Vous êtes sur la page 1sur 9

1

Support de cours réalisé par LAMBOU M MARIUS. Techno pédagogue.

Généralités Infographie

Définition : On appelle infographie le domaine de l'informatique concernant la


création et la manipulation des images numériques. L'infographie regroupe de
nombreux savoirs, parmi lesquels la représentation des éléments graphiques (texte,
image ou vidéo), ainsi que leurs transformations (rotation, translation, zoom, ...) par
l'intermédiaire d'algorithmes.
I- Type d’infographie :

 INFOGRAPHIE 2D

Ici les contenus sont créés par traitement d’images planes (situées dans le plan),
c’est-à-dire la modification des propriétés de chaque pixel d’une image d’origine
(photographique ou dessinée, etc.). Ces modifications peuvent porter sur les dimensions
des formes, leur luminance, leur couleur etc.

 INFOGRAPHIE 3D

Ici Les images (objets 3D) sont créées par des techniques d’infographie
tridimensionnelle (3D). Les principales étapes de création des images 3D sont :

 la modélisation des objets de la scène en trois dimensions,


 la position et la trajectoire de la caméra et de la cible,
 le positionnement et le réglage des lumières,
 la création et l’affectation des textures,
 le choix du mode de rendu,

Texture : image représentant une surface et permettant de simuler l’apparence de


celle-ci lorsqu’on la colle sur un objet tridimensionnel.
Rendu : (en anglais : rendering) calcul final de l’image après sa modélisation, la
définition des textures, des objets et la définition des effets lumineux.

II- Les technologies d'affichage

1- La notion de pixel

Une image est constituée d'un ensemble de points appelés pixels (pixel est une
abréviation de PICture ELement) Le pixel représente ainsi le plus petit élément
constitutif d'une image numérique. L'ensemble de ces pixels est contenu dans un
tableau à deux dimensions constituant l'image :

Pixel {0,0}

Préparation à l’épreuve d’informatique : année académique 2013-2014 : Cours INFOGRAPHIE


2
Support de cours réalisé par LAMBOU M MARIUS. Techno pédagogue.

2- Définition et résolution

On appelle définition le nombre de points (pixel) constituant l'image, c'est-à-dire


sa « dimension informatique » (le nombre de colonnes de l'image que multiplie son
nombre de lignes). Une image possédant 640 pixels en largeur et 480 en hauteur aura
une définition de 640 pixels par 480, notée 640x480.

La résolution, terme souvent confondu avec la "définition", détermine par contre


le nombre de points par unité de surface, exprimé en points par pouce (PPP, en anglais
DPI pour Dots Per Inch); un pouce représentant 2.54 cm.

La résolution permet ainsi d'établir le rapport entre le nombre de pixels d'une image
et la taille réelle de sa représentation sur un support physique. Une résolution de 300
dpi signifie donc 300 colonnes et 300 rangées de pixels sur un pouce carré ce qui donne
donc 90000 pixels sur un pouce carré

3- Le codage de la couleur

Une image est donc représentée par un tableau à deux dimensions dont chaque
case est un pixel. La valeur stockée dans une case est codée sur un certain nombre
de bits déterminant la couleur ou l'intensité du pixel, on l'appelle profondeur de
codage (parfois profondeur de couleur). Il existe plusieurs standards de codage de la
profondeur :

 bitmap noir et blanc: en stockant un bit dans chaque case, il est possible
de définir deux couleurs (noir ou blanc).
 « Couleurs vraies » (True color) ou « couleurs réelles » : cette
représentation permet de représenter une image en définissant chacune
des composantes (RGB, pour rouge, vert et bleu). Chaque pixel est
représenté par un entier comportant les trois composantes, chacune codée
sur un octet, c'est-à-dire au total 24 bits (16 millions de couleurs

4- Poids d'une image

Pour connaître le poids (en octets) d'une image, il est nécessaire de compter le
nombre de pixels que contient l'image, cela revient à calculer le nombre de cases du
tableau, soit la hauteur de celui-ci que multiplie sa largeur. Le poids de l'image est
alors égal à son nombre de pixels que multiplie le poids de chacun de ces éléments.

