Vous êtes sur la page 1sur 122

ÉNERGIES

Ti302 - Réseaux électriques et applications

Réseaux électriques
de distribution publique

Réf. Internet : 42264 | 4e édition

Actualisation permanente sur


www.techniques-ingenieur.fr
Tec h n ique s de l ’I n gé ni eur
La plus impor tante ressource documentaire scientifique
et technique en français

Une information fiable, claire et actualisée


Validés par un comité scientifique et mis à jour en permanence sur Internet,
les articles Techniques de l’Ingénieur s’adressent à tous les ingénieurs et
scientifiques, en poste ou en formation.
Outil d’accompagnement de la formation et de la carrière des ingénieurs,
les ressources documentaires Techniques de l’Ingénieur constituent le socle
commun de connaissances des acteurs de la recherche et de l’industrie.

Les meilleurs experts techniques et scientifiques


Plus de 200 conseillers scientifiques et 3 500 auteurs, industriels, chercheurs,
professeurs collaborent pour faire de Techniques de l’Ingénieur l’éditeur
scientifique et technique de référence.
Les meilleurs spécialistes sont réunis pour constituer une base de
connaissances inégalée, vous former et vous accompagner dans vos projets.

Une collection 100 % en ligne


• Accessibles sur www.techniques-ingenieur.fr, les dernières nouveautés et
actualisations de votre ressource documentaire
• Les articles téléchargeables en version PDF

Des services associés


Rendez-vous sur votre espace « Mon compte » en ligne pour retrouver la liste
des services associés à vos droits d’accès et les utiliser.

 Des services associés


Pour toute information, le service clientèle reste à votre disposition :
Tél : 01 53 35 20 20 l Fax : 01 53 26 79 18 l Mail : infos.clients@teching.com

III
Cet ouvrage fait par tie de
Réseaux électriques et applications
(Réf. Internet ti302)
composé de  :

Généralités sur les réseaux électriques Réf. Internet : 42261

Réseaux électriques de transport et de répartition Réf. Internet : 42263

Réseaux électriques de distribution publique Réf. Internet : 42264

Réseaux électriques industriels et tertiaires Réf. Internet : 42265

Problématiques communes des réseaux électriques : du Réf. Internet : 42266


fonctionnement au comptage

Problématiques communes des réseaux électriques : Réf. Internet : 42267


ingénierie

Applications électromécaniques Réf. Internet : 42268

Électrothermie industrielle Réf. Internet : 42270

 Sur www.techniques-ingenieur.fr
• Saisissez la référence Internet pour accéder directement aux contenus en ligne
• Retrouvez la liste complète des ressources documentaires

IV
Cet ouvrage fait par tie de
Réseaux électriques et applications
(Réf. Internet ti302)

dont les exper ts scientifiques sont  :

Alain DOULET
Directeur Prospective à la Direction Réseau et patrimoine d'ERDF, Ancien
Directeur réseau d'ERDF (EDF Réseau Distribution)

Jean-Paul HORSON
Ingénieur de l'Ecole Nationale Supérieure des Ingénieurs Electriciens de
Grenoble, Ancien Attaché auprès du Directeur technique Electricité d'EDF-
Distribution

 Sur www.techniques-ingenieur.fr
• Saisissez la référence Internet pour accéder directement aux contenus en ligne
• Retrouvez la liste complète des ressources documentaires

V
Les auteurs ayant contribué à cet ouvrage sont :

Alain COIFFIER Laurent KARSENTI


Pour les articles : D4210 – D4211 – Pour les articles : D4239 – D4241
D4212
Michel ODDI
Alain CROGUENNOC Pour les articles : D4811 – D4812 –
Pour l’article : D4815 D4813

Alain DOULET Claude PIRIOU


Pour les articles : D4200 – D4225 – Pour l’article : D4446
D4230
Alain ROUSSEAU
René FONDEUR Pour les articles : D4840 – D4841
Pour l’article : D4600
Serge THÉOLEYRE
Jean-Luc FRAISSE Pour l’article : D4705
Pour les articles : D4239 – D4241 –
D4242 Christophe TOURCHER
Pour l’article : D4446
Émile GAIN
Pour l’article : D4220 Jean-Claude TURPAIN
Pour l’article : D4600
Jean-Paul HORSON
Pour les articles : D4225 – D4241 – Georges VALENTIN
D4242 Pour l’article : D4600

Bernard JOYEUX-BOUILLON
Pour l’article : D4600

 Sur www.techniques-ingenieur.fr
• Saisissez la référence Internet pour accéder directement aux contenus en ligne
• Retrouvez la liste complète des ressources documentaires

VI
Réseaux électriques de distribution publique
(Réf. Internet 42264)

SOMMAIRE

1– Les grands choix techniques et politiques Réf. Internet page

Réseaux de distribution d'électricité. Présentation D4200 11

Réseaux de distribution. Conception et dimensionnement D4220 13

Réseaux de distribution. Enfouissement D4225 19

Plan de protection des réseaux de distribution publique à moyenne tension. Principes D4811 23

Plan de protection des réseaux de distribution publique à moyenne tension. Mise en D4812 29
oeuvre
Plan de protection des réseaux de distribution publique à moyenne tension. D4813 35
Évolutions récentes et compléments électrotechniques

2– Le fonctionnement des réseaux, protections et Réf. Internet page

automatismes
Protection des réseaux à basse tension de distribution publique D4815 39

3– L'exploitation et la conduite des ouvrages Réf. Internet page

Réseaux de distribution. Exploitation D4230 45

4– Développement des réseaux Réf. Internet page

Structure des réseaux de distribution D4210 51

Schémas directeurs de développement des réseaux électricité de distribution D4211 59

Principes et méthodes de développement des réseaux électriques de distribution D4212 65

Raccordement de la production décentralisée aux réseaux de distribution. Aspects D4239 71


règlementaires et organisationnels
Raccordement de la production décentralisée aux réseaux de distribution. Conditions D4241 77
d'intégration
Raccordement de la production décentralisée aux réseaux de distribution. Aspects D4242 85
techniques

 Sur www.techniques-ingenieur.fr
• Saisissez la référence Internet pour accéder directement aux contenus en ligne
• Retrouvez la liste complète des ressources documentaires

VII
5– Ingénierie des réseaux Réf. Internet page

Techniques de coupure en moyenne tension D4705 93

Câbles aériens isolés D4446 99

Parafoudres basse tension. Composants. Réseaux basse tension D4840 103

Parafoudres basse tension. Description. Installation D4841 109

Postes à moyenne tension D4600 115

 Sur www.techniques-ingenieur.fr
• Saisissez la référence Internet pour accéder directement aux contenus en ligne
• Retrouvez la liste complète des ressources documentaires
Réseaux électriques de distribution publique
(Réf. Internet 42264)

1
1– Les grands choix techniques et politiques Réf. Internet page

Réseaux de distribution d'électricité. Présentation D4200 11

Réseaux de distribution. Conception et dimensionnement D4220 13

Réseaux de distribution. Enfouissement D4225 19

Plan de protection des réseaux de distribution publique à moyenne tension. Principes D4811 23

Plan de protection des réseaux de distribution publique à moyenne tension. Mise en D4812 29
oeuvre
Plan de protection des réseaux de distribution publique à moyenne tension. D4813 35
Évolutions récentes et compléments électrotechniques

2– Le fonctionnement des réseaux, protections et


automatismes

3– L'exploitation et la conduite des ouvrages

4– Développement des réseaux

5– Ingénierie des réseaux

 Sur www.techniques-ingenieur.fr
• Saisissez la référence Internet pour accéder directement aux contenus en ligne
• Retrouvez la liste complète des ressources documentaires

9
1

10
Référence Internet
D4200

Réseaux de distribution d’électricité


Présentation
1
par Alain DOULET
Directeur prospective à la Direction réseau et patrimoine d’ERDF
Ancien directeur réseau d’ERD (EDF Réseau Distribution)

1. Réseau de distribution et gestion de réseau .................................... D 4 200v2 - 3


1.1 Frontières du réseau de distribution .......................................................... — 3
1.2 Missions du gestionnaire de réseau........................................................... — 3
1.3 Principales problématiques du gestionnaire de réseau ........................... — 4
1.4 Gestionnaire de réseau et régulation ......................................................... — 5
1.4.1 Logique tarifaire .................................................................................. — 5
1.4.2 Garanties pour l’utilisateur du réseau ............................................... — 5
1.5 Gestionnaire de réseau, acteur majeur du bilan énergétique .................. — 5
2. Principes techniques fondamentaux retenus
pour le réseau de distribution .............................................................. — 6
2.1 Développement des réseaux....................................................................... — 6
2.2 Exploitation des réseaux ............................................................................. — 6
2.3 Entretien des réseaux .................................................................................. — 7
2.4 Matériels utilisés pour les réseaux de distribution ................................... — 7
2.5 Qualité de la fourniture................................................................................ — 7
2.6 Système d’information du distributeur ...................................................... — 7
2.6.1 Système d’information pour la description
et le fonctionnement du réseau .................................................................. — 7
2.6.2 Système d’information pour la gestion des flux commerciaux ...... — 8
2.6.3 Système d’information pour le suivi des processus ........................ — 8
3. Conclusion.................................................................................................. — 8
Pour en savoir plus ........................................................................................... Doc. D 4 200v2

epuis 1999, date de la première ouverture partielle du marché de l’électri-


D cité en France, et depuis le 10 février 2000, date de parution de la
première loi organisant le marché de l’électricité, dite loi relative à la moderni-
sation et au développement du service public de l’électricité (loi 2000-108), les
notions de distributeur, de fournisseur d’énergie, de gestionnaire de réseau se
sont largement clarifiées, stabilisées et il est aujourd’hui intéressant de
détailler le puzzle que constitue ce marché ouvert. Ce dossier propose un zoom
sur les réseaux de distribution et le gestionnaire de réseau de distribution, le
second thème apportant la dynamique du fonctionnement au premier thème
plus descriptif et statique.
Les réseaux de distribution sont essentiellement définis par deux éléments :
leurs limites amont et aval et leur consistance. C’est l’occasion de rappeler les
grands choix techniques qui sont détaillés dans les dossiers suivants [D 4 210]
et [D 4 220].
Les missions du gestionnaire de réseau définissent la façon dont le réseau va
vivre et s’articuler avec le monde qui l’environne.
L’exercice de ces missions suppose des moyens techniques spécifiques qui
sont présentés.
Contrairement à la période 1946-2000, où les textes législatifs traitant de la
distribution de l’électricité étaient peu nombreux, la période écoulée depuis
2000 a vu successivement cinq lois votées (voir encadré), accompagnées de
Parution : mai 2010

leurs décrets d’application.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


est strictement interdite. – © Editions T.I. D 4 200v2 – 1

11
Référence Internet
D4200

RÉSEAUX DE DISTRIBUTION D’ÉLECTRICITÉ ______________________________________________________________________________________________

Au-delà des questions d’organisation du marché de l’électricité, la période


actuelle est marquée par de profonds changements :
– les orientations données en matière de politique énergétique (directive
européenne 2001/77/CE : objectif 22,1 % d’électricité produite à partir de
sources d’énergies renouvelables) induisent une croissance de la production
d’électricité à partir de sources renouvelables, via des installations générale-

1
ment raccordées sur les réseaux de distribution (éolien, photovoltaïque). Le
raccordement de ces dernières fait l’objet des dossiers [D 4 241] et [D 4 242] ;
– les attentes sociétales en matière d’environnement croissent et impactent
le développement de réseau (problématique de l’enfouissement, cf.
dossier [D 4 225]) et la conception des matériels ;
– la sûreté d’alimentation devient un sujet de préoccupation européen
notamment depuis l’incident européen de novembre 2006 et la contribution
des réseaux de distribution à la sûreté générale du système est bien identifiée ;
– les tempêtes subies dans la dernière décennie ont mis en exergue la fragi-
lité des infrastructures face aux aléas climatiques et ont poussé le pouvoir
politique à promouvoir les investissements en vue de renforcer mécanique-
ment les réseaux (cf. dossier [D 4 210]) ;
– les évolutions techniques sont marquées par l’emprise croissante de
l’informatique et des automatismes en appui aux équipements électrotechni-
ques traditionnels : le réseau devient intelligent.

Glossaire
(pour les sites Internet, le lecteur se reportera en [Doc. D 4 200v2]

ANROC : Association Nationale des Régies de services publics GRT : Gestionnaire des Réseaux de Transport d’électricité,
et des Organismes constitués par les Collectivités locales. Crée en dénomination légale du transporteur d’électricité, quand il s’agit
1962, elle défend les intérêts de plus de 100 Entreprises Locales des missions qui lui ont été confiées dans le cadre de la loi
de Distribution (ELD) 2000-108 du 10 février 2000
BT : terme simplificateur désignant la tension alternative HT : tension alternative efficace supérieure à 1 000 V au sens de
efficace comprise entre 50 V et 500 V pour la BTA au sens de la la norme NFC 18-510, qui fait référence en France en matière de
norme NF C 18-510, qui fait référence en France en matière de sécurité
sécurité. À l’international cette tension est également qualifiée de
Basse Tension (BT) HTA : tension alternative efficace comprise entre 1 000 V et
50 000 V au sens de la norme NFC 18-510, qui fait référence en
CRE : Commission de Régulation de l’Énergie, dénomination
France en matière de sécurité. À l’international, cette tension est
légale de l’Autorité administrative indépendante chargée de
souvent qualifiée de Moyenne Tension (MT)
veiller au bon fonctionnement des marchés de l’électricité et du
gaz en France. Cet organisme a été mis en place par la loi HTB : tension alternative efficace supérieure à 50 000 V au sens
2000-108 du 10 février 2000 de la norme NFC 18-510, qui fait référence en France en matière
EDF : Électricité de France de sécurité. À l’international, cette tension est souvent qualifiée
de Haute Tension (HT) ou très Haute Tension (THT)
ELD : Entreprises Locales de Distribution. Elles sont au nombre
de 170 en France, sont en charge de la gestion des réseaux HTB1 : tension alternative efficace supérieure à 50 000 V et infé-
publics de distribution d’électricité non nationalisés en 1946, et rieure à 150 000 V
représentent 5 % de la consommation française
RPD : Réseaux Publics de Distribution d’électricité, dénomina-
ERDF : Électricité Réseau Distribution France, filiale d’EDF tion légale des réseaux de distribution d’électricité français. En
depuis le 1er janvier 2008, en charge de la gestion de la majorité France les réseaux de distribution sont depuis 1946, date de la
des réseaux publics de distribution d’électricité français nationalisation des réseaux électriques, la propriété des collectivi-
FNSICAE : Fédération Nationale des Sociétés d’Intérêt Collectif tés locales et sont concédés soit à ERDF (Électricité Réseau Distri-
Agricole d’Électricité. Elle défend les intérêts des SICAE, qui des- bution France, filiale d’EDF), soit des Entreprises Locales de
servent plus de 1 000 communes sur 18 départements et 10 Distribution (ELD). C’est le domaine des tensions HTA et de BT
régions
RPT : Réseau Public de Transport, dénomination légale du
GRD : Gestionnaire des Réseaux de Distribution d’électricité, réseau de transport d’électricité français. En France, il est la pro-
dénomination légale du distributeur d’électricité, quand il s’agit priété et est exploité par RTE-France (Réseau de Transport d’Élec-
des missions qui lui ont été attribuées par la loi 2000-108 du 10 tricité – France, filiale d’EDF). C’est le domaine des tensions HTB
février 2000
RTE : filiale d’EDF en charge des Réseaux de Transport d’Électri-
GrDF : Gaz réseau Distribution France, filiale de GDF SUEZ, en
cité
charge de la gestion de la majorité des réseaux publics de distri-
bution de gaz naturel français SICAE : Société d’Intérêt Collectif Agricole d’Électricité

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


D 4 200v2 – 2 est strictement interdite. – © Editions T.I.

12
Référence Internet
D4220

Réseaux de distribution
Conception et dimensionnement
par Émile GAIN
1
Ingénieur-Conseil
Ingénieur de l’École Supérieure d’Électricité
Ancien Chef de la Division Réseaux et Appareillage
Direction de la Distribution d’Électricité de France

1. Domaine concerné................................................................................... D 4 220 - 2


2. Choix d’un régime de neutre ................................................................ — 3
2.1 Évolution ...................................................................................................... — 3
2.2 Conséquences du choix .............................................................................. — 3
2.3 Réseau de type américain........................................................................... — 3
2.4 Réseau de type allemand (et nord européen) ........................................... — 8
2.5 Réseau de type français (et sud européen) ............................................... — 11
3. Différents éléments du réseau de distribution EDF....................... — 16
3.1 Généralités ................................................................................................... — 16
3.2 Postes sources ............................................................................................. — 17
3.3 Lignes et câbles haute tension ................................................................... — 18
3.4 Appareils de coupure et transformateurs.................................................. — 21
3.5 Lignes, câbles et branchements basse tension......................................... — 23
4. Surveillance, contrôle et exploitation du réseau
de distribution EDF.................................................................................. — 24
4.1 Intelligence en postes sources ................................................................... — 24
4.2 Manœuvres en réseau................................................................................. — 25
4.3 Poste central de commande ....................................................................... — 25
4.4 Évolution prévisible .................................................................................... — 26
Références bibliographiques ......................................................................... — 26

es grandes unités de production et les réseaux de transport associés fonc-


L tionnent habituellement bouclés et constituent par conséquent des
systèmes dont l’équilibre et l’exploitation sont réputés délicats. Exploités en
système radial et suivant la brève description qui vient d’en être donnée, les
réseaux de distribution peuvent parfois apparaître plus simples. En réalité, par
suite de la multiplicité des composants, de la diversité des choix techniques de
base, de la nécessité de très nombreuses protections à coordonner, des risques
contre lesquels doivent être protégés les différents utilisateurs dans leur usine
ou dans leur foyer, un réseau de distribution constitue un ensemble très
complexe dont un exploitant local ne perçoit pas toujours facilement toutes les
contraintes.
Le choix initial à fixer par l’exploitant concerne celui du neutre, choix dont
découlent ensuite la plupart des caractéristiques du réseau. C’est ce qui sera
explicité ci-après (§ 2) avec une attention plus particulière portée au réseau
français (§ 3).
Nous terminerons par une esquisse rapide des systèmes d’exploitation
intelligents (§ 4) dont le développement a été rendu possible par les progrès
Parution : décembre 1993

techniques et les abaissements de coûts dans le domaine de l’informatique.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Génie électrique D 4 220 − 1

13
Référence Internet
D4220

RÉSEAUX DE DISTRIBUTION ______________________________________________________________________________________________________________

1. Domaine concerné Un ou plusieurs jeux de barres HTA sont à l’aval de ces transfor-
mateurs.
Des départs HTA sont raccordés sur ces jeux de barres :
Le domaine des réseaux publics de distribution se situe entre : — soit en câbles souterrains, quasiment toujours bouclables,
— les postes sources qui reçoivent l’énergie en haute tension mais exploités ouverts en un point sur la boucle ;
supérieure à 50 kV (haute tension niveau B ou HTB), la trans- — soit en lignes aériennes parfois encore en antenne, mais de
forment et l’envoient en haute tension, comprise entre 1 kV et plus en plus souvent bouclables, elles aussi.

1
50 kV (haute tension niveau A ou HTA) ; Le long de ces liaisons HTA, on trouve :
— les points de livraison privés avec les postes HTA/BTA, pour — sur les câbles souterrains, des postes de transformation
une entreprise, ou les branchements en basse tension, comprise maçonnés HTA/BTA, raccordés généralement en coupure d’artère,
entre 50 et 500 V (basse tension niveau A ou BTA), pour un parti- parfois en double dérivation ;
culier qui reçoit l’énergie sur son branchement. — sur les lignes aériennes, des postes de transformation
Nota : les abréviations utilisées correspondent aux domaines de tension définis dans la simplifiés HTA/BTA, raccordés par des piquages en antenne
publication UTE C 18-510 de novembre 1988 approuvée par l’arrêté interministériel du 17
janvier 1989. En particulier, on n’y parle plus de « moyenne tension (MT) » mais de haute
alimentant soit, le plus souvent, des postes aériens sur poteau, soit
tension niveau A (HTA). des postes sous abri dits bas de poteau.
La figure 1 représente le schéma général d’un réseau d’énergie, À l’aval de ces transformateurs HTA/BTA, ce sont les réseaux
des sources au client. BTA qui ne sont pas en général bouclables, sauf quelques réseaux
urbains de type particulier où les conducteurs sont bouclés et
On rencontre successivement en suivant le sens d’écoulement de
refermés entre postes HTA/BTA.
la puissance les éléments ci-après, qui sont détaillés plus loin (§ 3).
Parfois, ces réseaux BTA n’existent pas comme dans les zones
Les postes HTB/HTA sont parfois alimentés en antenne mais le
rurales d’Amérique du Nord où le distributeur alimente directement
plus souvent avec un jeu de barres recevant plusieurs arrivées
en haute tension de quelques kilovolts des charges dispersées ponc-
HTB. Un ou plusieurs transformateurs HTB/HTA sont raccordés sur
tuelles allant de 10 à 20 voire 30 kW ; dans ce cas, les branchements
ce jeu de barres HTB, simple ou multiple.
BTA de la clientèle sont issus directement du transformateur
HTA/BTA.

Figure 1 – Schéma général d’un réseau d’énergie

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
D 4 220 − 2 © Techniques de l’Ingénieur, traité Génie électrique

14
Référence Internet
D4220

_____________________________________________________________________________________________________________ RÉSEAUX DE DISTRIBUTION

2. Choix d’un régime de neutre Il faut dire aussi que la diversité des systèmes permet d’enrichir
les congrès internationaux de longues et passionnantes discussions
sur les mérites des trois solutions, nourries de tableaux comparatifs
complexes, dont il ressort rarement des conclusions claires.
Nota : le lecteur se reportera à la référence bibliographique [1].
Parfois, surtout lorsque ces discussions s’adressent à un public où
figurent des exploitants dont le choix n’a pas été encore arrêté, elles
comportent un aspect commercial qui ne coïncide pas toujours avec
2.1 Évolution
1
celui de la plus grande rigueur technique (par exemple propositions
de mise directe du neutre à la terre dans les pays d’Afrique alors
que la résistivité du sol y reste très élevée pendant toute la
Il est indispensable d’utiliser des systèmes de protection chargés saison sèche).
d’interrompre le service lorsqu’un défaut apparaît et perdure sur
Il arrive même malheureusement que certains pays acceptent de
un réseau, pouvant mettre en péril la sécurité du public ou la
laisser installer, puis mettent en service des réseaux mélangeant
pérennité de l’appareillage.
l’une et l’autre des possibilités. Les résultats ne sont pas des plus
La détection d’un défaut de court-circuit bi- ou triphasé à haute heureux et il est souvent très difficile à l’exploitant local de
intensité de courant n’offre pas de difficulté particulière. Il n’en est comprendre exactement pourquoi.
pas de même pour la détection d’un défaut monophasé, qui résulte
Nous nous attacherons dans le paragraphe 3 à dégager les
d’une défaillance de l’isolation entre une phase et la terre.
caractéristiques essentielles de ces trois régimes, avec une étude
Les premiers systèmes de distribution HTA au début du ving- plus détaillée du troisième, qui correspond au réseau de distribu-
tième siècle étaient constitués de réseaux triphasés courts, le plus tion exploité en France par Électricité de France EDF.
souvent aériens, formant une poche isolée de production-distribu-
tion. Le neutre du réseau, même lorsqu’il était accessible, était
isolé de la terre. En cas de rupture en un point de l’isolement entre
une phase et une masse reliée à la terre, il ne se passait en général 2.3 Réseau de type américain
rien, sinon parfois un très léger arc grêle au niveau de ce point de
défaillance, dû au retour de courant par la très faible capacité du 2.3.1 Principes d’exploitation et de fonctionnement
réseau. Dans la plupart des cas, la défaillance était momentanée et
le défaut s’éteignait de lui-même (défaut auto-extincteur). Par suite de la mise directe du neutre à la terre au poste source,
Plus tard, avec l’élévation du niveau de tension, l’utilisation complétée par la distribution généralisée de ce neutre par un quatrième
croissante de câbles souterrains, l’augmentation des longueurs de conducteur mis régulièrement à la terre le long du réseau, la valeur
réseau issu d’une même source, l’interconnexion d’ensembles du courant de défaut monophasé est délibérément augmentée à son
initialement séparés, le courant de défaut monophasé finit par maximum (solidly grounded system ).
augmenter suffisamment pour constituer un risque pour le public Le défaut monophasé, dont l’intensité de courant peut être très
ou pour l’exploitant par les élévations locales de potentiel qui en forte (jusqu’à 10 000 A voire davantage), est ainsi facilement
résultaient. Trois orientations majeures se dessinèrent alors : détecté et éliminé, d’autant plus rapidement que sa valeur est
— en Amérique du Nord, le neutre du réseau fut relié directe- élevée, grâce à des protections à temps dépendant. Près des trans-
ment à la terre ; formateurs HTA/BTA, ou en tête de petites dérivations, on installe
— en Europe du Nord, sous l’influence de l’Allemagne, le neutre des fusibles à expulsion (cut-off fuses ) et ailleurs sur le réseau des
fut mis à la terre à travers une réactance accordée à la capacité du interrupteurs à coupure automatique dans le creux de tension
réseau de façon à étouffer le courant de défaut ; (sectionalyzers ), mais le plus souvent des disjoncteurs réenclen-
— en Europe du Sud, sous l’influence de la France, le neutre fut cheurs (reclosers ), qui tirent leur énergie de manœuvre du courant
relié à la terre à travers une impédance réduisant le courant de de défaut, suffisant pour cela compte tenu de sa valeur élevée. Par
défaut à une valeur raisonnable (un millier d’ampères, ou moins). principe, la protection contre les surtensions par éclateurs est
exclue puisque le courant de défaut entre phase et terre entraî-
Ensuite, à travers le monde, les différents exploitants adoptèrent nerait la fusion des fusibles amont.
l’une ou l’autre de ces trois possibilités, avec parfois des valeurs
différentes pour la limitation du courant de terre, lorsque la La plupart du temps, le réseau principal et les dérivations les
troisième solution avait été choisie. plus importantes sont constitués de quatre conducteurs : trois
phases et le neutre, confondu avec le conducteur de terre qui est
ainsi distribué.
Par contre les raccordements de transformateurs ou les dériva-
2.2 Conséquences du choix tions moins importantes sont réalisés en monophasé entre deux
conducteurs : la phase et le neutre.
Le choix initial du régime de neutre, une fois qu’il a été arrêté Un cas très particulier est celui de dérivations monophasées à un
par le distributeur, conditionne pratiquement tout le système, qu’il seul conducteur. En effet, on a parfois imaginé de ne placer qu’un
s’agisse de sa conception générale ou bien du dimensionnement conducteur au lieu de deux sur les dérivations monophasées, le sol
du matériel contre les surtensions ou les surintensités, de la jouant alors le rôle de conducteur actif (single wire earth return ).
coordination des isolements ou des protections, de la qualité de La solution est défendue pour son faible coût. En fait, il y a d’abord
service ou même de la réglementation édictée par les pouvoirs là des risques extrêmes, notamment si la mise à la terre des
publics du pays concerné. masses, au droit des transformateurs, présente une résistance
variable au gré des saisons, souvent bien plus forte que celle du
C’est ce qui explique qu’une fois ce premier choix effectué, le conducteur de retour avec ses multiples mises à la terre que l’on
distributeur ne peut pratiquement plus en changer. Cela sera a supprimées, entraînant en cas de défaut de très dangereuses
d’autant plus vrai qu’il aura progressivement amélioré le matériel montées en potentiel. Si l’on veut abaisser cette résistance jusqu’à
de son réseau par concertation permanente avec les constructeurs éliminer les risques, on aura le plus souvent enterré un peu partout
et qu’il serait bien difficile de prédire ce qui pourrait se passer sur une quantité de cuivre comparable à celle que l’on avait voulu
ce matériel au cas où interviendrait un changement aussi fonda- éviter de poser en ligne aérienne. Dans certains cas très particu-
mental que celui du régime de neutre. liers, en Australie par exemple, il faut franchir de très longues

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Génie électrique D 4 220 − 3

15
Référence Internet
D4220

RÉSEAUX DE DISTRIBUTION ______________________________________________________________________________________________________________

distances pour raccorder à travers un transformateur qui leur est Tensions secondaires HTA (composée UA et simple VA ) :
propre des charges ponctuelles importantes et très dispersées.
UA = 20 kV et VA = 12 kV
Dans la mesure où l’on bénéficie en outre d’une faible résistivité du
sol, un équilibre économique peut être trouvé ; les prises de terre Puissance du transformateur HTB/HTA :
au droit des transformateurs étant peu nombreuses et chacune
d’un coût raisonnable, leur coût total est plus faible que celui du S A = 20 MVA
conducteur de retour supprimé.
Réactance relative du transformateur HTB/HTA :

1
D’une façon générale, distribuer l’énergie en basse tension mono-
phasée constitue un handicap coûteux dans les pays du tiers-monde, x A = 10 %
où il faut alimenter de très faibles charges dispersées, contrairement
Réactance linéique des lignes d’ossature ou de dérivation :
à l’Amérique du Nord où le réseau basse tension n’existe pas, les
charges domestiques étant directement raccordées sur le X = 0,35 Ω/km
transformateur.
Résistance linéique des lignes d’ossature :
R ᐉ = 0,23 Ω /km
2.3.2 Calcul des courants de court-circuit
Résistance linéique des lignes de dérivation :
Afin d’illustrer le principe de fonctionnement, nous avons réalisé
Rd = 0,75 Ω/km
des calculs numériques dans des cas particuliers très simplifiés,
comme nous l’avons fait pour d’autres types de réseau (§ 2.4 et 2.5). La capacité du réseau est négligée.
Nota : le lecteur souhaitant approfondir la question par les formules théoriques et les
calculs littéraux se reportera aux articles de ce traité Protection contre les perturbations. ■ Calculons d’abord l’impédance en A, en supposant infinie la puis-
Origine des perturbations [D 5 170], Composants de protection [D 5 171], Composants de sance de court-circuit amont :
protection : utilisation [D 5 172] et Groupes électrogènes de secours [D 5 180]. Plusieurs
des indications qui vont suivre s’appuient sur un document publié par EDF International : 2
Les techniques de distribution d’électricité dans les zones à faible densité de ZA = xA U A / SA = 2 Ω
consommation.
Calculons les courants de défaut supposés triphasés équilibrés En fait, cette puissance de court-circuit amont S cc n’est pas
dans le cas particulier de la figure 2, qui représente un schéma de infinie ; supposons-la totalement réactive et égale à 1 600 MVA, ce
réseau avec l’appareillage associé, pour des défauts situés en A, B, qui donne une réactance en amont de A ramenée en 20 kV de :
C, D puis E. (20 × 20)/1 600 soit 0,25 Ω
Les données de base sont les suivantes :
d’où finalement en A, la réactance X A = 2 Ω + 0,25 Ω = 2,25 Ω,
Puissance apparente de court-circuit HTB amont :
et le courant de court-circuit en A : I cc = VA /XA = 5 330 A.
S cc = 1 000 MVA

Figure 2 – Schéma de réseau de type américain

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
D 4 220 − 4 © Techniques de l’Ingénieur, traité Génie électrique

16
Référence Internet
D4220

_____________________________________________________________________________________________________________ RÉSEAUX DE DISTRIBUTION

■ Calculons l’impédance Z B en B en ajoutant l’impédance de 10 km On y voit, par exemple, qu’un fusible 15 T, (figure 4), dont le courant
de ligne d’ossature : nominal est de 15 A :
X B = 3,5 Ω + 2,25 Ω = 5,75 Ω — supporte sans fusion 22,5 A soit 1,5 fois son courant nominal ;
— fond en 300 s pour 30 A, soit 2 fois son courant nominal ;
R B = 2,3 Ω
— fond en 0,1 s pour 375 A, soit 25 fois son courant nominal.
soit Z B = 6,19 Ω

1
et le courant de court-circuit en B : I cc = V A / Z B = 1 940 A.
■ De la même façon, en C situé à 20 km de A, on a :
X C = 7 Ω + 2,25 Ω = 9,25 Ω
R C = 4,6 Ω

soit Z c = 10,33 Ω

et le courant de court-circuit en C : Icc = VA /Z C = 1 160 A.


■ En D, à 20 km de C dont 10 km de dérivation, il vient :
X D = 3,5 Ω + 3,5 Ω + 9,25 Ω = 16,25 Ω
R D = 2,3 Ω + 7,5 Ω + 4,6 Ω = 14,4 Ω

soit Z D = 21,71 Ω

et le courant de court-circuit en D : I cc = VA / Z D = 550 A.


■ Enfin, en E, à 20 km de D sur la dérivation :
X E = 7 Ω + 16,25 Ω = 23,25 Ω
R E = 15 Ω + 14,4 Ω = 29,4 Ω

soit Z E = 37,48 Ω

et le courant de circuit en E : I cc = V A / Z E = 320 A.


En fait, la quasi-totalité des courts-circuits commence par un défaut
monophasé résultant d’une défaillance de l’isolement entre phase et
masses reliées à la terre, et non par un défaut triphasé correspondant
aux calculs ci-avant. Dans ces conditions, l’impédance pourrait être Figure 3 – Courant de court-circuit en fonction de la distance
sensiblement le double si le conducteur de retour était identique au au point A (figure 2)
conducteur de phase. Mais l’impédance est moindre, car le conducteur
de retour est en parallèle avec toutes les prises de terre le long du
réseau. Le courant de défaut monophasé est ainsi compris entre 0,6
et 1 fois le courant de défaut triphasé supposé équilibré.
Pour un défaut biphasé, la tension est multipliée par 1,73, l’impé-
dance par 2 et donc le courant par 0,86.
Finalement, on peut estimer en première approximation que les
courants de défaut se situent entre 60 et 100 % des valeurs
ci-avant.
La figure 3 représente cette plage de valeurs pour le cas particu-
lier du réseau schématisé sur la figure 2.
Le système de type américain est caractérisé essentiellement par
un courant de défaut en décroissance sensiblement hyperbolique
le long du réseau.

2.3.3 Matériel de protection du réseau

2.3.3.1 Fusibles
Les fusibles du réseau américain sont définis :
— par leur calibre nominal : 15, 25, 30, 80 A par exemple ;
— par leur rapidité de fusion : T pour les fusibles lents, K pour
les fusibles rapides.
On parle ainsi de fusibles 15 T, 30 K, etc.
La figure 4 représente, à titre d’exemple, deux courbes du temps
de fusion pour des fusibles de calibre 15 T et 15 K.

Figure 4 – Temps de fusion des fusibles F 15 T et F 15 K

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Génie électrique D 4 220 − 5

17
Référence Internet
D4220

RÉSEAUX DE DISTRIBUTION ______________________________________________________________________________________________________________

En fait, ces temps de fusion sont des valeurs moyennes. Les valeurs 2.3.3.3 Coordination
réelles se situent dans des plages données par le constructeur et dont
La coordination entre fusibles et disjoncteur réenclencheur n’est
il faut tenir compte pour contrôler la coordination de ces fusibles
recherchée que dans certaines limites.
lorsqu’on doit les installer sur le réseau.
— Pour les valeurs de courant faibles, environ 300 A ou inférieures,
2.3.3.2 Disjoncteur réenclencheur la coordination s’exerce sans difficulté particulière entre fusibles.
— Pour les valeurs élevées, au-delà de 4 000 à 5 000 A environ,
Décrivons le fonctionnement d’un disjoncteur réenclencheur l’incertitude sur le temps de fusion des fusibles, de toute façon

1
(recloser ) placé sur un réseau HTA en aval d’un poste source. inférieur au temps minimal d’ouverture du disjoncteur réenclen-
En première phase, le disjoncteur réenclencheur n’ouvre pas le cheur, rend illusoire la recherche d’une coordination.
circuit instantanément, de façon qu’en aval :
■ Coordination entre fusibles
— un défaut autoextincteur ait le temps de s’éteindre au passage
à zéro du courant alternatif ; Nous illustrerons d’une manière simplifiée le principe de la coor-
— un fusible sur transformateur endommagé ait le temps de dination en partant du réseau de la figure 2. Considérons le fusible
fondre. situé sur la dérivation DS2 à la hauteur du point E. Il convient
d’abord de connaître la charge de cette dérivation à partir de la
En deuxième phase, le disjoncteur réenclencheur s’ouvre pendant
somme des puissances installées. Supposons-la égale à 240 kVA,
un temps court, mais suffisant, de façon à laisser disparaître un
soit un courant de charge de 20 A sous 12 kV.
défaut fugitif (une branche qui tombe après s’être consumée, par
exemple). Un fusible 15 T, qui accepte en régime permanent un courant
allant jusqu’à 1,5 fois 15 A, est retenu.
Le retard de la phase 1 et le temps de coupure de la phase 2 sont
réglables. Nous calculons ensuite la plage de variation du courant de
défaut entre sa valeur la plus élevée, déjà calculée à 320 A à la
Chacune des successions phase 1 - phase 2 peut être répétée une
hauteur de E, ce qui nous donne un temps minimal de fusion de
ou plusieurs fois avec un même réglage ou des temps de réglage
0,15 s (figure 6), et sa valeur la plus faible résultant d’un défaut en
différents. La figure 5 représente le retard à l’ouverture d’un dis-
extrémité à la hauteur de F, à 13 km de E :
joncteur réenclencheur pour quatre types de réglage dans le
domaine de courant où la coordination avec les fusibles est recher- X F = 23,25 Ω + 4,55 Ω = 27,8 Ω
chée (§ 2.3.3.3).
R F = 29,4 Ω + 9,75 Ω = 39,15 Ω
Z F = 48 Ω
I cc = 12 000/48 = 250 A
et un temps maximal de fusion de 0,23 s (figure 6).
Pour assurer la coordination des protections entre fusibles, on
décide que le fusible immédiatement en amont de E (à la hauteur
de D) ne doit pas fondre à 320 A dans un laps de temps de 0,23 s
majoré au moins de 50 %, d’où le choix par exemple de son calibre
30 T et ainsi de suite.

Figure 5 – Retard à l’ouverture d’un disjoncteur réenclencheur


pour quatre types de réglage (DR1 à DR4)
Figure 6 – Coordination entre fusibles

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
D 4 220 − 6 © Techniques de l’Ingénieur, traité Génie électrique

18
Référence Internet
D4225

Réseaux de distribution
Enfouissement
1
par Alain DOULET
Directeur Réseau à EDF Réseau Distribution
et Jean Paul HORSON
ex Consultant senior à EDF Réseau Distribution

1. Situation actuelle du réseau de distribution français ................... D 4 225 - 2


1.1 Évolution de 1996 à nos jours ..................................................................... — 2
1.2 Situation comparée à quelques réseaux européens................................. — 4
2. Différences de conception entre aérien et souterrain................... — 5
2.1 Pourquoi des différences de tracés ? ......................................................... — 5
2.1.1Aérien MT ............................................................................................. — 5
2.1.2Souterrain MT ...................................................................................... — 6
2.2 Pourquoi des différences de structure et quelles différences
d’exploitation ? ............................................................................................. — 6
2.3 Compte tenu de ces analyses la question se pose : comment passer
de l’aérien au souterrain ?........................................................................... — 7
3. Coût du souterrain ................................................................................... — 7
4. Conclusion.................................................................................................. — 10
Glossaire .............................................................................................................. — 10
Pour en savoir plus ........................................................................................... Doc. D 4 225

e façon très récurrente, le réseau français de distribution est examiné et


D comparé aux autres réseaux européens en terme de répartition entre
réseaux aérien et souterrain. Cet examen surgit à l’occasion d’analyses envi-
ronnementales, mais aussi après des phénomènes météorologiques comme le
furent les tempêtes Lothar et Martin de fin 1999, qui plaident en la défaveur de
l’aérien. Et très rapidement surgissent des questions :
– pourquoi y-a-t-il tant d’aérien ?
– pourquoi ne fait-on pas que du souterrain ?
– pourquoi n’accélère-t-on pas l’enfouissement des réseaux aériens ?
Le critère économique est régulièrement avancé, mais que coûte vraiment le
souterrain comparé à l’aérien ?
Dans ce dossier, on va tenter de répondre à certaines de ces questions,
essentiellement par une approche technique, afin de dépassionner le débat et
de le rendre le plus objectif possible, tout en cherchant à présenter une vision
globale de la problématique aérien/souterrain.
L’expérience n’en demeure pas moins française, puisque forgée au contact
des réseaux de distribution concédés à EDF (Électricité de France).
Comment se présente le réseau aujourd’hui ; comment évolue-t-il et sous
quelles impulsions politiques ; quel est le comportement de l’aérien et du sou-
terrain face aux agressions externes et aux intempéries ?
Parution : février 2008

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


est strictement interdite. – © Editions T.I. D 4 225 – 1

19
Référence Internet
D4225

RÉSEAUX DE DISTRIBUTION __________________________________________________________________________________________________________

Les différences de conception et d’exploitation entre les réseaux aériens et


souterrains, comment passer de l’un et à l’autre et des éléments économiques
de comparaison font l’objet de ce dossier.
À l’évidence, la problématique concerne les zones rurales et périurbaines, les
zones urbaines étant en souterrain depuis longtemps dans leur majorité tant
en moyenne tension (MT) qu’en basse tension (BT). Mais quelques incursions

1
en zone urbaine permettront de mentionner le comportement du souterrain
dans cet environnement.

1. Situation actuelle Tableau 1 – Situation du parc des lignes


de distribution concédées à EDF en 1996
du réseau de distribution et en 2006
français Pose Pose
Réseau
en 1996 en 2006
moyenne
1.1 Évolution de 1996 à nos jours tension
Parc fin Parc fin effectu ée effectuée
1996 2006 par EDF par EDF
(MT)
(km) (km) (%) (%)
Historique attaché à l’impératif
Souterrain 157 700 224 473 87,9 94,3
de reconstruction et de développement au sortir
de la seconde guerre mondiale Aérien 402 600 372 618

Au sortir de la seconde guerre mondiale, l’impératif de Pose Pose


reconstruction et de développement a conduit à privilégier, Réseau
en 1996 en 2006
dans un pays essentiellement rural à faible densité de popula- basse
Parc fin Parc fin effectuée effectuée
tion, la construction, rurale et périurbaine de réseaux élec- tension
1996 2006 par EDF par EDF
triques aériens dont la mise en œuvre était plus rapide et (BT)
(km) (km) (%) (%)
moins coûteuse que le souterrain.
Par la suite, ni les changements de tension qui ont affecté la Souterrain 148 700 231 727 67,0 (1) 70,1 (1)
moyenne et la basse tension, ni les différentes politiques
d’amélioration de la qualité au quotidien, n’ont en fait modifié Aérien 475 000 436 644
cette approche de conception des réseaux. Il a fallu attendre
les progrès considérables dans la conception des câbles et dont 296 300 318 566
dans la réalisation des tranchées pour voir s’infléchir notable- torsadé
ment cette tendance.
Aujourd’hui, le réseau de distribution se caractérise par une (1) Ce taux représente le pourcentage de pose de réseau en technique
discrète, c’est-à-dire en souterrain ou aérien torsadé dissimulé sur
longueur très importante, une durée de vie longue, des carac-
façade.
téristiques variées (natures de conducteurs, technologies, sec-
tions, tenues aux courts-circuits) et par des investissements
annuels élevés. Pourtant, ces évolutions annuelles ne
concernent qu’une part très faible du parc global et les tra- d’enfouissement des réseaux neufs réalisés sous maîtrise
vaux réguliers, qui sont réalisés pour étendre, renouveler ou d’ouvrage EDF. Ainsi le contrat signé courant 2005 pour la période
renforcer le réseau, ne modifient que très lentement les 2005-2007 cible le maintien du taux d’enfouissement en MT à 90 %
caractéristiques de l’ensemble. et le taux de technique discrète en BT à 65 % ;
– une volonté des distributeurs de faire progresser la q ualité de
Le tableau 1 donne la situation des parcs de réseau MT et BT fourniture notamment en cas d’aléas météorologiques importants,
concédés à EDF, en 1996 et en 2006, pour la métropole et la Corse. une des solutions étant l’utilisation des techniques souterraines
Cette vision globale cache en fait des disparités profondes entre pour les ouvrages principaux (les ossatures de réseau). Cette
un réseau urbain essentiellement souterrain court et dense et un volonté a trouvé une résonance large après les tempêtes de fin 1999 ;
réseau rural mi-souterrain, mi-aérien, desservant une population – une volonté des distributeurs de répondre aux attentes des uti-
peu dense dans un habitat contrasté selon les régions. lisateurs et des collectivités, dont la sensibilité aux questions envi-
Le réseau reste majoritairement aérien tant en BT qu’en MT. ronnementales s’est accrue durant la dernière décennie, en
Cependant depuis 1996, le flux annuel de pose de réseau est essen- instaurant une démarche de concertation large autour de tous les
tiellement souterrain. Il a ainsi permis d’accroître le stock souterrain grands projets d’infrastructure ;
de 26 % en 1996 à 36 % en 2006 (réseaux MT et BT confondus). – un effort important des distributeurs pour mettre au point des
techniques performantes d’enfouissement. Ainsi, les recherches
Le réseau souterrain progresse donc régulièrement de 1 % du réalisées ces vingt dernières années ont permis de disposer d’un
parc total chaque année. Cette évolution trouve son origine dans câble fiable de coût raisonnable. Les techniques de mise en œuvre
au moins cinq facteurs : ont également fortement progressé : citons la tranchée mécanisée,
– une volonté politique des distributeurs de favoriser l’enfouisse- qui a permis de réduire les coûts, mais aussi le forage sans ouver-
ment, exprimée, par exemple, dans le contrat passé entre l’État et ture de tranchée (pour franchir certains obstacles), qui a permis de
EDF ; contrat qui depuis 1992 affiche des objectifs ambitieux réduire la gêne induite par les chantiers auprès des riverains ;

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


D 4 225 – 2 est strictement interdite. – © Editions T.I.

20
Référence Internet
D4225

___________________________________________________________________________________________________________ RÉSEAUX DE DISTRIBUTION

– un renchérissement relatif des réseaux aériens, réalisés en


quantités moindres, plus difficiles à implanter, et techniquement

Temps moyen de coupure annuel (min)


plus complexes du fait de l’accroissement de l’exigence de résis-
tance au givre et à la neige collante.
Une volonté politique ferme et partagée, ainsi qu’une différence
600
de coût se réduisant, constituent donc les moteurs forts
d’évolution.
■ Cette évolution du réseau s’est également traduite par une pro-
gression de la qualité vue par les utilisateurs du réseau, tout à fait
significative comme le montre sur la figure 1 l’évolution du temps
400
1
moyen de coupure par utilisateur m sse tension (dit critère B à 200
EDF, comme BT, critère très peu différent du SAIDI international :
System Average Interruption Duration Index). Le critère B dit TCC
(toutes causes confondues) inclut toutes les causes technologiques
et météorologiques. Le critère B dit HIEX (hors incidents exception- 0
nels) exclut les causes exceptionnelles (aléas météorologiques et

1980

1982

1984

1986

1988

1990

1992

1994

1996

1998

2000

2002

2004

2006
technologiques dont la probabilité d’échéance est en deçà d’une
fois tous les 20 ans). La tempête de fin 1999 (coupure totale de
8 heures répartie sur 1999 et 2000) ressort tout particulièrement B TCC B TCC sans tempête B HIEX
dans cette présentation. Cet événement dont la probabilité
d’occurrence a été évaluée à une fois tous les 50 à 100 ans, voire Figure 1 – Évolution du temps moyen de coupure annuel BT de 1980
plus dans certaines études, est donc très exceptionnel. à 2006
La figure 1 montre la baisse de l’impact des événements excep-
tionnels sur les réseaux français, les pics du critère TCC ayant
tendance, si l’on exclut les tempêtes de 1999, à se réduire significa- On note en 2006 l’incidence des tempêtes qui ont affecté les
tivement. L’enfouissement a certainement beaucoup participé à réseaux aériens.
cette évolution. Ces résultats montrent toutefois que, si l’aérien est très sensible
On note toutefois que l’amélioration du critère B HIEX d’EDF Dis- aux agressions des agents météorologiques (vent, neige et givre),
tribution ne doit pas tout et loin de là, au seul enfouissement des le souterrain n’en est pas moins, lui aussi, soumis à des agressions.
réseaux ; d’autres actions comme le raccourcissement des artères
MT par la création de postes sources et la généralisation de la télé- ■ Le facteur essentiel d’agression du souterrain est l’accrochage
commande en réseau ayant été conduites conjointement durant des câbles ou de leurs accessoires lors de travaux d’entreprises de
cette période [D 4 210]. terrassement, que ce terrassement soit lié à des travaux entrepris
par d’autres concessionnaires du sous-sol ou par les distributeurs
■ Les distributeurs utilisent également un autre critère de suivi de eux-mêmes. Pour éviter ces agressions, les entreprises de terrasse-
la qualité, qui est le taux d’incident aux 100 km de ligne. Ce critère ment sont tenues de déposer des déclarations d’intention de travaux
déconnecté des utilisateurs caractérise la tenue du matériel dans auprès des concessionnaires du sous-sol qui leur communiquent
son environnement. alors les plans de leurs installations sur les lieux des travaux. Mais
Une étude de la Direction Recherche et Développement d’EDF toutes les entreprises ne s’y tiennent pas ou pas tout le temps.
sur les réseaux MT de 2004 donne le nombre d’incidents moyen Les périodes de forte chaleur des années dernières pourtant non
aux 100 km en MT sur les réseaux EDF : exceptionnelles ont révélé une sensibilité certaine des réseaux
souterrains aux fortes températures. Elles ont notamment précipité
Réseau Rural Urbain la défaillance de certains accessoires en fin de durée de vie ou pré-
sentant des faiblesses constructives intrinsèques. De plus, les
Souterrain 1,29 3,15 accessoires sont tous plus ou moins soumis à des contraintes
mécaniques (stationnement sur trottoir, travaux à proximité), ther-
Aérien 4,03 miques (circulation du courant) et chimiques (l’eau du sous-sol qui
dissout des matières chimiques solubles est souvent agressive),
naturelles dans un sous-sol d’autant plus que la tension d’utilisa-
On note la performance globale sans équivoque du souterrain, tion est elle-même plus élevée. Ces contraintes, compatibles avec
par rapport à l’aérien en rural. Quant au taux urbain moyen natio- la spécification des matériels, n’en sont pas moins sévères. La
nal, il cache des disparités importantes entre les câbles papier généralisation du 20 kV en moyenne tension en France nécessite
(moyenne de 7,39 défauts aux 100 km) ou les câbles synthétiques un soin et une compétence certaines et la qualification du monteur
de la première génération (moyenne de 4,02 défauts aux 100 km) chargé du montage ainsi que le traçage de ces montages sont
et les câbles synthétiques de la seconde génération majoritaires devenus un enjeu essentiel.
sur les réseaux français (moyenne de 2,26 défauts aux 100 km),
Mais les fortes chaleurs n’ont pas été le seul facteur climatique à
selon cette même étude.
affecter les réseaux souterrains, les inondations (qu’elles soient la
Pour les réseaux basse tension dont la localisation est naturelle- conséquence d’orages violents ou de débordement de rivières) ne
ment plus urbaine, les statistiques nationales EDF Distribution de laissent pas indemnes les câbles, leurs accessoires et les émer-
2005 et 2006 donnent les nombres d’incidents moyens aux 100 km gences du réseaux souterrain que sont, les armoires de coupure et
en BT (hors Paris) plus proches entre réseaux aériens et réseaux les postes MT/BT en MT et les coffrets en BT (fausse coupure ou
souterrains : branchement).
Pour les câbles, le retrait des eaux a pour effet l’entraînement du
Réseau 2005 2006 sable en fond de fouille dont le rôle est la protection du câble
contre l’agression de son environnement (remblais).
Souterrain 3,24 3,17
Pour certains équipements, une inondation a pour effet la péné-
tration d’eau dans les interstices, eau que l’intensité circulant dans
Aérien 3,23 4,12
l’accessoire peut porter à ébullition. Les gaz alors produits en vase

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


est strictement interdite. – © Editions T.I. D 4 225 – 3

21
1

22
Référence Internet
D4811

Plan de protection des réseaux


de distribution publique à moyenne
tension 1
Principes
par Michel ODDI
Ingénieur de l’École supérieure d’électricité
Ingénieur senior à EDF Recherche et développement

1. Rappels sur les réseaux MT de distribution publique .................... D 4 811 - 3


1.1 Préambule..................................................................................................... — 3
1.2 Postes ((T)HT/HT .......................................................................................... — 3
1.3 Structure des postes (T)/HT/MT .................................................................. — 3
1.4 Départs souterrains, aériens, mixtes, radiaux bouclables et bouclés ..... — 3
1.5 Réseaux amont et aval ................................................................................ — 4
1.6 Importance du régime de neutre ................................................................ — 4
1.7 Protections .................................................................................................... — 5
1.8 Localisation des protections ....................................................................... — 5
1.9 Plan de protection ........................................................................................ — 5
1.10 Contrôle-commande .................................................................................... — 5
2. Généralités sur les plans de protection ............................................. — 5
2.1 Qualité........................................................................................................... — 5
2.2 Organisation et principes ............................................................................ — 6
2.3 Niveaux de protections................................................................................ — 6
3. Éléments de base du plan de protection ........................................... — 6
3.1 Méthodes de détection des défauts ........................................................... — 6
3.2 Différents types de protections ................................................................... — 7
3.3 Automatismes .............................................................................................. — 9
3.4 Travaux sous tension................................................................................... — 11
3.5 Détection des courants de défaut ............................................................... — 11
3.6 Mesure des tensions .................................................................................... — 12
4. Importance du régime de neutre ......................................................... — 13
4.1 Généralités.................................................................................................... — 13
4.2 Risques liés aux montées en potentiel de la terre .................................... — 13
4.3 Différents types de régime de neutre ......................................................... — 14
4.4 Évolution en défaut double ......................................................................... — 16
5. Protection par fusibles ........................................................................... — 17
5.1 Domaine d’utilisation................................................................................... — 17
5.2 Technologie et mécanisme de la coupure par un fusible limiteur .......... — 17
5.3 Protection des postes MT/BT par fusible ................................................... — 18
5.4 Quelques compléments sur les fusibles MT.............................................. — 20
6. Construction d’un plan de protection ................................................ — 20
6.1 Principes de sélectivité entre protections .................................................. — 20
6.2 Coordination des seuils de réglages .......................................................... — 22
6.3 Construction du plan de protection ............................................................ — 23
6.4 Exemple concret........................................................................................... — 25
Pour en savoir plus ........................................................................................... Doc. D 4 811
Parution : mai 2011

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


est strictement interdite. – © Editions T.I. D 4 811 – 1

23
Référence Internet
D4811

PLAN DE PROTECTION DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION PUBLIQUE À MOYENNE TENSION ________________________________________________________

histoire et le contexte local (en particulier la densité de charge et le niveau


L de tension) ont modelé les réseaux de distribution publique, notamment
pour la mode de mise à la terre de leur neutre moyenne tension. L’Amérique
du Nord a choisi de le relier directement à la terre, il est fréquemment isolé en
Asie et l’on peut trouver en Europe des neutres isolés, des neutres reliés direc-
tement à la terre, des neutres mis à la terre par l’intermédiaire d’une résistance
fixe ou d’une bobine de compensation ajustable (ou bobine de Petersen).
1 Ces réseaux sont susceptibles d’être affectés de défauts polyphasés et de
défauts monophasés, c’est-à-dire de défauts à la terre. Le plan de protection,
qui met en œuvre simultanément des protections et des automatismes, a pour
objet de détecter ces défauts et de les éliminer en étant, à la fois, fiable, rapide
pour limiter leurs conséquences, sélectif pour limiter autant que faire se peut le
nombre d’utilisateurs coupés et simple ; autant de critères qui peuvent être
contradictoires : un plan de protection réussi est l’expression du bon
compromis entre ces différentes exigences.
Si les défauts polyphasés se traduisent toujours par des courants de défauts
élevés facilement traités à l’aide soit de fusibles, soit de protections ampère-
métriques à maximum d’intensité, il n’en est pas de même pour les défauts
monophasés. Les défauts à la terre qui représentent environ 80 % du nombre
total de défauts ont des caractéristiques différentes selon le régime de neutre
et conduisent à adopter des principes de détection très différents.
Même si chaque distributeur a ses propres règles de construction de ses
plans de protection, il n’en reste pas moins possible de proposer, pour chaque
cas de figure, des principes généraux.
La mise en œuvre de ces protections est abordée dans le dossier
suivant [D 4 812]. Un troisième dossier [D 4 813] permet l’étude de complé-
ments et de développements des matériels existants pour améliorer la qualité
de fourniture et s’adapter aux évolutions actuelles des réseaux.

