Vous êtes sur la page 1sur 19

Couche réseau et

Adressage IP

Équipe Pédagogique Informatique@ UVCI 2020

Juin 2020
1.2
Table des
matières

I - Objectifs 3

II - Introduction 4

III - Couche réseau 5

1. Les processus de base de la couche réseau ................................................................................... 5

2. Paquet IP ..................................................................................................................................... 7

3. Passerelle ...................................................................................................................................... 9

4. Exercice ....................................................................................................................................... 11

IV - Adresse réseau IPv4 12

1. Adresse IPv4 .............................................................................................................................. 12

V - Solutions des exercices 19


Objectifs

A la fin de cette leçon, vous serez capable de :


Présenter les caractéristiques des protocoles de la couche réseau
Définir le rôle d'une passerelle
Représenter une adresse IPv4 du format binaire au format décimal et vice versa
Déterminer l'adresse réseau d'un périphérique

3
Introduction

Les protocoles de la couche réseau du modèle OSI spécifient l'adressage et les processus qui permettent
aux données de la couche transport d'être encapsulées et transportées. L'encapsulation de couche réseau
permet aux données d'être transférées vers une destination au sein d'un réseau (ou sur un autre réseau)
avec une surcharge minimale.

4
Couche réseau

Couche réseau
I
Objectifs
A la fin de cette section, vous serez capable de :
Présenter les caractéristiques des protocoles de la couche réseau
Définir le rôle d'une passerelle

La couche réseau, ou couche 3 du modèle OSI, fournit des services permettant aux périphériques
finaux d'échanger des données sur le réseau.

1. Les processus de base de la couche réseau


1. Les processus de base

Pour effectuer le transport d'information de bout en bout, la couche réseau utilise quatre processus
de base :
L'adressage des périphériques finaux : une adresse IP unique doit être configurée sur les
périphériques finaux pour les identifier sur le réseau.
L'encapsulation : la couche réseau encapsule l'unité de données de protocole de la couche
transport dans un paquet. Le processus d'encapsulation ajoute des informations d'en-tête IP,
telles que l'adresse IP des hôtes source (expéditeurs) et de destination (destinataires).
Le routage : la couche réseau fournit des services permettant de diriger les paquets vers un
hôte de destination sur un autre réseau. Pour voyager vers d'autres réseaux, le paquet doit
être traité par un routeur. Le rôle du routeur est de sélectionner le meilleur chemin et de
diriger les paquets vers l'hôte de destination. Ce processus est appelé le routage.
La désencapsulation : lorsque le paquet arrive au niveau de la couche réseau de l'hôte de
destination, l'hôte vérifie l'en-tête IP du paquet. Si l'adresse IP de destination dans l'en-tête
correspond à l'adresse IP de l'hôte qui effectue la vérification, l'en-tête IP est supprimé du
paquet

2. Protocoles de la couche réseau

Il existe plusieurs protocoles de couche réseau. Toutefois, comme illustré sur la figure 1, il n'existe
que deux protocoles de couche réseau qui sont généralement mis en œuvre :
Protocole IP version 4 (IPv4)
Protocole IP version 6 (IPv6)

Remarque
les anciens protocoles de couche réseau ne sont pas représentés sur la figure et ne sont pas abordés
dans ce cours.

5
Couche réseau

2.1. Caractéristiques du protocole IP

Les principales caractéristiques du protocole IP sont :


Sans connexion :
Acheminement au mieux
Indépendant aux supports

2.2. IP sans connexion

Le protocole IP est sans connexion, ce qui signifie qu'aucune connexion de bout en bout dédiée n'est
créée avant l'envoi des données. Comme le montre la figure 3, l'envoi d'une lettre sans que le
destinataire en soit averti illustre bien la communication sans connexion.

