Vous êtes sur la page 1sur 13

Concours Commun INP PHYSIQUE::MP::2019 CCINP

Considérations sur une raie spectrale

Mohamed Afekir (cpgeafek@gmail.com)


École Royale de l’Air
CPGE - Marrakech

Partie I - Préambule
Q1.
ωo E∗ −E
E ∗ − E = hνo = h ⇒ ωo =
2π ħ

Partie II - Oscillations au sein de l’atome de Thomson


II.1- Force électrostatique ressenti par l’électron
Q2.
4 3e
+e = πa 3 ρ ⇒ ρ=
3 4πa 3

− →−
Q3. E (M ) = E (r, θϕ)

• Π(M , →
−e , →

r e θ ) est plan de symétrie de la distribution.

• Π(M , →
−e , →

ϕ e r ) est plan de symétrie de la distribution.


− →

E (M ) ∈ Π(M , →
−e , →
− →
− → −
r e θ ) ∩ Π(M , e ϕ , e r ) ⇒ E (M ) = E (M )→
−e
r

• la distribution est invariante par rotation de ϕ autour de → −e et par rotation de θ autour de →


z
−e ;
ϕ
E (M ) est, alors, indépendant de θ et de ϕ: E (M ) = (r, θϕ) = E (r )


E (M ) = E (r )→
−e
r

Q4. théorème de Gauss ((Σ) sphère de rayon r , centrée en O):

− q intérieure à (Σ)
Ó

− →
E (M ) · d Σ =
(Σ) εo

4
Ó

− →

E (M ) · d Σ = 4πr 2 E (r ) et q intérieure à (Σ) = ρ πr 3
(Σ) 3
soit:

− ρ →−
E (M ) = r
3εo

Page 1 / 13
Concours Commun INP PHYSIQUE::MP::2019 CCINP

Q5. la force ressentie par l’électron:


− →
− ρ →− e2 → − 2 −−→
F = −e E (M ) = −e r =− r = −m e ωo OM
3εo 4πεo a 3
s
e2
ωo =
4πεo a 3 m e
c’est une force de rappel élastique.

II.2- Oscillations libres dans le modèle de l’électron élastiquement lié


Q6. Relation fondamentale de la dynamique:


− −−→ d 2→

r →

me →

a e = F = −m e ω2o OM ⇒ 2
+ ω2o →

r = 0
dt
Solution:

− →
− →

r (t ) = C 1 cos(ωo t ) + C 2 sin(ωo t )


Conditions initiales: →

r (t = 0) = 0 et → −
v (t = 0) = −Vo →−e
z


− Vo −
r (t ) = − → e z sin(ωo t )
ωo

Q7. Moment dipolaire: →



p (t ) = −e →

r


− eVo →
−e sin(ω t ) = p (t )→
−e eVo
p (t ) = z o z z et p z (t ) = sin(ωo t )
ωo ωo

Q8. Longueur d’onde: s


2πc 4πεo a 3 m e
λo = = 2πc
ωo e2
Application numérique: λo = 0, 133 µm; ce rayonnement se trouve dans le domaine de l’Ultra-Violet du
spectre électromagnétique.

II.3- Oscillations libres dans le modèle de l’électron élastiquement lié



− me →

F f =− V
τ



Q9. F f est due au chocs entre électrons. τ à la dimension d’un temps, en effet:

[m e ] × [V ] M × LT −1
[τ] = = =T
[F f ] M LT −2


Q10. La relation fondamentale appliquée à l’électron, en présence de F f , s’écrit:

d 2→

r 2→− me d →

r
me = −m ω
e o r −
dt 2 τ dt


p (t ) = −e →

r (t ); soit:
d 2→

p (t ) 1 d →

p (t ) →

+ + ω2o →

p (t ) = 0
dt2 τ dt

Page 2 / 13
Concours Commun INP PHYSIQUE::MP::2019 CCINP

Solution: →

p (t ) ∝ e X t ; l’équation caractéristique:

