Vous êtes sur la page 1sur 123

ROYAUME DU MAROC

WILAYA DE SOUSS MASSA

PROVINCE TAROUDANNT

COMMUNE TEDSI NISSENDALENE

CAHIER DES PRESCRIPTIONS SPECIALES

APPEL D’OFFRES N° ………………………. 

Travaux de construction de la nouvelle cimenterie de souss


commune TEDSI NISSENDALENE
Province TAROUDANNT
ATELIER MAINTENANCE CARRIERE lot :unique
 

ARCHITECTE : BUREAU D’ETUDES : BUREAU DE CONTROLE :

1
ROYAUME DU MAROC
WILAYA DE SOUSS MASSA
PROVINCE TAROUDANNT
COMMUNE TEDSI NISSENDALENE

PREAMBULE DU CAHIER DES PRESCRIPTIONS SPECIALES

Marché passé par appel d’offres ouvert N°…………….. en séance publique sur offres de prix en vertu de
l’alinéa 2, paragraphe 1 de l’article 16 et de l’alinéa 3, paragraphe 3 de l’article 17 du décret n° 2–12-349 du
8 Joumada I 1434 (20 Mars 2013) relatif au marchés publics.

ENTRE LES SOUSSIGNES :

Monsieur
Désigné ci-après par l’Administration ou Maître d’Ouvrage.

D’UNE PART

Et:

Monsieur ………………………………………………………………………………………………………
Agissant au nom et pour le compte de : ………………………………………………...……………
au capital de …….……..………………………………………..………………………………..……Dhs
Inscrit au registre de commerce de :…….………….……….. Sous le n°: ………………………….
Affilié à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale sous le n° : ………………….……………………
Titulaire d'un compte bancaire n° : …………………………………………….…………..……..........
Ouvert à ………………………………………………………………………………..…………………….
Faisant élection de domicile au : ……………………..………………………………………………...
Patente n° : ………………………………………………………………………………..…………………
N° d’I. Fiscale : ………………………………………………………………………………..……………

En vertu des pouvoirs qui lui sont conférés.


D’AUTRE PART

IL A ETE ARRETE ET CONVENU CE QUI SUIT:

2
CHAPITRE I : CLAUSES ADMINISTRATIVES ET FINANCIERES
ARTICLE 1 : OBJET DU MARCHE
ARTICLE 2 : CONSISTANCE DES TRAVAUX
ARTICLE 3 : DOCUMENTS CONSTITUTIFS DU MARCHE
ARTICLE 4 : REFERENCE AUX TEXTES GENERAUX ET SPECIAUX APPLICABLES AU MARCHE
ARTICLE 5 : VALIDITE ET DELAI DE NOTIFICATION DE L’APPROBATION DU MARCHE
ARTICLE 6 : PIECES MISES A LA DISPOSITION DE L’ENTREPRENEUR
ARTICLE 7 : DÉSIGNATION DES INTERVENANTS
ARTICLE 8 : ELECTION DU DOMICILE DE L’ENTREPRENEUR
ARTICLE 9 : NANTISSEMENT
ARTICLE 10 : SOUS-TRAITANCE
ARTICLE 11 : DELAI D’EXECUTION
ARTICLE 12 : NATURE DES PRIX
ARTICLE 13 : REVISION DES PRIX
ARTICLE 14 : CAUTIONNEMENT PROVISOIRE ET CAUTIONNEMENT DEFINITIF
ARTICLE 15 : RETENUE DE GARANTIE
ARTICLE 16 : ASSURANCES – RESPONSABILITE
ARTICLE 17 : APPROVISIONNEMENTS
ARTICLE 18 : DROITS DE TIMBRE ET D’ENREGISTREMENT
ARTICLE 19 : RECRUTEMENT ET PAIEMENT DES OUVRIERS
ARTICLE 20 : MESURES DE SECURITE ET D’HYGIENE
ARTICLE 21 : PROVENANCE, QUALITE ET ORIGINES DES MATERIAUX
ARTICLE 22 : RECEPTION PROVISOIRE
ARTICLE 23 : ENLEVEMENT DU MATERIEL ET DES MATERIAUX
ARTICLE 24 : DELAI DE GARANTIE
ARTICLE 25 : MODALITES DE REGLEMENT
ARTICLE 26 : PENALITES POUR RETARD
ARTICLE 27 : RETENUE A LA SOURCE APPLICABLE AUX TITULAIRES ETRANGERS NON
RESIDENTS AU MAROC
ARTICLE 28 : RECEPTION DEFINITIVE
ARTICLE 29 : RESILIATION DU MARCHE
ARTICLE 30 : GARANTIE DECENNALE
ARTICLE 31 : LUTTE CONTRE LA FRAUDE ET LA CORRUPTION
ARTICLE 32 : REGLEMENT DES DIFFERENDS ET LITIGES
ARTICLE 33 : CONNAISSANCE DU DOSSIER
ARTICLE 34 : CONTROLE TECHNIQUE
ARTICLE 35 : ECHANTILLONNAGE
ARTICLE 36 : CHARGES PARTICULIERES
ARTICLE 37 : MODE D’EXECUTION DES OUVRAGES
ARTICLE 38 : PRESCRIPTIONS APPLICABLES A TOUS LES CORPS D’ETAT
ARTICLE 39 : IMPLANTATION 
ARTICLE 40 : ETUDES TECHNIQUES ET METRES
ARTICLE 41 : COMPTE PRORATA
ARTICLE 42 : DOCUMENT PHOTOGRAPHIQUE
ARTICLE 43 : DOCUMENTS TECHNIQUES-RENSEIGNEMENTS DIVERS
ARTICLE 44 : MODE DE PAIEMENT
CHAPITRE II : CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES
CHAPITRE III : DESCRIPTION DES OUVRAGES ET MODE DE REGLEMENT
CHAPITRE IV : BORDEREAU DES PRIX – DETAIL ESTIMATIF
3
CHAPITRE I: CLAUSES ADMINISTRATIVES ET FINANCIERES
1- OBJET DU MARCHE
Le présent CPS a pour objet l’exécution des travaux de construction de la nouvelle cimenterie de souss à la
COMMUNE TEDSI NISSENDALENE –PROVINCE TAROUDANNT - LOT UNIQUE Atelier de
maintenance carrière pour le compte du LAFARGE HOLCIM MAROC –

2- DESCRIPTION ET CONSISTANCE DU PROJET

 DESCRIPTION DE PROJET
La description de projet suivant plan d’architecte est le suivant :
1- Atelier de maintenance
2- Aménagements extérieurs (dallage, mur de clôture, les allées et parking, Assainissement VRD)

 CONSISTANCE
Les travaux à exécuter au titre du présent marché consistent un marché lancé en lot unique :
100- Gros œuvres ; Revêtements de sols et murs ;
200- Etanchéité,
300- Menuiserie bois, alu et métallique ;
400- Electricité - Lustrerie, et climatisation
500- Plomberie – Sanitaires, et protection d’incendie et de fumé
600- Peinture et Vitrerie ;
700- Aménagement extérieur

3- DOCUMENTS CONSTITUTIFS DU MARCHE


Les documents constitutifs du marché sont ceux énumérés ci-après :
1. L’acte d’engagement ;
2. Le présent Cahier des Prescriptions Spéciales (CPS) ;
3. Les plans et les documents techniques ;
4. Le bordereau des prix - détail estimatif ;
5. Le cahier des clauses administratives générales applicable aux marchés de Travaux.
En cas de contradiction ou de différence entre les documents constitutifs du marché, ceux-ci prévalent dans
l’ordre où ils sont énumérés ci-dessus.

4- REFERENCE AUX TEXTES GENERAUX ET SPECIAUX APPLICABLES AU MARCHE


Le titulaire du marché est soumis aux dispositions des textes suivants :
A- Textes généraux :
1. Le décret n° 2-86-99 du 14 Mars 1986 pour l’application de la loi n° 30 – 85 relative à la T.V.A
2. Les textes législatifs et réglementaires concernant l’emploi et la sécurité du personnel
3. Le dahir de 23 Chaoual 1367 (28 Août 1948) relatif au nantissement des marchés publics au Maroc,
complété par le dahir n° 162.282 du 19 joumada I 1382 (29 octobre 1962) ;
4. L’arrêté du Premier Ministre N° 3- 14- 08 du Rabii I 1429 (10 Mars 2008) fixant les règles et conditions
de révision des prix des marchés de travaux, ou de services portants sur les prestations d’études passés pour le
compte de l’Etat ;
5. Le décret n° 2–12-349 du 8 Joumada I 1434 (20 Mars 2013) relatif aux marchés publics.
6. Tous les textes législatifs et réglementaires concernant l’emploi, les salaires de la main d’œuvre
particulièrement le décret 2-11-247 du 01 juillet 2011 portant revalorisation du salaire minimum dans
l’industrie, le commerce, les professions libérales et l’agriculture.

4
7. Le Décret Royal n° 330.66 DU 10 Moharrem 1387 (21 Avril 1967) portant règlement général de la
comptabilité publique, tel qu’il a été modifié et complété ;
8. Le circulaire n° 6011/T.P/IBM 458/4 relative à l’application de la T.V.A.
9. Le Décret n°2.07.1235 du 04 Novembre 2008 relatif au contrôle des dépenses de l’Etat.
10. Le Décret n°2-03-703 du 18 ramadan 1424 (13 novembre 2003) relatif aux délais de paiement et aux
intérêts moratoires en matière de marchés de l’Etat.
11. Ainsi que tous les textes réglementaires ayant trait aux marchés de l’Etat rendus applicables à la date de
signature du marché.
B- Textes spéciaux :
1. Par dérogation à l’article III du D.G.A, il est fait référence aux règles pour le calcul et l’exécution de
constructions en béton armé dites « règles BAEL» abrogeant les règles CCBA68
2. Les règles techniques de conceptions et de calcul des ouvrages et construction en béton armé suivant les
méthodes des états limites dites règlesBAEL83 et règles BAEL 91 ou règles B.P.E.L
3. Les règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et de construction en béton précontraint
suivant la méthode des états limites dites règles B.P.E.L
4. Les normes marocaines en vigueur, ou par défaut les normes françaises
5. L’arrêté n° 350/69 du Ministère des Travaux Publics du 15 Juillet 1969 ainsi qu’aux règles techniques
PNA 7-11-CLE et 05 annexes à l’arrêté n°350/69 et normes 7/68-100, 7-62/411 et 732-202
6. Le Devis Général d’Architecture (édition 1956 ou dernière édition) du Royaume du Maroc et le décret
Royal n°406/67
7. Les règles définissant les effets de la neige et du vent (N.V 65) révisées en 1984 ou son équivalent.
8. Le règlement parasismique (RPS 2000)
9. Le devis Général pour les travaux d’Assainissement (Edition 1961 ou dernière édition)
10. Les conditions d’exécution du Gros-œuvre, Toitures, Terrasses en béton armé édition 1946 de l’institut
technique du Bâtiment et des Travaux Publics
11. Les règles d’exécution des étanchéités (cahier noir)
12. Les règlements locaux concernant l’alimentation en eau et en électricité des immeubles
13. Le dahir n°170-157 du 26 Joumada I 1390 (30 Juillet 1970) relatif à la normalisation industrielle
notamment son article 3 définissant l’ensemble des normes marocaines homologuées se rapportant aux
travaux du bâtiment
14. La circulaire 6001 T.P du 7 Août 1958 relative aux transports des matériaux et marchandises pour
l’exécution des travaux publics
15. Le cahier des Charges Provisoires pour la fourniture des liants hydrauliques en date du 16 Mai 1951
16. Les règles d’utilisation des ronds crénelés et lisses en béton armé – Règles 1948-Ronds 40/60
17. Les documents Techniques Unifiés (DTU) relatifs à la plomberie, électricité, étanchéité, etc.
18. Les règlements de prévisions contre les risques d’incendie et de panique dans les établissements recevant
du public « locaux d’habitation »
19. le règlement général de voirie et de construction relatif à chaque ville.
20. La loi n° 12-90 du 15 hija 1412 (17 juin 1992) relative à l’urbanisme ;
NOTA : l’entrepreneur devra se procurer ces documents s’il ne les possède pas et ne pourra en aucun cas
exciper de l’ignorance de ceux-ci et se dérober aux obligations qui y sont contenues.

5- VALIDITE ET DELAI DE NOTIFICATION DE L’APPROBATION DU MARCHE


Le présent marché ne sera valable, définitif et exécutoire qu’après notification de son approbation par
l’autorité compétente.
L’approbation du marché doit intervenir avant tout commencement d’exécution. Cette approbation sera
notifiée dans un délai maximum de 75 jours à compter de la date d’ouverture des plis.
5
6- PIECES MISES A LA DISPOSITION DE L’ENTREPRENEUR
Aussitôt après la notification de l’approbation du marché, le maître d’ouvrage remet gratuitement au titulaire,
contre décharge de ce dernier, un exemplaire vérifié et certifié conforme de l’acte d’engagement, du cahier des
prescriptions spéciales et des pièces expressément désignées comme constitutives du marché à l’exception du
cahier des clauses administratives générales.
1. Le titulaire est tenu de faire connaître au maître d’ouvrage ses observations éventuelles sur les
documents qui ont été mis à sa disposition et ce dans le délai de quinze (15) jours après la remise de ces
documents.
2. Passé ce délai, le titulaire est réputé en avoir vérifié la conformité à ceux qui ont servi de base à la
passation du marché et qui sont conservés par le maître d’ouvrage pour servir à la réception des travaux.
Le maître d’ouvrage ne peut délivrer ces documents qu’après constitution du cautionnement définitif, le cas
échéant.
7- DÉSIGNATION DES INTERVENANTS
Les personnes intervenant dans le présent marché sont:
- Mr BRAHIM OUAZZI (Architecte) DENA en sa qualité de maître d’œuvre.
- Mr le directeur de ciment Lafarge en qualité de maitre d’ouvrage
- Cabinet d’étude agrée en qualité de bureau d’étude technique.
- Cabinet de bureau de contrôle agrée

8- ELECTION DU DOMICILE DE L’ENTREPRENEUR


- A défaut d’avoir élu domicile au niveau de l’acte d’engagement, toutes les correspondances relatives au
présent marché sont valablement adressées au domicile élu par l’entrepreneur,
sis…………………………………………………………………….. Maroc.
- En cas de changement de domicile, l'entrepreneur est tenu d'en aviser le maître d'ouvrage dans un délai
de 15 jours suivant ce changement.
9- NANTISSEMENT
- Pas de nantissement dans ce marché
10- SOUS-TRAITANCE
Si l’entrepreneur envisage de sous-traiter une partie du marché, il doit requérir l’accord préalable du maître
d’ouvrage auquel il est notifié la nature des prestations, l’identité, la raison ou la dénomination sociale, et
l’adresse des sous-traitants et une copie conforme du contrat de la sous-traitance.
La sous-traitance ne peut en aucun cas dépasser cinquante pour cent (50%) du montant du marché ni porter sur
le lot ou le corps d’état principal du marché.
Les travaux énumérés ci-après ne peuvent faire l’objet de sous-traitance :
- Gros œuvres ;
- Etanchéité.
Les sous-traitants doivent satisfaire aux conditions requises des concurrents conformément à l’article 24 du
décret n° 2-12-349 du 20 mars 2013 relatif aux marchés publics.
11- DELAI D’EXECUTION
Conformément aux dispositions de l’article 7 du C.C.A.G.T., il est prévu un délai d’exécution de 12 (Douze
Mois) pour l’ensemble des travaux, le délai prendra effet à compter du lendemain du jour de la notification de
l’ordre de service prescrivant de commencer les travaux.
12- NATURE DES PRIX
Les sommes dues au titulaire du marché sont calculées par application des prix unitaires portés au bordereau
des prix ou bordereau des prix détail estimatif, le cas échéant, joint au présent cahier des prescriptions
spéciales, aux quantités réellement exécutées conformément au marché.
Les prix du marché sont réputés comprendre toutes les dépenses résultant de l’exécution des travaux y compris
tous les droits, impôts, taxes, frais généraux, faux frais et assurer à l’entrepreneur une marge pour bénéfice et

6
risques et d'une façon générale toutes les dépenses qui sont la conséquence nécessaire et directe du travail.

13- REVISION DES PRIX


1. En application de l’arrêté du premier ministre n° 3-14-08 du 2 Rabii I 1429(10 mars 2008 ) fixant les règles
et les conditions de révision des prix des marchés de travaux, ou de services portant sur les prestations d’études
passés pour le compte de l’Etat, le montant des travaux exécuté sera révisé par application de la formule ci-
après, au cas où des variations économiques ont été constatées entre la date d’établissement des prix initiaux
définies par les cahiers des charges et les dates d’expiration des délais fixés contractuellement pour
l’achèvement de la réalisation des prestations objet du marché.
2. La révision des prix des prestations réalisées au cours d’un mois donné et obtenue en utilisant dans la
formule de révision des prix les valeurs des index de ce mois.
3. Toutefois, si ces valeurs ne sont pas encore publiées au moment de l’établissement des décomptes
provisoires, le maître d’ouvrage peut valablement réviser les prix par application des derniers valeurs
commues. Le réajustement sera fait dés publications des valeurs applicables.
Formule de variation des prix
Les prix du marché sont fermes et non révisable

14- CAUTIONNEMENT PROVISOIRE ET CAUTIONNEMENT DEFINITIF


Le montant du cautionnement provisoire est fixé à 700000.00 Dhs (SEPT CENT MILLE Dirhams)
Le montant du cautionnement définitif est fixé à trois pour cent (3 %) du montant initial du marché.
Si l’entrepreneur ne réalise pas le cautionnement définitif dans un délai de 30 jours à compter de la date de la
notification de l’approbation du présent marché, le montant du cautionnement provisoire fixé ci-dessus reste
acquis à l’Etat.
Le cautionnement définitif sera restitué ou la caution qui le remplace est libérée à la suite d’une mainlevée
délivrée par le maître d’ouvrage dans un délai maximum de trois mois suivant la date de la réception définitive
des travaux.
15- RETENUE DE GARANTIE
Une retenue de garantie sera prélevée sur les acomptes. Elle est égale à dix pour cent (10 %) du montant de
chaque acompte. Elle cessera de croître lorsqu'elle atteindra sept pour cent (7%) du montant initial du marché
augmenté le cas échéant, du montant des avenants.
La retenue de garantie peut être remplacée, à la demande de l'entrepreneur, par une caution personnelle et
solidaire constituée dans les conditions prévues par la réglementation en vigueur.
La retenue de garantie est restituée ou la caution qui la remplace est libérée à la suite d’une mainlevée délivrée
par le maître d’ouvrage dans un délai maximum de trois mois suivant la date de la réception définitive des
travaux.
16- ASSURANCES - RESPONSABILITE
L’entrepreneur doit adresser au maître d’ouvrage, avant tout commencement de réalisation des fournitures, les
attestations, délivrées par les établissements d’assurances, justifiant la souscription des polices d’assurances
pour couvrir tous les risques inhérents à la réalisation du marché et ce, conformément aux stipulations de
l’article 24 du CCAG-Travaux tel qu’il a été modifié et complété.
17- APPROVISIONNEMENTS
Le présent marché ne prévoit pas d’acompte sur approvisionnements de matériaux et matières premières
destinés à entrer dans la composition des travaux objet du marché.
18- DROITS DE TIMBRE ET D’ENREGISTREMENT
L'entrepreneur doit acquitter les droits auxquels peuvent donner lieu le timbre et l'enregistrement du marché,
tels que ces droits résultent des lois et règlements en vigueur.
19- RECRUTEMENT ET PAIEMENT DES OUVRIERS
Les formalités de recrutement et de paiement des ouvriers sont celles prévues par les dispositions des articles

7
20 et 21 du CCAG-Travaux.

20- MESURES DE SECURITE ET D’HYGIENE


L’entrepreneur s’engage à respecter les mesures de sécurité et d’hygiène conformément aux dispositions de
l’article 30 du CCAG-Travaux.

21- PROVENANCE, QUALITE ET ORIGINES DES MATERIAUX


Tous les matériaux, matières et produits utilisés dans les travaux objet du présent cahier des prescriptions
spéciales proviendront de carrières ou d’usines agréées par le maître d’œuvre. L’entrepreneur ne peut, en aucun
cas, se prévaloir de l’éviction par le maître d’œuvre de fournisseurs ou sous-traitants pour demander une
majoration quelconque sur le prix de la fourniture.
Les matériaux doivent satisfaire aux normes marocaines en vigueur à la signature du marché ou à défaut, aux
normes internationales ou à défaut aux règles de l’art usuelles.
Le maître d’œuvre peut effectuer tous les essais qu’il estime nécessaires pour vérifier que les matériaux ou
produits utilisés sont conformes aux spécifications imposées.
L’entrepreneur est tenu d’éloigner du chantier, à ses frais, en un lieu agrée par le maître d’œuvre les matériaux
ne satisfaisant pas aux conditions ci-dessus.
Le maître d’œuvre est seul compétent pour juger de la qualité des matériaux et décider de leur lieu d’emploi.
En particulier le lieu de provenance des matériaux ne peut en aucune façon laisser préjuger de leur qualité.
22- RECEPTION PROVISOIRE
A l’achèvement des travaux et en application de l’article 65 du CCAG-Travaux, le maître d’ouvrage s’assure
en présence de l’entrepreneur de la conformité des travaux aux spécifications techniques du marché et
prononcera la réception provisoire.
Cette réception sera sanctionnée par l’établissement d’un procès verbal de réception provisoire.
S’il constate que les travaux présentent des insuffisances ou des défauts ou ne sont pas conformes aux
spécifications du marché, l’entrepreneur procédera aux réparations nécessaires conformément aux règles de
l’art. A défaut, la réception ne sera pas prononcée, et le délai d’exécution ne sera pas prorogé pour autant.
23- ENLEVEMENT DU MATERIEL ET DES MATERIAUX
En application de l’article 40 du CCAG-Travaux, le délai fixé pour le dégagement, le nettoiement et la remise
en état des emplacements mis à la disposition de l’entrepreneur est de trente (30) jours de calendrier à compter
de la date de la réception provisoire. Une pénalité particulière de mille (1000,00) DH par jour de calendrier de
retard sera appliquée à compter de la date d’expiration du délai indiqué plus haut. Cette pénalité sera retenue
d’office sur les sommes encore dues à l’entrepreneur.
24- DELAI DE GARANTIE
Conformément à l’article 67 du CCAG applicable aux marchés de travaux, le délai de garantie est fixé à douze
(12) mois à compter de la date de la réception provisoire.
Pendant le délai de garantie, l’entrepreneur sera tenu de remettre au maître d’ouvrage les plans des ouvrages
conformes à l’exécution, de procéder aux rectifications qui lui seraient demandées en cas de malfaçons ou
d’insuffisances constatées et de remédier à l’ensemble des défectuosités, sans pour autant que ces travaux
supplémentaires puissent donner lieu à paiement à l'exception de ceux résultant de l’usure normale, d'un abus
d'usage ou de dommages causés par des tiers.
25- MODALITES DE REGLEMENT
Le règlement des prestations réalisées sera effectué sur la base de décomptes établis par le maître d’ouvrage en
application des prix du bordereau des prix – détail estimatif aux quantités réellement exécutées, déduction faite
de la retenue de garantie, le cas échéant.
Le montant de chaque décompte est réglé à l’entrepreneur après réception par le maître d’ouvrage de tous les
métrés, situations et pièces justificatives nécessaires à sa vérification.
Seules sont réglées les prestations prescrites par le présent cahier des prescriptions spéciales ou par ordre de
8
service notifié par le maître d’ouvrage.
Sur ordre du maître d’ouvrage, les sommes dues à l’entrepreneur seront versées au compte bancaire n° (RIB
sur 24 positions)……………..…………………………… ouvert auprès
de……………………………………………………………………………………………(la banque, la poste
ou la trésorerie générale du Royaume).
26- PENALITES POUR RETARD
A défaut d'avoir terminé les travaux dans les délais prescrits, il sera appliqué à l’entrepreneur une pénalité par
jour calendaire de retard de 1 ‰ (un pour mille) du montant du marché modifié ou complété éventuellement
par les avenants.
Cette pénalité sera appliquée de plein droit et sans mise en demeure sur toutes les sommes dues à
l’entrepreneur.
L’application de ces pénalités ne libère en rien l’entrepreneur de l’ensemble des autres obligations et
responsabilités qu’il aura souscrites au titre du présent marché.
Toutefois, le montant cumulé de ces pénalités est plafonné à dix pour cent (10 %) du montant du marché
modifié ou complété éventuellement par des avenants.
Lorsque le plafond des pénalités est atteint, l’autorité compétente est en droit de résilier le marché après mise
en demeure préalable et sans préjudice de l'application des mesures coercitives prévues par l'article 70 du
CCAG-Travaux.
27- RETENUE A LA SOURCE APPLICABLE AUX TITULAIRES ETRANGERS NON RESIDENTS  AU MAROC
Une retenue à la source au titre de l’impôt sur les sociétés ou de l’impôt sur le revenu, le cas échéant, fixée au
taux de dix pour cent (10 %), sera prélevée sur le montant hors taxe sur la valeur ajoutée des travaux réalisés
au Maroc dans le cadre du présent marché.
28- RECEPTION DEFINITIVE
Conformément aux stipulations de l’article 68 du CCAG-Travaux et après expiration du délai de garantie, il
sera procédé à la réception définitive, après que le maître d’ouvrage se soit assuré que les malfaçons ou les
imperfections éventuelles ont été réparées par l’entrepreneur.
29- RESILIATION DU MARCHE
La résiliation du marché peut être prononcée dans les conditions et modalités prévues le décret n° 2-12-349 du
20 mars 2013 relatif aux marchés publics et celles prévues par le CCAG applicable aux marchés de travaux.
La résiliation du marché ne fera pas obstacle à la mise en œuvre de l’action civile ou pénale qui pourrait être
intentée au titulaire du marché en raison de ses fautes ou infractions.
Si des actes frauduleux, des infractions réitérées aux conditions de travail ou des manquements graves aux
engagements pris ont été relevés à la charge de l'entrepreneur, le ministre, sans préjudice des poursuites
judiciaires et des sanctions dont l’entrepreneur est passible, peut par décision motivée, prise après avis de la
Commission des Marchés, l'exclure temporairement ou définitivement de la participation aux marchés de son
administration.
30- GARANTIE DECENNALE
L’entrepreneur est tenu de présenter, à ses frais et au plus tard à la réception définitive du marché, une police
d’assurance couvrant la responsabilité décennale telle que celle-ci est définie par l’article 769 du Dahir du 12
Août 1913 formant code des Obligations et Contrats.
Les termes et l’étendue de cette police d’assurance sont soumis à l’accord du maître d’ouvrage.
31- LUTTE CONTRE LA FRAUDE ET LA CORRUPTION
L’entrepreneur ne doit pas recourir par lui-même ou par personne interposée à des pratiques de fraude ou de
corruption des personnes qui interviennent, à quelque titre que ce soit, dans les différentes procédures de
passation, de gestion et d’exécution du marché.
L’entrepreneur ne doit pas faire, par lui-même ou par personne interposée, des promesses, des dons ou des
présents en vue d'influer sur les différentes procédures de conclusion d'un marché et lors des étapes de son
exécution.
9
Les dispositions du présent article s’appliquent à l’ensemble des intervenants dans l’exécution du présent
marché.
32- REGLEMENT DES DIFFERENDS ET LITIGES
Si, en cours d’exécution du marché, des différends et litiges surviennent avec l’entrepreneur, les parties
s’engagent à régler ceux-ci dans le cadre des stipulations des articles 71 et 72 du CCAG-Travaux.
Les litiges éventuels entre le maître d’ouvrage et l’entrepreneur sont soumis aux tribunaux compétents.
33- CONNAISSANCE DU DOSSIER
L’entreprise attributaire déclare
- avoir apprécié toutes difficultés résultant du terrain, de l’emplacement des constructions, des accès,
des alimentations, des branchements en eau et en électricité et toute autre difficulté et charges qui pourrait
se présenter pour laquelle aucune réclamation ne sera prise en considération ;
- avoir pris pleine connaissance de l’ensemble du dossier du projet ;
- avoir fait préciser tout point susceptible de contestations ;
- avoir fait tout calcul et sous détail ;
- avoir procédé à la visite des lieux ;
- n’avoir rien laissé au hasard pour déterminer le prix de chaque nature d’ouvrage présenté par elle et de
nature à donner lieu à discussion.
Par conséquent, l’entrepreneur ne peut en aucun cas formuler des réclamations ou faire des réserves motivées
par une connaissance insuffisante de l’état des lieux et des conditions d’accès ou de travail.
34- CONTROLE TECHNIQUE
L’entrepreneur est tenu de satisfaire aux exigences techniques de la maitrise d’œuvre et administration
- L’entrepreneur sera soumis éventuellement au contrôle technique désigné par l’Administration pour
l’ensemble des travaux du marché. Pendant toute la durée des travaux, les agents du maitrise d’ouvre et administration
auront libre accès au chantier et pourront prélever aussi souvent que nécessaire pour examen, les échantillons des
matériaux et matériels à mettre en œuvre.
- Ils vérifieront que les ouvrages sont réalisés conformément aux plans revêtus de leur visa, ils assisteront à la réception
des fouilles, aux réceptions provisoires et définitives.
- L’entrepreneur sera tenu de fournir à ses frais, la main d’œuvre, les charges, les échafaudages, les matériels, etc.
nécessaires aux essais, prévus soit par le CPS soit par le devis général d’architecture.
- Les honoraires sont à la charge de l’Entreprise. Pour les études de granulométrie, prélèvement du béton et béton de
convenance sont à la charge l’entreprise
35-ECHANTILLONNAGE
- L’entrepreneur devra soumettre à l’agrément de l’Architecte un échantillon de chaque espèce de matériaux ou de
fournitures qu’il compte utiliser, il ne pourra mettre en œuvre des matériaux qu’après acceptation donnée par ordre de
service délivré par l’Architecte
- Les échantillons acceptés seront déposés au bureau de chantier prévu à l’article n°201 et 202 du D.G.A et serviront de
base de vérification pour la réception des travaux.
- L’entrepreneur devra présenter à toute réquisition, les certificats et attestations prouvant l’origine et la qualité des
matériaux proposés.
36-CHARGES PARTICULIERES
Les pris remis par l’entreprise comprendront tous les frais afférents à l’entreprise et notamment les frais suivants :
- Tous les frais de douane, taxes et impôts divers
- Tous les frais de voirie (balisage, affichage, échafaudage, inauguration), exigés par l’architecte
- Tous les frais d’assurance contre les accidents du personnel et des véhicules, responsabilité civile, risque d’incendie,
risque de vol ou détérioration pendant la durée des travaux
- Tous les frais de branchement et de consommation d’eau et d’électricité pendant la durée des travaux
- Tous les frais de gardiennage de nuit et pendant les jours fériés du chantier et de ces abords
- Tous les frais de transports et de déplacement divers
10
- Tous les frais de charge sociale (C.N.S.S congés payés et ceux exigés par la législation du travail).
37-MODE D’EXECUTION DES OUVRAGES
a. D’une manière générale, les travaux seront exécutés suivant les règles de l’art et conformément aux dessins et plans
qui seront notifiés à l’entrepreneur visés « BON POUR EXECUTION ». Les plans d’architecte restent toujours la
base de l’ouvrage, tous les dessins annexés devront s’y conformer. Les travaux ne pourront être menés avec la seule
utilisation des plans de béton armé, les erreurs qui pourraient provenir de ce fait seront obligatoirement corrigées
selon les indications des plans de l’architecte.
b. Si les désignations du C.P.S ou des plans ne sont pas suffisantes, il demeure bien entendu que la signature du marché
implique que les renseignements complémentaires ont été obtenus par l’entrepreneur, avant la remise de ses offres
des prix.
38-PRESCRIPTIONS APPLICABLES A TOUS LES CORPS D’ETAT
c. L’entrepreneur ne pourra en aucun cas se prévaloir des difficultés douanières ou d’approvisionnement pour toute
fourniture en temps utile, et celles du planning des travaux.
A cet effet l’entrepreneur sera tenu dans les Huit jours (8 jours) suivant la délivrance de l’ordre de service de
commencer les travaux, à remettre à l’architecte le double des bons de commande des matériels et matériaux certifiés
conformes par les fournisseurs.
d. Planning de l’entrepreneur devra constamment se tenir informé du planning général des travaux exposés dans le
bureau de chantier.

39-IMPLANTATION 
L’implantation des ouvrages devra être faite par un géomètre agréé au frais de l’entreprise. Un plan d’implantation signé
par le géomètre devra être remis à l’architecte avant le commencement des travaux .

40-ETUDES TECHNIQUES ET METRES


 Etudes Béton armé,
 Etude d’Électricité, sonorisation et climatisation
 Etude de la Plomberie, détection et protection d’incendie avec fumé, et évacuation
 Etude des travaux de l’aménagement extérieur (dallage, mur de clôture etc.)
Seront faites par un Bureau d’Etudes agréé. Les frais inhérents à ces études seront à la charge de l’Entrepreneur
Visa et contrôle des plans techniques
Seront faits par un Bureau de contrôle agréé. Les frais inhérents à ce visa et contrôle seront à la charge l’Entrepreneur
Le visa des plans de pose sera à la charge de l’entreprise et sera fait par le même bureau de contrôle désigné par
l’administration.
Etudes des métrés
Les métrés d’exécution seront établis par un métreur vérificateur, les frais inhérents à ces métrés seront à la charge de
l’entrepreneur.
Essais de matériaux et Réception des fouilles
1) Seront à la charge de l’entreprise et faits par un laboratoire agrée proposé par l’entreprise et accepté par
l’administration.
2) L'entrepreneur sera tenu, au plus tard sept (7) jours après approbation du marché, de présenter à la Maîtrise
d'œuvre et au maître d’ouvrage une convention établie par le laboratoire agréé cité au paragraphe 1, stipulant sous
forme de tableau les essais et tests nécessaires concernant les différents matériaux et éventuellement la réception des
fouilles. Il devra ressortir de cette convention que le laboratoire s'engage à contrôler les prélèvements des différents
échantillons ou éprouvettes figurant dans le quantitatif établi par ses soins et ayant reçu l'approbation du bureau de
contrôle pour les analyser et communiquer les résultats dans les plus brefs délais à la Maîtrise d'œuvre , au maître
d’ouvrage et au bureau de contrôle. Les frais d'établissement de cette convention sont à la charge de l'Entrepreneur.
3) La convention doit être signée entre l’entreprise et le laboratoire et doit être approuvée par le maître d’ouvrage,
l’architecte, le BET et le bureau de contrôle.

11
Essais et études complémentaires
Tous essais et études complémentaires jugés nécessaires par l’administration, l’architecte, le BET et le bureau de contrôle
suite à une infraction de règlement par l’entreprise (exemple : auscultation dynamique d’un ouvrage BA n’ayant pas fait
l’objet d’essais de prélèvements par l’entreprise) ou par obligation technique conforme aux DTU, DGA etc.… (Essais de
mise à eau) seront à la charge de l’entreprise.

41-COMPTE PRORATA
Le présent appel d'offres étant en lot unique, il n'est pas prévu de compte prorata

42 - DOCUMENTS PHOTOGRAPHIQUE

L'Entrepreneur fournira gratuitement au Maître d'ouvrage un ensemble de vues en couleur (1 jeu de deux exemplaires
de tirages sur papier 9 cm x 13 cm), prises de plusieurs points fixes permettant de juger de la progression du chantier. En
fin de travaux, l'Entrepreneur remettra au Maître d’ouvrage en trois exemplaires un album incluant les photos remises
régulièrement au Maître d’ouvrage, classées par ordre chronologique et comportant chacune une légende explicative
avec la date de la prise de vue. L'album devrait permettre de disposer d'une situation avant et après aménagement.

L'album photo sera composé d'un minimum de 50 photos en couleur prises par professionnel. L'entrepreneur fera
agrandir 5 photos, les plus représentatives, de dimensions 80x100.
 Les coûts engendrés par les prises de vue, leur développement, l'édition des albums photos sont réputés
couverts par les prix du Bordereau

43 – DOCUMENTS TECHNIQUES-RENSEIGNEMENTS DIVERS

Documents technique à fournis par l’entrepreneur et à leur charge :

 Installation du chantier
 Planning détaillé d’exécution des travaux
 La liste du matériel et des effectifs que l’entrepreneur compte utiliser sur chantier
 Les procèdes d’exécution, analyses, brevets et d’une manière générale toutes pièces justificatives du mode
d’exécution des ouvrages
 Les échantillons de tous les matériaux et fournitures entrant dans le cadre du présent marché
 Construction d’un bureau de réunion du chantier pour au moins de 12(douze) personne équipé de chaises, table
de réunion, PC portable, Téléphone etc. avec une toilette équipé d’un WC à l’anglaise et lavabos
 Alimentation en électricité et en eau potable par ses propres moyens

12
CHAPITRE II: CAHIER DES PRESCRIPTIONS
TECHNIQUES

13
A. GENERALITES
A1. OBJET DES PRÉSENTES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES
Le présent CPS a pour objet l’exécution des travaux de construction de la nouvelle cimenterie de souss à
la COMMUNE RURALE TASGDELT –PROVINCE CHTOUKA-AIT BAHA - LOT UNIQUE Atelier
de maintenance carrière pour le compte du LAFARGE HOLCIM MAROC –

A2. DOCUMENTS TECHNIQUES DE RÉFÉRENCE

L’Entrepreneur est tenu de se conformer et d’appliquer les prescriptions définies dans les documents de base ci-après : Les
normes marocaines.
 Les documents techniques unifiés (D.T.U).
 Les cahiers du C.S.T.B.
 Les règles pour les calculs des ouvrages en béton armé dites règles C.C.B.A.-68 ou BAEL 91
 Les règles parasismiques et annexes PS 91.

A3. PROVENANCE ET QUALITÉ DES MATÉRIAUX


Les provenances, les qualités, les caractéristiques, les conditions d'emploi, les modalités de réception, de contrôle et d'essai de
tous matériaux ou produit fabriqués devront être conformes aux Normes homologuées ou en vigueur au moment de la
signature du marché. En aucun cas l'entrepreneur ne pourra prétendre ignorer l'une quelconque d'entre elles. Les matériaux
seront de provenance Marocaine, et la marque du fournisseur devra apparaître sur les éléments préfabriqués. Provenance du
tout venant de carrière, sables, gravettes : carrière de la région, agréée par le maître d’œuvre. Provenance du ciment : Usine du
Maroc. Provenance des liants hydrocarbonés ou Bitumes : Usine agréée. L’Entrepreneur précisera la provenance des matériaux
utilisés, notamment pour les éléments fabriqués. Par le fait de son offre, l'Entrepreneur est censé connaître les ressources des
lieux d'extraction et de fabrication de la région, ainsi que leurs conditions d'exploitation d'accès ou de fourniture. Aucune
réclamation ne sera recevable concernant les conditions de mise à pied d’œuvre des matériaux. Tous les matériaux reconnus
défectueux au moment de la vérification devront être transportés hors de chantier dans un délai de 24 heures. Le Maître
d'ouvrage fera appel à un laboratoire pour procéder au contrôle de la conformité des matériaux aux normes en vigueur et ce à la
charge de l’administration pour les essais ayant conduit à l’acceptation des matériaux et à la charge de l’entrepreneur dans le
cas contraire.
A4. IMPLANTATION DES OUVRAGES
Avant toute exécution, L'Entrepreneur fera réaliser à sa charge les études Géotechniques par laboratoire et l'implantation des
axes nécessaires à la construction des bornes coins de bloc et repères de nivellement à partir des repères N.G.M par un
géomètre agréer. L'Entrepreneur devra veiller à la conservation de ses axes et repères, les remplacer s'ils sont dérangés par une
raison quelconque. Il sera tenu d'en demander la vérification à l'Architecte et au Maître d'Ouvrage avant tout commencement
des fouilles. Toute erreur constatée après cette vérification ne déchargera pas l'Entrepreneur de sa responsabilité pleine et
entière. Il sera rendu responsable de toute erreur d'implantation ou de nivellement, et en procédera à la correction à tout
moment à ses frais. L’Entrepreneur fournira à ses frais les ouvriers ainsi que tout appareil de nivellement et équipement
nécessaire au contrôle de la réalisation du chantier. Ce matériel doit rester sur chantier à la disposition du Maître d'Ouvrage
pendant toute la durée du chantier.

B. GROS - OEUVRES
B1. ÉTENDUE DES TRAVAUX TERRASSEMENTS
 Exécution des terrassements généraux dans tous terrains y compris rocher, en déblais ou en remblais, destinés à
l'implantation des bâtiments, inclus dans le plan de masse.
 Exécution de tous terrassements dans tous terrains y compris rocher en rigoles, tranchées ou en puits nécessaires aux
fondations des bâtiments et à tous les ouvrages intérieurs, dans les conditions définies dans le devis descriptif.
B2. OUVRAGES EN FONDATIONS :
 Béton de propreté ou gros béton.
 Béton armé semelles, poteaux, longrine, voiles et tous autres ouvrages en béton armé suivant plans.
 Canalisations intérieures enterrées, pour assainissement ou autres réseaux.
 Regards.
B3. OUVRAGES EN INFRASTRUCTURE ET SUPERSTRUCTURE :
 Structure de béton armé en élévation.
 Maçonnerie.
 Enduits.
 Hérisson âge pour bâtiments.
 Dallages.
 Conduits de ventilation.

14
B4. MODE D'EXÉCUTION DES TRAVAUX
Les déblais et remblais seront effectués à la main ou par emploi d'engins mécaniques en prenant les précautions nécessaires
pour éviter toutes dégradations aux ouvrages mitoyens.
Déblais :
Les fonds de fouilles seront rigoureusement damés. Il sera procédé avec le Maître d'Ouvrage à la reconnaissance des fonds de
fouilles. Les travaux comprennent :
 Les étaiements et blindages de toutes nature nécessités par les mouvements possibles des terres ou par la protection
d'ouvrages existants ou en cours d'exécution ou pour éviter les accidents dont l'entrepreneur sera seul responsable, et toutes
sujétions de travaux par tranches alternées.
 Le matériel de puisement et travaux annexes tels que puisards, drainages complémentaires soit pour les venues d'eaux
souterraines soit en cas de pénétration dans les fouilles d'eaux de ruissellement.
 Le dressage des parois pour l'encaissement des fondations.
 La manutention des terres pour mise en dépôt ou évacuation aux décharges publiques.

B5. REMBLAIS :
Les remblais seront exécutés soit avec les terres convenables provenant des fouilles soit par apport de terre complémentaire.
Les remblais seront soigneusement compactés par couches de 0,20m et arrosés, de manière à obtenir une densité sèche
correspondant au minimum à 90% de l'optimum Proctor modifié.
L'emploi pour les remblais de déchets impropres tels que gravois, argiles, plâtres etc... sera rigoureusement proscrit.

B6. OUVRAGES EN BÉTON

Composition des bétons en Dosage et Fabrication.


Pour la composition des bétons, les quantités de liant seront toujours déterminées et mesurées en poids ou volumes.
Dans le cas d'une fabrication sur place du béton, les granulats et les liants à employer seront entreposés à proximité immédiate
du lieu de malaxage, les états de chaque espèce étant séparés par des cloisonnements. Les méthodes de fabrication seront
précisées par l'entrepreneur : centrale à béton ou bétonnières multiples, mais restent soumises aux contrôles des bureaux de
contrôle et du laboratoire.
L'entrepreneur devra faire exécuter, à ses frais par un laboratoire spécialisé, une étude granulométrique avec les granulats
retenus et compte tenu des différents dosages employés. La granulométrie des agrégats sera déterminée en fonction du
fouillage, du procédé de mise en place du béton, des résistances mécaniques escomptées et de la compacité. Il devra respecter
les dosages des liants et la granulométrie pour obtenir, au moins la résistance nominale à 28 jours de : 270 barres en
compression.
Les quantités d'agrégats figurant dans le tableau ci-dessous ne sont données qu'à titre indicatif. Elles devront être fixées par les
résultats de l'étude granulométrique. Ces résultats s'entendent pour un fournisseur d'agrégats donné. Si l'Entrepreneur devrait
changer de fournisseur, il devra faire exécuter une nouvelle étude granulométrique. L'Entrepreneur devra en outre faire
exécuter, à ses frais, des essais concernant la résistance des bétons mis en œuvre, selon les indications du bureau de contrôle.
Tous les ouvrages exécutés avec des bétons n'offrant pas après essais, les garanties nécessaires, seront démolis et refaits aux
frais de l'entrepreneur.

B7. TABLEAUX CI-JOINT SONT DONNÉS LE CIMENT COMME TITRE INDICATIF.


TABLEAU DE CIMENT :

Désignation Ciment C.P.J 45 Sable Gravette Utilisés


Kg/m3
G1 G2 G3
Béton N°1 150 450 - 1000 -
Béton de propreté
Béton N°2 250 450 - - 1000
Gros béton
Béton N°3 300 450 - - 1000
Banché et dallage
Béton N°4 350 350 350 350 500
Béton armé
Béton N°5 400 350 350 400 700 Béton armé

Béton N°6 400 350 350 700 300 Béton armé

15
Tableau des mortiers :

Désignation Ciment C.P.J. Chaux grasse Sable G1 Utilisé

250 - 500 500


Mortier N°1 Dégrossi d’enduit
300 - 600 340
Mortier N°2 Hourdage de maçonnerie
400 - 500 500
Mortier N°3 Mortier de reprise de béton
500 - 1000 -
Mortier N°4 Enduit lissé pour chape, scellement,
150 250 1000 - support revêtement
Enduit bâtard
Mortier N°5 500 - 700 300
Mortier pour agglos support façade
Mortier N°6

* Pour les mortiers N° 5, la chaux graisse éteinte est de 250.


QUALITÉ DES MATÉRIAUX :
Le sable pour mortier et béton sera lavé. Il ne devra pas renfermer de grains dont la plus grande dimension dépasserait les
limites ci-après:
 Sable pour mortier : 0,002m
 Sable pour béton : 0,005m
 Les gravillons destinés à la confection du béton devront passer en tout sens un anneau de 0,005m de diamètre intérieur sans
pouvoir passer dans un anneau de 0,0025 de diamètre.
Les gravettes destinées à la confection du béton devront passer en tous sens dans un anneau de 0,04m de diamètre intérieur
sans pouvoir passer dans un anneau de 0,005m de diamètre. Les granulats ne devront pas comprendre de plaquettes ou
d'aiguilles, ils seront soigneusement lavés et exempts de matières fines. L'emploi de granulats de mer ne sera en aucun cas
autorisé.
LIANTS
Les liants utilisés seront du type CPJ 45, selon les respectives prescriptions d'utilisation. L'emploi de ciment éventé ou encore
chaud sera interdit. S'il est livré en sacs, il devra être stocké en quantité suffisante pour que le chantier n'ait pas à souffrir de
retard consécutif à une livraison défectueuse.
ADJUVANTS :
Ils seront du type, SIKA ou similaires pour le béton armé.
Ils seront utilisés conformément aux prescriptions du fabricant, mais seulement après autorisation du bureau de contrôle.
ACIERS POUR BÉTON ARMÉ :
Les aciers pour béton armé seront des aciers à haute adhérence ayant les spécifications définies dans les normes en vigueur .
COFFRAGES - MISE EN ŒUVRE :
L'implantation des ouvrages devra être rigoureuse et bien respecter des côtes absolues, en particulier, la verticalité des poteaux
devra être particulièrement soignée et il ne sera admis aucune tolérance pour erreur d'implantation des poteaux superposés.
Les arrêtes des éléments continus devront être rectilignes sans écart aux raccords, ni vente.
L'étanchéité des coffrages devra être suffisante pour éviter les pertes de laitance au moment du pilonnage ou la mise en
vibration.
Les joints de dilatation devront être débarrassés de tous les éléments de coffrage ou poutres qui pourraient s'opposer à leur
fonctionnement.
En aucune façon, l'entrepreneur ne pourra, pour les ouvrages enterrés se servir des parois de fouilles comme joues de coffrage.
Une exception peut être faite pour les ouvrages coulés dans les zones rocheuses avec des parois non faibles et pour le
remplissage en gros béton.
MATÉRIAUX :
L'Entrepreneur devra veiller au respect des parements des ouvrages tels qu'ils sont prévus.
Dans le cas de parements ordinaires les coffrages seront avant toute mise en œuvre de béton, nettoyés des copeaux et chutes
diverses provenant de leur exécution ou assemblage antérieur.
Dans le cas de parements devant rester apparents, les coffrages seront particulièrement soignés la plénitude des parois devant
être au moins égal à celle exigée pour l'enduit parfaitement dressé
Pour ce fait, les faces de ces coffrages seront en bois de premier emploi, raboté intérieurement. Les reprises de bétonnage
n'apparaîtront pas sur les parements.
Les coffrages seront huilés pour faciliter la dépose. Cette huile ne devra nuire en aucune façon à l'accrochage d’enduit ou de
revêtement.
ARMATURE POUR BÉTON ARMÉ :
Il sera mis en place tous les aciers de couture et attentes nécessaires pour les reprises, le liaisonnent des cloisons, les liaisons

16
pour éléments préfabriqués etc...
Les armatures seront mises en place suivant les normes PS 92 et en respectant scrupuleusement les plans de béton armé et les
indications du bureau de contrôle.
LES CALES SERONT EN BÉTON :
Dans tous les cas les aciers devront être enrobés d'au moins 2,5cm ou en fonction des impératifs du comportement au feu des
structures en B.A.
Tout acier atteint de tâches de rouille détachables sera refusé.
B8. MISE EN ŒUVRE DES BÉTONS :
* MISE EN OEUVRE DES BÉTONS NON ARME
Les bétons non armés seront obligatoirement vibrés à l'aide d'appareils appropriés à l'exclusion de toute vibration d'armatures.
Les vibrations seront arrêtées dés que la laitance apparaîtra autour de l'appareil vibrant. Au décoffrage, le béton vibré devra
présenter un aspect homogène (pas de nid de cailloux ni d'épaufrure.).
* ASPECT DES BÉTONS
Les Bétons devront rester brut de décoffrage non parementé
Le béton sera soigneusement rangé, les arêtes seront nettes et bien droites. Toute coulure ou balèvre sera enlevée au ciseau et la
brosse métallique. Les papiers et couvre - joints divers devront être enlevée.
* BÉTON DESTINE A RECEVOIR UN ENDUIT
Le béton présentera un parement approprié au bon accrochage de l'enduit. Il devra être rugueux, sans toutefois comporter de
balèvre.
* BÉTON LISSE BRUT DE DÉCOFFRAGE A PEINDRE
L'entrepreneur devra livrer des bétons brut de décoffrage lisses et plans, prêts à recevoir de la peinture. Il devra remédier aux
défauts de planimétrie.
 Soit par meulage sur les parties saillantes et les aspérités (en particulier pour les cueillies).
 Soit par une surcharge pour le manque de matière.
L'Entrepreneur devra obtenir une surface présentant les mêmes caractéristiques au toucher que les bétons brut de décoffrage
non parementé. Cette surcharge pourra être exécutée à l'aide d'un mortier de ciment ou produit de ragréage.
L'entreprise de gros œuvre s'assurera auprès de l'entreprise de peinture que les produits employés ne présentent pas
l'incompatibilité avec les peintures appliquées.
Le béton brut de décoffrage étant obtenu par des banches métalliques ou en contre - plaqué, le bullage de surface sera repris
dans les conditions suivantes:
 L'entreprise de gros œuvre se charge de la réfection des surfaces ayant un bullage supérieur à 3 ou 4mm de diamètre.
 L'entreprise de peinture traitera les surfaces présentant un bullage égal ou inférieur à 3 ou 4mm de diamètre.
* ARÊTES ET CUEILLIES
L'Entrepreneur livrera des arêtes et des cueillies nettes et franches exemptes de balèvres et épaufrures. Il devra remédier à tous
les défauts.
* TOLÉRANCE D’EXÉCUTION
a) Pour les plafonds dalle pleine, les tolérances maximales admissibles seront les suivantes :
 Niveau + 5 mm - dénivellation 5 mm amplitude maximum sur une pièce.
 Planéité : Flèche inférieure à 3 mm pour une règle de 2ml passées en tous sens.
 Joint : dénivelés maximum à 2 mm à reprendre par ponçage soigné.
 Surfaçage des planchers destinés à recevoir un revêtement de sol mince et collé.
* TOLÉRANCES MAXIMALES ADMISES
 Niveau : 4 mm
 Planéité : 3 mm sous règle de 2 ml
 Surfaçage : Taloche fin.
Pour les voiles verticaux livrés finis (voiles et refends porteurs prévus pour recevoir un enduit garnissant mince) les tolérances
maximales admissibles sont les suivantes :
 Implantation : + 5 mm.
 Amplitude en tout sens : 5 mm.
 Verticalité : 3 mm sur la hauteur d’étage.
 Planéité : Flèche inférieure à 2mm pour une règle de 2ml passée en tous sens
 Joints : Dito plafonds.
 Bullage : Léger bullage toléré.
 Niveau et dimensions des ouvrages réservés ou incorporés : + 5 mm.
 Arêtes : Parfaitement dressées.
* BASES DES ÉTUDES
Les calculs de stabilité de bâtiment devront satisfaire au règlement de béton armé C.C.B.A.68, ainsi qu'aux règles
parasismiques (PS 69 - ALPHA = 1) et NV 65 région II - Site exposé.
Les surcharges d'exploitation pour les parties courantes sont les suivantes :
 Planchers dalles pleins : 150 Kg / m².
 Escaliers : 300 Kg / m².
 Terrasse accessible : 150 Kg / m².
 Terrasse non accessible : 75 Kg / m².
17
Ces surcharges sont à multiplier par coefficient dynamique approprié.
* ESSAIS SUR BÉTON
Les qualités d'agrégats composant les bétons N° 4, 5 et 6 seront déterminées après essai à un Laboratoire agréé par l’État.
La résistance à la compression minimale exigée à 28 jours mesurée sur cylindre de 200cm² de section sera de 270 barres.
La résistance à la traction sera de 23,2 bars minimum.
Les aires de stockage des différents granulats servant à la composition de béton armé seront délimitées par des cloisons et le
sol sera recouvert d'un béton de propreté.
Essais d'agrément préliminaire (permettant de déterminer la composition des bétons).
Le nombre d'éprouvettes sera de :
 3 pour les essais de compression à 07 jours
 6 pour les essais de compression à 28 jours.
La résistance à 7 jours est donnée à titre indicatif.
Seules les résistances à 28 jours ont une valeur contractuelle.
Ces essais sont à la charge de l'entreprise.
Essais de convenance :
Destinés à vérifier, à l'aide d'un béton témoin réalisé dans les conditions du chantier et avant le démarrage des travaux, la
conformité des caractéristiques du béton fabriqué sur le chantier à celles du béton d'agrément.
Ces essais se feront selon les modalités identiques à celles des éprouvettes d'agrément et ils sont également à la charge de
l'entreprise.
Essais de contrôle :
Afin de vérifier la régularité de la fabrication du béton. Ces essais se feront selon le tableau suivant, dont le nombre de
prélèvements donné comme minimum à titre indicatif, devra être confirmé par le laboratoire de contrôle.
Ces essais sont à la charge de Maître d’Ouvrage dans le cas où, ils s'avèrent concluants et par l'entreprise dans le cas contraire.
Dans le cas des malfaçons dûment constatés, des expertises peuvent être effectuées à la demande du Maître d'ouvrage et seront
prises en charge par l'entreprise quelque soit le résultat.
Les cadences des essais sont exposées dans le tableau ci-après et selon leur nature

NATURE DES DÉSIGNATION FRÉQUENCE DES ESSAIS


MATÉRIAUX DE L’ESSAI ESSAIS D’AGRÉMENT ESSAIS DE RECETTE

Sable pour béton * Granulométrie Pour chaque carrière proposée


* Équivalant de sable par l’entrepreneur Par lot de 100m3
* Teneur en matières
organiques

Gravillons pour béton * Granulométrie Pour chaque carrière proposée Par lot de 100 m3
Bétons * Résistance à la Pour chaque composition
compression proposée
Blocs creux en béton * Résistance à la Pour chaque fabrication Par format et lot de 300
compression proposée
* Caractéristiques
géométriques

Tuyaux en béton * Résistance à l’écrasement Pour chaque fabrication Par diamètre et lot de 100
et à la fissuration proposée mètres.

