Vous êtes sur la page 1sur 127

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE

ET POPULAIRE

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

UNIVERSITE DE SAAD DAHLEB BLIDA 1


INSTITUT D’AERONAUTIQUE ET DES ETUDES SPATIALES

PROJET DE FIN D’ETUDES


En vue de l’obtention du Diplôme de MASTER en Aéronautique

Option : Propulsion avions

Thème :

SIMULATION DE LA COMBUSTION
MONODIMENSIONNELLE D’UN
MELANGE HETEROGENE

Fait par : Dirigés par :

AIT SAID Fatima Promoteur : AZZAZEN Mohamed

ALLAL CHERIF Mourad

Blida, Octobre 2017


RESUME

Dans le cadre des phénomènes de la diffusion des mélanges gazeux et leurs combustions,
qui sont très importants dans beaucoup domaines, l’investigation numérique est très utile.

On présente dans ce modeste travail une étude sur la diffusion, la flamme et la


combustion. Au début on s’intéresse à la résolution analytique et numérique de la loi de Fick et à
la simulation de la diffusion du propane avec l’oxygène pour le premier cas et la diffusion du
propane avec l’air pour le deuxième cas dans un tube confiné, à l’aide de fortran et logiciel
ANSYS 17.2.

Ensuite, on présentera l’étude théorique et numérique de la combustion, et on portera sur


la réalisation de la combustion de propane en utilisant logiciel ANSYS dans le même tube
présenté, en suivant la propagation de la flamme.

Enfin, avec les résultats obtenus numériquement et par le logiciel de simulation, on a fait
une comparaison pour les deux phénomènes étudiés.

‫ملخص‬

.‫ فان الدراسة الرقمية مفيدة جدا‬،‫ والتي هي مهمة جدا في العديد من المجاالت‬،‫في سياق ظواهر انتشار خليط الغاز واحتراقه‬
‫ نحن مهتمون بالحل العددي والعددي لقانون‬،‫ في البداية‬.‫ الشعلة واالحتراق‬،‫ نقدم دراسة عن االنتشار‬،‫في هذا العمل المتواضع‬
‫ وذلك‬،‫فيك ومحاكاة انتشار البروبان مع األكسجين للحالة األولى وانتشار البروبان مع الهواء للحالة الثانية في أنبوب مغلق‬
.17.2 ‫باستخدام فورتران وبرنامج أنسيس‬
‫ مع‬،‫ وتمثيل احتراق البروبان باستخدام أنسيس في نفس األنبوب‬،‫ سيتم عرض الدراسة النظرية والعددية لالحتراق‬،‫بعد ذلك‬
.‫تتبع انتشار الشعلة‬
.‫ أجرينا مقارنة للظاهرتين المدروسة‬،‫ مع النتائج التي تم الحصول عليها عدديا وببرامج المحاكاة‬،‫وأخيرا‬
ABSTRACT

In the context of the phenomena of the diffusion of gas mixtures and their combustion,
which are very important in many fields, numerical investigation is very useful.

In this modest work, we present a study on diffusion, flame and combustion. At the
beginning, we are interested in the analytical and numerical resolution of Fick's law and the
simulation of the diffusion of propane with oxygen for the first case and the diffusion of propane
with air for the second case in a tube confined, using fortran and software ANSYS 17.2.
Then, the theoretical and numerical study of the combustion will be presented, and the
realization of the combustion of propane using the software ANSYS in the same tube presented,
following the propagation of the flame.
Finally, with the results obtained numerically and by the simulation software, a
comparison was made for the two phenomena studied.
Remerciements

Avant tout nous remercions Dieu « ALLAH » le tout puissant de nous


avoir accordé la force, le courage et la patience pour terminer le travail.
Nous expressions nos remerciements et nos sincères gratitudes pour
notre encadreur Mr AZZAZENE Maitre de conférence A qu’il trouve ici
l’expression de notre profonde reconnaissance tout pour nous avoir accordés sa
confiance que pour nous avoir guidés dans notre travail.
Nous tenons tout particulièrement à remercier MR SBAA et MR
BADREDDINE pour leur orientation et leur aide et qu’ils soient assurés de
notre entière reconnaissance.
Nos remerciements s’adressent également au président du Jury ainsi
que les membres du jury pour l’honneur qu’ils nous font en acceptant
d’évaluer notre travail.

Nous remercions tous nos profs qui ont contribué à notre formation
durant toutes les années.

II
Dédicace

C’est avec profonde gratitude et sincères mots, que je dédie ce modeste travail de fin
d’étude à mes chers parents, source de tendresse de noblesse et d’affectation ; qui ont sacrifié
leur vie pour notre réussite et nous ont éclairé le chemin par leurs conseils judicieux,
j’espère qu’un jour, je pourrais leurs rendre un peu ce qu’ils ont fait pour nous.
Mon père,
L’épaule solide, l’œil attentif compréhensif et la personne la plus digne de mon
estime et de mon respect. Tu peux être fier de toi papa, toi qui t’es toujours soucier de
l’éducation, du bien -être et par-dessus tout, de l’avenir de tes filles.

Ma mère,
Tu m’as donné la vie, le courage pour réussir. Tout ce que je peux t’offrir ne
pourra exprimer l’amour et la connaissance que je porte.
Que dieu vous préserve et vous procure santé et longue vie.
A ma grand-mère Taoues que dieu te prête longue vie.
A mes très chères sœurs et mes amis, en témoignage de fraternité, avec mes souhaits de
bonheur de santé et de succès.
A ma chère famille.
A toute promotion aéronautique 2017.

Fatima
Dédicace

Je dédie ce modeste travail


Aux deux être le plus chers au monde, qui ont souffert nuit et jour
Pour nous couvrir par leur amour, mes parents.
A mon père pour son patient avec moi et son encouragement
A ma source de bonheur, la prunelle de mes yeux, ma mère
Que le bon Allah vous garde en bonne santé
Je le dédie aussi à mes chers frères et sœurs
Ainsi que pour touts mes amis qui m’ont encouragé et accompagné
Pendant toute cette période.
A toute ma promotion 2017

Mourad
TABLE DES MATIERES

RESUME ......................................................................................................................................... I
Remerciements ............................................................................................................................... II
Dédicace ........................................................................................................................................III
TABLE DES MATIERES ............................................................................................................ IV
Nomenclature..................................................................................................................................V
Liste des figures ........................................................................................................................... VII
Liste Des Tableaux ....................................................................................................................... IX
Liste Des Organigrammes ............................................................................................................ IX
INTRODUCTION ...........................................................................................................................1
1 Généralités sur la combustion et la flamme .............................................................................4
1.1 Introduction .......................................................................................................................5
1.2 Différents types de combustion ........................................................................................6
1.2.1 Définition de la flamme .............................................................................................6
1.2.2 Caractérisations de la flamme....................................................................................6
1.2.3 Modes de propagation .............................................................................................10
1.2.4 Les zones de la flamme ...........................................................................................12
1.2.5 Courbes d’Hugoniot-Rankine ..................................................................................12
1.3 Notions de la thermodynamique .....................................................................................13
1.3.1 Le premier principe .................................................................................................14
1.3.2 Second principe .......................................................................................................15
1.3.3 Principes de conservation ........................................................................................16
1.4 Conclusion ......................................................................................................................18
2 L’étude de la diffusion des mélanges gazeux.........................................................................19
2.1 Introduction .....................................................................................................................20
2.2 Présentation du domaine d’étude ....................................................................................20
2.3 Propriétés des mélanges ..................................................................................................21
2.3.1 Mélanges de gaz ......................................................................................................21
2.3.2 Première loi des mélanges .......................................................................................22
2.3.3 Deuxième loi des mélanges .....................................................................................23
2.3.4 La pression partielle d’un constituant ......................................................................23
2.4 Définition de la diffusion ................................................................................................23
2.5 Equations de diffusion ....................................................................................................24
2.5.1 Première loi de Fick .................................................................................................24
2.5.2 Deuxièmes loi de Fick .............................................................................................25
2.5.3 Solution de l'équation de diffusion (ou Seconde équation de Fick) ........................27
2.6 Le coefficient de diffusion de matière ............................................................................39
2.6.1 Définition .................................................................................................................39
2.6.2 Ordre de grandeur de diffusion ................................................................................40
2.6.3 Coefficient de diffusion en phase gazeuse ..............................................................40
2.7 Conclusion ......................................................................................................................46
3 Simulation numérique ............................................................................................................47
3.1 Introduction .....................................................................................................................48
3.2 Présentation logiciel ANSYS..........................................................................................48
3.2.1 Création d’un système d’analyse « Fluid Flow » ....................................................49
3.2.2 Création de géométrie ..............................................................................................50
3.2.3 Maillage ...................................................................................................................51
3.2.4 Mise en données et simulation ................................................................................53
3.3 Conclusion ......................................................................................................................60
4 Phénomène de transport monodimensionnel aérothermochimique .......................................61
4.1 Introduction .....................................................................................................................65
4.2 Zones réactionnelles .......................................................................................................66
4.3 Solutions théoriques pour flammes pré-mélangées laminaires.......................................66
4.3.1 Température adiabatique de la flamme ...................................................................66
4.3.2 Modélisation de la pression .....................................................................................69
4.3.3 L’organigramme ......................................................................................................70
4.4 Avancement et vitesse d’une réaction.............................................................................71
4.4.1 Avancement de la réaction ......................................................................................71
4.4.2 Vitesse de la réaction ...............................................................................................72
4.4.3 Vitesse spécifique ....................................................................................................74
4.5 Détermination de l’ordre .................................................................................................75
4.5.1 Méthode intégrale ....................................................................................................75
4.5.2 Méthode du temps de demi-réaction .......................................................................75
4.5.3 Méthode de la vitesse initiale ..................................................................................75
4.5.4 Méthode des réactifs en excès .................................................................................76
4.6 Les ordres cinétiques ......................................................................................................76
4.6.1 Cinétique d'ordre 0 ..................................................................................................76
4.6.2 Cinétique d'ordre 1 ..................................................................................................77
4.6.3 Cinétique d’ordre 2 ..................................................................................................78
4.7 Taux de production des espèces chimiques ....................................................................79
4.7.1 Constante de vitesse ................................................................................................79
4.8 Vitesse de propagation ....................................................................................................80
4.8.1 Variation de la vitesse de la flamme avec la température et la pression .................81
4.9 Epaisseur de flamme pré-mélangée ................................................................................81
4.10 Modélisation de combustion par l’ANSYS ....................................................................81
4.10.1 Description du problème .........................................................................................81
4.10.2 Contexte ...................................................................................................................82
4.11 Conclusion ......................................................................................................................82
5 Résultats et interprétations .....................................................................................................83
5.1 Introduction .....................................................................................................................84
5.2 Convergence ...................................................................................................................84
5.3 Résultats de la première étude ........................................................................................85
5.3.1 Le cas 1D .................................................................................................................85
5.3.2 Le cas 2D .................................................................................................................91
5.4 Résultats de la deuxième étude .......................................................................................98
5.4.1 Résultats du programme ..........................................................................................98
5.4.2 Résultats de simulation ..........................................................................................101
5.5 Conclusion ....................................................................................................................103
CONCLUSION ...........................................................................................................................104
ANNEXES ..................................................................................................................................107
APPENDICE A........................................................................................................................108
APPENDICE B ........................................................................................................................109
Références bibliographiques........................................................................................................111
Références bibliographiques ....................................................................................................112
Nomenclature

[𝐴] : Concentration (𝑚𝑜𝑙𝑒𝑠/𝑚3 ).


𝐴𝑟𝑟ℎ : Constante d’Arrhenius.
𝐶𝑝,𝑐 : Capacité calorifique de l’espèce s (𝐾𝑔/(𝐾𝑔. 𝑘)).
𝑑 : Dimension caractéristique (𝑚).
𝐷𝑠 : Coefficient de diffusion de l’espèce 𝒔 (𝑚2 /𝑠 𝑜𝑢 𝑐𝑚2 /𝑠).
𝐷𝑔 : Coefficient de diffusion globale (𝑚2 /𝑠 𝑜𝑢 𝑐𝑚2 /𝑠).
𝐷𝑡ℎ : Diffusivité thermique des gaz frais (𝑚2 /𝑠).
𝐸 : Excès d’air.
𝐸𝑎 : Energie d’activation (𝐽/𝑚𝑜𝑙).
𝐸𝑐 : Energie cinétique de l’ensemble du système (𝐽𝑜𝑢𝑙𝑒).
𝐸𝑝 : Energie potentielle dans le champ pesanteur (𝐽𝑜𝑢𝑙𝑒).
𝐹 : Flux des particules (𝑚𝑜𝑙/𝑠).
ℎ𝑓° : Enthalpie de formation standard (𝐽/𝑚𝑜𝑙𝑒).
ℎ𝑠 : Enthalpie de l’espèce 𝒔.
𝐾𝑑 : Constante de vitesse directe.
𝐾𝑒𝑞 : Constante d’équilibre.
𝐾𝑖 : Constante de vitesse indirecte.
𝑙 : Hauteur (𝑚).
𝑚 : Masse (𝑘𝑔).
𝑀𝑠 : Masse molaire de l’espèce 𝒔 (𝑘𝑔/𝑚𝑜𝑙𝑒).
𝑛 : Quantité de matière (𝑚𝑜𝑙𝑒𝑠).
𝑁𝐴 : Nombre d’Avogadro, 𝑁𝐴 = 6,02214 10−23 (𝑚𝑜𝑙 −1 ).
𝑝 : Pression du mélange (𝑁/𝑚2 ).
Q : Chaleur en (Joule).
𝑅 : Constante universelle des gaz parfaits 𝑅 = 8.314 (𝐽/(𝑚𝑜𝑙. 𝑘).
𝑅𝑒 : Nombre de Reynolds.
𝑆 : Entropie massique (𝐽/𝑘𝑔. 𝐾).
s : Rapport stœchiométrique de masse.
𝑆𝑙 : Vitesse laminaire de la flamme (𝑚/𝑠).
𝑡 : Temps (𝑠).
𝑇𝑒𝑏 : Température d’ébullition (𝑘).
𝑇𝑢 : Température des gaz frais (𝑘).
𝑇𝑏 : Température des gaz brulés (𝑘).
𝑢 : Vitesse d’injection (𝑚/𝑠).
𝑈 : Energie interne (𝐽𝑜𝑢𝑙𝑒).
𝑉 : Volume (𝑚3 ).
𝑊 : Travail fournit au système (𝐽𝑜𝑢𝑙𝑒).
𝑌𝑠 : Fraction molaire de l’espèce 𝑠.
𝒛𝑓 : Fraction massique du carburant.
𝒛𝑠 : Fraction massique de l’espèce 𝒔.
𝛼 : Dilution.
𝜀 : Energie d’attraction moléculaire (𝐽𝑜𝑢𝑙𝑒).
𝜇 : Viscosité dynamique (𝑃𝑎. 𝑠).
𝜌 : Masse volumique (𝑘𝑔/𝑚3 ).
𝜎 : Paramètre de Lennard (𝐴̂).
𝜏 : Tenseur de Reynolds (𝑘𝑔/𝑚. 𝑠).
𝜑 : Facteur de richesse.
𝜔𝐹 : Taux production Fuel (𝑘𝑔/(𝑚3 . 𝑠).
𝜔𝑙 : Taux de réaction (𝑘𝑔/(𝑚3 . 𝑠).
𝜔𝑇 : Taux de dégagement de chaleur (𝑘𝑔/(𝑚3 . 𝑠).
Ω : Fonction ou potentiel de Lennard-Jones.
𝜕 : Dérivée partielle.
∇ : Opérateur Laplacien.
𝜈′ : Coefficient stœchiométrique des réactifs.
𝜈 ′′ : Coefficient stœchiométrique des produits.
𝛼 𝛽
: Ordres partielles.
𝜉 : Avancement de la réaction.
𝜆 : Conductivité thermique (W/m.k).
𝛿 : Épaisseur de la flamme (mm).
1 : Indice gaz frais.
Liste des figures

Figure 1-1:Variation de température, combustible et de l’oxydant au cours d’une combustion ....6


Figure 1-2 : Evolution de la concentration molaire des espèces majoritaires en fonction de la
richesse. ...........................................................................................................................................7
Figure 1-3: Schéma d’une flamme pré-mélangée et non pré-mélangée ..........................................8
Figure 1-4: Structure des flammes pré-mélangée et de diffusion ...................................................9
Figure 1-5: Différents régime d’écoulement .................................................................................10
Figure 1-6: Comparaison de la dynamique des gaz de détonation et de déflagration ..................11
Figure 1-7: Courbe d’Hugoniot-Rankine pression/volume massique ...........................................13
Figure 2-1: La géométrie d’étude. .................................................................................................21
Figure 2-2 : Schéma présentatif de phénomène de diffusion ........................................................24
Figure 2-3: Sens de diffusion du flux des particules. ....................................................................25
Figure 2-4: Le flux entrant et sortant dans le volume....................................................................26
Figure 2-5: La discrétisation 2D en élément fini et les points singuliers ......................................35
Figure 2-6: Solutions exactes, numérique et discrète. ...................................................................36
Figure 3-1: Fenêtre de simulation sur workbench .........................................................................50
Figure 3-2: Dimensionnement de la géométrie. ............................................................................51
Figure 3-3 Maillage de la géométrie..............................................................................................52
Figure 3-4 : Critères qualité des éléments. ....................................................................................53
Figure 3-5: Fenêtre de FLUENT. ..................................................................................................54
Figure 3-6: Intégralité de maillage. ...............................................................................................55
Figure 3-7: Modèle multi phase. ...................................................................................................55
Figure 3-8: Modèle de turbulence. ................................................................................................56
Figure 3-9: Transport des espèces. ................................................................................................57
Figure 3-10: Choix de matériels ....................................................................................................58
Figure 3-11: Adaptation des régions. ............................................................................................58
Figure 3-12: L’entrée des valeurs des fractions massiques. ..........................................................59
Figure 3-13: Run calculation. ........................................................................................................60
Figure 4-1:les étapes élémentaires de l'inflammation. ..................................................................65
Figure 4-2: Données cinétique de H2O2. ......................................................................................73
Figure 4-3 : Cinétique d’ordre 0. ...................................................................................................77
Figure 4-4: Cinétique d’ordre 1. ....................................................................................................78
Figure 4-5: Cinétique ordre 2. .......................................................................................................78
Figure 5-1: les résidus. ..................................................................................................................84
Figure 5-2: L’évolution de la fraction massique du propane (C3H8) en fonction de temps et la
position 1D. ...................................................................................................................................85
Figure 5-3:L’évolution de la fraction massique de l’oxygène (O2) en fonction de temps et la
position 1D. ...................................................................................................................................86
Figure 5-4:L’évolution de la fraction massique de propane (C3H8) pour différentes positions. ..86
Figure 5-5 : L’évolution de la fraction massique de l’oxygène (O2) pour différentes positions. .87
Figure 5-6: la vitesse de diffusion de propane pour différentes positions. ....................................87
Figure 5-7 : la vitesse de diffusion de l’oxygène pour différentes positions. ................................88
Figure 5-8: l’effet de gravité sur le phénomène de diffusion pour x= 60cm. ................................88
Figure 5-9: L’évolution de coefficient de diffusion de propane/oxygène en fonction de
température. ...................................................................................................................................89
Figure 5-10 : Répartition des fractions massiques de propane, l’oxygène et l’azote à x=60cm. ..90
Figure 5-11 : la vitesse de diffusion de propane, oxygène et l’azote à x=60 cm. .........................91
Figure 5-12:L’évolution de la fraction massique de propane (C3H8) en fonction de temps et la
position 2D. ...................................................................................................................................92
Figure 5-13:L’évolution de la fraction massique du l’oxygène (O2) en fonction de temps et la
position 2D. ...................................................................................................................................92
Figure 5-14: L’évolution de la fraction massique du propane (C3H8) en fonction de temps et la
position 2D. ...................................................................................................................................93
Figure 5-15 : L’évolution de la fraction massique du l’oxygène (O2) en fonction de temps et la
position 2D. ...................................................................................................................................93
Figure 5-16: L’évolution de la fraction massique du l’azote (N2) en fonction de temps et la
position 2D. ...................................................................................................................................94
Figure 5-17: visualisation numérique de la fraction massique du propane. ..................................95
Figure 5-18: L’évolution de la fraction massique du propane (C3H8) Fluent. .............................95
Figure 5-19: L’évolution de la fraction massique du l’oxygène (O2) Fluent. ...............................96
Figure 5-20: L’évolution de la fraction massique du l’azote (N2) Fluent. ....................................96
Figure 5-21: Comparaison de la loi de Fick et Fluent pour l’azote. ..............................................97
Figure 5-22 : Comparaison de la loi de Fick et Fluent pour l’oxygène. ........................................97
Figure 5-23 : Comparaison de la loi de Fick et Fluent pour le propane. .......................................98
Figure 5-24: La température de combustion par tranche. ..............................................................99
Figure 5-25: La pression au cours de la combustion. ....................................................................99
Figure 5-26: Variation de la vitesse avec la température et la pression. .....................................100
Figure 5-27: Température adiabatique de la flamme Fluent. ......................................................101
Figure 5-28 : Propagation de la flamme par Fluent. ....................................................................101
Figure 5-29: La pression totale de la combustion........................................................................102
Figure 5-30: La vitesse de propagation de la flamme. ................................................................102
Liste Des Tableaux

Tableau 1-1: résumé des avantages et des inconvénients des types de flamme ..............................9
Tableau 2-1: Ordre de grandeur coefficient de diffusion en〖 (m〗^2/s).........................................40
Tableau 2-2: Masse molaire et rayon atomique d’azote et d’oxygène. .........................................41
Tableau 2-3: Vitesse moléculaire moyenne, libre parcours moyen et coefficient de diffusion
d’azote et d’oxygène à T=298.15K. ..............................................................................................41
Tableau 2-4: Quelques caractéristiques de l’hydrogène et de carbone. ........................................43
Tableau 2-5: Coefficient de diffusion de propane (C3H8) à T=298.15. .......................................44
Tableau 2-6: Le volume de diffusion pour quelques atomes et molécules. .................................44
Tableau 2-7: Le coefficient de diffusion binaire. ..........................................................................45
Tableau 2-8: les coefficients de diffusion de chaque espèce. ........................................................45
Tableau 3-1 qualités d’orthogonalités du maillage........................................................................52
Tableau 4-1: Valeurs utilisées pour calculer la température. ........................................................68
Tableau 4-2: Chaleurs de formation. .............................................................................................68
Tableau 4-3: L'évolution des quantités de réactifs et produits au cours de la réaction. ................72
Tableau 4-4: Constantes pour la combustion en tranche du propane ............................................80
Tableau 4-5: Paramètres du propane .............................................................................................81
Tableau 5-2: Résultats de l’étude théorique. .................................................................................98

Liste Des Organigrammes

Organigramme 2-1:Schématisation de la solution analytique de l'équation de diffusion -1er partie


- ......................................................................................................................................................31
Organigramme 2-2:Schématisation de la solution analytique de l'équation de diffusion -2eme
partie - ............................................................................................................................................32
Organigramme 2-3:Schématisation de la solution de l'équation de diffusion par la méthode des
éléments finis -1ere partie-. ...........................................................................................................37
Organigramme 2-4:Schématisation de la solution de l'équation de diffusion par la méthode des
éléments finis -2eme partie-. .........................................................................................................38
Organigramme 2-5:Schématisation de la solution de l'équation de diffusion par la méthode des
éléments finis -3eme partie-. .........................................................................................................39
Organigramme 4-1:Schématisation des étapes du calculer des différents paramètres de problème-
1ere partie-. ....................................................................................................................................70
Organigramme 4-2:Schématisation des étapes du calculer des différents paramètres de problème-
2eme partie-. ..................................................................................................................................71
INTRODUCTION
Introduction

INTRODUCTION

La combustion est un phénomène extrêmement répandu dans la nature, et c’est grâce à


elle, en majeur partie, que l’activité humaine a pu se développer et se développe encore. Dans
l’antiquité et jusqu’au moyen âge, le feu était considéré comme l’un des quatre éléments de
base dont l’univers entier était constitué. C’est-à-dire que l’étude et la compréhension de ce qui
concerne la combustion et le feu a un intérêt tout à fait important.

