée par le réchauffement climatique (facteur
indirectement naturel agissant à l’échelle globale).

 Les phénomènes anthropiques :


- L’arrêt ou la réduction des apports sédimentaires fluviaux par les barrages sur les cours
d’eau ou l’extraction excessive (illégale ou insuffisamment étudiée) de sable ; ce qui se
Page 44 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux
traduit en érosion des plages. C’est le cas au Bénin à proximité de la lagune de Gbagan et
Grand-Popo.
- L’arrêt du transit sédimentaire par les ouvrages portuaires et de protection de la côte
engendre une perturbation du processus morphodynamique du littoral béninois, ce qui
se traduit en une accrétion de la côte à l’ouest et une érosion à l’est de ces ouvrages.
C’est le cas au niveau du port de Cotonou où on observe une accrétion entre Togbin et
Cotonou, et de l’érosion de Akpakpa Dodomè vers Sèmè-Kpodji. Les épis réalisés pour
contrôler l’érosion ont un impact très limité. Un nouveau port à Sèmè-Kpodji causera
vraisemblablement des problèmes d'érosion loin au Nigéria.

L’érosion côtière ne se manifeste pas de la même façon sur l’ensemble de la côte béninoise. Les
secteurs les plus affectés sont : le segment de côte situé entre Hillacondji et Grand-Popo (vitesse
d’érosion -15m/an), le segment de côte situé à l’est du quartier Sèyivè dans la commune de Sèmè-
Kpodji (vitesse d’érosion -30m/an) (Dègbè, 2017). Les secteurs en engraissement sont situés à l’ouest
du port jusqu’à Fidjrossè. Les autres secteurs, qui ont bénéficié des ouvrages de protection, sont
stabilisés (figure 3-14).

Figure 3-13 Illustration de l’érosion le long de la côte béninoise

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 45


3.5 L’écologie du delta de l’Ouémé et de la zone côtière

Le présent chapitre aborde l’écologie du delta et de la zone côtière au travers d’une présentation des
différents écosystèmes (fluvio-lagunaires, terrestres et côtiers), des zones de conservation et des
services écosystémiques.

3.5.1 Les écosystèmes et leur évolution tendancielle

3.5.1.1 Ecosystèmes fluvio-lagunaires et marécages

Diversité et richesse du biotope

Le système fluvio-lagunaire du delta de l’Ouémé constitue un biotope où vit une diversité d’espèces
floristiques et fauniques, comprenant de la microfaune (zooplancton, macro-invertébrés), des
hydrophytes comme les macrophytes flottants ou en suspension et les macrophytes fixés ou
immergés, des ressources halieutiques (poissons, crevettes, crabes, etc.) et des animaux de moyenne
et grande taille tels que les reptiles, les mammifères et l’avifaune (crocodiles, oiseaux).

Les zones marécageuses (étendues de terrain imprégnées ou recouvertes d’eau) sont des
écosystèmes particuliers faisant partie des zones humides d’importance internationale. La superficie
totale des zones marécageuses est estimée à 39 000 ha environ.

La diversité spécifique observée au niveau de ces écosystèmes connait une fluctuation d’effectif en
fonction des périodes de crue et de décrue. Le lac Nokoué présente une biodiversité qui abonde
pendant les crues et diminue en période d’étiage lorsque le lac est constitué d’eau saumâtre.

Faune aquatique

Les poissons constituent le groupe le plus représenté de la faune aquatique de ces milieux. On y
rencontre les crustacés (crabes, crevettes) en période de crues. Les reptiles, les grenouilles et les
oiseaux sont aussi constamment observés.

Selon le Programme d’Aménagement des Zones Humides du Sud-Bénin (PAZH, 1997), un total de 106
espèces de poissons réparties en 46 différentes familles a été recensé dans les principaux plans d’eau
du Sud-Bénin. Parmi ces poissons, les cichlidés constituent le groupe le plus important avec 10
espèces dont 7 sont principalement des tilapias essentiellement représentés par Sarotherodon
melanotheron et Tilapia guineensis. Dans le lac Nokoué et dans la lagune de Porto-Novo, 78 espèces
de poissons ont été identifiées soit 73,6 % de l’ensemble des espèces de poissons des zones humides
du Sud-Bénin.

La richesse spécifique et l’abondance en poissons des plans d’eau du système fluvio-lagunaire sont en
baisse progressive. Entre 1960 et 2000, la diversité des poissons du lac Nokoué a diminué de plus de
40%. Cette situation pourrait être associée à l’augmentation de la pression de la pêche, notamment
l’utilisation de l'acadja (Section 5.3), aux changements observés dans les échanges d'eau avec la mer,
et à la dégradation des zones de reproduction naturelle des poissons (les mangroves) (Niyonkuru et
Lalèyè 2010 ; Adite et Winemiller, 1997).

Page 46 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux


Une bioaccumulation non négligeable de métaux lourds s’observe de plus en plus au niveau des
poissons, mollusques et crustacés exploités dans les eaux du système fluvio-lagunaire.

Au niveau du plateau continental béninois, les campagnes effectuées donnent les résultats suivants :
 environ 257 espèces de poissons dont au moins 43 espèces de sélaciens réparties en 21
familles et plus de 214 espèces de Téléostéens pour 80 familles ;
 10 espèces de crustacés (crevettes, langoustes) ;
 4 espèces de céphalopodes.

Les mammifères marins (cétacés), constitués des baleines et des dauphins, fréquentent le plateau
continental béninois.

Espèces végétales

La diversité floristique du système fluvio-lagunaire a considérablement diminué : 95% des rives sud et
ouest du lac Nokoué sont aujourd’hui urbanisés, contre moins de 5% en 1970. Le nombre d’espèces
dans les zones périodiquement inondées est passé de 16 en 1970 à 4 en 2006. L'espèce dominante
sur les rives depuis 2000 est le Paspalum vaginatum. Echinochloa pyramidalis (autrefois sur la rive est
du lac Nokoué) a été progressivement remplacée par des plantations agricoles, notamment la canne à
sucre. Cyperus papyrus (autrefois sur la rive ouest du lac Nokoué) a complètement disparu laissant
place à Typha australis.

Les macrophytes flottants sont dominés par la jacinthe d’eau (Eichhornia crassipes) (Photo 3-6) dont
l’étendue varie en fonction des saisons et de la salinité. En période des hautes eaux (pluies et crues ;
diminution de la salinité), l’espace occupé par la jacinthe d’eau sur le lac Nokoué atteint 15% de la
superficie du plan d’eau. En saison des basses eaux (saison sèche ; augmentation de la salinité), elle
disparaît presque complètement au niveau du lac Nokoué, tandis que les autres plantes flottantes
sont observées toute l’année durant sur l’ensemble du système fluvio-lagunaire (Figure 3-14). Des
études ont prouvé que la diversité et l’abondance zooplanctoniques sont fortement réduites dans les
zones envahies par la jacinthe d’eau.

Photo 3-6 Invasion du lac Nokoué par la jacinthe d’eau Figure 3-14 Evolution de la végétation aquatique du
système fluvio-lagunaire

Le milieu enregistre une forte production primaire qui croît d’année en année. De 1967 à 2001, la
production d’algues et de cyanophycée a augmenté d’environ 60-70%, passant de 2,2 g C /m2/jour à
3,7 g C /m2/jour. Ceci, avec la présence de certains phytoplanctons, corrobore la forte eutrophisation
du système fluvio-lagunaire relevée grâce aux analyses physico-chimiques (Section 3.2.4.1).

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 47


3.5.1.2 Ecosystèmes terrestres

La Carte 7b relatives à l’occupation du sol en 2015 renseigne sur les différentes formations végétales
sur terre ferme qu’on rencontre dans le delta de l’Ouémé. On distingue :
 Les forêts reliques denses qui regroupent des réserves botaniques et des forêts sacrées avec
les espèces inféodées comme : Ceiba pentandra (fromager), Triplochiton scleroxylon (samba),
Milicia excelsa (iroko), Diospyros mespilisformis (faux ébène) et Dialium guineense
(Tamarinier), Celtis africana, Albizia, Acacia, Cola grandifolia, Albizia zygia, Ficus exasperata,
Antiaris toxicaria, Ficus exasperata, Uapaca togoensis, Trichilia tessmannii, etc. On retrouve
ce type de forêts à Bonou, Adjohoun, Dangbo, Abomey-Calavi et Pahou. En raison d’une
exploitation forestière sélective incontrôlée, ces forêts denses sont réduites à l’état d’îlots et
plusieurs espèces dont Milicia excelsa, Afzelia africana, Khaya senegalensis et Pterocarpus
erinaceus sont devenues rares ;
 Les forêts galeries le long du fleuve Ouémé et certains de ses affluents ;
 Les forêts claires et savanes boisées retrouvées à Zagnanado, Ouinhi, Zogbodomey, Bonou,
Zè et Sèmè-Kpodji, et tapies d’espèces comme : Ceiba pentandra, Milicia excelsa, Adansonia
digitata, Terminalia glaucescens et d’autres espèces, caractéristiques des savanes arborées ;
 Les savanes arborées et arbustives en pleine progression aujourd’hui, après la période de
1986 à 2010 marquée par une régression notable. Cette situation apparaît comme la
conséquence de l’effet cumulé de la perte des superficies de forêts denses et galeries, puis de
la reconstitution de la végétation des espaces de culture abandonnés et des jachères. Les
zones de Zagnanado, Ouinhi, Zogbodomey, Bonou, Zè et Sèmè-Kpodji sont caractéristiques de
ces savanes avec la présence des espèces mésologiques telles que : Danielia oliveri, Parkia
biglobosa, Vitex doniana et Elaeis guineensis.

Au niveau de ces écosystèmes, environ 67 espèces végétales sont menacées dont Mansonia
altissima, Pterocarpus santalinoïdes; 10 espèces sont vulnérables et 7 espèces de préoccupation
mineure.

Les analyses faites sur l’occupation actuelle du sol et les tendances d’évolution révèlent un recul
constant des galeries forestières et, dans une moindre mesure, des reliques de forêts denses (Figure
3-15). Cette régression risque de se poursuivre pendant de nombreuses années encore, avec une
dégradation très avancée des forêts galeries. A en croire les populations riveraines, plusieurs espèces
végétales ont déjà disparu. L’agriculture, l’exploitation forestière pour le bois d’œuvre et de service, le
bois de feu et les arbustes pour le système de pêche acadja sont les facteurs directs de la dégradation
des ressources forestières.

Figure 3-15 Evolution des galeries forestières (à gauche) et des reliques de forêt dense (à droite)

Page 48 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux


3.5.1.3 Ecosystèmes côtiers et mangroves

La mangrove est caractérisée par la présence de palétuviers dont les racines s’enfoncent dans les
vases d’estuaires et de lagunes saumâtres. Les mangroves localisées sur le périmètre d’étude
sont celles retrouvées en bordure de la lagune côtière (Avlékété, Djègbadji, Togbin, Hio, Djondji), au
niveau des rives des marigots au sud de Ouidah et au niveau du système fluvio-lagunaire de l’Ouémé.
Les espèces dominantes des formations végétales sont le palétuvier rouge (Rhizophora racemosa) et
le palétuvier blanc (Avicennia africana).

En raison des pressions dues notamment aux besoins de bois-énergie, de fabrication des acadjas, de
récolte de plantes médicinales ainsi qu’à d’autres activités comme le maraîchage, la parcellisation des
terres des plaines inondables pour les aménagements et engins de pêche fixes, et à la forte
spéculation foncière, ces forêts de mangroves ont presque totalement disparu au niveau du lac
Nokoué et de la lagune de Porto-Novo (Figure 3-16). Elles subsistent encore au niveau des lagunes
côtières mais sont menacées. Il en résulte une réduction du nombre de frayères et de la biodiversité
du système fluvio-lagunaire (espèces ichtyologiques et aviaires).

Figure 3-16 Évolution des mangroves entre 1980 et 2010

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 49


Le biotope des tortures marines est menacé par l’érosion côtière et l’occupation humaine surtout au
niveau de Cotonou et Sèmè-Kpodji, ce qui explique un peuplement moins important
comparativement à la côte de Ouidah. Les quatre espèces de tortures habituellement rencontrées
(Lepidochelis olivacae, Dermochilys coriacea, Chelonia mudus et Reitmochelys imbricata) sont en
danger car : i) les femelles sont tuées pour la consommation et la vente ; ii) les nids sont vidés des
œufs qui sont consommés ; iii) la graisse de la tortue luth et divers organes des autres espèces de
tortues marines sont utilisées en médecine traditionnelle. La capture accidentelle par les engins de
pêche maritime artisanale constitue également une menace que subissent les tortures.

3.5.1.4 L’avifaune

La faune aviaire du delta de l’Ouémé et de sa zone côtière n’est rien d’autre que celle des zones
humides comprenant : la zone côtière, la surface du système fluvio-lagunaire, les marécages et les
mangroves. C’est une faune assez diversifiée avec environ 162 et 215 espèces d’oiseaux répertoriées
respectivement sur le site Ramsar 1018 et la portion du site Ramsar 1017 concernée par l’étude (voir
Section 3.5.2.3). Au niveau du système fluvio-lagunaire, on compte plus de 120 espèces répertoriées
(45% migratrices et 55% résidentes ou autochtones) : Cormoran africain et Jacana, Aigrettes, Martins
pêcheurs (Alcedo spp, Céryle rudis), Héron divers, Milan à bec jaune.

Le lac Nokoué constitue une Zone d’Importance pour la Conservation des Oiseaux (ZICO) et accueille
environ 127 espèces d’oiseaux migratrices. On y compte aussi 24 espèces d’oiseaux menacées et au
moins une espèce endémique. La liste rouge du Bénin recense 12 espèces vulnérables, 7 espèces
quasi menacées et 3 espèces en danger dont Scotopelia bouvieri, Egretta ardesiaca, Francolinus
ahantensis.

Le delta de l’Ouémé enregistre depuis environ deux décennies une diminution de la diversité et du
nombre d’oiseaux qui le visitent. Entre 1997 et 2017, il a été observé des réductions considérables de
la diversité et du nombre d’oiseaux notamment sur le lac Nokoué. Cette situation est entre autres due
à la forte pression anthropique et à la disparition progressive des zones de mangrove qui sont un
habitat essentiel pour les oiseaux migrateurs.

3.5.2 Les zones de conservation et d’importance écologique

Les zones protégées par les lois nationales (Code Foncier, Loi-cadre 2014-19 du 7 août 2014 relative à
la pêche et à l’aquaculture…) et reconnues au niveau international (UICN) de même que les coutumes
du delta de l’Ouémé concernent les forêts classées, les aires communautaires de conservation de la
biodiversité, les sites RAMSAR et les aires marines protégées.

La présence de ces zones de conservation, comprenant des espèces vulnérables et en voie de


disparition, témoigne de l’importance du delta de l’Ouémé et de la zone côtière et requiert des
efforts de conservation dans le cadre de la Planification Delta.

3.5.2.1 Les forêts classées

La Carte 9 présente les différentes forêts classées rencontrées dans la zone d’étude. Il s’agit des
forêts classées de : Pahou, l’Atlantique, Ouèdo, Djigbè et Agrimè.

Page 50 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux


3.5.2.2 Les aires communautaires de conservation de la biodiversité

Les réserves naturelles concernent entre autres :


 La zone de présence du Singe à ventre rouge. Espèce endémique au Bénin et en danger
critique d’extinction, le Singe à ventre rouge (Cercopithecus erythrogaster) est rencontré dans
une végétation dégradée et réduite à des buissons d’arbustes à Togbota (Adjohoun),
Gnanhouizoumè (Bonou) et Houanvè (Ouinhi) ainsi que la Lama.
 La vallée du Sitatunga est un parc naturel essentiellement constitué de bas-fonds et de
plaines inondables où on rencontre une antilope aquatique : le Sitatunga (Tragelaphus spekei
gratus) ainsi que d’autres espèces faunistiques et une flore pas moins diversifiée (environ 900
espèces animales et végétales inventoriées). Cette vallée occupe à ce jour environ 150 km² et
se retrouve sur le site RAMSAR 1018. L’aire géographique du Sitatunga est étendue sur une
vingtaine de villages appartenant à deux communes (Abomey-Calavi et Sô-Ava) du delta de
l’Ouémé. Le Sitatunga est spécifiquement mentionné au niveau des forêts marécageuses à
Agonvè (Zagnanado), Zinvié-Kpotomey-Lokoli, Hozin, Pahou. C’est une espèce aujourd’hui
rare car en voie d’extinction du fait de la fragmentation de ses habitats, de la perte des
milieux humides et la pression de chasse.
 L’aire de distribution du Lamantin d’Afrique : en début de crues en aval du fleuve Ouémé, on
note des déplacements importants du Lamantin d’Afrique (Trichechus senegalensis), espèce
en danger critique d’extinction (à peine 50 à 100 individus dénombrés). La présence de ce
gros mammifère herbivore est signalée dans des gîtes à des profondeurs des cours d’eau
avoisinant 8-12 mètres (dans les zones de Naveli-Kessounou à Dangbo, Goukon aux
Aguégués) ou 15-20 mètres (Bossa-Sagon à Ouinhi).

3.5.2.3 Les sites RAMSAR

Dans la partie sud du Bénin, on retrouve deux complexes de zones humides qui se répartissent en
Complexe Est (site RAMSAR 1018) et Complexe Ouest (site RAMSAR 1017) (voir la Carte 9). Le delta
de l’Ouémé est une partie intégrante du Complexe Est. Toutefois, le complexe Ouest dans une
moindre mesure y figure à cause de la présence de la portion de la zone côtière concernée par
l’étude.

Comme l’indique la Carte 9, ces complexes RAMSAR offrent un paysage riche et varié constitué de
reliques de forêts denses qui sont pour la plupart sacrées, des galeries forestières, des savanes, des
plans d’eau comme le lac Nokoué, le chenal de Tôchè, la lagune de Porto-Novo, le chenal de Cotonou,
le fleuve Ouémé et la rivière Sô, les plaines inondables de Sèmè-Kpodji, les marécages, les mangroves
et les terres fermes où se développent les activités agricoles.

De par la diversité des milieux humides qui le composent et leur participation à la régulation du cours
principal du fleuve Ouémé, le delta de l’Ouémé assure de manière quantitative et qualitative
l’entretien et la pérennité de l’ensemble du système humide 1017 et 1018 auquel il appartient. Il
apparaît aussi comme la partie la plus riche en ressources biologiques et agricoles de toute la zone
humide.

3.5.2.4 Les aires marines protégées

Il existe plusieurs sites d’Aires Marines Protégées (AMP) projetés et en cours de validation au Bénin.
Mais à peine deux AMP se retrouvent dans les limites du delta de l’Ouémé et de la zone côtière :
celles de Avlékété-Togbin et de Avlékété. Ce sont des zones de grande importance écologique. On y

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 51


retrouve les tortues marines notamment la tortue luth, la tortue verte ou olivâtre (espèces en danger
car à statut particulier sur la liste rouge de l’UICN) et le lamantin d’Afrique (espèce vulnérable).

3.5.3 Les services écosystémiques

Le delta de l’Ouémé et la zone côtière sont un vaste et riche écosystème qui offre des biens et
services à la société au sens général et aux riverains plus spécifiquement.

Pratiquement tous les types de services écosystémiques rappelés dans la Figure 3-17 sont concernés,
avec notamment :
 l’alimentation (poisson, viande, cultures)
 les différents autres usages (eau de boisson, irrigation, transport, pêche, agriculture,
saliculture, usage industriel, usage domestique pour les populations bordant la ressource) ;
 les matières premières pour différents secteurs d’activité (ex. sable fluvial pour les matériaux
de construction) ;
 le transport fluvio-lagunaire ;
 le rôle de réceptacle des eaux usées épurées, de systèmes fermés ou non ;
 le maintien de la fertilité du sol ;
 les ressources médicinales et ligneuses ;
 les ressources ornementales ;
 la préservation de la santé des populations, en ce sens que le système d’autoépuration de
l’eau actif régule l’équilibre de l’écosystème qui peut être soumis à de grands dommages liés
aux rejets d’eaux usées de diverses sources, causes de l’élévation du taux de prévalence de
maladies hydriques (diarrhéiques, paludisme, …) ;
 les valeurs spirituelles et religieuses ; et
 la récréation et le tourisme.

Figure 3-17 Les différents type de services écosystémique [Commissariat Général au Développement Durable français,
2010]
Les principales menaces affectant la conservation de la diversité biologique sont la destruction des
habitats et faune résultant de la pression de chasse, de l’ouverture de carrières d’exploitation de
sable et de la pollution de leur habitat de migration. Cette pression élevée résulte non seulement de
la migration des populations vers la zone côtière mais aussi du taux d’accroissement naturel élevé de
la population (Teka et al., 2017).

Page 52 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux


Le développement du Bénin passe par la gestion parcimonieuse et durable de cette ressource. En
effet, l’amélioration des revenus et conditions de vie sont tributaires de la qualité des écosystèmes et
de leur accès aux populations. Or la dégradation qui caractérise actuellement le delta de l’Ouémé
constitue une menace pour le bien-être, la santé et la sécurité des populations (notamment les plus
pauvres), ainsi que sa dynamique économique.

Photo 3-7 Pneus utilisés pour la mise en place d’ Photo 3-8 Transport de branchages pour les Acadjas
« Acadjas »

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 53


4 LES FACTEURS FONDAMENTAUX DE DEVELOPPEMENT

Ce chapitre décrit les facteurs fondamentaux de développement du delta et la zone côtière, à savoir
la démographie, le développement économique et social, les aspects de santé publique et
d’éducation, les besoins alimentaires, l’approvisionnement en eau potable et l’assainissement, les
besoins énergétiques et les voies de communication.

4.1 La démographie et l’urbanisation

4.1.1 Une forte croissance démographique

Au niveau national, le Bénin connait depuis les années 60 une forte croissance démographique. Entre
1961 et 2013, la population s’est multipliée par 5 environ, passant de 2.106.000 habitants en 1961 à
9.983.884 en 2013, avec un taux de croissance régulièrement en progression (2,8% entre 1979 et
1992, 3,25% entre 1992 et 2002 et 3,5% entre 2002 et 2013).

Selon les projections de l’INSAE la population du Bénin atteindrait 12,2 millions en 2020 et 16,6
millions en 2030, avec un taux de croissance moyen de l’ordre de 3% au cours de la période. Selon les
prévisions des Nations-Unies, la population du Bénin serait comprise entre 22 et 27 millions
d’habitants en 2050 (Figure 4-1), soit un doublement de la population 2020.

Figure 4-1 Projections de la population du Bénin jusqu’en 2050 [Nations Unies, 2017]

Au niveau du delta de l’Ouémé, d’après le Quatrième Recensement Général de la Population et de


l’Habitation (RGPH4), la population des 18 communes situées dans l’emprise du delta (telles
qu’identifiées dans la section 2.5.2) était de près de 3,1 millions d’habitants en 2013, représentant
près de 31% de la population du Bénin. La majorité de la population (65%) se trouve dans le Grand
Nokoué, regroupant les communes d’Abomey-Calavi, Ouidah, Cotonou, Porto-Novo et Sèmè-Kpodji
(Tableau 4-1).

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 55


Tableau 4-1 Structure de la population des 18 communes rurales et urbaines du delta de l’Ouémé, taux d’accroissement
et densité en 2013
Communes Population Superficie Nombre Taux d’accr. Population Population Densité
2
(hbts) (km²) de entre 2002- de femmes rurale (%) (hbts/km )
ménages 2013 (%) (%)
So-Ava 118.547 209 20.356 4,0 49,4 88,7 567
Toffo 101.585 492 20.142 2,7 51,7 69,1 206
Zè 106.913 653 19.224 3,5 51,6 71,7 164
Adjarra 97.424 75 21.363 4,3 51,3 12,2 1 299
Adjohoun 75.323 279 15.309 2,5 51,7 56,9 270
Aguégués 44.562 103 8.463 4,6 50,2 60,9 433
Akpro-Missérété 127.249 79 23.866 4,7 51,1 53,2 1.611
Bonou 44.349 250 7.721 3,6 51,8 72,8 177
Dangbo 96.426 149 19.613 3,4 51,0 69,8 647
Covè 51.247 418 10.031 3,4 52,2 100,0 123
Ouinhi 59.381 342 9.617 4,0 51,2 71,3 174
Zagnanado 55.061 540 10.419 3,6 51,3 100,0 102
Zogbodomey 92.935 825 19.987 2,4 51,3 88,5 113
Communes rurales 1.071.002 4.414 206.111 3,6 51,2 67,8 243
Abomey-Calavi 656.358 539 145.510 6,9 50,7 31,4 1.218
Ouidah 162.034 336 36.459 6,9 51,5 70,6 482
Cotonou 679.012 79 166.433 0,2 52,0 0,0 8.595
Porto-Novo 264.320 50 60.368 1,5 52,3 0,0 5.286
Sèmè-Kpodji 222.701 218 49.490 6,0 50,8 31,9 1.022
Communes urbaines 1.984.425 1.222 458.260 4,3 51,5 26,9 1.624
Delta de l'Ouémé 3.055.427 5.636 664.371 3,8 51,3 47,4 542
Bénin 10.008.749 114.763 1.210.463 3,5 51,2 87
Source : RGPH4, INSAE 2013

On note une stagnation du taux d’accroissement de la population de Cotonou (0,2%) au cours des dix
dernières années en raison de la saturation de l’espace (près de 8.600 hbts/km2) contrastant avec la
très forte croissance démographique dans les communes voisines d’Abomey-Calavi (6,9%) et Sèmè
Kpodji (6%).

La population du delta estimée à 3,5 millions d’habitants en 2018 atteindrait 4,7 millions en 2030 et
près de 7 millions en 2050 soit le double de la population actuelle.

4.1.2 Une urbanisation très rapide, souvent mal contrôlée

Au niveau du Bénin, le taux d'urbanisation se trouve actuellement autour de 45%, avec une
croissance annuelle d’environ 3,5%. D’ici à 2050, il atteindra 70 à 75% (MCVDD, 2016). En combinant
cette donnée avec la croissance de la population prévue, il ressort que 8,5 millions de béninois
vivront en ville en 2030 et 17 millions en 2050.

Au niveau du delta, et notamment la zone du Grand Nokoué, la comparaison des cartes d’occupation
du sol en 2007 (Carte 7a et Carte 8a) et 2015 (Carte 7b et Carte 8b) montre que la croissance de la
population se traduit par une très forte urbanisation.

