Vous êtes sur la page 1sur 3

OUAPI permet l’inventaire des matériels, périphériques, logiciels, équipements réseaux, fac

ures, contrats et utilisateurs d’un parc informatique.


Le logiciel gère également :
• Les licences logicielles, permettant une visualisation rapide des licences utili
sées/restantes pour chaque logiciel ;
• Les réservations de matériel au sein d’un planning ;
• Les groupes d’utilisateurs, pour un accès personnalisé à OUAPI suivant les droits o
;
• Les exports de toutes ces informations sous Excel ;
• OCS Inventory, dont on peut récupérer facilement le contenu ;
• L’annuaire LDAP d’où l’on peut récupérer les utilisateurs ;
• L’archivage PDF des factures et contrats pour une consultation aisée.
OUAPI fait partie de l’univers surchargé des logiciels de gestion de parc informatiq
ue. Néanmoins, le choix pléthorique porte essentiellement sur des logiciels commerci
aux (Gimi, Altiris, ...) même si le plus connu est gratuit, il s’agit de GLPI. Toute
fois, là où GLPI joue la carte de l’exhaustivité, OUAPI joue la carte de la simplicité. La
différence de philosophie entre ces deux logiciels est flagrante : d’un coté un logic
iel qui peut à peu près tout faire en matière de gestion d’inventaire / d’incidents / de c
onfiguration matériel au prix d’une certaine complexité. Et d’un autre un logiciel se li
mitant aux fonctions de base dans une interface simplissime.
Au final, OUAPI est un « logiciel » facile d’accès et plaisant pour qui a des besoins ba
siques pour gérer son parc informatique. Le manque volontaire de fonctionnalités pou
rra néanmoins en diriger certains vers GLPI qui propose un plus grand éventail de fo
nctions et plugins et une plus grande communauté de développeurs. N’étant pas un « logicie
l » au sens littéral, il nécessite en outre des serveurs Apache et MySQL pour fonction
ner. De plus, la gestion OCS est incomplète : seules les informations « basiques » (nu
méro de série, nom, IP, ...) sont relevées, le logiciel ne gère pas les configurations (
processeur, mémoire, ...). Cependant, n’est-ce pas là le but recherché : garder le logic
iel simple quitte à sacrifier quelques fonctionnalités ? Dans ce cas là, OUAPI est une
vraie réussite !

- Altiris est aujourd hui le seul éditeur à proposer une infrastructure unique avec
une vraie CMDB (référentiel unique des éléments de configuration) associée à une offre modu
aire de solutions pour la gestion du cycle de vie des actifs informatique, l aut
omatisation des opérations et le renforcement de la sécurité. Altiris dispose, qui plu
s est, de nombreuses d alliances stratégiques avec hp, Dell, IBM, Fujitsu Siemens
Computers, Cisco, Microsoft, Philips, Intel, etc. Altiris est aujourd hui le sta
ndard de facto par exemple pour le déploiement industriel des Serveurs et des PC.
Les solutions Altiris couvrent des domaines aussi variés que la télédistribution, l in
ventaire, la gestion des actifs, le servicedesk, le clonage, la migration (vers
Vista par exemple en ce moment), la virtualisation logiciel, la gestion des serv
eurs, des clients légers, des pdas, le patch management, la gestion des comptes lo
caux, la sécurité des PC et des laptops, l audit et le contrôle de conformité, la gestio
n des services IT, l administration temps réel, la prise de contrôle à distance, etc.
- D un autre côté GIMI est un petit éditeur qui limite son champ d action à l inventaire
, le helpdesk et la gestion de parc. L intégration avec d autres solutions est très
délicate. Ce choix aujourd hui semble à l encontre de la tendance du marché et du choi
x des responsables informatiques qui cherchent à réduire les coûts et améliorer la quali
té de services par une meilleure intégration et interopérabilité du système d information.
- Enfin, puisqu on parle de Landesk, cette société a été rachetée l année dernière par un c
tructeur de matériel informatique du nom de Avocent et il est difficile pour le cl
ient de voir la synergie à terme de cette acquisition. Le premier effet négatif est
que, désormais côté en bourse, Landesk ne peut plus faire n importe quoi sur les prix,
et devient aligné sur le prix de ses concurrents (voire plus cher). Le champ fonc
tionnel de l offre Landesk étant moins étendu que celui d Altiris, ils doivent souve
nt s appuyer sur des solutions Altiris, par exemple pour le packaging d applicat
ions (Altiris-Wise) ou la virtualisation logiciel (SVS) etc.

