Vous êtes sur la page 1sur 16

Université Abou Bekr Belkaid-Tlemcen

Faculté de technologie
Département génie mécanique

 Compte rendu :

Pendule de Pohl

 Réalisé par :
Mehiaoui Soumicha

 Groupe :
 G31
I. Introduction :
Le pendule tournant de Pohl est un pendule de torsion qui décrit
des mouvements oscillatoires d’enroulement et de déroulement et
de déroulement d’un ressort en spirale autour de son axe. Ce
système est muni d’un frein à courant de Foucault (amortissement
réglable), et d’un moteur pour entretenir les oscillations.

II. Matériels Utilisés :


Un pendule de Pohl - du nom de son inventeur, le physicien
allemand Robert Wichard Pohl - est constitué de :

1. un disque en rotation autour de son centre.


2. un ressort spiral, qui exerce un couple mécanique qui tend à
ramener le disque vers sa position d'équilibre.
3. un pointeur placé sur le disque qui permet de repérer les
écarts angulaires.
4. un moteur, relié au ressort spiral, qui forcer les oscillations à
une fréquence ajustable par l'utilisateur.
5. un frein électromagnétique, permettant de régler l'effet
d'amortissement (par courants de Foucault).

2
III. Objectif :

Etudier les oscillations libres amorties et forcées, puis


l’influence de l’amortissement sur l’amplitude maximale en
fonction de la fréquence (phénomène de résonnance) du
pendule de Pohl.
 Déterminer la période d'oscillation et la fréquence
caractéristique dans le cas d'oscillations non amorties.
 Déterminer la période d'oscillation et la fréquence
caractéristique correspondante pour différentes valeurs
d'amortissement. Les amplitudes maximales successives et
unidirectionnelles seront représentées graphiquementen
fonction du temps. Le coefficient d'atténuation, la constante
d'amortissement et le décrément logarithmique
correspondants seront calculés.
 Réaliser le cas apériodique et le cas limite apériodique.
 Déterminer et représenter graphiquement les courbes de
résonance à l'aide des valeurs d'amortissement de A.
 Déterminer les fréquences de résonance et les comparer
avec les valeurs de la fréquence de résonance déjà calculées.
 Observer le déphasage entre le pendule de torsion et le
couple extérieur de stimulation pour une faible valeur
d'amortissement, pour autant que, dans un premier cas, la
fréquence de stimulation soit largement inférieure à la
fréquence de résonance et que, dans un autre cas, elle soit
largement supérieure.

3
IV. Etude théorique :
L’équation différentielle générale qui régit l’amplitude a(t) du
mouvement oscillatoire amortie et excité du pendule tournant
est donnée par :

 C = Constante de torsion du pendule.


 J = moment d’inertie du pendule.
 β = constante d’amortissement dépendant du courant de freinage.

V. Manipulations :
4
A. Oscillations Libres :
A=0 ( pas d’excitation ) et ϒ=0 ( pas d’amortissement )

 On écarte le pendule d’une amplitude a initiale par rapport à


sa position d’équilibre et on le lâche sans vitesse initiale.
 On Mesure le temps « t » de « n » oscillations (n=5) avec un
chronomètre. La période propre du pendule est alors :
T0=t/n
On fera 3 mesures a=3,a=4,a=5, puis on prend la moyenne
de ces trois mesures d’où : f0=1/T0
-les résultats sont donnés par le tableau ci-dessous :
a 3 4 5
t (s) 8.59 8.61 8.76
T0 (s) 1.718 1.722 1.752
la moyenne 1.730
T0 (s)
la fréquence 0.578
propre f0(s-1)

B. Oscillations libres amorties :

5
Les solutions de cette équation dépendent du signe du
discriminent ∆’ de son équation caractéristique.
L’expérience est réalisée avec des faibles amortissements,
c’est à dire dans le cas : (régime oscillatoire amortie)

Figure 1 Mouvement oscillatoire faiblement amortie

-Pour différents courants de freinage I du générateur de


courant branché aux bornes des bobines, on écarte le pendule
d’une amplitude amax=10 (à t=0) et on lâche.
6
- On relève les amplitudes maximales des demis oscillations se
succédant sur le même cotés, puis on mesure le temps t de n
oscillations (n=5) correspondant d’où la pseudo période
T0=t/n.
-les résultats sont donnés par le tableau ci-dessous :

amax(t=0) amax(t=T) amax(t=2T) amax(t=3T) T=t/n


I=0.3 10 10.8 9.8 9 1.776
A
-8.2 -7.2 -6.8
I=0.7 10 9.6 7.2 5.2 1.710
A
-7.2 -4.8 -3.4
I=1 A 10 8.6 4.4 2.2 1.666
-6 -3.2 -1.2

Les valeurs négatifs représentent les amplitudes maximales


dans le coté opposé avec un décalage de T/2.

