Vous êtes sur la page 1sur 2

Un hasard, deux coeurs, trois mots

Un hasard a fait qu'ils se sont rencontrés,


Ce soir de Décembre sur le quai d'Orsay.
Un nuage gris sur sa tête, il tentait un sourire forcé,
Dans une atmosphère frileuse de grands glaciers.
Mais rien à faire, la rencontre était déjà amorcée
Sous le regard lumineux des réverbères d'acier...
Même le vent n'a pas su geler leur rencontre
Car quand le hasard décide de faire les choses, rien ne va à l'encontre.
Il est imprévisible le hasard, et il l'était encore ce soir
Et il en garde encore le souvenir, de la beauté de ce soir.
Avec les lumières, la lune, les étoiles, la mer...et ses yeux à elle.
Plus rien n'existait, il n'avait d’yeux que pour sa belle.
Tout est allé au ralenti, pourtant tout s’est passé si vite
Un regard, un sourire, c'était si rapide.
Et de toute évidence, ils en étaient déjà avides.
Avides de se côtoyer, de s'apprendre, de se connaitre,
Avides de se noyer, de s'y perdre et d'y renaitre.
Il a suffi de quelques mots pour réchauffer l'atmosphère,
A enlever ce nuage gris sur sa tête,
A geler l'enfer,
Et à mettre son coeur en fête...
Cette nuit-là, le hasard était de leur côté pour bien faire les choses,
Ce hasard que je viens vous raconter et qui nourrit ma prose.

Un hasard, deux cœurs, trois mots, c’est le récit de leur histoire


Une histoire remplie d'émois et au trajet si aléatoire.
Je n'écris pas ce texte pour toi, pour moi, et encore moins pour nous
Je l'écris surtout pour lui, pour elle, pour eux, et surtout pour vous.
C'est peut-être juste les écrits d'un poète à la rime trop légère,
Mais c'est avant tout, le récit de leur amour et de ses joyeuses galères.

Deux cœurs se sont attachés et refusés de se laisser


C'est peut-être juste ça, s'aimer et courir le risque de se blesser.
Parce que oui, l'amour fait mal,et encore plus mal de l'apprendre.
Mais la pirogue des sentiments, ça vaut toujours la peine de la prendre.
Les tempêtes et les troubles de la navigation, ils les apprendront à leurs dépens.
Mais au final, la traversée est toujours géniale...mais c'est vrai que ça aussi, ça dépend.
N'empêche, plus rien ne peut les dissuader
Ils seront heureux, ils en sont persuadés.
Leurs cœurs sont devenus alliés, plus rien ne peut les séparer,
Ils le savent, et c'est pourquoi ils sont juste déterminés.
S’ils doivent se blesser, ils se blesseront ensemble
S’ils doivent souffrir, ils souffriront ensemble.
Et s’ils doivent affronter le monde, ça aussi ils le feront ensembles.
Car désormais, c'est eux contre le monde,
Ils l'affronteront main dans la main.
Et tant pis si la Terre n'est plus ronde,
Ils aviseront demain.
C'est peut-être juste ça l'amour, celui où on aime être à deux,
Celui qui courre, et qui pourtant nous rend si heureux.

Un hasard, deux cœurs, trois mots, c’est le récit de leur histoire


Une histoire remplie d'émois et au trajet si aléatoire.
Je n'écris pas ce texte pour toi, pour moi, et encore moins pour nous
Je l'écris surtout pour lui, pour elle, pour eux, et surtout pour vous.
C'est peut-être juste les écrits d'un poète à la rime trop légère,
Mais c'est avant tout, le récit de leur amour et de ses joyeuses galères.

Trois mots qu'ils rêvent de se dire,


Ou plutôt qu'ils aimeraient se redire.
Trois mots qu'ils aimeraient crier sur tous les toits,
Trois mots qui les appartiendront et qu'ils ne diront pas juste parfois.
Trois mots qu'ils rêvent de partager un jour à trois
Avec un petit être tout minuscule
Qui viendra ajouter à leur histoire, une grande majuscule.
Trois mots qu'ils se retiennent de dire depuis bien trop longtemps
Ces trois mots capables d’agrandir l’espace, et de ralentir le temps,
Ils combleront leur cœurs et rempliront tous les vides.
Ils effaceront toutes les rancœurs et illumineront leur vie.
Trois mots qui ont le pouvoir de redonner le sourire dans les moments les plus sombres
Et d'un coup, d'effacer les soupirs créés par les zones d'ombres.
Ils se créeront des souvenirs et se les répéteront tous les jours, ces trois termes
Car oui, ils rêvent de murmurer ensemble dans une longue étreinte, ce fameux "Je t'aime".

~POSEIDON