Je ne suis pas convaincu qu Altiris et meilleur que LANDEsk car il faut savoir q
ue l offre d Altiris fait suite à l intégration de plusieurs produit ce que ce tradu
it par une infrastrucutre trés lourde à mettre en oeuvre ainsi qu une interface uniq
uement Web plulôt limité.
De plus, LANDesk intégré aujourd hui une CMDB via son offre de service Desk. D un po
itn de vue secuity l offre de LANDesk couvre beaucoup de fonctionaliés (PAtch, ant
i-spyware, gerstino des periphériques (usb, bluetootk, wifi, cd, DVDV, ect), appli
cations interdites, contrôle d accés, mise à jour des antivirus avec en prime l intégrat
ion d un cicuit de vildation via Process Maanger fournit en version light dans s
ecuirty Suite.
Cocnernant le packaging landesk s appui sur InstallShield et non Wise et pour la
virtualisation landesk à une offre proprietaire LANDesk virtualzation.
Par contre Altiris s appui maintenant sur Ghost, Pcanywere pour la gestion des i
mages et la prise de contrôle., bonjour l intégration.

Pour ma part je bosse quotidiennement depuis 5 ans sur Isiparc de l éditeur Isilog
. Ils proposent une version "lourde" , et une version web de leur logiciel. Nous
sommes sur la version lourde, mais l éditeur ne la fait plus évoluer depuis 2-3 ans
(sauf correction de bugs), et privilégie le développement de la version web. Je ne
connais pas trop la version web, mais pour l avoir fait tourner rapidement, l in
terface n a absolument rien à voir. Si l éditeur décide d abandonner la version lourde
(ça en prend le chemin), il y aura toutes les raisons de regarder ce qui se fait
ailleurs.
Dans ma boîte, nous avons acquis, bien avant que j arrive, deux modules :
- Isiparc, pour la gestion des biens informatiques. Gestion classique des références
matérielles et logiciels, affectations, interventions, et contrats
- Isiscan, pour l inventaire automatisé des matériels et logiciels.
Nous n avons pas pris les modules helpdesk, gestion des stocks ou autres. Il n e
xiste pas à ma connaissance de module de déploiement logiciel.
Pour entrer dans le vif du sujet, le gros point noir d Isiparc (client lourd) :
l interface ! Très difficile de rentrer dedans, le logiciel n est vraiment pas int
uitif, très loin des standards Windows, look milieu des années 90... J ai bien mis d
eux ans à le maîtriser. Mais maintenant que je le connais par coeur, je peux dire qu
il tient plutôt bien la route. Mes collègues par contre ne l utilisent que très peu,
et je comprends leur appréhension..
Isiparc fait plutôt bien ce qu on lui demande, il est stable. Mais en terme d effi
cacité d utilisation, il y a encore du boulot. Ce qui me gêne, c est que l éditeur ne
fait aucun effort dans ce sens. Son client lourd est d une autre époque..
Isiscan , le module d inventaire : oulala, je vais encore être très méchant ! C est pa
s possible de pondre un truc aussi hermétique ! C est incompréhensible sans formatio
n préalable, le workflow est imbitable, et l interface antiproductive au possible.
L agent de scan semble dater de la grande époque de Windows 98, et pleins d infos
ne sont tout bonnement pas remontées des postes. Mais, à ma grande surprise, ça march
e quand même ! Incroyable !
Un mot sur Isiparc version Web : elle ne comprend encore qu une partie des fonct
ionnalités du client lourd. Je l ai vu tourner, et ça ne me donne vraiment pas envie
! C est pas beau ! Messieurs les dévelopeurs d Isilog, essayez de soigner les int
erfaces, c est important pour les pauvres utilisateurs que nous sommes !!
Donc en résumé, Isiparc:
- ça marche, oui ça marche, et c est plutôt stable.
- la maîtrise de l interface, d un autre âge, est un défi à relever (pas forcément passion
nant, je vous l accorde). Dommage, elle ne vous récompensera pas en retour par une
grande efficacité.
- le support Isilog est bon et réactif en tout cas, rien à dire la dessus.
- au niveau du développement je suis bien plus critique, vous l aurez compris.
Isilog est trop lourd
Et malheureusement, comme l ensemble des personnes le disent, il n y a pas assez
de comparatif entre les outils du marché.
Alors c est souvent difficile de choisir entre payant, gratuit, usine a gaz (cli
ent lourd) et version full web.
Pour moi le plus important c est quand même l inventaire automati

Vous aimerez peut-être aussi