Vous êtes sur la page 1sur 90

CHAPITRE

 IV  
LES  DIFFERENTES  FORMES  D'ORGANISATION  ECONOMIQUE  ET  
SOCIALE  
Mots-­‐clés:   capitalisme   –   économie   de   marché   –   libéralisme   –   socialisme   –   économie  
planifiée  

Suite  et  fin  du  cours  :  


 
D.    Le  Capitalisme  industriel  
 
Cahiers  français  n°349,  p.  3-­‐10  ;  p.  18-­‐22  ;  p.  29-­‐35  
 
Certes,   le   capitalisme   est   synonyme   de   propriété   privée,   de   libre   entreprise,  
d’accumulation   et   de   concentration   du   capital.   Le   capitalisme,   c’est   aussi   l’inégalité  
installée  au  cœur  du  système  social,  puisque  le  régime  d’appropriation  des  biens  est  pive  
et  que  le  dynamisme  économique  est  obtenu  par  la  mise  en  concurrence  des  entreprises  
mais  aussi  des  individus.    
Cependant   ce   cadre   général   est   insuffisant   pour   appréhender   les   multiples   formes   de  
capitalisme   dans   le   temps   et   dans   l’espace  :   plusieurs   types   de   régulation   se   sont  
succédés  et  il  ne  faut  pas  confondre  les  origines  du  capitalisme  et  le  début  de  l’expansion  
des   grandes   industries   (révolution   industrielle).   Le   K   est   d’abord   marchand  :   il  
s’épanouit   au   XVIe   siècle   avec   les   relation   de   commerce   au   loin   d’un   continent   à   un  
autre.  Parallèlement  se  développe  un  capitalisme  bancaire  fondé  sur  le  prêt  de  sommes  
d’argent   à   la   noblesse   (rôle   joué   par   les   Fugger   ou   les   Médicis).   Vient   ensuite   le  
capitalisme   industriel   avec   l’essor   des   grandes   manufactures   au   XIXe   siècle.   Le  
capitalisme  contemporain  est  un  mélange  de  ces  trois  situations.  
Au  capitalisme  atomistique  succède  progressivement  le  capitalisme  des  grandes  unités.  
Le   besoin   de   réunir   des   capitaux   plus   importants   est   à   l’origine   du   passage   de  
l’entreprise   individuelle   à   l’entreprise   sociétaire.   Par   la   suite,   la   volonté   d’éliminer   des  
concurrents,   d’accroître   le   profit,   ou   de   réduire   les   risques   amène   les   entreprises   à  
conclure   des   ententes   ou   à   s’engager   dans   un   processus   de   concentration   afin   de  
dominer  le  marché.  
 
 Le  risque  de  stagnation  pour  SCHUMPETER  (1883-­‐1950)  

Universitaire,  ministre,  banquier,  né  la  même  année  que  Keynes  :  approche  hétérodoxe  
de  l’économie,  mettant  au  centre  de  son  analyse  l’entrepreneur  et  l’innovation.    
Après   des   études   à   l’Université   de   Vienne,   il   enseigne   à   l’Université   de   Czernowitz   à  
partir   de   1908,   qu’il   quitte   en   1911   pour   Graz.   Il   devient   ministre   des   Finances   de   la  
nouvelle  république  autrichienne  au  printemps  1919,  dans  un  gouvernement  socialiste.  
Il   démissionne   en   octobre   de   la   même   année,   du   fait   de   ses   dissensions   avec   ses  
collègues  socialistes.  Il  reprend  dès  lors  son  activité  universitaire,  pour  l’interrompre  à  
nouveau   en   1921,   en   acceptant   la   présidence   d’une   banque   privée   viennoise,   la  
Biedermann   Bank.   Cette   expérience   se   termine   par   la   faillite   de   cette   banque   en   1924,  
dans   laquelle   Schumpeter   laisse   sa   fortune   personnelle.   Dès   lors,   il   ne   quitte   plus  

  1  
l’Université,  à  Bonn,  puis  à  Harvard  à  partir  de  1932.  Il  restera  jusqu’à  la  fin  de  ses  jours  
aux  États-­‐Unis.  
Pour   Schumpeter,   l’économie   politique   traditionnelle   (la   concurrence   pure   et   parfaite)  
décrit   une   économie   essentiellement   stationnaire,   caractérisée   par   un   bouclage   complet  
du   circuit   du   revenu   (car   le   profit   à   long   terme   est   nul).   Dès   sa   Théorie   de   l’évolution  
économique,   publiée   en   1912,   il   estime   que   le   seul   facteur   de   dynamique   économique  
réside   dans   la   présence   d’agents   économiques,   les   entrepreneurs,   qui   brisent   cette  
circularité  en  mettant  en  œuvre  de  nouvelles  combinaisons  de  production  dans  l’espoir  
d’un   profit   futur.   Mais   ce   facteur   de   dynamisme   est   aussi   générateur   d’instabilité,   et  
explique   l’existence   de   cycles   économiques,   que   Schumpeter   analyse   dans   Les   cycles  
d’affaires,   publié   en   1939.   D’une   part,   les   innovations   n’apparaissent   pas   de   manière  
continue,   mais   par   «  grappes  ».   D’autre   part,   leur   mise   en   œuvre   est   étroitement   liée   à  
l’utilisation   du   crédit,   qui   permet   aux   entrepreneurs   d’anticiper   des   recettes   futures.   Or,  
à  ce  jeu,  il  n’y  a  pas  que  des  gagnants  :  une  fois  une  innovation  mise  en  œuvre  par  une  
première   vague   d’entrepreneurs,   des   imitateurs   vont   suivre   au   fur   et   à   mesure   de   la  
phase   ascendante   du   cycle.   Les   effets   positifs   des   innovations   vont   alors   se   diffuser   et  
s’atténuer   progressivement,   jusqu’à   une   phase   de   retournement   dans   laquelle   le   rôle   du  
crédit  sera  déterminant.  Pour  reprendre  l’expression  de  Schumpeter,  le  capitalisme  est  
un  processus  continu  de  destruction  créatrice.  
Schumpeter   a   introduit   dans   son   analyse   un   certain   nombre   de   concepts,   qui   sont  
devenus   classiques   dans   l’étude   du   progrès   technique.   Ainsi,   une   invention   n’exerce   une  
influence   économique   que   si   elle   se   traduit   par   une   innovation,   mise   en   œuvre   par   un  
entrepreneur.   Cette   innovation   peut   porter   sur   un   procédé,   ou   un   produit   nouveau.  
L’apparition   de   nouvelles   combinaisons   peut   aussi   résulter   de   l’ouverture   d’un   nouveau  
débouché  pour  un  produit  déjà  connu,  de  l’utilisation  de  nouvelles  matières  premières,  
et  de  la  réorganisation  des  secteurs  de  l’économie.  
Apôtre   d’un   capitalisme   entrepreneurial,   Schumpeter   a   une   vision   pessimiste   de   son  
évolution  à  long  terme.  Dans  Capitalisme,  socialisme  et  démocratie  (1942),  il  estime  que  
les   facteurs   générateurs   de   la   dynamique   du   capitalisme   vont   voir   leurs   effets  
s’estomper   progressivement,   sous   la   pression   de   l’accroissement   de   la   taille   des  
entreprises.  Dans  la  grande  entreprise,  l’exploitation  du  processus  d’innovation  devient  
elle-­‐même  une  routine  et  le  rôle  des  individus  s’estompe  progressivement  pour  laisser  
place   à   l’action   d’une   classe   de   bureaucrates   qui   va   en   casser   progressivement   le  
dynamisme.   L’oligopolisation   de   l’économie   conduit   à   la   disparition   du   capitalisme,   au  
profit  d’une  socialisation  croissante  des  activités  facteur  de  stagnation  économique.  

Dans   son   ouvrage   Capitalisme,   socialisme   et   démocratie   (1942),   Joseph   Aloïs  


Schumpeter   développe   l'idée   que   les   grandes   firmes   où   règnent   les   administrateurs   et  
non  plus  les  entrepreneurs  vont  étouffer  l'innovation  bloquant  à  terme  la  dynamique  de  
la  croissance.  Réapparaît  ici  la  thèse  stagnationniste,  avec  l'épuisement  de  l'innovation,  
le   profit   (la   récompense   de   l'entrepreneur)   disparaît,   les   occasions   d'investissement  
également,  la  croissance  s'arrête.                  
Schumpeter   a   une   vision   d’ensemble   de   la   société,   qui   embrasse   des   dimensions  
historique,  philosophique  et  politique.  Son  érudition  le  conduit  à  rédiger,  à  la  fin  de  sa  
vie,   une   monumentale   Histoire   de   la   pensée   économique,   qu’il   ne   put   achever.   Sa  
troisième   épouse,   Elizabeth   Boody,   en   a   réalisé   l’édition   après   sa   mort   en   1950.   Cet  

  2  
ouvrage  est  une  devenu  un  véritable  classique,  incontournable  dans  son  domaine  (il  se  
trouve  à  la  bibliothèque).  
 
«  Un   état   plus   ou   moins   stationnaire   s'ensuivrait.   Le   capitalisme,   qui   consiste   essen-­
tiellement  en  un  processus  d'évolution,  s'atrophierait.  Les  entrepreneurs  se  verraient  privés  
de  tout  champ  d'activité  et  se  trouveraient  placés  dans  une  situation  très  analogue  à  celle  
de   généraux   dans   une   société   où   la   paix   perpétuelle   serait   parfaitement   garantie.   Les  
profits   et,   simultanément,   les   taux   d'intérêt   convergeraient   vers   zéro.   Les   couches   de  
bourgeoisie   qui   vivent   de   profits   et   d'intérêts   tendraient   à   disparaître.   La   gestion   des  
entreprises   industrielles   et   commerciales   ne   poserait   plus   que   des   problèmes  
d'administration   courante   et   son   personnel   prendrait   inévitablement   les   caractéristiques  
d'une   bureaucratie.   Un   socialisme   d'un   type   terre   à   terre   accéderait   presque  
automatiquement   à   l'existence.   L'énergie   humaine   s'écarterait   des   affaires.   Des   activités  
extra-­économiques   attireraient   les   meilleurs   esprits   et   fourniraient   les   occasions  
d'aventures.  
 

Pour   l'avenir   sur   lequel   nous   pouvons   raisonner,   cette   vision   d'un   état   stationnaire   est  
dépourvue   de   toute   portée.   Cependant   on   doit   attacher   une   importance   d'autant   plus  
grande  au  fait  que  beaucoup  des  répercussions  sur  la  structure  sociale  et  sur  l'organisation  
de  la  production  auxquelles  on  devrait  s'attendre  en  cas  de  satisfaction  approximativement  
complète   des   besoins   ou   de   Perfection   absolue   des   techniques   peuvent   aussi,   on   est  
également  en  droit  de  s'y  attendre,  résulter  d'une  évolution  que  nous  pouvons  dès  à  présent  
nettement   discerner.   En   effet,   le   progrès   lui-­même   peut   être   «   mécanisé   »   tout   aussi   bien  
que  le  serait  la  gestion  d'une  économie  stationnaire  et  cette  mécanisation  du  progrès  est  
susceptible   d'affecter   l'initiative   individuelle   (entrepreneurship)   et   la   société   capitaliste  
presque  autant  que  le  ferait  l'arrêt  du  progrès  économique.  Pour  le  démontrer,  il  suffit  de  
rappeler,  en  premier  lieu,  en  quoi  consiste  la  fonction  d'entrepreneur  et,  en  second  lieu,  ce  
qu'elle   signifie   pour   la   société   bourgeoise   et   du   point   de   vue   de   la   survivance   du   régime  
capitaliste.  
 

Nous   avons   vu   que   le   rôle   de   l'entrepreneur   consiste   à   réformer   ou   à   révolutionner   la  


routine   de   production   en   exploitant   une   invention   ou,   plus   généralement,   une   possibilité  
technique   inédite   (production   d'une   marchandise   nouvelle,   ou   nouvelle   méthode   de  
production  d'une  marchandise  ancienne,  ou  exploitation  d'une  nouvelle  source  de  matières  
premières   ou   d'un   nouveau   débouché,   ou   réorganisation   d'une   branche   industrielle,   et  
ainsi  de  suite).  La  construction  des  chemins  de  fer  dans  ces  premiers  stades,  la  production  
d'énergie  électrique  avant  la  première  guerre  mondiale,  la  vapeur  et  l'acier,  l'automobile,  
les   entreprises   coloniales   fournissent   des   exemples   frappants   d'une   vaste   catégorie  
d'affaires   qui   en   comprend   une   quantité   innombrable   de   plus   modestes   -­   jusqu'à   celles  
consistant,   au   bas   de   J'échelle,   à   faire   une   réussite   d'une   saucisse   ou   d'une   brosse   à   dent  
d'un   type   spécifique.   C'est   à   ce   genre   d'activités   que   l'on   doit   primordialement   attribuer   la  
responsabilité  des  «  prospérités  »  récurrentes  qui  révolutionnent  l'organisme  économique,  
ainsi  que  des  «  récessions  »  non  moins  récurrentes  qui  tiennent  au  déséquilibre  causé  par  le  
choc   des   méthodes   ou   produits   nouveaux.   La   mise   en   œuvre   de   telles   innovations   est  
difficultueuse  et  constitue  une  fonction  économique  distincte,  en  premier  lieu  parce  qu'elles  

  3  
se  détachent  des  besognes  de  routine  familières  à  quiconque  et,  en  deuxième  lieu,  parce  que  
le  milieu  économique  y  résiste  par  des  moyens  divers,  allant,  selon  les  conditions  sociales,  
du   refus   pur   et   simple   d'acquérir   ou   de   financer   un   nouvel   objet   à   l'agression   physique  
contre   l'homme   qui   tente   de   le   produire.   Pour   agir   avec   confiance   au   delà   de   la   zone  
délimitée   par   les   balises   familières   et   pour   surmonter   ces   résistances   du   milieu,   des  
aptitudes   sont   nécessaires   qui   n'existent   que   chez   une   faible   fraction   de   la   population   et  
qui  caractérisent  à  la  fois  le  type  et  la  fonction  d'entrepreneur.  Cette  fonction  ne  consiste  
pas   essentiellement   à   inventer   un   objet   ou   à   créer   des   conditions   exploitées   par  
l'entreprise,  mais  bien  à  aboutir  à  des  réalisations.  
 

Or,   cette   fonction   sociale   est,   dès   à   présent,   en   voie   de   perdre   son   importance   et   elle   est  
destinée  à  en  perdre  de  plus  en  plus  et  à  une  vitesse  accélérée  dans  J'avenir,  ceci  même  si  le  
régime   économique   lui-­même,   dont   l'initiative   des   entrepreneurs   a   été   le   moteur   initial,  
continuait  à  fonctionner  sans  perturbations.  En  effet,  d'une  part,  il  est  beaucoup  plus  facile  
désormais  que  ce  n'était  le  cas  dans  le  passé,  d'accomplir  des  tâches  étrangères  à  la  routine  
familière   -­   car   l'innovation   elle-­même   est   en   voie   d'être   ramenée   à   une   routine.   Le   progrès  
technique   devient   toujours   davantage   l'affaire   d'équipes   de   spécialistes   entraînés   qui  
travaillent   sur   commande   et   dont   les   méthodes   leur   permettent   de   prévoir   les   résultats  
pratiques  de  leurs  recherches.  Au  romantisme  des  aventures  commerciales  d'antan  succède  
rapidement  le  prosaïsme,  en  notre  temps  où  il  est  devenu  possible  de  soumettre  à  un  calcul  
strict   tant   de   choses   qui   naguère   devaient   être   entrevues   dans   un   éclair   d'intuition  
générale.  
 
D'autre   part,   la   personnalité   et   la   force   de   volonté   doivent   nécessairement   peser   moins  
lourd   dans   des   milieux   qui   se   sont   habitués   au   changement   économique   -­   spécialement  
caractérisé  par  un  flux  incessant  de  nouveaux  biens  de  consommation  et  de  production  -­  et  
qui,  loin  d'y  résister,  l'accueillent  tout  naturellement.  Certes,  tant  que  subsistera  le  régime  
capitaliste,   il   n'y   a   aucune   chance   pour   que   se   relâchent   les   résistances   provenant   des  
intérêts   menacés   par   les   innovations   apportées   aux   processus   de   production.   De   telles  
résistances  constituent,  par  exemple,  le  principal  obstacle  dressé  sur  la  route  qui  mène  à  la  
production  en  masse  d'habitations  bon  marché,  laquelle  présupposerait  une  mécanisation  
radicale   et   l'élimination   en   bloc   des   méthodes   inefficaces   de   travail   sur   le   chantier.  
Cependant,   toutes   les   autres   formes   de   résistance   -­   celle,   notamment,   opposée   par   les  
producteurs  et  consommateurs  à  un  nouveau  produit  pour  la  seule  raison  qu'il  est  nouveau  
-­  ont  déjà  quasiment  disparu.  
 
Ainsi,   le   progrès   économique   tend   à   se   dépersonnaliser   et   à   s'automatiser.   Le   travail   des  
bureaux  et  des  commissions  tend  à  se  substituer  à  l'action  individuelle.  Une  comparaison  
militaire  va  nous  aider  une  fois  de  plus  à  préciser  ce  point  essentiel.  
 
Naguère  (en  gros  jusques  et  y  compris  les  guerres  napoléoniennes),  général  était  synonyme  
d'entraîneur   d'hommes   et   par   succès   l'on   entendait   le   succès   personnel   du   chef   qui  

  4  
récoltait  des  «  profits  »  correspondants  sous  forme  de  prestige  social1.  La  technique  de  la  
guerre   et   la   structure   des   armées   étant   ce   qu'elles   étaient,   la   décision   individuelle   et  
l'énergie   contagieuse   de   ce   chef   voire   sa   présence   réelle   sur   un   cheval   fougueux   -­  
constituait  des  éléments  essentiels  des  situations  tactiques  et  stratégiques.  La  présence  de  
Napoléon  était  et  devait  être  effectivement  sentie  sur  les  champs  de  bataille.  Or,  il  n'en  va  
plus  ainsi  désormais.  Le  travail  d'état-­major,  spécialisé  et  rationalisé,  est  en  voie  d'effacer  
la   personnalité;   le   calcul   des   résultats   se   substitue   à   l'intuition.   Le   grand   chef   n'a   plus  
l'occasion  de  se  ruer  dans  la  mêlée.  Il  est  en  passe  de  devenir  un  employé  de  bureau  comme  
les  autres  -­  un  employé  qui  n'est  pas  toujours  difficile  à  remplacer.  
 

Ou   encore,   prenons   une   autre   comparaison   militaire.   Au   Moyen   Age,   la   guerre   était   affaire  
éminemment  individualiste.  Les  chevaliers  bardés  de  fer  pratiquaient  un  art  qui  exigeait  un  
entraînement  poursuivi  tout  au  long  de  leur  vie  et  chacun  d'eux  comptait  individuellement,  
par   la   vertu   de   son   habileté   et   de   ses   prouesses   personnelles.   Il   est   donc   facile   de  
comprendre  la  raison  pour  laquelle  le  milieu  des  armes  était  devenu  la  base  d'une  classe  
sociale,   au   sens   le   plus   riche   et   le   plus   plein   de   ce   terme.   Mais   l'évolution   technique   et  
sociale   a   miné   et   finalement   détruit   la   fonction   et   la   position   de   cette   classe.   Certes,   la  
guerre  elle-­même  n'a  pas  été  tuée  par  ces  influences.  Elle  est  seulement  devenue  de  plus  en  
plus   mécanique   -­   à   un   point   tel,   en   dernier   ressort,   que   les   succès   réalisés   dans   ce   qui   n'est  
plus  qu'une  simple  profession  ont  cessé  d'avoir  ce  caractère  d'accomplissement  personnel  
qui   élève,   non   seulement   l'individu,   mais   encore   son   groupe   à   une   position   durable   de  
commandement  social.  
 
Or,  un  processus  social  analogue  -­  et  même,  en  dernière  analyse,  le  même  processus  social  -­  
amoindrit   de   nos   jours   le   rôle   et,   simultanément,   la   position   sociale   de   l'entrepreneur  
capitaliste.  Ce  rôle,  bien  que  moins  spectaculaire  que  celui  des  seigneurs  médiévaux  de  la  
guerre,  grands  ou  petits,  constitue  ou  plutôt  constituait  un  autre  type  de  commandement  
individuel  agissant  par  la  vertu  de  l'énergie  personnelle  et  de  la  responsabilité  directe  du  
succès.   La   position   des   entrepreneurs,   tout   comme   celles   des   classes   militaires,   se   trouve  
menacée  dès  lors  que  la  fonction  remplie  par  eux  au  sein  du  processus  social  perd  de  son  
importance   et   elle   l'est   tout   autant   lorsque   ce   déclin   tient   à   la   disparition   des   besoins  
sociaux  servis  par  ces  entrepreneurs  que  si  ces  besoins  reçoivent  satisfaction  par  d'autres  
méthodes  plus  impersonnelles.  
 
Or,  un  tel  phénomène  affecte  la  position  de  la  couche  bourgeoise  tout  entière.  Bien  que  les  
entrepreneurs  ne  constituent  pas  nécessairement  (ni  même  typiquement)  des  éléments  de  
cette  couche  dès  le  début  de  leur  carrière,  ils  ne  s'y  agrègent  pas  moins  en  cas  de  succès.  
Ainsi,   bien   que   les   entrepreneurs   ne   constituent   pas   en   soi   une   classe   sociale,   la   classe  
bourgeoise   les   absorbe   ainsi   que   leurs   familles   et   leurs   parents   et,   du   même   coup,   elle   se  
recrute   et   se   revivifie   constamment,   cependant   que,   simultanément,   les   familles   qui  
interrompent  toute  relation  active  avec  les  «  affaires  »  retombent  dans  le  commun  au  bout  
d'une   génération   ou   deux.   Entre   ces   deux   extrêmes   se   place   le   stade   intermédiaire   entre  

                                                                                                               
1 Et aussi en chargeant ses fourgons à l'instar de certains des maréchaux de Napoléon (N. d. T.).

  5  
l'aventure   des   entrepreneurs   conquistadors   et   la   simple   gestion   courante   d'un   domaine  
hérité  -­  le  stade  atteint  par  le  gros  des  industriels,  négociants.,  financiers  et  banquiers.  Les  
revenus  dont  vit  cette  classe  sont  produits  par,  et  sa  position  sociale  repose  sur  le  succès  de  
ce   secteur   plus   ou   moins   actif   -­   lequel,   bien   entendu,   peut,   comme   c'est   le   cas   aux   États-­
Unis,  représenter  plus  de  90  %  de  l'élément  bourgeois  -­  ainsi  que  des  individus  qui  sont  en  
passe  J'y  accéder.  Économiquement  et  sociologiquement,  directement  et  indirectement,  la  
bourgeoisie   dépend   donc   de   l'entrepreneur   et,   en   tant   que   classe,   elle   est   condamnée   à  
vivre  et  à  mourir  avec  lui,  étant  entendu  qu'un  stade  de  transition  plus  ou  moins  prolongé  
(au   terme   duquel   la   classe   bourgeoise   pourra   se   sentir   incapable   à   la   fois   de   vivre   et   de  
mourir)   a   beaucoup   de   chances   de   s'insérer   dans   cette   évolution,   tout   comme   cela   se  
produisit  effectivement  dans  le  cas  de  la  civilisation  féodale.  

