Vous êtes sur la page 1sur 65

LOISIRS ELECTRONIQUES D'AUJOURD'HUI

Directeur de la publication :
Edouard Pastor.
Rédacti on.
Ont collaboré é ce numéro :
Gilles Bailly
Patrick Bourller
Uill KIT : SYNTHETISEUR
Christian Dartevelle, LED VOUS INFORME LA MEDECINE
Charles-Henry Delaleu,
Bernard Duval,
L'actualité du monde de A L'HEURE DE DIGITAL
Philippe Faugeras, l'électronique, les produits Trois octaves, vibrato lncor-.
Philippe Grange, nouveaux. L'INFORMATIQUE poré, le mini-clavier bien lem·
Jean Hlraga, Votre santé dépend-elle de péré.
Pierre Labéy, votre médecin ou de son ordl·
Gilles Ledoré, nateur?
André Mlthleux,
Patrick Vercher.
Montages techniques,
études at maquettes.
Direction :
Bernard Duval
assisté da:
Gérard Chrétien,
CONSEILS ET
Jean Hlraga TOUR DE MAIN
Gilles Ledoré. Pas de bon ouvrier sans bons
Secrétariat: outils et pas. de bons outils
Gisèle Crut.
Conseiller artistique : sans bon artisan.
Patrick Hazera.
Réalisation :
Edi'Systèmes
Gérard Del Tedesco
Société éditrice :
Editions Fréquences.
1, boulevard Ney · 75018 Parts
Tél. : (1) 238.80.88
Présldent·dlractaur général :
Edouard Pastor. EN SAVOIR PLUS SUR KIT ACER:
L'ELECTRONIQUE LASER 0,5 mW
Publicité générale :
chez l'éditeur DANS MON AUTO KIT: Et la lumière (cohérente) fut 1
Alain Boar : 238.81.85 En automobile, comme par·
Jean·Charles Schmidt : 238.82.40. tout, l'électronique remplace
L'ALIMENTATlON
Secrétariat : Une alimentation synétlque et
ou asservit la mécanique.
Annie Perbal. variable pour faire fonctionner
Publicité revendeurs : bien des kits.
Périfélec.
Christian Bouthlas
La Cu laz. 74370 Charvonnex.
Tél.: (50)67.54.01. KITS R.I.M. :
Bureaux de Paris :
Jean Semerd)lan
RECEPTEUR
7, boulevard Ney. 75018 Paris. PETITES ONDES
Tél. : (1) 238.80.88. EN SAVOIR PLUS SUR Tout pour capter les ondes au
mètre.
Service abonnements : LES CAMERAS VIDEO KIT :
Editions Fréquences
Fernande Givry : 238.80.37. ET LEUR UTILISATION LE FILTRE ACTIF
Quelle est la meilleure façon
LED (LOI SIRS ELECTRONIQUES Passe-haut, passe-bas, passe-
de f ixer une Image magnétl·
D'AUJOURD'HUI). MENSUEL 15 F. 10 bande, rien ne lui est lmpossi·
que?
NUMEROS PAR AN. ADRESSE ; 1, BD ble.
NEY. 75018 PARIS. TEL. ; (1) 238.80.88.
PUBLICITE GENERALE ; 1, BD NEY. 75018
PARIS. PUBLICITE REVENDEURS : PERl· CONCOURS LED

~tll
FELEC. LA CU LAZ, 74370 CHARVONNEX. Gagnez à être connu 1
TEL. : (50) 87.54.01. BUREAUX DE PARIS ;
7, BD NEY. 75018 PARIS. TEL : (1)
238.80.88. ABONNEMENTS 1 AN (10
NUMEROS) : FRANCE : 120 F. ETRAN·
GER : 200 F. TOUS DPI)ITS DE REPRO· RACONTE-MOl
DUCTION (TEXTES l" PHOTOS) RESER·
VES POUR TOUS '•AYS. LED EST UNE
LA MICRO· KIT:
MAROUE DEPOSEr.:. ISSN ET COMMISSION INFORMATIQUE MINI-GENERATEUR BF
PARITAIRE EN COURS D'ATIRIBUTION. Les enseignements exem- Quand la tension commande la CONCOURS LED
IMPRESSION : BERGER·LEVRAULT. 18, plaires du Mlcroprofessor. Dialogue lecteur
AUE DES GLACIS. 54017 NANCY.
fréquence.

5
EDITORIAL

LES TROIS COUPS


es lettres, beaucoup de lettres ... nos services s'efforcent
de répondre à toutes et dans les délais les plus courts.
Merci à vous tous, vos encouragements sont précieux,
même si parfois vos compliments nous font rougir un peu !
Quelques critiques constructives ont été notées
et nous remercions. également ce lecteur qui a imaginé deux colonnes,
l'une réservée aux points négatifs l'autre aux points positifs. N'hésitez pas,
vous aussi, à adopter cette formule, elle est franche et précise.

Une question revient quotidiennement : où se procurer le kit <c Led >> désiré
et combien? En ce qui concerne le circuit, les revendeurs, chaque mois,
sont circularisés et peuvent se les procurer avant la sortie du numéro
concerné. Chaque revendeur doit donc pouvoir être à même de vous fournir
le circuit dont le prix indicatif ne sera mentionné, à partir de ce numéro,
en bas de la nomenclature des composants de chaque kit.
Hélas, pour ce qui concerne les composants, il nous est malheureusement
Impossible d'en préciser les prix car ils peuvent être très variables.
Nous nous bornerons à continuer d'indiquer les tolérances
en vous conseillant bien vivement de veiller à la qualité de ces derniers
dont dépendra le bon fonctionnement de votre réalisation. Pour ce qui est
du prix, soyez à l'image de votre revendeur, un « bon acheteur >>
et d'une constante et gentille exigeance * .

Les trois coups sont frappés, le rideau se lève sur une nouvelle année.
Nous souhaitons et mettrons tout en œuvre pour que Led vous aide,
à sa manière, à la mieux vivre.

Amitiés à tous.

Le directeur de la publication
Edouard Pastor
• N'hésitez pas dans tous les cas à nous consulter (un petit coup de Iii ou quelques lignes. et ne remeuez jamais
à demain le désir de construire votre kit.

9
GEANTS NOUVEAUX ETALONS
Toshiba propose un choix de en courant ; un gain de plus BASF, en collaboration avec renee. Ces cassettes com·
thyristors, de transistors et de de 100 pour les modèles dar· Teac et sous le contrOle de prennent également l'enregls·
diodes pouvant être utilisés llngton, permettant une éco- I'IEC, a présenté deux nouvel· trament d'un niveau de réfé·
dans les commandes de nomie sur les circuits de com- les bandes de référence IEC renee : 250 nWb/m à 315 Hz et
moteurs, les régulateurs mande ; une faible- tension de pour les égalisations de 70 et une plage de réglage de l'azl·
haute-puissance et toutes saturation, Inférieure à 2 V 120 microsecondes. Ces nou· mut de la tête de lecture des
applications dont les cou· pour les modèles darllngton ; velles bandes ont la particula· magnétocassettes consistant
rants commandés sont de une large zone de sécurité. rlté de monter en fréquence en deux signaux enregistrés à
quelques centaines d'ampè· Etant donné les fortes puis· jusqu'à 18kHz au lieu de · 20 dB, à 315Hz et 10kHz.
res. Les principales caracté- sances mises en jeu, les con· 16,5 kHz, ce qui Implique 17 Distri b ution : Compagnie
ristiques sont les suivantes : tacts entre électrodes et bol- marches de fréquences fixes Française BASF · 140, rue
une gamme de tension VCEO tiers ne sont pas soudés mals de 31,5 Hz à 18kHz, enregis· Jules Guesdes · 92403 Leval·
jusqu'à 600 V, ce qui permet s'effectuent par pression. Ols· trées sur la courbe de réfé- lois Perret cedex.
une utilisation sur le secteur trlbutlon : Tekelec • BP 2 ·
220 V alternatif ; un fort gain 92310 Sèvres.

LE BON GABARIT
Pour réaliser le dessin défini· l'encre le dossier de cette
LES ENVAHISSEURS
tif du circuit Imprimé, Il est esqulse sur un feuillet à des· Après Philips, Atarl et Mattel, envahisseurs (Allen) •. Au
nécessaire de tenir compte sin. Le gabarit est doté de voici Prestige : un vidéo-jeu nombre des cartouches dispo-
des formes des composants. plots antl·taches pour empê· distribué par Radlalva. Ce ni bles en option, citons :
Les gabarits Llnex facilitent cher l'encre de couler au MPT·03 possède une bonne Football, Mission spatiale,
considérablement cette cours du dessin. SI l'on dis· qualité graphique, les cartou· Echecs vidéo, Bowling, Inva-
tâche. Trois séries de gabarits pose d'une lampe UV et de cir- ches utilisant 4 à 6K de sion, Bataille navale, Guerre
sont disponibles: 1241 S à cuits Imprimés photosensl· mémoire. Tout est en couleur des missiles, Le robot meur·
l'échelle 1/1, deux jeux à bles, on peut ensuite se servir et sonorisé, le marquage des trier, Golf, Course de voitures,
l'échelle 2/1 et quatre jeux à directement du dessin en points s'effectuant sur l'écran Mathématiques logiques... Et
l'échelle 4/1 . On Indique l'appliquant sur le cOté émul· du téléviseur. Le système bien d'autres à venir. Dlstrlbu·
d'abord au crayon la dlsposl· slonné de la carte Imprimée. comprend une console avec tlon : Radlalva SA · 103·105,
tlon des composants, des Distributeur : Hermagraphlc, adaptateur secteur, une paire rue Charles Michels · 93200
points de soudure et des con- BP 169, 13, rue Marceau, de télécommandes et est livré Zac de Saint-Denis. Tél.: (1)
nexions à l'alde du gabarit 93104 Montreuil cedex. Tél. : avec une cartouche • Les 243.89.35.
1241 S. Puis on exécute à 374.12.60.

23
PINCEZ HP CHEAP
Le CDA-65 est un multimètre Moins de 900 francs, c'est le conversions coordonnées
numérique 2000 points doté prix de la nouvelle HP-10C, polaires rectangula ires,
d'un affichage à sept seg- calculatrice programmable degrés/radians, les conver-
ments à cristaux liquides lisi- (79 lignes) caractérisée par sions déc imales heure·
bles en ambiance peu éclai· une large gamme de fonc- heures-minutes-secondes, le
rée. Ses fonctions sont volt· tions mathématiques, scient!· calcul des moyennes et
mètre continu et alternatif, flques et statistiques. Le HP· d'écarts-types, la régression
mllll"ampère·mètre continu et 10C est le seul calculateur de et l'estimation linéaires, la
alternatif, ohm-mètre et test base existant dans cette sommation, le coefficient de
semi-conducteur. L'alimenta- gamme de prix qui réunit à la corrélation et les factorielles.
tion se fait par plie 9 V ou par fols la réallocation de la L'affichage des nombres peut
un accumulateur rechargea· mémoire et les branchements être en notation décimale
ble de 6,7 à 10,~ V. La mini· 1 conditionnels. La mémoire fixe, scientifique ou lngé-
pince CDA 4000' P en option peut être réaffectée de façon nleùr. Le HP·10C dispose
(livrée avec le DCA 651 M) est à réduire le temps de pro- d'autres outils de programma·
un transformateur de rapport grammation et la place occu· lion regroupant des séquen·
1000/1 qui supporte 100A au pée dans la mémoire pro· ces de touches combinées,
maximum. grammable. La notation est deux tests conditionnels, la
CDA : 52, rue Leibnitz 75018 polonaise Inverse, l'affichage visualisation de programmes
Paris. Tél. : 627.52.50. à cristaux liquides et des ligne par ligne vers le haut et
tests d'auto-contrOle sont vers le bas et un temps de
prévus. En plus de sa gamme pause durant l'exécution.
de fonctions mathématiques, Hewlett Packard : Zl de Cour-
trigonométriques et logarlth· labœuf. Avenue des Tropl·
LUDIQUE miques, le clavier possède les ques 91947 Les Ulis cédex.
Nouvelle version du jeu Phi· diodes et une carte alimenta·
llps, le C 52/04 possède une tlon comprenant 1 olrculllnté·
alimentation secteur Incorpo- gré, 2 transistors et 8 diodes_.
rée. Sa console à clavier Le prix de ce lot de matériel se
alphanumérique (type Qwerty) situe autour de 1 190 F.
à 49 touches reçoit toutes les Autre nouveauté, le jeu G 7200
cartouches Vldeopao et les est entièrement autonome
deux boTtiers de contrOle ont avec son écran Tv noir et
un manche à balai à trois blanc Incorporé.
positions. L'équipement se Notons également que les
décompose en trois cartes : dernières cassettes Vldeopac
une carte microprocesseur possèdent une mémoire éten-
comprenant 1 microproces· due de 4 K octets, telle la
seur 8048, 1 vldéoprocesseur Vldeopac 39 • Combattants
8245, 1 mémoire RAM 6810, 27 de la liberté" ou la Vldeopac
circuits Intégrés, 2 diodes et 41 (à venir) • Conquête du
un quartz 17,812 MHz, une monde », Philips Industrielle
carte modulateur VHF sup- et Commerciale. 50, av. Mon·
portant 25 transistors et 16 talgne. 75008 Paris.

QUELLE CAPACITE
Le capaclmètre numérique
820 de 8 + K Précision mesure
les capacités de 0,1 pF à 1
Farad (avec une résolution
allant jusqu'à 0,1 pF) en 10
grammes. L'affichage quatre
chif fres est à diodes électro-
luminescentes et possède
une précision de 0,5 %. Le
820 peut sorvlr à sélectionner
les condensateurs, à régler au
condensateur variable, ou à Electronique. Zone Indus-
mesurer tout un réseau de trielle. 36300 Le Blanc. Tél.:
condensateurs. Blanc Meca (54) 37.09.80.
JEUX EXCLUSIFS DANS LA POCHE
En matière de jeux vidéo, CBS Les nouvelles calculatrice de
s'est associé aux Inventeurs poche Sanyo ont pour carac·
et spécialistes de jeux élee· térlstlques communes un affl·
tronlques et jeux de cafés : chage à cristaux liquides
Bally, Midway ou Coleco. La d'une capacité de huit chlf·
console/unité centrale du jeu tres avec décimalisation flot-
CBS Electronlcs a une capa· tante, une mémoire, des fonc·
cité de mémoire Interne (RAM) lions pourcentage et extrac·
25 fols plu~ grande que celle tlon de racines carrées en
de ses concurrents (d'après plus des quatre opérations
CBS) ce qui Implique une défi· usuelles. La plus abordable,
nltlon graphique et sonore CX-110 est alimentée par plie
Intéressante (960 signes sur crayon tandis que les CX-130
l'écran, trois degrés de dlffl· et CX·150 sont alimentées par
cuité pour les jeux, déplace· une pile bouton alkallne et
ments dans huit directions et que la CX-2570 possède des
combinaison de dix actions cellules solaires type • amor-
au plus). Les boTtiers de corn· ton • qui convertissent l'éner·
mande sont reliés à la con· gle lumineuse en énergie élee·
sole par un long fil téléphone. trique. Une autre solution,
Quant aux cassettes de jeux, plus ambitieuse, réside dans
elles auront une définition de la calculatrice Imprimante
2 ou même 3 fols 64 K Roms nombre de modules complé- d'utiliser les cassettes de CX-3552 OP qui possède un
(possibilités de déplacement mentaires : le module Turbo cette marque et le module affichage par cristaux liqul·
en profondeur). Ces cassettes reconstitue les commandes micro-ordinateur propose un des d'une capacité de dix
seront également proposées d'une automobile, fait varier clavier de programmation. La chiffres et peut Imprimer
aux • standards • Atarl ou la visibilité, etc ; le module distribution sera assurée par jusqu'à 8 000 lignes avec ses
lntelllvlslon. Enfin, un certain d'adaptation Atari permet Idéal Loisirs. trois piles. Elle s'alimente
également sur le secteur et
propose une mémoire, une vlr·
gule flottante, etc... Sanyo
Calculatrices : 8, avenue Léon
26 000 POINTS Harmel. 92160 Anthony. Tél :
Le nouveau multimètre MX· 666.21.62.
850 de Métrlx propose 26 000
points de résolution et une
précision de base de 0,015 %.
Les fonctions offertes sont
les tensions et Intensités con·
tlnues, les tensions, lnten-
slons et Intensités alternat!·
ves efficaces vraies, les résls·
tances en quatre bornes. Le
MX·850 mesure également les
fréquences des tensions et
courants de 2Hz à 1 MHz avec
une résolution de 1 MHz. La
température est donnée au
1/10' par un thermocouple K
ou par programmation par un
tout autre capteur. Les mesu·
res sont automatiquement
corrigées par calcul en fonc·
lion des données de calibra·
tlon stockées en mémoire vive
protégée par une plie au Internes à options multiples frapper, outre les résultats
lithium et de la température permettent le traitement et des mesures et du calcul,
ambiante relevée toutes les l'analyse des résultats. Ces l'heure à laquelle a été effec·
200 mesures. Ceci permet de programmes peuvent être tuée la mesure. Métrlx : ITT
conserver une grande précl· organisés en chaine dans Composants et Instruments.
sion dans une large plage de l'ordre défini par l'utilisateur. Chemin de la Croix Rouge. BP
température. Dix programmes L'Imprimante Intégrée peut 30. 74010 Annecy cedex.

25
VOUS informe . Pierre Lab69

HIFI EN OPTION LE ~IVRE QUI PARLE


Les téléviseurs Salora série H Destiné aux plus petits, 3 à 5 10 secondes d'Inactivité, le
offrent de multiples avanta- ans, le Livre Magique de Livre Magique prend l'Initia·
ges. Multi-standard PAL + Texas Instruments sollicite la tlve et demande .ccoù est le
SECAM, Ils possèdent une vue, l'oule et le toucher. Il per· chien "• « où est l'arbre "• etc.
recherche des stations auto- met à l'enfant d'Identifier les C'est alors à l'enfant d'ldentl·
matique, une cellule pour le objets et les êtres qui l'entou- fier par le toucher l'Image
réglage de la luminosité en rent ainsi que les formes et constituant la bonne réponse.
fonc t ion de l a lumière les couleurs. Quatorze illus· En cas d'erreur, le Livre
ambiante, des pré-réglages tratlons sont fournies avec le annonce cccherche encore,
personnalisés, des réglages jeu : les couleurs, les formes trouve le chien "· Lorsque
de timbre, une entrée vidéo géométriques, les animaux de l'enfant trouve, une musique
directe avec commutation la jungle, la ferme, etc). Il suf· retentit accompagnée d'un
automatique (12 V) par prise fit de placer l'une d'entre elles cc bravo, tu as trouvé le
pérltélévlslon, un tube Image dans l'appareil et l'enfant n'a chien "· A adopter, très aristo-
black matrlx et une faible con- qu'à appuyer sur le chat, par télicien. Dans les grands
sommation (60 W). Un certain exemple, pour s'entendre dire magasins et magasins spé·
nombre d'options sont pré- " c'est le chat " suivi d'un clal lsés. 400 F environ. Texas
vues comme la télécom- ccmiaou " significatif... Après Instruments.
mande à 28 fonctions, le télé·
texte ou la réception stéréo-
phonique. L!l dernière en date
est l'enceinte Tv bass reflex 2
voies qui peut être Installée
par le revendeur à l'emplaca·
ment du haut-parleur d'ori- •
gine. C'est une enceinte à
haut rendement d'un volume
de 7 litres. Les deux haut·
parleurs sont mis en phase
acoustique. Bissel : 32, quai
de la Loire 75019 Paris. Tél. :
607.06. 03.

A PROPOS D'EQUIVALENCES
Edltées depuis 18 ans par la firme allemande Eca Electronlc, les
tables d'équivalences et de caractéristiques des semi-conducteurs
et circuits Intégrés du monde entier viennent de paraitre une nou·
velle fols. Ces dix ouvrages au format poche, très maniables, sont
complétés par deux Intéressants volumes : ddv1 est un lexique de
données et d'équivalences des diodes (classement alphabétique de
A à BZZ), ddv2 est un même lexique (classement numérique de 1N21
à 1N6307). Ces deux ouvrages de plus de 400pages recueillent tou·
tes les caractéristiques et valeurs limites d'emploi des jonctions
PN, 400 plans de branchement ainsi que 20 tableaux de sélection et
équivalences sont complétés par une e,xpllcatlon en cinq langues
européennes. On volt donc le nombre d& services que de tels ouvra·
ges peuvent rendre dans la recherche des composants actifs. Les
ouvrages sont disponibles auprès des boutiques de composants et
des grossistes. Un catalogue et un tarif peuvent être obtenus gratul·
tement auprès de Eca Electronlc: 22, quai Thannaron. 26500 Bourg·
les·Valence. Tél. : (75) 42.88.88.

