Vous êtes sur la page 1sur 44

INTRODUCTION

L’entreprise en tant que structure socialement organisée suppose que soit


défini les modalités de prise de décisions dans l’entreprise. Cette action repose
entre autres sur les informations retenues par les décideurs qui leur permettent
de prendre des décisions en adéquation avec les objectifs poursuivis par
l’entreprise.
Cependant, le problème de la prise des décisions est le centre des
recherches engagées par Simon.Ce dernier considère que le principal problème
de la gestion n’est plus de savoir comment produire mais comment organiser le
système de prise des décisions entre plusieurs niveaux et plusieurs centres1 .Il a
appliqué ainsi par son approche interdisciplinaraire, l’économie, la
psychosociologie et les outils mathématiques à la prise des décisions.
Cette dernière fait partie de notre vie, car nous décidons en permanence
des choses qu’elles soient de petites ou de grandes orientations. Et c’est idem
pour une entreprise .Le manager est lui-même le décideur, c’est le seul qui
semblerait pouvoir assumer une responsabilité morale et juridique prise en jeu
par la décision.
D’un autre côté, et selon DRUCKER, « tout ce qu’a accomplit un
directeur, il l’accomplit en prenant des décisions ».cela veut dire que la décision
est présente dans tous les processus inhérent à la fonction du dirigeant.
La décision n’est plus un acte unique et isolé, mais un processus continu
intégrant différentes composantes.
Cependant, mener un processus de décision rationnel, implique la
question de la communication de l’information, et ça nous amène à mettre
l’accent sur le second élément essentiel de l’entreprise, car ses performances en
dépendent aussi.Il convient donc, de se baser sue une information complète, et
non fractionnée.

1
COLLECTIF. « ORGANISATION ET MANAGEMENT ».

1
Plan
Introduction
Partie 1 : Aspect théorique

I - Définitions et typologies des décisions


A- Définitions
B- Typologie des décisions

II-les modèles de prise des décisions


A- Quelques modèles de prise des décisions

B- Le processus de solutions des problèmes

III -les styles des décisions et leur choix


A-le concept de prise des décisions
B- Les styles des décisions
C- les facteurs d’influence sur le choix de décisions

IV – Le système d’information
A- Définition
B- La typologie des SI
C- L’importance du SI

Partie 2 : Aspect pratique


A- le questionnaire de l’enquête
B- Interprétation des résultats
Conclusion

Partie 1 : l’aspect théorique

2
I – Definitions et Typologies des décisions :
Dans ce premier paragraphe nous allons voir les 3 points suivants :
- Définitions la décision
- processus de décision
-système de décision

A) Définitions

1)- La décision:

Décider selon le dictionnaire Robert, est la fin de la délibération dans un


acte volontaire au moment ou l’on décide de faire on de ne pas faire une
chose .d’une manière beaucoup plus simple, on peut définir la décision comme
étant «un acte par lequel un ou des décideurs opèrent un choix entre plusieurs
options permettant d’apporter une solution satisfaisante à un problème donné. »2

La notion de décision a évoluée dans le temps au fur et à mesure que se


sont transformer et complexifiés les procédures de prise de décision.
Pour la plupart des écoles rationalistes analytiques, elle est définie comme
un choix entre plusieurs alternatives .pour d’autres, elle concerne aussi le
processus de sélection de buts et d’alternatives. Les approches cognitives
finalement traitent la décision comme le résultat d’un processus global de
résolution de problèmes.

Cependant, on va mettre l’accent sur les définitions de quelques auteurs à


qui reviennent les analyses les plus développées en cette matière :

2
www.geronim.free.fr/ecoent/cours/decision/htm

3
Commençant par H.SIMON, qui définit la décision «comme une opération
intellectuelle, débouchant sur un choix, et se matérialisant par une action.»3
Pour IGOR.ANSOFF, «la décision est une rupture avec les étapes
précédentes pour sauter du passé à l’avenir et prendre des décisions stratégiques
selon l’activité de l’entreprise.»4

Une autre définition de LAARIBI : «la décision est un choix délibéré


parmi plusieurs possibilités dans le but de résoudre un problème donné. »

2)- Processus de décision :

Le processus de décision intègre un certain nombre de phases par lesquels


doit passer la réflexion d’un dirigeant qui veut prendre une décision efficace.
Ces phases ou ces étapes vont être traitées par la suite (point suivant).

3)- Système de décision :

Un système managériale selon SIMON et LAROSE dans leur ouvrage « la


gestion des organisations »(thème 1)consiste à assurer que l’organisation soit au
diapason avec son environnement,qu’elles soit adéquatement finalisée,et que ses
composantes ou sous-systèmes soient synérgiquement intégrés.5
Ainsi, le système de décision,n’est que l’ensemble des processus de prise
de décision.c’est un système ouvert,complexe,finalisé et rétroagissant.

