Vous êtes sur la page 1sur 9

SELECTIVITE DE L’ENGIN

INTRODUCTION
L’augmentation de la capacité de récolte et les progrès dans les techniques de pêche et la pratique de la
pêche illicite ont contribue au déclin de plusieurs stocks de poisson dans le monde entier toutefois au
même moment la technologie a permis d’améliorer la conservation des stocks de poisson avec pour
résultats des évaluations plus précises des stocks et l’amélioration de la surveillance maritime et aérienne
ainsi que des caractéristiques de sélectivité des engins de pêche.

La première exigence d’une pêche durable est la limitation des prises à des niveaux durables par le
contrôle des efforts et des quotas tout en minimisant les pratiques nuisibles, comme le rejet des prises
importunes .une deuxième exigence est l’optimisation de l’aspect conservation des engins et des
opérations de récolte afin de conserver les ressources halieutiques et de protéger intégralement
l’environnement marin.

Les caractéristiques de conservations sont :

Sélectivité par taille l’une des plus importantes caractéristiques de tout engin, c’est la façon dont il
retient certaines tailles de poisson en permettant à ceux d’autres tailles de s’échapper .c’est aussi un
élément important de la gestion des pêcheries, car l’avenir d’un stock dépend de la taille et de la maturité
du poisson capturé.la récolte sélective par taille maximise le rendement à long terme d’une ressource.

Sélectivité par espèce la capacité de capturer uniquement les espèces ciblées en minimisant les prises
accessoires d’autres espèces est une autre exigence de conservation des opérations de récolte. C’est
surtout vrai dans le cas des systèmes de gestion des quotas ou les engins sélectifs par taille et par espèces
découragent le rejet par-dessus bord des prises encombrantes.

DEFINITION

La sélectivité est la propriété pour un engin de capturer une espèce plutôt qu’une autre c’est ce qu’on
appelle sélective interspécifique, ou de retenir pour une espèce déterminée le poisson atteignant une
certaine taille, c’est la sélectivité intra spécifique.

Sélectivité interspécifique

Avant l’emploi des dispositifs de séparation des espèces de poisson ,la sélectivité interspécifique dépend
en général de l’endroit ou l’engin opère ; un chalut peut opérer une sélection dans les espèces qu’il
capture.son ouverture verticale pour un chalut de fond peut déterminer un choix dans les espèces
capturées :un chalut de fond a faible ouverture verticale ne peut capturer que les espèces qui vivent sur le
fond et le chalut pélagique les espèces nageuses et pélagiques .un filet maillant calé au fond, en surface
ou entre deux eaux ne capturera que les espèces qui vivent dans la couche d’eau ou le filet opère

Sélectivité intra spécifique

C’est une sélection que la dimension de la maille opère sur la taille des poissons qui entrent dans le
champ d’action d’un filet. On ne conçoit facilement qu’un filet maillant beaucoup mieux qu’un filet
trémail. Le filet maillant ne capturera que le poisson d’une certaine taille déterminée par le choix de la
dimension de la maille. Dans un chalut on considère que la sélection s’opère au niveau de la poche.

1
Sélectivité spatio temporelle porte sur la fermeture de la zone pendant la saison durant laquelle les
juvéniles ou reproducteurs sont en abondants

Plusieurs facteurs qui tiennent aux caractéristiques propres de l’engin, au comportement des espèces et
aux conditions de pêche interviennent dans la sélectivité de l’engin de pêche

Facteurs lies à l’engin

Maillage de la poche

La première constatation est que la poche laisse échapper des poissons suffisamment petits pour passer à
travers des mailles seuls sont retenus ceux qui ne peuvent pas passer physiquement dans l’ouverture de
la maille .pour une espèce donnée, en fonction de sa morphologie, il existe une relation pratiquement
constante entre la taille du poisson retenu dans la poche et la dimension de l’ouverture de la maille

Définition du facteur de sélectivité

Pour une espèce donnée il existe un rapport entre la taille du poisson retenu dans le filet et la dimension
de l’ouverture de la maille .le facteur de sélectivité est le rapport entre la taille des poissons L dont 50%
sont retenus dans le filet et50% s’échappent et l’ouverture de la maille.

L50%
Sf =
OUVERTURED ELAMAILLE

Méthode d’obtention de la courbe de sélectivité d’un chalut

Calcul de la sélectivité, la sélectivité d’un chalut est déterminée par la quantité relative de poisson de
chaque classe de longueur retenue dans la poche du chalut.

Plusieurs méthodes ont été employées pour cette évaluation :

Méthode de la double poche, traits alternes par l’utilisation de poches de maillage différent sur le même
endroit etc.