Figure 1 : Principe IP sans connexion


Dans le cadre d'une communication sans connexion,
L'expéditeur ignore :
Si le destinataire est présent.
Si la lettre est arrivée.
Si le destinataire peut lire la lettre.
Le destinataire ignore :
Quand elle va arriver

2.3. IP – Acheminement au mieux

L'acheminement non fiable ou « au mieux » qui caractérise le protocole IP ne garantit pas que tous
les paquets acheminés soient effectivement reçus.
Le terme « non fiable » signifie que le protocole IP n'a pas la capacité de gérer, ni de récupérer, les
paquets endommagés ou non remis.

2.4. IP indépendant vis-à-vis des supports

Le protocole IP fonctionne indépendamment des supports acheminant les données dans les couches
inférieures de la pile de protocoles. Comme l'illustre la figure 2, les paquets IP peuvent être
communiqués sous forme de signaux électriques sur un câble en cuivre, sous forme de signaux
optiques sur un câble à fibre optique ou sous forme de signaux radio par la technologie sans fil.

6
Couche réseau

Figure 2 : IP et supports réseaux

2. Paquet IP
3. En-tête de paquet IPv4

Un en-tête de paquet IPv4 est constitué de champs contenant des informations importantes sur le
paquet. Ces champs contiennent des nombres binaires, examinés par le processus de couche 3. Les
valeurs binaires de chaque champ indiquent divers paramètres du paquet IP. Les schémas d'en-tête
de protocole, lisibles de gauche à droite et de haut en bas, fournissent une référence visuelle des
champs de protocole. Le schéma d'en-tête de protocole IP présenté dans cette figure 3 identifie les
champs d'un un paquet IPv4.

Figure 2 : En-tête IPv4

3.1. Les champs importants de l'en-tête IPv4

Les champs importants de l'entête IPv4 sont les suivants :


Version : ce champ contient une valeur binaire de 4 bits définie sur 0100 indiquant qu'il s'agit
d'un paquet IP version 4.
Services différenciés ou DiffServ (DS) : anciennement appelé champ de type de service, le
champ Services différenciés est un champ de 8 bits utilisé pour définir la priorité de chaque
paquet. Les six bits de poids fort du champ DiffServ sont représentés par le marquage DSCP
(Differentiated Services Code Point) et les deux derniers bits sont des bits ECN (Explicit
Congestion Notification).
Time-to-live (durée de vie, TTL) : ce champ contient une valeur binaire de 8 bits utilisée pour
limiter la durée de vie d'un paquet. L'expéditeur du paquet définit la valeur TTL initiale et
celle-ci diminue d'un point chaque fois que le paquet est traité par un routeur. Si la valeur du
champ TTL arrive à zéro, le routeur rejette le paquet et envoie un message de dépassement du

7
Couche réseau

délai ICMP (Internet Control Message Protocol) à l'adresse IP source.


Le champ Protocole est utilisé pour identifier le protocole dont les données sont encapsulées
dans le paquet. Cette valeur binaire de 8 bits indique le type de données utiles transportées
par le paquet, ce qui permet à la couche réseau de transmettre les données au protocole de
couche supérieure approprié. Les valeurs les plus courantes sont notamment ICMP (1), TCP
(6) et UDP (17).
Adresse IP source : ce champ contient une valeur binaire de 32 bits, qui représente l'adresse
IP source du paquet. L'adresse IPv4 source est toujours une adresse de monodiffusion.
Adresse IP de destination : ce champ contient une valeur binaire de 32 bits qui représente
l'adresse IP de destination du paquet. L'adresse IPv4 de destination est une adresse de
monodiffusion, de diffusion ou de multidiffusion.

3.2. Limites du protocole IPv4

Au fil des années, l'IPv4 a été mis à jour afin de relever de nouveaux défis. Cependant, malgré ces
modifications, l'IPv4 présente toujours trois problèmes majeurs :
La pénurie d'adresses IP
La croissance de la table de routage Internet
Le manque de connectivité de bout en bout

4. Paquet IPv6

Au début des années 90, l'Internet Engineering Task Force (IETF) a commencé à se soucier de ces
problèmes liés à l'IPv4 et à chercher une alternative. Cela a conduit au développement de la version
6 du protocole IP (IPv6). L'IPv6 supprime les limites de l'IPv4 et améliore le protocole de façon
efficace, grâce à des fonctionnalités qui correspondent mieux aux exigences actuelles et futures des
réseaux.

