Vous êtes sur la page 1sur 9

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

UNIVERSITE MOHAMED El-BACHIR El-IBRAHIMI


BORDJ BOU-ARRERIDJ

FACULTE DES SEANCES ET TECHNOLOGIES


DEPARTEMENT DES ELECTROMACANIQUE(Énergies Renouvelables)

Évaluation à distance

Thème

Cartes de développement ARDUINO

Présenté par : Responsable de la matière:


- Hassani Nidhal Adel Choudar
- Tareq Rabia

- Azzouz Bachir

- Boughida Aissa

L’adresse mail : adel.choudar@univ-bba.dz

Année universitaire : 2021-2022


I. INTRODUCTION :
L'Arduino emprunte son nom au Bar di Re Arduino (en français « bar du roi Arduin »), lieu de
réunion des concepteurs de la carte, à Ivrée en Italie du Nord2.

II. carte de prototypage Arduino :


L’Arduino est une plateforme de prototypage électronique open-source, basée d’une part sur du
matériel et d’autre part sur un ensemble de logiciels faciles à utiliser. Destiné aux artistes,
amateurs, designers, il trouvera entièrement sa place dans l’univers du train miniature.

Il existe plusieurs cartes Arduino dont les caractéristiques sont plus ou moins riches. Le but de
cet article introductif est de faire un panorama de l’existant.

III. Signification De Prototypage :


Le prototypage est une méthodologie qui développe rapidement une version partielle ou
préliminaire d'un modèle afin de déterminer sa faisabilité et son évaluation par un utilisateur.
Les prototypes peuvent ensuite être améliorés en des versions commercialisables.

Le prototypage est l'activité de fabrication de base des modèles ou des dessins pour une
machine à ou tout autre industriel produit. La phase suivante sera la réalisation d'un prototype.

Par exemple, il est particulièrement important dans des domaines tels que la conception de
satellites et le prototypage virtuel de véhicules, où la conception est itérative et le prototypage
est coûteux.

IV. les différents types de cartes Arduino :

1) Arduino UNO :

L’UNO est sans doute l’Arduino le plus populaire. Il est alimenté par un processeur Atmega328
fonctionnant à 16 MHz, comprend 32 Ko de mémoire programme, 1 Ko d’EEPROM, 2 Ko de RAM,
14 E / S numériques, 6 entrées analogiques et un rail d’alimentation de 5V et 3,3V.
2) Arduino Nano :

L’Arduino Nano est essentiellement un Arduino UNO réduit, ce qui le rend très pratique pour les
espaces restreints et les projets pouvant nécessiter une réduction de poids chaque fois que cela
est possible, comme le modélisme ou des projets DIY portable.

Comme l’UNO, le Nano est alimenté par un processeur Atmega328 fonctionnant à 16 MHz,
comprend 32 Ko de mémoire programme, 1 Ko d’EEPROM, 2 Ko de RAM, 14 entrées-sorties
numériques, 6 entrées analogiques et des rails d’alimentation 5V et 3,3V. (Remarque – Les cartes
Arduino Nano antérieures à la V3.0 utilisaient l’ATmega168, qui correspond essentiellement à la
moitié des spécifications.)Contrairement au système UNO, le Nano ne peut pas se connecter aux
platines de prototypages. Les cartes Arduino Nano sont souvent l’option de carte Arduino la
moins chère, ce qui les rend rentables pour les grands projets.

Figure 1

3) Arduino Due :
L’Arduino Due est l’une des cartes les plus grandes et la première carte Arduino à être
alimentée par un processeur ARM. Alors que l’UNO et Nano fonctionnent à 5V, la DUO
fonctionne en 3,3V – il est important de le noter, car une surtension endommagerait
irrémédiablement la carte. Alimenté par un Cortex-M3 ATSAM3X8E cadencé à 84 MHz, le Due
dispose de 512 Ko de ROM et de 96 Ko de RAM, de 54 broches d’E / S numériques, de 12 canaux
PWM, de 12 entrées analogiques et de 2 sorties analogiques.

La DUE n’a pas de mémoire EEPROM intégrée et est l’une des cartes Arduino les plus chères.
Bien que le Due dispose d’un grand nombre d’en-têtes de broches pour la connexion aux
nombreuses E / S numériques, il est également compatible avec les broches Arduino standard.
4) Arduino Mega 2560 :
L’Arduino Mega est un peu similaire au Due en ce sens qu’il dispose également de 54 E / S.
Cependant, au lieu d’être alimenté par un cœur ARM, il utilise plutôt un ATmega2560.

