Vous êtes sur la page 1sur 9

ÉDITIONS VIVA SANTÉ

HYPERTENSION
ARTÉRIELLE
Comment l'abolir ?

LE LIVRET CONSEIL POUR COMPRENDRE SON


HYPERTENSION ET AGIR EN CONSÉQUENCE
SOMMAIRE
LES CAUSES DE L’HYPERTENSION .................................................................. 3
1ère cause : un lien avec le vieillissement ......................................................... 3

2ème cause : les glandes ..................................................................................... 3

3ème cause : venue « de l’extérieur » .................................................................. 4

DORLOTER SA TENSION : 5 ÉTAPES............................................................... 6


1-Faire davantage d'activité physique et perdre du poids ................................ 6

2-Diminuer la consommation en sel.................................................................. 6

3-Préférer les produits frais à cuisiner vous-même plutôt que les plats
transformés remplis d'additifs. ......................................................................... 6

4-Parmi les compléments, vitamine C et D, magnésium et Coenzyme Q10 ont


eux aussi fait montre de leur efficacité. ............................................................ 7

5-Mettre fin au stress ........................................................................................ 7

1
O n hérite des gènes de nos parents, mais bien souvent de leur mode de
vie, aussi. Au-delà de ces limites, on considère que c'est l'évolution
naturelle des choses. Ainsi passé 50 ans si vous êtes un homme, et 60 ans
si vous êtes une femme, on considère que le risque de présenter un évènement
cardiovasculaire est plus élevé.

Pourquoi une décennie de différence selon le genre ? Parce que les hormones
féminines protègent plus longtemps. Mais passés 60 ans, nous sommes presque
égaux.

Le changement de comportement des femmes (consommation d'alcool et de


tabac, traitements hormonaux) a vu exploser le nombre d'accidents
cardiovasculaires en faisant la 1ère cause de décès chez la femme, alors qu'elle
n'est que la 2ème chez l'homme derrière les cancers.

L'hypertension artérielle (HTA) n'est qu'un chiffre mais elle fait des ravages.

12 millions d'hypertendus traités en France, davantage si l'on compte ceux qui


s'ignorent (3 à 4 millions estimés).

Parmi les joyeusetés qu'elle occasionne : angine de poitrine, infarctus du


myocarde, artériopathie oblitérante des membres inférieures pouvant aller
jusqu'à l'amputation, insuffisance rénale, cécité, démence vasculaire,
hypertrophie du muscle cardiaque, accident vasculaire cérébral ischémique ou
hémorragique, arythmie, insuffisance cardiaque, anévrismes et menace
d'accouchement prématuré à travers l'éclampsie chez les femmes enceintes
pouvant conduire à une césarienne en urgence pour sauver la mère et l'enfant.

2
LES CAUSES DE L’HYPERTENSION
1ère cause : un lien avec le vieillissement
Dans l'hypertension artérielle (HTA), deux phénomènes peuvent se produire :

- Soit les artères deviennent trop rigides, en lien avec le vieillissement, c'est
l'hypertension artérielle dite essentielle. 90% des patients présentant une
HTA, ont une HTA essentielle.
- Soit le volume sanguin charrié par le cœur augmente (en lien avec de la
rétention hydrosodée, souvent favorisée par un dérèglement hormonal).

2ème cause : les glandes


L'HTA secondaire est appelée ainsi car elle est secondaire à un problème le plus
souvent glandulaire. Elle se normalise si ce problème est réglé. Trois glandes
peuvent être incriminées : le rein, les surrénales, la thyroïde.

1. Les surrénales sont les glandes de la réponse au stress. Face à une


agression physique ou psychologique, elles vont se mettre en branle.
o En cas de stress aigu, c'est son centre, la médullosurrénale, qui
sécrète l'adrénaline qui prépare le corps à fuir ou combattre.
o En cas de stress chronique c'est sa périphérie, la corticosurrénale,
qui sécrète le cortisol, mais aussi l'aldostérone, dont le principal but
est de fournir l'organisme en énergie, épuisant nos réserves pour
lutter contre ce stress.