26
Le montage, le câblage, la soudure des petits modules, des circuits imprimés sont des
travaux courants, relativement simples mais délicats. Pour réussir rapidement, un
débutant doit prendre de bonnes habitudes qui garantiront le fonctionnement du montage.

apportera plus de précision. Si


LES CIRCUITS IMPRIMES toutes les résistances sont
Implantées au même pas on peut
Ils existent dans plusieurs avoir recours à une pince
épaisseurs, dans différents pliante automatique. Ce genre
matériaux. L 'épaisseur de pince ajustable permet de
moyenne est de 1,5 mm. Les plier et de couper les réslstan·
matériaux sont la bakélite, les ces et autres composants pas-
mélanges papier/epoxy, le verre sifs aux dimensions voulues, de
epoxy, lesquels existent dans faire un travail rapide et homo-
plusieurs épaisseurs et quali· gène. Pour les composants
tés. Le support bakélite, de cou· actifs comme les transistors,
leur marron foncé, est un assez l'Implantation sur le circuit
bon Isolant bien que relative· Imprimé est souvent plus large.
ment fragile à la flexion comme
à la chaleur. Bien que de prix
abordable, Il est remplacé de
plus en plus par les supports en
verre epoxy, particulièrement
rigides, très Isolants mals dont
le prix plus élevé les réservait
autrefois aux matériels proies·
slonnels. Légèrement transpa-
rent , de couleur vert pAle, pré- nière permettant une bonne
sentant un aspect tramé dO aux prise des soudures à effectuer
fibres de verre tissées, Il existe ultérieurement. Ces circuits
aussi dans d'autres couleurs : sont percés à l'alde de forets
rouge, bleu, orange, etc... dont le diamètre varie suivant
l'utilisation. Les perçages pour
les petits composants actifs et
passifs (transistors, réslstan·
ces) sont en général compris en Pliage d'une résistance 6 l'alde
0,8 mm et 1 mm, 0,9 mm étant d'une pince plate.
un bon compromis. Sur quel-
ques circui ts de très haute qua- Les pattes de ces composants
lité, de grande compacité, on a sont donc à plier jusqu'à l'écar-
alors recours à la technique de tement voulu, la précaution à
l'Impression double face avec prendre étant de ne pas plier
trous métallisés, • through les pattes au ras des compo-
hole » en anglais. Si, de plus, sants. Certains transistors ont
les pistes sont dorées, on arrive des pattes fragiles. SI le pliage
au plus haut degré de qualité n'est pas effectué en laissant
(el de prix) en matière de circuit une marge d'au moins 2 mm,
Imprimé. Pour les kits et même une cassure peut se produire.
Circuit Imprimé courant, en verre pour les montages de grande
époxy, simple face. série, le cOté composants du
circui t Imprimé est parfois sérl· L'INSERTION
Ces circuits Imprimés possè- graphlé, ce qui rend l'Implanta· DES COMPOSANTS
dent une couche cuivrée sur lion beaucoup plus rapide.
une ou deux faces. L'épaisseur Avant l'Insertion des compo-
est variable. Elle est en général LE PLIAGE sants, Il est fortement conseillé
de 35 ,..m, mals parfois de de vérifier préalablement si tou·
70 ,..m, ce qui est préférable DES COMPOSANTS tes les pattes des composants
pour l'amateur (pistes moins sont bien étamées. Même éta-
résistlves, plus grande robus- Sur tout circuit Imprimé stan- mées, une oxydation avancée
tesse mécanique, moins de ris· dard, le pas de 2,54 mm est utl· rendra l'opération de soudure
ques de décollement des pis- llsé pour l'implantation des difficile, voire même lmpossl·
tes). Ces couches cuivrées sont composants. Pour les résistan- ble. Dans çe cas, Il faut gratter
souvent étamées, ce qui évite ces 1/2 W, le pas est par exem· à la lame la patte ou le fil à
les risques d'oxydation. Plu· pie de 15.24 mm. Souvent, l'endroit où se fera la soudure,
sieurs méthodes d'étamage l'amateur plie les composants puis étamer de nouveau au fer à
sont employées, par bain, chi· à la main, mals un pliage à souder avant l'Implantation.
mique, au rouleau, cette der- l'alde de petites pinces plates Sans cette précaution les ris·

28
Bons outils, bon travail,
mais aussi bonnes habitudes à prendre

ques de mauvais contact, de ture. Pour les composants sup· - fer à souder approprié, de la soudure est appliquée trop
rupture de circuit au bout d'un portant un certain échauffement bonne qualité ; tOt sur les pièces à souder alors
certain temps d'utilisation sont pendant le fonctionnement du - température de panne bien qu 'elles n'ont pas encore
fréquents, parfois difficiles à circuit, Il est conseillé de ne adaptée au travail ; atteint la température voulue.
localiser sur un circuit Imprimé pas plaquer ces composants - panne de dimensions adap· Noter que cet écart, ce déca·
de grande surface. L'Insertion (résistances bobinées, vltrl· tées au travail ; lage ne sont qu'une question de
commence par les composants fiées, etc) contre le circuit - panne au bout étamé, tou· fraction de seconde vu qu'une
de taille basse, les résistances Imprimé. Un espace de quel· jours très propre ; soudure normale ne demande
112 W par exemple, et doit se ques millimètres est à prévoir et - soudure de qualité, 50/50, qu'une seconde et demie à
terminer par les composants de l'espacement peut être ajusté à 60/50, contenant une résine peu deux secondes.
taille haute ainsi que par les l'alde de perles de verre ou de corrosive. La soudure doit d'autre part
composants fragiles. A chaque stéatite (genre de porcelaine) Deux fers à souder, l'un de 30 W être appliquée sur les pièces à
étape on effectue les soudures enfilées dans les tiges des corn· l'autre de 70 à 80 W, sont souder et non sur la panne du
afin de maintenir les compo· pesants. Les composants aux nécessaires pour effectuer la fer à souder. Ce qui permet au
sants pour pouvoir passer au connexions longues, les com· majorité des soudures. Un ajus· flux de s'étaler sur les parties à
stade suivant. Un support en pesants aux tiges très rappro· tage de température est con- souder, de bien les décaper, et
chées et verticales doivent être seillé et toujours extrêmement par effets de capillarité, une
isolés (tubes Isolants, gaines pratique. Pour le modèle 30 W bonne prise de la soudure sur
Isolantes) pour éviter tout faux on peut au besoin prévoir deux toutes ces parties pré·
contact. Du cOté composants, types de pannes, l'une fine décapées. La soudure dite
on peut soit plier les pattes des (pour les circuits Intégrés, les " blanche "• la soudure qui ne
composants soit les laisser ver· transistors), l'autre un peu plus • prend pas •, viennent en
ticales. Dans le premier cas le bonne partie d'un non respect
contact électrique est excel·
lent, la tenue mécanique égale·
ment ; dans le second cas un
1 -4 .,,
' \
. i.,"""l 1 .,. : '-"'" '
de ces conseils. Quant aux sou·
dures sur métaux comme l'alu·
minium, l'acier Inox, la firme
démontage des composants
sera aisé. Quant aux tiges des .·/ ~ ~ ~~ anglaise Multlcore propose des
soudures spéciales (Aius ol
composants dépassant du clr·
cuit imprimé, cOté pistes,
_, (tf ., J,, -~ 45 D, 96 S) ainsi qu'une large
panoplie de crèmes à souder et
celles-cl sont coupées après
soudure, l'Inverse étant plus
délicat en pratique bien que fla·
1 ; l.... ~
Opération de soudure d'un com·
accessoires pour la soudure.
Pour terminer, signalons l'effet
indiscutable d'absorption du
Insertion des composants, après ble (soudure recouvrant entière· cuivre par la soudure en fusion
pliage, sur le circuit Imprimé. ment la tige du composant, y posant sur le circuit Imprimé. (effet d 'amalgame) que l'on
compris la partie préalable· constate d'ailleurs sur tes pan·
mousse, placé du cOté compo· ment coupée. Lors d'un démon· grande (pour les compo'sants nes en cuivre • mangées • par
sants, permet de maintenir tage éventuel, la pompe à des· passifs). Avant l'opération de la soudure. Sur ce point, une
ceux·cl, de bien les plaquer con· souder est un outil indlspensa· soudure, les pistes doivent être panne longue durée signifie
Ire le circuit Imprimé, de retour· ble, évitant les risques de dans un état impeccable, c'est· aussi que la soudure en fusion
ner le tout pour effectuer cha· décollement des pistes cul· à-dire non oxydées. Le cas Ira « chercher le cuivre .. ali·
que étape de soudure. Dans le vrées. On peut, faute de mieux, échéant Il existe sur le marché leurs, c'est·à·dlre tiges des
cas d'un composant à disposer remplacer cet outil par de la des gommes abrasives spécla· composants, pistes cuivrées
d'une façon précise, on peut tresse cuivrée chargée à la les pour circuit Imprimé que (déjà bien fines). D'où l'Intérêt
soit se confectionner un gaba· résine, destinée également au l'on peut remplacer par de la d'avoir recours à des soudures
rit, soit effectuer les soudures même usage. toile émery très fine (gradat.lon dopées en cuivre (en général
en deux étapes : soudure provl· 1 000 ou plus). Sur le plan 2 % environ).
solre (une seule patte du corn· manuel, une bonne soudure est Les soudures terminées, un
posant, très peu de soudure) LA SOUDURE basée sur quelques habitudes, nettoyage du superflu de résine
qui permet un réglage de posl· simples mals Indispensables : (parfois corrosive ou même
tlonnement, suivi de la soudure Les opérations de soudure sont - bonne surface de contact légèrement conductrice) est
définitive (autres pattes du en général faciles, surtout pour panne/parties à souder ; conseillé (trichloréthylène, etc).
composant, puis première patte les circuits Imprimés. On parle - immobilité totale pendant la La protectiOQ des pistes se fait
préalablement soudée). Pour souvent de gens ~· doués .. ou soudure ; à l'alde de vernis. Toutefois cer·
les fils souples venant se placer " maladroits .. , mals Il s'agit - retrait rapide du fer après tains circuits Intégrés
sur le circuit Imprimé, un éta· surtout d'une question d'habl· soudure. (C.MOS...) dont l'Impédance
mage préalable est fortement ludes, de règles à suivre. La dlf· Dans l'opération de soudure, le d'entrée est parfois énorme
conseillé. En deux étapes, la flculté principale réside dans la plus Important à retenir est que (plus de 20 000 MQI ne suppor·
soudure est fiable, chaque brin rapidité, la bonne conjonction l'amalgame plomb/étain tent pas le passage léger d'une
composant le fil est bien étamé des mouvements visuels et " prend " sur les parties à sou- couche de vernls,,même fine ou
et soudé. En plus, l'échauffe· manuels. Pour réussir les sou· der grâce au flux de résine, dite H.F.. D'où l'avantage
ment est moindre, ce qui évite dures, les réglages élémental· grâce également à la tempéra· d'avoir recours aux pistes pré-
la fusion des gaines Isolantes res à respecter Impérativement ture brève mais capitale des étamées.
peu résistantes à la tempéra· sont: pièces à souder. Trop souvent Jean Hlraga

29
LELECI'RONIQUE DANS MON AUTO

Dans le numéro 1 de Led nous avons abordé de manière générale les diverses applica-
tions de l'électronique en automobile dans le présent et le futur. Nous décrivons, à par-
tir de ce numéro, ces applications de manière concrète en commençant par l'obten-
tion d'un courant continu de qualité grâce à l'alternateur et aux divers systèmes de
régulation. Sans cette tension continue parfaite, point d'électronique en automobile.
i on met de côté l'électroni· redressement d'intensité de la régu-

S
que que l'on trouvait dans lation de la tension du blocage de
les postes autoradio dès courant de la batterie â l'arrêt du
1930, le premier composant moteur, de protection électrique con-
électronique lancé en tre les sur-tensions. Le redressement
grande série sur une automobile fut de l'intensité et de la tension électri-
la diode dans les années 60. En effet, que est effectué par des diodes de
à cette époque la génératrice du cou- puissance (avec des alternateurs tri·
rant du véhicule, la dynamo, laisse phasés couramment utilisés, six dio·
peu à peu la place à un générateur des de puissance sont couplées en
moins encombrant, sans entretien, pont, voir schéma).
au meilleur rendement, pouvant char· En dehors du rôle de redressement,
ger une batterie même le moteur au ces diodes bloquent le courant de
ralenti : l'alternateur. Comme son retour de la batterie vers l'alterna-
nom l'Indique, l'alternateur est une teur.
génératrice de courant alternatif. Or, Un autre organe dans le circuit élec-
tous les organes électriques d'une trique s'est<< électronisé,,: le régula·
auto fonctionnent en courant continu teur. Les régulateurs conventionnels
et la batterie est rechargée par ce fonctionnent sur le principe du
même courant continu. Ainsi, l'élee· vibreur avec un couple électro-
tronique va jouer le rôle essentiel de aimant qui diminue plus ou moins
l'Intensité du courant d'excitation en
fonction des variations momenta·
nées de la vitesse de rotation du
moteur et ·de la charge du circuit
(phares allumés, essuie-glaces, dégi-
vrage, etc ...). Afin de fournir à ces
divers accessoires une tension cons-
tante, ce petit accessoire qui causa
pas mal de déboires à bien des auto·
mobllistes (blocage des éiectro-
aimants qu'un fameux petit coup de
marteau sur la boîte noire pouvait
faire repartir) a laissé la place depuis
quelques temps â des régulateurs
électroniques équipés de transistors
commutateurs offrant les avantages
suivants : une limite étroite de régula·
lion grâce à la commutation élevée
des transistors, une commutation
sans contact de courant d'excitation
Intense << 3 à 10 ampères))' une
absence d'usure, donc un entretien
nul, une fiabilité accrue et un encom-

30
r----------------------------------, Schàma de circuit
d'un alternateur
trlphasà avec
r6gulateur à
transistors sur
voitures de tourisme.
Seul le transistor de
commande T du
r6gulateur à
transistors y est
repr6sent6.
En gres, lntenslt6 du
courant d'excitation 1•
En malgre, lntensltà du
courant de
l'alternateur 11
1 Alternateur trlphasà
1a Diodes d'excitation
1b Diodes positives
1c Diodes n6gatlves
1d Enroulement
d'excitation
z Ràgulateur à
transistors
, Lampe tàmoln de
charge
• Commutateur
d'allumage
a BaHerle
(doc. Bosch)

Tension de phase et
a lntenslt6 du courant
d'alternateur en
Q)
fonction de l 'angle de
:a
.c rotation du rotor à six
Q.
Q)
paires de p61es.
1:1 a Tension trlphasàe
c: dans les enroulements
0

3
'iii
c: statorlques u, v, w
~ b lntenslt6 du courant
trlphasà redressà en
tant qu'lntenslt6 11 du
courant de
l'alternateur
(doc. Bosch)

R6gulateur à transistors EE 1• v3 sans couver·


ela
1. Balais
0 ~0~----~1~5~----~30~~----4~5~~---60
2. Porte-balais 0 0 0 0 ~0
3. Lamelles de contact
•· Plaque de circuit lmprlmà avec bandes con·
ductrlces et points de soudure. Angle de rotat1on du rotor

31
LELECTRONIQUE DANS MON AUTO

Amorçage de
l'alternateur par le
courant 1b (en
rouge) : Intensité
100... 300 ml
Les références
sont Identiques tl
celles de la page
précédente
(doc. Bosch)

~-------------------------------------------------------------------, Schéma
fonctionnel du
régulateur tl
,------ ~ transistors
Incorporé EE 14 Y 3
Courant
d'excitation coupé
par T3. Courant
d'amortissement la
neutralisé par la
diode 03
(doc. Bosch)

32
1

v A
Tension d'alternateur
Ua et courant de la
vitesse de rotation n.
20 Régulation de la tension
à partir d'une vitesse
de rotation minimale no-
Cene limite est
Inférieure au r6glme de
Uc ... 14 v ralenti.
~
Courant d'excitation l e
. 3 c: a pour une forte charge
0
·~ de l'alternateur
~ b pour une charge
"Cl> moyenne de
2 'e l'alternateur
ë c pour une faible
E
::>
0 charge de l'alternateur
5
(J
(doc. Bosch)
1 -6
~
~ Alternateur K1 équipé d'un régulateur à tran-
QI
sistors lncorpor6 EE 1-' v 3.
o~0~--~no----------------~ oË

Vitesse de rota lion n


- brament beaucoup plus réduit qui a
même permis de les loger à l'arrière
de l'alternateur et de simplifier
Règulateur d'autant le câblage (voir schéma}. Le
rnm~mm~-, ---mmmm=
circuit de régulation est noyé dans de
la résine pour l'isoler parfaitement
c: contre les éléments perturbateurs
..,0
..
6
signalés plus haut.
" Ces régulateurs électroniques répon·
.Cl>
'0 dent parfaitement aux exigences
ë extrêmes anti-parasites de l'alterna·
1!
::>
8 teur et évitent ainsi les parasites
Intensité du courant désagréables à l'écoute d'un auto·
d'excitation 10 en radio.
fonction des dur6es Avec une tension parfaitement cons·
d'enclenchement Il et tante (quel que soit le régime moteur)
0~~--~--~~--~--*-~~~
0 2 4 6 8 10 12 14 ms de déclenchement T•·
Dans l'exemple de la dépouillée des impuretés parasites,
Temps =
figure, 11111x. 3 et la l'électronique a pu gagner le système
Régulateur
fr6quence est égale à d'allumage du moteur avant de
170 commutations par
orrêt matChe arrêt seconde. s'attaquer aux dosages corrects air·
=
En haut : v 2/ 3 : essence qui vont contribuer à une
lo . 21 amélioration du rendement du
=
En bas : v 1/3 ; moteur dans des proportions impen·
lo • 1 A sables auparavant. C'est ainsi que
(doc. Bosch)
l'électronique a pu gagner la bataille
de la consommation, a permis une
conduite plus agréable, grâce à des
reprises sans à-coups dues à une
plus grande plage d'utilisation du
couple, et enfin une diminution de la
pollution du gaz toxique dans des pro·
portions considérables. (à suivre}
Temps
Patrick Vercher

33
LES CAMERAS VIDEO

Avec notamment la vogue des magnétoscopes à cassettes « portables », les


caméras vidéo ont, de nos jours, pris largement pied au niveau de l'électronique
des loisirs. Compactes, simples à utiliser et de plus en plus performantes, elles
permettent à tout possesseur de magnétoscope d'élargir très substantiellement
le champ d'action de son appareil. Et cela même si celui-ci est un modèle« de table».
Comment? C'est ce que nous allons vous dévoiler, une fois effectué un petit
rappel d'ordre technique, Indispensable pour mieux comprendre ce qui va suivre ..
a mission essentielle d'une donc. au niveau des électrodes lui

L caméra vidéo- qu'elle soit faisant face, des charges électriques


un modèle << noir et blanc >> traduisant l'es différences de lumino-
ou un modèle << couleur >> - sité de l'Image optique ainsi formée.
est de transformer les ima- Ces charges sont analysées par le
ges optiques, captées par l'intermé- balayage horizontal d'un faisceau
diaire d'un objectif, en signaux élec- d'électrons et donnent naissance à
troniques traduisant ces dernières le des signaux électriques dont l'inten-
plus fidèlement possible. sité est représentative de l'éclaire-
Pour y parvenir, on fait appel, dans la ment des électrodes verticales.
grande majorité des cas, à un tube de Ces électrodes verticales étant
prise de vues - du type Vidicon ou reliées à des connexions horizontales
Saticon- que l'on peut voir sché- établies en fonction des couleurs
matisé, en coupe, sur le dessin de la - rouge, vert, bleu - de chaque
figure 1a. « triplet >> constitutif, on obtient de la
Dans ces tubes, l'élément <<actif,, sorte trois signaux vidéo séparés,
est constitué par ce que l'on appelle correspondant aux couleurs primai-
une<< cible>>, sorte d'écran sur lequel res (fig. 1b) qui sont ensuite mélan-
on focalise les images des scènes à gés dans des proportions convena-
enregistrer avec un magnétoscope. bles (30 % pour le rouge, 11 % pour
Un tel écran est constitué par une le bleu et 59 % pour le vert), afin de
plaque métallisée, d'une extrême tenir compte notamment de la diffé·
minceur (quelques microns seule- renee de sensibilité de l'œil pour cha·
ment) afin d'être transparente aux cune de ces trois couleurs. Signaux
rayons lumineux qu'elle reçoit via qui sont ensuite amplifiés, puis codés
l'objectif de prise de vues. selon le standard considéré (NTSC,
Juste derrière cette cible, on trouve PAL ou SECAM) au niveau de circuits
- dans le cas des caméras << cou- spécialisés, venant compléter ceux
leur >> - un réseau de très fines ban- chargés du balayage horizontal et
des colorées verticales. associées en vertical des images projetées sur la
<< triplets ,, et faisant fonction de fil- cible du Vidicon ou du Satlcon
tres pour les trois couleurs primai- (fig. 1c) .
res : rouge, bleu et vert. Bien que ces tubes d'analyse tri-
Ces bandes colorées sont très exac- électrodes soient d'un emploi univer-
tement positionnées en regard sel, au niveau des caméras vidéo
d'électrodes, optiquement transpa- ''grand public)), on ne doit pas pour
rentes comme la cible principale, autant passer sous silence - même
permettant à l'image optique de se s'il ne s'agit encore que de prototy-
projeter sur une seconde cible photo- pes en voie de commercialisation -
conductrice. l'existence de caméras vidéo du type
Compte tenu que la conductivité de cc Solld-State >> , dans lesquelles les
cette seconde cible varie en fonction tubes Vidicon ou Saticon sont rem-
de l'éclairement reçu, il se développe placés par des capteurs d'Images à

34
ET LEUR UTILISATION

registres de balayage, l'un placé


dans le sens horizontal, l'autre dans
le sens vertical et asservies à deux
circuits de commande adéquats, utili·
sés pour transférer les charges élec-
triques correspondant à chaque ligne
analysée, à un étage convertisseur
précédant les classiques étages de
codage et d'amplification (fig. 2b).