 
Pour  résumer  cette  partie  de  notre  thèse  :  si  l'évolution  capitaliste  -­  le  «  progrès  »  -­  ou  bien  
prend   fin,   ou   bien   devient   complètement   automatique,   le   support   économique   de   la  
bourgeoisie   industrielle   sera   finalement   réduit   à   des   salaires   analogues   à   ceux   qui  
rémunèrent  la  besogne  administrative  courante,  exception  faite  pour  les  résidus  de  quasi-­
rentes  et  de  bénéfices  monopolistiques  dont  l'on  peut  s'attendre  à  ce  qu'ils  persisteront  en  
décroissant   pendant   un   certain   temps.   Comme   l'initiative   capitaliste,   de   par   ses   réussites  
mêmes,  tend  à  automatiser  les  progrès,  nous  conclurons  qu'elle  tend  à  se  rendre  elle-­même  
superflue   -­   à   éclater   en   morceaux   sous   la   pression   même   de   son   propre   succès.   L'unité  
industrielle   géante   parfaitement   bureaucratisée   n'élimine   pas   seulement,   en   «   expropriant  
»   leurs   possesseurs,   les   firmes   de   taille   petite   ou   moyenne,   mais,   en   fin   de   compte,   elle  
élimine  également  l'entrepreneur  et  exproprie  la  bourgeoisie  en  tant  que  classe  appelée  à  
perdre,  de  par  ce  processus,  non  seulement  son  revenu,  mais  encore,  ce  qui  est  infiniment  
plus   grave,   sa   raison   d'être.   Les   véritables   pionniers   du   socialisme   n'ont   pas   été   les  
intellectuels   ou   les   agitateurs   qui   ont   prêché   cette   doctrine,   mais   bien   les   Vanderbilt,   les  
Carnegie,   les   Rockefeller.   Certes,   il   se   peut   qu'une   telle   constatation   ne   soit   pas   à   tous  
points   de   vue   du   goût   des   socialistes   marxistes,   ni,   à   plus   forte   raison,   qu'elle   plaise   aux  
socialistes   d'obédience   plus   populaire   (Marx   aurait   dit   :   vulgaire).   Mais,   du   point   de   vue  
prévisionnel,  elle  conduit  à  formuler  des  pronostics  qui  ne  diffèrent  pas  des  leurs.  »  
J.A.S,  Capitalisme,  socialisme  et  démocratie,  1942  

 
Le  processus  d'industrialisation  
Les  sociétés  pré-­‐industrielles  n'ignorent  pas  la  production  manufacturière.  A  un  
niveau  élémentaire,  l'auto-­‐production    paysanne  et  le  petit  artisanat  villageois  satisfont  
aux   besoins   limités   du   monde   des   campagnes.   A   l'autre   bout   de   l'échelle,   construction  
navale,   arsenaux   royaux   surtout   :   activité   la   plus   lourde   par   l'ampleur   des   moyens  
mobilisés  et  l'importance  de  la  main  d'œuvre  concentrée  dans  un  même  chantier.  
Surtout,  l'artisanat  urbain  des  villes  prospère  ici  et  là  depuis  la  fin  du  Moyen-­‐Âge.  
Il  s'agit  d'une  production  en  petite  série  d'objets  de  qualité,  caractérisée  par  une  division  
du   travail   par   métiers,   produisant   avant   tout   pour   une   clientèle   locale   aisée.   Cet  
artisanat  est  organisé  pour  une  bonne  part  en  corporations  (métiers,  guildes,  jurandes)  
jouissant  de  monopoles  de  production  (intervention  de  l’État).  
Mais   ce   système   traditionnel   est   à   la   fois   concurrencé   et   complété     dès   le   17e  
siècle   en   Europe   occidentale,   essentiellement   dans   la   filière   textile,   par   le  
développement   de   l'industrie   rurale   dispersée   dont   les   caractéristiques   annoncent   à  

  6  
certains   égards   l'industrie   future.   Ce   processus   de   "proto-­‐industrialisation"   (terme   de  
l’historien   américain   F.   Mendels,   1972)   mêle   en   effet   l'ancien   et   le   nouveau:   s'il   s'agit  
toujours   de   la   petite   production   en   chambre,   employant   des   instruments   de   travail  
traditionnels,   il   y   a   rupture   juridique   et   organisationnelle.   La   proto-­‐industrie   se  
développe   à   l'écart   du   système   corporatif   et   surtout,   à   travers   le   domestic   system,  
introduit   des   rapports   quasi-­‐salariaux   entre   des   marchands   fabricants   et   des  
travailleurs   produisant   chez   eux   mais   dépendants   des   premiers.   Ceux-­‐ci,   propriétaires  
du  capital  circulant,  distribuent  le  travail,  récupèrent  les  biens  ouvragés  en  rémunérant  
les   travailleurs   "à   façon"   et   commercialisent   ces   biens   sur   des   marchés   extérieurs   à   la  
région   productrice.   Fait   essentiel:   la   proto-­‐industrie   se   déploie   hors   des   villes   pour  
contourner   l'obstacle   du   protectionnisme   corporatif,   ce   qui   entraîne   une   ruralisation   du  
travail   manufacturier.   En   même   temps,   elle   procure   un   supplément   de   ressources  
monétaires   à   de   nombreux   agriculteurs   qui   n'en   obtiennent   guère   avec     la  
commercialisation  limitée  de  leur  production.    
Loin  de  disparaître  avec  le  décollage  économique,  les  activités  proto-­‐industrielles  
résistent  et  même  se  développent  durablement  au  19e  siècle.  En  Grande-­‐Bretagne,  pays  
pionnier  de  la  révolution  industrielle,  la  grande  industrie  ne  l'emporte  sur  la  production  
dispersée  que  vers  1850.  En  France,  on  observe  bel  et  bien  un  essor  du  domestic  system  
jusque  dans  les  années  1870-­‐1880.  Il  noue  d'ailleurs  des  relations  de  complémentarité  
avec  le  factory  system  (à  Mulhouse,  par  exemple,  les  entreprises  de  filature  distribuent  
des  fils  à  tisser  dans  les  campagnes  vosgiennes  alentour).  
Quant  à  lui,  l'artisanat  urbain  parvint  à  répondre  à  l'expansion  de  la  demande  aux  
18e   et   19e   siècles   sans   changement   brutal   de   leur   organisation:   transformation  
progressive   d'une   partie   de   l'artisanat   traditionnel   en   PME   avec   un   recours   limité   au  
machinisme,  l'amélioration  des  produits,  autorisant  la  pérennité  de  la  culture  du  métier.  
Ce   modèle   d'industrie   artisanale   concerne   quelques   petites   villes   depuis   longtemps  
spécialisées,   comme   la   petite   métallurgie   textile   de   Birmingham   et   les   armes   à   Saint-­‐
Etienne,   ainsi   que   les   grandes   métropoles   européennes   (Londres   et   Paris).   La   capitale  
française   est   connue   pour   l'étendue   de   ses   activités   industrielles   à   caractère   artisanal:  
chimie,  construction  mécanique,  imprimerie,  confection.  La  longue  dépression  de  la  fin  
du  19e  siècle  portera  de  rudes  coups  à  ce  mode  des  PME,  filles  de  l'artisanat.  
 
 

L'entrepreneur  entre  ordre  et  désordre  


Par  Alain  Fayolle,  professeur  à  l’EM  Lyon  
La   littérature   économique   présente   deux   types   d'entrepreneurs:   l'organisateur   et  
l'innovateur.   Deux   figures   complémentaires   qui   apportent   au   capitalisme  
dynamisme  et  stabilité.  
C'est   dès   la   fin   du   XVIe   siècle   qu'apparaît   le   mot   entrepreneur.   Il   désigne   alors   un  
négociant  qui  traite  principalement  avec  les  armées  royales.  Puis  il  est  appliqué  à  tous  
ceux   qui,   liés   par   un   contrat   avec   la   royauté,   se   chargent   de   la   construction   des  
fortifications,   des   ponts   et   des   routes.   Dans   leur   Encyclopédie   de   1755,   d'Alembert   et  
Diderot   définissent   l'entrepreneur   comme   celui   qui   se   charge   d'un   ouvrage.   On   parle  
encore   aujourd'hui,   dans   le   langage   commun,   d'entrepreneur   du   bâtiment.   Mais  
l'entrepreneur,   c'est   d'abord   le   chef   d'entreprise,   acteur   essentiel   du   processus  
économique,   qui   fait   croître   la   production.   Avec   deux   figures   majeures:   celle   de  

  7  
l'organisateur  et  celle  de  l'innovateur,  qui  se  complètent  mutuellement.  

   

Entrepreneur  et  capitaliste  


 La  littérature  économique  reconnaît  la  figure  de  l'entrepreneur  dès  le  début  du  XVIIIe  
siècle.   Richard   Cantillon   (1697-­‐1734)   est   le   premier   à   présenter   la   fonction   de  
l'entrepreneur   et   son   importance   dans   le   développement   économique.   L'entrepreneur  
de   Cantillon   prend   des   risques   dans   la   mesure   où   il   s'engage   de   façon   ferme   vis-­‐à-­‐vis   de  
tiers,   ses   fournisseurs,   alors   qu'il   n'a   pas   de   garantie   certaine   de   ce   qu'il   peut   en  
attendre.   Son   évaluation   correcte   des   mécanismes   de   marché   constitue   donc   un   acte  
nécessaire  à  la  réduction  de  l'incertitude  et  au  bon  fonctionnement  de  l'économie.  

Si   les   économistes   n'ont   plus   cessé,   depuis   ce   premier   regard,   de   s'intéresser   à  


l'entrepreneur,   les   théories   proposées   pour   expliquer   sa   contribution   couvrent   une  
grande   variété   de   fonctions   et   de   comportements.   Pour   Adam   Smith,   la   fonction  
principale   de   l'entrepreneur   est   l'accumulation   de   capital.   Plus:   est   entrepreneur   celui  
qui   détient   du   capital.   D'une   façon   générale   les   économistes   classiques   qui   suivront  
Adam  Smith,  à  quelques  exceptions  près,  confondent  la  figure  de  l'entrepreneur  et  celle  
du  capitaliste.  L'entrepreneur  est  d'abord  celui  qui  gère  et  fait  fructifier  son  capital.  

Le  patron,  l'entrepreneur  et  le  manager  


Alors   que   l'image   du   capitaliste   est   négative,   parce   qu'elle   évoque   les   inégalités   de  
revenus  et  de  patrimoine  et  la  figure  du  rentier,  qui  tire  sa  richesse  de  l'exploitation  du  
travail,   la   figure   de   l'entrepreneur   est   positive.   Il   peut   certes   être   très   bien   rémunéré,  
mais  cette  rémunération  est  la  contrepartie  de  son  apport  à  la  dynamique  globale  de  la  
création   de   richesses,   qui   profite   à   tous.   On   comprend   que   le   patronat   soit   désormais  
représenté   par   le   "Mouvement   des   entreprises   de   France"   (Medef)   et   que   son   président,  
Ernest   Antoine   Seillière,   pourtant   authentique   capitaliste,   se   présente   ainsi   comme   le  
porte-­‐parole  des  "entrepreneurs".  

 
Cet   entrepreneur   poursuit-­‐il   d'autres   fins   que   le   capitaliste  ?   La   dissociation   entre   les  
deux   figures,   engendrée   par   la   concentration   des   entreprises   et   la   dilution   de   leur  
actionnariat,   a   conduit   des   économistes   comme   James   Burnham   ou   John   Kenneth  
Galbraith  à  distinguer  la  figure  du  manager,  plus  soucieux  de  croissance  et  de  conquête  
de   parts   de   marché,   de   celle   de   l'actionnaire,   qui   cherche   la   rentabilité.   Le  
développement  du  capitalisme  actionnarial  apparaît  comme  une  forme  de  réponse  à  ce  
risque  pour  le  capital:  les  managers,  désormais  intéressés  à  la  valorisation  boursière  des  
entreprises   qu'ils   dirigent,   via   les   stock-­‐options,   sont   à   nouveau   en   phase   avec   leurs  
actionnaires.  Enfin,  la  figure  de  l'entrepreneur  capitaliste  n'a  pas  disparu,  qu'il  gère  son  
entreprise   en   direct,   comme   Bill   Gates   (Microsoft),   Gérard   Mulliez   (Auchan)   ou   Édouard  
Michelin,   ou   qu'il   délègue   cette   tâche   à   un   manager   surveillé   de   près,   comme   le   fait   la  

  8  
famille  Peugeot.  

 
Différente   est   l'approche   de   Jean-­‐Baptiste   Say,   industriel   et   banquier   français   (1767-­‐
1832)  connu  pour  ses  écrits  d'économie  politique.  Il  assigne  comme  fonction  principale  
à   l'entrepreneur   la   combinaison   des   facteurs   de   production   et   l'organisation   de   la  
production.   L'entrepreneur   de   Say   est   un   catalyseur   et   un   rassembleur   d'hommes.   Il   est  
avant  tout  un  organisateur  qui  se  fixe  comme  premier  but  d'accroître  et  d'optimiser  la  
production.   La   recherche   du   profit   est   annexe.   L'entrepreneur   selon   Jean-­‐Baptiste   Say  
bouleverse  et  désorganise,  il  cherche  le  changement  et  sait  agir  pour  l'exploiter  comme  
une  opportunité.  

Il   faudra   attendre   Joseph   Schumpeter   pour   que   naisse   un   éclairage   nouveau   aboutissant  
à   une   théorie   complète   sur   la   fonction   entrepreneuriale.   L'entrepreneur   devient   le  
moteur   de   l'évolution   économique.   Il   innove   en   inventant   de   nouvelles   combinaisons  
des   facteurs   de   production,   qui   détruisent   l'ancienne   structure   économique   pour   en  
recréer   une   nouvelle.   Quiconque   remplit   cette   fonction   d'innovation   est   un  
entrepreneur,   qu'il   s'agisse   d'un   homme   d'affaires   indépendant,   d'un   cadre   ou   d'un  
directeur  d'entreprise.  

Au   final,   la   littérature   économique   nous   offre   deux   figures   principales   d'entrepreneur  


qui  remplissent  quatre  rôles  fondamentaux.  Les  figures  sont  celles  de  l'organisateur  et  
de   l'innovateur.   Le   premier   des   quatre   rôles   concerne   la   prise   en   compte   des   risques  
dans   les   activités   économiques   (Cantillon,   Say).   Le   deuxième   rôle   est   d'apporter   des  
innovations   qui   vont   contribuer   à   transformer   l'économie   (Schumpeter).   Le   troisième  
sera  souligné  notamment  par  l'école  des  économistes  autrichiens  libéraux:  la  recherche  
active  des  opportunités  de  profit  sur  les  marchés  considérés  comme  les  supports  de  la  
création   de   richesses.   Enfin,   le   dernier   rôle   est   la   coordination   des   ressources   limitées  
(travail,   capital,   terre,   etc.),   qui   vont   s'avérer   indispensables   à   l'exploitation   des  
opportunités  de  production  et  à  l'organisation  des  activités  (Say).  

   

L'entrepreneur  organisateur  
 L'organisateur  des  activités  économiques  est  un  entrepreneur  de  l'ordre.  Il  identifie  les  
facteurs   et   les   ressources   utiles,   sait   se   les   procurer,   les   assembler   et   les   mettre   en  
œuvre  avec  profit.  Il  est  ici  un  intermédiaire  qui  coordonne  des  ressources  rares,  et  ce  
d'une   façon   dynamique.   Cela   signifie   qu'il   n'est   pas   simplement   concerné   par  
l'affectation   statique   des   ressources   à   un   moment   donné,   mais   aussi   par   la   recherche  
permanente  d'une  amélioration  du  processus  de  production.  

L'entrepreneur  de  Jean-­‐Baptiste  Say  est  une  très  bonne  illustration  de  ce  premier  type  
d'entrepreneur.   Dans   sa   conception   de   l'économie   et   de   l'industrie,   Say   distingue   trois  
acteurs  principaux:  le  savant,  qui  étudie  les  lois  de  la  nature;  l'entrepreneur,  qui  utilise  
et  bénéficie  des  connaissances  du  savant  pour  créer  des  produits  utiles  à  la  société;  et  
l'ouvrier,   qui   travaille   sous   leurs   ordres.   L'entrepreneur   est   au   cœur   du   processus  

  9  
économique   tel   que   Say   le   conçoit.   Il   est   un   agent   économique   dynamique,   doté   d'une  
forte   rationalité   et   capable   de   garantir   l'équilibre   général.   Say   opère   une   nette  
distinction  entre  la  fonction  d'entrepreneur  et  celle  d'apporteur  de  capitaux.  Même  s'il  
considère   que   ces   deux   fonctions   peuvent   parfois   être   réunies,   cela   n'est   ni   une  
obligation,   ni   quelque   chose   de   nécessaire   à   ses   yeux.   Pour   lui,   les   traits   les   plus  
caractéristiques   de   l'activité   de   l'entrepreneur   sont   de   diriger   et   d'organiser,   d'une   part,  
et  de  prendre  des  risques,  d'autre  part.  

Succès  et  faiblesse  du  capitalisme  :  une  vue  synoptique  

 
L'entrepreneur  innovateur  

 Si   le   premier   type   d'entrepreneur   est   adepte   de   l'ordre,   le   second   préfère   plutôt   le  
désordre!   La   création   destructrice   de   Schumpeter   évoque   tout   à   fait   cette   idée   que  
l'instauration  d'une  dynamique  économique  n'est  possible  qu'à  partir  d'une  révolution,  
c'est-­‐à-­‐dire  d'une  remise  en  cause  complète  de  l'ordre  établi.  Schumpeter  met  en  avant,  
pour  le  glorifier,  le  rôle  perturbateur  de  l'entrepreneur.  Il  précise  que  seuls  les  individus  
capables   d'innover   méritent   la   désignation   d'entrepreneur.   Ces   individus   sont   dotés  
d'une  capacité  créative  et  font  preuve  d'initiative  et  de  volonté.  Ils  assurent  le  passage  
entre  le  monde  scientifique  de  la  découverte  et  des  inventions  et  le  monde  économique  
des  innovations.  

Schumpeter   distingue   donc   nettement   l'invention,   qui   est   le   résultat   d'une   activité  
scientifique   non   nécessairement   motivée   par   le   progrès   économique   et   social,   de  
l'innovation,   qui   pourrait   être   vue   d'une   certaine   façon   comme   l'introduction   réussie  
d'une   invention   dans   un   contexte   économique   et   social.   Ceci   étant,   l'innovation   selon  
Schumpeter   s'inscrit   dans   une   perspective   large,   puisqu'elle   concerne   toutes   les  
modifications  apportées  dans  les  procédés  de  production,  dans  les  produits,  mais  aussi  
dans   l'organisation   de   l'entreprise,   dans   la   commercialisation   des   produits   ou   dans   le  
financement   de   la   production.   La   réalisation   de   ce   que   Schumpeter   appelle   une   nouvelle  
combinaison  productive.  

Si,   à   travers   l'innovation,   l'entrepreneur   introduit   un   déséquilibre   dans   le   système  


économique,  il  peut  en  obtenir  un  profit  important,  mais  qui  reste  toujours  temporaire.  
Les   innovations   finissent   en   effet   inévitablement   par   être   imitées,   et   ceci   conduit   à   de  
nouveaux  états  d'équilibre  qui  remettent  en  cause  la  source  de  profit.  

Cette  seconde  figure  de  l'entrepreneur  peut  donc  être  caractérisée  par  plusieurs  rôles:  
apport   d'innovations,   recherche   d'opportunités   pour   des   nouveaux   produits   et   services,  
ou  encore,  comme  chez  Say,  prise  en  compte  des  risques.  L'entrepreneur  innovateur  et  
l'entrepreneur   organisateur   constituent   deux   figures   nécessaires   et   complémentaires,  

  10  
qui  donnent  au  capitalisme  à  la  fois  son  dynamisme  et  sa  stabilité.  

 
Cet  article  est  issu  du  dossier  Comprendre  :  le  capitalisme  en  dix  fiches  
Alternatives  Economiques  -­‐  Hors-­‐série  n°65  -­‐  Avril  2005  
 
 
 
 
 
 
 

La  dynamique  de  l'innovation  

Jacques   Brasseul,   Professeur   à   l'Université   de   Toulon-­‐Var   |   Alternatives   Economiques  


Hors-­série  n°  065  -­‐  avril  2005  
Si  l'innovation  n'est  pas  circonscrite  au  système  capitaliste,  elle  en  est  un  attribut  
essentiel.  Processus  cumulatif,  c'est  surtout  elle  qui  produit  de  la  croissance.  
 

Quels   sont   les   liens   entre   innovations   et   capitalisme?   Une   première   réponse   intuitive  
serait  l'idée  que  l'abondance  des  découvertes  passe  par  la  liberté  économique.  Si  celle-­‐ci  
est  établie,  si  une  myriade  d'initiatives  individuelles  peut  se  manifester,  les  chances  de  
trouvailles   heureuses   seront   favorisées.   On   n'imagine   pas   l'État   monarchique   anglais  
mettre   au   point   dans   ses   ministères   une   machine   à   vapeur   en   1765,   pas   plus   qu'un  
métier   à   filer   ou   à   tisser   le   coton   efficace.   Il   fallait   pour   cela   les   esprits   inventifs   et  
entreprenants   d'un   James   Watt,   d'un   Richard   Arkwright   ou   d'un   Edmund   Cartwright,  
prototypes   de   ces   premiers   entrepreneurs-­‐innovateurs   vantés   plus   tard   par   Joseph  
Schumpeter   ou   Frank   Knight.   L'innovation   majeure   est   avant   tout   une   rupture,   produite  
par   des   esprits   excentriques,   des   individus   dont   l'histoire   se   confond   avec   celle   du  
capitalisme,  d'Abraham  Darby  à  Bill  Gates,  en  passant  par  Thomas  Edison.  
Innover  pour  ne  pas  disparaître  

Mais  la  liberté  économique  suffit-­‐elle  à  tout  expliquer?  Son  absence  totale  (ni  liberté  du  

marché   ni   liberté   de   créer   et   de   posséder   des   entreprises),   comme   c'était   le   cas   dans  

  11  
l'économie  socialiste  planifiée  soviétique,  n'a  pas  été  synonyme  de  stagnation  technique.  
En   effet,   un   État   qui   détient   tous   les   pouvoirs   économiques   peut   investir   massivement  
dans   la   recherche,   les   centres,   les   laboratoires,   les   projets   et   obtenir   des   résultats  
spectaculaires.   Le   premier   Spoutnik   et   le   premier   vol   humain   dans   l'espace   ont   bien  
montré   cette   possibilité.   De   même   que   la   maîtrise   soviétique   en   matière   aéronautique  
ou   nucléaire.   Mais   au   niveau   des   progrès   dans   la   vie   courante,   quand   on   quitte   les  
grands   projets   où   l'État   peut   "mettre   le   paquet"   dans   un   domaine,   force   est   de  
reconnaître   la   pauvreté   des   innovations   fournies   par   l'URSS   pendant   ses   quelque  
soixante-­‐dix  ans  d'existence.  

Aussi,   pour   William   Baumol,   l'innovation,   plus   que   la   concurrence   sur   les   prix,   est   un  
attribut   spécifique   au   capitalisme   de   marché.   La   concurrence   oblige   les   firmes   à   investir  
dans   la   recherche,   à   innover,   si   elles   ne   veulent   pas   être   éliminées.   Comme   Marx   et  
Engels,   et   Schumpeter   après   eux,   il   considère   que   l'innovation   est   partie   intégrante   du  
système.   Mais   moins   du   fait   de   la   volonté   d'accumulation   ou   de   la   recherche   du   profit  
que  de  cette  nécessité  d'innover  pour  ne  pas  disparaître.  La  concurrence  oligopolistique,  
plus   que   la   concurrence   parfaite,   comme   dans   le   cas   de   l'automobile   ou   de  
l'informatique,   avec   de   grandes   firmes   équipées   de   labos   de   recherche   et   utilisant  
l'innovation  comme  arme  principale  dans  la  concurrence,  est  le  régime  le  mieux  adapté  
au   progrès   technique   continu.   L'évolution   constante   de   nos   modèles   d'ordinateurs,   de  
téléphones   ou   de   voitures   en   est   une   illustration.   Le   processus   de   l'innovation   est  
incorporé   dans   l'activité   de   la   firme,   il   n'est   plus   seulement   laissé   au   hasard   des  
inventeurs  isolés,  il  est  devenu  systématique,  permanent  et  routinier.  

 
Le  rythme  s'accélère  

Les   coûts   et   les   prix   des   nouvelles   technologies   ont   régulièrement   baissé.   Selon   Marc  
Giget,  "le  prix  du  transport  ferroviaire  a  diminué  de  4%  par  an  de  1850  à  1900,  celui  de  
l'électricité  de  7%  par  an  de  1890  à  1920,  celui  des  automobiles  de  11%  par  an  de  1900  à  

1925,   celui   du   billet   d'avion   de   9%   par   an   de   1950   à   2000   et   celui   des   ordinateurs   de   30%  

  12  
par   an   de   1970   à   2000".   Il   y   a   en   outre   une   accélération   de   la   diffusion   des   technologies;  
le  temps  nécessaire  pour  qu'elles  fassent  partie  du  quotidien  tend  à  diminuer:  ainsi  des  
données   du   Programme   des   Nations   unies   pour   le   développement   (PNUD)   montrent  
qu'il  a  fallu  trente-­‐huit  années  à  la  radio  après  son  lancement  pour  atteindre  le  seuil  des  
50   millions   d'utilisateurs,  treize  années  pour  le  téléviseur,  seize  années  pour  le  micro-­‐
ordinateur  et  quatre  années  pour  le  Web.  

De   plus,   selon   des   données   citées   par   William   Baumol,   le   temps   écoulé   entre   le  
lancement   d'un   nouveau   produit   par   une   firme   et   sa   fabrication   par   des   concurrents   est  
passé  de  trente-­‐trois  ans  au  début  du  XXe  siècle  à  treize  ans  vers  le  milieu  du  siècle  et  
trois   à   la   fin.   Ce   qui   n'est   pas   un   hasard:   les   entreprises   tendent   souvent   à   faciliter   la  
diffusion  de  techniques  qu'elles  possèdent,  afin  de  bénéficier  de  la  croissance  accrue  qui  
en   résulte.   L'échec,   pour   les   magnétoscopes,   de   la   norme   Betamax   de   Sony   (pourtant  
supérieure)  face  au  VHS  est  un  bon  exemple  du  risque  encouru  de  ne  pas  diffuser  une  
technologie.  

Des  institutions  indispensables  


Cependant,   la   liberté   économique   ne   suffit   pas   à   favoriser   l'innovation.   Tous   les  
économistes  savent,  depuis  Adam  Smith,  que  des  institutions  adaptées  à  l'innovation  et  
au  développement  économique  sont  nécessaires  pour  que  la  liberté  ne  soit  pas  la  jungle,  
la  loi  du  plus  fort,  le  règne  des  mafias,  du  népotisme,  du  favoritisme  ou  du  clientélisme,  
qui   sont   autant   d'obstacles   à   l'innovation   et   à   la   croissance.   L'histoire   économique   de  
l'Europe   occidentale   est,   selon   l'historien   économique   Douglass   North,   l'histoire   de   la  
mise   en   place   progressive   d'institutions   adaptées,   propres   à   contenir   la   montée   des  
coûts   de   transaction,   qui   accompagne   la   division   accrue   du   travail   et   donc   la   complexité  
croissante  des  sociétés.  