Mais qu’est-ce que le feu, qu’est-ce que la combustion, qu’est-ce qu’une flamme ? Il
fallut assez longtemps, dans l’histoire de la connaissance scientifique, pour le comprendre. A
l’heure actuelle, de nombreux dispositifs industriels en tirent parti, mais quelquefois leur
maitrise parfaite fait encore défaut. Ces difficultés de compréhension viennent du fait que
plusieurs phénomènes physique et chimique assez différents interviennent conjointement, et de
façon couplée, dans ce qu’on appelle le feu.

A base de ces phénomènes se trouve d’abord un aspect chimique qui ne s’agit pas d’une
seule réaction chimique, mais de plusieurs réactions qui sont globalement et généralement
fortement exothermiques, autonomes, susceptibles de s'accélérer brutalement et d'être
accompagnées d'émission de rayonnements. Elles peuvent être lentes ou vives, turbulentes,
spontanées, catalytiques. C’est celui-ci qu’on appelle plus précisément combustion, et depuis
que l’homme a su déclenché et maitriser les phénomènes de combustion, ceux-ci lui ont permis
d’assurer sa survie (chauffage, éclairage, alimentation) et d’accéder à la civilisation
industrielle.[1]

Le second aspect est constitué par le transfert de chaleur, en effet les réactions chimiques
entraînent une élévation de température du milieu. Cela implique la possibilité d’important
transfert de chaleur, d’un point à un autre, qu’on appelle une flamme. Ils se font par
conduction de chaleur, par rayonnement quelque fois, souvent par diffusion.

1
Introduction

Le troisième aspect s’intervient par l’ensemble des actions de processus chimiques


(production rapide de chaleur et d’espèces chimiques réactives), physiques (transport,
diffusion), ainsi de déplacement de matière (diffusion moléculaire) et de chaleur (convection),
cet aspect caractérise les propriétés de propagation spatiale de la flamme. L’étude de la
phénoménologie de la combustion fait donc appel à des connaissances dans des disciplines
scientifiques diversifiées que sont la dynamique des fluides, la cinétique chimique, et la
thermodynamique.

Puisque la combustion désigne une réaction chimique à évolution rapide accompagnée


d’émission lumineuse et d’un important dégagement de chaleur, elle peut être écrite selon le
schéma global :

Combustible + comburant produits de combustion+ Chaleur[2]

Dans ce modeste travail qui est composé de cinq chapitres, l’objet principal est l’étude
du phénomène de diffusion de deux mélanges gazeux situés dans deux tronçons identiques
séparés par une membrane. Il est envisagé davantage à la présentation de combustion et aux
différentes équations de la cinétique chimique.

Dans un premier temps, le premier chapitre est destiné à la présentation générale des
caractérisations de la combustion et de la flamme. Il a tout d’abord pour but de rappeler les
types, modes et domaines d’utilisation. Ensuite une partie de ce chapitre a été consacré pour les
équations de thermodynamique qui réagissent.

Le second chapitre détaillera le phénomène de diffusion de deux mélanges (propane-air)


pour des différentes fractions massiques de chaque espèce. Nous décrivons également les
principales lois analytiques et le programme qui résoudre la loi de Fick qui modélise notre
problème en 1D et 2D.

Pour pousser en plus le travail, après l’établissement mathématique et physique de


diffusion, on a proposé dans le troisième chapitre, de modéliser la diffusion par un logiciel de
simulation numérique ANSYS 17.2.

2
Introduction

Après l’étude de diffusion, dans le quatrième chapitre on suivra la progression de la


température et de pression au cours de la combustion pour chaque tranche. Ainsi le taux de
production des espèces, la température adiabatique et la vitesse de la flamme produite par une
réaction chimique de propane et l’oxygène. Enfin, un protocole décrira la méthodologie pour la
modélisation de combustion.

Enfin, le dernier chapitre rassemble tous les résultats obtenus par la programmation des
phénomènes étudiés sous forme de graphes et des tableaux ainsi on essaiera de comprendre
l’influence de la gravité et la température. Ensuite une présentation des résultats de la
simulation sera affichée et une comparaison entre les résultats va être effectuée.

Et à la fin de ce modeste travail, une conclusion générale sera tirée et quelques


perspectives ultérieures seront présentées.

3
Chapitre 1

1 Généralités sur la combustion et la


flamme
CHAPITRE 1 Généralités sur la combustion et la flamme

1.1 Introduction

Près de 90% des besoins énergétiques mondiaux (transport, production, électricité,


chauffage…) sont fournis par la combustion. L’étude des phénomènes de combustion est
évidement importante dans le cas des feux confinés ou en milieux naturels. Tels qu’ils se
retrouvent dans les applications industrielles, les phénomènes de la combustion relèvent en règle
générale de plusieurs disciplines scientifiques différentes parmi lesquelles viennent en ordre
principale la chimie, la thermodynamique et l’aérodynamique des fluides. C’est l’existence de
cette connexion interdisciplinaire qui nécessite l’emploi des méthodes spéciales dans l’étude
fondamentale de la combustion et qui donne à cette étude son caractère aérothermochique bien
particulier.

Afin de situer les différents phénomènes de la combustion dans leur contexte physico-
chimique et aérodynamique, il nous parait utile de commencer par une description générale de
cette réalité physique qu’il est convenu d’appeler combustion.

Globalement, la combustion est une réaction d’oxydation d’un réactif réducteur appelé
combustible (hydrogène et méthane par exemple), par un réactif oxydant qu’on désigne par le
terme générale comburant (oxygène par exemple). Cette réaction s’accompagne d’un important
dégagement de chaleur et de la formation d’atomes alors la compréhension de la
phénoménologie de la combustion fait donc appel à des connaissances dans des disciplines
scientifiques diversifiées que sont la dynamique des fluides, la cinétique chimique, et la
thermodynamique.

La réaction globale peut d’écrire d’une façon plus générale, pour un hydrocarbure 𝑪𝒏 𝑯𝒎 .[3]

𝑚 𝑚 𝑚
𝐶𝑛 𝐻𝑚 + (𝑛 + 4 ) (𝑂2 + 3.76𝑁2 ) 𝑛𝐶𝑂2 + 𝐻2 𝑂 + (𝑛 + 4 ) 3.76𝑁2 + 𝑄 (1.1)
2

Dans cette expression, 𝑄 est la quantité de chaleur libérée par une mole de combustible
brulé et appelée chaleur de combustion.

5
CHAPITRE 1 Généralités sur la combustion et la flamme

Figure ‎1-1:Variation de température, combustible et de l’oxydant au cours d’une combustion [3].

1.2 Différents types de combustion

Il existe plusieurs types de combustions:


 Combustion complète : air en quantité suffisante pour entretenir la combustion →
dégagement de CO2 (dioxyde de carbone)
 Combustion incomplète : air en quantité insuffisante pour entretenir la combustion →
dégagement de CO (monoxyde de carbone)
 Combustion lente : exemple rouille
 Combustion spontanée : exemple fermentation
 Combustion très vive ou instantanée : exemple déflagration ou détonation
Notions sur la flamme

1.2.1 Définition de la flamme


Une flamme est un milieu réactionnel dans lequel se déroule une réaction de combustion.
Sa propagation dans l’espace s’accompagne dans la plupart des cas, sauf pour les flammes
d’hydrogène, d’une émission lumineuse dans le visible générée lors de la désexcitation de
certaines espèces radicalaires carbonées ou halogénées produites lors du processus de
combustion. La partie lumineuse de la flamme est appelée front de flamme, onde de combustion
ou encore zone de combustion.[4]

1.2.2 Caractérisations de la flamme

La notion de flamme englobe différents processus et peut être caractérisée à l’aide de


différents paramètres qui présentent l’avantage de permettre une classification. Les trois
paramètres principaux sont :
6
CHAPITRE 1 Généralités sur la combustion et la flamme

• la nature et le nombre de réactifs.


• le mode d’introduction des réactifs.
• le régime d’écoulement des gaz dans le milieu réactionnel.[5]

1.2.2.1 La nature et le nombre de réactifs


Les réactifs composant le mélange initial introduit dans le réacteur, peuvent être solides,
liquides ou gazeux. Deux types de réactifs, le(s) combustible(s) et le(s) comburant(s), permettent
de produire une flamme. La dilution du mélange réactionnel par l’ajout d’une espèce inerte
(argon, azote) permet notamment de contrôler la température du milieu réactionnel.

La composition du mélange est également caractérisée par les trois paramètres qui sont, le
facteur de richesse « 𝜑 », l’excès d’air « E » et la dilution « 𝛼 ».

Le facteur de richesse (richesse ou rapport d’équivalence) 𝜑 est égal au rapport de la


fraction molaire du combustible sur celle du comburant dans le mélange, divisé par le même
rapport dans les conditions stœchiométriques:

𝑋
( 𝑐𝑜𝑚𝑏𝑢𝑠𝑡𝑖𝑏𝑙𝑒 )
𝑋𝑐𝑜𝑚𝑏𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡
𝑚é𝑙𝑎𝑛𝑔𝑒
𝜑= 𝑋𝑐𝑜𝑚𝑏𝑢𝑠𝑡𝑖𝑏𝑙𝑒 (1.2)
( )
𝑋𝑐𝑜𝑚𝑏𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡
𝑠𝑡𝑜𝑐ℎ𝑒𝑜𝑚𝑒𝑡𝑟𝑖𝑞𝑢𝑒

 lorsque 𝜑 < 1, la flamme est dite pauvre (défaut en combustible, excès de comburant).
 lorsque 𝜑 = 1, la flamme est dite stœchiométrique.
 et lorsque 𝜑 > 1, la flamme est dite riche (défaut en comburant, excès de combustible).

Figure ‎1-2 : Evolution de la concentration molaire des espèces majoritaires en fonction de la richesse[31].

7
CHAPITRE 1 Généralités sur la combustion et la flamme

L’excès d’air « E » correspond à l’excès d’oxygène moléculaire dans le mélange comparé


à la stœchiométrie:

𝑋𝑂2
𝐸= −1 (1.3)
(𝑋𝑂2 )𝑠𝑡𝑜𝑐𝑒𝑜𝑚𝑒𝑡𝑟𝑖𝑞𝑢𝑒

Le facteur de dilution « 𝛼 » représente la fraction de gaz inerte dans le mélange réactionnel


𝛼 = 100 𝒛𝑖 (avec 𝒛𝑖 , fraction molaire du gaz inerte).

1.2.2.2 Le‎mode‎d’introduction‎des‎réactifs
Les flammes qui s’y propagent peuvent être classées en deux grandes familles:
− Flamme pré-mélangée où le combustible et le comburant sont intimement mélangés.
− Flamme non pré-mélangée où le combustible et le comburant sont amenés séparément
dans la flamme (flamme de diffusion).

Figure ‎1-3: Schéma d’une flamme pré-mélangée et non pré-mélangée[35].

1.2.2.2.1 Flamme laminaire pré-mélangée

Dans les flammes pré-mélangées, le combustible et le comburant sont mélangés à l’avance


idéalement jusqu’à l’échelle moléculaire, avant de réagir. Après l’allumage, la flamme se
propage en direction des gaz frais avec une vitesse caractéristique qui dépend principalement de
la richesse, de la température et de la pression du mélange réactif.
8
CHAPITRE 1 Généralités sur la combustion et la flamme

Cette propagation est issue de la diffusion de chaleur en amont du front de flamme qui
préchauffe les réactifs et enclenche les réactions chimiques.

1.2.2.2.2 Flamme laminaire non pré-mélangée

Les flammes non pré-mélangées ou flammes de diffusion, le combustible et l’oxydant


sont initialement séparés avant de se rejoindre pour réagir. Les réactifs sont introduits
séparément dans la zone de réaction, de part et d’autre de la flamme, ils sont alors
essentiellement entraînés dans la zone de réaction par diffusion moléculaire qui transporte le
combustible vers l’oxydant et vice versa.

Figure ‎1-4: Structure des flammes pré-mélangée et de diffusion [32].

Type de flamme Avantages Inconvénients


Instabilité de combustion,
Pré-mélangée Peu polluant
Stockage du mélange
Stabilité de la flamme, stockage
Production d’oxydes
Non pré-mélangée du carburant en dehors des limites
d’Azote
de flammabilité
Tableau ‎1-1: résumé des avantages et des inconvénients des types de flamme

9
CHAPITRE 1 Généralités sur la combustion et la flamme

1.2.2.3 Le‎régime‎d’écoulement‎des‎gaz‎dans‎le‎milieu‎réactionnel
L’écoulement des gaz est défini différemment suivant son régime est que l’on va
distinguer :
• les écoulements laminaires, qui se produisent à petits nombreux de Reynolds,
• les écoulements turbulents, qui se produisent à des Reynolds plus élevés. La turbulence
est due à l’instabilité de l’écoulement laminaire devant les petites perturbations expérimentales
possibles, et que l’état turbulent est la situation non stationnaire vers laquelle tend l’écoulement
instable.
La distinction se fait donc à l’aide du nombre de Reynolds 𝑅𝑒 = 𝜌𝑈𝑑 ⁄µ avec 𝑈 et 𝑑 une
vitesse et une dimension caractéristique du problème étudié. La transition d’un régime laminaire
à un régime turbulent se fait graduellement sur une plage critique de nombre de Reynolds, dont
les valeurs dépendent de chaque problème.

Pour un nombre de Reynolds inférieur à 2200, l’écoulement est dit laminaire. Supérieur à
3000, le régime est turbulent et pour des valeurs comprises entre 2200 et 3000, l’écoulement est
dit transitoire.

Figure ‎1-5: Différents régime d’écoulement[5].

1.2.3 Modes de propagation


Dans la zone de réaction exothermique qui est le siège de la réaction explosive ou
simplement dit « flamme », dont l’épaisseur n’est qu’une fraction de millimètre, les réactifs sont
transformés en produits brulés et l’énergie chimique est transformée en chaleur. Cette zone,
sépare le milieu qui vient de réagir (gaz brulés) de celui qui n’a pas encore réagi et selon les
conditions initiales (composition du mélange, température et pression initiales, confinement
……), peut se propager à des vitesses très différentes.
La propagation de la flamme n’est pas celle du gaz mais celle de l’entrée en réaction
chimique, les unes après les autres des couches de gaz non brulés. Deux modes de propagation
10
CHAPITRE 1 Généralités sur la combustion et la flamme

peuvent être alors définis selon le niveau de la vitesse de la flamme : la détonation et la


déflagration.
Au cours de la déflagration le front de la flamme se déplace à une vitesse subsonique
c'est-à-dire inférieure à la vitesse du son pour laquelle résulte à la fois la diffusion de la chaleur
ainsi que la diffusion des espèces actives. La déflagration donc associe une zone de
transformation chimique (combustion) d’épaisseur non négligeable et une onde à des
phénomènes de dynamique des fluides (onde de pression) ou les écarts de pression à un instant
donné restent faibles entre les divers points de gaz. Cette onde de pression, propage en amont de
celle-ci dans tout le domaine et possède une vitesse sonique tandis que le front de combustion se
propage à une vitesse subsonique.
Par contre, la vitesse de détonation est supersonique donc supérieur à la vitesse du son
d’où l’onde de choc et le front de flamme sont confondus ce qui a pour conséquence une
augmentation considérable de la pression (suivit après d’une dépression), un déplacement de
volume d’air très important et un bruit très élever. Les produits d’explosion sont lancés dans le
même sens que l’onde et peuvent atteindre des températures avoisinant 4000 °C et des pressions
50 fois supérieures à la pression initiale.[6]
On note qu’une déflagration peut se transformer en détonation si le front de flamme s’accélère
jusqu'il rattrape l’onde de choc.

Figure ‎1-6: Comparaison de la dynamique des gaz de détonation et de déflagration [6].

Cette figure montre que, dans le cas d’une détonation, le gaz est comprimé à travers

11
CHAPITRE 1 Généralités sur la combustion et la flamme

l’onde de choc où sa célérité est élevée (plus que1 𝑘𝑚⁄𝑠) et la réaction est finie très rapidement
dans une région mince derrière le choc.
Par contre, les perturbations derrière le front de réaction peuvent se propager et effectuer
le gaz non brûlé avant l'arrivée du front de réaction dans une déflagration. Les vitesses
d’explosion ont une vitesse faible ou modéré (0.1 𝑐𝑚⁄𝑠 à 100 𝑚⁄𝑠) de sens opposé à celle de
l’onde.
1.2.4 Les zones de la flamme
Une flamme monodimensionnelle stabilisée présente trois zones spatiales distinctes :

1.2.4.1 Zone de gaz frais


Dans laquelle les réactions de combustion sont initiées. Elle correspond à la zone comprise entre
la surface du brûleur et le début de la zone lumineuse de la flamme. Cette zone a une épaisseur
comprise entre 2 et 10 mm dans nos conditions expérimentales, selon la flamme étudiée. Les
réactions s’y amorcent par la diffusion de la chaleur et des radicaux en provenance de la zone
réactionnelle.

1.2.4.2 Zone réactionnelle (ou front de flamme)


Correspondant à la partie lumineuse visible de la flamme. L’épaisseur du front de flamme est
d’environ 4-6 mm dans nos conditions expérimentales où les flammes sont stabilisées à 60 Torr.
Le front d’une flamme d’hydrogène (non ensemencée en iode) n’est pas visible du fait de
l’absence de radicaux halogénés ou carbonés.

1.2.4.3 Zone de gaz brûlés


C’est la région située en aval du front de flamme. Dans nos conditions, on peut considérer que
les gaz brûlés sont localisés entre 6 et 16 mm au-dessus du brûleur.

1.2.5 Courbes‎d’Hugoniot-Rankine
La variation des grandeurs dans une réaction chimique, les grandeurs des réactifs et
celles des produits peuvent être connues grâce aux valeurs des enthalpies avant la combustion et
après. La courbe d’Hugoniot-Rankine permit d’illustrer la variation de pression en fonction de
masse volumique[1].

12
CHAPITRE 1 Généralités sur la combustion et la flamme

La figuration de la courbe est détaillée en Appendice A.

Figure ‎1-7: Courbe d’Hugoniot-Rankine pression/volume massique[1].

A cause de dégagement de chaleur au sein de milieu réagissant, la température est plus


élevée pour les produits que pour les réactifs, aussi la pression. La courbe 𝐻0 du milieu avant
combustion et la 𝐻 du milieu fluide après combustion. Du point 𝐼 de la première on peut par
combustion atteindre un point 𝐽, 𝐽′ ou 𝐽" de la seconde.
- Soit au-dessus du point B, donc avec (𝑝 − 𝑝0 ) positif et (1⁄𝜌 − 1⁄𝜌0 ) négatif,
c’est le cas de la détonation.
- Soit au-dessus du point C, donc avec (𝑝 − 𝑝0 ) négatif et (1⁄𝜌 − 1⁄𝜌0 ) positif,
c’est le cas de la déflagration.
Comme on le voit dans la figure (1.7), la droite de Rayleigh, possède une pente changée de
signe (𝜌0 𝑉0 )2, plus faible pour la déflagration que pour la détonation. Même pour 𝜌0 et 𝑉0.

1.3 Notions de la thermodynamique

La thermodynamique s’implique à un ensemble matériel « système ». Le système n’est


définit que si l’on en précise les frontières, et la nature des échanges qu’ils peuvent entretenir
avec l’extérieure. Il sera dit fermé ou ouvert selon les échanges de matières sont, ou non,
possibles. Alors on dit d’un système :

 Qu’il est isolé s’il n’échange ni énergie ni matière avec le milieu extérieure,
13
CHAPITRE 1 Généralités sur la combustion et la flamme

 Qu’il est fermé s’il n’échange que de l’énergie mais pas de matière avec l’extérieure,
 Qu’il est ouvert s’il peut échanger énergie et matière avec l’extérieure.[7]
Un système étant défini, on pourra, en principe décrire son état, en déterminant ses
propriétés « grandeurs d’état », entendant par cela l’ensemble des observables : température,
pression, volume, quantité de matière, composition par exemple.
Si nous considérons un système occupant le volume V à la température T constitué de n
composants chimiques comportant chacun N1,……., Ni……….,Nn nombre de moles, il existe à
l’équilibre thermique une variable extensive notée E appelé énergie :

𝐸(𝑇, 𝑉, 𝑁1 , . … . , 𝑁𝑛 ) = 𝐸(𝑇, 𝑉, 𝑁) + 𝐸0 (1.4)

Et une grandeur extensive S appelée entropie :

𝑆(𝑇, 𝑉, 𝑁1 , . … . , 𝑁𝑛 ) = 𝑆(𝑇, 𝑉, 𝑁) + 𝑆0 (1.5)

Ces deux grandeurs sont spécifiées à partir de la donnée de la température, du volume et


du nombre de moles de chaque constituant et définies à une constante additive près.

1.3.1 Le premier principe


Le premier principe repose sur l’attribution à tout système matériel fermé d’une propriété
extensive, l’énergie et sur l’établissement d’un bilan exact, d’une part, et sur les variations de
cette propriété au cours d’une transformation, d’autre part.

∆𝐸 = ∆(𝐸𝑝 + 𝐸𝑐 + 𝑈) = 𝑊 + 𝑄 (1.6)

𝐸𝑝 : L’énergie potentielle dans le champ pesanteur,


𝐸𝑐 :L’énergie cinétique de l’ensemble du système,
𝑈 : L’énergie interne,
𝑊 : Le travail fournit au système.
Pour une petite variation l’équation devient :

𝑑𝐸 = 𝑑𝑊 + 𝑑𝑄 (1.7)

14
CHAPITRE 1 Généralités sur la combustion et la flamme

Pour des systèmes fermés, si 𝑑𝑊 est le travail mécanique dû à une variation de volume 𝑑𝑉 :

𝑑𝑊𝑚é𝑐𝑎𝑛𝑖𝑞𝑢𝑒 = −𝑝. 𝑑𝑉 (1.8)


Où p est la pression sur la surface en mouvement.