Principaux sigles et notations Principaux sigles et notations (suite)


BT terme simplificateur désignant la tension Ri résistance présentée par un élément de réseau i.
alternative efficace comprise entre 50 V et 500 V Elle s’exprime en ohm (Ω) pour les réseaux
de distribution
Ci capacité présentée par un élément de réseau i RSE régimes spéciaux d’exploitation. Terme réservé
en France aux travaux sous tension
EPATR ensemble de protection ampèremétrique
de terre résistante (protection utilisée THT très haute tension, terme simplificateur désignant
par le palier technique 1986 pour les postes une tension alternative efficace supérieure
primaires de distribution en France) ou égale à 100 kV
(T)HT/MT transformation d’une tension très haute ou haute
HT haute tension, terme simplificateur désignant
tension en moyenne tension
une tension alternative efficace comprise
entre 50 et 100 kV Uij notation désignant la tension alternative efficace
composée à laquelle sont soumis deux éléments
Ii notation désignant l’intensité alternative efficace de réseau i et j (phases, etc.). Elle s’exprime
parcourant un élément de réseau i (phase, neutre, en volt (V) ou en kilovolt (kV) pour les réseaux
etc.). Elle s’exprime en ampère (A) de distribution
ou en kiloampère (kA) pour les réseaux
Vi notation désignant la tension alternative efficace
de distribution
à laquelle est soumis un élément de réseau i
MT moyenne tension, terme simplificateur désignant (phase, neutre, etc.). Elle s’exprime en volt (V)
une tension alternative efficace comprise ou en kilovolt (kV) pour les réseaux de distribution
entre 1 et 50 kV Xi réactance (inductive ou capacitive) présentée
par un élément de réseau i. Elle s’exprime
MT/BT transformation d’une tension moyenne tension en ohm (Ω) pour les réseaux de distribution
en basse tension
Zi impédance complexe d’un élément de réseau i
PWH2 protection wattmétrique homopolaire version 2 (combinaison de R, X, Cω). Elle s’exprime
utilisée en France pour les réseaux à neutre en ohm (Ω) pour les réseaux de distribution
compensé (à déclenchement sur seuil ω pulsation du réseau. Elle vaut 2π fois la fréquence
de puissance résiduelle) (f). Elle s’exprime en radian par seconde

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


D 4 811 − 2 est strictement interdite. − © Editions T.I.

24
Référence Internet
D4811

________________________________________________________ PLAN DE PROTECTION DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION PUBLIQUE À MOYENNE TENSION

1. Rappels sur les réseaux MT


de distribution publique
1.1 Préambule

On rappelle que les postes primaires sont les postes très


haute ou haute tension/moyenne tension (T)HT/MT, appelés
1
aussi postes sources en France et les postes secondaires sont
les postes moyenne tension/basse tension MT/BT.

Dans ce texte, le « réseau à moyenne tension de distribution


publique » comprend, du point de vue du plan de protection MT :
– les transformateurs (T)HT/MT et les équipements MT des transformateur (T)HT/MT
postes primaires ;
– les câbles et lignes MT ; disjoncteur
– les postes secondaires destinés à alimenter des industriels ou condensateur
des particuliers.
Figure 1 – Exemple d’un poste nord-américain à six transformateurs

1.2 Postes (T)HT/HT points frontières


La frontière entre réseaux de transport et de distribution Transformateur Transformateur Transformateur
publique dépend des législations nationales, mais les postes simple attache double attache simple attache
(T)HT/MT sont toujours directement impliqués en tant que points
frontières. Les trois principales variantes sont : Arrivées (T)HT
– poste (T)HT/MT appartenant au réseau de distribution ;
– frontière située juste en amont des transformateurs (T)HT/MT :
les jeux de barres (T)HT appartiennent alors au réseau de
transport ;
– frontière située sur les têtes de câbles des départs MT du
poste.
Arrivées MT
Couplage MT
Toutefois, lorsque l’on s’attache au fonctionnement des
réseaux, la frontière naturelle entre réseaux de transport et de Départs MT
distribution se situe juste en amont des transformateurs
(T)HT/MT : c’est cette limite, qui correspond aussi à la fron-
tière légale française entre réseaux de transport et de distri- Figure 2 – Exemple d’un poste européen classique
bution, qui est prise en compte dans la suite du texte. à trois transformateurs

Le principal avantage de ce schéma est que la perte d’un ou


Les réseaux de distribution possèdent, outre les transformateurs deux transformateurs ne perturbe pas la distribution d’énergie,
(T)HT/MT, deux autres composantes principales, les ouvrages MT mais il entraîne d’autres inconvénients : en particulier, les transfor-
et les ouvrages BT que l’on appelle par la suite réseau BT. mateurs doivent être identiques pour éviter la circulation de cou-
Les ouvrages MT peuvent comporter un seul niveau de tension, rant entre eux et la puissance de court-circuit MT est très élevée.
très souvent 20 kV, comme en France, ou deux niveaux, avec une En Europe, le schéma de poste primaire, de loin, le plus fréquent
transformation intermédiaire MT/MT, par exemple, transformation est celui de postes à deux ou trois transformateurs (T)HT/MT,
33/6 kV à Osaka et 27/4 kV à New York. comme représenté sur la figure 2.
Les postes MT/BT sont le point frontière entre réseaux MT et BT
de distribution publique.
Les postes utilisateurs MT sont la frontière entre réseaux MT de On appelle transformateur simple attache, un transformateur
distribution publique et les réseaux internes d’opérateurs privés. auquel est rattaché un seul disjoncteur d’arrivée MT, et trans-
Généralement, le neutre du réseau MT ou BT est mis à la terre, formateur double attache, un transformateur auquel sont ratta-
respectivement au niveau des transformateurs (T)HT/MT et MT/BT. chés deux disjoncteurs d’arrivée MT et ainsi de suite.

1.3 Structure des postes (T)HT/MT 1.4 Départs souterrains, aériens, mixtes,
Les postes primaires ont des structures très différentes selon les radiaux bouclables et bouclés
pays considérés. On trouve, par exemple, fréquemment dans les
grandes métropoles d’Amérique du Nord des postes à plusieurs Les réseaux MT sont presque toujours radiaux et bouclables,
transformateurs débitant en parallèle sur un jeu de barres MT conformément au schéma simplifié de la figure 3. Cela signifie que
fermé (figure 1). les départs MT (MV Feeders) sont alimentés en régime normal par

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


est strictement interdite. – © Editions T.I. D 4 811 – 3

25
Référence Internet
D4811

PLAN DE PROTECTION DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION PUBLIQUE À MOYENNE TENSION ________________________________________________________

Poste primaire 1

Points d'ouverture

1
Poste primaire 2

Poste A

Poste B

Figure 3 – Réseau radial et points d’ouverture

Fermés en exploitation normale

Figure 4 – Départs bouclés


Réseau aval
Réseau amont
un seul poste primaire et qu’ils possèdent plusieurs antennes (ou
dérivations) qui irriguent le territoire qu’ils alimentent.
Point d'observation
Ils possèdent un ou plusieurs points d’ouverture à leurs
extrémités : il s’agit d’interrupteurs télécommandés ou manuels,
Figure 5 – Réseaux amont et aval
normalement ouverts (le terme usuel anglais est NOP pour Normal
Open Point ) et qui sont provisoirement fermés pour changer le
schéma d’alimentation des départs en cas de situation dégradée tives en cas de défaut à la terre (cf. [D 4 812], § 3.1). La figure 5
(section défectueuse du départ ou en travaux). définit des réseaux amont et aval. Il faut noter que la présence
Les départs MT sont souterrains (câbles entièrement enterrés), d’éventuelles productions décentralisées ne modifie pas cette défi-
aériens (lignes entièrement sur poteaux) ou mixtes (mélangeant nition conventionnelle de l’amont et de l’aval.
portions souterraines et aériennes). Les départs mixtes se déve-
loppent très rapidement au détriment des départs aériens car les
réseaux souterrains sont discrets, c’est-à-dire invisibles, et moins 1.6 Importance du régime de neutre
sensibles aux intempéries, vent, givre et neige. En France, il n’y a
pratiquement plus de départs véritablement aériens : la proportion Le point neutre des réseaux peut être relié à la terre ou non.
globale actuelle des longueurs est approximativement d’un peu Lorsqu’il est relié à la terre, il peut l’être directement ou par l’inter-
plus d’un tiers de câbles souterrains pour un peu moins de deux médiaire d’une impédance, en un point unique ou tout le long du
tiers de lignes aériennes. réseau.
On trouve rarement des réseaux bouclés, c’est-à-dire que deux Le mode de mise à la terre du neutre ou régime de neutre est un
départs, au moins, issus du même jeu de barres MT sont élément très important car c’est lui qui détermine les principales
connectés entre eux en exploitation normale : en effet, la pro- caractéristiques des défauts à la terre. Or, ces défauts représentent
tection des réseaux est alors complexe et exige des dispositifs une part très importante de l’ensemble des défauts affectant un
réservés habituellement aux réseaux de transport, les protections réseau, de l’ordre de 80 % du nombre total des défauts, et ils sont
de distance (cf. § 3.2.9). La figure 4 décrit un de ces cas de figure à l’origine de montées locales du potentiel du sol lorsqu’ils se pro-
simple, tels que l’on pourrait le trouver en Allemagne. duisent. Le régime de neutre a un impact direct sur les disposi-
tions constructives des réseaux, afin d’assurer la sécurité des
personnes et des biens, et sur la qualité de l’électricité fournie. La
1.5 Réseaux amont et aval tenue diélectrique de l’ensemble des réseaux et de leurs
composants est notamment déterminée en fonction des montées
L’amont et l’aval d’un point du réseau se définissent, à l’instar en potentiel du sol en cas d’un défaut, qu’il ait lieu sur le réseau
de l’écoulement d’un fleuve, en référence au transit de puissance (T)HT, MT ou BT : on utilise le terme de coordination des isolants
du réseau (T)HT vers son utilisation : l’amont est la partie du pour caractériser la prise en compte de ces différentes montées en
réseau situé côté réseau de transport, l’aval vers le réseau BT. potentiel dont celles dues aux défauts à la terre dans la détermi-
Cette notion ne pose généralement pas de difficulté de nation des différentes tenues diélectriques des différents ouvrages.
compréhension, à partir du moment où l’on définit l’aval en pre-
mier et que l’on définit ensuite l’amont qui est constitué par ce qui Les régimes de neutre des réseaux (T)HT, MT et BT sont généra-
reste ; il faut noter qu’amont et aval varient en fonction du point lement différents les uns des autres :
d’observation. Cette distinction amont-aval est particulièrement – souvent, le neutre THT et HT est mis à la terre par des impé-
importante lorsque l’on doit considérer les contributions capaci- dances de très faible valeur en plusieurs points ;

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


D 4 811 – 4 est strictement interdite. – © Editions T.I.

26
Référence Internet
D4811

________________________________________________________ PLAN DE PROTECTION DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION PUBLIQUE À MOYENNE TENSION

– le neutre MT est isolé, mis à la terre par une impédance de – sur une architecture (type et localisation des protections et des
faible valeur fixe ou variable (bobine de Petersen : cf. § 4.3.3) en un automatismes) ;
seul point dans le poste (T)HT/MT ou, encore, directement mis à la – enfin, sur des réglages qui assurent la coordination du fonc-
terre en un ou plusieurs points ; tionnement des différents éléments du plan (protections et auto-
– le neutre BT est presque toujours directement mis à la terre en matismes).
plusieurs points y compris dans les postes MT/BT (cf. [D 4 815]).

1.10 Contrôle-commande
1
Le choix du régime de neutre d’un réseau MT est largement
fonction de ses caractéristiques, principalement, son niveau Pour fonctionner, le plan de protection fait appel à :
de tension, la longueur de ses départs et la connexion des
charges, ce qui explique les différents types de mise à la terre – des équipements à basse tension (capteurs de mesures, pro-
du neutre que l’on peut trouver dans les différents pays (cf. tections et automates de reprise de service en particulier) ;
§ 4.3). – des équipements à moyenne, haute ou très haute tension,
essentiellement des disjoncteurs.

Le contrôle-commande est la réunion des équipements à


1.7 Protections basse tension nécessaires au fonctionnement du plan de pro-
Les protections sont des équipements qui ont une double tection et de l’appareillage associé (disjoncteurs, interrup-
mission : teurs...), ainsi qu’à la surveillance et à la conduite locale ou à
distance du poste primaire.
– détecter la présence des défauts ;
– élaborer les ordres de déclenchement des organes de coupure
associés. On trouve, dans un poste primaire, outre les capteurs, pro-
tections et automates déjà cités :
Des capteurs mesurent en permanence des grandeurs caracté-
ristiques, le plus souvent courants et tensions, qui alimentent la – les interfaces de conduite et de maintenance (télécommande,
protection : la protection analyse ces mesures et, lorsque les synoptique, consignation d’états, oscillo-perturbographie) ;
critères de détection d’un défaut sont remplis, ordonne l’ouverture – divers automates tels que la régulation de tension des transfor-
de l’appareillage associé. mateurs (T)HT/MT ou la mise en et hors service automatique des
condensateurs.
Le synoptique offre une représentation schématique du poste et
On note que c’est abusivement que l’on nomme de ses organes manœuvrables : il permet de passer des ordres
« protection » les ensembles construits autour de micropro- locaux de commande de ces derniers. La consignation d’états
cesseurs proposés aujourd’hui par les différents enregistre et date les événements du poste. L’oscillo-perturbogra-
constructeurs. En effet, outre leur capacité à assurer des phie est l’enregistrement des signaux électriques, courants et ten-
fonctions de protections, ils sont capables de réaliser des sions au moment d’un défaut en réseau.
fonctions d’automatismes, ainsi que le pilotage et la sur-
veillance des équipements associés en plus de l’ouverture
soi-même. Dans la suite du texte, on ne s’intéresse qu’au plan de pro-
tection et aux équipements associés.

Les fusibles, qui sont aussi des protections d’un type particulier,
assurent simultanément ces trois fonctions, mesure, analyse et
ordre d’ouverture. 2. Généralités sur les plans
de protection
1.8 Localisation des protections
Le plan de protection d’un réseau MT va s’appuyer sur des pro- 2.1 Qualité
tections principalement placées dans le poste (T)HT/MT mais aussi
installés sur le réseau, ainsi que sur des fusibles, par exemple :
– protections d’installations utilisateurs ; Le plan de protection d’un réseau électrique est l’ensemble
– protections d’antennes des départs du poste (T)HT/MT ; des dispositions théoriques mises en œuvre pour détecter et
– fusibles des postes MT/BT. éliminer les défauts susceptibles d’affecter ce réseau, en met-
Les installations des utilisateurs peuvent être consommatrices tant hors tension la portion de réseau défectueuse.
ou, de plus en plus souvent, productrices avec le développement
des énergies renouvelables, voire les deux selon les moments. Il doit remplir trois missions essentielles :
Les protections d’antenne et les protections des utilisateurs – assurer la sécurité des personnes. Il s’agit d’éviter ou de
consommateurs fonctionnent sur les mêmes principes que les pro- limiter, autant faire que se peuvent, pour les tiers et les interve-
tections situées dans les postes primaires, mais elles doivent nants, les risques électriques consécutifs à des défauts intervenant
toutes être coordonnées pour fonctionner à bon escient. sur le réseau. Il est très important de noter que le plan de pro-
Nota : on pourra se reporter aux dossiers [D 4 240] et [D 4 242] pour plus d’informa-
tection n’est pas le seul élément destiné à assurer la sécurité des
tions sur les protections des installations de production. personnes. Il en existe bien d’autres, notamment le respect de la
réglementation en vigueur, les dispositions constructives et le res-
pect des règles d’utilisation ;
1.9 Plan de protection – assurer la pérennité des matériels. Il s’agit, d’une part, de pré-
server les équipements raccordés au réseau des conséquences
Le plan de protection s’appuie, à la fois : thermiques et électrodynamiques d’un défaut affectant ce réseau,
– sur des concepts (en particulier, principes de fonctionnement d’autre part, d’en limiter les conséquences sur le matériel siège du
des protections et automatismes de reprise de service) ; défaut ;

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


est strictement interdite. – © Editions T.I. D 4 811 – 5

27
Référence Internet
D4811

PLAN DE PROTECTION DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION PUBLIQUE À MOYENNE TENSION ________________________________________________________

– assurer la continuité de fourniture. Il s’agit de limiter, le plus transit est trop élevé. Les protections déclenchent l’ouvrage en sur-
possible, le nombre d’utilisateurs coupés à la suite d’un défaut sur- charge au bout d’un temps variable, jusqu’à plusieurs minutes,
venu sur le réseau, ainsi que de réduire au maximum la durée de selon le niveau de la surcharge : dans la pratique, on cherche à
cette coupure. prévenir l’opérateur le plus tôt possible pour lui laisser un délai
Pour remplir ces trois missions, le plan de protection doit établir jugé suffisant pour réaménager le réseau, en vue de supprimer la
le meilleur compromis entre différentes qualités, parfois surcharge. Les règles de conception et d’exploitation des réseaux
contradictoires. Il doit être : de distribution sont différentes et font que ce genre de risque n’a
pas à être pris en compte.

1
– sensible, c’est-à-dire, être capable de détecter le plus grand
nombre possible de types de défauts (concrètement, la sensibilité
d’un plan de protection se résume essentiellement à sa capacité de 2.3 Niveaux de protections
détecter les défauts monophasés résistants) ;
– sélectif, c’est-à-dire, éliminer la partie de réseau en défaut la Les niveaux de protections correspondent aux différents niveaux
plus petite possible ; d’organes de coupure pilotés par le plan de protection ; ils sont
– rapide, pour que les défauts soient éliminés le plus vite placés les uns derrière les autres et numérotés de l’amont vers
possible afin d’en limiter les conséquences ; l’aval. En général, on trouve trois niveaux de protection dans les
– fiable, c’est-à-dire, non seulement détecter à coup sûr les postes primaires :
défauts présents, mais aussi ne pas fonctionner intempestivement ;
– simple. – arrivées (T)HT des transformateurs (T)HT/MT ;
On s’aperçoit que, par exemple, sensibilité et simplicité sont des – arrivées MT sur les jeux de barres MT ;
notions opposées, de même que rapidité et sélectivité. Le meilleur – départs MT ;
compromis qui doit être recherché doit aussi tenir compte de et un, voire deux niveaux, sur le réseau lui-même :
l’aspect économique, en prenant en compte le coût des ouvrages à
protéger, l’impact sur la qualité de fourniture et le coût du plan de • disjoncteur réenclencheur (reclosers) éventuel niveau inter-
protection lui-même. médiaire entre poste primaire et poste utilisateur,
• installations utilisateurs.
2.2 Organisation et principes Il existe quelques cas de figure dans de grands postes primaires,
généralement urbains, où l’on trouve deux jeux de barres MT suc-
Le plan de protection doit être conçu pour répondre à deux cessifs, ce qui porte à quatre le nombre de niveaux de protection
fortes exigences : dans ces postes.
– garantir un fonctionnement même partiellement dégradé en
En France, on désigne historiquement ces deux jeux de barres
cas de défaillance d’une protection ou d’un organe de coupure :
par les niveaux 750 MVA et 12,5 kA, en référence à la puissance ou
dans la pratique, c’est la protection et l’organe de coupure amont
à l’intensité de court-circuit qu’ils sont capables de supporter briè-
qui assurent ce secours ;
vement. Une réactance de limitation du courant de court-circuit est
– prendre en compte les modifications temporaires de réseau : il généralement intercalée entre les deux niveaux. En effet, les maté-
s’agit de prévoir le plan de protection pour tenir compte, à la fois, riels sont dimensionnés pour supporter les efforts électrodynami-
des schémas normaux d’exploitation et des schémas de secours. ques dus à un bref courant de court-circuit donné : les normes
Sur ce dernier point, il faut noter que la prise en compte des internationales parlent de courant admissible de courte durée. Le
schémas de secours est pénalisante en termes de sensibilité et de niveau 750 MVA correspond à la puissance de court-circuit
sélectivité. Le ou les schémas de secours à retenir sont donc des d’anciens transformateurs 100 MVA (courant de court-circuit
schémas susceptibles d’être réalisés relativement souvent et relati- 18,7 kA en 20 kV), tandis que le niveau 12,5 kA correspond à la
vement peu pénalisants en termes de qualité du plan de protection tenue actuelle standardisée en France des ouvrages MT (12,5 kA
(on note que l’on retrouve ainsi la nécessité signalée plus haut pendant 1 s). La notion de puissance de court-circuit est désormais
d’établir le meilleur compromis possible). Il faut noter que l’appa- abandonnée car trop imprécise : en effet, la valeur du courant de
rition des matériels numériques qui autorisent des modifications court-circuit dépend de celle de la tension.
de réglages à distance, voire automatiques sur changement de
topologie du réseau, marque un progrès très net par rapport aux La sélectivité consiste à ne faire ouvrir que le bon organe de
matériels des générations précédentes. En effet, les réglages coupure, du bon niveau, ce qui veut dire, entre autres, qu’un
répondant aux schémas de secours peuvent n’être appliqués que défaut amont ne doit pas entraîner le fonctionnement de la pro-
lorsqu’ils sont effectivement nécessaires, c’est-à-dire lorsque l’on tection aval.
exploite effectivement le réseau en schéma de secours.
Autres exigences, prendre en compte les situations temporaires
particulières, comme, par exemple, lorsque l’on accède aux
ouvrages. En France, on cite le cas des travaux sous-tension qui
3. Éléments de base
conduisent à ce que l’on appelle les régimes spéciaux d’exploi- du plan de protection
tation RSE (cf. § 3.4).
Le plan de protection se décompose en deux volets qui peuvent
être totalement indépendants : 3.1 Méthodes de détection des défauts
– la détection et l’élimination des défauts monophasés (défauts
à la terre) ; L’apparition d’un défaut sur un réseau va engendrer la variation
– la détection et l’élimination des défauts polyphasés de ses grandeurs électriques caractéristiques, voire de certaines
(courts-circuits). autres grandeurs physiques associées. C’est en surveillant et en
La pratique généralisée pour les réseaux à moyenne tension est analysant ces grandeurs que les protections vont être en mesure
de ne pas faire assurer de protections contre les surcharges par le de détecter la présence d’un éventuel défaut et d’agir.
plan de protection, à l’inverse du cas des réseaux de transport. En Les défauts polyphasés vont engendrer une augmentation très
effet, les conducteurs d’une ligne de transport s’allongent importante des courants de phase, ce qui va permettre une
lorsqu’ils s’échauffent et la distance au sol peut se réduire détection assez aisée. Les défauts à la terre sont caractérisés par
dangereusement : les protections de surcharge, notamment, per- une « fuite » de courant qui peut être détectée par l’une des trois
mettent d’éviter ce type de risque, en déclenchant la ligne si son méthodes suivantes :

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


D 4 811 – 6 est strictement interdite. – © Editions T.I.

28
Référence Internet
D4812

Plan de protection des réseaux


de distribution publique à moyenne
tension
1
Mise en œuvre

par Michel ODDI


Ingénieur de l’École supérieure d’électricité
Ingénieur senior à EDF Recherche et développement

1. Rappels ........................................................................................................ D 4 812 - 2


2. Protection contre les défauts polyphasés ........................................ — 3
2.1 Domaine d’application................................................................................. — 3
2.2 Seuils ampèremétriques de phase ............................................................. — 3
2.3 Seuils chronométriques .............................................................................. — 4
2.4 Automatismes et autres protections .......................................................... — 4
3. Protection contre les défauts à la terre en cas
de neutre impédant.................................................................................. — 5
3.1 Circulation des courants en cas de défauts à la terre ............................... — 5
3.2 Réglage des protections ampèremétriques homopolaires ...................... — 6
3.3 Automatismes et autres protections .......................................................... — 8
3.4 Limites des protections ampèremétriques homopolaires et solutions ... — 9
4. Protection contre les défauts à la terre en cas
de neutre compensé ................................................................................ — 11
4.1 Mécanismes d’apparition et disparition d’un défaut à la terre ................ — 11
4.2 Typologie des défauts et méthode de détection ....................................... — 13
4.3 Protections et réglages ................................................................................ — 15
4.4 Pilotage et technologies des impédances de compensation ................... — 16
5. Protection contre les défauts à la terre en cas de neutre isolé
ou direct à la terre ................................................................................... — 19
5.1 Généralités.................................................................................................... — 19
5.2 Calcul des courants de défauts ................................................................... — 19
5.3 Plan de protection ........................................................................................ — 20
6. Détection des défauts résistants ......................................................... — 20
6.1 Protections centralisées ampèremétrique et voltmétrique ...................... — 20
6.2 Sensibilité ..................................................................................................... — 22
7. Cas classiques de dysfonctionnement ............................................... — 23
7.1 Mauvais réglages homopolaires des protections ampèremétriques ...... — 23
7.2 Défauts réamorçants sur un réseau à neutre faiblement impédant ........ — 23
7.3 Mauvaise connexion de protections wattmétriques homopolaires ........ — 23
7.4 Défaut d’isolement d’une protection de masse......................................... — 23
7.5 Recherche de terre infructueuse ................................................................. — 24
Pour en savoir plus ........................................................................................... Doc. D 4 812
Parution : mai 2011

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


est strictement interdite. – © Editions T.I. D 4 812 – 1

29
Référence Internet
D4812

PLAN DE PROTECTION DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION PUBLIQUE À MOYENNE TENSION ________________________________________________________

es principes de construction du plan de protection d’un réseau de distri-


L bution publique à moyenne tension sont exposés dans le dossier [D 4 811]
qui attire, en particulier, l’attention sur l’importance régime de neutre pour la
maîtrise des courants de défaut à la terre et pour la qualité de fourniture.
La protection contre les défauts polyphasés est principalement basée sur des
protections simples et faciles à régler, les protections ampèremétriques à

1
temps constant traitées dans ce dossier [D 4 812], utilisables quel que soit le
régime de neutre, mais la protection contre les défauts à la terre exige des dis-
positifs adaptés au type de régime de neutre. On peut utiliser des protections
ampèremétriques dans le cas d’un neutre mis à la terre par une impédance de
faible valeur, mais les réglages doivent être déterminés avec soin.
Les performances de ces protections ampèremétriques sont limitées, mais
on peut améliorer la sensibilité du plan de protection en les rendant direction-
nelles. Dans le cas d’un réseau à neutre compensé, des protections
directionnelles de terre sont indispensables, de même qu’un système de
réglage de leur impédance de compensation.
Les évolutions actuelles des réseaux de distribution publique, notamment,
l’arrivée de productions décentralisées et la nécessité d’améliorer la qualité de
fourniture, exigent des compléments de protection dans les postes primaires
et entraînent de nouveaux développements sur les matériels existants comme
par exemple les indicateurs de passage de défaut. Tous ces compléments et
développements font l’objet du troisième dossier [D 4 813].

Principaux sigles et notations Principaux sigles et notations (suite)


BT Terme simplificateur désignant la tension Uij Tension alternative efficace composée à laquelle
alternative efficace comprise entre 50 et 500 V sont soumis deux éléments de réseau i et j
(phases, etc.). Elle s’exprimeen volt (V) ou
Ci Capacité présentée par un élément de réseau i en kilovolt (kV) pour les réseaux de distribution
EPATR Ensemble de protection ampèremétrique Vi Tension alternative efficace à laquelle est soumis
de terre résistante (protection utilisée par le palier un élément de réseau i (phase, neutre, etc.).
technique 1986 pour les postes primaires distribu- Elle s’exprime en volt (V) ou en kilovolt (kV) pour
tion en France) les réseaux de distribution
HT Haute tension, terme simplificateur désignant une Xi Réactance (inductive ou capacitive) présentée
tension alternative efficace comprise entre par un élément de réseau i. Elle s’exprime
50 et 100 kV en ohm (Ω) pour les réseaux de distribution
Ii Intensité alternative efficace parcourant Zi Impédance complexe d’un élément de réseau i
un élément de réseau i (phase, neutre, etc.). (combinaison de R, X, Cω ). Elle s’exprime
Elle s’exprime en ampère (A) ou en kiloampère en ohm (Ω) pour les réseaux de distribution
(kA), pour les réseaux de distribution ω Pulsation du réseau. Elle vaut 2π fois la fréquence
MT Moyenne tension, terme simplificateur désignant f. Elle s’exprime en radian par seconde
une tension alternative efficace comprise entre
1 et 50 kV
MT/BT Transformation d’une tension moyenne tension en
basse tension
1. Rappels
PWH2 Protection wattmétrique homopolaire version 2 (à La structure des réseaux de distribution à moyenne tension dif-
déclenchement sur seuil de puissance fère d’un distributeur à l’autre, mais elle est le plus souvent
résiduelle) radiale, conformément au schéma de principe de la figure 1 ; cette
figure rappelle, en outre, le vocabulaire utilisé dans la suite du
Ri Résistance présentée par un élément de réseau i.
dossier.
Elle s’exprime en ohm (Ω) pour les réseaux
de distribution La protection du réseau est réalisée à l’aide de protections, de
fusibles et d’automatismes localisés aux différents niveaux définis
RSE Régimes spéciaux d’exploitation. Terme réservé sur la figure 1.
aux travaux sous tension
THT Très haute tension, terme simplificateur Le plan de protection peut se définir comme l’ensemble des
désignant une tension alternative efficace dispositions théoriques et pratiques mises en œuvre pour
supérieure ou égale à 100 kV détecter et éliminer les défauts susceptibles d’affecter ce
(T)HT/MT Transformation d’une tension très haute réseau : il associe des principes de détection et d’automatis-
ou haute tension en moyenne tension mes, ainsi que leurs réglages appropriés.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


D 4 812 − 2 est strictement interdite. − © Editions T.I.

30
Référence Internet
D4812

________________________________________________________ PLAN DE PROTECTION DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION PUBLIQUE À MOYENNE TENSION

Attache 1

Attache 2

1
Arrivée HT Arrivées MT Départs MT Réseau Utilisateur
Niveau 1 Niveau 2 Niveau 3 Niveau 4 Niveau 5

Figure 1 – Réseau radial et niveaux de protection

Il comporte deux volets, celui de la protection contre les défauts


polyphasés, indépendant du régime de neutre et celui de la Zd
protection contre les défauts à la terre qui doit être adapté au
E
régime de neutre :
– la protection contre les défauts polyphasés fait appel à des
protections ampèremétriques à maximum de courant, soit à temps Zd
constant, qui est la solution retenue en Europe, soit à temps
dépendant ;
aE
– la protection contre les défauts à la terre recourt à différents
types de protections, en fonction du régime du neutre et du niveau
de protection (arrivée HT, arrivée MT...). Zd

a2E

2. Protection contre
les défauts polyphasés
Figure 2 – Courant de défauts biphasé et triphasé
2.1 Domaine d’application
Les principes de calcul des courants de défauts polyphasés sont
identiques pour tout réseau radial. Toutefois, les principes de Point pour lequel l'impédance
réglages de sélectivité chronométriques qui sont exposés dans ce de court-circuit est la plus grande
paragraphe ne sont valables que pour des réseaux équipés de pro-
tections à maximum d’intensité à temps constant, comme c’est le HT MT
cas en Europe.

2.2 Seuils ampèremétriques de phase


XHT XT RL XL
2.2.1 Principes de base
Figure 3 – Impédance de court-circuit
Le principe de base est de régler le seuil ampèremétrique le plus
bas possible, de façon à détecter les défauts induisant les courants
les plus faibles. On constate ainsi que le courant de défaut biphasé est effecti-
Le seuil de réglage est déterminé en considérant les courants de vement inférieur au courant de défaut triphasé. La schématisation
défauts biphasés qui sont inférieurs à ceux de défauts triphasés, du réseau de la figure 3 permet de calculer précisément le courant
comme le calcul suivant le montre. Soit le schéma équivalent du de défaut :
réseau de la figure 2.
Le calcul du courant de défaut triphasé (Icct) et de celui de défaut Iccb = Un /2 [RL2 + (X HT + X T + X L )2 ]
biphasé (Iccb) est très simple :
Si la puissance de court-circuit du réseau HT amont est Scc , Ucc
la tension de court-circuit du transformateur exprimée en pourcen-
Icct = E /Z d
tage de la tension assignée du transformateur et S sa puissance
Iccb = 3 E /2 Z d apparente :

avec E force électromotrice, X HT = Un2 /Scc


Zd impédance directe de chaque phase jusqu’au lieu du X T = (Ucc /100) (U 2 /S )
défaut, RL et XL doivent être calculées en fonction des caractéristiques du
a opérateur de rotation 120o. départ.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


est strictement interdite. – © Editions T.I. D 4 812 – 3

31
Référence Internet
D4812

PLAN DE PROTECTION DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION PUBLIQUE À MOYENNE TENSION ________________________________________________________

2.2.2 Application C’est pourquoi, souvent la protection d’arrivée est à double seuil,
voire à temps dépendant. Le premier seuil ou la courbe à temps
■ Départs MT dépendant permet de déclencher l’arrivée très vite si le défaut
Pour chaque départ, il faut déterminer le lieu où le courant de détecté est intense. Une alternative est l’installation d’une accélé-
défaut polyphasé est le plus faible. Le réglage est alors inférieur à ration de protection comme décrite en [D 4 811], § 3.2.12
0,8 Iccb , mais l’on doit vérifier que ce réglage est compatible avec (cf. § 2.4.2).
le calibre des capteurs (il ne faut pas les surcharger en perma-
■ Liaison entre transformateur (T)HT/MT et arrivée(s) MT
nence) et qu’il n’existe pas de risque de fonctionnement intempes-

1 tif dû au courant d’appel en cas de reprise de charge connectée au


départ.
Il faut noter que, dans un souci de simplification, plusieurs distri-
Compte tenu des réglages précédents, la temporisation de la
protection de liaison est fixée à 1,1 s (ou 1,6 s si la temporisation
d’arrivée est choisie à 1,3 s).
buteurs dont les réseaux sont homogènes et sans portion dite à
« faible section », c’est-à-dire présentant des impédances Zd éle-
vées qui réduisent fortement le courant de court-circuit, règlent 2.4 Automatismes et autres protections
systématiquement les départs à la valeur suivante : courant assi-
gné du disjoncteur multiplié par 1,2. 2.4.1 Automatisme réenclencheur
■ Arrivée(s) MT Cet automatisme de reprise de service, décrit en détail dans le
Le réglage le plus simple consiste à se référer au courant assi- dossier [D 4 811], § 3.3.2, ouvre et referme successivement les
gné du transformateur (T)HT/MT ou du jeu de barres MT alimenté départs affectés d’un défaut. Même si théoriquement, les équi-
par l’arrivée, soit, 1,6 fois le courant assigné du transformateur ou pements actuels sont capables de dissocier les fonctionnements
1,3 fois le courant assigné du jeu de barres. sur défaut polyphasé et sur défaut à la terre, souvent, les cycles
Le choix se porte sur la valeur la plus basse après avoir vérifié sont choisis identiques pour les deux types de défaut :
que ce réglage est supérieur à 1,2 fois le courant de réglage le plus – déclenchement instantané dès détection du défaut (après,
élevé des départs. toutefois une légère temporisation de 80 ms pour laisser le temps
à d’éventuels défauts auto-extincteurs de disparaître naturelle-
■ Liaison entre transformateur (T)HT/MT et arrivée(s) MT ment) ;
On se réfère à nouveau aux courants assignés du transformateur – fermeture au bout de 300 ms ;
ou du jeu de barres en adoptant comme réglage, selon le réglage – réouverture si le défaut est toujours présent au bout de
du seuil d’arrivée MT retenu, soit deux fois le courant assigné du 500 ms, pour laisser passer le courant d’appel des charges remises
transformateur (cas d’un réglage égal à 1,6 fois le courant assigné sous tension ;
du transformateur), soit 1,6 fois le courant assigné des jeux de – refermeture au bout de 10 ou 20 s ;
barres (cas d’un réglage égal à 1,3 fois le courant assigné du jeu – réouverture définitive si le défaut est toujours présent au bout
de barres). de 500 ms.
On peut trouver des cas où l’on procède à une troisième tenta-
tive de fermeture au bout d’une vingtaine ou d’une trentaine de
2.3 Seuils chronométriques secondes, par exemple, pour laisser le temps de fonctionner à des
automates en réseau : c’est le cas en France où des interrupteurs
2.3.1 Contraintes profitent de la deuxième mise hors tension pour s’ouvrir hors
charge ; en effet, ils sont incapables de couper un courant de
Il est nécessaire d’observer un intervalle minimal de 0,3 s entre court-circuit.
deux niveaux protections. Il peut toutefois être réduit à 0,25 s Les réglages indiqués ci-dessus ne sont pas exhaustifs car il
lorsque les protections sont numériques (cf. [D 4 811], § 6.1.1). existe plusieurs autres temporisations dites de verrouillage des
Une protection utilisateur est temporisée à une valeur maximale cycles ; elles évitent, par exemple, de répéter indéfiniment le
fixée par la réglementation en vigueur : en France, elle est fixée à même cycle et ne sont pas abordées dans ce dossiers.
0,2 s en application de la norme NF C 13-100. Il faut en tenir
compte pour déterminer la temporisation des protections de
départ. 2.4.2 Sélectivité logique
Lorsqu’il existe une sélectivité logique (ou accélération de pro-
2.3.2 Application tection) entre, d’une part, départs et arrivées MT, d’autre part, arri-
vée(s) MT et transformateur (T)HT/MT, on utilise bien sûr les
■ Départs MT protections de ces équipements :
La temporisation typique est de 0,5 s, ce qui permet à la fois – seuils ampèremétriques : ils sont déjà indiqués ;
d’assurer un intervalle minimal avec les protections d’un éventuel – temporisation : 0,3 s, par exemple.
utilisateur (ou une protection réseau) et d’accepter, la plupart du
temps, le courant d’appel de reprise de charge sur un cycle de
réenclenchement. 2.4.3 Protection du transformateur (T)HT/MT
■ Arrivée(s) MT Les transformateurs (T)HT/MT sont principalement protégés à
partir de grandeurs non électriques : leurs protections principales
Le réglage de la temporisation de la protection est fixé à 0,8 s, ce ne font pas de distinction entre défauts polyphasés et mono-
qui permet de ménager un intervalle de sélectivité de 0,3 s avec les phasés.
disjoncteurs de départ.
On note toutefois que, dans la pratique, la temporisation est ■ Relais Buccholz
souvent commune à la protection contre les défauts polyphasés et Ce type de protection (cf. [D 4 811], § 3.2.11) est sensible :
à celle contre les défauts monophasés. Dans ce cas, comme on le – à un mouvement d’huile synonyme d’un amorçage interne ; le
verra par la suite (cf. § 3.2.3), elle doit être portée à 1,3 s. déclenchement du transformateur est instantané ;
On s’aperçoit que cette temporisation est relativement longue – à la récupération de gaz dissous, caractéristique de micro-arcs
lorsqu’il s’agit d’éliminer un défaut apparu sur le jeu de barres MT. non destructifs ; il y a émission d’une alarme.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


D 4 812 – 4 est strictement interdite. – © Editions T.I.

32
Référence Internet
D4812

________________________________________________________ PLAN DE PROTECTION DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION PUBLIQUE À MOYENNE TENSION

On trouve ce type de relais sur le transformateur lui-même, mais


aussi sur son compartiment régleur, sur son éventuel transforma-
teur de point neutre, voire sur son transformateur des services
auxiliaires : leur fonctionnement est identique et ils provoquent
aussi le déclenchement instantané du transformateur (ou une
alarme) si l’équipement surveillé est directement connecté à ses
bornes MT.

1
■ Température
Les échauffements excessifs sont nuisibles à la durée de vie de
l’appareil ; aussi, on surveille la température du transformateur et
son installation de refroidissement :
– température d’huile et des enroulements ; la mesure se fait,
soit directement par l’intermédiaire d’un thermostat plongé dans
l’huile, soit elle est estimée ; dans ce dernier cas, on évalue la tem-
pérature des conducteurs en faisant circuler un courant image de
la charge dans une résistance plongée dans l’huile du
transformateur ; il s’agit de la technique dite de l’image thermique
assez peu utilisée, car difficile à paramétrer ;
– surveillance des ventilateurs aéroréfrigérants ;
Figure 4 – Circulation des courants de défaut monophasé
– surveillance des pompes de circulation d’huile.
Le traitement diffère d’un distributeur à l’autre. Le plus souvent,
l’arrêt des pompes provoque le déclenchement du transformateur
au bout d’une vingtaine de minutes. Ce délai permet de concilier 
  
deux contraintes, la garantie de la qualité de fourniture et la sauve- Rd Id IrDd IrA
garde du transformateur. Il permet aux chargés de conduite de
décharger le transformateur et d’éviter la coupure des utilisateurs
qui lui sont raccordés ; compte tenu de l’inertie thermique du  
transformateur, sa durée de vie n’est pas affectée. 3 ICDd 3ICDs

 3Cd 3(⌫ – Cd)



Vn V0
Zn
3. Protection contre
les défauts à la terre
en cas de neutre impédant
Iz courant dans le neutre égal à IrA,
ICDs courant capacitif des départs sains,
3.1 Circulation des courants en cas ICDd courant capacitif du départ en défaut,
IrA courant résiduel dans l'arrivée,
de défauts à la terre IrDd courant résiduel dans le départ en défaut,
Id courant dans le défaut,
3.1.1 Schéma homopolaire équivalent Rd résistance du défaut,
Cd capacité d'une phase du départ en défaut,
Avant d’aborder les réglages de protection, il est indispensable ⌫ capacité d'une phase de la totalité du réseau,
de bien comprendre la circulation des courants qu’un défaut stable Zn impédance de mise à la terre du neure
à la terre provoque dans le réseau. Le schéma de la figure 4
illustre cette circulation dans le cas d’un défaut franc : la tension
Figure 5 – Schéma homopolaire équivalent en cas de défaut
de la phase en défaut par rapport à la terre est nulle et celles des monophasé
phases saines deviennent égales à la tension composée. Le cou-
rant capacitif des trois phases dont la somme était nulle avant
défaut varie proportionnellement : il est nul, en particulier, dans la – dans le défaut circule le courant de neutre auquel s’ajoute le
phase en défaut. Il faut toutefois noter que si le défaut était résis- courant capacitif de la totalité du réseau (courants rouges trait
tant, la tension de la phase en défaut ne serait pas nulle par rap- continu, pointillés verts et tiretés bleus).
port à la terre et celles des phases saines seraient inférieures à la
tension composée ; les trois phases verraient circuler un courant Le schéma homopolaire équivalent, en référence au théorème
capacitif. Cela ne changerait cependant rien aux interprétations de Fortescue, est celui de la figure 5.
données par la suite. Ce schéma est très important car il permet de prévoir et de
On constate que : comprendre les différents phénomènes qui affectent les réseaux
en cas de défaut monophasé. Il peut aussi être utilisé pour la
– dans l’arrivée et dans la connexion de mise à la terre du neutre compréhension des régimes transitoires, phénomènes essentiels
circule le même courant (courant rouge en trait continu) ; dans le cas d’un réseau à neutre compensé : il est cependant insuf-
– dans les départs sains circulent les courants capacitifs de ces fisant pour les calculs précis des régimes transitoires car il ignore
départs (courants en pointillés verts) ; les impédances directes, inverses et homopolaires des éléments
– dans le départ en défaut circule le courant de neutre auquel du réseau, notamment les inductances des lignes aériennes. En
s’ajoute le courant capacitif du réseau amont au lieu du défaut réalité, ces calculs sont extrêmement complexes, non pas en rai-
(souvent, on parle aussi du courant capacitif des départs sains) son des équations électrotechniques mais de la difficulté à modéli-
(courants rouges trait continu et pointillés verts) ; ser correctement un réseau de distribution.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


est strictement interdite. – © Editions T.I. D 4 812 – 5

33
1

34
Référence Internet
D4813

Plan de protection des réseaux


de distribution publique à moyenne
tension 1
Évolutions récentes et compléments
électrotechniques

par Michel ODDI


Ingénieur de l’École supérieure d’électricité
Ingénieur senior à EDF Recherche et développement

1. Raccordement des productions décentralisées............................... D 4 813 - 2


1.1 Préambule..................................................................................................... — 2
1.2 Régime de neutre et défauts à la terre ....................................................... — 2
1.3 Découplage de la production ...................................................................... — 2
1.4 Risques de dysfonctionnements................................................................. — 2
1.5 Niveau de tension ........................................................................................ — 3
2. Indicateurs de défaut (Fault passage indicators FPI) ..................... — 4
2.1 Localisation des défauts .............................................................................. — 4
2.2 Caractéristiques et contraintes ................................................................... — 4
3. Protections directionnelles ................................................................... — 5
3.1 Définition et domaine d’application ........................................................... — 5
3.2 Protection directionnelle de terre ............................................................... — 5
3.3 Protection directionnelle de phase ............................................................. — 6
4. Relais wischer ........................................................................................... — 8
4.1 Historique ..................................................................................................... — 8
4.2 Évolution ....................................................................................................... — 8
Pour en savoir plus ........................................................................................... Doc. D 4 813

es principes de construction d’un plan de protection de réseau de distri-


L bution publique à moyenne tension sont exposés dans le dossier [D 4 811].
Le dossier suivant [D 4 812], décrit comment le mettre en œuvre, d’une part, en
s’appuyant sur des protections à maximum de courant très simples d’utilisa-
tion, d’autre part, en montrant les difficultés de détection des défauts à la terre,
notamment dans le cas des réseaux à neutre compensé.
Le développement récent de productions décentralisées de taille significative
et raccordées sur les réseaux à moyenne tension entraînent de nouvelles
contraintes, notamment en termes de tension et de circulation de flux de puis-
sance. Si la détection des défauts à la terre n’est pas impactée, celle des
défauts polyphasés ne peut pas toujours se contenter de simples protections à
maximum de courant : un critère directionnel doit parfois être ajouté. La locali-
Parution : mai 2011

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


est strictement interdite. – © Editions T.I. D 4 813 – 1

35
Référence Internet
D4813

PLAN DE PROTECTION DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION PUBLIQUE À MOYENNE TENSION ________________________________________________________

sation de défaut à l’aide d’indicateurs de passage de défaut est un nouvel


élément à prendre également en compte pour la construction du plan de pro-
tection car elle facilite les reconfigurations de réseau après un ou plusieurs
déclenchements sur défaut. Il est utile de bien connaître les principes de fonc-
tionnement des protections directionnelles de tout type pour identifier leurs
champs d’utilisation et leurs limites.

1
1. Raccordement le réseau et provoquer la déconnexion de la production du réseau.
Elles sont généralement définies et imposées par la réglemen-
des productions tation locale (en France, par la norme UTE C 15 400).
Ces protections doivent également être capables d’empêcher un
décentralisées fonctionnement îloté du réseau, c’est-à-dire qu’un départ en défaut
à la terre, normalement déconnecté de sa source par sa propre
protection, ne doit pas rester alimenté par la production décentra-
1.1 Préambule lisée. En effet, on se trouverait en régime de neutre isolé et si la
consommation du départ était du même ordre que la production,
Les plans de protection tels qu’ils ont été exposés jusqu’à pré- le système pourrait continuer à fonctionner durablement en pré-
sent, s’appliquent à des réseaux radiaux alimentés par un poste sence d’un défaut. Cette remarque est également vraie si le départ
primaire (T)HT/MT. Le flux de puissance est unidirectionnel, du sur lequel est connectée la production devait être ouvert par le dis-
poste vers le réseau. Désormais, on assiste, à l’arrivée massive de tributeur, pour ses travaux, par exemple.
productions décentralisées raccordées sur les réseaux MT de dis- Les protections de découplage sont basées sur de simples pro-
tribution, ce qui peut modifier notablement la circulation de la tections ampèremétriques de phase (protections contre les défauts
puissance et avoir des conséquences sur le plan de protection. polyphasés) et des protections particulières pour éviter les
On ne fait que donner des indications sur les problèmes soule- îlotages, notamment, protection voltmétrique à maximum de
vés par le raccordement de ce type de production et quelques tension de phase, protection voltmétrique à maximum de tension
solutions envisageables ; on trouvera en [D 4 841] et [D 4 842] de homopolaire, protection fréquencemétrique et asservissement
nombreux détails sur l’impact de cette production sur le plan de avec le disjoncteur de départ. La plage fréquencemétrique de fonc-
protection (mode de protection et réglages). tionnement vient d’être élargie pour éviter des déclenchements
inopinés en cas de baisse de fréquence généralisée (suite au
black-out européen de novembre 2006).
1.2 Régime de neutre et défauts Conséquences dans le poste primaire (T)HT/MT : dans certains
à la terre cas, il est nécessaire de prévoir des protections ampèremétriques
directionnelles de phase dans le poste primaire pour éviter des
On peut voir dans le dossier [D 4 811] l’importance du régime de déclenchements intempestifs. On doit aussi prendre des dispo-
neutre, notamment vis-à-vis de la maîtrise des montées en poten- sitions pour éviter des cycles de réenclenchement automatique
tiels en cas de défaut à la terre. Pour éviter qu’une production tant que la production décentralisée n’est pas découplée ; en effet,
décentralisée ne vienne interagir avec les dispositions prises par le un cycle de réenclenchement n’a aucun sens si le défaut reste ali-
distributeur pour se protéger contre les défauts à la terre, le neutre menté par ailleurs. En général, on verrouille l’automate par un
de l’installation de production doit être isolé : il ne doit y avoir relais de présence de tension (réglée par exemple, à 20 % de la
aucune connexion de son neutre avec la terre. tension de service) : on n’autorise les cycles de réenclenchement
qu’à partir du moment où la tension a disparu.
Bien évidemment, si cette production est découplée du réseau et
alimente une installation intérieure, des dispositions doivent être
prises par le producteur pour assurer la sécurité des personnes et
des biens à l’intérieur de son installation : le plus souvent son 1.4 Risques de dysfonctionnements
neutre est alors connecté à la terre via une résistance, qui participe
également à la protection de l’alternateur lorsque l’installation est On peut schématiser par la figure 1 un réseau sur lequel de la
déconnectée du réseau de distribution publique. production décentralisée est raccordée.