Dans   une   communauté   primitive,   par   exemple   un   village   de   l'an   mille,   les   liens  
personnels   limitent   les   coûts   de   transaction   car   les   participants   à   l'échange   se  
connaissent  et  sont  donc  obligés  d'adopter  des  normes  d'équité.  Les  coûts  de  production  

y  sont  en  revanche  élevés,  car  la  société  n'est  pas  spécialisée  et  dispose  de  peu  de  capital  

  13  
technique.   Lorsque   les   marchés   s'élargissent,   les   relations   économiques   deviennent  
impersonnelles.   Il   faut   donc   protéger   les   contractants   des   fraudes,   abus   et   autres  
pratiques   coûteuses   ou   dissuasives   des   échanges,   par   tout   un   arsenal   institutionnel,  
notamment  juridique.  

Que   faut-­‐il   donc   entendre   par   institutions?   Il   s'agit   des   règles   écrites   (le   droit)   et   non  
écrites   (les   codes   de   conduite,   les   normes   de   comportement,   les   coutumes,   les  
mentalités).   Pour   Walter   C.   Neale,   ce   sont   "les   comportements   réguliers   et   codifiés   des  
gens   dans   une   société,   ainsi   que   les   idées   et   les   valeurs   associées   à   ces   régularités".   Dans   le  
domaine   de   l'innovation,   l'institution   déterminante   est   la   mise   au   point   de   brevets   qui  
ajoutaient,   selon   la   formule   célèbre   de   Lincoln,   "le   fuel   de   l'intérêt   au   feu   du   génie".   La  
propriété   des   inventeurs   sur   leur   découverte,   avec   un   système   de   protection   du   type  
monopole   ou   licence,   signifie   que   le   taux   de   rendement   social   de   l'invention   doit  
s'approcher  du  taux  de  rendement  privé.  En  d'autres  termes,  non  seulement  la  société  
dans   son   ensemble   mais   aussi   l'inventeur   lui-­‐même   doivent   pouvoir   en   bénéficier.   Ainsi  
les  institutions  favorisent  le  changement  technique  et  le  progrès  économique.  Le  brevet  
a  été  mis  en  place  en  Angleterre  dès  1624  par  le  Statute  of  Monopolies  ;  c'est  le  premier  
du   genre.   En   France,   sa   création   date   de   1767,   aux   États-­‐Unis   de   1787   (par   la  
Constitution)  et  1836  (Patent  Act).  

Invention  et  innovation  


Si   inventions   et   capitalisme   de   marché   semblent   intimement   liés,   d'autres   formes  
d'organisation  économique  en  ont  aussi  connu  à  travers  l'histoire.  On  peut  citer  le  cas  du  
Croissant  fertile,  avec  l'écriture,  la  monnaie,  la  voile,  la  roue  et  l'architecture,  ou  bien  la  
Chine,   avec   l'imprimerie,   les   hauts-­‐fourneaux,   le   papier,   la   poudre,   le   gouvernail,   la  
porcelaine,  les  horloges  hydrauliques  et  les  métiers  à  filer,  sans  compter  des  inventions  
plus  triviales  comme  les  allumettes,  le  parapluie,  les  cartes  à  jouer  ou  la  brosse  à  dent!  
Mais   jamais   les   découvertes   n'ont   été   aussi   rapides,   aussi   nombreuses   et   rapprochées  
que   depuis   1700.   Et   dans   le   cas   de   la   Chine   qui,   avant   la   Renaissance,   concentre  

l'essentiel  des  inventions  durant  des  millénaires,  on  peut  y  voir  une  explication  simple:  

  14  
lorsque  les  inventions  dépendent  du  hasard  d'une  découverte  par  un  génie  isolé  ou  un  
artisan   astucieux,   il   est   logique   qu'elles   apparaissent   là   où   l'on   trouve   le   plus   d'hommes,  
sous  l'effet  de  la  loi  du  grand  nombre.  Qu'elles  aient  eu  lieu  surtout  en  Chine,  principal  
centre  de  peuplement  de  l'humanité  depuis  toujours,  n'est  donc  guère  surprenant.  Mais  
lorsque  l'invention  est  le  résultat  d'une  méthode  qui  tend  à  expérimenter  sans  relâche  
dans   le   but   d'atteindre   un   objectif,   alors   elle   ne   dépend   plus   seulement   du   hasard,   ni  
donc  du  nombre  des  hommes.  

 
 

Une   autre   explication   consiste   à   appliquer   la   distinction   schumpétérienne   entre  


invention  et  innovation,  car  le  capitalisme  est  unique,  non  pas  tant  pour  l'invention,  mais  

bien   pour   l'innovation.   La   seconde   est   l'application   pratique   de   la   première,   son  


développement   et   son   exploitation   au   niveau   de   la   production   et   du   marché   par  
l'entreprise,   avec   toutes   les   évolutions   possibles,   comme   l'électricité   et   tous   les   produits  
qui  marchent  avec,  du  réfrigérateur  à  l'ordinateur.  

Un  autre  exemple  de  la  différence  entre  invention  et  innovation,  et  de  leurs  effets  sur  la  
croissance   économique,   est   le   cas   des   premières   machines   à   vapeur.   Denis   Papin   est  
habituellement  considéré  comme  l'inventeur  lorsqu'il  présente  à  la  cour  de  Louis  XIV,  en  
1691,   son   prototype,   une   espèce   de   "grosse   cocotte-­‐minute".   Mais   faute   de   tissu  
industriel   assez   développé   en   France,   son   invention   n'aura   pas   de   suite.   En   revanche,  
lorsque  Thomas  Savery  reprend  l'idée,  en  1698,  avec  sa  pompe  actionnée  par  un  engin  à  
vapeur   pour   drainer   l'eau   des   mines,   et   surtout   Thomas   Newcomen,   en   1712,   avec   sa  
pompe   à   feu,   ils   innovent.   Le   dernier   procédé   sera   un   succès   dans   toute   l'Europe,   qui  
durera   plus   d'un   siècle   et   permettra   l'explosion   de   la   production   de   charbon,   sans  
laquelle  la  révolution  industrielle  aurait  été  impossible.  

L'innovation   est   un   processus   cumulatif.   Et   c'est   surtout   elle   qui   produit   de   la  


croissance,  comme  nous  le  rappelle  William  Baumol:  "Virtuellement,  tout  l'accroissement  

de   la   production   survenu   depuis   le   XVIIIe   siècle   peut   en   fin   de   compte   être   attribué   à  

  15  
l'innovation.  Sans  elle,  le  processus  de  croissance  aurait  été  insignifiant."  

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
E.  Un  capitalisme  régulé  

   
Sous  la  direction  de.  F.  Teulon,  Dictionnaire  d’histoire,  d’économie,  finance,  géographie  

  16  
 
 
F.  Un  capitalisme  mondialisé  et  tiré  par  la  finance  
 
Cahiers  français  n°349  p.  57-­‐62  
«  L’économie-­‐monde  ne  met  en  cause  qu’un  fragment  de  l’univers,  un  morceau  de  
la  planète  économiquement  autonome,  capable  pour  l’essentiel  de  se  suffire  à  lui-­‐même  
et   auquel   ses   liaisons   et   ses   échanges   intérieurs   confèrent   une   certaine   unité  
organique  »2.  
Une   économie-­‐monde   s’identifie   à   un   espace   organisé   autour   d’un   centre,   une   ville-­‐
monde   qui   concentre   la   modernité.   Cet   espace   polarisé   et   traversé   de   flux   matériels,  
technologiques   et   humains,   présente   des   frontières   qui   le   séparent   d’une   autre  
économie-­‐monde.   Le   centre   exerce   une   «  action   unilatérale,   irréversible   ou   difficilement  
réversible  »3,   perceptible   à   travers   les   fluctuations   de   la   conjoncture.   Cette   relation  
centre/périphérie   traduit   en   fait   la   hiérarchie   entre   plusieurs   types   de   marché  :   au  
centre  de  l’économie-­‐monde  coexistent  un  marché  international  extraverti  et  le  marché  
urbain  de  type  capitaliste  ;  à  la  périphérie  fonctionne  un  marché  local  reposant  sur  des  
comportements  d’auto-­‐suffisance,  parfois  même  sur  le  troc.  Une  économie-­‐monde  n’est  
donc   pas   homogène,   elle   présente   des   différences   de   polarité   sources   d’asymétries.    
Telles   sont   quelques-­‐unes   des   analyses   faites   par   François   PERROUX   à   la   fin   des   années  
quarante.   Toutefois,   il   faut   attendre   1966   et   la   traduction   américaine   de   la   thèse   de  
Fernand    Braudel  –  La  Méditerranée  et  le  monde  méditerranéen  à  l’époque  de  Philippe  II  –  
pour  que  la  notion  d’économie-­‐monde  se  diffuse  hors  du  cénacle  des  spécialistes.  
  Selon   l’historien   F.   Braudel   et   son   disciple   américain   Immanuel   Wallerstein4,   le  
monde  a  connu  une  succession  d’économies-­‐mondes,  qui  passent  toutes  par  une  phase  
de   naissance,   de   développement,   d’apogée   et   enfin   de   déclin.   Ce   processus   évolutif  
s’inscrit   dans   une   durée   séculaire,   plusieurs   économies-­‐mondes   pouvant   coexister   à   la  
même   époque.   Ainsi,   depuis   le   XIXe   siècle,   l’économie   –monde   britannique   s’affirme  
avant   de   s’effacer   au   profit   de   l’économie-­‐monde   américaine.   Tour   à   tour,   les   deux  
économies-­‐mondes  évoluent  en  économies  mondiales,  et  sont  pour  les  pays  suiveurs  des  
modèles   à   imiter   et   même   à   dépasser.   Toutes   deux   ont   été   affaiblies   par   la  
«  surexpansion  impériale  »  mise  en  lumière  en  1988  par  Paul  Kennedy  dans  son  ouvrage  
Naissance   et   déclin   des   grandes   puissances.   Hier   le   Royaume-­‐Uni,   aujourd’hui   les   Etats-­‐
Unis,   n’auraient   pas   su   préserver   un   équilibre   entre   les   nécessités   de   la   défense   et   les  
moyens   dont   dispose   la   nation   pour   remplir   ses   engagements.   Toutes   deux   n’ont   pu  
éviter  l’érosion  de  leur  avance  technologique,  industrielle,  condition  sine  qua  non  de  leur  
domination.   Dès   lors,   l’ajustement   entre   les   moyens   et   les   ambitions   se   traduit   par   un  
processus  d’effacement  au  profit  d’une  nouvelle  économie-­‐monde.  
 
Le   passage   de   témoin   de   l'économie   monde   britannique   à   l'économie   monde  
américaine  dans  l'entre-­‐deux-­‐guerres  s'accompagne  de  dysfonctionnements  graves  qui  
se  répercutent  à  l'échelle  du  globe.  De  même,  l'interruption  de  la  croissance  des  Trente  
Glorieuses   serait   la   conséquence   de   l'affaiblissement   américain   mal   compensé   par  
l'affirmation  d'une  nouvelle  économie  monde.  

                                                                                                               
2 F. Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, 1979
3 F. Perroux, L’économie du XXe siècle, 1961
4 I. Wallerstein, The modern World system, 1974

  17  
Aujourd'hui,   la   globalisation   semble   remettre   en   cause   cette   conception   d'économies  
mondes   se   succédant   les   unes   aux   autres.   Sous   l'effet   des   récents   progrès  
technologiques  en  matière  de  télécommunications,  de  transferts  de  données,  les  flux  de  
capitaux   connaissent   un   essor   considérable.   Il   s'ensuit   un   effacement   progressif   des  
notions  même  de  frontières  et  de  souveraineté  attachées  à  un  territoire.  Le  XXIe  siècle  
marque   peut-­‐être   la   transformation   des   économies   mondes   en   une   seule   économie  
mondiale,  enveloppe  des  enveloppes.  
 
De   sa   naissance   (négoces,   bourses   et   foires)   à   aujourd'hui     (mondialisation)   le  
capitalisme  a  permis  une  très  forte  croissance  du  PIB  mondial  par  tête:  
 Forte   hausse   du   XIVe   siècle:   +   44%   contre   14%   au   XIIIe   siècle.   Cette   hausse   est   le  
résultat   de   l'effondrement   de   la   population   dans   le   monde   (peste,   guerres,  
famines)  
 Au   contraire,   la   forte   croissance   des   XIXe   (+   248%)   et   XXe   siècle   (+   863%)  
s'accompagne   de   l'explosion   démographique   mondiale.     La   1ère   révolution  
industrielle   naît   en   Angleterre   dans   la   2e   moitié   du   XVIIIe   siècle,   la   seconde   en  
Europe  et  aux  États-­‐Unis  à  la  fin  du  XIXe  siècle,  et  la  troisième  aux  États-­‐Unis  et  au  
Japon  à  la  fin  du  XXe  siècle  
Depuis  le  XIXe  siècle,  chaque  étape  du  capitalisme  est  marquée  par  de  nouveaux  modes  
de  régulation,  c’est-­‐à-­‐dire  par  un  type  de  répartition  des  revenus  et  d’accumulation  du  
capital  différent.  Les  membres  de  l'école  de  la  régulation  (Michel  Aglietta,  Robert  Boyer)  
ont   développé   la   notion   de   régime   d'accumulation   qui   caractérise   l'ensemble   des  
mécanismes   permettant   la   croissance.   La   plupart   des   régulationnistes   distinguent  
deux  principaux  régimes  d'accumulation:  
 Un  régime  d'   accumulation   extensive,   au   XIXe   et   au   début   du   XXe   siècle:   la  
croissance  repose  sur  l'accroissement  de  la  quantité  des  facteurs  de  production  
 Un   régime   d'accumulation   intensive   par   la   suite:   la   croissance   repose   sur   des  
gains   de   productivité   importants   (amélioration   de   la   qualité   des   facteurs   de  
production).  
 
Chaque  régime  d'accumulation  doit  être  régulé  par  un  mode  de  régulation:  ensemble  
des   régularités   assurant   une   progression   générale   et   relativement   cohérente   de  
l'accumulation  du  capital.  
Cette  analyse  s'applique  particulièrement  bien  aux  deux  grandes  crises  du  XXe  siècle:  la  
crise   des   années   1930   et     celle   des   années   1970,   chacune   marquant   le   passage   à   une  
autre  forme  de  capitalisme.  
 La  crise  des  années  30  traduit  l'incohérence  entre  un  régime  d'accumulation  qui  
devient   intensif   et   un   mode   de   régulation   concurrentielle   (typique   du   XIXe   siècle,  
où  l'État  intervient  peu  dans  l'économie,  où  la  création  monétaire  est  limitée  par  
l'étalon-­‐or,  où  le  partage  des  revenus  est  régulé  par  le  marché,  ce  qui  ne  permet  
pas  une  consommation  de  masse).  Au  contraire,  la  production  de  masse  favorisée  
par  la  diffusion  du  taylorisme  ne  trouve  donc  pas  de  débouchés  suffisants.  Cette  
crise   sera   résolue   par   un   nouveau   mode   de   régulation,   le   mode   de   régulation  
"monopoliste",  qui  assure  un  partage  des  revenus  permettant  une  consommation  
de   masse.   Ce   mode   de   régulation   se   constitue   peu   à   peu   dans   l'entre-­‐deux-­‐
guerres,   avec   le   New   Deal,   et   trouve   toute   sa   cohérence   après   1945.   Il   permet  
ainsi   la   croissance   des   Trente   Glorieuses,   en   accompagnant   un   régime  
d'accumulation  intensive:  c'est  ce  que  les  régulationnistes  nomment  le  fordisme.  

  18  
 La   crise   des   années   70   provient   de   l'   "épuisement"   du   régime   fordiste.   La  
tertiarisation   et   le   rejet   croissance   de   l'organisation   scientifique   du   travail  
affaiblissent   les   gains   de   productivité,   et   la   mobilité   croissante   des   biens   et   des  
capitaux   remet   en   cause   le   mode   de   régulation   monopoliste:   en   effet,  
l'augmentation   des   salaires   propre   aux   Trente   Glorieuses   n'est   plus   compatible  
avec  la  recherche  de  compétitivité  et  de  profits  élevés;  la  lutte  contre  l'inflation  
(endémique   durant   les   Trente   Glorieuses)   devient   prioritaire   afin   d'attirer   les  
capitaux  étrangers  (notamment  les  investisseurs  étrangers).  
 Aujourd'hui,   les   régulationnistes   voient   se   profiler   les   contours   d'un   régime  
d'accumulation   "tiré   par   la   finance"   selon   BOYER-­‐   AGLIETTA   parle   quant   à   lui   de  
capitalisme  patrimonial:  les  marchés  financiers  jouent  un  rôle  prépondérant  dans  
le   financement   de   l'économie,   la   gestion   des   entreprises   est   donc   davantage  
influencée  par  les  actionnaires.  
 
En   outre,   chaque   mode   de   régulation   repose   sur   des   formes   institutionnelles  
particulières  :   le   rapport   salarial,   la   forme   et   l’intensité   de   la   concurrence,   le   régime  
d’émission   monétaire   et   le   rôle   de   l’État,   l’insertion   dans   la   division   internationale   du  
travail.   Pour   le   capitalisme,   deux   modes   de   régulation   se   sont   succédés  :   la   régulation  
«  concurrentielle  »   fondée   sur   la   flexibilité   des   prix   et   une   faible   intervention   de   l’État  
jusqu’à   la   crise   de   1929  ;   puis   la   régulation   «  monopoliste  »   reposant   sur   la  
concentration  des  entreprises  et  l’État  Providence.  
 Cahiers  français  n°349,  p.  11-­‐17  et  p.  23-­‐28  
 
 
Ainsi,   le   modèle   fordiste,   dominant   dans   les   pays   développés   de   la   fin   de   la   Seconde  
Guerre   mondiale   au   milieu   des   années   1970,   est   caractérisé   par   une   accumulation  
intensive  fondée  sur  :  
-­‐ une   production   de   masse   liée   à   la   généralisation   des   chaînes   d’assemblage   et   à   la  
standardisation  des  produits  
-­‐ la   consommation   de   masse   rendue   possible   par   la   redistribution   d’une   partie   des  
gains   de   productivité   sous   la   forme   de   hausses   salariales   et   par   les   transferts  
sociaux  effectués  par  l’État  
 
La   crise   des   années   1970   à   1990   peut   être   interprétée   comme   celle   du   fordisme  :   elle  
révèle  l’impossibilité  pour  les  gains  de  productivité  et  les  hausses  salariales  de  croître  au  
même  rythme.  La  comparaison  avec  la  dépression  des  années  1930  montre  d’ailleurs  un  
changement   dans   les   configurations   institutionnelles   entre   les   deux   périodes.   La  
dépression   actuelle   est   de   moindre   ampleur   du   fait   de   l’existence   de   stabilisateurs  
automatiques.  Alors  que  dans  les  années  1930,  du  fait  de  surproductions  massives,  les  
prix  chutaient  plus  rapidement  que  les  salaires  nominaux,  aujourd’hui,  les  salaires  réels  
ont  tendance  à  stagner  du  fait  de  la  pression  exercée  par  les  chômeurs.  D’une  manière  
générale,   la   vitesse   de   l’ajustement   de   l’emploi   à   la   baisse   est   beaucoup   moins   rapide  
que   dans   l’entre-­‐deux-­‐guerres.   Autre   différence  :   alors   que   dans   les   années   1930,   le  
protectionnisme   et   les   dévaluations   compétitives   provoquent   une   contraction   des  
échanges  internationaux,  dans  les  années  1990,  l’interdépendance  entre  les  économies  
n’a   cessé   de   s’accentuer   au   point   de   réduire   considérablement   les   marges   de   manœuvre  
des  pouvoirs  publics.  

  19  
Pour   l’école   de   la   Régulation,   la   crise   économique   actuelle   traduit   l’acte   de   décès   d’un  
système  institutionnel  qui  a  connu  son  âge  d’or  durant  les  Trente  Glorieuses,  qui  laisse  
la  place  à  un  capitalisme  financier  ou  patrimonial.  

Le  XIXe  siècle  et   Les  années  de  transition   Le  “fordisme”  des  30  
La  “crise”  contemporaine  
l’industrialisation   (entre  les  deux  guerres)   glorieuses  
Modes  d’accumulation   Limites  de  l’accumulation  
Accumulation  extensive   Accumulation  intensive  
concurrents   intensive  
Coexistence  des  deux   Limites  de  la  régulation  
Régulation  concurrentielle   Régulation  monopoliste  
régulations   monopoliste  
En  1991,  Michel  Albert  écrit  que  le  capitalisme  est  "multiple,  complexe  comme  la  vie":  le  
capitalisme  est  en  effet  particulièrement  divers,  dans  le  temps  comme  dans  l'espace.  
Aussi   les   modalités   du   capitalisme   varient-­‐elles   selon   les   cultures:   quelles   sont   les  
expériences  nationales  du  capitalisme?  
 
 
 
II.  La  diversité  spatiale  du  capitalisme  
 
La   place   accordée   aux   mécanismes   marchands   et   la   spécificité   des   institutions  
nationales  permettent  de  dégager  des  typologies  du  capitalisme.  
Cahiers   français   n°349,   tout   le   dossier   «  Les   spécificités   nationales   du   capitalisme  »   (p.  
36-­‐62  
 
A. Première  typologie:  une  opposition  classique  
Dans  Capitalisme  contre  capitalisme  (1991),  Michel  Albert  oppose  le  capitalisme  anglo-­‐
saxon  au  capitalisme  rhénan.    
        Dans   son   livre     Capitalisme   contre   capitalisme   (1991),   Michel   Albert   développe   les  
dangers   de   ce   capitalisme   anglo-­‐saxon   dominé   par   la   finance   et   l'obsession   du   profit  
rapide.  Pour  Michel  Albert,  le  "courtermisme"  des  marchés  nuit  au  développement.  Les  
actionnaires   n'ont   plus   d'attache,   autre   que   pécuniaire,   avec   l'entreprise,   qui   devient  
alors  une  marchandise  comme  une  autre.  Ils  en  disposent  comme  ils  l'entendent,  sans  se  
soucier  du  sort  du  personnel.  En  outre,  la  "tyrannie  de  la  finance  conduit  les  managers  à  
ne   pas   pendre   de   risques   industriels.   L'esprit   d'entreprise   est   alors   bridé,   hypothéquant  
la  croissance  et  le  développement  :  "trop  faire  pour  le  profit  aujourd'hui  nuit  au  profit  
demain".  

L'effondrement  du  bloc  soviétique  a  dévoilé  «  l'arriération  lamentable  des  économies  


communistes   ».   La   victoire   du   capitalisme   est   alors   totale.   Cependant,   celui-­‐ci   est   «  
multiple,   complexe   comme   la   vie   ».   Dans   son   ouvrage   (Seuil,   1991,   318   p.),   M.   Albert  
montre   que   «   cette   diversité   tend   à   la   bipolarisation   entre   deux   grands   types   de  
capitalisme   d'importance   comparable   et   entre   lesquels   l'avenir   n'est   pas   joué   ».   Plutôt  
que   d'opposer   un   capitalisme   anglo-­‐saxon   à   un   capitalisme   germano-­‐nippon   qui,   dans  
chaque  cas,  rapprocherait  des  pays  trop  divers,  M.  Albert  préfère  comparer  un  modèle  
néo-­‐américain   (les   États-­‐Unis)   et   un   modèle   rhénan   (l'Allemagne,   pour   l'essentiel),  
même   si   parfois,   il   lui   paraît   utile   de   faire   référence   à   la   Grande-­‐Bretagne   dans   le  

  20  
premier   cas   et   au   Japon   dans   le   second.   Pour   cet   auteur,   le   modèle   néoaméricain   du  
capitalisme   est   moins   performant   que   le   modèle   rhénan.   Pourtant,   ce   dernier   connaît  
aujourd'hui  de  nombreuses  difficultés.  

 
1) Modèle  anglo-­saxon  
 
 Système   économique   des   États-­‐Unis   et   de   la   Grande-­‐Bretagne:   profondément  
libéral.   Régulation   effectuée   principalement   par   le   marché   –   en   particulier   le  
marché   du   travail,   où   les   salariés   sont   peu   protégés   par   la   réglementation.  
Corollaire:  les  interventions  de  l'État  sont  limitées  au  minimum.  
 Prédominance  des  marchés  financiers  privilégiant  les  profits  à  court  terme  
Effets  pervers:  entreprises  considérées  non  pas  comme  des  moyens  de  production,  mais  
comme  des  moyens  de  faire  du  profit.  
 Faible  protection  sociale  et  haut  niveau  d'inégalités  
Aux   États-­‐Unis,   la   pauvreté   n'est   pas   un   problème   politique   puisqu'elle   est   considérée  
comme   une   sanction   du   marché;   les   seuls   programmes   d'assistance   concernent   l'aide  
aux   plus   de   65   ans   (Medicare)   et   aux   plus   pauvres   (Medicaid)   pour   payer   les   frais  
médicaux.  
 
LES  PERFORMANCES  DU  MODÈLE  NÉO-­‐AMÉRICAIN  DU  CAPITALISME  DOIVENT  ÊTRE  
RELATIVISÉES  

 Le  leadership  américain  a  été  restauré  au  cours  des  années  quatre-­‐vingt  

Au   cours   de   la   décennie   soixante-­‐dix,   la   puissance   américaine   est   ébranlée,   tant   sur   le  


plan   externe   (défaite   au   Vietnam...)   que   sur   le   plan   interne   (scandale   du   Watergate...).    
Par  contraste,  au  début  des  années  quatre-­‐vingt,  Ronald  Reagan  affirme  que  «l'Amérique  
est   de   retour».   «   Au   milieu   des   années   quatre-­‐vingt,   l'Amérique   de   Reagan   brille   à  
nouveau  comme  les  étoiles  qui  ornent  son  drapeau  »  :  sur  la  scène  internationale,  le  défi  
de  la  «  guerre  des  étoiles  »  lancé  à  l'URSS  tourne  à  l'avantage  des  États-­‐Unis  ;  sur  le  plan  
intérieur,   une   «   révolution   conservatrice   »   (baisse   des   impôts,   exaltation   de  
l'entrepreneur...)  paraît  sortir  le  pays  de  sa  torpeur.  

