Vous êtes sur la page 1sur 5

Ecole Nationale Polytechnique

Département de Génie Civil


Laboratoire de Génie Civil
TP M.D.C

Année Universitaire : 2010 / 2011


Consistance et prise du ciment

Généralités :

Le ciment est un produit moulu du refroidissement du clinker qui contient un


mélange de silicates et d’aluminates de calcium porté à 1450 – 1550 °C, température de
fusion.
Le ciment usuel est aussi appelé liant hydraulique, car il a la propriété de s’hydrater
et de durcir en présence d’eau et par ce que cette hydratation transforme la pâte liante,
qui a une consistance de départ plus ou moins fluide, en un solide pratiquement
insoluble dans l’eau. Ce durcissement est dû à l’hydratation de certains composés
minéraux, notamment des silicates et des aluminates de calcium.
L’expression de «pâte de ciment durcissant» sera utilisée pour désigner la pâte de
ciment dans la transformation d’un état plus ou moins fluide en un état solide.

Consistance normale (Pâte normale) : NF P15 - 402

I/Objectif de l’essai
La consistance de la pâte caractérise sa plus ou moins grande fluidité.
Il y a deux types d’essai, qui permettent d’apprécier cette consistance :
1. L’essai de consistance effectué avec l’appareil de Vicat conformément à la norme 196-
3.
2. L’essai d’écoulement au cône, conformément à la norme NF P-18-358.
La consistance de la pâte de ciment est une caractéristique, qui évolue au cours de
temps. Pour pouvoir étudier l’évolution de la consistance en fonction des différents
paramètres, il faut pouvoir partir d’une consistance qui soit la même pour toutes les
pâtes étudiées.
L’objectif de cet essai est de définir une telle consistance dite « CONSISTANCE
NORMALISEE ».
II/ Principe de essai :
La consistance est évaluée ici en mesurant l’enfoncement dans la pâte, d’une tige
cylindrique sous l’effet d’une charge constante. L’enfoncement est d’autant plus
important que la consistance est plus fluide. La consistance évaluée de cette manière
sera appelée « CONSISTANCE VICAT».

III/ Equipement nécessaire :


- Un appareil de VICAT.
-Une spatule
- Une balance permettant de peser à 1 g pré.
- Une Chronomètre précis à 1 s près.
-Une éprouvette graduée (250ml).

IV/ Conduite de l'essai :


1ere expérience :

On prend 350g de ciment portland et puis on ajoute une quantité d’eau (112g). on
introduit la pate dans le moule, et puis on met le moule sur l’appareil de VICAT, Jusqu'à
ce que l’aiguille s’arrêt.

2ere expérience :

Après le gâchage de mélange de ciment (60% du ciment rapide(CPA) +40% du ciment


portland), on introduit la pate dans le moule, et puis on met le moule sur l’appareil de
VICAT, en fait baisser l’aiguille brusquement sur la pate et on déclenche le chronomètre
jusqu'à l’aiguille s’arrêt a 4mm a partir du fond pour avoir le temps du début de prise. On
attend jusqu'à l’aiguille ne s’enfonce plus et on prend le temps de fin de prise.
V/ Résultats des essais  :

1ere expérience :

L’aiguille elle s’arrête à 4mm

2ere expérience :

Début de prise à : 7,50 s

Fin de prise à : 12,16 s

VI/ Conclusion :

 La quantité d'eau qu'il faut ajouter au ciment doit être comprise entre 25 à 30%,
dans notre cas, on a une pâte normale (6mm) à 32% d'eau, cela est due à :

* l'erreur de la lecture sur le cylindre gradué.


*Une SSB du ciment utilisé très élevée.

 Car l’aiguille arrête à 4mm il faut refaire l’expression en 2eme essaie avec moine
d’eau.
 Le temps de début et fin de prise.

Vous aimerez peut-être aussi