Vous êtes sur la page 1sur 36

République Algérienne Démocratique et Populair e

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientif


ique

Université Larbi Tébessi-Tébessa


Faculté des Sciences et de la Technologie
Département de Génie Mécanique

PROJET DE MEMOIRE
LICENCE

Option

Construction mécanique

Thème:

Les matériaux composites à base de fibres


végétales

OLAYA GUENEZ MERIEM BELGHIT

Dirigé par : DEGHBOUDJ Samir

Année Universitaire : 2020 / 2021


SOMMAIRE

Introduction générale...........................................................................1

Chapitre 1 : Généralités sur les matériaux composites

1.1............................................................................. Introduction
3
1.2...............................................................................Définition
...................................................................................................3
1.3.................................Constituants de bas d’un matériau composite
........................................................................................................3
1.3.1 Matrice........................................................................................4
1.3.1.1.................................Composites à Matrices organiques (CMO)
5
1.3.1.2.......................................Composites à Matrices céramiques (CMC)
5

1.3.1.3.................................composites à Matrices métalliques (CMM)


...................................................................................................6

1.3.2................................................................................ Renforts
........................................................................................................... 6

1.3.2.1.........................................................Les fibres synthétiques


7

• Les fibres de verre.......................................................................7


• Les fibres d’aramide.....................................................................7
• Fibres céramiques........................................................................7

1.3.2.2................................................................Les fibres naturelles


7

• Fibres végétales...........................................................................8

1.4........................................Classification des matériaux composites


.......................................................................................................9

1.4.1.......................................les Composites à grandes diffusion GD


......................................................................................................9

1.4.2..................................les Composites à hautes performances HP


9

1.5............................................Avantages et inconvénients des composites


10

1.6................................................................Domaine d’application
.............................................................................................................. 11

1.7............................................................................... Conclusion
......................................................................................................11

Chapitre 2 : Les fibres végétales

2.1.................................................................................................. Intro
duction...............................................................................................15

2.2.................................................................................................. Les
fibres naturelles..................................................................................15

• Les fibres minérales..........................................................................15


• Les fibres animales...........................................................................15
• Les fibres végétales..........................................................................16

2.3................................................................................................... Les
principales plantes utilisées pour la production des fibres.......................17

2.4.................................................................................................. Struct
ure et morphologie des fibres...................................................................................19

2.5................................................................................................. La
composition chimique des charges végétales...............................................20

• Cellulose.........................................................................................................21
• Hémicellulose........................................................................................................21
• Pectine...........................................................................................................22
• Lignine...........................................................................................................22
• La cire...........................................................................................................23

2.6................................................................................................... Mét
hodes d’extraction des fibres végétales................................................................24

• Rouissage biologique............................................................................................24
• Rouissages chimique.............................................................................................25
• Rouissage mécanique................................................................................................25
2.7................................................................................................... Princ
ipaux avantages et inconvénients des fibres végétales..................................26

2.8................................................................................................... Appl
ication des composites à base des fibres végétales........................................26

• En automobile......................................................................................................26
• En construction.....................................................................................................27
• Autres application.................................................................................................27

2.9. Conclusion.......................................................................................... 27

Conclusion générale.........................................................................................................29
LISTE DES FIGURES
Chapitre 1 : Généralité sur les matériaux composites

Fig 1.1 Matériaux composite..................................................................................................3

Fig 1.2 Schématisation d’une matrice multicouche................................................................4

Fig 1.3 Type de Matrices..................................................................................................6

Fig 1.4 Type de Renforts..................................................................................................8

Fig 1.5 Exemples de tissus de renforts utilisés pour les CMO haute................................8

performance: (a) verre, (b) carbone, (c) aramide (Kevlar)

Fig1.6 Les structures géométriques des composites: (a) f ibres........................9

longues, (b) f ibres courtes, (c) particules

Chapitre 2 : Les fibres végétales

Fig 2.1 : Classification des fibres végétales selon l’origine.................................................17

Fig2.2 : Structure d’une fibre végétale..............................................................................20

Fig2.3 : Schéma de molécules de cellulose avec ses liaisons homogène.....................21

Fig 2.4 : Exemple de structure hémicellulose..............................................................21

Fig 2.5 : (a)Le réseau de pectine , (b)L’interaction de calcium avec la pectine...........22

Fig 2.6 : Représentation schématique de structure de la lignine.........................................23

Fig 2.7 : Structure et moléculaire de l’acide palmitique......................................................23

Fig2.8 : Techniques d’extraction des fibres végétales.........................................................25


Introduction générale

Introduction générale

Depuis une trentaine d’années des efforts ont été déployés pour la fabrication et
la caractérisation des matériaux composites. Les matériaux composites sont des matériaux à
très hautes performances mécaniques, qui peuvent être façonnés à volonté au gré du
concepteur, de manière à obtenir les propriétés souhaitées en faisant un choix approprié des
constituants. Ainsi, la possibilité de façonner à la carte. Les matériaux composites
modifient considérablement l’approche conventionnelle du dimensionnement des
structures habituellement utilisée pour les matériaux traditionnels. Les matériaux
composites se développent aujourd’hui dans pratiquement tous les domaines et
sont à l’origine de formidables challenges dans diverses réalisations de hautes
technologies. De nos jours, les matériaux composites trouvent de plus en plus
d’application dans la réalisation de pièces structurales de dimensions diverses dans
de nombreux secteurs industriels tels que l’aéronautique, la construction automobile, le
nucléaire, le génie biomédical…En effet dans ces domaines d’application le remplacement
des matériaux métalliques par les composites est motivé par l’allégement des structures à
propriétés mécaniques égales voir supérieures.

Développement des matériaux composites est né de la volonté d'allier les qualités


techniques au besoin d'allégement dans un même matériau, qui par la suite doit
s'adapter aux solutions technologiques des problèmes à résoudre.

