Vous êtes sur la page 1sur 15

Chapitre 4: Taxe sur la valeur ajoutée (TVA)

La taxe sur la valeur ajoutée (TVA) est un impôt sur la consommation qui a été introduit au Maroc
dans le cadre de la réforme fiscale entreprise par le Maroc au sein du fameux programme
d'ajustement structurel. La TVA a été promulguée la première fois par la loi 30-85 du 20 décembre
1985 publiée au BO N° 3818 du 1/1/86 en remplacement de la taxe sur les produits et les services
(TPS) en vigueur depuis 1961 au Maroc. Mais depuis 2007, la TVA a été incorporée dans le Code
général des impôts (CGI) par la loi de finances 2007.

Le champ d'application de la TVA s'étend à toutes les opérations de nature commerciales,


industrielles, artisanales et de prestations de services réalisés sur le marché local ou à l'importation.
La TVA impose les produits et les services, de façon fractionnée, durant tout le cycle de production
et de commercialisation. Elle s'applique au prix de revient y compris tous les frais et droits liés à
l'opération à l'exception de la TVA elle-même.
En principe, la TVA est :
- Un impôt indirect : qui n’appréhende le revenu qu’au moment où il est dépensé.
- Un impôt réel : lié à la matérialité de l’opération et ne tenant compte ni de la situation, ni de la
qualité de la personne effectuant la dite opération (par opposition à l’impôt personnel).
A noter que ce sont les entreprises (redevables légaux) qui assurent la déclaration et le paiement de
la TVA à l'Etat. Cependant, le consommateur final est le redevable réel qui supporte cette taxe en
dernier ressort.
I- Champ d’application de la TVA
D'après l'article 87 du CGI, la TVA s'applique aux opérations de nature industrielle, commerciale,
artisanale ou relevant de l’exercice d’une profession libérale, accomplies au Maroc. Elle s’applique
aussi aux opérations d’importation.
A l'exception de l'agriculture et les activités à caractère non commercial, ou non industriel et les
activités à caractère civil, et sous réserve des exonérations prévues par le C.G.I, le législateur
soumet à la T.V.A. la quasi-généralité des opérations économiques.
En vertu des dispositions des articles 89 et 90 il y a lieu de distinguer deux catégories d’opérations
imposables:
- Opérations obligatoirement imposables;
- Opérations imposables par option (assujettissement volontaire).
1- Opérations obligatoirement imposables
Elles sont soumises à la TVA :
- Les ventes et les livraisons par les entrepreneurs de manufactures de produits extraits, fabriqués ou
conditionnés par eux directement ou à travers un travail à façon ;
1
- Les opérations de vente et les prestations de services effectuées par:
o Les commerçants importateurs;
o Les commerçants grossistes;
o Les commerçants revendeurs ayant réalisé l’année précédente un chiffre d’affaires total égal ou
supérieur à 2.000.000 DH. Ces derniers ne peuvent remettre en cause leur assujettissement à la TVA
que si leur chiffre d’affaires devient inférieur pendant 3 ans à ce seuil. Exemple: les pharmaciens.
o les fabricants et prestataires de services dont le chiffre d’affaires taxable réalisé au cours de
l’année précédente est égal ou supérieur à 500.000 DH.
- Les opérations d’échanges ainsi que les cessions de marchandises et des biens mobiliers
d’occasion corrélatives à une vente de fonds de commerce, effectuées par les assujettis.
- Les travaux immobiliers, les opérations de lotissement et de promotion immobilière.
- Les livraisons à soi-même d’opérations visés ci-dessus (immobiliers, lotissement…).
- Les opérations d’hébergement et/ou de ventes de denrées ou de boissons à consommer sur place.
- Les opérations d’installation ou de pose, de réparation ou de façon.
- Les opérations de banque de crédit et commissions de change.
- Les opérations effectuées dans le cadre de leur profession, par toute personne physique ou
personne morale au titre des professions de: avocats, adouls, notaires, huissiers de justice, interprète,
architecte, vérificateur, géomètre, topographe, ingénieur, conseil et expert en toute matière,
vétérinaire…
2- Les opérations imposables sur option
Bien qu'effectuant des opérations exonérées ou situées hors champ, certaines personnes sont autorisées
à opter pour l'assujettissement à la TVA:
- Les commerçants exportateurs de biens et de services hors champ, pour leurs C.A à l’exportation;
- Les «petits fabricants», les exploitants de taxis et les «petits propriétaires» qui réalisent un chiffre
d’affaires annuel égal ou inférieur à 500.000 DH. En effet, au-delà de 500.000 DH de chiffre
d’affaires par an, la TVA devient obligatoire ;
- Les revendeurs en l’état de produits dont le CA réalisé l’année précédente est inférieur à 2.000.000
dh.
Cette option est subordonnée à l’envoi d’une déclaration, au service des impôts, laquelle prend effet à
l’expiration d’un délai de 30 jours à compter de la date de son envoi.
L’option, peut porter sur toute, ou une partie de l’activité : elle doit être maintenue pour une période
d’au moins trois ans consécutifs.
- Les fabricants et prestataires de services qui réalisent un chiffre d’affaires inférieur ou égal à
500 000 DHS (LF 2020).
3- Les exonérations en matière de TVA
2
Pour des raisons d’ordre social, économique, fiscal, culturel ou politique, certaines opérations, bien
qu’entrant dans le champ d’application de la TVA, en sont expressément exonérées par la loi.
Toutes les exonérations ont pour point commun la non application de la TVA en aval (au moment de la
vente ou de la livraison) néanmoins elles, peuvent être différenciées selon qu’elles sont de droit ou
soumises à formalités (critère administratif) ou encore selon que la taxe payée en amont pour leur
réalisation est récupérable, ou non (critère économique).
Ainsi, le critère administratif permet de distinguer l’exonération automatique, c’est à dire de droit -
comme celle dont bénéficient, par exemple, les produits de première nécessité - de l’exonération
subordonnée à une autorisation préalable de l’administration, le plus souvent matérialisée par une
attestation délivrée par le service d’assiette ( biens d’équipements et autres matériels exonérés).
Le critère économique quant à lui permet de distinguer entre trois catégories d’exonérations selon
l’incidence de la TVA amont sur le prix de revient et sur la trésorerie de l’assujetti.
Les trois catégories sont :
o L’exonération sans droit à déduction (article 91)
o L’exonération avec droit à déduction (art. 92)
o Le régime suspensif (art.94).