Les moules métalliques pour couler les éprouvettes seront mis à la disposition par l'entreprise.
Les prélèvements pour essais seront effectués par l'entreprise en présence de l'ingénieur du bureau de contrôle et des agents de
laboratoire. Les moules doivent être étanches.
La mise en place normale du béton dans les moules sera effectuée par piquage d'une barre d'acier de diamètre 16 et par trois
couches de 10 cm recevant chacune 12 coups de barre.
Les moules seront conservés recouverts de toiles humidifiées, et le démoulage se fera après
24 heures minima. Les moules seront stockés sous scellé dans un local et réservé au Maître d'ouvrage et au laboratoire. Le
transport au laboratoire ne se fera qu'après 3 jours d'âge du béton et par les soins de l'Entrepreneur. Pendant la période de
conservation les éprouvettes seront gardées à l'abri du soleil et dans un sable maintenu humide. Les rapports des résultats des
essais à 7 jours et à 28 jours seront communiqués directement au bureau de contrôle et au Maître d'Ouvrage par le laboratoire
dans les délais les plus brefs. Dans le cas où les résultats du béton seraient inférieurs aux résistances contractuelles définies
plus haut, le Maître de l'ouvrage pourra exiger à l'Entrepreneur qu'il soit procédé, aux frais de ce dernier, aux essais de
surcharges prévues avec le même coefficient de sécurité que celui qu'on aurait obtenu si la résistance du béton avait été au
moins égale à la résistance contractuelle. Dans le cas ou de tels travaux seraient techniquement impossibles, compte tenu de la
destination de l'ouvrage, le Maître d'Ouvrage ou le Bureau de contrôle pourront exiger la démolition et la reconstruction de
l'ouvrage aux frais exclusifs de l'Entrepreneur.
B9. MAÇONNERIE – MATÉRIAUX
18
AGGLOMÉRÉS DE CIMENT PRÉFABRIQUÉS (CREUX OU PLEINS)
Ils répondront aux spécifications des normes marocaines en vigueur; ils auront, avant mise en œuvre, au moins 3 mois de
séchage et une porosité inférieure à 18%. La résistance à l'écrasement ne devra jamais être inférieure à 60 kg / m².
BRIQUES - CÉRAMIQUES
Elles seront obligatoirement mises à tremper dans l'eau 12 heures avant l'emploi. Celles qui se désagrégeront seront mises au
rebut. Il en sera de même pour toutes briques trop ou pas assez cuites, fêlées ou ne rendant pas un son clair sous le marteau
MORTIERS
Se reporter au tableau de composition des mortiers et béton (Voir Page ci-dessus) .
MISE EN ŒUVRE

MURS EN MAÇONNERIE POUR ÉLÉVATION ET SOUBASSEMENT


Tous les murs et cloisons définis sur les plans d'Architecture sont cotés finis. Ceux définis sur les plans de béton sont cotés
bruts.
Les murs et cloisons seront hourdés au mortier n° 2 suivant le tableau des dosages et comprendront toutes sujétions des
feuillures, trous réservation etc.…
Les cloisons au droit des gaines seront réalisées après la pose complète des tuyaux.
Pour les maçonneries en petits éléments, il sera prévu toutes les façons nécessaires pour le logement des linteaux, chaînage etc.

Dans les angles et croisements, les éléments seront toujours harpés. Dans la maçonnerie de parpaings l'emploi de demi-
parpaings et d'éléments à feuillure est recommandé. Il y aura toujours des éléments pleins pour former appui des linteaux.
L'Entrepreneur devra effectuer le scellement de tous les taquets nécessaires à la pose des ouvrages, les réservations et trous
divers pour l'ensemble des corps d'état.
JOINTS DE DILATATION
Ils seront du type " polystyrène ou similaire" suivant les cas. Ils devront être réalisés avec le plus grand soin et parfaitement
étanches. Les joints de dilatation seront recouverts en terrasse par une dallette en béton armé à 2 pentes suivant indication des
plans B.A. (couvre joint)
ENDUIT
MATÉRIAUX
Se reporter au tableau de composition des mortiers (Voir Page ci-dessus).
PRÉPARATION DES SURFACES
Avant tout commencement des travaux, les surfaces à enduire seront convenablement préparées de manière à obtenir un bon
accrochage :
 Briques et agglomérés : joints dégradés;
 Béton : surface rugueuse.
Elles seront suffisamment humidifiées pour que le support n'absorbe pas l'eau du mortier. Toutes les efflorescences seront
soigneusement nettoyées.
ENDUITS EXTÉRIEURS
* EXÉCUTION
L'enduit sera au bouclier. La surface obtenue aura une apparence parfaitement régulière, bien unie, de teinte uniforme et sera
parfaitement dressée.
Aucune trace ne sera tolérée. Toutes les arêtes et cueillies seront bien droites et sans surplomb.
Les renformis éventuels seront exécutés par couches de 5 à 10 mm d'épaisseur. L'adhérence sur deux matériaux différents sera
assurée par un grillage galvanisé fixé par des pointes ou cavaliers galvanisés.
1ère couche (couche d'accrochage)
Le mortier doit être plastique et projeté.
Cette couche sera au mortier n° 6 et 3 mm d'épaisseur.
La 2ème couche se fera une huitaine de jours minimum après exécution de la 1ère couche de façon à ce qu'elle ait fait une
partie de son retrait.
Cette couche sera au mortier n°1 et de 10 mm d'épaisseur
La 3ème couche (couche de finition).
Cette couche sera exécutée après un délai de quelques jours. Elle sera exécutée au mortier
n° 5 de 5 mm d'épaisseur. Pour éviter un séchage trop rapide, cette couche sera régulièrement arrosée, plus particulièrement les
faces exposées au soleil.
D'une façon générale, les surfaces à enduire seront humidifiées avant l'application de l'enduit.
B10. ASSAINISSEMENT - CANALISATIONS ENTERRÉES
ÉTENDUE DES TRAVAUX
Les travaux comprennent :
 Les déblais et les remblais.
 La fourniture et pose de canalisations.
 Les regards complets compris enduit, chape intérieure et tampons.
 Les caniveaux y compris grilles de fermeture.
 Les fourreaux pour le passage des différentes alimentations (eau, électricité, téléphone, etc)
 Les chambres de tirage et l'ensemble des évacuations dans le collecteur général.
FOUILLES
19
Les fouilles en tranchées seront largement ouvertes pour permettre une mise en oeuvre aisée et rationnelle. Les pentes de
fouilles seront scrupuleusement respectées. Les remblaiements des tranchées ne seront effectués qu'après essai d'étanchéité des
canalisations.
CANALISATIONS
Les canalisations enterrées pour l'évacuation des E.U, E.P et E.V ainsi que pour le passage d'autres réseaux enterrés, seront en
ciment comprimé. Les joints seront exécutés conformément aux prescriptions du fournisseur. Les coudes sont proscrits,
chaque changement de direction comportera un regard. Les tuyaux seront posés sur lit de sable d'une épaisseur minimale de 10
cm, les tranchées seront remblayées avec des terres tirées ne comportant aucun élément dur. Avant la pose de chaque élément,
le joint sera débarrassé de toute saillie accidentelle. Les traversées éventuelles des longrines, voiles, etc. par les tuyaux se
feront obligatoirement à l'intérieur d'un fourreau en P.V.C d'un diamètre nettement supérieur à celui du conduit. Les
emplacements des départs devront être correctement repérés en accord avec l'entrepreneur du corps d'état concerné.
REGARDS
Les parois et fond des regards seront exécutés en béton n°4, enduit avec renformis d'écoulement. Les regards de plus de 1m de
profondeur seront munis d'échelons et de crosse en fer galvanisé.
TAMPONS DE COUVERTURE EXTÉRIEURS
Ces tampons seront soit en fonte, conformes aux normes de la ville, ou en béton, selon situation des regards et plans
d'exécution Pour les regards visitables ou sous siphon de cour le tampon est coulé dans un cadre en cornière galvanisée.
Ces dallette amovibles qui seront munies d'un crochet de levage en laiton ou en fer galvanisé reposeront sur un cordon
bitumineux qui assurera l'étanchéité.
Le niveau ainsi que le revêtement supérieur des dallette seront les mêmes que les sols environnants.
COUVERTURE EN GRILLE
Les couvertures des caniveaux et puisards seront en barreaux métalliques en fer carré de 10 x 10mm fixé sur cadre
profil U de 30 x 30mm. Le puisard du caniveau aura un
2ème cadre en cornière de 40 x 40 fixé par pattes à scellement en fer plat aux parois du regard. Toutes les parties métalliques
seront galvanisées.
CHAMBRES DE TIRAGE
Les chambres de tirage seront exécutées comme les regards d'évacuation décrits.
Les dimensions seront celles préconisées dans le devis descriptif ou celles figurant sur les plans d'Architecture ou d'exécution.
Les fonds des chambres de tirage qui risquent d'être en contact avec l'eau comporteront un puisard de même dimension que la
chambre et de 0,50m de profondeur, rempli de pierres sèches et recouvert d'une dallette en béton munie de trous d'évacuation.
Le dessus de cette dallette constituera le fond de la chambre de tirage.
Ce puisard servira à absorber les eaux qui risqueraient de s'infiltrer dans les chambres.
COUVERTURE DES CHAMBRES
La couverture des chambres de tirage sera constituée par une dallette en béton armé de 6cm d'épaisseur ou sur la voie
publique, des tampons en fonte de type agréent par la municipalité.
CANIVEAUX
Constitués comme décrit en regards en ce qui concerne les parois et le radier.
COUVERTURE DES CANIVEAUX
Suivant couverture des regards.
FOURREAUX
L'Entrepreneur devra la fourniture et la pose de tous les fourreaux pour l'ensemble des alimentations.
*/ Fourreaux pour câbles électriques
En buses de ciment de diamètre 100 ou 150 suivant sections précités par l'O.N.E et les plans d'exécution.
*/ Fourreaux pour alimentation en eau potable
En buse de béton comprimé selon plans.
*/ Fourreaux divers
L'Entrepreneur devra fournir tous les fourreaux nécessaires, autres que ceux définis
ci - dessus, pour les passages des alimentations et évacuations au travers des longrines, murs, poteaux, voiles etc.…
Rappel pour le Gros – Œuvre Percements.
Il est strictement spécifié que les éléments de structure B.A. ne doivent pas être touchés .
Il importe donc à l'Entrepreneur de Gros - Œuvre, dés le début des travaux, de se faire préciser par les différents corps de
métier les plans de montage et de réservation, afin de revoir initialement la pose de tampons en bois ou panneaux dans les
coffrages ou fourreaux pour permettre les passages ou scellements.
B11. RACCORDS ET CALFEUTREMENTS
Il sera effectué, près la mise en place des éléments du second Œuvre, tous les raccords et calfeutrements nécessaires au
mortier n ° 3, en particulier autour des menuiseries intérieures et extérieures ainsi que les calfeutrements au droit des ouvrages
extérieurs, en assurant une étanchéité parfaite à l'air et à l'eau et en prenant toutes précautions pour ne pas gêner l'écoulement
des eaux.
 Il est rappelé que l'Entrepreneur de gros - œuvre doit faire toutes les feuillures nécessaires dans les maçonneries et ouvrages
en béton pour la pose des menuiseries intérieures et extérieures.
B12. PRÉCAUTIONS PARTICULIÈRES
Il devra protéger les feuillures des bâtis et menuiseries bois après leur mise en place.
1m de profondeur seront munis d'échelons et de crosse en fer galvanisé.

20
B13 –FAUX PLAFOND
1/ GENERALITES
Le présent cahier des spécifications techniques a pour objet de définir les conditions de fourniture et mise en œuvre des
matériaux et matériels entrant dans la réalisation des faux plafonds du présent marché.
Ces spécifications techniques visent à être aussi générales que possible. Elles peuvent donc contenir des spécifications ne
faisant pas partie de celles demandées au descriptif - ces spécifications ont été maintenues volontairement et devraient être
observées pour toutes variantes que proposerait l’Entrepreneur.
En cas de désaccord entre ces spécifications techniques et une spécification contenue dans le cahier de définition de prix
(Devis descriptif)) c'est cette dernière qui prévaudrait.
2/ CONSISTANCE DES TRAVAUX
Les prestations de ce lot comprennent :
 La fourniture, le transport et la mise en œuvre des faux plafonds en staff lisse et des matériaux nécessaires
au parfait achèvement des travaux.
 L’exécution des feuillures, engravures et trous dans les murs, cloisons et ossatures porteuses pour la
fixation, le scellement ou la mise en place des éléments des plafonds suspendus, le rebouchage de ces
feuillures, engravures et trous restant apparents après pose.
 La conduite et la surveillance du chantier jusqu'à la réception des travaux.
 La fourniture, la mise en place et le repli de tous les échafaudages nécessaires à l'exécution des travaux.
 L'exécution d'échantillons suivant les choix des produits et les nuances retenues par la Maîtrise d’œuvre.
 La protection des ouvrages non peints, les sols, revêtements divers, menuiseries métalliques en métal
inoxydable, quincaillerie, appareillages électriques et autres etc.
 Les raccords et reprises après intervention des autres corps état, notamment après les mises en jeu.
 La réfection des travaux défectueux ou abîmés, soit en cours de travaux, soit à la réception, avec toutes
sujétions en découlant.
 La protection des faux plafonds par l'entreprise jusqu'à réception des travaux.
L'entrepreneur a à sa charge l'exécution de tous les travaux définis par le présent Cahier des charges. Il devra livrer les
ouvrages parfaitement terminés et suppléer par ses connaissances professionnelles aux détails qui pourraient avoir été omis
dans les prescriptions et qui seraient nécessaires au parfait achèvement des ouvrages suivant les règles de l'art.
3/ DOCUMENTS TECHNIQUES DE REFERENCE
L'Entrepreneur devra exécuter tous ses travaux ou installations conformément aux normes et règlements en vigueur au Maroc à
la date de la remise de son offre, ou à défaut, aux normes française, en particulier :
 DTU 25.51 : Plafonds en STAFF.
 DTU 25.222 : Plafonds fixés, plaques de plâtre à enduire, plaques en plâtre à parement lisse.
 DTU 25.232 : Plafonds suspendus, plaques de plâtre à enduire, plaques en plâtre à parement lisse
directement suspendues.
 DTU 58.1 : Plafonds suspendus – travaux de mise en œuvre.
 NF P : 73.201-1 : Travaux de bâtiment – mise en œuvre des plafonds en STAFF.
 NF P : 73.301 : Eléments en STAFF – plaques, éléments pour décoration.
4/ PROVENANCE DES MATERIAUX
D'une façon générale, les matériaux, devront être agréés par la Maîtrise de chantier.
Les conditions générales et les qualités sont définies par le devis descriptif.
NOTA : L'Entrepreneur devra soumettre à la Maîtrise d'Œuvre un échantillon de chaque espèce de matériaux ou fournitures
qu'il se propose d'employer. Il ne pourra mettre en œuvre des matériaux ou des fournitures qu'après acceptation donnée à
l'Entrepreneur par écrit, délivré par la Maîtrise de chantier.
L'entrepreneur devra pouvoir présenter à toute réquisition, des attestations et certificats prouvant l'origine et la qualité des
matériaux proposés.
Par le seul fait du dépôt de son offre, l'Entrepreneur sera réputé connaître, pour s'en être personnellement rendu compte, les
ressources des dépôts désignés ci-dessus : aucune réclamation ne sera recevable concernant le prix de revient à pied d’œuvre
de ces matériaux.
5/ PRESCRIPTIONS TECHNIQUES CONCERNANT LES FAUX PLAFONDS
5.1- SPECIFICATIONS PARTICULIERES:
Définition du produit : le staff est le matériau obtenu par moulage mince d’un plâtre à mouler spécifique convenablement
gâché et armé de fibres, de toiles ou de treillis ; préfabriqué par éléments. L’ouvrage en staff est monté en place par
juxtaposition de ces éléments, scellés et rejointoyés entre eux après fixation au support.
 Epaisseur des plaques : l’épaisseur des plaques ne doit en aucun cas être inférieure à 18 mm
 Rives : les rives sont brutes de démoulage. Les légères épaufrures provenant de la manutention, du
transport ….. ne constituent pas un motif de refus.
 Planéité générale : la planéité générale le long d’une règle de 1m de longueur ne doit pas être supérieure à
1mm, mesure prise sur le moule.

21
 Stockage sur chantier : les plaques doivent être stockées à l’abri des intempéries et des chocs ou salissures
pouvant survenir du fait de l’activité du chantier ; elles seront placées de chant verticalement, serrées du
pied et isolées des remontées d’humidité. La mise en œuvre des plaques gelées est interdite.
5.2- ACCESSOIRES DE POSE A ECARTEMENT :
La pose des plaques est réalisée par des dispositifs de scellement par patins sur le staff aptes à assurer un maintien d’une
meilleure fiabilité.
 Patins de scellement : la surface de contact des patins de scellent sur la face brute de la plaque doit être
comprise entre 50cm² et 100cm², pour les patins simples, et la somme des deux surfaces doit être comprise
entre les mêmes marges pour les patins dédoublés, avec un éloignement des deux emprises compris entre
10 et 15 cm.
 Suspentes en polochon : le diamètre minimum du cordon est au moins égal à 20mm pour les patins
simples, et pour les patins dédoublés, le diamètre minimal de chacun des cordons est au moins égale à
15mm.
 Suspentes en fil de fer avec polochon : elles sont constituées de deux brins de fil de fer d’un diamètre
minimal de 1mm, enrobés d’un polochon, le diamètre minimum du cordon est au moins égal à 20mm, pour
les patins simples, et pour les patins dédoublés, le diamètre minimale de chacun des cordons est au moins
égale à 20mm. Le fil de fer peut être remplacé par des fils de cuivre ou des fils d’alliage spécial. Le fil de fer
doit être protégé contre la corrosion par galvanisation à chaud conforme aux exigences de la classe B,
minimum de la norme NF A 91-131.
 Suspentes en fer rond : elles sont faites de fer rond d’un diamètre minimal de 5mm, retournés en crochets
à leurs extrémités. Le fer rond doit être protégé contre la corrosion par galvanisation à chaud conforme aux
exigences de la classe A, minimum de la norme NF A 91-131.
 Suspentes en tige filetée : elles sont faites de tiges filetées en acier d’un diamètre minimal de 6mm,
retournés en crochets à leurs extrémités. Protégées contre la corrosion par dépôt électrolytique de zinc ou
de cadmium conforme aux exigences de la classe 1, minimum de la norme NF A 91-102.
 Suspension à l’aide d’une ossature intermédiaire : les suspentes décrites ci-dessus peuvent être suspendues
directement sur la structure porteuse ou à l’aide d’une ossature intermédiaire soit en bois soit en métal.
5.3- DISPOSITIFS DE FIXATION DES ACCESSOIRES DE POSE A ECARTEMENT SUR LES SUPPORTS :
Fixation sur hourdis en corps creux céramique ou ciment : l’ancrage est assuré par un patin de scellement formant cheville
dans un trou d’un diamètre maximal de 5cm.
Fixation sur dalles pleines coulées en œuvre ou confectionnées à partir de pré dalles préfabriquées : lorsque les dalles
comportent des dispositifs de fixation mis en place avant bétonnage (cheville en attente – douille taraudée en attente – rail en
attente), la fixation des accessoires s’effectue sur ces dispositifs. Sur les dalles où ces dispositifs de fixation n’ont été pas
prévus. Les fixations et ancrages sont réalisés en dehors des zones de concentration d’aciers par les dispositifs suivants :
 Goujon, clou, clou à œil, posé au pistolet de scellement, avec patins d’assujettissement si nécessaire.
 Chevilles métalliques en acier zingué ou en laiton, taraudées, à expansion, auto foreuse ou chimique.
 Fixation sur jouées de poutres en béton armé : idem aux dalles pleines.
 Fixation sur planchers nervurés à poutrelle préfabriquées : les fixations sont généralement effectuées sur les
hourdis, ils sont réalisés en fonction de la nature de ces derniers, par l’un des dispositifs définis ci-dessus.
Lorsque les poutrelles comportent des dispositifs de fixation incorporés, la fixation s’effectue sur ces
dispositifs, sinon, il est prescrit que
Fixation sur ouvrages en précontraint : lorsque les ouvrages des dispositifs de fixation incorporés, la fixation s’effectue sur ces
dispositifs, sinon, il est prescrit que
Les fixations par pistolet de scellement sont interdites.
Les ancrages par chevilles métalliques, ne sont pas acceptés.
5.4- OSSATURE DU FAUX PLAFOND DEMONTABLE
Elle sera constituée de traverses génératrices fixées convenablement au plafond par moyen de tiges filetées galvanisée, pour
permettre un bon ajustage. Et des entretoises fixées sur les traverses. L’ensemble de l’ossature doit être en acier galvanisé avec
finition de la partie visible par une peinture au four blanche laquée, ou en profilés aluminium anodisés finition laqué blanc.
La face apparente de l’ossature est laquée blanc avec possibilité de rainure noir au choix de l’Architecte.
Les plaque sont de 60 X 60 cm en plâtre, aspect lisse ou avec motif suivant le choix de l’Architecte.
Les plaques seront de très bonne finition de chez Lafarge, Knauf ou similaire
B14 –REVETEMENT
1/ GENERALITE
Dans l'exécution des travaux de revêtement l'entrepreneur devra:
 Exécuter les travaux selon les plans de repérage et détails Architecte
 Soumettre avant tout commencement d'exécution, à l'approbation de la maîtrise d'ouvrage tous les plans, schémas et
procédés qu'il serait amené à mettre au point et à utiliser dans l’exécution de ses travaux.

22
 Présenter pour réception et agrément des échantillons de tous les matériaux qui seront mis en œuvre
 Avant toute exécution vérifier toutes les cotes des dessins remis par l’Architecte, et des travaux exécutés par les autre
corps d’état, signaler en temps utile les erreurs ou omissions qui auraient pu se produire, ainsi que tous les éventuels
changements qu'il se proposerait d'y apporter.
 Assurer la protection et la conservation de tous ses ouvrages jusqu'à la réception des travaux.
 Savoir que de toute manière, le fait d'exécuter sans rien changer aux prescriptions des documents remis par l'Architecte, ne
peut atténuer an quoi que ce soit sa pleine et Entière responsabilité de réalisateur.

Faute de se conformer à ces prescriptions, il deviendrait responsable de toutes les erreurs, ainsi que des conséquences qui en
dérouleraient, selon les indications des articles 1.111 & 1.115 du cahier des charges Générales AFNOR homologué le 28
Février 1948.
Les indications des plans à grande échelle priment sur celles des plans d'ensemble.
L'entrepreneur devra effectuer le nettoyage des revêtements au fur et à mesure de la pose pour éviter le ternissement des
revêtements. Après exécution des ouvrages, il devra, en outre, faire tous grattages, ponçages et lustrages nécessaires. L'emploi
d'acide chlorhydrique est formellement interdit.
L'entrepreneur devra tout traitement et protection des revêtements imposés par le présent devis et les cahiers des charges.
L'entrepreneur devra prendre les dispositions concernant la sécurité de son personnel et celle des autres ouvriers travaillant au
voisinage de ses installations. L'entrepreneur du présent lot demeurera responsable, en totalité, des travaux qu'il a effectués.
Qualité des revêtements
Les revêtements de sols et muraux mis en œuvre devront être de Première qualité, exempts de tous défauts et devront satisfaire
aux normes en vigueur.
Des échantillons seront soumis à l'agrément de la maîtrise d’œuvre et du Maître d'ouvrage avant toute mise en œuvre.
Tout matériel où matériau non conforme à l'échantillon accepté sera obligatoirement refusé.
Provenance des matériaux
L’entreprise de part son offre de prix, reconnais connaitre tous les fournisseurs et possède les possibilités de livraison sur
chantier de l’ensemble des produits nécessaire à l’exécution de ce lot en respectant le planning des travaux.
2/ NORMES ET REGLEMENTS:
L’entreprise est tenue de respecter toutes les normes marocaines ou à défaut françaises et règlement en vigueur.
Les travaux exécutés au titre du présent Chapitre seront rigoureusement conformes aux D.T.U., Normes et Règlements en
vigueur à la date de signature de la soumission, notamment:
 D.T.U 52: Cahier des Charges applicables aux travaux de revêtement de sols scellés, applicable aux locaux
d'habitation et de bureaux.
 D.T.U 55: Cahier des Charges applicables aux travaux de revêtements muraux scellés, destinés aux locaux
d'habitation et de bureau.
 NFB 10.001: Matériaux, pierres, marbres et granits
 NFB 61.302: Carreaux de mosaïque
 DTU 59.2 : revêtements plastiques épais et son CCS.
 DTU 53 : Cahier des Charges pour la fourniture des revêtements de sol linoléum (à titre de référence)
 DTU 13.3 relatif aux dallages.
 Les directives de l'U.E.A.T.C.
 Les cahiers et agréments du C.S.T.B. et du D.C.T.C. - Maroc
 Les règles du DGA
 NF EN 14342 (NF B 53-668PR) : Planchers et parquets en bois - Caractéristiques, évaluation de conformité et
marquage
 NF EN 685 (NF P 62-133) : Revêtements de sol résilients - Classification
 NF P 63-201 : DTU 51.1 - Travaux de bâtiment - Parquets massifs et contrecollés
 NF P 63-202 : DTU 51.2 - Travaux de bâtiment - Parquets - Parquets collés
 NF P 63-204 : DTU 51.11 - Travaux de bâtiment - Parquets et revêtements de sol contrecollés à parement
bois – Pose flottante des parquets et revêtements de sol contrecollés à parement bois
 NF EN 13488 (NF P 53-656) : Planchers et parquets en bois - Éléments de parquet mosaïque
 NF EN 13489 (NF P 53-657) : Planchers en bois - Éléments de parquet contrecollé
 NF EN 13629 (NF P 53-659) : Plancher en bois - Lame à plancher massive pré-assemblée en bois feuillus
 NF EN 13756 (NF B 53-636) : Plancher en bois – Terminologie
 NF EN 13990 (NF B 53-658) : Planchers en bois - Lames massives pour planchers résineux
 XP B 53-669 : Parquets et planchers en bois - Classement d'usage

Autres documents :
 Cahier 3509 – CSTB : Revêtements de sol – Notice sur le classement UPEC et Classement UPEC des locaux
 Guide Parquet – FFB / CTBA

23
Les revêtements posés à la colle (ou au ciment colle) seront obligatoirement réalisés avec des produits ayant obtenu un avis
technique du C.S.T.B. par les groupes spécialisés suivants :
 Groupe No 12 : Revêtements de sol
 Groupe No 13 : Revêtements muraux

A défaut, il sera tenu scrupuleusement compte des recommandations et prescriptions des fabricants.
Outre I ‘avis technique du C.S.T.B., le système de fixation de revêtements devra, le cas échéant, être accepté par le Bureau
d'Etudes du projet.
L’ensemble des revêtements doivent être certifiés UPEC et conformes aux normes NF EN 649 à NF EN 655 suivant les
exigences liés à leurs destination.
U = Usure due aux effets de la marche (résistance à l'abrasion)
P = Poinçonnement (poinçonnement dû au mobilier fixe ou mobile (résistance mécanique)
E = Eau (comportement à l'égard de l'eau et de l'humidité)
C = Chimiques (résistance aux agents chimiques et tâchant domestiques)
Les revêtements souples doivent en plus être certifié NF UPEC.A+, et justifiés leur efficacité acoustique et leur souplesse dans
le jeu. Ils doivent aussi répondre aux normes :
Des caractéristiques sportives :
 Déformation verticale : EN 14809,
 Absorption des chocs : EN 14808,
 Glissance  : EN 13036-4 2.

Caractéristiques techniques :
 Rebond de balle EN12235,
 Poinçonnement EN 1516,
 Résistance à charge roulante EN 1569,
 Résistance à l’impact EN 1517,
 Résistance à l’abrasion EN ISO 5470-1,
 Brillance EN ISO 2831,
 Planéité EN 1306-7 3.

Exigences essentielles :
 Résistance au feu EN 13501-1,
 Emission Formaldéhyde EN 717-1/2,
 Emission Pentaclorophénol EN 12673.

Les cahiers du CSTB


 Cahier 1005 du N° 115 : directives communes pour l’agrément des revêtements de sols minces.
 Cahier 1005 du N° 115 : directives communes pour l’agrément des revêtements de sols plastiques
 Cahier 286 du N° 35 : cahier des charges de préparation des ouvrages en vue de la pose des revêtements de
sols minces.

3/ MATERIAUX:
Les liants
Les liants doivent être conformes aux normes NF P.15.101 à 464. Il sera utilisé des ciments à maçonner CPJ 35 conformément
à l'arrêté Ministériel n° 1.137/85 du 5 Novembre 1985 sans constituant secondaire.

Sables
Les sables utilisés doivent être conformes aux normes NF P. 17.301/302/309 et 18.301/302/304/305/306.
Les sables employés doivent être du sable d'oued tamisé, de dune ou de carrière lavé, de granulométrie 0,08/2.
Eau de gâchage
L'eau de gâchage des coulis, mortiers et bétons, doit satisfaire aux dispositions de la norme NF P. 18.303.
Elle ne doit contenir aucune matière nuisible en solution ou suspension.
Les carreaux
Les carreaux et autres revêtements doivent être de premier choix suivant les prescriptions du devis descriptif.
Ils doivent répondre aux meilleurs classements de l’UPEC. Par exemple : Les sanitaires publics de locaux communs
(bâtiment public) = U4P3E3C2
Confection des mortiers

24
Les matières constitutives sont intimement mélangées avant l'addition d'eau et à nouveau malaxées jusqu'à l'obtention de la
consistance plastique.
Les mortiers doivent être préparés mécaniquement dans une bétonnière ou manuellement dans des auges ou sur une aire propre
en béton, planches ou tôles en respectant les proportions indiquées.
Le dosage du sable est réalisé soit au moyen de caisses, soit en utilisant des brouettes calibrées, conformément à la Norme
Française P18.401.
Les mortiers sont préparés au fur et à mesure de l'avancement des travaux et sont employés aussitôt après leur confection.
L'emploi du mortier desséché ou ayant commence à faire prise est interdit.
Préparation du support :
 Traitement des joints de dilatation : le revêtement doit être arrêté de part et d’autres, le joint sera recouvert
d’un profilé métallique ou plastique fixé sur un seul côté,
 Les joints de retrait scié dans la chape : ce joint sera rebouché après séchage du dallage. Nettoyage du joint,
application d’un primaire d’accrochage adapté au produit de remplissage à base de résine époxyde coulante
pour remplir parfaitement le joint, saupoudrage au sable de quartz.
 Traitement des fissures : les fissures dont la largeur est millimétrique de 0,5 à 4 mm doivent être ouvertes et
rebouchées par injection de résines époxydes. Avant polymérisation de la résine, saupoudrage au sable de
quartz pour accrochage mécanique.
 Application du primaire : application sur la totalité du support d’un primaire d’acétate de polyvinyle acrylique
compatible avec le ragréage.

Pose du revêtement souple :


Les travaux de pose et mise en œuvre des produits seront exécutés suivant article 4.3 du DUT 59.2. L’application des produits
sera faite conformément aux indications données par les fournisseurs qui pourront être convoqués par l’entreprise à la demande
de la maîtrise d'œuvre pour tous compléments d’informations, au titre d’assistance technique sans que cela décharge
l’entreprise de ses responsabilités.
Protection des ouvrages :
Les protections des ouvrages terminés restent à la charge de l’entreprise jusqu’à la réception.

C. ETANCHEITE
C1 - NATURE DES TRAVAUX

Les travaux faisant l'objet du présent chapitre comprennent tous les travaux entièrement terminés, exécutés suivant les règles
de l'art, les prescriptions techniques décrites dans le présent chapitre et la description des ouvrages du chapitre respectif.

C2 - PROVENANCE DES MATÉRIAUX

Les matériaux proviendront, en principe, des lieux d'extraction ou de production suivant :


DÉSIGNATION DES MATÉRIAUX QUALITÉ ET PROVENANCE

Sable De mer ou carrière agrée par M.0

Ciment Artificiel Des usines de ciment du Maroc classe CPJ 35 ou 45 livré


obligatoirement en sac de 50 kg.

Bitume Pur oxydé 90/40 des dépôts du Maroc.

Feutre Surfacé type 27 S et 40 VV des dépôts du Maroc.

Par le fait même du dépôt de son offre, l'entrepreneur est réputé connaître les ressources des carrières, usines ou dépôts
indiqués ci-dessus ainsi que leurs conditions d'accès et d'exploitation.
Aucune réclamation ne sera recevable concernant le prix de revient à pied d'Oeuvre de ces matériaux.
L'Entrepreneur devra présenter à toute réquisition les certificats et attestations prouvant l'origine et la qualité des matériaux.
Tous ces matériaux seront de 1ère qualité et répondront aux prescriptions du devis descriptif technique et au D.G.A.
C3 - VÉRIFICATION DES MATÉRIAUX
L'Entrepreneur devra prendre toutes dispositions utiles pour avoir sur son chantier la quantité de matériaux vérifiés et
acceptés, indispensable à la bonne marche des travaux et dont l'échantillonnage aura été agrée par l'Architecte.
La demande de réception d'un matériau autre que les matériaux préfabriqués devra être faite au - moins 4 (quatre) jours avant
son emploi. Pour les matériaux préfabriqués ce délai sera 15 (quinze) jours à pied d'Œuvre.
Les matériaux refusés par le Maître d'Ouvrage seront évacués du chantier dans un délai de 24 heures.
25
C4 - ESSAIS D'ÉTANCHÉITÉ
Des essais de mise en eaux seront effectués obligatoirement sauf dans le cas des toitures inclinées pour vérifier la tenue du
revêtement d'étanchéité. A cet effet, on placera une hausse sur les tuyaux de descente pour servir de trop plein et on établira le
niveau d'eau à quelques centimètres au-dessous des points hauts des solins. Aucune trace d'humidité ne devra pouvoir être
constatée sur les plafonds ou sur les murs.
Indépendamment de ces essais, le Maître d'Ouvrage pourra prescrire des prélèvements par le laboratoire destiné à effectuer des
essais de laboratoire pour le contrôle des quantités, résistance, souplesse, etc... Prévus au titre II, chapitre VII du D.G.A.
A cet effet, en présence de l'Entrepreneur, on découpera dans le revêtement d'étanchéité des échantillons de 0,30m de longueur
sur 0,15 à 0,20 de largeur. Les prélèvements devront être effectués ou plus tard le jour de la terminaison des travaux
d'étanchéité proprement dits, et en tous cas avant l'exécution de la protection. Les prélèvements à la charge de l'Entrepreneur
seront limités à un échantillon par terrasse d'une superficie inférieure à 500m², deux échantillons par terrasse d'une superficie
comprise entre 500 et 1000m² et ainsi de suite. Le rebouchage sera effectué immédiatement.
Les frais de prélèvements, d'essais de rebouchage seront entièrement à la charge de l'entrepreneur, dans les limites fixées ci -
dessus.
C5 - GARANTIE
Quelque soit le procédé proposé, l'entrepreneur s'engage à garantir ses travaux pendant une période de 10 ans. Cette garantie
est applicable tant à l'étanchéité proprement dite qu'aux reliefs, aux protections mécaniques et à la bonne tenue de la forme
support. L' Entrepreneur devra compléter la présente offre par une attestation de garantie décennale préparé un bureau de
contrôle agréé et délivré par un assurance.

C6- ATTESATION D’ASSURANCE DECENALE


L’entrepreneur doit se conformer aux clauses administratives et financières générales du cahier des prescriptions spéciales.
D– MENUISERIE BOIS- ALUMINIUM- METALLIQUE
1/GENERALITES
Le présent cahier des prescriptions techniques a pour objet de définir les ouvrages et travaux du lot menuiserie à réaliser par
l’entrepreneur et les exigences fonctionnelles auxquelles ces ouvrages devront répondre, ainsi que les prescriptions auxquelles
l’exécution des travaux seront assujetties, afin de réaliser la totalité des ouvrages, objet du présent lot.
Les dimensions, dispositions, descriptions et quincailleries des ouvrages sont portées aux plans de détails ainsi que dans la
nomenclature des prix.
Il est rappelé que le menuisier est responsable de la mise à niveau et de l’aplomb des ouvrages correctement exécutées.
L’entrepreneur veillera à ce que les quincailleries soient en parfaite état de fonctionnement, même si certaines spécifications
les concernant n’ont pas été précisées.
Avant tout commencement des travaux, l’Entrepreneur devra soumettre à la maitrise de chantier les échantillons de tous les
articles qu’il se propose d’employer, ainsi que les plans de détails pour les principaux types de menuiseries à exécuter.
Il est formellement spécifié que toutes les côtes et dimensions portées aux dessins sont celles des menuiseries terminées.
L’Entrepreneur devra relever les côtes définitives sur place au cas où l’Entrepreneur constaterait des omissions il devra avertir
le Maître d’Œuvre, faute de quoi sa responsabilité restera entière.
Il est expressément convenu que l'entrepreneur ne peut en aucun cas arguer, soit de l'état hygrométrique des lieux, ou autres
phénomènes naturels pour justifier des désordres survenus entre l'exécution et la réception ainsi que pendant la période de
garantie. L'Entrepreneur, étant censé connaître ces phénomènes inéluctables, doit prendre toutes dispositions utiles
conformément aux règles de l'art afin d'éviter qu'ils se produisent.
Par le fait même du dépôt de son offre, l’entrepreneur est réputé connaître les fournisseurs et dépôts des produits indiqués dans
ce marché, ainsi que leurs conditions d’accès, d’achat et d’exploitation.
Aucune réclamation ne sera recevable concernant les prix de revient à pied d’œuvre de ces matériaux.
L’entrepreneur devra présenter, à toute réquisition, les certificats et attestations prouvant l’origine et la qualité des matériaux.
Tous ces matériaux seront de première qualité et répondront aux prescriptions du devis descriptif technique et règlements.
2/ NORMES ET REGLEMENTS POUR LA MENUISERIE ET FERRONNERIE :
Indépendamment des textes généraux cites au CPS, l’entrepreneur devra exécute tous ses travaux ou installations
conformément aux normes et règlements en vigueur au Maroc à la date de la remise des offre ou à défaut, aux normes
françaises, notamment :
Les règles définissants les effets de la neige et du vent dites règles N.V.65-67
Les normes marocaines et à défaut les normes AFNOR, en particulier :
N52.001 –règle d’utilisation des bois dans les constructions
B53.510- bois et menuiserie
B54.050 -panneaux de fibres
B54.100 et 110-panneaux de particules
B54.150-et 155-contre plaqué
B54.170/171/172- contre plaqué classement d’aspect
P26.101et301-serrures
P26.306-paumelles à lames
P26.405-ensemble entrées –béquilles
P23.302-portes planes intérieures en bois
P23.305-spécifications techniques des fenêtres, porte –fenêtres et châssis fixes en bois.

26
50 .411 : aluminium et alliage d’aluminium -produit filés et étirés.
50 .451 : aluminium et alliage d’aluminium –produit laminés.
910 .451 : traitement de surfaces des métaux (anodisation de l’aluminium).
B-32 002 : verre étiré.
B-32. 003 : glace non colorée.
P-78 301 : verre étiré pour vitrage de bâtiment.
P 20 302 : classification des fenêtres suivant leurs performances aux essais de perméabilité à l’air d’étanchéité à l’eau et de
résistance au vent.
P24 301 et 351 : fenêtres métalliques.
P24 301 : caractéristiques générales des serrures du bâtiment.
P26.314 serrures du bâtiment -serrures tubulaires.
P26.304- article des quincailleries en applique –caractéristiques -serrures tubulaires P85.301et 85.305 : relatives aux cales et
joints.
NFP.01.101 : dimension de coordination des ouvrages et des éléments de construction.
NFP.24.101 : terminologie des fenêtres.
NFP.24.310 : spécifications techniques des fenêtres des fenêtres et porte fenêtres métalliques
NFP.24.351 : protection contre la corrosion des fenêtres et porte fenêtres métalliques
NFP.20.501 : méthodes d’essais des fenêtres.
DTU 37.1 : menuiseries métalliques
DTU 39.5 : prescriptions pour utilisation des vitrages.
DTU : panneaux de façades menuisés.
DTU : règle de calcul des caractéristiques thermiques des parois de construction et de déperditions de base des bâtiments.
Spécifications pour la mise en œuvre des matériaux verriers dans les bâtiments.
Les règles de sécurité contre les risques d’incendie.
Les normes françaises NFP.85.507 ,508 ,816 et 518 décembre 1985.
Le guide de conception et de réalisation éditée conjointement par le C.S.F.V.P ; la FMNVT ; le SNJF et SNFA en
collaboration avec le CSTB ; le CEBTP et les bureaux de contrôle (édition d’août 1988).
R.E.E.F
Cahier des charges D.T.U.37.1 32.2 - 36.1
Cahier des prescriptions techniques générales pour la fourniture et la pose des menuiseries en alliage léger et des menuiseries
en acier, cahier du C.S.T.B n° 120.
Directives communes pour l'agrément des fenêtres établies par I'UETA (union Européenne pour l'agrément technique dans la
construction) Cahier du CSTB N° 622.
Normes PNA 91.110 concernant l'oxydation anodique.
Normes PNA 91.210 concernant la métallisation du zinc.
Normes PNA 57.350 Et 57.650 concernant les profils en alliage léger.
Règles parasismiques RPS2000
Règles professionnelles pour la fabrication et la mise en œuvre des façades rideaux et façades panneaux métalliques septembre
1979 2éme édition (SNFA).
D.T.U n° 39-1 vitreries (février 1980).
D.T.U n° 39-4 Miroiterie et vitrerie en verre épais (mars 1977).
D.T.U n° 39-1 Miroiterie et vitrerie- Mémento pour la conception des ouvrages (mars 1977).
Recommandations professionnelles de sécurité contre l'incendie, concernant les façades et les fenêtres métalliques (sept 77
SNFA) 1e édition.
Directives communes U.E.A.T.C. pour l'agrément des façades légères.
Normes marocaines NM 19-02 à 001 NM 19-02 à 002
Recommandations professionnelles concernant l'utilisation des mastics pour l'étanchéité des joints du syndicat national des
joints et façades.
Cahier des charges du centre d'Etudes et de recherches des façades et fenêtres (CERFF) pour la délivrance du certificat d'essais
conformes CERFF (Déc. 77)
Règles pour le calcul des bâtis destinés à recevoir les éléments de remplissage (SNER)
3/ PLANS ET DESSINS D’EXECUTION.
Il est formellement spécifié que toutes les côtes et dimensions portées sur les plans sont celles des ouvrages terminés.
L’entrepreneur devra relever les cotes définitives sur place.
L’entrepreneur est tenu de provoquer en temps utile la remise des plans par l’Architecte. En aucun cas, il ne pourra argumenter
du fait du non remise du plan de détail pour obtenir une prolongation du délai d’exécution.
D.1/ MENUISERIE BOIS
APPROVISIONNEMENTS - PROVENANCE DES MATERIAUX :
L'entrepreneur devra prendre toutes les dispositions utiles pour avoir sur son chantier la quantité de matériaux vérifiés et
acceptés indispensables à la bonne marche des travaux et dont l'échantillon aura été accepté par la maîtrise d’œuvre et le maître
de l'ouvrage. La demande de réception d'un matériau autre que les matériaux préfabriqués devra être faite au moins quatre (4)
jours avant son emploi, pour les matériaux préfabriqués, ce délai sera d'un mois à pied d’œuvre.
Les matériaux fournis par l'entrepreneur restent sous sa garde et sa responsabilité, même après avoir été acceptés

27
provisoirement par la maîtrise d’œuvre ou le maître de l'ouvrage. L'entrepreneur devra, en conséquence, supporter les pertes ou
avaries pouvant survenir et ce jusqu'à la réception provisoire des travaux.
Les matériaux et matériels destinés à l'exécution des travaux seront d'origine Marocaine; il ne sera fait appel aux matériaux ou
matériels d'origine étrangère qu'en cas d'impossibilité de se les procurer
sur le marché Marocain. Les matériaux et matériels proviendront des lieux de production nationale ou des dépôts du Maroc.
Par le fait même du dépôt de son offre, l'entrepreneur sera réputé connaître les ressources des dépôts ou usines indiqués ci
avant, ainsi que leur conditions d'exploitation et de vente. Aucune réclamation ne sera recevable concernant le prix de revient à
pied d’œuvre de ces matériaux.
SPECIFICATIONS PARTICULIERES AUX TRAVAUX
Les matériaux répondront aux prescriptions du devis général d’Architecture (D.G.A.). Les menuiseries seront fabriquées et
mises en œuvre conformément aux prescriptions des articles 135 à 145 et 204 du D.G.A.
L’entrepreneur sera seul responsable des épaufrures des arêtes. Il devra donc prendre toutes les précautions à cet effet. Les
menuiseries seront comptées au mètre carré y compris cadres, quincailleries, chambranles, etc. Au droit des revêtements en
carreaux, l’entrepreneur devra des chambranles socles sans plus-value. L’entrepreneur devra se conformer aux directives qui
lui seront données par la Maîtrise d’œuvre. Les dispositions, dimensions et descriptions des ouvrages sont indiquées sur les
plans et par les termes du présent C.P.S. Les emplacements sont déterminés sur les plans de repérage. Les bois devront être de
la meilleure qualité, absolument secs et sans défaut, conformément aux spécifications des articles 37 à 45 et 135 du D.G.A.
(Edition 1956).
Faux-cadres et cadres
Tous les faux cadres comporteront une feuillure à briques.
Les angles vifs des huisseries et des cadres bois seront protégés à la pose par des baguettes provisoires pointées sur le bâti. Les
têtes des clous et pointes seront chassées au chasse pointe d’une profondeur de 1,5mm. Les bâtis seront assemblés à tenons et
mortaises bien ajustés et maintenus à l’aide de chevilles en bois ou métalliques. Les assemblages collés présenteront une bonne
tenue dans le temps, aucun décollement ne devant se produire à la suite de la dilatation des bois ou des variations climatiques .
Chambranles
Les menuiseries en bois recevront des chambranles de 70 x 15 mm d’épaisseur, avec profil suivant détail posé en angle,
chambranles 2 faces pour les portes intérieures. Au droit des revêtements en faïence ou autres, les chambranles auront une
surépaisseur sur toute la face intéressée pour former socle, avec réservation de feuillure au droit du revêtement.
Portes isoplanes
Les portes isoplanes seront collées à la presse de chaque côté d’une ossature lamellaire, composées essentiellement d’un cadre
compartimenté à l’intérieur duquel sont répartis, à intervalles réguliers, des points d’appui formés par des lattes et assemblés
au cadre pour former un ensemble en nid d’abeilles. Les deux faces seront en stratifiés collées à l’ossature. Toutes ces portes
comporteront des alaises en bois dur rapportées et embrevées sur les 4 chants.
Panneaux de contreplaqué : Ils sont conformes à la norme NFB 54.171 et NFB 54.172 et bénéficient du label CTB-H attribué
par le C.T.B. lorsqu’ils sont employés dans les pièces humides ou parties communes
Les parements destinés à être vernis sont de classe « A », ceux destinés à être peints sont de classe « II » Pour les faces
cachées, la classe « IV » est admise.
Portes:
Les bâtis auront une épaisseur de 40mm. Ils seront isoplanes avec 2 faces en placage stratibois ou Formica et alaises en bois
dur suivant échantillon préalablement agrée par la maîtrise d’œuvre.
Ces portes seront peintes ou vernis les placages seront collés à la presse de chaque côté d’un panneau d’aggloméré de
particules. Toutes les portes comporteront des alaises rapportées embrevées et collées. Les joints entre cadre-faux cadre-
maçonnerie seront colmatés par une mousse spécifique.
Portes coupe –feu
Les portes coupe – feu seront conformes aux normes et règlements en vigueur, elles doivent âtre certifié 1 heure (CF 1 heure
ou EI 60 mn), et seront en acier et tôle électro- zinguées à peindre au choix de l’Architecte. Le remplissage intérieur doit être
fait en isolant thermique de haute densité et de bonne rigidité. Le bloc porte doit être fournis en complet y compris les
accessoires et les serrures et joint sans que cela soit spécifier explicitement dans le devis descriptif.
Les colles
Les colles devront être résistantes à l’eau, insensibles à l’action de l’humidité et aux attaques des moisissures et des
champignons. Les colles employées sont du type ROSORCINE – FORMOL
Protection des bois
Tous les bois seront protégés contre les attaques cryptogamiques et les attaques d’insectes par le moyen d’un traitement
préventif au xylophène ou à la tamlithe.
Quincaillerie
La quincaillerie sera toujours de première qualité et choisie en principe dans les catalogues Vachette, Bricard ou similaire Tous
les ouvrages en bois comporteront la quincaillerie nécessaire à leur bon fonctionnement et elle doit être agrée au préalable par
la maitrise d’ouvrage et devront portées le label S.N.F.Q.t.
Dans le cas où une autre marque serait choisie par l'entrepreneur, elle devra recevoir au préalable l'agrément de la maîtrise

28
d’œuvre. Une panoplie des quincailleries et serrureries sera présentée à la maîtrise d’œuvre pour acceptation avant tout
approvisionnement ou exécution de travaux. Cette panoplie sera déposée au bureau de chantier, après agrément, pendant toute
la durée des travaux.
Tous les articles de quincaillerie seront avant la pose, démontés, vérifiés et soigneusement graissés par l’Entrepreneur, qui
devra s’assurer de leur parfait état de fonctionnement. Ils seront posées avec le plus grand soin, les entailles nécessaires auront
les formes et dimensions exacte de la ferrure, et seront vissés au moyen d’un tournevis et non par percussion. Tous les objets
de quincaillerie servant au développement des vantaux devront après la pose, laisser un mouvement franc aux menuiseries. Les
ouvrages qui ne sont pas jugés recevables tant pour la fourniture que pour la pose, sont immédiatement déposés et remplacés.
Si les entailles faites dans les bois nécessitent des modifications, ou même le cas échéant, entraînent le remplacement pur et
simple des menuiseries, "Entrepreneur en supporte seul les responsabilités, charges et frais en découlant et ce Tous Corps
d'État. Les gâches sont affleurées et règnent parfaitement avec les 2 parements de l'huisserie.
Les accessoires de quincaillerie tels qu'entrées des clés, rosettes, etc., sont déposés et reposés par le présent lot pour permettre
la peinture. Chaque clé fournie, (5 à 6 pour chaque canon Européen), est munie d'une étiquette portant le nom du local. Après
réception toutes les clés sont livrées seront remises au représentant du maître de l’ouvrage à la réception des travaux sur un
tableau en bois transportable.
Les portes des toilettes recevront des serrures à condamnation
5/ MENUISERIE ALUMINIUM
La menuiserie en aluminium sera exécutée conformément aux règles de l'art aux directives de l'administration et aux plans
d'exécution. Les prix s'entendent toutes fournitures, coupes chutes et toutes sujétions de pose.
5.1- PLANS D’EXECUTION – ECHANTILLONS :
Les dimensions des ouvrages seront conformes aux plans sauf accord écrit du Maître d’œuvre.
A partir des dimensions portées sur les plans, l’entrepreneur établira sous sa responsabilité et à ses frais les notes de calculs et
plans d’exécution qui seront soumis à l’examen du Maitrise de chantier et du Bureau de Contrôle pour approbation.
Plans d’Exécution : Avant tout commencement des travaux, l’entrepreneur titulaire du présent lot établira les plans de repérage
et de détails d’exécution. Il établira notamment les plans et dessins de détails suivants (dont certains à l’échelle 1/1 selon
nécessité :
Détail des assemblages Joints Incorporation des autres corps d’état dans ses ouvrages etc.
Les détails d’exécution seront présentés à une échelle suffisante (1/50e au minimum) et obligatoirement sur AUTOCAD
version récente.
En cas de modification, le plan devra faire l’objet d’une nouvelle diffusion avec un nouvel indice, et la modification devra être
clairement indiquée sur le plan.
Les pièces du dossier d'appel d'offre constituent l'apport de la Maîtrise d’œuvre pour la définition architecturale des ouvrages.
L’ensemble des plans complémentaires est à la charge de l’Entrepreneur.
A partir du dossier de consultation, l’Entrepreneur produit l’ensemble des plans d’exécution et d’atelier. Il établit rapidement
une liste prévisionnelle des plans, qui sera tenue à jour hebdomadairement avec les derniers indices diffusés et approuvés- le
cas échéant -. En continuité des études de la Maîtrise d’œuvre, l’entreprise réalisera ses études sur support informatique,
compatible PC, sur des fichiers de type *.DWG, *.DXF ou *.PDF ;
L’ensemble des composants s’inscrit dans un ouvrage totalement régi par un tracé régulateur en 3 dimensions (X, Y et Z). Les
indications des plans sont à respecter scrupuleusement.
Les recoupements ou fractionnements d’ouvrages et les fixations visibles suivent des règles d’équidistance, de symétrie,
d’alignement, de répétition, ... qui seront définis avec le maitre d’ouvrage.
Notes de calcul et essais :
En fonction des nécessités du projet et en réponse aux demandes :
 de la Maîtrise d’ouvrage,
 de la Maîtrise d’œuvre,
 du Bureau de Contrôle,
 ou d’autres organismes officiels désigné par le Maitre d’ouvrage,
L’Entrepreneur établit toutes notes de calculs justificatives requises. La demande de production d’une note de calcul peut être
explicite dans les documents du marché ou bien être formulée en cours d’études ou de réalisation. L’absence de demande
explicite ne dispense pas l’Entrepreneur d’effectuer les vérifications qui s’imposent, et qui relèvent de sa responsabilité.
Echantillons :
Des échantillons de tous les matériaux seront soumis à l’approbation du Maître d’œuvre.
Des essais en laboratoire peuvent compléter les calculs et, dans certains cas, s’y substituer.
Ces essais mécaniques, conformes à la norme NF P.20.501, doivent permettre de contrôler ou de mesurer pour chaque type
d’ouverture :
 La déformation des cadres ouvrants,
 L’effort de manœuvre à l’ouverture,
 La sécurité du fonctionnement et des condamnations.
Prototypes :
Dès la notification de son marché, l'Entrepreneur devra construire un ou plusieurs prototypes des éléments répétitifs prévus
29
pour être soumis à l'approbation du maitre d’ouvrage. Ils devront être entièrement équipés de leur quincaillerie et serrurerie.
Dans le cas où le maitre d’ouvrage jugerait nécessaire de le faire, certains châssis auraient à subir des essais en caisson afin de
déterminer si leur classe d'étanchéité est conforme à celle exigible, ces essais en caisson étant entièrement à la charge de
l'entrepreneur, où qu'ils soient effectués sur le territoire marocain ou dans un pays étranger.
La fabrication en série des menuiseries ne pourra commencer qu'après l'acceptation définitive et sans réserve des prototypes.
De ce fait, l'entrepreneur ne pourra arguer d'un quelconque retard dans la passation de ses commandes qui affecterait ses délais
d'exécution. Les séries d'exécution des menuiseries devront être identiques aux modèles acceptés.
5.2- CARACTERISTIQUES DE L’ALUMINIUM :
Profilés et tôles
Les profilés seront en alliage d'aluminium, qualité OAI (oxydation anodique industrielle). Alliage A.G.S.
Les profilés seront en alliage n°6060 QUALITE BATIMENT.
D'autre part, les profilés ne devront pas laisser apparaître de stries de filage, notamment au droit des cloisons des tubulaires.
Les tôles d'aluminium seront également de qualité OAI (oxydation anodique industrielle).
Nuance :
Dans le choix des nuances d'alliage pour les profilés et les tôles, on veillera à ce que ces nuances ne provoquent pas de
différence d'aspect des éléments après oxydation anodique ou, du moins, à ce que cette différence ne soit pas perceptible à
l’œil selon la position des éléments les uns par rapport aux autres.
En cas de doute, le Maitrise de chantier pourra imposer des essais de contrôle sur la nature de l'alliage au frais de l’entreprise.
Traitement Par Oxydation Anodique :
Préalablement décapé, les profilés subiront un traitement de surface par oxydation anodique, suivi d'un colmatage soigné.
La couche d'aluminium sera de la classe 20 E.M.A.A. réalisée avant usinage des profilés. L'entrepreneur devra prendre toutes
précautions nécessaires afin que l'état des surfaces des profilés ne soit pas détérioré et que les profilés ne présentent aucune
griffure après les diverses manutentions dues au façonnage.
Dans tous les cas, ce traitement de surface devra être précédé d'un satinage chimique. Ce satinage chimique aura pour but de
donner aux surfaces visibles un aspect décoratif et de les préparer au traitement par oxydation anodique. L'oxydation anodique
aura pour effet de créer artificiellement ne couche d'alumine (AL 203) dont l'épaisseur devra correspondre à la classe 20
E.W.A.A. (lab et international).
Etanchéité à l’air et à l’eau :
Afin de respecter les critères d'étanchéité à l'air et à l'eau, il conviendra de prévoir des joints de différents types :
 Joints Néoprène entre dormants et ouvrants
 Joints plastiques sur le pourtour extérieur des dormants entre menuiseries et maçonnerie
Ils seront fabriqués à partir d'un élastomère du type polychloroprène formant mélange cru. Les différents profilés seront
obtenus par extrusion. Toutes dispositions seront prises pour évacuer également les eaux de condensation en face interne des
vitrages. Les goulottes d'évacuation seront conçues de telle sorte que l'eau ne puisse être refoulée à l'intérieur sous l'effet du
vent.
L'entrepreneur fournira à l’appui, un PV d'essais attestant l'étanchéité de ses ouvrages, et des essais sur chantier seront réalisés.
Les éléments mobiles coulissants seront équipés de rubans feutre ou brosses assurant le nettoyage des rails et guidages.
La classe (E.A.V.) des menuiseries devra être conforme au D.T.U. 36.1 et 37.1 de Mai 1974 (Choix des fenêtres suivant leur
exposition).
Les assemblages :
Les angles de cadres dormants seront assemblés à coupe d'onglets par des équerres invisibles, serties à l'intérieur des profilés,
afin d'assurer une parfaite rigidité des ensembles.
Ils pourront être aussi assemblés à coups droits par vis auto taraudeuses en acier inoxydable, à cet effet de filage, le profil
comportera deux ailes semi tubulaires permettant la prise de filets d'une vis. En tout état de cause, les profilés seront extrudés
semi tubulaires.
Les assemblages par soudure autogène au chalumeau, à l'arc sous argon, sont prohibés. Les assemblages par soudure par
étincelage sont également prohibés.
Les assemblages par équerres collées ou simplement collés sont à exclure.
Vitrages :
Tous les matériaux mis en œuvre doivent être conforme au D.G.A. (Devis Général d'Architecture) et prescriptions techniques
du D.T.U 39 .1 et 39.4 édités par le R.E.E.F.
Dimensions et épaisseurs :

30
Les dimensions des vitrages sont calculées en fonction des dimensions à fond de feuillure des supports (compte tenu des
tolérances des châssis et des jeux à réserver), la découpe devait respecter les tolérances dimensionnelles prévues dans les
normes relatives aux produits verriers concernés. La découpe sera franche et sans éclat.
L’épaisseur de vitrage dépond de sa dimension et son exposition, suivant des notes de calcule faites par l’entreprise.
Caractéristiques communes aux supports :
Les vitrages ne doivent être posés que sur des supports satisfaisants aux normes et aux D.T.U. les concernant à savoir: les
normes NFP 24-301 et NFP 24-351 et le D.T.U n°37.1 Les supports doivent être propres et exempts de toutes traces d'humidité
Conditions de pose :
La pose du vitrage n'est effectuée que sur des fenêtres en état de fonctionnement et ne doit pas modifier ce fonctionnement.
Dans tous les cas, la mise en œuvre ne sera exécutée que dans des conditions atmosphériques normales par une température
ambiante supérieure ou égale à + 5°C et sur des supports sans trace de condensation.
Calage :
Le calage des vitrages dans les feuillures est obligatoire quel que soit le type de châssis ou de vitrage, suivant le type
d'ouverture du châssis. Le D.T.U n° 39-4 paragraphe 4-12 spécifie le type de calage préconisé.
Quincaillerie Et Accessoires
L'Entrepreneur devra obligatoirement soumettre un échantillon de chaque modèle de quincaillerie à I ‘approbation du Maître
d'Ouvrage, avant toute pose ou utilisation. Il est précisé que toutes les menuiseries reçoivent des équipements suivant le
descriptif détaillé.
La quincaillerie sera de première qualité et conforme aux normes en vigueur. Elle sera parfaitement adaptée au type de
menuiserie et sera appliquée selon les prescriptions des documents techniques de mise en œuvre du fabricant. Les serrures
seront choisies parmi les marques assurant la plus grande solidité; comporteront des serrures de sûreté à canon avec trois clés
suivant descriptif détaillé.
Les. Béquilles et poignées de serrures ou crémones seront en métal inoxydable de modèle au choix du Maître d'Ouvrage. Les
joints d'étanchéité seront en profils plastiques Néoprène ou équivalent à encastrer dans les feuillures et devront assurer une
bonne herméticité et un amortissement des bruits.
6/ FERRONNERIE

Les métaux tôles ou profilés seront de première qualité et répondront aux prescriptions édictées dans le R.E.E.F. par
l’association Française de Normalisation (AFNOR). Ils seront travaillés avec le plus grand soin.
Les assemblages seront exécutés d’onglets, nets parfaitement d’équerre et alignés, ans cavité, ni déformation. Ils seront faits
électriquement.
Les menuiseries métalliques seront exécutés en profilés laminés à chaud (profilés spéciaux UTMM) ou pliés, à froid. Les
épaisseurs des tôles seront déterminées par la nature des ouvrages, leurs dimensions et l’usage qui en est prévu, elles ne seront
pas cependant inférieures à 20/11ème.
Les menuiseries et ferronneries recevront en atelier un traitement antirouille à la charge du présent lot, réalisé de la façon
suivante : Décapages, brossage et nettoyage des métaux, application d’une couche de Wash Primer et de deux couches de
minimum de plomb.
Les menuiseries qui auront été peintes avant réception seront refusées.
Tous les ouvrages en ferronnerie seront traités par sablage.
Les ouvrages seront exécutés d’angles nets parfaitement équerres et alignés, sans cavités ni déformations.
Les quincailleries seront simples et robustes de type Bricard ou équivalent.
NOTA : Les menuiseries peintes avant réception seront refusées
L’entrepreneur devra mentionner dans le descriptif et dans son bordereau de prix la marque et les références de la quincaillerie
proposée.
Portes par –feu
Les portes par feu seront réalisées en MDF assurant une tenue au feu certifié de ½ heure. Elles recevront les finitions suivant
les indications de l’Architecte. Les cadres et alléses de ces portes seront en bois dur.
Les cadres seront menus d’un joint spécifique incorporé dans une rainure. Les joints entre cadre-faux cadre-
E-PLOMBERIE SANITAIRE- PROTECTION INCENDIE – PRODUCTION EAU CHAUDE
E1 - NATURE DES TRAVAUX
Les travaux faisant l'objet du présent lot comprennent tous les travaux entièrement terminés, exécutés suivant les règles de l'art
y/c le branchement et raccordement avec une étude par un BET agréer et à leur charge.
E2 - PROVENANCE DES MATÉRIAUX

Tout matériel destiné à l'exécution des travaux sera d'origine marocaine. Les Matériaux proviendront en principe des lieux de
31
production suivants :

DÉSIGNATIONS CARACTÉRISTIQUES PROVENANCE

Canalisation en amiante ciment Marque dimatit classe 25 (ou Usine Maroc


similaire)
Canalisation eau froide et ECS
Tube fer galvanisé tarif I et III ou Dépôt Maroc
Évacuation des appareils tube en cuivre 1er choix

Chutes EP-EU-EV Tuyaux de plomb ou P.V.C. Commerce local Dito

Vannes d’arrêt pour ad. P.V.C.

