Vous êtes sur la page 1sur 21

Exercices résolus de mathématiques.

ANA 17
EXANA0170 – EXANA179

http://www.matheux.be.tf

Jacques Collot

Juillet 08

www.matheux.be.tf - ANA 17 - 1 -
EXANA170 – Bruxelles, septembre 2006.
a) Calculer l’intégrale

∫ cos
5 x dx

b) en déduire
π
2
∫0 x cos5 x dx

a ) Première méthode : Linéarisation du cosinus


eix + e − ix einx + e− inx
Nous savons que : cos x = et que cos nx = . Elevons à la puissance 5
2 2
5
1  eix + e − ix  1  e5ix + 5e 4ix e− ix + 10e3ix e−2ix + 10e2ix e −3ix + 5eix e −4ix + e −5ix 
cos x = 4 
5
 = 4  
2  2  2  2 
1 ( e + e ) + 5 ( e + e ) + 10 ( e + e )
5 ix −5ix 3ix −3ix ix − ix

= 4
2 2
1
= ( cos 5 x + 5cos 3 x + 10 cos x )
16
1
Par conséquent : ∫ cos5 x dx = ∫ ( cos 5 x + 5 cos 3 x + 10 cos x ) dx
16
1  sin 5 x 5sin 3 x 
=  + + 10sin x 
16  5 3 

www.matheux.be.tf - ANA 17 - 2 -
a ) Deuxième méthode : Par parties
u = cos 4 x u ' = −4 cos3 x sin x
I = ∫ cos5 x dx →
v ' = cos x v = sin x
→ I = sin x cos 4 x + 4 ∫ cos3 x sin 2 x dx = sin x cos 4 x + 4 ∫ cos3 x (1 − cos 2 x ) dx
= sin x cos 4 x + 4 ∫ cos 3 x dx − 4 I
 
→ I =  sin x cos x + 4 ∫ cos x dx 
1 4 3

5  
 I1 
u = cos x u ' = −2 cos x sin x
2
I1 = ∫ cos3 x dx →
v ' = cos x v = sin x
→ I1 = sin x cos 2 x + 2 ∫ cos x sin 2 x dx = sin x cos 2 x + 2 ∫ sin 2 x d ( sin x )
2
= sin x cos 2 x + sin 3 x
3
Remplaçons dans I
1  1
I =  sin x cos 4 x + 4 sin x cos 2 x + sin 3 x  = ( 3cos 4 x + 12 cos 2 x + 8sin 2 x )
8
5 3  15
→ I = ( cos 4 x + 4 cos 2 x + 8 )
1
15
On peut vérifier facilement sur une calculatrice graphique que les dexu expressions
de I représente la même courbe.

π
b) J = ∫ 2
x cos5 x dx
0
u=x u ' =1
Par parties : 1  sin 5 x 5sin 3 x 
v ' = cos5 x v =  + + 10sin x 
16  5 3 
π
 x  sin 5 x 5sin 3 x   2 1 π  sin 5 x 5sin 3 x 
→ J =  + + 10sin x   − ∫ 2  + + 10 sin x  dx
16  5 3   0 16 0  5 3 
π
π 1 5  1  cos 5 x 5cos 3 x  2
=  − + 10  −  − − − 10 cos x 
32  5 3  16  25 9 0
4π 1  1 5  4π 149
= −  + + 10  = −
15 16  25 9  15 225
60π − 149
→ J= ≅ 0.1755
225

Le 25 janvier 2007

www.matheux.be.tf - ANA 17 - 3 -
EXANA171 – Louvain, série 1, juillet 2006.
Pour tout réel λ, on définit la fonction fλ sur l'ensemble des nombres réels strictement positifs noté
R+*, par
λ + ln x
fλ ( x) =
1+ x2
Soit M (α; β ) un point du plan avec α > 0. Démontrer que par M passe une et une seule courbe (Cλ)
représentative de fλ .
Démontrer que pour tout x > 0, f ‘ (x) est du signe de gλ(x) = 1 + x2 − 2x2.(λ + ln x)
Etudier les variations de gλ. On démontrera en particulier que l'équation gλ(x) = 0 admet une et
une seule solution sur R+*. Cette solution sera notée mλ
1
Dresser le tableau de variation de fλ . Démontrer que f λ ( mλ ) = et représenter
2m λ2
graphiquement (C1).

a ) Soit λ1 et λ 2 deux valeurs de λ, avec λ1 ≠ λ 2 , qui définissent deux courbes


qui passent par M ( α,β ) .
 λ1 + ln α
β = 1+ α 2 λ + ln α λ 2 + ln α
→ → 1 = → λ1 = λ 2
λ 2 + ln α 1+ α 2
1+ α 2
β =
 1+ α 2
Ce qui est contraire à l'hypothèse. Il n'y a donc qu'une seule courbe Cλ qui passe par M .

