Vous êtes sur la page 1sur 87

Ministère de l’Enseignement Supérieur Et de la

Recherche Scientifique
Université de Tunis
Institut Supérieur de Gestion

LA SECURISATION DES OPERATIONS


DE COMMERCE EXTERIEUR VIA
LE CREDIT DOCUMENTAIRE

North Africa International Bank

Elaboré par : Touihri Hiba


Filière : 3éme commerce international
Encadré par : Mme EL GHAK TEHENI
Mr. BEN ABDELFETEH HOSNI

Année universitaire : 2018/2019


DEDICACE

Je dédie ce modeste travail :


A mes parents pour leurs soutiens moraux et pour leurs
sacrifices.

A toute ma famille et mes amis pour leurs


encouragements et patience.
Remerciements

Je tiens à exprimer mes vifs remerciements à Mr BEN ABDELFETEH HOSNI


de m’avoir encadré dans mon stage de fin d’études, ainsi que pour Mme EL
GHAK TEHENI pour l’aide et les conseils concernant le contenu de mon
rapport.

Je tiens à remercier également tous mes enseignants de L’ISG.

Enfin, je remercie tous ceux qui, de prés ou de loin m’ont aidé à élaborer ce
travail.

a
Table des matières

INTRODUCTION GENERALE ............................................................................................. 1


CHAPITRE I : PRESENTATION DE LA NAIB ………………………………………….2

Introduction : .............................................................................................................................. 3

SECTION I : PRESENTATION DE LA NAIB : .............................................................................. 3

1) Constitution ............................................................................................................................ 3

2) LES OBJET DE LA NAIB ........................................................................................................... 3


3) Les actionnaires ...................................................................................................................... 5

4) Les informations générales : ................................................................................................... 6


5) Les taches effectuées au sein de la NAIB ............................................................................... 7
SECTION II : LES ETATS FIANCIERS : ......................................................................................... 8
Conclusion : ............................................................................................................................... 15

CHAPITRE II : CADRE GENERALE DES OPERATIONS DE COMMERCE


EXTERIEUR……………………………………………………………………16

Introduction................................................................................................................................ 17
SECTION I : LE COMMERCE EXTERIEUR................................................................................. 17

1) Définition .............................................................................................................................. 17
2) Evolution : ............................................................................................................................ 17
3) Le cadre réglementaire :........................................................................................................ 18
SECTION II : LES TECHNIQUES DE PAIEMENT INTERNATIONAUX .................................. 19
1) Les instruments de paiements : ............................................................................................. 19
2) Les techniques documentaires : ............................................................................................ 23
3) Les techniques non documentaires ....................................................................................... 25

Conclusion : ................................................................................................................................ 25

CHAPITRE III : LES FONDAMENTAUX DU CREDIT DOCUMENTAIRE………..26


Introduction................................................................................................................................. 27
SECTION I : LE CREDIT DOCUMENTAIRE .............................................................................. 27
1) Définition .............................................................................................................................. 27
2) Les intervenants .................................................................................................................... 27
3) Les types du Credoc .............................................................................................................. 27
4) Les Credoc spéciaux ............................................................................................................. 28
5) Les modes de paiements ....................................................................................................... 29
SECTION II : FONCTIONNEMENT DU CREDIT DOCUMENTAIRE ....................................... 30

1) Déroulement ......................................................................................................................... 30
2) Mentions générales ............................................................................................................... 31
SECTION III : LES ELEMENTS DE BASE DU CREDIT DOCUMENTAIRE ............................ 32
1) Les Règles et Usances Uniformes RUU ............................................................................... 32
2) Le contrat commercial .......................................................................................................... 32
3) La domiciliation :.................................................................................................................. 32
4) Les documents : .................................................................................................................... 33
5) Les incoterms ........................................................................................................................ 33
Conclusion : .............................................................................................................................. 40

CHAPITRE IV: LES RISQUES BANCAIRES LIEES AU CREDIT DOCUMENTAIRE.41

Introduction ................................................................................................................................ 42
SECTION I : LA SECURISATION A TRAVERS LE ROLE DES BANQUES………………….42
1) La banque en tant que intermédiaire agrée : ......................................................................... 42
2) Fiabilité des moyens et des ressources bancaires .................................................................. 43

SECTION II : LES RISQUES DU CREDIT DOCUMENTAIRE……………………………………44


1) Le risque de non-paiement .................................................................................................... 44
2) Le risque de change .............................................................................................................. 44
3) Le risque opérationnel : ........................................................................................................ 45
4) Le risque commercial : ......................................................................................................... 45
5) Le risque politique ................................................................................................................ 45
6) Le risque économique ........................................................................................................... 46
7) La fraude :............................................................................................................................. 46
8) Le risque de non convertibilité ............................................................................................. 46
9) Le risque systémique de contre partie :................................................................................. 46
10) Le risque de liquidité : ........................................................................................................ 47
11) Blanchiment d’argents ........................................................................................................ 47
SECTION III : LE CAS PRATIQUE : RISQUE BLANCHIMENT OU BIEN FRAUDE…………48
1) L’ouverture d’une lettre de crédit ........................................................................................ 49
2) La négociation des documents : ............................................................................................ 50
3) Les types de réserves peuvent bloquer le règlement : .......................................................... 50

4) les procédures à suivre dans le règlement ............................................................................. 51


5) Les risques de la NAIB ......................................................................................................... 54
6) La gestion de risque .............................................................................................................. 55

Conclusion : .............................................................................................................................. 55

CONCLUSION GENERALE ......................................................................................................... 56

Webographie…………………………………………………………………………………………57

Annexes
Liste des figures
Figure 1 : Division des parts : ..................................................................................................... 5
Figure 2 : Organigramme de la banque : ..................................................................................... 6
Figure 3 : Direction crédit documentaire : .................................................................................. 7
Figure 4 : Le CA, PNB et le résultat de la NAIB ........................................................................ 8
Figure 5 : Total bilan de la NAIB................................................................................................ 9
Figure 6 : Total crédit documentaire import en million $ ......................................................... 10
Figure 7 : Total crédit documentaire export en million $:......................................................... 11
Figure 8 : Total Remise documentaire import en million $ ...................................................... 12
Figure 9 : Total Remise documentaire export en million $ :..................................................... 13
Figure 10 : Totale des commissions en Mille $ ......................................................................... 14
Figure 11 : le mécanisme l’encaissement d’un chèque ............................................................ 20
Figure 12 : Processus du virement SWIFT : ............................................................................. 22
Figure 13 : Mécanisme de remise documentaire ....................................................................... 23
Figure 14 : Mécanisme de crédit documentaire : ...................................................................... 24
Figure 15 : Déroulement du crédit documentaire...................................................................... 30
Figure 16 : EX Works: .............................................................................................................. 35
Figure 17 : Free Carrier (FCA): ................................................................................................ 35
Figure 18 : Free Alongside Ship (FAS): ................................................................................... 36
Figure 19 : Free On Board (FOB): ............................................................................................ 36
Figure 20 : Cost And Freight (CFR) ......................................................................................... 37
Figure 21 : Carriage Paid To (CPT): ......................................................................................... 37
Figure 22 : Cost Insurance Freight (CIF) .................................................................................. 38
Figure 23 : Cost and Insurance Paid To (CIP): ......................................................................... 38
Figure 24 : Delivered At Terminal (DAT) ................................................................................ 39
Figure 25 : Delivered At Place (DAP) ...................................................................................... 39
Figure 26 : Delivered Duty Paid (DDP): ................................................................................... 40
Figure 27 : Courbe de dépréciation d’une monnaie locale selon l’offre et la demande ............ 45
Liste des tableaux

Tableau 1 : Informations générale sur la NAIB .......................................................................... 5


Tableau 2 : Comparaison des opérations du département crédit documentaire entre 2016 et
2018........................................................................................................................................... 15
Tableau 3 : Les incoterms ......................................................................................................... 33
Tableau 4 : Répartition des coûts selon l’incoterm : ................................................................. 34
Tableau 5 : Les incoterms et le mode du transport.................................................................... 34
INTRODUCTION GENERALE

Le commerce extérieur s’effectue entre des opérateurs de plusieurs pays. C’est le mouvement
de biens, de services et de capitaux entre les pays. Il comprend les importations, achats à
l’étranger et les exportations, vents à l’étranger des biens produits à l’intérieur d’un pays.1
L’ouverture au marché international génère des gains non seulement économiques avec
l’augmentation de production suite aux exportations aussi des gains sociaux et des gains
politiques etc.…
En Tunisie, pour construire une société de commerce international, l’investisseur doit
disposer au minimum un capital de 150 000 Dinar Tunisien et concernant les jeunes
promoteurs doivent disposer un capital de 20 000 DT au plus.
Une société totalement exportatrice bénéficie d’une exonération de droits et taxes pour les
importations liées au cycle d’exploitation ou à l’activité de l’entreprise.2
La majorité des sociétés de commerce international utilise le crédit documentaire comme une
technique de paiement documentaire sécurisée. Malgré l’évolution technologique au niveau
de commerce international, le crédit documentaire est devenu menacé de fraude documentaire
électronique (la falsification).3
Notre problématique est comme suit
Comment la NAIB lutte-t-elle contre les risques de fraude et de blanchiment à travers les
stratégies de la sécurisation ?
Ce projet se compose de quatre : le premiers chapitres sera sur la présentation de la NAIB, le
deuxième chapitre portera sur le cadre général des opérations de commerce international et le
troisième chapitre concernera les fondamentaux de crédit documentaire. Le chapitre quatre
concernera l'aspect pratique de l'étude.

