Vous êtes sur la page 1sur 17

Exercices résolus de mathématiques.

ALG 32
EXALG320 – EXALG329

http://www.matheux.c.la

Jacques Collot
Benoit Baudelet – Steve Tumson

Novembre 08

www.matheux.c.la - ALG 32 - 1 -
EXALG320 – FACS, ULB, Bruxelles, juillet 2008.
   

x  1  
x  1 
Résoudre dans l'équation 4 3
x  2
3 2
 22 x1

 1  1
 x   x 
4 x  3 2
 3 2
 22 x 1
22 x 1
 22 x   3x 3  3x
2 3
 
3 2x  1 
 22 x  3  3  
2  3
2x
 2  4 2
  
 3 33
2x
 2  8
  
 3 3 3
2x 3
 2   2 
   
 3  3
 2x  3
3
 x
2

10 novembre 08. Modifié le 2 juillet 2009 (Benoit Baudelet)

www.matheux.c.la - ALG 32 - 2 -
EXALG321 – FACS, ULB, Bruxelles, juillet 2008.
Si  est une racine cubique non réelle de l'unité alors

a) Démontrer que  2    1  0
 
b) En déduire que l'expression  2    1 1     2 est indépendante de . 

a)
Si  est une racine cubique de 1, alors  est solution de x 3  1  0 qui se factorise selon
 x  1  x 2  x  1  0
Le premier facteur a pour solution x  1 qui est réel
Le deuxième facteur est une équation du second degré dont le discriminant est négatif.
Il admet donc deux racines complexes :  et son conjugué .
Ces racines complexes sont bien des racines cubique de l'unité.
Donc :     1  0
2

b)
Il suffit de faire apparaître la relation précédente :
  2 2
 2

  1 1   
2
   2
   1  2      1  2 
 0  0 
  2  2  2
  4 
1
3
4

10 novembre 2008

www.matheux.c.la - ALG 32 - 3 -
EXALG322 – FACS, ULB, Bruxelles, juillet 2008..
3
Résoudre dans , en discutant en fonction du paramètre réel m, le système
10m  7  x  3 y  7  m z  6m

  2m  1 x  y  2 z  2m m  

   2  m  x  my   m  1 z  1 m 2
Indiquer un résumé final de la discussion de ce système

Calculons les 
10m  7 3 7m 10m  7 3 7m 10m  7 3 7  m
 2m  1 1 2 L3  L2  L3
  2m  1 1 2   m  1 2m  1 1
 2
  2  m  m   m  1 m  1 m  1 m  1 1 1 1
C1 C1 C 2 10m  10 3 4  m
5 4m
C3 C3  C 2
   m  1 2m  2 1 1  2  m  1 m  1  2  m  1 m  1
2

1 1
0 1 0

6m 3 7m 0 0 7m


2m 1
 x  2m 1 2 L1  L1 3 L2
  2m 1 2  1  m 
1 m
2
m
1 m m   m  1 1 m m   m  1
2 2


 1  m  2m  1  m
2 2
  1  m  1  m   1  m 
2 2
1  m 

10m  7 6m 7m


 y  2m  1 2 m 2
  2  m 1 m   m  1
2

Pour factoriser ce déterminant, il est plus simple de l'effectuer.


On obtient une équation de degré 4 :  x  2m  3m  9m  3m  7
4 3 2

On remarque que ce polynôme est nul pour m  1 et m  1.


Il suffit donc d'appliquer Horner deux fois :
43 2 1 0
23 9 3 7
2
1
2
1 10 7
1 10 7 0 
  x   m  1 m  1 2m  3m  7
2

1 2 3 7
2 3 7 0

www.matheux.c.la - ALG 32 - 4 -
10m  7 3 6m 10m  7 3 6m 10m  7 3 6m
 z  2m  1 1 2m  L3  L3  L2
 2m  1 1 2m   m  1 2m  1 1 2m
  2  m m 1 m2 m 1 m 1  m  1
2
1 1 m 1