1
(1 + x 2 ) − ( λ + ln x )( 2 x ) 1 + x 2 − 2 x 2 λ + ln x
( )
b) Calculons f ' ( x ) = x =
(1 + x2 ) x (1 + x 2 )
2 2

gλ ( x )
=
x (1 + x 2 )
2

Et comme x > 0, le signe de f ' ( x ) est le signe de g λ ( x )

www.matheux.be.tf - ANA 17 - 4 -
1
c) Calculons g ' λ ( x ) = 2 x − 4 x ( λ + ln x ) − 2 x 2
= −4 x ( λ + ln x )
x
Comme x > 0, g ' λ ( x ) = 0 si λ + ln x = 0 → x = e −λ > 0
e −λ
−x − − −
Ce qui permet de dresser le tableau suivant :
λ + ln x − 0 +
+ 0 −
g λ ( x ) est donc croissante pour x < e et décroissante pour x > e −λ
−λ

Calculons aussi :
g λ ( e−λ ) = 1 + e−2 λ − 2e −2 ( λ − λ ) = 1 + e −2 λ > 0
lim g λ = lim+ (1 + x 2 − 2λx 2 ) − lim+ 2 x 2 ln x = 1
x → 0+

x →0
   x →0
=1 =0
 1   1 
lim g λ = lim x  2 + 1 − 2 ( λ + ln x )  = lim x 2 . lim  2 + 1 − 2 ( λ + ln x ) 
2
x →+∞ x →+∞
x  x →+∞ x →+∞  x 
= ( ∞ ) . ( −∞ ) = −∞
2

Conclusion
pour 0 < x < e −λ g λ est croissante et positive
−λ
pour x = e g λ est maximale et positive
−λ
pour x > e g λ est décroissante
pour x → +∞ g λ est négative
→ g λ admet une et une seule racine sur R *+ notée mλ

d ) Tableau de variation de f λ

gλ + 0 −
f λ ր Max ց
λ + ln x
De plus : lim+ f λ = lim+ = −∞
x →0 1 + x
2
x →0
λ + ln x
lim f λ = lim = 0 ( Ox est une AH )
x →+∞ x →+∞ 1 + x 2

λ + ln mλ
Calculons f λ ( mλ ) = (1)
1 + mλ2
or mλ est une racine de g λ → 1 + mλ2 − 2mλ2 ( λ + ln mλ ) = 0
1 + mλ2
→ λ + ln mλ =
2mλ2
1
Remplaçons dans (1) → f λ ( mλ ) =
2mλ2
Ce qui signifie aussi que f λ ( mλ ) est positif

www.matheux.be.tf - ANA 17 - 5 -
Le 15 avril 2007

www.matheux.be.tf - ANA 17 - 6 -
EXANA172 – Louvain, série 1, juillet 2006.
1. Comparer, sans les calculer, les intégrales suivantes :
1 x 1 x
∫ 0 x +1 dx et ∫ 0 x +1 dx .
1

2. On pose f ( x ) = e x
si x ≠ 0 et f ( 0 ) = 0 . Etudier la dérivabilité de f en
0.
sin x
3. Donner une primitive de f ( x ) =
1 + cos2 x
sin ( x ln x )
4. Calculer la limite suivante : lim+
x →0 x