Différents types de dérèglements existent : adénome de Cohn, syndrome de


Cushing, phéochromocytome, hyperplasie bilatérale des surrénales.

Une HTA secondaire sera suspectée chez un sujet jeune lorsque :


- L’HTA se montre résistante aux traitements
- L’HTA est dite sévère (> 180 mmHg de pression artérielle systolique et/ou
supérieure à 110 mmHg de pression artérielle de diastolique)
- Un certain type d’anomalies se montre lors de la prise de sang.

2. Rein et thyroïde seront aussi vérifiés dans cette analyse sanguine. Le


traitement de la glande déséquilibrée permettra de corriger la tension. À
moins d’être en présence de deux causes dont l’effet est durable sur la
tension :

3
- Un rétrécissement des artères rénales dont la correction n'entraine
malheureusement qu'une amélioration partielle.
- Le fameux syndrome obstructif des apnées du sommeil.

L’apnée du sommeil
Énorme pourvoyeur d'HTA, le syndrome d’apnées du sommeil est également
responsable de tout un cortège de conséquences plus délétères les unes que les
autres : prise de poids, diabète, dépression, infarctus du myocarde, arythmie,
AVC, troubles de conduction imposant la mise en place d'un pace maker,
insuffisance rénale...

Le terme d'apnée est à mon sens un mauvais terme, non pas que vous arrêtez de
respirer, mais c'est comme (dans le cas des apnées obstructives) si quelqu'un
passait la nuit à vous étrangler quelques secondes des dizaines de fois par heure
sans que pour autant vous ne vous réveilliez. Vous comprenez aisément le stress
que cela représente. Si votre qualité de sommeil est mauvaise et qu'en plus vous
souffrez d'HTA je vous incite fortement à faire analyser votre sommeil.

Outre la Pression Positive Continue, machine barbare qui vous force à respirer en
insufflant de l'oxygène à forte pression (pour empêcher l'étranglement, on force
les voies aériennes à rester ouverte), il existe d'autres solutions, comme le port
de gouttière (orthèse d'avancée mandibulaire) ou la kinésithérapie linguale qui
obtiennent d'excellents résultats.

3ème cause : venue « de l’extérieur »


L'HTA iatrogène ou toxique est causée par une substance médicamenteuse ou
non. Le traitement est simple, on cesse l'exposition au toxique et la tension se
normalise.

Quels sont les traitements qui peuvent générer une hypertension artérielle ?

1. Les antidépresseurs (certains) EPO,


2. Antiparkinsoniens,
3. Traitements hormonaux,
4. Anti-inflammatoires non stéroïdiens,
5. Corticoïdes,
6. Immunosuppresseurs

4
Un interrogatoire rigoureux, presque policé, se doit d'être fait par le médecin afin
de balayer en revue toutes ces éventuelles causes d'HTA.

Enfin la dernière cause, est controversée, mais je pense l'avoir rencontrée : 'est
l'HTA médiée par les émotions. À certaines périodes de notre vie, nous pouvons
transitoirement, en raison du contexte, faire des poussées de tension.

5
DORLOTER SA TENSION : 5 ÉTAPES
1-Faire davantage d'activité physique et perdre du poids
Le surpoids et la sédentarité mènent au diabète, à la dyslipidémie et à
l'hypertension artérielle.

Un kg de perdu et c'est un mm de mercure perdu. Si vous perdez 20 kg votre


tension passe de 15 à 13 !

L’activité physique permet également de muscler vos artères et veines et


d'évacuer le trop plein de stress.

Le principal responsable est un déséquilibre alimentaire qualitatif et quantitatif.


Il faut donc réapprendre à manger moins et à manger mieux.

Le traitement le plus efficace pour lutter contre le surpoids et la sédentarité, c'est


l'activité physique. Ce sont surtout les exercices dites « cardio » : marche rapide
(6 à 8 km/heure), la course à pied, le vélo ou la natation qu’il faut viser.