REGLAGES DE BASE DES


CAMERAS VIDEO COULEUR
Quelle que soit leur technologie (Vidl·
con, Saticon, CCD ...) les caméras
vidéo couleur réclament, avant toute
prise de vues, quelques réglages pré-
liminaires concernant principalement
l'adaptation de la caméra à la« tem-
pérature de couleur ,, des scènes à
enregistrer, exprimée en degrés Kel-
vin (K) et qui est fonction de la cha-
Aspect typique d'une caméra vidéo couleur cc grand public ,. équipée d'un lube VIdicon à leur de la source d'éclairage, définie
réseau de bandes colorées.
à partir du zéro absolu et exprimée
semiconducteurs, du type eco chaque élément ne mesure pas plus en degrés centigrades (ou Celsius).
(charge coupled deviee), autrement de 20 microns ! C'est ainsi que la température de
dit, à transfert de charges. En ce qui concerne le capteur pro- couleur d'un ciel bleu pur est de
Schématiquement les capteurs utlli· prement dit, précisons que les élee· 10 000 K ; par contre, celle d'une
sés sur ces nouvelles caméras se trodes de chacune de ses cellules flamme de bougie n'est que de
présentent comme sur le dessin de la élémentaires forment avec le subs· 1 900 K.
figure 2a. L'élément de base est trat silicium, une capacité MOS per- Entre ces extrêmes, il y a toute une
constitué par une mosaïque photo- mettant de stocker des charges élec- quantité de variantes. Par exemple,
sensible du type MOS (semiconduc- triques développées par effet photo- la température de couleur d'un ciel
teur à oxyde métallique) qui, dans le électrique. nuageux n'est plus que de 8 000 K,
cas d'une réalisation récente (Hita- Etant donné le faible intervalle sépa- celle du soleil en plein midi de
chi) ne comporte pas moins de rant ces diverses capacités, il existe 6 000 K.
222 300 cellules photo-détectrices ; ent~e elles un certain couplage. En Aux premières et aux dernières heu-
soit 390 dans le sens vertical et 570 conséquence, Il suffit d'appliquer une res de la journée, la température de
dans le sens horizontal, le tout tenant différence de potentiel entre deux couleur descend à 3 000 K environ,
sur un ~~ chip ,, de silicium mesurant capacités adjacentes pour induire tombant même à 2 000 K au moment
8,5 x 10 mm! Ce qui permet d'obte· selon l'axe du registre, un champ du lever ou du coucher du soleil.
nlr une résolution horizontale de électrique qui déplace les charges, Des remarques similaires peuvent
l'ordre de 300 points, grâce à une de proche en proche, d'une capacité être faites pour les sources de
Implantation dite en <<zig-zag » des vers l'autre; et ce, jusqu'à une diffu- lumière artificielle. Ainsi la tempéra-
diverses photo-cellules. sion collectrice placée en bout de ture d'une lampe survoltée (flood),
Comme dans le cas des caméras ligne. Et comme les charges transfé· dotée d'une ampoule bleue, est de
mono·tubes équipées d'un VIdicon et rées sont proportionnelles à l'éclaire- l'ordre de 5 000 K. Celle de la même
d'un Saticon, cette caméra << Mono- ment local, Il est aisé de se rendre lampe avec une ampoule blanche
chip ,, fait appel à un filtre constitué compte que l'on obtient de la sorte un n'est plus que de 3 200 K. Quant à
de << triplets ,, aux trois couleurs << pri· signal représentatif de l'image analy- celle d'une ampoule «standard» à
maires ,, et se présentant sous la sée. filament de tungstène, elle baisse à
forme d'une véritable mosaïque dont En pratique, on dispose donc de deux 2 800 K.

35
LES CAMERAS VIDEO ET LEUR UTIUSATION

F•ltre • aaluu"
Ri IU W 4t ~fl4fl u ltriu Çrilh vi · Îin lrt4tt urrrtlt\lt du
' " \IUin A,V. a.
"t.e••. fl tcVt M
(
0
U Vfltn• \

Et1 M ftiU

r,~;,;.,;
. .,.,.,·~n. . ;,,
L'?~
- 6000 f11~ r (lvtttK«\t
lJpt "l\jlftJÏrt lli j t\lr "

.
... . - -.

T"h tlntt•nt\
'"' •a~t.,··

!:ttfritllt
aw t,,,;. '' ,..,, ~\
~ n ul If ~ '/
ttll 4 000 lth rlvtrmt.fll
uwcltr ~ '''' "Dlet c chw4 ·
•• " "'' 1 •
. ..... .
----~


3~ 00

Hlh ur.iu
Circtih 4t ' '''''' '
••rireeul
2000 Cj)
l.t lll,. ., ••• ..,,

~ ~i~~~~t~CitftÏh ~•ht•t• 4t
urtlul

s.,un "''•
Î ( thlltl'll LWIIJUÎ flt

2000

1900

Fig. 1. Vue en coupe (a) et en perspective (b) d'un tube de prise de Quelle que soit leur technologie, les cam6ras vidéo couleur réclament, avant
vues couleur et Implantation de ce dernier dans une caméra vidéo toute prise de vues, quelques réglages préliminaires concernant prtnclpale-
cc grand public ,, (c). ment l'adaptation de la cam6ra • Il cc température de couleur "·

Ces constatations sont Importantes que l'on appelle la «balance des exemple, au lever ou au coucher du
car elles expliquent notamment pour· blancs,), soleil (2 000 K). Des valeurs qui
quoi, lorsque l'on enregistre des scè· Conséquence pratique, les scènes s'écartent du '' blanc standard,, qui
nes à différentes heures de la jour· enregistrées paraissent alors plus ou correspond à 5 000/6 000 K et pour
née - ou encore en ayant recours à moins bleutées ou, à l'inverse, plus lequel on n'observe aucune domi·
une source d'éclairage articlflciel- ou moins orangées, selon que la tem· nante colorée dans le cas de prises
on observe - lors de la lecture - la pérature de couleur est anormale· de vues effectuées da:ls ces condi·
présence d'une dominante de cou· ment élevée ou exagérément basse; tions.
leur. Ce qui se passe notamment lors· ce que l'on peut notamment consta· Tout autre est le résultar aussttôt
que les prises de vues sont effec· ter, dans le cas de prises de vues en que l'on s'éloigne de cette zone rela·
tuées sans précautions particulières extérieur, lorsque le ciel est légère· tivement étroite, et cela même si
(c'est·à·dire sans recourir à des fil· ment couvert (8 000 K), ou à l'inverse l'œil ne note pas de différence. Car la
tres correcteurs et sans modifier ce quand l'enregistrement est fait, par perception visuelle est ainsi faite que

36
l.mn~ UHF ( cu.tl 16 n ) 1}

U
~ · t~Ï\hUit
,.t i\.IU •ttretttltdtttl•
'-4t hftlnr UKJI'

Dl

c.,, .., c.c.o


.....
Phjtth-.11'

---
~"\!t
,,
O~JtWf
Cu·ntU -· u4•1• u
..•..
C'"t'~"t
. ...., MI U \IM
wq'•;•

Fig. 4. Quelle que soit leur utilisation - simple prise de vues (a) ou Fig. 2. Principe de réalisation d'un capteur eco et de la mosa'ique de fil-
transfert de films (b, c, d) - le branchement des caméras vidéo sur un tres colorés (a) utilisés dans une caméra vidéo cc Solid State n (b).
magnétoscope s'eHectue de la manière schématisée cl-contre.
l'œil ne réagit que fort peu aux varia· rentes aux sou rces d'éclairage pour des projecteurs de studio équipés de
lions de température de couleur du éviter que des dominantes colorées lampes à ampoule bleue.
milleu amblant. ne viennent dénaturer les scènes Une correction qui est obtenue soit
Tel n'est pas le cas des caméras enregistrées. Ce qui est habituelle· en coiffant l'objectif de la caméra par
vidéo couleur qui, à l'instar des peili· ment résolu en ayant recours à un fil- le filtre approprié, soit en mettant
cules couleur photosensibles utill· tre correcteur cc saumon,, que l'on celui-cl en position derrière l'objectif
sées en cinéma ou en photographie, Interpose sur le chemin des rayons lorsqu'li est Intégré à la caméra.
n'ont évidemment pas de réactions lumineux captés par l'objectif lorsque Intervention qui, bien entendu, doit
subjectives et mettent en évidence la la température de couleur de la s'exercer en sens inverse lorsque
plus petite différence de coloration source d'éclairage a besoin d'être l'on procède à des prises de vues au
de la source d'éclairage. D'où la cc réchauffée ,, : cas de prises de vues voisinage du lever ou du coucher du
nécessité de compenser les dlfféren· dans la journée, ou par temps cou· soleil, ou lorsque l'on a recours à un
ces de températures de couleur inhé· vert, ou effectuées en liaison avec éclairage artificiel. Des situations qui

37
LES CAMERAS VIDEO ET LEUR UTILI

lwn tt UHF" ( ~•uJ l6" )? )


ainsi, il faut alors faire appel à un
accessoire auxiliaire qui n'est autre
qu'une alimentation secteur, chargée
de fournir à la caméra une tension
continue de 12 volts requise pour le
fonctionnement de ses circuits. Ce
que nous avons schématisé sur le
dessin de la figure 3, montrant par ail-
leurs comment sont réalisées les
connexions entre la caméra et le
c••tn "'4" titt ..... ~,~, magnétoscope, d'une part et entre ce
cnlnr
dernier et le téléviseur d'autre part.
Fig. 3. Quand le magnétoscope ne On notera à ce propos que la liaison
dispose pas d'une entrée spécifique. Il caméra-magnétoscope se fait en
fait appel à une alimentation secteur vidéo , tandis que la liaison
auxiliaire.
magnétoscope-téléviseur s'effectue
en UHF, ce dernier câble véhiculant
vers l'entrée du téléviseur une por·
teuse modulée par les deux informa-
sont évoquées dans le tableau ci- et son action est contrôlée en géné- tions, audio et vidéo. Ce qui nous
contre résument quelques-uns des ral directement dans le viseur au amène à préciser qu' une liaison
principaux cas rencontrés en prati- moyen d'un voyant lumineux avertis- audio séparée est à prévoir entre la
que. sant l'utilisateur que les informations caméra et le magnétoscope ; une
Pour un résultat optimal, la mise en correspondantes ont été effective- obligation qui n'est pas de mise lors-
place d'un filtre correcteur- ou, au ment mises « en mémoire,, par les que le magnétoscope dispose d'une
contraire, son retrait - n'est toute- circuits de la caméra. A ce stade, Il entrée caméra, le câble de liaison
fols pas toujours suffisant. ne reste plus qu'à procéder aux pri" comportant un conducteur affecté au
Ce qui est le cas lorsque la tempé- ses de vues proprement dites, dont la transfert de ces informations.
rature de couleur de la source technique est en tous points similaire Dans ce dernier cas également, une
d'éclairage laisse planer un doute : à celle d'une caméra de cinéma ; alimentation auxiliaire n'est plus
par exemple, à l'intérieur, avec un laquelle obéit de ce fait aux mêmes nécessaire, l'un des brins du câble
éclairage ambiant réalisé avec des règles de composition de l'image ou de liaison véhiculant vers la caméra
tubes fluorescents ; ou encore à de réalisation des divers plans et les tensions prélevées sur le magné-
l'extérieur, à l'ombre ou par temps séquences auxquelles il convient toscope et destinées à son fonction-
couvert. donc de se référer. nement.
La solution consiste alors à effectuer Voyons maintenant les utilisations
le réglage de la « balance des BRANCHEMENTS ET que l'on peut envisager d' une
blancs, qui permet d'agir sur le caméra vidéo couleur.
UTILISATION PRATIQUE D'abord et cela va de soi, la classi-
dosage des composantes RVB du
signal vidéo de façon à éliminer toute Bien que l'emploi des caméras vidéo que prise de vues à caractère fami-
dominante de couleur. soit surtout prévu en liaison avec des lial, documentaire ou professionnel
Cela est très simplement réalisé en magnétoscopes portables, il n'est qui nécessite seulement - en
visant avec la caméra une surface pas interdit d'envisager l'utilisation dehors des considérations d'éclai-
blanche, éclairée par la source lumi- de ces dernières avec les magnétos- rage ou de réalisat ion d' un
neuse dont on Ignore la température copes de cc table ,, . scénario - le raccordement de la
de couleur, et en effectuant le Dans bon nombre de cas, les bran- caméra à l'entrée vidéo du magné-
cadrage de telle sorte que la surface chements entre ces deux appareils toscope, et, par voie de consé-
blanche soit cadrée cc plein format,,, soulèvent un petit problème ; ce qui quence, l'établissement de la com-
c'est-à-dire remplisse la totalité du arrive notamment lorsque le magné- mutation adéquate du sélecteur
viseur. toscope ne comport.e pas de prise d'entrée de ce dernier ; notamment
Sur la plupart des caméras vidéo spéciale destinée au raccordement s'li s'agit d'un modèle de table.
actuelles ce réglage est automatique direct de la caméra. Lorsqu'il en est Un branchement schématisé (figure

38
4a) montre de quelle manière il con- jecteur. Il faut également noter que
vient de relier le magnétoscope au pour parvenir à un bon résultat, il est
téléviseur afin de pouvoir vérifier, en recommandé de ne pas utiliser la
direct, les résultats de la prise de commande automatique du dia·
vues ; et plus particuliè rament, la phragme de la caméra - quand
compensation de la température de celle-ci en possède un - mais de se
couleur et l'action de la «balance placer en position manuelle et de
des blancs». régler ce dernier sur une scène parti·
Mais ainsi que le laissent deviner les culièrement brillante, de façon à se
autres exemples proposés sur la placer en dessous du seuil
figure 4, l'utilisation d'une caméra <<d'éblouissement,, du tube de prise
vidéo ne se limite pas aux seules pri· de vues. Ce qui, encore une fois,
ses de vues cc classiques >>. Implique que cette opération soit con·
L'un des attraits de l'association trôlée sur l'écran du téléviseur.
caméra vidéo-magnétoscope con- Pour ceux qui jugeraient la formule
siste en effet dans la possibilité de de l'écran insuffisamment << protes·
visionner directement les films ou les slonnelle », signalons que deux
diapositives couleur sur l'écran d'un autres possibilités leur sont offertes.
téléviseur et, bien entendu, de les La première, dite du << livre optique»,
enregistrer sur vidéo-cassettes, soit dont la mise en œuvre est illustrée
avec son synchrone soit avec post· figure 4c ; la seconde, encore plus
synchronisation sonore. évoluée, qui fait appel à un << coude
Avec les caméras couleur les plus optique», dont le détail de réalisation
récentes, disposant d'un inverseur est donné dans le médaillon de la
de polarité du signal vidéo, une possi· Transfert sur vidéo-casse tte d'un film cinéma figure 4d et qui donne de fort bons
bllité supplémentaire est même au moyen d'un u coude optique "· résultats mals oblige à utiliser un
offerte en ce qui concerne le trans· cette fois l'équilibrage de la source <<coude optique »différent selon qu'il
fert des films négatifs cou leur. Sans d'éclairage habituellement constl· s'agit de transférer un film de cinéma
autre formal ité que la manœuvre tuée par une lampe halogène. Bien ou des diapositives.
d'un commutateur adéquat, il est en que le tableau publié un peu plus haut Une dernière précision pour termi·
effet possible de visionner en positif précise que la température de cou- ner : compte tenu de la rémanence
de tels films sur l'écran du téléviseur leur correspondante soit de 3 200 K des tubes Vidicon, il n'est pas néces·
de contrôle ; donc de voir leurs cou· et nécessite normalement la mise saire, pour effectuer le transfert d'un
leurs réelles, et non inversées ; et hors service du filtre "saumon», il film cinéma sur vidéo-cassette,
bien entendu, de procéder à leur faut en effet maintenir celui-ci en d'avoir recours à un projecteur spé·
enregistrement sur vidéo-cassettes. place afin de compenser la domi· cial doté d'un système d'obturation
Est-ce à dire que, pour parvenir à ce nante colorée apportée par le sup· fonctionnant en étroit synchronisme
résultat un matériel complexe soit port du film ou de la diapositive. avec l'analyse des images par la
nécessaire ? Nullement, et la preuve Faute de quoi, en effet, les Images caméra vidéo.
nous en est fournie par le montage de transférées apparaîtraient beaucoup N'importe quel type de projecteur
la figure 4b - utilisable également trop << froides ,, et, à la limite, exagé· peut en effet convenir et, qui plus est,
pour le transfert des diàpositives - rément bleutées. Ce qu'il est aisé de en raison notamment de <<l'effet de
et qui nécessite un simple écran mat vérifier en contrôlant le résultat de volant » propre aux tubes Vidicon, Il
et lisse, cette dernière caractérlsti· l'opération sur l'écran du téléviseur est parfaitement possible de procé·
que étant indispensable afin que la associé indispensable pour s'assurer der -sans risque d'apparition de
structure d'un écran perlé ne vienne de la bonne valeur du cadrage et que barres horizontales mobiles, au
pas se superposer désagréablement l'effet de trapèze -consécutif au niveau des images enregistrées- à
aux Images transférées. Une précau· fait que les axes optiques du projec- la copie sur vidéo-cassettes, de films
tion qu'il convient d'observer, tout teur et de la caméra ne coïncident tournés à 15, 18 ou 24 images/
comme le fait de travailler en pas - n'atteint pas une valeur seconde. Une raison de plus pour
ambiance obscure. excessive, suite à un écartement trop tenter une expérience au demeurant
Autre recommandation , concernant Important entre la caméra et le pro- très convaincante.
Christian Dartevelle

39
LA MICRO-INFORMATIQUE

appelons que tous les com- Après avoir traité dans le pré- des signaux de contrôle système du

R posants d'un système com-


muniquent entre eux à l'aide
de trois bus (bus adresses,
bus de données, bus de
contrôle} et que le cœur de ce
système est constitué par le micro-
processeur. En d'autres termes, tou-
cédent article, des principaux
signaux issus d'un micropro-
cesseur zao, nous allons voir
maintenant comment mettre
en œuvre un microprocesseur
zao (Led no 2) de gérer et de différen-
cier les accès mémoires (RD*, WR*)
des entrées sorties (ln*, Out*). Enfin
on trouve le dernier groupe de
signaux qui permet de contrôler le
microprocesseur. En premier lieu, le
microprocesseur doit pouvoir être Ini-
tes les informations qui circulent sur dans un système complet. tialisé à l'aide de l'entrée RESET;
un bus transitent par le microproces- cette initialisation peut avoir lieu de
seur (à l'exception des O. M.A. où, deux façons différentes. A la mise
pour augmenter le débit de transfert nels, dans ce type de montage les sous tension, où à l'aide de R1C1o une
entre un périphérique et la mémoire, amplificateurs sont reliés deux à impulsion négative (mise en forme
le microprocesseur est court- deux, chacun passant les informa- par deux Inverseurs) est transmise au
clrculté, Led n° 2). Au niveau maté- tions dans une direction donnée et microprocesseur ou en cours de fonc-
riel donc, un microprocesseur peut fonctionnant de façon alternative. En tionnement lorsqu' un Interrupteur vient
être relié à plusieurs dizaines de boî- plus de la broche d'activation on court-circuiter C1. Pour plus de sécu-
tiers implantés sur différentes cartes. trouve une broche de direction qui rité, par exemple déclenchement du
indique le sens de transfert. La figure Reset tant que l'alimentation n'a pas
2 donne le brochage de deux circuits atteint une certaine tension ou main-
AMPLIFICATEURS DE BUS très souvent utilisés dans les systè- tien du Reset pendant un certain
mes récents : 74 LS 244 et 74 LS 245. nombre de coups d'horloge, un cir-
Réalisé en technologie M.O.S., le zao Le conseil que l'on peut donner à un cuit auxiliaire peut être ajouté au
possède une sortance très faible (2 à amateur désirant monter son propre montage. La figure 4 montre un tel
3 boîtiers), Il va donc falloir interfacer système est d'utiliser des supports circuit : il est constitué par un timer
entre le microprocesseur et son envi- de circuits intégrés avec ces amplifi· du type 555 où le produit R~ 2 déter-
ronnement des amplificateurs de cateurs. Deux raisons à cela : la pre· mine le retard égal à n coups d'hor-
ligne qui augmenteront la sortance mlère est que ces circuits sont fragl· loge et où la constante de temps R1C1
(en anglais, fan out) du micro (de les, la seconde raison est qu'ils per· permet de déclencher le circuit uni·
l'ordre de 30). Réalisés en technolo- mettent en les retirant. d'isoler une quement quand l'alimentation a
gie TIL, ces amplificateurs ou cc but- partie du circuit, ce qui est très utile atteint le niveau désiré (4,75 V).
fers ,, existent en deux versions : une lorsqu'on recherche une panne (par L'utilisation de résistances de rappel
version bidirectionnelle pour le bus exemple un court·circuit sur le bus). sur les entrées de contrôle permet
de données et une version unidirec- d'obtenir une plus grande immunité
tionnelle pour le bus d'adresses et de _
U_ N_IT_E_C_E _N
_T_R_A_L_E_____ 1 aux bruits et évite ainsi un déclenche·
..;;....;..~;;......;;:;_ _ _ _ _ _ _ _ _ , ment sur un parasite.
contrôle.
A la figure 1 sont représentées les
principales configurations que l'on Un exemple concret d'unité centrale HORLOGE
retrouve. Le montage (a) permet de utilisant un microprocesseur zao est _ _ _ _ _ __
.;...;_;;~;;...;;;....;:;..;;;;..__

réaliser des buffers unidirectionnels, donné à la figure 3. On retrouve les Chaque microprocesseur est spécifié
en plus des lignes d'entrées et de amplificateurs IC2. IC3, IC4 qui per- pour une fréquence d'horloge don·
sorties on retrouve deux broches de mettent d'interfacer le microproces- née, dans le cas du zao. elle est de
commande OE1 et OE2 (Output Ena- seur avec l'extérieur. L'activation de 2,5 MHz, une nouvelle version, le
ble) qui permettent cc d'activer ,, le ces circuits est réalisée à l'aide du zao A, est garantie pour une fré·
boîtier. Non activés, les amplifica- signal Enable qui indique qu'aucune quence de 4 MHz. Une attention toute
teurs se trouvent dans un état haute demande de D.M.A. (BUSRO à l'état particulière doit être donnée à ces
impédance et le microprocesseur se haut) n'est en cours. Dans le cas du problèmes d'horloge, en effet les per·
trouve déconnecté du bus. Les confi· bus de données la direction de trans· formances en vitesse d'un micropro-
gurations b, c, d permettent de réali- fert (lecture ou écriture) est donnée casseur (par exemple le zao A) peu-
ser des amplificateurs bidirection- par le signal RD. IC5 permet à partir vent être supérieures à celles de cer-
LA MICRO-INFORMATIQUE
tains composants ou périphériques
OE1

--I-
qui lui sont reliés. Cette lncompatibi·
lité est réglée grâce à la sortie WAIT
du zao (cette sortie se trouve sur cer-

--t-
*
tains microprocesseurs sous la déno-
mination READY) qui permet de
retarder et ainsi de synchroniser le OE2 OE2
microprocesseur avec des compo-
sants trop lents (Led n° 2). Prenons
l'exemple d'une mémoire EPROM
courante, son temps d'accès est
généralement de l'ordre de 350 ns ce
qui, pour une horloge de 4 MHz OE Actovatoon
(250 ns de période) est limite. La
figure 5 présente un schéma qui per·
met de retarder le microprocesseur Fig. 1. Différents types de buffers.
d'une période d'horloge. Il est consti·
tué de deux bascules D en série com- '244
a) Amplificateurs '245
mandées ~le signal d'accès unidirectionnels
mémoire MREO (pour retarder uni·
quement les accès aux mémoires
EPROM, MREQ devra être remplacé
par le signal de sélection de ces
mémoires). AuM~Ëaler coup d'hor-
loge qui suit le signal WAfi Fig. 2.
passe à zéro et ce pendant un coup
d'horloge, le chronogramme de la
figure 6 résume le fonctionnement de
ce circuit. Grâce à ce montage, le
temps d'accès à une mémoire passe
à 500 ns et rend la plupart des com- b) Amplificateurs
posants du commerce compatible bidirectionnels
avec un microprocesseur rapide.
Certains microprocesseurs (aOa5 ... )
possèdent leur propre circuit d'hor-
loge et seul donc le quartz est à ajou-
ter au montage. Ce n'est pas le cas
du zao pour lequel Il faut adjoindre un Fig. •· Circuit de reset
circuit. automatique.
Un exemple de montage est donné à
la figure 7, Il est constitué de trois
Inverseurs (7 4 LS 04) en série qui
jouent le rôle d'oscillateur a MHz. La
bascule D qui suit permet de diviser
le signal par deux et d'obtenir la fré-
quence désirée 4 MHz ainsi qu'un
signal cyclique.

