Vous êtes sur la page 1sur 11

IAS 27: ETATS

FINANCIERS
CONSOLIDÉS ET
INDIVIDUELS
ENCADRÉ PAR : M. HILMI YASSINE

Réalisé par : -Oughza Farah


-Lamzouri Zineb -Rhafir Jawad
-Misbah Mohamed -Sbai Rafik

Année universitaire : 2021/2022


INTRODUCTION
Internationalisation, mondialisation, financiarisation de l’économie sont des phénomènes que nous avons
connus au courant de ces dernières décennies. Le développement de marchés financiers, l’accélération des
échanges internationaux de biens, de main d’œuvres et de connaissances n’ont fait qu’accroître les
divergences réglementaires, vu que dans la plupart des pays, les sociétés ont l’obligation de préparer des
états financiers individuels sur la base d’un référentiel comptable national, ce qui crée une disparité entre
les pays.
L’harmonisation des liens d'interdépendance entre les nations nous a incités à promulguer
progressivement nos législations et nos réglementations en vue de s’aligner sur les pratiques
internationales généralement admises afin de maintenir et consolider notre position sur les marchés
financiers. Il est donc impossible de se comparer ou de se positionner sur le marché mondial sans prendre
en compte ce dilemme.
D’où vient la création de l’IASC (International Accounting Standards Committee) en 1973, dans le but de
normaliser les comptabilités et créer un standard unique, les normes IFRS (International Financial
Reporting Standards), elles ont été mise en place en 2005, complément des normes IAS (international
accounting stards) existant depuis 1973. Ces normes comptables ont été préparées par le bureau des
standards comptables internationaux. Dans les deux cas, ces normes ont pour objectif d’instaurer un
modèle comptable harmonisé afin de favoriser les échanges internationaux.
Pour le cas du Maroc, les normes comptables internationales ne s’appliquent à titre obligatoire que pour
les comptes consolidés des sociétés cotées. Concernant notre recherche, nous allons axer notre analyse
sur La norme IAS 27 États financiers individuels, qui contient les règles pour qu'une entreprise
comptabilise ses investissements dans des filiales, des coentreprises et des entreprises associées lors de
la préparation de ses états financiers individuels conformément à la législation locale.

I A S 2 7 2
CADRE HISTORIQUE
L’HISTORIQUE DE L’IAS 27 ET LES PRINCIPAUX AMENDEMENTS :

Avril 1989 : Publication d'IAS 27 États financiers consolidés comptabilisation des


participations dans des filiales
01 Janvier 1990 : Date d’entrée en vigueur de l’IAS 27 de 1989
18 Décembre 2003 : IAS 27 Version révisée de l’IAS 27 publiée par l’International Accouting
Standards Board (IASB)
01 Janvier 2005 : Date en vigueur de l’IAS 27 (2003)
10 Janvier 2008 : Publication de IAS 27 États financiers consolidés et individuels (2008)
22 Mai 2008 : Modifié par le coût d'une filiale dans les états financiers individuels d'une
société mère lors de la première adoption des IFRS
22 Mai 2008 : Modifié par les améliorations annuelles apportées aux IFRS
01 Janvier 2009 : Date d’entrée en vigueur des deux amendements de 2008
06 Mai 2010 : Modifié par les améliorations annuelles apportées aux IFRS 2010
Juillet 2010 : Date d’entrée en vigueur de l’amendement de Mai 2010 à l’IAS 27
Mai 2011 : Réédité sous le nom d'IAS 27 États financiers individuels (. Les dispositions
relatives à la consolidation qui faisaient auparavant partie de l'IAS 27 (2008) ont été
révisées et figurent désormais dans l'IFRS 10, États financiers consolidés.
Janvier 2013 : Date d’entrée en vigueur de l’IAS 27(2011)

I A S 2 7 3
CADRE THÉORIQUE
DÉFINITION DE LA NORME
IAS 27 États financiers consolidés et individuels précise quand une entité doit consolider une autre
entité, comment comptabiliser un changement de participation, comment préparer des états
financiers individuels et les informations connexes. L'IAS 27 a été rééditée en janvier 2008 et
s'applique aux exercices ouverts à compter du 1er juillet 2009 ; elle est remplacée par l'IAS 27 États
financiers individuels et l'IFRS 10 - États financiers consolidés à compter des exercices ouverts à
compter du 1er janvier 2013.

