Vous êtes sur la page 1sur 1

Contexte 

Les entreprises ont un rôle important à jouer dans la préservation des valeurs par la
mise en place d’un programme de responsabilité sociale des entreprises et par son
intégration a toutes les pratiques de l’entreprise en général et à la stratégie global en
particulier ; la prise en compte de bon fonctionnement de l’environnement interne, de
l’aspect social et de bien être des salaries dans l’entreprise constituent la première
forme de responsabilité sociale de l’entreprise.
Il est bien clair qu’aujourd’hui, les entreprises ont pris conscience de la place
qu’occupent les ressources humaines dans toutes organisation, car elle constituent son
fil conducteur vers la performances, c’est pour cela que la première mission d’une
entreprise qui veut jouer sur le terrain du développement durable et de la RSE doit
d’abord être responsable vis-à-vis de son environnement interne avant s’intéressé a
l’environnement externe, la RSE tend donc à définir les responsabilités des entreprises
vis-à-vis des parties prenantes a travers un bon nombre d’outils de GRH, cette dernier
doit donc permettre à l’entreprise de répondre à des attentes diverses de la société
sur des questions d’éthique et de responsabilité.

Une direction des RH et un management socialement responsable se reflètent dans


plusieurs pratiques telles que l’amélioration de l’information dans l’entreprise, la prise
en compte de la capacité d’insertion professionnelle, la responsabilisation du
personnel, l’application du principe d’égalité pour les rémunérations entre hommes
femmes, la mobilité, le souci de l’employabilité des salariés et donc leur formation
permanente, la diversité des ressources humaines.

la GRH socialement responsable


La première approche considère, la GRH comme un constituant de la RSE qui favorise la mise en
place de cette dernière au sein de l’organisation.

Selon la seconde, la RSE est perçue comme un aspect de la GRH qui permet un véritable mangement
RH, et qui se traduit par des accomplissements effectifs, à savoir la mise en valeur du recrutement, le
développement de la formation, etc. Dans ce cas, la RSE assure la promotion d’un mangement RH «
responsable », dès lors qu’elle mène des actions responsables au profit des salariés de l’entreprise.

Enfin, la troisième approche est d’envisager une dépendance entre la RSE et la gestion des
ressources humaines. Ces deux variables sont susceptibles d’être examinées et identifiées comme si
elles relèvent de la même situation ou le même ensemble.

De cette façon, il est évident de valider une corrélation entre RSE et GRH, étant donné, d’une part la
présence d’une panoplie d’acteurs, tels que les salariés, l’employeur, les syndicats, etc., ayant des
intérêts divers et variés qu’il faut prendre en considération. D’autre part, par ce qu’elles se croisent
et tendent vers la même finalité : Estimer le bien – être social et la performance globale comme les
deux faces d’une même pièce.

Vous aimerez peut-être aussi