Un matériau composite résulte de l'association de deux matériaux différents aussi bien


parleur forme que par leurs propriétés mécaniques ou chimiques pour tenter d'accroître
leurs performances. Les deux constituants du composite sont la matrice et le renfort,
qui en se combinant donnent un matériau hétérogène souvent anisotrope, c'est-à-dire dont
les propriétés diffèrent suivant les directions. Les matériaux constituant le composite
sont généralement choisis en fonction de l'application que l'on souhaite en faire par la
suite. Les critères de choix peuvent être, par exemple, les matériaux composites sont
formés de plusieurs couches défibres liées par une matrice, qui est souvent une résine
polymérique. Cette structure sous forme d'empilement permet de maximiser certaines
propriétés mécaniques dans les directions voulues. Ainsi, le ratio rigidité/poids de la
structure peut être fortement amélioré si on le compare aux métaux comme l'aluminium
ou l'acier, ce qui fait des composites, une classe de matériaux de plus en plus prisée
dans le domaine aéronautique propriétés mécaniques requises, la résistance à la
chaleur ou à l'eau, ou même la méthode de mise en œuvre.

1
Il n’est plus à démontrer l’engouement et l’innovation créés par les matériaux
composites dans les secteurs de la construction et du transport. Les matériaux
composites répondent parfaitement à ces critères, et le large choix des constituants
nécessaires à leur élaboration ouvre un vaste spectre de propriétés mécaniques.
Cependant, les stratifiés sont particulièrement sensibles aux chargements, comme les
basses vitesses, qui peuvent créer des dommages internes invisibles à l' œil nu ( impacts
délaminage, rupture de matrice et de ( fibres) [1] .
Chapitre
1
Chapitre 1

Généralités sur les matériaux composites

1.1 Introduction

Depuis leur avènement dans les années trente et jusqu'à nos jours , les matériaux composites
à matrices métallique , élastomère , polymères ou même céramique , offrent aux
industriels et aux designers des possibilités nouvelle d'associer fonction, forme et
matériaux pour la réalisation de systèmes de plus en plus performants. Des processus
nouveaux de conception, d'industrialisation et de fabrication, permettant d'étendre les
possibilités techniques et de mieux satisfaire aux besoins parfois contradictoires
(poids, fonction …) auxquels les matériaux homogènes classique répondant difficilement.
La compétition reste très dure entre les solutions composites et les matériaux
classiques [2].

1.2 Définition

Les matériaux composites sont des matériaux solides constitués de l’assemblage d’au moins
deux matériaux non miscibles et de natures différentes, se complétant et permettant
d’aboutir à un matériau dont l’association confère à l’ensemble des propriétés qu’aucun des
composants pris séparément ne possède (Fig.1.1). Le renfort généralement de nature
fibreuse permet de supporter la charge de la structure, réduit les contraintes thermiques
et assure la rigidité et la résistance macroscopique. La matrice permet de lier le renfort,
assurer une protection face aux agents extérieurs et transférer les charges au renfort
via la liaison entre la fibre et la matrice [3] .

Fig1.1: Matériaux composite.

1.3 Constituants de bas d’un matériau composite :

Les différents matériaux utilisés pour les matrices et les renforts sont présents. Il
convient de noter que tous les types de matériaux ne peuvent être associes et que la
Qualité de l’adhésion entre la matrice et les renforts est un point essentiel dans le Choix

3
Chapitre
des constituants. Les 1

4
matériaux composites plastiques sont constitués principalement De l’association de
deux constituants :

a) Le renfort :

Armature, squelette, il assure la tenue mécanique (résistance à la traction et rigidité),


souvent de nature filamentaire (des fibres organiques ou inorganiques).

b) La matrice :

Lie les fibres renforts, répartie les efforts (résistance à la compression ou à la


flexion), assure la protection chimique, en général c’est un polymère ou une résine
organique. Comme présenté ci-dessous (figure 1.2)

Fig1.2 : Schématisation d’une matrice multicouche.

En plus de ces deux constituants de base (le renfort et la matrice), il faut rajouter :
une interface qui assure la compatibilité renfort-matrice, qui transmet les contraintes
de l’un à l’autre sans déplacement relatif. Ce sont en général des produits chimiques
qui entre dans la composition du composite mais n’interviennent pratiquement jamais
dans le calcul de la structure composite.

1.3.1matrice :

Dans un grand nombre de cas, la matrice constituant le matériau composite est une
résine Polymère. Les matériaux composites sont souvent composé de deux
parties : Une première partie qui est constituée d’une ossature appelée matrice qui est
généralement une matière plastique (résine thermoplastique ou thermodurcissable) et
qui assure la cohésion de la structure et la retransmission des efforts vers le
renfort, elle permet en outre de donner la forme voulue au produit réalisé, Il existe
aujourd'hui un grand nombre de matériaux composites que l'on classe
généralement en trois familles en fonction de la nature de la matrice.
1.3.1.1 composites à matrices organiques (CMO)

Qui constituent, les principales matrices utilisées et qui sont :

a) Les thermodurcissables :

Les résines polyesters insaturés (UP) peu couteuses, sont généralement utilisées
avec les fibres de verre et que l’on retrouve dans de nombreuses applications de la
vie de tous les jours. Les résines époxy (EP) qui possèdent de bonnes
caractéristiques mécaniques. Elles sont généralement utilisées avec les fibres de
carbone pour la réalisation de pièces de structure et d'aéronautique. Les résines
vinyles ter qui sont surtout utilisées pour des applications où les résines polyester
ne sont pas suffisantes. Les résines phénoliques (PF) utilisées dans les applications
nécessitant des propriétés de tenue aux feux et flammes imposées par les normes
dans les transports civils. Les résines polyamides thermodurcissables (PIRP) pour
des applications à haute température (~300°C) et polybismaleimides (BMI) pour des
applications à température intermédiaire (~225°C).

b) Les thermoplastiques :

Comme le polypropylène ou le polyamide ou comme le polyéther imide (PEI),


le sulfure de polyphénylène (PPS) et la polyétheréthercétone (PEEK) pour la
réalisation de pièces de structure et d’aéronautique.