Vannes d’arrêt pour intérieur Marque BAYER ou similaire Dito

Robinetterie Marque SEGUIN ou similaire Dépôt Maroc

Bronze

Le présent devis a pour objet de définir les ouvrages à réaliser ou les matériels ou installations mises en œuvre et en ordre de
marche par l'Entrepreneur et exigences fonctionnelles auxquelles ces ouvrages et installations devront répondre ainsi que les
prescriptions auxquelles l'exécution des travaux sera assujettie afin de réaliser la totalité des ouvrages objet du présent lot
En cas de désaccord entre pièces écrites et graphiques ou d’omissions, l'entrepreneur ne pourra se prévaloir pour déroger aux
exigences fonctionnelles requises.
E3/CONSISTANCE DE TRAVAUX
E.3 1. EVACUATIONS
Le plombier se raccordera aux regards exécutés par le Gros-Œuvre suivant les plans d’exécution dont il devra confirmer les
positions exactes.
Pour les évacuations d'eaux pluviales des terrasses, le plombier fournira les avaloirs aux spécialistes d'étanchéité qui les posera
et se raccordera aux moignons d'avaloirs posés.
E.3.2 PRESTATIONS INCLUSES DANS LE MARCHE
Les prestations à la charge de l'Entreprise comprennent :
 La fourniture et la mise en œuvre, conformément aux documents particuliers du marché:
 Des tuyauteries, y compris raccord, assemblages, organes de fixation, protection extérieure
 Des accessoires pour la pose des appareils sanitaires et leurs équipements
 Des accessoires pour la pose de la robinetterie.
 Des canalisations d'évacuations EP-EU-EV; y compris coudes, tés, assemblages, tampons,
dispositifs de libre dilatation.
 Des fourreaux et protection.
 Des R.I.A. et extincteurs
 Des pompes de relevage
 L'installation de plomberie ne doit être la cause, ni la production ni la propagation de bruit.
 Etablissement des plans d'exécution suivant les normes et réglementations en vigueur.
 La fourniture par le Plombier à l'Electricien, des renseignements concernant la mise à la terre des
tuyauteries dans les salles d'eau
 La mise en place des tuyauteries d'eau froide dans l'épaisseur de la forme avant exécution du
granito.
 Les percements, encastrements et scellements dans les murs non porteurs et cloisons; les travaux
devront être exécutés avant pose des revêtements.
 La mise en place et le calage à niveau des appareils sanitaires dont le scellement définitif sera
effectué par le Gros-Œuvre, douche, etc ...
 L'indication par le plombier, au Gros-Œuvre des réservations à effectuer par ce dernier.
 La fourniture par le Plombier, au Gros-Œuvre de tous les matériaux devant être scellés ou mis en
œuvre par ses soins.
 Le nettoyage et l'enlèvement de tous gravats provenant de l'installation du présent lot.
 La fourniture de la documentation.
 Les divers essais et la mise au point des installations.
 L'entretien des installations jusqu'à l'expiration du délai de garantie.
Il appartient au soumissionnaire d'examiner les plans du dossier d'appel d'offres et d'apprécier si sa fourniture peut y être
installée et raccordée.
L'installateur ne pourra faire état d'une omission ou d'une mauvaise interprétation du présent descriptif pour refuser de fournir
ou de monter un matériel quelconque dont l'absence mettrait en cause le fonctionnement et la sécurité des installations ou leur

32
intégrité.
Il lui appartiendra d'apprécier au cours de son étude de l'offre, les différences de réalisation pouvant survenir.
Sont également à la charge de l'Entrepreneur le transport à pied d'œuvre et le magasinage de tous les matériels et matériaux
faisant partie des installations à réaliser.
Toutes les reprises des travaux dans le Gros-Œuvre, Étanchéité, Revêtements, Peintures seront à la charge du présent lot.
E.3.3 PRESTATIONS EXCLUES DU PRESENT LOT
Les prestations suivantes sont à réaliser par les autres corps d'état spécialisés à savoir :
Constructions et aménagement des gaines, caniveaux, regards, locaux portes, éclairage électrique, ventilation naturelle des
locaux, enduits, etc…et d'une manière générale, tous les travaux de maçonnerie à l'exception des scellements précisés au devis
descriptif.
E.3.4 DOCUMENTS ET RENSEIGNEMENTS
Avec sa soumission, à l'appui de son offre
L'Entrepreneur devra fournir :
 Un projet de planning d'exécution.
Les variantes économiques éventuelles suivant les limites et conditions de base du DCE et de l’article 31 du décret N°
2.98.482 avec leurs incidences sur tous corps d'état.
Il devra indiquer clairement dans sa proposition de variante les modifications éventuelles de génie civil (seuils, dimensions
des réservations) ainsi que tous les documents nécessaires à l'appréciation de ces variantes (note de calculs, plans, schémas,
métrés…)
Il sera tenu compte dans le dépouillement des offres de la qualité des renseignements fournis.
Avant commencement des travaux :
L'Entrepreneur fournira dans un délai de 3 semaines après notification de son marché:
Les plans d'exécution nécessaires aux installations du présent lot avec les indications et les plans très précis concernant les
réservations à prévoir dans le Gros-Œuvre en se limitant à détailler le DCE prescrit par le BET.
Ces plans prévus à la charge de l’entreprise ne doivent en aucun cas modifier le descriptif ni le bordereau du présent DCE.
Un échantillonnage complet de l'appareillage proposé, ainsi que la documentation technique complète.
Les plans d'exécution devront comporter toute indication nécessaire à la construction ou l'aménagement des ouvrages liées
aux installations des plomberies et de protection incendie en particulier : gaines, trappes de visite, caniveaux etc…
L'Entrepreneur ne devra commencer aucune exécution avant que les plans d'exécution n’aient pas été approuvés par la
Maîtrise d’œuvre.
En cas de variante, les plans devront être communiqués, en temps utile par l'installateur aux Maîtres d'œuvre et recevoir pour
les parties les concernant l'accord de ceux-ci, faute de quoi, ils s'exposeraient à refaire à ses frais tous travaux entraînés par
des modifications qui résulteraient de la non fourniture des plans en temps utile.
L'approbation de ces plans ne diminuera toutefois en rien la responsabilité de l'Entrepreneur.
En cours de travaux :
L'entrepreneur du présent lot se mettra en liaison avec ceux chargés des autres corps d'état, notamment :
 GROS-ŒUVRE : Il devra fournir en temps utile les réservations.
 ETANCHEITE : Sorties en terrasses, ventilations et gargouilles .
Il devra fournir en temps utile toutes indications pour l'exécution des travaux nécessaires aux installations et coordonner ses
plans, en particulier pour le cheminement des tuyauteries avec ceux des autres corps d'état.
L'Entrepreneur prendra l'attache des services publics concernés par la distribution d'eau, pour obtenir les renseignements et
confirmations nécessaires pour l'agrément des ouvrages à exécuter.
L'Entrepreneur prendra contact avec les responsables de la protection civile, pour obtenir des renseignements et confirmations
nécessaires pour l'agrément des ouvrages à exécuter, R.I.A, extincteurs, etc...
L'Entrepreneur veillera à s'inscrire dans le calendrier des travaux qui sera dressé afin d'avoir toutes facilités pour l'exécution
des ses travaux en accord avec les autres corps d'état et de ne pas retarder l'avancement général.
Tous travaux supplémentaires exécutés par suite de retard de l'Entrepreneur seraient à sa charge, sans préjudice des recours
que le Maître de l'Ouvrage pourrait exercer contre-loi.
Il ne sera pas admis en cours de travaux des variantes de principe. Toute variante éventuelle devra être proposée avec la
remise de l'offre. Après fin des travaux : Avant la réception, l'Entrepreneur devra remettre un dossier d'installation comportant
obligatoirement : Une note précisant les références (marques et types) des appareillages employés avec l'adresse des fabricants
et celle du représentant au Maroc, ainsi que les notices d'emploi et d'entretien et les certificats de garantie.
Un jeu de contre-calques et cinq tirages des plans d'exécution du marché mis à jour en conformité avec la réalisation des
installations (plans de recollement) et une notice descriptive précisant s'il y a lieu les modifications apportées au devis
descriptif remis au Maître d'Ouvrage, sous couvert de la Maîtrise de chantier.
E4- PRESCRIPTIONS TECHNIQUES
Si les textes généraux prescrivent des clauses contradictoires, l'Entrepreneur devra se conformer au plus récent d'entre eux.
D'une façon générale tous les travaux seront exécutés conformément aux articles du DGA aux normes en vigueur aux règles de
l'art, aux dispositions du projet et celles arrêtées d'un commun accord pendant la période de préparation l'installation devra se
conformer en particulier aux règles suivantes tant qu'elles ne sont pas contraire au marché.
 Les règlements locaux concernant l'alimentation en eau et en électricité des immeubles et en
particulier ceux du distributeur de la ville.
 Le devis général réglant les conditions d'exécution des travaux, de fourniture et de pose de conduite
d'eau.

33
 base de Calcul (document de référence) :
D'une façon générale, les méthodes de calcul à utiliser pour dimensionner les ouvrages sont celles imposées par la
réglementation et les normes marocaines ou à défaut françaises.

 En règle générale les bases de calcul sont celles éditées dans le normes NFP n° 41-201à 301,NFP
30-201 et le DTU 60.11 - 60.31 - 60.32 - 60.33 - 60.41.
0 Base de Calcul :

E.4.1 VITESSES ADMISES :


 Tuyauteries enterrées et en sous-sol : 2,00m/s
 Branchement d'appareils : 1,00m/s
 Alimentations principales dans les circulations et les pièces de service ≤ 1,5m/s
 Débit de base : DTU 60.11
Les débits minimaux à adopter pour le dimensionnement du réseau d'eau chaude et d'eau froide sont
les suivants :

DESIGNATION DE L'APPAREIL DEBIT EN l/s DIAMETRE INTERIEUR - MINI


Baignoire 0.33 14
Lavabo Vasque 0,2 12
Lave mains 0,12 10
Douche 0,2 12
W-C à l’anglaise 0,12 10
Urinoir 0,10 10
Evier 0,2 12

Hypothèse de simultanéité:
Le débit probable sera obtenu en multipliant le cumul des débits de base par y
y =1,25 x0,8/ √(x-1)
x = le nombre des appareils
Les diamètres seront calculés selon la formule de flamant en tenant compte des vitesses admises.
1 Evacuation des eaux pluviales :
 Intensité pluviométrique = 0,05 l / s / m2
 section minimale admise Ø 75 En outre, la pression résiduelle d'eau sur chaque point d'alimentation
sera au minimum de : 0,5 bar et de 2,5 bar pour RIA le plus défavorisée.
E.4.2 DEBIT DE BASE :

DESIGNATION DE L'APPAREIL Q MINI DE CALCUL DIAMETRE INTERIEURS MINI

Lavabo Vasque 0.75 30


Lave mains 0.75 30
Douche 0.5 33
W-C à l’Anglaise 1.5 90
Urinoir 0.5 33
Evier 0.75 33

E5- PROVENANCE DES MATERIAUX


E.5.1 TERMINOLOGIE :
2 La terminologie, les dimensions, les tolérances applicables aux matériaux, aux parties d'ouvrages et aux ouvrages
seront celles définies par les normes de l'Association Française de Normalisation (AFNOR) et par le répertoire des éléments et
ensemble fabriqués du bâtiment (R.E.E.F.) ainsi que par les normes Marocaines.

34
E.5.2 MATERIAUX A INCORPORER AUX OUVRAGES :
3 Font partie des prestations de l'Entreprise toutes les fournitures de matériaux qui ne sont pas expressément exclues
par le présent devis descriptif et qui doivent être incorporées aux ouvrages pour en assurer le bon fonctionnement et la bonne
conservation. Sauf indications particulières du devis descriptif, les matériaux devront satisfaire aux conditions fixées dans le
présent descriptif.
4 A défaut de stipulation du dit descriptif concernant certains matériaux ou dans le cas de dérogations à certains
matériaux ou dans le cas de dérogations à certaines dispositions de ce même descriptif, proposées par l'Entrepreneur, ce
dernier devra préciser dans sa demande d'agrément, les caractéristiques des matériaux qu'il désire utiliser et les essais de
contrôle à effectuer pour en vérifier les qualités.

E.5.3 PROVENANCE DES MATERIAUX ET ECHANTILLONS :


5 Les matériaux devront satisfaire les spécifications du descriptif.
6 L'Entrepreneur devra pouvoir présenter à toutes les réquisitions des attestations et certificats prouvant l'origine et la
qualité des matériaux.
7 Par le fait même de son offre, l'Entrepreneur est censé connaître les ressources et ne pourra présenter aucune
réclamation concernant le prix de revient à pied d'œuvre de ces matériaux.
8 La désignation faite des produits manufacturés à utiliser spécifiée dans le présent descriptif constitue la base de
l'étude de prix que doit faire l'Entrepreneur.
9 Au cas ou celui-ci désirerait utiliser des articles d'une autre provenance, il devra présenter simultanément un
échantillon de l'article prescrit par le présent descriptif pour accord, accompagné de sa fiche technique et un échantillon de
l'article qu'il propose en remplacement auquel il joindra toute documentation désirable et la liste de référence ainsi qu'un
nouveau sous-détail de prix. Toutefois, le matériel proposé devra avoir les dimensions compatibles avec les données du projet.
10 Si, en cours de travaux, il s'avérait que l'emploi de tel ou tel matériel non référencié, entraînait des modifications sur
d'autres corps d'état, et portant des plus-values sur ces corps d'état, ces plus-values seraient également prises en charge par
l'Entrepreneur du présent lot.
11 L'Entrepreneur devra soumettre à l'approbation de la Maîtrise d'œuvre au plus tard 21 jours calendriers à dater du jour
fixant le point de départ du délai contractuel, une liste exhaustive du matériel qu'il se propose d'employer et devra à la
demande de la Maîtrise d'œuvre, soumettre tout document technique que celui-ci juge nécessaire à l'agrément du matériel.
12 L'Entrepreneur en pourra mettre en œuvre ces matériaux qu'après acceptation donnée par ordre de service notifié par
la Maîtrise d'œuvre.

E.5.4 QUALITE DES MATERIAUX


La composition des matériaux, leurs qualités physiques et mécaniques devront être conformes aux prescriptions du D.G.A.
(édition 1956) et notamment à celles des articles suivants :
 Tubes aciers article n°62
 Cuivre, laiton bronze article n°86
 Robinetterie article n°86
 Appareils sanitaires article n°87Sur demande de la Maîtrise d'œuvre, l'Entrepreneur sera tenu de
fournir toutes justifications relatives à l'origine des matériaux .
Des prélèvements et des essais seront exécutés aux frais de l'Entrepreneur en vue de s'assurer des qualités et de la conformité
des matériaux. Tous matériaux non conformes seront rejetés.
Les matériaux et matériels employés seront neufs et identiques pour un même type de matériel.
Ils devront être conformes aux arrêtés et circulaires techniques en vigueur et en particulier :
 A la dernière édition des normes AFNOR
 Aux documents techniques du R.E.E.F. ou D.T.U. en vigueur
Chaque fois qu'il existe une estampille de qualité (NF - USE - SGM, etc…), ou un certificat de qualité délivré par un
organisme officiel, les matériaux et appareils seront revêtus de cette estampille ou munis de ce certificat.

E.5.5 -MARQUES DE REFERENCE DU MATERIEL


 Appareils sanitaires : (1 er choix.).
 Robinetterie sanitaire : (1 er choix.).
 Tuyauterie, vannes, etc.. : DEPOT DU MAROC
Les appareils sanitaires seront en porcelaine vitrifiée, conformément aux échantillons qui seront agrées et au Cahier des
Charges. Les références données dans la description des appareils sanitaires seront conformes à celles des catalogues.

35
Les marques et types devront être nettement et clairement spécifiés dans sa proposition conformément au descriptif.
Les appareillages et robinetteries seront soumis à l'agrément du Maître d'œuvre .

E6- MODE D'EXECUTION DES TRAVAUX ET SPECIFICATION PARTICULIERES


E.6.1 PRESCRIPTIONS PARTICULIERES
Toutes les précautions seront prises pour assurer une distribution, une évacuation ainsi qu'une ventilation suffisante,
l'Entrepreneur s'assurera du débit de chaque appareil.

E.6.2 CANALISATIONS DE DISTRIBUTION D'EAU


a) Canalisation en tube galvanisé OU PPR
La distribution intérieure en eau incendie sera en tube acier galvanisé tarif 3 jusqu'au diamètre DN50, tarif 10 au-dessus.
Les percements, saignées, scellements seront faits le plus soigneusement possible, en mortier de même composition que
l'enduit par le présent lot.
En aucun cas, il ne sera fait de scellement ou de percement dans un élément porteur (poutres, poteaux, nervures) et, en cas de
nécessité l'Entrepreneur du présent lot s'en référera préalablement à la Maîtrise d'œuvre. Les trous destinés à recevoir les
chevilles auront exactement la dimension de la cheville qui doit pénétrer de force.
Les saignées ne devront jamais traverser une cloison de part en part, même dans le cas d'emploi de briques à trois trous.
Les trous faits dans les carreaux de grès et dans les revêtements (sols ou revêtements muraux) seront fait à la chignole et non
au tamponnoir.
Canalisations enterrées traversant les voiles devront avoir des dispositifs de platines pour assurer l’étanchéité.
 Les conduites principales d’alimentation d’eau froide seront en cuivre.
 La distribution à l’intérieur des salles d’eau sera aussi en cuivre.
 La tuyauterie d’incendie sera en acier galvanisé.
Pose des canalisations
Fouilles en rigoles ou en tranchées pour canalisations :
Une fouille est considérée comme étant en "rigole" lorsque sa largeur est inférieure ou égale à 2 m et sa profondeur supérieure
à 1 mètre.
Les fonds de fouilles seront dressés horizontalement sauf dans le cas où un assainissement s'avérera nécessaire, lequel sera
facilité par une pente de 2 à 5%.
Les parois des fouilles devront être stables, un léger fruit sera éventuellement prévu et si nécessaire un étaiement ou blindage.
Au cas où la fouille serait exécuté dans un terrain sensible à l'action de l'air ou de l'eau, tel que schistes, marnes, argiles, etc., il
sera exécuté un bétonnage ou une chape au mortier dans les heures qui suivront l'ouverture de celle-ci.
Il sera admis une tolérance de 5cm sur profondeur et un écart d'implantation par excès de 10 cm pour les fouilles en tranchée et
de 5 cm pour les fouilles en rigoles, pour les terrains de classe a, b et c, ces dimensions sont doublées le cas de roches d, e, etc.
Tranchées pour pose de canalisations :
Les fouilles en tranchées pour canalisations sont définies par un profil en long sur lequel les pertes sont inscrites.
L'ouverture sera effectuée par tronçons délimités, le fond étant dressé d'une façon régulière au fur et à mesure de l'avancement
des travaux.
Les côtes de fond de fouilles seront vérifiées à chaque raccordement.
Les côtes minimales de largeur de fouilles pour canalisation de faible diamètre, seront les suivantes:
 Fouilles exécutés manuellement : profondeur de 0 à 1m; largeur 0,60 m.
 Fouilles exécutés manuellement : profondeur de 1 à 1,5m; largeur 0,80 m.
 Fouilles exécutés manuellement : profondeur de 1 ,5 à 3m; largeur 1,00 m.
 Fouilles exécutés mécaniquement : profondeur de 0 à 1m; largeur 0,40 m.
 Fouilles exécutés mécaniquement: profondeur de 1 à 1,5m; largeur 0,60 m.
 Fouilles exécutés mécaniquement : profondeur de 1 ,5 à 3m; largeur 0,80 m.
Au cas où un étaiement serait nécessaire les largeurs de fouilles seront augmentées de l'épaisseur
Remblais des tranchées des canalisations :
Ils seront exécutés par couches successives de 0,20 m d'épaisseur, arrosées et compactées, les flancs de la canalisation seront
soutenus par de la terre soigneusement damée.
Les remblais employés seront constitués par des sols stables et homogènes, les blocs rocheux, les débris de carrière, seront
éliminés sur une hauteur de 0,20m au-dessus de l'intrados de la canalisation ; ils seront exempts de plats, graviers hétérogènes,
tourbes, vases, terre gluantes, de matériaux gelés ou susceptibles de l'être.
Canalisation enterrée :
Une couche de sable et de cailloux sera étalée en fond de fouille et réglée à la pente définitive.
Les tuyaux reposeront sur toute leur longueur. Des empochements seront réservés à l'endroit des collets.
L'emboîtement des tuyaux sera assuré de telle sorte que les surfaces intérieures se prolongent parfaitement, sans ressaut au
droit des joints.
Avant prise complète, il sera passé un écouvillon à l'intérieur du tuyau, aucune bavure interne ne devant apparaître. Le
remblaiement ne s'effectuera qu'après prise complète des joints.
Dans le cas où le terrain serait particulièrement mauvais ou présenterait des risques d'affaissement ou de mouvement il sera
36
exécuté sur la forme de sable et de gravillon une da
Lette en béton armé ou non sur laquelle sera posé le tuyau qui sera assujetti par un berceau en béton.
Dans le cas où les charges dépasseraient la résistance normale du tuyau, celui-ci sera enrobé de béton sur une épaisseur au
moins égale au quart du diamètre, sans être inférieure à 0,05m sur le dessus et le dessous, et sur une épaisseur au moins égale
à la moitié du diamètre de chaque côté.
Les branchements et dérivations se raccorderont sur les tuyaux sous un angle au moins égal à 75.
Le raccordement aux regards s'effectuera, dans la mesure du possible sur une face et non sur un angle.
Les joints, branchements, dérivations, raccordements, seront parfaitement étanches.
Avant mise en œuvre les canalisations seront nettoyées et débarrassées de tout corps étranger et leurs sections seront alésées au
diamètre réel.
Les joints de tuyauteries ou nœuds de soudure ne seront en aucun cas exécutés dans les traverses de murs, cloisons, planchers,
etc... Sauf en ce qui concerne les joints de pipe de raccordement des cuvettes de WC. Les joints en caoutchouc, cuir, fibre,
seront d'un seul morceau et après serrage correspondant parfaitement au diamètre intérieur de la canalisation.
L'étanchéité des joints vissés sera obtenue à l'aide d'une tresse de filasse enduite de céruse ou d'un produit équivalent et devra
permettre un démontage facile.
Les canalisations seront parfaitement alignées en partie droite et façonnées de telle sorte que toute flexion ou torsion soit évitée
à la pose. Le cintrage des tubes galvanisés ne s'effectuera en aucun cas à chaud.
Les canalisations à allure horizontale seront posées avec une pente minimum de 0,02 m par mètre pour les canalisations d'eau
forcée et de 0,020 m par mètre pour les canalisations d'eau usée.
Supports des tuyauteries
Le plombier doit l'ensemble des supports et colliers nécessaires à la fixation des tuyauteries. Des bagues antivibratiles seront
obligatoirement montées sous chaque collier.
Tous les supports seront en acier galvanisé, facilement démontable, Ils seront revêtus après montage de deux couches de
peinture antirouille et deux couches de peinture inhibitrice de corrosion.
L'écartement des supports sera au maximum de :
 1,5m jusqu'au diamètre DN25
 2,2m du DN32 au DN50
 3 m au-dessus de DN50
Protection des canalisations
Les canalisations encastrées seront posées sans joint, sans raccord. Avant rebouchage des saignées, elles seront éprouvées
sous pression (minimum 10bars) et recouvertes par bande DENSO ou similaire.
En aucun cas les tuyaux ou éléments en cuivre ne seront encastrés dans la maçonnerie au mortier de ciment. Les tuyaux et
éléments en fer galvanisé ne pourront être encastrés dans le plâtre.
Les canalisations enterrés, sujettes à corrosion, doivent être protégées extérieurement par un ruban de jute trempé dans du
bitume chaud ou par un procédé équivalent (bandes adhésives DENSO ou similaire).
Dans tous les cas, la canalisation ne doit pas être un contact avec une armature ou une ossature métallique.
La mise en œuvre par engravure est interdite, dans tout tronçon enterré.
Dans le cas où la canalisation fait véhiculer de l'eau chaude, un gainage devra être prévu par conséquent, avant d'être rendues
inaccessibles, les parties de canalisation en castrées doivent être éprouvées à une pression de 1,5 fois la pression maximale de
service avec un minimum de surcharge de 5 bars.
Vannes
Les vannes employées seront à boisseau sphérique et à raccord union jusqu'au diamètre DN50, à bride en fonte pour les
diamètres supérieurs.

E.6.3 EVACUATION AUX USEES ET VANNES


Toutes les évacuations des appareils sanitaires jusqu'aux regards prévus par le Gros-Œuvre seront réalisées en tuyauteries
P.V.C lorsqu'elles sont protégée, en fonte salubre quand elles sont en apparent, ainsi que les collecteurs en sous-sol.
La pente des collecteurs sera d'au moins 2 cm par m.
Elles seront supportées par des colliers en P.V.C. ou en acier galvanisé démontables espacés de 1m, les raccordements aux
évacuations seront munis de bouchons de dégorgement permettant un tringlage facile.
Les raccordements aux culottes de chutes et regards se feront par joints type KLERMETIC ou similaire.
Toutes les chutes seront prolongées hors terrasses en ventilation primaire.
Eaux pluviales
Les évacuations des eaux pluviales seront réalisées en tubes en P.V.C lorsqu'elles sont protégées ou en fonte lorsqu’elles sont
en apparent, ainsi que les collecteurs en sous-sol.
Les raccordements aux regards et aux avaloirs E.P. seront étanches.
Les avaloirs seront constitués par une large cuvette en plomb (50x50 mini) et un moignon tronconique en plomb dépassant la
dalle de 20 cm mini, cuvette et moignon ayant une épaisseur de 3mm. Les avaloirs seront fournis par le plombier et posés par
l'étanchéité.
E.6.4 NETTOYAGE DES CANALISATIONS ET APPAREILS SANITAIRES
Avant mise en œuvre, les tuyauteries seront nettoyées de tout corps étranger.
Les tuyauteries laissées en attente en cours de chantier et en fin de travaux journaliers seront obligatoirement bouchonnées au
37
moyen de tampons hermétiques pour les tuyauteries galvanisées.
Les appareils sanitaires seront également soigneusement bouchonnés. L'Entrepreneur sera tenu pour responsable des
éventuelles accumulations de déchets à l'intérieur des canalisations, et devra faire effectuer à sa charge le nettoyage complet
des réseaux.
E.6.5 PERCEMENTS, SCELLEMENTS
Les passages seront des trous cylindriques à base circulaire ou rectangulaire qui ne devront nuire en rien à la résistance des
éléments porteurs.
La nature des scellements sera appropriée aux ouvrages auxquels ils sont destinés, ils seront notamment au mortier de ciment
dans les lieux humides. Les percements et scellements sont interdits dans des ouvrages ayant une étanchéité.
E.6.6 Fourreaux
Des fourreaux protégeront, dans la traversée des murs et planchers, toutes les canalisations, sauf la fonte. Le diamètre du
fourreau aura 1cm au moins de plus que le diamètre de la canalisation, il fera saillie au moins de 0,5cm sur le parement du mur
ou sur plafond et de 3cm sur le niveau du revêtement de sol. il sera obligatoirement en cuivre, ou en plastique dans le cas de
dallage magnésien.
E.6.7 Canalisation de tubes en acier
Les assemblages s'effectueront par :
 raccord en fonte malléable taraudée de type GE, galvanisé à chaud.
 brides taraudées ou folles, avec collet battu sur tubes
 raccords lisses en fonte malléable par brassage capillaire à 800° après décapage à la
pâte à braser et au moyen d'une baguette en laiton pour les tubes acier série extra légère.
Les filetages seront propre, les tubes nets et parfaitement affranchis aux deux extrémités. Les joints seront exécutés de la
filasse fine et graissés avec une pâte de contenant pas de césure.
Les tubes seront coupés au coupe-tube à mollettes ou à lames, l'emploi de la scie pourra être autorisé pour les petits diamètres.
L'intérieur du tube sera alésé après coupe.
La jonction des tubes d'acier avec des tubes en cuivre sera effectuée au moyen des raccords démontables diélectrique.
Les tubes posés en tranchées seront protégés par bande DENSO posé à froid.
E.6.8 Canalisation de tubes en cuivre
Les tubes seront approvisionnés, soit en longueur droite, tubes écrouis, soit en couronne, tubes recuits ou très légèrement
écrouis, les parties façonnées seront recuites.
Les jonctions et les empattements seront exécutés par :
 Assemblage des tubes, matriçage et emboîtage soudé
 accord en alliage cuivreux à collets, à bague, à soudure capillaire pour laquelle il
pourra être employé du cuivre pur.
Les tubes seront coupés au coupe-tube, et cintrés à froid sans accessoires ou avec des ressorts intérieurs ou extérieurs, à chaud
et bourrés de sable sec ou de grès sur calibre ou bourré de poix à la machine avec ou sans mandrin.
Les tubes protégés par ficelle de papier en spirales, de papier crêpe bitumé, de papier kraft et coton ou autres matériaux
pourront être emmurés sans autre protection.
E.6.9 POSE DES APPAREILS SANITAIRES
Ils seront posés de niveau.
La fixation au mur se fera sur consoles immobilisant l'appareil, par goujons filetés à contre écrou et scellement ou par vis sur
taquets scellés ou chevilles tamponnées imputrescibles, les têtes étant isolées de la céramique par des rondelles en plomb ou en
caoutchouc.
La fixation au sol se fera par vis en métal inoxydables sur chevilles imputrescibles, les têtes étant isolées de la céramique et
lorsque l'appareil sera accolé à une paroi verticale il sera fixé sur celle-ci.
Lorsque l'appareil sera encastré, le ruissellement des eaux des parois verticales s'effectuera sur les bords de celle-ci.
Les appareils adossés ou juxtaposés entre eaux munis d'un joint plastique sans coupure, assurant l'étanchéité et résistant sans
déformation à des températures de 150° C pour les cuisines et 100°C pour les salles d'eau.
Les joints sur la céramique de robinets, raccord, bondes, etc..seront constitués par des rondelles de caoutchouc toilées ou non,
gonflées par le serrage d'une rondelle galvanisée à cuvette.
E.6.10 ROBINET D'INCENDIE ARME
Les R.I.A doivent satisfaire aux spécifications et aux essais de la norme NFS 611-201 (2)
 Les colonnes doivent être isolées et purgées.
 Tous les robinets doivent être plombés en position d'ouverture.
 Le réseau doit être rincé et purgé avant mise en service.
 A son extrémité haute la colonne montante comporte une partie rectiligne verticale fermée à son
extrémité de longueur 1,5 m au-delà de la prise la plus élevée et conçue pour résister au pression définie ci-dessus.
 Un manomètre et robinet purgeur doit être installé à demeure à proximité du R.I.A le plus défavorisé.
ARTICLE E.7 : ESSAIS
E.7.1 Essais en cours des travaux
Aux cours des travaux, les tuyauteries seront éprouvées sous pression (de 10 bars), en présence de la maîtrise d'œuvre et feront
l'objet d'un procès-verbal
38
E.7.2 Essais pour réception provisoire
En vue de la réception provisoire, il sera procédé au contrôle de la conformité des installations tant du point de vue de la
réglementation que celui du respect des prescriptions techniques du marché.
Tous les essais seront conformes à l'article 4.3.11 du D.T.U. n°60.1.
A la réception, les conditions ci-après devront avoir été réunies :
 Achèvement de tous les travaux.
 Remise des documents prévus aux articles du présent devis descriptif.
 Essais de réception ci-après concluants (éventuellement, après correction en cas
d'insuffisance constatée).
Ces essais de réception effectués dans les conditions ci-après, seront les suivants:
Vérification de l'étanchéité des circuits (Alimentation - Evacuations)
Vérification de débits
Pendant le puisage ou l'évacuation de l'eau, aucun bruit tel que vibrations, sifflements, coups de bélier, etc. ne devra être
entendu.
E.7.3 Essais pour réception définitive
Au plus tard huit jours avant l'expiration du délai d'un an à partir de la réception provisoire, l'Entrepreneur devra demander
qu'il soit procédé de nouveau, à l'examen des installations en vue de la réception définitive.
Les essais auront lieu dans les mêmes conditions que ceux prévus lors de la réception provisoire.
Au cas où les travaux ne se révéleraient pas entièrement conformes aux dispositions du marché, l'Entrepreneur sera tenu,
dans un délai de un mois (1) par le Maître de l'Ouvrage de remédier aux défectuosités constatées

ARTICLE .E8 : PRODUCTION EAU CHAUDE SANITAIRE


E.8.1 : DESCRIPTION GENERALE DU SYSTEME
La production d'Eau Chaude Sanitaire sera assurée par un ensemble de capteurs solaires installés en toiture, associés à des
ballons de stockage solaire.
Ils seront orientés SUD avec une inclinaison de 30°C.
L’installation solaire sera dimensionnée afin d’assurer un taux de couverture annuel des besoins en eau chaude d’environ 50%.
Le complément de la puissance sera garanti par deux pompes à chaleur haute température (cf. Schéma branchement EF,
production ECS et chauffage central).
Elles seront positionnées en toiture sur des socles antivibratiles (à la charge du lot GO).
Il sera prévu quatre types de pompes pour ce système :
 Pompes pour les circuits primaires
 Pompes pour les circuits secondaires
 Pompes pour le circuit solaire
 Pompe pour le circuit de retour d’eau chaude sanitaire
La pompe du circuit du retour est envisagée pour assurer l’eau chaude sanitaire à tout instant.
E.8.2 TUYAUTERIE
La tuyauterie sera en TAN (Tube Acier Noir) pour le circuit primaire des pompes à chaleur, en cuivre pour le circuit solaire et
en CPVC pression (type HTA)
Les raccordements terminaux se feront par réseau en PER depuis les collecteurs (nourrices) positionnés sous les lavabos.
Chaque nourrice sera équipée d’une vanne d’arrêt.
Chaque départ sera équipé d’une vanne d’arrêt assurant l’isolation de l’appareil sanitaire alimenté.
Des coffrets en plastique seront prévus afin d’abriter ces nourrices. Ils seront de type fermeture à vis.
Le réseau sera muni d’un système de purge à chaque point haut de l’installation et un robinet de vidange à chaque point bas de
l’installation.
Des vannes d’isolement seront prévues au départ et au retour de l’installation.
Pour éviter les désagréments causés par la dilatation des tuyauteries, l’installateur doit veiller à ce que :
 Les tuyauteries puissent se déplacer librement dans leurs supports ou fixations
 La traversée des murs et plafonds soit réalisée au travers de fourreaux en PVC
 Des dispositifs de dilatation doivent être installés pour les sections droites de plus de 6 m de
longueur.
E.8.3 VASE D’EXPANSION
Des vases d’expansions de type fermé à membrane sous pression d’azote doivent être placés suivant le schéma (cf. schéma de
branchement eau froide, production ECS et chauffage central).
L’installateur vérifiera la capacité et pression de gonflage ainsi que les organes de sécurité et de contrôle.
Le vase d’expansion doit être installé sur le retour général de l’installation et en amont du circulateurs.
Un manomètre doit être installé à proximité du vase d’expansion.
Une soupape de sécurité doit être placée à proximité du vase d’expansion.
La décharge de la soupape doit être raccordée à l’égout avec écoulement visible.

39
E.8.4 POMPES DE CIRCULATION
Les circulateurs doivent être installés entre deux manchons antivibratiles de préférence dans le départ de l’installation ou des
différents circuits de chauffe.
Des vannes d’isolement doivent permettre d’isoler la pompe et d’assurer son démontage aisé

F-ÉLECTRICITÉ COURANT FORT –COURANT FAIBLE


Le présent Cahier des Prescriptions Techniques a pour objet de définir les conditions d’exécution de l’ensemble des travaux
du sous lot : Electricité  courant fort et courant faible

1/PRINCIPES DES INSTALLATIONS ELECTRIQUES

1.1 / CONSISTANCE DES TRAVAUX  :


Les travaux à la charge du présent lot comprennent la fourniture, la mise en œuvre de tous les matériaux, matériels et produits,
de toutes les fournitures et prestations d’accessoires nécessaires pour réaliser les installations électriques, le réseau
téléphone/télévision/informatique/le système de détection incendie et sonorisation, depuis leurs origines jusqu’aux
équipements et appareillages terminaux. le cadre de son marché, l’entrepreneur sera soumis à une obligation de résultat, c’est à
dire qu’il devra livrer au maître d’ouvrage l’ensemble des installations en complet et parfait état de fonctionnement en
conformité avec la réglementation et les prescriptions en vigueur, et il devra toutes les fournitures et prestations nécessaires,
quelles qu’elles soient, pour obtenir ce résultat. Les opérations citées dans ce document comprennent toutes les tâches relatives
à la fourniture, au transport à pied d’œuvre et l'installation correcte du matériel.
SONT COMPRIS ÉGALEMENT (LISTE NON EXHAUSTIVE) :

 INSTALLATIONS ELECTRIQUES :
 Coffrets de distribution.
 Tableaux de protection électriques.
 Installation de l'éclairage.
 Installation des circuits particuliers pour l'ensemble des équipements techniques.
 Installation des circuits force destinés à divers usages.
 Alimentation des équipements : climatisation, VMC, etc.
 Les colonnes montantes électricité.
 Installation et équipement de l’éclairage de sécurité.
 Mise à la terre et liaisons équipotentielles.
 Installation sonnerie, Interphone.

 COURANTS FAIBLES, DESTRIBUTION TÉLEPHONIQUE  :


 Réseau de télévision.
 Réseau téléphonique.
 Prises informatiques.
 Tubage pour divers équipements courants faibles.

 SYSTÈME DE DÉTECTION ET DE SÉCURITÉ INCENDIE  :


 Centrale de détection incendie et gaz.
 Détecteurs automatiques d'incendie.
 Déclencheurs manuels d'incendie.
 Indicateurs d’action.
 Avertisseurs sonores.

 SYSTÈME DE VIDEOSURVEILLANCE  :
 Caméra de surveillance.
 Enregistreur DVR.
 Pupitre de commande.
 Moniteur.

40
1.2/ CONNAISSANCE DU PROJET :
Sur la base du présent CPS et les plans de la maitrise d’œuvre, l’entreprise déclare :
 Avoir pris pleine connaissance de l'ensemble des travaux à réaliser ;
 Avoir fait préciser tous points susceptibles de contestation :
 Avoir fait les calculs et sous – détail de prix ;
 N'avoir rien laissé au hasard pour déterminer le prix de chaque nature d'ouvrage présenté par elle et de nature à donner
lieu à discussion.
 Avoir apprécié toutes difficultés résultant du terrain, de l'emplacement des bâtiments à construire, des alimentations et
de toutes autres difficultés qui pourraient se présenter, et pour lesquelles aucune réclamation ne sera prise en
considération.
 Avoir procédé à la vérification des quantités du détail estimatif par rapport aux plans et documents remis dans le cadre
du présent appel d’offre et les avoir acceptées sans réserve.

1.3/ DOCUMENTS TECHNIQUES DE REFERENCE  :


L’ensemble des fournitures et travaux devra être conforme aux lois, décrets, circulaires et normes marocaines ou à défaut
françaises, notamment (liste non exhaustive) :
 Les Réglementations et les exigences du Distributeur Local d’Energie ;
 Les normes Marocaines 7-11CL 006 (homologue de NFC14.100) éditées par le Ministère des Travaux Publics et des
Communications concernant les règles techniques des installations de branchement de première catégorie comprise
entre le réseau de distribution et l’origine des installations intérieures ;
 Les normes Marocaines 7-11CL 005 (homologue de NFC15.100) éditées par le Ministère des Travaux Publics et des
Communications concernant l’exécution et l’entretien des installations de première catégorie ;
 L’Arrêté Viziriel du 28 Juin 1938 concernant la protection des travailleurs dans les établissements qui mettent en œuvre
des courants électriques, modifié et complété par les arrêtés du 4 Avril 1945, 20 Juillet 1945 et Décembre 1951. (De
manière générale, les mesures de protection des personnes contre les dangers présentés par les courants électriques
seront réalisées conformément aux indications, chapitre 6 de la NM CL 00 ;
 L’Arrêté du Ministère des Travaux Publics n° 127 .63 du 15 Mars 1963 complété par l’arrêté du 27 Août 1963
concernant les conditions auxquelles doivent satisfaire les distributions d’énergie électrique ;
 Les prescriptions du Décret du 14 Novembre 1962 et ses additifs relatifs à la protection des travailleurs dans les
établissements qui mettent en œuvre des courants électriques ;
 L’arrêté du Ministre des Travaux Publics et des Communications n° 566-70 du 2 Octobre 1971 portant approbation du
règlement pour la construction et l’installation des postes de livraison ou de transformation raccordée à un réseau de
distribution d’énergie électrique public ou privé de 2ème catégorie ;
 Le DTU 70 du CSTB ;
 Les normalisations, spécifications et règles techniques établies par U.T.E (dernières éditions en vigueur concernant
notamment l’appareillage général, les conducteurs et conduits, les mesures de protection contre la mise sous tension
accidentelle des mass métalliques, etc., les normes et publications auxquelles il est fait référence dans l’annexe de la
norme U.T.E. 15.100) ;
 Les prescriptions de la norme U.T.E.C 14.100 d’Octobre 1969 et ses additifs traitant de l’exécution des installations
électriques comprises entre la distribution publique d’énergie électrique et l’installation intérieure de première
catégorie ;
 Les prescriptions des textes officiels relatifs aux conditions techniques auxquelles doivent satisfaire les distributions
d’énergie électriques U.T.E. C 11.000 (1970) ;
 Le guide pratique pour l’établissement des prises de terre pour les bâtiments (Publication C.15.120 de l’UTE Edition 5
Juillet 1967).
 Les Normes Marocaines 7-11CL 006 (homologue de N.F. C14.100) éditées par le Ministère des Travaux Publics et des
Communications concernant les règles techniques des installations de branchement de première catégorie comprise
entre le réseau de distribution et l’origine des installations intérieures.
 Les prescriptions des normes européennes EN 54 et normes ISO.
 Les prescriptions des normes NF-S 61 950 À NF - S 61 962 et NF - S 61 930 à 940.
 Les prescriptions des normes APSAD règles R2 (FM 200), R3 (CO2) et R7
 De l'arrêt du 25 juin 1980 portant approbation des dispositions générales du règlement de sécurité contre les risques
d'incendie et de panique dans les établissements recevant du public, repris par la brochure No 1477-I des J.O.
 De l'arrêt du 2 février 1993 dans son ensemble, portant modifications au précédent.

41
 De l'annexe à l'article 3 concernant les dispositions particulières du Règlement de Sécurité propres à certains types
d'établissements.
 Suivant dispositions particulières concernant le type d'établissement considéré.
 Du cahier des Clauses Techniques Générales (CCTG) applicables aux marchés publics de détection d'incendie et ses
annexes
 Toutes les normes en vigueur relative à ces travaux.
 Aux législations et réglementations générales de classification des matériaux d'après leur comportement au feu.
 Des recommandations du CSTB par les DTU et règles en vigueur.
 Du comportement au feu des passages des canalisations.
 La réglementation acoustique, complétée des recommandations Qualité lorsque le programme y est soumis.
 La réglementation électromagnétique, Directive C.E.M n°89/336/CE.
 Norme marocaine NMCL 005
 Règlement de sécurité contre l’incendie selon le type de bâtiment (dernière édition mise à jour).
OBLIGATIONS PARTICULIÈRES :
Les obligations de l'entreprise comportent non seulement sur l'observation des prescriptions des textes énumérés ci-dessus,
mais aussi l'observation de tout autre décret, arrêté, réglementation ou normes en vigueur à la date de la remise de l’offre
applicables aux travaux du présent lot.
Dans le cas où un point du projet ne serait pas conforme à une publication en vigueur, l'Entreprise devrait le signaler au
Maîtrise d’œuvre avant la remise de son offre.
Le cas échéant tous les frais d'une modification du projet une fois, le marché passé, seraient à la seule charge de l'Entreprise.

1.4/ LIMITE DES PRESTATIONS :


A LA CHARGE DE L'ENTREPRENEUR :
 Les études complémentaires : ces études devront se limiter à détailler les plans de la maitrise d’œuvre, en particulier les
plans de principe du BET dans le respect du présent CPS et les normes et règlements en vigueur.
 Les notes de calcules ;
 Les schémas unifilaires des installations courants forts / courants faibles ;
 Les plans d'exécution de l’ensemble des installations approuvés et visés par le Bureau de Contrôle
 Les plans d’exécution des niches pour coffrets de distribution et coffrets de branchement, visés par le Distributeur local
d’énergie ;
 Les documents justifiants relatifs à ces travaux ainsi que leur approbation par le bureau d’Etudes Techniques (BET) et
le Bureau de Contrôle ;
 Les mises en œuvre de l'intégralité des fournitures, ainsi que l'exécution des travaux divers.
 Les modifications pour mise en conformité avec les conditions imposées ;
 Les mises au point des installations ;
 Les documents nécessaires pour une parfaite exécution des travaux par les autres corps d'état.
 Les traversés des ouvrages de maçonnerie sous la surveillance du BET.
 Tous les percements autres que les trémies, prévus dans la construction et leurs rebouchages éventuels, soigneusement
réalisés.
 Les gaines d'encastrement dans les maçonneries et cloisons que l'adjudicataire est tenu d'exécuter avant les enduits,
faute de quoi, il aura à sa charge tous les rebouchages et raccords qu'il aura obligatoirement de sous-traiter au Gros
Œuvre.
 Tous les scellements des tubes dans les sols, les fourreaux, manchettes, etc.Tous les raccords divers résultent de la
fixation des appareillages.
 La protection antirouille des pièces ou métaux ferreux et la peinture générale définitive de ses installations à l'intérieur
des locaux techniques et gaines.
 Les dispositions à prendre pour l'amenée à pied d'œuvre des matériels lourds.
 Les dispositions concernant la sécurité de son personnel et celles des autres ouvriers travaillant au voisinage de ses
installations.
L'Entrepreneur reste responsable des conséquences que peuvent avoir ses travaux sur la solidité des constructions ou des traces
de fissures qui peuvent apparaître par la suite.

1.5/ ETUDES ET DOSSIERS TECHNIQUES :


L’entrepreneur du présent lot aura en charge, dans le cadre de son intervention sur le chantier, les prestations suivantes :
42
 PROCÉDURES ADMINISTRATIVES  :
 Déclaration pour travail de nuit ou du dimanche ;
 Rédaction du plan de prévention ;
 Remise des certificats d’habilitation de son personnel.

 DOSSIERS TECHNIQUES D’EXÉCUTION  :


Documents d’atelier et de chantier nécessaires à l’exécution des prestations tels que :
 Plans de tous les niveaux avec position et repérage de l’ensemble des composants des installations ;
 Schémas unifilaires, schémas de principe et synoptiques de toutes les installations (installations électriques, pré câblage
informatique/téléphonique, système de détection incendie, vidéosurveillance)
 Notice technique de tous les matériaux et appareillages ;
 Notes de calculs ;
 Plans généraux et plans de détails ;
 Notices techniques de fonctionnement et d’entretien du matériel installé ;

 DOSSIER TECHNIQUE DES OUVRAGES EXÉCUTÉS  :


Documents correspondants aux installations exécutées, réalisés sur la même base que les documents d’exécutions avec en
complément :
 Notices de fonctionnement et d’entretien du matériel ;
 Procès-verbaux d’essais et de conformité ;
 Agenda des fournisseurs.
Les dossiers techniques seront réalisés sur moyen informatique compatible à 100 % avec les dernières versions des
logiciels agrées UTE ou CSTB pour les notes de calcul.
 Les dossiers techniques seront remis en 3 exemplaires dont 1 sur support informatique sauf spécifications contraires et
seront présentés suivant la procédure du chaque affaire : cartouche, liste des documents, bordereau de diffusion.
 Dossier d’exécution à remettre dans un délai de 3 semaines. Les documents devront obligatoirement avoir reçu l’accord
favorable du bureau de contrôle et du maître d’œuvre de l’opération avant mise en exécution.
 Dossier des ouvrages exécutés à remettre dans un délai de 4 semaines à compter de la visite préalable à la réception. Un
exemplaire provisoire sera soumis à l’approbation de la maitrise d’œuvre à cette occasion.

1.6/ BASES DE CALCULS :

 DIMENSIONNEMENT ET MISE EN OEUVRE DES INSTALLATIONS  :

1. CONDITIONS GÉNÉRALES :
 L’entrepreneur du présent lot aura en charge dans le cadre de son marché, en plus de l’obligation de moyen, une
obligation de résultat.
 L’intervention de l’entrepreneur sera du type concepteur/constructeur et à ce titre il aura en charge la totalité des
prestations permettant d’obtenir le résultat attendu au titre du présent CPT.
 L’entrepreneur aura en charge, dans le cadre de sa proposition, la reconnaissance complète des existants, aucun
supplément ne sera accepté pour mauvaise connaissance du contexte.
 L’entrepreneur joindra à sa proposition tous les éléments permettant d’apprécier la qualité de son offre.
 L’intervention de l’entrepreneur se fera obligatoirement hors exploitation de locaux et ne devra pas générer de
perturbations dans le fonctionnement.
 La mise en œuvre des équipements et des câblages prévus au projet devra totalement respecter l’esthétique et le parti
architectural des locaux et faire l’objet de l’accord préalable du maître d’ouvrage.

2. AVANT EXÉCUTION :
Du fait de sa qualification, il appartient à l'entreprise de prévoir le détail des sujétions, des fournitures et des ouvrages
nécessaires à la réalisation parfaite du présent lot.
Pour cela, elle devra prendre connaissance des travaux des autres corps d'état et fera apparaître les ouvrages correspondants sur
ses plans de chantier et détails d'exécution.
L'entreprise adjudicataire devra se conformer strictement au planning d'exécution qui lui sera fourni, et indiquer toutes les
43
contraintes imposées aux différents corps d'état pour le bon fonctionnement des installations du présent lot, dès l'ouverture du
chantier.
En complément de la coordination générale de l'ensemble des travaux exécutés par les différents corps d'état, il est rappelé que
l'entrepreneur devra prévoir la réalisation de certaines parts de son lot à des époques différentes, suivant l'avancement des
autres corps d'état et suivant le planning d'exécution.
Elle soumettra à l'accord de la Maîtrise d'Œuvre, en nombre d'exemplaires à définir, tous les plans qui seront
nécessaires et notamment :
 Les plans intéressant le gros œuvre (trémies, réservations,...),
 Les dispositions particulières concernant les passages de matériel pendant le chantier,
 Un planning exact des besoins à l'égard des autres corps d'état, selon planning d'exécution préalablement défini,
 Les plans généraux des installations comportant toutes les indications nécessaires à une parfaite coordination des
travaux TCE,
 Tous les plans de détails d'exécution du présent lot et en particulier :
 Les plans d'encombrement des conduits dans les gaines techniques,
 Les plans de repérage des conduits, les schémas des colonnes et des réseaux,
 Les plans des implantations, mettant en évidence l’implantation de tous les appareils, des canalisations électrique
et boites de raccordement,
 Les plans particuliers aux matériels placés dans les volumes constitués, par les faux-plafond et faux planchers
repérés en fonction du calpinage des éléments démontables ou dalles amovibles suivant le cas.
 Les plans de cheminement des chemins de câbles,
 Les schémas électriques, les sections des conducteurs, les plans de filerie, etc.
 Tous les plans qui seront établis par l'entreprise, le seront sur la base des plans BET et des plans DCE. Les pièces
écrites et graphiques établies par le Maître d'Œuvre et définissant les objectifs à atteindre, constituent pour
l'entreprise une obligation de résultats.
Toute exécution prématurée faute d’avoir en temps utile soumis les plans à l’approbation du maitrise d’œuvre, s'effectuerait
sous la seule responsabilité de l'entrepreneur, et les modifications qui pourraient lui être demandées seraient entièrement à sa
charge, y compris les conséquences du retard sur le planning d'exécution des travaux.