Mais la plus utilisée est celle de la double poche, le cul du chalut a été double extérieurement
d’une nappe de filet de petite maille permettant de retenir les petits poissons qui s’échappent à
travers les mailles de la poche.

Pour chaque classe de taille I on calcule

I SI=CI/N

SI=CI/CI+DI

SI=pourcentage de retenu dans la poche du chalut de chaque taille (sélectivité de la classe de taille)

CI=nombre de poisson retenu dans la double poche extérieure

2
NI=nombre total de poisson entré dans le chalut (CI+DI). Pour un même maillage plusieurs traits de chalut
ont été effectues, la technique de détermination de sélectivité consiste à calculer la sélectivité de chacun
des traits et en faire la moyenne

Avantages de la méthode de la double poche :

-prélèvement des échantillons dans les mêmes conditions

-économies d’énergie : un seul trait peut etre suffisant

Inconvénient :

Perte de la possibilité de comparer la puissance de pêche réelle de 2maillages non affectés par des
modifications de filtrage et de colmatage.

Colmatage de la poche interne ou masquage si la pèche est importante ,les petits ne peuvent plus
s’échapper ce qui fausse les résultats.

Pour un même maillage ,plusieurs traits ont été effectués, la technique de détermination de la sélectivité
consistant à calculer la sélectivité de chacun des traits et à en faire la moyenne

S’I= _∑ SI,K_____
N

S’I= sélectivité de la classe I d’un groupe N de traits

SI,K = sélectivité de classe I pour le trait K

Chaque fois que l’on aura plusieurs traits combines, la sélectivité par classe de taille sera donnée par

SI = _∑ CI ,K______

∑CI ,K+∑DI ,K

CI,K= nombre de poisson retenus dans la poche de chalut de classe I au trait K

DI,K= nombre de poisson s’échappant dans la poche et retenus dans la double poche extérieure de classe
I au trait K

Les valeurs de S ainsi obtenues permettront de tracer la courbe de sélectivité

S = f(L)

L = taille de poisson en cm

3
La courbe de sélectivité qui a une forme en S présente 3 POINTS remarquables

La taille à 25 % de retenue L 25%

La taille à 50% de retenue L 50%

La taille à 75% de retenue L75%

Le coefficient de proportionnalité entre cette taille et la dimension du maillage définit le facteur de


sélectivité Sf

Il est caractéristique d’une espèce et il permet donc d’obtenir sans expérience les tailles L 50 r divers
maillages

Sf = _L 50%___

OM

OM = ouverture de la maille

L’intervalle entre L25 et L 75 s’appelle l’écart de sélection

Méthode des moyennes mobiles

La première méthode susmentionnée consiste à tracer à la main la courbe S= f(L) en fonction des valeurs
calculées, on en déduit L25 et L75 par simple lecture à l’œil nu

4
Par la méthode des moyennes mobiles, on recalcule les SI et LI en effectuant une moyenne sur plusieurs
valeurs successives, 3par exemple

SI=( SI-1 +SI +SI+1)/3

LI = (LI-1 + LI +LI+1)/3

Et on représente les valeurs comme précédemment

Méthode de gulland

si la courbe n’est pas symétrique, on peut calculer la longueur moyenne de sélectivité L 50 en utilisant la
formule dite de gulland

L50 = Ln+1 - ∑hi yi

Ln+1 t la borne supérieure de la première classe de taille ou le pourcentage de retenue atteint 100%

Yi le pourcentage de retenue pour chaque classe de taille

hi la longueur de l’intervalle de taille (généralement égale 1cm)

cette méthode est essentiellement une méthode de terrain pour estimer rapidement et grossièrement
L50 .

EXEMPLE : des essais de selectivité sur la pêche de la sardine ont été fait par un chalut dont la maille de la
poche mesure 40 m/m ,les resultats de l’essai sont donnés dans le tableau ci apres

Taille de poisson Pourcentage de retenu % Pourcentage des moyennes


mobiles %

12,5 0 5

13,5 17 14

14,5 25 33

15,5 56 49

16,5 67 71

17,5 89 84

18,5 95 94

19,5 100 98

5
Tracer les courbes de selectivité par méthode : graphique et moyenne mobile et on déduire L50 ,ensuite
le comparer avec L50 déterminer par la méthode de gulland. Quel sera le facteur de selectivité de ce
chalut .

Pour pêcher cette espèce on emploie une maille plus petite de 30 m/m d’ouverture et en conservant le
même facteur de selectivité quelle sera le L50 de la sardine qu’on va pêcher.