1
https://fr.wikipedia.org/wiki/Commerce_international
2
http://www.tunisie-societe.com/index.php/fr/constitution-societe-en-tunisie/guide-de-linvestisseur-/societe-
commerce-international-importexport
3
https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/handle/1866/2361 auteur (Rakotonanahary, Salohy Miadana)

1
CHAPITRE 1 :
PRESENTATION
DE LA NAIB

2
Introduction :
La NAIB est une banque offshore d’un capital souscrit entre l’Etat Tunisien et la banque
Libyenne Foreign Bank.
Dans ce chapitre, on va présenter la NAIB et on va étudier les états financiers de la banque.

SETION I : PRESENTATION DE LA NAIB

1) Constitution :
La Banque a été créée à Tunis en novembre 1984 en tant qu’unité bancaire off-shore, avec un
capital-actions autorisé de 30 000 000 USD, également souscrit entre l’État tunisien et la
Foreign Bank Tripoli Libye.
Les services financiers et bancaires de la banque libyenne étrangère ont été lancés en vertu de
la loi n ° 18 de 1972, qui était une société à capitaux libyens au capital de 10 millions de
dinars libyens, entièrement souscrite par la Banque centrale de Libye.
NORTH AFRICA INTERNATIONAL BANK intervient principalement dans les opérations
bancaires internationales.
NAIB a d'abord construit un vaste réseau des correspondants internationaux et des relations
commerciales dans les principaux centres financiers. Ensuite, son contexte local favorable et
son statut incitatif off-shore ont permis de mettre en œuvre son propre «concept d’entreprise»
visant à finaliser les opérations de commerce extérieur des entreprises exportatrices résidentes
et non résidentes.

NAIB a réussi dans ce secteur émergent et a réalisé des résultats financiers satisfaisants, lui
permettant de se concentrer sur des parts de marché élargies et d'étendre son expertise
internationale aux activités de partenariat et d'investissement à l'étranger. Les perspectives
pour la Tunisie, le pays de base, sont plus qu'attrayantes et prometteuses.

2) Les objets de la NAIB :


La NAIB a essentiellement pour un objet d’importer et de polariser les ressources
convertibles en vue de renforcer les activités de la banque Arabe Tuniso-libyenne de
développement et du commerce extérieur, et d’accomplir toutes les opérations bancaires
rentrant dans le cadre de la loi N° 85-108 du 6 Décembre 1985 relative à l’encouragement des
établissements financiers et bancaires traitant essentiellement avec les non-résidents, ainsi que
d’effectuer notamment et à titre indicatif, les opérations suivantes :

3
▪ Accepter les dépôts de fonds et accorder librement des prêts quelque soit leur durée ou
leur nature émis ou aux non-résidents ainsi que l’acceptation de tous les fonds
provenant de l’étranger et l’ouverture des comptes courants en devise.
▪ Assister à la constitution d’un marché financier « off-shore » en Tunisie opérant sans
restriction avec tous les marchés financiers internationaux ainsi qu’à l’intérieure de la
Tunisie conformément aux lois, Systèmes et réglementations en vigueur.
▪ Encourager le flux des capitaux et de les faire investir dans des projets d’avantage
économique et de bonne rentabilité financière en accordant la priorité aux projets que
la banque Arabe Tuniso-libyenne de développement et du commerce extérieure
accepte de financer.
▪ Effectuer le financement des opérations du commerce extérieur par l’octroi de
financements aux exportateurs en vue de faciliter l’écoulement et la distribution des
produits des deux pays : la République Tunisienne et la République Arabe Libyenne
Populaire Socialiste ; et fournir des facilités de crédits aux importateurs ainsi que des
cautions et des garanties de facilités nécessaires aux dites opérations.
▪ Etudier, établir, financer et lancer des projets de développement tant en Tunisie qu’à
l’étranger, notamment les projets industriels, touristiques, agricoles, immobiliers et
autres.
▪ Exercer toutes les opérations relatives aux billets de banque, y compris celles de vente,
achat et investissement pour le compte de ses clients non résidents.
▪ Ouvrir des comptes et octroi des prêts aux résidents ou participer dans le capital des
sociétés résidentes en vertu d’une autorisation de la Banque Centrale de Tunisie.
▪ Effectuer l’achat et la vente du dinar tunisien par l’intermédiaire de la Banque
Centrale de Tunisie au profit de la NAIB et de ses clients.
▪ Exercer les opérations de change étranger et du commerce extérieur ainsi que toutes
les opérations que la nature de l’activité de la banque nécessite particulièrement.
▪ Procéder à l’émission, l’établissement, l’endossement et l’acceptation de tous titres de
commerce, traites, titres, chèque, procurations et bon, les accepter en débit ou en
crédit, soit à titre de garantie ou d’hypothèque, les transformer et les réescompter.
▪ La constitution, l’achat ou la participation de quelque nature que ce soit avec les
banques et les sociétés exerçant des opérations similaires ou susceptibles de l’aider à
réaliser ses objets tant en Tunisie qu’à l’étranger. 4

4
3) Les Actionnaires :

Les parts de la Tunisie et la Libye :

Figure 1 : Division des parts

• L'Etat....................................... 23,749 %
• CNSS......................................... 26.247 %

Tunisie •


STAR ...................................... 0,001 %
OCT ........................................ 0.001 %
ONH ....................................... 0.001 %

Libye • LIBYAN FOREIGN BANK ........... 50.00%

Source : Rapport annuel de la NAIB

4) Les informations générales :


Tableau 1 : Informations générale de la NAIB

Siège social Avenue Kheireddine Pacha Montplaisir 1002 Tunis, Tunisie

Forme Juridique Société anonyme

Date de création 1er Novembre 1984

Site Web www.naibbank.com

Agences Agence Tunis Agence Bizerte Agence Sousse Agence Sfax

E-mail naib@naibank.com

Téléphone 71 950 800

Fax 71 950 840

Capital 30 000 000 $

Registre de commerce B110 151 1997 Tunis

Matricule Fiscale 332 79 JAM 000

Code Swift NOAFTNT5

5
5) Les tâches effectuées au sein de la NAIB :

Durant le stage, on a étudié plus que 100 dossiers, on a appris comment se fait l’ouverture
d’une lettre de crédit, la négociation d’une lettre et les processus du paiement. On a appris
aussi comment la remise documentaire et les processus du paiement se fonctionnent.

Au sein de la direction de crédit documentaire, on a effectué une revue des différents cas de
crédit documentaire export et import ainsi que les remises documentaires.

La direction de crédit documentaire se compose de 3 services (Figure2) :


▪ Service import effectue les taches suivantes : ouverture une lettre de crédit à l’import, la
remise documentaire à l’import et le crédit Back To Back.
▪ Service export effectue les taches suivantes : l’ouverture, la négociation et le paiement
d’une lettre de crédit à l’export, l’ouverture et le paiement la remise documentaire à
l’export.
▪ Service des garanties se concentre sur les avals cautions douanières et les garanties
bancaires émis et reçues avec l’étranger. 6

Figure 2 : Organigramme de la banque

Source : Rapport annuel de la NAIB

6
www.naibbank.com

6
La direction du crédit documentaire, se compose d’un directeur, dont tous les courriers et les
demandes d’ouvertures des lettres de crédits et messages SWIFT, passent par lui premier lieu
et puis selon la nature de la tache, il fait le dispatching en accordant chaque opération au
service concerné.

Figure 3 : Direction crédit documentaire

Source : Rapport annuel de la NAIB

7
SECTION II : LES ETATS FINANCIERS DE LA NAIB

Figure 4 : CA, PNB et le résultat de la NAIB en millions $

Source : Rapport annuel de la NAIB

➢ Le chiffre d’affaires a augmenté de 800 507 mille dollars entre 2016 et 2018.
➢ Le PNB a augmenté de 375 094 mille dollars entre 2016 et 2017 et diminué de
333 046 mille dollars entre 2017 et 2018.
➢ Le résultat de la NAIB est positif pendant les 3 années mais la banque a connu
une régression remarquable.

8
Figure 5 : Total bilan de la NAIB

Source : Rapport annuel de la NAIB

➢ Entre 2016 et 2017 : le total bilan a augmenté de 18 489 544 million dollars.
➢ Entre 2017 et 2018 : le total bila a diminué de 7 517 798 million dollars.