 1 x x
 I1 = ∫ 0 dx et f1 ( x ) =
a ) Soient  x +1 x +1
1 x x
I2 =
∫ dx et f 2 ( x ) =
 0 x +1 x +1
Notons que que sur l'intervalle [ 0,1]
f1 ( 0 ) = f 2 ( 0 ) = 0
1
f1 (1) = f 2 (1) =
2
Pour les autres valeurs de x : x > x → f1 ( x ) > f 2 ( x )
Conclusion : I1 > I 2

b) Par définition,
Soit f : ℝ → ℝ : x → f ( x ) , la fonction f est continue en le réel a si et seulement si
lim f ( x ) = f ( a )
x→a
Ceci implique trois conditions simultanées
− f est définie en a
− la limite en a de f existe
− x ne doit plus être distinct de a
Nous vérifions facilement que la fonction n'est pas continue en x = 0, puisque
1 1
− −
lim+ e x
=0 et lim− e x
= +∞
x →0 x→0
Les limites à gauche et à droite sont différentes.
Or pour qu'une fonction soit dérivable en un réel a, elle doit être continue.
La fonction n'est donc pas dérivable en x = 0

www.matheux.be.tf - ANA 17 - 7 -
sin x d cos x
c) I = ∫ dx = − ∫ = − arctan ( cos x ) + C
1 + cos x
2
1 + cos 2 x

sin ( x ln x )
d ) lim+
x →0 x

Hospital
→ lim+ cos ( x ln x )( ln x + 1) = lim+ cos ( x ln x ) lim+ ( ln x + 1)
x →0 x →0 x →0
 
= cos lim+ x ln x  lim+ ( ln x + 1) = −∞

   
 x →
0
 x →0
 

 =0  −∞
=1

Le 15 avril 2007

www.matheux.be.tf - ANA 17 - 8 -
EXANA173 – Louvain, série 1, juillet 2006.
Sur une surface horizontale, il y a
un plan incliné qui fait un angle α
avec cette surface. Supposons que
0 < α < 90 (en degrés).
On pose une échelle contre le plan
incliné comme indiqué dans la
figure. Quel est l'angle β que
l'échelle doit faire avec la surface
horizontale pour que la coupe transversale entre l'échelle, la surface
horizontale et le plan incliné ait une superficie maximale ? Quelle est cette
superficie en fonction de la longueur de l'échelle ?

Les relations entre les angles sont {δγ == βπ −− αα


sin γ sin δ sin ( π − α ) sin δ sin ( β − α )
La relation des sinus donne : = → = →x=L
L x L x sin α
La surface du triangle est donné par :
1 1 sin β
A = L.x.sin β → A = L2 sin ( β − α )
2 2 sin α

Pour opitimiser cette surface, dérivons :


( sin (β − α ) sin β ) ' = cos (β − α ) sin β + sin (β − α ) cos β
Cette dérivée doit être nulle
cos ( β − α ) sin β + sin ( β − α ) cos β = 0 → cos ( β − α ) sin β = − sin ( β − α ) cos β
α
→ tan β = − tan ( β − α ) → tan β = tan ( α − β ) → β = α − β → β =
2
Le triangle est alors isocèle.

α
sin
1 sin β 1 2 2
La surface devient : A = L2 sin ( β − α ) = L sin α
2 sin α 2 sin α
1 2 α
→ A = L sin
2 2

Le 15 avril 2007

www.matheux.be.tf - ANA 17 - 9 -
EXANA174 – Louvain, série 2, juillet 2006.
On considère la fonction f définie par :

f ( x ) = x.arccos x

a) Donner son domaine de définition.


b) Déterminer f ′ et son domaine de définition.
c) Déterminer f ′′ et en déduire le tableau de variation de f ′.
d) Démontrer que f ′ s'annule pour une valeur unique α ∈ ]0; 1[.
e) En déduire le tableau de variation de f et démontrer que f admet un
α2
extremum égal à .
1 − α2
f) Tracer la courbe C représentative de f dans un repère orthonormé en
précisant les demi-tangentes aux points d'abscisses −1 et 1.

a ) Dom f : [ − 1; + 1 ]

x
b) f ' ( x ) = arccos x − Dom f ' ( x ) : ] − 1, + 1 [
1 − x2

1
1 − x 2 − x. . ( −2 x )
c) f '' ( x ) = −
1
− 2 1 − x 2

1 − x2 1 − x2
1 − x2 1 − x2 + x2 1 − x2 1 − x2
=− − = − −
1 − x 2 (1 − x 2 ) 1 − x 2 1 − x 2 (1 − x 2 ) 2

1 − x2 (x 2
− 2) 1 − x2
= ( −1 + x 2
− 1) =
(1 − x )
2 2
(1 − x )
2 2

On en déduit que f '' ( x ) est toujours négatif sur l'intervalle ] − 1, +1 [


→ f ' ( x ) est toujours décroissante.