OBJECTIFS DE LA NORME
L'objectif principal de la présente norme est d'améliorer la pertinence, la fiabilité et la comparabilité des
informations qu'une entité mère fournit dans ses états financiers individuels et dans ses états financiers
consolidés pour un groupe d'entités sous son contrôle. La norme spécifie :
Les circonstances dans lesquelles une entité doit consolider les états financiers d'une autre entité
(étant une filiale) ;
La comptabilisation des variations du niveau de participation dans une filiale ;
La comptabilisation de la perte de contrôle d'une filiale ;
Les informations qu'une entité doit fournir pour permettre aux utilisateurs des états financiers
d'évaluer la nature de la relation entre l'entité et ses filiales.
L'IAS 27 a le double objectif de fixer les normes à appliquer :
Dans la préparation et la présentation des états financiers consolidés d'un groupe d'entités sous le
contrôle d'une société mère ;
Dans la comptabilisation des participations dans des filiales, des entités contrôlées conjointement et
des entreprises associées lorsqu'une entité choisit, ou est tenue par la réglementation locale, de
présenter des états financiers individuels (non consolidés).

CHAMP D'APPLICATION DE LA NORME


IAS 27 "Etats financiers consolidés et individuels" doit être appliquée à la préparation et à la
présentation des états financiers consolidés d’un groupe d’entités contrôlées par une société mère.
IAS 27 ne traite pas des méthodes de comptabilisation des regroupements d'entreprises et de leurs
effets sur la consolidation, y compris du goodwill résultant d'un regroupement d'entreprises (voir IFRS 3
"Regroupements d'entreprises").
IAS 27 doit également être appliquée pour la comptabilisation de participations dans des filiales, des
entités contrôlées conjointement et des entreprises associées lorsqu’une entité choisit de présenter des
états financiers individuels ou y est obligée par des dispositions locales.

I A S 2 7 4
PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS
Une société mère doit présenter des états financiers consolidés dans lesquels elle consolide ses
participations dans des filiales selon la norme IAS 27.
Une société mère n’est pas tenue de présenter des états financiers consolidés si, et seulement si :
La société mère est elle-même une filiale détenue totalement ou partiellement par une autre entité et
ses autres propriétaires, y compris ceux qui, par ailleurs, n’ont pas le droit de vote, ont été informés
de la non-préparation d’états financiers consolidés par la société mère et ne s’y opposent pas
Les instruments de dettes ou de capitaux propres de la société mère ne sont pas négociés sur un
marché public
La société mère n’a pas déposé, et n’est pas sur le point de déposer ses états financiers auprès d’un
comité des valeurs mobilières ou de tout autre organisme de réglementation, aux fins d’émettre une
catégorie d’instruments sur un marché public ;
La société mère ultime ou une société mère intermédiaire présente des états financiers consolidés,
disponibles en vue d’un usage public, qui sont conformes aux IFRS.