On utilise plus souvent les enthalpies de chaque constituant qui sont composées en
enthalpie de référence à 𝑇0 et enthalpie sensible :

ℎ(𝑇) = ℎ𝑓0 + ∫ 𝐶𝑝 (𝑇)𝑑𝑡 (1.9)


𝑇0

Pour un système en régime, le premier principe s’écrit :

∆𝐻𝑡 = 𝐻𝑃 − 𝐻𝑅

𝑝 𝑇𝑝 𝑇𝑅
𝑅

∆𝐻𝑡 = ∑ 𝑛𝑠 (ℎ𝑓0 + ∫ 𝐶𝑝 (𝑇)𝑑𝑡) − ∑ 𝑛𝑠 (ℎ𝑓0 + ∫ 𝐶𝑝 (𝑇)𝑑𝑡) (1.10)


𝑠=1 𝑇0 𝑠=1 𝑇0
𝑝 𝑅

1.3.2 Second principe


Etant donné un système décrit par son volume, son énergie interne et sa quantité de
matière de chacun de ses constituants, il existe une propriété de système l’entropie S qui se
décompose en deux termes :

𝑑𝑆 = 𝑑𝑆𝑖 + 𝑑𝑆𝑒 (1.11)

Le terme 𝑑𝑆𝑒 est lié aux échanges thermiques par la relation :

𝛿𝑄
𝑑𝑆𝑒 = (1.12)
𝑇
Le terme 𝑑𝑆𝑖 est lié aux modifications internes du système, il est constamment positif, et
nul pour les transformations réversibles :
𝑑𝑆𝑖 ≥ 0 (1.13)

15
CHAPITRE 1 Généralités sur la combustion et la flamme

1.3.3 Principes de conservation


1.3.3.1 Loi des gaz parfaits

En pratique, le mélange de gaz s’effectue sans variation de volume si la pression et la


température ne varient pas. Par conséquent, 𝑉𝑠 étant le volume occupé initialement par le
constituant 𝑠, et 𝑉 étant le volume total.

𝑉 = ∑ 𝑉𝑠 (1.14)

Un mélange des gaz parfaits obéit à la loi suivante. En effet,

𝑝𝑉 = ∑ 𝑝𝑉𝑠 = ∑ 𝑛𝑠 𝑅𝑇 = ∑ 𝑚𝑠 𝑟𝑇 (1.15)

1.3.3.2 L’équation‎de‎continuité‎globale
La conservation de la masse totale du mélange est la somme des équations de
conservation de masse de chaque espèce s, l'équation de continuité globale du mélange peut
s'écrire:
𝜕𝜌 𝜕(𝜌𝑢)
+ =0 (1.16)
𝜕𝑡 𝜕𝑥
𝜌. 𝒛𝑠 𝜕
+ (𝜌(𝑢 + 𝑉𝑠 )𝑌𝑠 ) = 𝜔̇ 𝑙 ∀𝑠 (1.17)
𝜕𝑡 𝜕𝑥

Avec 𝒛𝑠 la fraction massique de l’espèce (𝒔), 𝑉𝑠 sa vitesse de diffusion et 𝜔̇ 𝑙 son taux de réaction
en (kg.m-3.s-1).
Si on effectue le bilan de masse totale (1.14) grâce au bilan de chacune des espèces (1.15), on
obtient que ∑𝑠 𝜔̇ 𝑙 = 0 et ∑𝑠 𝑌𝑠 𝑉𝑠 = 0 .
Dans la pratique, 𝑉𝑠 est donnée par la loi de Fick :

𝜕𝑌𝑠
𝑌𝑠 𝑉𝑠 = −𝐷𝑠 (1.18)
𝜕𝑥

𝐷𝑠 Étant le coefficient de diffusion de l’espèce (𝒔) dans le mélange.


L’utilisation de la loi de Fick dans (1.14) et la conservation de la masse totale (1.13)
impliquent :

𝜕 𝜕𝑌𝑠
(𝜌 ∑ 𝐷𝑠 )= 0 (1.19)
𝜕𝑥 𝜕𝑥
𝑠

16
CHAPITRE 1 Généralités sur la combustion et la flamme

Ceci n’est vrai que si 𝐷𝑠 = 𝐷 = 𝐶𝑡𝑒. Ainsi une vitesse de correction 𝑉𝑐 a été introduite pour
conserver la masse totale. Les équations (1.14), (1.15), et (1.16) nous donnent une nouvelle
expression pour le bilan de chaque espèce (1.17) et l’expression de 𝑉𝑐 (1.18).

𝜌𝑌𝑠 𝜕 ∂ 𝜕𝑌𝑠
+ (𝜌(𝑢 + 𝑉𝑐 )Ys ) = (𝜌𝐷𝑠 ) + 𝜔̇ 𝑙 ∀ 𝒔 𝑒𝑛𝑡𝑟𝑒 1 𝑒𝑡 𝑛 (1.20)
𝜕𝑡 𝜕𝑥 ∂x 𝜕𝑥

𝜕𝑌𝑠
𝑉𝑐 = −𝜌 ∑ 𝐷𝑠 (1.21)
𝜕𝑥
𝑠

1.3.3.3 Conservation de la quantité de mouvement


Pour le mélange, l’équation de conservation de la quantité de mouvement, s’écrit :

𝜕𝜌𝑢𝑖 𝜕𝜌𝑢𝑖 𝑢𝑗 𝜕𝑝 𝜕 𝜕𝑢𝑖 𝜕𝑢𝑗 2 𝜕𝑢𝑘


+ = − + [𝜇 ( + )− 𝜇 𝛿 ] (1.22)
𝜕𝑡 𝜕𝑥𝑗 𝜕𝑥𝑖 𝜕𝑥𝑗 𝜕𝑥𝑗 𝜕𝑥𝑖 3 𝜕𝑥𝑘 𝑖𝑗

(1) (2) (3) (4)

Terme (1) : représente le taux de variation de la ième composante de la quantité de mouvement


par unité de volume dans un volume de contrôle centré au point 𝑥𝑗 .
Terme(2) : représente le flux de la ième composante de la quantité de mouvement par convection
à travers les faces du volume de contrôle avec la vitesse 𝑢𝑗 .
ème
Terme(3) représente les forces de la pression sur les faces du volume de contrôle dans la i
direction.
Terme(4) : représente les forces visqueuses agissantes sur les faces du volume de contrôle dans
ème
la i direction.

Ou par une autre façon elle s’écrit [7]:


𝜕𝜌𝑢 𝜕𝜌𝑢2 𝜕𝑝 𝜕𝜏
+ =− + (1.23)
𝜕𝑡 𝜕𝑥 𝜕𝑥 𝜕𝑥

𝑅
Avec p la pression telle que p =∑𝑠 𝜌𝑠 𝑀 𝑇, Ms étant la masse molaire de l’espèce (𝒔).
𝑠

4 𝜕𝑢
𝝉 est le tenseur de Reynolds (𝜏 = 3 𝜇 𝜕𝑥 ).

𝜇 est la viscosité dynamique.

17
CHAPITRE 1 Généralités sur la combustion et la flamme

1.3.3.4 Bilan‎d’énergie
Beaucoup d’expression existent pour formuler la conservation de l’énergie. Comme déjà
vu dans l’expression (1.6) que l’énergie est une somme de plusieurs énergies, on a alors :

𝜕𝜌𝐸 𝜕𝜌𝑢𝐸 𝜕𝑞 𝜕(𝜏 − 𝑝)𝑢


+ = 𝜔̇ 𝑇 − + (1.24)
𝜕𝑡 𝜕𝑥 𝜕𝑥 𝜕𝑥

𝜔̇ 𝑇 : correspond au taux de dégagement de chaleur.


𝜕𝑞
− 𝜕𝑥 : Le flux de chaleur.
𝜕(𝜏−𝑝)𝑢
: La puissance des forces visqueuses et de pression.
𝜕𝑥

1.4 Conclusion

Dans ce chapitre, on a commencé par rappeler quelques notions sur la combustion et la


flamme (type de combustion, caractérisation de la flamme, les zones de la flamme).
Puis, on a détaillé les principes thermodynamiques et les équations de conservation
permettant de mieux comprendre le déroulement de phénomène étudié dans le chapitre suivant.

18
Chapitre 2

2 L’étude‎de‎la‎diffusion‎des‎mélanges
gazeux
CHAPITRE 2 L’étude de la diffusion des mélanges gazeux

2.1 Introduction

Un processus de transport fondamental apparaitre dans la mécanique des fluides


environnementaux est la diffusion. Ce processus est un phénomène microscopique qui désigne le
mécanisme naturel d'un système à rendre homogènes les concentrations des espèces chimiques en
son sein. En raison des mouvements moléculaires aléatoires sous l'effet d'un gradient de
concentration.[8]

Les phénomènes de diffusion sont présents dans de très nombreux domaines de la physique. La
diffusion peut toujours être considérée selon deux approches, du point de vue ondulatoire, et du
point de vue particulaire. Dans le premier cas, la diffusion de la chaleur constitue le meilleur
exemple. Par contre l'approche particulaire concerne d’avantage la diffusion d'un gaz ou d'un
corps en solution. Un exemple connu est la diffusion d’un parfum dans une chambre vide, si une
bouteille de parfum est ouverte et laissée évaporer dans l’air, rapidement on va sentir ce parfum
dans la chambre entière. Dans ce deuxième cas, la diffusion se caractérise par un transfert de
matière, qui est la réponse d'un milieu à toute modification de la répartition des concentrations.

Même à l'équilibre, les échanges de matière se poursuivent continuellement à l'échelle


moléculaire, on parle alors d'auto-diffusion.
On distingue deux types de transfert de matière :
 Transfert de matière par diffusion
 Transfert de matière par convection.[9]
Dans ce chapitre, nous restreindrons notre champ d'étude à la diffusion en termes physico-
chimiques de fractions massiques appliquée à un tube fermé de section carré deviser par une paroi
en deux chambres contient deux mélanges de composition différentes soumis à la même pression,
afin d’évaluer la distribution des fractions massiques à chaque instant et à chaque position le long
de tube. Ces résultats seront utilisés dans les chapitres suivants pour modéliser la combustion.

2.2 Présentation‎du‎domaine‎d’étude

Notre champs d’étude consiste en un tube long d’une hauteur de « 2𝑙 » (𝑙 = 0.5𝑚), et d’une
section carré de dimension « 𝑎 » (𝑎 = 0.03𝑚), ce tube est constitué de deux (02) chambre de
même volume séparer par une paroi (sort d’un clapet). Les deux chambres sont soumises à la
même pression totale 𝑃𝑡 = 1 𝑎𝑡𝑚 et règnent dans un milieu à température uniforme 𝑇=
298.15 𝐾 (Voir la figure 2.1).

20
CHAPITRE 2 L’étude de la diffusion des mélanges gazeux

Les deux chambres contiennent deux mélanges 𝑀1 𝑒𝑡 𝑀2 de composition et fraction massique


différentes, on distingue deux cas :

1er cas :

𝑀1 : 100 % 𝐶3 𝐻8 .

𝑀2 : 100 % 𝑂2.

2éme cas :

𝑀1 : 70% 𝐶3 𝐻8 , 20% 𝑂2 et 10% 𝑁2 .

𝑀2 : 80% 𝐶3 𝐻8 , 15% 𝑂2 et 5% 𝑁2 .

Figure ‎2-1: La géométrie d’étude.

2.3 Propriétés des mélanges

On s’intéressera dans ce paragraphe aux propriétés thermodynamiques des mélanges de gaz, et


plus particulièrement des mélanges de gaz parfaits.[10]

2.3.1 Mélanges de gaz


Soit un mélange de 𝑛𝑠 constituants, chacun étant une substance pure. La masse et le nombre de
moles totaux sont respectivement

𝑚 = 𝑚1 + 𝑚2 + ⋯ + 𝑚𝑠𝑛 = ∑ 𝑚𝑠 (2.1)

21
CHAPITRE 2 L’étude de la diffusion des mélanges gazeux

𝑛 = 𝑛1 + 𝑛2 + ⋯ + 𝑛𝑠𝑛 = ∑ 𝑛𝑠 (2.2)

On caractérise ce mélange par la fraction molaire :

𝑛𝑠
𝑦𝑠 = (2.3)
𝑛

Ou par la fraction massique :

𝑚𝑠
𝒛𝑠 = (2.4)
𝑚

Ces deux grandeurs sont évidemment liées. En effet, puisque 𝑚𝑠 = 𝑛𝑠 𝑀𝑠 où 𝑀𝑠 est la masse
molaire du constituant (𝒔),

𝑛𝑠 𝑀𝑠 𝑦𝑠 𝑀𝑠
𝒛𝑠 = = (2.5)
∑ 𝑛𝑠 𝑀𝑠 ∑ 𝑦𝑠 𝑀𝑠

Inversement

𝑚𝑠 𝒛𝑠
𝑛𝑠 ⁄𝑀 ⁄𝑀
𝑠
𝑦𝑠 = = 𝑚 = 𝒛 𝑠 (2.6)
𝑛 ∑ 𝑠⁄𝑀 ∑ 𝑠⁄𝑀
𝑠 𝑠

La masse molaire du mélange vaut :

𝑚 1
𝑀= = ∑ 𝑦𝑠 𝑀𝑠 = 𝒛 (2.7)
𝑛 ∑ 𝑠⁄𝑀
𝑠

Résultat connu sous le nom de loi de Dalton, il en résulte que :

𝑉𝑠 𝑛𝑠
= = 𝑦𝑠 (2.8)
𝑉 𝑛

On considère plusieurs quantités de gaz de nature différente à la même pression et à la même


température. On les met en contact, et on les laisse diffuser jusqu’à ce qu’ils forment un mélange
homogène. Ce faisant, on constate que les deux lois suivantes sont vérifiées.

2.3.2 Première loi des mélanges


Cette loi applique le principe des gaz parfaits vue en premier chapitre (1.15), appelée la loi de
BOYLE-MARIOTTE, par effet qu’il n’y a ni variation de volume ni de température.

22
CHAPITRE 2 L’étude de la diffusion des mélanges gazeux

2.3.3 Deuxième loi des mélanges


L’énergie interne d’un mélange des gaz parfaits est égale à la somme des énergies internes
de chacun des constituants à la même température.

𝑈 = ∑ 𝑈𝑠 = ∑ 𝑛𝑠 𝑢𝑠 (2.9)

2.3.4 La‎pression‎partielle‎d’un‎constituant
Considérons un mélange de gaz parfait de composition connue à une pression 𝑝 et une
température 𝑇 données et occupant un volume 𝑉 donné. Si chaque constituant était seul à occuper
le volume, sa pression vaudrait :

𝑝𝑠 𝑉 = 𝑛𝑠 𝑅𝑇 = 𝑝𝑉𝑠 (2.10)

Où 𝑉𝑠 serait le volume occupé par le constituant (𝒔) à la pression 𝑝 et la température 𝑇. Par


conséquent, en vertu de la première loi des mélanges :

∑ 𝑝𝑠 𝑉 = 𝑝 ∑ 𝑉𝑠 → ∑ 𝑝𝑠 = 𝑝 (2.11)

On donne dès lors à la grandeur 𝑝𝑠 le nom de pression partielle du constituant (𝒔). Il en résulte
que :

𝑝𝑠
= 𝑦𝑠 (2.12)
𝑝

2.4 Définition de la diffusion

La diffusion est le transport microscopique (une migration) de masse comme les atomes, les
molécules et les ions dans un milieu sous l'effet des différences de concentration, depuis les zones
concentrées en matière vers les zones moins concentrées. C'est un phénomène spontané,
irréversible et incontournable (phénomène dispersif) conduisant à un équilibre, se produisant par
suite de l'agitation thermique des molécules[31].

Au sens large, la diffusion désigne des transferts obéissants aux lois de Fick, s’il existe une
différence de concentration dans l’espace, par exemple entre deux compartiments séparés par une
membrane perméable (laissant passer le solvant comme le soluté). Il va y avoir, au cours du
temps, un déplacement de la matière, du compartiment concentré vers le moins concentré, comme
elle indique la figure (2.2)[32].
23
CHAPITRE 2 L’étude de la diffusion des mélanges gazeux

A un instant t = t1 A un instant t = t1 + Δt

Figure ‎2-2 : Schéma présentatif de phénomène de diffusion[28].

Lorsqu'un atome se déplace parmi des atomes de même nature, on parle d'autodiffusion. Par
exemple, on parlera d'autodiffusion du fer pour désigner la migration d'un atome de fer dans un
cristal de fer. Lorsque l'on a deux milieux homogènes différents que l'on met en contact, on parle
d'inter-diffusion.

2.5 Equations de diffusion


2.5.1 Première loi de Fick
La première loi de Fick constitue l'équation fondamentale de diffusion de molécules. Elle
s'applique aussi bien au gaz, qu’aux liquides ou aux solides.

Considérons le flux de particules d'une certaine espèce, les particules peuvent être des molécules,
des atomes, des défauts ponctuels, des électrons libres ou des trous électroniques, etc.…

Soit C(x,t) leur concentration, exprimée en nombre de particules ou d'atomes par unité de volume.

On définit le flux de diffusion « 𝐹 » comme la quantité de matière (particules) qui traverse par
seconde l'unité d'aire d'une surface normale au mouvement de transfert étudié. « 𝐹» est aussi
appelé la densité de courant de particules.[11]

En présence d'un gradient de concentration, on admet qu'il s'établit un flux de particules (un
écoulement de particules) dans le sens descendant le gradient, et que ce flux est proportionnel au
gradient correspondant :

𝜕𝐶
𝐹 = −𝐷 = −𝐷.𝑔𝑟𝑎𝑑 𝐶 (2.13)
𝜕𝑥

2
Où 𝑫 est appelé coefficient de diffusion ou diffusivité. Il est généralement exprimé en ( 𝑐𝑚 ⁄𝑠)

2
ou (𝑚 ⁄𝑠).

24
CHAPITRE 2 L’étude de la diffusion des mélanges gazeux

𝑪 est la concentration de particules exprimée en (atomes⁄𝑚3 ) ou (atomes⁄𝑐𝑚3 ).

Le signe négatif indique que le flux diffus de la région ayant une forte concentration de particules
à la moins forte (figure 2.3).

La relation (2.13) est connue sous le nom de la première équation de Fick. Elle se généralise à
trois dimensions :

𝜕𝐶 𝜕𝐶 𝜕𝐶
𝐹 = − (𝐷𝑥 + 𝐷𝑦 + 𝐷𝑧 ) (2.14)
𝜕𝑥 𝜕𝑦 𝜕𝑧

Si 𝐷 est une constante quelle que soit la direction dans l’espace (milieu isotrope), on peut écrire :

𝜕𝐶 𝜕𝐶 𝜕𝐶
𝐹 = −𝐷 ( + + ) (2.15)
𝜕𝑥 𝜕𝑦 𝜕𝑧
𝐹 = −𝐷. ∇𝐶 (2.16)
∇ : est l'opérateur LAPLACIEN.
La loi de Fick affirme alors qu'il y a proportionnalité entre le gradient de concentration et le flux
de diffusion.

Figure ‎2-3: Sens de diffusion du flux des particules.

2.5.2 Deuxièmes loi de Fick


Aussi appelée équation de la diffusion, la seconde équation de Fick exprime en tout point 𝑥 la
variation temporelle de la concentration 𝐶(𝑥, 𝑡) en fonction de sa variation spatiale au voisinage
de se point.

25
CHAPITRE 2 L’étude de la diffusion des mélanges gazeux

La première équation de Fick (2.16) est utilisée en régime permanent seulement, c'est à dire
lorsque le flux de particules ne dépend pas du temps.

La deuxième loi de Fick exprime non plus un régime permanent de diffusion, mais un régime
𝜕𝐶
transitoire ou l’on suppose 𝜕𝑡 ≠ 0. La variation de la concentration en fonction du temps est alors

définie par la relation :

𝜕𝐶 𝜕𝐹
=− (2.17)
𝜕𝑡 𝜕𝑥

La deuxième équation de Fick décrit comment le changement dans la concentration dans un


élément de volume est déterminé par le changement (variation) dans le flux entrant et le flux
sortant dans le volume (figure 2.4).[12]

Figure ‎2-4: Le flux entrant et sortant dans le volume.

En combinant les équations (2.14) et (2.17), on obtient :


𝜕𝐶 𝜕 𝜕𝐶
= (𝐷 ) (2.18)
𝜕𝑡 𝜕𝑥 𝜕𝑥
L'équation générale de la diffusion (ou deuxième équation de Fick), la relation (2.18) est une
équation aux dérivées partielles du second ordre de type parabolique, qui caractérise un
processus irréversible. Elle intervient ainsi dès que l'on s'intéresse à la diffusion en tant que
processus spatio-temporel. Elle est pratiquement impossible à résoudre analytiquement. Par
contre si 𝐷 est indépendant de la concentration, elle se simplifie notablement. L'équation (2.18)
s'écrit alors :

𝜕𝐶 𝜕 2𝐶
=𝐷 2 (2.19)
𝜕𝑡 𝜕𝑥

26
CHAPITRE 2 L’étude de la diffusion des mélanges gazeux

C'est la seule forme de la deuxième loi de Fick qui peut être analytiquement résolu. On pourra
considérer un nombre fini de solutions.

2.5.3 Solution de l'équation de diffusion (ou Seconde équation de Fick)


2.5.3.1 Cas une dimension
2.5.3.1.1 Solution analytique

L’équation générale de la diffusion est une équation aux dérivées partielles du second ordre. Elle
ne peut être résolue analytiquement tant que D dépende de la concentration, et donc de x et t.
Mais elle se simplifie notablement si D est indépendant de la concentration, un cas réalisé
notamment avec des systèmes qui restent chimiquement homogènes (autodiffusion, par
exemple).

En utilisant la méthode de séparation des variables on peut résoudre l’équation (2.19), c’est-à-
dire :

𝜕𝐶 𝜕 2𝐶
=𝐷 2
𝜕𝑡 𝜕𝑥
Cette équation est souvent qualifiée improprement de seconde loi de Fick. Il existe des
expressions analytiques différentes suivant les conditions initiales et aux limites du problème.
Ces solutions expriment la forme du profil de diffusion 𝑐(𝑥, 𝑡) et permettent de calculer le
coefficient de diffusion 𝐷 à partir des profils expérimentaux.