I.1. Opérations exonérées sans droit déduction


En vertu de l’article 91 du CGI, sont exonérées de la TVA, sans droit à déduction :
 Exonérations de plein droit (sans formalités)
- Ventes de denrées et de produits de première nécessité : le pain, le couscous, les farines et
semoules, le lait et le beurre en vrac de fabrication artisanale, le sucre brut, les produits de la pêche
et la viande fraîche, les dattes conditionnées au Maroc ainsi que les figues et les raisins secs, l’huile
d’olive de production artisanale, les bougies et paraffines, le crin végétal.
- Ventes portant sur: les métaux de récupération, les pompes à eau qui fonctionnent à l’énergie
solaire ou à toute autre énergie renouvelable utilisée dans le secteur agricole, les tapis d’origine
artisanale de production locale, les timbres fiscaux, les prestations fournies par les compagnies
d’assurances, les ouvrages en métaux précieux fabriqués au Maroc, les journaux, les livres, les films
cinématographiques documentaires ou éducatifs.
- Ventes et prestations effectuées par les petits fabricants et les petits prestataires dont le C.A annuel
ne dépasse pas 500.000 DH (sous certaines conditions d’exercice de leur activité), les exploitants de
douches publiques de hammams et de fours traditionnels.
- Les activités et opérations réalisées par les fédérations sportives reconnues d'utilité publique (LF
2018).
- Les prestations de services fournies par: les professions libérales liées à la médecine, à l’exclusion
3
des docteurs vétérinaires, les centres de gestion de comptabilité agrées.
- Les opérations financières de l’Etat notamment:
 les opérations d'escompte, de réescompte et les intérêts des valeurs de l'Etat et des titres
d'emprunt garantis par lui ainsi que les diverses commissions allouées pour le placement des mêmes
valeurs;
 les opérations et les intérêts afférents aux avances et aux prêts consentis à l'Etat par les
organismes autorisés à cet effet.
- Les intérêts des prêts accordés par les établissements de crédit et organismes assimilés aux
étudiants de l'enseignement privé ou de la formation professionnelle et destinés à financer leurs
études ;
- Les opérations de crédit effectuées par les associations de microcrédit au profit de leur clientèle.
- Les produits provenant des opérations de titrisation pour l’émission des certificats de sukuk par les
Fonds de Placement Collectif en Titrisation.
- Les prestations de services afférentes à la restauration, au transport et aux loisirs scolaires fournis
par les établissements de l’enseignement privé.
- Les opérations et les prestations fournies par: les coopératives et leurs unions, les associations
reconnues d’utilité publique, les associations d’usagers des eaux agricoles, l’office national des
œuvres universitaires sociales et culturelles.
- L’ensemble des activités et opérations réalisées par les sociétés sportives pour une période de 5
ans, allant du 1er janvier 2020 au 31décembre 2024 (LF 2020).
 Exonérations sans droit à déduction soumises à formalités : Les opérations concernées
sont:
- Ventes de papier destiné à l’impression des journaux lorsqu’il est dirigé vers une imprimerie.
- Ventes d’appareillages spécialisés pour handicapés et sur les implants cochléaires (L.F 2020).
I.2. Exonérations avec droit a déduction
 Exonérations avec droit à déduction sans formalités:
- Les produits livrés et les services rendus à l’exportation.
- Les engrais.
- Les produits phytosanitaires et le matériel agricole (voir liste art 92,5°).
- Produits et équipements pour hémodialyse, les médicaments pour le traitement du diabète, de
l’asthme, des maladies cardio-vasculaire et du sida et de la maladie de la méningite, les vaccins, les
médicaments dont la liste est fixée par un arrêté conjoint du ministre chargé de la santé
et du ministre chargé des finances et qui sont destinés au traitement de la fertilité et
au traitement de la sclérose en plaques ainsi que les médicaments dont le prix fabricant hors
4
taxe fixé par voie réglementaire, dépasse 588 dirhams.
- Les opérations de transport international.
- La construction de campus et de cités universitaires réalisés dans le cadre d’une convention avec
l’État (délai de 3 ans, 50 chambres au moins, 2 lits au maximum par chambre).
- Les opérations réalisées par: les sociétés SO.NA.D.A.C et SALA ALJADIDA, la fondation
Mohammed VI de promotion des œuvres sociales de l’éducation formation, la fondation Mohammed
V pour la solidarité, la fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement, la Ligue
Marocaine pour la protection de l’enfance, l’Institut de Recherche sur le Cancer et l’agence spéciale
Tanger Méditerranée.
- Les opérations et activités de Bank Al Maghreb, des banques offshore, des sociétés holding
offshore.