Les  fondements  de  la  puissance  américaine  reposent  sur  un  héritage  que  Ronald  Reagan  
a  trouvé  à  son  arrivée  à  la  Maison  Blanche.  Les  États-­‐Unis  bénéficient  d'un  énorme  stock  
de   capital   accumulé   depuis   la   fin   de   la   guerre   et   d'importantes   ressources   naturelles.   Ils  
disposent  d'une  avance  technologique  que  le  brain  drain  entretient.  Le  dollar,  monnaie  
nationale   et   instrument   de   réserves   internationales,   «   permet   à   l'Amérique   de   payer,  
d'emprunter  et  de  financer  des  dépenses  avec  sa  propre  monnaie  ».  Enfin,  l'hégémonie  
culturelle  renforce  la  domination  économique.  

 Cependant,  «  l'Amérique  nouvelle  se  dégrade  »  

Le   dualisme   social   s'accentue.   Les   États-­‐Unis   constituent   «   une   société   où   les   différentes  
catégories   de   population   vivent,   en   fait,   sur   deux   planètes   différentes   qui   s'éloignent  
chaque  année  un  peu  plus  l'une  de  l'autre  ».  Ce  dualisme  est  le  résultat  de  la  politique  
libérale  de  Ronald  Reagan  qui  a  induit  une  «  nouvelle  géographie  sociale  :  des  pauvres  

  21  
plus  pauvres  face  à  des  riches  plus  riches  ».    

Sur   le   plan   économique,   les   motifs   d'inquiétude   se   multiplient.   Le   nombre   d'emplois  


diminue   dans   l'industrie   ;   la   qualité   de   la   production   est   déficiente,   les   firmes  
américaines  perdent  des  parts  de  marché  face  à  des  concurrents  agressifs.  Par  ailleurs,  
«ce  qui  menace  le  plus  l'Amérique  [...],  ce  sont  les  déficits  vertigineux,  sans  précédent  ».  
Déficits   budgétaires   et   déficits   extérieurs   accentuent   l'endettement.   La   faiblesse   du   taux  
d'épargne  des  Américains  est  en  cause  :  «  ils  se  jettent  à  corps  perdu  dans  l'endettement  
pour  la  consommation,  la  jouissance  immédiate  ».  

 Les  marchés  financiers  imposent  leur  tutelle  au  détriment  de  l'économie  réelle  

La   décennie   quatre-­‐vingt   est   marquée   par   «   l'explosion   de   la   finance   ».   «   Le   marché  


financier   en   vient   [...]   à   exercer   une   véritable   tutelle   sur   l'économie   en   général   »   :   les  
actionnaires  exigent  au  plus  vite  un  profit  maximum.  En  conséquence,  les  dépenses  les  
moins   urgentes   (recherche,   formation...)   sont   réduites.   Or,   ce   sont   celles   qui   préparent  
l'avenir.  

La  recherche  du  profit  maximum  à  court  terme  nuit  au  développement.  Les  actionnaires  
n'ont   plus   d'attache,   autre   que   pécuniaire,   avec   l'entreprise,   qui   devient   alors   une  
marchandise  comme  une  autre.  Ils  en  disposent  comme  ils  l'entendent,  sans  se  soucier  
du  sort  du  personnel.  En  outre,  «  la  tyrannie  de  la  finance  »  conduit  les  managers  à  ne  
pas  prendre  de  risques  industriels.  L'esprit  d'entreprise  est  alors  bridé,  hypothéquant  la  
croissance  et  le  développement  :  «  trop  faire  pour  le  profit  aujourd'hui  nuit  au  profit  de  
demain  ».  

 
 
2) Modèle  rhénan  
Europe  continentale  et  dans  une  moindre  mesure  le  Japon.  Valorise  le  consensus  social  
et  la  solidarité.  
 Intervention  plus  forte  de  l'État  dans  l'économie:  prélèvements  obligatoires  plus  
élevés,   production   de   services   par   le   secteur   public,   régulation   du   marché   du  
travail   (les   salaires   sont   fixés   non   par   le   marché   mais   selon   d'autres   modalités  
(ancienneté,  conventions  collectives)  
 Rôle   important   des   banques   dans   le   financement   et   la   gestion   des   entreprises.   =>  
Cela  permet  de  privilégier  les  stratégies  de  long  terme  des  entreprises  
 Société   moins   inégalitaire:   lutte   contre   l'exclusion   systématique   dans   les   pays  
rhénans  et  fourniture  de  biens  collectifs  (santé,  éducation),  mieux  assurée…  
Si  Michel  Albert  manifeste  sa  préférence  pour  le  modèle  rhénan,  il  estime  que  celui-­‐ci  est  
menacé   par   la   mondialisation   financière   qui   tend   à   imposer   les   règles   de  
fonctionnement  du  capitalisme  anglo-­‐saxon.  
 
Selon   M.   Albert,   LE   CAPITALISME   RHÉNAN   EST   UN   MODE   D'ORGANISATION  
SUPÉRIEUR  AU  MODÈLE  NÉO-­‐AMÉRICAIN  

  22  
En   effet,   selon   lui,   le   capitalisme   rhénan   (Allemagne,   pays   Scandinaves,   Autriche,   Suisse,  
et  partiellement  le  Japon)  concilie  l'économie  de  marché  et  le  progrès  social  

La   place   de   l'économie   de   marché   est   moins   grande.   «   Dans   le   modèle   néoaméricain,   les  
biens   marchands   tiennent   une   place   sensiblement   plus   grande   que   dans   le   modèle  
rhénan.  En  revanche,  les  biens  mixtes,  qui  relèvent  pour  partie  du  marché  et  pour  partie  
des   initiatives   publiques,   sont   plus   importants   dans   le   modèle   rhénan   ».   Par   exemple,  
aux   États-­‐Unis,   les   salaires   sont   fixés   par   le   marché   (la   force   de   travail   est   un   bien  
marchand)   alors   que   d'autres   modalités   (conventions   collectives,   ancienneté...)   sont  
également   prises   en   compte   dans   le   modèle   rhénan   (la   force   de   travail   est   un   bien  
mixte).  

L'entreprise   n'est   pas   un   bien   comme   un   autre,   mais   une   communauté.   En   Allemagne,  
par   exemple,   les   participations   croisées   entre   principales   banques   et   grandes  
entreprises  constituent  «  une  communauté  industrialo-­‐financière  ».  La  cogestion  au  sein  
des   entreprises   consolide   le   dialogue   social   et   le   sentiment   d'appartenance   à   une  
communauté.  

L'exemple   allemand   montre   la   voie   d'un   capitalisme   social.   L'instauration   d'une  


économie  sociale  de  marché,  en  1949,  est  fondée  sur  l'idée  que  le  marché  est  le  meilleur  
garant  du  dynamisme  économique  ;  il  ne  doit  pas  pour  autant  régir  l'intégralité  de  la  vie  
sociale.  L'État  doit  intervenir  pour  garantir  des  conditions  de  concurrence  égales  et  pour  
maintenir   la   cohésion   sociale.   C'est   «   l'ordo-­‐libéralisme   »   :   «   il   incarne   une   synthèse  
réussie  entre  le  capitalisme  et  la  social-­‐démocratie  ».  

 Le  modèle  rhénan  affiche  sa  supériorité  économique  

L'actionnariat   bancaire   favorise   la   croissance   des   entreprises.   «   Les   banquiers,   par   la  


force  des  choses,  seront  soucieux  du  développement  à  long  terme  des  entreprises  avec  
lesquelles   ils   se   trouvent   liés.   »   Ainsi,   la   prise   de   risque,   l'esprit   d'entreprise   sont  
préservés.  De  plus,  la  fiabilité  des  principaux  actionnaires  réduit  quasiment  à  néant  les  
risques   de   prise   de   contrôle.   Les   dirigeants   peuvent   alors   se   consacrer   à   leur   activité  
productive.  

La  puissance  monétaire  de  l'Allemagne  et  du  Japon  est  facteur  de  croissance.  La  solidité  
du   mark   et   du   yen   incite   les   firmes   allemandes   et   japonaises   à   accroître   leurs  
investissements   à   l'étranger   qui   «   permettent   aux   pays   rhénans   de   contrôler   plus  
étroitement  leurs  marchés  d'exportation  ».  Par  ailleurs,  «  la  stratégie  de  la  monnaie  forte  
semble  à  première  vue,  âpre  et  difficile,  pour  ne  pas  dire  héroïque  »,  car  elle  dégrade  la  
compétitivité  prix  des  entreprises.  Cependant,  elle  impose  à  celles-­‐ci  de  rechercher  des  
gains  de  productivité,  d'améliorer  leur  compétitivité  structurelle  (hors  prix),  notamment  
en  innovant,  etc.  

Les   performances   économiques   des   pays   rhénans   résultent   de   facteurs   structurels.  


L'attention   portée   à   la   qualité   des   produits   et   à   la   réduction   de   leurs   coûts,   la   mise   en  
œuvre  de  méthodes  de  production  valorisant  la  ressource  humaine,  un  effort  marqué  de  
recherche   et   développement,   expliquent   les   performances   économiques   du   modèle  
rhénan.   À   cela,   il   faut   ajouter   «   une   force   de   frappe   commerciale   très   efficace   ».   Par  

  23  
ailleurs,  une  forte  propension  à  épargner  permet  de  financer  les  investissements.  Enfin,  
la   volonté   des   pouvoirs   publics   de   renforcer   la   position   internationale   de   l'économie   est  
permanente.  

 La  supériorité  du  modèle  rhénan  est  aussi  sociale  

Le  capitalisme  rhénan  est  moins  inégalitaire  que  le  capitalisme  néoaméricain.  Aux  États-­‐
Unis,   la   pauvreté   n'est   pas   un   problème   politique   puisqu'elle   est   considérée   comme   une  
sanction   du   marché.   A   contrario,   la   lutte   contre   l'exclusion   est   systématique   dans   les  
pays   rhénans.   En   outre,   la   fourniture   de   biens   collectifs   (santé,   éducation...)   est   mieux  
assurée   dans   ces   pays   et   pour   un   coût   moindre   qu'aux   États-­‐Unis.   Cependant,   la  
viscosité  sociale  est  plus  forte  dans  ces  sociétés.  

La   hausse   des   prélèvements   obligatoires   n'est   pas   systématiquement   un   frein   à   la  


croissance   économique.   Les   critiques   libérales,   bien   que   partiellement   justifiées,   sont  
allées   trop   loin   :   «   la   vulgate   des   années   quatre-­‐vingt   a   quasiment   diabolisé   les  
prélèvements   obligatoires   en   les   rendant   responsables   de   toutes   les   difficultés  
économiques  ».  En  fait,  le  poids  des  cotisations  sociales  dans  les  pays  rhénans  «  signifie  
qu'il   existe   un   socle   de   solidarité   au   profit   des   moins   favorisés   »,   réduisant   ainsi   les  
inégalités.  Or,  «  les  sociétés  les  plus  harmonieuses  sur  le  plan  social  sont  souvent  celles  
dont  les  économies  sont  les  plus  performantes  ».  

3) Toutefois,  le  modèle  rhénan  connaît  des  difficultés  

 Les  signes  d'affaiblissement  du  modèle  rhénan  se  multiplient  

La  cohésion  sociale  est  menacée.  La  volonté  de  réduire  les  inégalités  n'est  plus  générale  
et   le   consensus   social   est   remis   en   cause   dans   plusieurs   pays   :   par   exemple,   «   la   montée  
de   l'individualisme   est   particulièrement   net   en   Suède.   L'Etat-­‐providence   y   est  
dorénavant  contesté  [...].  Le  recul  de  l'esprit  civique  fait  que  les  salariés  ont  tendance  à  
abuser  de  plus  en  plus  de  la  générosité  du  système  social  ».  

Du  fait  de  la  globalisation,  les  activités  financières  gagnent  en  importance.  

«  La  globalisation  est  le  vecteur  principal  et  superpuissant  de  la  propagation  du  modèle  
ultra-­‐libéral».   Au   Japon,   au   cours   de   la   décennie   quatre-­‐vingt,   se   développe   «   une  
véritable  frénésie  entraînant  une  hausse  record  des  cours  du  désormais  célèbre  Nikkeï  
».   En   Allemagne,   les   grandes   banques   se   lancent   dans   des   opérations   financières  
internationales...   «   L'argent   facile   s'introduit   peu   à   peu   au   cœur   des   économies   du  
modèle  rhénan.  »  

 La   lutte   entre   les   deux   formes   de   capitalisme   tourne   à   l'avantage   du   moins  


performant,  le  capitalisme  néo-­‐américain  

Le  capitalisme  rhénan  pâtit  «  de  l'air  du  temps,  de  la  sensibilité  du  moment  ».  

L'argent   facile   fait   davantage   rêver   que   la   sagesse   rhénane.   Par   ailleurs,   la   crise   des  
idéologies   et   la   montée   de   l'individualisme   sont   propices   à   la   diffusion   du   message   du  

  24  
capitalisme   néo-­‐américain   :   «   un   maximum   de   profit   tout   de   suite   ».   Enfin,  
l'effondrement   des   économies   socialistes   dévalorise   «   de   proche   en   proche   et  
injustement,  tout  ce  qui  se  rattachait  de  près  ou  de  loin  à  l'idéal  socialiste,  réformateur  
ou  tout  simplement  social  ».  

La   victoire   du   capitalisme   néo-­‐américain   est   d'autant   plus   surprenante   que   les   firmes  
multinationales   (FMN)   américaines   n'appliquent   pas   ses   principes.   «   Les   FMN  
américaines   se   sont   développées   essentiellement   par   croissance   interne,   sur   un   projet  
industriel  porté  par  l'innovation  technologique  et  commerciale.  Elles  n'ont  donc  cessé  de  
raisonner   à   long   terme.   [...]   Les   grandes   FMN   américaines   relèvent   plutôt   du   modèle  
rhénan.  »  Pourtant,  elles  ne  se  désintéressent  pas  des  marchés  financiers  auxquels  elles  
recourent  pour  financer  leurs  investissements.  Les  FMN  américaines  ouvrent  peut-­‐être  
les   «perspectives   d'une   synthèse   d'optimalisation   entre   les   deux   modèles   de  
capitalisme».  

 Les   difficultés   du   modèle   rhénan   augurent   mal   de   l'évolution   du   capitalisme  


français  

Au  cours  des  années  quatre-­‐vingt,  le  capitalisme  français  a  dérivé  vers  le  modèle  anglo-­‐
saxon.   «   La   tradition   française,   c'est   le   social-­‐colbertisme   :   l'État   qui   commande  
l'économie   au   nom   d'une   ambition   politique   et   d'une   volonté   de   progrès   social.   »  
Pourtant,   durant   la   décennie   quatre-­‐vingt,   les   inégalités   se   sont   accentuées,   la  
déréglementation   s'est   accélérée,   les   marchés   financiers   se   sont   développés   et   l'État  
providence  a  été  contesté...  

La   France   a   pourtant   besoin   du   modèle   rhénan.   «   Tout   autant   que   pour   maintenir   sa  
protection  sociale,  la  France  a  besoin  du  modèle  rhénan  pour  renforcer  la  capacité  et  la  
stabilité  financière  de  ses  entreprises.  »  Toutefois,  la  France  est  dans  la  CEE.  Seule  une  
véritable   union   politique   permettra   à   l'Europe,   et   donc   à   la   France,   de   stopper   sa   dérive  
vers   le   modèle   thatchérien   (rappelons   le   contexte   dans   lequel   Michel   Albert   a   publié   cet  
ouvrage   en   1991  :   l’Union   européenne   n’existe   pas   encore   car   elle   est   créée   en   1995  ;  
quant  à  Margaret  Thatcher,  elle  fut  1er  ministre  du  Royaume-­‐Uni  de  1979  à  1990).  

Conclusion   de   M.   Albert  :   L'effondrement   des   sociétés   socialistes   d'Europe   de   l'Est   ne  


marque  pas  «  la  fin  de  l'histoire  »,  contrairement  à  ce  que  soutient  l'Américain  Francis  
Fukuyama.  Le  capitalisme  néo-­‐américain  n'est  pas  l'unique  voie  envisageable,  et  encore  
moins  la  plus  souhaitable.  L'alternative  entre  capitalismes  rhénan  et  néo-­‐américain  est  
sans  doute  une  simplification,  mais  elle  a  le  mérite  de  montrer  que  l'avenir  est  ouvert.  
 
 
B. Une  typologie  plus  complexe  de  Bruno  Amable,  dans  Les  Cinq  capitalismes  (2005)  
 
Il   insiste   sur   la   complémentarité,   au   sein   de   chaque   modèle,   entre   la   régulation   du  
marché   des   biens   et   services,   du   marché   du   travail,   le   système   financier,   la   protection  
sociale  et  l'éducation.  
 
Type  de  capitalisme   Caractéristiques   Pays  
principales  

  25  
Néolibéral  ou  libéral  de   Concurrence   Royaume-­‐Uni  
marché  (proche  du    Marchés   des   biens  
modèle  anglo-­saxon)   États-­‐Unis  
dérèglementés  

 Flexibilité   du   marché   du  
Canada  
travail   (les   salaires  
peuvent  baisser)   Australie  

 Système   financier   et   de  
gouvernement  
d'entreprise  fondé  sur  le  
marché   =>   exigence   des  
firmes   de   s'adapter   à   un  
environnement  
compétitif  changeant)  

 Modèle   libéral   de  
protection  sociale  

 Système   éducatif  
concurrentiel  

Européen  continental    Marchés   des   biens   France  


(proche  du  modèle   faiblement  réglementés  
rhénan)   Allemagne  
 Marchés   du   travail  
coordonnés   par   l'État   et   Autriche  
les   autres   partenaires  
sociaux  (forte  protection  
de  l'emploi)  
Belgique  

 Système   financier   Irlande  (Eire)  


centralisé   fondé   sur   les  
institutions  financières     Norvège  

 Modèle   corporatiste   de   Suisse  


protection   sociale   dans  
lequel   les   prestations   Pays-­‐Bas  
sociales  sont  fondées  sur  
l'emploi   (grâce   au  
prélèvement   de  
cotisations  sociales)  

 Système  éducatif  public  

Social  Démocrate    Marchés   des   biens   Suède  


réglementés  
Finlande  
 Marchés   du   travail  
réglementés:   protection   Danemark  
modérée   de   l'emploi   +  
haut   niveau   de  
protection   sociale  
(flexicurité).   Cette  
protection   des  
travailleurs   agit   comme  
incitation   à   investir   dans  
la   formation   (afin   de  
faciliter   les  

  26  
reclassements)  

 Système   financier  
constitué   par   des  
banques  

=>   compétitivité   des   firmes  


repose  en  partie  sur  ces  relations  
stables  

 Modèle   universel   de  
protection   sociale  
(accessible   à   tout  
citoyen)  

 Système  éducatif  public  

Asiatique    Concurrence   "dirigée"   Corée  du  Sud  


plutôt  que  réglementée  
Japon  
 Marchés   du   travail  
réglementés  

 Système   financier  
constitué   par   des  
banques   (relations   de  
long   terme   entre  
banques   et   entreprises)  
=>rôle   central   à   la  
grande   firme   (à   la   fois  
pour   la   formation   de   la  
main   d'œuvre   et     pour   la  
progression   des  
individus   dans   leur  
carrière)  

 Faible  protection  sociale  

 Système  éducatif  privé  

Méditerranéen    Marchés   des   biens   Italie  


réglementés  
Espagne  
 Marchés   du   travail  
réglementés   Portugal  
 Système   financier  
constitué   par   des   Grèce  
banques  

 Protection     sociale  
limitée  

 Système  éducatif  faible  

Compétitivité:  capacité  d'une  entreprise  ou  d'une  branche  à  résister  à  la  concurrence.  
 
Attention:  ces  modèles  sont  des  idéaux  types.  Un  idéaltype  selon  Max  WEBER,  n'est  pas  
une   reproduction   du   "réel"   mais   plutôt   une   "idée":   "on   obtient   un   idéal   type   en  
accentuant   unilatéralement   un   ou   plusieurs   points   de   vue   et   en   enchaînant   une  

  27  
multitude   de   phénomènes   données   isolément,   diffus   et   discrets,   que   l'on   trouve   tantôt  
en   grande   nombre,   tantôt   en   petit   nombre   et   par   endroits   pas   du   tout,   qu'on   ordonne  
selon   les   […]   points   de   vue   choisis   unilatéralement,   pour   former   un   tableau   de   pensée  
homogène.   On   ne   trouvera   nulle   part   empiriquement   un   pareil   tableau   dans   sa   pureté  
conceptuelle:  il  est  une  utopie"  
  On   peut   rapprocher   un   certain   nombre   d'économies   réelles   de   modèles   précis,  
mais  aucune  économie  ne  possède  en  général  l'intégralité  des  propriétés  du  modèle.  De  
plus,  les  institutions  de  chaque  pays  évoluent,  transformant  chaque  modèle  national.  Le  
modèle  de  capitalisme  comme  idéaltype  sert  alors  de  repère  fixe  par  rapport  auquel  il  
est  possible  d'apprécier  les  transformations  que  subissent  les  économies.  
 
 
 
 
 
C. Capitalisme  des  pays  émergents  
 
1) Capitalisme  des  économies  post-­socialistes  émergentes  
 
Depuis   la   chute   des   régimes   communistes,   la   variété   des   capitalismes   européens   a   été  
enrichie   par   celle   des   pays   d'Europe   Centrale   et   Orientale.   Malgré   la   diversité   des  
trajectoires   nationales,   des   tendances   communes   se   dessinent,   modelées   par   l'héritage  
socialiste   et   par   un   certains   mimétisme   institutionnel   vis-­‐à-­‐vis   des   économies  
développées:  
 Structure  originale  de  propriété  du  capital,  réunissant  de  multiples  propriétaires  
avec   des   frontières   floues   et   évolutives:   ceux-­‐ci   sont   nationaux   et   étrangers,  
publics  et  privés,  et  peuvent  aussi  bien  être  des  banques  et  des  entreprises  que  
des  fonds  de  capital  risque.  
 Les  réseaux  (industriels,  de  financement,  illégaux)  jouent  un  rôle  important  dans  
cette  structure  de  propriété.  Ils  constituent  un  mode  de  coordination  alternatif  au  
marché.  
 Le  tissu  productif  demeure  déchiré  entre  un  petit  nombre  de  groupes  puissants,  
notamment   dans   l'industrie   lourde,   et   une   prolifération   de   petites   et   moyennes  
entreprises,   mais   surtout   de   très   petites   entreprises   –   la   URSS   est   le   cas   le   plus  
emblématique   de   cette   voie,   tentée   par   un   capitalisme   étatique  
familial/oligarchique.  Structure  renforcée  par  un  système  financier  dominé  par  le  
financement  bancaire  et  souvent  contrôlé  par  des  banques  occidentales.  
 Le   rôle   de   l'État   dans   l'activité   économique   et   dans   les   négociations   collectives  
(entre   employeurs   et   salariés)   reste   important   (héritage   du   paternalisme   des  
économies   socialistes)   avec   un   système   de   protection   social   certes   moins  
développé  que  dans  le  reste  de  l'Europe,  mais  relativement  étendu  pour  des  pays  
à  revenu  moyen.    
 L'enjeu   de   l'adhésion   à   l'Union   Européenne   (UE)   voire   de   la   qualification   à  
l'Union   Économique   et   Monétaire   (zone   euro),   augmente   les   contraintes   pesant  
sur   les   budgets   publics,   mais   également   sur   l'ouverture   extérieure   de   certaines  
de   ces   économies,   qui   avaient   développé   des   liens   en   dehors   des   frontière   des  
l'UE.  
 
2) Économies  émergentes  

  28  
 

L'effet  paradoxal  des  puissances  émergentes  

Jean   Coussy,   chercheur   associé   au   CERI   |   Alternatives   Économiques   Hors-­série   n°   065   -­‐  
avril  2005  

Les  capitalismes  des  nouveaux  pays  émergents  du  Sud  ont  transformé  l'économie  
mondiale.  Avec  des  conséquences  négatives  pour  certains  pays  en  développement.  
 

L'arrivée   sur   la   scène   internationale   de   nouvelles   puissances   économiques   issues   de  


l'ancien  "Sud"  a  un  effet  paradoxal  sur  le  capitalisme  mondial:  elles  sont,  dans  le  même  

temps,   un   facteur   de   son   renouveau   et   de   sa   reproduction   à   l'identique.   Le   renouveau  


est   idéologique.   La   Chine   et   l'Inde,   après   les   pays   du   Sud-­‐Est   asiatique,   accélèrent   leur  
développement   en   suivant   des   politiques   qui   vont   à   l'encontre   des   principes   libéraux  
censés   représenter   les   clés   de   la   réussite.   La   reproduction   tient   à   ce   que   leur   nouvelle  
influence   pèse   sur   le   sort   des   pays   les   moins   développés   de   la   même   façon   que   celle   des  
pays   riches   a   pesé   sur   le   leur.   La   manière   avec   laquelle   ces   nouveaux   puissants   vont  
revendiquer   l'originalité   de   leur   modèle   et   gérer   leurs   relations   avec   leurs   anciens  
partenaires  en  développement  contribuera  à  définir  l'avenir  du  capitalisme  mondial.  

