Vous êtes sur la page 1sur 82

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

UNIVERSITE KASDI MERBAH OUARGLA


Faculté des Sciences Appliquées
Département de Mécanique

Spécialité : Energétique

Niveau : 3eme Licence

COURS

Machines Frigorifiques et Pompes à chaleur

Dr .Guermit.Tahar

Année universitaire : 2019/2020

I
A tous ceux qui ont contribués à l’élaboration de ce travail, trouvent ici
l’expression de mes profondes gratitudes et respects.

II
Table des Matières

Sommaire ......................................................................................................................................
Introduction .............................................................................. Error! Bookmark not defined.
Chapitre 1 : Généralités
I. Introduction ............................................................................................................................. 3
2. Historique ............................................................................................................................... 3
3.Production du froid .................................................................................................................. 4
3.1. Défintion du froid ............................................................................................................ 3
3.2. Procédés de production du froid ..................................................................................... 3
3.2.1. Mélanges Réfrigérants .................................................................................................. 4
3.2.2 Détente d’un gaz comprimé ........................................................................................... 4
3.2.3. Evaporation d’un liquide pur ........................................................................................ 4
4. Cycle de carnot ....................................................................................................................... 5
5. Coefficient de performence .................................................................................................... 6

Chapitre 2 : Machines Frigorifiques à Compression de Vapeur


1. Introduction ............................................................................................................................ 8
2. Machine frigorifique à compression de vapeur .................................................................... 8
2.1. Schéma de principe d’une machine frigorifique à compression de vapeur ............... 8
2..2. Cycle Frigorifique d'une IFCMS .............................................................................. 10
2.4.1.2. Principe de fonctionnement d'une IFCMS ............................................................ 9
2.4.1.3. Calcul Thermodynamique d’une IFCMS : .......................................................... 11
3. Installation frigorifique à compression de Vapeur avec Echangeur de Chaleur .................. 12
4. Installation frigorifique a compression de vapeur avec Séparateur de liquide ..................... 13
5. Applicatin industrielles du froid ........................................................................................... 14

III
Chapitre 3 : Fluides Frigorigènes
1. Historique ..................................................................................................................... 18
2 .Définition d’un fluide frigorigènes ............................................................................... 19
3. Différents types de fluides frigorigènes....................................................................... 19
3.1. Fluides frigorigènes primaires ................................................................................... 19
3.1.1. Les éléments simples .............................................................................................. 19
3.1.2. Les composés purs inorganiques ou organiques..................................................... 19
3.1.3. Les Hydrocarbures Halogénés ................................................................................ 19
3.1.4. Les Fluides Hydrocarbures ..................................................................................... 20

3.1.5. Mélanges zéotropes et azéotropes : ........................................................................ 21


3.2. fluide frigorigène Secondaire .................................................................................... 21
4. Caractéristiques d’un fluide frigorigène ...................................................................... 21
4.1. Critères thermodynamiques ....................................................................................... 22
4.2.Critères de sécurité ..................................................... Error! Bookmark not defined.
4.3. Critères économiques ................................................................................................ 23
4.4. Critères environnementale ......................................................................................... 23
5. Domaines d’utilisation de quelques fluides frigorigènes ............................................. 24
5. Propriétés de quelques fluides frigorigènes .................................................................. 24

Chapitre 4 : Principaux appareils d'une machine à compression de vapeur


1. Introduction .......................................................................................................................... 28
2. Schéma d’une machine à compression de vapeur ................................................................ 28
3. Composants d’une machine à compression de vapeur ......................................................... 29
3.1. Compresseur .............................................................................................................. 29
3.1.1 Classification des Compresseurs ......................................................................... 30
3.2. Condensseur .............................................................................................................. 30
3.2.1.Classification des Condensseurs ........................................................................... 30
3.3. Evaporateur ................................................................................................................ 31
3.3.1. Calassification des Evaporateurs ........................................................................ 31
3.4. Détendeur................................................................................................................... 31
3.4.1. Classification des Détendeurs ............................................................................ 31

IV
Chapitre 5 : Machine à compression de vapeur BI-étagée
1. Introduction .......................................................................................................................... 33
2. Installation frigorifique a compression mécanique biétagée à injection Totale ................... 33
2.1. Schéma d’une Installation frigorifique a compression biétagée à injection Totale ......... 33
2.2. Cycle d’unei nstallation frigorifique a compression mécanique biétagée à injection
Totale ........................................................................................................................................ 34
2.3. fonctionnement d'une installation à compression de vapeur bi-étagée à injection totale
.................................................................................................................................................. 34
2.4. Calcul Thermodynamique d’une installation frigorifique a compression mécanique
biétagée à injection Totale ........................................................................................................ 35

3. Installation frigorifique a compression mécanique biétagée à injection partielle ................ 38


3.1. Schéma d’une Installation frigorifique a compression biétagée à injection partielle ...... 38
3.2. Cycle d’une installation frigorifique a compression mécanique biétagée à injection
partielle ..................................................................................................................................... 39
3.3. fonctionnement d'une installation à compression de vapeur bi-étagée à injection
partielle ..................................................................................................................................... 39
3.4. Calcul Thermdynamique d'une installation frigorifique à compression mécanique bi-
étagée avec sous refroidisseur à injection partielle .................. Error! Bookmark not defined.

Chapitre 6 : Machine Frigorifiques à absorption


1. Introduction ...................................................................................................................... 43
2. Description d’une Machine frigorifique à absorption: ...................................................... 43
2.1. Le processus d’absorption : ........................................................................................... 43
2.2 .Shéma d'une machine frigorifique à absorption ............................................................ 44
2.3 .Principe de fonctionnement d'une machine frigorifique à absorption ........................... 44
3. Système à absorption à simple effet: .................................................................................. 46
4. Système à absorption à plusieurs effets: ............................................................................. 47
5 . fonctionnement d'une machine frigorifique à absorption avec NH3/H2O ..................... 48
6 . fonctionnement d'une machine frigorifique à absorption avec H2O/BrLi ..................... 49
7. Avantages et Inconvinients d’une machine frigorifique à absorption ........................... 50
5. Caractéristiques du couple binaire: ................................................................................. 50
8. Principaux couples fluide frigorigène/absorbant utilisés.................................................. 51

V
9. Calcul Thermodynamique d’une machine frigorifique à absorption: .............................. 52

Chapitre 7 : Pompes à Chaleur


1. Introduction .......................................................................................................................... 56
2. Définition .............................................................................................................................. 56
3. Fonctionnement d’une pompe à chaleur ............................................................................... 57
3.1 Schéma de principe d’une pompe à chaleur ................................................................. 57
3.2. Principe de fonctionnement d’une pompe à chaleur ................................................... 57
4. Composants d’une pompe à chaleur .................................................................................... 58
5.Types de pompe à chaleur .................................................................................................... 58
5.1. Pompe à chaleur Géothermique ..................................................................................... 59
5.2. Pompe à chaleur Multisplit ............................................................................................ 60
5.3. Pompe à chaleur haute ou basse température ................................................................ 61
5.4. Pompe à chaleur Hybride ............................................................................................. 62
5.5. Pompe à chaleur Air-Eau .............................................................................................. 62
5.4 Pompe à chaleur Eau ..................................................................................................... 64
6. Vanne d’nversion du cycle .................................................................................................. 65
7. Coéfficient de performance ................................................................................................. 65
8. Application Industrielles...................................................................................................... 66

Travaux Dirigés

VI
VII
Introduction
C0URS Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

Introduction

La production de froid peut être obtenue par différents moyens fondés sur des techniques de
refroidissement bien maîtrisées. Toutes ces idées simples et naturelles, accompagnées de
l’approfondissement des connaissances en thermodynamique pour la production de la chaleur
et du froid ont encouragé la mise au point des premières machines frigorifiques, qui ont déjà
fait leur preuve en ce qui concerne le rendement et la performance énergétique, ces techniques
sont utilisées dans nos réfrigérateurs et dans nos climatiseurs...Etc.

Ce cours de machines frigorifiques et pompes à chaleur propose d’aborder le principe des


frigorifiques à compression mécaniques ou à absorption, ainsi que le fonctionnement des
pompes à chaleur, l’analyse thermodynamique de ces machines est basé sur les diagrammes et
abaques des fluides employés.
Cette présentation résulte de la lecture de nombreux et documents dans le domaine du froid.
Le présent Document voudrait contribuer à faire faciliter aux étudiants le principe de
fonctionnement des différents types de machines frigorifiques ainsi que les pompes à chaleur,
et leurs analyses thermodynamique.
Il comporte sept chapitres:
- Chapitre 1 : Généralités sur la production du froid.
- Chapitre 2 : Machines frigorifiques à compression de vapeur.
- Chapitre 3 : Fluides Frigorigènes.
- Chapitre 4 : Principaux Appareils d’une machines frigorifiques
à compression de vapeur.
- Chapitre 5 : Machines frigorifiques à compression de vapeurs Bi-étagée.
- Chapitre 6 : Machines frigorifiques à absorption.
- Chapitre 7 : Pompes à Chaleur.

L'auteur essaye aussi de répondre a une exigence généralement considérée comme


Une caractéristique essentielle dans un document destiné a des étudiants en cycle
Universitaire: Ia disponibilité d'exercices

Page 1 Dr. T.Guermit


C0URS Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

Chapitre I
Généralités

Page 2 Dr. T.Guermit


C0URS Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

Chapitre1 : Généralités
- Introduction
La production de froid est équivalente à une absorption de chaleur, car refroidir un corps
ne consiste pas à lui donner une quantité de froid, mais à lui enlever une quantité de chaleur.
Si les systèmes de production du froid sont actuellement nombreux et variés, le principe reste
toujours le même, il s'agit d'extraire une quantité de chaleur d'une source dite source utile à un
niveau de température et injecter une quantité à un autre niveau de température inférieure.

II- Historique
Produire du froid est un procédé relativement récent à l'échelle historique. Durant l'antiquité,
Les Grecs et les Romains entassaient de la glace et de la neige en hiver dans des fosses
profondes, recouvertes par de la paille. La viande gardée dans ces glacières primitives restait
fraîche jusque l'été, sans qu'il soit nécessaire de la saler ou de la fumer, Les Indiens du Pérou
creusaient des glacières dans le sol, avant l'arrivée des Européens, au XVIe siècle. Ce système
de fosses a été utilisé dans toute l'Europe à partir du XVIIe siècle .Des commerçants
vendaient de la glace venant des montagnes. Des glacières, meubles isothermes contenant des
blocs de glace périodiquement renouvelés, étaient utilisées au XIXe siècle. Avant l'ère
industrielle, c'est surtout la commercialisation de la glace qui permettait aux plus fortunés de
disposer de produits conservés ou consommés à basse température. En 1805, un inventeur
américain, Oliver Evans, a conçu la machine frigorifique utilisé d'abord que la vapeur au lieu
de liquide. En 1842, le médecin américain John Gorrie pour refroidir les chambres de malades
dans un hôpital de Floride, conçu et construit un appareil de refroidissement de l'air pour le
traitement de la fièvre jaune. En1859 Le français Ferdinand Carré, frère d’Edmond, fait
breveter une machine frigorifique à absorption dont le fluide, après avoir produit du froid,
est absorbé par une autre substance et non aspiré par un compresseur. C’est la première
machine frigorifique à absorption. Dans les années 1890, de la glace naturelle est devenue un
Problème en raison de la pollution et déverser des eaux usées .La technologie de réfrigération
a fourni la solution: la glace, fabriqués mécaniquement, donnant naissance à de réfrigération
mécanique. En 1914, les machines installées dans presque toutes les usines américain était le
système de compression de l'ammoniac, qui a une puissance frigorifique. Malgré les
avantages inhérents, de la réfrigération a ses problèmes. Fluides frigorigènes tels que le
dioxyde de soufre et de chlorure de méthyle ont été amène les gens à mourir. L'ammoniac a
eu un effet tout aussi grave toxique si il y a une fuite. Les frigoristes effectué une recherche

Page 3 Dr. T.Guermit


C0URS Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

pour des substituts acceptables avant les années 1920, quand un certain nombre de
réfrigérants de synthèse appelé halo carbures ou CFC (Chlorofluorocarbone) ont été
développes par Frigidaire. La plus connue de ces substances a été brevetée sous le nom de
marque de Fréon. Chimiquement, le fréon a été créé par la substitution de deux de chlore et
deux atomes de fluor pour les quatre atomes d'hydrogène dans le méthane (CH4), le résultat,
dichlorodifluorométhane (C Cl2 F2), est inodore et est toxique uniquement dans les grandes
doses extrêmement. En 1973, le professeur James Lovelock a signale la découverte de trace
de gaz frigorigène dans l'atmosphère. En 1985, le trou d'ozone "dessus de l'antarctique a été
découvert.

III. Production du froid


III.1. Définition

Froid : - C’est le terme utilisé pour décrire le processus de refroidissement et


d’extraction de chaleur à partir des substances.
- C’est la sensation que fait l’absence ou la diminution de chaleur.

