Vous êtes sur la page 1sur 10

Introduction :

L’Etude d’Impact sur l’Environnement (EIE) constitue un instrument de Prévention dans le cadre d’une
politique de protection de l’environnement qui comprend généralement trois volets :
- la surveillance et le suivi de l’état de l’environnement ;
- la réparation des dégâts déjà causés par l’homme (volet curatif) ;
- la prévention de futurs dégâts (volet préventif).
L’étude d’impact sur l’environnement (EIE) est un processus qui, au tout début de la planification, cerne et
évalue les risques d’incidences environnementales découlant d’un projet prévu. L’EIE établit les mesures
qui peuvent être adoptées pour contrer les effets environnementaux négatifs ou pour les réduire à des
niveaux acceptables au préalable. L’EIE représente donc une approche proactive et préventive en matière
de gestion et de protection environnementales.

1-Définition :
 Une carrière est un endroit d'où sont extraits des matériaux de construction : pierres, sable ou
différents minéraux non métalliques ou carbonifères (par opposition aux mines) Développement
socio-économique et accroissement démographique.
 Les carrières peuvent être à ciel ouvert ou souterraines.
 Le terme carrière désigne également une installation industrielle complète comprenant : un lieu
d'extraction et les machines servant à traiter la roche extraite (le matériau en « tout-venant », c'est-
à-dire non trié), des hangars, des ateliers où sont coupés et taillés les blocs de roches.

Remarque
 La distinction entre mine et carrière tient à la nature du matériau extrait (stratégique ou
précieux pour la mine, de moindre valeur pour la carrière).

2-Les types de carrières :


On peut distinguer les carrières par l'usage de la roche qui en est tirée :
Matière première industrielle : Calcaire pour les cimenteries, argile pour la terre cuite, etc.
Roche ornementale et de construction : ardoise, pierre, marbre, granit pour les constructions, pierres
tombales, etc. ;
Granulat : Graviers et sables utilisés par le bâtiment et les travaux publics.

On peut aussi distinguer les carrières par leur mode d'extraction :


Carrières de roche massive :
extraction d'une couche géologique de
roche plutôt homogène et compacte
par abattage à l'explosif, au sciage
et plus rarement par ripage
(raclage et polissage) ;

1
 Gravière et sablière : extraction de dépôts sédimentaires, alluvionnaires ou marins de sables ou de
graviers.
 Il existe des carrières sous-marines (sable, gravier) et souterraines.

3-Le choix de site :


1-Elle doit obéir à certains critères : 2- Critères économiques et commerciaux :
 Critères géologiques la proximité des lieux de consommation
Stratigraphiques, structuraux, lithologiques est vitale, le transport comptant pour
beaucoup dans le prix de vente,

 Sécurité :
 Axe de vue paysagère .
 Proximité de l’habitat .
 Type de végétation .
 Contexte hydrologique .
 Activités humaines .
 Sens du vent .

2
 Réglementaires et environnementaux
La superposition sur une carte de
l'ensemble de ces contraintes permet
de se rendre compte des possibilités
d'ouverture d'une carrière.

En pratique, les surfaces


disponibles sont réduites,
ce qui pose aujourd'hui de sérieux
problèmes d'accès à la ressource.

4-Étude d'impact sur l'environnement :

 Il s’agit de déterminer la nature, l’étendue et l’intensité des différents impacts.


 Cet impact se traduira par une analyse des effets de l’exploitation sur l’environnement concernant le
site et le paysage, la faune et la flore, les milieux naturels, les eaux naturels et le voisinage
(poussière, bruit, odeur, etc…)

Émission des poussières :


Les sources d'émission de poussières dans une
carrière sont en général dues :
- à la foration des trous de mines et du tir à l’explosif ;
- au déplacement et à la circulation des engins de carrière ;
- à la station de concassage notamment les opérations de
concassage et de criblage ;
- au stock des produits fins ;
- à la chute des blocs extraits le long du front de taille.

3
Les principaux problèmes environnementaux dérivés de ces émissions sont :
- La contribution à l’effet de serre avec des quantités importantes de CO2.
- La contribution à la formation de pluies acides à forte teneur en soufre.
- La contribution à certains problèmes locaux (pollution des sols, des eaux, etc.) due à la présence de
polluants toxiques.

