Vous êtes sur la page 1sur 12

FA107179 ISSN 0335-3931

NF X 50-143
Décembre 2000

Indice de classement : X 50-143

ICS : 03.120.10 ; 17.020

Essais
Conception et réalisation des essais
Pertinence et représentativité des essais

E : Tests — Test design and realization — Pertinence and representativeness


of the tests
D : Prüfungen — Konzeption und Durchfürhung der Prüfungen — Sachdienlichkeit
und representativer Charakter der Prüfungen
© AFNOR 2000 — Tous droits réservés

Norme française homologuée


par décision du Directeur Général d'AFNOR le 20 novembre 2000 pour prendre effet
le 20 décembre 2000.
Remplace la norme expérimentale X 07-143, de décembre 1993.

Correspondance À la date de publication du présent document, il n'existe pas de travaux européens


ou internationaux traitant du même sujet.

Analyse Le présent document constitue un guide à l’usage de ceux qui sont impliqués dans
le processus d’optimisation des démonstrations de la qualité d’un produit.

Descripteurs Thésaurus International Technique : métrologie, conception, essai, choix, qualité,


relation client-fournisseur.

Modifications Par rapport au document remplacé, les modifications correspondent au changement


de statut de la norme, à son changement de référence pour des questions de cohé-
rence de la série de normes, à la mise à jour de définitions extraites de normes géné-
rales elles-mêmes révisées et à quelques compléments, précisions et améliorations
rédactionnelles pour une meilleure compréhension de la norme.

Corrections

Éditée et diffusée par l’Association Française de Normalisation (AFNOR), Tour Europe 92049 Paris La Défense Cedex
Tél. : 01 42 91 55 55 — Tél. international : + 33 1 42 91 55 55

© AFNOR 2000 AFNOR 2000 1er tirage 2000-12-F


Essais et autres démonstrations AFNOR XB50

Membres de la commission de normalisation


Président : M SLAMA
Secrétariat : M CLOAREC — AFNOR

M ANTONI MATRA BAE DYNAMICS FRANCE


M BETRANCOURT MINISTERE DE LA DEFENSE — DGA LRBA
M BISSON BUREAU DE NORMALISATION DES CERAMIQUES ET TERRE CUITE (BNCT)
M BOURGUIGNON MINISTERE DE L’ECONOMIE, FINANCES ET INDUSTRIES — DGCCRF
M CAILLOT ASTE
M CALMELS
M COMMON MINISTERE DE LA DEFENSE — DGA DCE
M DESVIGNES SNCF
M DORE GDF — DIRECTION DE LA RECHERCHE
MME DUPUIS MINISTERE DE l’ENVIRONNEMENT — DIRECTION PREVENTION POLLUTIONS RISQUES
M GUILLEMIN CENTRE TECHNIQUE DU DECOLLETAGE (CTDEC)
M GUYOT BUREAU DE NORMALISATION DE L’AERONAUTIQUE ET DE L’ESPACE (BNAE)
M HANOT LABORATOIRE CENTRAL DES INDUSTRIES ELECTRIQUES (LCIE)
M HENCKES BUREAU VERITAS
M HOCQUET CENTRE TECHNIQUE DU BOIS ET DE L’AMEUBLEMENT (CTBA)
M HUGUENIN COMITE FRANÇAIS D’ACCREDITATION (COFRAC)
MME JAULIN AGENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS — AFSSA PARIS/LCHA
M KAZZI SOCOTEC
MME KOCIEMBA-FILLEUL MATRA BAE DYNAMICS FRANCE
M LAMORTE SNCF
M LAURENTIE AGENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS — AFSSA LMV
M LE BECHEC LABORATOIRE CENTRAL DES PONTS ET CHAUSEES (LCPC)
MME LE SANT LABORATOIRE NATIONAL D’ESSAIS (LNE)
M LECLERC AGENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS — AFSSA PARIS LCHA
M LEMONDE SOPEMEA SA
MME LOUBERE GDF — DIRECTION DE LA RECHERCHE
M MASSON ALSTOM T&D
M MENSEAU UNION TECHNIQUE DE L’AUTOMOBILE, DU MOTOCYCLE ET DU CYCLE (UTAC)
M MORICEAU MINISTERE DE LA DEFENSE — DGA LRBA
M MOUNIN CEMAGREF
M NAVIER AXIALES SA
M PELTIE SCHNEIDER ELECTRIC SA
M PERRUCHET UNION TECHNIQUE DE L’AUTOMOBILE, DU MOTOCYCLE ET DU CYCLE (UTAC)
MME PHILIPPON CENTRE D’ETUDES ET DE RECHERCHES SUR L’APPAREILLAGE DES HANDICAPES (CERAH)
M PIC SNCF
M PRIEUR BUREAU DE NORMALISATION DES CERAMIQUES ET TERRE CUITE (BNCT)
M PRUNIER EMITECH SA
M RANSON LABORATOIRE NATIONAL D’ESSAIS (LNE)
MME SADER PREFECTURE DE POLICE — LABORATOIRE CENTRAL
M SANS
M SLAMA CENTRE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE DU BATIMENT (CSTB)
M TRONEL AFNOR
M TUFFERY AGENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS — AFSSA
M TUSSEAU COMITE INTERPROFESSIONNEL VIN CHAMPAGNE
M VALADAS MINISTERE DE LA DEFENSE — DGA DSA
M VALITCHEK SYNDICAT DE LA MESURE
M VICARD STRATENE EURL
—3— NF X 50-143