10m  7 3 6m 10m  7 3 6m


L2  L2  L3
   m  1 2m  2 0 m  1   m  1 m  1 2 0 1
1 1 m 1 1 1 m 1
10m  10 3 6m 5m  5 3 6m
  m  1 m  1
C1 C1 C 2
 2 0 1  2  m  1 m  1 1 0 1
0 1 m 1 0 1 m 1
5m  5 0 3m  3 5 0 3
L1  L1  3 L3
  2  m  1 m  1 1  2  m  1 m  1 1 0 1
2
1 0
0 1 m 1 0 1 m 1
 4  m  1 m  1
2

Discussion
17 x  3 y  6 z  6

1er cas : m  1: Le système devient 3x  y  2 z  2
3x  y  2 z  2

17 x  3 y  6 z  6 17 x  3 y  6  6 z  x  0
  
3x  y  2 z  2 3x  y  2  2 z  y  2  2z
Système simplement indéterminé

3x  3 y  10 z  6

2ème cas : m  1: Le système devient  x  y  2 z  2
 x  y  2

3x  3 y  6
 x   y  2
  x  y  2   Système simplement indéterminé
z  0 z  0

Dans les autres cas


1  m  1  m 
2
1 m
x  x
2  m  1 m  1
2
2  m  1

 m  1 m  1  2m 2  3m  7  2m  3m  7
2
y  y
2  m  1 m  1
2
2  m  1

4  m  1 m  1
2

z  z  2
2  m  1 m  1
2

Le 14 novembre 2008

www.matheux.c.la - ALG 32 - 5 -
EXALG323 – FACS, ULB, Bruxelles, juillet 2008..

Déterminer les valeurs réelles des paramètres a, b, c pour lesquelles


a4 a 1 a 3 b3 c3
b4 b 1  a 2 b2 c2
c4 c 1 1 1 1

Soit A le premier déterminant et B le deuxième


a4 a 1 L2  L2  L1
L3  L3  L1
a4 a 1
 b  a  b  a   b 2  a 2  ba
A  b4 b 1   b4  a4 ba 0 
c
4
c 1 c a
4 4
ca 0  c  a  c  a   c 2  a 2  ca

b  a  b 2  a 2 
 
1
  b  a  c  a    b  a  c  a  b  ab  a b  a  c  ac  a c  a
3 2 2 3 3 2 2 3

c  a c 2  a 2  1


  b  a  c  a  b  c  a  b  c   a b  c
3 3 2
 2 2

  b  a  c  a    b  c   b  bc  c a  b  c   a  b  c b  c  
2 2 2


  b  a  c  a  b  c  b 2  c 2  a 2  bc  ab  ac 
3 3 3 3
b a3 3
c  a3
3

 b  a   b 2  ba  a 2   c  a   c 2  ca  a 2 
a b c C 2 C 2 C1 a
C3 C3 C1
B  a2 b2 c  a 2
2
b2  a2 c2  a2 
1 1 1 1 0 0  b  a  b  a   c  a  c  a 

  b  a  c  a  b  ba  a c  ca  a
2 2 2 2

ba ca


  b  a  c  a  b 2c  abc  a 2 c  ab 2  a 2b  a 3  bc 2  ab c  a 2b  ac 2  a 2 c  a 3 
 
  b  a  c  a  b 2c  ab 2  bc 2  ac 2   b  a   cb  b  c   a  b  c  b  c  
  b  a  c  a  b  c  cb  ab  ac 

Donc A  B, si
1) a  b
2) a  c
3) b  c
4) ou encore si : b  bc  c  ab  ac  cb  ab  ac
2 2

 b  c  0 qui n'est vrai que si b  c  0


2 2

Le 14 novembre 2008

www.matheux.c.la - ALG 32 - 6 -
EXALG324 – FACS, ULB, Bruxelles, septembre 2008.

Déterminer a, b, c  pour que le polynôme P  x   ax 5  bx 4  cx 3 1 soit divisible par


 x 1
3
. Indiquer le quotient de cette division.