B- Typologie des décisions :

3
H.A SIMON « le nouveau management : la décision par les ordinateurs »
4
Marchesnay « management stratégique »
5
M.LAFLAMME « le management : approche systémique »

4
La prise de décision ne repose plus sur un seul individu mais peut être
partagée entre un certain nombre d’acteurs agissant au sein de l’entreprise.cette
multiplication de décideurs reflète par ailleurs,la diversité des décisions qui
doivent être prises dans une entreprise. Cependant,on peut distinguer entre
plusieurs classifications :

1)- Classification selon l’objet sur lequel porte la décision :

Le célèbre classement d’ANSOFF fait distinguer entre trois types de


décisions qui doivent être prises dans une entreprise :

Décisions stratégiques : à travers lesquels on cherche la réponse à la


question essentielle de l’entreprise :quoi produire ?, et son corollaire :quels
moyens mettre en œuvre de manière efficace pour produire ?se sont des
décisions de portée générale,qui engagent l’entreprise sur une longue période,et
intéressent les axes de développement des firmes.en définitive,il s’agit de définir
la manière dont l’entreprise va s’insérer dans son environnement.(ex : choix des
activités,des marchés ,des technologies…).

Décisions d’organisation:qualifiées d’administratives ou de tactiques,


elles sont plus ou moins répétitifs selon les cas,et permettent de définir comment
les ressources de l’entreprise doivent être utilisées pour parvenir à réaliser les
objectifs définis dans le cadre des décisions stratégiques.

Décisions opérationnelles : décisions qui s’appliquent dans le cadre de la


gestion courante de l’entreprise, et concerne l’utilisation optimale des ressources
allouées dans le cadre du processus productif de l’entreprise.(gestion de stock,de
production….)

5
2)- Classification selon le niveau de la hiérarchie :

Décisions de planification : Il s’agit de décisions en relation avec la


stratégie de l’entreprise,prises par le sommet de la hiérarchie ;

Décisions de pilotage : Prises par la hiérarchie intermédiaire(responsable


de fonction par exemple),dans une échéance plus courte ,et un champ plus
limité.

Décisions de régulation : Décisions simples ,concernant l’exploitation


courante de l’entreprise,dont l’exécution est à très court terme,(décisions prises
par les subalternes)

3)- Classification selon le champ de la décision :

Champ limité :ex: date de congé,réservation d’hôtel…


Champ globale :ex :investissement à long terme, recrutement d’un directeur
général…

4)- Classification selon la structuration de la décision :

Décisions structurées : Il n’existe pas de procédure,mais il’est quand


même possible de faire appel à certaines techniques d’aide à la décision(arbre de
décision ,simulation…)

Décisions non structurées : Les critères à prendre en compte sont trop


nombreux pour pouvoir appliquer une procédure quelconque.
Il existe autres types de décisions :
 Décisions selon le contexte temporel (anticipées/émergentes/occurrentes)

6
 Décisions par rapport à la certitude (en univers certain/aléatoire/incertain)
 Décisions programmables/non programmables.
 Décisions individuelles/collectives. Etc.….

II- Les modèles de prise des décisions de prise des


décisions :

Prendre une décision signifie donner une solution à un problème; la


solution de ce dernier est un processus complexe qui implique différentes phases
séquentielles, chacune reposant sur un certain nombre d’étapes spécifiques.
Mais avant de traiter ce modèle de solution des problèmes, nous allons voir dans
un premier points quelques modèles de prise des décisions.

A- Quelques modèles de prise des décisions :

Dans ce paragraphe nous allons mettre l’accent sur les 4 modèles suivants :
- Le modèle rationnel
- Le modèle politique
- Le modèle de rationalité limitée
- Le modèle IMC

1) - Le modèle rationnel :

Ce modèle repose sur l’hypothèse d’un décideur unique ayant pour


objectif la maximisation de son profit. Le processus suivi est celui de la
rationalité absolue : détermination des objectifs prioritaires en fonction de la
stratégie choisie, élaboration et évaluation de propositions, utilisation des
méthodes mathématiques et sélection de solution à retenir. Les préférences

7
individuelles et les choix organisationnels doivent être en fonction de l’intérêt
supérieur de l’organisation dans son ensemble.
2) - Le modèle politique :

Ce modèle repose sur l’idée que l’organisation est un ensemble d’acteurs


dotés d’intérêts et d’objectifs propres qui contrôlent différentes zones
d’incertitudes; leur but est de mesurer le degré de pouvoir qu’il leur est possible
d’atteindre au sein de l’organisation, les décisions sont le résultat de
phénomènes politiques complexes; les individus sont donc des acteurs
individuels motivés par la préservation de leurs intérêts particuliers.6

3) - Le modèle de rationalité limitée :

En fait, c’est H.SIMON qui a élaboré ce modèle. A ce niveau les


décideurs ont des problèmes et rencontrent des obstacles pour la compréhension
de l’ensemble du problème. Ainsi, les individus sont enclins à se satisfaire de
peu au lieu de viser le maximum.