1.7/ RELATION DE L’ENTREPRENEUR AVEC LES DISTRIBUTEURS   : 


L’Entrepreneur se mettra en rapport avec les services intéressés des distributeurs local d’énergie pour obtenir tous les
renseignements utiles pour l’exécution de ses travaux. Il se soumettra à toutes les vérifications et visites des agents de ces
services et fournira tous les documents et les pièces justificatives demandées (entre autres, les plans approuvés par le
distributeur). L’entrepreneur se chargera de faire viser tous les plans d’exécution. L’entrepreneur devra respecter
principalement les règlements particuliers imposés par les services locaux avec lesquels l’entrepreneur devra se mettre en
rapport avant l’approvisionnement pour le matériel et avant l’exécution pour les travaux. Il devra faire connaître à la maîtrise
d’œuvre, les dispositions du devis descriptif qui ne seraient pas admises par le distributeur, faute de quoi, il devra prendre à sa
charge tous les frais résultant des modifications imposées par ce dernier.

1.8/ PROVENANCE - QUALITE - PREPARATION DES MATERIAUX   :


La provenance des matériaux, équipements et appareillages destinés aux installations devra être soumise à l'agrément du
Maître d'Ouvrage. Lors de la remise de son offre (et avec sa soumission), il sera dressé par l'Entrepreneur et remis à la Maîtrise
d'Ouvrage une liste de tous les appareils et de la lustrerie qui précisera pour chaque élément la Marque, le Fournisseur ou
l'usine d'origine.
LA DÉSIGNATION FAITE DANS LE C.P.T. DES MATÉRIAUX, ÉQUIPEMENTS ET LUSTRERIES À UTILISER DANS LE PRÉSENT

DEVIS DESCRIPTIF CONSTITUE LA BASE DE L'ÉTUDE DE PRIX QUE DOIT FAIRE L'ENTREPRENEUR.
Dans le cas où celui-ci désirerait utiliser des produits d'une autre provenance, il devra présenter à l'acceptation du Maître
d'Ouvrage, simultanément, un échantillon de l'article prescrit par le présent devis accompagné de sa fiche technique et un
échantillon de l'article qu'il propose en remplacement duquel il joindra la documentation désirable et la liste des références.
Dans ce cas, l'Entrepreneur fournira également les sous détails de prix comparés de l'article proposé et de l'article prescrit.
Les matériaux destinés à l’exécution des travaux seront des marques définies dans le tableau ci-dessous .

L'ENTREPRISE DEVRA PRÉSENTER UN TABLEAU AVEC LA LISTE DE L'ENSEMBLE DE MATÉRIELS ET


APPAREILLAGES EMPLOYÉS AVEC CATALOGUES CORRESPONDANTS DES CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES
DÉTAILLÉES, RÉFÉRENCES, MARQUES CORRESPONDANTE ET USINES D'ORIGINE.

 L'ensemble du matériel utilisé doit être représente efficacement au Maroc et garantie en pièces de rechanges pour une
durée minimum de 5 années.
 Par le fait même du dépôt de son offre, l'Entrepreneur sera réputé connaître les ressources des usines ou dépôts
indiqués ci-dessus ainsi que leurs conditions de vente et de livraison.
 Aucune réclamation ne sera recevable concernant le prix de revient à pied d'œuvre de ces matériels.

44
 L'Entrepreneur devra présenter à toute réquisition les certificats et attestations prouvant l'origine et la qualité des
matériels.
 Tous ces matériels seront de première qualité et répondront aux normes en vigueurs, prescriptions du devis descriptif
technique et au DGA.
Afin de permettre au Maître d’Ouvrage et à la Maîtrise d’œuvre de comparer équitablement les offres, ces dernières devront
correspondre à des prestations identiques pour toutes les entreprises, aussi bien au niveau de la qualité et des performances des
matériels proposés qu’au niveau de leur mise en œuvre ou de leur maintenicien. En conséquence, l’entrepreneur devra
obligatoirement établir son offre en respectant tous les types de matériels qui sont indiqués dans le présent cahier de charge. Le
soumissionnaire a la possibilité de proposer des marques de matériel différentes de celles citées dans ce document aux
conditions suivantes :
 Le matériel proposé doit être similaire au matériel cité (voir ci-après la définition du terme « similaire ».
 Il doit être joint avec l’offre de l’installateur les documents techniques correspondants et les motifs conduisant le
soumissionnaire à proposer ce matériel. L’acceptation ou le refus par le Maître d’Ouvrage et par le Maître d’œuvre
des matériels similaires proposés par l’entreprise se fera lors d’une présentation d’échantillons qui aura lieu au début
du chantier. Les matériels proposés par l’entreprise pour lesquels le Maître d’Ouvrage ou le Maître d’œuvre jugeraient
qu’ils ne méritent pas le qualificatif de « similaire » devront être remplacés par les matériels prévus au présent cahier de charge,
sans que l’entreprise ne puisse prétendre à aucune plus-value. L’entrepreneur est donc invité à vérifier très attentivement que les
matériels avec lesquels il évalue son offre sont réellement similaires, car dans le cas contraire, il en assumera seul les conséquences
financières.
DÉFINITION DU TERME « SIMILAIRE » :
Seront considérés comme similaires les matériels qui à la fois :
 Seront de même technologie que les produits cités et auront le certificat de conformité NF ou EN et auront des performances et des
fonctionnalités qui seront en tous points au moins égales à celles des produits cités
 Seront constitués de matériaux de même nature et de qualité au moins égale à celles des produits cités.
 Auront des caractéristiques techniques (températures limites d’utilisation, tenue au feu, pression de service maxi, etc.) qui seront
toutes égales ou supérieures à celles des produits cités (et ceci même si les caractéristiques limites d’utilisation des produits cités
dans le présent document ne pourront jamais être atteintes compte tenu des conditions de fonctionnement réelles des matériels).
 Pourront être équipés ultérieurement des mêmes options que celles des produits cités (même si ces options ne sont pas retenues au
titre du présent document).
Seront garantis pendant une durée au moins égale à celle des produits cités (pour les matériels bénéficiant d’une garantie
supérieure à la garantie légale). Les indices de protections des armoires électriques et de tous les matériaux électriques exposés
doivent respecter l’indice IP 66
Les matériaux proviendront des lieux de production suivants :
CÂBLES ET CONDUCTEURS INGELEC, CGE, NEXANS OU SIMILAIRE

CONDUITS ICD INGELEC, CGE, NEXANS OU SIMILAIRE

LUMINAIRES – LUSTRERIE INGELEC, SLV, PHILIPS, DISANO OU SIMILAIRE

DISJONCTEURS, APPAREILS DE PROTECTION, INGELEC, LEGRAND, MOELLER OU SIMILAIRE


COFFRETS, ARMOIRES, ETC.

PETIT APPAREILLAGE INGELEC, LEGRAND OU SIMILAIRE

CHEMIN DE CÂBLES INGELEC, LEGRAND OU SIMILAIRE

ECLAIRAGE DE SÉCURITÉ INGELEC, LEGRAND OU SIMILAIRE

PRISE INFORMATIQUE/TÉLÉPHONE INGELEC, LEGRAND OU SIMILAIRE

AUTRES ECHANTILLONS REMIS POUR APPROBATIONS


 Par le fait même de son offre, l’entrepreneur est censé connaître les ressources des dépôts indiqués et ne pourra
présenter aucune réclamation concernant les prix de revient à pied d’œuvre de ses matériaux.
 L’entrepreneur devra présenter avant tout commencement d’approvisionnement un échantillonnage ou un descriptif
complet du matériel à mettre en œuvre et obtenir l’accord du Maître de l’ouvrage et de la maîtrise d’œuvre.
 La demande de réception des matériaux et des armoires équipées devra être faite au moins (8) jours avant la pose.
 Tous les matériaux proposés par l’entrepreneur doivent être de fabrication standard, sauf dérogations spéciales et
soumis à l’agrément de la maîtrise d’œuvre.
 Le matériel et les types d’installation proposés doivent être conformes aux recommandations du C.E.I et aux normes
marocaines N.M.7.11.CL 005.

45
1.9/ MODE D’EXECUTION DES TRAVAUX ET SPECIFICATIONS TECHNIQUES PARTICULIERES

3. PERCEMENTS :
 Les encastrements, percements et saignées : Rainurage à l’aide d’une machine ;
 Le rebouchage de saignée sera réalisé avec un mélange 50/50 de plâtre et de colle à carreaux ;
 Tous les percements, scellements, rebouchages et fixations diverses sont à la charge de l’entrepreneur du présent lot
sous la surveillance du lot Gros Œuvre ;
 Pour les fixations éventuelles prévues sur les parties métalliques, l’entrepreneur doit exécuter des raccords antirouille
dans le cas où des soudures ou des percements doivent être réalisés. Toutes les fixations métalliques sont galvanisées
ou cadmiées.
FOURREAUX  :
Les traversées des parois doivent répondre aux normes U.T.E. C.15.100 et P.N.M. 7.11.CL 005. Les fourreaux posés par
l’entrepreneur du présent lot doivent être d’un diamètre approprié (à celui des câbles dont ils assurent le passage) et devront
dépasser d’environ 3cm de part et d’autre des parois.
En cas de traversées de parois réalisées de part et d’autre d’un joint de dilatation, le fourreau sera divisé en deux parties sur la
longueur et aura un diamètre suffisamment grand pour garantir un espace libre autour des câbles, afin d’absorber les risques
d’affaissement d’un corps de bâtiment par rapport à l’autre.
D’une manière générale les fourreaux doivent conserver le caractère coupe-feu ou pare flamme de la paroi qu’ils traversent.

4. TABLEAUX TERMINAUX
Les appareillages basse tension des tableaux seront du type modulaire conformément aux recommandations internationales
IEC 157. 1 et aux normes marocaines.
Le disjoncteur de tête sera de type différentiel à calibre et à pouvoir de coupure selon sa fonction.
Les disjoncteurs secondaires seront en type à calibre et à pouvoir de coupure selon leur fonction.
Sauf conditions spéciales, les coupe-circuits sont interdits. Les télérupteurs auront leur bobine protégée. Ils seront prévus pour
supporter sans dommage les ruptures des circuits selfiques.
Dans les locaux humides et circulations, les prises de courant seront protégées par les différentiels 30 mA. Ce dispositif
différentiel 30 mA sera aussi prévu sur les prises de courant situées à moins de 1,5m de tout point d'eau.
Dans les tableaux terminaux, les disjoncteurs principaux (éclairage, PC, ventilo-convecteur et autres) seront équipés chacun
d'un contact défaut (contact sec). Ces contacts seront mis en parallèle et ramenés sur un seul borniers pour être reportés à
distance (information synthèse).
D'autre part, le disjoncteur général du jeu de barre alimentant les ventilo-convecteurs et les appareils de climatisation sera muni
d'une bobine à déclenchement dont l'ordre de fonctionnement est donné par les courants faibles (sur un borniers du tableau) par
un contact sec extérieur.

5. EQUIPEMENTS DE PROTECTION ET DE COUPURE :


Généralités  :
Le choix des appareils de protection et de coupure devra tenir compte des densités nominales mises en jeu, du pouvoir de
coupure et du degré de sélectivité.
Le câble nominal d'un appareil sera supérieur de 10% à son intensité de service, de façon à éviter tout échauffement susceptible
de nuire à son fonctionnement. En particuliers, aucun seuil de déclenchement ne pourra être égal ou supérieur à la valeur de
l'intensité nominale de l'appareil donnée par le constructeur.
Le pouvoir de coupure des disjoncteurs devra être supérieur à la valeur efficace du courant de court-circuit calculée à leur point
d'installation.
Il sera de plus, vérifié que le courant de court-circuit minimum en tout point des lignes est susceptible de faire sa protection en
amont.
Tout défaut devra provoquer le déclenchement du seul disjoncteur immédiatement placé en aval, sans nuire à la continuité de
service des départs voisins.
Cette sélectivité pourra être obtenue soit par retard de déclenchement soit par réglage des déclencheurs magnétiques.
Les appareils de protection (disjoncteurs, sectionneur fusible) auront un calibre inférieur minimum de 10 % au calibre
maximum admis par le type d’appareils (U.T.E. C.15.100)
Sélectivité : 10 % minimum de différence entre les calibres de deux appareils en série
Les appareils de protection seront à réarmement manuel (disjoncteur du type magnéto- thermique) - sensibilité 500m A pour
les disjoncteurs différentiels
Tout l’appareillage non précisé dans le devis descriptif devra porter la marque de conformité aux normes NF USE.
Tout appareillage de protection sera de marque Schneider Electric (Merlin Gerin, Telemecanique) ou similaire.
46
Tableaux de protection  :
Les appareillages basse tension du tableau seront du type modulaire conformément aux recommandations internationales IEC
157. 1 et aux normes marocaines.
Le disjoncteur de tête sera de type différentiel à calibre et à pouvoir de coupure selon sa fonction.
Les disjoncteurs secondaires seront en type à calibre et à pouvoir de coupure selon leur fonction.
Sauf conditions spéciales, les coupe-circuits sont interdits. Les télérupteurs auront leur bobine protégée. Ils seront prévus pour
supporter sans dommage les ruptures des circuits

6. CANALISATIONS ET DÉRIVATIONS :
 CANALISATIONS PRINCIPALES :

Les canalisations principales seront en câble multiconducteur type U 1000 R 02V de différentes sections calculées en fonction,
d'une part de la chute de tension, d'autre part de l'intensité.
Les canalisations en parcours horizontal seront posées en chemins de câble ou tube ICD 29
Les canalisations en parcours verticaux seront posées en colonnes préfabriquées dans les gaines techniques du bâtiment.
 CANALISATIONS SECONDAIRES :

Les canalisations seront exécutées en fils ou en câble suivant leur destination :


 En câble multiconducteur type U 1000 R02V ou U1000 RGFFV ou en fils U500 V posé sous fourreaux dans tous les
locaux techniques.
 En fils U 500 sous tube ICE 6 E encastré dans les parois ou noyé dans le béton.
 En câble multiconducteur type U 1000 R02V sur chemin de câble dans le vide des faux plafonds.
 DÉRIVATIONS ET CONNECTIONS :

 Les épissures entre conducteurs sont formellement interdites.


 Dans toute l'installation des dérivations et connections les conducteurs neutres devront être accessibles.
 Les dérivations sont interdites sur les bornes des douilles des lampes et les connections seront réalisées par bornes
isolées type Dominos.
 Les connections et dérivations seront exclusivement localisées dans les tableaux, dans les boîtiers de dérivation
réservés à cet effet.
 Tous les raccordements et dérivations seront faits sur des bornes ou des réglettes largement dimensionnées, fixées soit
sur des appareils terminaux, soit dans des boites ou coffrets prévus à cet effet et dans tous les cas devant rester
accessibles.
 Toutes les bornes et réglettes seront repérées. Aucune épissure ne sera tolérée.
 Aucune dérivation ou raccordement ne sera faite dans les boites ou coffrets si l’accès est condamné.
 Tous les tableaux, coffrets, armoires ou répartiteurs seront repérés au moyen d’étiquettes en dilophane gravées, fixées
par vis ou rivets.
 Le matériel et les consignes d’exploitation prévus en fourniture du présent lot et les plaques du petit appareillage
seront posés après le passage de l’entreprise de peinture ou de l’entrepreneur chargé de la pose des revêtements
spéciaux.
 Il sera assuré la mise en équipotentialité de toutes les masses métalliques, installées et leur raccordement à la prise de
terre.
 CHOIX DES CONDUITS ENCASTRÉS EN FONCTION DES PAROIS :

 Encastrement : Les canalisations électriques encastrées dans les matériaux de construction doivent être constituées par
des conducteurs isolés protégés par un conduit.
 L'encastrement direct de conducteur ou de câbles est interdit à l’exception des conducteurs blindés à isolement
minéral.

 Raccordement des conduits :

Les raccordements des conduits doivent s'exécuter avec des boites qui doivent satisfaire aux conditions suivantes
 Etanchéité pendant la prise des matériaux
 Couvercle devant rester accessible.

7. APPAREILLAGES :
BOITE D'ENCASTREMENT  :
Les conditions auxquelles doivent satisfaire les boîtes sont les suivantes :

47
 Très bonne résistance aux chocs même à basse température
 Bonne teneur dans le béton
 Fixation rapide et étanchéité avec les tubes
Les boites de centre doivent être positionnées avec précision suivant les indications des plans alors que la dalle n'est pas encore
coulée.
Les pots de réservation seront pour les raccordements et pour loger des fils en attente.
Les boîtes d'appareillage sont destinées à recevoir les appareils et dans lesquelles on peut viser une fixation pour ceux-ci.
DOUILLE  :
Les douilles installées au bout du fil seront toutes du type B22 double bague à embase avec enveloppe isolant jusqu'à 150W du
type E27 jusqu'à W à vis, du type E40 au-dessus de 400W à vis.
Dans tous les cas, les douilles de lampes à incandescence seront en liaison sauf dans les locaux humides ou elles seront en
porcelaine.
Elles seront du type baïonnette jusqu'à 150 W et à vis au-delà. Les douilles à l'interrupteur sont interdites, tout piquage de
conducteur est proscrit.
INTERRUPTEUR, BOUTONS POUSSOIRS ET PRISES DE COURANT   :
NOTA : Toutes les prises de courant seront équipées de fil de terre normalisées et raccordées au réseau
général de terre.
APPAREILS D'ÉCLAIRAGE  :
Le présent lot comprend la pose, raccordements et essais de toute modèles sur des supports de toutes natures, encastrés en faut
plafond de toutes natures, apparents, etc.
 Les appareils seront de type incandescent, fluorescent, fluo compacte, halogène, etc.
 Les luminaires seront de type et modèles à spécifié par la maîtrise d’œuvre.
 Ils seront posés complets, y compris lampes et accessoires.
 Les appareils fluorescents seront équipés de ballast compensé, haute température.
 Tous les circuits d’éclairage seront équipés de fils de terre normalisés et raccordés au réseau général de terre.
PARTICULARITÉS POUR LES PIÈCES HUMIDES  :
Dans les salles d'eau ou pièces humides, l'installation sera conforme à la NFC 15.100 art 482.1 suivant implantation :
 Dans le volume de protection, prévoir une applique de sécurité classe II avec prise 2P alimentée par transformateur de
séparation des circuits.
 Hors du volume de protection, est à prévoir une applique de classe I avec prise de courant 2P + T.
 Les prises de rasoir seront alimentées par un transformateur de séparation des circuits dans les salles d’eau et
vestiaires.

8. RÉSEAUX DE TERRE ET CIRCUITS EQUIPOTENTIELS :


RÉGIME DES MASSES ET DU NEUTRE  :
Le régime du neutre est celui du type : schéma T.T.
PRISE DE TERRE  :
La prise de terre des masses doit être distincte de la prise de terre neutre.
La prise de terre du bâtiment sera réalisée par la mise en place d'un feuillard cuivre 28 mm2 au fond de fouille ; les éclisses
entre les différents éléments ne seront pas tolérées, la jonction sera effectuée par soudure moléculaire.
L'entrepreneur devra veiller particulièrement à l'avancement des travaux de gros œuvre afin de dérouler le feuillard en fonction
de l'avancement des travaux.
L’adjudicataire de présent lot doit réaliser le ceinturage en câble cuivre nu de section minimum de 28mm² aux fonds
des fouilles en coordination avec le lot gros œuvres.
Il doit s’assurer de l’emplacement des sorties des câbles de terre et les longueurs laissées en attente. Aucune réclamation ne
sera acceptée après réception. Sur le réseau seront disposées de remontées aboutissant à des barrettes réglementaires. La
position de ces barrettes sera définie par l'installateur en tenant compte des locaux et de l'emplacement des gaines verticales.
L’entrepreneur doit s’assurer de la valeur exacte de la prise des terres en place et, si nécessaire la compléter par piquets de
façon à obtenir une prise de terre générale ayant la résistance souhaitée.
EQUIPOTENTIALITÉ DES MASSES  :
La Mise à la terre des masses est d’utilisation systématique
Chaque départ devra être pourvu d’un conducteur de terre en cuivre de section normalisée, alimentant les bornes de terre des
équipements intérieurs et extérieurs à savoir :
 Coffrets et armoires métalliques (châssis et portes).
 Huisserie – canalisation ;
48
 Socles des luminaires et des prises de courant.
Une liaison équipotentielle reliera entre elles toutes les canalisations métalliques (eau froide, eau chaude, vidange, menuiserie
métallique, etc.)
La liaison équipotentielle des salles de bain sera réalisée conformément à la NEC 15.100, en conducteur 2,5mm².

9. CONDUCTEURS :
Pour les installations intérieures, les sections des conducteurs de phases seront largement déterminées en fonction des critères
d’échauffement et des chutes de tension définies. D’autre part les circuits terminaux auront une section minimale de :
 1,5 mm² pour les circuits d’éclairage
 2,5 et 4 ou 6mm² pour les prises de courant 2 x 10/16 A +T – 2(3) x 20(32) A + (N) +T.
La section du conducteur neutre des circuits terminaux sera égale à celle des conducteurs de phases. Pour les autres circuits,
cette section pourra être inférieure si le quatrième pôle de l’appareil de protection en amont est équipé d’un déclencheur
pouvant être réglé à l’intensité nominale de la section réduite. La section des conducteurs de terre sera déterminée
conformément à l’annexe II du chapitre 6 de la norme CL 005.

10. REPÉRAGE DES CONDUCTEURS ET DES CÂBLES  :


 Dans toute l’installation, on respectera les continuités des couleurs d’isolant des conducteurs : Conducteur de phase
= rouge
 Conducteur neutre = bleu
 Conducteur de terre = noir
 Conducteur navette = jaune
Les câbles sont repérés à leurs points de départs, changements de direction et d’aboutissement par une bague identifiable dont
l’indication doit correspondre aux schémas fournis.

2/PRINCIPES DE L’INSTALLATION DE TELEPHONE - INFORMATIQUE

11. 2.1/ CONSISTANCE DE TRAVAUX


L'installation prévue constitue un "Système de pré-câblage banalisé en RJ45" de catégorie 6, composé des éléments suivants :
 D’un répartiteur général et d’un sous répartiteurs.
 Câblage horizontal en câbles CAT 6 UTP.
 Chemins de câbles.
 Prises courant faible CAT 6.
 Cordons de brassage CAT 6 UTP.
 Cordons de liaison CAT 6 UTP.
 Câble de rocade téléphonique
 Câble en fibre optique de liaison entre le RG et le SR
 Raccordement, essais et mise en service.

12. 2.2/ REFERENCES AUX TEXTES SPECIAUX


Indépendamment des textes généraux cités au Cahier de charges, l'entrepreneur du présent lot devra exécuter tous ses travaux
ou installations aux normes et règlements en vigueur au Maroc à la date de la remise de son offre, ou à défaut, aux normes
Européennes et internationales. Tous les travaux doivent respecter les règles et règlements formulés par :
 Les législations et réglementations générales de classification des matériaux d'après leur comportement au feu.
 Du cahier des Clauses Techniques Générales (CCT-G) applicables aux marchés publics de pré-câblage informatique
et téléphonique et ses annexes
 Toutes les normes en vigueur relative à ces travaux :
Les obligations de l'Entrepreneur pour l'exécution des travaux résultent de l'ensemble des documents suivants :
 Aux normes Européenne EN 50.
 Aux normes ISO.
 La norme ISO/CEI IS 11801 qui définit un système de câblage ne dépendant pas d'une application particulière.
 Document de normalisation Cenelec en 50173 (TC115)
 Aux normes UTE
 Aux règlements IAM
 Toute autre autorité compétente.
L'objectif est de mètre au point un système de câblage normalisé intégrant des applications de téléphone, de transmission de
données et Vidéo, ouvert aux nouvelles technologies. D'autre part, pour faire à l'évolution des besoins, le système de câblage
doit être flexible. Un plan de câblage flexible permet des modifications faciles, économiques et efficaces. Le concept et les
matériaux employés doivent être homogènes et conformes à aux principes de la norme ISO/CEI IS 11801.

49
13. 2.3/ PRINCIPE DE L'INSTALLATION
Description générale
Les spécifications techniques et la description conceptuelle sont basées principalement sur la norme ISO/CEI IS 11801, et sur
le document de normalisation CENELEC EN50173 TC115. Le système de câblage est une structure hiérarchique en étoile ou
en cascade. Les types de sous-systèmes et leur nombre dépendent de la topologie et de la taille du bâtiment. Des câbles doivent
être installés entre les niveaux adjacents de la structure pour constituer une étoile hiérarchique qui procurera le haut degré de
souplesse nécessaire à la mise en œuvre d'une variété d'application. Les câbles horizontaux doivent être continus entre le
répartiteur d'étage et les prises de télécommunication. Des interfaces avec le câblage sont situées à l'extrémité de chaque sous-
système. Les équipements propres aux applications peuvent être connectés à ces points. Chaque répartiteur peut avoir une
interface avec un câble de services extérieurs et peut utiliser des châssis d'interconnexion ou de brassage. Le raccordement au
réseau de télécommunication public est réalisé au niveau de la tête de câble réseau public qui sera située dans le répartiteur
général. L'emplacement, le type de brassage et le câblage intermédiaire sont régis par les règles nationales dont il faut tenir
compte lors de la proposition du système de câblage.
Câblage
Câble horizontal : Le câblage horizontal relie le répartiteur d'étage aux prises de télécommunication. Ce câblage doit avoir une
topologie en étoile et utiliser des câbles à quatre paires torsadées. Pour faire en sorte que la longueur totale de câble entre
l'élément actif et l'adaptateur du poste de travail ne dépasse pas les 100 mètres stipulés par la norme ISO/CEI IS 11801, ISO
8877 et le document de normalisation CENELEC EN50173 TC115, la longueur du câble horizontal entre le panneau de
brassage et la prise de télécommunication ne doit pas dépasser 90m.
Nota : Il convient d'utiliser des câbles présentant des caractéristiques nominales identiques afin d'obtenir un câblage
homogène (cela vaut pour les cordons de brassage et de liaison, les câbles de zone de travail, etc.) Des câbles à code de couleur
doivent être utilisés pour faciliter la gestion du réseau. Le câble doit respecter les exigences de sécurité en vigueur, telles
qu'elles sont définies par les autorités compétentes : L'emploi de gaines non propagatrices de la flamme et obligatoire.
Prise de télécommunication
Les prises de télécommunication doivent être des prises modulaires 9 broches de type RJ45 conformes à la norme ISO 8877 et
de catégorie 6. Elles doivent présenter une atténuation paradia-phonique supérieure à 40 dB à 250 MHZ entre chaque
combinaison de paire afin de permettre la mise en œuvre d'applications jusqu'à 250 MHZ. Pour faciliter l'installation, la
connexion du câble est réalisée en utilisant la technologie des connexions auto dénudantes (CAD). Pour éviter les erreurs
d'installation, les contacts auto dénudant CAD doivent être repérés selon le même code de couleur que les câbles. Les prises
comporteront un ou deux connecteurs RJ45, connectés séparément. Chaque prise de télécommunication doit avoir tous ses
contacts connectés. Cela impose d'utiliser un câble à 4 paires. La prise de télécommunication doit être de dimensions
normalisées (45x45mm) pour garantir l'ouverture du marché. Elle peut être montée en encastrée ou dissimulée sur des
goulottes ou boite au sol. Les adaptateurs d'impédance, quand ils sont utilisés, doivent être extérieurs à la prise du côté de
l'équipement. Les réaffectations de paires sont interdites.
Répartiteurs
Les répartiteurs seront de type armoire ou coffret constitués de Racks normalisées (19pouces) équipées et installés dans des
baies avec porte frontale transparente et verrouillage. Tous les Racks utilisés que dans les sous répartiteurs installés dans les
locaux de gaines doivent être pivotants. Les répartiteurs doivent contenir les panneaux de brassage équipés des connecteurs
pour RJ45, des châssis de répartition avec modules de connexion CAD et des équipements auxiliaires (guide -câbles, barre
d'alimentation, éclairage, mise à la terre, ventilateur, etc.). Les baies doivent pouvoir recevoir chaque type d'équipement actif
en vue d'une extension ultérieure.
Mise à la terre
Les procédures de mise à la terre à mètre en œuvre pour assurer la sécurité électrique et la comptabilité électromagnétique font
l'objet de règlements en vigueurs. L'usage courant est étroitement lié à la structure de mise à la terre du bâtiment. Des
recommandations concernant la mise à la terre des blindages de câbles figurent dans la norme CEI (CD) 1000-5-2. Les
recommandations suivantes sont basées sur des considérations opérationnelles.
 Le blindage, pour être efficace, ne doit pas présenter de discontinuités entre la prise de télécommunication et le
panneau de brassage. L'écran du câble doit être constitué d'une feuille mécanique repliée sur les 4 paires torsadées
avec un fil de drainage.
 Le circuit de terre doit être permanent et continu.
 Schéma recommandé pour une structure de mise à la terre en étoile.
Si un bâtiment n'est pas pourvu d'une structure de mise à la terre maillée, toutes les électrodes de terre du bâtiment doivent être
reliées entre elles selon une topologie en étoile afin de réduire les effets des différences de potentiel de terre. Cela veut dire que
la terre "signaux" et la terre de protection ne peuvent être reliées entre elles qu'au niveau du puits de terre. Cela peut se faire en
utilisant des cordons de brassage non blindés entre une prise et une station de travail et entre un panneau de brassage et un
équipement actif.
Schéma recommandé pour une structure de mise à la terre maillée.
Si un bâtiment est pourvu d'une structure de mise à la terre maillée, toutes les électrodes de terre du bâtiment doivent être
reliées entre elles. Cela implique de relier entre elles la terre "signaux" et la terre de protection. Les blindages des câbles
forment un circuit de terre continu. On utilise alors des prises et des cordons de brassage blindés entre prise et poste de travail
et entre panneau de brassage et équipement actif.

50
Longueur de câble :
La longueur maximale du câblage horizontal : 90m (Norme), la longueur moyenne pour un câblage bien conçu sera de l’ordre
de 40m.
Fourreaux :
Les traversées des parois doivent répondre aux normes UTE, C15.100 et PNM 7.11.CL 005. Les fourreaux posés par
l’entrepreneur du présent lot doivent être d’un diamètre approprié (à celui des câbles dont ils assurent le passage) et devront
dépasser d’environ 3cm de part et d’autre des parois.
En cas de traversées de parois réalisées de part et d’autre d’un joint de dilatation, le fourreau sera divisé en deux parties sur la
longueur et aura un diamètre suffisamment grand pour garantir un espace libre autour des câbles, afin d’absorber les risques
d’affaissement d’un corps de bâtiment par rapport à l’autre.
D’une manière générale les fourreaux doivent conserver le caractère coupe-feu ou pare flamme de la paroi qu’ils traversent.

3/ PRINCIPES DE L’INSTALLATION DU SYSTÈME DE SÉCURITÉ INCENDIE (SSI)  


Le système de détection incendie est prévu pour la surveillance de l’ensemble, en particulier les locaux techniques. La centrale
sera placée dans un local surveillé.
DÉTECTION INCENDIE" (S.D.I.) DE TYPE ADRESSABLE

CONSTITUÉE :
 D’un tableau de signalisation, visualisation et programmation.
 De détecteurs automatiques d'incendie et de déclencheurs d'alarme manuelle sous verre à briser, surveillant les locaux
constituant les zones de détection, l'ensemble de type adressable
 De câbles et liaisons nécessaires.
 Deux sources d'alimentation auxiliaires.

14. CARACTÉRISTIQUES  :
 La centrale de détection incendie (SDI) équipée d'un terminal d'exploitation avec afficheur monté sur le tableau ou
déporté avec liaison sérielle tableau / terminal.
 La programmation sera sauvegardée par mémoire EEPROM.
 Plusieurs niveaux d'accès aux signalisations et organes de commandes, adaptés à chaque type ou mode d'exploitation.
 La télécommande interne par microprocesseur et modems de rack d'asservissements.
 Sorties sérielle prévue pour communication,
 Organisation d'alarme complète :
 Alarme locale ou générale,
 Organisation Jour/Nuit,
 Double détection, zone de détection programmable.
 Discrimination d'alarme,
 Programmation facile sur terminal du tableau et indication claire par chiffres lumineux et écran d'affichage.
 Information explicite en cas d’alarme : suppression limitée temporairement des signalisations restantes ;
 Auto diagnostic d'une centaine de défauts affichés sur demande.
DÉTECTEURS AUTOMATIQUES D'INCENDIE :
Les détecteurs seront de types adressables montés sur socles afin d'obtenir une grande souplesse d'utilisation. Ils doivent être
sensibles au phénomène détecté.
Ils doivent posséder un capteur de haute stabilité, avec compensation automatique des variations de température ambiante.
Ils doivent être protégés contre les surtensions, fausses polarisations, perturbations électriques et électromagnétiques. Les
éléments électroniques doivent être des dispositifs statiques et être scellés hermétiquement.
Les détecteurs ne doivent pas posséder de pièces mobiles ni composantes soumises à l'usure.
Chaque détecteur doit être muni d'un indicateur d'action incorporé dans le socle, les bornes de raccordement et d'une plaque
d'étanchéité contre l'encrassage et les introductions d'eau. Une sortie permet la répétition à distance de cette information.
Le détecteur doit être enfiché et défiché du socle par un simple mécanisme à pousser rotation, de manière à faciliter l'échange
pour le nettoyage et la maintenance.
Les détecteurs doivent être conçus pour un nettoyage rapide et simple en laboratoire.
Les bornes de raccordement des socles doivent avoir un repérage indélébile. Les polarités inverses ou les erreurs de câblage de
zone ne doivent pas endommager le détecteur.
Les socles doivent être de type standard pour permettre de recevoir sans modification de câblage tous les types de détecteurs
(fumée, chaleur, flamme).
Déclencheurs manuels :

51
Les déclencheurs manuels doivent être électriquement compatibles avec la gamme de détecteurs automatiques utilisés de telle
manière qu'ils puissent être raccordés directement sur la même boucle dans une zone surveillée.
Ils doivent être d'apparence plate permettant son utilisation comme unité encastrée ou en applique. Ils seront constitués d'une
plaque de base d'une partie encastrée et d'un couvercle.
La plaque de base doit contenir des passages préparés pour la rendre adaptable pour le montage sur toutes les boites de sortie
standardisée et boîtiers de jonction simples.
Le couvercle doit être de type encliquetable et protégé contre une dépose non autorisée. La dépose du couvercle doit
déclencher une alarme.
La rupture du verre doit déclencher une alarme. Le verre sera plastifié pour empêcher toute blessure.
Toutes les inscriptions, textes et marques doivent être apposés sur la plaque frontale du pont déclencheur manuel et non sur le
verre, de telle manière que le verre puisse être aisément remplacé où que ce soit. Le verre doit être au couvercle pour prévoir sa
chute.
Les contacts d'alarme doivent être de conception autonettoyante pour prévenir une défaillance après une période prolongée
d'inactivité dans des environnements sales.
Le déclencheur manuel doit être conçu pour un fonctionnement à sécurité intrinsèque.
Le déclencheur manuel doit posséder une lampe témoin incorporé confirmant automatiquement son fonctionnement.
Il doit être possible de tester le point d'appel sans détruire le joint ou déposer le couvercle.
Le déclencheur manuel doit posséder des bornes sans vis à dispositif anti-attraction incorporé.
Le mécanisme manœuvrant l'alarme du point d'appel doit être équipé de dispositifs anti-attraction prévenant une déformation
permanente de la carte de circuit imprimé et des contacts.
Il doit être possible de réarmer le point d'appel d'alarme.
Le déclencheur manuel doit être équipé d'un dispositif d'auto maintien pour maintenir la condition d'alarme jusqu'à un
réarmement par une personne autorisée.
Le boîtier de déclencheur manuel doit accepter le circuit électronique scellé pour un système d'adressage individuel ou collectif
si nécessaire.
Le déclencheur manuel doit être conçu pour résister de façon permanente à la corrosion telle que définie par les normes
internationales.
CÂBLAGES :
L'ensemble du câblage sera réalisé conformément aux spécifications de la règle C 15-100, de la norme NF S 61 932, des
articles EL3, EL7 § b, EC 15 § 1, EC 23 § 1 et 2 de l'arrêté du 25 juin 1980, et CO31 de l'arrêté du 2 février 1993 concernant le
marquage "NF Réaction au feu M1" des conduits et renforcement PVC éventuels.
La fin d'une ligne non bouclée sera signalée par un repère apposé sur le dernier appareil raccordé sur la ligne.
Les câbles ou conducteurs constituant des boucles ou zones différentes peuvent être groupés dans un même conduit réservé à
ce seul usage.
Aucune autre liaison électrique ne peut emprunter ce conduit.
Les conducteurs afférents à une même boucle doivent emprunter un même conduit.
Un conducteur ne peut pas être commun à plusieurs boucles.
Les liaisons entre éléments constituant le système de détection incendie (détecteur, déclencheurs, tableau de signalisation)
seront assurées par un câble 2 conducteurs de 0,9mm de diamètre sous écran de catégorie SYT 1.
La liaison au tableau B.T. alimentant l’installation en énergie sera assurée par un câble de section approprié minimum de 10/16
mm².

4/ PRINCIPES DE L’INSTALLATION DE LA VIDEOSURVEILLANCE


DOCUMENTS D'EXECUTION
Les documents d'exécutions doivent être menés conformément aux documents cités ci-après, aux plans et schémas de principe
et schéma de principe d'installation, à établir par le soumissionnaire en fonction des équipements proposés, aux prescriptions
du présent marché, Aux documents normalisés :
 Devis Général d'architecture (DGA) Edition 1956
 NFC 15 I00
 Comité supérieur marocain de normalisation
 Comité supérieur Electrotechnique International (CEI)
 N.F.S 61-930, 61-950, 61-962, 61-936
 NF EN 27201-1(150 7201-1)
 Les réglementations incendient dans les établissements assujettis au code du travail

52
 Les normes 150 9002
-Toutes les normes et les règles se rapportant aux différents ouvrages et travaux du présent marché.
GENERALITES TECHNIQUES
L'équipement principal et les dispositifs doivent être produits par le même fabricant. Le fabricant doit disposer au moins de 5
ans d'expérience dans la conception et la fabrication des équipements proposé. Il doit aussi être en mesure de fournir une
attestation quinquennale s'engageant sur la fourniture des pièces de rechange pour la maintenance des systèmes. Tous les
équipements de base que le soumissionnaire propose doivent être formellement approuvés par au moins trois instituts d'essais
reconnus à l'échelle internationale, tels que :
UL : Underwriters laboratories USA ou Canada
FM : Factory Mutual, USA
VDS : Verband Der Sachversicherer, Allemagne
AFNOR : France
BS : British Standard, GB
SA : Canadian Standards Association, Canada.
 La maîtrise de l'Ouvrage ou son Représentant a le droit de demander de visiter des installations équivalentes et/ou
même les locaux de fabrication du fournisseur.
 Le soumissionnaire doit disposer d'équipe qualifiée et formée par les fabricants pour assurer l'ingénierie, la mise en
œuvre, la programmation, la mise en service, la formation des utilisateurs et la maintenance des équipements
proposés.
 Le soumissionnaire doit disposer des pièces de rechange dans son stock, pour la maintenance des systèmes pendant la
période de garantie.
CONSISTANCE DES TRAVAUX
Les travaux faisant l'objet du présent chapitre comprenant pour le bâtiment proprement dit la fourniture et installation de :
 Cameras dôme et fixe ;
 Enregistreur DVR ;
 Clavier de contrôle ;
 Câblage Vidéo, logiciel, installation et mise en service Câblages ;
FORMATION DU PERSONNEL
Le Soumissionnaire doit prévoir dans son offre une formation des agents du maître d'ouvrage et/ou la maîtrise d’œuvre qui
géreront les équipements objet du présent appel d’offres. Cette formation doit leur permettre une parfaite assimilation des
systèmes, l'exploitation, la mise en place, l'entretien et les réglages nécessaires. Le personnel concerné par cette formation est :
 Les agents destinés à être opérateurs et à exploiter le système,
 Les utilisateurs niveau managers
 Tout agent déclaré par la maîtrise d'ouvrage
Le Soumissionnaire doit préciser :
 Le programme précis et détaillé à disposer aux utilisateurs,
 Le nombre de séances et la durée des cours.
A cet effet, le Soumissionnaire devra joindre à sa soumission, le programme détaillé ainsi que la durée de chacune des
formations qu'il compte faire dispenser aux utilisateurs et devra fournir également les renseignements utiles sur le niveau et la
carrière des instructeurs appelés à assurer cette formation.

5/ ESSAI ET CONTROLE DES INSTALLATIONS  :


 L’entreprise doit l’ensemble des essais nécessaires au contrôle de la conformité au devis descriptif et aux règlements
en vigueur, ainsi qu’au contrôle du bon fonctionnement de son installation,
 L’entreprise est tenue de fournir sur demande de la Maîtrise d’œuvre tout l’appareillage et le personnel nécessaires
aux essais et aux mesures pouvant se révéler indispensables pendant l’année de garantie (mesure de la valeur de la
prise de terre, mesure des isolements, éventuellement, mesure sur enregistreur d’intensité, de tension, de fréquence,
etc.),
 Tous les frais afférents à ces travaux seront réputés être inclus aux prix portés sur la soumission de l’entreprise,
 Par ailleurs, l’ensemble de l’installation devra répondre aux prescriptions et spécifications des textes réglementaires
suivants :
o Lois, décrets et arrêtés concernant les installations électriques en vigueur dans le Royaume du Maroc et en particuliers :
o Le cahier des charges du distributeur d’énergie
o Le devis Général d’Architecture
Les différents essais, réglages, vérifications sont à la charge de l’entrepreneur et auront lieu, d’une manière générale, en
présence et sous le contrôle du Maître de l’ouvrage, de l’architecte et du Bureau d’Etudes Techniques.
Si les essais ne sont pas conformes aux prescriptions du dossier, un délai sera accordé à l’entrepreneur par le Maître de

53
l’ouvrage. Au bout de ce délai et après nouvel essai, si l’installation ne donne pas satisfaction, elle pourra être refusée
totalement où en partie. Pour les essais, l’entrepreneur est tenu de fournir tous les appareils de mesure nécessaires.
Au cours du chantier et en fin des travaux, l’installation sera mise en marche en pleine charge.
Avant la réception provisoire, Il sera procédé par l’entrepreneur et sous sa responsabilité aux essais et mesures suivantes :
 L’échauffement des câbles,
 Les mesures d’isolement des différents circuits contre la mise à la masse ;
 Les mesures des chutes de tension à pleine charge,
 Le pouvoir de coupure,
 Les mesures d’intensité et de tension,
 La vérification de l’équilibrage des phases,
 Les mesures de résistance du circuit de terre,
 La continuité des circuits de terre,
 Le contrôle des organes de protection des différents circuits.

15. ESSAIS  DES INSTALLATIONS DE SÉCURITÉ INCENDIE  :

 ESSAIS FONCTIONNELS DES DÉTECTEURS  :


L'essai fonctionnel des détecteurs ioniques sera effectué avec un appareil producteur d'aérosols ou similaire (vérificateur sur
perche pour les détecteurs placés dans l'ambiance et dans les volumes constitués par les plafonds suspendus).
Les détecteurs ponctuels optiques de fumée seront testés avec un générateur de fumée claire (type verre avec poire d’Eger).
Tous les détecteurs seront essayés. On s'assurera du fonctionnement des témoins lumineux ; sur les détecteurs, sur les
indicateurs d'action et sur les tableaux.

 ESSAIS D'EFFICACITÉ
Chaque boucle de détection fera l'objet d'un essai systématique.
La position des foyers sera déterminée par la maîtrise d'œuvre, l'efficacité de la détection devant être assurée en tous points.
Les foyers d'essais seront constitués :
 Soit de plaques de mousse polyuréthanne ;
 Soit de rouleaux de carton ondulé en quantité, dimensions et poids définis par la règle R.7 de l’A.P.S.A. D (optique).
 Soit d'un bobinage électrique approprié permettant de simuler la mise en court-circuit consécutif à un échauffement
anormal, d'un composant électrique raccordé entre 2 conducteurs.
 Soit d'alcool dénaturé à l'usage domestique pour le Thermo vélocimétrique.
Le temps maximal de déclenchement de l'alarme sera fixé en fonction :
 De la hauteur du local,
 De l'absence ou de la présence d'une ventilation (faible ou forte).
La grandeur du foyer utilisé sera fixée suivant les mêmes critères .

 ESSAIS DE DÉRANGEMENT  :
Chaque boucle de détection ou circuit d'alarme fera l'objet des essais suivants :
 Mise hors service ;
 Rupture de la liaison électrique ;
 Court-circuit en un point quelconque ;
 Retrait d'un détecteur.
Chaque défaut devra entraîner le fonctionnement des signalisations lumineuses et sonores "dérangements" permettant de
localiser le point de défaut : l'adresse du détecteur, la boucle de détection ou le circuit concerné.
L’entrepreneur dressera un procès-verbal des résultats des mesures effectuées.
Le procès-verbal sera remis à la Maîtrise d’œuvre le jour de la réception provisoire, ce dernier se réservant le droit de contrôler
les résultats y figurant.
La signature d'un procès-verbal de réception provisoire sans réserves majeure entraînant le bon fonctionnement de
l'installation, constitue le transfert de responsabilité des nouvelles installations objet du Maître d'ouvrage et le point de départ
de la garantie contractuelle.

6/ GARANTIE  :
La garantie couvrira, pendant la période d’une année à dater de la réception provisoire, toutes les fournitures, les poses et
déposes, la main d'œuvre, les mises en service, les déplacements et divers accessoires nécessaires au bon fonctionnement de

54
l'installation considérée dans les présents dossiers.
L'entrepreneur s'engage pendant une année à remplacer les organes défectueux de ses installations présentant des vis de
fabrication ou un mauvais fonctionnement et à endosser la responsabilité en cas d'accident dus aux défectuosités de ses
installations.

7/ RECEPTION DEFINITIVE  :
A l'expiration des délais de garantie fixée à une année, il sera procédé à la réception définitive de l’installation.
La réception comprendra les mêmes essais que la réception provisoire.
Dans le cas où les essais sont concluants, la réception définitive peut être prononcée.
Le cas échéant, l'entreprise devra lever la totalité des anomalies et remarques signalées sur le P.V. de réception définitive.

8/ ASSISTANCE TECHNIQUE ET DOCUMENTATIONS  :


L’entrepreneur doit inclure les prestations techniques comprenant :
 Visites en service par des techniciens spécialisés.
 La formation des exploitants en cours de fonctionnement de l'installation lors de la période de garantie.
 L’élaboration de tous les plans (centrales et implantation appareillage), schémas synoptiques, plans d'évacuations ainsi
que la documentation technique de l’installation.
Par ailleurs, l'entrepreneur doit fournir les documents suivant dans les délais cités :
 Détails des réservations nécessaires dans le gros œuvre : 30 jours après la notification.
 Projet de notice technique de fonctionnement et d'exploitation : 30 jours avant la réception provisoire.
 Projet de notice d'entretien et dépannage : 30 jours avant la réception provisoire.
 Plans de recollement en six exemplaires dont un contre calque : 20 jours avant la réception provisoire.
LES PLANS ET SCHÉMAS QUE L'ENTREPRISE DOIT REMETTRE SUR SUPPORT INFORMATIQUE DANS LES 25 JOURS À DATER DU JOUR DE NOTIFICATION
DU MARCHÉ :

 Plans d'implantation des installations ;


 Schéma de détails et synoptiques des différentes installations.
L'ensemble de ces documents doit être approuvé par le bureau de contrôle et la maîtrise d'œuvre avant le commencement des
travaux.

9/ CONTROLE
Il est signalé à l'entrepreneur adjudicataire que l'ensemble des études et plans d’exécution devront être soumis à l'acceptation
de la maîtrise d'œuvre et Bureau de contrôle.
Pendant la réalisation, tous les travaux devront être conformes aux plans approuvés et seront contrôlés par la maîtrise d'œuvre
et bureau de contrôle.

CLIMATISATION – VENTILATION – DESENFUMAGE


Le présent devis a pour objet de définir les ouvrages à réaliser ou les matériels ou installations mis en œuvre et en ordre de
marche par l'Entrepreneur et les exigences fonctionnelles auxquelles ces ouvrages et installations devront répondre ainsi que
les prescriptions auxquelles l'exécution des travaux sera assujettie afin de réaliser la totalité des ouvrages, objet du présent lot.
Il est précisé que le terme "devis descriptif" s'entend dans son acception large recouvrant celle de devis programme .
Les ouvrages à réaliser comprennent :
 Le transport,
 La fourniture,
 La pose et raccordements des appareillages et matériels de climatisation, de ventilation et de
désenfumage.
 La mise en œuvre,
 Mise en ordre de marche de l'ensemble des installations de climatisation, ventilation, désenfumage
et différents équipements, y compris toutes sujétions et contraintes fonctionnelles décrites ci-après.
1/NATURE DES TRAVAUX
Il sera à la charge de l’entreprise la fourniture, la pose et les raccordements hydrauliques, aérauliques, frigorifiques et
électriques de :
 Unités intérieures/ extérieurs du split système ;
 Centrales de déshumidification;
55
 Pompes à chaleurs ;
 Caissons d’extraction VMC et de désenfumage ;
 L'exécution de tous réseaux frigorifiques y compris peintures antirouille protection thermique et
accessoires
 L’exécution du calorifugeage
 l'exécution de tous réseaux aérauliques en tôle d'acier galvanisée rectangulaire, circulaire et en pré-
isolé.
 La fourniture et la pose des grilles et des diffuseurs.
 La mise en place de tous appareils de contrôle et de régulation.
 la fourniture et la pose de l’ensemble des pompes de circulation.
 l’assistance et les raccordements de l’installation.
 L'exécution de la peinture antirouille des différentes pièces en métaux ferreux,
 La main d'œuvre, les appareils, et toutes installations provisoires et fournitures nécessaires aux
essais, à la mise en service et au réglage des installations.
 La fourniture d'instructions écrites, claires et précises sur la conduite et l'entretien des appareils.
 La réfection éventuelle des ouvrages défectueux constatés en cours d'exécution des travaux lors de
leur réception et garantie.
 La fourniture et la pose des armoires, câbles, chemins de câbles, goulottes supports, etc…
 Le repérage par étiquettes dilophane, lettres blanches sur fond noir au-dessus des appareils de
coupure et de protection coupe-circuit, disjoncteur, minuterie, (marche, arrêt, défaut de chaque appareils etc.),
 La formation des personnels de maintenance pour le compte du maître d'ouvrage.