 π
 f ' ( 0) = > 0
d ) On note que  2
 lim
 x 
<
→1
f ( x ) = −∞
Autrement dit dans l'intervalle ] 0, +1 [ , f ' ( x ) est toujours décroissante
et passe d'une valeur positive à une valeur négative.
→ f ' s'annule pour une valeur unique α ∈ ] 0, +1 [

www.matheux.be.tf - ANA 17 - 10 -
e) Tableau de variation de f '

−1 α 1
f ' ( x ) +∞ + 0 − −∞
f ( x) ր Max ց

Calculons le maximum.
α
Soit donc α tel que f ' ( α ) = 0 → arccos α − =0
1− α 2
α α2
→ arccos α = → α. arccos α = = f (α)
1− α 2 1− α 2

Le 15 avril 2007

www.matheux.be.tf - ANA 17 - 11 -
EXANA175 – Louvain, série 2, juillet 2006.
x +1 1
1. Soient f et g les fonctions telles que : f ( x ) = et g ( x ) =
x −1 x
Déterminer le domaine de définition de f ο g puis déterminer (f ο g)(x).
(x − x ) e
0
2. Donner le signe de I = ∫ 2 x
dx puis calculer I
1

x x1−1
3. Calculer la limite de la fonction : f ( x ) = e quand x tend vers 1.
x −1
4. On considère la fonction f définie sur [ 0; +∝ [ par : f ( x ) = x − x .
2

Etudier la dérivabilité de f en 0.

dom f : R \ {1}
1)  → dom ( f  g ) : R \ { 0,1 }
dom g : R0 
1
+1 1+ x x
( )
( f  g )( x ) = 1 =
x
− 1 (1 − x ) x
x

(x − x )e (
x − x ) e dx
0 1
2) I = ∫ 2 x
dx = ∫ 2 x
1 0 
f ( x)
On note que f ( 0 ) = f (1) = 0
0 1
e + + + x

Le tableau du signe de f ( x ) est 2


x −x 0 − 0
f ( x) 0 − 0
1 1
Calculons I = ∫ x 2 e x dx − ∫ x e x dx

0
  0

I2 I1
1 u = x u ' =1 x 1
1
I1 = ∫ x e x dx. Par parties :   0 ∫0 e dx = e − e + 1 = 1
x → I1 =  xe  − x
0 v' = e v = e
x

1 u = x2 u ' = 2x 1 1
I 2 = ∫ x 2 e x dx Par parties → I 2 =  x 2 e x  − 2 ∫ xe x dx = e − 2 I1 = e − 2

0
 v' = e x
v=e x 0 0

I2
Finalement : I = I 2 − I1 = e − 2 − 1 = e − 3 ≃ −0.2817

www.matheux.be.tf - ANA 17 - 12 -
x x1−1
3) f ( x ) = e
x −1
1
a ) lim f ( x) = × ( +∞ ) = +∞
>
x →1 +0
1
1 1−( x −1) ln ( x −1)
e x −1 −ln ( x −1) lim
f ( x ) = lim x −1
< →1
b) lim x . lim = 1 × lim e x −1 = e x 
x →1 e ( )
< < < ln x −1 <
x →1 x →1 x →1
1
ln ( x −1) 1− lim x −1
1− lim < →1
x  −1
1− lim
< →1
( x −1) ln ( x −1) < →1
x  1
( x −1)
2 1+ lim
< →1
( x −1)
x  x −1 x 
lim ( x −1) lim ( x −1) lim ( x −1) lim ( x −1)
< < →1 < →1 < →1
=e x 
→1
=e x 
=e x 
=e x 

1
= e −0 = e −∞ = 0

4) f ( x ) = x 2 − x
lim+ f ( x ) = 0 − 0 = 0 lim f ( x ) n'existe pas.
x →0 x →0−
f ( x ) n'est donc pas dérivable en 0, mais est uniquement dérivable à droite.
1
Cette dérivée est f ' ( x ) = x − avec lim+ f ' ( x ) = −∞
2 x x→0

Le 15 avril 2007

www.matheux.be.tf - ANA 17 - 13 -
EXANA176 – Louvain, série 2, juillet 2006.
A distance d d'un chemin rectiligne, il se trouve un mur rectiligne de longueur
c qui forme un angle droit avec le chemin.