La réglementation locale fixe habituellement les règles


applicables aux sites de production décentralisée (interdiction de 1.4.1 Risque de déclenchement intempestif
mise à la terre du neutre de la production et protection de l’instal- en cas de défaut amont
lation intérieure ; en France, la norme NF C 15 400 s’applique).
Le défaut est localisé conformément à la figure 2.
Dès lors que le neutre de la production décentralisée est isolé de
la terre, la nature et les caractéristiques des défauts à la terre ne Le départ sur lequel la production décentralisée est raccordée
sont pas modifiées. Le plan de protection contre les défauts mono- voit « remonter » le courant de court-circuit généré par la pro-
phasés n’est pas impacté. duction décentralisée, tandis que le départ en défaut voit passer le
courant de court-circuit généré par le transformateur (T)HT/MT et
celui par la production décentralisée.
1.3 Découplage de la production Si le courant de court-circuit dû à la production décentralisée est
trop élevé, il risque de solliciter, à tort, la protection ampère-
Il n’est pas acceptable qu’une production décentralisée puisse métrique à temps constant du départ sur lequel la production est
alimenter un défaut. Aussi, il est nécessaire que l’installation dis- raccordée qui est réglée pour éliminer normalement les
pose de protections pour détecter les défauts situés en amont sur courts-circuits du départ.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


D 4 813 − 2 est strictement interdite. − © Editions T.I.

36
Réseaux électriques de distribution publique
(Réf. Internet 42264)

1– Les grands choix techniques et politiques 2


2– Le fonctionnement des réseaux, protections et Réf. Internet page

automatismes
Protection des réseaux à basse tension de distribution publique D4815 39

3– L'exploitation et la conduite des ouvrages

4– Développement des réseaux

5– Ingénierie des réseaux

 Sur www.techniques-ingenieur.fr
• Saisissez la référence Internet pour accéder directement aux contenus en ligne
• Retrouvez la liste complète des ressources documentaires

37
2

38
Référence Internet
D4815

Protection des réseaux à basse


tension de distribution publique

par Alain CROGUENNOC


Ingénieur de l’Institut National Polytechnique de Grenoble
Ingénieur au Département Réseaux du Service Technique Électricité
2
de la Direction EDF GDF SERVICES

1. Structure des réseaux BT ...................................................................... D 4 815 - 2


1.1 Topologie des réseaux ................................................................................ — 2
1.2 Constitution des réseaux ............................................................................ — 2
1.2.1 Réseaux aériens.................................................................................. — 2
1.2.2 Réseaux souterrains ........................................................................... — 2
1.2.3 Remarque ............................................................................................ — 2
1.3 Schémas des réseaux.................................................................................. — 2
1.3.1 Réseau de type souterrain (avec coupe-circuit à fusibles MT) ....... — 2
1.3.2 Réseau de type aérien (sans coupe-circuit à fusibles MT) .............. — 3
2. Analyse des défauts affectant les réseaux BT ................................ — 3
2.1 Particularités des défauts BT ...................................................................... — 3
2.1.1 Courts-circuits ..................................................................................... — 3
2.1.2 Défauts à la terre................................................................................. — 3
2.1.3 Rupture du conducteur de neutre ..................................................... — 3
2.2 Analyse des défauts BT sur les réseaux français...................................... — 4
3. Plan de protection des réseaux BT ..................................................... — 4
3.1 Données de base du plan de protection français...................................... — 4
3.1.1 Réglementation................................................................................... — 4
3.1.2 Technologie des réseaux.................................................................... — 4
3.1.3 Régime de neutre ............................................................................... — 4
3.2 Éléments de protection des réseaux français ........................................... — 4
3.3 Caractéristiques des protections des réseaux français ............................ — 5
3.3.1 Disjoncteur du client........................................................................... — 5
3.3.2 Coupe-circuit à fusibles BT ................................................................ — 5
3.3.3 Disjoncteur BT associé au transformateur MT/BT........................... — 5
3.3.4 Coupe-circuit à fusibles MT ............................................................... — 5
4. Coordination des protections............................................................... — 5
4.1 Généralités ................................................................................................... — 5
4.2 Protections des réseaux BT ........................................................................ — 6
4.2.1 Réseau ne comportant pas de fusible de pied de colonne ............. — 6
4.2.2 Réseau comportant des fusibles de pied de colonne...................... — 6
4.3 Protections des transformateurs MT/BT ................................................... — 7
4.3.1 Protections MT.................................................................................... — 7
4.3.2 Protections BT..................................................................................... — 8
4.4 Méthode de coordination............................................................................ — 9
Pour en savoir plus........................................................................................... Doc. D 4 815
Parution : septembre 1991

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Génie électrique D 4 815 − 1

39
Référence Internet
D4815

PROTECTION DES RÉSEAUX À BASSE TENSION DE DISTRIBUTION PUBLIQUE ______________________________________________________________________

ans cet article nous allons traiter la structure des réseaux BT, l’analyse des
D défauts affectant les réseaux BT, le plan de protection des réseaux BT et
la coordination des protections.
Le lecteur pourra se reporter aux autres articles de la rubrique Protection des réseaux :
Généralités [D 4 800] ;
Protection des réseaux de transport et de répartition [D 4 805] ;
Protection des réseaux à moyenne tension de distribution publique [D 4 810] ;
Protection des installations industrielles et tertiaires [D 4 820].

2
1. Structure des réseaux BT 1.3 Schémas des réseaux

Les schémas des réseaux BT sont très différents selon les exploi-
1.1 Topologie des réseaux tations et les habitudes des distributeurs. On décrit, ci-après, les
principaux schémas utilisés par Électricité de France.

Les réseaux à basse tension (BT : < 1 kV) sont en grande majorité
exploités en antenne et généralement en structure arborescente 1.3.1 Réseau de type souterrain
(article Protection des réseaux. Généralités [D 4 800]). (avec coupe-circuit à fusibles MT)
Certains réseaux de grandes villes, comme Paris, sont exploités
maillés pour assurer une meilleure qualité de service. Un réseau BT de type souterrain (figure 1), utilisé en zone urbaine,
comporte en série, depuis le client (C) jusqu’en amont du transfor-
mateur MT / BT (moyenne tension/ basse tension), les protections
suivantes :
1.2 Constitution des réseaux — le disjoncteur d du client ;
— les coupe-circuit à fusibles AD d’accompagnement de ce
disjoncteur ;
Les réseaux BT sont généralement issus de sources triphasées, — les coupe-circuit à fusibles sectionneurs FC de pied de colonnes
mais dans de nombreux pays, notamment d’Amérique du Nord, montantes des immeubles ;
les réseaux BT sont monophasés. — les coupe-circuit à fusibles sectionneurs FD des départs BT ;
Les techniques utilisées sont celles des réseaux aériens et des — les coupe-circuit à fusibles FMT du transformateur MT/BT.
réseaux souterrains. On trouve également, de part et d’autre du transformateur T, des
interrupteurs sectionneurs pour la basse tension (IBT) et la
moyenne tension (IMT).
1.2.1 Réseaux aériens

Nota : le lecteur pourra se reporter, dans ce traité, à l’article Câbles aériens isolés
[D 4 500].
Ils existent généralement dans les zones rurales et sont constitués
par :
— des conducteurs isolés torsadés assemblés en faisceaux ; un
faisceau comprend un neutre porteur, généralement en almelec,
autour duquel sont torsadés les trois conducteurs de phase en cuivre
ou aluminium et, éventuellement, le ou les conducteurs d’éclairage
public ;
— des conducteurs nus en cuivre ou en alliage d’aluminium (ce
type de réseau n’est plus développé en France).

1.2.2 Réseaux souterrains

Ils sont constitués de câbles isolés comprenant les conducteurs


de phase et le conducteur de neutre.

1.2.3 Remarque

En triphasé, le neutre est pratiquement toujours distribué et mis


à la terre régulièrement, sur divers points des départs aériens et Figure 1 – Réseau de type souterrain : schéma
dans les boîtes de jonction ou de dérivation.
Les réseaux monophasés distribuent deux fils avec mise à la
terre régulière du neutre.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
D 4 815 − 2 © Techniques de l’Ingénieur, traité Génie électrique

40
Référence Internet
D4815

_____________________________________________________________________ PROTECTION DES RÉSEAUX À BASSE TENSION DE DISTRIBUTION PUBLIQUE

1.3.2 Réseau de type aérien


(sans coupe-circuit à fusibles MT)
2. Analyse des défauts
affectant les réseaux BT
Un réseau BT de type aérien, utilisé dans les zones rurales,
comporte (figures 2 et 3), depuis le client (C) jusqu’en amont du
poste T de transformation MT/BT, les protections suivantes :
— le disjoncteur d du client ; 2.1 Particularités des défauts BT
— les coupe-circuit à fusibles AD d’accompagnement de ce
disjoncteur ;
— les coupe-circuit à fusibles sectionneurs FD des départs BT, Les réseaux BT, tant aériens que souterrains, et les transfor-
s’il y a lieu ; mateurs MT/BT sont le siège de défauts qui peuvent s’analyser
— le disjoncteur D pour un poste sur poteau et l’interrupteur I ou comme suit.

2
le disjoncteur D, dans le cas de poste type cabine [poste bas simplifié
(dans ce traité, article Postes à moyenne tension [D 4 600])], le choix
étant fonction de la longueur, de la section des conducteurs et de 2.1.1 Courts-circuits
la nature du réseau BT (§ 3.3.3.2).
Ce sont les courts-circuits entre phases et entre phase et neutre
Sur ce type de réseau, on n’a pas installé de coupe-circuit à fusibles
dont les intensités de courant sont liées à la puissance de court-circuit
pour le transformateur MT/BT, mais leur mise en place est envisagée.
du lieu de défaut considéré ; leur élimination doit être rapide pour
En revanche, on trouve des éclateurs ou des parafoudres pour éviter une détérioration des éléments du réseau par effets Joule ou
protéger le transformateur contre les perturbations atmosphériques. électrodynamique.

2.1.2 Défauts à la terre

Ce type de défaut, qui entraîne généralement un faible courant


homopolaire, peut, dans certains cas, exister et ne pas être détecté,
notamment en cas de résistance de terre élevée.
Le courant de défaut est limité par la résistance de la mise à la
terre du neutre du réseau BT et par les impédances directe et homo-
polaire du transformateur et du réseau. La fréquence de ces défauts
est faible dans le cas des réseaux torsadés, où le neutre BT sert de
porteur, et des câbles BT, où le neutre sert d’écran aux autres phases.
Chez les clients BT, si les masses ne sont pas reliées au neutre
Figure 2 – Réseau de type aérien : schéma d’un poste sur poteau BT (comme en France, par exemple), le court-circuit entre phase et
masse fait circuler un courant dans la terre du client. Si le potentiel
de cette terre monte à une valeur dangereuse, un dispositif de
protection (disjoncteur différentiel) doit provoquer le déclenchement
de l’installation. Une résistance de terre trop élevée pour l’installation
du client peut avoir pour conséquence une montée en potentiel de
la terre dépassant cette valeur et ne s’accompagnant pas toujours
d’un déclenchement du disjoncteur différentiel.

2.1.3 Rupture du conducteur de neutre

En cas de rupture du conducteur de neutre du réseau BT, le


potentiel du neutre en aval du défaut n’est plus lié à celui du neutre
du transformateur MT/BT que par les résistances de terre R N du
neutre BT (figure 4).
Tant que le réseau aval est équilibré, il n’y a pas de manifestations.
Mais en cas de déséquilibre des charges, les tensions entre phase
et neutre évoluent de la façon suivante :
— pour la phase la moins chargée, la tension est supérieure à la
Figure 3 – Réseau de type rural : schéma d’un poste bas simplifié tension assignée et, au fur et à mesure que la charge continue à
diminuer (à cause de la destruction progressive des matériels), la
contrainte augmente et cela jusqu’à épuisement du matériel
raccordé sur cette phase ;
— pour les autres phases, la tension décroît progressivement.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Génie électrique D 4 815 − 3

41
2

42
Réseaux électriques de distribution publique
(Réf. Internet 42264)

1– Les grands choix techniques et politiques

2– Le fonctionnement des réseaux, protections et


automatismes 3
3– L'exploitation et la conduite des ouvrages Réf. Internet page

Réseaux de distribution. Exploitation D4230 45

4– Développement des réseaux

5– Ingénierie des réseaux

 Sur www.techniques-ingenieur.fr
• Saisissez la référence Internet pour accéder directement aux contenus en ligne
• Retrouvez la liste complète des ressources documentaires

43
3

44
Référence Internet
D4230

Réseaux de distribution
Exploitation
par Alain DOULET
Chef de mission à la Direction d’EDF-GDF SERVICES
Ancien responsable du Service technique électricité

3
1. Organisation de l’exploitation.............................................................. D 4 230 - 2
2. Qualité et continuité de l’alimentation électrique ......................... — 2
2.1 Objectifs........................................................................................................ — 2
2.2 Préparation de l’exploitation ...................................................................... — 2
2.3 Suivi des événements du réseau ............................................................... — 8
2.4 Conduite du réseau ..................................................................................... — 9
2.5 Rôle du chargé de conduite sur la tenue de tension ................................ — 10
2.6 Organisation de la conduite........................................................................ — 10
2.7 Moyens de téléconduite.............................................................................. — 11
2.8 Qualité de la fourniture vue du client ........................................................ — 13
3. Exploitation et sécurité.......................................................................... — 14
3.1 Travaux à proximité des réseaux ............................................................... — 15
3.2 Accès au réseau ........................................................................................... — 15
3.3 Conséquences pour la continuité de fourniture........................................ — 16
4. Entretien des installations .................................................................... — 16
4.1 Politique d’entretien .................................................................................... — 16
4.2 Réalisation des actions d’entretien ............................................................ — 16
4.3 Renouvellement des ouvrages ................................................................... — 18
5. Formation des intervenants .................................................................. — 18
6. Conclusion ................................................................................................. — 18
Pour en savoir plus........................................................................................... Doc. D 4 230

ans cet article, pour plus de précisions, nous conserverons les notations
D THT (400, 225 et 150 kV), HT (90, 63 et 42 kV), MT (20 et 15 kV) et BT (380
et 220 V), bien que les dénominations actuelles (UTE C 18-150) soient HTB (pour
les tensions supérieures à 50 kV), HTA (pour les tensions comprises entre 1 et
50 kV), BTB (pour les tensions comprises entre 500 et 1 000 V) et BTA (pour les
tensions comprises entre 50 et 500 V).
Un réseau de distribution doit fournir à l’ensemble des clients la meilleure
qualité de fourniture possible dans les meilleures conditions de sécurité et au
meilleur coût.
Pour atteindre ces objectifs, on peut agir sur :
— la conception des ouvrages (structure, dimensionnement et fiabilité des
ouvrages et du matériel, niveau d’automatisation...) ;
— les règles d’exploitation, qui, une fois l’ouvrage réalisé, déterminent la façon
de l’utiliser. Les questions d’exploitation mettant en jeu la sécurité des inter-
venants et du public ne sont pas l’affaire du distributeur seul, mais impliquent
également l’autorité publique, ce qui explique la superposition de textes régle-
mentaires et de règles propres au distributeur. C’est pourquoi cet article présente
essentiellement la situation française et fait référence aux conditions d’exploita-
Parution : février 1997

tion rencontrées en France, lorsque les réseaux sont exploités par EDF ou par les
autres distributeurs français non nationalisés qui généralement ont retenu des
options techniques proches de celles d’EDF.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Génie électrique D 4 230 − 1

45
Référence Internet
D4230

RÉSEAUX DE DISTRIBUTION ______________________________________________________________________________________________________________

1. Organisation les usages de l’électricité se sont eux-mêmes modifiés. Les matériels


sont généralement plus exigeants en terme de qualité de l’électricité
de l’exploitation et les conséquences des non-qualités de la distribution sont souvent
plus importantes parce que l’électricité joue un rôle majeur dans de
nombreux process industriels ou matériels courants.
Compte tenu de l’impact des conditions de l’exploitation sur la
Les imperfections de l’électricité peuvent se classer de la façon
sécurité des biens et des personnes, l’aspect réglementaire sur la
suivante :
sécurité va guider l’organisation de l’exploitation. L’arrêté inter-
ministériel du 2 avril 1991 fixe les conditions techniques auxquelles — les défaillances dans la continuité de fourniture qui sont des
doivent satisfaire les distributions électriques. phénomènes aléatoires se traduisant par des interruptions de four-
niture classées selon un découpage européen :
La publication UTE C 18-510 approuvée par arrêté conjoint du
Ministère du Travail et du Ministère de l’Industrie en date du • en coupures longues, supérieures à 3 minutes,
17 janvier 1989 parue au Journal officiel de la République française • en coupures brèves, comprises entre 1 seconde et 3 minutes,
définit les conditions réglementaires d’intervention propres à • en coupures très brèves, inférieures à la seconde.
assurer la sécurité des personnes. Selon la nature des usages, c’est la coupure ou sa durée qui est
Ce dernier document définit le rôle des acteurs en charge de la considérée comme gênante :
fonction d’exploitation : • pour un usage thermique ou de congélation, c’est la durée qui

3
— l’employeur assume la responsabilité légale de l’entreprise et, est déterminante,
à ce titre, est responsable de l’organisation des procédures, de la • pour un usage informatique, c’est l’existence de la coupure
mise en œuvre de la réglementation et de l’application des règles qui est déterminante.
de sécurité ;
— les anomalies dans la qualité de la fourniture qui sont des
— le chargé d’exploitation, désigné par l’employeur assure la
phénomènes plus ou moins permanents regroupant l’ensemble des
responsabilité d’un ensemble d’ouvrages précisément définis ; c’est
anomalies de la forme d’onde et des paramètres du signal
lui qui donne accès au réseau ou à la proximité de celui-ci ;
électrique :
— le chargé de conduite, désigné par l’employeur, assure la
responsabilité de la conduite d’un ensemble d’ouvrages précisément • creux de tension (baisses de tension de courte durée jusqu’à
définis ; c’est lui qui intervient pour modifier le schéma d’exploitation quelques secondes, supérieures à la plage contractuelle de varia-
et éliminer les conséquences d’un défaut survenant sur un tronçon tions autorisées),
de réseau et a en conséquence l’initiative des manœuvres sur un • variations lentes de tension (au-delà de la plage contractuelle
réseau ; autorisée variable selon les niveaux de tension),
— les chargés de consignation, de travaux et d’interventions • variations rapides de tension (phénomène intervenant à une
complètent cette organisation. fréquence de 1 à 20 Hz environ appelé aussi flicker et dont l’effet est
Tout ouvrage doit être placé à tout instant sous l’autorité d’un d’abord visuel sur les utilisations d’éclairage),
chargé d’exploitation unique et d’un chargé de conduite unique. • surtensions transitoires (phénomènes de durée très inférieure
à la période qui est de 20 ms),
Concrètement, c’est le directeur du centre EDF-GDF SERVICES, • harmoniques (composantes à 100, 150, 200, 250 Hz... super-
dont le domaine d’intervention couvre environ un département, qui posées aux 50 Hz),
exerce sur son territoire le rôle de l’employeur lorsque la distribution • déséquilibres de tension (dissymétries du système triphasé de
est assurée par EDF et c’est le directeur de la régie lorsque la distribu- tension).
tion est confiée à une régie. Sur une même zone géographique, les
chargés d’exploitation et de conduite pour les réseaux moyenne La norme EN 50 160 définit au niveau européen les caractéris-
tension (réseau MT) peuvent être les mêmes personnes (en général, tiques du produit électricité. Ces éléments sont rappelés dans le
en rural) ou parfois des personnes différentes (en urbain, par tableau 1. (0)
exemple). En basse tension, il y a en règle générale identité entre Les imperfections sur lesquelles l’exploitant du réseau va pouvoir
le chargé d’exploitation et le chargé de conduite. C’est le découpage agir le plus efficacement sont les défaillances de continuité. Les
territorial qui définit l’ensemble des ouvrages sous la responsabilité autres imperfections sont plus liées à la nature des charges
d’une personne. Il y a en effet en temps normal identité entre les raccordées sur le réseau et à la structure même du réseau. Cependant
territoires couverts par une ou plusieurs agences d’exploitation l’importance croissante de ces caractéristiques pour le client fait que
(découpage territorial le plus fin) et les zones géographiques l’exploitant doit de plus en plus les intégrer dans ses préoccupations.
correspondant aux ouvrages sous la responsabilité d’un chargé de L’ensemble des actions, procédures, méthodes et outils qui seront
conduite ou d’exploitation. détaillés dans les paragraphes suivants ont pour objectif de
Des mesures doivent être prises pour qu’à tout moment on puisse supprimer ou de réduire les effets de ces non-qualités pour le client.
identifier quels sont les ouvrages concernés (donc gérer la prise en
compte des nouveaux ouvrages et la suppression des ouvrages
déposés) et quels sont les responsables (donc suivre les passations
de fonction au cours du temps). 2.2 Préparation de l’exploitation

Exploiter le réseau va conduire le responsable à réagir à la suite


2. Qualité et continuité de divers événements survenant sur ce réseau. Leur caractère aléa-
toire nécessite une préparation pour déterminer quelle attitude
de l’alimentation électrique adopter selon les situations. Cette préparation peut se décomposer
en 4 parties :
— la connaissance de la géographie du réseau ;
2.1 Objectifs — la connaissance de la topologie du réseau ;
— la connaissance de l’état électrique du réseau ;
La qualité se définit comme l’aptitude d’un produit à satisfaire le — la prédétermination des situations de défaillance.
besoin d’un utilisateur. La qualité de l’alimentation électrique est Des outils informatiques facilitent la tâche de gestion et de suivi
donc fonction de ce qu’attend le client. Les attentes des clients se des données collectées.
sont fortement modifiées au cours des dernières années parce que

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
D 4 230 − 2 © Techniques de l’Ingénieur, traité Génie électrique

46
Référence Internet
D4230

_____________________________________________________________________________________________________________ RÉSEAUX DE DISTRIBUTION

2.2.3 État électrique du réseau


Tableau 1 – Caractéristiques de l’électricité fournie
par les réseaux publics (norme EN 50 160) L’exploitation correcte d’un réseau nécessite de connaître les
charges transitées sur les différents tronçons de façon à en tenir
Grandeur Valeur admise compte dans les actes de conduite :
50 Hz ± 1 % pendant 95 % du — pour choisir au mieux le schéma de référence ;
temps mesuré sur une semaine — pour connaître les schémas de secours utilisables.
Fréquence et variations
50 Hz ± 4 % – 6 % pendant La connaissance des charges est très variable selon le niveau de
100 % du temps tension. Un compromis est fait entre l’instrumentation donnant une
image réelle en temps réel ou à un instant donné et la modélisation.
Tension et variations lentes 230 V ± 10 % pendant 95 % du
temps mesuré sur une semaine
2.2.3.1 Instrumentation
Variations rapides de tension : PIt < 1 pendant 95 % du temps
flicker (mesurées par des indica- par semaine (1) ■ Dans les postes sources, des capteurs de mesure instantanée
teurs intégrant amplitude fournissent les courants traversant les disjoncteurs et les transfor-
et fréquence des perturbations) mateurs et les tensions des jeux de barres de façon permanente. Cela
Coupures brèves pas de limite normalisée permet d’avoir une image des charges en période de pointe mais

3
aussi dans les situations de faible charge. Ces valeurs sont générale-
Coupures longues pas de limite normalisée ment consultables sur place et télétransmises au lieu de conduite.
6 kV mais valeurs supérieures ■ Les capteurs de mesure des disjoncteurs donnent une image de
Surtension transitoire possibles la charge totale de chaque départ moyenne tension. Il n’y a en géné-
2 % max. pendant 95 % ral pas de capteur de mesure en réseau MT.
Déséquilibre de tension
du temps par semaine
■ Sur le réseau à basse tension, il n’y a pas de mesure permanente
taux global de distorsion de charge. Seules les surcharges sont comptabilisées sur les
Tensions harmoniques inférieur à 8 % et H3 < 5 % transformateurs sur poteau à l’aide d’un intégrateur de durée de
H5 < 6 % H7 < 5 % H9 < 1,5 % surcharge lisible du pied du support.
valeur maximale définie ■ On ne réalise pas de mesure temporaire à l’aide de matériel
par une courbe ;
Tension pour la transmission courants porteurs de 95 amovible sur le réseau à moyenne tension, compte tenu de la diffi-
de signaux par le réseau culté de mise en œuvre (installation de transformateur de
à 148,5 kHz (usages clients) :
1,4 V max potentiel...).
(1) l’indicateur PIt est un indicateur intégrant la fréquence de la perturba- ■ On réalise couramment des mesures temporaires de courant sur
tion, son niveau et prennent en compte la sensibilité variable de l’œil le réseau à basse tension, à l’aide de maximètres, ou des mesures de
aux papillotements en cas d’instabilité de la source d’éclairage. Sa défi- tension à l’aide de voltmètres enregistreurs. Par exemple, la mesure
nition à l’aide d’une courbe de sensibilité est donnée dans le vocabu-
de l’intensité maximale du courant appelé par départ BT à l’aide d’un
laire électrotechnique international (VEI 161-08-13)
maximètre posé durant une semaine de forte charge donne une
image de l’intensité en période de pointe. Ces mesures temporaires
restent cependant entachées d’incertitude (relation entre la valeur
2.2.1 Géographie du réseau mesurée et la valeur réelle en période de pointe inconnue).
L’exploitant a la mission de tenir à jour des plans du réseau lui ■ Des enregistrements de courant ou de tension à des niveaux
permettant de situer géographiquement les ouvrages. Ces plans, d’échantillonnage variables (en valeur efficace ou en valeur instan-
indispensables pour intervenir sur place lors d’incidents, sont à tanée) peuvent être réalisés ponctuellement à l’aide d’enregistreurs
échelle variable : pour analyser plus précisément un phénomène ou une réclamation.
— en zone rurale au 1/50 000e et 1/10 000e ;
■ De nouveaux appareils comme le qualimètre permettent un
— en zone suburbaine au 1/5 000e ;
enregistrement numérique de valeurs ou la surveillance de seuils et
— en zone urbaine au 1/2 000e et 1/5 000e.
le traitement postérieur des données sur micro-ordinateur. Ce même
De plus, la nécessité de retrouver précisément les ouvrages appareil permet la surveillance ou le suivi d’autres paramètres que
souterrains impose un repérage plus précis des corps de rue la tension et le courant, comme les coupures longues, brèves et très
comprenant des canalisations électriques. Les câbles et ouvrages brèves, les harmoniques, le déséquilibre. La possibilité de télérelever
sont alors repérés sur des plans au 1/200e voire au 1/500e. La figure 1 leurs mesures rend leur utilisation très souple.
montre quelques exemples de documents utilisés pour le position-
nement des réseaux. 2.2.3.2 Modélisation
Si l’instrumentation apparaît trop coûteuse à mettre en œuvre ou
2.2.2 Topologie du réseau trop lourde à exploiter, d’autres méthodes peuvent les remplacer en
permettant de calculer une valeur approchée de certaines grandeurs
L’exploitant doit aussi connaître le schéma électrique du réseau. à partir d’autres plus facilement accessibles :
Pour cela, il lui est nécessaire de disposer de schémas unifilaires — un courant ou une puissance de pointe peuvent être évalués
des postes sources et des postes de coupure les plus importants et à partir d’un courant ou d’une puissance mesurée à l’heure de la
des schémas unifilaires des réseaux moyenne tension. Ces docu- pointe mais à un jour différent en effectuant une correction de
ments permettent de repérer le schéma de référence du réseau, température qui recalcule la valeur supposée au moment de la pointe
c’est-à-dire celui qui est utilisé en situation normale. Ce sont souvent ou à une température de référence donnée. C’est ce qui est fait pour
les mêmes documents qui sont utilisés en temps réel pour y reporter calculer un courant de pointe à partir d’une mesure de courant faite
les modifications apportées. Les figures 2, 3 et 4 présentent un par exemple sur une semaine d’hiver ;
exemple de schéma unifilaire de poste source, de réseau urbain et — une puissance appelée par un client peut être calculée de façon
de réseau rural. En basse tension, le même document est générale- approchée à partir de la consommation enregistrée et de quelques
ment utilisé pour le repérage géographique et topologique compte données contractuelles caractérisant son comportement ; c’est ce
tenu du faible nombre de manœuvres dont ce réseau est le siège. qui est utilisé en basse tension pour calculer la contribution en
période de pointe d’un client à partir de ses consommations, de sa
puissance souscrite et du type de tarif souscrit.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Génie électrique D 4 230 − 3

47
Référence Internet
D4230

RÉSEAUX DE DISTRIBUTION ______________________________________________________________________________________________________________

Figure 1 – Exemples types de cartographie utilisés pour repérer les réseaux de distribution

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
D 4 230 − 4 © Techniques de l’Ingénieur, traité Génie électrique

48
Réseaux électriques de distribution publique
(Réf. Internet 42264)

1– Les grands choix techniques et politiques

2– Le fonctionnement des réseaux, protections et


automatismes

3– L'exploitation et la conduite des ouvrages 4


4– Développement des réseaux Réf. Internet page

Structure des réseaux de distribution D4210 51

Schémas directeurs de développement des réseaux électricité de distribution D4211 59

Principes et méthodes de développement des réseaux électriques de distribution D4212 65

Raccordement de la production décentralisée aux réseaux de distribution. Aspects D4239 71


règlementaires et organisationnels
Raccordement de la production décentralisée aux réseaux de distribution. Conditions D4241 77
d'intégration
Raccordement de la production décentralisée aux réseaux de distribution. Aspects D4242 85
techniques

5– Ingénierie des réseaux

 Sur www.techniques-ingenieur.fr
• Saisissez la référence Internet pour accéder directement aux contenus en ligne
• Retrouvez la liste complète des ressources documentaires

49
4

50
Référence Internet
D4210

Structure des réseaux


de distribution

par Alain COIFFIER


Ingénieur du Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM)
Ex-Chef de service à la Direction Réseau d’ERDF (Électricité Réseau de Distribution France)
Note de l’éditeur
Cet article est la refonte de l’article Structure et planification paru en 1991, rédigé par
Philippe Carrive.

Description sommaire des réseaux électriques.............................. D 4 210v2 - 2

4
1.
1.1 Réseaux de transport.................................................................................. — 3
1.2 Réseaux de répartition................................................................................ — 3
1.3 Réseaux de distribution.............................................................................. — 3
2. Options techniques fondamentales ................................................... — 5
2.1 Options générales relatives aux réseaux MT et BT.................................. — 5
2.2 Options concernant les réseaux MT.......................................................... — 6
2.3 Options concernant les réseaux BT........................................................... — 12
3. Structure des postes sources .............................................................. — 14
3.1 Postes HT/MT .............................................................................................. — 14
3.2 Postes THT/MT ............................................................................................ — 16
3.3 Notion de puissance garantie .................................................................... — 16
3.4 Automatismes et protections associés aux postes sources .................... — 17
4. Architecture des réseaux MT............................................................... — 17
4.1 Avant-propos............................................................................................... — 17
4.2 Structures MT en zones urbaines .............................................................. — 18
4.3 Structures MT en zones rurales ................................................................. — 24
4.4 Automatisation des réseaux de distribution MT ...................................... — 29
5. Postes MT et MT/BT des réseaux de distribution........................... — 30
5.1 Postes MT de structure............................................................................... — 30
5.2 Postes MT/BT de distribution publique..................................................... — 30
5.3 Postes privés ............................................................................................... — 31
6. Architecture des réseaux BT et des branchements....................... — 31
6.1 Contexte....................................................................................................... — 31
6.2 Principales structures des réseaux BT ...................................................... — 32
6.3 Description sommaire des branchements BT .......................................... — 33
7. Qualité de fourniture.............................................................................. — 33
7.1 Continuité de fourniture ............................................................................. — 33
7.2 Qualité de l’onde ......................................................................................... — 34
7.3 Mesure de la continuité de fourniture....................................................... — 34
8. Conclusion................................................................................................. — 35
9. Glossaire .................................................................................................... — 35
Pour en savoir plus .......................................................................................... Doc. D 4 210v2

’accès à l’énergie électrique est un vecteur important du développement


L économique d’un pays. Bien que la situation dans le monde s’améliore au fil
des années, il existe encore des zones, notamment en Afrique, où la population
Parution : avril 2021

Copyright © – Techniques de l’Ingénieur – Tous droits réservés D 4 210v2 – 1

51
Référence Internet
D4210

STRUCTURE DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION ____________________________________________________________________________________________

ne dispose pas de l’énergie électrique. Dans d’autres pays la distribution de


l’énergie électrique est intermittente au cours de la journée ou même de
l’année.
Historiquement, l’énergie électrique était produite localement à proximité du
lieu de consommation, au fil du temps les petits producteurs ont mutualisé
leur production en créant de petits réseaux pour pallier, d’une part, à la défail-
lance d’un outil de production et, d’autre part, pour optimiser la puissance
installée de l’ensemble des machines de production implantées sur une zone
géographique. Cela a permis aussi d’alimenter d’autres utilisateurs n’ayant pas
de moyen de production. Au cours du temps le réseau s’est étendu pour
atteindre le réseau d’aujourd’hui.
En France, l’évolution du système électrique a permis l’électrification du
territoire français avec un niveau de qualité globalement adapté aux besoins
des utilisateurs.
D’après les archives d’Électricité de France (EDF), en 1918, seulement 58 %
de la population avait accès à l’énergie électrique. En 1929, ce chiffre est passé
à 83 % pour atteindre 90 % en 1937. La fin de l’électrification du territoire
français remonte à 1956.

4
Les pourcentages indiqués ci-dessus montrent le décalage entre les déci-
sions d’évolution des réseaux électriques et la concrétisation de ces décisions
sur le terrain.

Avertissement : dans ce traité à visée internationale, l’auteur


n’utilise volontairement pas les termes désignant les tensions
dans la norme française NFC 18-510. Pour un électricien
français, il faudrait traduire ces termes comme suit :
• BT : BT tension 50 V < U ≤ 1000 V
• MT : HTA tension 1000 V < U ≤ 50 kV
• postes MT/BT : postes HTA/BT
• HT et THT : HTB partitionnée en HTB1 : 63 et 90 kV ;
HTB2 : 150 et 225 kV ; HTB3 : 400 kV

relative à la sécurité sur les ouvrages électriques, elle est appli-


1. Description sommaire cable en France depuis janvier 1989.
des réseaux électriques Le tableau 1 donne la classification des tensions alternatives,
les plus utilisées dans le monde.
L’acheminement de l’énergie électrique depuis les centrales de Dans la suite de cet article, on se réfèrera à la colonne des
production jusqu’aux centres de consommation est assuré par appellations courantes du tableau 1 qui reste la règle usuelle à
l’ensemble des réseaux électriques. Comme l’énergie électrique l’international.
est difficilement stockable, il est impératif d’assurer en perma- En France, comme le montre la figure 1, le marché de l’électri-
nence l’équilibre entre la production et la consommation. cité est divisé en trois segments, dont deux sont ouverts à la
Le réseau électrique doit également garantir à chaque utilisateur concurrence.
un produit de qualité adapté à ses besoins.
Le marché de la production est ouvert à la concurrence depuis la
Le produit « électricité » est caractérisé par : loi 2000-108 du 10 février 2000. Toute entreprise publique ou privée
– une puissance disponible cohérente avec les besoins de l’utili- peut exploiter des installations de production de l’électricité.
sateur ; La gestion des réseaux de transport est une activité régulée,
– une tension compatible avec l’installation électrique de l’utili- elle est assurée par RTE (Réseau de transport d’électricité).
sateur ; L’accès au réseau est régulé par un tarif fixé par la Commission de
– une qualité de fourniture (qualité de l’onde de tension et conti- régulation de l’énergie.
nuité de l’alimentation) adaptée aux besoins de l’utilisateur, mais
dépendante, d’une part, du niveau de tension de raccordement et, La gestion des réseaux de distribution est une activité régulée,
d’autre part, de la densité de charge de la zone ou plus générale- elle est assurée par ENEDIS et les ELD (entreprise locale de distri-
ment des caractéristiques des réseaux d’alimentation. bution). L’accès au réseau de distribution est régulé par un tarif
fixé par la Commission de régulation de l’énergie.
■ Classification des niveaux de tension alternative La fourniture de l’énergie électrique est un secteur qui s’est
Les normes NF C13-200, C15-100 et C18-510 définissent les clas- ouvert progressivement à la concurrence depuis le 1er février 1999
sifications des tensions alternatives. La norme NF C18-510 est pour les très gros consommateurs (> 100 GWh) jusqu’au 1er juillet

D 4 210v2 – 2 Copyright © – Techniques de l’Ingénieur – Tous droits réservés

52
Référence Internet
D4210

____________________________________________________________________________________________ STRUCTURE DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION

Tableau 1 – Classification des tensions alternatives


Domaine de tension Tension alternative Autre appellation courante Valeurs usuelles en France
TBT Un ≤ 50 V 12 V – 24 V – 48 V
BT 50 V > Un ≤ 1000 V BT (basse tension) 220 V – 380 V – 400 V
5,5 V – 6,6 V – 10 V – 15 V
HTA 1000 V > Un ≤ 50 kV MT (moyenne tension)
– 20 V – 36 kV
HT (haute tension) 63 V – 90 V -150 kV
HTB Un > 50 kV
THT (très haute tension) 225 V – 400 kV
Un étant la tension composée nominale

Activité Production Production


en concurrence centralisée décentralisée

Acheminement
via les réseaux
Acheminement
via les réseaux
4
Activité régulée de transport de distribution (MT et BT)
et de répartition Objet de l’article
(THT et HT)

Activité Fourniture Fourniture


non régulée aux clients aux clients
(concurrentielle) de forte puissance de faible puissance

Figure 1 – Schéma d’organisation du marché de l’électricité en France

2007 pour les consommateurs résidentiels. Les entreprises, les productions et à l’alimentation des postes THT/HT ou THT/MT).
professionnels, les collectivités locales et les particuliers peuvent Comme les consommateurs ne consomment pas tous au même
librement opter pour l’un des fournisseurs du marché de l’énergie moment, les interconnexions permettent une optimisation des
électrique. Le « médiateur de l’énergie », sur son site Internet, puissances installées dans les centrales de production. De plus,
propose un comparateur d’offres des différents fournisseurs. l’interconnexion présente l’avantage de pallier la défaillance d’un
ou plusieurs ouvrages de production ou de transport.
La figure 2 représente l’architecture du système électrique français,
il est structuré en plusieurs niveaux de tension. Chaque niveau a un Les grandes centrales de production ainsi que quelques très
rôle spécifique dans l’acheminement de l’énergie électrique. gros consommateurs industriels sont raccordés sur ce réseau.
En France, les réseaux THT et HT sont gérés et exploités par Pour les grands centres urbains, ces réseaux sont susceptibles
RTE. Les réseaux de distribution MT et BT sont gérés et exploités d’alimenter des postes de transformation THT/MT (225 kV/MT)
par les gestionnaires des réseaux de distribution représentés destinés à la distribution MT.
majoritairement par ENEDIS et par les ELD.
Les principes du schéma représenté par la figure 2 sont aussi, 1.2 Réseaux de répartition
largement utilisés dans de nombreux pays industrialisés. Dans
certains pays, les réseaux de répartition sont intégrés aux réseaux Les réseaux de répartition à haute tension (HT) 63 et 90 kV en
de distribution, les distributeurs ont alors en charge la gestion des France sécurisent l’alimentation de poches régionales. Ils desservent
réseaux de répartition et de distribution. les postes de transformation HT/MT destinés à la distribution MT.
Cet article traite les réseaux de distribution, les autres réseaux Ces réseaux sont souvent exploités en mode maillé sur une zone
étant développés dans les articles relatifs aux réseaux de trans- géographique alimentée par un ou plusieurs postes THT/HT.
port. Les réseaux HT alimentent également les postes HT privés des
industriels ayant des besoins en puissance, tels qu’un raccorde-
ment en MT est inconcevable
1.1 Réseaux de transport
Les réseaux de transport à très haute tension (THT) 400 et 1.3 Réseaux de distribution
225 kV en France garantissent le transport de l’énergie électrique
depuis les gros centres de production vers les régions. Ces Les réseaux de distribution sont alimentés par les postes THT/MT
réseaux, largement interconnectés, sont exploités en mode maillé ou HT/MT mentionnés dans les deux paragraphes précédents. Ils
(plusieurs circuits contribuent simultanément à l’évacuation des sont couramment désignés en France sous le nom de postes sources.

Copyright © – Techniques de l’Ingénieur – Tous droits réservés D 4 210v2 – 3

53
Référence Internet
D4210

STRUCTURE DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION ____________________________________________________________________________________________

Centrales nucléaires
THT Gros industriels
et thermiques
400 kV

THT
225 kV

Centrales thermiques
Industriels
et hydrauliques

4 HT
90-63 kV MT
20-15 kV

MT Industriels
20-15 kV
PI
PI

Centrales Producteurs BT
hydrauliques indépendants 400/230 V

PI BT
Producteurs 400/230 V
indépendants MT

PI
Producteurs PI
indépendants BT

Figure 2 – Système électrique français

Les réseaux de distribution à moyenne et à basse tension (MT 1.3.1 Contexte socio-économique
et BT) alimentent la grande majorité des utilisateurs de l’énergie
électrique. L’alimentation en MT ou en BT de ces utilisateurs est Selon le degré de développement du pays, les objectifs relatifs
fonction de la puissance nécessaire à leur installation. Depuis au déploiement des réseaux de distribution sont assez différents.
quelques décennies, ils sont aussi destinés à collecter l’énergie En effet, on distingue plusieurs phases d’évolution des réseaux de
produite par les productions de petite taille (< 12 MW) dites distribution.
décentralisées.
La phase d’électrification consiste à étendre les réseaux sur le
On notera que cette tendance à la collecte de ces productions territoire pour raccorder les centres de consommation les plus
sur les réseaux de distribution est de plus en plus utilisée dans stratégiques socio-économiquement ou les plus gros, en minimi-
beaucoup de pays du fait du développement des productions à sant les investissements. Cette situation existe dans certains pays
base d’énergie renouvelable (solaire et éolien). en Afrique.
En général, les réseaux de distribution sont exploités non Dans certains pays, où l’investissement dans une électrification
bouclés en régime normal (chaque point de charge n’est alimenté par réseau centralisé interconnecté, a été jugé non rentable, mais
que par une seule source). où il est nécessaire de maintenir les populations dans leur habitat, il
Les réseaux BT alimentent les utilisateurs raccordés en basse est procédé à l’installation de petits réseaux indépendants en géné-
tension. ral appelés minigrids, alimentés par des énergies renouvelables

D 4 210v2 – 4 Copyright © – Techniques de l’Ingénieur – Tous droits réservés

54
Référence Internet
D4210

____________________________________________________________________________________________ STRUCTURE DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION

(photovoltaïque, petit éolien, hydroélectricité). Ces productions


intermittentes peuvent être appuyées par un ou plusieurs groupes 2. Options techniques
électrogènes et éventuellement par des moyens de stockage d’énergie
électrique.
fondamentales
La phase de croissance correspond à l’évolution des capacités Les choix concernant les grandes orientations techniques peuvent
des réseaux pour répondre aux demandes croissantes d’augmen- avoir des conséquences techniques et économiques importantes à
tation des puissances par les clients raccordés. S’ajoutent égale- long terme pour le distributeur d’énergie électrique mais aussi
ment les extensions de réseau pour le raccordement des zones pour les utilisateurs. Toutefois, certaines options exposées ci-
nouvelles. dessous sont devenues des standards mondiaux, dont la remise
en cause serait particulièrement délicate.
La phase de qualité dans laquelle le réseau doit répondre à des
exigences accrues de la part de la clientèle en matière de qualité
de fourniture. Ces demandes sont conditionnées par le développe-
ment des différents usages de l’électricité. Il s’agit principalement, 2.1 Options générales relatives
pour les distributeurs, de fiabiliser les ouvrages de distribution aux réseaux MT et BT
pour réduire les incidents et limiter leur impact pour les utilisa-
teurs.
2.1.1 Types de courant électrique
La phase de développement des réseaux de distribution dits
« intelligents ». Les progrès en matière de communication asso- Historiquement, le courant continu était utilisé dans beaucoup
ciés, entre autres, aux compteurs communicants (voir [D 4 965]) de grandes villes des pays industrialisés. À Paris par exemple, les
doivent conduire à une meilleure gestion des réseaux de distribu- derniers réseaux de distribution à courant continu ont complète-
tion publics, qui comptent désormais, outre les consommateurs
traditionnels, des producteurs décentralisés. Ces systèmes sont
susceptibles à terme de permettre des économies d’énergie pour
ment disparu en 1965. Ils n’étaient d’ailleurs plus développés
depuis 1930, cela montre le poids du passé dans les décisions
d’évolution des réseaux électriques. Aujourd’hui, s’il est d’un
4
une meilleure prise en compte de l’environnement. usage familier dans toutes nos applications connectées et le sera
dans le futur avec les véhicules électriques, le continu a pratique-
ment disparu du domaine de l’acheminement de l’énergie élec-
1.3.2 Contexte associé à la gestion des réseaux trique de puissance. Dans ce domaine, le courant alternatif s’est
de distribution imposé depuis longtemps dans tous les pays. Cette généralisation
est due aux nombreux avantages que procure le courant alternatif
par rapport à l’utilisation du courant continu. En effet, l’utilisation
Dans la majorité des pays du monde, les gestionnaires des
des transformateurs permet d’adapter la tension, depuis les centrales
réseaux électriques, qu’ils soient publics ou privés, sont soumis
de production jusqu’aux réseaux BT, en fonction des puissances à
à des lois et à des règles plus ou moins contraignantes, fixées
transporter.
par les États. Ils sont également soumis à différentes normes à
respecter. Toutefois, notons que les innovations technologiques de ces
dernières décennies, permettent de réaliser des lignes de trans-
En France on peut citer par exemple les documents indiqués port à courant continu à haute tension compétitives sur de lon-
ci-après : gues distances ou sur des liaisons sous-marines (au-delà de
50 km, les câbles haute tension fonctionnant en alternatif sont
– l’arrêté technique du 17 mai 2001 (NFC 100-001, version illus- saturés par le courant capacitif).
trée), modifié par l’arrêté du 9 juillet 2019, définit, entre autres, les
règles de construction des ouvrages électriques en vue de garantir Le courant alternatif dans sa version « triphasé » est d’un
leur résistance mécanique et leur sécurité ; emploi généralisé dans les domaines de la production et du trans-
port de l’énergie électrique. Il est aussi largement présent dans les
– la norme NF C11-201 s’applique à la construction des ouvrages réseaux de distribution MT et BT. Cependant, pour des raisons de
de distribution d’énergie électrique ; simplicité et de coût des installations électriques intérieures, une
– les normes NF C13-100 et NF C14-100 sont relatives respective- grande partie des utilisateurs des réseaux BT est raccordée en
ment aux postes de livraison client alimentés en MT et à la monophasé (une phase et le neutre).
construction des branchements BT.

Sous réserve du respect de l’ensemble des règles imposées, les 2.1.2 Fréquence du courant alternatif
distributeurs peuvent définir leur propre politique technique. On
verra d’ailleurs dans la suite de cet article, les nombreuses possi- Par le passé, des fréquences diverses ont été utilisées à travers
bilités offertes en matière de structure des réseaux de distribution. le monde. Actuellement, il n’en reste que deux : 50 Hz, en Europe
et en Asie, et 60 Hz, principalement en Amérique du Nord.
Notons qu’une valeur commune de la fréquence a l’avantage
À retenir capital de permettre une interconnexion internationale des
réseaux de transport, ce qui est effectivement largement le cas en
– Les réseaux électriques sont organisés selon les niveaux Europe.
de tension. Chaque niveau a un rôle dans l’acheminement de
l’énergie électrique. En général, les baisses de fréquences sont liées à un déséqui-
– Les objectifs relatifs au développement des réseaux de distri- libre accidentel entre production et consommation.
bution sont en relation avec le développement socio-économique
La norme NF EN 50160, plus connue pour donner « les caracté-
de chaque pays.
ristiques de la tension sur les réseaux publics de distribution »,
– Les installations électriques sont soumises à de nombreuses
spécifie également les tolérances de variation de fréquence
lois et normes. Dans ce contexte, chaque pays définit ses
autour de la valeur nominale (50 Hz) en fonction de l’inter-
propres règles en matière de construction et d’exploitation
connexion des réseaux. Le tableau 2 indique les tolérances rete-
des ouvrages électriques.
nues de cette norme.

Copyright © – Techniques de l’Ingénieur – Tous droits réservés D 4 210v2 – 5

55
Référence Internet
D4210

STRUCTURE DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION ____________________________________________________________________________________________

Cependant, dans certains pays, l’alimentation des charges faibles


Tableau 2 – Tolérance de variation de la fréquence ou dispersées, peut être réalisée localement par des dérivations
avec des systèmes biphasés (entre deux phases) ou monophasés
Valeurs pour des réseaux reliés
(entre phase et neutre).
par des connexions synchrones à un système interconnecté
Le système triphasé est plus onéreux à la construction que les
Tolérance Valeur Durée systèmes monophasés ou biphasés, mais il présente des avantages
au plan électrotechnique. Ces avantages peuvent se traduire par une
50 ± 1 % De 49,5 à 50,5 Hz Pendant 99,5 % économie à moyen et long terme en coût d’exploitation (pertes par
d’une année effet Joule), en coût de renforcement des dérivations et en qualité
50 + 4 %/– 6 % De 47 à 52 Hz Pendant 100 % de la tension chez les utilisateurs. Il facilite aussi l’alimentation des
du temps moteurs de puissance importante (plus de quelques kilowatts), pour
autant que les tensions des phases soient bien équilibrées, donc que
Valeurs pour des réseaux sans connexion synchrone le système ne présente qu’une faible composante indirecte.
à un système interconnecté (réseaux d’alimentation Le tableau 3 précise les différences des grandeurs électriques
existant sur certaines îles) entre les trois principes d’alimentation cité ci-dessus. Les for-
mules du tableau sont établies en supposant, que les trois circuits
Tolérance Valeur Durée indépendants alimentent chacun, une même charge, située à une
50 ± 2 % De 49 à 51 Hz Pendant 95 % même distance et que chaque circuit est constitué de conducteurs
d’une semaine de même section, y compris le conducteur de neutre.
Le tableau 3 montre que les grandeurs électriques (pertes par
50 + 4 %/– 6 % De 42,5 à 57,5 Hz Pendant 100 % effet Joule et chute de tension) pour le système biphasé sont mul-
du temps tipliées par deux par rapport au système triphasé. Pour le système

4 monophasé, elles sont multipliées par six par rapport au système


triphasé.
2.2 Options concernant les réseaux MT 2.2.1.2 Système de distribution du neutre MT
À travers le monde, on distingue deux systèmes triphasés de
2.2.1 Type de distribution distribution MT assez différents, notamment concernant la distri-
bution du neutre pour le réseau constituant l’ossature principale.
2.2.1.1 Nombre de phases distribuées Le système nord-américain est représenté par la figure 3. Dans
Dans le domaine de la moyenne tension, le système électrique ce système le neutre est distribué et mis à la terre régulièrement
triphasé est d’emploi généralisé partout dans le monde, tout au le long du réseau.
moins sur les lignes d’ossature. Il est également utilisé pour L’ossature du réseau est composée de quatre conducteurs, et
l’alimentation des charges importantes et pour la desserte des les dérivations peuvent être constituées de deux, trois ou quatre
zones à forte densité. conducteurs, selon la puissance des charges à desservir.