III.2. Procédés de production du froid


La production de froid peut être obtenue par différents moyens fondés sur des techniques de
refroidissement bien maîtrisées
Il existe plusieurs moyens principaux de production du froid :

III.2.1. Mélanges réfrigérants :


La dissolution de certains solides ou liquides dans un solvant absorbe une quantité de
chaleur équivalente à sa chaleur latente de fusion. Par exemple le mélange de calcium avec la
neige diminue la température de congélation de la solution obtenue de 0°C à -5°C.

III.2.2. Détente d'un gaz comprimé


Dans ce cas, le froid est produit par l'abaissement des températures d'un gaz soumis à
une détente avec ou sans production de travail extérieur.
a- Détente avec production du travail extérieur.
b- Détente sans production de travail extérieur.
III.2.3. Evaporation d'un liquide pur
C'est le procédé le plus utilisé pour la production du froid, il consiste à utiliser un gaz liquéfié
qui s'évapore en absorbant la chaleur de la substance à refroidir.

Page 4 Dr. T.Guermit


C0URS Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

Cette substance lui cède une certaine quantité de chaleur correspondante à la chaleur latente
d'évaporation du liquide.

Le procédé de production du froid le plus fréquemment utilisé et basé sur le principe où le


fluide employé n'entre pas en contact direct avec la substance à refroidir et dans lequel le gaz
est totalement recyclé.
Ce procédé donne lieu à deux types de machines frigorifiques:
- Machines à compression mécanique.
- Machines à compression thermique.
L'application de ce phénomène donne lieu à quatre types de machines frigorifiques.
-Machines à compression mécanique de vapeur.
-Machines à éjection.
-Machines à adsorption.
-Machines à absorption.

IV. Le cycle de Carnot

Le cycle de Carnot est un cycle théorique qui consiste de transformations réversible tel que la
performance de ce cycle est toujours supérieure à la performance au cycle de réfrigération
pratique ou réel.
Le cycle de Carnot est un cycle idéal il sert d'un cycle standard de comparaison.

T
3 2

4 1

Figure I-1: cycle de Carnot en réfrigération


Les différentes transformations dans le cycle sont:
1-2:compression isentropique (S=cte);
2-3:refroidissement isotherme (T=cte);
3-4:expansion (détente) isentropique;
4-1:échauffement isotherme.

Page 5 Dr. T.Guermit


C0URS Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

IV.1.Coefficient de performance de cycle de Carnot


Est un cycle théorique et consiste on de transformations réversible tel que la
performance de ce cycle est toujours supérieure à la performance au cycle de
réfrigération pratique ou réel.
C O Pcycle de carnot › C O Pcycle réel

Le cœfficient de performance est donné par :


refrigération utile
Cop =
travail net

Le coefficient de performance de cycle de Carnot est le coefficient de performance maximum

TE
Et Copmax = (en °K)
TC − TE
TE: la température d'évaporation;
TC: la température de condensation.

Page 6 Dr. T.Guermit


COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

Chapitre II
Machines frigorifiques à
compression de vapeur

I. Introduction

Une machine frigorifique est un système thermodynamique qui permet le transfert d'une
quantité de chaleur soustraite d'une source froide à une source chaude moyennant une
dépense d'énergie mécanique, Le transfert de chaleur de la source froide, à la température Tf ,
à la source chaude, à la température Tc, est effectué par un fluide frigorigène qui subit des
changement de phase dans le circuit de la machine.

7
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

II. Machine frigorifique à compression de vapeur


II.1. Schéma de principe d'une machine frigorifique à compression de vapeur

ou appelé aussi installation frigorifique à compression mécanique simple, Il s'agit du cycle


fondamental d'une installation frigorifique à un étage de compression d'un fluide frigorigène,
l'extraction, le transfert et le rejet de la chaleur (énergie) se font grâce a fluide frigorigène
enfermé dans une machine frigorifique: c'est en effet le phénomène de la vaporisation d'un
liquide, la condensation d'une vapeur, que s'appuient les principaux type de machines
frigorifiques.
La machine frigorifique à un étage de compression comprend des éléments principaux
suivants: Evaporateur, compresseur, condenseur, détendeur.

3 CONDENSEUR 2

Dt
CP

EVAPORATEUR
4 1

Figure .II.1. Schéma de principe d'une installation frigorifique

à compression mécanique simple

II.2.Cycle d’une Installation frigorifique à compression mécanique simple

8
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

P[bar]

Isotherme

2'
3 2
PC

PE
4 1

H [kj/kg]

Figure. II.2. Cycle d'une installation frigorifique à compression mécanique simple

1-2: Compression isentropique;


2-2': Désurchauffe isobare;
2'-3: condensation isobare et isotherme;
3-4:Détente isenthalpique;
4-1: Evaporation isobare et isotherme.

I13. Principe de fonctionnement d'une installation frigorifique à compression


mécanique simple

Le compresseur aspire la vapeur saturée de fluide frigorigène à l'état vapeur, il augmente sa


pression de vapeur à la pression de condensation PC, le fluide frigorigène sort de compresseur
à l'état 2 (vapeur surchauffée) qui entre dans le condenseur pour la condensation (il y a

9
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

échange de chaleur entre le fluide frigorigène a haute pression et le fluide de refroidissement


c'est-à-dire rejet le chaleur), au point 3, le fluide frigorigène à l'état liquide saturée toujours à
la pression de condensation, le fluide frigorigène entre dans le détendeur ou il y’a diminution
de la pression jusqu'à la basse pression (pression d'évaporation PE ) pour sorti à l'état 4 liquide
avec un titre de vapeur faible. La transformation 4 -1 se fait dans l'évaporateur transforme de
l'état de fluide frigorigène liquide 3 à l'état vapeur saturée (c'est au niveau de l'évaporateur ou
il y a de production de froid).
II.4.Calcul thermodynamique d'installation frigorifique à compression mécanique
simple :
Données caractéristique de l'installation frigorifique à compression mécanique simple :
A fin de pouvoir faire le calcul thermodynamique :
on doit savoir le fluide frigorigène utilisé.
Et les conditions de fonctionnement :
Te: température d'évaporation
Tc: température de condensation
Qo:la puissance frigorifique de l'installation
En utilisant les diagrammes (pression-enthalpie) ou les Abaques des propriétés de fluide
frigorigène,
on peut déterminer les caractéristiques suivants :(PC,Pe,H1,H2,H3,H4) tel que :
PC : pression de condensation
Pe: pression d'évaporation
H1: l'enthalpie massique de fluide frigorigène à l'état (1) vapeur saturé, correspondant à la
pression d'évaporation (Pe)
H2: l'enthalpie massique de fluide frigorigène à l'état (2) vapeur surchauffé,
H3: l'enthalpie massique de fluide frigorigène à l'état (3) liquide saturé, correspondant à la
pression de condensation (Pc)
H4: l'enthalpie massique de fluide frigorigène à l'état (4)

Isotherme
Données :
фo : la puissance frigorifique (KW). * 2
3 2
Te : température d’évaporateur (K). P
'

Tc : température de condensateur (K). C

10PE
4 1
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

Paramètres à calculer :
Te Pe
TC PC
PC
Taux de compression τ=
PE

Le travail massique ( )

= - ( ) (I.1)

Capacité de réfrigération massique ( )

= - ( )(I.2)

Le débit massique ( )

= (I.3)

ɸ :la puissance frigorifique ( )

La puissance thermique conservée par le compresseur ( )

= . = - ) ( )
(I.4)

La puissance calorifique du condenseur ( )

= - ) ( )
(I.5)
Le coefficient de performance (Cop)
Cop=

III. Installation frigorifique à compression mécanique simple

11
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

avec échangeur de chaleur

3 2
CONDENSEUR

CP
ECHANGEUR
CHALEUR
6

4
EVAPORATEUR
5
Dt

Figure .II.3: Schéma de principe d'une installation frigorifique à compression mécanique


simple avec échangeur de chaleur

H 2
4 3

6
1
5

Figure .II.4.Cycle d'une installation frigorifique à compression mécanique simple


avec échangeur de chaleur

1-2: Compression isentropique;

12
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

2-3: Désurchauffe et condensation;


3-4: Sous refroidissement;
4-5: Détente ;
5-6: Evaporation;
6-1: Surchauffé.

L'utilisation de l'échangeur de chaleur dans l'installation frigorifique à compression


mécanique simple est très justifiée si on veut protéger le compresseur pour qu'il n'aspire pas le
fluide frigorigène liquide si non le coup de liquide pourra détériorer rapidement le
compresseur, une deuxième raison pour éviter que la vapeur du fluide frigorigène n'arrive au
détendeur, on doit refroidir le liquide.

IV. Installation frigorifique à compression mécanique simple avec séparateur de liquide

2 1

CP
COND 1
V
3
L EVAP
S/R

6
Dt

4 5

Figure .II.5.Schéma de principe d'une installation frigorifique à compression mécanique


simple avec séparateur de liquide et sous refroidisseur (S/R).

13
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

P 2
4 3

6
6
5 1

Figure .II.6.Cycle d'une installation frigorifique à compression mécanique simple


avec séparateur de liquide et sous refroidisseur (S/R).

1-2: Compression isentropique;


2-3: Condensation isobare;
3-4: Sous refroidissement;
4-5: Détente isenthalpique;
5-6: Séparation de liquide;
6-1: Evaporation.

V. Applications industrielles du froid

Les machines frigorifiques ont des applications dans un nombre considérable de


domaines de la vie de tous les jours et contribue ainsi de manière très significative au
développement durable.
Sur le plan social et économique, l’apport du froid par les machines frigorifiques
peut être illustré par quelques exemples :
• dans le domaine alimentaire, le froid, en permettant de conserver les aliments
périssables à tous les stades depuis la production jusqu'à la consommation,
contribue à réduire les pertes après récolte et à fournir au consommateur des
denrées saines et sûres

14
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

• le conditionnement d'air favorise le développement socio-économique de régions


au climat chaud et humide et permet de créer des environnements offrant, des
salles blanches aux immeubles de bureaux, le niveau de température et le taux
d'humidité requis.
• L’utilisation des techniques frigorifiques dans le secteur du génie concerne deux
applications distinctes :
– la stabilisation des sols par congélation ;
– le refroidissement des structures en béton lors de la construction de bâtiments
de grande hauteur ou d’ouvrage important de génie civil.
Un grand nombre d'autres domaines font appel aux technologies de la froide
industrie (chimie, agro-alimentaire…), santé (cryothérapie, cryochirurgie…),
biodiversité (cryobiologie…), énergie (gaz naturels liquéfiés, super conductivité…).
• Domaine médical : cryochirurgie, conservation de certains produits, organes...
• Industries chimiques et pétrochimiques : liquéfaction des gaz pour le transport,
éparaffinage, débenzolage...
• Laboratoires d'essai et de recherche : étude des matériaux et comportement de la matière à
très basse températures...
• Production de neige carbonique : maintien du froid à basse températures (-80 °C)

15
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

Chapitre III
Fluides
frigorigènes

I. Historique
Le premier fluide frigorigène utilisé fut l'eau puisqu'elle servit dès 1755 à ''fabriquer
des frigories'' dans un montage de laboratoire réalisé par William Gullen. Puis en 1834,
l'américain Jacob Perkins réalisa une machine à compression fonctionnant à l'éther sulfurique,
et en 1844, toujours un américain, John Gorrie réalisa une machine à compression et détente
d'air.

En 1859, Ferdinand Carre réalisa une machine frigorifique à absorption fonctionnant à


l'ammoniac tandis que quatre ans plus tard Charles Tellier met au point un compresseur
fonctionnant a l'éther méthylique.

C'est en 1864 que l'ammoniac a été employé dans les machines frigorifique à
compression de vapeur par le physicien Carré, et entre 1870 et 1874 que l'industriel
Allemand, Lind met au point la première installation frigorifique à compression.

16
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

Jusqu'aux environs de 1930 et à part l'ammoniac, les fluides frigorigènes les plus
utilisés étaient l'anhydride carbonique CO2 et l'anhybride sulfureux SO2.

Mais on se servait également de carbure d'hydrogène tel que l'éthane C2H6 pour les
basses températures ainsi que d'hydrocarbures chlorés comme de chlorure d'éthyle C2H5CL
et le chlorure méthyle CH3CL pour les moyennes et faibles puissances.

Les fluides frigorigènes qui étaient communément utilisés étaient soit toxique, soit
inflammable où fonctionnaient à très hautes pressions, la prise de la conscience du public au
sujet de la toxicité de l'anhydride sulfureux a persuadé les fabricants de s'intéresser à d'autres
fluides frigorigènes.

En 1928, l'américain Thomas Midgley a identifié les fluides frigorigènes de la seconde


génération les CFC. C'est à partir des années 30 lorsque la production de dichlorodifluro
méthane (CFC-12) a commencé et que la production de dérivée de l'éthane (113,114, 115)
s'est développé. Ces CFC inertes et non toxiques peuvent être utilisés sous différentes
pressions (propriétés qu'en font des réfrigérants idéaux et qu'on permis de varier le choix des
matériaux employés et les systèmes de réfrigération). En plus ils donnent des rendements
énergétiques convenables.