Sommaire
Page

Avant-propos ....................................................................................................................................................... 4

Introduction ......................................................................................................................................................... 4

1 Domaine d’application ....................................................................................................................... 4

2 Références normatives ..................................................................................................................... 6

3 Termes et définitions ......................................................................................................................... 6

4 Choix des démonstrations (jugement de leur pertinence) ................................................................ 7


4.1 Les informations attendues liées aux exigences ................................................................................. 8
4.2 Les conséquences liées au mauvais respect de l’exigence ................................................................ 8
4.3 La contribution d’une démonstration à l’exhaustivité de la preuve ...................................................... 8
4.4 L’aptitude d’une démonstration à satisfaire plusieurs exigences ......................................................... 8
4.5 Les possibilités de démonstration ........................................................................................................ 8
4.6 Autres éléments ayant trait à la pertinence des démonstrations ......................................................... 9

5 Représentativité d’un essai .............................................................................................................. 9


5.1 Représentativité du spécimen ............................................................................................................. 9
5.2 Représentativité du procédé d’essai .................................................................................................... 9

6 Critère de choix de la méthode et du moyen d’essai ................................................................... 10


6.1 Démarche .......................................................................................................................................... 11
6.2 Critères de choix de la méthode d’essai ............................................................................................ 12
6.3 Critères de choix du moyen d’essai ................................................................................................... 12
6.4 Exemple de choix de la méthode et du moyen d’essai ...................................................................... 12
NF X 50-143 —4—

Avant-propos

Le présent document complète la série des normes françaises du domaine de la qualité des essais.
Il se situe dans la phase préalable à l’élaboration de la demande d’essai(s), traitée dans la norme NF X 50-142
«Relations clients-fournisseurs — Qualité des essais — Lignes directrices pour demander et organiser les
essais».
Les parties du texte en italique correspondent à des explications ou des exemples qui n’ont pas de caractère
normatif.

Introduction
Dans une démarche qualité, il est nécessaire d’apporter au client, par des démonstrations, les preuves que le pro-
duit répond bien à ses besoins.
Les besoins se traduisent généralement par des exigences sur le produit, exprimées par le client.
Les démonstrations peuvent être théoriques ou expérimentales (calculs, simulations, essais).
Le fournisseur doit avoir le souci d’optimiser le coût des démonstrations vis-à-vis du niveau de preuve à apporter,
notamment à cause du coût comparé des essais et des simulations informatiques de plus en plus performantes.
Le fournisseur doit également donner confiance au client dans les preuves qu’il lui apporte, cette confiance se
construit notamment à partir du système qualité.