On a alors :
P  x   ax 5  bx 4  cx 3  1   x  1 mx 2  px  r
3
 
qui doit être égal à :
P  x    x  1 mx  px  r
3
 2


 x  3 x  3 x  1 mx  px  r
3 2
 2

On effectue.
P  x   mx   3m  p  x   3m  3 p  r  x    m  3 p  3r  x    p  3r  x  r
5 4 3 2

Par identification, on obtient le système :


m  a a  6
3m  p  b b  3m  p  18  3  15
 
3m  3 p  r  c c  18  9  1  10
 
m  3 p  3r  0 m  3 p  3r  9  3  6
 p  3r  0  p  3
 
r  1  r  1
Conclusion :
P  x   6 x  15 x  10 x  1   x  1 6 x  3 x  1
5 4 3 3
 2

Le 14 novembre 2008

www.matheux.c.la - ALG 32 - 7 -
EXALG325 – FACS, ULB, Bruxelles, septembre 2008.
Déterminer toutes les valeurs réelles du paramètre m pour lesquelles la matrice.
 m  1 m 1 m2 1
 
A   m 2  m m2  est inversible.
 m  2 m 1 m 
 
Calculer l'inverse de cette matrice dans le cas où m  0

Pour que la matrice soit inversible, il faut et il suffit que son déterminant soit nul.
m  1 m  1 m2  1 1 1 1
L1  L1  L2
det A  m 2  m m2   m 2  m m2
m  2 m 1 m m  2 m 1 m
L2  L2  L1
1 0 0
L3  L3  L1
  m 2  m  m  4m  4  3m 2  3m  3m 2  m  4
2

m  2 3 2m  2
m  1
Cette équation a pour solutions :  4
m
 3
 4
Conclusion : La matrice est inversible pour m  \ 1; 
 3

www.matheux.c.la - ALG 32 - 8 -
Inversion
 1 1 1
Soit m  0  A   0 2 0 
 2 1 0 
 
1 1 1
1. Calcul du déterminant det A  0 2 0  4
2 1 0
2. Calcul de la matrice adjointe : L'adjointe est la transposée de la matrice obtenue en
remplaçant, dans A, chaque élément par son cofacteur.
Le cofacteur de l'élément aij de la matrice A est le produit du mineur M ij de aij par le
facteur  1
i j
.
Le mineur de l'élément aij de la matrice A est le déterminant de la matrice obtenue en
supprimant la ligne et la colonne de aij dans A.
t 0 0 4 0 1 2
adj A  1 2 1  0 2 0
2 0 2 4 1 2
3. Calcul de l'inverse :
 1 1
 0 4 2
adj A  1 
 0 0
1
A 
det A  2 
 1 1
 1  
 4 2

www.matheux.c.la - ALG 32 - 9 -
Inversion : Méthode de la matrice compagnon
 1 1 1
Soit m  0  A   0 2 0 
 
 2 1 0 
On construit le tableau suivant
Colonne 1  Description de l'opération
Colonne  2   Numéro de la ligne
Colonne  3  Matrice A
Colonne  4   Matrice inverse
Colonne  5   Contrôle des opérations : somme de la ligne

1  2  3  4 5
1 1 1 1 1 0 0 0
2 0 2 0 0 1 0 3
3 2 1 0 0 0 1 2
L4  L1 4 1 1 1 1 0 0 0
1 1 3
L5  L2 5 0 1 0 0 0
2 2 2
1 1 1
L6  L3 6 1  0 0 0 1
2 2 2
1 3
L7  L4  L5 7 1 0 1 1 0
2 2
1 3
L8  L5 8 0 1 0 0 0
2 2
1 1
L9  L6  L4 9 0 1 1 0 1
2 2
1 3
L10  L7 10 1 0 1 1 0
2 2
1 3
L11  L8 11 0 1 0 0 0
2 2
1 1 1 1
L12  L9  L8 12 0 0 1 1 
2 4 2 4
1 1 7
L13  L10  L12 13 1 0 0 0
4 2 4
1 3
L14  L11 14 0 1 0 0 0
2 2
1 1 1
L15  L12 15 0 0 1 1 
4 2 4
 1 1
0 4 2
 
1
Donc : A1   0 0
 2 
 1 1
 1  
 4 2

Le 14 novembre 2008 ; Modifié le 24 janvier 2010 (Carine Demesmaeker)

www.matheux.c.la - ALG 32 - 10 -
EXALG326 – FACS, ULB, Bruxelles, septembre 2008..