A partir des années 50, les CFC ont été utilisés pour de nombreuses applications:
Fabrications des mousses plastiques, réfrigération, protection d'incendie, aérosols, solvant et
stérilisation au gaz.

En 1980, les scientifiques commencent à tirer la sonnette d'alarme, attirant attention


sur les méfaits des CFC sur l'environnement, c'est pourquoi les fabricants ont entrepris la mise
au point des substituts moins nocifs pour l'avenir de la planète.

Ces substituts appartiennent pour la plus part à deux catégories des substances chimiques: les
hydrocholroflurocarbones ou HCFC comme fluides de transition et les hydrofluorocarbones
ou HFC qu'il s'agisse de corps ou de mélange.

II. Définition d'un fluide frigorigène


Un fluide frigorigène est une substance qui évolue dans le circuit d'une machine frigorifique
et qui, grâce à un phénomène endothermique consistant en un changement d'état faisant
passer la substance de l'état liquide à l'état gazeux dans un évaporateur, permet de produire
du froid par retrait de chaleur, celle-ci étant évacuée hors de la machine par un phénomène
exothermique consistant en un changement d'état inverse du précédent , c'est à dire faisant
passer la substance de l'état gazeux à l'état liquide dans un condenseur.

17
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

III. Les différents types de fluides frigorigènes


III.1.Les fluides frigorigènes primaires
Avec ces substances, on veut atteindre des températures généralement basses, leurs points
triples doivent être à température plus basse encore, leurs pressions de vapeurs doivent être
assez élevées ou si l'on préfère, leurs températures d'ébullition doivent être basses, ce qui
implique que leurs molécules doivent être simples. On utilise ainsi:
- Des éléments simples.
- Des composés purs inorganiques ou organiques
- Des mélanges azéotropes: dont les caractéristiques sont thermodynamique semblables
à celles d'un fluide..
III.1.1. Les éléments simples:
Exemple : l'oxygène (O2) , l'hydrogène (H2) ,ou l'hélium (He) qui permettent d'atteindre des
températures extrêmement basses et qui, de ce fait constituent des fluides frigorigènes
particuliers dénommés cryogènes
III.1.2. Les composés purs inorganiques ou Organique:
A- Les composés inorganiques:
La plus part des fluides frigorigènes qui ont été utilisé dans le passé sont des fluides
inorganiques dont les plus courants sont l'eau (H2O), le dioxyde de soufre (SO2), le dioxyde
de carbone (CO2) et l'ammoniac (NH3), ce dernier est encore en service aujourd'hui.

- Désignation Numérique des composés inorganiques:


Ils sont désignés par la lettre R suivie par la série 700 leur est attribuée et pour
obtenir le numéro d'identification des fluides frigorigènes, on ajoute 700 à sa masse
moléculaire, pour l'ammoniac, par exemple de formule NH3.
.On a:
14(N) + 3x 1 (3H) +700 -717 d'où R717
B-Les composés organiques:

R 502 : C'est un azéotrope composé de 48,8% de R22 et de 51.2% de RUS, II est


ininflammable et pratiquement non toxique, utilisé dans les compresseurs alternatifs à une plage
entre (-60 à -20), utilisé dans le compression mono étagée dans installations frigorifiques à
refroidissement à air pour congélateurs et installations frigorifiques pour supermarchés pour
produits animaux et végétaux, brasserie, patinoires, stockage de sang.

18
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

R503: Utilisé dans les compresseurs alternatifs à une plage d'utilisation (-1 10 à -70) C°, dans les
installations frigorifiques à cascades pour matériels de laboratoire et installations industrielles de
grandes puissances.

R717 (Ammoniac): II est ininflammable et fortement toxique. Par suite sa chaleur de


vaporisations élevée, de son faible prix de revient, de son odeur caractéristique qui permet de
détecter les fuites les plus minimes, l'ammoniac se révèle un fluide très intéressant pour les
grosses installation industrielles fonctionnant à basses températures. Seulement des
précautions particulières doivent être prises.

III.1.3.Les hydrocarbures halogènes:

Ce groupe comporte des fluides qui ont un ou plusieurs halogènes (chlore, fluor, brome).
-Les chlorofluorocarbures (ou chlorofluorocarbones): CFC.
-Les hydrofluorocarbones: HFC. : . :
-Les hydro chlorofluorocarbones (ou hydro chlorofluorocarbures): HCFC.

Désignation Numérique des composés hydrocarbure halogènes:


Ils sont désignés par la lettre R suivie des trois chiffres donc sur le principe Rcdu laquelle:
C: Chiffre des centaines; représente le nombre d'atomes de carbone moins 1.
D: Chiffre des dizaines; représente le nombre d'atomes hydrogène plus1.
U: Chiffre des unités; représente les nombres d'atomes de fluor.
Par exemple pour le R12 que l'on devrait écrire R012 on a : la formule CF2CL2 C=l; H = 0;
F = 2 donc R012 :R12

III.1.4.: Fluides Hydrocarbures

Ces fluides sont surtout utilisés dans la pétrochimie exemple : le méthane, éthane et le
propane. La désignation numérique se fait de la même manière que les hydrocarbures
halogènes.

III.1.5.Les mélanges azéotropes :


A- Les mélanges non azéotropiques ou les zèotropes:

Pour lesquels la composition des phase liquide ou vapeur en équilibre thermodynamique


sont différentes ce qui fait que la température varie au cours des changements d'état
(vaporisation ou condensation) à pression constante.

Désignation Numérique des mélanges non azéotropiques:

19
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

Ils sont désignés par la lettre R suivie par la série 400 leur est attribuée, les numéros
d'identification étant arbitraires.

B-Les mélanges azéotropiques ou les zéotropes:


Pour lesquels la composition des phases liquide ou vapeur en équilibre thermodynamique
est identique ce qui fait que la température ne varie pas au cours des changements d'état
(vaporisation ou condensation) à pression constante.
Désignation Numérique des mélanges azéotropiques:
Ils sont désignés par la lettre R suivre par la série 500 leur est attribuée, les numéros
d'identification étant la aussi arbitraires. Exemples R502 C'est un azéotrope courant composer
de 48,8% de R22 et de 51.2% de R115

III.2. Les fluides frigorigènes secondaires :

Un fluide secondaire ou un frigoporteur est un fluide intermédiaire utilisé pour refroidir


une substance lui même refroidi par l'évaporateur.
On utilise les fluides frigoporteurs, pour des raisons pratiques par exemples dans le cas, ou
on veut séparer le fluide frigorigène de la substance à refroidir, car une fuite éventuelle des
fluides frigorigènes peut endommager la substance à refroidir, où peut présenter un risque
pour le personnel. De même que le cycle à compression de vapeur, le cycle à absorption utilise
l'effet de refroidissement par l'évaporation d'un fluide frigorigène à basse; température et à
basse pression, mais la vapeur au lieu d'être comprimée mécaniquement elle est comprimée
thermiquement

Les fluides frigoporteurs sont des solutions (ou saumure) avec une température de
solidification au-dessous de zéro degré Celsius, le point de congélation s'abaisse jusqu' à une
température limite caractéristique de la solution.

Les fluides frigoporteurs sont des solutions, exemple:

Chlorure de calcium dans l'eau.

Chlorure de sodium dans l'eau.

Ethylène de glycol dans l'eau.


Propylène de glycol dans l'eau.
IV. Caractéristiques d'un fluide frigorigène:
Pour bien choisir un frigorigène en vue d’une application déterminée, on doit considérer :
A/ Critères thermodynamiques :

20
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

1. la température d’évaporation doit être supérieure autant que possible à la


température d’ébullition.
2. la température de condensation doit toujours être très inférieure à la température
critique de fluide frigorigène.
3. la pression de condensation ne doit pas dépasser 20 à 25 bars.
4. la pression d’évaporation ne doit pas très basse.
5. le taux de compression doit rester limité pour une bonne efficacité du compresseur.
6. l’échauffement des vapeurs au cours de la compression dépend de taux de
compression et l’indice adiabatique .
7. quantité de froid produite doit être le plus élevée possible, elle dépend de la pression
d’aspiration.
B/ Critères de sécurité :
1. toxicité : classement USA ; classe1 : extrêmement toxique, classe 6 : non toxique
2. ininflammabilité : le fluide frigorigène doit être ininflammable.
Les fluides sont finalement regroupés, au regard de la sécurité, dans le tableau suivant :
Hautement inflammable A3 B3
Moyennement inflammable A2 B2
Non inflammable A1 B1
Faiblement toxique Fortement toxique

Tableau II.1 : groupe de sécurité pour les fluides frigorigènes


3. action sur les denrées : elle devrait nulle ou très faible, dans le d’un dégagement des
fluides frigorigènes dans les chambres froides.
4. sans effet sur la santé du personnel.
5. sans odeur ou n’ayant qu’une faible odeur non désagréable.
6. fuites faciles à détecter et à localiser par méthode visuelle.
C/ critères techniques :
1. action sur les métaux doit être faible ou nulle.
2. action sur les matières plastiques et élastomère (les matériaux de joints) doit être
faible.
3. stabilité thermique.
D/ critères économiques :
1. le prix
2. incidence du choix du fluide frigorifique sur le prix de l’installation.
21
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

3. disponibilité du frigorigène.
E/ critères pour l’environnement :
1. pas d’affinité pour les constituants de l’atmosphère.
2. pas d’action sur la couche d’ozone : ODP=0.
3. pas d’action le réchauffement terrestre : GWP=0.
ODP: Ozone Depletion Potential.
GWP: Global Warning Potential.

D’une manière générale, le fluide frigorigène parfait devrait présenter les qualités suivantes :

1. chaleur latente de vaporisation très élevée ;


2. point d’ébullition, sous la pression atmosphérique, suffisamment bas compte
tenu des conditions de fonctionnement désirées (température d’évaporation).
3. faible rapport de compression, entre les pressions de refoulement et
d’aspiration.
4. faible volume massique de la vapeur saturée, rendant possible l’utilisation d’un
compresseur et de tuyauteries de dimensions réduites.
5. temperature critique trés élevée.
6. pas d’action sur le lubrifiant employé conjointement avec le fluide.
7. composition chimique stable dans les conditions de fonctionnement de la
machine frigorifique ;
8. pas d’action sur les métaux composant le circuit. Pas d’action sur les joints.
9. non inflammable et non explosif en mélange avec l’air.
10. sans effet sur la santé du personnel.
11. sans action sur les denrées à conservées.
12. fuites faciles à détecter et à localiser par méthode visuelle.
13. pas d’affinité pour les constituants de l’atmosphère.
14. être d’un coût peu élevé et d’un approvisionnement facile.
15. pas d’action sur la couche d’ozone.

V .Domaines d'application de quelques fluides frigorigènes :


R12: II est ininflammable et non toxique, utilisé dans les compresseurs alternatifs, dans les
réfrigérateurs domestiques, et dans la climatisation d'automobile, seulement à basses
pressions nécessiterait des compresseurs volumineux et trop chers.

22
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

R21: Utilisé dans les compresseurs alternatifs une plage de (- 20 à 20) C0, généralement dans
les installations frigorifiques à température de condensation élevée Pompes à chaleur,
installations de climatisation pour cabines de grues.
R22:il a remplacé le R12 dans beaucoup d'application de climatisait ion.
Utilisé dans les installations frigorifiques industrielles, installations de congélation,
appareils de conditionnement d'air.
R23 II es! Ininflammable . Utilises pour l'industrie pétrochimique, et les installations
frigorifiques en cascade pour applications industrielles et laboratoires.
R113: Utilisé dans les turbocompresseurs dans une plage d'utilisation (0 à +20) C°
généralement dans les installations de conditionnement d'air.
R115: Utilisé dans les compresseurs centrifuges dans une plage d'utilisation (-50 à + 20) C°
généralement: pompes à chaleur, applications frigorifiques industrielle
R502 C'est un azéotrope composé de 48,8% de R22 et de 51.2% de R115, II est
ininflammable et pratiquement non toxique, utilisé dans les compresseurs alternatifs à une
plage entre (-60 à -20) C°, utilisé dans le compression mono étagée dans installations
frigorifiques à refroidissement à air pour congélateurs et installations frigorifiques pour
supermarchés pour produits animaux et végétaux, brasserie, patinoires, stockage de sang.
R503: Utilisé dans les compresseurs alternatifs à une plage d'utilisation (-110 à -70) C°, dans
les installations frigorifiques à cascades pour matériels de laboratoire et installations
industrielles de grandes puissances.
R717 (Ammoniac): II est ininflammable et fortement toxique. Par suite sa chaleur de
vaporisations élevée, de son faible prix de revient, de son odeur caractéristique qui permet de
détecter les fuites les plus minimes, l'ammoniac se révèle un fluide très intéressant pour les
grosses installations industrielles fonctionnant à basses températures. Seulement des
précautions particulières doivent être prises. R134a «- Ce fluide a remplacé le R12 dans les deux
applications du froid domestique et la climatisation automobile
.R404a Utilisé dans le système de grande puissance, dits à moteur thermique
indépendant, et pour le froid commercial.
R410a: Remplacé le R22, la plupart de sociétés mondiale utilise ce fluide dans le
conditionnement d'air.
R407c: Utilisé pour le transport frigorifique, le froid commercial.
VI. Propriétés de quelques fluides frigorigènes : Les HFC et Les HCFC :