Tableau 3 – Comparaison des systèmes de distribution


Triphasé équilibré « Biphasé » Monophasé
Grandeurs électriques
(3 ou 4 conducteurs) (entre deux phases) Entre phase en neutre
U tension entre
Tension d’alimentation tension entre phase
U tension entre phases les deux conducteurs de phase
des circuits et neutre d’un réseau triphasé
d’un réseau triphasé
Longueur des circuits L
Puissance apparente transitée S

Intensité transitée

Chute de tension relative

Pertes par effet Joule

Le coefficient k des formules de calcul de la chute de tension relative est fonction de l’impédance d’un conducteur et du déphasage φ entre la tension
et le courant. Il a pour expression avec r la résistance linéique d’un conducteur (en Ω/km) et x l’inductance linéique d’un conducteur
(en Ω/km).

D 4 210v2 – 6 Copyright © – Techniques de l’Ingénieur – Tous droits réservés

56
Référence Internet
D4210

____________________________________________________________________________________________ STRUCTURE DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION

dérivations sont alimentées entre deux phases. Les postes MT/BT


sont raccordés en triphasé ou entre deux phases. Le choix du mode
de raccordement dépend du type de réseau au point de raccorde-
ment et surtout de la puissance à desservir au moment du raccorde-
BT ment mais aussi de la prévision d’évolution de la zone considérée.
Poste HT/MT Monophasée
La variante de la figure 4c est utilisée par exemple en Australie.
L’ossature est en triphasé et les dérivations peuvent être alimentées en
triphasé ou entre deux phases. Certaines dérivations sont même ali-
mentées par une seule phase avec retour par la terre. Si cette option a
un coût de réalisation assez faible, elle présente des contraintes impor-
tantes qui limitent son emploi notamment dans les régions où la résis-
tivité du sol est élevée (elle y serait à l’origine de certains feux de
Disjoncteur brousse). La nécessité d’insérer un transformateur d’isolement grève
l’intérêt de cette solution. L’autorisation d’emploi de ce système est
N soumis à la législation en vigueur dans le pays concerné.
3
Le choix entre les différents systèmes à des implications impor-
2 tantes en matière d’exploitation, de formation du personnel et de
1 protection des réseaux (sécurité des personnes).
L’approche technico-économique développée dans l’article [D 4 212]
Interrupteur
peut apporter une aide précieuse pour choisir un système de distribu-
tion. Toutefois, si le pays possède un réseau développé dans un
N

4
système de distribution, il sera pratiquement impossible de justifier
3 un changement du système. En revanche, si le réseau du pays est
2 faiblement développé, le choix d’un système est encore possible.

Fusible MT 2.2.2 Tension des réseaux MT


N Dans le monde, de nombreuses tensions MT existent, la gamme
s’étend approximativement de 3 à 35 kV. Parfois plusieurs niveaux
3
de tension cohabitent sur un même territoire. Cela peut poser des
problèmes d’exploitation et peut imposer l’insertion de transfor-
Neutre MT mateurs ou d’autotransformateurs aux points de connexion entre
1 2 3 N
deux niveaux de tension pour assurer des liaisons de secours.
Figure 3 – Système nord-américain de distribution MT Ce constat est dû aux choix historiques de chaque pays. Mainte-
nir une telle diversité est incompatible avec un développement
économique des réseaux MT, d’autant plus que les matériels ne
Au poste source, le neutre est raccordé directement à la terre et les sont pas forcément disponibles pour toutes les tensions exis-
artères sont protégées des défauts par un disjoncteur-réenclencheur tantes. Afin d’harmoniser au mieux les marchés de matériels et
général. Les dérivations sont protégées par des fusibles placés sur les les techniques, au niveau mondial, la CEI (Commission électro-
conducteurs de phase en début de dérivation. En cas de défaut sur technique internationale) a publié deux gammes préférentielles
une dérivation, le disjoncteur-réenclencheur (temporisé) déclenche, qui résultent d’un compromis des tensions utilisées dans le
laisse le temps aux fusibles de dérivation de terminer leur combus- monde. Le tableau 4 donne les gammes préférentielles pour les
tion, puis réenclenche, remettant sous tension le reste de l’artère. En réseaux MT à neutre distribué et sans neutre distribué.
l’absence d’impédance de limitation du défaut à la terre, le courant de Comme les constructeurs de matériel ne développent au mieux
défaut sous tension simple est considérable. que les gammes indiquées dans le tableau 4, on constate dans de
Le système de type européen représenté par la figure 4 avec nombreux pays, une tendance à l’abandon des tensions hétéro-
ses variantes est aussi largement développé dans d’autres pays clites.
(Asie, Russie, Afrique). Dans ce système, le neutre MT n’est pas
distribué, mais il est possible de réaliser des dérivations biphasées 2.2.2.1 Choix de la tension MT
ou monophasées.
Le choix de la tension des réseaux MT à des conséquences,
En France, le système utilisé est celui représenté par la économiques, techniques et qualitatives importantes sur une très
figure 4a. En urbain comme en rural tous les postes MT/BT de dis- longue période.
tribution publique ou privés sont alimentés en triphasé. De plus,
les transformateurs MT/BT utilisés ont un couplage réduisant le À priori, tout en respectant les contraintes électriques, on pour-
transfert d’un déséquilibre BT sur la MT. De ce fait, les réseaux rait penser que le meilleur niveau de tension est celui qui minimi-
MT français ont des courants dans les trois phases, bien équili- serait les coûts d’investissement et d’exploitation par kVA
brés. Si l’investissement initial semble assez élevé, il offre des distribué. Or dans ce contexte, on justifierait certainement des
grandes possibilités d’évolution des charges et permet des écono- tensions plutôt hautes. Mais de nos jours, on constate dans bien
mies significatives sur les pertes par effet Joule. des pays, que les exigences, de plus en plus ambitieuses, en
matière de continuité de fourniture constituent une limite dans
Au poste source, le neutre du transformateur et donc du réseau MT l’utilisation des tensions élevées. En effet, en zones urbaines
est raccordé à la terre, via soit une résistance de neutre (RN), soit une comme en zones rurales, la continuité de fourniture vue par les
impédance de neutre BPN (cas d’un secondaire TR triangle), soit une utilisateurs des réseaux de distribution est surtout dépendante
impédance de compensation (voir § 2.2.3). Les départs MT issus des des réseaux MT.
postes sources sont protégés par des disjoncteurs (voir figure 8).
Dans la pratique on observe que le nombre de coupures très
La variante de la figure 4b est utilisée par exemple en Grande- brèves, brèves et longues est proportionnel à la longueur des
Bretagne ou en Irlande. Les ossatures sont triphasées et certaines départs MT. De plus, le nombre de clients coupés lors d’un incident

Copyright © – Techniques de l’Ingénieur – Tous droits réservés D 4 210v2 – 7

57
Référence Internet
D4210

STRUCTURE DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION ____________________________________________________________________________________________

Poste HT/MT Poste HT/MT

Ou

Disjoncteur Disjoncteur

3 3
2 2
1 1

Interrupteur Interrupteur

BT
Monophasée
1 2 3

4
BT BT
Triphasée avec neutre Triphasée avec neutre
3
a réseau MT sans neutre distribué, entièrement triphasé 2

BT
1 2 3 Monophasée

b réseau MT sans neutre distribué, mixte deux ou trois phases

Poste HT/MT
BT
1 2 Monophasée

Disjoncteur

3
2
1

3
2

Interrupteur
BT
Monophasée

BT
1 2 3 Transformateur Monophasée
d’isolement

c réseau MT sans neutre distribué, mixte une, deux ou trois phases

Figure 4 – Système de distribution MT de type européen

D 4 210v2 – 8 Copyright © – Techniques de l’Ingénieur – Tous droits réservés

58
Référence Internet
D4211

Schémas directeurs
de développement des réseaux
électricité de distribution

par Alain COIFFIER


Ingénieur du Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM)
Ex-Chef de service à la Direction Réseau d’ERDF (Électricité Réseau de Distribution France)

1. Principes généraux pour l’établissement des schémas


directeurs................................................................................................... D 4 211v2 - 3
2.
3.
État des lieux des ouvrages MT existants ........................................
Prévision des consommations et des puissances ..........................


5
6
4
4. Choix techniques fondamentaux ........................................................ — 10
5. Établissement de la cible à long terme ............................................. — 10
6. Étude des stratégies et établissement de la cible
à moyen terme ......................................................................................... — 18
7. Principales restitutions de l’étude et révision du schéma
directeur..................................................................................................... — 21
8. Conclusion................................................................................................. — 21
9. Annexe........................................................................................................ — 21
10. Glossaire .................................................................................................... — 23
Pour en savoir plus .......................................................................................... Doc. D 4 211v2

e développement du réseau électrique public de transport et de distribu-


L tion représente un investissement important et les équipements construits
ont une durée de vie très longue de l’ordre de 40 ans. Il est donc impératif
qu’une approche des évolutions nécessaires soit organisée, elle doit être
cohérente, optimisée économiquement et robuste dans le temps. Chaque ges-
tionnaire de réseau, transport comme distribution, est ainsi amené à élaborer
une vision anticipatrice de l’évolution de son réseau. Bien évidemment, sur un
même territoire, ces visions doivent être coordonnées. Ces visions anticipa-
trices permettent de concevoir le futur réseau en se projetant dans l’avenir, en
intégrant suffisamment en amont les nouvelles technologies et les nouvelles
attentes des utilisateurs. C’est la logique d’un schéma directeur. Ce schéma
directeur servira ensuite de référence pour tous les travaux qui seront décidés
au fur et à mesure de l’arrivée des nouveaux utilisateurs, en réponse à l’aug-
mentation des consommations, pour améliorer la qualité ou pour pallier à
l’obsolescence des composants les plus anciens du réseau.
Toutes les compagnies d’électricité développent une démarche similaire qui
permet de comprendre comment la vision de long terme s’articule avec les
décisions de court terme. Le présent article illustre plus particulièrement la
démarche mise en œuvre en France par le distributeur historique Enedis.
Le schéma directeur est établi en conformité avec les politiques et règles
techniques de l’entreprise de distribution, il est principalement constitué d’une
cible à long terme et de la meilleure stratégie (opérations successives pour
Parution : juin 2021

Copyright © – Techniques de l’Ingénieur – Tous droits réservés D 4 211v2 – 1

59
Référence Internet
D4211

SCHÉMAS DIRECTEURS DE DÉVELOPPEMENT DES RÉSEAUX ÉLECTRICITÉ DE DISTRIBUTION ______________________________________________________

passer d’une situation de réseau à une autre) de développement des ouvrages


de distribution conduisant à cette cible. Les ouvrages concernés par le schéma
directeur sont les postes sources et les réseaux MT, les réseaux BT sont exclus
de ces études.
L’existence du schéma directeur permet notamment :
– de garantir l’efficacité des investissements, en intégrant à la fois la dimen-
sion temporelle (optimisation à long terme) et la diversité de leurs finalités
(raccordement des charges et de la production décentralisée, renforcement,
renouvellement, qualité de fourniture, etc.) ;
– de prévoir et d’évaluer les investissements à effectuer sur une période de
10 ans (création des postes sources et des départs MT, renouvellement et ren-
forcement des ouvrages existants, etc.) ;
– d’estimer les niveaux de qualité de fourniture à différents horizons en
fonction des volumes d’investissements attribués ;
– de vérifier l’évolution de la sécurisation d’alimentation en cas d’événe-
ments exceptionnels ;
– d’alléger les études décisionnelles d’investissement en réduisant la combi-
natoire des solutions à étudier tout en assurant la cohérence à long terme ;
– de faciliter le dialogue avec l’ensemble des interlocuteurs concernés par la
4 construction, l’exploitation et la conduite des ouvrages de distribution MT ;
– de cibler les actions de maintenance des ouvrages en fonction de l’évolu-
tion du réseau et des travaux à réaliser ;
– de garantir l’intégration de toutes les évolutions du réseau dans une
logique à moyen terme (demande de modification avec mise en souterrain,
sécurisation de l’alimentation d’un poste MT/BT, raccordement des nouvelles
charges).
Le schéma directeur avec ses documents associés (état des lieux, cible à
long terme, cible à moyen terme, etc.) constitue la référence de développe-
ment des ouvrages MT. Il garantit la cohérence et l’efficacité de l’ensemble
des dépenses réalisées sur le réseau. C’est donc un outil indispensable pour
les décideurs et pour le personnel garant des études de développement des
ouvrages
Selon l’organisation territoriale et managériale de l’entreprise de distribution,
le schéma directeur résultant pourra être la synthèse des schémas directeurs
réalisés sur les différents territoires exploités par l’entreprise. Il pourra arbitrer
les investissements situés aux limites de chaque territoire.
L’élaboration du schéma directeur est l’opportunité de fixer les objectifs en
matière de qualité de fourniture et de sécurisation d’alimentation face aux évé-
nements climatiques ou technologiques exceptionnels, tout en assurant la
cohérence avec les possibilités financières de l’entreprise de distribution. C’est
aussi l’occasion d’une large concertation avec les différents acteurs, notam-
ment les représentants du réseau de transport.
Dans ce contexte, le schéma directeur intègre la vision globale de l’entreprise
de distribution en matière de développement des postes sources et des
réseaux MT, il doit donc être validé par les responsables de l’entreprise pour
constituer la référence. Cependant, il ne doit pas conduire à des anticipations
d’investissement non prévues et sans justification économique.
L’existence du schéma directeur ne se substitue pas à l’exécution des études
décisionnelles de réalisation des travaux à court terme. Ces études sont néces-
saires pour mettre à jour les charges et les différentes hypothèses. Les études
décisionnelles sont orientées, mais nullement structurées par les cibles à
moyen et long termes. En revanche, tout choix important retenu dans le cadre
d’une étude décisionnelle, en incohérence avec la cible finale doit être justifié
et donner lieu à l’initialisation d’une mise à jour de cette dernière pour garantir
sa cohérence et sa pertinence. De plus, la mise à jour du schéma directeur est
nécessaire lors de tout événement mettant significativement en cause les
hypothèses valides au moment de son établissement, et a minima tous les
5 ans. La qualité et la mise à jour des hypothèses (taux de croissance, charges

D 4 211v2 – 2 Copyright © – Techniques de l’Ingénieur – Tous droits réservés

60
Référence Internet
D4211

______________________________________________________ SCHÉMAS DIRECTEURS DE DÉVELOPPEMENT DES RÉSEAUX ÉLECTRICITÉ DE DISTRIBUTION

nouvelles, productions décentralisées importantes, évolutions technologiques,


etc.) sont un préalable à son efficacité.
Par ailleurs, la faiblesse du taux de croissance, d’une zone du territoire de
l’entreprise de distribution, ne justifie en aucun cas l’absence du schéma direc-
teur car les erreurs faites en matière de choix de structure seront plus
lentement résorbées dans ces situations. En outre, les investissements décidés
pour des raisons de qualité ou suite à des demandes externes constituent un
enjeu plus fort encore.
La méthodologie exposée dans cet article résulte d’une expérience appro-
fondie de l’étude des réseaux MT (HTA au sens de la norme NF C 18-510)
français au sein d’Enedis, elle est généralisable à l’ensemble des réseaux MT
triphasés à neutre non distribué, c’est pourquoi, l’auteur a choisi d’utiliser la
dénomination internationale de ce niveau de tension (MT).
Bien que cette méthode n’ait pas fait l’objet d’une validation détaillée, pour
les réseaux MT triphasés à neutre distribué, elle peut certainement s’appli-
quer à ces réseaux, avec éventuellement des dérivations monophasées ou
biphasées.

4
Avertissement : dans cet article à visée internationale, l’auteur n’utilise volontairement
pas les termes désignant les tensions dans la norme française NF C 18-510. Pour un élec-
tricien français, il faudrait traduire ces termes comme suit :
• BT : BT tension 50 V < U ≤ 1000 V
• MT : HTA tension 1000 V < U ≤ 50 kV
• postes MT/BT : postes HTA/BT
• HT et THT : HTB partitionnée en HTB1 : 63 et 90 kV ; HTB2 : 150 et 225 kV ; HTB3 :
400 kV

1. Principes généraux 1.1 Définitions et finalités des cibles


pour l’établissement La notion de schéma directeur englobe les différentes cibles et
l’ensemble des études nécessaires au développement des réseaux
des schémas directeurs MT et des postes sources à long et moyen termes.
Les réseaux cibles correspondent à des états futurs des postes
sources et du réseau MT. Généralement, on distingue la cible à
L’élaboration des schémas directeurs représente une tâche relati- long terme (30 ans) et une cible intermédiaire à moyen terme, dite
vement importante mais nécessaire pour obtenir une vision réaliste « cible à 10 ans ». Les principes de construction de ces deux cibles
de l’évolution des ouvrages de distribution MT (postes sources et sont totalement différents.
réseaux MT), elle est structurée par les différentes étapes listées ci- La cible à long terme est construite sur la base d’hypothèses
dessous : techniques représentatives :
– état des lieux des ouvrages MT existants (postes sources et – de la qualité de fourniture visée à moyen et long termes, tant
réseaux MT) ; au quotidien que lors d’événements technologiques ou climatiques
exceptionnels ;
– prévision des consommations et des puissances en intégrant – de la politique et des règles techniques du distributeur ;
éventuellement les puissances injectées par les productions décen- – des caractéristiques techniques des départs MT conduisant à
tralisées ; un réseau optimisé sans contraintes électriques ;
– établissement de la cible à long terme des postes sources et – de l’approche technico-économique du distributeur (voir [D 4 212].
des réseaux MT (on notera que les principes de construction La cible à l’horizon dix ans est, par construction, un sous-ensemble
conduisent finalement à une cible unique, voir § 5) ; de la cible à long terme, elle est constituée par l’ensemble des opéra-
– définition des stratégies de développement des ouvrages MT tions justifiées au plan technico-économique sur la période [0–10 ans].
pour passer de l’état initial à la cible à long terme ; Au-delà de l’aspect temporel, ces deux cibles ont également des
finalités différentes. En effet, la cible à dix ans, pour laquelle les
– comparaison technico-économique des stratégies et établisse-
incertitudes restent limitées, définit globalement et assez précisé-
ment de la cible théorique à moyen terme ;
ment l’ensemble des actions à réaliser sur la période [0–10 ans].
– passage de la cible théorique à la cible pratique à moyen terme La cible à long terme permet de s’assurer que les opérations réali-
(10 ans) ; sées au cours de la période [0–10 ans] entreront dans un ensemble
– estimation des niveaux de qualité de fourniture sur la période cohérent à long terme. Chaque opération réalisée au cours de
[0-10 ans]. cette période aura donc une durée de validité minimum de 25 ans.
Cet aspect fondamental est renforcé par la périodicité retenue
Chaque phase sera détaillée dans la suite du présent article. pour réaliser les mises à jour du schéma directeur.

Copyright © – Techniques de l’Ingénieur – Tous droits réservés D 4 211v2 – 3

61
Référence Internet
D4211

SCHÉMAS DIRECTEURS DE DÉVELOPPEMENT DES RÉSEAUX ÉLECTRICITÉ DE DISTRIBUTION ______________________________________________________

1.2 Durée de l’étude des incertitudes sur l’avenir qui font d’ailleurs que des cibles à
30 ans sont impossibles à établir faute d’hypothèses robustes, on
Avant d’aborder la description détaillée des différentes phases raisonnera alors sur des périodes plus courtes.
de la méthodologie, il faut tout d’abord choisir la durée de
l’étude. On pourrait être tenté de réduire cette durée d’étude
pour simplifier le travail d’étude et s’affranchir des incertitudes
liées aux taux de croissance des charges à long terme. Or, dans
1.3 Argumentation et logique retenue
la pratique, il n’en est rien car le travail à réaliser reste sensible- pour élaborer la cible à long terme
ment le même. Si les taux de croissance constatés sont faibles, il
est nécessaire de fixer une durée d’étude suffisamment longue La qualité de fourniture au quotidien est directement dépen-
pour obtenir une plus grande rupture entre le réseau à l’état ini- dante des caractéristiques des réseaux MT (longueur développée
tial et la cible à long terme. Cela permet de favoriser une vision des départs, taux d’incidents et puissance desservie par les
plus prospective et plus riche du développement des réseaux MT départs MT). La sécurisation de l’alimentation face aux événe-
et des postes sources. ments exceptionnels (climatiques ou technologiques) dépend prin-
Par ailleurs, sachant que les décisions de construction des cipalement de la structure des réseaux MT, du type de garantie des
ouvrages importants influencent le développement du réseau sur postes sources et de la sécurisation apportée par les réseaux de
une période qui correspond souvent à la durée de vie des transport.
ouvrages (30 à 40 ans, voire davantage), il est donc nécessaire de
Ces considérations conduisent donc à réaliser la cible à long
s’assurer que tout investissement décidé, au cours des premières
terme sur la base du réseau MT et des postes sources nécessaires
années, entre dans un ensemble cohérent à long terme. De plus,
à la fourniture de la puissance à l’horizon de la dernière année
si la durée d’étude est trop courte, on risque de fausser notable-
d’étude (postes sources existants ou déjà décidés ou encore justi-
ment la comparaison technico-économique entre des solutions
fiés par les puissances à l’horizon de fin d’étude). Il convient ici,

4
lourdes mais efficaces sur une longue période et des solutions
de préciser que d’autres postes sources pourront être éventuelle-
plus légères dont la durée d’efficacité est limitée.
ment justifiés lors de l’étude des réseaux MT (voir § 5.3).
Les différentes considérations précédentes conduisent à fixer la
durée d’étude à 30 ans, c’est notamment le cas lorsque les taux Dans ce contexte, la qualité de fourniture visée à terme et la
de croissance sont faibles. Cette option permet aussi de limiter le zone d’action des postes sources seront alors dépendantes des
poids du réseau existant qui peut, si la durée d’étude est insuffi- hypothèses retenues pour la construction du réseau MT. On
sante, influencer le résultat de la cible finale et par conséquent les notera d’ailleurs que les hypothèses de construction de la cible à
stratégies de développement du réseau. long terme (voir § 5.1) introduisent indirectement la densité de
puissance, le paramètre P × L intègre assez bien cette notion
Toutefois, en fonction du contexte de la zone étudiée, il est envi-
(P correspond à la puissance de pointe d’un départ MT et L, sa
sageable de réduire la durée de l’étude, notamment si les taux de
longueur développée). Toutefois, pour les zones urbaines à forte
croissance des charges sont importants et qu’ils conduisent, sur la
densité de puissance, la longueur des départs MT est obligatoire-
période d’étude, à un doublement de la puissance de la zone
ment faible et la zone d’action des postes sources est souvent
concernée.
imposée par la puissance et par l’hypothèse relative à la taille des
Le tableau 1 donne des exemples de durée d’étude en fonction postes sources en zone urbaine.
des taux de croissance globaux. Cependant, si la durée d’étude est
inférieure à 30 ans, il sera nécessaire de vérifier que la position des
nouveaux postes sources reste compatible avec la projection à Remarque : l’élaboration d’une cible à long terme, basée sur la
30 ans. Les taux faibles correspondent aux situations rencontrées suppression progressive des contraintes électriques (tension ou
dans les pays déjà très équipés. Dans les pays à fort taux de crois- courant), ne garantit pas d’obtention d’une cible réputée opti-
sance, l’importance du développement des infrastructures (bâti- misée. En théorie, cette façon de faire nécessite l’étude d’un
ments, nouveaux quartiers, nouvelles villes, etc.) induit souvent grand nombre de stratégies pour obtenir une cible optimisée
au plan des investissements. Dans la pratique, il est impossible
de réaliser, de manière satisfaisante, l’ensemble de ces études.
De ce fait, à chaque contrainte, le planificateur ne retient
qu’une seule solution. La cible finale est donc obtenue par
Tableau 1 – Exemples de durée d’étude
l’ensemble des solutions techniques retenues par le planifica-
teur.
Taux de croissance
Coefficient Par ailleurs, l’utilisation de l’approche économique justifie
Durée multiplicateur les investissements bien avant les contraintes techniques en
Au-delà de l’étude de la puissance « régime normal » (schéma d’exploitation habituel). De plus,
Dix premières
de la dixième initiale la valorisation des pertes électriques peut aussi justifier des
années
année restructurations conséquentes.

2 % 1 % 30 ans 1,49

2,5 % 1,25 % 30 ans 1.64 À retenir

– Les cibles à moyen et à long terme ont des finalités diffé-


3 % 1,5 % 30 ans 1,81 rentes et sont complémentaires.
– La durée d’étude peut être réduite, dans la mesure où les
4 % 2 % 20 ans 1,80 taux de croissance se traduisent par un doublement de la
puissance de la zone considérée au terme de l’étude.
5 % 2,5 % 15 ans 1,84 – La cible à long terme est déterminée sur la base des postes
sources nécessaires à la répartition de la puissance et du
réseau MT, notamment pour les zones à moyenne ou à faible
6 % 3 % 15 ans 2,03 densité de charge.

D 4 211v2 – 4 Copyright © – Techniques de l’Ingénieur – Tous droits réservés

62
Référence Internet
D4211

______________________________________________________ SCHÉMAS DIRECTEURS DE DÉVELOPPEMENT DES RÉSEAUX ÉLECTRICITÉ DE DISTRIBUTION

2. État des lieux – la capacité d’accueil des productions décentralisées en cohé-


rence avec les Schémas régionaux de raccordement au réseau des
des ouvrages MT existants énergies renouvelables (S3REnR). Pour plus de précisions sur ce
sujet, on trouvera dans le Pour en savoir plus les coordonnées du
site ;
Avant d’entreprendre toute étude de développement des – les caractéristiques électriques par poste source :
réseaux, il est primordial d’analyser l’ensemble des caractéris- • tensions HT et MT,
tiques des ouvrages MT pour évaluer les forces et les faiblesses
du réseau MT en matière de qualité du produit, de capacité élec- • capacité de transit des lignes HT,
trique et de sensibilité aux aléas techniques et climatiques. Par • puissance maximale atteinte du poste source et des transfor-
ailleurs, il est aussi essentiel d’appréhender l’organisation structu- mateurs à l’année initiale,
relle du réseau pour apprécier les aspects relatifs à la conduite et • puissances des productions décentralisées raccordées (par
à l’exploitation des installations. Pour ce faire, il est judicieux type de production),
d’envisager une représentation schématique de l’ossature des
départs MT (voir figure 4) • puissances de court-circuit maximum et minimum sur les
jeux de barres HT et MT,
Il est également nécessaire d’analyser l’environnement externe
afin d’évaluer la sensibilité des utilisateurs raccordés au réseau • volume des pertes électriques dans chaque transformateur,
(secours contractuels, utilisateurs générateurs de perturbations • taux de sécurisation en cas de perte totale du poste source
électriques, etc.). avec possibilité d’utiliser le jeu de barres MT et sans possibi-
En principe, pour décrire les caractéristiques des ouvrages MT, lités de remettre sous tension le jeu de barres MT,
on élabore deux fichiers informatiques détaillés. Le premier • type de garantie du poste source, l’article [D 4 210] définit
concerne notamment les caractéristiques relatives aux circuits de cette notion,

4
puissance de chaque poste source et le second donne les diffé-
rentes caractéristiques de chaque départ MT. Ces deux fichiers sont • nombre d’heures d’utilisation de la puissance maximale ou
liés par les codifications des postes sources et des départs MT. Les facteur de charge par transformateur et pour le poste source ;
champs associés à cette codification doivent permettre de rattacher – éléments de qualité de fourniture au cours des trois ou cinq
tout poste MT/BT (moyenne tension/basse tension) à son départ dernières années :
MT, ce dernier à son tableau MT de poste source, ce tableau à son • nombre de coupures longues sur dysfonctionnement d’un ou
transformateur HT/MT de poste source et enfin celui-ci à son poste plusieurs éléments du poste source,
source. La codification principale des ouvrages doit être indépen-
dante des caractéristiques des réseaux actuels. Par exemple, la • durée annuelle des interruptions de fourniture sur dysfonc-
codification d’un poste MT/BT ne doit pas comporter le code ou le tionnement d’un ou plusieurs éléments du poste source,
numéro du départ sur lequel il est actuellement rattaché. En effet, • énergie non distribuée (END) annuelle sur dysfonctionnement
après restructuration, ce poste pourra être alimenté par un autre d’un ou plusieurs éléments du poste source,
départ MT. • taux de défaillance moyen de chaque élément du poste
Les résultats obtenus dans l’état des lieux constituent des source.
apports significatifs pour les décideurs qui doivent définir les
objectifs à atteindre à différents horizons.
2.2 Principales caractéristiques relatives
2.1 Principales caractéristiques relatives aux départs MT
aux postes sources Pour la partie réseau MT, il est également nécessaire de réaliser
un fichier informatique détaillé comprenant le maximum de ren-
Concernant les postes sources, il est nécessaire d’analyser la
seignements associés à chaque départ MT. Ce type de données
structure des postes sources et l’organisation des tableaux MT.
trouve naturellement sa place aujourd’hui dans les systèmes
Les principales informations contenues dans le fichier dit d’information géographique (SIG) qui sont aujourd’hui utilisés de
« postes sources » sont fonction des particularités des postes façon courante par les compagnies d’électricité. Par ailleurs, on
sources analysés. Cependant, pour des ouvrages relativement notera qu’un tel fichier fournit une photographie détaillée des
classiques, une liste non exhaustive est donnée ci-dessous à titre réseaux MT et peut être utilisé à d’autres fins par l’entreprise de
d’information : distribution. En effet, il facilite l’analyse de chaque départ MT et
– la codification de chaque poste source (de préférence com- permet d’élaborer des statistiques relatives aux installations. Il est
mune à celle utilisée par le gestionnaire du réseau de transport) ; également utilisé pour comparer l’état des réseaux d’une zone à
– la codification des transformateurs de puissance, des tableaux l’autre.
MT et des départs MT ; On trouvera ci-dessous, à titre d’information, une liste non exhaus-
– les dates de mise en service des différentes installations ; tive des informations pouvant être contenues dans ce fichier :
– les extensions envisageables (alimentation THT ou HT, trans- – la codification des départs MT, avec ses champs associés,
formation, cellules MT, etc.) ; permet de relier chaque départ au fichier des postes-sources ;
– les caractéristiques du matériel par poste source : – la pyramide des âges des différentes canalisations ;
• nombre de lignes HT, – les caractéristiques physiques des départs MT :
• nombre de jeux de barres HT, • longueur développée des départs,
• nombre et puissance installée des transformateurs de puis- • longueur de l’artère principale,
sance, • section et nature des conducteurs,
• caractéristiques des tableaux MT, • nombre et type de postes MT/BT,
• nombre de départs MT raccordés à chaque transformateur, • nombre de points télécommandés en réseau sur l’ossature
• nombre de cellules départs en réserve, principale et sur les lignes secondaires (voir annexe § 9) ;
• puissance installée des condensateurs par transformateur, – les caractéristiques électriques des départs MT :
• régime de neutre pour chaque transformateur ; • tension d’exploitation du départ,

Copyright © – Techniques de l’Ingénieur – Tous droits réservés D 4 211v2 – 5

63
Référence Internet
D4211

SCHÉMAS DIRECTEURS DE DÉVELOPPEMENT DES RÉSEAUX ÉLECTRICITÉ DE DISTRIBUTION ______________________________________________________

• puissance de pointe (avec et sans producteur),


3. Prévision
• facteur de puissance,
• énergie annuelle transitée,
des consommations
• nombre d’heures d’utilisation de la puissance de pointe ou
et des puissances
facteur de charge,
Les prévisions des consommations et des puissances, sur une
• chute de tension maximale en « régime d’exploitation nor-
période plus ou moins longue, sont les fondements de toute
mal » et en « régime de secours normal » (départ entièrement
étude de planification des réseaux électriques. La croissance de la
alimenté par le point de secours usuel),
consommation d’énergie électrique dépend de nombreux facteurs
• taux d’utilisation des conducteurs en « régime normal » et en difficiles à appréhender, surtout lorsqu’il s’agit de prévision sur
« secours normal » sur la principale, une longue période et sur des zones relativement réduites.
• pertes par effet Joule à la pointe et énergie perdue annuelle, Cependant, dans le cadre de la planification à long terme, ce qui
taux de pertes en énergie et en puissance, correspond à la réalisation des schémas directeurs, il s’agit d’esti-
mer, avec une précision relative, le niveau de croissance moyen
• puissance de court-circuit minimale en « régime normal », correspondant à la zone d’action d’un ou plusieurs postes sources.
c’est-à-dire sur l’extrémité la plus contrainte du départ MT, Dans le cadre de ces études, on distingue fréquemment :
• produit P × L = longueur développée × puissance maximale – la croissance dite « en profondeur » qui correspond globale-
du départ MT, ment à l’évolution des charges existantes, y compris les nouvelles
petites charges ;
• codification du départ secourant ; – la croissance dite « en surface » qui correspond à l’apparition

4
– les caractéristiques globales des utilisateurs : de nouvelles charges significatives (puissance supérieure à 1 MW)
comme les nouvelles zones d’activités.
• nombre de consommateurs MT et BT par départ MT, Afin de définir les différentes politiques de l’entreprise et d’optimi-
• nombre et puissance installée des producteurs MT et BT par ser au mieux le développement des ouvrages électriques, tous les
type de production, acteurs (producteurs, transporteurs et distributeurs) du secteur de
l’énergie électrique sont contraints d’étudier l’évolution des charges
• sommes des puissances souscrites des consommateurs MT futures. Il existe évidemment de nombreuses méthodes, plus ou
et BT ; moins fiables, pour estimer l’évolution des consommations et des
– éléments de qualité de fourniture par départ MT sur trois ou puissances à court, moyen et long termes. Le choix de la méthode à
cinq ans : utiliser dépend de nombreux paramètres dont les principaux sont :
– la maille sur laquelle on souhaite réaliser des prévisions ;
• nombre de coupures très brèves, brèves et longues par – le niveau de tension associé à la prévision ;
départ, – les secteurs d’activité visés ;
• durée annuelle d’interruption de fourniture sur incident, – les horizons de la prévision ;
– les résultats souhaités de la prévision qui sont fonction de l’uti-
• énergie non distribuée (END) annuelle, sur les trois ou cinq lisation envisagée.
dernières années,
En tout état de cause, pour s’assurer de la pertinence de la
• localisation des incidents à l’aide d’une cartographie adaptée, méthode employée, il est important de justifier toute rupture
importante entre le constat du passé et la prévision future.
• interclassement des incidents par causes et par type
d’ouvrage. On portera une attention particulière aux charges ponctuelles,
dont la montée en puissance dans le temps n’est pas toujours
On notera que certaines informations ci-dessus peuvent résulter immédiate et elles ne suivent pas forcément la croissance globale
d’un traitement périodique, associé au système d’information de la zone étudiée.
géographique, pour obtenir l’image du réseau en « temps réel ». Dans le cas d’études globales comme celles relatives à l’élabo-
ration des cibles, il est souhaitable, pour simplifier les différents
calculs, de rechercher dans la mesure du possible, des zones
2.3 Connaissance des puissances d’accroissement moyen homogène, dont la taille est équivalente à
à l’état initial la zone d’action de plusieurs postes sources.
Pour information, une méthode adaptée à la réalisation des
La suite des études nécessite une bonne connaissance des puis- schémas directeurs MT est sommairement décrite ci-après. Cette
sances transitées dans les ouvrages, à l’année initiale de référence. méthode ne prétend pas être la seule, on peut envisager d’autres
Il est également utile de connaître avec une précision relative la approches en fonction de considérations locales.
contribution de chaque poste MT/BT à la pointe de chaque départ
MT sur lequel il est rattaché. Pour plus de précisions sur ces diffé-
rents calculs, le lecteur pourra consulter, dans ce même traité, 3.1 Exemple de méthode d’estimation
l’article [D 4 212]. des taux de croissance en énergie
et en puissance
À retenir
La méthode, présentée sommairement ci-dessous, permet d’éva-
luer la croissance dite « en profondeur » sur une période de
– La connaissance structurée des ouvrages MT est indispen-
dix ans, avec à la fois une précision suffisante en localisation et en
sable avant d’engager toute étude à long terme. Elle est égale-
valeurs d’accroissement. Elle s’appuie, d’une part, sur les résultats
ment nécessaire pour une gestion au quotidien des postes
des études menées à la maille nationale ou régionale par diffé-
sources et des réseaux MT.
rents organismes et, d’autre part, sur des études dites « multicri-
– L’étude des puissances à l’état initial est fondamentale, elle
tères » réalisées à la maille locale et agglomérées à la maille
constitue un élément déterminant de la qualité des études.
régionale pour assurer la cohérence globale. Cette option, permet

D 4 211v2 – 6 Copyright © – Techniques de l’Ingénieur – Tous droits réservés

64
Référence Internet
D4212

Principes et méthodes
de développement des réseaux
électriques de distribution
par Alain COIFFIER
Ingénieur du Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM)
Ex-Chef de service à la Direction Réseau d’ ERDF (Électricité Réseau de Distribution France)

1. Organisation du développement des réseaux de distribution.... D 4 212 - 3


1.1 Niveaux décisionnels des investissements .............................................. — 3
1.2 Nature et processus des études de développement des ouvrages ........ — 4
1.3 Politique technique ..................................................................................... — 5
2.

2.1
Données d’entrée pour les études de développement
des réseaux ...............................................................................................
Système d’information géographique ......................................................


5
5
4
2.2 Connaissance des puissances.................................................................... — 5
2.3 Taux de croissance des charges ................................................................ — 7
2.4 Taux d’incidents .......................................................................................... — 7
2.5 Coûts d’investissement et d’entretien....................................................... — 8
2.6 Données de valorisation technico-économiques ..................................... — 8
3. Calcul technico-économique appliqué aux réseaux électriques
de distribution.......................................................................................... — 8
3.1 Contexte de l’actualisation ......................................................................... — 8
3.2 Fonction d’optimisation.............................................................................. — 10
3.3 Valeur d’usage............................................................................................. — 10
3.4 Inéquation de changement d’état.............................................................. — 11
3.5 Ratio bénéfice/coût ..................................................................................... — 11
3.6 Raisonnement par annuités constantes.................................................... — 11
3.7 Résumé pratique de la méthode générale................................................ — 12
3.8 Paramètres de la fonction d’optimisation................................................. — 12
4. Études décisionnelles de développement des ouvrages
de distribution.......................................................................................... — 14
4.1 Outils informatiques d’étude ..................................................................... — 14
4.2 Principes de calcul des grandeurs électriques ......................................... — 14
4.3 Études de développement des postes sources HT/MT ............................ — 16
4.4 Études de développement des réseaux MT.............................................. — 17
4.5 Études de développement des réseaux BT............................................... — 21
5. Conclusion................................................................................................. — 23
6. Glossaire .................................................................................................... — 24
Pour en savoir plus .......................................................................................... Doc. D 4 212

es réseaux électriques de distribution publique sont un des vecteurs de


L développement des sociétés, ils doivent donc évoluer en permanence pour
s’adapter, d’une part, aux besoins sociologiques et économiques des différents
pays et, d’autre part, aux exigences nécessaires pour un fonctionnement
optimal de l’ensemble des installations électriques de distribution publiques et
privées. Concernant la distribution de l’énergie électrique, les évolutions des
réseaux sont décidées dans le cadre des études de développement des
réseaux de distribution, c’est l’objet de cet article. Ces études peuvent
concerner les aspects indiqués ci-dessous :
– les choix techniques fondamentaux ;
– le choix des matériels à installer sur les réseaux de distribution ;
Parution : juin 2021

Copyright © – Techniques de l’Ingénieur – Tous droits réservés D 4 212 – 1

65
Référence Internet
D4212

PRINCIPES ET MÉTHODES DE DÉVELOPPEMENT DES RÉSEAUX ÉLECTRIQUES DE DISTRIBUTION ___________________________________________________

– l’électrification de nouvelles zones ;


– le traitement des contraintes électriques dues à l’accroissement des charges ;
– le raccordement des nouveaux utilisateurs sur les réseaux de distribution ;
– l’intégration des productions décentralisées et des bornes de recharge des
véhicules électriques ;
– l’amélioration de la qualité de fourniture au quotidien ainsi que lors d’évé-
nements climatiques ou technologiques exceptionnels ;
– la réduction ou la maîtrise des pertes électriques ;
– la rénovation des réseaux vétustes ou présentant une fiabilité intrinsèque
insuffisante ;
– la préservation de l’environnement et la sécurité des biens et des personnes ;
– la modernisation des ouvrages pour une exploitation plus souple, plus
rationnelle et plus automatisée.
Dans le domaine des réseaux de distribution MT, les études décisionnelles
concernant certains aspects listés ci-dessus sont souvent orientées par le
schéma directeur d’évolution des réseaux de distribution, qui fait l’objet de
l’article [D 4 211].
Toutefois, les orientations structurelles du schéma directeur, qui permettent
de réduire la combinatoire du nombre de solutions à étudier, sont souvent

4 insuffisamment développées et détaillées pour envisager directement un


investissement à partir de ces éléments. Cela est d’autant plus vrai que le
schéma directeur peut avoir une ancienneté telle qu’il est nécessaire d’actua-
liser les données d’entrée pour s’assurer de la pertinence du projet.
La complexité des études de développement des réseaux de distribution est
liée à la très grande quantité d’ouvrages à gérer, aux fluctuations des puis-
sances transitées et aux nombreux paramètres techniques et économiques à
prendre en compte dans les études. De plus, comme la durée de vie des
ouvrages est très longue (30 à 40 ans), il ne suffit pas de s’assurer qu’un
ouvrage est utile et économique à une année donnée, mais il faut vérifier qu’il
aura toujours sa raison d’être à long terme.
Afin de choisir les meilleures solutions, il est indispensable de disposer d’outils
de calcul et des méthodes adaptées permettant de prendre les bonnes décisions.
Pour investir une somme d’argent, il faut être en capacité de définir le bon endroit
sur le réseau, la bonne date de création d’ouvrage et la bonne technologie à
mettre en œuvre. Le calcul technico-économique appliqué aux réseaux élec-
triques, développé dans la troisième partie permet de répondre à ces exigences.
Les études de développement des réseaux de distribution, appelées aussi
études de planification des réseaux de distribution, consistent à imaginer le réseau
le plus vraisemblable possible à un horizon donné, généralement en réponse à
une sollicitation : demande de raccordement de client, dépassement de capacité
d’un ouvrage, obsolescence d’un composant, insertion de nouveaux équipements.
Il est déterminé à partir d’hypothèses crédibles et en respectant, d’une part, les
politiques techniques et économiques de l’entreprise et, d’autre part, les attentes
de la société des pays et des utilisateurs des réseaux de distribution.

Avertissement : dans cet article à visée internationale, l’auteur n’utilise


volontairement pas les termes désignant les tensions dans la norme fran-
çaise NFC 18-510. Pour un électricien français, il faudrait traduire ces termes
comme suit :
BT : BT tension 50 V < U ≤ 1 000 V
MT : HTA tension 1 000 V < U ≤ 50 kV
Postes MT/BT : postes HTA/BT
HT et THT : HTB partitionnée en HTB1 : 63 et 90 kV ; HTB2 : 150 et 225 kV ;
HTB3 : 400 kV
Remarque : le terme « planification des réseaux » n’a pas forcément la
même signification à l’international qu’en France, c’est la raison pour
laquelle, l’auteur a préféré utiliser la notion de développement des réseaux

D 4 212 – 2 Copyright © – Techniques de l’Ingénieur – Tous droits réservés

66
Référence Internet
D4212

____________________________________________________ PRINCIPES ET MÉTHODES DE DÉVELOPPEMENT DES RÉSEAUX ÉLECTRIQUES DE DISTRIBUTION

1. Organisation Le schéma de la figure 1 représente sommairement un exemple


d’organisation générale des études de développement des ouvrages
du développement de distribution.

des réseaux de distribution Ce schéma d’organisation générale ne précise pas les différents
processus de contrôle et de validations des projets de réalisation.

En France (où les réseaux MT et BT sont sous le régime juri- 1.1 Niveaux décisionnels
dique de la concession) mais aussi dans d’autres pays du monde
(où les réseaux peuvent être également sous le régime de la pro- des investissements
priété privée ou sous le régime de l’affermage), le développement
des réseaux de distribution fait partie du cœur des métiers du dis- Le niveau décisionnel des investissements associés aux études
tributeur. Dans d’autres pays cette notion est beaucoup plus de développement des ouvrages est fonction de la taille et de
vague, car les études de développement des réseaux sont réali- l’organisation générale de l’entreprise de distribution. Il dépend
sées par des bureaux d’études (privés ou publics) externes à également du nombre de microdécisions et de l’importance de
l’entreprise de distribution. De ce fait, dans ce cas particulier, la ces investissements.
fonction technique du distributeur se concentre principalement Pour les entreprises de taille importante, à l’échelle d’un pays
sur l’exploitation des installations de distribution. Cependant, on par exemple, les études de développement des ouvrages de distri-
constate que les entreprises fonctionnant suivant un tel principe bution ainsi que les décisions d’investir sont délocalisées à des
ont tendance à reprendre cette fonction au sein de leurs activités. mailles plus restreintes, mais suffisamment grandes pour obtenir

4
Organisation générale du développement
des réseaux de distribution

Normes Grandes options Objectifs


et réglementations techniques de l’entreprise

Doctrines techniques
du distributeur

Études de développement
des réseaux de distribution

Schémas directeurs
de développement
des réseaux MT

Projets issus des résultats


du schéma directeur

Projets MT divers
et projets BT
avec poste MT/BT Études décisionnelles Projets BT
Cohérence et décisions d’investir (hors poste MT/BT)
avec les orientations prévues
du schéma directeur

Études de réalisation
(études et travaux)

Figure 1 – Organisation générale des études de développement des ouvrages de distribution

Copyright © – Techniques de l’Ingénieur – Tous droits réservés D 4 212 – 3

67
Référence Internet
D4212

PRINCIPES ET MÉTHODES DE DÉVELOPPEMENT DES RÉSEAUX ÉLECTRIQUES DE DISTRIBUTION ___________________________________________________

des entités d’étude compétentes. Dans ces conditions, afin que tants sont initialisés à travers le schéma directeur. D’autres projets
toutes les décisions convergent vers les objectifs fixés à la maille plus simples nécessitent également des études décisionnelles
centrale de l’entreprise, il est essentiel que le niveau national détaillées, il s’agit par exemple :
décrive des politiques techniques détaillés et un cadre précis dans – des opérations annexes sur les réseaux MT (renouvellements
lequel les études doivent être réalisées. L’idéal est cependant de d’ouvrages vétustes, maintenance des installations, équipement
ne pas brider la créativité des structures décentralisées, mieux au d’interrupteurs télécommandés ou manuels, bouclage de dériva-
courant des spécificités locales, sans créer de distorsion induite tions importantes, etc.) ;
par le comportement individualisé des personnels d’étude de ces
– du traitement des problèmes rencontrés par les exploitants ;
structures. Il est également indispensable de répartir le volume
d’investissement prévisionnel de l’entreprise à chaque entité – des levées des contraintes électriques rencontrées sur les
décentralisée. Cette répartition n’est pas très aisée, car il faut réseaux BT ;
prendre en compte, non seulement le développement des charges – des demandes de raccordements des producteurs indépen-
et les investissements induits de chaque entité, mais aussi toutes dants ou des utilisateurs demandant de fortes puissances ;
les caractéristiques techniques et organisationnelles. – des déplacements d’ouvrages à la demande des gestionnaires
des domaines publics ou des tiers.
Pour les entreprises de taille plus modeste, à l’échelle d’une
agglomération par exemple, les études de développement des Toutes ces opérations doivent être cohérentes avec les orienta-
ouvrages MT ainsi que les décisions d’investissement correspon- tions définies dans le schéma directeur de développement des
dantes peuvent être réalisées au niveau central de l’entreprise. ouvrages MT. Dans le cas contraire, c’est le schéma directeur qui
Dans ce contexte, le cadre dans lequel les études doivent être réa- devra être modifié en conséquence.
lisées est plus limité et la répartition des investissements est plus
aisée. 1.2.2.1 Schéma directeur
Dans un cas comme dans l’autre, certaines études, comme par Le schéma directeur indique la cible structurelle des postes HT/MT

4
exemple celles concernant les raccordements MT ou BT simples des réseaux MT à viser à terme. Il fournit aussi un enchaînement opti-
où les opérations ordinaires sur les réseaux BT, peuvent être délo- misé des opérations à envisager sur une période de 10 ans. Les
calisées à des mailles plus adaptées à ce type d’étude. études associées au schéma directeur sont globales, elles sont rare-
ment suffisantes pour engager directement un investissement. Il
convient donc, pour envisager d’investir, de réaliser des études plus
1.2 Nature et processus des études détaillées appelées études décisionnelles.
de développement des ouvrages Le lecteur pourra se reporter à l’article [D 4 211] pour approfon-
dir la notion de schéma directeur.
Compte tenu de la diversité des sujets traités, il convient
d’adapter les principes d’étude et les processus décisionnels à
l’importance des projets. Certaines décisions engagent l’avenir du 1.2.2.2 Études décisionnelles
distributeur pendant de nombreuses années, c’est notamment le Les études décisionnelles sont destinées à éclairer les décideurs
cas des choix techniques fondamentaux et de certaines politiques sur les choix des investissements et permettre leur interclasse-
techniques associées à de lourds investissements. C’est aussi, ment avec les autres projets. Ces études sont d’autant plus détail-
mais dans une moindre mesure, les choix concernant le dévelop- lées que le niveau d’investissement est élevé. Elles sont élaborées
pement des postes sources et les évolutions structurelles de en s’appuyant sur la politique technique du distributeur et sur les
réseaux MT. caractéristiques techniques et électriques des réseaux au moment
Les décisions reliées aux études de développement des réseaux de l’étude. Dans ce cadre, elles évaluent les avantages et les
de distribution BT ont un impact plus limité. En effet, ces études inconvénients de plusieurs solutions permettant de résoudre le
concernent des zones ne comprenant que quelques postes MT/BT. problème identifié. La comparaison est réalisée en intégrant dans
Dans ce cas, un mauvais choix pourra être facilement corrigé ulté- l’étude les aspects techniques et économiques sur la durée de
rieurement sans compromettre l’avenir de ces réseaux. l’étude.
Dans cet article dédié aux études de développement des
1.2.1 Études relatives aux choix techniques réseaux de distribution, on n’exposera pas le détail des processus
fondamentaux décisionnels d’un investissement ni les autorisations administra-
tives nécessaires à la réalisation d’un projet. Ces deux aspects
Les choix techniques fondamentaux sont décrits dans l’article sont largement dépendants des règles internes de chaque entre-
[D 4 210]. Ils ont des conséquences économiques importantes et prise de distribution, qui elles-mêmes dépendent en général de la
engagent l’entreprise sur de longues périodes (30 à 40 ans voire législation de chaque pays.
davantage). Toutefois, dans ces processus, il est indispensable de prévoir
En principe ces études sont menées à la maille nationale et les des échanges formalisés avec l’exploitation et la conduite des
décisions de mise en œuvre sont prises au plus haut niveau de ouvrages concernés par le projet. Par leur bonne connaissance du
l’entreprise. terrain, ces entités peuvent contribuer à l’efficacité des projets.
Dans une grande entreprise de distribution, c’est une direction Le dossier de décision à destination du service chargé de la réa-
de recherche et développement qui réalise ces études. Pour les lisation des travaux comprend entre autres :
petites entreprises de distribution, ces études peuvent être assu- – le schéma de principe de la solution retenue ;
rées par un bureau d’études. Mais les choix sont limités par les
– le type d’ouvrage à réaliser et les sections retenues ;
standards internationaux pour réduire les coûts (les spécificités
inhabituelles peuvent conduire à des surcoûts importants). – le matériel à utiliser avec ses fonctions ;
– les points particuliers à respecter ;
– la date prévue de mise en service de l’ouvrage ;
1.2.2 Études de développement des ouvrages – le montant prévisionnel de l’investissement estimé sur la base
de distribution de coûts unitaires de référence.
La réalisation d’un projet de développement des ouvrages de L’ensemble des opérations étudiées et décidées peut se traduire
distribution nécessite plusieurs types d’études, dépendantes de sous forme d’un programme de travaux à visée annuelle ou
l’importance de l’investissement. En général, les projets impor- pluriannuelle.