ULTIPLEXAGE DE Fig. 5. Circuit dÏJ retard.


.sv
>
4 7k0 ~
>
EN ABLE •t..olllllllls 23 lBŒAK !ID,
7~04
~ ~
.sv 1

~ lrnoo
19
Okn ~

0
25 8USllQ L J
~1
l:~lïltv
Ill""" ~ 0~
j "'~~~~ L!7 01
AO 18 ...111111111 l! 30 dO l 14 2
ba
'" d1 lts 3 ICZ 02
A1
A2
A3 _Il
16
14 1 ' 244 ~
74l,S
~
31
32
33
. ~~ d2 l 12
d7 l13 i
• r---
:
lts
iJ4
ltJ
03
DL
os
..• ~
odl
d3 le 6
AL J ' l!! 34 LR 06
AS 5 :' IC3 bs 35
d4 l7 7
[11
o.il.dS 07
A6
A7
7

9
l._ lt3
u
36
37
o.il.rl ~

lrl7
dS ·9
d6 LlO
8
g
IC2 74 LS21.5
~

~
IC 1 .sv
sv ZSOA
ov ,1o1i l t9 mn
A8 ~
........_ l2 38 oloAA
A9
AIO
lE
~ 3!1 ,lottO Clock ls Horloqt L MHz

Ali "
Il
''
'
40
Ad\0
74 ~s Z44 t Ad \1
A12 _). 1 17 2
Ad12
1
Ail s !1(4 1S 3
Ad\3
,,g 1(5
AIL 7
1
1 :13 4 olo
Mm s
l&
...i.lll RD '
A\5 9
........
lu 5 olo

~ 11? _1!

-
lu :..o•
• SV ~

4 xL 1 kO
~
>
TORO 110 1

l
lJ .
.21
lm JO
le
t~
16 lN •
.sv 24
~

>
18 l~
RI 11 lnm 7LS 32

. ..... _2_ 3. . . _. 2& l~mPY

~l
• L~ ~4
!!'"' (1
~~ • SV
ul
'1
Fig. 3. Mise en œuvre du microprocesseur zao A.
précédemment peuvent être généra· Tl T2 TJ
llsées à de nombreux mlcroproces·
saurs, seuls quelquefois certains
signaux diffèrent mais les bases de
Horloge~
mise en œuvre restent les mêmes.
Une exception doit être faite
lorsqu'on utilise certains micropro·
casseurs Intel. En effet, afin de pou· Fig. 6. Chronogramme du circuit de
voir augmenter la complexité (et retard.
donc la puissance) de ses mlcropro·
casseurs sans pour cela augmenter
le nombre de pattes (limité à 40), Intel
opta pour le multiplexage des
signaux.
Ce multiplexage consiste à attribuer
deux fonctions à une même sortie, la
reconnaissance de la fonction étant
déterminée par l'état d'un signal (ALE
pour le microprocesseur 8085).
C'est ainsi que dans le cas du micro· Fig. 7. Horloge 7 MHz.
processeur 8085 de chez Intel les 8 IC1.74LS04
IC2 .74LS74
bits d'adresse de poids faibles sont
multiplexés avec les 8 bits de don· L......----------------------------1
nées.
Pour mettre en œuvre ce type de r------;==::;----;==:;---~--------,
microprocesseur, Il faut, en plus des
amplificateurs de bus, un dispositif
mémoire qui permette de conserver
la première information disponible.
Ce système est Illustré par le disposl·
AOORESS
tif de la figure 8 : on trouve en plus du BUS
74 LS 244 vu précédemment, un 74
LS 373, circuit qui est constitué de 8
bascules D (latch en anglais). Sur le
front descendant du signal ALE,
l'Information disponible en sortie du
bus est constituée des 16 bits
d'adresses, synchronisés par ALE,
les 8 bits de poids faible sont mémori·
sés par le 74 LS 373 et se retrouvent :
...____ _ _ __
ADl } DA'TA IIUS
AOO
en sortie de ce même circuit. Au
coup d'horloge suivant, les Informa·
tlons disponibles sont alors constl· Fig. a. Muhlplexage des signaux sur un microprocesseur 1015.
tuées par les 8 bits d'adresses de
poids de fort et les 8 bits de données.
On retrouve donc bien en sortie les
16 bits d'adresse et les 8 bits de don- Nous en avons donc terminé avec décrire un autre sous-ensemble très
nées. Ce système se retrouve sur l'étude de l'unité centrale et de ses important d'un mini-ordinateur : la
certains microprocesseurs 16 bits différents composants. Dès le mois mémoire.
(8086, z 8000). prochain, nous commencerons à Philippe Faugeres
raconte-moi ...
LA MICRO-INFORMATIQUE

Led, la micro-informatique
et l'amateur d'électronique
,,
Un des buts avoués de Led est de pouvoir vous informer mais ,aussi
vous ini tier à cette nouvelle sc ience qu'est devenue la micro-informat ique.
Pour cela, tous les mois, les collaborateurs de Led vous proposeront
différents artic les et réalisations issus des thèmes suivants :

• Description d'un mini-ordinateur:


où dans une série d'articles, à l'aide d'exemples concrets,
les différents éléments d'un mini-ordinateur seront analysés
(microprocesseu r, mémoire, périphériques ...)

• Description de nouveaux matériels :


avec, par exemple ce mois-ci, le '' Microprofesseur ,,
kit très performant à base de zao.

• Réalisation :
Le but ultime d'un électronicien possesseur d'un micro-ordinateur est de pouvoir
relier celu i-ci avec le monde extérieur; c'est dans cette optique que Led
proposera bientôt différentes réalisat ions comme :
- une centrale d'acquisition de données : température, voltmètre, fréquence ...
- circ uit de télécommande : automatismes divers.

Au niveau standard isation, nous essaierons dans nos descriptions et


réalisat ions de rester compatibles avec le microprocesseur zao qui reste encore
le cc cœu r , de nombreux micro-ordinateurs très populaires (TRSao,
Sinclair zxa1 , et peut-être bientôt le microprofesseur).
• Un des derniers thèmes abordés dans cette rubrique micro-informat ique
concernera bien sûr cc le logiciel , _Nous essaierons le plus souvent possible
de vous proposer des jeux inédits, mais aussi des programmes plus cc sérieux ,
à base de mathémat iques ou de gestion.

Le responsab le de la rubrique micro-informatique


Philippe Faugeras

45
LA MICRO-INFORMATIQUE

e Mlcroprofessor est un S'il est un domaine où seule signaux sont cc compatibles T.T.L. "·
micro-système structuré ce qui facilite leur utilisation, même
la pratique permet réellement
autour du zao. Utilisé s'il faut interposer des amplificateurs
comme tel, c'est un excel· d'en savoir plus, c'est bien de puissance. Par exemple 74 LS 245
lent matériel pédagogique celui de la micro-informatique. pour le bus cie données, 74 LS 244
pour tous ceux, novices en électron!· Nous vous présen·tons aujour· pour le bus d'adresse.
que ou électronicierts chevronnés, Le concepteur a astucieusement
qui veulent aborder les mlcroproces· d'hui un « micro-ordinateur >> simplifié son unité centrale sans tou·
seurs et la micro-Informatique. Ses gui n'a pas fini de vous étonner, tefols en limiter les performances. La
larges possibilités débordent le sim· tant dans sa présentation capacité de la mémoire vive (RAM)
pie cadre de l'enseignement et le est de 2 000 octets, dans laquelle se
rendent très souple comme unité gue par ses performances, dont logent les programmes d'application.
centrale pour le développement et la les limites d'application sont Quoique relativement confortable,
réalisation d'applications, qu'elles celles de nos imaginations... cette capacité peut être étendue
soient très simples ou complexes. jusqu'à 4 000 octets : un support
Nous en présenterons quelques-unes
alors presque sans bornes. libre est prévu à cet effet pour y rece-
que nous commenterons dans les tion composé de 6 afficheurs LED et voir une extension. Toutefois cet
pages de cette revue. nous espérons d'un haut-parleur. emplacement disponible peut être
que nos lecteurs en développeront -d'un interface cassette pour la occuoé oar une EPROM (2 ou 4
d'autres par eux-mêmes: les plus cc mémoire de masse"· L'unité cen· kbytes) contenant le ou les program·
intéressantes seront publiées dans traie possède les circuits nécessai· mes spécifiques de l'utilisateur, ren·
cette rubrique, de façon à ce que res au branchement d'un magnéto· dant ainsi le système opérationnel à
chacun en profite. De là à organiser phone à cassettes du commerce, la mise sous tension.
un concours prochain, Il n'y a qu'un pour la sauvegarde et la restitution Le micro-ordinateur ainsi personna·
pas ... de vos programmes. lisé peut réaliser une Immense
_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ - enfin, sur deux connecteurs de variété d'applications domestiques
1
DESCRIPTION chacun 20 points, la plupart des ou Industrielles. Celles-ci s'étendent
=
D~U:=.M
.=..:.;IC
:..:..:....;
R;..:.O.=.P.:..R:...O
_F_E_S_
S_O_R___ 1 signaux, utiles pour le contrôle ou la du plus simple automatisme, comme
commande d'organes extérieurs la création de jeux, à la mise en route
Le MPF·1 est présenté sous la forme (moteurs, relais, contacts, etc.) sont des équipements ménagers dans un
d'un livre, comme le montre la disponibles. Les niveaux de ces foyer ou la conception d'un dispositif
figure 1, livré avec son bloc d'alimen· d'alarme, jusqu'à des systèmes plus
tatien et une documentation corn· complexes comme des équipements
piète. de mesure, des bancs de tests, voire
L'ensemble des composants cons tl· même des contrôles de process en
tuant l'cc unité centrale » est monté milleu Industriel.
sur un circuit Imprimé, double face,
trous métallisés, dont les dimensions LE MONITEUR
sont de 155 x 221 mm.
L'architecture générale de cette Un montage réalisé conformément
unité centrale est présentée par le au synoptique de la figure 1, avec des
synoptique de la figure 2 ; elle se composants du commerce, serait
compose: toutefois parfaitement inopérant tel
-du processeur zao, d'une EPROM quel t Le microprocesseur est un
(4 kbytes), d'une RAM (2 kbytes) et de système capable d'accomplir de
quelques circuits d'entrées-sorties ; nombreuses tâches, mais encore
- de trois outils de dialogue faut·il lui communiquer la liste des
cc homme-machine >> ; le clavier de 36 Instructions à exécuter.
touches dont certaines ont une dou· Dans un système comme le MPF·1 ,
ble fonction, un système de visualisa· Fig. 1. le Mlcroprofessor MPF-1 B. toutes les fonctions fondamentales
(notamment gestion de clavier et des
afficheurs) sont stockées sous forme
d'un programme résident dit cc monl·
teur ,,, C'est ce dernier qui trans·
forme ce qui n'était qu'un ensemble
de logique combinatoire relativement
élaboré en un véritable micro·
ordinateur programmable.
Le moniteur, en réalité, regroupe
l'ensemble des sous-programmes qui
correspondent à des tâches bien pré·
cises et qui sont souvent sollicitées.
Nous allons en décrire les plus impor·
tantes.
La première fonction est de permet·
tre l'introduction des programmes
dans la mémoire vive. Ensuite l'utill·
sateur dispose de trois modes d'exé·
cutlon : cc Intégral ,,, cc partiel jusqu'à
un point d'arrêt fixé n ou en « pas à ....
pas», c'est·à·dlre Instruction par lns·
tructlon. Ce mode d'exécution est
plus long, mals Il permet de suivre le
déroulement du programme et
d'observer à l'issue de chaque phase
le comportement interne du micro·
. _ __ __ __ _ _ _ _ __
__....,,."-·
....__ (~.oN . . ..
t

processeur. Le contenu de, tous les ._FI-g.-2-.-sy-n-op-11-qu_e_d_u -M-PF---1.- - - - - - - - - - - - -- - - ---'


registres (au nombre de 22) ainsi que
n'importe quel emplacement déplacements pour les sauts relatifs routines du programme moniteur
«mémoire,, peuvent être visualisés sont calculés automatiquement. sont accessibles. Le listing détaillé et
et si besoin est, modifiés. Cette Une ou plusieurs instructions commenté fait partie de la documen·
méthode didactique permet à chacun oubliées peuvent être insérées tatien qui accompagne le MPF-1 ,
d'acquérir une connaissance appro· n'importe où dans un programme, ainsi qu'un recueil de 18 expérien·
fondle du microprocesseur. sans qu'il soit nécessaire de les réln· ces. Parmi celles-cl se trouvent,
Pour la mise au point de ses program· traduire entièrement. Inversement, entre autres, un synthétiseur de
mes, l'utilisateur aura recours au n'importe quelle instruction peut être musique, des jeux ainsi que des pro·
«pas à pas n. Pour les programmes supprimée provisoirement ou définit!· grammes de calcul (addition, multlpli·
plus longs, le déroulement est exé· vement. cation , racines carrées, etc.)
cuté partiellement jusqu'à un point Tous les transferts de données (inter·
de reoère fixé, où Il s'arrête. A partir nes à la mémoire ou dans la cas·
UN PROGRAMME :
de là, l'exécution peut se poursuivre sette) s'effectuent en mode interac· JEU DE PILE OU FACE
dans n'importe lequel des trois tif. Le système interroge l'utilisateur A titre d'exemple, nous présentons
modes. C'est l'équivalent du ralenti pour connaître les adresses de début un programme très courts (30 octets)
et de l'arrêt sur Image, transposé à et de fln du bloc à transférer ainsi que qui est une version Informatisée du
l'informatique. sa destination. «pile ou face n.
Quelques fonctions cc assembleur ,, En conclusion, le moniteur facilite Le programme Introduit (listing flgu·
sont Intégrées dans le moniteur. l'exploitation du système et soulage res 3a et 3b), Il suffit de le lancer.
L'élaboration des programmes s'en l'utilisateur des tâches subalternes, Apparaissent alternativement sur les
trouve simplifiée et le risque d'erreur tout en augmentant leur fiabilité. afficheurs les mots « pile n ou
réduit. Par exemple la valeur des Bien entendu, toutes les sous· «face>~ , qui plus est se chevauchent
LA MICRO-INFORMATIQUE

à une cadence telle (30 changements


par seconde) qu'il est Impossible de
les distinguer. En appuyant sur la tou· PROGRAMME
che cc 0 » le système se fige et indi· JEU: PILE OU FACE? PROGRAMME
que soit cc pile''· soit « face» sans TOUCHE 3 = DEPART JEU : PILE OU FACE?
qu'ii soit possible de prédéterminen TOUC HE 0 = ARRET TOUCHE 3 = DEPART
lequel. Pour repartir, appuyer sur la TOUCHE 0 = ARRET
touche 3. 1800 21 2S 18 ES
Dans une prochaine version ou à titre 1804 DD 21 29 18 1800 21 LD HL,182S
de suggestion pour les lecteurs, les 1808 DD E3 06 03 1803 E5 PUSH HL
deux digits disponibles dans chaque 180C CD 24 06 30 1804 DD LD IX,1829
message peuvent être utilisés pour 181 0 04 10 F9 18 18 08 DD EX <SP>,IX
comptabiliser le nombre d'appari· 18 14 F3 FE 12 20 1BOA 06 LD B,03
tions de chaque mot. Le jeu se 1818 F8 CD FE OS 1BOC CD CALL 0624
déroule à deux ; chaque joueur choi· 181C FE 03 20 F9 180F 30 JR NC,181S
slt soit cc pile " soit « face » et le pre- 1820 18 E6 76 4E
mier qui atteint un nombre déterminé 1811 10 DJNZ 180C
1824 41 BF BD 3F 1813 18 JR 1808
a gagné. 1828 OF 00 00 BF 181S FE CP 12
182C BS 30 1F 1817 20 JR NZ,1811
LE MINI-INTERPRETEUR BASIC 1819 CD CALL 05FE
Le « mini-interpréteur Basic " pro· Fig. 3a. Edition en tangage cc machine "·
181C FE CP 03
posé est une version allégée de l'un 181E 20 JR NZ,1819
additionner la suite des nombres
des langages Informatiques les plus 1820 18 JR 1808
entiers d'un nombre C donné jusqu'à
populaires et les mieux adaptés aux
débutants. un autre désigné par D.
L'exécution du programme com·
Le Basic est un langage interactif et
menee par l'attribution de valeurs
interprété, c'est-à-dire que chaque 182S 8F BD 3F OF
numériques aux variables C et 0, et
instruction est traduite en langage 1829 00 00 BF BS
machine et exécutée immédiate· la somme apparaît en décimal sur les 182D 30 1F
ment. afficheurs. L'édition de ce pro·
Le programme « interpréteur" estgramme en Basic est indiquée par la
u dans la seconde moitiéfigure 5.
Le MPF·1 est présenté sous une
kbytes) de l'EPRON 2732 à la suite Fig. 3b. Edition en langage u assembleur "·
forme compacte, bien protégé dans
u moniteur. Ce complément est suf·
son boîtier« livre"· C'est un excellent
tisant pour aborder le langage Basic.
Les deux programmes résidents outil pour l'Introduction aux micropro-
cesseurs et à la micro-informatique
moniteur" et « Interpréteur Basic" 010 INPUT C
pour toux ceux qui ne veulent pas
nt à l'unité centrale puis· 020 INPUT D
trop investir au départ {moins de
et souplesse d'emploi pour la 030 LET A=O
1 200 F pour le MPF·1A).
réalisation de jeux et d'applications 040 FOR B=C TO D
De plus, Il permet de larges posslblli·
ues ou Industrielles. La OSO LET A::oA+B
tés pour l'Individualisation. Des
figure 4 indique la liste des comman- 060 NEXT B
extensions sont disponibles, parmi
proposées par l'Interpréteur 070 PRINT A
Basic. lesquelles une imprimante thermique
et un programmateur d'EPROM's. 080 STOP
UN PROGRAMME EN BASIC Tous ces produits sont commerciali·
sés par la société Z.M.C. 11 bis, rue
du Colisée · 75008 Paris. Fig. 5. Edition d'un programme en
L'objet du programme consiste à Philippe Duquesne cc Basle u.
A. COMMANDES
RUN Exécution du programme
LIST Edition du programme
LOAD Restitution et sauvegarde du
SAVE programme sur cassette audio
CONTINUE Poursuite après '' STOP ,, ou '' PRINT ,,
NEW Effacement de la mémoire
B. INSTRUCTIONS
PRINT : Affichage du résultat
INPUT : Introduction d'une donnée
LET : Attribution d'une valeur numérique à une variable
GALL : Saut à une routine (en langage machine)
GOTO : Saut à une ligne donnée
GOSUB : Saut à une routine
RETUR N : Retour au programme principal après exécution
d'une routine
IF ...THEN : Instruction conditionnelle ou de test
FOR. .. TO : Instruction d'itération pour les boucles
NEXT : '' Fin ,, de boucle
STOP : Fin du programme. Arrêt
Fig. 4. Liste des commandes et les Instructions de l'lnterpr6teur Basle. le cœur du Mlcroprofessor, le MPF-18, une
puce 6 24 broches.

oooo NOUVEAU o o EVREUX ••


INCifJYAilE Mill$ VIAl 1
VARLET ELECTRON lOUE
pour les fêtes ISKRA
- Fabrication circuits imprimés , faces AV
vous offre une calculatrice CANON
- Alimentations stabilisées pour,
LABO et CS
avec le contrôleur
,- US 6A
- Coffrets «professionnels,
- Transformateurs standards et toriques US6A CALCULATRICE
8 GAMMES LX30ÇANON
29 CALIBR ES AVEC t:TUI

----
- Voltmetre . Am pèremetre ; ana logique PROTECTION 4 OPÉRATIONS
et numerique PAR DIODES FACTEUR ÇON.STANT

Boites de connections lob. Dec avec


CORDONS SPECIAUX (2S o. 8 ;
1 AVEC CORDON
ET ETUI
RACINE CARREE
POURCENTAGE
MEMOIRES
le cordon 15 cm ; 3 fr 50
.Fiches(lorde50)+5m coble:55Fr
- LAS 500 et kit fiches : 120 Fr
········ ·· ···· · ---
chèque à la Cde. Port recom . 12 Fr
offre limitée
37, les Prevostes. le Baulay Morin
27930 EVREUX-
. 247 F
Préclplte•·vout che• votre revendeur 1 JUSQU'AU 31DECEMBRE82
el. 34 1 1
LA MEDECINE
A L'HEURE DE
L'électronique
et l'informati·
que ont connu L'ELECTRONIQUE
ces dernières années des développements prodi·
grâce à leur
utilisation. Le
coût de la
santé prohibitif aujourd'hui pour toute économie
gieux qui font de ces deux technologies les outils n'a de chances de devenir acceptable à l'avenir
essentiels de notre temps sans lesquels aucun qu'avec la généralisation de ces technologies.
domaine scientifique ou des sciences humaines ne Nous sommes à l'aube d'une nouvelle conception
peut espérer progresser. C'est le cas de la re- de la médecine plus efficace, moins onéreuse
cherche médicale qui accomplit des « miracles » où le praticien pourra pleinement jouer son rôle.