Inversement si l’on augmente la dimension d’ouverture de la maille initiale 4 m/m , L50% sera :……………

L50%
On précise toute fois que le coefficient ne correspond qu’à une moyenne établie après de
M
nombreux essais ; on note également une influence du matériau de textile et des caractéristiques des fils
constituant la poche.

Par ailleurs la sélectivité dépend d’un certain nombre d’éléments tenant à la structure même de l’engin
et dont les principaux sont les suivants :

Les erses de renfort et aures dispositifs fixes à la poche

Les erses de renfort de la poche peuvent limiter l’ouverture des mailles en largeur et donc diminuer la
selectivite.des essais ont montre qu’une erse dont la longueur est inferieure à 45%du périmètre de la
poche étirée en largeur renduit la sélectivité. Les autres dispositifs fixes à la poche tels que : ceinture de
protection tablier et fourreaux qui viennent se superposer aux mailles du cul ne peuvent logiquement que
gêner la sortie des poissons.

6
La longueur de la poche

La longueur relative de la poche influe aussi sur le facteur de sélectivité, une poche relativement courte
présente un facteur de sélectivité plus faible qu’une poche de même maillage mais plus allongée

On peut conclure dans un chalut, la sélection en fonction de la taille se fait dans différentes parties du
chalut. pour le petit poisson, la sélection dans les mailles de la poche de chalut est très importante ; si les
mailles sont bouchées par des poissons déjà captures, sont déformées par la vitesse de remorquage ou
sont rétrécies par le sable ou la vase, les propriétés sélectives du chalut en seront réduites d’autant.

D’autres caractéristiques de la conception du chalut telles que la longueur du filet et la circonférence de la


poche ainsi que son extension, peuvent influencer la sélectivité, tout comme l’utilisation de fibres plus
rigide ayant peu d’élasticité et capacité d’étirement ou avoir un diamètre supérieur à 4 ,5 m/m.

On peut accroitre la rétention des petits poissons dans les chaluts à maille en losange en ajoutant plus
d’ouvertures pour une même circonférence ou en ajoutant des rallonges de façon à réduire l’ouverture
des mailles. Noter que si la poche de chalut à mailles carrées améliore la sélection de la maille des
poissons ronds, ils restreignent celle des poissons plats

Facteurs lies au comportement des espèces

De nos jours, selon les espèces recherchées et les conditions d’environnement les progrès de la technique
et la connaissance des réactions des espèces ont amenées à utiliser des types de chaluts .depuis les
chaluts à faible ouverture verticale jusqu’aux chaluts pélagiques à grand développement vertical adaptes
à la capture des espèces pélagiques

Les grandes mailles

La capture des petits pélagiques par les chaluts à grandes mailles dans sa partie antérieure prouvent que
la maille dans certaines espèces ne constitue pas un obstacle physique mais plutôt un obstacle
psychologique pour le poisson

Les réactions des poissons au chalut

La remarque faite sur l’utilisation des grandes mailles dans les chaluts pélagiques n’st valable que pour
certaines espèces .ces espèces se caractérisent généralement par une vie en pleine eau. C’est à dire dans
une zone ou l’environnement est uniforme toute perturbation même éloignée peut effrayer le poisson
par contre d’autres espèces qui vivent dans les zones ou l’environnement est non uniforme réagissent
différemment. l’utilisation de grandes mailles pour la capture des espèces du fond s’avère inefficace et
nuisibles pour leur capture.ces espèces inféodées au fond ne s’écartent pas à l’approche du chalut c’est
pourquoi les chaluts de fond ont des mailles plus petite que les chaluts pélagiques cependant d’autres
types de réaction peuvent être observées face à l’engin .la réaction la mieux connue est celle vis avis des
bras du chalut, certaines espèces vivant près du fond se trouvent guides vers l’axe du train de pêche par le
passage des bras avançant sur le fond avec un angle assez faible par rapport à l’axe de déplacement. donc
on peut dire il y a une sélectivité de l’engin en fonction du comportement des diverses espèces ceci est à
la base des chaluts dit sélectifs développés surtout pour séparer les crevettes des poissons.il en résulte
7
qu’un chalut ne peut être adapte à toutes les espèces à la fois et que la capture n’est pas forcement le
reflet exact de la population présente sur les lieux

Facteurs lies aux conditions de pêche

Parmi les facteurs lies aux conditions de pêche pouvant influencer la sélectivité on peut citer en
particulier la vitesse de remorquage et l’abondance des captures

La vitesse de remorquage

La vitesse de remorquage est un facteur souvent néglige, mais important qui agit sur la sélectivité globale
du chalut.