Voici le calcul pour une image 640x480 en True color :


 Nombre de pixels : 640 x 480 = 307200
 Poids de chaque pixel : 24 bits / 8 = 3 octets
 Le poids de l'image est ainsi égal à :
307200 x 3 = 921600 octets
921600 / 1024 = 900 Ko

Préparation à l’épreuve d’informatique : année académique 2013-2014 : Cours INFOGRAPHIE


3
Support de cours réalisé par LAMBOU M MARIUS. Techno pédagogue.

Voici quelques exemples (en considérant que l'image n'est pas


compressée) :
Définition Noir 256 65000 True color
de l’image blanc (1 couleurs couleurs (24 bits)
bit) (8bits) (16 bits)
320x200 7.8 Ko 62.5 Ko 125 Ko 187.5 Ko
1024x728 96 Ko 768 Ko 1.5 Mo 2.3 Mo

5- Images bitmap et images vectorielles

On distingue généralement deux grandes catégories d'images :

 les images bitmap (appelées aussi images raster) : il s'agit d'images pixellisées,
c'est-à-dire un ensemble de points (pixels) contenus dans un tableau ,chacun de
ces points possédant une ou plusieurs valeurs décrivant sa couleur.
 les images vectorielles: les images vectorielles sont des représentations
d'entités géométriques telles qu'un cercle, un rectangle ou un segment. Ceux-ci
sont représentés par des formules mathématiques (un rectangle est défini par
deux points, un cercle par un centre et un rayon, une courbe par plusieurs points
et une équation). C'est le processeur qui sera chargé de "traduire" ces formes en
informations interprétables par la carte graphique.

Etant donné qu'une image vectorielle est constituée uniquement d'entités


mathématiques, il est possible de lui appliquer facilement des transformations
géométriques (zoom, étirement, ...), tandis qu'une image bitmap, faite de pixels, ne
pourra subir de telles transformations qu'au prix d'une perte d'information, appelée
distorsion. On nomme ainsi pixellisation (en anglais aliasing) l'apparition de pixels
dans une image suite à une transformation géométrique (notamment
l'agrandissement). De plus, les images vectorielles (appelées cliparts lorsqu'il s'agit d'un
objet vectoriel) permettent de définir une image avec très peu d'information, ce qui
rend les fichiers très peu volumineux.

Image vectorielle Image bitmap

6- Formats de fichier graphique.

Il existe un grand nombre de formats de fichiers. Parmi les formats de fichiers


graphiques voici les plus utilisés :

Préparation à l’épreuve d’informatique : année académique 2013-2014 : Cours INFOGRAPHIE


4
Support de cours réalisé par LAMBOU M MARIUS. Techno pédagogue.

 Le format PNG (Portable Network Graphics, ou format Ping) est un format


de fichier graphique bitmap (raster). Il a été mis au point en 1995 afin de
fournir une alternative libre au format GIF (PNG est également un
acronyme récursif pour PNG's Not Gif.)
caractéristique : Le format PNG permet de stocker des images
en noir et blanc (jusqu'à 16 bits par pixels de profondeur de codage), en
couleurs réelles
(True color, jusqu'à 48 bits par pixels de profondeur de codage) ainsi que
des images indexées, faisant usage d'une palette de 256 couleurs.

 Le format GIF (Graphic Interchange Format) est un format de fichier


graphique bitmap (raster) par la société Compuserve. La plupart des
logiciels de graphisme supportent le format GIF, notamment Photofiltre
ou The Gimp parmi les gratuits, ou encore Photoshop parmi les logiciels
payants.
NB : Sur le web, le format GIF est le seul à permettre d'avoir des
images animées, d'où sa popularité. Un GIF animé est tout simplement
un fichier GIF contenant une succession d'images, qui composent
l'animation.

 Le format BMP est un des formats les plus simples développé


conjointement par Microsoft et IBM, ce qui explique qu'il soit
particulièrement répandu sur les plates formes Windows et OS/2. Un
fichier .BMP est un fichier bitmap, c'est-à-dire un fichier d'image
graphique stockant les pixels sous forme de tableau de points

 Le format TIF ou TIFF (Tagged Image File Format) est un format de


fichier graphique bitmap (raster). Le format TIFF est un ancien format
graphique, permettant de stocker des images bitmap (raster) de taille
importante (plus de 4 Go compressées), sans perdition de qualité et
indépendamment des plates formes ou des périphériques utilisés (Device-
Independant Bitmap, noté DIB).

 JPEG/IFF/TGA/TIFF/TIF

7- Le codage RGB (RVB)

Le codage RGB (Red, green, blue, pour Rouge Vert Bleu, en français RVB), mis au
point en 1931 par la Commission Internationale de l'Eclairage (CIE) consiste à représenter
l'espace des couleurs (la représentation mathématique d'un ensemble de couleurs) à
partir de trois rayonnements monochromatiques de couleurs : rouge ; vert ; bleu

Ainsi, le modèle RGB propose de coder sur un octet chaque composante de


couleur, ce qui correspond à 256 intensités de rouge (28), 256 intensités de vert et 256
intensités de bleu, soient 16777216 possibilités théoriques de couleurs différentes, c'est-
à-dire plus que ne peut en discerner l'oeil humain (environ 2 millions).

