Vous êtes sur la page 1sur 6

État

des flux de trésorerie

1- Définition
C’est un état financier qui fournit de l’information sur l’évolution de la trésorerie et des
équivalents de trésorerie de la période. C’est un état dynamique en ce sens qu’il rend compte
des mouvements de liquidité nécessaires aux opérations les plus courantes, de même que de
toutes initiatives d’investissement et de financement.
Il a pour fonction de renseigner les utilisateurs sur les rentrées et les sorties de liquidités au
cours d’un exercice ou au cours d’une période donnée. L’état des flux de trésorerie présente
la trésorerie d’exploitation, d’investissement et de financement d’une entreprise, la variation
nette de liquidité et le rapprochement des liquidités début et de fin d’entreprise.
2- Objectifs :
• Fournir des informations détaillées survenues dans la trésorerie et équivalents de
trésorerie au cours d’un exercice.
• Permettre aux utilisateurs d’évaluer la liquidité, la solvabilité et la flexibilité
financière de l’entreprise.
• Estimer la capacité de l’entreprise de générer des espèces et quasi-espèces suffisantes
pour rembourser ses dettes, investir et effectuer des distributions aux propriétaires.
Cet état financier permet d’éclairer les utilisateurs des états financiers sur les questions
suivantes :
3- Utilité de l’état des flux de trésorerie
Plusieurs raisons expliquent pourquoi l’état des flux de trésorerie fait partie intégrante des
états financiers. Il s’agit principalement d’un état qui sert à la prise de décision et qui aide
les utilisateurs à évaluer :
ü La capacité de l’entreprise de générer des liquidités c’est-à-dire, il permet à
l’entreprise de prévoir les montants, le calendrier et l’éventualité des flux de
trésorerie futurs ;
ü Les liquidités dont l’entreprise a besoin pour financer la croissance de ses actifs
productifs ;
ü Les liquidités dont l’entreprise a besoin pour s’acquitter de ses obligations financières
arrivant à échéance ;

1
ü Les liquidités dont l’entreprise a besoin pour procéder à des distributions aux
propriétaires ;
ü Les montants, les échéances et le degré de certitude des flux de trésorerie futurs.
4- État des flux de trésorerie : élément de réponse aux questions des utilisateurs
• Les liquidités de l’entreprise sont-elles suffisantes pour rembourser les emprunts ?
• Comment est utilisé l’argent généré par l’exploitation courante ?
• Quelle est la proportion du bénéfice net encaissée par l’entreprise ?
• Comment l’entreprise se finance-t-elle ?
• Quels sont les investissements de l’exercice ?
5- La trésorerie et les équivalents de trésorerie : axe central de l’état des flux de trésorerie.
L’état des flux de trésorerie résulte d’une approche à la fois différente et complémentaire de
celle utilisée pour l’état des résultats, le bilan et l’état des capitaux propres. Cette approche
est différente parce que c’est un état qui est axé sur l’évolution de la trésorerie et des
équivalents de trésorerie, principalement composés de l’encaisse, et n’est pas dressé selon
la comptabilité d’exercice. Elle est aussi complémentaire parce que les mouvements qui
surviennent dans les postes du bilan y sont expliqués et tiennent compte de l’information
que fournissent l’état des résultats et l’état des capitaux propres.

En fait, l’état des flux de trésorerie constitue une explication détaillée des encaissements et
des décaissements ayant eu lieu au cours d’une période. Concrètement, cela consiste à
énumérer chacun des éléments ayant modifié à la hausse ou à la baisse la trésorerie et les
équivalents de trésorerie de l’entreprise. En conséquence, l’axe central de la trésorerie est
une application de la relation suivante :
Trésorerie et équivalents de trésorerie début + Augmentation de la trésorerie
et des équivalents de trésorerie – Diminution de la trésorerie et des
équivalents de trésorerie = Trésorerie et équivalents de trésorerie fin





2
6- Trésorerie et équivalents de trésorerie :
a) Trésorerie : composantes
La trésorerie se compose de :
• Fonds de caisse : Argent comptant ou disponible à la banque
• Dépôts à vue : Sommes déposées dans une institution financière et qu’on peut retirer
en tout temps.
• Découvert bancaire : Un découvert bancaire survient lorsque l’entreprise a émis des
chèques d’un montant supérieur au solde de son compte en banque.
Forme de crédit que la banque accepte d’honorer des dépenses au-delà des sommes
qui figurent sur le compte bancaire.
b) Équivalents de trésorerie : composantes
• Placements à court terme (facilement convertible en trésorerie, délai ≤ 3 mois)
• Certificats de dépôts (Titre de créance négociable émis par les établissements de
crédit)
• Bons du trésor (Titre d’emprunt émis par l’État par l’intermédiaire du trésor public,
échéance de moins de 3 mois)
7- Contenu de l’état des flux de trésorerie
Afin de préparer l’état des flux de trésorerie, on classe toutes les opérations ayant influé sur
la trésorerie et sur les équivalents de trésorerie dans l’une des trois catégories d’activités
suivantes :
a) Activités d’exploitation
b) Activités d’investissement
c) Activités de Financement
A) Activités d’exploitation
Flux de trésorerie liés aux produits et aux charges de l’entreprise. On tient compte des
variations de l’actif et du passif à court terme. Elles concernent la production et la vente de
biens, la prestation de services et l’exécution de travaux au cours des opérations courantes,
de nature répétitive et à court terme.
L’effet des opérations liées à l’exploitation est principalement identifiable grâce à l’examen
de l’état des résultats, de l’actif à court terme et du passif à court terme. Les activités
d’exploitation regroupent donc les flux liés à l’activité principale de l’entreprise.