On pose :
𝐶(𝑥, 𝑡) = 𝑋(𝑥). 𝑇(𝑡) (2.20)
En remplaçant cette dernière expression dans l’équation (2.19) :

𝜕𝑇(𝑡) 𝜕 2 𝑋(𝑥)
𝑋(𝑥) = 𝐷 . 𝑇(𝑡) (2.21)
𝜕𝑡 𝜕𝑥

𝑑𝑇(𝑡) 𝑑 2 𝑋(𝑥)
𝑑𝑡 = 𝐷 𝑑𝑥 (2.22)
𝑇(𝑡) 𝑋(𝑥)

27
CHAPITRE 2 L’étude de la diffusion des mélanges gazeux

Le terme à gauche de (2.22) ne dépend que du temps 𝑡, et le terme à droite ne dépend que de 𝑥
(c’est pour cela on a remplacé l’opérateur :  par d ), alors l’égalité précédente n’a lieu que si les
deux termes sont égaux à une constante. On la note −𝛽 2 (elle est strictement négative) pour
des considérations intuitives et pour avoir une solution en terme physique (par exemple : la
concertation doit se diminuer avec le temps et ne pas croitre indéfiniment.)
On a alors :

𝑑𝑇(𝑡) 𝑑 2 𝑋(𝑥)
1 𝑑𝑡
= 𝑑𝑥 = −𝛽 2 (2.23)
𝐷 𝑇(𝑡) 𝑋(𝑥)

Et si on abrège la notation, on obtient le système suivant :

T (t )
   D 2
T (t ) T (t )  D 2T (t )  0 (*)
  
 X " ( x)    2  X " ( x)   2 X ( x)  0 (**)
 X ( x)
 (2.24)
Avec les conditions à limites suivantes :

 C
 x 0
 x 0

 C 0

 x x  2l  2

Et la condition initiale suivante :

C1 si x  0 , 0.5
C ( x,0)  f ( x)  
C 2 si x  0.5 , 1

L’équation (*) est une équation différentielle du premier ordre dont la solution est donnée par :

2 𝐷𝑡
𝑇(𝑡) = 𝑒 −𝛽 (2.25)

L’équation (**) est une équation différentielle du seconde ordre dont la solution est donnée par :

𝑋(𝑥) = 𝐴 cos(𝛽𝑥) + 𝐵 sin(𝛽𝑥) (2.26)

28
CHAPITRE 2 L’étude de la diffusion des mélanges gazeux

En dérivant : 𝑋 ′ (𝑥) = −𝐴𝛽 sin(𝛽𝑥) + 𝐵𝛽 cos(𝛽𝑥)


Pour déterminer les constantes 𝐴 𝑒𝑡 𝐵 : on utilise les conditions aux limites :

𝐶𝑥 (0, 𝑡) = 0 ⇒ 𝑋 ′ (0). 𝑇(𝑡) = 0 ⇒ 𝑋 ′ (0) = 0


On alors :
B  0

Nous avons deux cas :

B  0

Si et  X ( x )  cte (solution triviale)
   0

B  0

Alors et  X ( x)  A cos(x)
   0

𝐶𝑥 (2, 𝑡) = 0 ⇒ 𝑋 ′ (2). 𝑇(𝑡) = 0 ⇒ 𝑋 ′ (2) = 0

On a donc :
𝑋 ′ = −𝐴𝛽 sin(2𝛽) = 0

D’après la première condition aux limites :


𝛽=0

Donc :

 A  0 autrement dit (A  0)

Si et  X ( x)  0  X ( x)  cte (solution triviale)
 sin(2 )  0

 X n ( x)  cos( n x)
 A  0 
Alors    avec :  n 
n
 sin(2 )  0  2
Donc, la distribution des concentrations s’écrit de la forme suivante :


2
𝐶 (𝑥, 𝑡) = ∑ 𝐴𝑛 cos 𝛽𝑛 𝑥𝑒 −𝛽𝑛𝐷𝑡 (2.27)
𝑛=1

29
CHAPITRE 2 L’étude de la diffusion des mélanges gazeux

Pour calculer les 𝐴𝑛 , on utilise la condition initiale et la propriété d’orthogonalité :


C1 pour : 0  x  1
C ( x,0)   An cos  n x  
n 1 C2 pour : 1  x  2

Pour cela, appliquer la propriété d’orthogonalité des fonctions propres 𝑋𝑛 (𝑥) :

𝑛𝜋
𝑋𝑛 (𝑥) = cos(𝛽𝑛 𝑥), où 𝛽𝑛 = 2

Fonctions propres sur [0,0.5[ et ]0.5,1] :

1 𝑛𝜋 𝑚𝜋 0 , 𝑠𝑖𝑛 ≠ 𝑚
C’est-à-dire ∫0 [𝑐𝑜𝑠 ( 2 𝑥). cos( 𝑥)]. dx = {
2 ≠ 0 𝑝𝑜𝑢𝑟𝑛 = 𝑚

2
𝑛𝜋 𝑚𝜋 0 , 𝑠𝑖 𝑛 ≠ 𝑚
∫[𝑐𝑜𝑠 ( 𝑥). cos( 𝑥)]dx = {
2 2 ≠ 0 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑛 = 𝑚
1

Pour vérifier on utilise les relations trigonométriques suivantes :[13]


1
cos(𝑚𝑥) cos(𝑛𝑥) = [cos(𝑚 − 𝑛) 𝑥 + cos(𝑚 + 𝑛) 𝑥]
2
sin(𝑛 + 𝑚)𝑥 = [sin(𝑛𝑥) cos(𝑚𝑥) + cos(𝑛𝑥) sin(𝑚𝑥)]
sin(𝑛 − 𝑚)𝑥 = [sin(𝑛𝑥) cos(𝑚𝑥) − cos(𝑛𝑥) sin(𝑚𝑥)]

Donc
1 2
∫0 𝐶1 cos(𝛽𝑛 𝑥)𝑑𝑥 ∫1 𝐶2 cos(𝛽𝑛 𝑥)𝑑𝑥 2(𝐶1 − 𝐶2 ) 𝑛𝜋
𝐴𝑛 = 1 + 2 = sin ( ) (2.28)
∫0 cos2 𝛽𝑛 𝑥𝑑𝑥 ∫1 cos2 𝛽𝑛 𝑥 𝑑𝑥 𝑛𝜋 2

Finalement, on obtient l’expression de 𝐶(𝑥, 𝑡) mais il faut noter que la fonction est discontinue
𝐶1 +𝐶2
au point x  1 dont la fonction prend d’après le théorème des fonctions discontinues de la
2

première espèce.


𝐶1 + 𝐶2 2(𝐶1 − 𝐶2 ) 𝑛𝜋 2
𝐶(𝑥, 𝑡) = +∑ sin ( ) cos 𝛽𝑛 𝑥𝑒 −𝛽𝑛𝐷𝑡 (2.29)
2 𝑛𝜋 2
𝑛=1

30
CHAPITRE 2 L’étude de la diffusion des mélanges gazeux

2.5.3.1.2 L’organigramme

Début

Les donnes :
𝐶1 : Concentration de milieu
𝑀1
𝐶2 : Concentration de milieu
𝑀2
D : coefficient de diffusion
L : la mi-hauteur de tube
EPS : la précision

Initialisatio
n:

Pas de temps : dt=0.01s, k=0


2𝑙
Pas de position : dx=200
Concentration :
Pour x allant de 0 jusqu’à (l-dx) c(x, t)= 𝐶1 ;
𝐶 +𝐶
Pour x=l ; c(x, t)= 1 2 2 ;
Pour x allant de l+ dx jusqu’à (2l) c(x, t)= 𝐶2 ;

Organigramme ‎2-1:Schématisation de la solution analytique de l'équation de diffusion


-1er partie -

31
CHAPITRE 2 L’étude de la diffusion des mélanges gazeux

Conteur de temps k :
K=k+1

Traitement :
Pour x allant de 0 jusqu’à 2l par pas de dx
Faire ; ct=0
Pour j allant de 1 jusqu’à 100
Faire ; ct= ct+
2(𝐶1 −𝐶2 ) 𝑛𝜋 2
sin ( ) cos 𝛽𝑛 𝑥𝑒 −𝛽𝑛 𝐷𝑡
𝑛𝜋 2
Fin boucle ;
𝐶 +𝐶
C(x)= 1 2 2 + 𝑐𝑡
Fin boucle ;

Sous-programme pour calculer le max et la


min de concentration :
maxi= c(1) ; mini= c(1)
Pour x allant de 0 jusqu’à 2l par pas de dx
Faire ;
Si [c(i) ≤ mini] alors mini=c(i)
Si [c(i) ≥maxi] alors maxi=c(i)
Fin de boucle

Test de
𝑚𝑎𝑥𝑖−𝑚𝑖𝑛𝑖 Non
Si | |.≤.EPS
convergence : 𝑚𝑎𝑥𝑖

Oui
Résultats :

Afficher le temps : t= k*dt (s)


Pour x allant de 0 jusqu’à 2l
par pas de dx
Faire ;
Ecrire x,c(x)
Fin de boucle

Fin de programme

Organigramme ‎2-2:Schématisation de la solution analytique de l'équation de diffusion -2eme


partie - 32
CHAPITRE 2 L’étude de la diffusion des mélanges gazeux

2.5.3.2 Cas deux dimensions


Sans besoin de faire un développement et une analyse assez profonde, que ce soit par la méthode
de la solution produit ou la méthode générale (car notre conditions aux limites sont homogènes
et la condition initiale est séparable). On peut déduire d’après la formule de la concentration
obtenu dans le cas 1D que les variations de cette dernière le long de l’axe x est une fonction de
cosinus, qui est une fonction paire, ce qui implique une symétrie par rapport à l’axe y. Donc, la
distribution de la concentration le long de l’axe y est uniforme.

2.5.3.2.1 Méthodes numériques pour la résolution‎de‎l’équation‎de‎la‎diffusion

Les problèmes physiques rencontrés dans notre quotidien sont décrits par des équations à
dérivées partielles fortement couplées et non linéaires. En général, ces équations n’admettent pas
de solutions analytiques sauf dans des cas très simplifiés. C’est pourquoi un recours aux
méthodes de résolution numériques est nécessaire. Il existe plusieurs méthodes numériques :

- méthode des différences finies,

- méthode des éléments finis,

- méthode des volumes finis.

Chaque méthode de résolution numérique d’un problème continu comporte une phase de
maillage et une phase de discrétisation.

La phase de maillage consiste à diviser le domaine d’étude en de petits volumes appelés volumes
de contrôle.

La phase de discrétisation transforme le problème continu en un problème discret. Les équations


ainsi que les conditions aux limites sont approchées par des équations et conditions
discrètes.[14]

2.5.3.2.2 Méthode des éléments finis


La méthode des éléments finis est utilisée pour résoudre numériquement des équations aux
dérivées partielles. Celles-ci peuvent par exemple représenter analytiquement le comportement
dynamique de certains systèmes physiques (mécaniques, thermodynamiques, acoustiques…etc).
Dans notre cas nous utilisons le schéma explicite à différentielle directe première (F.F.D)

33
CHAPITRE 2 L’étude de la diffusion des mélanges gazeux

2.5.3.2.2.1 Discrétisation
a) Elaboration‎d’un‎maillage‎(décomposition‎de‎la‎géométrie‎en‎nœuds‎élémentaires)‎:

On découpe le domaine de calcul en élément géométriques (des nœuds). Ces nœuds élémentaires
doivent assurer la couverture totale du domaine. Alors le tube est devisé selon l’axe y a « m »
0.03 2
nœuds espacés d’une longueur ∆𝑦 = et à « n » nœuds selon l’axe x distancés par ∆𝑥 = 𝑛 (voir
m

la figure 2.5)

2.5.3.2.2.2 Développement

La discrétisation de l’équation de la diffusion en 2D à un nœud i donne :

𝜕𝐶 𝜕 2𝐶 𝜕 2𝐶
= 𝐷 ( 2 + 2) (2.30)
𝜕𝑡 𝜕𝑥 𝜕𝑦

a) Traitement du terme de la dérivée temporelle

𝜕𝐶 1
( )𝑖 = (𝐶𝑖𝑘+1 − 𝐶𝑖𝑘 ) (2.31)
𝜕𝑡 ∆𝑡
Sachant que :
i : indice de nœud.
k : indice de temps.

b) Traitement du terme de la dérivée spatiale

Selon l’axe x :

𝜕𝐶 𝜕𝐶 𝑘
− 𝐶𝑖𝑘 𝐶𝑖𝑘 − 𝐶𝑖−1
𝑘
( ) 1 − ( ) 1 𝐶𝑖+1
𝜕2𝐶 𝜕 𝜕𝐶 𝜕𝑥 𝑖+ 𝜕𝑥 𝑖− −
( 2 )𝑖 = ( ) = 2 2
= ∆𝑥 ∆𝑥
𝜕𝑥 𝜕𝑥 𝜕𝑥 𝑖 ∆𝑥 ∆𝑥
1 𝑘
= 2 (𝐶𝑖+1 − 2𝐶𝑖𝑘 + 𝐶𝑖−1
𝑘
) (2.32)
∆𝑥

D’après la figure qui schématise notre problème, on peut écrire :

𝜕 2𝐶 1
( ) 𝑖 = (𝐶 𝑘 − 2𝐶𝑖𝑘 + 𝐶𝑖−𝑚
𝑘
) (2.33)
𝜕𝑥 2 ∆𝑥 2 𝑖+𝑚

34
CHAPITRE 2 L’étude de la diffusion des mélanges gazeux

Figure ‎2-5: La discrétisation 2D en élément fini et les points singuliers

Selon‎l’axe‎y :
𝜕𝐶 𝜕𝐶 𝑘
𝐶𝑖+1 − 𝐶𝑖𝑘 𝐶𝑖𝑘 − 𝐶𝑖−1
𝑘
( ) 1−( ) 1
2
𝜕 𝐶 𝜕 𝜕𝐶 𝜕𝑦 𝑖+ 𝜕𝑦 𝑖− −
2 2 ∆𝑦 ∆𝑦
( 2 )𝑖 = ( ) = =
𝜕𝑦 𝜕𝑦 𝜕𝑦 𝑖 ∆𝑦 ∆𝑦
1 𝑘
= 2 (𝐶𝑖+1 − 2𝐶𝑖𝑘 + 𝐶𝑖−1
𝑘
) (2.34)
∆𝑦

1 𝑘+1 𝐷 𝐷
(𝐶𝑖 − 𝐶𝑖𝑘 ) = 2 (𝐶𝑖+𝑚
𝑘
− 2𝐶𝑖𝑘 + 𝐶𝑖−𝑚
𝑘 𝑘
) + 2 (𝐶𝑖+1 − 2𝐶𝑖𝑘 + 𝐶𝑖−1
𝑘
) (2.35)
∆𝑡 ∆𝑥 ∆𝑦

On pose
∆𝑡 ∆𝑡
𝑟𝑥 = , 𝑟𝑦 =
∆𝑥 2 ∆𝑦 2
Alors :

𝐶𝑖𝑘+1 = 𝐷𝑟𝑥 𝐶𝑖+𝑚


𝑘
+ [1 − 2𝐷(𝑟𝑥 + 𝑟𝑦 )] 𝐶𝑖𝑘 + 𝐷𝑟𝑥 𝐶𝑖−𝑚
𝑘 𝑘
+ 𝐷𝑟𝑦 𝐶𝑖+1 𝑘
+ 𝐷𝑟𝑦 𝐶𝑖−1 (2.36)

35
CHAPITRE 2 L’étude de la diffusion des mélanges gazeux

c) Traitement des conditions aux limites


La notion de conditions aux limites se perçoit comme les conditions imposées aux frontières de
tube.

Leur développement permet pour les différents cas sont détaillés en Appendice B.

2.5.3.2.3 Etude de stabilité de schéma numérique

Un certain nombre de notion est nécessaire lors de la résolution d'équations aux dérivées
partielles (EDP) au moyen de leurs équivalents discrétisés. Les trois principales sont la
convergence, la stabilité et la consistance. Ces trois propriétés permettent de relier la solution
exacte des équations continues à la solution exacte des équations discrétisées et à la solution
numérique obtenue. Ces différents liens, résumés sur la figure (2.6), sont :[14]

La stabilité : c’est la propriété qui assure que la différence entre la solution numérique obtenue et
la solution exacte des équations discrétisées est bornée.

La consistance : c’est la propriété qui assure que la solution exacte des équations discrétisées
tende vers la solution exacte des équations continues lorsque le pas de discrétisation (∆𝑡 et ∆𝑥)
tendent vers zéro.

La convergence : c’est la propriété qui assure que la solution numérique tende vers la (ou une)
solution exacte des équations continues. C'est évidemment la propriété la plus recherchée.

Figure ‎2-6: Solutions exactes, numérique et discrète.

36
CHAPITRE 2 L’étude de la diffusion des mélanges gazeux

D’après le théorème de Lax qui affirme que pour un problème bien posé, et avec un schéma
numérique consistant, la stabilité est une condition nécessaire et suffisante pour la convergence
afin d’éviter l’évolution exponentielle des erreurs.Dans notre cas la condition est :

1
𝑟𝑥 + 𝑟𝑦 <
2
∆𝑡 ∆𝑡 1
𝑐. à. 𝑑 2
+ 2< (2.37)
∆𝑥 ∆𝑦 2

2.5.3.2.4 L’organigramme

Début

Les donnes :

𝐶1 ,𝐶2 ,𝐷 et 𝐸𝑃𝑆
𝑛:Nombre des nœuds
suivant l’axe 𝑥
𝑚:nombre des nœuds
suivant l’axe 𝑦

Initialisation

Pas de temps : dt=0.001s,


2
𝑑𝑥 = 𝑛 (pas suivant l’axe 𝑥)
0.3
𝑑𝑦 = 𝑚
(pas suivant l’axe 𝑦)
∆𝑡 ∆𝑡
𝑟𝑥 = ;𝑟 = ∆𝑦2
∆𝑥 2 𝑦
Concentration :
𝑛
Pour 1 ≤ 𝑖 ≤ (2 − 1) 𝑚 𝐶𝑖𝑘 = 𝐶1
𝑛 𝑛 𝐶1 +𝐶2
Pour (2 − 1) 𝑚 + 1 ≤ 𝑖 ≤ (2 ) 𝑚 𝐶𝑖𝑘 = 2
𝑛
Pour (2 ) 𝑚 ≤ 𝑖 ≤ 𝑛𝑚 𝐶𝑖𝑘 = 𝐶2

Conteur de temps k :
l=l+1

1 2

Organigramme ‎2-3:Schématisation de la solution de l'équation de diffusion par la méthode des éléments finis
-1ere partie-.

37
CHAPITRE 2 L’étude de la diffusion des mélanges gazeux

1 2

Traitement :

Pour j allant de 0 jusqu’à (𝑛 − 1) ; Pour j allant de 0 jusqu’à


Pour k allant de 1 jusqu’à 𝑚; (𝑛 − 1) ;
Faire ; ct=0 Pour k allant de 1 jusqu’à 𝑚;
Voir le passage de traitement des I=j*m+k
conditions aux limites Faire ; 𝐶 𝑘 (i) = 𝐶 𝑘+1(i)
Fin boucle ; Fin boucle ;
Fin boucle. Fin boucle.

Sous-programme pour calculer le max et la


min de concentration :
Maxi= 𝐶 𝑘+1 (1) ; mini= 𝐶 𝑘+1 (1)
Pour j allant de 0 jusqu’à (n-1)
Pour k allant de 1 jusqu’à (m)
Faire ;
Si [𝐶 𝑘+1(i) ≤ mini] alors mini=𝐶 𝑘+1(i)
Si [𝐶 𝑘+1(i) ≥maxi] alors maxi=𝐶 𝑘+1 (i)
Fin de boucle
Fin de boucle

Test d’arrêt : Non


Si l.≤1000000

Oui

Non
Test de 𝑚𝑎𝑥𝑖−𝑚𝑖𝑛𝑖
Si | 𝑚𝑎𝑥𝑖 |.≤.EPS
convergence

Oui

4 3

Organigramme ‎2-4:Schématisation de la solution de l'équation de diffusion par la méthode des éléments finis -2eme
partie-.

38
CHAPITRE 2 L’étude de la diffusion des mélanges gazeux

4 3

Résultats :

Afficher le temps : t= l*dt (s)


Pour j allant de 0 jusqu’à (n-1) ;
Pour k allant de 1 jusqu’à m ;
Faire;
Ecrire j*m+k, 𝐶 𝑘+1 (j*m+k)
Fin de boucle
Fin de boucle

Convergence non
atteinte
(Changer dx, dy et dt)
Arrêt !

Fin de programme

Organigramme ‎2-5:Schématisation de la solution de l'équation de diffusion par la méthode des


éléments finis -3eme partie-.

2.6 Le coefficient de diffusion de matière


2.6.1 Définition
La diffusivité massique est l’une des propriétés liées aux transferts de matière caractérise
l’aptitude d’un matériau à laisser migrer les molécules diffusantes. Au-delà de son caractère qui
relève du domaine de la science fondamentale, la diffusivité massique admet plusieurs
applications.

Généralement, ce coefficient est définitif pour deux espèces. Même pour les systèmes multi –
composants il peut être donné pour chaque paire d’espèce dans le système. Il s’exprime en
(𝑚2 /𝑠) en unités du SI, et en (𝑐𝑚2 /𝑠) en unités de CGS.

Il est analogue à la diffusivité thermique dans la loi de Fourier et à la viscosité cinématique dans
la loi de Newton[15].

39
CHAPITRE 2 L’étude de la diffusion des mélanges gazeux

2.6.2 Ordre de grandeur de diffusion


La vitesse du phénomène de diffusion est quantifiée par la diffusivité ou le coefficient de
diffusion. Généralement la diffusivité augmente avec la température. Cependant, alors que la
diffusivité des gaz est pratiquement indépendante de la composition mais varie avec la pression,
la diffusivité des liquides et des solides est essentiellement dépendante de la concentration.

Dans le tableau (2.1), nous avons reporté les ordres de grandeurs des coefficients de diffusion
dans les différents milieux et dans le tableau (2.2) quelques valeurs concernant certain
systèmes[16].

Gaz (sous pression atmosphérique) 10−4 -10−6

Liquide 10−8 -10−10

Liquide diffuse dans un solide 10−8 -10−12

Polymères et verre 10−10 -10−14

Solide 10−10 -10−34


Tableau ‎2-1: Ordre de grandeur coefficient de diffusion en〖 (m〗^2/s).[33]

2.6.3 Coefficient de diffusion en phase gazeuse


2.6.3.1 Théorie cinétique des gaz
Le coefficient de diffusivité pour un mélange binaire gazeux non- polaire peut être prédit à 5%
près par la théorie cinétique des gaz. Considérons une grande quantité de gaz contenant deux
espèces moléculaire A et A’ de même masse 𝑚𝐴 , même taille et de même forme (variété
isotopique). On supposera, en outre, que ces molécules sont des sphères

rigides de diamètre 𝑑𝐴 et que la concentration volumique est suffisamment faible pour que la
distance moyenne entre molécules soit plusieurs fois supérieure à 𝑑𝐴 . On arrive à :

1
̅̅̅.̅𝜆)
𝐷𝐴𝐴′ = (𝑢 (2.38)
3 𝐴

Avec :
1
8𝐾 𝑇 2
𝑢𝐴 =
̅̅̅ ( 𝜋𝑚𝐵 ) : vitesse moléculaire moyenne des molécules due à l’agitation thermique.
𝐴

40
CHAPITRE 2 L’étude de la diffusion des mélanges gazeux
1
̅𝜆 = 2𝑛 : Libre parcours moyen (distance moyenne parcourue par la molécule à la suite
√2𝜋𝑑𝐴 𝑚𝐴

de collisions)

𝐾𝐵 : Constante de Boltzmann (𝐾𝐵 = 1,38 · 10−23J ·𝐾 −1 ).


Pour un gaz parfait :
𝑛 𝑅
𝑝 = ( 𝑉𝐴) RT et 𝐾𝐵 = 𝑁
𝐴

𝑁𝐴 : Nombre d'Avogadro égal à 6.022140857. 1023 ·𝑚𝑜𝑙 −1 .


𝑛
𝑝 = ( 𝑉𝐴 𝑁𝐴 )𝐾𝐵 𝑇.

1 3
2 𝐾𝐵 3 2 𝑇 2
𝐷𝐴𝐴′ = ( 3 ) (2.39)
3 𝜋 𝑚𝐴 𝑝𝑑𝐴2

atomes Température (K) Rayon atomique(10−10 m) Masse molaire (𝑔. 𝑚𝑜𝑙 −1 )

Azote(N) 298.15 1.55 14.0067

Oxygène(O) 298.15 1.52 15.9994


Tableau ‎2-2: Masse molaire et rayon atomique d’azote et d’oxygène.[34]

vitesse moléculaire moyenne 𝑢 Libre parcours moyen 𝜆 coefficient de diffusion


gaz
(𝑚⁄𝑠) (10−9 m) 10−5 (𝑚2 ⁄𝑠)
𝑁2 671.4824 95.1544 2.1298

𝑂2 628.2763 98.9476 2.0722


Tableau ‎2-3: Vitesse moléculaire moyenne, libre parcours moyen et coefficient de diffusion d’azote et
d’oxygène à T=298.15K.