4) - Le modèle IMC :

Selon SIMON, ce modèle se compose des 3 phases suivantes :


 Intelligence : concerne l’identification du problème à résoudre, de le

formuler, et délimiter son champ d’analyse ;


 Modélisation : cette phase nécessite d’une part la recherche et la collecte

de toutes les informations nécessaires pour la résolution du problème et


l’évaluation de toutes les solutions alternatives et compatibles pour
l’entreprise d’autre part ;

6
Bartrand et Guillement « les organisations : une approche systèmique »

8
 Choice : le choix, c’est à dire la sélection de la variante qui donne

satisfaction au plus grand nombre.7

B- Le Processus de solution de problème :

Ce processus passe par sept étapes réparties en deux cycles :

Premier cycle
1- formulation du problème
2- proposition des éléments des solutions
3- comparaison et évaluation des solutions
4- prise de décision

Deuxième cycle
1- planification de l’action
2- exécution de l’action
3- évaluation des résultats

A- Premier cycle
Ce premier cycle comprend 4 phases :

a) – Formulation du problème :
L’identification du problème se réfère à l’écart existant entre ce qui est
(réalité) et ce qui devrait être (modèle idéal).Le dirigeant doit établir un
diagnostic de l’entreprise. Certes, le flair, les expériences antérieures
interviennent de façon significative dans la prise de conscience et la détection du
problème.

7
H.A SIMON « Le nouveau management : la décision par les ordinateurs »

9
Si le problème est structuré (ou programmé) sa détection est simple et
rapide, mais s’il est complexe (ou non programmé), sa détection pose en elle
même un problème.
Cette difficulté n’est que le résultat de l’inexactitude des informations
disponibles sur l’évolution et les perspectives de l’organisation et son
environnement.
Cependant cette phase est sensible puisqu’une détection lente et/ou
mauvaise risque d’être fatale pour l’organisation, trois risques peuvent être
mentionnés :

 un problème qui semble familier : généralement à un problème familier

correspond une solution toute faite.


 Un problème complexe : cette complexité vient de l’identification des
multiples variables impliqués, comme conséquence on aura un problème
dur dans sa formulation et sa résolution ;
 La durée de détection : certaines situations et problèmes exigent une

détection rapide et une agilité d’action, ce qui peut être en défaveur de la


qualité de décision.

b) –Proposition des éléments des solutions :


Lorsque le problème est identifié, l’étape suivante sera la proposition des
solutions possibles .Deux catégories de solutions sont à distinguer :
 Solutions répétitives et routinières : c’est toute solution modéliste ou qui

est définie par une procédure, par solution modèle, il faut entendre une
solution cadre adaptable en fonction des circonstances particulières.8
 Solutions novatrices et inhabituelles: «a événement vraiment exceptionnel

réponse exceptionnelle »9 .C’est l’ensemble de solutions qui doivent


8
H.A. simon « le nouveau management : la décision par les ordinateurs » p : 41
9
P.DRUCKER « à propos du management » p : 36

10
répondre à des problèmes et situations jamais rencontrées par
l’organisation.
 Solutions novatrices et inhabituelles (tempête de cerveau) : permet à un

groupe de proposer toutes les solutions qui viennent à l’esprit de ses


membres.

c)- Comparaison et évaluation des solutions :


La définition des critères de base compte tenu des objectifs et des
ressources de l’entreprise permettra de procéder à la comparaison des solutions
en tenant compte des avantages et des inconvénients de chacune ,exprimés en
terme de conséquences .On peut citer trois types de choix :
 Le degré de pertinence vis-à-vis de la situation et les objectifs
 Le degré de réalisme eu égard aux contraintes
 Le degré de leur acceptabilité eu égard aux valeurs mises en causes

d)- Prise de décision :


Prendre la décision constitue le point d’aboutissement des trois premières
étapes de la démarche rationnelle .Elle repose sur un choix de solutions
répondant aux conditions limitées ,ainsi que sur l’intégration sur le terrain par un
plan d’action.

B- Deuxième cycle

Dans ce cycle on distingue 3 phases :


a)- Planification de l’action :
A ce stade, la décision est devenue un objectif à réaliser .Il sera question dès
lors de planifier et de formuler la mise en œuvre de la décision .Il s’agit

11
d’inventorier l’ensemble des moyens de mise en œuvre de l’action sous forme
d’un plan d’action qui est soit rapide, soit compliqué :
 Action rapide : le plan d’action ne s’étale que sur des minutes ou quelques

jours au plus, vu la familiarité du problème et l’aboutissement de


l’information.
 Action compliquée : par la nature du problème, les nombreuses personnes

impliquées dans la recherche de solution, ainsi que la longue étude


qu’exige la nature du problème.

b)- Exécution de l’action :


L’essentiel dans cette phase est de faire adhérer, impliquer les différents
membres de l’organisation dans la mise en action des décisions .A remarquer
que celui qui exécute l’action est souvent différent de celui qui décide. C’est
pourquoi, la fonction de décideur doit s’accompagner de celle d’animateur.

c)- Evaluation des résultats :


Les suites d’une décision permettent de tester la validité de la décision
dans la réalité, d’évaluer les résultats et les conséquences des actions
entreprises .Les dirigeants intègrent des informations en retour (rapports,
chiffres…) dans leurs décisions pour les vérifier et les commenter. Toutefois
beaucoup de décisions n’aboutissent pas aux résultats escomptés, mais un effet
de rétroactivité (feed-back) peut être envisager dans ce sens pour aménager et
corriger les décisions et les actions .
Après avoir donner une vision générale sur le processus de prise des
décisions, nous allons voir par la suite les styles de décisions et leur choix.