2/DESCRIPTIF DES SYSTEMES DE PRODUCTION D’ENERGIE


ARTICLE 2: 2.1 CLIMATISATION DE POMPE A CHALEUR
Le traitement d’air à l’intérieur des bureaux s’effectuera par le soufflage d’air traité dans l’unité intérieure via une grille de
soufflage mural ou plafonné et la reprise via une grille installée au dessous de l’unité. L’air est mélangé par une quantité d’air
neuf hygiénique, filtré, refroidi ou chauffé en fonction du mode ensuite soufflé dans les bureaux
La climatisation des bâtiments sont:
1- Bâtiment administratif et technique en R+1
2- Bâtiment social en R+1
Sera assurée par des split systèmes et multi split système, composés d’unités extérieures et des unités intérieures.
Le renouvèlement d’air neuf à l’intérieur de ces locaux sera effectué par des grilles implantés en façade.
ARTICLE 3: 2.2 VENTILATION ET EXTRACTION  DESENFUMAGE
 Extraction VMC des blocs sanitaires.
3/ NORMES ET RÈGLEMENTS
Les travaux sont soumis aux règlements, normes, règles de l'art, marocains et à défaut ceux de la C.E.E. notamment les
normes NF et les normes DIN.
Le projet est soumis à tous les textes législatifs et réglementaires applicables et, en particulier tous les codes et normes
marocains, les règlements d'incendie, les règlements de la construction, les codes du bâtiment, les règlements de sécurité et à
toute autre réglementation applicable, conjointement avec les règles statutaires, et en particulier :
 Les règlements locaux concernant l'alimentation en eau et en électricité.
 Les règles APSAD
 Les règles AFNOR
 Les règles et normes fixées par les DTU :
 DTU 60.1: plomberie sanitaire pour bâtiments à usage d’habitation.
 DTU 60.11: Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire et des installations
d’évacuation des eaux pluviales.
 DTU 60.2 : Canalisation en fonte - Évacuation d’eaux usées, d’eaux pluviales et d’eaux vannes.
 DTU 60.31 : Canalisations en chlorure de polyvinyle non plastifie – Eau froide avec pression.
 DTU 60.32 : Canalisations en polychlorure de vinyle non plastifie – Évacuation des eaux pluviales.
 DTU 60.33 : Canalisations en polychlorure de vinyle non plastifie - Évacuation d’eaux usées et
d’eaux vannes.
 DTU 60.5 : Canalisations en cuivre – Distribution d’eau froide et chaude sanitaire, évacuation
d’eaux usées, d’eaux pluviales, installations de génie climatique.
 DTU 61.1 : Installations de gaz.
 DTU 65.3 : Installations de sous-stations d’échange à eau chaude sous pression.
 DTU 65.4 : Prescriptions techniques relatives aux chaufferies au gaz et aux hydrocarbures liquéfies.
 DTU 65.6 : Prescriptions pour l’exécution de panneaux chauffants à tubes métalliques enrobes dans
le béton.
 DTU 65.7 : Exécution des planchers chauffants par câbles électriques enrobés dans le béton.
 DTU 65.8 : Exécution de planchers chauffants à eau chaude utilisant des tubes en matériaux de
synthèse noyés dans le béton.
56
 DTU 65.9 : Installation de transport de chaleur ou de froid et d’eau chaude sanitaire entre
production de chaleur ou de froid et bâtiments.
 DTU 65.10 : Canalisations d’eau chaude ou froide sous pression et canalisations d’évacuation des
eaux usées et des eaux pluviales à l’intérieur des bâtiments.
 DTU 65.11 : Dispositifs de sécurité des installations de chauffage central concernant le bâtiment.
 DTU 65.12 : Réalisation des installations de capteurs solaires plans à circulation de liquide pour le
chauffage et la production d’eau chaude sanitaire.
 DTU 65.20 : Isolation des circuits, appareils et accessoires. Température de service supérieure à la
température ambiante.
 REGLE APSAD R1: Extinction automatique à eau type sprinkler
 DTU 65.10: ”Canalisations d’eau chaude et froide sous pression”
 DTU 60.11: ”Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire”
 DTU 60.1: ”Plomberie sanitaire pour bâtiments à usage d’habitation”
 NF P 41-201: ”Distribution d’eau – Code des conditions minimales d’exécution”
 NF EN 255-1 (E 38-115-1) (octobre 1997) : Climatiseurs, groupes refroidisseurs de liquide et
pompes à chaleur avec compresseur entraîné par moteur électrique. Mode chauffage - Partie 1 termes, définitions et
désignations.
 NF EN 255-2 (E 38-115-2) (octobre 1997) : Climatiseurs, groupes refroidisseurs de liquide et
pompes à chaleur avec compresseur entraîné par moteur électrique. Mode chauffage - Partie 2 essais et exigences de
marquage pour les appareils de chauffage des locaux.
 NF EN 255-3 (E 38-115-3) (octobre 1997) : Climatiseurs, groupes refroidisseurs de liquide et
pompes à chaleur avec compresseur entraîné par moteur électrique. Mode chauffage - Partie 3 essais et exigences de
marquage pour les appareils pour eau chaude sanitaire.
 NF EN 255-4 (E 38-115-4) (octobre 1997) : Climatiseurs, groupes refroidisseurs de liquide et
pompes à chaleur avec compresseur entraîné par moteur électrique. Mode chauffage - Partie 4 exigences pour les
appareils de chauffage des locaux et pour les appareils pour eau chaude sanitaire.
 NF EN 378-1 (E 35-404-1) (décembre 2000) : Systèmes de réfrigération et pompes à chaleur.
Exigences de sécurité et d'environnement - Partie 1 : Exigences de base, définitions, classification et critères de choix
 NF EN 378-2 (E 35-404-2) (juin 2000) : Systèmes de réfrigération et pompes à chaleur - Exigences
de sécurité et d'environnement - Partie 2 : Conception, construction, essais, marquage et documentation
 NF EN 378-3 (E 35-404-3) (juin 2000) : Systèmes de réfrigération et pompes à chaleur - Exigences
de sécurité et d'environnement - Partie 3 : Installation sur site et protection du personnel
 NF EN 378-4 (E 35-404-4) (juin 2000) : Systèmes de réfrigération et pompes à chaleur - Exigences
de sécurité et d'environnement - Partie 4 : Fonctionnement, maintenance, réparation et récupération
 NF EN 814-1 (E 36-104-1) (octobre 1997) : Climatiseurs et pompes à chaleur avec compresseur
entraîné par moteur électrique. Mode réfrigération - Partie 1 : termes, définitions et désignations.
 NF EN 814-2 (E 36-104-2) (octobre 1997) : Climatiseurs et pompes à chaleur avec compresseur
entraîné par moteur électrique. Mode réfrigération - Partie 2 : essais et exigences de marquage.
 NF EN 814-3 (E 36-104-3) (octobre 1997) : Climatiseurs et pompes à chaleur avec compresseur
entraîné par moteur électrique. Mode réfrigération - Partie 3 : exigences.
 NF EN 1736 (E 35-405) (mars 2000) : Systèmes de réfrigération et pompes à chaleur - Eléments
flexibles de tuyauterie, isolateurs de vibration et joints de dilatation - Exigences, conception et installation
 NF EN 1861 (E 35-415) (juillet 1998) : Systèmes de réfrigération et pompes à chaleur - Schémas
synoptiques pour systèmes, tuyauteries et instrumentation - Configuration et symboles.
 NF EN 12055 (E 35-451) (avril 1998) : Groupes refroidisseurs de liquide et pompes à chaleur avec
compresseur entraîné par moteur électrique - Mode réfrigération - Définitions, essais et exigences.
 NF EN 12263 (E 35-407) (décembre 2002) : Systèmes de réfrigération et pompes à chaleur
Dispositifs - interrupteurs de sécurité limitant la pression - Exigences et essais.
 NF EN 12309-2 (E 35-600-2) (août 2000) : Appareils de climatisation et/ou pompes à chaleur à ab-
et adsorption fonctionnant au gaz de débit calorifique sur PCI n'excédant pas 70 kW - Partie 2 utilisation rationnelle
de l'énergie
 NF EN 12900 (E 35-409) (novembre 1999) : Compresseurs pour fluides frigorigènes - Conditions
de détermination des caractéristiques, tolérances et présentation des performances du fabricant
 NF EN 13136 (E 35-413) (août 2001) : Systèmes de réfrigération et pompes à chaleur - Dispositifs
de surpression et tuyauteries associées - Méthodes de calcul
 NF EN 13215 (E 35-453) (juin 2000) : Unités de condensation pour la réfrigération - Conditions de
détermination des caractéristiques, tolérances et présentation des performances du fabricant
 NF EN 12309-1 (E 35-600-1) (décembre 1999) : Appareils de climatisation et/ou pompes à chaleur
à ab- et adsorption fonctionnant au gaz de débit calorifique sur PCI inférieur ou égal à 70 kW Partie 1 : sécurité
 NF EN 13313 (E 35-420) (février 2002) : Systèmes de réfrigération et pompes à chaleur
Compétence du personnel
 ENV 12102 (S 31-121) (février 1997) : Climatiseurs, pompes à chaleur et déshumidificateurs avec
compresseur entraîné par moteur électrique - Mesure du bruit aérien émis - Détermination du niveau de puissance
acoustique

57
 Instruction technique IT246 : Désenfumage

4/QUALITÉ DES MATÉRIAUX


ARTICLE 4: 4.1 INSTALLATION
L'entrepreneur disposera pour l'installation de son chantier du terrain dont les limites sont définies dans le plan masse.
L'entrepreneur devra prévoir un emplacement destiné à recevoir les échantillons de matériaux retenus en fonction des besoins
propres au présent lot.
ARTICLE 5: 4.2 PROVENANCE DES MATÉRIAUX
TERMINOLOGIE
La terminologie, les dimensions, les tolérances applicables aux matériaux, aux parties d'ouvrages et aux ouvrages seront
définies par les normes de l'Association française de Normalisation (AFNOR) et par le répertoire des éléments et ensemble
préfabriqués du bâtiment (R.E.E.F.).
MATERIAUX A INCORPORER AUX OUVRAGES
Font partie des prestations de l'Entreprise toutes les fournitures de matériaux qui ne sont pas expressément exclues par le
présent devis et qui doivent être incorporées aux ouvrages pour assurer le bon fonctionnement et bonne conservation.
Sauf indications particulières du devis descriptif, les matériaux devront satisfaire aux conditions fixées dans le présent
descriptif. A défaut de stipulation dudit descriptif concernant certains matériaux ou dans le cas de dérogation à certaines
dispositions de ce même descriptif, proposées par l'Entrepreneur, ce dernier devra préciser dans sa demande d'agrément les
caractéristiques des matériaux qu'il désire utiliser et essais de contrôle à effectuer pour en vérifier les qualités.
PROVENANCE DES MATERIAUX ET ECHANTILLONS
Les matériaux seront d'origine marocaine. Il ne sera fait appel aux matériaux d'origine étrangère qu'en cas d'impossibilité de se
les procurer sur place. L'entrepreneur devra pouvoir présenter à toutes les réquisitions des attestations et certificats prouvant
l'origine et la qualité des matériaux. Par le fait même de son offre, l'Entrepreneur est censé connaître les ressources des dépôts
du Maroc et ne pourra présenter aucune réclamation concernant le prix de revient à pied d'œuvre de ces matériaux.
La désignation faite des produits manufacturés à utiliser, spécifiée dans le présent descriptif, constitue la base de l'étude de prix
que doit faire l'entrepreneur. L'entrepreneur devra soumettre à l'approbation du Maître d'œuvre et Maître d'Ouvrage au plus
tard 20 jours calendaires à dater du jour fixant le point de départ du délai contractuel, une liste exhaustive du matériel qu'il se
propose d'employer et devra, à la demande du Maître d'œuvre, soumettre tout document technique que celui-ci juge nécessaire
à l'agrément du matériel. L'entrepreneur ne pourra mettre en œuvre ces matériaux qu'après acceptation donnée par ordre de
service notifié par le Maître de l'Ouvrage.
QUALITE DES MATERIAUX
La composition des matériaux, leurs qualités physiques et mécaniques devront être conformes aux prescriptions du D.G.A.
(édition 1956) et notamment à celles des articles suivants :
Aux prescriptions du D.G.A. (Édition 1956) :
Tubes aciers article n° 62,
Cuivre, laiton, bronze article n° 67,
Robinetterie article n° 86,
Sur demande de la Maîtrise d'œuvre, l'Entrepreneur sera tenu de fournir toutes justifications relatives à l'origine des matériaux.
Des prélèvements et des essais seront exécutés aux frais de l'Entrepreneur en vue de s'assurer des qualités et de la conformité
des matériaux. Tout lot non conforme sera rejeté.
Les matériaux et matériels employés seront neufs et identiques pour un même type de matériel.
Ils devront être conformes aux arrêtés et circulaires techniques en vigueur et en particulier :
à la dernière édition des normes AFNOR,
aux documents techniques du R.E.E.F ou D.T.U. en vigueur.
Chaque fois, qu'il existe une estampille de qualité (NF - USE - SGM, etc…), ou un certificat de qualité délivré par un
organisme officiel, les matériaux et appareils seront revêtus de cette estampille ou munis de certificats.
Le présent document prend en compte la totalité des travaux à réaliser.
Ces prestations incluent les études, la réalisation des plans et des schémas, toutes les mesures et contrôles nécessaires au bon
fonctionnement des installations ainsi que tous les travaux accessoires au parfait achèvement de la prestation.
L’entrepreneur titulaire du marché est le seul intervenant sur le site ; Tous les travaux directs ou indirects sont de son ressort.
3/ OBLIGATIONS DE L’ENTREPRENEUR
Les installations seront réalisées conformément à la réglementation en vigueur dans son édition la plus récente, à tous les DTU
et avis techniques sur les matériaux et matériels.
Ne sont pas considérés comme travaux supplémentaires les modifications imposées par les organismes de contrôle et
notamment en cas d’application des règlements de sécurité, des normes, des textes de lois et des règles de l’art en vigueur lors
de la remise de l’offre de l’entreprise
D’une manière générale, les indications données dans le présent document ne portent que sur les points non précisés par les
règlements, en aucun cas sur les règlements que l’entrepreneur déclare, par le fait même de sa soumission, parfaitement
connaître et respecter.
Si une modification à une norme ou à un règlement intervenait après la date de remise de l’offre, il appartiendra à
l’adjudicataire, sous sa seule responsabilité, d’en informer le maître de l’ouvrage, par écrit avec accusé de réception, en en
indiquant le détail, ainsi que les incidences techniques et financières .

58
4/ RENSEIGNEMENTS ET DOCUMENTS A FOURNIR
A la remise des offres
Documents d’études de prix
L’entreprise, lors de sa soumission, aura étudié de façon très approfondie, les sites et le dossier de consultation et donnera un
prix forfaitaire pour l’ensemble des travaux à réaliser.
Ainsi, une omission dans le dossier de consultation ne saurait le soustraire à exécuter les ouvrages dans leur intégralité.
Sauf stipulation contraire, le fait de devoir la pose entraînera la fourniture du matériel, ainsi que les accessoires, les
raccordements et toutes sujétions qui s’y rapportent.
Il lui appartiendra de demander les éclaircissements nécessaires avant la remise des offres et de signaler, en temps utile, en tout
cas, lors de la remise des offres, les omissions, les imprécisions ou les contradictions qu’il aurait pu relever dans les documents
fournis.
En conséquence, le soumissionnaire ne pourra se prévaloir d’aucune erreur ou omission susceptible d’être relevée dans les
pièces du marché pour refuser l’exécution des travaux nécessaire au parfait achèvement des installations en ordre de marche ou
pour prétendre ultérieurement à des suppléments au montant de sa soumission
Les documents à fournir sont détaillés dans l’avis de publicité.
Avant exécution
Les documents à fournir sont :
 Les calculs justificatifs, les plans, les détails et les schémas d’exécution
 Le plan de prévention
 Le planning d’exécution
Toute exécution prématurée, faute d’avoir en temps utile soumis les plans ou autre document à l’approbation du maître
d’ouvrage ou de son représentant, s’effectuerait sous la seule responsabilité de l’entreprise et l’ensemble des incidences en
résultant, travaux, délais, coût, lui serait entièrement imputé.
Le titulaire effectuera toutes les démarches nécessaires concernant ses installations pour que celles-ci puissent être réalisées et
mises en services dans les délais prévus.

A la réception
L’entreprise remettra, au plus tard, à la réception des travaux et en trois exemplaires, dont un reproductible, le Dossier des
Ouvrages Exécutés (DOE), comprenant :
 Un sommaire,
 Les certificats de conformité des installations,
 Les plans, schémas, détails d’exécution et plans de recollement,
 La nomenclature du matériel et des matériaux avec indication des différents fournisseurs : Nom,
Adresse, N° de Téléphone et de Fax,
 Les garanties précises et leur domaine de restrictions sur les matériels et matériaux mis en œuvre.
 La liste détaillée des interventions obligatoires à prévoir dans le contrat de maintenance et leur
périodicité,
 La liste des pièces de rechange et leur périodicité de remplacement .
5/ PROTECTION DES OUVRAGES
L’entreprise sera responsable de la protection de ses ouvrages. A cet effet, il devra prendre toutes les mesures nécessaires pour
éviter toutes dégradations. Au cas où il en serait constaté, il devra, à ses frais, remettre en état les installations détériorées.
L’entreprise devra également assurer la protection des ouvrages existants et leur remise en état au cas où des détériorations
seraient constatées.

6/ CONTROLE ET ESSAIS
Il sera procédé au contrôle des matériaux et des matériels avant leur mise en œuvre.
L’entreprise devra présenter au maître d’ouvrage les échantillons avant tout commencement des travaux. Tout matériel posé,
non agréé ou non conforme, devra être remplacé aux frais de l’entreprise.
Lors des essais réalisés avant réception, il sera notamment procédé aux contrôles suivants :
 Etanchéité des conduits.
 Fixations des différentes pièces.
7/ RECEPTION
Avant la réception, tous les ouvrages seront nettoyés, ainsi que les locaux concernés.
Au cas où ce nettoyage ne serait pas directement exécuté par l’entreprise du présent lot, cette dernière en conserverait

59
néanmoins l’entière responsabilité. A l’achèvement de la totalité des ouvrages prévus au marché, il sera procédé à la réception
des ouvrages. Il sera notamment procédé à la vérification de la conformité des installations, tant au niveau de la performance,
que du respect des règles de l’art et à la vérification des travaux de remise en état des ouvrages et des prestations
environnantes. La réception sera subordonnée à la remise des documents cités au § 2 6 2 3, étant précisé que tout retard de
remise de tout ou partie de ces derniers fera l’objet des pénalités de retard.

8/ DOCUMENTS ET RENSEIGNEMENTS A FOURNIR COORDINATION D'EXÉCUTION


ARTICLE 6: 5.1 AVEC SA SOUMISSION, A L'APPUI DE SON OFFRE
L'entrepreneur devra fournir :
 Un mémoire descriptif comprenant une description détaillée des installations proposées, des
matériaux proposés et le type d'assemblage.
 Un projet de planning d'exécution conforme avec planning enveloppe fourni par le B.E.T.
 Les variantes éventuelles avec leur incidence sur les autres corps d'état .
ARTICLE 7: 5.2 AVANT COMMENCEMENT DES TRAVAUX
L'Entrepreneur fournira :
Les notes de calcul et les plans d'exécution des installations, les indications et les plans très précis concernant les réservations à
prévoir dans le gros œuvre.
Ces plans devront en outre comporter obligatoirement toutes indications nécessaires à la construction ou à l'aménagement des
ouvrages nécessaires aux installations du présent titre ainsi que les implications de ces dernières sur les autres titres, en
particulier :
 Dimensionnement des socles, gaines, trappes de visite, réservation.
 Efforts statiques et dynamiques engendrés par l'implantation et le fonctionnement des appareils du
présent lot.
 Débits d'évacuation d'eau aux différents points de raccordement au réseau d'évacuation en sol.
 Caractéristiques électriques des installations du présent lot (puissances, intensités), dispositifs de
sécurité imposés par ses matériels.
 L'exécution de ces plans et schémas des installations seront à la charge de l'Entrepreneur à partir des
plans joints au dossier d'Appel d'offres.
 L'Entrepreneur ne devra commencer aucune exécution avant que ces notes de calcul et plans n'aient
été approuvés par la Maîtrise d'œuvre et bureau de contrôle, faute de quoi, il s'exposerait à refaire à ses frais tous
travaux entraînés par des modifications qui résulteraient du non fourniture des plans en temps utile.
 L'approbation de ces plans ne diminuera toutefois en rien la responsabilité de l'Entrepreneur du
présent lot.
L'Entrepreneur devra fournir le dossier technique complet de l'appareillage proposé.
ARTICLE 8: 5.3 EN COURS DE TRAVAUX
L'Entrepreneur se mettra en liaison par l'intermédiaire de la Maîtrise de chantier avec les entreprises chargées des autres
travaux, notamment :
 Gros-Œuvre : Réservations, charges, etc…
 Menuiserie : Serrurerie - ferronnerie : , trappes, portes etc...
 Électricité : Alimentation, asservissement, sécurité, dispositions relatives aux positions entre
les diverses canalisations.
 Étanchéité : Sorties en terrasse.
 Lot G.T.C. : collaboration avec lot G.T.C. pour la mise en place, les réservations, les doigts de
gants et tous les asservissements nécessaires.
Il devra fournir toutes indications pour l'exécution des travaux nécessaires aux installations et coordonner ses plans en
particulier pour le cheminement des tuyauteries avec ceux des autres lots.
L'Entrepreneur prendra l'attache des services publics concernés (protection civile, etc…) pour obtenir les renseignements et
confirmations nécessaires pour ses études.
ARTICLE 9: 5.4 APRÈS ACHÈVEMENT DES INSTALLATIONS
Avant la réception, l'Entrepreneur devra remettre un dossier d'installation comportant obligatoirement :
 Procès verbaux de réception provisoire des installations réglementaires, comptes rendus des essais
effectués par l'Entreprise.
 Un jeu de contre-calques et cinq tirages des plans d'exécution du marché mis à jour en conformité
avec l'exécution des installations (plans de recollement avec repérage des appareils posés dans les locaux) et une
notice descriptive précisant s'il y a lieu , les modifications apportées au devis descriptif.

6/ VÉRIFICATION DES MATÉRIAUX, MATÉRIELS ET MISE EN ŒUVRE - RÉCEPTIONS


L'Entrepreneur prendra toutes dispositions pour avoir sur son chantier la quantité des appareils, d’accessoires et de matériaux
vérifiés et acceptés, indispensables à la bonne marche des travaux et dont l'échantillonnage aura été agrée par le Maître d'œuvre
et d’ouvrage.

60
ARTICLE 10: 6.1 ÉPREUVES ET CONTRÔLES EN COURS DE TRAVAUX
Généralités :
L'Entrepreneur fournira tout le matériel, les instruments, la main d'œuvre et le personnel qualifié pour effectuer tous les essais
nécessaires.
La Maîtrise d'œuvre sera avertie par écrit de tous les essais à effectuer en présence de la direction des travaux. Tout défaut sera
repéré et l'essai relatif renouvelé le plus tôt possible.
ARTICLE 11: 6.2 ESSAIS DE L'ÉQUIPEMENT DE RÉFRIGÉRATION
L'Équipement de réfrigération sera essayé dans les conditions les plus critiques. Les puissances frigorifiques mesurées seront
comparées avec celles données par le constructeur.
ARTICLE 12: 6.3 ESSAIS D'ÉQUIPEMENTS ÉLECTRIQUES
Avant la réception provisoire, il sera procédé par l'Entrepreneur et sous sa responsabilité, aux essais et mesures suivants :
 Mesures d'isolement des différents circuits,
 Mesures des chutes de tension à pleine charge
 Vérification de l'équilibrage des phases,
 Continuité des circuits de terre,
 Étalonnage des appareils de mesure,
 Contrôle des organes de protection des différents circuits.
ARTICLE 13: 6.4 ESSAIS ET RÉGLAGE DES SYSTÈMES DE CLIMATISATION
Les systèmes de conditionnement d'air seront réglés pour obtenir les débits d'air spécifiés et après leur réglage ils seront
essayés selon instructions de la Maîtrise d'œuvre.
Le réglage des débits d'air des bouches et des grilles sera effectué par des registres et modules de régulation multiples à
mouvements opposés.
Les groupes de climatisation et les ventilateurs seront contrôlés et réglés pour obtenir des débits d'air prévus. Les essais seront
effectués en utilisant le tube Pitot ou anémomètre.
La puissance absorbée de tous les moteurs des ventilateurs sera contrôlée.
Une liste complète des mesures obtenues sur tous les éléments des ventilateurs :
 Débits d'air,
 Puissance absorbée,
 Vitesse de rotation,
 Pressions,
 Rendement.
Sera soumise à l'approbation de la Maîtrise d'œuvre.
VERIFICATION DES DEBITS D'AIR
On vérifiera le débit total de l'installation dans les différents régimes, l'installation fonctionnant dans les conditions normales
d'utilisation.
Ce débit devra être au moins égal à celui prévu par Entrepreneur dans son offre. On contrôlera les indications du débit mètre et
l'on dressera s'il y a lieu une table de correction.
On vérifiera également le réglage aux différentes bouches. Ces débits ne devront pas être inférieurs de plus de 10 % et
supérieurs de plus de 30 % aux débits prévus.
On vérifiera la vitesse de l'air aux différentes bouches.
MESURES DE TEMPERATURE ET D'HYGROMETRIE
Les mesures seront effectuées toutes les trois heures, en principe aux heures suivantes :
6 h, 9 h, 12 h, 15 h, 18 h, 21 h.
VERIFICATIONS DIVERSES
On mesurera le niveau sonore dans les différents locaux et d'une manière générale, on effectuera toutes les vérifications et
essais de fonctionnement, à l'exclusion des mesures de température et d'hygrométrie qui seront exécutées dans des conditions
aussi voisines que possible des conditions extérieures et d'occupation de base fixées.
ARTICLE 14: 6.5 ESSAIS D'ÉTANCHÉITÉ
Ces essais seront conformes à l'Article 4.3.11 du D.T.U. n° 60.1.
Les tuyauteries seront essayées avant l'application du calorifuge.
Les tuyauteries seront essayées au moyen de pompes hydrauliques.
Avant de mesurer les systèmes sous pression, tous les raccords et joints seront inspectés. Les tuyauteries seront essayées à 12
bars pendant 24 heures.
ARTICLE 15: 6.6 VANNES ET ROBINETS
Toutes les vannes et robinets devront pouvoir être manœuvrés aisément. Cette vérification sera effectuée, l'installation étant
sous sa pression normale.
Les vannes subiront également les essais d'étanchéité sous pression. Ces essais seront effectués après plusieurs manœuvres
d'ouverture et de fermeture des vannes.
Elles seront menées de manière à déterminer facilement la vanne non étanche. Cette vanne sera montée, réparée ou remplacée
jusqu'à ce que l'étanchéité soit atteinte.

61
ARTICLE 16: 6.7 DÉFAUTS DE CONFORMITÉ
 Si les résultats constatés ne sont pas satisfaisants, l'Entrepreneur sera tenu
d'effectuer à ses frais et dans un délai imparti par le Maître d'œuvre, tous remplacements,
modifications, réparations, adjonctions ou mises au point nécessaires. Après exécution complète
des travaux imposés, il sera procédé à des nouveaux essais sur demande de l'Entrepreneur.
 Si les résultats ne sont pas encore satisfaisants, l'installation pourra être refusée en
tout ou partie.
L'entrepreneur sera alors tenu d'enlever à ses frais dans le délai qui lui sera fixé, les appareils et les tuyauteries refusés, et de
payer les frais qui résulteraient de cette dépose.
Faute par lui de ne pas l'avoir fait dans les délais donnés, il y sera procédé d'office et à ses frais, après simple mise en demeure;
il devra également restituer tous les acomptes reçus pour la partie refusée .
ARTICLE 17: 6.8 ESSAIS DE LA RÉCEPTION PROVISOIRE
En vue de la réception provisoire des installations, il sera procédé au contrôle de la conformité des installations tant du point de
vue de la réglementation que de celui du respect des prescriptions techniques du marché.
Il sera procédé à la réception provisoire lorsque les conditions ci-après auront été réunies :
 Achèvement de tous les travaux,
 Remise des documents prévus aux articles du présent devis descriptif.
 demande écrite de l'Entrepreneur
 Essais de pré-réception ci-après concluant (éventuellement, après correction en cas d'insuffisance
constatée).
 Plans de recollement approuvé par le BET.
Ces essais de pré-réception effectués dans les conditions ci-après seront les suivants :
 Vérification des conditions de confort intérieur imposées,
 Vérification des conditions de bruit et d'isolement acoustique des installations
 Vérification des débits, des pressions, des vitesses et températures.
 Vérification du fonctionnement de tous les organes.
 Contrôle des vibrations des machines tournantes.
ARTICLE 18: 6.9 ESSAIS DE LA RÉCEPTION DÉFINITIVE
Au plus tard huit jours avant l'expiration du délai d'un an à partir de la réception provisoire. L'Entrepreneur devra demander
qu'il soit procédé de nouveau à l'examen des installations en vue de la réception définitive.
Dans le cas où les travaux ne se révéleraient pas entièrement conformes aux dispositions du marché, l'Entrepreneur sera tenu,
dans un délai d'un mois par le Maître de l'Ouvrage de remédier aux défectuosités constatées.
7/ RESPONSABILITÉ
Pendant la durée du délai de garantie, l'Entrepreneur demeure responsable de ses ouvrages et est tenu de les entretenir à ses
frais, il reste de même responsable des actions ou indemnités formulées par des tiers pour dommages résultant de l'exécution
des travaux. La garantie relative au matériel fourni par l'Entrepreneur est celle fixée par les Normes en vigueur. Au cas où il
aurait été fait application du dernier paragraphe de l'Article 6.7. ci-avant, le délai de garantie compterait à dater de la dernière
réception provisoire prononcée après l'achèvement complet des travaux. Si, au moment de la réception définitive il, est reconnu
que certains ouvrages ne sont pas en bon état, le Maître de l'Ouvrage peut prolonger le délai de garantie jusqu'à ce que les
travaux nécessaires aient été exécutés par l'Entrepreneur ou faire exécuter les travaux aux frais de celui-ci.

CLIMATISATION DE SPLISYSTEM
9/ SPECIFICATIONS PARTICULIÈRES
ARTICLE 19: 9.1 MULTISPLIT
La climatisation des locaux (Accueil /réception, salle de beauté et salle de détente) se fera par un système Multi Split
Réversible à détente directe et à condensation par air, de marque DAIKIN ou similaire.
1- Atelier et magasins en RDC
2- Bâtiment social sous traitant en RDC
3- Annexe chauffeurs en RDC

UNITE EXTERIEURE
L'unité extérieure sera assemblée, testée et pré chargée en usine en fluide R410A. Les ailettes du condenseur seront protégées
par un revêtement polyacrylique évitant la corrosion. De poids et dimensions réduits, l'unité s'installera aisément sur la terrasse.
UNITE INTERIEURE
Les unités intérieures seront sélectionnées en fonction des besoins thermiques des locaux et des contraintes d'installation.
L’unité intérieure sera réversible de type plafonnier encastré gainable ou en allège de marque DAIKIN ou similaire.
Elle pourra être pilotée par une télécommande infrarouge ou à fil.
CIRCUIT FRIGORIFIQUE ET ELECTRIQUE

62
Les raccordements entre l'unité extérieure, et les unités intérieures seront effectués avec des liaisons cuivre de faible diamètre
(qualité frigorifique), isolées séparément. Les différentes dérivations seront assurées par des raccords type Réf net de DAIKIN
ou similaire. La longueur totale admissible de tuyauterie cumulée sera de 115m équivalent. Le dénivelé maximum entre unités
extérieure et intérieure n'excèdera pas 30m.
Seule l'unité extérieure sera alimentée en monophasé 220V/1 phase/ 50Hz. Elle sera protégée par un disjoncteur différentiel de
calibre adapté. Un câble 4x1, 5mm², assurera la communication et l'alimentation entre chaque unité extérieure et l'unité
extérieure. Ensuite, un autre câble 4x1, 5mm² reliera de la même manière chaque unité intérieure au l’unité extérieure qui lui
est associé.
REGULATION ET SECURITE
Chaque unité intérieure disposera de sa propre régulation et des fonctionnalités suivantes :
 Marche/Arrêt, fixation de la température de consigne, choix des paramètres de
ventilation
 Redémarrage automatique après coupure de courant
 Activation du mode Puissance permettant d'atteindre rapidement le point de
consigne de la pièce
 Mode abaissement de nuit permettant de réduire automatiquement le niveau sonore
de l'unité extérieure
 Fonction autodiagnostic, indiquant les défauts et dysfonctionnements des unités
(simplification des opérations de maintenance).
ARTICLE 20: 9.2 MONOSPLIT
La climatisation des locaux selon plan et étude se fera par un système Split mural à détente directe et à condensation par air,
de marque DAIKIN ou similaire, permettant le rafraîchissement des locaux.
UNITE EXTERIEURE
L'unité extérieure sera de DAIKIN ou similaire assemblée et testée en usine. Elle sera préchargée en fluide R410A pour une
longueur de tuyauterie de 10m.
UNITE INTERIEURE
L'unité intérieure sera sélectionnée en fonction des besoins thermiques des locaux et des contraintes d'installation. Elle sera de
type gainable, allège ou mural. Elle sera pilotée par une télécommande infrarouge.
CIRCUIT FRIGORIFIQUE ET ELECTRIQUE
Le raccordement entre l'unité extérieure et l'unité intérieure sera effectué avec des liaisons cuivre de faible diamètre (qualité
frigorifique), isolées séparément. La longueur maximale sera de 30m équivalent (entre unité extérieure et unité intérieure) dont
20m de dénivelé.
L'unité extérieure sera alimentée en monophasé 230V/1 phase/50Hz. Elle sera protégée par un disjoncteur différentiel de
calibre adapté. Un câble 4x1, 5mm², assurera la communication et l'alimentation de puissance entre les unités intérieure et
extérieure.
Régulation Et Sécurité
L'unité intérieure disposera de sa propre régulation et des fonctionnalités suivantes :
 Marche/Arrêt, fixation de la température de consigne, choix des paramètres de ventilation
 Choix du mode de fonctionnement chauffage/rafraîchissement
 Redémarrage automatique après coupure de courant
 Activation du mode Puissance permettant d'atteindre rapidement le point de consigne de la pièce
 Mode abaissement de nuit permettant de réduire automatiquement le niveau sonore de l'unité
extérieure.
 Fonction autodiagnostic, indiquant les défauts et dysfonctionnements des unités (simplification des opérations de
maintenance).
ARTICLE 21: 9.4 VENTILATEURS D'EXTRACTION D'AIR VICIE
Les ventilateurs seront du type centrifuge type "toiture" posé sur socle ou support.
Les moteurs devront être protégés pour une température extérieure de 55°, l'intensité plaquée du moteur devra être d'au moins
15% supérieure à l'intensité réelle consommée.
Le niveau de bruit extérieur des extracteurs ne devra pas dépasser 65 dBa.
Il sera muni d’un dépressostat d’alarme et isotherme incorporé.
Il sera muni d’un interrupteur de proximité IP65 cadenassable
ARTICLE 22: 9.5 BOUCHES D'EXTRACTION D'AIR VICIE DES TOILETTES
Seront du type plafonnier circulaire auto réglable ou équipée d’un module de régulation.
ARTICLE 23: 9.6 CAISSON DE DESENFUMAGE
Les ventilateurs seront de série moyenne pression à double ouïe.
Les roues à aubes, à réaction doivent être incurvées vers l'arrière elles seront en tôle d'acier à haute résistance, peinte à une
peinture cuite au four. Les volutes des ventilateurs seront en acier galvanisé. Les ventilateurs sont équipés d'un support paliers.
Les moteurs sont montés sur une chaise support renforcée et fixée au châssis;
Ces moteurs résisteront à 400°C pendant 2 heures. Les courroies sont de type trapézoïdales les poulies seront en fonte avec
dispositif de fixation à serrage; Chaque moteur sera caractérisé par deux vitesses assurant respectivement le désenfumage et

63
l'extraction d'air vicié.
ARTICLE 24: 9.7 GAINES EN TÔLE CIRCULAIRE - V.M.C.
Les gaines de type cylindriques seront en acier galvanisé agrafées en spirale.
Les assemblages de gaines seront parfaitement étanches grâce à l'emploi de pièces de transformation standard convenablement
montées.
Il pourra être demandé qu'un essai d'étanchéité de tout ou partie du réseau à réaliser par l'Entreprise et à ses frais.
Au cours de cet essai, le réseau concerné sera soigneusement obturé et soumis à une différence de pression de 50 dpa avec
l'ambiance.
Le débit de fuite éventuellement mesuré devra être inférieur à 5% du débit nominal du tronçon concerné.
Les gaines seront équipées de tous les registres et organes nécessaires pour équilibrer les circuits lors de la mise au point.
ARTICLE 25: 9.8 RÉSEAU DE GAINES
Les réseaux devront être CF° 1/2h pour tous les conduits de soufflage et de reprise conçus pour présenter un minimum de
pertes de charge, tant par le tracé que par les accidents de parcours (coudes, dérivations, changement de sections) dont l'angle
des parois avec la veine d'air n'excédera pas 30° à moins de comporter des aubes directives. Toutes les gaines de
communication entre les locaux à risque et les bâtiments devront être CF° 2 heures.
Ces réseaux seront réalisés en tôle galvanisée. L'étanchéité sera telle que les fuites seront inférieures 5% des débits véhiculés.
Les vitesses de l'air dans les gaines ne devront pas dépasser 6m/s dans leurs parcours.
Des manchettes souples en gaine métallique flexible ou en toile seront prévues pour les raccordements aux grilles ainsi que
pour les passages de joint de dilatation. Ces matériaux seront de classe Feu M0 ou M1.
ARTICLE 26:     MISE EN ŒUVRE
L'entrepreneur devra la fourniture et la pose des supports.
A proximité immédiate de tous les appareils, accessoires, coudes et piquages et tous les 2 m maximum en parties droites.
Ils seront constitués de fer en U sur lesquels les conduits reposeront. Les suspensions seront réalisés à partir des tiges filetées.
L'ensemble sera protégé à l'antirouille (2 couches de teintes différentes) et désolidarisé des structures à l'aide de plots en
caoutchouc destinés à l'absorption de vibrations éventuelles.
ARTICLE 27: LA GAINE PREISOLEE
Le réseau de gaines rectangulaires et de plénum sera selon les plans et les spécifications suivantes :
Les gaines et les plénums seront fabriqués en utilisant les panneaux aluminium / polyuréthane thermo-isolé.
Les caractéristiques physiques des panneaux seront comme suit :
Caractéristiques générales :
La feuille d’aluminium placée sur la face intérieure.
La feuille d’aluminium placée sur la face extérieure sera laquée avec 3g/m2 de vernis époxy de protection contre les rayons
ultraviolets et pour assurer une étanchéité à l’eau.
Isolation thermique :
Matériel isolant : Mousse expansée rigide de polyuréthane à cellule étroite, sans CFC/HCFC, densité 48 kg/m3,
Matériel physiologiquement et chimiquement inerte et insoluble, non métabolisable.
Conductivité thermique: Valeur initiale (selon normes EN 12667:2002) - 0.022 W/m²K, ou meilleure.
Valeur âgée (selon normes EN 13165:2006) - 0.026 W/m²K, ou meilleure.
Résistance à la vapeur d'eau (selon normes EN 12086:1999) ≥ 2.000  [(m2.h.PA) /mg], ou meilleure.
La barrière de vapeur sera garantie par les feuilles d'aluminium couvrant les deux faces de la mousse rigide.
La feuille d'aluminium couvrant le panneau à maintenir intact après installation pour assurer la continuité de barrière de
vapeur.
Température ambiante :
Aucune réduction mesurable des caractéristiques d'isolation, chimique ou physique des panneaux en transportant l'air dans la
température ambiante de -5°C  à  +110°C.
Plage de pression :
Les parois et les joints des gaines seront intacts et n'auront besoin d’aucun réglage permanent quand testée à une pression
maximum de 1750 Pascal.
Réaction au feu :
Concernant la réaction du feu, les panneaux devront être classés :
 M1, selon la norme française NFP-92 507
Le certificat approprié pour le matériel devra être présenté par le fabricant des gaines.
Les gaines et plénums devront être fabriqués strictement selon les exigences et les recommandations du fabricant, en utilisant
l’ensemble du matériel et des accessoires du fabricant.
Tous les panneaux utilisés pour la fabrication montreront, sur la feuille d'aluminium, le logo en relief du fabricant et
l’impression de la date de production, au moins d'un côté du panneau.
Là où cela est possible, la longueur maximum du conduit simple sera de 4000 millimètres.
Les gaines et plénums seront fabriqués et assemblés pour garantir un jointage adéquat.
Le joint entre les gaines sera fait au moyen d’un système de «bride/baïonnette» avec l'installation d'une garniture de mousse en
plastique entre les conduits pour réduire les fuites d'air.
Toutes les palettes de rotation dans les coudes de grandes dimensions seront en plastique de VICAT.
Les gaines seront installées en utilisant des supports adéquats. La distance maximum entre les appuis sera :
4 mètres, pour les gaines ayant une section jusqu'à 1200 x 1200 millimètres
2 mètres, pour le conduit ayant une section plus de 1200 x 1200 millimètres
64
Partout où cela est nécessaire, les gaines seront renforcées en utilisant le spécifique Système de raidisseurs (tubes de renfort
aluminium + coupelles circulaire en PVC).
Partout cela est nécessaire, le fabricant de gaines se chargera de l'installation des portes d'inspection pour permettre des
inspections et le nettoyage des gaines.  Les portes d'inspection seront fabriquées à l'aide des mêmes panneaux et accessoires.
ARTICLE 28: 9.9 RÉGULATION
L'entreprise devra la fourniture et pose d'un système de régulation pour chacun des circuits.
Chaque système de régulation en fonction de la température extérieure avec action progressive sur vannes motorisée
comprendra :
 Un régulateur avec horloge hebdomadaire à quartz équipée d'une réserve (accumulateur) de marche
suffisante (72h).
 Sondes de départ.
 Sondes extérieures.
 etc....
ARTICLE 29: 9.10 ACOUSTIQUE
Le niveau de pression acoustique engendré par le matériel de climatisation et de ventilation, ventilo-convecteurs, pompes à
chaleur, caissons de soufflage, extracteurs etc…) devra répondre aux conditions de la législation acoustique dans des bâtiments
publics.
Les équipements proposés ne devront pas être générateurs de bruits, ils devront être dotés de tous les dispositifs susceptibles
d'interrompre ou d'atténuer sensiblement les vibrations mécaniques et bruits de fonctionnement, (suspension et attaches
élastiques, plots et manchettes antivibratiles, traitement acoustique éventuel, etc…).
G.PEINTURE - VITRERIE
G1 - GÉNÉRALITÉS

Tous les travaux de peinture et de vitrerie seront exécutés suivant les prescriptions techniques de DGA, articles 173 à 175, les
normes Marocaines suivant les indications du Dahir N° 1-70 -157 du 30/7/70 relatif à la normalisation modifié par le Dahir
portant loi N°1-93 -221 du 10/09/93.

G2 - PROVENANCE DES MATÉRIAUX


Les matériaux proviendront des lieux de production suivants :

DÉSIGNATIONS DES MATÉRIAUX QUALITÉ ET PROVENANCE

CHAUX Des fours de la région


BLANC DE ZINC Des dépôts du Maroc
HUILE DE LIN Fabrication Marocaine
PEINTURES De 1er Choix
VITRERIE Des dépôts du Maroc

G3 - PRESCRIPTIONS GÉNÉRALES
Les travaux seront exécutés suivant les dispositions du Devis Général d'Architecture, articles 173 et 174, des normes
marocaines et du présent Cahier technique particulier, en ce qui concerne le détail des ouvrages.
L'entrepreneur devra s'assurer que les parties à peindre sont correctement préparées par les autres corps d'état.
La préparation des surfaces à peindre devra être exécutée conformément aux prescriptions techniques du fournisseur des
produits.
Les différentes couches de peindre seront exécutées aux temps désignés par l'architecte. La première couche ne pourra être
appliquée qu'après réception par l'architecte des surfaces convenablement préparées.
Chaque couche sera réceptionnée avant l'exécution de la suivante.
Les couches successives seront de nuances légèrement différentes.
La dernière couche devra couvrir entièrement les autres couches. Dans le cas d'un pouvoir couvrant insuffisant, il ne sera
appliqué aucune plus-value pour couche supplémentaire.
L’Entreprise devra prendre ses précautions pour faire la couche de finition après les raccords des autres corps d'état.
Il signalera en temps utile les raccords à exécuter, faute de quoi il serait responsable des reprises à faire.
L'Entrepreneur devra protéger pendant les travaux toutes les parties fragiles, sols, revêtements, granito, appareils sanitaires. Il
aura à sa charge tous les derniers nettoiements et remettra le chantier en parfait état de propreté, les vitres nettoyées et les sols
débarrassés de toutes taches et détritus.
Les travaux tels que le nettoyage final des lieux sont à la charge de l'entrepreneur de peinture et devront être exécutés d'une
manière parfaite. Les sols en mosaïque, les plinthes et le retour horizontal des plinthes devront être lessivé à plusieurs reprises
au savon noir de première qualité, l'esprit de sel étant formellement interdit.
Les hautes et bas des portes non vus devront être peints, les serrures des portes plaquées devront être nettoyées avec
précaution, à l'essence et huile, ainsi que tous les autres quincailleries, crémones, targettes, paumelles, etc.....
Toutes les paumelles ou charnières perforées devront être huilées.
Seront à la charge de l'entrepreneur, le transport des matériaux, leur mise en oeuvre, la confection des échantillons.
65
L'entrepreneur sera responsable des dégradations dues à ses travaux, et en particulier des taches d'huile sur les sols, qui
pourront être relatifs à sa charge.

ÉCHANTILLONS DE TEINTES - SURFACES TÉMOINS


L'entrepreneur devra préparer à ses frais, sur les indications de l'Architecte, tous les échantillonnages de teintes demandés.
Après accord de l'Architecte, l'entrepreneur réalisera des échantillons témoins mobiles, exécutés sur subjectile acier, plâtre et
bois seront faits contradictoirement si l'Entrepreneur ou son représentant, dûment convoqués font défaut, les prélèvements
seront valablement faits en leur absence.
Les échantillons destinés aux analyses de conformité pourront être prélevés simultanément dans les containers emmagasinés et
dans les camions de peinture.
Ces vérifications de conformité, dont le nombre sera déterminé par l'Architecte, seront à la charge de l'ouvrage. Si, à la suite
des vérifications, un lot est rebuté, celui-ci devra être immédiatement enlevé et de nouveaux essais seront effectués aux frais de
l'entrepreneur sur les lots de remplacement.
L'analyse qui fera apparaître, pour un échantillon déterminé, une qualité différente de celle présentée par le fabricant,
entraînera le non paiement de la surface peinte à l'aide de la peinture échantillonnée.
L’Architecte exigera dans ce cas que l'entrepreneur procède à la réfection de cette surface, sans que celui-ci soit admis de ce
chef à émettre une demande de résiliation ou d'indemnité.
L'Architecte pourra exiger de l'entrepreneur la communication des factures et autre documents établissant la provenance et la
qualité des produits employés.

ESSAIS DE VIEILLISSEMENT
Quatre essais de vieillissement seront effectués sur des peintures choix de l'Architecte par un Laboratoire agréé par l’État.
Au cas où ces essais ne donneraient pas satisfaction, les frais en seront à la charge de l'Entrepreneur.
En outre, une réduction de prix de 50 % sera appliquée à la zone incriminée.
En tout état de cause, l'Entrepreneur aura la faculté de demander la réduction de prix, mais l'Architecte se réserve le droit de la
lui refuser et de lui imposer la réfection totale de la zone considérée.

G4 - PRESCRIPTIONS RELATIVE À LA VITRERIE


Les matériaux mis en œuvre devront répondre en ce qui concerne leurs qualités physiques et leur mode d'utilisation, aux
conditions et prescriptions des articles 70 et 72 inclus et 75 du C.C.A.G.T. et des normes marocaines. Les matériaux seront
de première qualité et mis en œuvre conformément aux prescriptions des fabricants.
Avant la pose des verres, il sera effectué un brossage des feuillures.
Les jeux à réserve seront ceux prévus à l'article 2.251 du cahier N° 139 du CTSB. et des normes marocaines.
Tous les volumes seront calés conformément aux prescriptions de l'article 3.253 du cahier
N° 139 du CTSB et des normes marocaines.
La fixation à bain de mastic s'effectuera conformément aux prescriptions de l'article 3.253 du cahier N°139 du CTSB, et des
normes marocaines.
Dés la pose d'un volume réalisé, l'Entrepreneur effectuera sur celui-ci à l’aide d'un produit lavable, un signe quelconque destiné
à attirer l'attention sur le fait que l'ouverture a été obturée.
Avant la remise de bâtiment au maître de l'ouvrage, l'Entrepreneur devra s'assurer que toutes les par closes ont été revissées et
les volumes de verre ne présentent aucune bulle ou défaut.
Les surfaces vitrées seront soigneusement nettoyées.
L'intérieur des salles et les alentours des bâtiments seront exempts de tous gravats et chutes de verre.
L'ensemble de vitrerie sera nettoyé pour le jour de la réception provisoire.
En fonction de la situation géographique et de l'exposition aux vents et intempéries, des affectations éventuellement
différentes, les casses de verre seront prises en compte par l'entrepreneur du présent lot suivant calculs des D.T.U, lois, décrets,
des normes marocaines, etc... en vigueur. Dépose et repose des par closes à prévoir au présent titre.

66
CHAPITRE III : DESCRIPTION DES OUVRAGES ET MODE DE REGLEMENT

67
Les travaux de construction de la nouvelle cimenterie de souss et suivant plan d’architecte à la commune rurale
TASGDELT –PROVINCE CHTOUKA-AIT BAHA LOT : UNIQUE Atelier de maintenance carrière pour le
compte du LAFARGE HOLCIM MAROC –

100- GROS ŒUVRE-REVETEMENT


A-GROS-OEUVRE
Terrassement (généralité)
Généralités
Avant le commencement de tous les travaux de terrassement, l'entrepreneur devra faire vérifier par
l'Architecte, l'implantation des bâtiments et les niveaux; Conformément à l'article 210 du D.G.A., il est
précisé que l'implantation exécutée par un géomètre agréé sera entièrement à la charge de
l'Entrepreneur. Les terres de toutes natures venant des fouilles seront soit régalées sur place, soit
transportées à la décharge publique. Les remblais seront réalisés par couches successives de 0,20 m,
immergées à refus et compactées. La compacité obtenue sur 0,20 m. Ne sera pas inférieure à 95
% de la densité optimum PROCTOR. L'entrepreneur devra étudier sur place avec les documents
établis, l'importance et la nature des terrassements à réaliser et prévoir dans ces prix toutes les sujétions
prévues aux articles 90,91 et 94 du D.G.A. L'Entrepreneur ne peut procéder au coulage qu'après
réception des fouilles par le laboratoire et la maîtrise d'œuvre. L'Entreprise devra faire connaître les
fonds de fouilles avant de procéder au coulage du béton. Toutes les précautions nécessaires seront prises
contre les éboulements, les terrassements, la protection des constructions voisines, l’étaiement éventuel
d’ouvrages mis à nu, la clôture des zones ouvertes, ainsi que la tenue des immeubles voisins en cas de
68
pompage intense. Lorsque l’entrepreneur au cours de ses travaux de terrassement rencontrera des
canalisations d’eau, d’électricité, téléphone, égouts etc. il devra immédiatement en aviser l’architecte
et le maître d ‘ouvrage qui interviendront directement auprès des services intéressés.
L’entrepreneur devra prendre toutes dispositions pour assurer, à l’aide de clôture, protections et tous
procédés soumis à l’architecte la protection sur rue et sur cours dépassants, véhicules, bâtiments,
installations électriques. Les prix des terrassements comprennent toutes les sujétions d'utilisation
d'engins mécaniques, camion, outils manuels, marteaux pneumatiques, brise-roches, compresseurs,
explosifs, blindage, échafaudage, mesures de sécurité, assèchement, pompage des eaux, stockage des
terres, évacuation aux décharges publiques, et mise en œuvre.
Le mode de règlement étant celui de l'article 211 de DGA (Devis Général d'Architecture).

1-01 - FOUILLES EN PLEINE MASSE Y COMPRIS ROCHER

Sous l’ensemble des bâtiments et sous blocage jusqu’à la côte de 0,25 m minimum et reconnue et acceptée par les
maîtres d’ouvrage et d'œuvre y compris jet sur berges, blindage éventuel, épuisement, chargement, transport,
remblais ou évacuation à la décharge publique. Un P.V de réception doit être dressé en présence du Maître de
l’ouvrage et du Maître de l’œuvre définissant les quantités réellement évacuées.
Ouvrage payé au mètre cube pour toutes profondeurs sans aucune majoration pour façon de talus ainsi que dé
racinage des arbres et débroussaillage, au :
Prix..........................................................................................................................N°1-01

1-02 - FOUILLE EN EN PUITS, TRANCHEE OU EN RIGOLE Y COMPRIS ROCHER.

Les fouilles seront descendues aux cotes reconnues et acceptées par la Maîtrise de chantier. Elles seront exécutées
aux largeurs strictement nécessaires et feront l’objet d’un procès verbal de réception.
Aucun ouvrage de béton ou maçonnerie ne sera entrepris avant l’accord de Maîtrise de chantier. Les fouilles
dépassant les cotes admises ne seront pas payées.
Les hors profils ne seront pas payés.
Ouvrage payé au mètre cube y/compris, sujétions de boisage, étaiements, talutages, blindage, épuisement,
pompages, qui pourraient être rendus nécessaires, non compris chargement et transport. Au :
Prix.............................................................................................................................N°1-02

1-03 - ÉVACUATION DES DÉBLAIS OU MISE EN REMBLAIS

Les déblais provenant des terrassements ou apport de tout venant pourront servir de remblai et seront mis en place
par couches successives de 0.20 m, pilonnées, compactées et arrosées.
Compactage à 85% de l’optimum Proctor modifie. Les déblais en excédent seront évacués aux déchargements.
Ouvrage payé au mètre cube théorique, sans majorations pour foisonnement compris toutes sujétions au
Prix....................................................................................................................................N°1-03

1-04 - BETON DE PROPRETE

Béton de propreté exécuté en béton n° 1 (voir tableau de dosage) sous les ouvrages maçonnerie et béton armé (les
semelles, longrines etc..) épaisseur suivant plans, compris pilonnage
Le prix de règlement comprend le coffrage des jours, et toutes sujétions de mise en œuvre,
Ouvrage payé au mètre cube au
Prix........................................................................................................................................N°1-04

1-05 - GROS BETON

Exécute en béton n° 2 (voir tableau des dosages) répandu et coulé par couches suivant l'épaisseur et dimensions des
plans de B.A.
Ouvrage payé au mètre cube théorique sans majoration pour irrégularité du fouille au
Prix.........................................................................................................................................N°1-05

1-06 - ARASE ETANCHE

Arase et étanche sur maçonnerie en fondation, chape au mortier du ciment et application d'un feutre 27 S entre
deux couches de bitumes à chaud.
Ouvrage payé au mètre carré suivant la largeur du chaînage sans plus value de retombée de 0,10 pour les deux
69
côtés et compris toutes sujétions d’exécution au
Prix........................................................................................................................................N°1-06

1-07- MACONNERIE DE MOELLONS EN FONDATION


La maçonnerie de moellons en fondations doit être hourdée au mortier de ciment n°2 (voir tableau des
dosages). Les parements seront dressés sur leur face de manière à ne présenter aucune aspérité. Les
joints seront soigneusement remplis au mortier.
Ce prix comprend les tailles pour angles, rentrants ou sortants, fruits arrondis et traversée buses,
boutisses suivant toutes épaisseurs de murs. Cette maçonnerie sera payée au mètre cube théorique des
plans de fondations, tous vides et ouvrages divers déduits, compris toutes sujétions au
Ouvrage payé au mètre cube au Prix...................................................................N°1-07

1-08- FORME EN BETON

La forme de béton sur tout venant ou Hérissonage sera exécutée en béton n° 2 (voir dosage) soigneusement réglée,
y compris pilonnage, damage et réglage et armature, quadrillage suivant plan B.A.
Ouvrage payé au mètre carré, réellement exécuté, compris fournitures, main d'œuvre et toutes sujétions de
fourniture et pose film polyane épaisseur de 30 macaron sur tout venant au
- Forme de 0.13 mm au Prix..................................................................................N°1-08a
- Forme de 0.20 mm Industrielle en hélicoptère au Prix....................................N°1-08b

1-09 – TOUT VENANT

Fourniture et pose et mise en œuvre de tout venant calibre 0/40 épaisseurs de 0,20 m soigneusement exécuté arrosé et
compacté par engin mécanique.
Ouvrage payé au mètre carré au Prix ......................................................................................N°1-09

1-10 - BETON ARME EN FONDATION POUR TOUS OUVRAGES

Les ouvrages en béton armé en fondation seront réalisés en béton n° 4 (voir tableau) obligatoirement vibré ou pervibré. Ce prix
comprend le coffrage, le décoffrage, les étais et toutes sujétions de mise en œuvre et toutes profondeur ou hauteur. La
fabrication sera exclusivement faite aux engins mécaniques, les dosages seront faits à l'aide des caisses. Le prix de règlement
comprend de pentes particuliers et adjuvent hydrofuge sika
Ouvrage payé au mètre cube, tous vides déduits, mesures prises d'après section des plans de béton armé, sans plus-value pour
joint de dilatation en polystyrène, couvre joint en bois de 8 cm de largeur au
Prix..............................................................................................................................................N°1-10

1-11 -ARMATURES EN ACIER HLE OU TOR

Armatures, acier TOR ou H.L.E seront exécutées conformément aux plans de béton armé. Ce prix comprend la fourniture,
façonnage, pose aciers, le fil de ligature, aciers de montage, les cales annulaires au mortier de ciment pour poutres et poteaux.
Le poids des aciers pris en compte résulte du mètre théorique selon les plans du béton armé, établis par le bureau d'études,
compte tenu des recouvrements, chapeaux et crochets. Fils de ligature, tolérance de laminage et toutes sujétions seront à
prévoir dans les prix unitaires.
Ouvrage payé au Kilogramme, au :
Prix.........................................................................................……………….................................N°1-11

1-12 – BUSE EN PVC Ø 200 TYPE ASSAINISSEMENT

Comprend terrassements (déblais, remblais et évacuations) et buses posés sur lit de sable, raccordement sur le pourtour à la
colle spécialisé, , après essais d'étanchéité et réception par le Maître d'œuvre et d'ouvrage, la tranchée sera remblayée de la
manière suivante :
La première sera exécutée jusqu'à 0.20 au-dessus de la buse avec des terres triées, mise en place des remblais par couches de
0.20 au-dessus de la buse avec des terres triées, mise en place des remblais par couches de 0.20 soigneusement damées et
arrosées pour éviter tout tassement pour tirage du câble sera prévu un grillage de signalisation.
Ouvrage payé au mètre linéaire au :
Prix..................................................................................................................................................N°1-12

1-13- REGARDS EN BETON de 50x50

Terrassement compris, exécuté en béton n° 3 (voir tableau) y compris béton de propreté, raccordement des canalisations, façon
de curette, enduits parois de 0.10 à 0.15 tampon en double cornière galvanisé et scellé au bitume. Tous les regards pourront
être siphonnés à la demande de l'Architecte.
70
Ouvrage payé à l’unité au :
Prix..................................................................................................................................................N°1-13

1-14-CANIVEAU EN BETON ARME Y COMPRIS GRILLE GALVANISE

Exécution de caniveau de 40cm en béton armé, exécutée en béton n° 4, radier et parois, acier et enduit lisse intérieur, y compris
tampon en béton armé.
Ouvrage payé au mètre linéaire compris toutes sujétions d’exécution au :
Prix...................................................................................................................................................N°1-14

N.B : tous les regards seront siphonné a la demande de l’architecte

1-15-BRANCHEMENT ET RACCORDEMENT AUX RESEAUX EXISTANT

Ce prix comprenant canalisation, terrassement, remblais et évacuation et branchement à partir de la limite de construction y/c
réfection et confection de chaussé ainsi les droits des taxes et peines soins
Ou remplacé par :
Fosse septique et puits perdu suivant :
1) 2 (deux) Fosse septique réalisés suivant plan de béton armé dimensions 1.50x1.50x2.00
2) Puits perdu de 30 m3 avec remplissage en pierre sèches et buses de Ø 300 verticalement et tampon en béton armé avec
trappe de 50x50 en anneau de relevage et toutes sujétions de, canalisation, terrassement, remblais et évacuation
Ouvrage payé pour l’ensemble d’un seul branchement ou ensemble pour 2 fosses et 2 puits perdus
Prix.....................................................................................................................................................N°1-15

1-16- BETON ARMEE EN ELEVATION

Suivant plan depuis le dessus de la forme brute du RDC jusqu'à la terrasse en béton vibré et pervibré et exécuté suivant le plan
de B.A compris coffrage et décoffrage, recouvrement des balisages, réserve de larmier, de trous de trémies en gravures et
suivant la façade et coupes, sans plus-value pour joints de dilatation en polystyrène, plus value pour béton brut de décoffrage
et coffrage particulier (arcades, colonnes, courbes, éléments saillants etc…) et couvre joint en bois de 8 cm de largeur pour
joint dilatation.
Ouvrage payé au mètre cube y compris toutes sujétions au :
Prix........................................................................................................................................................N°1-16

1-17- PLANCHER EN HOURDIS DE 15

Planchers exécutés en hourdis creux avec nervures, et dalles de compression de 0,05 m maximum et suivant plan de béton
armé y compris fourniture et pose de coffrage et décoffrage, fourniture des hourdis d'extrémité en béton, ferraillage, dalle de
compression et nervure et toutes sujétions..
Ouvrage payé y/c des hourdis, nervures, dalles de compression et aciers, au mètre carré au
Prix..………………….…………………………….....................................................................................N°1-17

1-18- ACIERS TOR OU HAUTE LIMITE ELASTIQUE

Idem spécification que l'article 1/11 mais pour armatures en élévation


Ouvrage payé au kilogramme au :
Prix............................................................................................................................................................N°1-18

1-19- DALLETTE COUVRE JOINT EN BETON ARME

Exécutée en béton suivant tableau des dosages et armés suivant plans du B.E.T
Ouvrage payé au mètre linéaire, y/c compris façon de larmier sur 2 cotés et façon de glacis au mortier au
Prix.............................................................................................................................................................N°1-19

1-20- RENFORMIS DE BANCS EN BETON MAIGRE

Renformis de bancs de 0,40 cm de larg. Et de 0.40 de la hauteur, remplis en béton n°3 y/c toutes sujétions de mise en œuvre
avec la finition en carreau ou Dallette des paillasses 0.10 d’épaisseur
Ouvrage payé au mètre carré au
Prix................................................................................................................................... …………........................N°1-20

MACONNERIE EN ELEVATION
GENERALITES CONCERNANT LES MACONNERIES ET LES CLOISONS
L’Entrepreneur devra l’exécution des poteaux raidisseurs et des tendeurs nécessaires à la bonne tenue des ouvrages. Au dessus
de tous les cadres posés dans les cloisons simples, l’Entrepreneur exécutera un linteau, soit en armant et en remplissant de
71
béton une rangée de briques creuses, soit en exécutant un linteau en BA préfabriqué ou non.
Ces travaux n’entraîneront aucune plus-value. Ils devront être compris dans les prix unitaires de cloison ou double cloisons au
mètre carré.
La liaison des parois dans les double cloisons sera assurée par des épingles en acier doux galvanisé de diamètre 8, disposées
tous les mètres en hauteur, en longueur et en quinconce.
Dans le cas d’utilisation de maçonnerie en agglomérés de ciment porteurs, ceux-ci devront avoir reçu l’approbation du BET.
D’une manière générale, tous les matériaux servant à la réalisation des cloisons et maçonneries devront être soumis à
l’approbation du Maître d’Œuvre.
Les agglomérés de ciment devront répondre aux caractéristiques de l’article 74 du Devis Général d’Architecture. La mise en
œuvre des agglomérés sera conforme aux prescriptions de l’article 120 du Devis général d’Architecture.
Le prix comprend toutes sujétions de béton et acier pour raidisseurs, linteaux et têtes de double cloison, cache rideaux, appuis
de fenêtre sont à prévoir dans le prix de m² de double cloison et cloison ci-dessus :
MACONNERIE EN BRIQUE
Épaisseur suivant plans, joints soigneusement croisés, agglos arrosés avant la pose, y compris boutisses de liaisonnent et toutes
sujétions.