Dans le cas de sphères rigides A et B de différentes masses et différents diamètres, le calcul


coefficient de diffusion 𝐷𝐴𝐵 est plus compliqué :

1 1 3
2 𝐾𝐵 3 2 1 1 2 𝑇2
𝐷𝐴𝐵 = ( 3 ) .( + ) . 2 (2.40)
3 𝜋 2𝑚𝐴 2𝑚𝐵 (𝑑 2 + 𝑑 2 )
𝑝[ 𝐴 2 𝐵 ]

41
CHAPITRE 2 L’étude de la diffusion des mélanges gazeux

Remarque :
Les équations (2.39) et (2.40) sont en accord avec les données expérimentales jusqu’à 10 bars.

𝐷𝐴𝐵 (𝑃, 𝑇) 𝑃0 𝑇 3⁄2


= [ ] (2.41)
𝐷𝐴𝐵 ( 𝑃0 , 𝑇0 ) 𝑃 𝑇0

Pour un gaz parfait et à partir de la théorie cinétique de Chapman-Enskog, qui prend en


considération les forces intermoléculaires d’attraction et de répulsion entre molécules A et B de
différente taille, la formule de coefficient de diffusion s’écrit :

3 1
𝑇2 1 1 2
𝐷𝐴𝐵 = 1.8583. 10−7 . 2 .( + ) (2.42)
𝑝𝜎𝐴𝐵 Ω𝐷𝐴𝐵 𝑀𝐴 𝑀𝐵

Avec :

𝑝 : La pression totale en (atm).


T : température en Kelvin (K).
𝑀𝐴 ,𝑀𝐵 : Masse molaire de A et B (g/mol).

𝜎𝐴𝐵 : Paramètre de Lennard-Jones (Å).

Ω𝐷𝐴𝐵 : La fonction ou ‘le potentiel’ de Lennard-Jones.

Le potentiel de Lennard-Jones Ω𝐷𝐴𝐵 est une fonction de la température T et de l’énergie


d’interaction moléculaire 𝜀𝐴𝐵 [17].
∗ ∗ ∗)
Ω𝐷𝐴𝐵 = 1.06036(𝑇 ∗ )−0.1561 + 0.193𝑒 (−0.47635𝑇 ) + 1.03587𝑒 (−1.52996𝑇 ) + 1.76474𝑒 (−3.89411𝑇

𝐾𝐵 𝑇
Avec : 𝑇 ∗ = 𝜀𝐴𝐵

𝜀𝐴𝐵 : Énergie d’attraction moléculaire (J) 𝜀𝐴𝐵 =√𝜀𝐴 . 𝜀𝐵


𝜀𝐴 , 𝜀𝐵 , 𝜎𝐴 et 𝜎𝐵 peuvent être calculés à partir des conditions au point normal d’ébullition des
liquides ( 𝑃𝑒𝑏 , 𝑇𝑒𝑏 𝑒𝑡 𝑉𝑚 𝑒𝑏 ).

L’énergie d’attraction moléculaire 𝜀𝐴 𝑒𝑡 𝜀𝐵 est estimée à partir de la formule empirique suivante :

𝜀𝑖
= 1.21 𝑇𝑒𝑏 𝑖
𝐾𝐵

𝑇𝑒𝑏 : Température normale d’ébullition (K).


42
CHAPITRE 2 L’étude de la diffusion des mélanges gazeux

Paramètre de Lennard-Jones 𝜎𝐴𝐵 est la distance intermoléculaire de collision entre A et B.


1
𝜎𝐴𝐵 =2 (σA + σB )

1
Avec : 𝜎𝑖 = 1.166. 𝑉𝑚 𝑒𝑏 𝑖 3

Où : 𝑉𝑚 𝑖 volume molaire de i à l’état liquide, à la température d’ébullition et à pression

3
normale (m ⁄kmol).

𝑉
𝑉𝑚 =
𝑛

Dans le cas des gaz parfaits, l'équation des gaz parfaits donne :

𝑃. 𝑉 = 𝑛𝑅𝑇

𝑅𝑇𝑒𝑏
𝑉𝑚 𝑒𝑏 =
𝑃

Remarque :

L’équation (2.42) est connue sous le nom de l’équation de Bird-Hirschfelder-Curtis (1954) dont
le domaine de validité est (0 < p < 2 atm) et (200 < T < 1000 K), (8% d’erreur)[18].

La relation (2.42) n’est pas homogène en dimensions et qu’il y a donc lieu de respecter
strictement les unités utilisées.

Cette relation permet bien de vérifier que 𝐷𝐴𝐵 =𝐷𝐵𝐴 et que 𝐷𝐴𝐵 ne dépend pas de la composition,
ce qui est observé pour la plupart des mélanges gazeux binaires sous faible pression.

Masse 3
atome molaire 𝑇𝑒𝑏 (K) 𝑉𝑚 (𝑚 ⁄𝑘𝑚𝑜𝑙) 𝜎𝑖
𝜀𝑖
(K)
𝐾𝐵
(g/mol)

Carbone(C) 12.0107 5100.15 418.4815 8.7214 6171.1815

Hydrogène(H) 1.00794 20.25 1.6615 1.3810 24.5025

Tableau ‎2-4: Quelques caractéristiques de l’hydrogène et de carbone.

43
CHAPITRE 2 L’étude de la diffusion des mélanges gazeux

Température 𝜀𝐶𝐻 coefficient de diffusion


𝜎𝐶𝐻 (K) 𝑇∗ Ω𝐷𝐶𝐻
(K) 𝐾𝐵 10−5 (𝑚2 ⁄𝑠)

𝐶3 𝐻8 298.15 5.0512 388.8564 0.7667 1.6488 2.3581

Tableau ‎2-5: Coefficient de diffusion de propane (C3H8) à T=298.15.

2.6.3.2 Relations semi-empiriques


A cause de la nature complexe des relations précédentes, un certain nombre de relations
empiriques sont proposées dans la littérature.

2.6.3.2.1 Equation de Fuller, Schettler et Giddings


Ils ont proposé une corrélation (La précision de cette corrélation est de 20%) qui donne [19] :

1
𝑇 1.75 1 1 2
𝐷𝐴𝐵 = 1.01. 10−3 . 2 .( + ) (2.43)
𝑝(∑ 𝑉𝐴 1⁄3 + ∑ 𝑉𝐵 1⁄3 ) 𝑀𝐴 𝑀𝐵

𝑉𝑖 : Le volume atomique de diffusion (voir le tableau 2.6)

Atomic and Structural Diffusion Volume Increments

C 16.5 (𝐶𝐼) 19.5


H 1.98 (𝑆) 17.0
O 5.48 Aromatic pr heterocyclic rings -20.2
(𝑁)𝑎 5.69
Diffusion Volumes of Simple molecules

𝐻2 7.07 𝐶𝑂2 26.9


𝐷2 6.70 𝑁2 𝑂2 35.9
𝐻𝑒 2.88𝑁𝐻3 14.9
𝑁2 17.9𝐻2 𝑂 12.7
𝑂2 16.6(𝐶𝐶𝑙2 𝐹2 ) 114.8
𝐴𝑖𝑟 20.1(𝑆𝐹6 ) 69.7
𝐴𝑟 16.1(𝐶𝑙2 ) 37.7
𝐾𝑟 22.8 (𝐵𝑟2 ) 67.2
𝑁𝑒 5.59(𝑆𝑂2 ) 41.1
(𝑋𝑒) 37.9𝐶𝑂 18.9
a
parenthèses indique que la valeur est basée seulement sur un petit nombre des points data

Tableau ‎2-6: Le volume de diffusion pour quelques atomes et molécules. [20]

44
CHAPITRE 2 L’étude de la diffusion des mélanges gazeux

coefficient de diffusion
Température(K)
10−5 (𝑚2 ⁄𝑠)
𝐷𝑂2⁄𝑂2 298.15 2.0752

𝐷𝑁2 /𝑁2 298.15 2.1092

𝐷𝐶3 𝐻8 /𝐶3𝐻8 298.15 0.7091

𝐷𝑂2/𝑁2 298.15 2.0941

𝐷𝑂2/𝐶3 𝐻8 298.15 1.1593

𝐷𝑁2/𝐶3 𝐻8 298.15 1.1827


Tableau ‎2-7: Le coefficient de diffusion binaire.

Pour calculer le coefficient de diffusion dans les systèmes multi-composants, Wilke a utilisé
l'équation de Maxwell-Stefan pour d’écrire l'expression suivante (avec une erreur de 10%
environ)[17].

𝐷𝑚 = ∑ 𝐷𝑔 𝑖 (2.44)
𝑖=1

𝐷𝑔 𝑖 : Coefficient de diffusion globale de l’élément i constituant le mélange.

𝑦𝑗 1−∑𝑛−1
𝑗=1 𝑦𝑗 −1
𝐷𝑔 𝑖=(∑𝑛−1
𝑗=1 + )
𝐷𝑖/𝑗 𝐷𝑖/𝑖

Pour notre problème :

1er cas 2éme cas

mélange 1 mélange 2
𝐷𝑡 =
𝐷𝑂2 /𝐶3 𝐻8 =
𝐷𝑔𝑂2 =
1.1593.10−5 𝐷𝑔𝐶3 𝐻8 = 𝐷𝑔𝑁2 = 𝐷𝑔𝑂2 = 𝐷𝑔𝐶3 𝐻8 = 𝐷𝑔𝑁2 =
1.337.
(𝑚2 ⁄𝑠) 8.037.10−6 1.3609.10−5 1.2718.10−5 7.6931.10−6 1.2957.10−5
−5
10

Tableau ‎2-8: les coefficients de diffusion de chaque espèce.

45
CHAPITRE 2 L’étude de la diffusion des mélanges gazeux

2.7 Conclusion

Dans ce chapitre nous avons présenté le model de diffusion appliqué à notre problème, par
l’étude des équations de Fick et décrire les principaux lois thermodynamique appliquées à ce
modèle.

La résolution analytique 1D permet de déduire que la diffusion est unidirectionnelle (l’évolution


est suivant l’axe « 𝑜𝑥 »selon l’équation (2.32), et ce qui était affirmer par l’étude 2D par la
méthode des éléments finis.

Le choix de schéma numérique (schéma explicite) était bien choisir pour reformer le problème
2D en 1D et minimiser le nombre des itérations et avoir un gain en termes de cases de mémoire
et de temps.

Le traitement des conditions aux limites sert à bien définir les frontières de tube et d’évaluer les
points fictifs deux à la méthode des EF.

Le critère de stabilité de Von Neumann aide à bien choisir les pas 𝑑𝑥, 𝑑𝑦 𝑒𝑡 𝑑𝑡 pour garantir la
convergence de schéma numérique qui conditionnellement stable.

En 2eme partie, l’étude de diffusion nous obligent à bien détailler les formules et les corrélations
de coefficient de diffusion que ce soit celles obtenu par la théorie de la cinétique chimique ou
bien les formules semi empiriques.

Il faut noter que quelques expressions ne sont pas équilibrées c’est pourquoi il faut bien respecter
les unités.

Le choix des formules étaient suivant les conditions de problème et la disponibilité des données.
Chaque formule était vérifiée à des formules standards avant l’avoir utiliser dans ce document.

46
Chapitre 3

3 Simulation numérique
CHAPITRE 3 Simulation numérique

3.1 Introduction

La simulation est une approche de modélisation qui se définit comme la résolution d’un
modèle correspond à un système donné pour étudier son comportement dans un contexte précis.

La simulation numérique, par sa progression rapide, intervienne pour :

- Les situations où la modélisation est chère ou non réalisable ;


- L’implantation de sites industriels entraine des risques supplémentaires pour les
populations riveraines liées en particulier à la manipulation, au stockage et au transport de
produits dangereux.
- Garantir la rapidité et la fiabilité de la conception, et d'ouvrir le champ de l'innovation ;
- L’étude du comportement du système par rapport à son environnement extérieur
(consommation, cout,…).

Les logiciels de simulation numérique peuvent être considérés comme de véritables


“expériences ” lorsque les simulations sont faites avec soin. L’avantage des méthodes
numériques est que toutes les quantités physiques liées à l’écoulement (champs de vitesse,
champs de pression, contraintes, ...) sont immédiatement disponibles. Dans une expérience,
l’obtention de ces quantités en tous les points du champ est souvent impossible ou très difficile
en pratique[21].

Nous somme intéressés dans ce chapitre à simuler la diffusion des espèces d’un mélange
propane-air localisé dans un compartiment séparé par une paroi afin de vérifier la compatibilité
des temps de diffusion avec la loi de Fick, et la répartition de ces espèces dans le temps. Et pour
finir, nous avons étudié l’influence de la gravité sur la diffusion. Le logiciel ANSYS 17.2 est
utilisé pour réaliser ce travail.

3.2 Présentation logiciel ANSYS

ANSYS est un éditeur de logiciels spécialisé en simulation numérique, ses produits


majeurs sont des logiciels qui mettent en œuvre la méthode des éléments finis, afin de résoudre
des modèles préalablement discrétisés. Ces solutions de simulation numérique réduisent ou
éliminent les contraintes physiques et permettent d’effectuer des tests virtuels qu’il n’aurait pas
été possible de faire autrement. Il couvre toutes les étapes nécessaires à une simulation :le
traitement géométrique, le maillage, la résolution, le traitement de résultats et l'optimisation.

48
CHAPITRE 3 Simulation numérique

ANSYS offre une plateforme de calcul multi-physique intégrant la mécanique des fluides
et des structures, l'électromagnétisme, la thermique ainsi que la simulation de systèmes et de
circuits. Les utilisateurs ANSYS sont de domaines industriels très divers comme la construction
de machines, les secteurs de l'énergie, l'automobile, le ferroviaire, l'aérospatial, le médical, la
microtechnique, la micro-électronique…etc.

3.2.1 Création‎d’un‎système‎d’analyse‎«‎Fluid‎Flow‎»

Le WORKBENCH et ses applications ne se contentent pas d'effectuer des analyses


individuelles; Ils peuvent les exécuter de manière automatisée. Il est préférable de penser à cela
comme un diagramme ou une chaine de calcul, avec des informations circulant d'une boîte à
l'autre.

Il existe essentiellement quatre types de boîtes dans cette plateforme de travail:


géométrie, le maillage, la simulation et le post-traitement. Pour notre cas, on crée un projet «
Fluid Flow (Fluent) » à partir de la liste de « Analysis Systems ».

Le projet est composé de différentes cases associées à différentes étapes successives


réalisées chacune avec un logiciel de la suite ANSYS. Si une étape connaît une modification
(modification de la géométrie ou du maillage par exemple), les étapes suivantes devront être
mises à jour conformément aux modifications. La figure 1 présente la fenêtre principale de
Workbench à partir de laquelle on crée le projet, on choisissant le type du projet « Fluid Flow
(Fluent) ».

49
CHAPITRE 3 Simulation numérique

Figure ‎3-1: Fenêtre de simulation sur workbench

3.2.2 Création de géométrie


Cette étape consiste à dessiner la géométrie du problème, le corps et le domaine de fluide
environnant, avec logiciel Design Modeler qui permet de réaliser des tracés 2D (Sketch), de
créer à partir des sketchs des objets 3D (par extrusion …etc.) et de manipuler les objets 3D. Dans
notre cas, on va travailler en 3D dans le plan XYZ pour créer la géométrie du problème.

Notre géométrie est assez simple et sa création sous "Design Modeler" est facile. On
utilise les différents outils disponibles pour dessiner notre géométrie étudiée. Après avoir
dessiné la géométrie, l’étape suivante est de définir les dimensions. Ensuite, faire extruder la
géométrie en 3D. À la fin, on obtient une géométrie et ses dimensions associées comme il
représenté ci-dessus.

50
CHAPITRE 3 Simulation numérique

Figure ‎3-2: Dimensionnement de la géométrie.

3.2.3 Maillage
Un maillage est un mécanisme pour l’organisation et la structuration d’un domaine dans
l’espace pour fin de calculs. Il s’agit d’un partitionnement des frontières et du domaine qu’elles
renferment en élément géométrique discrets. Ces entités possèdent des propriétés géométriques
(les coordonnées, tailles) et des informations topologiques (connectivité, voisinage).

3.2.3.1 Techniques générales de génération du maillage


Pratiquement, il n’existe pas de règle précise pour la création d’un maillage valable,
cependant il existe différentes approches qui permettent d’obtenir une grille acceptable.

Nous pouvons résumer ces règles ainsi :

- Maintenir une bonne Qualité des éléments

- Assurer une bonne Résolution dans les régions à fort gradient

- Assurer un bon Lissage dans les zones de transition entre les parties à maillage fin et les
parties à maillage grossier

- Minimiser le nombre Total des éléments (temps de calcul raisonnable).

51
CHAPITRE 3 Simulation numérique

3.2.3.2 Génération du maillage


La génération d’un maillage adapté au phénomène est une étape très importante dans la
réalisation d’une simulation numérique. De sa qualité dépend la précision des calculs. Un
nombre de mailles insuffisant fera diverger les calculs. Il faut trouver un compromis entre le
nombre de mailles et le temps de calcul qui augmente considérablement avec le raffinement de la
discrétisation du domaine. La création du maillage se fait sous le progiciel "ANSYS Meshing".
Cependant, pour notre cas, un maillage à base de cellules hexaédriques pour le cas 3D.

Figure ‎3-3 Maillage de la géométrie.

Avec ce type de maillage on a maintenu des excellents critères d’orthogonalités selon le tableau
(3.1) pour assurer une bonne résolution, et un nombre pas trop important de mailles pour ne pas
alourdir les temps de calcul.

Inacceptable Mauvais Acceptable Bien Très bien Excellent

0-0.001 0.001-0.14 0.15-20 0.20-0.69 0.70-0.95 0.95-1.00

Tableau ‎3-1 qualités d’orthogonalités du maillage. [22]

52
CHAPITRE 3 Simulation numérique

Figure ‎3-4 : Critères qualité des éléments.

3.2.4 Mise en données et simulation

3.2.4.1 Présentation de Fluent

Le code de calcul Fluent utilisé dans notre étude est actuellement l’un des pôles de
compétence en mécanique des fluides numérique les plus importants. Il développe et
commercialise une solution complète sous forme de logiciels de CFD (Computational Fluid
Dynamic) généralistes.

Ce code est un ensemble de programmes (préprocesseur, processeur, Post- processeur),


accumule une base de données pour stocker toute les informations (la géométrie, maillage,

physique, et méthodes numériques), pour spécifier la nature de l'écoulement (permanent ou


transitoire, laminaire ou turbulent et incompressible ou compressible), aussi le Transfert de
chaleur (Conduction, convection et rayonnement….etc). Et pour introduire les conditions
initiales et aux limites du problème étudié ainsi que les paramètres de convergence (nombre
d'itérations et la tolérance d'erreur).

53
CHAPITRE 3 Simulation numérique

3.2.4.2 Initialisation du calcul sous ANSYS Fluent

3.2.4.2.1 Chargement et vérification de maillage


Cette opération est effectuée automatiquement car Fluent a été lancé depuis le Workbench.
Le maillage apparaît dans la fenêtre de visualisation. Mais avant, il faut choisir le mode de
calcul, "Fluent" offre deux modes de calcul: le mode "double précision" et le mode "simple
précision".

Dans le mode "double précision", les nombres à virgule flottante sont représentés en utilisant 64
bits, alors que le mode "simple précision" utilise une représentation à 32 bits. Le revers de cette
précision est que le premier mode requiert beaucoup plus de mémoire, c’est le mode qu’on va
utiliser[23].

La première chose à faire dans Fluent est toujours de vérifier l’intégrité du maillage, c’est
à dire qu’il est adapté à un calcul Fluent et ne présente pas de problèmes géométriques, et la
qualité du maillage.

Figure ‎3-5: Fenêtre de FLUENT.

54
CHAPITRE 3 Simulation numérique

Figure ‎3-6: Intégralité de maillage.

Figure 3.6: Intégralité de maillage.

3.2.4.2.2 Modèle multi phase

Pour les flux multiphasés, ANSYS Fluent résout les équations de transport selon trois
modèles et comme nous avons considéré notre milieu comme un milieu diphasique. Nous avons
pour cela utilisé le modèle VOF : "Volume of Fluid".

Figure ‎3-7: Modèle multi phase.


55
CHAPITRE 3 Simulation numérique

3.2.4.2.3 Modèle de turbulence

Le code de calcul FLUENT propose plusieurs méthodes mais pour le phénomène de


diffusion, on d’intéresse par le modèle k-𝜀 car il est le plus simple et il est applicable pour les
faibles zones de pression et capter celles qui sont loin de la paroi. Ce modèle suppose que le
régime de turbulence est pleinement établit dans tout le domaine et que les effets de la viscosité
moléculaire est considérée négligeable.

Figure ‎3-8: Modèle de turbulence.

56
CHAPITRE 3 Simulation numérique

3.2.4.2.4 Modèle des espèces


On a choisi le modèle « Species Transport » car ANSYS Fluent prédit la fraction
massique locale de chaque espèce, à travers la solution d'une équation de convection-diffusion.

Figure ‎3-9: Transport des espèces.

3.2.4.2.5 Matériels
Dans cette étape, on fait le choix des espèces réagissant au phénomène de diffusion pour chaque
mélange.

57
CHAPITRE 3 Simulation numérique

Figure ‎3-10: Choix de matériels

Pour séparer les deux phases du mélange, il faut tout d’abord définir les régions de chaque
phase selon les trois axes XYZ comme il est présenté dans la figure ci-dessous.

Figure ‎3-11: Adaptation des régions.


.

58
CHAPITRE 3 Simulation numérique

3.2.4.2.6 Initialisation
Les variables doivent être initialisées avant le démarrage du calcul, pour l’obtention
d’une solution plus exacte possible. Le solveur de FLUENT exécute des itérations successives
grâce à un algorithme obtenu par discrétisation des équations par une méthode de volumes finis.
A chaque itération et pour chaque équations une erreur, nommée résidu, est calculé par rapport à
une solution exacte du système.

3.2.4.2.7 L’entrée‎des‎valeurs
La détermination des valeurs des fractions massiques de chaque espèce dans chaque
mélange est effectuée dans cette étape.

Figure ‎3-12: L’entrée des valeurs des fractions massiques.

59
CHAPITRE 3 Simulation numérique

3.2.4.2.8 L’exécution‎
On fixe le pas du temps à 0.1𝑠 et le nombre des pas à 10000, après on lance le calcul.
Deux cas sont possibles, la convergence du calcul avant qu’il atteint le nombre des pas fixé ou
l’arrêt d’exécution par la fin du nombre des pas avant d’atteindre la convergence, il suffit de
l’augmenter et relancer l’exécution.

Figure ‎3-13: Run calculation.

3.3 Conclusion

Notre objet principal dans ce chapitre était de réaliser une simulation du phénomène de
diffusion par le simulateur numérique ANSYS, Dans un premier temps, nous avons présentés le
logiciel de simulation utilisé, la géométrie étudiée, le maillage, le modèle de turbulence utilisé
ainsi les principales étapes suivies sous le code de calcul Fluent. Dans un chapitre après, nous
allons présenter les divers résultats obtenus lors de la simulation de diffusion dans une enceinte
séparée par une paroi, en les validant par comparaison avec l’expérience et les résultats obtenus
par la programmation de la loi de FICK.

60
Chapitre 4

4 Phénomène de transport
monodimensionnel
aérothermochimique
CHAPITRE 4 Phénomène de transfert monodimensionnel

4.1 Introduction

La cinétique chimique est l'étude de la vitesse d'une réaction chimique, certaines réactions sont
totales et très rapides voire instantanées, d'autres sont tellement lentes qu'elles durent plusieurs
années, voire plusieurs siècles (comme la formation du charbon ou du pétrole). Certaines sont
même tellement lentes que les réactifs de départ sont considérés comme stables.

