Vous êtes sur la page 1sur 11

Chapitre 1 ELTAIEF Maher & BEN NEJMA Manel

Introduction à la RDM

I. But de la résistance des matériaux :

La résistance des matériaux (RDM) a pour buts :

 La connaissance des caractéristiques mécaniques des matériaux telles que :


- La résistance à la limite élastique : Re
- La résistance à la rupture : Rr
- Le module d'élasticité : E etc.
 L'étude de la résistance des pièces (les pièces supportent-elles les efforts qui leurs
sont appliquées en toute sécurité ?).
 L'étude de la déformation des pièces.
 L’étude des actions intérieures qui s’exercent dans une pièce mécanique.
 De déterminer les dimensions d’une pièce ou de vérifier qu’une pièce de dimension
donnée est acceptable.

II. Hypothèses générales :

II.1. Hypothèses sur les matériaux :

 Continuité : les matériaux sont constitués de grains dont les distances


intermoléculaires sont petites (de qqn A°) devant les plus petites dimensions que nous
aurons à utiliser. Nous considérons donc que la matière est continue.
 Homogénéité : on admettra que tous les éléments du matériau, aussi petits soient-
ils, ont une structure identique.
 Isotropie : On admettra qu'en tout point et dans toutes les directions autour de ce
point, les matériaux possèdent les mêmes propriétés mécaniques.

II.2. Hypothèses sur les poutres :

On appelle poutre (E) un solide engendré par une surface dont le centre de gravité G
décrit une courbe plane appelée ligne moyenne.

Une poutre est droite si la ligne moyenne est une droite.

Une poutre est caractérisée par :

 La section S est constante (ou à faible variation et reste perpendiculaire à la ligne


moyenne)

A.U 2017-2018 ELTAIEF Maher & BEN NEJMA Manel Page 1


ISET De Sousse Génie Mécanique L1S1

 La poutre possède un plan de symétrie.


 La longueur de la poutre est supérieure à 10 fois la plus grande dimension de la
section.

II.3. Hypothèses sur les forces extérieures :

Les forces extérieures sont situées dans le plan de symétrie de la poutre ou disposées
symétriquement par rapport à ce plan.

Plan de symétrie

On ne peut pas remplacer un système de forces par un autre équivalent.

II.4. Hypothèses sur les déformations :

 Hypothèse de Navier et Bernoulli : Les sections planes et normales à la ligne


moyenne restent planes et normales à celle-ci après déformation.

A.U 2017-2018 ELTAIEF Maher & BEN NEJMA Manel Page 2


ISET De Sousse Génie Mécanique L1S1

Section plane et droite

 Hypothèse de Barré de Saint Venant : Dans les zones éloignées des points
d’application de charges, les effets mécaniques (contrainte et déformation) sont
indépendants du mode d’application.

III. Efforts extérieurs et efforts de cohésion :

III.1.Etude de l'équilibre de la poutre :

La poutre (E) est soumise en générale à :

 des actions à distance (par exemple son poids propre).


 des actions de contact avec le milieu extérieur (par exemple actions mécaniques de
liaison avec le milieu extérieur).

L'ensemble des actions mécanique de l'extérieure ( E ) sur la poutre (E) qu'il s'agisse de

forces concentrées ou réparties sera désigné par : torseur des forces extérieures de ( E ) sur

(E) et noté par  E / E G

A.U 2017-2018 ELTAIEF Maher & BEN NEJMA Manel Page 3


ISET De Sousse Génie Mécanique L1S1

L'équilibre de (E) se traduira par :  E / E   0


G G (1)

En tout point et en particulier en O origine du repère (R0) la relation (1) entraîne que :

R (E / E)  0

M (E / E) / O  0 (2)

Avec : R ( E / E ) : est la résultante des actions mécanique extérieures de E / E .

M ( E / E ) / O : est le moment résultant au point O des actions mécaniques extérieures de

E/E.

III.2.Etude de l'équilibre du tronçon (1) :

Le tronçon (1) de la poutre (E) est soumis à un système de forces extérieures qui
comporte :

 Les actions mécaniques du milieu extérieur E / 1 par exemple la pesanteur et les

 
actions des liaisons. Notons  E / 1 G le torseur associé à ces actions mécaniques au point

G.
 les actions de 2/1 à travers la section (S). Ces actions inconnues à priori, sont des
forces extérieures pour le tronçon (1) mais intérieures pour la poutre (E). La connaissance
de ces forces intérieures de cohésion et leur répartition constitue l'un des buts de la RDM.

Notons par  coh G le torseur de cohésion associé à ces actions au point G.

 
L'équilibre de (1) se traduit par :  E / 1 G +  coh G = 0G (3)

 
On appellera  E / 1 G le torseur gauche et on le note par  gch  G
 
et  E / 2 G le torseur

droit et on le note  drt G .

Dans le but de simplifier l'écriture des équations que nous rencontrerons

ultérieurement, nous conviendrons de désigner seulement par R et M G les éléments de

réduction du torseur des forces de cohésion dans la poutre que le tronçon (2) exerce sur le
tronçon 1.

R et M G sont en fonction de l'abscisse x du centre de gravité G de la section de cohésion


ou de coupure.