9
Figure 6 : Total crédit documentaire import en millions $

Source : la NAIB Banque

Le chiffre d’affaires des ouvertures de lettre de crédit import a connu une diminution de 27,17
entre 2016 et 2017 et de 9,54% entre 2017 et 2018.
➢ Cette diminution est due à la régression au niveau du crédit documentaire
export Back To Back considérant l'insuffisance de l'ouverture de la lettre de
crédit export auprès des banques libyennes.

10
Figure 7 : Total crédit documentaire export en millions $

Source : la NAIB Banque

Le chiffre d’affaires des ouvertures de lettres de crédit export a connu une diminution entre
2016 et 2017 de 21,44% et une augmentation de 14,14% entre 2017 et 2018.
➢ Cette diminution est due à la stagnation de l'activité commerciale et
économique en Libye, en particulier au cours de la période récente.

11
Figure 8 : Total Remise documentaire import en millions $

Source : la NAIB Banque

Le chiffre d’affaire des ouvertures de remise import a connu une augmentation entre 2016 et
2017 de 0,18% et une croissance rapide de 58,32%, et entre 2017 et 2018 il est passé de
11,18 M USD à 17,7M USD en 2018.

12
T
Figure 9 : Total Remise documentaire export en millions $

Source : la NAIB Banque

A partir du dernière trimestre de 2016, une forte baisse a été constatée de 69,64%, puis entre
2017 et 2018 le chiffre d’affaires a connu une forte augmentation de 156,45%.

13
Figure 10 : Totale des commissions en Mille $

Source : la NAIB Banque

Les commissions à diminuer entre 20016 et 2017 de 3,12%, et entre 2017 et 2018 de 49,81%.
➢ Cette chute au niveau des commissions en raison de la régression des activités du
crédit documentaire import et export.

14
Tableau 2 : Comparaison des opérations du département crédit documentaire en

2016, 2017 et 2018

Totale crédit Totale crédit Totale remise Totale remise Totale des
documentaire documentaire documentaire documentaire commissions
export import export import En mille $
En millions $ En millions $ En millions $ En millions $

2016 125,06 41,45 25,26 11,16 1 941,23

2017 98,25 30,19 7,67 11,18 1 880,71

2018 112,14 27,31 19,67 17,7 943,88

Taux entre - 21,44% - 27,17% - 69,64% 0,18% - 3,12%


2016 –2017

Taux entre 14,14% - 9,54% 156,45% 58,32% - 49,81%


2017 - 2018
Source : Rapport annuel de la NAIB

D’après le tableau 2, on constate que la banque a connue une augmentation en 2018 même
elle était légère dans certaines activité comme le crédit documentaire import par rapport à
l’augmentation au niveau du crédit documentaire export et de remise documentaire import /
export, mais aussi elle a connue une chute remarquable au niveau des commissions.

Conclusion :
La NAIB a connu de nombreuses fluctuations au niveau de son chiffre d’affaire surtout après
les révolutions Tunisienne et Libyenne en raison de l'absence d'échanges commerciaux entre
la Libye et la Tunisie, qui a eu un impact négatif sur l’activité de la banque.

15
CHAPITRE 2 :
CADRE REGLEMANTAIRE DES
OPERATIONS DE COMMERCE
EXTERIEUR

16
16
CHAPITRE 2

Introduction :
Pour financer ou régler notre opération d’échange dans le commerce international, on doit
utiliser les techniques ou les instruments de paiements, mais il faut faire la distinction entre
les techniques et les instruments.

Dans ce chapitre, on va parler du commerce international dans un premier lieu et les


techniques de paiement internationales dans un second lieu.7

SECTION I : LE COMMERCE INTERNATONAL

1) Définition :
Le commerce international c'est le franchissement d'une frontière lors du déplacement d'un
bien, ou à l'occasion de la fourniture d'un service, qui détermine le caractère international de
l'échange. 8

2) L’évolution :
Depuis le début du 19ème siècle, les échanges internationaux, d'abord de marchandises, puis
également de services, ont considérablement évolué.
▪ Avant 19éme siècle : Développement des techniques (Constructions marines +
Cartographie marine + chronographe à double échappement) Développement des
outils financiers (Introduction généralisée du chèque)
▪ 20éme siècle : L’apparition et le développement du transport aérien, standardisation par
la containerisation et la révolution dans le transport et l’information.
Ce type de commerce existe depuis des siècles, mais il connaît un nouvel essor du fait
mondialisation économique.

7
https://www.memoireonline.com/11/12/6504/m_Le-credit-documentaire0.html#toc2 (auteur: Massimo
KHALDI)
8
https://www.universalis.fr/encyclopedie/commerce-international-theories/

17
CHAPITRE 2

I. La mondialisation :
La mondialisation économique est la libre circulation de biens, de marchandises, des
services et de capitaux entre les pays ce qui résulte un développement des échanges
financiers et commerciaux.

La crise des années 1930 a déclenché une vague de libéralisation du commerce.

II. Libre échange :


Les accords de libre-échange qui facilitent l’échange de biens et services entre les pays
et minimisent le volume des obstacles liés au commerce international qui existent
entre deux pays ou plus, par exemple minimiser les tarifs et les frais douaniers.
Les tenants de la libéralisation du commerce ont voulu faire en sorte que les pays
développent :
S’ouvrent aux exportations des pays en développement. Libéralisent leurs marchés.
Démantèlent les obstacles artificiels à la circulation des biens et services.
Traitent les producteurs étrangers de la même façon que les producteurs nationaux.9

3) Cadre réglementaire :
Les gouvernements imposent des droits sur le commerce pour diminuer la concurrence
extérieure, des régimes dérogatoires peuvent être prévus pour favoriser le développement de
certaines activités et dans certaines régions.
Dans tout les pays du monde il y a des réglementations de change auxquelles les banques et
les opérateurs économiques doivent se soumettre. En Tunisie par exemple les mouvements de
fonds avec l’étranger doivent être effectués à travers de la Banque Centrale de Tunisie ou sur
délégation de celle-ci, par des intermédiaires agrées.10

9
https://fr.wikipedia.org/wiki/Mondialisation_%C3%A9conomique
10
https://www.universalis.fr/encyclopedie/commerce-international-politique-du-commerce-exterieur/

18
CHAPITRE 2

SECTION II : LES TECHNIQUES DE PAIEMENT


INTERNAIONAL

On va diviser cette section sur deux parties. La première consacrée aux instruments de
paiements et la deuxième partie sera sur les techniques de paiement à l’internationales ou bien
les techniques documentaires et non documentaires internationales.

1) Les instruments de paiements : Les moyens de paiement permettent d'utiliser la


monnaie qu'on détient en compte de dépôt ou en espèces pour régler ses dépenses et dettes.
Les systèmes interbancaires permettent l'échange et, éventuellement, la compensation.
Il y a deux types corporels et incorporels :

I. Les instruments corporels :

a) Le chèque : c’est un instrument de paiement écrit à l’ordre d’un bénéficiaire,


l’acheteur donne l’ordre a son banquier de payer au vendeur le montant qui est
mentionné dans le chèque, le chèque est déconseillé pour les règlements des
exportations parce qu’il présente un risque de vol, chèque sans provisions et
risque de change.
▪ Les avantages :
- le coût du chèque est faible.
- un chèque certifié peut éviter le risque d’impayé.
▪ Les inconvénients :
- l’exposition au risque de change.
- le chèque peut être perdu.

19
CHAPITRE 2

Figure 11 : le mécanisme l’encaissement d’un chèque

Source : des documents de la NAIB

1- L’importateur a émis le chèque à l’exportateur avec un montant bien


déterminé puis donne un ordre à son banquier de payer le bénéficiaire.
2- L’exportateur à la date d’échéance va destinée à la banque pour
l’encaissement.
3- Après, le banquier vérifie le chèque avant le remboursement.
4- Le banquier doit contacter son client pour réclamer que le chèque a été
encaissé.

Le billet à l’ordre : c’est un effet de commerce qui présente plusieurs points


commun avec le chèque et la lettre de change. L’émission de cette effet à
l’initiative du souscripteur (l’importateur) et il promet de payer une certaine
somme à une date bien déterminée ou à vue à son vendeur (créancier).
▪ Les avantages :
- Le billet à l’ordre peut être avalisé.
- Le billet à l’ordre peut être endossé.
▪ Les inconvénients :
- Fortement déconseillé
- Il permet à l’importateur de décider la date d'expédition des marchandises. 11

20
CHAPITRE 2

II. Les instruments incorporels :

a) Le virement bancaire : le virement bancaire est un instrument avec lequel on


peut transférer une somme d’argent d'un compte bancaire à un autre pour
financer ou rembourser des opérations commerciales.
▪ Les avantages : du virement sont la sécurité (les procédures de contrôle très
souple), la rapidité (pas de complexités) et le coût faible (en termes de
commission).
▪ Les inconvénients : manque les garanties de paiement, l’initiative laissée à
l’importateur et conduire à un risque de dépréciation (l’exportateur) ou
appréciation (importateur) de taux de change dans le cas d’un paiement en
devises.

i. Le virement SWIFT : est un moyen de paiement sécurisé généralement utilisé


dans le paiement international grâce à l'identifiant bancaire international
normalisé, il permet d’effectuer le transfert d’argent d’une manière plus rapide et
sous contrôle de la banque.12

ii. L’IBAN : est un code identifie toute les informations qui concerne toute les
parties et les opérations bancaire comme le pays d’origine de la banque, le titulaire
du compte etc.