D 4 212 – 4 Copyright © – Techniques de l’Ingénieur – Tous droits réservés

68
Référence Internet
D4212

____________________________________________________ PRINCIPES ET MÉTHODES DE DÉVELOPPEMENT DES RÉSEAUX ÉLECTRIQUES DE DISTRIBUTION

Ces études, réalisées par un bureau d’études, correspondent à


la phase habituellement appelée APS (avant-projet sommaire) 2. Données d’entrée pour les
d’un projet. études de développement
La suite de cet article donne les principes et les méthodes pour
mener les études décisionnelles des réseaux
1.2.2.3 Études de réalisation Pour obtenir des études de développement des réseaux de dis-
Les études de réalisation sont conduites sous la responsabilité du tribution de qualité, il est nécessaire de disposer de données
service ingénierie. Elles correspondent à la phase habituellement fiables.
appelée APD (avant-projet détaillé). L’optimum technico-économique Dans ce contexte, l’emploi d’un système d’information géogra-
global est déterminé préalablement par les méthodes associées aux phique (SIG) performant est indispensable pour connaître l’organi-
études décisionnelles. Dans ces conditions, l’étude de réalisation a sation et l’ensemble des caractéristiques des ouvrages existants.
pour but de préciser les détails du projet en prenant en compte les Son absence entraîne généralement des temps d’étude très impor-
particularités du terrain. Elle a ainsi pour objectifs la recherche des tants pour modéliser dans un outil de calcul la description détaillée
meilleurs tracés des canalisations et les meilleures implantations des postes sources, des réseaux et des postes MT/BT. Il est à noter
des matériels, en prenant aussi en compte l’environnement visuel, également que ces modélisations sont rarement réutilisables lors
ceci en vue d’optimiser l’investissement. des études ultérieures.
La loi du 12 juillet 1985 relative à la maîtrise d’ouvrage publique
et à ses rapports avec la maîtrise d’œuvre privée, dite loi MOP, est
l’un des principaux textes qui encadrent en France le droit de la 2.1 Système d’information géographique
construction publique et qui a défini la terminologie appropriée
pour des travaux initiés par une structure publique. Cette termino- Le système d’information géographique (SIG) d’une entreprise
logie peut s’appliquer par similitude à une grande compagnie
nationale d’électricité.
de distribution d’énergie électrique offre la possibilité d’exploiter
la composante géographique des données techniques des
réseaux de distribution. Il permet également de s’affranchir de la
4
collecte des réseaux à chaque étude envisagée. L’organisation de
Remarque : la frontière entre le contenu de l’étude déci- données du réseau doit permettre de reconstituer l’arborescence
sionnelle et celui de l’étude de réalisation peut varier selon des départs MT à partir d’un poste source ou d’un départ BT à
les compagnies. La phase étude décisionnelle est souvent partir d’un poste MT/BT.
associée à un appui à la maîtrise d’ouvrage, alors que la
Concernant la description des réseaux et des postes, le SIG
phase étude de réalisation correspond plus à la phase maî-
contient, entre autres, les éléments et les informations suivantes :
trise d’œuvre générale.
– les caractéristiques électriques, physiques et géographiques
des postes sources ;
– les spécificités électriques, physiques et géographiques des
1.3 Politique technique segments constituant les départs MT et BT ;
– les caractéristiques des postes MT/BT ou MT/MT ;
La politique technique de l’entreprise de distribution permet – la position et la puissance à la pointe des points de charge sur
d’harmoniser les différents aspects de la fonction technique. Le les réseaux ;
domaine est vaste, puisqu’il va des études de développement – la puissance à la pointe de chaque poste source ;
jusqu’à l’exploitation et la conduite des ouvrages de distribution. – la puissance à la pointe de chaque départ MT ;
Son élaboration doit prendre en compte les normes, la réglemen-
– la puissance à la pointe de chaque poste MT/BT et de chaque
tation, les objectifs de l’entreprise et la définition des matériels
départ BT ;
utilisables sur les réseaux.
– la description détaillée des matériels installés.
Dans le domaine des études de développement des réseaux de
Généralement, le SIG est conçu pour permettre des entrées et
distribution, la doctrine technique est indispensable. Elle fixe le
des sorties connectées à d’autres applications de l’entreprise. La
cadre dans lequel les études doivent être réalisées. Elle définit
figure 2 représente de manière simplifiée l’organisation autour du
également les caractéristiques des matériels utilisables pour la
SIG.
construction des réseaux.
Les aspects de sécurité de personnes et des biens ainsi que la
préservation de l’environnement doivent être largement intégrés
dans la politique technique du distributeur.
2.2 Connaissance des puissances
En résumé, la politique technique permet de s’assurer que Les réseaux de distribution sont en principe de type arborescent
chaque investissement réalisé s’intègre dans un ensemble harmo- en schéma normal d’exploitation. De ce fait, les études de dévelop-
nieux et qu’il contribue à l’atteinte des objectifs fixés par la direc- pement des réseaux de distribution reposent sur les puissances de
tion de l’entreprise. pointe des différents ouvrages. Le calcul des puissances de pointe
est dépendant des ouvrages étudiés. Il est également utile de déter-
miner la puissance minimale atteinte pour étudier l’impact, à faible
À retenir charge, de la production décentralisée raccordée en moyenne et
basse tension.
– Chaque opération envisagée sur les postes sources ou sur À l’entrée des réseaux de distribution, on dispose généralement
les réseaux MT doit faire l’objet d’une consultation du schéma de compteurs, à courbe de charge horodatée au pas de 5, 10 ou
directeur. 15 minutes, implantés dans les postes sources au niveau des
– Les études décisionnelles sont indispensables pour obtenir transformateurs de puissance. Ces puissances 5, 10 ou 15 minutes
des projets de qualité justifiés et en conformité avec les orien- représentent une intégration des puissances instantanées sur
tations de l’entreprise. chaque période de 5, 10 ou 15 minutes. Les données brutes
– La politique technique du distributeur, tout en favorisant la peuvent être corrigées des effets dus à des conditions anormales
créativité des entités délocalisées, doit fixer les règles essen- (voir § 4.3.1). Les données corrigées sont exploitées pour obtenir
tielles relatives au développement des réseaux de distribution. toutes les informations utiles aux études. La figure 3 montre une

Copyright © – Techniques de l’Ingénieur – Tous droits réservés D 4 212 – 5

69
4

70
Référence Internet
D4239

Raccordement de la production
décentralisée aux réseaux
de distribution
Aspects règlementaires et organisationnels
par Jean-Luc FRAISSE
Consultant externe
Ancien chef de service raccordement à la direction technique d’ERDF, La Défense
et Laurent KARSENTI

4
Chef de service raccordement grands producteurs à la direction technique d’ERDF, La Défense
Avec la collaboration de Jean-Päul HORSON, ancien consultant senior à ERDF La Défense

1. Environnement du développement de la production D 4 239 - 2


décentralisée historique et évolutions ............................................
1.1 Apparition des groupes EJP en obligation d’achat ................................ — 2
1.2 Migration des groupes EJP vers le fonctionnement dispatchable........ — 2
1.3 Arrivée de la cogénération ....................................................................... — 3
1.4 Émergence d’une politique de développement des énergies renouvelables — 3
1.5 Mise en place de tarifs d’obligation d’achat ........................................... — 3
1.6 Mécanisme de compensation des surcoûts de l’obligation d’achat ..... — 5
1.7 Conditions du développement des énergies renouvelables ................. — 6
1.8 Premières pistes d’une meilleure intégration au réseau
des énergies renouvelables...................................................................... — 10
1.9 De nouvelles pistes d’une meilleure intégration au réseau
des énergies renouvelables...................................................................... — 10
1.10 Évolution des puissances et des quantités d’installations de production
décentralisée raccordées au réseau public de distribution de 2000 à 2008 — 13
1.11 Problématiques de l’accès au réseau ...................................................... — 16
2. Textes législatifs et réglementaires ................................................. — 17
2.1 Textes existants avant la loi 2000-108 du 10 février 2000...................... — 17
2.2 Textes parus à partir de février 2000 ....................................................... — 18
2.3 Textes d’application relatifs au raccordement prévus par la loi 2000-108
du 10 février 2000 modifiée par la loi 2003-8 du 3 janvier 2003 ................ — 19
3. Instruction des demandes de raccordement au réseau .............. — 24
3.1 Accès au réseau : étude et devis de raccodement.................................. — 24
3.2 Procédure d’instruction des demandes de raccordement ..................... — 24
3.3 Pré-étude .................................................................................................... — 24
3.4 Demande de raccordement ...................................................................... — 24
3.5 Étude de raccordement............................................................................. — 24
3.6 Proposition technique et financière ......................................................... — 25
4. Conclusion ............................................................................................... — 25
Pour en savoir plus ........................................................................................ Doc. D 4 239

e terme « production décentralisée » qualifie toute production électrique de


L faible puissance raccordée au réseau public de transport (RPT) en HTB1
(quelques dizaines de megawatts) ou de distribution en HTA de 250 kW à
12 MW) ou en BT (de quelques kilowatts à 250 kW). Cet article se limite à la
production décentralisée raccordée au réseau public de distribution (RPD),
Parution : mai 2014

réseau dont on trouve la définition dans [D 4 200], qui accueille environ 95 %


de la production décentralisée.

Copyright © – Techniques de l’Ingénieur – Tous droits réservés D 4 239 – 1

71
Référence Internet
D4239

RACCORDEMENT DE LA PRODUCTION DÉCENTRALISÉE AUX RÉSEAUX DE DISTRIBUTION _________________________________________________________

Le développement de la production décentralisée doit être examiné sous deux


angles principaux : d’une part les conséquences sur le réseau auquel est directe-
ment raccordée l’installation, d’autre part les conséquences sur le
fonctionnement et la sûreté de l’ensemble du système électrique. Ce dernier
aspect conduit à traiter de façon différente le système électrique continental
européen caractérisé par un grand réseau électrique interconnecté et les petits
systèmes électrique ilotés des réseaux insulaires dénommés ZNI (Zone Non
Interconnectée).
Pour des raisons éditoriales, cette thématique sur « le raccordement de la
production décentralisée aux réseaux de distribution » a été scindé en trois
articles qui se suivent logiquement :
– le présent article [D 4 239] traite des aspects règlementaires et organisa-
tionnels du développement de la production décentralisée ;
– le deuxième article [D 4 241] traite des conditions d’intégration de la pro-
duction décentralisée dans le système électrique ;
– le troisième article [D 4 242] traite exclusivement des aspects techniques
du raccordement sur les réseaux HTA.
Dans ce premier article seront exposées les raisons du développement de la
production décentralisée, principalement au travers de la Politique énergétique
4 française basée sur la Programmation pluriannuelle des investissements (ou
PPI) et sur la mise en place de tarifs d’achat de l’électricité, en particulier pour les
énergies renouvelables (ou EnR). Cet article aborde les conditions du développe-
ment des EnR qui s’appuient principalement sur une réglementation en
évolution permanente et sur la mise en place de schémas de développement tels
que les schémas régionaux de raccordement des EnR aux réseaux (ou SRRRER).
Un glossaire est présenté en fin d’article.

1. Environnement normales, mais par contre très élevé durant les 18 heures de poin-
tes des 22 jours « EJP » correspondant à la fourniture de la pointe
du développement par les moyens de production les plus onéreux.
Le niveau élevé de ce tarif en période de pointe a poussé certains
de la production industriels à s’équiper en autoconsommation électrique, pour se
substituer à EDF durant les heures d’effacement et ainsi souscrire
décentralisée historique une puissance nulle en période EJP et ne pas consommer de kilo-
et évolutions wattheures depuis le réseau durant cette période.
Dans les années 1995, il est alors apparu que la mise en place de
groupe de production non liés à des besoins d’autoconsommation
Jusque dans les années 1990, le petit hydraulique, localisé dans fonctionnant uniquement en période de pointe serait rentable pour
des zones très spécifiques Alpes, Pyrénées, Massif central, Vosges autant que le tarif de rachat consenti soit du même ordre que le
etc., était pratiquement le seul représentant de la production tarif de pointe « EJP ». Un arrêté ministériel de 1995 a instauré
décentralisée raccordée sur les réseaux publics de distribution cette disposition et fixé un tarif d’achat. Il s’en est suivi tout natu-
(RPD) français. La tarification d’achat calée sur la théorie des coûts rellement une première vague de demande de raccordement de
marginaux, à la base de la tarification générale de vente d’EDF plus de 630 MW de groupes de production de puissance inférieure
(Électricité de France) se traduisait par le fait que les coûts d’achat à 8 MW raccordés au réseau de distribution souvent situés à proxi-
étaient déterminés à partir des coûts de vente, quel que soit le mité immédiate des postes source afin de minimiser les liaisons
type d’installation de production. électriques.L’énergie issue de ces groupes était rachetée par EDF
La tarification d’achat était donc indépendante des coûts dans le cadre d’un contrat d’achat d’une durée de 12 ans.
d’établissement et d’exploitation des différents types de production.

1.2 Migration des groupes EJP


1.1 Apparition des groupes EJP vers le fonctionnement dispatchable
en obligation d’achat
Certaines situations ont démontré que le seul fonctionnement
La première vague de développement de la production des groupes EJP selon la tarification EJP n’était pas optimal :
décentralisée : les groupes dits de « pointe mobile » est la – en fin de saison (du 1 novembre au 31 mars), et pour respecter
conséquence de la mise en œuvre par EDF du tarif « EJP » (Efface- le nombre de 22 jours EJP, il était souvent nécessaire de déclen-
ment Jour de Pointe). La construction de ce tarif consiste à cher des jours EJP alors que la satisfaction de la pointe de
proposer un prix de vente très intéressant durant les heures consommation ne nécessitait pas de recourir à des moyens de

D 4 239 − 2 Copyright © – Techniques de l’Ingénieur – Tous droits réservés

72
Référence Internet
D4239

_________________________________________________________ RACCORDEMENT DE LA PRODUCTION DÉCENTRALISÉE AUX RÉSEAUX DE DISTRIBUTION

production d’extrême pointe onéreux tels que les turbines à 1.4 Émergence d’une politique
combustion (TAC). Pour ces jours, le coût de l’énergie fournie par
les groupes EJP était alors très supérieur à celui des autres
de développement des énergies
moyens de production appelés ; renouvelables
– à d’autres périodes, en dehors de la saison EJP, le recours à
des moyens d’extrême pointe (TAC) pouvait être nécessaire en Les années 2000 vont être celles de l’essor du développement
raison d’indisponibilité d’ouvrages de production, notamment de la production décentralisée sous l’impulsion de la Directive
entretien ou rechargement combustible de centrales nucléaires, 2001/77/CE du Parlement européen et du Conseil du 27 septembre
alors qu’il n’était contractuellement pas possible d’appeler les 2001 relative à la promotion de l’électricité produite à partir de
groupes EJP. sources d’énergie renouvelables sur le marché intérieur de
l’électricité. Cette directive prévoyait, en 2010 pour la
Il a été proposé de faire évoluer le mode de fonctionnement des Communauté, un objectif de fourniture à partir de sources d’éner-
groupes EJP vers un fonctionnement en mode « dispatchable ». Ce gies renouvelables de 12 % de la consommation intérieure brute et
mode consistait à démarrer les groupes à la demande d’EDF de 22,1 % d’électricité.
lorsque la situation du réseau de transport ou de la production le
nécessitait. La rémunération mise en place par les contrats dispat- Le terme énergies renouvelables (EnR) recouvre une vaste
chables garantissait une rentabilité analogue à celle de l’EJP et gamme de moyens de production aux technologies variées. En
permettait de moins solliciter les groupes rallongeant par la même matière de production d’électricité, il s’agit des sources non
leur durée de vie. Cela explique la migration quasi générale des fossiles comme les énergies éoliennes, solaires photovoltaïques,
contrats EJP vers les contrats dispatchables. solaires thermodynamiques, géothermiques, houlomotrices,
hydrocinétique, hydroélectriques ou les énergies issues de la
L’essentiel de cette rémunération était constituée : biomasse et du traitement des déchets ménagers de l’agriculture
– par la rémunération de la puissance garantie sous réserve de ou du traitement des eaux. Pour atteindre cet objectif, les princi-
vérification des performances effectives associées à un dispositif paux contributeurs sont l’éolien et l’hydraulique et dans une moin-
de malus ;
– par la rémunération des kilowattheures produits couvrant
simplement les prix des consommables carburant, huile...
dre mesure le photovoltaïque, le biogaz et la biomasse.
Pour la France, la directive européenne fixait dans ses annexes à
21 % en 2010, l’objectif de production d’électricité à partir d’EnR.
4
Ces contrats dispatchables en obligation d’achat d’une durée de
12 ans sont aujourd’hui arrivés à échéance et n’ont pas été La programmation pluriannuelle des investissements (PPI) de
reconduits sous cette forme. l’arrêté du 7 juillet 2006 a ensuite fixé en France par type de moyen
de production les objectifs à atteindre (tableau 1). Cette nouvelle
PPI a pris en compte dans ses objectifs les tendances enregistrées
les années précédentes et notamment les résultats inattendues du
1.3 Arrivée de la cogénération photovoltaïque.
En 1996, les pouvoirs publics ont décidé de favoriser le La loi Grenelle 1 promulguée en 2009 prévoit d’accroître la
développement de la cogénération [D 3 360]. Les installations de production à partir d’EnR et d’atteindre 23 % de la consommation
cogénération sont des installations performantes en termes de finale en 2020. Une nouvelle PPI publiée par l’arrêté du
rendement global du fait de l’utilisation effective de la chaleur 15 décembre 2009 fournit les objectifs de développement de la
produite et de l’injection sur le réseau de l’électricité produite. production décentralisée aux horizons 2012 et 2020 (tableau 2).
C’est le besoin de chaleur qui pilote l’installation, l’électricité étant Par rapport à la version 2006, cette PPI pour la France
un sous-produit du process. Ces installations utilisant le gaz continentale :
comme combustible primaire sont implantées sur des sites ayant
– affiche des objectifs plus élevés en termes d’énergie photo-
besoin de chaleur : chaufferie urbaine, papeterie, industries chimi-
voltaïque, lesquels, en fait, intègrent l’emballement constaté ;
ques... Selon le niveau de température requis pour l’utilisation de
– propose, sans afficher d’objectifs quantifiés, de développer la
la chaleur, sont utilisés des moteurs alternatifs ou des turbines le
cogénération à partir d’énergies renouvelables notamment la
cas échéant avec chaudières de post combustion.
biomasse.
Leur rémunération selon un contrat d’achat d’une durée de 12
Pour les zones non interconnectées cette PPI (tableau 3) :
ans offre une visibilité aux industriels intéressés. La rémunération
comporte deux termes : – affiche des objectifs de moyens de production à puissance
– d’une part, une rémunération de la puissance garantie avec un garantie afin d’assurer la sûreté d’approvisionnement de ces petits
dispositif de bonus-malus selon la disponibilité effectivement systèmes électriques insulaires ;
constatée ; – affiche un objectif 2020 par rapport à la consommation finale
– d’autre part, une rémunération des kilowattheures produits d’énergie de pénétration des énergies renouvelables accompagnée
indexée sur le prix de gaz et plafonnée. de stockage de 30 % à Mayotte et 50 % au minimum dans les
autres collectivités d’outre-mer ;
Cette visibilité sur l’avenir s’est traduite par 2 300 MW de cogé- – incite au développement des énergies renouvelables
nération raccordée au réseau de distribution avec une puissance intermittentes, telles que l’éolien et le solaire photovoltaïque,
moyenne par installation de 3,5 MW. jusqu’à la limite d’acceptabilité du réseau telle que fixée par
Ces installations de cogénération qui fonctionnent quasi l’arrêté du 23 avril 2008.
exclusivement de façon permanente du 1er novembre au 31 mars,
période la plus chargée du réseau présentent un réel intérêt pour
les gestionnaires de réseau compte tenu de leur fonctionnement 1.5 Mise en place de tarifs d’obligation
garanti sauf incident. d’achat
Les modalités mises en place pour le développement de la cogé-
nération ont introduit une rupture par rapport au principe de la L’atteinte des objectifs de la PPI 2009 suppose que soient mises
tarification consistant à déduire le tarif d’achat du tarif de vente. en place des dispositions incitatives. Il s’agit de favoriser le
Ainsi, le tarif d’achat cogénération donnait une visibilité sur 12 développement de filières de production d’électricité à partir d’EnR
ans, avec une indexation du prix du kilowattheure sur les prix de non compétitives à ce jour par rapport aux moyens conventionnels
l’énergie primaire garantissant ainsi la rentabilité de l’investisse- de production (nucléaire, thermique sous ses différentes formes)
ment, ce qui sans aucun doute explique le succès en termes de avec pour but la mise en place de filières industrielles permettant à
volume installé. terme une réduction des coûts d’investissement et d’exploitation.

Copyright © – Techniques de l’Ingénieur – Tous droits réservés D 4 239 – 3

73
Référence Internet
D4239

RACCORDEMENT DE LA PRODUCTION DÉCENTRALISÉE AUX RÉSEAUX DE DISTRIBUTION _________________________________________________________

Tableau 1 – Programmation pluriannuelle des investissements, arrêté du 7 juillet 2006


Objectif 2010 Objectif 2015
Énergie primaire
(MW) (MW) (1)
Biogaz compris gaz de méthanisation, de décharge, de station d’épuration 100 250
Biomasse (sauf fraction renouvelable des déchets ménagers et assimilés) 1 000 2 000
Déchets ménagers et assimilés 200 300
Éolien total dont : 13 500 17 000
éolien à terre 12 500 13 000
éolien en mer 1 000 4 000
Géothermie 90 200
Hydraulique (y compris marémotrice et houlomotrice, hors pompage) 500 2 000
Solaire photovoltaïque 160 500
(1) Les valeurs pour les objectifs 2015 comprennent celles retenues pour 2010.

4 Tableau 2 – Programmation pluriannuelle des investissements, arrêté du 15 décembre 2009


hors ZNI
Objectif 2012 Objectif 2020
Énergie primaire
(MW) (MW) (1)
Biogaz (3) – –
Biomasse + 520 (2) + 2 300 (2)
Déchets ménagers et assimilés 200 300
Éolien total dont : 11 500 25 000
éolien à terre 10 500 19 000
éolien en mer 1 000 6 000
Géothermie (1) – –
Hydraulique (y compris marémotrice et houlomotrice, hors pompage) – + 3 000
Solaire photovoltaïque 1 100 5 400
(1) Géothermie : pas d’objectif affiché.
(2) Biomasse : pas de précision sur l’origine de la biomasse les chiffres indiqués sont des objectifs de puissance supplémentaire à atteindre par rapport à la date
de publication (le 10 janvier 2010).
(3) Biogaz : pas d’objectif affiché.

Tableau 3 – Programmation pluriannuelle des investissements, arrêté du 15 décembre 2009 ZNI


Besoins en mégawatts Objectif 2012 Objectif 2020
Corse 175 295
Guadeloupe 194 234
Guyane – 72
Martinique 125 250
Mayotte – 24
La Réunion 174 254
Saint-Barthélemy 9 12
Saint-Martin – 5
Saint-Pierre-et-Miquelon 0 20

D 4 239 – 4 Copyright © – Techniques de l’Ingénieur – Tous droits réservés

74
Référence Internet
D4239

_________________________________________________________ RACCORDEMENT DE LA PRODUCTION DÉCENTRALISÉE AUX RÉSEAUX DE DISTRIBUTION

Les pouvoirs publics français ont choisi d’inciter le développe- 1.6 Mécanisme de compensation
ment des EnR pour la production d’électricité via la mise en place
de deux régimes :
des surcoûts de l’obligation d’achat
– un régime d’obligation d’achat à des tarifs d’achat différentiés Les prix de l’énergie issue d’énergies renouvelables retenus
par filière, rémunérant l’énergie produite sans contrainte de dispo- dans le cadre de l’obligation d’achat et destinés à promouvoir des
nibilité ou de productible pour les EnR, avec le cas échéant la déli- filières d’énergie renouvelable et à leur faire atteindre une maturité
vrance d’une autorisation d’exploiter ; industrielle sont supérieurs au prix de l’énergie fournie par les
– un régime d’appel d’offres appliqué lorsque les seuls tarifs moyens de production conventionnels. Or l’acheteur de ces
d’achat ne permettent pas l’atteinte de l’objectif. énergies issues d’énergies renouvelables exerce son activité dans
Des mesures complémentaires telles que la mise en place de le domaine concurrentiel. Aussi afin de ne pas le pénaliser,
crédits d’impôt peuvent compléter le dispositif (cas des installa- l’acheteur reçoit une compensation de la différence entre les coûts
tions photovoltaïques résidentielles). d’achat résultant de l’application des tarifs d’obligation d’achat et
Les tarifs d’obligation d’achat concernent les installations de les coûts du marché.
production d’électricité à partir d’EnR de puissance inférieure à Le montant de cette compensation est évalué par la commission
12 MW utilisant : de régulation des énergies puis est intégré dans la (Contribution
– l’énergie hydraulique (hors pompage) des lacs, cours d’eau et au service public de l’électricité) (CSPE).
mers : houlomotrice, hydrocinétique (hydrolienne, usine En 2011 les surcoûts de l’obligation d’achat métropole
marémotrice...) ; représentaient 61 % du montant de la CSPE, le reste étant
– l’énergie mécanique du vent, implantées dans les zones non constitué pour l’essentiel de 37 % de la compensation des coûts
interconnectées au réseau métropolitain continental et hors du entre tarifs de production et de vente (i.e. péréquation tarifaire)
périmètre d’une zone de développement de l’éolien ; plus obligation d’achat dans les zones non interconnectées et de
1,9 % pour les dispositions sociales des tarifs de première néces-
– l’énergie radiative
thermodynamique ;
du Soleil photovoltaïque et

– l’énergie des nappes aquifères ou des roches souterraines


solaire sité.
Dans la prévision 2013 les surcoûts de l’obligation d’achat en
métropole représentent 69 % du montant de la CSPE, le reste étant
4
(géothermie) ; constitué pour l’essentiel de 69 % dû à la péréquation tarifaire plus
– l’énergie dégagée par la combustion ou l’explosion de obligation d’achat dans les zones non interconnectées et de 2,8 %
matières non fossiles d’origine animale ou par la combustion ou pour les dispositions sociales.
l’explosion de gaz résultant de la décomposition ou de la À partir de l’estimation des charges de la CSPE, la commission
fermentation de déchets issus de l’agriculture ou du traitement des de régulation de l’énergie propose le niveau de contribution
eaux. unitaire en euros par megawattheure permettant de couvrir ces
Les tarifs d’obligation d’achat concernent aussi les installations charges. Le montant de la contribution appliquée sur les factures
de production d’électricité : est fixé par voie règlementaire. Le fond CSPE alimenté par la
– à partir de l’énergie mécanique du vent, sans limite de redevance prélevée sur toutes les factures de consommation
puissance dans le périmètre de zone de développement éolien ; d’électricité est géré par la caisse des Dépôts et consignation.
– de puissance inférieure à 12 MW présentant une efficacité Comme le montre le graphique de la figure 1, la contribution
énergétique particulière, soit du fait de l’utilisation de certains appliquée augmente rapidement, tout en restant inférieure au
combustibles, soit du fait de leurs caractéristiques intrinsèques, niveau proposé par la CRE qui permettrait de couvrir les charges
notamment dans le cas de cogénération d’électricité et de chaleur de la CSPE (figure 2). L’article L 121-13 du Code de l’Énergie
valorisée ; introduit fin 2010 limite à 3 €/MWh la hausse annuelle de la
contribution.
– utilisant l’énergie de la combustion des déchets ménagers ou
de leur méthanisation.
Pour chaque filière de production un arrêté ministériel fixe les
modalités, le tarif applicable et la durée du contrat. Le principe
Contribution CSPE €/MWh
retenu consiste, à partir de la connaissance des coûts d’investisse-
ment et d’exploitation, à définir les modalités, les tarifs, et la durée 20
du contrat de façon à assurer le retour sur investissement de 18,8
18
l’installation : 12 ans pour la plupart des contrats, 15 ans pour
l’éolien terrestre, 20 ans pour l’éolien off-shore et le photovoltaïque. 16
À l’échéance du contrat d’achat, cet arrêté n’est pas renouvelé, 13,7
sauf dispositions particulières en cas de rénovation des installa- 14
13,5
tions. Le producteur doit alors rechercher un acheteur à des coûts 12,9
12
négociés pour continuer son activité :
10,5
– pour chaque installation, le tarif de référence est fixé en 10
fonction de la date de demande complète de contrat d’achat ; 8 9
6,5
– une fois ce tarif de référence fixé pour une installation et pour 5,8
la durée du contrat, une formule de révision de prix permet de 6 4,5 4,5 4,5 4,26
prendre en compte les différents facteurs agissant sur le coût 3 3,3
4
d’exploitation ; 4,5 4,5 1,5 1,5
4,5 1,5
2 3 3,3 3,4
– aux tarifs de référence est parfois associé un dispositif
d’évolution à la baisse de façon à prendre en compte la maturité
0
industrielle de la filière ; 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
– pour la filière photovoltaïque de puissance inférieure à
100 KWc, une régulation trimestrielle du tarif d’achat à la baisse en proposition CRE appliquée
fonction du volume de demandes qualifiées le trimestre précédent
a été introduite. Figure 1 – Évolution des niveaux de la CSPE proposée et appliquée

Copyright © – Techniques de l’Ingénieur – Tous droits réservés D 4 239 – 5

75
Référence Internet
D4239

RACCORDEMENT DE LA PRODUCTION DÉCENTRALISÉE AUX RÉSEAUX DE DISTRIBUTION _________________________________________________________

Évolution des charges de service public


6 000
de l’électricité au titre d’une année

M€
5 000
Charges de service public Dispositions sociales
prévisionnelles au titre de 2013 Autres contrats d’achat (MC)
(total 5,1 Md€) 4 000
EnR (ZNI)
Autres EnR (MC)
2,8 % 10,3 % Photovoltaïque (MC) 3 000
0,1 %
Éolien(MC)
27,9 % 10,9 % Cogénération (MC)
2 000
Péréquation tarifaire dans les ZNI hors Enr
Enr : énergies renouvelables
MC : métropole continentale 1 000
ZNI : zones non interconnectées

4,4 % 0
2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
6,4 % Prévision
37,1 %
– 1 000

Figure 2 – Répartition par origine des charges de service public et évolution (origine CRE)

4 1.7 Conditions du développement


des énergies renouvelables

1.7.1 Capacités d’accueil des réseaux électriques


et règles de facturation
Le dimensionnement d’un réseau électrique s’effectue à partir
de la connaissance des charges des consommateurs et de la
puissance des installations de production qui y sont raccordées en
prenant en compte les différents facteurs d’influence : calendrier,
température... ainsi que des hypothèses de défaillance d’ouvrage
fixées par les gestionnaire de réseau, afin d’assurer la sûreté de
desserte des utilisateurs.
À partir de ces études de dimensionnement, le réseau est réalisé
en retenant pour chacun des différents composants le palier
technique adéquat parmi ceux retenus par le gestionnaire de
réseau. L’existence de ces paliers techniques conduit à ce qu’un
réseau soit quasiment toujours surdimensionné par rapport au
strict besoin.
À titre d’exemple, pour les réseaux de distribution, les sections
de câble souterrain HTA retenues sont le 95 mm2, le 150 mm2, le
240 mm2 aluminium. À la suite d’une étude montrant qu’une
section théorique de 180 mm2 serait nécessaire, le gestionnaire de
réseau posera du 24 mm2 permettant ainsi une capacité d’accueil
complémentaire en transit.
Le raccordement d’installations de production au réseau de
distribution donne lieu à une étude de la part du gestionnaire de
réseau de distribution ainsi qu’à une vérification de la capacité Figure 3 – Carte des puissances de raccordement nulles
d’accueil du réseau de transport. au réseau de transport
Afin de caractériser cette capacité d’accueil, des publications
sont effectuées sur les sites Internet des gestionnaires de réseau : La carte de la figure 3 représente les postes pour lesquels le
– pour le gestionnaire de réseau de distribution, la capacité potentiel de raccordement à fin 2011 est nul empêchant tout
d’accueil est uniquement publiée par poste source. Celle-ci nouveau raccordement d’ouvrage de production sauf à réaliser des
caractérise la puissance de production supplémentaire acceptable adaptations du réseau de transport.
par la transformation du poste source hors situation
d’indisponibilité d’ouvrage. L’étendue et la ramification du réseau
de distribution sont telles que la publication de capacité d’accueil 1.7.2 Règles du financement du raccordement
en tout point du réseau de distribution n’a pas été retenue ; des installations de production
– pour le gestionnaire de réseau de transport, le potentiel de
■ Séparation des activités de fourniture et de gestion du réseau
raccordement par poste qui caractérise la puissance supplémen-
taire maximale de production acceptable par le réseau, étant La directive sur l’ouverture du marché a eu pour effet de séparer
entendu que des effacements de production pourront s’avérer d’un côté les activités de fourniture (domaine concurrentiel) et de
nécessaires dans certaines circonstances. l’autre les activités techniques de gestion des réseaux (domaine

D 4 239 – 6 Copyright © – Techniques de l’Ingénieur – Tous droits réservés

76
Référence Internet
D4241

Raccordement de la production
décentralisée aux réseaux
de distribution
Conditions d’intégration

par Jean-Luc FRAISSE

4
Consultant externe,
Ancien chef de service raccordement à la direction technique d’ERDF, La Défense
et Laurent KARSENTI
Chef de service raccordement grands producteurs à la direction technique d’ERDF,
La Défense
Avec la collaboration de Jean-Paul HORSON, ex-consultant senior à ERDF, La Défense,
France

1. Impact sur la sûreté du système....................................................... D 4 241v2 - 2


1.1 Qu’est-ce qu’un système électrique ? ..................................................... — 2
1.2 Comment fonctionne un système électrique ?....................................... — 3
1.3 Tenue aux régimes perturbés.................................................................. — 21
2. Incidence sur le réseau HTB de la production raccordée
au RPD...................................................................................................... — 25
2.1 Échanges d’information entre GRT/GRD et producteur ........................ — 25
2.2 Dispositions relatives au raccordement.................................................. — 25
3. Contrôle de performance des installations ................................... — 28
3.1 Installations raccordées en basse tension (puissance inférieure
ou égale à 250 kVA) .................................................................................. — 28
3.2 Installations raccordées en HTA .............................................................. — 28
3.3 Mise en œuvre des contrôles................................................................... — 28
4. Quelles solutions pour favoriser le développement
des énergies intermittentes ............................................................... — 29
4.1 Fonctionnement et sûreté du système électrique.................................. — 29
4.2 Amélioration de la prévision.................................................................... — 31
4.3 Une nouvelle approche de la gestion des réseaux : les smart grids .... — 31
4.4 Fonctionnement du réseau ...................................................................... — 32
5. Conclusion .............................................................................................. — 33
Pour en savoir plus ......................................................................................... Doc. D 4 241v2

e terme « production décentralisée » qualifie toute production électrique de


L faible puissance raccordée au réseau public de transport (RPT) en HTB1
(quelques dizaines de megawatts) ou de distribution en HTA (de 250 kW à
Parution : novembre 2014

12 MW) ou en BT (de quelques kilowatts à 250 kW). Ce traité se limite à la pro-


duction décentralisée raccordée au réseau public de distribution (RPD) (ce
réseau est défini en [D 4 200]).

Copyright © –Techniques de l’Ingénieur –Tous droits réservés D 4 241v2 – 1

77
Référence Internet
D4241

RACCORDEMENT DE LA PRODUCTION DÉCENTRALISÉE AUX RÉSEAUX DE DISTRIBUTION _________________________________________________________

Le développement de la production décentralisée doit être examiné sous deux


aspects principaux : d’une part les conséquences sur le réseau auquel est directe-
ment raccordée l’installation, d’autre part les conséquences sur le fonctionnement
et la sûreté de l’ensemble du système électrique. Ce dernier aspect conduit à
traiter de façon différente le système électrique continental européen caractérisé
par un grand réseau électrique interconnecté et les petits systèmes électriques
ilotés des réseaux insulaires dénommés ZNI (zone non interconnectée).
Pour des raisons éditoriales, le thème du « raccordement de la production
décentralisée aux réseaux de distribution » a été partagé en trois articles qui
s’articulent logiquement comme suit :
– la première partie [D 4 239] traite des aspects règlementaires et organisa-
tionnels du développement de la production décentralisée ;
– la deuxième partie [D 4 241] traite des conditions d’intégration de la pro-
duction décentralisée dans le système électrique ;
– la troisième partie [D 4 242] traite exclusivement des aspects techniques
du raccordement sur les réseaux HTA.
Dans le présent article sont exposés les grands principes à mettre en œuvre
pour assurer le bon fonctionnement et la sûreté d’un système électrique ainsi
que les dispositions à prendre pour y intégrer la production décentralisée :
4 – la section 1 expose les principes généraux de gestion d’un système élec-
trique et des réseaux auxquels sont raccordées les installations de production
ainsi que les dispositions permettant de faire en sorte que ces installations
deviennent partie intégrante du système électrique ;
– la section 2 présente les interactions entre production décentralisée et
réseau de transport et les échanges d’informations à mettre en œuvre entre les
GRD et le GRT ;
– la section 3 présente les contrôles à mettre en œuvre afin de s’assurer que
les installations à leur mise en service et dans leur durée de vie disposent des
performances permettant de les intégrer dans le système électrique ;
– la section 4 présente les solutions en cours de développement ou à venir
qui permettront d’intégrer un plus grand volume de production décentralisé
tout en maintenant la sûreté du système électrique.

1. Impact sur la sûreté anglais Union for the Coordination of Transmission of Electricity
depuis renommée en ENTSOE (European Network of Transmission
du système System Operators for Electricity ) en 2009 lors de l’intégration de
nouveaux pays. Des zones synchrones différentes peuvent être
interconnectées par des liaisons à courant continu qui permettent
de dissocier partiellement les réseaux qu’elles relient. C’est par
1.1 Qu’est-ce qu’un système électrique ? exemple, le cas entre la zone UCTE et la zone UKTSOA
(Royaume-Uni) et la zone NORDEL (pays d’Europe du nord).
Le système électrique est constitué de l’ensemble des réseaux et Toutefois, vis-à-vis de la sûreté, il faut tenir compte du fait que le
installations de production interconnectés par des lignes élec- fort maillage a pour conséquence :
triques à courant alternatif ou à courant continu. L’interconnexion
entre les différents réseaux européens s’est imposée car elle crée – qu’une perturbation importante, quelle que soit sa localisation,
les conditions d’une solidarité permanente entre les partenaires ; risque de se propager à l’ensemble du système : (l’incident du
elle offre de nombreux avantages, dont une capacité d’échanges 4 novembre 2006 dont l’origine se situait en Allemagne du nord et
plus importante entre réseaux favorisant la réalisation d’un mar- qui a entraîné le délestage de 15 millions de clients de la zone
ché unique de l’électricité en Europe, ainsi que les possibilités de jusqu’en France, Espagne, Italie... suite à la baisse de fréquence) ;
secours mutuel lors d’une défaillance d’un équipement de trans- – que les perturbations de l’onde électrique résultant des courts-
port ou de production. L’interconnexion du système électrique circuits se propagent sur l’ensemble du réseau interconnecté à des
français à la zone ENTSOE le rend plus robuste grâce à la capacité vitesses proches de la lumière alors que les automates ou protec-
d’échange et donc à l’entraide en cas d’incident. tions travaillent dans des domaines allant de la dizaine de milli-
secondes à quelques secondes, et certaines régulations pilotent
C’est ainsi qu’ont été créés en Europe différents systèmes élec- des processus ayant des constantes de temps de plusieurs minu-
triques correspondant à des zones synchrones : réseaux inter- tes voire de plusieurs heures. L’équilibre du système repose donc
connectés par des liaisons à courant alternatif représentées à la sur une parfaite coordination de l’ensemble des dispositifs de
figure 1. régulation et de protection.
Dans le cas de la France métropolitaine, elle fait partie de la zone Assurer la sûreté d’un système électrique étendu comportant
UCTE, Union pour la coordination du transport de l’électricité, en plusieurs gestionnaires de réseau ayant chacun une compétence

D 4 241v2 − 2 Copyright © –Techniques de l’Ingénieur –Tous droits réservés

78
Référence Internet
D4241

_________________________________________________________ RACCORDEMENT DE LA PRODUCTION DÉCENTRALISÉE AUX RÉSEAUX DE DISTRIBUTION

– satisfaire les engagements contractuels vis-à-vis des clients


L’interconnexion du système électrique français raccordés.
avec les pays d’Europe de l’Ouest
Garantir la sûreté de fonctionnement suppose la maîtrise de
l’évolution et des réactions du système électrique face aux diffé-
rents aléas dont il est l’objet (court-circuit, évolution imprévue de
la consommation ou de la production, indisponibilités fortuites
Associations
d’ouvrages de production ou de transport...), en réduisant autant
que possible le risque d’incidents pouvant conduire à une coupure
UCTE DK : membre associé de l’UCTE généralisée de l’alimentation électrique.
S
FIN
NORDEL Un équilibre entre coûts et niveau de sûreté est à rechercher
N
UKTSOA dans la mesure où ces coûts sont une des composantes du tarif de
ES
vente de l’énergie au client final.
ATSOI
DK LE Pour assurer cette sûreté de fonctionnement, le gestionnaire du
UE IRL système électrique fait en sorte que :
LI
GB
NL PL – à tout instant, il y ait égalité entre production et
B D consommation : P = C. L’électricité ne se stockant pas, le gestion-
L CZ naire de réseau est tenu, pour satisfaire cet équilibre, de prévoir à
SK l’avance la consommation et les disponibilités des moyens de pro-
F
CH A H
duction et du réseau tout en ayant suffisamment de réserve pour
RO faire face à des aléas pouvant survenir sur le réseau ou les instal-
SLO

4
I BIH lations de production ;
P E SCG BG – la puissance transitée sur les ouvrages du réseau ne dépasse
FYROM pas leur capacité (lignes et transformateurs), en situation normale
AL d’exploitation et en cas d’indisponibilité programmée par exemple
GR pour maintenance, ou à la suite d’incident ayant entraîné la perte
d’un ouvrage. Cette nécessité a conduit à mettre en place la règle
MA du N – 1, c’est-à-dire concevoir et exploiter le réseau de façon à
continuer à assurer la mission du réseau en cas de perte d’un
DZ TN UCTE / ETSO ouvrage ;
– les situations perturbées résultant d’un incident : surintensité,
L’interconnexion variation de la fréquence, creux de tension n’affectent pas les
= ouvrages sains du réseau ou installations de production. Cette
condition suppose la mise en place de plans de protection sélectifs
• un système plus robuste,
et l’imposition de dispositions de tenue des installations aux
• une capacité d’échanges plus grande entre réseaux, régimes perturbés ;
• une assistance mutuelle entre partenaires.
– la qualité de l’électricité est assurée : maintien de la tension, de
Figure 1 – Carte des associations de gestionnaires de réseaux
la fréquence dans des plages admissibles celles-ci sont généra-
de transport en Europe lement définies de façon réglementaire ou normative et
contractualisée.

territoriale suppose la mise en place de règles communes de fonc-


tionnement s’imposant aux différents gestionnaires de réseau. Les 1.2.1 Gestion de l’équilibre
différents pays membres au sein de ENTSOE établissent ces règles production = consommation
visant en premier lieu le développement de la coordination
technique entre les opérateurs de transport d’électricité dans le but Le gestionnaire du système électrique doit satisfaire les besoins
de favoriser une exploitation sûre des réseaux européens inter- d’électricité des consommateurs tout au long de la journée. Or, ces
connectés, principalement par l’adoption de règles communes besoins évoluent en permanence (figure 2). Dans les systèmes
concernant la conduite en temps réel des systèmes électriques, les insulaires, l’écart entre les besoins de puissance varie du simple
règles et dispositifs de protection, etc. au double entre d’une part le milieu de la nuit et d’autre part le
jour et le soir.
Dans le cas de la France non métropolitaine, La Réunion, la
Guadeloupe, la Martinique, La Guyane, Saint-Pierre et Miquelon, Dans le cas d’un système électrique comportant plusieurs ges-
Saint-Martin, Saint-Barthélemy constituent chacun un système tionnaires de réseau tel l’ENSTOE, chaque gestionnaire de réseau
électrique car non interconnecté. La Corse est un cas particulier car doit assurer son équilibre P = C au niveau de sa zone en faisant
connectée d’une part à l’Italie par une liaison à courant continu et appel le cas échéant à des importation ou exportation depuis et
récemment à la Sardaigne par une liaison à courant alternatif. vers les autres zones dans le cadre d’accords entre gestionnaires.
L’équilibre P = C doit être assuré de façon quasi instantané au
niveau du système électrique quels que soient les aléas pouvant
1.2 Comment fonctionne un système survenir :
électrique ? – les fluctuations horaires et saisonnières de la consommation ;
– les indisponibilités fortuites ou programmées des installations
Trois objectifs majeurs gouvernent l’exploitation d’un système de production ;
électrique : – les indisponibilités fortuites ou programmées du réseau
– garantir la sûreté de fonctionnement ; (lignes, jeu de barres, transformateurs) ;
– favoriser la performance économique et dans le cas d’un mar- – les fluctuations des installations de production à énergie inter-
ché ouvert favoriser l’ouverture du marché électrique ; mittente (éolien, photovoltaïque...).

Copyright © –Techniques de l’Ingénieur –Tous droits réservés D 4 241v2 – 3

79
Référence Internet
D4241

RACCORDEMENT DE LA PRODUCTION DÉCENTRALISÉE AUX RÉSEAUX DE DISTRIBUTION _________________________________________________________

Consommation France 8 janvier 2012 (MW) Consommation France 5 août 2012 (MW)
105 000 50 000
45 000
100 000
40 000
35 000
95 000
30 000
90 000 25 000
20 000
85 000
15 000
10 000
80 000
5 000
75 000 0
00:30
01:30
02:30
03:30
04:30
05:30
06:30
07:30
08:30
09:30
10:30
11:30
12:30
13:30
14:30
15:30
16:30
17:30
18:30
19:30
20:30
21:30
22:30
23:30

00:30
01:30
02:30
03:30
04:30
05:30
06:30
07:30
08:30
09:30
10:30
11:30
12:30
13:30
14:30
15:30
16:30
17:30
18:30
19:30
20:30
21:30
22:30
23:30
Figure 2 – Courbes de consommation 2012 France continentale à la pointe et au creux de charge

4 L’équation des masses tournantes :


df / dr
0

Cm – Cr = J · dΩ
dt
Consommation Production
avec :

Production Cm : couple moteur en newtons-mètres (N . m)


Consommation Cr : couple résistant en newtons-mètres (N . m)
J : moment d’inertie de l’ensemble des masses tournantes (kg . m2)
R É S E A U
Ω : vitesse de rotation en radians par seconde (rad/s)
df dΩ
: dérivée de la vitesse angulaire par rapport au temps, -
dt dt

Figure 3 – Équilibre production = consommation et fréquence du réseau

1.2.1.1 Gestion prévisionnelle de l’équilibre concernant, faute de quoi elles seraient à considérer comme un
production = consommation aléa supplémentaire. Dans les ZNI, le taux de pénétration de la
La prévision de la consommation infrajournalière et à J + 1 est production à caractère intermittent a atteint un niveau critique
pratiquée par les gestionnaires de réseau de transport depuis très ayant conduit à la mise en place de dispositif de limitation de leur
longtemps et les modèles de prévisions enrichis du retour d’expé- puissance.
rience sont considérés comme satisfaisants. Ces modèles évoluent La prévision de ces installations fait l’objet du paragraphe 1.2.5.
en permanence pour tenir compte de différents facteurs : offres
nouvelles des fournisseurs, évolution du tissu industriel, des habi-
1.2.1.2 Gestion temps réel de l’équilibre
tudes de consommation... production = consommation
Il est nécessaire d’établir un plan global de production capable
de couvrir la prévision de consommation et les échanges, avec La stabilité de la fréquence, sur un réseau électrique, traduit
une marge suffisante pour faire face aux différents aléas qui l’équilibre entre la production et la consommation (tableau 1). En
peuvent affecter l’équilibre offre/demande : perte de groupes de France continentale, la plage admissible est de 50 Hz +/– 0,5 Hz.
production, écart entre prévision de consommation et réalisation... L’équilibre production se traduit au niveau des groupes tournants
des centrales par un équilibre entre couple moteur et couple résis-
Cela est obtenu en constituant des réserves de puissance mobi- tant (figure 3) :
lisables soit par le biais d’automatismes (réserves primaire et
secondaire) soit par l’action des opérateurs (réserve tertiaire). Ce – si la demande (la consommation) excède l’offre (la produc-
plan de production est établi à partir des données fournies par les tion), le couple résistant est plus élevé que le couple moteur, la
producteurs : disponibilité des ouvrages, programme de marche, vitesse de rotation des machines, donc la fréquence, diminue, le
disponibilité des services système. gradient de chute de fréquence dépend du niveau de déséquilibre
et de l’inertie des masses tournantes ;
Le développement de la production décentralisée à partir d’ins-
tallations à caractère intermittent (éolien et photovoltaïque) intro- – a contrario, si c’est l’offre qui est supérieure à la demande, le
duit une nouvelle dimension dans l’établissement du plan de système voit les groupes accélérer et la fréquence augmenter.
production avec la difficulté due au fait que ces installations sont
§ Comportement dynamique
nombreuses, réparties sur le territoire, de petite puissance donc
raccordées essentiellement sur des réseaux de distribution. Plus le Lors d’un incident entraînant un déséquilibre entre production et
taux de pénétration de la production décentralisée augmente, plus consommation, (en général la perte d’ouvrages de production),
il convient de disposer d’un modèle de prévision fiable les plusieurs phases se succèdent (figure 4) :

D 4 241v2 – 4 Copyright © –Techniques de l’Ingénieur –Tous droits réservés

80
Référence Internet
D4241

_________________________________________________________ RACCORDEMENT DE LA PRODUCTION DÉCENTRALISÉE AUX RÉSEAUX DE DISTRIBUTION

Tableau 1 – Système européen et ZNI – fréquence et déséquilibre de puissance


Perte de l’installation
5 puissance/fréquence de production la plus
importante
Jour environ 60 MW/Hz
Île de La Réunion 52,5 MW
Nuit environ 10 MW/Hz
Système européen à minima 35 000 MW/Hz 1 500 MW

Temps
50 Hz

Fréquence

Charge dépendant
de la fréquence
Énergie cin
i étique

4
des masses
a
tournantes
a

Puissance Réserve tertiaire


Réserve
secondaire

Réserve primaire

Temps

0
Quelques
Quelques secondes Quelques minutes
heures

Figure 4 – Évolution de la fréquence dans le temps suite à perte d’ouvrage de production

– durant les premières secondes, le gradient de la chute de la – TAC 5000 de 22 MW : 13,8 s ;


fréquence dépend uniquement de la valeur du déséquilibre – TAC aérodérivative de 20 MW : 2 s.
production-consommation et de l’inertie de l’ensemble des masses
tournantes des installations de production en service ; Disposer d’inertie sur les ouvrages de production est important
– après un temps de réponse de plusieurs secondes, le réglage car cela permet, dans l’attente de la réponse du réglage primaire,
primaire des groupes de production intervient pour compenser le de limiter la chute de fréquence évitant ainsi d’atteindre les seuils
déséquilibre en augmentant la consigne de production des grou- de délestage fréquencemétrique de la clientèle ou plus grave
pes en réglage. encore des niveaux de fréquence entraînant le découplage des
installations de production suivi d’un blackout.
Le gradient de chute de fréquence peut varier de façon impor-
tante selon les caractéristiques du système électrique et la puis- Le développement d’installations de production ne présentant
sance de l’installation de production considérée comme pas de masses tournantes tel que le photovoltaïque peut poser un
défaillante : réel problème selon son taux de pénétration. À même volume de
– 6 mHz/s pour la perte d’une tranche de 1 300 MW sur le réseau parc de production, plus le taux de pénétration du photovoltaïque
européen ; augmente, plus l’inertie du système diminue donc plus le gradient
– 3 Hz/s sur la zone ouest du réseau européen lors de l’incident de chute fréquence est élevé pour une hypothèse donnée de
du 19 décembre 1978 (§ 1.3.1) ; déséquilibre production-consommation.
– 2,8 Hz/s pour la perte de la station de conversion de Lucciana Des études de simulation du comportement dynamique de
(50 MW) en Corse (réseau à faible charge avant l’interconnexion l’ensemble du réseau doivent être effectuées afin de s’assurer du
avec la Sardaigne). comportement du réseau en cas de perte du plus important des
L’inertie d’une installation de production peut être représentée ouvrages de production. Ces études prennent en compte les carac-
par son temps de lancer ; c’est temps en seconde que met la téristiques du parc de production, du plan de délestage fréquence-
machine à l’arrêt pour atteindre sa vitesse nominale sous le couple métrique, du réglage primaire puissance fréquence et des charges.
nominal. Le temps de lancer est dépendant des caractéristiques L’adaptation en temps réel de la production à la consommation
constructives de l’installation de production : s’effectue par le biais de l’observation de la dérive de la fréquence
– Turbine vapeur de 600 MW: 13,7 s ; par rapport à sa valeur de référence 50 Hz. Le maintien de la fré-
– Turbine vapeur de 1 300 MW: 13,5 s ; quence nécessite de recourir à des services système mis à disposi-
– Diesel semi-rapide de 11 MW: 3 s ; tion par les producteurs. Ces services système décrits ci-après
– Diesel semi-rapide de 21 MW: 5,2 s ; interviennent avec des échéances de temps de réponse de
– Diesel lent de 45 MW : 11 s ; quelques secondes à plusieurs heures.

