Vous êtes sur la page 1sur 3

PLAN

-Partie 1 : situation de la logistique au Marockkl


} la logistique permet une meilleure optimisation des ressources et la réduction des
coûts. Pour le Maroc, les principaux maillons de la logistique du commerce
concernent, en amont, l’achat de matières premières, le transport international, le
passage de frontière, la gestion documentaire, le dédouanement, le transport local et
la gestion des stocks.
} En aval, ces maillons concernent le traitement des commandes par l’entreprise
étrangère, les expéditions, le transport international (y compris le transit au Maroc)
et la gestion des stocks de produits finis.

} Le coût de la logistique au Maroc ( logistique interne)

-Selon les estimations du Ministère de l’Equipement et du Transport et de la banque


mondiale, les coûts totaux de la logistique au Maroc se sont élevés à environ 20% du
PIB en 2006. Ce ratio est supérieur à celui des pays de l’Union Européenne y compris
ceux qui l’ont intégré en 2004 dont le ratio se situe entre 10 et 16%.
-Selon le Ministère du Commerce et de l’Industrie, les coûts logistiques représentent
la moitié aux deux tiers du coût du travail au Maroc. Leur part dans la valeur ajoutée
totale créée varie, suivant les secteurs, entre 25% et 60%.

Logistique externe

 Le Maroc dispose de 33 ports, dont 12 ouverts au commerce extérieur, réalisant un


trafic annuel de près de 92.3 millions de tonnes en 2012. Les ports de Casablanca,
Jorf Lasfar et Mohammedia s’accaparent à eux seuls 78% du trafic portuaire national.

Partie 2: le défi de la logistique marocaine

} Pour un pays dont l’avantage est principalement lié à la situation géographique qui
facilite l’exportation la logistique doit absolument permettre « de réduire les coûts de
transaction et améliorer l’efficacité des échanges internationaux. » Car pour le
moment « les coûts logistiques totaux représentent au minimum 25% de la valeur
ajoutée créée au Maroc mais ils peuvent atteindre 60%. »
} Les entreprises marocaines doivent donc prendre en compte les contraintes de
temps, de qualité ou encore de fiabilité pour s’imposer sur le marché international.

} Les défis à relever:

Les contraintes liées à ce nouvel environnement peuvent être regroupées en trois défis.

Les clients et les consommateurs sont toujours plus exigeants : aujourd’hui, les clients
demandent une disponibilité accrue des produits et des services, avec des possibilités de
choix toujours plus variées et plus personnalisées. Les zones monétaires unifiées – dont celle
de l’euro – et l’Internet permettent à ces clients une identification plus facile des
fournisseurs les plus performants. Les clients les plus importants deviennent un des maillons
clés de la chaîne. Dans ce monde du « client roi », la gestion de la complexité et de la
diversité devient la réalité et le challenge.
La compétition se fait plus agressive et plus globale : la présence de compétiteurs à bas coûts
en provenance des pays nouvellement industrialisés, dans un contexte de disparition des
barrières douanières, est une menace pour presque tous les secteurs. La convergence entre
les différents secteurs et le nombre croissant de fusions et d’acquisitions entre les acteurs
majeurs du marché redessinent le visage de la concurrence, tant au niveau global que local.
Les cycles de vie produits deviennent toujours plus courts : la concurrence exacerbée force
les entreprises à mettre sur le marché leurs nouveaux produits à un rythme accéléré. Une
pression renforcée sur l’ensemble du processus – depuis la conception jusqu’à la livraison
physique des produits et la fourniture des services au client – s’exerce pour réduire les coûts
et livrer plus efficacement.

Partie 3: Nouvelle stratégie logistique

Une stratégie ambitieuse à l’horizon 2030, pour


développer la compétitivité logistique du Royaume
Les besoins croissants des stratégies économiques proactives adoptées par le royaume,
l’ambition pour l’attrait d’investissements créateurs de valeur ajoutée et d’emploi ainsi
que la volonté d’améliorer l’intégration du Maroc au commerce régional et mondial
représentent les principaux enjeux qui ont imposé le développement du secteur de la
logistique comme levier d’importance vitale pour la compétitivité de l’économie
marocaine.

Dans ce cadre, en actant la stratégie de développement de la compétitivité logistique du


Maroc en Avril 2010, le royaume a adopté un chantier volontariste et une démarche
unique dans la région, formalisant l’engagement de l’ensemble des acteurs concernés à
une participation active, qui ambitionne d’atteindre trois principaux objectifs.
La stratégie logistique marocaine prévoit la mise en œuvre de chantiers multiples
regroupés selon cinq axes :

Vous aimerez peut-être aussi