1.3.1.2 Les composites à matrices céramiques (CMC) :

Réservés aux applications de très haute technicité et travaillant à haute température comme
le spatial, le nucléaire et le militaire. Dans le cas des CMC (composites à matrices
Céramiques), la matrice peut être constituée de carbone ou de carbure de silicium. Ces
dernières sont déposées soit par dépôt chimique en phase vapeur (CVD) par
densification d’une préforme fibreuse, soit à partir de résines cokéfiables comme les
résines phénoliques (dans le cas des matrices de carbone).
1.3.1.3 composites à matrices métalliques (CMM) :

Trouvent leurs principales applications dans le transport aérien, maritime et ferroviaire,


le bâtiment, l'aérospatial ainsi que les sports et loisirs. Dans ce cas le renfort et la
matrice doivent être compatibles entre eux et se solidarisent grâce à l’intervention d’une
interface qui assure la compatibilité renfort-matrice, qui transmet les contraintes de l’un
à l’autre sans déplacement relatif.

Matrices

Organique Minérales

Thermodurcissables Thermoplastiqu Élastomèr Carbures Mécaniques

Borures Céramique Nitrures

Fig. 1.3 : Types de matrices.

1.3.2 Renforts :

Nitrures Les renforts prennent généralement la forme de filaments décomposés en fil de base
et en mèche puis en demi-produits comme la verranne, les rowings ou stratifie (mèches
de fils sans torsion, direct, assemblé, bouclé, ensimés), la silionne (fils de 102 à 408
filaments ensimés), les fils coupés (de base, textiles, texturés, coupés, broyés, de 3 à 5
mm de long, ensimés), qui sont tous des fibres de tissage. Mise en œuvre par
compression et cuisson (polymérisation). Les renforts peuvent être sous forme de
semi-produit : les mats (feutres de "silionnes " ou de fils continus coupés, 25 à 50
mm agglomérés par un liant), les feutres, les rubans, les tissus à armature taffetas,
sergé, satin, unidirectionnelle, bidirectionnelle, les gaines, les tresses, les préformé
(Rovinj liant projetés et durcis par étuvage sur une forme, pour les grandes séries)
Parmi les fibres les plus employées, on peut distinguer cinq classes de fibres à
savoir : les fibres de
carbone, les fibres de verre, les fibres d’aramide, les fibres céramiques et les
fibres végétales [4] .

1.3.2.1 Les fibres synthétiques:

Sont fabriquées avec des polymères de synthèse obtenus à partir de substances ou de


composés fournis par l’industrie pétrochimique [5] .

• Fibres de carbone :

Les fibres de carbone présentent des propriétés mécaniques très élevées (haut
module, haute résistance, faible dilatation thermique) et sont utilisées pour les
applications industrielles hautes performances. Leur cout de fabrication est élevé. Ce type
de matériau est produit essentiellement aux Etats-Unis et au Japon. Le diamètre d’une fibre
de carbone est de l’ordre de 5 microns. Il s’agit par sa structure moléculaire d’un
matériau anisotrope.

• Les fibres de verre :

Plus abordables, présentent des propriétés mécaniques (notamment le module en traction)


plus faibles mais néanmoins intéressantes (en particulier la résistance de traction). Les fibres
de verre, constituées essentiellement de silicate, ont un diamètre d’environ 10 micron et
sont des matériaux isotropes.

• Les fibres d’aramide :

Dont la plus connue est le kevlar, ont de bonnes propriétés en traction et une
excellente ténacité d’où leur usage pour la fabrication de gilet pare-balles. Le diamètre
d’une fibre d’aramide est du même ordre de grandeur que celui d’une fibre de
verre.

• Fibres céramiques :

Comme les fibres Sic, présentent une bonne stabilité des propriétés sa haute température
(de 500°C à 1600°C). Le diamètre de ces fibres est important (100 microns) et elles
présentent un comportement anisotrope. Leur cout de fabrication est très élevé [6].

1.3.2.2. Les fibres naturelles Il existe une grande variété de fibres naturelles
classées en trois grandes familles selon leur nature (végétale, animale, minérale),dans le
cadre de ce mémoire nous nous intéressons au type végétal [7] .
• Fibres végétales :

Comme le chanvre ou le coton, présentent des propriétés mécaniques faibles mais ont
un cout de fabrication dérisoire en regard des autres types de fibre. On notera que le
module de traction d’une fibre de chanvre est du même ordre de grandeur (E ≈ 70GPa)
que celui d’une fibre de verre, pour un cout bien moindre. La résistance de traction
est toutefois 5 fois inferieure. Ces matériaux sont utilisés dans l’industrie navale,
l’industrie automobile ou le génie civil pour des applications présentant un fort
aspect écologique [8].

Fig. 1.4 : Types de renfort.

Fig1.5: Exemples de t issus de renforts utilisés pour les CMO haute


performance
: (a) verre, (b) carbone, (c) aramide (Kevlar) .
Fig1.6: Les structures géométriques des composites : (a) f ibres longues,
(b) f ibres courtes, (c) particules.

1.4. Classification des matériaux composites :

Selon leur taux d'utilisation qui a augmenté remarquablement au cours des dernières
décennies, les composites sont classés en deux grandes catégories : les composites à grande
diffusion et les composites à haute performance.

1.4.1.Les composites à grandes diffusion GD :

Les matériaux composites à grande diffusion occupent Une portion de 95% des
composites utilisés. Ce sont en général des plastiques armés ou des plastiques renforcé
, le taux de renfort est de 30% . Dans 90% des cas l'anisotropie n'est pas maîtrisée car
les renforts sont des fibres courtes . Les principaux constituants de bases sont les
résines polyesters avec des fibres de verre avec la simplicité du principe d'élaboration des
matériaux (moulage par contact, SMC et injection ) ce qui rend leurs coûts voisins .