Les premières études cinétiques (au cours du 19e siècle) sont basées sur des expériences de
trempe, par exemple sur des réactions d’estérification, avec dosage acido-basique colorimétrique
de l’acide résiduel. Ensuite, des systèmes dit ‘‘Stopped-flow’’ développés dans les années 20
utilisent la turbulence pour mélanger les réactifs et non plus le cisaillement. Plus tard dans les
années 50-60, EIGPEN propose de concevoir des expériences sans étape de mélange, via des
méthodes dites de relaxation. On prend un système à l’équilibre thermodynamique, on va
chauffer le système de 𝑇1 à 𝑇1 + 𝛿𝑇1 ; le système est alors hors équilibre et va relaxer vers le
nouvel équilibre. D’autres méthodes ont aussi été développées au cours des 50 dernières années,
en utilisant non pas une variation brusque d’un paramètre intensif, mais plutôt les fluctuations
autour de la valeur moyenne des grandeurs du milieu[24].

Afin d’être plus précis dans l’étude, on peut déterminer le mécanisme de la réaction, c'est-à-dire
par la succession d'étapes élémentaires de l’inflammation, en dehors des phénomènes de
diffusion, permettant d'en décrire quantitativement l'évolution temporelle et être capable de
calculer par exemple les grandeurs d’état de chaque tranche de combustion, sa vitesse, etc...

𝑒𝑓𝑓𝑒𝑡𝑠 𝑡ℎ𝑒𝑟𝑚𝑖𝑞𝑢𝑒𝑠
𝑅é𝑎𝑐𝑡𝑖𝑓𝑠 → 𝑅𝑎𝑑𝑖𝑐𝑎𝑢𝑥 𝐼𝑛𝑖𝑡𝑖𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛

Propagation
𝑃𝑟𝑜𝑑𝑢𝑖𝑡𝑠 𝑖𝑛𝑡𝑒𝑟𝑚é𝑑𝑖𝑎𝑖𝑟𝑒𝑠
T croissante

𝑃𝑟𝑜𝑑𝑢𝑖𝑡𝑠 𝑓𝑖𝑛𝑎𝑢𝑥 𝑅éé𝑞𝑢𝑖𝑙𝑖𝑏𝑟𝑎𝑔𝑒

Figure ‎4-1:les étapes élémentaires de l'inflammation.

65
CHAPITRE 4 Phénomène de transfert monodimensionnel

4.2 Zones réactionnelles

On appelle zone réactionnelles d’une réaction les régions de l’espèce où se produit une ou
plusieurs étapes du mécanisme réactionnel. Elles sont caractérisées par leur dimension géométrique
(en général 2D ou 3D) et le nombre de phases impliquées dans les processus qui s'y produisent. Si toute
la réaction se déroule dans une seule région précise du réacteur on dira que l’on a une réaction à
une seule zone ou monozone. Dans le cas contraire on aura une réaction à plusieurs zones ou
multizone.

4.3 Solutions théoriques pour flammes pré-mélangées laminaires

Le calcul des flammes pré-mélangées avec une chimie et un transport complexes est
possible, mais des restrictions sévères empêchent l'utilisation de ces outils dans de nombreuses
situations.

Cette section présente quelques résultats analytiques simples qui ont des implications
extrêmement utiles pour la combustion numérique.

La vitesse de flamme est définie comme étant la vitesse à laquelle les gaz frais sont happés par la
flamme. Ce n'est pas donc la vitesse de l'interface gaz frais/gaz brûlés. Cette vitesse dépend de
plusieurs paramètres (température, pression, richesse, type de fuel ...etc.).

Les simplifications requises pour développer des solutions analytiques simples pour les flammes
sont les suivantes :
 Pour un combustible donné à une pression et une température des réactifs donnés, la
réaction est considérée adiabatique et sans travail mécanique 𝑄 = 𝑊 = 0.
 Toutes les espèces ont la même capacité calorifique constante 𝐶𝑝,𝑠 = 𝐶𝑝 .
 Aussi le coefficient de diffusion est constant 𝐷𝑠 = 𝐷, donc le nombre de
Lewis 𝐿𝑒𝑠 = 𝜆⁄(𝜌𝐶𝑝 𝐷𝑠 ) = 𝐿𝑒.

4.3.1 Température adiabatique de la flamme


Soit une réaction de combustion (pour notre étude une réaction du propane avec l’oxygène) se
produisant adiabatiquement, sans travail et sans échange de chaleur. La température des produits
d’une telle réaction est appelée température adiabatique de flamme ou de combustion.

66
CHAPITRE 4 Phénomène de transfert monodimensionnel

La réaction de combustion du propane et de l’oxygène s’écrit comme :


𝑣𝐹′ 𝐶3 𝐻8 + 𝑣𝑂′ 2 𝑂2 ′′
𝑣𝐶𝑂 2
𝐶𝑂2 + 𝑣𝐻′′2 𝑂 𝐻2 𝑂 (4.1)

Les coefficients stœchiométriques sont :

𝑣𝐹′ = 1, 𝑣𝑂′ 2 = 5, 𝑣𝐶𝑂


′′
2
= 3, 𝑣𝐻′′2 𝑂 = 4

On obtient :

𝐶3 𝐻8 + 5 𝑂2 3𝐶𝑂2 + 4 𝐻2 𝑂 (4.2)

La fraction de masse de carburant dans le gaz frais est imposée 𝑧𝐹 = 𝑧𝐹1 .

1
𝑧𝐹1 = (4.3)
𝑠 3.76
1 + 𝜑 (1 + 𝑀 )
𝑂2

Ce rapport 𝑠 s'appelle le rapport stœchiométrique de masse. Le rapport d'équivalence d'un


mélange donné est alors[25] :

𝑧𝑂 𝑣𝑂′ 𝑀𝑂
𝑠 = ( 2 ) = ′2 2 (4.4)
𝑧𝐹 𝑠𝑡 𝑣𝐹 𝑀𝐹

Les équations de conservation correspondantes deviennent :

𝜌𝑢 = 𝑐𝑜𝑛𝑠𝑡𝑎𝑛𝑡 = 𝜌1 𝑢1 = 𝜌1 𝑆𝑙 (4.5)

En notant que 𝑆𝑙 est la vitesse de la flamme

𝑑𝑧𝐹 𝑑 𝑑𝑧𝐹
𝜌1 𝑆𝑙 = (𝜌 ) + 𝜔̇ 𝐹 (4.6)
𝑑𝑥 𝑑𝑥 𝑑𝑥
𝑑𝑇 𝑑 𝑑𝑇
𝜌1 𝐶𝑝 𝑆𝑙 = (𝜆 ) − 𝑄𝜔̇ 𝐹 (4.7)
𝑑𝑥 𝑑𝑥 𝑑𝑥

L’utilité primordiale est d’intégrer le système d’équation (4.6) et (4.7) dans l’intervalle
𝑥 ∈ ]−∞, +∞[:

+∞
𝜌1 𝑆𝑙 𝑧𝐹1 = − ∫ 𝜔̇ 𝐹 𝑑𝑥 = 𝛺𝐹 (4.8)
−∞

67
CHAPITRE 4 Phénomène de transfert monodimensionnel

+∞
𝜌1 𝐶𝑝 𝑆𝑙 (𝑇2 − 𝑇1 ) = −𝑄 ∫ 𝜔̇ 𝐹 𝑑𝑥 = 𝑄𝛺𝐹 (4.9)
−∞

Par identification des équations (4.8) et (4.9), on obtient à la température adiabatique de la


flamme :

𝑄 𝑧𝐹1
𝑇2 = 𝑇1 + (4.10)
𝐶𝑝

Le tableau ci-après récapitule les valeurs utilisées afin de calculer la température de la flamme :

𝑀𝑁2 (𝑔/𝑚𝑜𝑙) 𝑀𝑂 2 (𝑔/𝑚𝑜𝑙) 𝑠 𝑧𝐹1 𝐶𝑝 (𝑘𝐽/𝑘𝑔/𝑘) 𝑄(𝐾𝐽/𝑘𝑔)

28 32 3,63 0,06 1,58 46600

Tableau ‎4-1: Valeurs utilisées pour calculer la température.

En subdivisant la combustion en plusieurs tranches, par le développement de l’expression du


premier principe (1.22), on peut aboutir la température de chaque tranche :

𝑝 𝑇𝑝 𝑇𝑅
𝑅

∑ 𝑛𝑖 (ℎ𝑓0 + ∫ 𝐶𝑝 (𝑇)𝑑𝑡) − ∑ 𝑛𝑖 (ℎ𝑓0 + ∫ 𝐶𝑝 (𝑇)𝑑𝑡) = 0 (4.11)


𝑖=1 𝑇0 𝑖=1 𝑇0
𝑝 𝑅

𝑇𝑝 𝑇𝑝

⟹ [3 (ℎ𝑓0 + ∫ 𝐶𝑝 (𝑇)𝑑𝑡) + 4 (ℎ𝑓0 + ∫ 𝐶𝑝 (𝑇)𝑑𝑡) ]


𝑇0 𝐶𝑂2 𝑇0 𝐻2 𝑂

𝑇𝑅 𝑇𝑅

− [(ℎ𝑓0 + ∫ 𝐶𝑝 (𝑇)𝑑𝑡) + 5 (ℎ𝑓0 + ∫ 𝐶𝑝 (𝑇)𝑑𝑡) ] = 0 (4.12)


𝑇0 𝐶3 𝐻8 𝑇0 𝑂2

𝐶𝑜𝑚𝑝𝑜𝑠𝑎𝑛𝑡 𝐶3 𝐻8 𝑂2 𝐻2 𝑂 𝐶𝑂2

ℎ𝑓0 (𝐾𝐽/𝑚𝑜𝑙𝑒) −103.87 0 −241.88 −393.62


Tableau ‎4-2: Chaleurs de formation.

68
CHAPITRE 4 Phénomène de transfert monodimensionnel

Après qu’on introduit la valeur des chaleurs de formation, et celles de chaleur spécifique sachant
que 𝑇𝑅 = 𝑇0 l’équation (4.12) devient comme suit :

𝑇𝑝 𝑇𝑝

[3 (−393.62 + 1.58 ∫ 𝑑𝑡) + 4 (−241.88 + 1.58 ∫ 𝑑𝑡) ] + 103.85 = 0 (4.13)


𝑇0 𝐶𝑂2 𝑇0 𝐻2 𝑂

11.06 𝑇𝑃 − 11.06 𝑇0 − 2044.53 = 0 (4.14)

4.3.2 Modélisation de la pression


Une fois la température est déterminée, la pression est obtenue à l’aide de la loi d'état :
𝑛
𝑅
𝑃 = 𝜌𝑟𝑇 = ∑ 𝜌𝑠 𝑇
𝑀𝑠
1

En introduisant la fraction massique, sachant que :

𝜌𝑠
𝑧𝑠 = (4.15)
𝜌

L’expression de la pression devient comme suit :

𝑛
𝑅
𝑃 = ∑ 𝜌 𝑧𝑠 𝑇 (4.16)
𝑀𝑠
1

69
CHAPITRE 4 Phénomène de transfert monodimensionnel

4.3.3 L’organigramme

Début
Début
Début
Les donnes :

Les masses molaires : 𝑀𝐻2𝑂 , 𝑀𝐶3𝐻8 , 𝑀𝐶𝑂2 et 𝑀𝑂2


Les coefficients stœchiométriques : 𝑣𝐹′,CO2′,𝑣O2′′ et
𝑣𝐻2𝑂′′
La richesse 𝜑, T0=température de référence. R=8.314
La chaleur spécifique : Cp=1.58, la quantité de chaleur
: Q=46600
Les masses volumiques : 𝜌O2, 𝜌H2O, 𝜌C3H8 et 𝜌CO2
Tr : Température des réactifs.

Importation
des
fractions Pour x allant
massique : Pour x allant de 0 jusqu’à L
Faire
Lire 𝑧𝑂2 , 𝑧𝐻2𝑂 , 𝑧𝐶3𝐻8 , 𝑧𝐶𝑂2 .
Fin de boucle de 0 jusqu’à L
Faire
Lire𝑧O2 ,𝑧H2O ,𝑧C3H8 et 𝑧CO2
Fin de boucle
Traitement :
Calcul de la température adiabatique de la flamme :

𝜐𝑂2𝑀 1
𝑠= 𝑂2
, 𝑧𝐹1 =
𝜐𝐹′ 𝑀𝐹 𝑠 3.76
1 + 𝜑 (1 + 𝑀 )
𝑂2

𝑇𝑎𝑑 = 𝑇0 + 𝑄 𝑧𝐹 /𝐶𝑝
Calcul des champs température et pression :
Pour x allant de 0 jusqu’à L
Faire ;
Tp = [𝑣𝐶3𝐻8(−103.87+C(𝑇𝑟 –𝑇0)+𝑣𝑂2 .𝑐𝑝.(𝑇𝑟−𝑇0)+393.62 𝑣𝐶𝑂2
+241.88 𝑣𝐻2𝑂 ] /C𝑝(𝑣𝐶𝑂2+𝑣𝐻2𝑂 )
𝑅
P= 𝑃=∑𝑛1 𝜌𝑧𝑠 𝑀 𝑇
𝑠

Tr=Tp
Fin boucle ;

Déb des différents paramètres de problème- 1ere


Organigramme ‎4-1:Schématisation des étapes du calculer
ut
partie-.

but
70
CHAPITRE 4 Phénomène de transfert monodimensionnel

Déb
Résultats : ut

Afficher la température adiabatique de
but
la flamme 𝑇𝑎𝑑
Pour x allant de 0 jusqu’à l par pas de dx
Faire ;
Ecrire x, T ,P
Fin de boucle Fin de boucle

Fin du programme

Organigramme ‎4-2:Schématisation des étapes du calculer des différents paramètres de problème-


2eme partie-.

4.4 Avancement‎et‎vitesse‎d’une‎réaction

Nous raisonnerons dans cette section sur la réaction écrite sous la forme suivante :

𝑣𝐴 𝐴 + 𝑣𝐵 𝐵 ⇄ 𝑣𝐶 𝐶 (4.17)

Avec 𝑣𝐴 , 𝑣𝐵 et 𝑣𝐶 sont les coefficients stœchiométriques algébriques (ils sont positifs pour les
produits de réactions et négatifs pour les réactifs), la molécularité 𝑹 d'une réaction est la somme de
ces coefficients.
Si l’on effectue pendant un intervalle de temps 𝑑𝑡, certaines quantités des réactants seront
consommées et certaines quantités des produits seront fabriquées en respectant la stœchiométrie
de la réaction, c'est-à-dire, une variation élémentaire de nombre de mole a disparu 𝑑𝑛𝐴 < 0 de
𝑣
l’espèce 𝐴, elle a disparu également la quantité 𝑑𝑛𝐵 = 𝑣𝐵 𝑑𝑛𝐴 de l’espèce 𝐵, elle est apparu la
𝐴
𝑣𝐶
quantité 𝑑𝑛𝐶 = − 𝑣 𝑑𝑛𝐴 de l’espèce 𝐶.
𝐴

4.4.1 Avancement de la réaction


Si nous admettons les rapports de stœchiométrie entre ces quantités on doit avoir :

𝑑𝑛𝐴 𝑑𝑛𝐵 𝑑𝑛𝐶


− =− = = 𝑑𝝃 (4.18)
𝑣𝐴 𝑣𝐵 𝑣𝐶

71
CHAPITRE 4 Phénomène de transfert monodimensionnel

La variable 𝜉 est appelée l’avancement de la réaction, elle quantifie l'évolution de la réaction


entre son état initial (avancement nul 𝜉=0) et son état final (avancement maximal), C'est la
grandeur extensive conjuguée de l'affinité de la réaction. Le tableau suivant résume l'évolution des
quantités de réactifs et produits au cours de la réaction. Elle s’exprime en quantité de matière
c’est-à-dire en moles.

Réaction 𝑣𝐴 𝐴 + 𝑣𝐵 𝐵 ⇄ 𝑣𝐶 𝐶
Instant 𝒕 𝑛𝐴𝑡 𝑛𝐵𝑡 𝑛𝐶𝑡

Instant 𝒕 + 𝒅𝒕 𝑛𝐴𝑡+𝑑𝑡 𝑛𝐵𝑡+𝑑𝑡 𝑛𝐶𝑡+𝑑𝑡

Variation de quantité 𝒅𝒏𝒊 −𝑣𝐴 . 𝑑𝜉 −𝑣𝐵 . 𝑑𝜉 𝑣𝐶 . 𝑑𝜉


Tableau ‎4-3: L'évolution des quantités de réactifs et produits au cours de la réaction.

4.4.2 Vitesse de la réaction


La vitesse d'une réaction est logiquement définie comme la vitesse de formation des produits ou
la vitesse de disparition des réactifs, appelée aussi la vitesse absolue. Elle est définit par la
dérivée par rapport au temps de l’avancement de cette réaction qui s’exprime par nombre de
mole par unité de temps, donc nous écrirons :

𝑑𝜉
𝑉𝑠 = (4.19)
𝑑𝑡

On peut la déduire expérimentalement, on prend la réaction suivante :

1
𝐻2 𝑂2 → 𝐻2 𝑂 + 𝑂2 (4.20)
2

72
CHAPITRE 4 Phénomène de transfert monodimensionnel

Figure ‎4-2: Données cinétique de H2O2.

-La courbe noire représente le taux de disparition du peroxyde lors de la réaction (décroissement
de la concentration en fonction du temps).

-Le calcul de la vitesse moyenne durant toute l’expérience (entre 0 et 600 s) est représenté par la
droite pointillée. La valeur numérique de la vitesse est donnée par la pente de la droite (qui est
négative) que l’on change de signe (pour lui donner une valeur positive) pour respecter la
convention mentionnée plus haut.

-Pour obtenir la vitesse de réaction à un point précis de la courbe, il faut considérer un intervalle
de temps très court.
Si l’intervalle de temps dans lequel la vitesse de réaction est mesurée devient très court (tend
vers zéro), on s’approche alors de la vitesse instantanée.

-La vitesse instantanée correspond à la limite de la variation du réactif dans un intervalle de


temps très court :

−∆[𝑟é𝑎𝑐𝑡𝑖𝑓] −𝑑[𝑟é𝑎𝑐𝑡𝑖𝑓]
𝑉𝑖𝑡𝑒𝑠𝑠𝑒 𝑖𝑛𝑠𝑡𝑎𝑛𝑡𝑎𝑛é𝑒 = 𝑙𝑖𝑚 ( ) = (4.21)
∆𝑡 ∆𝑡→0
𝑑𝑡

Donc, la vitesse instantanée peut être obtenue par la tangente à la courbe (dérivée) en un point
donné. C’est ce qui est représenté par la droite rouge, qui montre la vitesse de réaction
spontanée, 300 secondes après le début de la réaction.

73
CHAPITRE 4 Phénomène de transfert monodimensionnel

Au début de la réaction, la vitesse instantanée est appelée vitesse de réaction initiale. Elle est
représentée par la droite bleue (turquoise) dans le graphique. Encore, la valeur numérique est la
valeur de la pente de la droite (négative) que l’on change de signe.

Certains résultats expérimentaux conduisirent Van’THoff à considérer que la vitesse est


proportionnelle au produit des concentrations alors la loi de vitesse peut se mettre sous la forme
d'un monôme des réactifs.[8]

𝛽
𝑉𝑠 = 𝑘. 𝑎𝐴𝛼 . 𝑎𝐵 (4.22)

On dit alors que la réaction admet un ordre et l’on appelle ordre de la réaction qui indique
l’influence d’un réactif dans la cinétique. Les exposants 𝛼, 𝛽 sont l’ordre partiel de la réaction
par rapport à l’espèce A et B et la somme 𝛼 + 𝛽 est l’ordre global.

4.4.3 Vitesse spécifique


Les vitesses de consommation d'un réactif ou de formation d'un produit de réaction sont
fréquemment déterminées par rapport à une grandeur extensive telle que la masse totale du
système, le volume ou la surface de la zone réactionnelle au sein de laquelle se déroule la
réaction… Ces vitesses sont des vitesses spécifiques qui seront alors dites massique, volumique
ou surfacique selon la grandeur extensive de référence.
Par exemple : vitesse spécifique volumique 𝑉𝑉 .

1 𝑑𝑛𝑠
𝑉𝑉 = (4.23)
𝑉 𝑑𝑡

La vitesse est sous la dépendance de plusieurs facteurs. On peut citer :

 la nature des réactifs,

 la quantité des réactifs présents (en solution c'est la concentration des réactifs qui
intervient),

 la température,

 la pression pour les réactions en phase gazeuse,

 le degré de mélange des réactifs (ségrégation),

 la présence d'un catalyseur qui peut accélérer la réaction ou d'un inhibiteur qui peut la
ralentir.

74
CHAPITRE 4 Phénomène de transfert monodimensionnel

4.5 Détermination‎de‎l’ordre

Des réactions sont élémentaires lorsqu'elles s'effectuent sans étapes intermédiaires. L'ordre par
rapport à chaque réactif est alors égal au coefficient stœchiométrique.

𝐸𝑋: 2𝐻𝐼 + 𝐻2 𝑂2 → 𝐼2 + 2𝐻2 𝑂

Si cette étape était élémentaire, la molécularité serait de 3. L'ordre de la réaction serait égal à la
molécularité et serait de 3. Mais la loi de vitesse indique: ordre = 2.

Mécanisme réactionnel proposé:

1ereétape: 𝐻𝐼 + 𝐻2 𝑂2 → 𝐻𝑂𝐼 + 𝐻2 𝑂 (lente)

2éétape: 𝐻𝑂𝐼 + 𝐻𝐼 → 𝐼2 + 𝐻2 𝑂 (rapide)

Étape cinétiquement déterminante (ou militante): la plus lente impose sa vitesse. C'est pourquoi
𝑣 = 𝑘 [𝐻𝐼]. [𝐻2 𝑂2 ] et l'ordre global de la réaction est 2. Lorsqu’on connaît l’ordre de réaction
de chacun des réactifs, il devient possible de calculer la constante de vitesse k.

On peut évaluer l'ordre partiel par rapport à un réactif par les méthodes suivantes :

4.5.1 Méthode intégrale

Si [𝐴] = 𝑓(𝑡) ou 𝑙𝑛[𝐴] = 𝑓(𝑡) ou 1/[𝐴] = 𝑓(𝑡) est une droite, alors l'ordre global de la
réaction est respectivement 0, 1 ou 2.

