Vous êtes sur la page 1sur 2

l’intérieur

Rois et nous avons été honorés de leur présence en cet après-midi du 2 février

dédouaner

devenir

faisant

en semblant d’ignorer Leforest

grâce à nos actions premières, grâce à

Qu’elles ne s’étonnent donc

Nous ne sommes pas les « Restos du

isolées

d’un problème de pingrerie, elles nous critiquent, cela

des

pour les remercier de leur fidélité, en

activités

mardi

Il était donc naturel de réunir nos

des

ne

préservée

été

cela

avoir

Galette

galette

Nos randonneurs à l’honneur

Rois duLors duLors du

marcheurs du

personnes

-Environnement, nous émeut point.

nature

ces

pas

à

à

se

fameuse

la

l’effort de la Collectivité.

commence inconvenant du groupe !

collectives

ne

pour

à

pratiquent

M.P.

Rois

des Rois

une

invitées

de

quelques

cette

randonneurs et

Que

pas

collectivement

Cœur » !

dégustant

dernier.

Que

Rois !

février 20112 20112 2011

des

galette des

Le Président en a profité pour retracer l’historique de notre Club de Marcheurs, organisé par Leforest-Environnement dès la création de l’Association en 1992.

Après la marche du 2 février dernier, nos randonneurs se sont ren- dus à la salle des Ecuries du Château pour y déguster comme chaque année la traditionnelle galette des Rois.

partageant

pratiquaient aussi bien la marche que la restauration du cadre de vie.

Il est incontestable que nous avons été les initiateurs de ces

poursuivre une activité traditionnelle

de

majorité de nos participants ce jour-là.

mérite

galette

la galette

le

activités se déroulent le mardi après-midi à partir

milieu

pair avec la

la

qui

de la place Salengro, en

ces

d’une

plus grande

naturel qui fut poursuivie

en

février

2 février

ont

par

l’Association

randonnées-marche

Aujourd’hui,

du

derniers

disponibilité

succès

réhabilitation

raison d’une

Collectivité.

allaient de

Ces

avec

de

la

de la

Elles permettaient de parcourir les petits chemins et voyettes, les bois des environs afin d’y trouver le grand air et

Ces marches hebdomadaires étaient

la

d’opérations

la

qui

nous

collaboration d’autres Associations, des

une nature trop souvent enlaidie de nombreux dépôts sauvages.

Ces marches se déroulaient alors le dimanche à partir du préau de l’Ecole Salengro. Elles pouvaient déjà réunir de 30 à 40 personnes.

dérouler dans un cadre plus attractif. Nous avions fait les premiers pas grâce

se

avec

ainsi

de

actifs

que

de

Lors de

et

an

pouvaient

militants

»,

particuliers

par

logique

nature

fois

de

marches

la

complément

2

Municipalité.