23
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

Réfrigérant Formule Masse (k) Tb (k) Tc Pc ODP GWP100


molaire (MPa) ans
g/mol
HFC-32 CH2F2 52.024 221.50 351.26 5.777 0 650
HFC-125 CHF2CF3 120.022 224.66 339.17 3.618 0 2800
HFC-134a CH2FCF3 102.031 274.07 374.27 4.065 0 1300
HFC-143a CH2FCHF2 84.041 225.92 345.97 3.769 0 3800
HFC-152a CH3CHF2 66.051 249.10 386.41 4.512 0 140
HCFC-123 CHCL2CF3 152.931 300.84 456.82 3.666 0.014 90
HCFC-124 CHCLFCF3 136.476 263.00 395.35 3.615 0.03 470

Mélanges de HFC :
réfrigérant Formule Masse Tb Tc Pc ODP GWP100
molaire (C°) (C°) (MPa) ans
g/mol
R-404A R-125/143a/134a (44/52/4) 97.6 -46.6 72.1 3.74 0 3260
R-407A R-32/125/134a (20/40/40) 90.11 -45.2 81.9 4.49 0 1770
R-407B R-32/125/134a (10/70/20) 102.94 -46.8. 74.4 4.08 0 2290
R-407C R-32/125/134a (23/25/52) 86.20 -43.8 87.3 4.63 0 1530
R-407D R-32/125/134a (5/15/80) 90.96 -39.4 91.6 4.48 0 1360
R-407E R-32/125/134a (25/15/60) 83.78 -42.8 88.8 4.73 0 1360
R-410A R-32/125 (50/50) 72.58 -51.6 72.5 4.95 0 1730
R-507A R-125/143a (50/50) 98.86 -47.1 70.9 3.79 0 3300
Hydrocarbures :
Rc-270 CH2CH2CH2 42.08 -33.5 125.2 5.58 0 ------
R-290 CH3CH2CH3 44.10 -42.1 96.7 4.25 0 20
R-600 CH3CH2CH2CH3 58.12 -0.5 152 3.80 0 20
R-600a CH (CH3)2CH3 58.12 -11.6 134.7 3.64 0 20
R-170 CH3CH3 30.07 -88.6 32.2 4.87 0 20
R-1270 CH3CHCH2 42.08 -47.7 92.4 4.57 0 ------
Fluides inorganiques :
R-718 H2O 18.02 100 374.2 22.1 0 <1
R-744 CO2 44.01 -78.4 31.1 7.38 0 1

24
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

R-717 NH3 17.03 -13.3 132.3 11.3 0 <1


Tableau I-3 : propriétés de quelques fluides frigorigènes

Chapitre IV
Principaux Appareils
D’une Machine frigorifique à
compression de vapeur

25
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

I. Introduction
L’homme s’est rapidement rendu compte que les denrées périssables pouvaient être
mieux conservées en hiver qu’en été, d’où l’idée d’utiliser du froid par le baais de la
production de la glace, de manière naturelle sans l’usage de machines. Cette glace
était généralement ramenée de régions froides ou à forte gelée en hiver et conservée
dans des glacières dont les parois sont thermiquement isolantes. Le fait de constater
que le mélange de certains sels avec l’eau abaisse notablement la température, a aussi
permis d’entrevoir des possibilités de production de froid.
Toutes ces idées simples et naturelles, accompagnées de l’approfondissement des
connaissances en thermodynamique pour la production du froid ont encouragé la
mise au point des premières machines frigorifiques.
II. Schéma d’une Machine frigorifique à compression de vapeur
Le système frigorifique à compression de vapeur le plus courant fonctionne grâce à un
frigorigène situé dans un circuit fermé comprenant un compresseur, un condenseur, un organe
de détente, un évaporateur. (Figure III.1).

Figure III.1: Schéma d’une Machine frigorifique à compression de vapeur

26
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

Toutes les installations frigorifiques à compression de vapeur comprennent les composants


de base suivant :
- le compresseur
- le condenseur
- le détendeur
- l’évaporateur

III. Composants d’une machine frigorifique à compression de vapeur


III.1 Compresseur
Le compresseur est l'organe mécanique le plus important de l'installation
C’est un appareil qui sert à assurer la circulation d’un réfrigérant à l’intérieur d’un circuit
frigorifique. Il aspire les vapeurs à faible pression qui vient de l’évaporateur et les refoule à
haute pression vers le condenseur.
La pression qu’exerce le compresseur sur le réfrigérant doit être suffisamment grande pour
maintenir la température de la vapeur au-dessus de la température qui existe dans le
condenseur. C’est seulement à ce moment que la vapeur pourra céder sa chaleur dans le
condenseur, puis se liquéfier.
Entrée du compresseur = vapeur a basse pression et basse température
Sortie du compresseur = vapeur a haute pression et haute température

II1.1.1. Classification des Compresseurs


Il y a deux familles distinctes de compresseurs, les compresseurs volumétrique et les
compresseurs dynamiques chacune de ces catégories comprenant elle même plusieurs types
a) - volumétrique:
1- Alternatifs: - entraînement mécanique: - à piston. - membrane.
- piston libre.

2- Rotatifs: - à un arbre: - anneau liquide.


- palettes.
-piston tournant ou oscillant.
- à deux arbres ou plus: - à vis (hélicoïdes)
- roots

3- Spiraloides:

b) Dynamiques:

27
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

1- rotatifs (turbocompresseurs) : - axiaux


- radiaux (centrifuge)

2- A éjecteur:

Il. Condenseur
Le condenseur est un échangeur thermique, il permet le transfert de la chaleur du réfrigérant
vers le milieu ambiant (eau ou air). Vers l’air ou l’eau du milieu ambiant dans lequel se trouve
le condenseur. Cette baisse de température provoque la condensation (liquéfaction) du
réfrigérant.
Le condenseur a pour rôle d'évacuer à l'extérieur la chaleur absorbée par l'évaporateur.

I1.1 Classification des Condenseurs


Il existe différents types de condenseur :
- Les condenseurs refroidis directement par circulation naturelle ou forcée d'air.
- Les condenseurs refroidis directement ou indirectement par circulation d'eau.
- Les condenseurs refroidis directement par circulation d'air et pulvérisation d'eau.

.III. Evaporateur

L’évaporateur est un échangeur de thermique dont le rôle consiste à permettre le transfert


de la chaleur du milieu à refroidir vers le fluide frigorigène. Ce phénomène s’effectue lors de
la vaporisation du réfrigérant liquide qui à été introduit dans l’évaporateur, L'évaporateur
est la source de production du froid.
III.1 Classification des Evaporateurs
Il existe différentes possibilités de classification des évaporateurs dont les trois
principales sont les suivantes:
• D'après le milieu à refroidir
- fluide liquide (par exemple: eau);
- fluide gazeux (par exemple: air);
- cas particulier (par exemple: production de glace).
• D'après le mode de fonctionnement à savoir
- évaporateurs à détente sèche;
- évaporateurs en régime noyé.

28
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

• D'après le type d'appareil à savoir


- évaporateurs multitubulaires;
- évaporateurs type serpentin;
- évaporateurs à double tube.

IV. Détendeur
Son rôle est de régler la quantité du fluide frigorigène liquide injecté dans l'évaporateur en
fonction de la surchauffe des vapeurs de fluide frigorigène à la sortie de l'évaporateur. La
quantité du fluide frigorigène injectée doit exactement correspondre aux besoins de
l'installation de façon à ce que le liquide injecté puisse se vaporiser totalement avant
d'atteindre la sortie de l'évaporateur, le dernier tronçon de l'évaporateur servant à la
surchauffe des vapeurs, et c'est précisément cette surchauffe qui sert de grandeur de réglage
finale pour le détendeur, ce dernier s'ouvrant lorsque la surchauffe augmente et se fermant
lorsqu'elle diminue.

IV.1 Classification des Détendeurs

Pour des évaporateurs fonctionnant en détente sèche; il y a trois types d’organes de détente:
- Tubes capillaires;
- Détendeurs automatique presso-statiques;
- Détendeurs thermostatiques.

29
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

Chapitre V
Machines frigorifiques à compression
de vapeur Bi-étagée

I. Introduction
Fournir du froid à un corps ou à un milieu c'est lui extraire de la chaleur ce qui se traduit par
un abaissement de sa température et aussi bien souvent par des changements d'états :
condensation, solidification, etc. Ce sont ces effets du froid qui son dans leur grande diversité
au service de l'homme moderne. Les machines frigorifiques permettent moyennant un apport
30
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

énergétique d'extraire de la chaleur aux milieux à refroidir. Toutes ces idées simples et
naturelles, accompagnées de l’approfondissement des connaissances en thermodynamique
pour la production de la chaleur et du froid ont encouragé la mise au point des machines
frigorifiques
Pour obtenir efficacement des températures d'évaporation plus basse, l'emploi des
installations à compression mécanique bi-étagée à injection totale ou injection partielle.

II. Installation frigorifique a compression mécanique bi-étagée à injection Totale


II.1. Schéma de principe d'une installation frigorifique à compression
mécanique bi-étagée avec sous refroidisseur à injection totale.

2 2' 3

BRI
CP1 CP2
1 2' V Dt1
6 COND

EVAP1 L
4
EVAP1 7
7

S/R

8 Dt2 5

Figure V.1: Schéma de principe d'une installation frigorifique à compression mécanique


bi-étagée avec sous refroidisseur à injection totale.

31
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

P
4 3
PC 5

7 2'
PE2 2
6

PE1
8 1

Figure V.2: Cycle d'une installation frigorifique à compression mécanique bi-étagée avec
sous refroidisseur à injection totale.

II.2. Principe de fonctionnement d'une installation frigorifique à compression


mécanique bi-étagée avec sous refroidisseur à injection totale
Dans cette installation tout le fluide frigorigène liquide est comprimé de l'état (1-2),
pression d'évaporateur 1 (PE1) jusqu'à la pression d'évaporateur 2 (PE2) dans le compresseur
1, puis désurchauffé jusqu'à l'état 2' dans la Bouteille de Refroidissement Intermédiaire (BRI),
avant être admis le compresseur 2 pour être comprimer à l'état 3 correspondant la pression de
condensation (PC), en suite condensé à l'état 4 puis sous refroidissement toujours à la même
pression (PC) à l'état 5, puis détente en totalité à l'état 6, et injecté dans la (BRI), la vapeur
formé se mélange à la vapeur de (CP1) passe à la (CP2), le fluide frigorigène liquide à l'état 7
une partie de débit massique de fluide frigorigène est acheminée vers l'évaporateur (PE2)
l'autre partie de fluide frigorigène à l'état 7 envoie vers le détendeur (Dt2) pour alimenté
l'évaporateur (PE1) a basse pression par injection directe, la vapeur produite retour ensuite à la
compresseur (CP1) à l'état 1.

II.3.Calcul thermodynamique d'installation frigorifique à compression

32
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

bi étagée a injection totale:

On suppose que la pression intermédiaire est déjà fixée ; son choix sera traité ultérieurement.
Le choix des autres grandeurs internes est réalisé de la même façon que pour les cycles mono
étagés. On détermine alors les débits massiques suivants.
-Débit massique de vapeurs aspire par le compresseur BP

-Débit massique de vapeurs aspire par le compresseur HP


On déduit ce dernier d'un bilan enthalpique sur la bouteille séparatrice :
- + - + =0
représente la puissance thermique reçue par la bouteille intermédiaire (pertes par
l'isolation). II vient

= +

En négligeant les pertes sur la bouteille, on peut montrer que le débit dans le circuit HP
est égal a la somme du débit dans le circuit BP et d'un débit de vapeur provenant de la
bouteille intermédiaire résultant, d'une part, de la vapeur produite au cours de la détente dans
le circuit HP et, d'autre part, du liquide vaporise pour assurer la désurchauffe des vapeurs
provenant du compresseur BP. En effet, le débit de liquide résultant de la détente (5-6) dans la
bouteille est, d'après la régie des leviers, donne par :

Bouteille Refroidissement

33
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

Une partie de ce débit liquide est vaporisée pour assurer la désurchauffe (2-3) des vapeurs
provenant du compresseur BP. Notant l ml des le débit de liquide vaporise, on 1'obtient en
écrivant l'égalité des bilans enthalpique sur les deux débits :

( )= (

Le débit liquide sortant de la bouteille est donc donné par:

= -

= - =

Le débit dans le circuit HP est donc égal à la somme du débit dans le circuit BP et
d'un débit de vapeur provenant de la bouteille intermédiaire résultant, d'une part, de la vapeur
produite au cours de la détente dans le circuit HP et, d'autre part, du liquide vaporise pour
assurer la désurchauffe des vapeurs provenant du compresseur BP.
Les autres grandeurs sont calculées de la même façon que pour un cycle mono étagé.
Le COP effectif de l'installation s'exprime par :

Remarque
Si l’on néglige les pertes par 1'isolation de la bouteille intermédiaire, le bilan enthalpique de
cette dernière s'écrit simplement :

- = -

34
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

II exprime l'égalité entre deux puissances thermiques :


- celle rejetée au condenseur d'une machine mono étagée fonctionnant entre PE1 et PE2 ;
- celle produite a l'évaporateur d'une machine mono étagée entre PE2et PC

puisque la production frigorifique massique entre 6 et 2’ est inférieurs à la production


calorifique massique entre 2 et 7, le débit masse HP doit être supérieur au débit masse BP.
Par ailleurs, on peut noter que le transfert de chaleur entre les deux étages de compression
s'effectue a la pression PE1, sous un pincement nul.
Le COP s'écrit:

COPeff =

Supposant que la bouteille est adiabatique et compte tenu de la relation entre le débit HP et le
débit BP, il est possible de déduire une relation entre le COP du cycle bi étagé et les COP de
chacun des cycles mono étagés constituant le cycle bi étagé (en supposant de plus que les
compresseurs et les canalisations sont adiabatiques) :

Cette relation permet de déduire le rendement effectif du cycle bi étagé qui s'écrit:

Si les rendements effectifs des compresseurs des deux étagés sont égaux, on obtient:

35
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

Où nous avons négligé 1 devant la somme des COP.