Supposons que nous nous trouvons sur le chemin à un endroit qui est à
distance x de l'intersection du chemin avec la prolongation du mur. A cet
endroit le mur est visible sous l'angle α. Quelle est la valeur de x pour
laquelle l'angle α est maximal ? Quel est cet angle ? Vous pouvez supposer
que l'épaisseur du mur est
négligeable.

www.matheux.be.tf - ANA 17 - 14 -
Nous avons : α = β − γ
 c+d
β = arctan x c+d d
or 
d
→ α = arctan + arctan (1)
 γ = arctan x x
 x
Pour maximaliser α, il suffit d'égaliser la dérivée à zéro
' '
 c+d   d
→ α ' =  arctan  −  arctan  = 0
 x   x
1  c+d  1  d  c+d d
→ . − 2 =−
2 
. − 2 → 2
2 
= 2
x + (c + d ) x +d2
2
c+d   x  d   x 
1+   1 +  
 x  x
2 2
( 2 2
)
→ ( c + d ) ( x + d ) = d x + ( c + d ) → cx 2 + dx 2 + cd 2 + d 3 = dx 2 + dc 2 + 2cd 2 + d 3

→ cx 2 = dc 2 + cd 2 → x 2 = dc + d 2 → x = dc + d 2

c+d d
Remplaçons dans (1) → α = arctan − arctan
dc + d 2
dc + d 2
c+d d
→ α = arctan − arctan
d c+d

Le 15 avril 2007

www.matheux.be.tf - ANA 17 - 15 -
EXANA177 – Louvain, septembre 2006.

1. Calculer lim x − x
x →+∞
( )
e3 1
2. Calculer ∫e 2
x − x ln x
dx
 e− x + x − 1
 si x ≠ 0
3. Soit f la fonction définie sur R par : f ( x ) =  x
a si x = 0
a. Déterminer a pour que f soit continue en x = 0
b. Pour la valeur de a trouvée en 1, démontrer que f est
dérivable en 0

 x
x →+∞
( x →+∞
)
1) lim x − x = lim x 1 −  = lim x = +∞
x  x →+∞

1
e31 e3
x dx
2) I = ∫ 2 dx = ∫ 2
e x − x ln x e 1 − ln x

 1
dt = x dx

On pose t = ln x →  x = e 2 → t = 2
 x = e3 → t = 3


3 dt
= − ln ( t − 1)  2 = − ln 2
3
→ I = −∫
2 t −1

www.matheux.be.tf - ANA 17 - 16 -
3) Continuité
Par définition,
Soit f : ℝ → ℝ : x → f ( x ) , la fonction f est continue en le réel a si et seulement si
lim f ( x ) = f ( a )
x→a
Ceci implique trois conditions simultanées
− f est définie en a
− la limite en a de f existe
− x ne doit plus être distinct de a
e − x + x − 1 Hospital
lim  → lim ( −e− x + 1) = 0 → a = 0 (1)
x →0 x x →0

Dans ce cas, la fonction est bien définie en a. La limite existe et f ( 0 ) = 0

Dérivabilité
La fonction f est dérivable en le réel a si le taux d'acroissement de f admet une
limite réelle lorsque l'acroissement de la varible x tend vers 0
f ( x) − f (a) e − x + x − 1 Hospital −e − x + 1 Hospital e− x 1
lim = lim   → lim  → lim =
x →0 x−a x →0 x2 x →0 2x x →0 2 2
La limite existe donc et f est dérivable en x = 0

Vérifions la valeur de la dérivée, en appliquant les formules de dérivation


 e − x + x − 1  ( −e + 1) x − ( e + x − 1) −e− x ( x + 1) + 1
' −x −x

f '( x) =   = =
 x  x2 x2
Calculons la limite en x = 0
−e − x ( x + 1) + 1 Hospital e − x ( x + 1) − e − x xe− x e− x 1
lim  → lim = lim = lim =
x →0 x2 x →0 2x x →0 2 x x →0 2 2
Ce qui est bien la même valeur.

Le 15 avril 2007

www.matheux.be.tf - ANA 17 - 17 -
EXANA178 – Louvain, septembre 2006.
On considère la fonction g définie sur [ 0; + ∝ [ par :

g ( x ) = 1 − x − e−2 x

a) Etudier les variations de g.


b) Démontrer qu'il existe un unique réel a strictement positif tel que g(a) = 0,
puis prouver que a ∈ ] (ln 2)/2 ; 1 [.
c) Etudier le signe de g.