noyau

renouvelions

Nettoyons

des

Ecoles,

Nos

un

le

à

«

LE FORESTIERLE FORESTIERLE FORESTIER Lettre d’informationLettre d’informationLettre d’information de Leforest
LE FORESTIERLE FORESTIERLE FORESTIER
Lettre d’informationLettre d’informationLettre d’information
de Leforest
Leforest Environnementde Environnementde Environnement
Leforest
N° 56 - avril 2011
Imprimé par Quadra angulaire Monchaux
Les salons de l’agriculture, qui ne sont pas la tasse de thé de notre
Hyper-Président, le mettent de très méchante humeur. Pour les
clôturer, il lui faut trouver quelque bouc émissaire à ses déconvenues :
« L’Environnement, ça commence à bien faire », Fin du salon 2010
Toujours dans le même registre, il récidive en 2011, à la suite d’une campagne d’affichage de Nord-Nature-
Environnement, y voyant une provocation contre le monde agricole, oubliant ainsi les promesses du Grenelle.
En général, les médias et la presse bien pensante, n’ont fait que relater les paroles du Président, semblant ainsi les
cautionner.
Il a fallu que ce soit un journal satirique « le Canard Enchainé » pour relever cette énorme bourde, fidèle à sa réputa-
tion de ne pas pratiquer la langue de bois et d’oser sortir du « politiquement correct ».
Vous trouverez ci-après quelques extraits de cet article intitulé « l’Affiche qui faisait trop mal aux salades » et dont
l’auteur est Jean-Luc Porquet
Il a suffi de 21 affiches grand format, pas une de plus,
collées dans trois stations du métro parisien, pour que France
que la mort des abeilles, c’est pas du cinéma… Insupportable,
non ? Aussi sec, le ministre de l’Agriculture Le Maire a pondu
Nature Environnement (FNE), déclenche un tollé médiatico-
politique du plus bel effet. « Je ne laisserai pas insulter les
une
tribune
dans
«
Libé
»
(16/2)
:
«
Provocation
!
»
« Scandale ! » « Je suis partagé entre colère et indignation ! » La
agriculteurs,
a
tonitrué
Sarkozy,
en
visite
au
Salon
de
l’agriculture. On n’oppose pas les Français les uns contre les
régie de la RATP a décidé de censurer l’affiche sur les algues
vertes en raison de son « caractère polémique »…
autres
(….).
On
ne
combat
pas
l’intolérance
en
étant
C’est curieux : quand le Premier ministre Fillon va sur une
intolérant. »
plage
bretonne
fusiller
du
regard
des
algues
vertes
et
Mais de quelle intolérance parlait-il ? Celle des agriculteurs
promettre que ça va barder, tout le monde applaudit. Quand
envers les écolos ? Allons… Les affiches ne faisaient que
montrer les dégâts de l’agriculture intensive : une plage
bretonne couverte d’algues vertes dues aux épandages de
une grosse association écolo montre que rien n’a vraiment
changé
sous
le
soleil
productiviste,
l’énervement
gagne
Sarkoland.
lisier, sous le
titre « Arrêtez
vos
salades
»
;
trois
steaks
estampillés « 100 % naturel » sous le titre « Gros menteurs »,
histoire de rappeler que les animaux d’élevage sont nourris à
coups de tourteaux de soja OGM ; un parodique « Kill bees »
tue les abeilles, sur-titrant un bidon de pesticides et rappelant
On l’a vu (« Le Canard », 10/11/10), les députés ont passé à
la moulinette les rares avancées concrètes du Grenelle. Dans
tous les domaines, pollution, autoroutes, nuisances, nucléaire,
tout
continue
comme
avant.
Pire
qu’avant
même,
car
Jean-Louis Porquetrepeinturluré
en vert.
Les 8 € donnent droit à « Le Forestier » (4 numéro par an), accès aux réunions ordinaires et réunions extraordinaire,
aux sections Marche et « Recyclons utile »
par an), accès aux réunions ordinaires et réunions extraordinaire, aux sections Marche et « Recyclons utile
par an), accès aux réunions ordinaires et réunions extraordinaire, aux sections Marche et « Recyclons utile
par an), accès aux réunions ordinaires et réunions extraordinaire, aux sections Marche et « Recyclons utile
par an), accès aux réunions ordinaires et réunions extraordinaire, aux sections Marche et « Recyclons utile
par an), accès aux réunions ordinaires et réunions extraordinaire, aux sections Marche et « Recyclons utile

Lors du festival communautaire du film de l’environnement la projection du film « la voix de nos enfants » était suivie d’un débat sur les limites d’un modèle de développement qui compromet l’héritage que nous allons leur laisser.

Alors, quand les consommateurs com- prendront-ils qu’ils ont intérêt à faire vivre ces petits producteurs qui vendent directement à la ferme, à privilégier ces circuits courts, à acheter local plutôt que ces produits qui viennent des trusts agro- alimentaires, bourrés d’additifs chimiques pour leur conservation ?

La santé de leurs rejetons s’en ressenti- rait et ceux-ci retrouveraient le goût des

Les quelques agriculteurs qui ont pris conscience de l’impasse de cette concep- tion productiviste n’en ont que plus de mérite, compte tenu des obstacles que les

l’alimentation

tenants du système mettent sur leur che- min pour les décourager d’évoluer vers les cultures « bio ».

