Vous êtes sur la page 1sur 92

AUTOMATISME INDUSTRIEL

M.ILBOUDO
1
INTRODUCTION

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
2
Historique – Définitions
• Selon les techniciens :
« L’automatisation consiste à rendre automatique les
opérations qui exigeaient auparavant l’intervention
humaine » Encyclopédia Universalis
• Une autre définition :
« L’automatisation est considérée comme
l’étape d ’un progrès technique où
apparaissent des dispositifs techniques
susceptibles de seconder l’homme, non
seulement dans ses efforts musculaires,
mais également dans son travail
intellectuel de surveillance et de
contrôle. » Encyclopédia Universalis

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
3
"Historique"
"Depuis toujours l'homme est en quête de bien être". Cette
réflexion (qui rejoint la notion de besoin) peut paraître bien
éloignée d'un cours de Sciences Industrielles, pourtant c'est la
base de l'évolution des sciences en général, et de l'automatisation
en particulier. L'homme a commencé par penser, concevoir et
réaliser. Lorsqu'il a fallu multiplier le nombre d'objets fabriqués,
produire en plus grand nombre, l'automatisation des tâches est
alors apparue : remplacer l'homme dans des actions pénibles,
délicates ou répétitives.

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
4
Historique – Les industries

L’industrie automobile contribue grandement


à l’essor de l’automatisation.
◦ Vers 1960 l’industrie automobile a besoin d’un
contrôleur reprogrammable pour permettre une
plus grande flexibilité des chaînes de production.
◦ C’est la naissance des automates programmables!

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
5
En effet, l'automatisme peut intervenir à tous les stades

d'opérations industrielles, dans des domaines aussi divers que

les industries de transformations, de fabrication ou de transport,

dans les machines-outils ainsi que dans la vie quotidienne

(systèmes d'alarmes, automatisation de parking,

Climatisation….).

AUTOMATISME INDUSTRIEL 6
M.ILBOUDO
Buts de l’automatisation

• Éliminer les tâches répétitives ou sans intérêt


(ex: lavage du linge ou de la vaisselle…)

• Simplifier le travail de l'humain


(Toute une séquence d’opération remplacée par l’appui sur un
poussoir)

• Augmenter la sécurité
(Éviter les catastrophes)

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
7
Buts de l’automatisation

• Accroître la productivité
(cadences de production plus élevées, pas de fatigue)

• Économiser les matières premières et l'énergie


(production plus efficace)

• Maintenir la qualité

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
8
Conséquences positives de
l’automatisation

• Augmentation du taux de production


• Diminution du coût d’achat des produits
• Uniformité dans les produits manufacturés
• Réduction des accidents de travail

☺!

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
9
Conséquences négatives de
l’automatisation (…)

• Diminution des emplois…


• On remarque une diminution de la main d’œuvre par unité
produite.
– Diminution des emplois pour travailleurs non qualifiés et
augmentation des emplois pour les travailleurs qualifiés

• Certains types d’emplois deviennent très monotones


et répétitifs.
(ex: inspection et surveillance des machines )
AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
10
Exemple d’automatisme : signalisation ferroviaire

Le système est en attente


Un train arrive
Signal lumineux et signal sonore
Temporisation de 10 secondes
Baisser la barrière et laisser les signaux
Barrière baissée
Signal lumineux et signal sonore
Le train est passé
Lever la barrière
Barrière levée

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO 11
Remarque

Chaque système automatisé est unique. Cependant, ils sont tous


construits à partir d’une même structure, cette structure est
composée de fonctions élémentaires. Ces fonctions se retrouvent
d’un système à l’autre mais peuvent être assurées par des
matériels de technologies différentes.

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
12
AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
13
AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
14
AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
15
AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
16
Quelques exemples

•Un distributeur •Un feu de •L'accès à un •Passage à


de boissons croisement parking payant niveau

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
17
AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
18
Architecture d’un système automatisé

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
19
STRUCTURE CLASSIQUE

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
20
AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
21
AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
22
CIRCULATION DE L’INFORMATION

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
23
AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
24
AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
25
AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
26
Fonction à réaliser Appareils pouvant assurer ces fonctions
DIALOGUER Pupitre (boutons poussoirs,
voyants…).
Consoles de dialogues avec
automate (Terminaux
industriels).
Ecran vidéo et clavier (type 102
touches).
TRAITER Relais électromagnétiques.

Carte électronique (circuits


logiques, mini-relais).

Automate programmable.

Fonctions logiques
pneumatiques, Hudraulique
(Utilisées lorsque le milieu
interdit l’usage de l’électricité )

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
27
COMMANDER LA PUISSANCE Contacteurs pour moteurs
électriques

Variateurs de vitesse pour


moteurs électriques.
Distributeurs pour vérin
pneumatiques ou
hydrauliques.
PROTEGER Fusibles et relais
thermique.
Disjoncteurs magnéto
thermiques.
CONVERTIR L’ENERGIE Moteur électrique.