ans un avenir très pro· méthodes d'acquisition de l'informa·


che, des appareils auto· tion relatives au fonctionnement des
matiques, plus simples à corps vivants et nous n'aborderons
utiliser, peu encom- pas les techniques relevant d'une
brants et peu coûteux thérapeutique. Néanmoins nous
que ceux utilisés actuellement offri· aimerions attirer l'attention sur quel·
ront au médecin la possibilité de pra· ques appareils qui synthétisent assez
tiquer, lul·même, dans son cabinet, bien les progrès réalisés en matière
des examens qui jusqu'à maintenant de biomatériaux, de sources d'éner·
doivent être effectués dans des gle miniatures, d'électronique et
grands centres hospitaliers. Le d'Informatique. Les stimulateurs car·
médecin disposera ainsi rapidement diaques implantables volent leur
des résultats pouvant l'aider dans autonomie portée de deux ans à vingt
l'établissement de son diagnostic. Si ans grâce à des piles isotopiques au
on se réfère à la théorie de l'informa· de classement des symptômes et de plutonium. De plus, il est possible
tlon, un diagnostic repose sur la qua· traitement auxquelles le médecin d'intervenir sur les réglages de cer·
lité et sur la quantité d'Informations peut se référer. Les méthodes tains paramètres et de recueillir des
fournies soit par le malade, soit par d'Investigation se sont affinées, la mesures faites par le stimulateur. Le
des examens de laboratol re ou des quantité et la qualité des informations dialogue entre le stimulateur et
observations. L'art du médecin con· amènent le chercheur ou le théra· l'émetteur posé sur la poitrine du
siste à trier ces Informations et à les peute à avoir recours à l'ordinateur patient est généré par un calculateur
associer pour Identifier la maladie pour organiser et situer ces données qui modifie la programmation du pro·
dont souffre le patient. Un des rôles dans une typologie médicale de réfé· casseur intégré au stimulateur. Le
de la recherche médicale consiste à renee. Nous limiterons notre propos rein artificiel transportable contrôle,
proposer des méthodes de mesure, à la description rapide de quelques grâce à un micro-ordinateur, la fabri·

51
OUR UNE MEILLEURE CONNAISSANCE DU
FONCTIONNEMENT DES SYSTEMES BIOLOGIQUES
cation du dialysat et le processus de phie reprend le principe du sonar. ser des images montrant la distribu·
dialyse. Son utilisation est suffisam· Elle consiste à détecter et à enregis· tion spatiale de certains atomes
ment simple pour que le patient trer les échos provenant des différen· (l'hydrogène notamment). La mesure
puisse pratiquer, lui·même et à domi· tes interfaces réfléchissantes situées de la densité locale est obtenue en
elle, les séances de dialyse qui lui sur la trajectoire de l'onde incidente. excitant les noyaux atomiques par
sont indispensables. La micro· Les échos arrivent avec un retard lié une onde électromagnétique à radio·
informatique a également engendré au temps de propagation dans le fréquence en présence d'un champ
la réalisation de matériels pour les milieu et à la distance qui sépare magnétique statique.
handicapés tels que les tétraplégi· l'interface du transducteur. En effec· Notre but n'est pas de détailler toutes
ques. tuant un balayage, on reconstitue les méthodes d'imagerie. Ainsi nous
une image du corps étudié. évoquerons, pour mémoire, l'image·
l 'IMAGERIE La thermographie consiste à ~ffec· rie nucléaire qui met en œuvre des
tuer des cartes de température cuta· sources radioactives.
a radiologie classique , utilisant

L
née afin de dépister certaines mala·
les rayons X, constitue la plus dies qui s'accompagnent d'une modi· MESURES PHYSIQUES
ancienne des techniques fication de la température de la peau. n corps vivant est soumis

U
d'imagerie utilisée en méde· Deux techniques sont exploitées : la
cine. Le principe consiste à à toutes sortes de mouve·
thermographie de contact et surtout ments. L'utilisation de
former une Image par projection sur la téléthermographie qui utilise des
un plan (film ou écran) au moyen d'un capteurs transformant
caméras de télévision à tubes travail· ses déformations ou
faisceau de rayons X atténués par la lant dans le domaine de l'infrarouge.
traversée du corps à étudier. Ces ses mouvements permet, après fil·
L'imagerie par résonance magnéti· trage et amplification, de traiter ces
techniques atteignent un palier qu'il que nucléaire (AMN) permet de réali·
sera difficile de dépasser car les informations.
méthodes utilisées pour diminuer la
dose de rayons X reçue par le patient
ne permettent plus l'obtention d'une
bonne qualité d'Image.
Le principe des scanners (ou tomo·
densimètres) dérive de la radiologie
classique. Il consiste à mesurer le
cœfficient du rayon en tout point d'un
corps selon un plan de coupe. La
source d'émission tourne dans un
plan autour du corps à radiographier
et le récepteur réalise plusieurs
mesures d'absorption correspondant
à chaque position de la source. Un
calculateur reconstruit en temps réel
l'image du corps dans le plan de
coupe. L'avantage d'un tel système
réside dans l'obtention de plusieurs
coupes dans un minimum de temps
d'exposition aux rayons X. Il rend lnu·
tlles beaucoup d' examens qui
n'étaient pas sans risques pour le
patient.
La possibilité de former des images
de structures biologiques en utilisant
les ultra-sons est liée à certaines par·
ticularités des tissus biologiques. Ces
ondes ont la faculté de pouvoir péné·
trer les corps mous aux fréquences
utilisées (de 1 à 10 MHz). L'échogra· Système d'échographie en salle d'opération.

52
MAGAZINE

Les capteurs de force les plus sou- pour mesurer des déformations, les degré de vigilance. Les différents
vent utilisés sont des jauges de con- ceintures de graphite ou de mercure états de ce rythme renseignent sur
traintes constituées par un fil con- en tant que capteurs de déformation les divers stades du sommeil (plus ou
ducteur très fin collé sur une surface thoracique, les analyseurs de gaz, les moins profond) ou permettent
mince. Le fil s'allonge sous l'effet de capteurs à effet Hall, les inclinomè- d'apprécier la profondeur de l'anes-
la charge. Placée dans un pont de tres, accéléromètres ... thésie lors d'une opération. L'étude
mesures, la variation de résistance de l' EEG apporte de nombreux ren-
obtenue donnera une variation de seignements dans l'étude des mala-
tension proportionnelle à la déforma- dies mentales (psychose, névrose),
tion. Des jauges de petites tailles pla- es techniques d'imagerie dans la localisation des tumeurs

C
cées sur la paupière captent les mou- employées pour explorer cérébrales et surtout dans le dia·
vements de l'œil. Ces jauges sont si les corps vivants nécessl· gnostic de l'épilepsie. Il est possible,
petites qu'on les colle sur une inci- tent l'utilisation d'une grâce à des enregistrements répétés
sive afin d'étudier la pression de la source d'énergie. L'image à intervalles réguliers, de suivre
langue sur la dent. Les capteurs de est reconstruite en employant diver- l'évolution de la maladie. Le médecin
pression trouvent leur intérêt dans ses méthodes qui consistent à mesu- peut alors choisir une thérapeutique
l'étude de la pression sanguine. La rer les perturbations du faisceau incl· en fonction des tracés successifs.
connaissance de la pression de l'air dent généré par le corps à étudier. Les signaux les plus utilisés sont
dans les poumons est très importante L'électrophysiologie est une autre I'ECG, I'EMG et I'EEG mais on étudie
en exploration fonctionnelle ou dans méthode d'étude qui réside en une aussi l'électrorétinogramme (ERG)
les techniques de respiration assis- mesure (au moyen d'électrodes qui dépend de la lumière reçue par la
tée des pressions cérébrales, intesti· appropriées et de chaîne d' amplifica- rét ine, l' électro-occulogramme
nales ou même intradardiaques au tion) des potentiels bio-électriques (EOG) qui renseigne sur le mouve-
moyen de sondes de pression minia- générés directement par le corps. ment du globe occulalre.
tures, introduites jusqu'au cœur. La Les milliards de cellules qui forment Ces signaux bio-électriques souvent
mesure de la température du corps chaque système vivant sont autant de très faible amplitude posent des
s'avère Importante car des écarts de de sources de potentiel bio- problèmes spécifiques tant au niveau
quelques degrés peuvent être électrique. Une étude des perturba- de la saisie des données que du trai-
synonymes de troubles graves. Les tions de ce type de signaux apporte tement.
capteurs doivent être précis et fia- des Informations précieuses sur le La faible amplitude des signaux et
bles, de même que l'électronique bon ou le mauvais fonctionnement du l'impédance relativement élevée des
associée. Les thermistances (résis- corps. Les principaux signaux utilisés électrodes font que les tensions sont
tance variable avec la température) pour aider le médecin dans son dia- très bruitées. En électronique médi·
sont employées dans la mesure du gnostic sont : cale, il faut donc veiller à améliorer le
flux d'air nasal lors d'enregistre· L'électrocardiogramme (ECG ou plus possible le rapport signal/bruit.
ments polygraphlques. EKG) est le reflet de l'activité cardia· L'environnement électrique sera par-
D'autres capteurs sont bien sOr utili· que. Il est assez facile à recueillir car ticulièrement étudié (absence de
sés : les cristaux plezo-électriques son amplitude est relativement éle· moteurs créant des parasites, travail
vée (1 à 2 mV). en cage de Faraday pour le recueil
L'électromyogramme (EMG) mesure de I'EEG). Les appareils médicaux
la contraction musculaire due à la sont construits avec des soins parti·
dépolarisation des fibres du muscle. culiers : câbles blindés, connexions
L'électroencéphalogramme (EEG) très courtes, tension d'alimentation
reflète les variations de potentiel des appareils régulée. Les montages
électrique du cerveau . Ces signaux, couramment employés sont les
découverts par Berger au début du amplificateurs à liaison directe (les

.•
o.
o.·
:.
:. :
.: •m
•.
siècle, sont de très faible amplitude
(quelques p.V à quelques dizaines de
p.V). On constate que I'EEG est forte·
ment modifié par les stimulus que
composants utiles du signal étant de
basse fréquence), les filtres actifs
ayant une fréquence de coupure ou
un zéro de transmission à 50 Hz, les
•c l'on peut appliquer au sujet : stimulus amplificateurs différentiels afin
tactile, auditif, visuel. Certains d'annuler par différence lés signaux
rythmes de I'EEG sont très affectés parasites captés simultanément par
Console de contrOle d'un tomodenslmètre. par le degré d'activité mentale ou le les deux entrées et amplificateurs à

53
ES IMPERATIFS DE SECURITE IMPOSENT DES
NORMES DE FABRICATION TRES RIGOUREUSES
découpage (choppers) pour éliminer numérique dite de corrélation permet sont également importantes. Entre
les composantes continues et les d'extraire un signal périodique noyé autres exemples, citons :
dérivés. Les Impératifs de sécurité dans le bruit. Une autre méthode - les effets thérapeutiques des
sur le plan électrique Imposent par· numérique, celle du << moyennage » radiations au moyen de stimulateurs
fols l'usage d'amplificateurs d'isola· est aussi très employée (après N à ondes courtes employés dans le
tlon. Dans une chambre de malade sommations d'un même signal bruité, traitement de certaines algies, le
toutes les masses des appareils élee· le rapport signal/bruit est augmenté ryonnement U.V. pour combattre le
triques devraient être reliées à un dans un rapport N). Il faut aussi sou· rachitisme, la radiothérapie (électre·
même point pour éviter les défauts ligner l'Importance de l'Informatique nique nucléaire) ;
de terre. Lors d'une opération 11 à dans l'aide au diagnostic, l'interpré· -pour le cœur, les reflbrillateurs et
cœur ouvert '' un courant de 50 p.A tation automatique en EEG, l'automa· les stimulateurs cardiaques ;
seulement Induit par le secteur sur le tisation des analyses, le calcul des - l'alde aux handicapés, prothèses
myocarde, peut provoquer la fibrilla· doses en radiothérapie, le choix de la auditives, prothèses de membres ;
tlon du cœur d'où l'importance de ce composition optima de médica· - le laser utilisé en chirurgie comme
problème. On comprend que des nor· ments, la recherche de la compatibi· scalpel lumineux par exemple en
mes rigoureuses régissent la fabrica· lité donneur-receveur pour une greffe ORL, neurologie, ophtalmologie, der·
tlon des appareils médicaux. d'organe et la gestion du dossier matologie, etc.
Les précautions s'avèrent parfois médical du patient. Les perspectives d'avenir de l'élee·
Insuffisantes et l'étude de certains SI l'électronique apporte une aide tronlque médicale s'annoncent très
signaux très faibles impose d'utiliser précieuse au niveau de l'analyse des riches. Les progrès dans ce domaine
des techniques de traitement du paramètres que l'on peut obtenir sur iront de pair avec les progrès de la
signal comportant l'usage d'un micro un malade, les applications de l'élee· médecine et de la technologie.
(ou d'un mini) ordinateur. La méthode tronique au traitement des maladies Gilles Bailly

64
' . ~ "
. - -

. . .
t f ._ ~ ·- -- •

UNE ALIMENTATION
2 x 20V/1A:LED3D
On vous a vus: dès que l'on évoque quelque montage à vocation alimentaire, de ceux qui ne sollicitent
guère vos phantasmes de créateurs, vous riez jaune. Ce que l'on sait aussi, c'est que dès que vous
aurez négligé de lire ce qui suit, vous vous rendrez dans votre bouclard favori vous procurer
votre jeu de piles hebdomadaire. Mesquins avec ça ! Pour en finir une bonne foi pour toutes avec
cette situation, voici un exemple de ce qu'il faut faire, agrémenté de circuits annexes qui seront utiles.
partir d' une uni- vanomètre, mais au niveau esthéti· LA REGULATION
que tension posl- que quelle différence, et puis c'est
live non régulée moderne.
d'environ 26 La tension continue appliquée à la
volts et un ampli LE REDRESSEMENT carte de régulation est comprise
entre 24 et 28 volts. Cette limitation
opérationnel LM
324, vous pour-
ET LE fiLTRAGE
.;;;..;...-=....:...:..:::..:...:..:.:;_;_.:::...=_ __ _ __ est imposée par le LM 324 qui ne
rez réaliser cette Rien de plus classique, comme pour peut soutenir une tension d'alimenta·
alimentation régulée, capable de toute alimentation, on fait appel au tian supérieure à 30 volts. Le schéma
fournir un courant de 1 ampère dans secteur. Un transformateur fournit de la régulation est proposé à la
une plage de tension comprise entre une tension secondaire de 18 volts figure 2.
0 et 20 volts. Elle deviendra l'appareil alternatifs. Cette tension est redres- Le LM 324 est un circuit intégré à 14
indispensable pour la plupart des sée par un pont de diodes et filtrée broches qui contient quatre amplis
maquettes que vous aurez à essayer. par un condensateur électrochimi- op identiques, on peut ainsi étudier
EIIe possède en plus une limitation en que de forte capacité, ce qu'indique une carte sur un circuit imprimé de
courant et un indicateur de sur- la figure 1. Le condensateur C1 peut faibles dimensions.
charge. La régulation est de ± 0,02 %. être un 2 200 "'F ou un 4 700 "'F. On L'ampli op A1 se polarise automati·
En supplément, nous vous proposons obtient ainsi une tension continue à quement, c'est un amplificateur à
un affichage numérique des tensions vide de l'ordre de 25 à 26 volts. courant constant qui délivre une ten-
de sortie et cela au dixième près ! Il Comme nous vous proposons une ali· sion de référence constante. Sa sor-
est vrai que, désormais, l'affichage mentation double, le transformateur tie, broche 1 du LM 324 dépend de la
numérique n'est plus un luxe, puis· doit posséder deux enroulements au tension Vz de la diode Zener Z1 :
que le prix de revient de ce module
n'est guère plus élevé qu'un bon gal·
secondaire. Notre choix s'est fixé sur
un torique 2 x 18 V/160 VA Vrél = V z~ + ~~ )

" 4

... -

Carte cc affichage , de la tension de sortie de l'alimentation Led 30. Que dea composants courants.

56
Elle est approximativement de 9 volts vers 02. Si la tenslon de sortie Vout est accepte au maximum 15 V à l'entrée,
avec les valeurs mentionnées sur le supérieure à celle désirée, la tension un pont diviseur est donc nécessaire
schéma de principe. en sortie de A3 diminue, polarisant la pour protéger la broche 11 de Cl-1.
L'ajustable RV1 et le potentiomètre diode 01 . Le CA 3162 contient un convertisseur
P1 servent de diviseur de tension. Ainsi l'ampli op réduit la tension de tension/courant avec un générateur
Une fraction de la tension de réfé· sortie Vout en modifiant la tension de de courant constant. Le convertis·
renee est amplifiée par l'ampli op A2 commande de l'étage Oarlington. seur convertit la tension d'entrée en
et l'étage de sortie Oarllngton. Avec Si la charge continue à croître, la sor· un courant qui charge un condensa-
le potentiomètre P1 en position maxi· tle de A3 devient suffisamment basse teur sur la broche 12, ceci afin de
male, on ajuste RV1 de façon à obte· pour indiquer. à travers l'amplifie a· déterminer un intervalle de temps. Le
nlr + 20 volts aux bornes de la résis· teur A4 et une diode électrolumines· convertisseur chargé, le convertis·
tanç:e R14. La tension de sortie Vout cente, une condition de surcharge. seur VIl est commuté vers un généra·
dépend de la tension de référence Le circuit peut être modifié, si le lee· teur de courant constant de polarité
prélevée sur le curseur de P1 et des teur le désire, en adoptant une autre opposée. Interviennent alors un com-
résistances R10 et R8. En posant Vt valeur de résistance pour R6. parateur et un compteur.
la tension de commande, la tension Avec le diviseur de tension R5/R6, la Le calibrage du circuit est effectué
de sortie Vout se définit ainsi : diode s'illumine pour un courant de par un oscillateur 786 kHz. Le signal
_ y, lB10 + R8) sortie supérieur à 1 ampère. est ensuite divisé par 2048 et sert au
Vout - R8 Les transistors de sortie T1 et T2 peu· multiplexage compteur, puis il est
vent être remplacés par un unique redivisé par 96 pour être appliqué au
Elle est maximale lorsque RV1 est en
transistor Oarllngton du type MJ multiplexeur qui oscille donc à 2 Hz
court-circuit, la totalité de la tension
1001. environ.
de référence se retrouve aux bornes
de P1, on obtient en sortie de l'ali· La structure interne des différents
mentatlon une tension Vout de L'AFFICHAGE étages du CA 3162 est schématisée à
22,5 volts. la figure 4. Le CA 3161 est un classl·
L'amplificateur A3 contrôle la régula· Il est basé sur l'utilisation de deux clr· que décodeurId river sept segments
tien du courant de sortie en fonction cuits intégrés de la RCA, le CA 3162 monolithique. Les afficheurs sont du
des variations de charges. Il compare et le CA 3161, ce qu'indique la type à anode commune, le multi·
la tension aux bornes de la résls· figure 3. Le CA 3162 est le cœur du plexage permet l'utilisation d'un digit
tance R13 (une résistance de faible montage, Il s'agit d'un convertisseur à la fois.
valeur) avec la chute de tension à tra- monolithique 12L A/0 pour 3 digits. Il L'ajustage RV1 permet de mettre les

57
LES BOUCHEES DOUBLES
Zl

..."5
-~
c
2
>
co Rl3
,,
N
0,470
...
N

RlO

lSOkO
R6 R8 Rl4 0/20V.1A
47k0 100k0 4 ,7k0 régula hon
!0,02 '/.

0 A1.A2 . A3 . A4 LM324 0
Fig. 2.

.-()-,
2N3053

+U LM324

Fig. t. Redressement et filtrage tl partir d'une tension alternative de tl volts. La tension continue disponible tl vide est de l'ordre de + 25 volts.