1-21. MACONNERIE EN AGGLOS DE 0,20


Suivant plan dont le choix est à soumettre à l’Architecte. Ces agglos sont hourdés au mortier n°2 et même descriptions et
spécifications définis ci avant
Ouvrage payé au mètre carré au
Prix…..........................................................................................................................................................N°1-21

1-22. MACONNERIE EN AGGLOS DE 0,15


Suivant plan dont le choix est à soumettre à l’Architecte. Ces agglos sont hourdés au mortier n°2 et même descriptions et
spécifications définis ci avant
Ouvrage payé au mètre carré au
Prix…..........................................................................................................................................................N°1-22

1-23. MACONNERIE EN AGGLOS DE 0,10


Suivant plan dont le choix est à soumettre à l’Architecte. Ces agglos sont hourdés au mortier n°2 et même descriptions et
spécifications définis ci avant
Ouvrage payé au mètre carré au
Prix…..........................................................................................................................................................N°1-23

ENDUITS
Note concernant les enduits (GENERALITES)
Le prix de règlement des enduits comprend les arrêtes, les cueillies, angles rentrant ou saillant, les tableaux petites largeurs, les
feuillures, façon de larmiers ou joints creux, becs d’auvent, les retraits dans l’enduit les joints en creux de toutes sections à la
rencontre d’enduits avec les ouvrages en BA les surépaisseurs et tous motifs Architecturaux figurant sur les plans
d’Architecte. Ces prix comprennent également la fourniture et la pose de grillage pour fissures, maille de 0,02 m galvanisés
fixés par cavaliers galvanisés en bande de 0,25 m de largeur et placé en recouvrement de toutes les rencontre d’ouvrages de
l’ossature en béton armé avec les cloisons, doubles cloisons, planchers, afin d’éviter les fissures d’enduits dues au retrait. Ces
sujétions devront être comprises dans les prix unitaires de tous les enduits intérieurs et extérieurs. Les prix unitaires porteront
sur les surfaces réellement exécutées, sur murs ou plafonds, trous et vides déduits, y compris toutes sujétions d’exécution et
finition selon les règles de l’art. Toutes les sujétions pour échafaudages à toutes hauteurs, de toutes natures seront comprises
dans les prix ainsi que la protection éventuelle des délicates d’ouvrages. Ces enduits seront payés au mètre carré réel, tous
vides déduits, quelle que soit leur ouverture, leur nature, ou la hauteur, sans plus-value pour parties ou faibles largeurs.
Ils seront réalisés en trois couches de la façon suivante :
1) Après imbibition complète du support et passage d’une barbotine liquide afin d’améliorer l’accrochage au mortier de
ciment cobaltage des surfaces préalablement nettoyées au ciment pur.
2) couche de dégrossissage imperméable en une ou plusieurs passes, une épaisseur minimale de 10mm de 0,015 m maximum
au mortier de ciment moyen (N°2) se composant de :
Ciment C.P.J.35/45 = 400 kg par m3 de sable sec
Sable sec = 500l
Grains de riz tamisé à 3/15 = 500 m
3) Une couche de finition passée au bouclier, dite «FINO» sur une épaisseur minimale de 5mm au mortier de ciment bâtard N°
5 se composant comme suit :
Ciment C.P.J.35/45 = 350 kg par m3 de sable sec
Chaux = 150 kg par m3 de sable sec
Sable sec = 1.000l.
Le tout parfaitement dressé par temps sec les enduits seront arrosés durant le séchage.
Ciment sera convenablement hydraté, les poches de sable évitées.
Aussitôt après le durcissement de la couche, l'enduit sera auscultée au marteau et la partie non adhérente sera enlevée et
remplacée. La deuxième couche sera posée après lavage et soufflage de la première et avec les mêmes précautions. Le
saupoudrage de ciment pur sur l'enduit frais est formellement interdit, la jonction des ouvrages en béton et maçonnerie

72
intérieure et extérieure, les enduits seront exécutés avec grillage galvanisé et fixé sur les supports de façon à éviter les fissures.
Cette sujétion est comptée dans les prix unitaires, et sans plus-value des joints creux de 2 à 4 cm d'épaisseur ainsi que
décoration et molures en brique mentionné suivant le plan de façade de l'architecte avec baguette d’angle de 2 ml et mélange
en sika

1-24- ENDUIT EXTERIEUR AU MORTIER BATARD


Pour façades de tous les bâtiments suivant plans.
Sur tous les éléments de façade qui ne comportent pas de revêtement spéciaux, il sera réalisé au mortier bâtard.
Les enduits extérieurs sur murs agglos seront exécutés au mortier bâtard talochés fin, de la façon suivante :
1) Imbibition correcte du support
2) Passage d’une barbotine liquide afin d’améliorer l’accrochage
3)Une couche de dégrossissage en une ou plusieurs passes ne dépassant pas 1 cm d’épaisseur. Le mortier sera composé de :
 Ciment C.P.J.35/45 = 400kg par m3 de sable sec
 Sable sec = 500 l
 Grains de riz = 500 l
4) Une couche de finition de 0,5 cm d’épaisseur au mortier passé au bouclier dit «FINO» se composant suit:
 Ciment C.P.J.35/45 = 350kg par m3 de sable sec
 Chaux = 150kg par m3 de sable sec
 Sable sec = 1000 l
L’enduit sera parfaitement dressé.
Le prix comprendra toutes sujétions pour exécution à toute hauteur ainsi que la fourniture et pose d’un grillage galvanisé à la
jonction de matériaux de nature différente.
Ce prix comprend toutes sujétions telles que cueillies arrêtes, arrondis, retour de tableaux et voussures et petites surfaces
verticales, horizontales ou inclinées.
Joint creux périphérique en plafond au pourtour de tous les éléments en B.A. ou cloisons.
Cette sujétion est à prévoir dans les prix unitaires d’enduits.
Ouvrage payé au mètre carré réellement exécuté tous vides et ouvrages divers déduits, au :
Prix...............................................................................................................................................N°1-24

1-25- ENDUIT INTERIEUR AU MORTIER BATARD


Les enduits intérieurs sur murs agglos et plafonds seront exécutés au mortier de ciment talochés fin de la façon suivante :
Exécution en deux couches :
1. Une couche de dégrossissage en une ou plusieurs passes ne dépassant pas 1 cm d’épaisseur. Le mortier sera
composé de :
 Ciment C.P.J.35/45 = 400 kg par m3 de sable sec
 SABLE SEC = 500l
 Grains de riz = 500l
2. Une couche de finition de 0,5 cm d’épaisseur au mortier passé au bouclier dit «FINO» se composant comme suit :
 Ciment C.P.J.35/45 = 450 kg par m3 de sable sec
 Sable = 1000l
L’Enduit sera parfaitement dressé.
Le prix comprendra toutes sujétions d’exécution à toute hauteur, fourniture et pose d’arêtes métalliques sur tous les angles
saillants des murs ainsi que la fourniture et pose d’un grillage galvanisé à la jonction de matériaux de nature différente.
Pour parties verticales et inclinées planes et courbes
Ouvrage payé au mètre carré, sans plus-value pour petites parties ou faibles largeurs,
a) sur mur au Prix………………………………......................................…………………............. N°1-25a
b) sur plafond au Prix…………………………......................................……………..……………. N°1-25b

1-26- FACON D’APPUIS DE FENETRE

Réalisé en mortier de ciment sur grillage galvanisé sur couronnement y compris façon de larmier
Ouvrage payé au mètre linéaire, au :
Prix.................................................................................................................................................N°1-26

1-27-ENDUIT EN CIMENT LISSE SUR COURONNEMENT

Réalisé en mortier de ciment sur grillage galvanisé sur couronnement y compris façon de larmier
Ouvrage payé au mètre linéaire, au :
Prix...............................................................................................................................................N°1-27

1-28- SOUCHE DE GAINE TECHNIQUE DE VENTILATION EN TERRASSE


Suivant dessins de détails de l’Architecte, comprenant les parois en agglos de ciment au dessus des couvertures, les Dallette de
couronnement en béton, lisses en béton et arrêt de l’étanchéité, les enduits, les glacis, les larmiers.
Ouvrage payé à l’unité toutes sujétions au :
Prix...............................................................................................................................................N°1-28
73
GENERALITES POUR CONDUITS DE FUMEE ET DE VENTILATION
Les conduits de fumée seront réalisés en briques pleines ou en boisseaux de terre cuite, d’épaisseur minimum 3cm. Ils seront
hourdés au plâtre et maintenus contre les cloisons par des étriers métalliques (1 tous les mètres).
Les joints intérieurs seront repris au fur et à mesure du montage, de manière à ne former aucune saillie. Le tracé des conduits
sera conforme aux plans. Dans le cas d’exécution en briques pleines, l’intérieur du conduit sera enduit au plâtre, les faces
parfaitement dressées étant réunies par des gorges de 0,05m de rayon.
Qualité des matériaux : cf. art. 23 du D.G.A.
Mise en œuvre : cf. art. 125 du D.G.A.
Mode d’évaluation : cf. art. 219 paras. XI du D.G.A.

1-29- CONDUIT DE FUMEE ET VENTILATION

Exécuté en boisseaux céramiques de 20 x 20, hourdis au plâtre, posés sur crépi d’adossement contre cloison, scellements par
colliers en fer galvanisé, joints en plâtre. La souche sera reprise autour du conduit suivant détails. L’intérieur des conduits sera
enduit au montage, au mortier réfractaire et les angles formés par des gorges. Les sections seront déterminées par
l’installateur du chauffage ou le Bureau d'Études.
Ouvrage payé au mètre linéaire, fourni et posé, y compris toutes sujétions d’exécution, au :
Prix...............................................................................................................................................N°1-29

1-30- MUR DE CLÔTURE GRILLAGE

Clôture sera réalisée suivant plan et détails de l’Architecte, en grillage galvanisé maille isorange 30 hauteur 2,00 m diamètre
de fil JP 14 y compris fouille, béton de propreté ., béton pour massif en fondation pour support poteaux en élévation
préfabriqué 20x20,ou poteaux métallique
Ouvrage payé au mètre linéaire y/c toutes sujétions de remblais, évacuation, mise en œuvre et approbation au :
Prix..............................................................................................................................................N°1-30

1-31- TERRE CALCAIRE STABILISE

Fourniture et pose et mise en œuvre et en place par une couches successives épaisseur entre de 0.10 à 0.15 cm
pilonnées, et soigneusement exécuté arrosé et compacté par engin mécanique. Compactage à 85% de l’optimum Proctor
modifie
Ouvrage payé au mètre carré théorique, sans majorations pour foisonnement compris toutes sujétions au
Au Prix ..........................................................................................................................................N°1-31

1-32- CHARPENTE METALLIQUE

Fourniture, transport et la mise en place de l’ossature en charpente métallique en IPE ou IPN et suivant plan de BET et
directives de l’architecte au dessus de maçonnerie et comprenant  :
- Poutres, liernes, boulonnages etc.
- Platines de fixation, ancrage sur poteaux
- Ferrures de centre à l’intersection
- Protection anticorrosion ou sablage
- Fermes
- Pannes et contreventement
- Gousset ou sabot, boulons et étrésillon en bois massif
- Faux plafond en VALLS en plaque de 45x45
- Fourniture, transport de bac en acier TOITESCO avec bradages
- Etanchéité
Ouvrage payé au mètre carré de la surface réellement exécuté, compris fournitures, main d'œuvre et toutes sujétions de deux
couches peinture Glycéro-laquée à la hauteur suivant
- Charpente hauteur de 6.00 H au Prix................................................................................N°1-32a
- Charpente hauteur de 9.00 H au Prix................................................................................N°1-32b

B-REVETEMENTS

1-33- REVETEMENT DU SOL EN CARREAUX

Revêtements de carreaux en grés cérame de 1er choix 30x30 ou 60x60 y compris coupes, découpes, bords arrondis et toutes
sujétions de fournitures et poses. Sous forme de béton de 0,05 d'épaisseur minimum, parfaitement dressée et damée, Couleur
et approbation au choix de l'Architecte.

74
Ouvrage payé au mètre carré y/c toutes sujétions
Prix........................................................................................................................................................N°1-33

1-34- REVETEMENT DU SOL EN CARREAUX ANTIDERAPANT

Revêtements de carreaux en grés cérame de 1er choix 30x30 ou 60x60 y compris coupes, découpes, bords arrondis et toutes
sujétions de fournitures et poses. Sous forme de béton de 0,05 d'épaisseur minimum, parfaitement dressée et damée, Couleur
et approbation au choix de l'Architecte.
Ouvrage payé au mètre carré y/c toutes sujétions au
Prix................................................................................................................................................N°1-34

1-35-PLINTHES EN CARREAU

Plinthe en carreaux de grés de 1er choix de 0.08 y compris coupe, découpes, bords arrondis et toutes sujétions de fournitures
et poses. Couleur au choix de l'Architecte.
Ouvrage payé au mètre linéaire au
Prix................................................................................................................................................N°1-35

1-36- REVETEMENT EN CARREAUX DE FAIENCE

Revêtements verticales ou horizontales en carreaux de faïence de 1er choix y compris coupes, découpes, bords arrondis en
faïence et toutes sujétions de fournitures et poses. Couleur au choix de l'Architecte.
Ouvrage payé au mètre carré mural, au
Prix..................................................................................................................................................N°1-36

1-37- FAUX PLAFOND ACOUSTIQUE DITE AMSTRONG DE 600X600X20MM

Fourniture et pose de faux plafond démontable de 600x600x20 mm et suivant calpinage et détail de l’architecte y/c joints
creux, corniches, réservation diverses pour luminaire, les ossatures porteuses primaire et secondaires en acier galvanisé et fixé
en gros œuvre par l’intermédiaire de tige filetées, support en lame galvanisé, un échantillon pour approbation par l’architecte et
toutes sujétions des plafond en pari autre plafond lisse
Ouvrage payé au mètre carré au :
Prix..............................................................................................................................................N°1-37

1-38- MARBRE POUR PAILLASSE VASQUE


Revêtement des paillasses de cuisines en marbre granite noire y compris retombée et plinthe de 0.10, coupes, découpes, bords
arrondis et toutes sujétions de fournitures et poses.
Y compris forme de béton de 0,05 d'épaisseur minimum dosé à 300 kg de ciment CPJ 45 et colle genre STIKFIT ou équivalent
parfaitement dressée et damée, Couleur, dimension, calpinage à soumettre à l’approbation de l'Architecte et à l’administration
y compris toutes sujétions de masticage, démastiquage, lustrage et ponçage nécessaire.
Payé Ouvrage payé au mètre carré, au
Prix...........................................................................................................................................N°1-38

2 - LOT ETANCHEITE

NOTA: l’entreprise à le droit d exécuter l’étanchéité à son choix sous Reserve de présenter un notice et Rapport
approuvé par le bureau de contrôle et Laboratoire pour la délivrance d’attestation de contrôle décennale

ETANCHEITE
2-01- FORME DE PENTE Y/C CHAPE

Exécutée suivant indications des plans de terrasses en béton soigneusement réglée, talochée damée, formant gorge arrondis à
la base des reliefs de 0.30 de développé. L’épaisseur variable sera, au point bas, d’au moins de 4 cm. Toutes sujétions, compris
reliefs. Les pentes minima seront de 1 à 2%. Les pentes de terrasse respectent les côtes fixées sur les plans, les tubes
électriques ou outre se trouvent sur terrasses devront être soigneusement enrobés au mortier dosé à 200 Kg de ciment avant
l'exécution de la forme.
Au dessus de la forme de pente, sera exécutée une chape de lissage au mortier de 2cm d’épaisseur, formant gorge à la jonction
de toutes les parties. Écoulement parfait des eaux.
Toutes sujétions, compris reliefs.
Ouvrage payé au mètre carré de surface vue en plan entre nus d’acrotères, tous vides et ouvrage divers déduits y compris façon
de gorge.
Prix................................................................................................................................N°2-01

75
2-02-ETANCHEITE HORIZONTALE

Sur toutes les terrasses plates


Procédé par feutre bitumé, système adhérent, composé de :
- Une couche d’imprégnation
- 1 feutre 36 S
- 1 couche EAC
- 1 Bitume armé 40-TJ (TJ = armature toile de jute)
- 1 couche EAC
- 1 feutre bitume 36 S PY - VV (PY-VV armature polypropylène + voile de verre).
Le recouvrement des différents plis aura 0.07 m minimum et sera exécuté suivant le sens d’écoulement des eaux.
Ouvrage payé au mètre carré vu en plan, entre nus d’acrotère, les souches et ouvrages divers de moins de 0.15m² n’étant pas
déduits, compris toutes fournitures et sujétions d’exécution, au
Prix................................................................................................................................N°2-02

2-03 RELIEFS D’ETANCHEITE

Les reliefs d'étanchéité seront traités au même système d'étanchéité multicouche avec le même complexe qu’au prix N° 2/02.
Reliefs à gorge arrondis, ayant 0.80 de développé. Toutes sujétions.
Ouvrage payé au mètre linéaire, au
Prix................................................................................................................................N°2-03

2-04-PROTECTION DE RELIEFS EN CARREAUX DE CIMENT

Idem que l’article 2-02 mais avec la protection en carreau de ciment hauteur de l’acrotère
Ouvrage payé au mètre linéaire, au
Prix................................................................................................................................N°2-04

2-05- PROTECTION HORIZONTALE D’ETANCHEITE EN CARREAU DE 20x20

Idem que l’article 2-02 mais avec la protection en carreau de ciment horizontale de 20x20 couleur au choix de l’architecte
Ouvrage payé au mètre carré au
Prix................................................................................................................................N°2-05

3 - LOT MENUISERIE
GENERALITE
Toutes les dimensions seront à vérifier sur place et à exécuter suivant dessin de détail et directives de l'architecte y/c prix de
pose de faux cadres, cadres et ouvrants
A) BOIS

3-01 – PORTE A LAMES


A exécuter conformément au dessin et aux directives de l'Architecte. Cadre et faux cadres 100x70, bâti de 41 mm, lamé
horizontalement ou verticalement, contre-plaqué Okoumé de 5 mm à l'intérieur, alaise en bois dur, chambranle de 60x15, jet
d'eau, quincaillerie nécessaire.
Patte à scellement
Paumelle électrique de 140 mm avec bague en laiton.
Ensemble avec serrure à canon profilé avec trois clefs de sûreté.
Verrou, butoir et poignée
Ouvrage payé au mètre carré y compris poses et toutes sujétions au :
Prix…………………………………………………………………………………..…N°3-01

3-02 – PORTE ISOPLANES


La porte à exécuter suivant dessin de l'Architecte cadre et faux cadres 70x70 bâti de 34 mm en contre plaqué Okoumé pour 2
faces, alaise en bois dur, chambranles, jet d'eau.
Quincaillerie nécessaire
 Pattes à scellement
 Paumelles électrique de 140 mm avec bague en laiton
 Ensemble aérodyne avec serrure à canon profilé avec 3 clefs de sûreté.
 Verrous
 Butoirs
 Poignée
Ouvrage payé au mètre carré y compris poses et toutes sujétions au :

76
Prix…………………………..………………………………………………….…..…N°3-02

B)ALUMIUM
GENERALITE :
Fourniture et pose de la menuiserie Aluminium, profilée aluminium marque Massey couleur au choix
Série 23 pour les coulissés
Série 42 pour les fixes
Série 60 ou 70 pour baie vitrée
Pré-cadre en profilé galvanisé de 60x15 pour coulisse et 40x15 pour les portes y compris patte à scellement.
Vitrage en (verre fumier de 6mm d’épaisseur) pour l’ensemble de façades extérieures
N.B. : les profilées de chaque série 23-42-60-70 doivent être réceptionné et approuver par l’architecte et l’administration
préalablement à la confection des échantillons type).

3-03-FENETRES ET CHASSIS VITREES


A exécuté conformément aux dessins de l’architecte avec porte d’entrée ouvrant à la Française y compris cadre et pré-cadre en
Aluminium couleur faux bois, pièces d’appui couvre joint intérieur et extérieur jet d’eau Parclose et traverse intermédiaire,
joint d’étanchéité et brosse, vitrage, bloc d’assemblage, paumelles, gâches, clips, quincaillerie, serrure type métaux, poignée
poussoir.
Un échantillon de l’approbation par l’architecte quincaillerie nécessaire.
Ouvrage payé au mètre carré y compris toutes sujétions pour profilée Aluminium, couleur faux bois vernis à base de poudre
polyester à 30 microns avec verre fumier de 6mm au:
Prix…………………………………………….…………………………………………………… .N°3-03
A) METALLIQUE

3-04-PORTE METALLIQUE GRILLAGE 10.00x2.00

Ouvrant en plusieurs vantaux Selon le choix et détails de l’Architecte, en fer carré, plat ou ronds avec échantillon pour
approbation y compris toutes sujétions de scellements de fournitures, de pose. Et 2 couches de peinture laquée
Ouvrage payé au mètre carré au
Prix................................................................................................................…….........................N°3-04

3-05- PORTE COUPE FEU (PCF+FP) 1h

L’ensemble de la porte coupe feu selon les conditions de résistance, étanchéités et isolation jusque 60 mn
A exécuter conformément au dessin et aux directives de l'Architecte. Comprenant :
- Huisserie à murer en acier électro zingue de 20/10 mm (à limiter thermique) avec pattes à scellement vissées
- Coque en acier électro zingue de 8/10 mm
- Joint coupe feu
- Vantail en acier galvanisé, la coque extérieurs de la porte est livrée standard
- Poigné en coupe feu en nylon
- Barre anti panique avec 1/2 cylindrique coupe feu
- Renfort est toujours à l’intérieur du vantail sur coté de poussée à fin d’améliorer la structure de la porte le cas ou la porte
est équipé d’une barre anti-panique
- Traverse inferieur (amovible en dévissant simplement les vis sans perdre la validité du P/V, joint thermique enfermé
- Point de fermeture pour porte simple
- Ferme porte hydraulique
- Paumelle à ressort pour auto-fermeture et coupe feu
Ouvrage payé à l’unité y compris toutes sujétions aux dimensions suivantes
a) Type de 1.00 x 2.20 : Prix………………………………………………………………. N° 3-05a
b) Type de 1.50 x 2.20 : Prix…………………………………………………… ………... N° 3-05b
c) Type coulissante de 2.00 x 2.50 : Prix……………………………………….. ………... N° 3-05c
d) Type coulissante de 4.50 x 4.00 : Prix……………………………………… ……….. . N° 3-05d

3-06- MAT DE DRAPEAU

A exécuter suivant plan et directives de l’Architecte, réalisé en tube galvanisé Ø 50 avec platine, support façon de serre joint y
compris patte à scellement, roulette soudés sur supports de montage de drapeau et toutes sujétions de pose. Et peinture de 2
couches laquées
Ouvrage payé ensemble au
Prix........................................................................................................…….......................................N°3-06

3-07 ENSEIGNES

77
Fourniture et pose d’enseigne bilingue (Arabe, Français et berbère dite tifinar) en laiton dimension 4,00 x 0,60 m. un
échantillon pour approbation
Ouvrage payé à l’ensemble
Prix........................................................................................................…….......................................N°3-07

4- LOT ELECTRICITE

ELECTRICITE-LUSTRERIE
NOTA
Exécution suivant les prescriptions techniques décrites ci après : Les prix remis par l’entrepreneur comprendront toutes
fournitures et sujétions de pose, scellement et raccordement. Les ouvrages seront livrés en parfait état de fonctionnement et
conforme aux règles de l’art et descriptions ci-après. L’Entrepreneur devra présenter une étude complète faite par un ingénieur
agrée et restera responsable de ses ouvrages et rendre sur les lieux pour appréciation.

4-01- BRANCHEMENT ET RACCORDEMENT

Ce poste comprend : le règlement d’entreprise, la facture et peines soins de l’O.N.E.E hors ou dans le site ainsi d’alimentation
en câble, buses Ø 100, terrassement et toutes sujétions et prestation de remblais ou évacuation, poteaux ainsi que traversée.
Ouvrage payé à l’ensemble au
Prix........................................................................................................……................................N°4-01

4-02- BOITE DE COUPURE ET DERRIVATION

Ce poste concerne la fourniture et la pose d’une boite de coupure en fonte étanche (type simplex ou similaire) agrée par le
distributeur permettant le raccordement du câble d’alimentation du bâtiment à partir de la borne ONEE. Cette boite sera
équipée de :
- 1 plaque isolante en BAKELITE.
- 3 poignées porcelaines avec des lamelles fusibles 40 A
- 1 Barrette de neutre avec serre câble en laiton entrées
Câble par cônes y sera compris les branchements des câbles d’alimentation et du conducteur de terre avec le câble nu laissé
par lot gros œuvre. Fourni, posé, réceptionné, sera payé à l’unité au
Prix..................................................................................................................................N°4-02

4-03- TABLEAU GENRRAL DE FUSIBLES ET DISJONCTEUR(TGBT)

Coffret en tôle galvanisée grand modèle comprenant : Un disjoncteur différentiel 4 x 30A Disjoncteurs magnétothermiques de
32A pour l’éclairage et les prises (Un par circuit) Un circuit protégé pour cuisinière, chauffe-eau, sonnerie, chaufferie, circuit
de force 20A et autant que de besoins particuliers. Le nombre des circuits et les caractéristiques des protections seront précisés
par une étude à la charge de l’entreprise et approuvée par l’architecte y compris un disjoncteur 4 x 10/30 500MA avec
disjoncteur unipolaire et toutes sujétions.
Ouvrage payé à l’ensemble au
Prix.....................................................…………………………….........................................................N° 4-03

4-04- TABLEAU DE FUSIBLE ET DISJONCTEUR

Coffret en tôle petit modèle comprenant :


Un disjoncteur différentiel
Disjoncteurs magnétothermiques de 32A pour l’éclairage et les prises (Un par circuit)
Ouvrage payé à l’ensemble au
Prix.....................................................……………………………...........................................................N° 4-04

4-05- CABLE D’ALIMENTATION ET DE RACCORDEMENT 4x35mm²+T

Ce poste concerne la fourniture et la pose de câble d’alimentation U 1000 R02 V encastrés sous tube orange, acier ou buse Ø
10 regard de tirage entre le coffret de compteur et le tableau de protection y compris toutes sujétions de fournitures, de poses
d’encastrements et de raccordements.
Ouvrage payé au mètre linéaire y/c grillage de signalisation au
Prix.....................................................…………………………….............................................................N°4-05

4-06 - CABLE D’ALIMENTATION ET DE RACCORDEMENT 4x25mm²+T

Ce poste concerne la fourniture et la pose de câble d’alimentation U 1000 R02 V encastrés sous tube orange, acier ou buse Ø
10 regard de tirage entre le coffret de compteur et le tableau de protection, dérivation etc. y compris toutes sujétions de
fournitures, de poses d’encastrements et de raccordements.
Ouvrage payé au mètre linéaire y/c grillage de signalisation au
78
Prix...................................................................................………………………………………………….N°4-06

4-07 CABLE ARME 4x16mm²+T


Idem que l’article 4-09 mais avec câble 4x6mm²+T
Ouvrage payé au mètre linéaire au
Prix...................................................................................………………….……………………………….N°4-07

4-08 CABLE ARME 4x10 mm2+T


Idem que l’article 4-09 mais avec câble 4x50mm²+T
Ouvrage payé au mètre linéaire au
Prix...................................................................................………………….……………………………….N°4-08

4-09 -MISE A LA TERRE Y COMPRIS CIRCUIT EQUIPOTENTIEL

Conformément aux dispositions relatives à la protection des personnes, la terre sera distribuée dans le bâtiment conforme au
tableau 6B de la norme C15.100. Le conducteur sera en cuivre nu d’une section minimale de 28mm posé en fond de fouilles
dans la bonne terre à une profondeur minimum de 0,80m et sera fixé aux fondations du bâtiment (poteaux ou semelles). Les
raccordements dans le sol se feront par soudure. La valeur de la résistance de cette prise de terre sera strictement inférieure à
10 Ohms. Dans le cas où cette valeur n’est pas atteinte il y aura lieu d’améliorer cette prise de terre par l’adjonction de piquets
de terre supplémentaires jusqu’à la valeur limite. Cette boucle en cuivre devra être ramenée jusqu’à la boite de coupure
générale type ONE décrite à l’article précédent du présent descriptif. En ce qui concerne la liaison équipotentielle, l’ensemble
des parties métalliques accessibles des salles d’eau seront reliées entre elles par un conducteur de protection noir. U 500V x
2,5mm² posé sous tube orange et répandu aux spécifications et normes en vigueur
Ouvrage payé à l’ensemble et suivant recommandation y/c toutes sujétions de pose, percements et raccordements, au
Prix.......................................................................................................................................……..............N°4-09

4-10- INSTALLATION TELEPHONIQUE

Installation comprenant principalement :


- L’ensemble des canalisations en conduit ICD de Ø 16
- les boites de raccordement à chaque niveau, de dimension assez large pour recevoir les barrettes de connexions (montage
encastré) y compris.- Les câbles téléphoniques - La boite étanche de raccordement encastrées dans les murs de façades sera
inclus la fourniture, la pose des canalisations, les câbles, les boites de raccordement.
Ouvrage payé à l’ensemble pour bureaux, appartements, service et logement en duplex au
Prix.......................................................................................……….............................................................N°4-10

4-11- INSTALLATION TV ET PARABOLIQUE

Installation comprenant principalement :


- L’ensemble des canalisations en conduit ICD de Ø 16
- les boites de raccordement de dimension assez large pour recevoir les barrettes de connexions (montage encastré).
- Les câbles TV reliant l’antenne en terrasse et aux prises
Ouvrage payé à l’ensemble pour bureaux, appartements, service et logement en duplex Et suivant plan d’électricité au
Prix......................................................................................................................…………………………......N°4-11

4-12- INSTALLATION INFORMATIQUE

Idem et spécifications que l’article 4-20et 21 mais pour canalisation en goulotte.


Ouvrage payé à l’ensemble, suivant recommandation et plan d’électricité au
Prix......................................................................................................................……………………………...N°4-12

CIRCUITS PARTICULIERS (généralités)

En applique au plafond ou aux murs depuis les tableaux de coupe-circuit et disjoncteur


- Conduite en câble U500 de 1,5mm par foyer y compris tubage et neutre.
- Interrupteur marque TICHKA ou similaire, douille à bout de fil en laiton avec ampoule économique de 60 à 75 watt
- Boite de dérivation Plexi ou similaire.

4-13- FOYER SIMPLE ALLUMAGE

Ouvrage payé à l’unité au


Prix......................................................................................................................………...............................N°4-13

4-14- FOYER DOUBLE ALLUMAGE


Ouvrage payé à l’unité au

79
Prix......................................................................................................................………………………….......N°4-14

4-15- FOYER EN VA ET VIENT


Ouvrage payé à l’unité au
Prix......................................................................................................................………………………........N°4-15

4-16 -PRISE DE COURANT 2 X 10 A + T

Exécuté aux mêmes conditions que les foyers mais avec câble 2x4mm²+T y compris prises marque TICHKA ou similaire.
Ouvrage payé à l’unité au
Prix......................................................................................................………............................................N°4-16

4-17- PRISE DE COURANT 2 X 16 A + T

Exécuté aux mêmes conditions que les foyers mais avec câble 4x4mm²+T y compris prises marque TICHKA ou similaire.
Ouvrage payé à l’unité au
Prix.......................................................................................................………...........................................N°4-17
N.B : Toutes les prises seront étanches à la demande de l’Architecte.

4-18 PLAFONNIER CARRE DE 60X60

Ce poste concerne la fourniture et la pose plafonnier carré 60x60 instantanée avec cache et grille
Ouvrage payé à l’unité y compris toutes sujétions avec 2 lampes de 100W fluorescents
Prix...................................................................................................................…………..............................N°4-18

4-19- APPLIQUE SANITAIRE

Fourniture et pose d’une réglette sanitaire avec interrupteur et prise de terre SERIE LUBLOC OPALE.
Ouvrage payé à l’unité au
Prix...............................................................................................................………...................................N°4-19

4-20- HUBLOT ETANCHE


Le poste concerne la fourniture et la pose d’Hublot Étanche 100W y compris toutes sujétions de fournitures et de poses.
Ouvrage payé à l’unité y compris toutes sujétions au
Prix................................................................................................................………….............................. N°4-20

4-21- GLOBE OPALINE

Ce poste concerne la fourniture et la pose d’Hublot rond type DECORAL avec 1 lampe de 100W REF 7030 y sera compris
toutes sujétions de fournitures et de poses
Ouvrage payé à l’unité y compris toutes sujétions au
Prix...................................................................................................................…………..............................N°4-21

4-22- SPOT ORIENTABLE SUR SOL

Ce poste concerne la fourniture et la pose spots rond instantanée avec cache et grille
Ouvrage payé à l’unité y compris toutes sujétions avec lampes de 100W
Prix...................................................................................................................………………………….........N°4-22

4-23- BLOC DE SECOURS

Fourniture et pose de bloc secours 60 lumineux 1 heure 1 er choix et à l’approbation de l’architecte y compris raccordement au
circuit d’éclairage par conducteur H07-V/V/R posé sur tube orange avec boite d’encastrement et toutes sujétions de fourreau
conducteur et boite.
Ouvrage payé à l’unité et suivant recommandation au
Prix……………………………………………………………………………………………………………………N°4-23

4-24 –FOURNITURE ET POSE DE CLIMATISEURS

Fourniture, pose et fixation et installations de climatiseurs Split système mural ou guénable sous plafond (froid et chaud)
y/compris l’alimentation et évacuation. Et suivant l’endroit indiqué sur plan , un échantillon de la marque pour approbation
Ouvrage payé à l’ensemble y/c les socles en béton sur terrasse aux capacités suivantes
12000 BTU au Prix………………………………………………………………………………………………….N°4-24a
18000 BTU au Prix………………………………………………………………..……………………………......N°4-24b

80
4-25- COFFRET DE COMPTEUR

Coffret avec compteur type agrée


Ouvrage payé à l’ensemble y compris toutes sujétions au
Prix.....................................................………………………………................................................................N°4-25

4-26- INSTALLATION DE CAMERAS SURVEILLANCE

Ce poste concerne la fourniture et la pose de tubage de diamètre approprié encastré dans le mur et suivant plan d’étude et
schémas fournis par BET agrée à la charge de maitre d’ouvrage y/c fermeture de chemin en mortier et grillage et toutes
sujétions de cameras 1er choix
Ouvrage payé à l’ensemble au
Prix.....................................................………………………………................................................................N°4-26

4-27-FOURNITURE ET POSE DES CANDELABRES DE 3,00 h

Fourniture et pose de candélabre type saphir avec 2 branches posées sur poteau en acier (un échantillon pour approbation) y
compris toutes sujétions de pose, alimentation en câbles, ampoules et interrupteurs différentielles.
Ouvrage payé à l’unité au
Prix..............................................................................................................................................................N°4-27

4-28- PROJECTEUR DE 500w

Fourniture et pose de projecteur étanche de 500 w y/c câble d’alimentation et suivant étude et emplacement sur plan et toutes
sujétions de pose et raccordement et fonctionnement
Ouvrage payé à l’unité au
Prix................................................................................................................…………...............................N°4-28

5 - LOT PLOMBERIE SANITAIRE

5-01- BRANCHEMENT ET RACCORDEMENT

L’entreprise doit réaliser le branchement de l’eau potable et à partir de l’endroit indiqué par LAFARGE hors ou dans le site y
Compris raccordement, vanne, tube en polythène de diamètre suffisant pour alimentation et toutes sujétions
Ouvrage Payé à l’ensemble au Prix..................................................................................................................................N°5-01

CANALISATION (généralités

La tuyauterie en acier, fer galvanisé ou en cuivre de 1 er choix, posée en apparent ou encastré suivant indications de l’architecte
y compris le raccordement, calfeutrement en bande DENSO ou bitume, vanne, sera exécutée suivant les plans et détails
conformément aux règles de l’art et aux normes en vigueur y compris raccordement et alimentation existant avec une révision
complète pour la plomberie existante

5-02 - TUYAUX EN PEHD TOUS Ø.


(GENERALITE)

Les canalisations seront réalisées de la marque GRIFLEX ou équivalent y compris gaine de protection, coudes, tés,
manchons, bague, bouchon hermétique, plaque de fixation, boîtier de sol à encastrer de marque GRIFLEX ou
équivalent. Boites de connexion sera exécutée suivant les plans et détails conformément aux règles de l’art et aux
normes en vigueur y compris raccordement
Ouvrage Payé mètre linéaire au
Prix..................................................................................................................................N°5-02
TUYAUX EN POLYETHYLENE RETICULE (GENERALITE)
Les canalisations seront réalisées en polyéthylène réticulé de marque GRIFLEX ou équivalent y compris gaine
de protection, coudes, tés, manchons, bague, bouchon hermétique, plaque de fixation, boîtier de sol à encastrer de
marque GRIFLEX ou équivalent. Boites et collecteur de connexion en cuivre
5-03- TUBE EN POLYTHELENE RETICULE PPR
De Ø. 16
Ouvrage payé mètre linéaire fourni et posé, y compris toutes sujétions et suivant recommandation au
Prix........................................................................................................…………………………N°5-03a

. De Ø. 20
81
Ouvrage payé mètre linéaire fourni et posé, y compris toutes fournitures et suivant recommandation au
Prix........................................................................................................…………………………N°5-03b

De Ø. x25
Ouvrage payé mètre linéaire fourni et posé, y compris toutes fournitures et suivant recommandation au
Prix........................................................................................................…………………………N°5-03c

De Ø. x32
Ouvrage payé mètre linéaire fourni et posé, y compris toutes fournitures et suivant recommandation au
Prix........................................................................................................…………………………N°5-03d

5-04- CANALISATION EN CUIVRE

Fourniture et pose de canalisation en cuivre tous diam. y compris raccords mixtes.


La canalisation sera encastrée ou apparente à la demande de l’Architecte.
Ouvrage payé mètre linéaire fourni et posé, y compris toutes fournitures et suivant recommandation au
Prix........................................................................................................................................N°5-04

5-05- VANNE ET ROBINET D’ARRET TOUS DIAMETRES

Ouvrage payé à l’unité et suivant recommandation au


Prix........................................................................................................……………………..N°5-05

5-06- TUBE EN PVC POUR E.P./ E.U./ E.V.


Les descentes en PVC pour les E.P. et E.U. et E.V. posées sous colliers y compris culottes, coudes, dauphin et toutes sujétions
de pose et raccordement avec gargouilles tronconiques en plomb de 3mm d’épaisseur avec moignon de 0,50 x 0,50 traversant
le plancher.
Ouvrage payé Ouvrage payé mètre linéaire fourni et posé, y compris toutes fournitures et suivant recommandation au
- Diam. 50 Nicolle au Prix………………………….........................................................N°5-06a
- Diam. 75 au Prix…………………………......................................................................N°5-06b
- - Diam. 100 au Prix………………………….....................................................................N°5-06c
- - Diam. 125 au Prix………………………….....................................................................N°5-06d

5-07- SIPHON DE SOL 15/15 EN CUIVRE

Aux endroits indiqués sur le plan sera prévu du siphon de sol y compris moignons toutes sujétions de fourniture et de pose,
avec renformis de 0.20
Ouvrage payé à l’unité et suivant recommandation au
Prix............................................................................................…….................................................N°5-07

5-08- ROBINET DE PUISAGE


Fourniture et pose de robinet de puisage en cuivre chromé pour jardin et W.C à la turque
Ouvrage payé à l’unité et suivant recommandation au
Prix.....................................................................................................................................................N°5-08

APPAREILS SANITAIRES

5-09- W.C A LA TURQUE

Fourniture et pose de W.C à la turque en grés émaillé, robinet d’arrêt diam 12, robinet d’ablution diam 14 compris
raccordement et évacuation avec renformis et toutes sujétions un échantillon pour l’approbation,.
Ouvrage payé à l’unité, au :
Prix.............................................................................................................................. …………………....N°5-09

5-10 - WC A L’ANGLAISE

En porcelaine vitrifiée, ensemble bas, type agrée à action si phonique, à sortie verticale cachée, complets et équipés. Compris
pipe en plomb de Ø 100 de 4 mm d’épaisseur un robinet d’arrêt droit Ø 12/17 un abattant double en matière plastique blanc
renforcé, un distributeur de papier à rouleau en acier chromé, raccordement d’alimentation en tube cuivre et raccordement à
l’évacuation en tuyau en P.V.C Ø100
Ouvrage payé à l’unité, fourni et posé, y compris raccordements et évacuation et toutes sujétions au :
Prix..............................................................................................................................................................N°5-10
5-11- VASQUE

Ce prix rémunère à l’unité, la fourniture et pose vasque en porcelaine ou en grès émaillé de 1er choix et à l’approbation de

82
l’architecte, encastrer dans la paillasse suivant les indications portées sur les plans d’implantation des appareils sanitaires et
comprenant :
1 Vasque à encastrer équipé de siphon chromé à culot démontable ;
1 mitigeur chromé E.F. avec rosace sur paillasse ;
Le raccordement au réseau E.U. en P.V.C. ;
Le raccordement au réseau E.F. en flexible ;
1 porte serviette à une branche chromée ;
1 porte savon en porcelaine à encastrer.
Le prix de règlement s’entend pour l’ouvrage complètement terminé y compris toutes sujétions de fourniture, de mise en
œuvre, de pose, d’encastrement, d’essais, de tous les accessoires de raccordement pour le bon fonctionnement, et paillasse
Ouvrage payé à l’unité, au :
Prix………………………………………………………..……………………………..N°5-11

5-12- CHAUFFE EAU SOLAIRE DE 200l

Fourniture et pose de chauffe eau solaire type agrée y compris groupe de sécurité et toutes sujétions de pièces et raccords,
percements et scellements et châssis avec détecteur déclencheur électrique automatique
Ouvrage payé à l’unité y/c toutes sujétion au
Prix...........................................................................................................................................N°5-12

5-13 – RECEVEUR DE DOUCHE

Fourniture de receveur de douche en porcelaine de 0,70 x 0,70 y compris siphon, robinetterie mélangeur
chromée avec colonne de douche et pomme, porte-savon et porte-serviette.
Ouvrage payé à l’unité, fourni et posé, y compris toutes pièces de raccord, percement, scellements toutes fourniture et
sujétions de renformis, au :
Prix............................................................................................................................................N°5-13

5-14 - ARMOIRE R.I.A

Comprenant armoire en tôle galvanisé robinet Ø 40, tuyau de 20m; lance, clé turquoise, seau, hache, 2(deux) colonne humide
et sèche en TFG de diam 66 /76, robinet prise de chaque niveau. Poteaux d’incendie situé à l’extérieur type agréé et selon
les prestations et recommandations de la protection civile et maitrise d’œuvre
Ouvrage payé à ensemble y/c toutes sujétion de fourniture, pose et raccordement au :
Prix………………………………………………………..……………………….………………..N°5-14

5-15 – AMENAGEMENT DE COMPTEUR

Ce prix comprend la niche, l’ensemble de porte niche, la tuyauterie, nourrices, vannes etc.….nécessaire fourniture et à la
mise en Place des compteurs
Ouvrage payé à ensemble y/c toutes sujétion de fourniture, pose et raccordement au :
Prix………………………………………………………..……………………….………………..N°5-15

5-16- EXTINCTEUR PORTATIF A NEIGE CARBONIQUE CO2 DE 9 KG

Fourniture et pose d’extincteur à poudre de 9Kg y/c certificat de garantis pendant une année pour l’entretien
nécessaire par un fournisseur agrée jusqu'à la reception définitive
Ouvrage payé à l’unité au
Prix………………………………………………………..……………………………………………….N°5-16

5-17 – EXTINCTEURS DE 6 KG

Fourniture et pose d’extincteur à poudre de 6 Kg y/c certificat de garantis pendant une année pour l’entretien
nécessaire par un fournisseur agrée jusqu'à la reception définitive
Ouvrage payé à l’unité au
Prix………………………………………………………..………………………………………………..N°5-17

5-18- RESERVOIR D’EAU DE 20 M3

: Travaux Fourniture et pose d’un réservoir d’eau en béton armé pour alimentation les douches et toilettes d’une capacité de
20m3 comprenant :
- Local technique
- Pompe immergés
- Suppresseur de refoulement de puissance nécessaire
- Alimentation

83
- échantillon pour approbation
Et toutes sujétions de mise en essai et étude à la charge de l’entreprise
Ouvrage payé à l’ensemble et suivant recommandation au
Prix...............................................................................................................................N°5-18

6 - LOT PEINTURE ET VITRERIE


NOTA :
Il est précisé que les marques sont données à titre indicatif. L’entrepreneur devra dans le cas d’utilisation d’autres marques de
fournir les documents prouvant la similitude avec les produits préconisés
.
6-01 -PEINTURE REXOLITE SUR FACADES

Comprenant :
- 1 ponçage général
- 1 couche d’impression
- 1 rebouchage partiel
- 2 couches de peinture rexolite croisées pour obtenir un résultat satisfaisant.
Ouvrage payé au mètre carré et suivant recommandation, sans plus-value pour enduit rustique ou tyrolien, au
Prix...............................................................................................................................N°6-01

6-02- PEINTURE GLYCEROPHTALIQUE MATE SUR MURS INTERIEURS


Comprenant :
- 1 ponçage général
- 1 couche d’impression
- 1 rebouchage partiel.
- 2 couches d’enduit général, ponçage
- 2 couches de peinture glycérophtalique mate pour obtenir un résultat satisfaisant.
Ouvrage payé au mètre carré et suivant recommandation et suivant recommandation, tous vides déduits au
Prix...............................................................................................................................6-02

6-03 PEINTURE VINYLIQUE SUR PLAFONDS


Comprenant :
- 1 ponçage général
- 1 couche d’impression
- 1 rebouchage partiel.
- 2 couches d’enduit général, ponçage
- 2 couches de peinture vinylique pour obtenir un résultat satisfaisant.
Ouvrage payé au mètre carré et suivant recommandation et suivant recommandation, tous vides déduits au
Prix...............................................................................................................................6-03

6-04- PEINTURE GLYCEROPHTALIQUE LAQUEE SUR MURS ET PLAFOND


DES SALLES D’EAU
Comprenant :
- Égrenage
- Brossage
-1 couche d’impression VINYL dilué dans l’eau suivant porosité du support (5 à 10%).
- 1 couche d’enduit
- 1 ponçage
- 1 couche de sous-couche GLYGEROPHTALIQUE V 779
- 1 couche d’email GLYGEROPHTALIQUE «CELLELUC»
Ouvrage payé au mètre carré et suivant recommandation et suivant recommandation, tous vides déduits, au
Prix...............................................................................................................................N°6-04

6-05- PEINTURE GLYCEROPHTALIQUE LAQUEE SUR MENUISERIE BOIS

Après isolation des pièces métalliques (têtes de clous, serrures, etc...)


-1 couche d’impression VINYL diluée à 10% d’eau
-1 couche de sous couche GLYCEROPHTALIQUE V 779
-1 couche d’email CELLUC
24 heures doivent s’écouler entre l’application de la sous-couche et de l’émail CELLELLUC
Ouvrage payé au mètre carré et suivant recommandation et suivant recommandation, tous vides déduits, au
Prix...............................................................................................................................N°6-05

6-06- PEINTURE GLYCEROPHTALIQUE LAQUEE SUR FERRONNERIE

84
L’application des couches de protection se feront sur métal parfaitement dérouillé et dégraissé,
-1 couche de WASH PRIMER IPC
-2 couches de PLOMBIUM RAPID
-1 couche de SOUS COUCHE GLYCEROPHTALIQUE V 779
-1 couche d’email CELLUC
L’intervalle à respecter entre les couches est de 24 heures.
Ouvrage payé au mètre carré et suivant recommandation et suivant recommandation, tous vides déduits, au
Prix...............................................................................................................................N°6-06

6-07 -VITRERIE EN VERRE DOUBLE


Les prix des verres, épaisseur de 3 à 4 mm, comprendront la fourniture, le transport, les coupes, les chutes, la pose dans toutes
les conditions et à toutes hauteurs. Les dimensions et épaisseurs des verres seront déterminées en fonction des normes en
vigueur. Les mesures seront prises par multiple de 3.
Ouvrage payé au mètre carré et suivant recommandation au
Prix...............................................................................................................................N°6-07

7 – LOT : PANNEAU DE SANDWICH MODULAIRE

7-01 PANNEAU DE SANDWICH MODULAIRE

Fourniture et pose de panneau de sandwich modulaire et accessoire en parois et couverture préfabriqué épaisseur et isolation
selon le model de fabriquant en bardage ou en bois, la couleur aux choix de la maitrise d’œuvre y/compris toutes sujétions de
La mise en œuvre de démontage et model pour les locaux selon plan d’architecte de la façon suivante :

a) BATIMENT SOCIAL
(Vestiaire sanitaire, salle de prière, cuisine et restaurant,
La surface de construction =11.30x9.45 = 110.00 environ
Ouvrage payé au mètre carré et suivant recommandation au
Prix...............................................................................................................................N°7-01a

b) BATIMENT BUREAUX
4 Bureaux avec salle de réunion
D’une surface de construction = 15.40x8.00= 124.00 environ
Ouvrage payé au mètre carré et suivant recommandation au
Prix...............................................................................................................................N°7-01b

A- GROS ŒUVRE

1) Terrassement
Généralités
Avant le commencement de tous les travaux de terrassement, l'entrepreneur devra faire vérifier
par l'Architecte, l'implantation des bâtiments et les niveaux; Conformément à l'article 210 du
D.G.A., il est précisé que l'implantation exécutée par un géomètre agréé sera entièrement à la
charge de l'Entrepreneur.
Les terres de toutes natures venant des fouilles seront soit régalées sur place, soit transportées
à la décharge publique.
Les remblais seront réalisés par couches successives de 0,20 m, immergées à refus et compactées.
La compacité obtenue sur 0,20 m. Ne sera pas inférieure à 95 % de la densité optimum
PROCTOR. L'entrepreneur devra étudier sur place avec les documents établis, l'importance et la
nature des terrassements à réaliser et prévoir dans ces prix toutes les sujétions prévues aux articles
90,91 et 94 du D.G.A.
L'Entrepreneur ne peut procéder au coulage qu'après réception des fouilles par le laboratoire et la
maîtrise d'œuvre. L'Entreprise devra faire connaître les fonds de fouilles avant de procéder au
coulage du béton.
Toutes les précautions nécessaires seront prises contre les éboulements, les terrassements, la
protection des constructions voisines, l’étaiement éventuel d’ouvrages mis à nu, la clôture des zones
ouvertes, ainsi que la tenue des immeubles voisins en cas de pompage intense.
Lorsque l’entrepreneur au cours de ses travaux de terrassement rencontrera des canalisations
85
d’eau, d’électricité, téléphone, égouts etc. il devra immédiatement en aviser l’architecte et le
maître d ‘ouvrage qui interviendront directement auprès des services intéressés.
L’entrepreneur devra prendre toutes dispositions pour assurer, à l’aide de clôture, protections et
tous procédés soumis à l’architecte la protection sur rue et sur cours dépassants, véhicules,
bâtiments, installations électriques.
Les prix des terrassements comprennent toutes les sujétions d'utilisation d'engins mécaniques,
camion, outils manuels, marteaux pneumatiques, brise-roches, compresseurs, explosifs, blindage,
échafaudage, mesures de sécurité, assèchement, pompage des eaux, stockage des terres, évacuation
aux décharges publiques, et mise en œuvre.
Le mode de règlement étant celui de l'article 211 de DGA (Devis Général d'Architecture).
NB : Ce poste comprenant la connaissance parfaite et une visite des lieux aux soumissionnaires pour
apprécier leur point de vue et difficulté qu’il comporte pour déterminer leur prix

2. FOUILLE EN PLEIN MASSE DU TERRAIN Y COMPRIS ROCHER


Sous l’ensemble des bâtiments et sous blocage reconnue et acceptée par les maîtres d’ouvrage et
d'œuvre y compris jet sur berges, blindage éventuel, épuisement, chargement, transport, remblais ou
évacuation à la décharge publique.
Un P.V de réception doit être dressé en présence du Maître de l’ouvrage et du Maître de l’œuvre
définissant les quantités réellement évacuées.
3. FOUILLE EN TRANCHEE EN PUITS OU EN RIGOLE Y COMPRIS ROCHER.
Les fouilles seront descendues aux cotes reconnues et acceptées par la Maîtrise de chantier. Elles
seront exécutées aux largeurs strictement nécessaires et feront l’objet d’un procès verbal de
réception.
Aucun ouvrage de béton ou maçonnerie ne sera entrepris avant l’accord de Maîtrise de chantier.
4. ÉVACUATION DES DÉBLAIS OU MISE EN REMBLAIS
Les déblais provenant des terrassements ou apport de tout venant pourront servir de remblai et
seront mis en place par couches successives de 0.20 m, pilonnées, compactées et arrosées.
Compactage à 85% de l’optimum Proctor modifie. Les déblais en excédent seront évacués aux
déchargements.
5. BETON DE PROPRETE
Béton de propreté exécuté en béton n° 1 (voir tableau de dosage) sous les ouvrages maçonnerie et
béton armé (les semelles, longrines etc..) épaisseur suivant plans, compris pilonnage
le coffrage des jours, et toutes sujétions de mise en œuvre.

6. GROS BETON
Exécute en béton n° 2 (voir tableau des dosages) répandu et coulé par couches suivant l'épaisseur et
dimensions des plans de B.A.

7. MACONNERIE DE MOELLONS EN FONDATION


La maçonnerie de moellons en fondations doit être hourdée au mortier de ciment n°2 (voir tableau
des dosages). Les parements seront dressés sur leur face de manière à ne présenter aucune aspérité.
Les joints seront soigneusement remplis au mortier.
Ce prix comprend les tailles pour angles, rentrants ou sortants, fruits arrondis et traversée buses,
boutisses suivant toutes épaisseurs de murs. Cette maçonnerie sera exécuté suivant des plans de
fondations, tous vides et ouvrages divers déduits, compris toutes sujétions

8. ARASE ETANCHE SUR MACONNERIE DE MOELLONS


Arase et étanche sur maçonnerie en fondation, chape au mortier du ciment et application d'un feutre
27 S entre deux couches de bitumes à chaud. Suivant la largeur du chaînage
9. FORME EN BETON
La forme de béton 0,13 m sur tout venant ou herrissonage sera exécutée en béton n° 2 (voir dosage)
soigneusement réglée, y compris pilonnage, damage et réglage et armature, quadrillage suivant plan
B.A.

86
Ouvrage payé au mètre carré, réellement exécuté, compris fournitures, main d'œuvre et toutes
sujétions de fourniture et pose film polyane épaisseur de 30 macaron sur tout venant.
10. APPORT ET MISE A NIVEAU DE TOUT VENANT
Fourniture et pose et mise en œuvre de tout venant calibre 0/40 épaisseurs de 0,20 m soigneusement
exécuté arrosé et compacté par engin mécanique.