1 Domaine d’application
Le présent document permet de se poser les questions nécessaires à l’élaboration des démonstrations.
La démarche proposée est la suivante :
— en face de chaque exigence, lister les preuves possibles ;
— choisir les démonstrations les plus pertinentes et leur suite logique (après regroupement éventuel des démons-
trations et vérification qu’elles prennent en compte toutes les exigences) ;
— si la démonstration retenue est un essai :
- juger de la représentativité de l’essai envisagé ;
- énoncer des critères de choix de la méthode et du moyen d’essai.
Cette démarche peut être schématisée par la Figure 1 ci-après :
—5— NF X 50-143

Exigences
1 2 3 4 5 6 7 8…

Preuve Preuve Preuve Preuve


3.1 3.2 7.1 7.2

Choix de la
Choix de la
démonstration et jugement
démonstration
de sa pertinence

Organisation des démonstrations

Liste des démonstrations retenues

Calcul Essai Simulation

Détermination des Représentativité Représentativité de


hypothèses de l’essai la simulation

Choix de la Critères de choix du Choix de la méthode


méthode procédé d’essai de simulation

Conception et
Conception et Conception et réalisation réalisation de la
réalisation du calcul des essais (NF X 50-142) simulation
(NF X 50-146) * (NF X 50-146) *

Figure 1 — Démarche générale

L’objet du présent document est d’expliquer les étapes de la démarche correspondant à la partie de la Figure 1
délimitée par les pointillés.
Les étapes de la démarche correspondant aux démonstrations par calcul ou par simulation ne font pas l’objet du
présent document.
Le présent document est applicable par :
— les clients du produit ;
— les concepteurs du produit ;
— les concepteurs des essais ;
— les prestataires d’essais ;
et ceci dans les phases du cycle de vie du produit (faisabilité, définition, développement, production, utilisation,…)
quelle que soit sa nature.
NF X 50-143 —6—

2 Références normatives
Le présent document comporte par référence datée ou non datée des dispositions d'autres publications. Ces réfé-
rences normatives sont citées aux endroits appropriés dans le texte et les publications sont énumérées ci-après.
Pour les références datées, les amendements ou révisions ultérieurs de l'une quelconque de ces publications ne
s'appliquent à ce document que s'ils y ont été incorporés par amendement ou révision. Pour les références non
datées, la dernière édition de la publication à laquelle il est fait référence s'applique.

NF X 50-142:1990, Relations clients-fournisseurs — Qualité des essais — Lignes directrices pour demander et
organiser les essais.

NF EN ISO/CEI 17025:2000, Prescriptions générales concernant la compétence des laboratoires d’étalonnages


et d’essais.

NF EN 45020:1998, Normalisation et activités connexes — Vocabulaire général.

NF EN ISO 9000:2000, Systèmes de management de la qualité — Principes essentiels et vocabulaire .

XP X 50-145-1:1995, Essais — Conception et réalisation des essais — Partie 1 : Représentativité du spécimen.

XP X 50-145-2:1998, Essai — Conception et réalisation des essais — Partie 2 : Représentativité du procédé


d’essai.

NF X 50-146 1), Relations clients-fournisseurs — Qualité des calculs ou simulations — Lignes directrices pour
demander et organiser les calculs ou simulations.

3 Termes et définitions
Pour les besoins du présent document, les termes et définitions suivants s'appliquent. Certains termes sont spé-
cifiques à cette norme. Toutes les définitions sont en cohérence avec la norme NF X 50-142.

3.1
preuve
donnée démontrant l’existence ou la véracité de quelque chose
NOTE Dans le cadre du présent document, la preuve que le produit répond bien aux besoins du client est obtenue par
observation, mesure, essai ou autre démonstration.

3.2
démonstration
processus visant à fournir des preuves que le produit satisfait bien aux besoins du client
Les démonstrations peuvent être :
— des calculs ;
— des simulations ;
— des essais.

3.3
simulation informatique
démonstration ayant pour but d’évaluer par un moyen informatique, les caractéristiques fonctionnelles attendues
pour une configuration donnée, dans une situation donnée
NOTE Dans le présent document l’expression «simulation informatique» est réduite au terme «simulation»

1) Projet en cours d’élaboration à la date de publication du présent document.


—7— NF X 50-143

3.4
essai
opération technique qui consiste à déterminer une ou plusieurs caractéristiques d’un produit, processus ou service
donné, selon un mode opératoire spécifié
[NF EN 45020]

3.5
processus
ensemble d’activités corrélées ou interactives qui transforme des éléments d’entrée en éléments de sortie
NOTE Les éléments d’entrée d’un processus sont généralement les éléments de sortie d’autres processus.

[selon NF EN ISO 9000]

3.6
procédé d’essai
ensemble de moyens et d’activités liées, regroupant :
— la méthode d’essai ;
— les moyens d’essai ;
— les ressources humaines ;
qui fournissent des résultats d’essai exploitables en fonction des spécifications d’essai
NOTE Le procédé d’essai est un processus ayant pour éléments d’entrée une spécification d’essai et pour éléments de
sortie des résultats d’essai exploitables.

