Vous êtes sur la page 1sur 7

Cours de chimie de surface appliquée

au génie pétrolier
INTRODUCTION
La chimie de surface repose essentiellement sur les lois des différentes branches de
la chimie appliquée à l’exploitation pétrolière et gazière : chimie de surface et
colloïdale, chimie des argiles, chimie du pétrole, chimie analytique, cristallochimie….
L’objectif du cours de chimie de surface consiste à fournir les bases théoriques et
pratiques pour l’étude des phénomènes physicochimiques appliquées au génie
pétrolier particulièrement au forage, à l‘exploitation des gisements et à la production
de surface.
Cette matière spécifique peut avoir l’appellation de : Oilfield Chemistry .
Elle traite d’une manière particulière les phénomènes d’interfaces. La chimie de
surface et colloïdale constitue la partie prédominante de ce cours.
Une interface est la partie qui sépare deux phases. Une phase est un milieu homogène
dont les caractéristiques physiques et chimiques sont identiques en tout point. On
distingue les interfaces :
- liquide /liquide (huile /eau), émulsion
- liquide / solide (huile / roche réservoir), pétrole brut, fluide de forage
- gaz/liquide ( air / eau ), gaz / huile, mousse
- gaz / solide (réservoir de gaz) , poussière dans l’air.
Figures représentants différentes formes d’interfaces rencontrées dans le domaine
pétrolier.

L’interface est la partie qui sépare deux phases. Une interface est dite surface lorsque
la partie extérieure des corps solides ou liquides est en contact avec l’atmosphère.
Tous les phénomènes de surface sont d’origine électrique. Ils sont provoqués par les
forces intermoléculaires de Van Der Waals de nature physique entre dipôles
permanents ou induits.
Les phénomènes de surface sont observés à plusieurs niveaux pendant le forage et
la production pétrolière et gazière. La chimie des champs pétroliers contribue à
comprendre et à cerner les mécanismes des interactions entre les phases durant le
forage et l’exploitation des gisements d’hydrocarbures. Elle permet d’élaborer les
bases théoriques du génie pétrolier (Petroleum Engineering).
Durant un forage, la chimie des champs pétroliers contribue à la conception des
formulations des fluides de forage, à la stabilité des caractéristiques
physicochimiques, rhéologiques et de filtration.
Elle permet d’expliquer tous les mécanismes d’interaction entre les fluides de forage
et les formation géologiques traversées, tels que l’albien, le salifère, et les argiles
gonflantes.
La boue de forage constitue le facteur essentiel du succès d’un forage. C’est sur elle
que repose le taux d’avancement ROP d’un forage et la forme du profile d’un puits.
La chimie de surface traite tous les aspects des propriétés physicochimiques et des
formulations des laitiers de ciments y compris les mécanismes de prise.
Durant la production : la chimie de surface permet d’élaborer la formulation des fluides
de complétion, de cerner les phénomènes d’inversion de la mouillabilité de la roche-
réservoir, le Water Bypass, l’évolution du Water Cut et le Snap off.
Lors de l’exploitation des gisements pétroliers, les effluents liquides empruntent un
chemin préférentiel qui limite de façon drastique la production d’huile et favorise des
water Cut élevé.
La chimie de surface décrit les mécanismes de formation et de croissance des dépôts
d’asphaltènes, des sels et surtout du sulfate de baryum.
En récupération assistée tertiaire La chimie de surface représente l’élément centrale
du développement les techniques EOR (Enhanced Oil Recovery) et des
programmes Single Well Chemical Tracer Test… etc.
Dans le génie pétrolier, les systèmes dispersés sont rencontrés sous forme de
particules colloïdales durant le forage (boue de forage comme suspension et émulsion ) et
lors de l’exploitation des gisements (pétrole brut, milieu poreux )
- Pendant le forage : il s’agit des fluides de forage qui sont des suspensions
contenant des argiles montmorillonites dans les boues à base d’eau douce, et
attapulgites dans les boues à base d’eau salée saturée.
Dans Les boues à base d’huile sont utilisées les argiles organophiles.

L’argile est le constituant principale des fluides de forage. Grâce à sa structure


en feuillet, l’argile est un agent épaississant et thixotrope essentiel pour
l’évacuation des déblais arrachés au fond des puits.
L’argile permet surtout une gélification de la boue pendant les arrêts de forage
et un maintien des déblais en suspension.
Des macromolécules et des polymères utilisés comme réducteur de filtration ou
comme agent protecteur forment aussi la phase dispersée.
Les émulsions inverses largement utilisées comme fluide de forage grâce à leur
stabilité, sont des systèmes dispersés d’eau dans l’huile développant de
grandes interfaces avec des propriétés particulières de stabilité.