X 1 1
X2+ + ω2o = 0 ; ∆X = − 4ω2o ≈ −4ω2o avec X 1,2 = − ± i ωo
τ τ
|
2
{z } 2τ
1
<<ωo
τ
Soit:
−t /2τ →
³− →−


´
p (t ) = e A cos(ωo t ) + B sin(ωo t )
Si on écrit la solution sous la forme:


p (t ) = →

p o e αt sin(Ωt + ϕ) avec |α| ¿ Ω


− →− →
− →

p (t = 0) = −e →

r (t = 0) = 0 ⇒ A= 0 et ϕ=0
1
α=− et Ω = ωo


− →
− → eVo →
ṗ (t = 0) = −e →

v (t = 0) = eV →−e
o z ⇒ B =−
po= −e = −e →
z

ro
ωo



Q11. L’énergie potentielle: F = −m e ω2o →

r


− →
− − d E p (t ) 1
P ( F ) = F · d→
r = −m e ω2o →

r · d→

r =− ⇒ E p (t ) = m e ω2o r 2 +C t e
dt 2
A t = 0, l’électron est en 0: E p (t = 0) = 0 et C t e = 0;

1 m e ω2o 2 1
E p (t ) = m e ω2o r 2 (t ) = 2
p (t ) = m e ω2o r o2 e −t /τ sin2 (ωo t )
2 2e 2
Q12. L’énergie cinétique:

d r (t ) 2 m e d p(t ) 2 1
µ ¶ µ ¶ · ¸2
1 2 −t /τ 1
E c (t ) = m e = 2 = me r o e − sin (Ωt ) + Ω cos (Ωt )
2 dt 2e dt 2 τ

Amortissement faible: Ω = ωo et τωo >> 1

1
E c (t ) = m e ω2o r o2 e −t /τ cos2 (ωo t )
2
Q13. L’énergie mécanique:

1 1 [p m (t )]2
E m (t ) = E c (t ) + E p (t ) = m e ω2o r o2 e −t /τ = m e ω2o r o2 avec p o2 = e 2 r o2
2 2 p o2

m e ω2o m e ω2o
E m (t ) = [p m (t )]2 =
p 2 e −t /τ = E o e −t /τm
2e 2 2e 2 o
La durée caractéristique d’amortissement des oscillations, au terme de l’énergie mécanique est τm = τ.

II.4- Modélisation du mouvement de l’électron par une méthode numérique


d 2r r
+ 2λ + ω2o r = 0 (1)
dt2 dt

Page 3 / 13
Concours Commun INP PHYSIQUE::MP::2019 CCINP

Q14. On transforme, tout d’abord, l’équation différentielle (1) en une équation différentielle du pre-
mier ordre sous forme vectorielle (forme matricielle). Pour cela on procède comme suite:
dr
◦ on pose v = , on obtient le système de deux équations différentielle à une dimension:
dt
dr
= v avec v(t o = 0) = v o avec x(t o = 0)
dt
dv
= −2λv − ω2o r
dt

◦ les variables sont r (t ) et v(t ) tels que:

d r
µ ¶ µ ¶ µ ¶µ ¶
v 0 1 r
= = (2)
dt v −2λv − ω2o r −ω2o −2λ v
| {z } | {z }
X (t ) f (X ,t )

µ ¶
r
◦ on pose X (t ) = ; soit:
v

dX
f (X , t )
=
dt
µ ¶
ro
X (0) = X o =
vo

◦ on choisit l’intervalle du temps:

t ∈ [t o = 0, T ] de pas ∆t = h tel que T = N × h

soit, alors, une liste de valeurs de t : 0, h, 2h, · · · , (N − 1)h; on peut écrire:

tn = to + n × h avec t o = 0 et n = 0 · · · N − 1

◦ il ne reste qu’ à définir les valeurs de X (t i ) sous forme de tableau de valeurs.