La demande de terrains à bâtir se faisant de plus en plus forte en raison de l’explosion urbaine et de
la flambée des prix du foncier dans les centres villes et les péricentres, les populations s’orientent
vers les zones périphériques souvent impropres à l’habitation (zone inondable, bas-fonds…). La
croissance urbaine dans le delta de l’Ouémé depuis 1980 est illustrée dans la Figure 4-2.

Page 56 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux


1980 2000

2010 2020

Figure 4-2 Extension des zones urbaines et péri-urbaines dans le delta de l’Ouémé

L’urbanisation est marquée par de multiples opérations de lotissement et de remembrement urbain.


Mais cette tendance se heurte aux principes réglementaires de l’aménagement car le lotissement ne
signifie pas urbanisation. Au contraire, on assiste à une hypothèque des terres agricoles et un
étalement urbain incontrôlé avec comme conséquence les problèmes de mobilité urbaine,
d’assainissement urbain, de pollution des eaux et de pression sur la ressource eau au regard de la
demande à satisfaire en matière d’accès à l’eau potable.

Cette situation d’occupation anarchique fait peser non seulement de lourdes menaces sur le
développement harmonieux des villes mais aussi sur les ressources naturelles comme c’est le cas à
Godomey où le périmètre de protection d’un puits de captage de la SONEB est envahi par les
habitations, ou encore dans les zones lacustres où la forte croissance de l’habitat spontané impacte
l’ensemble des ressources naturelles.

L’inondation est aussi un problème car les berges des cours d’eau du delta subissent l’assaut des
opérations de lotissement de telle manière qu’on assiste à l’installation humaine sur ces berges qui
pourtant ne sont pas épargnées lors des grandes crues. Les habitations et, dans le pire des cas des
villages entiers, sont affectés par le débordement des eaux en période de crue.

Cette urbanisation mal contrôlé s’explique en partie par le fait que : 1) la plupart des zones
périphériques impropres à l’habitation sont en fait des dépendances du domaine public de l’Etat
(mines et carrières, lits et berges des cours d’eau, littoral, etc.) et par conséquent exclues de tout
aménagement spatial, urbain ou rural ; 2) l’encadrement normatif de l’aménagement urbain ne
dispose pas à ce jour de texte d’intégration (de type Code de l’Urbanisme) définissant les grands
principes et donnant une cohérence à une matière qui demeure fortement influencée par le droit
domanial (Code Foncier Domanial).

En résumé, le delta de l’Ouémé, tout comme le Bénin, connait une très forte croissance
démographique couplée à une urbanisation très rapide. Ce phénomène va s’accompagner d’un défi
majeur : celui de satisfaire les besoins fondamentaux en termes d'eau, alimentation et énergie. Cette
pression sera plus forte dans le delta de l'Ouémé où l'urbanisation et la pression sur les terres
agricoles fertiles seront plus remarquables.

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 57


4.2 Le développement économique

4.2.1 Le Produit Intérieur Brut

Le PIB du Bénin est en croissance assez régulière depuis le début des années 2000 avec néanmoins
une légère baisse en 2010 et une baisse plus significative en 2015 (Figure 4-3) qui positionnait le
Bénin à la 142ème place dans le classement des pays suivant ce critère (ONU, 2016).

Figure 4-3 PIB du Bénin en milliards US$ [BM, 2017)

La Figure 4-4 montre l’évolution similaire du PIB par habitant qui a atteint près de 860 USD en 2017
confirmant une nette reprise depuis 2015.

Figure 4-4 PIB per capita en dollars [BM, 2018]

Dans son rapport 2018 sur les perspectives économiques en Afrique, la Banque africaine de
développement (BAD) a noté que le taux de croissance du PIB réel du Bénin en 2017 était estimé à
5,5 %. Il était en progression par rapport aux 4 % de 2016. Le PIB a continué de progresser en 2018
avec un taux de croissance de 6%. Il reste que, selon le rapport 2018 de la BAD sur les projections de
croissance, les effets du climat sur l’agriculture et la dépendance du pays vis-à-vis du Nigeria laissent
planer une incertitude sur l’évolution future.

4.2.2 Une balance commerciale déficitaire

Les échanges commerciaux entre le Bénin et l’extérieur suivent une évolution erratique, marquée par
un déficit structurel. Ces échanges sont caractérisés par des importations (énergie et biens à valeur

Page 58 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux


ajoutée) supérieures aux exportations essentiellement agricoles (matières brutes telles que coton,
cajou, ananas) qui sont vulnérables aux conditions climatiques et aux fluctuations des prix.

Ce déficit récurrent de la balance commerciale (Figure 4-5) montre que l’absorption interne est
régulièrement supérieure à l’offre domestique. En conséquence, le pays est maintenu dans une
dépendance vis-à-vis de l’extérieur, et se trouve limité dans ses marges de manœuvre en termes de
politique économique.

Figure 4-5 Déficit commercial du Bénin en milliards de FCFA

Toutefois, une grande partie des échanges avec le Nigéria n’est pas signalée et une évaluation précise
des flux commerciaux est donc difficile. En effet, le sud-ouest du Nigéria et le sud-est du Bénin
partagent de profondes affinités culturelles et ethniques yoruba qui remontent à des siècles avant
l'ère des frontières nationales modernes (Omoniyi, 2004). Il s’est progressivement développé entre
les deux pays une culture commerciale florissante, avec des marchandises et des personnes qui
circulent dans des corridors commerciaux et des itinéraires établis de longue date.

La Figure 4-6 détaille la balance commerciale pour l’année 2015 par groupe de produits.

Figure 4-6 Importations et exportations du Bénin en USD par groupe des produits [source : WTO Organisation
mondiale du commerce]

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 59


4.2.3 Les secteurs contributeurs

Comme l’indique la Figure 4-7, le secteur tertiaire est le principal contributeur de l’économie
nationale ; il a connu une légère augmentation au cours des 10 dernières années, de 50 à 55%. Les
secteurs primaire (agriculture, pêche, élevage) et secondaire (industrie) contribuent ensemble, à
parts sensiblement égales, à l’autre moitié de l’économie nationale. Au niveau de l’emploi, la
répartition par secteur est la suivante : 53% dans le secteur tertiaire, 7% dans le secteur secondaire et
40% dans le primaire (Figure 4-8).

Figure 4-7 Contribution par secteur au PIB réel [Réalisé à Figure 4-8 Emploi par secteurs (en milles personnes)
partir des données TaBEN 2017/DPC-MEF ] [FMI, 2018]

4.2.4 Le poids du delta de l’Ouémé dans l’économie nationale

La part du delta de l’Ouémé dans l’économie nationale est très importante, notamment à travers
l’agriculture, la pêche, les industries, les services et le tourisme.

Selon les résultats du RGPH4, le delta de l’Ouémé constitue une source d’emplois pour de nombreux
ménages. Le commerce (et activités connexes) est le premier secteur pourvoyeur d’emplois dans le
delta (32%), suivi de près par l’agriculture, l’élevage et la pêche (30,4%). Viennent ensuite les
industries (12,6%), le transport / communication (5,6%) et le bâtiment et travaux publics (4,8%). Les
autres services totalisent 14,6%. (Tableau 4-2).

Tableau 4-2 Activités économiques (exprimées en pourcentage de la population active) dans les 18 communes du delta
de l’Ouémé
Communes Agriculture Industries Commerce, Transport et Bâtiment Autres
Elevage (extractives et Restauration Communication et Travaux services
Pêche et manufacturières) Hébergement (%) publiques (%)*
Chasse (%) (%) (%) (%)
So-Ava 44,1 7,6 40 0,9 1,4 6
Toffo 53,4 12,1 17,3 4,1 2,3 10,8
Zè 51,5 14,3 15,5 4,5 3 11,2
Adjarra 3,2 15,7 42,8 8,3 12,9 17,1
Adjohoun 35,7 10,74 36,4 3,3 3,3 10,56
Aguégués 34,4 7,6 49,5 1,4 1,6 5,5
Akpro-Missérété 6,6 15,8 41,2 9,7 10,6 16,1
Bonou 33,3 15,3 30,5 4,9 2,4 13,6
Dangbo 44,1 9,5 31,6 3,3 3,1 8,4
Covè 36,5 14,4 27,1 4,6 4,1 13,3
Ouinhi 56,9 9,9 21,4 3 1,7 7,1
Zagnanado 62,3 8,6 16,9 2,2 2,4 7,6

Page 60 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux


Communes Agriculture Industries Commerce, Transport et Bâtiment Autres
Elevage (extractives et Restauration Communication et Travaux services
Pêche et manufacturières) Hébergement (%) publiques (%)*
Chasse (%) (%) (%) (%)
Zogbodomey 60,3 9,5 16,9 2,8 1,8 8,7
Communes rurales 40,18 11,62 29,78 4,08 3,89 10,46
Abomey-Calavi 4,8 16,6 30 10,7 8 29,9
Ouidah 12,7 15,7 32,5 9,2 7 22,9
Cotonou 1,6 14,7 40,5 9,5 5,7 28
Porto-Novo 1,3 13,6 43,3 7,6 8,9 25,3
Sèmè-Kpodji 4,3 15 43,2 10,6 6,4 20,5
Communes urbaines 4,94 15,12 37,9 9,52 7,2 25,32
Delta de l'Ouémé 30,39 12,59 32,03 5,59 4,81 14,59
Bénin 50,71 10,21 19,90 4,26 3,17 11,74
Source : INSAE
* : Autres services (Eau, Electricité, Gaz, Assainissement, Traitement des déchets et Dépollution, Banque et Assurance, Non
déclarés)

A l’échelle du pays, les avantages comparatifs du delta pour l’économie sont :


 L’abondance d'eau et de sols fertiles qui font (ou pourraient faire) du delta le grenier
alimentant le pays en produits alimentaires ;
 La présence et l’abondance des eaux douces, saumâtres et salées offrant des opportunités de
développer la pêche et l’aquaculture ;
 La présence d’un port maritime, d’un aéroport, de voies navigables et terrestres qui, associée
aux autres avantages, favorisent le développement du commerce et de l’industrie
(notamment l’agro-industrie) en même temps qu’ils permettent d’offrir des services variés
aux pays voisins ;
 L’existence de larges plages et de riches traditions liées à l'eau qui facilitent le développement
de l’écotourisme.

Le chapitre 5 apporte une description plus détaillée des diverses activités économiques du delta et de
la zone côtière.

4.3 Le développement humain

4.3.1 Un Indice de développement humain faible et stagnant

En 2014, la valeur de l’Indice de développement humain (IDH) enregistré par le Bénin était de 0,480
(Figure 4-9). L’IDH a connu un accroissement moyen annuel de 1,5% au cours de la période 1980-
2014, impulsé principalement par les progrès réalisés dans les domaines de la santé et de l’éducation,
et dans une moindre mesure par les gains liés à la croissance économique. Malgré ces performances,
le niveau de développement humain au Bénin demeure faible, étant donné que la valeur enregistrée
est inférieure à 0,5 qui est la norme admise. On observe également une relative stagnation de l’indice
et de ses composantes de 2010 à 2014. Selon les dernières estimations, le Bénin est classé 163ème sur
188 pays par rapport à l’IDH [PNUD, 2017].

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 61


Figure 4-9 Evolution de l’IDH et ses composantes entre 1980 et 2014 au Bénin [PNUD, 2015]

4.3.2 Une pauvreté persistante

La croissance économique relativement bonne ne s’est pas traduite par une réduction de la pauvreté.
Au contraire, l’incidence de la pauvreté monétaire a augmenté, passant de 36,2 % en 2011 à 40,1%
en 2015 (Figure 4-10), alors qu’elle avait faiblement diminué entre 2006 et 2011. A un niveau
désagrégé, l’incidence de pauvreté monétaire (c’est-à-dire la proportion de personnes se situant sous
le seuil de pauvreté) s’est aggravée dans tous les départements à l’exception du Littoral qui se situe
sur la ligne de stabilité.

Près des trois quarts de la population vivent avec un revenu inférieur à 2 dollars par jour (INSAE,
2015).

Figure 4-10 Evolution de la pauvreté monétaire entre 2011 et 2015 [INSAE, 2015]

Le Bénin présente une marginalisation sociale qui est quantitativement et qualitativement extensive
et structurellement enracinée. Presque tous les indicateurs pertinents, tels que le revenu, le genre et

Page 62 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux


l’éducation, indiquent de graves inégalités, bien que les indicateurs sociaux se soient améliorés au
cours des dernières années.

En outre, le développement n’est pas également réparti au niveau régional ; les zones urbaines et
côtières bénéficient beaucoup plus du développement que les zones rurales. La montée des
inégalités a suscité des migrations internes (« hyperurbanisation ») et une insatisfaction accrue parmi
les personnes défavorisées et les jeunes diplômés universitaires au chômage. Un pourcentage
considérable de la population est engagé dans une économie de subsistance et pratique des activités
commerciales informelles (notamment avec le Nigéria).

À la différence de la situation nationale, dans le delta de l’Ouémé, les pauvres sont plus concentrés en
ville qu’en milieu rural (Figure 4-11).

Bénin Delta de l'Ouémé


60

50
40
40
percent

percent

30
20
20

10
0

Urbain rural Urbain rural

Figure 4-11 Incidence de la pauvreté monétaire au Bénin et dans le delta de l’Ouémé selon le milieu de résidence
[EMICoV, 2015]

La Figure 4-12 illustre la structure des dépenses des ménages dans les départements du delta de
l’Ouémé : les dépenses pour l’alimentation viennent largement en tête, suivies par celles pour le
logement et le transport, plus marquées en zones urbaines ; les dépenses pour l’habillement,
l’éducation et la santé viennent en dernière position à un niveau plus élevé en milieu urbain qu’en
milieu rural où elles sont faibles à très faibles.
200000 400000 600000 800000

Urbain Rural Urbain Rural Urbain Rural Urbain Rural Urbain Rural
Atlantique Littoral Ouémé Plateau Zou
Santé Education
Logement, Eau, Electricité... Habillement
Transport Alimentation

Figure 4-12 Structure des dépenses par département et selon le milieu de résidence dans le delta de l’Ouémé [EMICoV,
2015]

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 63


4.3.3 La santé

L’accès aux soins de santé de base au Bénin reste extrêmement faible : six médecins pour 100 000
personnes [Bertelsmann Stiftung BTI, 2016]. Le territoire rural du delta est sous-équipé en
infrastructures de santé avec 145 infrastructures de santé pour 744 villages [INSAE, 2016].

Les maladies liées à l’eau notamment le paludisme et les gastro-entérites (représentant ensemble
54% des cas de consultation) sont fréquentes [Ministère de la Santé, 2016].

Bien que l’indice de développement humain soit encore faible, les données sur la santé montrent que
l’état de santé du béninois s’est amélioré entre 1980 et 2010 mais il stagne entre 2010 et 2014 (Figure
4-9).
4.3.4 L’éducation

Selon les résultats du RGPH 2013, le taux de scolarisation au primaire des 6-11 ans est de 73,35% en
milieu rural et de 84,88% en milieu urbain. Le territoire rural du delta est bien équipé en
infrastructures d’éducation avec 1038 infrastructures d’éducation pour 744 villages [INSAE, 2016].

La scolarisation dans le primaire s’est accrue (durée actuelle 3,6 ans et durée projetée 12,6 ans)
[PNUD 2017], promettant un avenir meilleur dans ce secteur pour les années à venir.

Le taux d’alphabétisation des 15 ans et plus, qui est un facteur important surtout en milieu rural, est
de 36,5 % en milieu rural et 68 % en milieu urbain dans le delta de l’Ouémé (RGPH-2013).

4.4 La sécurité alimentaire

La sécurité alimentaire est « assurée quand toutes les personnes, en tout temps, ont
économiquement, socialement et physiquement accès à une alimentation suffisante, sûre et nutritive
qui satisfait leurs besoins nutritionnels et leurs préférences alimentaires pour leur permettre de mener
une vie active et saine ». La sécurité alimentaire est analysée à travers la disponibilité des denrées
alimentaires, l’accès des personnes à ces denrées et l’utilisation qu’elles font de celles-ci, ainsi que la
stabilité de ces trois composantes.

Le Bénin est en train d’augmenter sa production agricole, mais le potentiel est encore peu valorisé,
hormis quelques cultures. Les volumes annuels des produits alimentaires dominants sont faibles
(Figure 4-13).

Figure 4-13 Production agricole 2014 au Bénin (source : http://benin.opendataforafrica.org/ldokpg/home)

Page 64 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux


Les rendements des cultures dominantes des produits alimentaires sont également faibles. Durant la
période 1993-2013, la croissance du rendement n’a été que de 2,9% pour le maïs, 2,7% pour le
sorgho et 1,2% pour l‘igname, contre respectivement 6,5% pour la patate douce, 4,1% pour le riz et
le manioc.

Cette faiblesse des rendements agricoles par rapport au potentiel a des conséquences graves sur la
disponibilité des aliments. En 2009, il a été enregistré un déficit moyen équivalent à 28,3% du
disponible par rapport aux besoins de consommation alimentaire sur l’ensemble des départements.
En 2013, environ 5 à 10% des ménages de la Basse et Moyenne vallée de l’Ouémé étaient touchés par
l’insécurité alimentaire tandis que 26 à 35% de ces ménages vivaient dans un état de sécurité
alimentaire limite (AGVSA, 2013). Le déficit observé peut être aggravé par la vente, régulée ou non,
de certains produits alimentaires hors du pays (Figure 4-14).

Figure 4-14 Exportations des produits d’alimentation du Bénin 1998-2015 (source : Organisation mondiale du
commerce, 2017, Université de Sherbrooke, Québec, Canada)

Pour combler le déficit, de nombreux produits alimentaires sont importés comme l’indique la Figure
4-15.

Figure 4-15 Importations des produits d’alimentation au Bénin jusqu’à 2015 [Organisation mondiale du commerce,
janvier 2017, Université de Sherbrooke, Québec, Canada]

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 65


L’achat d’aliments importés a atteint montant de plus de 1,5 milliard USD en 2014. Les importations
de céréales (riz et blé principalement) sont en très forte progression (820 millions USD en 2016
contre près de 500 millions USD en 2015) alors même que le potentiel agricole du Bénin apparaît très
riche en raison de la diversité agro-écologique (climat et végétation variés du nord au sud, vallées
fertiles, etc.).

L’analyse comparative de Figure 4-14 et Figure 4-15 montre que, en 2014 et 2015, les importations
des produits alimentaires étaient 7 à 10 fois supérieures aux exportations. Il s’en suit que même en
l’absence d’exportation de produits alimentaires, la production nationale ne suffit pas pour couvrir
les besoins nationaux ; et le besoin de nourrir la population pèse de plus en plus sur les dépenses
nationales.

Pour ce qui concerne la pêche, la production halieutique nationale a connu une très légère croissance
entre 2009 et 2014, de 40 à 45.000 tonnes/an. Sa croissance a été plus marquée au cours des trois
dernières années avec un bond important (70.000 tonnes) en 2018 (Figure 4-16). Cette production ne
représente toutefois que la moitié des besoins du Bénin : 73.000 tonnes de poissons congelés ont été
importés en 2015.

La croissance de la production 80.000


nationale est principalement 70.000
due à la croissance de la pêche 60.000
maritime et d’une aquaculture 50.000
Tonnes

naissante, respectivement 41% 40.000


et 7% de la production 30.000

nationale en 2018. La 20.000


10.000
production de la pêche
-
continentale est en revanche

2018
2009

2010

2011

2012

2013

2014

2015

2016

2017
restée plus ou moins stable ces
dix dernières années, entre 30 Pêche Continentale Capture Peche Maritime Production Aquaculture
et 37.000 tonnes/an (52% de la
production nationale en 2018). Figure 4-16 Evolution 1998-2018 de la production halieutique totale au Bénin
(source : INSAE, 2019)

Du fait du niveau de pauvreté (voir section 4.3.1), la population a dans l’ensemble un faible niveau
d’accès à la nourriture. En raison des habitudes alimentaires (chronobiologie, fruits, etc.) et de l’art
culinaire (souvent repas cuits, etc.), la couverture des besoins journaliers en énergie ne dépasse
guère, pour plus du quart de la population béninoise, 1300 kilocalories au lieu de 2400, minimum
nécessaire à un adulte de poids moyen de 65 kg pour une vie active [MPD, 2018].

L’atteinte des résultats attendus de certains projets actuellement en cours (ARCH, ACCESS, etc.)
pourrait contribuer à l’amélioration des revenus et des conditions de vie de certaines couches de la
population. Ceci assurerait un accès plus ou moins continu à la nourriture. Aussi, la mise en œuvre
effective de la politique nationale d’alimentation et de nutrition, ainsi que les actions visant le
renforcement de l’accès à une alimentation diversifiée, pourraient offrir davantage d’opportunités
aux populations pour améliorer durablement leur état nutritionnel.

Il convient de noter que l’agriculture pluviale qui est tributaire du climat, ne permet pas d’assurer la
sécurité alimentaire, notamment la disponibilité des aliments. En effet, les changements

Page 66 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux


climatiques, qui se manifestent dans le bassin de l’Ouémé par l’augmentation des températures de
l’ordre de 2 °C, la baisse de la pluviométrie annuelle, la diminution du nombre de jours pluvieux,
l’irrégularité de la saison des pluies, la fusion progressive des deux saisons de pluies en une seule,
impactent négativement l’agriculture (Awoye et al., 2012 ; Otieno et al., 2018). Ainsi, des simulations
basées sur des projections climatiques futures montrent que la productivité du maïs, principale
culture vivrière, sera réduite d'environ 5 à 25% d'ici 2050 (Lawin et al., 2013). Par ailleurs, en vingt
ans, les superficies emblavées ont été multipliées par 1,5 fois, alors que la production alimentaire
moyenne annuelle par habitant n’a progressé que de 1,6%, ce qui en dessous du taux de croissance
démographique de 3,5%. Par contre, la production du poisson, qui représente environ 53% de
l’apport en protéines animales de la population béninoise, est en augmentation (jusqu’à 70.000
tonnes en 2018) contre une production de 40.000 et 45.000 tonnes/an jusqu’en 2015.

4.5 L’approvisionnement en eau potable


L’approvisionnement en eau potable dans le delta de l’Ouémé repose sur les eaux souterraines. Le
taux moyen de desserte dans la zone du delta est de 41,1%.

Le taux de desserte en milieu rural révèle d’importantes disparités comme le montre la Carte 12a,
avec des situations critiques au niveau des Aguégués, Adjarra, Sèmè-Kpodji, Abomey-Calavi et Sô Ava
qui présentent des taux inférieurs à 25%. La fourniture d’eau pour la consommation et les activités
domestiques en milieu rural est assurée par les AEV (adductions d'eau villageoise), les PMH (pompe à
motricité humaine), les PEA (poste d’eau autonomes) privés et/ou communautaires, ainsi que les
sources alternatives non potables (marigots, rivières, fleuves, puits peu profonds) (Figure 4-17).

Figure 4-17 Système d’exploitation pour l’approvisionnement dans le delta rural [BID, 2018]

L’approvisionnement en eau potable en milieu urbain dans le delta de l’Ouémé (Carte 12b) est assuré
par la SONEB. En 2017, elle a mobilisé 40.561.800 m3 produits à partir de forages situés à Godomey
(76% de la production), Porto-Novo (12%) et Abomey-Calavi (7%). Les communes de Cotonou,
Abomey-Calavi et Ouidah ont un taux de desserte supérieur à 50%. Le taux de desserte de la SONEB
est compris entre 25 et 50% dans les communes d’Allada et Zagnanado ; il est inférieur à 25% dans
les autres communes du delta.

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 67


En considérant un taux moyen de 50 l/hab/jour, les besoins en eau potable de l’ensemble des
communes du delta sont de l’ordre de 60.000 m3/jour en 2018, 90.000 m3/J en 2030 et 135.000 m3/j
en 2050.

Prenant en compte les déficits actuels, le projet 43 du PAG ambitionne d’atteindre un taux de
desserte en milieu rural et semi-urbain de 100% sur l’ensemble du pays à l’horizon 2021 tandis que le
projet 44 vise à améliorer sensiblement les taux de desserte en milieu urbain.

4.6 L’assainissement

La gestion des eaux usées et excréta est encore embryonnaire. Quant à la gestion des déchets solides,
plusieurs programmes ont amorcé le processus. En général, le traitement des déchets solides et
liquides est quasi inexistant dans les milieux urbains pauvres et ruraux. Seuls 25 % des 230 000
tonnes de déchets produits chaque année sont collectés. Par défaut d’abonnement des populations
aux ONG de pré-collecte d’ordures ménagères, les déchets se retrouvent généralement dans les
caniveaux et canaux à ciel ouvert (ouvrages d’évacuation des eaux pluviales).

4.6.1 L’assainissement liquide

4.6.1.1 Assainissement des eaux pluviales

Les eaux de pluie créent de nombreux dommages aux populations ; elles sont responsables de l’état
défectueux de la majorité des voies de desserte. Pour prévenir ce problème ou le corriger, les eaux
pluviales sont drainées par des collecteurs à ciel ouvert (primaires, secondaires) parfois de grande
portée. En 2008, Cotonou bénéficiait de 28 570 ml de collecteurs revêtus, 4500 ml de collecteurs en
terre et 20 000 m2 de bassins et il était projeté la construction d’autres collecteurs dans la ville [PDC-
Cotonou, 2008].

Sur la base des études réalisées dans le cadre du Projet d'Urgence de Gestion Environnementale en
Milieu Urbain (PUGEMU), le Gouvernement a inscrit dans son Programme d’Actions un projet
prioritaire portant sur l’Assainissement pluvial de Cotonou (n°39). Pour le financement de ce projet
(400 millions USD environ) une table ronde s’est tenue à Paris le 17 janvier 2018. Elle a permis de
mobiliser 430 millions USD auprès de plusieurs agences de financement (BID, BM, BOAD, BAD, BEI,
AFD). Le projet, qui est mis en œuvre par l’Agence du Cadre de Vie pour le Développement du
Territoire (ACVDT), est en phase de démarrage dans certains sous-bassins de Cotonou. Ce projet doit
conduire à améliorer les conditions de vie des habitants de Cotonou en réduisant leur exposition et
leur vulnérabilité aux risques d’inondation et améliorer les conditions sanitaires. Il est notamment
prévu de libérer des exutoires naturels, des bas-fonds et des couloirs d’écoulement des eaux, de
construire des collecteurs primaires dans les bassins et de conforter les berges. La BM/IDA financera
plus particulièrement la construction de 28,07 km de collecteurs et de 7,27 km de matelas-gabions
pour protéger les berges, ainsi que la remise en état de trois bassins de rétention totalisant un
volume de stockage de 431 698 m3 au profit de plus de 168 000 bénéficiaires (Banque Mondiale,
2019).