Sur   le   plan   des   revendications,   l'échec   de   la   réunion   de   l'Organisation   mondiale   du  


commerce   (OMC)   en   septembre   2003   a   frappé   les   observateurs.   Une   coalition   de   pays  
pauvres   et   dépendants   (les   producteurs   africains   de   coton)   et   de   nouvelles   puissances  
émergentes  (Chine,  Inde,  Brésil,  Afrique  du  Sud)  pouvaient,  au  nom  des  intérêts  de  leur  
stratégie   de   développement,   remettre   en   cause   la   domination   traditionnelle   des   pays  
développés  sur  une  organisation  internationale.  

Depuis   plusieurs   années,   cependant,   cette   montée   du   pouvoir   et   le   désir   des   pays   venus  
tard   au   développement   de   le   revendiquer   étaient   perceptibles.   L'Afrique   du   Sud,   le  
Brésil   et   l'Inde   ont   imposé   aux   laboratoires   pharmaceutiques   américains   de   faire   des  

concessions   sur   les   médicaments   génériques.   Le   Brésil   et   la   Chine   se   sont   alliés   pour  

  29  
obtenir  une  réduction  des  protections  commerciales  des  pays  développés  (sans  toujours  
abaisser   leurs   propres   protections).   Tous   les   pays   pauvres   demandent   l'ouverture   des  
marchés   des   pays   développés   et   la   suppression,   ou   la   réduction,   de   leurs   subventions  
aux  exportations.  Les  producteurs  de  textile  les  plus  efficients,  dont  la  Chine,  ont  obtenu  
la  fin  du  système  de  quotas  protégeant  les  marchés  du  Nord.  

Les   pays   en   développement   ont   aussi   bloqué   à   l'OMC   les   clauses   dites   de   Singapour,  
portant  principalement  sur  les  règles  de  l'investissement,  la  politique  de  la  concurrence  
et   la   transparence   des   marchés   publics;   ils   n'ont   en   particulier   montré   aucun  
empressement  à  faire  respecter  les  textes  sur  la  protection  des  brevets.  Ils  ont  semé  les  
germes   d'un   front   commun   dans   les   instances   internationales,   notamment   par   la  
création   du   groupe   des   Vingt,   avec   l'objectif   de   modifier   la   répartition   des   pouvoirs   et  
des  postes  (qui  reflètent  encore  les  droits  et  coutumes  de  1945).  Ils  appuient  le  projet  
d'un   Conseil   économique   et   social   mondial   et   réclament   une   plus   grande   représentation  
au  Conseil  de  sécurité.  

Capitalismes  à  la  chinoise  et  à  l'indienne  


Ce   pouvoir   croissant   et   plus   exigeant   de   l'ancien   Sud   n'est   pas   venu,   comme   on   l'avait  
attendu,  de  pays  s'opposant  frontalement  au  capitalisme  (les  pays  socialistes  ont  eu  un  
poids   minime).   Il   n'est   que   peu   venu   de   pays,   comme   le   Chili,   ayant   adopté   un  
capitalisme   réduit   au   consensus   de   Washington   (libéralisation   interne,   ouverture  
extérieure)  qui  n'a  accru  qu'à  la  marge  leur  pouvoir  international.  Il  y  a  certes  bien  eu  
une   montée   en   puissance   des   pays   exportateurs   de   produits   essentiels   (pays   pétroliers)  
ou   de   pays   régionalement   dominants   (Brésil   et   Afrique   du   Sud).   Mais   le   transfert   de  
pouvoir  le  plus  important  a  été  en  faveur  des  pays  qui  ont,  comme  naguère  le  Japon  et  
aujourd'hui   la   Chine   et   l'Inde,   accepté   le   capitalisme   sous   bénéfice   d'inventaire   et   qui,  
loin   de   la   zone   d'influence   du   Fonds   monétaire   international   (FMI)   et   de   la   Banque  
mondiale,  ont  inséré  le  capitalisme  dans  des  institutions  nationales  nées  de  leur  propre  
histoire.   Par   exemple,   quand   ces   pays   attirent   les   investissements   étrangers   des  

entreprises   transnationales,   dont   les   intérêts   sont   devenus   liés   aux   succès   de   leurs   pays  

  30  
d'implantation,   et   les   incitent,   outre   leurs   capitaux,   leurs   techniques,   à   apporter   leur  
compétitivité  et  un  soutien  politique  à  leurs  exportations.  

Comme  lors  du  décollage  de  l'Asie  du  Sud-­‐Est,  l'expansion  géographique  du  capitalisme  
accroît  donc  la  diversité  des  capitalismes.  La  Chine  et  l'Inde,  pays  clés  de  cette  nouvelle  
expansion,   adaptent   le   capitalisme   à   leur   situation,   très   spécifique,   d'États   continents.  
Réunissant  près  de  40%  de  la  population  mondiale,  ils  sont  géopolitiquement  puissants  
et   ont   échappé   jusqu'à   présent   aux   grandes   perturbations   du   type   de   celles   liées   à   la  
crise  asiatique  de  1997-­‐1998.  Même  entre  ces  deux  pays,  les  institutions  et  les  modes  de  
gestion   du   capitalisme   sont   très   différenciés   par   les   traces   de   leur   histoire   séculaire  
respective  et  par  les  antagonismes  entre  leur  passé  récent.  

Les  nouveaux  dominants  


Les   effets   des   capitalismes   chinois   et   indien   sur   l'économie   mondiale   reflètent   ces  
différences   de   modes   d'expansion   et   de   régulation.   Les   deux   pays   sont   devenus   des  
acteurs   économiques   dominants   qui   engendrent,   intentionnellement   ou   non,   des   effets  
positifs  et  négatifs  sur  leurs  clients  et  leurs  fournisseurs.  C'est  surtout  vrai  pour  la  Chine:  
si  la  croissance  des  deux  pays  réunis  explique  25%  de  la  croissance  mondiale,  les  quatre  
cinquièmes  sont  le  fait  de  la  Chine  et  seulement  un  cinquième  est  dû  à  l'Inde.  

La  Chine  a  ébranlé  toute  l'économie  industrielle  mondiale  en  développant  ses  avantages  
comparatifs   industriels   par   l'emploi   du   travail   à   bas   prix   et   par   une   politique  
d'éducation   orientée   vers   la   réduction   de   l'analphabétisme.   Elle   tend   à   devenir  
compétitive   sur   tous   les   produits   industriels,   notamment   dans   l'électronique   et   dans   les  
textiles,   au   risque   de   hâter   la   délocalisation   de   l'industrie   textile   des   pays   développés,  
mais  aussi  du  Bangladesh,  du  Mexique  et  de  la  Tunisie.  L'Inde  a  transformé  l'économie  
mondiale   des   services   en   mettant   l'accent   sur   l'enseignement   supérieur,   sur   les   call  
centers   et   sur   les   logiciels,   créant   des   concurrents   aux   pays   développés   et   accélérant  
l'outsourcing.  

De  leur  côté,  les  importations  de  ces  deux  économies  émergentes,  notamment  celles  de  

  31  
la   Chine,   se   sont   accrues   fortement   et   brusquement   du   fait   de   goulets   d'étranglement  
dans  la  production  de  produits  primaires  locaux  (pétrole,  acier,  nickel,  bois).  Provoquant  
de  brusques  hausses  des  prix,  cette  demande  a  créé  des  revenus  dans  des  pays  pauvres  
parfois   très   éloignés   (Afrique   du   golfe   de   Guinée,   Amérique   latine,   Moyen-­‐Orient,   Asie  
anciennement   soviétique),   fournissant   de   nouvelles   recettes   aux   Etats   rentiers   et   des  
profits   pour   les   intermédiaires   et   les   transporteurs.   Mais   l'instabilité   de   la   demande  
chinoise  a  aussi  provoqué  des  baisses  brusques  des  quantités,  des  prix,  des  rentes  et  des  
profits.  

Double  discours  
Plus   généralement,   la   tentation   de   tous   les   pays   émergents   a   été   grande   -­‐   et   la   Chine   y   a  
parfois  cédé  -­‐  d'épuiser  d'abord  les  ressources  des  pays  fournisseurs  en  énergie,  en  bois,  
etc.,   au   détriment   du   développement   durable   et   de   la   conservation   des   forêts.   En  
résumé,   les   pays   émergents   se   sont   trouvés   vis-­‐à-­‐vis   de   leurs   fournisseurs   exactement  
dans   la   situation   de   domination   qu'ils   critiquaient   naguère   chez   les   pays   développés   à  
l'égard   des   moins   développés.   Comme   toutes   les   dominations,   celle-­‐ci   s'est   produite  
parfois   sans   intention   préalable   et   souvent   sans   intention   de   nuire.   Et   elle   coexiste  
aujourd'hui   avec   des   discours   de   politique   économique   des   pays   asiatiques   qui  
reproduisent  encore  le  discours  ancien  contre  les  dominations  coloniales.  

A  Cancun,  ils  ont  assumé  le  rôle  de  soutien  des  pays  en  développement  auxquels  les  lient  
un   passé   de   dépendance   coloniale   ou   quasi   coloniale,   des   ressentiments   communs  
justifiés   et   des   traces   des   conférences   tricontinentales   ou   afro-­‐asiatiques.   Ils   ont   aussi  
beaucoup  réclamé  le  droit  et  même  le  besoin,  en  tant  que  pays  du  Sud,  de  protéger  les  
industries   naissantes   et   celui   de   demander   des   concessions   commerciales   et   financières  
aux  pays  du  Nord.  C'est  ce  double  discours,  nourri  de  la  revendication  de  puissance  et  du  
statut  de  pays  pauvre,  que  l'on  a  entendu  à  Cancun.  Et  c'était  la  première  fois  qu'il  était  
écouté  et  entendu  à  l'OMC  et  avant  elle  au  Gatt  (Accord  général  sur  les  tarifs  douaniers  
et  le  commerce).  Une  nouveauté  que  l'on  peut  considérer  comme  le  signe  heureux  de  la  

croissance   du   pouvoir   politique   dans   ces   pays   émergents,   mais   un   discours   paradoxal  

  32  
dans  la  mesure  où  ces  pays  sont  désormais  impliqués,  sans  en  être  toujours  conscients,  
dans  les  dominations  économiques  qu'ils  dénoncent.  

Ainsi,   des   pays   qui   ont   nettement   amorcé   leur   développement   gardent-­‐ils   le   discours  
qu'ils   avaient   quand   ils   désespéraient   de   s'insérer   dans   l'économie   mondiale.   On   a   vu  
des  pays  émergents  protectionnistes  joindre  leur  voix  aux  motions  antiprotectionnistes  
des   plus   pauvres   sans   faire   d'autocritique   sur   leur   propre   politique.   On   a   vu   ces  
nouveaux   puissants   approuver   aussi   la   fin   de   l'accord   multifibres,   alors   que   chacun  
savait   que   la   suppression   des   quotas   risquait   d'être   fatale   aux   pays   cités   plus   haut.   Dans  
d'autres   instances,   on   voit   dénoncer   les   déséquilibres   des   paiements   internationaux  
sans   indiquer   le   rôle   décisif   de   la   Chine   dans   la   création   et   le   financement   du   déficit  
commercial  des  États-­‐Unis.  

Comme   le   note   l'économiste   indien   D.   N.   Ghosh   dans   un   article   récent   (1),   si   l'on   veut  
éviter  que  les  pays  asiatiques  ne  créent,  dans  le  reste  du  monde,  les  effets  pervers  que  
l'anglo-­‐globalisation  a  eu  naguère  sur  les  pays  asiatiques,  il  faut  que  ceux-­‐ci  ne  fassent  
pas  supporter,  par  les  pays  non  asiatiques,  les  charges  des  ajustements  de  leur  propre  
développement.  En  clair,  qu'ils  s'efforcent  de  concilier  leurs  discours  aux  accents  tiers-­‐
mondiste  avec  la  réalité  de  la  domination  qu'ils  contribuent  à  exercer,  en  pratique,  sur  
les  autres  pays  du  Sud.  
Chine,  Inde  :  deux  modèles  différents  

La  Chine  est  restée  un  État  fort,  unitaire  et  centralisé;  l'Inde,  une  union  d'Etats  dont  les  
pouvoirs  locaux  sont  réels.  L'Inde  se  veut  la  plus  grande  démocratie  du  monde,  ce  à  quoi  
ne   prétend   pas   la   Chine.   Cette   dernière   s'affirme   une   grande   puissance   aux   ambitions  
extérieures  affichées,  alors  que  l'Inde,  même  si  elle  est,  elle  aussi,  soucieuse  d'assurer  sa  
sécurité  extérieure  et  sa  force  militaire  (y  compris  nucléaire),  montre  moins  d'ambitions  
expansionnistes   et   a   peu   de   rapports   avec   sa   région.   La   Chine   procède   à   des  
changements  brusques  de  sa  régulation  économique,  au  risque  de  créer  des  instabilités  

internes   et   externes;   l'Inde   a   traditionnellement   une   croissance   plus   régulière   et   une  

  33  
régulation  plus  prudente.  

La   démographie   chinoise   a   connu,   après   une   expansion   non   contrôlée,   la   règle   de  


l'enfant   unique,   alors   que   l'opinion   publique   indienne   a   violemment   rejeté   la   tentative  
d'Indira   Gandhi   de   réguler   les   naissances.   La   croissance   des   deux   pays   repose   sur  
l'existence   de   millions   de   chômeurs   et   sur   la   prospérité   de   classes   moyennes  
occidentalisées  dans  le  cadre  de  fortes  inégalités  géographiques,  mais  les  structures  de  
classes  et  de  castes  restent  fort  différentes.  Les  entreprises  d'État,  naguère  dominantes  
en   Chine,   ont   été   brusquement   réduites   au   profit   des   emplois   privés   en   rapide  
expansion,   alors   que   les   variations,   sur   ce   point   encore,   ont   été   moindres   en   Inde.   La  
régulation   du   crédit   et   du   secteur   financier   (dont   les   failles   et   les   compromissions   ont  
joué  un  rôle  décisif  dans  la  crise  de  l'Asie  du  Sud-­‐Est)  est  jugée  plus  vulnérable  en  Chine  
qu'en  Inde.  

Article  issu  du  dossier  État  des  lieux  :  les  capitalismes  


 NOTES  
(1)  Voir  "Partnership  or  Rivalry  in  a  Globalising  World",  Economic  and  Political  Weekly  
n°  25,  décembre  2004.  
 
 
 
 
3) Y  a-­t-­il  un  capitalisme  chinois  ?  
 

F.  Teulon,  Croissance,  crises  et  développement,  chapitre  9  


 
La  Chine  reste  l'un  des  rares  pays  au  monde  dirigé  par  un  parti  communiste.  Toutefois,  
les  réformes  engagées  depuis  1978  ont  profondément  éloigné  son  système  économique  
du  modèle  socialiste.  
 
Les   caractéristiques   de   l'économie   chinoise   la   rapprochent   de   plus   en   plus   de   l'idéal-­type  
du  système  capitaliste,  mais  il  faut  nuancer  ce  constat  
 
 Développement  de  la  propriété  privée  des  moyens  de  production  en  2  temps  
En   1978,   la   propriété   privée   des   moyens   de   production   n'existait   pas   en   Chine.   La  
production   agricole   s'effectuait   dans   le   cadre   de   structures   collectives   (les   communes  
populaires);   les   entreprises   d'Etat   assuraient   l'essentiel   de   la   production   industrielle  
(80%),  les  coopératives  le  reste;  la  quasi-­‐totalité  des  services  dépendait  elle  aussi  de  la  
sphère  étatique.  

  34  
1ère  phase  débute  fin  1978:  feu  vert  donné  à  la  décollectivisation  de  l'agriculture,  qui  
marque   le   coup   d'envoi   de   la   libéralisation   économique   =>   structures   collectives  
démantelées   et   le   retour   à   l'exploitation   familiale   a   gagné   la   quasi-­‐totalité   des   terres  
agricoles.   Parallèlement,   développement   d'entreprises   hors   du   secteur   d'État   =>  
prolifération  des  entreprises  privées  dans  les  campagnes,  création  de  millions  d'emplois  
dans  le  commerce,  le  transport,  l'industrie  et  le  bâtiment.  
2e  phase  commence  dans  les  années  1990:  privatisation  du  secteur  d'Etat,  par  simple  
vente   aux   cadres   ou   dirigeants   locaux.   Grandes   entreprises   d'État   transformées   en  
sociétés,   rendant   possible   l'ouverture   de   leur   capital   (actions)   aux   investisseurs  
étrangers.   Mais,   très   souvent,   le   capital   est   resté   majoritairement   entre   les   mains   de  
l'État.  
 au  début  du  XXIe  siècle,  le  secteur  privé  assure  les  2/3  de  l'activité  économique  
chinoise.   La   quasi-­‐totalité   des   exploitations   agricoles   est   privée,   mais   les   terres  
restent  propriété  collective  et  sont  cédées  aux  paysans  par  des  baux  de  30  ans.  La  
quasi-­‐totalité  des  petites  entreprises  industrielles,  la  majeure  partie  du  bâtiment  
et   du   commerce   appartiennent   à   des   entrepreneurs   privés;   mais   ceux-­‐ci   sont  
rares   dans   les   grandes   entreprises   industrielles,   dans   les   transports   et  
télécommunications,   et   quasi-­‐inexistants   dans   la   banque   (il   y   a   une   seule   banque  
privée   en   Chine):   économie   mixte   proche   de   celle   qui   prévalait   dans   les  
économies  européennes  jusqu'à  la  fin  des  années  1960.  
 C'est   depuis   1999   que   la   Constitution   reconnaît   et   protège   la   propriété   privée,  
comme   composante   importante   de   l'économie.   Néanmoins,   la   suspicion  
idéologique   qui   a   pesé   longtemps   sur   la   propriété   privée,   a   contribué   à   rendre  
floues   les   frontières   entre   propriété   publique   et   privée.   L'influence   du   politique  
reste   puissante   et   il   n'est   guère   possible   pour   une   petite   entreprise   privée   de  
devenir   grande   sans   le   soutien   de   l'administration   locale   et   du   parti.   Les  
ingérences  politiques  dans  l'économie  sont  la  règle  et  pas  encore  l'exception.  
 
 Accumulation  du  capital:  un  sujet  opaque  
Malgré   l'existence   de   grandes   fortunes   privées   en   Chine,   (surtout   dans   l'immobilier   et  
l'industrie   manufacturière),   l'État   contrôle   encore   la   majorité   du   capital   des   grandes  
entreprises   chinoises.   En   2007,   selon   le   magazine   Fortune,   29   entreprises   de   Chine  
populaire   faisaient   partie   de   la   liste   des   500   grandes   entreprises   répertoriées,   et   elles  
étaient  toutes  détenues  en  majorité  ou  en  totalité  par  l'Etat.  
Il  reste  difficile  de  cerner  précisément  les  contours  des  secteurs  privé  et  public,  d'autant  
que   les   plus   grandes   entreprises   ont   tendance   à   déménager   à   Hong-­‐Kong.   Ex:   Lenovo,  
célèbre  entreprise  chinoise  ayant  racheté  la  division  d'ordinateurs  portables  d'IBM,  est  
désormais  hébergée  à  Honk-­‐Kong.  
 
 Libéralisation  des  prix  et  des  échanges  marchands  et  recherche  du  profit  
Comme   dans   beaucoup   d'économies   de   marché,   seuls   sont   réglementés   les   prix   de  
l'énergie,  des  transports,  des  télécommunications  et  autres  services  publics.  
Recherche   du   profit   devenue   un   moteur   essentiel   de   l'activité   économique.   Le   plan  
impératif  qui  régissait  l'ensemble  des  productions  jusqu'en  1978  a  disparu.  Cependant,  
l'État   continue   à   intervenir   pour   orienter   le   développement   économique   et   la  
modernisation   sectorielle:   il   s'appuie   sur   le   système   bancaire   (qui   est   public),   sur   de  
puissantes   entreprises   d'État   dans   des   secteurs   stratégiques   (électricité,   pétrole,  
télécommunications,  sidérurgie).    

  35  
 mise  en  œuvre  de  plans  de  modernisation  de  l'industrie  textile,  de  la  sidérurgie,  
de   développement   du   secteur   des   télécommunications,   investissements   publics  
dans  la  promotion  de  produits  haute  technologie  chinoise.  
 
 Un  marché  du  travail  encore  dualiste  
Secteur  "organisé":  travailleurs  sous  contrat  dans  les  entreprises  urbaines  
Secteur   "non   organisé"   ou   informel   tout   aussi   important:   a   pris   beaucoup   d'ampleur   ces  
10  dernières  années  avec  l'afflux  de  travailleurs  migrants  des  campagnes  vers  les  villes  
et   zones   industrielles.   Ils   sont   130   millions   dans   le   bâtiment   et   l'industrie,   le   plus  
souvent   sans   contrat   de   travail,   sans   protection   sociale,   et   avec   un   niveau   de   salaire  
moitié  moindre  que  ceux  des  ouvriers  urbains.  Ce  sont  eux  qui  ont  assuré  le  succès  des  
industries  exportatrices  chinoises  avant  d'être  les  1ères  victimes  de  la  crise  actuelle.  Ce  
marché   du   travail   est   extrêmement   flexible   avec   des   conditions   de   travail   qui  
s'apparentent   à   celles   du   capitalisme   sauvage.   Le   nouveau   code   du   travail   de   2008   rend  
illégales   ces   pratiques   informelles   et   impose   des   règles   aux   contrats   de   travail  
(conditions  de  licenciement,  etc.).  
 
 Le  poids  de  l'État  et  du  politique  dans  la  vie  économique  
L'État   doit   nécessairement   réguler   le   capitalisme   en   posant   des   bases  
institutionnelles:   or,   il   y   a   encore   insuffisance   d'institutions   et   de   normes,   notamment  
pour  réguler  les  marchés  boursiers,  lutter  contre  la  corruption,  favoriser  la  transparence  
des  comptes  des  entreprises  et  des  banques.    
Élites   modernes   (la   bourgeoisie)   peu   représentées   à   l'Assemblée   Nationale  
Populaire:   l'ouverture   du   parti   communiste   reste   relative.   (Voir   article   «  capitalisme  
et  démocratie  »  dans  les  Cahiers  français)  
 
 Un  capitalisme  divers  
Capitalisme   indigène   vivace   reposant   sur   des   entrepreneurs   privés,   notamment  
ruraux,  alimentés  par  un  circuit  de  financement  non  officiel.  
Capitalisme  officiel  puissant:  grandes  entreprises  d'État  rénovées  depuis  les  années  
90   (secteur   de   l'énergie   et   matières   premières,   industries   lourdes,   transports   et  
communications,  finance).  Capitalisme  technocratique  et  largement  bureaucratique.  
Capitalisme   étranger:   les   entreprises   de   Hong-­‐Kong   et   Taiwan   ont   joué   un   rôle  
décisif  dans  la  création  d'industries  manufacturières  modernes  et  compétitives  en  Chine  
continentale.   Investisseurs   étrangers   apportent   leur   modèle   de   capitalisme   (USA,   Japon,  
Europe)  
Le   capitalisme   d'État   a   tendance   à   étouffer   le   capitalisme   privé   entrepreneurial   des  
industries  rurales,  notamment  en  raison  de  la  primauté  du  politique  sur  l'économie.  
Néanmoins,   la   crise   met   à   mal   la   foi   en   un   marché   autorégulateur.   Dès   lors,   le  
capitalisme  hybride  à  la  chinoise  semble  viable.  La  crise  économique  mondiale  soumet  
depuis  l'automne  2008  le  capitalisme  chinois  à  un  test.  
 