« bio » dans les cantines scolaires, même

converti à l’agriculture biologique et Mr Lingrand de Leforest, en cours de reconversion a recentré le débat sur les dérives de l’agriculture intensive et ses

Carvin,

M.P.

Vers la reconversion de

de

si cela coûte un peu plus cher ?

gressive de la paysannerie.

La santé n’a pas de prix !

Desruelles

exigeront-ils

produits naturels.

Mr

locaux,

Quand

agriculteurs

L’utilisation excessive d’engrais et

Le développement des élevages hors -sol, poulaillers industriels, porcheries

concentrationnaires avec leurs nuisan- ces olfactives et les problèmes non ré- solus, traitement des effluents, conta- mination des rivières, algues vertes et

ment des sols et à une contamination

L’agriculture « bio » existait depuis la nuit des temps, et avait au moins le méri- te de la longévité, contrairement au sys-

Course au gigantisme des exploita- tions correspondant à la désertification

main

alors

d’antibiotiques

niers amateurs cultivaient « bio » sans le savoir.

Il n’y a pas si longtemps que le vocable

d’œuvre locale et la disparition pro-

l’épuise-

qu’autrefois, tous les fermiers et les jardi-

teurs et de perte de leur indépendance.

destiné à la consommation humaine.

la

existe

à

de

deux

répercussions alimentaires.

aboutissant

à

s’est

traduit par l’arrachage des haies et bosquets, l’arase-

le

ment des talus, corollaire d’une perte de biodiversi- té et d’érosion des sols.

La mécanisation à ou-

d’en-

cultiva-

l’exode

Il s’est poursuivi par :

biologique

des nappes phréatiques.

semble

gorgé

par

de

il

synonyme

L’intervention

campagnes,

remembrement,

des

Conditionné

qui

l’animal-usine

pesticides

bout de souffle :

dettement

d’agriculture

actuel

trance,

des

tème

de

Avons-nous le droit de laisser l’avenir de nos descendants à la merci d’un dé- sastre nucléaire ?

tée, à condition d’avoir la volonté de la domestiquer.

Les solutions pour sortir progressive- ment du nucléaire existent, à condition

N’oublions pas qu’environ la moitié des enfants nés de nos jours ont une chance d’être centenaires vers les années

progressive vers ces multiples solutions alternatives, à commencer par les écono- mies d’énergie dans les secteurs de l’ha-

énergivore ajoutée à l’exploitation des énergies renouvelables, tels le solaire, l’éolien ou l’exploitation des courants marins devrait se substituer au fil du temps à ces réacteurs nucléaires vieillis-

bitat, des services et de l’industrie qui représenteraient déjà une chute sensible de la consommation.

moins

L’énergie solaire, cette énergie pri- maire, à l’origine de toute vie, est illimi-

sants qui représentent une épée de Da- moclès au dessus de nos têtes.

M.P.

transports

de

politique

de le vouloir.

2110 !

Une

Comme à Tchernobyl, les retombées radioactives mettent en péril et pour longtemps d’immenses territoires.

En Allemagne, la chancelière Angela Merkel a renié son engagement de poursuivre la nucléaire civil.

tre nos centrales à de nouveaux tests de résistance. C’est réellement le service minimum qui permettra de conclure, qu’elles peuvent résister à tout.

La récente catastrophe nucléaire du Japon a ranimé les craintes sus- citées après Tchernobyl par cette énergie prométhéenne.

En France, pays hyper-nucléarisé, le Premier Ministre, voyant vacil- ler ses certitudes sur la sécurité du modèle français, consent à soumet-

Les solutions alternatives au transport routier sont nombreuses, comme la voie d’eau ou le ferroutage, à la condition d’une volonté politique dans ce sens.

Mais le nucléaire ne représente que 15 % de nos dépenses énergétiques (6 % dans le monde) et le présenter comme la

Il est certain que la France dépendant à 75 % de l’atome pour son alimentation électrique, ne peut sortir du nucléaire du jour au lendemain.

encore l’un des plus gros consommateurs

constitue une aberration, le secteur des

longtemps

climatique

pour

réchauffement

demeurant

d’énergie fossile.

au

transports

solution

Tokyo situé à 225 kms de Fukushima n’a pas échappé aux retombées radioacti- ves. Nous sommes à 110 kms de la Cen- trale de Gravelines et celle-ci est im- plantée dans un polder drainé par les wateringues, susceptible d’une inonda- tion majeure d’ici la fin du siècle par suite de la fonte accélérée des glaces de

à l’abri d’une marée noire qui boucherait les prises d’eau de refroidissement.