Préparation à l’épreuve d’informatique : année académique 2013-2014 : Cours INFOGRAPHIE


5
Support de cours réalisé par LAMBOU M MARIUS. Techno pédagogue.

III- LOGICIELS DE TRAITEMENT D’IMAGE.

Les logiciels de base pour pratiquer de l’infographie 2D sont diverses et


nombreux. Mais les plus utilisés sont :

 Logiciels payants :
 ADOBE PHOTOSHOP : Logiciel de retouche d’images
 ADOBE ILLUSTRATOR : Logiciel de dessin vectoriel
 Corel Draw ; Adobe Photoshop Element
 QUARKXPRESS : Logiciel de Mise en Page et de PAO (Publication Assistée
par Ordinateur)
 Logiciels gratuits :
 The Gimp
 Pixia ; PhotoFiltre ; Photo Plus ; Paint.net ; Sodipodi

IV- LOGICIELS D’INFOGRAPHIE 3D


Il existe de nombreux logiciel d’infographie 3D certains sont payants
d’autres pas on peut citer entre autre comme logiciel gratuit :
a. SketchUp : Google SketchUp vous permet de créer des modèles de
maisons, abris, ponts, et autres projets (et bien d'autres) en 3D.
b. Blender : Blender est un programme permettant de faire des animations,
modélisations et rendus 3D.
c. E-anim : Un éditeur d’animation (2D et 3D)…
d. Wings 3D ; sqirlz-morph ; milk-shape-3D

Conclusion
L’infographie (aussi appelée image de synthèse) est la science de l’image
numérique. Elle définit les graphismes créés et gérés par ordinateur, dont la gestion se
base sur une station graphique composée d’éléments matériels comme le processeur et
la carte graphique (leurs puissances déterminent la vitesse de réponse et de calcul des
unités graphiques), les outils d’acquisition comme le numériseur ou la caméra banc-
titre, les outils de manipulation comme la souris ou la tablette graphique. Elle se
compose également d’outils de stockage comme le disque dur ou la clé USB et d’outils
de restitution comme l’imprimante ou le moniteur d’ordinateur, d’une interface
utilisateur qui permet l’interaction entre l’utilisateur et l’ordinateur et enfin du format
de données qui assure l’intermédiaire entre l’image rendue et les éléments numériques
de celle-ci. Les termes généraux pour désigner un pratiquant de l’infographie est
« infographiste » ou « infographe ».

Généralités MULTIMEDIA

Préparation à l’épreuve d’informatique : année académique 2013-2014 : Cours INFOGRAPHIE


6
Support de cours réalisé par LAMBOU M MARIUS. Techno pédagogue.

Définition : Le terme Multimédia est défini de diverses façons. Pour certains, il est
synonyme de jeu sur ordinateur ; pour d’autres, il s’agit de la réunion de médias tels que le
son et l’image, tous Contrôlés par un ordinateur personnel.

I- Matériel Informatique (Utilisés pour gérer le multimédia)

Quoi de plus pratique qu’un ordinateur pour aborder le monde multimédia ? Aujourd’hui,
de nombreux PC (Personal Computer) sont équipés des accessoires nécessaires : carte son,
haut-parleur, lecteur CD-ROM, carte graphique, ...Nous allons à présent nous intéresser aux
éléments d’un ordinateur, composantes physiques d’un système multimédia.

I-1 Carte son


Les cartes son ont d’abord été conçues pour les jeux. Elles font maintenant partie de
l’équipement de base des machines multimédia, afin d’ajouter des commentaires sonores ou
vocaux aux applications. Une carte son joue deux rôles. Elle sert tout d’abord à saisir des
signaux sonores et à les convertir en un fichier de valeurs numériques enregistrables sur un
disque dur. Elle peut aussi rejouer ces fichiers dans des haut-parleurs, des écouteurs ou des
instruments de musique.

I-2 Moniteur et carte graphique.


Le moniteur et la carte graphique composent l’interface visuel d’un ordinateur. Sur
base des signaux que lui envoie la carte, le moniteur affiche des images en couleur au moyen
de combinaisons de trois couleurs primaires (RGB Rouge vert bleu).