4.5.2 Méthode du temps de demi-réaction

Si𝑡1⁄2 est proportionnel à[𝐴]0 ordre = 0 𝑡1⁄2 = [𝐴]0 ⁄(2𝑘)

Si 𝑡1⁄2 est indépendant de la concentration ordre = 1 𝑡1⁄2 = 𝑙𝑛2/𝑘


Si 𝑡1⁄2 est inversement proportionnel à [𝐴]0 ordre = 2 𝑡1⁄2 = 1⁄(𝑘. [𝐴]0 )

4.5.3 Méthode de la vitesse initiale

𝐴+𝐵+𝐶 𝑝𝑟𝑜𝑑𝑢𝑖𝑡𝑠

Deux vitesses initiales sont mesurées pour deux concentrations initiales en A:

𝛽 𝛾
𝑣𝑖𝑡𝑒𝑠𝑠𝑒𝑖𝑛𝑖𝑡𝑖𝑎𝑙𝑒 = 𝑣0 = 𝑘. [𝐴]𝛼0 . [𝐵]0 . [𝐶]0

75
CHAPITRE 4 Phénomène de transfert monodimensionnel

𝛽 𝛾
𝑣0′ = 𝑘. [𝐴]′𝛼
0 . [𝐵]0 . [𝐶]0

𝑣0′ [𝐴]′𝛼
0
=
𝑣0 [𝐴]𝛼0

𝑣0′ [𝐴]′0
𝑙𝑛 ( ) = 𝛼. 𝑙𝑛 ( )
𝑣0 [𝐴]0

𝑣0′ [𝐴]′0
⟹ 𝛼 = 𝑙𝑛 ( )⁄𝑙𝑛 ( )
𝑣0 [𝐴]0

4.5.4 Méthode des réactifs en excès

(𝐴 + 𝐵 + 𝐶 → 𝑝𝑟𝑜𝑑𝑢𝑖𝑡𝑠)

Tous les reactifs sont introduits en excès sauf un:

𝑣 = 𝑘[𝐴]𝛼 [𝐴]𝛽 [𝐴]𝛾 = 𝑘′[𝐴]𝛼

L'ordre partiel 𝛼 par rapport à 𝐴 est déterminé par une méthode précédente telle que méthode
intégrale ou méthode de temps de demi-réaction. Il est l'ordre global apparent de la réaction. Puis
les ordres partiels par rapport à 𝐵𝑒𝑡𝐶 sont déterminés.

4.6 Les ordres cinétiques


4.6.1 Cinétique d'ordre 0
Une réaction d'ordre zéro est caractérisée par une dépendance linéaire de la concentration
𝐴 → 𝑝𝑟𝑜𝑑𝑢𝑖𝑡𝑠 (Un seul réactif)

La vitesse: 𝑣 = (𝑑[𝐴]/𝑑𝑡)

Loi de vitesse: 𝑣 = 𝑘 [𝐴]0 = 𝑘

Équation cinétique: (𝑑[𝐴]/𝑑𝑡) = 𝑘

Loi de vitesse intégrée:∫ 𝑑[𝐴] = −∫ 𝑘. 𝑑𝑡 [𝐴] = − 𝑘𝑡 + 𝑐𝑡𝑒

𝑠𝑖 𝑡 = 0 𝑐𝑡𝑒 = [𝐴]0

𝑎𝑙𝑜𝑟𝑠 [𝐴] = [𝐴]0 − 𝑘𝑡

76
CHAPITRE 4 Phénomène de transfert monodimensionnel
[𝐴]0 [𝐴]0
𝑠𝑖 𝑡 = 𝑡1⁄2 = 𝑑𝑒𝑚𝑖 − 𝑣𝑖𝑒 → = [𝐴]0 − 𝑘. 𝑡1⁄2 → 𝑡1⁄2 =
2 2𝑘

Figure ‎4-3 : Cinétique d’ordre 0.

Exemple : décomposition catalytique du phosphène (appelé aussi phosphine) PH3, sur le


tungstène à haute pression (NB : ordre 1 à basse pression).

4.6.2 Cinétique d'ordre 1

Ainsi une réaction de premier ordre est caractérisée par une dépendance linéaire de 𝑙𝑛[𝐴]
en fonction du temps et comme on a étudié précédemment l’équation cinétique, la loi de vitesse
est sous la forme 𝑣 = 𝑘 [𝐴]1 on obtient :

[𝐴] 𝑡

∫ 𝑑[𝐴]/[𝐴] = ∫ 𝑘. 𝑑𝑡
[𝐴]0 0

[𝐴]
𝑙𝑛 ( ) = − 𝑘𝑡
[𝐴]0
𝑠𝑖 𝑡 = 𝑡1⁄2 → 𝑡1⁄2 = 𝑙𝑛2/𝑘

77
CHAPITRE 4 Phénomène de transfert monodimensionnel

Figure ‎4-4: Cinétique d’ordre 1.

4.6.3 Cinétique‎d’ordre‎2
Une réaction de deuxième ordre est caractérisée par une dépendance linéaire de 1/[𝐴] en
fonction du temps.
𝑑[𝐴]
𝑣 = −( ) → 𝑣 = 𝑘 [𝐴]2
𝑑𝑡
[𝐴] 𝑡

∫ −𝑑[𝐴]/[𝐴]2 = ∫ 𝑘. 𝑑𝑡
[𝐴]0 0

1 1
= + 𝑘𝑡
[𝐴] [𝐴]0
à 𝑡 = 𝑡1⁄2 → 𝑡1⁄2 = 1⁄(𝑘. [𝐴]0 )

Figure ‎4-5: Cinétique ordre 2.

78
CHAPITRE 4 Phénomène de transfert monodimensionnel

4.7 Taux de production des espèces chimiques

La forme générale des réactions induites par l’ensemble des espèces chimiques s’écrit[26] :
𝑘𝑑
∑ 𝑣𝑠′ 𝐴 ⇔ 𝑣𝑠" 𝐴 (4.24)
𝑘𝑖
Où 𝑘𝑑 et 𝑘𝑖 représentent la vitesse de réaction directe et inverse respectivement.
Le taux de réaction est donné par :
- Taux direct :

𝑑[𝐴]𝑟 ′
( ) = [𝑘𝑑 ∏[𝐴]𝑣𝑖 ] (4.25)
𝑑𝑡 𝑑

- Taux inverse :

𝑑[𝐴]𝑟 "
( ) = − [𝑘𝑖 ∏[𝐴]𝑣𝑠 ] (4.26)
𝑑𝑡 𝑖

Le taux de réaction net est la différence des deux taux précédents

𝑑[𝐴]𝑟 𝑑[𝐴]𝑟 𝑑[𝐴]𝑟


( ) =( ) −( ) (4.27)
𝑑𝑡 𝑛𝑒𝑡 𝑑𝑡 𝑖 𝑑𝑡 𝑑

4.7.1 Constante de vitesse


4.7.1.1 Directe
La variation de la constante de vitesse k en fonction de la température obéit à la loi d'Arrhenius :

𝐸𝑎
𝑘𝑑 = 𝐴𝐴𝑟𝑟ℎ . 𝑒𝑥𝑝 (− ) (4.28)
𝑅𝑇

Où𝐴𝐴𝑟𝑟ℎ est appelé constante d’Arrhenius ou facteur de fréquence, 𝐸𝑎 énergie d’activation[33].

4.7.1.2 Inverse
La constante de vitesse inverse est le rapport de la constante de vitesse directe par la constante
d’équilibre𝑘𝑒𝑞,𝑟 :

𝑘𝑑
𝑘𝑖 = (4.29)
𝑘𝑒𝑞,𝑟

79
CHAPITRE 4 Phénomène de transfert monodimensionnel

La constante d’équilibre s’écrit sous la forme suivante :

"
∏[𝐴𝑠 ]𝑣𝑝
𝑘𝑒𝑞,𝑟 = ′ (4.30)
∏[𝐴𝑠 ]𝑣𝑅

On modélise le taux de réaction par la loi d’Arrhenius :

𝑛𝐶3 𝐻8 𝑛𝑂2
𝛽1
𝜌. 𝑧𝐶3 𝐻8 𝜌. 𝑧𝑂2 𝐸𝑎
𝜔𝐹 = 𝐴𝐴𝑟𝑟ℎ . 𝑣𝐶3 𝐻8 𝑀𝐶3 𝐻8 𝑇 ( ) ( ) . 𝑒𝑥𝑝 (− ) (4.31)
𝑀𝐶3 𝐻8 𝑀𝑂2 𝑅𝑇

Paramètres 𝑛𝐶3 𝐻8 𝑛𝑂2 𝐴𝐴𝑟𝑟ℎ 𝐸𝑎 (cal/mol) 𝛽1

Valeur 0,5 1 0.95 103 29999 0

Tableau ‎4-4: Constantes pour la combustion en tranche du propane[27].

4.8 Vitesse de propagation

La vitesse de flamme est une notion importante dans la théorie de la combustion. Il existe
cependant différentes définitions de la vitesse de flamme et différentes façons de la mesurer
expérimentalement.

Dans la plupart des ouvrages, cette vitesse est notée 𝑆𝐿 (Laminair Speed). A partir de l’équation
(4.8) elle s’exprime par[25] :

+∞
∫−∞ 𝜔̇ 𝐹 𝑑𝑥
𝑆𝑙 = (4.32)
𝜌1 𝑧𝐹1

1
1 𝛽
𝛽 1 2
𝑆𝑙 = 𝑒 −2𝛼 (2|𝑘𝑑 |𝑇1 1 𝐷𝑡ℎ ) (4.33)
𝛽

1
D’où 𝐷𝑡ℎ = 𝜆⁄𝜌1 𝐶𝑝 est la diffusivité thermique dans les gaz frais.

𝜆 = 18.31 𝑚𝑊/𝑚. 𝑘 est la conductivité thermique.

80
CHAPITRE 4 Phénomène de transfert monodimensionnel

4.8.1 Variation de la vitesse de la flamme avec la température et la pression


L’équation (4.33) peut également être utilisée pour évaluer la dépendance de la vitesse de la
flamme avec la pression 𝑃 ou la température du gaz frais 𝑇1 :

𝑇1 𝛼 𝑃 𝛽
𝑆𝐿 = 𝑆𝐿,0 ( ) ( ) (4.34)
𝑇0 𝑃0

𝑇0 = 298𝐾, 𝑃0 = 1 𝑎𝑡𝑚 sont les références de température et de pression,

𝛼 = 2.18 − 0.8(𝜑 − 1),

𝛽 = −0.16 − 0.22(𝜑 − 1),

𝑆𝐿,0 = 𝐵𝑚 + 𝐵𝜑 (𝜑 − 𝜑𝑚 )2 .

Les valeurs des différents paramètres 𝐵𝑚 , 𝐵𝜑 , 𝜑𝑚 sont données dans le tableau pour différents
types de carburants, nous ne garderons que le cas de propane.

Paramètres 𝐵𝑚 (𝑚/𝑠) 𝐵𝜑 (𝑚/𝑠) 𝜑𝑚

Valeur 34.2. 10−2 −138.7. 10−2 1.08

Tableau ‎4-5: Paramètres du propane[28].

4.9 Epaisseur de flamme pré-mélangée

L'estimation d'une épaisseur de flamme est une exigence évidente pour de nombreux
problèmes de combustion numériques. Il existe de nombreuses façons de définir des épaisseurs
pour les flammes pré-mélangées.

Elle s’exprime comme suit :

𝜆1 𝐷𝑡ℎ
𝛿= = (4.35)
𝜌1 𝐶𝑝 𝑆𝑙 𝑆𝑙

4.10 Modélisation‎de‎combustion‎par‎l’ANSYS
4.10.1 Description du problème
La chambre de combustion considérée dans cette étude est la même géométrie constituée pour le
phénomène de diffusion figure (3.2). La flamme considérée est une flamme laminaire de pré-
mélange. Un mélange du propane et l’oxygène est introduit à des différentes vitesses à partir
de 𝑢 = 0.1 𝑚⁄𝑠 jusque cette vitesse d’injection soit égale à celle de la flamme calculée avant 𝑆𝑙 .

81
CHAPITRE 4 Phénomène de transfert monodimensionnel

4.10.2 Contexte
Dans cette étude, on utilise le modèle généralisé de dissipation de Foucault pour analyser le
système de combustion du propane et de l'oxygène. La combustion sera modélisée à l'aide d'un
mécanisme de réaction global sur l'adhérence. Cette réaction sera définie en termes de
coefficients stœchiométriques, d'enthalpie de formation, et des paramètres qui contrôlent le taux
de réaction.

Les paramètres généraux pour la modélisation de combustion sont détaillés dans l’Appendice C.

4.11 Conclusion

Dans ce chapitre, notre étude est consacrée sur la combustion des mélanges gazeux dans un
milieu confiné (tube fermé aux extrémités).

Ce phénomène est gouverné par les lois de la combustion générale et la cinétique chimique.

On a attaché une importance au calcul de température pour chaque tranche du milieu de réaction,
ainsi au calcul de la vitesse de la flamme laminaire pré-mélangée.

Les résultats obtenus seront discutés dans le chapitre 5.

82
Chapitre 5

5 Résultats et interprétations
CHAPITRE 5 Résultats et interprétations

5.1 Introduction

Dans ce présent chapitre on expose les différents résultats des phénomènes étudiés. Donc
principalement est subdivisé en deux parties. La première partie est consacrée pour l’affichage
des résultats de diffusion que ce soit en 1D ou 2D et l’influence des différents paramètres sur ce
mode de transfert fait en chapitre 2 et sa modélisation en chapitre 3, ensuite la deuxième partie
on s’intéresse aux résultats liés à la combustion et cinétique chimique par visualisations les
évolutions des champs de températures, pressions et des vitesses qu’est envisagée dans le
chapitre 4.

5.2 Convergence

A la convergence, toutes les équations de conservation discrétisées (quantité de


mouvement, énergie…etc.), se conforment dans chaque cellule à une tolérance spécifiée, et la
solution ne change plus avec le temps.

Le Suivi de la convergence se fait avec les résidus. En général, une décroissance d’un
ordre 10−3 en magnitude des résidus indique une convergence au moins qualitative et les
caractéristiques principales de l’écoulement sont établies.

Figure ‎5-1: les résidus.

84
CHAPITRE 5 Résultats et interprétations

5.3 Résultats de la première étude

Dans cette partie, on va discuter d’une comparaison entre les résultats obtenus par la
programmation et celle obtenus par la simulation numérique du phénomène de diffusion.

5.3.1 Le cas 1D
5.3.1.1 Répartition des espèces au cours de temps
5.3.1.1.1 1er cas

Nous sommes intéressés à la répartition des espèces lors de leur diffusion au cours du
temps. Pour cela nous avons remplir notre tube avec deux mélanges, à l’état initial, la partie
basse de tube contient 100% 𝐶3 𝐻8 et la partie haute contient 100% 𝑂2.

L'évolution de la fraction massique de propane (C3H8) en fonction de


temps et la position
100

90

80
Fraction massique en %

70

60

50

40

30

20

10

0
0 20 40 60 80 100 120 140 160 180 200
Distance en (cm)

20 min 40 min 60 min 120 min 240 min


360 min 480 min 720 min 1440 min

Figure ‎5-2: L’évolution de la fraction massique du propane (C3H8) en fonction de temps et la position
1D.

Après l’ouverture du clapet on observe que la fraction massique de propane dans la mi-
partie inférieure diminue avec le temps pour remplir la parité supérieure de tube. On peut
expliquer par la propriété des gaz qui a la tendance à remplir tous le volume de tube (cela jusque
que la pression partielle des gaz soit homogène).
85
CHAPITRE 5 Résultats et interprétations

Et pareille pour l’oxygène qui se diffuse de la partie haute vers la partie basse (figure 5.3).

L'evolution de la fraction massique de l'oxugène(O2)en


fonction du temps et de la distance
100
90
Fraction massique en %

80
70
60
50
40
30
20
10
0
0 20 40 60 80 100 120 140 160 180 200

Position (cm)

pour t =20 min pour t =40 min pour t =60 min


pour t =120 min pour t =240 min pour t =360 min
pour t =480 min pour t =720 min pour t =1440 min

Figure ‎5-3:L’évolution de la fraction massique de l’oxygène (O2) en fonction de temps et la position 1D.

Dans les figures (5.4) et (5.5) on remarque que l’évolution de la fraction massique n’est
pas homogène le long du tube, tel qu’elle est plus importante auprès de clapet et
diminue lorsqu’on approche des extrémités.

Comparaison l'evolution de la freaction massique de propane


(C3H8) pour deux positions differentes
100
Fraction massique en %

80

60

40

20

0
0 200 400 600 800 1000 1200 1400
Temps en minute

pour x=20 cm pour x=60 cm pour x=120 cm pour x=160 cm

Figure ‎5-4:L’évolution de la fraction massique de propane (C3H8) pour différentes positions.

86
CHAPITRE 5 Résultats et interprétations

Comparaison l'evolution du fraction massique de l'oxygène(O2) pour differentes


positions
100
90
80
Fraction massique en %

70
60
50
40
30
20
10
0
0 200 400 600 800 1000 1200 1400
Temps en minute

pour x= 20 cm pour x= 60 cm pour x= 120 cm pour x= 160 cm

Figure ‎5-5 : L’évolution de la fraction massique de l’oxygène (O2) pour différentes positions.

D’une autre manière les régions où le gradient de concentration est plus important, la
vitesse de diffusion sera importante (voir figures 5.6 et 5.7).

Evolution de la vitesse de diffusion pour le propane(C3H8)


40
Vitesse (Fraction massique/heure)x100

35
30
25
20
15
10
5
0
0 200 400 600 800 1000 1200 1400
Temps en minute

pour x=20 cm pour x=60 cm pour x=140 cm pour x=180 cm

Figure ‎5-6: la vitesse de diffusion de propane pour différentes positions.

87
CHAPITRE 5 Résultats et interprétations

Evolution de la vitesse de diffusion pour l'oxygène(O2)


40

35
Vitesse(Fraction massique/heure)x100

30

25

20

15

10

0
0 200 400 600 800 1000 1200 1400
temps en minute

pour x= 20 cm pour x= 60 cm pour x= 80 cm

Figure ‎5-7 : la vitesse de diffusion de l’oxygène pour différentes positions.

5.3.1.1.1.1 Influence de la gravité

Pour étudier l’influence de la gravité sur le phénomène de diffusion nous avons inversés
les valeurs de fractions massiques pour le même élément. Le choix de cette méthode se justifié
par le mouvement brownien qui caractérise le phénomène de diffusion et la difficulté de prévoir
le comportement des éléments de gaz misent en jeu.

Etude de l'influence du gravité


12
vitesse(fraction massique/heure)x100

10

0
0 200 400 600 800 1000 1200 1400

Temps en minute
sans gravité avec gravité

Figure ‎5-8: l’effet de gravité sur le phénomène de diffusion pour x= 60cm.

88
CHAPITRE 5 Résultats et interprétations

D’après la figure (5.8) on voit que l’influence de gravité est désormais faible et même
négligeable. On peut expliquer ce résultat par l’existence d’autres phénomènes (des interactions
inter moléculaires) qui vainquirent la force de gravité qui est logiquement accélère la diffusion.

5.3.1.1.1.2 Influence de la température

Comment nous avons déjà vue que la diffusion est due essentiellement à l’existence d’un
fort gradient de concentration et à l’agitation thermique. Même si l’influence de température
n’apparaitre pas explicitement dans l’équation de Fick mais elle est introduite dans le coefficient
de diffusion.

La relation (2.41) permit d’évaluer le coefficient de diffusion en fonction de température.

L'evolution de coefficient de diffusion en fonction de temperature


2,4
coefficient de diffusion D(C3H8/O2)x10-5

2,2

1,8

1,6

1,4

1,2

1
298,15 398,15 498,15 598,15 698,15 798,15 898,15 998,15 1098,15 1198,15
temperature en K

D(C3H8/O2)

Figure ‎5-9: L’évolution de coefficient de diffusion de propane/oxygène en fonction de température.

La figure (5.9) montre que l’augmentation de la température implique l’augmentation du


coefficient de diffusion ce qui signifie l’accélération du phénomène de diffusion. On parle alors
de la diffusion due à l’agitation thermique.

5.3.1.1.2 Deuxième cas

Dans cette partie nous intéressons à présenter l’effet de la présence d’un gaz diluant sur
l’évolution des fractions massiques au cours de la diffusion.

89
CHAPITRE 5 Résultats et interprétations

Considérant les deux mélanges suivants :

𝑀1 : 70% 𝐶3 𝐻8 , 20% 𝑂2 et 10% 𝑁2 (partie haute)

𝑀2 : 80% 𝐶3 𝐻8 , 15% 𝑂2 et 5% 𝑁2 (partie inférieure)

Les coefficients de diffusion sont calculés dans le chapitre précédent :

𝐷𝑔𝑂2 = 1.303.10−5 (𝑚2 ⁄𝑠), 𝐷𝑔𝐶3 𝐻8 = 7.8650.10−6 (𝑚2 ⁄𝑠) Et 𝐷𝑔𝑁2 = 1.3283.10−5 (𝑚2 ⁄𝑠)

La repartition des fractions massiques pour propane, l'oxygène et l'azote à


x=60 cm

80

70

60
fraction massique en %

50

propane(C3H8)
40
L'oxygène(O2)
30 l'azote(N2)

20

10

0
0 200 400 600 800 1000 1200 1400
Temps en minute

Figure ‎5-10 : Répartition des fractions massiques de propane, l’oxygène et l’azote à x=60cm.

90
CHAPITRE 5 Résultats et interprétations

La vitesse de diffusion moleculaire de propane, oxygène et l'azote pour x=60


cm
Vitesse(Fraction massique/heure)x100
0,8
0,7
0,6
0,5
0,4
0,3
0,2
0,1
0
0 200 400 600 800 1000 1200 1400
Temps en minute

propane(C3H8) L'oxygène(O2) L'azote(N2)

Figure ‎5-11 : la vitesse de diffusion de propane, oxygène et l’azote à x=60 cm.

L’analyse de la figure (5.10) nous permet de déduire que l’évolution des fractions
massique est très lent comparant aux résultats précédents. Ce résultat est confirmé par la figure
(5.11) où on voit que la vitesse est 10 fois inférieure à celle de 1 er cas. On peut déduire que
lorsque le nombre des éléments augmente, les interactions inter atomique augmentent ce qui
décélère la vitesse de diffusion.

5.3.2 Le cas 2D
5.3.2.1 Résultats de programmation
5.3.2.1.1 Premier cas
Comme le cas avant à l’état initial, la partie basse du tube contient 100% en volume du
propane. Alors que de l’oxygène seulement est présent dans la partie haute du tube. Et les mêmes
valeurs des coefficients de diffusion sont utilisées, sauf dans cette partie on suit la répartition de
la fraction massique des espèces non pas son pourcentage.

91
CHAPITRE 5 Résultats et interprétations

L'evolution de la fraction massique du propane (C3H8) en


fonction du temps et de la distance
1
0,9
0,8
Fraction massique

0,7
0,6
0,5
0,4
0,3
0,2
0,1
0
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1 1,2
Temps en minute

pour t =20 min pour t =40 min pour t =60 min


pour t =120 min pour t =240 min pour t =360 min
pour t =480 min pour t =720 min pour t =1440 min

Figure ‎5-12:L’évolution de la fraction massique de propane (C3H8) en fonction de temps et la position


2D.

L'evolution de la fraction massique du l'oxygène (O2) en fonction


du temps et de la distance
1
0,9
0,8
Fraction massique

0,7
0,6
0,5
0,4
0,3
0,2
0,1
0
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1 1,2
Temps en minute
pour t =20 min pour t =40 min pour t =60 min pour t =120 min
pour t =240 min pour t =360 min pour t =480 min pour t =1440 min

Figure ‎5-13:L’évolution de la fraction massique du l’oxygène (O2) en fonction de temps et la position


2D.

92
CHAPITRE 5 Résultats et interprétations

5.3.2.1.2 Deuxième cas :

L'evolution de la fraction massique du propane (C3H8) en fonction


du temps et de la distance
0,82

0,8
Fraction massique

0,78

0,76

0,74

0,72

0,7

0,68
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1 1,2
Temps en minute
pour t =20 min pour t =20 min pour t =40 min pour t =60 min
pour t =120 min pour t =200 min pour t =417 min

Figure ‎5-14: L’évolution de la fraction massique du propane (C3H8) en fonction de temps et la position
2D.