Tous les scénarios de prévention d’ac- cidents de centrales nucléaires ne sont pas à l’abri du grain de sable qui vien- drait gripper cette belle mécanique, aus-

Le risque sismique serait chez nous nettement inférieur à celui du Japon. Rappelons cependant qu’en 1356, la ville de Bale avait été entièrement détruite par un tremblement de terre et que la centrale de Fessenheim, la plus vétuste de nos centrales ne se trouve qu’à 40 kms de Bale.

question de l’opportunité d’une option

se poser la

autoroute a

tankers que constitue le détroit n’est pas

sion marine, ce qui accroit les risques d’immersion des circuits de refroidisse-

si sophistiquée soit-elle, dont la com- plexité même, échappant à l’intelligence des utilisateurs, constitue un facteur de vulnérabilité.

zone

dunaire limitrophe est rongée par l’éro-

nucléaire décidée unilatéralement.

la

l’immédiat,

Il est donc légitime de

ment. D’autre part, cette

Dans

l’Arctique.

légitime de ment. D’autre part, cette Dans l’Arctique. LE GROS LE G R O S L

LE GROSLE GROSLE GROS MENSONGE DESMENSONGE DESMENSONGE DES NUCLEOCRATESNUCLEOCRATESNUCLEOCRATES

du démantèlement des centrales actuelles,

d’augmenter progressivement ses tarifs de

notre parc nucléaire vieillissant afin d’en

calcul, n’intervient pas le prix exorbitant

30 % d’ici 2016 pour rattraper ce retard.

3 ème génération de centrales (type EPR).

L’électricité nucléaire serait moins chère de 40 % par rapport à nos voisins européens.

Coût d’une centrale EPR : 5 milliards

AUGMENTATION : Remise en état de

en attendant leur remplacement par la

ARCHI-FAUX : Parce que dans ce

Parce que EDF envisageFAUX

Actuellement

RAISON DE CETTE

prolonger la vie.

-

-

VRAI

RECYCLAGE ETRECYCLAGE ETRECYCLAGE ET SOLIDARITE,SOLIDARITE,SOLIDARITE, deux mots mots chersdeux chersdeux chers mots
RECYCLAGE ETRECYCLAGE ETRECYCLAGE ET
SOLIDARITE,SOLIDARITE,SOLIDARITE,
deux mots
mots chersdeux chersdeux chers
mots
à LEFORESTà LEFORESTà LEFOREST
ENVIRONNEMENTENVIRONNEMENTENVIRONNEMENT
Comme vous le savez, nous récupérons
les radios médicales ( et les négatifs de
vos anciennes photos : même matière),
l'argent
récolté
a
entre
autre
servi
à
l'association : "L.O.U.I.S " de RACHES,
qui nous renvoie la balle. Ayant récupéré
des
cartons
de
livres
d'une
autre
association de RACHES: "LIVRES POUR
TOUS" (président : GERARD MADOUX),
ISABELLE LETOMBE, maman de LOUIS
en a conservé quelques uns et en accord
avec "LIVRES POUR TOUS " fait don du
reste à LEFOREST ENVIRONNEMENT
qui aussi vite, a trouvé preneur des livres
d'enfants
en
E N F A N T S
LEFOREST"
l'association
:
"LES
D U
d e
(
présidente
B O I S
:
MARIE
THERESE PARSY )
Quelle belle chaîne
de solidarité !
La sortie programmée du nucléaire ne doit pas représenter un obstacle insur- montable se traduisant
La sortie programmée du nucléaire ne
doit pas représenter un obstacle insur-
montable se traduisant par une pénurie
d’énergie
mais
comme
une
transition
pas représenter un obstacle insur- montable se traduisant par une pénurie d’énergie mais comme une transition