4.6.1.2 Assainissement des eaux usées et excréta

A part les communes du Grand Nokoué où des systèmes d’assainissement collectif (réseaux + stations
de traitement) des eaux usées sont en train d’être réalisés, toutes les autres communes évoluent en

Page 68 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux


assainissement autonome. Les populations ont théoriquement accès aux ouvrages d’assainissement
(pré-traitement des excréta) tels que les fosses étanches, les latrines familiales (VIP, Ecosan, à double
fosse…) et les fosses septiques.

Au niveau du Grand Nokoué, les ouvrages d’assainissement collectif existants comprennent : (i) trois
réseaux d’assainissement collectif des eaux usées domestiques, ceux de la Cité-Vie-Nouvelle, de la
Cité Houéyiho (Cotonou) et du marché aux poissons de Tokpa-Zoungo (Abomey-Calavi) et (ii) trois
stations de traitement des boues de vidange et des eaux usées domestiques (SIBEAU à Ekpè, Takon à
Porto-Novo, Tokpa-Zoungo). La STBV de SIBEAU, dimensionnée pour recevoir un débit de 180 m3/j, en
reçoit en réalité 450 à 600 m3/j avec pour résultat un médiocre rendement de traitement entraînant
le rejet en mer d’effluents à caractéristiques proches de celles des boues apportées par les camions.

Le Plan Directeur d’Assainissement (PDA) des eaux usées et excréta de la conurbation Cotonou,
Abomey-Calavi, Sèmè-Kpodji et Porto-Novo élaboré en 2014 met en lumière les défis relatifs à la
gestion des eaux usées dans ces communes dont la population représente près de 60% de celle du
delta (section 5.1.1). Ce PDA est actuellement en cours de mise en œuvre à travers un programme de
la Banque Mondiale. Entre autres actions prioritaires à exécuter, il y a le renforcement des capacités
de la station de traitement des boues de vidange (STBV) de la SIBEAU à Ekpè et de la station
d’épuration des eaux usées (STEP) de Tokpa-Zoungo.

Bon nombre de quartiers des communes urbaines du delta restent en réalité assimilées au milieu
périphérique voire rural. Les latrines traditionnelles (à fosse sèche non ventilée), les latrines VIP (à
fosse sèche ventilée) et les latrines modernes (à fosse étanche ou sèche disposant de siphon) restent
les seules alternatives pour collecter les excréta.

4.6.1.3 Taux de latrinisation et d’accessibilité aux ouvrages d’assainissement

Les taux de couverture des ménages en ouvrages autonomes sont faibles dans les différentes
communes où la défécation à l’air libre (DAL) est encore largement pratiquée. Les toilettes modernes
à chasse sont minoritairement utilisées. Les taux d’accès de la population aux toilettes modernes
connectées à une fosse septique ou à un réseau d’égout, dépassent péniblement les 8% à Porto-Novo
et à Cotonou, tandis qu’ils ne sont que de 4,5 et 1,3 % à Abomey-Calavi et Sèmè-Kpodji. Le taux de
défécation à l’air libre atteint 39,9% à Sèmè-Kpodji, 18,3% à Abomey-Calavi et 6,1% à Cotonou. Dans
la ville de Cotonou, 40% des parcelles ne disposent pas d’équipements sanitaires. Des fosses non
vidangées débordent et les matières fécales surnagent dans les maisons en période de pluie. Dans les
quartiers pauvres, l’enfouissement des excréta est encore fréquent.

En général, les latrines à fosse sèche ne sont pas adaptées aux zones inondables et aux zones à nappe
proche de la surface du sol, comme à Cotonou, Sèmè-Kpodji, Godomey et dans l’ensemble des
quartiers proches du lac Nokoué [PDA, 2014]. Au niveau des communes en zone lacustre, il n’existe
pas de système d’assainissement et les matières fécales sont le plus souvent directement rejetées à
l’eau. A Sô-Ava par exemple, sur 100 ménages, à peine 5 disposent de latrines.

4.6.2 L’assainissement solide

Jusqu’à ce jour, la filière de gestion des déchets solides reste embryonnaire à Cotonou, Abomey-
Calavi, Porto Novo et Ouidah et elle est presque inexistante dans les autres communes. La collecte et
l’élimination des déchets solides constituent des problèmes majeurs que rencontrent les autorités
municipales. Environ 800 à 100 tonnes de déchets sont produits chaque jour dans le Grand Nokoué.

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 69


En l’absence de points de regroupement, de centres de transfert et de décharges finales, les déchets
solides s’accumulent dans des dépotoirs sauvages. Les eaux qui percolent ces tas d’immondices en
décomposition (lixiviats) sont très chargées en polluants chimiques et bactériologiques. En
s’infiltrant, ces eaux présentent de forts risques de pollution du sol et des eaux souterraines.

Les populations perçoivent l’accumulation de déchets comme pouvant nuire à leur santé à travers des
maladies comme le choléra ou le paludisme ; pourtant elles sont peu nombreuses à s’abonner aux
services de pré-collecte. Dans les quartiers couverts par les services de pré-collecte, les ordures
ménagères sont déplacées des lieux d’habitation vers des zones inhabitées où elles sont
sommairement incinérées ou enfouies. Ces ordures sont aussi utilisées pour remblayer les berges des
plans d’eau et dans les zones inondables, pratiques polluantes pour les eaux de surface et la nappe.

Le Gouvernement a inscrit dans son programme d’action des actions portant sur la gestion des
déchets dans l’agglomération de Cotonou. C’est ainsi qu’a démarré en février 2019 le projet de
modernisation de la gestion des déchets solides ménagers dans le Grand Nokoué, avec un budget de
10 milliards de FCFA pour la 1ère année. Ce projet comprend la mise en circulation de 1000 engins
légers pour la pré-collecte des déchets et 80 engins lourds pour la collecte, ainsi que des travaux
d’amélioration et d’exploitation du lieu d’enfouissement sanitaire.

4.6.3 Les déchets industriels

La zone côtière abrite plus des 80 % des unités industrielles du Bénin (SOBEBRA, SONICOG, SOBETEX,
SOBEPEC, SCB, CIMBENIN, etc.). Celles-ci sont pour la plupart installées dans les villes de Cotonou et
de Ouidah et les déchets liquides qu’elles génèrent (eaux de refroidissement des installations et eaux
usées de production) contenant environ 1 200 tonnes de DBO et 10 250 tonnes de DCO par an sont
déversés dans les eaux lagunaires ou en mer [CEDA, 2007].

De plus en plus, ces industries se dotent d’ouvrages ou développent des procédés de prétraitement
ou traitement des eaux usées avant leur rejet dans la mer ou dans la nature. Il s’agit essentiellement
des stations à boues activées et de lagunage.

4.6.4 Les déchets hospitaliers

Les déchets solides et liquides provenant des centres de santé et hôpitaux dans le delta de l’Ouémé
n’ont pas fait l’objet d’investigations approfondies dans le cadre de cette étude. Toutefois, des études
antérieures évoquent des problématiques réelles en matière de gestion de ces déchets biomédicaux.

Les déchets hospitaliers liquides sont généralement collectés dans les fosses septiques, les puisards
et les puits perdus ou traités en station ou encore évacués dans la nature sans traitement préalable.
Compte tenu de leur provenance et de leur nature (résidus de sang, produits chimiques liquides, de
liquides médicaux divers, eaux de rinçage de films radiologiques, réactifs et solvants de laboratoires,
eaux usées domestiques, mercure et composés mercurés, films radiographiques, bain de
développement, etc.), ces déchets liquides hospitaliers sont à risque pour la santé des populations, et
peuvent contaminer les sols, les eaux souterraines et les eaux superficielles. On pourrait soupçonner
des contaminations chimiques et microbiologiques des zones rapprochées de centres de santé là où il
n’existe aucun dispositif de traitement des eaux usées. Seul le CNHU de Cotonou (dispose d’un réseau
d’assainissement qui évacue toutes les eaux produites dans l’enceinte du centre vers une station de
traitement des eaux usées à boues activées construite en 1983.

Page 70 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux


Par rapport aux déchets solides biomédicaux (DSM), la loi N°87-015 du 21/09/1987 portant Code
d’hygiène publique et son décret d’application n°97-616 du 18/12/1997 imposent l’incinération des
déchets solides de toute nature issus des hôpitaux et formations sanitaires. Les informations sur les
flux de production des DSM sont assez parcellaires au Bénin et dans la zone d’étude.

4.7 L’accès à l’énergie

L’évolution de la consommation par forme d’énergie est illustrée dans la Figure 4-18 pour l’ensemble
du Bénin. La figure met en relief l’importance persistante de la biomasse (bois de chauffe et charbon
de bois) prélevée massivement dans les plantations ou forêts du pays, et celle des produits pétroliers
(importés à 100%).

Figure 4-18 Evolution de la consommation par forme d’énergie au Bénin exprimée en ktep (ARE, Bénin)

La consommation d’énergie au Bénin est essentiellement domestique : près de 55% de l’énergie


totale est consommée par les ménages, 32% par le secteur des transports, 9% par les services et 3%
par les industries (MEFPN, 2015).

Malgré sa richesse en ressources énergétiques renouvelables (eau, vent, soleil…), le Bénin produit
peu d’électricité. Pour l’essentiel, les besoins en électricité et en produits pétroliers du pays sont
couverts par les importations.

La production d’électricité est assurée par quelques centrales électriques publiques connectées au
réseau (celles de Maria Gléta réhabilitée récemment, Porto-Novo, Parakou et Natitingou) et par des
auto-producteurs indépendants disposant de leurs propres moyens de production (Figure 4-19).

Figure 4-19 Evolution de la production d’électricité en GWh entre 2010 et 2015 (ARE, Bénin)

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 71


Le taux national d’électrification (proportion de ménages ayant effectivement accès à l’électricité)
était d’environ 30% en 2015, avec de grandes disparités entre le milieu urbain (60%) et le milieu rural
(5%) (Figure 4-20).

Taux d’électrification, milieu urbain (en%)

Figure 4-20 Evolution des performances du secteur de l’énergie entre 2010 et 2015 au Bénin (ordonnée gauche, taux
(%) ; ordonnée droite, nombre de localités électrifiées)

Au niveau des communes du Bénin, le


taux d’accès à l’énergie électrique
reste faible dans tout le pays à
l’exception des communes du Grand
Nokoué et dans quelques centres
urbains du pays (Figure 4-21).

Avec le développement socio-


économique et l’augmentation de la
population, les besoins d'énergie
électrique déjà très peu couverts vont
croître. Comme l'électricité est
importée de l'étranger, il est
stratégique pour le Bénin de générer
ses propres sources d'énergie,
notamment à partir de son potentiel
hydro-électrique, en particulier celui Figure 4-21 Taux d’accès à l’énergie électrique des communes
du bassin de l’Ouémé. du Bénin (Projet ACE-WA, 2016)

Page 72 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux


4.8 L’héritage culturel : ethnies, religions et cultes

L’ethnie dominante dans le delta de l’Ouémé est représentée par les Fons (85%). Les Adja viennent en
deuxième position avec 6,3% et les Yoruba en troisième avec 5,9%. Le détail par commune en milieux
urbain et rural est donné dans le Tableau 4-3.

Tableau 4-3 Appartenance ethniques de la population du delta de l’Ouémé


Communes Adja et Fon et app. (%) Bariba et Dendi et app. Yoa et Peulh Yoruba Autres
app. (%) app. (%) (%) Lokpa et et et app. (%)
app. (%) app. (%)
(%)
So-Ava 0,1 99,6 0 0 0 0 0 0,1
Toffo 6,7 89,2 0,1 0,1 0 0 3,5 0,4
Zè 1,1 97,6 0,1 0,1 0,1 0 0,7 0,3
Adjarra 2,5 86,6 0,1 0,1 0,1 0 10,1 0,4
Adjohoun 0,6 98,1 0 0 0,1 0 0,9 0,2
Aguégués 0,2 99,6 0 0 0 0 0,1 0
Akpro-
2,2 93,5 0,1 0,1 0,1 0 3,2 0,5
Missérété
Bonou 0,3 95,1 0 0 0,1 0 4,2 0,1
Dangbo 0,4 98 0 0 0,1 0 1,2 0,1
Covè 1,8 96,2 0 0,1 0,1 0,1 1,2 0,6
Ouinhi 0,2 84,7 0 0 0 0,1 14,9 0,1
Zagnanado 1 90,2 0,2 0,3 0,1 0,6 7,6 0
Zogbodomey 1,7 91,7 0,3 0,3 0,1 0,1 5,4 0,3
Communes
1,45 93,85 0,07 0,08 0,07 0,07 4,08 0,24
rurales
Abomey-Calavi 15,6 76,3 0,5 0,5 0,5 0,1 4,5 1,8
Ouidah 26,2 66,2 0,2 0,4 0,2 0,2 3,6 2,8
Cotonou 17,7 56,6 0,9 1,9 1,6 0,3 10,9 10
Porto-Novo 4,8 67,0 0,5 0,4 0,4 0,1 24,5 2,2
Sèmè-Kpodji 31,1 50,4 0,2 0,7 1,1 0,2 10,4 5,7
Communes
19,08 63,3 0,46 0,78 0,76 0,18 10,78 4,5
urbaines
Delta de
6,34 85,37 0,18 0,28 0,26 0,10 5,94 1,42
l'Ouémé
Bénin 15,10 38,40 9,60 4,30 2,90 8,60 12,2 8,9
Source : INSAE, 2016

S’agissant de la religion, le christianisme apparaît comme la religion la plus pratiquée au Bénin


(48,5%), ensuite l’islam (27,7%) suivi des religions traditionnelles (14,2%). Dans les communes du
delta de l’Ouémé, le christianisme est sensiblement majoritaire (73,81%) viennent ensuite les
religions traditionnelles (9,65%) et l’islam (7,38%).

L’eau, considérée comme sacrée, a une place de choix dans la culture et les cultes des populations
béninoises en général et celles du sud du Bénin en particulier. Les pratiques rituelles et cultuelles sur
les plans et cours d’eau sont plus ou moins bien documentées pour les bassins du fleuve Niger (Vissin,
2007) et du Mono-Couffo (Sossou et Agossou, 2005). Elles semblent moins documentées pour le delta
de l’Ouémé. Bien que les usages culturels et cultuels de l’eau soient très présents dans le quotidien
des populations du delta, la collecte de données n’a permis de faire ressortir que très peu de
pratiques. Certains cultes et cultures considèrent l’eau comme capable de nettoyer les impuretés.
D’autres l’associent à des rites funéraires le long des berges. A titre d’exemple, de nombreux rites et

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 73


interdits sont pratiqués au niveau de quatre rivières ou sources sacrées de la commune d’Allada. Ils
sont répertoriés dans le Tableau 4-4. Autre exemple, il est interdit de pêcher le jour du marché à
Ganvié.

Tableau 4-4 Cultes et rituels liés à l’eau dans la commune d’Allada


Arrondisse Rivières ou Cérémonies et rites Interdits Sanction en
ments Sources cas de
et localités sacrées violations
Ayou Ava (vodoun) Cérémonie d'offrande et de sacrifice Une femme en menstrues ne Maladie
de poulets et de mouton organisée doit pas puiser ni se baigner grave sauf en
chaque année dans le mois Juillet. Au dans le Ava. Une femme qui cas de
cours de cette cérémonie, la vient d'accoucher ne doit pas confession
population fait sa prière et formule s'approcher du Ava dans les pour avoir la
ses vœux afin de bénéficier de la trois mois qui suivent. Pour vie sauve.
protection divine et d’avantages pour faire passer une dépouille, un La mort
l'année en cours. La fête est précédée silence absolu est recommandé
de 9 jours de réjouissance au cours jusqu’à la traversé. Il est
desquels les chants et les danses sont interdit de tuer ses poissons.
exécutés. Cette cérémonie se fait au Une femme adultère ne doit
palais royal d'Ayou. pas s'approcher sans s’être
confessée au chef roi.
Ayou Hétô Pas de cérémonie Une femme en menstrues ne Maladie
doit pas puiser. grave.
La mort
Togoudo Ahoutô Pas de cérémonie Il est interdit aux rois d'Allada Pas de
(roi Adjaoutô) de traverser en gardant les sanction
yeux ouverts
Togoudo Sodjinou Cérémonie d'offrande et de sacrifice Une femme en menstrues ne La mort
(roi Adjaoutô) d’un bœuf mâle par les hommes et doit pas puiser ni se baigner
d’un bœuf femelle par les femmes. Au dans le cours d'eau. Une
cours de cette cérémonie, la femme qui vient d'accoucher
population fait sa prière et formule ne doit pas s'approcher du
ses vœux afin de bénéficier de la cours d'eau dans les trois mois
protection divine et d’avantages. qui suivent.
Source : Sohounou, 2017

Le delta de l’Ouémé comprend un certain nombre de forêts sacrées tel qu’indiquées sur la Carte 9.

Page 74 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux


5 LES VECTEURS DE CROISSANCE

La plupart des activités menées dans le delta de l’Ouémé ont un lien direct ou indirect avec l’eau.
Cette section dresse un état des lieux des activités économiques en établissant une relation entre,
d’une part, la maîtrise et la valorisation des ressources en eau et, d’autre part, les enjeux économique
de chaque activité.

5.1 L’agriculture

Le delta de l’Ouémé dispose d’environ de 338.500 ha de superficies cultivables. En 2009, seulement


10 % étaient réellement exploités (MEHU, 2005 et Tossou et Tonouhéwa, 2009). Le Recensement
National de l’Agriculture en cours permettra d’actualiser prochainement ces données.

Trois systèmes de cultures sont pratiqués dans le delta : cultures des terres des plateaux, des bas-
fonds et des plaines inondables.

Les cultures développées et leur production annuelle moyenne sur la période 2010-2016 au niveau
du delta sont [MAEP, 2016] :
 les céréales (maïs, riz, sorgho) : 140.307 tonnes (63,23% de la production nationale) ;
 les légumineuses (niébé, voandzou, soja, pois d’angole, arachide et cassoulet) : 27.863
tonnes (95,6% de la production nationale).

Les autres cultures dans le delta comprennent :


 les racines et tubercules (igname, manioc et patate douce) ;
 les cultures maraichères (tomate, piment, gombo, légumes-feuilles, oignon, sésame et
citrouille) ;
 l’ananas, le coton, le palmier à huile, les orangers, les papayers, les manguiers, les
anacardiers, les cocotiers, les bananiers, le teck et l’eucalyptus.

L'agriculture reste principalement pluviale et donc entièrement dépendante du climat. En dehors de


quelques périmètres irrigués dans les communes de Covè et Zagnanado, l’irrigation est encore peu
développée dans le delta et il n’existe pas de statistiques sur les superficies totales irriguées.

Les contraintes qui ont empêché jusqu’à présent l’essor de l’agriculture dans le delta de l’Ouémé, sont
notamment :
 la dégradation des terres due aux mauvaises pratiques agricoles qui mettent en péril la
fertilité des sols, surtout sur les plateaux ;
 l’émiettement et la réduction des superficies cultivables, surtout sur les plateaux ;
 la non-maîtrise de l’eau – dans un contexte de changement climatique, l’inexistence
d’aménagements hydroagricoles nécessaires pour une agriculture irriguée ne met pas à l’abri
l’activité agricole contre les inondations ;
 les difficultés d’accès à des semences de bonne qualité et adaptées aux différents besoins ;
 la faible disponibilité d’engrais spécifiques aux cultures autres que le coton ;
 la non-maîtrise des technologies de production d’intrants organiques ;
 la faible mécanisation agricole ;

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 75


 l’insuffisance du financement de l’agriculture ;
 les rendements bas sur les terres surexploitées ;
 le manque de techniques modernes de conservation des produits ;
 la dégradation des conditions d’écoulement de la production.

Face à cette situation, le Gouvernement du Bénin a prévu de développer l’agriculture irriguée dans la
basse vallée de l’Ouémé (Projet phare n°10 du PAG de mise en valeur de la basse et moyenne vallée
de l’Ouémé). Le projet d’Appui aux infrastructures agricoles dans la vallée de l’Ouémé (PAIAVO)
répond à cet objectif. Il couvre quinze communes du delta de l’Ouémé. Il est notamment prévu
l’aménagement de 1100 ha de terres en gravitaire pour lesquels les besoins annuels en eau sont
estimés à 17,15 millions de m3 (Tableau 5-1).
3
Tableau 5-1 Estimation des besoins en eau pour les périmètres irrigués projetés (base = 16.000m /ha/an)
3 3
Commune Superficie périmètres irrigués projetés(ha) Besoins annuels en eau (x 10 m )

Dangbo 361,6 5 785,6


Adjohoun 250,6 4 009,6
Bonou 150 2 400
Zè 93,6 1 497,6
Zagnanado 71,7 + 45 1 867,2
Ouinhi 49,5 792
Zogbodomey 50 800
Delta de l’Ouémé 1072 17 152
Source : PAIA VO ; PDPIM, 2017

5.2 L’élevage

Le delta de l’Ouémé n’est pas une zone à fort développement de l’élevage. Cependant, en raison de
sa richesse en fourrage et ressources hydriques, il est très fréquenté par les troupeaux du système
pastoral transhumant.

La transhumance se manifeste par la traversée ou le séjour en grand nombre de troupeaux venus du


nord du pays ou de l’étranger dans les terroirs des communes du delta. Dans la Basse Vallée de
l’Ouémé, la transhumance concerne les bovins avec accessoirement les ovins et les caprins qui sont la
propriété des ethnies Peulh et Gando. Les troupeaux arrivent généralement fin novembre, début
décembre et repartent entre mars et avril, ou plus tard pour certains. Leur arrivée de plus en plus
précoce surprend les paysans qui n’ont pas encore eu le temps de faire les récoltes de la petite saison
des pluies. Leur départ de plus en plus tardif coïncide avec l’établissement des cultures de la grande
saison des pluies. L’installation et l’extension des cultures de contre-saison occupent aussi les voies de
circulation et les espaces traditionnels de pâturage des troupeaux. L’essor, un peu partout, des
systèmes d’exploitation hydroagricoles entraîne un état d’occupation quasi-permanente par les
agriculteurs des espaces de territoire habituellement exploités par les pasteurs transhumants, ce qui
génère des conflits.

En 2015, la zone a enregistré un effectif total de 8.284.156 têtes d’animaux conventionnels (Bovins,
Ovins, Caprins, Porcins, Volaille). Dans la basse et moyenne vallée de l’Ouémé, la taille du cheptel
bovin en transhumance est passée de 77.500 en 2007 à 112.726 têtes de bovins en 2015. La Carte 13
montre la taille moyenne du cheptel bovin fréquentant le delta de l’Ouémé.

Page 76 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux


Pour l’abreuvement du cheptel environ 69 points d’eau sont exploités dans le delta de l’Ouémé : 43
mares ou surcreusement de mare, 24 puits pastoraux et 2 sources aménagées ou captages de sources
(Tableau 5-2).

Tableau 5-2 Ouvrages de mobilisation des eaux surfaces à des fins agro-pastorales dans le delta
Commune Mares ou surcreusement de mare Puits Pastoraux

Abomey-Calavi 1 15
Adjohoun 1 1
Aguégués 2 0
Covè 27 8
Ouinhi 8 0
Za-Kpota 1 0
Delta de l’Ouémé 43 24
Source : DPA, CARDER. Collecte des indicateurs de référence du sous-secteur élevage pour 2010.- Rapport de consultation

Plusieurs contraintes empêchent l’essor de l’élevage dans le delta de l’Ouémé, à savoir :


 la faible performance des races locales ;
 la faible capacité nationale d’amélioration des performances des races ;
 les difficultés d’accès aux intrants zootechniques notamment le renchérissement des coûts
des aliments de bétail ;
 la présence à l’état endémique de certaines maladies infectieuses et les risques permanents
de réapparition de certaines épizooties ;
 la très grande disparité géographique en matière de couverture des soins vétérinaires ;
 l’insuffisance des dispositions relatives à la surveillance épidémiologique continue ;
 les conflits liés à la gestion des pâturages/parcours naturels.

5.3 La pêche et la pisciculture

La région deltaïque dispose d’importantes potentialités en matière de production halieutique. De ce


fait, la pêche et la pisciculture constituent une activité économique majeure dans certaines
communes, notamment Sô-Ava, Aguégués, Zogbodomey, Zagnanado, Ouinhi, Bonou et Adjohoun.

Le nombre de pêcheurs n’est pas connu avec précision. Néanmoins, en 2016, le service des impôts a
recensé environ 25 000 pêcheurs exerçant sur le lac de Nokoué. La pêche et la pisciculture emploient
40 à 65% de la population lacustre ou à forte population lacustre. Ces activités favorisent par ailleurs
le développement du commerce des poissons et les activités de mareyage dans lesquelles sont
spécialisées les femmes.

5.3.1 Les systèmes de production

La pêche continentale
Les systèmes de production halieutique au Bénin sont très variés avec différents niveaux
d’investissement, de gestion et de productivité. Certains se limitent à la collecte de poissons, de
crevettes, de langoustes, d’huîtres, de crabes dans les plans d’eau avec un minimum d’investissement.
D’autres utilisent des systèmes de production traditionnels avec une modification de l’environnement
de production (acadjas, whedos, ahlos). Les systèmes de production modernes investissent dans les

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 77


infrastructures de base pour la production, et achètent des intrants sous formes d’alevins et
d’aliments [IMARES, 2014].

Dans le delta de l’Ouémé, deux systèmes de productions halieutiques majeurs sont observés : la
pêche et la pisciculture, tous deux pratiqués sur le fleuve Ouémé, le lac Nokoué et de la lagune de
Porto Novo.

Photo 5-1 Pêche au filet lancé Photo 5-2 Branchages d’acadja

La pêche est artisanale avec des engins et techniques de pêche comprenant des filets fixes (dont le
« tounga»), des filets lancés (filets éperviers), des filets de barrage (dont le «mêdokpokonou» ou le
«tokpokonou»), des filets trainants («azui»), les barrages à nasses «xha», des palangres et des
déplacements en barque motorisée ou non. Selon la Direction des Pêches, 54% de ces engins et
techniques de pêche sont prohibés et causent des préjudices à la ressource et aux écosystèmes
[IMARES, 2014].