21
CHAPITRE 2

Figure 12 : Processus du virement SWIFT

Source : des documents de la NAIB

1. La banque émettrice communique le numéro IBAN et le code SWIFT à


l’exportateur.
2. L'exportateur amène son numéro de compte IBAN et le code avec
l’importateur.
3. L'acheteur donne son ordre de paiement à sa banque, dans lequel sont
mentionnés l'IBAN du vendeur et le code SWIFT.
4. La banque de l'acheteur étranger identifie le compte en banque du vendeur et
effectue le remboursement tout en sécurité suivant un processus « straight-
through». 13

22
CHAPITRE 2

2) Les techniques documentaires :

a) La remise documentaire : est une technique documentaire de paiement, par laquelle


l’importateur envoi une facture proforma à sa banque et demande le payement contre
le remise documentaire, l’exportateur remis les documents nécessaire à sa banque
contre le paiement. cette technique ne couvre pas le risque commercial.14

Figure 13 : Mécanisme de remise documentaire

Source : des documents de la NAIB

▪ Déroulement :
1- Un contrat commercial et l’expédition de marchandises.
2- Le vendeur l’exportateur remis les documents à sa banque.
3- La banque remettante envoi les documents à la banque présentatrice.
4- Remise des documents à l’acheteur (l’importateur).
5- L’acheteur confirme l’acceptation de payement à la banque présentatrice.
6- La banque présentatrice paye la banque du vendeur.
7- La banque remettante paye son client (l’exportateur).

14
https://www.memoireonline.com/11/12/6504/m_Le-credit-documentaire3.html (auteur: Massimo KHALDI)

23
CHAPITRE 2

b) Le crédit documentaire : Aujourd'hui le crédit documentaire est très utilisé pour


sécuriser les transactions de commerce international. Le crédit documentaire est
l'opération par laquelle une banque émettrice s'engage de paiement et pour le compte
de son client importateur, le « donneur d'ordre », à régler à un tiers exportateur, le «
bénéficiaire », dans un délai déterminé.15

Figure 14 : Mécanisme de crédit documentaire

Banque confirmatrice

Source : des documents de la NAIB

1- Un contrat commercial.
2- l’importateur demande à sa banque l’ouverture d’une lettre de crédit.
3- émission la lettre de crédit ouverte à la banque confirmatrice.
4- la banque confirmatrice notifie la réception et la confirmation à l’exportateur.
▪ Les avantages :
- C’est une technique de couverture des risques pour l’acheteur et le vendeur.
- C’est une technique de paiement efficace, utilisée et reconnue à l’échelle mondial.
- Soumis à des règles et usances uniformes (RUU 600).
- L’engagement de la banque.
▪ Les inconvénients :
- La complexité de procédures.
- Le coût est élevé.

15
https://www.memoireonline.com/11/12/6504/m_Le-credit-documentaire10.html (auteur: Massimo KHALDI)

24
CHAPITRE 2

3) Les techniques non documentaires :

a) L’encaissement direct : c’est une technique dans laquelle le vendeur n'est pas
soumis aux conditions bancaires concernant les documents destinés à prouver s’il a
accompli ses obligations.16

b) Le contre remboursement : dans cette technique le transporteur final prend la forme


d’intermédiaire financier, la livraison de marchandise à l’importateur se fait que
contre le paiement. le paiement s’effectue au comptant, par lettre de change ou par un
chèque.

c) Le compte à l’étranger : si la banque d’exportateur dispose une filiale dans le pays


de l’importateur, l’exportateur a la possibilité d’ouvrir un compte. cette une technique
efficace surtout s’il export couramment vers ce pays, elle permette à l’importateur de
payer son fournisseur sur un compte dans son pays et de réduire les commissions.17

Conclusion :
Dans ce chapitre, on a présenté le commerce international, les instruments et les techniques de
paiement international. On va se concentrer au niveau du chapitre 3 uniquement sur le crédit
documentaire car il est le plus utilisée à l’échange extérieur.

16
https://www.memoireonline.com/11/12/6504/m_Le-credit-documentaire7.html (auteur: Massimo KHALDI)
17
https://www.memoireonline.com/11/12/6504/m_Le-credit-documentaire8.html (auteur: Massimo KHALDI)

25
LE CADRE REGLEMENTAIRE DES OPERATIONS DE COMMERCE
CHAPITRE 2 INTERNATIONAL

CHAPITRE 3 :
LES FONDAMENTAUX
DU CREDIT DOCUMENTAIRE

26
CHAPITRE 3
Introduction :
Le crédit documentaire est une technique sécurisée par des Règles et Usances Uniformes. Il
existe plusieurs types de crédit et plusieurs modalités de paiement.
Ce chapitre sera divisé en trois sections. La première portera sur le crédit documentaire. La
deuxième présentera le fonctionnement du crédit documentaire. La troisième est consacrée
aux éléments de base du crédit documentaire.

SECTION I : LE CREDIT DOCUMENTAIRE

1) Définition :
C’est un moyen de paiement irrévocable, la banque peut s’engage de payer s’effectue son
client si et seulement si avec l’accord de toutes les parties. La confirmation de ce crédit se fait
par la validation de l’engagement de la banque émettrice (importateur) par la banque du
bénéficiaire. La banque confirmatrice s’engage de payer ses clients au cas où les documents
sont conformes selon la lettre de crédit.

2) Les intervenants :
4 intervenants Importateur, Exportateur, Banque émettrice et Banque confirmatrice.
1- L’importateur : L’acheteur Le donneur d’ordre
2- L’exportateur : Le vendeur Le bénéficiaire
3- La banque émettrice : La banque de l’acheteur
4- La banque confirmatrice ou notificatrice : La banque de bénéficiaire

3) Les types de crédit documentaire :


Irrévocable: l'engagement de la banque émettrice se fait qu'avec la remise des documents
conformes aux les instructions et les conditions du crédit. La modification et l’annulation se
faites qu’avec l'accord de toutes les intervenants. Ce type de crédit documentaire ne couvre
pas le risque pays ou banque mais il couvre les risques commerciaux.

27
CHAPITRE 3

Irrévocable et Confirmé: ce type de crédit couvre le risque pays et banque, avec l’engagement
de la banque du l’importateur (banque émettrice) et la conformité de documents, la banque
confirmatrice ou notificatrice s'engage de payer au vendeur le montant du lettre de crédit,
même s’il ya des obstacles politique ou économique dans le pays du donneur d’ordre. Ce type
offre au l’exportateur une sécurité total du paiement.

4) Les crédits documentaires spéciaux :

a) Le crédit documentaire revolving :


C’est un crédit renouvelable avec son montant initial après chaque utilisation par le
vendeur et qui permet de limiter les procédures de l’ouverture d’une lettre crédit pour
un acheteur qui est en relation suivies avec son exportateur.

b) Le crédit documentaire transférable :


L’exportateur peut demander à sa banque de transférer le crédit documentaire c.à.d. le
montant à un autre bénéficiaire généralement c’est le fournisseur de ses
marchandises. Le transfert s’effectue d’une manière conforme aux instructions et
conditions de la lettre d crédit.20

c) Le crédit back to back :


Si l’ouverture d’un crédit documentaire transférable est impossible. Il s’agit d’un
crédit à l’import ouvert et adossé à un autre crédit déjà reçu à l’export. Il s’effectue en
faveur d’un autre fournisseur sur demande de bénéficiaire du premier crédit (à
l’export) dans le cas où le crédit n’est pas transférable.21

d) Le crédit STAND BY :
C’est une garantie bancaire pour protéger le bénéficiaire faisable à la première
demande du bénéficiaire, cela dépend du non-respect de l’importateur de payer à
l’échéance.

20
https://www.memoireonline.com/11/12/6504/m_Le-credit-documentaire12.html (auteur: Massimo KHALDI)
21
https://www.memoireonline.com/11/12/6504/m_Le-credit-documentaire12.html (auteur: Massimo KHALDI)

28
CHAPITRE 3

e) Le crédit Red clause et Green clause :


Red clause : inséré à la demande du l’acheteur, il porte une clause spéciale autorisant
la banque du vendeur à effectuer une avance à l’exportateur lorsqu’il s’engage
d’effectuer l’expédition des marchandises et de présenter tout les documents prévus.

Green clause : le même concept avec le Red clause mais il est subordonnée à la
présentation des documents prouvant l’existence réelle des marchandises.22

5) Les modes de paiements :

a) Le paiement à vue :
Le paiement se réalise avec la présentation des documents conformes, la banque
confirmatrice ne peut pas escompter au vendeur son argent avant le délai de
l’échéance.

b) Le paiement différé :
Le paiement se fait dans le délai de remboursement fixé par le bénéficiaire accorder
au donneur d’ordre, la possibilité d’escompter au vendeur son argent avant le délai de
l’échéance existe.

c) Le paiement par acceptation :


A la date d’échéance, le vendeur doit présenter une traite de change acceptée soit par
la banque confirmatrice soit par la banque émettrice. Cette acceptation est définie
comme une garantie de paiement à l’échéance.

d) Le paiement par négociation :


Le règlement du crédit se fait par une banque autorisée. Cette banque autorisée peut
négocier et escompter les documents ou les traites en accordant une avance à
l’exportateur sous la déduction des intérêts.