I-3 Micro
Pour enregistrer de la musique ou de la parole (signal analogique) sous la forme d’un
signal numérique, il faut disposer d’un micro. Il existe deux types de micro :
- unidirectionnel : il recueille les sons lui parvenant dans l’axe et convient donc
parfai-tement pour enregistrer un signal de parole dans un environnement bruyant
- omnidirectionnel : À l’in verse, comme le micro omnidirectionnel ne privilégie
aucune direction, il est préférable de l’utiliser pour des sons ou musique d’ambiance.

I-4 Haut-parleurs
Bien qu’un haut-parleur soit parfois inclus dans l’ordinateur, les kits multimédia
comprennent souvent deux haut-parleurs extérieurs avec ou sans amplificateur.
L’amplificateur extérieur est préférable pour obtenir un signal de forte puissance.

I-5 Appareil photo numérique/webcam

Les appareils photo numérique se distinguent par la taille des images capturées, leurs
fonctionnalités et leur capacité de stockage et permettent de faire des photos qui seront utilisés
pour une production multimédia. Quant à la webcam, c’est aussi un outil multimédia utilisé
pour effectuer des captures photos et également vidéo. Il très utilisé sur internet pour des
visioconférences, ou des TCHATS utilisant vidéo.

I-5 Processeur

Préparation à l’épreuve d’informatique : année académique 2013-2014 : Cours INFOGRAPHIE


7
Support de cours réalisé par LAMBOU M MARIUS. Techno pédagogue.

Au cœur de tout ordinateur, il y une unité centrale appelée processeur. Il remplit les fonctions
de transfert d’un périphérique vers un autre, de calcul pour un tableur ou de gestion de la
mémoire de l’écran.

I-6 Technologies de stockage


Il existe un grand nombre de moyen de stocker l’information multimédia. Nous
classons les moyens de stockage en trois catégories :
Analogique : L’analogique a été pendant de nombreuses années la seule forme de
stockage le procédé analogique le connu ici est le magnétoscope : Le fonctionnement du
magnétoscope est basé sur un principe d’enregistrement magnétique, appliqué dans de
nombreux appareils, tels que magnétophone, magnétoscope, disque dur ou badge
magnétique.

Numérique : Ces systèmes n’enregistrent pas leurs signaux sous forme de fichiers
directement exploitables par l’ordinateur. L’apparition du Compact Disc (CD) a constitué le
lancement du numérique dans le grand public.
- CD AUDIO : Le fonctionnement du Compact Disc Audio (ou CD Audio) est basé
sur le principe de la lecture optique par faisceau laser.il à une capacité de 700 Mo.
- DCC : Pour la réalisation de magnétophones à cassettes numériques, PHI LI PS a
joué la carte de la compatibilité avec la cassette audio standard en définissant le
format DCC.
- DVD : Initialement appelé Digital Video Disc, ce disque existe en plusieurs
versions : une version couche unique avec une capacité de 4,7 giga octets (GB), une
version double couche d’une capacité de 8,5 GB, enfin une version double face
double couche d’une capacité de 17 GB. Comme pour mieux étayer cette conviction,
on a abandonné le dénomination vidéo pour Versatile. Ainsi, il y aurait des DVD
audio, des DVD vidéo ou des DVD-ROM.

II- Signaux Multimédia.


II-1 Signaux analogiques de base.
II-1-1 Le son.
Le son est une onde qui se propage dans l’air et qui est perceptible grâce au détecteur
de pression qu’est le tympan, logé dans l’oreille.
II-1-2 Logiciels de traitement audio.
Les logiciels de traitement audio vous permettent de produire de la musique avec votre
ordinateur. Cela comprend la création de mélodies et de rythmes, de la synthèse et le mélange
de sons, et en organisant des échantillons. Ils vous permettent de faire des enregistrements
audio, de convertir les fichiers audio (Ogg Vorbis, MP3, WAV…etc.). grâce à ces logiciels
Vous pouvez rapidement couper, copier, coller ou changer le volume sans avoir besoin de
décompresser vos fichiers pour pouvoir les édités. Nous pouvons citer :
Mp3DirectCut ; Audacity ; Power Sound Editor ; Jokosher ; Qtractor ; etc.
II-1-3 Les principaux formats audio :
Format / extension Utilisation / intérêt Logiciel / lecteur
WAV / .wav Le WAV est un format Tous les lecteurs. Audacity
ancien, lourd et peu pour les modifications.
pratique. Il reste
incontournable sous
Windows puisque c'est dans

Préparation à l’épreuve d’informatique : année académique 2013-2014 : Cours INFOGRAPHIE