- Les produits livrés et les prestations de services rendues aux zones franches.
- Les fournitures de bureau acquises par les banques offshore.
- Les intrants destinés exclusivement à l’aquaculture (LF2018).
- Exonérations avec droit à déduction soumises à formalités
- Les engins et filets de pêche acquis par les professionnels de la pêche maritime.
- Biens d’équipement, matériel et outillage à inscrire dans un compte d’immobilisation acquis par:
les entreprises assujettis à l’exclusion des véhicules acquis par les agences de location de voitures
(L.F 2017), les diplômés de la formation professionnelle, les établissements de l’enseignement privé
et de la formation professionnelle, pendant les 36 mois à partir du début d’activité. Par début
d’activité, il faut entendre la date du premier acte commercial qui coïncide avec la première
opération d’acquisition de biens et services à l’exclusion :
- des frais de constitution des entreprises ;
- et des premiers frais nécessaires à l’installation des entreprises dans la limite de trois (3) mois.
Pour les entreprises qui procèdent aux constructions de leurs projets d’investissement, le délai de
trente six (36) mois commence à courir à partir de la date de délivrance de l’autorisation de
construire.
- Biens d’équipement, matériel et outillage acquis par: les associations s’occupant d’handicapés, le
croissant rouge marocain, la fondation Cheikh Zaid Ibn Soltan , la fondation Cheikh khalifa Ibn Zaid
et par les banques offshore.
- Les autocars, les camions et les biens d’équipement y afférents acquis par les T.I.R.
- Les véhicules neufs à utiliser comme taxi acquis par les personnes physiques.
- Les biens, marchandises, travaux et prestations destinés à être livrés à titre de dons à l’État aux
collectivités locales, aux établissements publiques et aux associations reconnues d’utilité publique
5
par les personnes physiques ou morales marocaines ou étrangères, ces mêmes dons lorsqu’ils sont
financés par l’U.E ou accordés par le Maroc aux pays étrangers.
- Les matériels éducatifs scientifiques ou culturels importés en franchise de taxe conformément aux
accords de l’UNESCO.
- L’acquisition des biens et services nécessaires à l’activité des titulaires de permis de recherche
d’hydrocarbures ainsi que leurs contractants et sous contractants.
- Acquisitions de biens et de marchandises par les non-résidents d’une valeur de 2000dh et plus.
- Les biens et services acquis ou loués par les entreprises étrangères de tournage de films.
- Les opérations de cession de logements sociaux à usage d'habitation principale dont la superficie
couverte est comprise entre cinquante (50) et quatre vingt (80) m 2 et le prix de vente n’excède pas
deux cent cinquante mille (250.000) dirhams, hors taxe sur la valeur ajoutée.
- Les opérations de construction de mosquées.
- Les travaux de restauration des monuments historiques classés.
- Les marchandises, travaux ou prestations qu’acquièrent: les missions diplomatiques et leurs
membres ayant le statut diplomatique (sous réserve de la réciprocité) ainsi que les organisations
internationales et régionales et leurs membres accrédités au Maroc.
I.3. Régime suspensif
Les entreprises exportatrices de produits et de services peuvent, sur leur demande, être autorisées à
recevoir en suspension de la TVA les marchandises, matières premières et emballages et services
nécessaires aux opérations d’exportation. Le montant de cette suspension ne peut être supérieur au
montant du chiffre d’affaires réalisé au cours de l’année écoulée.
II-Règles d’assiettes de la TVA
Le calcul de la TVA met en œuvre des règles qui se résument dans les paramètres suivants :
- Situer le moment d’exigibilité de l’impôt (fait générateur).
- Déterminer son assiette (ou base).
- Appliquer le tarif correspondant.
- Imputer les déductions autorisées.
Le fait générateur
- Régime de l’encaissement: la déclaration de la TVA exigible doit être faite après le
règlement du client quelle que soit la date de facturation. Le fait générateur est constitué par
l’encaissement effectif de la créance.
- Régime de débit : La déclaration de la TVA exigible doit être faite après dès la constatation
de la créance sur le client quel que soit le mode de règlement. Le fait générateur est constitué par
l’inscription de la créance au débit du compte clients qui correspond à la facturation.
Les deux régimes intéressent seulement la TVA facturée (ou exigible). Pour la TVA récupérable
6
(sur charges et sur immobilisations), le montant payé ne peut être déduit de la TVA facturée
qu’après le paiement effectif de la charge ou de l’immobilisation. Sauf dans le cas où la société
aurait opté pour le régime des débits et aurait réglé ses achats par traite, dans ce cas seulement elle
pourra déduire la TVA dès l’acceptation de la traite.