PÉRIMÈTRE DE CONSOLIDATION
Les états financiers consolidés doivent inclure toutes les filiales de la société mère.
Le contrôle est présumé exister lorsque la société mère détient, directement ou indirectement par
l'intermédiaire de filiales, plus de la moitié des droits de vote d’une entité, sauf si dans des
circonstances exceptionnelles, il peut être clairement démontré que cette détention ne permet pas le
contrôle. Le contrôle existe également lorsque la société mère détenant la moitié ou moins des droits de
vote d’une entité, dispose :
·Du pouvoir sur plus de la moitié des droits de vote en vertu d’un accord avec d’autres investisseurs ;
·Du pouvoir de diriger les politiques financière et opérationnelle de l’entité en vertu d’un texte
réglementaire ou d’un contrat ;
·Du pouvoir de nommer ou de révoquer la majorité des membres du conseil d’administration ou de
l’organe de direction équivalent, si le contrôle de l'entité est exercé par ce conseil ou cet organe ;
·Du pouvoir de réunir la majorité des droits de vote dans les réunions du conseil d’administration ou de
l’organe de direction équivalent, si le contrôle de l'entité est exercé par ce conseil ou cet organe.
L'existence et l'effet des droits de vote potentiels exerçables ou convertibles, y compris les droits de
vote potentiels détenus par une autre entité, sont pris en considération quand l'entité apprécie si elle
détient le pouvoir de diriger les politiques financières et opérationnelles d'une autre entité.
Une filiale n'est pas exclue du périmètre de consolidation parce que ses activités sont dissemblables de
celles des autres entités du groupe.

I A S 2 7 5
PROCÉDURE DE CONSOLIDATION

Pour établir des états financiers consolidés, les états financiers individuels de la société mère et de ses
filiales sont combinés, ligne par ligne, en additionnant les postes semblables d'actifs, de passifs, de
capitaux propres, de produits et de charges.
Lorsque des droits de vote potentiels existent, les quotes-parts du résultat et les variations des capitaux
propres attribuées à la société mère et aux participations ne donnant pas le contrôle sont déterminées
sur la base des pourcentages de participation actuels et ne reflètent pas l'exercice ou la conversion
possibles des droits de vote potentiels.
Les soldes, les transactions, les produits et les charges intra-groupe doivent être intégralement
éliminés.
Les états financiers de la société mère et de ses filiales, utilisés dans la préparation des états
financiers consolidés, doivent être établis à la même date. Lorsque la fin de la période de reporting de la
société mère et celle d’une filiale sont différentes, la filiale prépare, pour les besoins de la
consolidation, des états financiers supplémentaires à la même date que les états financiers de la
société mère, à moins que cela ne soit impraticable.
Quand, selon le paragraphe précédent, les états financiers d’une filiale utilisés pour la préparation des
états financiers consolidés sont établis à une date différente de celle des états financiers de la société
mère, des ajustements doivent être effectués pour prendre en compte l’effet des événements ou
transactions significatives qui se sont produits entre cette date et la date des états financiers de la
société mère. En aucun cas l’écart entre la fin de la période de reporting de la filiale et celle de la
société mère ne doit être supérieur à trois mois. La durée des périodes de reporting et toute différence
entre la fin des périodes de reporting doivent être identiques d’une période à l’autre.
Les états financiers consolidés doivent être préparés en utilisant des méthodes comptables uniformes
pour des transactions et autres événements semblables dans des circonstances similaires.
Dans l'état consolidé de situation financière dans les capitaux propres, les participations ne donnant pas
le contrôle doivent être présentées séparément de la participation des propriétaires de la société mère.
Des modifications de la part d'intérêt d'une société mère dans une filiale qui n'aboutissent pas à une
perte de contrôle sont comptabilisées comme des transactions portant sur des capitaux propres (c'est-à-
dire, par exemple, des transactions effectuées avec des propriétaires agissant en cette qualité).

I A S 2 7 6
PERTE DE CONTROLE
Si une société mère perd le contrôle d’une filiale, elle :
§décomptabilise les actifs (y compris tout goodwill éventuel) et les passifs de la filiale à leur valeur
comptable à la date de la perte du contrôle ;
§décomptabilise la valeur comptable de toute participation ne donnant pas le contrôle dans l’ancienne
filiale à la date de la perte de contrôle (y compris tous les autres éléments du résultat global qui lui sont
attribuables) ;
§Comptabilise :
·La juste valeur de la contrepartie éventuellement reçue au titre de la transaction, de l’événement ou des
circonstances qui ont abouti à la perte de contrôle ;
Et si la transaction qui a abouti à la perte de contrôle implique une distribution de parts de la filiale à
des propriétaires agissant en cette qualité, cette distribution ;
·Comptabilise toute participation conservée dans l'ancienne filiale à sa juste valeur à la date de perte de
contrôle ;
§Reclasse en résultat, ou transfère directement en résultats non distribués si d'autres normes l'imposent
les montants identifiés au paragraphe 35 d'IAS 27 ;
§Comptabilise toute différence qui en résulte au titre de profit ou de perte en résultat attribuable à la
société mère.