8
Support de cours réalisé par LAMBOU M MARIUS. Techno pédagogue.

ce format qu'on extrait / lit


les morceaux d'un CD.
MP3 / .mp3 Le plus connu des codecs Tous les lecteurs
audio. Permet de diviser par
6 ou 8 la taille d'un fichier
WAV sans trop de perte.
WMA Format de compression La majorité des lecteurs et
audio de Microsoft. Assez baladeurs lisent les WMA
répendu sur Internet.
OGG Vorbis / .ogg .ogv, Le concurrent Libre et plus Se lit sans problème avec les
.oga, .ogx efficace que le MP3. Il lecteurs du monde du
compresse avec perte. logiciel Libre (Foobar2000).
Pour les autres, il faut
souvent installer des codecs.
FLAC Format très apprécié Nécessite le plus souvent
puisqu'il compresse sans l'installation de plug-ins
perte de qualité. En spécifiques.
contrepartie, la réduction de
taille est moindre, de 30 à
70 %.
AAC Format de compression Se lit avec iTunes. Format
audio (avec perte de qualité) musical pour iPod.
utilisé par Apple. Les
morceaux achetés sur
iTunes Music Store sont
compressés en AAC. Il
existe depuis peu sans perte
: Apple's Loseless (ALAC).

II-2 Vidéo.
La vidéo regroupe l'ensemble des techniques permettant l'enregistrement ainsi que la
restitution d'images animées, accompagnées ou non de son, sur un support électronique.
II-2-1 Logiciels de traitement vidéo et montage vidéo.
Les logiciels de traitement et de montage vidéo sont très nombreux sur le marché et offrent
pleines de fonctionnalités et d’options (transitions, effets sonores, etc.) nous pouvons citer :
Windows Movie Maker ; Sony vegas PRO ; Pinnacle studio ; Camtasia ; Video Spin

II-2-2 Les principaux formats Vidéo :

Format / extension Utilisation Logiciel / support


AVI / .avi Dans un fichier AVI, chaque Normalement tous les
composante audio ou vidéo logiciels de lecture vidéo.
peut être compressée par
n'importe quel codec (DIvX
et mp3 par exemple). C'est
un "conteneur" très
pratique, le plus utilisé.
WMV/ .wmv Un format conteneur de Nécessite Windows Media
Microsoft et sa famille de Player.

Préparation à l’épreuve d’informatique : année académique 2013-2014 : Cours INFOGRAPHIE


9
Support de cours réalisé par LAMBOU M MARIUS. Techno pédagogue.

codecs vidéo. On le trouve


souvent chez des vidéo en
streaming ou en
téléchargement.
MOV / .mov Format conteneur d'Apple, Nécessite Quicktime.
pouvant contenir un très
large choix de codec, y
compris haute définition.
DivX et Xvid Les codecs vidéo les plus Nécessite l'installation des
utilisés. Permet de diviser codecs DivX / Xvid à jour,
par 6 la taille d'un film en qui sont inclus dans de
DVD sans trop de perte de nombreux lecteurs vidéo.
qualité. Xvid est le
concurrent libre de DivX.
FLV / .flv Le format Flash Video, C'est le format natif d'Adobe
utilisé en quantité sur Flash Player, s'ouvre
Internet (comme parfaitement avec VLC.
Linternaute Video).
H264 / MPEG 4 AVC C'est le Codec utilisé pour la Se retrouve dans les Blu-
haute définition. ray. Se lit avec la majorité
des lecteurs vidéo à jour.

II-1-4 Numérisation.
La numérisation est la conversion des informations d'un support (texte, image, audio,
vidéo) ou d'un signal électrique en données numériques que des dispositifs informatiques ou
d'électronique numérique pourront traiter.la numérisation comporte en général au moins trois
phases : Echantillonnage ; quantification, encodage. Matériels de numérisation : Scanner.

III- Les métiers du Multimédia :


 Infographiste 2D  Authoring de DVD
 Web designer et web développeur  Infographiste 3D
 Animation, retouches d'images  Animation 3D
 Conception et réalisation  Habillage de chaîne
infographique  Monteur multimédia
 Création de jeux TV interactives

Exercice :

1- Définir : infographie, multimédia, PAO.


2- Quelle est la différence entre une image matricielle (bitmap) et une image vectorielle ?
3- Donner les sigles de PNG, GIF, lequel permet d’avoir des images animés sur Internet.
4- Quelle est la taille en Cm d’un écran de 17 pouces ?

Préparation à l’épreuve d’informatique : année académique 2013-2014 : Cours INFOGRAPHIE

Vous aimerez peut-être aussi