Ensemble compresseur /
vérins (hydraulique ou
pneumatique)
ACQUERIR LES INFORMATIONS Capteurs à contact
mécanique (Interrupteurs
de position).
Détecteurs de proximité.

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
28
Réalisation d’un automatisme :
A Technologies câblées :
- l’automatisme est réalisé par des modules raccordés entre eux
- le fonctionnement obtenu résulte du choix de ces modules et du câblage qui
les relie
- l’automatisme est entièrement personnalisé pour la réalisation matérielle

Les éléments permettant la réalisation des automatismes câblés


:
– relais électromagnétiques
– modules logiques pneumatiques
– cartes ou modules électriques

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
29
A Technologies programmés :

- l’automatisme est réalisé par la programmation des


constituants
- le fonctionnement obtenu résulte de la programmation
effectuée
- l’automatisme est personnalisé par le choix matériels mais
aussi par la programmation

Constituants programmables :
– cartes électroniques standards et spécifiques
– micro et mini-ordinateurs
– automates programmables

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
30
Fonctions et Relations internes d’un SAP

Trois phases existent :


• acquisition des informations
• traitement des informations
• exploitation des informations

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
31
Acquérir des informations

Objectif : Fournir à la P.C. les informations relatives à l’état du


système; Contrôler les ordres de la P.C. à la P.O.
Outils : Capteurs

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
32
Commander la puissance

Objectif : Exécuter les ordres donnés par la partie commande

Trois types d’objets techniques :

• l’effecteur
• l’actionneur
• le préactionneur

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
33
AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
34
AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
35
AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
36
La Chaîne d’action se présente sous la forme:

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
37
Structure d’un automatisme:
logique câblé

• La partie commande est:


- PNEUMATIQUE (séquenceur pneumatique)
- ELECTRONIQUE NON PROGRAMMABLE : un circuit
imprimé constitué de composants et circuits intégrés
électroniques non programmables (portes and, or, nor, nand, .
Bascules, mémoires, temporisateurs,.)
- Une « armoire » à CONTACTEURS (systèmes à relais
électromagnétiques câblés par fils pouvant
réaliser ces mêmes fonctions)

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
38
Structure d’un automatisme:
logique programmée

La partie commande est :

- ELECTRONIQUE PROGRAMMABLE (pour les petits


SAP ou domotique) :
* à C.I. logiques programmables (ELP, PAL, GAL, .)
* à microcontrôleurs
* une interface PC

- A.P.I (Automate Programmable Industriel) pour les SAP


plus conséquents.

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
39
La PC se compose des ensembles suivant:

Interfaces d’entrée : transforment les informations issues des capteurs en


informations de nature et d’amplitude compatibles avec les caractéristiques
technologiques de l’automate.

Interfaces de sortie : transforment les informations élaborées par l’unité de


traitement en informations de nature et d’amplitude compatibles avec les
caractéristiques technologiques des pré actionneurs.

Pré actionneurs : sont directement dépendant des actionneurs et sont


nécessaires à leur fonctionnement (ex : distributeur pneumatique pour un
vérin).

Unité de traitement : élabore les ordres destinés aux actionneurs en fonction


des informations reçues des capteurs et du fonctionnement à réaliser.

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
40
La Partie Commande d'un système isolé est donc un
ensemble de composants et de constituants de traitement de
l'information, destiné :
- à coordonner la succession des actions sur la Partie
Opérative,
- à surveiller son bon fonctionnement,
- à gérer les dialogues avec les intervenants,
- à gérer les communications avec d'autres systèmes,
- à assurer le traitement des données et des résultats relatifs
au procédé, aux matières d’oeuvre, aux temps de production,
à la consommation énergétique... (gestion technique).

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
41
La PO se compose des ensembles suivant :

Unité de production : réalise la fabrication ou la transformation

Effecteur: ils agit directement sur la matière d’œuvre.

Capteurs : créent à partir d’informations des informations


utilisables par la PC.

Actionneurs : apportent à l’unité de production l’énergie


nécessaire à son fonctionnement à partir d’une source d’énergie
extérieure (Ex : moteur). Ils peuvent aussi prélever l’énergie sur
l’unité de production pour la retourner vers un récepteur
d’énergie extérieur (ex : frein)

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
42
Parmi les actionneurs:

Moteurs électriques (CA ou CC)


Vérins (pneumatiques ou hydrauliques)
Vannes (électriques ou pneumatiques)
Éléments chauffants
Etc…..

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
43
Structure d’un automatisme
(suite)
• La partie relation
– Panneaux de commande
− Voyants, indicateurs
− Poussoirs, sélecteurs
– Interfaces Homme-Machine
– Alarmes
– Etc.