22
https://www.memoireonline.com/11/12/6504/m_Le-credit-documentaire13.html (auteur: Massimo KHALDI)

29
CHAPITRE 3

SECTION II : FONCTIONNEMENT DU CREDIT


DOCUMENTAIRE
1) Déroulement :
Figure 15 : Déroulement du crédit documentaire

Source : des documents de la NAIB

1- Un contrat établi entre l’importateur et l’exportateur matérialisé par une facture proforma.
2- Une demande d’ouverture de lettre de crédit envoyer par le donneur d’ordre (l’importateur)
à la banque émettrice.
3- La banque émettrice ouvre et envoie une lettre de crédit sous la forme d'un message
SWIFT MT 700 (Annexe 1) elle envoie une accusée de réception par message SWIFT MT
730 (Annexe 3), en cas d’annulation ou bien modification de cette lettre de crédit la banque
émettrice envoie un message SWIFT MT 792 pour l’annulation ou un message SWIFT MT
707 (Annexe 2) pour la modification.
4- La banque du vendeur (confirmatrice) confirme l’ouverture de la lettre de crédit et envoie
une notification d’ouverture au bénéficiaire.
5- L’expédition de marchandise.
6- Le dépôt des documents par l’exportateur à la banque confirmatrice pour la négociation.
7- Après la négociation des documents dans un délai de 5 jours ouvrables et que tous les
documents sont conformes, la banque confirmatrice remet les documents à la banque
émettrice contre le paiement après avoir prélever ses commissions de la banque.
8- La banque émettrice transmet les documents à l’acheteur pour qu’il puisse prendre
possession de la marchandise et envoie un message SWIFT MT 756 (voir annexe 5) si le
document sans réservés si non un SWIFT MT 754 (voir annexe 6) pour le paiement ou bien
23
un message avis de refus SWIFT MT 734 (voir annexe 4).

23
https://www.memoireonline.com/11/12/6504/m_Le-credit-documentaire17.html#toc61 (auteur: Massimo
KHALDI)

30
CHAPITRE 3

a) Les commissions export


▪ Confirmation : 0,4% par trimestre indivisible
▪ Modification : 0,3% par trimestre
▪ Négociation : 0,2 % par utilisation
▪ Payement : 0,125%
▪ Frais de communication entre 15$ et 50$ tout dépend de la banque
▪ TVA : 19% sur le totale de commissions
b) Les commissions import
▪ Ouverture : 0,4% par mois indivisible
▪ Modification : 0,3%

2) Mentions générales :
Les informations principales dans l’ouverture :
▪ Référence du crédit
▪ Forme de crédit
▪ Montant
▪ Validité
▪ Bénéficiaire
▪ Donneur d’ordre
▪ Description des marchandises
▪ Liste des documents à fournir
▪ Date limite d’expédition
▪ Délai de présentation
▪ Conditions de transport (Incoterm)
▪ Formes de règlement
▪ Expédition partielle
▪ Transbordement
▪ Engagement bancaire
▪ Banque notificatrice (banque intermédiaire)
▪ Frais
▪ Instructions bancaires (modalité de remboursement, envoi des documents)

31
CHAPITRE 3

SECTION III : LES ELEMENTS DE BASE

1) Les Règles et Usances Uniformes RUU :


La chambre de commerce internationale cite un ensemble des règles utilisées notamment pour
la lettre de crédit par les banques et les commerçants dans plus de 175 pays. Elles ont pour la
facilitation du commerce international et sécurisation des paiements internationaux utilisées
quotidiennement par les importateurs, les exportateurs, les juristes et les banquiers.

2) Le contrat commercial :
Le contrat commercial a une forme juridique avec des obligations imposées sur l’exportateur
et l’importateur pour un objectif de faciliter les échanges internationaux.

3) La domiciliation :
a) La domiciliation des exportations : Les exportations de marchandises en vente
ferme ou en consignation ainsi que les exportations de services à destination de
l'étranger sont soumises à l'obligation de domiciliation bancaire préalable.
Elle constitue pour un exportateur résident qu’il a le choix avant la réalisation de son
exportation de s’engager avec une banque ayant une qualité d’intermédiaire agrée
avec laquelle il va effectuer toutes les opérations et les formalités bancaires prévues
24
par la réglementation en vigueur.

b) La domiciliation des importations : La domiciliation bancaire d'un contrat


d'importation des biens et des services (originaires de l'étranger) au préalable par
transfert de devises ou par débit d'un compte en devises est obligatoire.
Elle constitue pour un importateur résident qu’il a le choix avant la réalisation de son
importation de s’engager avec une banque ayant une qualité d’intermédiaire agrée
avec laquelle il va effectuer toutes les opérations et les formalités bancaires prévues
par la réglementation du commerce extérieur et de change.25

24
https://www.memoireonline.com/11/12/6504/m_Le-credit-documentaire21.html (auteur: Massimo KHALDI)
25
https://www.memoireonline.com/11/12/6504/m_Le-credit-documentaire22.html (auteur: Massimo KHALDI)

32
CHAPITRE 3

4) Les documents :
▪ Les documents commerciaux : (Facture, notes de poids et note de colisage…)
▪ Les documents de transport : (Connaissement maritime…)
▪ Les documents de garantie : (Certificat d’origine, certificat sanitaire…)
▪ Les documents d’assurance : (Certificat d’assurance …)

5) Les incoterms :
La CCI (chambre de commerce internationale) a publié un ensemble des règles internationales
pour répondre à la question suivante « qui va supporter les risques et les frais durant le
transport des marchandises l’acheteur ou bien le vendeur ? ».
Il ya 4 groupe : Groupe E (EXW), Groupe C (CIF, CPT, CFR, CIP), Groupe F (FAS, FOB,
FCA) et Groupe D (DAP, DDP, DAT).
Tableau 3 : Les incoterms

Libellé en Anglais

Code Description

EXW EX Works

CFR Cost and Freight

CPT Carriage Paid To

CIF Cost, Insurance, Freight

CIP Cost and Insurance Paid To

FAS Free Alongside Ship

FOB Free On Board

FCA Free Carrier

DAT Delivered At Terminal

DDP Delivered Duty Paid

DAP Delivered At Place

Source : des documents de la NAIB

33
CHAPITRE 3

Tableau 4 : Répartition des coûts selon l’incoterm

Source : des documents de la NAIB

V : Les frais à la charge du vendeur.


A : Les frais à la charge de l’acheteur.
* : Non obligatoire.
Tableau 5 : Les incoterms et le mode du transport

Famille Incoterm

Tout mode de transport (maritime EXW, FCA, CPT, CIP, DAT, DAP, DDP
inclus)

Transport fluvial et maritime FAS, FOB, CFR, CIF

Source : des documents de la NAIB

34
CHAPITRE 3

Ex Works (EXW) :
Le vendeur : est responsable de mettre la marchandise avec un emballage dans ses locaux à la
disposition de l’importateur.
L’importateur : les autres frais et les risques comme le transport, pré-acheminement jusqu’au
déchargement sont à la charge de l’importateur.

Figure 16 : EX Works

Free Carrier (FCA) :


Le vendeur : est responsable de mettre les marchandises dans un emballage, de charger cette
marchandise sur les moyens du transport de l’importateur et de supporter les frais de
dédouanement export.
L’acheteur : il est libre de choisir le mode du transport et le transporteur. Le transfert des
risques se réalise dés que le transporteur prend en charge les marchandises. L’importateur
supporte les frais et les risques de Manutention au départ, Transport principal, Assurances,
Manutention à l’arrivée, Dédouanement Import, Post-acheminement et Le déchargement au
lieu de destination.

Figure 17 : Free Carrier (FCA)

35
CHAPITRE 3

Free Alongside Ship :


Le vendeur : prend en charge la responsabilité de la marchandise jusqu’à ce qu’elle sera
placée sur le quai au port d’embarquement, il supporte l’emballage, chargement à l’usine, pré-
acheminement et dédouanement export.
L’acheteur : il est responsable de supporter les frais et les risques de manutention au départ,
transport principal, assurances, manutention à l’arrivée, dédouanement Import, post-
acheminement et le déchargement usine.

Figure 18: Free Alongside Ship (FAS)

Free On Board (FOB) :


Le vendeur : est responsable de la marchandise jusqu’à ce qu’elle sera placée au bord du
navire au port d’embarquement désigné dans le contrat, il supporte l’emballage, chargement à
l’usine, pré-acheminement, dédouanement export et manutention au départ.
L’acheteur : il choisit le navire et il est responsable de supporter les risques et les frais de fret
maritime et d’assurances, manutention à l’arrivée, dédouanement Import, post-acheminement
et le déchargement usine.