Résoudre dans le système d'inéquations :


 3x 2  40 x  28
 2
 x2
 x  2  2 x 1

Résolvons la première inéquation :


3 x 2  40 x  28 3x 2  40 x  28 3x 2  40 x  28  2 x  4
2 20 0
x2 x2 x2


3x 2  38 x  24
0
 2  3x  x  12   0
x2 x2
Tableau de signe
2
2 12
3
2  3x  0       2
 x    ;    2;12 
x  12      0   3
x2    0   
 0  /  0 

Résolvons la deuxième inéquation :


1) si x  2  x  2  2x 1   x  1  x  1 Impossible
2) si x  2 03 Impossible
1
3) si  x  2   x  2  2 x  1  3 x   3
2
1
 x 1  x 1
2
1 1  3 1
4) si x     2  0   0  x
2 2  2 2
1 1
5) si x    x  2  2 x  1  x  1  1  x 
2 2
Autrement dit : x    1;1

Conclusion
 1 
En combinant les deux solutions : x    1: 
 2

Le 17 septembre 2008

www.matheux.c.la - ALG 32 - 11 -
EXALG327 – FACS, ULB, Bruxelles, septembre 2008.
3
Résoudre dans , en discutant en fonction du paramètre réel m, le système
 3  m  x   2  m y  z  m

 2m  4  x   2  m  y   2m  1 z  2m 2 m 
 3m  1 x 
    2m  1 y  mz  m 2  m  1
Indiquer un résumé final de la discussion de ce système

Calculons les déterminants.


3 m 2 m 1 0 2m 1
2m 1
C1 C1 C 2 C3
  2m  4 2  m 2m  1   1  m 2  m 2m  1   m  1
2m  1 m
3m  1 2m  1 m 0 2m  1 m

 
  m  1 2m  m  2m  1   m  1 1  m
2
 2
    m  1 2
 m  1

m 2m 1 C1 C1 C3 m  1 1 m 1


C 2  C 2  C3
x  2m 2  m 2m  1  2m  2m  1 1  m 2m  1
2 2

 m 2  m  1 2m  1 m m 2  1 m 1 m
m  1 1 m  m 0 m  1
2
1 L1  L1  L3
  m  1 2m  2m  1 1 2m  1 
2 L2  L1  L3
  m  1 3m 2  2m 0 3m  1
m  1 m  1
2 2
1 m 1 m
1 1
 m  m  1 m  1  m  m  1 m  1 3m  1  3m  2 
3m  2 3m  1
 m 1  m  m  1
3 m m 1
 y  2m  4 2m 2m  1
2

3m  1 m  m  1
2
m
Il est plus simple de l'éffectuer et de factoriser.
 y  2  3  m  m  m  2m  1 3m  1   2m  4  m  m  1
3
 2

2

 2m  3m  1   m  3 2m  1 m  3  1  m  2m  4 
2
 2

 m  m  m  1  m  m  1   m  1   m  1  m  1
3 2 2 2

www.matheux.c.la - ALG 32 - 12 -
3 m 2 m m
 z  2m  4 2  m 2m
2

3m  1 2m  1 m  m  1
2

On effectue et on factorise.
 
 z   3  m  2  m  m  m  1  2m  2  m   m  2m  4  2m  1
2 2

 
 m  2  m  3m  1  2m  3  m  2m  1   m  2  2m  4   m  m  1
2 2

 m 4  m3  m2  m  2
Ce polynôme est divisible par  m  1 et  m  1 . On utilise Horner
4 3 2 1 0
1 1 1 1 2
1 1 2 3 2
1 2 3 2 0
  z   m  1 m  1 m  m  2
2
 
1 1 1 2
1 1 2 0

Discussion
1er cas : m  1
2 x  y  z  1

Le système devient : 6 x  3 y  3z  2  Système impossible
2 x  y  z  1

2ème cas : m  1
4 x  3 y  z  1
 4 x  3 y  z  1
Le système devient :  2 x  y  z  2  
4 x  3 y  z  1 2 x  y  z  2

 7
4 x  3 y  1  z x    2z
  2 Système simplement indéterminé.
2 x  y  2  z  y  5  3 z