1.4.2.Les composites à hautes performances HP :

Les matériaux composites dits " hautes performances HP " présentant des
propriétés mécaniques spécifiques élevées et un coût unitaire important, ce sont les
plus employés en aéronautique et dans le spatial. On peut créer toutes sortent de
matériaux différents qui peuvent être utilisés dans des applications bien différentes. En
aéronautique, plusieurs types de matériaux composites sont utilisés dans les différentes
structures d'un avion, car aucun ne peut présenter toutes les caractéristiques
indispensables du fonctionnement de l'élément considéré.
Le développement effectif de tels matériaux a débuté en 1975 pour servir dans
l'aviation militaire mais s'est peu à peu étendu dans le domaine de l'aviation civile,
Aujourd'hui ; il peut couvrir plus de 50% de la structure d'un aéronef [9].

I.5. Avantages et inconvénients des composites :

Les composites sont préférés à d’autres matériaux parce qu’ils offrent des atouts liés
à:

• Leur légèreté

• Leur résistance à la corrosion et aussi à la fatigue

• Leur insensibilité aux produits comme les graisses, les liquides hydrauliques, les
peintures et les solvants ;

• Leur possibilité de prendre plusieurs formes, d’intégrer des accessoires et permettre


la réduction de bruit.

Cependant certains inconvénients freinent leur diffusion :

• les coûts des matières premières et des procédés de fabrication;

• la gestion des déchets engendrés et la réglementation de plus en plus stricte. L’industrie


des matériaux composites doit donc aujourd’hui relever certains défis tels que :

• la maîtrise des émanations de produits organiques volatiles, par exemple le


styrène;

• La maîtrise des procédés de transformations et des performances des matériaux qui sous-
entend une très bonne connaissance des constituants mis en place;

• La mise en place de technologies et des filières pour la gestion des déchets en fin de
vie qui est la partie la plus difficile à satisfaire en raison du caractère thermostable de la
plupart des composites.

De plus, dans ce dernier point, le recyclage est actuellement très limité parce que
le broyage ou les autres procédés sont très couteux et fournissent une matière de faible
qualité. Ces quelques inconvénients et défis à relever, ont poussé les chercheurs et les
pouvoirs publics à investir et orienter les recherches vers les ressources
renouvelables et biodégradables [10] .
1.6. Domaine d’application :

Les excellentes performances mécaniques des matériaux composites fibres résine en termes
de caractéristiques spécifiques en font des matériaux attrayants pour l’utilisation dans
les structures. En outre, l’intérêt de ces matériaux réside dans leur anisotropie
aisément contrôlable par le concepteur qui peut ainsi ajuster la rigidité et la résistance
en fonction des sollicitations extérieures. Ainsi l'immense avantage des matériaux
composites est de pouvoir être optimisé pour chaque application : on peut placer le
renfort exactement où il est nécessaire. Cette optimisation résulte en une grande
performance de ces matériaux, qui sont souvent de loin les plus légers pour une résistance
mécanique spécifiée. Cependant ils restent très chers à fabriquer.

Leurs domaines d’application sont :

•Électricité et électronique.

•Bâtiment et travaux publics.

•Transports routiers, ferroviaires, maritimes, aériens et spatiaux (notamment militaire).

•Santé (instrumentation médicale).

•Sports et loisirs (skis, raquette de tennis, planche à voile, surf, club de golf, aviron,).

Ainsi on note que les matériaux composites sont surtout utilisés pour des applications
où une haute performance est recherchée et où le prix n'est pas le facteur
primordial [11].

1.7. Conclusion

L’objectif des producteurs des matériaux composites est de concurrencer et de surpasser


les métaux qui, de leur côté, ne cessent d’optimiser leurs propres caractéristiques. La
diversité des matériaux composites et leur souplesse, qui permet de fabriquer ou de
composer des caractéristiques à la carte, rendent cet objectif légitime. Pour atteindre
ces objectifs, ce secteur doit se développer par l’innovation. Les composites trouvent
leurs principales applications dans le transport, le bâtiment, l’aérospatiale, etc. Ces
applications nécessitent une connaissance des propriétés thermo physiques et des
méthodes de mesures de ces matériaux, ce qui fait l’objet du prochain chapitre [12] .
Références bibliographiques du chapitre 1

[1]Boudaoud Abdallah&Mouhoub Youba , Matériaux Composites Homogénéisation


des matériaux composites à deux phases, Mémoire de Master 2, Université de
Bejaïa , 2019/2020 .

[2] Bakhouche Hibat Erahmane, Elaboration et Caractérisation Numérique de


Biocomposite à Matrice Époxyde et Renfort Fibres Sisal, Mémoire de Master 2,
Université Larbi Tébessi – Tébessa, 2020 .

[3] Khaldoune Abd Raouf , Effet des paramètres d’élaboration sur les
Comportements mécanique d’un bio-composites, Mémoire de Master 2, Université
Mohamed Boudiaf – M’sila, 2016 .

[4] Adjel Hamza, Étude Et simulation Numérique du champ de contraintes dans


une plaque composite stratifiée soumise à un champ de traction, Mémoire de
Master 2, Université Larbi Tébessi- Tébessa, 2014.

[5] Bouchareb Samira &Boucherit Boumediene, Tissage de Fibres Végétales


pour Caractérisations mécaniques des Composites Bidirectionnels, Mémoire de
Master 2, Université Mohamed Boudiaf - M'sila, 2018.

[6] Adjel Hamza, Étude Et simulation Numérique du champ de contraintes dans


une plaque composite stratifiée soumise à un champ de traction, Mémoire de
Master 2, Université Larbi Tébessi - Tébessa, 2014.

[7] Malki Mohamed &NoualiHacene, Etude du Vieillissement de matériaux


composites à base de PVC et de fibres Végétales, Mémoire de Master 2,
Université Mouloud Mammeri de TIZI - OUZOU, 2018.

[6] Adjel Hamza, Étude Et simulation Numérique du champ de contraintes dans une
plaque composite stratifiée soumise à un champ de traction, Mémoire de Master 2,
Université Larbi Tébessi - Tébessa, 2014.