Figure 19: Free On Board (FOB)

36
CHAPITRE 3

Cost And Freight (CFR) :


Le vendeur : il a accompli ses obligations dès que la marchandise est au bord du navire il
peut choisir le transporteur, le vendeur supporte l’emballage, chargement à l’usine, pré-
acheminement, dédouanement export et les frais de manutention au départ plus le fret
maritime (transport principal).

L’acheteur : il supportera les risques du transport principal jusqu’au déchargement et les frais
d’assurances, manutention à l’arrivé, dédouanement Import, post-acheminement et le
déchargement usine.

Figure 20: Cost And Freight (CFR)

Carriage Paid To (CPT) :


Le vendeur : la chaine logistique est maitrisée par le vendeur, il choisit le transporteur et il a
accompli ses obligations dés que la marchandise est au bord du navire. Le vendeur supporte
les frais d’emballage, chargement à l’usine, pré-acheminement, dédouanement export,
manutention au départ et transport principal.
L’acheteur : il supportera les risques dès le transport principal jusqu’au déchargement usine.

Figure 21: Carriage Paid To (CPT)

37
CHAPITRE 3

Cost Insurance Freight (CIF) :


Le vendeur : c’est le même principe de CFR, mais il supporte la prime d’assurance contre
risque de dommage ou de perte et les autres frais (l’emballage, chargement à l’usine, pré-
acheminement, dédouanement export, manutention au départ et transport principal).
L’acheteur : le transfert des risques à l’importateur se fait lorsque les marchandises sont au
bord du navire jusqu’au déchargement usine, l’acheteur supporte les frais de manutention à
l’arrivée jusqu’au déchargement à la destination finale.

Figure 22: Cost Insurance Freight (CIF)

Cost and Insurance Paid To (CIP):


Le vendeur : c’est le même principe de CPT, mais il supportera l’assurance et il conclut le
contrat de transport. Sa responsabilité est de supporter les risques jusqu’au niveau
d’embarquement (manutention au départ).
L’acheteur : le transfert des risques à l’importateur se fait lorsque les marchandises ont été
remises au transporteur jusqu’au déchargement usine, l’acheteur supporte les frais de
manutention à l’arrivée (débarquement) jusqu’au déchargement à la destination finale.

Figure 23: Cost and Insurance Paid To (CIP)

38
CHAPITRE 3

Delivered At Terminal (DAT) :


Le vendeur : doit expédier les marchandises jusqu’à le port ou à la destination finale et il doit
les décharger. Le vendeur supportera les frais et les risques d’emballage jusqu’au
débarquement (la prime d’assurance est non obligatoire).
L’acheteur : est seulement responsable de payer les frais de dédouanement import, post-
acheminement et déchargement usine.

Figure 24: Delivered At Terminal (DAT)

Delivered At Place (DAP) :


Le vendeur : le même principe de DAP sauf que les frais et les risques de post acheminement
sont à la charge du vendeur aussi la prime d’assurance est obligatoire.
L’acheteur : il supporte seulement les frais et les risques dédouanement import et le
déchargement usine.

Figure 25: Delivered At Place (DAP)

39
CHAPITRE 3

Delivered Duty Paid (DDP) :


Le vendeur : supporte tous les risques et les frais sauf le déchargement usine.26

Figure 26: Delivered Duty Paid (DDP)

➢ Généralement les incoterms les plus utilisés en Tunisie sont le CFR et l’EXW.

Conclusion :
On a défini dans ce chapitre le crédit documentaire, son déroulement ainsi que ses éléments
de base. On a énuméré les différents termes commerciaux (incoterms) qui régissent les frais et
les risques entre l’acheteur et le vendeur. Malgré cela, le risque existe même au niveau de la
réalisation de la lettre de crédit, d’où l’intérêt du chapitre 4.

26
http://www.snc-leroux.com/scripts/files/56f4ebff08c1d0.94841278/incoterms.pdf

40
CHAPITRE 3 LES FONDAMENTAUX DU CREDIT DOCUMENTAIRE

CHAPITRE 4 :
LES RISQUES BANCAIRES
LIES
AU CREDIT DOCUMENTAIRE

41
CHAPITRE 4

Introduction :
Les banques doivent sécuriser les opérations liées au crédit documentaires à travers des
stratégies et des techniques à suivre.
Dans ce chapitre, on va présenter trois sections. La première sera sur la sécurisation à travers
le rôle des banques, la deuxième sur les risques du crédit documentaire et puis le cas pratique.

SECTION I : LA SECURISATION A TRAVERS LE ROLE DES


BANQUES

Dans le commerce international, les banques jouent trois rôles : elles assurent les paiements
afférents aux échanges internationaux, elles financent les transactions commerciales
internationales et elles servent enfin des conseils techniques et commerciaux aux exportateurs
et importateurs.

1) La banque en tant qu’intermédiaire agrée :


a) Contrôle des aspects réglementaires : l'intermédiaire agrée est un organisme
financier qui en période de contrôle de changes et en vertu d'un agrément spécial des
autorités financières du pays est habilité à traiter des opérations financière en relation
avec l'étranger, elle est chargée de suivi des aspects réglementaires et les contrôles
des flux internationaux. Les banques sont soumises à une législation encadrant
l’exercice et contrôle leurs actions.
➢ toutes opérations de l’échange international passent obligatoirement par des
intermédiaires agrées.
b) La banque en tant que prestataire de services : : pour assurer l’efficacité de vos
opérations avec l’étranger, le client doit passer à sa banque pour l’ensemble des
services et des produits qu’elle offre, les banques doivent conseiller et répondre sur
les questions financières et les risques potentiels aussi suivre la documentations et les
procédures nécessaires des affaires à l’étranger. exemple : Les banques offrent à ses
clients des techniques de couverture contre les risques de change comme le contrat de
change à terme et les options de change.

42
CHAPITRE 4

➢ Les banques sont engagées de guider les clients vers une meilleure solution
pour éviter les risques dans le financement du commerce international.

2) Fiabilité des moyens et des ressources bancaires :


La banque ne peut pas réussir que par ses ressources, ses moyens et aussi qu’avec un système
d’information fiable.

a) La banque en tant que conseiller expert : La banque dispose ses ressources et son
expertise pour aider les entreprises à exporter à l’international, informe et conseille
les entreprises du point de vu commercial et réglementaire sur les démarches
administratives et douanières par des chargés d’affaires internationales et des
conseillers spécialisés.

b) La banque dispose d’un système SWIFT : C’est un système de communication


entre les banques nationales et les banques internationales, qui assure un règlement
fiable grâce à la codification des données bancaire. C’est un serveur interbancaire
garantit la rapidité, la confidentialité et la sécurité des données.

c) La banque lutte contre la fraude et le blanchiment : La banque lutte contre le


blanchiment et la fraude à travers des stratégies à suivre ou des logiciels par exemple
la banque doit s’inscrire auprès du BMI (bureau maritime international) ou coopérer
avec la CTAF (La Commission Tunisienne des Analyses Financières).
BMI : est un bureau de la CCI spécialisée dans la lutte contre la fraude envers le
commerce maritime (inscription payante).
CTAF : est un centre tunisien chargé d’analyse les déclarations et enquêté sur le
blanchiment d'argent.

43
CHAPITRE 4

SECTION II : LES RISQUES DU CREDIT DOCUMENTAIRE

C’est vrai que le crédit documentaire c’est une technique qui est le plus utilisée et le plus
sécurisée mais il y a des risques qui menace les parties participants au contrat (par exemple :
risque de change, le risque de non-paiement et le risque opérationnel etc.…).

1) Le risque de non-paiement :
On dit qu’il y a un risque de non paiement lorsqu’on trouve une difficulté au niveau du
paiement à la date d’échéance, cela peut arriver quand il y a des une difficulté de transfert du
pays exportateur vers le pays importateur et vice versa ou risque d’insolvabilité de
l’importateur.27

2) Le risque de change :
Il ya deux phénomènes dans ce risque de change à savoir l’appréciation ou la dépréciation de
taux change ou bien du cours de change de monnaie locale par rapport à une autre devise de
référence.
La dépréciation d’une monnaie engendre une perte au niveau des avoirs en monnaie étrangers
et on Or, en raison de la hausse au niveau des importations par rapport au niveau des
exportations ou bien la baisse des exportations donc de sorte que la banque centrale n'aura pas
la capacité de convertir sa monnaie locale à une devise étrangère.
L’appréciation d’une monnaie locale par rapport à une autre monnaie engendra un gain en
terme des avoirs de devises dans la banque centrale ce qui facilite les échanges extérieur, les
paiements internationaux et de convertir la monnaie locale à une autre devise.28

27
https://www.memoireonline.com/11/12/6504/m_Le-credit-documentaire15.html
28
https://www.edubourse.com/guide-bourse/devaluation-depreciation.php

44
CHAPITRE 4

Figure 27 : Courbe de dépréciation d’une monnaie locale selon l’offre et la demande

3) Le risque opérationnel :
Si le banquier trouvé une différence entre les conditions mentionnés dans la lettre de crédit et
les documents au moment de la négociation, et en cas de doute le banquier du vendeur doit
contacter la banque émettrice ou l’acheteur pour prendre leurs accords si non le dossier va être
rendu avec réserve et ce qui suspend l'opération pour une période.
C’est le risque le plus connu dans le secteur bancaire parce qu’il est souvent représenté le plus
grand part de risques en raison de répétition.