3.7
spécimen
représentation matérielle d’une ou plusieurs caractéristiques du produit considéré. C’est donc, soit un exemplaire
de ce produit (prototype de développement, exemplaire de présérie, de série, etc.), soit une éprouvette représen-
tative d’une caractéristique de ce produit (matière, composition chimique, résistance mécanique, etc.)
[NF X 50-142]

3.8
méthode d’essai
procédure technique spécifiée pour la réalisation d’un essai
[NF EN 45020]
NOTE Dans le cadre du présent document, la méthode d’essai consiste à exposer le principe, normalisé ou spécifié, à
suivre pour atteindre l’objectif de l’essai. Ce principe peut inclure des procédés imposés.

4 Choix des démonstrations (jugement de leur pertinence)


Une fois que les informations attendues sont identifiées, il est nécessaire de prendre en compte un certain nombre
de facteurs pour optimiser le choix de la démonstration (notamment le rapport coût-efficacité).
Le choix de la démonstration s’effectue en fonction :
— des exigences (contractuelles, normatives,…) ;
— des conséquences liées au mauvais respect de l’exigence ;
— de sa contribution à construire la preuve ;
— de l’aptitude d’une démonstration à satisfaire plusieurs exigences ;
— des possibilités de démonstration.
Par ailleurs, il existe d’autres éléments ayant trait à la pertinence des démonstrations.
NF X 50-143 —8—

4.1 Les informations attendues liées aux exigences


Certaines exigences découlent :
a) des impositions de la réglementation ;
b) des impositions contractuelles.
Les informations attendues se déduisent logiquement des exigences imposées. Par ailleurs le cahier des charges
peut imposer un type de démonstration et/ou un moyen de démonstration.

4.2 Les conséquences liées au mauvais respect de l’exigence


Dans certains cas, il peut être admis une démonstration partielle. Le choix de la démonstration sera fonction de
la gravité des conséquences au cours de l’utilisation du produit.

4.3 La contribution d’une démonstration à l’exhaustivité de la preuve


Une démonstration apporte plus ou moins d’informations sur l’exigence à satisfaire. Sa contribution à construire
la preuve est fonction :
a) du degré de représentativité de la démonstration. La représentativité d’un essai est explicitée à l’article 5 ci-
après ;
b) des résultats des démonstrations antérieures (acquis de la société, expérience cumulée, reconduction d’un
produit existant) ;
c) des résultats des démonstrations réalisées dans les phases antérieures sur le produit ;
EXEMPLE Au lieu d’effectuer des essais d’acceptation du produit, on peut faire porter l’effort sur l’amélioration de la fiabilité
du processus de fabrication. La maîtrise du processus améliorera l’assurance d’avoir un produit conforme à sa définition.
d) du rang du constituant dans le système :
- l’essai d’un constituant peut ne pas se justifier si le système ou sous système dont il dépend a déjà subi
une démonstration qui apporte cette preuve ;
- au niveau équipement ou composant, il est plus facile de trouver un essai représentatif qu’au niveau
système. Au niveau système le paramètre «représentativité» sera privilégié par rapport au coût et inverse-
ment pour un équipement ou un composant ;
e) du degré d’innovation technologique du produit :
- de nouvelles technologies peuvent nécessiter de nouveaux types de démonstrations ;
f) de la forme de la preuve à apporter :
- le type de démonstration n’est pas forcément le même selon qu’il s’agit par exemple d’un interlocuteur
interne ou externe à l’entreprise ou d’un essai à titre commercial.

4.4 L’aptitude d’une démonstration à satisfaire plusieurs exigences


Pour des raisons économiques, il est plus intéressant de pouvoir choisir une démonstration permettant de couvrir
plusieurs exigences.