- Pendant l’exploitation des gisements pétroliers :


Un gisement est un milieu poreux contenant des hydrocarbures sous forme
liquide ou gazeuse. Le pétrole brut est un système colloïdal constitué de
particules d’asphaltènes, de résines, de paraffines, de cires, d’autres solides et
de gouttelettes d’eau en suspension.
La stimulation des réservoirs par acidification ou par fracturation hydraulique
nécessite l’utilisation de systèmes dispersés tels que les polymères, les agents
de soutènement…etc.
Lors de la récupération secondaire, l’incompatibilité des eaux d’injection et de
gisement entraine la formation des dépôts de sulfate de baryum.
Les conditions de formations de BaSO4 et les méthodes de traitement des eaux
d’injection forment l’objet important de la chimie des champs pétroliers.

Remarque : Les dépôts d’asphaltènes et du sulfate de baryum constituent


le principal problème d’exploitation des gisements pétroliers saharien en
particulier pour ceux de Hassi Messaoud et de Haoud Berkaoui.
Ce cours traite d’une manière détaillée les mécanismes et les conditions de
formations de ces dépôts et propose les méthodes de leur prévention ainsi que
leur traitement.
Pendant la production de surface :
Le pétrole brut est extrait du gisement sous forme d’une émulsion qui nécessite
un traitement de séparation préalable de l’huile et de l’eau avant son expédition.
Les techniques de rupture de cette émulsion relèvent de la chimie des champs
pétroliers.

Les phases dispersées et le degré de dispersion D


Les phases dispersées présentent un grand intérêt parce qu’elles possèdent de
grandes interfaces ou surface spécifique.

r1 → r2 → r3 D = 1 / 2r = 1 / d

V1 = V2 = V3

D1 D2 D3
S1 S2 S3
Ss1 Ss2 Ss3
D1< D2 < D3 sont des degrés de dispersion
S1 < S2 < S3 sont des surfaces totales
Ss1 < Ss2 < Ss3 sont des surfaces spécifiques

Pour simplifier le cas, nous considérons que les particules ont une forme
sphérique ou cubique.
Posons Ss : la surface spécifique
S : La surface totale de la phase dispersée
V: le volume total de la phase dispersée
D: le degré de dispersion
Par définition la surface spécifique Ss = S / V
1- Pour les particules d’un milieu dispersé de forme sphérique la surface
spécifique :
Ss = 4Πr2 / 4/3 Πr3 = 3 / r
Ss = 6 / 2r
Soit D le degré de dispersion. Si r est le rayon et d le diamètre de la sphère, par
définition on pose D = 1 / 2r = 1 / d . Dans ce cas Ss = 6D
Alors la surface totale de la phase dispersée

S = 6DV
2- Pour une forme cubique si a représente l’arête Ss = S / V = 6 a2 / a3 = 6 / a

Soit D = 1 / a alors Ss = 6D donc S = 6DV


Quel que soit la forme des particules, la surface totale des particules dispersées S = DV
Forme Surface spécifique
Surface Volume Degré de dispersion D
géométrique Ss = S / V
Sphère 6D 4Πr2 4/3 Πr3 1/d
Cube 6D 6a2 a3 1/a

Problèmes d’exploitation du champ de Hassi Messaoud


Selon Schlumberger
Flow assurance représente la garantie de livraison des produits hydrocarbures à
destination finale. Elle dépend de toute la chaine de production et de transport, du
réservoir d’hydrocarbure jusqu’au consommateur.
La chimie des champs pétroliers intervient pour expliquer les processus de stimulation
des réservoirs, acidification, fracturation ( mécanisme et traitement ) et les techniques
de diversion.
L’énergie libre de Gibbs est le principal facteur qui influe sur les formes extérieures
des surfaces liquides et sur le phénomène d’adsorption aux interfaces.
Ce cours est constitué de 4 chapitres +1.
1- Les interactions moléculaires et tensions interfaciales
2- Les phénomènes capillaires
3- Les agents de surface
4- L’adsorption
5- Les milieux dispersés.
BIBLIOGRAPHIE:
1- D. Caili et Z. Fullin. Oilfield Chemistry. China University of Petroleum Press. 2018.
2- H. A. Craddock. Oilfield Chemistry and Its Environmental Impact. John Wiley &
Sons Ltd. 2018.
3- V. Fransisco et M. Tavakkoli. Asphaltene Deposition. CRC Press, 2018.
4- K. S. Birdi. Surface Chemistry and Geochemistry of Hydraulic Fracturing. CRC
Press. 2017.
5- D. Veillon, Liaison couche-trou. Éditions Technip. 2001.
6- J. Shaw Duncan. Introduction to colloid and surface Chemistry. Butterworth & Co.
1992
7- J. Briant. Phénomènes d’interface. Agents de surface. Éditions Technip. 1989.
8- R. Cossé. Gisement. Éditions Technip. 1988.
9- D. Perrin, M. Caron, G. Gaillot. Techniques d’exploitation pétrolière. La production
fond. Éditions Technip. 1995.
10- J.P. Nguiyen. Techniques d’exploitation pétrolière. Forage. Éditions Technip.
1993.

Vous aimerez peut-être aussi