4) Le risque commercial :
Le risque commercial c’est un risque lié avec l’insolvabilité de l’importateur où le fait de
contracter avec un transporteur irresponsable.

5) Le risque politique :
L’instabilité politique d’un pays engendre de nombreux risques, y compris la perturbation du
mouvement économique, les grèves sauvages, les révolutions, les protestations excessives, le
ralentissement de la croissance économique ce qui conduit à décourager les investisseurs suite
aux retards au niveau de livraison et des retards au niveau du processus douanier etc.

45
CHAPITRE 4

6) Le risque économique :
Les écarts défavorables au niveau des facteurs économiques sont à considérer notamment :
L’augmentation de taux d’inflation.
L’augmentation de taux de chômage.
Diminution de taux de croissance (PIB).

7) La fraude :
C’est un cas extrême si on parle de litige ou bien de fraude on dit que il y a un manque de
contrôle et de suivi par les deux banques, la douane et les deux parties (exemple de fraude :
lorsque le vendeur export un autre produit que le produit mentionné dans la lettre de crédit).

8) Le risque de non convertibilité :


C’est un risque lorsqu’un gouvernement ou un pays limite le transfert des fonds vers
l’extérieur à travers des instructions limite la convertibilité de devises.

9) Le risque systémique de contre partie :


Le risque systémique de contre partie apparait suite à une chute brutale de l’économie d’un
pays avec un risque de défaillance de grand part de débiteurs dans ce pays.29

29
https://www.memoireonline.com/02/12/5379/m_Gestion-des-risques-bancaires-liees-au-financement-du-
commerce-exterieur-par-les-etablissements-b14.html

46
CHAPITRE 4

10) Le risque de liquidité :


C’est un risque auquel un établissement financier ne peut respecter ses engagements en
mobilisant son patrimoine envers ses clients. Le risque de liquidité peut conduire à une faillite
de l’établissement suite à un manque de confiance de la part des déposants qui vont se
présentés pour retirer leurs avoirs déposés.

11) Blanchiment d’argent :


L’économie criminelle véhicule de grands risques pour la croissance économique mondiale et
les échanges entre les pays. Elle perturbe le jeu normal de l’économie, non seulement en
faussant les mécanismes de prise de décision et de la concurrence, mais également en
affectant le fonctionnement des marchés d’actifs par l’importance des sommes qui peuvent y
être injectées.
➢ les mobiles d’une alerte : Des opérations et flux d’argent non habituels.
Changement des données personnelles.
Mouvements du compte non concordant avec le profil.

47
SECTION III : LE CAS PRATIQUE : RISQUE BLANCHIMENT OU
BIEN FRAUDE

Dans le cadre de notre cas pratique, on a choisi un dossier de crédit documentaire export vu
l’importance de son contenu dans mon sujet de stage.

Après l’ouverture de la lettre de crédit, la NAIB notifié l’exportateur et le client envoient les
documents à sa banque NAIB pour la négociation.
Pendant la négociation des documents la NAIB contacté le BMI par mail avec une copie de
connaissement maritime et envoyé les documents à la banque émettrice quoique l’importateur
accepte les réserves et ordonné de payer le bénéficiaire mais la NAIB a attendu la réponse du
BMI, qui indique après que le connaissement a été falsifié et qu’aucune marchandise n’a été
exporté en Libye.

➢ 1 -Comment se déroule une ouverture d’une lettre de crédit?


➢ 2- Comment négocier les documents ?
➢ 3- Quels types des risques peuvent bloquer le règlement ?
➢ 4- Quels sont les procédures à suivre dans le règlement ?
➢ 5- Quelle sont les risques de la NAIB et qu'est-ce qu'elle va faire pour résoudre ce
genre de problèmes ?

48
1- Ouverture d’une lettre de crédit documentaire :

▪ Ouverture et notification d’un crédit documentaire :


Réception d’un message SWIFT MT 700 de la part d’une banque émettrice. (Voir Annexe 1)
Envoi d’un accusé de réception sous forme d’un message SWIT MT 730 indiquant l’ajout ou
non de la confirmation. (Voir Annexe 3)
Le banquier saisi les données suivantes sur le système (la banque émettrice, la référence, le
montant de la lettre de crédit, date de règlement…)
Edition d’une lettre de notification au bénéficiaire incluant les commissions à prélever ainsi
que leurs taux et un DATA CARD (c’est un document interne pour la comptabilité de la
NAIB).
Vérification et signature de la lettre de notification auprès du directeur de département.
Envoi de la lettre de notification et d’une copie SWIFT MT 700 au bénéficiaire via courrier et
fax.
Classement d’une copie de DATA CARD et une copie de notification au dossier crédit
documentaire du client avec tous les messages SWIFT (MT 700 et MT 730).

▪ En cas de modification de la lettre de crédit :


Réception d’un message SWIFT MT 707 « Modification » de la part de la banque émettrice.
(Voir Annexe 2)
Vérification du message car il peut avoir l’un des objets suivants (prorogation de la date de
validité de la lettre de crédit ou prolongation de la date d’expédition, augmentation du
montant ou changement de plusieurs conditions de la lettre de crédit.
Saisie les modifications sur le système de la NAIB.
Edition d’une lettre de notification.
Envoi de la lettre de notification et d’une copie SWIFT MT 707 au bénéficiaire via courrier et
fax.
Classement le message SWIFT MT 707 « Modification » et une copie de la lettre de
notification dans le dossier.

49
2- Négociation des documents :

Réception des documents du client exportateur (bénéficiaire) à travers un bordereau qui


comporte la nature des documents, la date de réception et le nombre de documents
réceptionnés.
Le banquier vérifie et négocie les documents s’ils sont conformes ou non aux termes et
conditions de crédit dans un délai de 5 jours ouvrable à partir de la date de présentation des
documents.
Edition un bordereau d’envoi, envoyé avec les documents à la banque correspondante.
Envoi d’un message SWIFT MT 754 « documents conforme » ou bien un message SWIFT
MT 750 « documents avec réserves ». (Voir Annexe 6)

3- Les types de réserves peuvent bloquer le règlement :

Réception des documents non conformes aux termes et conditions de la lettre de crédit.
Facture datée avant la date de la lettre de crédit ou n’est pas certifiée par le bénéficiaire.
La réception des marchandises n’est pas mentionné (ne certifie pas que les marchandises sont
actuellement en pays de l’importateur).
Expédition tardive.

50
4- les procédures à suivre dans le règlement :

▪ Si la banque émettrice et le client disposent chacun d’un compte chez la NAIB :

Edition d’un avis de débit et un avis de crédit en 3 exemplaires et un DATA CARD.


Vérification et signature des avis.
Remise des avis de débit et de crédit département « Opérations Bancaires » pour l’exécution.
Réception de 2 exemplaires avis de débit et de crédit signés et exécutés par département OB.
Classement d’un exemplaire de l’avis de débit et de crédit et d’une copie du DATA CARD
dans le dossier.
Le compte client est crédité pour le montant du la lettre de crédit documentaire net des
commissions.

▪ Si la banque émettrice ne dispose pas d’un compte chez la NAIB et le client


dispose un compte chez la NAIB :

Réception d’un message par le département trésorerie SWIFT MT 910 « Confirmation »


informant que le règlement à été exécuté conformément aux instructions de message de
négociation MT 754 « Documents conforme ».
Etablissement d’un Daily Inflow.
Edition d’un avis de crédit et DATA CARD.
Vérification et signature de l’avis de crédit et du Daily Inflow.
Remise l’avis de crédit département OB pour l’exécution.
Remise Daily Inflow au département trésorerie.

51
▪ Si la banque émettrice dispose un compte chez la NAIB et le client ne dispose pas
d’un compte chez la NAIB :

Réception d’un message par le département trésorerie SWIFT MT 910 « Confirmation »


informant que le règlement à été exécuté conformément aux instructions de message de
négociation.
Edition d’un avis d’opération de 3 exemplaires, d’un ordre de paiement. Edition d’un avis de
débit de la banque émettrice.
Vérification et signature de l’avis de débit, de l’ordre de paiement et l’avis d’opération.
Remise l’ordre de paiement au département trésorerie.
Envoi d’un message SWIFT MT 756 à la banque de client « Avis de remboursement ».