1- La Base imposable
La base imposable est constituée par tout ce que perçoit l’assujetti, en contrepartie de l’opération
imposable.
Principaux éléments constitutifs de la base imposable sont:
* Valeur nue de la marchandise
* Frais à la charge du vendeur (transport, emballages).
* Complément de prix (révision de prix, montants compensatoires).
* Produits financiers (intérêt de crédit ou de dépôt).
* Recettes accessoires (ventes de déchets, d’emballages).
* Droits et taxes (droits de douane).
Eléments à retrancher sont:
* Réductions de prix (rabais, remises, ristournes justifiées).
* Echange et compensation.

7
Exemple :
Le 12 septembre 2019, la facture établie par une entreprise à son client comprend les éléments
suivants:
Eléments Montant
- Prix catalogue 300 000
- Remise 1% 3 000
- Frais de transport 4 600
- Frais d’emballage 12 000
- Frais de montage 28 000
- Acompte versé le 20 Août 72 000
1- Déterminer la base d’imposition de la TVA sachant que le taux est de 20%.
2- Préciser la date d’exigibilité de la TVA sachant que le montant net à payer sera
versé le 25/10/2019 et que:
- 1er cas: l’entreprise était soumise au régime des encaissements.
- 2ème cas : l’entreprise était soumise au régime des débits.