 
D. Vers  un  modèle  unique  de  capitalisme?  
 
1) L'absence   de   modèle   européen   unique   malgré   le   processus   d'intégration  
européenne  

  36  
Pour   les   pays   d'Europe,   outre   la   mondialisation,   c'est   incontestablement   le   processus  
d'intégration   et   d'harmonisation   européenne   qui   forge   de   plus   en   plus   la   nature   de   la  
zone:    
 marché  unique  
 centralisation  de  la  politique  monétaire  entre  les  mains  de  la  BCE  
 contraintes  sur  la  politique  budgétaire  (le  déficit  public  ne  doit  pas  dépasser  3%  
du  PIB  et  la  dette  publique  60%  du  PIB)  
 harmonisation  partielle  des  politiques  fiscales  
 contrôle  communautaire  des  règles  de  la  concurrence  
Le  marché  unique  a  accentué  la  concurrence  entre  les  pays  européens  et  a  donc  renforcé  
le  processus  de  concurrence  institutionnelle  (favorisée  par  les  institutions  européennes:  
par   exemple,   la   Commission   européenne   a   condamné   les   3   opérateurs   de   téléphonie  
mobile   en   France,   ainsi   que   Intel   en   2008   pour   avoir   occupé   une   position   de   quasi-­‐
monopole).  Cet  effet  s'exerce  surtout  entre  pays  d'une  grande  proximité  géographique.  Il  
peut   conduire   à   un   certain   mimétisme   institutionnel   de   ce   qui   marche   chez   le   voisin.  
Cependant,   celui-­‐ci   n'est   pas   uniforme:   son   succès   dépendent   des   institutions   du   pays  
tenté   par   le   mimétisme,   qui   rendent   parfois   l'adoption   de   certains   pratiques  
inopportunes.  
Ex:  fantasme  français  sur  le  modèle  danois  de  flexicurité  =>  échec  de  ce  mimétisme.  La  
France   a   introduit   successivement   des   contrats   aidés   sur   le   marché   du   travail;   va-­‐et-­‐
vient  autour  du  Contrat  Première  Embauche  (CPE)  
Mais,  malgré    cette  tendance,  les  pays  préservent  des  marges  de  manœuvre.  
Ex:  disparités  concernant  le  poids  de  l'État  dans  l'économie.  
L'inertie   nationale,   basée   sur   l'héritage   culturel   et   l'acquis   institutionnel,   agit   comme   un  
frein  à  une  harmonisation  rapide.  
Ainsi,   les   caractéristiques   fondamentales   des   économies   de   chaque   pays   demeurent  
pour  l'instant  inébranlables:  
 le  capitalisme  demeure  étatique  centralisateur  en  France  (exemple  p.  49)  
 il  reste  consensuel  fédéral  en  Allemagne  et  en  Belgique  
 Capitalisme  consensuel  en  Autriche  et  aux  Pays-­‐Bas  
 Libéral  pragmatique  dans  les  pays  anglo-­‐saxons  
 Social-­‐démocrate  dans  les  pays  du  Nord  
 
2) Le  modèle  anglo-­saxon  domine  jusqu'en  1990-­2000  (cahiers  français  p.  43-­
44)  

"  Le  cycle  de  la  finance  s'impose  au  cycle  économique  "  
Entretien   avec   Michel   Aglietta  :   professeur   à   l'université   Paris   X-­Nanterre   (voir  
également  l’Alternatives  économiques  hors-­série  n°87  sur  les  Marchés  financiers)  
 
L'expansion  du  système  financier  international  a  déstabilisé  le  cours  de  l'économie  
mondiale.   Les   effets   induits   par   ce   capitalisme   contemporain   diffèrent   d'un  
continent  à  l'autre.  
Alternatives   Economiques:   Les   marchés   financiers   semblent   être   devenus   le   moteur  
principal   des   fluctuations   du   capitalisme   contemporain.   Quels   sont   les   principes   de  
fonctionnement  de  ce  capitalisme  financier?  

  37  
Michel   Aglietta:   L'influence   des   marchés   financiers   sur   la   dynamique   économique  
contemporaine  a  connu  deux  périodes.  Dans  les  années  80,  elle  est  passée  par  un  niveau  
élevé  des  taux  d'intérêt.  Ceci  a  pesé  sur  les  profits  et  sur  l'investissement  des  entreprises  
en   accroissant   leurs   charges   d'endettement   et   en   leur   imposant   des   seuils   de   rentabilité  
très  élevés.  Résultat:  la  croissance  a  été  fortement  ralentie  et  le  chômage  a  augmenté,  les  
entreprises   se   sentant   moins   responsables   de   leurs   salariés   et   cherchant   une   plus  
grande  flexibilité  de  l'emploi.  

La   deuxième   phase   est   celle   des   années   90.   La   baisse   des   taux   d'intérêt   et   le  
développement   des   nouvelles   technologies   de   l'information   ont   nourri   l'essor   des  
marchés   boursiers.   La   période   a   vu   la   montée   en   puissance   des   actionnaires   et   le  
développement   de   l'idéologie   de   la   valeur   actionnariale:   les   entreprises   doivent   agir  
pour   maximiser   la   rentabilité   boursière   de   leur   titre   et   donc   réaliser   des   rendements  
financiers,   c'est-­‐à-­‐dire   des   rendements   dont   l'exigence   est   transmise   par   les  
investisseurs  financiers  via  le  marché  boursier.  L'abondance  des  capitaux  permise  par  la  
baisse   des   taux   d'intérêt   a   aussi   entraîné   la   recherche   par   les   investisseurs   de   nouvelles  
opportunités  de  placement,  qu'ils  ont  en  partie  trouvées  dans  le  financement  des  pays  
émergents,   faisant   des   années   90   celles   de   l'expansion   géographique   de   la  
mondialisation  financière.  

L'Europe   est   la   zone   qui   a   le   plus   souffert   de   ces   développements.   L'énorme   choc   de  
l'unification   allemande,   les   contraintes   financières   de   la   préparation   de   la   monnaie  
unique  et,  pour  la  France,  l'idéologie  de  la  désinflation  compétitive  (*)  en  sont  les  causes  
principales.  L'Europe  continentale  a  connu  ainsi  des  taux  d'intérêt  élevés  jusqu'en  1996,  
bien  plus  longtemps  que  les  États-­‐Unis  ou  le  Royaume-­‐Uni.  Sur  longue  période,  les  effets  
en  sont  impressionnants:  en  moyenne,  le  taux  d'intérêt  réel  à  long  terme  sur  trente  ans  
est   égal   au   taux   de   croissance   aux   États-­‐Unis   et   au   Royaume-­‐Uni.   Il   a   été   deux   fois  
supérieur   en   France   et   1,8   fois   supérieur   en   Allemagne.   Il   n'est   pas   nécessaire   d'aller  
chercher   plus   loin,   et   surtout   pas   dans   le   marché   du   travail,   la   cause   du   handicap  
important   de   l'Europe   en   matière   d'investissement   et   d'assimilation   de   la   nouvelle  
vague  technologique,  un  handicap  dont  nous  subissons  encore  les  effets.  

Ce  capitalisme  financier  est-­il  présent  partout  de  la  même  façon?  

Non.  Il  suffit  de  regarder  l'Asie  pour  le  comprendre.  La  crise  asiatique  de  1997-­‐1998  a  
montré   combien   il   est   impossible   de   fonctionner   selon   une   logique   de   pur   marché.   La  
Chine  et  l'Inde,  qui  ne  s'étaient  pas  lancées  dans  l'ouverture  à  tout  va  aux  mouvements  
de   capitaux   internationaux,   ont   été   confortées   dans   la   nécessité   d'une   finance   maîtrisée.  
L'État   continue   à   y   dominer   la   finance.   Il   existe   aujourd'hui   une   voie   asiatique   du  
capitalisme  financier,  conduite  par  des  pays  au  potentiel  humain  énorme,  proposant  un  
régime  de  croissance  sur  des  bases  politiques  maîtrisées.  

L'influence   de   la   Chine   sur   les   autres   pays   de   la   région   peut   contribuer   à   répandre   ce  
modèle,   ce   qui   pourrait   avoir   des   effets   considérables   sur   les   rapports   de   force  
monétaires  et  financiers  internationaux.  Les  conditions  dans  lesquelles  la  Chine  finance  
les   déficits   extérieurs   des   États-­‐Unis   la   mettent   en   position   de   décider   de   l'avenir   du  

  38  
taux   de   change   du   dollar.   Aujourd'hui,   les   avantages   d'un   soutien   sont   plus   forts   que   les  
inconvénients.  Mais  quand  la  croissance  va  essaimer  vers  l'intérieur  du  pays,  qu'elle  va  
s'autonomiser  de  l'extérieur  et  devenir  moins  gaspilleuse  en  investissements,  la  maîtrise  
de   la   demande   interne   deviendra   l'objectif   prioritaire   de   la   politique   économique  
chinoise.   Le   pays   devra   alors   se   doter   d'une   politique   monétaire   autonome   pour  
contrôler  la  demande  intérieure  et  dépasser  le  moyen  fruste  qu'est  l'injonction  directe  
du  gouvernement  sur  les  banques  pour  restreindre  le  crédit.  

Si  les  États-­‐Unis  n'ont  pas  maîtrisé  d'ici  là  la  dérive  de  leurs  comptes  extérieurs,  on  va  se  
retrouver   comme   en   1971,   lorsque   l'Allemagne   a   décidé   d'arrêter   son   soutien   à   un  
système   monétaire   international   centré   sur   le   dollar.   Un   système   polycentrique   bâti  
autour   du   dollar,   de   l'euro,   du   yen   et   de   la   monnaie   chinoise   aurait   alors   toutes   les  
chances  d'émerger  d'ici  à  quelques  années.  Les  autres  pays  asiatiques  auraient  en  effet  
tout  intérêt  à  encadrer  les  fluctuations  de  leur  devise  face  au  yuan.  Dans  le  même  temps,  
l'Europe  et  le  Japon  prendraient  l'initiative  de  stabiliser  le  taux  de  change  entre  le  yen  et  
l'euro,  le  tout  organisant  un  contournement  de  la  prépondérance  perverse  du  dollar.  

La   tendance   pour   l'Europe   est-­elle   à   la   convergence   vers   le   modèle   de   capitalisme  


financier  américain?  

Dans  les  pays  du  nord  de  l'Europe,  de  la  Finlande  aux  Pays-­‐Bas,  le  capitalisme  financier  a  
remodelé   les   compromis   sociaux,   mais   dans   une   voie   qui,   tout   en   développant   la  
flexibilité   sur   le   marché   du   travail,   reste   favorable   au   maintien   de   la   sécurité   des  
salariés.   Les   évolutions   du   droit   du   travail   qui   en   ont   découlé   se   font   dans   des  
entreprises   de   taille   mondiale   et   disposant   d'une   grande   puissance   financière,   mais  
conservant  des  normes  de  gestion  qui  incorporent  une  forme  de  responsabilité  sociale  
de   l'entreprise.   L'Europe   dispose   donc   d'un   modèle   viable,   que   les   Anglo-­‐Saxons   tentent  
d'ailleurs  de  retrouver  par  d'autres  voies.  

Les   scandales   à   répétition   de   type   Enron   ont   fait   apparaître   que   les   mécanismes   de  
contrôle   des   entreprises   par   les   marchés   financiers   ne   fonctionnent   pas.   Ils   favorisent  
une   élite   financière   qui   extrait   la   valeur   de   l'entreprise   à   des   fins   d'enrichissement  
personnel.   Ces   travers   menacent   le   capitalisme   financier,   prisonnier   de   normes   de  
gestion   qui   demandent   en   permanence   des   niveaux   de   rentabilité   supérieurs   aux  
rendements  d'équilibre  sur  les  marchés  de  capitaux.  Or,  il  est  impossible  que  toutes  les  
entreprises   à   la   fois   fassent   mieux   que   la   moyenne.   Sauf   à   jouer   d'expédients  
systématiques   comme   le   contournement   des   normes   comptables,   l'utilisation   des   places  
offshore,  etc.  

Les  actionnaires  de  long  terme,  les  gros  investisseurs  institutionnels  (fonds  de  pension,  
compagnies  d'assurance,  etc.)  sont  frustrés  par  cette  situation  et  poussent  à  sa  remise  en  
cause.  Mais  ils  ne  pourront  changer  les  choses  que  si  les  gouvernements  changent  la  loi  
en  leur  faveur:  en  obligeant  les  actionnaires  à  se  déplacer,  à  voter,  à  contrôler,  etc.  

Le  capitalisme  financier  semble  très  instable.  Comment  peut-­on  l'expliquer?  

  39  
Le  cycle  de  la  finance  s'impose  au  cycle  économique  par  son  élément  au  potentiel  le  plus  
instable,   à   savoir   l'endettement.   Le   capitalisme   financier   actuel,   en   développant   les  
techniques   de   transfert   de   risque   utilisant   les   marchés   dérivés,   incite   les   banques   à  
prêter  sans  avoir  à  en  subir  le  coût.  Comme  les  banques  centrales  maintiennent  des  taux  
d'intérêt  très  bas,  la  liquidité  très  abondante  se  dirige  sur  les  achats  d'actifs  plutôt  que  
sur   les   investissements   productifs.   L'argent   sert   alors   à   financer   une   spéculation   qui  
rebondit  d'un  marché  à  l'autre,  de  la  Bourse  à  l'immobilier,  puis  au  change,  aux  matières  
premières,   etc.   Ceci   porte   à   des   excès   de   crédit   et   à   des   sous-­‐évaluations   des   risques,  
chaque  banque  étant  persuadée,  à  titre  individuel,  de  bien  les  maîtriser,  nourrissant  un  
risque  systémique  (*)  latent.  

Les  politiques  publiques  ne  semblent  pas  à  même  de  maîtriser  cette  instabilité.  

Ce   cycle   financier   aurait   pu   rencontrer   les   limites   de   l'inflation:   un   excès   de   crédit  


alimentant   une   hausse   des   prix   incitant   les   banques   centrales   à   augmenter   les   taux  
d'intérêt,  avec  pour  effet  de  stopper  un  endettement  devenu  très  coûteux.  Cela  n'a  pas  
été  le  cas  car  la  mondialisation  des  marchés  avec  des  économies  du  type  de  la  Chine,  à  
très  forte  main-­‐d’œuvre,  à  productivité  élevée  avec  des  coûts  très  bas,  crée  une  pression  
anti-­‐inflationniste   suffisamment   forte   pour   que   l'indicateur   des   prix,   suivi  
prioritairement   par   les   banques   centrales,   ne   monte   pas.   De   ce   fait,   celles-­‐ci  
n'interviennent   que   de   manière   réactive,   après   le   retournement   des   marchés,   et   non  
proactive,   en   interaction   avec   les   marchés.   Vont-­‐elles   être   capables   de   s'adapter   pour  
maîtriser  l'instabilité  financière?  C'est  le  point  crucial  aujourd'hui.  

Propos  recueillis  par  Christian  Chavagneux  


 
Enjeux  :  victoire  et  déboires  
Alternatives  Économiques  -­‐  Hors-­‐série  n°65  -­‐  Avril  2005  
(*)   Désinflation   compétitive  :   volonté   d'obtenir   un   avantage   de   compétitivité   par   une  
maîtrise   de   l'inflation,   y   compris   si   celle-­‐ci   doit   passer   par   une   croissance   faible.   (*)  
Risque   systémique  :   risque   que   les   difficultés   d'une   banque   ou   d'un   pays   ne   se  
généralisent  à  d'autres  banques  ou  à  d'autres  régions  du  monde.  
 
 
3) Ce  capitalisme  financier  est  un  capitalisme  actionnarial  
 

  40  
   
 

  41  
 

 
 
 

  42  
 
 
 
 

  43  
 
 
 
 
 
 
 
 
 

  44  
 
 
 

  45  
 
 
 

  46  
 
 

  47  
 
 
 
 
 

  48  
 
 
 

  49  
 
 
 
 

  50  
 
 
 
 
 
 

  51  
 
 
 

  52  
 
 
 
 

  53  
 
 
 
 
 
 

  54  
 
 
 

  55  
 
 
 

  56  
 
 
 
 

  57  
 
 

  58  
 
 
 

  59  
 
 
 

  60  
 
 
 
 
 
 

  61  
 
 
 
 
 
 

  62  
 
 
 
 

  63  
 

 
 

  64  
 
 
 

  65  
 
 
 
 

  66  
 
 
 

  67  
 
Source  :  Dominique  PLIHON,  Le  nouveau  capitalisme,  Repères,  La  Découverte,  3e  édition  
 
 
 
 
III.  LES  REMISES  EN  CAUSE  ACTUELLES  DU  CAPITALISME  LIBÉRAL  OU  FINANCIER  OU  PATRIMONIAL  
 
 
A. Les  effets  pervers  de  l'hégémonie  du  libéralisme  anglo-­‐saxon:  les  insuffisances  de  
la  gouvernance  mondiale  
 
Définition  d'un  modèle  de  gouvernance  p.  73  dans  les  Cahiers  français  
 
Dominique   PLIHON,  Le   nouveau   capitalisme,   2009  :   «  Le   nouveau   capitalisme   pris   dans  
le  piège  de  la  finance  »  

  68  
 
 
 
 
 
 
 
 

  69  
 
 
 

  70  
 
 

  71  
 
 
 

  72  
 
 
 
 

  73  
 
 

 
Dominique  Plihon,  Le  nouveau  capitalisme,  2009  
 
 
 
 
 
 

  74  
B. Le  capitalisme  aggrave  les  inégalités  
 

Les  trois  temps  des  inégalités  

Par  Denis  Clerc  


L'explication   de   la   réduction   des   écarts   entre   riches   et   pauvres   par   l'essor   de  
l'économie   de   marché   est   aujourd'hui   remise   en   cause   par   la   remontée   des  
inégalités.  
Au  XVIIe  siècle,  il  ne  fait  guère  de  doute  que,  entre  la  noblesse  et  la  paysannerie,  l'écart  
des  revenus  et  des  conditions  de  vie  était  bien  plus  grand  qu'il  ne  l'est  aujourd'hui  entre  
les   cadres   dirigeants   et   les   ouvriers.   Est-­‐ce   l'essor   de   l'économie   de   marché   qui,   en  
imposant   la   révolution   industrielle,   a   engendré   un   bouleversement   sans   précédent   dans  
l'histoire   de   nos   sociétés   et   réduit   les   inégalités?   On   l'a   longtemps   cru.   Le   fait   est   que,  
après   une   phase   de   très   forte   croissance   des   inégalités,   celles-­‐ci   ont   eu   tendance   à   se  
réduire   assez   sensiblement,   selon   un   schéma   que   l'on   retrouve   dans   bon   nombre   de  
pays  et  qui  a  donné  naissance  à  ce  que  l'on  appelle  la  "courbe  de  Kuznets",  du  nom  de  
l'économiste  qui,  dans  les  années  50,  l'a  proposée.  Mais,  depuis  une  trentaine  d'années,  
le  balancier  semble  reparti  dans  l'autre  sens,  celui  d'inégalités  croissantes,  au  point  que  
l'on   peut   se   demander   dans   quelle   mesure   l'économie   de   marché   n'est   pas   en   train   de  
changer  de  nature.  

   

La  tendance  de  long  terme  


   

En  1830,  le  conseiller  d'État  en  fin  de  carrière  gagnait  45  fois  plus  que  le  manœuvre  de  
province.  Un  siècle  et  demi  après,  l'écart  n'était  plus  que  de  7  à  1.  Jean  Fourastié,  dans  
les   années   70,   a   rassemblé   bien   d'autres   données   du   même   acabit   qui,   toutes,   vont   dans  
le  même  sens.  Entre  le  haut  et  le  bas  du  panier  des  revenus,  l'évolution  séculaire  montre  
un   resserrement   sensible   des   inégalités   de   revenu.   Il   donnait   ainsi   raison   en   quelque  
sorte   à   Tocqueville,   qui   voyait   dans   "l'égalisation   des   conditions"   le   grand   ressort   des  
sociétés  démocratiques.  

Toutefois,  en  rester  à  ce  constat  conduit  à  occulter  l'essentiel:  l'explosion  des  inégalités  
lorsque   la   société   traditionnelle   commence   à   céder   la   place   à   la   société   industrielle   et  
que   l'économie   de   marché   tend   à   se   substituer   aux   échanges   de   proximité   qui   étaient  
alors  la  règle.  Pour  s'en  convaincre,  il  suffit  de  lire  le  Tableau  de  l'état  physique  et  moral  
des   ouvriers   employés   dans   les   manufactures   de   coton,   de   laine   et   de   soie   du   docteur  
Villermé   (1840).   A   Mulhouse,   écrit-­‐il,   "tandis   que   dans   les   familles   de   fabricants,  
négociants,   drapiers,   directeurs   d'usine,   la   moitié   des   enfants   atteint   la   29e   année,   cette  
même  moitié  cesse  d'exister  avant  l'âge  de  2  ans  accomplis  dans  les  familles  de  tisserands  
et   d'ouvriers   des   filatures   de   coton"   (1).   L'espérance   de   vie   est,   selon   les   calculs   de  
Villermé,  de  l'ordre  de  23  ans  chez  les  ouvriers.  La  classe  ouvrière  paye  alors  d'un  prix  
élevé   le   passage   d'une   économie   de   la   proximité   à   une   économie   de   marché.   Comme  

  75  
l'écrit   Eugène   Buret   la   même   année   (2),   "la   misère   se   rencontre   ordinairement   dans   les  
lieux  de  grande  production,  dans  les  foyers  les  plus  actifs  de  la  richesse  industrielle".  Ceux  
qui  produisent  la  richesse  sont  contraints  de  vivre  dans  une  misère  sans  nom,  tandis  que  
ceux  qui  les  font  travailler  s'enrichissent.  

Part  des  10  %  les  plus  riches  dans  l'ensemble  des  revenus  aux  États-­Unis,  en  %  

40%  en  1917,  30%  en  1967,  43%  en  2002.  

La   montée   en   puissance   des   États-­‐Unis   s'accompagne   au   début   du   XXe   siècle   d'un  


accroissement   des   inégalités   avant   que   l'essor   de   l'État   providence   joue   dans   le   sens  
d'un   rééquilibrage.   A   partir   des   années   70,   s'ouvre   une   nouvelle   phase   de   remontée   des  
inégalités.  

 
 

Pourtant,   dès   1840   en   Angleterre,   aux   alentours   de   1850   en   France   et   en   Allemagne,   les  
enquêtes   montrent   que,   même   dans   la   population   ouvrière,   les   budgets   alimentaires  
occupent  une  place  qui  commence  à  se  réduire,  tandis  que  l'espérance  de  vie  s'allonge,  
signes   qui   ne   trompent   pas.   Toutefois,   le   mouvement   de   réduction   des   inégalités  
demeure  très  lent.  Au  début  du  XXe  siècle,  la  part  du  revenu  total  qui  échoit  au  centième  
le   plus   favorisé   des   ménages   est   encore   de   l'ordre   de   20%   en   France.   Il   faut   attendre  
1930  pour  qu'il  tombe  à  15%  et  1945  pour  qu'il  arrive  à  10%  (3).  Dans  les  autres  pays  
industrialisés,  le  mouvement  d'ensemble  est  le  même:  après  une  période  d'ouverture  de  
l'éventail  des  inégalités  qui  dure  trente  à  cinquante  ans,  l'essor  de  l'économie  de  marché  
s'accompagne  d'une  réduction  progressive  des  inégalités  au  cours  du  siècle  qui  suit.  

Simon   Kuznets   (1901-­‐1985),   un   économiste   d'origine   ukrainienne   émigré   aux   États-­‐


Unis,  propose  une  explication  privilégiant  la  productivité  du  travail,  laquelle  détermine  
le  niveau  des  revenus  de  chaque  personne  employée.  Au  fur  et  à  mesure  que  le  marché  
se  développe  et  que  les  façons  de  produire  changent  -­‐  par  exemple  le  métier  Jacquard  se  
substituant   au   métier   à   tisser   manuel   -­‐,   des   travailleurs   quittent   les   activités   à   faible  
productivité   pour   des   métiers   à   productivité   plus   élevée,   ce   qui   engendre   une   hausse   de  
leurs  revenus  (et  de  ceux  de  leurs  employeurs...).  Donc  les  inégalités  se  creusent.  Vient  
cependant  un  moment  où  l'écart  entre  les  uns  et  les  autres  cesse  de  croître  et  tend  au  
contraire   à   se   réduire,   à   la   fois   parce   que   l'agriculture   voit   sa   productivité   augmenter   et  
parce  que  de  plus  en  plus  de  travailleurs  sont  occupés  dans  les  secteurs  à  productivité  
élevée.   D'où   la   fameuse   courbe   de   Kuznets,   en   forme   de   U   renversé.   Les   inégalités  
progressent   tant   que   les   activités   traditionnelles   demeurent   à   la   traîne,   et   elles  
régressent  quand  le  marché  finit  par  imposer  sa  loi  à  tous  les  secteurs,  en  éliminant  les  
emplois  à  faible  revenu  au  profit  d'emplois  à  productivité  élevée,  donc  à  hauts  revenus.  

   

  76  
La  tendance  plus  récente  
   

Pourtant,   depuis   1980,   dans   la   plupart   des   pays   de   vieille   industrialisation   (France  
exceptée),   on   constate   que   la   part   dans   l'ensemble   des   revenus   du   dixième   le   plus  
favorisé   (dernier   décile)   tend   à   progresser   nettement   plus   vite   que   celle   des   autres  
fractions  de  la  population.  Ainsi,  aux  États-­‐Unis,  la  part  des  deux  derniers  déciles  de  la  
population   est   passée   de   44%   en   1978   à   50%   en   2005   (4)   et   celle   des   deux   premiers  
déciles  (les  plus  pauvres  de  la  population)  de  4,2%  à  3,4%,  ce  qui  infirme  la  courbe  de  
Kuznets.  

Thomas   Piketty   avance   deux   explications   pour   comprendre   cette   discordance   entre   la  
tendance  de  long  terme  et  la  tendance  plus  récente:  l'inflation  et  l'impôt  progressif  sur  le  
revenu.  La  première  a  réduit  sensiblement  -­‐  surtout  entre  1914  et  1945  -­‐  le  patrimoine  
des   classes   favorisées,   souvent   placé   en   titres   à   revenus   fixes.   Le   second   a   amputé   les  
revenus   tirés   de   ce   patrimoine.   C'est   donc   par   le   haut   que   les   inégalités   se   sont   réduites  
sur  le  long  terme,  contrairement  à  la  thèse  de  Kuznets.  Mais,  depuis  la  fin  des  années  70,  
l'inflation   a   été   jugulée,   permettant   de   mieux   valoriser   les   patrimoines   mobiliers,   tandis  
que   les   taux   d'imposition   appliqués   aux   tranches   les   plus   hautes   de   revenu   se  
réduisaient   sensiblement.   Les   différences   de   gains   de   productivité   ne   sont   donc   pour  
rien  dans  ce  retournement  historique  des  tendances.  Pour  compléter  le  tableau,  Thomas  
Piketty   estime   que   "les   très   hautes   rémunérations   sont   redevenues   socialement  
acceptables   dans   les   États-­Unis   des   années   80   et   90".   L'opinion   jouerait   ainsi   un   rôle.  
Cette  dernière  période  modifie  complètement  le  regard  que  l'on  peut  porter  sur  les  deux  
derniers  siècles.  A  la  place  de  la  courbe  en  U  renversé  avancée  par  Kuznets,  l'économie  
de   marché   semble   caractérisée   par   deux   périodes   de   forte   croissance   des   inégalités  
encadrant  une  longue  période  (un  siècle  et  demi)  de  réduction  plus  ou  moins  rapide  de  
celles-­‐ci.  