La pisciculture est encore en grande partie traditionnelle. Les principales méthodes de pisciculture
sont les parcs-refuges en branchage (acadjas), les trous à poissons internes (ouèdo) et externes
(ahlos) et les cages flottantes. La pisciculture est très répandue dans les communes des Aguégués, So-
Ava et Dangbo. Dans les Aguégués, on compte 1600 ouédos (900 ha), 700 acadjas (1.300 ha), 650
ahlos (580 ha). Cette activité intéresse de plus en plus de personnes dans le delta. Ainsi le nombre de
pisciculteurs a plus que doublé entre 2010 (874 pisciculteurs) et 2017 (1.826 pisciculteurs). Et les
acadjas recouvrent une surface de plus en plus importante sur le lac Nokoué (Figure 5-1).

Figure 5-1 Acadjas sur le lac Nokoué en 2000 et 2015

Page 78 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux


Si en théorie, le plan d’eau est libre, accessible à tous et ne donne pas lieu à une appropriation
globale, le principe est tout différent au niveau des parcelles lacustres aménagées par l’homme.
Celui-ci est propriétaire de l’objet qu’il a travaillé. La parcelle d’eau ou de marais à trous à poisson est
à celui qui le premier l’a occupée et il peut alors exercer un droit d’usage et de propriété.

L’implantation des pêcheries permanentes peut se faire en principe en tout point du plan d’eau,
même dans le voisinage immédiat de villages tiers. Des oppositions peuvent alors intervenir, de sorte
qu’en pratique, des zones traditionnelles, périphériques, imprécises et limitatives peuvent être
définies. Une autorisation est alors requise. Lors de l’implantation de pêcheries contiguës, un chenal
de passage doit être maintenu.

Le Programme d’actions du Gouvernement a prévu de développer l’aquaculture continentale (Projet


n°9) avec pour objectif d’atteindre 20.000 tonnes en 5 ans.

La pêche maritime
La pêche maritime est composée de la pêche maritime artisanale et industrielle :
 La pêche maritime artisanale compte un parc piroguier de 728 pirogues fortement
motorisées (taux de motorisation d’environ 76%) et 47 sites de débarquement le long de la
côte. Elle mobilise 4305 pêcheurs pour 40531 ménages (Akitikpa et al. 2016). Une dizaine de
type d’engins est utilisée dans la pêche maritime artisanale. Ces engins sont surtout des filets
maillants de fond, des filets de surface, les sennes et la ligne à hameçon.
 La pêche maritime industrielle est peu développée. C’est une pêche côtière qui s’exerce en
général au-delà des 5 miles marins. Cette flottille est composée d’une vingtaine de bateaux
de taille comprise entre 16 et 70 m de longueur hors-tout. Ces bateaux sont des chalutiers,
des crevettiers, des thoniers (senneurs et canneurs).

5.3.2 La production

La production annuelle moyenne issue de la pêche et de la pisciculture sur la période 2000-2016 pour
les 13 communes du territoire rural du delta est de 21.413 tonnes de poissons (et 4.577 tonnes
d’alevins) ce qui représente près de 55% de la production nationale [MAEP, 2016].

Entre 2013 et 2017, le lac Nokoué à lui seul a fourni 56,7% de la production halieutique nationale soit
29.207 tonnes (Tableau 5-3) confirmant ainsi sa position de principal contributeur à la pêche
continentale au Bénin. La forte production au niveau du lac Nokoué est rendue possible grâce de la
surpêche qui engendre la raréfaction des produits halieutiques.

Tableau 5-3 Production halieutique à l’échelle nationale et à l’échelle du lac Nokoué de 2013 à 2017
Production halieutique Années
2013 2014 2015 2016 2017
Production nationale (tonnes) 44 013 50 964 46 078 63 772 52 732
Production sur le lac Nokoué (tonnes) 28 181 29 709 20 196 34 536 33 415
Part de la production sur le lac Nokoué (%) 64% 58% 44% 54% 63%
Source : Direction de la Production Halieutique, 2018

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 79


Le Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche a exécuté de 2010 à 2014 la première phase
du Projet de Vulgarisation de l’Aquaculture Continentale en République du Bénin (PROVAC-1). Le
PROVAC-1 a abouti à l’augmentation du nombre de pisciculteurs à petite échelle et de la production
halieutique. Le PROVAC-2 envisage de continuer d’augmenter la production piscicole en capitalisant
les résultats obtenus par le PROVAC-1 ; il s’efforcera de contribuer à l’atteinte du PAG 9 (Promotion de
l’aquaculture continentale) en collaborant avec d’autres projets s’investissant dans la promotion de
l’aquaculture.

Le potentiel halieutique est important mais est soumis aux contraintes liées au nombre élevé de
pêcheurs qui exercent une forte pression sur les ressources disponibles (surpêche), à l’appropriation
anarchique des plans d’eau, à l’utilisation des engins et techniques de pêche prohibés et à la
dégradation des plans et cours d’eau (ensablement, pollution, envahissement par des plantes
aquatiques).

Le gouvernement a entrepris de réguler les activités de pêche sur les plans d’eau du sud Bénin. Une
Commission chargée de proposer des mesures d’assainissement et de réhabilitation des lacs Ahémé
et Nokoué et de la lagune de Porto Novo a été créée à cet effet en 2017. Des actions portant sur
l’enlèvement systématique des engins prohibés sont actuellement initiées.

5.4 Les industries manufacturières

La plupart des industries qui composent le tissu industriel du pays sont installées dans le delta de
l’Ouémé. Le secteur agro-industriel comprend les huileries, les savonneries, les brasseries
(BÉNINOISE, SBB, etc.), les industries textiles (SOBETEX), les miroiteries, les usines de pâte alimentaire
et de nombreuses boulangeries. L’industrie de matériaux de construction porte sur les cimenteries
(CIM BÉNIN, SCB, NOCIBE) et les unités de fabrication de tôle ondulée

Ni les volumes d’eau prélevés pour leur fonctionnement, ni leurs besoins réels actuels et futurs en
eau ne sont connus. Leurs déchets liquides, parfois prétraités ou traités, sont déversés dans les eaux
lagunaires ou en mer.

Au regard des fonctions attribuées aux pôles régionaux de développement économique auxquels
appartient le delta de l’Ouémé, ainsi que de la présence d’une zone franche industrielle (ZFI) à Sèmè-
Kpodji, le sous-secteur de l’industrie est appelé à connaître un essor au cours des prochaines années.

5.5 L’artisanat

Les activités de transformation artisanale reposent sur certains produits agricoles et sont pratiquées à
travers toute la zone principalement par les femmes soit individuellement, soit au sein des
groupements féminins, parfois appuyés techniquement et financièrement par des projets.

Sur la centaine de groupements féminins formels, 55 % se consacrent à la transformation de la noix


de palme et 42 % à celle du manioc. Dans les communes lacustres, c’est le mareyage qui occupe
surtout les femmes. Les hommes, quant à eux, transforment aussi la sève du palmier en boisson
locale (SODABI). Les diverses techniques utilisées restent encore artisanales, ce qui ne permet pas de
produire en grande quantité. La production existante manque aussi de débouchés.

Page 80 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux


5.6 L’exploitation du sable fluvio-lagunaire
Les activités extractives sont représentées par les carrières d’exploitation de sable lagunaire. En effet,
dans le souci de freiner l’érosion côtière, l’Etat béninois a pris, en octobre 2008, le décret N°2008-615
interdisant le prélèvement de sable de plage, tout en recommandant, par la même décision,
l’exploitation du sable lagunaire. Ainsi, depuis mars 2009, incités par les mesures d’accompagnement
du Gouvernement (exonérations douanières), des promoteurs de sablières se sont engagés dans
l’ouverture des carrières de sable dans les marécages des communes d’Abomey-Calavi, de Cotonou,
de Sèmè-Kpodji et de Porto-Novo.

Les acteurs de l’exploitation du sable fluvio-lagunaire comprennent des plongeurs, des transporteurs,
des déchargeurs, des ramasseurs et des chargeurs sur les camions (Photo 5-3). On ne dispose pas de
statistiques sur cette activité. De l’extraction jusqu’à la vente, le sable est transporté par barque
jusqu’à son point de vente puis par camion pour être livré à l’utilisateur.

Plongeurs Ramasseuse de sable


Photo 5-3 Quelques acteurs de l’extraction de sable fluvio-lagunaire dans le delta

L’exploitation du sable fluvio-lagunaire a un impact négatif significatif sur les écosystèmes fluvio-
lagunaire (voir section 3.5.1.1). En effet l’extraction du sable dans les fonds lagunaires crée une
rupture du couloir écologique, impactant l’habitat, la zone de reproduction, la nourriture, la
morphologie et la dynamique du plan ou du cours d’eau. Par ailleurs, la création d’appontements
anarchiques, de sites de dépôts et de voies d’accès aux camions a entraîné la destruction du couvert
végétal et refoulé loin de leur zone écologique les espèces animales aquatiques environnantes. Enfin
la végétation subaquatique est elle aussi détruite du fait du déracinement effectué par les plongeurs
lors de la recherche du bon sable du fond lagunaire.

5.7 L’hydro-électricité

Dans le but d’améliorer l’accès à l’électricité dans le pays, il est prévu la réalisation de trois barrages
hydro-électriques sur le fleuve Ouémé (Carte 15). Ces barrages, d’une capacité totale de 207,1 MW,
seront implantés en amont du delta de l’Ouémé. L’effectivité de ces infrastructures contribuera à
assurer l’indépendance énergétique du pays et l’accès des populations à l’électricité. La réalisation du
barrage de Dogo bis est inscrite dans le PAG (Projet n°27 – Développer les énergies renouvelables).

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 81


Cependant, la réalisation et l’exploitation de ces barrages soulèvent certaines préoccupations qu’il
convient d’examiner. En effet, la construction des réservoirs va s’accompagner d’une modification du
cours du fleuve, puis du bilan de l’eau du delta de l’Ouémé y compris celui du lac Nokoué et de la
lagune de Porto-Novo. Aussi, avec les incertitudes relatives aux précipitations, dans le cas d’une
baisse de la pluviométrie, la construction des barrages pourrait exacerber l’abattement du volume
des écoulements dans le delta.

5.8 Le tourisme

Les villages lacustres de Ganvié et des Aguégués drainent chaque année un important flux de
touristes curieux d’observer le mode de vie des populations lacustres (Photo 5-4). Le village de
Ganvié, encore appelée la «Venise de l’Afrique», est situé dans la basse vallée de la rivière Sô au nord-
ouest du lac Nokoué. Depuis les années 80, il est inscrit comme patrimoine culturel de l’UNESCO et
représente un site attrayant. Son environnement culturel présente un intérêt certain pour des
touristes à passer quelques heures dans les différents hameaux qu’il regroupe. Les populations de
Ganvié et des différents villages alentour acceptent les fréquentations par l’intérêt économique et le
contact avec l’extérieur qu’elles créent. Quatre hôtels sont implantés dont trois au niveau de la cité de
Ganvié et un sur les berges ouest à Abomey-Calavi.

Photo 5-4 Visite touristique de Ganvié

Le projet 2 du PAG « Réinventer la cite lacustre de Ganvié » a pour objectif de faire de Ganvié un site
pilote de mise en valeur d’un tourisme lacustre respectueux de l’hydrosystème qui le concerne, à
savoir le lac Nokoué. Dans le cadre de ce projet, l’AFD a réalisé en 2017 une étude de faisabilité
complémentaire de l’étude « Réinventer Ganvié ».

5.9 Le transport

5.9.1 Le transport fluvio-lagunaire

La navigabilité du fleuve Ouémé et du lac Nokoué sur une longue distance constitue un atout majeur
pour le transport des marchandises et des personnes. Elle permet aussi d’accéder facilement aux
villages lacustres de Ganvié et Aguégués. La mobilité des populations du delta de l’Ouémé est ainsi en
partie assurée par le transport fluvio-lagunaire. Les 12 communes lacustres du delta ou les communes
en connexion avec le milieu lacustre, disposent d’au moins un embarcadère. Le delta de l’Ouémé
compte environ 47 embarcadères installés majoritairement à Sô-Ava (11), Cotonou (11), Porto-Novo
(6) et Adjarra (5).

Page 82 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux


Une enquête menée en décembre 2018 par l’INE dans le cadre de la présente étude a permis de
mettre à jour les données sur le flux de personnes transportées sur les sites d’Abomey-Calavi, Ganvié
et Dantokpa.

Il ressort que l’embarcadère de


Dantokpa présente la plus grande
affluence avec environ 1600
personnes transportées par jour
suivi de celui d’Abomey-Calavi
(1400 personnes) et celui de
Ganvié (700 personnes).

A l’échelle annuelle, on estime à


environ 300 000 passagers le
nombre moyen de personnes qui
se déplacent entre l’embarcadère
de Dantokpa et les villages Photo 5-5 Départ du marché Dantokpa vers les quartiers de la
lacustres de Sô-Ava. ville de Cotonou

Le transport fluvio-lagunaire d’hydrocarbures de contrebande en provenance du Nigeria est aussi une


activité très développée dans le delta (Photo 5-6 et Photo 5-7). Les produits pétroliers provenant du
Nigéria, entrent au Bénin par la lagune de Porto-Novo en relais principalement vers le lac Nokoué et
le chenal de Cotonou. Les transporteurs disposent de grandes barques ou à défaut de deux ou trois
barques plus petites permettant de transporter 800 à 1200 bidons (l’équivalent de 40 à 60 m3
d’essence) en quatre jours.

Photo 5-6 Transport d’hydrocarbures Photo 5-7 Déchargement des bidons d’hydrocarbures

Les déversements accidentel ou volontaire (pour échapper à la police) de produits pétroliers lors de
cette activité ont un impact négatif majeur sur la qualité des eaux et l’écosystème du cours d’eau ou
plan d’eau affecté.

5.9.2 Le transport terrestre et les voies de communication

En dehors des grands axes routiers recouverts d’asphalte (Cotonou-Porto-Novo-Igolo, Cotonou-Kraké,


Porto-Novo-Pobè), les routes rurales sont en mauvais état et très peu praticables en période de
hautes eaux. Il en va de même pour bon nombre de voies en terre en zone urbaine où s’accumule
l’eau de pluie entraînant leur dégradation et la formation de marres où stagne une eau polluée qui
crée des conditions d’insalubrité dans un grand nombre de quartiers durant des périodes prolongées.

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 83


Le projet d’asphaltage du PAG vise à réduire cet état de fait notamment dans le Grand Nokoué. Ce
projet est en cours d’exécution. Outre l’asphaltage des voies, il est prévu de mettre en place des
collecteurs et caniveaux pour le drainage des eaux pluviales, des pistes cyclables et bandes de
stationnement, l’éclairage public, des espaces verts…

Un autre projet d’envergure du PAG porte sur le Contournement nord de Cotonou (projet n°15) qui
vise à créer une voie expresse traversant la zone métropolitaine d’Abomey-Calavi à Sèmè-Kpodji et
s’intégrant à la route nationale Inter Etat reliant la Côte d’Ivoire au Nigéria. Une première étude
réalisée en 2002 avait conduit à proposer la création d’une digue routière dans le lac Nokoué le long
de la berge sud pouvant également servir de protection contre les inondations. Ce double objectif n’a
pas été conservé dans l’actuel projet qui prévoit de construire l’axe routier (40 km) sur la berge du lac
Nokoué sans faire obstacle au débordement du lac et aux inondations pluviales dans la zone urbaine,
donc avec des ouvrages garantissant la transparence hydraulique. Il est également prévu de
construire un barreau de liaison de 4.6 km reliant le contournement nord au Port Autonome de
Cotonou en passant par la berge est du chenal de Cotonou et un nouveau pont sur le chenal. Dans ce
contexte, il est prévu d’intégrer le projet n°30 du PAG qui porte sur l’aménagement des berges de la
lagune de Cotonou et l’assainissement de son plan d’eau dans le projet de contournement nord.

Afin de fluidifier la circulation autour du port, il est également prévu dans le PAG le projet n°14 de
réaménagement de l’axe routier de l’ancien pont de Cotonou au Carrefour Erevan.

5.9.3 Le transport maritime

Le port de Cotonou est un véritable poumon de l’économie béninoise. En effet, malgré les difficultés
connues en 2015, il représente entre 80 et 90 % des échanges avec l’étranger et il génère entre 45 et
50 % des recettes fiscales de l’Etat (Roche, 2015).

Actuellement, les installations du port de Cotonou comprennent :


 Un plan d’eau de plus de 60 ha ;
 Une zone portuaire d’environ 200 ha ;
 11 postes à quai pour tous types de navires (conventionnels, porte-conteneurs, Ro-Ro,
pétroliers, vraquiers, chalutiers, etc.) ;
 Un poste pétrolier (ORYX) en zone sud représentant un linéaire de 250 m ;
 Deux nouveaux postes à quai de 600 m réalisés dans le cadre du MCA et concédés au Groupe
Bolloré ;
 Un port de pêche ;
 Une zone franche pour le Niger, le Burkina Faso, le Mali et le Tchad ;
 Des magasins et entrepôts couvrant plus de 100 ha ;
 Des terre-pleins revêtus de 150 ha ;
 Un parc à conteneurs de 120 ha.

Depuis le début des années 2000, le volume du trafic y est en augmentation constante. Le trafic a
passé le cap des 10 000 000 tonnes métriques en 2014, soit un volume trois fois plus élevé qu’une
quinzaine d’années auparavant (Roche, 2015).

Malgré les améliorations qui lui ont été apportées au fil des ans, le port de Cotonou fait face à de
nombreux défis. Ainsi, son développement est limité par un manque d’espace, et par les difficultés de

Page 84 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux


transport des marchandises vers l’intérieur car le port est situé dans le centre de la ville où les
infrastructures routières sont déjà saturées et la compétition ne cesse de se renforcer.

C’est dans ce contexte que le Gouvernement a inscrit dans son plan d’action le projet n°13 de
modernisation et extension du Port de Cotonou comprenant notamment la reconstruction des quais
Nord et l’extension du bassin du port sur 900 mètres.

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 85


6 LE CADRE DE GESTION DE L’EAU

Ce chapitre donne un aperçu de la gestion actuelle des ressources en eau au Bénin et plus
particulièrement au niveau du bassin de l’Ouémé.

6.1 Le cadre institutionnel

Le gouvernement du Bénin a adopté en 2009 une politique nationale de l’eau fondée sur la GIRE et
inscrite dans une vision de développement durable. Elle vise à mettre en place un cadre national de
gestion durable des ressources en eau et des écosystèmes associés.

Les principes les plus importants de cette réforme GIRE sont :


 Le droit à l’eau pour chaque citoyen ;
 Le droit à l’information du public ;
 La participation de tous les acteurs ;
 La gestion de l’eau par bassin hydrographique ;
 La subsidiarité ;
 La recherche de cohérence dans un contexte de décentralisation/déconcentration.

La politique nationale de l’eau a aussi défini les principaux éléments du cadre institutionnel de
gestion de l’eau aussi bien au niveau national qu’au niveau des bassins hydrographiques et au niveau
local. Ces principes ainsi que ces dispositions institutionnelles ont été codifiés et consolidés dans le
cadre de la loi n° 2010-44 du 24 novembre 2010 portant gestion de l’eau en République du Bénin et
de ses textes d’application.

Le cadre institutionnel de gestion des ressources en eau comprend :


 Au niveau central et national :
o le ministre en charge de l'eau, responsable de la gestion de l'eau sur toute l'étendue
du territoire national ; il élabore la politique nationale de l'eau et la met en œuvre en
collaboration avec les autres parties concernées ; il assure la coordination
interministérielle dans le domaine de l'eau ; il bénéficie, à ce titre, de la
collaboration d’autres ministères (environnement, agriculture, santé, énergie,
industrie etc.) et de celle des collectivités territoriales ;
o la Commission interministérielle de l'eau (CIE), composée des représentants des
ministères concernés par la gestion de l'eau ; elle est un cadre de concertation qui
assiste le ministre en charge de l’eau dans sa mission de coordination
interministérielle, mission essentielle compte tenu des exigences de cohérence d'une
gestion rationnelle des ressources en eau ; elle a été créée en 2015 et est
opérationnelle.
o le Conseil national de l'eau (CNE), cadre de concertation multi-acteurs au niveau ; il
apporte son concours à la définition des objectifs généraux et des orientations de la
politique nationale de l'eau ; il est composé des représentants des ministères
concernés par la gestion de l’eau, des représentants des collectivités territoriales, des
représentants des usagers de l’eau et de la société civile (opérateurs économiques,

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 87


associations, ONG). Créé en 2013, le CNE a régulièrement fonctionné jusqu’à la fin de
sa première mandature en 2016, mais a été toujours dépendant de l’aide extérieure
et son fonctionnement coûte cher. L’étude du bilan de l’application de la loi sur l’eau à
réaliser avec l’appui d’OmiDelta analysera cet état de choses et proposera les
réajustements pertinents à apporter à l’organisation et au fonctionnement du CNE.
o le Fonds national de l’eau (FNEau) créé en 2015 ; il avait pour premier objectif
d’assurer le financement régulier des structures et organes GIRE (autrement dit les
organismes de bassin) ainsi que des activités y relatives (en l’occurrence des actions
de gestion et protection des ressources en eau) à partir des redevances résultant de
l’application des principes « Utilisateur-Payeur » et « Pollueur-Payeur ». Cette finalité
première a été étendue au financement potentiel de l’ensemble du secteur de l’eau.
Une étude de faisabilité du FNEau réalisée en 2013 a mis en évidence les diverses
contraintes liées à ce choix et à la mise en place d’une structure spécifique. Force est
de constater que ce Fonds n’est toujours pas opérationnel actuellement.
 Au niveau du territoire national, la loi 2010-44 portant gestion de l’eau consacre le bassin
hydrographique et l'aquifère en tant que cadres appropriés de planification et de gestion
respectivement des eaux superficielles et des eaux souterraines. Ils répondent aux exigences
d'une gestion moderne et rationnelle de l'eau tenant compte des solidarités de toute nature,
en particulier physiques, qui caractérisent les utilisations de la ressource à l'intérieur d'un
même bassin ou d'un même aquifère. Pour des raisons d'efficacité administrative, les bassins
hydrographiques et les eaux souterraines sous-jacentes ont été regroupés en quatre
ensembles hydrographiques : Mono-Couffo, Ouémé-Yewa, Niger et Volta. Chaque ensemble
hydrographique comprend des sous-bassins. Dans chaque ensemble hydrographique, sont
institués :
o un Comité de bassin, des comités de sous-bassin et, en tant que de besoin, des
comités locaux de l’eau pour la gestion des masses d’eau d’importance locale ; ces
comités sont des cadres de dialogue et de concertation entre les acteurs du
domaine de l’eau dont les représentants sont regroupés, quelle que soit l’échelle
considérée, en quatre collèges : les administrations déconcentrées, les collectivités
territoriales, les usagers de l’eau et la société civile ; ces comités ont pour mission
de définir de façon concertée les orientations en matière de planification, de
gestion et de protection des ressources en eau ;
o l’Agence de bassin est un établissement public qui appuie et assiste le comité de
bassin dans l’élaboration et la mise en œuvre des outils de planification, de gestion
et de protection des ressources en eau au niveau du bassin, notamment le SDAGE,
les SAGE et les divers Plans de gestion, respectivement à l’échelle du bassin, des
sous-bassins et locale ; l’Agence de bassin est donc le bras technique des comités de
bassin, comités de sous-bassin et comités locaux de l’eau ; elle a un rôle de
coordination de l’ensemble des acteurs intervenant dans le domaine de l’eau dans le
bassin et de facilitation de la mise en œuvre et du suivi des ouvrages et
aménagements hydrauliques.
 Au niveau des bassins internationaux, la coopération du Bénin avec les pays riverains des
bassins du Niger, de la Volta et du Mono, respectivement à travers l’Autorité du Bassin du
Niger (ABN), l’Autorité du Bassin de la Volta (ABV) et l’Autorité du Bassin du Mono (ABM) est
en progrès continu.

Page 88 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux


Le delta de l’Ouémé, objet du présent rapport, fait partie du bassin de l’Ouémé et appartient plus
précisément au sous-bassin de la Basse et moyenne vallée de l’Ouémé (BMVO). Le Comité de bassin
de l’Ouémé (CBO) a été installé le 7 décembre 2016 et fonctionne régulièrement. Le programme
OmiDelta a prévu d’appuyer l’opérationnalisation de l’Agence de bassin de l’Ouémé (ABO) qui devra
appuyer le CBO dans la mise en place progressive des comités de sous-bassin dont celui de la BMVO.
Pour les besoins de l’élaboration et de la mise en œuvre du Plan Delta de l’Ouémé en cours, il est
envisagé que l’ABO (la DGEau dans l’attente de l’opérationnalisation de l’ABO) et le CBO mettent en
place un Comité Delta de l’Ouémé (CDO) pour assurer le suivi du Plan Delta. Ainsi l’ABO assumera
progressivement son rôle dans la gestion du delta en tant que gestionnaire des ressources en eau du
bassin de l’Ouémé. Dans le cadre de la mise en œuvre du SDAGE de l’Ouémé élaboré depuis 2013 et
adopté en 2015, l’ABO aura à suivre de près les actions liées à la réalisation des grands barrages sur
l’Ouémé, en particulier le barrage de Dogo-bis dont l’impact sur la gestion du delta sera considérable.

6.2 Le cadre juridique

Au niveau national, l’arsenal juridique existant relatif à la gestion des ressources en eau est bien
fourni, mais mérite d’être actualisé et adapté. Il comprend principalement :

 La loi n° 2010-44 du 24 novembre 2010 portant gestion de l’eau en République du Bénin et


ses textes d’application ;
 La loi n° 1998-30 du 12 février 1998 portant loi-cadre sur l’environnement en République du
Bénin et ses textes d’application ;
 La loi-cadre n° 2014-19 du 07 août 2014 relative à la pêche et à l'aquaculture en République
du Bénin et ses textes d’application ;
 La loi n° 1997-29 du 15 janvier 1999 portant organisation des communes en République du
Bénin et ses textes d’application ;
 La loi n° 1997-28 du 15 janvier 1999 portant organisation de l’administration territoriale de la
République du Bénin et ses textes d’application ; etc.

Au niveau international, le Bénin a ratifié plusieurs accords et conventions internationaux qui


concernent la gestion des ressources dont notamment la Convention Cadre des Nations Unies sur les
Changements Climatiques, la Convention d’Abidjan relative à la coopération en matière de protection
et de mise en valeur du milieu marin et de la zone côtière et marine et la Convention de Ramsar sur la
gestion des zones humides.

On observe une tendance générale à la méconnaissance et à la non-application de ces différents


textes.