t X (t )
to = 0 X (t o ) = X o
t1 X (t 1 ) = X 1
t2 X (t 2 ) = X 2
.. ..
. .

pour ce faire, on prend comme point de départ X o :


dX
(t o ) = f (X o , t o ) = f (X o , 0)
dt

◦ on fait l’approximation suivante: la fonction X (t ) est approximée par sa tangente au au voisinage


de X (t o ) = X o ;

X (t ) = X (t o ) + (t − t o ) Ẋ (t o ) = X (t o ) + h × f (X o , t o )
X (t 1 ) = X (t o ) + (t 1 − t o ) Ẋ (t o ) = X (t o ) + h × f (X o , t o )
..
. =

Page 4 / 13
Concours Commun INP PHYSIQUE::MP::2019 CCINP

◦ en faisant la même approximation au voisinage de X 1 , X 2 , · · · ; on peut écrire:

X (t n+1 ) = X (t n ) + h × f (X n , t n ) = X n + h × f (X n , t n )

soit, en utilisant la relation (2);


µ ¶ µ ¶ µ ¶
r (t n+1 ) r (t n ) v(t n )
= +h ×
v(t n+1 ) v(t n ) −2λv(t n ) − ω2o r (t n )
ou:

r (t n+1 ) = r (t n ) + h × v(t n ) (3)


v(t n+1 ) = v(t n ) + h × [−2λv(t n ) − ω2o r (t n )] (4)

◦ Les relations (3) et (4) sont celles qui figurent dans la ligne 17 du programme; avec l’approximation
suivante faite sur (4):
v(t n+1 ) ≈ v(t n ) + h × [−2λv(t o ) − ω2o r (t o )]

15 ...
16 f o r i in range (N) :
17 ( x , v , a ) =( x+v * h , v+a * h, −2 * lamda * v−omega * omega * x )
18 tab_1 [ i ] = x
19 tab_2 [ i ] = v
20 return tab_1
21 ...

Q15. L’instruction euler(3, 0, 1) retourne la liste de valeurs de r (t n ) = x(t n ) pour n = 0, 1, 2 (tableau


150
t ab 1 ). Sachant que h = = 50;
3
tab1 = [50, −50, −300]
en effet:

Pour N = 3 ; h = 50; λ = 0.03; ω = 1.4


xo = 0 et vo = 1
x 1 = x o + 50 × v o = 50 et v 1 = v o + (−2 × 0.03 × 50 − 1.42 × x o × h = −2
v 2 = v 1 + h × −2 × λv o − 1.42 × x o = −5
¡ ¢
x 2 = x 1 + 50 × v 1 = 50 − 2 × 50 = −50 et
x 3 = x 2 + 50 × v 2 = −50 − 5 × 50 = −300

Q16. while au lieu de for: on change les lignes de commande 16 à 20 par:


15 ...
16 i =0
17 while i < N:
18 ( x , v , a ) =( x+v * h , v+a * h, −2 * lamda * v−omega * omega * x )
19 tab_1 [ i ] = x
20 tab_2 [ i ] = v
21 i = i +1
22 return tab_1
23 ...

p
Q17. On détermine la pseudo-pulsation ω2 − λ2 à partir du graphe r (t ). Sur l’intervalle du temps
égale à 80 (par exemple), on compte 38 pseudo-périodes; soit:

∆t = 80 = 38 × p ⇒ ω ∼ 2, 98
ω2 − λ2

Page 5 / 13
Concours Commun INP PHYSIQUE::MP::2019 CCINP

Q18. En faisant pareil pour la première courbe donnée par la méthode d’Euler, on trouve;


∆t = 100 = 22 × p ⇒ ω ∼ 1, 38
ω2 − λ2
alors que la valeur choisie dans le programme python est de 1, 4 (ligne 6);
5 ...
6 omega = 1 .4
7 ...

On pourra dire que la méthode d’Euler est, alors, satisfaisante.

Partie III - Rayonnement de l’atome de Thomson excité et largeur spec-


trale de la raie d’émission
III.1- Puissance rayonnée par un atome excité
Q19.