[9]Semsari Bilel , Étude Et simulation d’un composites Aéronautique à base de


fibre de carbone et matrice époxy , Mémoire de Master 2 , Université Blida 1 ,
2019 .
[10] Haddadi Manel , Étude Numérique avec comparaison expérimentale des
propriétés thermophysiques des matériaux composites à Matrice polymère ,
Mémoire de Master , Université El Hadj Lakhdar – Batna , 2010/2011 .

[11] Boudaoud Abdallah &Mouhoub Youba , Matériaux Composites


Homogénéisation des matériaux composites à deux phases , Mémoire de Master 2 ,
Université de Bejaïa , 2019/2020 .

[12] Haddadi Manel , Étude Numérique avec comparaison expérimentale des


propriétés thermophysiques des matériaux composites à Matrice polymère ,
Mémoire de Master , Université El Hadj Lakhdar – Batna , 2010/2011 .
Chapitre
2

CHAPITRE

2 LES

FIBRES

VEGETALES

14
2.1 Introduction
Les composites à base de fibres comme le verre ou le Carbonne ont permis de
grandes innovations en allégeant le poids des structures, leur production est cependant
énergivore. Le développement des fibres organique a été l'origine d'une grande famille de
fibres qui possède des propriétés reliant surtout une grande rigidité axiale à une
faible densité.

C’est pourquoi les recherches ces dernières années portent sur des solutions alternatives
issues directement des végétaux. Des solutions inspirées de la nature tout en la respectant.
Bien que le recours aux fibres végétales n’est pas nouveau, d’après M. Supran Salit les
égyptiens auraient utilisé des composites de fibres naturelles, fabriqués à partir de paille et
d’argile il y a environ 3000 ans [1].

Dans ce chapitre nous allons découvrirons ces fibres théoriquement, et aborder leur
structure, leur composition chimique, ainsi que leur propriété et leurs avantages, et on
finit par leurs domaines d’applications.

2.2. Les fibres naturelles :

Les fibres naturelles sont des structures biologiques principalement composées de cellulose,
hémicelluloses et lignine. Elles contiennent aussi des extractibles, des protéines et
certains composés inorganiques en faibles proportions. Les fibres végétales trouvent
beaucoup d’applications dans le domaine du textile (habillement, ameublement). Vu
leurs propriétés mécaniques spécifiques et leur caractère renouvelable, elles
commencent à trouver des débouchés dans d’autres secteurs d’activité industrielle
(emballage, automobile). Les fibres naturelles sont classées en fonction de leurs
origines en [2] :

Les fibres minérales :

Elles sont longueur limitée, à l’exception des types particuliers tels que ceux de l’amiante,
qui sont maintenant connus par leur caractère toxique et nuisible pour la santé
humaine (cancérogénité). Aujourd’hui il est devenu strictement interdit de l’utiliser
quel que soit la façon [2].

Les fibres animales :

Ce sont les plus utilisées dans la fabrication des textiles par les filateurs à main, comme
la laine de mouton et la de soie. Toutes les fibres animales ne sont pas les mêmes
propriétés, et même au sein d’une même espèce, la fibre n’est pas homogène [2].
Les fibres végétales :

Les fibres végétales sont des matériaux filamenteux issus de la biomasse .Elles
peuvent être extraites des fruits, de la tige ou de la feuille d’une plante cultivée, des
arbres et des herbes
.Elles sont susceptibles d’être filées pour fabriqués des fils et des cordes. Elles sont
tissées, tricotées ou tressées pour confectionner des textiles indispensables aux besoins
quotidiens de la société .La fibre végétale présente une variabilité très importante en
fonction de leur origine. En effet ; les dimensions des filaments végétales dépendent de
l’état de maturité et aussi des conditions environnementales de croissance de la plante. La
variabilité du diamètre peut être très importante le long de la mémé fibre végétale.
L’utilisation de fibres végétales (bois, lin, chanvre) comme éléments de renfort dans
les matériaux polymères, thermoplastiques ou thermodurcissables, en remplacement des
fibres de verre, est un concept déjà industrialisé et commercialisé. On trouve ces
composites dans les meubles de jardin, les plaintes et huisseries, les pièces d’habillage
intérieur d’automobiles de toutes marques. Une partie du compartiment de roue de
secours de la Mercedes classe A est constituée d’un composite mélangeant
polypropylènes et fibres d’abaca, une espèce de bananier. L’idée de remplacer les fibres de
synthèse, comme les fibres de verre, le renfort dominant sur le marché, n’est pas nouvelle.
Mais dans un contexte dit de développement durable ou le recours à des ressources
renouvelables est encouragé, ce remplacement est désormais considéré comme une voie
sérieuse et prometteuse [2].
Coton
Graine

Kapok

Sisal
Feuille

Abaca

Les fibres végétales

Fruit
Coco

Chanvre
Tige (Liberiennes)
Lin

Ramie

Mais

Tige (dures)
Alfa

Bambou

Figure 2.1 : Classification des fibres végétales selon l'origine [1].