4.1. Présentation de l'IPv6

Voici les améliorations apportées par l'IPv6 :


Espace d'adressage plus important : les adresses IPv6 sont basées sur un adressage
hiérarchique 128 bits (au lieu de 32 bits pour l'IPv4).
Traitement plus efficace des paquets : l'en-tête IPv6 a été simplifié et comporte moins de
champs.
Traduction d'adresses réseau inutile : grâce au grand nombre d'adresses publiques IPv6, la
technologie NAT n'est plus nécessaire entre une adresse privée et publique. Cela évite certains
des problèmes rencontrés par les applications nécessitant une connectivité de bout en bout.
L'espace d'adressage IPv4 de 32 bits fournit environ 4 294 967 296 adresses uniques. L'espace
d'adressage IPv6 fournit
340 282 366 920 938 463 463 374 607 431 768 211 456 adresses, soit 340 undécillions d'adresses, ce qui
correspond à peu près au nombre de grains de sable sur Terre.
L'une des principales améliorations de conception de l'IPv6 par rapport à l'IPv4 est l'en-tête
simplifié.

4.2. En-tête IPv6

L'une des principales améliorations de conception de l'IPv6 par rapport à l'IPv4 est l'en-tête
simplifié, constitué de 40 octets

8
Couche réseau

Figure 3 : En-tête IPv6

3. Passerelle
1. Passerelle par défaut

La passerelle par défaut correspond au périphérique réseau capable d'acheminer le trafic vers d'autres
réseaux. C'est le routeur qui peut acheminer le trafic en dehors du réseau local grâce à sa table de
routage.
Si l'on fait une analogie entre un réseau et une chambre, alors la passerelle par défaut est comme une
porte. Si vous voulez aller dans une autre chambre, ou un autre réseau, vous devez trouver la porte
de sortie.

Figure 1 : Passerelle par défaut


La passerelle est une interface d'un routeur comme le montre la figure 1.

2. Fonctions de la passerelle par défaut

Une passerelle par défaut...


Achemine le trafic vers d'autres réseaux

9
Couche réseau

Possède une adresse IP locale située dans la même plage d'adresses que les autres hôtes du
réseau
Peut recevoir des données et en transmettre

3. Informations stockées au niveau d'un routeur

La table de routage d'un routeur peut stocker des informations concernant :


Les routes directement connectées : ces routes proviennent des interfaces actives du routeur.
Les routeurs ajoutent une route connectée directement lorsqu'une interface est configurée avec
une adresse IP et qu'elle est activée. Chacune des interfaces du routeur est connectée à un
segment de réseau différent.
Routes distantes : ces routes correspondent aux réseaux distants connectés à d'autres routeurs.
Les routes vers ces réseaux peuvent être configurées manuellement sur le routeur local par
l'administrateur réseau ou être configurées de manière dynamique en permettant au routeur
local d'échanger des informations de routage avec d'autres routeurs à l'aide d'un protocole de
routage dynamique.
Route par défaut : comme les hôtes, les routeurs utilisent une route par défaut en dernier
recours s'il n'existe aucune autre route jusqu'au réseau souhaité dans la table de routage.