Béton armé en fondations :

11. BETON ARME EN FONDATION POUR TOUS OUVRAGES


Les ouvrages en béton armé en fondation seront réalisés en béton n° 4 (voir tableau) obligatoirement
vibré ou pervibré. Ce prix comprend le coffrage, le décoffrage, les étais et toutes sujétions de mise
en œuvre et toutes profondeur ou hauteur. La fabrication sera exclusivement faite aux engins
mécaniques, les dosages seront faits à l'aide des caisses. Comprend de pentes, coffrage particuliers
suivant Section des plans de béton armé, joint de dilatation en polystyrène, couvre joint en bois de 6
cm de largeur au
12. ARMATURES H.L.E OU TOR EN FONDATION
Armatures, acier TOR ou H.L.E seront exécutées conformément aux plans de béton armé. Ce prix
comprend la fourniture, façonnage, pose aciers, le fil de ligature, aciers de montage, les cales
annulaires au mortier de ciment pour poutres et poteaux. Le poids des aciers pris en compte résulte
du mètre théorique selon les plans du béton armé, établis par le bureau d'études, compte tenu des
recouvrements, chapeaux et crochets. Fils de ligature, tolérance de laminage et toutes sujétions
seront à prévoir dans les prix unitaires.
Assainissement :
13. RACCORDEMENT AUX RESEAUX EXISTANT
Ce prix comprenant canalisation, terrassement, remblais et évacuation et branchement à partir de la
limite de construction y/c réfection et confection de chaussé ainsi les droits des taxes et peines soins
ou remplacé par fosse septique et puits perdu suivant :
1) Fosse septique réalisés suivant plan de béton armé dimensions 1.00x1.00x1.00
2) Puits perdu de 30 m3 avec remplissage en pierre sèches et buses de Ø 300 verticalement et
tampon en béton armé avec trappe de 50x50 en anneau de relevage et toutes sujétions de,
canalisation, terrassement, remblais et évacuation

14. CANALISATION EN PEHD

La canalisation en PEHD pression PN16 Comprend terrassements (déblais, remblais et


évacuations) posés sur lit de sable, raccordement sur le pourtour à la colle spécialisé, après essais
d'étanchéité et réception par le Maître d'œuvre et d'ouvrage, la tranchée sera remblayée de la
manière suivante :
La première sera exécutée jusqu'à 0.20 au-dessus de la buse avec des terres triées, mise en place des
remblais par couches de 0.20 au-dessus de la buse avec des terres triées, mise en place des remblais
par couches de 0.20 soigneusement damées et arrosées pour éviter tout tassement pour tirage du
câble sera prévu un grillage de signalisation.
Ouvrage payé au mètre linéaire aux dimensions et diamètres suivant :
A) BUSE Ø 200 TYPE ASSAINISSEMENT
B) BUSE Ø 300 TYPE ASSAINISSEMENT

15. REGARDS EN BETON DE 50X50


Terrassement compris, exécuté en béton n° 3 (voir tableau) y compris béton de propreté,
raccordement des canalisations, façon de cunette, enduits parois de 0.10 à 0.15 tampon double
cornière galvanisé scellé au bitume. Tous les regards pourront être siphonnés à la demande de
l'Architecte.
16. CANIVEAU DE 50 X 60
Exécutée en béton n° 2 compris terrassement, armatures, coffrage, décoffrage et enduits intérieurs
selon prescriptions de l'article ci-dessous compris tampon en béton armé et toutes sujétions de mise
87
en œuvre et pourra être siphonné à la demande de l'Architecte.
2) Travaux en élévation :
NOTA :
En ce qui concerne les poutres et dalle seront au choix de l’entreprise d’employer des dalles
Alvéolée
17. BETON POUR BETON ARMEE EN ELEVATION POUR TOUT OUVRAGE
Suivant plan depuis le dessus de la forme brute du RDC jusqu'à la terrasse en béton vibré et pervibré
et exécuté suivant le plan de B.A compris coffrage et décoffrage, recouvrement des balisages,
réserve de larmier, de trous de trémies en gravures et suivant la façade et coupes, sans plus-value
pour joints de dilatation en polystyrène, plus value pour béton brut de décoffrage et coffrage
particulier (arcades, colonnes, courbes, éléments saillants etc…) et couvre joint en bois de 6 cm de
largeur pour joint dilatation.
Ouvrage payé au mètre cube au Prix..................................................................................N°A17
18. ACIERS H.L.E OU TOR
Idem spécification que l’article 12 mais pour armatures en élévation

19. PLANCHER EN HOURDIS DE TOUS LES HAUTEUR


Planchers exécutés en hourdis creux avec nervures, et dalles de compression de 0,05 m minimum et
suivant plan de béton armé y compris fourniture et pose de coffrage et décoffrage, fourniture des
hourdis d'extrémité en béton, ferraillage, dalle de compression et nervure et toutes sujétions..
Ouvrage payé pour l’ensemble des hourdis, nervures, dalles de compression et aciers, au mètre carré
à la hauteur suivante :
20. COUVRE JOINT DE DILATATION
Exécutée en béton suivant tableau des dosages et armés suivant plans du B.E.T
Ouvrage payé au mètre linéaire, y/c compris façon de larmier sur 2 cotés et façon de glacis au
mortier au :
21. DALETTES EN BETON ARME ET BANCES
Exécutée en béton de 0.10 d’épaisseur, armée d’un quadrillage Ø 6 Tor, espacement 0.12 compris
découpe, engravure dans les cloisons périphériques et toutes sujétions.

3) Maçonnerie en élévation
GENERALITES CONCERNANT LES MACONNERIES DES CLOISONS ET DOUBLE CLOISONS
L’Entrepreneur devra l’exécution des poteaux raidisseurs et des tendeurs nécessaires à la bonne
tenue des ouvrages. Au dessus de tous les cadres posés dans les cloisons simples, l’Entrepreneur
exécutera un linteau, soit en armant et en remplissant de béton une rangée de briques creuses, soit en
exécutant un linteau en BA préfabriqué ou non.
Ces travaux n’entraîneront aucune plus-value. Ils devront être compris dans les prix unitaires de
cloison ou double cloisons au mètre carré.
La liaison des parois dans les double cloisons sera assurée par des épingles en acier doux galvanisé
de diamètre 8, disposées tous les mètres en hauteur, en longueur et en quinconce.
Dans le cas d’utilisation de maçonnerie en agglomérés de ciment porteurs, ceux-ci devront avoir
reçu l’approbation du BET. D’une manière générale, tous les matériaux servant à la réalisation des
cloisons et maçonneries devront être soumis à l’approbation du Maître d’Œuvre.
Les agglomérés de ciment devront répondre aux caractéristiques de l’article 74 du Devis Général
d’Architecture. La mise en œuvre des agglomérés sera conforme aux prescriptions de l’article 120
du Devis général d’Architecture.
Le prix comprend toutes sujétions de béton et acier pour raidisseurs, linteaux et têtes de double
cloison, cache rideaux, appuis de fenêtre

MACONNERIES DES CLOISONS LEGER EN BA13

Idem et spécification que travaux de maçonnerie mais avec cloison BA13

88
4) Enduits
Note concernant les enduits (GENERALITES)
Le prix de règlement des enduits comprend les arrêtes, les cueillies, angles rentrant ou saillant, les
tableaux petites largeurs, les feuillures, façon de larmiers ou joints creux, becs d’auvent, les retraits
dans l’enduit les joints en creux de toutes sections à la rencontre d’enduits avec les ouvrages en BA
les surépaisseurs et tous motifs Architecturaux figurant sur les plans d’Architecte. Ces prix
comprennent également la fourniture et la pose de grillage pour fissures, maille de 0,02 m
galvanisés fixés par cavaliers galvanisés en bande de 0,25 m de largeur et placé en recouvrement de
toutes les rencontre d’ouvrages de l’ossature en béton armé avec les cloisons, doubles cloisons,
planchers, afin d’éviter les fissures d’enduits dues au retrait. Ces sujétions devront être comprises
dans les prix unitaires de tous les enduits intérieurs et extérieurs.
Les prix unitaires porteront sur les surfaces réellement exécutées, sur murs ou plafonds, trous et
vides déduits, y compris toutes sujétions d’exécution et finition selon les règles de l’art. Toutes les
sujétions pour échafaudages à toutes hauteurs, de toutes natures seront comprises dans les prix ainsi
que la protection éventuelle des délicates d’ouvrages.
Ces enduits seront payés au mètre carré réel, tous vides déduits, quelle que soit leur ouverture, leur
nature, ou la hauteur, sans plus-value pour parties ou faibles largeurs. Ils seront réalisés en trois
couches de la façon suivante :
1) Après imbibition complète du support et passage d’une barbotine liquide afin d’améliorer
l’accrochage au mortier de ciment cobaltage des surfaces préalablement nettoyées au ciment pur.
2) couche de dégrossissage imperméable en une ou plusieurs passes, une épaisseur minimale de
10mm de 0,015 m maximum au mortier de ciment moyen (N°2) se composant de :
Ciment C.P.J.35/45 = 400 kg par m3 de sable sec
Sable sec = 500l
Grains de riz tamisé à 3/15 = 500 m
3) Une couche de finition passée au bouclier, dite «FINO» sur une épaisseur minimale de 5mm au
mortier de ciment bâtard N° 5 se composant comme suit :
Ciment C.P.J.35/45 = 350 kg par m3 de sable sec
Chaux = 150 kg par m3 de sable sec
Sable sec = 1.000l.
Le tout parfaitement dressé par temps sec les enduits seront arrosés durant le séchage.
Ciment sera convenablement hydraté, les poches de sable évitées.
Aussitôt après le durcissement de la couche, l’enduit sera auscultée au marteau et la partie non
adhérente sera enlevée et remplacée. La deuxième couche sera posée après lavage et soufflage de la
première et avec les mêmes précautions. Le saupoudrage de ciment pur sur l’enduit frais est
formellement interdit, la jonction des ouvrages en béton et maçonnerie intérieure et extérieure, les
enduits seront exécutés avec grillage galvanisé et fixé sur les supports de façon à éviter les fissures.
Cette sujétion est comptée dans les prix unitaires, et sans plus-value des joints creux de 2 à 4 cm
d’épaisseur ainsi que décoration charafate en béton ou en molures en brique rouge mentionné
suivant le plan de façade de l’architecte avec baguette d’angle de 2 ml.
22. ENDUIT EXTERIEUR AU MORTIER BATARD
Pour façades de tous les bâtiments suivant plans.
Sur tous les éléments de façade qui ne comportent pas de revêtement spéciaux, il sera réalisé au
mortier bâtard.
Les enduits extérieurs sur murs agglos seront exécutés au mortier bâtard talochés fin, de la façon
suivante :
1) Imbibition correcte du support
2) Passage d’une barbotine liquide afin d’améliorer l’accrochage
3) Une couche de dégrossissage en une ou plusieurs passes ne dépassant pas1 cm d’épaisseur.
Le mortier sera composé de :
 Ciment C.P.J.35/45 = 400kg par m3 de sable sec
 Sable sec = 500 l
 Grains de riz = 500 l
Une couche de finition de 0,5 cm d’épaisseur au mortier passé au bouclier dit «FINO» se
composant suit:
89
 Ciment C.P.J.35/45 = 350kg par m3 de sable sec
 Chaux = 150kg par m3 de sable sec
 Sable sec = 1000 l
L’enduit sera parfaitement dressé.
Le prix comprendra toutes sujétions pour exécution à toute hauteur ainsi que la fourniture et pose
d’un grillage galvanisé à la jonction de matériaux de nature différente.
telles que cueillies arrêtes, arrondis, retour de tableaux et voussures et petites surfaces verticales,
horizontales ou inclinées.
Joint creux périphérique en plafond au pourtour de tous les éléments en B.A. ou cloisons.

23. ENDUIT INTERIEUR AU MORTIER BATARD


Les enduits intérieurs sur murs et plafonds seront exécutés au mortier de ciment talochés fin de la
façon suivante :
Exécution en deux couches :
1. Une couche de dégrossissage en une ou plusieurs passes ne dépassant pas 1 cm d’épaisseur.
Le mortier sera composé de :
 Ciment C.P.J.35/45 = 400 kg par m3 de sable sec
 SABLE SEC = 500l
 Grains de riz = 500l
2. Une couche de finition de 0,5 cm d’épaisseur au mortier passé au bouclier dit «FINO» se
composant comme suit :
 Ciment C.P.J.35/45 = 450 kg par m3 de sable sec
 Sable = 1000l
L’Enduit sera parfaitement dressé.
Le prix comprendra toutes sujétions d’exécution à toute hauteur, fourniture et pose d’arêtes
métalliques sur tous les angles saillants des murs ainsi que la fourniture et pose d’un grillage
galvanisé à la jonction de matériaux de nature différente.
Pour parties verticales et inclinées planes et courbes
Ouvrage payé au mètre carré, sans plus-value pour petites parties ou faibles largeurs,
24. FACON D’APPUIS DE FENETRE
Réalisé en mortier de ciment sur grillage galvanisé sur couronnement y compris façon de larmier
25. ENDUIT EN CIMENT LISSE SUR COURONNEMENT
Réalisé en mortier de ciment sur grillage galvanisé sur couronnement y compris façon de larmier
26. SOUCHE DE CHEMINEE
Suivant dessins de détails de l’Architecte, comprenant les parois en agglos de ciment au dessus des
couvertures, les dallette de couronnement en béton, lisses en béton et arrêt de l’étanchéité, les
enduits, les glacis, les larmiers.
GENERALITES POUR CONDUITS DE FUMEE ET DE VENTILATION
Les conduits de fumée seront réalisés en briques pleines ou en boisseaux de terre cuite, d’épaisseur
minimum 3cm. Ils seront hourdés au plâtre et maintenus contre les cloisons par des étriers
métalliques (1 tous les mètres).
Les joints intérieurs seront repris au fur et à mesure du montage, de manière à ne former aucune
saillie. Le tracé des conduits sera conforme aux plans.
Dans le cas d’exécution en briques pleines, l’intérieur du conduit sera enduit au plâtre, les faces
parfaitement dressées étant réunies par des gorges de 0,05m de rayon.
Qualité des matériaux : cf. art. 23 du D.G.A.
Mise en œuvre : cf. art. 125 du D.G.A.
Mode d’évaluation : cf. art. 219 para. XI du D.G.A

27. CONDUIT DE FUMEE ET VENTILATION


Exécuté en boisseaux céramiques de 20 x 20, hourdis au plâtre, posés sur crépi d’adossement contre
cloison, scellements par colliers en fer galvanisé, joints en plâtre. La souche sera reprise autour du
conduit suivant détails. L’intérieur des conduits sera enduit au montage, au mortier réfractaire et
les angles formés par des gorges. Les sections seront déterminées par l’installateur du chauffage ou
90
le Bureau d'Études.
28. GUEULARDS EN BETON
Fourniture et pose de gueulard en B.A et suivant l’endroit indiqué sur plan terrasse y /c étanchéité et
toutes sujétions.

- ETANCHEITE

NOTA: l’entreprise à le droit d‘ exécuter l’étanchéité à son choix sous Reserve de présenter la notice et
Rapport approuvé par le bureau de contrôle.
1. FORME DE PENTE
Exécutée suivant indications des plans de terrasses en béton soigneusement réglée, talochée damée,
formant gorge arrondis à la base des reliefs de 0.30 de développé. L’épaisseur variable sera, au point bas,
d’au moins de 4 cm. Toutes sujétions, compris reliefs. Les pentes minima seront de 1 à 2%. Les pentes de
terrasse respectent les côtes fixées sur les plans, les tubes électriques ou outre se trouvent sur terrasses
devront être soigneusement enrobés au mortier dosé à 200 Kg de ciment avant l'exécution de la forme.
2. CHAPE DE LISSAGE
Au dessus de la forme de pente, sera exécutée une chape de lissage au mortier de 2cm d’épaisseur,
formant gorge à la jonction de toutes les parties. Écoulement parfait des eaux.
Toutes sujétions, compris reliefs.
3. ETANCHEITE SUR TERRASSE
Sur toutes les terrasses plates ou incliné (coupole)
Procédé par feutre bitumé, système adhérent, composé de :
- Une couche d’imprégnation
- 1 feutre 36 S
- 1 couche EAC
- 1 Bitume armé 40-TJ (TJ = armature toile de jute)
- 1 couche EAC
- 1 feutre bitume 36 S PY - VV (PY-VV armature polypropylène + voile de verre).
Le recouvrement des différents plis aura 0.07 m minimum et sera exécuté suivant le sens d’écoulement
des eaux. Compris toutes fournitures et sujétions d’exécution, et rentre dans mètre carré couvert au
4. ETANCHEITE MONOCOUCHE POUR TOITURE EN PENTE
Revêtement d'étanchéité est appliquée directement sur la chape de surfaçage, revêtement monocouche système
indépendants composé de :
 1 couche E.I.F
 1 papier perforé
 1 couche E.A.C.
 1 bitume armé type 40 T.V

5. RELIEFS D’ETANCHEITE
Les reliefs d'étanchéité seront traités au même système d'étanchéité multicouche avec le même complexe
qu’au prix N°B3.
Reliefs à gorge arrondis, ayant 0.80 de développé. Toutes sujétions.
6 PROTECTION DE RELIEFS D’ETANCHEITE
Exécutée au mortier de ciment dosé à 300kg de ciment CPJ. 45 armé d’un grillage galvanisé, d’une
épaisseur minimum de 3 cm y compris en gravure, façon d’arrondis à la base et toutes sujétions de 3
couches de la chaux alunées.
7. PROTECTION D’ETANCHEITE HORIZONTALE
Dallette en béton de grains de riz dosé à 300kgs de ciment CPJ 35 coulés sur lit de sable fin sec de 0.03
m d’épaisseur.
Ces dallette coulés en carrées à joints alternés auront 70 x 70 de dimension maximale et de 0.05 m
d’épaisseur.
91
Les joints creux seront remplis de bitume.

-REVETEMENTS DE SOLS & MURS

1- REVETEMENT DU SOL ET MARCHE ET C /MARCHE EN CARREAUX GRES CERAME


.
Revêtements de carreaux en COMPACTO de 1er choix y compris coupes, découpes, bords arrondis et
toutes sujétions de fournitures et poses. Sous forme de béton de 0,05 d'épaisseur minimum, parfaitement
dressée et damée, Couleur et approbation au choix de l'Architecte. y/c toutes sujétions
2- PLINTHES , SEUIL ET RETOMBE EN CARREAUX GRES CERAME
Plinthe en carreaux de grés de 1er choix de 0.10 y compris, retombé ou seuil, coupe découpes, bords
arrondis et toutes sujétions de fournitures et poses. Couleur au choix de l'Architecte.
3- REVETEMENT EN FAIENCE
Pour murs cuisines et salles d’eau en faïence, de chez Union Cérame ou équivalent en qualité et prix,
couleur au choix de l’architecte (échantillon à fournir pour approbation de l’architecte), posés à bain de
mortier n°2 crépis d’adossements, joints garnis au ciment blanc après pose. Tous les barreaux de rive sont
arrondis.
Ces revêtements seront réalisés jusqu’à hauteur indiquée et suivant plans de calpinage de l’architecte y
compris fourniture, pose, coupe, chutes, calfeutrement des joints, baguettes d’angle, retombées et toutes
sujétions.de frise
4- FAUX PLAFONDS EN STAFF LISSE, AMSTRONG ET BA13
Faux plafond de 18 mm d’épaisseur minimum avec support galvanisé y compris corniche avec joint
creux périphérique de 5 cm, mise en œuvre, toutes sujétions de fixation en fer galvanisé et filasse. Un
échantillon est à soumettre à l’approbation de l’architecte.

5- MARBRE AU SOL ET PAILLASSE


Revêtement en marbre granite noire y compris retombée et plinthe de 0.10, coupes, découpes, bords
arrondis et toutes sujétions de fournitures et poses.
Y compris forme de béton de 0,05 d'épaisseur minimum dosé à 300 kg de ciment CPJ 45 et colle genre
STIKFIT ou équivalent parfaitement dressée et damée, Couleur, dimension, calpinage à soumettre à
l’approbation de l'Architecte et à l’administration y compris toutes sujétions de masticage, démastiquage,
lustrage et ponçage nécessaire.

- MENUISERIE BOIS, ALU ET METALLIQUE

GENERALITE
Toutes les dimensions seront à vérifier sur place et à exécuter suivant dessin de détail et directives de
l'architecte y/c le prix de pose de faux cadres, cadres et ouvrants.

A-Menuiserie BOIS
1 – PORTE ISOPLANE EN SAPIN ROUGE

A exécuter conformément au dessin et aux directives de l'Architecte. Cadre et faux cadres 100x70, bâti de
41 mm, pleines horizontalement ou verticalement à l'intérieur, et extérieurs en bois acajou, alaise en bois
dur, chambranle, jet d'eau, quincaillerie nécessaire.
Patte à scellement
 Paumelle électrique de 140 mm avec bague en laiton.
 Ensemble avec serrure à canon profilé avec trois clefs de sûreté.
 Verrou, butoir et poignée
Payé au mètre carré au Prix......................................................................................................N°D1
92
2 - PORTE ET BAIE VITRÉE

Portes à exécuter suivant dessin et directives de l'Architecte cadre et faux cadres 100 x 70, bâti de 41 mm
avec jet d'eau en bois dur, chambranles de 40/10, par close de 15 x 15 onglet en bois dur, quincaillerie
nécessaire et mêmes prescriptions que l'article précédent.
3 – FENETRES ET CHASSIS VITREE

Fenêtres à exécuter suivant dessin et directives de l'Architecte cadre et faux cadres 70 x 110 pour recevoir
le volet persienne , bâti de 36 mm avec jet d'eau en bois dur, chambranles de 40/10, parclose de 15 x 15
onglet en bois dur, quincaillerie nécessaire et mêmes prescriptions que l'article précédent.
4 – PORTE PLACARDS ET PLACARDS SOUS-EVIER
Placard avec ou sans grenier.
2 ou plusieurs Vantaux isoplane ouvrant à la française ou coulissant
Cadre de 70 x 100 bâtis de 34 m/m chambranles alaise en bois dur, séparations intérieures, étagère en
sapin rouge de 20mm d’épaisseur.
Quincaillerie
 Pattes à scellement
 Paumelles électrique de 110 mm
 serrure à mortaiser
 Loqueteau
 Poignées
 Entrées

B) MENUISERIE ALU

GENERALITE :

Fourniture et pose de la menuiserie Aluminium, profilée aluminium marque PECHENEY type


ALUNION ou Massey couleur au choix de sigle ciment
Série 23 pour les coulissés
Série 42 pour les fixes
Série 60 ou 70 pour baie vitrée
Pré-cadre en profilé galvanisé de 60x15 pour coulisse et 40x15 pour les portes y compris patte à
scellement.
Vitrage a verre miroir (verre fumier de 6mm d’épaisseur) pour l’ensemble des façades extérieurs et verres
teintées couleurs aux choix de l’architecte.

N.B. : les profilées de chaque série (ALUNION série 23-42-60-70 doivent être réceptionné et approuver
par l’architecte et l’administration préalablement à la confection des échantillons type).

5-FENETRE ET BAIE VITRÉE

A exécuté conformément aux dessins de l’architecte ouvrant à la Française ou coulissante y compris


cadre et pré-cadre en Aluminium couleur au choix, pièces d’appui couvre joint intérieur et extérieur jet
d’eau Parclose et traverse intermédiaire, joint d’étanchéité et brosse, double vitrage, bloc d’assemblage,
paumelles, gâches, clips, quincaillerie, serrure type métaux, poignée poussoir.
Un échantillon de l’approbation par l’architecte quincaillerie nécessaire.

C-Menuiserie métallique

6- MAT DRAPEAU
Mat de 2 m de hauteur au delà de l’Azri en tube 60 dégradant y compris soudure, poulie, corde en
93
nylon, platine, socle en béton, peinture antirouille,
7 ENSEIGNES

Fourniture et pose d’enseigne bilingue (Arabe ,Français et berbère) en inox dimension 4,00 x 0,60 m. un
échantillon pour approbation

D-Menuiserie INOX

8- GARDS CORP EN INOX

Lisse en inox rond Ø 50 mm avec échantillon pour approbation par l’Architecte y compris pattes à
scellements et fixation toutes sujétions. De pose

- ELECTRICITE-LUSTRERIE,

NOTA
Exécution suivant les prescriptions techniques décrites ci avant :
Les prix remis par l’entrepreneur comprendront toutes fournitures et sujétions de pose, scellement et
raccordement. Les ouvrages seront livrés en parfait état de fonctionnement et conforme aux règles de l’art
et descriptions ci-après.
L’Entrepreneur devra présenter une étude complète faite par un ingénieur agrée et restera responsable de
ses ouvrages et rendre sur les lieux pour appréciation.
TRAVAUX EXTERIEUR
01 -BRANCHEMENT ELECTRIQUE

Ce poste comprend : le règlement d’entreprise, la facture et peines soins de l’O.N.E, taxe collecte et
raccordement de MT/BT, participation sur puissance et réquisition et toutes sujétions recommandé par la
maitrise d’œuvre

TRAVAUX INTERIEUR

 INSTALLATIONS ELECTRIQUES :
 Coffrets de distribution.
 Tableaux de protection électriques.
 Installation de l'éclairage.
 Installation des circuits particuliers pour l'ensemble des équipements techniques.
 Installation des circuits force destinés à divers usages.
 Alimentation des équipements : climatisation, VMC, etc.
 Les colonnes montantes électricité.
 Installation et équipement de l’éclairage de sécurité.
 Mise à la terre et liaisons équipotentielles.
 Installation sonnerie

 COURANTS FAIBLES, DESTRIBUTION TÉLEPHONIQUE  :


 Réseau de télévision.
 Réseau téléphonique.
 Prises informatiques.
 Tubage pour divers équipements courants faibles.

94
 SYSTÈME DE DÉTECTION ET DE SÉCURITÉ INCENDIE  :
 Centrale de détection incendie et gaz.
 Détecteurs automatiques d'incendie.
 Déclencheurs manuels d'incendie.
 Indicateurs d’action.
 Avertisseurs sonores.

 SYSTÈME DE VIDEOSURVEILLANCE  :
 Caméra de surveillance.
 Enregistreur DVR.
 Pupitre de commande.
 Moniteur
25- TABLEAU GENERAL DE BASSE TENSION ( TGBT)

Coffret en polyester armé de fibre verre pour réseau de BT souterrain à poser sur socle :
- 2 arrivées (sectionnable) de 95 à 150
- 3 départs non protégé

26 -COFFRET DE COMPTEUR
L’ensemble de porte niche, câble etc.….nécessaire à la mise en place des compteurs qui sera fourni et
agrée par ONEE
27- BOITE DE COUPURE
Ce poste concerne la fourniture et la pose d’une boite de coupure en fonte étanche (type simplex ou
similaire) agrée par le distributeur permettant le raccordement du câble d’alimentation du bâtiment à
partir de la borne ONE.
Cette boite sera équipée de :
- 1 plaque isolante en BAKELITE.
- 3 poignées porcelaines avec des lamelles fusibles 40 A
- 1 Barrette de neutre avec serre câble en laiton entrées câble par cônes y sera compris les branchements
des câbles d’alimentation et du conducteur de terre avec le câble nu laissé par le lot gros œuvre.
28- TABLEAU GENERAL DE BASSE TENSION (TGBT)
Coffret en tôle émaillée grand modèle comprenant :
 Un disjoncteur différentiel 4 x 30A
 Disjoncteurs magnétothermiques de 32A pour l’éclairage et les prises (Un par circuit)
 Un circuit protégé pour cuisinière, chauffe-eau, sonnerie, chaufferie, circuit de force 20A et autant
que de besoins particuliers. Le nombre des circuits et les caractéristiques des protections seront
précisés par une étude à la charge de l’entreprise et approuvée par l’architecte y compris un
disjoncteur 4 x 10/30 500MA avec disjoncteur unipolaire et toutes sujétions.
29. TABLEAU DE FUSIBLES ET DISJONCTEUR
Coffret en plastique grand modèle comprenant :
Un disjoncteur différentiel 4 x 30A
Disjoncteurs magnétothermiques de 32A pour l’éclairage et les prises (Un par circuit)
Un circuit protégé pour cuisinière, chauffe-eau, sonnerie, chaufferie, circuit de force 20A et autant que de
besoins particuliers. Le nombre des circuits et les caractéristiques des protections seront précisés par une
étude à la charge de l’entreprise et approuvée par l’architecte y compris un disjoncteur 4 x 10/30 500MA
avec disjoncteur unipolaire et toutes sujétions.
30. TABLEAU DE SERVICE ET COMMANDE
Tableau de service Idem et spécifications que l’article 4-03 mais pour minuteries de 26 foyers d’éclairage
service généraux d’escalier, escalier de secours et 13 pour sous-sol et suivant l’endroit indiqué sur plan
L’ensemble suivant recommandation

95
31 - CABLE D’ALIMENTATION ET DE RACCORDEMENT
Ce poste concerne la fourniture et la pose de câble d’alimentation armé en cuivre U 1000 R02 V encastrés
sous tube orange, acier ou buse Ø 10 entre le coffret de compteur et le tableau de protection y compris
toutes sujétions de fournitures, de poses d’encastrements et de raccordements. L’ensemble suivant plan
d’étude de sectionnement et recommandation.
32- MISE A LA TERRE Y COMPRIS CIRCUIT EQUIPOTENTIEL
Conformément aux dispositions relatives à la protection des personnes, la terre sera distribuée dans le
bâtiment conforme au tableau 6B de la norme C15.100. Le conducteur sera en cuivre nu d’une section
minimale de 28mm posé en fond de fouilles dans la bonne terre à une profondeur minimum de 0,80m et
sera fixé aux fondations du bâtiment (poteaux ou semelles). Les raccordements dans le sol se feront par
soudure. La valeur de la résistance de cette prise de terre sera strictement inférieure à 10 Ohms. Dans le
cas où cette valeur n’est pas atteinte il y aura lieu d’améliorer cette prise de terre par l’adjonction de
piquets de terre supplémentaires jusqu’à la valeur limite. Cette boucle en cuivre devra être ramenée
jusqu’à la boite de coupure générale type ONE décrite à l’article 4-01 du présent descriptif. En ce qui
concerne la liaison équipotentielle, l’ensemble des parties métalliques accessibles des salles d’eau seront
reliées entre elles par un conducteur de protection noir U 500V x 2,5mm² posé sous tube orange et
répandu aux spécifications et normes en vigueur. L’ensemble et suivant recommandation

- PRECABLAGE INFORMATQIUE ET TELEPHONIQUE


33 - Branchement téléphonique au réseau extérieur
Le branchement du bâtiment au réseau téléphonique extérieur du distributeur, sera réalisé depuis
l’armoire interne général 19’’ jusqu’à la chambre ou regard le plus proche du site (point à confirmer par
le distributeur Maroc Télécom), en câble multi paire appropriée.
L’entreprise doit établir ses plans d’exécution et les approuver par le distributeur avant d’entamer les
travaux.
Prix payé à l’ensemble y compris tranchées, canalisation, grillage avertisseur, câbles multi paires, regards
et chambres de tirage, dives accessoires de raccordement y compris toutes sujétions de fourniture, de
pose, de raccordement et de mise en œuvre conformément au plan établi par l’entrepreneur et approuvé
par le distributeur,
34 - coffret de brassage téléphonique et informatique
Il s’agit de fourniture, de pose et de raccordement de coffrets VDI 19’’ – 24 unités, de type métallique
avec les caractéristiques générales suivantes :
 Revêtement polyester texturé assurant une excellente tenue à la corrosion, aux agents chimiques et
aux rayures ;
 Indice de protection minimum IP 40 - IK 10 suivant CEI 60529 ;
 Porte avant réversible en verre de sécurité permettant la visualisation des équipements de
commande et de contrôle, ouverture à 180°, Fermeture à clef ;
 Coins de protection pour opération de dépose de la porte ;
 Socle intégré hauteur 100mm avec plaque ventilée en partie avant ;
 Pieds de nivellement réglables de l’intérieur ;
 Plaques d’entrée de câbles pleines en partie haute (peuvent être remplacées par les plaques ci-
dessous) ; plaques d’entrée de câbles en partie basse à commander séparément ;
 Porte arrière pleine équipée d’une serrure à clef ;
 Panneaux latéraux démontables équipés d’une serrure à clef ;
 Possibilité de l’installation des étriers verticaux ;
 Système de pivotement permettant une accessibilité totale aux équipements et liaisons aussi bien
par l’avant que par l’arrière ;
 Plaque amovible pour parties supérieur et inférieures permettant l’arrivée de câbles par le haut et
par le bas ;
 Portes réversibles : possibilité d'ouverture à gauche ou à droite ;
96
 Tresses de masse pour mise à la terre et à la masse de la baie et équipements qu'elle inclut.
 2 Plateaux pour supporter les équipements non rackables ;
 Livré avec un support horizontal de maintien de câbles ;
 Lot de visseries et accessoires de fixation ;
 Un toit avec fentes d'aération et 2 ventilateurs silencieux ;
 Lot des étiquettes pour prises et panneaux : Adhésives en matière plastiques et référencées selon le
codage prévu par EIA/TIA 606. Les autocollants papiers, les étiquettes en carton, ne seront
acceptées que si leur emplacement prévoie une protection mécanique transparente de type
Plexiglas ou équivalent.
 Pochettes porte-documents servant de support de documentation et contiendront toutes les
informations concernant la contenance d'une armoire et l'identification / repérage des 2 extrémités
du câblage y compris partant/venant.
Le prix doit inclure des équipements intérieurs suivants :
 Etriers de maintien verticaux et horizontaux (guide câble) ;
 Bloc d’alimentation 19’’ 230 VAC 8 prises 2P+T ;
 Bloc 19’’ avec parafoudre et filtre antiparasites ;
Ainsi que tous les équipements et accessoires nécessaires conformément aux normes en vigueur et aux
règles de l’art.
Les armoires doivent présenter une réserve vide de 30% (l’entrepreneur doit inclure cette réserve dans ces
prix et prévoir les armoires de tailles nécessaires pour recevoir les éléments du présent sous lot ainsi que
les Switch des éléments actifs. En cas d’insuffisance dans les dimensions prévues dans le présent cahier
des charges, l’entrepreneur doit inclure dans ces prix unitaires l’extension de ces armoires ou l’ajout
d’autre armoires). La solution proposée doit être complète (pour l’ensemble des prises informatiques et
téléphoniques) conforme aux normes et règlements en vigueur et mise en œuvre selon les règles de l’art.
Aucune plus-value ne sera demandé pour assurer cette réserve après adjudication.
Cette armoire aura, en plus des caractéristiques citées ci-dessus, les spécifications suivantes :
 Hauteur de 24 unités ;
 Profondeur 800mm, Largeur 800mm ;
 30% de réserve.
 Livrée avec 4 Montants 19" réglables en profondeur amovibles (permettant une implantation
rationnelle et personnalisée) et 4 profilés angulaires (plaques d’entrées de câbles en partie haute);
 Livrée avec 1 jeu de 4 roulettes, pieds anti-basculement, kit de fixation au sol, enjoliveurs de
finition vertical, kit de mise à la terre, kit de fixation rapide des panneaux de brassage ;
L’ensemble de l’ouvrage ainsi décrit ci avant, y compris toutes sujétions de fourniture, pose et
raccordement conformément aux normes en vigueur et suivant les règles de l’art
35 - Panneau de brassage 19" 24 ports, catégorie 6, F/UTP 250 Mhz
Il s’agit de fourniture et pose de panneau de brassage modulaire 24 ports RJ45, 1U format 19’’
CAT.6F/UTP conforme à la norme ISO 11801 éd.2008 EN 50173 et EIA/TIA 568, pour recevoir des
connecteurs à connexion rapide sans outil avec repérage des contacts par double code couleur 568 A et B
et numéros.
Les adaptateurs munis de cordons sont strictement interdits.
Ces panneaux de brassages doivent satisfaire les fonctions suivantes :
 Supporter toutes les applications multimédia image/voix/données à haut débit (ATM, FDDI,
FAST Ethernet, Gigabit Ethernet, etc.).
 Avoir la capacité de communiquer à des fréquences supérieures ou égales à 250Mhz.
 Disposer d’un câblage universel pour des applications T568A et T568B.
 Equiper à l'arrière d'un organisateur de câbles. Ils seront de préférence composés de ports
indépendants, amovibles.
Les câbles seront connectés à partir du premier port en haut à gauche du bandeau et de la gauche vers la
97
droite. Un guide cordons sera installé entre chaque panneau RJ45.
La couleur des prises ou supports ou étiquettes dépendra de leur utilisation (à titre indicatif) :
 Bleu : Distribution horizontale ;
 Jaune : Ressources Informatiques ;
 Rouge : Vidéo.
Chaque panneau de brassage sera livré et monté dans les armoires 19" avec tous les accessoires
nécessaires à son intégration (visserie, outils de fixation et étiquetage).
L’ensemble de l’ouvrage, y compris toutes sujétions de fourniture, pose et raccordement y compris tous
les accessoires de fixation
36 - Cordon de brassage et de liaison :
Ils seront conformes à la Norme ISO/IEC 11801-2008 et au standard EIA/TIA 568-B.2-1. Pour ne pas
dégrader la qualité de la liaison et garantir la catégorie 6 du poste de travail jusqu’au serveur ou à
l’élément actif qui le connectera à l’extérieur, il est conseillé de choisir des cordons du même fournisseur
que les autres composants du réseau.
Les cordons doivent respecter tous les standards garantissant la catégorie et la protection contre le risque
d’incendie et ses séquelles (LSOH). Ces câbles seront de la couleur demandée à la commande pour des
besoins de repérage.
On utilisera des cordons de même type pour la téléphonie. Dans le cas où une catégorisation spécifique de
la téléphonie sera nécessaire, un repérage fort de ces cordons pourra être utilisé (couleur).
Les cordons de brassage seront utilisés pour connecter l’équipement actif aux panneaux de brassage et les
cordons souples de liaison seront utilisés pour connecter le poste de travail à la prise murale. Ils serviront
même à véhiculer les fréquences permises par les câbles de distribution et les panneaux de brassage.
Ils devront avoir les caractéristiques suivantes :
 Câbles F/UTP Certifiés catégorie 6 ;
 Supportent les hauts débits : ATM, FDDI ;
 9 conducteurs en cuivre de jauge 24 isolés au polyéthylène de haute densité, torsadés en 4 paires et
recouverts d’une gaine ignifuge ;
 Longueur de 1,00 mètre à 5 mètres ;
 Assemblés et moulés en polycarbonate en usine avec des connecteurs RJ45 droits catégorie 6
conformément aux directives ISO/IEC 603.7/classe A ;

Les cordons de brassage seront testés en usine, conditionnés et livrés dans leur emballage d’origine.
L’ensemble de l’ouvrage, y compris toutes sujétions de fourniture, pose et raccordement suivant les règles
de l’art comme suit :
a) Cordon de brassage F/UTP, 4 paires, Cat. 6, L=0,5 à 3 mètres
b) Cordon de liaison souple F/UTP, 4 paires, Cat. 6, L=1 à 3 mètres

37 - Prises informatiques RJ45 y compris Câble


Il s’agit de fourniture, pose et raccordement d'une Prise informatique complète y compris câble de
distribution Cat. 6, F/UTP 4 Paires, composé de :
A- Connecteur RJ45 certifié Catégorie 6 ayant les caractéristiques suivantes :
 Conforme à la norme ISO 11801 éd-2.0 ;
 Prise à connexion rapide sans outil ;
 Repérage des contacts par double code couleur 568 A/B et numéros ;
 Connecteurs avec bornes auto dénudant ;
 Possibilité de recalage en cas d’erreur : Jusqu’à 5 fois ;
 Arrivée de câbles multidirectionnelle.

B- Face avant 45x45 du même fournisseur des autres composants pour garantir le bon fonctionnement du
mécanisme lors de l’insertion du connecteur RJ45.
C- Support 45x45 type ALYANS PRIMA COLOR ou DESIGN de chez INGELEC ou équivalent
(couleur au choix de l’architecte)

98
Le prix comprend en outre le mécanisme, la boite d'encastrement, la plaque, le support et tous les
accessoires nécessaires y compris :
 Aiguille de tirage ;
 Accessoires de raccordement ;
 Essais et mesures ;
 Toutes sujétions de fourniture, de pose, raccordement et encastrement.

Comprenant la fourniture et pose d’un câble de distribution 4 paire de catégorie 6 ou supérieure,


compatible aux normes ISO/IEC IS 11801 édition 2008, EN 50173, EN 50167, EN 50169 et EIA/TIA
568A.
Caractéristiques principales :
 Impédance 100 Ohms ;
 Code couleur ISO/IEC ;
 Température de fonctionnement : -20° C à +60° C (plage minimale) ;
 Gaine LSZH, non propagateur de flamme, sans halogène ;
 Support de transmission allant au moins 250Mhz ;
 Performances en accord avec les standards de la catégorie 6.

L’ensemble de l’ouvrage, y compris toutes sujétions de fourniture, pose et raccordement conformément


aux normes et aux règles de l’art
38 - Prises téléphoniques RJ45 y compris Câble

Il s’agit de fourniture, pose et raccordement d'une Prise téléphonique complète y compris Câble de
distribution Cat. 6, F/UTP 4 Paires, composé de :
A- Connecteur RJ45 certifié Catégorie 6 ayant les caractéristiques suivantes :
 Conforme à la norme ISO 11801 ed-2.0 ;
 Prise à connexion rapide sans outil ;
 Repérage des contacts par double code couleur 568 A/B et numéros ;
 Connecteurs avec bornes autodénudants ;
 Possibilité de recâblage en cas d’erreur : Jusqu’à 5 fois ;
 Arrivée de câbles multidirectionnelle.

B- Face avant 45x45 du même fournisseur des autres composants pour garantir le bon fonctionnement du
mécanisme lors de l’insertion du connecteur RJ45.
C- Support 45x45 type ALYANS PRIMA COLOR ou DESIGN de chez INGELEC ou équivalent
(couleur au choix de l’architecte)
Comprend en outre le mécanisme, la boite d'encastrement, la plaque, le support et tous les accessoires
nécessaires y compris :
 Aiguille de tirage ;
 Accessoires de raccordement ;
 Essais et mesures ;
 Toutes sujétions de fourniture, de pose, raccordement et encastrement.

Comprenant la fourniture et pose d’un câble de distribution 4 paire de catégorie 6 ou supérieure,


compatible aux normes ISO/IEC IS 11801 édition 2008, EN 50173, EN 50167, EN 50169 et EIA/TIA
568A.
Caractéristiques principales :
 Impédance 100 Ohms ;
 Code couleur ISO/IEC ;
 Température de fonctionnement : -20° C à +60° C (plage minimale) ;

99
 Gaine LSZH, non propagateur de flamme, sans halogène ;
 Support de transmission allant au moins 250Mhz ;
 Performances en accord avec les standards de la catégorie 6.

L’ensemble de l’ouvrage, y compris toutes sujétions de fourniture, pose et raccordement conformément


aux normes et aux règles de l’art
39. INSTALLATION T.V.
Installation comprenant principalement :
- L’ensemble des canalisations en conduit ICD de Ø 16
- les boites de raccordement de dimension assez large pour recevoir les barrettes de connexions (montage
encastré).
- Réception télévision terrestre
Antennes pour télévision terrestre
Antenne VHF Canal local

Antenne UHF canaux locaux


Préamplificateur d’antenne sur mat
Support pour antennes terrestres
Câblage de raccordement des antennes terrestres à la
centrale télévision
Filtre de bande pour émetteur de télévision terrestre
Antenne satellite parabolique
Antenne parabolique de 2,8m
Support rotatif polaire pour antenne satellite de 2,8m
Tête SHF quatre pour antenne satellite
Dalle béton de fixation
Câble coaxial de descente d'antenne ave prises
Fiche de raccord sur la tête
Centrale de télévision
Commutateur matriciel 13E - 16S
Réseau de distribution TV
Récepteur et décodeur TV
Décodeur TV satellite numérique
Ingénierie, montage, raccordement et mise en service de
l'installation parabolique
Suivant recommandation et plan étude l’électricité.
40. FOYER LUMINEUX
Y Compris interrupteurs, conducteurs en U500V de 1.5mm² sous conduits M.R.B, ou I.C.D. à encastrer
« SAHARA » INGELEC ou son équivalent, douilles à bouts de fils, ampoules économique de 60 à
150W, boîtes de dérivation et toutes sujétions de fourniture et de pose et suivant plan d’architecte et
suivant les foyers suivant :
Foyer lumineux simple
Foyer lumineux double
Foyer lumineux va et vient
Foyer lumineux sur interpréteur et minuterie
41. PRISE DE COURANT

100
Exécuté aux mêmes conditions que les foyers mais avec câble 4x4mm²+T y compris prises SAHARA
Marque INGELEC ou son équivalent.et suivant plan d’architecte et étude par BET la puissance suivante :
Prise de courant 2x10A+T
Prise de courant 2x16A+T
Prise de courants onduleurs

LUSTRERIE
42- HUBLOT ETANCHE EN POLYCARBONATE
Le poste concerne la fourniture et la pose d’Hublot Étanche en polycarbonate ovale 279x160x100 ref
7100 /04A ou 7120 /04 N ou équivalent type INGELEC y compris toutes sujétions de fournitures et de
poses.

43- PLAFONNIERS DECOPAL


Ce poste concerne la fourniture et la pose de plafonnier decopal IP43 type DECORAL REF 7032 ou
7033 y ou équivalent type INGELEC y compris toutes sujétions de fournitures et de poses.

44- FLUORESCENTE DOUBLE 2x18w


Fourniture et pose de fluorescent double de 120 instantanée avec cache et grille type INGELEC
Réf R952/20

45- APPLIQUE SANITAIRE


Ce poste concerne la fourniture et la pose des applique sanitaire REF 7532 ou équivalent type
INGELEC y compris toutes sujétions de fournitures et de poses

46- PLAFONNIERS ENCASTRE


Ce poste concerne la fourniture et la pose de plafonnier encastré de 4x18 et de dimension 60x60 REF
7PE418 ou équivalent type INGELEC y compris toutes sujétions de fournitures et de poses

47- SPOT ORIENTABLE ENCASTRE


Fourniture pose et raccordement d’un spot encastré étanche de 50 W.
Ayant les caractéristiques suivantes :
 Classe II, IP65 ;
 Corps en fonte d’aluminium et acier ;
 Couleur aux choix de l’architecte ;
 Lampe à économie d’énergie 1x50W;
 Les fils électriques et accessoires de raccordements et fixations.
 Le spot étanche sera de marque SOFEM ou équivalent.

48 – SPOT SOL JARDIN


Fourniture, pose et raccordement d'un spot LED au sol ayant les caractéristiques suivantes :
 CORPS : en polycarbonate avec cadre en acier inox AISI 316.
 DIFFUSEUR : verre trempé transparent, résistant aux excursions thermiques, aux chocs mécaniques et aux
charges (2.000 kg max).
 DOTATION : modèles fournis avec cadre de serrage. Boîtier à encastrer de série.
 EQUIPEMENT : joint d'étanchéité en caoutchouc au silicone, plaque porte-accessoires électriques
démontable pour faciliter les opérations d'entretien.
 LED  1600/1700lm - 13W - 3000/4000K
 IP 68 ;
L'équipement électrique est de marque DISANO, THORN ou équivalent, et répond aux normes en
vigueur.

49 – BORNE LUMINEUSE
Le prix comprendra la fourniture, la pose et le raccordement d’une borne lumineuse,
La borne sera de marque au choix de l’administration assistée par la maîtrise d’ouvrage. Y compris toutes
101
sujétions de fourniture, de pose, de raccordement.
L’ensemble de l’ouvrage, fourni, posé et raccordé en ordre de marche y compris, la filerie, la lampe de
genre économique de marque au choix de l’administration assistée par la maîtrise d’ouvrage, les
accessoires de raccordement et d’installation et toutes sujétions de fourniture, de pose et de raccordement

50 PROJECTEUR
Fourniture, pose et raccordement d'un projecteur étanche ayant les caractéristiques suivantes :
 Corps aluminium moulé sous pression avec ailettes de refroidissement.
 DIFFUSEUR : verre trempé épaisseur 4 mm résistant au choc thermique et au choc mécanique.
 Puissance max : 100w
 Optique asymétrique lentilles secondaires haute performance avec récupérateurs de flux en
polycarbonate moulé haute performance.
 L'étrier est exécuté en acier zingué verni noir, avec gradations d'inclinaisons ;
 Les vis externes sont en acier inox ;
 IP 66 de classe Isolation I ;
 LED : Dernière génération de la technologie 11880lm - 4000K
 Durée de vie 80.000h
 L'étanchéité est assurée par des joints en silicone et passe câble PG 11 en nylon ;

L'équipement électrique est de marque DISANO, THORN ou équivalent, et répond aux normes en
vigueur.

51 - Luminaire pour l'éclairage extérieur


Le prix comprendra la fourniture, la pose et le raccordement des luminaires pour l’éclairage extérieur
« parking », Le luminaire y compris le mât de 3 mètres environ en acier avec peinture adéquat sera de
marque au choix de l’administration assistée par la maîtrise d’œuvre. Y compris toutes sujétions de
fourniture, de pose, de raccordement. L’ensemble de l’ouvrage, fourni, posé et raccordé en ordre de
marche y compris, mât, la filerie, la lampe de genre économique de marque au choix de l’administration
assistée par la maîtrise d’ouvrage, les accessoires de raccordement et d’installation et toutes sujétions de
fourniture, de pose et de raccordement

52 - BLOC SECOURS
Fourniture et pose de bloc secours 60 lumineux 1 heure 1 er choix et à l’approbation de l’architecte y
compris raccordement au circuit d’éclairage par conducteur H07-V/V/R posé sur tube orange avec boite
d’encastrement et toutes sujétions de fourreau conducteur et boite.

- SYSTEME DE SECURITE INCENDIE


GENERALITES  :
La présente partie de ce Devis Descriptif des ouvrages a pour objet de définir les conditions d’exécution
de l’ensemble des travaux du Système de Détection et de Sécurité Incendie du projet.
L’entrepreneur du présent lot est tenu de présenter avec son offre une documentation technique
comprenant :
 Un Mémoire descriptif de l’ensemble des équipements proposés suivant les articles décrits dans le
présent devis descriptif.
 Les Catalogues et documents techniques de l’ensemble des équipements proposés suivant les articles
décrits dans le présent devis descriptif en spécifiant la référence proposée pour chaque prix.

L’entreprise doit se conformer au présent CPS et la notice de sécurité incendie en analysant les plans de
distribution Architecte.
Tout matériel non certifié, proposé par l’entreprise, sera rejeté.
Le Maître d’Ouvrage assistée par la maîtrise d’œuvre se réserve le droit de refuser une marque ou un type
de matériel proposé par l'entreprise s'il considère qu'il n'est pas équivalent au point de vue, notamment
qualité, fiabilité, maintenance et esthétique.
102
L'Entreprise adjudicataire du présent lot devra présenter, avant toute exécution, les études d’exécution,
plans d’implantation de l’ensemble des équipements, les schémas synoptiques et les notes de calcul de
dimensionnement des différents équipements pour approbation au Maître d’Ouvrage et à la Maîtrise
d’œuvre.
Tous les détails et plans doivent être établis conformément aux normes et réglementation en vigueur.
Ces documents prévus à la charge de l’entreprise ne doivent en aucun cas modifier ni le descriptif des
ouvrages ni le bordereau de prix du présent lot.
Il ne sera prévu aucune plus-value pour rendre les installations conformes aux normes et règlements en
vigueur et aucune plus-value ne sera acceptée après l'adjudication.
Dans le cas où les installations décrites dans le présent descriptif, nécessiteraient l'adjonction d'autres
équipements et appareils pour la mise en service des installations, les prix de ces équipements et appareils
seront inclus dans les ouvrages proposés pour la soumission.
Les prix des ouvrages cités ci-dessous comprennent toutes les sujétions nécessaires de fourniture, de pose,
de scellements, de raccordement, d’alimentation, de protection et de mise en service.
L’entreprise doit fournir les certificats de conformité de l’ensemble des équipements objet du présent lot
avant exécution des travaux. Tout matériel non certifié, proposé par l’entreprise, sera rejeté.
Les ouvrages seront livrés en parfait état de fonctionnement, réalisés conformément aux règles de l'art,
aux normes en vigueur et descriptions ci-après.
L’ensemble des équipements de l’installation de détection et sécurité incendie objet du présent lot, doit
être homogène, totalement compatible et de même marque de chez DEF, SIEMENS, COOPER-
NUGELEC ou similaire.
53 - Centrale de détection incendie adressable :
Ce prix comprend la fourniture, la pose et l’installation d'une centrale de détection incendie pour
l’adressage individuel des différents points de détection et d'asservissement dans le bâtiment.
En plus des caractéristiques définies dans le CPT, la centrale doit pouvoir :
 Contrôler et signaler l'état de veille, d'alarme ou de dérangement des détecteurs automatiques et
déclencheurs manuels ;
 Localiser et identifier les alarmes d'une façon précise et claire sur un afficheur alphanumérique ;
 Piloter et dialoguer avec les systèmes de mise en sécurité incendie (SMSI) pour :
o Diffusion des alarmes sonore d'évacuation ;
o Asservissements (coupure climatisation, arrêt ascenseurs au RDC, ...)

LES CARACTÉRISTIQUES DU TABLEAU DE SIGNALISATION SERONT LES SUIVANTES :


A) CAPACITÉ :
Elle sera définie par le nombre de point de détection et d'asservissement pour le bâtiment.
La capacité de la centrale sera augmentée d'une réserve de 20 % minimum pour d'éventuelles extensions.
La centrale doit être extensible par simple adjonction de modules ou de liaison avec une autre centrale.
B) PRÉSENTATION :
Elle devra au minimum présenter les fonctionnalités suivantes :
Présenter un afficheur alphanumérique de 4 lignes de 40 caractères.
Comporter un clavier alphanumérique permettant une exploitation complète et simplifiée.
Accès aux différents niveaux réglementaires d’exploitation par code numérique.
Désignation en clair des points en alarme ou dérangement.
Affichage au niveau 2 des états d’encrassement et sensibilisation des détecteurs.
Permettre une architecture répartie de façon à optimiser les contraintes d’installation et
d’extension.
Permettre le déport d’un second tableau d’exploitation offrant des caractéristiques équivalentes.
Disposer de deux sorties séries utilisant le protocole standard ModBusJbus.
Permettre la consultation ou l’édition des historiques des 1000 derniers événements.
Une imprimante intégrable permettant de dérouler le suivi des événements en façade de la centrale
et une imprimante série extérieure permettant de faire le suivi des événements de la centrale d’une
manière déportée.
103
Elle devra être certifié conforme à la marque NF-DI (estampilles vertes) selon le référentiel en vigueur :
NF EN 54-2.
La centrale de détection adressable sera composée de :
Ecran cathodique ou à cristaux liquide pour l'affichage des événements en langue française.
Toutes les signalisations lumineuses.
Toutes les fonctions manuelles de commandes ou de tests.
Un clavier de commande et de programmation.
La centrale sera installée en Rack 19 » pour intégration dans des baies compris dans ce prix.
Les baies seront dimensionnées pour recevoir les ensembles des équipements du système de sécurité
incendie (SDI + extensions, CMSI + extensions, Alimentations divers, borniers de raccordement +
extensions...) et l'ensemble des équipements des coffrets de relayage d'extinction automatique : les unités
de réservations seront obturées par des plastrons 19".
Les baies seront équipées de portes en Plexiglas fermant à clef.
L'ensemble sera alimenté à partir du tableau à basse tension correspondant y compris câbles, tubage,
goulotte, chemins de câbles, protection électrique et toutes sujétions nécessaires.
C) SIGNALISATION :
Alarme feu de dérangement par ligne principale.
Alarme feu et dérangement général.
Défaut batterie.
Défaut secteur.
Défaut terre.
Défaut système.
Défaut circuit d'alarme et dérangement.
Commandes et signalisations conformes à l’IT. 248.
Affichage sur écran des événements.
Cette liste n'est pas limitative.
D) FONCTIONS DE COMMANDES ET DE TESTS :
Arrêt alarme sonore.
Arrêt dérangement sonore.
Test automatique et journalier des lignes principales.
Commande manuelle de l'alarme générale.
Essai sources auxiliaires.
Test des lampes.
Scrutation permanente de l'ensemble des points.
Toutes interventions manuelles sont mémorisées avec la date et l’heure et ressort sur l’historique.
Cette liste n'est pas limitative.
E) CONSIGNATION DES ALARMES :
Mémorisation de la date et de l'heure dans l'historique des derniers événements, y compris les
manipulations manuelles sur le tableau de signalisation avec numérotation chronologique des
informations.
Visualisation en clair sur l'écran incorporé dès l'apparition d'une alarme et de tous défauts pouvant
nuire au bon fonctionnement de l'installation.
Visualisation sur l’écran incorporé sur 4 lignes minium de 40 caractères deux événements minium
(alarmes, états...).
Accès aux commandes avec mots de passe.
Possibilité de visualisation sur imprimante intégrée (exclue de ce prix).
F) SPÉCIFICATIONS ELECTRIQUES :
Sources principale : secteur 220V, 50HZ.
Source secondaire : batterie étanche au plomb, autonomie de 12h avec chargeur batterie intégré au
tableau.
Source auxiliaire : autonomie 1h.
104
Borniers de raccordement indépendant.
G) NIVEAUX D’ACCÈS :
Le tableau est protégé de toutes manipulations par des niveaux d’accès destinés aux personnes autorisées.
H) COMMUNICATION :
La centrale doit mettre à disposition :
L'ensemble des contacts, bus et logiques de communications nécessaires au dialogue et pilotage
des différentes cartes du système de mise en sécurité incendie (SMSI) du bâtiment avec réserves
nécessaires de 20 % pour extension futures.
o L'alarme d'évacuation des locaux.
o Les différents asservissements (arrêt climatisation, arrêt ventilation/extraction, commande
deuxième vitesse des extracteurs de désenfumage, commande des ventilateurs de mise en
surpression des cages d’escaliers, commande ouverture des skydômes, etc.).
o Les détecteurs optiques, thermiques, etc. 
o Niveaux de seuil de détection éventuel.
o Différents types d'alarmes.
o Etats des dispositifs actionnés de sécurité.
o Etc.
Il est compris dans ces travaux l’ensemble des accessoires de câblages et de raccordement en particulier
les modules isolateurs de courts circuits en respectant la réglementation.
L’ensemble de l’ouvrage, fourni, posé, et raccordé en ordre de marche y compris toutes sujétions de mise
en œuvre conformément aux normes, règlements en vigueur et aux règles de l’art

54- Système de Mise en Sécurité Incendie :

Ce prix comprend la fourniture, la pose et l’installation d'un Centralisateur de Mise en Sécurité Incendie à
microprocesseur, certifié conforme NF-CMSI (étiquette NF blanche grand modèle) et dûment associé au
SDI pour la commande et asservissement des D.A.S. dans le bâtiment.
En plus des caractéristiques définies dans le CPT, il sera de type modulaire extensible et sera installé dans
les mêmes baies en Rack 19 pouces que la centrale de détection.