L’élaboration de textes d’application de la loi sur l’eau a produit actuellement 19 décrets d’application.
Cependant, il en reste encore à finaliser, ou même à reprendre. Dans la production de ces textes, il y a
eu des hésitations, des retours en arrière par manque de fil conducteur sur le contenu, la
compréhension, la finalité… des textes, la faisabilité même de leur application.

L’étude du bilan de la mise en application de la loi portant gestion de l’eau et de ses textes
d’application est actuellement initiée dans le cadre d’OmiDelta ; elle permettra de dégager un plan
d’action pour une mise en application effective des dispositions de la loi, notamment en ce qui
concerne les autorisations et déclarations de prélèvement d’eau ainsi que l’application des
redevances et taxes d’eau.

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 89


6.3 Le cadre de planification

Conformément aux dispositions de la loi portant gestion de l’eau, le cadre de planification des
ressources en eau prévoit l’élaboration et la mise en œuvre des documents de planification suivants :
 La Politique nationale de l’eau ;
 Le Plan d’action national de gestion intégrée des ressources en eau (PANGIRE) ;
 Le Schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) au niveau de chaque
bassin ;
 Le Schéma d’aménagement et de gestion des eaux (SAGE) au niveau de chaque sous-bassin ;
 Les Plans de gestion des ressources en eau au niveau d’une masse d’eau d’importance locale
tels que le Plan Delta de l’Ouémé et de la zone côtière

La Politique nationale de l’eau en cours de validité est celle qui a été adoptée en 2009 dont les
objectifs et les principes sont rappelés plus haut.

Quant au PANGIRE, le Bénin est à sa deuxième génération de PANGIRE qui est assortie d’un BPO pour
son opérationnalisation. Le PANGIRE en lui-même n’est pas un programme d’investissements lourds,
mais il permet de planifier et de promouvoir les investissements nécessaires dans le cadre du
développement socio-économique durable du pays, notamment au niveau des bassins
hydrographiques. Le PANGIRE ainsi mis en œuvre établit, au fur et à mesure de son avancement, la
faisabilité de la production de richesses à partir des ressources en eau gérées suivant l’approche GIRE.

Au niveau des bassins, il n’y a que le bassin de l’Ouémé qui ait fait l’objet de planification. Le SDAGE
de l’Ouémé est l’aboutissement d’un processus conduit depuis le niveau central (DGEau) et non par
une agence de bassin. Cela se justifiait à cause des nombreuses pressions sur la ressource en eau. Ce
SDAGE a été validé par l’ensemble des acteurs du secteur de l’eau en 2013 et adopté par le Conseil
des Ministres en 2015. Sachant que le SDAGE est un instrument juridique imposable à autrui et
qu’aucun promoteur d’aménagement hydraulique ne saurait se soustraire au respect des consignes
du SDAGE, le Ministère en charge de l’eau devra organiser une communication spéciale autour de son
contenu de sorte que le public et les différents promoteurs, notamment les Ministères sectoriels,
soient informés à bon escient en vue du respect scrupuleux des consignes du SDAGE Ouémé.

Dans le cadre du SDAGE Ouémé, le barrage de Dogo bis est l’un des trois barrages structurants à buts
multiples projetés sur le bassin de l’Ouémé, c’est-à-dire, l’un des barrages dont la fonction principale
est d’assurer la régulation des eaux du bassin en vue de les rendre disponibles pour satisfaire les
différents besoins exprimés dans le bassin. Le SDAGE comporte également des mesures visant une
gestion intégrée et harmonieuse des ressources en eau du bassin concerné. Ce peut être aussi des
mesures de protection (contre l’inondation, contre l’érosion, contre la pollution, etc.). Le Plan
d’Investissement Séquentiel (PIS) du SDAGE Ouémé porte notamment sur la réalisation de trois
barrages structurants à usages multiples et de 27 barrages de petite et moyenne hydraulique
notamment à usages agricole et pastoral. Il comprend également d’importantes mesures de gestion
et de protection des ressources en eau (reboisement de berges ou de versants, etc.). Il reste à
mobiliser les financements nécessaires pour sa mise en œuvre coordonnée dans le cadre du bassin
de l’Ouémé. Le montant total des investissements nécessités pour la mise en œuvre du SDAGE
Ouémé à l’horizon 2025 était évalué en 2013 à 1895 milliards F CFA.

Page 90 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux


6.4 Le cadre technique

6.4.1 Un système de surveillance et de suivi défaillant

Le système actuel de collecte d’information sur les eaux est composé d’un réseau pluviométrique, un
réseau hydrométrique et un réseau piézométrique. Le réseau pluviométrique dispose de six (6)
stations synoptiques, dix-neuf (19) stations climatologiques et quatre-vingt-quatorze (94) stations
pluviométriques. Le réseau hydrométrique est constitué par un ensemble de cinquante-cinq (55)
stations de mesures dont vingt-quatre dans le bassin de l’Ouémé. Le réseau piézométrique regroupe
actuellement 82 stations de mesures.

En raison d’un manque de maintenance, les appareils de mesures automatiques de la plupart de ces
stations sont hors d’usage. Le personnel de lecture et de relevés n’est pas régulièrement payé. Les
données ne sont pas centralisées dans une base de données fiable et ne sont quasiment pas
accessibles.

Par ailleurs, le manque d'un modèle numérique du terrain (MNT) librement accessible rend difficiles
les travaux de prospective et de planification. Ce manque de moyens et d’organisation affecte
négativement la rentabilité de tous les investissements dans le secteur.

Le suivi des ressources en eau fournit les informations nécessaires à la connaissance des ressources
en eau en vue de leur valorisation et de leur gestion conséquente.

Le suivi des eaux de surface a démarré au Bénin en 1941. L’intérêt pour les eaux souterraines ne s’est
manifesté que plus récemment. La mise en place du PANGIRE a contribué dans une certaine mesure à
booster la situation. En dépit des avancées relatives enregistrées, on note d’une manière générale
que le niveau de connaissance de la ressource demeure relativement faible en raison des nombreux
épisodes de ruptures des chroniques. Les tentatives de mise en place de brigades hydrologiques n’ont
pas fonctionné pour diverses raisons. Ainsi, le suivi organisé exclusivement depuis le niveau central ne
permet pas toujours de saisir des événements rares comme les débits exceptionnels de crues qui
devraient servir dans les dimensionnements d’ouvrages hydrauliques et des analyses scientifiques
(développement de modèles par exemple). Le Système National d’Information sur l’Eau (SNIEau)
dédié à la connaissance et au suivi des ressources en eau comprend les réseaux de mesures, les
informations et les données relatives à l’eau et à ses usages, les banques de données, le SIG et la
diffusion.

De 1941 à nos jours, les réseaux de mesures ont en général évolué même si le niveau optimal requis
n’a pas encore été atteint :
 Concernant les eaux de surface, le réseau de base composé d’une dizaine de stations
centrées sur l’Ouémé et les principaux cours d’eau s’est densifié et s’est étendu au fil des
années aux plans d’eau.
 Les eaux souterraines ont quant à elles été suivies à partir de 1989 dans les bassins
sédimentaires avant de s’étendre aux formations du socle cristallin. Seuls les champs de
captage de Godomey et de Ouando alimentant respectivement Cotonou et Porto-Novo et
leurs environs comportent des piézomètres suivis par la SONEB en sous-traitance avec le
laboratoire d’hydrologie appliquée de la FAST/UAC pour le champ captant de Godomey. La
collecte des données quantitatives (piézométrie) a connu des améliorations avec l’installation
d’enregistreurs automatiques.

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 91


 Le volet qualitatif s’est cantonné au contrôle et au suivi des eaux des ouvrages d’AEP
délaissant ainsi les plans et cours d’eau. Il faut noter qu’en lien avec le suivi des usages, des
écosystèmes et des débits solides, les activités ont été à peine effleurées ou n’ont même pas
démarré.

Les rapports périodiques sur l’état de la ressource ont été sporadiques avant de disparaître depuis
2008.

L’intérêt pour l’exploitation a pris le pas sur la connaissance, et le suivi des ressources en eau, de
leurs usages et des risques. De fait, les budgets des projets d’AEP ont rarement réservé des lignes à
cette activité pourtant basique.

On peut conclure qu’en dépit des améliorations constatées, il existe encore un lourd déficit en termes
de connaissance et de suivi des ressources en eaux, de leurs usages et des risques. Les résultats
restent mitigés voire insatisfaisants.

Ce bilan pourrait s’expliquer par diverses raisons dont :


 Le suivi réalisé à partir du niveau central (non déconcentré) ;
 L’absence de mécanisme approprié pour le paiement des lecteurs d’échelle ;
 Le faible niveau de développement des outils d’évaluation et de gestion ;
 Les lourdeurs administratives dans les procédures d’acquisition de biens et services ;
 L’organisation du réseau piézométrique en tenant compte des unités administratives au
détriment des bassins hydrographiques ;
 L’insuffisance de ressources humaines compétentes ;
 Le refus d’adoption de la vision GIRE pourtant adoptée par le pays ;
 L’inexistence de stations d’impact (industries diverses) ;
 L’inexistence/insuffisance de réseau de suivi fixe ;
 Le déficit/manque de communication entre usagers (cas de la SONEB/DGEau).

6.4.2 La gestion des données

Les données et informations relatives à l’eau étaient archivées dans un centre de documentation
avant de connaître récemment une informatisation qui a vu la naissance des bases de données.

La dernière en date, opérationnelle à ce jour, est dénommée Base de Données Intégrée (BDI). Bien
que son architecture ait prévu dans sa conception des tables pouvant accueillir des informations sur
la qualité et les eaux de surface, ces ambitions n’ont jamais été réalisées. Cette base est restée
orientée vers l’AEP avec les données géologiques et hydrogéologiques incomplètes et partiellement
mises à jour. Le SIG est demeuré embryonnaire et ses rares produits publiés sont parfois de qualité
douteuse.

Le centre de documentation a été réaménagé et approvisionné en ouvrages spécialisés. Les rapports


d’exécution et d’études n’y sont pas systématiquement archivés. Le centre de documentation se
retrouve comme conservateur d’archives et n’est pas réellement fréquenté par les étudiants et les
bureaux d’études qui se limitent à la collecte d’information dans la base de données (BDI).

Le Système National d’Information sur l’Eau comprend une plateforme Web sous la forme d’une
Infrastructure de Données Spatiales (IDS). Créée en 2016, la plateforme n’a pas véritablement
prospéré depuis.

Page 92 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux


7 LES PROJETS ET PARTIES PRENANTES AYANT UN LIEN AVEC LE PLAN DELTA

7.1 Les projets

Plusieurs projets sont d’ores et déjà en cours de développement ou de mise en œuvre. Le présent
chapitre identifie ces projets ainsi que leur lien avec la GIRE et le Plan Delta.

7.1.1 Les projets phares du Programme d’Actions du Gouvernement (PAG)

Les projets du Programme d’Actions du Gouvernement (PAG) sont décrits dans un document intitulé
« Bénin Révélé », feuille de route de l’action gouvernementale pour la période 2017-2021. Il repose
sur un panel de 45 projets phares, complétés par 95 projets sectoriels. Lancés de manière quasi
simultanée et rapide, les différents projets visent la transformation économique et sociale du Bénin.

Le Tableau 7-1 liste les projets phares du PAG qui ont un lien avec la GIRE, et plus particulièrement
avec le Plan Delta de l’Ouémé.

Tableau 7-1 Projets prioritaires intéressant le delta et la zone côtière


Projets phares du PAG Piliers pour intégration avec OmiDelta
Projets / Problèmes Gestion
Structures / Financement récurrents
02 Cité lacustre de Ganvié  ANPT/AFD  Pollution de l'eau  Partage de données
 IRHOB/IRD  Salinisation  Amélioration de la
 Inondations fluviales connaissance sur le lac
 Pêche durable Nokoué
 Collaboration avec
IRHOB/IRD
06 Stations balnéaires  Club Med  Erosion, accrétion
09 Aquaculture continentale  PROVAC  Surpêche, acadja  Qualité de l’eau
 Pollution  Protection de la ressource
10 Mise en valeur de la basse  PAIAVO  Inondations  Concertation
et moyenne vallée de  Conflits d’usages de  Partage de l’eau
l'Ouémé l’eau
13 Modernisation, extension  Erosion côtière  Application de la
du port de Cotonou connaissance
internationale
 Collaboration IRHOB
15 Contournement Nord de  Inondations lacustres
Cotonou
16 Route des Pêches phase 2  Erosion côtière
17 Autoroute Sèmè-Kpodji à  Inondations lacustres
Porto Novo
27 Développer les énergies  Barrage multifonction  Inondations  Modélisation
renouvelables Dogo-bis dans le bassin  Sécheresses  Concertation parties
de l’Ouémé  Sédimentation prenantes pour
 Pêche irrigation/sécheresses,
énergie, inondation
30 Aménagement des berges  Contournement nord  Pollution  Modélisation
du chenal de Cotonou de Cotonou  Salinisation  IRD/IRHOB
 Inondations fluvio-  Concertation communes,
lacustres agriculteurs, pêcheurs et
 Dragages… autres

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 93


Projets phares du PAG Piliers pour intégration avec OmiDelta
Projets / Problèmes Gestion
Structures / Financement récurrents
31 Aménagement de la lagune  AFD  Eutrophisation  Réduction des dépotoirs
de Porto Novo sauvages et des pollutions
 Végétalisation des berges
 Protection des
écosystèmes
32 Gestion des déchets à  BM  Pollution du lac  Suivi de la qualité de l’eau
Cotonou  Pollution des aquifères de surface et des risques de
contamination des
aquifères
38 Réhabilitation des voiries   Inondation  Drainage, infiltration
des villes de Cotonou,  Insalubrité  Qualité de l’eau
Porto-Novo, Abomey-
Calavi, Sèmè-Kpodji (…)
39 Assainissement pluvial à  BID, BM, BAD, BOAD,  Inondations pluviales  Pollution du lac
Cotonou BEI, AFD  Aménagement des bassins
 AGETUR, de rétention
42 Exploitation responsable  DGEau  Tous aspects  Tous aspects
des ressources hydrauliques  OmiDelta / GIRE
(GIRE)  D2B, Lac Nokoué
43 Donner accès à l'eau  ANAEP-MR  Insuffisance de la  Connaissance des eaux
potable à l'ensemble de la  BM ressource souterraines
population rurale et semi-  OmiDelta / AEPHA  Pollution des eaux
urbaine souterraines
 Gestion des points
d’eau
44 Développer les capacités de  SONEB  Intrusion salée  AGIRES/INE : développer
production et de  KfW  Pollution des eaux la connaissance des eaux
distribution en milieux  OmiDelta/AEPHA souterraines souterraines pour le futur
urbain et péri urbain  Surexploitation des
eaux souterraines
 Subsidence

7.1.2 Les Plans de Développement Communal (PDC)

Les quatre principales communes qui entourent le lac Nokoué (Porto Novo, Sèmè Kpodji, Cotonou,
Abomey-Calavi) et les communes plus petites par la population mais couvrant de larges portions du
lac Nokoué comme So-Ava et Aguégués, jouent un rôle central dans les questions de Planification
Delta et sont donc des acteurs importants.

En matière d’eau, les responsabilités spécifiques des communes sont les suivantes :
 Protection et valorisation optimale des ressources en eau,
 Réalisation d’infrastructures hydrauliques,
 Gestion des eaux pluviales,
 Protection contre les inondations,
 Assainissement domestique (par exemple les latrines),
 Drainage des eaux usées,
 Gestion des déchets liquides,
 Gestion des bas-fonds (lien avec le développement économique local),
 Compétences étendues en matière de développement économique local (lien avec l’eau).

Un bon aperçu des plans de développement communal (PDC) pertinents n'a pas encore été établi à
ce stade, mais un certain nombre de préoccupations communales sont déjà prises en charge par les

Page 94 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux


projets phares du PAG : inondations locales (en lien avec la pluviométrie), problèmes
d’assainissement des berges, trafic routier (Contournement Nord de Cotonou) ...

En lien avec la Planification Delta, des besoins spécifiques ont été formulées par les communes de
Cotonou (création de bassins de rétention) et d’Abomey-Calavi (résolution de problèmes
d’inondations localisées dans des zones basses).

7.1.3 Le programme WACA

La première phase du programme WACA (West African Coastal Areas) a consisté à faire en 2016 le
diagnostic de la situation actuelle et élaborer un Plan d’Investissement Multisectoriel (PIMS). Ce plan,
d’un montant total de 238 milliards de FCFA sur 30 ans dont 106 milliards comme investissement
initial, a été validé en janvier 2017. Il a pour but de servir de guide pour le financement de projets
d’adaptation et de mitigation aux risques côtiers au Bénin. Un projet de mise en œuvre sur 5 ans
(2018-2022) pilotés par le Ministère du Cadre de Vie et du Développement Durable est en démarrage
dans la zone côtière à la frontière entre le Togo et le Bénin.

7.1.4 Les autres projets

D’autres projets ayant des liens avec le Plan Delta sont initiés dans le delta de l’Ouémé et la zone
côtière par des structures étatiques et des ONG, notamment :
 Divers programmes du Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche ;
 Divers programmes du Ministère du Cadre de Vie et du Développement Durable, notamment
o Le programme WACA (West African Coastal Areas) dont le Plan d’Investissement
Multisectoriel (PIMS) d’un montant total de 238 milliards de FCFA sur 30 ans (dont
106 milliards comme investissement initial), a été validé en janvier 2017 et porte sur
des projets d’adaptation et de mitigation aux risques côtiers au Bénin dont celui en
exécution (2018-2022) qui porte sur la zone côtière à la frontière entre le Togo et le
Bénin.
o Le programme de protection de la côte à l’est de Cotonou Phase II (avec la mise en
place des épis intermédiaires et revêtement de la portion comprise entre Akpakpa
Dodomè et l’Epi Siafato, ainsi que le rechargement des casiers en aval du dernier
épi ;
o Le programme de protection et de valorisation de la côte dans la Commune Ouidah
(avec la construction d’une digue immergée de 4 Km à Avlékété, la construction d’une
digue immergée de 2 Km à Djègbadji et le rechargement des plages adjacentes ;
 Le Projet de transport fluvio-lagunaire dans les communes de Cotonou, Porto-Novo, Calavi,
Aguégué ;
 Le projet de construction d’un port pétrolier, minéralier et commercial en eau profonde à
Sèmè-Podji ;
 Des projets animés par des ONG :
o Le projet « Ressources Partagées, Solutions Communes » qui vise le renforcement des
capacités des ONG environnementales ;
o Les initiatives d’ONG visant la cartographie des écosystèmes à protéger dans la zone
Delta ; et

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 95


o Le projet RICC financé par la BAD et mis en œuvre par le Partenariat National de
l’Eau ;
o Le projet DEALS auquel contribue l’ONG néerlandaise VNG, qui vise, au Bénin, le
renforcement des capacités de la commune de Sèmè Kpodji, etc.
o Le projet « Evaluation des débits environnementaux du delta de l’Ouémé » mené par
les ONG BEES et IUCN Pays-Bas avec l’assistance technique de l’institut néerlandais
IHE Delft.

7.1.5 Les projets Omidelta-GIRE mis en œuvre par les Acteurs non étatiques

Le Programme OmiDelta a envisagé la réalisation de projets concrets par les acteurs non-étatiques
(ANE) à travers un guichet géré par l’ONG néerlandaise SNV. A la suite d’un appel à projets, trois
projets proposés par des consortiums d’ONG ont été retenus et sont en phase de démarrage :
 Le projet « Nouvelle Vallée du pays Wémé. Les services écosystémiques pour une GIRE
opérationnelle (NVW-GIRE) » par le consortium PROTOS, Green Keeper Africa et ANTEA
Group et qui concerne les communes d’Adjohoun, Bonou, Dangbo et les Aguégués ;
 Le projet « Opérationnalisation de la Gestion Intégrée des Ressources en Eaux (GIRE) par un
système de Paiement pour Services Ecosystémiques (PSE) dans la basse et moyenne vallée de
l'Ouémé » par le consortium CIDR (Centre International de Développement et de Recherche),
Africa Green Corporation et CREDEVA (Coalition pour le Recherche et le Développement Vert
en Afrique) et qui concerne les communes d’Adja-Ouèrè, Ouinhi, Toffo, Zagnanado, Zè et
Zogbodomey ; et
 Le projet « Appui à la Synergie Locale pour l'Eau (PSL Eau) » par l’ONG VNG International et
qui concerne les communes de Abomey-Calavi, Zè, Sô-Ava, Sèmè-Kpodji et Porto-Novo.

7.2 Les parties prenantes

En plus des parties prenantes institutionnelles mentionnées dans la section 6.1, la gestion intégrée
des ressources en eau à travers le Plan Delta nécessite la concertation avec un nombre plus large de
parties prenantes. Une partie prenante est définie comme un individu ou groupe pouvant avoir un
intérêt dans le Plan Delta ou pouvant avoir une incidence/influence sur le Plan Delta ou en être
affecté. Une identification des principales parties prenantes est fournie dans le Tableau 7-2.

Tableau 7-2 Parties prenantes de la Planification Delta


Groupe Partie prenante Intérêt dans le plan
Autorités Ministère DGE Eau Définition de la politique de gestion
nationales de l’Eau et de l’eau
des Mines
Comité et agence de Bassin de Planification et concertation
l’Ouémé (CBO et ABO)
SONEB AEP
Autres MCVDD, MAEP, MS, MICA, MIT, En fonction de leur secteur
ministères MTC, MISP, MDGL, MAEC, MRD… d’intervention
Agences ANAEP-MR, ANPT, ACVDT… Projets prioritaires du PAG

Autorités Préfecture des 5 départements du delta Représentant des communautés


locales Mairies des communes du delta potentiellement affectées.
Chefferie des villages du delta Mise en œuvre de mesures à l’échelle
locale.

Page 96 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux


Groupe Partie prenante Intérêt dans le plan
Communautés Communautés du delta Besoin en eau potable et domestique
affectées Population du Bénin Effet direct ou indirect du Plan Delta
sur l’économie et le développement
du Bénin
Acteurs Pêche Comités de pêche Affecté par l’impact potentiel sur les
économiques Comités Akadja ressources piscicoles.
Associations des femmes Responsable (en fonction des
mareyeuses techniques de pêche) de l’impact sur
Pisciculteurs… le delta
Elevage Comité des bouviers ‘’Agblanon’’ Besoin en eau
(Dangbo) Conflits liés à l’eau
Agriculture Association communale des Besoin en eau pour l’irrigation
maraichers Rejet de polluants dans l’eau
Coopérative de production du riz Impact des inondations
Industrie SOBEBRA, Producteurs d’eau, Besoin en eau
Industries alimentaires, Rejets solides et liquides
DONGACO, CCIB…
Transport Port Autonome de Cotonou Erosion côtière ; Contraintes de
Opérateurs du port navigation sur le lac et les lagunes ;
Transport fluvial et lacustre Transport d’hydrocarbures
Tourisme Association des transporteurs par Protection des plans d’eau et des
barque, Hôtels, Eco-tourisme… zones humides (flore, faune…)
Autres Comité exploitation des sables Divers
Association des exploitants du
sable fluvial
Artisans (transformation de la
jacinthe d’eau en objets d’art)
Bailleurs de APB, GiZ, BM, AFD, KfW, UE… Financement actuel et futur de
fond projets GIRE
ONG et OSC ONG de l’environnement, Organisation de la société Multiple
civile (PNE…), ONG internationale
Organismes UAC (INE), IRHOB, CENATEL, IRD… Etudes sur les ressources en eau,
scientifiques modélisations…
Institutions Eglise catholique (Evêque de Porto-Novo), Caritas Cultes, zones protégées…
religieuse et (Porto), Eglise Protestante (Dangbo), Communauté
pouvoirs Islamique de la Vallée de l’Ouémé (Bonou), Président
culturels Départemental Culte Vodou de l’Ouémé (Porto), Roi
Général de la Vallée de l’Ouémé (Adjohoun)

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 97


8 LES PROBLEMATIQUES IDENTIFIEES ET DEFIS POUR LA GESTION DES EAUX
DU DELTA DE L’OUEME

Au terme de la présentation de l’état des lieux du delta de l’Ouémé, ce chapitre récapitule les
problématiques deltaïques pertinentes. Elles sont au nombre de neuf. Il s'agit de problèmes liés à la
quantité d'eau, sa qualité, sa disponibilité ainsi qu’à l’environnement. Ils s’inscrivent dans un contexte
de pression croissante de la population et de changement climatique. Ces problèmes sont communs
à la plupart des deltas dans le monde ; ils ne sont pas spécifiques au delta de l’Ouémé. A ces
problématiques répondent des défis qui sont esquissés dans le présent chapitre en prélude aux
prochaines étapes du processus de planification delta.

8.1 Les problématiques typiquement deltaïques

8.1.1 La pression accrue sur les ressources en eau et les terres

Selon les prévisions des Nations Unies, de 2019 à 2050, la population béninoise va doubler en
passant de 12 millions à 24 millions d’habitants (Figure 4-1).

En supposant que la ressource en eau reste plus ou moins constante, cette augmentation de la
population va réduire la quantité d’eau disponible par habitant :
 En 1955, la population du Bénin s’élevait à environ 2 millions d’habitants et la disponibilité
moyenne des ressources en eau par habitant et par an était estimée à plus de 6000 m³ ;
 En 2005, cette disponibilité moyenne par habitant était de moins de 2000 m³/an ;
 En 2019, avec une population qui atteindra bientôt 12 millions d’habitants, la disponibilité est
encore plus réduite, pendant que, dans le même temps, la consommation moyenne par
habitant ne cesse d’augmenter en lien avec le développement socio-économique.

Pour ce qui concerne l’eau potable mais également industrielle, cette évolution contraint à
rechercher de nouvelles réserves d’eau souterraine. Vers 2030 et 2050 la pression sur les eaux
souterraines contraindra à recourir au stockage et au traitement des eaux de surface.

Pour ce qui concerne les autres usages, en particulier l’irrigation et la pêche, la demande en eau de
surface ira croissante pour répondre aux besoins alimentaires déjà déficitaires, dans un contexte de
dégradation de la qualité de l’eau et de réduction des volumes en lien avec le changement climatique.

De surcroît, l’augmentation de la population va provoquer une modification de l’occupation du sol,


avec notamment l’avancée des zones urbaines et le recul du couvert végétal. La déforestation accrue
conduira à une situation où le sol dénudé retiendra moins l'eau, avec pour résultat une moindre
recharge des aquifères.