12
III – Les styles des décisions et leur choix
Dans ce point , nous allons traiter les trois points suivants :
- le concept du style de décision
- les styles de décisions
- Les facteurs d’influence sur le choix du style de décision

A- Le concept du style de décision

Scott et BRUCE définissent le style de décision comme « l’habitude


conditionnée,le mode habituel de réponse exprimé par l’individu lorsque ce
dernier est confronté à une situation de décision spécifique .Il s’agit en fait d’une
habitude à réagir d’une certaine manière face à un contexte spécifique de
décision .Ainsi ,l’individu a souvent une manière habituelle dont il donne des
décisions (appelée style de décision) mais il ne l’utilise pas de façon exclusif
.On peut donc distinguer un style principal et un style secondaire .encore plus
l’individu semble ,parfois, combiner de nombreux styles différents pour
parvenir à sa décision lorsqu’il s’agit des décisions importantes .

B- Les styles de décision :

On peut distinguer plusieurs styles de décisions et ce en fonction surtout de


différents aspects des décisions managériales (la participation des subordonnés à
la décision, la façon de procéder à la décision formelle versus informelle ) ,la
capacité d’adaptation à l’environnement ,l’utilisation des données (qualitatives
versus quantitatives ,le transfert d’expérience …)

13
1 : Les styles de décision en fonction de la participation à la décision :

Ali (1989)10 et Youssef (1998)11 et en analysant la participation et la nature


de la participation des subordonnés à la décision, distinguent cinq styles de
décision :
 Style autocratique : qui désigne l’habitude du manager de résoudre seul le

problème ou de prendre seul les décisions en se basant seulement sur ses


propres informations sans consultation de ses subordonnés.
 Style pseudo consultatif : ici le manager ou le décideur fait semblant de

consulter ses subordonnés avant de donner des décisions , mais leurs idées
et suggestions ne sont pas prises en compte .L’objectif est principalement
de créer chez les subordonnés le sentiment d’être consultés .
 Style consultatif : c’est au niveau de ce style qu’on apprécie mieux les

idées et suggestions des subordonnés, et encore plus ces idées et


suggestions peuvent être prises en compte dans la décision finale.
 Style participatif : le manager ici fait participer ses subordonnées dans ses

problèmes
 Style par délégation : ici c’est plus avancé, où le manager demande à ses

subordonnés de prendre eux-mêmes les décisions.

2 - Les styles de décisions en fonction du mode de traitement des données et


de la capacité d’adaptation à l’environnement :

En fonction des modes de traitement d’informations et de la capacité


d’adaptation aux changements de l’environnement des managers on peut retenir

109
Ali A.J. (1989) « decision styles and work satisfaction of Arab executives » pp 22-37
1110
Ali A.J. (1993) « decision making style,individualisme and attitudes toward risk of arab
executives » pp 53-73

14
avec DESS Lumpkin et Covin (1997)12 et wu, chiang et Jiang (2002) quatre
styles différents de décisions : participatif ,entrepreneurial , adaptatif et simpliste

Pour ce qui est du style participatif, il y a une participation des


subordonnés, ou des responsables des services concernés dans l’organisation de
la prise de décision.
Le style entrepreneurial reflète une grande volonté de prendre le risque,
de confronter des situations, et de s’engager dans une perspective innovatrice. Il
est en fait ambitieux et offensif
Concernant le style adaptatif, il est lié à la conscience et à l’adaptation
aux changements de l’environnement, à un fort besoin de contact avec d’autres
partenaires.
Enfin ,le style simpliste est caractérisé , quant à lui ,par l’utilisation des
projets ou des modèles passés dans la prise de décision ici le décideur semble
manquer le sens d’adaptation dans son raisonnement et plus que son aversion ou
sentiment que les situations changent ou ne changent pas .

C- Les facteurs d’influence sur le choix du style de décision :

Nous pouvons regrouper l’ensemble des facteurs d’influence sur le choix du


style de décision en cinq éléments :
1)- les caractéristiques personnelles des décideurs : culture, l’éducation, le
style cognitif …
2)- les caractéristiques du problème de décision : l’importance, la
familiarité …
3)- le contexte de décision : la situation de décision, le temps disponible
pour la prise de décision ….

1211=
Vroom V et YETON (1973) « leaderships and decision making »

15
4)- les caractéristiques de l’organisation : le domaine d’activité, la taille de
l’organisation , la propriété,la culture de l’entreprise …
5)- les particularités du contexte socio-culturel : la culture des collègues et
subordonnés, les caractéristiques socio-économiques…

Ainsi, on peut se baser sur ces facteurs pour élaborer un modèle du choix
de prise de décision.

Caractéristiques
personnelles de décideur

Contexte de décision Caractéristiques du


problème de décision

Style de
décision

Caractéristiques de
Particularités du
l’organisation
contexte socioculturel

Facteurs d’influence sur le choix du style de décision

Dans le point suivant nous allons projecter la lumière sur le système


d’information.