LE SYSTÈME DE MISE EN SÉCURITÉ INCENDIE SERA COMPOSÉ DES ÉLÉMENTS SUIVANTS :

A) CENTRALISATEUR DE MISE EN SÉCURITÉ INCENDIE DE CATÉGORIE A :


Le CMSI sera de type adressable avec identification individuelle de chacun des DAS permettant un
repérage clair et rapide des états de DAS.
A base de micro-processeur permettant une liaison de communication fiable avec le système de détection
incendie. Possibilité de paramétrage des différents types de commande (rupture, émission, impulsions et
contacts secs NO/NF).
Le centralisateur sera dimensionné pour permettre la commande automatique de l'ensemble des dispositifs
actionnés de sécurité se trouvant dans le bâtiment comme indiqué sur plan tel que :
o Commande et contrôles d'arrêt climatisation et ventilation ;
o Commande et contrôles des ventilateurs d'extraction et de soufflage ;
o Autres installations en fonction des exigences de la notice sécurité incendie.
Le CMSI doit répondre sans ambiguïté au nouveau règlement de sécurité contre l'incendie applicable
depuis 18 Juin 1993.
B) UNITÉ DE SIGNALISATION ET DE COMMANDE MANUELLE :
Composée essentiellement de groupe de fonctions, chaque fonction correspond à une action de mise en
sécurité.

LES FONCTIONS ESSENTIELLES SONT CELLES DÉFINIES PAR LA NF S61-934 :


105
o Evacuation ;
o Mise à l'arrêt de certaines installations et ouvrages techniques (climatisation,
ventilation, ..) ;
o Arrêt Moteurs.
o Autres fonctions en fonction des exigences de la notice sécurité incendie.
Par fonction d'asservissement des dispositifs actionnés de sécurité le CMSI doivent permettre de
signaler :
o Dérangement de la fonction (défaut de position ou de ligne) ;
o Position de la sécurité normale de la fonction (fonction opérationnelle) ;
o Fonction commandée ;
o Bouton de commande manuelle avec voyant.
Les commandes manuelles doivent rester fonctionnelles même en cas de panne de l'unité centrale. Tous
les dispositifs actionnés de sécurité doivent être commandés manuellement.
Le CMSI doit pouvoir gérer l'ensemble des fonctions situées dans le bâtiment avec possibilité d'extension
de 20 % minimum.
C) UNITÉ DE GESTION D'ALARME :
Elle permet la commande et la surveillance de deux lignes minimum des avertisseurs sonores
conformément à la norme NF S61-936 pour une tension d'alimentation de 24 à 48 V.
Par module d'évacuation :
 Evacuation générale sirènes activées ;
 Signalisation d'alarme sonore pour une détection incendie ;
 Commande manuelle par action simultanée sur deux boutons ;
 Dérangement de la ligne sirène ;
 Mise hors service des sirènes ;
 Commutateur veille générale / veille restreinte.
Spécifications Techniques :
Source principale : secteur 220 V, 50Hz (-15% + 10%).
Source secondaire : batterie étanche au plomb avec chargeur de batterie intégré au Rack pour
une autonomie 12 heures au minimum en détection et une heure minimum en position sécurité.
Source auxiliaire (pile étanche) : autonomie 1 heure.
Température d'utilisation minimum : 0° C à + 50° C.
Humidité admissible : 85%.
L'ensemble des équipements de l’installation doit être homogène et totalement compatible.
Une fiche contenant les consignes avant, pendant et après les alarmes (dérangement, feu, etc.) a proximité
de l’équipement de contrôle et de signalisation dans le local sécurité.
Le présent prix rémunère en plus de ce qui précède la fourniture, pose et raccordement des différentes
interfaces pour adresses collectives de détecteurs et les interfaces de commandes et de coupure de ligne.
Le système de sécurité incendie sera payé à l'unité d’ensemble (points de détection et points
d'asservissement), fourni, posé et raccordé en ordre de marche, y compris Baies en rack 19 pouces pour
l'ensemble des équipements et toutes sujétions de câblage, tubage et accessoires de mise en œuvre.
L’ensemble de l’ouvrage, fourni, posé, et raccordé en ordre de marche y compris toutes sujétions de mise
en œuvre conformément aux normes, règlements en vigueur et aux règles de l’art
DETECTION ET CABLAGE
Les présents prix rémunèrent la fourniture, pose et raccordement des appareillages de détection et
d’avertissement y compris toute la filerie, le câblage, le tubage encastré dans la maçonnerie ou apparent
pour le passage des liaisons entre tous les éléments de l'installation. L’Entrepreneur devra prévoir dans
son prix, toutes les sujétions de pose de câbles dans les faux – plafonds et faux planché.
Dans le cas d'installation apparente en gaine et dans faux - plafond, les câbles seront installés soit sous
tube IRO soit sur chemin de câble, suivant les plans d’exécution.
Dans tous les cas, le type de câble sera conforme aux prescriptions, selon les normes et le mode de pose,
indiqués dans le C.P.T. du présent marché.
Tous les circuits du bâtiment nécessaires à l'alimentation électrique des composants de l'installation, en

106
courant normale et régulé seront rémunérés au présent prix.
Les lignes de détection devront respecter en particulier les exigences suivantes :
Le câble d’une ligne de détection, qu’elle soit principale ou secondaire, devra disposer d’une
réserve de 10% en capacité de raccordement de points.
La continuité maximale du câble des lignes devra être assurée. Les jonctions ne devront être
effectuées qu’au sein des socles des détecteurs automatiques ou DM par une méthode mécanique
reconnue comme sûre.
Dans le cas de lignes de détection bouclées, le câble « aller » et le câble « retour » devront être
séparés physiquement et emprunter des chemins différents.
Tout défaut survenant sur une ligne, y compris les dérangements des points raccordés, ne devra pas
entraîner l’indisponibilité de la ligne conformément à la règle R7 et à la norme NFS 61-932.
Les câbles des lignes de détection seront de la catégorie C2 selon la norme NFC 32-070,1 paire
9/10ème type SYT1 sous écran ou équivalent. La catégorie CR1 sera utilisée conformément à la
réglementation en cas de traversée d’un local non surveillé ou de ligne bouclée passant 2 fois dans
un même local.
La série H07 V - U (U 500 V), ne sera pas admise dans le cas de pose sur chemin de câbles.
Les extrémités des câbles seront raccordées par cosses serties ou à vis, fixées par boulons cadmiés.
La fixation des câbles sur les chemins de câbles, sera maintenue par colliers à denture extérieure en
polyamide, haute température, conformes aux normes en vigueur.
Dans le cas de pose sur chemins de câbles, les câbles seront installés par nappe, et espacés suivant la
norme. Dans les goulottes, les câbles seront maintenus par des agrafes, permettant de guider les fils tout
en assurant la continuité d'isolement. Il sera installé une agrafe tous les 1,20 ml au minimum.
Quel que soit le mode de pose, tous les circuits seront repérés à leur raccordement sur les barrettes dans
les tableaux et coffrets, ainsi que le long du cheminement, (dans le cas de pose sous goulottes, plinthes et
chemins de câbles). Dans ce cas, les repérages seront indiqués tous les 2 m au minimum.
Les repères seront du modèle Legrand ou similaire avec chiffres, lettres, couleurs et signes
conventionnelles, suivant la nature du courant véhiculé et la destination du circuit.
Dans les traversées de parois coupe-feu, telles que planchers, voiles BA; etc. les vides laissés aux
passages des câbles seront soigneusement calfeutrés par un matériau homologué et agréé par le BET et
bureau de contrôle. Tubage encastré : La nature du conduit et son mode de pose, seront conformes à la
norme C15.100 et aux prescriptions prévues dans le C.P.T. du présent lot. Ils seront de la série ICD6 - AE
- NE - USE - Orange, de diamètres appropriés, aux sections de câbles protégés, (Ø13, 16 - 21 ou 29 selon
le cas). Il ne sera pas admis de conduits de diamètre inférieur au Ø13 pour le passage de câble U 1000 RO
2V, les conduits de Ø 9 et 11mm seront prohibés.
Tubage apparent : La nature du conduit et son mode de pose, seront conformes à la norme C15.100 et aux
prescriptions prévues dans le C.P.T du présent lot.
Les conduits seront de la série ICT 6-APE, NF USE Gris, ECO de diamètres appropriés aux sections de
câbles protégés, Ø11, 13, 16,21 et 29, selon le cas et seront posés pour les câbles en sous-sols, locaux
techniques, en faux plafond pour les câbles courant faibles et dans tous les cas où une protection
mécanique est nécessaire. Y compris toutes sujétions d'exécution, selon les normes en vigueur, et de
toutes sujétions de colliers, d'attaches, de pattes à vis, de chevilles et de colle SIKA pour les
cheminements contre les parois ayant reçues un cuvelage étanche.

55- Détecteur Optique de Fumée Adressable :


Ce prix rémunère la fourniture, pose et raccordement de détecteurs optiques de fumée de type adressable
répondant de façon prédominante à la fumée blanche légère. Ils doivent présenter un comportement de
réponse uniforme au cours du temps.
L'intensité de la source de lumière doit automatiquement s'ajouter pour compenser les effets
d'accumulation de saletés et de poussière dans le capteur.
La densité de fumée doit être mesurée par un système optique symétrique.
ILS AURONT LES SPÉCIFICATIONS SUIVANTES :
Température ambiante : de -10 ° C à + 50 ° C
Tension de fonctionnement : de 15V à 24V
Consommation en veille : 150µA.

107
Courant en alarme : 11mA
Humidité relative : <93% h.r
Le détecteur comporte un indicateur lumineux rouge utilisé pour la signalisation de l'alarme feu. Le
détecteur doit être conforme aux conditions particulières d'emploi. Il doit être compatible avec la centrale
d'incendie.
Les câbles seront de section 9/10ème de mm, sous écran, de la série SYT1 ou similaire suivant le système
de distribution en boucle : ces câbles seront posés entre la centrale et le premier détecteur et entre les
détecteurs. La catégorie des câbles, leurs poses et raccordement sera conforme à la règle R7 de L'APSAD
et normes en vigueurs.
de détecteur, fourni, posé, raccordé et mis en service y compris filerie, tubage et toutes sujétions de
fourniture, de pose, de raccordement et de mise en œuvre conformément aux normes, règlements en
vigueur et aux règles de l’art
56- Déclencheur Manuel Adressable :
Ce prix rémunère la fourniture, la pose et le raccordement de boîtiers déclencheurs manuel de type
adressable avec possibilité de réarmement par clé spéciale.
Conformément à la norme NFS 61-936, les déclencheurs manuels seront installés dans l’établissement à
proximité des escaliers et issues placés à une hauteur de 1m30 et dans les circulations avec une inter
distance maximale de 25mètres, ils seront de type encastré ou en saillis (au choix du maître d’œuvre).
Ils se présenteront sous la forme d’un boîtier en matière thermoplastique de couleur rouge. Leur
déclenchement devra être obtenu par membrane déformable plastique réparable sans changement de la
membrane.
ILS AURONT LES SPÉCIFICATIONS SUIVANTES :
Température : de -10 à +50° C.
Humidité relative : < 93% HR.
Couleur du boîtier : Rouge.
Hauteur d'installation : 1,30m du sol.
Les câbles seront de section 9/10ème de mm, sous écran, de la série SYT1 ou similaire. Ces câbles seront
posés entre la centrale et le déclencheur et entre les déclencheurs et détecteurs suivant le système de
distribution en boucle. La catégorie des câbles, leurs pose et raccordement, seront conformes à la règle R7
de L'APSAD et normes en vigueurs.
Les déclencheurs manuels adressables seront de type BG, ils doivent être compatibles avec la centrale
d'incendie. de déclencheur manuel, fourni, posé, raccordé et mis en service y compris filerie, tubage et
toutes sujétions de fourniture, de pose, de fixation, de raccordement et de mise en œuvre conformément
aux normes, règlements en vigueur et aux règles de l’art
57- Indicateur d’Action :
Ce prix rémunère la fourniture, la pose et le raccordement des indicateurs d’action pour la signalisation
lumineuse parallèle de détecteurs automatiques d’incendie.
Ils seront installés en report d’alarme au-dessus des portes d’accès d’un local contenant un ou plusieurs
détecteurs en alarme. Ils s’allument dès qu’un détecteur déclenche une alarme.
ILS AURONT LES SPÉCIFICATIONS SUIVANTES :
Température : de -10 à + 50° C.
Consommation : 20mA.
Tension de fonctionnement : de 15Vcc à 24Vcc.
Humidité relative : < 93% hr.
Les indicateurs d’action doivent être compatibles avec la centrale d'incendie.
Les câbles seront de section 9/10ème de mm, sous écran, de la série SYT1 ou similaire, ces câbles seront
posés entre le détecteur et l’indicateur. D’action, fourni, posé, raccordé et mis en service y compris filerie,
tubage et toutes sujétions de fourniture, de pose, de raccordement et de mise en œuvre conformément aux
normes, règlements en vigueur et aux règles de l’art
58- Avertisseurs d’alarme sonores visuels :
Ce prix rémunère la fourniture, la pose et le raccordement d'avertisseurs d'alarme sonores - Visuel type
électronique et convenir pour une basse tension 24 à 48 V et une faible consommation.
Ils seront équipés chacun d'un haut-parleur émettant un son conforme à la norme acoustique AFNOR
NFS32-001 et d’un indicateur visuel.
108
La centrale de signalisation doit fournir des lignes de sortie entièrement surveillées pour commander
sélectivement les avertisseurs sonores.
Ils seront installés dans les couloirs, halls, les locaux recevant du public plus de 20 personnes, certains
locaux techniques conformément aux normes et aux plans.
Les avertisseurs d'alarmes sonores raccordés en parallèle doivent être électriquement synchronisés. Le son
de l'avertisseur peut être linéaire ou modulé suivant le mode de câblage.
Les avertisseurs sonores doivent convenir pour une atmosphère sèche, humide ou poussiéreuse.
ILS AURONT LES SPÉCIFICATIONS SUIVANTES :
Température ambiante : de -10° C à + 50° C.
Tension de fonctionnement : de 18V à 60V
Consommation approximative : 10mA en alarme
Niveau sonore : 92 dB à 2m
Les câbles seront de section minimale 1,5mm² Cat. CR1 (Résistant au feu).
La catégorie des câbles, leur pose et raccordement sera conforme à la règle R7 de L'APSAD et normes en
vigueurs. Ces câbles seront posés entre la centrale et le premier avertisseur et entre avertisseurs.
d’avertisseur sonore, fourni, posé, raccordé et mis en service y compris tubage et le câble catégorie CR1
et toutes autres sujétions de fourniture, de pose, de raccordement et de mise en œuvre conformément aux
normes, règlements en vigueur et aux règles de l’art

59- CLIMATISATION
Climatisation suivant plan d’architecte et la puissance sera déterminé par un bureau d’étude et contrôlé
par un bureau de contrôle à la charge de l’entreprise par La description technique suivante :
 La pompe à chaleur AIR/AIR « ROOF-TOP » de la marque MCQUAI y/c
 Ventilateur d’extraction d’air VICIE
 Bouche d’extraction d’air VICIE
 Caisson de désenfumage
 Gaine en tôle circulaire -VMC
 Bouche de soulage y/c registre de réglage
 Grille de reprise linéaire y/c registre
 Gaine rectangulaire pré-isolées
 Gaine flexible calorifuge
 Armoire électrique-alimentation et raccordement

- VIDEO-SURVEILLANCE
61 - Caméras fixe J/N type extérieur y compris support
Les caméras seront du type couleur de marque Sony, Bosch ou similaire, dynamique 1/3 DSP à traitement
numérique avancé de manière à fournir des images claires et nettes, haute résolution 24 h par jour. Afin d’obtenir
une meilleure visibilité dans des conditions de lumière faible et lumières fortes.
Les caméras intérieures devront avoir les caractéristiques ci-dessous :
 Capteur : 1/3”
 Capteur CCD : 600 (H) x 500 (V) minimum ;
 Définition horizontale : >= 450 lignes ;
 Sensibilité : 0.005 Lux - 0.25 lux / F = 1.2 ;
 Rapport signal/bruit : 50 dB ;
 Correction gamma : 0,45 ;
 Détection de mouvement : 2 zones
 Sortie vidéo : BNC VBS, 75 ohms ;
 Tension d'alimentation : 12VDC/24VCA ou 220 VCA, 50Hz compris dans ce prix
 Montage d’objectif : monture C/CS ;
 Traitement numérique du signal par DSP ;
 Commutation automatique jour (couleur) et nuit (noir et blanc) ;
 Compensation de contre-jour ;

109
 Obturateur électronique automatique ;
 Contrôle automatique et manuel du niveau du signal ;
 Contrôle d’auto iris
Elles seront équipées d’un objectif au format 1/3" varifocal, à iris automatique, focus et zoom manuels. La
distance focale sera définie par l’entrepreneur avec exactitude lors de la mise en service de chaque caméra de
façon à optimaliser la qualité de l’image et le cadrage désiré.
Chauffage intégré pour dégagement des condenses due à l’humidité en option. Comprenant un support de
fixation de longueur appropriée, mural ou en plafond avec adaptateur d’angle,
L’ensemble d’ouvrage, fourni, posé, et raccordé en ordre de marche y compris câblage, support de fixation et
toutes sujétions d'accessoires d'installation et de mise en service

62 - Caméra Speed dôme J/N type extérieure y compris support


Ce prix rémunère la fourniture, l'installation et la mise en service de Caméra Speed Dôme Extérieure de type
AUTODOME 5000 (à capteur 720 TVL) de marque BOSCH ou équivalent ayant les caractéristiques techniques et
fonctionnelles suivantes :
 La caméra doit présenter une facilité d’installation et de maintenance.
 Elles devraient permettre des prises d’images de haute qualité à l’aide des capteurs CCD de haute résolution
et de grande sensibilité.
Ces caméras devraient avoir au moins les principales caractéristiques suivantes :
 Rotation horizontale sur 360° sans butée et rotation verticale sur 90°,
 Positionnement sur une zone de surveillance en moins d’une seconde,
 Système de mise au point du focus automatique pour faciliter l’utilisation,
 Image couleur de très bonne qualité, environ 460 lignes TV,
 Très bonne sensibilité permettant une image couleur de qualité avec un faible éclairement,
 Basculement automatique de l’image couleur en noir et blanc dans les zones très faiblement éclairées
(exemple : panne d’un lampadaire d’éclairage public),
 Système de compensation automatique des vibrations,
 Conformité avec la loi, grâce au système de masques de zones privées. Les masques seront paramétrables
depuis les postes d’exploitation, grâce à un logiciel protégé par code d’accès et non accessible aux opérateurs.
Les masques devront être en nombre suffisant pour masquer les zones privées visualisées par chaque caméra.
Ces masques seront mobiles en taille et en position selon le pilotage de la caméra. Ils seront mémorisés dans
la caméra.
Caractéristiques techniques minimales :
 Type speed dôme pour usage externe, montée sous caisson étanche avec support de fixation
 Caméra couleur Pal 1/4" CCD
 Définition minimum à 460 lignes TV
 Sensibilité du capteur caméra en mode couleur : 1 lux à F1.6
 Sensibilité du capteur caméra en mode Infrarouge : 0 lux.
 Rapport signal/bruit 50 dB
 Rapport signal/bruit avec CAG maxi 28 dB
 Zoom optique : rapport 26x
 Zoom électronique : rapport 12x
 Zoom optique + électronique : rapport 312x
 Système autofocus
 Commutation couleur / noir&blanc
 Filtre I.R.
Caractéristiques minimales de la motorisation :
 La rotation horizontale se ferait sur 360° sans butée avec une vitesse variable de 1° par seconde à 360° par
seconde,
 La rotation verticale se ferait sur 90° en vitesse variable de 1° à 90° par seconde,
110
 Les moteurs devraient être de type pas à pas ou à courant continu,
 Le système de pilotage des moteurs permettrait la gestion d’une pente d’accélération ou décélération afin
d’avoir une parfaite stabilisation après une rotation rapide.
La télécommande et la télémétrie :
La télécommande et la télémétrie devraient être bidirectionnelles et permettraient de :
 Recevoir les télécommandes de rotation de caméras et de zooms.
 Gérer les positions de caméras et de zooms,
 Envoyer les positions de caméras et de zooms ainsi que d’autres données (alarmes, états, historiques...) vers
le ou les postes de contrôle,
 Envoyer vers le poste de maintenance le nombre de manœuvres des moteurs pour planifier une maintenance
préventive.
Comprenant un support de fixation de longueur appropriée, mural ou en plafond avec adaptateur d’angle ,
L’ensemble d’ouvrage, fourni, posé, et raccordé en ordre de marche y compris câblage, support de fixation et toutes
sujétions d'accessoires d'installation et de mise en service

63 - Camera dôme fixe J/N type intérieure


Les caméras seront du type couleur J/N de marque Sony, Bosch ou similaire, dynamique 1/3 DSP à traitement
numérique avancé de manière à fournir des images claires et nettes, haute résolution 24 h par jour. Afin d’obtenir
une meilleure visibilité dans des conditions de lumière faible et lumières fortes.
Les caméras intérieures devront avoir les caractéristiques ci-dessous :
 Capteur : 1/3”
 Capteur CCD : 600 (H) x 500 (V) minimum ;
 Définition horizontale : >= 450 lignes ;
 Sensibilité : 0.008 Lux - 0.08 lux;
 Rapport signal/bruit : 50 dB ;
 Correction gamma : 0,45 ;
 Résistance à l'eau et à la poussière IP66
 Résistance au vandalisme IEC60068-2-75 (50J)
 Détection de mouvement : 2 zones
 Sortie vidéo  : BNC VBS, 75 ohms ;
 Tension d'alimentation  : 12VDC/24VCA ou 220 VCA, 50Hz compris dans ce prix
 Montage d’objectif : monture C/CS ;
 Traitement numérique du signal par DSP ;
 Commutation automatique jour (couleur) et nuit (noir et blanc) ;
 Compensation de contre-jour ;
 Obturateur électronique automatique ;
 Contrôle automatique et manuel du niveau du signal ;
 Contrôle d’auto iris

Elles seront équipées d’un objectif au format 1/3" varifocal, à iris automatique, focus et zoom manuels. La
distance focale sera définie par l’entrepreneur avec exactitude lors de la mise en service de chaque caméra de
façon à optimaliser la qualité de l’image et le cadrage désiré.
L’ensemble d’ouvrage, fourni, posé, et raccordé en ordre de marche y compris câblage, support de fixation et toutes
sujétions d'accessoires d'installation et de mise en service

64 - DVR 16 Canaux vidéo y compris logiciel


Fourniture et pose d’un DVR rackables 19’’ avec 16 Entrées vidéo, 400 images/ seconde repartie sur les 16
cameras, Quadruplex, enregistrement et consultation en temps réel, Détection d’activité, Port Ethernet 10 base T,
Logiciel en réseau Inclus, sorties vidéo.

111
Les DVR devront avoir les caractéristiques ci-dessous :
 Entrées vidéo : 16 ;
 8 relais et 4 senseurs
Sorties vidéo : 16 sorties caméras, 1 sortie moniteur primaire, 1 sortie Vidéo, et 1 sortie VGA ; possibilité
de coupler également des caméras IP pouvant être combinés avec l'ensemble des caméras coaxiales.
 Quadruplex (Enregistrement + Vision + Backup+ Contrôle à distance) ;
 Compression M-JPEG avec qualité programmable ;
 Modes d’enregistrement : continu, par horloge, alarme et mouvement ;
 Vitesse d’enregistrement / de reproduction : 25 IPS ;
 Capacité des disques durs : 2 To minimum extensible par simple adjonction de disque
 Inclusion date, heure et informations d’alarme ou autre dans l’archivage
 Détection de mouvement : complète ou partielle, pour chaque caméra plus possibilité de sélectionner tout
l’espace de détection
 Enregistrement de la date + heure + N° caméra avec les séquences
 Enregistrement programmable par calendrier
 Back up manuel ou automatique (DVD, CDR-W et réseau)
 Enregistrement normal, Motion, Alarme, Normal & Event
 Graveur DVD intégré ;
 Compression/Transmission MPEG4 de manière complètement hardware Souris et clavier
 Réseau Ethernet TCP/IP pour observation et contrôle à distance
 Visualisation et Enregistrement à 25 images /sec par CAMERA soit 400 images/sec
 Jusqu'à 4000 Go de disque dur extensible sur le système
 Stockage sur disque dur illimité et garanti complète des données, grâce à la technologie RAID5
 Programmation accessible par un code personnel d’identification
 Ecrasement automatique des données enregistrées commençant par les plus anciens ;
 Possibilité de réglage de la qualité de l’image
 Modem pour connexion à distance
 Configuration par software via tel net ou html
 Logiciel de connexion à distance :
 Interface facile de prise en main Web
 Mode de recherche rapide et simple
 Possibilité de regrouper les caméras de plusieurs serveurs vidéosurveillance sur un même écran
 Visualisation et écoute en live à distance
 Contrôle des caméras dôme par boutons et souris
 Possibilité de faire une capture d’écran en mode LIVE ou sur enregistrements
 Gestion des événements à distance grâce à une gestion d’alarme avec historique
 Porte de communication RS-232 pour configuration et accès à distance ;
 Port LAN/WAN Ethernet accès ;
 Ne s’arrête pas à enregistrer pendant l’accès Ethernet ;
 Mémoire vive RAM 16 Mo ;
 Mémoire système FLASH ;
Inclus dans le prix un micro-ordinateur type PC (de marque Dell, Compact, IBM ou similaire) avec logiciels de
communications et configuration de clavier.
L’ensemble de l’ouvrage, fourni, posé, et raccordé en ordre de marche y compris câblage, programmation et toutes
sujétions d'accessoires d'installation et de mise en service
65 - Clavier de contrôle
Ce prix rémunère la fourniture, l'installation et la mise en service d’un clavier de commande de type 5136
AUTODOME CONTROLLER de marque BOSCH ou équivalent.
Le clavier aura les caractéristiques principales suivantes :
 Possibilité de contrôle de Dômes, Enregistreurs et Multiplexeur ;

112
 Possibilité de définir le mode d’opération en zones ;
 Définition des différentiels niveaux de sécurité ;
 Joystick à 3 axes (X, Y et zoom) ;
 Ecran d’affichage intégré ;
 Conception esthétique et moderne ;
 Sélection et interconnexion du signal vidéo ;
 Programmation, mise en marche et arrêt des séquences de patrouille pour les dômes ;
 Sélection des moniteurs et leur mode d’affichage ;
 Boutons de commande d’enregistreurs et de recherche des images enregistrées dans un système équipé avec
les enregistreurs multiplexeurs numériques ;
 Possibilité de brancher en série de min 16 claviers (15 postes de commandes distants)
 Afficheur et touches rétroéclairés ;
 Compatible avec les multiplexeurs et enregistreurs numériques
 Clavier imperméable.
L’ensemble de l’ouvrage, fourni, posé, et raccordé en ordre de marche y compris toutes sujétions d'accessoires
d'installation et de mise en service
66 - Moniteur couleur 32" HDMI/SMART
Les moniteurs seront de présentation soignée et de type couleur à LED de marque SONY ou similaire.
Les moniteurs de 32” seront prévus pour être incorporé au pupitre suivant l’indication de la maîtrise d’œuvre.
Ils répondent aux caractéristiques techniques suivantes :
 Taille de la zone d’affichage - 32”;
 Écrans à images multiples
 Impédance : 75 ohms ou haute impédance
 Résolution min 800 lignes TV ;
 Signal vidéo - composite ;
 Carcasse métallique ;
 Boutons de contrôles frontaux ;
 Menu de configuration sur écran (OSD);
 Contrôle numérique par microprocesseur intégré ;
 2 Entrées BNC et 1 entrée S-VHS
 2 Sorties BNC en boucle avec les entrées et 1 sortie S-VHS ;
 2 entrées audio ;
 1 sortie audio ;
 Détection automatique de la perte de signal ;
 Détection automatique de manque de signal ;
 Possibilité de programmation de séquence d’affichage entre entrée 1 et 2;
 Alarme audio en cas de perte / manque de signal vidéo ;
 Haut-parleur intégré ;
 Alimentation universelle 110-230V;
 Interrupteur marche / arrêt,
 Témoin de fonctionnement,
 Réglage de luminosité et contraste.
 NTSC/PAL compatible avec fonction d’auto détection.
L’ensemble de l’ouvrage, fourni, posé, et raccordé en ordre de marche y compris toutes sujétions d'accessoires
d'installation et de mise en service
67-Installation, logiciel, Câblage et mise en service
Ce prix rémunère l’ensemble des frais de câblage, main d’œuvre nécessaire pour l’installation, le raccordement et
la mise en service de l’ensemble des équipements de vidéosurveillance.
Le câblage de l’installation et la mise en service y compris toutes sujétions d'accessoires de fournitures, de pose, de
raccordement ou d'installation et de mise en œuvre, sera payé en état de marche pour l’ensemble,

113
68 - TELEDISTRIBUTION ANALOGIQUE
L’entreprise doit mettre en place une solution complète qui répond parfaitement aux fonctionnalités requises.
Tous les accessoires nécessaires doivent être intégrés dans les prix du présent sous lot pour une solution
complète et mise en œuvre selon les normes et règlements en vigueur.
L’ensemble des composants du système sera de marque KATHREIN, IKUSI ou similaire.
69- Antenne terrestre TNT y compris amplificateur et filtre
Ce prix rémunère la fourniture, l’installation et le raccordement d’une antenne terrestre TNT permettant la
réception les programmes terrestres, y compris mât supports.
 Antenne conçue pour optimiser la réjection de la bande LTE en maintenant les caractéristiques dans la bande
de réception UHF de télévision.
 Des caractéristiques électriques améliorées.
 Symétriseur intégré dans le boitier de raccordement (connecteur F).
 Fabriquée en aluminium (inoxydable).
Ce prix comprenant un amplificateur et filtre des signaux terrestres captés par l’antenne de réception pour
améliorer la qualité de la réception et conserver cette qualité jusqu'au récepteur, tout au long du dispositif
Prix payé à l’unité pou l’ensemble de l’ouvrage fourni, posé et raccordé y compris câble, mât et
supports de fixation et toutes sujétions d'accessoires d'installations et de mise en service
70- Antennes paraboliques 1,40 m y compris LNB
Ce poste rémunère la fourniture, l’installation complète y compris supports et génie civil et le raccordement
d’antenne parabolique fixe avec les têtes universelles quaternaire LNB permettant la réception des programmes
satellites de la solution retenue, en matériaux composite. Les convertisseurs, les dimensions et la forme de la
parabole devront être choisis convenablement pour que le niveau signal/bruit soit aussi grand que possible.
Ce prix comprenant la fourniture, la pose et le raccordement de l’ensemble des câblages TV de haute
performance pour que l’installation fonctionne de manière parfaite. Ils seront de type coaxial, avec feuillard,
tresse en cuivre et gaine PE noire.
l’ensemble à l’unité de l’ouvrage fourni, posé et raccordé y compris génie civil, mât et supports de fixation, têtes LNB quattro,
câble coaxial et toutes sujétions d'accessoires d'installations et de mise en service
71– Répartiteur TV/SAT 1 entrée / 4 sorties
Ce prix rémunère la fourniture et la pose de commutateurs répartiteurs, permet de répartir un signal vers 4
téléviseurs équipés la TNT et/ou satellite ou vers 4 décodeurs TNT/Sat sans perturber la réception TV, de marque
TONNA, KATHREIN ou équivalent.
Le commutateur devra répondre aux caractéristiques techniques suivantes :
 Nombre de voies : 4.
 Type de fiche : F.
 Perte : 8,5dB.
 Protection entre voies : 30 dB.
 Voie de retour : 8,5 dB.
Réception sur obligation du résultat : le signal doit conformer conformément aux normes en vigueur et aux règles
de l’art. y compris toute sujétion de fourniture et de pose y compris câblage et toutes sujétions d'accessoires
d'installations et de mise en service
72–prises SAT+TV y compris Câble Coaxial 100% cuivre
Ce prix rémunère la fourniture, la pose et le raccordement d'un ensemble complet pour le projet de prises
de télévision et satellite complète de marque INGELEC ou similaire comprenant un mécanisme, la boite
d'encastrement, la plaque, le support et accessoires y compris :
 Réseau de conduite ICD avec aiguille de tirage
 Câble coaxiale
 Accessoires de raccordement.
 L’appareillage de marque ALYANS de chez INGELEC ou similaire au nombre de TV et besoins du projet
 Essais et mesures.
 Toutes sujétions de fourniture, de pose, raccordement et encastrement.
114
Raccordement de l’ensemble des câblages TV de haute performance pour que l’installation fonctionne de
manière parfaite. Ils seront de type coaxial, avec feuillard, tresse en cuivre et gaine PE noire.
73- Installation, Câblage et mise en service
Ce prix rémunère l’ensemble des frais de câblage, main d’œuvre nécessaire pour l’installation, le raccordement et
la mise en service de l’ensemble des équipements de télédistribution, Y/C , câblage ,installation et mise en service
et toutes sujétions d'accessoires de fournitures, de pose, de raccordement ou d'installation et de mise en œuvre,
marche

F - PLOMBERIE SANITAIRE-PROTECTION INCENDIE

1- BRANCHEMENT ET RACCORDEMENT
L’entreprise doit réaliser le branchement de l’eau potable et à partir de l’endroit indiqué par l’O.N.E.P
hors ou dans le site y compris raccordement, vanne, tube en polythène de diamètre suffisant pour
alimentation de compteurs et toutes sujétions de déblais et remblais, évacuation et peine soin avec facture
en vigueur.
Ou remplacé par :
Le forage de puits de Ø 100 mm et jusqu’à l’eau (profondeur 80 m minimum) y/c la construction de
pourtour en béton, et surélévation d’un château de 10 m3, équipé 2(deux) motopompes émergés avec un
tableau de commande électrique (arrêt et marche) et toutes sujétions d’alimentation en tube polytéléne,
câblages et accessoires y/c aménagement de compteur
La pompe émergée complète
H.M.T ≥ 90 m
Débit : 2 l s
N.B : Une étude sera déterminé par un BET agrée et réceptionné avant et après le fonctionnement
par l’architecte et maitre d’ouvrage, les frais des études à la charge de l’entreprise

2-CANALISATIONS EN PPR TOUS Ø

Fourniture, pose et raccordement de tube en polyéthylène réticulé tous diamètre de marque ACOME, ALPHACAN
ou similaire sous gaine annelée de couleur bleue pour l’eau froide et rouge pour l’eau chaude. Y compris gaine
annelée, raccordement au collecteur, raccords de sortie en laiton polyéthylène/cuivre type «REFIXE» de marque
ACOME, lyres de fixation et d’attaches et toutes sujétions d’exécution
3-COLLECTEEUR DE DISTRIBTION
DE 1à 3 et 4à 6 départs
Fourniture et mise en œuvre d’un collecteur double en laiton de marque ACOME, ALPHACAN ou similaire
comprenant :

 Coffret pour collecteur de dimension adéquate


 Un collecteur d’eau froide
 Un collecteur d’eau chaude

Support coffret pour collecteurs


 1 vanne d’arrêt 1/4 de tour en amont de chaque collecteur et aura le même diamètre que le collecteur.
 Vannes d’arrêt pour chaque départ à boisseau sphérique 1/4 de tour en laiton chromé de diamètre approprié aux
tubes.
 Un ensemble de raccords et adaptateurs pour tubes en polyéthylène
 Etiquettes Dilophane gravées pour identifier chaque départ

4- CUIVRE TOUT DIAMETRE


Fourniture et pose de canalisation en cuivre tous diam. Y compris raccords mixtes.
La canalisation sera encastrée ou apparente à la demande de l’Architecte .
5- VANNE ET ROBINET D’ARRET TOUS DIAMETRES
Ils seront placés aux départs des canalisations d’alimentation principale, avant entrées dans les salles d’eau et après
chaque piquage alimentant les sanitaires. Fourni et posé, y compris toutes sujétions de raccordements
115
6- TUBE EN PVC DIAM.50 TYPE NICOLL
Les évacuations E.U des sanitaires en P.V.C diam 50 type Nicolle y compris pose, culotte coudes, dauphins et
toutes sujétions de raccordements.

7- TUBE EN PVC POUR EVACUATION.


Les descentes en PVC pour les E.P. et E.U. et E.V. posées sous colliers y compris culottes, coudes, dauphin et
toutes sujétions de pose et raccordement avec gargouilles tronconiques en plomb de 3mm d’épaisseur avec
moignon de 0,50 x 0,50 traversant le plancher et crapaudines
8. SIPHON DE SOL 15/15 EN CUIVRE
Aux endroits indiqués sur le plan sera prévu du siphon de sol y compris moignons toutes sujétions de
fourniture et de pose,
9- ROBINET DE PUISAGE
Fourniture et pose de robinet de puisage en cuivre chromé pour jardin et W.C à la turque
APPAREILS SANITAIRES

10- LAVABO SUR COLONNE


Lavabo en porcelaine vitrifiée de 1er choix et à l’approbation par l’architecte, fixation par crochets et
boulons, équipé d’une robinetterie mélangeuse EC & EF HANSA ou équivalent, avec tête de
robinetterie, un vidange extérieur automatique avec télescopique et rosace chromée y compris
raccordement à l’alimentation en eau froide et eau chaude, raccordement à l’évacuation, pièces de
raccords, percements et scellements.

11-WC A L’ANGLAISE
Fourniture et pose d’un lavabo de marque ROCA mural type Prisma ou similaire comprenant
 1 lavabo avec trop plein
 1 bonde à bouchon en 1’’1/4 chromé.
 1 siphon pour lavabo de marque ROCA ou similaire.
 1 robinet mitigeur ROCA ou similaire.
 Raccordement à l’alimentation en tube cuivre y compris raccords mixtes série 2000 ou similaire.
 raccordement à l’évacuation en tube PVC  50 mm y compris raccords et colliers. y compris toutes
sujétions de fourniture, pose et de raccordement.

12-EQUIPEMENTS SANITAIRES POUR HANDICAPES

Fourniture et pose d’un ensemble de sanitaires pour personnes à mobilité réduite comprenant :
1 WC :
 1 cuvette pour handicapé de marque VITRA ou similaire y compris abattant
 Lunette d’accès de marque VITRA ou similaire
 Bâti support de marque VITRA ou similaire.
 Une plaque de commande de marque VITRA ou similaire
 Un réservoir à mécanisme de chasse
 Une barre d’appuis pour aide au handicapé conforme aux normes
 1 robinet d’arrêt équerre en 1/2x3/8 avec rosace chromée.
 1 robinet d’eau froide chromé pour la douchette avec flexible
 raccordement à l’alimentation en tube chromé.
 raccordement à l’évacuation en PVC  100 mm.

12- LAVABO :
 1 lavabo complet pour handicapé avec trop plein de marque VITRA 640x550 ou similaire
 Vidage avec siphon encastré chromé
 1 siphon chromé pour lavabo.
116
 1 robinet mitigeur marque GROHE ou similaire.
 Une barre d’appuis pour aide au handicapé conforme aux normes
 Raccordement à l’alimentation en tube cuivre chromé y compris raccords mixtes série 2000 ou similaire.
 raccordement à l’évacuation en tube PVC  40 mm y compris raccords et colliers. y compris toutes
sujétions de fourniture, pose et de raccordement.

13- RECEVEUR DE DOUCHE

Fourniture et pose d’un ensemble de receveur de douche de marque ROCA ou similaire comprenant :
 1 receveur 80x80 cm en porcelaine de marque ROCA ou similaire,
 1 bonde de vidage de marque ROCA ou similaire, avec panier
 1 robinet mitigeur de marque GROHE ou similaire, avec flexible
 Barre coulissante de marque GROHE ou similaire
 Une pomme de douche orientable de marque GROHE ou similaire,
 Raccordement à l’alimentation en tube cuivre y compris raccords mixtes série 2000 ou similaire.
 Raccordement à l’évacuation en tube PVC  40 mm y compris raccords et collier y compris toutes
sujétions de fourniture, pose et de raccordement.

14—CHAUFFE-EAU ELECTRIQUE OU SOLAIRE


Fourniture et pose de chauffe-eau électrique type agrée par la maitrise d’œuvre y/compris :
- Ballon de stucage fabriqué en acier avec de protection de la dureté de l’eau par une anode à dissolution
lente
- un thermostat de résistance électrique d’appoint de maintenir l’eau à une température constante quelque
que soit l’énergie solaire extérieure
La température de l’ECS, à la sortie de la production, sera de 65°C en régime normal comprendra
- Fluide frigorigène écologique HFC R410A
- Matériel compact à faible surface au sol
- Appareil entièrement carrossé en panneaux de tôles laquées démontables pour installation extérieure
- 1 compresseur SCROLL nouvelle génération à haut rendement
- 1 condenseur eau chaude à plaques brasées
- 1 ventilateur hélicoïde
- 1 batterie tubes cuivre avec ailettes aluminium, version pompe à chaleur, version chaud seul.
- Module électronique à microprocesseur

Et toutes sujétions de mise en œuvre ,étude et de capacité

15 -WC A LA TURQUE
Fourniture et pose de WC à la turque en grés émaillé, robinet d’arrêt de diam 12, robinet d’ablution de diam 14 y/c
raccordement et évacuation et toutes sujétion de chasse haute avec renformis de 0.20cm
Suivant recommandation
16 – EVIERS

Évier en acier inoxydable 18/10 avec deux cuves et un égouttoir équipé de:
- Un mélangeur mural avec bec orientable de marque GROHE avec croisillons chromés.
- Un té de vidage en laiton blanchi, arrivées avec écrous de raccord 40/49, sortie filetée 40/49.
- Un siphon en fonte émaillée de marque VIEGA, arrivée avec écrou bague 40/49, sortie à bride à joint
américain.
- Une bonde VIEGA à bouchon avec chaînette et boulon et fixation
- Une grille amovible diamètre 51 pour bonde.
- Évacuation par tube PVC Ø 50. d’ensemble fourni et posé, y compris les raccordements et toutes sujétions
de pose.
17- - VASQUE

Fourniture et pose de vasque en porcelaine ou en grés émaillés de 1er choix de marque JACOBDELAFONT Modèle
ODEON UP et la robinetterie à poser sur tablette de marque JACOBDELAFOND modèle JULY ou équivalent, au choix de
l’architecte. et suivant plan comprenant :
- Vasque encastré équipé de siphon chromé à culotte démontable
117
- 1 mitigeur chromé EF et EC avec rosace
- Raccordement aux réseaux EU/et en PVC
- Raccordement aux réseaux EF et en flexible
- Porte serviette à une branche chromes
- Porte savon en porcelaine encastré

19-DISTRIBUTEUR SAVON LIQUIDE

Fourniture et pose d'un distributeur de savon liquide à poussoir de capacité 1 litre de marque INDA ou similaire,
réf. : 0567/1 ou similaire. y compris toutes sujétions de fourniture et de pose .
20-PORTE PAPIER HYGIEINIQUE

Fourniture et pose de porte-papier hygiénique en inox de grande capacité à visser, de marque INDA ou similaire,
réf. : A38270CR ou similaire y compris toutes sujétions de pose aux emplacements définis par la Maîtrise d’œuvre,
telles que chevilles plastiques, vis chromées etc. y compris toutes sujétions de fourniture et de pose.
21-PORTE SERVIETTE

Fourniture et pose de porte-serviette en inox, de marque INDA ou similaire, réf. : A22150CR ou similaire y
compris toutes sujétions de pose aux emplacements définis par la Maîtrise d’œuvre, telles que chevilles plastiques,
vis chromées etc. y compris toutes sujétions de fourniture et de pose.
22-SECHE-MAINS ELECTRIQUE

Fourniture et pose toutes sujétions d’une sèche main électrique automatique en inox chromé de marque
SANIFLOW ou similaire.
Appareil en matériau inox, doté d’une protection.
La puissance totale sera de 2200W.
Commande à infra rouge sans contact
Le moteur sera à induction, de puissance 250W
 La température de sortie de flux = 53°C à 10cm.
 Le volume d’air à travers la buse = 330m3/h
 Temporisateur de fonctionnement =10s
23- LOCAL DE VIDE ORDURE ET DECHETS HUILE USAGER

- PEINTURE ET VITRERIE

NOTA :
Il est précisé que les marques sont données à titre indicatif marque ASTRAL, L’entrepreneur devra dans
le cas d’utilisation d’autres marques de fournir les documents prouvant la similitude avec les produits
préconisés.
1. PEINTURE REXOLITE SUR FACADES
Comprenant :
- 1 ponçage général
- 1 couche d’impression
- 1 rebouchage partiel
- 2 couches de peinture rexolite croisées pour obtenir un résultat satisfaisant.
2. PEINTURE GLYCEROPHTALIQUE MATE SUR MURS INTERIEURS
Comprenant :
- 1 ponçage général
- 1 couche d’impression
- 1 rebouchage partiel.
- 2 couches d’enduit général, ponçage
- 2 couches de peinture glycérophtalique mate pour obtenir un résultat satisfaisant.
118
3. PEINTURE VINYLIQUE SUR PLAFONDS INTERIEUR
Comprenant :
- 1 ponçage général
- 1 couche d’impression
- 1 rebouchage partiel.
- 2 couches d’enduit général, ponçage
- 2 couches de peinture vinylique pour obtenir un résultat satisfaisant. et suivant recommandation
4. PEINTURE GLYCEROPHTALIQUE LAQUEE SUR MURS ET PLAFOND
Comprenant :
- Égrenage
- Brossage
-1 couche d’impression VINYL dilué dans l’eau suivant porosité du support (5 à 10%).
- 1 couche d’enduit
- 1 ponçage
- 1 couche de sous-couche GLYGEROPHTALIQUE V 779
- 1 couche d’email GLYGEROPHTALIQUE «CELLUC»
5 PEINTURE GLYCEROPHTALIQUE LAQUEE SUR MENUISERIE BOIS

Après isolation des pièces métalliques (têtes de clous, serrures, etc...)


-1 couche d’impression VINYL diluée à 10% d’eau
-1 couche de sous couche GLYCEROPHTALIQUE V 779
-1 couche d’email CELLUC
24 heures doivent s’écouler entre l’application de la sous-couche et de l’émail celluc.
6. PEINTURE GLYCEROPHTALIQUE LAQUEE SUR FER
L’application des couches de protection se feront sur métal parfaitement dérouillé et dégraissé,
-1 couche de WASH PRIMER IPC
-2 couches de PLOMBIUM RAPID
-1 couche de SOUS COUCHE GLYCEROPHTALIQUE V 779
-1 couche d’email CELLUC
L’intervalle à respecter entre les couches est de 24 heures.

7- VITRERIE EN VERRE DOUBLE

Les prix des verres, épaisseur de 4 à 5 mm, comprendront la fourniture, le transport, les coupes, les
chutes, la pose dans toutes les conditions et à toutes hauteurs. Les dimensions et épaisseurs des verres
seront déterminées en fonction des normes en vigueur. Les mesures seront prises par multiple de 3.

8- VITRERIE EN VERRE DEMI-DOUBLE

Idem spécifications que l’article précédent, mais avec vitrerie demi double de 3 mm

PROTECTION INCENDIE
9- POSTE D’INCENDIE COMPLET

Comprenant armoire en tôle galvanisé robinet Ø 40, tuyau de 20m; lance, clé turquoise, sceau et hache,
y compris toutes sujétions de fourniture, pose et raccordement TFG de diam 66 /76 avec bouche
d’arrosage situé à l’extérieur type agréer avec toutes prestation de la protection civile
10- EXTINCTEUR PORTATIF A NEIGE CARBONIQUE CO2 DE 9 KG

Fourniture et pose d’extincteur à poudre de 9Kg y/c garantis et l’entretien nécessaire.

- LOT : AMENAGEMENT EXTERIEUR VRD ET ASSAINISSEMENT


119
1. ALLEES PIETONNES EN BETON

Les allées piétonnes en béton 0,12 m sur tout venant ou Hérissonage de 015 cm seront exécutées en béton n° 2 (voir dosage)
soigneusement réglée, y compris pilonnage, damage et réglage et armature, quadrillage suivant plan B.A. y compris
fournitures, main d'œuvre et toutes sujétions de fourniture et pose film polyane épaisseur de 30 macarons sur tout venant

2- PARKING EN HELICOPTERE

Travaux de revêtement de parking comprenant :


- Décapage et encaissement de tout terrain y/c roché
- Couche de fondation de 0.15 cm en tout venant calibre de 0.40
- hélicoptère légèrement armé en treillis soudés (voir dosage)
- échantillon pour approbation
- Traçage en peinture laquée couleur au choix
Et toutes sujétions de mise en essai par un labo à la charge de l’entreprise

3-REVETEMENT DE SOL EN CARREAU STRIE


Revêtements de carreaux de sol strié 33x33 de 1er choix type carrossable y compris coupes, découpes, bords arrondis et toutes
sujétions de fournitures et poses. Sous forme de béton de 0,05 d'épaisseur minimum, parfaitement dressée et damée, Couleur
et approbation au choix de l'Architecte.

4- REVETEMENT EN AUTOBLOQUANT

Revêtement en autobloquant type KARO de comarev 1er choix pour les allées ou carrossable posé sur un
tout venant de 0.20 cm et un lit de sable de 0.10 cm y/c la mise en œuvre, la couleur et prestation avec
échantillon seront approuvé par l’architecte et à l’administration avec processus et indication de
fabriquant et toutes sujétions de décapage, compactage pour mise en niveau

5 - FOUILLE EN TRANCHEE Y COMPRIS ROCHER.

Les fouilles seront descendues aux cotes reconnues et acceptées par la Maîtrise de chantier. Elles seront
exécutées aux largeurs strictement nécessaires et feront l’objet d’un procès verbal de réception.
Aucun ouvrage de béton ou maçonnerie ne sera entrepris avant l’accord de Maîtrise de chantier. Y 
Compris, sujétions de boisage, étaiements, talutages, blindage, épuisement, pompages, qui pourraient être
rendus nécessaires, chargement et transport.
6- REMBLAI PRIMAIRE:

Le remblai primaire provenant des terrassements tamisés ou apport de tout venant pourront servir de
remblai et seront mis en place par couches successives de 0.20 m, pilonnées, compactées et arrosées.
Compactage à 85% de l’optimum Proctor modifie. Sur une épaisseur de 0.30 cm au dessus de génératrice
supérieur de la conduite y/c compris toutes sujétions
7 - REMBLAI SECONDAIRE

Le remblai secondaire provenant des terrassements ou apport de tout venant pourront servir de remblai et
seront mis en place par couches successives de 0.20 m, pilonnées, compactées et arrosées.
Compactage à 85% de l’optimum Proctor modifie. y/c compris toutes sujétions

8 - LIT DE SABLE

La fourniture et mise en place de lit de sable de mer de 0.10 cm d’épaisseur


y/c compris toutes sujétions

9 – BUSE ET CANALISATION EN BETON ARME Ø 500 CL 90A

Fourniture, pose et essais de conduites circulaires en béton armé série 90A. Conformément à la norme
NM/10/01/27 y/c les joints toriques (JT) souples et raccordements amont et avale
120
10-REGARDS DE VISITE EN BETON DE 1.00X100

Terrassement en déblais et remblais avec évacuation compris, exécuté en béton n° 3 (voir tableau) y
compris béton de propreté, le coffrage et décoffrage raccordement des canalisations, façon de cunette,
enduits parois de 0.10 à 0.15 châssis carré en béton armé le scellement de cadre de tampon en fonte,
échelons en fer galvanisé toutes sujétions de mise

11- REGARDS GRILLE


Idem et spécification que l’article ci-dessus mais pour regards à grille y/c tompon en fonte
(NM10.9.9001) et appareil siphoïde et toutes sujétions de mise en œuvre

12- CADRE ET TOMPON EN FONTE

Fourniture et mise en place de cadre et tampon rond en fonte ductile classe DN400sous chaussée et 250
conformément à la norme NM109001 y/c toutes sujétions de mise en œuvre aux regards suivants :
- Regards de visite sous chaussée
- Regards de visite sous trottoirs

13- PARKING BITIMINEUX

Travaux de revêtement de parking en bitume et suivant plan comprenant :


- Décapage et encaissement de tout terrain y/c roché
- Traçage en peinture laquée couleur au choix
- Couche de fondation de 0.15 cm en tout venant calibre de 0.40
- Imprégnation de couche de base à raison de 1.500kg/m2 d’émulsion
- L’enrobés à chaux de cut-back épaisseur de 4 cm à raison de 3 kg avec gravillon de 12/18 et 3/8
Et toutes sujétions de mise en essai par un labo à la charge de l’entreprise

14- TOTTOIR T3

Fourniture et pose du trottoir T3 classe B1 préfabriqué en béton vibré et dosé à  300kg/m3 en principe
avec une longueur et dimension seront définis sur plan, bordures fera l’objet d’une fourniture d’un
échantillon en vue leur agrément par le maitre d’œuvre et d’ouvrage avec la pose de la façon suivante
- Terrassement avec béton maigre dosé à 250 kg/m2 et de 0.10 cm d’épaisseur
- Joints entre élément de bordures auront de 5 cm et seront garnis de mortier de ciment
- Epaulement en béton surface arrière de 0.10 mm d’épaisseur sur 0.20 mm de hauteur
- Plate de forme de trottoir sera soigneusement réglée
Le maitre d’ouvrage et d’œuvre seront les seuls pour juger les dispositions à prendre tant en profil
qu’en tracé les lignes droites ou courbes

15- BORDURE EN BETON

Fourniture et pose de bordure en béton armé de 0.20x0.40 légèrement armé pour le contour de trous
d’arbre y/c la mise en œuvre Et toutes sujétions de terrassement, remblais ou évacuations
16- TUYAUX EN POLYETHYLENE RETICULE RETUBE OU PPR PN16 (GENERALITE)

Les canalisations seront réalisées de la marque GRIFLEX ou équivalent y compris gaine de


protection, coudes, tés, manchons, bague, bouchon hermétique, plaque de fixation, boîtier de sol à
encastrer de marque GRIFLEX ou équivalent. Boites de connexion sera exécutée suivant les plans et
détails conformément aux règles de l’art et aux normes en vigueur y compris raccordement
- P.P.R TOUS Ø.

Ouvrage fourni et posé, y compris toutes sujétions et suivant recommandation

121
- VANNE ET ROBINET D’ARRET TOUS DIAMETRES

Ouvrage fourni et posé, y compris toutes sujétions et suivant recommandation

– ROBINET D’ARROSAGE

Comprenant robinet à boisseau Ø 26, en laiton pour arrosage y/c toutes sujétions de raccordement

17- CHATEAU DE STOCHAGE D’EAU 25m3

Fourniture et pose d’un château d’eau enterré et d’une capacité selon l’étude de BET et bureau de
contrôle y/c la construction et équipement en adduction potable en tube polytéléne et alimentation
électrique câblages et accessoires de suppresseur et motopompes émergés avec un tableau de commande
électrique (arrêt et marche) et toutes sujétions

18-IMPLANTATION
NOTA :Il est précisé que l’entreprise doit assurer l’entretien des travaux de plantation pendant une période
de 12 mois( Douze mois) à partir de la réception provisoire

a) : APPORT DE TERRE VEGETALE

Apport de terre végétale de 25 cm d’épaisseur minimum et selon indications de l’Architecte, libre de tous détritus et pierraille, de bonne qualité

b) TROUS D’ARBRE
Ouverture trous d’arbre dans le terrain de toutes nature y /c rocher dimension circulaire 1.00x1.00

c) FUMIERS
Fourniture et pose de fumier y/c chargement et déchargement et mise en place et enfouissement

d) GAZON
Fourniture et pose de gazon punctum y/c chargement et déchargement et mise en place et mise en œuvre

19 PLANTES
Fourniture, pose et transport avec plantation y/c toutes sujétions

a) ARBRE WASHINGTONIA ( 1 stipe)


Fourniture et pose d’arbre WASHINGTONIA ( 1 stipe) y compris toutes sujétions

b) ARBRE BRACHICHITON (hauteur 2m)

Fourniture et pose d’arbre BRACHICHITON (hauteur 2m)y compris toutes sujétions


c) PALMIER (hauteur 2m)

Fourniture et pose PALMIER (hauteur 2m)y compris toutes sujétions

PAGE N° DERNIÈRE

122
PASSE PAR APPEL D’OFFRE OUVERT SUR OFFRES DES PRIX SEANCE PUBLIQUE EN
APPLICATION DE L’ALL. 2 § 1 DE L’ARTICLE 16 ET L’ALL. 3 § 3 DE L’ARTICLE 17 DU
DECRET N° 2-06-388 DU 16 MOHARREM 1428 (05 /02/2007) FIXANT LES CONDITIONS ET LES
FORMES DE PASSATION DES MARCHES DE L’ETAT AINSI QUE CERTAINES REGLES
RELATIVES A LEUR GESTION ET A LEUR CONTROLE.
Marche N° …………………. Ayant pour objet :
Le présent CPS a pour objet l’exécution des travaux de construction de la nouvelle cimenterie de souss à
la COMMUNE TERRITORIALE TIDSI NISSENDALENE –PROVINCE DE TAROUDANNT- LOT
UNIQUE pour le compte du LAFARGE HOLCIM MAROC –

LE MONTANT DU PRÉSENT MARCHE EST ARRÊTÉ À LA SOMME DE :

Montant En Chiffres : ……………………………………………………………………………………………………


Montant En Lettres : ……………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………….…………………….

Dressé par Vu et vérifié par

Présenté par Lu et accepté par

Visé par le : Approuvé par

123

Vous aimerez peut-être aussi