Causes du  Accroissement de la population


problème  Forte urbanisation au détriment de terres fertiles
 Augmentation de la demande en eau
 Réduction de l’infiltration et de la recharge des aquifères
 Déficit d’eau de surface de qualité pour les autres usages

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 99


8.1.2 Les perturbations de la salinité des eaux de surface

L’intrusion d’eau salée à travers le chenal de Cotonou dans le lac Nokoué est un processus naturel
soumis à des variations saisonnières : en période d’étiage, l’eau salée entre dans le lac Nokoué parfois
jusqu’en amont de Sô-Ava ; en période de crues, le débit de l’Ouémé rejette l’eau salée vers la mer.

Cette salinité, avec ses variations saisonnières a créé un système biologique adapté. Les plantes
envahissantes, comme la jacinthe d’eau, prolifèrent tant que l’eau est douce, mais sont éliminées par
l’eau salée.

Il y a deux tendances qui soulèvent des inquiétudes concernant la salinisation du lac Nokoué : d’une
part, la population croissante et le développement économique augmentent les besoins en eau
douce ; d’autre part, l’élévation du niveau de la mer et une diminution du débit de l’Ouémé que
pourrait provoquer le changement climatique, augmenteront progressivement l’intrusion d’eau salée
dans le lac Nokoué.

Causes du  Existence du chenal de Cotonou


problème  Salinisation du lac Nokoué par l’eau de mer en période d’étiage
 Changement climatique induisant une élévation du niveau de la mer et une
augmentation de la salinité dans le lac

8.1.3 La salinisation des eaux souterraines les rendant impropres à la consommation

Les eaux souterraines sont également menacées par l’intrusion saline que ce soit dans la zone côtière
avec ses lagunes d’eau saumâtre, ou en bordure du lac Nokoué. L’augmentation du pompage accroit
le risque d’intrusion d’eau saline dans l’aquifère. Ce phénomène est en cours au niveau du champ de
captage de Godomey. Il contraint à fermer des forages et à créer de nouveaux champs de captage
plus au nord.

Causes du  Besoin croissant en eau souterraine pour la population et les autres usages
problème  Augmentation des volumes pompés en bordure de la lagune
 Contamination progressive de l’aquifère par intrusion d’eau salée

8.1.4 La pollution croissante des eaux

Le fleuve Ouémé et la rivière Sô sont de plus en plus pollués, surtout par les engrais et les pesticides
utilisés par l’agriculture. Ces pollutions polluent également les eaux souterraines.

Les branchages issus des pièges à poissons et à crevettes (les acadjas) qui pullulent sur le lac sont
l’une des sources de pollution.

Le lac sert également d’exutoire pour l’évacuation des eaux pluviales qui charrient des déchets
déversés dans les caniveaux et collecteurs. S’il est vrai que ce rôle d’exutoire du lac permet de réguler
les inondations pluviales dans la ville de Cotonou, il n’en demeure pas moins que cela constitue une
source majeure de pollution.

Le rejet des déchets ménagers (par exemple du marché Dantokpa) et hospitaliers (par exemple de
l’HOMEL), de pneus usagés, de bois morts, de branchages des acadjas et les apports de sédiments
entrainent son comblement progressif du lac Nokoué et réduisent sa capacité de stockage. Le taux de

Page 100 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux
sédimentation est de l’ordre de 2,2 cm/an tandis que la perte annuelle en volume est estimée à plus
de 420.000 m3 [Sossou-Agbo, 2013].

Quant à la cité lacustre de Ganvié, elle ne dispose d’aucun système d’assainissement et les fèces sont
directement rejetées dans l’eau.

L’eutrophisation est un autre trait caractéristique du lac Nokoué. Il s’explique par la forte teneur en
azote et phosphore émanant des eaux usées. Cette situation entraine la prolifération de jacinthes
d’eau et d’autres plantes macrophytes néfastes pour la survie du plan d’eau.

Il faut ajouter à cette liste la pollution engendrée par le trafic des produits pétroliers de contrebande
en provenance du Nigéria.

Ainsi, l’utilisation massive d’intrants et de produits phytosanitaires en agriculture, le rejet des déchets
ménagers et industriels dans la nature ou dans les cours et plans d’eau, l’utilisation des produits
nocifs pour la pêche, ainsi que l’insuffisance et le mauvais fonctionnement du système
d’assainissement des villes favorisent la pollution des eaux superficielles et souterraines et limitent la
disponibilité des ressources en eau de qualité acceptable pour les différents usages.

Causes du  Utilisation des engrais et pesticides par l'agriculture


problème  Mauvaise gestion des déchets solides
 Manque d’installations de traitement des eaux usées
 Transports fluviaux et lacustres (p.e. essence de Nigéria)
 Manque de « rinçage », surtout en saison sèche

8.1.5 L’épuisement des ressources halieutiques

La pêche apporte plus de 50% des protéines animales pour la population. Comme les béninois eux-
mêmes ne pratiquent guère ou de façon très limitée, la pêche maritime, la production halieutique
dépend fortement de la pêche continentale. Les méthodes de pêche traditionnelles ne suffisent pas
aux besoins d’une population croissante. L’aquaculture n’est guère développée, sauf l’acadja qui
pourrait être considéré comme une technique d’aquaculture simple mais qui n’est pas du tout
durable.

Les principales contraintes liées aux activités de pêche sont la surpêche, l’ensablement et
l’envasement des plans et cours d’eau, l’utilisation des matériels de pêche inappropriés, l’exploitation
anarchique des plans et cours d’eau, l’envahissement des cours et plans d’eau par des plantes
aquatiques notamment la jacinthe d’eau (Alimi et al., 2015, Sonneveld et al., 2018).

En raison de ces contraintes, la production halieutique dans le delta ne permet pas de couvrir les
besoins ; la satisfaction de ces besoins dépend majoritairement de l’importation.

Causes du  Forte croissance de la demande supérieure au bilan naturel


problème  Forte limitation de la pêche en mer
 Croissance incontrôlée des acadjas et des engins prohibés de pêche
 Aquaculture durable peu développée

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 101
8.1.6 Les conflits d’usage de l’eau

La gestion sectorielle de l’eau est une source inéluctable de conflits parce que les usagers ont des
intérêts divergents.

Quatre types de conflits sont identifiés dans le delta :

 Le premier type des conflits oppose dans une grande mesure agriculteurs et éleveurs et sont
dus à la transhumance nationale (en provenance du nord) et transfrontalière (en provenance
du Niger et du Nigéria). Ce type de conflit porte généralement sur les dégâts causés par les
animaux sur les cultures lorsqu’ils tentent d’accéder aux points d’eau ou qu’ils sont à la
recherche de pâturages. Comme le présente la Carte 14, dix communes du delta sont
concernées par les conflits entre agriculteurs et éleveurs. Ces conflits sont très fréquents
dans trois communes (Bonou, Ouinhi et Zagnanado), fréquents dans trois autres communes
(Covè, Zè et Zogbodomey) et peu fréquents dans quatre communes (Adjohoun, Dangbo,
Adja-Ouèrè et Za-Kpota).

 Le deuxième type de conflit est celui entre pêcheurs et éleveurs. Dans la région deltaïque
pendant la décrue, les pêcheurs creusent des trous à poissons dans les plaines d’inondation.
La disposition anarchique de ces aménagements entraîne des conflits entre pêcheurs et
éleveurs transhumants (Alimi et al., 2015).

 Le troisième type de conflits qu’il est important de noter est celui entre pêcheurs. En effet,
une récente étude a révélé que pour 34% des pêcheurs exerçant autour du lac Nokoué et de
la lagune de Porto-Novo des conflits éclatent entre pêcheurs d’une même communauté ou
de différentes communautés pour l’allocation des ressources en eau et débouchent dans 50%
des cas sur des violences voire des morts d’hommes (Sonneveld et al., 2018). Ces conflits
entre pêcheurs sont aussi enregistrés au niveau des plaines d’inondation où les trous à
poissons sont disposés anarchiquement (Alimi et al., 2015).

 Les conflits entre pêcheurs et transporteurs de produits pétroliers en provenance du Nigeria


constituent le quatrième type de conflit. Un grand nombre de pièges à poissons (acadjas)
sont disposés sur le lac Nokoué ; il est dénombré par exemple 1000 acadjas uniquement
autour de Ganvié (AIM-ECOSEC, 2018). Ces pièges à poissons obstruent le passage des
transporteurs de produits pétroliers en provenance du Nigéria qui n’hésitent pas à les
détruire, engendrant ainsi des conflits.

Causes du  Extension des espaces agricoles sans aménagement suffisant de couloirs de


problème passage et aires de pâturage pour les troupeaux transhumants
 Distribution anarchique des trous à poisson dans les zones de passage des
troupeaux
 Pression excessive de la pêche sur le lac Nokoué
 Obstruction par les acadjas des voies de passage sur le lac

Page 102 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux
8.1.7 Les aires de conservation et les zones humides menacées

Les aires de conservation et les zones humides du delta sont menacées bien que constituant un site
RAMSAR en principe protégé par son statut internationalement reconnu.

Il s’avère en effet très difficile de respecter les normes environnementales nationales et


internationales de protection des écosystèmes dans un contexte de pressions multiples s’exerçant sur
eux : les mangroves sont affectées par la coupe du bois, notamment pour les acadjas et la
préparation du sel, et elles ne peuvent dès lors plus jouer leur rôle de frayère pour les espèces
aquatiques ; la pollution de l’eau menace les aires de conservation et les zones humides ; la pression
démographique, la croissance urbaine et le développement économique exercent une pression
croissante sur l’espace naturel qui s’amenuise de plus en plus… Ces évolutions négatives ont
également un impact sur le tourisme (récréation et écotourisme).

Ainsi, l'écosystème est surexploité ; la régénération naturelle des ressources naturelles n’est pas
assurée. La dégradation et l'épuisement de ces ressources – vitales pour le développement socio-
économique de la zone métropolitaine – conduisent à une exploitation non durable du delta.

Causes du  Destruction des mangroves


problème  Pollution de l’eau
 Accroissement de la population
 Réduction des espaces naturels
 Insuffisances des mesures de protection

8.1.8 L’érosion côtière accrue

Le long de la côte atlantique de l’Afrique de l’Ouest, il existe un courant fort qui transporte les
sédiments de l’ouest vers l’est. Les fleuves, débouchant dans la mer déchargent des sédiments qui
dans un bilan naturel nourrissent les plages le long de la côte. Les perturbations arrivent quand cet
apport des sédiments est interrompu du fait de barrages au niveau des fleuves ou de leurs
confluents. Aussi, l’extraction de sable dans les fleuves réduit l’apport des sédiments dans l’océan. Au
lieu de nourrir les plages, le courant érodera les plages par manque des sédiments. Ainsi, le barrage
de Nangbeto sur le fleuve Mono au Togo est l’une des causes de la perturbation morphodynamique
de la côte à l’ouest du Bénin, entre Avlo et Djondji dans la commune de Grand Popo. Il en va de
même du barrage d’Akossombo sur le fleuve Volta au Ghana dont la construction a entraîné l’érosion
de la côte à l’est de son embouchure dans l’océan.

La deuxième principale cause d’érosion côtière est l’installation des ouvrages portuaires et de
protection de la côte qui bloquent le transport de sédiments. Ainsi les jetées du port de Cotonou
causent l’érosion de la côte à l’est du chenal de Cotonou. Les épis construits pour limiter localement
l’érosion ont eux-mêmes des impacts négatifs sur le transit des sédiments.

Causes du  Construction de barrages sur les cours d’eau (bloquant les sédiments)
problème  Dragage de sable incontrôlé dans les fleuves et rivières
 Construction des ports maritimes
 Mesures de protection de la côte

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 103
8.1.9 Les inondations pluviales et fluviales accrues

Les inondations pluviales sont, en partie, causées par l’augmentation de la fréquence et de l’intensité
des précipitations extrêmes au cours des dernières années. Entre 1921 et 2012, la fréquence des
précipitations extrêmes a augmenté pour 57% des stations du bassin de l’Ouémé (Hounkpè et al.,
2016). Les inondations ont quasiment doublé depuis les années 2000. En 2010, le Bénin (y compris le
delta de l’Ouémé) a connu les inondations les plus dévastatrices de son histoire et qui ont entrainé la
mort de 46 personnes, affecté 680 000 personnes et occasionné des pertes estimées à 48,8 milliards
de francs CFA (Gouvernement de la République du Bénin, 2011).

Un système d'alerte précoce (SAP) axé sur les inondations a été mis en place pour limiter les dégâts
dus aux inondations. Le système physique de suivi, qui est à la base des données pour l’alerte, est en
cours de réhabilitation. La précision et timing des alertes pourraient être améliorés en s’appuyant sur
une modélisation hydrologique avancée du delta qui nécessite surtout l’acquisition des données
relatives à l’élévation du terrain (modèle numérique du terrain).

La problématique des inondations a tendance à devenir plus aigüe. Le changement climatique avec la
montée de la mer et le changement des régimes de précipitation contribue au problème. Toutefois,
les actions anthropiques constituent un facteur beaucoup plus important. La croissance de la
population, l’urbanisation incontrôlée, l’occupation des terres dans les zones inondables sont autant
de problèmes sérieux qui rendent la population de plus en plus vulnérable.

Causes du Inondations fluvio-lacustres :


problème  Dynamique naturelle de l'Ouémé et Sô
 Installation humaine incontrôlées dans des zones à risque (bas-fonds)
 Insuffisances du SAP
 Manque de protection, de digues ou autres défenses

Inondations pluviales :
 Forte croissance des surfaces imperméables dans les zones urbaines
 Installations humaines incontrôlées dans les bas-fonds
 Manque de stockage et de drainage

8.2 Les avantages comparatifs et les problèmes récurrents du delta de


l’Ouémé

Ce document a montré que le delta de l'Ouémé a de vraies caractéristiques deltaïques et connait les
mêmes défis que ceux des autres deltas du monde.

Le delta, avec ses plans d’eau et plaines d’inondation, a des caractéristiques favorables pour la
satisfaction des besoins de base (eau, alimentation, énergie) et un développement socio-économique
prospère. Le delta de l’Ouémé n’est pas unique, tous les deltas du monde montrent de pareils
avantages physiques, mais il dépend fortement de la gestion des ressources de faire prospérer le
delta. Les caractéristiques naturelles et la difficulté de la gestion posent des problèmes récurrents.

L'analyse diagnostique du delta qui suit, porte sur les forces et les opportunités du delta, en tenant
compte de ses faiblesses et de ses menaces. Il s’agit ici d’une analyse à grande échelle. La suite de
l’étude Plan Delta portera sur un diagnostic plus approfondi. D’ores et déjà quelques tendances sont
dégagées.

Page 104 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux
8.2.1 Les avantages comparatifs du delta : ses forces et opportunités

La vision sur le développement futur du delta doit nécessairement s’appuyer sur les meilleures
possibilités qu’offre le delta, à savoir ses forces et opportunités.

Forces :
 Sols fertiles et climat favorable pour l’agriculture, avec un grand potentiel pour l’amélioration
des méthodes culturales, le développement de l'irrigation et l’augmentation du rendement
par surface ;
 Abondance des eaux douces et salées pour la production halieutique ;
 Abondance des ressources humaines ;
 Ecosystèmes riches (et potentiel touristique) ;
 Accès à la mer : porte commerciale ouverte au monde.

Opportunités :
 Développement de l’aquaculture grâce à une meilleure utilisation de la salinité de l’eau ;
 Développement touristique (dans lequel l’eau et la biodiversité peuvent jouer un rôle) ;
 Développement de l’agro-industrie (produits à valeur ajoutée sur la base du potentiel agricole
du delta) ;
 Envasement du delta, représentant un stock de sable énorme pour les besoins de matériaux
de construction ;
 Planification Delta comme outil de gestion optimal ;
 Lancement des PAG et autres projets liés à la GIRE ;
 Aménagement d’une longue berge autour du lac, offrant intrinsèquement des opportunités
pour un fort développement socio-économique.

8.2.2 Les faiblesses et menaces pour le delta

Dans le processus de planification delta, il y a lieu de prendre en compte les obstacles, à savoir les
faiblesses et les menaces, qui empêchent de faire fructifier les opportunités.

Faiblesses :
 Manque de cohérence dans la gestion de l’eau – déficit en terme de planification, de gestion
des ressources en eau, de règlementation et d’intégration de tous les travaux entrepris par
les différents ministères et agences concernés ;
 Faible niveau de développement économique du Bénin, en particulier la forte dépendance
alimentaire et énergétique (avec notamment le besoin de barrages) ;
 Grande différence dans la disponibilité de l’eau entre les saisons et entre les différentes
régions du pays ; dans le delta, la disponibilité des eaux de surface est très faible entre
novembre et mars.

Menaces :
 Croissance forte de la pollution et de l’urbanisation causant davantage de pression sur les
ressources en eau, les infrastructures, les écosystèmes et le développement socio-
économique (besoin en eau, alimentation et énergie) ;
 Changement climatique aggravant les phénomènes naturels tels que l’intrusion saline, les
inondations et dans une certaine mesure la submersion de la zone littorale.

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 105
8.3 Les défis majeurs pour la gestion du delta de l’Ouémé

Les forces, opportunités, faiblesses et menaces se traduisent en un défi majeur pour le Bénin qui est :
conserver et exploiter le delta de l’Ouémé au profit du pays.

En ce qui concerne l'état général du développement du Bénin et sa capacité à nourrir sa population,


trois questions fondamentales sont posées en lien avec la gestion intégrée des ressources en eau :

 Comment exploiter les ressources naturelles riches du delta pour une économie florissante
du Bénin au bénéfice d’une population qui doublera d’ici trente ans ?
 Comment faire face à la vulnérabilité typique du delta de l'Ouémé ?
 Comment institutionnaliser la gouvernance et la gestion du delta ?

Bref, comment utiliser les eaux et les terres du delta de façon rationnelle tout en préservant ses
écosystèmes en vue d’un développement socio-économique sûr et durable ?

8.3.1 Les besoins fondamentaux : eau, alimentation et énergie

Les conditions et le contexte de l’Ouémé permettent d’envisager que les défis typiquement
deltaïques présentés ci-dessus se traduisent pour le Bénin en défis fondamentaux pour le delta sinon
pour tout Bénin, si on considère que le delta de l’Ouémé peut et doit être un « moteur » pour tout le
Bénin.

L’approvisionnement en eau potable, l’alimentation et l’énergie sont les besoins fondamentaux qui
assurent le bien-être de la population béninoise en pleine croissance et le développement durable du
pays. En effet, comme le présente la Figure 8-1, outre l’approvisionnement en eau potable et les
activités domestiques, les secteurs économiques qui utilisent les ressources en eau sont l'élevage,
l'agriculture, la pêche, l'industrie qui concourent à la production des aliments grâce à l’énergie qui est
en cours de développement.

Le fonctionnement de cet ensemble < Eau - Aliment - Energie > est favorisé par la conservation des
écosystèmes qui constituent le réservoir naturel de toute l’eau nécessaire pour les trois premiers
besoins. Les écosystèmes favorisent aussi les loisirs, la culture, le tourisme et le transport fluvial.

L’analyse de l’état actuel du secteur montre que le Bénin s’appuie sur des ressources en eau qui
sont insuffisamment connues, protégées et mises en valeur.

Les objectifs à l’horizon 2050 par rapport à la GIRE, avec une population qui doublera d’ici là, seront
nécessairement à haut niveau :
1. Comment la gestion des eaux peut nourrir une population qui doublera en trente ans en
termes d’eau potable, d’agriculture et d’aquaculture ?
2. Comment la gestion des eaux peut contribuer à ajouter de la valeur aux produits du secteur
primaire ?
3. Comment utiliser le potentiel hydro-électrique existant ?

Page 106 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux
Figure 8-1 Liens entre les principaux besoins liés aux ressources en eau

8.3.2 Le delta de l'Ouémé, un « moteur » pour le développement du Benin

Les politiques nationales de développement visent une agriculture florissante et une valeur ajoutée
par le développement agro-industriel. La vallée de l'Ouémé et le delta avec leurs ressources
naturelles et humaines sont particulièrement aptes à soutenir ce développement souhaité.

Plan National de Développement

C'est en raison de ces avantages comparatifs, que le delta de l’Ouémé pourrait être un moteur pour le
développement socio-économique du Bénin, comme dit le Plan National de Développement (PND
2025) :
«Le diagnostic des déterminants de la croissance économique, la faible diversification de
l'économie nationale et le décalage entre la croissance effective (3,9%) et la croissance
potentielle (8%), en moyenne sur 2005-2015, mettent en exergue les obstacles limitant
l'accélération de la transformation structurelle de l'économie béninoise. Pourtant, le
Bénin dispose de plusieurs potentialités insuffisamment valorisées surtout dans
l'agriculture, l'élevage et la pêche. Les secteurs du commerce, du tourisme et du
numérique constituent un gisement d'innovations et de création de richesses.»

Et le PND 2025 précise :


« L’option stratégique retenue est de faire de l'agro-industrie, du tourisme et des services,
le moteur de la croissance économique inclusive et durable dans le cadre d'une
gouvernance nationale et locale plus efficace en misant sur le développement du capital
humain et des infrastructures.»

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 107
La description de l'état de lieux et des évolutions tendancielles réalisée dans le cadre du programme
OmiDelta est en ligne avec le PND.

Le delta de l'Ouémé est la région géographique par excellence qui peut donner corps à cette
stratégie. Un défi majeur pour le Bénin et son delta de l'Ouémé est de bien exploiter les ressources
naturelles de son delta pour le bien-être de sa population, en sauvegardant le système deltaïque pour
que cette exploitation soit durable.

Bénin Révélé et PANGIRE

Les 45 projets phares du Programme d’Actions du Gouvernement (PAG) font partie d'un grand effort
pour impulser le développement désiré. Dix-sept de ces quarante-deux projets concernent le delta de
l’Ouémé et, de près ou de loin, la Gestion Intégrée des Ressources en Eau. Dans ce contexte, la GIRE
peut apporter une plus-value significative au PAG en contribuant à fédérer les actions et les acteurs
concernés autour de la ressource en eau qui est présente de façon transversale dans quasiment tous
ces projets faute de quoi ces actions risquent de ne pas atteindre leur pleine efficacité.

Dès à présent, la composante GIRE du programme OmiDelta se concentre sur des projets prioritaires
pouvant contribuer à une meilleure connaissance et une approche de développement du delta pour
le Bénin. Ainsi, un projet prioritaire portant sur l’étude et la gestion de l’aquifère du plateau d’Allada
exploité pour l’AEP du Grand Nokoué est en phase de démarrage, tandis qu’un projet de
réhabilitation du lac Nokoué est en phase de formulation, en attendant l’identification d’autres
projets ou mesures prioritaires. Parallèlement, dans le cadre de la composante « Acteurs non
étatiques » du programme OmiDelta, sont mises en œuvre des actions GIRE à la base dans le delta de
l’Ouémé (mesures de protection contre les inondations, valorisation des ressources, sensibilisation
des populations…).

8.4 Les trois piliers de la composante GIRE du programme OmiDelta pour le


développement du delta

La composante GIRE du programme OmiDelta contribue à la politique de la gestion intégrée des


ressources en eau et ainsi aux objectifs formulée ci-dessus en section 8.3.1.

Pour cela, la composante GIRE du programme OmiDelta s’appuie sur trois axes :

 AXE1 - Amélioration des connaissances sur l’eau : Bases de données, SAP, Modélisation,
AGIRES... Cet axe contribue au renforcement des capacités de base pour l’exécution de la
Gestion Intégrée des Ressources en Eau.

 AXE2 - Planification Delta : comprenant l’étude du Plan Delta, y inclus l’Evaluation


Environnementale Stratégique (EES) qui est étroitement imbriquée dans la planification
delta, et les concertations. Cet axe fournira un cadre politique concret pour le delta, qui
sera cohérent avec d’autres actions du Gouvernement et qui aura le support des parties
prenantes pertinentes.

 AXE3 - Application de l’approche GIRE dans les projets et programmes en cours : PND,
PAG, PDC, WACA, SNV, RVO/D2B… Cet axe a comme objectif d’appliquer les expériences

Page 108 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux
de la GIRE aux niveaux nationaux et internationaux dans les projets actuels afin de
maximiser l’impact de la connaissance et l’expertise mobilisée dans le Programme
OmiDelta.

8.4.1 AXE1 : Amélioration des connaissances sur le « système eau »

Base de données fiables


Gérer correctement le delta implique d’établir une base de connaissance solide sur le delta d’autant
plus que la pression sur les ressources en eau est déjà forte et que les impacts négatifs ne cessent
d’augmenter. Pour ce faire, il convient d’impliquer des ingénieurs spécialisés et de s’appuyer sur les
expériences nationales et internationales en la matière.

Des systèmes de surveillance des ressources en eau et des usages existent dans le bassin de l’Ouémé
mais leur fonctionnalité n’est pas satisfaisante. La collecte et le traitement des données présentent
des insuffisances. Les données sont souvent dispersées, non disponibles ou non publiées.

La composante GIRE du programme OmiDelta intervient à ces différents niveaux à travers la


réhabilitation des réseaux de suivi quantitatif des ressources en eaux de surface et souterraine, le
suivi de la qualité des eaux naturelles et le renforcement des capacités du laboratoire de la DGEau,
l’appui à la gestion des bases de données, le renforcement de la collaboration entre les différents
acteurs (DGEau, INE, IRHOB, IGN, SONEB, IRD…), la publication et le partage des données.

Connaissance du delta et sa planification


A la suite de la collecte des données, interviennent l'interprétation et l'analyse des données. A ce
niveau l'Institut National de l'Eau est directement impliqué en tant que « centre de connaissance du
delta » assurant la coordination avec des experts d’autres instituts, en coordination avec la DGEau.

La composante GIRE du programme OmiDelta participe au renforcement des capacités de la DGEau et


de l’INE en la matière. Ce renforcement des capacités porte sur :
 l’implication d’experts nationaux et internationaux assurant le partage de la connaissance
locale et mondiale en matière de gestion deltaïque ;
 la participation directe des acteurs au processus de planification ;
 des formations ou des stages de courte durée ;
 le renforcement des capacités administratives et organisationnelles ;
 le renforcement des laboratoires et autres équipements.

Modélisation des eaux de surface


Le comportement du système deltaïque n’est pas encore suffisamment connu. Il manque des
données fiables, en particulier un modèle numérique du terrain (MNT) dont l’absence empêche
jusqu’à présent de modéliser correctement le fleuve Ouémé et le système deltaïque. Une telle
modélisation est importante pour prédire les impacts des travaux comme les barrages, le dragage, la
construction d’ouvrages de protection, mais aussi l'impact du changement climatique, la dispersion
des pollutions, l'avancement de la salinité, etc. La réalisation d'une bonne modélisation exige un
travail bien géré et intégré qui s’inscrit dans la durée (une dizaine d’années peut être nécessaire) avec
bon nombre de petites études qui contribuent au processus global.