10
Couche réseau

4. Exercice
[Solution n°1 p 19]

Exercice : Exercice 1
1. L'en-tête d'un paquet IPv4 est représenté sur
12 octets

32 octets

20 octets

64 octets

Exercice : Exercice 2
L'en-tête d'un paquet IPv6 est représenté sur
40 octets

32 octets

48 octets

Exercice : Exercice 3
Les principales caractéristiques du protocole IP sont :
Transmission au mieux

Transmission avec qualité de service

sans connexion de bout en bout

Indépendant au support de transmission

Exercice : Exercice 4
Une adresse IPv4 est représentée sur
16 octets

4 octets

32 octets

Exercice : Exercice 5
Une adresse IPv6 est représentée sur
64 octets

128 octets

16 octets

*  *
*
Cette section a permis de présenter le rôle de la couche réseau et les principaux protocoles de cette couche
avec leurs caractéristiques. Les en-têtes des paquets IPv4 et IPv6 ont été présentés.

11
Adresse réseau IPv4

Adresse réseau IPv4


II
Objectifs
A la fin de cette section, vous serez capable de :
Représenter une adresse IPv4 du format binaire au format décimal et vice versa
Déterminer l'adresse réseau d'un périphérique

Cette section décrit en détail la structure des adresses IP et leur application dans la création et le
test de réseaux et de sous-réseaux IP.

1. Adresse IPv4
1. Format des adresses IPv4

Le format binaire est un système de numération utilisant les chiffres 0 et 1 qui sont appelés des bits.
Le système de numération décimal utilise 10 chiffres, de 0 à 9.
Il est important de comprendre le système binaire puisque les hôtes, les serveurs et les périphériques
réseau utilisent l'adressage binaire. Plus précisément, ils utilisent des adresses IPv4 binaires pour
s'identifier, comme le montre la figure 1.

Figure 1 : représentation adresse IPv4


Chaque adresse est une chaîne de 32 bits divisée en quatre parties appelées octets. Chaque octet
contient 8 bits séparés par un point comme la représentation suivante :

Figure 2 : représentation adresse par octet


Il peut être difficile de s'en sortir avec les nombres binaires. Pour simplifier leur utilisation, les
adresses IPv4 sont souvent exprimées en notation décimale à point.
Pour bien comprendre l'adressage réseau, il est important de connaître l'adressage binaire et de

12
Adresse réseau IPv4

s'entraîner à convertir des adresses IPv4 entre le format binaire et le format décimal à point.

2. Numération pondérée

Pour maîtriser la conversion entre système binaire et décimal, il faut comprendre la numération
pondérée. En numération pondérée, un chiffre représente différentes valeurs, selon la « position »
qu'il occupe dans la séquence de chiffres. Vous connaissez déjà le système de numération le plus
courant : le système de notation décimale (base 10).
2.1. Numérotation pondérée décimale
Le tableau suivant illustre le fonctionnement de la numération pondérée décimale.

Figure 3 : Numérotation pondérée


Pour utiliser la numération pondérée, utilisez la valeur pondérée de chaque chiffre. L'exemple du
tableau suivant montre comment utiliser la numération pondérée avec le nombre décimal 1234.

Figure 4 : Utilisation numérotation pondérée


2.2. Numérotation pondérée binaire
Le fonctionnement de la numération pondérée binaire est décrit dans le tableau ci-après.

Figure 3 : Numérotation binaire


L'exemple du tableau suivant démontre que la valeur binaire 11000000 correspond au nombre 192. Si
la valeur binaire avait été 10101000, le nombre décimal correspondant serait 168.

13
Adresse réseau IPv4

Figure 4 : Utilisation numérotation binaire

3. Conversion d'une adresse IPv4 du format binaire au format décimal

Pour convertir une adresse IPv4 binaire en équivalent décimal à point, divisez l'adresse IPv4 en
quatre octets de 8 bits. Appliquez ensuite la valeur pondérée binaire au premier octet binaire et
calculez.
Par exemple, supposons que 11000000.10101000.00001011.00001010 est l'adresse IPv4 binaire d'un
hôte. Pour convertir l'adresse binaire au format décimal, commencez par le premier octet, comme le
montre la figure 2. Saisissez la valeur binaire à 8 bits sous la valeur pondérée de la première ligne,
puis effectuez le calcul pour obtenir le nombre décimal 192. Ce résultat correspond au premier octet
de la notation en décimale à point.