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
44
La partie relation se compose de 2 ensembles :

Visualisations et avertisseurs : transforment les


informations fournies par l’automate en informations
perceptibles par l’homme.

Capteurs manuels : transforment les informations


fournies par l’homme en informations exploitables par
L’automate.

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
45
En résumé, nous pouvons dire que:

La Partie Relation (PR) comporte le pupitre de dialogue


homme-machine équipé des organes de commande permettant
la mise en/hors énergie de l’installation, la sélection des modes de
marche, la commande manuelle des actionneurs, la mise en
référence, le départ des cycles, l’arrêt d’urgence… ainsi que des
signalisations diverses telles que voyants lumineux, afficheurs,
écrans vidéo, Klaxons, sonneries, etc.

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
46
Structure d’un automatisme
(suite)
• Ces trois parties PC , PO, PR comprennent :

– Des fonctions ou organes binaires ;


– Des fonctions de logique combinatoire ;
– Des fonctions de logique séquentielle.

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
47
Composants de la PO
Effecteurs
Les effecteurs agissent directement sur la matière
d’œuvre.
L’étude et le choix des effecteurs relève du
domaine de la mécanique :

Statique
Cinématique
Dynamique
Résistance des matériaux
Mécanique des fluides
AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
48
Les actionneurs
Le processus à contrôler et à commander comporte généralement des organes
(ventilateurs d'un tunnel, circuit d'une chaîne de montage, vérin d'une presse
hydraulique…) dont les mouvements sont coordonnés par des actionneurs
associés à des adaptateurs mécaniques de mouvements. Les actionneurs
transforment une énergie (électrique, pneumatique ou hydraulique) en une
énergie mécanique associée à un mouvement.
Les actionneurs électriques sont des moteurs pour l'immense majorité. On
trouve aussi quelques vérins électriques.

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
49
Les actionneurs pneumatiques et hydrauliques sont des vérins linéaires pour
l'immense majorité. On trouve aussi quelques vérins rotatifs.

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
50
Les différents types d’actionneurs :

Les moteurs : asynchrone, brushles, pas à


pas, courant continu

Les moteurs linéaires

Les vérins pneumatiques


Les vérins hydrauliques

Les pompes

Les vannes
AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
51
Exemple d’actionneurs

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
52
Les composants de la Partie
commande
Les pré-actionneurs

Les actionneurs sont commandés par des systèmes


électriques de commande (pré-actionneurs) mettant en
oeuvre des circuits d’électronique de puissance,
d’électronique du signal analogique et d’électronique
numérique. Un pré-actionneur a pour fonction de transformer
l'énergie issue d'une source (réseau électrique, batteries,
compresseur pneumatique ou hydraulique) en une énergie
adaptée à l'actionneur pour un mouvement précis.
AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
53
PO: Pré -
actionneurs
Les différents types de pré - actionneurs :

Les contacteurs de puissance


Les variateurs de vitesse : moteur
courant continu, moteur asynchrone, moteur brushles

Les cartes de commandes : moteur


pas à pas

Les commandes de vannes

Les distributeurs : pneumatique, hydraulique

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
54
Pour les moteurs électriques, les pré-actionneurs sont des contacteurs
ou, couramment aujourd'hui, des variateurs de vitesse.

Contacteur et variateur de vitesse Distributeurs électro-pneumatiques

Les pré-actionneurs respectifs des vérins pneumatiques et


hydrauliques sont les distributeurs électropneumatiques et électro-
hydrauliques.

- Les autres éléments de la partie commande que nous verrons plus


tard dépendent du choix de la logique utilisée, programmée ou câblée

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
55
Tâches et outils dans un
automatisme
• Les tâches de l’automaticien sont :
– de comprendre ;
– de concevoir.
• Ses outils sont :
– Le GRAFCET ;
– Le GEMMA ;
– Des guides de choix technologiques.

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
56
Structure d’un automatisme
• Les spécifications techniques
– Fonctionnelles :
− Description du comportement de la partie commande
vis-à-vis la partie opérative et du monde extérieur ;
− On ne préjuge en aucune façon des technologies qui
seront mises en œuvre.
– Outil correspondant : Le GRAFCET

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
57
Structure d’un automatisme
• Le GRAFCET
– Acronyme de GRAphe Fonctionnel de Commande
d’Étape-Transition
– Représentation graphique des divers états de
fonctionnement
– Considère le cas idéal : pas de problèmes, pas de
défaillances…

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
58
AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
59
Structure d’un automatisme
• Les spécifications techniques
– Opérationnelles :
− Se rapportent au fonctionnement de
l’automatisme au cours de l’exploitation et
tient compte des arrêts et défaillance.
– Outil correspondant : Le GEMMA

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
60
Structure d’un automatisme
• Le GEMMA
– Acronyme de Guide d’Étude des Modes de Marches
et d’Arrêts
– Représentation graphique des divers états de
fonctionnement, d'arrêt et de défaillance d'un
automatisme.
– Spécifications opérationnelles :
− Fiabilité, disponibilité, maintenance ;
− Dialogue homme-machine.