Solution :
1- Détermination de la base imposable de la TVA:
Eléments Montant
Prix catalogue 300 000
- Remise 1% 3 000
= Net commercial 297 000
+ Frais de transport 4 600
+ Frais d’emballage 12 000
+ Frais de montage 28 000
= Prix de vente (HT) 341 600
+ TVA 68 320
= Prix de vente (TTC) 409 920
- Acompte 72 000
= Net à payer (TTC) 337 920
2- La date d’exigibilité de la TVA:
1er cas: Selon le régime des encaissements
- TVA sur acompte: (72000/1,2)*20% = 12 000 DH, exigible au titre de mois d’août et à
verser avant la fin du mois de septembre 2019.
- TVA due = (337 920/1,2)*20% = 56 320, exigible au titre de mois d’octobre et à verser
avant la fin du mois de novembre 2019.
- Total de TVA exigible = 12 000+56 320 = 68 320 DH.
- 2ème cas : selon le régime des débits
- TVA sur acompte: (72000/1,2)*20% = 12 000 DH, exigible au titre de mois
d’encaissement (août ) et à verser avant la fin du mois de septembre 2019.
- TVA due = (337 920/1,2)*20% = 56 320, exigible au titre de mois de facturation
(septembre) et à verser avant la fin du mois d'octobre 2019.
- Total de TVA exigible = 12 000+56 320 = 68 320 DH.
2- Les taux de TVA
La TVA s’applique à des taux «ad valorem » suivants: 8

- Le taux réduit de 7%
Denrées et produits de large consommation ( le sucre raffiné ,les conserves de sardines ,le
savon de ménage ,le lait en poudre , les produits pharmaceutiques et les fournitures scolaires ainsi
que leurs composants) l’eau et la location de compteurs d’eau et d’électricité et la voiture
économique.
- Le taux réduit de 10%
- Les hydrocarbures liquides ou gazeux,
- L’hébergement dans les hôtels, la consommation sur place de nourriture et de boissons dans
les hôtels et les restaurants ainsi que les exploitants de cafés.
- Les opérations de vente des billets d’entrée aux musées, cinéma et théâtre.
- Les opérations de vente et de livraison portant sur les œuvres et les objets d’art.
- Les huiles fluides alimentaires, le sel de cuisine, le riz usiné et ses farines, les pâtes
alimentaires, les chauffe-eaux solaires.
- Les aliments pour bétail et animaux de basse cours
- Les opérations de banque et de crédit et les commissions de change,
- Les opérations de financement réalisées dans le cadre des contrats: «Mourabaha» et «Ijara
Mountahiya Bitamlik » pour les acquisitions d’habitation personnelle effectuées par des
personnes physiques.
- Les transactions sur valeurs mobilières effectuées par les sociétés de bourses et les OPCVM.
- Les professions libérales liées à la justice (avocat, notaire, interprète, adoul, huissier de
justice).
- Les ventes de billets d'entrée aux musées, cinéma et théâtre
- Matériels à usage agricole (voir la liste détaillée Art 99 -2° du C.G.I) à l'exclusion: des abris-
serres; des moteurs à combustion interne stationnaire, des pompes à axe vertical et des
motopompes dites pompes immergées ou pompes submersibles ; - de scarificateur ; des
tarières, qui sont soumis à un taux de 20%.
- Le taux réduit de 14%
- Le transport de voyageurs et de marchandise à l’exclusion des opérations de transport
ferroviaire
- Le beurre à l’exclusion du beurre de fabrication artisanale
- L’énergie électrique
- Prestations rendues par les courtiers d’assurances (sans droit à déduction)
- Le taux normal de 20% (pour les autres opérations taxables)
9
3- Les déductions
3.1. Les déductions autorisées
- L’assujetti est autorisé à déduire de la taxe collectée celle ayant grevé ses achats:
1. De biens constituant des immobilisations et figurant en tant que telles en
comptabilité.
2. de biens ne constituant pas des immobilisations (valeurs d’exploitation).
3. de services
- Les conditions d’exercice du droit à déduction sont:
• Le paiement de la taxe
• La mention de la taxe sur la facture