Commencez doucement, sinon vous allez vous décourager. La première sortie


comprend seulement 3 minutes de course à pied. À augmenter d'une minute
chaque jour avec une pause sur la semaine.

Ensuite, pour perdre du poids, vous devez être capable de courir tout en pouvant
converser sans être essoufflé. Pendant 40 minutes, dans cette situation, vous
attaquez les réserves de graisse que le corps consomme en les transformant en
sucre. Bougez, levez-vous, faites quelques pas pour commencer. C'est toujours le
premier pas qui coûte.

2-Diminuer la consommation en sel.


Le sel ne peut être assimilé en poudre dans l'organisme, il est donc dilué dans de
l'eau, le plasma et majore ainsi le volume sanguin, source d'HTA. Les aliments sont
naturellement suffisamment salés, inutile d'en rajouter.

3-Préférer les produits frais à cuisiner vous-même plutôt que les plats
transformés remplis d'additifs.

6
Cuisinez, c'est le secret. Et quels sont les aliments à cuisiner ? L'ail, préférez le
noir, le chocolat, noir lui aussi, l'extrait de feuille d'olivier, l'infusion de fleurs
d'hibiscus, le jus de betterave. Ces aliments ont tous fait la preuve de leur
efficacité dans des études scientifiques.

4-Les compléments
Parmi les compléments, vitamine C et D, magnésium et Coenzyme Q10 ont eux
aussi fait montre de leur efficacité.

5-Mettre fin au stress


Le stress est une agression, physique ou psychique, qui vient rompre l'équilibre
de notre organisme. Équilibre qu'il va chercher à restaurer par tous les moyens.
Et pour cela, il lui faut de l'énergie. Et c'est ce que notre système de réponse au
stress s'emploie à faire : nous fournir de l'énergie au détriment de notre santé.

- Face à un stress aigu : c'est l'adrénaline qui est utilisée. C'est elle qui
permet à une maman de soulever une voiture de près d'une tonne pour
libérer son enfant coincé en dessous. L'adrénaline favorise la contraction
des artères du cœur (pouvant générer un infarctus), la survenue
d'extrasystoles (battements prématurés) pouvant dégénérer en arythmie.
Et à une certaine dose, elle est toxique pour le cœur (syndrome du cœur
brisé ou Tako Tsubo).
- Face à un stress chronique : c'est le cortisol qui est réquisitionné et qui va
rechercher de l'énergie partout où il peut. Avec pour conséquence :
augmentation du taux de sucre (augmentation des diabètes), rétention
hydrosodée (HTA), perturbation des graisses (augmentation du taux de
cholestérol), augmentation de la consommation tabagique (illusion qu'elle
pourra déstresser le fumeur).

Mais il a d'autres effets délétères : ostéoporose, diminution de la masse


musculaire (on détruit le muscle pour apporter de l'énergie), retard de
cicatrisation, diminution de l'immunité. En ces temps de viroses, vous
comprendrez aisément qu'il faut éloigner de soi le stress. Cependant, le stress est
le parent pauvre du risque cardiovasculaire. Difficilement quantifiable, bien plus
qu'un nombre de cigarettes fumées, un chiffre de tension, un poids, un taux de
sucre ou de cholestérol. Et puis, il faut s'intéresser au patient, à son
environnement personnel, professionnel, il faut s'extraire de l'organe et

7
considérer l'humain… Or le temps est compté en consultation. On préfèrera
traiter les symptômes par des anxiolytiques sans s'intéresser à la cause !

- S'il s'agit d'un problème identifié, d'un traumatisme, je recommande les


thérapies brèves (hypnose, techniques de libération émotionnelle,
stimulation bilatérale alternée...) pour résoudre le problème.
- Si c'est la personnalité elle-même qui est anxieuse ou stressée, je
recommande alors la méditation ou la cohérence cardiaque.

Santé,

Gabriel Combris avec Émile Bertin

Vous aimerez peut-être aussi