On voit ainsi apparaître tout l'intérêt du cycle bi étagé : le rendement effectif du cycle bi étagé
est a peu près le même que celui de chacun des cycles mono étagés alors que si l’on utilisait
un seul compresseur, le rendement effectif serait beaucoup plus faible.
III. Installation frigorifique à compression mécanique bi-étagée à injection partielle

2 3 4

frigorifiq
Dt2
BRI
CP1 CP2
1 V
7 COND

L 6
5
EVAP

8
S/R

9 Dt1 6

36
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

Figu P
r
6 5 4
e 8
PC
3
V Pi 2
7
.
PE
4
9 1
:

H
C
ycle d'une installation frigorifique à compression mécanique bi-étagée avec sous
refroidisseur à injection partielle

III.1. Principe de fonctionnement d'une installation frigorifique à compression


mécanique bi-étagée avec sous refroidisseur à injection partielle

Le fluide frigorigène vapeur saturée à l'état 1 à la pression d'évaporateur (PE) entré dans le
compresseur (CP1) et comprimé jusqu'à la pression intermédiaire (PI), puis désurchauffé
jusqu'à l'état 3 dans la Bouteille de Refroidissement Intermédiaire (BRI), cette désurchauffé
du fluide frigorigène vapeur est obtenu par injection partielle du fluide frigorigène liquide, et
en suite aspiré par le compresseur ( CP2) et sort à l'état 4 vapeur surchauffé à la pression
(PC), pour en suite dans le condenseur ou il est désurchauffé pour sorti à l'état 5 liquide
saturée et passe à la sous refroidisseur à l'état 6.
Une partie du fluide frigorigène liquide venant sous refroidir par le serpentin qui se trouve au
(BRI) pour se refroidir jusqu'à l'état 8 et passe en suite ou détendu ou il y a chute de pression
(PE) à l'état 9, puis introduit dans l'évaporateur ou il y a une production de vapeur l'état 1.

37
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

III.2.Calcul thermodynamique d'une installation frigorifique à compression mécanique

bi-étagée à injection partielle


On détermine les débits massiques de vapeurs suivants :
- Débit massique de vapeurs aspire par le compresseur BP

- Débit massique de vapeurs aspire par le compresseur HP

On déduit ce dernier d'un bilan enthalpique sur la bouteille séparatrice (FigureIV-14 ) :

.
P Q représente la puissance thermique reçu par la bouteille intermédiaire (pertes par
l'isolation). II vient:

Bouteille de Refroidissement

Comme dans le cas précèdent, on constate que le débit masse HP est toujours supérieur au
débit masse BP.
Les autres grandeurs sont calculées de la même façon que pour un cycle mono étagé. Le COP
de l’installation s'exprime par :

38
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

Cycles bi étagés a injection totale (a gauche) ou partielle (a droite).


Comparaison injection totale/injection partielle:
On maintient les mêmes conditions pour les deux cycles : mêmes pressions, et les points 1 à 6
sont identiques.
Dans le cycle a injection partielle, le débit massique BP est sous-refroidi au moyen d'un
échangeur place dans la bouteille intermédiaire. L'échange thermique n'étant pas parfait, le
liquide en 8 (avant détente) ne peut atteindre la température l’état 2: le pincement
généralement retenu est de 1'ordre de 3 a 10 °C. La production frigorifique massique à
1'évaporateur est donc plus faible que dans le cycle a injection totale :
pour les mêmes pressions de fonctionnement, et pour produire la même puissance
frigorifique, il faudra une cylindrée plus forte à 1'étage BP. Le débit masse HP augmente lui
aussi ; en effet, si l’on néglige les pertes thermiques par l'isolation, le rapport des deux débits
s'exprime par la relation :

On montre facilement que ce rapport diminue dans le cas d'un cycle a injection partielle (la
production calorifique massique h2 — h9, diminue). Les deux débits massiques augmentant,
et les conditions de fonctionnement des compresseurs étant identiques, Dans les deux cas
(injection partielle ou totale), avec les notations utilisées, le COP de
L’installation s'écrit:

39
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

Chapitre VI
Machines frigorifiques à Absorption

I. Historique
Le principe de refroidissement par absorption a été démontré vers la fin du 19ème siècle(1859),
mise au point par un français, FERDINAD Carré, le fluide utilisé est un mélange binaire, il se
compose d’eau et d’acide sulfurique, mais le fonctionnement se faisait de façon discontinue. Dis
ans plus tard, FERDINAND Carré a adopté le mélange (eau/ammoniac) et il a obtenu par la même
occasion un fonctionnement continu.
• Vers 1899, la théorie des mélanges fut établie par Duhem.

40
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

• De 1890 à 1900, de nombreuses machines à absorption sont installées dans l’industrie du


pétrole et les installations de fabrication des produits chimiques.
• Dans les années 1900, les installations à compressions mécanique prennent de plus en plus
d’importance pour finalement dominer le marché devant le détriment de la machine à
absorption.
Néanmoins, les recherches n’ont jamais cessé pour développer ce type de machines.
• Les savants tels que PLANK, ALTENKIRCH, MAIURI ont contribué au
perfectionnement de cette machine ; il faut citer aussi les travaux de Von Platen et
MUNTERS sur le cycle à absorption-diffusion pour les réfrigérateurs à absorption sans
pompe.
Depuis, différents concepteurs, chercheurs et scientifiques parmi eux ALBERT Einstein ont
essayé d’étudié et de perfectionné cette machine.
L’essor de cette technologie est véritablement intervenu après la deuxième guerre mondiale.
• De 1950 à 1965, l'absorption connaît un succès commercial important, en particulier aux
Etats-Unis ; deux couples sont alors en compétition : ammoniac/eau (NH3/H2O) et
eau/bromure de lithium (H2O/LiBr).
• En 1965 environ 30 % des machines de fortes puissances frigorifique aux Etats-Unis
utilisaient le principe de l'absorption (15 % en 1958).
L'année 1970 marque le début de la production et de la commercialisation des groupes à
absorption KWAZAKI machine utilise (H2O/LiBr), cycle à double effet avec un brûleur à gaz.
II. Description dune installations frigorifique à absorption:
II.1. Le processus d’absorption :
Le processus d’absorption est une autre technique industrielle pour la production froide.
Les refroidisseurs à absorption utilisent directement la chaleur comme source première
d’énergie pour produire le froid, au lieu d’énergie mécanique, comme c’est le cas des
refroidisseurs à compression.

Figure VI.1. Schéma de principe d'une machine frigorifique à absorption

Générateur Condenseur

ƒƒ

Echangeur 41
Détendeur
AbFigure I .2: Schéma
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

Les installations frigorifique à absorption est compose de quatre éléments essentiels et des
éléments intermédiaires et une source de production de chaleur, les éléments suivant :
o un générateur (bouilleur).
o un absorbeur.
o un condenseur.
o un évaporateur.
o une pompe.
o un rectificateur.
o un détendeur.
o un échangeur de chaleur.
o une source de production de chaleur (capteur solaire, gaz naturel,…….).

III. Principe de fonctionnement:


De même que le cycle à compression de vapeur, le cycle à absorption utilise l'effet de
refroidissement par l'évaporation d'un fluide frigorigène à basse température et à basse
pression, mais la vapeur au lieu d'être comprimée mécaniquement elle est comprimée
thermiquement.

42
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

la solution formée d'un fluide frigorigène et d'un agent absorbant est chauffée dans le
bouilleur grâce à des apports extérieurs de chaleur (vapeur, eau chaude circulant dans un
serpentin ou aussi par des gaz brûlés par combustion).

La solution chauffée laisse échapper la vapeur du fluide frigorigène qui passe alors
dan le condenseur, la solution est alors appauvrie en fluide frigorigène ou enrichie en agent
absorbant et passe dans le deuxième détendeur et ensuite dans l'absorbeur.

La vapeur du fluide frigorigène se condense dans le condenseur et passe à travers le


premier détendeur pour s'écouler vers l'évaporateur.

Le fluide frigorigène liquide s'évapore dans l'évaporateur en produisant du froid et la


vapeur formée vas vers l'absorbeur ou elle rencontre la solution venant du bouilleur pour
former à nouveau une solution riche en fluide frigorigène ou pauvre en agent absorbant cette
solution retourne au bouilleur.

Le passage du flux thermique du fluide frigorigène au milieu extérieur est d'ailleurs régi
par les mêmes lois physiques quel que soit le type d'appareil considéré-condenseur ou
évaporateur-et dépend:
-Du coefficient global de transmission de chaleur de l'évaporateur
-de la surface de l'évaporateur
-de la différence existant entre la température de l'évaporateur et celle du medium à refroidir.
Il est de type "Coaxial" à deux spires. Le fluide frigorigène s'évapore à l'intérieur des
tubes alors que le fluide caloporteur circule à l'extérieur de ces derniers. La surface totale
d'échange offerte à l'évaporation à l'intérieur des tubes.
. Le Bouilleur :
Le liquide, riche en frigorigène, entre dans le bouilleur, où il est partiellement vaporisé
grâce à l'énergie apportée par le circuit d'eau chaude; les deux phases résultants sont : une
vapeur de réfrigérant et une solution concentrée de l'absorbant.

Schéma du bouilleur

43
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

. L'absorbeur :
La solution pauvre en réfrigérant provenant du bouilleur absorbe lors de sa chute la
vapeur de réfrigérant provenant de l'évaporateur. Cette vapeur se liquéfie en cédant sa chaleur
au circuit de refroidissement. Le mélange obtenu à basse pression est retourne au bouilleur.

Schéma de L'absorbeur

III.1 Système à absorption à simple effet:

Figure VI.2: Schéma d’une installation frigorifique à absorption à simple effet

Le principe de fonctionnement d'une machine à absorption est le même que


pour un système classique à compression, avec un fluide frigorigène qui se vaporise
à basse température (production de froid) et se condense à plus haute température
(rejet de chaleur).
Les machines frigorifiques à absorption permettent de remplacer la compression en
phase vapeur du réfrigérant par une compression en phase liquide d’une solution binaire.
Cette solution est composée du réfrigérant et d’un absorbant. La quantité d’énergie
électrique consommée par la pompe est presque négligeable. Il faut néanmoins disposer

44
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

d’une source de chaleur pour pouvoir dissocier le réfrigérant de l’absorbant et pour


pouvoir fonctionner ainsi en cycle fermé.
III.2. Installation frigorifique à absorption à double effet:
Le cycle à absorption à double effet a été introduit entre 1956 et 1958, la figure I.5 montre un
tel système fonctionnant avec H2O/LiBr.
Le générateur à haute pression est chauffé par une source de chaleur extérieure, les vapeurs
frigorigènes produites sont ensuite utilisées comme source d'énergie à la génératrice basse
pression ce qui permet la séparation d’avantage du frigorigène.
Ce cycle fonctionne à trois niveaux de pression. La pression dans le 1er générateur peut être
très importante ce qui nécessite des températures élevées pour permettre la séparation et, en
plus, il y a risque de dépassement de la plage de solubilité du mélange utilisé donc il faut
choisir correctement le fluide de travail. Ce problème ne se pose pas dans le cas du bromure
de lithium.

Figure.VI.3: Schéma d’une installation frigorifique à absorption à double effet

III.3 Système à absorption à plusieurs effets:


Pour des sources de chaleur à hautes température, les cycles d'absorption multi-étagés et à
plusieurs effet donnent la possibilité d'atteindre des performances supérieures à celles du
cycle conventionnel à simple effet. Donc l'objectif principal de ces cycles est d'obtenir des
COP plus élevés. Ils peuvent être considérés comme une combinaison de plusieurs cycles à
simple effet. La structure de ces machines permet de faire "travailler" la chaleur introduite à la

45
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

source chaude plusieurs fois, d’où le terme plusieurs effet. Plusieurs structures sont
développées actuellement.