3.2. Sont exclus du droit à déduction


- Les biens, produits et services non nécessaires à l’exploitation.
- Les biens et services utilisées pour la réalisation d’opérations exonérées ( art91) ou
situées hors champ
- Les produits pétroliers utilisés comme carburants, sauf le gasoil utilisé par les entreprises de
transport ou par les entreprises pour le transport de leurs marchandises
- Les véhicules de transport privé de personnes, à l’exclusion de ceux acquis par les
entreprises de location de voitures
- Les frais de mission et de réception.
- Les taxes spécifiques (sans droit à déduction Art 99-3-b).
- N’est déductible la taxe ayant grevé les achats, travaux ou services dont le montant dépasse
5.000 DH par jour et par fournisseur dans la limite de 50.000 DH par mois et par fournisseur et
dont le règlement n’est pas justifié par chèque barré non endossable, effet de commerce, moyen
magnétique, virement bancaire, procédé électronique ou par compensation avec une créance à
l’égard d’une même personne. La compensation doit être effectuée sur la base de documents
dûment datés et signés par les parties concernées et portant acceptation du principe de la
compensation.
- N'ouvre pas droit à déduction pour les établissements de crédit et organismes assimilés, la
taxe sur la valeur ajoutée ayant grevé :
- les acquisitions de logements d’habitation destinés à la location dans le cadre du contrat «
Ijara Mountahia Bitamlik» ;
- les acquisitions destinées à être vendues dans le cadre du contrat« Mourabaha ».

3.3. Remise en cause de la déduction (régularisations) 10


- Disparition de marchandises non justifiée : Reversement de la TVA déduite.
- Défaut de conservation des biens immeubles à savoir les constructions pendant le délai de
dix (10) ans: le contribuable est tenu de reverser le 1/10ème du montant de la TVA
initialement déduite ou de celui de la TVA exonérée dont il a bénéficié (L.F2017).
- Biens utilisés à un usage mixte :
i) Déduction initiale = TVA payée X Prorata (calculé sur la base année (n-1))
ii) Régularisation dans le temps (quand la variation du prorata d’une année à l’autre est
supérieure à 5%) = ( #ce entre déduc.initiale et déduc.réelle)/5

3.4. Principe d’application du prorata


Le prorata doit être défini chaque fin d’année à partir des opérations réalisées au cours de la dite
année. Il sera utilisé pour le calcul des déductions au cours de l’année suivante.
Pn = prorata calculé à partir des éléments de l’année «n» applicable durant l’année « n+1 ».
NB: Les entreprises nouvelles sont autorisées par la loi, à utiliser pour la première année d’activité, un
prorata prévisionnel.
Calcul du prorata (Cas du bien à usage mixte) :
De manière simplifiée, on peut donc dire que le prorata est le rapport entre les recettes qui ouvrent
droit à déduction et le montant du chiffre d’affaires total:
Prorata =
CA taxable TTC + CA EADD TTC (art. 92) + CA régime suspensi TTC (art. 94)
Numérateur + CAESDD (art. 91) + CA hors champ de TVA

Application T.V.A.
Application 1:

Une SARL spécialisée dans la production et le montage des moteurs, elle est assujettie à la TVA au taux de
20% et opté pour le régime des encaissements. Le 20 mars 2016, elle vend à un client des moteurs.

La facture établie le même jour comprend les éléments suivants:

Eléments Montant (en DH)


Prix de marchandise 175 000
Remise 2%
Frais d'emballage 2500
Frais de transport 4250 11
Intérêt pour règlement à terme 925
Acompte versé le 20 février 26 000
Reprise d'un ancien moteur 9500
Travail à faire:

1- Déterminer la base d'imposition de la TVA


2- Préciser la date d'exigibilité de la TVA sachant que le montant net à payer sera versé le mois de juin
2016 par chèque bancaire.