Copyright © –Techniques de l’Ingénieur –Tous droits réservés D 4 241v2 – 5

81
Référence Internet
D4241

RACCORDEMENT DE LA PRODUCTION DÉCENTRALISÉE AUX RÉSEAUX DE DISTRIBUTION _________________________________________________________

P Machine
P – P0 = –K · ∆f d’entraînement Réseau
Pmax
Plim
K : énergie réglante MW/Hz
P Capacité du groupe à fournir Actionneur
P0 ∆P (MW) suite à une variation ou

de ∆f (Hz) Régulateur Mesure
∆f +
(vitesse ou fréquence)
f0 f
Consigne de vitesse

Figure 5 – Mode d’action du réglage primaire de puissance

§ Le réglage primaire de fréquence


Le réglage primaire (figure 5) consiste à disposer sur l’instal-
lation de production d’une réserve de puissance garantie mobili- Volume (MW)
sable instantanément (quelques secondes) dès que la fréquence
descend en dessous de 50 Hz avec pour objectif d’assurer le Réserve
rétablissement rapide de l’équilibre offre/demande. C’est un tertiaire
réglage local, assuré par le régulateur du groupe asservi qui agit

4
directement sur les organes d’admission de l’énergie primaire Réserve
(vapeur, eau, fuel, gaz...) avec un temps de réponse de l’ordre Inertie des masses secondaire
d’une dizaine de secondes. En fin d’action du réglage primaire, un tournantes
écart de fréquence subsiste et les transits entre les pays sont Réserve
modifiés puisque toutes les machines des différents pays primaire
réagissent à la variation de la fréquence commune, même si la
perturbation s’est produite dans un pays voisin.
Quelques Quelques Quelques Temps
Le niveau total de réserve primaire est déterminé au niveau du secondes minutes heures
système électrique en fonction de l’aléa à couvrir puis réparti sur
les différents groupes l’assurant :
Figure 6 – Temps de réponse attendu des services système
– dans le cas de l’UCTE cette réserve de 3 000 MW correspon- de gestion de l’équilibre production = consommation
dant à la perte simultanée de deux des plus gros groupes existants
est répartie aux différents gestionnaires de réseau. L’inter-
connexion permet à tous les partenaires de mutualiser les partici- d’un nouvel aléa. Les actions correspondantes sont totalement sous
pations au réglage primaire de fréquence et à chacun de réduire le le contrôle des opérateurs de conduite des dispatching (figure 6).
dimensionnement de sa réserve primaire ;
– dans le cas des systèmes insulaires, compte tenu de l’absence § Les parades ultimes
d’interconnexion, le dimensionnement de la réserve primaire Dans les situations où les actions normales des différents auto-
correspondant à la perte de la plus grosse installation de matismes et de conduite ne permettent plus de maîtriser la fré-
production peut s’avérer techniquement difficile et économi- quence, des actions exceptionnelles de conduite ont engagées :
quement inacceptable. Auquel cas, il est admis que le délestage – sur la production, passage à Pmax ;
fréquencemétrique de la clientèle participe à la gestion de la stabi- – sur les charges, délestage rapide de la clientèle.
lité du système.
Si les lignes de défense précédentes sont insuffisantes en cas
§ Le réglage secondaire puissance-fréquence d’un incident important, la dernière ligne de défense est constituée
Le réglage secondaire a pour but de ramener la fréquence à la par le délestage fréquencemétrique. Il s’agit d’un délestage opéré
valeur de référence (50 Hz). Cet objectif est atteint en modifiant la automatiquement sur les départs de distribution HTA des postes
puissance de consigne des groupes asservis au réglage secondaire sources lors du franchissement d’un seuil de fréquence. La distri-
fréquence/puissance dans le pays à l’origine de la perturbation bution des départs sur les différents seuils prend en compte la
ayant entraînée l’action du réglage primaire : priorité des charges desservies, les départs non prioritaires sont
affectés au seuil le plus élevé, les départs dont la priorité est la
– pour le réseau français continental, cette action se fait soit de plus élevée sont hors délestage :
façon automatique à l’aide d’un signal calculé de manière centrali-
sée au dispatching national pour le réseau français continental, – sur le réseau continental, quatre stades de délestage correspon-
soit par transmission d’une consigne dans les ZNI ; dant à quatre seuils de fréquences 49, 48,5, 48 et 47,5 Hz sont utili-
– pour les réseaux insulaires, la modification de la consigne sés. Les départs HTA sont distribués sur chaque seuil de façon à
s’effectue généralement de façon manuelle à l’initiative du dispat- représenter approximativement 20 % de la consommation totale ;
ching. – sur les réseaux insulaires, les seuils de fréquence sont fixés à
des valeurs inférieures aux seuils des réseaux continentaux avec
Après action du réglage secondaire (plusieurs minutes), la un plus grands nombre de stade correspondant à un découpage
réserve primaire est reconstituée, les échanges transfrontaliers en fréquence plus fin. Ce choix permet de prendre en compte le
sont ramenés à leurs valeurs programmées, mais la réserve gradient élevé de la chute de fréquence élevée en cas de perte
secondaire est amputée. d’ouvrage de production et, par un délestage fin, de rechercher un
§ Le réglage tertiaire nouvel équilibre production consommation avant action du
réglage primaire. Par exemple pour La Réunion, les seuils de
Le réglage tertiaire consiste à recaler, par activation d’offres délestage sont les suivants :
d’ajustement, les programmes de production sur certains groupes
afin de reconstituer la réserve secondaire, voire une partie de la • clients non prioritaires stades 1, 2, 3 (48, 47,75 et 47,5 Hz),
réserve primaire lorsque celle-ci est entamée, pour se prémunir • clients prioritaires niveau 3 stade 4 (47,25 Hz),

D 4 241v2 – 6 Copyright © –Techniques de l’Ingénieur –Tous droits réservés

82
Référence Internet
D4241

_________________________________________________________ RACCORDEMENT DE LA PRODUCTION DÉCENTRALISÉE AUX RÉSEAUX DE DISTRIBUTION

Producteur Q+ Consommateur

Injection d’actif Soutirage d’actif


Soutirage de réactif Soutirage de réactif

tan Φ < 0 tan Φ > 0

Φ
P− P+

tan Φ > 0 tan Φ < 0

Injection d’actif Soutirage d’actif


Injection de réactif Injection de réactif
Q–

Figure 7 – Convention de signe

Consommée
soutirée P + : énergie active
4
Q+ : énergie réactive
+

P – : énergie active G

Q – : énergie réactive
Fournie
Réseau injectée

Figure 8 – Terminologie

• clients prioritaires niveau 2 stades 5 et 6 (47, 46,5 Hz), À titre d’illustration, l’application de ces conventions conduit à
ce qu’une machine asynchrone :
• clients prioritaires niveau 1 stades 7 (hors délestage),
– fonctionnant en moteur consomme ou soutire de l’énergie
• déconnexion des groupes de production à 46 Hz. active P+, consomme ou soutire de l’énergie réactive Q+, la tan-
gente Φ est positive ;
1.2.2 Réglage de la tension – fonctionnant en générateur fournit ou injecte de l’énergie
active P–, consomme ou soutire de l’énergie réactive Q+, la tan-
La tension fluctue car elle est d’abord affectée par des variations gente Φ est négative.
lentes et générales liées aux cycles d’évolution saisonnière, hebdo-
madaire et quotidienne de la consommation. Sans action préven- 1.2.2.2 Tension et transit de réactif sont inséparables
tive des gestionnaires de réseaux, elle serait plutôt basse aux
heures de pointe et haute aux heures creuses. Elle subit aussi des La tension en un point du réseau est fonction, d’une part, des
variations rapides liées à de multiples aléas (fluctuations aléatoires forces électromotrices des générateurs qui y sont raccordés et,
des charges, changements de topologie du réseau, déclenche- d’autre part, des chutes de tension dans les divers éléments du
ments d’ouvrages du réseau ou de groupes de production). réseau (machines, transformateurs, lignes). On peut écrire de
façon approchée que la chute de tension ∆U /U = ∆V /V (réseau
Il est donc nécessaire, pour que la tension soit maintenue en
symétrique et équilibré) sur une ligne caractérisée par sa résis-
tout point des réseaux HTB, HTA, BT dans la plage souhaitée de
tance R et sa réactance X avec au dénominateur la tension nomi-
disposer de moyens de réglage adaptés et parfaitement coordon-
nale U en fonction des flux de puissance active et réactive, P et Q,
nés entre eux.
le traversant (figure 9).

1.2.2.1 Convention de signe et terminologie

Dans la suite du texte, les conventions de signes adoptées sont R*P + X*Q
illustrées par le diagramme de quatre quadrants en P, puissance ∆U/U =
active, et Q, puissance réactive, de la figure 7. U2 R X
V1 V2
La terminologie (figure 8) utilisée pour désigner le sens de circu-
lation des énergies actives et réactives se réfère au sens de transit Figure 9 – Schéma simplifié sous la forme de dipôle d’un élément
à l’interface entre le réseau et l’installation. de réseau

Copyright © –Techniques de l’Ingénieur –Tous droits réservés D 4 241v2 – 7

83
Référence Internet
D4241

RACCORDEMENT DE LA PRODUCTION DÉCENTRALISÉE AUX RÉSEAUX DE DISTRIBUTION _________________________________________________________

1.2.2.3 Gestion de la tension sur le réseau HTB3 On démontre que si au lieu de maintenir la tension V1 constante,
on parvient à maintenir la tension aux bornes de la charge V2
§ Tension et réactif sont indissociables constante, la puissance maximale transmissible est deux fois plus
importante. Le gestionnaire de réseau de transport va mettre en
Sur une ligne HTB3, X S 10 R ; c’est donc la circulation du réactif
place un réglage de la tension de façon à « tenir » cette tension en
qui crée généralement les chutes de tension prépondérantes.
certains points du réseau.
Gérer la tension sur le réseau de transport consiste tout
d’abord : § Participation de la production au réglage de la tension
– en période de forte charge, à limiter le transit de puissance Sur le réseau continental interconnecté, la gestion de la tension
réactive consommée par les charges (essentiellement les moteurs) sur le réseau HTB3 utilise la capacité constructive des alternateurs
et certains éléments de réseau : transformateurs, lignes et câbles. à pouvoir fournir ou absorber du réactif de façon simple en faisant
À cette fin, il est indispensable de rechercher à effectuer la com- varier le courant d’excitation dans la limite de leurs réserves en
pensation du réactif au plus près de la consommation : réactif déterminées par leur diagramme de fonctionnement. Ces
réserves doivent être connues par le gestionnaire du réseau de
• par la mise en place de condensateurs ou de compensateurs. transport et disponibles. Ces réserves sont sollicitées par l’intermé-
Pour inciter à les mettre au plus près de la consommation, le diaire du régulateur pilotant le courant d’excitation.
moyen d’y parvenir consiste à recourir à une incitation tari-
faire par exemple en facturant le réactif consommé au-delà Sur les réseaux insulaires pour lesquels le niveau de tension
d’un seuil (cas des consommateurs HTB, HTA et des GRD) ou HTB3 n’existe pas, ces mêmes principes sont appliqués au réseau
en facturant la mise à disposition de la puissance apparente de transport généralement de tension HTB1.
(cas des consommateurs BT),
§ Réglage primaire de tension
• en utilisant les capacités constructives des ouvrages de pro-

4
Le réglage primaire consiste à asservir des grandeurs locales (le
duction pour fournir localement du réactif ;
plus souvent la tension) à une valeur de consigne (figure 11).
– en période de faible charge, à limiter le transit de puissance
réactive fournie par les câbles et lignes de transport à vide : § Réglage secondaire de tension
• en installant des réactances au plus près de la fourniture de Le Réglage secondaire de tension (RST) consiste à agir sur la
réactif, consigne de tension du régulateur afin d’assurer des fonctions de
réglage supplémentaires corrigeant la loi d’action du réglage pri-
• en incitant les utilisateurs à mettre hors service les moyens maire. Il s’agit de contrôler le plan de tension à l’intérieur d’une
de compensation du réactif, zone électrique, appelée « zone de réglage », en agissant de façon
automatique et coordonnée sur la puissance réactive de certains
• en utilisant les capacités constructives des ouvrages de pro-
groupes de production de la zone de façon à réguler la tension au
duction pour consommer localement du réactif.
point pilote de la zone. Ces groupes, asservis au RST, sont appelés
La mise en œuvre de ces dispositions pour les utilisateurs de « groupes réglants ».
réseau est décrite dans les clauses d’accès au réseau des contrats Lorsque la structure du réseau ne permet pas d’identifier des
des consommateurs et des contrats d’accès au réseau des produc- zones de réglage indépendantes un dispositif complémentaire est
teurs (contrat de service système pour les gros producteurs). mis en place : le réglage secondaire coordonné de tension (RSCT)
permet de prendre en compte les interactions entre zones.
§ Puissance maximale transmissible sur une ligne
Sur une ligne HTB3 pour laquelle X S 10 R , ce sont les transits 1.2.2.4 Gestion de la tension sur le réseau HTB2 HTB1
de réactif qui créent les chutes de tension. À partir d’une source à (réseau continental interconnecté)
tension constante V1 , si on fait évoluer la puissance d’une charge
purement active à l’extrémité de cette ligne (tension V2), on La tension sur les réseaux HTB2 (220 kV) est directement liée à
constate qu’il existe une valeur maximale de puissance active Pmax celle du réseau HTB3 par des autotransformateurs 600 ou 400 MVA
transmissible à une charge à travers la ligne à la tension de possédant trois prises de réglages manœuvrables à vide à distance
consigne Uc (figure 10). (figure 12).

V2 (kV) Alternateur
Rch = ∞
Enroulements
Point critique rotoriques Réseau
Uc

Excitation


Régulateur
Mesure de tension
+

Rch = 0 Pmax P (MW) Consigne de tension

Figure 10 – Puissance transmissible sur une ligne aérienne THT Figure 11 – Principes du réglage primaire de tension

D 4 241v2 – 8 Copyright © –Techniques de l’Ingénieur –Tous droits réservés

84
Référence Internet
D4242

Raccordement de la production
décentralisée aux réseaux
de distribution
Aspects techniques
par Jean-Luc FRAISSE
Consultant senior à ERDF (Électricité Réseau Distribution France)
et Jean-Paul HORSON

4
Ex-consultant senior à ERDF

1. Incidence sur le réseau HTB de la production raccordée


au RPD ........................................................................................................ D 4 242 - 2
1.1 Vérification de la capacité d’accueil du réseau public de transport........ — 2
1.2 Vérification du fonctionnement du réseau en situation de défaut.......... — 3
2. Incidence sur le réseau HTA de la production raccordée
au RPD ........................................................................................................ — 4
2.1 Étude et tension de raccordement ............................................................. — 4
2.2 Vérification des capacités de transit du réseau ........................................ — 5
2.3 Respect des puissances de court-circuit admissibles sur le réseau........ — 5
2.4 Plan de tension du réseau .......................................................................... — 6
2.5 Plan de protection du réseau...................................................................... — 10
2.6 Plan de sauvegarde ..................................................................................... — 15
2.7 Fonctionnement de la télécommande à fréquence musicale (TCFM) .... — 18
2.8 Études complémentaires (éolien en particulier) ....................................... — 20
2.9 Fonctionnement en îloté ............................................................................. — 22
2.10 Évolution des outils de conduite des réseaux « observabilité » ............. — 22
2.11 Adaptation des comptages et des systèmes de communication............ — 23
3. Raccordements à des réseaux isolés non interconnectés ......... — 25
1.1 Performances et tenue en régime normal et perturbé............................. — 25
1.1 Protections de découplage ......................................................................... — 25
1.1 Gestion et conduite du réseau ................................................................... — 25
1.1 Services système......................................................................................... — 26
4. Incidence de la production BT raccordée sur le RPD .................. — 26
Pour en savoir plus .......................................................................................... Doc. D 4 241

e dossier fait suite au dossier [D 4 241] sur les aspects réglementaires et


C organisationnels du raccordement de la production décentralisée aux
réseaux de distribution. Seule, la question des études techniques du raccorde-
ment de la production décentralisée présente une pérennité relative dans le
temps.
Les autres aspects que sont :
– l’ordonnancement des études en fonction de l’arrivée des demandes ;
– le chiffrage des travaux et leur répartition entre le demandeur et le
distributeur ;
Parution : novembre 2010

– les délais de réalisation des travaux ;


– le contrat d’acheminement, etc ;
font l’objet de textes publiés, conformément à la réglementation, sur les sites
Internet des distributeurs (cf. Pour en savoir plus).

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


est strictement interdite. – © Editions T.I. D 4 242 – 1

85
Référence Internet
D4242

RACCORDEMENT DE LA PRODUCTION DÉCENTRALISÉE AUX RÉSEAUX DE DISTRIBUTION _________________________________________________________

Glossaire
(pour les sites Internet, le lecteur se reportera au « Pour en savoir plus »)

BT : terme simplificateur désignant la tension alternative HTB1 : tension alternative efficace supérieure à 50 000 V et infé-
efficace comprise entre 50 et 500 V pour la BTA au sens de la rieure à 150 000 V
norme NF C18-510, qui fait référence en France en matière de
ICE : Interface Clientèle EMERAUDE : système d’échange
sécurité. À l’international, cette tension est également qualifiée de
d’informations ou de services concernant le comptage d’énergie,
Basse Tension (BT)
la qualité de fourniture ou l’exploitation des installations, entre un
CRE : Commission de Régulation de l’Énergie, dénomination gros utilisateur raccordé au réseau HTA et son distributeur
légale de l’Autorité administrative indépendante chargée de
veiller au bon fonctionnement des marchés de l’électricité et du PDL : Point De Livraison d’un utilisateur du réseau. Il se situe
gaz en France. Cet organisme a été mis en place et ses pouvoirs généralement en amont d’un appareil de séparation du réseau et
ont été définis par la loi 2000-108 du 10 février 2000 d’un point de comptage. C’est le point frontière entre le réseau
public et le réseau privé d’un utilisateur. C’est là que sont
DEIE : Dispositif d’Échange d’Informations d’Exploitation
contractualisés les engagements réciproques du distributeur et de
DTR : Documentation Technique de Référence d’un GRD, l’utilisateur, notamment en matière de qualité
parfois encore appelée « Référentiel Technique »
PDR : Point de raccordement
EDF : Électricité de France
ELD : Entreprises Locales de Distribution. Elles sont au nombre PPI : Programmation Pluriannuelle des Investissements de pro-
de 170 en France, sont en charge de la gestion des réseaux duction d’électricité
publics de distribution d’électricité non nationalisés en 1946, et RAG : Réseau d’Alimentation Général

4 représentent 5 % de la consommation française


ERDF : Électricité Réseau Distribution France, filiale d’EDF
depuis le 1er janvier 2008, en charge de la gestion de la majorité
RPD : Réseaux Publics de Distribution d’électricité, dénomina-
tion légale des réseaux de distribution d’électricité français. En
France, les réseaux de distribution sont depuis 1946, date de la
des réseaux publics de distribution d’électricité français
nationalisation des réseaux électriques, la propriété des collecti-
GRD : Gestionnaire des Réseaux de Distribution d’électricité, vités locales et sont concédés, soit à ERDF (Électricité Réseau
dénomination légale du distributeur d’électricité, quand il s’agit des Distribution France, filiale d’EDF), soit à des Entreprises Locales
missions qui lui ont été attribuées par la loi 2000-108 du 10 février de Distribution (ELD). C’est le domaine des tensions HTA et de
2000 BT
GRT : Gestionnaire des Réseaux de Transport d’électricité,
RPT : Réseau Public de Transport, dénomination légale du
dénomination légale du transporteur d’électricité, quand il s’agit
réseau de transport d’électricité français. En France, il est la pro-
des missions qui lui ont été confiées dans le cadre de la loi
priété de l’état français et est exploité par RTE-France (Réseau de
2000-108 du 10 février 2000
Transport d’Électricité – France, filiale d’EDF). C’est le domaine
HTA : tension alternative efficace comprise entre 1 000 V et des tensions HTB
50 000 V au sens de la norme NF C18-510, qui fait référence en
France en matière de sécurité. À l’international, cette tension est RTE : filiale d’EDF en charge des Réseaux de Transport
souvent qualifiée de Moyenne Tension (MT) d’Électricité
HTB : tension alternative efficace supérieure à 50 000 V au sens TURP : Tarif d’Utilisation des Réseaux Publics
de la norme NF C18-510, qui fait référence en France en matière
TCFM : Télécommande à Fréquence Musicale
de sécurité. À l’international, cette tension est souvent qualifiée
de Haute Tension (HT) ou très Haute Tension (THT) ZDE : Zone de Développement Éolien

1. Incidence sur le réseau 1.1 Vérification de la capacité d’accueil


du réseau public de transport
HTB de la production
Parallèlement aux études de raccordement en HTA, le gestion-
raccordée au RPD naire du réseau de distribution doit s’assurer auprès du gestion-
naire de réseau de transport que le raccordement d’installations de
production en HTA est acceptable vis-à-vis du réseau HTB en
Le GRD est, vis-à-vis du GRT, un utilisateur. Les conditions de régime permanent et en régime transitoire. Les études conduites
raccordement ou de modification des caractéristiques des instal- par le gestionnaire du réseau public de transport concernent prin-
lations des gestionnaires de réseau de distribution raccordées au cipalement la vérification du respect des transits dans le réseau de
réseau de transport font l’objet de prescriptions figurant au transport.
décret 2003-588 du 27 juin 2003 et de l’arrêté du 6 octobre 2006 Cette étude est réalisée en prenant en compte les hypothèses
(cf. § 2.3.1 de [D 4 241]). Ces textes prévoient des dispositions habituelles d’étude (situations de n – 1, respect des intensités
relatives : admissibles en période d’hiver et d’été, hypothèses de production
– au raccordement et à la conception des installations des GRD des installations existantes). La forte demande de raccordement
comportant de la production décentralisée ; d’éolien et sa concentration dans des zones à haut potentiel éolien
– à la sûreté du système électrique en présence de production peut conduire à ce que ces contraintes HTB soient les premières
décentralisée raccordée au RPD (cf. § 4 de [D 4 241]) ; actives.
– aux échanges d’informations entre gestionaires de réseaux du
RPD et du RPT en présence de production décentralisée raccordée Exemple : dans certains départements, le volume de demande de
au RPD (cf. § 4.3.2 de [D 4 241]). raccordement éolien atteint sept fois la puissance consommée à la
pointe. Dans ces situations, des adaptations lourdes du réseau 63 kV
ou 90 kV, voire même du réseau 225 kV sont nécessaires pour accep-
ter les demandes de raccordement en HTA.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


D 4 242 – 2 est strictement interdite. – © Editions T.I.

86
Référence Internet
D4242

_________________________________________________________ RACCORDEMENT DE LA PRODUCTION DÉCENTRALISÉE AUX RÉSEAUX DE DISTRIBUTION

1.2 Vérification du fonctionnement


du réseau en situation de défaut
1.2.1 Plan de protection, régime de neutre
Le développement de la production décentralisée connectée en
HTA a pour conséquence que les réseaux de distribution qui ne se
comportaient pas comme des générateurs significatifs de puis-
sance de court-circuit le deviennent dès lors que la production
décentralisée qui y est raccordée n’est plus marginale. C’est alors
le système de protection HTB qui peut s’avérer inadapté, en parti- PVH
culier si celui-ci a fait l’objet de simplifications justifiées par le
comportement passif du réseau HTA conjugué à une structure HTB
de poste source simplifiée et provisoire.
L’élimination des défauts apparaissant sur un élément de réseau
HTB suppose la prise en compte des apports de courant de défaut
par toutes les extrémités du tronçon amont en défaut, par exemple Limite RTE/Distributeur
les 2 extrémités dans le cas d’une liaison entre 2 postes HTB du
RPT. PAH

■ Lors d’un défaut polyphasé survenant sur le RPT, ce défaut est


alimenté à la fois par le réseau RPT amont, ainsi qu’au travers du

4
poste source par les productions décentralisées raccordées sur le
RPD. Le défaut est décelé par les protections du réseau de trans-
port qui provoquent l’ouverture d’appareil(s) de coupure suppri-
mant ainsi l’alimentation de ce défaut par le réseau amont. Selon
la nature et la localisation du défaut HTB, le critère de tension
basse de la protection de découplage peut provoquer la
déconnexion de ces installations à la condition que son réglage
soit instantané. Si cette condition n’est pas remplie, le défaut HTB
reste alimenté par les productions décentralisées dans un petit G Producteur
système électrique îloté. Le déséquilibre de puissance active et
réactive qui résulte de cette situation provoque, de façon quasi
obligatoire, le franchissement des seuils de fréquence et/ou de Figure 1 – Positionnement des PVH et PAH dans un poste source,
pour éliminer l’alimentation d’un défaut à la terre en HTB
tension des protections de découplage assurant ainsi la par un producteur HTA
déconnexion de toutes les productions décentralisées.
■ Pour les défauts à la terre, le mode de mise à la terre du réseau L’élaboration de la tension homopolaire pour la protection volt-
HTB est déterminant pour les apports de courant de défaut des
métrique homopolaire peut s’effectuer soit à partir des réducteurs
extrémités du tronçon. La participation des groupes connectés au
de mesure ligne, soit à partir des réducteurs de mesure HTB de la
réseau HTA à l’alimentation de défaut terre HTB dépend de l’impé-
cellule transformateur lorsque ceux-ci existent.
dance homopolaire du transformateur HTB/HTA elle-même liée au
groupe de couplage et au mode de mise à la terre du neutre HTB :
– si aucune mise à la terre n’est effectuée sur le neutre HTB du 1.2.2 Automatismes
transformateur HTB/HTA, le défaut n’est pas alimenté par le pro-
ducteur raccordé en HTA et est donc impossibe à déceler par le cri- ■ Réenclencheurs
tère max U homopolaire de la protection de découplage installée Les réenclencheurs sur le réseau de transport ou de distribution
en HTA. Après fonctionnement des protections amont (ligne) et disposent d’une fonction de verrouillage de la fermeture du dis-
création d’un réseau séparé, cette protection pourrait agir par cri- joncteur sur présence de tension aval (figure 2) afin d’empêcher la
tère min/max de fréquence avec un délai dépendant des déséqui- mise en liaison de deux réseaux qui présenteraient un écart de
libres actif et réactif entre production et consommation. Ce phase ou de fréquence. La présence de producteur sur le réseau
fonctionnement hasardeux est incompatible avec un délai d’élimi- aval prolonge le maintien sous tension du réseau aval et dégrade
nation de défaut. Il a été retenu d’installer une protection voltmé- ainsi la qualité du réseau en augmentant la durée de l’interruption.
trique homopolaire (PVH) HTB à temps constant (figure 1) ; En effet, après un défaut, le dispositif ne procède au renvoi de la
– si une mise à la terre est effectuée sur le neutre HTB du trans- tension sur la ligne qu’après vérification de l’absence de tension.
formateur HTB/HTA, le défaut est alimenté par le producteur rac- Dans la pratique, le renvoi ne peut avoir lieu tant que la tension
cordé en HTA. La sensibilité de détection du critère max U U > 0,2 Un sur l’ouvrage HTB1 en défaut.
homopolaire de la protection de découplage installée en HTA
L’utilisation d’une protection supplémentaire de type PVH ou
vis-à-vis du défaut terre HTB ne peut être garantie dans tous les
PAH, ne modifie en rien cette situation. Le temps de fonction-
cas. La mise en place d’une protection ampèremétrique homopo-
nement d’une telle protection étant généralement supérieur à la
laire (PAH) dans la connexion de mise à la terre HTB du transfor-
seconde, le réenclenchement rapide ne peut généralement pas
mateur HTB/HTA à action temporisée (3 à 5 s) sur le disjoncteur
avoir lieu. Le réenclenchement lent préserve toutefois son effica-
HTB du transformateur HTB/HT est le seul moyen d’élimination
cité (mais avec une coupure brève (> 1 s) du poste source).
des apports de courant de défaut terre de la part de la HTA (cf.
figure 1). Compte tenu de cette situation, il a été convenu que :
La mise en place de ces dispositifs de protection dans les postes – les postes sources HTB1 neufs accueillant dans un premier
sources comportant plus de 12 MW de production raccordée au temps uniquement de la production HTA ne seront pas équipés
RPD est prescrite dans l’article 8 de l’arrêté du 6 octobre 2006 ; les d’un dispositif de réenclenchement rapide. Ce dispositif sera toute-
modalités pratiques de mises en œuvre sont rendues publiques fois installé ultérieurement si de la clientèle distribution est alimen-
par RTE dans la documentation technique de référence. tée par le poste ;

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


est strictement interdite. – © Editions T.I. D 4 242 – 3

87
Référence Internet
D4242

RACCORDEMENT DE LA PRODUCTION DÉCENTRALISÉE AUX RÉSEAUX DE DISTRIBUTION _________________________________________________________

sont nécessaires à la définition du raccordement ainsi que, à la


Tension demande du gestionnaire, les éléments justificatifs de cette certifi-
HTB cation. Les éléments de base à fournir sont précisés dans la docu-
mentation technique de référence du gestionnaire de réseau.
L’attestation précitée porte a minima sur :
Durée d'isolement – l’aptitude de l’installation de production à fonctionner dans les
conditions normales de tension (c’est-à-dire pour une tension au
Temps point de livraison ne s’écartant pas de la tension contractuelle de
plus ou de moins de 5 %) et de fréquence (c’est-à-dire pour une
fréquence comprise entre 49,5 et 50,5 Hz) rencontrées sur le réseau
a sans producteur – Réenclenchement rapide HTB public de distribution d’électricité et sans limitation de durée ;
– l’aptitude de l’installation de production à rester en fonction-
nement lorsque la fréquence ou la tension sur le réseau public de
distribution d’électricité atteint des valeurs exceptionnelles et pen-
Verrouillage dant des durées limitées ;
des réenclencheurs HTB Durée de fonctionnement – la conformité de l’installation de production avec les obligations
Tension (présence tension) de la protection de réglementaires et les normes relatives à la compatibilité électroma-
HTB découplage gnétique des équipements électriques et électroniques en vigueur.
du producteur
Sur la base des renseignements visés au premier alinéa et confor-
mément aux méthodes, aux hypothèses de sûreté, qui concernent
Durée d’isolement notamment le schéma normal d’alimentation et la surcharge tempo-
raire admissible suite à une indisponibilité d’éléments du réseau

4 Temps public de distribution d’électricité et aux caractéristiques de ce der-


nier, qui sont mentionnées dans sa documentation technique de réfé-
rence, le gestionnaire du réseau public de distribution d’électricité
b avec producteur – Réenclenchement rapide HTB effectue une étude des conditions techniques du raccordement ».
« Le raccordement de l’installation de production doit être
Figure 2 – Effet de la fonction de verrouillage de la fermeture compatible avec les prescriptions du présent arrêté, avec les autres
du disjoncteur en cas de présence d’un producteur obligations réglementaires auxquelles le gestionnaire du réseau
public de distribution d’électricité est lui-même soumis et avec les
autres engagements contractuels auxquels ce dernier a souscrit,
– les dispositifs de réenclenchement rapide déjà installés sur des
notamment en matière de qualité de l’électricité. À cette fin, l’étude
postes sources existants alimentant de la clientèle distribution
identifie les éventuelles contraintes que le raccordement de l’instal-
seront conservés après le raccordement de productions HTA sur
lation de production est susceptible de faire peser, notamment sur :
ces postes ;
– si les conditions locales le permettent, le réglage de la tempo- – l’intensité maximale admissible dans les ouvrages du réseau
risation du réenclencheur rapide sera adapté afin d’améliorer le public de distribution d’électricité ;
taux de réussite du réenclenchement rapide et minimiser la durée – le pouvoir de coupure des disjoncteurs, la tenue thermique et
des coupures ; la tenue aux efforts électrodynamiques des ouvrages du réseau
– les réenclencheurs triphasés lents peuvent être installés ou public de distribution d’électricité, ainsi que, d’une façon générale,
maintenus en présence de PVH ou PAH. sur le fonctionnement des dispositifs de protection de ce réseau ;
– le pouvoir de coupure des disjoncteurs, la tenue thermique et
■ Automates de reprise de service la tenue aux efforts électrodynamiques des ouvrages du poste de
livraison de l’installation de production à raccorder ;
Les automates de reprise de service ou de permutation utilisant
– le pouvoir de coupure des disjoncteurs, la tenue thermique et
également des fonctions de vérification d’absence de tension
la tenue aux efforts électrodynamiques des ouvrages des postes
subissent également des perturbations.
de livraison des autres utilisateurs du réseau public de distribution
d’électricité déjà raccordés ;
– le niveau de la tension au point de livraison de l’installation de
2. Incidence sur le réseau production ;
– le niveau de la tension aux points de livraison des autres utili-
HTA de la production sateurs du réseau public de distribution d’électricité déjà raccor-
dés, y compris les postes HTA/BT ;
raccordée au RPD – le fonctionnement du plan de protection du réseau public de
distribution d’électricité ;
– le fonctionnement de la transmission des signaux tarifaires.
2.1 Étude et tension de raccordement
Sur la base de son étude, et suite à une concertation préalable, le
Lors des études de raccordement d’installation de production, gestionnaire du réseau public de distribution GRD d’électricité pro-
les gestionnaires de réseau doivent examiner les différents aspects pose au producteur une solution de raccordement respectant les
répertoriés dans les textes réglementaires cités ci-après. Les prescriptions du présent arrêté. Cette solution peut comporter des
principes de conception du réseau de distribution (cf. [D 4 220]) modalités techniques de raccordement et des adaptations techni-
conduisent à ce que les aspects plan de tension, plan de protec- ques du réseau public de distribution d’électricité RPD et du réseau
tion, tenue à la puissance de court-circuit, perturbation, etc. soient public de transport d’électricité RPT à effectuer préalablement à ce
traités avec une attention toute particulière. raccordement. Elle peut également être subordonnée à des adapta-
tions techniques de l’installation de production à raccorder et à des
L’article 3 de l’arrêté du 23 avril 2008, « Étude et tension de conditions à respecter pour son exploitation. Dans tous les cas, cette
raccordement », précise le contenu de ces études. solution précise au producteur dans la convention de raccordement
« Après en avoir attesté l’exactitude, le producteur communique les éléments qui lui sont nécessaires pour adapter l’installation de
au gestionnaire du réseau public de distribution d’électricité les production, y compris ses divers dispositifs de protection. Le réglage
caractéristiques techniques de son installation de production qui de ces derniers est précisé dans la convention d’exploitation.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


D 4 242 – 4 est strictement interdite. – © Editions T.I.

88
Référence Internet
D4242

_________________________________________________________ RACCORDEMENT DE LA PRODUCTION DÉCENTRALISÉE AUX RÉSEAUX DE DISTRIBUTION

Les documentations techniques de référence DTR des différents Les installations de production ont en effet comme propriété
gestionnaires de réseau peuvent présenter quelques différences d’augmenter localement la puissance de court-circuit.
d’approche. Les méthodes d’études présentées ci-après sont celles Nota : les effets des courts-circuits sur les réseaux sont exposés dans le
du distributeur ERDF généralement adoptées par les autres dossier [D 4 800v2] Protection des réseaux, ils ne seront pas rappelés ici.
gestionnaires de réseaux de distribution. La documentation tech-
Le raccordement d’installations de production accroît progres-
nique de référence du distributeur ERDF est accessible sur son site
sivement le niveau des contraintes de puissance de court-circuit
Internet.
(Pcc) sur les réseaux, et le distributeur doit prendre en compte cette
Pour réaliser leurs études de raccordement en HTA, les distribu- contrainte dans ses hypothèses de dimensionnement. Les études
teurs utilisent des logiciels de calcul de réseau HTA et BT, raccor- prennent en compte l’apport en courant de court-circuit au point de
dés à des bases de données réseaux et charges. Ces logiciels livraison des producteurs. Au niveau de son installation, c’est-à-dire
(Load Flow) assurent les calculs, au niveau de chacun des tronçons en aval du point de livraison, le producteur peut installer tout dispo-
du réseau, en présence et en absence des producteurs, et sitif permettant de limiter l’apport de courant de court-circuit.
permettent d’appréhender, en situation normale d’exploitation et
en secours :
2.3.2 Normalisation et réglementation en vigueur
– le transit et donc les surcharges éventuelles ;
– les pertes ; La méthode utilisée pour le calcul des courants de défaut met en
– le niveau de tension et les écarts éventuels avec la norme ; œuvre les principes de calcul de la publication CEI 60909, et ce,
– l’intensité maximale de court-circuit en régime établi. conformément aux textes réglementaires : décret 2003-229 du
D’autres logiciels sont nécessaires pour appréhender certains 13 mars 2003 et arrêtés du 17 mars 2003. Les valeurs retenues
phénomènes transitoires à l’origine des flickers, des à-coups de pour la tenue des éléments de réseaux sont issues de la publica-
tension et des harmoniques. Ils sont également appuyés sur la tion CEI 60986 et de calculs prenant en compte :
– l’élévation maximale de température du conducteur ;

4
base de données réseau.
– la flèche en milieu de portée ;
– la tenue aux efforts électrodynamiques pour le réseau aérien.
Les installations de production raccordées sur le réseau
basse tension, bien que se développant rapidement particuliè- ■ De la CEI 60909, on retient que, sur le plan des hypothèses de
rement le photovoltaïque, représentent encore de faibles puis- calcul :
sances dont l’incidence essentielle se manifeste par une
– les caractéristiques du réseau et les caractéristiques du
modification des charges des postes HTA/BT à prendre en
court-circuit restent inchangées durant le court-circuit ;
compte dans les calculs des capacités de transit et du plan de
– l’impédance des transformateurs est rapportée au changeur de
tension.
prise en position principale ;
– les résistances d’arc ne sont pas prises en compte ;
– toutes les capacités de ligne, admittances en dérivation et
2.2 Vérification des capacités de transit charges non tournantes, sauf celles du réseau homopolaire, sont
du réseau négligées.
■ Sur le plan de la méthode de calcul, on retient de la norme
Cette vérification a pour objet de déterminer aux périodes de CEI 60-909 que :
fonctionnement de l’installation de production et dans les diffé-
rentes hypothèses de charge durant cette période que la capacité – elle introduit une source de tension équivalente au lieu du
de transit des différents matériels en réseau n’est pas dépassée. défaut, comme seule tension active :
Les intensités maximales admissibles dans les conducteurs
c Un / 3
aériens et souterrains, ainsi que leurs résistance et réactance
linéiques ont été précisées dans un arrêté du 14 avril 1995, Pour les courants de courts-circuits maximaux (capacité ou régime
aujourd’hui obsolète, mais qui n’ont été ni reprises ni modifiées assigné des matériels électriques), c = 1,05 en BT et 1,10 en HTA et
par aucun autre arrêté. Ces grandeurs et leurs valeurs ont donc été HTB.
introduites telles quelles dans la documentation technique de réfé- Pour les courts-circuits minimaux (réglage des protections, choix
rence du distributeur ERDF. En ce qui concerne les autres maté- des fusibles et contrôle de la mise en marche des moteurs), c = 0,95
riels de réseaux, le distributeur se réfère aux notices constructeurs. en BT et 1,00 en HTA et HTB.
Le Load Flow du distributeur calcule le réseau étudié avec les Les autres sources d’alimentation, les machines synchrones et
hypothèses et données précisées et met en évidence tous les tron- asynchrones sont remplacées par leurs impédances internes ;
çons de réseau où des dépassements de transit sont constatés.
Pour solutionner ces dépassements, des travaux de renforce- – les moteurs doivent généralement être inclus ;
ment ou de création de réseau sont nécessaires. – la résistance des lignes doit être prise à 20 oC ;
– elle admet, lorsqu’il y a plusieurs sources, de conduire le calcul
soit via la méthode des réseaux maillés, soit en admettant le prin-
2.3 Respect des puissances cipe de superposition des courants de court-circuit de chacune des
de court-circuit admissibles sources prises indépendamment des autres ;
– les alternateurs, les machines asynchrones, les transforma-
sur le réseau teurs et les groupes de production doivent être affectés de facteurs
de correction :
2.3.1 Exposé du problème
• le facteur µ s’applique à l’intensité de court-circuit calculée à
Le gestionnaire des réseaux publics de distribution doit vérifier partir de l’impédance subtransitoire des alternateurs et des
la tenue de ses ouvrages (appareillages et des conducteurs) machines asynchrones. Ce facteur, inférieur ou égal à 1, varie
vis-à-vis des contraintes de courant de court-circuit survenant à dans le temps en fonction de l’intervalle de temps qui sépare
l’occasion de défauts sur les réseaux. Ces études sont réalisées le début du défaut, du moment où il est considéré et du rap-
systématiquement lors de la réactualisation du schéma directeur, port existant entre la valeur du courant de court-circuit symé-
du changement de puissance et/ou de tension d’un transformateur trique initial et le courant assigné de la machine (CEI 60-609
HTB/HTA et en particulier lors du raccordement d’un producteur. p. 110 figure 16),

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


est strictement interdite. – © Editions T.I. D 4 242 – 5

89
Référence Internet
D4242

RACCORDEMENT DE LA PRODUCTION DÉCENTRALISÉE AUX RÉSEAUX DE DISTRIBUTION _________________________________________________________

ERDF retient tout particulièrement les délais suivants : 0,050 s, en


rapport avec le délai de fonctionnement de l’instantané de la protec- Tronçon HTA en contrainte
tion des départs aériens ; 0,100 s, en rapport avec le délai de fonc-
tionnement des protections utilisateurs ; 0,250, en rapport avec le
délai de fonctionnement des protections des départs souterrains ; A
Poste HTB/HTA
• le facteur q s’applique à l’intensité de court-circuit calculée à B
partir de l’impédance subtransitoire des machines asyn-
chrones en plus du facteur µ. Ce facteur varie également dans L = cumul
des longueurs
le temps en fonction de l’intervalle de temps qui sépare le
de réseau de la zone
début du défaut, du moment où il est considéré et du rapport
existant entre la puissance active assignée de la machine et
le nombre de paires de pôles de cette machine (CEI 60-909
p. 112 figure 17),
• le courant de court-circuit résultant au niveau du défaut est la
somme de (CEI 60909 p. 110 formule 72) : Zone dans laquelle tout défaut Au-delà de cette limite, un courant
polyphasé conduit à un dépassement de court-circuit ne met plus AB en
′′ (réseau) + µ I′′ (machine synchrone) + µ q I′′ (machine asynchrone)
IkT kS kM de la tenue du tronçon AB contrainte

2.3.3 Méthode d’étude Figure 3 – Zone de contrainte apportée par l’intensité


de court-circuit sur un tronçon de réseau
Les groupes de production apportent de la puissance de court-cir-
cuit. Cet apport de courant de court-circuit est variable selon leurs

4
Ce plan de tension consiste à utiliser en HTA les possibilités de
caractéristiques constructives. Il dépend de leur réactance subtran- réglage de la tension de consigne au niveau du jeu de barres du
sitoire et de la présence éventuelle d’électronique de puissance. transformateur HTB/HTA alimentant le réseau concerné et en BT
La méthode d’étude consiste (figure 3) : les prises de réglage hors charge des transformateurs HTA/BT. Il
– à simuler un défaut sur chaque tronçon de réseau alimenté en s’appuie sur le profil de tension général des départs HTA raccor-
schéma normal par le même transformateur HTB/HTA que le dés à un même transformateur HTB/HTA. Traditionnellement, les
producteur ; prises des transformateurs HTA/BT sont utilisées pour compenser
– à calculer selon les hypothèses et les méthodes de calcul de la tout ou partie des chutes de tension sur les réseaux HTA au
publication CEI 60-909 les courants de défaut dans chaque tronçon moment de la pointe, tandis que la tension de consigne du poste
de réseau et à comparer ceux-ci avec les intensités de court-circuit peut être une valeur fixe ou une valeur fixe corrigée d’un
admissibles par cet élément ; compoundage actif (qui varie donc en fonction de la charge appe-
– à probabiliser la survenance de ce défaut à partir des statis- lée au niveau du transformateur HTB/HTA).
tiques de défaut triphasé ; Le compoundage a pour effet de compenser en partie les chutes
– à ne retenir que les situations pour lesquelles les tronçons de de tension du réseau HTA. En cas d’utilisation d’un compoundage,
réseau sont en dépassement et pour lesquels la fréquence d’appa- le gestionnaire de réseaux a tout intérêt à gérer des départs HTA,
rition est inférieure à 1 fois tous les 20 ans. présentant le même profil de consommation à peu près au même
Ainsi, si compte tenu de la probabilité d’occurrence annuelle de moment.
0,48 au 100 km d’un défaut triphasé sur le tronçon considéré Le raccordement d’une installation de production sur un réseau
(chiffre résultant d’un retour d’expérience) et sur ceux qui sont en HTA induit, du fait de l’injection de puissance active et réactive, une
aval et sont donc susceptibles de soumettre le dit tronçon à des modification des transits d’énergies sur le réseau (figures 4 et 5).
courants de défaut, le nombre de dépassement de la surintensité
constructive admissible ne dépasse pas un tous les 20 ans, il n’y a
pas lieu de renforcer le tronçon.
Prises à vide
Le logiciel de Load Flow du distributeur permet de calculer les HTA
contraintes tronçon de réseau par tronçon de réseau.
HTB
2.3.4 Solutions de raccordement
En cas de dépassement de Pcc non acceptable, les solutions BT
Régleur en
envisageables sont, selon les cas :
charge
– le remplacement des matériels réseaux en contrainte (appa-
reillage ou conducteur) ; Figure 4 – Principe de régulation de tension sur un réseau
– la recherche d’un autre point de raccordement : HTA ou HTB de distribution sans producteur
(un autre poste source non contraint, un départ HTA dédié) ;
– le choix d’une autre technologie de machine de production
apportant moins de puissance de court-circuit (par exemple, en
éolien, une machine à convertisseur intégral à électronique de Compoundage
puissance : famille 6). HTA
HTB Consommateur
important
2.4 Plan de tension du réseau
2.4.1 Exposé du problème HTA
BT G
En général, pour assurer en tout point du réseau (HTA ou BT) Producteur
une tension satisfaisant aux valeurs de tension contractuelles et
réglementaires, tant en moyenne tension qu’en basse tension Figure 5 – Principe de régulation de tension sur un réseau
(figure 6), le gestionnaire est amené à établir un plan de tension. de distribution avec producteur

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


D 4 242 – 6 est strictement interdite. – © Editions T.I.

90
Réseaux électriques de distribution publique
(Réf. Internet 42264)

1– Les grands choix techniques et politiques

2– Le fonctionnement des réseaux, protections et


automatismes

3– L'exploitation et la conduite des ouvrages

4– Développement des réseaux


5
5– Ingénierie des réseaux Réf. Internet page

Techniques de coupure en moyenne tension D4705 93

Câbles aériens isolés D4446 99

Parafoudres basse tension. Composants. Réseaux basse tension D4840 103

Parafoudres basse tension. Description. Installation D4841 109

Postes à moyenne tension D4600 115

 Sur www.techniques-ingenieur.fr
• Saisissez la référence Internet pour accéder directement aux contenus en ligne
• Retrouvez la liste complète des ressources documentaires

91
5

92
Référence Internet
D4705

Techniques de coupure
en moyenne tension

par Serge THÉOLEYRE


Normalisation et communication technique
Transport et distribution Schneider Electric

1. Principe de la coupure............................................................................ D 4 705 - 4

2. Coupure des courants de charge......................................................... — 6

3. Coupure des courants de défaut ......................................................... — 11

4. Aspects technologiques fondamentaux............................................ — 13

5.

6.
Coupure dans l’air....................................................................................

Coupure dans l’huile ...............................................................................



15

16
5
7. Coupure dans le vide .............................................................................. — 17

8. Coupure dans le SF6 ................................................................................ — 20

9. Comparaison des différentes techniques et évolution ................. — 23

Pour en savoir plus........................................................................................... Doc. D 4 705

epuis les centrales de production, l’énergie électrique est acheminée


D jusqu’aux points de consommation par un réseau électrique formé d’un
maillage ou d’une arborescence de liaisons, lignes ou câbles, comme on le voit
sur la figure A.
Il est indispensable de pouvoir couper le courant en tout point du réseau pour
des raisons d’exploitation et de maintenance ou pour protéger le réseau lorsqu’il
y a un défaut. Il faut également pouvoir le rétablir dans diverses situations nor-
males ou de défaut. Pour cela, on emploie des appareils de déconnexion dont le

Réseau de Réseau de Réseau de Réseau de


transport THT répartition HT distribution MT distribution BT
800 kV - 300 kV 300 kV - 52 kV 52 kV - 1 kV 1 kV - 220 V

Postes de Postes de Postes de


Centrale de
transformation transformation transformation
production
THT / HT HT / MT MT / BT

Abonnés Abonnés Abonnés


HT MT BT
Parution : novembre 1999

Figure A – Schéma d’un réseau électrique

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Génie électrique D 4 705 − 1

93
Référence Internet
D4705

TECHNIQUES DE COUPURE EN MOYENNE TENSION ___________________________________________________________________________________________

choix dépend de la nature des courants à couper et du domaine d’application


(tableau A).
■ Ces courants peuvent être classés en trois catégories :
— courants de charge, par principe inférieurs ou égaux au courant assigné Ir ;
le courant assigné Ir est la valeur efficace du courant que le matériel doit être
capable de supporter indéfiniment dans des conditions prescrites d’emploi et de
fonctionnement ;
— courant de surcharge, lorsque le courant dépasse sa valeur assignée ;
— courant de court-circuit, lors d’un défaut sur le réseau, dont la valeur
dépend de la puissance de la source, du type de défaut et des impédances amont
du circuit.
■ De plus, que ce soit à l’ouverture, à la fermeture ou en service continu, tous
ces appareils sont soumis à des contraintes :
— diélectriques (tension) ;
— thermiques (courants normaux et courants de défaut) ;
— électrodynamiques (courant de défaut) ;
— mécaniques.
Les contraintes les plus importantes sont liées aux phénomènes transitoires
qui interviennent lors des manœuvres et lors des coupures avec arc électrique
de courants de défaut. Cet arc a un comportement difficile à prédéterminer mal-
gré les techniques actuelles de modélisation.

5
■ L’expérience, le savoir-faire et l’expérimentation contribuent donc toujours et
dans une large mesure à la conception des appareils de coupure. Ces appareils
sont dits « électromécaniques » car, aujourd’hui encore, la coupure statique
en moyenne et haute tension n’est pas technico-économiquement envisageable.
Parmi tous les appareils de déconnexion, les disjoncteurs sont les plus comple-
xes car ils sont capables d’établir, de supporter et d’interrompre des courants
dans des conditions normales et anormales (court-circuit).
Dans cet article, nous traiterons donc principalement la coupure du courant
alternatif par disjoncteur.
Le domaine de tension considéré est celui de la moyenne tension MT (1 kV à
52 kV), car c’est dans ce niveau de tension qu’il existe le plus grand nombre de
techniques de coupure.
L’étude des phénomènes apparaissant lors de la coupure et de la fermeture
constitue la première partie de ce document. La deuxième partie présente les
quatre types de techniques de coupure actuellement les plus répandues, à savoir
les techniques de coupure dans l’air, l’huile, le vide et l’hexafluorure de soufre
(SF6).