L'evolution de la fraction massique du l'oxygène (O2) en fonction du


temps et de la distance
0,21
0,2
Fraction massique

0,19
0,18
0,17
0,16
0,15
0,14
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1 1,2
Temps en minute

pour t =1 min pour t =20 min pour t =40 min


pour t =60 min pour t =90 min pour t =200 min

Figure ‎5-15 : L’évolution de la fraction massique du l’oxygène (O2) en fonction de temps et la position
2D.

93
CHAPITRE 5 Résultats et interprétations

L'evolution de la fraction massique du l'azote (N2) en fonction du


temps et de la distance
0,12

0,1
Fraction massique

0,08

0,06

0,04

0,02

0
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1 1,2
Temps en minute
pour t =1 min pour t =20 min pour t =40 min

pour t =60 min pour t =90 min pour t =200 min

Figure ‎5-16: L’évolution de la fraction massique du l’azote (N2) en fonction de temps et la position 2D.

Interprétation : les figures obtenues par la programmation dans cas 2D, montrent que la diffusion
moléculaire est un phénomène lent et on remarque aussi que le temps de diffusion diminue par la
diminution de la fraction massique. C’est-à-dire, quand la différence de la fraction massique
d’une espèce de deux mélanges augmente le temps pour que le mélange soit homogène
augmente. Les différents graphes

94
CHAPITRE 5 Résultats et interprétations

5.3.2.2 Résultats de la simulation numérique

L’état initial Au cours de la diffusion A l’équilibre

Figure ‎5-17: visualisation numérique de la fraction massique du propane.

Figure ‎5-18: L’évolution de la fraction massique du propane (C3H8) Fluent.

95
CHAPITRE 5 Résultats et interprétations

Figure ‎5-19: L’évolution de la fraction massique du l’oxygène (O2) Fluent.

Figure ‎5-20: L’évolution de la fraction massique du l’azote (N2) Fluent.

96
CHAPITRE 5 Résultats et interprétations

5.3.2.3 Comparaison des résultats

L'azote (N2)
0,1
0,095
0,09
Fraction massique

0,085
0,08
0,075
0,07
0,065
0,06
0,055
0,05
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1 1,2
Temps en minute

loi de fick Fluent

Figure ‎5-21: Comparaison de la loi de Fick et Fluent pour l’azote.

L'oxygène(O2)
0,19
0,185
0,18
Fraction massique

0,175
0,17
0,165
0,16
0,155
0,15
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1 1,2
Temps en minute

loi de fick Fluent

Figure ‎5-22 : Comparaison de la loi de Fick et Fluent pour l’oxygène.

97
CHAPITRE 5 Résultats et interprétations

Propane (C3H8)
0,79
0,78
0,77
Fraction massique

0,76
0,75
0,74
0,73
0,72
0,71
0,7
0,69
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1 1,2
Temps en minute

loi de fick Fluent

Figure ‎5-23 : Comparaison de la loi de Fick et Fluent pour le propane.

Nous observons une légère différence. Fluent, utilise un modèle théorique alors que la loi
de Fick est empirique. Nous pouvons néanmoins remarque que l’erreur observée est inférieur à
2%.

5.4 Résultats de la deuxième étude


5.4.1 Résultats du programme
Dans cette partie, on affichera les résultats obtenus par l’étude théorique et numérique sur
la combustion. Tous d’abord, à l’aide des équations expliquées dans le chapitre précédent, on a
pu à récapituler les résultats suivant :

𝑇2 𝑘𝑑 𝐷𝑡ℎ 𝜔𝐹 𝑆𝑙 𝛿

2067.7 170.9 5.79 10−6 2.7 0.66 1.25 10−3

Tableau ‎5-1: Résultats de l’étude théorique.

La figure (5.24) et (5.25) montre la progression de la température et de pression,


successivement, de chaque tranche.

98
CHAPITRE 5 Résultats et interprétations

Les figures (4.24) et (4.25) illustrent la variation de température et de pression pour


chaque tranche du mélange au cours de la combustion.

2500

2000
Température en K

1500

1000

500

0
0 5 10 15 20 25 30
Les tranches

Figure ‎5-24: La température de combustion par tranche.

1,8

1,6
Pression

1,4

1,2

0,8
0 5 10 15 20 25 30
Les tranches

Figure ‎5-25: La pression au cours de la combustion.

99
CHAPITRE 5 Résultats et interprétations

Interprétation : la température augmente au cours de la combustion ce qu’implique que la


température de chaque tranche influe sur la tranche adjacente.

Par contre la pression, on observe qu’il y a une augmentation suivi par une dépression. On
explique ça par la compréhension de l’équation (4.16), la pression est en fonction de la
température et de la fraction massique des espèces, alors l’augmentation est due à l’augmentation
de température. Et comme la combustion est la consommation des réactifs, donc la dépression
est reliée à la diminution des fractions massiques.

La vitesse de la flamme est en relation directe avec la température et la pression, c’est-à-


dire le changement de température et de pression influe sur la vitesse de propagation de la
flamme.

7
la vitesse de la flamme

-1 1 3 5 7 9 11 13 15
-1
Les tranches

Figure ‎5-26: Variation de la vitesse avec la température et la pression.

Interprétation : la remarque déduite de cette figure est que la vitesse de la flamme est
proportionnelle à la température et inversement proportionnelle à la pression.

100
CHAPITRE 5 Résultats et interprétations

5.4.2 Résultats de simulation

Figure ‎5-27: Température adiabatique de la flamme Fluent.

Interprétation : la température adiabatique de la flamme obtenue par la simulation numérique


de la flamme est égale à 2000 k, on remarque qu’elle est inférieure à celle trouvée dans la partie
théorique. Fluent tient en compte l’effet de radiation, par contre la température calculée par le
programme est subit à des hypothèses.

La flamme est située à la position x=0, la propagation de la flamme au cours de la combustion


est présenté dans la figure suivante

Figure ‎5-28 : Propagation de la flamme par Fluent.

101
CHAPITRE 5 Résultats et interprétations

Figure ‎5-29: La pression totale de la combustion.

Figure ‎5-30: La vitesse de propagation de la flamme.

Interprétation : On a relevé la vitesse de la flamme et la pression totale, on déduit qu’il existe


une onde de choc en amant (chute de la pression totale) donc c’est une déflagration. Les résultats
obtenus montrent que la combustion se fait dans la direction de l’axe de tube et que sa vitesse
diminue lorsque elle s’éloigne de l’inlet.

102
CHAPITRE 5 Résultats et interprétations

5.5 Conclusion

Ce dernier chapitre est consacré principalement à la présentation des différents résultats


obtenus par les deux études principales faites dans ce travail. Concernant la première l’étude elle
nous a permis d’établir que les résultats de diffusion obtenus par la loi de FICK et de code
FLUENT étaient compatibles, nous avions aussi à travers cette étude l’objectif d’appréhender
l’influence de la gravité et la température, pour la température elle influe directement sur le
coefficient de diffusion et par conséquent sur la vitesse de diffusion.

Dans la deuxième partie consacrée à la présentation des résultats de l’étude de la combustion en


utilisant la suite des logiciel ANSYS, ces résultats ont été comparés avec la programmation, où
ils présentent des erreurs très faibles et par conséquent s’assurer de leurs validités.

103
CONCLUSION
Conclusion

CONCLUSION

Ce travail consacré à la simulation numérique de diffusion d’un mélange gazeux et sa


combustion dans un tube confiné passant tout d’abord par l’étude théorique et numérique de
ces deux phénomènes. Il est gouverné par les lois de conservation couplées avec la loi des gaz
parfaits. Le fluide étant un mélange du propane et l’air pour une étude et un mélange du
propane et l’oxygène dans une autre étude.

Cette étude est subdivisée en deux parties, la première est consacrée à l’étude de
diffusion afin de poursuivre la propagation de la fraction massique des espèces chimiques en
tenant en compte l’influence de la température et la gravité sur le modèle établi. Un
programme (Fortran) est réalisé pour résoudre la loi de Fick pour le cas 1D et 2D et pour les
deux cas du mélange cités avant. Suivi par une simulation numérique réalisé par le logiciel
ANSYS 17.2.

Dans la deuxième partie on a présenté une étude sur la combustion. Cette contribution
est réalisée à l’aide de logiciel ANSYS 17.2 où on a focalisé sur le taux de production des
espèces chimique et sur la vitesse de la flamme. Ainsi sur la dépendance de la vitesse avec la
pression et la température.

Cette étude révèle et met en évidence beaucoup d’aspects physiques très importants
pour la modélisation et la simulation du comportement d’un ces phénomènes, ces derniers
peuvent être résumés dans ce qui suit:

 Le calcul des paramètres de l’écoulement et les concentrations des différentes espèces


chimiques se fait pas à pas en fonction du temps jusqu’à atteindre l’état d’équilibre.

 Il a été remarqué que plus la vitesse est grande plus la température, plus la diffusion est
plus rapide. On constate ainsi l’augmentation de taux de production et par conséquence
l’augmentation de la vitesse de la flamme, en revanche la pression augmente jusqu’au
tous les réactifs seront consommés après elle est suivie par une dépression.

 Par la simulation de la combustion de propane dans un tube confiné à l’aide de ANSYS


workbench et ANSYS Fluent et on a affiché les résultats de la diffusion de la flamme, on
montré aussi à travers ces résultats que c’est une déflagration.

105
Conclusion

Comme perspectives, ce travail n’est qu’une ébauche concernant les phénomènes de la


diffusion et de la combustion où les recherches sont très intenses dans cet axe. Pour
s’approcher plus en plus da la réalité des choses, il serait intéressant d’étendre notre logiciel
ANSYS en tenant compte les différents processus qui y interviennent, à titre d’exemple, les
phénomènes de dissociation des espèces chimiques au cours de la combustion entre les
différents degrés de libertés…etc.

106
ANNEXES
APPENDICE A

Dans le référentiel de la discontinuité, 𝑉0 désignant la vitesse d’écoulement des gaz frais et 𝑉


celle des gaz brulés, la condition d’invariance de la masse totale conduit à la relation :
𝜌𝑉 = 𝜌0 𝑉0 (1)

Celle de la quantité de mouvement normale à la flamme :

𝑝 + 𝜌𝑉 2 = 𝑝0 + 𝜌0 𝑉02 (2)

En combinant les relations (1) et (2) on trouve :

1 1
𝑝 − 𝑝0 = ( − ) (𝜌0 𝑉0 )2 (3)
𝜌0 𝜌

Relation linéaire entre 𝑝 et 1⁄𝜌 qui est l’équation d’une droite, dite de Rayleigh, de pente égale
à −(𝜌0 𝑉0 )2. On en déduit directement :

1
2
1 𝑝 − 𝑝0
𝑉0 = [ ] (4)
𝜌0 1 − 1
𝜌0 𝜌

1
2
1 𝑝 − 𝑝0
𝑉= [ ] (4)′
𝜌 1 −1
𝜌0 𝜌

Par ailleurs, la conservation de l’énergie se traduit comme on a vu auparavant par l’équation :

𝑉2 𝑝 𝑉02 𝑝0
𝑢+ + = 𝑢0 + + (5)
2 𝜌 2 𝜌0

Par combinaison les équations (1), (2), (4), (4)’ et (5) on trouve :

1 1 𝑝0 𝑝 1 1
2(𝑢 − 𝑢0 ) = (𝑝 − 𝑝0 ) ( + ) + − = (𝑝 + 𝑝0 ) ( − ) (6)
𝜌0 𝜌 𝜌0 𝜌 𝜌0 𝜌
𝑝
Qui est l’équation d’Hugoniot-Rankine de la courbe, avec l’enthalpie massique ℎ = 𝑢 + 𝜌, on

aurait du même :

1 1
2(ℎ − ℎ0 ) = (𝑝 − 𝑝0 ) ( + ) (7)
𝜌0 𝜌
108
APPENDICE B

Leur développement permit de distinguer ces différents cas :

Point 1( i=1, x=0 ; y=0) :

𝜕𝐶 𝐶1𝑘 −𝐶0𝑘 𝜕𝐶 𝑘
𝐶1+𝑚 𝑘
−𝐶1−𝑚
(𝜕𝑦) =0 =0 𝐶1𝑘 = 𝐶0𝑘 (𝜕𝑥 ) =0 =0 𝑘
𝐶1+𝑚 𝑘
= 𝐶1−𝑚
𝑦=0 2∆𝑦 𝑥=0 2∆𝑥

𝐶1𝑘+1 = 2𝐷𝑟𝑥 𝐶1+𝑚


𝑘
+ [1 − 2𝐷(𝑟𝑥 + 𝑟𝑦 )] 𝐶1𝑘 + 2𝐷𝑟𝑦 𝐶2𝑘 (1)

Le segment N°2 :(x=0, 0<y <0.3)


Pour i= 2, m-1

𝐶𝑖𝑘+1 = 2𝐷𝑟𝑥 𝐶𝑖+𝑚


𝑘
+ [1 − 2𝐷(𝑟𝑥 + 𝑟𝑦 )] 𝐶𝑖𝑘 + 𝐷𝑟𝑦 𝐶𝑖+1
𝑘 𝑘
+ 𝐷𝑟𝑦 𝐶𝑖−1 (2)

Le point N°3 :(x=0, y=0.3)


i=m

𝐶𝑖𝑘+1 = 2𝐷𝑟𝑥 𝐶𝑖+𝑚


𝑘
+ [1 − 2𝐷(𝑟𝑥 + 𝑟𝑦 )] 𝐶𝑖𝑘 + 2𝐷𝑟𝑦 𝐶𝑖−1
𝑘
(3)

Le segment N°4 :(y=0, 0<x<n/2)


Pour j=1, (n/2-2)
i=j.m+1

𝐶𝑖𝑘+1 = 𝐷𝑟𝑥 𝐶𝑖+𝑚


𝑘
+ [1 − 2𝐷(𝑟𝑥 + 𝑟𝑦 )] 𝐶𝑖𝑘 + 𝐷𝑟𝑥 𝐶𝑖−𝑚
𝑘 𝑘
2 + 𝐷𝑟𝑦 𝐶𝑖+1 (4)

Le segment N°5 :(y=m, 0<x <n/2)


Pour j=2, (n/2-1)
i=j*m

𝐶𝑖𝑘+1 = 𝐷𝑟𝑥 𝐶𝑖+𝑚


𝑘
+ [1 − 2𝐷(𝑟𝑥 + 𝑟𝑦 )] 𝐶𝑖𝑘 + 𝐷𝑟𝑥 𝐶𝑖−𝑚
𝑘 𝑘
2 + 𝐷𝑟𝑦 𝐶𝑖−1 (5)

La région N°6 :(0<x <n/2 ; 0<y<m)


Pour j=1, (n/2-2)
Pour k=2, m-1
I=j*m+k

𝐶𝑖𝑘+1 = 𝐷𝑟𝑥 𝐶𝑖+𝑚


𝑘
+ [1 − 2𝐷(𝑟𝑥 + 𝑟𝑦 )] 𝐶𝑖𝑘 + 𝐷𝑟𝑥 𝐶𝑖−𝑚
𝑘 𝑘
𝐷 + 𝑟𝑦 𝐶𝑖+1 𝑘
+ 𝐷𝑟𝑦 𝐶𝑖−1 (6)

Le segment 7 :(x=n/2 ; 0≤y≤m)


Pour k=1, m
i = (n/2-1)*m+k

109
𝐶1 + 𝐶2
𝐶𝑖𝑘+1 = (7)
2

Le segment N°8 :(y=0, n/2<x <n)


Pour j=n/2, (n-2)
i=j.m+1

𝐶𝑖𝑘+1 = 𝐷𝑟𝑥 𝐶𝑖+𝑚


𝑘
+ [1 − 2𝐷(𝑟𝑥 + 𝑟𝑦 )] 𝐶𝑖𝑘 + 𝐷𝑟𝑥 𝐶𝑖−𝑚
𝑘 𝑘
2 + 𝐷𝑟𝑦 𝐶𝑖+1 (8)

La région N°9 :(n/2<x <n ; 0<y <m)


Pour j=n/2, (n-2)
Pour k=2, m-1
I=j*m+k

𝐶𝑖𝑘+1 = 𝐷𝑟𝑥 𝐶𝑖+𝑚


𝑘
+ [1 − 2𝐷(𝑟𝑥 + 𝑟𝑦 )] 𝐶𝑖𝑘 + 𝐷𝑟𝑥 𝐶𝑖−𝑚
𝑘 𝑘
+ 𝐷𝑟𝑦 𝐶𝑖+1 𝑘
+ 𝐷𝑟𝑦 𝐶𝑖−1 (9)

Le segment N°10 :(y=m, n/2<x <n)


Pour j= (n/2+1) ; n-1
i=j*m
𝐶𝑖𝑘+1 = 𝐷𝑟𝑥 𝐶𝑖+𝑚
𝑘
+ [1 − 2𝐷(𝑟𝑥 + 𝑟𝑦 )] 𝐶𝑖𝑘 + 𝐷𝑟𝑥 𝐶𝑖−𝑚
𝑘 𝑘
+ 2 𝐷𝑟𝑦 𝐶𝑖−1 (10)

Le point N°11 :
i = m*(n-1)

𝐶𝑖𝑘+1 = 2𝐷𝑟𝑥 𝐶𝑖−𝑚


𝑘
+ [1 − 2𝐷(𝑟𝑥 + 𝑟𝑦 )] 𝐶𝑖𝑘 + 2𝐷𝑟𝑦 𝐶𝑖+1
𝑘
(11)

Le segment N°12 :(x=n, 0<y <m)


Pour i= 2, m-1

𝐶𝑖𝑘+1 = 2𝐷𝑟𝑥 𝐶𝑖−𝑚


𝑘
+ [1 − 2𝐷(𝑟𝑥 + 𝑟𝑦 )] 𝐶𝑖𝑘 + 𝐷𝑟𝑦 𝐶𝑖+1
𝑘 𝑘
+ 𝐷𝑟𝑦 𝐶𝑖−1 (12)

Le point N°13 :
i = m*n

𝐶𝑖𝑘+1 = 2𝐷𝑟𝑥 𝐶𝑖−𝑚


𝑘
+ [1 − 2𝐷(𝑟𝑥 + 𝑟𝑦 )] 𝐶𝑖𝑘 + 2𝐷𝑟𝑦 𝐶𝑖−1
𝑘
(13)

110
Références bibliographiques
Références bibliographiques

1. BORGHI, Roland et DESTRIAU, Michel. Combustion et les flammes.. Editions OPHRYS,


1995.
2. D’AMBROSIO, Domenic, COLONNA, Gianpiero, et CAPITELLI, Mario. Numerical
prediction of non-equilibrium flows in hypersonic nozzles: State-to-state kinetics versus
macroscopic models. AIAA Paper, 2003, vol. 3549, p. 2003.
3. DE SOETE, Gerard et FEUGIER, Alain. Aspects physiques et chimiques de la combustion.
Éditions Technip, 1976.
4. WARNATZ, Jürgen, MAAS, Ulrich, et DIBBLE, Robert W. Combustion: Physical &
Chemical Fundamentals, Modelling & Simulation, Pollutant Formation. Journal of Fluid
Mechanics, 1997, vol. 348, no 1, p. 377-378.
5. DELICAT, Yathis Giovanni. Etude de la réactivité de l’iode transporté dans un mélange
H2/H2O en conditions de combustion dans des flammes basse pression pré-mélangées.
2012. Thèse de doctorat. Lille 1.
6. GROSSEL, Stanley S. Deflagration and detonation flame arresters. John Wiley & Sons,
2010.
7. CALTAGIRONE, Jean-Paul. Physique des écoulements continus. Polycopié de cours,
Université Bordeaux I-École MATMECA, 2005.
8. SEKKAL, Zohir. Introduction à la thermodynamique et la cinétique chimique, 1982.
9. Slimani, O. « Thèse Mise en marche de l’appareil « diffusion dans les liquides et les gaz »
et mesure de la diffusivité de quelques composes organiques ».Université Kasdi Merbah,
Ouargla, 2013.
10. Jean-Pierre Corriou, « Thermodynamique chimique - Définitions et relations
fondamentales », Techniques de l'ingénieur, base documentaire : Thermodynamique et
cinétique chimique, pack : Opérations unitaires. Génie de la réaction chimique,
univers : Procédés chimie - bio - agro, J 1025, pp. 1-19, 1984.
11. J.P. Pérez et A.M. Romulus, Thermodynamique. Fondements et applications, Masson,
Paris, 1993.

112
12. Fouad, « Contribution à l’étude de la croissance des cavités d’hydrogène dans les semi -
conducteurs », Thèse de doctorat, université FERHAT ABBAS-Sétif, 12/05/2011.
13. B.DEMIDOVITCH, « Recueil d’exercices et de problèmes mathématiques », Editions
MIR Moscou, 1974.

14. Eric Goncalvès da Silva, « Méthods et Analyse Numériques », Engineering school. Institut
Polytechnique de Grenoble, 2007, pp.99.
15. L. Menguy, « Diffusion de particules », Lycée Montesquieu, Le Mans Septembre 2008.
16. SKELLAND (A.H.P.), « Diffusional mass transfer (Transfert de matière par diffusion) »,
New York, London Wiley Interscience, 1974.
17. R.H. PERRY et D.W.GREEN. « Perry’s Chemical Engineer’s Handbook », McGraw-Hill
Companies, Inc, 1999.
18. A. Bondi, ≪Van der Waals Volumes and Radii ≫, J. Phys. Chem., vol. 68, no 3441.p,
1964.
19. R. B. Bird, W. E. Stewart, and E. N. Lightfoot, Transport Phenomena (New York: Wiley,
1960), p. 511.
20. E. N. Fuller, P. D. Schettler, and J. C. Giddings, Ind. Eng. Chem. 58(5), 19, 1966.
21. Ouchene, S., Ghendour, N. « Simulation numérique d’écoulement hypersonique en hors-
équilibre thermochimique derrière une onde de choc intense ». Institut d’aéronautique et
des études spatiales Blida., 2015.
22. ANSYS, Inc. Southpointe 275 Technology Drive Canonsburg, PA 15317.7,
(novembre2013).
23. LAWRENCE, Kent L. ANSYS tutorial. Schroff Development Corporation, 2002.
24. PAULING, Linus. The nature of the chemical bond and the structure of molecules and
crystals: an introduction to modern structural chemistry. Cornell university press, 1960.
25. POINSOT, Thierry et VEYNANTE, Denis. Theoretical and numerical combustion. RT
Edwards, Inc., 2005.
26. FICHET, Vincent. Modélisation de la combustion du gaz naturel par réseaux de réacteurs
avec cinétique chimique détaillée. 2008. Thèse de doctorat. Ecole Centrale Paris.
27. Calculs de flammes laminaires pré-mélangées DEA Systèmes Complexes : Phénomènes
Hors Equilibre STAFFELBACH Gabriel JUILLET 2002.
28. Formalisation du savoir et des outils dans le domaine des risques majeurs (EAT-DRA-76)
Les explosions non confinées de gaz et de vapeurs – Ω UVCE.
29. POINSOT, Thierry et VEYNANTE, Denis. Theoretical and numerical combustion. RT
Edwards, Inc., 2005.
113
30. http:// Master.Energétique.et.Environnement.com/ UPMC_2014.
31. http://wwwext.impmc.upmc.fr/~menguy/PDFs/1P003/1P003_C5_Phenomenes_de_Diffusi
on_2016.pdf.
32. http://www.patricebacchin.fr/images/doc/teach/intro_tdm.pdf.
33. http://hmf.enseeiht.fr/travaux/bei/beiep/book/export/html/1520.
34. https://fr.scribd.com/doc/204326977/Coefficients-de-Diffusion-2011-2012.

114

Vous aimerez peut-être aussi