I A S 2 7 7
PRÉSENTATION DE LA NORME IAS 27 (NOUVELLE VERSION)
A. RETRAIT D’IAS 27 (2008)
La présente norme est publiée en même temps qu’IFRS 10. Ensemble, ces deux IFRS remplacent IAS 27
États financiers consolidés et individuels (révisée en 2008).
Objectif
L’objectif de la présente norme est d’établir les dispositions relatives à la comptabilisation et aux
informations à fournir pour les investissements dans les filiales, les coentreprises et les entreprises
associées lorsqu’une entité prépare des états financiers individuels.
Champ d’application
La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation de participations dans des filiales, des
coentreprises et des entreprises associées lorsqu’une entité choisit de présenter des états financiers
individuels ou y est obligée par des dispositions locales
Ainsi la norme ne précise pas quelles sont les entités qui produisent des états financiers individuels.
Elle s’applique lorsqu’une entité prépare des états financiers individuels conformes aux Normes
internationales d’information financière
Définitions
Les états financiers individuels sont ceux que présente une société mère (c’est-à-dire un investisseur
ayant le contrôle d’une filiale) ou un investisseur exerçant un contrôle conjoint ou une influence notable
sur une entreprise détenue, dans laquelle les investissements sont comptabilisés au coût ou selon IFRS
9 Instruments financiers.
Une entité exemptée, de la consolidation ou, de l’application de la méthode de la mise en équivalence,
peut présenter des états financiers individuels comme étant ses seuls états financiers.
Préparation des états financiers individuels
·Les états financiers individuels doivent être préparés selon toutes les IFRS applicables
·Lorsqu’une entité prépare des états financiers individuels, elle doit comptabiliser les participations
dans des filiales, des coentreprises et des entreprises associées:
soit au coût; lorsqu’elles sont classées comme détenues en vue de la vente
soit selon IFRS 9.
·L’entité doit appliquer la même méthode comptable à chaque catégorie de participations. Les
participations comptabilisées au coût doivent l’être conformément à IFRS 5 Actifs non courants détenus
en vue de la vente et activités abandonnées, lorsqu’elles sont classées comme détenues en vue de la
vente (ou incluses dans un groupe destiné à être cédé qui est classé comme détenu en vue de la vente).
·L’évaluation des participations comptabilisées selon IFRS 9 ne change pas dans ces circonstances.
·Une entité doit comptabiliser en résultat le dividende provenant d’une filiale, d’une coentreprise ou
d’une entreprise associée dans ses états financiers individuels dès que son droit au dividende est établi.
·Lorsqu’une société mère réorganise la structure de son groupe en établissant une nouvelle entité
comme sa société mère d’une manière qui répond aux critères suivants:
·la nouvelle société mère obtient le contrôle de la société mère d’origine en émettant des instruments de
capitaux propres en échange d’instruments de capitaux propres existants de la société mère d’origine;
·les actifs et passifs du nouveau groupe et du groupe d’origine sont les mêmes avant et après la
réorganisation; et les propriétaires de la société mère d’origine avant la réorganisation ont les mêmes
intérêts absolus et relatifs dans les actifs nets du groupe d’origine et du nouveau groupe immédiatement
avant et après la réorganisation,
·et que la nouvelle société mère comptabilise sa participation dans la société mère d’origine dans ses
états financiers individuels,