Figure 5 : conversion du binaire au décimal


On répète le même processus sur chaque octet.

4. Conversion d'une adresse IPv4 décimale en binaire

Il est également important de comprendre comment convertir une adresse IPv4 décimale à point en
son équivalent binaire. La table des valeurs pondérées binaires peut vous y aider. Pour convertir un
nombre décimal n en binaire, il faut suivre le principe de la figure 6.

14
Adresse réseau IPv4

Figure 6 : détermination du 8 ième bit de poids fort


la valeur décimale de l'octet (n) est-elle égale ou supérieure au bit de poids fort (128) ? Si la réponse
est non, indiquez la valeur binaire 0 dans la valeur pondérée 128. Si la réponse est oui, indiquez la
valeur binaire 1 dans la valeur pondérée 128 et soustrayez 128 au nombre décimal. Lorsque le 8 ième
bit de poids fort du premier octet est trouvé on passe à la détermination du 7 ième bit de poids fort.

Figure 7 : détermination du 7 ième bit de poids fort


la valeur restante (n) est-elle égale ou supérieure au bit de poids fort suivant (64) ? Si la réponse est
non, ajoutez la valeur binaire 0 dans la valeur pondérée 64. Sinon, ajoutez la valeur binaire 1 et
soustrayez 64 au nombre décimal.
On répète ce même processus jusqu'à remplir les bits des toutes les valeurs pondérées du premier
octet.

15
Adresse réseau IPv4

Exemple : Exemple de conversion du décimal au binaire


Pour comprendre le processus, nous allons nous entraîner avec l'adresse IP 192.168.11.10. Comme
expliqué précédemment, commencez avec la table de valeurs pondérées binaires et le premier nombre
décimal 192 (ici n = 192).
La figure 8 indique comment comparer 192 au bit d'ordre haut 128 pour savoir s'il lui est égal ou
supérieur. Comme 192 est supérieur à 128, ajoutez un 1 à la valeur pondérée d'ordre haut
correspondant à 128. Soustrayez ensuite 128 à 192 pour obtenir 64.

Après cette première étape, n prend une nouvelle valeur, le reste de la soustraction, ici 64. Ensuite on
compare 64 au bit d'ordre haut suivant qui est 64. Comme ils sont égaux, ajoutez un 1 à la valeur
pondérée d'ordre haut suivant.

16
Adresse réseau IPv4

Indiquez le chiffre binaire 0 dans le restant des valeurs pondérées comme illustré dans la figure 10. La
valeur binaire du premier octet est 11000000. Ici n vaut 0.

Comme 0 est inférieur à 16, 8, 4, 2 et 1, alors leurs valeurs pondérées respectives sont toutes 0. On
obtient donc la représentation binaire suivante pour 192.

Avec le même principe, on fait la conversion des octets, 2, 3 et 4. La représentation binaire de

17
Adresse réseau IPv4

l'adresse IPv4 : 192. 168.10.11 est donnée par la représentation suivante : 11000000.
10101000.00001010.00001011
La conversion entre les valeurs binaires et décimales peut sembler compliquée au début, mais à force
de pratique, elle vous paraîtra plus simple.

*  *
*
Dans cette première section, nous avons présenté les formats d'une adresse IPv4 puis les techniques de
conversion d'une adresse IP de décimal pointé en binaire et vice versa.

18
Ressources annexes

Solutions des exercices

> Solution n°1 Exercice p. 11

Exercice 1
12 octets

32 octets

20 octets

64 octets

Exercice 2
40 octets

32 octets

48 octets

Exercice 3
Transmission au mieux

Transmission avec qualité de service

sans connexion de bout en bout

Indépendant au support de transmission

Exercice 4
16 octets

4 octets

32 octets

Exercice 5
64 octets

128 octets

16 octets

19

Vous aimerez peut-être aussi