Le processeur est cadencé à 16 MHz et comprend 256 Ko de ROM, 8 Ko de RAM, 4 Ko


d’EEPROM et fonctionne à 5 V, ce qui facilite son utilisation avec la plupart des appareils
électroniques conviviaux. L’Arduino Mega dispose de 16 entrées analogiques, de 15 canaux PWM,
d’un brochage similaire à Due et d’un matériel compatible avec les shields Arduino. Comme pour
Due, la compatibilité logicielle avec Mega ne peut pas toujours être garantie.

5) Arduino Leonardo :
La carte Arduino LEONARDO est basée sur un ATMega32u4 cadencé à 16 MHz permettant la
gestion du port USB par un seul processeur. Des connecteurs situés sur les bords extérieurs du
circuit imprimé permettent d’enficher une série de modules complémentaires. Elle peut se
programmer avec le logiciel Arduino. Le contrôleur ATMega32u4 permet la gestion du port, ce
qui permet d’augmenter la flexibilité dans la communication avec l’ordinateur.
6) Tableau comparatif des différentes cartes Arduino :

V. les critères de choix d'une carte Arduino :

1) Les critères essentiels d’une carte Arduino ;


La bonne carte Arduino doit avoir un microcontrôleur capable de lire plusieurs capteurs, il doit
pouvoir mesurer la luminosité, la température, l’humidité et la tension de la batterie. La carte
Arduino doit avoir les entrées et sorties digitales, car c’est la première fonction d’un
microcontrôleur. Ses ports de communications doivent être en mesure de communiquer avec un
ordinateur au prime abord.

La carte Arduino Uno est la carte qui renferme ces critères. Aussi cette carte a toutes les
fonctions de bases et vous permet de réaliser des tests. Elle aide également à faire des
programmations des Atmega, pour les monter sur de montages propres à soi et en de standalone.
C’est aussi la carte la plus robuste et la plus polyvalente, elle a à son actif plusieurs exemples
d’utilisation en ligne.

2) Sur quels critères choisir sa carte Arduino :


Pour choisir sa carte Arduino, il faut prendre en compte certains critères. Aussi vous devez
tenir compte des projets que vous réalisez avec votre carte. Sachez aussi qu’Arduino n’est pas
juste un ensemble de simples cartes, mais c’est un environnement des cartes et d’interface de
programmation. Ainsi si vous désirez avoir juste des notions en électronique et réaliser de
simples et petits projets, la carte Arduino Uno est celle qui vous convient. La carte Uno est la
carte de base, aussi pour les débutants c’est la carte qu’il faut, car toutes les autres cartes
partent des mêmes principes de base qu’elle. C’est-à-dire le fonctionnement repose sur le
microcontrôleur, ce dernier qui servira à faire des programmations et à définir plus de
fonctionnalités et de possibilités que donne la carte. Pour le choix de votre carte Arduino, vous
devez tenir compte du microcontrôleur.

VI. les utilisations des cartes Arduino :


Avec l’Arduino Uno, vous pouvez vous essayer dans la programmation de plusieurs systèmes : que
cela soit un système d’arrosage automatique pour vos plantes, qui s’actionne en fonction du
pourcentage d’hygrométrie, ou encore un servomoteur servant à faire tourner une hélice. Pour
cela, vous devrez effectuer quelques branchements électroniques de votre carte à votre
matériel grâce à des composants obtenus dans les kits de démarrage Arduino. Ces manipulations
sont très techniques et exigent que vous les réalisiez avec la plus grande application pour un
rendu optimal.

Avec votre carte électronique, vous pouvez également piloter des lumières, afin de programmer
par exemple un éclairage de nuit qui s’activera selon les circonstances lorsque la luminosité
détectée par un capteur n’est plus suffisante.

Vous pouvez aussi contrôler l’éclairage de votre habitation en paramétrant une interface sur
votre téléphone qui vous permettra d’allumer et d’éteindre, voire de régler l’intensité lumineuse,
de chacun de vos systèmes lumineux. Vous aurez ainsi créé un système de télécommande de vos
éclairages qui peut s’avérer pratique et en même temps, épater vos proches !

De plus, une action facilement réalisable avec l’Arduino Uno est la programmation de vos volets
électriques. En effet, vous pouvez choisir quand les volets de votre maison doivent s’ouvrir et se
fermer automatiquement en fonction de la météo extérieure, en les programmant à cet effet.

Vous souhaitez construire un robot autonome destiné à une utilité particulière ? Pas de
problème. Il suffira de vous lancer dans la programmation de son code et plus il sera fourni et
précis, plus le rendu de votre robot sera abouti !