2.3. Les principales plantes utilisées pour la production des fibres :

Parmi les fibres les plus utilisées à nos jours ; il y a le jute dont le cout de sa production
est le moins chéré après la fibre de coton , aussi, il y a la fibre de Lin, le chanvre , le
Kenan, le sisal et la ramie [3] :

• Le kénaf (ou Hibiscus hemb) : il provient d’une plante, appelée aussi dah,
cultivée aux Indes, en Afrique et dans l’ile de Java. La fibre de kénaf a des
qualités comparables à celles du jute [3].
• Le jute: fibre extraite de la tige de la plante du même nom cultivée en zone
tropicale, du genre Corchorus appartenant à la famille des Tiliacées. Il peut être
utilisé pour des revêtements de sol [3].
• Le sisal : fibre extraite des feuilles d’un agave originaire du Mexique du genre
Agave appartenant à la famille des Tiliacées. Il peut être utilisé pour des
revêtements de sol [3].
• Le Lin : fibre extraite de la tige de la plante du même nom cultivée en zone
tempérée, du genre Linus appartenant à la famille des Linacées [3].
• Le chanvre : fibre extraite de la tige de la plante du même nom cultivée en
zone tempérée, du genre Cannabis appartenant à la famille des Cannabinacées
[3].
• Le coton : fibres extraites des fruits des cotonniers, plantes cultivées en
zone subtropicale à tropicale, du genre Gossypium appartenant à la famille des
Malvacées [3].
• Le coir de la noix de coco: les fibres sont prélevées dans le coir (mésocarpe
fibre) de la noix de coco et sont utilisées en corderie et en sparterie (objet tissé,
vanné ou tressé) [3].
• L’alfa : du genre Stipa, les fibres sont extraites du limbe de la feuille, très utilisée
dans l’industrie de la papeterie. En Algérie elle colonise les ZONE arides et
semi-arides [3].
Autres fibres aussi existent sur le marché mondial [3] :
• Abaca
• Bambou
• L’agave
• Fibre de coco (extraite de l’écorce de noix de coco).
Quelques tissus de différentes fibres végétales [4] :

Chanvre Jute Sisal

Lin Coton
Coc
o

2.4. Structure et morphologie d’une fibre végétale :

Une fibre présente les parties suivantes :

- La lamelle mitoyenne M d’épaisseur de 0.5 à 2 μm en périphérie qui est commune


aux cellules voisines. Elle est composée principalement de lignine (70%) associée à
d’autres composés organiques telles les hémicelluloses, la pectine, la cellulose. La lamelle
mitoyenne soude les fibres les unes aux autres et leur confère une grande rigidité grâce
à la présence de la lignine [1].

- La paroi primaire P, très mince (0.03 à 0.1 μm) est souvent confondue avec la lamelle
mitoyenne. Elle est constituée d’une structure fibrillaire enrobée dans un mélange de lignine,
de pectines et d’hémicelluloses. - La paroi secondaire, principale partie de la fibre
qui comprend trois parties distinctes [1] :

- La paroi externe S1 mince (0.1 à 0.2 μm) dans laquelle les fibrilles sont enroulées en
hélices parallèles, de sens opposés (une couche dans un sens, l’autre couche
croisée) [1].

- La paroi centrale S2, de beaucoup la plus épaisse (0.5 à 8 μm). Les fibrilles sont
disposées en hélices parallèles, la rigidité de la fibre dépend de l’épaisseur de cette
paroi [1].
- La paroi interne S3 (appelée paroi tertiaire) ; mince (0.04 à 0.1 μm), voisine du
lumen W. Entre les fibres, il existe des espaces qui sont partiellement composés de
lignine et d‘hémicelluloses [1].

Figure2.2 : Structure d’une fibre végétale [1].

Dans les plantes, la fibre contribue à des fonctions essentielles pour son développement
: soutien et conduction. Elle est donc poreuse et certains liquides et gaz peuvent y
pénétrer. Sa morphologie peut être influencée par plusieurs facteurs comme les saisons et
les contraintes. Des différences de morphologie fibreuse ont également été observées
suivant l’âge de la fibre [1].
2.5. La composition chimique des charges végétales :

Les fibres naturelles se composent principalement de cellulose, d’hémicellulose et de


lignine. Elles contiennent aussi des quantités faibles en protéines, extractibles et quelques
composés inorganiques. La proportion de cellulose, d’hémicellulose et de lignine varie
d’une espèce à une autre [5].
a) Cellulose

La cellulose de formule brute (C6H10O5) n est le constituant qui assure la protection et


le soutien dans les organismes végétaux. Elle se situe dans la paroi des fibres et
constitue la substance organique la plus abondante dans la nature puisqu’on estime sa
production mondiale à environ 1,3.1010 tonnes par an. A l’échelle d’un arbre cela
correspond à la formation de 10 g de cellulose par jour. La cellulose est un
homopolysaccharide composé d'unités β -D-glucopyranose liées entre elles par une
liaison glycosidique β. D’un point de vue chimique, la cellulose est une molécule formée
de longues chaînes dont le motif de base est le glucose [5]

Figure 2.3: Schéma de molécules de cellulose avec ses liaisons hydrogène [6].

b) Hémicellulose
Les hémicelluloses sont des polysaccharides, qui se trouvent dans tous les
végétaux caractérisés par des masses molaires beaucoup plus faibles que celle de la
cellulose et par des structures moins régulières à la fois par la présence de différentes
unités dans leurs chaînes et/ou de ramifications. Si l’on considère que le bois est un
matériau composite dans lequel la cellulose est la fibre de renfort et la lignine est la
matrice, les hémicelluloses jouent le rôle de comptabilisant à l’interface entre ces
deux éléments [5].

Figure 2.4: Exemple de structure hémicellulose [5].


c) Pectine :
La pectine, substance dérivée de glucides complexes, analogue à l'amidon, produite
par de nombreux végétaux. Les pectines sont des substances amorphes blanches qui
forment dans l'eau une solution visqueuse [5].