   

Trois  mouvements  
   

Si  tel  est  bien  le  cas,  cela  provoquerait  une  sérieuse  révision  de  la  lecture  de  l'évolution  
économique.   Dans   un   premier   temps,   l'émergence   du   marché   ne   serait   bornée   par  
aucune  institution  ou  aucune  règle,  et  engendrerait  une  "économie  du  chercheur  d'or":  
le   gagnant   rafle   tout.   Des   fortunes   colossales   côtoieraient   alors   une   misère   grandissante  
(5).  Mais,  dans  une  société  démocratique,  l'opinion  compte  et,  révoltée  par  ces  inégalités  
croissantes,   elle   finirait   par   engendrer   une   sorte   d'interventionnisme   public   visant   à  
contrer  la  dynamique  économique  inégalitaire.  C'était  la  thèse  de  Tocqueville,  et  on  peut  
effectivement   penser   que   la   légalisation   des   syndicats,   les   différentes   lois   sociales,   la  
redistribution  et  l'impôt  progressif  ont  été  le  fruit  d'une  opinion  choquée  par  l'inégalité  
croissante   des   conditions.   Dans   un   troisième   temps,   cependant,   ces   institutions,  
instaurées  au  niveau  national,  pourraient  apparaître  comme  autant  de  lourdeurs,  voire  
de   freins,   face   à   une   économie   de   marché   dont   le   centre   de   gravité   s'est   déplacé,   en  

  77  
faisant   irruption   dans   un   certain   nombre   de   pays   de   l'ancien   "tiers   monde":   sous   la  
pression  de  la  mondialisation,  les  institutions  anciennes  seraient  remises  totalement  ou  
partiellement   en   cause,   et   la   dynamique   inégalitaire   du   marché   reprendrait   alors   le  
dessus.  

La   courbe   de   Kuznets   donnait   au   fond   une   vision   optimiste   de   l'évolution   de   nos  


sociétés:  le  marché  finit  toujours  par  jouer  au  bénéfice  de  tous,  en  apportant  croissance  
et   réduction   des   inégalités,   même   si,   dans   un   premier   temps,   on   pouvait   penser   le  
contraire.   La   nouvelle   approche   est   au   contraire   porteuse   d'une   vision   pessimiste:   dès  
qu'on   relâche   la   pression   exercée   sur   lui,   le   marché   est   repris   par   ses   vieux   démons  
inégalitaires.   Entre   ces   deux   lectures,   l'avenir   tranchera,   inévitablement.   Mais,   en  
attendant,  l'effet  Matthieu  joue  à  plein:   "A  celui  qui  a,  il  sera  beaucoup  donné  et  il  vivra  
dans  l'abondance,  mais  à  celui  qui  n'a  rien,  il  sera  tout  pris,  même  ce  qu'il  possédait"  (6).  

Denis  Clerc  
 
Alternatives  Économiques  -­‐  Hors-­‐série  n°77  -­‐  Avril  2008  
Notes  
(1)  Tableau  de  l'état  physique  et  moral  des  ouvriers  employés  dans  les  manufactures  de  
coton,  de  laine  et  de  soie,  1840,  édition  abrégée  parue  en  10/18,  1971,  p.  50.    
(2)  De  la  misère  des  classes  laborieuses  en  France  et  en  Angleterre,  1840,  tome  2,  p.  282.  
(3)  Toutes  ces  données  ont  été  rassemblées  et  analysées  par  Thomas  Piketty.  Voir  sa  
contribution  au  rapport  du  CAE  sur  les  inégalités:  
http://www.jourdan.ens.fr/piketty/fichiers/public/Piketty2001b.pdf    
(4)  Voir  http://www.census.gov/hhes/www/income/histinc/p60no231_tablea3.pdf  
(5)  Dont  témoignent  les  romans  de  l'époque,  Oliver  Twist,  Les  mystères  de  Paris...    
(6)  Évangile  selon  Saint  Matthieu,  25/29.  
 
 
C. Un  capitalisme  anti-­‐libéral:  la  prolifération  des  oligopoles  
 

Un  capitalisme  pas  très  libéral  


par  Guillaume  Duval  
La  libéralisation  des  échanges  a  accéléré  l'apparition  de  nouveaux  oligopoles,  et  le  
non-­marchand  continue  partout  à  progresser.  
Les  efforts  considérables  ont  été  accomplis  depuis  vingt-­‐cinq  ans  pour  libéraliser  les  flux  
commerciaux  et  financiers  mondiaux.  Le  résultat  de  ces  efforts  n'a  pas  eu  pour  effet  un  
renforcement   de   la   concurrence,   mais   au   contraire   une   accélération   fantastique   de   la  
tendance,   déjà   très   ancienne   dans   le   capitalisme,   à   la   concentration   des   entreprises.  
Parallèlement,  malgré  les  politiques  affichées  par  pratiquement  tous  les  gouvernements,  
le   poids   du   secteur   non   marchand   continue   partout   à   s'accroître   dans   les   économies  

  78  
développées.   Manifestement,   le   capitalisme   ne   prend   pas   le   chemin   du   libéralisme  
économique.  

La   vigueur   du   mouvement   de   concentration   a   été   illustrée   par   l'essor   fantastique   des  


fusions-­‐acquisitions   au   cours   des   années   90.   Un   engouement   qui   est   retombé   depuis  
l'explosion   de   la   bulle   high-­tech   en   2000-­‐2001.   Nombre   de   ces   opérations   se   sont  
soldées   par   des   difficultés   durables   pour   les   entités   fusionnées   et   par   des   pertes  
considérables   pour   leurs   actionnaires,   comme   par   exemple   chez   Vivendi   Universal   ou  
Daimler  Chrysler.  Elles  ont  néanmoins  créé  un  état  de  fait  difficilement  réversible.  Elles  
correspondent   aussi   à   une   logique   économique   profonde:   les   fusions-­‐acquisitions  
restent   en   effet   un   moyen   beaucoup   plus   rapide   d'internationaliser   l'activité   d'une  
entreprise   que   la   croissance   purement   interne.   Ce   mouvement   a   été   puissant   dans   la  
"vieille   économie",   où   il   a   largement   débordé   le   secteur   de   l'industrie,   plus  
anciennement   internationalisé,   pour   embrasser   même   des   activités   comme   les   cafés-­‐
restaurants,  jusque-­‐là  trustées  dans  tous  les  pays  du  monde  par  des  microentreprises.  

   

Une  logique  de  concentration  


   

L'accélération  de  la  concentration  entraînée  par  la  libéralisation  du  commerce  mondial  a  
eu  des  effets  beaucoup  plus  spectaculaires  encore  pour  tous  les  produits  nouveaux  qui  
sont   nés   dans   ce   contexte.   En   l'espace   de   seulement   une   ou   deux   décennies,   des  
oligopoles   mondiaux   très   fermés   se   sont   en   effet   imposés   sur   chacun   de   ces   nouveaux  
marchés  (voir  encadré).  

Cette   concentration   croissante   ne   relève   pas   d'un   "complot",   même   si   le   déséquilibre  


entre   le   pouvoir   conquis   par   les   dirigeants   de   ces   géants   mondialisés   et   celui   des  
instances   politiques   restées   très   localisées   pose   de   graves   problèmes.   Elle   résulte  
d'abord   d'une   profonde   logique   économique:   contrairement   à   ce   que   prétendent   les  
libéraux,   la   concurrence   coûte   très   cher   et   le   monopole   ou   l'oligopole   sont   de   plus   en  
plus  souvent  le  moyen  le  plus  efficace  de  produire  et  de  distribuer  un  bien  ou  un  service.  
La  concurrence  suppose  en  effet  de  multiplier  les  frais  commerciaux  pour  atteindre  les  
clients.   Elle   impose   un   gaspillage   énorme   dans   les   secteurs   intenses   en   recherche   et  
développement:   de   multiples   équipes   travaillent   en   parallèle   sur   les   mêmes   sujets,   mais  
une   seule   trouve   et   dépose   un   brevet.   Résultat:   les   autres   ont   travaillé   en   vain.   Enfin,  
dans  un  marché  véritablement  concurrentiel,  il  est  impossible  de  réguler  correctement  
l'investissement:  on  oscille  constamment  entre  excès  de  capacité  et  sous-­‐investissement.  

Ces   inconvénients   classiques   de   la   concurrence   sont   aujourd'hui   multipliés,   car   les  


activités   économiques   deviennent   de   plus   en   plus   intenses   en   capital.   Capital   matériel,  
bien   sûr,   mais   aussi   de   plus   en   plus   capital   immatériel:   image   de   marque,   qualité,  
sécurité,   innovation...   D'où   l'accélération   de   la   concentration.   La   concurrence   "pure   et  
parfaite"   dont   rêvent   les   libéraux   continue   de   reculer,   car   elle   n'est   adaptée   qu'aux  
secteurs  les  plus  arriérés  de  l'économie.  

  79  
   

La  dynamique  du  non-­marchand  


   

Le   capitalisme   ne   prend   pas   non   plus   le   chemin   du   libéralisme   sur   le   plan   de  


l'intervention  publique.  Malgré  tous  les  engagements  solennels  des  dirigeants  politiques  
de  droite,  et  même  désormais  parfois  de  gauche,  en  faveur  de  la  baisse  des  impôts  et  des  
cotisations   sociales,   la   part   de   l'économie   monétaire   qui   échappe   à   une   logique  
purement   marchande   via   ce   qu'on   appelle   les   "prélèvements   obligatoires"   continue  
inexorablement  de  croître  dans  tous  les  pays  développés.  Y  compris  aux  États-­‐Unis  et  au  
Royaume-­‐Uni:   outre-­‐Manche,   les   dépenses   publiques   qui   ne   pesaient   plus   que   37,4%   du  
produit  intérieur  brut  (PIB)  en  2000  sont  passées  à  43,4%  l'an  dernier  sous  la  houlette  
de  Tony  Blair.  Elles  ont  donc  fait  en  quatre  ans  un  bond  fantastique  de  6  points  de  PIB,  et  
dépassent  de  nouveau  le  poids  qu'elles  avaient  quand  Margaret  Thatcher  est  arrivée  au  
pouvoir.  Et  c'est  dans  les  pays  qui  se  développent  le  plus  rapidement,  comme  la  Corée  
du   Sud   par   exemple,   que   les   dépenses   publiques   s'accroissent   le   plus   vite:   elles   sont  
passés  de  18,7%  du  PIB  en  1975  à  27,9%  dans  ce  pays  en  2004.  

A  vrai  dire,  cette  dynamique  du  non-­‐marchand  n'est  guère  surprenante.  Tout  d'abord,  la  
demande  sociale  en  faveur  d'une  égalité  réelle  ne  se  dément  pas,  au  contraire:  dans  tous  
les   pays   développés,   de   nouveaux   groupes   sociaux   exigent   régulièrement   que   leur   soit  
reconnu   un   droit   à   bénéficier   de   transferts   qui   corrigent   les   rigueurs   du   marché.   Et   ils   y  
parviennent.  De  plus,  l'exercice  même  des  activités  marchandes  suppose  des  conditions  
de   plus   en   plus   nombreuses   et   difficiles   à   réunir   dans   des   sociétés   de   plus   en   plus  
complexes,  où  la  division  du  travail  s'approfondit  sans  cesse.  

Ces   sociétés,   parce   qu'elles   sont   complexes,   sont   en   effet   également   très   fragiles.   La  
machine  économique  risque  de  se  bloquer  au  moindre  aléa:  attaque  terroriste,  épidémie,  
catastrophe   naturelle,   incident   technique,   mouvement   social...   De   telles   sociétés  
réclament   toujours   davantage   de   sécurité.   Au   sens   classique   (policier)   du   mot,   mais  
aussi   de   plus   en   plus   en   termes   de   sécurité   juridique,   sociale   ou   encore  
environnementale.   Or,   on   ne   sait   pas   produire   de   tels   "biens   publics"   de   façon  
marchande.  Dans  un  tel  cadre,  seuls  les  riches  bénéficieraient  en  effet  de  ces  bienfaits,  
alors   qu'il   faut   qu'ils   soient   répandus   partout   pour   qu'ils   remplissent   leur   fonction   de  
bien   public.   Rien   ne   sert   aux   riches   d'avoir   à   disposition   de   bons   docteurs   si   les   pauvres  
ne  sont  pas  soignés:  ceux-­‐ci  risquent  de  leur  transmettre  des  maladies  qui  bloqueront  la  
machine.   On   l'a   vu   récemment   avec   l'épidémie   de   SRAS   (syndrome   respiratoire   aigu  
sévère)   en   Chine:   elle   a   paralysé   le   transport   aérien   mondial   pendant   plusieurs  
semaines.   Pour   toutes   ces   raisons,   de   plus   en   plus   d'activités   doivent   donc   échapper   à  
une  logique  purement  marchande.  

   

Le  mythe  de  la  concurrence  pure  et  parfaite  


   

  80  
Ce   qui   rend   ce   développement   du   non-­‐marchand   difficilement   perceptible   au   grand  
public,   c'est   qu'il   s'accompagne   d'un   mouvement   apparemment   contraire:   un   recul   ou  
plutôt  une  stagnation  de  l'État  employeur  producteur.  Pourtant,  ces  deux  mouvements  
sont   probablement   moins   contradictoires   qu'il   n'y   parait:   quand   le   non-­‐marchand   se  
développe  au  point  de  peser  la  moitié  des  richesses  produites,  de  puissantes  pressions  
s'exercent   pour   diversifier   les   acteurs   qui   y   interviennent.   C'est   ainsi   que,   par   souci  
d'efficacité,  la  poursuite  de  la  montée  du  non-­‐marchand  passe  désormais  par  une  grande  
pluralité  d'instruments.  A  côté  du  modèle  classique  de  l'Etat-­‐employeur-­‐producteur,  on  
trouve   un   grand   nombre   d'arrangements   divers.   La   décentralisation   permet   de   définir  
les   objectifs   et   les   moyens   des   politiques   au   plus   près   des   besoins,   tandis   que   la  
production  des  services  peut  être  déléguée  à  des  associations,  à  des  organisations  créées  
par   les   partenaires   sociaux   ou   encore   à   des   entreprises   privées   à   but   lucratif.   Des  
dispositifs  anciens  certes,  mais  qui  prennent  partout  de  l'ampleur.  

Bref,   le   rêve   libéral   d'une   société   de   concurrence   pure   et   parfaite   dotée   d'un   État  
minimal  n'est  pas  en  train  de  s'accomplir.  Cela  ne  signifie  pas  pour  autant  que  tout  aille  
pour   le   mieux   dans   le   meilleur   des   mondes.   En   dépit   de   la   montée   du   non-­‐marchand,  
tout  le  monde  n'accède  pas  dans  les  mêmes  conditions  aux  biens  publics  et  on  observe  le  
développement   de   nouvelles   inégalités,   notamment   en   termes   de   santé   et   d'éducation.  
Les  forces  qui  dominent  le  capitalisme,  avec  le  soutien  des  idéologues  néolibéraux,  font  
en  effet  pression  en  faveur  de  politiques  de  réduction  de  la  sphère  de  l'État,  qui  servent  
leurs   intérêts   à   court   terme   mais   menacent   les   fondements   mêmes   de   la   croissance,   y  
compris  de  l'économie  privée  marchande.  

Une  accélération  fantastique  de  la  concentration  

A   première   vue,   la   révolution   de   l’automobile   au   début   du   XXe   siècle   et   celle   de  


l’ordinateur  à  la  fin  du  même  siècle  peuvent  sembler  similaires:  dans  les  deux  cas,  une  
innovation  scientifique  et  technique  majeure  permet  de  créer  un  nouveau  produit  et  un  
nouveau   marché,   sur   lequel   s’engouffrent   toute   une   série   de   start-­‐up.   Puis   celles-­‐ci   se  
concentrent   progressivement,   au   fur   et   à   mesure   que   ces   nouveautés   deviennent   des  
produits  de  masse.  Mais  dans  un  contexte  de  marchés  nationaux  segmentés,  cela  donne  
des  résultats  très  différents  de  ce  qui  se  passe  quand  le  marché  mondial  est  quasiment  
unifié.  

 
Aujourd’hui   encore,   il   reste   à   l’échelle   mondiale   une   vingtaine   de   constructeurs  
automobiles   qui   comptent,   et   chacun   d’entre   eux   possède   toujours   un   enracinement  
régional  très  fort.  De  Daimler  Chrysler  à  Renault-­‐Nissan,  on  observe  bien  un  mouvement  
vers  la  création  de  véritables  global  players,  mais  ce  mouvement  reste  lent  et  hésitant…  

 
A  contrario,  du  côté  des  ordinateurs,  s’il  existe  encore  un  nombre  significatif  d’étiquettes  
sur   les   boîtes,   pour   chacun   des   composants   stratégiques   qui   se   trouve   à   l’intérieur  

  81  
(microprocesseurs,   logiciels   d’exploitation,   disques   durs,   écrans,   principaux   logiciels  
d’applications,   etc.),   des   oligopoles   mondiaux   très   fermés   se   sont   créés   en   moins   de  
vingt   ans,   illustrés   par   des   noms   bien   connus,   comme   Intel   ou   Microsoft.   Et   la   même  
logique   prévaut   pour   quasiment   tous   les   produits   apparus   depuis   vingt-­‐cinq   ans:  
lecteurs  de  CD  ou  de  DVD,  téléphones  portables,  nouveaux  médicaments…  

Cet  article  est  issu  du  dossier  Comprendre  :  le  capitalisme  en  dix  fiches  
Alternatives  Economiques  -­‐  Hors-­‐série  n°65  -­‐  Avril  2005  
 
 
En  complément  :  Cahiers  français  n°349,  p.  63-­‐87  
 
 
IV. SYSTÈMES  ET  ORGANISATIONS  SOCIALISTES:  DU  MODÈLE  THÉORIQUE  À  LA  RÉALITÉ  
 
A. Aux  origines  des  économies  socialistes  
 
1) Le  communisme  du  christianisme  primitif  et  le  socialisme  utopique    
 Les   Actes   des   Apôtres   rapportent     que   les   premiers   chrétiens,   à   Jérusalem,  
mettaient   en   commun   tous   leurs   biens.   Ils   affirmaient   que   le   régime   de   la  
communauté  des  biens  était  plus  conforme  au  christianisme  que  le  régime  de  la  
propriété  privée.    
 Les  Pères  de  l'Église:  Saint  Cyprien,  évêque  de  Carthage  au  milieu  du  IIIe  siècle,  
célèbre  le  temps  où  les  fidèles  "vendaient  leurs  maisons  et  leurs  héritages  et  en  
donnaient  libéralement  le  prix  aux  apôtres  pour  le  distribuer  aux  pauvres".  "Tout  
possédant   a   le   devoir   de   partager   ses   biens   avec   tous   les   membres   de   la  
communauté",  en  conclut-­‐il.  
Saint  Basile,  évêque  de  Césarée  dans  la  seconde  moitié  du  IVe  siècle,  ne  se  contente  pas  
du   partage:   il   exige   la   vie   commune.   Enfin,   saint   Jean   Chrysostome,   archevêque   de  
Constantinople   à   la   fin   du   IVe   siècle,   ajoute   aux   arguments   moraux   en   faveur   du  
communisme,  un  argument  proprement  économique:  il  pense  que  la  richesse  sociale  se  
développe   bien   davantage   en   régime   communiste,   car   "la   division   est   une   cause  
d'appauvrissement;   la   concorde   et   l'union   des   volontés   une   cause   de   richesse".   Il   ne  
s'agit  que  d'une  option  théorique.  
 
 Le  communisme  de  l'Utopie  et  de  la  Cité  du  Soleil:  dans  le  mercantilisme  naissant,  
le   communisme   et   la   religion   sont   de   nouveau   réunis   avec   les   œuvres   de   Thomas  
More  et  de  Campanella.  
Saint   Thomas   More   (1478-­‐1535)   grand   chancelier   d'Angleterre   sous   Henri   VIII,   est  
l'auteur   de   l'Utopie   =>   socialisme   idéaliste   et   socialisme   utopique   s'opposent   alors   au  
socialisme  scientifique.  La  1ère  partie  est  à  la  fois  un  traité  de  criminologie  (le  brigandage  
s'explique  par  les  structures  économiques  et  sociales),  un  critique  des  oligopoles  et  des  
monopoles   (raréfaction   volontaire   des   produits   pour   en   faire   monter   les   prix)   et   un  
traité   des   sciences   politiques   (dénonciation   de   l'absolutisme,   des   conquêtes,   des  
guerres).  Elle  se  termine  par  la  condamnation  de  l'argent,  qui  est  le  responsable  général:  
"Là   où   l'on   mesure   toutes   choses   d'après   l'argent;   il   est   à   peu   près   impossible   que   la  
justice  et  la  prospérité  règnent  dans  la  chose  publique…le  seul  et  unique  chemin  vers  le  
salut  public,  à  savoir  l'égalité,  est  la  disparition  totale  de  la  propriété."  

  82  
 
Tommaso   Giovanni   Campanella   (1568-­‐1639):   moine   dominicain,   qui   passa   plus   de   27  
ans  en  prison  pour  ses  écrits  hérétiques  ou  pour  son  activisme  politique.  C'est  en  prison  
qu'il  écrit  la  Cité  du  Soleil,  dans  laquelle  il  imagine  une  société  communiste  sans  famille,  
sans  monnaie  et  sans  propriété  privée.    Le  fondement  de  ce  communisme  est  l'amour  de  
Dieu.    
 
 Socialisme   utopique   laïc:   tout   d'abord,   le   saint-­‐simonisme,   système   proposé   par  
le   Comte   de   Saint   Simon   (1760-­‐1825),   qui   se   disait     "le   dernier   des  
gentilshommes   et   le   premier   des   socialistes".   Il   expose   sa   doctrine   dans   Le  
catéchisme   des   industriels   (1823):   importance   accordée   au   travail,   qui   doit   être  
organisé   en   vue   d'améliorer   "l'existence   morale   et   physique   de   la   classe   la   plus  
faible".     L'administration   des   choses   doit   remplacer   l'administration   des  
personnes:   l'État   doit   laisser   l'industrie   s'organiser   par   elle-­‐même   =>   transferts  
des   pouvoirs   entre   les   mains   des   producteurs   (industriels,   ingénieurs,  
agriculteurs,   banquiers).   Les   producteurs   doivent   être   des   organisateurs:   Saint  
Simon  est  l'un  des  précurseurs  de  la  planification  socialiste  et  de  la  technocratie.  
 
Charles   FOURIER   (1772-­‐1837):   condamne   le   système   capitaliste   et   propose   de  
substituer   au   capitalisme   l'association   libre,   au   sein   d'une   communauté   –   le   phalanstère  
-­‐   dont   le   principe   est   ne   pas   entraver   la   nature   humaine.   Les   disciples   de   FOURIER  
tentèrent   de   propager   cet   idéal:   notamment   Godin   (1808-­‐1893)   qui   crée   le   familistère  
de   Guise   en   1859.   Ce   familistère   se   transformera   en   1880   en   simple   coopérative   de  
production,   puis   en   béguinage   au   XXe   siècle.   En   1968,   les   idées   de   FOURIER   connaîtront  
un  regain  de  faveur  sur  les  campus  universitaires  en  révolte.  
Robert   OWEN   (1771-­‐1858),   comme   FOURIER,   ne   réclame   pas   la   révolution.   Il   est  
pour   le   progrès.   C'est   lui   qui   a   inspiré   le   mouvement   coopératif   dans   le   monde,   mais   ces  
coopératives  de  production  et  de  consommation  tendent  à  disparaître.  Enfin,  il  méprise  
l'action   politique,   contrairement   à   certains   de   ses   disciples,   qui   sont   à   l'origine   du  
chartisme  (1838),  porteur  de  revendications  politiques.    
 