16
IV- le système d’information : son importance à la prise
de décision.

Dans ce paragraphe, nous allons traiter les trois points suivants


- définition
- typologie des SI
- Son importance

A- Définition :

Le système d’information de l’entreprise est constitué par :


- l’ensemble des informations circulant dans l’entreprise.
- l’ensemble des moyens et procédures de recherche, de saisie, de
mémorisation et de traitement des informations.
Le système d’information est en interactivité avec le système opérant qui
lui fournies des informations et le système de pilotage auquel il fournit ces
informations, et duquel il reçoit des décisions entraînant des réactions sur le
système opérant.autrement dit, le système d’information se trouvent interface
entre le niveau décisionnel et le niveau opérationnel (voir schéma de J.l le
moigne)13. En d’autre terme, le système d’information est constitué d’un
ensemble de moyens, de ressources, d’éléments organisés afin de :
- recueillir (collecter, saisir)
- traiter (extraire une information pertinente, calculer…)
- stocker (mémoriser)
- diffuser de l’information (communiquer)

13
Le MOIGNE , « les systèmes d’informations dans les organisations »

17
Le modèle systématique de l’organisation

Système de pilotage

Système d’information

Système des opérations

B- Typologies des SI :

Au sein des organisations, plusieurs systèmes d’informations sont souvent


différenciés selon les niveaux des décisions :
- le S.I stratégique.
- le S.I de gestion.
- le S.I opérationnel.
Et selon la nature de l’information et des traitements :
- les systèmes opérationnels (qui assurent les transactions)
- les systèmes d’aide à la décision (qui exploitent des models d’analyses
des problèmes)
- les systèmes de gestion de la connaissance (qui fournissent en particulier
des outils pour le travail collaboratif).

Pourtant , ces distinctions risquent de conduire une vison parcellaire et


déstructurées de l’organisations. En réalité, les S.I sont aujourd’hui des systèmes
informatisés qui constituent des ensembles de plus en plus intégrés.

En bref, le système d’information de l’entreprise est un réseaux complexe


des relations structurées ou interviennent des hommes, des machines, et des
procédures ,qui a pour objet,d’engendrer des flux ordonnés d’information

18
pertinentes provenant des sources internes et externes à l’entreprise destinés à
servir de base aux décisions.14

B- L’importance des SI :

Il est donc tout à fait logique, que chaque décision ne puisse être efficace
et efficient si le décideur ne dispose pas d’un S I fiable et pertinent. En, effet un
bon décideur ne peut prendre une telle décision que s’il dispose des informations
complètes et pertinentes. Ces informations provenant des sources diverses
(documents écrit, échange d’informations, Internet, logiciel….) sont considérés
comme étant d’outil aidant à la prise de décision.

L’importance de système d’information réside dans le fait qu’il réduit


l’incertitude inhérente au processus de décision au même titre qu’il atténue le
degré de subjectivité quant à la prise de décisions. En effet, Le SI a pour objectif
de trier les informations afin de mettre en exergue uniquement les informations
jugé nécessaire pour le décideur, de faire aussi une bonne présentations de ces
formations sous forme de modèle (critères, variables), il permet d’éviter trop
d’informations inutile et permet par conséquent d’économiser le temps. De ce
fait, un tel décideur lorsqu’il dispose des informations dont il est besoin, cela il
l’encourage d’être confiant et sûr de la décision prise et être motivé pour prendre
d’autres décisions .

Partie 2 : aspect pratique


A- Questionnaire de l’enquête :

14
Lambin ,Jean-Jacque ,la recherche marketing ,paris ,MC 1990 p 26

19
Identification de l’entreprise :

La raison sociale :
L’activité principale :

1)- Qu’est ce que signifie pour vous la notion de « décision » ?

…………………………………………………………………………...........................
……………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………

2)- Pourquoi vous prenez des décisions ?

..........................................................................................................................................
……………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………….

3)- Qui a la charge de la prise de décision dans l’entreprise ?

………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………….

4)- Comment vous procédez pour prendre une décision ?

20
 Vous suivez un processus défini □
 Ça vient d’une manière spontanée □
 Selon le problème posé □
Autres à préciser:

……………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………

5)- En cas de suivi d’un modèle de prise de décision, lequel utilisez vous ?
 Le modèle rationnel □
 Le modèle politique □
 Le modèle de rationalité limitée □
 L’IMC □
6)- Dans la prise de décision, vous faites participer le personnel
 Dans tous les cas □
 Parfois □
 Rarement □
 Non plus □
7)- Il vous est arrivé d’avoir pris une mauvaise décision ?

Oui □ Non □

Si oui, quelle démarche avez-vous suivi pour la corriger ?

21
…………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………

8)- Comment assurez-vous le suivi et le contrôle de l’exécution d’une décision ?

………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………..
……………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………….

9)- Quelles sont les types de décisions que vous prenez ?


 Décisions tactiques □
 Décisions opérationnelles □
 Décisions stratégiques □
10)- Quels sont les types de décisions prises selon l’ordre hiérarchique de
l’entreprise

 Direction générale : Décisions tactiques □


Décisions opérationnelles □
Décisions stratégiques □
 Direction fonctionnelle : Décisions tactiques □
Décisions opérationnelles □
Décisions stratégiques □

22
 Direction opérationnelle : Décisions tactiques □
Décisions opérationnelles □
Décisions stratégiques □

11)- Quel est le degré de la réversibilité des décisions selon le type de


décisions ?

 Décisions tactiques : réversible □ irréversible □


 Décisions opérationnelles : réversible □ irréversible □
 Décisions stratégiques : réversible □ irréversible □
12)- Pour prendre une décision d’ordre stratégique, faites vous appel aux
conseillers extérieurs ?