Figure 2.5: (a) Le réseau de pectine, (b) L’interaction de calcium avec la pectine [5].

d) Lignine
Les lignines sont des polymères d'hydrocarbures complexes avec des constituants à la
fois aliphatiques et aromatiques. La lignine participe à la rigidité structurale des parois
cellulaires et protège les plantes contre l’attaque des organismes pathogènes. Ses propriétés
mécaniques sont plus faibles que celles de la cellulose. Elle est totalement amorphe
et de nature hydrophobe. C’est le composé qui donne de la rigidité à la plante. De
même la lignine est considérée comme un polymère thermoplastique, présentant une
température de transition vitreuse d'environ 90°C et une température de fusion de
l'ordre de170°C. Elle n'est pas hydrolysée par les acides, mais soluble dans l'alcali chaud,
s'oxyde facilement et est aisément condensable avec du phénol. L’autre caractéristique
commune à toutes les lignines est la présence de fonctions OH aliphatiques mais là
aussi, leur fréquence varie considérablement selon l’origine de polymère. Il est
important de souligner que dans le végétal, la lignine est liée au polysaccharide par des
liaisons covalentes qui améliorent le caractère adhésif de l’interface entre cette matrice
et les fibres cellulosiques. Cette comptabilisation est assurée par l’hémicellulose [5].
Figure 2.6 : Représentation schématique de structure de la lignine [5].

e) La cire :
Les cires sont des composantes des fibres végétales qui peuvent être extraites avec
des solutions organiques. Elles sont constituées de différents types d’alcools insolubles
dans l’eau et de plusieurs acides comme l’acide palmitique, l’acide oléagineux et l’acide
stéarique [1].

Figure 2.7 : Structure et modèle moléculaire de l'acide palmitique [1]


Fibre Cellulose (%) Lignine (%) Hémicellulose(%) Pectine (%)
Kénaf 37 - 49 15 - 21 18 - 24 -
Jute 41 - 48 21 - 24 18 - 22 -
Chanvre 57 - 77 3 .7 - 13 14 - 22.4 0.9
Ramie 68.6 - 91 0.6 - 0.7 5 - 16.7 1.9
Sisal 47 - 78 7-9 10 - 21 10
Lin 71 2 .2 18.6 - 20.6 2.3
Coton 94 - - 1.2
Noix de coco 36 - 46 31 - 45 10 3–4

Tableau 2.1: Composition chimique des fibres végétales [5].

2.6 Méthodes d’extraction des fibres végétales :

L’extraction de fibres végétales est un procédé classique. Le filage des fibres nécessite
des transformations : extraction et purification la matière première ou brute en une
forme filable. Vu la diversité des matières brutes, le procédé d’extraction diffère d’un
type à l’autre. Par contre, d’autres types se récoltent sous forme de tiges. Donc
l’extraction des fibres ultimes (filables) est nécessaire. Au cours de l’extraction, on
élimine les liants comme les pectines et la lignine. Les fibres obtenues sont appelées les
fibres ultimes. Selon la nature et le domaine d’utilisation des fibres, de différents
types de traitements sont proposés [6] :
Mécanique, chimiques et biologiques (bactéries et enzymes).
Les différentes techniques d’extraction sont [6] :
a) Rouissage biologique :
C’est une méthode d’extraction traditionnelle. Le principe repose sur l’utilisation des
bactéries de l’environnement pour dissoudre les extractibles. Certaines bactéries, telles que
Clostridium, utilisées lors du rouissage à l’eau et certains champignons comme
Fusariuslaterium, sont utilisées lors du rouissage à la rosée. Ces derniers se sont
révélés très efficaces pour l’élimination des substances non cellulosiques des plantes
et libérer à fibre. Malgré le temps d’extraction relativement long, le rouissage
atmosphérique fournit des fibres de qualité. On note que le contrôle de la qualité de
la fibre n’est pas aisé [6].
b) Rouissage chimique :
Des solutions alcalines ou acides doux sont souvent utilisées pour le rouissage L’introduction
des enzymes accélère le processus de libération de la fibre. L’alcali le plus utilisé est la
soude caustique, Les acides doux comme l’acide sulfurique oxalique en combinaison
avec un détergent sont aussi utilisés pour l’extraction des fibres.
On note que la proportion des constituants de la solution de traitement détermine la
qualité des fibres extraites [6].
c) Rouissage mécanique :
La séparation mécanique quant à elle utilise des machines à décortiquer : le
vapocraquage, l’ammoniaque et le processus Tilby. Cette dernière se révèle efficace
notamment dans l’extraction des fibres de canne à sucre, de maïs et d’autres plantes
cellulosiques. L’avantage de ce processus est de réaliser une extraction sans
désintégration des constituants [6].

Techniques d’extraction
des fibres

traditionnel mécanique Chimique biologique

Rouissage Rouissage Rouissage Décoration


atmosphère atmosphère mécanique

mécanique mécanique mécanique Biologique


enzimes

cotonisation Chimique

Figure 2.8 : Techniques d’extraction des fibres végétales [6].


2.7 Principaux avantages et inconvénients des fibres végétales :

Les avantages et les inconvénients des fibres végétales en tant que renfort de
matériaux polymères sont présentés [7].

Avantages Inconvénients
✓ Faible coût. ✓ Absorption d’eau. - Pour des
✓ Biodégradabilité. applications industrielles, nécessite
✓ Neutre pour l’émission de CO2. de gestion d’un stock.
✓ Pas de résidus après incinération. ✓ Fibres anisotropes.
✓ Ressource renouvelable. ✓ Faible stabilité dimensionnelle.
✓ Propriétés mécaniques ✓ Renfort discontinu.
spécifiques Importantes (résistance ✓ Faible tenue thermique 200 à 230°C
et rigidité). ✓ Variation de qualité en fonction
du
✓ Non abrasif pour les outillages.
lieu de croissance, des conditions
✓ Pas d’irritation cutanée lors de la
météorologiques.
manipulation des fibres

Tableau 2.2 : Les avantages et les inconvénients des fibres végétales [7].

2.8 Application des composites à base des fibres végétales :

L’utilisation des matériaux composites s’incrit dans une démarche d’éco-conception.


On note enfin le développement de granulés thermoplastiques renforcés par des fibres
naturelles végétales est utilisé dans différents domaines (cosmétique, automobile,
horticulture, électroménager, mobilier urbain, outillage…) [8] .
a) En automobile :
Les principales applications sont les suivantes: garnissage des coffres, revêtements
pour plancher, revêtement pour paroi intérieur (habillage des toits d'habitacle par la
technique de contre collage/compression), revêtement pour avant et arrière, revêtement
pour passage de roue, revêtements de garnissage pour plage arrière, habillage de sièges,
garnitures, housse, rembourrages en mousse, filtre à huile (pour la transmission),
moquette de garnissage des panneaux de portières, capitonnage des panneaux de
portières routières et ferroviaires, tableaux de bord (injection de granulés)[8].
Mercedes-Benz à Bayer, utilisait des composites à fibres de lin et de sisal pour les
garnitures intérieures des portières de la Mercedes classe [8].