On considère la fonction f définie sur ] 0; +∝ [ par :


2
f ( x ) = x e x −1
d) Montrer que pour tout x strictement positif
2
ex 1
f '( x) = g 
2
 x
e −1
x

e) En déduire les variations de f.


(On ne demande pas de calculer la limite de f quand x tend vers 0.)

a ) g ' ( x ) = −1 + 2e − x
ln 2
g ' ( x ) = 0 → −1 + 2e − x = 0 → x =
2
g '' ( x ) = −4e − x Toujours négatif
ln 2
0
2
Variations de g ( x ) g '( x) 1 + 0 −
g '' ( x ) − − − −
g ( x) 0 ր Max ց

 ln 2  ln 2 −2 ln22 1 ln 2
b) g   = 1 − −e = − ≃ 0.1534 > 0
 2  2 2 2
De plus, lim g ( x ) = −∞
x →+∞
 ln2 
Autrement dit, la fonction g ( x ) est continuement décroissante sur l'intervalle  ; −∞ 
 2 
et passe d'une valeur positive à une valeur négative. → g ( x ) s'annule sur cet intervalle.

 ln2 
Et comme g (1) = 1 − 1 − e−2 < 0, cet intervalle se réduit à  ;1 
 2 
Soit donc a, tel que g ( a ) = 0

0 a 1
c) Signe de g ( x )
g ( x) 0 + 0 − − −

www.matheux.be.tf - ANA 17 - 18 -
2

1 1 − 2 x − 1 − xe x
d ) g   = 1− − e x =
 x x x
2
f ( x) = x e x −1
 2x  2x
2 2
x  e − 1 − e
 
.e x .  − 2  =  
1 2
→ f ' ( x ) = e x − 1 + x.
2
 x  2
2 e x −1 x e x −1
2
 −
2
 2
e x  x − xe x − 1  ex 1
= = g 
2  x  2
 x
 
e x −1   e x −1
2
e x
1
e) Puisque > 0, le signe de f ' ( x ) est donc celui de g  
2
 x
e −1
x

1 1
Remarquons que lim g   = +1 > 0 et lim+ g   = −∞ < 0
x →+∞
 x x → 0  x
 
1
g   s'annule donc sur l'intervalle ] 0; +∞ [
 x
1
Soit b tel que g   = 0, nous avons alors de tableau de variations de f suivant :
b
0 b
1
g   −∞ − 0 +
 x
f ( x) ց Min ր

www.matheux.be.tf - ANA 17 - 19 -
Le 15 avril 2007

EXANA179 – Louvain, septembre 2006.


Nous allons investiguer l'insolation d'une maison. Dans le cas général, c'est un problème en trois
dimensions. Pour simplifier le problème, nous allons regarder une coupe de la maison en deux
dimensions :

Supposons que la maison a une hauteur de a mètres et une largeur de b


mètres. Les rayons du soleil forment un angle α avec le sol. Le soleil envoie
une puissance de s Watt/mètre, mesurée en angle droit avec les rayons.
Répondez alors aux deux questions suivantes :
1. Quelle est la valeur de α en fonction de a, b et s pour laquelle l'insolation
est maximale ?
2. Quelle est la valeur de cette insolation maximale en fonction de a, b et s ?

www.matheux.be.tf - ANA 17 - 20 -
1) L'intensité reçue est égale à : I = ( a '+ b ') s (1)
où a ' et b ' sont les projections de a et b sur le plan perpendiculaire au sens de
propagation des rayons.
Nous avons {a ' = a cos α
b ' = b sin α
. → (1) devient : I = ( a cos α + b sin α ) s ( 2 )
Pour maximaliser, il suffit d'égaler la dérivée à zéro :
b b
→ a sin α − b sin α = 0 → tan α = → α = arctan
a a

b
2) Exprimons cos α et sin α en fonction de
a
1 1 b2 a2 a
= tan 2
α + 1 → = + 1 → cos α = =
cos α
2
cos α a
2 2
a +b
2 2
a2 + b2
2
b b
→ sin α = 1 − cos 2 α = =
a +b
2 2
a + b2
2

 a2 b2 
Remplaçons dans ( 2 ) → I = s  +  → I = s a +b
2 2

 a +b a +b 
2 2 2 2

Le 15 avril 2007

www.matheux.be.tf - ANA 17 - 21 -

Vous aimerez peut-être aussi