Fig. 2. La régulation nécessite l'emploi d'un circuit Intégré LM 324, deux transistors courants : 2N 3053 et 2N 3055. Le LM 324 est un bailler Dual ln tine tl
14 broches qui contient quatre amplis op. Identiques.

trois afficheurs à 000, tandis que RV2 teurs. Voyons tout d'abord les cir· des circuits intégrés, nous avons
sert au calibrage de l'appareil à partir cuits imprimés. cependant réussi à tout implanter sur
d'une tension continue connue appll· un circuit Imprimé simple face et
quée entre l'extrémité de A1 et la LES PLAQUETTES IMPRIMEES sans un seul strap !
masse Pour les deux autres circuits, pas de
La tension d'alimentation de ce Trois Implantations ont été étudiées problème particulier, l'implantation
module afficheur est de + 5 volts, pour cette alimentation et vous sont est beaucoup plus aérée.
elle est obtenue à partir de la tension proposées à la figure 5, bien entendu
redressée et filtrée de + 28 volts en toujours à l'échelle 1. CABLAGE DES MODULES
Intercalant un régulateur du type - en (a), nous avons le circuit
7805. En sortie de celui-ci, un con· cc redressement et filtrage ,, ; Si le circuit cc redressement et fil·
densateur C3 sert de découplage et - en {b), le circuit cc régulation ,, ; trage ,, est double et étudié de façon
supprime tout risque d'oscillation. - en (c), le circuit cc affichage ,,_ symétrique, les deux autres circuits
De la théorie, passons maintenant à Le circuit cc affichage ,, est assez ne reçoivent les composants que
la réalisation pratique de cette ali· complexe à reproduire, les liaisons pour une seule vole de l'alimentation.
mentatlon, ce qui intéresse sans sont fines (bande de 0,63 mm) et pas· Il faut donc, bien entendu, câbler
doute davantage de nombreux lee· sent fréquemment entre les pattes deux plaquettes cc régulation ,, et deux

58
KIT-LED 3D
E +28V

T3
MPSA55

T2
MPSASS

5 3 4 16 3.8 3.8
14 13
12
C2

Cl.1 Cl.2
~=~
~=~
CA3162 Ill 6
CA3161

14 Cl.l. Cl.5
TIL701 TIL701
Dlzam4!S Un1tés

plaquettes «affichage ••. Si nous


avons adopté cette solution, c'est
pour permettre aux lecteurs qui le
Fig. 3. + a désireraient de réaliser une alimenta·

e d + c pl
; E M S
7805
tlon simple 0 - 20 V/1 A.
Trois plans de câblage sont donc
publiés à la figure 6.
Tous les composants sont repérés
comme de coutume par leur symbole
électrique, seule la nomenclature en
TIL701 fin d'article permettra de connaître la
valeur nominale de chacun d'eux.
Alors à vos fers à souder !
6 9 1 2 1& 16

[ r
1
--
Il Ï î
to\llllplt119f
compltur
r--
Mulllpltatur a 1

4
5
LE COFFRET
Nous avons utilisé un Retex·box série
J
1
1
Octobox portant la référence 7758.
10

Il 0eonv:;r- .•
'
DMseur
par2048 -- OlviMur
parti
Ce coffret muni de poignées donne
un petit aspect professionnel à notre
réalisation , sans oublier, bien

r
Comparattur entendu, l'affichage numérique des
deux tensions de sortie.
Nous donnons en figure 7 quelques
GfMraltur
courant - a.niraMIIr
dt ltniiOft
Oaclllaltur 1
786kHz 1 ~ ~· w. 6
cotations pour les différents perça·
ges à effectuer dans les faces avant
c:onstanl
CA3162 11 et arrière. En 7(a), il s'agit de la face
avant. Le travail le plus délicat con·
Fig. • .
13
siste à découper deux fenêtres de 50
x 25 mm, mais nous savons que les
lecteurs ont de la patience et sont
Fig. 3. l 'affichage numérique de la tension de sortie, un réel progrès technique et esthétique. soigneux. Pour le reste, pas de pro·
Son coOt est sensiblement le même que pour celui d'un bon galvanomètre, alors pourquoi s'en blême particulier, il s'agit de simples
priver ? De plus l'affichage de la tension de sortie se fait Ici au dixième près 1 perçages, même s'il faut forer deux
fois à un diamètre de 10 mm.
Fig. - · Structure Interne du CA 3162, le cœur dela carte " affichage 11. Le CA 3162 est un conver· Le travail de la face arrière est égale·
tisseur monolithique 11 l A/ D pour 3 digits.

59
LES BOUCHEES DOUBLES . . _...... .. ..-·...
~ ~· _ ____,._::::.~-

Afficha ge
0 0 0
+

Fig. 5(c).

[!lo Régulation

:1 -
+
0
ruÙtc. ]~ +

::~••Il]
0

Fig, 5(b).
-
0 o8 ~t 0 0
l

Il
l

p
1
Fig. 5(a).

Fig. 5. Trois circuits Imprimés publiés bien entendu è l'échelle 1. La carte cc affichage" est assez délicate è reproduire, de nombreuses liaisons pas-
sant entre les pattes des circuits Intégrés. Les cartes cc régulation , et cc redressement-filtrage , par contre ne posent aucun problème de reproduc-
tion, même avec un stylo marqueur.

ment assez simple, seulement des afin de faciliter l'évacuation thermi- La fixation des modules << affichage ,.
perçages, ce qu'indique la figure que. se falt de la façon suivante :
7(b). Il faudra tout de même travailler Cette race arrière reçoit également Une plaquette de plexiglass de 70 x
avec précision, surtout au niveau du les deux modules cc régulation ,, suré· 35 mm environ est collée contre les
positionnement des deux transistors levés par des entretoises de 10 mm. afficheurs TIL 701 pour être ensuite
en boîtier T03. Un perçage à un diamètre 10 mm collée contre la face avant du coffret
permet de fixer un passe-fil qui lais· Retex. Utiliser de l'araldite pour ces
EQUIPEMENT DU COFFRET sera le passage au cordon secteur. opérations. Les modules sont ainsi
LA FACE AVANT solidement maintenus et aucune vis
LA FACE ARRIERE n'apparaît sur la face avant, ce qui
La face avant reçoit quant à elle, les
La face arrière reçoit les deux tran· est beaucoup plus esthétique.
deux potentiomètres qui permettent
slstors de puissance. Etant un profilé la variation des tensions de sortie, les LE FOND DU COFFRET
d'aluminium, elle va servir de dissipa- quatre bornes de sortie, trois diodes Il permet d'y fixer le transformateur
teur. Il faut, bien entendu, Isoler les électroluminescentes et un interrup· d'alimentation et le module << redres-
deux 2N 3055 par un Intercalaire ~n teur de mise sous tension de l'appa- sement et filtrage n. Ce travail se
mica enduit de graisse au silicone reil. passe de commentaire.

60
KIT-LED 3D
18 vrv

,-,-
- 1_1 ~
__,__ ,_,_,_- __.
1 1
C B E
T2. "9-
n ;;-
TJ -9"-
Cl6
o0
0
So o( eo
0

Cl3 Cl4 Cl5


t 0

~G~:3 ,q 3

R2 ~o~
~1 u C2
RV2 ~
Fig. &(c).
T2
-----"-
D ,...

rn
8 C+ E

~
• 0 ·1.__S_o-o,__, 0
Fig. 6(b). P1 Fig. &(a). 18 Vf\,J
Fig. &. Trois plans de cftblage précis qui ne peuvent que conduire à la réussite de la réalisation de l 'alimentation Led 30. tes composants sur les car·
tes sont repérés par leur symbole électrique, Il suffit de se reporter à la nomenclature pour connertre la valeur nominale de chacun d'eux.

ment des modules << régulation ,, et LES MODULES« AFFICHAGE,


INTERCONNEXIONS les régler pour une tension de sortie
DES MODULES On alimente l'un des modules << affi·
maximale de + 20 volts. chage ,, à partir de la tension non
Il serait fastidieux de décrire toutes LES MODULES" REGULATION , régulée + 26 volts. Les afficheurs
les opérations de câblage de fil à fil, s'Illuminent et Indiquent n'importe
un bon schéma de câblage parle On vérifie tout d'abord que l'on appli· quoi. On effectue le réglage avec le
beaucoup mieux. Ce schéma vous que bien une tension de l'ordre de + potentiomètre multltours RV1 pour
est proposé à la figure 8 et devrait 26 volts à l'entrée des plaquettes de que les trois TIL 701 affichent 000 (il
vous permettre de construire votre << régulation>>. On tourne les deux faut avoir pris soin de mettre l'entrée
alimentation sans rencontrer d'obsta· potentiomètres à fond dans le sens à la masse).
cie. Afin de minimiser les risques des aiguilles d'une montre et on relie Relier ensuite l'entrée de la carte
<< affichage 11 au + rég. de la carte
d'erreur, utiliser pour les intercon· les bornes de sortie d'une vole de
l'alimentation à un multimètre. Avec u régulation ,, et régler RV2 pour obte·
nexlons des fils de câblage en nappe.
Dans un premier temps, les modules l'ajustable RV1, on fait en sorte de nlr la lecture 20 0, ce qui Indique une
<< affichage ,, ne sont pas reliés, Il faut lire + 20 volts. Il faut réaliser la tension de + 20 volts en sortie de
auparavant tester le bon fonctionne· même opération sur la deuxième voie. l'alimentation. Répéter ces mêmes

61
LES BOUCHEES DOUBLES ·
~ des Cl Régulation

1
~ ........
------------------~-- r--~------------,
1 1
1
1
1
1 0
1
o: 1 0 o-4x.$d4
o--2x$113 0
1
1

1
0 1
1 0
t____________________ J 1
1
1

~--- - - -- - -- ------- --- - J


b~======================================================~

~ ~3
• v --o 0 0
0 0 ()
~6 0

~ CD
N

...
Il)
.
40 50 50 40
a
Fig. 7(b). Perçages de la face arrière du coffret. Il faut travailler avec précision le positionnement des deux transistors en boitler TO 3 (utiliser
l'Intercalaire mica). (a). Parcages et découpes de deux fenêtres dans la face avant du coffret.

Disposition des deux modules cc ré gulatlon , et des deux transistors 2N 3055 sur la face arrière du coffret.

opérations avec la deuxième carte Comme nous l'avons souligné en ampère, lors surveillez vos petites
<<affichage,,, C'est terminé, l'alimen- début d'article, l'ampli op A4 est LED rouges 1 Vous avez maintenant
tation Led 30 est prête à rendre de polarisé de telle sorte qu'il Indique entre les mains de quoi essayer tou-
multiples services aux lecteurs qui en une surcharge lorsque le courant de tes vos maquettes, ou presque.
auront entrepris la réalisation. sortie dépasse une valeur de 1 Bernard Duval

62
KIT-LED 3D
N
t:

1 1 13
"'
z
tl:
0
...__...(+ ...

10

-0 -Cfi[J- -LED- :~.,


u
0;:: ~ f::! ~ .,

:çJ ®~ ~~
~ ~

.G~ ~· .
CD

-Q![J-

-=- -Qfr (llilo


-Dfr
--cru- • :l
f -ciD-~~~~ 1 1 15
0

-...
::=
-'5
"'
or
:::0
1 1 1ü
.,
G
"'
Fig. 1. Interconnexions des modules de l'alimentation Led 30. Utiliser de préférence des fils de cAblage en nappe pour éviter les erreurs.

63
LES BOUCHEES DOUBLES

Vue Interne de l 'alimentation Led 30. On y distingue les deux cartes u affichage u , la carte '' redressement et filtrage u et en premier plan tes deux
transistors de puissance 2N 3055 Isolés du coffret par des Intercalaires mica.

Prix indicatif de la pochette du circuit imprimé (verre époxy · 70 ,..) : 174,00 F TIC chez votre revendeur ou écrire à la revue.
Il nous est Impossible de préciser le prix des composants qui peut varier d'un point de vente à l'autre. Nous attirons tou·
tefois votre attention sur le fait ue la qualité doit rester dans les normes indiquées.

NOMENCLATURE DES COMPOSANTS

CARTE cc REDRESSEMENT ET FIL· • Résistance bobinée 3 W • Condensateurs


TRAGE Il R13. 0,47 n C1 · 10 nF
2 ponts redresseurs 200 V/4 A • Résistance ajustable C2 · 0,27 p.F
2 condensateu rs 4 700 p.F/40 V Fel· RV1 · 4,7 kO C3 · 1 p.F/10 V tantale goutte
sic C038 • Semiconducteurs
· 2 condensateurs 470 nF/100 V • Potentiomètre
P1 · 10 kO Cl1 ·CA 3162
2 porte-fusibles pour circuit Imprimé Cl2 ·CA 3161
0
2 fusibles 1,5 A Semiconducteurs T1 · MPSA55
1 résistance 2,2 k0 /2 W (A1 · A2 · A3 · A4) LM 324 T2 · MPSA55
T1 · 2N 3053 ou 2N 171 1 T3 · MPSA55
T2 · 2N 3055 (avec accessoires d'iso· C13 · TIL701 ou MAN 6660
CARTE cc REGULATION , lament) C14 · TIL701 ou MAN 6660
• Résistances 1/2 W ± 5 % Z1 · diode Zener 1,3 W/6,2 V C15 · TIL701 ou MAN 6660
R1 · 2 kO D1 · 1N 4148 C16 · Régulateur 7805
R2 · 4,7 kO D2 · 1N 4148
R3 · 10 kO LED · diode led rouge diamètre 3 mm • Dissipateur pour Cl6
R4 · 4,7 KO DIVERS
R5 · 22 kO Coffret Retex série Octobox réf. 7758
R6 · 47 kO CARTE cc AFFICHAGE , Passe· fil
R7 · 62 kO • Résistances 1/4 W ± 2 % Cordon secteur
RB· 100 kO R1 · 1 MO Transformateur 2 x 18 volts/160 VA
R9 · 3,9 kO R2 · 10 kO Diode LED verte diamètre 3 mm
R10 · 150 kO R3 · 10 kO Interrupteur M/A
R11 · 10 kO • Potentiomètres 10 tours 4 bornes de sortie (2 rouges + 2 noi·
R12 · 1 kO RV1 ·50 kO res)
R14 · 4,7 kO RV2 · 10 kO Plexiglass rouge
FILTRE ACTIF
UNIVERSEL LED 3E
En se basant sur le schéma de principe adopté lors de l'étude de notre générateur à très faible
distorsion Led 18, décrit, rappelons-le dans le premier numéro, il est possible à partir de celui-ci
en y apportant quelques petites modifications, de réaliser un filtre actif universel basse fréquence.
Ce filtre réglable dans une bande de fréquence comprise entre 25 Hz et 20 000 Hz est
d'une simplicité exemplaire, car réalisé à partir d'un unique circuit intégré TL 074 de Texas
Instruments. C'est pourtant un filtre multi-fonctions : passe-haut, passe-bas et passe-bande.

e réglage pour cha- · par l'utilisation du clrçuit intégré DIL bles malgré un prix très abordable.
cun de ces filtres 14 broches TL-07 4 de la firme améri- Les caractéristiques sont détaillées
s'effectue sur 30 fré- caine Texas Instruments. Ce circuit sur la figure 1. Le circuit offre plu-
quences, en trois intégré contient en effet quatre ampli- sieurs avantages. Il se présente
gammes. Ce filtre flcateurs opérationnels lndépen- comme sur la figure 2. Composé d'un
sera d'une grande dants. aux performances remarqua- circuit Inverseur de phase et de deux
utilité pour toutes les
mesures en basse
fréquence. Sur le plan de la distor-
sion, c'est également un filtre exem-
plaire, le taux de distorsion ne dépas·
sant pas 0,002 %. Il peut donc
s'associer au générateur à très faible
distorsion sans diminution de perfor-
mances.

LE CIRCUIT

Le circuit employé utilise trois ampli-


ficateurs opérationnels montés en fil-
tre et un circuit buffer d'entrée,
lequel est muni d'une protection de
surmodulatlon. Le circuit est de type
'' state variable», de principe ldenti·
que à celui employé sur le générateur
basse fréquence à très faible distor·
sion, mis à part, bien sOr, les quel·
ques modifications nécessaires pour
la transformation en oscillateur.
La réalisation pratique du montage Disposition des modules è l'lntér1eur du coffret. Le module cc filtre actif >> est fixé près du commuta-
va se trouver énormément simplifiée tour multiplicateur de fréquence, assez éloigné du transformateur pour éviter les rayonnements.

68
BANDES A PART

circuits comparateurs <<miroir 11, on d'atténuation. Elle pourra, en fait, nant un seul amplificateur par boîtier
obtient les avantages suivants : être amortie par un réglage de sur· ne convient malheureusement pas, le
-possibi lité de rég lages lndépen· a
tension qui se calcule selon la for· gain en boucle fermée devant être
dants du gain, de la surtension a, de mule: supérieur à 5. Le CA 3140, de struc·
la fréquence de coupure ; ture MOS·FET est trop bruyant. Le
- accès à trois types de filtres : 4558, de prix très abordable, possède
passe·haut, passe·bas, passe· par contre des dispersions notables
bande; du fr. Seuls, le LF 356 et le TL·07 4
-grande stabilité de fonctionne· lequel s'ajuste indépendamment de peuvent convenir. Le TL·074 conte·
ment ; la fréquence. En donnant à R3 et R4 nant quatre amplificateurs opération·
-très faible taux de distorsion. des valeurs fixes et en jouant seule· nels à faible bruit, au fr de 4 MHz,
La figure 3 montre le circuit sous un ment sur la valeur de RO, le gain reste dans un seul boîtier, le choix se porte
aspect différent. On remarque un clr· constant et RO joue uniquement sur donc sur cette référence, d'origine
cult amplificateur muni d'une contre· la valeur de la surtension a. Texas Instruments. Son prix est,
réaction (R6) et deux circuits Le gain en boucle ouverte des ampli· d'autre part, très accessib1e.
<<miroirs>> montés sur une boucle ficateurs opérationnels est en géné· Le circuit étudié a pour particularité
générale de contre·réaction. Sur le rai assez grand pour que leur applica· que son impédance d' entrée va
second circuit « miroir)), on note les tion soit possible en montage << state influer sur les fréquences de cou·
éléments R2·C2 déterminant globale· variable>>. Cependant, à partir d'une pure. Un circuit d'attaque « buffer »
ment une coupure semblable à celle certaine fréquence, le niveau chute à est donc indispensable. Vu que trois
de la figure 4. raison d'une atténuation de amplificateurs sont utilisés pour le fil·
Les résistances R4 et R6 de contre· 6 dB/octave. Selon les circuits inté· tre, le quatrième servira donc en
réaction partielle limitent le gain du grés employés, la fréquence de cou· étage buffer, ce qui permet de loger
circuit principal et améliorent la pure fr varie. Elle correspond à la fré· tout le circuit dans un seul circuit
linéarité en boucle fermée. quence procurant un gain de 1. Si fr intégré.
L'ensemble des circuits apporte les est de 1 MHz, le gain à 20 kHz doit En apparence, le circuit buffer ne doit
trois types d'atténuation recherchés, être de l'ordre de 50. Pour le circuit pas poser de problème. Ce qui n'est
à raison d'une pen te de étudié ici, le cho1x doit donc se porter pas tout à fait exact. Ce circuit doit
12 dB/octave. Pour les filtres passe· sur un circuit à faible bruit, au f1 être stable, absent de distorsion pro·
haut et passe-bas, on remarque une élevé. pre ou presque. Il doit aussi être pro·
résonance juste avant la fréquence Le LF 357, au fr de 20 MHz, conte· tégé car une tension d'entrée trop

69
BANDES A PART
élevée (supérieure à celle de l'ali- Les résistances sont de type film
mentation) peut détruire le circuit. métallique, à faible bruit de tolérance
La figure 5 montre la différence d'uti· Alimentation ± 18 v 2 à 5 %. Leur remplacement par des
lisation de l'étage butter. En A, Dissipation 625mW résistances au carbone de tolérance
méthode classique, en 8, méthode 10 % apporterait une augmentation
employée ici. A 10 kHz, la méthode 8 Température sensible du bruit au dessous de 2 V
est nettement plus favorable en dis- de fonctionnement 0 70°C (signal de sortie), des risques d'insta·
torsion, celle-cl étant inférieure. à Impédance d'entrée 10• n bilité et des filtrages irréguliers en
0,0015 % entre 1,5 et 9 V. Deux dio· niveau et en fréquence.
Slew rate 13 V/~s
des de type 1N 4148 (diodes de com- Le TL-074 employé possédant une
mutation) protègent l'entrée contre Bruit résiduel 18 nV/Hz fréquence de coupure fr moyenne, le
des niveaux excessifs. En A, on cons· gain et l'amortissement 0 ne suivent
tate, malgré un taux de contre· plus exactement les formules. Une
réaction très élevé, une caractéristi· correction à cet inconvénient est
que de distorsion supérieure à la apportée en mettant en parallèle sur
méthode B, la différence étant due à R5 une petite capacité comprise
des imperfections du travail de entre 20 et 50 pF. Les TL-074 ayant
l'étage différentiel aux fréquences eux-mêmes une certaine dispersion
élevées sous un niveau de sortie TL. 074 vu de dessus de leur fr, une valeur de correction de
supérieur à 2 V. 40 pF a apporté le meilleur compro-
Dans le cas A comme B, pour un mis. Cette valeur est cependant criti·
niveau Inférieur à 2 V, on remarque Fig 1. Circuit intégré TL-074 C (Texas). Carac- que et Il ne serait pas question de la
une augmentation de la distorsion téristiques et brochage. remplacer par 50 ou 100 pF, ce qui
due cette fois au bruit résiduel. Dans modifierait le gain.
le cas B. la résistance série montée En parallèle sur R6, on remarque une
en entrée doit être de qualité, genre CONSTRUCTION petite capacité de 10 pF, introduite
film métallique faible bruit. Une ici pour éviter un risque d'oscillation
valeur de 10 kO a été choisie Ici, Comme pour le générateur BF à très H.F.
compte tenu de ces exigences. faible distorsion décrit dans le La régularité des atténuations est
numéro 1 de Led, les valeurs de R1 obtenue à 0,5 dB près. Pour une
CALCUL DU COEFFICIENT et de R2 seront étalonnées sur dix grande régularité, il aurait été néces·
valeurs et celles de C1 et C2 sur trois saire d'employer des résistances et
DE SURTENSION Q valeurs, ces dernières étant multipli· capacités aux tolérances plus ser-
Vo étant la tension d'entrée du signal, catrices de 1, 10 ou 100. On obtient
rées ( ± 0,5 % par exemple) et sur-
Vs la tension obtenue à la sortie du fil· ainsi dix fréquences sur trois gam- tout des capacités (0,1 p.F, 10nF,
tre passe-bande, la réponse du filtre mes, entre 25 Hz et 20 000 Hz, soit 1 nF) de haute qualité (très faibles
s'établit comme suit: trente fréquences, conformément au pertes).
tableau de la figure 7. Sur l'amplificateur opérationnel TL·
R1 et R2 étant deux séries identi·
(12..) 1
ques, ces résistances se montent
074, au niveau des broches 4 et 11
Vs V 1 + oz (l- fo) 2
fo f directement sur un sélecteur rotatif
(alimentation) on ajoute un décou-
plage (0,022 à 0,1 p.F), vu que les con-
Le filtre passe-bande étant en 1/3 douze positions (bloqué sur dix posi- nexions du + et du - au circuit
d'octave, on a: tions). composé d'un circuit, deux imprimé de l'alimentation ont une
galettes, douze positions. Ce qui était certaine longueur.
_f - 2:t116 le cas du générateur BF.
fo- Un circu1t imprimé contient tous les
pour une coupure à - 3 dB, comme C1 et C2, trois paires, seront de éléments du circuit, mis à part les
le montre la figure 6, d'où : .valeurs 0,1 p.F x 2, 10 nF x 2,
deux jeux de dix résistances (Rl et
1 nF x 2. On doit trier les tolérances R2) se montant sur le sélecteur dix
1 de ces capacités et il faudra se tenir positions. On le trouvera sur la
à
\1""2 v 1 + Q2(2 611-2 11~2
une tolérance égale ou inférieure à
5 %. Ces capacités n'étant pas nom-
figure 8.
ce qui donne pour Q une valeur de : breuses. un tri au capacimètre et
=
Q 4,3185 l'emploi de résistances de faible tolé·
R3 étant égal à R4 , le rapport R4/RO rance 2 à 5 % permettront de prédé·
sera de 6,637. Les valeurs consé- terminer avec une bonne précision
quentes choisies ont été finalement les fréquences de coupure. Les con·
J; alimentation est
séparée du circuit
principal, elle est
en tous points Identique à celle
de: densateurs sont du genre polyester, employée sur le générateur BF du
RO = 1,5 kO mals ils peuvent aussi être du genre numéro 1 de Led.
R4 = 10 kO polystyrol, polypropylène. Le transformateur d'alimentation, à

70
KIT-LED 3E
R12 R23
S,lkO R24

AI.A2 . A3 .A4 , TL074

Sl.a

RJO.Ikll

R4 R31.1kll

lOkO
R7 R32.1k0
I,Skll

Cl
20à SOpF
A. Passe. haut
B Passe. ~
.!SV
c Passe. bas
0

lnl

220V
rv

.~
t. xiN/.003

2. Schéma du filtre passe-haut. passe-bas et passe-bande.

71
. BANDES A PART

RS

RJ

RO
Etage Butler
(CR locale)
d'isolement
'--- - - - - -- - - - - - - - - - - - - - <>Pa:s.s e.haut

·Fig. 3. Aspect schématique du filtre.