IV. Principe de fonctionnement d’une installation à absorption


avec une solution de NH3/H2O:
Le schéma d’une installation frigorifique à absorption est représenté sur la figure I.6. Nous
allons traiter le cas d’une solution binaire constituée d’eau (le constituant le moins volatil) et
d’ammoniac (le constituant le plus volatil).
Dans le cas d’une installation à absorption, on utilise de l’ammoniaque (NH3) comme agent
réfrigérant. Comme dans une installation frigorifique à compression, l’ammoniaque liquide
s’évapore dans un évaporateur, se chargeant de chaleur. Dans un absorbeur, l’ammoniaque en
forme de vapeur est ensuite dissoute dans de l’eau. La solution ammoniaque est chauffée, de
telle sorte que se dégage de l’ammoniaque sous forme de vapeur. Dans un condenseur, la
vapeur ammoniaque est de nouveau condensée pour en faire de l’ammoniaque liquide.
Afin de pouvoir établir une différence de température entre l’évaporation et la condensation, il
faut créer une différence de pression. L’arrivée de l’énergie d’entraînement s’effectue via le
bouilleur et elle est uniquement thermique. Le réchauffement du bouilleur peut s’effectuer
avec du gaz.

Figure .VI.4: Schéma d’un système frigorifique à absorption avec une solution de NH3/H2O

V. Principe de fonctionnement d’une installation à absorption double effets

46
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

avec une solution de H2O/BrLi:


L’eau est le fluide frigorifique alors que l’agent absorbant est le bromure de Lithium
(BrLi) pur est un sel solide mais quand il est mélangé avec suffisamment d’eau, on
obtient une solution liquide homogène.
La caractéristique principale de ce système est que le BrLi n’est pas volatile, donc dans le
bouilleur il n’y aura que de la vapeur d’eau qui se forme.
Ce pendant l’inconvénient principal du système est la limitation d’évaporation à des valeurs
relativement élevées (T° d’évaporation supérieure à 0°C) puisque l’eau se solidifie à des T° <
0°C, l’autre inconvénient est la pression de travail à l’intérieure de la machine, qui est le vide
(avec tous les problèmes spécifiques au vide).

Figure VI.5: Schéma d’une installation à absorption double effets avec une solution de
H2O/BrLi

VI. Avantages et inconvénients d’une installation frigorifique à absorption:


A. Les avantages:
✓ Consomme essentiellement de l'énergie calorifique qui peut être récupère d'un autre
système.
✓ Ne nécessite que peu de machine tournante donc pas de vibration et aucuns bruits
✓ Les refroidisseurs à absorption peuvent être alimentés séparer de multiples sources de
chaleur (gaz méthane/combustible directe).
✓ Haute fiabilité du système, très peu de pannes.

47
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

✓ Un large choix d’appareils et en petite profondeur.


✓ Peu de maintenance et grande longévité du matériel.

B. Les inconvénients:
✓ Coefficients de performance modestes.
✓ Une grande puissance thermique est à évacuer vers l'extérieur.
✓ Etanchéité de la machine pour éviter l'intrusion de gaz incondensable.
✓ Problème de cristallisation des absorbants.
✓ Cout de fabrication est couteux.
✓ Un grand volume, qui suppose un encombrement dans Perte de place.
✓ Besoin d’être installé parfaitement à l’horizontal.

VII. Caractéristique de couple binaire:


Les deux substances fluide frigorigène- agent absorbant qui doivent former le couple
binaire ou solution dans les cycles frigorifiques à absorption doivent remplir un certains
nombre de critères. [12]
Les caractéristiques désirées dans les systèmes à absorption sont les suivantes :
1- La solubilité du réfrigérant dans l’absorbent doit être anormalement élevée à
température de l’absorbeur et à la pression correspondant à la température
l’évaporateur.
2- La distillation doit permettre de récupérer une proportion importante de la teneur en
réfrigérant dans la solution riche, afin de diminuer le débit de solution nécessaire.
3- L’absorbant doit être beaucoup moins volatil que le réfrigérant, afin de minimiser son
entrainement dans le condenseur.
4- La viscosité de la solution doit être faible afin de faciliter l’absorption rapide et de
diminuer la puissance de pompage.
5- Le rapport de la chaleur latente de vaporisation du réfrigérant à la chaleur nécessaire
pour séparer le réfrigérant de l’absorbant doit être voisin de 1.
VIII.1 Les couples utilisés pour les systèmes à absorption:
On donne quelques exemples de couples utilisés (Tableau I.1), l'exemple le plus courant est le
couple -LiBr et le plus ancien est le couple. Ces couples sont les mieux. -
connus et les plus étudiés.

Fluide Agent Absorbant

48
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

Frigorigène

Ammoniac Eau

Eau LiBr (Bromure de Lithium)

Diméthyléther du tétraéthylène
glycol

Méthyl amine Eau

Méthanol LiBr

Tableau IVI. Couples utilisés pour les systèmes à absorption

IX. Analyse thermodynamique :


Dans ce travail, nous présentons une analyse thermodynamique d’une machine absorption
avec un échangeur de solution, utilisant le couple (NH3/H2O) comme fluide de
fonctionnement.

Figure. VIII.1 : Cycle frigorifique à absorption avec échangeur de solution.

Pour l’application des principales de la thermodynamique sur un cycle réel, on utilise les
conditions et les hypothèses de bases suivantes :

49
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

• Les températures dans les échangeurs (générateur, condenseur, évaporateur et


absorbeur) sont supposées uniformes sur tout le volume considéré.
• La solution riche en fluide frigorigène à la sortie de l'absorbeur est un liquide sature à la
température et la concentration dans l'absorbeur. De même, la solution pauvre en fluide
frigorigène quittant le générateur est à une concentration liée par une relation d'équilibre à la
pression et à la température du générateur.
• Le fluide frigorigène sortant du condenseur est pris comme étant liquide saturé à la
température et la pression correspondante.
• Le frigorigène, à la sortie de l'évaporateur, est à l'état de vapeur saturée à la température
et à la basse pression de l'évaporateur.
• Les détentes sont supposées isenthalpiques.
• Les échanges thermiques avec l'environnement et les pertes de charge sont supposés
négligeables.
Diagrammes utilisés: le principe de fonctionnement de la machine frigorifique à
absorption avec les différents changements d’état fait appel à deux types de diagrammes :
Le diagramme de Merkel , Le deuxième diagramme pression- température- concentration
ou le diagramme d’Oldham, permet d’évaluer les pressions de fonctionnement de la machine
ainsi que les concentrations du fluide.
Bilan massique :
Soient mf, ma, mg et Xf, Xa, Xg respectivement les débits massiques et les titres
massiques du frigorigène, de la solution riche et de la solution pauvre.
Au niveau de l’absorbeur (voir Fig.3), deux bilans massiques peuvent être effectues :
(Bilan global de la solution)
(I-1)
(Bilan frigorigène) (I-2)

On en déduit une expression de mg et de ma en fonction de mf et des différents titres en


frigorigène.

50
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

(I-3)

(I-4)

Le taux de circulation FR:


Le taux de circulation FR , est défini comme étant le rapport des débits massiques de
la solution riche et de la vapeur d’ammoniac pur.

(I-5)

D’ou :
Xg: le titre de la solution pauvre quittant le générateur pour rejoindre l'absorbeur.
Xa : le titre du mélange binaire riche en fluide frigorigène quittant l'absorbeur pour
rejoindre le générateur.

Bilan enthalpique :
On effectue le bilan enthalpique sur chaque composant échangeant de la chaleur ou du travail
avec le milieu extérieur, On a :
• Condenseur : Qcon = mf (h2-h1) (I-6)
• Evaporateur : Qeva = mf (h4-h3), (I-7)
• Générateur (bouilleur) : Qgén = mf h1 + mg h8- ma h7 (I-8)
• Absorbeur : Qabs = ma h5- mf h4- mg h10 (I-9)
• Pompe : W = ma (h6 – h5) (I-10)

Coefficient de performance :
En utilisant les équations précédentes, le coefficient de performance peut s’exprimer par :

(I-11)

En supposant que le travail de la pompe sur la solution riche est négligeable par rapport aux
autres termes, le coefficient devient :

(I-12)

Finalement, on à:
51
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

(I-13)

Le coefficient de performance de Carnot :


Pour une machine de Carnot tritherme l’expression du coefficient de performance est
donnée par la formule suivante [5] :

= (I-14)

Le coefficient de performance de Carnot (COPc) est le maximum coefficient de performance


possible pour un système à absorption

L’efficacité de système (η) :


L’efficacité du système(η) est définit comme étant le rapport du coefficient de
performance (COP) sur le coefficient de performance de Carnot (Cop).

(I-15)

Le rendement énergétique (ζ) :


Le rendement énergétique ζ peut être évalue par :

(I-16)

Ou : est la température de référence ( = 25 °C)


: est le travail de la pompe de solution en KW.

52
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

Chapitre VII
Pompes à chaleur

I. Introduction

Les pompes à chaleur sont utilisées non seulement pour le chauffage des locaux mais
aussi pour différentes applications industrielles. D'autres usages comme le refroidissement
d'une patinoire couplé au chauffage d'une piscine municipale permettent de valoriser aussi
bien la fonction réfrigération que la fonction chauffage.

53
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

Les pompes à chaleur permettent ainsi de rehausser le niveau de température d'une source
froide avec un excellent rendement, dans la mesure où l'écart de température n'est pas trop
important.

II. Définition

On appelle pompe à chaleur (PAC) ou thermopompe une telle machine, dont le cycle est très
semblable à ceux utilisés en réfrigération. Il en diffère simplement par les niveaux de
température, et donc par le fluide de travail. Ce mode de chauffage est très séduisant si l'on
dispose d'une source de chaleur gratuite à un niveau de température suffisant. Pour le
chauffage des locaux, ce mode de chauffage est très séduisant si l'on dispose d'une source de
chaleur gratuite à un niveau de température suffisant.

La pompe à chaleur est l'appareil qui convertit l'énergie extérieure en "chauffage"

III. Fonctionnement d’une pompe à chaleur

III.1.Schéma de principe d’une pompe à chaleur

III.2 Principe de fonctionnement pompe à chaleur

Le principe de la pompe à chaleur est de prélever la chaleur présente dans les éléments de
l'environnement proche de l'habitation (air, eau, sol), la convertir et la restituer à une
température supérieure pour assurer le chauffage de la maison.

54
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

Le fonctionnement pompe à chaleur est basé sur les transferts thermiques entre un liquide
caloporteur et un milieu environnant. Le fluide dit « frigorigène » possède la propriété de
changer d'état en fonction de sa pression :

• Il devient gazeux, quand sa pression augmente.


• Il se condense, donc devient liquide, quand elle baisse

Ainsi, la pompe à chaleur capte les calories présentes naturellement dans l'environnement (air,
sol ou eau), élève le niveau de chaleur et la diffuse ensuite dans la maison. Elle est constituée
d’un évaporateur, d’un compresseur, d’un condenseur, d’un détendeur.

IV. Composants d’une pompe à chaleur

Sur le plan thermodynamique, une pompe à chaleur est composée de quatre éléments. Les
explications données ci-dessous concernent plus particulièrement celles qui sont utilisées pour
le chauffage des locaux.

1. Evaporateur : qui extrait de la chaleur de la source froide. Il peut être réalisé de


différentes façons en fonction de la source froide utilisée. S'il s'agit de l'air extérieur, c'est
souvent une batterie de tubes à ailettes parcourus à l'intérieur par le fluide
thermodynamique, et à l'extérieur par l'air. S'il s'agit d'un cours d'eau, cela peut être un
échangeur à plaques, à tubes et calandre, ou simplement un serpentin co-axial. Cet
évaporateur est relié au reste de la machine par deux canalisations qui traversent les murs
du logement. L'une d'entre elles est reliée à l'aspiration du compresseur, l'autre au
détendeur ;
2. Condenseur : est l'échangeur de chaleur qui permet de transférer au système de
chauffage la chaleur extraite à l'environnement. Il peut lui aussi être un échangeur à
plaques, à tubes et calandre, ou bien un serpentin co-axial. Il est relié à la sortie du
compresseur et au détendeur.

3. Compresseur : généralement volumétrique ou centrifuge. Le plus souvent, il n'est pas


directement visible car il est contenu dans un bloc métallique monté sur des coussins en
caoutchouc, pour éviter les vibrations, d'où sortent un fil électrique et deux tuyaux d'entrée
et sortie du fluide.

55
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

Il s'agit d'un compresseur dit hermétique, à piston, qui présente l'avantage que le moteur
est directement refroidi et lubrifié par le fluide thermodynamique, ce qui permet de se
passer d'huile ;
4. Détendeur : qui peut être constitué d’un simple tube capillaire, ou bienthermostatique.
Avant d’entrer dans le détendeur, le liquide est légèrement sous-refroidi ; cela permet de
s’assurer que cet organe n’est pas alimenté avec de la vapeur, et cela augmente les
performances de la machine.