Émissions de bruit :
On peut distinguer ces quelques sources de bruits :
- les installations de traitement, telle que la station
de concassage et engins;
- L’abattage à l’explosif ;
- La foration des trous de mines ;
- Les moteurs des engins en circulation ;
- Les avertisseurs de recul des engins.
On enregistre deux types de vibration :
- des vibrations liées à la perforation des trous de mines.
- des vibrations liées aux tirs de mines.
Le seuil réglementaire d’émissions de bruit est de 45 DB en nocturne et de 70 DB en période diurne .

Impact sur le système hydrologique :


Les contraintes liées à l’exploitation des carrières sur les eaux sont :
- La modification de l’écoulement hydrique ;
- La déviation des cours d’eau ;
- La modification de la qualité des eaux.

Impact sur le système hydrogéologique :


L’excavation engendrée une carrière peut avoir un impact direct non négligeable sur l’écoulement
souterrain des eaux.
Si l’exploitation se poursuit dans une nappe phréatique ou à proximité de celle-ci, le rabattement engendré
peut provoquer l’assèchement des puits ou des cours d’eaux environnants.
Les relations entre les différents réservoirs aquifères doivent donc faire l’objet d’une étude afin de
quantifier les impacts éventuels.

4
Impact sur le paysage :
L’exploitation des carrières en entraine des déflagrations du paysage et des changements dans la
morphologie suite à la création des vides occasionnées par les tirs des mines et l’extraction de la roche.
D’où l’importance des processus d’aménagement et de réhabilitation postérieurs de ces carrières .

Impact sur le sol :


L’extraction des matériaux d’une carrière
dont la surface est couverte d’un lit végétal
peut induire un impact sévère sur les sols
par ablation irréversible de cette couche due
à l’excavation,

Impact sur les processus physiques :


Les travaux d’extraction peuvent occasionner un accroissement de l’instabilité et des risques d’éboulement
par les opérations d’excavation.
Ils s’accompagnent par une érosion sur les zones de perforation et d’explosion. Il pourrait s’opérer aussi
sur les pentes des zones de transport et de la machinerie. C’est un impact modéré à sévère, temporaire
pour les opérations de transport et de machinerie.

5
Impact sur la faune et la flore :
une disparition ou une dégradation des habitats et un changement du comportement des espèces, d’où
leur immigration vers les milieux protégés.

5-Exemple: carriére d’extraction des matériaux de construstion du site


dénommé TAMSTONES .
Justification du projet :
L’exploitation des granulats est une activité industrielle indispensable à plusieurs activités économiques,
notamment le bâtiment et les routes. Le projet à l’étude constitue donc une opportunité de plus pour le
marché des matériaux de construction.
Situation géographique :
Il s’agit d’une carrière localisée dans Province de Sidi Bel Abbès , Municipalité Sidi Ali Benyoub, Montagne
de Karaoula. Route de Chetouane Bélaila .

État initial du site et de son environnement :


Milieu physique:
Géomorphologie et Géologie :
Le paysage est constitué d'un ensemble de croupes et d'échines granitiques monotones recouvertes d'un
manteau arénique.
Mouvements tectoniques et Sismicité :
Le périmètre d’étude s’inscrit dans une zone à sismicité moyenne.
Les sols :
Le périmètre d’étude est occupé par des sols hydromorphes à concrétisation ferrugineuse avec des sols
rouges et bruns méditerranéens.
Hydrologie et hydrogéologie :
 La zone de l’étude est constituée dans sa majeure partie de collines et de plateaux, s'abaissant
progressivement vers le Nord.
 Des cours d’eaux existent dans la région.
 Concernant les eaux souterraines, il n’y a pas de nappe généralisée dans la zone, mais des
accumulations dues à la présence des infiltrations.
Climat :
Les températures :
 Les minima (m) moyens oscillent entre 3 et 5° C en janvier à Sidi Ali Benyoubet 2 à 4 ° C à
Chetouane Bélaila .
 Les maxima (M) moyens de Juillet et Août atteignent 36° C à Sidi Ali Benyoubet et Chetouane
Bélaila , 37° C à Oued Mekerra.