A.U 2017-2018 ELTAIEF Maher & BEN NEJMA Manel Page 4


ISET De Sousse Génie Mécanique L1S1

La relation (3) entraîne alors que :

R  R E / 1

M G   M E / 1 / G

Remarque :
La poutre (E) est composée de (1)  (2) d’où :

 E / 1 +  E / 2 = 0
G G G donc  coh G = -  E / 1G 
=+ E/2 
G

 coh G = -  gaucheG = +  drt G

R  R E / 1  R E / 2 et M G   M E / 1 / G  M E / 2  / G

III.3.Composantes des efforts de cohésions du  coh G

A.U 2017-2018 ELTAIEF Maher & BEN NEJMA Manel Page 5


ISET De Sousse Génie Mécanique L1S1

IV. Définition des sollicitations simples :

La sollicitation est dite simple lorsque le torseur associé aux efforts de cohésion se
réduit à un élément non nul. Les différentes sollicitations simples sont données dans le
tableau suivant :

Schéma Elément de réduction sollicitation

N 0 Mt  0
Extension simple si N>0
N T 0 Mf 0 compression simple si N<0

T N 0 Mt  0
T 0 Mf 0 Cisaillement simple

N 0 Mt  0
Mt
T 0 Mf 0 Torsion simple

Mfy
N 0 Mt  0
T 0 Mf 0 Flexion pure
Mfz

T
N 0 Mt  0
T 0 Mf 0 Flexion simple
Mf

A.U 2017-2018 ELTAIEF Maher & BEN NEJMA Manel Page 6


ISET De Sousse Génie Mécanique L1S1

V. Contraintes :

V.1. Définition :

Les efforts de cohésion sont des actions mécaniques que le tronçon (2) exerce sur le
tronçon (1). Ces actions sont réparties en tout point de la section (S).

df
Par définition, on appelle contrainte : lim  CM
ds0 dS

V.2. Unité :

Dans le système légal, l'unité est le pascal (Pa) ; 1 Pa = 1 N/m2

On utilisera le plus souvent son multiple ; le méga pascal (MPa) 1MPa=l06 Pa =1N/mm2

On rappelle que 1 MPa = 10 bars

V.3. Contrainte normale et contrainte tangentielle :

 Contrainte normale :

On appelle contrainte normale σ (sigma), la composante de la contrainte sur la normale


à la section (flexion, traction…).

 Contrainte tangentielle :

On appelle contrainte tangentielle τ (tau), la composante de la contrainte sur le plan de


l'élément de section (cisaillement, torsion…).

A.U 2017-2018 ELTAIEF Maher & BEN NEJMA Manel Page 7


ISET De Sousse Génie Mécanique L1S1

Exercices d’application
Exercice 1 :

Pour chacune des structures suivantes :

 Déterminer les efforts de liaison.


 Déterminer le torseur de cohésion le long de la poutre.
 Tracer les diagrammes des efforts intérieurs.

Dans le cas des structures hyperstatiques, déterminer tout en fonctions des inconnues
hyperstatiques choisies.

Exercice 2 : (Extrait du DS Novembre 2016)

Considérons l’équilibre du levier (3), toute en adoptant les hypothèses suivantes (figure
1) :

 Masse de levier négligeable.


 Le levier est assimilé à une poutre de section droite circulaire.
 Levier en acier tel que : Re = 235 MPa et E = 200000 MPa.

A.U 2017-2018 ELTAIEF Maher & BEN NEJMA Manel Page 8


ISET De Sousse Génie Mécanique L1S1

Les efforts extérieurs appliqués sur le levier sont modélisés par les torseurs suivants :
(tous les efforts sont en N).

127 .4 0  127 .4 0  0 0
 4 / 3    350 0 ;  7 / 3    500 0 ;  10 / 3    150
 
0

 0 0  0 0 B  0 0 A
 C  

Avec CA=250 mm et CB = 75 mm.

1. Déterminer la répartition des efforts de cohésions le long du levier (3) ?


2. Tracer les diagrammes représentants la variation de ces efforts en fonction de
la longueur ?
3. Déduire la section la plus sollicitée et la nature des sollicitations appliquées sur
le levier (3).

Exercice 3 : (Extrait du DS Novembre 2007)

La potence de levage décrite sur la figure 2 peut étre modélisée, dans le cas de son
chargement le plus défavorable, par une poutre coudée de section carré de cote a=30mm
et de module de Young E=210 GPa, encastrée en O dans le sol et soumise, à son extrémité
B à la charge maximale d’une valeur P = 2100 N comme l’indique la figure 3.

1. Caractériser et déterminer les efforts de la liaison encastrement au point O ?


2. Déterminer le torseur de cohésion le long de la poutre OAB en précisant la
nature de la sollicitation dans chaque branche ?
3. Représenter les diagrammes des efforts de cohésion le long de la poutre OAB ?

A.U 2017-2018 ELTAIEF Maher & BEN NEJMA Manel Page 9


ISET De Sousse Génie Mécanique L1S1

A.U 2017-2018 ELTAIEF Maher & BEN NEJMA Manel Page 10


A.U 2017-2018 ELTAIEF Maher & BEN NEJMA Manel Page 11

Vous aimerez peut-être aussi