• approximation dipolaire: r >> a;

• approximation non relativiste: λ >> a;

• zone de rayonnement ou rayonnement à grades distances: r >> λ

Q20. le moment dipolaire →



p ∝→
−e ; le plan Π (M , →
z s
−e , →

r e θ ) est, alors, un plan de symétrie de la distri-
bution:

− →
− →
− −
• le champ électrique E appartient à ce plan: E kΠs et E ⊥ →
e ϕ.

− →
− →
− −
• le champ magnétique B est orthogonal à ce plan: B ⊥ Πs et B k→
e ϕ.

− →

E = Eθ→
−e
θ et B = B ϕ→
−e
ϕ

• au terme d’homogénéité:
[E ] = [V i t esse] × [B ]

• soient:

− µo h ³ r ´i →
−e →
− µo h ³ r ´i →
−e
E = sin(θ) p̈ t − θ et B = sin(θ) p̈ t − ϕ
4πr c 4πr c c
Q21. Vecteur de poynting:

− → −

− E ∧B ³ µ
o
h ³ r ´i´2 →−e
r
R= = sin(θ) p̈ t −
µo 4πr c µo c
ωo r ´ →
−e
¶2
µo ωo p m
2
µ ³
r
= sin(θ) sin2 ωo t −
4πr c µo c
¶2
µo ω2o p m
µ

− 1
< R >t = sin(θ) → −e
r
2µo c 4πr

Page 6 / 13
Concours Commun INP PHYSIQUE::MP::2019 CCINP

Q22. la puissance moyenne rayonnée:


ˆ π

− −→ µo ω4o p m
2
Ï
Φr a y = < R(r = R) >t ·d S = 2π sin3 (θ)d θ
(S) 32π2 c
|0 {z }
4/3

soit:
µo ω4o p m
2
ω4o p m
2
Φr a y = = ; (εo µo c 2 = 1)
12πc 12πεo c 3
Q23. la puissance moyenne Φr a y rayonnée et énergie E m de l’oscillateur:

m e ω2o ω4o p o2
E m (t ) = p o2 e −2t /τ et Φr a y = e −2t /τ
2e 2 12πεo c 3

on a, alors:
ω2o e 2 ω2o e 2
Φr a y = E m (t ) = γE m (t ) avec γ=
6πεo c 3 m e 6πεo c 3 m e
III.2- Amortissement des oscillations
Q24. Estimation qualitative grossière

hc Er a y 12πhεo c 4
Er a y = = ħωo et ∆t ∼ = ≈ 10−10 s
λo Φr a y λo ω4o e 2 a 2

Q25.
δE m (t ) = E m (t + δt ) − E m (t ) = −Φr a y δt

Q26.
δE m (t ) δE m (t )
+ Φr a y = + γE m (t ) = 0
δt δt
δE m (t ) E m (t ) 1
+ =0 avec τe = ∼ 0, 34 ns
δt τe γ
En plus, en utilisant la question Q13.:

δE m (t ) 1 1
= − E m (t ) ⇒ τe = τ =
δt τ γ

Q27. durée d’un train d’onde:


∆T t r ai n ∼ 5τ ≈ 1, 7 × 10−9 s

Partie IV - Mesure interférométrique de la durée d’un train d’onde


IV.1- Description de l’interféromètre de Michelson
Q28. Marche des rayons:

Page 7 / 13
Concours Commun INP PHYSIQUE::MP::2019 CCINP

Figure 1: Modèle complet de l’interféromètre de Michelson en lame d’air

Q29. Différence de marche:

Figure 2: Modèle simplifié de l’interféromètre de Michelson en lame d’air

Page 8 / 13
Concours Commun INP PHYSIQUE::MP::2019 CCINP

δ = (2) − (1) = (ABC ) − (AH ) = 2AB − AH


e l ame
avec AB = ; AH = AC sin(i ) et AC = 2e l ame tan(i )
cos(i )
2e l ame 2e l ame sin2 (i )
δ = − = 2e l ame cos(i )
cos(i ) cos(i )

L’intensité lumineuse: µ µ ¶¶
2πνδ
I (M ) = 2I o 1 + cos
c
les franges d’interférence sont des anneaux concentriques localisés à l’infini.