Solution

Eléments Montant (en DH)


Prix de marchandise 175 000
- Remise2% 3500
= Net commercial 171 500
+Frais d'emballage 2500
+Frais de transport 4250
+ Intérêt pour règlement à terme 925
= Prix de revient HT 179 175
+ TVA (20%) 35 835
= Prix de revient (TTC) 215 010
- Acompte versé le 20 février 26 000
- Reprise d'un ancien moteur 9500
= Reste à payer 179 510

2- La date d'exigibilité
- TVA sur acompte = 26 000/6=4333 DH, exigible au titre de mois de février et à verser avant le
20 mars 2016.
- TVA sur reprise = 9500/6=1583 dh, exigible au titre de mois de mars et à verser avant le 20
avril
- TVA due 179 510/6= 29 918 exigible au titre de mois de juin et à verser avant le 20 juillet.
Total TVA = 4333+1583+29918
TVA exigible = 35 834 DH à payer selon les dates d'exigibilité de la taxe.

Application

Le chiffre d'affaire hors taxe 2015 et 2016 de l'entreprise "ABC", partiellement assujettie à la TVA, se présente
comme suit ( taux de TVA = 20%):

Ventilation des ventes 2015 2016


Ventes taxables 1 000 000 1 500 000
Ventes exonérées avec droit de déduction 500 000 800 000
Ventes en suspension de taxe 400 000 600 000
Ventes exonérées sans droit de déduction 300 000 150 000
Ventes hors champ de TVA 700 000 250 000

En décembre 2016, l'entreprise a payé les opérations suivantes:


12
- Achats de marchandise taxable à vendre localement, prix d'achat: 240 000 DH TTC.
- Achat d'un camion de transport de marchandises pour une valeur TTC de 360 000 DH. Il s'agit de la seule
opération d'investissement réalisée en 2016.

Travail à faire:

1. Calculer la TVA déductible au titre de décembre 2016.

2. Quelle est la régularisation à faire lors de la déclaration de janvier 2017?

Solution

1. Calcul de la TVA déductible:

Pour l'achat de marchandise taxable à vendre localement, la TVA est intégralement déductible.

La TVA ayant grevé l'acquisition du camion de transport de marchandise n'est déductible qu'à concurrence de
prorata provisoire à calculer.

- Calcul du prorata provisoire :

Base de calcul : CA 2015

Ventilation des ventes 2015


Ventes taxables 1 000 000
Ventes exonérées avec droit de déduction 500 000
Ventes en suspension de taxe 400 000
Ventes exonérées sans droit de déduction 300 000
Ventes hors champ de TVA 700 000

Prorata = Numérateur/Dénominateur

- Numérateur: 1000 000*1,2 + 500 000*1,2+400 000*1,2 = 2 280 000

- Dénominateur: 2 280 000+ 300 000 + 700 000= 3 280 000

- Prorata: 2 280 000/3 280 000= 69,5% soit 70%.

TVA déductible

Opérations Montant TTC TVA sur facture Prorata TVA déductible


Marchandise 240 000 40 000 100% 40 000
taxable
Camion de 360 000 60 000 70% 42 000
transport

TOTAL 82 000

Total TVA déductible = 82 000 DH.

2. Régularisation à faire lors de la déclaration de janvier 2017


13
La seule régularisation à faire lors de la déclaration de janvier 2017 concerne la TVA déductible sur l'acquisition
du camion
TVA sur facture 60 000

Prorata provisoire 70%

TVA déduite 42 000

La régularisation à faire lors de la déclaration de janvier 2017 dépend du prorata définitif de l'exercice 2016, à
calculer comme suit:

- Calcul du prorata définitif:

Base de calcul: CA 2016

Ventilation des ventes 2016


Ventes taxables 1 500 000
Ventes exonérées avec droit de déduction 800 000
Ventes en suspension de taxe 600 000
Ventes exonérées sans droit de déduction 150 000
Ventes hors champ de TVA 250 000

- Numérateur: 1 500 000*1,2 + 800 000*1,2+600 000*1,2 = 3 480 000

- Dénominateur: 3 480 000+ 150 000+ 250 000= 3 880 000

- Prorata: 3 480 000/3 880 000= 90%.

Variation du prorata entre 2015 et 2016 =90%-70%= 20%

Cette variation est supérieure aux 5%. D'où la nécessité de régularisation

- TVA initialement déduite = 42 000

- Prorata 2016= 90%

- TVA déductible suivant prorata 2016= 60 000*90%= 54 000

- Déduction complémentaire à titre de régularisation: (54 000-42 000)/5= 2400 DH.

14
15

Vous aimerez peut-être aussi