Oui □ Non □
Si oui quels sont ces organes ?

…………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………..

13)- Quelles sont les sources d’informations que vous utilisez selon le type des
décisions prises ?

23
……………………………………………………………………………………..
……………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………..

14)- Comment jugez-vous la pertinence des décisions ?

 Pertinente □
 Moyennement pertinente □
 Peu pertinente □

15)- Disposez-vous des outils aidant à la prise de décision ?


Oui □ Non □
Si oui quels sont ?

………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………

16)- Quelles sont les contraintes rencontrées lors de la prise de décision ?


 Les contraintes de compétences □
 Les contraintes de moyens humains □
 Les contraintes de moyens financiers □

24
17- Est ce que vous rencontrez ces contraintes toujours ?

Oui □
Non □
18)- quelle est la nature et le degré de structuration des décisions que vous
prenez ?

* Décisions programmable (de routines,procédures ,règles…) □


* Décision non programmable (imprévisibles,pas de modèle à appliquer ) □
* Décision structurée (arbre de décision, simulation...) □
* Décision non structurée (multitude des critères) □
19)- Parmi les variables suivantes lesquelles influencent plus votre processus
prise de décision :

- style cognitif (analytique,pragmatique…) □


- Traits de personnalité (sociable/persuasif...) □
- Expérience □
- Environnement immédiat (clients, fournisseurs..) □
- Environnement global (social, politique ,économique,
…) □
- Compétence (savoir,savoir-faire…) □
- Culturelles et de valeurs □

20)- les systèmes d’informations utilisés vous aide à :

25
-Comprendre et cerner le problème posé □
- Réduire l’incertitude du processus de prise de décision □
- Faire des décisions plus réelles et objectives □
-Aide à la décision □

21)- Vous vous appuyer sur les systèmes d’informations dans vos décisions à :

10% - 30% □
30% - 50% □
50% - 70% □
70% - 90% □
100% □

22) - Les décisions que vous prenez sont –elles contestées de la part de votre
directoire ou environnement interne ?
Oui □
Non □

23) -Acceptez vous ces revendications ?

Oui □
Non □
Parfois □

24) - Est-ce que la liberté ou l’autonomie dans la prise de décision dépend du


grade du décideur ?

26
Oui □
Non □
25)- Est ce que la structure de votre organigramme influence sur le degré
d’importance de décision :

Oui □
Non □

26)- Faites-vous une communication de la décision prise ?


Oui □
Non □
Si oui ,
-Avant sa concrétisation □
-Après sa concrétisation □

B- Interprétation des résultats :

27
- 1/ La perception de la notion de « décision » par l’échantillon :

D’après le dépouillement des résultats, on constate qu’une bonne partie de la


population considère la décision comme un acte volontaire qu’il faut accomplir
et un jugement que le manager prend en cas d’un problème ou une rectification
de la norme dans le cadre de la survie de l’entreprise.Il s’agit de faire un choix
parmi plusieurs alternatifs pour résoudre un problème..

- 2/ Le pourquoi de la prise de la décision :

L’importance de la prise de la décision réside dans le fait qu’elle permet de


mettre fin aux problèmes pour assurer la bonne marche des affaires et de trouver
des solutions définitives.

- 3/ La charge de la prise de la décision :

Normalement, se sont les dirigeants qui prennent les décisions mais c’est en
fonction de la structure de celle-ci ou son organigramme .Par exemple, pour les
petites affaires c’est le patron qui a la charge de prendre une telle décision, pour
Les entreprises structurées c’est en fonction du statut de chaque responsable.

- 4/ La méthode de la prise de décision :

28
les méthodes suivies pour la prise
des décisions

processus défini
33%
d'une façon
spontanée
61%
6% selon le problème
posé

D’après le graphique , on constate que 61% des méthodes suivies lors de la prise
des décisions sont liées au problème posé et 33% des décisions sont basées sur
un processus clairement défini .Enfin presque 6% de l’échantillon prennent leurs
décisions d’une manière spontanée .

- 5/ Les types des modèles utilisés

les modèles de prise de décision utilisés

modèle rationnel
8% 0%
15%
modèle politique

modèle de rationalité
limitée
77% IMC

L’analyse des résultats montre que 77% de l’échantillon utilisent le modèle


rationnel ce qui nous amène à conclure que la décision est prise avec escient
ce qui se traduit par des résultats optimaux .15% s’appuie sur le modèle
politique qui permet de satisfaire les désirs des individus ,le reste 8% utilise
le modèle de rationalité limitée vu qu’ils sont confrontés à des insuffisances
cognitives,… et de ce fait ,ils n’arrivent pas à prendre une décision

29
rationnelle …Concernant l’IMC ,il n’est pas utilisé par cet échantillon vu
l’ignorance de ce modèle .

- 6/ Concernant la participation du personnel dans la prise de décision :


degré de participation 0%
du personnel à la prise de décision

0%
23%
dans tous les cas
parfois
rarement
non plus
77%

Le personnel participe souvent à la prise de décision avec un pourcentage de


77% ce qui explique l’esprit participatif des dirigeants de cet échantillon
.dans le reste des cas ils y participent à 100% . Ce qui confirme ce qu’il vient
d’être dit .