IV.2- Largeur spectrale d’une raie d’émission


Q30.

◦ La raie spectrale n’est pas strictement monochromatique, La raie spectrale n’est pas strictement
monochromatique, elle est composé de plusieurs bandes spectrales monochromatique de fréquences
∆ν ∆ν
comprises entre ν1 = νo − et ν2 = νo + .
2 2
Ces raies étant incohérentes; on a, donc, possibilité du brouillage.

◦ la variation de l’ordre d’interférence


∆ν δ ∆ν
µ ¶
∆p = p νo + − p(νo ) =
2 c 2

Q31.
c
• anneaux contrastés: δ = mλ = m , avec m entier
ν
1 c
µ ¶ µ ¶
1
• perte de contraste : δ = m + λ = m +
2 2 ν
• à la frontière:
c c νo νo c
µ ¶
1
δl i m = m = m+ ⇒ m= = δl i m ⇒ δl i m =
νo 2 ∆ν ∆ν c ∆ν
νo +
2
soit;
c c
2e l i m = ⇒ el i m =
∆ν 2∆ν
Calcul de l’intensité observée en F 0

Q32. L’intensité donnée par une petite bande spectrale:

I νm I νm £
· µ ¶¸
0 2πν 0
δ(F ) d ν = 1 + cos(2πντ(F 0 ) d ν
¤
d I (F ) = 1 + cos
∆ν c ∆ν

τ(F 0 ) désigne le temps de cohérence.


Ordre d’interférence:
δ(F 0 ) δ(F 0 )
p(F 0 , ν) = = ν = τ(F 0 )ν
λ c

Page 9 / 13
Concours Commun INP PHYSIQUE::MP::2019 CCINP

Q33. L’intensité donnée par tout le spectre:


ˆ ˆ ν2 £ ¸ν ¶
I νm I νm sin(2πντ(F 0 )) 2
µ ·
0
1 + cos(2πντ(F 0 )) d ν = ∆ν +
¤
I= d I (F ) =
[∆ν] ∆ν ν ∆ν 2πντ(F 0 ) ν1
µ 1 0 ¶
sin(πτ(F )∆ν)
= I νm 1 + cos(2πνo τ(F 0 ))
πτ(F 0 )∆ν
0 0 0 sin(πτ(F 0 )∆ν)
= I νm 1 + Γ(F ) cos(2πνo τ(F )) Γ(F ) =
¡ ¢

πτ(F 0 )∆ν

Q34. Allure de I (τ(F 0 ))

Figure 3: Intensité d’interférence

La première annulation de contraste est pour:

1
πτ(F 0 )∆ν = π ou τ(F 0 ) = = τo
∆ν
Q35.
c 1
∆νexp = = 1010 H z ∼
2e l i m ∆T t r ai n

Partie V - Largeur Doppler d’une raie d’émission


V.1- Décalage Doppler

To = t e2 − t e1 avec t ei : l’instant d’émission du i ème maximum


|{z}
=0

Page 10 / 13
Concours Commun INP PHYSIQUE::MP::2019 CCINP

Q36. Le récepteur reçoit le premier maximum à l’instant:


d
t1 =
c
Q37.