▪ Si la banque émettrice et le client ne disposent pas un compte chez la NAIB :

Réception d’un message par le département trésorerie SWIFT MT 910 « Confirmation »


informant que le règlement à été exécuté conformément aux instructions de message de
négociation.
Edition d’un avis d’opération de 3 exemplaires, d’un ordre de paiement. Etablissement d’un
Daily Inflow.
Vérification et signature de Daily Inflow, de l’ordre de paiement et l’avis d’opération. Remise
l’ordre de paiement et Daily Inflow au département trésorerie.
Envoi d’un message SWIFT MT 756 à la banque de client « Avis de remboursement ».
Classement d’une copie de Daily Inflow, de l’ordre de paiement et d’un message SWIFT MT
756 dans le dossier.

52
Dans notre cas la banque et le client disposent un compte chez la NAIB.

L’ouverture

▪ La NAIB reçoit un message SWIFT MT 700 de la part de JUMHOURIA BANK.


(voir annexe 7)
▪ Le banquier édité une lettre de notification et un DATA CARD (c’est un document
interne pour la comptabilité de la NAIB).
▪ Le banquier saisi les données suivant sur le système (la banque émettrice, la
référence, le montant de la lettre de crédit, date de règlement…).
▪ Le directeur de département vérifié et signé la lettre de notification, puis envoyé la
lettre de notification et une copie de SWIFT MT 700 au bénéficiaire via courrier et un
fax.
▪ La NAIB a envoyée une lettre de notification au bénéficiaire dans lequel la NAIB a
annoncé la réception de la lettre de crédit et que toutes les commissions et
les charges sont sur le compte de bénéficiaire. (voir annexe 8)
▪ LA NAIB a adressée un accusé de réception sous forme d’un message SWIT MT 730
au JUMHOURIA BANK indiquant que la NAIB a été notifiée le bénéficiaire que les
commissions sont à son charge. (voir annexe 9)

La négociation

▪ Le bénéficiaire envoyé les documents nécessaire pour la négociation.


Les documents envoyés:
Facture (2 originaux et 6 copies)
Connaissement maritime (3 originaux et une copie) (voir Annexe 10)
Certificat d’origine (1 originale et 2 copies)
Liste de colisage (2 originaux et 6 copies)

53
▪ Le banquier reçoit les documents du client exportateur (bénéficiaire) et saisi un
bordereau comporte la nature des documents, la date de réception et le nombre de
documents qu’il a réceptionnés.
▪ Le banquier vérifie et négocie les documents s’ils sont conformes ou non aux termes
et conditions de crédit dans un délai de 5 jours ouvrable
▪ Après la négociation il a trouvé des réserves qu’ils sont l’envoi de 3 originaux et une
copie de connaissement maritime au lieu d’une copie originale complète, certificat
d’origine n’été pas signé auprès la chambre du commerce en Tunis, le certificat
sanitaire et certificat d’inspection n’étant pas présentés. C'est ce qui a amené la
banque à suspecter son client.
▪ Pour sécuriser l’opération, le banquier a mandaté le BMI par mail une copie de
connaissement maritime pour la vérification.
▪ Au même temps la NAIB a adressée un SWIFT MT 750 « Avis de différence » à la
JUMHOURIA BANK indiquant les réserves. (voir annexe 11)
▪ La JUMHOURIA BANK a répondue avec un SWIFT MT 732 « Avis de décharge »
indiquant l’acceptation de réserves, le montant et la date de payement. (voir annexe
12)
▪ La NAIB a reçu un mail de BMI indiquant que le connaissement a été falsifié et
qu’aucune marchandise n’a été exportée en Libye. (voir annexe 13)

5- Les risques :

Il y a deux choix :
Soit la fraude : si l’exportateur a voulu tromper l'importateur en concluant un contrat avec lui
pour la vente des marchandises convenues et puis il a abattu ses promesses.
Dans ce cas, la NAIB a du mal à recouvrer ses fonds auprès du l’exportateur, surtout si la
fraude est découverte après l’escompte.
Soit le blanchiment d’argent : Les deux parties ont convenu qu'il y aurait une fausse
expédition, et que certains documents seront falsifiés comme connaissement maritime et
d'autres ne seront pas présentés comme certificat sanitaire, ces marchandises sera vendu pour
le montant qu'ils veulent blanchir.

54
Dans ce cas, si la NAIB n’a pas vérifié l’intégrité et la fiabilité de la transaction et escompté
l’argent à l’exportateur puis la JUMHOURIA BANK a découvert le blanchiments après
l’escompte, la NAIB a du mal à recouvrer ses fonds auprès du l’exportateur.

6- La gestion de risque :

▪ La NAIB a envoyée un SWIFT MT 799 « Message au format libre » à JUMHOURIA


BANK a mentionnée qu'elle avait abandonné le suivi de cette transaction et que ce
dossier considéré comme fermé. (voir annexe 14)
▪ Puis la NAIB a mandatée la CTAF une déclaration d’opérations ou de transactions
suspectes ou inhabituelles pour vérifier et enquêter si il ya une violation ou bien
blanchiment ou une essaie de fraude. (voir annexe 15)
▪ La NAIB a classée le dossier.

Conclusion :
Malgré la sécurisation et la gestion des risques du crédit documentaire, chaque jour les
banques font face à de nouveaux problèmes.
On a défini dans ce chapitre les stratégies des banques pour sécuriser le crédit documentaire,
et les risques qui menacent le crédit documentaire malgré cette sécurisation. On a aussi
exposé un cas qui explique comment la NAIB lutte contre la fraude et le blanchiment.

55
CONCLUSION GENERALE

Le but dans ce travail était d’expliquer comment les banques sécurisent les opérations
bancaires surtout le crédit documentaire à travers son rôle, et comment malgré la sécurisation
les banques font toujours face à de nombreux risques.

On a pris un exemple comme cas pratique. Il s’agit d’un dossier de la fraude documentaire
expliquant une technique (BMI) que les banques tunisiennes pourraient utiliser pour lutter
contre la fraude même si le blanchiment.

Les difficultés rencontrées au sein de stage sont quasi inexistantes, de sorte que toute l’équipe
coopère pour donner toutes les informations nécessaires.

Malgré que la NAIB utilise le BMI et coopère avec la CTAF, est-ce que cela est suffisant pour
lutter contre tous les risques liés au commerce international ?

56
WEBOGRAPHIE

https://fr.wikipedia.org/wiki/Commerce_international

http://www.tunisie-societe.com/index.php/fr/constitution-societe-en-tunisie/guide-de-linvestisseur-/societe-
commerce-international-importexport

https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/handle/1866/2361, Auteur (Rakotonanahary, Salohy Miadana)

http://www.naibbank.com

https://www.memoireonline.com/11/12/6504/m_Le-credit-documentaire0.html#toc2 (auteur:Massimo KHALDI)

https://www.universalis.fr/encyclopedie/commerce-international-theories/

http://perso.fundp.ac.be/~jcjacque/cours/Rci-Rcfi/histoire.ppt

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mondialisation_%C3%A9conomique

https://www.universalis.fr/encyclopedie/commerce-international-politique-du-commerce-exterieur/

https://www.memoireonline.com/11/12/6504/m_Le-credit-documentaire4.html (auteur: Massimo KHALDI)

https://www.memoireonline.com/11/12/6504/m_Le-credit-documentaire6.html (auteur: Massimo KHALDI)

https://www.memoireonline.com/11/12/6504/m_Le-credit-documentaire3.html (auteur: Massimo KHALDI)

https://www.memoireonline.com/11/12/6504/m_Le-credit-documentaire7.html (auteur: Massimo KHALDI)

https://www.memoireonline.com/11/12/6504/m_Le-credit-documentaire8.html (auteur: Massimo KHALDI)

https://www.memoireonline.com/11/12/6504/m_Le-credit-documentaire12.html (auteur: Massimo KHALDI)

https://www.memoireonline.com/11/12/6504/m_Le-credit-documentaire13.html (auteur: Massimo KHALDI)

https://www.memoireonline.com/11/12/6504/m_Le-credit-documentaire17.html#toc61 ( auteur : Massimo


KHALDI)

https://www.memoireonline.com/11/12/6504/m_Le-credit-documentaire21.html (auteur: Massimo KHALDI)

https://www.memoireonline.com/11/12/6504/m_Le-credit-documentaire22.html (auteur: Massimo KHALDI)

https://www.memoireonline.com/11/12/6504/m_Le-credit-documentaire10.html (auteur: Massimo KHALDI)

http://www.snc-leroux.com/scripts/files/56f4ebff08c1d0.94841278/incoterms.pdf

https://www.memoireonline.com/11/12/6504/m_Le-credit-documentaire15.html

https://www.edubourse.com/guide-bourse/devaluation-depreciation.php

https://www.memoireonline.com/02/12/5379/m_Gestion-des-risques-bancaires-liees-au-financement-du-
commerce-exterieur-par-les-etablissements-b14.html

57
LES ANNEXES
(Annexe 1)
(Annexe 1)
(Annexe 2)
(Annexe 3)
(Annexe 4)
(Annexe 5)
(Annexe 6)
(Annexe 7)
(Annexe 8)
(Annexe 9)
(Annexe 10)
(Annexe 11)
(Annexe 12)
(Annexe 13)
(Annexe 14)
(Annexe 15)

Vous aimerez peut-être aussi