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
D 4 705 − 2 © Techniques de l’Ingénieur, traité Génie électrique

94
Référence Internet
D4705

__________________________________________________________________________________________ TECHNIQUES DE COUPURE EN MOYENNE TENSION

Tableau A – Les différents appareils de connexion, leurs fonctions


et leurs applications
■ Définition CEI Fermer Ouvrir Isoler
Appareil de
connexion
■ Fonction

Sectionneur ■ Appareil mécanique de connexion oui non oui h oui non non oui
qui assure, en position d’ouverture,
une distance de sectionnement satis-
faisant à des conditions spécifiées.
■ Destiné à assurer l’isolement de
sécurité d’un circuit, il est souvent
associé à un sectionneur de terre.
Sectionneur ■ Sectionneur spécial conçu pour oui non oui h oui non non non
de mise à la raccorder des conducteurs de phase
terre à la terre.
■ Destiné à la sécurité en cas
d’intervention sur les circuits, il relie
les conducteurs actifs hors tension à
la terre.
Interrupteur ■ Appareil mécanique de connexion oui oui oui oui oui non oui h
capable d’établir, de supporter et
d’interrompre des courants dans les

5
conditions normales du circuit, y
compris, éventuellement, les cou-
rants de surcharge en service.
■ Destiné à la commande (ouver-
ture et fermeture) des circuits, il est
souvent prévu pour assurer la fonc-
tion sectionnement.
Sur les réseaux MT de distribution
publique et privée, il est fréquem-
ment associé à des fusibles.
Contacteur ■ Appareil mécanique de connexion oui oui oui oui oui non non
ayant une seule position de repos,
commandé autrement qu’à la main,
capable d’établir, de supporter et
d’interrompre des courants dans les
conditions normales du circuit, y
compris les conditions de surcharge
de service.
■ Prévu pour fonctionner très fré-
quemment, il est principalement
destiné à la commande de moteurs.
Disjoncteur ■ Appareil mécanique de connexion oui oui oui oui oui oui non
capable d’établir, de supporter et
d’interrompre des courants dans les
conditions normales du circuit et
dans les conditions anormales spéci-
fiées du circuit, telles que celles du
court-circuit.
■ Appareil de connexion d’usage
général. Outre la commande de cir-
cuits il assure leur protection contre
les défauts électriques. Il remplace
les contacteurs pour la commande
des gros moteurs MT.

= à vide = en charge = court-circuit h = selon les cas

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Génie électrique D 4 705 − 3

95
Référence Internet
D4705

TECHNIQUES DE COUPURE EN MOYENNE TENSION ___________________________________________________________________________________________

1. Principe de la coupure
R L

1.1 Introduction i

e Charge
Bien que le principe mis en œuvre pour interrompre le courant
dans les appareils électromécaniques paraisse simple, puisqu’il suf-
fit de séparer les contacts, la coupure des courants est un phéno-
mène complexe qui fait intervenir de nombreux paramètres.
e source alternative
En plus de l’ intensité des courants à interrompre et des valeurs
de tension de réseau, les phénomènes transitoires et les contraintes
qui en résultent dépendent fortement du comportement des appa- i
reils, en particulier de l’arc qui s’établit entre les contacts et des Coupure
réactions du réseau liées aux caractéristiques du circuit en amont et
en aval de l’appareil.
Nous décrivons successivement ces deux aspects puis dans les
paragraphes 2 et 3 les principales situations de coupure rencontrée t
par les disjoncteurs.
R
Dans le texte, pour les réseaux, les appellations haute tension
(HT) et moyenne tension (MT), utilisées dans le langage cou-
rant, sont employées. Toutefois les dénominations actuelles
(UTE C 18-510) sont HTB pour les tensions supérieures à 50 kV

5
et HTA pour les tensions comprises entre 1 et 50 kV. t

Figure 1 – Coupure réalisée par un interrupteur idéal


1.2 La coupure idéale
l’ordre du kV/µs). En simplifiant, cela signifie que, pour éviter l’échec
Un appareil de coupure idéal serait un appareil capable de la coupure, l’interrupteur idéal doit pouvoir supporter plusieurs
d’interrompre le courant instantanément ; or, aucun appareil kilovolts moins d’une micro-seconde après la transition conducteur-
mécanique n’est capable de couper le courant sans l’aide de isolant.
l’arc électrique qui limite la tension à ses bornes et l’énergie Il faut donc que l’appareil de coupure n’agisse pas trop brutale-
électromagnétique qu’il devrait dissiper. ment en tentant de couper avant le passage par zéro du courant,
mais suffisamment pour surmonter les surtensions qui surviennent
inévitablement à ses bornes. C’est là que deviennent importantes
En effet, pouvoir interrompre instantanément un courant i signifie les caractéristiques de l’arc électrique.
être capable de passer directement de l’état conducteur à l’état iso-
lant. La résistance R d’un tel interrupteur « idéal » doit donc passer
immédiatement de zéro à l’infini (figure 1).
Cet appareil devrait être capable :
1.3 Couper avec l’arc électrique
— d’absorber toute l’énergie électromagnétique accumulée dans
le circuit avant la coupure, soit, en cas de court-circuit, 1/2 Li 2
(L inductance) du fait de la nature inductive des réseaux ; ■ Deux raisons expliquent l’existence d’un arc.
— de supporter la surtension (Ldi/dt) qui apparaît à ses bornes et ● Il est quasiment impossible de séparer les contacts très exacte-
aurait une valeur infinie si le passage isolant-conducteur se faisait ment au zéro naturel de courant, du fait de l’incertitude mesure-
en un temps infiniment petit, ce qui conduirait inévitablement au commande : pour une valeur efficace de 10 kA, le courant instan-
claquage diélectrique. tané 1 ms avant d’atteindre son zéro vaut encore 3 000 A.
Un des intérêts majeurs du courant alternatif est que le courant La surtension instantanée Ldi/dt qui apparaîtrait aux bornes de
passe périodiquement par zéro et que l’on peut imaginer interrom- l’appareil si celui-ci devenait immédiatement isolant serait infinie et
pre le courant lors d’un passage à un zéro naturel. En supposant entraînerait le claquage immédiat de l’espace intercontacts encore
qu’une synchronisation parfaite ait été réalisée entre cet instant et la faible.
transition isolant-conducteur de l’appareil, un autre phénomène ● La séparation des contacts doit se faire à une vitesse suffisante
tout aussi délicat doit être surmonté, celui de la tension transitoire pour que la tenue diélectrique entre les contacts soit supérieure à la
de rétablissement (TTR). tension transitoire de rétablissement. Cela nécessite une énergie
En effet, juste après l’interruption du courant, la tension (de réta- mécanique proche de l’infini qu’en pratique aucun appareil ne peut
blissement) aux bornes de l’interrupteur rejoint la tension du réseau fournir.
qui est maximale à cet instant-là pour les circuits inductifs. Cela se
■ Examinons le processus de coupure avec un arc électrique.
fait sans discontinuité brutale du fait des capacités parasites du
Il est constituée de trois périodes :
réseau. Un régime transitoire s’établit alors, assurant le raccorde-
ment de la tension à celle du réseau. Cette tension, appelée tension — la période d’attente ;
transitoire de rétablissement (TTR), dépend des caractéristiques du — la période d’extinction ;
réseau et sa vitesse de croissance (dv/dt) peut être considérable (de — la période post-arc.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
D 4 705 − 4 © Techniques de l’Ingénieur, traité Génie électrique

96
Référence Internet
D4705

__________________________________________________________________________________________ TECHNIQUES DE COUPURE EN MOYENNE TENSION

Rarc
Anode Rr

ion –
a
e
Re

e
e
ion + t

ion + i, u
ur
e
e

Cathode ue
b

Figure 2 – Composition d’un arc électrique dans un milieu gazeux


ir t

5
● Période d’attente
Avant le zéro de courant, les deux contacts se séparent, provo- Courant
quant la rupture diélectrique du milieu intercontacts. L’arc qui appa- post-arc
raît est constitué d’une colonne de plasma composée d’ions et ie
d’électrons e provenant du milieu intercontacts, ou des vapeurs
métalliques dégagées par les électrodes (figure 2). Cette colonne coupure réussie (indice "r")
reste conductrice tant que sa température est suffisamment élevée.
échec thermique (indice "e")
L’arc est ainsi « entretenu » par l’énergie qu’il dissipe par effet Joule.
La tension qui apparaît entre les deux contacts, du fait de la résis- Figure 3 – Évolution de la résistance d’arc et de la tension
tance de l’arc et des chutes de tension de surface (tensions catho- et du courant pendant la période d’extinction, en cas de coupure
dique et anodique), s’appelle la tension d’arc (uarc). Sa valeur, qui réussie ou d’échec thermique
dépend de la nature de l’arc, est influencée par l’intensité du courant
et par les échanges thermiques avec le milieu (parois, matériaux...).
Ces échanges thermiques, qui se font par rayonnement, convection Si la puissance dissipée par effet Joule dépasse la puissance de
et conduction, sont caractéristiques de la puissance de refroidisse- refroidissement caractéristique de l’appareil, le milieu ne se refroidit
ment de l’appareil. plus, c’est l’emballement thermique suivi d’une nouvelle rupture
Le rôle de la tension d’arc est essentiel, car elle conditionne la diélectrique : c’est un échec thermique.
puissance dissipée dans l’appareil au cours de la coupure :
Si, en revanche, la croissance de la tension n’excède pas une cer-
t arc taine valeur critique, la résistance de l’arc peut augmenter suffisam-
ment vite pour que la puissance dissipée dans le milieu reste
∫u
t0
arc i dt inférieure à la puissance de refroidissement de l’appareil évitant
ainsi l’emballement thermique.
● Période post-arc
où t0 est l’instant d’initiation de l’arc et tarc est l’instant de la cou-
● Pour que la coupure soit réussie, il faut également que la
pure.
vitesse de régénération diélectrique soit plus rapide que celle de la
En moyenne tension et haute tension, elle reste toujours très infé- TTR (figure 4), sinon un claquage diélectrique apparaît.
rieure aux tensions de réseau et n’a donc pas d’effet limiteur, sauf
artifices particuliers développés paragraphe 5. La coupure se fait À l’instant où se produit la rupture diélectrique, le milieu rede-
donc au voisinage du zéro « naturel » du courant alternatif. vient conducteur, ce qui génère des phénomènes transitoires qui
seront exposés en détail plus loin (§ 2).
● Période d’extinction
Ces échecs diélectriques post-coupure sont appelés :
L’interruption du courant qui correspond à l’extinction de l’arc se
fait au zéro de courant à condition que le milieu redevienne rapide- — réallumages, s’ils ont lieu dans le quart de période qui suit le
ment isolant. Pour cela, le canal de molécules ionisées doit être zéro de courant ;
cassé. Le processus d’extinction se fait de la manière suivante. — réamorçages, s’ils se produisent après.
Au voisinage du zéro de courant, la résistance de l’arc augmente
■ La TTR dans les normes
selon une courbe qui dépend principalement de la constante de
temps de désionisation du milieu intercontacts (figure 3). Au zéro Bien que la vitesse de croissance de la TTR ait un rôle fondamen-
de courant, cette résistance a une valeur qui n’est pas infinie et un tal sur les capacités de coupure des appareils, sa valeur ne peut être
courant circule à nouveau dans l’autre sens du fait de la tension déterminée précisément pour toutes les configurations de réseau.
transitoire de rétablissement qui apparaît à ses bornes. La norme CEI 60056 définit, pour chaque tension assignée, une

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Génie électrique D 4 705 − 5

97
Référence Internet
D4705

TECHNIQUES DE COUPURE EN MOYENNE TENSION ___________________________________________________________________________________________

u Tableau 1 – Tension transitoire de rétablissement − TTR −


assignée en cas de court-circuit aux bornes
d’un disjoncteur [d’après § 4.102 de la norme CEI 60056]
Tension assignée 7,2 12 17,5 24 36 52
Ur ............ (kV)

Valeur crête de la TTR 12,3 20,6 30 41 62 89


Uc ..................... (kV)
Temps t3 .............. (µs) 52 60 72 88 108 132
Vitesse d’accroissement 0,24 0,34 0,42 0,47 0,57 0,68
t Uc / t3.............. (kV/µs)
0
a coupure réussie

u 2. Coupure des courants


de charge
On pourrait penser que la principale difficulté est la coupure des
très forts courants. En fait, certains courants de charge rendent la
coupure difficile à cause des interactions arc/réseau. Nous allons,
dans ce paragraphe, aborder successivement les différentes situa-
tions normales ou de défaut que l’on rencontre sur les réseaux.

5 0
b échec diélectrique
t
2.1 Coupure des courants résistifs
tension de rétablissement
En exploitation normale, en MT, la coupure d’un circuit se fait :
courbe de régénération diélectrique — sur un courant de charge de quelques ampères à quelques
centaines d’ampères, faible par rapport au courant de court-circuit
tension de rétablissement si l'appareil (de 10 à 50 kA) ;
n'avait pas réamorcé
— avec un facteur de puissance supérieur ou égal à 0,8 ; le
déphasage entre la tension du circuit électrique et le courant est
tension de rétablissement avec réamorçage
petit et le minimum de tension se produit aux alentours du mini-
Figure 4 – Courbes de régénération diélectrique mum de courant (circuit fortement résistif).
La tension aux bornes de l’appareil de coupure s’établit alors, à la
tension du réseau, quasiment sans phénomène transitoire
(figure 6).
UTTR Dans de telles conditions, la coupure se fait au passage du zéro de
courant, sans difficulté, puisque l’appareil est dimensionné pour des
UC courants élevés en quadrature avec la tension.

2.2 Coupure des courants inductifs

Il s’agit, en moyenne tension, des courants magnétisants des


transformateurs à vide ou faiblement chargés, des moteurs et des
inductances shunt.
t3 t
Les phénomènes qui apparaissent lors de la coupure de petits
courants inductifs peuvent rendre celle-là assez délicate, en particu-
Figure 5 – Tension transitoire de rétablissement
lier les phénomènes d’arrachement de courant ou de réallumage.

valeur enveloppe qui correspond aux besoins normalement rencon- 2.2.1 Arrachement de courant
trés (figure 5 et tableau 1).
Le pouvoir de coupure (PdC) d’un disjoncteur est alors défini, à sa La coupure de courants inductifs peut donner lieu à des surten-
tension assignée et avec la TTR assignée correspondante, comme la sions provoquées par la coupure précoce du courant, c’est le phéno-
valeur la plus élevée du courant qu’il peut couper. mène appelé « arrachement de courant ».
Un disjoncteur doit donc être capable de couper tout courant infé- Pour des courants inductifs faibles (quelques ampères à quelques
rieur à son PdC pour toute TTR dont la valeur est inférieure à la TTR dizaines d’ampères), la capacité de refroidissement des appareils
assignée. dimensionnés pour le courant de court-circuit est très élevée par

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
D 4 705 − 6 © Techniques de l’Ingénieur, traité Génie électrique

98
Référence Internet
D4446

Câbles aériens isolés


par Claude PIRIOU
Ingénieur de l’École Nationale Supérieure des Arts et Métiers (ENSAM)

et Christophe TOURCHER
Ingénieur

Reprise du texte rédigé par Jacques FERRAN

1. Matériels..................................................................................................... D 4 446 — 2
1.1 Premiers choix techniques et investigations ............................................. — 2
1.2 Procédures d’agrément et domaine d’emploi........................................... — 4
2. Réalisation des réseaux.......................................................................... — 4
2.1 Types de réseaux ......................................................................................... — 4
2.2 Matériels de connexion............................................................................... — 4
2.3 Matériels de soutien et d’ancrage .............................................................. — 6
2.4 Réalisation des différents modes de construction.................................... — 6
3.
3.1
Réalisation des branchements .............................................................
Types de branchements ..............................................................................


10
10 5
3.2 Matériels de connexion............................................................................... — 10
3.3 Matériels de suspension et d’ancrage ....................................................... — 11
3.4 Réalisation des différents modes de construction.................................... — 11
4. Propriétés et avantages des réseaux basse tension
en conducteurs isolés............................................................................. — 12
5. Conclusion ................................................................................................. — 12
Pour en savoir plus ........................................................................................... Doc. D 4 446

l’origine, les réseaux aériens basse tension (BT), ou ouvrages de première


A catégorie, étaient réalisés en conducteurs nus en cuivre installés soit sur
des supports en zones rurales ou urbaines, soit sur des ferrures (potelets,
consoles) fixées sur les façades ou les toitures en zone urbaine. Les conducteurs
étaient isolés de leurs supports au moyen d’isolateurs.
C’est en 1955 qu’Électricité de France (EDF), pour remplacer les anciens
réseaux en cuivre nu posés sur façades qui devenaient vétustes ou insuffisants,
a décidé d’utiliser les torsades aériennes en conducteurs isolés, d’où leur pre-
mière dénomination de réseaux façades. Ces premières torsades, compte tenu
des matériaux disponibles à l’époque, avaient des âmes conductrices en cuivre,
isolées au caoutchouc synthétique et protégées des intempéries atmosphéri-
ques par une gaine en polychloroprène (Néoprène).
Ce mode de réalisation a paru immédiatement intéressant et des recherches
furent entreprises conjointement par la direction de la Distribution et la direction
des Études et Recherches d’EDF, les câbliers, la société Aluminium Pechiney et le
Syndicat des industries du matériel électrique pour améliorer cette technique et
en étendre son application en zone rurale. Les réseaux aériens BT en conduc-
teurs isolés sont maintenant d’un emploi général en France où l’on n’installe
plus de conducteurs nus.
Toutefois, depuis quelques années la volonté d’EDF d’enfouir davantage de
réseau a conduit à une diminution de la technique aérienne (notamment des
réseaux nus) au profit des réseaux souterrains (particulièrement dans les zones
Parution : août 2007

agglomérées).

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


est strictement interdite. — © Editions T.I. D 4 446 − 1

99
Référence Internet
D4446

CÂBLES AÉRIENS ISOLÉS ________________________________________________________________________________________________________________

Compte tenu de l’expérience acquise sur les réseaux en conducteurs nus, les
qualités requises par l’exploitant étaient les suivantes :
— un maximum de fiabilité du matériel pour assurer une qualité de service
aussi bonne que possible ;
— un entretien le plus réduit possible ;
— un matériel facile à mettre en œuvre ;
— une durée de vie analogue à celle des lignes en conducteurs nus ;
— un coût global au plus égal à celui de la ligne en conducteurs nus à capacité
de transport égale ;
— une amélioration de la sécurité tant pour le personnel intervenant que pour
les tiers ;
— une facilité d’intervention en exploitation et notamment en travail sous
tension.
Cette technique a aussi été développée pour les réseaux aériens moyenne
tension (HTA), ou ouvrages de deuxième catégorie, mais ces derniers sont d’un
usage exceptionnel (60 à 80 km par an) et ne sont donc pas traités dans le
présent dossier.

5 1. Matériels Afin d’assurer une meilleure tenue au glissement dans les pinces
d’ancrage, un séparateur en papier a été rendu obligatoire, dans un
premier temps, entre l’âme du neutre porteur et sa gaine isolante,
puis à partir de 2004 ce séparateur a été abandonné avec l’arrivée
des gaines en polyéthylène réticulé chimiquement par silane.
1.1 Premiers choix techniques
et investigations
1.1.2 Conducteurs de phase
1.1.1 Isolants
À l’origine, les conducteurs étaient en cuivre mais, dès 1961, l’alu-
L’apparition en France, en 1962, des premiers isolants de synthèse minium s’est imposé, compte tenu de son prix et de ses qualités.
permit de mettre au point des matériaux assurant simultanément la Une première sélection de sections a été opérée :
fonction d’isolant et de protection à savoir :
— le polychlorure de vinyle (PVC) ; — 25, 35, 50, 70 et, depuis 1990, 150 mm2 pour les réseaux ;
— le polyéthylène chlorosulfoné (Hypalon) ; — 16 et 25 mm2 pour les branchements et l’éclairage public.
— le polyéthylène réticulé (PR).
Si l’Hypalon fut très rapidement abandonné (coût élevé, perfor- Par la suite, les sections 25 et 50 mm2 ont été abandonnées pour
mances médiocres), les deux autres matériaux ont fait l’objet d’un les réseaux par EDF (tableau 1), ainsi que le 16 mm2 pour les
très grand nombre d’essais en laboratoires (EDF, câbliers) pour branchements.
déterminer leur tenue :
— aux rayonnements ultraviolets ;
— aux agents chimiques (acide, brouillard salin, ozone, etc.) ; 1.1.3 Conducteur neutre porteur
— à l’abrasion et aux chocs mécaniques ;
— au vieillissement dans le temps ;
— aux contraintes électriques et mécaniques pour des tempéra- Avec les conducteurs de phase en cuivre, le neutre était torsadé
tures variant de − 30 à + 120 ˚C. avec eux. Si la tenue mécanique était insuffisante, la torsade était
suspendue à un porteur en acier soit nu, soit isolé. Avec la géné-
ralisation de l’aluminium, on utilisa pour les câbles de réseau un
Tous ces essais de qualification des isolants sont indiqués neutre faisant office de porteur en aluminium-acier nu ou isolé.
dans la norme NF C 33-209. Mais, en raison de sa raideur qui ne facilitait pas la confection de
courbes pour les réseaux en façades et compte tenu des difficultés
rencontrées au niveau des pinces d’ancrage et des manchons de
L’utilisation en réseau et les essais de laboratoire ont conduit en jonction pour intéresser les brins de l’âme d’acier aux efforts
1977 à abandonner le PVC car, ses caractéristiques s’altérant à basse mécaniques, il a été décidé d’utiliser pour ce neutre porteur un
ou haute température, il pose des problèmes de tenue des conduc- alliage d’aluminium (AGS/L) dit Almélec (alliage d’aluminium,
teurs dans les pinces d’ancrage (§ 1.1.6) et de mise en œuvre des magnésium, silicium, et fer, de contrainte à la rupture de 324 MPa).
connecteurs de dérivation avec perforation d’isolant (§ 1.1.5). Afin de standardiser les fabrications et de permettre de réduire le
En définitive, seule la gaine isolante en PR a été retenue et, pour nombre des accessoires tout en les adaptant au mieux à leur fonc-
garantir sa conservation dans le temps, on a été conduit à imposer tion, une section unique de 54,6 mm2 avait été retenue, section uti-
un pourcentage minimal de noir de carbone dans cette gaine (10 % lisée par ailleurs sur les réseaux nus moyenne tension et basse
en masse environ). tension.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


D 4 446 − 2 est strictement interdite. — © Editions T.I.

100
Référence Internet
D4446

_______________________________________________________________________________________________________________ CÂBLES AÉRIENS ISOLÉS

(0)

Tableau 1 – Caractéristiques des conducteurs (1)


Désignation Âme conductrice Gaine isolante Conducteur

Résistance Diamètre des âmes Force à la Épaisseur Diamètre extérieur


Section Nombre
Nature linéique rupture moyenne
nominale de brins minimal maximal minimal maximal
maximale à 20 ˚C minimale (valeur prescrite)

(mm2) (Ω/km) (mm) (mm) (daN) (mm) (mm) (mm)


25 7 1,20 5,8 6,3 300 1,4 8,6 9,4
Phase ou neutre 35 7 0,868 6,8 7,3 (2) 1,6 10,0 10,9
non porteur 70 12 0,443 9,7 10,2 (2) 1,8 13,3 14,2
150 19 0,206 13,9 15,0 (2) 1,7 17,3 18,6
54,6 7 0,63 9,2 9,6 1 660 1,6 12,3 13,0
Neutre porteur
70 7 0,50 10,0 10,2 2 000 1,5 12,9 13,6
Pilote 1,5 1 12,1 ............... 1,5 ....................... 1,2 3,7 4,2
(1) D’après la norme NF C 33-209 citée en documentation.
(2) Les conducteurs de phase du faisceau de réseau ne participent pas à la tenue mécanique de la torsade.

L’apparition de conducteurs de phase de section 150 mm2, l’aug- Les caractéristiques principales des faisceaux et des conducteurs
mentation des charges et le développement des branchements sont données dans les tableaux 1 et 2.
monophasés 90 A ont conduit à retenir, en plus, une nouvelle sec- (0)

5
tion de 70 mm2 (tableau 1).
Le porteur est toujours isolé car, bien qu’il soit mis à la terre au Tableau 2 – Caractéristiques des faisceaux
départ du poste et périodiquement sur le réseau, la législation fran-
çaise (UTE C 11-001 Arrêté interministériel du 17 mai 2001) le consi- Sections de faisceaux Sections de faisceaux
dère comme un conducteur actif étant donné qu’il participe à la avec neutre porteur (1) sans neutre porteur (2)
transmission de l’énergie. (mm2) (mm2)
1 × 54,6 + 3 × 35 + K × 16 2 × 25 + K ′ × 1 ,5
1.1.4 Faisceaux ou torsades 1 × 54,6 + 3 × 70 + K × 16 4 × 25 + K ′ × 1 ,5
1 × 70 + 3 × 150 + K × 16
Le faisceau de réseau, destiné aux lignes aériennes BT en câble
isolé torsadé, se compose d’un conducteur neutre central faisant (1) K représente le nombre de conducteurs destinés aux circuits d’éclairage
office de porteur autour duquel sont torsadés les trois conducteurs public ; il peut être nul ou égal à 1, 2 ou 3.
de phase et, le cas échéant, le ou les conducteurs d’éclairage public (2) K ′ représente le nombre de fils pilotes : il peut être nul ou égal à 2.
(figure 1). Ce porteur supporte seul les efforts mécaniques au
niveau des ancrages et des suspensions.
Le faisceau de branchement, sans porteur, se compose de deux 1.1.5 Accessoires de connexion
ou quatre conducteurs isolés identiques torsadés entre eux et parti-
cipent tous à l’effort mécanique. À ce faisceau peuvent être associés
deux fils pilotes en cuivre de section 1,5 mm2. Un groupe de travail d’utilisateurs et de constructeurs a étudié en
détail les besoins spécifiques de ces réseaux en matière d’accessoi-
res de connexion. En effet, à l’origine de l’emploi des réseaux torsa-
Gaine isolante Neutre porteur dés, on a installé un très grand nombre d’accessoires en coffrets
en almélec pour résoudre les problèmes divers de connexions électriques :
remontées aérosouterraines (§ 2.4.2.3), frontières de zone d’action
de postes, origine des dérivations, regroupement des branche-
ments, etc. Tous ces accessoires se sont avérés générateurs
d’incidents dus principalement aux échauffements, aux desserrages
et aux oxydations des contacts. Ils ont peu à peu été déposés,
améliorant ainsi l’esthétique de ces réseaux en même temps que
leur fiabilité.
Les premiers accessoires de connexion sont maintenant rem-
placés par :
— un matériel de connexion (§ 2.2.1 et 3.2.1) préisolé non
démontable et mis en œuvre par rétreint hexagonal au moyen d’un
outillage léger et polyvalent ;
— un matériel de dérivation (§ 2.2.2 et 3.2.2) préisolé démonta-
ble, mis en œuvre par serrage mécanique, avec perforation d’isolant
Éclairage public Phase
au moins sur le câble principal, et facilitant le travail sous tension ;
en aluminium en aluminium — un matériel de répartition sous forme de coffret (§ 3.2.2),
permettant de diminuer le nombre de connecteurs de branchement
Figure 1 – Exemple de faisceau de réseau sur le réseau.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


est strictement interdite. — © Editions T.I. D 4 446 − 3

101
5

102
Référence Internet
D4840

Parafoudres basse tension


Composants. Réseaux basse tension

par Alain ROUSSEAU


Ingénieur école centrale de Lyon
DEA de génie électrique
Président du Comité International de Normalisation Parafoudres (IEC SC37A)
Président SEFTIM, Vincennes, France

1. Évolution technique et normative............................................................. D 4 840v3 - 2


1.1 Amélioration de la compréhension des phénomènes en basse tension — 2
1.2 Évolution normative ................................................................................... — 2
1.3 Rappel des définitions et des données de base sur la protection contre
la foudre....................................................................................................... — 4
2. Composants ................................................................................................ — 5
2.1 Varistances .................................................................................................. — 5
2.2
2.3
2.4
Éclateurs ......................................................................................................
Composants solides à base de silicium ....................................................
Vieillissement et fin de vie .........................................................................



7
8
9
5
2.5 Composants de découplage : thermistances, résistances, induc-
tances… ....................................................................................................... — 10
3. Réseaux basse tension ............................................................................... — 11
3.1 Différents types de réseaux d’énergie....................................................... — 11
3.2 Transmission des surtensions sur les réseaux basse tension ................ — 11
3.3 Influence des paratonnerres et des coups de foudre directs ou proches
de la structure.............................................................................................. — 13
3.4 Statistique des surtensions de foudre sur les réseaux basse tension.... — 14
3.5 Protection et analyse du risque ................................................................. — 16
4. Conclusion ................................................................................................... — 17
5. Glossaire ...................................................................................................... — 18
Pour en savoir plus ...................................................................................... Doc. D 4 840v3

es matériels électriques utilisés tant dans les applications domestiques que


L dans les applications industrielles sont de plus en plus sensibles aux
surtensions, en raison de l’utilisation massive de composants électroniques.
Les ampoules d’éclairage à incandescence, le moteur de la machine à laver ont
une tenue intrinsèque contre les surtensions assez élevée. Pendant longtemps,
leur protection contre les surtensions n’était donc pas un problème majeur.
De nos jours, les lampes à LED, les alarmes, ordinateurs, télévisions et même
le programmateur de la machine à laver utilisent des composants électro-
niques, ce qui augmente leur fragilité vis-à-vis des surtensions. L’usage
croissant de prises protégées (prises de courant avec parafoudre incorporé),
que l’on peut trouver aussi bien dans les magasins de bricolage que dans les
catalogues de vente par correspondance, témoigne bien de l’évolution rapide
de la protection contre les surtensions et de sa pénétration dans le milieu
domestique.
Néanmoins, les parafoudres ne se résument pas à ces prises protégées qui,
en général, ne consistent qu’en une barrière secondaire contre les surtensions.
Parution : mai 2017

Copyright © – Techniques de l’Ingénieur – Tous droits réservés


D 4 840v3 – 1

103
Référence Internet
D4840

PARAFOUDRES BASSE TENSION ______________________________________________________________________________________________________

Il faut installer d’abord des parafoudres dans le tableau d’entrée de l’installa-


tion afin de dériver le plus rapidement possible à la terre les surtensions
dangereuses et assurer une fonction d’équipotentialité. Les parafoudres qui
sont en aval de ce premier parafoudre (installés dans des tableaux division-
naires ou dans les prises de courant) ne servent alors qu’à stabiliser le
potentiel en des points sensibles du réseau et à dériver à la terre la faible
partie de la surtension qui n’a pas été entièrement éliminée par le parafoudre
de tête installé en amont. Les parafoudres et leur mode d’installation seront
présentés dans l’article [D4841]. Il est, en effet, fondamental de bien choisir le
ou les parafoudres nécessaires et aussi de les installer convenablement.
Cependant, les surtensions peuvent se propager jusqu’à l’appareil considéré,
non seulement par les lignes d’énergie, mais aussi par les lignes téléphoniques
(fax, répondeurs, box…), les câbles coaxiaux (antennes de télévision hert-
zienne ou satellitaire…), les circuits de données (prises USB ou HDMI des
ordinateurs) ou, même, par le circuit de terre (cas d’un bâtiment protégé par
un Système de Protection Foudre, par exemple). Les informations sur les
réseaux basse tension utiles pour la sélection des parafoudres sont présentées
dans le présent article.
Idéalement dans une structure, chacune des voies d’entrée pour les surten-
sions doit être protégée et une grande quantité de types de parafoudres
existent donc sur le marché, en plus des parafoudres pour lignes d’énergie. La
description de ces différents types de parafoudres fait l’objet de l’article
[D4841].

5 Parallèlement, les composants utilisés dans les parafoudres ont évolué dans
le sens d’une toujours plus grande fiabilité, d’une augmentation permanente
de tenue en énergie et d’une amélioration du niveau de protection. Ces compo-
sants sont présentés dans le présent article.

1. Évolution technique répartitions des surtensions et des courants associés dans une
structure complexe.
et normative Ces divers outils ne sont généralement pas utilisés directement
par les utilisateurs des parafoudres. Les résultats des études sont
intégrés dans les normes et guides les plus récents et le respect
1.1 Amélioration de la compréhension de ces normes suffit en général à garantir la bonne qualité de
l’installation de protection contre la foudre. Néanmoins, dans cer-
des phénomènes en basse tension tains cas spécifiques, (data center, installations sensibles…) on
doit démontrer l’efficacité de la protection apportée par des para-
Pendant longtemps, les études des phénomènes transitoires en foudres et l’utilisation de simulations s’avère nécessaire.
basse tension étaient limitées. En particulier, la relative bonne
tenue intrinsèque des matériels n’imposait pas des études pré-
cises. Ce n’est plus le cas et, depuis quelques années, un grand
nombre d’études ont été publiées sur ce sujet.
1.2 Évolution normative
Des simulations, des mesures sur site et des essais en labora- Les normes se font naturellement l’écho des évolutions des
toire ont été effectués, donnant de précieuses indications sur les matériels de protection et de la compréhension des phénomènes
statistiques des surtensions, leur amplitude, la tenue des diffé- mis en jeu. Tant au niveau national (AFNOR), européen (CENE-
rents matériels ainsi que sur les nécessaires emplacements et LEC), qu’international (IEC), des groupes de travail ont élaboré de
caractéristiques des parafoudres. nouvelles normes (voir le Pour en savoir plus) aussi bien pour les
produits que pour leurs applications. Ces documents intègrent les
Ainsi, les surtensions de manœuvre, alors qu’elles sont souvent
connaissances les plus récentes et insistent sur l’aspect sécurité.
considérées comme négligeables, peuvent, dans certaines confi-
gurations, être aussi sévères, voire même plus, que les surten- En effet, les parafoudres sont de plus en plus utilisés en milieu
sions de foudre. Ces nombreuses études sont à la base des domestique où la sécurité est un élément fondamental. À cet
informations données au paragraphe 3 ainsi que dans [D4841]. égard, une partie de la norme de référence du domaine (NF, EN et
IEC 61643-11) est dédiée aux parafoudres portables destinés à un
Des appareils [1] permettent de faire des mesures précises des
usage domestique pour tenir compte du risque de mauvaise utili-
différents paramètres caractéristiques des surtensions. sation ou d’absence des moyens de protection (disjoncteur, diffé-
Par ailleurs, les moyens de calcul de plus en plus évolués (logi- rentiel…) pour des installations anciennes. La fonction principale
ciel EMTP par exemple) permettent de calculer avec précision les des parafoudres (protection) et les fonctions secondaires (tenue

Copyright © – Techniques de l’Ingénieur – Tous droits réservés


D 4 840v3 – 2

104
Référence Internet
D4840

_______________________________________________________________________________________________________ PARAFOUDRES BASSE TENSION

mécanique, fin de vie…) sont ainsi testées avec des essais très
sévères.

Exemple
Le coût d’essai d’un parafoudre a été presque multiplié par 8 entre
la norme française NF C 61-740 de 1987 et la norme la plus récente
(NF EN 61643-11).
Cela est principalement dû à l’introduction de nombreux essais
complémentaires (sécurité notamment en fin de vie, tenue aux chocs
de foudre élevés et aux chocs de foudre directs..) et aussi à des
essais spécifiques plus élaborés, liés aux caractéristiques des para-
foudres.
Des normes traitent parfois de domaine d’applications spécifiques
comme les applications éoliennes ou photovoltaïques qui requièrent
des parafoudres spéciaux.
Ces évolutions normatives sont le reflet des évolutions technolo-
giques et, réciproquement, un niveau minimal de performance est
désormais exigé pour les parafoudres installés dans les tableaux élec-
triques.

Il est possible de trouver actuellement sur le marché des para- Figure 1 – Générateur capable d’injecter 10 impulsions dans un
foudres qui ne vieillissent pas, qui supportent des chocs de foudre temps très court (photo GrandTop)
élevés et qui, en cas de choc de foudre excédant leur tenue garan-
tie, se détruiront sans danger en donnant une indication de leur
état. Ces normes impliquent différents comités (généralement au
Parallèlement, il a été démontré que des parafoudres qui ne niveau international IEC avec des comités miroirs au CENELEC et
répondaient pas aux normes les plus récentes posaient des pro-
blèmes de fiabilité et de fin de vie. Ainsi, des essais aux surten-
sions temporaires (surtensions 50 Hz de longue durée) sur des
à l’AFNOR pour traiter les spécificités européennes ou nationales)
dont l’approche et la cible sont largement différentes :
– le comité de normalisation « protection contre la foudre »
5
parafoudres non conformes ou encore des essais de vieillisse- (comité portant au niveau international, européen et français le
ment accéléré ont montré que la varistance intégrée au para- numéro 81) traitait originellement uniquement de la protection
foudre devenait de plus en plus chaude, jusqu’à enflammer sa foudre contre les impacts directs sur les structures (bâtiments,
résine d’encapsulage et, enfin, entraînait la fusion de cette résine zones de stockage…). Du fait de l’approche globale, ce comité
et le coulage de celle-ci via les orifices du boîtier. Une telle situa- publie désormais des normes dont une partie traite des para-
tion peut entraîner des problèmes graves pour l’installation élec- foudres de façon assez détaillée (NF EN 62305-4) en incorporant
trique et même à l’ensemble de la structure, si les flammes se des parties du guide d’application parafoudre établi par le comité
propagent le long des câbles électriques ou dans le tableau élec- 37A. Ce comité 81 a pour cible les installateurs spécialisés en pro-
trique. Un essai est donc prévu dans la norme pour interdire ce tection foudre et les bureaux d’études ayant à traiter des pro-
mode de défaillance. De même, des essais en choc de foudre de blèmes dus à la foudre pour des installations complètes ;
forte amplitude (choc de foudre direct) ont montré que, si le para- – le comité 37A est le comité en charge des parafoudres basse
foudre n’était pas conforme aux normes, il n’était pas forcément tension. Il doit aussi intégrer les contraintes générées par la foudre
capable d’arrêter le courant 50 Hz après le passage du choc de frappant directement la structure protégée ou le réseau électrique
foudre (courant de suite) et donc pouvait présenter un risque de par exemple. Ce comité rédige des documents de référence qui
feu important par échauffement. sont destinés principalement aux bureaux d’études spécialisés et
Pour toutes ces raisons, la conformité aux normes est une aux autres comités de normalisation concernés par ce sujet ;
condition indispensable. – enfin, le comité 64, en charge de l’installation électrique des bâti-
Des investigations sont en cours dans certains pays pour expli- ments, traite aussi de la protection contre les surtensions par para-
quer certains modes de défaillance et adapter les essais existants foudres ; il a pour cible les installateurs électriciens qui, en général,
pour les couvrir. C’est en particulier le cas des applications en ne sont pas spécialisés en protection foudre, mais rencontrent des
courant continu (DC) pour lesquels les modes de défaillances sont besoins en protection foudre dans les installations qu’ils réalisent.
potentiellement différents. C’est aussi le cas des essais en multi- Bien qu’il existe un comité miroir du comité 64 à l’AFNOR, en France
impulsions (voir figure 1) qui pour certains sites très contraints c’est le comité 15, éditeur de la fameuse norme NFC 15-100, qui traite
entraînent des défaillances pour des niveaux de courants bien de l’installation électrique et donc des parafoudres ;
plus bas que le courant maximal que supporte le parafoudre. – d’autres comités sont aussi impliqués dans ce domaine mais
Dans ce cas, les composants du parafoudre n’ont pas le temps de dans une moindre mesure pour l’utilisateur de parafoudres. Il s’agit
se refroidir entre deux impulsions. Les normes évoluent nécessai- du comité en charge de la coordination d’isolement (109) et du
rement en fonction de l’évolution des produits et des besoins. comité en charge de la compatibilité électromagnétique : CEM (77B).
L’approche normative est désormais plus internationale qu’elle Parallèlement, les travaux menés au niveau national (AFNOR),
ne l’était. Bien que de nombreux pays aient des réseaux diffé- européen (CENELEC) et international (IEC) conduisent aussi à des
rents, les exigences de base sont les mêmes et les normes normes qui sont parfois différentes. La réglementation euro-
intègrent les exigences spécifiques de certains pays afin d’éviter péenne interdit les normes nationales spécifiques pour les pro-
la prolifération de normes nationales et assurer un niveau mini- duits mais dans le domaine des guides ou normes d’installation,
mal de performance et de sécurité dans le monde de la protection c’est généralement la règle. La norme NFC 15-100 est actuelle-
foudre. La tendance est également de faire une approche système ment obsolète pour certains paramètres liés à l’utilisation des
de la protection foudre intégrant les paratonnerres, les para- parafoudres, mais une révision est en cours qui devrait tendre à
foudres, l’équipotentialité, les prises de terre dans un Système de minimiser les écarts entre cette norme et les documents d’installa-
Protection Foudre… tion des parafoudres au niveau européen.

Copyright © – Techniques de l’Ingénieur – Tous droits réservés.


D 4 840v3 – 3

105
Référence Internet
D4840

PARAFOUDRES BASSE TENSION ______________________________________________________________________________________________________

Ainsi pour les parafoudres, la norme de référence valide en 1.3 Rappel des définitions
France est la norme NF EN 61643-11 qui diverge sur quelques
points de la version internationale de la norme (IEC 61643-11). Il
et des données de base
s’agit généralement d’introduire des essais plus sévères notam- sur la protection contre la foudre
ment au niveau de la sécurité et aussi de ne pas copier des parties
inutiles pour les européens comme les cas particuliers des Un choc de foudre correspond à la décharge au sol d’un nuage
réseaux américains ou japonais. orageux lorsque le gradient de potentiel limite de claquage dans
l’air est atteint [2].
D’autres normes ou spécifications techniques ont également vu Le choc de foudre est un générateur de courant dont l’ampli-
le jour récemment pour des domaines spécifiques comme par tude peut varier de quelques kiloampères à quelques centaines de
exemple la norme NF EN 50539-11 pour les parafoudres continu kiloampères. Le point d’impact peut être le sol lui-même, une
(DC) des applications photovoltaïques ou encore la spécification pièce conductrice (paratonnerre, antenne ou même un arbre…) ou
technique pour les parafoudres dans le domaine de l’éolien (CLC une ligne électrique.
TS 50539-22).
Nota : le fait d’être un générateur de courant veut dire que la foudre va imposer ce
Les modifications entre les diverses versions des normes, si courant dans les différents circuits qu’elle rencontre sans possibilité de lui résister. On ne
elles ne sont pas très sensibles pour un utilisateur, sont fonda- peut que diriger ce courant vers des points privilégiés où ils créeront un minimum de
problèmes. Ces points sont en général la terre où le courant pourra s’écouler sans danger
mentales pour un spécificateur et encore plus pour un fabricant pour les matériels et sans danger pour les personnes, si des précautions sont prises au
de parafoudres. Dans le cadre de l’application en France, les niveau de la qualité de la prise de terre.
normes françaises valides à la date de publication sont :
Le dispositif utilisé sur les circuits pour diriger la foudre vers la
– la norme NF EN 61643-11 : parafoudres basses tension pour terre est le parafoudre qui va limiter la tension à ses bornes (donc
réseau alternatif AC (norme décrite en détail dans le présent article) ; réaliser l’équipotentialité entre le réseau et la terre et protéger les
– la norme NF EN 61643-21 : parafoudres pour réseaux de don- équipements en aval) et être capable de supporter l’énergie créée
nées et de télécommunications ; par le passage du courant de foudre :
– la norme NF EN 62305-3 et -4 ainsi que la norme NF C 17-102 : – on parle de coups de foudre directs quand la structure à proté-
normes relatives aux Système de Protection Foudre (SPF) pour les ger est frappée directement (zone 1 de la figure 2) ;
deux premières et aux paratonnerres à dispositif d’amorçage – on parle de coups de foudre indirects quand le choc de foudre

5
(PDA) pour la dernière, qui font référence aux parafoudres comme ne frappe pas directement la structure, mais qu’une fraction signi-
moyen de protection complémentaire notamment pour assurer ficative du courant de foudre initial se propage jusqu’à la structure
l’équipotentialité des réseaux avec le SPF ; (zone 2 de la figure 2) ;
– la norme NF C 15-100 sur l’installation électrique des bâtiments – enfin, on parle de coups de foudre induits quand la foudre
qui traite des parafoudres à la section 443 (détermination du frappe le sol suffisamment loin de la structure pour que seule la
besoin en protection contre les surtensions) et à la section 534 tension générée par induction sur la ligne ou dans la structure soit
(choix des parafoudres) ; à prendre en compte (zone 3 de la figure 2). On considère alors la
– la norme NF EN 50539-11 : parafoudres pour applications pho- foudre induite comme un générateur de tension car le courant
tovoltaïques (côté DC, le côté AC étant traité par la norme NF EN n’est alors plus imposé par le nuage mais pas la configuration du
61643-11). circuit dans lequel se produit l’induction.

Figure 2 – Différents points d’impact possibles de la foudre

Copyright © – Techniques de l’Ingénieur – Tous droits réservés


D 4 840v3 – 4

106
Référence Internet
D4840

_______________________________________________________________________________________________________ PARAFOUDRES BASSE TENSION

Tableau 1 – Distribution statistique


de l’amplitude du coup de foudre

Fréquence cumulée
Amplitude du coup
de foudre en kA
98 % 95 % 80 % 50 % 5 %

Premiers coups de 4 20 90
foudre négatifs

Coups de foudre 5 12 30
négatifs suivants

Éclairs positifs 5 35 250

Tableau 2 – Distribution statistique du temps


de queue du coup de foudre Figure 3 – Onde de courant de foudre normalisée

Fréquence cumulée
Temps de queue du coup l’usage courant fait de plus en plus apparaître « μs » associé à ces ondes. Ainsi on verra
de foudre en μs souvent dans les catalogues de parafoudre l’expression 8/20 μs ou 10/350 μs.
95 % 50 % 5 % De même l’onde 1,2/50 est une onde de tension dont le temps de montée à la valeur
maximale est 1,2 μs et la durée jusqu’à la mi-valeur en retombée 50 μs.
Premiers coups de foudre négatifs 30 75 200

Coups de foudre négatifs suivants

Éclairs positifs
7

25
32

200
140

2 000
2. Composants 5
On définit deux types de composants non linéaires utilisés dans
les parafoudres : les composants limiteurs et les composants
Nota : la foudre étant alors représentée par un générateur de tension, cela signifie que commutateurs. Ces termes sont peu parlants. On utilise souvent
c’est la tension qui est maintenant imposée et que le courant devient une conséquence les termes plus usuels de composants non linéaires dont le plus
de cette tension et des différentes impédances mises en jeu (ligne, parafoudre…). Par
connu est la varistance et de composants écrêteurs dont le plus
l’utilisation d’un parafoudre, il sera possible de diminuer cette tension jusqu’à un niveau
acceptable, et le courant généré sera plus faible qu’en cas de choc de foudre direct et connu est l’éclateur.
donc moins contraignant pour le parafoudre. Par contre, les surtensions induites sont
bien plus fréquentes que les chocs de foudre directs et indirects.
Dans le premier cas, la caractéristique courant-tension varie de
façon continue. Un exemple typique est celui des varistances à
Ce sont évidemment les chocs de foudre directs et indirects qui oxyde de zinc (ZnO) (figure 4). Le paramètre à prendre en compte
sont les plus sévères et donc qui sont dimensionnant pour les est le courant de foudre injecté et la réponse du composant à
parafoudres. cette contrainte. Dès que la surtension est passée, le courant du
Les principaux paramètres à prendre en compte pour la foudre réseau ne passe plus dans le composant.
sont l’amplitude crête Ιˆ de l’onde de choc, le temps de front tf et Dans le second cas, le paramètre à prendre en compte est la
le temps de queue tq. Les distributions statistiques des para- surtension de foudre. Face à cette contrainte, la caractéristique du
mètres tq et Ιˆ sont données dans les tableaux 1 et 2. Ces para- parafoudre varie brusquement. Un exemple typique est celui de
mètres sont définis pour des ondes de foudre normalisées comme l’éclateur (figure 4). Après passage de la surtension, il y a circula-
indiqué sur la figure 3. En effet, dans la réalité, les courants de tion du courant du réseau (appelé courant de suite) qui ne s’arrê-
foudre ont des formes bien plus complexes [2]. tera qu’en fonction de certaines conditions du réseau et des
caractéristiques de l’éclateur (éclateur auto-extinguible par
Nota : on définit également souvent la cxharge et l’énergie spécifique
exemple)
pour décrire une forme d’onde, mais ces deux paramètres sont évidemment
liés aux paramètres et tq.
Comme on peut le constater, ces deux types de composants ont
des comportements très différents et ne sont pas caractérisés par
Le temps de front tf et l’amplitude sont nécessaires pour la les mêmes paramètres. Ils vont donc être présentés séparément
détermination des surtensions (car elles dépendent principale- dans la suite. Il faut toutefois noter que certains composants
ment du di /dt de l’onde) alors que Ιˆ et tq servent à la détermina- solides (à base de silicium) sont du type limiteur alors que
tion de l’énergie (car l’énergie est en général négligeable sur le d’autres sont du type commutateur.
front de l’onde).
Les formes d’onde usuelles sont les ondes 8/20 et 10/350 pour
les chocs de courant et l’onde 1,2/50 pour les surtensions. L’onde 2.1 Varistances
8/20 est caractéristique des chocs de foudre induits ou lointains
alors que l’onde 10/350 est caractéristique des chocs de foudre Tous les paramètres caractérisant les parafoudres sont définis
directs ou proches. C’est cette dernière onde qui est utilisée pour en détail dans la section 2 de l’article [D4841].
tester les composants des SPF. Ce sont les composants de base de type limiteur. Il existe un
petit nombre de matériaux (à ce jour majoritairement l’oxyde de
Nota : une onde 8/20 (resp. 10/350) est une onde de courant dont le temps de montée
à la valeur maximale est 8 μs (resp. 10 μs) et la durée jusqu’à la mi-valeur en retombée zinc, ZnO, même si des travaux récents concernent le carbure de
20 μs (resp. 350 μs). Par définition une onde 8/20 ou 10/350 s’écrit sans « μs » mais silicium) qui possèdent une caractéristique courant-tension non

Copyright © – Techniques de l’Ingénieur – Tous droits réservés.


D 4 840v3 – 5

107
5

108
Référence Internet
D4841

Parafoudres basse tension


Description. Installation
par Alain ROUSSEAU
Ingénieur école centrale de Lyon
DEA de génie électrique
Président du Comité International de Normalisation Parafoudres (IEC SC37A)
Président SEFTIM, Vincennes, France

1. Installation des parafoudres basse tension.............................................. D 4 841v3 - 2


1.1 Installation sur les réseaux d’énergie........................................................ — 2
1.1.1 Coordination de deux parafoudres ................................................. — 4
1.1.2 Surtensions en mode différentiel .................................................... — 4
1.1.3 Distance entre le parafoudre et la ligne où il est raccordé............ — 5
1.1.4 Protection des parafoudres par déconnecteurs ............................. — 6
1.1.5 Coordination des déconnecteurs avec les appareils
de protection du réseau contre les contacts indirects, les surintensités

1.2
et les courts-circuits ....................................................................................
Autres applications .....................................................................................


8
9 5
2. Parafoudres pour réseaux d’énergie ......................................................... — 9
2.1 Descriptif...................................................................................................... — 9
2.2 Essais ........................................................................................................... — 9
2.3 Évolutions récentes..................................................................................... — 10
2.4 Choix des parafoudres................................................................................ — 13
3. Parafoudres pour autres installations....................................................... — 15
3.1 Descriptif...................................................................................................... — 15
3.2 Essais et choix des parafoudres ................................................................ — 17
4. Coordination entre les parafoudres pour réseaux d’énergie
et ceux pour d’autres installations............................................................ — 17
5. Exemple d’application ................................................................................ — 18
6. Conclusion ................................................................................................... — 21
7. Glossaire ...................................................................................................... — 21
Pour en savoir plus .............................................................................................. Doc. D 4 841v3

e premier article Parafoudres basse tension. Composants. Réseaux basse


L tension [D4840] a présenté les évolutions techniques et normatives
récentes dans le domaine de la protection contre les surtensions. La connais-
sance de ces éléments est nécessaire à la bonne compréhension des
mécanismes de choix et des règles d’installation des parafoudres qui sont pré-
sentés dans ce second article. En effet, les parafoudres actuels ont tiré parti de
ces évolutions et leurs caractéristiques permettent une amélioration de l’effica-
cité de la protection contre les surtensions. Les parafoudres assurent deux
fonctions principales : l’équipotentialité entre l’installation électrique et la
terre du bâtiment et la protection des équipements sensibles. Le parafoudre
d’équipotentialité est installé en tête de l’installation dans le bâtiment et vise à
éviter les amorçages et les incendies dans la structure. Les autres parafoudres
assurent la protection des équipements et sont localisés dans la structure non
loin des équipements à protéger. Les deux fonctions (équipotentialité et pro-
Parution : mai 2017

Copyright © – Techniques de l’Ingénieur – Tous droits réservés


D 4 841v3 – 1

109
Référence Internet
D4841

PARAFOUDRES BASSE TENSION ______________________________________________________________________________________________________

tection) du parafoudre sont directement liées aux caractéristiques des


composants qui forment la partie active. La description détaillée des compo-
sants utilisés et de leurs avantages et inconvénients est donnée dans [D4840].
Cependant, ces deux fonctions principales d’un parafoudre ont moins évolué
que les fonctions secondaires (indicateur de défaut du parafoudre, renvoi
d’état à distance, maîtrise de la fin de vie…) qui font désormais partie inté-
grante de la majorité des parafoudres basse tension. Ces fonctions ont parfois
pris plus d’importance que la protection elle-même dans le choix du
parafoudre.
On constate ces dernières années une accélération de la connaissance dans
le domaine des surtensions et des réseaux basse tension. L’état actuel des
connaissances dans ce domaine est présenté dans [D4840]. Parallèlement, il
faut aussi noter des progrès importants dans la technologie des parafoudres et
dans les moyens d’essais. Les parafoudres actuels n’ont plus grand chose à
voir avec les parafoudres de la génération précédente et notamment vis-à-vis
des fonctions additionnelles. Ils sont fiables, protègent mieux et supportent
des courants de foudre élevés. En outre, ils informent en permanence sur leur
état et signalent toute défaillance sans créer de problèmes à l’installation élec-
trique. Enfin, le besoin de connaître l’état des parafoudres à distance pousse à
développer des parafoudres communiquant connus sous le terme générique
anglais de « smart SPD (Surge Protective Device) ».
Les normes peinent à suivre des progrès aussi rapides et les guides d’appli-
cations qui aident à la compréhension de ces normes ont encore plus de

5
difficultés à être à jour. Les éléments de base décrits dans le présent article
sont des éléments valides en termes de physique des phénomènes mis en jeu,
indépendamment des évolutions normatives. Cependant, les projets de
normes les plus récents ont été pris en compte ; ils sont présentés dans le
premier article [D4840].