- 7/ Degré de décisions mal prises (les démarches à poursuivre)

le degré de décisions males prises

15%

oui
non

85%

D’après ce diagramme ,85% des décideurs prennent parfois de mauvaises


décisions ce qui met en cause le processus suivi par eux lors de la prise de ces
décisions .

30
- 8/ le suivi et le contrôle de la décision :

La démarche consiste en :
- Un suivi continu ;
- Où un suivi systématique définit toujours par la procédure définie en
vigueur ;
- Etre sur le champ, au courant de tous les détails ;;
- Par un contrôle à posteriori ;
- Par des réunions mensuelles et des contacts.

- 9/ La typologie des décisions prises selon l’ordre hiérarchique de


l’entreprise:
Les décisions prises par la direction
générale

décisions
29% tactiques
47% décisions
opérationnelles

24% décisions
stratégiques

Presque la moitié des décisions prises par la direction générale sont stratégiques
qui font engager l’entreprise sur une longue période, le reste se répartie en
moitié entre les décisions tactiques et opérationnelles.

31
lesdécisionsprisesparlesdirections
fonctionnelles

0% décisions
tactiques
43%
décisions
opérationnelles
57%
décisions
stratégiques

Plus de la moitié des décisions prises par les directions fonctionnelles sont
opérationnelles s’appliquant dans le cadre de la gestion courante de l’entreprise.
43% sont des décisions tactiques, avec l’ absence de décisions stratégiques.ceci
montre la centralisation des décisions stratégiques au niveau de la direction.

- 10/ Le degré de réversibilité selon les types de décisions :


degré de réversibilité des décisions

décisions
10%
stratégiques
décisions
52% opérationnelles
38%
décisions
tactiques

L’analyse du graphique montre que les décisions les plus réversibles sont des
décisions tactiques,avec un pourcentage de 52%,les décisions opérationnelles
représente un degrés de réversibilité de 38%.

32
- 11/ Concernant la consultation des conseillers extérieurs

l'appel aux conseillers extérieurs

46%
oui

54% non

Plus que la moitié des entreprises enquêtées font appel aux conseillers exterieurs
afin de les aider à prendre les décisions .en fait ,ces conseillers sont des
spécialistes permettant à l’entreprise de faire des analyses plus fines des
situations posées . En plus la constatation nous donne une idée sur le degré de
structuration et de maturité auquel les entreprises enquêtées font preuves .
- Si oui
- cabinet d’expertise
- sociétés de management
- sociétés de conseils
- sociétés d’audit
- banquiers
- avocats

- 12/ Les sources d’informations utilisées par l’entreprise :


Parmi les sources d’informations utilisées par l’entreprise, on trouve :
- la procédure en vigueur
- le manuel de procédure
- les statistiques
- les marchés concrets

33
- documentation
Et donc on peut conclure l’existence d’une diversité et d’un degré de qualité
des sources d’informations utilisées qui constituent un pilier essentiel pour
une bonne décision .

-13/ la pertinence des décision :


ledegrédepertinencedesdécisions

0% pertinente
31%
m oyennement
pertinente
69% peupertinente

La logique vaut qu’on ne peut jamais être parfait ,cest ce qui traduit par le
graphique ci-dessus ainsi la majorité des décisions prises sont moyennement
pertinentes.

-14/ Disposition des outils aidant à la décision


la disposition d'outils aidant à la prise
des décisions

31%
oui
non
69%

Presque 70% des entreprises disposent d’outils aidant à la prise des décisions,à
savoir :
- Manuel de procédure
- Logiciels

34
- Assistant informatique
- Expérience de la personne
Ces outils en plus du système d’informations permettent de perfectionner les
décisions prises .

-14/ Les contraintes rencontrées lors de la prise de décision :

Les contraintes rencontrées lors de la prise des


décisions
contraintes de
compétences
22%
33% contraintes de moyens
humains

contraintes de moyens
45%
financiers et
organisationnels

On observe d’après les résultats ci-dessus, que la majorité des entreprises


enquêtées (45%)souffrent d’un manque de ressources humaines ,ce qui
constitue un handicap pour la prise des décisions pertinentes .encore plus
,même en presence des ressources humaines,ces entreprises trouvent un
probleme de compétences et de qualifications .Tous ces contraintes
expriment la pertinence moyenne des décisions prises.

35
15/La fréquence de la rencontre de ces contraintes :
La fréquence de la rencontre des
contraintes lors de la prise des
décisions

29%
oui
non
71%

Malgré tous les efforts déployés pour faire face aux contraintes rencontrées,
ces derniers subsistent avec un pourcentage de 71%,.
En fait ,selon les postulats des différents décideurs ,de l’échantillon enquêtés
ce constat est de plus en plus important ce qui rendra les décisions prises
plus fragiles .

16/ nature et structuration des décisions


Natureet degrédestructurationdes
décisionsprises
décisions
programmables
21%
décisions non
40%
programmables
décisions
21% structurées
18%
décisions non
structurées

On remarque que 40% des décisions sont programmables cela reflète le


caractère routinier des décisions prises dans l’entreprise qui s’appuient
généralement sur des manuels de procédures et des programmes
préétablies.seulement 18% des décisions sont non programmables,
nécessitant un minimum de réflexion.en ce qui concerne les décisions

36
structurées et non structurées, coexistent à son tour avec un pourcentage plus
ou moins important.