·~ ·i

f(Hz) f( Hz) f(Hz)


Passe-bas Passe.bande Passe- haut

Fig. 4. Trois types de coupures obtenues 6 partir du circuit.

lar r de bande

MULTIPLI CATEUR

x1 ·X 10 x 100
2f : 1,122
25 250 2 500
2"~': 0,390 32 320 3 200
40 400. 4 000
50 500 5 000
64 640 6 400
80 800 8 000
100 1 000 10 000
125 1 250 12 500
160 1 600 16 000
200 2 000 20 000
to
Fig. 7. Tableau des fréquences de coupure
Fig. 6. Caractéristiques du filtre passe-bande. obtenues entre 25 Hz et 20 000 Hz.

72
KIT-LED 3E
2x
1N4148

Fig. 5. Etage buffer d'entrée et protection.


Avantage du circuit utilisé sur l'étag e buffer Circuit utilisé
-lSV classique cc voltage follower n.
Circuit courant · voltage toltower'

0,01
9 f-
a
7 1-
6
5
4
1
s 3
'/
~9
'ill

1~ '
1
!o-. ~
~
-
, ~ ...
0,001
9 "uit~S# L
8 - -
7 - - ·--
6 -- .
5

4 - ~ 1-- - i- •·

Gros plan sur le commutateur de frèquances 2 3 4 'i 6 8 10 Interconnexions du module cc filtre actif ,, au
10 positions. tt'I'ISion œ SOl' li~ (v> multiplicateur de f,.quence.

faibles fuites magnétiques, possède positions (dont un à deux circuits applications seront réservées à la
un secondaire de 2 x 15 V (alterna· trois positions). L'un est utilisé pour basse fréquence. Du côté mesures,
tin. Le circuit ne consomme que la multiplication de fréquences, soit elles sont nombreuses.
10 mA. Le secondaire doit être de x 1, x 10, x 100. L'autre sert à - Générateur BF suivi du filtre :
l'ordre de 100 mA à 1 A, ce qui cor· sélectionner les filtres : passe-haut, a) élimination du bruit de fond per-
respond à un modèle de petfte taille. passe-bande, passe-bas. mettant une meilleure visualisation
On peut encore relier le circuit à une Les repères sur le schéma théorique sur l'oscilloscope, grâce au filtre
alimentation séparée. Une liaison et sur le circuit imprimé permettent passe-haut ;
externe de 20 à 50 cm ne devrait pas un repérage pratique entre les cir· b) élimination des parasites HF grâce
poser de problèmes. Cependant, vu cuits imprimés et les composants à l'emploi du filtre passe-bas:
la taille et le prix de revient de l'ali· fixés sur la face avant du montage. c) réduction de la distorsion propre
mentation, il est beaucoup plus prati· Monté correctement, le circuit doit du générateur lorsque le filtre passe-
que d'incorporer celle-ci dans l'appa· fonctionner sans aucun problème. bande est calé sur la même fré-
re li. Aucun réglage n'est nécessaire. quence que celle du générateur BF :
CABLAGE ET REGLAGES N'oublions pas que le rapport d) recherche des harmoniques conte·
signal/bruit du circuit voisine 100 dB, nus dans un signal sinusordal grâce
EVENTUELS une performance qu'il se doit de pré· au filtre passe-bande.
Le circuit contenant tous les élé· server une fois le montage terminé. - Mesures acoustiques, grâce au fil·
ments du filtre est monté su r un clr· tre passe-bande. Dans ce cas, le fil·
cuit imprimé que l'on place près du APPLICATIONS tre doit être précédé d'un micro·
sélecteur deux galettes dix positions. phone de bonne linéarité et de cir·
ue part et d'autre de ce sélecteur se Le filtre et ses trois types de coupure cuits préamplificateurs. La sortie du
trouvent deux autres sélecteurs trois travaillant entre 25 et 20 000 Hz, les filtre est reliée à un système d'affi·

73
1

--------------------------------------------------------------------------------------
..

BANDES A PART

021 •
Led
n• 3.E
Filtre B.F.
universel

0 o S oB 0 1
- --·- -
1 0

2x :15V P(TR1) s
0

J Led 0
PM L\:r 0 0 p
0 0

0
220

~~
0 n• 3. E

0
lnt c
0 -o 0
-@LI]- -LQLI} o
IC2--{]lD-
~+0-
-[El}- -m;n- •
0 5; ~ 17 0
led
+ 0

oC15 •
o- ~16 ~ o.
0
-- C14 + lo à >
0
Alimentation ±15V
" 1 • • C18 0 -
,__ IC3

Fig. 1. Circuits lmprlmlls et plan de clblage du filtre actH universel.

chage par galvanomètre ou diodes On peut aussi associer le filtre à un filtres, 30 ou 60 circuits Intégrés et un
LED. Le signal acoustique capté par microphone étalonné suivi de préam· nombre de diodes LED compris entre
le microphone peut provenir d'une plificateurs et faire suivre le filtre 300 et 600, pour en faire un véritable
enceinte acoustique: disque de fré· passe-bande d'une lecture par dio· analyseur en temps réel.
quences, bruit rose. Le filtre passe· des électro-luminescentes, ce qui en Les applications de ce petit circuit
bande permet alors de mesurer, en fait un analyseur en temps réel en 1/3 sont donc fort nombreuses et ses
tiers d'octave la linéarité d'un d'octave ajustable entre 25 et 20 000 performances sont telles qu'il est
système électro-acoustique, d'une Hz, un sonomètre en bande étroite, le possible de l'associer à un appareil
enceinte, l'acoustique d' une pièce, la tout pouvant être portable. Cette de mesure de très haute qualité.
directivité d'un haut-parleur et bien solution est infiniment plus économl·
d'autres applications. que que celle consistant à utiliser 30 Jean Hlraga

74
KIT-LED 3E

.
20 10

10 5

0 0
10
Multiply Freq. Scale by: _ _ __ _ __ -
( 161 2 1 21.12 )

Courties de réponse du filtre actif utilisé en conflturatlon cc passe-bande , pour les trente fréquences commutables. Remarquer la relative exactitude
des fréquences d'Intervention en regard des tolérances sur les composants, condensateurs en particulier. La sélectivité, du filtre, assez moyenne,
permettrait son utilisation au sein d'un système d'analyse spectrale sommaire (appareils portatifs).

Prix indicatif de la pochette du circuit Imprimé (verre époxy· 70 JAl : 66,00 F TTC chez votre revendeur ou écri re à la revue.
Il nous est impossible de préciser le prix des composants qui peut varier d'un point de vente à l'autre. Nous attirons tou-
tefois votre attention sur le fait que la qualité doit rester dans les normes indiquées.

NOMENCLATURE DES COMPOSANTS

• Résistances è couche métalll· • Condensateurs non polarisés • Diodes


que 1/2 W C1 · variable 20 à 50 pF D1, D2 · 1N 4148
R1 · 10 kO 5 % R24 · 3,9 kO 2 % C2 · 10 pF 50 V céramique D3, D4, D5, D6 · 1N 4003
R2 · 10 kO 5% R25 · 3,3 kO 2 % C3 · 0,1J.tF 100 V mylar D7, DB· 1N 4003
R3 · 10 kO 5% R26 · 2,7 kO 2 % C4 · 10 nF 100 V mylar Diode LED% 3 mm
R4 · 10 kO 5 % R27 · 2 kO 2% CS· 1 nF 100 V mylar • Transformateur
AS· 10 kO 5% R28 · 4,7 kO 2 % C6 · 0,1 I'F 100 V mylar Primaire 220 V/30 VA
R6 · 10 kO 5 % R29 · 3,3 kO 2 % C7 · 10 nF 100 V mylar Secondaire 2 x 15 V
R7 · 1,5 kO 5 % R30 · 1 kO 5 % C8 · 1 nF 100 V mylar
• Sélecteurs rotatifs
R8 · 12 kO 5% R31 · 1 kO 5 % C1 0 · 0,1 J.tF 100 V mylar
R9 · 10 kO 2 % R32 · 1 kO 5% C12 · 0,1 I'F 100 V mylar S1 · 2 galettes, 1 circuit, 12 posi·
R10 · 8,2 k!l 2 % R33 · 4,7 kO 5 % tians
R11 · 6,8 k!l 2 % • Condensateurs polarisés S2 · 1 galette, 4 circuits, 3 posi·
R12 · 5,1 KO 2 % C9 · 4,7 J.tF/35 V tantale goutte tians
C11 · 4,7 J.tF/35 V tantale goutte S3 · 1 galette, 4 circuits, 3 posi·
R13 · 3,9 kO 2 %
C13 · 2 200 J.tF/25 V tians.
R14 · 3,3 kO 2 %
R15 · 2, 7 kO 2 % C14 · 2 200 ~-tF/25 V • Divers
R16 · 2 kO 2 % C15 · 1,5 p.F/35 V tantale goutte 1 interrupteur marche-arrêt
R17 · 4,7 kO 2 % C16 · 1,5 p.F/35 V tantale goutte 1 fusible - 1 A
R18 · 3,3 kO 2 % C17 · 1 p.F/35 V tantale goutte 1 porte· fusible
R19 · 12 kO 2 % C18 · 1 p.F/35 V tantale goutte 2 prises Cinch, femelle pour châs·
R20 · 10 kO 2% • Circuits Intégrés sis
R21 · 8,2 kO 2 % A, à A4 · Tl·074 1 coffret ESM réf. ET 24/1 t
R22 · 6,8 kO 2 % IC2 · 78 L 15 1 passe-fil
R23·5,1k02% IC3 · 79 L 15 1 câble secteur

75
MINI GENERATEUR BF: LED 312
••
SINUSOIDES .

SOUS TENSION Apparus assez récemment, les OTA, amplis op


à transconductance, se révèlent bien prometteurs quant
au nombre d'applications qu'ils permettent. En effet, la majeure partie
des circuits linéaires rencontrés en basse fréquence peuvent être bâtis autour
de ces dispositifs. De plus, de nombreux circuits non linéaires (réducteurs de bruit,
oscillateurs ...) qui nécessitent habituellement quelques composants actifs
extérieurs, peuvent être traités à l'aide d'un seul OTA. C'est
le cas du VCO par exemple. Par la suite nous décrirons
d'autres montages usant de cette technique.

RA
2oon
e mini-générateur BF est basé des entrées différentielles et un push entrer trop dans les détails, disons

L sur l'utilisation de deux circuits


Intégrés LM 13 700 montés en
oscillateur et commandés en tension.
pull de sortie.

LE LM 13700
que la paire différentielle 04 et 05
forme un étage à transconductance
de telle sorte que le rapport de leurs
Le LM 13 700 est composé de deux courants collecteurs soit défini par la
amplificateurs à transconductances La figure 1 donne le schéma interne tension différentielle d'entrée accor-
contrôlés en courant, chacun avec de l'un de ces amplificateurs. Sans dant la fonction de transfert :

76

mandé en tension (VCO) de bonne inférieur à 1 %. La tension d'alimen-


qualité, ce qu'indique la figure 3. Uti· tatien est de ± 15 volts et la tension
lisant deux LM 13 700 avec trois des de commande Vc est prélevée à par-
1~'\ _Jj\ amplificateurs montés en filtre tir de celle-ci, comme l'indique la
passe-bas et le quatrième en figure 4.
·1'--, ,~ · ~/ limiteur/inverseur, le circuit oscille à -------------
; - \ / \ 1 la fréquence à laquelle le déphasage REALISATION DU V.C.O.
est de 360°, ou 180° pour l'inverseur 20HZ. 50 KHZ
/ \ 1 \ 1 et 60° par étage de filtre.
\_/ v Le VCO fonctionne entre 20 Hz et
50 kHz avec un taux de distorsion
LE CIRCUIT IMPRIME
Une implantation est proposée à la
Olill O"UliOU I I IU..UCOtiOIC1uct ...... lfM I

Signal 6 1 kHz : 0,5 Y/division et signal de


distorsion : 50 mY/division.
KT ln 15
Vln _- q 1;"
où V," est la tension différentielle
d'entrée, KT/q approximativement de
26 mV à 25°C et 15, 14 les courants
collecteurs des transistors 05 et 04.
Les transistors 01 et 03 avec la
diode 01 forment un miroir de cou-
rant, lequel oblige la somme des cou-
rants 14 et ls à être égale à IAsc• ou IAsc
est le courant de polarisation de
l'amplificateur, appliqué à la broche
- '""'" '""'"
du gain.
Les amplificateurs opérationnels à
transconductances {OTA) sont extrê-
mement utilisés pour réaliser des fil·
tres contrôlés en tension. Avec le LM
13 700, on a l'avantage de disposer
des étages buffers nécessaires à
l'intérieur du circuit intégré.
Le filtre passe-bas commandé en ten-
sion de la figure 2 travaille en amplifi·
cateur à gain unitaire aux fréquences
inférieures à la fréquence de cou-
pure. celle-ci étant le moment précis Fig. 1. Structure Interne du LM 13 7110. Un boftler contient deux amplificateurs 6 trensconductance.
qui détermine l'égalité entre Xdgm et
le gain en boucle fermée RIRA. Pour
les fréquences supérieures, le circuit +15V

atténue le signal d'entrée avec une iAëc


pente d'atténuation de 6 dB/octave.
Entrë~ 100k0
La fréquence de coupure à - 3 dB Von
est déterminée par la relation :
f _ RA.gm Sortte
0 - (R + R..,)2?r.C ' - o - r - --o Vo

où gm est égale à 19,2 IAec à la tem-


pérature ambiante.
10k0
FONCTIONNEMENT
DU V.C.O. fo a RA .gm
(R+RA)2n.C
Ce filtre passe-bas peut être utilisé
pour réaliser un oscillateur corn- Fig. 2. Filtre passe-bas command6 en tension.

77
MINI GENERATEUR BF: LED 312
Commande R20
t 15V Vc~----~------------~~---------------------r---------------
15k0
Cl.

• ISV

RIO
100k0

R11

- 15V

R3

10k0

Fig. 3. Oscillateur commandé en tension (VCO). Trois amplificateurs sont montés en filtre passe-bas, le quatrième en limiteur/Inverseur.

0 VCO -v(20Hz à 50kHz )


0 c
A B

Fig. 7. Interconnections
du potentiomètre de
commande en fr é-
quence.

Fig. 5. Une Implantation aérée


0 0 0 de la plaquette Imprimée.
o a

0
Fig. 6. Un plan de câblage pré·
cls qui garantit le succès.
Fig. 5. Fig. 6.

78
1 +l,;.:..SV_ __ --.-_ _ _ __.,A l
c
!? p
~ ov .,_._., mn ~vc
~ WQ
~
~

l .lSV
Fig. 4. Tension de commande Yc prélevée il
partir de la tension d'alimentation :t 15 Y.

Spectre de distorsion il 1 kHz. Distorsion


harmonique totale : 1,2 %.

NOMENCLATURE
DES COMPOSANTS
• Résistances à couche
± 5 % · 1/2 w
R1 : 620 n
R2: 620 n
R3: 10 kO
.lSV
R4: 30 kO
Sor tie AS: 30 n
Vo R6: 220 n
'V R7: 100 kO
R8: 30 kO
R9 : 10 kO
R10 : 100 kO
figure 5 et à l'échelle 1. Les dimen· ESSAIS DU V.C.O. R11 : 220 n
sions de la plaquette sont de 92 x R1 2:220 0
68 mm. Ce circuit n'est pas trop déll· Ce module doit fonctionner dès la R13 : 100 kO
cat à reproduire, les liaisons n'étant mise sous tension. On vérifiera à R14: 10 kO
pas nombreuses. l'oscilloscope la forme de la sinu· R15: 100 kO
soïde. Si on dispose d'un fréquence· R16: 220 n
CABLAGE DU MODULE mètre, il sera aisé de contrôler la R17 : 220 n
R18 : 100 kO
Un plan de câblage détaillé est repro· variation en fréquence obtenue en R19 : 10 kO
duit à la figure 6. Se report er à la actionnant le potentiomètre. Le R20 : 15 kO
nomenclature en fin d'article pour signal de sortie a une amplitude de
connaître la valeur de chaque corn· 2,6 V crête à crête à 1 kHz. A 30 Hz, Il • Condensateurs
posant. Il est préférable de commen· est de 120 rn V c.à.c. et monte rapide· C1 : 300 pF
cer par souder toutes les résistan· ment à 2 V c.à.c. à 150 Hz pour C2: 300 pF
ces, puis les circuits intégrés en ter· atteindre 2,6 V c.à.c. à 650 Hz. C3 : 300 pF
minant par les condensateurs et en L'amplitude reste alors constante C4 : 10 J.LF/35 V tantale goutte
veillant à la bonne orientation des jusqu'à 30 kHz. Les taux de distor· CS : 10 ~tF/35 V tantale goutte
tantales gouttes. sion harmonique sont les suivants : • Semiconducteurs
On peut prévoir des cosses à souder -à 100Hz : 0,7 % IC1 : LM 13 700
au niveau des interconnexions avec - à 1 kHz : 0,9 % IC2 : LM 13 700
l'alimentation symétrique et la corn· - à 10kHz : 0,7 % • Potentiomètre 10 tours
mande en tension Vc· P : 22 kO
Le potentiomètre de la commande en Ce V.C.O. peut permettre de réaliser
tension doit être raccordé au module un petit générateur BF très facile· Pm 1nd1catll de la pochette du c1r·
cu1 t 1mpr~mé (verre époxy · 70 ,.)
suivant la figure 7. Il s'agit d'un ment et pour une somme modique,
47,00 F TTC chez votre revendeur ou
modèle multitours afin de pouvoir ce qui est le plus intéressant pour un écwe à la re vue.
balayer lentement les fréquences amateur. Il nous est 1mposs1ble de préc1ser te
comprises entre 20 Hz et 50 kHz. Bernard Duval pr1x des composants QUI peut var1er
d'un po1 nt de vente à t'autre. Nous
attnons tou tefoiS vo tre attent1on sur
te fa1t que ta qual1te dOi t rester dans
les normes 1nd1quées.
SYNTHETISEUR DIGITAL LED 313

PIANO 1

DE POCHE 1 1
Astucieuse cette réalisation, et sans nul doute qu'elle surprendra
vos amis quand vous leur direz que vous avez apporté votre piano à queue
dans votre poche l Vous les surprendrez davantage encore devant la facilité d'exécution
de leurs morceaux favoris, facilité due au clavier digital et au changement
Instantané d'octave grâce aux deux boutons-poussoirs.

