Vous êtes sur la page 1sur 14

Exercices résolus de mathématiques.

ALG 9
EXALG090 – EXALG091

http://www.matheux.be.tf

Jacques Collot

Juillet 08

www.matheux.c.la - ALG 9 - 1 -
EXALG090 – Bruxelles, juillet 2002.

Résoudre dans  et discuter en fonction du paramètre réel a l’inéquation

2x a2
x
a2 2

2x a2 a a2
x  x
a2 2 a2 2

a
1) 0  a0 ; a2
a2
 a  2
2

 x
2a
a
2) 0  0a2
a2
 a  2
2

 x
2a

www.matheux.c.la - ALG 9 - 2 -
EXALG091 – Bruxelles, juillet 2002.

Résoudre dans ³ et discuter en fonction du paramètre réel a le système


 ax  y  2z  1

 x  ay  2z  a2

 2x  2
2y  z 
 2

a 1 2 1 1 2
 1 a 2   a  1 a  3  x  a2 a 2   a  1 a  1
2 2 1 2
2 1
2

a 1 2 a 1 1
 a  1  2a 2  a  1
2
y  1 a 2
2   a  1 a  1 a  2  z  1 a a2  
2
2 2
2 1 2 2
2 2

x  y  2z  1 x   y
 
1) a  1   x  y  2 z  1   2
 z 
 2x  2 y  z  2  2
 2

3 x  y  2 z  1

2) a  3   x  3 y  2 z  9  Impossible

 2x  2 y  z  2
 2
 a 1
x  a  3


3) Dans les autres cas :  y 
 a  1 a  2 
 a 3
 2 2a 2  a  1
z  
 2 a 3

www.matheux.c.la - ALG 9 - 3 -
EXALG092 – Louvain – Juillet 2000, série 1.

Soit m un paramètre réel. Discuter et résoudre, dans les nombres réels, le système
d’équations que voici.

 x  y  1

 xy  m  x  y

Conditions d'existence : x  0 ; y0 ; m x y

Soit : r  x et s  y . On a r  0 ; s  0
r  s  1  s  1  r
 
rs  m  r  s
2 2

La deuxième équation devient : r 1  r   m  r 2  1  r 


2

 r 2  r   m  1  0
3
Ce qui donne les solutions, avec la condition m 
4


1
r1  2 1  4m  3   1

r2  2 1  4m  3 
 et 


1 
 s  1 1  4m  3
2
 
2
2

 s  1 1  4m  3 
Les solutions sont donc symétriques, ce que laissait prévoir la forme du système
de départ. On se contente donc d'étudier r1 et s1.

r1  x 
1
2

2m  1  4m  3 
1

s1  y  2m  1  4m  3
2

Vérifions les conditions d'existence :
1) x  0  2m  1   4m  3 Toujours vérifié
2) y  0  2m  1  4m  3   m  1  0 Toujours vérifié.
2

3) m  x  y  m 
1
2

2m  1  4m  3  2m  1  4m  3 
 2m  1
 m 1

3
Conclusions : Racines réelles si  m 1
4

 1 2
1

x  2m  1  4m  3   1

x  2m  1  4m  3
 2 2

 et 

 y  1 2m  1  4m  3
 1 2  
 y  1 2m  1  4m  3
 2 2 

www.matheux.c.la - ALG 9 - 4 -
EXALG093 – Louvain – Juillet 2000, série 1.

Déterminer le polynôme P(x) du troisième degré (ayant trois racines, réelles ou


complexes ) tels que
1) le coefficient de x3 dans P(x) vaut 1
2) la somme des racines de P(x) vaut –3
3) la somme des carrés des racines de P(x) vaut 7
4) le produit des racines de P(x) vaut 5
Ensuite, déterminer toutes les raines réelles ou complexes de P(x).

Le polynôme peut s'écrire :


P  x    x  x1  x  x2  x  x3 
 x3   x1  x2  x3  x 2   x1 x2  x1 x3  x2 x3  x  x1 x2 x3
 x1  x2  x3  3

On en déduit le système :  x12  x22  x32  7
x x x  5
 1 2 3
Or :  x1  x2  x3   x12  x22  x32  2  x1 x2  x1 x3  x2 x3 
2

  3  7  2  x1 x2  x1 x3  x2 x3   x1 x2  x1 x3  x2 x3  1
2

Finalement : P  x   x 3  3x 2  x  5
On voit immédiatement que 1 est solution donc :
n 3 2 1 0
1 3 1 5
Horner :  P( x)   x  1  x 2  4 x  5 
1 1 4 5
1 4 5 0
Le facteur du second degré se résoud facilement:
 P  x    x  1 x  2  i   x  2  i 

Modifié le 23 août 2009 (Johnny GERARD)

www.matheux.c.la - ALG 9 - 5 -
EXALG094 – Louvain – Juillet 2000, série 1.

Résoudre dans les réels l’équation :

log  log x   log  log x 2  1  1

où log représente le logarithme dans la base 10.

log x  0  x  1

CE :  1
log x  1  0  log x  2  x  3.1622
2

L'équation devient :
log log x  log x 2  1   1

 log x  log x 2  1  10
 2 log 2 x  log x  10  0
log x  2.5  x  316.23
 
log x  2  x  0.01 à rejeter.

www.matheux.c.la - ALG 9 - 6 -
EXALG095 – Louvain – Juillet 2000, série 1.