3
FLUX LIÉS AUX ACTIVITÉS D’EXPLOITATION
Catégorie d’activités Augmentation de la trésorerie Diminution de la trésorerie et
et des équivalents de des équivalents de trésorerie
trésorerie
• Sommes reçues des • Sommes versées aux
clients fournisseurs
Activités d’exploitation • Intérêts reçus • Frais de ventes et
• Dividendes reçus d’administration payés
• Salaires payés
• Frais financiers payés
• Impôts payés

B) Activités d’investissement
Flux de trésorerie liés aux actifs à long terme, tels que les immobilisations et les placements
qui ne sont pas des équivalents de trésorerie1. L’investissement a trait aux sommes injectées
ou récupérées dans les investissements durables, opérations caractérisées par des décisions
sporadiques et à long terme.
L’effet des opérations liées à l’investissement est principalement identifiable au moyen de
l’examen des opérations effectuées sur les immobilisations et sur les placements qui ne sont
pas des équivalents de trésorerie. L’objectif est d’indiquer dans quelle mesure des
décaissements ont été faits pour l’acquisition de ressources destinées à générer des produits
et des flux de trésorerie futurs et d’établir la provenance des encaissements découlant de
leur aliénation.
FLUX LIÉS AUX ACTIVITÉS D’INVESTISSEMENT
Catégorie d’activités Augmentation de la trésorerie et Diminution de la trésorerie et
des équivalents de trésorerie des équivalents de trésorerie
Activités d’investissement • Produit de l’aliénation • Valeur d’acquisition
d’immobilisations(vente) d’un actif à LT (achat
• Produit de l’aliénation d’immobilisations)
d’un placement à LT • Valeur d’acquisition
d’un placement LT



1
Les placements qui ne sont pas des équivalents de trésorerie peuvent avoir été classés au bilan dans le court
terme ou dans le long terme.

4
C) Activités de financement
Flux de trésorerie liés aux passifs à long terme et aux capitaux propres. Le financement a
trait aux sommes obtenues ou remboursées par des moyens de financement autres que le
passif à court terme, opérations caractérisées par des décisions sporadiques et à long terme.
L’effet des opérations liées au financement est principalement identifiable au moyen de
l’examen des opérations portant sur le passif à long terme et sur les capitaux propres.
L’objectif est d’indiquer comment le financement à long terme a été contracté et d’aider à
prévoir les sommes qui seront prélevées sur les rentrées de fonds futures de l’entreprise.
FLUX LIÉS AUX ACTIVITÉS DE FINANCEMENT
Catégorie d’activités Augmentation de la trésorerie Diminution de la trésorerie et
et des équivalents de des équivalents de trésorerie
trésorerie
Activités de financement • Emprunt hypothécaire • Remboursement du
• Hypothèque mobilière capital sur un emprunt
• Produit d’émission hypothécaire
d’actions • Retraits du
propriétaire
• Versement de
dividendes

Selon IFRS
L’utilisateur des états financiers d’une entreprise ayant adopté les IFRS constatera que la
présentation de l’état des flux de trésorerie est essentiellement la même que celle d’une
entreprise à capital fermé. Toutefois, les IFRS utilisent l’expression « activités
opérationnelles » au lieu « d’activités d’exploitation »

8- Opérations d’investissement et de financement sans effet sur la trésorerie.
Certaines opérations d’investissement ou de financement survenues au cours d’un exercice
peuvent ne pas avoir eu d’effet sur les flux de trésorerie. Comme ces opérations n’ont pas
entraîné de mouvements de trésorerie ou d’équivalents de trésorerie, on doit les exclure de l’état
des flux de trésorerie2.
• Acquisition d’actifs en échange d’autres actifs
• Acquisition d’actifs financés par l’émission d’actions
• Dividendes en actions, fractionnement ou regroupement d’actions
• Radiation d’immobilisations entièrement amorties
• Conversion d’actions privilégiées en actions ordinaires

2
Les opérations sans effet sur la trésorerie seront mentionnées ailleurs dans les états financiers, dans les notes
complémentaires.

5
• Biens reçus à titre gratuit.
• Remboursement d’emprunt moyennant une émission d’action
• Achat d’actif à long terme découlant d’une opération de la location acquisition
• Échanges non monétaires

Vous aimerez peut-être aussi