C’est en cela que le système Arduino se révèle ingénieux et propice à la créativité, car il permet
véritablement de créer un projet unique et plus ou moins abouti en fonction du temps que l’on
passe dessus ! Un peu comme un peintre qui passerait plus ou moins de temps sur une toile afin
de lui donner un aspect simpliste, ou au contraire plus réaliste en peaufinant un maximum les
détails de son œuvre !

Quoi qu’il en soit, comme vous pouvez le comprendre, la carte Arduino Uno permet de
programmer une multitude de choses et de s’adonner à des projets divers et variés ! Il est
possible de toucher à l’électricité, à la domotique, au microrobotique, au systèmes mécaniques,
etc …
VII. Signification De L’Arduino IDE :
L’IDE est l’environnement de programmation utilisé pour développer des projets sur n’importe
quel conseil Arduino. Donc, pour réaliser vos idées, vous aurez besoin de savoir parfaitement ce
que ce logiciel est. À quoi s’agit l’IDE Arduino ou l’environnement de développement et à quoi
s’agit cette plate-forme ? L’environnement de développement interactif ou IDE est un
programmeur utilisé pour compileret interpréter des codes pour développer des programmes
utilisés sur un plateau Arduino. Il est compatible avec Linux et Windows, de sorte que sa
polyvalence est un point de plus en faveur de ces appareils pour les projets électroniques.

Les langues qu’il prend en charge, entre autres, sont les suivante :

Eclipse. Emacs Emacs GNU. IDÉE Monodevelop. Myeclipse.


Lisp. IntelliJ

Net beans Perl PHP Python. Ruby

VIII. Comment programmer une carte Arduino :


Pour mettre en œuvre une carte Arduino, il faut suivre les étapes suivantes :

 écrire un programme : pour les plus expérimentés en programmation, le langage


Arduino est proche du C et du C + +.
 compiler le programme : il s’agit en fait de transformer le code « humain » saisi
par l’utilisateur en langage « machine » c’est-à-dire une succession de 0 et de 1.
L’ordinateur va alors vérifier la syntaxe du code.
 téléverser le programme : c’est-à-dire transférer le programme sur la carte pour
qu’il soit mis en route.

Pour bien comprendre la notion de compilation, je vais faire une comparaison avec un texte écrit
dans un logiciel de traitement de texte. Une fois le texte saisi, j’utilise le correcteur
orthographique et grammatical qui va vérifier si je n’ai pas fait de fautes d’orthographe et si ma
phrase est grammaticalement correcte (début par une majuscule, pas de double espace entre
deux mots…).

Prenons par exemple la phrase suivante :

« 123 viva lalgerie » ;


La première me renverra une erreur, car la phrase ne débute pas par une majuscule même si le
sens de la phrase est correct → en comparaison la compilation renverra une erreur, le
programme ne pourra pas être téléversé sur la carte.

La seconde ne renverra aucune erreur, car la syntaxe est correcte. Toutefois, le logiciel est
incapable de dire que la phrase ne veut rien dire, car il manque certains mots (bon même si là, il
est vrai qu’on arrive quand même à en deviner le sens) → en comparaison, la compilation
fonctionnera, mais le programme ne fera pas ce qu’on aimerait qu’il fasse.

La dernière ne renverra aucune erreur et est parfaitement compréhensible → la compilation


fonctionnera et le programme fera ce qu’on lui dit de faire.

J’attire donc l’attention sur le fait que ce n’est pas parce qu’un programme a pu être téléversé
sur la carte qu’il va fonctionner comme l’utilisateur souhaite qu’il fonctionne : pour cela, rien ne
vaut la pratique !

De même, certaines perturbations matérielles peuvent rendre le programme inopérant alors que
le montage et le programme sont corrects (par exemple, le cas des rebonds lors de l’utilisation
de bouton-poussoir qui est évoqué au paragraphe

IX. un programme « exemple » sur Arduino IDE :

1. EXEMPLE :
Un programme basique qui fait clignoter la LED connectée sur la PIN 13.

Figure 1: schémas associés


 Le programme :

/*

Ex01_blink_pin13

Fait clignoter la LED de la PIN 13 régulièrement

*/

void setup() {

//============

// Initialise la PIN digital 13 comme OUTPUT

// La PIN 13 a une LED connectée sur la plupart des cartes Arduino

pinMode(13, OUTPUT);

} // setup

void loop() {

//===========

digitalWrite(13, HIGH); // set LED on

delay(500); // wait for some milliseconds

digitalWrite(13, LOW); // set the LED off

delay(500); // wait for some milliseconds

} // loop

le proramme

Vous aimerez peut-être aussi