Deux villes A et B sont distantes de d km. A un instant donné, un automobiliste


quitte la ville A dans la direction de la ville B à la vitesse constante va et deux
cyclistes quittent la ville B, le premier dans la direction de la ville A et le second
dans l’autre direction. Leurs vitesses sont aussi considérées comme constantes et
valent respectivement v1 et v2.

Le premier cycliste rencontre l’automobiliste au point C (entre A et B) et le second


est rattrapé par cet automobiliste au point D (au delà de B). Déterminer les distances
parcourues par l’automobiliste depuis son départ jusqu’aux deux points de
rencontre.

On vous demande de mettre ce problème en équation, ensuite de le résoudre


analytiquement, et enfin de calculer la valeur numérique de ces distances si d = 40
km,
va = 60 km/h, v1 = 10 km/h, v2=15 km/h.

A C B D

Ville Ville

va v1 v2

a : automobiliste c1 : premier cycliste c2 : deuxième


cycliste

www.matheux.c.la - ALG 9 - 7 -
a) Détermination du point C
Vitesse relative de a par rapport à c1 : va1  va  v1
d d
Le couple  a, c1  parcourt la distance d en un temps : ta1 = 
va1 va  v1
La voiture parcourt pendant ce temps la distance AC
va d 60  40
 AC    34.285 km
va  v1 60  10

B) Détermination du point D
AD  d  BD
Soit t le temps mis pour l'automobiliste pour aller de A en D
(C'est aussi le temps que met le second cycliste pour aller de B en D)
AD BD d
t et t   va t  d  v2 t  t 
va v2 va  v2
va d 60  40
 AD    53.333 km
va  v2 60  15

www.matheux.c.la - ALG 9 - 8 -
EXALG096 – Louvain – Juillet 2000, série 2.

Résoudre dans les nombres réels, l’inéquation que voici :

x2 x
x 1
2 2
 2  7  1 2 2

ln 7
CE : 2 x 1  7  x  1   x  1.807
ln 2

x2 x x x
x 1
2 2
 2  7  1  2  2.2  1  2  2 x 1  7
2 2 2

x x
x 1
 2 1  2 2
 7  2  2.2  1  2 x 1  7
x 2

x x
 2.2 x  7  2 x  2.2 2  1  0  2 x  2.2 2  8  0
 2x  2x 
  2  2  2  4   0
  
x
Ce qui sera vérifié si :  4  2  2 2

x
x
1) 2  2 2
1  x  2
2
x
2) 2 2  4 Toujours vérifié.

Conclusion : 1.807  x  2

www.matheux.c.la - ALG 9 - 9 -
EXALG097 – Louvain – Juillet 2000, série 2.

Soit p un paramètre réel. Discuter et résoudre, dans les nombres complexes,


l’équation suivante (où i désigne l’unité imaginaire).

 z  i   p  z 2  1  0
4 2

Donner les solutions sous la forme a + bi (avec a et b réels)

Solution proposée par Jan Frans Broeckx

www.matheux.c.la - ALG 9 - 10 -
Modifié le 23 aout (Johnny GERARD). Modifié le 23 décembre 2011

www.matheux.c.la - ALG 9 - 11 -
EXALG098– Louvain – Juillet 2000, série 2.

Résoudre dans les réels l’équation :

ax  ax  x

1) x   a

CE : 2) x  a  0  x  a  a  0
3) x  0

a  x  a  x  x  a  x  2 a2  x2  a  x  x
 2 a 2  x 2  2a  x  4  a 2  x 2   4a 2  4ax  x 2
 5 x 2  4ax  0  x  5 x  4a   0

1) x  0

4a
2) 5 x  4a  0  x   a donc solution acceptable (voir CE)
5

Modifié le 23 aout 2009 (Johnny Gérard)

www.matheux.c.la - ALG 9 - 12 -
EXALG099– Louvain – Juillet 2000, série 2.

Deux voitures quittent simultanément deux villes distantes de 210 km. La première
voiture quitte la ville A vers la ville B, la seconde quitte la ville B vers la ville A. On
considère que ces deux voitures se déplacent à vitesses constantes, non spécialement
égales.
Ces voitures se croisent (se rencontrent) au moment où la première voiture a
exactement roulé pendant deux heures. Il reste alors à la seconde voiture 8/9 h pour
atteindre la ville A.
On vous demande de mettre ce problème en équation, ensuite de la résoudre
analytiquement pour déterminer les vitesses des deux véhicules, et enfin de calculer
la valeur numérique de ces vitesses en km/h.

A C B
x

Ville Ville

vA vB

Première voiture Seconde voiture

www.matheux.c.la - ALG 9 - 13 -
Soient :
L la distance séparant les deux villes;
x la distance entre la ville B et le point de rencontre des voitures
tA le temps où les voitures se rencontrent.
tB le temps qu'il reste à la seconde voiture pour atteindre la ville A
v A le module de la vitesse de la première voiture

vB le module de la vitesse de la deuxième voiture

On a :
 x  t A vB  L tB
  v 
t A  tB t A
A
 
 L  x  t A vA  
 v  L
 L  x  t B vB  B t A  t B

 v A  32.307 km / h

Avec les donnés présentes, cela donne : 
 vB  72.692 km / h
Note : x  145.3846 km

www.matheux.c.la - ALG 9 - 14 -

Vous aimerez peut-être aussi