1 1

•••••••••
• •• •••••••
•••• •• •
•••• •

0 0 0 0
0 0 0 0 0

80
PRINCIPE
DE FONCTIONNEMENT

e schéma de principe qui est

L celui de la figure 1 permet de


suivre les différents étages de
ce synthétiseur digital.
Un transistor unljonction T1 est
monté en oscillateur, de façon classi-
que, avec une résistance A14 de 1
k n entre la base b2 et le (+)de l'ali·
mentation ainsi qu' une résistance
R1 5 de 510 n entre la base b1 et la
masse.
Cet unijonction est suivi d'un transis·
tor de puissance T2 dont le collecteur
est relié au + 9 volts, l'émetteur en
série avec le haut-parleur retourne à
la masse, la bâse de T2 étant reliée
directement à la base b1 de T1 .
L'émetteur de T1 est réuni à un
groupe de condensateurs qui, avec
P1 et P2, forment trois valeurs multi· Vue Intérieure du synthétiseur digital, on y remarque entre autres les 12 résistances ajustables.
pies.
En effet, si aucun poussoir n'est résistance d'une cinquantaine de 117 mm reçoit tous les composants à
enfoncé, seul le condensateur C2 se mégohms. l'exception du haut-parleur. Six liai-
trouve en circuit. En appuyant sur P1 , La tension à l'entrée de la porte sera sons n'ont pu être réalisées côté cui-
C2 et C3 se trouvent en série. En donc positive et deviendra négative vre, ce qui nous a contraints à étudier
appuyant sur P2, C1 et C2 se trouvent chaque fois que le doigt réunira cette un double face (ce qui pour certains
en parallèle. Comme ces condensa- entrée à la masse. lecteurs pourra paraître du luxe). Les
teurs ont une valeur de 1 p.F, nous Une diode anti-retour sera montée six liaisons apparaissant côté campo·
aurons respectivement 1 p.F (octave sur chaque sortie de porte, ainsi cha- sants sont dessinées à la figure 2(b).
centrale), 0,5 p.F (octave supériellre) que résistance (A1 à A12) sera portée Bien entendu, le lecteur qui gravera
et 2 ILF (octave Inférieure). au + 9 volts quand on appuiera sur lui-même sa plaquet1e pourra se con-
Ces condensateurs vont se trouver la touche correspondante. tenter d'un circuit imprimé simple
chargés à travers la résistance tam· Le vibrato est constitué par un tran- face avec six straps réalisés avec du
pon A13 par des tensions réglables sistor T3 monté en oscillateur sinu- fil isolé et soudés côté pistes. C'est
pour chaque note du clavier (A1 à soïdal auto-déphasé par l'ensemble moins bien mais le fonctionnement
R1 2) et provenant du système digital. dès résistances A16·A18·A19 et des est garanti.
On sait qu'un circuit Intégré 4011 condensateurs C4·C5·C6, la résis·
contient quatre portes NAND, trois tance de charge A20 du collecteur CABLAGE DU MODULE
boîtiers vont donc nous fournir les est reliée au ( +) et l'émetteur à la
douze portes dont nous avons masse. La transmission du courant Le plan de câblage est dessiné à la
besoin. ondulé vers T1 se fait par le conden- figure 3. Afin d'obtenir une réalisation
Quand l'entrée d'une porte NAND est sateur C7 et la résistance R17 qui, compacte, les résistances sont tou-
positive, sa sortie est négative et selon sa valeur, modulera plus ou tes des 1/4 watt et les condensateurs
inversement, quand l'entrée est moins le signal de sortie. des tantales gouttes.
négative, la sortie devient positive. Chaque composant est repéré par
Pour maintenir l'entrée positive, il son symbole, à l' exception des dio-
suffit de la réuni r au ( +) par une
REALISATION DU des qui sont toutes Identiques, des
résistance, mais celle-cl devra être SYNTHETISEUR diodes de commutation du type 1N
d'une très grande valeur si nous vou- 4148.
lons à l'alde d'un doigt (dont la résis- LE CIRCUIT IMPRIME Lors de la mise en place des commu-
tance fait plusieurs mégohms) faire tateurs P1 et P2, faire attention qu'il
passer cette tension au (-). L'étude d'une implantation est propo- n'y ait pas d'Inversions, P1 est un
Nous allons donc utiliser une diode sée à la figure 2(a) et à l'échelle 1 La 11 pousse coupure» tandis que P2 est
montée à l'envers et qui possède une plaquette aux dimensions de 76 x un 11 pousse contact ,, .

81
.
. SYNTHETISEUR DIGITAL LED 313 .

Dl â 024

Fig. 1. Un schéma qui ne fait appel qu'à des composants courant.s. Trots circuits Intégrés CD 4011 à 4 portes NAND génèrent tes 12 notes d'un octave.

Les circuits intégrés seront de préfé·


renee enfichés dans des supports,
c'est plus prudent, surtout pour les
débutants en électronique.

LE CLAVIER

Le clavier se compose d'une plaque


d'époxy de 32 x 11 5 mm. Sa réalisa·
tion est simple. On le fixe avec du
Scotch au dos du circu1it imprimé et
on le contreperce avec celui-ci. On
retire le Scotch et on alèse les trous
des touches dont on polit bien le
bord. Les touches son1 faites avec
des clous à têtes rondes de tapissier
~ 6,5 mm dont on lime la tête juste à
l'épaisseur de l'époxy, puis on les
étame au fer à souder. On place le
clavier sur le circuit imprimé sans
oublier les cinq fils de liaison et on le
fixe avec un point de colle Néoprène.
On met les clous dans leur logement Fig. 3. Un plan de clblage précis. Attention lors da la misa an place des boutons poussoirs à ne
pas Inverser P1 et P2, sinon vous n'obtiendrez pas les trois octaves de votre synthétiseur.
et on les soude au circuit Imprimé.
voir le plan de câblage et le schéma des doigts humides, il peut arriver
REGLAGES de principe. qu'une note reste (( coi'ncée ,, en per·
Eventuellement, on peut remplacer la manence, il suffit alors d'essuyer le
La résistance R17 est dessoudée à résistance R17 par un strap ou un clavier avec un linge sec.
l'une de ses extrémités. Après avoir interrupteur si l'on veut couper le
mis en place la plie et le haut-parleur, vibrato. Le clavier digital est extrême· LE COFFRET
on procède au réglage des notes par ment sensible et capte facilement le
les résistances ajustables R1 à R2. ronflement du secteur, Il faudra Il a été découpé avec des ciseaux
Attention, l'ordre des notes ne cor· s'éloigner de tout champ parasite dans une boîte de 2,5 1 de glace dont
respond pas à celui des ajustables, pour les réglages. Si vous jouez avec le fond est arrondi, une bande a été

82
9V

synthêt lseur

Ag. 2(al. Un circuit Imprimé assez chargé en liaisons mals toutefois restant simple è reproduire .

Vue de détail du transistor et des quelques


composants servant au vibrato. synthétiseur

découpée dans la paroi, puis mise en Fig. 2(b). Le synthétiseur fait appel è un circuit Imprimé double face. Liaisons présentes cOté
forme et scotchée avec le dessus. composants.
On assemble le tout par une bonne
couche Intérieure de colle plastique.
Le fond du boîtier a été découpé dans
le couvercle de la boîte, puis les
bords repliés à chaud. Une feuille
d'aluminium de ménage est collée
dans le fond et recouverte d'une
feuille de papier isolant pour éviter
les court-circuits avec le câblage. Ce
blindage élimine le rayonnement Fig. 2(c). Clavier du synthétiseur. Une surface de cuivre Importante pour établir les contacts
extérieur du secteur. avec le doigt.
Jacques Bourller

83
SYNTHETISEUR DIGITAL LED 313
p2 p1
HP NOMENCLATURE
' '
~ DES COMPOSANTS

CLAVIER • Résistances à couche


1 ± 5 %. 1/4 w
A13 · 22 kO
A14 · 1 kO
A15 · 5100
Fig. 4. Vue en coupe du coffret de l'appareil permanent de voir le positionnement du HP. du clr· A16 · 1,5 kO
cult Imprimé et des clous tapissier servant de touches. R17·12k0
A18 · 47 kO
A19 · 47 kO
R20 · 12 kO
• Résistances ajustables
A1 · 100 kO
R2 · 100 kO
R3 · 47 kO
A4 · 47 kO
R5 · 47 kO
R6 · 47 kO
R7 · 47 kO
R8 · 10 kO
R9 · 10 kO
R10 · 10 kO
R11 · 4,7 kO
A12 · 4,7 kO
• Condensateurs
C1 · 1 ~F/ 16 V« tantale goutte »
C2 · 1 ~F/16 V « tantale goutte »
C3 • 1 14F/16 V « tantale goutte ,,
C4 · 1 ~F/ 1 6 V « tantale goutte ,,
C5 · 1 ~F/16 V « tantale goutte ,,
C6 · 2,2 ~F/1 16 V cc tantale goutte ,,
C7 • 0,47 ~'F/35 V cc tantale goutte ,,
• Semiconducteurs
T1 · 2N 2646
T2 · 2N 2222
T3 • BC 172 B
Un signal riche en harmoniques. ?? Signal généré par le vibrato : 1 V/div. et D1 à D24 · 1N 4148
20 ms/ div. IC1 · HEF 4011 ou CD 4011
IC2 · HEF 4011 ou CD 4011
IC3 · HEF 4011 ou CD 4011
+ • Divers
P1 • poussoir cc pousse coupure ,,
P2 · poussoir cc pousse contact ,,
HP · 8 0 diamètre 60 mm
S1 · inverseur
Pile pression 9 V
3 supports 14 broches
Pm indicatif de la pochette du cir·
cuit imprimé (verre époxy · 70 f-1):
Vue de boutons pouuolra et des 93,00 F TTC chez votre revendeur ou
lrols condensateurs qui permettent de chan- Fig. li. Brochage du circuit Intégré CD 40t 1. écrire à la revue.
ger d'octave. Chaque boftler contient quatre portes NAND. Il nous est impossible de préc1ser le
prix des composants qui peut varier
d'un po1nt de vente à l'autre. Nous
attirons toutefois voir~ attent1on sur
84 le fa11 que la qualité doit rester dans
les normes mdiquées.
LASER O.SmW . -· ..

Stabilité après 1 h de service : ± 3 %


Tension d'allumage: 10 000 V
Conditions de fonctionnement :
-20° à+ 50°
Dimensions : 181 x 28,5 mm
La figure 2 ~donne le positionnement
du tube laser dans son boîtier ainsi
què la platine de résistances.
La barrière est absolument indispen·
sable, le faisceau laser doit pouvoir
être coupé sans actionner l' interrup-
teur. Celle-ci peut être fabriquée aisé-
ment avec un morceau de plastique.
Le câble de haute tension entre l'ali·
mentatlon et le tube ne doit pas être
coupé car Il en résulterait la destruc-
tion de l'alimentation. De même, il ne
faut pas provoquer de court-circuit à
la sortie de l'alimentation même
après mise en arrêt, car Il reste des
hautes tensions à l'alimentation et
sur le tube. Il faut donc faire très
attention. Les vis de réglage à la sor·
tie du miroir du tube ne doivent être
met à partir d'une tension alternative déréglées en aucun cas. Il faut égale·
de 650 volts aux bornes du secon- ment éviter de toucher le miroir avec
daire du transformateur de fournir, à les doigts, les empreintes et la pous·
vide, une haute tension de 10 000 slère réduisant la puiss.ance du tube.
volts. Celle-ci chute à environ 1 100 Pour nettoyer le miroir, il faut procé-
volts lorsque le laser est alimenté. Le der comme suit : brancher le tube
courant de sortie est de 4 mA. pendant une heure environ, tremper
Il ne faut jamais brancher l'alimenta· un coton-tige dans de l'acétone et
tlon sans avoir branché le tube, à laver le miroir, sécher ensuite avec
vide elle peut être détruite par la un coton-tige propre. La fréquence
haute tension. Il est préférable de de nettoyage est variable selon le
couvrir la platine d'une couche de degré de poussière environnant (4 à 8
laque de protection. Ceci évite des semaines). Après l'arrêt du laser, ter·
éclats de tension lorsque le taux mer la barrière, elle évite le dépôt de
d'humidité est trop élevé. poussière.

CARACTERISTIQUES MESURES DE SECURITE


DU TUBE LASER
Pour l'utilisation du laser en discothè·
Type LT OSA (non polarisé) que, il faut observer les points sui-
Puissance minimale à = 632,8 nm vants: malgré que le rayon laser ne
(TEMoo) : 0,5 mW provoque pas de lésions de sa11té, il
Diamètre du rayon 1/e2 : 0,64 mm faut toujours diriger le rayon de telle
CARACTERISTIQUES Divergence : 1,3 mrad façon qu'il n'arrive pas à hauteur des
DE L'ALIMENTATION Tension de service : 1 100 V yeux des personnes présentes. Le
( ± 100 V) rayon reflété par les miroirs doit être
Le laser 877 est alimenté à partir du Courant de service : 4 mA à tous les points de la salle au moins
secteur comme l'Indique le schéma Temps de chauffe pour puissance à 2,5 m de la surface du sol. SI cette
de la figure 1. Cette alimentation per- nominale : 5 mn mesure ne peut être respectée en
KIT 877 OPPERMANN

~., ..
b raf'!.d'le.~~t n t

( Vf'Tt/ jouno)

Fig. 1(a). L'alimentation doit


toumlr une haute tension da -.Clf" dt
1 100 volts au tuba laser LT05R 1

~-----t~~~---------------------------------------------1' ~ -~~
(6 vide calle-cl grimpa 6 10 000
volts 1)

Fig. 1(b). Positionnement da la


platina alimentation dans son
boTtier ET-4 at cotas da perça-
ges da celui-cl. Les ciblas v6hl·
culant la haute tension sont
tlx6s au modula par un cavalier
ca qui laur 6Yite d'6tra arra·
ch6s.

VU". DE 0!10 !TE

-•u-•u-
1 1

-j;.* ~
4tl
.!.'1...t.-~
1 1 6
r ~
'----~--+--tt____
· p
-1,_ IS-

87
LASERO.SmW

A-l

Fig. 2 . Positionnement du
ror<S bOitlor_!.!.,! tube laser dans son boftler
ET..... La barri#!re est lndls·
pensable, elle prot#lge le
miroir de la poussl#lre,
celle-cl réduisant la puis·
sance du tube.

Fig. 3. Exemple de
réflexion du laser sur
miroirs rotatifs. En modl·
fiant les vitesses de
rotation des miroirs, on
obtient une multitude de
figures.

- - ro SSmm - - - ; -- - - ro 130mm - - - - - - -

88
KIT 877 OPPERMANN

tous les points de la salle, le rayon


doit être dirigé à travers des installa-
tions fixes, par exemple un tuyau
transparent pour éviter que des per-
Fig. • · Exemple de sonnes puissent pénétrer dans le
sclt6ma simple poalble
de r6gulatlon des rayon. Les miroirs doivent être fixés
moteurs. sans possibilité de les déplacer. La
laser doit être fixé et installé de telle
façon que seules des personnes avi-
sées puissent y accéder.
L'alimentation et les composants du
laser peuvent être une source de
dangers supplémentaires, il faut
donc veiller à un montage minutieux
du tube et de l'alimentation. Aucun
câble hors du boîtier ne doit être
coincé ou plié.

EXEMPLE D'UTILISATION
DU LASER
La figure 3 montre un exemple de
réflexion du laser sur miroirs rotatifs.
Les botJchons sur lesquels les miroirs
sont collés doivent être coupés légè-
rement en biais. Par la rotation, le
rayon forme une figure ronde à ellipti·
que. Le fait que le rayon soit reflété
par le milieu du miroir ou son bord
L'alimentation du laser ne fait appel qu'A des composants de qualité. joue également un rôle.
Le second miroir rotatif reflète cette
figure. En modifiant les vitesses de
rotation des miroirs, on obtient tou-
jours d'autres figures.
Il existe également la possibilité de
moduler le rayon en fonction de la
musique. Pour cela on colle un petit
miroir sur la membrane du haut-
parleur '' basse ,, ou " médium ,, et on
reflète le rayon sur ce miroir. Des
figures bizarres seront formées en
fonction de la fréquence.
La figure 4 représente le schéma
pour la régulation des moteurs. Un
transformateur fournit deux tensions
alternatives de 6 volts au secondaire,
ce qui permet d'obtenir après redres-
sement et filtrage deux tensions con-
tinues variables aux bornes des
Le tube LT 05 R est maintenu par deux supports et protégé par de la mousse. potentiomètres de 10 0 .
récepteur petites·ondes

condensateur de 0,1 JLF, le circuit


intégré est polarisé par le pont de
résistance·s R3 et R2.
Le condensateur C4 limite la réponse
du TL 081 aux basses fréquences (Ici
vers 13Hz). L'alimentation de cet
amplificateur en tension est obtenue
à partir d'une pile de 9 volts à travers
mARS une cellule de filtrage R11/C6.
Le signal amplifié est prélevé par le
condensateur C7. Il bloque par la
même occasion la tension continue
présente sur la broche 6 de JC1.
A ce niveau, deux possibilités se pré·
sentent : soit écouter le récepteur
P.O. Apollo avec un casque ayant
une impédance de l'ordre de 2 kO (il
va de soi qu'il est possible d'utiliser
malgré tout des écouteurs de 400 n à
50 kO), soit faire appel à un petit
amplificateur en courant pour que
La réalisation d'un récepteur radio teur de puissance permet l'écoute l'écoute se fasse sur haut-parleur.
simple est toujours une opération sur haut-parleur. C'est le rôle du circuit intégré LM
captivante surtout pour les électro- Les signaux sont captés par une 386. Le LM 386 est un amplificateur
niciens débutants. Le câblage de antenne (qui peut être réalisée avec de puissance tout désigné pour fonc-
quelques composants sur un circuit cinq mètres de scindex monobrin) tionner en basse tension ( + 9 volts
imprimé permet dès la première tandis qu'une conduite d'eau sert de dans le cas présent). Le gain est
mise sous tension de l'appareil de mise à la « terre )), Le secondaire du déterminé à l'intérieur du circuit à
capter toutes les stations étrangères bobinage est shunté par un conden- une valeur de 20. Les entrées sont
et ce, dans quelles conditions ! sateur variable qui permet un référencées à la masse, tandis que la
Un bout de fil servant d'antenne balayage en fréquence suivant la sortie est automatiquement polarisée
et une canalisation d'eau comme relation : à la moitié de la tension d'alimenta·
terre, et pourtant ça fonctionne 1 ti on.
f = 27r\jCC Le réseau R9/C1 0 permet de remon-
ter le niveau du signal aux basses fré·
PRINCIPE et ainsi de capter les différentes sta· quences d'un facteur d'environ 2
:D
:....::..
E.:..F_::
O..:...N.:...:C=-T
.:. .IO _N_T_ _ _ . ti ons situées dans la gamme des peti·
:. _::..:...N_N_E_M_E (6 dB), ce qui améliore un peu le son,
tes ondes. surtout avec un petit haut-parleur. Le
Le schéma de principe se compose Le changement de fréquence HF/BF réseau C11/R10 stabilise l'étage de
d'un circuit HF accordé (L 176 et C1) est opéré par un démodulateur réa· sortie.
qui, parmi les signaux d'antenne, fil· lisé autour des éléments D1-R1 et C2. Le condensateur C12 transmet la
tre celui de la fréquence désirée, Le signal BF est appliqué à travers un modulation au haut-parleur tout en
d'un démodulateur (01, R1, C2) qui condensateur de liaison C3 à un bloquant la tension continue pré-
change la HF en BF, d'un ampli en amplificateur en tension JC1, sur sente sur la broche 5 du LM 386.
tension à technologie FET dont la l'entrée non lnverseuse ( +).
résistance d'entrée peut atteindre Le gain en tension du TL 081 est LE MONTAGE
quelques mégohms. Cette particuia· déterminé par le rapport des résistan-
rité est mise à profit durant la récep- ces R6/R5 soit : La plupart des composants de ce
tion de signaux HF de très faible R6 récepteur Apollo se soudent sur un
amplitude et permet d'obtenir une Gv = 1 + AS # 84. circuit imrprimé. Dans le cas où la
valeur optimale de résonance. Ceci partie « puissance )) du récepteur
est Important pour obtenir une bonne Etant alimenté par une tension uni- n'est pas utilisée, il faut scier la pla-
sensibilité. Enfin, un petit amplifica- que découplée à ce niveau par un quette le long de la ligne pointillée

90
KIT.JCI/.JC2 RIM

Antenne
CS O.u1

Haut·parleur

Condensateur variable Potentiomètre


de vorume

1. Un sch6ma de r6cepteur P.O. on ne peut plus simple, mals qui vous 6tonnera 6 1'6coute par sa sanslblllt6.

0 +

8~~
-+
Jack femelle

'"' B~~nage~ ill


1 1
A2 ·~ ID
"'

Terre o-
~1
::> 1
0 <{ 1
~
! o' 1 !
Cosse poignard Inter

~
Haut·parleur

Potentiomètre
Condensateur variable de volume
2. Un plan de cAblage d6talllé, gage d'un succfls assuré, la dernière soudure effectuée.

91
KIT dCI/dC2 RIM

r.-. Respecter romptecomcnt des trous do


ndensateur PotonllomOue de volume
anabte
ll•allon~
Haut·parteur

4. .
th6S~ At 6.5~
'f'f
~ r:~
Jack

1 g
4 !
~s~1
_J ï
Inter

..
,• '
'"" ~t
~ 1-
1

Gs- 32 - Js--j
14-- - 6 L - l
- - - ..
.j 1
3. Perçages du coffret qui ne demandent qu'un
- - - - 1 1 5 - - - ----t
.. peu de pltlence.

(Apollo JC1). Se reporter à la nomen· début d'article, l'antenne peut être Deux prises d'antenne sont prévues:
clature pour connaître la valeur de réalisée avec 5 mètres de sc index A1 et A2, ce qui permet de recher·
chaque composant. monobrln. Quant à la terre, une con· cher avec le condensateur variable
Attention lors du câblage du bobl· duite d'eau fait parfaitement l'affaire. les différentes stations émettant en
nage L176, à bien respecter les cou· Attention, l'antenne doit être fixée à petites ondes (P.O.). Elles sont très
leurs des fils mentionnées sur le plan. l'extérieur si l'immeuble est en béton. nombreuses.
Veiller également à la bonne orienta·
tlon de la diode 01 et des circuits
Intégrés. Les Interconnexions entre NOMENCLATURE DES COMPOSANTS
le module et les composants exté·
rieurs se font à l'alde de cosses pol·
gnards. • Résistances ca. 120 pF
Le module câblé est Introduit dans un R1 · 1 MO C9·0,1JLF
petit coffret en plastique ayant aupa· R2 · 1 MO C10·0,1JLF
ravant été équipé de trois prises R3 · 1 MO C11 · 68 nF
bananes femelles, du condensateur R4 · 22 kO C12 · 100 JLF/16 V
variable, du potentiomètre de AS· 1,2 kO C13 · 470 JLF/16 V
volume, du haut-parleur, d'un Inter· R6 · 100 kO • Potentiomètre
rupteur et d'un jack femelle, il reste à R7 · 10 kO P1 · 100 kO log.
effectuer les quelques intercon· RB· 4,7 kO
R9 · 3,3 kO • Semiconducteurs
nexlons. Le jack permet d'alimenter D1·AA112
le récepteur Apollo par une source R10 · 10 0
R11 · 1,8 kO JC1 ·TL 081
extérieure tout en déconnectant la JC2 ·LM 386
pile de 9 volts (cas d'une alimentation
secteur). • Condensateurs • Divers
C1 · 500 pF (condensatèur varia· Bobine L176
LA MISE EN SERVICE ble) HP· 8 0
C2 · 1 nF Interrupteur
Le récepteur doit fonctionner à la C3 · 33 nF Jack femelle
première mise sous tension, la con· C4 · 10 JLF/63 V Fiches bananes femelles
sommation de ce montage varie de C5·0,1JLF Pile 9 V
10 à 50 mA. C6 · 220 JLF/16 V Bouton pression
Comme nous l'avons souligné en C7 · 4, 7 JLF/63 V Coffret

92

Vous aimerez peut-être aussi