Dans les autres cas
m  m  1  m  1 m
x  x
  m  1  m  1 m 1
2

 m  1  m  1 
2

y  y  1
  m  1  m  1
2

 m  1  m  1  m 2  m  2  m m2
2
z  z
  m  1  m  1 m 1
2

Le 17 novembre 2008

www.matheux.c.la - ALG 32 - 13 -
EXALG328 – FPMs, Mons, groupe C, juillet 2009

Soit l'équation
 2m 1 x2   m  2 x  2m  0
de racines x1 et x2 . Déterminez les valeurs du paramètre réel m qui permettent de vérifier
0  x1  x2

Solution proposée par Fabienne Zoetard


1
Notons d'abord la condition m  pour avoir une équation du second dégré.
2
L'équation a deux solutions x1 et x2 telles que 0  x1  x2 , si et seulement si
0 et P0 et S 0
a ) Etudions le 
   m  2   4  2m  1 .2m  m 2  4m  4  16m 2  8m  15m 2  12m  4
2

Résolvons cette équation :


   144  240  384
12  8 6 6 4 6 m1  0.253
Zéros de  : m   
30 15 m2  1.053
m 0.253 1.053
Signe de  :
  0  0 
b) Etudions le produit :
2m m 0 1/ 2
P Signe de P :
2m  1 P  0  // 
c) Etudions la somme : 
m2 m 2 1/ 2
S Signe de S :
2m  1 S  0  // 

 1 64 6 
Conclusion Condition satisfaite si m , 
 2 15 

www.matheux.c.la - ALG 32 - 14 -
2 1 0 1

Sol

Le 2 juillet 2009

www.matheux.c.la - ALG 32 - 15 -
EXALG329 – FACSA – ULG – Liège, juillet 2009.
1. Calculer le produit AB des matrices A et B suivantes :
 1 1 1 m m m
   
 m 1 1 et  2 m m 
 m m 1  2 2 m
   

2. Résoudre le système suivant sur , dans lequel m est un paramètre réel :



  m  4 x  2  m  1 y  3mz 
1
2
m2




   
m2  4 x  m2  m  2 y  m  m  2  z  m2

 
 m 2  2m  2 x 

2  m  1 y
2
 m  2m  1 z  2m  1

Nous reprenons, la solution proposée par l’université.


http://www.montefiore.ulg.ac.be/~gribomon/prov/Algebre.pdf

www.matheux.c.la - ALG 32 - 16 -
On observe que le produit AB est précisément la matrice des coefficients du système qui peut donc s'écrire.
1 
m  2
 x  2
   
AB  y    m  2 
 z   2m  1 
   
 
On calcule ainsi :
dtm  A    m  1 , dtm  B   m  m  2  et donc dtm  AB   m  m  1  m  2 
2 2 2 2

Ce dernier déterminant s'annule si et seulement si m  0,1, 2


Si m vaut respectivement 0, 1, 2 le système se réduit respectivement à
  5
4 x  2 y  2 5 x  4 y  3 z  2  6x  6 y  6z  3
  
4 x  2 y  2 ;  5 x  4 y  3z  3 ;  8x  8 y  8z  4
 2x  2 y  1  5 x  4 y  3z  3 10 x  10 y  10 z  5
  
 
On en tire immédiatement les conclusions suivantes :
1
 Si m  0, le système est simplement indéterminé; on a x  , y  0 et z est un réel quelconque;
2
 Si m  1, les équations sont incompatibles et le système n'admet aucune solution.
1
 Si m  2, le système est doublement indéterminé; on a x  , y   et z     
2
où  et  sont des réels quelconques.
D'autre part, si m  0,1, 2 , le système admet une solution unique
1 
x  2 m  2
  1 1  
 y  B A m 2 
z   2m  1 
   
 
En reportant les valeurs suivantes obtenues par la règle des mineurs:
 1 1 0   m m 0 
1 1   1 1  
A  0 1 1  , B  0 m m 
m  1   m  m  2 
  2 0 m 
 m 0 1  
Cette solution se réduit à
x  1 
  1  
 y   2  m  1  m 
z   m  2
   

Le 20 juillet 2009

www.matheux.c.la - ALG 32 - 17 -

Vous aimerez peut-être aussi