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 109
Concernant les référentiels topographiques, les stations hydrométriques ont toutes leur propre
échelle mais on ne connait pas leur position et hauteur relatives, informations nécessaires pour la
modélisation. Or la cartographie complète du Bénin a été actualisée récemment à travers un
programme IGN-Bénin/IGN-France qui a bénéficié de l’appui de l’Union Européenne.
Malheureusement ces données ne sont pas encore librement accessibles. Il est important pour le
développement du Bénin que les ingénieurs et concepteurs de projets puissent avoir accès aux
référentiels cartographiques nationaux, à l’instar de ce qui se fait dans d’autres pays qui mettent leur
MNT à la disposition des acteurs en accès libre et gratuit, toute chose qui contribue au
développement des infrastructures. Si nécessaire, l'investissement pour un MNT spécifique du delta
pourrait être pris en charge par les différents ministères concernés, avec l’appui éventuel des bailleurs
de fonds.

SAP-Eau
Un Système d’Alerte Précoce a été initié à la suite des inondations catastrophiques de 2010. Il associe
la DGEau, l’IRHOB, Météo=Bénin, l’ANPC et l’INE. Les réseaux de surveillance ont été renforcés. Le
système a correctement fonctionné lors des crues sévères de 2012 et 2018. Il reste que des
améliorations sont à rechercher au niveau des réseaux de suivi et des prévisions, impliquant
notamment des outils de modélisation.

Connaissance et gestion des aquifères


Les aquifères du Bassin Sédimentaire Côtier, en particulier ceux du plateau d’Allada sont fortement
sollicités pour l’AEP du Grand Cotonou. Des études ont été réalisées par le passé et continuent d’être
menées notamment par l’INE. Il n’existe cependant pas de modèles actualisés de l’aquifère
permettant d’évaluer les impacts des prélèvements croissants par la SONEB. Comme pour les eaux de
surface, la construction d’un modèle s’impose pour la gestion des eaux souterraines. A cet effet, un
projet spécifique (AGIRES) est initié au sein de l’INE dans le cadre de la composante GIRE d’OmiDelta.

8.4.2 AXE 2 : Planification Delta

Plan Delta /EES


Le Plan delta vise à fournir un cadre cohérent pour le développement et la gestion du delta sur le long
terme. L’état des lieux du delta, objet du présent rapport, est en cours de finalisation ; la phase
suivante du processus (Diagnostic, Vision, Scénarios, Schéma d’aménagement et de gestion du delta)
démarrera en septembre 2019. Le Plan Delta comprend une Evaluation Environnementale
Stratégique.

Concertation GIRE
Le programme OmiDelta propose un appui à la coordination du PANGIRE qui prévoit la création de
comités et d’agences de bassin au niveau des bassins hydrographiques.

Le CBO (Comité de Bassin de l'Ouémé) est en fonction depuis 2016, mais l'opérationnalisation de
l'ABO (Agence du Bassin de l’Ouémé) est différée. Les fonctions principales d’un comité de Bassin et
d’une agence du Bassin sont d’assurer la planification et d’organiser les concertations sur les
questions liées à l’eau au niveau du bassin. Cependant, quelle que soit la structure, quelle que soit
l'autorité, la responsabilité pour une bonne concertation est avant tout l’affaire des parties
prenantes. La mauvaise gestion des ressources en eaux est le plus souvent le résultat d'un manque de

Page 110 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux
cohérence et de concertation entre les acteurs, même si leurs intentions sont bonnes. L’intégration
des activités vise à rendre les interventions plus efficaces pour le bien-être du delta.

Le programme OmiDelta appuie cette concertation à travers la DGEau, le CBO et l'ABO et bien sûr
avec les parties prenantes comme indiqué dans la section 7.2.

Si la concertation avec les parties prenantes pertinentes est au cœur de la GIRE, elle ne se limite pas
pour autant à la GIRE : elle au cœur de la gouvernance. Elle est sous la responsabilité non seulement
de la DGEau et des institutions du bassin, mais aussi de toutes les autorités concernées.

Figure 8-2 Schéma de concertation intégrée des parties prenantes autour de la Planification Delta. La GIRE peut aider
les acteurs à réaliser une gestion plus cohérente et mieux concertée des ressources en eau et des milieux
connexes.

8.4.3 AXE 3 : Application de l’approche GIRE dans les projets et programmes en lien avec
le secteur de l’eau

Comme décrit plus haut, la mise en œuvre d'une politique intégrée en matière d’eau est encore
faible. Le programme OmiDelta vise une planification à long terme. Pour autant, les défis sont là et les
projets actuels ont pour objectif d’y répondre.

Ces projets sont :


1. Les projets phare du PAG ;
2. Les projets communaux (PDC) ;
3. Des projets dans le cadre de l’OmiDelta (projets AEPAH, ANE…) ;
4. D’autres projets comme WACA, IRD, D2B…

Cet axe a pour objectif de faire profiter ces projets d’une approche intégrée en matière d’eau en vue
d’augmenter leur efficacité. Il s’agit en l’occurrence d’appliquer les expériences de la GIRE dans les
projets actuels et de maximiser l’impact de la connaissance et de l’expertise mobilisée dans le
Programme OmiDelta.

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 111
8.5 La suite du processus de Planification Delta

L'état des lieux est un processus d’établissement conjoint des faits avec les parties prenantes du
delta. Malgré les difficultés (manque des données, identification des faits et des déterminants les plus
significatifs…), il faut arriver à juger de la situation et être en mesure de la qualifier : une analyse
FFOM (forces, faiblesses, opportunités, menaces) est une façon généralement assez objective de
présenter un jugement sur l'état du delta, et du Bénin.

Le schéma d’ensemble pour la suite du processus est le suivant :

Etat des lieux


Evolutions tendancielles

Figure 8-3 Schéma général du processus de Planification Delta

La GIRE cherche à utiliser les forces du delta et à saisir les opportunités (ou au moins à créer des
conditions favorables pour saisir les opportunités), ceci afin de créer une vision spécifique pour le
delta et la gestion de ses ressources en eau qui contribue à sa prospérité, sa sécurité et la durabilité
de ses écosystèmes, en ligne avec le Plan National de Développement.

Page 112 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux
9 EN CONCLUSION

Tout au long de l’histoire, les deltas ont attiré de nombreuses populations faisant d’eux les régions les
plus densément peuplées du monde : environ 500 millions de personnes vivent dans ou près de
deltas fluviaux. Les sols étant généralement très fertiles dans les deltas, ils favorisent des productions
abondantes et font des deltas de véritables greniers. Les deltas offrent également un accès facile à la
pêche et ont le plus souvent un accès à la mer avec de grands ports. Ils deviennent de ce fait des
pôles industriels et commerciaux. En revanche, les deltas, avec des terres surpassant à peine le
niveau de la mer, ou même sous le niveau de la mer, sont très vulnérables aux catastrophes
naturelles. Ils sont souvent sujets à des inondations et exigent une attention particulière pour la
protection des personnes et des biens. A l’avenir, en raison du changement climatique et du risque
d’élévation du niveau de la mer, cette vulnérabilité augmentera vraisemblablement, avec des impacts
accrus sur les processus deltaïques naturels et sur les populations. Il est à craindre que la vie de
millions de personnes qui y vivront, soit, dans l’avenir, affectée de façon malheureusement
spectaculaire. Cette description s’applique en tous points au delta de l’Ouémé, tant au niveau des
atouts que des risques.

Ce rapport d’état des lieux est le résultat de la première étape d'un processus conduisant vers un
« Plan Delta », c'est-à-dire une stratégie basée sur une vision qui s’appuie sur les ressources
naturelles du delta – essentiellement un sol fertile, de l'eau fraîche et saline – lesquelles pourraient
jouer un rôle fondamental dans le développement du Bénin.

Pour y parvenir, il est nécessaire de :


1. Disposer d’une base de connaissances sur les caractéristiques actuelles et futures du delta. A ce
titre, le présent rapport et sa documentation sous-jacente sont une tentative de synthèse
structurée et intégrée de l’état des connaissances sur le delta ;
2. Réaliser une analyse diagnostique approfondie du delta à la prochaine étape de planification ;
3. Définir ensuite une vision commune et bien soutenue sur la façon d'utiliser les avantages
comparatifs du delta ;
4. Développer enfin une politique cohérente visant à surmonter les problèmes typiquement
deltaïques avec les autorités gouvernementales, les bailleurs de fonds et les acteurs de la société
civile travaillant dans le cadre convenu de gestion intégrée des ressources en eau.

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 113
REFERENCES

Liste non exhaustive des références bibliographiques ayant servi à l’élaboration des rapports
thématiques et du rapport de synthèse

ABE (2004). Evaluation environnementale stratégique régionale du littoral stricto sensu (EES-R) –
Volume 1. Rapport, 67p.
ADITE, A. and K.O. WINEMILLER. 1997. Trophic ecology and ecomorphology of fish assemblages in coastal
lakes of Benin, West Africa. Écoscience 4:6–23.
ADJAHOUINOU DC, FIOGBE ED. 2014. Concentrations of heavy metals in raw wastewaters of Cotonou city
(Benin). J. Bio. & Env. Sci., 5(2): 534-541. DOI : http://innspub.net/wpcontent/uploads/2014/08/JBES-
Vol5No2- p534-541.pdf
ADISSIN GLODJI C. L. (2007). Dynamique hydrosédimentaire et état de pollution d’un cours d’eau en région
tropicale humide : la rivière Sô dans le complexe fluvio-lagunaire du Sud-Est du Bénin Afrique de l’Ouest.
Mémoire de DEA, École Doctorale Pluridisciplinaire Espace, culture, et Développement, UAC, Bénin, 107 p.
ADJAKIDJE V, SOKPON N. (2001). Inventaire et caractérisation de la flore et de la végétation des complexes Est
et Ouest des zones humides du Sud-Bénin. PAZH/Bénin, 65p.
ADJAKIDJE, V. (1984). Contribution à l’étude botanique des savanes guinéennes en République
Populaire du Bénin. Thèse de 3ème cycle, Université de Bordeaux III, 245p.
ADJAKPA J. B. (2001). Oiseaux d'eau des complexes Est et Ouest du Sud-Bénin inscrits sur la liste de la
Convention de Ramsar, rapport final, PAZH.
ADOMOU A. C. (2007). Distribution des aires protégées et conservation de la flore en République du Bénin.
Acte de Colloques et Séminaires, Editions IRD, pp 341-352.
AGASSOUNON L. C. (2002). Evolution pédo-sédimentaire du géosystème margino-littoral de l’Ouémé-Sô au
cours de l’Holocène (Bénin- Afrique de l’Ouest). Thèse de Doctorat en Science de la terre et de
l’environnement. Université de Bourgogne. Dijon. 425p.
AGOSSOU N. (2007). Les villes du Bénin méridional : entre nature et culture ? La nature dans les villes du Sud -
FOURNET-GUERIN C. Revue Géographie et cultures(CNRS), L’Harmattan, Paris, France, pp. 97-111.
AHAMIDE B. et al., (2006), Scénario intégré pour la planification stratégique des ressources en eau dans le
bassin du fleuve Ouémé, Acte de colloque Stratégie de Gestion intégrée du bassin de l’Ouémé, Rivertwin /
DG-Eau / UE, 7 p.
AHO N. et al., 2006, Évaluation concertée de la vulnérabilité aux variations actuelles du climat et aux
phénomènes météorologiques extrêmes, Programme d’Action National aux fins de l’Adaptation aux
Changements Climatiques (PANA), Rapport de synthèse, FSA/UAC, 91p.
AIM-ECOSEC, 2018. Réinventer la cité Lacustre de Ganvié: l’assainissement individuel
AKOEGNINOU A. (1984). Contribution à l’étude des îlots de forêts denses humides semi-décidues en
République Populaire du Bénin. Thèse de 3ème cycle, Université de Bordeaux III, 250p.
AKOEGNINOU, A., 2004. Recherches botaniques et écologiques sur les forêts actuelles du Bénin. Thèse d’Etat.
UFR, Biosciences, Abidjan, 326p.
AKOGNONGBE A. et al. 2007, Changement climatique et vulnérabilité des ressources en eau sur le bassin de
l’Ouémé à Savé, Laboratoire d’Etude des Climats, des Ressources en eau et de la Dynamique des
Ecosystèmes, Université d'Abomey-Calavi
ALAMOU E. (2011) Application du principe de moindre action à la modélisation pluie - débit. Thèse de
Doctorat. CIPMA - chaire UNESCO, Université d’ Abomey - Calavi, 231 pages.

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 115
ALASSANE A., (2000) – Contribution à l’étude hydrochimique de l’aquifère du Continental terminal du plateau
de Sakété dans le bassin sédimentaire côtier du Bénin. Mémoire de DEA. Univ. C. A. Diop de Dakar. 88p. +
annexes……….
ALASSANE A., (2004) - Etude hydrogéologique du Continental Terminal et des formations de la plaine littorale
dans la région de Porto-Novo (sud du Bénin) : identification des aquifères et vulnérabilité de la nappe
superficielle. Thèse de doctorat de 3ème cycle. Univ. C. A. Diop de Dakar. 145p. + annexes.
ALBARET T.J., 1999. Le peuplement des estuaires et des lagunes. Les poissons des eaux continentales
africaines : diversité, biologie, écologie, utilisation par l'homme. Lévèque C., Paugy D. eds.. JRD publ., Paris :
325-349
ALIMI R. M. et al., 2015, Analyse des dynamiques sociales liées à une gestion apaisée de la transhumance
dans les Basse et Moyenne vallées de l’Ouémé et sa zone d’influence en République du Benin, Rapport
d’étude, 79p.
ALIMI R. M. et al., 2015, Gestion concertée de l’espace de production dans la basse et la moyenne vallée de
l’Ouémé pour le développement de l’agropastoralisme : Eude de base pour la formulation de projet sur
l’élevage transhumant dans la basse et la moyenne vallée de l’Ouémé (corridor Benin-Nigeria), Rapport
d’étude, 112p
ALIMI R. M., BIAOU C., EGBOOU B. P. 2015. Analyse des dynamiques sociales liées à une gestion apaisée de la
transhumance dans les Basse et Moyenne vallées de l’Ouémé et sa zone d’influence en République du Benin ;
rapport d’étude ; 79p.
ALIMI Rachad, GBEDOMON Rodrigue C., BEKPA-KINHOU Ange-Michel, BIAOU Corinne et EGBOU Patricia B.
(2015). Etude de base pour la formulation de projet sur l’élevage transhumant dans la basse et la moyenne
vallée de l’Ouémé (Corridor Benin-Nigeria)
ALLEN, J. R. and WELLS, J. W. (1962). Holocene coral banks and subsidence in the Niger Delta. J. of Geology,
70, 381-397pp.
AMEN, 2012. Evaluation de la politique de gestion des ressources en eau du Bénin, Primature ,Réf. 06072010
ANOPER. Association Nationale des Organisations Professionnelles d'Eleveurs de Ruminants du Bénin, 2014.
La Situation actuelle de l’élevage et des éleveurs de ruminants au Bénin, Analyses et perspectives. Cotonou,
Bénin.
ANTEA (2018). Protection et valorisation des segments de côte à Ouidah, République du Bénin : étude
d’impact environnemental et social. Rapport final. 245 p.
ARDOIN-BARDIN S., 2004, Variabilité hydro - climatique et impacts sur les ressources en eau de grands bassins
hydrographiques en zone soudano - sahélienne, Université de Montpellier 2, École Doctorale, Sciences de la
Terre et de l’Eau, Thèse de doctorat, 440 p.
ATINDOGBE Ch. B., 2007, Analyse de la composition chimique des eaux de surface sur les bassins versants de
l’Ouémé supérieur : conséquences sur l’acquisition de la minéralisation et discrétisation de l’origine des eaux,
Mémoire de DESS, AMMA / IRD/ UAC. 109 p.
AVAHOUNLIN Ringo. F, LAWIN Agnidé Emmanuel, ALAMOU Eric, CHABU Amédée, et AFOUDA Abel (2013).
European Journal of Scientific Research. ISSN 1450-216X / 1450-202X Vol. 107 No 3 July, 2013, pp.355-369
BAIRD (2009). Coastal protection project east of Epi Siafato, Cotonou. Draft final Design Report. Présenté en
février 2009 à Roche lté, 29 p.
BAIRD, (2002). Cotonou Sea Defence Project – Final Design and Technical Specification; Final Design Report,
329 p.
BAMISSO, R. (2006). Caractérisation et gestion des écosystèmes de mangrove dans le littoal béninois.
Mémoire de maîtrise de Géographie, UAC/FLASH, 79p.
BCEOM (1974). Etude de l’extension du port de Cotonou. 1e phase. Etudes préliminaires. Ministère de
l’Equipement et des Transports. Direction de l’Hydraulique (République du Bénin). Rapport dactylographié,
non publié. 25 p + annexes.

Page 116 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux
BCEOM (2006). Etude de faisabilité pour la construction d’un second port sur la côte béninoise – Recherche
de site d’un second port et étude de faisabilité, Rapport final définitif, synthèse et recommandations,
République du Bénin, Ministère des travaux publics et des Transports, Direction de la Marine Marchande, 130
p + annexes.
BERNATCHEZ, P. (2014). Les risques côtiers et leur gestion au Québec. Présentation PowerPoint Université du
Québec à Rimouski. Page consultée le 2015-07-09
[http://www.uqar.ca/files/geographie/risques_côtiers_bernatchez_2014.pdf].
BIAO, I. E. (2017) Assessing the impacts of climate change on river discharge dynamics in Oueme River basin
(Benin, West Africa). Hydrology, 4, 47.
BIAO, I.E.; ALAMOU, A.E.; AFOUDA, A. (2016) Improving rainfall-runoff modelling through the control of
uncertainties under increasing climate variability in the Oueme River basin (Benin, West Africa). Hydrological
Sciences Journal, 61, 2902–2915.
BM (2018). Présentation du Bénin. Mise à jour du mois d’avril 2018.
BOKO J. M., 2006, Réhabilitation et gestion intégrée des ressources des zones humides dans les vallées de
l’Ouémé et du mono au Bénin, Plan d’action stratégique pour la gestion rationnelle et communautaire des
ressources biologiques et des écosystèmes des sites et des couloirs de migration du lamantin d’Afrique de
l’Ouest dans les zones humides du Sud-Bénin, Rapport d’étude, 86p.
BOKO S. y. W., 2009, Gestion communautaire des ressources en eau et conflits d'usage dans la basse vallée de
l'Ouémé, Mémoire de DESS, Université d'Abomey-Calavi, 50p
BONOU C. et HOUNKPE C. 2001. Inventaire et caractérisation des écosystèmes humides des deux complexes
Est et Ouest des zones humides du Sud-Bénin. Faune aquatique, rapport final, PAZH.
BOSSA, A. Y. (2012) Multi - scale modeling of sediment and nutrient flow dynamics in the Oueme catchment
(Benin) - towards an assessment of global change effects on soil degradation and water quality. PhD Thesis in
Hydrology and Environmental Management of the Mathematics and the Natural Sciences Faculty of the
University of Bonn, Germany.
BOUCHARDEAU A. et BAUDIN, D. 1964. Monographie du Delta de l’Ouémé. Rapport provisoire, 114 P.
BOUKARI M., (1998) – Fonctionnement du système aquifère exploité pour l’approvisionnement en eau de la
ville de Cotonou sur le littoral béninois. Impact du développement urbain sur la qualité des ressources. Thèse
Doctorat ès-Science. Univ. C. A. Diop de Dakar. 278p + annexes.
BOURGOIGNIE G. E. 1972. Les hommes de l’eau : Ethno - écologie du Dahomey lacustre. Paris, Éditions
Universitaires France, 391 p.
BTI (2016). “Benin Country Report.” Gütersloh: Bertelsmann Stiftung, Transformation Index 2016.
https://www.bti-project.org/en/reports/country-reports/detail/itc/ben/ity/2016/itr/wca/
CEDA (2007). Rapport national sur l’environnement marin et côtier du Bénin. 68 p.
CITES, 2006. Convention on International Trade in Endangered Species of wild fauna and flora’s
website. (http://www.cites.org). Visité le 24 octobre 2006.
CMS, 2006. Convention on Migratory Species website. (http://www.cms.int/). Visité le 31 octobre 2006.
CNUCED (2008). Rapport sur l’investissement dans le monde, 2008’’
COCKER F., VODOUNOU JB. K., ZODEKON R., and YABI J. A., 2018. Disponibilité de la ressource en eau et
variabilité climatique dans la basse vallée de l’Ouémé, au sud Bénin (Afrique de l’Ouest). International Journal
of Innovation and Scientific Research, Vol. 38 No. 2 Sep. 2018, pp. 289-300.
COLLEUIL, B. (1984). La sédimentation lagunaire. Séminaire national sur l’environnement et la pêche
lagunaire. INFOSEC, Cotonou du 18 au 23 mai 1981, 9p.
COLOMBANI J., SIRCOULON J., MONIO F., RODIER J. 1972, Monographie du delta de l’Ouémé, ORSTOM, Paris,
Tome 1, 200 p.

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 117
Commission des Communautés Européennes (1989).- Erosion côtière dans le Golfe de Guinée : Aspects
nationaux et régionaux.
Commune d’Abomey-Calavi, 2018, Schéma Directeur d’Aménagement Communal (SDAC actualisé)
Commune de Cotonou, 2017, Plan de Développement Communal 2ème Génération 2018-2022.
Commune de Sèmè-Podji, 2017, Plan de Développement Communal 3ème Génération 2017-2022.
CRHOB (2010). Répartition spatio-temporelle des principales espèces d’intérêt commercial du Bénin, Atlas
marin actualisé. 10 p.
CRHOB (2011). La pêche maritime au Bénin. 31 p.
CROSNIER et BERRIT (1963). Extension du port de Cotonou. 1ère phase. Etudes préliminaires. Ministère de
l’Equipement et des Transports et Direction de l’Hydraulique. Rapport dactylographié, non publié.
DAKPOGAN A., 2005, Contribution à la restauration écologique du Lac Nokoué, Mémoire de Maîtrise, DGAT,
FLASH, UAC, Bénin, 178 p.

DAT, 2011, Schéma National d’Aménagement du territoire du Bénin (Agenda Spatial)
DCN (2011). Deuxième communication nationale de la République du Bénin sur les changements
climatiques. Rapport, 168p INTA (2010). Panel et conférence internationale sur l’aménagement du territoire
et le développement urbain. Rapport, 76p.
DEGAN, B. A. (2018) Impact de la variabilité climatique sur l’évolution des crues du fleuve Ouémé et du lac
Nokoué au Bénin. Thèse de doctorat en cours
DEGBE, C. G. E. (2009). Géomorphologie et érosion côtière en Afrique de l’Ouest, Mémoire de master 2 (DEA),
CIPMA, Université d’Abomey-Calavi. 100p.
DEGBE, C. G. E. (2017). Analyse de la dynamique du trait de côte du littoral béninois de 1984 à 2014. Thèse de
Doctorat en Océanographie physique et Applications. Université d’Abomey Calavi. 149p.
DEGBE, C. Georges E., SOHOU, Z., OYEDE, L. M., ADJE, C., Du PENHOAT, Y., BOURLES, B., CHUCHLA, R., ALMAR,
R. (2017). Évolution du trait de côte du littoral béninois de 2011 à 2014. Science de la vie, de la terre et
agronomie, REV. CAMES - VOL.05 NUM.01. 2017 * ISSN 2424-7235, 23-28 pp.
DG-Eau (2015). Détermination des seuils et niveaux d’alerte relatifs aux risques d’élévation du niveau de la
mer et d’érosion côtière au Bénin. Rapport, 182p.
DGEC, 2018
Direction des Pêches (2002). Rapport annuel d’activités pour 2001. Mars 2002.
DJIHOUESSI et AINA, 2018. A review of hydrodynamics and water quality of Lake Nokoué: Current state of
knowledge and prospects for further research
DOMINGO E. 2007. La région urbaine du littoral au Bénin : dynamiques urbanisantes et environnement, une
géographie de l’aménagement du territoire. Thèse de doctorat d’Etat de Géographie, Université Lomé du
Togo, 588 p.
DONOU B., et al. 2012. Variation des extrêmes pluvio-hydrologiques dans le bassin inférieur du fleuve
Ouémé : diagnostic et manifestation. Acte de Colloque, AIC, Grenoble, pp 237-242.
DOSSEUR, H., 1972, Étude des inondations dans le lit majeur, Projet d’aménagement hydroagricole pilote
dans la vallée de l’Ouémé, Paris, ORSTOM, SEDAGRI, 46 p
DOSSOU-BODJRENOU Joséa, CHABI-YAOURE Faï , ZANNOU Jean (2006). Plan d’action stratégique pour la
gestion rationnelle et communautaire des ressources biologiques et des écosystèmes des sites et des couloirs
de migration du lamantin d’Afrique de l’Ouest dans les zones humides du Sud- Bénin.
DOVONOU F, AINA M, BOUKARI M, ALASSANE A. 2011. Pollution physico-chimique et bactériologique d’un
écosystème aquatique et ses risques écotoxicologiques : cas du lac Nokoué au Sud Bénin. Int. J. Biol. Chem.
Sci., 5(4): 1590-1602. DOI : http://indexmedicus.afro.who.int

Page 118 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux
DUA 2007. Schéma Directeur d’Aménagement etd’Urbanisme du Grand Cotonou – Communes de Cotonou,
Porto-Novo, Abomey-Calavi, Sèmè-Podji et Ouidah. Cotonou, Bénin, 60 p.
DUA, ESPACE 2020, 2006, Schéma Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme du Grand Cotonou.
ESGIS (2017). Études d’aménagement du Contournement Nord-Est et des berges de la lagune de puis
l’assistance au Maitre d’Ouvrage pour le recrutement d’un concessionnaire Contournement Nord de Cotonou
et son Barreau. Rapport d’Avant-Projet Sommaire
Evaluation externe du PPEA II/2012-2015 au Bénin, 2016, Annexes Rapport final.
FAO (2016). Site web AQUASTAT. Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture. Site
consulté le 02 juillet 2018. Adresse :
http://www.fao.org/nr/water/aquastat/countries_regions/BEN/indexfra.stm
FIOGBE, E. D. (2000). Diversité biologique de l’Océan Atlantique à la frontière Sud Bénin : poissons et animaux
marins et algues. Rapport de consultation Monographie Nationale de la Biodiversité, 42 p.
Gouvernement du Bénin, Banque Mondiale, Système des Nations Unies, 2011, Inondations au Bénin, Rapport
d’évaluation des besoins Post Catastrophe.
GUILCHER, A. (1959). La région côtière du Bas – Dahomey occidental. Bull. IFAN, t. XXI, nº3 et 4, 357 – 424 pp.
HAWTHORNE W. D. 1996. Holes and the sums of parts in ghanaian forest: regeneration, scale and sustainable
use. Proceedings of the royal Society of Edinburg, 104B; pp 75-176.
HOUNDENOU C. 1999. Variabilité climatique et maïsiculture en milieu tropical humide : L’exemple du Bénin,
diagnostic et modélisation. Thèse de Doctorat, Université de Bourgogne, Dijon. 390 p.
HOUNGBEDJI-AYEKOUNI (2016) – Comportement hydrodynamique de la nappe superficielle de la commune
d’Abomey-Calavi
HOUNKPE, J., DIEKKRUGER, B., BADOU, D. F. & AFOUDA, A. (2015) Non-Stationary Flood Frequency Analysis in
the Ouémé River Basin, Benin Republic. Hydrology 2, 210–229. doi:10.3390/hydrology2040210
HOUNKPE, J. (2016) Assessing the climate and land use changes impact on flood hazard in Oueme River basin,
Benin (West Africa). PhD Thesis, WASCAL, University of Abomey-Calavi, 164 pages.
HOUNKPE, J., DIEKKRUGER, B., BADOU, D. F. & AFOUDA, A. (2016) Change in Heavy Rainfall Characteristics
over the Ouémé River Basin, Benin Republic, West Africa. Climate 4, 1–23. doi:10.3390/cli4010015
HOUNSOUNOU et al. (2013) ; Pêche à la senne de plage au Bénin et durabilité des ressources halieutiques J.
Rech. Sci. Univ. Lomé (Togo), 2013, Série A, 15 : 1-13 pp.
HOUNTONDJI F. C.C., VISSIN E. W. , TOSSA A. et KPODANHO Corine (2014). Rapport sur la délimitation du
delta de l’Ouémé dans le cadre de l’élaboration du plan delta de l’Ouémé. Cotonou, Bénin
HUBERT H. (1908). Etudes scientifiques du Dahomey, Larose, Paris, 500 p.
HUBERT H. (1908). Mission scientifique au Dahomey, Paris, Larose, 19 p.
IBE A. C., QUELENNEC R. E. (1989). Méthodologie d’inventaire et de contrôle de l’érosion côtière dans la
région de l’Afrique de l’Ouest et du Centre. Rapport et études des mers régionales n°107. 107 p
IBE, A.C., ANTIA E. E. (1983). Preliminary assessment of the impact of erosion along the Nigerian coastline.
Rapport Nigerian Institute for oceanography and marine research, Lagos, 17 p.
IBE, A. C. (1985). Harbour development related erosion at Victoria Island, Lagos. Paper presented at the first
International Conference on Geomorphology and the Environment, University of Manchester, England, 15 –
21 september 1985
IGIP – GKW- GRAS, (1987) – Plans directeurs et étude d’ingénierie pour l’alimentation en eau potable et
l’évacuation des eaux pluviales, des eaux usées et des déchets solides, ville de Cotonou. Tome 1, Les
ressources en eau. SBEE. Cotonou. Bénin……….