6
Les vents :
 Les vents dominants sont conditionnés par les masses d’air polaire.
 Leur intensité est faible à moyenne et peut atteindre 4,2 m/s.
 La direction des vents dominants est Nord Ouest / Sud Est.
 Ces vents sont généralement accompagnés de pluies en hiver et de brises de mer en été. Le
chergui desséchant ne souffle que 5 à 10 jours/an.
Bruit ambiant :
Le périmètre de l’étude du projet se caractérise par son calme relatif vu l’absence d’activités pouvant
engendrer le bruit.
Qualité de l’air :
Le périmètre d’étude est riche en végétations (pouvoir générateur élevé de l’oxygène par les plantes) et
par l’absence d’activités industrielles, ce qui fait que la qualité de l’air n’est pas souillée par une
quelconque source de pollution.
Milieu biologique :
Faune et flore :
Aucune flore ou faune particulières ou endémiques n’ont été observées dans le périmètre de l’étude,
hormis des céréales, des oliviers et des touffes de doum.
Milieu humain :
Population :
La population de cette commune est de 10 567 habitants au dernier recensement de la population algérien
(2002).
Activités économiques :
Agriculture :
 L’agriculture en bour occupe une place non négligeable et les surfaces irriguées, concentrées
essentiellement dans les régions de Chetouane Bélaila .
 Les principales cultures pratiquées sont le maraîchage et l’arboriculture.
 La zone dispose d'une grande étendue de terrain à vocation céréalière, notamment au droit des
plateaux des Zaërs et de terrains de parcours consacrés au développement de l’élevage extensif.
Industrie :
L’industrie est absente dans la zone de l’étude, exception faite des carrières.
Assainissement liquide et solide
 Le périmètre de l’étude est dépourvu de l’assainissement liquide et solide.
 Le rejet des eaux usées se fait par le biais des fosses septiques individuelles.
Occupation du sol dans la zone de l’étude
 La zone de l’étude comprend quelques habitations, et aucune infrastructure significative, hormis la
route menant à Chetouane Bélaila.
 Cette zone de l’étude comprend également des pistes pratiquées par la population locale.
 Ces pistes seront empruntées par les camions pour transporter les matériaux extraits.

6-IMPACTS POSITIFS :
Création de postes d’emploi :
 Ce projet est générateur d'emplois temporaires pendant la période de mise en place des
équipements nécessaires à l’exploitation de la carrière, ainsi que des postes permanents, lors du
fonctionnement du projet .
• La création de postes d’emploi a un effet positif indirect sur l'économie locale due à l'augmentation
du pouvoir d'achat des nouveaux employés .
7
 La sensibilité de l’impact est forte car il concerne la population.
 Son intensité est forte vu l’amélioration des conditions de vie des familles concernées.
 La durée de l'impact est moyenne pour les postes temporaires (durée des travaux) et longue pour
les postes permanents.
 L’importance globale de l’impact est majeure.

Développement économique socio-économique de la Commune :


L'exploitation de la carrière permettra à la commune rurale de bénéficier d'une redevance annuelle fixée.
Les contributions du projet permettront d'améliorer, d'une manière significative, les recettes de cette
commune et par conséquent aider à financer des projets de développement socio-économiques au profit
des populations locales.
 La sensibilité de l’impact est forte car il concerne la population et l'activité socio-économique.
 Son intensité est forte vu l’étendue locale et régionale de l’impact.
 L’importance globale de l’impact est majeure.

7-IMPACTS NEGATIFS ( MILIEU HUMAIN) :


Impact sur les activités socio économiques (activité agricole et pastorale) :
La zone d’étude est à dominance agricole. La mise en place de ce projet risque de causer un certain
nombre de nuisances à l’activité agricole au niveau des terres voisines et à l’activité pastorale.
Evaluation de l’impact:
 La sensibilité est faible étant donné que la durée de la récupération du terrain agricole en site de
traitement des matériaux est courte.
 L’intensité de l’impact est faible vu la superficie peu importante utilisée pour le projet et la valeur de
la production agricole correspondante par rapport à celle de l’activité industrielle.
 L’étendue est ponctuelle pour une durée moyenne.
Emission des gaz :
Les activités d’exploitation de la carrière nécessitent l’utilisation d’engins et de véhicules de transport. Ces
outils de travail génèrent des émissions de gaz d’échappement qui peuvent contribuer à la pollution de
l’air.
La modification de la qualité de l'air a des conséquences néfastes sur la santé des ouvriers et des
habitants dans le périmètre d'étude.
Evaluation de l’impact :
 La sensibilité est forte car une bonne qualité de l’air est vitale pour la population locale.
 L’intensité de l’impact est moyenne vu le pouvoir dispersant de l’air.
 L’étendue de l’impact est locale pour une durée moyenne.
Nuisances sonores :
Les différentes activités liées à l'extraction des matériaux vont occasionner un accroissement du bruit par
rapport à l'environnement sonore initial du site. L’impact des bruits produits par ces opérations
d'extraction des matériaux sur les habitations de la zone d’étude sera toutefois très faible et restera dans
les normes compte tenu de l'éloignement des habitations et le faible tonnage des matériaux extraits.
Evaluation de l'impact :
 La sensibilité du périmètre de l’étude est moyenne car ce dernier ne comprend que quelques
habitations éloignées.
 L’intensité de l’impact est jugée moyenne vu que les habitations les plus proches se trouvent à
environ 1km.
 L’étendue est ponctuelle et locale pour une durée moyenne.