4.5 Les possibilités de démonstration


Ces possibilités sont fonction :
a) de l’existence d’un type de démonstration représentatif ;
b) des coûts de réalisation du moyen et/ou de la démonstration ;
c) des délais de réalisation du moyen et/ou de la démonstration ;
d) de l’existence du moyen de démonstration approprié ;
e) de la disponibilité du moyen de démonstration approprié.
—9— NF X 50-143

4.6 Autres éléments ayant trait à la pertinence des démonstrations


Ils sont :
a) expertises : à la suite d’un incident il est nécessaire de rechercher toutes les causes possibles. Une simulation
complémentaire permet de couvrir un domaine plus large ;
b) besoin d’anticipation des essais au moment de la conception : en même temps que l’on conçoit le produit, on
doit se demander comment démontrer ses performances par rapport au besoin spécifié ;
c) l’accumulation d’informations sur le produit, d’autres produits ou d’autres constituants du produit, entre l’instant
du choix de la démonstration et son exécution, peuvent remettre en cause la démonstration prévue ;
d) les informations issues d’un essai permettront généralement de recaler les modèles de calcul ou de conforter
la simulation ; l’essai constitue alors une validation des autres démonstrations :
- c’est ainsi que l’on peut montrer que les moyens de calcul sont suffisamment crédibles pour apporter la
preuve recherchée.

5 Représentativité d’un essai


Le thème «représentativité» a été scindé en deux :
— représentativité du spécimen (Cf. XP X 50-145-1) ;
— représentativité du procédé d’essai (Cf. XP X 50-145-2).

5.1 Représentativité du spécimen


Dans la représentativité du spécimen, peut entrer :
— la configuration exacte du spécimen à essayer (identification des écarts par rapport à la définition retenue du
produit à évaluer) ;
— le degré de représentativité du spécimen par rapport à la population concernée par l’essai :
- ce peut être soit la fidélité du spécimen par rapport aux autres spécimens à essayer (phase de développe-
ment), soit le degré de représentativité d’un prélèvement statistique dans une fabrication de série ;
— le choix d’un état dégradé du spécimen :
- pour les essais de sécurité notamment, l’état du spécimen (constituants dégradés, constituants aux limites
de fabrication,…) doit être adapté au plus juste à la réalité ;
— la fidélité du spécimen par rapport au produit à essayer (échelle, niveau de détail) ;
— l’influence qu’ont les modifications à apporter sur le spécimen pour qu’il puisse être essayé dans le moyen
d’essai.

5.2 Représentativité du procédé d’essai


Dans la notion de représentativité d’un procédé d’essai, on peut considérer :
— le degré d’adéquation des conditions d’essais spécifiées par rapport aux conditions réelles d’utilisation :
- les conditions d’essais requises peuvent être peu représentatives de l’environnement réel ;
— le degré d’adéquation de l’essai effectué par rapport aux conditions d’essais spécifiées ;
— le degré de prise en compte du cumul des contraintes et leur cumul dans le temps :
- est-ce que le procédé d’essai permet d’appliquer simultanément toutes les contraintes et sinon l’interaction
entre les contraintes a-t-elle une influence sur le résultat ? Les différentes contraintes sont-elles bien appli-
quées successivement sur le même spécimen ?
NF X 50-143 — 10 —

— le degré de couverture du domaine d’utilisation par chaque essai ;


— la validité de l’accélération d’un essai aggravé par rapport au fonctionnement réel ;
— le choix adéquat du nombre de spécimens à essayer dans le cas où l’on a des valeurs probabilistes à démon-
trer (exemple des essais de fiabilité) ;
— l’aptitude du moyen d’essais à ne pas engendrer de perturbations sur l’essai ;
EXEMPLE Un essai en soufflerie est d’autant plus représentatif que les effets de bord engendrés par les parois de la souf-
flerie ne viennent pas perturber l’écoulement sur le spécimen.
— l’influence qu’a le moyen d’essai sur le spécimen :
- pour un essai de vibration, par exemple, la façon d’appliquer la force excitatrice sur le spécimen a une
grande influence sur le résultat ;
— le degré de représentativité du plan d’expérience utilisé par rapport à la démarche qui consisterait à réaliser
l’ensemble des essais ;
— l’influence du comportement humain ;
EXEMPLE Les essais d’un véhicule à roues dépendent en partie du pilote essayeur du véhicule.
— l’aptitude du procédé d’essai à évaluer les conséquences d’un risque technologique (essais de sécurité).
Tous ces éléments sont en fait relatifs à la construction de la représentativité du procédé d’essai, ils peuvent être
complétés par d’autres éléments permettant de donner l’assurance de cette représentativité.
Cette assurance que l’on a de la représentativité dépend :
— de la prise en compte des éléments ci-dessus ;
— du degré d’expérience antérieure sur l’adéquation de l’essai vis-à-vis du fonctionnement réel ;
— des apports de l’expérience antérieure pour chaque type de démonstration.