I A S 2 7 8
INFORMATIONS À FOURNIR
·Une entité doit appliquer toutes les IFRS applicables lorsqu’elle présente des informations à fournir
dans ses états financiers individuels,
·Lorsqu’une société mère choisit, conformément au paragraphe 4(a) d’IFRS 10, de ne pas présenter
d’états financiers consolidés, et de présenter à leur place des états financiers individuels, elle doit
indiquer dans ces états financiers individuels: le fait que ces états financiers sont des états financiers
individuels; que l’exemption de consolidation a été utilisée.
·une liste des participations importantes dans des filiales, des coentreprises et des entreprises
associées, indiquant:
Ø le nom de ces entreprises détenues;
Ø l’établissement principal (ainsi que le pays de constitution, s’il est différent) de ces entreprises
détenues;
Ø la quote-part du capital (et la quote-part des droits de vote, si elle est différente) détenue dans ces
entreprises;
Ø une description de la méthode utilisée pour comptabiliser les participations énumérées au paragraphe

PRINCIPALES DIFFÉRENCES ENTRE L'IAS 27 ET L'IFRS 10


IFRS 10 introduit un modèle unique de contrôle qui s’applique à toutes les entités, sans égard à la nature
des liens avec l'entité. Selon IFRS 10, la définition du contrôle comporte trois éléments :
·le pouvoir sur l’entité
·l’exposition ou le droit à des rendements variables en raison des liens avec l’entité,
·la capacité d’exercer le pouvoir sur l’entité de manière à influer sur le montant des rendements pouvant
être obtenus.
Cette approche est fondée sur une série d’indicateurs détaillés de contrôle sans qu’une hiérarchie soit
établie ; le préparateur des comptes devra utiliser son jugement dans l’analyse des faits et
circonstances pour évaluer le contrôle
Par exemple, pour déterminer si un investisseur détient le pouvoir sur une entité détenue, les facteurs
suivants devront être analysés :
·l’objectif et la structure de l’entité ;
·les activités pertinentes de l’entité et la façon dont les décisions sont prises ;
·la détention de droits effectifs donnant la capacité actuelle de diriger les activités pertinentes ;
·l’exposition de l’investisseur aux rendements variables et le pouvoir d’influer sur le montant de ces
rendements ;
·les relations de l’investisseur avec les autres parties.
Concernant IAS 27, les règles relatives aux états financiers individuels demeurent globalement
inchangées et font partie de la version amendée (2011) d'IAS 27.
Les parties relatives aux « états financiers consolidés » d’IAS 27 et l’interprétation concernant la
consolidation des entités ad hoc font désormais partie d’IFRS 10.
Lorsque la conclusion sur le contrôle est modifiée par le passage d’IAS 27 à IFRS 10, l’application est
rétrospective ; des dispositions ont été introduites si elle ne s’avère pas possible.

I A S 2 7 9
La différence entre IAS 27 et IFRS 10 dépend principalement du concept de contrôle et de l'utilisation de
la terminologie. L'IFRS 10 ne modifie pas les exigences de traitement comptable, mais fournit plutôt de
nouvelles lignes directrices sur la manière dont la décision de consolidation doit être prise. Ainsi, les
critères de contrôle d'IAS 27 avaient été remplacés par IFRS 10.

I A S 2 7 10
CONCLUSION
L’ouverture des entreprises sur des marchés internationaux suite aux accords économiques internationaux
ont mis hors de cause la nécessité pour la comptabilité de se plier aux exigences de la mondialisation de
l’économie.
Pour cela, l’IASB (l’International Accounting Standard Board) travaille activement en concertation avec
plusieurs organismes notamment les organismes de normalisation comptable nationaux, pour créer de
nouvelles normes et modifier afin d’optimiser les normes actuelles, renforcer la confiance avec les
investisseurs et favoriser le développement et la croissance des entreprises.
Comme précisé tout au long de travail, la nouvelle version d'IAS 27 se limite dorénavant à la
comptabilisation des participations dans des filiales, des entités contrôlées conjointement et des
entreprises associées dans les états financiers individuels. Les principes concernant la consolidation ont
fait l'objet de la nouvelle norme IFRS 10 "Etats financiers consolidés" qui annule et remplace la section sur
les états financiers consolidés d'IAS 27.

I A S 2 7 2

Vous aimerez peut-être aussi