-17/ les variables influençant le processus de prise des décisions

style cognitif
Les variables influançant la prise des
décisions traits de
personnalité
expérience
2% 7%
29% 20%
environnement
immédiat
5% 17% environnement
20%
global
compétence

culture et valeurs

Le graphique suivant démontre l’existence de plusieurs variables influençant la


prise de décision.ces variables là peuvent avoir un effet décisif pour la survie de
l’entreprise ..En fait c’est surtout les caractéristiques personnelles des décideurs
qui influencent sur l’élaboration de la décision comme les compétences ,traits
de personnalités ,expérience … En plus de l’environnement immédiat et global
qui conditionne les choix effectués .

37
18/Utilité des systèmes d’informations
comprendreet
L'utilitédessystèmesd'informations cerner les
utilisés problèmes cernés

réduire
29% 17% l'incertitudedu
processus de
prisededécisions
fairedes
17% 37%
décisions plus
réelles et
objectives
aideàladécision

On est tous d’accord que les systèmes d’information sont utiles dans le
processus de prise de décision.Cette utilité se diffère selon la perception de
chaque décideur.Cependant,ces systèmes sont utilisés dans la plupart des
cas,pour réduire l’incertitude, et comprendre le problème . De plus cette utilité
se concrétise dans l’orientation des décisions .

38
19/ L’utilisation des systèmes d’informations

Le pourcentage d'utilisation des


systèmes d'informations dans la prise
des décisions

10
8
6
Série1
4
2
0
)

)
30

)
0)

0)
70

0
0
5
0-

-9
0-

(1
0-
(1

0
5
(3

rt
(7
n(
le

fo
le

rt
ib

e
ib

fo
oy

ès
fa

fa

tr
ès
tr

Les systèmes d’information sont utilisés le plus souvent au sein des


entreprises,en vue d’assurer la prise de décision. Ainsi , on observe que
l’échantillon enquêté fait référence au moyenne de 50% à 70% des cas au
système d’informations pour la prise de la décision

20/ Le degré de contestation des décisions prises

Le degré de contestation des


décisions

38%
oui
non
62%

39
Dans la vie de l’entreprise,il peut y avoir une contestation envers les décisions
prises.Le graphe suivant montre que 62% des décisions prises dans cet
échantillon ont subit une revendication.
Ce degré ou cette fréquence nous donne un aperçu sur les styles de décisions qui
règnent dans l’échantillon .

21/ L’acceptation de ces revendications :

L'acceptation des revendications

13% 0%
oui
non
parfois
87%

Concernant ces revendications ,elles connaissent dans la plupart des cas,une


acceptation de la part des décideurs,(87%).ce qui confirme à la rigueur les
résultats observés au niveau de la question précédente .

22/ Liberté et autonomie de prise de décision :

degré de dépendance de la prise de


décision du grade du décideur

8%

oui
non

92%

40
D’après ce graphique,92% des décisions dépendent des grades des décideurs.Les
décisions prises diffèrent dans leur nature et importance selon le statut du
décideur.

23/L’influence de l’organigramme

relation : organigramme /prise de


décision

31%
oui
non
69%

69% des dirigeants affirment l’influence de l’organigramme sur le degré


d’importance de décision .Ceci vient pour confirmer que chaque niveau
hiérarchique a ses propres responsabilités et selon ses derniers que diffèrent
l’importance des décisions prises .

24/ Communication des décisions prises

Communicationdesdécisionsprises

15%

oui
non

85%

41
lemoment decommunicationdes
décisions

18%
avant leur
concrétisation
après leur
concrétisation
82%

Selon le graphe ci-dessus , on observe que 85% des dirigeants interrogés


communiquent les décisions prises par eux dont 82% les révèlent avant leur
concrétisation .ce constat traduit le degré d’implication du personnel dans la vie
de l’entreprise .

42
CONCLUSION
La décision est la clé de voûte de tout l’édifice managérial .Elle est devenu un
élément central de compétitivité et de réussite de l’entreprise .Ainsi, le système
de décision représente la base de tous les systèmes de management : système de
valeur, de l’organisation, de direction, de planification et même celui de contrôle
.

43
BIBLIOGRAPHIE :
Les ouvrages :
 « Organisation et management » , collectif ,édition Organisation 1997
 « Contrôle de gestion » , DECF , SEPARI , ALAZARD
 « organisation et gestion » , G.GUICHIANI
 « les organisations : une approche systémique » , BERTRAND ET
GUILLEMENT
 « le nouveau management : la décision par les ordinateurs » , H.SIMON
 « à propos du management » P.DRUCKER
 « la modélisation des systèmes complexes » , J.L LE MOIGNE

LES articles :
 « choix du style de décisions des managers dans un nouveau contexte
socio-culturel », TUNG DAO
 « modèles du décideur et du processus de la décision » , DANIEL
SCHNEIDER

Webographie :
- www.geronim.free.fr/ecoent/cours/decision/htm

44