V. Types de pompes à chaleur

Les pompes à chaleur sont classées en fonction :

• Du milieu d'où elles tirent leur énergie (renouvelable) : air, eau ou sol.
• Du système de diffusion : air, eau ou fluide frigorigène.

On parle de pompe à chaleur Air-Air, ou Air-Eau, eau-eau.

Source de chaleur :

• Air : la pompe puise la chaleur dans l'air extérieur. Le procédé s'appelle alors
aérotherme.

• Sol : la pompe puise la chaleur dans la terre. Le procédé s'appelle alors la géothermie.
Les capteurs peuvent être horizontaux, long serpentins enterrés à un mètre de
profondeur, ou verticaux (plongeant à une centaine de mètres de profondeur).

• Eau : la pompe puise la chaleur dans les nappes phréatiques souterraines, les lacs ou
encore les points d'eau avoisinants. On parle d'hydrothermie (parfois aussi de
géothermie).

Les températures annoncées le sont à titre d'exemples. Elles varient en fonction du fluide
utilisé et des performances globales de la pompe à chaleur. On distingue plusieurs types de
pompe à chaleur, selon le milieu dans lequel elle puise les calories :

• une pompe à chaleur dite aérothermique utilise les calories présentes dans l’air
extérieur ;
• une pompe à chaleur dite géothermique utilise les calories présentes dans les
profondeurs du sol ou dans les nappes phréatiques : elle nécessite un circuit de captage
enterré (horizontal pour le sol ou vertical pour les nappes).

V.1. pompe à chaleur géothermique

56
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

Le système de pompe à chaleur par géothermie fonctionne grâce à des capteurs, que vous
devrez installer dans votre jardin. Ils permettent à un fluide de circuler en leur sein, de capter
les calories et de les amener jusqu'à la pompe à chaleur géothermique. Un autre fluide (il
s'agit parfois du même) circule entre la pompe et les émetteurs de chaleur qui se trouvent dans
la maison.

Il existe trois solutions différentes :

• Procédé mixte ou sol-eau : le liquide se déplace dans le capteur géothermique. Ensuite,


la pompe transmet la chaleur à l'eau du système de chauffage (plancher ou radiateurs).
• Eau-eau glycolée : le système de chauffage contient de l’eau pure, entre les capteurs et
la pompe circule de l’eau avec antigel. Cette technologie est bien maîtrisée.
• À détente directe ou sol-sol : le liquide frigorigène de la pompe à chaleur
géothermique circule directement des capteurs géothermiques jusqu'au circuit de
chauffage, généralement via un plancher chauffant :
• Cette installation est peu adaptée à la fonction de climatisation.
• Elle est aussi délicate, car elle ne supporte pas les fuites.

V.1.1.Les pompes à chaleur à capteurs verticaux

Les sondes sont installées jusqu'à 100 m en profondeur, après forage réalisé par une entreprise
spécialisée et si le sous-sol le permet. Elles sont utilisées lorsque la superficie du jardin est
insuffisante. Les sondes verticales sont plus chères, nécessitent un chantier plus conséquent,
mais sont plus performantes que les capteurs horizontaux.

Elles sont aussi appelées sondes géothermiques.

V.1.2Les pompes à chaleur à capteurs elliptiques

Ce type est un mélange des deux techniques précédentes. Ces nouveaux capteurs se présentent
sous forme d'une spirale de 40 cm de diamètre sur 3 m de long. Ils sont disposés dans des
trous de 5 m de profondeur réalisables avec des engins de chantier standard (tarière). Rapides
à mettre en œuvre, ils demandent moins de surface que les capteurs horizontaux.

V.2.pompe à chaleur Multisplit

57
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

Son fonctionnement est simple, une pompe à chaleur va venir capter la chaleur extérieure
pour la transférer à l'intérieur. La pompe à chaleur fonctionne sur la base d'un cycle
thermodynamique composé de quatre éléments de base :

• le compresseur.
• le condenseur.
• le détendeur.
• l'évaporateu.

Pour une pompe à chaleur air/air, l'unité intérieure (souvent sous la forme d'une cassette
murale dans la maison) contient le condenseur, qui va céder la chaleur à l'air au travers d'une
batterie, et un ventilateur pour faire circuler l'air et chauffer la pièce de façon homogène.
L'unité extérieure quant à elle, contient le compresseur, l'évaporateur et le détendeur.

Afin de capter et de rejeter la chaleur à des températures variables, la pompe à


chaleur contient un fluide frigorigène. Ce fluide réagit comme de l'eau, avec un point
d'ébullition (l'eau bout à 100 °C) et un point de condensation (la vapeur d'eau qui redevient
liquide au contact d'une paroi froide).

V.2.1.Avantages du multisplit

Le multisplit présente de nombreux avantages, comme l'encombrement limité du groupe


extérieur, qui permet une meilleure intégration esthétique et une limitation du niveau sonore.
De plus, une seule alimentation électrique est nécessaire. Notez qu'il existe une multitude de
combinaisons des différents types d'unités intérieures.

Le multisplit offre de meilleures performances que les radiateurs électriques ou la chaudière,


grâce à son coefficient de performance permettant de produire plus d'énergie que ce que
l'appareil consomme, contrairement aux autres systèmes possédant un rendement inférieur à
1.

58
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

C'est un système de chauffage très réactif évitant les écarts de température par rapport à la
consigne, contrairement au plancher chauffant ou aux gros radiateurs en fonte.

V.3.Pompe à chaleur haute ou basse température

La principale différence entre une pompe à chaleur haute température et une pompe à chaleur
basse température réside dans la température de sortie de l’eau du réseau de chauffage.

Pompe à chaleur basse température

Une pompe à chaleur basse température alimente le circuit d’eau de chauffage central à une
température comprise entre 35 et 50°C.

Pompe à chaleur haute température

Une pompe à chaleur haute température produit de l’eau à une température supérieure à 65°C.
Certaines atteignent 80°C par une température extérieure de - 7°C.

L’écart de température entre le milieu dans lequel sont puisées les calories et la température
de l’eau de chauffage étant plus important, son rendement est inférieur à celui d’une pompe à
chaleur basse température.

De ce fait, pour une même quantité de chaleur produite, la consommation électrique d’une
pompe à chaleur haute température est plus élevée que celui d’une basse température.

Le choix d’une pompe à chaleur basse ou haute température se fait en fonction des émetteurs
de chaleur existants ou à installer et du niveau d’isolation.

V.4.Pompe à chaleur hybride

La pompe à chaleur hybride est la combinaison de deux équipements très performants : une
pompe à chaleur et une chaudière à haut rendement de type « à condensation ». Si la pompe à
chaleur est forcément de type air-eau, c'est-à-dire qu'elle puise les calories de l'air extérieur
pour les réinjecter dans un circuit de chauffage, la chaudière, elle, peut être à fioul, à gaz ou à
bois. Le système hybride peut également être couplé à des panneaux solaires pour augmenter

59
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

la part en énergies renouvelables et utiliser une autre énergie totalement écologique et gratuite
: le soleil.

La pompe à chaleur hybride comporte 3 unités indissociables :

• une unité extérieure qui est la pompe à chaleur air-eau. Idéalement, elle doit disposer
d’un COP (coefficient de performance) supérieur ou égal à 5 ;
• une unité intérieure qui est la chaudière à condensation ou à haut rendement (fioul, gaz
ou bois). Pour un gain énergétique optimal, pensez à prévoir un module hydraulique
pour la production d'eau chaude sanitaire. Le rendement est souvent compris entre 102
et 119 % ;
• des émetteurs de chaleur qui peuvent être un plancher chauffant, des radiateurs basse
température de type acier, alu ou haute température de type fonte. Le plancher
chauffant offre la meilleure performance possible, que ce soit en matière d'économie
d’énergie ou de confort. De manière générale, plus la température du circuit d'eau des
émetteurs est basse, meilleure est l’efficacité.

V.5 .Pompe à chaleur air-eau

Une pompe à chaleur peut puiser son énergie dans l'eau, le sol ou l'air. La pompe à chaleur
air-eau, elle, utilise le principe de l’aérothermie et puise la chaleur contenue dans l'air pour la
restituer à un circuit d’eau de chauffage. Ce circuit alimente un plancher chauffant, des
radiateurs, ou un circuit d’eau sanitaire. Les pompes à chaleur air-eau captent donc une
énergie gratuite et renouvelable, elles fonctionnent à l'électricité, mais consomment peu.

Il existe deux types différents de pompe à chaleur air-eau.

Pompe à chaleur air-eau monobloc :

• Le module placé à l’extérieur comprend le module hydraulique et le compresseur.


• Un réseau hydraulique assure la jonction jusqu'au circuit de chauffage.

Pompe à chaleur air-eau bibloc :

60
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

• Le compresseur est situé à l'extérieur de l'habitation, le module hydraulique à


l'intérieur.
• La jonction entre les deux unités est établie par liaison frigorifique.
• Cette configuration est plus performante que le monobloc, mais d’un coût plus élevé.

CIAT

Avantages de la pompe à chaleur air-eau : simple et efficace

La pompe à chaleur air-eau possède plusieurs avantages.

Simplicité d'utilisation et d'installation

La pompe à chaleur air-eau ne nécessite ni gros chantier ni autorisation administrative


préalable. Dans le cas d'une rénovation, une pompe à chaleur haute température peut
facilement remplacer la chaudière thermique existante d'un chauffage central. Vous conservez
donc vos radiateurs et votre circuit de chauffage.

Si vous souhaitez garder votre chaudière, vous pouvez également installer la pompe à chaleur
en « relève » de la chaudière (en complément). Vous devrez opter pour une pompe à chaleur
haute température, si vos radiateurs sont des radiateurs classiques dits « haute température ».

En construction, toutes les options sont possibles. Vous pouvez installer une pompe à chaleur
air eau sans chaudière. Idéalement, installez-la avec un plancher chauffant et un système basse
température.

Les pompes à chaleur air-eau possèdent des COP (coefficient de performance) compris entre
3,5 et 4,2. Elles peuvent aussi rafraîchir l'air en période de chaleur, mais non le climatiser.

61
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

Inconvénients de la pompe à chaleur air-eau

Principal inconvénient de la pompe à chaleur air-eau, son rendement est dépendant de la


température extérieure : plus l'air est froid, moins les pompes sont performantes.

Parmi les autres inconvénients, certaines affichent un fonctionnement limité, avec un système
perdant en efficacité en dessous d’un certain seuil de températures (variable de + 3 à - 20 °C).
Le recours à un chauffage d'appoint doit être prévu.

Il est conseillé d’opter pour une chaudière hybride qui combine deux énergies distinctes, dont
une renouvelable avec par exemple une chaudière à gaz). Par ailleurs, le groupe extérieur de
certaines pompes à chaleur air-eau est parfois bruyant

V.6. Pompe à chaleur à eau

Les installations les plus fréquentes sont les pompes à chaleur qui puisent l'eau dans une
nappe phréatique, la température de l'eau y étant assez élevée (entre 7 et 12 °C) et surtout
constante.

Autres possibilités : lacs, cours d'eau. Une partie du chauffage urbain de la ville de
Zurich est ainsi assuré par des pompes à chaleur alimentée par l'eau d'un lac à 4 °C.

Un puits existant ou un forage vertical permet d'atteindre la nappe. Il ne doit pas être
trop profond, l'électricité nécessaire pour relever l'eau jusqu'à la surface réduirait
l'intérêt de recourir à une PAC.

Un système à deux forages est donc souvent préconisé :

o un de captage,
o et un second pour rejeter l'eau dans son milieu d'origine, ce qui évite de tarir la
source de calories.

Avantages de la pompe à chaleur à eau : rendement constant

• Encore mieux qu'une pompe à chaleur géothermique, la pompe à chaleur eau


fonctionne et chauffe de la même manière, même quand il fait froid. Le COP est donc
constant.
• En effet, la chaleur de l'eau de la nappe est relativement constante.
• Economies d'énergie supérieures aux pompes à chaleur air si la nappe d'eau n'est pas
trop profonde.

62
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

Inconvénients de la de pompe à chaleur à eau

• Pré requis : avoir un point d'eau ou une nappe à proximité ayant un débit suffisant.

Onéreux car il faut faire un voire deux forage(s) plus ou moins profond(s), ou avoir un puits.
VI. La vanne d'inversion de cycle
Schéma de la vanne d’inversion

VI.1. Constitution générale


Lorsque nous examinons le schéma de la vanne, nous constatons qu'elle est constituée d’une
vanne principale à 4 voies et d’une petite électrovanne pilote à 3 voies montée sur le corps de
la vanne principale.
Nous remarquons que sur les 4 raccordements de la vanne principale, 3 sont placés côte à côte
(l’aspiration du compresseur est toujours raccordée sur celui du milieu) et que le quatrième
raccordement se trouve seul de l’autre coté (on y raccorde toujours le refoulement du
compresseur).
VI.2. principe de fonctionnement
Le principe de fonctionnement est basé sur un tiroir situé à l'intérieur de la vanne principale.
En se déplaçant de gauche à droite ou de droite à gauche, il inverse les échangeurs. Le
déplacement du tiroir est commandé par la petite électrovanne pilote.