Mégane: Les constructeurs Français présentent la tablette arrière de la Mégane, les


panneaux de portes de l’habillage du coffre de la Xantia[8].

AUDI: Dossier de siège, panneaux des portières latérales et arrières, garnitures de


coffre, revêtement de roue de secours dans les modèles suivants : A3, A4, A6, A8,
A4 [8].

BMW: Panneaux de portière, garnitures de pavillon, garnitures de coffre, dossiers de


siège dans les modèles suivants: séries 3, 5 et 7 [8].

Volkswagen: Panneaux de portières, dossiers de siège, panneau de finition du couvercle du


coffre, garnitures de coffre dans les modèles suivants: Golf, Passat, Bora [8].

OPEL GM: Panneaux de pavillon, panneaux de portières, panneau de revêtement des


montants, groupe d'instruments, dans les modèles suivants: Vectra, Astra [8].

Ford: Panneaux de portières, montant central, garnitures de coffre dans les modèles
suivant : Mondeo, Focus, Zafira. Fiat: Punto, Brava, Marea, Alfa Romeo 146, 156 [8].

Fiat: Punto, Brava, Marea, Alfa Romeo 146, 156 [8].


b) En construction :
Les fibres végétales sont utilisées comme renfort de matériaux, notamment d'isolation,
de produits en ciment [8].
c) Autres application :
Les palettes, le mobilier (table de camping Lafuma ou chaise IKEA), et
FUTURAMAT, une société Française, produit des pièces techniques en résine
thermoplastique renforcée de fibres de bois (ainsi que des matériaux biodégradables à
base de farines céréalières)[8].
2.9 Conclusion :
Dans ce chapitre nous avons présenté des généralités sur les fibres végétales, et effectué
une synthèse sur leur caractéristique et extraction et leurs emplois.
Références bibliographiques du chapitre 2 :

[1]KHIRI AMEL & BOUCHIBA MARIA, Effet techniques d’extraction des fibres
végétales sur leurs caractéristiques physiques, chimiques et mécaniques, Mémoire
Master Académique, Université Mohamed Boudiaf – M’sila, 2018 /2019.

[2] BAKHOUCHE Hibat Erahmane, Elaboration et Caractérisation Numérique de


Biocomposite à matrice Epoxyde et Renfort Fibres de Sisal, Mémoir Master 2,
Université Larbi Tébessi – Tébessa, 2020.

[3] AIZI Djamel Eddine Extraction, caractérisation morphologique, physico-


chimique et mécanique des fibres caulinaires de Retama monosperma L.Boiss ,
Mémoire Doctorat, Université des Sciences et de la Technologie d’Oran Mohamed
Boudiaf, 2016/2017.

[4]glossaire des Matériaux composites Renforces de fibres D’origine Renouvelables


–Actualisation décembre 2006 - .

[5] BENAKLI Iméne & HAMANI Fazia Etudes des Biocomposites à base des
polymère Biosourcé PHBV et Fibres Alfa, Mémoire de Master2, Université A.
MIRA – BEJAIA, 2016.

[6] MEKIDECHE Salih VALORISATION DES DECHET COMME


CONSTITUANTS DES BIO-COMPOSITES, Mémoire de Master, Université
Mohamed Boudiaf – M’sila, 2017/2018.

[7] YAHI Fatima Zahra Caractérisation physique d’une fibre végétale (le DISS),
Mémoire de Master 2, Université Mohamed Boudiaf – M’sila, 2016.

[8] FADEL Ahlem Influence des diverses modifications du Genet d’Espagne sur
les propriétés mécanique, rhéologiques, Mémoire de MAGISTER, Université Sétif-1,
2014..
CONCLUSION
GENERALE
CONCLUSION GENERALE :

Les différents types de matériaux composites se définissent en fonction de la nature


delà matrice qui pourra être de type organique, métallique ou céramique.

Les propriétés mécaniques des matériaux composites sont influencées principalement par

L’adhérence entre la matrice et les fibres ; et l’utilisation des renforts pour


l’élaboration de matériaux composites impose de bonnes connaissances des propriétés
physiques et chimiques de ces matériaux [7], les matériaux composites à base des fibres
sont économiques et écologiques.

Les fibres végétales sont une alternative très intéressante aux fibres synthétiques Où
elles présentent plusieurs avantages prometteurs pour l’utilisation dans des applications
composites

Tels que l'isolation thermique et acoustique et tant d’autres encore [9].

Les fibres végétales ont une structure complexe et une composition chimique variable qui

est fortement influencée par différents facteurs tels que : les conditions climatiques, l’âge
de la plante et la nature de sol ; ce qui les rend difficile à étudier, en outre, la forte
capacité d’absorption d’eau et les propriétés inappropriées des composants non
cellulosiques limitent leur utilisation en tant que renfort, ainsi il faut traiter les fibres pour
les extraire, tandis que la cellulose est le composant principal de la fibre et le
responsable de la rigidité et de la résistance à la traction mécanique [9].

La disponibilité des fibres végétales dans le monde entier contribue à l'augmentation


de leur utilisation [9].

Les fibres naturelles en générales ont de meilleures propriétés mécaniques que les
fibres synthétiques.

29
Référence bibliographique de conclusion générale :

[7] YAHI Fatima Zahra Caractérisation physique d’une fibre végétale (le DISS),
Mémoire de Master 2, Université Mohamed Boudiaf – M’sila, 2016.

[9] BOUGHEDIRI Sara Réalisation d’un nouveau matériau biocomposite à base


de matrice résine, Mémoire de Master2, Université de Biskra, 2019.

Vous aimerez peut-être aussi