La vitesse de chalutage varie en fonction des espèces : poisson plats et poisson nageur ne réclament pas
la même vitesse de remorquage. Pour une même espèce, en fonction de la taille des poissons les plus
grands étant les plus rapides.

Une vitesse de chalutage trop lente permet l’échappement des individus de grande taille, une
construction défectueuse du chalut peut provoquer des ralentissements internes du courant d’eau qui
favorisent l’échappement du poisson. A dimension égale un chalut réalisé en mailles plus grandes
capturera mieux les poissons de grandes tailles qu’un chalut en petites mailles.

L’abondance de la capture

L’abondance des espèces capturées à un effet indirect sur la sélectivité on peut penser que les poissons
situes au centre de la masse qui pénètre dans la poche n’ont pas le temps de parvenir jusqu’aux mailles
avant d’être écrases

L’environnement

Les facteurs externes en relation avec l’environnement comme la profondeur, l’éclairement, la turbidité
et la température de l’eau de mer peuvent modifier inégalement les comportements des diverses espèces
avec en conséquences des modifications dans l’abondance et la composition des captures.

Par faible profondeur les bruits émis par le bateau en particulier le moteur et l’hélice provoquant à des
distances pouvant aller jusqu'à une centaine de mètres des évitements des bancs de poisson pelagique.de
jour par des profondeurs ne dépassant pas les 200m les poissons qui sont normalement sensibles aux
faibles éclairements voient approches le gréement et l’avant du chalut .ils montrent des réactions d’alerte
puis de fuite des que leur distance devient inferieure à une vingtaine de mètres . de nuit ces réactions
sont beaucoup moins marquées sauf en cas biolumunessance. La turbidité souvent importante dans les
eaux côtières peut réduire l’influence de l’éclairement et permettre ainsi d’obtenir de jour meilleur
rendement que dans le cas d’eaux plus transparentes.

La température de l’eau de mer provoque quant à elle un ralentissement de l’activité des poissons qui
favorise leur capture au chalut. Au contraire quand l’eau devient chaude, les réactions des poissons sont
plus vives ce qui peut rendre leur capture plus difficile.

Finalement on peut conclure que la sélectivité se fait sur la totalité du train de pêche mais il faut garder à
l’esprit que la sélectivité de la poche du chalut reste importante car c’est la dernière issue pour les jeunes
poissons pour élargir encore la signification du terme sélectivité. La sélection opérée par le pêcheur lui-

8
même et même sur les lieux de pêche en fonction de son expérience des fonds pratiqués .Pour les
chaluts, la sélectivité est traditionnellement contrôlée par la taille de la maille et par la force de traction
appliquée sur la maille qui détermine son ouverture en pêche. Les capacités d’échappement des
poissons dans des mailles « losange », « carrée », « hexagonale », etc… sont différentes pour une
même taille de maille. Diamètre du cul de chalut Nombre de mailles ouvertes formant le périmètre du cul
Longueur de la rallonge/du cul de chalut Empiriquement, l’échappement augmente quand la longueur de
la rallonge et du cul diminuent. Les modèles d’écoulement indiquent cependant une réduction des
phénomènes de turbulence à l'intérieur du chalut quand la distance de l’entrée au cul du chalut
augmente, les propriétés sélectives.

Sélectivité des filets maillants

Les filets sont considérés plus sélectifs que les arts trainants, en particulier les filets maillants dont la taille
de maille doit limiter la capture des gros individus. Les processus de captures sont de trois types. Les
poissons maillés par les ouïes ont une sélectivité gérée par la taille de maille elle-même, tandis que les
captures de poissons emmêlés dépendent d’avantage du rapport d’armement des nappes. Dans les
trémails enfin, les poissons coincés entre deux nappes de filet sont dit « boursés ».Les paramètres
influençant la sélectivité d’un filet sont deux catégories : les caractéristiques techniques de l’engin et les
caractéristiques biologiques propres aux espèces ciblées. Ces paramètres sont rapportes dans le tableau
ci apres

Les courbes de sélectivité des filets et trémails ne suivent pas une courbe logistique comme pour les
chaluts, mais une distribution multimodale qui reflète les différents processus de capture (maillage,
boursage, emmêlement)

La sélectivité d’une maille se manifeste parla sélection de la maille du poisson qui lui permet de passer ou
d’être retenu par la maille dans sa plus grande ouverture.

-pour un poisson rond c’est son périmètre maximum, cela peut être celui de la tête ou du corps qui
conditionne son passage.

-pour un poisson plat cela peut être la longueur du corps.

Vous aimerez peut-être aussi