VI. Coefficient de performance

On appelle coefficient de performance ou COP, le rapport "énergie thermique


restituée/énergie électrique consommée".

Avec un COP de 3, une PAC qui consomme 1 kWh d'électricité produit 3 kWh de chauffage.

63
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

• Les bonnes pompes à chaleur (certifiées NFPAC) ont un COP au moins supérieur à 3.
• Un COP est un rapport variable. Il dépend des qualités de la pompe à chaleur mais
varie aussi selon les types d'installations.

On distingue :

• Le COP machine : qui est le niveau de performance d'une pompe à chaleur déterminé
en laboratoire, donc dans des conditions d'essais éloignées de la réalité.
• Le COP système : qui prend en compte tous les éléments du système : la pompe à
chaleur mais aussi les circulateurs, les pompes de relevage de l'eau, les accessoires
divers... Plus près de la réalité, mais encore théorique.
• Le COPA ou COP annuel : il s'agit du COP système enregistré sur une saison de
chauffe. C'est celui qui donne le rendement réel de votre pompe à chaleur. Selon la
qualité de l'installation, il peut y avoir une grande différence entre le COP machine et
le COPA.

Un COP d'une pompe à chaleur n'a de sens que s'il est accompagné de deux températures de
référence :

• La température du milieu dans lequel on puise les calories. Dans les textes officiels,
elle est indiquée +7°C, sauf pour les pompes à chaleur sol/sol et sol/eau (-5°C).
• La température de l'eau à la sortie de la pompe à chaleur : si elle alimente un plancher
chauffant : 35 °C, 50 °C pour des radiateurs basse température, 65 °C voire plus pour
des radiateurs haute température.

Le COP est d'autant meilleur que la différence entre ces deux températures est faible

Quand les températures extérieures deviennent négatives, certaines pompes à chaleur


(aérothermiques, et géothermiques à capteurs horizontaux notamment) doivent être soutenues
par un appoint en électricité.

VIII. Applications Industrielles

Les domaines d'utilisation des pompes à chaleur dans l'industrie sont les suivants, Te et Tc
étant respectivement les températures d'évaporation et de condensation :

64
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

Te < 20 °C, Tc < 80 °C : ce sont des pompes à chaleur classiques standard, commercialisées
et disponibles sur catalogue ;
20 °C < Te < 80 °C, Tc < 130 °C : il s'agit ici de pompes à chaleur spécifiques, quoique
dérivées du matériel frigorifique, mais adaptées à des températures de fonctionnement plus
élevées ;
pour des températures plus élevées, ce type de matériel ne convient plus. La compression
mécanique de vapeur peut être une solution, si la source froide se présente sous forme de
vapeur.

Les compresseurs utilisés en pratique sont de trois types : à piston (P < 200 kW), à vis (100
kW < P < 1 MW), ou centrifuges (P > 800 kW).

Actuellement, les principaux débouchés des pompes à chaleur dans l'industrie concernent le
séchage des produits thermosensibles ou à migration d'humidité lente, et la récupération
d'énergie dans les usines où existent des besoins simultanés et comparables de chaud et de
froid.

65
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

Travaux Dirigés

66
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

Exercice N° 1

1/ Expliquer pourquoi un bon fluide frigorigène doit avoir les caractéristiques suivantes :
- Une chaleur latente de vaporisation élevée.
- Une température de fin de compression modérée.
- Non miscible avec l’huile de lubrification.

2/ Définir:
- Agent frigorifique secondaire.
- Azéotrope

3/ Faite le schéma de principe d’une installation frigorifique à compression mécanique mono-


étagée avec sous- refroidisseur. Expliquer le rôle du sous- refroidisseur.
4/ Dans quel cas on utilise une installation frigorifique à compression mécanique bi-étagée ?
Et pourquoi ?

Exercice N° 2

1- Donner les différents types de fluides frigorigènes.


2- Citer cinq caractéristiques que doit avoir un fluide frigorigène.

3- Expliquez le rôle de l’échangeur de chaleur dans une installation


Frigorifique à compression mécanique simple.
4 - Faite le schéma de principe ainsi que le cycle fonctionnel des installations frigorifiques à
compression mécanique suivantes :
- Mono-étagée avec échangeur de Chaleur.
- Mono-étagée avec séparateur de liquide et . sous refroidisseur

67
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

Exercice N° 3

Isotherme

2'
3 2
PC

PE
4 1

- Soit le cycle d’une installation frigorifique à compression mécanique mono-étagée


(IFCMS)
- Déterminer les enthalpies : H1, H2, H3 et H4 en utilisant le digramme enthalpique ou les
abaques

68
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

Exercice N° 4

Une installation frigorifique à compression mécanique mono-étagée, fonctionnant avec


R12,
Comme fluide frigorigène, développe une puissance frigorifique de 50 KW
Les conditions de fonctionnement sont :
- Température d’évaporation = - 8 °C
- Température de condensation = 20 °C
- Faite le calcul Thermodynamique de cette installation

Exercice N° 5
Soit le cycle d’une IFCMS avec Echangeur de chaleur ;représenté sur la figure çi-
dessous,
Le fluide frigorigène utilisé est le CCL2F2, on donne :
- La pression d’évaporation = 90 Kpa
- La pression de condensation = 800 Kpa
Calculer le coefficient de performance de cette installation
Exercice N° 6

Faite le schéma de principe ainsi que le cycle fonctionnel des installations frigorifiques à
compression mécanique suivantes :
1- Bi-étagée à injection partielle avec sous refroidisseur.
2- Bi-étagée à injection totale sans sous refroidisseur.

Exercice N° 7

Faite le schéma de principe d’une installation frigorifique à compression mécanique biétagée


à injection partielle avec sous- refroidisseur, et expliquer son principe de fonctionnement.

Exercice N° 8

Une installation frigorifique à compression mécanique bi-étagée à injection partielle avec


sous- refroidisseur, fonctionnant avec le R22 dans les conditions suivantes ;
- La température de condensation = + 35 °c
- La température d’évaporation = - 35°c
- La puissance frigorifique = 250 kW.

69
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

On donne le titre de vapeur = 5%


1- Calculer le coefficient de performance de cette installation.
2- Calculer la puissance calorifique du condenseur .

Exercice N° 9

Les conditions de fonctionnement d’une machine frigorifique fonctionnant avec le CHCLF2


comme fluide frigorigène sont :

- Ch1 : Tev1 = - 35 °C et Φ1= 140 kw


- Ch2 : Tev2 = -5°C et Φ2= 260 kw
- La température de condensation = 40 °C
- On donne le titre de vapeur égale à 10%
- Quelle type d’installation frigorifique on doit utiliser et pourquoi ?
- On suppose que cette installation est avec sous- refroidisseur
Calculer son coefficient de performance.

Exercice N° 10

Pour le stockage de courte et moyenne durée de la viande on utilise deux chambres


froides, dont les conditions de fonctionnement sont :
- Ch1 : Tev1 et Φ1
- Ch2 : Tev2 et Φ2
- Tc

Pour cela on utilise une seule installation frigorifique .

1- Quel type d’installation frigorifique doit-on utiliser ? (justifier votre réponse).


2- Faite le schéma de principe de cette installation.
3- Déterminer les différents débits massiques du fluide frigorigènes qui circulent dans
cette installation.
4- Exprimer le coefficient de performance de cette installation.

Tc : La température de condensation

70
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

Tev : la température d’évaporation


Φ : la puissance frigorifique

Exercice N° 11

- Donner 04 caractéristiques d’un couple binaire utilisé dans une machine


Frigorifique à absorption
- Faite le schéma de principe d’une machine frigorifique à Absorption
- Expliquer son principe de fonctionnement.

Exercice N° 12

Une machine frigorifique à absorption fonctionnant avec (Brli, H2O)


avec une puissance frigorifique = 100 KW ; on donne :
- Température de l’évaporateur = 5 °C
- Température du condenseur = 40 °C
- Température de l’absorbeur = 30 °C
- Température du bouilleur = 80 °C
Faite le calcul thermodynamique de cette installation.

Exercice N° 13

- Expliquer le principe de fonctionnement d’une pompe à chaleur.


- Donner trios types de pompes à chaleur

71
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

Bibliographies

Alexis. G.K. 2005, Exergy analysis of ejector-refrigeration cycle using water as working
fluid, international journal of energy research, 25,pp 96-100.

ASHRAE.1993. Handbook, American society of heating, refrigerating and air conditioning


engineers, Inc., Atlanta ; McGraw-Hill, New York.

Barret, M., 1991. La modélisation des propriétés thermodynamiques des fluides réels.
Application, Thèse de l’université Paris I.

Barclay, J.A. 1984. S. Sarangi, Selection of Regenerator Geometry for Magnetic Refrigerator
Applications, Intersociety Cryogenic Symposium.

Belfodil, F. 2007, Mémoire de magister Génie Mécanique (Élaboration d'un Programme pour
le Calcul des Paramètres Thermodynamiques et Énergétiques des nouveaux fluides
Frigorigènes et Application au Calcul des Cycles Frigorifiques), Université Ibn
Khaldoun –Tiaret.

Benaoudia, M. 2001. Les contributions à l’optimisation en régime stationnaire des


installations frigorifiques à absorption avec la solution Hydro- Ammoniacale, thèse de
Doctorat, Université Technique de Construction BUCAREST.

Coquelet, C. 2003. Études des fluides frigorigènes. Mesures et modélisation, Thèse de doctorat,
Ecole des mines de Paris.

Chougui M. L., 2010, Simulation et étude comparée de cycle a absorption (H2O-LiBr) a


usage de froid. cas de l’unité de production de détergent Henkel, mémoire de magister,
université Mentouri Constantine.

Dorantes, R. 1992 Performance théoriques et expérimentales d’une machine frigorifique


tritherme a ejecto-compression. Influence de la nature du fluide de travail. Analyses
énergétique et exégétique.

Duminil,M. 2012. Généralités, BE9730, Théorie des machines frigorifiques,Techniques de


l’Ingénieur.

Engelbrecht, K, Engelbrecht, G. Nellis, S. Klein. 2005, A Numerical Model Of An Active


Magnetic Regenerator Refrigeration System, Air- Conditioning And Refrigeration
Technology Institute, ARTI- 21CR/612-10075.

Fukuda, S., Kondou, C., Takata, N., Koyama, S.2014, Low GWP refrigerants R1234ze(E)
and R1234ze(Z) for high temperature heat pumps, International journal of Refrigeration, 40,
161-173.

Khalid,A, Joudi, Ali.H. Lafta. 2001, Simulation of a simple absorption refrigeration system,
Energy Conversion and Management, 42, 13,pp. 1575-1605.

72
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

Kherris, S, M. Makhlouf, Dj. Zebbar et O. Sebbane. 2013, Contribution Study Of The


Thermodynamics Properties Of The Ammonia-Water Mixtures, Thermal science,
doi:10.2298/TSCI110206083K, 3, pp. 891– 902.

Maake-H, W, J Eckert.1993, le nouveau Pohlman, deuxième PYC Edition 1993

M.Mmake-H J Cauchepen- pohlman Edition 1988.


Pavloff.N , Résumé du cours de thermodynamique, Université d’Orsay, Mars 2006.

RAPIN, JP. 2014, Machine à compression mécanique, BE9740, Théorie des machines
frigorifiques, Techniques de l’Ingénieur, 2014

RAPIN, JP. 2003, Aide-mémoire formulaire du froid, 12e édition 2003.

RAPIN, JP. 2006, Formulaire du froid, 13ème Edition DUNOD.

RAPIN, JP. 1998, installations frigorifiques, tome 2, 5e édition PYC 1988.

Vliet, G.C,M.B. Lawson, R.A. 1982. Lithgow, Water-Lithium Bromide Double- Effect
Absorption Cooling Cycle Analysis, ASHRAE Transactions, 88 , pp. 811–823

Vrinat, G.2009, Froid et développement durable, BE9740, Machines frigorifiques


industrielles, Techniques de l’Ingénieur.

Vrinat .G ;Production de froid Exemples de calcul de machines» technique de l’ingénieur


Doc B 9 745 : 12.
W.Make-H J Eckert _JLCauchepin- pohlman deuxième édition PYC Edition 1993.

Mellari Souheila , Problématique des CFC et HCF dans les pays en voie de dévloppement
en particulier R22 mémoire d'un Magester en génie Climatique l'année.

Yattara, A, Y. Zhu, M. Mosa Ali.2003, Comparison between solar single-effect and single-
effect double-lift absorption machines (Part I), Applied Thermal Engineering, 23, pp. 1981–
1992.

73
COURS de Machines Frigorifiques et Pompes à Chaleur

74

Vous aimerez peut-être aussi