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 119
IGIP-Afrique (2017). Mission de préparation du Plan Directeur de Développement du sous-secteur de
l’Approvisionnement en eau potable en milieu rural du Bénin. Rapport R3 : Principes et priorités du Plan
Directeur. Cotonou, Bénin.
IMARES, 201. Pêche, Pisciculture et Aquaculture au Bénin Un quick scan du secteur pour des possibilités
d’interventions, Rapport de Mission
INE, 2015, Elaboration du Plan Delta De l’Ouémé : Etats des lieux, Rapport d’activités de novembre 2014 au
06 mai 2015, Volume 1 – Rapport principal, 153p
INSAE (2002). Synthèse des analyses en bref du troisième Recensement Général de la Population et de
l’Habitation. Rapport de la Direction des études démographiques, 48p.
INSAE, 2013. Analyse Globale de la Vulnérabilité et de la Sécurité Alimentaire. Rapport de synthèse par
commune, 14p.
INSAE, 2016. Cahier des villages et quartiers de ville du département de l’Atlantique (RGPH-4, 2013). Rapport
final, 40 p.
INSAE, 2016. Cahier des villages et quartiers de ville du département de l’Ouémé (RGPH-4, 2013). Rapport
final, 39 p.
INSAE, 2016. Cahier des villages et quartiers de ville du département du Plateau (RGPH-4, 2013). Rapport
final, 27 p.
INSAE, 2016. Cahier des villages et quartiers de ville du département du Zou (RGPH-4, 2013). Rapport final, 37
p.
INSAE, 2016. Principaux indicateurs sociodémographiques et économiques du département de l’Atlantique
(RGPH-4, 2013). Rapport final, 32 p.
INSAE, 2016. Principaux indicateurs sociodémographiques et économiques du département de l’Ouémé
(RGPH-4, 2013). Rapport final, 33 p.
INSAE, 2016. Principaux indicateurs sociodémographiques et économiques du département du Plateau
(RGPH-4, 2013). Rapport final, 31 p.
INSAE, 2016. Principaux indicateurs sociodémographiques et économiques du département du Zou (RGPH-4,
2013). Rapport final, 33 p.
INSAE. (2015) RGPH4 : que retenir des effectifs de population en 2013 ? Cotonou, Benin.
INSAE. RGPH4 (2013). Résultat du quatrième Recensement Général de la Population et de l’Habitation : que
retenir des effectifs de la population en 2013? Rapport de la Direction des études démographiques de
l’INSAE, 33p.
INSAE-Bénin, 2016, Principaux indicateurs sociodémographiques et économiques de l’Atlantique, de l’Ouémé
et du Zou.
IRB, (1987) – Etude de cartographie géologique et prospection minérale de reconnaissance au sud du 9ème
parallèle. Rap. Istituto Recerche Breda. FED-OBEMINES. 80p. + Annexes.
IRHOB (2014). L’efflorescence des macroalgues marines sur les plages du Bénin. Communication lors des
journées scientifiques du CBRST, Bénin.
JOHN, D. M., Lawson, G. W. et Ameka, G. K. (2001). Seaweeds of the Tropical West Africa Sub region,
Identification Manuel. Marine Biodiversity capacity Building in the West African Region, 161 p.
JUDEX , M., ROHRIG, J., SCHULZ, O. et THAMM, H.-P. (éditeurs) (2009) : IMPETUS Atlas du Bénin. Résultats de
recherche 2000 – 2007. Troisième édition. Département de Géographie, Université de Bonn, Allemagne.
KAKI, C., OYEDE, L. M., YESSOUFOU, S. (2001). Dynamique sédimentaire et environnement côtier du littoral
béninois à l’Est de l’embouchure du fleuve Mono. J. Rech. Sci. Univ. Benin (Togo), 2001 5(2), 247 – 261.
KIDJO F. C. et GUEDOU R. 2001. Inventaire et caractérisation des écosystèmes humides des deux complexes
Est et Ouest des zones humides du Sud-Bénin. Faune mammalienne et reptilienne, rapport final, PAZH.

Page 120 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux
KODJA D. J., (2018). Indicateurs des événements hydroclimatiques extrêmes dans le bassin versant de
l’Ouémé à l’exutoire de Bonou en Afrique de l’Ouest. Thèse de Doctorat de l’Université de Montpellier, 286p.
LAIBI R. A. (2011). Dynamique actuelle d’une embouchure fluviale estuarienne à flèche sableuse, la Bouche
du Roi, Bénin, Golfe de Guinée : caractérisation hydrosédimentaire et géomorphologique. Thèse de doctorat
Unique réalisée en alternance entre l’Univ. d’Abomey-Calavi (Bénin) et l’Univ. du Littoral Côte d’Opale (ULCO,
France). 277p + Annexes.
LALEYE P., CHIKOU A., PHILIPPART J.C., TEUGELS G.G. & P. VAN DEWALLE, (2004). Etude de la diversité
ichtyologique du bassin du fleuve Ouémé au Bénin (Afrique de l’Ouest). Cybium, 28(4): 329-339.
LANG J. et PARADIS G, (1977) – Un exemple d’environnement sédimentaire, biodétritique, non carbonaté,
marin et continental, holocène en climat intertropical : le domaine margino-littoral du Bénin (ex-Dahomey).
Rev. Géogr. Phys. Géol. Dynam. (2), XIX, Fasc. 3, 295-312.
LANG, J., PARADIS, G., OYEDE, L. M. (1988). Le domaine margino-littoral du Bénin (Golfe de Guinée – Afrique
de l’Ouest) : Age holocène et mise en place marine des ‘’sables jaunes’’. J. A. E. S., vol. 7, n°5/6, 829-833 pp.
LAWIN Agnidé Emmanuel, AKPONIKPE P. B. Irénikatché , JALLOH Abdulai, NELSON Gerald C. , and THOMAS
Timothy S. (2013). Chapter 3 Benin in West African Agriculture and Climate Change. Pp53-77
LE BARBÉ L., ALE G., MILLET B., TEXIER H., BOREL Y. et GUALDE R. (1993). Les ressources en eaux superficielles
de la République du Bénin. Edition de l'ORSTOM, Paris, 392 p.
LEGBA F. 2006. Pertinence de l’aménagement de la basse vallée de l’Ouémé au Bénin ; mémoire de fin de
formation en DESS ; Ecole Polytechnique de Lausanne ; 56p.
LIFAD, 2006. Rapport d’activités final.
LOUGBEGNON, O. T., DOSSOU, M. E., HOUESSOU, G. L. & TEKA, S. O. (2012) Etude de base pour
l’aménagement des terres de parcours dans la commune de Malanville, en zone soudanienne du Bénin. Rev.
Géographie l’Université Ouagadougou 01, 73–85.
LY, C. K. (1980). The role of the Akossombo dam on the Volta River inn causing coastal erosion in central an
eastern Ghana. Marine Geology, 37 (3/4), 323-332 pp.
MALIKI R., (1993) – Etude hydrogéologique du littoral béninois dans la région de Cotonou (A.O). Thèse de
Doctorat de 3ème cycle. Version Provisoire. UCAD ; Dakar, Sénégal. 162p + Annexes.
MAMA Daouda. (2010). Méthodologie et résultats du diagnostic de l’eutrophisation du lac Nokoué (Bénin).
Thèse de Doctorat en Chimie et microbiologie de l’eau, Ecole Doctorale de Science Technologie et Santé.
Université de Limoges, 157 p.
MEHU et ONUDI 1998. Profil de la zone côtière du Bénin. (Ed. Céda), Cotonou, Bénin, 93 p.
MEPN (2007). Rapport National sur l’Environnement Marin et Côtier du Bénin. Rapport CEDA, 68p.
MERPMEDER, 2013, Elaboration du Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des eaux du Bassin de
l’Ouémé, Groupement Studi International /SETEM-BENIN, Rapport final SDAGE, 194p
Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, Plan Stratégique de Développement du Secteur
Agricole (PSDSA) 2025 et Plan National d’Investissements Agricoles et de Sécurité Alimentaire et
Nutritionnelle PNIASAN 2017 – 2021, Cotonou, 2017
Ministère de l’Energie, de l’Eau et des Mines, Cartographie des risques de déficit d’intégrité dans le secteur
de l’eau au Bénin, Tome 1, Cotonou, 2017
Ministère de l’Energie, de l’Eau et des Mines, Plan Directeur de Développement du sous-secteur de
l’Approvisionnement en Eau Potable en Milieu Rural du Bénin, Cotonou, Juillet 2017
Ministère de l’Energie, de l’Eau et des Mines, Stratégie Nationale d’Approvisionnement en Eau Potable en
Milieu Rural 2017 – 2030, Cotonou 2017
Ministère de l’Energie, des Recherches Pétrolifères et Minières, de l’Eau et du Développement des Energies
Renouvelables, DG Eau, Rapport SDAGE volume 1, Cotonou 2013.

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 121
Ministère de la santé publique, Programme national d’hygiène et d’assainissement de base (PNHAB).
Direction de l'hygiène et de l'assainissement de base, Cotonou, 2003
MOUNOU SAMBIENI K. I., CODO F. P. and ZEVOUNOU C. (2017) – Characterization with geotechnical testings
of the clay sediments of Gbédji-Kotovi in Benin. International Journal of Scientific and Engineering Research,
Volume 8, Issue 12, ISSN 2229-5518. Pages 825-834.
MOUNOU SAMBIENI K. I., CODO F. P. and ZEVOUNOU C. (2018) – Analyzis of permeabilities of the clayey
sediments of Gbédji-Kotovi village in Benin for its valorization in the construction of dikes. Journal of Applied
Sciences Research 14 (1) pages 45-56 DOI: 10.22587/jasr.2018.14.17
MUHA (2015). Elaboration d’un Schéma Directeur du Littoral et de l’étude du suivi du trait de côte au Bénin.
Rapport LGF Consulting, 103p.
MUSY, A. & Higy, C. (2011) Hydrology a Science of Nature. Enfield, USA: Science Publishers.
NEDECO (1975). Etude de l’avancement de l’érosion et l’analyse des solutions immédiates. Togo Phase 2
NEDECO (1978). Etude de l’avancement de l’érosion et l’analyse des solutions immédiates. Togo. Rapport final
NIYONKURU et LALEYE 2010 . Impact des pêcheries en acadjas sur les assemblages de poissons du Lac Nokoué
au Bénin, Afrique de l’Ouest. https://doi.org/10.1051/kmae/2010033
OGOUWALE R., BOKO M. and HOUSSOU C.S. (2013). Climate change and water resource availability in the
Okpara Basin in Benin (West Africa): what coping strategies are available? Agricultural innovations for
sustainable development. Contributions from the 3rd-Africa wide women and young professionals in science
competition, pp332-340
OMONIYIi, 2004. Alternative Contexts of Language Policy and Planning in Sub-Saharan Africa. Teachers of
English to Speakers of Other Languages, Inc. (TESOL) DOI: 10.2307/40264384
https://www.jstor.org/stable/40264384
OYEDE, L. M. (1991). Dynamique sédimentaire actuelle et messages enregistrés dans les séquences
quaternaires et néogènes du domaine margino-littoral du Bénin (Afrique de l’ouest). Thèse pour l’obtention
du Doctorat en Géologie sédimentaire. Université de Bourgogne, Paris, 302 p.
PALLAS P., (1988) – Contribution à l’étude des ressources en eau souterraine du bassin côtier du Bénin.
Confrontation ressources – besoins. 29p. + Annexes A, B, C et D (Projet PNUD, 1988).
PAM (2014). « Analyse Globale de la Vulnérabilité et de la Sécurité Alimentaire au Bénin (AGVSA 2013) »,
(Janv. 2014), Service de l’Analyse de la Sécurité Alimentaire (VAM), 142p.
PARADIS, G. (1975). Physionomie, composition floristique et dynamique des formations végétales d'une
partie de la basse vallée de l'Ouémé (Dahomey). Ann. Univ. Abidjan, Sér. C, (Sc.) 7: 35-101.
PAZH (1997). Diagnostic de la gestion des Zones humides Rapport de synthèse 177p.
PETREQUIN P (1984).Habitat lacustre du Bénin, une approche ethno- archéologique. Editions Recherches sur
les Civilisations, Mémoire No 39, Paris, ADPF, 214 p75.
Programme Développement de l’Agriculture (PDA) 2014. Ministère de l’agriculture, de l’élevage et de la
pêche, Secrétariat Général du Ministère, Direction de l’Agriculture; janvier 2014.
PLIYA J. (1976). La pêche continentale et maritime dans le Sud-Ouest de la République du Benin. Thèse de
Doctorat de 3e cycle de Géographie Appliquée. Univ. Paris X – Nanterre. 308 p.
PNUD (2016). “Human Development Report 2016: Human Development for Everyone”, Washington DC, USA,
288p.
POMALEGNI Wilfried (2018).Variations spatio-temporelles de la salinité et de la stratification verticale dans le
lac Nokoué et le chenal de cotonou (Bénin). Master Recherche en Océanographie et Applications. Chaire
Internationale en Physique Mathématique et Applications, UAC, 38p.
PRINCIPAUD J-Ph. 1995. La pêche en milieu lagunaire dans le sud–est du Bénin : l’exemple de l’exploitation
des «acadja» (en danger) sur le lac Nokoué et la basse Sô. Les Cahiers d’Outre - Mer, 48(192), Revue de
Géographie de Bordeaux, pp 519-546.

Page 122 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux
République du Bénin ; Document de Politique Nationale de l’Hygiène et de l’Assainissement du Bénin (PNHA) ;
octobre 2012
République du Bénin, Ministère de l’Energie de l’eau et des mines, Programme OmiDelta, volume 2,
Composante gire – Acteurs étatiques, juillet 2017
République du Bénin, Ministère du Cadre de vie et du Développement Durable, Répertoire des instruments
juridiques, relatifs aux changements climatiques, Cotonou, Novembre 2016
République du Bénin, Politique Nationale de l’Eau, Cotonou, 2008
République du Bénin, Programme d’Action du Gouvernement, Cotonou, 2016
ROCHE (2015). Projet de protection côtière à Cotonou : étude d’avant-projet détaillée (solution finale).
Rapport final. 146p.
RODIER J., SIRCOULON J., 1963, Monographie de l’Ouémé supérieur, Service Hydrologique, Paris, ORSTOM,
Tome 1. 67 p.
SERHAU-SA 2007. Stratégie de Développement Urbain de l’agglomération de Cotonou, Abomey Calavi et
Sèmè-Kpodji. Rapport d’étude. 144 p.
SINTONDJI, L. O. C. (2005) Modelling the rainfall-runoff process in the Upper Oueme catchment (Terou in
Benin Republic) in a context of global change: extrapolation from the local to the regional scale. PhD Thesis,
University of Bonn, Germany, 223 pages.
SIREYJOL, P. (1977). Transit littoral et conception des ports: l’exemple du port de Cotonou. La Houille Blanche,
No. 5/6, 401- 408.
SITARZ, J. A. (1960). Côtes africaines : Etude des profils d’équilibre des plages. Trav. Centre d’Etude et de
Recherche en Océanographie, T3, fasc. 4, 43 -62.
SLANSKI M., (1968) – Contribution à l’étude géologique du bassin sédimentaire côtier du Bénin Dahomey et
du Togo. Thèse Univ. Nancy, série 59, n°165 et 1962, Mém. BRGM n°11, a170p.
SOGREAH (1991). Etude des problèmes sédimentologiques. Programmation des campagnes de dragage du
chenal d’accès du bassin portuaire, Tome 1. NP.
SOHOU Z., NOBIME, G. TCHIBOZO, S. (2001). Monitoring des cétacés sur le plateau continental béninois, 6 p.
SOHOU, Z. Djiman, R. (2011). Présence de la crevette tigrée, Penaeus monodon (fabricius, 1798) (crustacea,
penaeidae) dans les eaux maritimes béninoises, J. Rech. Sci. Lomé (Togo), 2011, série A, 13 : 9 -17 pp.
SOHOU, Z. DOSSOU-BODJRENOU, J. TCHIBOZO, S. CHABI-YAOURE, B. SINSIN B. et VAN WAEREBEEK, K. (2013).
Biodiversity and status of Cetaceans in Bénin, West Africa: an initial assessment West African Journal of
Applied Ecology, 21: 121 – 134 pp.
SOHOUENOU Epiphane , 2001, l’Encadrement juridique de l’aménagement des villes face aux défis de
l’explosion urbaine en République du Bénin. Université de Tours,
SONNEVELD, B., THOTO, F et HOUESSOU D. (2018). Que veut le pêcheur? Rapport de recherche sur les
pêcheurs autour du lac Nokoué et de la lagune de Porto-Novo, Bénin. Amsterdam Centre for World Food
Studies/Athena Institute, Vrije Universiteit Amsterdam, Pays-Bas et Centre d’Actions pour l’Environnement et
le Développement Durable (ACED), Bénin.
SOSSOU P. et AGOSSOU G. (2005). Inventaire, typologie et description des pratiques liées aux divers usages
de l’eau au Bénin. PNE, Bénin et Protos Bénin.
SOSSOU-AGBO A.L. (2013). La mobilité des populations dans le complexe fluvio lagunaire de la basse vallée de
l’Ouémé au Bénin, en Afrique de l’Ouest. Thèse de Doctorat de l’Université de Grenoble. 356 p.
SOSSOU-AGBO Anani Lazare (2014). La mobilité dans le complexe fluvio-lagunaire de la basse vallée de
l’Ouémé au Bénin, en Afrique de l’Ouest. Thèse de doctorat, Université de Grénoble.
STUDI International & SETEM-Bénin, 2013, Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux du
Bassin de l’Ouémé (SDAGE), Volume 1, Rapport Général, Version Finale.
TECSULT International Limitée, 2010, Schéma Directeur d’Aménagement Communal de Ouidah

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 123
TEKA O., CHABI R.B., ADELEKE L.M., Vogt J. 2017,. Current migrations into coastal zones of benin: motives,
ecological consequences and social realities. European Journal of Geography 8 4 41–63
TEXIER H., COLLEUIL B., PROFIZI J.P. & DOSSOU C. (1980). Le lac Nokoué, environnement du domaine margino
littoral sud beninois: Bathyméthrie, lithofaciès, salinité, mollusques et peuplements végétaux. Bull. Inst. Géol .
Bassin Aquit., Bordeaux. N°28, 115-142.
TOSSA A. A. Y. et TONOUHEWA A. 2009. Profil du bassin de l’oueme et caracterisation des sites pilotes
(analyse des donnees) ; projet de renforcement des capacites nationales de suivi des ressources eneau axe
sur la gestion de l’eau agricole (PROJET GCP/GLO/207/ITA) ; Rapport Final ; 64p.
TOSSOU M. G. (2002). Recherche palynologique sur la végétation holocène du sud-Bénin. Thèse de doctorat
unique, Université de Lomé, 133 p.
UICN (2010). Etude de suivi du trait de côte et schéma directeur littoral de l’Afrique de l’Ouest. 138 p.
VISSIENNON (2015). Evolution du Port de Cotonou et contribution au développement économique du Bénin,
en ligne [http://anpebj.org/index.php ?option=com_phocadownload&download=13:evolution-du-port-de-
cotonou-et-contribution-au-developpement-economique-du-bénin&id=9:metiers-portuaires&ltemid=118
VISSIN, W. E. (2007) Impact de la variabilité climatique et de la dynamique des états de surface sur les
écoulements du bassin béninois du fleuve Niger et de la dynamique des états de surface. Thèse de doctorat.
Université de Bourgogne, France.
VOLKOFF B., WILLAIME P. 1976. Carte pédologique de reconnaissance de la République Populaire du Bénin à
1/ 200.000. Feuille de Porto-Novo, N° 66, COPEDITH, ORSTOM, Paris, 47 p.
WELCOMME R. (1971). Evolution de la pêche intérieure, son état actuel et ses potentialités. FAO, Rome. 97p.
WELCOMME R. L., 1971. A description of certain indigerous fishing methods from Southern Dahomey. J.Afr.
Trop. Hydrobiol. Fish., 12 : 128-140 pp.
WIAFE, G. (2002). Spatial and temporal dynamics of plankton communities in the Gulf of Guinea ecosystem.
Dans Oceanography and Fisheries. Lagon: University of Ghana. 188 p.
YADOULETON M. J. (2015). Assainissement environnemental à Cotonou et lutte contre le choléra. Thèse de
doctorat de l’Université d’Abomey-Calavi. Abomey-Calavi, Bénin.
YAOTCHA C. D. S. 2007. Impacts socio-économiques et environnementaux de l’exploitation du sable fluvio-
lagunaire dans la rivière Sô et dans sa plaine alluviale. Mémoire de maîtrise DGAT, FLASH, UAC, 110 p.
YEHOUENOU A. et PAZOU E., 2008. Concentration des résidus de pesticides dans les écosystèmes aquatiques
du bassin versant du fleuve Ouémé, du lac Nokoué et des régions cotonnières du Zou. Communication
Séminaire, Gestion Intégrée des Ressources en Eau (GIRE), Ouidah, 30 p.
ZANDAGBA E.B.Josué (2017). Gestion Intégrée des Ressources en Eau : Fonctionnement hydrodynamique et
qualité physico chimique du lac Nokoué. Thèse de Doctorat Unique, Université d’Abomey-calavi, 160p.
ZANNOU, A. B. Y. (2011) Analyse et modélisation du cycle hydrologique continental pour la Gestion Intégrée
des Ressources en Eau au Benin. Cas du bassin de l’Oueme a Beterou. Thèse de Doctorat, CIPMA- chaire
UNESCO, Université d’ Abomey - Calavi, 356 pages.

Page 124 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux
ANNEXE 1 CARTES

Carte 1 Delta de l’Ouémé au Bénin


Carte 2 Communes du delta de l’Ouémé
Cartes 3a et 3b Bassin de l’Ouémé
Carte 4 Climat du Bénin
Carte 5 Zones inondables
Cartes 6a et 6b Hydrogéologie du Sud Bénin
Carte 7a Occupation du sol en 2007
Carte 7b Occupation du sol en 2015
Carte 8a Occupation du sol du Grand Nokoué en 2007
Carte 8b Occupation du sol du Grand Nokoué 2015
Carte 10 Population 1979, 1992, 2002, 2013
Carte 11 Densité de population 2013
Carte 12a Taux de desserte en eau potable en milieu rural
Carte 12b Taux de desserte en eau potable en milieu urbain
Carte 13 Taille du cheptel bovin 2015
Carte 14 Zone de conflits liés à l’eau
Carte 15 Barrages hydroélectriques
Carte 16 Pédologie du Sud Bénin

Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux Page 125
Page 126 Etude Plan Delta - Rapport de Synthèse de l’Etat des lieux
CARTE 1
CARTE 2
CARTE 3a
CARTE 3b
CARTE 4
CARTE 5
CARTE 6a
CARTE 6b
CARTE 7a
CARTE 7b
CARTE 8a
CARTE 8b
CARTE 9
CARTE 10
CARTE 11
CARTE 12a
CARTE 12b
CARTE 13
CARTE 14
CARTE 15
CARTE 16

Vous aimerez peut-être aussi