1) On trace les courbes : a(t)

Premier partie : quad on a I1=0.3 A


-les valeurs sont données dans le tableau ci-dessous :
7
amax 10 10.8 -8.2 9.8 -7.2 9 -6.8
T(s) 0 1.776 3.552 5.328
On obtient la courbe ci-dessous :
15

10

5
l'amplitude

0
0 0.1 0.2 0.3 0.4 0.5 0.6 0.7 0.8 0.9 1
l'amplitude en fonction du temps
-5

-10

-15

temps(s)

a. On déduit le décrément logarithmique : 


Le terme décrément logarithmique désigne la
mesure logarithmique de la décroissance périodique d'une
grandeur pseudo-oscillatoire, Elle est définie comme le
logarithme du rapport d'une grandeur à une date t sur la même
8
grandeur à la date (t + T), T représentant la pseudo-période de
la grandeur.
Soit une grandeur x(t) quelconque dont l'évolution au cours du
temps est donnée par :

Où T est la pseudo période du système. Si on appelle D le


décrément logarithmique de x on a par définition :

Notamment si le régime est pseudo-oscillatoire, alors f(t) peut


se mettre sous la forme :
Et on a :

Où τ est généralement appelé temps de relaxation ou constante


de temps du système
10.8
δ 1=ln ( )
9.8
=0.097

b. le coefficient d’amortissement : 

δ 1 0.01
λ 1= = =0.054
T 1.776

9
deuxième partie : quad on a I2=0.7 A
-les valeurs sont données dans le tableau ci-dessous :

amax 10 9.6 -7.2 7.2 -4.8 5.2 -3.4


T(s) 0 1.710 3.420 5.130
On obtient la courbe ci-dessous :
15

10

5
l'ampiltude

0
0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4 4.5 5 5.5 Valeur des Y
-5

-10

-15

le temps (s)

C. On déduit le décrément logarithmique : 

δ 2=ln ( 9.6
7.2 )
=0.287

d. le coefficient d’amortissement : 
δ 2 0.287
λ 2= = =0.167
T 1.710

10
Troisième partie : quad on a I3 = 1 A
-les valeurs sont données dans le tableau ci-dessous :

amax 10 8.6 -6 4.4 -3.2 2.2 -1.2


T(s) 0 1.666 3.332 4.998
On obtient la courbe ci-dessous :
15

10

5
l'amplitude

0
0 1 2 3 4 5 6 l'amplitude en fonction du
temps
-5

-10

-15

le temps(s)

e. On déduit le décrément logarithmique : 

δ 3=ln ( 8.6
4.4 )
=0.670

f. le coefficient d’amortissement : 
δ 3 0.670
λ 3= = =0.402
T 1.666

Remarque : I1 < I 2 < I 3 et λ 1 < λ 2 < λ3

C. Oscillations forcées non amorties :

11
Pour entretenir les oscillations libres(I=0), on utilise un moteur
à courant continu.
Un voltmètre raccordé aux bornes du moteur permet de
mesurer la tension d’excitation Uex qui est proportionnelle à la
fréquence d’excitation fex.
-On mesure le temps t de n tours (t=5Tex) .
-On déduit les valeurs d’étalonnage fex=f(Uex).
 les résultats sont donnés par le tableau ci-dessous :
Uex(volt) 4.5 5 5.5 6 6.5 7 7.5
t 14.98 13.72 12.07 11.01 10.11 9.56 8.84
Tex 2.996 2.744 2.414 2.202 2.022 1.912 1.768
T=5Tex 14.98 13.72 12.07 11.01 10.11 9.56 8.84
Fex=1/Tex 0.333 0.364 0.414 0.454 0.494 0.523 0.565
Fex/f0 0.576 0.629 0.716 0.785 0.854 0.904 0.977
I=0 ,amax/A 1.2 1.6 2 2.4 3.2 6.8 23.6

amax= amplitude maximale du pendule

12
A = amplitude maximale de l’excitateur
(Pour le réglage de la tension d’excitation, on utilisera les
potentiomètres gros réglage et réglage fin)
Remarque : En prenant pour Uex les valeurs allant de 4 à 8
volts, on localisera exactement la tension pour laquelle il y a
résonnance (amax très grand).
 On trace les courbes : amax/A=f (Fex/f0)

25

20

15
amax/A

10 amax/A=f (Fex/f0)

0
0.55 0.6 0.65 0.7 0.75 0.8 0.85 0.9 0.95 1

Fex/f0

13
D. Oscillations forcées amorties (équation générale)
Pour différents courants de freinage I du générateur de courant
aux bornes des bobines, on mesure pour chaque tension les
amplitudes max du pendule.
-les valeurs sont données dans le tableau ci-dessous :
Uex(volts) 4.5 5 5.5 6 6.5 7 7.5

fex/f0 0.576 0.629 0.716 0.785 0.854 0.904 0.977

I=0.3amax/A 1.2 1.6 2 2.4 4 8 14

I=0.7amax/A 1.4 1.6 2 2.4 3.2 4.8 6.4

I=1 amax/A 1.4 1.6 1.8 2 2.4 3.2 3.6

On trace les courbes : amax/A=f(fex/f0)


A partir de ces mesures, on peut représenter les courbes de résonance sous forme
graphique en reportant les amplitudes en fonction de fex/f0

4
amax/A (I=0,3A)
amax/A (I=0,7A)
3 amax/A (I=1A)

0
0 2 4 6 8 10 12 14 16 18

14
VI. Conclusion :
Si on laisse un système oscillant osciller
librement, on observe que la diminution des
amplitudes maximales successives est fortement
dépendante de l'amortissement. Si le système
oscillant est excité par un couple extérieur
périodique, on observe qu'à l'état d'équilibre
l'amplitude dépend de la fréquence et de
l'amplitude, du couple extérieur périodique et de
l'amortissement. La fréquence caractéristique des
oscillations libres ainsi que la courbe de
résonance des oscillations forcées pour
différentes valeurs d'amortissement seront
déterminées.

15
Merci pour votre aimable
attention

16

Vous aimerez peut-être aussi