8
Mpacts du transport :
Le transport concerne essentiellement les livraisons des produits de la carrière (environ 15 camions de 10
mètres cubes chacun par jour).
Evaluation de l'impact :
Le niveau sonore atteint par cette fréquence est en dessous des normes sanitaires admises. L’impact du
transport n’est donc pas significatif.
Mesures d’atténuation :
 La piste reliant les sites d’extraction et la route devra être régulièrement entretenue.
 La prévention routière sera assurée par la mise en place des panneaux de signalisation.
Mpact sur l'eau superficielle :
Les différentes opérations de traitement peuvent avoir des impacts négatifs sur la qualité des eaux
superficielles et ce, à travers le drainage d’eaux de ruissellement chargées de sédiments, combiné à des
stockages incontrôlés de déchets ou des huiles de lubrification.
Evaluation de l'impact :
 La sensibilité de l’impact est forte car les ressources en eaux superficielles sont importantes dans
la zone d’étude.
 L’intensité de l’impact est jugée forte étant donné que la qualité des eaux de l’oued est bonne.
 L’étendue est locale pour une durée moyenne.
Mesures d’atténuation:
 L’aménagement d’un réseau de canalisations sur le site de traitement, en connexion avec un
bassin de décantation.
 La réalisation des opérations de maintenance et de lavage dans une zone équipée d’un bassin de
collecte des eaux de lavage et de ruissellement, de préférence en dehors de la zone d’étude.
 Les eaux nécessaires au traitement des matériaux devront être utilisées en circuit fermé.
 Les aires de stationnement des véhicules et des engins seront étanches et permettront la
récupération totale des eaux et des liquides résiduels afin d’éviter tout risque de pollution par
ruissellement ou infiltration.
Déchets solides domestiques :
Le personnel travaillant dans la carrière générera des déchets ménagers qui risquent de causer des
impacts négatifs si une gestion appropriée n’est pas mise en place.
Evaluation de l'impact :
 La sensibilité est forte car une qualité saine de l’air est vitale pour la vie et les eaux souterraines
sont utilisées comme eau potable.
 L’intensité est forte.
 L’étendue est locale pour une longue durée.
Mesures d’atténuation :
L’évacuation des déchets vers la décharge communale se fera de façon périodique. Les déchets
domestiques produits par le personnel seront collectés dans des plastiques et seront évacués chaque jour
vers la décharge publique.
Impact sur l’air :
Les activités d'exploitation auront pour effet l'émission de particules solides et de gaz.
Evaluation de l'impact :
 La sensibilité de l’impact est moyenne vu le pouvoir dispersant de l’air.
 Son intensité est faible au regard des quantités peu importantes émises lors de ces opérations, et
aussi du fait de l’humidité des matériaux extraits.
 L’étendue est locale pour une durée moyenne.
9
Conclusion
L’installation des carrières est soumis aux directives des autorités réglementaire. Elle permet :
 Diagnostiquer les impacts de ces carrières sur l’air, sol, eau, faune, flore, physiographie,
processus physique, aspects socioéconomiques)
 Pronostiquer les mesures appropriées pour protéger, préserver et sauvegarder la qualité des
composantes environnementales initiales durant les trois phases de réalisation du projet de la
carrière
 Aménagement et ouverture,
 Installation et construction,
 exploitation.
⇒Signification de l’impact (majeure, intermédiaire, mineure).
⇒Intensité de l’impact (élevée, moyenne, faible).
⇒Fréquence de l’impact (continu, discontinu, peu fréquent) .
⇒Réversibilité de l’impact (permanent, partiellement réversible, totalement réversible).
⇒Durée de l’impact (courte, moyenne, longue).
⇒Probabilité de l’impact (sûr, probable, peu probable).
⇒Envergure de l’impact (régionale, locale, ponctuelle).

Reference
https://fr.scribd.com/presentation/391233441/carrieres-1-pptx

https://fr.scribd.com/doc/299169178/Etude-d-Impact-Sur-l-Environnement-de-l-Exploitation-d-Une-
Carrieree-2

https://www.tamstones.com/contact/

10

Vous aimerez peut-être aussi