• Le deuxième maximum est émis à l’instant:


x
t e2 = = To
Vx

• La distance dO 0 R entre l’émetteur O 0 et le récepteur R à cet instant:

dO 0 R = d − x = d − V x T o

• La date t 2 du réception du deuxième maximum:


dO 0 R d − Vx To
t 2 = To + = To +
c c

Q38.
Vx To Vx
µ ¶
T = t 2 − t 1 = To − = To 1 −
c c
Vx Vx
µ ¶ µ ¶
νo = ν 1 − ou ν ≈ νo 1 +
c c
V.2- Distribution des vitesses dans un gaz parfait unidimensionnel
T g az = 1000 K et L = 10 cm

Fonction d’onde d’un atome dans un état stationnaire

Q39. Le spectre énergétique d’un atome est discret. La masse m∗ d’un atome de H g :
m∗ MH g
1 = n ∗H g N A = ⇒ m∗ = ≈ 10−21 g
MH g NA

Q40. Équation différentielle:

ħ2 d 2 ϕ(x) d 2 ϕ(x) 2m ∗
− = E ϕ(x) ⇒ + k 2 ϕ(x) avec k2 = E
2m ∗ d x 2 d x2 ħ2
Conditions aux limites:
ϕ(x = 0) = 0 et ϕ(x = L) = 0

Q41. Solution:
ϕ(x) = A cos(kx) + B sin(kx)

• ϕ(x = 0) = 0 donne A=0

• ϕ(x = L) = 0 donne B sin(kL) = 0

soit;
n 2 π2 2m ∗ ħ2 n 2 π2
k n L = nπ avec n Ê 1 ⇒ k n2 = = 2 En ou En =
L2 ħ 2m ∗ L 2
ħ2 π2
En = n2 × E1 où =
2m ∗ L 2

Page 11 / 13
Concours Commun INP PHYSIQUE::MP::2019 CCINP

Q42. s
2k B T g az m ∗ L 2
E n1 = k B T g az ⇒ n1 = ≈ 1012
π2 ħ2
E n1+1 − E n1
la variation ∼ 10−12 : l’approximation continue est, alors valable.
E n1
Q43. s
E
n(E ) =
E1

Q44. Le nombre d’états quantiques et densité:


dn dE
d n = n(E + d E ) − n(E ) = dE = p = ρ(E )d E
dE 2 E E1
1
ρ(E ) = p
2 E E1
Q45. Probabilité:
1
P (E ) = Ae −βE où β=
k B T g az

Q46.
d P (E ) = Ae −βE d n(E ) = Ae −βE ρ(E )d E = f (E )d E
A e −βE
f (E ) = Ae −βE ρ(E ) = p p
2 E1 E
ˆ +∞
Q47. d P (E ) = 1 est la condition de normalisation.
0
ˆ +∞ ˆ +∞ ˆ +∞
s
A e −βE A e −βE E1
d P (E ) = 1 = p dE = p p dE ⇒ A=2
2 E1 E 2 E1 E k B T g az π
p
0 0 0
| {z }

v
u
β
t

soit; s
1 e −βE β e −βE
f (E ) = q p = × p
k B T g az π E π E

Q48.

• La valeur moyenne < E > de l’énergie:


ˆ +∞ ˆ +∞
s ˆ
β +∞ p −βE k B T g az
< E >= E d P (E ) = E f (E )d E = Ee dE =
0 0 π 0 2
p
| {z }
π
×β−3/2
2

• Théorème d’équipartition de l’énergie:


Pour un système en contact avec un thermostat à la température T , la valeur moyenne de toute
contribution quadratique dans l’expression de l’énergie est égale à 1/2k B T .

Page 12 / 13
Concours Commun INP PHYSIQUE::MP::2019 CCINP

• Vitesse quadratique moyenne:


s
1 k B T g az 1 ∗ 2 k B T g az
< E >= m ∗ < Vx2 >= = m u ⇒ u=
2 2 2 m∗

• Ordre de grandeur de u:
u ≈ 102 ms −1

V.3- Élargissement spectral par effet Doppler


Q49. ³ u´ c ³ u´ c ³ u´
ν+ = νo 1 + = 1+ et ν− = 1−
c λo c λo c
2u
∆DOP = ν+ − ν− = = 108 H z
λo
même ordre de grandeur que ∆νexp mesuré en Q35..

Page 13 / 13

Vous aimerez peut-être aussi