1. Installation des 1.1 Installation sur les réseaux d’énergie


parafoudres basse tension Les parafoudres sont installés en fonction des différents
régimes de neutre. Le tableau 1 correspond à l’implantation de
parafoudres à l’entrée de l’installation et les parafoudres situés en
On parle généralement de « parafoudres » tout court quand on aval peuvent ou non également être installés conformément au
veut mentionner les parafoudres basse tension (BT) car ils sont tableau 1. Ainsi, par exemple, il est possible pour un régime TT,
les plus nombreux dans les installations. Les parafoudres des de ne protéger qu’en mode différentiel, c’est-à-dire entre phase et
autres réseaux sont alors nommés en fonction de leur utilisation neutre, en aval du parafoudre installé en tête d’installation.
comme par exemple parafoudre haute tension ou parafoudre télé-
com. En anglais un parafoudre haute tension est dénommé L’installation en régime TT, TNS et IT (cf. § 3.1 de [D4840]) peut
« surge arrester » alors qu’un parafoudre basse tension est se faire suivant deux schémas. L’un est le schéma qui était princi-
dénommé « surge protective device ». Il est à noter que des palement utilisé en France jusqu’il y a quelques années. Il sera
termes anciens comme parasurtenseur ou encore parasurtension nommé dans cet article, par analogie avec le nouveau schéma,
sont utilisés dans le langage courant pour séparer la fonction schéma 2+0 en monophasé et 4+0 en triphasé avec neutre. Dans
d’équipotentialité de la fonction de protection. Il s’agit là de pra- ce schéma chaque conducteur actif (c’est-à-dire phase ou neutre)
tiques qui ne sont pas normalisées. Ces dispositifs sont tous des est relié à la terre (conducteur vert-jaune PE) par un parafoudre.
parafoudres et on rencontre également des parafoudres ayant les Dans le nouveau schéma introduit depuis quelques années et qui
deux fonctions de protection et d’équipotentialité. tend désormais à être le plus fréquent, appelé schéma 1+1 en
Quand le parafoudre doit prendre en compte des courants de monophasé et 3+1 en triphasé, tous les conducteurs de phase
foudre partiels (installation protégée par un Système de Protec- sont reliés au neutre par un parafoudre, le neutre étant à son tour
tion Foudre (SPF) ou choc de foudre sur la dernière portée d’un relié à la terre par un parafoudre. Ces schémas sont présentés sur
réseau basse tension aérien) le parafoudre de tête doit être de la figure 1. La protection de mode commun (entre conducteurs
Type 1, c’est-à-dire testé avec une onde de courant de foudre actifs et terre) assure principalement la sécurité de l’installation.
direct de forme 10/350. Quand ce n’est pas le cas, le parafoudre de C’est la protection attendue généralement par le parafoudre
tête est de Type 2, c’est-à-dire testé avec une onde de forme 8/20 d’équipotentialité installé en tête d’installation. La plupart des
représentant les surtensions induites ou les chocs de foudre loin- équipements de l’installation sont plus sensibles entre phase et
tains. Sauf exception, les autres parafoudres dans l’installation neutre, là où se trouvent les circuits des équipements. La protec-
doivent être de Type 2 (une exception étant, par exemple, quand tion de mode commun est donc inadaptée pour réaliser leur pro-
une installation de toiture est raccordée à un conducteur du SPF. tection et elle n’assure qu’une fonction de protection au niveau de
Alors dans ce cas le parafoudre protégeant cette installation doit l’isolement des équipements, qui est généralement bien plus
être de Type 1 afin d’assurer l’équipotentialité entre l’installation grand que la tenue en mode différentiel. Avec le schéma 3+1 (cas
et le SPF). d’un réseau triphasé plus neutre) on protège à la fois là où l’équi-

Copyright © – Techniques de l’Ingénieur – Tous droits réservés


D 4 841v3 – 2

110
Référence Internet
D4841

_______________________________________________________________________________________________________ PARAFOUDRES BASSE TENSION

pement est sensible (entre phase et neutre) et on assure la protec-


tion de l’isolement entre conducteurs actifs et terre. Cependant, si
la protection entre neutre et terre est réalisée par un seul compo-
sant de protection, la protection entre phase et terre est constituée
de deux composants en série : entre phase et neutre puis entre
neutre et terre.
Il est à noter que le niveau de protection d’un tel parafoudre
entre phase et terre n’est pas forcément donné sur la plaque
signalétique du parafoudre ou sur sa fiche technique. En absence
de donnée fournie par le constructeur on doit considérer que le
niveau de protection entre phase et terre est la somme des
niveaux de protection entre phase et neutre et entre neutre et
terre. Ce niveau peut être supérieur à ce que supporte l’équipe-
ment à protéger et peut donc ne pas convenir.
Pour rappel : le niveau de protection d’un parafoudre est la ten-
sion maximale à ses bornes, dans certaines conditions d’essais,
en kilovolts. Plus le niveau de protection est élevé et moins la pro-
tection est bonne.
Dans le tableau 1, pour les schémas 2+0 et 4+0 le parafoudre
entre conducteurs actifs et terre est obligatoire en tête d’installa-
tion pour assurer la sécurité de celle-ci (c’est le sens du terme
« Oui » utilisé dans ce tableau 1). Pour les autres parafoudres de
l’installation le mode de protection indiqué par « Oui » peut ne
pas être utilisé en fonction de la protection recherchée. Dans la
plupart des cas, la grosse partie des surtensions entrantes dans
l’installation est traitée par le parafoudre de tête et dès lors la

5
contrainte de mode commun pour les parafoudres avals est bien
plus faible. Il est souvent d’usage d’utiliser un parafoudre de
Figure 1 – Différents schémas utilisés pour les régimes TT, TNS et IT
mode commun en tête d’installation et un parafoudre apportant
une protection de mode commun et différentiel dans le reste de
l’installation. Un parafoudre n’apportant qu’une protection de
point en entrée d’installation. Plus on s’éloigne de l’entrée de
mode commun, installé en aval du parafoudre de tête serait la
plupart du temps peu efficace pour protéger les équipements. l’installation plus la différence de potentiel entre neutre et PE peut
devenir grande si un conducteur est le siège d’une impulsion de
L’utilisation du schéma 1+1 et 3+1 permet de ne pas se poser la courant et que l’autre n’est pas affecté. Il est donc également
question puisque la protection de mode différentiel est alors tou- nécessaire de mettre en place un parafoudre entre neutre et PE
jours présente. dès lors que la distance dépasse 50 cm, et donc en pratique quand
Pour les schémas 2+0 et 4+0 le mode de protection différentiel le parafoudre n’est pas installé dans le tableau électrique où se
n’est pas obligatoire en tête d’installation mais le terme « sens. » trouve le point commun entre neutre et PE. C’est le sens du terme
(tableau 1) indique alors qu’il est utile pour protéger les matériels « > 50 cm » (tableau 1).
sensibles situé dans l’installation ou même en tête de celle-ci. Les parafoudres doivent toujours être installés le plus près pos-
Dans le cas particulier du schéma TNS, le neutre et le PE sible du matériel à protéger. Un parafoudre disposé en tête d’ins-
(conducteur de protection) sont séparés mais reliés au même tallation ne protège pas toute l’installation, mais permet

Tableau 1 – Installation des parafoudres sur les réseaux d’énergie

Régime de neutre (voir [D4840])

IT sans neutre
TT TNC TNS IT avec neutre distribué
Installation du parafoudre distribué
entre
Schéma d’installation Schéma d’installation Schéma d’installation

2+0 4+0 1+1 3+1 2+0 4+0 1+1 3+1 2+0 4+0 1+1 3+1

Conducteur de phase Oui Oui Oui Oui


et conducteur PE

Conducteur de neutre Oui Oui Oui Oui Oui Oui


et conducteur PE

Conducteur de phase Sens. Oui > 50 cm Oui Sens. Oui


et conducteur de neutre

Conducteur de phase et Oui


conducteur PEN

Copyright © – Techniques de l’Ingénieur – Tous droits réservés.


D 4 841v3 – 3

111
Référence Internet
D4841

PARAFOUDRES BASSE TENSION ______________________________________________________________________________________________________

contraire, il est possible que la majorité du courant de foudre inci-


dent s’écoule dans le second parafoudre et non dans le para-
foudre de tête [5][13].
Cela est dommageable à plusieurs titres. D’une part, le choc de
foudre circule dans l’installation, pouvant y créer des surtensions
par induction : la protection CEM n’est plus assurée. D’autre part,
le second parafoudre n’est, en général, pas dimensionné pour
supporter des chocs de foudre d’amplitude élevée et il risque
d’être détérioré, alors que le parafoudre de tête sera intact. Il est
également probable que l’équipement ne soit pas protégé et qu’il
soit détruit par cette surtension.
Parafoudre à varistance ZnO
de niveau de protection Up 1,2 kV Comme la coordination entre deux parafoudres peut être com-
plexe à étudier, elle est souvent minimisée voire ignorée dans les
installations. Elle peut se faire par des simulations mais ceci
impose de bien connaître les paramètres du réseau et également
les caractéristiques réelles de parafoudres (courbe réelle et pas les
quelques points extrêmes indiqués dans la documentation des
parafoudres).
Une autre méthode consiste à réaliser en laboratoire le mon-
tage réel de l’installation et à injecter le courant de tenue du para-
foudre de tête et vérifier que le second parafoudre n’est pas
détruit. Ce phénomène est décrit en détail dans la norme IEC
61643-12 et sa version européenne CLC TS 61643-12.
En général, il est recommandé de suivre les indications du
constructeur de parafoudres en ce qui concerne la coordination.
Des distances minimales entre parafoudres (ou des valeurs

5
d’inductance de découplage équivalentes en partant de l’hypo-
Figure 2 – Doublement de tension après une distance de 10 m thèse communément admise qu’un mètre de conducteur est équi-
valent à 1 μH) sont ainsi indiquées. Ceci impose évidemment de
ne retenir qu’un seul constructeur pour les parafoudres d’un cir-
seulement de dériver à la terre la plus grande partie de l’énergie cuit protégé.
incidente et d’éviter ainsi de trop contraindre les matériels en Pendant très longtemps la coordination entre parafoudres rési-
aval. De plus, on évite ainsi la circulation de courant de foudre dait uniquement en une coordination énergétique. Pour peu que
dans l’installation et donc, les problèmes de compatibilité électro- le parafoudre en aval du parafoudre de tête ne casse pas, la situa-
magnétique (CEM) qui y sont liés. tion était considérée comme satisfaisante. Cependant, comme l’a
Par ailleurs, les courbes u = f(i) des parafoudres à varistance montré [D4840], pour certaines technologies de parafoudre, la ten-
sont tellement plates que l’injection d’une onde de courant de sion augmente avec le courant. Dès lors que l’on dépasse le cou-
foudre normalisée (8/20, par exemple) va créer une onde de ten- rant nominal de décharge d’un parafoudre de Type 2, la tension
sion aux bornes du parafoudre comme celle décrite à la figure 2. peut dépasser le niveau de protection garanti Up. Donc il ne suffit
Cette onde de tension peut générer, dans le réseau aval constitué pas que la coordination énergétique soit obtenue, encore faut-il
d’inductances (les câbles) et de capacités (l’appareillage), des que la coordination en niveau de protection soit obtenue, c’est-à-
oscillations qui peuvent, après une dizaines de mètres, atteindre dire que le niveau de tension au niveau du second parafoudre
deux fois le niveau de protection du parafoudre. reste en dessous de son niveau de protection Up.
Il est à noter que pour les parafoudres deux ports, la tension de On peut même aller plus loin. Si la coordination est bonne, on
sortie est généralement à front bien plus lent que pour un para- peut avoir au niveau du parafoudre aval, un courant bien plus
foudre un port. En conséquence, les oscillations ne sont excitées petit que et donc une tension plus faible que le niveau de pro-
que pour des longueurs de circuit plus longues et on considère [3] tection Up. Cette technique tend à se répandre et doit se baser
que l’on peut protéger efficacement pour des distances en aval du sur les moyens de calcul proposés par le constructeur des deux
parafoudre de 50 m au moins, ce qui est un avantage évident des parafoudres. On obtient ainsi des niveaux de protection très bons
parafoudres 2 ports. Ils sont d’ailleurs très populaires en Asie. grâce à une cascade à deux ou même trois parafoudres alors qu’il
Cependant, leur désavantage est leur taille qui est proportionnelle serait difficile de trouver sur le marché des niveaux de protection
au courant de charge de l’installation. En amont, d’une installation aussi bas. Sur la base de cette approche on obtient des probabili-
importante un parafoudre deux ports peut représenter une tés de protection (voir [D4840]) PSPD bien meilleure que les
armoire alors qu’un parafoudre un port sera généralement intégré valeurs standards proposées par la norme NF EN 62305-2.
sur un rail Din dans un tableau électrique existant.
1.1.2 Surtensions en mode différentiel
Il est donc clair que la distance de protection d’un para- Dans le cas du régime TT, un autre phénomène peut se pro-
foudre est relativement faible et qu’un parafoudre ne protège duire qui correspond à l’apparition d’une surtension de mode dif-
pas une installation mais un équipement. férentiel (entre phase et neutre), même quand une protection de
mode commun est présente (entre phase ou neutre et terre).
1.1.1 Coordination de deux parafoudres Dans ces réseaux (figure 3) le neutre du transformateur est relié
à une terre qui est généralement faible (5 Ω typiquement). Si la
Dans le cas où la distance entre le parafoudre de tête et le maté- valeur de la prise de terre de l’installation est, par contre, élevée
riel sensible est trop grande, ou lorsque le niveau de protection du (30 à 100 Ω), on va assister à la circulation préférentielle du cou-
parafoudre de tête est trop haut, il convient d’installer un autre rant de foudre depuis la phase via le parafoudre de phase jusqu’à
parafoudre près de ce matériel sensible. Dans ce cas, les deux la prise de terre et, de là, vers le neutre via le parafoudre de
parafoudres doivent être coordonnés. En effet, dans le cas neutre. On a donc, dans le pire des cas, une tension entre phase

Copyright © – Techniques de l’Ingénieur – Tous droits réservés


D 4 841v3 – 4

112
Référence Internet
D4841

_______________________________________________________________________________________________________ PARAFOUDRES BASSE TENSION

Figure 3 – Surtension générée en mode différentiel

et neutre qui est égale à la somme du niveau de protection de


chacun des parafoudres de mode commun, soit, en général, deux
fois le niveau de protection. Cela justifie la nécessité de l’installa-
tion de parafoudres entre phase et neutre pour le régime TT.
Des phénomènes similaires peuvent aussi se produire en ℓ1
régime TNS, dès que la distance entre le point commun PE-neutre
et le parafoudre dépasse une dizaine de mètres. On considère

5
même aujourd’hui que dès lors que cette distance est supérieure
à 50 cm un second parafoudre est nécessaire. Autant dire que si le
point commun n’est pas dans le tableau électrique où le para- ℓ1 et ℓ2
foudre est installé, le parafoudre neutre-PE est nécessaire.
ℓ2

1.1.3 Distance entre le parafoudre et la ligne où il


est raccordé
La distance entre les bornes du parafoudre et les conducteurs
(longueurs de la figure 4a) doit être aussi la plus courte possible
sans dépasser 50 cm au total. En effet, le passage du courant de
foudre dans les conducteurs de raccordement va créer une chute Figure 4 – Distance entre le parafoudre et la ligne où il est raccordé
de potentiel inductive en série avec le parafoudre qui va donc
s’ajouter au niveau de protection du parafoudre.
de tension Up 2 kV ne devra pas être câblé avec des conducteurs
Exemple de plus de 50 cm au total.
En général, on considère que l’on a une inductance L de 1 μH par Dans un tableau électrique de grande taille il peut sembler diffi-
mètre de conducteur. Cela veut donc dire que, si la longueur totale cile d’obtenir cette longueur maximale de 50 cm. Il y alors plu-
des conducteurs de raccordement est de 1 m, on aura, pour un cou- sieurs solutions possibles.
rant de 10 kA ayant un front de 10 μs circulant dans le parafoudre,
une différence de potentiel de : La première consiste à utiliser un parafoudre avec un niveau de
protection plus petit que celui demandé. Ainsi dans l’exemple pré-
cédent, si un parafoudre de tension Up 1,5 kV est utilisé, une
marge supplémentaire de 500 V est obtenue. Celle-ci correspond à
Cette tension vient s’ajouter au niveau de protection du parafoudre. 50 cm supplémentaire (sur la base des 1 kV/m calculés précédem-
Cette valeur de 1 kV/m de chute de potentiel dans les conducteurs de ment). On peut donc câbler le parafoudre avec des conducteurs
liaisons du parafoudre est celle qui est considérée dans les normes de 1 m au maximum. Bien évidemment c’est un maximum. Plus
quel que soit le parafoudre. cette distance est courte, meilleure est la protection.
Il est aussi possible de réduire cet effet en installant le para-
Les éventuelles chutes de potentiel dans les autres éléments en foudre conformément à la figure 4b. C’est ce qu’on appelle le
série avec le parafoudre (déconnecteur, par exemple) doivent schéma en « V ». Celui-ci peut s’appliquer des deux côtés
aussi être prises en compte. En général cette chute de potentiel (conducteurs actifs et borne de terre) mais assez souvent c’est du
est négligeable mais elle peut atteindre quelques centaines de côté de la ligne que ce schéma s’applique. La longueur de conduc-
volts pour certaines technologies. Pour cette raison, la distance teur prise en compte est alors de 0 cm du côté où le schéma en
entre parafoudre et conducteurs doit être la plus courte possible « V » est utilisé permettant de réduire la longueur totale.
(en général, on demande 50 cm comme longueur totale et cette
valeur est même imposée dans les normes les plus récentes). Ces La figure 5 présente un parafoudre où les longueurs de câblage
50 cm sont adaptés à une marge de 20 % entre le niveau de tenue sont réduites (déconnecteur intégré, câblage en « V » et longueur
Uw en kV de l’équipement et le niveau de protection du para- de conducteur PE réduite).
foudre Up en kV. Ainsi pour un équipement standard du réseau On peut également utiliser une borne de terre intermédiaire
230/400 V qui a une tenue de 2,5 kV, le niveau de protection Up ne comme représenté à la figure 6. Le parafoudre et son déconnec-
doit pas dépasser 2 kV (20 % de moins que 2,5 kV). Un parafoudre teur éventuel sont positionnés en haut du tableau pour minimiser

Copyright © – Techniques de l’Ingénieur – Tous droits réservés.


D 4 841v3 – 5

113
5

114
Référence Internet
D4600

Postes à moyenne tension


par Georges VALENTIN
Ingénieur EEIP
EDF-GDF Services technique électricité. Réseaux et services
René FONDEUR
Ingénieur ENSI-Caen
Société Forclum, direction technique
Bernard JOYEUX-BOUILLON
Ingénieur IEG (Institut polytechnique de Grenoble)
Directeur technique Appareillage et Équipements moyenne tension. GEC-Alsthom
et Jean-Claude TURPAIN
Ingénieur IEG (Institut polytechnique de Grenoble)
Responsable marketing. Domaine d’activités stratégiques Transport et Distribution. Groupe
Schneider.

1. Terminologie.............................................................................................. D 4 600 - 2
2. Fonctionnalités des postes rencontrés sur les réseaux HTA....... — 3
2.1 Réseaux de distribution publique .............................................................. — 3

5
2.2 Réseaux privés............................................................................................. — 4
3. Aspects économiques............................................................................. — 4
3.1 Réseaux publics ........................................................................................... — 4
3.2 Réseaux privés............................................................................................. — 5
4. Besoins et contraintes formalisés dans un cahier des charges . — 5
4.1 Généralités ................................................................................................... — 5
4.2 Besoins et qualité pour l’alimentation des usages particuliers de
l’électricité — 5
4.3 Maintenabilité .............................................................................................. — 5
4.4 Exploitation .................................................................................................. — 6
4.5 Contraintes d’installation et d’environnement.......................................... — 6
4.6 Normes et réglementation.......................................................................... — 6
5. Postes de distribution publique. Structures et schémas ............. — 7
5.1 Postes sources ............................................................................................. — 7
5.2 Postes HTA de structure.............................................................................. — 9
5.3 Postes HTA/BT ............................................................................................. — 11
6. Postes privés. Structures et schémas................................................ — 13
6.1 Structures sources....................................................................................... — 13
6.2 Structures de distribution ........................................................................... — 15
6.3 Fonctions de contrôle et de surveillance ................................................... — 15
7. Technique des postes HTA .................................................................... — 16
7.1 Généralités sur les tableaux HTA ............................................................... — 16
7.2 Tableaux de disjoncteurs HTA à double sectionnement pour poste
source de distribution publique — 18
7.3 Tableaux de disjoncteurs HTA à double sectionnement pour les réseaux
privés — 21
7.4 Tableaux de disjoncteurs HTA à simple sectionnement........................... — 21
7.5 Tableaux interrupteurs HTA pour postes HTA/HTA et HTA/BT ............... — 21
7.6 Postes HTA de structure en zones rurales ................................................. — 25
7.7 Choix des matériels ..................................................................................... — 26
8. Réalisation des postes HTA................................................................... — 26
8.1 Relais de protection et leurs évolutions .................................................... — 26
8.2 Installation des postes HTA ........................................................................ — 27
Parution : septembre 1996

9. Conclusions ............................................................................................... — 28
Pour en savoir plus........................................................................................... Doc. D 4 601

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Génie électrique D 4 600 − 1

115
Référence Internet
D4600

POSTES À MOYENNE TENSION ___________________________________________________________________________________________________________

n poste à moyenne tension est un ouvrage placé à un nœud d’un réseau,


U qui regroupe un ensemble d’équipements destiné à en assurer la protection
et faciliter l’exploitation. Les réseaux à moyenne tension sont maintenant, pour
la plupart, réalisés en câbles souterrains ; de ce fait, les seules interventions
d’exploitation possibles ne peuvent se faire qu’à partir des postes, d’où l’impor-
tance grandissante de ces ouvrages. Les postes à moyenne tension abritent de
plus en plus d’appareillages qui apportent de nouvelles fonctions nécessaires
à une exploitation mieux contrôlée, voire automatisée.
Le présent article ne traite que des installations à courant alternatif triphasé.
Dans le texte, les appellations haute tension et moyenne tension, utilisées dans
le langage courant, sont employées. Par contre, les abréviations sont celles
définies dans l’arrêté technique du 2 avril 1991, en l’occurrence HTB pour les
tensions supérieures à 50 kV (haute tension) et HTA pour les tensions comprises
entre 1 et 50 kV (moyenne tension).
L’article s’adresse :
— aux concepteurs, installateurs, exploitants de postes publics ou privés ;
— aux techniciens et ingénieurs du domaine Génie électrique.
Il décrit les fonctionnalités des postes rencontrés sur les réseaux HTA, la
terminologie et les normes, les aspects économiques, les besoins et contraintes
formalisés dans un cahier des charges, les structures et schémas des postes de
distribution publique, les structures et schémas des postes privés et la technique
et la réalisation des postes HTA.

5
1. Terminologie ■ Poste d’interconnexion privé : poste de structure d’un réseau
de distribution privé permettant des manœuvres de réalimentation
puis la recherche et l’élimination des défauts.
■ Réseau de transport : réseau HTB qui assure la liaison entre les ■ Poste de distribution privé : poste HTA raccordé sur le réseau
centrales de production et les postes de transformation qui de distribution privé.
alimentent le réseau de distribution HTA.
■ Tableau à moyenne tension ou simplement, tableau :
■ Réseau de distribution publique : réseau HTA ou BT (basse ensemble d’appareillages HTA (disjoncteurs ou interrupteurs ou
tension) qui assure l’alimentation directe de la clientèle courante du sectionneurs sous enveloppe métallique, que l’on trouve dans tous
distributeur. les types de postes évoqués ci-dessus. La définition de ces appareil-
lages et leur fonction est donnée ci-après.
■ Réseau privé : réseau interne à une installation industrielle ou
tertiaire nécessitant une puissance importante. ■ Rame (dénomination EDF) : deux tableaux de disjoncteurs HTA
embrochables sur jeux de barres dans un poste source (figure 2).
■ Structure source : structure de réseau, comportant des postes Chacun des tableaux, formant une demi-rame, comporte un disjonc-
sources (de livraison ou/et de centrale électrique) et des postes de teur arrivée transformateur, une cellule sectionnement, douze
distribution. disjoncteurs départ, deux disjoncteurs shunt, un disjoncteur de
■ Structure de distribution privée : structure de réseau HTA et protection des gradins de condensateurs et une cellule transforma-
BT interne à des installations industrielle ou tertiaire. teur de potentiel.

■ Poste source : nœud du réseau de transport et point de transfor- ■ Source autonome de production : installation de production
mation de la HTB vers la HTA du réseau de distribution publique chez électrique pouvant satisfaire les besoins d’un réseau de distribution
le distributeur ; il est équivalent au poste de centrale électrique dans privé sans être nécessairement connecté au réseau du
une installation privée. concessionnaire.

■ Poste de structure : nœud fonctionnel du réseau HTA qui ■ Cellule : terme général désignant un appareil, disjoncteur ou
permet aux exploitants des reprises d’alimentation en cas de défaut interrupteur, sous enveloppe métallique et ses moyens de raccorde-
ou de travaux sur une artère. ment au réseau.

■ Poste de distribution publique : poste de transformation ■ Unité fonctionnelle : partie élémentaire d’un ensemble d’appa-
HTA /BT du distributeur alimentant le réseau BT de distribution reillages assurant des fonctions simples (§ 5.1.3).
publique. ■ Le disjoncteur et l’interrupteur sont des appareils capables
■ Poste de livraison ou poste client : point d’interconnexion d’établir, de supporter ou d’interrompre des courants dans les
entre le réseau du distributeur et un réseau de distribution privé. conditions normales des circuits (courant de charge), ainsi que
d’établir et de supporter des courants de court-circuit. Un disjoncteur
■ Poste de centrale électrique : point d’injection d’une centrale est capable de couper tous les courants de court-circuit (valeurs
de production électrique sur un réseau de structure source, dans typiques du courant maximal de court-circuit d’une installation : 10
une installation privée. à 50 kA) ; un interrupteur ne coupe des courants de court-circuit que
de valeurs très faibles (typiquement 500 à 1 500 A en coordination
avec des fusibles).

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
D 4 600 − 2 © Techniques de l’Ingénieur, traité Génie électrique

116
Référence Internet
D4600

___________________________________________________________________________________________________________ POSTES À MOYENNE TENSION

■ Le sectionneur assure en position d’ouverture une distance Nous ne mentionnerons pas, dans cet article, les appareils à
d’isolation, de sectionnement ; il a donc une tenue diélectrique au moyenne tension spécifiques des réseaux aériens tels que les inter-
franchissement supérieure au niveau d’isolement général d’une rupteurs aériens télécommandés ou non. Ils ne font pas à propre-
installation. ment parler partie de la catégorie des postes à moyenne tension,
bien que certaines des technologies qu’ils utilisent rappellent de plus
■ L’interrupteur-sectionneur est un interrupteur qui, dans sa en plus celles des postes à moyenne tension. Quelques éléments
position d’ouverture, satisfait aux conditions d’isolement spécifiées concernant ces matériels sont donnés dans l’article [D 4 220]
pour un sectionneur. Réseaux de distribution. Conception et dimensionnement [1].
■ Le sectionneur de terre est utilisé pour mettre en court-circuit
et à la terre les parties d’un circuit. Il est capable de supporter et,
lorsque c’est spécifié, de fermer les courants de court-circuit ; mais 2.1 Réseaux de distribution publique
il n’est pas prévu pour supporter du courant en régime permanent.
■ Les normes suivantes, concernant les installations privées, sont On trouve sur les réseaux de distribution publique divers types
applicables : de poste à moyenne tension. Chacun de ces postes joue un rôle
différent. On peut classer ainsi les postes par rapport aux fonctions
— NF C 15-100 installations électriques BT ;
qu’ils assurent.
— NF C 13-100 postes de livraison établis à l’intérieur d’un bâti-
ment et alimentés par un réseau de distribution
publique de deuxième catégorie (HTA) ;
— NF C 13-200 installations électriques à haute tension ; 2.1.1 Postes sources HTB/HTA
ainsi que le décretno 88-1056 avec la circulaire DRT 89-2 (ministère Les postes HTB/HTA alimentent et protègent le réseau HTA (§ 5.1) ;
du Travail et de l’Agriculture) avec les arrêtés correspondants. ils assurent l’abaissement de la tension et l’alimentation du réseau
HTA, en le protégeant par des disjoncteurs.

2. Fonctionnalités 2.1.2 Postes HTA de structure


des postes rencontrés
sur les réseaux HTA
Les postes HTA de structure permettent l’exploitation du réseau
HTA. Ils sont placés dans le réseau et abritent des appareils de
coupure servant à fractionner les artères en tronçon pour faciliter
5
la recherche des défauts et permettre les isolements nécessaires à
certaines opérations d’exploitation.
Sur le réseau de distribution électrique français, la valeur prédo-
Parmi les postes HTA de structure, on cite ceux qui suivent, dont
minante de la tension HTA est de 20 kV. D’une façon générale, il est
la description est donnée au paragraphe 5.2.
fait une distinction entre les réseaux de distribution publique et les
réseaux propres aux utilisateurs privés (figure 1). ■ Les postes d’étoilement HTA /HTA permettent, à partir d’une
artère, de créer plusieurs extensions qui peuvent être isolées sépa-
rément par des interrupteurs-sectionneurs.
■ Les armoires de tronçonnement [armoires de coupure
manuelle (ACM)] renferment un interrupteur-sectionneur
permettant, pour un coût minime, de tronçonner une artère en deux.
■ Les armoires de tronçonnement et de dérivation [armoire de
coupure manuelle avec dérivation (ACMD)] permettent, en adjoi-
gnant à l’armoire précédente une dérivation séparable, de créer une
extension à partir du réseau principal avec une bonne souplesse
d’exploitation.
■ Les armoires de tronçonnement et de dérivation [armoire de
coupure à 3 commandes manuelles (AC3M)] sont semblables aux
armoires précédentes et comprennent trois interrupteurs-section-
neurs, deux sur l’artère principale et un pour pouvoir isoler la
dérivation.
■ Les postes de tronçonnement et de dérivation télé-
commandés permettent le tronçonnement télécommandé d’une
artère, depuis un point central. Ils abritent des appareils motorisés
que l’on appelle organes de manœuvre télécommandés (OMT).
Parmi les OMT, on peut citer :
— l’interrupteur de poste télécommandé (IPT) ; on le trouve
nécessairement dans un poste HTA/BT, en général sur le réseau
souterrain ;
— l’armoire de tronçonnement avec action à distance ; cette
armoire de coupure télécommandée (ACT) est équivalente à l’ACM,
mais avec télécommande de l’interrupteur ;
— l’armoire de tronçonnement avec action à distance et
dérivation ; cette armoire de coupure télécommandée à 3 directions
Figure 1 – Distinction entre réseaux de distribution publique (AC3T) est équivalente à l’AC3M, mais avec la télécommande des
et réseaux privés interrupteurs ;

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Génie électrique D 4 600 − 3

117
Référence Internet
D4600

POSTES À MOYENNE TENSION ___________________________________________________________________________________________________________

— le disjoncteur réenclencheur en réseau (DRR) ; on le trouve • des liaisons électriques,


sur le réseau aérien ou le réseau souterrain en amont d’un réseau • des équipements d’interconnexion entre les sources de
aérien ; il permet de déporter dans le réseau les automatismes de courant constitués par des tableaux et les liaisons électriques ;
protection et de réenclenchement qui sont ceux d’un disjoncteur — une structure de distribution, alimentée depuis l’installation
de poste source. source, et comprenant :
• des liaisons,
• des tableaux de distribution,
2.1.3 Poste HTA/BT • les transformateurs HTA/HTA ou HTA/BT eux-mêmes alimen-
tés depuis les tableaux de distribution.
Les postes HTA/BT assurent l’alimentation et la protection du
réseau BT (§ 5.3). On rencontre deux types principaux : ■ On définit ainsi une hiérarchie des équipements électriques
comportant :
■ Les postes HTA /BT sur réseaux aériens sont très majoritaire- — des postes de la structure source, raccordés aux sources de
ment représentés par les transformateurs sur poteau sans appareil courant ou assurant l’interconnexion entre ces sources, équipés
de coupure sur la HTA. d’appareils de coupure (disjoncteurs) asservis à des protections élec-
triques assurant une sélectivité correcte avec les protections propres
■ Les postes HTA/BT sur réseaux souterrains sont majoritaire-
aux sources de courant ;
ment représentés par les postes en cabine avec deux interrupteurs-
— des postes de la structure de distribution alimentant les circuits
sectionneurs HTA pour manœuvrer sur l’artère et un interrupteur-
d’utilisation par l’intermédiaire de transformateurs eux-mêmes
fusible en protection du transformateur.
généralement protégés par des fusibles.
■ Ces équipements sont reliés par des canalisations électriques
2.2 Réseaux privés que l’on peut également classer par ordre d’importance et qui
comprennent :
Ils assurent la répartition de l’énergie électrique entre les différents — des liaisons d’alimentation et d’interconnexion des postes de
points d’utilisation d’une installation industrielle ou tertiaire néces- la structure source, dimensionnées en fonction des puissances à
sitant une puissance importante. transporter et des courants de court-circuit susceptibles d’apparaître
dans les conditions les plus défavorables (elles peuvent éventuelle-

5 ■ Dans le cas le plus général, leur alimentation est réalisée sépa-


rément ou simultanément (figure 1) :
— par un réseau de distribution publique, par l’intermédiaire d’un
ment être doublées par sécurité) ;
— des liaisons de distribution alimentant les tableaux de distribu-
tion depuis les tableaux sources.
poste de livraison ;
— par une source autonome d’énergie (centrale électrique).
L’énergie électrique est normalement fournie par le réseau de
distribution publique, les sources autonomes de production étant 3. Aspects économiques
généralement utilisées en secours ou en appoint. Cependant, sous
certaines conditions, les excédents d’énergie fournis par les sources
autonomes de production peuvent être absorbés par le réseau de Les postes jouent un rôle majeur dans la conception d’un réseau,
distribution publique. public ou privé. De leur bonne adéquation et de leur fonctionnement
Les réseaux privés sont peu étendus et, de ce fait, leur impédance dépend largement la fiabilité de ce réseau. C’est sur les postes que
propre étant faible, les courants de court-circuit aux différents point vont se concentrer bien souvent les frais et charges d’entretien du
d’utilisation sont très voisins de celui de la source de courant qui réseau ; il convient donc d’en tenir compte pendant leur conception
les alimente. Pour cette raison ils ne sont pas maillés. et leur réalisation.
Les éléments qui les constituent (jeux de barres, liaisons en câbles,
etc.) peuvent éventuellement être doublés pour réaliser des
systèmes redondants améliorant le taux de disponibilité de l’installa- 3.1 Réseaux publics
tion. Les coûts d’investissement correspondants sont alors plus
élevés et la recherche de la solution optimale nécessite éventuelle-
ment une étude de fiabilité prenant en compte les risques de Le but recherché par le distributeur est d’améliorer la qualité de
défaillances et les opérations de maintenance. fourniture de l’électricité à la clientèle, au moindre coût.
La présence d’une source autonome de production peut engendrer ■ Des études technico-économiques sont menées au niveau
des courants de court-circuit très différents selon que l’installation national, pour définir les grandes orientations en terme de concep-
est alimentée : tion des réseaux (structures, nouveaux matériels à développer, etc.).
— par le réseau de distribution publique seul ; Dans ce cadre, le développement de matériels achetés en quantité
— par la source autonome de production seule ; avec un coût total élevé fait de plus en plus l’objet d’une démarche
— par les deux couplés en parallèle. d’analyse de la valeur (analyse fonctionnelle, prise en compte du coût
D’une façon générale, ces installations sont réalisées en fonction global d’une installation et pas seulement de son coût d’achat) et
des dispositions architecturales des bâtiments et des locaux qu’elles d’études de fiabilité.
desservent et adaptées aux besoins de l’utilisateur. Les seules règles
■ Au niveau local, pour décider du mode d’alimentation de clients
à respecter en la matière sont celles imposées par les normes et la
ou du renouvellement d’un ouvrage, on compare plusieurs solutions
réglementation en vigueur.
techniques qui répondent au problème posé sur une période donnée
■ Il est néanmoins recommandé de concevoir et de réaliser ces ins- correspondant généralement à leur durée de vie. Dans certains cas
tallations à partir d’une structure logique (figure 1), qui fait (raccordement d’un simple client BT par exemple), la solution tech-
apparaître : nique à mettre en œuvre est suffisamment évidente pour ne pas
— une structure source comprenant : nécessiter d’étude technico-économique.
• les sources de courant (poste de livraison, postes de centrale
électrique),

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
D 4 600 − 4 © Techniques de l’Ingénieur, traité Génie électrique

118
Référence Internet
D4600

___________________________________________________________________________________________________________ POSTES À MOYENNE TENSION

3.2 Réseaux privés ● Les caractéristiques du réseau d’alimentation à prendre en


compte sont :
— le niveau de tension ;
L’étude technique d’un réseau privé est toujours associée à une — la qualité de la fourniture (variations de tension, coupures
étude économique permettant d’évaluer l’investissement et, éven- brèves ou longues, harmoniques, flicker...) ;
tuellement, la rentabilité des différentes solutions qui peuvent être — la puissance de court-circuit.
proposées. Les critères pris en compte sont essentiellement les coûts ● Les besoins liés aux utilisations permettent de définir les carac-
d’investissement, d’exploitation et la sécurité de fonctionnement. téristiques électriques nécessaires pour leur alimentation :
Dans ce contexte, les opérations de maintenance sont prises en — niveau de tension ;
compte, sachant que tout manque d’entretien peut conduire à des — puissance réellement installée et puissance souscrite ;
arrêts d’exploitation coûteux. — puissance de court-circuit aux différents points de l’utilisation ;
Une surabondance de matériel entraîne simultanément un risque — variations de tension tolérées ;
supplémentaire de défaillance et un investissement exagéré qui — compensation de l’énergie réactive et tenue de la tension ;
peuvent remettre en cause le projet. Il est donc indispensable de — immunité des machines aux perturbations (creux de tension,
concevoir des schémas simples, complétés par des dispositions coupures brèves, coupures longues, harmoniques, flicker...) ;
assurant un niveau de sécurité suffisant. — réglementation liée à la sécurité des installations [immeubles
de grande hauteur (IGH)), établissements recevant du public
Le prix de l’énergie électrique, qu’elle soit achetée au réseau de (ERP), hôpitaux, installations classées...].
distribution publique ou produite par une centrale autonome,
intervient d’une façon importante dans les coûts d’exploitation d’une ■ Dans le cas d’une installation privée, on tient compte également
installation. Une étude précise des besoins tenant compte des des valeurs des pointes de courant susceptibles d’apparaître au
fluctuations journalières et saisonnières de la consommation permet démarrage de certains appareils.
de choisir le tarif d’achat le plus économique et de souscrire, dans Le raccordement d’une installation privée sur un réseau de distri-
chaque tranche tarifaire, les puissances les mieux adaptées aux bution publique implique, en outre, diverses contraintes en raison
nécessités de l’exploitation. notamment des perturbations de tension qui peuvent apparaître du
fait des conditions atmosphériques (coupures de courant ou
surtensions). Certains équipements tels que l’appareillage informa-

5
tique ou l’électronique de puissance sont très sensibles à ces
4. Besoins et contraintes perturbations.
formalisés dans un cahier Lorsque l’installation comporte une centrale électrique fonc-
tionnant couplée au réseau de distribution publique, l’apparition
des charges d’une perturbation de tension, même de très courte durée, peut
entraîner la rupture du synchronisme des machines et engendrer des
incidents mécaniques graves. Il est alors indispensable de prévoir
4.1 Généralités des protections de découplage susceptibles de séparer l’installation,
ou la partie d’installation concernée, du réseau le plus vite possible
Préalablement à toute réalisation, il est nécessaire de constituer et ce dès l’apparition de la perturbation.
un cahier des charges définissant les conditions générales
d’utilisation.
Les dispositions à préciser comprennent notamment : 4.3 Maintenabilité
— les besoins à satisfaire (puissance, disponibilité de l’installa-
tion, maintenabilité, exploitation...) ;
— les normes de référence et les textes réglementaires ; L’utilisateur doit définir le niveau de maintenabilité des installa-
— les caractéristiques du réseau d’alimentation ; tions en fonction :
— la qualité d’alimentation demandée par les usages particuliers — de ses besoins de disponibilité ;
de l’électricité ; — des moyens de dépannage ou de secours qu’il est susceptible
— les contraintes d’installation et d’environnement. de mettre en œuvre ;
Dans le cas d’un réseau privé, il convient, en outre, de déterminer : — de la qualification des exploitants.
— la répartition des points d’utilisation et les consommations Les interventions de maintenance se répartissent en :
correspondantes envisagées ; — entretien courant, qui correspond à de la maintenance systé-
— la présence ou non d’une centrale électrique imposée soit par matique ou à de la maintenance curative de premier niveau
la réglementation, soit par une nécessité d’exploitation. comprenant des réglages ou des interventions simples, par exemple
Les mêmes principes s’appliquent aussi bien à un distributeur échanges de fusibles ;
d’énergie électrique pour la conception de son réseau qu’à son — maintenance programmée, qui correspond à de la maintenance
utilisateur privé. Ce que ce dernier considère comme une utilisation systématique de deuxième et éventuellement de quatrième niveau
constitue un client pour le distributeur. comprenant les vérifications périodiques, le nettoyage des appareils
et le remplacement systématique des pièces d’usure ;
— dépannage, qui correspond à de la maintenance curative de
troisième niveau concernant les interventions consécutives aux
4.2 Besoins et qualité pour l’alimentation incidents qui peuvent survenir en cours d’exploitation.
des usages particuliers de l’électricité Ces interventions imposent éventuellement des coupures de
courant, donc des contraintes qui doivent être prises en compte lors
de la conception des installations à travers l’étude de fiabilité et de
■ Dans le cas d’une installation de distribution publique, les disponibilité.
équipements servent d’interface entre le réseau d’alimentation et les
utilisations. À ce titre, l’installation doit prendre en compte les carac- Les types et le niveau de maintenance souhaités par les utilisateurs
téristiques du réseau d’alimentation ainsi que les besoins liés aux doivent être définis en fonction des besoins réels. Les niveaux et
utilisations. les types de maintenance sont présentés dans la norme NF X 60-010.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Génie électrique D 4 600 − 5

119
Référence Internet
D4600

POSTES À MOYENNE TENSION ___________________________________________________________________________________________________________

4.4 Exploitation — les contraintes mécaniques (chocs, vibrations, etc.) ;


— la présence de flore ou de moisissure ;
— la présence de faune ;
L’exploitation de l’installation peut être assurée par l’utilisateur — les influences électromagnétiques, électrostatiques ou
lui-même ou par un prestataire de service. ionisantes ;
— le rayonnement solaire ;
Les modes de conduite, de maintenance et de dépannage sont — les effets sismiques, éventuellement ;
liés au niveau de formation et d’habilitation du personnel. Les inter- — les risques de foudroiement ;
ventions en cours d’exploitation sur les installations électriques [6] — l’action du vent ;
[7] [8] [9] ne peuvent être effectuées que par du personnel spécialisé — la présence de neige, de givre et de glace ;
ayant reçu une formation adaptée et habilité réglementairement, — l’altitude.
conformément aux dispositions de l’UTE C 18-510.
Dans le cadre des installations privées, les normes ([Doc. D 4 601])
■ Dans le cas d’installations simples correctement réalisées, les définissent une classification des influences extérieures.
incidents d’origine électrique sont rares, l’appareillage est peu solli-
cité et les contraintes d’exploitation sont faibles. ■ La réglementation prévoit également une classification des
conditions d’utilisation [7] concernant :
■ Pour des installations importantes et complexes, possédant — la compétence des personnes ;
par exemple plusieurs niveaux de tension ainsi que des sources de — la résistance électrique du corps humain en fonction de
production autonomes fonctionnant éventuellement couplées au l’environnement ;
réseau de distribution publique, il n’en est pas de même. Dans ce cas, — la fréquence des risques de contacts des personnes avec le
les risques de fausses manœuvres deviennent importants et, lors potentiel de terre ;
d’incident, les réactions humaines peuvent être trop lentes ou trop — la nature des matières traitées ou entreposées (cas des installa-
aléatoires. tions industrielles).
Il est alors souhaitable, notamment dans le cadre d’un réseau
privé, d’automatiser les installations de distribution. Les automa- ■ Il y a lieu, enfin, de tenir compte des contraintes provenant de
tismes correspondants doivent faire l’objet d’une étude soignée l’installation elle-même vis-à-vis de l’environnement [7] telles
sachant que leur rôle est essentiellement de se substituer aux inter- que :
— la compatibilité électromagnétique ;

5
ventions humaines en réduisant les risques et les temps de
manœuvre au minimum. — l’esthétique ;
— le niveau de bruit ;
Il est souvent nécessaire d’utiliser des automates programmables
— les conditions de dépose de l’installation en fin de vie prenant
ou des calculateurs. Des dispositions particulières doivent
en compte le retraitement, le recyclage et l’élimination éventuelle
éventuellement être prises pour qu’une défaillance de l’un d’eux n’ait
des composants ;
pas de conséquence momentanée sur le fonctionnement de
— les conditions d’immunisation de l’installation, permettant de
l’installation.
se prémunir contre des dysfonctionnements et leurs conséquences
Les contraintes de continuité de la fourniture électrique néces- provoqués en particulier par des surtensions, des surintensités
sitées par l’installation ou les utilisations permettent de définir le (courant d’appel de transformateurs à leur mise sous tension par
niveau d’automatisation et/ou de téléconduite de l’installation. Un exemple) ou toute autre perturbation électrique liée à des charges
deuxième élément déterminant peut être la présence ou non de polluantes (harmoniques, flicker, etc.).
personnels pour surveiller l’installation.
L’installation devra être conçue pour répondre au niveau de
fiabilité requis par l’utilisation.
■ Des dispositions doivent être prises pour assurer :
4.5 Contraintes d’installation — la sécurité des personnels et des tiers pendant la construction
et d’environnement de l’ouvrage et pendant son exploitation ;
— la protection des utilisations.
L’environnement immédiat de l’installation intervient dans le choix
des matériels en fonction :
— de la place disponible ; 4.6 Normes et réglementation
— de la nécessité éventuelle d’intervenir dans une installation
existante comportant déjà du matériel ancien. ■ La réglementation pour les postes de distribution publique
(arrêté technique du 2 avril 1991 ; publications JO 1536, pour les
On distingue également : IGH, et JO 1477, pour les ERP) est donnée en [Doc. D 4 601].
— les installations extérieures situées dans des emplacements
Les normes et spécifications d’entreprise pour les postes de distri-
complètement ouverts ;
bution publique, sont données par le tableau ci-après (cf. leur titre
— les installations abritées, situées dans des locaux ou emplace-
en [Doc. D 4 601]). On trouve les définitions de ces postes
ments partiellement fermés où les influences directes des conditions
paragraphe 1. (0)
atmosphériques ne sont pas complètement exclues ;
— les installations intérieures, situées dans des locaux complète-
ment fermés où les influences directes des conditions atmosphé- Postes sources Postes de structure Postes de
riques sont totalement exclues. distribution publique
■ Les caractéristiques des matériels ainsi que leurs conditions de HN 64-S-40 NF C 11-201 NF C 11-201
mise en œuvre doivent tenir compte des influences extérieures HN 64-S-41 HN 64-S-41
HN 64-S-42 HN 64-S-42
[7], soit : HN 64-S-35 HN 64-S-31, 32, 33
— la température extérieure ;
— l’humidité relative ;
— la présence d’eau ;
— la présence de corps solides (poussière, corps étrangers, etc.) ; ■ Pour les postes privés, on trouve la réglementation (décret du
— la présence de substances corrosives ; 14 novembre 1988 et arrêté du 17 janvier 1989) en [Doc D 4 601].
— la présence de pollution ;

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
D 4 600 − 6 © Techniques de l’Ingénieur, traité Génie électrique

120
GAGNEZ DU TEMPS ET SÉCURISEZ VOS PROJETS
EN UTILISANT UNE SOURCE ACTUALISÉE ET FIABLE

Techniques de l’Ingénieur propose la plus importante


collection documentaire technique et scientifique
en français !
Grâce à vos droits d’accès, retrouvez l’ensemble
des articles et fiches pratiques de votre offre,
leurs compléments et mises à jour,
et bénéficiez des services inclus.

   
RÉDIGÉE ET VALIDÉE MISE À JOUR 100 % COMPATIBLE SERVICES INCLUS
PAR DES EXPERTS PERMANENTE SUR TOUS SUPPORTS DANS CHAQUE OFFRE
NUMÉRIQUES

 + de 350 000 utilisateurs


 + de 10 000 articles de référence
 + de 80 offres
 15 domaines d’expertise
Automatique - Robotique Innovation
Biomédical - Pharma Matériaux
Construction et travaux publics Mécanique
Électronique - Photonique Mesures - Analyses
Énergies Procédés chimie - Bio - Agro
Environnement - Sécurité Sciences fondamentales
Génie industriel Technologies de l’information
Ingénierie des transports

Pour des offres toujours plus adaptées à votre métier,


découvrez les offres dédiées à votre secteur d’activité

Depuis plus de 70 ans, Techniques de l’Ingénieur est la source


d’informations de référence des bureaux d’études,
de la R&D et de l’innovation.

www.techniques-ingenieur.fr
CONTACT : Tél. : + 33 (0)1 53 35 20 20 - Fax : +33 (0)1 53 26 79 18 - E-mail : infos.clients@teching.com
LES AVANTAGES ET SERVICES
compris dans les offres Techniques de l’Ingénieur

  
ACCÈS

Accès illimité Téléchargement des articles Consultation sur tous


aux articles en HTML au format PDF les supports numériques
Enrichis et mis à jour pendant Pour un usage en toute liberté Des contenus optimisés
toute la durée de la souscription pour ordinateurs, tablettes et mobiles

 
SERVICES ET OUTILS PRATIQUES

Questions aux experts* Articles Découverte Dictionnaire technique multilingue


Les meilleurs experts techniques La possibilité de consulter des articles 45 000 termes en français, anglais,
et scientifiques vous répondent en dehors de votre offre espagnol et allemand

 
Archives Impression à la demande Alertes actualisations
Technologies anciennes et versions Commandez les éditions papier Recevez par email toutes les nouveautés
antérieures des articles de vos ressources documentaires de vos ressources documentaires

*Questions aux experts est un service réservé aux entreprises, non proposé dans les offres écoles, universités ou pour tout autre organisme de formation.

ILS NOUS FONT CONFIANCE

www.techniques-ingenieur.fr
CONTACT : Tél. : + 33 (0)1 53 35 20 20 - Fax : +33 (0)1 53 26 79 18 - E-mail : infos.clients@teching.com
Powered by TCPDF (www.tcpdf.org)