 
B. Le  socialisme  scientifique  ou  marxisme-­‐léninisme  
1) Les  écrits  marxistes  
 
Karl  MARX  (1818-­‐1883)  
ENGELS  (1820-­‐1895)  ami  fidèle  de  Karl  Marx.  On  lui  doit  la  publication  des  livres  II  et  III  
du  Capital  de  Marx.  
L'œuvre  de  Karl  Marx  constitue  la  base  d'un  socialisme  scientifique,  par  opposition  aux  
différents   socialismes   idéalistes   /   utopiques   qui   ont   précédé   sa   critique   de   l'économie  
politique.    
Courant   socialiste   s'enracine   très   loin   dans   l'histoire:   il   lie   l'analyse   économique   et  
l'analyse   politique   à   la   volonté   d'une   transformation   de   la   société   qui   rendrait   les  
hommes  plus  solidaires.  =>  Utopies  et  expériences.  Marx  l'accompagne  d'une  tentative  
d'explication   de   l'histoire   et   du   développement   des   sociétés.   Le   socialisme   scientifique  
devient  l'action  qui  fonde  l'action  révolutionnaire  et  en  garantit  l'efficacité.  
Depuis   1917,   le   socialisme   est   devenu   une   forme   concrète   d'organisation   des   sociétés   et  
de   leur   économie:   on   est   passé   de   la   théorie   à   la   mise   en   pratique.   Mais   la   théorie  
révolutionnaire  a  dû  prendre  en  compte  les  contraintes  éco.  Les  pays  dits  du  socialisme  

  83  
réel   doivent   autant,   sinon   plus,   à   Lénine,   qui   donne   au   marxisme   une   dimension  
stratégique,   qu'à   Marx   lui-­‐même.     Les   remises   en   cause   du   marxisme-­‐léninisme   dans   les  
pays  de  l'Europe  de  l'Est  en  1989  portent  atteinte  indéniablement  au  projet  politique:  
 par  l'abandon  du  rôle  dirigeant  du  parti  communiste  
 reconnaissance  de  la  propriété  privée  des  biens  de  production  
 recours  aux  mécanismes  de  marché  dans  la  régulation  de  l'économie  
Le   marxisme   est   une   critique   du   système   capitaliste,   les   contradictions   de   ce   système  
devant   aboutir   inéluctablement   à   sa   destruction.   Au   mode   de   production   capitaliste   se  
substituera  le  mode  de  production  socialiste  ayant  3  caractéristiques  principales:  
 propriété  des  entreprises  passe  aux  prolétaires  
 Un  État  subsistera,  assurant  la  régulation  économique  à  la  place  du  marché  
 Pouvoir  politique  fondé  sur  la  dictature  du  prolétariat  
 
A   ce   mode   de   production   socialiste   se   substituera   le   communisme   qui   permettrait   de  
donner   "à   chacun   selon   ses   besoins":   ultime   phase   de   l'Histoire,   atteinte   grâce   à   la  
révolution.   Ensuite,   on   assisterait   à   une   internationalisation   du   système,   conduisant   à  
terme,   à   l'abolition   des   frontières   et   des   différences   nationales.   Enfin,   l'État   dépérirait  
progressivement:   ses   fonctions   deviendraient   des   fonctions   techniques,  
d'administration  des  choses.  
Pour  Marx,  il  s'agit  de  fonder  scientifiquement  la  prise  de  pouvoir  par  la  classe  ouvrière:  
elle  doit  être  préparée  et  organisé  par  un  parti  solidement  structuré.    L'objectif  final  est  
la  révolution  (abolition  de  la  propriété  privée  des  moyens  de  production).  L'avènement  
du  socialisme,  puis  du  communisme,  passe  par  une  période  de  dictature  du  prolétariat.  
 
2) Leur  application  par  les  1ers    dirigeants  de  l'URSS:  un  bilan  mitigé  
Ils  ont  fait  référence  aux  écrits  de  Marx  et  Engels.  Mais  ils  ont  dû  élaborer  une  mise  en  
pratique  de  la  théorie:  ainsi,  c'est  beaucoup  plus  Lénine  que  Marx  qui  a  posé  les  bases  de  
la  construction  de  l'organisation  économique  socialiste.  
 
 Vladimir   Ilitch   Oulianov,   dit   Lénine   (1870-­‐1924)   applique   la   notion   de   minorité  
éclairée  pour  que  la  masse  des  paysans  russes    devienne  une  classe  de  prolétaires  
ayant   conscience   de   son   existence.   C'est   lui   qui   élabore   la   stratégie  
révolutionnaire.   En   1917,   Lénine   tente   de   mettre   en   place   une   économie  
socialiste  en  URSS:  c'est  du  socialisme  réel,  à  l'échelle  d'une  nation.  Capitalistes  et  
fonctionnaires   remplacés   par   le   peuple   armé   tout   entier,   les   entreprises   sont  
nationalisées,   la   monnaie   est   supprimée,   le   troc   la   remplace.   Cette   phase,   connue  
sous   le   nom   de   communisme   de   guerre   (1918-­‐1920),   eut   des   résultats  
catastrophiques  =>  repli  stratégique  de  la  Nouvelle  Politique  Économique  (NEP)  
en   1921,   marquant   une   pause   dans   l'édification   du   socialisme   réel   et   une  
restauration   partielle   des   mécanismes   de   marché.   Avec   la   NEP,   Lénine   fonde   le  
pragmatisme   économique   et   ouvre   la   voie   aux   réformes   qui   scanderont  
l'économie  socialiste  jusqu'en  1989.  
 Joseph  Vissarionovitch  Djougatchvili,  dit  Staline  (1879-­‐1953):  Staline  n'est  pas  un  
théoricien   mais   un   praticien.   A   son   arrivée   au   pouvoir   en   1924,   il     supprime   la  
NEP   et   exploite   les   paysans   riches   (les   koulaks).   Il   ordonne   alors   une  
collectivisation   autoritaire   et   accélérée   de   l'économie   +   lancement   d'une  
planification  très  centralisée  (1928-­‐1932)  =>  la  collectivisation  forcée  des  terres  
fait   5   millions   de   morts   en   1932-­‐1933.   Le   second   plan   quinquennal   de   l'URSS  

  84  
(1933-­‐1937)   donne   la   priorité   aux   progrès   dans   l'industrie   lourde,   ainsi   qu'au  
progrès  technique  dans  l'agriculture  (qui  doit  doubler  sa  production)  
 
3) Les  caractéristiques  institutionnelles  de  l'économie  socialiste  
 
Dans  Capitalisme,  socialisme  et  démocratie  (1942),  JAS  définit  le  socialisme  comme  "un  
système   institutionnel   dans   lequel   une   autorité   centrale   contrôle   les   moyens   de  
production  et  la  production  elle-­‐même,  ou  […]  dans  lequel  les  affaires  économiques  de  la  
société  ressortissent,  en  principe,  au  secteur  public,  et  non  pas  au  secteur  privé".  
JAS  assimile  le  socialisme  au  collectivisme  et  au  communisme.  
 
1ère  caractéristique:  Suppression  de  la  propriété  privée  des  moyens  de  production  et  son  
remplacement  par  différentes  formes  de  propriété  collective:  la  collectivisation  est  l'un  
des   éléments   essentiels   du   communisme.   La   collectivisation   soviétique   a   connu  
différentes  phases  (communisme  de  guerre  de  1917  à  1921,  puis  la  période  stalinienne  à  
partir  de  1928).    Deux  formes  de  collectivisation  coexistent:    
 l'étatisation.  L'État  est  propriétaire  des  moyens  de  production.  
 La  propriété  coopérative.  
Ex   dans   l'agriculture.   Les   sovkhozes   étaient   des   fermes   d'État   dépendant   des   ministères  
techniques,   dont   les   dirigeants   étaient   désignés   par   le   pouvoir   central,   et   la   main  
d'œuvre   salariée   sur   la   base   d'un   contrat   de   travail   soumis   à   un   salaire   légal.   Les  
kolkhozes   étaient   des   coopératives   d'exploitation   et   de   production   privées   de   la  
propriété  du  sol  mais  disposant  de  facilités  de  gestion:  dirigeants  élus  (sur  proposition  
du   parti)   par   les   kolkhoziens,   paysans   rémunérés   en   fonction   de   la   quantité   de   travail  
fournie.  
 
2e  caractéristique  
Économie  centralisée  et  planifiée.  Selon  les  planificateurs,  le  marché  qui  repose  sur  des  
millions   de   décisions   décentralisées,   est   anarchique.   Il   ne   génère   que   déséquilibres,  
gaspillages,   conduisant   à   la   surproduction   et   au   chômage.   Au   contraire,   la   décision  
centrale   planifiée   est   rationnelle:   un   décideur   unique   fixe   les   quantités     à   produire,   la  
nature   de   la   production,   l'arbitrage   entre   consommation   et   investissement,   la  
répartition   de   la   production   par   secteurs,   la   répartition   des   revenus.   La   planification  
stalinienne  en  est  l'archétype  car  elle  est  centralisée,  autoritaire  et  impérative:    
 l'entreprise  n'a  pas  d'autonomie  de  gestion  ni  de  décision  
 les  prix  sont  fixés  centralement:  ils  ne  renseignent  pas  les  producteurs  sur  l'état  
de  la  demande,  mais  expriment  les  choix  des  planificateurs.  
 Le   Plan   est   ambitieux:   il   tire   au   maximum   les   ressources   disponibles   pour  
atteindre  les  objectifs  fixés.  
Double  déséquilibre  de  la  planification:  
 Priorités  au  détriment  de  l'agriculture  et  au  profit  de  l'industrie  
 Au  sein  de  l'industrie,  la  priorité  est  accordée  aux  biens  de  production  aux  dépens  
du  secteur  des  biens  de  consommation.  
Elle   est   extensive:   la   croissance   est   obtenue   par   une   augmentation   des   facteurs   de  
production  (la  campagne  est  une  véritable  réserve  de  main  d'œuvre  pour  l'industrie).  
Cette  planification  est  autarcique:  échanges  limités  entre  URSS  et  l'étranger.  
 
 
C. L'économie  socialiste:  de  la  montée  en  puissance  à  la  chute  

  85  
1) L'économie  socialiste,  héraut  du  développement  
 
Article  Cahiers  Français  n°349  p.  7  
F.  Teulon,  Croissance,  crises  et  développement,  chapitre  10  (il  se  trouve  à  la  bibliothèque)  
 
2) L'effondrement  de  l'économie  socialiste  
Cahiers  français  n°  349,  p.  7-­‐8  
En   outre,   la   croissance   extensive   des   pays   socialistes   a   entrainé   un   retard   de  
productivité  sur  les  économies  capitalistes  (croissance  intensive).  
Ex:  en  1991,  à  l'issue  de  50  ans  de  séparation  de  l'Allemagne  en  2  régimes  concurrents  
(économie  planifiée  à  l'Est  et  économie  de  marché  à  l'Ouest),  la  productivité  du  travail  
en  RDA  était  trois  fois  inférieure  à  ce  qu'elle  était  en  RFA.  
 
Comment  expliquer  cet  échec  de  l'économie  planifiée?  
 
3) Les   dysfonctionnements   structurels   des   économies   planifiées   de   l'ex-­
Europe  de  l'Est  
 Pénurie:   le   hongrois   Janos   KORNAI   dans   Socialisme   et   économie   de   la   pénurie  
(1980),   considère   que   la   pénurie   en   économie   socialiste   est   un   phénomène  
structurel.   Ainsi,   "pour   l'entreprise   capitaliste   classique,   c'est   normalement   la  
contrainte  de  la  demande  qui  est  limitative,  alors  que  pour  l'entreprise  socialiste  
traditionnelle  c'est  la  contrainte  de  ressources".  
En  raison  de  l'existence  de  prix  administrés,  les  prix  ne  peuvent  fournir  d'indicateur  de  
rareté   (prix   élevé:   bien   rare   ≠     prix   faible:   bien   abondant).   On   doit   donc   recourir   à   toute  
une   série   d'indicateurs   tant   quantitatifs   que   qualitatifs   pour   révéler   l'existence   de  
pénuries:   les   pertes   entraînées   par   les   délais   d'attente   (heures   passées   dans   les   files  
d'attente),   retards   dans   la   réalisation   des   investissements   (quantités   non   produites),  
pénurie  de  matières  premières,  de  matériaux  de  construction,  de  pièces  détachées.    
La   pénurie   est   due   à   un   mode   d'affectation   centrale   des   ressources   (facteurs   de  
production),  avec  un  marché  de  vendeurs  déconnecté  de  la  demande.  
 
 Cycles  d'investissements  et  marchande:  le  niveau  d'investissement  en  économie  
socialiste   est   déterminé   par   le   marchandage   autour   du   Plan   macroéconomique  
entre  trois  acteurs  
 les   entrepreneurs   qui   ne   sont   pas   jugés   sur   leur   rentabilité   (comme   dans   une  
économie  capitaliste),  mais  sur  leur  capacité  à  réaliser  le  plan  =>  soif  insatiable  
d'investissement  
 les   ministères   de   branche,   afin   d'atteindre   les   objectifs   d'investissements   fixés  
par   le   pouvoir   central,   cherchent   à   les   faire   accepter   par   les   entreprises.   En  
retour,  ils  acceptent  les  projets  des  entreprises  
 le   pouvoir   central   accepte   apparemment   ces   comportements,   par   manque   de  
temps,  car  la  planification  est  permanente  (les  plans  quinquennaux  s'enchaînent)  
 forte   tension   sur   l'investissement   en   raison   du   dépassement   du   volume  
d'investissement   par   rapport   au   Plan   initial.   Le   cycle   de   l'investissement   se  
décompose  en  4  phases:    
 phase  ascendante  où  de  nombreux  projets  d'investissements  sont  préparés.  
 Phase   d'accélération:   les   dépenses   d'investissements   dépassent   la   moyenne   car  
les   demandes   de   financement   pour   les   investissements   antérieurs   et   en   retard  
s'ajoutent  aux  demandes  de  financement  des  nouveaux  investissements  

  86  
 Phase   d'arrêt:   gouvernement   intervient   pour   décélérer   le   cycle   en   imposant   de  
fortes  contraintes  sur  les  dépens  d'investissement.  
 Phase   de   décélération:   sous   la   pression   du   pouvoir   central,   ce   mouvement  
s'accompagne  d'importantes  restrictions.  
 
 Économie   informelle:   la   prétention   du   Plan   à   vouloir   contrôler   l'ensemble   de  
l'économie   s'est   toujours   heurtée   à   des   difficultés   =>   maintien   d'espaces  
d'autonomie  pour  les  agents  économiques  :  activités  non  officielles,  privées,  que  
le  gouvernement  tolère,  faute  de  pouvoir  les  freiner.  
 
4) Des  performances  macroéconomiques  déclinantes  
 Indicateur   quantitatif   des   crises   récurrentes   des   économies   socialistes:  
fléchissement  du  taux  de  croissance  du  produit  matériel  net  dès  les  années  1960  
 Indicateurs  qualitatifs:  pénuries  (Good  Bye  Lenine  les  évoque),  activités  parallèles  
Ces   difficultés   traduisent   l'impossible   transition   de   la   croissance   extensive   à   la  
croissance   intensive:   dès   les   années   60,   le   taux   de   croissance   de   la   productivité   du  
travail   et   du   capital   a   commencé   à   décliner.   D'une   part,   les   réserves   de   main   d'œuvre  
(travail)   se   sont   progressivement   taries;   d'autres   part,   les   taux   de   croissance   de  
l'investissement   étaient   en   régression   dans   tous   les   pays   socialistes   =>   chute   de  
l'efficacité   du   capital:   vieillissement   du   stock   de   capital,   d'autant   que   l'investissement  
cherche   plus   à   accroître   le   stock   de   machines   existantes   (investissement   de   capacité)  
qu'à   moderniser   les   équipements   (investissement   de   productivité)   ou   à   intégrer   du  
progrès  technique.  Enfin,  une  organisation  du  travail  lacunaire  explique  les  faiblesses  de  
la  productivité.  
 
5) L'inefficience  des  réformes  révèle  des  goulets  d'étranglement  
 1965:  réforme    inspirée  par  l'économiste  Liberman  vise  à  intensifier  la  croissance  
et  tente  de  réhabiliter  le  profit  comme  indicateur  de  succès.  Elle  fut  appliquée  par  
Kossyguine  (président  du  Conseil  des  Ministres  de  1964  à  1980).  
Liberman   proposait   de   réguler   les   relations   entre   le   pouvoir   central   et   les   unités   de  
production,   et   d'accroître   l'efficacité   de   gestion   de   l'entreprise   en   augmentant  
l'autonomie   du   directeur.   L'entreprise   consacre   sa   part   de   profit   au   versement   de  
primes   de   productivité,   à   la   construction   de   logements,   à   l'adoption   de   nouvelles  
techniques.  Cette  réforme  échoue:  les  primes  restent  trop  faibles  (3%  du  salaire)  pour  
inciter   les   travailleurs   à   être   plus   efficaces;   les   logements   sont   difficilement   construits  
car  les  matériaux  nécessaires  n'étaient  pas  prévus  par  le  Plan;  les  nouvelles  techniques  
se  diffusent  peu  car  elles  entrainent  un  recul  passager  de  la  production,  donc  du  profit  
(délai  d'adaptation).  
 
 Au   contraire,   la   réforme   de   1979:   vise   à   renforcer   l'autoritarisme   et   la  
planification.   Autonomie   des   entreprises   limitée.   Un   indicateur   de   la   valeur  
ajoutée  est  adopté,  utilisé  pour  juger  les  entreprises  et  les  décourager  d'utiliser  
des   matières   premières   (l'URSS   ayant   du   mal   à   s'approvisionner   en   matières  
premières).  En  outre,  les  travailleurs  sont  encadrés  dans  des  brigades  de  travail  
(méthode  Zlobine),  afin  de  les  responsabiliser  à  l'intérieur  d'un  groupe  de  travail,  
plutôt  que  de  les  stimuler  par  des  primes.  =>  échec  
 1985:   Mikhaïl   Gorbatchev   mène   une   ultime   réforme   comportant   2   volets:   un  
volet   économique   (perestroïka)   et   un   volet   social   (glasnost)   ouvre   la   voie   à  
l'effondrement  de  l'économie  socialiste.  

  87  
 
Perestroïka:   +   d'autonomie   aux   entreprises,   "socialisme   de   marché"   (prix   et  
salaires   flexibles),   retour   progressif   à   la   propriété   privée   dans   l'agriculture,  
création  de  petites  entreprises  privées  dans  les  services.  

Lénine,  en  mars  1921,  avait  lancé  la  NEP  pour  sauver  le  régime  soviétique  naissant,  sur  
les  mêmes  principes  :  autosuffisance  des  entreprises  d'État,  libéralisation  du  commerce  
intérieur,  privatisation  des  terres  agricoles,  etc.  

Gorbatchev   avait   comme   but   de   transformer   l'économie   stagnante   et   inefficace   de  


l'URSS   en   une   économie   décentralisée   de   marché,   toujours   sous   l'égide   du   Parti  
communiste.  Néanmoins,  cette  politique  de  réformes  socio-­‐économiques,  combinée  avec  
la   glasnost   (transparence,   liberté   de   paroles)   dans   les   médias,   n'avait   aucunement   en  
vue   de   remettre   en   question   les   dogmes   communistes  :   il   s'agissait   bel   et   bien   de  
consolider   le   régime   communiste,   affaibli   par   l'immobilisme   de   la   gérontocratie   des  
dernières   décennies   (Brejnev,   Andropov,   Tchernenko)   en   s'appuyant   sur   une   relance   de  
la   croissance   et   la   hausse   de   productivité.   Pour   Gorbatchev,   cette   politique   devait  
permettre   de   donner   un   second   souffle   au   socialisme   soviétique   en   l'adaptant   aux  
évolutions  de  la  société.  
 
 
Glasnost:  réforme  politique  accompagnant  la  perestroïka  =>  davantage  de  liberté  
donnée  par  le  pouvoir  soviétique  a  ouvert  la  brèche  =>  fin  de  l'économie  socialiste  
en  1989  et  transition  vers  l'économie  de  marché.  

 
 
Les   causes   de   l’échec:   le   marché   requiert   des   règles   juridiques   pour   l'encadrer   (ne  
serait-­‐ce   que   le   droit   de   propriété   et   le   droit   de   concurrence!)   ;   Or,   les   économies  
socialistes  doivent  entièrement  être  "éduquées"  à  l'économie  de  marché.  
 
Frédéric  Teulon,  Croissance,  crises  et  développement,  chapitre  11  
 
D. La  difficile  transition  vers  l'économie  de  marché  

1) La  nécessité  de  restaurer  la  confiance  dans  les  échanges  marchands  

Ces   réformes   souvent   brouillonnes   ne   se   sont   pas   accompagnées   de   l’instauration  


d’un  véritable  État  de  droit  :  l’arbitraire  reste  omniprésent  et  les  cadres  conservateurs  
du   PCUS   feront   tout   pour   les   entraver   parce   qu'ils   perdaient   leurs   privilèges   et   leurs  
pouvoirs.  L'instauration  d'un  véritable  climat  de  confiance,  garantie  par  une  législation  
précise   et   respectée   par   l'État   lui-­‐même,   indispensable   pour   la   réussite   des   réformes,  
échoue.  L'obstacle  politique,  la  toute  puissance  du  parti  unique,  demeurait.  L'appareil  du  

  88  
PCUS   s'était   transformé   en   structure   minée   par   l'immobilisme   et   la   corruption,  
notamment   dans   les   républiques   musulmanes.   Gorbatchev   rentre   en   conflit   avec   Boris  
Eltsine,  ancien  secrétaire  du  Parti  pour  la  région  de  Moscou,  qui  exige  le  pluripartisme  et  
le  pluralisme  pour  les  élections.  

D'autre   part,   le   système   de   planification   centralisée   est   démantelé   sans   qu'une  


structure  d'économie  de  marché  efficace  le  remplace.  Contrairement  à  la  Chine,  la  mise  
en  place  d'une  législation  clairement  capitaliste  (droit  de  l'entreprise,  droit  des  faillites,  
droit   des   contrats,   droit   bancaire,   droit   de   la   propriété   foncière,   droit   du   travail,   etc.)  
n'est   pas   voulue   par   le   régime   de   Gorbatchev,   attaché   aux   valeurs   du   communisme,   ce  
qui   le   fait   paraître   hésitant,   et   la   dérive   mafieuse   du   Parti   est   très   importante.   Les  
nouveaux  «  hommes  d'affaires  »  para-­‐mafieux  profitent  des  lacunes  du  droit  des  affaires  
pour  accaparer  des  richesses  du  pays  tandis  que  l'inflation  galopante  réduit  à  néant  les  
économies   des   simples   citoyens.   Le   résultat   sera   l’effondrement   de   toute   l'économie  
soviétique   dans   une   pénurie   aggravée.   Cette   pénurie   provoque   la   rupture   entre  
Gorbatchev  et  l'opinion  :  le  tout  nouveau  président  de  l'Union  Soviétique  doit  affronter  
les   conservateurs,   dirigés   par   Ligatchev,   secrétaire   du   Comité   Central   et   membre   du  
Politburo  et  les  partisans  de  la  liquidation  du  régime,  dirigés  par  Boris  Eltsine.  

 
2) Des  réformes  structurelles  et  une  politique  de  stabilisation  conjoncturelle  
 
A  la  fin  des  années  1980,  les  pays  de  l'Est  abandonnent  le  régime  socialiste  pour  adopter  
l'économie   de   marché.   Mais   la   transition   sera   plus   ou   moins   difficile   selon   le   point   de  
départ:  elle  sera  plus  aisée  dans  les  Pays  d'Europe  Centrale  et  Orientale  (PECO)  que  dans  
l'Ex-­‐Urss   où   l'état   de   désorganisation   généralisée,   l'affaiblissement   du   pouvoir   central,  
l'absence   d'une   longue   tradition   démocratique   (Voir   encadré   sur   Capitalisme   et  
démocratie   dans   Cahiers   français   p.8   +p.53)   rendent   l'expérience   plus   incertaine.  
Quel  que  soit  le  cas,  il  y  des  étapes  obligatoires:  
 élaboration  ou  reconstruction  d'un  État  de  droit  
 responsabilisation  des  acteurs  
 maîtrise  du  cadre  macroéconomique.  
Comme   pour   les   Pays   en   Développement,   les   recommandations   correspondent   aux  
principes  libéraux  du  "consensus  de  Washington":  ajustement  structurel  et  stabilisation  
conjoncturelle.  
 Réformes  structurelles:  fonder  un  environnement  propice  à  l'économie  de  marché    
 transformation  des  comportements  individuels  et  affirmation  d'un  Etat  de  droit.  
En   effet,   l'économie   de   marché   et   le   capitalisme   reposent   sur   l'existence   de  
catégories   marchandes;   mais   elles   ne   fonctionnent   que   si   les   structures   mentales  
sont  ajustées  à  cet  environnement.  Il  convient  donc  de  rompre  avec  la  lutte  des  
communistes  contre  l'initiative  individuelle.  Mais  au  préalable,  il  faut  garantir  la  
liberté  individuelle  par  un  cadre  juridique  adéquat.  
 Développement   de   la   propriété   privée:   privatisation   des   entreprises   a   été   une  
priorité   des   réformes.   "Petite   privatisation"   du   commerce   de   détail,   de  

  89  
restaurants.   "Grande   privatisation"   des   entreprises   publiques   d'une   certaine  
taille   a   été   lancée   sous   3   formes:   rachat   par   le   manager   ou   les   employés  
(Hongrie),   vente   à   des   investisseurs   tiers   (Hongrie),   quasi   don   d'actions  
d'entreprises  publiques  (République  Tchèque,  Russie,  Lettonie,  Lituanie).  
 Pourtant,  la  privatisation  des  entreprises  ne  suffit  pas:  il  faut  étendre  les  règles  de  
concurrence  et  de  maximisation  du  profit  à  l'ensemble  des  agents  économiques:  
création   de   véritables   marchés   du   travail,   réforme   des   systèmes   financiers,  
système  fiscal…  
 
 Politique  de  stabilisation  conjoncturelle:  le  choc  provoqué  par  les  évènements  de  1989  
provoqua   une   dégradation   des   indicateurs   macroéconomiques:   chute   du   PIB,   hausse   du  
chômage,  inflation,  aggravation  des  déséquilibres  extérieurs  (voir  cours  Macroéconomie)  

 
3) Une  transition  rendue  difficile  par  la  crise  financière  de  2008:  elle  a  révélé  
les   faiblesses   structurelles   de   certains   PECO   et   a   démontré   la   solidité  
d'autres  PECO.  
Voir  synthèse  Melchior  jointe  :  LES  PECO  face  à  la  crise  

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

  90  

Centres d'intérêt liés