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
61
AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
62
AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
63
AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
64
Objectifs de l’automatisation des systèmes de
production :

- Réduction des frais de main d’oeuvre,


économie de matière et d’énergie
- Suppression des travaux dangereux ou
pénibles à Meilleure qualité du produit
- Améliorer les performances , et donc réaliser
des opérations impossible à contrôler manuellement ou
intellectuellement

Systèmes automatisés de production (SAP)

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
65
Départ: Génie Industriel
AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
66
AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
67
4 familles de constituants
d’automatismes

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
68
les Capteurs

Les capteurs transforment une grandeur


physique (température, débit, niveau, vitesse …) en une
grandeur électrique.

Les différents types de sortie :


Les sorties analogiques : 0 – 20 mA, 0 – 10 V
Les sorties Tout Ou Rien : elles
délivrent un niveau logique 0 ou 1

Les sorties numériques : elles


délivrent une information sur plusieurs bits et dans un
certain code (BCD, Code Gray, …)

69
AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
69
Les capteurs créent à partir d’informations de natures diverses, prises sur
l’unité de production, des informations utilisables par la partie de commande
afin que celle-ci puisse les traiter et envoyer les informations convenables aux
différents actionneurs.
Les informations ont pour origine : unité de production = capteurs
d’automatisme, opérateur ou dépanneur = capteurs manuels

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
70
AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
71
Exemples de capteurs

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
72
AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
73
AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
74
AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
75
AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
76
AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
77
AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
78
Commande câblée VS commande
programmable
Commande

câblage à mémoire programmé

PROGRAMME
Automate
programmable

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
79
Le choix du type de logique pour résoudre un
problème dépend de plusieurs critères:

Complexité
Coût
Evolutivité
Rapidité

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
80
Avantages
LOGIQUE PROGRAMMÉE LOGIQUE CÂBLÉE

Souplesse et adaptabilité de Automatisme simple et rapide à


l’installation mettre en œuvre
Solution compact Obligatoire pour le traitement
d’arrêt d’urgence et de sécurité

Inconvénients
Plus cher Solution rigide
Incompatibilité entre familles Rapidement volumineux
d’automate

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
81
Application Logique programmée
Remplacement de logique à relais

Commande de machines Régulation de processus


Machines outil
Chimie, pétrochimie,
pharmaceutique
Convoyage, stockage Traitement des eaux
Emballage Thermique, fours,
Machines de chantier, engin de levage métallurgies

Automatisme du bâtiment Contrôle de systèmes


Chauffage, climatisation, sanitaire Production et distribution
Distribution électrique, éclairage d’énergie (électricité,
pétrole, gaz)
Sécurité, alarmes techniques
Transports (chemin de fer,
routier, marine)

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
82
Avant l'apparition des automates, les automaticiens utilisaient des relais et
leurs contacts auxiliaires pour mémoriser des états et ainsi réaliser des
cycles séquentiels. La réalisation était bien moins conviviale mais surtout
peu évolutive car toute modification de cycle entraînait une modification de
câblage.

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
83
Départ: Génie Industriel
AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
84
Départ: Génie Industriel
AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
85
Départ: Génie Industriel
AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
86
Départ: Génie Industriel
AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
87
Exemple
La logique câblée :
Exemple: X = (a.b)+c
L’automatisme est obtenu en reliant entre eux les différents
constituants de base ou fonctions logiques par câblage.
La logique câblée correspond à un traitement parallèle de l’information.
Plusieurs constituants peuvent être sollicités simultanément.

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
88
AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
89
AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
90
Représentation de la partie commande (PC) dans le
cadre des systèmes à événements discrets

La représentation mathématique est peu pratique à utiliser en tant


qu’outil de représentation et de synthèse. La représentation
graphique est plus facile à utiliser
Principales représentation graphiques :

• Schéma à contacts ou diagrammes en échelle (Ladder)


• Logigramme
• Chronogramme
• Organigramme
• GRAFCET (GRAphe Fonctionnel de Commande Etape-Transition)
objet de la première partie du cours
AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
91
Conclusion

Bien qu’il y’ait une évolution dans les automates le


traitement de certaines fonctions se fait en logique
câblée soit pour des raisons de sécurité soit pour
des raison de simplicité

AUTOMATISME INDUSTRIEL
M.ILBOUDO
92

Vous aimerez peut-être aussi