6 Critère de choix de la méthode et du moyen d’essai


Pour la réalisation de l’essai, il est nécessaire de considérer simultanément :
— le moyen d’essai ;
— la méthode d’essai ;
— le choix des hommes ;
— le spécimen.
En effet, pour un même résultat, on peut choisir un banc rudimentaire fiable avec un personnel très qualifié ou un
banc entièrement automatisé avec des hommes moins qualifiés.
De même, la méthode d’essai dépend de la représentativité du spécimen (représentation partielle ou totale,
échelle, etc.).
L’article traite essentiellement des deux premiers paramètres qui sont les composantes principales du procédé
d’essai :
— moyen d’essai ;
— méthodes d’essai.
Le choix du prestataire ne fait pas l’objet de ce document ; il est traité dans d’autres textes.
La méthode et le moyen d’essai peuvent :
— être définis par une norme ou imposés par le client ;
— être prototype (méthode et moyen d’essai à concevoir).
— 11 — NF X 50-143

6.1 Démarche
La démarche conseillée pour le choix de la méthode et du moyen d’essai est illustrée par la Figure 2 ci-dessous :

Autres démonstrations
non
Besoins en
démonstration
Démonstration oui
acceptable

Méthodes
envisageables

non Méthode
existante et
adaptée

Définir la méthode
non
oui
oui
Méthode
acceptable

Moyens
envisageables

non
Définir le moyen Moyen
(faisabilité, coûts, délais) existant et
adapté

non

Réalisable
oui

oui
Validation/Besoin

Procédé d’essai

Figure 2 — Choix de la méthode et du moyen d’essai


NF X 50-143 — 12 —

6.2 Critères de choix de la méthode d’essai


La méthode d’essai retenue sera fonction :
— du type d’essai à réaliser (par exemple destructif ou non destructif, contrôle du produit ou du processus de
fabrication) ;
— de la liste des contraintes et de leur sévérité ;
— de la simultanéité des contraintes ;
— du niveau de sécurité nécessaire ;
— du degré de reproductibilité de l’essai.

6.3 Critères de choix du moyen d’essai


Une fois la méthode d’essai déterminée, le moyen d’essai sera choisi en fonction des critères suivants :
— existence et disponibilité du moyen d’essai ;
— coût de l’essai ;
— performances du moyen d’essai :
- couverture du domaine ;
- capacités des moyens de mesure et informatique ;
- productivité ;
— contraintes de sécurité de l’essai ;
— influence du moyen d’essai sur les performances du spécimen ;
— degré de reproductibilité de l’essai ;
— incertitude de mesure désirée sur le résultat de l’essai.
NOTE L’absence d’un moyen d’essai adapté entraîne, s’il n’est pas possible d’en réaliser un nouveau, le choix d’une
autre méthode d’essai.

6.4 Exemple de choix de la méthode et du moyen d’essai


Soit un produit volumineux (10 m3) destiné à être vendu au Canada et au Brésil.
Une des exigences est le fonctionnement normal dans les zones :
— chaud humide Z4 (+ 10 °C < T < + 46 °C, 60 % < HR < 100 %) ;
— froid Z9 (– 48 °C < T < + 39 °C, 70 % < HR < 100 %)
(T étant la température et HR l’humidité relative).
La preuve à apporter sera de démontrer le fonctionnement du produit entre – 48 °C et + 46 °C et avec
60 % < HR < 100 %.
La méthode envisageable serait de réaliser des essais aux températures extrêmes :
— fonctionnement 3 jours à – 48 °C ;
— fonctionnement 3 jours à + 46 °C, HR = 100 %.
Une seule enceinte de 60 m3 pouvant faire de la chaleur humide existe mais n’est pas disponible dans les délais
prévus. Une autre enceinte de 5 m3 est disponible. Le délai de réalisation de l’essai est impératif.
On est amené à redéfinir la méthode en réalisant l’essai à froid sur le spécimen complet et l’essai à la chaleur
humide sur la partie du produit supposée sensible à cet environnement (électronique par exemple).
On évaluera le risque que l’on prend à ne pas réaliser la démonstration complète.

Vous aimerez peut-être aussi